AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Le travail est un trésor. Le travail des autres, cela va de soi [PV Sveinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 3 Oct - 0:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6176
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
La nuit précédente avait été particulièrement difficile pour Lukaz. Oh, il ne fallait pas s’y tromper, il n’avait pas eu à vivre une épreuve quelconque, bien au contraire. Il avait plutôt passé la nuit à s’amuser et à faire la fête, abusant un peu de l’alcool proposé mais aussi de quelques autres substances moins légales. On pouvait l’en blâmer, c’était une évidence, mais en même temps, c’était là quelque chose de très facile à faire tant qu’on n’était pas à la place du jeune homme. En effet, même si cela ne se voyait pas nécessairement, Lukaz était un mutant dont les capacités génétiques étaient grandement liées au Soleil. Ainsi donc, son corps se nourrissait des rayons de l’astre de lumière un peu à la manière des plantes vertes et en ces occasions, il était en forme olympique et il n’avait aucun mal à remplir ses devoirs. Le problème était malheureusement que l’absence de soleil pouvait avoir des effets très désastreux sur sa personne. Ainsi donc, lors des temps pluvieux ou couverts, Lukaz était quelque peu morose et il perdait de sa forme, chose qui s’accentuait encore plus à la nuit tombée. C’était un peu comme un ordinateur portable que l’on débranchait et qui ne fonctionnait plus que sur batterie. Le rendement était très inférieur à la normale et il ne tenait pas la route très longtemps. C’était exactement la même chose pour le jeune homme et pour compenser tout cela, il avait recours à diverses méthodes visant à recharger ses batteries, comme l’usage de certains produits stupéfiants. Méthode douteuse, certes, mais méthode efficace. C’était tout ce qui comptait.

Le gros revers de cette méthode se rencontrait toutefois le lendemain matin, quand il fallait se lever pour aller remplir ses obligations avec un très horrible mal de cheveux. Ce matin-là ne changeait pas de l’habitude et Lukaz mit donc un très long moment à émerger de ses draps. Par chance pour lui, il ne travaillait pas et il avait donc une demi-journée pour se remettre. Le seul problème, c’était que s’il ne travaillait pas, c’était tout simplement parce qu’il avait rendez-vous avec quelqu’un qui avait postulé à sa petite annonce… Ca ne passerait surement pas très bien s’il accueillait le visiteur avec une tête de déterré… Prenant donc sur lui, Lukaz se leva et passa par la cuisine pour lancer la machine à café. Laissant le liquide noir couler dans la carafe de verre, il se dirigea vers la salle de bain pour prendre une bonne douche et s’habiller de manière convenable. Le retour dans la cuisine se fit de manière plus présentable et Lukaz s’envoya donc deux cafés en espérant qu’ils parviendraient à le tirer de sa torpeur et à lui éclaircir les idées. Il allait ensuite préparer quelques papiers quand le retentissement de la sonnette lui indiqua l’arrivée du postulant. Déjà ? Visiblement, oui…

Inspirant profondément, Lukaz se dirigea vers la porte qu’il ouvrit en accueillant la personne d’un joyeux : « Bienvenue ! » S’écartant pour laisser entrer la personne, il constata qu’il s’agissait d’un jeune homme plutôt mignon. Voilà un bon point pour lui, même s’il fallait avouer qu’il avait effectivement l’air vraiment très jeune ! Etait-il à peine majeur ? Voilà une situation étrange. « Tu dois être Sveinn, c’est ça ? Vas-y, entre. Tu permets que je te tutoie, au moins ? » Mieux valait demander, même si Lukaz n’avait pas réellement pour habitude de faire cela. Il préférait le contact franc et direct et là, vu que leur différence d’âge ne devait pas être très grande, il ne devait pas y avoir de chichi entre eux. Fermant la porte derrière le jeune homme, Lukaz lui serra la main pour le saluer avant de lui désigner une pièce sur la gauche, l’invitant à entrer. « On peut aller au salon, si tu veux. Tu as envie de boire quelque chose ? J’ai du café, à moins que tu ne préfères un jus de fruits, voire de l’alcool. C’est comme tu veux ! Vas-y, installe-toi. Mets-toi à l’aise. » Avant de s’installer lui-même, Lukaz attendit de voir s’il devait retourner en cuisine chercher de quoi se désaltérer ou pas. Il en était de même pour les questions nécessaires à ce genre d’entretien, même s’il était évident qu’il n’allait pas se montrer très difficile. C’était presque déjà négocié et à moins que Sveinn ne soit un gros manchot, il aurait droit au job. Mais chaque chose en son temps.
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 7 Oct - 22:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
    Le grain de poussière virevolta de droite à gauche dans la lueur de la lampe de chevet. Six heures du matin. Une silhouette monstrueuse avait sorti la poussière de sa paisible cachette. Elle avait tourné sur elle-même et, alors qu'elle allait se poser, un second coup de vent provoqué par un bras blanc l'avait renvoyée vers d'autres cieux. Elle avait achevé sa course sur la manche d'un très joli costume qui détonnait de la chambre un peu vieillie où elle était née.
    Sveinn n'avait eu aucune difficulté à se lever lorsque le réveil sonna de si bonne heure et pour cause : aujourd'hui avait lieu un entretien d'embauche particulièrement important. Certes, le poste qu'il convoitait n'était guère valorisant, il n'allait pas avoir de joli bureau en bois bien ciré, ni un salaire mirobolant, mais enfin, c'était une source de revenu, et cela n'était pas négligeable. Depuis des mois que Sveinn investissait l'hôtel, il avait souvent cru être contraint de le quitter sans prévenir parce qu'il n'aurait pas de quoi payer. En repensant à cela, Sveinn trouva que c'était presque irréel. Il était arrivé que le propriétaire de l'hôtel lui laissât quelques jours supplémentaires pour payer, mais jamais plus, il ne lui aurait jamais fait crédit. Sveinn avait vivoté comme il pouvait, mais il n'était pas facile de se dégoter un travail dans une ville où la science et les métiers fortement technicisés étaient répandus, presque courants, alors que lui-même ne possédait qu'un simple diplôme de second cycle, même pas professionnalisant. Autrement dit, Sveinn n'avait quasiment aucun atout sur le marché du travail, et puisqu'il se refusait à utiliser son monstre, il n'avait aucun avenir chez les Supers.
    Telle était donc la cause du costume qui traînait sur la chaise de la chambre. Ce n'était pas que Sveinn était tatillon au point de ne se rendre à un entretien d'embauche que sur son trente-et-un, bien au contraire. Mais il fallait bien se rendre à l'évidence : il n'avait rien d'autre qui aurait pu donner une bonne image de lui. Tous ses T-shirts avaient déjà plusieurs années derrière eux, certains étaient bien délavés, et ceux qui étaient dans un meilleur état contenaient des slogans assez douteux. Sans doute était-ce pire pour ses jeans, à la limite de l'usure. Sveinn n'avait certes pas l'allure d'un gosse des rues, mais il était évident qu'il ne roulait pas sur l'or. Même le costume en témoignait. Il lui allait à la perfection, mais il avait lui-même un peu déteint, et la chemise était un peu jaunie. Mais cela restait mieux que son T-shirt « F*CK Society » qui gardait toujours sa belle couleur vert fluo.
    Sveinn prit le temps d'avaler quelques restes de repas qui trainaient sur son lit avant de se préparer. Lorsqu'il eut fini, il observa son reflet dans la glace. Il avait l'air plutôt présentable et, si on n'y regardait pas de trop près, il aurait même pu passer pour un de ces étudiants richissimes et particulièrement snobs qui se prenaient trop au sérieux, à l'exception bien sûr d'une coiffure qui témoignait d'un profond désintérêt pour l'apparence physique. Sveinn ne prit pas la peine d'y remédier, car il ne tenait pas à trop se fondre dans le personnage. De visage, Sveinn restait parfaitement lui-même, et cela lui convenait bien, car il n'avait pas un visage de délinquant.

    Après quoi il avait entrepris de partir dans la fraicheur du matin. Un peu de brouillard s'élevait dans les airs, mais cela n'empêchait pas de voir devant soi. À cette heure-ci, un certain nombre de personnes étaient réveillées. C'était un bien grand mot pour désigner ces semi-zombis qui se trainaient jusqu'à la station de métro la plus proche. Eux étaient rentrés dans un routine quotidienne paralysante pour l'esprit. Sveinn était tellement enthousiaste à la perspective d'un entretien d'embauche qu'il le voyait avec une lucidité plus grande que jamais. Alors qu'il mettait un pied devant l'autre, il se sentait joyeux. Il pensait sincèrement pouvoir être pris. Le potentiel employeur, Lukaz Le Guen, lui avait paru très sympathique lorsqu'il avait pris au préalable contact avec lui. D'après la voix qu'il avait entendue au téléphone, l'homme en question ne devait pas être trop vieux, même si assurément il était plus âgé que Sveinn - cela se sentait ne serait-ce qu'à la détermination qu'il entrevoyait dans ses paroles. En tout cas, il n'avait pas l'air d'être le type dédaigneux et méprisant envers ses employés qu'il se serait attendu à trouver. C'était rassurant. De son côté, le profil de Sveinn semblait intéresser Lukaz Le Guen, aussi pauvre fût ce profil. Il n'avait pas bronché en entendant son accent islandais, ce qui était bon signe.
    Sveinn avait rendez-vous à la demeure de l'employeur, puisque celui-ci n'avait pas de local professionnel et que son appartement faisait office de bureau. Cela lui avait paru étrange, car jusqu'alors, il n'avait jamais pénétré dans aucune des demeures de Star City et n'avait aucune idée de la manière dont on y vivait. Il savait que chez lui, les décorations anciennes étaient de mise, mais Star City était une ville infiniment plus moderne que sa région natale. En outre, il avait l'impression de pénétrer dans l'intimité de quelqu'un d'autre. Il n'y aurait pas pensé en temps normal, mais le fait que cet homme pût devenir son patron avait quelque chose d'inédit. À vrai dire, Sveinn ignorait totalement comment allait se comporter Lukaz Le Guen, et son inexpérience professionnelle le mettait un peu sur les nerfs.
    Il se rendit chez Lukaz à pied afin d'économiser quelques sous. Fort heureusement, le rendez-vous n'avait pas lieu trop tôt, et l'appartement était dans le centre-ville. Il arriva bientôt face à l'immeuble 555, celui que lui avait nommé l'employeur. Un peu mal à l'aise, Sveinn entra et entreprit de monter les marches jusqu'au troisième étage.

    Il trouva l'appartement 31. Il était un peu en avance, mais rester bêtement devant la porte ne lui paraissait pas une solution. Sveinn sonna, serrant les dents, inquiet de ce qu'il avait trouvé.
    L'homme qui lui ouvrit lui parut immédiatement sympathique. Il semblait même plus jeune que ce que Sveinn avait imaginé, car il devait avoir entamé la vingtaine. En revanche, il avait bien quelques années de plus que lui, c'était évident. Il l'accueillit de façon très aimable, s'effaçant même pour le laisser entrer. Sveinn répondit un « bonjour » plus timide que ce qu'il aurait voulu. Bon sang, ce qu'il avait la gorge serrée ! Il serra la main de Lukaz et le suivit dans le salon. Sveinn apprécia le fait qu'il lui demandât si ça ne le dérangeait pas d'aller au salon, alors même qu'il aurait été difficile d'envisager un autre lieu sans savoir les pièces qui constituait l'appartement.
    Tandis qu'il s'installait, Sveinn contempla l'appartement d'un air rêveur. Il était à son goût. On était loin des couloirs de marbre et d'or du building au sommet duquel il aimait retrouver Narcyz Sienkiewicz. C'était plus moderne, plus adapté à la personnalité qu'il devinait chez Lukaz. Sveinn trouva la couleur des murs agréable à la vue, et l'endroit pas trop décoré, comme dans les maisons anciennes regorgeant de bibelots inutiles. Il y trouvait également une touche personnelle, mais il aurait bien incapable d'expliquer son idée.
    Lukaz lui proposa à boire. Sveinn se sentit rougir en l'entendant proposer de l'alcool. Il espérait vraiment ne pas avoir une tête d'alcoolique ! Plus sobrement, Sveinn répondit :

    « Un verre d'eau, s'il vous plaît. »

    Il détourna son attention de Lukaz et de sa demeure pour ouvrir la pochette plastique lavande qu'il tenait sous le bras. Sveinn détestait la couleur lavande, elle lui paraissait insipide et délavée. Mais sans doute n'était-il pas le seul à ne pas aimer cette couleur, car c'était la seule qu'il avait trouvée dans le magasin où il s'était fourni. Sveinn en sortit une liasse de papier qui, entre autres, justifiaient sa situation d'immigré.
    Puis il leva la tête pour observer son futur employeur. Il était sympathique et simple, il ne s'embarquait pas dans d'interminables protocoles. Et il lui paraissait un peu entreprenant, mais Sveinn était si coincé qu'il n'en pensa pas grand chose.

    « Vous avez un très joli appartement. » réussit-il néanmoins à dire d'un ton rêveur.

    Oui, il aimerait beaucoup en avoir un comme ça quand il serait grand.
    Sveinn ne savait pas vraiment quoi faire. Devait-il demander des précisions à l'homme qui lui faisait face ? Ou bien devait-il le laisser guide l'entretien d'embauche. Il n'avait jamais su. Cette ignorance expliquait peut-être qu'il n'avait pas encore d'emploi. Finalement, il opta pour une solution de biais.

    « Je suis désolé, je ne m'étais jamais rendu dans autre chose qu'un bureau pour un entretien d'embauche. » s'excusa-t-il.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 8 Oct - 22:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6176
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Ouvrant la porte, Lukaz avait accueilli le jeune homme qui venait répondre à son annonce et cela lui avait permis de repérer plusieurs choses. D’une part, le dénommé Sveinn était jeune et plutôt mignon, d’autre part, il était drôlement bien habillé, ce qui dénotait assez d’avec sa propre tenue. Dans tous les cas, cela montrait quand même que ce rendez-vous lui importait beaucoup et qu’il avait envie de faire bonne impression. Un bon point parce qu’il fallait bien avouer que le métier proposé n’était pas des plus reluisants… Néanmoins, l’entrée du jeune homme se fit dans un silence relatif, son bonjour ne se faisant pas vraiment entendre. Un peu timide ? Ca pouvait se comprendre vu l’âge qu’il semblait avoir et la situation présente qui n’était pas des plus courantes. Mais bon, il allait falloir le mettre un peu à l’aise !

Lukaz l’invita donc à entrer, lui demandant au passage la permission de le tutoyer, pensant qu’il ferait ensuite de même. Ils se rendirent alors au salon où Sveinn prit place sous le regard amusé du Français qui l’observait détailler l’appartement en se demandant bien ce qu’il pouvait y trouver. Comme il répondit à la question posée en choisissant le verre d’eau, Lukaz quitta rapidement la pièce en direction de la cuisine. Là, il chercha deux verres dans un buffet avant de sortir une carafe qu’il allait remplir au robinet. Se ravisant soudainement, il reposa cette dernière et sortit plutôt une bouteille d’un placard. Ce serait quand même plus professionnel comme ça ! La bouteille sous le bras et les verres dans les mains, il retourna alors au salon, déposant le tout sur la table basse avant d’en remplir les verres.

C’est là que Lukaz constata que le jeune homme avait commencé à se préparer en sortant toutes sortes de documents d’une pochette plastique. Quand il se mit donc à lui parler, le Français pensa que cela concernerait les documents, mais il n’en fut rien. La phrase qui traversa les lèvres de Sveinn fut des plus surprenantes et durant quelques instants, Lukaz ne sut pas quoi répondre. Un très joli appartement ? Vraiment ? « Euh… Et bien merci ! Je ne pensais pas avoir fait un si bon travail ! » Son air songeur amusa le Français qui ne put réprimer son sourire et quand le jeune homme s’excusa ensuite, il chercha à le rassurer autant que possible. S’installant sur le canapé à distance raisonnable de lui, Lukaz lui tendit le verre d’eau. « Tiens. Bon, pour commencer, tu n’as pas besoin de t’excuser, je me doute que la situation est bizarre. Ca serait surement plus pro de faire tout ça dans un bureau ou un local adapté mais bon, tout ça coûte de l’argent et j’avoue que je m’en sors très bien sans. Dans ce métier, une caisse à outils et un téléphone suffise… Enfin, c’est mon avis ! » Changeant un peu de position, il reprit donc rapidement. « Ensuite, tu peux aussi me tutoyer. Je pensais pas avoir l’air si vieux ! » Souriant pour montrer qu’il faisait une blague, Lukaz espéra quand même que le jeune homme ne soit pas trop sérieux et qu’il ne se mette pas à paniquer pour sa remarque. Il but donc une gorgée d’eau avant de reprendre la parole, se doutant qu’il avait un rôle à jouer en tant que futur employeur.

« Bon, autant clarifier la situation directement, je ne me suis jamais rendu nulle part pour un entretien d’embauche. A mon arrivée ici, on m’a aidé à mettre en place ce boulot et je n’ai jamais travaillé autrement. Je te prierais donc de m’excuser si c’est ni conventionnel ni professionnel. » C’était évident, ce n’était pas avec ses amis voleurs qu’il avait pu développer ce genre de compétences et c’était encore plus vrai auprès de sa famille de forains, en France. « Alors, si on commençait par le début ? Tu es du coin ou pas du tout ? Et il me semble que tu as parlé d’autres entretiens, tu as déjà bossé avant de venir ici ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Jeu 1 Nov - 18:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
    Quelques minutes encore avant l'entretien, si on avait demandé à Sveinn à quoi ressemblait un employeur, il n'aurait jamais pensé à décrire quelqu'un ressemblant peu ou prou à Lukaz Le Guen. Dans ses souvenirs de la maison, il se souvenait que l'employeur de son père était une fois venu dîner à la maison pour une raison qui échappait alors à sa raison d'enfant - il s'agissait en réalité de se mettre dans ses bonnes grâces, tout simplement, ce qui peut paraître étrange à la nature idéaliste de Sveinn. Il se rappelait un homme sévère, aux traits stricts et aux terrifiants yeux bleus glacés. Il se tenait bien droit assis sur sa chaise, ses gestes manifestant une élégance austère - à moins, bien sûr, qu'il ne fût gêné par sa courte veste grise, de la couleur d'une souris d'après ses souvenirs. En bref, exactement le type d'homme à effrayer un enfant de huit ans.
    Sveinn ne l'aurait jamais avoué, mais il était sincèrement soulagé de voir que la seule ressemblance valable entre Lukaz et l'employeur de son père étaient les yeux, mais encore ceux de Lukaz n'était pas aussi froids. Il avait eu tendance à considérer que la catégorie des patrons, avec leur obsession pour l'argent, n'étaient pas des personnes accessibles. Il les voyait couvert d'or et méprisant envers les jeunes gens nécessiteux dans son genre. Sveinn n'était pas naïf : il avait conscience que la richesse restait encore un signe de réussite sociale. Cela étant, avec Lukaz, il eut immédiatement l'impression qu'il avait de la place pour de l'humanité, même si cette idée encore était naïve.
    Il apprécia le fait par exemple que Lukaz ne le regardait pas de haut. Certes, on ne pouvait pas dire que l'emploi était très valorisant, mais Sveinn avait appris que la hiérarchie ne se limitait jamais à des rapports de forces entre classes entières. Non, chacun voulait être au sommet d'une hiérarchie, aussi minable soit-elle. Mais simplement dominer, voilà ce qui compte à chacun. Autre fait que Sveinn apprécia était qu'il ne s'encombrait pas d'un décorum. Pas de bureau s'il n'en ressentait pas de besoin, finalement, était une conception parfaitement compréhensible et envisageable pour Sveinn.
    Néanmoins, Sveinn ne pouvait entièrement se défaire de la tension qui aggripait ses muscles. Ce qu'il jouait aujourd'hui était finalement très proche de la vie, puisque sans emploi, Sveinn ne pourrait plus vivre sous un toit et pourrait à peine manger le strict nécessaire. Les jours étaient comptés, et dans le sens littéral du terme, puisque la veille, le jeune homme avait fait ses comptes et, sans surprise, s'était retrouvé dans le rouge. Six jours et c'en serait fini des réserves de Sveinn.

    Après avoir remercié Lukaz pour le verre d'eau, l'entretien put commencer. Une nouvelle fois, Sveinn se trouva rassuré : Lukaz n'était pas un inconditionnel des entretiens d'embauche. Tant mieux. Il se souvenait des précédents entretiens qu'il avait passés, où les employeurs tenaient absolument à ce que tout se passe selon la procédure, quitte à poser la même question plusieurs fois, mais sous des angles différents. Et cela sans compter le sentiment qu'il avait eu qu'ils avaient tous déjà décidé de le refuser, mais essayaient de trouver des raisons valables pour le faire. Quand cela n'avait pas été jusqu'à un refus net et glacial d'entrée de jeu.
    Pour une fois, Sveinn avait de la chance avec son entretien d'embauche : il voyait parfaitement où Lukaz voulait en venir.
    « En fait, je ne suis pas absolument pas du coin. »
    Il hésita à dire qu'ordinairement, on ne lui posait pas cette question, car on remarquait rapidement qu'il avait un accent. Certains le trouvaient agréable, mais dans l'ensemble, tout le monde le décrivait comme "bizarre" parce qu'ils n'avaient pas l'habitude d'entendre parler un Islandais. Beaucoup confondaient son pays avec l'Irlande, ce qui avait le don de l'énerver. Mais Sveinn tut cette remarque, tout d'abord parce qu'il ne lui paraissait pas poli de faire remarquer à quelqu'un quelque chose que tous pouvaient détecter au moindre coup d'œil, ensuite parce qu'il s'était lui-même rendu compte que Lukaz ne venait pas du coin - il y avait en lui quelque chose d'étranger.
    « Je viens d'Islande, à proximité de Reykjavík. C'est là que j'ai grandi. Mais ça fait un an que je n'y habite plus. »
    Se souvenant d'un précédant entretien, il rajouta précipitamment :
    « Mais j'ai tous les papiers qui régularisent ma situation dans cette pochette, bien sûr. »
    Sveinn prit le temps de les sortir et de les poser sur la table, au cas où Lukaz aurait eu des doutes.
    « En revanche, désolé de te décevoir, mais je n'ai strictement aucune expérience professionnelle, que ce soit ici, ou chez moi. En fait, ce n'est qu'en venant ici que j'ai eu la nécessité d'avoir un travail, mais je n'en ai pas trouvé un seul. J'en ai fait, des entretiens d'embauche, mais je n'avais pas le profil, pas assez de qualifications, etc. On ne peut pas dire que j'avais visé des postes très haut placés, mais il faut croire que dans cette ville, le simple fait de rester debout devant une porte nécessite déjà d'avoir fait de grandes études. »
    Sveinn se rendit alors compte qu'il avait légèrement débordé du sujet. Il ne devait pas recentrer trop la conversation sur lui, même s'il en était le sujet de conversation principal. De plus, cela ne devait pas être une très bonne idée de faire une critique trop forte de la ville alors qu'il ne connaissait pas grand chose de Lukaz, ni des liens qu'il entretenait avec celle-ci.
    « Je crois en avoir gardé une certaine rancœur. » conclut-il.
    Plus qu'une excuse, il s'agissait d'un constat accablant. Sveinn gardait une part amère en lui qui fulminait contre tout - contre son monstre, ainsi qu'il appelait son pouvoir, contre sa mère, lui-même, la vie, la ville...
    « Mais je tiens vraiment à m'investir dans la vie active. » précisa-t-il en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 26 Déc - 19:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6176
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Après avoir rapporté une bouteille d'eau qu'il utilisa pour remplir deux verres, Lukaz avait débuté l'entretien en mettant directement les choses au clair. Il n'avait pas la moindre expérience dans le domaine des entretiens d'embauche et de ce fait, il était fort possible que les choses dénotent de ce qu'avait déjà pu vivre le jeune homme. Dans tous les cas, il devait faire avec et n'avait pas spécialement le choix. Le Français avait ensuite abordé les premières questions, cherchant à savoir d'où venait le dénommé Sveinn et surtout, savoir ce qu'il avait déjà pu faire avant de se pointer chez lui.

La première réponse ne tarda pas à arriver, Sveinn mentionnant être originaire d'Islande, non loin de la ville de Reykjavik. Lukaz laissa échapper un petit « Oh ! » d'étonnement, avant de se reprendre. Il n'était pas spécialement versé dans la géographie, mais il lui semblait bien que l'Islande était une île au large de l'Europe, relativement loin, somme toute. Il n'avait jamais rencontré personne qui était originaire de ce pays et c'était donc une rencontre quelque peu exotique, pour lui. Il garda pour lui la première question qui lui vint à l'esprit, se moquant en réalité de savoir si les Islandais n'étaient pas blonds, normalement, notant au passage qu'il avait quitté son pays depuis un an. Mais est-ce que cela faisait un an qu'il était aux Etats-Unis ou est-ce qu'il avait séjourné ailleurs avant de rejoindre l'Amérique et ses rêves d'avenir ? Visiblement, vu les explications données au sujet du travail, il avait du y venir directement, mais en une année, il n'avait pas trouvé le moindre travail... Comment donc avait-il pu survivre aussi longtemps ?! Décidément, soit il était très riche et il cachait bien son jeu, soit il avait de formidables ressources dans la débrouille. Dans tous les cas, ça l'intéressait fortement.

Souriant aux derniers propos tenus par Sveinn, Lukaz avait réellement l'impression que le jeune homme devait être un peu stressé. Il chercha donc à le rassurer comme il le put. « Donc si je comprends bien, ça fait un an que tu es à Star City ? Ou tu as voyagé ailleurs avant de venir ? C'est juste par curiosité, hein ! Dans tous les cas, on est dans la même situation puisque ça va faire un peu plus d'un an que je suis arrivé ici, moi aussi. Mais j'ai eu de la chance, on m'a aidé dès le départ, alors si je peux faire pareil pour toi, ça sera bien ! » Il omit de dire que ceux qui l'avaient aidé étaient des criminels du Cartel Rouge, ce détail n'entrant pas en compte dans ses activités présentes. Tout ce qui importait, c'était qu'on lui ai donné des opportunités de mettre en place les éléments indispensables à sa vie actuelle. « Pour ce qui est de l'expérience, ce n'est pas un problème, je demandais simplement pour savoir à quoi m'attendre. Le travail que je te propose n'est pas forcément très reluisant, mais il a l'avantage de ne pas demander de grandes qualifications, selon le travail que l'on a à faire. J'imagine que tu sais te servir d'un marteau et que tu as déjà vu comment on posait de la tapisserie, non ? Si ce n'est pas le cas, je t'apprendrais, mais c'est à ce genre de choses que tu devras t'attendre. Mon boulot, c'est de faire le bricolage que les gens n'ont pas le temps de faire, alors ça peut réellement être de tout... Parfois, ça peut déranger de faire des tâches aussi ingrates mais je t'assure que ça paye suffisamment pour vivre et qu'on peut toucher quelques à-cotés. La question que je te pose donc, c'est la suivante : est-ce que tu souhaites t'investir au point d'exercer ce genre d'activités ? »

Pourquoi demander cela ? Parce qu'il ne servait à rien de continuer plus longuement la discussion si cela le dérangeait de quelque manière que ce soit ! Mais si l'idée même de ce travail ne le rebutait pas, alors il y aurait peut-être moyen de l'aider. Après tout, Lukaz cherchait quelqu'un pour l'épauler et il avait bien envie que ce soit Sveinn. Et allez le croire ou non, cela n'avait rien à voir avec son physique ! C'était simplement que la situation présentée par le jeune homme lui rappelait tellement la sienne qu'il ne se voyait pas le renvoyer vers sa vie actuelle... S'il y avait moyen de l'aider, il le ferait. Un geste désintéressé – un minimum au moins – qui rattraperait toutes les erreurs qu'il avait faites et qu'il ferait encore. « Tu sais conduire ? Enfin, je veux dire, est-ce que tu as le permis ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 13 Jan - 0:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Sveinn aurait pu se sentir à l'aise dans l'appartement. Lukaz, en tout cas, faisait tout pour. Le problème venait d'ailleurs. La nature profonde de Sveinn était, depuis des années déjà, de vivre dans l'angoisse. Cette habitude laissait forcément des traces. Le jeune homme était quasiment certain d'obtenir le poste. Lorsqu'il faisait usage de son cerveau, il se rendait compte qu'il n'aurait pu en être autrement : Lukaz ne cherchait aucunement à le piéger. Peut-être était-il trop content d'avoir trouvé quelqu'un qui acceptât ce travail pour s'en plaindre. Son cœur lui indiquait que s'il ne faisait pas attention, il pourrait tout gâcher. Il avait même peur de son monstre, bien qu'il n'eût pu se manifester, tant la situation était calme. Son pouvoir restait un sujet d'angoisse dans la mesure où Sveinn risquait de devoir prévenir Lukaz de son existence, alors qu'il n'en avait aucune envie. Il se doutait bien qu'il n'allait pas s'en servir, mais il ne pouvait pas assurer que des effluves du monstre ne remontassent pas à la surface. Sveinn le savait, mais il n'osait pas encore se l'avouer. C'est pourquoi il était doublement stressé tandis qu'il pressait ses doigts contre le verre d'eau. Au moins évitait-il les mouvements nerveux.

Lukaz continua à parler. Les questions s'enchainaient avec un naturel qui laisse transparaitre une certaine décontraction. À défaut de pouvoir voir plus loin, Sveinn devait s'y fier. Il espérait que Lukaz était vraiment aussi sympathique que ce qu'il lui montrait. L'Islandais apprécia la façon qu'il avait de créer une comparaison entre eux par le fait d'être étranger. On ne pouvait pas dire que ce statut faisait souffrir Sveinn ; en un sens, il n'avait pas quitté le monde qu'il connaissait, puisqu'il restait plongé dans la civilisation occidentale. Il se serait senti tout aussi perdu à Reykjavík s'il avait dû y passer sa vie. Pourtant, Sveinn se sentait parfois mal à l'aise à cause de ce statut. Le problème n'étant pas tant linguistique qu'identitaire : Sveinn ne se sentait pas du tout chez soi, et avoir passé un an à l'hôtel n'améliorait guère ce sentiment. Le plus difficile sans doute était de voir les familles heureuses. Sveinn voulait tant voir sa mère.
N'oubliant que l'entretien n'était pas terminé, Sveinn prit la peine de répondre avec le plus de précision possible dans le but de prouver sa bonne volonté.
« Oui, ça fait à peu près un an. »
Sveinn se souvenait plutôt bien du jour de son départ. Les détails lui échappaient, mais il conservait un souvenir de l'ambiance de mort qui planait sur sa tête. Pour lui, nulle renaissance à l'horizon ; il aurait tout aussi pu préparer son voyage vers l'au-delà qu'il n'en aurait été plus morose. Le seul problème qui le gênait était qu'il n'arrivait plus à se souvenir de ce qu'il avait écrit à sa mère. Sveinn n'était plus certain de ce qu'il avait montré de lui. La peur dominait chez lui à ce moment, mais il ignorait s'il l'avait avoué à celle qui comptait le plus au monde. Il avait peur d'avoir écrit une lettre comme le font les jeunes fugueurs écervelés.
« Je me suis directement rendu à Star City. J'en avais entendu parler et j'ai pensé... qu'il serait bien de s'y rendre. »
L'hésitation avait transparu dans sa voix. Sveinn baissa les yeux, d'abord par la gêne, mais très vite, une bouffée de colère quant à sa condition s'empara de lui. Les problèmes que risquait de lui causer son pouvoir avait expliqué le malaise du jeune homme. Mais celui-ci n'atteignait pas le point où il se trouvait à présent. La conscience avait quelque chose de profondément désagréable. Lorsqu'il se sentait ainsi, Sveinn avait envie d'arracher quelque chose en lui, mais il n'avait jamais trouvé la moindre prise sur laquelle tirer, ni d'ailleurs comment atteindre le monstre. Il espérait de tout cœur que Lukaz n'oserait rien lui demander à ce sujet, sans quoi Sveinn risquait de se sentir trop déstabilisé pour continuer. Il changea donc rapidement de sujet.
« Mais à présent, je suis bien content d'être ici. La situation reste précaire, mais cette ville a quelque chose de spécial qui me fait beaucoup de bien. »
Réponse très vague, mais ô combien lourde de sens. Ce quelque chose de spécial était la perspective de se débarrasser du poids qui reposait sur ses épaules. Sveinn n'était cependant pas certain que la ville lui faisait beaucoup de bien, en revanche, mais il n'allait pas le dire.
Sveinn ne rajouta pas qu'il avait lui aussi reçu de l'aide, d'une certaine manière. Les délais de paiement qui lui étaient accordés et les emprunts qu'il effectuait parfois à son ami Narcyz lui avaient permis de garder la tête hors de l'eau, mais pas de s'élancer. Néanmoins, s'il avait reçu une aide véritable, sans doute aurait-il pu obtenir des conseils pour réussir un entretien d'embauche. Il est vrai que paraître sans cesse sur le point de défaillir ne donnait pas une bonne image du jeune homme.

Vint ensuite le moment plus délicat des qualifications. Sveinn n'avait pas un niveau d'étude très élevé, c'est pourquoi il s'était tourné vers un travail manuel. Il n'avait cependant pas forcément beaucoup d'expérience dans le domaine. Enfant, il avait observé son père bricoler, mais la famille n'avait jamais réalisé de grands travaux dans la maison. Sveinn avait pour lui de la bonne volonté, ce qui ne suffisait pas pour bon nombre d'employeurs. Lukaz ne semblait pas rebuté par ce genre de problème. Il aurait pu pourtant ; il aurait pu défaillir en constatant que Sveinn savait à peine tenir un marteau, mais sans doute s'était-il dit que Sveinn ne correspondait pas à ce type de personne. Cela était vrai, et ce même en songeant que le pouvoir de Sveinn était plutôt mental. Cela s'apparentait donc à un changement de vie radical auquel il avait de toute façon déjà consenti, et qui ne pouvait qu'être meilleur que ce qu'il connaissait alors.
« En fait, je crois que mes connaissances dans ce domaine sont plus que limités, voire quasiment inexistantes. Mais je peux t'assurer que je suis plein de bonne volonté. Alors je ne vois pas pourquoi je ne voudrais pas m'investir... »
Plus que des travaux physiques. Sveinn ne voulait plus avoir l'occasion de réfléchir à sa situation, comme c'était le cas dans sa chambre d'hôtel. Il se souvenait très bien que se concentrer sur une tâche matérielle l'aidait beaucoup à se focaliser et à éviter de penser mal. Le tricot avait très bien fonctionné en son temps. Sveinn avait cependant abandonné cette activité en même temps que son ancienne vie. Pendant le travail, Sveinn serait donc à l'abri du danger.
Mais le reste du temps ?

Un frisson involontaire parcourut le jeune homme alors qu'il songeait à ce qu'il cherchait à enterrer au fond de lui. Non, il n'en parlerait pas à Lukaz, du moins, pas avant d'y avoir été contraint. Il but pour cacher son malaise. Pendant ce temps, Lukaz lui demanda s'il avait son permis de conduire.
« En effet, je sais conduire, mais n'ayant pas de voiture, ça fait un certain temps que je ne l'ai plus fait. Pourquoi cette question ? Il y en a besoin ? »
Sveinn espérait de tout cœur qu'il n'aurait pas à se fournir une voiture. Il avait à peine de quoi payer son logement de façon plus ou moins régulière. La voiture était donc totalement superflue. Sveinn s'était retrouvé contraint à la marche, et lorsque la distance était trop long, il se reportait sur les transports en commun, si ses finances le lui permettaient. Un désir de conduire à nouveau lui serrait le cœur. Il aimait beaucoup cette sensation.
Sveinn prit la liberté de poser son verre face à lui. Il devait simplement faire attention à ne pas le renverser ; il était suffisamment maladroit pour le faire. Puis il se rendit brusquement compte qu'il avait trop chaud. Sveinn avait tant focalisé son attention à maintenir le verre le plus immobile possible qu'il s'était coupé des autres sens. Ce n'était pas agréable du tout.
« On ne pourrait pas ouvrir une fenêtre ? J'ai besoin d'air. »
Malaise de la part de l'Islandais ? Très certainement. Mais lui ne le ressentait pas ainsi. Il avait simplement l'impression que le chauffage tournait à fond dans l'appartement, ce qui n'était cependant pas vraiment le cas. Pour se détendre, Sveinn se permit une remarque qu'il voulait bien pensée.
« C'est-à-dire que vu d'où je viens, je trouve facilement le climat de cette ville étouffant ! »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr - 22:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6176
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz était bien content que quelqu'un ait répondu à son annonce, d'autant plus qu'il n'avait pas l'air d'être un cas social qui ne ferait que lui apporter des ennuis. Alors oui, Sveinn avait plutôt l'air d'un garçon dont la place était derrière un bureau mais bon, ce n'était pas en se fiant à des clichés que l'on avançait dans la vie. Au fil de la discussion, le Français avait vraiment eu l'impression que leurs vies étaient très proches l'une de l'autre, exception faite que Sveinn n'avait pas encore trouvé le soutien qu'il lui fallait pour s'installer réellement dans cette ville. C'est pour cette raison que le Français était sûr d'une chose, à savoir qu'il apprécierait bien d'être ce soutien. C'était d'autant plus vrai qu'en une année, Sveinn ne semblait pas encore avoir réussi à vraiment s'en sortir.

Pourtant, il semblait apprécier la vie à Star City, ayant choisi la ville en toute connaissance de cause, y étant resté pendant une année et surtout, s'y sentant à l'aise, selon ses propres dires. C'était quelque chose de plutôt important pour l'entretien en cela que Lukaz ne risquait pas de voir le jeune homme disparaître du jour au lendemain pour partir à l'aventure au loin. C'était d'autant plus vrai que même s'il semblait ne rien connaître du tout dans le domaine manuel, Sveinn restait quelqu'un de vraiment très motivé. Il avait envie de passer à autre chose et ça se voyait. Comment donc aurait-il pu le mettre à la porte dans ces conditions ? Certes, le Français n'était pas la personne la plus sympathique du monde et il lui arrivait souvent de ne pas avoir confiance dans les autres, mais dans le cas présent, il sentait quelque chose de différent. Il voulait aider l'Islandais.

Lorsque la question de la conduite s'était posée, Lukaz avait voulu répondre dans le but de rassurer le jeune homme mais ce dernier fit alors part d'autre chose, demandant à ce qu'on ouvre la fenêtre. Un malaise ? Possible... Sveinn devait être un peu stressé et après un an sans rien du tout, c'était complètement compréhensible. « Bien entendu ! » Se levant, Lukaz se dirigea alors vers l'une des fenêtres qu'il ouvrit en grand, malgré la fraîcheur de la saison. « Tu es sûr que ça va ? N'hésite pas à le dire, s'il y a un problème. On peut faire une pause, si tu veux, à moins qu'il n'y ait autre chose ? » Ne voulant néanmoins pas le mettre mal à l'aise, le Français revint rapidement s'asseoir à sa place pour reprendre la parole. « Bon, écoute, je vais être franc avec toi. Je ne te cacherais pas que j'espérais trouver quelqu'un qui s'y connaisse un peu en bricolage, ça aurait simplifié bien des choses. Mais bon, j'avais quand même quelques craintes concernant les personnes qui auraient pu venir alors je suis assez rassuré de voir que tu es quelqu'un de correct et tout ça. Tu n'y connais pas grand chose et plutôt que de raconter des conneries pour avoir le poste, tu as dit la vérité, c'est plutôt bien, ça. En plus, tu as le permis. Même si ce n'est pas obligatoire d'avoir un véhicule, c'est quand même plus pratique quand on doit aller travailler loin. J'ai un véhicule donc si tu peux l'utiliser, ça sera largement plus pratique. »

Changeant de position sur son fauteuil en essayant d'afficher un sourire chaleureux, le Français poursuivit dans la foulée. « Je veux donc bien te laisser ta chance en te confiant le job. Si tu n'y connais rien, c'est pas grave, on commencera à bosser ensemble un petit mois. Comme ça, tu verras si ça te convient vraiment et ce que tu aimes faire. Par la suite, si tu veux continuer dans cette voie, ben tu pourras bosser seul sur certains boulots. Ça te conviendrait ? » Lukaz espérait bien que tout cela rassurerait un peu Sveinn et que ça l'aiderait à se détendre. Il ne voulait pas qu'il fasse un malaise à cause de la situation trop tendue, même s'il pouvait totalement le comprendre ! A sa place, il aurait sans doute réagi pareil. « Si tu veux, pour éviter que tu ais à te déplacer à chaque fois et comme j'ai pas de bureau officiel, je pourrais passer te chercher chaque matin. Ça sera plus simple, nan ? T'auras qu'à me dire où tu vis et on s'arrangera comme ça. » Souriant en désignant la fenêtre, le Français s'enquit alors une nouvelle fois de l'état de l'Islandais. « Ça va mieux ? Si tu veux boire autre chose ou si tu préfères manger, tu n'hésites pas à le dire, hein. Ça serait dommage que tu te sentes mal. »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 28 Avr - 0:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Il n'en avait pas eu l'intention, mais Sveinn avait décidément créé une situation très intéressante en demandant à ouvrir la fenêtre. Il eut l'occasion de voir Lukaz sous un autre œil. Aussi étrange que cela pût paraître, Sveinn était tellement pris dans l'entretien d'embauche qu'il n'avait pas pensé que Lukaz était un homme comme les autres. Cela aurait pu être risible. Au contraire, Sveinn se sentait bien mieux. Peut-être était-ce la brise, ou bien la découverte de la nature de Lukaz... Mais voilà Sveinn enfin détendu. Il savait de toute façon qu'il avait fait son maximum, désormais. Il ne correspondait pas exactement au profil de l'emploi, c'était évident. S'il devait faire bonne impression, ce n'était pas par le stress qu'il parviendrait à quelque chose.
Un peu de courage, Sveinn. Tu es un homme, tout de même.

« Merci. » répondit Sveinn avec une voix enfin assurée.

Lukaz se rassit à côté de lui. Sveinn se redressa instinctivement. Il avait beau s'être préparé au verdict, Sveinn ne put s'empêcher de frémir un peu lorsque Lukaz se mit à parler. L'instant était historique, du moins à l'échelle de sa petite personne. Quoiqu'il arrivât, il ne pourrait jamais oublier ce moment. Deux perspectives. Ou bien il allait décrocher son premier emploi. Il pourrait tirer un trait sur ces mois de misère, entamer une vie d'adulte responsable (qui accompagnerait fort bien son vingtième anniversaire), se sentir parfaitement normal... Ou bien il allait connaître son premier échec. Il devrait à nouveau repartir de zéro, connaîtrait la désillusion, devrait se battre à nouveau... alors qu'il n'en avait plus envie. Voilà pourquoi Sveinn ne pouvait être indifférent à ce qui se jouait maintenant.
Lorsque Lukaz commença, Sveinn crut que tout s'était joué en sa défaveur. En règle générale, on n'était franc avec une personne que pour dire que quelque chose n'allait pas. Mais avant que Sveinn eût le temps de voir son visage se décomposer, Lukaz avait déjà continué... et ne semblait pas si négatif que cela. Il mettait en avant son sérieux ainsi que son honnêteté, ce qui était effectivement les qualités de Sveinn. L'espoir renaissait.
Finalement, le verdict tomba, avec bonheur. Il lui laissait sa chance. Sveinn se sentit tout à coup bien plus rassuré. Il remercia chaleureusement son nouvel employeur. C'était parfait. Sveinn devait avouer que Lukaz était parfait dans ce rôle : il ne le brusquait pas, acceptait quelqu'un qui n'avait pas les compétences recherchées, et surtout, il acceptait de lui apprendre le boulot. Sveinn n'aurait pas pu trouver mieux.

« C'est parfait. Ça me convient tant, donc merci de me faire confiance. J'espère que je ne décevrai pas tes espoirs, même si je n'ai pas la tête de l'emploi. »

Sveinn se permit donc un sourire très sincère. Ce sourire se perdit légèrement dans son visage lorsque Lukaz aborda sans le savoir un sujet sensible. Bien sûr, son patron ne pouvait pas le savoir, mais le fait que Sveinn n'avait pas de logement n'était pas un élément positif de son curriculum vitae. Il savait très bien que les sans domicile fixe avaient du mal à trouver un emploi parce que leur manque de logement apparaissait comme un signe d'instabilité. Ce qui, il fallait le reconnaître, n'était pas faux concernant Sveinn : sa vie était tout ce qu'il y a de plus instable depuis qu'il était installé en ville... et d'ailleurs même depuis avant.
Sveinn allait donc avouer qu'il ne logeait pas dans un habitat particulier, mais à l'hôtel. Cela le dérangeait, car Lukaz était vraiment quelqu'un de gentil. Il n'avait pas envie de casser l'image que son patron avait de lui : il ne manquerait plus qu'il l'associât à un mendiant pouilleux !

« Comment dire... » murmura Sveinn si bas que Lukaz ne le remarqua pas.

Au contraire, Lukaz semblait plutôt sur le point de vouloir fêter l'occasion, sur un fond d'inquiétude. Sveinn avait l'intuition qu'il pouvait bien s'entendre avec lui et qu'ils pourraient travailler ensemble avec beaucoup d'efficacité. Sveinn refusa de la tête quoique ce soit à boire ou à manger. Il avait quelque chose à dire.

« Euh, désolé, Lukaz, mais faut que je t'avoue un truc... et je ne suis pas certain que ça te plaire. »

La formulation était maladroite. Dit ainsi, Sveinn avait l'impression qu'il allait devoir avouer un crime. En tout cas, il n'aurait pas fait autrement s'il devait parler de son pouvoir à Lukaz, ce dont pour l'instant il avait décidé de taire. Ce n'était pas une attitude très intelligente de sa part. Lukaz devait s'attendre au pire. Mais en même temps, Sveinn avait honte de sa situation. Lui qui aimait tant la normalité n'aimait pas être dans cette espèce de marginalité. Il avait l'impression d'être un raté. Lukaz était très tolérant, mais Sveinn n'était pas certain qu'il allait accepter cela.
Allons-y, Sveinn. Il savait qu'il était allé trop loin, s'il ne disait rien, Lukaz allait vraiment avoir des soupçons injustifiés.

« C'est très gentil de ta part, tu sais, de venir me chercher, et tout ça. Mais je dois te prévenir que je n'ai pas de maison, d'appartement ou quoique ce soit. »

Sveinn n'était pas un grand parleur, en tout cas. Il donnait vraiment l'impression qu'il habitait dans la rue.

« En fait, je suis à l'hôtel depuis mon arrivée. Question d'argent, en fait. Mais j'espère bien pouvoir changer cela. » expliqua doucement Sveinn.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 23 Juin - 21:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6176
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Après avoir ouvert la fenêtre pour offrir un peu d'air à Sveinn, Lukaz lui avait fait un long discours, ce dont il n'avait pas vraiment l'habitude en général Mais dans le cas présent, il cherchait à lui présenter la situation sous un des meilleurs angles possibles, espérant qu'ainsi le jeune homme accepterait l'offre qu'il lui faisait, ce qui les arrangerait tous les deux dans un certain sens. C'est du moins ce que semblait laisser entendre la réaction de Sveinn, tant par son grand sourire qui avait l'air très sincère que par le ton de sa voix, bien mieux crispé que précédemment. La suite fut toutefois bien plus surprenante, à tous les points de vue ! En effet, refusant les propositions du Français, le jeune Islandais révéla alors une information choc, à savoir qu'il n'avait aucun lieu de vie propre, vivant à l'hôtel depuis son arrivée à Star City. « A l'hôtel ? »

La précision était en effet surprenante. Aux yeux de Lukaz, l'hôtel n'était pas un lieu donné et pouvoir y vivre un année entière, ce n'était pas rien ! A moins qu'il ne parlait d'un hôtel spécial ou d'un lieu où l'on pouvait vivre pour de longues durées... Quoi qu'il en soit, c'était très surprenant comme déclaration et Lukaz comprenait bien mieux pourquoi il avait besoin d'un boulot et donc, d'un salaire. Mais combien de temps comptait-il encore y vivre ? Pour avoir un logement, il fallait tout un tas de critères particuliers et rien ne permettait de savoir sur quoi on allait tomber. Lui-même avait eu de la chance et il n'avait pas à se plaindre mais bon, combien se trouvaient dans un cas totalement différent ? « C'est vrai que ce n'est pas très commun comme situation et je comprends mieux que tu puisses avoir du mal à trouver un boulot. Mais bon, en même temps, c'est pas sans un boulot que tu pourras changer ta situation, c'est aussi certain. »

Gardant un petit moment de silence, Lukaz réfléchit à tout cela, cherchant une idée ou une solution. Seul le bruit de la rue remontait par la fenêtre ouverte et, lorsqu'il se rendit compte que Sveinn pouvait mal prendre son silence, il reprit donc la parole. « Tu l'auras compris, ça ne change rien à ma proposition. C'est vrai que ce n'est pas dans mes habitudes en général mais je sais ce que c'est que d'être à ta place, donc je veux bien t'aider comme je le peux ! » Puis c'était peut-être aussi un moyen de racheter certaines fautes mais surtout, d'obtenir un plus, non ? Après tout, Sveinn était bien mignon comme garçon, alors on ne savait jamais ce sur quoi ça pouvait déboucher. « Pour le boulot, considère donc que c'est tout bon. Maintenant, j'avoue que l'hôtel, c'est pas spécialement pratique. Ça oblige à se déplacer, à prendre des transports, à risquer le retard, tout ça... » Se levant de son fauteuil, Lukaz se déplaça doucement dans la pièce, se dirigeant vers la fenêtre ouverte. « Alors je sais que ça va faire bizarre et tout, mais bon... Tu l'as vu, cet appartement est grand, y a des chambres libres. Si ça te tente, tu peux venir t'installer ici le temps de te remettre sur pied. Tu m'as l'air sympa et gentil, y a pas de raison que ça se passe mal. Puis ça sera beaucoup plus simple si on doit bosser ensemble, non ? On gagnera un temps fou et comme on le dit, le temps c'est de l'argent. » Se retournant vers Sveinn, un grand sourire sur les lèvres, le Français enchaîna directement. « En plus, tu trouvais la déco jolie, nan ? Alors, qu'est-ce que tu en dis ? Tu acceptes pour nous arranger tous les deux ou tu préfères prendre le temps de réfléchir ? » Comment ça, il ne pourrait pas refuser une présentation de ce genre ?
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mar 25 Juin - 19:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

    Il se traita de plus grand imbécile du monde, mais même cette colère contre lui-même ne pouvait rien changer à sa situation. À moins de se confectionner une maison-taudis en rassemblant des déchets provenant des poubelles de la ville à une vitesse telle que seul un super aurait pu y arriver - une pensée qui le faisait déjà frémir -, ou bien de squatter dans un appartement inoccupé dont il aurait forcé la serrure - ce qui ne risquait pas d'arriver avant des lustres -, Sveinn n'aurait pas pu faire croire qu'il avait un logement. Il avait l'impression d'avoir lâché une bombe dans l'appartement, et il n'avait pas la possibilité de la rattraper. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était d'attendre de voir les dégâts commis.
    Mais quoi ? Comment aurait-il pu mentir ? Il était bien précisé sur son CV qu'il n'avait pas de logement fixe, et ce n'était pas le genre de chose qu'il était aisé à cacher. Sveinn avait longtemps hésité à mettre une fausse adresse, puisqu'il n'était pas contre un mensonge ou deux si la situation l'exigeait, mais il n'avait pas pu le faire. Sa fierté s'était emportée contre ce qu'elle considérait comme une trahison impardonnable envers ses capacités. S'il ne pouvait pas trouver d'emploi tel qu'il était, il le méritait, pensait-il. Et tout cela en guise de punition - parce qu'il était incapable d'être une personne normale, mais cela, c'était le genre de mensonge absolument indispensable, ne serait-ce que pour sa santé mentale.

    Son nouvel employeur répéta sa formule, ce qui passa aux yeux de Sveinn pour une accusation, alors que Lukaz n'avait pas employé ce ton-là. Il semblait réfléchir et cela rendait Sveinn malade d'inquiétude... il risquait fort de vouloir remettre en question l'accord qu'ils venaient de passer, il allait finalement trouvé l'excuse pour laquelle il ne pouvait pas le garder... Instinctivement, Sveinn jeta un coup d'œil à la sortie en ce disant qu'il allait prendre la porte d'un instant sur l'autre. Et voilà comment faire pour gâcher un entretien d'embauche en moins de deux. La prochaine fois, il devrait vraiment envisager de mettre une fausse adresse, et tant pis pour les ennuis que ça lui rapporterait. De toute façon, ils n'allaient pas le mettre en prison pour si peu et comme il n'avait pas d'argent pour payer l'amende, il écoperait de travaux d'intérêts généraux, n'est-ce pas ? Finalement, il le trouverait son boulot.
    Heureusement, l'espoir regagna Sveinn quand il remarqua que Lukaz avait l'air... compatissant. Il avait l'air de comprendre parfaitement le cercle vicieux dans lequel l'Islandais s'était fourré en débarquant de nulle part sans argent en poche. Même s'il ne comptait pas le garder, le simple fait qu'il comprît cela était déjà une petite victoire. Si Lukaz décidait de renvoyer Sveinn, sa pitié deviendrait intolérable à un jeune qui se voyait déjà comme une personne pleinement responsable. Cependant, il gardait le silence, et Sveinn ne parvenait pas à détacher le regard de la sortie.
    Finalement, tout se passa bien pour l'emploi. Lorsque Sveinn en eut la confirmation, il eut une seconde de décrochement, comme s'il ne parvenait pas à croire à sa chance. Il l'avait fait, voilà ce qui tournait en boucle dans sa tête. Il était extrêmement fier de tout le chemin parcouru depuis qu'il avait quitté la maison familiale. Pour lui, c'était l'équivalent d'une somptueuse victoire sur un impitoyable adversaire appelé pauvreté. Heureusement, il était dans un état second, car sinon, il se serait lancé dans quelque chose qu'il aurait regretté, telle qu'une danse de la victoire ou un énorme sourire satisfait qui aurait fait de lui le sot des niais. Lorsqu'il reprit contact avec la réalité, Sveinn ne capta que la fin : « ... je veux bien t'aider comme je le peux ! »
    Génial ! Bien que sur le coup, Sveinn ne comprit pas immédiatement le rapport avec lui. Il venait presque d'oublier qu'il avait avoué quelques secondes plus tôt qu'il était à peine mieux loti qu'un SDF et il se demanda pourquoi Lukaz voulait l'aider. C'était toujours pareil, avec Sveinn : il voulait se faire aider, mais il n'arrivait jamais à aller demander de l'aide, même lorsqu'il en avait vraiment besoin. Il ne savait pas si cela était dû à une sorte fierté d'avoir toujours fait partie d'une classe moyenne qui n'avait besoin de la pitié de personne ou à une timidité certaine pour tout ce qui devait gêner les autres. Peut-être un peu des deux... Quoiqu'il en soit, il n'aurait jamais envisagé réclamer de l'aide à son nouveau patron, et certainement pas le premier jour ! Pourtant, c'était en train de se produire sans même qu'il l'eût demandé.
    Lukaz exposa cependant ses arguments avec beaucoup de clarté et, pour être honnête, avec beaucoup d'agilité. Comme s'il avait compris que Sveinn n'était pas du genre à demander - mais peut-être était-ce évident, après tout, quand on avait vécu si longtemps dans la précarité sans prendre la peine de demander une aide quelconque. Peut-être son patron cherchait-il à le faire culpabiliser un peu s'il n'acceptait pas sa proposition. Cela expliquait pourquoi il ne s'était pas dressé devant Sveinn, mais mis en retrait, vers la fenêtre, pour faire passer cela sur le ton de la conversation. Un piège parfait, à vrai dire, et Sveinn s'en rendait compte, mais il n'avait pas la subtilité nécessaire pour y échapper. Après tout, ce qu'il disait était plutôt censé : manque de practicité, place disponible, gain de temps... à l'entendre, on aurait l'impression que c'était l'idée du siècle. Seulement, elle n'était pas conventionnelle et cela ennuyait doublement Sveinn. D'abord parce qu'il avait l'impression de mendier, ensuite parce qu'il n'aimait pas l'idée de vivre avec son patron - il appréciait déjà ce mot comme un petit enfant surexcité faisant connaissance avec le Père Noël. Mais après le final, regard vers Sveinn et ton plein de bon sens, l'Islandais se dit qu'il allait vraiment avoir l'air d'un ingrat s'il n'acceptait pas. Cependant, ce n'était pas une raison pour se jeter sur l'occasion comme un enfant affamé. Il envisagea donc de paraître un peu hésitant, ce qui aurait été le reflet de ses doutes intérieurs, mais il considéra que la sincérité récompenserait bien mieux la bonté de cet employeur généreux.
    « Ce n'est pas mon genre de m'apitoyer sur mon sort, révéla Sveinn qui savait que ce n'était pas forcément exact, mais ça fait un bout de temps que cette situation dure et cela met mes finances (un joli mot, n'est-ce pas ?) à rude épreuve. Je préfèrerais avoir le temps d'y réfléchir, mais comme je n'ai pas le temps... ben, je me vois contraint d'accepter. »
    Sveinn se figea quelques secondes, en se rendant compte qu'il était venu au bout de cette tirade. Mais bon sang qu'il était doué aujourd'hui ! Il surpassait tous les obstacles et se surpassait. Se rappelant alors qu'il n'avait rien fait d'exceptionnel et que tout le mérite ne lui revenait pas. Il se releva donc et attendit un peu avant de dire :
    « Je n'ai pas beaucoup d'affaires à transporter, donc ça ne devrait pas être très compliqué. »
    Quant aux détails de la cohabitation ? Ils faisaient un peu peur à Sveinn, qui n'avait jamais vécu avec personne en dehors de sa famille, et encore moins son patron... Il verrait cela plus tard.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 13 Sep - 17:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6176
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
En apprenant que Sveinn dormait à l'hôtel, Lukaz s'était plus ou moins rendu compte que Sveinn était le garçon que lui-même aurait pu être si personne ne l'avait aidé à son arrivée aux États-Unis, même si techniquement, il y était justement venu parce qu'il avait déjà cette aide. Là n'était pas la question, cela dit, et comme il comprenait très bien ce que pouvait ressentir l'Islandais et qu'ils partageaient un certain nombre de points communs, Lukaz était tout disposé à lui offrir son aide, bien que cela ne fasse normalement pas partie de ses habitudes. Aussi, en plus du boulot, il avait choisi d'offrir à Sveinn une chambre où loger, autant dans le but de l'aider que de leur simplifier la tâche.

Ce faisant, il s'était attendu à ce que le jeune homme refuse pour tout un tas de raison et quand Sveinn prit enfin la parole, Lukaz ne fut pas très surpris par le ton employé. Oui, la proposition était bizarre, il en convenait, mais il était lui-même du genre peu conventionnel alors ça ne le dérangeait pas tant que ça. Puis bon, même s'ils ne se connaissaient pas, Sveinn lui faisait une bonne impression et le Français saurait tout à fait se montrer correct avec lui. « Tu sais, je veux pas que tu t'imagines que j'ai pitié de toi ou quoi que ce soit du genre, hein. Mais je te l'ai dit, on est dans la même situation et je me dis que si on m'avait pas aidé, je pourrais carrément être à ta place. Alors peut-être que si tu es là aujourd'hui, c'est pour que je fasse pareil et peut-être que dans quelques temps, tu pourras toi aussi aider quelqu'un ! » Oui, cette pensée était un peu naïve et stupide et à dire vrai, Lukaz n'y croyait qu'à moitié mais il devait quand même avouer qu'il trouvait la coïncidence troublante. Et puis, aider Sveinn pouvait aussi lui permettre de se faire pardonner certains de ses débordements passés...

« Bien sûr, je t'oblige pas à accepter ou à rester indéfiniment. Si tu trouves un appart' la semaine prochaine, ça sera cool pour toi ! Je me doute aussi que vivre ici avec moi alors que je viens de te proposer un job, ça peut te sembler bizarre et te faire un peu peur. Du coup, vois plutôt le boulot comme un partenariat. On fera le même travail et on se partagera les clients donc on peut dire qu'on est au même niveau, non ? » S'approchant du jeune Islandais qui s'était relevé, Lukaz tenta de se montrer le plus amical possible. Il pouvait plus ou moins comprendre les pensées qui travaillaient Sveinn mais il espérait bien que cela finirait par lui passer. « Écoute, ce que je te propose, c'est de faire comme ça. Si tu en as vraiment besoin, tu prends la journée pour réfléchir à tout ça et si tu acceptes, ben tu reviens ici avec tes affaires ou tu m'appelles et je passe te récupérer. On va se laisser la semaine pour faire connaissance, voir comment ça se passe, l'entente, tout ça et d'ici une semaine, tu commenceras le boulot, de manière officielle. Comme ça, tu as le temps de t'organiser, de faire ce qu'il faut et tout. Puis la pilule passera peut-être mieux si on est coloc' avant d'être collègues. » En effet, Lukaz se disait qu'en l'intégrant d'abord comme étant son colocataire, Sveinn aurait moins de mal à se faire à cette drôle de situation. Il ne restait qu'à voir s'il acceptait ou non ce qu'il lui proposait. « Bien sûr, si tu as un autre idée, je t'écoute. Faut pas hésiter. Qu'est-ce que tu en dis ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Sam 21 Sep - 22:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
    La pitié, Sveinn n'en voulait pas : malgré tout ce qu'on pouvait lui reprocher, y compris son manque de courage et sa grande naïveté, il ne voulait pas toucher les autres de la sorte. Comme tout le monde, il avait en lui quelque chose d'irréductible, une sorte de dignité humaine qu'il tenait à conserver plus que tout au monde. C'était après tout essentiel. Même un sans-papier, même un sans-domicile-fixe, ne supportait pas la pitié. Il n'attendait pas forcément une aide, d'ailleurs. Mais il fallait croire que le salut ne venait pas si on le demandait. Il fallait attendre que la bonne occasion arrive, au bon moment. En un sens, c'était vertigineux : l'occasion était enfin arrivée. C'était messianique, comme annonce de vie meilleure. Sveinn espérait seulement une fin plus heureuse.
    Lukaz avait compris cela. Cela ne faisait que confirmer la bonne impression qu'il avait eu en entrant chez lui. Ce travail était fait pour lui, même si, pour l'instant, il n'était pas fait pour ce travail. Cet appartement était fait pour lui, même si ce ne serait jamais le sien. Cette vie était faite pour lui et, pour une fois, ça allait être la sienne.
    « Merci de comprendre, tu m'aides à me dire que j'ai fait le bon choix. » dit-il en souriant.
    Car oui, tout ceci pouvait paraître angoissant. Passer de sa vie de vagabond bon à rien à une vie de citoyen ordinaire - ou presque -, cela tenait du miracle. Cette embauche officialisait pleinement son passage à l'âge adulte et rompait de façon plus sûre avec son ancienne vie. Désormais, le foyer familial n'était plus le seul endroit où il pourrait songer à se réfugier. Sveinn sentait qu'il pouvait faire confiance à Lukaz et, un jour peut-être, en venir à parler de ce qui le préoccupait le plus au monde - il l'entendait gronder sourdement au fond de lui avec la même régularité que son rythme cardiaque qui s'était un peu affolé ces dernières minutes. Pour être positif, on pouvait même penser que cette cohabitation allait l'obliger à faire face à ses problèmes. Sveinn, évidemment, ne pensait pas plus loin : il se voyait déjà en train de rassembler ses affaires et de quitter l'hôtel. Une scène tant de fois rêvée allait devenir réalité, et il voyait mal comment il pouvait trouver situation meilleure ou plus rapide. Il fallait croire que le bien existait réellement dans ce monde, et comme Sveinn s'en doutait, ce n'était pas dans une action héroïque qu'il l'avait trouvé.
    Écoutant Lukaz prendre les devants et définir un peu leur future colocation, Sveinn acquiescia, certain qu'il ne pouvait pas faire de meilleur choix. Lukaz était attentif et responsable, exactement le genre d'aide qu'on pouvait attendre d'un ami ou d'un grand frère. Le mot de partenariat était étrange, Sveinn lui attribuait une définition purement sportive, mais il n'était pas dans son pays natal, pas plus que Lukaz. Évidemment, ils étaient obligés de se parler en anglais, mais ça n'avait pas dérangé Sveinn, qui avait eu le temps de faire des progrès formidables en vivant dans le pays. Prendre conscience de cette différence de langue était d'autant plus amusant que cela ne s'était jamais posé comme un obstacle au cours de l'entretien.
    « Ça me convient, accepta Sveinn avec un grand sourire. En fait, j'espère plutôt que c'est toi que ça ne gênera pas. Après tout, je risque de te ralentir dans ton travail les premiers temps, et le fait est que j'envahis ton appart', mais bon, tu as l'air conscient de ce que tu fais. C'est peut-être assez soudain comme décision, mais je pense sincèrement accepter ta proposition. Laisse-moi le temps de rassembler mes affaires, d'en régler quelques unes, ça devrait me prendre l'après-midi, mais je reviendrai ce soir, pas besoin de venir me chercher. »
    En effet, Sveinn n'avait pas envie de montrer à Lukaz là où il vivait, ni l'impliquer dans les préparatifs de sortie de son ancienne vie : il préférait tout faire à sa manière, histoire de se ménager une transition. Et puis, si à un moment ou un autre, un doute lui venait, il préférait être seul pour le chasser ; mais à vrai dire, il y croyait peu, car il se sentait comme un enfant venant de découvrir son cadeau de Noël. En parlant de cela, qu'est-ce qu'il mangerait, ce soir ?
    « Donc marché conclu, acheva Sveinn en guise de salut. C'est plutôt sympa de commencer à travailler avec un congé. »
Revenir en haut Aller en bas



Le travail est un trésor. Le travail des autres, cela va de soi [PV Sveinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Le travail est un trésor. Le travail des autres, cela va de soi [PV Sveinn]
» " HARCELEMENT MORAL AU TRAVAIL "
» LE MONITEUR
» HAITI-JOBS-HAITI-TRAVAIL-HAITI TRABAJO-HAITI EMPLOIE-EMBAUCHAGE
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-