AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Un bras à vendre au géant } Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Lun 8 Fév - 0:24 Message | (#)

Pendant des mois et des mois il avait cherché sa sale gueule, retourné le moindre caillou, suivi laborieusement la plus infime et insignifiante des pistes sans aucun succès. Rien, niet, nada, makach walou ! Jay Lane semblait avoir disparu de la surface de Star City. Par acquis de conscience, il avait même demandé à des cassos de leur bled au Texas s’ils n’avaient pas vu le petit frère ramener son cul terreux à la maison. Sait-on jamais, il aurait pu avoir envie de se consoler contre le sein maternel. Charlie morte, il avait dû se sentir tout esseulé et seul au monde, le traître. Il avait la haine contre lui, c’était aussi puissant qu’indéniable et pourtant, en même temps, il ne pouvait pas se l’enlever de la tête. Il lui fallait une bonne dose de Meta-X pour passer outre. Ou l’adrénaline d’un bon combat – et encore, il s’imaginait souvent cogner et boxer la gueule de son frangin.

Il avait beau se dire que c’était qu’un con doublé d’un ingrat, il n’arrivait pas à passer outre et à oublier le misérable. Cependant il n’était pas le seul dans ce cas-là : Earl et Terry semblaient vivre tout aussi mal la disparition de leur cadet, pour différentes raisons. Abraham avait beau protester et dire que c’était parce que Jay lui devait 100$, Seth voyait clair dans son petit jeu de sentimental. Ils étaient une fratrie, il en manquait un, ça faisait un vide, ça pesait. L’aîné crachait que c’était des conneries, refusant d’avouer qu’il ressentait exactement la même chose. Et si jamais il arrivait malheur à ce petit merdeux ? Et s’il crevait là, comme ça, comme leur frangine, sans crier gare ? Merde. Ça pouvait pas arriver.

Cependant, Jay avait vraiment disparu. On n’entendait pas parler de lui au Circus, et Seth avait commencé à se dire qu’il avait levé les voiles et quitté la moche Star City, ou bien qu’il était déjà mort, quelque part, entassé dans une poubelle ou bouffé par les poissons dans un lac quelconque. Heureusement il n’avait pas que ça à penser, il avait bien d’autres emmerdes à gérer ! Le cash ne coulait pas aussi vite qu’il le voulait, déjà. Ses diverses opérations lui avaient coûté un bras – ah, ah. – et il n’avait pas encore pu amortir l’investissement : la mécanique était capricieuse et il avait pris pas mal de mauvais coups durant plusieurs duels. Avec ça, il allait devoir gérer Nancy et ses hormones de bouffeuse de couilles, littéralement. La mégère semblait avoir bien l’intention de le peler et il était mal armé pour se défendre. Sorti de prison – deux fois –, sans boulot, sans charge de famille, sans un rond pour se payer un avocat convenable. Si on lui fourguait un commis d’office, ça sentait le cramé pour lui… Sa seule chance était que l’autre n’ait pas dégotté assez de pognon pour, elle aussi, s’offrir un gars en robe de qualité. L’incertitude n’était pas rassurante, et rendait l’humeur de Seth encore plus exécrable que d’habitude.

« Y paraît qu’y a un groupe du Cartel qui cherche des bras. Ils tuent, ils kidnappent, ils vendent des armes… Ça peut rapporter des pépètes.
_J’en ai rien à branler.
_Ah, je croyais que t’avais un procès au cul avec ta gonzesse et un bras rouillé, moi…
_Moi et mon bras rouillé ont peu encore de casser ta grande gueule Earl.
_Quel est le nom de ce groupe ? »
Interrompit la voix plus posée et intéressée de Terry, souvent plus stratège que les deux bagarreurs.
« Ymir. Je sais pas grand-chose d’autre. Y a pas beaucoup de règles dans leurs trucs… Ils veulent des gens qu’obéissent et qui sont fiables.
_J’ai déjà le Circus.
_Ouais, ben, t’as pas l’air trop chaud pour combattre ces temps-ci.
_La ferme !
_J’dis juste que là, c’est l’occasion de se faire des ronds en se faisant moins tabasser la tronche ! T’fais ce que tu veux, après. »


Seth n’avouerait jamais que ça l’intéressait, pas en étant de si méchante humeur. Pourtant, quelques heures plus tard, il se renseignait auprès de quelques contacts du Cartel sur ce fameux groupe « Ymir », du nom d'un géant de la mythologie nordique. Conneries d'intellos. On ne lui rapporta pas grand-chose, pas même les noms des rigolos à la tête de cette bande de criminelles, mais on lui confirma qu’ils étaient actifs et se déchaînaient principalement sur l’UNISON et ses agents. Ça, c’était intéressant. Seth ne s’intéressait pas à l’organisme mais la presse avait largement relayé l’assassinat de Charlie, qu’elle liait à son appartenance récente au groupe. Cogner sur ces incapables, ça ne pouvait que lui faire du bien au moral, non ?

Ce fut en tout cas une motivation suffisante pour qu’il traîne sa haute et épaisse carcasse jusqu’au quartier de Lincoln, où on lui avait indiqué que la bande traînait. Ils avaient probablement un quartier général mais il n’avait pas pu apprendre sa localisation exacte, aussi errait-il parmi les containers dans l’espoir de se faire repérer. Avec ses deux mètres, sa tronche patibulaire et son bras en métal, il finirait bien par attirer l’attention. Un colosse comme lui, ça faisait envie non ? Ou alors… À le voir traîner dans le coin on pouvait le prendre pour un espion et lui tomber dessus, armes au poing. Bah. Il serait pas contre un peu de tension, ça lui réveillerait les nerfs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 8 Fév - 14:27 Message | (#)

Depuis sa rencontre avec un charmant membre de l'UNISON, Jay s'était montré un peu plus discret. Pourtant, il savait parfaitement que cela aurait été le moment idéal pour rentrer dans le lard et montrer à ces crétins qu'ils ne valaient rien. Quelque chose l'avait perturbé dans sa « discussion » avec le type. D'une part, la manière dont il avait parlé de Charlie – un peu comme s'il la connaissait vraiment et non juste à travers les articles de la presse – et d'autre part, le fait qu'il semblait le soupçonner d'être responsable de la mort de sa propre sœur. Bon, ça le type ne le savait pas, Jay s'était bien passé de lui préciser qu'il connaissait la jeune femme parce qu'ils avaient grandi ensemble et qu'elle avait été à deux doigts de le tirer de la merde dans laquelle il vivait – juste avant de crever en fait. Mais s'il faisait correctement son enquête, peut-être que ce gus à la dégaine de bûcheron canadien finirait par trouver le lien ? Possible. Plus rien ne l'étonnerait au final.

La vérité, c'était que si le texan avait fait profil bas, c'était parce qu'il espérait que cette petite altercation allait pousser les membres de l'UNISON à se montrer un peu plus actif quant aux recherches sur les meurtriers de sa sœur. Oh, bien sûr, son objectif était toujours de mettre la main sur eux et de leur régler leur compte ! S'ils tombaient aux mains des agents gouvernementaux, ils finiraient leur vie en prison avec la télévision par satellite, de la bouffe tous les jours et une vie tranquille pendant que sa sœur se faisait bouffer par les vers dans un cimetière de Star City ! Injuste. Mais cela ne l'empêchait pas d'espérer que ces crétins pourraient se bouger un peu les fesses.

Carmen n'avait pas été ravie de constater que les activités visant l'UNISON avaient tendance à ralentir, mais vu qu'ils continuaient à gagner de l'argent à côté, elle ne s'en plaignait pas ouvertement. La co-fondatrice du groupe savait parfaitement que le caractère de son comparse était difficile à comprendre et vu qu'il n'était pas question d'amitié entre eux, elle n'avait jamais cherché plus loin. C'est donc dans une sorte de mutisme que Jay avait passé les derniers mois – dont son anniversaire qu'il avait totalement oublié – pour finalement se retrouver au quartier général du groupe en ce soir de février. Charlie aurait bientôt eu anniversaire. Assez ironiquement, elle était née le jour de cette stupide fête des amoureux et forcément, le trentenaire se sentait un peu mal en sachant qu'elle ne serait pas là cette année. Ce serait bien la première fois qu'il penserait à une fille le quatorze février !

Pour ce qui était de ses frères, le texan avait soigneusement évité d'y songer. Il se rappelait trop bien de la colère de Seth le jour où Charlie avait décidé de quitter le nid familial. Lui avait fait de même, il était donc peu probable que son aîné soit plus tolérant à son égard – surtout que c'était lui qui apportait l'argent avant de disparaître. C'était toujours Carmen ou les autres membres du groupe qui se rendaient au Circus pour les échanges ou les négociations et le trentenaire avait donc réussi à vivre durant tout ce temps sans avoir à croiser les autres Lane. Un exploit ! Ou une malédiction ? Il avait encore du mal à savoir s'ils lui manquaient ou si leur absence l'indifférait. La perspective d'une engueulade et d'une raclée le faisait pencher vers la deuxième option, mais les soirées en solitaire l'aiguillaient plutôt vers la première.

Ce soir-là, il attendait dans le vieil entrepôt rénové. Attendre quoi ? Lui-même l'ignorait, mais lorsque des mercenaires du groupe se pointèrent pour venir lui parler, il eut l'impression que la réponse allait arriver. Mike, le plus ancien du lot, prit la parole en premier.

« On a repéré un mec louche pas loin du QG, on sait pas ce qu'il veut, mais il a l'air d'attendre quelque chose. »
« Y doit certainement chercher une nana. »
« Nan, je pense pas. Je l'ai déjà vu au Circus, c'est un mec du Cartel. »
« Et ? »
« Bah... je pense qu'il doit savoir qu'on recrute, on devrait peut-être aller le voir, non ? » Jay hésita quelques secondes avant de donner sa réponse.
« Okay. T'as qu'à v'nir avec moi, les autres restez ici, y'a pas b'soin d'y aller à dix. »

De toute manière, avec ses pouvoirs il était capable de maîtriser pas mal de monde, donc être à deux serait largement suffisant. Le duo quitta l'entrepôt et Mike prit les devants pour guider Jay jusqu'à l'endroit où le fameux type se trouvait. Ils le localisèrent facilement, mais dans la quasi-obscurité, le texan ne l'identifia pas clairement. Il tourna la tête vers son comparse.

« L'est armé ? »
« Je crois qu'il a un truc au bras. »

Jay haussa les épaules avant de se diriger vers le gus qui leur tournait le dos. Il était grand, plus que lui, mais certainement moins que Seth. Ce dernier restait la référence dans l'esprit du texan qui l'avait toujours imaginé plus grand et plus costaud qu'il ne l'était réellement. Le privilège de l'aîné sans aucun doute ! Lorsqu'ils furent à trois ou quatre mètres de l'individu, les deux mercenaires s'arrêtèrent et Jay l'interpella.

« Qu'est-c'tu fous là ? C'pas trop la zone pour l'tourisme au cas où tu l'sais pas... »

Toujours la même amabilité, toujours le même accent, certaines choses ne changeaient pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mar 9 Fév - 23:10 Message | (#)

La nuit était tombée, il faisait froid, humide et morne. Le quartier était triste, sale, n’avait rien d’amical – de fait, Seth se sentait parfaitement dans son élément. S’il passait outre la douleur lancinante qui tiraillait son épaule, il se sentirait presque à l’aise. Malheureusement la légère bruine qui tombait parcellement était désagréable et pouvait rapidement devenir problématique pour lui : la mécanique et les circuits qui remplaçaient son bras droit restaient rudimentaires et pouvaient mal réagir, voire court-circuiter pour ce qu’il en savait. Le mécano-chirurgien qui s’était occupé de son cas avait fait un travail rapide et efficace, mais qui manquait de finitions : à l’image des finances contraintes des frères Lane. Pour ne pas dire qu’ils vivaient largement à crédit. Pas question pour l’aîné d’emprunter à la banque, aucun cravaté ne lui filerait le moindre dollar, aussi il était obligé de négocier directement avec les gus du Cartel. Avec rien en poche, il avait déjà été difficile de persuader le type de l’opérer. Et fallait pas compter sur ces feignasses d’Earl et Terry pour aller latter des gueules au Circus et ramener des liasses de billets.

Il avait bien fait mine de choisir, mais la réalité était nettement moins valorisante : en se traînant au quartier de Lincoln, Seth courrait simplement après une source de cash immédiate et moins brutale que les combats dans l’arène, qu’il n’était temporairement plus capable d’assumer. Ymir semblait être une alternative intéressante… Enfin, c’est pas comme s’il avait des tonnes d’options sous le coude. Il avait quand même été surpris de pas croiser âme qui vive pour le moment, pas un emmerdeur n’était venu le titiller, pas une gonzesse n’avait ramené ses fesses et offert ses services, pas une petite frappe s’était lancée le défi de le racketter. C’était presque décevant !

Prière entendue, deux hommes vinrent troubler sa relative quiétude tandis qu’il déambulait parmi les containers. La voix qui s’éleva n’était pas amicale ni agressive, vaguement familière puisque marquée par un fort accent texan. Ça lui donnait un aspect dur et râpeux, peu aimable, presque irritant. Comme à la maison ! Seth se retourna graduellement, très lentement, conscient que des gestes brutes pouvaient être mal interprétés – en plus, ça produisait un effet dramatique qui le faisait intérieurement exulter. Bientôt il fit face aux deux gars dont il discernait mal les contours, ce qui ne l’empêcha de se montrer aussi poli et agréable que son petit-frère – ah, s’il savait !

« Et toi t’es qui guignol ? J’ai pas l’droit de m’promener où j’veux ? On est dans un pays libre putain ! »

Ça le faisait bien marrer, ces histoires de liberté, de droits, d’égalité. Un ramassis de conneries, des paillettes jetées aux yeux des pauvres, des cons et des paumés. Il croisa les bras, masquant en partie la robotique qui le constituait depuis plusieurs mois.

« Cow boy, tu causes comme si t’étais sur ton territoire. » Soit ils étaient du Cartel, voire d’Ymir, et se sentaient chez eux, soit les groupes avaient besoin de faire sacrément le ménage pour empêcher le premier délinquant venu de faire sa loi dans le coin. « Tu viens du Texas pas vrai ? J’vois pas ta sale gueule, mais tu sens plus la terre qu’la rue. » Surprenant qu’il ne reconnaisse pas sa propre chair ? Certes, toutefois, il ne croyait plus du tout à une apparition surprise de son frangin. Ce dernier semblait avoir fait trop d’efforts pour les éviter, et le scenario de sa mort – Jay n’était pas très fort pour se faire des amis, après tout – avait trop tourné dans l’esprit colérique de Seth pour qu’il envisage ne serait-ce qu’une seconde que ce texan était le sien.

« Je cherche un groupe qui s’fait appeler Ymir. Paraît qu’il recrute, et j’suis recrutable. »

Pouvait-on faire plus clair ? Cependant il ne prit pas la peine de détailler plus spécifiquement le pourquoi du comment, ni même ses compétences. Il ne savait pas à qui il avait affaire, mieux valait rester mesuré. En plus, ça le saoulait déjà suffisamment pour qu'il ne perde pas du temps gratuitement.

« Si vous pouvez m’indiquer magnez-vous l’cul, sinon cassez-vous, j’ai pas envie qu’on m’tienne la jambe pour que dalle. » Pour peu que ces deux-là soient des rigolos, et que les gens d’Ymir observent la scène, ça pouvait le décrédibiliser de traîner avec eux. Et il avait pas envie d’être venu jusque-là pour repartir les mains vides – question de fierté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 10 Fév - 15:35 Message | (#)

Guignol. Les insultes lui passaient au-dessus de la tête à l'époque, il se fichait pas mal d'être considéré comme de la merde par la majorité des gens qu'il croisait, mais les choses avaient évolué. Désormais, il était à la tête d'un groupe et devait se faire respecter ! Bien sûr, le texan restait le même et il n'allait pas se la jouer en prétendant qu'il valait mieux que les autres mercenaires du groupe, mais disons qu'il ne tolérait plus les critiques extérieures. Les Ymir, c'était un peu comme son ancienne famille : ils avaient pratiquement tous les droits.

Un accent filtrait au travers des paroles de l'homme, assez familier pour qu'il le reconnaisse comme étant texan. Cela dit, les Lane étaient loin d'être les seuls originaires de Houston, il n'y avait donc aucune raison de soupçonner quoi que ce soit. Qui plus est, la famille était originaire de la ville, toujours dans des quartiers pourris certes, mais c'était de vrais citadins ! Jay n'avait jamais vécu à la campagne avec les vaches et les canassons. Les seuls bovins qu'il avait pu croiser étant sa mère et ses rares amies trop grasses pour se déplacer seules. Alors non, il ne sentait certainement pas la terre et ce type n'était qu'un gros crétin qui pensait que tous les texans étaient des fans de Chuck Norris et montaient à cheval comme s'ils avaient passé leur vie dessus. Peut-être que c'était son cas à lui, mais ce n'était pas celui de Jay.

Toujours est-il que l'individu était apparemment ici pour postuler au sein du groupe. Super, mais ce n'était pas aussi facile : Jay n'avait pas envie que les Ymir deviennent de simples mercenaires qui faisaient leur boulot sans se soucier des autres. En fondant le groupe avec l'aide de Carmen, le texan avait surtout cherché à combler le vide laissé par son départ de la demeure familiale – beau nom pour la ruine qui leur servait de toit sur la tête. Il n'accepterait donc pas d'embaucher un emmerdeur qui passait son temps à chercher des noises aux autres. Surtout avec son caractère à lui : le trentenaire était déjà suffisamment irritable de nature, inutile de mettre une allumette à côté de la bombe !

Mike se racla légèrement en jetant un coup d’œil à Jay qui haussa les épaules. Il ne savait pas vraiment quoi penser de ce type, si ce n'est qu'il avait l'air drôlement sûr de lui. Cela dit, ce n'était pas parce qu'on était convaincu d'être le meilleur que c'était forcément le cas !

« J'sais pas pour qui tu t'prends, mais les grandes gueules, y'a pas besoin d'ça ici. Y'en a déjà assez dans l'coin. » Le nom ne cherchait même pas à être aimable. « J'vois pas c'qui t'fait croire qu't'es capable d'rejoindre c'groupe. T'as surtout l'air d'un glandu à attendre seul dans l'noir. S't'étais vraiment si balèze, j'crois plutôt qu'tu bosserais déjà pour d'autres types. Puis c'serait aux Ymir d'te recruter. »

Autrement dit, si c'était lui qui venait, il devait avoir une excellente raison. Incapacité à se faire embaucher par le Cartel ou encore tentative d'espionnage ? Franchement, Jay doutait que d'autres groupes veuillent les neutraliser, ils s'arrangeaient pour bosser en petit comité de manière à ne pas trop empiéter sur les plates-bandes des autres, mais juste assez pour gagner de quoi vivre. Au final, ils s'en sortaient plutôt bien et parfois le trentenaire se disait même que c'était justement « trop bien ». Il n'était pas habitué à la réussite et encore moins à la facilité, du coup Jay s'attendait en permanence à voir un problème lui tomber sur le coin de la gueule.
Et il n'était pas si loin de la vérité.

« S'tu m'disais plutôt c'que t'peux apporter au lieu d'ouvrir ta grande gueule pour dire d'la merde ? » Le provoquer faisait partie du plan : il pourrait voir quel était son degré de tolérance. « Puis laisse-moi t'dire qu'c'est pas en envoyant chier ceux qui t'causent qu't'auras c'qu'tu veux. » Ils se casseraient juste et il l’aurait dans l'os. « Alors, tu dis c'qu'tu sais faire, comment tu t'appelles et comment tu connais l'groupe, sinon tu t'barres d'ici. »

Il ne comptait pas laisser un guignol venir faire la loi sur leur territoire. Même si les Ymir n'étaient pas aussi importants que la Triade ou le Circus Maximus, ils commençaient à s'implanter doucement dans le milieu du Cartel Rouge et il était donc hors de question de se laisser marcher dessus par un type tout seul.
Au pire des cas, ils se chargeraient seuls de lui montrer ce qu'on récoltait à les provoquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mar 16 Fév - 22:36 Message | (#)

C’était bizarre. Le colosse était loin d’être le meilleur des enquêteurs, mais quand même, il remarquait bien que les deux types n’étaient pas juste deux inconnus qui traînaient là par hasard. Déjà, parce qu’ils ne présentaient pas de velléités à lui péter la tronche sur le champ – dommage ! Il était bien plus doué dans ce domaine que dans la parlote, comme il le prouva avec un certain panache. Malheureusement ses interlocuteurs semblaient relativement peu sensibles à sa prose fleurie, et celui qui causait l’envoya paître comme il se doit. Dans d’autres circonstances, Seth aurait volontiers brandit le canon qui était niché dans son bras et fait de la purée de ce texan malpoli – un pléonasme – mais il ne devait pas perdre son objectif de vue : L’argent, pour ceux qui suivent pas. Alors, il fallait qu’il reste calme et bien campé sur ses positions, les mains dans les poches, qu’elles soient de chair ou de métal. Malgré toute l’animosité ambiante et grandissante, les deux gars ne cherchaient pas la baston, ce qui pouvait signifier deux choses.

Ou, en tout cas, l’esprit bagarreur et parfois étriqué du grand frère Lane voyait seulement deux options.

« J’attends pas, j’me promène, j’t’ai dit, le bouché. » Répliqua-t-il à la volée, parce qu’il avait été particulièrement mal élevé. Il tourna un peu sa langue dans sa bouche et mit en action ses neurones sclérosés pour évaluer la menace et les possibilités qui s’offraient à lui. Il ne voyait toujours que deux options. C’est moche de vieillir.

  1. Les deux gars étaient recruteurs, peut-être d’un autre groupe partenaire ou concurrent d’Ymir, et cherchaient à tâter la concurrence voire à débaucher les éventuels candidats avec du potentiel. Voilà qui gonflerait bien l’ego du prétentieux, mais cette option se dégrada avec le temps : on ne le traitait pas comme une bête de concours à appâter, bien qu’ils en viennent à s’intéresser à sa grande et large personne. Dommage, toutefois ça ne l’empêcha pas une seconde de se faire mousser.

« Bah, j’viens d’apprendre qu’ils existent, les Ymir. J’attends d’être convaincu, j’suis comme ça. Faut qu’on m’mérite. »

Il grossissait le trait évidemment, mais il n’avait l’intention de se présenter comme un crevard venant quémander la gueule ouverte. De toute manière, il connaissait le métier : en implorant de l’aide, on finissait toujours par se faire bouffer. La règle, c’était de toujours paraître fort, jamais dépendant, de qui que ce soit. L’apparence comptait presque autant dans leur milieu qu’en politique, c’est dire. Par contre, leurs coups bas, ils les plantaient entre les deux et avec des balles, de préférence. On avait des principes, quand même.

  1. Cette option était compromise, alors, quoi d'autre ?
  2. Les deux gars étaient d’Ymir et venaient jeter un coup d’œil à la marchandise, ce qui était autant sa chance que l’occasion de se griller pour toujours. Les dernières questions du type l’aiguillèrent sur cette deuxième option, puisque visiblement, ils essayaient de se renseigner sur lui tout en le menaçant de ne pas donner suite à « ce qu’il veut ». C’était le moment de la jouer… Fine. Pas gagné.

« Hé, hé, hé, t’emballe pas, mon p’tit texan. J’aime juste pas qu’on m’emmerde, et ça arrive souvent dans l’coin. Pour ça que j’ai réagi comme un bolide. J’suis sûr que tu penses pareil, t’as pas l’air de te laisser marcher sur la gueule. » C’était jamais mauvais de créer une proximité avec son vis-à-vis, ça permettait de tomber plus facilement sur un terrain d’entente. C’est Terry, qui le bassinait avec ces conneries de conseils là. « J’m’appelle Seth. J’sais faire plein d’trucs, qui impliquent principalement de démonter des tronches. Déformation pro’ : j’viens tout droit du Circus Maximus. C’est là-bas que j’ai appris pour l’groupe. J’connais bien mon métier, mais j’avais envie de diversifier mon activité : paraît qu’ils font du trafic, d’la revente d’armes, ça m’branche bien. Et puis… » Lentement il éleva son bras, en exposant la mécanique sous les rayons de la lune. « Depuis ma p’tite amélioration, c’est d’venu déloyal dans l’arène. J’me suis dit que c’était l’occaz d’essayer un autre truc. Si ça l’fait pas, j’retournerais faire ce que j’fais d’mieux. » Il en avait vraiment, vraiment pas envie, cela dit. Cependant il n’était toujours pas question de mettre en avant d’une manière ou d’une autre la relative précarité de sa situation. Sa haute stature et musculature masquaient, heureusement pour lui, les difficultés physiques qu’il rencontrait.

« En clair : J’bosse déjà pour l’Circus, mais Ymir me tente. Ils seront pt’être intéressés eux aussi. Vous savez où j’peux les trouver ? »

Il espérait qu’on lui réponde quelque chose du genre, ‘ils sont devant toi’, mais c’était plus simple et confortable pour le moment de jouer le benêt et de laisser venir. Il pouvait encore être surpris.

« Ou j’continue gentiment ma promenade ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 17 Fév - 14:09 Message | (#)

Il fallait le mériter ? Jay ne le sentait pas bien ce type ! Le texan n'était pas du genre à recruter les péteux, il avait déjà Carmen dans ce rôle-là et ne tenait pas particulièrement à s'entourer de types qui pensaient qu'ils devaient être mérités pour bosser avec eux. La bonne entente était essentielle et le trentenaire ne souhaitait guère s'encombrer d'un gars qui semblait ne rien avoir compris à ce que les mercenaires cherchaient. Il fallait des individus capables de bosser ensemble, en collaborant !

Jay échangea un regard avec Mike qui haussa les épaules pour toute réponse. Il ne semblait pas davantage convaincu que lui, mais ils pouvaient bien laisser encore une chance à ce type, non ? Comme ils n'avaient rien de prévu pour ce soir, le trentenaire décida d'attendre de voir ce que ce mec pourrait bien leur sortir comme nouvelle énormité – et je ne parle de rien de louche.

Lèvres scellées, il contemplait l'inconnu d'un air sceptique. Le gars avait d'ailleurs repris la parole pour trouver des justifications histoire d'expliquer pourquoi il avait réagi de la sorte. Mouais. Enfin, s'il se montrait aussi agressif avec tous les gens qu'il rencontrait, il ne servirait que pour le bourrinage. Déjà que Jay évitait de se chargeait de la diplomatie, préférant laisser ça entre les mains de Carmen, il ne comptait pas envoyer un mec aussi brute de décoffrage en appui. Bref, tout ça pour dire que le texan ne voyait pas franchement où cette histoire les menait. Il serait peut-être préférable de se passer de ses services.

C'était du moins ce qu'il pensait jusqu'à ce que le type lâche son prénom et que Jay se demande s'il avait bien entendu. Forcément, lorsqu'il enchaîna en parlant du Circus Maximus, le doute s'approfondit davantage et le texan se retint de respirer pendant plusieurs secondes. Son regard s'arrêta bien sur le bras bizarre qu'il possédait et Jötunn essaya de se persuader que son frangin n'avait rien de tel, mais cette justification tomba à plat lorsqu'il songea que lui-même avait désormais un bras remplacé par une mécha-greffe alors qu'il n'en avait pas au moment de quitter la « demeure » familiale. Jay relâcha finalement la pression en se rendant compte qu'il ne respirait plus depuis quelques longues secondes, mais sa bouche était si sèche qu'il avait du mal à parler. Ce mec était grand, finalement autant que Seth si on y réfléchissait bien. Il avait le même prénom que lui, le même accent et à bien y réfléchir, la même voix ! C'était comme lorsque vous trouviez qu'un personnage de film avait une voix familière et qu'après avoir vérifié sa page Wikipédia, vous vous rendiez compte qu'il doublait d'autres acteurs connus. Là, tout vous semblait très clair et vous vous souveniez parfaitement de qui il s'agissait. Et bien là... c'était la même chose. La voix du gars était familière et maintenant que Jay pensait à son frère aîné, il la reconnaissait.
Oui, c'était bien Seth.

Plusieurs longues secondes passèrent, s'égrainant doucement pour finalement se transformer en une bonne minute. Mike lui jeta un coup d’œil interrogateur et Jay parvint finalement à répondre – mais d'une voix blanche.

« Continue ta promenade. »

Il avait tenté de gommer au maximum son accent, mais ce n'était pas très probant. Qui plus est, il avait l'intonation habituelle qu'il empruntait lors de ses discussions avec ses aînés – celle du mec qui se faisait prendre en faute. Le texan recula et se détourna rapidement pour éviter que Seth ne se dirige vers eux et ne le reconnaisse, mais c'était sans compter sur Mike qui avait forcément trouvé cette potentielle recrue, intéressante. La réaction de son binôme le troubla forcément et il resta planté avant de l'interpeller.

« Hey, Jötunn, faut qu'on.... »
« Ferme-là ! »

Tous les Lane connaissaient son surnom puisqu'il l'avait gagné dans les arênes du Circus Maximus, si ce mec était effectivement son frère, il trouverait forcément la coïncidence étrange. Ils avaient beau ne pas avoir la culture générale de base, ils n'étaient pas cons au point de ne pas comprendre ce qui était sous leur nez.

Mike fut étonné de la réaction de Jay et le dévisagea d'un air interdit. Soucieux de ne pas traîner ici plus longtemps, au risque que Seth comprenne bien ce qui se passait sous son nez, le texan reprit la parole, toujours en tentant de camoufler son accent – avec peine.

« On se tire. Grouille. »

Il n'adressa plus la parole à la potentielle recrue, préférant lui tourner le dos pour s'éloigner en empruntant la direction par laquelle ils étaient arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 5 Mar - 1:28 Message | (#)

« Continue ta promenade »
Genre… Franchement ?? C’est pas souvent qu’on lui claquait la porte au nez avec autant de virulence, et pourtant, il était un habitué des centres sociaux et des commissariats. Il avait bien compris que ça sentait le cramé lorsque le bonhomme qui lui causait s’était emmuré dans son silence, sans même commenter la tartine orale qu’il lui avait servi. Pas bavard, le gars. Et même un peu tendu, si on y regardait bien. Dans la semi-obscurité ce n’était pas facile à voir, mais Seth n’avait pu que constater le mutisme de son interlocuteur et l’opaque, presque palpable chape de plomb qui s’était abattue sans crier gare sur la scène. De là à dire que ses perspectives d’embauche s’étaient évaporées, il n’y avait qu’un pas. Cependant, le Lane est un animal tenace par nature.

« Tu fais une connerie, mec. »

Honnêtement, il était plutôt habitué à ce qu’on ne reconnaisse pas son potentiel à sa juste valeur. C’était même son lot quotidien. Aucun recruteur ne voyait la beauté, et le talent qu’il fallait avoir pour démarrer un tracteur rien qu’avec ses dents, et déboiter l’épaule d’un type avec son petit doigt. Toutefois, aujourd’hui, il était face à des professionnels du métier, et ça le faisait doucement enrager de ne pas être reconnu dans son propre domaine – en plus, c’était de la discrimination directe, du délit de faciès, alors même qu’il avait la gueule du mercenaire typique. Incompréhensible.

Il était si heurté par ce refus frontal et sans concessions qu’il n’avait pas tout de suite remarqué les « indices » qui l’auraient mis sur la voix de la vérité. Il voyait la gêne étrange du membre d’Ymir, la tension qui l’habitait, et avait entendu sa voix devenue étrange. En revanche, il n’avait fait aucun lien entre tous ces éléments. Ces neurones agités pédalaient vainement dans la semoule quand soudain, une bombe fut lâchée. Une bombe du nom de Jötunn.

« Alors ça… »

Il n’y avait pas douze mille types à Star City avec un nom pareil. Seth n’en connaissait qu’un avec un accent texan et un caractère de petit merdeux à la con qui se trimballait malgré tout avec un pseudo d’intello – un truc mythologique qu’il ne retenait jamais, mais qui pétait un peu la classe pendant les paris au Circus. C’était toujours plus impressionnant de parier sur la victoire de Jötunn plutôt que sur celle de l’Invincible, le Titan, ou Bobby l’Écraseur de Burnes – quoique, Seth nourrissait une certaine tendresse pour ce petit nom là. La vivacité dont avait fait preuve le mercenaire pour faire taire son collègue était tout aussi éclairante : il savait pertinemment que ce pseudo pouvait faire éclater sa véritable identité au grand jour.

Le tout petit frère.

Et ce connard, marchant finalement sur les traces de leur salaud de père, essayait de se barrer sans demander son reste. Comme Charlie. Mais Charlie se faisait bouffer par les asticots en ce moment précis. Mais pas lui, pas Jay. Pas encore. Jay. Il n’arrivait même pas encore à réaliser qu’il l’avait devant les yeux. Et il se tirait. Encore, comme si de rien n’était. Sans réfléchir plus amplement à la situation et aux possibles conséquences de son geste, Seth brandit soudainement son bras droit devant lui et appuya sur la commande dissimulée. Profitant de la confusion du moment, il visa au niveau des pieds de son frère et tira trois salves de son fusil d’assaut blaster.

« JAY LANE ! »

Beugla-t-il, couvrant sans mal l’écho grondant et énergétique. Si avec ça, il n’obtenait pas l’attention de son petit auditoire !

« Où est-ce que tu crois te barrer comme ça ?! Tu me tournes pas le dos à MOI, sale lâche de merde ! Je croyais que t’étais putain de mort ! »

Rengainant le canon de l’arme incorporée à sa prothèse, il avait avalé la distance qui les séparait en quelques longues et vives enjambées. L’avantage d’être un grand balèze, même cassé, c’est qu’il avait de l’amplitude. Avec ça, il était motivé, avec une bouillonnante envie d’étrangler l’autre texan. Il l’aurait d’ailleurs volontiers fait : déjà il avançait sa main normale pour lui saisir l’épaule – et plus si affinités.

« Putain d’ingrat ! On cherche ton cul partout dans cette ville à la con et toi rien, pas un mot, pas un appel, tu t’es terré comme un rat ! A te la couler douce dans ton p’tit club privé ! »

Evidemment, alors qu’il noyait Jay de son fiel, il ne prêtait absolument aucune intention au malheureux Mike pris au milieu d’une querelle toute familiale. Encore que, Seth n’avait pas encore fait mention de ce lien de sang… Volontairement peut-être et momentanément, il n’avait pas abordé le sujet forcément douloureux de l’abandon familial. Cela viendrait, car c’était de loin le plus important dans cette triste affaire : Jay avait laissé tomber sa famille. Et pour quoi ? Même pas pour mourir. Mais pour aller se faire une carrière perso chez les Ymir. Moche, très moche…

« Alors crois-moi bien que tu vas t’tirer nulle part, Jötunn. »

Garder ce pseudo… Niveau discrétion et incognito, on n’était pas bons chez les Lane. Charlie aurait pu témoigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 5 Mar - 15:02 Message | (#)

Il pensait vraiment s'en tirer à bon compte, mais c'était sans compter sur Mike et sa langue trop pendue. Cela dit, Jay ne songeait pas à la possibilité que Seth puisse se servir de lui comme d'une cible d'entraînement au tir. Alors qu'il tournait toujours le dos à l'autre Lane, le texan pensait qu'il allait encore réussir à s'en sortir, mais le cri d'avertissement de son collègue le détrompa assez rapidement. Il eut simplement le temps et tourner la tête vers Mike qu'un bruit sourd se fit entendre. Il n'eut pas mal et ne remarqua pas immédiatement que c'était vers lui que Seth venait de faire feu, mais il sentit que c'était mauvais signe. Est-ce qu'il avait été touché ? Pas le temps de vérifier et son pouvoir l'empêchait de le savoir, mais il n'avait pas besoin de chercher midi à quatorze heures pour comprendre que Seth était énervé, très énervé même. Sa voix le montrait suffisamment.

Sur le coup, Jay se sentit comme un gamin pris en faute et il constata qu'il suffisait d'une « discussion » avec son aîné pour oublier toute la confiance qu'il avait pu gagner au cours des derniers mois. Décidément, il n'arriverait jamais à rien en restant dans cette ville, Seth avait fini par lui retomber dessus – par hasard, certes – et il lui ferait comprendre qu'il n'avait pas à laisser tomber la famille, chose que le texan admettrait sans hésiter avant de tout plaquer. Il n'était bon à rien lorsqu'un autre Lane était dans le coin et les Ymir s'en rendraient rapidement compte.

Mais pour le moment, le plus important était de se tirer de ce mauvais pas et ça s'annonçait mal, très mal même ! Lorsque Seth se retrouva devant lui à le saisir par l'épaule, le premier réflexe du trentenaire fut de se dégager, mais à peine eut-il posé la main sur le bras de son frère qu'il se bloqua. Il n'avait jamais osé lever la main sur un seul Lane et ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait changer. Seth avait tort de croire qu'il tournait le dos à la famille, il avait continué de penser à eux tous les jours et c'était justement ce qui l'avait poussé à s'éloigner de ses frangins. Mais le destin semblait vouloir lui jouer un sale tour.
Après l'avalanche de reproches lancés par son aîné, Jay serra les dents, le dévisageant comme s'il essayait de trouver une réponse appropriée sur son visage, en vain. Il n'avait pas changé depuis qu'ils s'étaient vus la dernière fois, hormis ce bras mécanique bien évidemment. Déglutissant avec difficulté, Jötunn parvint enfin à ouvrir la bouche pour formuler une réponse.

« Tu t'plantes, j'me la coulais pas douce et j'étais pas terré, parle pas d'ce qu'tu connais pas ! »

Imperceptiblement, il se contracta suite à ces paroles, s'attendant à ce que Seth s'énerve et décide de lui en retourner une. C'était con, il avait une résistance hors du commun et il ne sentirait jamais le moindre coup de son frangin, mais cela ne l'empêchait pas de craindre le geste. Ce serait le signe évident que son aîné était énervé contre lui et dans son esprit, c'était pire qu'une baston contre le Commandant de l'UNISON.

« J'étais parti à cause d'elle. » Il n'utilisait jamais le prénom de leur sœur devant Seth. « J'pensais pas qu'ça s'passerait comme ça, pis ça a tourné bizarrement, j'suis pas revenu c'est tout. » Il essayait de minimiser ses torts, oui. « Arrête, lâche-moi, j'me barre plus. »
« J'appelle les autres. » La voix était celle de Mike et Jay tourna la tête vers lui.
« Bouge pas ! Enfin si, barre-toi, mais tu la fermes ! »
« Quoi ? Mais... »
« Ta gueule, t'obéis et tu t'tires ! »

Finalement, il n'avait pas totalement perdu sa maîtrise de l'autorité. Mike hésita quelques secondes avant de finalement se détourner d'eux pour s'éloigner en grommelant. Jay le soupçonnait de rester dans le coin au cas où, mais du moment qu'il ne se mêlait pas de leurs histoires de famille, c'était l'essentiel. Dès que l'homme fut hors de portée de voix, le trentenaire reporta son regard sur son frère et tenta une nouvelle approche.

« J'croyais qu'c'était mieux comme ça. » Ce qui n'était pas loin de la vérité. « Qu'est-ce qu't'as au bras bordel ?! »

Le retour des jurons était généralement bon signe, mais il craignait toujours la réaction de son frangin. Jay n'avait jamais été doué pour comprendre ses propres émotions et il aurait été bien agacé de voir qu'il avait retrouvé son ton soumis – et pratiquement docile – sans compter qu'il avait été incapable de lever la main sur Seth pour se dégager. Il dépendait toujours de son autorité et peut-être que cette constatation suffirait à calmer l'intéressé ? Ou pas. Les Lane n'étaient pas très réputés pour comprendre les émotions des membres de leur famille... Charlie pouvait en témoigner !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 5 Mar - 20:08 Message | (#)

En dépit de sa connaissance de la résistance extraordinaire de Jötunn, Seth n’avait pas essayé de liquider les jambes de son cadet. Non pas qu’il n’en ait pas eu l’envie furieuse… Toutefois cela risquait de faire des histoires et de jouer en sa défaveur s’il agressait directement un membre d’Ymir, sans compter qu’un petit frère cul-de-jatte ne lui rapporterait pas un dollar. En revanche il ne garantissait pas que dans l’énervement Jay n’ait pas été touché par l’une des trois salves, ni qu’il n’allait pas se faire inculquer les bonnes manières à la dure. Tout dépendait des réactions de Jay. Or, les premières furent loin de calmer l’irritation de l’aîné des Lane.

« La ferme, j’me plante jamais ! »

Une phrase typique dans la bouche du texan qui referma puissamment sa prise sur l’épaule de son frangin tandis que l’autre, robotique, venait le saisir par le col pour le rapprocher. Et le secouer. Ça lui faisait vachement de bien d’agiter ce petit traitre, surtout que ce dernier ne réagissait pas. Il n’essayait pas de se dégager, de riposter, de le frapper, et Seth aurait même juré qu’il se tendait comme prêt à recevoir une claque bien méritée. C’était bien la preuve qu’il se sentait coupable lui-même, non ? Il n’y avait pas d’autres explications à ses yeux. En revanche, des justifications, Jay allait devoir en sortir un paquet pour lui faire passer l’envie de lui dévisser la tête.

Et le benjamin n’aurait pas pu toucher du doigt un sujet plus sensible. Charlie, direct, sans prévenir et sans vaseline. Il confirma ce que Seth savait déjà : c’était à cause de l’avocate que Jay s’était tiré. Il ne put s’empêcher de penser que la garce avait bien mérité ce qui lui était arrivé, mais il regretta immédiatement. Même morte il lui en voulait, mais le simple fait de songer à cette petite sœur partie trop vite le mettait mal-à-l’aise. « Elle s’est faite buter parce qu’elle est partie, et ça t’a donné envie d’faire pareil ?! » Grinça-t-il entre ses dents serrées, persuadé qu’il mentait. Il n’avait absolument pas eu l’intention de le lâcher, hors de question, mais la tournure de l’échange avec ce Mike – qu’il avait complètement oublié – le fit changer d’avis. Ce gars-là avait l’air expérimenté et pas si nul que ça, et pourtant, il avait obéi sans discuter à son petit frère. Curieux. Dans l’esprit de Seth, Jay avait toujours été un suiveur, c’est ce que voulait son ordre de naissance : il devait obéir à ses aînés, point barre. Alors, le voir et l’entendre personnellement recadrer un type et l’envoyer paître produisaient son petit effet sur le colosse énervé. « Il t’obéit, à toi ? » Souffla-t-il d’un air soudain interdit. L’hésitation le traversa mais finalement, il relâcha sa prise – non sans avoir lourdement aplati ses mains sur ses épaules, histoire de marquer le coup. « T’es quoi, un chef ? » Le ton employé n’était étrangement pas marqué de scepticisme, alors même qu’il avait toujours rabaissé Jay. Cependant il y avait de l’incompréhension, et un soupçon d’intérêt dans la voix et le visage mal aimable et agressif de ce grand frère. « J’croyais que t’avais suivi Charlie comme un chien. » L’attitude de Jay correspondait à la façon dont il le voyait : Charlie l’avait trompé, manipulé, et il l’avait docilement suivi dans l’espoir d’une vie meilleure et plus facile. Est-ce qu’il avait tort de croire ça ? « Et quand elle est morte, qu’t’étais paumé et que t’avais trop honte pour rentrer. » Il n’était plus aussi certain du déroulement de ce scénario. Ni de la place qu'occupait désormais son frère dans la hiérarchie… Il y avait peut-être des choses intéressantes à tirer.

Le silence était retombé, enveloppant les deux hommes désormais seuls. Jay essayait de se rattraper, comme si de rien n’était, provoquant une mimique agacée chez Seth. « T’en as rien à branler de mon bras. C’est ta faute. » Il n’avait absolument aucun tact. C’était naturel, et il ne faisait pas non plus le moindre effort pour assouplir les angles. Son bellicisme était bien sûr le résultat de la trahison qu’il ressentait, de ses sentiments conflictuels vis-à-vis de son frère, et de son incapacité à gérer la situation. « Quand tu t’es tiré j’ai pris ta place au Circus. Mais j’ai pas ta putain de régénération, moi. J’leur ai dégommé leur gueule. » Quand même, c’était pas son genre de se rabaisser. « Mais j’ai eu des blessures. Et un soir… J’étais fatigué, j’ai pas fait gaffe, et une meuf m’a bouffé le bras. » Dis comme ça, y avait de quoi ouvrir des yeux ronds. Pourtant, Seth était persuadé que Jötunn ne réagirait pas. Qu’il en avait absolument rien à foutre de ce qui avait pu arriver à ses frères, et qu’il se souciait juste de se sortir du conflit sans trop de casse. « Un type du Cartel m’a boulonné ça. » Il désigna du chef l’imposante structure métallique qui faisait désormais office de bras – elle était grossière, elle avait des angles durs, elle lui ressemblait. Seth ne l’aimait pas du tout.

Il aurait préféré continuer à s’énerver et hurler, c’était plus facile. Maintenant qu’il se retrouvait ‘calmement’ en face de Jay – dont il reconnaissait le moindre des traits – et qu’il l’observait longuement, il se sentait fichtrement mal. Il ne comprenait pas ce qu’il ressentait, il était incapable de poser des mots sur les sentiments de gêne, de frustration, et sur le mal-être qui l’engloutissaient. Ça le rendait nerveux.

« Elle serait vivante si elle s’était pas tirée. » Les mots étaient tombés comme une sentence, car ils constituaient une certitude. Seth n’avait pas besoin de se persuader ou de mentir, il y croyait dur comme fer. Il revenait à Charlie, encore, mais elle était un point névralgique de leur affaire. Le commencement des emmerdes, et l’incarnation de tout ce qui pouvait foirer dans leur famille. « T’étais avec elle ? » Non pas qu’il le tenait aussi pour responsable de sa mort. Charlie était morte à cause de Charlie, c’était très clair. Il voulait malgré tout savoir s’il avait été témoin. S’il l’avait vengé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 6 Mar - 11:53 Message | (#)

Quand Seth commença à le secouer, Jay songea qu'il allait finir par ne plus réussir à s'arrêter et se sentit presque soulagé de ne plus pouvoir crever ! Cela dit, il eut l'occasion de contempler de plus près le nouveau bras de son frangin, même si les secousses l'empêchaient de voir clairement les choses, bien évidemment !

Mais Seth ne comprenait pas ce qui l'avait motivé, il s'imaginait juste que son frangin avait voulu fuir comme un chien et qu'il était trop fier pour rentrer la queue entre les jambes. Ou non, plutôt qu'il était trop peureux, la fierté ne l'avait jamais vraiment caractérisé.... Le texan mourait d'envie de lui expliquer tout ce qu'il avait en tête, mais il n'osa pas ouvrir la bouche, préférant laisser son aîné décharger toute sa colère avant d'en rajouter une couche, parce qu'il était certain que ce qu'il avait à dire ne lui plairait pas. Ou peut-être que si ? Jay avait toujours eu l'impression que Seth était si prompt à s'énerver qu'il n'osait généralement pas ouvrir la bouche lorsqu'il avait quelque chose à redire. Mais il était bien obligé s'il voulait que les choses s'arrangent, non ?

Ses questions fusaient dans son esprit et il mit quelques secondes à réaliser que Seth l'avait lâché et pire, qu'il semblait surpris. De quoi ? Qu'un type puisse lui avoir obéi ? Apparemment oui, puis c'était compréhensible : Jay n'avait jamais été un meneur, c'était même tout le contraire ! L'étonnement était donc de mise, mais pourtant le trentenaire ne se sentit pas spécialement rassuré ou fier de lui. Le rappel de sa fuite – car s'en était bien une – suffisait à le faire culpabiliser.
Il n'était toujours pas certain d'avoir fait le bon choix.

L'avantage étant que son aîné lui expliqua ce qu'il avait pensé et que Jay put comprendre une partie de son énervement. Non, en fait il le comprenait dans sa totalité, mais disons simplement qu'il savait maintenant pourquoi Seth était aussi vexé : il pensait qu'il avait préféré suivre Charlie plutôt qu'eux. Cela dit, avant qu'il n'y réponde, son interlocuteur lui expliqua comment il avait récolté ce bras et le regard de Jay se tenta de surprise et d'inquiétude, avant de céder le pas à la colère. Il ne supportait pas que quelqu'un puisse s'en prendre à sa famille ! Le trentenaire ouvrit la bouche dans l'idée de répondre, mais une question le prit de court. Il la referma aussitôt avant de détourner le regard comme s'il était pris en faute – ce qui était le cas.

« Non. »

Il avait suffisamment culpabilisé à ce sujet en songeant que s'il ne lui avait pas tourné le dos, elle ne se serait certainement pas trouvée à ce moment-là à cet endroit précis et qu'elle serait encore en vie. C'était entièrement sa faute si elle était morte, il aurait dû la protéger vu que c'était lui le frère – même cadet ! Mais toutes ces émotions étaient bien trop personnelles pour qu'il n'envisage de les partager avec Seth, chez les Lane, on ne parlait pas de ses sentiments ! Au lieu de cela, il se contenta de fixer son interlocuteur en tentant d'arborer un regard aussi indifférent que possible – ce qui n'était pas très probant.

« Tu t'plantes sur toute la ligne à mon sujet. » Le ton était beaucoup plus calme qu'à l'accoutumée. « J'l'ai pas revue depuis plusieurs mois avant qu'ça arrive. » Son regard se détourna de Seth. « Elle était venue m'voir au boulot à l'époque, elle m'a dit qu'elle pensait qu'le paternel c'était pas l'nôtre, qu'il était venu la voir en disant qu'il l'avait eue avec une autre et la Mégère s'était tapé d'autres types pour nous... » La Mégère étant leur charmante génitrice. « Donc qu'on était pas frère et sœur. Ca m'a saoulé, j'l'ai envoyée chier et j'me suis barré. Mais j'sais pas, j'avais plus envie d'rentrer, alors j'me suis barré ailleurs. »

Il marqua une brève pause, sachant parfaitement que Seth n'apprécierait pas qu'il n'ait pas songé à rentrer sur-le-champ et il ne ferait rien pour argumenter dans ce sens. Il aurait dû admettre qu'il avait revu Charlie souvent, très souvent même, puis aussi qu'il envisageait de quitter le Cartel Rouge pour lui faire plaisir et qu'elle soit plus fière de lui. Sauf qu'on ne parlait pas de ses sentiments dans la famille !

« Après, j'savais plus trop quoi faire, j'ai passé quelqu'mois à attendre, pis j'ai décidé d'prendre les choses en mains. Elle est pas morte parce qu'elle est partie, elle est morte à cause de ces connards d'l'UNISON alors j'ai décidé d'faire un groupe pour leur causer des emmerdes. Pis ça s'est bien passé et maintenant c'est ça.... » Les Ymir donc. « J'vais leur faire comprendre qu'on s'en prend pas aux Lane. » Ainsi qu'aux types qui avaient tiré sur elle. « Et ça vaut aussi pour toi. C'est qui c'te nana qui t'a boulotté bordel ? J'espère qu'tu lui as explosé la tronche ! File-moi son nom, on va s'en charger. »

C'était sa manière de s'excuser de ne pas avoir été là pour éviter ça. Décidément, il n'était vraiment pas doué pour protéger les siens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Dim 6 Mar - 17:32 Message | (#)

‘Non’ ? Cela devenait vite obscur et incompréhensible pour Seth. Il avait été réellement et intimement persuadé que jusqu’à la mort de Charlie, cette dernière et Jay avaient été collés l’un à l’autre, copains comme cochons. Le fait qu’ils aient pu se disputer ne lui avait pas une seconde traversé l’esprit, dès lors que toute rupture aurait dû entraîner le retour rapide du petit frère au bercail. Il n’était pas sûr de préférer le scénario où, même sans sa sœur, Jay avait préféré rester loin de ses frangins. Qu’est-ce qu’il était censé comprendre ? Sous sa peau les muscles de sa mâchoire s’agitèrent, se contractèrent, et la veine à sa tempe battait rapidement. Il n’était jamais bien difficile de capter l’évolution de la tension – permanente – qui habitait l’aîné des Lane. Il écouta, malgré tout. Il n’était pas si courant que Jay daigne apporter des explications – bon, à la réflexion, c’était peut-être dû au fait qu’il ait rarement la place de s’exprimer – alors, preuve de bonne volonté, il ferma sa grande gueule et tenta de ne pas tirer des conclusions trop rapides à partir de ce qu’il entendait. Pas gagné.

« Quoi ? C’est quoi ces conneries ? » Il n’avait pas pu s’empêcher de l’interrompre à cette annonce invraisemblable. Leur mère, avec d’autres types ? « C’est n’importe quoi. Elle avait pas les couilles d’aller voir ailleurs. » Ce qui n’était pas faux. Leur mère n’avait jamais ressenti une once d’affection pour leur père, pas plus pour ses gamins, mais elle en avait peur : c’était un gars imprévisible, et il lui fournissait ses doses de drogue indispensables. « Et t’as vu l’tas ? Qui voudrait d’elle. » L’amour filial avait déserté très tôt la maisonnée, pour peu qu’il ait un jour existé. La fratrie n’avait jamais pu compter que sur elle-même, leurs géniteurs faisaient tout juste parti du décor. Seth ne croyait pas une seconde à cette histoire et pourtant, il ressentait un vif inconfort. Il n’était pas vraiment surpris de la réaction de son cadet… Il aurait fait pareil, en plus de filer un coup de tête à la blonde. Pour le principe. « Elle avait tant envie de pas être comme nous. Pouvait pas supporter l’idée qu’on ait le même sang. Sale ingrate. » Il parlait davantage pour lui-même qu’autre chose, et transpirait l’aigreur. Le sentiment que l’avocate, après tout ce qu’ils avaient fait pour elle, ne les considérait pas plus que de la bouse de vache lui était difficilement supportable. Et ce même alors même qu’elle n’était plus de ce monde. « Pourquoi t’es pas revenu ? » Si Jay croyait pouvoir esquiver cette question, il se foutait le doigt dans l’œil jusqu’au fondement. Il avait déjà bien de la chance qu’il pose la question relativement calmement, plutôt que de se faire la réponse tout seul. Et comme on n’insistait jamais assez, il rajouta une couche pour pressuriser son frangin et lui tirer la vérité. « Tu nous détestes vraiment autant que ça ? On te débecte, à toi aussi ? » Que la blondasse les méprise, avec ses talons et ses jupettes d’avocate, ça le foutait en rogne. Mais que Jay, qui lui ressemblait bien plus qu’il n’osait y penser, fasse pareil, ça, ça faisait vraiment mal. C’était foutrement désagréable, et ça n’avait pas lieu d’être.

Jay revint alors sur le pourquoi de la fondation d’Ymir, éclairant les lanternes de Seth sur le sujet. De ce qu’il comprenait, son tout petit frangin avait quand même eu les épaules pour créer un groupe, rassembler des hommes autour d’une idée, et se faire une réputation suffisamment solide pour qu’on parle d’eux, en termes élogieux, au sein du Cartel… Pour un peu, il était impressionné. « Merde alors. T’as fait ça tout seul ? » Il était difficile de savoir s’il était plutôt admiratif, ou plutôt vexé. Un mélange des deux, sans doute. Même si les velléités de défense de la famille lui tirèrent son premier sourire depuis leur échange familial, c’est-y pas beau. Sauf que cette risette sincère ne tarda pas à disparaitre quand Seth réalisa soudain quelque chose, se souvenant de son dernier démêlé avec l’UNISON…

« Attends. C’est à cause de ça… Que cet enfoiré de l’UNISON s’est pointé à la baraque ?! T’as donné notre nom ! » Il ne pouvait pas croire que Jay ait pu être assez con pour filer leur identité à l’autre bouffon de l’organisme. Pourtant, il y avait bien un type qui s’était ramené dans leur baraque pour poser des questions sur Charlie. « Putain Jay ! Surveille ton cul, y a un gars qu’enquêtait sur Charlie, il a parlé de toi, demandé c’que tu faisais. J’ai laissé Terry causer. Il me prenait la tronche. » Il se souvenait plus de son nom, mais le gars était insupportable. Et oui, il s'inquiétait. Mais c'était impossible pour un Lane de le dire sans coup fourré. «» Et voilà. Il savait plus trop quoi dire. Faux… Il avait énormément de trucs à dire, mais il ne savait ni par quoi commencer, ni comment le dire. Il n’avait même plus aussi envie de lui taper dessus. C’est peut-être aussi parce que l’image furtive d’une belle rousse venait de passer dans sa tête, et d’absorber ses sentiments négatifs. Allez savoir. « La fille est à moi. Tu t’occupes de Charlie… Et moi des Lane qui sont en vie. » C’était dur, il le savait. Il n’empêche que Jay avait fait bien plus pour leur sœur morte que pour ses frères, bien vivants, qu’il évitait comme la peste.

« Sauf si t’as d’autres projets. »

Une perche. Pas subtile, pas fermée, même pas menaçante. L’ouverture pour Jay, qu’il exprime ce qu’il voulait réellement : revenir, ou leur tourner définitivement le dos. Une exceptionnelle occasion, alors même qu’il ne croyait pas que Jay veuille la saisir. Il se défilerait, ils faisaient souvent ça dans la famille. Seth n’était pas certain d’avoir un espoir, et quand bien même, il n’aurait pas su quoi en faire. Il lâchait cette bombe sans savoir ce qu’il en attendait, mais avec la certitude que ça pouvait changer… Quelque chose.

« Dis-moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 6 Mar - 23:25 Message | (#)

Oh, maintenant qu'il était face à Seth, Jay trouvait effectivement l'idée de Charlie – ou plutôt de leur père – totalement stupide. Mais sur le coup, lorsque la jeune femme lui avait dit qu'il y avait une chance pour qu'ils ne soient pas de la même famille... ça lui avait fait mal. C'était con à dire, mais ce qui le blessait le plus, c'était qu'elle puisse ne plus vouloir être une Lane. Que ce soit le cas ou non, il s'en fichait, mais elle avait une bonne raison pour leur tourner le dos cette fois-ci et elle l'avait fait. Il ne savait même pas si c'était réellement le cas ou non d'ailleurs vu qu'il n'y avait pas eu de test ADN – étant donné qu'il avait refusé par fierté.

« J'crois aussi. »

Il répondait au fait que Charlie avait honte de se sentir comme leur sœur. Pourtant, au lieu d'être aigri comme Seth, Jay se sentait profondément attristé, aussi abandonné, même si c'était un peu trop tard étant donné qu'elle n'était plus là pour se défendre. D'un côté, Jay aimait à croire que Charlie lui avait parlé dans l'espoir de le voir nier, mais au fond, il avait plus tendance à croire qu'elle avait juste honte d'eux, qu'ils n'étaient pas assez bien pour elle et qu'elle préférait définitivement tourner la page avec les Lane. C'était douloureux, mais au moins ça lui permettait d'en vouloir à la jeune femme et de se sentir moins coupable. Enfin, l'espace de quelques instants, parce que déjà Seth embrayait sur le sujet de sa fuite et il sentit la culpabilité reprendre le dessus.

« Mais nan ! Dis pas d'conneries ! T'sais bien c'qu'j'ai fait pour les frangins, j'ai pas honte d'vous, sinon j'aurais changé d'nom ! » Le ton était sérieux, un peu emporté sur le coup et il s'en rendit rapidement compte. Histoire de ne pas irriter Seth, il baissa d'un ton avant de reprendre. « J'sais pas pourquoi j'suis pas revenu. Ça... » Ça lui avait fait mal au cœur, mais on ne parlait pas de ses sentiments chez les Lane. « J'sais pas putain ! Mais j'ai pas honte d'vous, c'tout c'qui compte alors arrête avec tes conneries. »

Le trentenaire n'avait pas envie de s'étendre sur ce qu'il avait ressenti le jour où Charlie lui avait balancé ça. Ce n'était pas une question de pudeur, mais bien de fierté. Seth serait capable de le traiter de fiotte et de le passer à tabac s'il comprenait que son frangin était vraiment blessé par la mort de leur sœur. Après tout, il n'avait pas oublié la scène de bagarre provoquée par l'aîné des Lane le jour où Charlie avait annoncé son départ de la maison. Il la détestait certainement, à quoi bon échanger leurs ressentis vu qu'ils n'avaient rien de similaires ? Ou c'était du moins ce qu'il croyait.

La discussion glissa alors sur la création du groupe et Jay contempla attentivement le regard de son frère. Il espérait y voir une forme de satisfaction, quelque chose qui lui montrerait qu'il avait réussi à l'impressionner. Un peu comme un chien qui attendait la récompense de son maître, mais il ne s'en rendait même pas compte – les gens lui répétaient sans cesse qu'il avait une tête de pitbull de toute manière. Le sourire de Seth était plutôt bon signe, même si le trentenaire resta sur ses gardes. Il était prêt à lui répondre lorsque le géant se mit tout à coup à l'agresser verbalement pour parler d'un enfoiré de l'UNISON. Qui ça ? Le type « rencontré » lors du traquenard ? Impossible, il avait juste dit son prénom ! Ce gars-là était plus futé que le texan ne le pensait et il ne put s'empêcher de baisser les yeux face aux critiques de Seth ; Ce n'est que lorsqu'il lui laissa une chance de parler que le trentenaire décida de tenter le coup. Posant les yeux sur le visage de son frère, il hésita avant de prendre la parole.

« J'veux pas vous laisser tomber, j'veux pas qu'tu penses ça. Mais.... » Il baissa les yeux comme pour réfléchir. « J'veux pas qu'ces types s'en sortent, t'vois ? J'veux pas lâcher l'groupe, même si j'suis pas l'seul à l'gérer. J'l'ai fait pour venger Charlie et j'm'y tiendrai. T'pourrais m'aider. J'sais qu'tu l'aimais pas trop, mais tu verras qu'on s'fait facilement du fric avec, donc prends au moins ça s'tu veux pas la venger ? » Il ignorait les intentions de Seth à ce sujet. « Pis j'savais pas qu'ce mec allait s'pointer, j'te jure ! J'lui ai rien dit, juste mon prénom, pis y pouvait pas deviner qui j'étais ! » Enfin il l'avait cru. « On a attiré les gars d'l'UNISON dans un dépôt pour leur faire piger c'qui allait s'passer et c'est l'grand chef qui s'est pointé. J'l'ai pas tué, mais j'lui a fait piger qu'il avait merdé avec Charlie, c'tout. » Mais maintenant il se sentait très con. « alors, j'sais qu'y m'cherche. J'ai pas peur d'lui, j'l'ai déjà calmé une fois. Mais j'savais pas qu'y viendrait chez vous.... Il a dit quoi Terry ? »

C'était relativement brouillon comme explication, mais le texan n'avait jamais été doué pour exprimer ses pensées, il parlait comme il pensait et c'était suffisant. Seth en avait l'habitude, il allait certainement savoir décoder ce fatras d'informations ! Mais il subsistait une zone d'ombre. Baissant les yeux vers le bras de son frère, il reprit.

« Et t'fais quoi avec ça ? » Un regard suspicieux en direction de Seth. « T'as pas l'idée d'te la faire quand même ? ! »

Bienvenue dans le monde des Lane !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mar 8 Mar - 1:52 Message | (#)

C’était du tout cuit depuis le début, Jay ne lâcherait pas le pourquoi. Il avait beau le presser comme un citron, faire ses gros yeux et élever la voix, le cadet de la maison avait toujours été une huitre particulièrement douée. Parfois, Seth se disait que son frère n’était tout simplement pas en mesure d’exprimer ses sentiments… Toutefois il croyait que c’était seulement en sa présence, et c’est ça qui le vexait, et le foutait en rogne. Il n’imaginait pas à quel point Jay pouvait avoir des difficultés à… Être avec les autres. Comme lui. Même s’ils avaient chacun leur façon de « gérer » cet état de fait. Pour l’heure, il devrait se contenter de la rengaine du ‘j’sais pas’ et il prit bien le temps de montrer que ça lui déplaisait. Sourcils froncés, gueule grimaçante, il passait d’un pied à l’autre comme une bête nerveuse lorsqu’il coupa court à la discussion.

« C’est ça t’as raison, continue à m’raconter des bobards. À t’écouter, t’sais jamais rien. Et bah tu sais quoi ? Fous-la-toi là où j’pense, la vérité. »

Il n’avait pas hurlé, son ton était resté plutôt… Égal. Tout était relatif, il respirait bruyamment et paraissait agité, mais dans les critères sethiens, il paraissait plutôt placide. Peut-être parce qu’avec cette histoire d’Ymir il flairait déjà qu’il serait plus intéressant de ne pas braquer son frangin, et qu’il y avait moyen de le récupérer d’une manière ou d’une autre. Cela restait l’objectif. C’était un Lane, son cul devait être chez les Lane, et il devait œuvrer pour les Lane. C’était ce qui devait être. Etait-ce pour autant ce que Jay avait en tête ? La question était posée… La réponse mit du temps à venir, ce qui crispa déjà le géant, mais elle finit par sortir et fut moins agaçante que ce qu’il aurait pu imaginer. Il lui ressortit la litanie de la vendetta, ce à quoi Seth adhérait sans mal. Pourtant, cela ne semblait pas évident dans l’esprit de Jötunn… Il pensait qu’il s’en foutait, qu’on ait buté Charlie ? Il s’était persuadée qu’il n’en avait rien à foutre de la blonde, qu’elle l’avait mérité, qu’elle existait plus pour lui depuis longtemps. Néanmoins, elle portait leur nom, et à ce titre, son meurtre ne pouvait pas rester impuni.

« C’était une lâcheuse et une garce. Mais c’était ma sœur, à moi aussi. » Ces mots-là étaient râpeux, ils lui arrachaient la gueule. Il avait la langue pâteuse et semblait dégoûté par ses propres paroles : pas parce qu’elles étaient fausses, mais parce qu’il les trouvait stupides. C’aurait été plus simple de ne pas se sentir concerné par la vie de Charlie. « J’veux ces fils de pute morts, et qu’ils sachent que c’est un Lane qui les a buté. Et j’veux que tout le monde soit au courant, dans tout l’Cartel. Il s’en sont pris à la mauvaise famille. » Ferme sur cette position, il avait beau posé son bras naturel à sa ceinture, se faisant plus large qu’il l’était déjà. Quant aux démêlés avec l’UNISON, ils débouchèrent au final par un vrai regard intrigué. « Donc, pour la venger, t’as tendu un piège et t’as chopé l’commandant ? » C’était pas si mal comme prise, pour un petit frère. « Pas mal. Il s’est bien gardé d’le dire, ça. Devait pas en mener large. » C’était sans doute ce qui pouvait sortir le plus proche d’un compliment dans la bouche de Seth, et Jay était fort bien placé pour le savoir. Il n’était pas le plus encourageant des hommes… « Terry a dit des trucs de Terry. Qu’on avait rien à dire à un pseudo poulet, surtout pas un v’nu nous dire comment gérer la mort de quelqu’un d’la famille. » Dans sa tête, il n’avait pas besoin de préciser qu’ils n’avaient pas vendu Jay. Au contraire. Même si par le passé c’était souvent pour leur propre intérêt, ils ne balanceraient jamais leur frère, c’était comme ça. « Et c'est chez nous qu’il est v’nu. J’t’ai pas viré d’la maison, que j’sache. Même si t’l’aurais bien mérité. » Pour sûr ! Mais ce n’était pas facile de virer quelqu’un qui avait disparu, le principe était malgré tout posé. Sans compter que par un détour, il réaffirmait malgré tout la légitimité de Jay dans la famille. Ça valait ce que ça valait…

C’était en tout cas ce qu’il possédait de plus précieux. Bien plus que le bout de métal tarabiscoté – mais terriblement efficace – qu’il se trimbalait. Suivant le regard de Jay, il brandit l’assemblage avec une arrogance non dissimulée, qui se transforma en une moue libidineuse au possible à la question ultime. Rien que cette gueule-là, avec la langue qui passe sur la lèvre inférieure, suffisait à confirmer le pressentiment de son frangin. « J’tire sur des trucs avec ça. Et c’est monté sur un piston, t’verrais les patates que ça peut foutre ! Et j’l’ai même pas encore utilisé au pieu… J’réserve ça à cette nana. Elle va se souvenir du poutrage en règle toute sa vie ! » L’imagerie utilisée rappellerait sans nul doute à Jay de chaleureux souvenirs de leur vie commune passée, quand il devait dormir parfois dans la même pièce que Seth et ses ‘conquêtes’, à peine protégé des ébats par un paravent de fortune. Le bon vieux temps ! Certes, il y avait beaucoup de gueule pour peu d’action pour le moment, même s’il comptait bien parvenir à ses fins avec la rouquine responsable de ce carnage. Jay aurait peut-être la chance d’en être témoin…

Tout à ses pensées, Seth ferma son point mécanique avec un large sourire et, trouvant qu’il était temps d’en venir au plus sérieux de leur affaire, il posa sa main de chair sur l’épaule de son frangin. Pas pour lui faire tomber les prunes cette fois-ci, mais bien pour imposer un rapprochement et une certaine emprise, littéralement physique.

« Alors, si j’comprends bien… T’veux que j’rejoigne ton groupe ? C’était dans mes plans avant même que j’sache que c’était à toi. » La présence de Jay dans les rangs d’Ymir changeait énormément de choses mais fondamentalement, les besoins de la famille et de Seth restaient les mêmes. « J’veux du fric. Et j’veux que tu r’viennes chez nous. J’en ai plein l’cul d’entendre Earl parler de ta gueule. » Alors même que le coureur de jupons n’était pas celui qui avait le plus mal pris le départ du dernier de la bande, mais c’était plus facile de se décharger sur lui. On a bien dit qu’on ne parle pas de ses sentiments personnels dans la famille. « On peut faire un deal, petit frère. T’as prouvé que t’étais p’t’être pas qu’un gland, avec c’groupe… J’respecte ça. » Ce n’était même pas un mensonge. Seth était une brute caractérisée, pas éduquée, pas finaude, mais il avait une intelligence situationnelle. Il savait très bien voir les opportunités quand elle lui passait sous le nez. Or Jay valait la peine qu’il mette de l’eau dans sa vinasse. « Qu’est-ce que tu dis d’ça : j’te rejoins, j’t’aide à venger Charlie comme t’as envie d’le gérer, et j’protège tes arrières. En échange j’veux toucher plus qu’au Circus, et qu’tu arrêtes d’me servir qu’des mots. Si t’as pas honte d’être un Lane, faut le prouver. » Il éleva légèrement le menton, étudiant le visage de son cadet. Sous ses cheveux trop longs et en passant outre son expression généralement fermée, il avait toujours eu un air d’angelot, le bébé Lane. « Faut arrêter d’se cacher. Tu peux avoir un groupe, autant d’potes que tu veux, des gonzesses, peu importe. Mais t’as qu’une famille. Trois frères, et c’est les seules personnes dans ce monde de merde qui te lâcheront jamais. » Sa main se raffermit sur la chair de son frère. « La famille c'est sacré, faut pas la laisser tomber. » Et la boucle est bouclée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 8 Mar - 11:39 Message | (#)

Jay savait très bien que Seth n'était pas stupide. Oh, il n'était pas aussi brillant que certains types du Cartel, mais il avait son intelligence à lui, le genre qui permettait de survivre dans la rue et dans un milieu aussi hostile que celui où ils avaient toujours vécu. Et ça, le texan le respectait. Il se sentait un peu mal de lui mentir aussi effrontément, surtout que ce comportement le débectait toujours chez les autres, mais il craignait aussi que les aveux soient pires que les mensonges. Jay avait toujours eu énormément de mal à comprendre ce que son aîné pouvait éprouver – comme quasiment tous les habitants de cette planète en vérité – donc autant dire qu'il ne voulait pas s'aventurer sur ce terrain à l'aveugle.
Mais ce n'était plus nécessaire puisque Seth finit par lui foutre la paix en abandonnant son costume d'agent du FBI en plein interrogateur. Il n'était pas content, mais c'était toujours mieux que ce que Jay avait craint en le reconnaissant.

Son inquiétude fut encore allégée quand il entendit son interlocuteur confirmer que malgré le comportement de Charlie, il la considérait encore comme une Lane. Bien peu doué pour masquer ses expressions, Jay dût certainement arborer un air soulagé qui ne put être que renforcé par l'aveu concernant l'UNISON. Même s'il n’en doutait pas une seule seconde, c'était toujours rassurant de savoir que ses frangins l'avaient couvert et que ce type n'en savait pas davantage qu'au moment où ils s'étaient rencontrés.... même s'il y avait une chance pour qu'il ait compris qu'il avait affaire à un frère vengeur plutôt qu'à un coupable qui cherchait à fuir. Tant pis, au fond, c'était même préférable vu qu'il chercherait certainement moins à les retrouver pour se concentrer sur les coupables. Enfin, Jay l'espérait, mais il en doutait un peu : l'UNISON se foutait de la mort de Charlie.
Il haussa finalement les épaules lorsque Seth lui rappela qu'il était encore de la famille.

« J'sais bien... » Il l'avait largement mérité, c'est un fait. « Mais l'est assez balèze c'gars, puis l'a une grande gueule, ptain. » Il n'avait pas oublié ses fanfaronnades. « Faudra qu'on fasse vite j'pense. »

Pour venger Charlie et s'assurer que personne ne le ferait avant eux. Si l'UNISON leur mettait la main dessus, ils finiraient en prison et seraient libérés dans quelques années à cause de ce système judiciaire pourri, tandis que si les Lane leur tombaient dessus, ils finiraient dans le caniveau après avoir bien douillé. Autant qu'eux après la mort de Charlie.

Finalement, tout se passait relativement bien entre eux, plus que Jay ne l'avait craint. Le seul point négatif fut le moment où Seth jugea utile de lui préciser ce qu'il comptait faire à cette gonzesse qui lui avait boulotté une partie. Pour le coup, le texan songea qu'elle aurait mieux fait de s'attaquer à une autre partie et qu'ils auraient tous été un peu plus tranquilles – à la manière de matous castrés qui préféraient griller devant le feu de cheminée que courir la gueuse – mais il regretta aussi ces pensées. C'était son frère, il supporterait ses... penchants discutables. Malgré tout, une légère grimace apparut sur le visage du trentenaire alors qu'il s'empressait de clore le sujet.

« C'bon, j'veux pas en savoir plus ! »

Il se demandait même pourquoi il avait posé la question alors qu'il connaissait parfaitement son frère. Peut-être pour retrouver les bonnes vieilles habitudes ? En tous les cas, le sujet sérieux revint rapidement puisque Seth décida de répondre à sa proposition d'intégrer les Ymir. Visiblement, c'était son objectif initial et il n'avait pas changé d'avis, mais la perspective de rentrer à la maison l'inquiétait un peu. Est-ce que Terry serait aussi conciliant que Seth ? Il l'avait toujours pris pour un bourrin tandis que c'était lui qui s'occupait de réfléchir, il risquait d'être contrarié de voir que finalement Jay aussi savait se débrouiller seul. Mais c'était sans doute le meilleur moyen de prouver à ses frangins qu'il ne les avait pas oubliés. Regard posé sur le visage de son frère, Jay fut finalement convaincu par les dernières paroles de Seth. Combien de fois les avait-il entendues ? Trop pour les dénombrer, mais elles faisaient toujours le même effet.

« J'sais bien. » C'était la vérité. « Ok, j'rentre à la maison. » Finalement, c'était venu assez naturellement. « D'toute manière t'gagneras largement plus qu'là-bas. À ton avis, pourquoi on a pas d'emmerdes pour trouver des gars ? Y'en a un paquet qui viennent du Circus d'ailleurs.... » Ce qui lui fit penser à Carmen. « Comme Carmen. C'est avec elle qu'j'ai fait l'groupe, pis vu qu'tu la connais, j'aurai même pas à t'imposer. » Surtout si Mike avait vu que Seth était une grande gueule, il pourrait être méfiant. « J'prenais pas ma part pour l'moment, alors j'te la filerai aussi, on change pas les bonnes habitudes. » Ça avait toujours été lui qui faisait le « boulot honnête » pour ramener du fric à la maison, pourquoi changer ça ? « T'sais, j'ai pas honte d'être un Lane sinon j'aurais changé d'surnom pour être sûr qu'vous m'retrouveriez pas. » Un léger regard de défi comme s'il le défiait de dire le contraire. « Enfin y'a juste un truc qu'faut qu'tu saches pour l'groupe... » Il le fixa dans les yeux sans chercher à se dégager de la poigne de Seth. « … on a dit qu'la drogua était interdite, faudra t'y tenir s'tu voudras pas qu'les autres gars râlent. On a fait un groupe, pas un royaume comme la César. »

Il sous-entendait que si les gars n'étaient pas contents, ils ne se gêneraient pas pour le dire et que les « grands chefs » ne se la joueraient pas « empereurs tous puissants » comme Atia pouvait bien le faire. Une manière de lui faire comprendre qu'il devrait se plier aux règles comme les autres, mais pour le coup, Jay devait avouer qu'il n'avait aucune envie de changer cet état de fait. Depuis le temps qu'il essayait de les faire décrocher ! Il avait fallu que Charlie décède pour qu'il y arrive, douce ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Ymir
avatar

Généralités

ϟ Nombre de Messages : 254
ϟ Nombre de Messages RP : 104
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Kevin Durand
ϟ Âge du Personnage : 40 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Tout ce qui passe et qu'est crasse
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationExploitsDestinCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 12 Mar - 18:49 Message | (#)

Seth avait simplement hoché la tête pour sceller l’échange. Pour lui, cela ne faisait pas le moindre doute qu’ils parviendraient à trouver ceux qui avaient tué Charlie avant l’UNISON. Le gars qui s’était pointé chez eux avait fait le malin, mais il était clair comme de l’eau de roche qu’il avait que dalle. Contre eux, et contre quiconque. Il pataugeait dans la semoule, comme tout son organisme, les couilles tenues par les politiques et servant de paillasson à la Légion des Etoiles. Pas grave, ils se débrouilleraient mieux sans ces pingouins. Ils n’avaient jamais eu besoin d’une quelconque autorité pour régler leurs affaires – d’ailleurs, les passages en taule qu’il avait essuyé l’avaient plus plongé dans le crime que toutes les conneries qu’il avait faites dans sa vie. C’est dire.

Le gaillard était soulagé de voir que Jay, bien que chef de groupe et plus aguerri qu’à l’époque, avait toujours sa gueule de bébé ouvertement lisible. Son visage se tordait sensiblement selon ses émotions, même si pas l’ombre d’un sourire ne venait l’égayer. Ça, ça n’avait pas changé. Seth réalisa au passage qu’il ne se souvenait pas de la dernière fois où il avait entendu son frangin rigoler, ou même quand il l’avait vu sourire. Il ne savait pas trop quoi faire de ce constat, et le balaya donc dans un coin de sa tête comme tous les trucs qui le dérangeaient. Tant pis, il y penserait plus tard. Peut-être. Pour le moment, c’était plus drôle de se foutre un peu de sa vierge de frère.

« C’quoi ton problème ? M’dis pas que t’es toujours aussi puceau ? » C’était un truc qu’il avait jamais compris chez son cadet. C’était loin d’être le plus vilain des Lane, il avait même ce petit côté poupin que les filles adorent tout en ayant une allure de bad boy à faire fondre, et pourtant, il en faisait rien. Mais genre, rien du tout. Il l’avait jamais vu ramener une nana à la maison, ni même en fourrager une dans un coin. Incompréhensible. « Va falloir qu’on fasse un truc pour t’arranger. Tu peux pas t’traîner ton air de vilain garçon qui fait suer les filles d’entre les cuisses et pas en profiter. T’pourrais t’faire des affaires avec ça, et puis, ça t’détendrait. T’es tendu comme une trique. »

C’est-y pas un bon grand frère qui se soucie du bien-être du petit ? Un peu, quand même ? En plus, il se disait bien dans un coin de sa tête que les futures conquêtes de Jay auraient forcément des copines. Il arriverait bien à en coincer une de temps en temps pour son propre plaisir. Pas fou, le Seth. Et content avec ça, car Jay avait la bonne idée de ne pas le contrarier et d’accepter de revenir au bercail. Leur vieille bicoque pourrie ne transpirerait pas pour autant le bonheur, mais quand même, il pressentait que la vie serait… Mieux ?

« Bien. » Conclut-il avec une risette fière qui lui coupait le visage en deux. Sa large main lui tapota la joue en même temps, dans un geste qui se voulait mi-viril mi-affectueux. Cela dit, heureusement que Jay n’était pas sensible à la douleur, parce que les tapes amicales de Seth filtraient avec les baffes. « Ah, faut que j’te dise, la vieille est pas là. » Il se souvenait vaguement qu’elle lui avait dit un truc à propos d’un gars qu’elle besognait, mais il était trop plein – d’alcool et autres substances – pour se rappeler correctement l’échange. Qu’importe, il s’en foutait bien de ce qu’elle faisait. Jay évoqua ensuite une certaine Carmen et cette fois, Seth n’eut pas trop de mal à resituer la personne. « Quoi ? Tu bosses avec cette bouledogue ? » La combattante n’était pas moche, mais Seth ne la portait pas vraiment dans son cœur – à noter que cette situation n’était pas exceptionnelle. « Pff. Sérieux. T’as choisi d’monter un truc avec une féministe à 2$... C’est pas elle que tu vas pouvoir te taper vite fait. T’la détestais pas, en plus ? » Il se souvenait maintenant que Jay et Carmen avaient combattu l’un contre l’autre au Circus, et il n’avait pas l’impression qu’une amitié était née à ce moment-là. « Bah… Au moins, elle a l’air pro. Et j’suis sûr qu’elle me veut cette cochonne, derrière ces airs de coupeuse de burnes. » Nul doute que la cohabitation à Ymir promettait d’être intéressante. Cependant, avec une double part de fric, Seth était largement prêt à supporter toutes les féministes de Star City. La déclaration de Jay, qui souligna que filer son argent à ses frères était une habitude, ne l’interpella même pas. C’était complètement naturel à ses yeux, il n’y avait aucune raison de le remettre en cause. « Tu prenais pas ta part ? T’es siphonné. » Son objectif était donc vraiment de venger leur sœur… Seth n’avait rien contre, mais ça n’empêchait pas de faire rentrer le cash. « Tu saurais même pas comment t’appeler autrement, Jötunn. » Typiquement, c’est pas qu’il avait croisé et compris ce regard défiant que Seth avait réagi, soutenant le regard du benjamin de la famille. La petite provocation le titillait agréablement, mais il allait rapidement déchanter avec le sujet suivant.

Comment ça, pas de drogue ? La première réaction de Seth fut de s’esclaffer à gorge déployée. Il n’imaginait même pas qu’un groupe du Cartel Rouge puisse imposer ce genre de règles : la Méta-X circulait à plein régime, sortant directement des entrepôts de la César, et tout un tas d’autres drogues inondaient les ruelles des bas quartiers de la ville. Tout le monde consommait.

« Ah, ah ! C’est ça ouais. Pas de drogue, et on doit t’embrasser la teub’ à chaque retour de mission. » Il devait quand même reconnaître que Jay avait gagné et développé un sens de l’humour subtile depuis la dernière fois où ils s’étaient vus. « Tu t’y es toujours pas mis ? » Il n’avait jamais tenté d’initier Jay – ça aurait fait moins de poudreuse pour sa propre consommation – mais ce dernier avait vécu dans une maison où les planques étaient nombreuses, et où ses frères s’imbibaient régulièrement. Les deux frères n’avaient que six ans d’écart, mais Jay avait tout juste huit ans quand il avait vu pour la première fois Seth s’endormir dans son propre vomi après avoir descendu les bouteilles de gin de leur mère – il en avait pris, des coups de balais sur la gueule, pour ça – et seulement un ou deux ans de plus la première fois que son aîné avait ramené de la marijuana, puis rapidement des tablettes à la maison. Earl et Terry avaient suivi, mais ils restaient plus raisonnables que Seth. Ils tenaient moins la distance que lui, qui abusait et réabusait sans problème. Du moins, c’est ce qu’il disait. Ses frères n’étaient venus qu’une seule fois le récupérer à l’hôpital et ignoraient complètement que leur aîné avait fait plus de séjours – qui lui sapaient une bonne part de son fric à chaque fois, et sa santé, mais ça, on s’en fout non ? Il avait été à peu près sobre durant sa courte cohabitation avec Nancy, et avait replongé sitôt la gueuse hors de sa vie. En somme, il n’était pas dans la bonne disposition pour arrêter.

« Si tu m’faisais rencontrer les autres au lieu de raconter des conneries ? »

Il avait déjà fait la ‘connaissance’ du petit Mike, mais il était grand temps qu’il se frotte au royaume – non, pardon, au groupe ! – de son petit frère. Il n’avait aucune idée du nombre de types à ses ordres, et de quelle pouvait être leurs spécialités. L’ambiance variait beaucoup d’un groupe à l’autre et Seth se demandait bien quel genre de style le dernier des Lane avait imposé. A moins qu’il ait laissé la Carmen s’occuper du relationnel ?

« Ils connaissent ton vrai nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis comme toi on se ressemble sang pour sang ; Trip et bouche cousue telle est la devise de ma clique Stupeflip



Un bras à vendre au géant } Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» [vend] BRAS D'ARMURE
» Chez les Ombres [Armes&drogue]
» Maisons à vendre: 10 500$
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» cravane a vendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-