Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_1Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_2_bisLes relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 8 Déc 2015 - 12:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
1er décembre 2015

La sortie au restaurant qui avait malheureusement avorté commençait à remonter à quelques temps, mais Adrian n'avait pas osé recommencer depuis. Il y avait plusieurs raisons à cela, la première étant que la jeune femme avait d'autres choses à penser étant donné qu'elle était désormais la dirigeante d'une petite meute de lions-garous, mais il savait qu'elle avait aussi des affaires en cours avec l'UNISON. Sallah lui avait effectivement indiqué que le major Colt était venu au manoir pour chercher la demoiselle et Adrian se doutait que ce serait certainement une affaire très prenante qui ne lui permettrait pas de songer à beaucoup d'autres choses. D'un autre côté, la tentation était pourtant présente. Il songeait au fait que Rebekha devait prendre quelques pauses pour se changer les idées, sans quoi elle finirait par devenir folle à force de passer de son rôle de lionne à celui d'agent de l'UNISON. Mais il y avait toujours ce sentiment de culpabilité qu'il éprouvait en songeant qu'il risquait de la monopoliser alors que des tas de gens avaient besoin d'elle.
En bref, ce n'était pas facile.

Ce matin-là, l'Archimage s'était relevé relativement tôt pour travailler dans son laboratoire et essayer de trouver quelques informations sur divers sujets. Ces derniers temps, la situation de Rebekha prenait la majorité de son temps, mais récemment il s'était produit autre chose qui l'avait poussé à mener une seconde recherche de front. Il s'agissait de l'adolescente rencontrée au musée, cette Callie Smith qui disait venir d'Angleterre et qu'Adrian avait vu arborer une bague qui lui rappelait étrangement quelque chose. Il s'agissait quasiment de la même que celle qu'il avait offerte à son frère avant de partir pour l'Afrique. Le vieux mage avait fouillé ses papiers pour dénicher d'anciennes photographies de famille et avait fini par en trouver une où figurait la bague. Calvin l'avait porté assez brièvement après l'avoir reçue, puis il l'avait retirée et Adrian ne l'avait plus vue à son doigt lorsqu'il était rentré après une longue période d'absence. Peut-être qu'il l'avait vendue et que Callie l'avait récupérée ? À moins qu'elle ne lui ait volontairement menti sur son identité.

C'est donc après quelques heures passées à essayer de retrouver la trace du bijou qu'Adrian avait fini par quitter son laboratoire. Sallah et Rebekha étaient au rez-de-chaussée et il décida de les rejoindre. L'égyptien était toujours dans la cuisine, mais il sifflotait tranquillement, signe que l'agent avait bel et bien été adoptée. Il ne l'avouerait jamais, mais Adrian le connaissait assez pour décrypter son comportement. C'était assez rassurant de savoir que deux personnes qu'il aimait sincèrement s'entendaient bien, surtout sachant qu'elles vivaient sous le même toit.

Il se dirigea vers le salon pour y trouver Rebekha. L'endroit était douillet et la cheminée allumée : Sallah était un véritable frileux et surchauffait souvent le manoir, mais cela provoquait aussi une atmosphère agréable. L'Archimage se dirigea vers la jeune femme pour s'asseoir à ses côtés sur le canapé.

« Bonjour, vous allez bien ? »

La question était sincère et non juste banale. Le vieux mage n'ignorait plus qu'elle avait fréquemment des cauchemars et il espérait sincèrement que ces derniers s'étaient un peu apaisés avec sa condition de garou, même s'il n'y croyait pas spécialement. Ajoutez à cela qu'elle avait récemment dû tuer quelqu'un – par sa faute – et vu compreniez aisément que les craintes d'Adrian étaient légitimes.

« Je ne vous en ai pas parlé récemment, mais j'ai trouvé quelques informations qui pourraient vous être utiles. J'avais déniché un livre sur les lions-garous, malheureusement il est dans une autre langue et j'ai dû demander de l'aide pour le traduire. Mais comme les malheurs n'arrivent jamais seuls, le livre a été gravement abîmé par accident et je n'ai plus la possibilité de récupérer ce qu'il contenait... » Il avait apporté quelques papiers avec lui et les posa sur la table basse. « Mais de ce que j'ai pu comprendre, ces informations vous serviront déjà maintenant. Elles concernent les chefs de meute, ou je n'ai pas le terme exact... »

Il fit glisser les feuilles vers elle, ne tenant pas à exprimer oralement ces découvertes. En somme, il était noté qu'un groupe devait être dirigé par un alpha et que ce dernier avait une influence sur ses « protégés », pouvant leur imposer ses choix comme il pouvait forcer leur transformation. Il était aussi précisé que l'alpha devant se reproduire avec tous les membres du sexe opposé de la meute pour la faire perdurer et indiqua enfin que l'appartenance à un tel groupe était obligatoire puisqu'il n'y avait pas de traces d'un lion ayant survécu seul. Ils savaient plusieurs de ces choses grâce à Nicky, mais d'autres étaient inédites.
Après quelques instants de silence, il leva les yeux vers elle.

« Et comment ça se passe ? »

Avec ses nouveaux amis, bien évidemment.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 9 Déc 2015 - 10:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le mois de novembre avait été riche en émotion. Après s’être vue propulsée au statut de Regina (femelle du Rex, comprenez Reine-Lionne) et avoir dû prendre plusieurs personnes à sa charge, un nouvel élément avait relancé le projet secret Apollon auquel elle appartenait depuis sa création ou presque, ce qui l’avait tenue éloignée du Manoir et d’Adrian, la forçant à passer beaucoup de temps avec Gabriel et ses lions. Évidemment, ce n’était pas une réelle corvée puisque le Major était son meilleur ami depuis des années et que ceux qu’ils avaient délivré lui étaient reconnaissants pour tout ce qu’elle faisait pour eux, mais quand même… Sa relation avec Adrian stagnait. Depuis qu’ils s’étaient avoués leurs sentiments, ils dormaient juste ensemble pour empêcher Rebekha de faire des cauchemars et de se sentir trop seule. Et encore, pas tous les soirs, seulement ceux où elle n’allait pas chez sa grand-mère où une partie des lionnes avaient été installés.

La vieille dame avait appris quelles étaient les obligations de sa petite fille envers ce groupe et avait tout naturellement ouvert sa porte, arguant que cela lui ferait de la compagnie, qu’elle était heureuse de rendre service, et ne laissant pas vraiment le choix à l’agent qui avait été soulagée de confier Alyson, Beth et Tania aux bons soins de Mamy Blake. Toutes trois avaient été brutalisées et avaient subis des sévices, mais elles refusaient de quitter Star City pour recommencer à zéro dans une autre ville. Pour Alyson, c’était à cause de sa famille avec qui elle avait désormais pu renouer des liens. Pour Beth, c’était par fierté et pour Tania, c’était parce que rien ne la séparerait jamais de Beth. Toutes les trois avaient été témoin et subis des horreurs que Rebekha ne voulait même pas imaginer même si elle le devait bien puisqu’en plus du rôle de Regina, elle assumait celui de psy qui était totalement dans ses compétences. Les trois femmes dormaient dans son ancienne chambre, Rebekha avait acheté un grand lit rond pour qu’elles soient à leur aise et parfois, elle devait dormir avec elles. Une activité qui lui semblait toujours extrêmement bizarre, surtout que les trois lionnes n’avaient visiblement aucune idée du sens du mot pudeur, mais elle éprouvait aussi un réel bien être, une sensation d’être complète.
Par contre, elle refusait toujours que le jeune Damian et l’un peu trop sexy pour être honnête Jonathan se joignent à elles. Le premier, parce qu’il n’avait que quinze ans et même s’il était orphelin et que Rebekha était en train d’entamer les démarches pour l’adopter officiellement, elle n’était pas sa mère et refusait de dormir nue avec un ado. Le second, parce que même s’il était gay, elle trouvait que ce serait indécent envers Adrian. Déjà qu’elle n’osait pas lui avouer qu’elle dormait avec Alyson, Beth et Tania par peur de sa réaction… Après tout, il était âgé de plus de cent ans et avait des mœurs en adéquation avec son âge.
Bref, quel bordel dans sa vie.

Elle était rentrée à l’aube et Sallah l’attendait pour le petit déjeuner. L’égyptien était toujours aussi peu loquace mais Rebekha jugeait qu’il devait l’apprécier vu les plats délicieux qu’il lui préparait en quantité, se pliant à son régime alimentaire un peu particulier désormais, riche en protéine. Elle était enfin parvenue à stabiliser son poids et se sentait moins en conflit avec elle-même depuis qu’elle avait trouvé une Fierté. Elle songea au fait que c’était quand même un comble de se retrouver « reine » alors que petite, elle n’avait jamais voulu être même princesse quand Adrian entra dans la pièce. Sirotant son café avec ses jambes pressées contre elle, l’agent releva la tête et lui sourit. Elle eut immédiatement envie de le toucher mais s’obligea à rester tranquille. Il n’était pas très à l’aise avec les démonstrations d’affection, déjà qu’il dormait à peine quand elle se glissait dans son lit…
Et pas parce qu’ils s’envoyaient en l’air toute la nuit.

Bonjour ! Je vais très bien, et vous ?

La réponse était sincère. Même si sa vie était un beau boxon, Rebekha commençait à s’y habituer, à reprendre le cours normal des choses. Évidemment, elle était loin de se faire confiance mais l’amélioration du collier la rassurait. Si elle dérapait, elle ne serait pas capable de faire du mal à qui que ce soit.

C’est Rex pour un homme et Regina pour une femme. Nicky m’en a parlé avant de repartir.

Heureusement, l’agent avait son numéro en cas de besoin. Bien entendu, elle aurait pu s’en remettre à son Rex mais elle ne l’avait jamais rencontré, contrairement à l’autre lion.

Elle posa sa tasse de café et tendit la main vers les feuilles qu’il lui avait glissé, les lisant rapidement et retenant la moindre ligne, grâce à sa mémoire. Ses doigts se crispèrent sur la traduction quand elle lut la partie sur la reproduction, puis elle leva les yeux vers Adrian, cherchant à percer les secrets de sa grille émotionnelle avait de se gifler mentalement. Ce serait une violation de sa vie privé, puis pas besoin d’être devin pour savoir qu’il était mal à l’aise et peut-être malheureux à l’idée qu’elle se tape Jonathan et Damian pour faire des bébés lions.
Non mais quel ramassis de conneries.

Je ne sais pas si votre traducteur vous a fait une mauvaise blague ou si ça se passe comme ça dans d’autres meutes mais je refuse catégoriquement de m’accoupler avec quelqu’un d’autre que vous. Elle avait conscience que c’était très cru mais au moins, il comprendrait. Et ce même si Jonathan n’avait pas été gay et que j’avais été branché cougar. Bon sang, c’est peut-être vrai pour les garous pur-sang, Nicky m’a expliqué qu’il y avait une différence, mais je ne compte pas monter un élevage ! J’ai trois femmes traumatisées à qui je fais suivre une thérapie et croyez-moi, il y a des choses difficiles à entendre. En plus d’un gamin orphelin et un… Bon Jonathan est encore celui qui s’en sort le mieux et il m’aide beaucoup, mais au mieux c’est un ami, rien de plus. Un ami qui vit dans mon ancien appartement avec Damian certes mais je n’allais pas mettre tout le monde chez ma grand-mère et puis… Elle secoua la tête, se rendant compte qu’elle parlait beaucoup trop vite. Reposant les feuilles un peu trop violemment, elle entendit la table grincer en signe de protestation.

Elle ferma les yeux et inspira profondément. Elle n’était pas énervée contre Adrian, quoi que peut-être un peu… Pensait-il vraiment qu’elle aurait été capable de le tromper ? Bon certes ils n’étaient pas très loin dans leur relation mais quand même.

Quand je vous ai dit « je vous aime » c’était sincère. Je pars du principe que nous formons un couple puisque nos sentiments sont réciproques. Alors je ne vous tromperais pas. Jamais. La seule chose… Elle hésita une seconde. Quand je ne dors pas ici, je dors avec les filles chez ma grand-mère et apparemment il y a une… Une sorte d’habitude, ça leur fait du bien de dormir comme une portée de chiot, enfin vous voyez. Toutes ensemble, les garous se sentent mieux peau contre peau. Nue quoi. Il comprendrait certainement le sous-entendu. Ou pas. Mais on ne couche pas hein ! Enfin, on dort juste quoi, c’est ce que je veux dire.

Elle faillit ajouter « comme nous quand je viens dans votre lit » mais elle se retint, de peur qu’il n’y voit un reproche. Elle savait très bien qu’il avait des mœurs d’un autre temps, elle l’avait accepté et ne comptait absolument pas commencer maintenant à lui forcer la main ou exiger quoi que ce soit. Rebekha n’avait jamais été une accro au sexe, elle vivait bien sans mais elle ne pouvait pas nier avoir envie d’un rapprochement un peu plus physique avec Adrian. Après tout, elle l’aimait et… Oui, si elle devait perpétuer quoi que ce soit, ce serait dans ses bras. Lion ou pas lion. Elle préférait Archimage, de toute façon.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 9 Déc 2015 - 14:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
C'était relativement compliqué de conserver une expression neutre alors qu'il était clair que ce qui était noté sur le papier n'enchantait pas Adrian, loin de là ! En vérité, il était partagé entre son envie de laisser Rebekha mener sa vie de lionne et une pointe de jalousie qu'il ne se connaissait pas. Il n'avait jamais été du genre égoïste, du moins plus depuis qu'il était de retour d'Afrique et ce n'était donc pas commun pour lui de ressentir de la jalousie. Mais c'était bien ce sentiment qui lui serrait le cœur lorsqu'il l'imaginait avec quelqu'un d'autre, non ? Logiquement, s'il l'aimait, il devait accepter qu'elle fasse certaines choses pour être en accord avec sa nouvelle condition, d'où son hésitation sur la question.

Il évita soigneusement de la regarder lorsqu'elle consulta ses notes, songeant que ce qui figurait dessus allait peut-être passer au second plan, mais ce ne fut pas le cas, au contraire. Rebekha semblait avoir compris que cette annonce ne pouvait que le contrarier, ce qui était assez logique d'un côté, ce qui la poussait à vouloir le rassurer. Mais honnêtement, il n'était pas certain qu'elle se rende compte qu'elle ne serait peut-être pas maîtresse de ses actes si c'était inscrit dans les gènes des garous. La preuve : elle n'avait pas réussi à retenir sa transformation lorsque l'ancien chef de meute l'avait défiée.

Bien sûr, ses déclarations étaient rassurantes et il ne demandait qu'à la croire sur parole, mais il y avait toujours ce doute. Surtout qu'elle semblait en colère. Pourquoi ? Parce qu'il semblait envisager qu'elle puisse agir ainsi ? Très franchement, cela aurait été le cas s'ils étaient restés de simples collègues et pas seulement parce qu'elle aurait été célibataire, mais parce que c'était la suite logique de son instinct. Pourquoi devrait-il agir différemment maintenant qu'ils avaient une relation ? Le côté animal se fichait pas mal de ce genre de détails. Il était juste pragmatique. Le regard d'Adrian se posa finalement sur celui de la demoiselle tandis qu'elle lui avouait qu'elle dormait de temps en temps avec les autres filles. Bizarrement, cela ne le perturbait pas autant que s'il s'agissait des deux autres lions – même s'il n'en était pas enchanté pour autant, c'est un fait. Mais les doutes persistaient, non pas à cause de Rebekha, mais uniquement en raison de sa nature.

Il lui fallut quelques secondes de silence et de réflexion avant de pouvoir répondre. Il emprunta un ton aussi calme et posé que possible, cherchant à ne pas la mettre mal à l'aise.

« Vous savez Rebekha, si je ne vous en ai pas parlé avant, c'est parce que j'ai conscience que vous vous trouvez dans une situation difficile. Je veux dire... vous vous découvrez une nouvelle nature, vous apprenez à peine comment vivre avec, il me semble évident que ce n'est que le début et que vous ignorez ce qui vous attend à l'avenir. » Adrian tournait un peu autour du pot. « Ce que j'essaye de vous dire, c'est que si vous pensez que c'est secondaire aujourd'hui, peut-être que dans quelques semaines, ce sera devenu naturel. Ce n'est pas votre logique humaine qui dirige vos actions, sinon vous pourriez vous empêcher de manger autant de viande ou encore d'entendre ou de sentir tout ce qui est à votre portée. » Et elle ne pourrait pas le nier. « Je ne veux pas que vous vous vexiez de ce que je dis Rebekha. Je sais que vous n'êtes pas le genre de femme à être infidèle ou à collectionner les conquêtes, je vous respecte trop pour émettre une telle idée, mais les choses ne sont plus les mêmes depuis que vous êtes devenue une garou, vous en conviendrez ? » Il lui jeta un coup d’œil rapide avant de regarder vers le feu. « Je n'ai pas envie que vous soyez mal parce que vous refoulerez certaines parties de votre nouvelle personnalité. J'ai accepté cette relation en sachant que vous n'étiez plus simplement méta-humaine, alors ça ne changera rien. »

En somme, il était clairement en train de lui dire que si sa nature de chef de meute lui dictait de s'envoyer en l'air avec tous les mâles de sa troupe, il accepterait. Pas de gaieté de cœur, c'est évident, mais bon, il n'allait pas la laisser renier ses instincts et en souffrir – comme lorsqu'elle n'avait pas sa dose de viande – Adrian préférait encore prendre sur lui que de la voir en difficulté. De toute manière, c'était à peine s'il avait agi comme un compagnon depuis qu'ils avaient décidé de tenter leur chance, il serait bien mal placé pour lui reprocher d'aller chercher ça ailleurs. Même auprès des autres lionnes, il n'était pas l'individu le plus tendre et affectueux qui existait. En somme, Rebekha n'avait pas à souffrir de son côté coincé, surtout qu'il n'était pas de sa meute.
Quelques secondes de silence passèrent avant qu'il ne hausse légèrement les épaules.

« Je ne verrais pas cela comme une tromperie. Je vous ai dit quels étaient mes sentiments à votre égard et ça signifie que je veux le meilleur pour vous. Même si ça doit englober certaines choses que j'aurais aimé éviter. » Ce qui témoignait d'une forme de jalousie. « Sinon, je ne vous aurais pas montré ça. Je l'aurais caché en espérant que Nicky ne vous en parlerait pas. » Il esquissa un mince sourire avant de la regarder. « Je sais que ça peut paraître étrange, mais j'ai eu le temps de comprendre que toutes les relations ne peuvent pas être aussi parfaites qu'on pouvait l'espérer et je vous rappelle que je connais pas mal de créatures magiques. Même si vous n'en êtes pas réellement une, certains de vos comportements sont assez similaires, alors rien que d'un point de vue professionnel, je comprendrais. » Nouveau haussement d'épaules. « Et pour le reste... comme je l'ai dit, tout ce qui compte c'est que vous soyez bien. »

Les discours, ce n'était pas vraiment son truc, mais il avait réellement envie de lui faire comprendre ce qu'il ressentait. Enfin, en partie, parce que ça lui coûtait de prononcer ces mots. Son cœur se serrerait certainement encore un bon nombre de fois en songeant à ce qui risquait de se produire, mais tant pis. Pour une fois, il fut sincèrement heureux que Rebekha ne puisse pas lire dans ses pensées. Et, comme pour montrer qu'il était sérieux, l'Archimage leva la main pour la poser sur celle de la demoiselle. Un geste certainement banal pour de nombreuses personnes, mais venant de quelqu'un comme lui, c'était une véritable attention.

« Désolé si je ne suis pas vraiment à la hauteur. »

Par là, il voulait parler du fait qu'il aurait dû être capable de l'aider davantage à comprendre sa nature de lionne – et pas uniquement sur ce plan-là – ou de la soutenir plus efficacement. C'était relativement pénible de se sentir inutile lorsque vous aviez l'habitude d'être la solution à tous les problèmes de magie.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 10 Déc 2015 - 11:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il ne voulait peut-être pas qu’elle se vexe mais c’était trop tard. Non pas parce qu’il la pensait capable de le tromper en cédant à ses instincts animaux, cela encore pouvait passer. Elle aurait pu le comprendre, c’était nouveau pour tous les deux, le texte qu’ils avaient lu était relativement flagrant et Bekha ne doutait pas une seule seconde que plusieurs Fiertés à travers le pays se conformaient à ces lois anciennes ou cédaient à leurs instincts. Elle était lionne depuis plus de deux mois maintenant et n’avait jamais eu envie de coucher avec qui que ce soit. Et elle doutait que l’orientation sexuelle de Jonathan poserait un réel problème s’il s’agissait de pur instinct animal. SI on suivait la logique d’Adrian, Rebekha aurait dû coucher avec tout le monde, même Nicky, et se mettre à pondre des bébés lions à la chaîne.
Sauf que cela n’arriverait pas, instinct ou pas, Nicky lui avait affirmé que la lycanthropie ne constituait pas la domination d’une des deux parties sur l’autre mais plutôt leur collaboration. Et, qu’à terme, elle garderait sa conscience totalement humaine sous sa forme animale. Depuis qu’elle avait une Fierté, sa dernière transformation avait été beaucoup moins pénible d’ailleurs. Comme quoi, il suffisait de peu de choses…

Mais non.
Ce qui la vexait au plus haut point, c’était cet aveu sincère, ce « je ne vous en voudrais pas » « ce ne sera pas comme une tromperie ». Elle eut une bouffée de rage totalement disproportionnée, ses émotions prenant une plus grande ampleur depuis qu’elle avait subis sa première transformation. Elle les ressentait avec plus d’intensité, comme si tout ce travail psychiatrique depuis l’adolescence n’avait servis à rien. Certes, elle vivrait plus intensément, mais à quel prix… ? La main que posa Adrian sur la sienne tempéra un peu cet accès d’agacement, lui permettant de répondre sur un ton moins glacial qu’il aurait dû être. Levant la tête, elle le regarda droit dans les yeux, sans toutefois retirer sa main.

Il y a un monde entre une relation qui n’est pas parfaite et ce que vous sous-entendez ! s’exclama-t-elle, piquée au vif. Je sais que vous ne pensez pas à mal Adrian, mais réfléchissez à ce que vous dites. Vous ne pouvez pas tout simplement affirmer que mon bonheur passe avant tout le reste, sur le même ton que « tiens il fait beau dehors ». Et vous, dans tout ça ? Et si vous me répondez que cela n’a pas d’importance, je vous le jure, je vous gifle. Vous êtes aussi important que n’importe qui. Et dans mon cœur, vous l’êtes même plus que beaucoup de monde. Ah et, j’ignore comment je dois prendre la comparaison avec la créature magique…

Elle le prenait mal en fait, mais son esprit rationnel l’enjoignait à se calmer, à fermer les yeux et inspirer profondément. Rebekha avait conscience qu’elle n’aurait pas dû s’emporter contre lui mais la vérité, c’était que les mots d’Adrian l’avaient blessée dans son amour propre. Elle ne voulait pas d’un jaloux maladif, mais là il donnait dans la jalousie laïque au point qu’elle en venait à se demander s’il n’était pas un peu trop altruiste pour son propre bien. A moins qu’il n’en ai rien à faire. C’était injuste de le penser, Rebekha en avait conscience, mais elle n’était pas dans la tête de l’Archimage. Heureusement pour eux deux.

…mais je ne suis pas une sorte d’animal qui va baiser à tout va, que ce soit aujourd’hui, demain, dans dix ans. Je suis humaine, j’ai reçu une éducation humaine, contrairement aux personnes concernées par le texte que vous m’avez montré si vous voulez mon avis, ou par toutes les créatures magiques que vous connaissez. Et je ne critique pas leur culture, mais je n’ai pas choisi d’y appartenir alors dans ma Fierté, tout cela n’arrivera pas. Jamais.

Elle se leva brusquement, brisant le contact entre eux.

C’est moi la Regina, c’est moi qui décide.

Le ton employé était sans appel et ne laissait pas place à toute nouvelle forme de contestation.

Ce n’est pas une question d’être à la hauteur ou non. Vous avez le droit d’être jaloux et un peu égoïste en matière de relations sentimentales, Adrian. Si vous êtes prêt à me partager… Que ce soit pour mon bien ou pas, désolée, mais ce n’est pas le genre de relation que je veux parce que moi je ne supporterais pas qu’une autre vous touche. Dans ma culture à moi, l’amour est monogame ou ce n’est pas de l’amour, c’est du désir. A vous de voir de quel côté vous vous situez.

Et, ainsi debout à quelques centimètres seulement de lui, l’intensité de son regard sous-entendait à quel point sa réponse serait importante pour la suite de leur relation.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 10 Déc 2015 - 16:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le ton que Rebekha employa pour lui répondre ne manqua pas de surprendre Adrian. Il espérait réellement avoir rassuré la demoiselle en lui assurant que le comportement que sa nature pourrait lui dicter ne changerait rien à ses sentiments pour elle. Oh, bien évidemment, il restait humain et souffrirait forcément en la sachant dans les bras de quelqu'un d'autre, mais si elle n'en parlait pas, il pourrait se voiler la face non ? Bon, ça faisait un peu comportement de type désespéré, mais très franchement, il ignorait totalement ce qui pouvait être « normal » dans une telle relation. Pas sa proposition vu la réaction de la jolie brune.

Il ne put s'empêcher de lui décrocher un regard interloqué lorsqu'elle déclara de but-en-blanc qu'elle le giflerait s'il disait qu'il n'avait pas d'importance. Heureusement que le menace était arrivée tôt d'ailleurs, sans quoi il aurait été capable de lui balancer une telle réponse. Apparemment, elle le connaissait bien plus qu'il ne le croyait. Au final, sa surprise céda le pas à une forme de culpabilité en voyant qu'il l'avait blessée avec sa comparaison. Toutes les créatures magiques n'étaient pas des animaux et dans son esprit, c'était aussi bien un fantôme qu'une personne humaine ayant subi une modification quelconque, mais le terme avait contrarié Rebekha et il se sentit un peu stupide de ne pas y avoir songé.

Ce n'est que lorsqu'elle se redressa, retirant sa main de sous la sienne, qu'il se rendit compte qu'elle avait réellement été vexée par toute cette histoire. Ah, si la pauvre Callie avait su ce que son problème de traduction déclenchait ! Le regard du centenaire resta dirigé vers le visage de Rebekha tandis qu'elle lui faisait clairement comprendre que s'il n'était pas capable de faire preuve d'un minimum de jalousie, leur relation risquait d'en rester là. C'était... très compliqué. D'un côté, il avait simplement envie de suivre son instinct – d'homme et non d'Archimage – mais de l'autre, il subsistait une part de doute : et si elle se trompait et qu'elle n'était pas capable de dicter ses propres règles. Quelques secondes de silence passèrent, s'égrainant avec une lenteur effrayante, mais il comprit rapidement qu'il devait répondre avec sincérité. C'était ce qu'il avait fait lorsqu'ils avaient parlé de leurs sentiments respectifs et les choses s'étaient bien passées, pourquoi est-ce que ce serait différent cette fois-ci ?

Adrian se redressa donc pour lui faire face, la regardant dans les yeux avant de répondre d'un ton beaucoup moins neutre qu'auparavant.

« Rebekha, j'ai refusé la simple idée de fréquenter qui que ce soit durant près de quatre vingt ans parce que je ne pensais plus être capable d'aimer quelqu'un, alors je peux vous assurer que ma vision d'une relation est exactement la même que vous. » Voire encore plus exclusive. « Je vous respecte trop pour insinuer que vous seriez capable de vous comporter comme un animal, je suis vraiment désolé que vous l'ayez compris comme ça. En fait, je vous respecte tellement que je n'étais même pas sûr de mériter de vous avoir comme compagne. »

Ce n'était pas pour rien qu'il n'avait jamais rien tenté la concernant. Pas que l'envie ne soit pas présente, au contraire, mais disons juste que Rebekha ne connaissait pas « son ancien caractère », celui qui lui avait valu d'être rejeté par sa propre famille. Il n'avait aucune envie de revenir l'ancien lui et c'était pour cette raison qu'il avait repoussé toute trace d'égoïsme depuis tant d'années. Changer lui demanderait un peu de temps, mais il était prêt à cet effort.

« Je n'ai aucune envie de vous partager avec qui que ce soit. Mais si ça ne tenait qu'à moi, je n'aurais même plus envie que vous vous mettiez en danger pour protéger d'autres personnes, alors si je devais m'écouter, je crois que vous auriez une vie relation plate et insipide. » C'était sa manière de dire qu'il tenait vraiment à elle. « J'ai encore quelques efforts à faire pour savoir où sont les limites. »

Savoir quand il pouvait être jaloux et quand il devait obéir à ce que son rôle lui dictait. Il n'était pas question d'emprisonner Rebekha dans une relation qui l'étoufferait, mais il ne voulait pas qu'elle s'imagine qu'il ne ressentait rien pour elle. Cependant, comme elle venait de lui rappeler qu'il pouvait parfois agir comme il en avait envie et non comme il pensait devoir le faire, Adrian décida de vérifier ses paroles en s'accordant une chose qui lui passait assez souvent par l'esprit lorsqu'il était avec elle. Se rapprochant d'elle pour réduire au maximum la distance qui les séparait, l'Archimage leva la main pour la placer au niveau de la nuque de la jeune femme avant de glisser ses lèvres sur les siennes afin de l'embrasser. Ce n'était pas digne des grands films – qu'il ne connaissait de toute manière pas – mais venant d'un type aussi vieux jeu que lui, c'était une véritable avancée. L'instant dura quelques secondes avant qu'il ne recule son visage et redescende sa main jusqu'à la taille de Rebekha qu'il enlaça doucement – et sans avoir les mains baladeuses.

« Je tiens vraiment beaucoup à toi. »

Et c'était la première fois qu'il la tutoyait depuis qu'ils se connaissaient.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 11 Déc 2015 - 12:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C’était injuste. Au fond d’elle, Rebekha le savait et plus tard, elle s’en voudrait probablement de ne pas avoir tenu compte du fait qu’Adrian était issu d’une autre époque. Que sa vie avait été beaucoup plus longue que la sienne, ce qui sous-entendait des problèmes, des épreuves, dont elle n’avait même pas idée. Elle se souvenait de leurs conversations au sujet des pertes, du fait qu’il en avait vécu beaucoup à trop se concentrer sur sa fonction et pas assez sur sa vie privée. Sur le coup, elle s’était montrée compréhensive et malheureuse qu’il ait été forcé d’en passer par là. Mais dès qu’elle avait été concernée… Rebekha s’était montré un peu plus égoïste, exigeante. Elle ne voulait pas qu’il soit gentil à ce point, qu’il lui laisse tout passer. Elle ne pouvait pas vivre avec cela et tant pis si sa vie devenait incroyablement compliqué parce qu’elle se devrait d’être fidèle. Combien de peuples à travers le monde crachaient, depuis des millénaires, sur des coutumes ancestrales afin que la politique évolue ? Rebekha ne serait pas la première, même si elle doutait qu’un lion ait agis comme elle auparavant. Il allait vraiment falloir qu’elle se documente, qu’elle apprenne tout ce qu’elle devait, pour être une Regina digne de ce nom.
Et pouvoir ajuster ce qui ne lui allait pas.
Sans qu’aucune mauvaise surprise ne lui tombe dessus.

Quand il avoua ne pas vouloir la partager, une partie du poids qui lui comprimait la poitrine s’en alla. Elle soupira, voulu dire quelque chose mais il l’en empêcha. Sa main glissa derrière sa nuque et ses lèvres touchèrent les siennes. Son cœur rata un battement, elle ferma les yeux tandis qu’il l’embrassait… Certes chastement, mais c’était la toute première fois. Rebekha savait ce que cela pouvait lui coûter d’avoir osé, surtout quand il la tutoya pour la toute première fois. Loin de s’arrêter en si bon chemin, il l’enlaça et pour la première fois, l’agent n’eut pas l’impression de violer son espace vital en se collant contre sa poitrine. Elle inspira profondément son odeur, celle qui lui permettait de dormir sans être hantée par ses cauchemars. Le nez dans son cou, elle murmura :

Et moi donc…

Tout en s’agrippant à lui, ses mains autour de ses épaules. Elle aurait aimé s’excuser d’avoir été vive, accuser sa nature de lionne, mais la vérité, c’était qu’elle l’aimait, tout simplement, et que cette émotion la touchait, créant une brèche dans son masque de quiétude. Elle n’avait aucune envie d’être raisonnable. Peut-être était-ce dû aux évènements récents, qui lui avaient fait comprendre que le bonheur ne pouvait durer qu’un instant et être arraché la seconde d’après…
Oui, Rebekha ne voulait plus perdre une seconde.

C'est ce à quoi elle songeait tandis que leur étreinte se prolongeait peut-être un poil trop longtemps. Elle entendait le bruit de sa respiration, le battement rapide de son coeur, qui résonnait avec le sien. Elle ferma les yeux et aurait pu s'endormir ainsi, mais elle ne voulait pas devenir paresseuse, comme l'animal qu'on l'avait obligée à devenir. Cela ne collait absolument pas à son style de vie ! Aussi finit-elle par s'écarter, souriant, l'air un peu gêné.

Vous... Tu, se rattrapa-t-elle, ayant noté qu'il l'avait tutoyée. Je pense qu'on devrait prendre un peu de temps pour nous. Sans... Tu sais... De lions assoiffés de sang ou de mage noir psychotique... Ça nous changerait non?

Et pas qu'un peu.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 19 Déc 2015 - 0:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Pour la première fois depuis longtemps, Adrian ne se sentit pas gêné par la proximité d'une autre personne. C'était plus fort que lui, mais en temps normal, l'Archimage était tout simplement incapable de ne pas se sentir sous pression lorsqu'un autre individu s'invitait dans son espace vital. Peut-être était-ce tout simplement son côté « éducation de la vieille école » qui ressortait ? Possible. Chez lui, les manifestations d'amour – filial ou amoureux – se limitaient à des sourires ou à une main posée sur l'épaule. Et ce n'était pas les trente années passées enfermé dans le manoir avec Sallah qui allaient améliorer les choses ! L'égyptien n'était pas l'individu le plus démonstratif qui soit.

Lorsqu'elle se recula légèrement, il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en l'entendant parler d'un moment normal. Oui, ce serait agréable. La présence de la jeune femme lui était très agréable et en un sens, elle lui rappelait par moment cette impression qu'il avait jadis lorsqu'il était avec sa mère. L'amour filial en moins, les sentiments amoureux en plus bien évidemment ! Disons qu'Holly était l'une des seules personnes pour qui Adrian avait éprouvé un amour sans limite. Sa mère lui avait toujours permis de se sentir épaulé et soutenu dans ses décisions. Bien sûr, il s'entendait aussi avec son père et ses frères, mais ce n'était pas la même relation. Peut-être qu'il y avait un peu moins de « machisme » et plus de sincérité ? Adrian n'avait jamais su expliquer ce sentiment, mais il se rendait compte que cet apaisement était aussi présent lorsqu'il se trouvait avec Rebekha. Comme quoi, deux femmes très différentes pouvaient avoir des points communs.

Alors qu'il hochait la tête en signe d'approbation, Eldoth songea à quelque chose. Il n'avait jamais parlé de sa famille avec qui que ce soit, même Sallah. L'égyptien les avait brièvement rencontrés et ça n'avait pas été très agréable, puis les autres Pennington avaient été bannis des discussions. Mais cela n'empêchait pas le vieil homme d'y penser très souvent. Trop souvent. Partager ces tracas avec Rebekha ne serait pas une marque de confiance ? Pour la première fois depuis longtemps, il avait envie de faire un pas vers quelqu'un en lui permettant de se mêler de ses souvenirs.

Hésitant brièvement, il reprit finalement la parole.

« Tu veux bien m'accorder deux minutes ? Attends-moi ici s'il te plaît, j'ai quelque chose à te montrer. »

Après quoi, Adrian s'éloigna pour quitter la pièce. Il grimpa à l'étage pour pénétrer dans sa chambre et s'approcher du bureau qui contenait tous ses documents en lien avec son passé. Ce qu'il cherchait n'était qu'une simple enveloppe jaunie par le temps et assez fine. Elle comportait quelques vieilles photographiques qui semblaient sortir d'un ancien temps – ce qui était le cas. Une dernière hésitation se fit sentir avant qu'il ne rebrousse chemin pour retrouver Rebekha dans le salon. L'atmosphère était cosy et prêtait à la confidence, mais Adrian se sentait un peu stressé. Et si la jeune femme trouvait ça sans intérêt ? Et s'il l'ennuyait avec ses vieux souvenirs ? L'Archimage mordit sa lèvre inférieure dans un geste d'hésitation avant de s'asseoir sur le canapé puis de l'inviter à le rejoindre.

« Tu sais... je n'ai jamais parlé de ma famille avec personne. Même Sallah. C'est un peu le sujet tabou de la famille, si on peut considérer que c'est une famille. » Il eut un léger sourire désolé. « Pourtant... je crois que je dois penser tous les jours à eux. Non, en fait j'en suis sûr. Tous les matins, je repense à ces histoires, à ce qu'on a vécu. Jusqu'à présent, je n'ai jamais eu d'autres pensées en me réveillant. Même si ça change depuis quelques temps. »

Il posa les yeux sur elle pour lui faire comprendre que désormais, elle aussi avait sa place dans ses pensées. Puis son attention se reporta sur l'enveloppe qu'il ouvrit après une ultime hésitation. Adrian en tira une première photographie qu'il tendit à Rebekha. Elle était en noir et blanc et légèrement cornée sur les bords, mais d'assez bonne qualité et représentait sa mère. Une élégante femme aux cheveux bruns, souriante et fixant l'objectif d'un air amusé.

« C'est ma mère. Elle était vraiment très douce et patiente. Du genre à vouloir aider tout le monde. » Ce qui était commun aux Pennington. « En fait, elle me fait un peu penser à toi. Elle dégageait quelque chose d'apaisant, je me sentais bien quand j'étais avec elle. » Adrian l'observa. « C'est pour ça que j'ai eu beaucoup de mal à admettre qu'elle est partie quand j'étais en Afrique, plus préoccupé par mes histoires de magie que par ma famille. Elle avait toujours été là pour moi, mais pas moi. » Il esquissa un sourire un peu triste. « Pour être honnête avec toi, c'est ce qui m'a toujours dissuadé de me rapprocher de quelqu'un. »

L'air de rien, Adrian venait de lui confier le plus gros de ses tracas. Ce qui l'empêchait depuis toujours de se lier aux autres, mais il l'avait fait à demi-mot. Une confession pudique qui lui correspondait parfaitement. En bonne profileuse, est-ce que la jeune femme comprendrait ce qu'il dévoilait ?
Le centenaire hésita tout à coup et fronça légèrement les sourcils.

« Mais, ça fait peut-être bizarre de te comparer à ma mère ? Ce n'était pas le but, oh... »

Finalement, il n'était vraiment pas doué, même dans les moments qu'il voulait un peu sentimentaux.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 19 Déc 2015 - 11:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha attendit qu’Adrian revienne et s’installa dans le salon, puisqu’ils s’étaient embrassés sur le pas de la cuisine. Quoi qu’il soit parti faire, ils seraient toujours mieux dans un fauteuil moelleux pour le découvrir, même si cela n’avait peut-être aucun rapport. Quelques instants plus tard, il revint avec une vieille enveloppe que le temps avait défraichie. Posant un regard curieux sur ce qu’il avait rapporté, elle l’écouta lui expliquer qu’il pensait souvent à eux. Muselant à dessein son pouvoir d’empathie pour ne pas se montrer trop invasive, mais mobilisant ses capacités d’observation de profiler, elle détailla son visage. Il semblait gêné, comme souvent et ses gestes maladroits prouvaient qu’il n’était pas à l’aise avec le sujet qu’il voulait aborder. Pourtant, il ne se défila pas et Rebekha y vit une marque de confiance, plus que n’importe quel baiser dans un corridor. Elle sourit lorsqu’il évoqua le changement qui avait eu lieu entre eux sur leur manière de s’endormir, c’est à dire ensemble et non plus dans deux lits séparés. Ce devait être un grand pas en avant pour lui. Elle se demandait si, à son époque, on tolérait ce genre de choses et ce qui pouvait arriver à ceux qui dépassaient les limites de la bienséance. Oh, Rebekha avait vu pas mal de films et de séries mais comment dire ce qui était vrai ou non ?

Faisant suite à son discours, Adrian sortit de l’enveloppe une série de photographies anciennes mais très bien conservées. La première qu’il lui montra était celle d’une femme aux cheveux foncés que Rebekha trouva très belle, mais ce n’était pas tant à cause de son physique que de ce que dégageait la photographie en elle-même. A l’époque, les gens semblaient toujours si sérieux et c’était normal vu le prix que coûtait ce genre de services. Holly Pennington avait quelque chose dans le regard qui l’adoucissait, qui montrait toute la bonté qu’elle avait pu avoir et qu’Adrian lui confirma en parlant d’elle. L’émotion dans sa voix trahissait que, même si ces histoires commençaient à dater, elles le touchaient autant qu’au premier jour et avaient aidé à façonner l’homme qu’il était aujourd’hui.

Normalement je devrais te dire que c’est bizarre, releva-t-elle en souriant. Mais une mère est la personne la plus importante dans la vie de son fils, celle qui l’influence le plus. Vu l’homme que tu es devenu, être comparée à ta mère est plutôt un très beau compliment.

Si ç’avait été quelqu’un d’autre, elle aurait peut-être rajouté un sous-entendu graveleux « tant que tu ne vois pas sa tête quand je suis nue » mais ils avaient déjà suffisamment avancés au niveau du rapprochement physique aujourd’hui.

Puis tu viens de dire que tu te sentais bien avec moi alors… Aucune raison de t’en vouloir, pas vrai ?

Elle lui fit un clin d’œil puis regarda de plus près la photographie de sa mère. Il y en avait d’autres, plusieurs hommes qui ressemblaient de près ou de loin à Adrian. Son père et ses frères, en conclut-elle mais elle préférait le laisser en parler de lui-même s’il le voulait.

Tu sais Adrian… Ce n’étaient pas que des « histoires de magie ». Tu as hérité d’un rôle très important et de ce que tu m’en as dit, c’est un contrat exigeant qui passe avant tout le reste. Et as-tu vraiment eu le choix… ? Évidemment tu as du laisser ta famille de côté mais je suis certaine qu’ils auraient compris, s’ils avaient su.

Mais peut-être était-ce le cas, même si elle en doutait. Les mettre au courant aurait pu dessiner une cible sur leur dos, il suffisait d’un mot échappé, mal contenu, Rebekha voyait bien les conséquences de combattre le crime à visage ouvert. Sa grand-mère était toujours en danger et l’agent s’en voulait chaque jour pour cela. C’était aussi la raison pour laquelle elle préférait ne pas réfléchir à la possibilité d’un enfant ou même d’un chien. Trop de gens étaient déjà morts par sa faute.
Cela étant, ce n’était pas le sujet.

Comment ça s’est passé ? demanda-t-elle doucement, pour l’encourager à se confier. En espérant qu’elle n’allait pas trop loin.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 19 Déc 2015 - 15:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Il était vrai que ses paroles partaient d'une bonne intention. Pour Adrian, comparer la jeune femme à sa mère était une preuve d'affection sincère, mais peut-être qu'aujourd'hui, ce n'était plus aussi bien vu qu'à l'époque ? Il avait remarqué que les adolescents avaient tendance à vouloir s'émanciper de leurs parents tandis qu'à son époque, ils étaient plutôt fiers de pouvoir se présenter comme étant « le fils de ». C'était ce qui lui manquait sérieusement dans cette nouvelle époque : le respect qu'il y avait entre les membres d'une même famille. Et peut-être que c'était en partie pour cette raison qu'il n'avait jamais osé franchir le pas et fonder la sienne. Sallah avait beau être son fils adoptif, il ne l'avait pas élevé de la même manière que s'il l'avait vu naître.

Lorsque Rebekha souligna ce qu'il lui avait expliqué par le passé, Adrian ne put s'empêcher de se sentir un peu mal à l'aise. À ce moment-là, il ne pensait pas qu'un jour sa relation avec la demoiselle puisse devenir suffisamment importante ou intime pour qu'il souhaite partager ses pensées avec elle. Mais maintenant... il allait devoir lui expliquer qu'il lui avait plus ou moins caché la vérité parce qu'il avait peur qu'elle comprenne qu'il n'avait pas été choisi parce qu'il était respectable ou qu'il avait un caractère exemplaire, mais par un simple coup du sort.

Son regard se porta sur l'enveloppe qu'il avait posée sur la table basse, il hésita quelques secondes avant de décider qu'il devait dire la vérité à Rebekha et que ce serait à elle d'en déduire ce qu'elle voudrait.

« En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. Oh, le rôle d'Archimage est prenant et j'ai des devoirs très importants, ça je ne le nie pas, mais disons que ça m'a longtemps servi d'excuse. » Il haussa les épaules, préférant éviter de la regarder. « La vérité, c'est que ma mère n'avait pas de raison d'être très fière de moi lorsque j'étais plus jeune. Je suis devenu archéologue juste parce que j'espérais devenir célèbre comme Howard Carter, l'histoire, je m'en fichais pas mal à cette époque. Si j'ai brisé le sceau de Sarevok, c'est parce que j'espérais que cette découverte me vaudrait un article dans les revues d'archéologie. Je me fichais pas mal de ce que ça pourrait provoquer. » Ce qui était la vérité. « J'ai souvent déçu mon père, mais il a continué à croire que ça changerait avec le temps, que je deviendrais un peu plus posé et moins égoïste. »

C'était certainement un comble d'avouer qu'il avait été trop égoïste par le passé. Rebekha ne l'avait jamais connu de la sorte, elle ne s'imaginait sans doute pas que l'Adrian Pennington du début du siècle était juste bon à se gargariser de ses réussites et à fanfaronner. Il avait eu le temps de changer depuis, heureusement d'ailleurs !
Après quelques secondes de silence, il reprit.

« Je ne sais pas pourquoi j'ai été choisi. Enfin, si, à cause de cet esprit qui était censé m'habiter, mais tu sais... je n'avais vraiment rien du type altruiste et désireux d'aider son prochain. Ça ne m'intéressait pas spécialement. Je pensais avant toute chose à mon succès. » Il soupira en repensant à ces moments. « Lorsque je suis devenu Archimage, j'ai bénéficié d'une grande puissance et de tout un tas d'informations uniques. Je n'ai pas vraiment songé à ma famille, je me suis dit que ça m'aiderait à devenir quelqu'un et je me suis plongé dans les recherches pour essayer de trouver quelque chose qui pourrait me servir. »

Ce qui ne collait plus trop au tableau du gars altruiste qui avait délaissé sa famille parce qu'il devait remplir un devoir bien trop important pour être délaissé. Ça, c'était arrivé plus tard, mais il aurait parfaitement pu mêler les deux obligations. Adrian soupira une nouvelle fois, levant les yeux vers le feu sans oser voir ce que Rebekha pensait de tout cela.

« La guerre est arrivée, j'ai voulu aider pour de vrai cette fois-ci. J'ai finalement appris que c'était plus agréable d'apporter son aide que de penser à ses propres histoires, mais ça ne m'a pas empêché de faire encore des bêtises. » Il esquissa un léger sourire contrit. « Je n'en parle jamais, personne ne le sait, mais j'étais fiancé à l'époque. Je lui avais promis de l'épouser dès que j'aurais un peu plus de notoriété, puis je l'ai délaissée, même quand je suis devenu Archimage. Après la guerre, j'ai voulu changer d'air à cause de tous les morts qu'il y avait eu. J'ai décidé d'en apprendre plus sur l'Afrique et je me suis exilé là-bas pendant des années, puis quand j'ai repris contact avec ma famille, j'ai appris que mon père était mort peu de temps après mon départ, puis ma mère aussi. Dix ans plus tard, sans que je n'ai renvoyé une lettre. » Ce qui n'était pas très glorieux. « Ma fiancée s'était mariée depuis longtemps, elle m'en a toujours voulu de l'avoir laissée tomber comme ça je crois. Mes frères aussi. Ils m'ont reproché d'avoir préféré m'intéresser à la magie plutôt qu'à ma propre famille et pour être honnête, ce qui me fait le plus de peine c'est de me dire que ma mère est morte en constatant qu'elle avait finalement eu tort de penser que je changerais un jour. »

C'était certainement la première fois qu'il parlait autant, surtout de lui, mais c'était la preuve évidente de la confiance qu'il accordait à la demoiselle. Adrian osa enfin regarder la brune, arborant un sourire faussement détendu – même s'il doutait la tromper.

« Désolé, c'est un peu larmoyant comme histoire, pas vraiment dans la fibre des jolies histoires de Noël. »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 19 Déc 2015 - 15:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha était… Choquée ? Peut-être un peu, disons qu’elle n’avait pas imaginé une seule seconde tout ce que venait de lui raconter Adrian. Elle découvrait une personne totalement nouvelle issue de son passé et sur le coup, elle ne sut pas quoi en penser. Mais, si elle voulait être honnête, elle ne pouvait pas vraiment lui jeter la pierre. Jusqu’en 2010, elle avait été guidée par l’ambition, par l’envie d’aller toujours plus loin, de faire toujours mieux, d’approcher la perfection. Ce n’était qu’après l’invasion Grue et tous les problèmes qui en avaient découlé pour elle-même, sa thérapie, l’écriture et tout le reste, qui lui avaient permis d’évoluer. Certes, elle avait toujours voulu aider les autres mais auparavant, elle voyait cela comme un challenge, une aventure. Elle agissait pour le frisson, la poussée d’adrénaline qui accompagnait chacune de ses décisions. Au FBI, elle avait longtemps travaillé sur le terrain et avait aimé cela. Aujourd’hui, elle tentait d’en rester le plus loin possible mais cela ne lui réussissait pas toujours.

Cela dit, elle se rendit rapidement compte que ce qui la gênait dans tout cela ce n’était pas tant ses choix de vie que le fait qu’il ait été fiancé à une autre femme. Évidemment, cela remontait à tellement loin que la personne en question était probablement décédée ou pas loin de l’être mais Rebekha eut un accès de jalousie très mal placé, qu’elle garda pour elle au point qu’elle s’obligea à ne pas relever quoi que ce soit en lien avec cette révélation.
Se giflant intérieurement, elle se concentra sur l’histoire qu’Adrian venait de lui raconter, consciente qu’elle devait dire quelque chose au risque de le voir se refermer comme une huître. Et vite.

On a encore trois semaines avant Noël.

Okey, mauvaise réponse. Se maudissant, elle enchaina:

Je suis contente que tu m’aies parlé de tout cela. Eh, regarde-moi, l’enjoignit-elle doucement. C’est normal que tu ais des regrets par rapport à ton comportement de l’époque, mais on est tous un peu con quand on est jeune, tu ne penses pas ? Tu avais de l’ambition, elle t’a dévorée, tu as négligé ce qui importait vraiment… Mais regarde-toi, aujourd’hui. Tu as appris la leçon. Un peu tard, certes, mais tu as changé, tu t’es découvert. Dans ton histoire, je vois un homme paumé qui a fait une erreur et qui la paie encore aujourd’hui parce que tu n’arrives pas à tourner la page. Tu as libéré Sarevok sans savoir véritablement à quoi tu allais te confronter, je me trompe ?

Qui aurait pu l’imaginer ? Même Rebekha avait du mal à le visualiser alors qu’Adrian lui en avait déjà parlé auparavant. Heureusement pour elle, l’agent n’avait jamais été confronté à cette entité et elle espérait vraiment que cela resterait ainsi. L’image de Voldemort et ses horcruxes lui vint à l’esprit mais elle la chassa rapidement. Ce n’était pas le moment pour les allégories foireuses. Des décennies après, Adrian se sentait toujours coupable, cela se lisait sur son visage et il était temps qu’il se libère de ce sentiment. Ce n’était pas tant Sarevok le problème, mais plutôt tout ce qui tournait autour de sa famille. Après tout, ils n’en étaient pas à leur premier grand méchant.

Ta mère n’avait pas tort, Adrian. Quand je te regarde, je trouve qu’il y a de quoi être fière. Si j’avais un fils, je serais heureuse qu’il te ressemble et je pense qu’elle espérait surtout que tu deviendrais quelqu’un comme celui que tu es aujourd’hui. Je crois sincèrement que la mort n’est pas une fin et qu’elle doit garder un œil sur toi, de quelque part.

Ce n’était peut-être pas le moment d’aborder les croyances religieuses ou les certitudes métaphysiques, mais Rebekha savait, pour l’avoir constaté de ses yeux, que les fantômes étaient une réalité et que la mort n’était qu’un passage. Qui pouvait savoir ce qu’il y avait ensuite ?

Tu sais, tout le monde fait des erreurs. Toi, moi, Sallah, le monde entier, même la personne la plus sage ne peut pas y échapper. Cela fait partie du genre humain et jusqu’à preuve du contraire, Archimage ou pas Archimage, tu en es bien un. Tu auras toujours ce regret, mais quand je t’écoute, quand je te regarde, je vois que ça te ronge depuis trop longtemps et que ça t’empêche d’avancer, de te lier véritablement avec quelqu’un. Tu t’isoles, tu as peur de décevoir, mais ce n’est pas la solution… Et je ne pense pas que c’est ce que ta famille aurait voulu.

Surtout sa mère.
Sentant que ça ne serait peut-être pas suffisant, ce fut au tour de Rebekha de détourner les yeux pour raconter un bout d’histoire honteuse.

Quand je travaillais au FBI, j’appartenais à l’unité qui lutte contre le crime organisé. J’avais appris le russe à l’Université alors j’ai été mise sur une affaire concernant la famille Matven, à Washington. Je voulais attirer l’attention, montrer que j’étais la meilleure, parce que je sortais d’une scolarité où j’avais toujours été la première dans tous les domaines et je n’acceptais pas que ça soit différent. Je me pensais plus intelligente, je n’écoutais qu’à moitié les conseils donnés par mon mentor. On était toute une équipe, on allait faire une descente pour coincer Roman Matven, mais ça a mal tourné. J’ai désobéi aux ordres pour essayer de l’attraper mais il était plus fort que moi. Il allait le tuer et c’est un autre agent qui a pris une balle à ma place. Il venait d’avoir une fille, il n’a même pas hésité une seconde. Après ça, j’ai… J’ai tué Matven et personne n’a posé de questions, parce que c’était « de la légitime défense ». Le fait est que ça n’a rien changé. Mon désir d’être la meilleure dans tous les domaines avait coûté une vie. Et le pire, dans tout ça ? C’est que ça m’a servis de leçon pour seulement quelques mois. Quand j’ai demandé mon transfert à l’UNISON, en Angleterre, on a traqué une secte qui cherchait à invoquer d’anciens pouvoirs celtiques assez dangereux. Enrobée dans mes certitudes, j’ai refusé d’écouter l’expert sur place et une unité entière a péri. Je m’en suis sortie grâce à ton cadeau, au bouclier du collier… Et depuis, je vis avec. Parfois, j’y repense la nuit. Non, je mens… J’y repense tous le temps, sauf depuis que je dors avec toi. Je revois encore le visage de Roman, je me sens coupable, mais je sais que je ne ferais peut être pas les choses différemment si on m’en donnait l’occasion. J’entends encore les hurlements des agents qui se désintègrent dans des espèces de flammes… J’ai fait souffrir des gens par ma bêtise, et vous savez, la première ça a été ma grand-mère. Elle avait déjà perdu son mari à la guerre, elle ne voulait pas que j’entre au FBI. Elle a tout fait pour m’en empêcher et je sais que chaque jour, elle se réveille avec l’angoisse que quelqu’un vienne lui annoncer ma mort. Pourtant, même en le sachant, je ne peux pas me résoudre à arrêter. Alors que je sais à quel point ça la détruit…

Elle serra sa main sur son genou et s’entailla la peau à travers son pantalon d’intérieur. Inspirant difficilement, elle se refusa à céder à la tentation de chercher du réconfort dans les bras d’Adrian.

Ce que je veux dire, c’est que personne n’est parfait, même pas les anges. On a tous fait des choses horribles, par égoïsme, égocentrisme, peu importe la raison, le résultat reste le même. On a blessé des gens et chaque jour, on essaie de compenser en faisant le bien du mieux qu’on peut, pour se donner bonne conscience, pour essayer de se sentir un peu moins sale. Tu as fuis après la guerre en laissant tafamille derrière toi, parce que tu as laissé la honte et la culpabilité l’emporter. C’est… Terriblement humain.

Assez ironiquement, surtout venant d’une lionne-garou.

Est-ce qu’il te reste encore de la famille ? demanda-t-elle. Hormis Sallah, je veux dire. Je vois qu’il y a au moins quatre hommes différents sur tes photographies, donc tu as autant de frères… Je suppose qu’au moins l’un d’eux a eu des enfants ? Ce serait peut-être une occasion de tourner la page, de rattraper ce que tu as manqué… La solitude n’est bonne pour personne. Je l’ai compris, depuis que je t'ai trouvé.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 19 Déc 2015 - 17:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
C'était toujours rassurant d'entendre la personne que vous aimiez vous annoncer qu'elle n'était pas déçue par ce que vous veniez de lui avouer. Adrian se rendit compte que c'était ce qui l'avait vraiment tracassé : la perspective que Rebekha puisse être contrariée ou attristée en constatant qu'il n'avait rien de l'homme dévoué qu'elle avait pu imaginer. Son cœur s'allégea légèrement et il sentit la tension qui l'accablait s'envoler doucement, mais pas totalement. Depuis le temps que cette histoire le rongeait, l'Archimage avait perdu de vue l'espoir que les choses puissent s'améliorer et il savait qu'il ne pourrait jamais faire amende honorable pour racheter ses fautes. Non, il culpabiliserait jusqu'à ce que son immortalité prenne fin, mais ce n'était pas ce qui le tracassait vraiment. Disons que l'avis des autres était plus important que les soucis qu'il pouvait avoir sur la conscience.

Cela dit, lorsqu'elle entreprit de lui raconter les erreurs qu'elle-même avait pu commettre, Adrian se rendit compte qu'il n'était visiblement pas le seul à avoir des squelettes dans son placard. Ce serait stupide de penser qu'il était le seul sur Terre à avoir commis une bourde ! Bien sûr, la sienne était importante puisqu'il avait libéré un individu aussi dangereux que Sarevok, mais le fait était qu'il fallait passer outre pour progresser. Sauf que c'était plus facile à dire qu'à faire et vu les cauchemars que Rebekha disait encore faire, il n'était pas le seul à avoir du mal à franchir le pas.

Il remarqua évidemment la tension qui l'habitait et, instinctivement, glissa sa main dans le dos de la jeune femme pour le frôler dans un geste qu'il voulait réconfortant. Ce n'était pas encore trop ça, mais Adrian espérait bien être capable d'alléger un peu ses peines avec le temps.
Ses lèvres restèrent scellées jusqu'à ce que la demoiselle commence à le questionner à propos de sa famille. Oh, il avait fait des recherches au début, puis avait finalement abandonné lorsqu'il s'était rendu compte qu'il risquait de faire plus de mal que de bien. Un soupir lui échappa avant qu'il ne réponde.

« Je pensais vraiment que rester isolé serait la meilleure des choses, mais quand je vois la difficulté que j'ai à parler avec les gens, des fois je me demande comment je pourrais espérer les aider si je ne les comprends pas. » Il était touché par sa dernière phrase. « Je ne sais plus comment faire. J'ai envie de faire certaines choses, puis je me rends compte que si je m'écoutais, je finirais par rendre la vie impossible à tout le monde. » À force de vouloir les protéger. « Regarde avec Sallah. Il n'a jamais quitté le manoir parce qu'il savait que je serais perdu sans lui, j'ai voulu l'aider et au final, je l'ai empêché de mener une vie normale. » Il la regarda. « Je ne cherche pas à m’auto-flageller, j'ai eu le temps d'y réfléchir et j'ai accepté mes fautes depuis longtemps, mais c'est plutôt le reste qui me tracasse. »

Cela dit, Adrian n'était pas certain qu'une femme aussi jeune que Rebekha puisse comprendre. Certains voyaient une vie comme la sienne comme une véritable bénédiction, mais Adrian se disait parfois qu'il avait eu un retour de karma en devenant Archimage. Se réveiller tous les jours en songeant à ce que vous aviez perdu avait de quoi vous rendre mélancolique. Ce n'était que depuis que Rebekha avait fait son apparition dans sa vie que les choses devenaient un peu plus gaies. Et avec Gabriel aussi, bien évidemment. Le vieux mage observa Rebekha.

« Calvin s'est marié quand j'avais une dizaine d'années, ils ont eu plusieurs enfants, même si je ne les ai jamais vraiment connus. Mes autres frères aussi. Harvey n'en avait pas quand je suis parti en Afrique, mais j'ai cru comprendre qu'il s'était marié pendant mon absence. » C'était étrange de prononcer ces prénoms. « Pendant un temps, j'ai songé à remonter la piste pour trouver leurs descendants, j'avais même demandé de l'aide à certaines connaissances... Et un jour il y a une jeune femme qui a été arrêtée par la police, elle s'était présentée comme étant Ginger Pennington et après une brève enquête, j'ai vu qu'elle était censée descendre de l'un de mes frères. » Mais peu de monde était au courant. « Je l'ai invitée à vivre ici en me présentant comme un cousin éloigné, elle a passé pas mal de temps au manoir, puis un jour j'ai appris que c'était un mensonge, qu'elle avait simplement abusé de ma crédulité pour vivre dans un joli manoir. » Il eut un sourire un peu jaune. « Je ne suis pas très sûr d'avoir envie de recommencer. »

La déception avait été importante et maintenant qu'il avait vu la bague que Callie portait, Adrian se posait des questions. Elle ressemblait trait pour trait à celle qu'il avait offerte à Calvin après être devenu Archimage et jusqu'à aujourd'hui, Eldoth n'en avait jamais revu de semblable. Il n'était pas impossible que tout cela soit lié à une histoire de famille, mais la crainte de la déception restait présente. Cependant, ce n'était pas le seul sujet qu'il voulait aborder, aussi reprit-il en la regardant dans les yeux.

« Tu sais, si je t'ai expliqué tout ça, ce n'est pas parce que je culpabilise et que j'ai envie de me donner bonne conscience. Même si c'est peut-être un peu ça aussi.... » Qu'elle sache la vérité. « Je veux que tu comprennes que ce n'est pas volontaire si je suis... comme ça. Je ne sais pas comment expliquer clairement, mais j'étais vraiment convaincu que je resterais dans cette optique jusqu'à ce que je sois remplacé. » Qu'il meurt, donc. « Je ne pensais pas avoir besoin de changer mes habitudes, de vouloir m'ouvrir à des gens que j'apprécie ou encore que je cherche à bousculer mes habitudes pour quelqu'un. » Il s'emmêlait. Haussant les épaules, Adrian reprit comme il put. « Je ne veux pas que tu penses que je ne veux pas faire d'efforts pour toi. C'est le contraire. C'est pour ça que je t'ai parlé de ça. J'ai vraiment peur qu'en recommençant à devenir égoïste pour profiter de moments avec toi, je retombe dans mes anciens travers. Ça n'a pas été facile de changer et je ne sais pas si tu ne finiras pas par être déçue si je n'étais plus pareil. » Il marqua une pause. « Enfin, comme tu penses que je suis. Parce que tu vas aussi te rendre compte que je suis loin d'être aussi serviable et... parfait que les gens peuvent le croire. »

Il était même tout l'opposé, mais malheureusement, pas mal de monde semblait penser qu'ils avaient affaire à un homme totalement dévoué à ses semblables. Une image qui ne correspondait malheureusement pas à la vérité, comme elle l'avait dit : ils étaient tous humains.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 20 Déc 2015 - 10:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je suis sure que tu en étais intimement convaincu, mais je pense que Sallah est assez grand pour faire ses propres choix tout seul. S’il a décidé de rester avec vous, c’est parce qu’il le désirait. A-t-il eu une mauvaise vie pour autant ? Je ne le pense pas. On conçoit tous notre bonheur à notre manière.

Certes, Sallah avait une vie recluse dans un manoir mais il n’avait pas l’air malheureux, que du contraire. Si c’était sa manière d’exister, Adrian n’avait pas à s’en rendre responsable ou à se flageller pour une faute imaginaire.

Je comprends que ta mésaventure avec cette fille ait pu te rendre méfiant mais tu sais, il existe des moyens très simple de s’assurer d’une parenté, comme les tests ADN. Je suppose que ça ne t’a pas traversé l’esprit à l’époque, mais si quelqu’un se présente à toi comme étant un Pennington, demande lui un peu de sang et je peux m’occuper du reste. Ils me doivent une liste de services longue comme le bras au labo de l’UNISON,confia-t-elle avec un petit sourire, pour essayer de dédramatiser la situation.

La vérité, c’est qu’elle trouvait cette histoire horrible. Rebekha n’avait jamais toléré que l’on abuse de la gentillesse d’autrui, encore moins lorsqu’il s’agissait de son ami et, plus récemment, de l’homme dont elle était amoureuse. Heureusement, cette fille avait disparu de la circulation, sinon l’agent aurait été fichue de l’embarquer pour escroquerie et s’assurer qu’elle resterait longtemps en prison.
Oui, c’était un peu de l’abus de pouvoir mais pourquoi s’en serait-elle privée avec une personne comme celle-là ?

C’est normal que cette expérience négative t’ait marqué, j’imagine ce que tu as du ressentir, mais je ne pense pas que ça soit une bonne raison pour cesser de chercher tu sais. Évidemment tu ne peux pas vraiment te présenter comme leur ancêtre mais tu pourrais leur dire que tu descends d’Adrian Pennington, que tu as envie de retrouver les membres de ta famille, c’est quelque chose d’assez courant.

Il suffisait de voir le nombre de films qui avaient été produit sur le sujet pour s’en rendre compte. Même si ce n’était peut-être pas le plus parfait des exemples, mais Rebekha avait déjà plusieurs fois eu vent de ce genre de recherches généalogiques et ce, même si elle n’en avait jamais fait l’objet. Tant mieux, dans un sens. Elle avait assez à faire pour toute une vie avec son statut de Regina, son travail et sa relation avec Adrian. Comme souvent, elle songea que 24h dans une journée, c’était beaucoup trop peu.

Tu devrais y réfléchir, conclut-elle.

Et elle l’aiderait s’il décidait de se lancer dans ce genre de recherches. Il y aurait des bonnes comme des mauvaises surprises mais l’ensemble serait certainement bénéfique. Adrian abandonnerait peut-être son sentiment de culpabilité en se rattrapant auprès des autres membres de sa famille, comme une sorte d’expiation.

Dérivant un peu du sujet initial, Adrian continua sur la lignée des aveux. Elle comprenait ses craintes, parfois elle aussi avait peur de se laisser submerger par ses vieux démons et la facilité avec laquelle elle avait appuyé sur la gâchette pour tuer Derek Neilson, le fait qu’aucun cauchemar à son sujet ne la hante, en disait long. Cela, pourtant, elle le garda pour elle.

C’est souvent en essayant d’éviter à tout prix quelque chose que l’on fonce dedans la tête la première. Tu dois te poser moins de questions, Adrian, et vivre davantage le moment présent. Tu ne peux pas peser chacune de tes actions en te demandant si elle n’est pas trop égoïste, tu dois juste suivre ton instinct. Je ne pense pas que tu risques de redevenir celui que tu étais auparavant et, tu sais… Tu as le droit d’avoir des défauts et de les montrer. Regarde-moi, tout à l’heure, je me suis mise en colère. C’est quelque chose que je fais rarement aujourd’hui mais ça faisait partie de mes travers, auparavant. J’avais un caractère beaucoup plus emporté. Pour autant, je ne suis pas redevenue la femme d’il y a quelques années. Tu saisis ce que j’essaie de dire ? demanda-t-elle, se rendant soudain compte que c’était peut-être un peu flou. Essaies juste… De lâcher un peu la bride, d’accord ? Ce n’est pas parce qu’avant tu ne pensais qu’à toi qu’aujourd’hui, tu n’as pas aussi le droit de faire des choses pour ton propre bien, ton propre intérêt. Ce n’est pas mal et personne ne t’en voudra.

Certainement pas elle, en tous cas.

Puis si tu dérapes un peu trop, je te ramènerais dans le droit chemin avec un bon coup de pied aux fesses. Marché conclu ? proposa-t-elle avec un sourire amusé, ayant eu l’image cartoonesque de la scène à l’esprit.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Déc 2015 - 12:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian s'était toujours dit que Sallah avait fait ses propres choix pour être celui qu'il était aujourd'hui, cependant il n'oubliait pas que le jeune garçon n'avait que dix ans lorsqu'il l'avait rencontré. Il avait grandi à ses côtés, avec un type renfermé et solitaire. N'avait-il pas fini par considérer que c'était un mode de vie parfaitement normal ? Peut-être que les choses auraient été différentes s'il avait grandi avec un Gabriel Colt pour le dérider un peu, mais finalement, c'était inutile d'y réfléchir : il ne pourrait pas changer ce qui avait déjà été fait. Culpabiliser était dans sa nature, il ne se changerait pas en quelques semaines.

Lorsqu'elle lui parla de la possibilité de faire un test ADN pour savoir si les prochains Pennington seraient bel et bien ses descendants, Adrian songea que ce n'était pas si faux. Mais est-ce qu'il aurait réellement envie d'agir ainsi ? Bonne question. C'était un peu... excessif peut-être ? Le vieux mage était habitué à ne compter que sur ses capacités et il se voyait mal demander aux membres de l'UNISON de traiter des affaires privées alors qu'ils avaient une tonne d'analyses plus importantes à faire. Cela dit, l'investissement que Rebekha semblait prête à mettre dans cette histoire lui réchauffait sincèrement le cœur : il était soulagé de savoir qu'il n'était plus totalement seul et qu'il pourrait confier ses craintes ou ses doutes à quelqu'un.

« Je mens déjà à tous les gens que je rencontre. Ça ne m'enchante pas, mais si je ne veux pas finir à l'asile en leur disant la vérité, c'est ma seule solution. » Il eut un sourire amusé. « Tu serais étonnée de constater le nombre d'individus prêts à croire aux aliens, mais qui refusent d'imaginer que la magie existe. » Plus qu'elle ne le pensait, certainement. « Je vais réfléchir à ta proposition, mais je préfère tout de même me fier à mon instinct pour commencer. Les analyses ADN et tout ça... j'ai encore du mal à assimiler. »

Surtout qu'il n'avait pas de télévision au manoir et qu'il était donc parfaitement incapable de détailler la manière dont ces fameux tests fonctionnaient ! Ce n'était pas comme les fans des séries policières. Mais avec Rebekha à ses côtés, Adrian se rendait compte qu'il serait peut-être plus apte à appréhender les nouvelles technologies. Autant profiter du fait qu'il côtoyait quelqu'un qui avait grandi dans ce siècle-là, non ? Même si Sallah était plus proche de l'âge de la jeune femme que du sien, il avait grandi dans un pays où les avancées technologiques n'étaient pas comparables. Oui, peut-être qu'il devrait demander à Rebekha de lui donner quelques conseils à l'avenir.

Cette dernière eut d'ailleurs de nouvelles paroles rassurantes et agréables pour la suite. L'avoir à ses côtés était vraiment une bénédiction en y repensant bien. Adrian avait toujours craint de se laisser déborder par ses anciens travers, mais si quelqu'un était là pour s'assurer qu'il ne déraperait pas, son anxiété diminuait clairement. Un sourire ourla donc ses lèvres suite à la dernière déclaration de Rebekha.

« Entendu, marché conclu. » Il la regarda avec sérieux. « Tu sais, j'ai vraiment perdu l'habitude de m'appuyer sur quelqu'un ou de savoir que je peux compter sur mes proches, mais ça m'allège déjà l'esprit de savoir que je peux en parler avec toi. » Le simple fait de partager ses pensées était une bonne chose. « D'ailleurs, puisqu'on en est au moment des aveux, il y a quelque chose qui me taraude depuis quelques jours. » Il reporta son regard sur l'une des photographies. « Quand je suis devenu Archimage, j'ai offert une chevalière avec des propriétés magiques à Calvin, mon frère aîné. Il l'a portée au début, mais ne l'avait plus sur les photographies les plus anciennes. Je pense qu'il a dû s'en débarrasser, mais dernièrement... j'ai vu quelqu'un en porter une qui était exactement similaire. » Il regarda la jeune femme. « Et j'ai eu la même sensation qu'à l'époque. Enfin, je veux dire... les mages peuvent sentir la magie et cette chevalière en dégage. » Il hésita. « Je me demandais si elle a un lien avec ma famille ou si elle vient d'une famille qui a juste récupéré la bague après que Calvin s'en soit débarrassé. »

Peut-être que Rebekha saurait lui donner des conseils sur la meilleure manière de faire ? Adrian était un peu perdu : il se voyait mal confronter la jeune femme pour lui demander de plus amples détails alors qu'elle semblait croire que ce n'était qu'une bague de pacotille. Cela dit, Adrian possédait la chevalière jumelle et il pensait sérieusement à lui offrir comme présent pour Noël, histoire de voir si elle réagirait ou non.
Quelques secondes passèrent avant qu'il ne reprenne une dernière fois.

« Tu l'as certainement compris depuis longtemps : je n'aime pas mentir, mais je suis obligé de le faire pour cacher mon secret. J'aimerais qu'il n'y ait pas de secret entre nous, qu'on se dise les choses comme elles sont. Et que si un jour, quelque chose devait te tracasser, tu me le dirais. Même si ça devait me contrarier. »

C'était souvent plus facile à dire qu'à faire.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 20 Déc 2015 - 17:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il faut croire que parfois, il suffit d’un petit détail pour provoquer un rejet… murmura Rebekha, en réfléchissant sur ce qu’Adrian venait de lui dire.

Il n’avait pas tort au sujet de l’acceptation de la magie. Peut-être était-ce parce que les gens avaient véritablement vécu deux invasions aliens tandis que les rares évènements de nature magique pouvaient être assimilés à de la mutation incontrôlée ? Rebekha ignorait quelle aurait été son opinion si elle n’avait pas été confrontée à la magie relativement tôt dans sa carrière et si ses pouvoirs mutants ne lui avait pas indiqué qu’il existait des individus aux grilles émotionnelles très différentes, trop pour avoir un lien quelconque avec l’humanité. Elle se demandait aussi si c’était ou non une très bonne chose. La magie devait-elle rester ce domaine un peu entre réalité ou fiction, ou méritait-elle un beau comeback ? C’était aux praticiens d’en décider, l’UNISON avait déjà des consultants, dont Adrian faisait partie et des protocoles d’intervention pour les sorciers / mages / autres existaient depuis plusieurs années.

Je suis là pour ça aussi tu sais, et je suis vraiment touchée que tu me fasses confiance au point de me confier tout cela. J’ai conscience de la difficulté que ça peut représenter.

Même si, elle devait l’avouer, elle oubliait parfois qu’il était âgé de plus d’un siècle, qu’il avait vécu des évènements présents dans les livres d’histoire, qu’il était ce grand héros dont on parlait encore souvent. Rebekha le considérait comme Adrian avant toute autre chose, comme si Eldoth, l’Archimage, étaient des personnages existants uniquement dans le folklore populaire.

Écoutant son dilemme, elle hocha lentement la tête tout en réfléchissant. La solution la plus plausible était que son frère s’en était débarrassé et que quelqu’un l’ait ensuite acheté, soit pour la léguer à ses enfants, soit pour l’offrir. Cette jeune fille ne s’était pas présentée comme une descendante d’Adrian lorsqu’ils s’étaient rencontrés, elle n’était probablement pas comme Ginger. Un coup du sort ? Une coïncidence ? Difficile de l’affirmer sans mener quelques recherches approfondies.

Si tu sens que cette chevalière est bien celle que tu as offert à ton frère, il y a deux solutions : Soit, comme tu le penses, cette fille l’a eu en sa possession par hasard mais dans ce cas, c’est un peu gros que tu tombes justement sur elle, non ? Soit elle a un lien avec ta famille, c’est peut-être ta petite nièce ?

Il manquait un ou deux « petite » dans le tas, très certainement, mais ce genre de précisions lui donnait un peu le tournis.

Si tu as son nom ou une photo, peut-être que je pourrais faire quelques recherches ? J’ai accès aux bases de données les plus performantes du monde, enfin, pas loin en tous cas. Je suis sure que je pourrais rapidement savoir et avec certitude qui elle est, ce qui répondrait à ta question. Évidemment je ne veux pas m’imposer, mais tu sais, la technologie peut apporter énormément de facilités. Il y a des bons côtés.

Peut-être ne les voyaient-ils pas et vu que le Manoir n’avait aucune connexion Internet avant qu’elle s’y installe, Rebekha n’en doutait pas. A quand viendrait la discussion pour la télévision ? L’agent était certaine qu’un écran supplémentaire pourrait être bénéfique.

Que sais-tu à son sujet, pour le moment ? Quel âge a-t-elle ? Comment l’as-tu rencontrée ? A-t-elle laissée échapper des informations ? Ou… As-tu un objet qui lui a appartenu ?

Après tout, Rebekha était encore une psychopatotacte. Sa transformation n’avait pas changé cet état de fait, bien que ses pouvoirs mutants ne fonctionnent pas sous sa forme de lionne. Et heureusement, d’ailleurs. Cela dit, échanger une malédiction contre une autre n’était pas forcément la meilleure chose qui pouvait lui arriver.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Déc 2015 - 21:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian avait beau savoir que les paroles de Rebekha étaient pleines de bon sens, il avait tout de même du mal à se persuader que c'était la bonne solution. Oh, il ne remettait pas en doute les connaissances ou les qualifications de la jeune femme, mais disons qu'il n'était pas très à l'aise avec l'idée de s'amuser à lancer des recherches sur une fille qui n'avait certainement rien à voir avec sa famille. Surtout qu'il pourrait simplement lui poser la question, même si cela inclurait forcément le fait qu'il allait devoir lui mentir en prétendant que la bague était celle présente sur une ancienne photo de famille – qu'il ne pourrait pas montrer, vu qu'il y figurait. En somme, Adrian ne savait vraiment pas quoi faire et même si les suggestions de Rebekha étaient parfaitement logiques et réfléchies... il y avait toujours une parcelle de doute !

Lorsqu'elle lui glissa une série de questions, le centenaire prit quelques instants pour réfléchir avant de finalement secouer la tête en signe de dénégation, puis de lui répondre.

« Non. Enfin, j'ai un livre que je lui ai prêté et qu'elle a gardé quelques jours, mais je ne sais pas si c'est vraiment ce à quoi tu penses. » Il ne connaissait pas parfaitement son pouvoir. « Je sais juste qu'elle s'appelle Callie Smith, elle est anglaise, elle vient de Londres plus précisément. Elle doit avoir dans les vingt ans, peut-être un peu moins et c'est elle qui est venue me voir au musée un jour pour me proposer de m'aider à traduire des textes si j'en avais besoin. » Ce qui était assez banal. « Au début j'ai dit non parce que June s'occupait de ça, mais.... » Il haussa les épaules, jugeant inutile de préciser le changement survenu. « … je l'ai recroisée au musée un jour alors je lui ai demandé si ça tenait toujours et elle a accepté. »

Il n'y avait strictement rien d'étrange là-dedans, c'était une rencontre banale avec une jeune femme qui avait l'air tout aussi normale. Pour le coup, Adrian se sentait un peu stupide de ne pas être capable d'en dire plus, mais disons qu'il n'avait pas jugé utile de lui faire passer toute une série de questions avant d'accepter de lui demander son aide. Déjà qu'il était d'une nature confiante, mais lorsqu'il s'agissait de gamines innocentes en apparence, c'était encore pire.

« C'est elle qui a traduit une partie des textes que je t'ai montré avant. Le bouquin est hors d'état maintenant, mais elle s'est proposée pour ranger les livres de la bibliothèque vu qu'il faut traduire les livres en même temps et que c'était June qui s'en chargeait avant. » Ce qui signifiait qu'il allait certainement la revoir. « Elle n'a rien dit de vraiment utile, enfin, je crois. Juste qu'elle vivait seule et qu'elle était arrivée récemment en ville. Ah, puis qu'elle détestait les ordinateurs vu que ça nous a fait un point commun. » Même si lui ce n'était pas vraiment de la haine, mais plutôt de l'indifférence et de la méfiance. « Je ne peux pas te dire grand-chose et je dois t'avouer que j'ai un peu peur que ça la fasse fuir si jamais ce n'est qu'un hasard. Elle est gentille et je ne veux pas l'effrayer, tu vois ? Je pense que je vais lui montrer l'autre chevalière lorsque je mettrai la main dessus et qu'on verra ce que ça donnera. Si je fais chou blanc, tu pourras voir de ton côté si tu le souhaiteras ? »

L'idée le gênait un peu, non parce qu'il devait demander l'aide de quelqu'un – même si c'était inhabituel – mais parce qu'il était certain que la demoiselle devait avoir bien plus important à faire que ça.

« Mais tu sais, tu n'es pas obligée de le faire juste parce que je t'en parle. Tu as parfaitement le droit de me dire que tu ne veux pas te mêler de quelque chose, ce n'est pas parce que j'ai dit que ça me faisait plaisir de partager ça avec toi que ça signifie que tu dois obligatoirement participer. »

Après tout, ils avaient su vivre l'un sans l'autre avant aujourd'hui, ils devraient pouvoir se débrouiller en continuant à faire leurs affaires de leur côté.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


 
Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_6Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_7_bisLes relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_8


Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_1Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_2_bisLes relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_3
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_6Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_7_bisLes relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même ▬ Rebekha Cadre_8
Sauter vers: