AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_1À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_2bisÀ celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian

 
Message posté : Dim 4 Oct 2015 - 14:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une fraîcheur vivifiante s’était emparée de la ville, prémisse des mois d’hiver qui approchaient à grands pas. L’air sentait octobre, exhalait les fêtes de fin d’année et fleurait la neige. Un voile opaque de brume s’était étiré sur Star City, comme une couverture cotonneuse emportant avec elle les songes de ses habitants, pour la plupart plongés dans la torpeur de la nuit. Certes, quelques courageux s’aventuraient déjà dehors, frissonnant en passant le pas de leurs portes, quand d’autres rentraient chez eux pour finalement quérir un sommeil bienfaiteur après une nuit agitée. Mais la plupart ne le quitterait pas avant quelques heures encore, et jouissait de la chaleur doucereuse de leurs couettes avant que la nouvelle journée ne les happe de ses obligations. C’était d’ailleurs son cas, sauf qu’Andrea ne dormait plus, ou trop peu depuis plusieurs semaines. Le sommeil semblait l’avoir boudée, et elle ne le côtoyait que brièvement, pendant quelques minutes ou, au mieux, une poignée d’heures. Juste assez pour tenir debout. Et aucune consultation d’aucun médecin, aucune prescription d’aucun somnifère ne semblait fonctionner, ou avoir déterminé qu’elle était la cause de ces insomnies. Elle ne dormait plus, simplement.

Simplement ? Pas tout à fait. Chaque nuit ou presque, une céphalée retorse lui dilacérait la nuque, et là encore aucun antalgique ne pouvait apaiser le mal qui la rongeait. Pire encore, lorsque nulle migraine n’occupait ses pensées et que son corps, trop épuisé, tombait de lui-même dans un sommeil réparateur, c’était des rêves terribles qui s’emparaient d’elle. Et elle se réveillait le plus souvent plus mal encore qu’elle ne s’était endormie. En désespoir de cause, elle glissait alors un baiser dans le cou de son fiancé et s’extirpait des draps à la recherche d’une quiétude que le sommeil ne daignait plus lui apporter. Elle avait tenté d’en discuter avec Adriel, mais même ensembles, ils n’avaient pas réussi à déterminer d’où pouvait provenir son mal-être, face à un avenir qui s’éclaircissait de jour en jour. Elle avait d’ailleurs craint que ses symptômes physiques ne soient que le reflet de dysfonctionnements psychiques, et cette idée n’avait fait que doter ses angoisses d’une force nouvelle.

En quête de réflexion, ou d’une sérénité d’esprit, elle prenait alors le chemin du parc, dont elle était devenue coutumière depuis quelques mois déjà. À la recherche d’un mode de vie plus sain, plus en équilibre avec sa façon de penser et ses capacités, elle s’était plongée dans la méditation et avait, par-là, réussi à ressentir les flux énergétiques qui la parcouraient. Et avait même appris à les contrôler avec plus de justesse, et s’était ainsi élevée dans sa lutte incessante contre la criminalité, et plus généralement le mal sous toutes ses formes. Aujourd’hui comme souvent, le crissement léger des brindilles gelées sous ses pas lénifiait déjà ses songes. Pour peu, elle l’aurait presque cru en mesure d’apaiser un peu la douleur qui lui vrillait les tempes depuis le lever, mais force était de constater qu’il n’en était rien ; Le mal persistait, et pire, semblait croître à la faveur du vent frais qui s’engouffrait sous le revers de ses cheveux et glissait le long de sa colonne, pulsant jusque dans chacun de ses membres engourdis. Croître aussi à la faveur de la lumière vive de l’aube qui filtrait entre ses paupières entrouvertes et l’aveuglait presque. C’est pourtant à une place sous ce même soleil qu’elle choisit de déposer ses affaires et d’étendre son épais tapis de mousse, tirant profit des rayons bienfaiteurs pour dissiper le froid qui s’était emparé d’elle depuis le début de la nuit, et espérer se détendre et faire le vide.

Une poignée de secondes plus tard, elle embrassait l’extase de la méditation et se coupait peu à peu du monde qui l’entourait, et qui commençait à résonner des murmures des passants, des klaxons lointains des voitures. Il n’y avait plus qu’elle, au sein d’une bulle d’énergie et de tranquillité, et les démons qui l’habitaient. Car elle les visualisait, par flashs sombres et épars, elle les savait existants bien qu’elle ne sache guère comment mettre le doigt dessus. Comme si son esprit même refusait qu’elle se remémore, peut-être pas besoin de se protéger. Mais de se protéger de quoi ? Lorsqu’elle ouvrit les yeux, un temps infini semblait s’être écoulé et pour cause, le soleil se trouvait presque au zénith et le Star Park s’était considérablement peuplé en familles, joggers, et autres solitaires en quête de repos.

Elle ne reconnut pas immédiatement la silhouette qui se dressait sur un banc en contrebas de sa position, et sur lequel son regard s’était magnétiquement posé ; L’inconnu tenait entre ses mains un ouvrage et, dans son attitude, n’était pas sans dégager une sérénité qui ne lui était pas inconnue, bien qu’elle ne soit guère capable de l’identifier. Il lui fallut quelques instants pour que lui revienne en mémoire le visage bienveillant d’un consultant qu’elle croisait de temps à autre dans les couloirs du Brett Building. Avenant, il ne lui avait jamais fait mauvaise impression, quoiqu’elle n’ait jamais réellement pu l’aborder ou entretenir une réelle conversation avec lui, principalement parce que l’occasion ne s’était encore jamais présentée. Jusqu’à aujourd’hui.

Considérant son recueillement comme mené à terme – par le rejet des inquiétudes et de la migraine qui l’avaient menée à mal toute la nuit –, la jeune femme ramassa ses quelques affaires et se dirigea en aval de la colline sur laquelle elle s’était hissée pour profiter des premiers rayons du soleil. Arrivée à proximité de l’homme, elle décida d’opter pour l’approche la plus simple qui soit. Affichant un sourire affable sitôt qu’elle l’eut bien identifié, la jeune femme se pencha vers lui : « Adrian Pennington ? Sourit-elle. Je ne sais pas si vous me reconnaissez… Andrea Parker, UNISON. » Et tendit la main pour le saluer convenablement.

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 4 Oct 2015 - 20:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis le début du mois de septembre, les journées d'Adrian étaient relativement occupées et l'objectif qu'il avait eu en acceptant d'enseigner là-bas, était atteint. Bien sûr, le centenaire l'avait avant tout fait pour offrir ses connaissances aux futurs héros et leur permettre de mieux se préparer à leur rôle de protecteurs des civils, mais aussi pour s'obliger à sortir de la routine dans laquelle il s'était englué – et de son manoir tant qu'à faire. Le double enseignement d'histoire et de magie le forçait à faire des allées et venues entre son manoir et le lycée, mais ce n'était pas vraiment problématique lorsque vous connaissiez la ville comme votre poche.

Ce jour-là, il avait dû donner des cours d'histoire toute la matinée et son après-midi était libre jusqu'au début de soirée où il devrait retourner à l'école pour dispenser les cours de magie. Habituellement, le vieux mage rentrait chez lui pour continuer ses recherches sur divers sujets – ce n'était pas ce qui manquait – mais ce jour-là, le climat était très clément et invitait à prendre un peu l'air. Après les périodes de « froid » qui avaient occupé le début du mois de septembre, il était inattendu et agréable de pouvoir encore profiter du parc sans même avoir besoin de se couvrir comme en hivers. C'était pour cette raison que l'Archimage avait décidé de s'installer sur un banc dans un parc devant lequel il passait pour rentrer chez lui. En bon amateur de lecture qu'il était, le centenaire avait emporté un bouquin pour s'occuper en cas de besoin et il en profita donc pour s'y plonger. Il ne s'agissait pas d'un roman ou de quelque chose de divertissant, mais d'un ouvrage sur la magie africaine – comme toujours.

Lorsqu'une voix prononça son prénom, Adrian mit quelques secondes à réagir. Il ne s'attendait pas à croiser quelqu'un qui le connaisse. Même s'il vivait ici depuis un bon paquet d'années à présent, il n'y avait pas grand monde qui pouvait se targuer de l'avoir fréquenté suffisamment longtemps pour se souvenir de lui. Il ne marquait pas spécialement les esprits. Peut-être que quelques élèves de Star High se souvenaient de son nom de famille, mais certainement pas de son prénom ! Cela dit, lorsque son regard se posa sur la jeune femme qui lui tendait la main, il fut encore plus surpris. Adrian la connaissait bien, très bien même depuis qu'il avait collaboré avec elle en tant qu'Eldoth, mais de son côté, l'agent de l'UNISON ne savait pas qui il était. Certes, le Pennington servait de consultant pour les agents gouvernementaux, mais il ne s'attendait pas à ce qu'une femme aussi importante qu'elle, selon ses critères, puisse l'avoir remarqué.

Il se redressa aussitôt, referma son livre d'une main avant de tendre l'autre pour saluer la jeune femme. La politesse avait beaucoup d'importance à ses yeux et il lui adressa donc un sourire à son tour avant de prendre la parole.

« Si, bien sûr ! Agent Parker, je vous ai déjà aperçue quelques fois au Brett Building et puis j'ai entendu parler de vous et de vos faits. » Ce n'était pas de la flatterie grossière, mais juste la vérité. « Je ne pensais pas que vous connaissiez mon nom. » Ce qui était plutôt normal. « Mais ravi de voir que c'est le cas. »

Il détourna brièvement son regard brun du minois de la demoiselle pour regarder derrière elle, s'attendant à voir d'autres agents de l'UNISON qui l'attendaient. Elle devait certainement rejoindre un restaurant ou se promener avec des collègues avant la reprise du travail, mais non, elle était seule. À tout hasard, Adrian se demanda si elle avait des questions sur la magie qu'elle ne souhaitait pas poser devant ses collègues et qui la poussaient à l'avoir abordé ici et maintenant. Le centenaire n'était pas vraiment habitué au fait de pouvoir discuter purement amicalement avec quelqu'un, ses conversations étaient toujours professionnelles et il décida donc d'aider la demoiselle à entrer dans le vif du sujet.
Ses yeux se reposèrent sur la brune.

« Vous passiez dans le coin, ou vous avez besoin de quelque chose ? » Le ton était posé, signe qu'il était prêt à l'aider si c'était le cas. « Si vous n'avez rien à faire et que vous avez envie de profiter du beau temps, vous pouvez le faire ici si vous le souhaitez. » Une invitation à parler un peu si elle en avait le désir. « J'ai appris que vous aviez été récompensée pour votre exploit à l'hôpital. C'est une bonne chose, avec beaucoup de retard, j'en suis désolé, je vous adresse mes félicitations. »

Eldoth n'avait pas eu l'occasion de revoir la demoiselle depuis le temps, même s'il avait désormais officiellement rejoint la Légion des Étoiles. Cela dit, ses actions étaient généralement si minimes que le vieil homme doutait que la brune en ait entendu parler. En tous les cas, ses paroles étaient sincères : il avait été impressionné par ses talents lors de leur mission et aurait apprécié de pouvoir en savoir plus sur elle. Mais ce n'était peut-être pas trop tard pour en arriver là ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 5 Oct 2015 - 17:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ne voyant pas son interlocuteur lever immédiatement la tête, Andrea avait dans un premier temps craint de s’être trompée de personne. Elle était restée immobile, sourire sincère mais dans un instant de doute figé sur ses lèvres, main tendue mais poigne soudain devenue hésitante, regard avenant au creux duquel commençait à poindre une gêne imperceptible. Au bout de quelques instants néanmoins, le jeune homme avait relevé la tête et l’avait dardé de ses prunelles chocolat, et elle avait lu dans ses prunelles la réalisation que quelqu’un s’adressait à lui : selon toute vraisemblance, il l’avait reconnue et elle ne s’était pas trompée de personne. Le voyant clore son ouvrage, la jeune femme réalisa alors qu’elle le dérangeait peut-être dans un intense moment de réflexion, ou d’étude, et qu’il avait été peut-être mal avisé de sa part de l’interrompre ; Elle décida, s’il en était ainsi, qu’elle ne l’importunerait pas beaucoup de temps, et ferait fort de se fondre dans la nature sitôt prises quelques nouvelles de politesses.

Adrian se redressa finalement, cueillant dans sa main celle d’Andrea, qu’elle pressa avec douceur et fermeté pour le saluer, et lui rendit aussitôt son sourire. Un sourire qu’elle n’eut par ailleurs aucun mal à reconnaître, et c’est ainsi qu’elle fut certaine de s’adresser à la bonne personne ; Si elle n’avait guère eu l’occasion de s’entretenir avec lui, l’agente de l’UNISON – et ex-agent du FBI – était une excellente physionomiste et ainsi, avait appris à mémoriser certains détails notables de l’allure d’une personne. Allure qui, par ailleurs, en disait souvent long sur une personne, bien plus que ses propos, son histoire ou ses actions ; Après tout, il était bien plus facile de simuler un acte ou une pensée, qu’un défaut de langage corporel. Et parmi les choses qui avaient pu un jour la frapper chez lui, c’était l’aménité de son sourire qui surnageait tout. En revanche, elle fut surprise de constater qu’il s’était souvenu de son nom, et répondit d’un sourire gêné – et d’une rougeur naissante – lorsqu’il mentionna les faits qu’elle avait accomplis et qui avaient pu lui remonter.

« Et je ne pensais pas que vous connaissiez le mien ! », rit-elle doucement. Lorsqu’elle avait aperçu pour la première fois, elle était une toute jeune recrue de l’UNISON, anonyme, et lui se présentait déjà comme étant consultant occasionnel mais sommité dans son domaine. Sans même le savoir, il avait contribué à apporter la lumière sur un certain nombre d’affaires sur lesquelles elle travaillait, et avait toujours éprouvé pour lui un respect qui se voulait profond, mais distant. « J’ai une très bonne mémoire des noms. » Ajouta-t-elle finalement d’un ton amène, passant sous silence les autres détails.

Amusée, elle l’observa regarder derrière elle, et elle-même se retourna à demi pour observer si quelqu’un se trouvait dans son dos, mais cette aire du parc demeurait vide pour le moment. Moins d’une seconde plus tard, son regard croisait de nouveau le sien et il lui demandait de but en blanc si elle désirait son aide, ou si leur rencontre était le fruit du hasard. Ce faisant, le jeune homme lui proposait de se joindre à lui – si d’aventure elle n’avait rien de mieux à faire. La proposition et le ton lui arrachèrent un sourire, et le remerciant d’un regard, la jeune femme déposa ses affaires à ses pieds et prit place sur le banc à ses côtés. « Oh… Je ne pensais pas que la nouvelle vous serait remontée ! Ses yeux fuirent un instant les siennes, replongeant pour une seconde dans les limbes d’un hôpital désaffecté où la nature avait repris son droit. Il s’agissait moins de mes exploits que de ceux de mes compagnons – dont certains avaient perdu la vie, et à cette pensée un voile sombre passa sur ses prunelles opalines –, mais je vous remercie. C’est gratifiant de se savoir soutenu. » Et autant dire que dernièrement, ça n’avait guère été le cas. Dès que son nom était cité quelque part, certains médias s’en emparaient volontiers pour faire planer sur sa réputation le spectre de ses erreurs passées. Et d’erreurs nouvelles, apparaissait-il plus récemment – comme sa relation avec le sulfureux marchand de mort qui lui servait de fiancé. Mais ainsi donc, pas de fausse modestie : elle appréciait sincèrement le geste du Professeur Pennington.

Glissant de nouveau son regard sur le visage de son interlocuteur, la jeune femme tenta au mieux de chasser la morosité qui semblait l’avoir saisie à la pensée de la dernière lourde intervention qu’elle avait eue – et à ce qu’elle avait impliquée – et préféra revenir à la conversation qu’elle entretenait avec lui. Une conversation qui se voulait tout au contraire de la gravité dans laquelle elle s’était empâtée. « Et pour vous répondre, enchaîna-t-elle, je viens souvent ici. Pour méditer essentiellement. Parfois juste pour profiter du beau temps, songea-t-elle, bien que ce prétexte soit devenu de plus en plus anecdotique. Par besoin d’introspection… Et de réflexion, aussi. » Par besoin de comprendre certaines choses et, de façon plus récente, de mettre une étiquette sur les tourments qui agitaient son inconscient. Des tourments qui s’étaient concrétisés par ailleurs de façon plus que visible ; çà les larges bandes sombres qui cerclaient ses yeux, là la lumière terne de ses prunelles qui s’étaient pourtant récemment tintées d’un éclat céleste, à l’écho de l’énergie qui pulsait dans ses veines. « Mais je remarque que je ne suis pas la seule, ajouta-t-elle en glissant un coup d’œil entendu sur l’ouvrage. Vous vous intéressez à la magie ? Questionna-t-elle, en souriant. Curiosité sincère, puisqu’elle-même ne s’y était jamais intéressé. Jusqu’à sa rencontre avec Eldoth. Puis semblant soudain se raviser, ajouta : Mais peut-être que je vous dérange à parler de ça… Ou à parler tout court, d’ailleurs. » Elle plongea son regard contrit dans celui du jeune homme et sourit poliment. S’il désirait la congédier ou reprendre ses occupations là où il les avait laissées, c’était le moment.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 6 Oct 2015 - 13:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Lorsqu'ils furent installés sur le banc, la jeune femme confessa qu'elle ignorait que la nouvelle de sa promotion puisse lui être arrivée aux oreilles et cela lui arracha un sourire. En temps normal, Adrian n'en aurait certainement pas entendu parler, cependant il était vrai que l'agent Parker lui avait fait forte impression lors de leur collaboration dans cette fameuse mission. Il s'était donc intéressé à sa situation et avait appris qu'elle avait été récompensée pour ses actions à l'hôpital. Une excellente chose, qu'elle méritait largement d'ailleurs. Cependant, il n'oubliait pas qu'elle lui avait avoué avoir l'esprit habité par les souvenirs de ses collègues décédés lors de la première mission du genre – celle qui avait précédé la mise en quarantaine de la zone. Son sourire s'effaça forcément. Il comprenait parfaitement ce qu'elle pouvait vivre : lui-même avait vu un carnage quasiment similaire lorsqu'il côtoyait l'Alliance Héroïque qui avait finalement été dissoute en raison du nombre très élevé de morts. Alors, oui, Eldoth concevait parfaitement qu'elle puisse en souffrir et il ne pouvait malheureusement pas y faire grand-chose.
Un bref sourire ourla ses lèvres.

« Bien sûr, mais sans vous ils n'auraient pas réussi leurs actions non plus. C'est un travail d'équipe et votre récompense est aussi la leur. »

Tout comme la sienne. Voir la jeune femme obtenir cette promotion le convainquait du fait qu'ils avaient bien travaillé ! Eldoth était encore indépendant à cette époque et il n'avait plus agi de la sorte depuis bien des années, depuis les missions à propos de Sarevok ou du Katana plus précisément, autant dire que c'était rassurant de s'en sortir de la sorte.

Poli, son regard resta posé sur le visage de la jeune femme tandis qu'elle reprenait la parole pour lui expliquer la raison de sa venue ici. De la réflexion et de l'introspection ? Ce n'était pas vraiment ce qui le conduisait lui à venir dans ce parc, mais il comprenait ce besoin. Adrian aimait beaucoup les personnes qui peuplaient sa vie, mais il était vrai que sa nature de solitaire le poussait de temps en temps à s'isoler pour se retrouver avec ses autres amis – ceux qui avaient occupé sa vie durant plus de trente ans au manoir – les livres ! Cela dit, il n'était jamais contre de nouvelles rencontres ! Surtout lorsqu'il s'agissait de personnes que le centenaire surveillait de loin, mais sans pouvoir les côtoyer en raison du secret de sa double identité.

Il la rassura donc lorsqu'elle s'inquiéta à l'idée de le déranger. Il n'avait pas un emploi du temps de ministre, loin de là, donc s'il pouvait en profiter pour faire la conversation ma foi....

« Oh non, pas du tout ! Ne vous inquiétez pas, je profitais simplement du beau temps pour prendre un peu l'air, mais je suis toujours ravi de pouvoir discuter un peu. Surtout que je vous connais de vue, c'est une bonne chose d'apprendre à se connaître un peu. » Ce qui était sincère. Son regard se posa sur l'ouvrage qu'il tourna pour contempler la couverture. « En fait, je baigne un peu dedans. Je suis archéologue et je me suis spécialisé dans la magie, les artefacts, les créatures magiques et tout ce qui s'y trouve lié. » Ses yeux se reportèrent sur la brune. « Alors, j'approfondis mes connaissances. Et puis j'aime bien lire, alors autant joindre l'utile à l'agréable. » Nouveau sourire. « C'est pour cette raison que je sers de consultant à l'UNISON : je donne quelques conseils sur les affaires liées à la magie, puis ça me permet de rencontrer de nouvelles personnes. Surtout que l'UNISON abrite souvent des individus originaires d'autres mondes que le nôtre. »

La princesse Thétis était un exemple parfait, ou encore Lucrèce qui avait été bannie de son propre monde. En bref, le Brett Building était le lieu idéal pour rencontrer des personnes d'autres nationalités ! L'Archimage détourna les yeux, dos appuyé contre le dossier du banc, observant les personnes qui gravitaient autour d'eux. Il y avait un groupe de jeunes étudiantes qui révisaient, allongées dans l'herbe et profitant du soleil, puis plus loin, quelques enfants qui jouaient au frisbee. Quelques secondes de silence passèrent, puis il reprit la parole.

« Généralement, l'introspection et la réflexion témoignent d'un certain nombre d'interrogations. Vous réfléchissez à votre avenir ? » Après tout, cette promotion modifiait peut-être ses projets ? « Ne vous sentez pas obligée de répondre si vous n'en avez pas envie, je ne suis pas du genre intrusif. Enfin, je crois, pas volontairement du moins. Mais si je pouvais aider, je le ferais avec plaisir. » Bien qu'ils ne se connaissaient pas vraiment. « Parfois, un avis extérieur peut aider à voir les choses d'une autre manière ? »

Mais bien évidemment, il ne lui forçait pas la main. Cela dit, ce n'était pas très compliqué à comprendre : Adrian n'avait rien de l'homme qui s'imposait et obligeait les gens à lui révéler leurs plus noirs secrets. Non, lui c'était celui qui tentait de raisonner les Super-Vilains en les convainquant de se rendre pacifiquement, chose qui témoignait de son état d'esprit habituel. Andrea trouverait une oreille attentive si elle la cherchait, mais elle n'aurait pas à craindre pour la pérennité de ses éventuels secrets.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 6 Oct 2015 - 21:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle avait silencieusement acquiescé à l’affirmation d’Adrian ; S’ils disposaient d’un laps de temps pour apprendre à se connaître, il était venu et, au fond d’elle, Andrea pensait même que passer du temps à ses côtés et échanger avec lui ne pouvait lui apporter que du bien. Elle s’était depuis trop de temps laissée embourber dans une routine abrutissante, et s’était peu à peu refermée sur elle-même, sur son travail, sur son couple et surtout, sur les angoisses qui avaient peu à peu occupé une place de plus en plus conséquente dans sa vie. Côtoyer de nouvelles personnes, s’ouvrir un peu plus au monde, voilà quelque chose qui pouvait assurément lui apporter une bouffée d’air frais dans son étouffant quotidien, et peut-être même lui permettre de prendre quelque peu de recul sur sa situation. Rassurée de ne pas être un contretemps dans son emploi du temps, la jeune femme s’installa plus confortablement auprès de lui, prenant même le temps d’ôter son blouson, soudain assaillie par la douceur de ce début d’octobre plus que clément.

Elle accrocha le regard du jeune homme tandis qu’il prenait soin de lui expliquer le pourquoi de son intérêt pour la magie et de l’application qu’il en faisait pour l’UNISON, ce qui ne manqua pas d’arracher un sourire à la jeune femme. Elle prit conscience qu’aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle ne s’était jamais posé la question de savoir en quoi consistaient réellement ses dispositions de consultant pour l’organisation, alors même qu’elle était bien au fait de sa profession d’archéologue et de sa renommée dans le domaine. Et alors même qu’il l’avait déjà aidée par le passé. Songeuse, la jeune femme réalisa qu’elle en savait au final bien peu sur lui, et qu’elle en savait tout aussi peu sur les personnes qui formaient son entourage direct ; Après tout pour elle, il y a encore peu, Adriel Veidt et Megatron étaient deux personnes distinctes. Allez savoir ce qui pouvait bien se cacher sous le masque d’Adrian Pennington !

« La connaissance est un apprentissage constant à ce qu’on dit ! » Sourit-elle. Elle-même n’était guère une grande lectrice – par manque de temps essentiellement – mais appréciait toujours de se plonger dans quelques univers connus ou inconnus, aventureux ou plus terre-à-terre. Il y avait des domaines cependant, comme le profiling et la psychologie qui n’avaient de cesse d’évoluer. Et son intérêt allait, de même, croissant avec les années. « J’ignorais que vous étudiiez dans ce domaine,… Pourtant vous avez aidé à avancer quelques-unes de mes enquêtes. Mais ça remonte à un certain temps, ajouta-t-elle pensive, vous ne devez pas vous en souvenir. » C’était il y avait une poignée d’années de ça, et il avait dû voir passer de nombreuses affaires. Et vue la teneur de la majorité des affaires sur lesquelles elle avait été envoyée, il valait peut-être mieux pour lui qu’il n’en garde qu’un vague souvenir. L’agente aurait aimé pouvoir en dire autant. « C’est une drôle de coïncidence que vous le mentionniez d’ailleurs, rit-elle soudain, vous devez avoir déjà entendu parler de lui mais… J’ai eu la chance de pouvoir collaborer avec Eldoth lors de cette même intervention. Et de façon étroite, même. Je lui dois beaucoup, ajouta-t-elle, la vie, songea-t-elle, la magie est une belle discipline lorsqu’elle se trouve entre de belles mains. »

Mais comme toutes les puissances, elle devenait ravageuse entre des mains mal intentionnées. Fort heureusement l’Archimage n’était pas de ceux-là, et à la pensée de son collaborateur d’un jour, un sourire confiant ourla les lèvres de la jeune femme, tandis que ses yeux fuyaient le creux chocolat de ceux de son interlocuteur. Il s’écoula un temps avant qu’il ne reprenne la parole, un temps qu’elle passa à laisser glisser son regard sur la foule éparse qui folâtrait sur les vertes étendues, qui profitait d’une pause au zénith pour se prélasser au soleil, comme elle-même le faisait en cet instant. Visage rejeté en arrière pour jouir des doucereux rayons du soleil, la jeune femme ne releva finalement le visage vers Adrian que lorsqu’il s’intéressa aux interrogations qui l’avaient poussée à se rendre dans le parc. Et secoua la tête pour nier les craintes de l’archéologue.

« Oh ne vous inquiétez pas,… Vous avez raison vous savez. En parler permet de prendre du recul, et c’est parfois un mal nécessaire. » Bien sûr, elle avait déjà essayé d’en parler à son entourage. Mais jusqu’à présent, aucune des discussions qu’elle avait entretenues n’avait démontré son efficacité, et même si Adrian semblait une personne plein de bonnes intentions, elle n’espérait pas trop de ce qui pourrait ressortir de leur entretien. À croire qu’elle s’était presque résignée… « Je m’interroge beaucoup en ce moment, mais pas sur mon futur. » Lui répondit-elle. Machinalement, elle tourna autour de son doigt l’anneau d’argent qui le ceignait. Non, le futur s’annonçait plus radieux que jamais. Cependant, elle ne pouvait pas non plus tout à fait affirmer que c’était son passé qui la tourmentait, bien que quelque chose au fond d’elle lui hurle que ce soit le cas. Tout du moins en partie. « Je dors peu en ce moment, continua-t-elle. Et quand je parviens à fermer l’œil, je dors affreusement mal. Son regard s’était fait lointain. Je cauchemarde, ou je me réveille avec des migraines abominables. C’est… Comme si quelque chose poussait pour sortir. La métisse Ultime plongea son regard dans celui d’Adrian. Vous avez déjà eu l’impression d’avoir oublié quelque chose de particulièrement important, de capital ? Vous savez que vous avez oublié quelque chose, mais vous n’arrivez pas à vous souvenir… Elle retint son souffle. Ouais,… ce n’est pas la grande forme. » Conclut-elle enfin.

Oui, c’était le moins que l’on pouvait dire. Avec un soupçon d’inquiétude, elle plongea ses prunelles dans celles d’Adrian, espérant ne pas avoir plombé leurs discussions avec ses sombres considérations. Et comme à l’écho de son trouble, un frisson désagréable lui parcourut l’échine.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 6 Oct 2015 - 23:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Honnêtement, Adrian ne se souvenait pas de toutes les enquêtes auxquelles il avait prêté assistance. La plupart du temps, il se contentait de lire les rapports et d'émettre des opinions, ses interventions pures étaient relativement rares. Il l'avait fait à quelques reprises avec le Commandant Colt, mais c'était l'une des dernières fois qu'il avait réellement mis la main à la pâte. Il n'était donc pas improbable qu'il ait aidé sur une enquête de l'agent Parker, mais avant l'épisode de l'hôpital, ce nom n'en était qu'un parmi tant d'autres. Cela dit, lorsqu'elle parla d'Eldoth, Adrian se sentit un peu mal à l'aise. C'était toujours étrange de devoir parler de soi-même à la troisième personne. C'était bien ce qui l'ennuyait dans le fait de posséder une double identité ! Cependant, vu qu'il avait avoué qu'Eldoth était l'Archimage, il était évident qu'un simple consultant en magie en ait entendu parler. Il esquissa donc un sourire d'approbation.

« Oui, j'en ai entendu parler. Il n'y a pas beaucoup de Supers qui utilisent la magie, alors ils sont généralement faciles à identifier. » Même si les heures de gloire d'Eldoth étaient loin derrière lui. « Mais je vous avoue que je suis davantage au courant de vos faits et de ceux de vos collègues, c'est plutôt de vous que les gens parlent au Brett Building. » Ce qui était l'entière vérité. « Il n'est d'ailleurs pas impossible que j'ai aidé sur certaines de vos enquêtes, mais je vous avoue que je n'en garde pas de souvenir. La plupart du temps, je me contente de lire les rapports et de donner un avis, il est rare que je rencontre les agents en charge de ces affaires. »

Il eut un sourire d'excuse, toujours navré de ne pas se souvenir d'une personne ou de quelque chose qu'on lui aurait dit. C'était vexant de voir que quelqu'un avait pu vous oublier, même si ce n'était pas exactement un oubli de sa part. Enfin, tout cela pour dire qu'il n'avait vraiment prêté attention au nom de l'agent qu'une fois leur collaboration passée. Il avait d'ailleurs regretté de ne pas pouvoir lui adresser la parole après cet épisode. Bien sûr, il aurait pu lui faire transmettre un mot de félicitation au moment de sa promotion, mais disons que c'était un peu bizarre d'envoyer des billets anonymes – ou signés d'un pseudo – à un agent confirmé.

Le silence s'était vite installé et Adrian ne put s'empêcher de constater que la demoiselle avait l'air réellement pensive. Un peu mélancolique peut-être. C'était toujours navrant de voir ce genre de regard ou d'expression chez une personne aussi jeune. Elle aurait dû penser à ses projets d'avenir et non pas repenser à la perte de ses amis et collègues. Enfin, c'était ce qu'il croyait, mais même s'il était doué de télépathie, Adrian ne comptait pas vérifier à la source. Il patienta donc jusqu'à ce qu'elle décide de lui répondre, le rassurant d'abord sur ses questions éventuellement intrusives, puis parlant de ses problèmes. Les insomnies, il connaissait. Mais elles remontaient à l'époque de la guerre ou de la Ligue de la Liberté, voire de l'Alliance Héroïque. Depuis, disons qu'elles arrivaient par période. Il lui arrivait de ne pas réussir à dormir convenablement pendant plusieurs semaines, puis que tout rentre dans l'ordre. L'avantage de la vieillesse : même si son corps restait le même, ses souvenirs se floutaient avec le temps. Soutenant son regard, il l'écouta jusqu'au bout en arborant un air sérieux. Ce n'était pas une question anodine, surtout qu'il ne pouvait pas se baser sur sa véritable existence, mais sur celle qui lui servait de couverture.

Au final, après quelques instants de réflexion, il bougea légèrement pour adopter une position un peu plus confortable et répondit d'un ton aussi sérieux que possible.

« En quelques sortes, oui. Mais ce n'était pas une sensation qui m'en a informé, plutôt quelqu'un d'extérieur, donc j'ignore si c'est la même chose que dans votre situation. »

Il ne pouvait pas mentir totalement alors qu'elle semblait perdue. Peut-être que c'était risqué de s'aventurer sur ce terrain, mais tant pis. Adrian avait découvert qu'il était la réincarnation d'un ancien atlante, mais il ne conservait pas les souvenirs de cet individu. C'était des sentiments, des sensations... et sans l'aide des esprits qui l'avaient investi de ses pouvoirs d'Archimage, il ne l'aurait jamais su. Alors, ce n'était peut-être pas comme avec l'agent Parker.

« Vous avez l'impression que vous devez vous plonger dans votre passé ? Dans certaines cultures, les gens pensent que les ancêtres se manifestent au travers de sentiments qu'ils inspirent aux humains restant. C'est le cas dans certains peuples africains, c'est pour cette raison qu'ils tentent d'entrer en transe, afin de comprendre le message qui doit leur être délivré. » Il esquissa un léger sourire. « Mais j'ignore si c'est une explication qui vous convient. Je crois que l'esprit humain est très compliqué à appréhender. Parfois, il décide de nous faire oublier des choses pour notre propre bien, mais si le vôtre décide qu'il est temps de vous souvenir de quelque chose... je crains que vous ne soyez pas en paix avant d'y arriver. »

Il parlait comme un archéologue et non comme un humain normal. Elle allait peut-être le prendre pour un fou et décider d'aller voir ailleurs. Ou peut-être qu'il avait mal compris sa question, ce qui n'était pas impossible. Humectant machinalement ses lèvres, le centenaire reprit.

« Si c'est votre passé qui vous perturbe, peut-être devriez-vous songer à l'hypnose ? J'ai entendu dire que ça portait ses fruits. » Il marqua une pause. « Mais je pense que c'est un problème auquel vous devez sérieusement vous intéresser. On ne peut pas avancer vers l'avenir en restant tourné vers le passé et vous risquez de passer à côté de beaucoup de choses si vous ne creusez pas sérieusement la question. »

Même si elle n'avait certainement pas besoin de lui pour savoir ça.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 24 Oct 2015 - 21:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Andrea n’avait jamais apprécié ressasser les vieilles affaires, même lorsque la fin avait été heureuse. Il en allait de même pour les interventions, et elle n’était jamais sans éprouver de gêne à l’idée de retirer les lauriers de ce qui était avant tout, à ses yeux, un travail d’équipe. C’est pourquoi elle avait hésité à refuser sa nomination à la tête de l’escouade. Peut-être était-ce le cas pour certains de ses collègues, mais pas pour elle ; La jeune femme n’aimait guère se trouver sur le devant de la scène, quand d’autres se trouvaient à ses yeux bien plus méritants qu’elle.

« Il n’en démérite pas pour autant… » Sourit-elle doucement. Loin de là par ailleurs, la jeune femme ignorait ce qu’il leur aurait été possible de faire là-bas si Eldoth n’avait pas été à leurs côtés. Et même si elle n’avait jamais eu l’occasion de le lui dire – et qu’elle ne l’aurait certainement jamais – elle lui était reconnaissante. Un léger sourire aux lèvres, elle écouta Adrian lui expliquer, d’un air visiblement contrit, qu’il n’avait gardé que peu de souvenirs des enquêtes auxquelles il avait participé, n’agissant la plupart du temps qu’en fournissant un avis neutre mais ne s’impliquant jamais réellement auprès des agents en charge. Une donnée qui ne lui était pas inconnue, ce qu’elle lui fit savoir. « Oui, c’est bien ce que j’avais cru comprendre ! Répondit-elle, avec l’espoir de dissiper quelque peu son embarras. Dans le cas contraire, nous nous serions rencontré beaucoup plus tôt. Un léger rire aux lèvres, elle secoua doucement la tête. Mais vous allez finir par me faire rougir, n’en parlons plus ! » Et c’était on ne peut plus vrai.

Après un silence, le jeune homme donna son avis sur la question par une approche personnelle de la situation. Bien que n’ayant pas toutes les clés en main pour comprendre ce qu’il tentait de lui faire appréhender, Andrea saisit toutefois rapidement que leurs situations, si elles se faisaient écho, n’étaient pas ce qu’il y avait de plus similaire. Et la principale raison était qu’elle, elle n’avait personne qui puisse l’informer de quoi que ce soit concernant la situation. C’est pourquoi, pour toute réponse, elle se contenta d’un vague « Je vois », plongée dans l’observation d’un point de vue qu’il lui apportait, et qui ne lui était pas méconnue : son rapport au passé.

« Ce n’est pas… Impossible, admit-elle après un instant de réflexion. Relevant la tête, elle plongea ses prunelles dans celles de son interlocuteur. Je ne sais rien ou presque de mes origines ou même d’où proviennent mes capacités. Alors ce n’est pas incohérent de penser que mes troubles actuels sont le reflet de questionnements plus profonds… C’était même plus que sensé, si l’on considérait que ses rêves, ses migraines et ses questionnements étaient corrélés avec le développement de ses capacités cosmiques, exponentiel au cours des derniers mois. Mais en toute sincérité, je ne sais pas de quelle manière je pourrais m’en assurer. Je n’ai personne avec qui en parler et je ne sais absolument pas où je pourrais chercher des réponses. Son père mort, sa mère à qui elle ne parlait plus – et à qui elle ne comptait plus parler – sa parente Lucrèce, seule piste viable, partie en Europe. Ses pistes s’étaient évanouies les unes après les autres. Mais je crains que vous n’ayez raison… Je ne pense pas que ça va se tasser. » Loin s’en fallait, elle avait même l’impression que ses problèmes empiraient de semaine en semaine. Si bien qu’ils commençaient à empiéter sur ses relations, et sur son travail. Une situation qu’elle ne pouvait plus tolérer.

« L’hypnose ? Ses yeux s’écarquillèrent de surprise. Non en effet, je n’avais encore jamais songé à essayer. Impossible de se rappeler pourquoi, par ailleurs. Elle laissa un silence s’installer, teinté de gêne, détournant le regard d’Adrian. Je vais vous avouer qu’après avoir essayé la plupart des méthodes médicinales conventionnelles, j’ai un peu baissé les bras. Somnifères, antidépresseurs, médecines alternatives, et elle en passait. La métisse Ultime laissa son regard glisser sur le parc, qui commençait à s’engorger de passants venus pour profiter des quelques rayons du soleil pendant la pause de midi. Mais là encore, vers qui se tourner ? Soupira-t-elle. Elle se tourna vers l’archéologue. Ce n’est déjà pas un procédé dont l’efficacité a été prouvée, et si je ne m’abuse il doit exister plus de charlatans que d’hypnotiseurs compétents à Star City. »

Comme c’était le cas dès qu’il était question de procédés qui dépassaient le cadre des compétences médicales habituelles. Chose étonnante, lorsque l’on se trouvait dans la ville abritant le plus de supers au monde, et où les mentalistes étaient légion. À cette pensée, elle fronça légèrement les sourcils ; Un détail d’importance venait de lui traverser l’esprit, lui rappelant à ce titre ce qui l’avait éloignée des démarches métapsychiques. « Et il pourrait se poser un autre problème, mon cerveau étant totalement imperméable aux intrusions de ce type... » Aussi, à moins qu’elle ne dispose d’un mage sous la main, ses possibilités en la matière demeureraient limitées.

Moue aux lèvres, la jeune femme rejeta la tête en arrière et ferma les yeux, inspirant profondément. En dépit de la gravité de leur discussion et de l’état déplorable de son sommeil, Andrea était pleine d’une vigueur étonnante, signe que ses séance de méditation étaient on ne pouvait plus bénéfique. Il lui avait aussi semblé, d’une certaine manière, que l’afflux d’énergie cosmique – plus conséquent ces derniers mois – parvenait à compenser un peu son état de fatigue. Une chance, que n’avait probablement pas la plupart des personnes. Un fléau si l’on considérait que ses problèmes venaient de là. Mais là encore, elle ne pouvait être sûre de rien.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 25 Oct 2015 - 20:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Lorsque la jeune femme déclara qu'elle ignorait beaucoup de choses de ses origines, Adrian se demanda si elle avait été adoptée ou si elle avait grandi au sein d'un orphelinat ou quelque chose d'approchant. En tant qu'archéologue, il était habitué à faire des arbres généalogiques et à en consulter. Lui-même s'était lancé dans la conception de celui des Pennington lorsqu'il avait été en contact avec Andrew – et qui lui aurait évité l'arnaque menée par Ginger. Il fallait donc avouer que le fait d'ignorer beaucoup de choses de son passé avait de quoi l'intriguer. Mais il était bien placé pour savoir que tous les écrits ne rapportaient pas la vérité. Combien de fois avait-il entendu parler de prétendus descendants de pharaons ou d'autres personnages d'importance sans que cela ne soit vrai ? Trop pour se jeter aveuglément dans cette histoire. Il devait demander quelques précisions à Andrea avant de réfléchir à la situation.

Mais, pour le moment, Adrian préféra l'écouter jusqu'au bout en silence. Il fut légèrement surpris d'apprendre qu'elle n'avait pas songé à l'hypnose, qui était une « science » de plus en plus utilisée, ainsi que du fait qu'elle semblait immunisée aux incursions mentales. Enfin, c'était ce qu'il avait cru comprendre. Habituellement, les méta-humains possédaient des capacités physiques ou mentales, mais il était rare de voir une personne avec la force de l'argent Parker et un bouclier mental en supplément. Heather Cooper – par exemple – ne possédait que la partie mentale et son pouvoir n'avait jamais muté jusqu'à lui offrit une force améliorée. Est-ce que cette capacité viendrait d'ailleurs ? Un artefact magique dont elle ignorait l'existence ? Peu probable vu qu'il ne ressentait rien à ses côtés – et je ne parle pas de sentiments louches.

Après avoir légèrement froncé les sourcils tout en la regardant, le centenaire reprit la parole d'un ton calme et plein de réflexion.

« Vous voulez dire que votre esprit est immunisé aux incursions mentales ? J'ai pourtant cru comprendre que vos capacités étaient plutôt physiques, non ? » Il avait eu le temps de le voir lors de leur mission à l'hôpital. « Il est rare que les capacités des méta-humains mêlent le physique et le mental, à moins d'être développés dans cette direction-là. Vous souvenez-vous du début de cette.... immunité ? » Ce serait une indication pour commencer leurs réflexions. « D'ailleurs, je vous parle de méta-humain, mais peut-être que ce n'est pas votre cas vu que vous me dites que vous ignorez ce qu'il en est ? » Il la regarda quelques secondes. « Il existe une infinité d'autres possibilités.... la magie par exemple. Un artefact magique qui procure des capacités ou encore un champion divin qui bénéficie des pouvoirs offerts par une divinité. Enfin, si vous êtes croyante. »

Il esquissa un sourire, comme pour lui laisser la possibilité de ne pas le prendre pour un fou si elle ne croyait pas à l'existence de divinités. Adrian quant à lui savait parfaitement que ces individus n'étaient pas le fruit d'une imagination fertile. Il en avait rencontré plus d'une et avait pu constater ce qu'ils dégageaient comme énergie, or l'agent Parker n'était pas dans cette situation-là.

Adrian soupira légèrement, détournant brièvement son regard le temps de se concentrer sur ses réflexions. Son regard brun vaqua que les environs, observant un groupe d'étudiantes sans les voir avant de passer sur un chien qui courrait joyeusement avec sa balle en bouche. Au final, après quelques secondes de silence, l'Archimage reprit la parole.

« Vous savez, je suis archéologue de formation alors la généalogie et les recherches, c'est dans mes cordes. Je ne sais pas exactement ce que vous voulez dire en parlant de votre passé, mais je pourrais peut-être vous aider. J'ai pas mal de contacts dans différents milieux. » C'était peu de le dire. « Est-ce que vous avez été adoptée, ou vous ne connaissez pas les branches plus éloignées de votre arbre généalogique ? » Une question logique vu ses paroles précédentes. « Quant au reste.... dans mon métier de conseiller, j'ai été amené à côtoyer pas mal de personnes dont certaines d'autres mondes comme je vous l'ai expliqué précédemment, alors si je peux vous aider.... » Il la regarda à nouveau. « Je possède une capacité mentale, mais qui ne nous sera certainement d'aucune utilité, cela dit, la magie peut éventuellement aider ? C'est souvent une possibilité négligée et on ne peut pas faire plus éloigné de la médecine conventionnelle.... »

C'était le moins que l'on puisse dire et c'était d'autant plus vrai qu'il avait été capable d'apaiser un peu le sommeil très agité de Rebekha Lawson en lui procurant une potion qui calmait ses cauchemars. Peut-être qu'il serait aussi capable de venir en aide à la demoiselle à ses côtés ?
Toutefois, histoire de ne pas la mettre sous pression, Adrian ajouta quelques mots :

« Vous pouvez prendre tout le temps qu'il vous faut pour réfléchir vous savez ! Mais vous pouvez d'ores et déjà me parler un peu de ce qui vous tracasse, du moins si vous le souhaitez. Il n'y a aucune obligation à accepter mon aide. »

Il n'était pas vraiment du genre à s'imposer, loin de là même.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 31 Oct 2015 - 14:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Il lui avait fallu des années pour apprendre à assumer le plein de ses capacités. Des années pendant lesquelles elle s’était cachée, avait refoulé sa nature profonde, y compris auprès de ses proches. Surtout auprès de ses proches. Jusqu’au jour où elle n’avait plus voulu se cacher ; Tout alors avait semblé si simple. S’ouvrir, en parler, le montrer, donner à croire. Voir la crainte se dissiper et l’espoir naître dans le regard des personnes auxquelles elle tenait, et prendre confiance en ce qu’elle était, et en ce qu’elle pouvait apporter au monde, si tant est qu’elle puisse lui apporter quelque chose. Et voilà qu’aujourd’hui elle s’ouvrait tout naturellement, sans inquiétude, au détour d’une rencontre fortuite. Comme quoi le hasard faisait bien les choses. Son regard, qu’elle avait laissé glisser sur le parc de plus en plus bombé, épousa les courbes du visage de son interlocuteur qui l’avait laissée pensive.

« C’est ce qu’il semblerait oui, réaffirma-t-elle lorsqu’Adrian avança l’idée qu’il était rare pour un méta-humain de disposer d’une protection mentale, en plus de capacités physiques. La première fois qu’il en a été question, c’était lors d’une confrontation contre une mentaliste multirécidiviste qui avait subjugué des passants du Star Park pour les dévaliser. Quant à la deuxième fois,…, se souvint-elle. C’était justement lors de l’intervention de l’UNISON à l’Hôpital de Providence. Notre adversaire avait réussi à prendre le contrôle de plusieurs de mes camarades... Mais pas d’elle. L’éclat de ses prunelles se fit lointain, empreint d’une gravité palpable. Avant ça, je n’en avais jamais eu conscience. Mais peut-être n’avais-je encore jamais été confrontée à ce genre d’adversaire avant. » Difficile alors de savoir si elle avait toujours été immunisée aux incursions mentales, ou si c’était une capacité qui s’était développée avec le temps. À l’instar de ses capacités physiques, qui avaient toujours été présentes mais qu’elle n’avait réellement développé que tardivement, à des niveaux qu’elle n’avait encore jamais égalé. Ainsi en était-il de même pour son contrôle énergétique, dont elle supposait avoir toujours eu le potentiel, mais qu’elle n’avait jamais travaillé jusqu’alors.

Lorsqu’Adrian lui demanda si elle était croyante, un sourire ourla ses lèvres. « Je le suis » C’en quoi elle croyait, en revanche… La justice, peut-être ? Si tant est qu’il existe une divinité qui lui réponde. Mais même là, il lui semblait logique de penser qu’elle l’aurait su, d’une façon ou d’un autre. « Mais je sais que ça ne vient pas de là, enchaîna-t-elle en plongeant ses prunelles dans celles de son interlocuteur, un léger sourire aux lèvres. Je ne sais pas si l’on peut me qualifier de méta-humaine, puisque mon ADN est sensiblement différent de celui d’un être humain normal. Devant la possible opacité de ses propos, elle fit le choix d’expliciter : J’ai découvert ça il y a un peu moins d’un an, lorsque le médecin de l’UNISON en charge a comparé un échantillon de mon ADN avec celui d’un autre agent. Certaines marqueurs se faisaient écho, et témoignaient d’une parenté à un degré proche ce qui a éveillé ses soupçons. Chose impossible, lorsque l’on savait que cette femme était issue d’un peuple qui ne s’était pas ouvert au monde depuis le début de la seconde guerre mondiale. » C’était du moins ce qu’elle avait réussi à savoir d’après le peu qu’elle avait été en mesure de lui dire. Après quoi Lucrèce était partie en Europe, et Andrea n’avait jamais eu l’occasion d’approfondir réellement le sujet. Ses pistes s’étaient alors aussitôt évaporées, et il ne lui était jamais venu à l’esprit d’en trouver de nouvelles. Tout du moins jusqu’à sa rencontre avec l’archéologue et le regard neuf qu’il apportait sur sa situation. Et la volonté qu’il semblait avoir de lui venir en aide.

« Peut-être le pourriez-vous oui… » S’il disposait de plus de contacts qu’elle – ce qui ne devait pas être dure étant donné qu’elle n’en possédait aucun – c’était tout à fait probable. Adoptée, pas à ma connaissance en tout cas. Elle eut un rire nerveux à cette idée ; S’il lui était intolérable de penser que son père, qu’elle avait adoré au-delà de toute mesure, ne puisse pas être son père biologique, l’idée que sa mère ne le soit lui était – en revanche – tout ce qu’il y avait de plus supportable. Quelque chose cependant, rendait cette thèse impossible : le vert opalin de ses prunelles était directement issu des gènes d’Elizabeth. « Ceci dit, maintenant que vous le mentionnez, je n’ai jamais eu de liens avec ma famille maternelle, réalisa-t-elle. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, les repas de famille s’étaient toujours pris aux côtés de ses oncles et grands-parents paternels. Et maintenant qu’elle y réfléchissait, sa mère n’en avait même jamais parlé. Mais ma mère a quitté le domicile familial il y a une dizaine d’années de ça, et je n’ai jamais voulu reprendre contact avec elle. Quant à mon père… » Un malaise la saisit au ventre à cette pensée, qu’elle balaya rapidement. Ce n’était guère le moment de rouvrir les balafres passées, mais sans le savoir, Adrian venait de mettre le doigt sur quelque chose d’intriguant.

L’idée que sa famille maternelle puisse détenir les informations à ses questionnements lui avait déjà affleuré l’esprit, bien entendu. Mais ses relations tendues avec sa mère et le plein secret de celle-ci sur des éventuels parents n’avaient en rien aidé la jeune femme à creuses ses réflexions en ce sens. Et maintenant qu’elles ne se parlaient plus, Andrea imaginait mal comment elle pourrait obtenir des réponses. Mais c’était sans compter sur l’heureuse coïncidence de sa rencontre avec le professeur Pennington.

« Oui ! S’exclama-t-elle de but en blanc. Puis, prenant conscience du trop-plein de spontanéité de ses propos, la jeune femme radoucit le ton. Oui, je veux dire. Excusez-moi Adrian, c’est juste que… La dernière piste que j’ai eu, ça remontait à des mois et… Je ne pensais plus en avoir l’occasion. » Et elle ne pensait pas trouver une occasion en sa personne, alors même qu’elle ne s’attendait pas à le rencontrer. C’était une aubaine inespérée, et si elle y avait cru, Andrea aurait même supposé que le destin les ait menés à se rencontrer. Mais la métisse Ultime était bien plus terre-à-terre, aussi considérait-elle cette rencontre avant tout comme une heureuse coïncidence. « La magie peut peut-être fonctionner… Mais vous savez, c’est plutôt à moi de vous dire ça. Vous n’êtes pas obligé de m’aider, après tout, je vous suis une parfaite inconnue. » Sourit-elle, tristement. Après tout, ils venaient presque de se rencontrer. L’aurait-elle fait pour lui ? Certainement.

Mais Andrea avait le don du sacrifice, et elle espérait – pour Adrian – qu’il n’en fut pas de même de même. Il n’était guère fardeau de plus difficile à porter.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 31 Oct 2015 - 19:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
L'agent Parker avait apparemment exploré pas mal d'options vu les réponses qu'elle lui faisait et Adrian pouvait donc procéder par élimination. Ce n'est que lorsqu'elle parla du fait que son ADN n'était pas parfaitement « normal » que de nouvelles questions naquirent dans l'esprit du centenaire. Un autre agent avait les mêmes caractéristiques qu'elle ? La question serait certainement stupide puisqu'elle devait déjà y avoir songé, mais pourquoi n'en parlait-elle pas avec cette personne ? Cela lui permettrait certainement d'obtenir pas mal d'informations. Cela dit, lorsqu'elle parla d'un peuple qui ne s'était pas ouvert au monde depuis fort longtemps, Adrian pensa forcément à l'agent Feuerbach. L'Archimage avait assez longuement parlé avec elle et il savait donc que les Ultimes ne s'étaient pas approchés des humains depuis quelques temps déjà. Mais l'UNISON abritait de très nombreuses personnes qualifiables d'uniques, alors peut-être qu'il s'agissait d'une autre personne.

Il resta toutefois silencieux, l'écoutant jusqu'au bout alors qu'elle lui présentait une histoire familiale apparemment très compliquée. Vu la manière dont elle avait passé sous silence le sort de son père, Adrian imagina qu'il devait être décédé et comprit sa peine. Même si le sien l'était depuis près d'un demi-siècle, il était toujours aussi peiné en y repensant, alors si c'était récent....

En tous les cas, son aide ne semblait pas malvenue et c'était une chose plutôt rassurante pour la suite, surtout s'ils devaient collaborer ensemble pour trouver la raison de tout cela... Le vieil homme esquissa d'ailleurs un sourire lorsqu'elle lui expliqua qu'il n'était pas obligé de l'aider vu qu'ils ne se connaissaient pas. En fait si, mais il ne pouvait pas se présenter comme Eldoth et lui dira qu'il avait envie de l'aider pour cette raison... il ne pouvait pas davantage lui expliquer qu'il était assez vieux pour avoir connu la seconde guerre mondiale – et même la première, même s'il était encore adolescent à cette époque.

« Vous savez, si je devais me contenter d'aider mes amis proches, il n'y aurait pas grand monde de concerné... » Ce qui était parfaitement véridique. « Et puis, j'aime bien aider les gens. Surtout que je crois vraiment pouvoir vous être utile, après tout, je suis archéologue donc je suis d'une nature curieuse et en plus, j'ai côtoyé pas mal d'agents de l'UNISON, donc j'ai une certaine quantité d'informations à ma disposition. »

Tout cela avait pour but de la rassurer et de lui faire comprendre qu'elle ne devait pas se sentir coupable de le laisser l'aider. Disons que c'était un peu son talon d'Achille. Comme Aishlinn l'avait souligné à l'époque où elle était encore son apprentie, il était du genre à ramasser un chaton dans le caniveau histoire de l'aider et cela même s'il était allergique à ses poils ! C'était un exemple assez parlant. Fort heureusement, la mode féminine était à l’épilation et Adrian n'avait donc pas grand-chose à craindre de ce côté-là en aidant la jeune femme.

« Vous avez parlé d'un autre agent qui aurait des points communs avec vous... je pense que vous avez dû essayer d'en parler avec lui ou elle, non ? Il ne vous a rien appris ? » Peut-être que le secret était de rigueur ? « J'ai rencontré une femme dans ce cas-là, qui avait été bannie de son peuple et qui était arrivée sur Terre. L'agent Feuerbach, est-ce que ça vous dit quelque chose ? »

Avant d'aller plus loin, il préférait attendre de voir ce qu'elle lui répondrait à ce propos. Mais cela ne l'empêchait pas d'aborder un autre sujet qui concernait ses origines et le fait que cette population n'était plus en contact avec leur race depuis fort longtemps.

« Pour ce qui est de vos marqueurs semblables... il y a toujours la possibilité qu'une personne ait réussi à passer au travers des mailles du filet. Ça arrive plus souvent qu'on ne le croit et sans que personne ne le sache. » Il connaissait un dieu dans ce cas-là. « Ou alors, peut-être que vos origines remontent à cette époque ? Que l'un de ces individus se soient lié à l'un de vos ancêtres et que ces gènes ne se soient réveillés que chez vous pour une raison quelconque ? »

Il n'était pas spécialiste du sujet, mais c'était une déduction assez logique au final. Restait à voir ce qu'en pensant l'agent Parker.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 25 Fév 2016 - 18:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le moins que l’on puisse dire, c’est que son interlocuteur était à l’écoute. À dire vrai, elle ne se souvenait pas s’être un jour autant épanchée auprès d’une personne qu’elle connaissait à peine ; Elle n’avait même jamais pris l’initiative d’aller consulter un psychologue, cette idée l’ayant toujours plus ou moins rebuté, et s’était toujours efforcée de tenir ses proches loin de ses propres problèmes. Mais il y avait quelque chose chez lui qui lui instillait la confiance, et une autre chose dans son regard qui lui murmurait qu’elle se trouvait en face d’une personne profondément bienveillante. Au-delà de la proposition qu’il lui avait faite de l’aider alors que rien ne l’y obligeait, il y avait la pression de cet instinct farouche qu’elle s’était depuis longtemps contrainte de suivre et qui ne l’avait jusque-là que peu trompée. Et cet instinct lui soufflait de croire en lui.

Après un regard posé sur le parc qui commençait doucement à retomber dans la léthargie du début d’après-midi, le visage doucement caressé des rayons du soleil et d’un vent frais, Andrea reprit la parole. « Je comprends, sourit-elle doucement lorsque le jeune homme lui réaffirma qu’il avait à cœur de l’aider. Je n’ai juste pas envie que vous vous sentiez obligé de… Elle marqua une pause. Mais puisque vous m’affirmez qu’il n’en est rien… » Autant tourner la page. La phrase en suspens tendait à clore le sujet. La métisse Ultime avait une tendance naturelle à se méfier des gens et de leur sincérité, alors même qu’elle savait accorder sa confiance à des inconnus lorsqu’elle y était contrainte, comme elle avait su le démontrer lors de ses rares coopérations avec les héros de la Légion des Étoiles. Peut-être naïvement, Andrea avait tendance à croire que son honnêteté savait pousser les personnes qu’elle côtoyait à être honnête envers elle, et essayait toujours d’instaurer au sein de ses relations un climat de confiance, quand cela était possible, mais avant tout de franchise. C’est ce qui lui avait assuré d’entretenir des relations amicales solides, et des liens d’inimitié tout aussi indéfectibles.

« Elle, confirma-t-elle dans un hochement de tête, alors qu’Adrian s’interrogeait sur l’identité de son contact. Aussitôt, le visage de l’Ultime apparu dans son esprit, aussi pur et clair que si elle l’avait vue quelques heures auparavant. Je n’ai malheureusement guère eu le temps d’en discuter, elle a quitté le pays quelques temps après la découverte de notre lien de parenté et avec elle les possibilités qu’il m’était donné d’obtenir des informations. Péniblement, un soupir s’insinua entre ses lèvres. Si Andrea avait eu les moyens de savoir que sa seule piste allait s’évaporer dans la nature, sans doute aurait-elle pris le temps d’en apprendre plus sur elle. Sur elles deux. Quel était leur degré de parenté ? Avait-elle connu son ancêtre ? Qui était son peuple ? Vivait-il toujours ? Où ? Pourquoi n’en avions-nous jamais entendu parler ? Tant de questions laissées sans réponse, essaimés comme autant d’actes manqués et qu’elle regrettait encore. Mais la jeune femme était, malheureusement, une habituée des actes manqués. J’ai bien essayé de prendre contact avec elle, auprès de la filière de l’organisation en Europe, mais il semble qu’elle ait disparu du système de l’UNISON ou qu’ils refusent de me fournir des coordonnées par soucis de confidentialité. Ce pouvait être l’un ou l’autre, mais la jeune femme n’avait réussi à extirper aucun renseignement, même en confirmant son identité auprès des services d’identification. Une précaution qui l’ennuyait, mais qu’elle savait malheureusement nécessaire. Dans un cas comme dans l’autre, je n’ai guère envie de m’insinuer dans sa vie. »

Si Lucrèce avait quitté Star City et les Etats-Unis, c’était avant tout pour pouvoir prendre du recul sur les évènements qui y étaient survenus, tourner la page et reprendre sa vie de zéro. Une vie où elle avait fondé une famille qu’elle devait protéger, ou tout du moins tenir à l’écart du danger. Non que l’Europe soit un havre de paix, mais au moins là-bas, son visage et son nom n’étaient pas publiquement connus, ce qui lui offrait un répit bien mérité. Qui était-elle alors pour lui arracher le droit à l’anonymat et à l’oubli ? Un droit à l’anonymat qui ne lui était pas volé au vu de ce que l’archéologue venait de lui confier.

« Oh, et bien… Bredouilla-t-elle. Il s’agit bien d’elle en effet. C’est une… Curieuse coïncidence. » Curieuse mais heureuse, à n’en pas douter. Après quelques instants de réflexion, et au terme d’une hésitation palpable, Andrea se résolut à lui poser une question qui lui brûlait les lèvres. « Pour que vous pensiez à elle immédiatement avec le peu que j’ai pu vous fournir, c’est que vous avez déjà eu l’occasion de discuter de tout ça. Je me trompe ? Elle laissa planer un silence de quelques secondes. Vous aurait-elle confié… Son histoire ? Ou plus, après tout, si elle comprenait bien ce qu’il lui disait à demi-mots. Excusez-moi Adrian, j’ai l’air de vous soumettre à un interrogatoire... Il n’en est rien, sachez-le. » Précisa-t-elle un léger sourire aux lèvres. Loin d’elle l’idée de lui extirper des renseignements ! Comprendre ses origines ne valait clairement pas ce prix-là. Cependant, si le jeune homme était disposé à vouloir les partager avec elle, alors elle était tout à fait disposée à entendre ce qu’il voudrait bien lui dire.

Adrian avança rapidement l’idée qu’il fut possible qu’un individu ait réussi à quitter le sein du ce peuple vivant pourtant en autarcie, et ait été son ancêtre. Une hypothèse qu’elle avait déjà posée quelques temps auparavant mais qui, faute de preuves, n’avait guère dépassé le statut de simple supposition. Mais après tout, Lucrèce l’avait bien fait… Alors pourquoi pas un autre ? « Mmh… C’est en effet la conclusion à laquelle j’étais arrivée aussi, faute d’analyses plus poussées, convint-elle. J’ai essayé d’en parler avec un expert en exo-génétique de l’UNISON, il a comparé mon ADN à celui d’individus humains mutants et non-mutants et en a extrapolé un pourcentage de divergence. Et beaucoup d’autres choses auxquelles elle n’avait rien compris. Sans l’ADN de mes parents pour confirmer, il estime que le « métissage » remonte à une ou cinq générations. » Ce qui restait une fourchette relativement large, en particulier quand n’avait pas connaissance avec l’une des deux branches de sa famille et qu’on était en froid avec l’autre. « Quant à mes gènes… C’est possible que quelque chose ait éveillé certaines de mes capacités oui. Ma protection mentale, si c’est comme ça qu’on dit. Elle n’était guère familière de ces terminologies, n’ayant jamais parlé ouvertement de ses capacités avec d’autres qu’Adriel. Je n’y connais rien, mais il est logique de penser qu’un choc violent puisse entraîner une réaction de ce type, comme un mécanisme de défense. Enfin, j’imagine… Après, j’ai toujours possédé certaines autres capacités, plus physique, dirons-nous… » Des capacités qu’elle s’était efforcée de cacher pendant bien trop longtemps, avant qu’elles ne lui apparaissent comme une raison supplémentaire de s’impliquer autour d’elle pour y distiller protection et justice.

Elle plongea son regard dans les prunelles chocolat de son interlocuteur, qui ne l’avait pas interrompu, alors pourtant que son laïus semblait s’être éternisé au-delà du raisonnable. « Je me permet de vous demander. Vous avez parlé de… D’utiliser la magie pour me venir en aide mais… Comment pensez-vous procéder ? » La jeune femme, en toute logique, craignait ce qu’elle ne connaissait pas. Or elle ne le connaissait pas lui, ni ses capacités. Et sa dernière approche de la magie remontait à sa rencontre avec Eldoth et elle avait pu constater l’infinie puissance que recelait le domaine. Bien sûr, elle ne le pensait pas un seul instant mal intentionné – peut-être à tort – mais s’inquiétait toutefois des conséquences que pouvaient avoir une influence magique sur elle.
En somme, elle voulait savoir à quelle sauce elle allait être mangée.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 25 Fév 2016 - 22:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Lorsque l'agent Parker parla de l'agent avec qui elle s'était trouvé des liens familiaux, Adrian ne put s'empêcher de remarquer des similitudes avec celle dont il avait le prénom en tête. Cela dit, les bâtiments du Brett Building étaient si énormes qu'il devait y avoir des dizaines d'arrivées et de départs chaque mois, si ce n'est plus ! Il était donc probable que ceux deux personnes ne soient pas la même. Mais peut-être que si. Depuis le temps qu'il vivait, Adrian avait fini par comprendre que le hasard était souvent présent dans la vie des habitants de cette planète !

Le regard d'Adrian était toujours posé sur le minois de la jeune femme et lorsqu'elle parla de confidentialité et de ne pas vouloir s'insinuer dans la vie d'autrui, il ne put que la comprendre. Lui-même avait toujours fermement refusé de se mêler de la vie des autres Pennington pour la bonne et simple raison qu'il n'avait pas envie de bousculer leur vie paisible en débarquant avec son histoire d'immortalité et d'Archimage. Oui, il était bien placé pour comprendre ce qu'elle ressentait, même si leurs situations étaient bien différentes. Dans le cas de l'agent Parker, le lien avait déjà été fait et peut-être que l'agent en question aurait souhaité le poursuivre si elle n'avait pas déménagé ? Un coup de fil ne coûterait rien, si ce n'est la communication – et ce n'était pas la mort !

Ses réflexions furent finalement interrompues par les paroles de l'agent Parker qui reprit la parole et sembla comprendre quelque chose au travers de ses déclarations à propos de l'agent Feuerbach. C'était donc bien la même personne. Pas si étonnant en fin de compte, mais Adrian fut légèrement désolé de constater qu'il ne connaissait pas aussi bien son peuple que les Atlantes ou d'autres ethnies plus fréquentes dans ce monde. Il esquissa tout de même un léger sourire lorsqu'elle tenta de le rassurer sur ses intentions.

« Vous n'avez pas vraiment l'air d'un agent du FBI en plein interrogatoire, je vous assure. Je trouve vos questions plutôt légitimes vu la situation. » Elle cherchait tout de même son passé. « Elle m'a parlé de son peuple. D'elle aussi, mais très brièvement. J'ai pu rencontrer certains membres de sa famille et discuter avec eux, mais ça n'a été l'histoire que d'une journée. Je ne sais pas si je pourrai vous aider autant que je le voudrais. » Il eut un sourire désolé. « Mais vous savez... vous devriez tout de même vous renseigner auprès de ses amis à Star City. Je ne suis pas certain qu'elle se soit en-allée en ayant décidé de couper les ponts avec vous. Un simple appel et vous serez fixée, soit elle voudra en parler, soit elle refusera et vous pourrez tourner la page. »

Si l'occasion lui était donnée de rencontrer un Pennington qui serait de sa famille, Adrian tenterait certainement de parler avec lui, puis s'il refuserait de l’écouter, le sujet serait clos. Mais au moins, il n'aurait aucun regret. Cela dit, c'était plus facile à dire qu'à faire, malheureusement !

Quoi qu'il en soit, il semblait qu'il soit tout de même en mesure de l'aider un peu. Et en bon Archimage qu'il était, Eldoth ne comptait pas tourner le dos à quelqu'un dans le besoin ! Il allait simplement lui dire ce qu'il savait et éventuellement employer la magie pour tenter une sorte d'hypnose. Du moins si elle le souhaitait. Il fronça légèrement les sourcils lorsqu'elle le questionna à ce sujet. C'était un peu compliqué à expliquer à un novice et c'était d'autant plus inquiétant lorsqu'il ne pouvait pas la rassurer avec un beau « ne vous inquiétez pas, je suis l'Archimage », le tout agrémenté d'un sourire de Super-Héros !

« Hum... voyez cela comme une sorte d'hypnose. Certains peuples ont des capacités spéciales, les gènes de leurs membres peuvent abriter des informations précieuses. Comme une sorte d'hérédité : ils portent les souvenirs de leur espèce dans leurs gènes. » C'était assez bizarre présenté de la sorte. « Apparemment, les vôtres ont réagi tandis que ceux de vos ancêtres non. Peut-être que votre métier d'agent spécial vous a mis en contact avec des individus dont les pouvoirs ont éveillé vos capacités. Ce n'est pas si surprenant. Je connais plusieurs personnes dont les pouvoirs sont apparus très tard. » Lui par exemple. « La magie pourrait éventuellement permettre de les éveiller totalement et d'y voir plus clair. » Lui-même l'avait fait avec l'esprit Atlante qui l'habitait. « Il est vrai que cela remonte à quelques générations, mais comme les gènes étaient en sommeil, peut-être qu'ils sont encore intacts ? »

Ou du moins les informations qui pouvaient être contenus dedans ! Adrian ignorait totalement si c'était possible ou si ça n'avait fonctionné qu'avec lui parce qu'il était l'Archimage, mais ils ne perdaient rien à tenter après tout ! Eldoth maîtrisait suffisamment ses pouvoirs pour ne pas s'inquiéter des effets secondaires.
Après quelques secondes de silence, il esquissa un nouveau sourire.

« Vous n'êtes pas obligée de dire oui. Je sais que la magie peut effrayer certaines personnes et vous ne me connaissez même pas, alors si vous voulez demander l'aide de quelqu'un d'autre, je comprendrais. »

Le jour où il forcerait quelqu'un à accepter son aide n'était pas encore arrivé !

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 26 Fév 2016 - 14:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les réflexions poussées de l’archéologue avait grandement fait avancer la discussion. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour faire le lien entre les informations que lui avait fourni Andrea et ses connaissances personnelles, et moins de temps encore pour comprendre qu’il s’agissait de l’agent Feuerbach dont elle parlait. Une aubaine pour la jeune femme qui voyait sa première piste sérieuse depuis plusieurs semaines, sinon mois, s’ouvrir devant elle. Adrian tenta de la rassurer, lui assurant que ses questions ne le dérangeaient pas, et qu’elles étaient même tout à fait logiques étant donné la situation. Il entreprit ensuite de lui expliquer très brièvement ce dont il avait été question dans leur entretien.

« Oh, vous avez pu rencontrer des membres de sa famille ? S’étonna-t-elle. Attendez, vous voulez dire… Là-bas ? » La question était purement rhétorique ; Lucrèce n’étant pas métissée comme elle l’était, il était évident que si Adrian avait eu l’occasion de rencontrer des membres de sa famille, c’était nécessairement au sein-même de ce peuple. Andrea en était tout à fait consciente, mais elle s’était persuadée il y a longtemps qu’il n’y avait pas de piste à explorer de ce côté-là. Du peu que l’agent Feuerbach avait pu lui dire, elle avait quitté son peuple de façon définitive – exclusion avait été le terme employé – et il n’était pas question pour elle d’y retourner. La politique d’autarcie qu’ils semblaient mener les avait préservée jusque-là de toute interaction avec le monde extérieur. D’où son étonnement. « Une seule journée, c’est une journée de plus que je n’aurais jamais, sourit-elle. De tous ceux que j’ai rencontré jusqu’à présent, s’il y a bien quelqu’un qui puisse m’apporter son aide, c’est vous Adrian. » Le jeune homme avait de toute évidence envie de s’impliquer dans cette recherche, ce en quoi Andrea lui était reconnaissante.

Lorsqu’il fut question de reprendre contact avec Lucrèce pour obtenir de plus amples renseignements, la jeune femme dut concéder qu’Adrian avait raison sur un point. Elle extrapolait que son aïeule ait voulu couper les ponts avec elle, peut-être par souci de ne pas s’imposer dans son existence déjà compliquée. Pourtant l’Ultime ne l’avait jamais mise en garde de se tenir à son écart et à celle de sa famille, l’ayant simplement informée qu’elle se rendait en Europe par souci d’anonymat. Elle n’avait pu la contacter par la suite et, dès lors, Andrea n’avait plus songé à essayer. Mais l’archéologue tenait quelque chose : un appel et elle serait fixée.

Dans la théorie tout du moins. Dans la pratique, encore fallait-il qu’elle parvienne à retrouver sa trace. Elle se fustigea mentalement. Bien sûr qu’elle parviendrait à retrouver sa trace. Après tout, il ne lui avait fallu guère longtemps pour retrouver celle de Lukaz et au vu de ses contacts au sein de l’UNISON, retrouver Lucrèce ne lui prendrait – en vérité – pas plus d’une après-midi. L’organisation se faisait fort de garder une certaine traçabilité de ses agents. « Vous avez raison, soupira-t-elle. C’est juste que… En général, j’aime régler mes problèmes seule. C’est difficile de se dire qu’on a besoin de quelqu’un, surtout quand on a horreur de s’imposer à autrui. Elle plongea ses prunelles dans celles de son interlocuteur. Mais je suis dans l’impasse alors… Je vais l’appeler. Ou tout du moins essayer. » Le tout agrémenté d’un sourire contrit.

Lorsqu’elle vit les sourcils d’Adrian se froncer suite à sa question sur la magie – pour la première fois depuis le début de leur entrevue –, Andrea craint un instant de l’avoir vexé. Ou dérangé, tout du moins. Rassérénée sitôt qu’il eut repris la parole, elle se fit fort de l’écouter avec l’attention de la novice qu’elle était, essayant de comprendre ce dont il était question. « Je vois. Une sorte d’hypnose magique, comme celle de pratiquent les chamanes vous voulez dire, liée aux ancêtres ? Si c’était bien de cela qu’il parlait, alors elle voyait plus ou moins ce dont il était question. Mmh, ça pourrait marcher oui. Après tout, ça a vraisemblablement fonctionné pour ma protection mentale, même si c’était une coïncidence fortuite, mais ça vaut le coup d’essayer. » Elle avait vu quelques reportages à ce propos, et même si la jeune femme n’avait jamais réellement eu foi en la magie, sa rencontre avec l’Archimage avait fondamentalement changé la donne. Comme il existait tout un panel de pouvoirs mutants, elle supposait l’existence d’une infinité de courants magiques. À partir de là, tout était possible ! Après-tout, elle-même ne savait très bien qu’elle était la nature de l’énergie qu’elle manipulait… Magique, physique, divine ? Ce pouvait être n’importe quoi. « Je n’aurais jamais pensé que des pouvoirs comme les miens puissent s’éveiller. Après tout, ceux que je possède, je suis née. J’ai peur de ce que pourrait receler mes gènes, confessa-t-elle enfin. Ces personnes dont vous parlez, elles ont réussi à apprivoiser leurs capacités ? » À les apprivoiser sans faire de dommages autour d’eux, entendait-elle.

Être né avec des capacités n’entraînait pas tout à fait le même niveau de contrôle qu’apprendre à maîtriser des pouvoirs neufs. Son bouclier mental était de toute évidence un pouvoir passif, et la téléportation – par chance – ne lui avait encore causé aucun désagrément mais il n’en était pas de même pour la projection de plasma qu’il lui avait fallu du temps et de l’effort à maîtriser. Et de l’aide. Qui savait ce que recelaient les gènes d’un peuple vraisemblablement puissant qui avait su s’isoler de toutes les sociétés pendant plusieurs dizaines de décennies sans qu’on n’en entende jamais parler ? Elle imaginait que c’était encore à découvrir.

« J’accepte bien sûr, sourit-elle. Je n’ai pas vraiment d’autres personnes à qui m’adresser et… Je vous aime bien. Vous me rappelez quelqu’un que j’ai brièvement connu. » Une personne à qui, même aujourd’hui, elle confierait sa vie. « Quand voulez-vous que nous essayions ? » Conclut-elle enfin.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 27 Fév 2016 - 12:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
« J'ai pu rencontrer ses parents et certains de ses ancêtres, mais pas chez eux, non. Leur monde ne lui était plus ouvert, elle a dû vous expliquer qu'elle avait été bannie ? » Il lui jeta un rapidement coup d’œil. « Je rendais visite aux Atlantes lorsque je l'ai croisée au détour d'une ruelle et elle m'a expliqué que son peuple.... votre peuple, avait des liens étroits avec celui du Roi Chrysaor et qu'elle les revoyait parfois chez eux. » Un sourire ourla ses lèvres. « Elle a certainement dû vouloir leur présenter son enfant, apparemment les naissances sont extrêmement rares pour eux. »

Il regarda la jeune femme, se demandant si elle était au courant que les Ultimes bénéficiaient d'une espérance de vie largement plus élevée que celle du commun des mortels. Si elle se liait à quelqu'un – peut-être que c'était déjà le cas d'ailleurs ? – elle risquait de continuer à rester jeune et de ne pas vieillir aux côtés de son compagnon. Ou de sa compagne, pour ce qu'il en savait. Il restait même possible qu'elle ne puisse pas donner naissance à des enfants parce que ses gènes d'Ultime prendraient le dessus. Au fond, Adrian avait beaucoup de mal à ne pas se sentir proche de son interlocutrice : ils avaient des points communs qu'il aurait préféré lui éviter et il savait que sa vie ne serait pas facile si elle avait hérité de toutes ces particularités....

Bien sûr, Eldoth savait que son aveu à propos des Atlantes pouvait avoir l'air étrange pour la bonne et simple raison que ce peuple n'était pas en contact avec le premier mage venu, mais il n'allait pas mentir ou cacher des informations simplement parce qu'il voulait protéger son secret ! Dans le pire des cas, s'il sentait qu'avouer leur « lien » serait bénéfique pour l'agent Parker, Adrian n'hésiterait pas une seule seconde à le faire. Il fallait savoir faire passer ses intérêts après ceux des autres, surtout lorsqu'on était l'Archimage et un membre de la Légion des Étoiles.

Lorsque la demoiselle souligna qu'elle n'aimait pas demander d'aide aux autres, le centenaire eut du mal à retenir un sourire compréhensif. Très honnêtement, il voyait parfaitement de quoi elle parlait. Lui-même préférait encore galérer pendant des mois plutôt que de demander l'aide de quelqu'un d'autre ! Et c'était d'autant plus vrai depuis qu'il n'avait plus June à ses côtés pour l'assister. Enfin, elle semblait bien décidée à tenter le coup et Adrian espérait vraiment que ce serait le cas, sinon sa quête risquait d'être grandement compliquée par tous ces détails – qui finissaient par prendre le dessus.

Eldoth fut assez étonné de l'entendre parler d'ancêtres et de magie liée, il ne pensait pas qu'elle s'y connaissait autant en la matière. Lors de la mission à l'hôpital, Adrian avait vraiment cru qu'elle n'avait jamais vraiment côtoyé de mage, mais peut-être qu'il s'était trompé ? Possible. Quoi qu'il en soit, il serait là pour chasser ses doutes si jamais elle devait en avoir, mais lorsqu'elle souligna qu'elle craignait un peu ses gènes, il se sentit obligé de parler des doutes qu'il avait eus au sujet de son espérance de vie et de ce qui en découlait.

« La plupart oui. Je ne vais pas vous mentir, certains se sont laissés submerger et n'ont pas tenu le choc, mais ceux qui étaient entourés s'en sont tous sortis. Et ça a l'air d'être votre cas. » Sans compter qu'il serait là si elle le souhaitait. « Vous savez... il y a des chances pour que vous ayez hérité d'autres particularités de ce peuple.... Comme la très longue espérance de vie qu'ils ont et ce qui en découle. » Il la scruta. « Les naissances sont rares au sein d'une civilisation dont les membres vivent aussi longtemps. »

Il laissait donc entendre qu'il était possible que son organisme soit conditionné pour qu'elle ne puisse jamais enfanter naturellement, à moins d'un véritable miracle. Mais bien sûr, son côté humain pouvait bien finir par prendre le dessus en ce qui concernait son immortalité ou sa fertilité – ce qu'il lui souhaitait réellement ! Vivre seul et sans enfant n'était pas facile tous les jours.

La discussion s'enchaîna et un sourire apparut à nouveau sur les lèvres du mage lorsqu'il l'entendit déclarer qu'il lui rappelait quelqu'un. Parlait-elle du Légionnaire avec qui elle avait effectué une mission à l'hôpital psychiatrique ? Possible. Eldoth et Adrian n'étaient pas si différents en fin de compte, il n'avait jamais jugé utile de les séparer vu qu'il était rare qu'une personne puisse côtoyer ses deux identités. Et de toute manière, il lui faisait suffisamment confiance pour ne pas ébruiter ses doutes si un jour elle venait à en avoir. Toujours est-il qu'il subsistait la question de la date. Adrian jeta un coup d’œil à sa montre – à remontoir je vous prie ! – avant de reporter son regard sur la jeune femme.

« Si vous n'avez rien d'urgent pour le moment, nous pourrions le faire dès à présent si vous le souhaitez. J'ai l'après-midi de libre et je ne pense pas que ça prendre si longtemps. » Et c'était assez important pour elle mine de rien. « Nous pourrions aller au Brett Building, sauf si vous préférez plus de discrétion. »

À elle de décider, c'était son avenir après tout.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 29 Fév 2016 - 1:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Oh je vois. Oui en effet, elle m’avait raconté qu’elle avait été exclue une fois prise la décision de partir. Il s’agit visiblement d’un peuple très fermé, même si elle ne m’a jamais mentionné la raison. » Elle n’avait d’ailleurs pas mentionné grand-chose en ce qui concernait le peuple en lui-même. Les rares fois où Andrea en avait eu l’occasion concernaient principalement leur lien de parenté, les raisons de son départ, et l’impossibilité pour elle de regagner désormais son foyer. « Donc le peuple de Lucr… Mon peuple, reprit-elle, hésitante, une fois qu’Adrian lui eut exposé quelques informations, entretient des liens avec les Atlantes ? Si c’est le cas, je connais peut-être quelqu’un qui pourrait avoir des renseignements à ce propos. Dana Taylor, précisa-t-elle, vous la connaissez sûrement, elle travaille à l’UNISON. » La jeune femme n’en ajouta pas plus, des fois que l’archéologue ne la connaisse pas, ou n’ait pas connaissance de sa nature. Il n’aurait pas fallu qu’elle divulgue des informations sur l’identité de l’Atlante contre sa volonté.

Un sourire avait ourlé les lèvres de la jeune femme à la mention de l’enfant de Lucrèce, qui eut tôt fait de s’évanouir lorsqu’Adrian fit mention du taux de naissances chez les Ultimes. « Extrêmement rares ? Comment ça ? Demanda-t-elle, le ton soudainement grave. Je savais qu’elle avait eu recours à une insémination artificielle, mais j’ignorais les raisons pour lesquelles… » Les raisons en elles-mêmes étaient évidentes, Lucrèce était de toute évidence infertile. Mais Andrea avait moins cru qu’il s’agissait d’une particularité personnelle que d’une particularité liée à son peuple. Bien que la jeune femme n’ait encore jamais vraiment songé à avoir des enfants, l’idée qu’il ne lui soit pas possible d’en porter lui était intolérable. Cependant, tout ceci restait purement hypothétique aussi décida-t-elle de laisser ces considérations de côté pour le moment.

« Oui, je suis en effet plutôt bien entouré ! » Souffla-t-elle doucement à la remarque du jeune homme. Le sourire de son amant sembla alors éclairer son esprit, comme une vague de bien être de sourdre dans sa poitrine. Bien qu’elle n’ait plus de famille sur qui se reposer, la jeune femme avait effectivement toujours eu la chance d’être bien entouré. Et cette fortune, à son paroxysme, s’était muée en Adriel. « C’est une chance énorme, que tout le monde n’a pas, j’en suis consciente. Et reconnaissante aussi ! J’espère que je le serai toujours lorsque le moment sera venu de faire face à tout ça. » Un tout ça dont elle ignorait encore réellement la mesure. Pendant un instant, la métisse Ultime se demanda si elle n’apparaissait pas pour être trop idéaliste, puis convint qu’il importait peu. Pour la première fois depuis longtemps, quelque chose de beau se profilait pour elle. Rien d’invraisemblable alors, à ce qu’elle place sa foi dans la poursuite d’un bonheur qui n’avait rien d’éphémère.

Lorsqu’Adrian reprit la parole, le ton qu’il employa et le sérieux de sa voix laissa supposer que le sujet était délicat. Pourtant jusqu’à présent, il n’avait pas semblé que leur prenne un tournant aussi grave. Pourtant, les quelques mots qu’il égraina laissèrent planer dans son cœur comme il vide qu’il lui sembla dès lors impossible de combler. Comme si son être entier s’était dépressurisé. Elle se figea, et avec elle son sang glaça dans ses veines. Et alors que le soleil dardait sa peau, un froid intense grignota son échine laissant les cheveux se dresser sur sa nuque. « C-comment ? Andrea cligna plusieurs fois des yeux. Mais sa conscience, trouble et lointaine, semblait s’être détachée de son corps. Qu’est-ce que vous voulez dire par… aussi longtemps ? » Et surtout que voulait-il signifier par ‘ce qui en découlait’. Même si au fond, Andrea ne craignait que trop de comprendre. Pourtant poignée de secondes, il sembla s’écouler un temps infini avant que l’un d’eux ne reprenne la parole. Et ce fut elle : « Non, pas ici. » L’agente jeta un regard autour d’elle, comme prenant soudainement conscience que le beau milieu du Star Park n’était peut-être pas l’idéal pour en parler.

« Je… Je n’ai rien de prévu non plus, alors si vous voulez, nous pouvons le faire dès maintenant. » Et surtout, elle avait plus que jamais envie (si ce n’était besoin) d’avoir des réponses. Or, Adrian était en mesure de les lui apporter, alors elle espérait que ce puisse se faire le plus rapidement possible. Fort heureusement, il s’avérait que c’était justement ce qu’il sous-entendait. Lorsque vint le temps de savoir où se ferait le rituel, la jeune femme passa rapidement les possibilités en revue. « Il y a beaucoup de salles vides au Brett Building, concéda-t-elle, notamment des salles de réunion, on pourra en trouver une pour être tranquilles mais ce n’est pas garanti. Il n’était pas rare qu’elles soient inoccupées, mais il restait beaucoup de passages dans les couloirs et elle ignorait totalement les effets d’une hypnose sur elle. La discrétion semblait de mise. Mais dans l’idéal, j’aimerais éviter de croiser des connaissances, si vous voyez ce que je veux dire… Elle eut un regard grave et appuyé dans les prunelles de son interlocuteur. Et j’imagine que vous n’avez peut-être pas envie que l’on vous voit… pratiquer. »

Pour ce qu’elle en savait, tout du moins. Après tout, le jeune homme lui avait tout de même avoué qu’il pratiquait la magie avec une aisance déconcertante, alors qu’il faisait face à quelqu’un qu’il connaissait à peine. Si ça se trouvait, elle était peut-être l’une des dernières à l’UNISON à ignorer son affiliation aux arcanes. « Vous n’avez besoin de rien pour préparer le… rituel ? » Elle ignorait si le terme était exact, mais c’était le premier mot qui lui était venu à l’esprit.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_6À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_8


À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_1À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_2bisÀ celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Tentative de vol de sac à main... qui tourne court !!!
» Le futur choisit Carte Bleue Visa - Prenez votre futur en main [Wesley]
» Katrina Caelevan - Femme de main pour Margot de Soltariel
» Fauve Shiring | «La lâcheté tend à projeter sur les autres la responsabilité qu'on refuse»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_6À celui qui te tend la main, ne la lui refuse point | Adrian Cadre_cat_8
Sauter vers: