AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_1On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_2bisOn ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_3
 

On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 24 Sep 2015 - 14:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis leur dernière discussion à propos des pouvoirs d'Andrew, Adrian avait pris soin de fouiller tous ses ouvrages à propos de la magie africaine. Il avait trouvé quelques traces concernant des sortilèges qui pouvaient être lancés par des shamans ou des mystiques en tous genres, mais aussi par des créatures magiques. L'Archimage était bien placé pour savoir que les fées africaines existaient, puisqu'il en abritait une dans son manoir, il était donc aisé de croire que c'était effectivement une possibilité à envisager. Peut-être qu'à l'instar des princes charmants dans les livres pour enfants, une fée s'était penchée sur le berceau d'Andrew pour lui offrir ces capacités ? Dit de la sorte, ça avait à la fois l'air ridicule et improbable, mais surtout très tiré par les cheveux. Cependant, fort de son expérience passée, Adrian savait que parfois, les choses les moins probables étaient les plus réalistes. La magie existait et bien souvent, les contes et légendes étaient basés sur des événements qui y étaient liés. Il n'était donc pas impossible que ces histoires de prince charmant puissent trouver leurs sources dans des histoires réelles.
Au final, pour être fixé, le mieux c'était de se rendre sur place et de fouiller.

Il avait donc décidé de mettre son week-end à profit pour éclaircir cette histoire. Adrian ne travaillait pas le vendredi à Star High, il devait simplement prévenir la jeune femme à qui il donnait des cours particuliers qu'il ne serait pas disponible ce samedi, puis il pourrait s'éclipser pour la Tanzanie dès vendredi matin. La perspective d'y aller sans Andrew était assez peu crédible : le jeune homme était le premier concerné, il voudrait certainement prendre part à cette expédition ! Par ailleurs, le sortilège de téléportation du centenaire leur permettrait d'éviter tous les désagréments d'un voyage en avion – comme le temps perdu, ou le risque de se retrouver entre deux jumeaux incontrôlables et surexcités comme il l'avait fait par le passé.

Adrian attendit donc que l'adolescent soit de retour au manoir et disponible avant de l'aborder. Ils n'avaient échangé que des banalités depuis leur rencontre inattendue dans le bar où il était en compagnie de Rebekha, mais ce n'était pas pour autant que le vieil homme oubliait de veiller à ce qu'Andrew ne manque de rien. Ajoutez à cela que Sallah s'était grandement déridé depuis que le jeune homme avait emménagé ici et vous compreniez que ce dernier ne devait pas avoir une vie réellement très compliquée au manoir.

Dès qu'Andrew fut donc disponible, Adrian allait le trouver pour parler de la sortie. Ils étaient mercredi soir, ce qui leur laisserait une journée le temps de préparer les détails, l'Archimage s'occupant de tout ce qui était transport et autre. Il rejoignit donc l'adolescent dans le salon, c'était la fin de journée et il faisait déjà nuit à l'extérieur.

« Andrew, tu aurais deux minutes ? Je voulais te parler de quelque chose. » Il s'assit dans le fauteuil non loin du jeune homme avant de reprendre. « Depuis qu'on a parlé de tes capacités, j'ai fait pas mal de recherches à ce sujet et j'ai trouvé quelques indications dans mes écrits sur l'Afrique. Ça peut découler d'un sortilège. En fait c'est très probablement le cas, mais je ne m'y connais pas suffisamment dans ce domaine pour trouver la solution tout seul. » Pas sans informations pour l'aider. « Du coup, j'ai pensé à faire un saut en Afrique. En Tanzanie plus précisément. J'y connais pas mal de monde dans les tribus Maasaïs et je pense qu'avec leur aide, on pourra mieux éclaircir la question. »

Il savait qu'Andrew avait grandi au Kenya qui était voisin de la Tanzanie, peut-être qu'il y avait déjà mis les pieds ? Les Maasaïs étaient assez secrets en ce qui concernait leur magie, mais Adrian avait su se faire accepter. Certes, sa dernière visite remontait aux années soixante-dix, mais il savait qu'il y avait encore des personnes qui le connaissaient là-bas – même s'il s'agirait davantage des descendants de ses anciens amis.
Son regard ne quitta pas le minois de l'adolescent.

« Je me disais que tu voudrais peut-être m'accompagner ? Je pars vendredi matin et j'espère être de retour dimanche dans la soirée. » Et comme Andrew n'était pas familier de la magie, il précisa : « On s'y rendra en se téléportant. Il existe des sortilèges pour ça, il suffit de connaître l'endroit où l'on se rend et c'est le cas. Ça prendra quelques minutes le temps de tout préparer, mais ça nous évitera de perdre trop de temps en moyens de transports. » Ce qui expliquait la durée réduite du week-end. « Personne ne sera obligé de la savoir si tu voudras garder ça secret pour le moment. Enfin, si tu as envie de faire le voyage. Ne te sens pas obligé, je peux le faire seul, mais je me disais que vu que la magie te concerne certainement... tu voudrais peut-être en entendre parler directement. »

Et peut-être qu'en sa présence, les mystiques d'Afrique comprendraient mieux de quoi il s'agissait ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 29 Sep 2015 - 9:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
En vérité, la vie au manoir était tranquille, si elle n’était toujours calme. Andrew, parfois, animait les lieux d’ordinaire si silencieux de ses conversations passionnées et il n’était pas rare qu’une bourrasque suivie de près d’une autre annonçât les allées et venues du jeune homme si rapide dans les couloirs et les escaliers de la vénérable demeure. Mais il y avait entre la vie qu’Andrew menait à Star City et celle dont il s’était ouvert à Adrian, pour son passé, une distance considérable. Andrew, à bien des égards, était devenu un jeune homme sage : il ne manquait pas un jour de travail, se consacrait avec application aux comics commandés par la Légion, suivait les conseils donnés par la galériste rencontrée quelques semaines plus tôt, entretenait avec son compagnon une relation qui avait tous les signes de la solidité. Et il rangeait le manoir, plus que Sallah, même, et surtout plus qu’Adrian.

Ce jour-là, le jeune homme était revenu du travail tout aussi enthousiaste qu’à l’ordinaire. Quelques jours s’étaient écoulés ainsi sans que ses pouvoirs ne se signalent par des caprices, sans que les odeurs trop violentes de la ville l’assaillent toute en même temps, sans que les bruits de mille foyers viennent frapper ses tympans. C’était le fruit de l’entraînement, sans aucun doute, autant que de l’habitude, et Andrew en était soulagé.

Il salua Adrian, il salua Sallah, il partit, bien évidemment, prendre une douche et se changer, pour rejoindre la bibliothèque et s’y installer avec un livre qui traitait… de cinéma. Son portable dégainé, prêt à répondre au moindre message de son petit ami, il n’en était pas moins absorbé par sa lecture et il devait écouter tout autre chose que ce qui l’entourait, parce qu’il n’entendit pas même Adrian rentré. Il releva les yeux quand celui-ci s’assit en face de lui.

D’un hochement de tête, il l’invita à poursuivre.

Andrew observa un silence religieux. Depuis sa dernière conversation avec Adrian sur le sujet, le Kenyan réfléchissait souvent à l’hypothèse qui paraissait désormais la plus probable, quoiqu’elle fût aussi la plus farfelue. Un Prince Charmant. Même, il avait parcouru les anciens livres de contes, il avait revu les films de Disney, de Demy et de Cocteau, et il s’était demandé ce que ces êtres-là pouvaient entretenir de ressemblance avec lui. Surtout, c’était la perspective d’un destin, d’une mission précise à accomplir, qui le préoccupait, même si Adrian avait suggéré déjà qu’il fallait se garder d’une lecture trop littérale des contes.

L’idée de chercher des réponses à la source, ou presque, et surtout de revoir l’Afrique, le convainquit de fermer son livre pour de bon. Assis désormais sur le bord du fauteuil, il paraissait captivé.

— Bien sûr que j’veux v’nir.

Il ne souriait pas comme un gamin devant un arbre de Noël : c’était qu’il comprenait la gravité de la mission.

— C’est pas… ‘Fin, j’me suis fait à l’idée, tu vois, de pas savoir précisément, ce que j’étais et tout. Enfin, de savoir, mais d’pas savoir c’que ça impliquait. Ça m’torture pas psychologiquement et tout, c’est c’que j’veux dire, mais c’est vachement… Perturbant, quand même, au fond. Et puis peut-être qu’il y a des trucs que je pourrais faire, des trucs spécifiques, pour développer mes pouvoirs, que je capte pas parce que je manque d’infos. Puis c’est une sorte de quête…

Ce qui laissait Andrew perplexe, c’était les raisons de sa situation. Puisqu’une fée l’avait enchanté, à en croire ce qu’ils en savaient, c’était qu’elle avait dû avoir de bonnes raisons. Des projets pour lui. Pourquoi, alors, le laisser dans l’ignorance depuis si longtemps ? Pourquoi ses pouvoirs se mettaient-ils à évoluer soudainement, à Star City ?

— J’vais d’mander à un collègue d’me remplacer vendredi et samedi au magasin, ça d’vrait pas poser d’problème, j’lui revaudrai ça. Et j’vais dire à Chris que j’s’rai absent, il comprendra.

Il ne trouvait pas que ce dût être un secret. À Star City, Andrew avait appris à évoquer ses pouvoirs. De la Légion, il n’en parlait qu’à Christopher et Adrian cependant, sauf à raconter ses aventures de dessinateur, mais du reste, en général, il s’en ouvrait aux autres, parfois, comme il voyait que les autres, à Star City, le faisaient. Cependant, il jugeait préférable de ne pas répandre la nouvelle que son oncle l’avait téléporté en Afrique, parce que ces pouvoirs-là n’étaient pas les siens et qu’il considérait qu’Adrian devait être maître de ses secrets, comme il avait considéré, un temps, que Christopher n’était pas obligé de révéler son identité civile au grand public.

Ainsi, le voyage était décidé. Pendant la journée qui suivit, le jeudi, Andrew eut du mal à contenir son impatience et Christopher fut abreuvé de récits sur l’Afrique et des espoirs de son énergique petit ami. Ce n’était pas très raisonnable, sans doute, mais au fond, Andrew s’imaginait que les amis d’Adrian lui donneraient d’un coup toutes les réponses dont il avait besoin, comme une révélation parfaite et entière de sa nature et de ses aptitudes futures, et qu’il reviendrait à Star City enfin serein.

Il faut dire que sa confiance en Adrian ne cessait de croître. Après tout, n’était-ce pas du mage que lui venaient ses réponses ? Et surtout, Adrian n’était-il pas l’Archimage ? Sans doute, tout se passerait à merveille. Sans doute, Adrian savait ce qu’il faisait. Ce fut donc, ce vendredi matin-là, avec le poids des espoirs démesurés de son neveu sur ses épaules, que le mage s’apprêtait à retourner sur des terres familières.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 29 Sep 2015 - 15:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Étant donné qu'Andrew avait décidé de se joindre à lui et que tout allait être réglé, Adrian prépara leur départ et les quelques jours de voyage qui en découleraient. Il suffisait d'une petite mallette avec le strict nécessaire. Pour avoir vécu dans ce mode de vie durant près de trente ans, Eldoth ne s'inquiétait pas spécialement à l'idée de devoir quitter son manoir bien douillet – bien qu'un peu démodé – il avait même étrangement hâte. Sallah aurait apprécié de se joindre au voyage, Adrian le savait parfaitement, mais il n’en avait pas parlé pour la bonne et simple raison qu'il savait que cette quête concernait Andrew et personne d'autre. L'Archimage se promit d'inviter le vieil égyptien à faire un tour dans son pays natal dès qu'ils en auraient l'occasion. Peut-être pour Noël étant donné que le quinquagénaire ne le fêtait pas – religion différente oblige – et qu'Adrian le passait toujours en solitaire.

Vendredi matin, le vieux mage avait déjà préparé le rituel de téléportation. Il s'agissait principalement d'arabesques, sans queue ni tête aux yeux des profanes, qui devraient être chargés d'énergie magique et qui les projetteraient directement en Tanzanie. L'endroit visé ne devait pas avoir changé depuis tout ce temps : il s'agissait d'une région préservée et protégée. Les Maasaïs y vivaient depuis si longtemps qu'il était peu probable qu'en seulement trois décennies, les changements aient été plus importants qu'au cours des derniers siècles !

Dès qu'Andrew le rejoignit dans sa salle de travail, habituellement fermée, Adrian lui désigna les symboles. Le cercle externe devait faire environ un mètre cinquante de rayon, de quoi être à l'aise à l'intérieur. La mallette du mage était posée au centre et Andrew n'avait qu'à l'imiter.

« Place-toi au centre avec tes affaires. » Puis il le rejoignit avant de désigner le sol. « Je vais charger ces arabesques d'énergie magique, ce sera grâce à eux qu'on arrivera là-bas. Je ne vais pas te mentir, la première fois, ça risque de te donner un peu la nausée. Sauf si ta vitesse produit le même effet, je n'en sais rien.... » Il n'avait jamais songé à cette possibilité. « Enfin, contente-toi de rester immobile et d'attendre, je m'occupe de tout. »

Même s'il ne l'utilisait pas quotidiennement, Adrian maîtrisait relativement bien ce sortilège.
Après quelques secondes de concentration, la magie se répandit autour d'eux et les symboles commencèrent à briller légèrement. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, leur vision se brouilla, un peu comme si les choses bougeaient à toute vitesse. Il y eut un éclair de lumière, puis la chaleur leur tomba dessus comme une chape de béton. Adrian dût plisser les yeux en raison du brusque éclat du soleil qui les aveuglait : ils étaient en Tanzanie !

« Tout va bien ? »

Son regard se posa sur Andrew avant de se porter sur les environs.
Le duo se trouvait au sommet d'une petite butte de quelques mètres, à peine qualifiable de colline. Un immense arbre facilement assimilable à l'Afrique se trouvait non loin d'eux, ombrageant légèrement une autre partie de la plaine qui s'étendait devant eux. L'herbe était jaunie et très sèche, laissant par endroit le sable prendre le dessus. Nul doute qu'Andrew reconnaîtrait ce décor et n'irait pas s'imaginer que son oncle n'était qu'un mystificateur !

« On se rend là-bas. »

Il désigna l'horizon. À environ deux cents mètres, des silhouettes de huttes étaient visibles. Il y avait des gens qui se promenaient et vaquaient à leurs occupations. C'était un très petit village relativement éloigné de la première ville ainsi que des circuits touristiques. Les habitants de ces contrées n'avaient parfois jamais vu de blancs et vivaient en autarcie, rencontrant quotidiennement les mêmes personnes. Depuis sa dernière venue, les gens avaient vieilli et il était logique de songer que les enfants qu'il avait pu connaître s'étaient transformés en adultes qui avaient certainement eux-mêmes des enfants – voire des petits-enfants.

« On y va. »

Le duo dût marcher quelques instants avant d'atteindre les abords du village et ils furent rapidement accueillis par les enfants qui cessèrent de jouer pour s'approcher d'eux, agitant les mains en piaillant dans leur dialecte – qu'Adrian maîtrisait de base, mais qu'il retrouverait sans peine grâce à son don d'omnilinguisme. Ce dernier leur lâcha quelques mots afin de leur demander de les conduire auprès du chef et en quelques instants, ils se retrouvèrent dans sa hutte. L'homme était le stéréotype même du Maasaï, revêtu des peaux des bêtes qu'il avait lui-même tuées. Il s'agissait d'une très vieille connaissance. L'enfant qu'il était à l'époque ne se souvenait peut-être pas de lui puisqu'il était né seulement trois ans avant le départ du mage, mais lorsque ce dernier demanda des nouvelles de son père, l'homme sembla se remémorer de cette période. Un mage blanc qui apprenait leur magie, ce n'était pas si fréquent et Eldoth devait donc les avoir marqués. L'Archimage résuma la situation, expliquant qu'il était venu ici avec un membre de sa famille pour l'aider à découvrir la source de ses pouvoirs. Le regard d'ébène de l'homme se posa alors sur Andrew et, dans sa langue, s'adressa à lui. Si l'adolescent ne parlait pas maa, son oncle se chargerait de la traduction.

« Quel genre de pouvoir ? »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 3 Oct 2015 - 11:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Pendant les jours qui le séparèrent de leur départ, Andrew songea plus sérieusement, plus posément, à ce qu’il pouvait attendre d’un semblable voyage. Il en avait parlé à Christopher et à quelques amis proches auxquels il s’était ouvert des événements des derniers mois. Des réponses, voilà ce qui lui venait évidemment à l’esprit, mais ce à quoi ces réponses pouvaient servir, c’était une toute autre histoire. D’une certaine manière, il craignait que le sens de ses pouvoirs fassent peser sur lui, soudainement, une responsabilité qu’il n’était pas sûr de pouvoir assumer, une sorte d’obligation morale qui l’attacherait à une mission dont les sacrifices lui seraient trop coûteux.

Il avait à leur égard, en somme, le même raisonnement qu’il avait pour la Légion, inquiet du sacerdoce qu’un engagement entier représenterait et des abandons multiples qu’une vie vouée à l’héroïsme, soit par la Légion, soit par un obscur destin à lui dessiner au berceau, lui imposerait. L’enthousiasme nerveux qu’il avait d’abord manifesté quand Adrian avait évoqué son projet s’était transformé en un intérêt plus calme et, le matin du vendredi, avec son sac à dos de voyage, où il avait pris le nécessaire comme s’il devait partir en camping, il se tenait prêt, devant les glyphes d’Adrian.

La magie ne lui inspirait nulle inquiétude. S’il raisonnait comme tout un chacun, Andrew ne se formalisait pas de ce que d’autres auraient jugé irrationnels. Artiste dans l’âme, il avait l’habitude d’évoluer dans un monde fluide et inconnaissable. Il avait confiance en Adrian et Adrian lui avait assuré être doué dans son domaine et le pratiquer depuis longtemps. Puisqu’il prenait l’avion sans rien comprendre de l’ingénierie aéronautique et sans pouvoir expliquer comment ces tonnes de métal tenaient en l’air, pourquoi n’aurait-il pas emprunté la téléportation, sans avoir non plus la moindre idée des arcanes qui la soutenaient ?

Ce fut donc sans crainte qu’il s’engagea dans le cercle et sans appréhension qu’il hocha la tête pour signifier qu’il était prêt. Quelques secondes plus tard, ils étaient en Afrique, et si la vitesse du déplacement, en effet, ne l’avait pas bouleversé, la nausée lui vint quand ses super-sens durent s’adapter à un autre paysage qu’ils ne connaissaient pas : c’était d’autres odeurs et d’autres sons qui lui parvenaient. Il connaissait l’Afrique parce qu’il connaissait Nairobi, et quelques autres parties du Kenya, mais la Tanzanie était une autre contrée et puis, de toute façon, il avait quitté sa Terre natale avant de l’entendre et de la sentir comme il le sentait désormais. Ici, en Tanzani, tout était nouveau.

D’autres n’y auraient vu que l’herbe sèche, le sable et le soleil, mais les pouvoirs d’Andrew faisaient affluer à lui les senteurs diverses et subtiles de chaque espèce végétale, aussi discrète fût-elle, et il entendait le sable crisser sous les pattes des insectes, les murmures des conversations qui montaient du village non loin de là, l’odeur du désert et du vent.

Malgré tout, il dit :

— Ça va. Faut juste que… Nan, ça va, c’est cool.

Depuis le temps, tout de même, il avait appris à maîtriser ses pouvoirs et, tout bien considéré, Star City était un bouillon de parfums et de bruits bien plus violent que ne l’était ce monde-là. Ils purent donc se mettre en marche et ils se dirigèrent vers le village. Bientôt, ils furent introduits auprès du chef. Là, Andrew observait un silence respectueux, d’abord, il est vrai, parce qu’il ne comprit rien de la conversation, avant qu’Adrian ne se mît à assurer la traduction.

— Ben…

Le regard de l’adolescent passa alternativement sur les visages du Maasaï et d’Adrian. Il ne savait pas s’il devait formuler ses pouvoirs de manière particulière. Il avait pris l’habitude, depuis tout jeune, dans son Naïrobi occidental, d’emprunter le vocabulaire des super-héros. Il y avait des classifications toute faites : la super-vitesse, la super-force et ainsi de suite, qui peut-être n’évoquerait rien à la culture des Maasaï.

En détachant les phrases, pour laisser à Adrian le temps de traduire entre chacune d’elle, Andrew se lança tout de même :

— Ma force est considérable. Je suis plus fort que, euh…

Andrew essaya de faire un calcul puis lança au hasard :

— … vingt hommes ensemble.

Ou peut-être plus, il ne se rendait pas trop compte.

— Je suis plus rapide à la course que n’importe quel humain… homme…

Sauf bien des mutants qui étaient plus rapides que lui. Andrew essayait de trouver la clarté sans trahir la vérité mais il espérait qu’Adrian, au besoin, adapterait ses propos.

— Je ne crois pas les coups ni les projectiles. La fatigue ne m’atteint pas dans les combats. Je peux courir pendant des heures. J’entends tout ce qui se dit autour de moi, tout ce qui se fait, en même temps et de loin, et je sens toutes les odeurs, en même temps et de loin. Et hm…

Andrew sonda Adrian du regard. Devait-il parler du Prince Charmant et de l’hypothèse de la Fée ? Adrian, peut-être, souhaitait que le Maasaï rendit un jugement personnel avant de l’influencer avec leur théorie.

— Voilà, à peu près, quoi.

C’est grave, docteur ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 3 Oct 2015 - 18:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
La traduction ne fut pas un problème, Adrian s'occupa donc de transmettre les précisions apportées par son neveu et le chef l'écouta avec une attention non feinte, regard posé sur le jeune homme. Lorsqu'il eut terminé, le Maasaï hocha la tête, sembla réfléchir, puis prit la parole. L'Archimage resta quelques instants silencieux avant de traduire en décalé pour que son neveu puisse entendre la réponse.

« Il dit que c'est quelque chose qu'ils ont déjà rencontré ici. La magie est utilisée pour améliorer les capacités de certains combattants, mais ils doivent généralement avoir fait leurs preuves avant d'en bénéficier. » Le chef posa ses yeux sur Adrian avant de lui parler directement. Ce dernier lui répondit, puis traduisit. « Il me dit que j'ai appris certains de ces sortilèges et c'est effectivement le cas. Le guerrier que tu as vu lors de notre dernière mission en faisait partie. » Des sortilèges appris. « Selon lui, tes capacités découlent directement d'un rituel relativement puissant. Il a dû être fait dès ta naissance ou peu de temps après. Peut-être même lorsque ta mère était encore enceinte puisque la magie a été assimilée par ton organisme. En temps normal, le sort se dissipe tout seul et les avantages disparaissent en même temps. »

Le silence retomba. Adrian se sentit un peu stupide de ne pas avoir compris cela lui-même. Il avait souvent employé les sortilèges, le jour de leur dernière mission en duo en faisait partie d'ailleurs ! Il avait utilisé la force du lion afin de pouvoir transporter l'un des corps jusqu'aux locaux de la Légion des Étoiles. Les capacités améliorées d'Andrew découlaient donc directement de ces sortilèges, mais non ! Il n'y avait pas songé une seule seconde ! D'un autre côté, le centenaire ne songeait pas à la magie dès le premier signe de « capacités spéciales », c'était donc assez compréhensible.

Le Maasaï hocha la tête, comme s'il réfléchissait à la manière dont les choses pourraient se passer pour qu'ils découvrent quelle était la véritable nature des pouvoirs de l'adolescent. Son regard d'ébène passa d'Andrew à son oncle avant de revenir sur le jeune homme, puis il reprit la parole et Adrian enchaîna avec la traduction.

« Il dit qu'il est un guerrier et non un mystique, il ne peut donc pas nous éclairer. Mais il nous invite à aller voir le spécialiste dans ce domaine. Apparemment, je dois le connaître de ce qu'il me dit, il saura nous éclairer. » Son regard se posa sur Andrew. « Il est dans une hutte à l'autre bout du village. Les enfants vont nous y accompagner. »

Adrian le remercia avant qu'ils ne se redressent pour quitter la hutte et se retrouvèrent à nouveau assaillis par la chaleur environnante. Les enfants sautaient toujours autour d'eux, certains s'amusaient à tripoter les vêtements et la peau claire d'Andrew tandis que d'autres se contentaient de leur faire traverser le village pour les conduire jusqu'à la « demeure » du mystique. Il y avait pas mal de choses plutôt étranges autour de la hutte, des poteries remplies de choses non identifiables, des peaux de bête en train de sécher avant d'être tannées, puis d'autres objets qu'Adrian percevait comme des artefacts magiques.

Ils furent introduits dans la hutte où flottait une odeur étrange et entêtante. Un homme vêtu pratiquement de la même manière que le chef se tenait assit par terre en tailleur. Il leva les yeux à leur entrée et plissa légèrement les yeux en regardant Andrew avec insistance. D'un geste, l'homme les invita à s'installer devant lui et persista dans son silence avant de finalement se décider à prendre la parole.

« Vous dégagez de la magie. » Il parlait dans leur langue. « La vôtre est très variée et je la connais. Mais la vôtre ressemble à celle de notre peuple. » Il soupira longuement. « Vous avez été ensorcelé. Mais pas d'une manière commune. Votre magie est ancrée en vous. Elle ne s'en ira pas aussi facilement, peut-être même qu'il serait impossible de la faire partir. »

Sur le coup, Adrian se demanda si Andrew avait songé, ne serait-ce qu'une seule fois, à se faire « exorciser » pour retrouver une vie normale. L'Archimage n'y avait jamais réfléchi, mais il serait certainement en mesure de trouver quelque chose si tel était le désir de l'adolescent. Ce dont Adrian doutait légèrement. Il se souvenait de sa réaction le jour où il avait « coupé » son contact avec son audition sur-développée.
Mais après tout, il ne le connaissait pas vraiment : ce serait l'occasion pour en apprendre davantage sur lui !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 4 Oct 2015 - 19:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si Adrian paraissait éclairé par les explications du chef, Andrew, pour sa part, ne se sentait pas beaucoup plus avancé. Son ignorance dans le domaine ne l’aidait pas à percevoir les subtiles différences qui séparaient telle hypothèse de telle autre. Pour lui, la magie était une espèce de nuage nébuleux où tout se confondait. Il savait déjà qu’il était ensorcelé, en quelque sorte, ou que quelqu’un, quelque chose, lui avait confié ses pouvoirs. À tort sans doute, il s’intéressait moins aux détails techniques du processus qu’aux conséquences qu’il impliquait.

Mais le chef n’était pas le mieux placé pour répondre à ces questions et, après l’avoir remercié d’un signe de tête, sans être pleinement certain que ce signe serait bien compris, Andrew se releva à son tour et emboîta le pas à son oncle. Si d’ordinaire le jeune homme était plutôt doué avec les enfants — comme, à vrai dire, avec n’importe qui —, il resta un peu distrait dans leurs jeux, en traversant le village, enveloppé par la chaleur. Il y avait quelque chose dans ce village d’irréel. Il avait connu les villages des alentours de Nairobi, au Kenya, là où la civilisation occidentale se mêlait aux traditions. Le spectacle qu’offrait l’endroit où Adrian l’avait conduit était plus… uniforme. Presque coupé du temps et de la mondialisation à laquelle l’Afrique n’avait pas échappé.

La hutte du mystique acheva de le confirmer en cette impression. Les enfants s’étaient dispersés autour d’eux avant qu’ils ne l’eussent atteinte, comme si la nature particulière de l’habitation et de celui qui y résidait inspirait chez eux un mélange de respect et de crainte, qui leur intimait à la prudence. Andrew regarda autour de lui. On continuait à les observer à la dérobée. Il était habitué à ce genre de regards. Il les avait découverts quand il s’était aventuré pour la première fois, contre l’avis de ses parents, dans les quartiers les plus pauvres de Nairobi.

Les deux Pennington pénétrèrent dans la hutte et ils s’assirent en silence devant leur nouvel hôte. Andrew manqua de sursauter quand celui-ci prit la parole en anglais.

— Euh…

Le jeune homme échangea un regard avec Adrian, comme pour se donner du courage, avant de reporter son attention sur le mystique et d’avancer timidement :

— Je cherche pas tellement… Enfin, je ne cherche pas du tout à la faire partir.

Très franchement, quand il considérait celles et ceux qu’il avait pu rencontrer à Star City, il se trouvait très bien loti. Ses pouvoirs ne transformaient pas son quotidien en épreuve permanente et même si les derniers développements avaient été parfois un peu délicats à gérer, il s’en portait plutôt bien. Surtout, ils n’étaient pas visibles et il pouvait facilement se fondre dans la foule.

— Je veux dire que j’ai toujours vécu comme cela et que c’est avec cette, hm… magie… que j’ai appris à vivre. Je ne sais pas être autrement et je n’ai pas envie de…

Il réfléchit à une image parlante.

— … perdre un bras. Ce serait pareil.

Il n’était pas un mutant. Son esprit n’avait pas la nostalgie d’un temps sans pouvoir, d’un temps où il avait pu se considérer comme les autres, et qu’il aurait regretté dans les moments difficiles. Naturellement, le mystique qui leur faisait face, et qui vivait lui aussi, par son choix et ses dispositions naturelles, imbibé de magie, ne pouvait qu’approuver le discours d’Andrew. Encouragé par cet assentiment tacite, le jeune homme poursuivit un peu plus librement :

— Ce que je cherche, ce sont plutôt des réponses à des questions que, disons, un… exorcisme.

Il ne savait pas si la culture Masaaï avait un concept d’exorcisme alors il reformula, à tout hasard :

— … que de m’en débarrasser, quoi. Par exemple, euh… Qui dit ensorcelé dit ensorcellement, qui dit ensorcellement dit ensorceleur, non ?

Le mystique resta silencieux.

— Est-ce que quelqu’un m’a ensorcelé ? Et si c’est le cas, euh… Pourquoi ? Parce que bon, personne ne m’a rien réclamé, vous voyez. Personne n’a cherché à tirer avantage de mes pouvoirs. Pour l’instant, c’est un peu comme si on m’avait ensorcelé au hasard. C’est peut-être ça, remarquez. Peut-être que quelqu’un a mal visé.

Nouveau silence.

— Et euh… Du coup, à quoi ça sert ? Peut-être que je suis censé faire un truc dont j’ai pas encore conscience ? Peut-être que…

L’homme leva un index.

— Tu parles beaucoup.
— Pardon.
— Qu’est-ce que tu sens ?
— Euh…

Andrew jeta un regard incertain à Adrian.

— C’est-à-dire ?
— Tu penses à ton corps. Qu’est-ce que tu sens avec ton âme ?
— Je suis pas sûr de très bien comprendre.

Le mystique tourna un regard teinté de reproche vers Adrian, manifestement exaspéré par le prosaïsme de son invité.

— Toi qui es un mage, ne lui as-tu donc rien appris ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 4 Oct 2015 - 21:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
La comparaison de perdre un bras était très parlante pour Adrian. Lui-même imaginait aisément ressentir cette impression si un jour il devait perdre l'usage de la magie. Bon, dans son cas, ce serait très bref étant donné que son immortalité s'envolerait en même temps et qu'il se ramasserait environ quatre-vingts ans en plein visage, mais l'idée était là et il comprenait son neveu. La mystique aussi vu la manière dont il l'observait d'un air intéressé. Le silence perdura durant un petit moment alors qu'Andrew parlait tout seul, expliquant qu'il voulait juste savoir qui l'avait ensorcelé et pour quelle raison. Adrian observait le Maasaï qui restait obstinément silencieux et lorsque son regard se posa sur lui, l'Archimage se sentit comme un enfant qui venait d'être pris sur le fait en train de voler le dernier carré de chocolat. Il baissant brièvement les yeux avant de les relever vers le mystique pour secouer la tête.

« Non, je ne lui ai rien enseigné sur le plan de la pratique. J'ai principalement cherché à comprendre comment agissaient ses pouvoirs et s'ils étaient de nature magique ou non. J'ai passé plus de temps à faire des recherches dans des livres qu'à lui enseigner des choses. »

Il se sentit un peu mal à l'aise à cette idée. S'était-il trompé ?

« Pourtant, la plupart des réponses ne se trouvent pas dans des livres. Vois autour de toi. » Il désigna sa hutte, vierge de tout ouvrage. « Beaucoup d'entre nous ne savent même pas lire, mais notre réputation n'est plus à faire en matière de savoir. Les sentiments importent beaucoup plus que le reste dans cette histoire. »

« J'admets m'être trompé. C'est pour cette raison que j'ai souhaité venir ici. »

Le Maasaï hocha la tête, baissant les yeux vers ses mains calleuses. Il faisait largement plus vieux que son âge, étant beaucoup plus jeune qu'Adrian, mais son savoir était très différent. L'Archimage avait beau pouvoir apprendre la magie en un temps record, il était loin de connaître toutes les spécificités des différentes écoles qui existaient. Cet individu semblait avoir une idée plus précise de la situation et vu le regard qu'il posa sur Andrew, son oncle espérait qu'il pourrait leur donner le fin mot de l'histoire.

« La magie n'agit pas directement sur le corps. Bien sûr, elle l'influence, surtout dans le cas de sortilèges comme ceux que tu possèdes. Mais c'est sur l'esprit qu'elle agit. » Il leva la main pour désigner son front. « Tu peux te concentrer, fermer les yeux et entrer en accord avec toi-même. Trouver la paix, ressentir les flux magiques qui vivent en toi... » Il inspira profondément. « Ta situation n'est pas la même qu'un praticien normal. » Il regarda Adrian. « C'est comme avec vous. » Son regard se reporta sur Andrew. « Tu ne dois pas pousser ton pouvoir pour qu'il se déclenche, il vient naturellement. Il agit davantage comme une capacité que comme de la magie. »

Un peu comme les pouvoirs des méta-humains en somme. L'Archimage passa machinalement une main sur ses lèvres alors qu'il réfléchissait à ces paroles. Si elles permettraient de comprendre comment tout cela fonctionnait, elles ne les aidaient pas à savoir qui était responsable de cette situation, ni quelles étaient ses intentions ! Alors qu'il s'apprêtait à le préciser, l'homme reprit la parole.

« Tu connais les Azizas, n'est-ce pas ? »

« Oui. » Il leva machinalement le poignet où le bracelet qui abritait Nafasi était accroché.

« Oui, je m'en souviens. » Il venait de l'ancien mystique de la tribu. « Je ne dis pas qu'il s'agit d'une Aziza, peut-être que c'est simplement un mystique lambda, mais j'en doute. Les fées africaines ont une forte affinité avec la magie, elles font aussi partie du folklore local. Il n'est pas exclus que l'une d'elles aient ressenti quelque chose de spécial chez toi et qu'elle ait décidé de te donner ces capacités. » Il scrutait Andrew. « Mais il est aussi possible qu'il s'agisse d'un mystique qui connaît les sorts les plus anciens de nos peuples et qui aura décidé de conférer ces capacités à quelqu'un. Mais pourquoi toi ? Je l'ignore. Toi seul peut le savoir. »

En suivant ses conseils précédentes très certainement.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 5 Oct 2015 - 17:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si Andrew n’avait rien d’un mage, il tenait encore moins du mystique. À la rigueur, la magie que pratiquait Adrian, les méthodes que son oncle mettaient en œuvre, pour ce qu’il en savait, lui étaient compréhensibles, si ce n’était dans leur contenu, du moins dans leur forme. Quand on avait un problème, on se documentait dans les livres et on faisait éventuellement des expériences. Adrian faisait des recherches en magie comme d’autres l’auraient fait en botanique ou comme Andrew, lui-même, le faisait en peinture et en cinéma. L’idée que les réponses pussent se trouver non dans un savoir informulé mais dans une espèce de perception intuitive et mystérieuse du monde ou de soi-même était beaucoup plus étrange pour Andrew.

Ce que le mystique expliquait, pour une large part, lui échappait. D’accord, il comprenait bien ce qu’on était en train de lui dire. Trouver la paix, ressentir les flux magiques, soit. Mais comment on s’y prenait ? Lui n’avait jamais pratiqué le yoga, la méditation ou même la prière : ces attitudes ne lui parlaient guère. Il imaginait bien que ses sensations quotidiennes étaient différentes de celles des autres, à cause de ses pouvoirs, mais il n’était pas certain de pouvoir y découvrir des trésors de révélation.

Adrian, lui, s’il paraissait songeur aussi, n’avait pas l’air aussi sceptique.

— Mais euh…

Lui seul pouvait savoir.

Andrew était un peu déçu.

— OK. Je vois. Mais euh… Sauf votre respect, y a pas moyen de faire une expérience ?
— Une expérience ?
— Ouais, genre, un test.

Cette fois-ci, c’était Andrew qui parlait un langage que le mystique ne pouvait pas comprendre. Il répondit donc un peu à côté de la question.

— Tu sais déjà que tu es fort, quelle épreuve veux-tu encore passer ?
— Nan mais quand j’dis test, je dis pas épreuve, j’veux dire… Enfin, peu importe.

C’était le choc des cultures. Andrew resta quelques secondes silencieux, à réfléchir à la meilleure manière d’aborder la question.

— Y a pas moyen de prendre contact avec l’ensorceleur ? La fée ou le mystique. Je veux dire, hm… En peinture, dans chaque tableau, le peintre laisse une marque. Il a un style particulier. La magie, c’est peut-être pareil. Peut-être que chaque ensorcellement porte la marque de sa source. Une marque parfois discrète mais que vous seriez bien placé pour découvrir.
— Tu es jeune et pressé d’obtenir des réponses mais les réponses viennent parfois avec le temps et la patience.

En voilà bien une réflexion de vieillard !

— Mes pouvoirs changent en ce moment. De nouveaux apparaissent. J’essaie de donner du sens à ce qui m’est donné à comprendre. Ce n’est pas de l’impatience, c’est euh… de la disponibilité.

Et il ne mentait pas. Il avait dit souvent à Adrian qu’il s’était fait une raison quant au mystère de sa propre nature et que, s’il préférait, il est vrai, obtenir des réponses, il pouvait supporter de vivre dans l’ignorance.

— Va dans le désert, sans eau et sans nourriture. Si une Aziza de ces terres veille sur toi, elle te portera du secours.
— Et sinon ?
— Sinon, tu mourras. Dans un cas comme dans l’autre, ton esprit aura trouvé la réponse et sera satisfait.
— Hmm hmm.

Très engageant, comme idée.

— Prête attention aux signes. N’as-tu vu nul guide ?
— Ben…

Andrew hésita un moment à confier son histoire parfaitement improbable.

— Une fois, j’ai été sauvé par un cheval blanc magique.

Il avait l’impression de sortir d’un dessin animé pour petites filles.

— Il est apparu de nulle part, il a traversé la ville mais sans vraiment la traverser et il a disparu. C’était comme s’il était venu exprès pour moi.

Le mystique adressa un regard entendu à Adrian. Évidemment, il était difficile de ne pas voir, même dans la description approximative d’Andrew, dans cette expérience, quelque chose du guide animal qui traversait les traditions chamaniques.

— Tu es venu en marchant dans ma hutte et c’est en marchant, lentement, que tu repartiras. Étreins-tu ceux que tu aimes ?
— J’vous d’mande pardon ?
— Dans tes bras, les étreins-tu ?
— Euh… Oui. ‘Fin, ça arrive, quoi.
— Mesures-tu alors ta force pour ne pas les tuer ?
— Évidemment.
— Alors tu n’es pas toujours plus rapide et plus fort que le reste des hommes et tu es le maître de tes pouvoirs. Le guide est un pouvoir qui se maîtrise, après être apparu seul dans l’urgence : c’est le chemin qui s’offre à toi pour comprendre tes pouvoirs. Recherche à nouveau le cheval, demande-le plutôt que de le recevoir, et il te conduira sur le sentier de ta découverte.

Andrew aurait préféré qu’on lui donne une bibliographie.

— Tels sont mes conseils. Va retrouver les enfants hors de la hutte.
— Pardon ?
— J’ai à parler à ton ancêtre.

En gros, on le mettait dehors. Andrew ne trouvait pas ça très poli mais enfin, il fallait se plier aux coutumes locales et, après un signe de tête, il quitta la hutte. Quelques pas plus loin, il se trouva à nouveau environné par les enfants, tandis qu’à l’intérieur de la hutte, le mystique reprenait, dans la langue du village, sa conversation avec Adrian.

— Toi qui connais la magie de ces terres, ne crois-tu pas qu’une magie si mystérieuse qu’elle échappe à notre compréhension commune et immédiate puisse être dangereuse ? N’est-il pas préférable de laisser dans l’ignorance ce qui refuse de se révéler de soi-même ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 6 Oct 2015 - 14:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le fait qu'Andrew veuille faire une expérience pour savoir qui était responsable de tout cela n'étonna guère Adrian. C'était une réflexion assez logique venant d'une personne qui ne connaissait rien à la magie et ils auraient peut-être pu le faire en temps normal, mais assurément, leur situation actuelle ne l'était pas. Lorsque le mystique suggéra à son neveu d'aller dans le désert pour vérifier si les esprits protecteurs de ce pays agiraient pour lui, Adrian eut un frisson d'inquiétude. Il y avait songé lorsque la perspective de la magie africaine s'était présentée, mais il s'y refusait. Ce serait contre sa nature de laisser une personne qu'il aimait se mettre volontairement en danger. De plus, il se sentait un devoir de protecteur depuis le jour où il avait lu la lettre les parents de l'adolescent. Il était hors de question de le laisser se mettre en danger !
Mais pourtant....

Mais pourtant, toutes les explications apportées par Andrew plaidaient en cette faveur et vu le regard entendu du mystique, l'Archimage n'était pas le seul à y songer.

Adrian resta silencieux jusqu'à ce que le kényan quitte la hutte et son regard, pensif, se posa sur le Maasaï. Il avait raison, mais tort à la fois. Andrew n'était pas immortel aux dernières nouvelles, il vivait dans un monde où le danger était omniprésent et il envisageait de devenir Légionnaire. Le laisser combattre sans connaître la nature de ses pouvoirs était tout simplement impensable. Ce serait ridicule d'avoir l'Archimage comme oncle et d'être incapable de comprendre et contrôler parfaitement ses pouvoirs de nature magique ! Eldoth restait persuadé que l'adolescent n'était pas entré dans sa vie pour rien – même s'il n'irait pas jusqu'à s'imaginer avoir influencé la destinée d'Andrew, bien évidemment !
Il secoua la tête suite à la question du vieil homme – qui l'était moins que lui.

« Non. Il vit dans un monde très dangereux. Notre ville est peuplée de criminels qui possèdent des pouvoirs tout aussi puissants que les siens, si ce n'est plus. Il veut faire le bien, il se mettra forcément en danger s'il ne connaît pas ses limites et ses capacités. » Son ton était assuré. « Il a quitté ce pays pour venir vivre dans la même ville que moi, je ne crois pas que ce soit le hasard. Je pense que je dois l'aider. »
« Tu le sens ainsi ? »
« Je crois, oui. Les ressemblances sont trop importantes pour être ignorées. »

Il parlait notamment du fait qu'il avait vécu en Afrique durant un bon moment, qu'il avait appris beaucoup de choses sur la magie de ce peuple, puis qu'il vivait avec une Aziza. Nafasi s'était rapidement prise d'affection pour l'adolescent et Adrian doutait que ce soit un hasard. Et s'il avait hérité de ce bracelet parce qu'un jour son neveu, ensorcelé par l'une de ces créatures, allait débarquer dans sa vie ? Peut-être qu'il se faisait des films, mais Adrian y croyait, d'une certaine manière.
Le mystique hocha la tête.

« Alors fais. »

L'Archimage le remercia et se releva avant de quitter la hutte. Il chercha Andrew du regard et le trouve entouré des enfants qui semblaient toujours aussi intrigués par ces visiteurs inattendus et très étranges. Le vieil homme se dirigea vers eux jusqu'à se retrouver aux cotés de son neveu, puis s'adressa à lui dans leur langue.

« Il faut qu'on discute un peu. » Il tourna la tête vers les enfants avant de leur adresser quelques mots en maa, ce qui eut pour effet de les faire partir. « Il a dit certaines choses qui rejoignaient ce que je pensais. » Son regard se posa sur Andrew. « Tu vas peut-être me prendre pour un fou ou un superstitieux, mais le fait que je sois spécialiste en magie africaine et qu'une Aziza vive avec moi, peut difficilement être un hasard. » Il humecta ses lèvres d'un air hésitant. « Je pense qu'il a raison. Tu dois être lié à une Aziza ou un esprit protecteur de ce genre. Il se manifeste d'une autre manière lorsque nous sommes à Star City, mais je suis pratiquement convaincu qu'il ne pourra rien t'arriver ici. » Pratiquement, seulement. « D'un côté, j'aimerais t'inciter à faire ce qu'il t'a conseillé. Essayer de te mettre en danger pour voir ce qui se passerait. Mais d'un autre côté.... » Sa voix se brisa légèrement. Il avait du mal à croire qu'il disait ça. « D'un autre côté, je n'ai aucune envie qu'il t'arrive quelque chose. Et je ne suis pas certain de pouvoir me retenir d'intervenir s'il se passait quelque chose. »

Sauf si Andrew le lui imposait à la rigueur. Et encore... À cet instant précis, Adrian ne savait pas de quoi il était capable. Il détourna le regard, le promenant sur les environs avec une sensation étrange : de la joie d'être revenu ici, mais quelque chose d'amer gâchait le tout. Finalement, après un profond soupir, le centenaire reprit la parole.

« C'est à toi de décider Andrew. Est-ce que tu es prêt à tout pour découvrir ce que tu possèdes comme pouvoirs ? Ou est-ce que tu te satisfais de ce que tu as pour le moment ? Peut-être qu'il ne se passera rien si tu tentes le coup, mais peut-être que c'est ta seule chance de découvrir quelque chose. Je ne peux pas te promettre quoi que ce soit, si ce n'est que je ferai toujours mon maximum pour t'aider, tu le sais bien. »

Au fond de lui, il espérait que l'adolescent allait refuser de se mettre en danger, même s'il savait que c'était certainement l'une des seules chances de découvrir le fin mot de cette histoire....
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 8 Oct 2015 - 16:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— Demander un cheval, tu parles d’un conseil…

Pendant que les élèves jouaient tout autour de lui et l’interrogeait dans une langue qu’il ne comprenait pas, Andrew ruminait sa déception. Pour sa part, il n’avait pas trouvé les propos du mystique très éclairants. Sans doute, il voulait bien croire que le cheval qu’il avait aperçu avait peut-être un rôle plus essentiel dans ce qu’il pouvait comprendre de ses pouvoirs qu’il ne l’avait cru de prime abord. Pour lui, il avait été un épisode improbable d’une nuit particulièrement étrange. Dès sa disparition, le cheval lui avait manqué, et puis il l’avait cessé d’y penser, au bout de quelques jours.

Mais il avait espéré plus de son voyage. Il avait espéré un exposé un bonne et due forme, une sorte de méthode pour tout comprendre à ses pouvoirs. Il ne cherchait même pas à les développer, à devenir plus puissant ou à exploiter un potentiel caché : tout ce qu’il voulait, c’était comprendre ce qu’il avait. Et à la place, il récoltait un discours nébuleux. Il avait fondé de si grands espoirs sur ce voyage que la déception d’une solution vague était bien amère. D’ordinaire, il se serait sans doute plié aux jeux d’enfants. Ce jour-là, ils l’agaçaient.

Adrian apparut qui dispersa la petite foule curieuse. Andrew se retourna vers son oncle. Le discours de ce dernier fut une arme à double tranchant. D’un côté, il avait la valeur d’un optimisme, puisqu’Adrian, apparemment, avait tiré plus de l’enseignement du mystique qu’Andrew lui-même. De l’autre, la perspective de mettre en application les conseils un peu radicaux de leur hôte n’avait rien de réjouissant. Le regard d’Andrew quitta celui de son oncle pour se perdre dans l’étendue désertique.

— Euh…

Courageux mais pas téméraire, l’adolescent avait bien envie de se réfugier dans la prudence de son oncle.

— Donc l’idée, ce s’rait qu’j’marche en ligne droite sans rien à boire ni à manger et que je vois c’qui arrive… ? C’est…

Apparemment, c’était une tradition consacrée et mieux valait faire preuve, sans doute, de politesse.

— … spécial.

D’accord, comme tout le monde, il avait entendu parler des bizarres épreuves initiatiques qui guidaient le chamanisme de l’Amazonie, où le jeune apprenti était lâché dans la forêt pour y faire l’expérience de ses pouvoirs et de l’autre monde et, même avec sa relative ignorance en matière de magie, il percevait la logique sous-jacente à l’épreuve qu’on lui proposait ce jour-là.

Il tenta de se rassurer.

— Mais si, genre, tu m’suis et tout, je risque rien, pas vrai ?

Sauf que tout le principe, c’était qu’il devait risquer quelque chose pour motiver l’intervention de l’Aziza. Et, au fond, comme Adrian, Andrew croyait bien que la convergence de leurs particularités n’était pas un hasard, qu’ils avaient trop en commun, des fées à l’Afrique en passant par la magie, pour que la patte du destin n’y fût pas visible. Au fond, Andrew était déjà convaincu d’être le Prince Charmant d’un Christopher-Princesse enfermé dans sa Tour de la Paix, alors interpréter le reste de son existence sous l’angle d’une étrange destinée ne relevait pas d’un trop grand effort.

Il n’empêche que vu de là où il se tenait, le désert avait l’air vachement désert.

— OK. On va faire ça.

Sur le coup, il eut l’impression que les mots lui avaient échappé. Il avait presque envie de se raviser. Mais au fond, aussi futile cette motivation pût-elle paraître, il songeait à l’enthousiasme dont il avait fait preuve devant Christopher, en parlant de son voyage et en vantant toutes les réponses qu’il en tirerait sans doute, et il s’imaginait mal revenir piteusement à Star City et avouer qu’il n’était pas plus avancée, parce qu’il avait refusé, par lâcheté, d’appliquer la solution qu’on lui avait proposée. En d’autres termes, c’était pour ne pas avoir l’air d’un looser aux yeux de son petit ami qu’Andrew se proposait de risquer sa vie dans une expérience chamanique.

Il fit glisser son sac à dos de ses épaules et en tira sa gourde pour boire une dernière gorgée d’eau, geste un peu dérisoire, il en avait bien conscience, avant de poser le tout à côté de lui.

— Bon, euh… Je vais par là, du coup.

Il désigna un point au hasard dans l’horizon uniformément égal.

— Le truc c’est que… Ben là, on compte un peu sur la fatigue et tout, mais j’sais pas vraiment combien d’temps j’peux tenir. Ça s’trouve, ce s’ra très long.

Il pouvait courir des heures sans s’arrêter. Il ne s’était jamais exposé longtemps à de fortes chaleurs et n’avait jamais fait d’expérience sur la nourriture ou la boisson. Peut-être sa résistance ne s’étendait pas à ces domaines. Il haussa les épaules.

— Ouais, bon, bref. Allez, c’est parti.

Et ainsi Andrew Pennington, qui commençait à se demander si, vraiment, la curiosité n’était pas un vilain défaut, entama sa traversée du désert.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 8 Oct 2015 - 19:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Lorsque son neveu répéta ce qu'il venait de dire, Adrian fut à deux doigts de lui dire que c'était une très mauvaise idée et qu'ils trouveraient une autre solution. Mais il se retint. Il ne souhaitait pas que son côté ultra-protecteur empêche Andrew de prendre la décision qu'il voulait. C'était à l'adolescent de décider ce qui était bon pour lui ! Cependant, s'il avait pu savoir ce qui motivait la décision du jeune homme, Eldoth serait certainement intervenu. Il souhaitait qu'il choisisse pour lui-même et non pour les autres, malheureusement c'était exactement ce qui était en train de se passer. Fort heureusement, le centenaire n'utilisait pas son don d'empathie ou de télépathie et ne soupçonna pas ce qui se passait dans son esprit.

« Oui je te suis, mais tu devras vraiment être en danger.... »

Andrew l'avait certainement compris tout seul : s'il souhaitait que l'Aziza – ou la créature responsable de tout cela – se présente, il devait être en danger de mort. C'était bien ce qui effrayait Adrian : ils étaient loin d'un hôpital, même s'il pourrait les téléporter à nouveau à Star City si les choses tournaient mal. Mais tout de même....

Il mordilla sa lèvre pour s'empêcher de dire à Andrew qu'il avait peur de ne pas réussir à le ramener parmi eux si jamais personne ne se manifestait. Car il était bien évidemment hors de question que le centenaire s'amuse à laisser son neveu mourir sous ses yeux ! Il resterait à distance et étendrait sa télépathie pour essayer de savoir ce qui se passait. Il l'avait développé de manière à pouvoir ressentir les émotions des gens, normalement Adrian pourrait donc savoir si le jeune homme était aux portes de la mort. Et il interviendrait.

La décision fut finalement prise, l'adolescent ingurgita une gorgée d'eau avant de se débarrasser de ses affaires superficielles sous le regard soucieux de son oncle. Ce dernier pensait qu'au contraire, ce serait relativement rapide. Certes, Andrew avait grandi sur ce continent, cependant il ne vivait pas dans le désert, mais dans une ville. Il n'avait certainement jamais réalisé d'expédition en solitaire dans les grandes étendues désertiques qui se transformaient en véritable four pendant la journée. La manque d'eau finirait par faire effet, assez rapidement si possible. Plus vite l'Aziza interviendrait – car Adrian était quasiment convaincu que cela arriverait – plus vite ils sauraient à quoi s'en tenir.

Au moment où le jeune homme s'éloigna, Adrian ne put s'empêcher de lui lancer quelques mots.

« Bon courage... et reste confiant. »

Même si c'était largement plus facile à dire qu'à faire.
Andrew s'éloigna donc et Adrian attrapa le sac de l'adolescent pour le glisser sur son épaule au moment où un homme d'âge mûr s'approcha de lui. Il était déjà au courant de l'épreuve que l’adolescent devait subir et expliqua à l'Archimage qu'une hutte leur serait prêtée le temps de leur passage ici. Enfin, qu'ils partageraient la demeure d'une famille légèrement moins nombreuse que les autres en vérité. Laissant le jeune homme prendre de l'avance, Adrian suivit donc l'individu qui le mena chez lui, le laissant déposer le sac sur le sol recouvert de nattes tressées, puis extirpa la gourde de son propre sac. Devinant ce qu'il comptait faire, le Maasaï lui indiqua où il pourrait trouver de l'eau et l'Archimage remplit les deux gourdes avant d'enfiler un chapeau pour éviter les insolations, puis se dirigea lui aussi vers le désert.

Il fut tenté d'appeler Nafasi, mais craignit que cela ne fasse fuir une éventuelle autre fée. En sondant les environs, il détecta assez rapidement la zone où son neveu se trouvait et se dirigea dans la même direction. Andrew avait une dizaine de minutes d'avance, voire davantage. Il n'y avait strictement aucune trace de magie pour le moment, juste de la chaleur à profusion.

L'avancée dura un long moment et Adrian ne savait pas combien de temps exactement. La chaleur était presque insupportable et prouvait bien qu'il ne suffisait pas d'avoir vécu ici plus de trois décennies pour s'y habituer définitivement.
Au final, après quelques temps, quelque chose d'alarmant se fit sentir. Il tentait son pouvoir d'empathie du côté où se trouvait Andrew et il capta une sensation d'inquiétude ou d'alerte. Quelque chose de négatif et qui semblait indiquer que la personne dans cette zone-là se trouvait en danger. L'Archimage fut tenté d'intervenir, mais se retint. Plusieurs secondes passèrent, peut-être même des minutes et la sensation allait en s'aggravant. Il fut à deux doigts d'intervenir lorsqu'un nouveau sentiment se manifesta : une source magique non identifiée. Assez rapidement, les deux sensations se mêlèrent un peu comme si les deux personnes s'étaient rapprochées.

Ce n'est qu'après quelques nouvelles secondes, alors que le sentiment de danger continuait de s'affirmer, qu'Adrian ne tint plus. Il pressa le pas, les deux gourdes toujours à portée de main et se précipita vers la zone où se trouvait Andrew et, il l'espérait, sa sauveuse inattendue – plutôt attendue en vérité.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 13 Oct 2015 - 10:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Mourir, c’était monotone.

Andrew avançait dans le désert et il n’y avait rien que du désert. À gauche ? Du désert. À droite ? Du désert. Derrière, devant, du désert. La mort certaine de tous les côtés. Il s’imaginait toutes sortes de scénarios sinistres. Son corps inanimé ramené à Star City par un Adrian contrit et Christopher en larmes sur son cercueil. Christopher se réfugiant dans les bras de Jace pour apaiser sa douleur. Même en pleine quête mystique, Andrew avait des préoccupations d’adolescent et alors que la fin le guettait à chaque recoin de sable, ce qui le travaillait surtout, c’était son petit ami.

Les jeunes…

Il avait prévu de marcher en ligne droite mais il n’était plus trop sûr du chemin qu’il avait appris. Techniquement, il n’y avait sans doute pas de chemin. Difficile de s’orienter dans un pareil endroit. En tout cas, il ne marchait pas trop vite — il marchait même très, très lentement, selon ses critères tout personnels — afin d’être certain qu’Adrian le suivait. Mais quand il se retournait, il ne voyait nulle trace de son oncle. Juste le désert.

La chaleur était pesante. Nairobi, en réalité, était une ville tempérée, très tempérée, et s’il y faisait un peu plus chaud, ordinairement, qu’à Star City, Andrew n’avait jamais été habitué à la pesante canicule des étendues désertiques. Plus que la chaleur encore, parfois, c’était le vide et le silence qui lui paraissaient oppressants. Une idée terrible lui traversa l’esprit : si soudain un regret le prenait, s’il voulait faire marche en arrière, comme il était pratiquement certain d’avoir dévié de son trajet rectiligne, il n’avait aucune idée du chemin à rebrousser. Il était perdu. Il pouvait se mettre à courir dans une direction et ne rencontrer, au-delà, que du désert.

Il avait soif.

Son endurance considérable lui avait servi, en effet, mais il ne subsistait pas sans rien. Un autre que lui aurait été accablé bien plus par la chaleur, sans aucun doute, mais comme tout un chacun, Andrew avait besoin de boire. Sa vue se troublait. Il avait l’impression que sa peau le brûlait. Il s’était couvert, évidemment, pour ne pas s’exposer trop au soleil, mais là-haut, uniforme, brillant, le soleil avait l’air de percer les vêtements et la chair. Il trébucha sur rien, tomba dans le sable, se redressa et reprit sa marche.

Ses pensées devenaient plus confuses à mesure que l’inquiétude se mêlait à la chaleur et à la soif. L’idée lui paraissait soudain parfaitement stupide. Il allait mourir. Adrian ne le suivait pas d’assez près. Peut-être avait-il été pris, lui-même, par le désert. Qui sait ce qui pouvait arriver ? Une éternité s’était écoulée depuis le dernier séjour du mage en Afrique. N’avait-il pas été déraisonnable de compter sur une expertise si lointaine ? Il allait mourir comme ça, à dix-huit ans, au milieu du désert, loin de ses parents et de son petit ami, parce qu’il avait voulu savoir si oui ou non, Marraine la Bonne Fée veillait sur lui.

Il tomba à nouveau.

À nouveau il se releva. La présence magique qu’Adrian, derrière lui, commençait à percevoir, lui ne la sentait pas. Il avait l’impression de pleurer mais il n’en était pas certain. Sa gorge était sèche.

Il tomba encore.

Cette fois-ci, il ne se releva pas. Il roula sur le dos, passa un bras au-dessus de ses yeux et prit la sage décision de se reposer un peu, là, au milieu du sable peut-être infesté de scorpions et de dangereux serpents des dunes, juste quelques secondes, le temps de se remettre d’aplomb. C’était une idée fabuleuse qui tournait en boucle dans son esprit asséché : que quelques secondes suffiraient. Il ne se souvenait plus précisément de ce qu’il faisait là. Dans l’obscurité de ses yeux fermés et couvert de son bras. Dans la chaleur.

Il ne voyait pas l’étrange aurore boréale qui s’agitait au-dessus de lui, entre le ciel et le désert. C’était des arabesques diaphanes et colorées, la robe de la fée, invisible elle-même, qui ondulait dans l’air tordu de chaleur, attendant de savoir si oui ou non le Prince allait mourir. Qu’est-ce qu’il faisait là, au milieu du désert, le Prince ? Ne l’avait-elle pas envoyé à l’autre bout du monde, où il y avait du travail à accomplir ? Était-ce elle qu’il cherchait ? Ne pouvait-il pas imaginer des moyens plus intelligents et moins dangereux ? Ne s’était-il donc pas renseigné ? N’avait-il rien appris ?

Des graines inexistantes germaient sous le sable. L’herbe poussait vite. Deux, trois, quatre palmiers entouraient une source impossible qui étendait un tout petit lac au milieu de l’oasis sortit de nulle part, tandis qu’en ondulant, le sol soulevait Andrew et le poussait à rouler jusqu’au bas de la pente, tête dans l’eau. L’adolescent sortit de sa torpeur morbide alors qu’il était sur le point de se noyer et sortit la tête de l’eau.

Il ne réfléchit pas sur cette verdure soudaine apparut comme un mirage au milieu du désert et il se mit à boire cette eau fraîche et minérale à grandes goulées.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Oct 2015 - 15:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le désert s'étendait à perte de vue et Adrian eut vraiment l'impression qu'il n'arriverait jamais à retrouver Andrew. Pourtant, la magie qui émanait d'une zone bien précise lui permettait de savoir dans quelle direction diriger ses pas et il n'hésitait pas une seule seconde. Bien sûr, la crainte d'arriver trop tard était très présente, cependant le centenaire se rassurait en se disant que cette sensation étrange provenait sans aucun doute de l'Aziza responsable de l'état d'Andrew, par conséquent elle était là pour veiller sur lui. Oh, certains diraient que ce n'était pas un comportement très prudent et l'américain le concevait parfaitement, cependant le fait de conseiller à son neveu de partir dans le désert pour se laisser volontairement mourir ne l'était pas non plus....

Au terme de quelques instants de marche, Adrian aperçut enfin quelque chose de rassurant, bien que relativement inhabituel : une forme éthérée qui dominait un oasis qui ne s'était jamais trouvé là. Ou du moins, Adrian n'en avait jamais entendu parler et il savait que les Maasaïs considéraient l'eau comme une chose relativement importante. Mais peut-être que les choses avaient beaucoup évolué depuis son départ du pays ? Ces questions-là devinrent rapidement secondaires lorsqu'il aperçut la silhouette d'Andrew allongée au sol, ou du moins le pensa-t-il jusqu'à ce qu'il se rende compte que son neveu était en train de boire à ce source inattendue. Il n'y avait plus le moindre doute sur ce qui venait de se passer et sur ce que le jeune homme possédait comme pouvoir : c'était un don, celui d'une fée africaine qui venait de lui sauver la vie.

Eldoth s'approcha aussitôt de l'adolescent avant de se laisser tomber à genoux à ses côtés. L'une des gourdes s'échappa de son sac et tomba au sol, désormais inutile vu le miracle qui se tenait devant eux. Dans un geste chargé d'inquiétude, qui ne lui était pourtant pas familier, Adrian posa sa main sur l'épaule de l'adolescent avant de le tirer légèrement en arrière pour s'assurer qu'il était bien en train de boire et non de se noyer. Ce serait assez ridicule et étrange de mourir de la sorte en plein milieu du désert...
Lorsque le jeune homme montra des signes de vie, Adrian prit la parole.

« Tout va bien ? Tu as été attaqué, ou c'est à cause de la soif ? » Son regard se porta sur la gourde au sol. « J'en avais apporté pour toi, mais apparemment quelqu'un d'autre s'en est chargé. »

Il y avait encore une assez forte présence magique, Adrian la sentait, mais sans pouvoir la distinguer clairement. Un peu comme si le ou la propriétaire était désireux de sa masquer à la vue du plus grand nombre. Peut-être que la créature ne souhaitait pas qu'Andrew puisse la rencontrer ? Peut-être qu'elle avait quelque chose d'autre en tête et qu'une confrontation ruinerait ses plans ? De nombreuses questions qui resteraient sans réponse pour le moment. Eldoth reporta son attention sur son neveu.

« Apparemment, on a obtenu notre réponse. » Un léger soupir lui échappa. « Il n'y avait pas d'oasis dans le désert lorsque j'étais là la fois dernière. Et je suis certain que si on pose la question aux Maasaïs, ils nous diront que ça n'a jamais été le cas. Si tu avais soif, c'est une explication pour justifier qu'une source d'eau soit soudainement arrivée ici. » Mais resterait-elle ? Aucune idée. « Tu as vu quelque chose ? Senti une présence, n'importe quoi ? »

Son regard se leva vers le ciel, il ne semblait plus y avoir de traces de cette manifestation qui surplombait l'oasis lorsqu'il était arrivé, mais cela ne signifiait pas que la créature s'était envolée. Peut-être même qu'elle les suivait depuis leur arrivée sur le sol africain ? Les yeux bruns de l'Archimage se reposèrent sur Andrew.

« Comment te sens-tu ? »

Mine de rien, il restait inquiet à l'idée de voir l'adolescent dans une telle position. S'il avait attrapé une insolation ou quelque chose de plus grave, il serait préférable d'écourter leur séjour ici.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


 
On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_6On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_8


On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_1On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_2bisOn ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Connaissez-vous le prix des choses...
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙
» ❝ J'ai fais des choses que je regrette suffisamment, suffisamment pour y penser tout le temps.❞
» Mieux vaut le diable qu'on connaît
» Petite liste de choses à vendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_6On ne connaît que les choses qu’on apprivoise ▬ Andrew Cadre_cat_8
Sauter vers: