AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_1La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_2_bisLa jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha

 
Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 9:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— Ah merde, j’aurais bien aimé qu’il m’en colle une.

On a les plaisirs qu’on peut.

Andrew fit une moue déçue. Manifestement, il n’avait pas été sans espérer que la situation fût plus animée. Ses yeux gris se tournèrent vers Adrian et Rebekha et il haussa les épaules.

— J’sais pas, c’est toujours fun, d’voir leurs phalanges se péter contre ma joue de satin.

Ce n’était pas qu’il fût violent mais humilier les balourds violents devant leurs potes shootés à la testostérone, ça avait toujours un charme indescriptible dont il ne se laissait pas. Hélas, Adrian avait été diplomate et, pour une fois, son discours pacifique n’avait pas convaincu les Méchants de le décapiter sur place. Somme toute, pour l’Archimage, la soirée représentait un progrès assez net.

Le regard d’Andrew s’arrêta définitivement sur son oncle, dont l’état n’était pas glorieux. L’adolescent imaginait mal ce qu’il pouvait endurer : évidemment, il n’avait jamais été blessé aussi sérieusement. Par hasard, de temps à autre, sa résistance surhumaine prenait des vacances et il lui arrivait de se couper ou de récolter quelques bleus mais les blessures critiques étaient toujours tenues à distance.

— Faut mettre de la glace. Des p’tits pois congelés. Un truc comme ça. C’est c’qu’ils font dans les films.

Et puisque c’était dans les films, n’est-ce pas, ça marchait forcément dans la vraie vie.

Andrew ravala le reste de ses conseils pourtant très inspirés, parce que Rebekha avait commencé à s’occuper du mage et que, pas bête, l’adolescent y voyait une excellente façon de raviver la tension sexuelle é-vi-dente qui attirait ces deux êtres l’un vers l’autre. Il voyait très bien comme ça se passerait dans un film : Rebekha épongerait le sang d’Adrian, émue par son héroïsme et sa (quasi) virilité, et comme la chemise était toute sale, elle la déboutonnerait. Alors elle caresserait le torse (presque) musclé et mâle de ce mage puissant et ils feraient l’amour devant un (estival) feu de cheminée.

C’était parfait.
C’était le plan A.

— En tout cas, t’as super bien géré l’affaire, Adrian.

Première étape : faire mousser son oncle qui, pour l’heure, avait plutôt l’air de s’être fait malmené à la récré que d’avoir dominé la situation.

— Tu t’es pas laissé avoir et tout. T’as gardé ton calme au lieu d’leur montrer d’quel bois tu t’chauffais. C’était noble. Genre, vachement noble.

Et en fait, il était sérieux, maintenant qu’il y réfléchissait : sans doute Adrian avait une petite dizaine de sorts dans son grimoire mentale qui auraient résolu facilement une situation aussi simple et l’auraient préservé de blessures somme toute bénignes mais tout de même douloureuses et il avait choisi de préserver le calme. N’est-ce pas ? Adrian était un héros.

L’adolescent sourit à Rebekha.

— Ouais, j’suis avec des potes, là-bas.

Il désigna une table où des adolescents, après avoir tendu le cou pour apercevoir sans succès ce qui se tramait de l’autre côté du bar, s’étaient plongés à nouveau dans leurs discussions.

— C’t’un bar vachement sympa, ‘fin d’habitude, et cool, et tout, la musique est chouette, Adrian, il a eu bon goût d’t’emmener ici.

Deuxième étape : vanter les qualités intellectuelles et morales du mâle courageux et viril. Il faudrait ensuite conseiller à Adrian de mettre du jazz ou de la bonne musique classique une fois arrivés chez lui.

— M’enfin ouais, vous d’vriez rentrer au manoir.

Troisième étape : motiver les troupes à se retrancher dans un endroit plus intime, parce qu’il était peu probable que ces deux adultes respectables goûtent le charme d’une passion rapidement consommée entre les urinoirs des toilettes pour hommes. Après tout, chacun ses goûts.

— Moi j’vais rester ici, hein, j’veux pas m’imposer et tout. Vous avez sans doute beaucoup à faire.

Quatrième étape : grâce à de subtiles insinuations, susciter l’imaginaire érotique des deux proies.

— Discuter, tout ça.

Note à soi-même : il fallait s’éclipser discrètement et courir jusqu’au Manoir pour briefer Sallah, histoire qu’il se fasse discret quand les deux tourtereaux arriveraient. Rien de tel qu’un vieil Egyptien mutique pour vous casser l’ambiance dans une soirée coquine.

— En tout cas, t’es vachement belle, ce soir, Rebekha. Dommage que ça attire aussi les mauvais regards.

Cinquième étape : inciter Adrian à formuler tous les compliments nécessaires en donnant soi-même l’exemple.

Andrew espérait que son oncle lui serait reconnaissant de tous ces efforts.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 15:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Lorsque Rebekha envoya paître l'autre type, Adrian songea qu'ils allaient enfin pouvoir être tranquilles. Les curieux de dispersaient, à son grand soulagement, tandis que la jeune femme s'intéressait à Andrew. Une vieille connaissance d'après ce que l'Archimage avait appris suite à sa dernière discussion avec l'adolescent. La serveuse revint vers eux avant d’offrir un lot de serviettes accompagnées de désinfectant à Adrian qui lui adressa un remerciement sincère – même s'il ne comptait pas toucher à son nez douloureux pour le moment.

Après qu'ils se soient installés à table, l'Archimage posa un regard relativement sceptique sur son neveu qui semblait tout à coup motivé à faire ses éloges. Avait-il pris un coup sans qu'Adrian ne puisse le voir ? Parce que ce serait la seule explication qui justifierait que l'adolescent n'avait pas vu la magistrale correction que son oncle venait de se prendre – et qui garderait des traces pendant quelques temps. Conformément à d'habitude, le centenaire ne comprit strictement rien aux sous-entendus d'Andrew et ne put que froncer les sourcils avant de poser les yeux sur Rebekha.

« Ou peut-être qu'il n'y a que les mauvais regards qui décident de se faire remarquer. »

Bien sûr qu'elle était jolie et bien sûr qu'elle était bien habillée, il aurait fallu être aveugle pour ne pas s'en rendre compte ! Mais Adrian n'était pas le genre de personne qui réussissait à faire étalage de ses pensées, surtout lorsqu'elles concernaient des sujets aussi épineux.
Son regard glissa sur Rebekha.

« Je suis désolé, mais apparemment toutes nos sorties semblent vouer à se terminer bizarrement, qu'elles soient amicales ou professionnelles. » Sauf que la dernière fois, c'était Rebekha qui avait terminé à l'hôpital. « Mais je préférerais attendre un peu, Sallah va avoir une véritable crise de panique si je rentre avec du sang. » Cela dit, celui de sa chemise n'allait pas s'évaporer entre-temps. « Enfin, si je rentre avec le nez qui saigne. »

Cette fois-ci son attention se focalisa sur Andrew. Il ne s'était pas attendu à le voir ici et cela même si c'était l'adolescent qui avait parlé de cet endroit. Disons qu'il avait imaginé qu'il était allé rendre visite à son petit ami comme il n'était pas au manoir, mais ce n'était pas problématique. Dans son esprit, la sortie avec Rebekha était purement amicale et la très brève discussion qu'ils avaient eue au sujet d'une éventuelle tentative de drague de la jeune femme lui passa largement au-dessus de la tête. Assurément, le jeune homme risquait de perdre sa soirée s'il décidait de rester ici pour jouer les entremetteurs, surtout que Rebekha n'était pas vraiment plus dégourdie que l'Archimage.
Ce dernier n'avait d'ailleurs pas oublié que son neveu s'était une fois de plus dressé entre un adversaire et lui, à croire que c'était lui qui était voué à le protéger et non le contraire. Le centenaire soupira légèrement avant de se rendre compte qu'il valait mieux éviter de respirer par le nez pendant quelques temps.

« Tu as oublié que c'est toi qui as parlé de cet endroit ? Je ne le connaissais pas avant que tu le cites. » Inutile de s'approprier une chose qui n'était pas de lui ! « Enfin, je ne sais pas ce que tu as vu de ton côté, mais on ne peut pas vraiment dire que j'ai bien géré. Je n'aurais rien pu faire de plus, comme ça ou dans une autre situation, je te rappelle qu'il y a des règles strictes. » Autant pour son statut d'Archimage que de Légionnaire et s'en prendre à un homme saoul n'était pas acceptable. « L'essentiel, c'est que vous n'ayez rien eu tous les deux. Mais Andrew... je n'ai vraiment pas envie que tu t'attires des ennuis à cause de moi, tu aurais dû rester avec tes amis. Ça aurait pu mal tourner tu sais. »

C'était son côté protecteur contre lequel il ne pouvait pas lutter. Peu importait qu'il soit quasiment invulnérable, futur Légionnaire ou Grand Gourou d'une secte qui prônait le végétalisme, il restait son neveu et c'était à lui d'être protégé, non le contraire.
Reculant pour s'appuyer contre le dossier de la chaise, Adrian attrapa finalement les serviettes afin d'éponger le sang qui coulait encore – à croire que c'était les endroits les moins charnus qui saignaient le plus ! Il resta silencieux quelques secondes avant de relever les yeux vers ses deux interlocuteurs.

« Si vous voulez rentrer chez vous ou retourner avec vos amis, ne vous gênez pas. »

Il avait suffisamment honte que la soirée ait aussi mal tournée, il ne tenait pas spécialement à leur tenir la jambe encore quelques heures alors qu'ils avaient certainement envie de retourner avec leurs amis – pour Andrew – ou de rentrer chez eux – pour Rebekha. Les sorties n'étaient définitivement plus faites pour le vieux de son âge.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 7 Sep 2015 - 13:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha était bien d’accord avec Andrew : Adrian avait agi d’une façon admirable. Il aurait pu venir à bout de ces fauteurs de troubles sans problèmes, après tout, n’avait-il pas été capable d’emprisonner le Magus et d’en exorciser l’essence maléfique, sans rencontre la moindre difficulté ? Plutôt, au lieu de se laisser aller à un élan de violence avec ses pouvoirs, il avait choisi la diplomatie et c’était une force que l’agent respectait. Il s’en était tenu aux règles de la Légion, fidèle à son habitude, il s’était montré humble et même si son nez cassé semblait le faire souffrir, il pensait en premier lieu aux autres : Andrew, Sallah, aux ennuis qu’il allait leur causer. Elle ne put s’empêcher de sourire mais pas pour se moquer, non. Elle était touchée, au contraire. Touchée par cette habitude qui le condamnait, par extension, à la solitude. Ils en avaient discuté tout à l’heure, elle savait désormais pourquoi l’Archimage n’avait personne d’autre que son fils adoptif pour lui tenir compagnie dans ce grand manoir. Le héros et l’agent se comprenaient parfaitement. Peut-être étaient-ils faits pour s’accorder ? Mais la réflexion de Rebekha n’alla pas aussi loin. Parfois, elle pouvait se montrer aveugle et naïve, surtout en matière de relation amoureuse.

C’est gentil Andrew. J’ai l’habitude des mauvais regards, hélas…

L’image de son « fan » le plus assidu passa dans sa tête et elle frissonna. Elle n’était pas prête de l’oublier, celui-là…Honteusement, elle aurait préféré le savoir mort plutôt qu’emprisonné, même si elle avait confiance en les prisons de la Légion. Elle ne serait jamais en paix tant qu’il vivrait, mais elle songea alors à la nécromancienne qu’elle avait rencontré dans un parking et qui l’avait menacée.
Si même la Mort n’était plus une sécurité…
Elle se mit mentalement une claque pour revenir à la réalité.

Si vous ne voulez pas inquiéter Sallah, pourquoi ne pas venir à mon appartement ? Je laverais votre chemise, j’ai une très bonne poudre pour faire partir les taches de sang. Et je dois avoir des glaçons dans mon congélateur.

Et pas grand-chose de plus que des glaçons, d’ailleurs. L’agent était abonnée aux plats à emporter, ne prenant jamais le temps de cuisiner, ne l’ayant tout simplement pas la plupart du temps. De toute manière, elle se débrouillait assez mal dans le domaine, au grand désespoir de sa grand-mère, véritable cordon bleu, qui aurait aimé pouvoir passer sa science culinaire à quelqu’un.

On pourra terminer ce verre et cette discussion sans que personne ne vienne la gâcher. Tu es le bienvenue Andrew si tu veux ?

Elle était sincère, même si elle comprendrait parfaitement que le jeune homme préfère rester avec ses amis plutôt que de trainer avec une « vieille » comme elle et son oncle. A son âge, on pouvait espérer beaucoup mieux comme soirée.

Si ça vous tente, ma voiture n’est pas très loin et mon appartement non plus d’ailleurs.

Dans son esprit, l’invitation n’avait absolument rien de tendancieux. L’agent voulait simplement rendre service à son ami et ne pas inquiéter l’égyptien outre mesure, qui allait finir par croire que sortir avec Rebekha était forcément synonyme de sang et de douleur. L’agent en était déjà persuadée elle-même et se sentait assez mal de tout ce qui arrivait à Adrian par sa faute. Heureusement que l’Archimage était patient et altruiste, peut-être un peu masochiste ? N’importe qui aurait pris ses distances à sa place, mais elle était heureuse qu’il ne l’ait pas fait. Après tout, Adrian comptait parmi ses seuls amis et elle n’avait plus accepté une invitation à prendre un verre depuis…
Depuis…
Un peu trop longtemps, visiblement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 9 Sep 2015 - 11:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Quand Adrian se mit à corriger ses compliments, Andrew ne put s’empêcher de regarder son oncle comme si le vieux mage était soudainement en train de faire la preuve d’un sévère retard mental. Non mais sérieusement, est-ce que c’était possible d’être si empoté avec les filles ? Le Kenyan avait tendu toutes les perches nécessaires pour qu’Adrian se fît mousser discrètement et glissât quelques compliments bien sentis à sa charmante compagne du soir et, au-lieu de ça, le vénérable Archimage creusait la tombe de la drague à pleines pelletées.

Il n’empêche que l’adolescent retrouva bien vite son sourire. Si Adrian n’était pas coopératif, à n’en pas douter, Rebekha serait plus intéressée. Il commença par balayer les inquiétudes de son oncle.

— T’inquiètes, i’ m’serait rien arrivé. À ses os et à son mobilier, j’dis pas, mais à moi…

Qu’Adrian s’inquiétât de ses chances de survie en zone de guerre ou en pleine bataille avec des super-vilains, ça lui paraissait tout à fait rationnel, mais dans une bagarre de bar, Andrew était à peu près certain de pouvoir tirer son épingle du jeu, quitte à rester debout les mains dans les poches pour atteindre que les choses se passent.

Peu importait, au demeurant.
Ce qui comptait, c’était les libidos des personnages âgés.

Le regard d’Andrew glissa donc sur la proie numéro 2. Il n’avait pas vu Rebekha depuis un moment et, somme toute, il ne la connaissait pas si bien. Il lui avait beaucoup parlé par le passé mais, justement, il s’était plutôt confié à elle qu’elle ne s’était confiée à lui. Est-ce qu’elle était intéressée par Adrian ? Difficile à dire. Le nez cassé, ça donnait du caractère à un visage, mais enfin…

Les choses devinrent beaucoup plus évidentes quand l’agent de l’UNISON proposa d’inviter Adrian chez elle pour lui retirer sa chemise loin des regards indiscrets de Sallah.

Andrew réprima comme il put un sourire.
Rebekha était sacrément plus décidée qu’Adrian. Parfait. C’était ce qu’il fallait au mage : une femme qui prendrait les choses bien en main.

— Ouais, non, c’est gentil, mais j’veux pas déranger.

Andrew était sincèrement persuadé que l’invitation de Rebkha à se joindre à la partie était une simple formule de politesse et ne cachait ni : a) un désir sincère de faire la conversation et b) des ambitions de cougar perverse et trioliste pour la fin de la soirée. Il la refusait donc avec un sourire entendu.

— Mais faudra qu’on s’revoit, c’est clair. Tu m’raconteras tout ça.

Ce à quoi le « tout ça » faisait référence n’était clair, évidemment, que pour Andrew, dont l’optimisme juvénile et hormonal faisait peu de cas des incapacités sociales chroniques de ses deux interlocuteurs.

— J’vais r’tourner avec mes potes. J’suis content d’t’avoir revue, Rebekha. Soyez prudents et tout.

Bien sûr, il allait les surveiller d’une oreille indiscrète, au moins jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’appartement de l’agent, pour être sûr que personne ne leur tendrait des embûches revanchardes sur le chemin. Ce qui se passerait une fois la porte de l’appartement refermée, il préférait n’en avoir qu’une idée très vague.

Andrew se tourna vers Adrian, s’approcha de lui, fit mine d’examiner son nez, sans avoir aucune notion de médecine, et en profita pour murmurer très bas, à l’attention exclusive du mage, des propos encourageants.

— Vas-y, relax, c’est comme le vélo, ça s’oublie pas.

Ce n’était pas tout à fait vrai, certes. Adrian pourrait toujours arguer de la douleur pour excuser d’éventuelles maladresses.

À Rebekha, Andrew adressa une recommandation sans doute moins cryptique :

— Prends soin d’lui, hein. C’est fragile, un Pennington, faut pas s’y fier.

Dixit celui qui renversait des jeeps en courant.

Sur ces bonnes paroles, Andrew leur fit un signe de la main et partit se faufiler à nouveau entre les buveurs et les danseurs, pour rejoindre sa place sur la banquette où ses amis discutaient jeux vidéos.

— Alors, t’étais passé où ? Y avait une bagarre ou bien ?
— Je jouais les Cupidons.
— Avec les bagarreurs ?
— Carrément.
— Non mais sérieux ?
— Sérieux, y a un mec qu’a le nez en sang et une meuf vient d’l’inviter à aller chez elle pour nettoyer sa chemise.
— Oh oh.
— Hé hé.
— Y a pas qu’la chemise qu’elle va…
— Ouais, bon, ça va, on a compris.

Quelques ricanements adolescents plus tard, Andrew leva les yeux au ciel, soupira et décréta :

— Les gens,vous comprenez rien à l’amour.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 9 Sep 2015 - 15:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Demander à Adrian de ne pas s'inquiéter pour quelqu'un, ce serait comme de demander à un chien d'arrêter d'aboyer : il en était incapable, c'était instinctif. Cela dit, Andrew avait raison, il ne lui serait certainement rien arrivé après ce qu'ils avaient pu voir de ses capacités lors de leurs dernières sorties en tant que héros.
Son regard se porta alors que Rebekha qui lui fit une proposition plutôt intéressante. Uniquement dans le sens pratique, tout comme l'agent, le côté tendancieux de cette suggestion lui passa largement au-dessus de la tête et il voyait simplement la solution idéale pour éviter de se retrouver avec un Sallah en pleine crise de panique s'il découvrait la chemise tachée de sang dans le panier à linge sale. Ou à la benne. À ce compte-là, ses sorties avec la jeune femme allaient finir par lui coûter cher en vêtements !

Cela dit, la perspective de déranger et d'ennuyer Rebekha était toujours présente, il aurait été capable de refuser pour lui éviter d'être ennuyée, mais Andrew prit les devants en décidant de s'en-aller. Du coup, ils n'avaient plus vraiment de raisons de rester ici, surtout que la serveuse continuait à leur couler des regards inquiets, un peu comme si elle craignait que l'Archimage ne salisse la banquette avec son sang – quel malotru ! – ou qu'il s'évanouisse tout à coup. Oui, finalement, aller chez Rebekha restait la solution la plus adaptée, surtout qu'elle l'avait proposé d'elle-même, donc ce devait être le signe qu'elle n'y voyait pas de problème.

Adrian adressa un signe de la tête à son neveu histoire de le saluer, mais lorsque celui-ci se pencha vers lui pour lui parler de vélo et de choses qui ne s'oubliaient pas, le centenaire le dévisagea d'un air un peu étonné. Comme vous l'aurez tous compris, une créature malicieuse devait avoir censuré toutes les pensées un minimum entreprenantes de l'Archimage qui décida de faire comme s'il avait compris – alors que ce n'était pas le cas – en restant silencieux.
Eldoth attendit que l'adolescent soit retourné avec ses amis avant de reposer les yeux sur Rebekha.

« Il peut résister à un tir d'arme à feu, je ne crois pas que ce soit qualifiable de fragile. » Et lui était l'Archimage, il y avait plus fragile qu'eux. « Ne l'écoutez pas. »

Pourtant, le vieux mage était bien placé pour savoir qu'Andrew était fragile à sa manière. Adrian n'oubliait pas l'expression qu'il avait eue lorsqu'ils étaient tombés sur cet homme écorché et éventré, ni de ce qu'il avait appris sur son passé et sa tendance à s'accrocher aux gens qui pouvaient lui nuire.
Oui, en vérité, Andrew pouvait être fragile, malgré ses pouvoirs de super-résistance ou de super-force.

Le regard du centenaire s'était machinalement déporté sur la zone où Andrew s'était éloigné, puis il chassa ses pensées de son esprit, soupirant profondément – avant de se souvenir que c'était douloureux – puis reporta toute son attention sur son interlocutrice.

« Si ça ne vous ennuie vraiment pas, je veux bien accepter votre proposition. » Il désigna la serveuse qui s'affairait plus loin. « Je crois que cette jeune femme s'inquiète pour ses banquettes. » Le ton se faisait léger. « Et ça évitera que Sallah ne s'imagine que je lui ai menti et qu'on est allés se faire une mission plutôt que de passer une bonne soirée. »

Après tout, vous n'aviez aucune raison de rentrer avec du sang sur vos vêtements alors que vous étiez censés prendre un verre avec une amie. Au moins Sallah n'était pas du genre à s'imaginer qu'il y avait une romance cachée et dont personne – sauf Andrew – n'avaient conscience.
Adrian régla donc la note pour leurs verres avant de vérifier que Rebekha n'avait toujours pas changé d'avis, la troisième fois, c'était peut-être le cas, qui sait ? Puis ils se levèrent pour quitter le bâtiment. Adrian prit soin de se débarrasser lui-même de la serviette pleine de sang et en embarqua une avec lui au cas où. Ce serait assez malvenu de tapisser de sang le siège passager de la voiture de la jeune femme.

Il la laissa donc prendre les choses en main étant donné qu'à son grand dam, il ignorait tout simplement où la demoiselle pouvait vivre précisément. Ce n'est que lorsqu'ils furent installés à bord de la voiture que le centenaire décida de reprendre la parole d'un ton un peu plus léger que précédemment.

« Je suis vraiment désolé, j'avais espéré que ce serait une soirée tranquille et dont vous garderiez un bon souvenir. Au lieu de cela, vous proposez de faire une lessive et vous avez eu droit à des menaces d'un type. En plus vous avez dû sortir votre carte d'agent, c'est à l'opposé de ce que je voulais. » Il aurait vraiment aimé la couper de son quotidien. « Je ne sais pas si c'est vous ou moins qui portez la poisse. Peut-être tous les deux. »

Ce qui devrait les pousser à éviter de se revoir, mais comme Adrian n'avait jamais été superstitieux, il n'avait aucune raison de le faire, n'est-ce pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 12 Sep 2015 - 22:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha doutait que la serveuse se préoccupe vraiment des banquettes mais elle préféra ne pas le faire remarquer à Adrian. L’archimage avait du mal à se rendre compte qu’il pouvait susciter de l’intérêt et le lui faire comprendre relevait de la cause perdue. Aussi, ils quittèrent le club pour prendre la voiture de Rebekha, garée une rue plus loin.

En même temps, ce serait étrange si tout se passait bien non ? Elle rit. Je pense que c’est le lot des gentils, pourtant on devrait avoir un bon karma… Elle feignit de soupirer. Tant de sacrifices…

Elle conduisit jusqu’à son appartement qui se situait à une dizaine de minutes en voiture, qu’elle passa à rassurer Adrian. Non, ça ne la gênait pas de le recevoir chez elle. Elle utilisait rarement sa machine à laver, portant ses tailleurs au pressing ou chez sa grand-mère, alors ça lui donnerait l’occasion de toucher un peu à cet appareil mystérieux même si ce n’était peut-être pas bon pour la chemise de l’archimage d’être un des premiers vêtements à toucher le tambour de la machine. Elle s’amusa à lui faire miroiter des cauchemars de chemise rétrécie, brûlée, trouée, et elle était en train d’en rire de bon cœur quand elle tourna sa clé dans la serrure, avant de céder le passage à Adrian.

L’appartement de Rebekha était très différent de la maison de l’archimage. L’ensemble était décoré dans des tons clairs, les meubles étaient plutôt simples, bons marchés, et l’endroit manquait de décorations. Il y avait une photographie de Rebekha avec sa grand-mère, qui datait de 2011, sur sa table basse, ainsi que son ordinateur portable. Une bibliothèque occupait tout un pan de mur et elle avait commencé à empiler ses livres sur le sol, puisqu’elle n’avait pas pris le temps d’aller acheter de nouvelles étagères pour les poser. Sa cuisine était petite, fonctionnelle, trop propre pour servir régulièrement. La première chose que fit l’agent fut de se diriger vers son frigo où elle trouva des glaçons dans le bac dévoué à cet usage. Elle les emballa dans un essuie sec et propre qu’elle tendit à Adrian pour se nez.

Allez, donnez-moi votre chemise ! Je vais vous trouver une couverture pour que vous n’ayez pas froid, je n’ai pas encore rallumé le chauffage.

Ils arrivaient certes au début de l’automne mais comme l’agent n’était quasiment jamais là de toute manière… Elle laissa Adrian se déshabiller, sans prendre la peine de se retourner puisqu’elle allait de toute façon le voir torse nu. Sans s’en rendre compte, elle laissa trainer ses yeux puis sourit, et prit le tissu avant de se rendre dans la salle de bain où se trouvait la machine en question. Elle répandit du produit sur les taches de sang, frotta le tissu, puis lança la machine sur un programme court qui prendrait tout de même une bonne demi-heure. Ensuite, elle fouilla son armoire et en tira finalement une couverture en laine qui allait un peu gratter mais si jamais son invité avait froid, mieux valait cela que rien du tout.

Tenez, désolée je n’ai rien de mieux je pense. Je vous sers un café ? Un thé ? Je dois en avoir quelque part au fond de mon armoire.

Du café, elle était équipée. En thé, par contre, elle n’aurait sûrement pas beaucoup de choix. Elle montra ses petits sachets à Adrian et le laissa choisir à son aise, avant de lancer la préparation.

Installez-vous où vous voulez ! précisa-t-elle en voyant qu’il restait debout avec la couverture. Elle lui désigna son canapé. Il est super confortable, le nombre de fois où je me suis endormie devant la télévision, histoire d’avoir un bruit de fond… D’ailleurs je ne l’allume que pour ça.

L’écran en question n’était pas très large, c’était une télévision bas de gamme bien que plate, mais Rebekha n’avait pas besoin de plus. Elle possédait également un lecteur DVD et, plus étonnant, cassette. Cela et sa gigantesque bibliothèque occupaient tout l’espace. Question bibelot, l’agent n’avait pas grand-chose en raison de son pouvoir de psychopatotactie. Tout c qui était dans cet appartement avait soigneusement été contrôlé pour qu’elle puisse s’y promener sans ses gants. D’ailleurs, elle les ôta en les laissant dans un plat à côté de la porte. Puis elle servit les boissons chaudes et s’installa dans le canapé, une jambe repliée sous elle. Tant qu’elle y était, elle avait enlevé ses chaussures pour être plus à l’aise et surtout, pour pouvoir mettre ses pieds sur le tissu sans risquer de le salir d’une trace noire.

C’est petit par rapport à chez vous mais je n’ai pas vraiment besoin de davantage. Qui que, peut-être pour mes livres.

Elle pouffa. Sa bibliothèque contenait énormément d’ouvrages de psychologie, psychiatries, des études de cas, mais aussi des romans un peu plus variés allant du policier en passant par une ou deux romances et les classiques incontournables, comme le seigneur des anneaux ou Harry Potter.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 13 Sep 2015 - 13:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Apparemment, Rebekha avait bien compris que son compagnon de sortie du moment n'était vraiment pas doué dans ce domaine. Il fut passablement rassuré de l'entendre confirmer qu'elle ne l'invitait pas par obligation ou par pitié, cependant comme il semblait clair qu'elle ne s'amuserait pas à dire aussi clairement une telle vérité, il subsisterait toujours un doute inhérent à son caractère. C'était plus fort que lui : Adrian avait le besoin permanent de se déprécier.

Ils se retrouvèrent donc dans l'appartement de la jeune femme et Adrian fut assez étonné de le voir aussi clair et épuré. Bon, c'était dans le caractère de Rebekha : des choses simples, mais efficaces et utiles, pas de fioritures. Cependant, il s'était attendu à quelque chose de plus... de plus quoi ? Bonne question. De différent dirons-nous. Son regard se promena brièvement sur les environs, sans trop s’appesantir par crainte de paraître indiscret, avant de se reporter sur la demoiselle au moment où elle lui offrit des glaçons pour son nez. Il la remercia en agrémentant le tout d'un sourire avant de les poser sur la table le temps de se débarrasser de son veston et de sa chemise tachée de sang. Ce n'était pas gênant, il l'avait déjà vue dans une tenue plus dénudée lors de leur voyage dans le passé et il doutait qu'elle en profite pour se rincer l’œil – il avait l'âge d'être son arrière-grand-père après tout.

Adrian mis l'absence de la jeune femme à profit en contemplant les livres qui occupaient une bonne partie de la pièce – apaisant en même temps la chaleur étrange qui émanait de son nez malmené. Lorsqu'elle revint, l'Archimage accepta la boisson la plus rapide à préparer, toujours soucieux de ne pas s'imposer chez elle, puis s'installa machinalement sur le canapé, la couverture à la main. Il n'avait jamais été vraiment frileux et seule la pudeur l'aurait poussé à l'utiliser, mais il aurait été assez stupide de penser que Rebekha n'avait jamais vu un homme dans cette tenue. Ce n'était pas une bigote prêchi-prêcha qui se sentait insultée dès que quelqu'un montrait un bout de peau.

Lorsqu'elle s'installa à son tour sur le canapé, Adrian tourna la tête de son côté avant d'esquisser un sourire suite à ses paroles. Il retira les glaçons de son nez le temps de répondre.

« Il vous faudrait au moins une ou deux pièces de plus pour eux, en effet. Je me doutais qu'une écrivain devait lire beaucoup, mais quand même pas à ce point. Vous pourrez bientôt me faire concurrence je crois. »

Bon, ils n'en n'étaient pas encore là : Adrian avait eu une centaine d'années pour emmagasiner tous ces ouvrages, Rebekha était trois fois plus jeune que lui. Ils pourraient en reparler d'ici une centaine d'années – même s'il y avait malheureusement peu de chances pour que la jolie brune soit encore là. Ses yeux glissèrent machinalement vers la bibliothèque en question.

« C'est un joli appartement. Je vous avoue que je n'avais pas imaginé les lieux comme ça. Même si je serais bien incapable de vous dire ce qui change, l'endroit vous correspond bien. Simple, mais efficace et sans fioritures, c'est dans votre caractère. » Ce qui était un compliment. « Enfin, je ne passe pas mon temps à imaginer où vous vivez, ni à penser à vous. Pas que je n'y pense jamais, vous êtes mon amie après tout... » Il bafouillait bêtement, heureusement qu'Andrew n'était plus là. « Oubliez ce que j'ai dit. C'est un très joli endroit, suffisant pour vous. »

En un sens, il était un peu rassuré de voir qu'elle semblait passer peu de temps ici. Adrian avait beau savoir que Rebekha vivait seule, l'incident du bar lui laissait penser qu'elle n'aurait aucune difficulté à trouver quelqu'un si elle le souhaitait. Forcément, l'espace d'un instant il se demanda si elle ramenait souvent du monde ici – et pas pour leur laver leurs chemises – mais il chassa promptement cette pensée. Ça ne le regardait pas, même si le soulagement qu'il avait ressenti en voyant qu'il n'y avait aucune trace d'autre présence, était plutôt déstabilisante.
Sans s'en rendre compte, le centenaire était resté silencieux pendant quelques longues secondes, il reprit donc.

« Vous n'avez pas l'air de passer beaucoup de temps ici. Vous n'avez jamais songé à prendre un animal, ou même à vivre en colocation ? Ça ne vous pèse pas d'être seule en rentrant chez vous ? » L'inquiétude de sa voix était sincère. « Enfin, je me dis juste qu'en voyant la réaction de cet homme, dans le bar, lorsqu'il vous a vue... je présume que vous n'auriez aucune peine à trouver une colocation. » Il marqua une pause. « Avec d'autres agents de l'UNISON par exemple. »

Il avait un peu mélangé les deux : le charme qu'elle avait et le fait qu'elle pourrait mêler de manière efficace, son travail et sa vie privée. La savoir seule lui était à la fois étrangement pensant, mais aussi un peu rassurant. Oui, Adrian aurait été déçu qu'elle s'en-aille pour finir la soirée avec cet homme dans le bar alors même qu'il lui souhaitait de trouver quelqu'un pour faire sa vie. Une dualité bizarre et vraiment malvenue, mais qu'il décida de mettre sur le compte de l'amitié : elle était trop bien pour la majorité des hommes, voilà tout.
Quant à lui, Adrian ne se comptait même pas dans le lot, vu le peu d'estime qu'il avait pour lui-même, il ne cherchait guère à songer à ce genre de choses. Ce n'était tout simplement pas sa place.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 14 Sep 2015 - 21:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha choisit de faire deux thés puisqu’il suffisait de laisser l’eau chauffer puis de mettre les sachets à infuser dedans. Rien de bien sorcier et c’était relativement rapide. Un peu plus que pour la machine à café, surtout qu’elle se rendit compte avec un certain désespoir qu’elle n’avait plus de filtre. Demain matin, elle devrait encore squatter le Star Buck au coin de sa rue pour avoir sa dose quotidienne réglementaire. Enfin, réglementaire pour tout agent de l’ordre qui se respecte, absolument abusive pour n’importe quel citoyen lambda.

Mais là n’était pas la question. Peu désireuse de s’attarder sur ce désastreux stéréotype, elle tendit la tasse fumante à Adrian et s’installa sur le canapé, non loin de lui. Elle sourit et rosit un peu devant les compliments.

Oh, vous pensez à moi parfois ? Je parie que vous le faites pendant les journées calmes en priant pour que mon mauvais karma ne vienne pas tout gâcher ? Elle rit de bon cœur. C’est très gentil.

Et elle parlait de son compliment sur son appartement bien qu’à ses yeux, l’endroit était ridiculement dépourvu d’âme en comparaison de son magnifique manoir. Rebekha avait adoré l’endroit où elle avait temporairement logé et ce, malgré les horribles circonstances. Elle avait toujours eu un faible pour le style ancien même si ça ne se voyait pas du tout dans la décoration de son chez-elle.

Après un léger silence, la conversation dévia à nouveau sur elle et sur sa solitude, un sujet qui semblait tenir à cœur d’Adrian. Cela n’étonnait pas l’agent, après tout elle l’avait toujours connu altruiste et inquiet du bonheur de son prochain, surtout quand il s’agissait de personnes qu’il connaissait bien.

Et bien j’avais un chien quand je vivais chez ma grand-mère, enfin c’était son chien, je l’adorais mais elle m’a toujours appris qu’il ne fallait pas prendre un animal pour se faire du bien. Il faut pouvoir s’en occuper, lui consacrer du temps et malheureusement… Parfois je ne rentre pas chez moi pendant plusieurs jours d’affilés, alors je ne me vois pas laisser un animal tourner en rond dans ma cuisine ni même mourir de faim. C’est vrai que ça me plairait d’en avoir un, je ne le nie pas, mais ça ne serait pas raisonnable.

Et Rebekha était une femme raisonnable, du moins la plupart du temps.

Puis vous savez, je crois que vous surestimez grandement l’intérêt qu’on peut me porter. La majorité des hommes ne sont pas à l’aise avec une femme qui possède de l’autorité et je ne me vois pas vivre avec quelqu’un d’autre. Vous voyez, tous les objets qui sont ici ont été achetés neufs pour ne pas déclencher accidentellement mes pouvoirs. Simon colocataire laisse trainer quelque chose et que sans y prendre garde, je le touche ? J’aime pouvoir enlever mes gants quand je suis chez moi, vous comprenez. Alors… Que ce soit un civil ou un autre agent, je crois que ça serait beaucoup trop stressant. Surtout que ce type de pouvoir n’est pas compréhensible de tout le monde et il a tendance à mettre mal à l’aise. En fait, je crois qu’hormis ma grand-mère, je ne pourrais vivre qu’avec vous ou Harris. Mais il est beaucoup trop désordonné.

Elle rit, comme si c’était la seule raison pour laquelle son coéquipier était exclu de son appartement ! Harris était trop bourru et avait un caractère difficile. Chacun d’eux avaient besoin de leur bulle personnelle pour décompresser.

Il ne reste plus que vous. Mais vous auriez du mal à faire rentrer votre Manoir dans mon appartement. Même si je suis sure qu’il doit exister un sort pour ça… Elle s’interrompit. L’inverse serait plus facile, mais j’ai suffisamment squatté votre chambre d’amis ! Ce serait encore plus simple de m’apprendre à invoquer un genre de familier. Ça existe vraiment d’ailleurs ?

Elle n’en avait jamais vu un de ses yeux après tout.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 15 Sep 2015 - 0:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
« Vous êtes beaucoup trop dure avec vous. »

Comme s'il pouvait prier pour qu'elle ne vienne pas perturber ses journées si mornes et si monotones. Oh, Adrian ne se plaignait pas de sa vie, mais il était vrai que la présence de la jeune femme lui était vraiment agréable et qu'il serait donc contraire à ses envies de se réjouir de son absence.

Cela dit, lorsqu'elle commença à parler des raisons qui la poussaient à préférer vivre seule, Adrian dû admettre qu'il ferait de même à sa place. Il avait récemment hérité d'un artefact qui lui permettait de connaître le passé d'un objet, comme Rebekha donc, sauf qu'il déclenchait cette capacité quand bon lui semblait et surtout, qu'il ne la maîtrisait pas parfaitement. Mais pour elle... c'était clairement différent. Et forcément, l'Archimage ne put s'empêcher de se dire que la malheureuse avait dû tomber sur pas mal d'objets marqués par leur passé lorsqu'elle avait passé quelques temps au manoir. En bon accumulateur qu'il était, l'Archimage ne possédait rien qui ait au moins une trentenaire d'années, mais bien souvent beaucoup plus.

Un sourire ourla ses lèvres lorsqu'il l'entendit dire qu'il serait certainement le colocataire idéal pour elle. Cette fois-ci, c'était elle qui le surestimait clairement ! Ce n'est qu'au moment où elle le questionna sur les familier qu'il retrouva un peu de son sérieux : enfin un domaine qu'il maîtrisait vraiment.

« Oui et non. Tout dépend de ce que vous entendez par « familier ». Il existe des créatures magiques qui peuvent être considérées comme telles et qui peuvent être invoquées sur commande, donc je dirais que oui. Mais certaines de ces créatures sont plus proches des humains que des animaux, un peu comme Fairy par exemple. » La fée rencontrée lors de leur mission dans le passé. « Mais ce serait toujours une solution pour un colocataire. Vous l'invoquez lorsque vous vous ennuyez et vous le renvoyer lorsqu'il commence à vous ennuyer. » Il esquissa un sourire. « Je vous aurais bien proposé la fée qui vit parfois au manoir, mais je ne suis pas convaincu qu'elle s'entendrait avec vous. »

Et encore, c'était un euphémisme. Nafasi tenait plus de l'enfant que de la femme et cela malgré son âge relativement avancé. Elle trouvait Adrian beaucoup trop coincé et ne se privait pas de le lui faire savoir, du coup Rebekha risquait de subir le même traitement. Voire pire étant donné que c'était une femme et que la fée semblait particulièrement aimer imposer des câlins à toutes les représentantes du sexe faible – ou des hommes lorsqu'elle était dans sa phase.
Il soupira légèrement.

« Mais vous savez, vous êtes la bienvenue au manoir dès que vous en avez l'envie. J'ai beaucoup apprécié votre séjour là-bas, Sallah aussi, même s'il ne l'a pas dit. Bon, il y a Andrew qui s'y est installé entre-temps, mais apparemment vous avez l'air de bien vous connaître tous les deux. » Il le savait déjà, mais préféra éviter de parler de ses découvertes récentes à ce sujet. « Et puis June vous aime bien. Elle a commencé à lire vos livres dernièrement d'ailleurs. D'ici peu, je ne doute pas qu'elle fasse partie de ces personnes qui parlent de vos écrits sur internet. En bien cela dit. » Elle n'avait pas de méchanceté en réserve. « Enfin je ne vous force pas la main, mais je vous dis que la porte est toujours ouverte. »

C'était sincère, mais il préféra éviter de trop s’appesantir sur le sujet. La demoiselle avait sa propre vie et il était conscient que le manoir ne convenait pas à quelqu'un d'aussi moderne que Rebekha. La preuve, il n'avait même pas le net et le bâtiment en lui-même n'était pas vraiment qualifiable de « bien décoré ».

« Enfin, vous me surestimez aussi dans ce cas, parce que vous n'avez jamais vécu plus de deux semaines avec moi. Je ne suis pas vraiment le colocataire idéal, loin de là. Je crois que vous auriez plus de présence avec un poisson rouge en vérité. Ce n'est pas sans raison que Sallah est aussi silencieux.... » Il était trop souvent occupé par ses livres. « Mais je me demandais... vous n'avez pas eu de problèmes au manoir ? Avec les objets je veux dire. Beaucoup sont très chargés en souvenirs, pas seulement les miens, mais ceux de leurs précédents propriétaires. » Adrian posa un regard interrogateur sur elle avant de détourner à nouveau le regard. « Je vous aurais bien proposé de garder votre animal pour les jours où vous seriez trop occupée pour rentrer, mais je crois que je ne suis pas toujours plus disponible que vous. Vous devriez en parler à Sallah, ou même à Andrew. Ça vous donnerait une bonne raison pour venir au manoir comme ça. Enfin, lorsque vous ne serez pas occupée. » Il se rendit compte qu'il pouvait avoir l'air insistant. « Je ne veux pas que vous pensiez que je vous force la main surtout, c'était juste pour dire que vous êtes la bienvenue. Mais je me répète, je sais. C'est l'âge, la sénilité n'est plus très loin. »

L'esprit pouvait le devenir, même dans le corps d'un trentenaire, non ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 16 Sep 2015 - 13:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha sourit à la proposition d’Adrian d’avoir un « colocataire sur commande » sans être certaine que cette solution lui conviendrait. Avec ces explications, la jeune femme avait davantage l’impression que les familiers étaient des espèces d’esclave et l’idée ne lui plaisait pas. Evidemment, ce devait être différent en fonction du praticien et du type de magie mais il n’était pas dans son caractère d’utiliser une autre personne (ou créature) pour se sentir mieux ou moins seule.

Ah vous avez une fée au Manoir ? Je ne l’ai pas rencontrée…

Mais c’était peut-être une acquisition récente ? Sans s’expliquer pourquoi, Rebekha sentit une pointe de contrariété lui transpercer le cœur. Elle imaginait une femme comme Faery vivant aux côtés d’Adrian et peut-être davantage ? Après tout, il était un mage et devait apprécier de fréquenter des êtres capables de manipuler la magie ou même de comprendre sa nature. Même si la mutante essayait et qu’il lui apprenait certaines bases, elle ne serait jamais à la hauteur. Ils étaient très différents, trop peut-être ? Elle but consciencieusement une gorgée de son thé juste assez refroidi pour ne pas la brûler.

Oui j’ai connu Andrew en rencontrant sa mère en fait, qui est une de mes amies. Enfin une connaissance amicale professionnelle serait peut-être plus juste, mais c’est une femme que j’apprécie et qui a de grandes qualités.

Et Rebekha le pensait sincèrement.

C’est bien qu’Andrew se soit installé avec vous, à son âge on a besoin d’un modèle masculin à suivre et je n’en connais pas de plus adapté que vous.

Elle lui sourit. L’agent n’avait pas dit cela juste par politesse, elle le pensait très sincèrement. Si tous les jeunes pouvaient s’inspirer de l’Archimage, la vie serait un peu plus tranquille. C’était utopique, évidemment, mais à quoi bon vivre sans rêves ?

June..Votre assistante ? Je n’ai pas eu l’occasion de discuter avec elle mais ça a l’air d’être une fille bien, du peu que j’en ai vu. Elle semblait moins catégorique que pour Andrew. Si ça lui plait dites-lui de passer me voir je serais ravie de pouvoir discuter avec elle. Et de lui dédicacer ses exemplaires, évidemment.

Même si l’agent n’avait jamais compris en quoi une signature dans un livre pouvait changer la donne. Evidemment c’était plus sympathique, une preuve tangible d’un souvenir et cela ne la dérangeait pas de toute façon.

Oh elle s’intéresse à la technologie ? Je m’étonne qu’elle ne vous ait pas déjà convertie, les jeunes ont un don pour ça…Vous seriez étonné de tout ce que l’on peut trouver sur Internet, même en matière de magie. Je m’étais un peu renseignée depuis la dernière fois, après tout le défi, c’est d’arriver à trier les sources… Du coup je pense que des bases sont nécessaires mais pour quelqu’un comme vous, ce serait un jeu d’enfant. Je vous donnerais des cours si vous voulez, en échange des vôtres sur la magie. Il faut comprendre le monde dans lequel on vit pour efficacement le défendre, non ?

La question était mi-taquine, mi-sérieuse. Elle rit carrément quand il se compara à un poisson rouge.

Allons allons, un poisson rouge vraiment ? Vous vous sous-estimez Adrian. Puis il n’est pas nécessaire d’être dans la même pièce que vous pour sentir votre présence, elle est dans tout le Manoir. Je ne saurais pas vous l’expliquer, mais comme je vous l’avais dit, c’est apaisant.

Et c’était cela, en plus de la potion, qui lui avait permis de trouver un sommeil dépourvu de cauchemars.

Je n’ai pas enlevé mes gants là-bas, révéla-t-elle sur un ton d’excuse. Sauf dans ma chambre. Elle se souvint très nettement du moment où ils s’étaient tenus la main alors qu’Adrian essayait de la réconforter. J’ai appris à détecter les endroits à risque, même si je suis certaine que peu de ces objets sont négativement chargés, on ne sait jamais… Surtout que, vous connaissant, ce ne doivent pas être de simples objets. J’ai préféré éviter tout accident.

Un réflexe conditionné, qui expliquait pourquoi elle fuyait les musées comme la peste…Gamine, elle touché la pointe d’un silex qu’on montrait à tous les enfants, sauf que celui-là avait visiblement servi à tuer un autre homme préhistorique. Heureusement, Rebekha avait eu conscience assez tôt de son pouvoir mais l’une des surveillantes avait dut la ramener chez sa grand-mère parce qu’elle n’arrêtait pas de trembler.
Souvenir joyeux.

On dirait qu’on parle de se partager la garde d’un enfant. Elle sourit, mais son rictus ne monta pas jusqu’à ses yeux, voilés une seconde par la tristesse. Je préfère venir au Manoir pour vous voir vous, Sallah ou même Andrew. Vous me l’avez dit assez souvent… Et ce n’est pas plus mal, si vous êtes sénile moi j’ai tendance à la surdité sélective. Elle rit. Puis je ne suis jamais vraiment seule… Sa main glissa dans l’échancrure de ses seins pour sortir le pendentif de l’Archimage. Je suppose que créer un objet magique, c’est comme mettre un peu de soi dedans ? Alors en fait, nous vivons ensemble depuis quatre ans. C’était habile de votre part. Evidemment elle le taquinait et cela se voyait au pétillement dans ses yeux. C’est une blague hein… précisa-t-elle avec un clin d’œil. Mais la dernière fois qu’il s’est déclenché, j’ai cru voir une forme humanoïde en sortir. Il y a un esprit dedans ? Nous n’avons jamais eu l’occasion d’aborder le sujet en détails…

La question l’intéressait vraiment, elle imaginait mal quelle devait être la vie de cet esprit, enfermé dans un collier. N’était-ce pas cruel ? L’agent ne savait même pas s’il avait ou non une conscience. Mais Adrian allait pouvoir éclairer sa lanterne le temps que sa chemise finisse de tourner dans la machine.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 16 Sep 2015 - 15:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
« Elle ne sort pas très souvent, elle est assez turbulente. »

Il aurait pu lui suggérer de la rencontrer maintenant, malheureusement ce serait comme d'inviter une classe de jeunes enfants dopés au sucre, inutile de dire qu'il préférait largement que les choses restent aussi calmes qu'actuellement. Cela dit, lorsqu'elle parla d'Andrew et de modèle masculin, Adrian ne put s'empêcher de sourire légèrement. Le jeune homme était aussi éloigné que possible de l'Archimage, ne serait-ce qu'au niveau de leurs caractères respectifs. Oh, bien sûr, Andrew avait énormément de qualités, mais disons qu'elles étaient dénuées des problèmes que le centenaire pouvait avoir et qu'elles le rendaient donc d'autant plus digne d'être le modèle de quelqu'un. Mais très honnêtement, Adrian espérait bien que l'adolescent n'allait pas prendre d'exemple sur lui, enfin sauf s'il décidait de tabler sur une relation fidèle et exclusive plutôt que sur les brèves aventures qu'il semblait affectionner avant.
Son regard se porta sur Rebekha.

« Je ne crois pas qu'Andrew ait besoin d'un modèle. Il a beaucoup évolué depuis son arrivée à Star City et il n'a pas eu besoin de mon aide pour ça. Apparemment, il a l'air de fréquenter les bonnes personnes en dehors du manoir, je crois qu'il est bien parti pour emprunter le bon chemin. » Il sourit. « Et puis, il vous connaissait bien avant qu'on ne se rencontre, preuve qu'il sait côtoyer les bonnes personnes. »

Ce n'était pas un compliment grossier uniquement destiné à la flatter, mais bel et bien ce qu'il pensait de Rebekha, sans quoi il n'aurait pas continué à la côtoyer toutes ces années.
Cela dit, lorsqu'elle parla de June, la jeune femme sembla plus sceptique. Il était vrai que les deux femmes ne s'étaient jamais vraiment fréquentées, mais surtout que l'assistante de l'Archimage avait une forte tendance à la timidité. Pas les meilleurs atouts pour réussir à se faire de nouveaux amis dirons-nous. Qui plus est, depuis qu'il avait appris quelle était la nature des sentiments de son assistante à son égard, Adrian avait aussi compris qu'elle n'appréciait pas particulièrement ses amies féminines. La jalousie semblait pouvoir toucher même les personnes les plus timides et renfermées – même s'il avait réglé la question en lui précisant qu'il n'y aurait jamais rien que de l'amitié entre eux.

« C'est une jeune femme très timide et renfermée, mais très cultivée et altruiste. Je suis certain que vous vous entendriez bien si vous veniez à parler ensemble. Enfin, je lui transmettrai pour votre offre, même si je doute qu'elle ose venir vous aborder, elle est bien trop timide. »

Il y avait une pointe de compassion dans sa voix : Adrian voyait la jeune femme comme une femme fragile et il la percevait davantage comme une fille qu'il aurait pu avoir que comme une femme à part entière.
Lorsqu'elle lui parla de la technologie, Adrian adopta une moue désolée. Oui, il ne comprenait vraiment rien aux ordinateurs et à toutes ces choses et, en vérité, il doutait être capable de le comprendre un jour. Cela dit, peut-être qu'avec Rebekha, ce serait différent ? Après tout, ce n'était pas parce qu'il n'avait jamais été capable de se concentrer avec June que ce serait le cas avec elle, non ?

« Elle est très douée en technologie, oui, mais je vous avoue que je n'ai jamais trop compris quand elle m'expliquait des choses. Bon, elle a beau être patiente, elle n'est pas forcément très pédagogue et autant vous dire les choses : je commence vraiment très bas. Très, très bas. » Il soupira légèrement. « Je sais bien que je devrais me mettre à toutes ces choses pour évoluer avec mon temps, mais vous avez vu le manoir... » Pas le moindre objet moderne. « Je crains que ce soit vraiment difficile pour vous. Vous ne savez pas dans quoi vous vous lancez en me proposant ça... » Il la regarda avec sérieux. « Mais on pourrait voir pour un échange de bons procédés, oui. »

Signe qu'il était satisfait à l'idée de pouvoir passer du temps avec elle, même s'ils le faisaient déjà.
Un nouveau sourire ourla ses lèvres lorsqu'elle lui annonça que sa présence était apaisante, c'était plutôt inhabituel comme aveu. Au lieu d'une réponse, il préféra boire une gorgée de sa tasse. Elle avait raison en ce qui concernait les objets du manoir : il ne s'agissait pas de simples objets, mais souvent d'artefacts magiques et anciens. Cela dit, sa bonne humeur s'éclipsa un peu lorsqu'il vit son regard se teinter d'un peu de tristesse. Est-ce qu'il avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? Il détourna rapidement le regard lorsqu'elle le questionna finalement sur le collier, adoptant une expression plus neutre – et teintée de culpabilité.

« Je regrette, j'aurais dû vous en parler au moment où je vous ai offert le collier, mais je me disais que vous pourriez le refuser. Vous avez tellement tendance à vouloir vous en sortir toute seule... » Ce n'était pas un reproche, juste une explication. « Mais, oui, il y a un esprit dedans. C'est un esprit africain, je l'ai scellé dans ce collier. Avec son accord, bien évidemment. Ce collier servira à vous protéger des sorts néfastes, d'empêcher que vous ne soyez tuée. Mais comme vous l'avez vu l'autre fois... » Avec le Magus. « … vous pouvez être touchée et blessée. » Malheureusement. « Et puis.... » Il hésita, humecta finalement ses lèvres et reprit la parole. « Et puis, je dois aussi vous avouer que ça me sert d'alerte. Le jour où vous étiez en danger, je l'ai senti. J'ai mis... un sort qui m'avertit lorsque vous être en grand danger, pour que je puisse vous localiser et venir vous aider. » Il n'osait pas la regarder. « Mais je vous assure que ça s'arrête là. J'ignore où vous êtes en temps normal, ce n'est pas un système de surveillance. »

Parce qu'il craignait qu'elle pense qu'il essayait de l'espionner et n'en soit contrariée. À juste titre.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 18 Sep 2015 - 9:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha n’avait pas peur des défis, surtout ceux qui n’avaient rien de mortel pour l’un comme pour l’autre. Evidemment, elle n’avait jamais vu l’Archimage en face d’une technologie quelconque mais elle était (peut-être naïvement ?) certaine que ce n’était pas aussi gravissime qu’il voulait bien l’affirmer. Non pas qu’elle le pensait sujet aux exagérations chroniques mais elle avait déjà remarqué sa tendance à se déprécier. Elle mit sa phrase sur ce compte et lui sourit en lui affirmant qu’elle n’avait pas peur et qu’ils avaient un accord, singeant le personnage d’une série bien connue. Pourquoi les méchants ont toujours les phrases les plus cools ? Elle se posait la question tandis que le sujet dériva sur son collier, de sa propre initiative. Adrian lui avait déjà assuré, quand elle avait découvert son potentiel magique, qu’il n’avait pas cherché à la blesser ou à sous-entendre qu’elle avait besoin de son aide pour survivre. L’agent avait été vexée peut-être une demi-seconde puis avait dû se rendre à l’évidence : Il avait raison. Elle ignorait par contre qu’il servait également de balise GPS et elle ne s’était pas certaine de savoir si elle était contente ou pas.

Écoutez Adrian…Elle but une gorgée de son thé, qui commençait à devenir froid. Je sais que vous n’avez pas agis dans de mauvaises intentions. Je commence à vous connaître, je ne vous vois pas essayer de surveiller quelqu’un. Puis je suis certaine qu’il existe des sorts pour ça aussi. Elle sourit, avant de redevenir sérieuse. Je comprends que vous ayez pu penser que je refuserais ce cadeau si vous m’en aviez expliqué la fonction dès le début. Parfois, je ne suis pas très raisonnable mais je pense que j’aurais réfléchis pour finalement me rendre compte de la valeur du présent que vous me faites. Je ne sais pas si c’est… Courant ? Donc s’il offrait un collier de ce genre à toutes les femmes avec qui il s’entendait. C’est peut-être une pratique habituelle pour un praticien, mais ce serait hypocrite de ma part de vous en vouloir. Vous m’avez sauvé la vie à de nombreuses reprises. Personne ne comprenait pourquoi je suis ressortie vivante de ma rencontre avec plusieurs mystiques talentueux, je ne savais pas non plus pourquoi ils ne pouvaient me toucher, ça en a agacé certains, mais que ce soit en Angleterre ou ici, sur un site magique, un parking ou bien contre le Magus, sans ce bijou je ne pense pas que je serais encore là.

En fait, c’était même une absolue certitude. L’agent reprit son tic nerveux et tritura le pendentif, le faisant glisser entre ses doigts sans regarder Adrian droit dans les yeux.

Alors vous avez bien fait. Ne vous sentez pas coupable, même si je dois vous avouer que je trouve cela étrange qu’un esprit qui ne me connaisse pas ait accepté d’être enfermé dans un collier pour me protéger. A mon avis quelques notions m’échappent… Est-ce qu’il est conscient là-dedans ? demanda-t-elle en songeant à toutes les fois où elle avait pris sa douche avec le pendentif, puisqu’il ne lui venait pas l’idée de l’enlever (vive la magie). Est-ce qu’il… Voit tout ce que je vois ? Maintenant, elle s’inquiétait pour la sécurité nationale plus que pour sa pudeur. Il ne s’ennuie pas ? Ne vous moquez pas mais ça doit être long de passer des années comme ça. S’il est conscient il doit franchement être dépressif depuis le temps… Je ne peux pas lui parler ?

Rebekha imaginait une sorte de guerrier africain tribal avec pagne et lance, le regard féroce, faisant rempart de son corps contre les attaques magiques. Merci Hollywood pour ce genre d’imaginaire… Était-ce un homme plein de sagesse, plutôt comme un ancien chamane ? Ou n’était-ce qu’une pure énergie ? Rebekha, avec ses lacunes gigantesques sur le sujet, passait sûrement pour une idiote mais elle avait toujours préféré poser les questions et s’instruire plutôt que de sauver les apparences. Puis Adrian n’était-il pas son professeur de magie, après tout ?

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 18 Sep 2015 - 13:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Rebekha ne fut pas vexée ou contrariée par les agissements de l'Archimage et ce dernier en était sincèrement rassuré. Un léger soupir lui échappa tandis qu'il fixait toujours lu mur ou la table en face d'eux. Adrian n'avait jamais été doué pour affronter le regard des gens qu'il pensait avoir blessés et même si la jeune femme n'était pas dans ce cas-là, lui-même culpabilisait toujours d'avoir gardé le silence sur un sujet aussi important. Il avait le sentiment de lui mentir, même si c'était par omission.

Fort heureusement, elle décida de lui poser des questions, lui permettant de revêtir le rôle de professeur et non plus d'amis pris en faute. Son regard se glissa jusqu'au minois de la demoiselle pour constater qu'elle triturait son collier. Au moins ne lui annonçait-elle pas qu'elle allait s'en séparer ! En plus de l'inquiéter – parce qu'elle aurait cette protection en moins – il en aurait été affecté sur le plan personnel. Car non, Adrian ne faisait pas ce genre de choses pour n'importe qui. À dire vrai, c'était la seule et unique fois où il avait agi de la sorte, il avait mis des efforts et des sentiments positifs dans cet artefact, pas simplement une formule magique et un peu d'énergie.

« Il faut savoir que les esprits ne nous sont pas comparables. Ce n'est pas comme lorsque vous attendez, assise sur votre canapé, que quelqu'un vous appelle. Voyez plutôt cela comme une sorte de... sommeil. Lorsque l'esprit est enfermé dans le collier, il est en sommeil, il ne se rend pas compte du temps qui passe et n'est pas conscient de ce qui se passe autour de lui. » Sauf dans de rares cas. « Il ne se réveille qu'au contact de la magie, lorsqu'il sent que vous êtes en danger en somme. Mais il n'épiera pas vos discussions et ne saura pas que vous avez dû jouer les héroïnes ce soir. » Il faisait référence au bar. « Alors, non, il ne s'ennuie pas. Il pourra passer des siècles dans ce collier sans que cela ne l'importune. Ils sont immortels, ils n'ont pas la même notion du temps que nous. »

Ou même que lui étant donné qu'Adrian aussi était immortel. Cette pensée lui fit se souvenir qu'une fois de plus, il s'attachait à une personne mortelle, mais il chassa promptement cette déception : mieux valait se concentrer sérieusement. Un soupir lui échappa tandis que son regard se détournait à nouveau, réfléchissant à la manière dont il pouvait lui expliquer les choses aussi clairement que possible.

« Les esprits sont là pour aider les humains, enfin les bons. Lorsque j'ai décidé de fabriquer cet artefact, j'ai cherché quelqu'un qui soit réceptif à ma démarche et celui-ci l'a été. Vous savez, il existe de très nombreuses formes d'esprits. Des morts qui restent sur Terre, des créatures magiques qui existent depuis toujours sous cette forme... » Ce n'était pas les exemples qui manquaient. « Lorsque je suis devenu Archimage, des esprits me sont apparus pour m'expliquer mon rôle. Il s'agissait d'anciens mystiques qui étaient restés parmi nous afin de pouvoir aider le futur Archimage. » Et lui expliquer qui il était réellement. « Vous trouverez peut-être cela réducteur d'être cantonné à un collier et à une personne, mais pour un esprit, c'est surtout une chance de faire le bien. »

Sur le coup, le centenaire craignait qu'elle ne le prenne pour un tortionnaire qui n'hésitait pas à enfermer des esprits dans des colliers. Il avait reposé sa tasse, joignant ses mains comme s'il essayait de s'occuper. Plusieurs questions défilaient dans son esprit avant qu'il ne reprenne d'un ton posé, mais un peu coupable.

« J'aurais tout de même dû vous en parler. Je suis désolé, ce n'est pas que je ne vous fais pas confiance vous savez. Enfin, d'une certaine manière si, pour ce qui est de vous occuper de vous. » Il eut un sourire désolé. « On ne peut pas dire que vous savez être égoïste. » Elle n'oserait pas le contredire. « Mais, vous savez... je n'ai jamais fait ce genre de choses avant. Vous êtes la première personne pour qui je réalise un pareil objet. » Ce qui était l'entière vérité. « Donc, non, ce n'est pas courant. Pas chez moi du moins. » Il esquissa un léger sourire. « À dire vrai, j'avais eu cette idée en étant tombé sur un artefact comparable au cours de mes aventures, je dois avouer que lorsque j'ai découvert les risques que vous preniez, ça m'a semblé évident de le faire. » Une justification comme une autre. « Mais je vous assure que je l'ai vraiment fait dans votre intérêt. On m'a déjà reproché d'agir égoïstement en voulant protéger les gens à qui je tiens, alors je ne vous en voudrais pas d'être contrariée. Ce serait même normal. »

Il savait être égoïste après tout : en imposant sa protection aux gens et cela même lorsqu'ils n'en voulaient pas. L'espace d'un instant, Adrian songea à lui dire qu'il avait découvert qu'il était dans le même cas qu'elle puisqu'il s'était rendu compte que le bracelet offert par un chaman africain, abritait en réalité une fée protectrice, mais il préféra se taire. Au moment où il l'avait fait pour elle, Adrian ignorait l'existence de l'Aziza, il serait donc hypocrite de se servir d'elle pour arranger ses affaires.
Disons que c'était la preuve qu'il tenait à elle et il espérait que ce serait suffisant pour Rebekha. Même si elle n'avait pas l'air de lui en vouloir, les apparences et les pensées profondes étaient parfois différentes.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 21 Sep 2015 - 12:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha était franchement soulagée d’apprendre que l’esprit dans son collier n’était pas conscient et ne ressentait pas l’écoulement du temps comme l’humaine qu’elle était. Selon les explications d’Adrian, c’était plutôt comparable à une sorte de sommeil avec des phases d’éveils. La mort était-elle un long sommeil qui pouvait être dérangé par certaines actions bien précises ? Adrian avait-il seulement la réponse ? L’agent n’était pas certaine de vouloir la connaître, elle le saurait de toute manière bien assez tôt.

Je comprends mieux. Vous allez me trouver idiote mais quand je pense à esprit, j’imagine des fantômes, donc des gens morts, et pas à d’autres types d’entités. Je me rends compte que j’ai de grosses lacunes.

Heureusement, la situation tendait à s’arranger grâce à Adrian. Non seulement il répondait à toutes ses questions mais en plus, il lui ouvrait de nouvelles horizons sur lesquelles Rebekha pouvait se documenter. La difficulté était, comme pour tout nouveau sujet, de trouver les bons ouvrages de références histoire de ne pas se tromper.

C’est vrai qu’il n’est pas dans mon caractère de penser à moi en premier. Si je dois me mettre entre une balle et un citoyen, je n’hésiterais pas à le faire. Ou entre un sortilège et vous. Elle sourit. Et je le referais, même si c’est stupide, parce que je suis comme ça. Avoir voulu me donner une chance de survie supplémentaire ne fait pas de vous quelqu’un d’égoïste. Plutôt un bon ami ?

L’agent était d’autant plus heureuse que, selon ses propres dires, il n’agissait pas comme cela avec toutes les femmes. Elle était la première à qui il fabriquait un artefact de ce genre et c’est le cœur léger qu’elle se leva lorsqu’un bip strident retentit plusieurs fois. La machine avait terminé de tourner. Elle s’excusa auprès d’Adrian pour aller récupérer sa chemise et constata avec plaisir que son produit fonctionnait tout aussi bien. Le vêtement semblait neuf, aucune tache suspecte à l’horizon pour inquiéter le pauvre Sallah. Sans perdre de temps, elle la mit dans son séchoir en sélectionnant le programme délicat et court. Evidemment, il aurait mieux valu la laisser sécher à l’air libre mais cela aurait condamné Adrian à dormir sur son canapé ou à rentrer torse-nu. Elle était certaine que l’archimage n’avait envie de ni l’un, ni l’autre.

Une fois sa besogne effectuée, Rebekha revint dans le salon et reprit sa place, dans la même position que précédemment. Assez fière de son exploit ménager, elle annonça :

Votre chemise est comme neuve, les taches sont parties ! Je l’ai mise dans le séchoir. D’ici une dizaine de minutes, vous pourrez vous rhabiller.

Même s’il était très bien ainsi.
Mais bon.
Il ne pouvait décemment pas rentrer chez lui dans cette tenue. Assurément, Andrew se ferait des idées. Non pas que ce soit spécialement mal mais…
Non, elle ne s’engagerait pas sur ce terrain.

L’esprit du collier, il a un nom ? Je veux dire, c’était quelqu’un de décédé ou une entité… Autre ?

La question titillait sincèrement Rebekha. La moindre des choses était de connaître le nom de la personne (enfin de l’esprit mais pour elle, c’était une personne) qui avait dédié son éternité à la protéger à travers ce collier magique.

Ça me fait penser que vous ne m’avez jamais raconté comment vous êtes devenu Archimage. C’est la deuxième fois que vous évoquez indirectement le sujet.La première fois, ç’avait été pour lui avouer qu’avant de devenir Archimage, Adrian n’avait aucun pouvoir magique. Comment ça se passe, en fait ? Enfin… Si ce n’est pas trop indiscret. Je vous avoue que je vois un peu ça comme un appel du destin, un truc mystique avec plein de lumières magiques. Elle rit. J’ai sûrement vu un peu trop de films, non ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 21 Sep 2015 - 14:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5000
ϟ Nombre de Messages RP : 1730
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
« C'est ce que pratiquement tout le monde pense, rassurez-vous. »

Il eut un sourire compréhensif à son encontre. Les gens pensaient presque toujours que le terme « esprit » concernait les âmes des individus décédés. Mais dans le cas de l'esprit qui habitait le collier de la jeune femme, il ne s'agissait que d'une sorte de créature magique, comparable à la fée qui sommeillait dans le bracelet tribal du centenaire. C'était assez compliqué à appréhender lorsque vous ne baigniez pas dans l'univers de la magie et Adrian le concevait parfaitement. En somme, c'était un peu comme lorsque l'Archimage ne comprenait pas qu'il soit possible de créer des voitures qui détectaient seules quand elles devaient allumer ou éteindre leurs lumières. Chacun son domaine, lui la magie, Rebekha les choses plus modernes.

Toujours est-il qu'il fut soulagé de voir qu'elle ne lui en voulait réellement pas et qu'elle interprétait plutôt cela comme une preuve d'amitié, ce qui était tout à fait le cas. Cependant, Adrian espérait sincèrement que la demoiselle n'allait pas s'amuser à s'interposer à nouveau entre un sortilège et lui. À la rigueur, pour un citoyen il serait incapable de lui faire la morale puisqu'il était fort probable qu'il ferait de même, mais le concernant... Adrian était l'Archimage, il était donc plus apte à résister à une attaque magique que Rebekha. Et même s'il aurait autant souffert du sortilège qu'elle, Eldoth n'aurait pas eu à culpabiliser en se disant qu'elle éprouvait une pareille douleur uniquement par sa faute.
C'était une forme d'égoïsme.

Un sourire avait donc ourlé ses lèvres, mais avant qu'elle ne puisse répondre, un bip les renseigna sur l'avancée du nettoyage express de la chemise tachée et la demoiselle s'absenta quelques instants avant de regagner sa place pour annoncer que tout avait fonctionné selon le plan initial. Tant mieux. Il s'en serait voulu de faire paniquer inutilement Sallah. Un nouveau sourire de remerciement ourla ses lèvres, puis Rebekha reprit la discussion à propos de l'esprit du collier, avant de glisser sur son statut d'Archimage. Il était vrai qu'il ne lui avait jamais détaillé ce point-là, pour la bonne et simple raison qu'il ne l'avait jamais fait avec personne en vérité. Hormis les héros de son époque à la rigueur, mais ces derniers étaient pratiquement tous morts depuis le temps – Pharos mis à part.
Il prit quelques secondes de réflexion avant d'offrir un sourire à Rebekha.

« Je ne regarde pas de film, alors je ne saurais pas vous dire si vous vous en inspirez trop, mais ça ne s'est pas vraiment passé comme ça, en effet. Enfin, pas que je sache. » Une légère pause se fit. « Je crois que c'est le hasard, mais ça peut être interprété différemment. Vous savez que je suis archéologue de formation ? Et bien j'étais simplement tombé sur un temple qui, miraculeusement, n'avait jamais été fouillé. Comme j'espérais pouvoir tirer une certaine notoriété de cette découverte, j'ai décidé de l'inspecter seul et j'ai trouvé une sorte d'urne avec un papier. Je ne savais pas ce que c'était et je l'ai donc ouverte, mais il se trouvait que c'était une urne scellée par l'Archimage et qui enfermait Sarevok. J'imagine que vous en avez entendu parler ? »

Adrian avait dû le combattre à Star City quelques années plus tôt. Sarevok avait pris le contrôle du Bâtisseur pour sceller un quartier et essayer de faire un sacrifice de masse afin de se créer une nouvelle enveloppe charnelle, mais fort heureusement, son plan avait échoué. Toujours est-il que la Légion en avait entendu parler et que l'UNISON devait certainement avoir des traces de ces événements, même s'il n'était pas encore sur place à l'époque.

« Il s'est échappé et m'a enfermé dans le temple. Je pensais que j'allais y mourir, mais des esprits me sont apparus et m'ont dit que j'étais la réincarnation de leur ancien maître, celui-là même qui avait enfermé Sarevok dans ce temple. Ils m'ont fait sortir en m’expliquant que j'étais l'Archimage et en réveillant les capacités que j'étais censé posséder avant. » Même si la réincarnation était toujours un sujet discutable pour certains. « Ensuite, j'ai simplement dû réapprendre tout ce que j'avais oublié. L'Archimage bénéficie d'une capacité d'apprentissage très développée, je peux apprendre en un jour ce qui nécessiterait un bon mois à un autre mage. C'est pour cette raison que je passe autant de temps dans mes bouquins. »

Une conclusion assez simple, mais qui résumait bien les choses. Il voulait en apprendre autant que possible pour pouvoir remplir son rôle comme il se doit. Malheureusement, ses espérances étaient encore loin d'être remplies, il allait devoir étudier toujours davantage. Cependant, parler autant de lui le gênait réellement et Adrian décida donc de faire glisser la discussion vers un autre sujet.

« Quant à l'esprit... non, il n'a pas de nom. C'est quelque chose de typiquement humain, la plupart des créatures magiques n'en ont pas et cet esprit en est une. Il n'a jamais été vivant comme vous ou moi, il vient d'un autre plan, pour simplifier les choses. » Il la regarda avec sérieux. « Mais vous savez, ce n'est pas parce que vous avez cette protection que vous devez vous montrer encore moins regardante sur votre sécurité. Je m'en serais vraiment voulu si vous aviez été encore plus blessée l'autre fois.... » Lorsqu'elle avait fait bouclier avec le Magus. « Je ne veux plus que vous vous mettiez en danger pour moi. C'est plutôt à moi de le faire. C'est mon rôle. »

Même s'il agirait davantage au nom de leur amitié que de son rôle, cependant en avançant cet argument, Adrian était certain qu'elle lui renverrait le même et il n'en avait aucune envie.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


 
La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha
 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 
La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_6La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_8


La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_1La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_2_bisLa jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_3
 Sujets similaires
-
» L'amour fait naître la jalousie, mais la jalousie fait mourir l'amour... | AMETHYSTE
» Mise au point ? Non... une simple affaire de jalousie. { Gailis - Merriadeck }
» Quand la jalousie ... Prends le pas sûr l'envie ! | [Pv Dwight - Rp Hot ]
» Le reflet du passé [Terminé]
» Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_6La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha - Page 2 Categorie_8
Sauter vers: