AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_1La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_2_bisLa jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 29 Aoû 2015 - 11:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis que Rebekha avait quitté l'hôpital pour passer au manoir afin de soigner ses cicatrices, Adrian ne l'avait plus vraiment croisée, hormis dans les couloirs du Brett Building lorsqu'il s'y rendait. Et dans ces moments-là, le vieux mage tablait sur la conversation polie, soucieux de ne pas embarrasser la demoiselle devant ses collègues en montrant qu'elle pouvait sympathiser avec des civils.
La crainte de lui faire du tort était toujours très présente et le centenaire veillait donc à se tenir à son rôle de simple collègue.

Pourtant, il devait l'admettre : la présence de la jeune femme au manoir lui manquait. Oh, bien sûr, il y avait Andrew qui s'était installé depuis peu, sauf que la situation n'était pas vraiment la même dirons-nous. Rebekha et l'Archimage se connaissaient depuis plus longtemps et nourrissaient une relation amicale – et non familiale. De plus, la différence d'âge était légèrement moins importante, ce qui changeait totalement la donne.
Bien sûr, il n'y avait aucune autre raison à cette sensation de vide.

C'était donc pour cette raison qu'il avait proposé une petite sortie à la jeune femme. Profitant d'un passage au Brett Building et alors que la demoiselle était seule à une table, l'Archimage l'avait approchée pour prendre de ses nouvelles avant de lui demander si elle avait mis le nez dehors depuis leur dernière sortie ensemble – celle de la soirée de présentation de son roman. Visiblement, ce n'était pas trop le cas, donc soit elle mentait pour lui faire plaisir, soit elle avait été trop absorbée par son travail pour se changer les idées. Quelle que soit la raison, Adrian voyait surtout qu'elle ne pensait pas à elle et leur conversation à propos de sa vie personnelle qu'elle devait entretenir lui revenait en tête. Il avait donc suggéré qu'ils puissent sortir prendre un verre tous les deux et qu'elle pourrait éventuellement en profiter pour rencontrer des personnes intéressantes.
Peut-être qu'il était doué pour convaincre les gens, ou peut-être que Rebekha voulait se débarrasser de lui, en tous les cas, elle avait accepté.

Ils s'étaient donné rendez-vous devant un bar de la ville, parfaitement fréquentable au demeurant, à une heure précise qui devrait leur permettre de terminer tranquillement leur journée de travail. Adrian était un peu plus libre depuis le début des vacances d'été : ses cours à Star High lui prendraient pas mal de temps et il avait donc pu se concentrer sur des recherches concernant les pouvoirs du jeune Andrew.

Comme à l'accoutumée, le centenaire arriva en avance pour ne pas faire patienter la jeune femme, attendant son arrivée à l'extérieur. Il avait enfilé l'une de ses éternelles tenues « vintage » comme l'avait souligné Chase lors de leur première rencontre. Elle lui donnait certainement l'air à côté de la plaque ou décalé, bien qu'il semblait que ce style revenait un peu à la mode, mais Adrian s'en fichait. Il était dans son élément et quand bien même cela n'était pas au goût des autres, Rebekha n'avait jamais eu l'air humiliée de marcher à ses côtés malgré ses vêtements originaux ! Peut-être était-elle trop polie tout simplement, mais ce n'était qu'un détail, ils étaient ici pour se changer les idées et non pour faire un défilé de mode.

Après quelques instants, Rebekha finit par arriver et Adrian l'accueillit avec un sourire sincère lorsqu'elle se présenta à lui.

« Bonsoir, vous allez bien ? J'espère que vous n'avez pas dû arrêter de travailler exprès pour venir... ? »

C'était plus fort que lui : il avait toujours le sentiment de la monopoliser et de l'empêcher de vivre sa vie. Mais c'était tout le contraire, Adrian voulait la pousser à se changer les idées, à sortir un peu et à profiter de sa jeunesse. Peut-être qu'elle rencontrerait un charmant jeune homme de son âge dans ce bar, puis qu'ils sympathiseraient et se découvriraient des points communs ? C'était ce que les amis souhaitaient tous aux gens qu'ils aimaient, il était donc normal que le vieux mage agisse ainsi. Rebekha était jeune, elle ne devait pas gâcher sa vie en traînant avec des vieux d'un autre âge, mais devait bel et bien s'occuper de sa vie sociale.

Ce détail réglé, Eldoth ouvrit la porte à Rebekha avant de l'inviter à entrer, puis ils se dirigèrent vers une table située au milieu de la pièce. L'établissement était assez bondé et, par conséquent, ce n'était pas les places occupées qui manquaient ! Ils purent finalement s'asseoir à une table de quatre avant que la serveuse ne leur fasse signe qu'elle allait s'occuper d'eux sous peu. Posant ses yeux sur la demoiselle, Adrian esquissa un sourire à son attention.

« Alors, j'espère que vous êtes au moins contente de sortir un peu. Certes, je ne suis pas vraiment de la même génération que vous, mais c'est un bon début. »

Car il espérait bien qu'elle voudrait réitérer cette soirée en meilleure compagnie d'ici quelques semaines. Enfin, il était presque sûr de l'espérer.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 10:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Fidèle à ses vieilles habitudes, Rebekha n’était pas sortie pour se détendre depuis la soirée passée en compagnie d’Adrian, au lancement de son dernier roman. Tout n’avait d’ailleurs pas été rose, son éditrice avait été exécrable, elle s’était pris la tête avec un imbécile et avait délaissé son ami pour signer des autographes. Elle aurait voulu un moment de détente autour d’un café, avec une bonne discussion, des sourires francs et des rires comme lui seul pouvait en provoquer. Elle appréciait la compagnie d’Adrian, pas uniquement parce qu’il lui apprenait toujours beaucoup. Cet homme était rassurant, altruiste, elle était fière de le compter parmi ses amis et d’avoir assez d’importance à ses yeux pour qu’il veuille la protéger avec un cadeau aussi précieux que son collier, qui ne quittait jamais son cou. Depuis l’affaire du Magus, la jeune femme avait développé un tic nerveux inconscient, consistant à jouer avec le pendentif tout en réfléchissant, ce qui l’aidait à se focaliser sur l’essentiel. Y avait-il de la magie là-dessus ou l’image d’Adrian l’apaisait-elle ?
Voilà le genre de question sur laquelle l’agent ne s’arrêtait pas. La politique de l’autruche est une chose merveilleuse…

Bref, Rebekha pensait souvent à Adrian et avait commencé à croire qu’il lui en voulait pour quelque chose tant il se montrait « distant » dans les couloirs du Brett Building. Il était toujours aussi poli mais il ne s’attardait jamais, allant toujours à l’essentiel. L’agent ignorait comment remédier à cette situation, qui n’était probablement que le fruit de son imagination, et cela la travaillait. Heureusement, une invitation inattendue arriva et elle fut ravie d’accepter sans même jeter un coup d’œil à son agenda. Au diable le boulot, elle devait avoir au moins un millier d’heures à récupérer non ? Une pensée étrange dans la tête de l’agent Lawson mais pourtant, personne ne pointait d’arme sur sa tempe.

Le jour dit, une heure avant le rendez-vous, Rebekha était encore en train de se regarder dans le miroir. Elle avait plusieurs fois changé de tenues, sans être jamais satisfaite. C’était pourtant un rendez-vous entre amis mais elle avait envie de porter quelque chose de beau pour s’accorder aux tenues toujours impeccables de l’Archimage. Elle opta finalement pour une robe noire dont le jupon était constitué de froufrous lui arrivant à mi-cuisse. Heureusement qu’elle n’avait pas un million de paires de chaussure et qu’elle ne passait pas quatre heures à se maquiller, auquel cas le pauvre Adrian aurait encore attendu longtemps…

Une fois prête, coiffée, blushée, avec sa plaque glissée dans son sac à main ainsi qu’une arme d’un plus petit calibre, elle prit sa voiture pour se rendre non loin du bar où il lui avait donné rendez-vous. La jeune femme avait déjà entendu parler du lieu, qui avait une excellente réputation. On pouvait y danser tout comme se poser tranquillement autour d’un verre.

Très bien merci, et vous-même ? demanda-t-elle.

Pour une fois, elle ne mentait pas. Elle se sentait légère, c’était déroutant.

Oh si, j’ai cessé de travailler, le monde va s’écrouler d’une minute à l’autre mais je me suis dit que ça en valait la peine. Elle rit. Non plus sérieusement, j’ai au moins une centaine d’heures à récupérer et il paraît que faire autre chose, c’est bon pour moi alors… Autant faire ces choses avec une personne que j’apprécie.

Et la compagnie d’Adrian avait toujours été charmante. D’ailleurs, l’archimage lui ouvrit la porte et ils se retrouvèrent dans un endroit bondé. Le brouhaha des conversations n’était pas trop assourdissant et la musique diffusée par les hauts parleurs semblait être « à la mode » dans le genre mainstream. Ils trouvèrent une table où ils purent s’installer et la jeune femme se pencha un peu vers lui pour bien entendre ce qu’il disait.
Pourtant, n'était-ce pas lundi soir?

Je suis contente que vous m’ayez invitée. J’ai l’impression que ça fait une éternité…

Qu’ils ne s’étaient pas vus, alors qu’ils se croisaient parfois au Brett Building, même s’il y était différent. Plus professionnel peut-être ? Rebekha pouvait parfaitement le comprendre.

J’ai bon espoir de vous voir danser ce soir ! Je me suis toujours demandé si vous aviez une face cachée sous ce costume, un petit vice pour la danse ou le karaoké ? J’accepte les deux. Elle ne put retenir un gloussement à sa tête. Quelques verres d’alcool peut-être ? Que buvez-vous d’habitude ?

La serveuse arriva alors qu’elle terminait à peine sa question. L’agent hésita quelques secondes puis demanda une Téquila. Elle laissa Adrian choisir son verre puis posa sa tête sur ses paumes, le scrutant. Elle avait mis son empathie sur pause pour ne pas être submergée par les émotions dégagées par la foule mais elle ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine euphorie communicative.

D’où vous est venue cette idée, d’ailleurs ? Sans vous vexer, je ne vous imagine pas en habitué de l’établissement. Sauf si vous me cachez des choses, professeur Pennington ? demanda-t-elle, l’air faussement sévère.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 16:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Qu'elle soit ici de son plein gré était une chose plaisante pour Adrian. Certes, il ne lui avait pas mis le couteau sous la gorge en l'obligeant à accepter cette sortie en sa compagnie, mais disons simplement qu'il savait que la nature altruiste de la demoiselle la pousserait certainement à accepter son invitation uniquement pour ne pas le vexer. Elle devait avoir pitié du vieillard qui travaillait avec elle. C'était du moins ce qu'Adrian avait songé en constatant qu'elle avait accepté sans hésiter. Oui, l'Archimage souffrait d'un léger complexe d'infériorité qui le poussait à envisager que tous les gens qui se montraient aimables ou affectueux avec lui, ne cherchaient qu'à le ménager et à faire preuve de pitié.
Les paroles de Rebekha furent donc un réel soulagement.

Ils s'installèrent à une table et la jeune femme reprit la parole pour exprimer sa satisfaction, chose qui ne manqua pas de faire sourire Adrian. Il avait le ris facile, il est vrai, mais avec Rebekha c'était un peu plus spontané et surtout, cela cachait moins souvent un malaise qu'il refusait de montrer. Cela dit, si elle espérait le voir chanter ou danser, elle risquait sincèrement d'être déçue ! Oh, Adrian avait été amateur des soirées dansantes durant sa jeunesse – autant dire que ça remontait – mais c'était des danses de salon, sur des musiques bien plus posées que celles qui passaient actuellement. Mais avant qu'il ne soit en mesure de répondre, la serveuse s'approcha d'eux pour prendre les commandes. L'Archimage n'était pas un amateur d'alcool – peut-être des restes de l'époque de la prohibition ? – et étant donné qu'il voulait que la soirée se déroule bien, il opta pour une boisson sans alcool.

Lorsque son regard se reporta sur la demoiselle, Adrian remarqua qu'elle le fixait et fut mal à l'aise l'espace d'un instant, craignant d'avoir fait ou dit une bêtise – et n'étant guère accoutumé à être le centre de l'attention qui plus est. Fort heureusement, il s'agissait simplement de savoir où il avait entendu parler de cet endroit. Un nouveau sourire ourla les lèvres du vieux mage.

« Pas du tout. Pour être sincère avec vous, je n'en avais pas entendu parler avant qu'Andrew n'y fasse référence. Je ne sais plus pour quelle raison, mais j'ai retenu le nom et je me suis un peu renseigné dessus. Ça m'avait l'air d'être un endroit plutôt fréquentable, donc... » Il haussa les épaules. « Mais, c'est la première fois que j'y mets les pieds. En fait, je ne suis plus sorti depuis que je vous ai accompagné à cette avant-première, pour votre livre. » Le terme exact lui échappait. « Donc je suis rassuré de voir que je ne me suis pas trompé. »

Il aurait pu ajouter qu'il était vraiment content de passer un peu de temps avec elle en dehors des affaires de magie ou des missions de l'UNISON – qui étaient les justifications de leurs précédentes sorties – mais il ne le fit pas. Parce qu'Adrian était quelqu'un de très pudique sur ses sentiments et qu'il n'était pas du genre à imposer cet étalage de sentiments aux autres. Ajoutez à cela qu'il avait toujours un doute, au fond de son esprit, qui lui disait qu'elle était ici pour lui faire plaisir et non pour se faire plaisir et vous compreniez qu'il préférait passer ce détail sous silence.

Son regard dévia machinalement du visage de la demoiselle, finalement un peu embarrassé par le fait de se retrouver en tête-à-tête avec elle. Que ce soit au manoir, lors des missions ou encore à cette soirée pour son livre, ils s'étaient toujours retrouvés avec d'autres personnes qui les connaissaient, mais là, il n'y avait qu'eux deux. Finalement, Andrew avait raison : il n'avait vraiment plus l'habitude de sortir avec d'autres personnes, surtout avec des femmes. Mais que ce soit une femme ou un homme, voire une créature magique, ne changerait pas la donne : il s'agissait d'une sortie amicale et non d'un rendez-vous amoureux.
Ses yeux se posèrent à nouveau sur Rebekha.

« Et pour vous répondre, je ne sais pas du tout chanter et je ne vous conseille pas de m'y pousser – pour votre propre bien – quant à la danse... » Il haussa à nouveau les épaules, un sourire désolé au coin des lèvres. « Ce n'est pas vraiment en accord avec ce qui est dansé ici. Je vous rappelle que j'ai été jeune à une époque où les danses de salon étaient le summum de la classe. » Ce qui situait ses qualifications en la matière. « Pourquoi ? Vous aimez danser ? J'avoue que je ne vous avais jamais imaginée dans cette situation-là, mais il est vrai que nous ne nous sommes jamais vraiment côtoyés en dehors du travail. »

Et sachant qu'avec Dana, elle était certainement la personne la plus proche de lui depuis des années, il était aisé de comprendre que sa vie n'était vraiment centrée que sur son boulot. Mais c'était un choix qu'il assumait pleinement. La serveuse revint à ce moment vers eux, leurs commandes sur son plateau et les posa devant eux avant de leur souhaiter une bonne soirée, un sourire aux lèvres. Elle espérait certainement un bon pourboire. Adrian la regarda s'éloigner, un peu perdu dans ses pensées, avant d'en revenir à sa compagne du moment.

« Vous avez l'air extrêmement occupée ces derniers temps. Enfin, comme souvent. Je ne crois pas vous avoir vue une seule fois passive depuis que nous nous connaissons. Désolé si je n'ai pas réagi avant, mais j'avais peur que vous vous sentiez obligée de faire une pause dans votre travail, je ne voulais pas vous importuner. Et puis... » Il hésita. « J'avais un peu espéré, pour vous, que vous étiez sortie entre-temps avec d'autres personnes. »

Comme il le lui avait suggéré dans la voiture, avant l'attaque du Magus la dernière fois. Mais visiblement, elle était aussi douée que lui pour s'occuper de sa vie privée.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 20:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
A la mention du prénom d’Andrew, Rebekha eut un sourire. Elle avait appris, quand le jeune garçon était venu s’installer à Star City, qu’il était lié à Adrian par le sang. Une sorte de neveu ou quelque chose, en tous cas le jeune garçon semblait être proche de l’Archimage et Rebekha en était très heureuse. Depuis qu’elle l’avait sortie de ce mauvais pas avec la drogue, elle s’était inquiétée à son sujet mais il avait mis beaucoup de bonne volonté pour s’en sortir et l’agent ne doutait pas que sous la coupe d’Adrian, il tournerait encore mieux que ce qu’elle aurait pu espérer. D’ailleurs elle ne l’avait pas revu de visu, trop occupée qu’elle avait été. Ces informations, elle les avait tenue de sa mère et d’un coup de téléphone qu’avaient échangé Rebekha et Andrew, se promettait de trouver le temps de « faire un truc » sans que ça n’ait été le cas. Par contre, elle avait trouvé du temps pour une sortie avec Adrian… Elle n’avait pas du tout conscience de ce que cela pouvait signifier.

Toutefois, elle ne put s’empêcher de rire de bon cœur devant son aveu au sujet de la danse et du chant.

Parce que vous pensez que les gens qui font du karaoké savent chanter ? C’est ça qui est amusant. Quant à la danse… De nos jours, il ne faut pas savoir danser pour la pratiquer. Il suffit de se laisser porter par le rythme. Joignant le geste à la parole, elle se dandina un peu sur sa chaise sur le tempo de la musique. Comme ça, enfin quand on est debout c’est plus simple évidemment…Je suis sure que vous y arriveriez très bien.

Mais est-ce qu’il serait capable de se lâcher ? Adrian était quelqu’un de très posé, avec d’excellentes manières, peut-être un peu coincé, mais c’était quelque chose que Rebekha appréciait chez lui.

Je n’ai jamais appris les danses de salon. Ma grand-mère a voulu mais je n’ai jamais pris le temps. Hélas pour elle, peut-être ? Je le prends rarement… Le temps, je veux dire. Du coup je suis contente de le faire pour une fois.

Elle but une première gorgée de sa Téquila, léchant ses lèvres pour récupérer le sel. Le citron laissait goutter son jus dans le verre, se mélangeant à l’alcool. Si elle avait pris un shot, ç’aurait été différent mais elle préférait boire lentement. Même si elle fut persuadée d’avoir abusé (déjà) en entendant ce que lui dit Adrian. Elle fronça d’abord les sourcils, puis haussa finalement les épaules.

Si je m’arrête de penser aux problèmes des autres, si je reste seule avec moi-même, je revois…Tout un tas de choses, du passé, évidemment. Alors j’essaie d’être toujours occupée, de m’épuiser assez pour dormir une nuit sur trois assez profondément pour ne pas faire de cauchemars. Comment casser l’ambiance. Alors pourquoi sortir avec d’autres personnes ? Inutile d’imposer ça à qui que ce soit. Elle lui sourit. Puis je suis sortie avec vous, ça remet les compteurs à zéro non ? Vous me suffisez largement. Vous avez une conversation agréable, vous êtes apaisant, vous me donnez envie de sourire et j’arrive à ne penser à rien de désagréable. C’est pas si souvent !

Elle but une gorgée un peu plus importante de son verre quand elle se rendit compte de ce qu’elle venait de dire. Mais cette fois, elle évita d’essayer de se rattraper. D’expérience, elle savait qu’elle faisait pi que mieux.

Vous ne m’avez pas invitée pour essayer de me trouver un copain, rassurez-moi ? demanda-t-elle en plaisantant à moitié. Sérieusement, à moins de sortir avec un collègue ou un héros… Et encore, ça serait compliqué. Vous imaginez, coordonner deux emplois du temps aussi chargés ? Puis on fait des métiers trop dangereux…

Beaucoup trop dangereux. S’attacher à quelqu’un, ce serait non seulement prendre le risque de le perdre mais également donner un moyen de pression à un ennemi. Sa grand-mère avait souffert d’être enfermée chez elle pour ne pas subir les assauts du Magus. Rebekha avait-elle envie d’infliger ça à un compagnon ou même à des enfants ? Parce que c’était la suite logique d’une relation…

On ne peut pas être heureux en vivant sa vie sans fréquenter personne ? En ayant juste des amis avec qui se détendre de temps en temps ?

Et par là, elle n’entendait évidemment pas un sexfriend.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 22:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
« Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais je ne suis pas vraiment du genre à me laisser porter par quoi que ce soit. Ce n'est pas vraiment mon genre. Mais ne vous gênez pas si vous avez envie de danser ou de vous lancer dans une carrière de chanteuse. »

Il ne refusait pas se faire un effort, mais expliquait simplement qu'il n'avait pas vraiment envie de « se donner en spectacle », même s'il se doutait parfaitement que tous les regards ne seraient pas centrés sur lui ! C'était une chance, passer inaperçu dans une foule et ne pas attirer l'attention, mais il ne voulait pas embarrasser Rebekha et puis... et puis disons que son goût pour l'anonymat le poussait forcément à ne pas aller s'amuser à chanter devant de parfaits inconnus. Ce n'était pas dans sa nature et même s’il fallait parfois se bousculer un peu, disons qu'il s'en passerait volontiers. Mais il était prêt à soutenir moralement la jeune femme si elle décidait de se lancer dans une belle chanson d'amour – ou autre bien sûr – ou d'enflammer la piste de danse. Au sens figuré de préférence.

« Vous me surestimez beaucoup, vous savez. Je n'ai plus l'âge que j'ai l'air d'avoir. »

Autrement dit, il n'était pas aussi capable que les jeunes gens de se faire à l'idée de chambouler sa vie. Après avoir passé près de trente années enfermé dans son manoir à potasser des livres sur la magie, sortir pour aller chanter un karaoké ou danser sur une musique qui ne lui disait strictement rien, ce n'était pas vraiment dans ses cordes. Il savait bouger lorsqu'il s'agissait de danser des danses de salon, mais autre chose... Non, ce n'était pas naturel.

Il ne fut pas spécialement surpris d'apprendre que la jeune femme n'avait jamais pris le temps d'apprendre à danser : elle semblait beaucoup trop préoccupée par son travail ou des préoccupations plus... matérielles et professionnelles, qu'il avait du mal à l'imaginer en train d'apprendre les pas de la valse. Adrian aurait toujours pu lui proposer de lui donner quelques cours, ne serait-ce que pour faire plaisir à sa grand-mère en lui montrant qu'elle savait prendre du temps pour elle, mais l'idée resta à l'état de pensée et ne fut pas mise sur le tapis. Honnêtement, il se voyait mal donner des cours de danse à qui que ce soit. La proximité physique, même amicale, n'était plus vraiment son dada depuis qu'il avait dépassé les soixante ans bien tassés.

Il passa donc sa réplique sous silence, imitant Rebekha en buvant une gorgée de sa boisson en silence. Adrian fut toutefois un peu attristé d'apprendre que la demoiselle n'allait toujours pas mieux au niveau de ses cauchemars. C'était normal qu'il s’inquiète de sa santé étant donné qu'il la considérait comme une amie qui comptait vraiment pour lui et il se sentait un peu inutile de ne rien pouvoir faire pour elle. Il n'avait même pas songé à lui donner la décoction qu'il lui avait fait préparer lors de sa première nuit au manoir. Quel abruti.

Ces pensées un peu troublées lui firent à peine entendre les compliments qu'elle lui adressa et il ne retint que l’essentiel : elle était sortie et elle trouvait ce moment agréable ! Tant mieux, il s'en serait voulu que cela devienne une véritable corvée pour elle. Un sourire ourla finalement ses lèvres lorsqu'elle émit l'idée qu'il puisse vouloir la caser avec quelqu'un ce soir. Il secoua la tête avant de répondre au reste.

« Bien sûr que si, c'est possible de vivre convenablement et de mener une existence agréable sans être avec quelqu'un. Certaines personnes peuvent même vivre sans amis, alors je crois que tout dépend du caractère de chacun. Je ne chercherais pas à vous caser avec quelqu'un contre votre volonté si c'est ce qui vous inquiète, j'ai trop de respect pour vous. Je n'irais jamais à l'encontre de vos désirs Rebekha. » Il n'apprécierait pas que ça lui arrive, alors le faire... « De toute manière, je doute sincèrement être la personne la plus qualifiée pour essayer de vous caser. Andrew par contre... » Il sembla réfléchir quelques secondes. « … il a l'air d'avoir cette idée en tête. Enfin, j'ai cru le comprendre. »

Il passa sous silence que son lointain neveu lui avait suggéré d'inviter la jeune femme au restaurant « et plus si affinités », c'était beaucoup trop embarrassant. Mais peut-être qu'il devrait suggérer à Andrew d'essayer de trouver un prétendant pour la demoiselle – pourquoi pas Camille Saint-Clair d'ailleurs ?
Coupant court à ses pensées, il regarda à nouveau Rebekha.

« Mais, vous pensez tout ça uniquement parce que vous avez envie de vivre comme ça, ou parce que c'est votre métier qui vous pousse à agir ainsi ? Ne vous sentez pas obligée de répondre si vous ne le voulez pas, mais vous êtes mon amie, alors je me demande si vous prenez vos décisions par envie ou par dépit. » Une manière de lui dire qu'il ne voulait pas s'imposer. « En plus, il y a plusieurs jeunes de votre âge ici.... » Il balaya brièvement la salle du regard et constata que quelques yeux se posaient parfois sur Rebekha. « Il faudrait que vous repassiez au manoir dans quelques jours. Je ne vous ai pas donné de décoction la dernière fois, vous auriez dû m'en parler. Je suis vraiment navré. » Et c'était sincère. « Ce n'est pas une corvée de sortir avec vous Rebekha, vous ne devriez pas songer que vous vous imposez, c'est plutôt le contraire. »

Ils partageaient visiblement un sentiment d'infériorité !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 31 Aoû 2015 - 18:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha n’était pas vraiment du genre à chanter en karaoké ou même à danser toute la nuit. La première activité, elle l’avait peut être pratiquée une fois ou deux quand elle était à la fac, cette époque où il lui restait encore un peu d’innocence. Quant à danser, comme tout le monde, elle l’avait fait mais plus depuis qu’elle était entrée au FBI, du moins pas si ce n’était pas exigé dans le cadre d’une mission d’infiltration. A ses débuts, l’agent en avait réalisée pas mal en se servant de ses atouts d’empathe pour évaluer mieux que personne les risques qu’une situation dégénère. Aujourd’hui ? Elle pratiquait encore le terrain, même si techniquement, elle aurait dû rester derrière un bureau. Trop impliquée dans son travail, elle l’était sans doute et cela n’aidait pas à calmer ses troubles. Si Adrian affirmait ne plus avoir l’âge qu’il avait l’air d’avoir, Rebekha, elle aussi, se sentait vieille. Comme si elle avait vécu trop de vie sur trente-six années d’existence.

Alors optez pour le corps d’un vieux bonhomme avec une longue barbe ? Comme ça personne ne risque plus de se tromper. Tenez pourquoi pas une sorte de Dumbledore ? Elle rit. Non ce serait du gâchis, vous êtes très bien comme cela.

Et elle le pensait, même si c’était toujours un peu perturbant de se dire qu’il avait plus d’un siècle. Parfois, elle l’oubliait.
Elle fronça les sourcils, perplexe, en apprenant qu’Andrew cherchait à la caser. Elle avait probablement mal compris la phrase d’Adrian… Ou était-ce lui qui s’était floué sur les intentions du jeune homme ?

Ah bon, Andrew s’intéresse à ma vie sentimentale ? C’était peut-être une manière pour le jeune homme de la remercier. Décidément, tout le monde s’y intéresse plus que moi. Vous savez, j’ai lu un article paru après notre sortie pour la promotion de mon roman, avec une photo de nous deux, et tout un tas de spéculation pour savoir si on formait un couple. Ca a tourné sur la blogosphère visiblement… Elle roula des yeux. En quoi est-ce que ça regarde qui que ce soit ?

Même si elle avait conservé la photo de l’article dans un des tiroirs de son bureau, tout en ignorant pour quelle raison exactement elle avait agis de la sorte. Elle poussa un léger soupir.

Plus jeune j’y ai songé, comme toutes les filles je suppose. Trouver un mari, avoir des enfants. Mais avec mes pouvoirs… Disons que ce n’est pas comme si j’étais télépathe, ce doit vraiment être terrible pour eux, mais je sentais trop de choses, ça met les gens mal à l’aise dès qu’ils s’en rendent compte, ils se sentent comme violés et je peux le comprendre. Je crois que je n’aimerais pas savoir que la personne en face de moi est capable de ressentir toutes mes émotions. Puis avec notre travail… Elever des enfants, c’est compliqué. Les protéger surtout. Ils naissent avec une cible sur le front. J’ai toujours eu l’impression que je n’avais pas le droit d’infliger ça à qui que ce soit, pourtant je n’ai jamais songé à changer de carrière ou à me réorienter. La pause que j’ai été forcée de faire en 2011 après l’invasion Grue a été vraiment pénible. Du coup je me dis que je l’ai sûrement choisi en abandonnant mes illusions d’enfant.

Elle lui sourit, se voulant rassurante après un discours aussi déprimant ou du moins, qui pouvait le paraître. Elle ne mentait pas, elle s’était faite à l’idée de la solitude même si, parfois, au cœur de la nuit, c’était difficile de s’y tenir. Peut-être était-ce pour cette raison qu’elle s’était si bien sentie au Manoir.

Je n’ai pas voulu vous importuner, pour la potion, mais c’est vrai que je ne dis pas non.

C’était même avec un certain soulagement qu’elle songea aux effets bénéfiques qu’avaient eu cette décoction magique sur elle.

Vous êtes gentil de le dire mais…Je trouve que c’est plus une corvée qu’autre chose, et je pense que vous êtes soit maso, soit très gentil. Elle le taquinait, cela se voyait au pétillement dans ses yeux. Et vous ? Vous êtes aussi seul que moi, vous n'avez jamais eu envie de vous trouver quelqu’un pour passer votre longue vie? Je suis presque sure que l’immortalité c’est plus courant qu’on ne le croit.

C’était même certain, vu le monde dans lequel ils évoluaient. Rebekha était sincèrement curieuse d’en apprendre un peu plus sur la vie personnelle d’Adrian, lui qui semblait toujours entièrement dévoué à son travail. Elle avait profité de l’occasion qu’il lui offrait en abordant le sujet mais elle espérait ne pas avoir fait une bêtise.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 31 Aoû 2015 - 20:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Un sourire ourla ses lèvres lorsqu'il l'entendit parler d'un nouveau corps. Le problème étant qu'Adrian n'avait pas choisi d'arrêter de vieillir à trente ans, c'était son rôle d'Archimage qui lui avait imposé ça et il ne pourrait pas décider de changer d'apparence physique même s'il le souhaitait. Cela dit, sa vie aurait effectivement été facilitée avec un corps plus en accord avec son âge : les gens cesseraient de lui demander pourquoi un « jeune homme » de son âge était aussi vieillot dans sa manière de penser.
Malheureusement, ce n'était pas à sa portée. Même s'il se fichait pas mal de l'apparence qu'il avait. Le soin qu'il prenait à s'habiller était simplement lié à l'habitude et à une éducation rigoureuse qui lui avait appris à toujours apparaître en étant présentable. Mais sinon, Adrian aurait volontiers échangé son enveloppe charnelle actuelle avec une autre. Tout pour passer inaperçu – même s'il n'avait pas ce problème-là avec ce corps.
Bref, la plaisanterie avait fait mouche, même si Rebekha ne se doutait pas que son interlocuteur y avait sérieusement songé par le passé, jusqu'à faire quelques recherches à ce sujet. Infructueuses, bien évidemment.

« Même si je voulais changer je ne pourrais pas. Je suis logé à la même enseigne que tous les humains. Le vieillissement en moins, j'en conviens. »

Il faisait des économies sur la crème anti-rides dirons-nous !
Cela dit, ces pensées passèrent rapidement au second plan lorsqu'elle parla d'un article paru après la promotion de son dernier ouvrage. Une photo d'eux deux ? Non, il n'en avait pas entendu parler, il fallait dire qu'il lisait rarement le journal, quant à la blogosphère, il ne savait même pas ce que ça voulait dire. Certainement quelque chose de lié aux nouvelles technologies ! En tous les cas, il fut assez embarrassé pour Rebekha, elle devait être mortifiée qu'une telle rumeur circule à leur sujet et s'il avait su, peut-être qu'il se serait montré plus discret – comme en arrivant après elle et en évitant de trop lui parler ?
Son regard navré chercha à croiser celui de la jeune femme.

« Je suis vraiment navré, j'ignorais qu'il y avait de pareilles histoires qui circulaient. Je ne lis pas beaucoup le journal. Sallah a dû le voir, mais il ne m'en a pas parlé. » Plutôt surprenant d'ailleurs. « J'aurais dû être plus discret, je ne pensais pas que grand monde verrait que je vous accompagnais. J'espère au moins que ça ne vous a pas porté préjudice.... » C'était sincère. « Cela dit, j'espère que les gens retiendront davantage la sortie de votre nouveau livre plutôt que ces histoires. » Il marqua une pause. « Et cette blogosphère dont vous avez parlé, qu'est-ce que c'est exactement ? »

Avouer son ignorance ne le dérangeait absolument pas, surtout lorsqu'il s'agissait de domaines qu'il ne maîtrisait absolument pas – et qu'il parlait avec une connaissance.
Quant aux explications qu'elle lui fournit au sujet de son célibat, qui n'avait finalement rien de forcé, Adrian ne pouvait que la comprendre. Les risques encourus, c'était ce qui l'avait majoritairement persuadé à ne jamais avoir d'épouse ou d'enfants, même si ce n'était pas l'envie qui manquait pourtant. Adrian avait grandi au sein d'une famille nombreuse et il avait toujours beaucoup aimé les enfants – même s’il n'était pas très doué avec eux – cela dit, il sacrifiait sans peine ces désirs en songeant aux risques qu'ils pourraient encourir. Ou même au temps qu'il ne pourrait pas leur consacrer en tant qu'Archimage. En bref, tout ce que Rebekha redoutait aussi.
Lorsqu'elle parla de la potion, il s'empressa de la rassurer.

« Vous ne m'importunez jamais. Et puis, je dois bien vous apprendre des choses dans ce domaine, non ? Alors, vous passez dès que vous en avez le temps et l'envie, vous savez que vous êtes toujours la bienvenue. »

Ce n'était pas une manière de parler, mais bel et bien la vérité. Cependant, ces bonnes nouvelles et ces belles paroles furent balayées par la dernière question de la demoiselle. Adrian essaya de garder son expression détendue, mais il était vrai qu'il s'agissait d'un sujet épineux pour lui, notamment parce qu'il le replongeait dans son passé et ses fautes, mais aussi parce qu'il lui rappelait qu'il fuyait la mortalité des gens.
Après un haussement d'épaules, il répondit.

« Non. » C'était un mensonge, du moins en partie. « Enfin, disons plutôt que je sais de quoi je suis capable dans ces conditions-là. » Sauf qu'elle non, il n'en parlait jamais. « Vous savez, quand j'avais à peu près votre âge, j'avais une fiancée et nous avions prévu de fonder une famille et tout ce qui s'en suit. Mais je n'étais pas vraiment à la hauteur de ses attentes dirons-nous et quand je suis devenu Archimage, disons que je l'ai totalement délaissée. Je ne lui ai même jamais dit que c'était terminé, elle a fini par se lasser et ça s'est achevé comme ça. » Nouveau haussement d'épaules. « Je suis incapable de mener de front une relation et mon travail. Regardez Sallah, je n'ai pas vraiment été là pour l'élever et maintenant il passe sa vie dans la cuisine du manoir. » Il eut un sourire faussement amusé. « Je crois qu'il y a des gens qui sont faits pour les relations durables et d'autres non. Moi, je suis dans la deuxième catégorie. » Un soupir lui échappa. « Et puis... la mortalité est malheureusement plus fréquente que l'immortalité. Je n'ai pas envie de choisir quelqu'un sous prétexte que cette personne ne mourra pas, ce serait malhonnête. »

La discussion était tout à coup devenue moins joyeuse et il se sentit un peu coupable d'en être arrivé là, ils étaient ici pour se détendre et non pour ruminer des histoires passées et oubliées – ou presque – depuis des décennies. Un sourire ourla à nouveau ses lippes.

« Mais c'est du passé. Inutile de s’appesantir là-dessus, je vous ai invitée pour vous changer les idées et pour que nous puissions passer un bon moment, pas pour qu'on se déprime mutuellement. » Son regard ne la quitta pas. « Mais je comprends tout ce que vous voulez dire à ce sujet. » Et pour lui, c'était important de le dire. « Comment ça se passe pour votre dernier livre d'ailleurs ? »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 1 Sep 2015 - 11:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha était surprise d’apprendre que la magie d’Adrian ne lui permettait pas d’ajuster son apparence comme il le souhaitait. Elle avait, très probablement, une fausse idée de ce dont la magie était capable, surtout lorsqu’on l’utilisait avec parcimonie et sérieux. Elle avait plus souvent vu des mages du mauvais côté de la force et heureusement qu’Adrian était là pour contrebalancer. Lorsqu’elle croisa son regard navré à l’annonce de ce qui se disait d’eux dans la journée, Rebekha se sentit mal à l’aise. Elle avait pensé que ce serait lui qui serait le plus gêné dans cette histoire mais visiblement il s’inquiétait davantage pour elle.

Vous seriez surpris de ce que les journalistes sont capables de déceler… Ou d’extrapoler. Parfois ils n’ont besoin que d’un tout petit soupçon, ils nous ont photographié lorsque l’on parlait avec Sarah vous vous souvenez, la blogueuse qui a cru qu’on était ensemble elle aussi. C’est fou, on ne peut même plus se promener avec un ami de l’autre sexe sans que directement, ce soit tendancieux… Elle soupira. Vous savez ce que les gens aiment surtout chez moi c’est le fait que je sois agent de l’UNISON. Je ne pense pas qu’il y ai vraiment beaucoup de monde qui lisent mes romans pour le contenu.

Sauf les héros de la Team Alpha visiblement, ce qui était déjà très bien.

Oh la blogosphère c’est… Vous voyez Internet ? En fait dessus, des gens créent des espaces personnels qu’on appelle « un blog » où ils écrivent tout un tas de choses. Ce peut-être la critique d’un livre, une histoire personnelle, une pensée quelconque… Et ce qu’on appelle blogosphère c’est l’ensemble de tous ces blogs. Beaucoup de gens en lisent et cherchent les bons plans dedans, des conseils dans tous les domaines. Vous seriez étonné de ce qu’on y trouve… C’est comme une gigantesque communauté qui relaie les rumeurs à une vitesse folle.

Et pas que, mais principalement. Mieux valait donner la version courte de l’explication à l’Archimage qui, comme avait pu le constater Rebekha, n’avait même pas la connexion Internet dans son Manoir. Ou peut-être que si maintenant qu’Andrew y vivait ? Heureusement, l’UNISON avait des clés de connexions assez puissantes.

Ce serait avec plaisir. Je n’ai toujours pas abandonner l’idée d’apprendre à soigner les gens avec la magie, je suis certaine que ça sauvera de nombreuses vies. Je devrais me faire un planning, comme lorsque j’étais étudiante.

Elle plaisantait à moitié. Quand elle était à la fac, Rebekha était la reine du planning même si elle avait parfois du mal à le respecter. C’était un pli à prendre, mais cela lui permettrait peut-être de voir Adrian de manière plus régulière.
Pour apprendre la magie.
En tout bien tout honneur.

D’ailleurs comme elle avait craint, la jeune femme avait fait une bêtise en posant une question sur la vie privée de l’Archimage. Il ne lui en voulait pas, mais elle sentait que le sujet était difficile, en partie pour les mêmes raisons qu’elle. Se refusant à commenter, elle baissa les yeux vers son verre en laissant courir son doigt autour du bord.

Moi aussi je vous comprends. Je vous comprends parfaitement même.

Elle lui sourit. Et ils changèrent de sujet.

Oh, assez bien ! Il y a peu une jeune fille de la Team Alpha est venue me voir pour me demander de l’aide sur une affaire de tags qui visaient les jeunes de la Légion. Elle a pensé que c’était grave vu la teneur du propos, on a empêché le pire d’arriver et elle m’a dit que sans mes livres elle n’aurait probablement jamais pensé que ça pouvait être important. Du coup je me dis, rien que pour ça, ça vaut la peine d’avoir les désagréments journalistiques.

Elle sourit au souvenir que cette histoire faisait remonter en elle. Pour une fois, tout s’était bien terminé et surtout personne n’était mort. Rebekha n’allait pas être hantée par un nouveau visage, ce qui était un soulagement. On aurait pu croire que depuis le temps, elle aurait perdu le compte mais c’était loin d’être le cas.

Quand à savoir si ça fonctionne bien, je ne sais pas encore à combien d’exemplaires il a été vendu, souvent mon éditrice m’envoie un email pour me dire lorsqu’il faut réimprimer mais j’ignore un peu ses messages je dois dire. Elle me demande déjà un autre mais je ne sais pas quoi écrire, je n’ai aucune idée géniale. Rebekha haussa les épaules. Du coup je me dis…On verra ce que me réserve l’avenir. Mais j’aimerais écrire quelque chose d’un peu plus positif sans avoir besoin de changer la fin, vous voyez ? Parce que mes romans sont inspirées de certaines affaires, celles qui ont été les plus difficiles pour moi, mais je les ai réécrite de façon à ce qu’elles se finissent comme j’aurais aimé. C’est hypocrite je sais… Mais c’était une thérapie à la base après tout.

Dire que certains avaient eu le culot de lui reprocher le manque de malheur et de « trash » dans ses romans. Ce genre de commentaires avaient le don d’agacer Rebekha au plus haut point. Ils voulaient du trash ? L’UNISON recrute toute l’année.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Sep 2015 - 16:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian n'avait jamais vraiment eu affaire aux journalistes. À l'époque où il opérait en tant qu'Eldoth, c'était la guerre et il y avait bien d'autres choses à dire que de rédiger un article sur un Super parmi d'autres. Quant à maintenant, le centenaire n'était pas de ceux qui se faisaient remarquer, alors autant dire que le mordant des journalistes lui avait un peu échappé. Mais il croyait volontiers Rebekha et pour être honnête, s'il avait su qu'il y aurait autant de monde à l'attendre lors de cette présentation, il lui aurait simplement dit qu'il la rejoindrait sur place. Non par envie de lui fausser compagnie, entendons-nous bien, mais simplement pour lui éviter d'avoir à subir les médisances d'inconnus – elle avait bien d'autres choses à penser.
Malheureusement, c'était fait, il n'y avait donc plus grand-chose à faire pour arranger la situation. Il était assez peu probable que quelqu'un les ayant rencontrés là-bas puisse les croiser ici ce soir. Sauf si le minois de l'agent était reconnu par l'un de ses fans, bien évidemment.

Lorsqu'elle parla de son statut d'agent de l'UNISON, Adrian ne put s'empêcher de songer à ce qu'il répétait sans cesse : que les gens ne s'intéressaient à ses recherches ou à ses explications que parce qu'il était l'Archimage. Ce sentiment était familier, mais il tint à rassurer la demoiselle.

« Moi je les lis parce que j'aime votre manière d'écrire et vos idées. Bien que j'avoue que le premier, c'était parce qu'il venait de vous. Mais maintenant, je crois que vous pouvez me compter parmi les lecteurs intéressés. »

C'était la stricte vérité. Adrian avait lu le premier livre parce qu'il connaissait la jeune femme, mais avait rapidement accroché à l'intrigue et aux personnages. Puis, à dire vrai, c'était même l'un des seuls ouvrages qu'il lisait en loisir, le reste de ses bouquins étant centrés sur ses recherches – même s'ils étaient aussi agréables à lire, mais d'une autre manière tout simplement.

Lorsqu'elle lui expliqua qu'elle faisait référence à internet en parlant de la blogosphère, Adrian ne put s'empêcher de grimacer très légèrement. Il n'aimait pas la technologie et les rares fois où il y avait été confronté ne l'avaient pas aidé à se sentir plus à l'aise avec elle. June lui avait d'ailleurs avoué un jour qu'elle avait même tenu un blog sur Eldoth durant ses années de jeunesse, autant dire qu'il avait trouvé très bizarre que des gens parlent de lui sans qu'il ne le sache ou ne les connaisse. Non, vraiment, internet ne le passionnait pas.
Il esquissa un léger sourire.

« Je cerne l'idée. Mais je m'en passe volontiers. Vous ne trouvez pas ça perturbant de vous dire que des gens peuvent parler de vous entre eux, à la vue de tous ? Je ne sais pas comment vous faites. Peut-être que vous ne lisez pas, il n'est pas toujours très bon de savoir tout ce que les gens disent sur nous... » Ou les mauvaises surprises étaient fréquentes. « Enfin, j'espère que la rumeur se tarira d'elle-même, j'ignorais que vous étiez aussi célèbre. » Il semblait un peu désolé. « Je savais que vous aviez du succès avec vos livres, mais pas à ce point. Pas que je vous dénigre, loin de là ! »

C'était juste qu'il la voyait encore comme la collègue de jadis et une personne qu'il appréciait. Difficile de pouvoir changer cette vision pour en faire une célébrité, elle resterait toujours Rebekha à ses yeux.
Ils changèrent alors de sujet pour en venir à ses livres et au succès qu'elle avait en les publiant et il ne put s'empêcher de se demander qui était cette jeune femme. En tant que Légionnaire et professeur pour le Team Alpha, il devait forcément l'avoir déjà rencontrée, mais ce n'était pas si important finalement. Il resta attentif à ses paroles, ne détournant même pas le regard pour boire une gorgée de son verre et lorsqu'elle eut terminé, il esquissa un sourire.

« Ça n'a rien d'hypocrite. L'écriture est une forme d'évasion, comme la peinture ou les autres formes d'art. Les gens vous lisent pour le plaisir et je me dis qu'un peu de positif dans leur vie ne doit pas leur faire de mal. Vous mêlez vos sentiments à vos histoires, vous n'écrivez pas simplement pour faire de l'argent et ça se sent. Je crois que c'est pour ça que vos écrits sont si appréciés. En tous les cas, moi les fins m'ont toujours convenues. » Son sourire s'accentua. « Vous voulez changer de registre ? Vous pourriez peut-être écrire sur vous. Sur ce que vous aimeriez et peut-être que cela vous permettra justement de voir la suite sous un angle plus positif ? Que vous écriviez ne vous oblige pas forcément à publier d'ailleurs, si c'est trop personnel, vous pouvez le garder pour vous. Ce serait aussi une sorte de thérapie. »

Son regard restait posé sur la demoiselle, puis sans trop savoir pourquoi, il détourna les yeux et aperçut un homme installé non loin de là et qui regardait dans leur direction. L'espace de quelques secondes, il se demanda si c'était des problèmes en perspective, mais il constata finalement que c'était simplement un homme qui observait une femme qui lui plaisait. Son attention se reporta à nouveau sur Rebekha avant qu'il ne reprenne la parole.

« Vous avez l'air très proche de votre grand-mère, c'est plutôt rare pour les jeunes de votre âge. Elle a beaucoup de chance de vous avoir. »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 1 Sep 2015 - 17:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les joues de Rebekha rosirent devant le compliment adressé par Adrian. C’était agréable de savoir que non seulement il avait pris la peine de la lire mais qu’en plus, il avait apprécié l’aventure au point de recommencer. Ce n’était pas la première fois que l’Archimage lui faisait ce type de compliments mais elle ne s’en lassait pas. L’avis de certains compte forcément plus que d’autres…

Au début je lisais, mais ça me rendait dingue. Quand je voyais ce que certains pouvaient dire sur moi sans même me connaître, j’avais envie de répondre à chacun d’eux personnellement mais c’est une tâche colossale. J’en ai discuté avec mon éditrice et d’autres auteurs de la même maison d’édition, ils m’ont conseillé de ne plus regarder à tout cela. Du coup j’ai arrêté, parce qu’en effet c’est perturbant de se dire que de parfaits inconnus parlent de moi, essaient d’en savoir plus sur ma vie… C’est gênant. Surtout depuis l’affaire du Magus. Mais je ne suis pas une célébrité pour autant vous savez ! J’ai des lecteurs c’est vrai et de temps en temps, ma photo dans un magazine people… Contre mon gré vous vous en doutez, mais ça s’arrête la. Il y a des personnalités bien plus importantes et intéressantes à Star City. En général pendant la semaine ou les deux premières semaines de sortie pour un nouveau livre, j’ai droit à des articles, sinon on me laisse relativement tranquille. Je n’aimerais pas être un Neutron-Grey ou un Roberts. Eux ce sont des célébrités. Eux on les harcèle.

Pas qu’eux, mais c’étaient les deux seuls exemples qui lui étaient venus à l’esprit.

Vous savez à la base, j’ai demandé une thérapie sans médication parce que ça m’effrayait. Elle n’avait pas honte de le dire. Alors le psy de l’UNISON m’a conseillé ça, en me disant que c’était expérimental mais que ça pouvait fonctionner. Au début je le faisais uniquement pour moi, puis un jour ma grand-mère m’a demandé si elle avait le droit de le lire. Je n’y voyais aucun problème, après tout c’est ma grand-mère. Ce que je n’avais pas prévu c’est qu’elle en profiterait pour l’envoyer à des éditeurs, en espérant me faire changer de vie. Elle sourit malgré tout. Au début, elle avait été en colère et s’était sentie trahie, mais son don d’empathie lui avait transmis les sentiments de la vieille femme et elle n’avait pas pu rester fâchée longtemps. D’un côté je la comprends, elle n’a plus que moi. C’était la mère de mon père, elle n’a eu qu’un seul fils. Ma mère avait des sœurs mais… Elle fit un geste vague de la main. Peu importe. Moi je n’ai qu’elle, quand mes parents sont décédés j’étais très petite et elle m’a recueillie, elle m’a élevée en étant une mère, un père, une grand-mère aussi, elle s’est pliée en quatre pour moi, elle a économisé toute sa vie pour que je puisse faire des études. Elle a un cœur en or, c’est pour ça que je suis revenue d’Angleterre quand j’ai appris qu’elle avait eu un malaise cardiaque. Et le pire c’est qu’elle a essayé de me le cacher ! Heureusement elle va mieux.

Et c’était tout ce qui importait.

Je suis sure qu’elle vous adorerait, mais si je vous présente, elle va croire que vous êtes mon petit ami… Elle gloussa. Et elle n’en démordra pas.

Sur ces paroles, elle termina son verre et presque au même moment, la serveuse lui en apporta un autre.

Je n’ai rien demandé…
C’est de la part du monsieur assit au bar. Il a dit que « quand vous en aurez assez de discuter avec monsieur propre sur lui, n’hésitez pas à venir le rejoindre. »

Elle eut l’air désolé et mal à l’aise.

Je m’excuse d’avoir transmis ce message, monsieur, dit-elle à Adrian.
Je vois…Excusez-moi un instant.

Rebekha se leva en prenant le verre qui avait été déposé devant elle. L’homme sourit en la voyant arriver mais perdit de sa superbe quand elle renversa le cocktail sur sa tête. Deux de ses compagnons qui étaient à côté de lui s’écartèrent. S’il avait été seul, ça se serait probablement terminé ainsi, mais il devait sauver la face.

Merci pour votre verre, mais je vous le rends. Je préfère la compagnie des hommes bien éduqués.
Eh tu te prends pour qui salope ! J’essayais d’être sympas pour que tu passes une bonne soirée.
C’était le cas, avant que vous n’interveniez avec vos propos déplacés.

Elle déposa le verre vide devant lui. L’homme, dont elle ignorait le prénom, lui attrapa le poignet en se levant. Il était ridicule avec sa rondelle d’orange dans les cheveux, il empestait l’alcool et pas uniquement à cause du verre. Imbibé, il l’attira vers lui.

Joue pas les frigides, tu t’amuseras mieux avec nous.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Sep 2015 - 18:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Être une véritable célébrité qui avait droit à sa photo dans le journal ou dans les magasines de potins au quotidien, devait être une expérience difficile à vivre. Adrian n'aurait jamais souhaité être dans cette situation-là et en vérité, il était plutôt content que Rebekha ne désire pas se hisser jusque là. C'était très égoïste pourtant, parce qu'il savait très bien que si elle devenait la nouvelle Mary Higgins Clark, la voir serait de plus en plus difficile. D'une part elle aurait un emploi du temps de ministre et d'autre part, il aurait honte de lui imposer sa présence. Quand on voyait déjà ce qu'une simple sortie en public avait pu produire... Non, définitivement, même si c'était très égoïste et qu'il aurait plutôt dû lui souhaiter la gloire et la richesse, l'Archimage était rassuré que Rebekha préfère rester parmi le commun des mortels.

« Vous avez la chance de pouvoir n'être connue que pour vos livres à l'heure actuelle et même si c'est navrant à dire, les gens connaissent bien plus souvent les visages des Supers célèbres que de leurs écrivains préférés. » Il hésita. « Je suis heureux que vous ne soyez pas aussi célèbre dans ce cas, sans quoi je pense que ça aurait certainement été l'une de nos seule sortie. »

Parce que l'Archimage doutait sincèrement que le Commander puisse sortir boire un café en ville sans qu'une personne ne vienne l'aborder. Ne plus avoir la moindre intimité devait être horrible. En fait, c'était certainement son pire cauchemar, mais fort heureusement, il n'avait aucune intention de se lancer dans une carrière d'écrivain ou de Super-héros !

Lorsqu'elle lui parla de sa grand-mère, il ne put s'empêcher de sourire. Adrian avait toujours eu beaucoup d'attrait pour les relations familiales et en vérité, il pouvait devenir un peu gâteux en voyant un enfant et ses parents – ou grands-parents – en plein démonstration d'amour familial. Cela dit, c'était toujours aussi perturbant de songer qu'il était bien plus proche de la grand-mère de Rebekha que de cette dernière – au niveau de l'âge – mais qu'il devrait faire croire qu'il était encore jeune et fringuant. Croiser des personnes dites « âgées » était généralement le plus difficile pour lui, parce qu'il avait envie d'échanger sur leurs expériences respectives, mais ce n'était malheureusement pas possible, pour des raisons évidentes.

Il aurait été heureux de pouvoir rencontrer quelqu'un qui importait dans la vie de la demoiselle, cependant il comprenait parfaitement le problème inhérent à l'imagination souvent productive et romantique des mères ou des grands-mères. S'il pouvait éviter de faire de faux espoirs à sa mamie...

Malheureusement, avant qu'il n'ait l'occasion de lui répondre, la serveuse arriva pour offrir un nouveau verre à Rebekha, ainsi qu'une remarque peu agréable pour Adrian. Ce dernier essaya de garder contenance devant la remarque, mais il ne put s'empêcher de pâlir en reculant dans sa chaise, comme pour s'éloigner de Rebekha et éviter de lui attirer de mauvaises appréciations. Déjà qu'il n'était pas à l'aise à l'idée de sortir en public, inutile de dire que cette remarque le touchait en plein cœur. Une chance qu'il soit devenu expert dans l'art de camoufler ses sentiments !

Lorsque la demoiselle se leva avec son verre pour s'approcher de son prétendant, Adrian ressentit un étrange et inconvenant pincement au cœur. Dire que deux minutes plus tôt il lui conseillait de faire sa vie et de rencontrer des gens, voilà que maintenant une note de déception – et de jalousie ? – pointait le bout de son nez. Inspirant profondément pour essayer de chasser cette désagréable sensation, l'Archimage manqua de tomber des nues en voyant Rebekha renverser son verre sur la tête de son prétendant. Quelques personnes assises non loin d'eux ne manquèrent pas de rigoler devant ce spectacle, mais ce ne fut pas le cas d'Adrian lorsqu'il vit l'impoli se saisit du poignet de la demoiselle avant de l'attirer vers lui.

Eldoth n'était pas homme à aller se battre et encore moins à en venir aux mains, mais devant ce spectacle, il ne put que se lever pour se diriger vers le groupe. Certes, il voulait que Rebekha rencontre quelqu'un et qu'elle soit heureuse... mais pas ce soir. Pas ce type, pas lorsqu'il serait là pour le voir de préférence.
Lorsqu'il se posta aux côtés de la demoiselle, le regard de l'homme se posa sur lui.

« Quoi ? »
« Laissez-là. Vous ne comprenez pas lorsqu'elle vous dit non ? »
« Si t'es jaloux, t'avais qu'à tenter ta chance avant. Ça fait une demi-heure que tu lui causes sans rien faire, t'as raté le coche ! »
« Vous croyez avoir affaire à qui ? Ou plutôt, vous vous prenez pour qui ? Vous n'avez pas à traiter les femmes comme des objets, encore moins elle, alors enlevez vos mains, maintenant. »
« Sinon ? »

Sans trop savoir pourquoi, Adrian agit bêtement : il tendit la main pour saisir le poignet de l'homme et l'obliger à relâcher Rebekha. Avec surprise, le geste porta ses fruits et la demoiselle fut libérée de l'emprise de son prétendant-butor, mais pas pour la raison que l'Archimage pensait. Si l'homme avait cédé, c'était juste pour fermer sa main en un poing et l'expédier en plein dans le visage de son « rival ». Il fallut qu'Adrian sente une brutale douleur au niveau de la lèvre alors que cette dernière s'entailla sur ses dents, éclatant au passage, pour qu'il comprenne que ce type était beaucoup trop imbibé pour réfléchir correctement. L'Archimage lâcha un cri de surprise, mêlé à un peu de douleur – c'est que ça faisait mal une lèvre fendue – et il leva instinctivement ses mains vers son visage, lâchant le poignet de l'homme au passage.
Définitivement, les bagarres ce n'était pas son truc !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 1 Sep 2015 - 19:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha était en colère. En colère contre ce type qui avait eu le culot de s’immiscer dans sa sortie avec Adrian et qui, en prime, l’avait insulté de cette manière. Pour qui se prenait-il, de juger de cette manière un homme tel que l’Archimage ? Avait-il seulement conscience du nombre de fois où Adrian avait très probablement sauvé sa misérable existence ? Si elle n’avait pas craint de casser sa couverture, Rebekha aurait déversé le fond de sa pensée sur cet imbécile mais voilà, il n’était pas en face d’Eldoth mais devant un professeur de lycée qui répugnait à la violence. Si bien que quand il se prit une droite de cet individu, il ne broncha pas, sans doute surpris et peut-être un peu sonné.

Eh quoi, tu la ramènes plus maintenant pti puceau ? T’es même pas foutu de rester droit après t’en être pris une, t’es pas un mec mon gars. Retourne dans les jupes de maman.

Ses copains se mirent à rire. Rebekha, outrée, ne savait pas comment intervenir. La ramener n’aiderait pas à préserver la virilité d’Adrian mais elle ne voulait pas qu’il se fasse insulter par sa faute.

Parce qu’être un homme pour toi, c’est se montrer violent envers les femmes et rouler des mécaniques devant ses petits copains ? Tu te penses plus viril que lui parce que tu as été capable de lui en mettre une ? Mais mon pauvre petit, tu es d’un naïf !

Sur le coup, elle aurait aimé qu’Adrian soit un peu moins du côté du bien et réagisse avec violence, mais ça ne lui ressemblait pas et elle l’aimait ainsi. L’agressif prétendant attrapa Adrian par le col et leva son poing gauche, qu’il écrasa sur son nez, provoquant un immonde craquement.

Ça t’excite d’avoir un minable pour copain ? T’es quoi, un genre de dominatrice ?
Je suis agent de l’UNISON, connard. Si tu ne veux pas que je t’embarque pour agression sur un agent fédéral, tu ferais mieux de fermer ta grande gueule.

Rebekha n’était pas du genre à se mettre en colère ni même à dégager une autorité naturelle, mais là… Elle était contrariée par toutes ces insultes que ce minable avait osé adresser à un homme comme Adrian.

Tu t’fous d’ma gueule la ?

Rebekha lui agita sa plaque sous le nez, sans laquelle elle ne sortait jamais. Son arme de service était d’ailleurs dans son sac mais elle l’y laissa. Inutile de la sortir, tirer sur un type pareil ne lui apporterait rien et serait disproportionné.

Convaincu, il repoussa Adrian, qui trébucha sur la table derrière lui, provoquant l’effondrement du meuble et de sa personne.

Maintenant t’es mignon, tu changes de bar et si je te revois, tu changes même de trottoir. On s’est compris ?

L’homme la regarda de travers, blessé dans sa fierté, mais il n’était pas assez saoul ou stupide pour tenter quelque chose contre un agent de l’UNISON. Remballant sa plaque, Rebekha tendit la main à Adrian. Ils étaient entourés par un petit attroupement de curieux. L’air désolé, la jeune femme s’accroupit près de lui.

Mon dieu votre nez a l’air cassé…Vous vous sentez bien ? Je suis vraiment désolée, je n’aurais pas dû réagir aussi vivement mais je n’ai pas aimé l’insulte et ses manières. C’était stupide. Vous voulez aller à l’hôpital et vous pouvez vous soigner vous-même ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Sep 2015 - 21:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— C’t’un sport de meufs.
— N’importe quoi.
— Ben si.
— Écoutez, déjà, quand vous aurez compris que football, c’est un sport qui se joue avec les pieds, on aura fait du progrès. Et j’te parle même pas d’la compet de stéroïdes.
— Genre tes footballeurs à toi ils sont pas dopés ?
— Ben nan.

Ricanements.

— Nia nia nia nia nia.

Andrew leva les yeux au ciel d’un air théâtral.

— Vous aimez pas ça parce que vos équipes sont nulles, c’est tout.
— Nos équipes sont nulles parce qu’on aime pas ça. Nuance.

La conversation allait bon train et depuis un moment. Pourtant, le sujet avait été abordé encore et encore, par le passé, entre le jeune homme qui avait grandi en Afrique, terre du ballon rond, et ses amis Américains pur sucre, qui avaient grandi aux États-Unis, terre du n’importe quoi. Heureusement qu’il y avait Franziska pour discuter des derniers résultats des compétitions mondiales ou européennes, sans quoi, le pauvre Andrew se serait senti plus dépaysé encore que de coutume.

Il ne tenait pas rigueur cependant à ses amis de leur coupable inculture sportive et c’était par distraction, non par vexation, que son regard commençait à errer dans le bar animé où ils passaient la soirée. Il aurait bien aimé leur présenter Christopher mais il préférait accomplir ce rituel social en les faisant défiler un par an devant le super-héros, pour éviter de provoquer chez lui une attaque apoplexique.

La discussion avait quitté les terres sportives pour rouler sur les derniers concerts à attendre à Star City. Andrew écoutait d’une oreille distraite et ponctuait la conversation de « Hmm » et de « cool » distraits. Ses narines s’agitaient. Il sentait quelque chose, une odeur plus familière que les autres, ou plus importante. Il avait appris à se rendre attentif à ces sensations qui lui venaient sans qu’il les sollicite. C’était un art subtil que cette vigilance libre, subtil et difficile, où il ne réussissait pas toujours. Tout de même. Il progressait.

Ça sentait l’Archimage à plein nez. L’odeur d’Adrian était caractéristique. Comme le mage n’était pas un sauvage — pas tant que ça — il était probable qu’Andrew fût le seul à pouvoir la distinguer. C’était un mélange de vieux livres, de la cuisine de Sallah et des savons que son oncle utilisait pour se laver. On ne se lavait jamais assez bien et jamais assez souvent pour échapper au pistage d’Andrew. Il avait un bel avenir comme chien limier.

Il y avait une autre odeur, plus féminine. De l’alcool. Adrian avait donc suivi son conseil et il venait draguer dans ce bar agréable. Andrew était un peu surpris — un peu curieux, aussi, mais enfin, il rêvait de voir un jour une cravate sur la poignée de porte, au manoir, de la chambre de son oncle. L’épanouissement sexuel du centenaire était l’un de ses objectifs personnels, pas un de ceux qu’il poursuivait avec le plus d’ardeur, parce qu’il voyait mal comment dégriper une machine qui, il était prêt à le parier, n’avait pas servi depuis longtemps, mais certains jours, il réfléchissait sérieusement à la question.

Du sang.

— Andrew ?
— Euh, ouais, cool, j’reviens.

Le jeune homme fluet se dégagea de sa place, contourna les chaises de ses amis et traversa le bar, les yeux plissés, cherchant du regard son oncle. Il avait appris à se fier à ses instincts. C’était comme cela le plus souvent qu’il parvenait à donner facilement du sens à ses perceptions surhumaines. Parfois, il se retrouvait simplement une boucherie qui sentait le sang ou des pétards pas très légaux qui sentaient la poudre. D’autres fois, c’était plus efficace.

Ce soir-là, il avait raison. Rebekha — tiens, tiens, tiens — et Adrian, qui n’était pas au sommet, semblait-il, de sa forme ni de sa virilité machiste, étaient surveillés par un type passablement aviné qui respirait les envies de meurtre. Il était intelligemment secondé par ses deux copains, dont les conciliabules pas très clairs, Andrew les entendait malgré le brouhaha général, tendaient à prouver qu’il avait un gros pénis en tapant les gens. Cette logique pourtant troublante parut satisfaire Don Juan qui gonfla ses pectoraux pour tenter, sans succès hélas — l’assemblée était déçue — de faire craquer les boutons de sa chemise.

Navré par la sollicitude de Rebekha, il traversa le bar à grands pas, avec la ferme idée de l’initier à la chirurgie esthétique à mains nues.

— Oh là. Salut Rambo. Zen, on respire, ça va bien s’passer.
— Qu’est-ce j’te cause, l’avorton ?

De fait, si Andrew continuait à lever le nez pour regarder lel type qui le dominait d’une bonne tête, il finirait par attraper un torticolis.

— L’truc, tu vois, c’est que j’suis avec des potes et tout. Si tu commences à tabasser des mecs, y a des barreaux d’chaise qui vont voler, des gens vont appeler les flics, va falloir vider le bar et ça va, genre, un peu gâcher ma soirée.
— Non mais j’hallucine. Tu t’prends pour qui, p’tit con ?

Andrew fit entendre un soupir sonore. Il avait l’habitude des fins de soirée un peu arrosées mais parfois, sa patience s’épuisait vite. Surtout quand on se prenait à ceux qu’ils aimaient. Il fit preuve d’un peu moins de maturité qu’il ne l’aurait voulu en répondant :

— Écoute, connard, tu l’approches encore et la prochaine fois que tu tenteras de faire gigoter Popol, ce s’ra avec un double plâtre, est-ce que j’suis clair ?

Apparemment pas, parce que le connard en question posa une main sur son épaule pour le décaler. Sans succès. Il aurait fallu un bulldozer pour arracher un Andrew bien campé sur ses deux pieds.

— Un problème ? Les effets secondaires du viagra, peut-être ?
— J’vais t’buter.
— Dans tes rêves, Geneviève…

Dire que son intervention commençait plutôt calmement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 4 Sep 2015 - 13:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4969
ϟ Nombre de Messages RP : 1720
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Cela faisait vraiment longtemps qu'il n'avait pas joué à se battre dans un bar. En fait ça remontait à l'époque où il n'était pas encore Archimage, donc autant dire qu'il avait totalement oublié comme s'y prendre... et qu'il ne se souvenait pas que c'était aussi douloureux de se prendre un coup. Même lors des missions en tant qu'Eldoth, il était rare qu'il se fasse frapper étant donné qu'il se battait principalement à distance. Alors, oui : il n'était pas du tout dans son élément.
Entendre Rebekha intervenir ne le contraria pas – il se fichait pas mal de la notion de virilité en vérité – cependant il ne souhaitait pas qu'elle se fasse insulter par ces types. Malheureusement, avant qu'il ne soit en mesure d'ouvrir la bouche, l'homme en mal de reconnaissance lui colla un nouveau coup en plein visage, bien plus douloureux que le premier. Le craquement qui accompagne la brutale douleur lui indiqua d'ailleurs qu'il avait certainement dû se faire casser quelque chose et il entendit à peine ce qui se dit ensuite.
Sans honte, Adrian devait avouer qu'il était en train de se faire ridiculiser en public. Définitivement, les sorties entre amis ne lui manquaient pas !

Lorsqu'il se retrouva poussé en arrière, l'Archimage s'écrasa misérablement sur une table et ce n'est qu'en levant les yeux vers Rebekha – qui s'était accroupie à ses côtés – qu'il comprit qu'il s'était vraiment totalement raté. Ridicule. Dire qu'il était censé être le mage le plus puissant de la planète et il se faisait corriger comme un gamin par un mec totalement imbibé. Certes, son nez et sa lèvre lui faisaient mal, mais ce n'était rien à côté de l'idée qu'il pouvait décevoir la jeune femme.

« Non, c'est bon. »

Il porta machinalement sa main à son visage pour éponger le sang qui s'écoulait un peu, mais en sentant la douleur qui irradiait lorsqu'il toucha les zones en question, Adrian préféra abandonner. Cela dit, il n'était pas question d'aller à l'hôpital, ce lieu l'angoissait pour de nombreuses raisons et il préférait se débrouiller autrement.

La situation semblait être réglée, mais une voix familière lui arriva aux oreilles et en levant les yeux vers le type, Adrian aperçut son neveu qui se tenait devant lui. C'était le pire cas de figure possible ! Bien sûr, le centenaire savait que le jeune homme pouvait se débrouiller seul, mais il n'avait pas envie qu'il s'attire des ennuis par sa faute. Pour le coup, le fait qu'il soit ici avec Rebekha alors qu'il avait prétendu qu'il ne la voyait que comme une collègue et amie, lui passa au-dessus de la tête. Il y avait plus important à cet instant précis.

Adrian se redressa. S'il ne touchait pas à son nez ou à sa lèvre, il n'avait pas spécialement mal et il comptait bien aider Andrew à régler la situation. Pacifiquement. S'approchant de son neveu, l'Archimage posa les yeux sur le gars qui semblait toujours aussi remonté. Peut-être que se faire remballer par une femme et un adolescent ne lui plaisait pas ? S'il savait qu'il venait de coller une pâtée à un vieux...

« Écoutez, je ne sais pas ce que vous espériez en agissant comme ça, mais il me semble que c'est plutôt clair : elle n'a aucune envie de vous parler et encore moins de passer du temps avec vous, alors à quoi bon insister ? Vous vous ridiculisez en voulant montrer que c'est vous le plus fort. Vous comptez faire quoi ? Frapper un jeune que vous dépassez de plus d'une tête ? Forcer la main à une femme ? Ou vous en reprendre à moi alors que vous avez clairement vu que je ne savais pas me battre ? C'est ridicule. »
« On s'en fout. Fallait pas jouer les sauveurs si tu voulais pas te battre. »
« Désolé, mais c'est ce que tous les gens font lorsque leurs amis se font ennuyer. Maintenant, arrêtez, si vous continuez quelqu'un va appeler la police et vous aurez tous les torts, c'est vraiment ce que vous voulez ? »

Le gars tourna la tête vers ses deux amis, semblant les interroger du regard comme s'il se demandait ce qu'il devait faire. L'un des deux haussa les épaules tandis que l'autre grimaçait légèrement. Peut-être qu'ils avaient un passif pas très glorieux qui pourrait leur causer des ennuis ? Le type reporta finalement son regard sur eux avant de renifler d'un air peu engageant. Pourtant...

« Ouais, peut-être. » Son regard se posa sur Andrew. « Toi, je te conseille de plus la ramener la prochaine fois qu'on se croise. C’est pas avec ta dégaine de tafiole que tu vas pouvoir t'imposer. » Ce qui ne l'avait pas empêché de ne pas avoir le dessus.
« Ne l'insultez pas... »
« Sinon quoi ? » Adrian préféra rester silencieux. « Ouais, c'est bien ce que je pensais. Puis toi, un conseil, sors pas avec des nanas si t'es pas capable de les défendre sans te ridiculiser. » Conseil qu'il suivrait certainement. Son regard se posa sur Rebekha. « Dernière chance de me suivre ? »

Il ne perdait pas espoir, il fallait lui accorder ça !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 5 Sep 2015 - 10:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha s’inquiétait vraiment au sujet d’Adrian. Même si ses blessures n’avaient rien de mortel, on lui avait déjà cassé le nez plusieurs fois et elle savait à quel point c’était douloureux. Et s’il régénérait plus vite que la moyenne et que son os se ressoudait de travers ? Elle avait déjà vu cela chez certaines personnes. Inquiète, elle préféra néanmoins lui laisser le choix. C’est à ce moment-là qu’une personne familière décida d’intervenir. L’agent reconnut immédiatement Andrew qui, visiblement, avait assisté à la scène et n’avait pas apprécié ce qu’il avait vu. Il prit la défense de son oncle auprès du voyou qui était resté dans les parages, se demandant comment laver son ego blessé par Rebekha. La situation manqua de dégénérer, mais le calme d’Adrian semblait contagieux. Même si leur agresseur continuait à rouler des mécaniques et se montrer désagréable, dépréciant la virilité d’Adrian et se moquant de l’allure d’Andrew, au moins n’avait-il plus l’intention de lever les poings. Peut-être parce qu’une partie du bar le regardait comme s’il était le dernier des crétins, peut-être parce que Rebekha l’avait remis à sa place, peut-être aussi parce que, même saoul, il se doutait qu’un gamin de la stature d’Andrew n’allait pas l’agresser sans avoir quelques vilaines surprises dans sa poche. Après tout, ils vivaient à Star City, ville des mutants, des créatures magiques et autres praticiens en tous genres. Seul un imbécile se fierait à l’apparence physique pour déterminer le danger représenté par une personne.

Après avoir terminé de descendre Adrian, l’homme lui proposa à nouveau de le suivre. Si elle avait été un peu plus vulgaire, Rebekha lui aurait craché dessus et lui aurait retourné une gifle, mais la jeune femme avait été bien élevée et elle avait une image à respecter, un minimum, en tant qu’agent.

Je préfèrerais suivre Ted Bundy chez lui.

Son air dégoûté plus que la référence sans doute, firent comprendre à l’importun qu’il n’avait aucune chance. Il roula des yeux, lui affirma qu’elle était idiote, puis s’en alla avec ses deux compagnons, laissant Adrian, Rebekha et Andrew au centre d’un cercle d’attention qui finit par heureusement se dissiper. La musique ne s’était pas arrêtée et avait repris ses droits dans l’esprit des danseurs. Quant à l’agent, qui était assez mal à l’aise, elle s’approcha d’Andrew pour le saluer.

Je suis contente de te voir, Andrew. Même si j’aurais aimé que ce soit en d’autres circonstances. Tu étais dans le coin ? Le hasard fait bien les choses parfois.

Elle lui sourit, sincère. Ce n’était pas avec une arrière-pensée, elle avait même plus ou moins oublié ce qu’Adrian lui avait dit tout à l’heure au sujet du garçon qui voulait le caser. La serveuse qui avait porté le message du gros lourd arriva près d’eux et proposa des serviettes à l’Archimage, ainsi que du désinfectant, proposa aussi d’appeler un taxi pour les déposer aux urgences. Ils gardèrent les serviettes mais refusèrent le reste, même si Rebekha aurait préféré qu’un médecin examine cette blessure.

Oh vous avez du sang sur votre chemise ! s’exclama-t-elle, désolée. Décidément, ça semble être une thématique récurrente dans nos sorties.

C’était une tentative d’humour, elle l’avait dit avec le sourire, mais elle aurait dû savoir depuis le temps qu’Adrian prenait toujours tout au pied de la lettre.

Vous voulez qu’on rentre au Manoir ? On sera peut-être plus à l’aise. Enfin si…Sans vouloir m’imposer évidemment. Mais ça se passait plutôt bien avant cet accident.

Elle s’amusait, ils discutaient de tout un tas de sujets, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Surtout maintenant qu’ils avaient été rejoint par Andrew, Rebekha pourrait prendre de visu des nouvelles du jeune homme, qui avait l’air en pleine forme. Surtout en comparaison d’une certaine époque. Cela la rassura.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha
 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 
La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_6La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_8


La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_1La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_2_bisLa jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_3
 Sujets similaires
-
» L'amour fait naître la jalousie, mais la jalousie fait mourir l'amour... | AMETHYSTE
» La jalousie est la seconde plus belle preuve d'amour, après le don de soi. (Eponine et Hélio)
» Subis mon ire ou ma jalousie [PV]
» Mise au point ? Non... une simple affaire de jalousie. { Gailis - Merriadeck }
» Shiki [Solow]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_6La jalousie, même rétrospective, est un ferment d'amour ▬ Rebekha Categorie_8
Sauter vers: