AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_1Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_2_bisLorsque le passé rattrape la réalité Categorie_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Lorsque le passé rattrape la réalité

 
Message posté : Sam 29 Aoû 2015 - 5:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Mademoiselle Kerry ? » La journaliste était assise à son bureau, devant son ordinateur, les cheveux remontés en une queue de cheval négligée et une paire de lunettes se tenait sur son nez. Concentrée, elle n’avait même pas porté attention à la voix qui parvenait à ses oreilles pas plus qu’elle ne s’était reconnue. Kerry. C’était un nom qu’elle avait abandonné un peu moins d’une décennie plus tôt, alors que, devant l’autel, elle disait oui à celui qu’elle avait accepté d’aimer, inconditionnellement, pour le meilleur et pour le pire. Or, comme la vie n’est pas un conte de fée, cette histoire d’amour qu’elle aurait voulu croire éternelle dans les bras de son prince charmant s’était douloureusement terminée alors qu’elle se devait faire le deuil de son enfant perdu tout comme de cette relation qui avait été plus courte qu’elle ne l’aurait réellement voulu. Et si plusieurs lui avaient dit de reprendre son nom de jeune fille, de redevenir Kailee Kerry, la journaliste s’y était refusée. Renan avait été une partie de sa vie, l’avait fait grandir, lui avait fait découvrir des sentiments qu’elle ne s’était jamais cru connaître. Elle avait changé, peut-être pas tout à fait en bien, mais, au final, cette relation n’avait peut-être pas été vaine. Elle préférait croire qu’elle ne l’avait pas été. Dieu faisait les choses à sa façon, souvent incompréhensible pour une humaine lambda comme elle, mais il avait ses raisons. Et c’était en parti ce qui lui avait permis de retrouver son courage et d’aller de l’avant.

Concentrée sur son écran d’ordinateur, elle finit par se reculer et s’appuyer contre le dossier de sa chaise à roulette en soupirant. « Excusez-moi, mademoiselle Kerry ? » Quelqu’un semblait s’intéresser à elle et essayer d’avoir son attention. Elle fit donc pivoter sa chaise tout en retirant ses lunettes de son nez, son regard un peu fatigué des derniers jours forts occupés se posant sur un homme avec qui elle travaillait. Il avait été son collègue, une dizaine d’années plus tôt et il faisait parti de ceux du Daily Star à avoir sut pour l’échec de son mariage et l’un de ceux à l’avoir accueilli à bras ouverts alors qu’elle avait décidé de revenir. Kailee était une femme sociale qui tissait rapidement avec les autres. Une femme appréciée dans son milieu de travail, en somme. « C’est madame Le Guerec » répondit-elle avec un léger soupire. « Mais je croyais que… » « Je sais. Je sais. Vous voulez tous bien faire. Mais je suis revenue depuis quelques mois et si vous voulez être gentils, et c’est bien appréciable de votre part, si j’ai pris la décision de garder mon nom de femme mariée. » Cela lui faisait presque mal que de prononcer ces mots. Si elle avait bien vécu ses derniers mois au Canada alors qu’elle s’était définitivement remise sur pied, depuis son retour, de nombreux souvenirs l’assaillaient, chose dont elle aurait dut se doutée. « Ce n’est pas pour utiliser mon nom de jeune fille par derrière. Vous comprenez ? » Ce n’était pas une critique. Mais Kailee était une femme forte, une femme qui gardait la tête haute et qui avait horreur que quelqu’un ne respecte pas ses décisions. Si elle avait choisi de répondre encore à ce jour au nom de Kailee Le Guerec, c’est qu’il y avait une raison.

La discussion s’enchaîna ensuite sur ce qu’il avait besoin et une fois qu’elle eut fini de lui remettre quelques rapports entre les mains, elle quitta son petit bureau, attrapa son sac à main et quitta le bâtiment du Daily Star. Si elle travaillait avec des horaires fixes, il n’en restait pas moins que son temps supplémentaire accumulé lui permettait quelques libertés comme cette dernière. Sans compter qu’actuellement, elle ne travaillait pas sur un gros cas. Il n’y avait donc pas d’urgence. Elle rejoignit sa voiture où elle prit place derrière le volant, faisant gronder le moteur. La logique aurait voulu qu’elle rejoigne son petit loft sur la Kane Street. Qu’elle rentre chez elle, retire ses escarpins et enfile une tenue plus appropriée pour s’écraser sur son sofa tout en écoutant un feuilleton quelconque. Toutefois, la direction prise était celle qu’elle connaissait par cœur, et ce, malgré toutes ces années. Elle se dirigeait vers la 40ème avenue.

Elle fit arrêter sa voiture face à l’immeuble 325. Voir ce grand bâtiment lui ramena de nombreux souvenirs qui se voulaient désormais nostalgique. Elle eut l’idée de redémarrer sa voiture. De partir. Rentrer chez elle. Toutefois, voilà qu’elle ouvrait sa portière et qu’elle prenait son sac à main entre ses doigts pour, au final, ouvrir la porte avant de l’immeuble. Alors qu’elle aurait dut appuyer sur le bouton lui permettant de contacter l’appartement où elle avait vécu quelques années, une clé se trouvait toujours à son trousseau. Kailee avait un certain problème en ce qui concernait que de faire une croix sur le passé. C’était stupide. Il avait sûrement déjà déménagé. Il devait certainement vivre ailleurs. Toutefois, elle déverrouilla la porte qui lui permettait de se rendre à l’intérieur de l’immeuble et elle se dirigea, naturellement, vers l’ascenseur. Elle toquerait à la porte, s’excuserait aux colocataires en leur signifiant que cet appartement appartenait à un passé qui se trouvait plus loin qu’elle ne le concevait pour au finalement repartir en se demandant ce qui lui avait traversé l’esprit.

Toutefois, alors qu’elle toquait à l’appartement 927, la porte s’ouvrit. « Je suis désolée, je ne voulais pas vous déranger mais… » Elle s’arrêta de parler alors que son regard rencontrait celui de cet homme qu’elle croyait avoir si bien connu. La blonde se retrouva donc sur le pas de la porte, silencieuse, le souffle coupé et le regard peut-être un peu perdu. « Renan » souffla-t-elle alors que c’était la première fois depuis leur divorce qu’elle lui faisait face. C’était douloureux. Elle ne pouvait le nier. Mais, d’un autre côté, elle ne pouvait que retrouver sur ses traits les raisons pour lesquelles elle avait fondu pour son joli minois. La situation frôlait presque le pathétisme alors que le cerveau et le cœur de la canadienne s’étaient fait la malle, la laissant donc seule, livrée à elle-même, face à un homme qu’elle n’était, au final, pas prête à revoir. « Je suis désolée, vraiment. » Elle devait repartir. Et vite. « Je ne sais pas ce qui m’a pris, en fait. J’avais presque espéré que d’autres vivent ici. » Alors que, si elle était venue ici, c’était dans l’espoir de peut-être revoir son ancien mari. « Et… Je devrais repartir. Oui. Contente de t’avoir revue. »

Voilà que la grande et ambitieuse journaliste perdait tous ses moyens.

Pathétique.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 29 Aoû 2015 - 13:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Cela faisait quelques temps que Renan n'avait plus repensé à son ex-femme. En fait, il n'y songeait pratiquement jamais, mais lors d'une récente discussion avec Abigaïl, le français avait été contraint de se remémorer cet épisode de sa vie. La nécromancienne s'était effectivement interrogée sur son passé et il avait dû lui expliquer cette brève relation, ce qui l'avait amené à repenser à Kailee durant quelques jours. Honnêtement, il doutait de la revoir un jour, pour la bonne et simple raison qu'il s'était arrangé pour qu'elle soit dans un état tel qu'elle se sentirait incapable de recommencer sa vie à Star City. C'était son territoire, elle en avait été chassée sans ménagement. Il ignorait d'ailleurs si elle avait recommencé sa vie avec quelqu'un et à dire vrai, il s'en fichait pas mal. Contrairement à elle, Renan n'avait jamais été amoureux. Il avait agi sur les ordres de son oncle et s'était comporté comme l'époux idéal – selon ses critères à elle – afin qu'elle n'ait jamais à douter de ses prétendus sentiments et visiblement, cela avait été plutôt probant.
Alors, non, il ne s'attendait vraiment pas à la revoir.

Ce jour-là, il s'était offert une journée à peu près « normale », chose rare depuis quelques temps. Entre ses missions, ses discussions avec la nécromancienne ou l'Archidémon et sa vie civile, le français avait de quoi faire. Il n'avait quasiment jamais de moment de libre et c'est pourquoi, lorsque son patron lui avait annoncé qu'ils pouvaient terminer leur journée plus tôt ce jour-là, Renan avait décidé de rentrer chez lui plutôt que de filer à Mannheim.
Peut-être que s'il avait su ce qui l'attendait, il aurait changé d'avis.

Car en effet, il vivait toujours dans l'appartement partagé avec la blonde lors de leur union. Ils s'étaient installés ici peu de temps après avoir officialisé leur couple et n'avaient pas encore déménagé pour un appartement plus grand lorsqu'elle avait fait sa fausse-couche. La logique aurait voulu qu'il parte étant donné qu'il s'était séparé d'elle sous prétexte qu'elle lui rappelait trop son enfant perdu, mais il ne l'avait pas fait. Cet endroit était bien placé et il connaissait ses voisins. Ce n'était pas une question d'amitié, mais plutôt de sûreté, alors en effet, le français avait décidé de jouer avec la facilité en restant sur place plutôt que de se trouver un nouvel endroit et de tout recommencer à zéro.

Cela dit, ses voisins lui rendaient rarement visite, aussi lorsque quelqu'un toqua à sa porte alors qu'il triait quelques papiers, Renan ne put s'empêcher de songer aux habituels visiteurs : Evey, Abigaïl ou Siobhan. Mais ce n'était pas la bonne, malheureusement. Lorsqu'il se dirigea vers l'entrée pour ouvrir la porte, il fut au moins aussi étonné que la jeune femme et pour la première fois depuis longtemps, l'Officier de la Pénombre ne parvint pas à dissimuler sa surprise. Il s'attendait certainement à tout, sauf à tomber sur son ex-femme. Il la dévisagea machinalement, silencieux, main appuyée sur la poignée de sa porte, tandis qu'elle s'excusait en préparant sa fuite. Il fut tenté de confirmer qu'elle devait s'en-aller, voire rentrer dans son pays, mais son instinct lui dicta de faire autrement.
Avant qu'elle ne s'éloigne, il esquissa donc un geste vers elle.

« Attends ! » Il s'immobilisa, semblant hésiter – et c'était le cas. « Tu as bien deux minutes, non ? » Était-ce une bonne idée ? Lui-même l'ignorait. « Tu veux rentrer un instant ? »

Son regard mordoré sonda celui de la jeune femme et il recula dans l'entrée pour libérer le passage au cas où elle voudrait bel et bien entrer. Elle le fit et il referma derrière elle avant de reporter son attention sur la demoiselle. Elle avait changée Elle était... différente. Plus femme. D'un côté, ils s'étaient connus alors qu'ils étaient encore de jeunes adultes et maintenant ils avaient tous les deux évolués. Elle avait pris dix ans après sa fausse-couche, mais à cet instant elle était vraiment belle, pour ne pas dire resplendissante. Oui, Renan ne s'y attendait pas, dire qu'il était surpris serait un euphémisme.

Il désigna le salon pour l'inviter à entrer dans l'appartement. Ce dernier n'avait pas vraiment changé depuis son départ, les couleurs étaient les mêmes, mais il n'y avait plus la moindre personnalité : pas de photos, pas de bibelot, on aurait dit que personne ne vivait ici.
Renan lui emboîta le pas dans le salon avant de s'arrêter derrière elle, croisant ses bras sur son ventre.

« Je ne m'attendais pas à te voir ici. J'ignorais que tu étais de retour en ville. » Ce qui était une honte pour un membre de SHADOW. « Tu as l'air vraiment en forme... on peut dire que tu es resplendissante. » C'était sincère, pour une fois. « Tu étais venue ici pour une raison particulière ? Tu as parlé de quelqu'un d'autre... » Le ton de sa voix restait calme et en aucun cas hostile. « Tu veux boire quelque chose ? Installe-toi si tu veux. »

Il faisait tout son possible pour être poli et amical. Après tout, si l'on occultait leur séparation, il avait toujours été très prévenant avec elle. Renan lui avait assuré qu'il garderait de l'amitié et de l'affection pour elle, même après leur divorce et il devait donc jouer son rôle pour qu'elle ne soupçonne rien, même si la surprise était toujours assez visible. Mais ça, elle pourrait certainement le comprendre !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 29 Aoû 2015 - 19:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle n’était décidément pas prête à faire face à son ancien mari. Et pourtant, il était là, sous ses yeux et elle, elle ne savait plus du tout comment réagir. Et dire qu’au quotidien, elle était cette femme confiante et impressionnante, cette femme ambitieuse qui jamais Ô grand jamais ne perdait ses moyens. Alors que là, face à un passé désormais tangible devant elle, elle ne savait plus où se mettre ni comment réagir.

Pathétique.

La blonde tenta de fuir. Partir. Loin. Aller partout et nulle part à la fois, simplement loin de cet homme qui ravivait en elle des souvenirs aussi beaux et douloureux. Elle ignorait ce qui lui avait traversé l’esprit alors qu’elle avait choisi de se rendre ici plutôt que chez elle mais force était de constater que ce n’était pas la meilleure idée qu’ait eu la journaliste. Oh, elle ne détestait pas Renan. Après toutes ces années, jamais elle n’eut été en mesure de lui en vouloir. Chaque individu possédait une façon propre à chacun que de réagir face à la douleur. Renan, semblerait-il, c’était de se couper à tout ce qui pouvait potentiellement le faire souffrir. Tandis qu’elle… Elle aurait eut besoin de lui. Parce qu’il avait été son univers, celui qu’elle aurait voulu considéré comme l’homme de sa vie. Ce ne fut pas le cas. Et elle s’en est retrouvée blessée, complètement démolie, alors que l’Île-du-Prince-Édouard l’accueillait de nouveau pour qu’elle y fasse son deuil.

Tournant les talons pour partir, elle fut toutefois arrêtée par cette voix qui créa en elle un chamboulement d’émotions alors que le passé semblait vouloir remonter à la surface et la faire souffrir plus qu’elle n’avait déjà souffert. Et elle était la seule à blâmée alors qu’elle était celle ayant eut la brillante idée que de venir toquer à cette porte. Elle se retourna vers cet homme qui avait été son mari. « J’ai peut-être bien une minute ou deux… » souffla-t-elle finalement avant d’entrer dans cet appartement qui n’avait plus rien de celui qu’elle avait partagé avec Renan. Il semblait vide de vie alors que celui qu’elle avait partagé avec ce dernier était joliment décoré de fleurs, de photos, de peintures et autres, la journaliste ayant toujours aimé les endroits conviviaux et chaleureux. Le laveur de vitre, a priori, semblait un peu plus froid et distant alors qu’elle aurait presque pu croire que personne ne vivait ici, en règle générale.

Devait-elle s’assoir sur les sofas ? Elle ne savait pas trop. Elle resta donc debout, perchée sur ses talons vertigineux, pivotant pour faire face à cet homme qu’elle avait aimé de tout son cœur. C’était douloureux, de le revoir. Encore plus d’entendre sa voix. Mais une partie d’elle lui disait qu’elle avait besoin de ça. Que c’était nécessaire, pour qu’elle s’en remette définitivement. Elle était resplendissante ? Elle en doutait. Il était vrai qu’elle semblait en meilleur état que lorsqu’ils s’étaient quittés alors que son deuil était plus ou moins terminé. Et ce, malgré le tatouage qu’elle arborait à la base de sa nuque, le nom qu’elle aurait donné à son enfant à naître qu’elle avait malheureusement perdue. « Non merci. Je ne pense pas m’attarder. » Ne serais-ce que parce qu’il s’agissait d’une situation où, au final, elle n’était pas prête mentalement à supporter et ce, quand bien même avait-elle sut qu’elle devrait le confronter, un jour ou l’autre. Et peut-être n’aurait-elle jamais été prête.

« Je suis de retour depuis quelques mois. Depuis mars, plus précisément. » Cela faisait donc un moment qu’elle était de retour en ville et qu’elle avait repris son poste au Daily Star et qu’elle s’était impliquée de nouveau dans ses investigations dignes d’elle-même. « Si je suis venue ici, aujourd’hui, en fait, je ne le sais même pas pourquoi moi-même. Je crois que c’était la nostalgie, un peu. C’était chez moi, aussi, en quelque sorte, avant. Et j’ai simplement cru que tu aurais déménagé. » Autrement dit, qu’elle n’aurait pas eut à lui faire face, parce qu’elle ne s’y en était définitivement pas attendue. Comme ce dernier qui semblait tout aussi surpris qu’elle de se retrouver face à un passé qui, elle l’ignorait toutefois, n’existait que vaguement dans l’esprit de Renan.

Au final, elle accepta toutefois que de s’assoir sur le bout d’un des sofas, les jambes élégamment croisées et les mains sur ses genoux. Il était certain qu’elle était plus femme qu’avant, plus classe peut-être aussi et certainement plus élégante. À l’époque, elle était une jeune journaliste avec des rêves plein de la tête qui venait d’obtenir son diplôme et qui se voyait faire le tour du monde avec à son bras Renan. Or, ces rêves de jeune demoiselle s’étaient éteints pour ne garder que ceux d’une carrière qu’elle voulait réussite. « Je ne sais pas si tu te souviens de Charlie ? » Charlie Lane, la meilleure amie de Kailee à l’époque et seule personne de Star City avec qui avait-elle gardée contact. Cette femme lui manquait, à n’en pas douter et savoir qu’elle n’aurait plus la chance d’écouter ses mésaventures la désolait. « Elle est morte, au mois de mars dernier. Elle avait été embauchée par l’UNISON et des ennemis de l’organisation s’en sont pris à elle. » Peut-être que Renan savait, après tout, cela avait fait la une des journaux. Mais après, elle n’avait pas dans l’idée qu’il avait gardé contact avec l’ancienne avocate. Plus que contact, même.

« Je suis revenue pour ses funérailles en fait. Je ne devais restée que quelques jours et ensuite retournée au Canada… » Elle soupira. « Mais, au final, j’ai croisé un ancien collègue du Daily Star, on a discuté et j’ai repris contact avec mon ancien patron. Il a accepté de me réembaucher et donc, comme la vie est plus intéressante ici que sur l’Île-du-Prince-Édouard. » Là où elle aurait voulu amener Renan mais qu’il avait toujours refusé pour diverses raisons. « J’ai décidé de revenir. Il est toujours plus plaisant d’être journaliste dans une ville comme ici où il se passe quelque chose. » C’était logique, sachant que sa petite île natale se voulait un peu trop tranquille pour la journaliste ambitieuse qu’était Kailee. « Et toi Renan ? » Ce nom, elle avait encore de la difficulté à le prononcer. « Tu deviens quoi ? » Malgré tout, sa réponse l’intéressait sincèrement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 29 Aoû 2015 - 21:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan ne fut pas spécialement étonné de l'entendre parler de nostalgie : il savait qu'elle avait toujours été sentimentale et un peu fleur bleue. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il avait pris la décision de l'approcher avec le caractère que son identité civile avait désormais.
Il la regarda avec calme, posant son regard mordoré sur le visage de la jeune femme tandis qu'elle s'asseyait sur le canapé – qui n'avait pas changé depuis son déménagement. Lui-même décida de s'installer sur le fauteuil qui se trouvait à un petit mètre du sien, histoire de ne pas lui imposer sa présence, mais sans sembler distant. C'était assez amusant de constater qu'ils étaient aussi prudents et prompts à se tenir à bonne distance, alors que quelques années plus tôt, ils passaient leur temps collés ensemble. Les choses changeaient et c'était assez bizarre de la revoir aujourd'hui, changée, mais encore semblable à son ex-femme sous bien des aspects.

Cependant, lorsqu'elle parla de Charlie, il ne put s'empêcher de froncer les sourcils en la regardant d'un air intrigué. La texane avait décidé de ne pas lui parler de leur relation, inquiète à l'idée que sa meilleure amie puisse être blessée par l'idée qu'elle couchait avec son ex-mari. C'était un peu compréhensible, même si la page était tournée depuis le temps. Enfin, normalement ? Charlie n'avait jamais souhaité lui dire quels étaient les sentiments de Kailee à son égard et il ignorait donc si elle le détestait ou non.
Il choisit donc de la laisser tout expliquer avant de répondre. Qu'elle soit revenue en ville pour l'action ne le surprenait pas spécialement, mais il n'en était pas ravi, surtout si elle reprenait ses anciens dossiers – ceux que Charlie avait commencé à aborder avec lui, lors de confidences sur l'oreiller. Un léger soupir lui échappa avant qu'il ne hausse les épaules.

« Il n'y a pas grand-chose qui a changé depuis le temps... je travaille toujours au même endroit, j'habite toujours ici comme tu le vois... la seule chose qui a véritablement changé, c'est que Jack est décédé. »

Elle connaissait Jack comme l'oncle de Renan. Ce dernier lui avait présenté peu de temps après qu'ils se soient mis en couple et l'avait décrit comme l'homme qui l'avait élevé, en quelques sortes, la seule famille que le trentenaire lui avait présentée et le seul membre qui était présent à leur mariage. Jack avait toujours fait son possible pour jouer les « beau-oncle » parfait avec la jeune femme, mais il ignorait si elle l'appréciait de son côté. En tous les cas, cette annonce lui pinça le cœur, même après toutes ces années, il était toujours aussi triste à la simple pensée de cette perte.

« J'avais prévu de déménager tu sais. J'avais commencé à enlever tout ce qui me rappelait le reste... » Leur vie de couple, donc. « Et puis, je ne sais pas... j'ai laissé traîner un peu. J'ai visité quelques appartements, mais je ne m'y sentais pas aussi bien qu'ici et finalement... » Il haussa les épaules. « … disons que j'ai décidé de rester un peu par défaut. Surtout après la mort de Jack, je n'avais pas envie de tout couper. »

Jack, en bon oncle qu'il était, avait proposé son aide pour effectuer les quelques réparations dans l'appartement avant qu'ils n'emménagent ensemble et en y réfléchissant bien, c'était peut-être effectivement pour cette raison qu'il ne l'avait pas quitté. Jack était la seule personne qui ait réellement compté dans sa vie. Avec Evey aussi, mais à moindre échelle.
Il soupira à nouveau, conscient qu'il allait devoir lui avouer pour Charlie puisqu'elle risquait de l'apprendre par quelques rares amis communs qu'elles avaient – et qui étaient au courant. Sondant le regard de la jeune femme, il tenta une approche subtile pour commencer.

« J'ignorais que tu avais assisté à l'enterrement de Charlie. Mais oui, je suis au courant. Je l'ai côtoyée un bon moment et on se voyait avant qu'elle ne soit tuée. J'étais au courant pour son entrée à l'UNISON, puis ça a été relayé dans la presse en plus. » Ils « se voyaient », c'était le cas de le dire, mais il ne précise pas le sens de l'expression. « Je peux comprendre que tu sois revenues dans un endroit plus actif que chez toi... mais la mort de Charlie ne t'a pas fait comprendre que Star City est vraiment dangereuse pour les femmes comme vous ? » Il la sonda du regard. « Je veux dire, vous vous ressembliez beaucoup, sur le plan du caractère, ça aurait pu être toi à sa place. Je ne sais pas si c'est une très bonne idée que tu sois revenue. Tu pourrais avoir de plus gros problèmes cette fois-ci. »

Le ton de sa voix était légèrement soucieux, même s'il parlait avec douceur, comme pour éviter qu'elle ne comprenne qu'il se faisait du tracas pour elle. Le trentenaire détourna brièvement le regard. Il avait semé des indices dans ses paroles, expliquant qu'elles se ressemblaient beaucoup et « excusant » en quelques sortes le fait qu'il ait pu tomber sous son charme. Au fond, peut-être qu'elle ne comprendrait rien et il verrait qu'il n'avait plus de soucis à se faire avec elle : si elle n'était pas capable de comprendre lorsqu'il lui cachait à peine quelque chose, elle ne représenterait aucun danger pour SHADOW !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 18:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« J’en suis désolée » s’entendit-elle prononcer alors qu’il lui annonçait que son oncle était mort. Il s’agissait de la seule personne de la famille de Renan qu’elle ait rencontré et, de ce qu’elle avait compris, il avait été important dans la vie de ce dernier. Un peu comme un père, en quelque sorte. La mort était toujours quelque chose de triste, du moins, aux yeux de la blonde. Son premier deuil avait eut lieu sept ans plus tôt alors qu’elle pleurait tout son soûl la perte de cet enfant qui aurait dut naître au sein d’une famille aimante et attentive et dont elle aurait pris soin comme s’il s’agissait de la prunelle de ses yeux. Et pourtant, cet enfant, elle l’avait détesté. Elle l’avait détesté de tout son être et ce, jusqu’au plus profond d’elle-même alors que sa dépression l’amenait toujours plus bas, l’amenant à n’être plus que l’ombre d’elle-même. Elle avait détesté cet enfant, qu’elle avait vu comme responsable de son état psychologique dangereusement instable. Elle l’avait tenu coupable de son divorce. S’il n’avait pas été là, s’il n’était pas mort, peut-être aurait elle encore été avec Renan. Elle l’avait détesté, plus qu’une mère ne se serait jamais sentie en mesure de détester son enfant.

Et aujourd’hui, elle s’en sentait stupide, voir même un peu coupable, alors que le vide qu’avait créé cet enfant se faisait toujours ressentir.

Elle écouta la suite et ne put qu’hocher de la tête lorsqu’il lui expliqua pourquoi il était resté. L’appartement ne ressemblait plus à ce qu’il avait été lorsque la demoiselle s’y trouvait encore, si ce n’était que les meubles qui ne semblaient pas avoir changé. La suite, toutefois, lui arracha un froncement de sourcils. De l’époque où ils étaient encore ensemble, elle n’avait jamais porté attention à la relation qu’avait Renan avec sa meilleure amie. Dans sa tête, il ne le côtoyait que parce que l’avocate était importante aux yeux de la blonde et non pas parce qu’il l’appréciait d’une quelconque manière. Un soupire franchit ses lèvres alors que Renan s’inquiétait de son retour à Star City. Elle secoua doucement de la tête, essuyant vite fait ses inquiétudes d’un vague geste de la main.

D’autres détails avaient attiré son attention. Notamment ceux concernant Charlie. « À ce que je vois, tu n’as pas spécialement changé. Tu n’as jamais sut te tenir lorsqu’il y a des blondes autour de toi. » Son ton balançait entre la lassitude et peut-être une pointe de colère alors que d’anciens souvenirs remontaient à sa mémoire. Et elle parlait tant de Charlie que de celle qui avait trop souvent traîné dans cet appartement, du moins, au goût de la journaliste, à savoir Evey. Si elle avait sut la supporter, voir même peut-être l’apprécier, alors qu’elle était en couple avec Renan, lors de son divorce, alors qu’elle sombrait dans une spirale l’amenant droit dans une dépression où elle n’allait s’en sortir que quelques années plus tard, elle avait longuement craché sur le dos de cette supposée meilleure amie. Combien de fois avait-elle répété à Charlie que, s’il l’avait laissé, c’était pour se retrouver dans les bras de celle qu’elle avait si gentiment surnommée la connasse ? Et ça, c’était s’il avait été fidèle, car elle avait aussi cassé les oreilles de l’avocate dans des suppositions infondées comme quoi, ces soirées où elle se retrouvait seule, c’était qu’il partait se taper cette connasse.

Mais au final, elle était surtout déçue. Non pas de la part de Renan. Cela faisait sept ans et il ne lui devait plus rien. Elle était déçue de sa meilleure amie, qui savait pourtant pour les sentiments qu’elle avait bien malgré elle toujours pour cet homme qui lui avait brisé le cœur. Certes étaient-ils légers, mais ils étaient la raison pour laquelle elle n’avait jamais été en mesure de le détester. « Je pense que je dois te dire merci, non ? » Elle avait pris quelques secondes de silence pour essayer de mettre ses idées en ordre dans sa tête. « Ne serais-ce que pour t’être montré honnête. » Elle n’était pas certaine qu’elle aurait apprécié le savoir de la part de quelqu’un d’autre. Elle était toutefois surprise, si vraiment il avait eut une relation avec l’avocate, qu’il n’ait pas été présent à l’enterrement. Peut-être se faisait-elle des idées. Mais vu ce qu’il en disait, ils avaient certainement eut une relation, elle n’en connaissait simplement pas la durée, Charlie n’ayant pas cru bon que de lui en faire part.

« Quel genre de problèmes veux-tu que j’aille ? Je n’ai pas remis les pieds ici depuis des années et si cela fait quelques mois que je suis de retour, je ne suis qu’une journaliste parmi tant d’autres. » Autrement dit, elle n’avait pas la notoriété de l’avocate et donc, de ce fait, elle était certainement moins en danger que sa meilleure amie avait pu l’être. « Ne t’en fait pas pour moi. Je sais prendre soin de moi-même. » Après tout, elle l’avait fait, au cours de ces dernières années, en essayant de se sortir de cette dépression qui lui avait coûté quelques petites années de sa vie. Une question, toutefois, tournait dans l’esprit de la blonde. « Tu as quelqu’un ? » Elle secoua doucement de la tête, avant d’inspirer profondément. « Je veux dire, en ce moment, tu as quelqu’un, dans ta vie ? » Autrement dit, entretenait-il une relation avec quelqu’un d’autre, alors qu’il était évident que sa relation avec Charlie s’était terminée, pour des raisons tout aussi évidentes. Au final, Kailee n’était pas certaine de vouloir savoir la réponse mais elle était convaincue qu’elle se devait de le savoir. Il était passé à autre chose, c’était évident. Là où elle entretenait encore quelques sentiments pour lui, lui, il avait tourné la page. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Cela faisait de longues années qu’ils étaient séparés. Elle aussi, elle aurait dut tourner la page. Or, semblerait-il qu’elle ne l’avait toujours pas fait. « Tu n’es pas obligé de répondre. » Au cas où souhaitait-il la ménager.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 21:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Elle était toujours bonne dans son métier. Kailee avait compris les aveux voilés de Renan et elle semblait assez bien le prendre. Enfin, pouviez-vous réellement bien prendre le fait que votre ex-mari vous avoue qu'il avait eu une relation avec votre meilleure amie, mais sans qu'aucun des deux ne juge bon d'en parler ? Certainement pas. Cela dit, lorsque la jeune femme lui parla des blondes, il ne put s'empêcher de froncer les sourcils, légèrement vexé. Renan avait toujours fait beaucoup d'efforts avec elle lorsqu'ils étaient mariés, Jack lui avait seriné que pour avoir un mensonge crédible, il fallait mettre une bonne dose de vérité dedans. Il n'était pas amoureux d'elle, mais il devait jouer franc-jeu sur un autre plan et ça avait été celui de la fidélité et des attentions que les couples se faisaient généralement. Il n'avait jamais soupçonné qu'elle puisse douter de sa fidélité, mais apparemment, c'était le cas, non ?
Evey n'avait jamais aimé Kailee, mais il ignorait totalement si c'était réciproque ou non. Visiblement oui.

Il resta toutefois silencieux, attendant qu'elle dise ce qu'elle avait sur le cœur et apparemment, elle fut plutôt résignée. S'il avait eu des sentiments, Renan aurait certainement culpabilisé, puis eu pitié d'elle. Elle avait vraiment l'air perdue et, pendant un bref un instant, il se demanda si elle pouvait encore nourrir des relents de sentiments à son égard. Charlie avait été très réticente au départ, à l'idée de poignarder son amie dans le dos, même si elle avait finalement accepté. Son regard ne dévia pas du minois de la jeune femme, étrangement familier, mais pourtant très différent de celui qu'il avait gardé dans ses souvenirs.

La dernière question qu'elle lui posa finalement ne manqua pas de le surprendre. En quoi sa vie de couple actuelle pouvait l'intéresser ? Renan n'avait pas vraiment surveillé son ex-femme durant tout ce temps, il ignorait donc si elle s'était remariée ou même si elle avait eu des enfants. Machinalement, son regard glissa vers la main gauche de Kailee, mais aucune bague ne semblait orner son doigt. Elle ne s'était pas remariée. Il reporta alors son attention sur le visage de la demoiselle. Renan ignorait même si elle avait repris son nom de jeune fille, bien qu'à ses yeux, c'était plus qu'évident : quelle femme conserverait le nom de celui qui l'avait quittée quand elle avait besoin de son soutien ?

« Je n'ai rien à te cacher. » Ce qui était faux. « Et je ne pense pas que ça ait réellement une importance pour toi... »

Sauf si elle était revenue ici dans l'espoir qu'ils se remettent ensemble, mais il en doutait franchement. Malgré les bons moments passés ensemble et malgré l'ego dont il était doté, Renan n'irait pas jusqu'à prétendre qu'il était si irremplaçable qu'elle pourrait lui pardonner ce qu'il avait fait par le passé.

« Mais oui. Depuis peu. » Très peu de temps même, mais il occulta le fait qu'elle était enceinte de ses œuvres. « Tu sais Kailee, je n'ai jamais regardé d'autre femme que toi quand nous étions mariés. Ni Charlie, ni aucune autre. Je ne sais pas ce qui te donne une raison de douter de ça, mais j'ai toujours su me tenir. » Il essaya d'opter pour un ton légèrement blessé – et il l'était un peu en vérité. « Je n'ai fréquenté personne jusqu'à Charlie. Pas de manière sérieuse je veux dire. » Il y avait bien eu des relations d'un soir, il restait humain après tout. « Et c'était très récent. Je ne l'ai pas revue pendant toutes ces années jusqu'à ce qu'elle m'aide pour une question juridique. Ça ne s'est fait que deux ou trois mois avant qu'elle ne décède et presque personne n'était au courant. » Ce qui était l'entière vérité. « Elle a hésité à t'en parler... c'est peut-être de ma faute, je ne voulais pas causer des problèmes entre vous, alors je lui ai conseillé de ne rien dire. » Il la fixa. « Je ne sais pas si j'ai bien fait. »

Ce n'était pas tout à fait ainsi que les choses s'étaient déroulées, mais disons que le trentenaire était le dernier à pouvoir témoigner de la tourner des événements, elle n'aurait donc pas la version de Charlie pour démentir. Un léger soupir lui échappa avant qu'il ne détourne le regard, comme s'il se sentait un peu pris en faute. Après quelques secondes de silence, il reprit la parole.

« Je ne savais pas quels étaient tes sentiments à mon égard et, à dire vrai, je ne le sais même pas aujourd'hui. Est-ce que tu me détestes ? Est-ce que tu m'en veux de ne pas avoir été là, ou de ne pas avoir pris de tes nouvelles ? Qu'est-ce que je dois attendre de toi ? Me faire battre froid quand je te croiserais dans la rue, ou est-ce qu'on s'en tiendra à une relation amicale ? » Des questions franches qui démontraient qu'il voulait arranger les choses. « Et pour toi ? Je présume que tu as dû avoir une foule de prétendants depuis le temps... »

Un compliment caché, mais il ne disait pas clairement qu'il songeait qu'elle s'était remise avec quelqu'un. Peut-être qu'il l'avait vaccinée à vie de l'idée de se remarier ?
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 1 Sep 2015 - 3:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle l’écouta parler sans ciller. Il était vrai, qu’est-ce que cela changerait dans sa vie qu’il soit en couple ou non ? Rien, à vrai dire. Ce n’était pas pour autant que la réponse ne l’intéressait pas. Elle ne s’imaginait pas retomber dans ses bras. Elle savait que cela n’arriverait jamais. Ne serais-ce que parce qu’elle se le refuserait. Il l’avait assez fait souffert et elle avait assez donné pour lui. Leur histoire, c’était de l’histoire ancienne mais ce n’était pas pour autant que la nostalgie ne ramenait pas quelques beaux souvenirs à son esprit. Qu’était-il pour elle ? Elle n’en savait rien. Le revoir, elle n’y avait pas été préparé, ce qui rendait la chose un peu plus difficile sachant qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait bien lui répondre.

Elle eut un rire léger, certainement ironique, avant de reprendre son sérieux. « De nombreux prétendants ? » Elle roula des yeux avant de reposer ses prunelles acier sur la silhouette de l’homme se trouvant devant elle. « J’ai évidemment eut beaucoup de temps pour me trouver quelqu’un. » Son ton de voix se voulait bien sarcastique alors que son regard se trouvait toujours posé sur le laveur de vitre. « Entre le deuil de notre enfant, notre divorce et la dépression… » Elle avait broyé du noir longtemps. Trop longtemps. Elle s’en était totalement sortie qu’à peine deux ans plus tôt, ce qui lui faisait cinq longues années où elle n’avait plus été que l’ombre d’elle-même. Mais ça, il l’ignorait. Charlie ne lui avait bien évidemment pas fait part de sa situation mentale désastreuse alors qu’elle s’était retrouvée au bord du gouffre. « Sans compter qu’il a fallu que j’essaie de me reconstruire, que je me retrouve un emploi, que j’essaie de me bâtir une vie, seule. » Une certaine amertume se faisait entendre alors qu’elle récitait ses dernières années plus que catastrophique. « Donc, pour répondre à ta question, oui, j’ai eu beaucoup de prétendants. Entre la citalopram, l’escitalopram, la miansérine… » Ce qu’elle lui listait s’avérait quelques uns d’une liste bien longue de médicaments qu’elle avait pris lors de ces années peu glorieuses. Des antidépresseurs, en somme.

Cherchait-elle à le faire culpabiliser ? Peut-être, un peu. Une partie d’elle voulait lui faire du mal, l’écraser, lui faire connaître la souffrance qu’elle avait connu. Toutefois, une autre, peut-être plus rationnelle mais surtout plus douce, préférait se dire qu’il avait souffert, lui aussi. À sa façon. « Je ne sais pas, Renan. » Elle soupira. « J’aimerais te détester. C’est ce que j’ai souhaité, pendant ces cinq longues années où ma vie ne rimait à rien. Te détester. Il aurait été tellement plus facile de m’en sortir si je pouvais simplement t’haïr au point que j’aurais préféré te savoir mort. » La blonde était devenue une femme un peu plus amer et cynique qu’elle l’avait été à l’époque, plus froide et peut-être un peu plus égoïste. Si elle avait encore son côté calme et doux, il était évident de voir que son regard s’était durci et que si elle était toujours aussi fleur bleue, elle était aussi beaucoup plus détachée.

« J’aurais eut toutes les raisons de te détester, en plus. Je venais de perdre notre enfant, je me sentais mourir de l’intérieur. J’avais l’impression que la vie me punissait de quelque chose que j’ignorais en m’arrachant cet enfant que j’attendais pourtant avec tant d’impatience. » Parler de cet enfant qu’elle aurait aimé se voir appeler Jude (la raison pour laquelle elle avait ce nom tatoué à la base de sa nuque) se voulait plus douloureux que de penser à cette relation désormais terminée depuis belle lurette avec cet homme avec qui discutait-elle d’une manière trop naturelle pour ce qu’il en était. « Et toi, tu as préféré fuir. Plutôt que d’affronter ça à deux, de se soutenir, de faire notre deuil ensemble, tu es parti. Sais-tu seulement combien j’aurais aimé pouvoir te détester ? » Elle s’en trouvait pathétique. Car si aujourd’hui elle ne ressentait qu’une vague de sentiments reliés à des souvenirs lointain pour cet homme qu’elle avait un jour aimé sans compter, aimé sans retenu, il n’en restait pas moins qu’elle n’avait jamais été en mesure de le détester. Même pas un minimum.

Elle soupira. « Au final, je ne te déteste pas. Je t’en veux, peut-être, un peu, pour m’avoir laissé seule au moment où j’ai eu le plus besoin de toi à mes côtés. Je t’en veux d’avoir fui. Je t’en veux d’avoir été terriblement lâche. » C’était ainsi qu’elle le voyait, au final. Quelqu’un de lâche qui avait préféré fuir les souvenirs que de faire face à la mort. « Je ne te veux pas de mal. Donc, ne t’inquiète pas pour cela. Quant à une relation amicale… Tu penses réellement que c’est possible ? Après tout ce temps ? » Sept ans s’étaient écoulés sans qu’ils n’aient eut de nouvelles de l’autre. Sept ans qu’elle n’avait pas revu ce visage aux traits qui, s’il avait vieilli, semblaient toujours être les mêmes. « Parce que, de mon côté, nous ne nous sommes pas laisser en très bon terme. »

Il lui avait tout de même présenté les papiers de divorce sans réellement lui laisser le temps de se préparer mentalement. Sans compter qu’elle était déjà partiellement démolie suite à sa fausse couche.

« Tu ne peux pas m’en vouloir d’avoir douté de ta fidélité. Du moins, je n’ai jamais envisagé que tu ais pu me tromper alors qu’on était encore ensemble. » C’était après que les choses s’étaient compliqués alors que Charlie avait été témoin des éclats de rage comme de larme alors que la demoiselle était rentrée au Canada. « Comprends-moi, avec tout ce qu’il s’est passé, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que peut-être tu me laissais pour cette conna… Pour Evey. » Elle allait éviter de lui balancer les jolies quolibets qu’elle avait pour la meilleure amie de ce dernier. Si elle était encore dans sa vie, ce qu’elle ignorait. « Je n’avais pas prévu te voir, ce soir. » Alors que pourtant, elle avait toqué à sa porte. « Je suis donc un peu prise au dépourvu. » Ce qui était assez surprenant sachant que Kailee avait toujours été prête à toute éventualité. Sauf lorsqu’il s’agissait de Renan. « Et de ta part, je dois m’attendre à quoi ? » Elle passa une main dans ses boucles blondes. « Parce que je ne compte pas repartir au Canada. Mais si tu refuses de me voir ou que je me retrouve impliqué d’une quelconque façon dans ta vie, je comprendrais. » Autrement dit, elle aussi était-elle prête à faire des efforts pour peut-être renouer dans une relation d’amitié qui, si elle ne serait pas idéale, pourrait tout de même être bien.

Du moins, de ce qu’elle croyait.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Sep 2015 - 11:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
L'une des choses qui pouvait réellement frapper Renan quant aux changements opéré chez son ex-femme, c'était une sorte d'aigreur dans ses paroles. Elle était devenue amère, mais était-ce surprenant lorsqu'elle avait perdu son enfant et que son mari avait demandé le divorce dans la foulée ? Pas vraiment. Le français n'avait jamais songé aux effets secondaires durables qu'auraient cette mission sur elle. Peut-être qu'il aurait mieux valu qu'elle meurt au final, sauf qu'il s'en fichait pas mal : ses souffrances n'étaient rien à côté de l'importance de sa mission.

Le regard du Breton resta posé sur le minois de la jeune femme tandis qu'elle lui faisait une belle démonstration de son talent à accabler les gens. Nul doute que s'il avait été sentimental, Renan se serait senti très mal à l'aise, voire coupable. Il avait eu un comportement infecte, c'était un fait, cependant ce n'était pas son problème. Son oncle lui avait donné une mission et il l'avait remplie avec brio – du moins jusqu'à maintenant – c'était la seule chose qui comptait. Son silence durant tout le long de la litanie de reproches que la jolie blonde lui offrit, il la laissait déverser tout ce qu'elle avait gardé sur le cœur dans l'espoir de la voir s'apaiser un peu ensuite. Cependant, Renan nota une chose : elle ne le détestait pas, ce qui était assez surprenant en soi, mais il ne s'en plaindrait pas. Au contraire.

Cela dit, la remarque qu'elle lui lança à propos d'Evey ne manqua pas de provoquer un froncement de sourcils un peu étonné. Qu'il ait pu la quitter pour elle ? C'était une plaisanterie ou quoi ? Certes, la blonde n'avait jamais aimé Kailee et elle avait certainement dû montrer qu'elle était hostile à ce mariage, mais lui-même n'avait jamais rien fait qui puisse laisser penser qu'il avait une relation adultérine avec elle. Cela dit, Kailee n'avait peut-être pas eu besoin de grand-chose pour s'imaginer ça. Il était vrai qu'en tant que meilleurs amis, les deux agents sortaient de temps en temps ensemble, laissant la journaliste seule ou avec Charlie à l'époque où elle vivait encore dans l'immeuble. La jalousie des femmes – ou des Archidémons – le dépasserait toujours.
Il soupira légèrement avant de la regarder dans les yeux.

« Je ne refuserais pas que tu veuilles continuer à me voir. Je comprends tout ce que tu m'as dit. » Il essaya de se faire aussi franc que possible – et il la comprenait effectivement. « Je te l'ai dit au moment du divorce Kailee : je n'ai rien contre toi. Je n'ai pas agi comme ça parce que je ne t'aimais plus ou parce que je te détestais.... » Ce qui était vrai puisqu'il ne l'avait jamais aimée. « Mais simplement parce que je ne pouvais plus te voir sans penser à ce qu'on avait perdu. Tu n'es pas responsable de tout ça, je sais que je suis le seul fautif. À l'époque, je t'en ai voulu tu sais. Peut-être qu'un peu de colère avait motivé mon geste, parce que j'étais persuadé que c'était ta faute et que si tu m'avais écouté, rien ne serait arrivé. » Il parlait du fait qu'il lui avait demandé d'arrêter de travailler. « Et puis... avec le temps, j'y ai réfléchi et je me suis dit que j'avais agi comme un idiot. Et comme un lâche, tu as raison. »

Il espérait bien qu'il restait un peu de côté « fleur bleue » à son ex-femme de manière à ce qu'il puisse exploiter sa fibre romantique et, pourquoi pas, les restes de sentiments qu'elle pourrait avoir pour lui ? Maintenant qu'elle était de retour en ville, il allait devoir reprendre sa mission et vu qu'il n'était plus question de lui refaire un enfant pour qu'elle se tienne tranquille, il devrait agir autrement. L'avoir dans ses proches était donc primordial.

« Même si ce n'est pas une excuse, j'étais encore jeune. Toi aussi, mais tu sais ce qu'on dit à propos de la maturité des hommes et des femmes... » C'était une manière d'alléger la discussion. « J'admets que j'ai agi comme un parfait imbécile. Je n'aurais pas dû te laisser tomber alors que tu avais besoin de soutien. Peut-être que les choses se seraient arrangées et qu'on en serait ailleurs aujourd'hui. » Il la regarda avec calme. « Tu aurais eu raison de me détester et je suis désolé que tu n'y sois pas arrivé si ça t'avait soulagée un peu. » Un soupir. « Mais pour te répondre, oui, j'aimerais pouvoir croire qu'on peut encore être amis. Je n'ai pas été là la première fois, mais si je ne me trompe pas, aujourd'hui aussi tu auras besoin d'amis pour t'aider à te refaire à cette vie, non ? Charlie n'est plus là et j'ignore si tu as encore beaucoup d'amis en ville, mais je crois que ce serait une erreur qu'on se batte froid en s'ignorant. » Il risqua un léger sourire. « On s'était bien entendu à l'époque. Même si j'en conviens que les mauvais moments ont été plus nombreux à la fin, il y en a aussi eu de bons. »

Il avait, après tout, toujours fait son possible pour que les choses se passent bien pour elle et pour leur relation. Jack lui avait assuré qu'il s'y prenait bien, mais Kailee était la seule juge et peut-être qu'elle pourrait prétendre qu'il n'y avait plus de place pour les bons souvenirs dans son esprit.

« Mais je t'assure que je ne t'ai pas quittée pour une autre. Certainement pas Evey. C'est juste ma meilleure amie, rien de plus. Et très franchement, je n'ai pas eu la tête à une nouvelle relation avant plusieurs années, même si tu pourras croire que je te mens. Je sais que tu as plus mal vécu les choses que moi parce que tu l'as subi sans rien demander, mais ça ne m'a pas enchanté de le faire. Je pensais que c'était le mieux pour moi, mais je me suis trompé. » Il soupira. « Cela dit, je crois que l'eau a coulé sous les ponts et ce serait dommage de tirer un trait sur le passé, tu ne crois pas ? On pourrait plutôt s'en servir pour éviter de nouvelles erreurs ? »

Il parlait bien d'amitié vu qu'il était clair pour eux qu'il n'y aurait jamais rien de plus. Ou une certaine nécromancienne risquait de ne pas apprécier et il ne tenait pas à voir Kailee grossir les rangs de la Moisson en tant que zombie.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 2 Sep 2015 - 16:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sa faute ? Un peu plus et Kailee lui aurait rit au visage. Un rire mauvais, amer, qui n’avait rien d’humoristique. La journaliste n’avait jamais compris l’entêtement qu’il avait eut à lui faire lâcher son travail. Déjà, dans les débuts, il lui avait proposé de vivre sans qu’elle n’ait à s’encombrer d’une carrière quelconque, ce qu’elle refusa, bien évidemment. La demoiselle, passionnée de son travail et incapable que de rester assise à rien faire, avait refusé que d’abandonner le Daily Star pour des raisons qu’elle n’était pas certaine de comprendre. Puis, il y avait eut la grossesse. L’enfant. Celui qui n’eut pas la chance d’exister. Il le lui avait demandé, d’arrêter de travailler. Que se démener autant, aller sur un coup de tête sur les lieux d’un crime pour un article, faire le tour de la ville au minimum six fois pour un autre, ce pourrait être dangereux, pour l’enfant. Peut-être aurait-elle dut l’écouter. Peut-être que Jude serait né.

Peut-être seraient-ils encore ensemble.

Il y avait quelque chose de dérangeant, dans cette discussion. Elle n’aurait pas trop sut dire quoi, mais quelque chose l’embêtait. Si elle pouvait le croire qu’il ne l’avait pas quitté pour une autre, lorsqu’il parlait de relation, de ce qu’ils avaient vécus, quelque chose coinçait. Comme si, au final, devant ses yeux, ne se trouvait pas l’homme qu’elle avait aimé. Que s’il portait le même nom et arborait les mêmes traits, il ne s’agissait tout simplement pas de Renan Le Guerec, l’homme de qui elle avait gardé le nom. Elle secoua doucement la tête. Elle devait se faire des idées. Pire, elle devenait lentement mais sûrement folle. Il s’agissait sûrement de ça.

« Il est trop tard, de toute façon, pour éprouver des regrets. Tu as fait ce que tu as cru être meilleur pour toi et je ne pouvais, de toute façon, qu’accepter ta décision. J’aurais pu me battre, essayer de te garder avec moi… » Elle soupira. « Mais au final, je savais que je t’avais perdu en même temps que notre fils. » La mutante avait développé ses pouvoirs peu avant la fausse couche. Les hormones de la grossesse mêlées au poison de l’Officier de la Pénombre furent assez pour déclencher une mutation dont elle n’avait toujours pas conscience, bien des années plus tard. Elle l’avait donc senti, à la fin de leur relation. Lors de la perte de leur enfant. Lorsqu’il lui avait demandé le divorce. Elle l’avait senti. Elle n’aurait jamais sut ce l’expliquer et encore à ce jour elle a préféré relégué ce souvenir bien loin dans son esprit, mais il ne l’aimait pas. Elle s’était dit se faire des idées, qu’elle était folle, qu’elle préférait croire ceci, qu’il allait être plus facile de le détester. Et si elle préférait prétendre avoir imaginé le sentiment profond qu’elle avait ressenti, ce vide qui s’était installé en elle qui ne semblait pas provenir de ses propres émotions, il s’agissait toutefois là de la raison principale pour laquelle elle ne s’était pas battue.

Parce que Renan ne l’aimait plus.

Toutefois, ses paroles, la discussion qu’ils avaient, il avait été dit qu’il ne l’avait pas quitté parce qu’il ne l’aimait plus. Qu’il l’avait quitté parce qu’il avait trouvé la situation trop douloureuse. Elle voulait bien le croire. Mais ce souvenir, aussi enterré pouvait-il être dans son esprit, se voulait encore présent, vicieuse, prête à sortir lorsqu’elle en aurait le moins besoin. « Mais j’imagine que oui, il serait possible de redevenir amis. » Avaient-ils seulement déjà été amis ? De ce qu’elle se souvenait, ils s’étaient rencontrés et étaient tombés dans les bras l’un de l’autre assez rapidement. Ou, tout du moins, Kailee était tombée dans ses bras assez rapidement. Plus rapidement qu’elle ne l’aurait cru.

Il y avait cependant quelque chose sur les traits de la jeune femme qui représentait une douleur qu’elle n’avait pas sut effacer avec le temps : celle de l’abandon. Une certaine lassitude tout comme une fatigue évidente se lisait sur son joli minois alors que ressasser le passé n’avait jamais été une bonne chose pour celle s’étant sortie d’une profonde dépression qui l’avait amené au bord du gouffre. Où elle avait failli sauter, bien qu’elle préférait éviter d’en parler à son ex-mari. C’était un sujet délicat qu’il valait mieux passer sous silence. « Je connais encore quelques personnes, des collègues majoritairement. Je suis partie longtemps. Sept longues années, il s’en passe des choses. Sans compter que la seule personne a qui j’ai daigné donner des nouvelles, c’était Charlie. » Cette dernière n’ayant pas vu l’utilité que de lui dire qu’elle partageait le lit de son ex-mari, celui qui l’avait plongé dans une situation mentale plus que catastrophique. « Ce qui fait que tu marques un point, je n’ai, effectivement, pas beaucoup d’amis ici. » Elle eut un léger rire, cette fois-ci un peu plus franc. « Je ne sais pas pourquoi, mais il me semble que c’était beaucoup plus aisé de se faire des amis une trentaine d’années plus tôt. » Elle avait fêté son trente-troisième anniversaire peu après son retour à Star City. Se souvenait-il de l’âge qu’elle avait et de sa date d’anniversaire ? Elle n’en était pas trop certaine. « Je n’avais besoin que d’un sourire et voilà, cette gamine était désormais ma meilleure amie des bacs à sable. » Elle cherchait à détendre l’atmosphère et à alléger la discussion, à sa façon.

« Je te préviens toutefois, je ne dis pas qu’il me sera aisé, au début, de te voir comme un ami. » Elle inspira profondément. « Détrompe-toi, je n’éprouve plus de sentiments pour toi. » Peut-être quelques uns, mais ils venaient surtout d’un fort sentiment de nostalgie et d’une impression d’inachevée alors que leur relation s’était terminée abruptement. « Mais j’imagine que tu ne pourras pas m’en vouloir si l’aspect naturel d’une relation amicale ne me vient pas directement. J’ai passé les sept dernières années à essayer de te détester, à te mettre tous les maux du monde sur le dos. Peut-être n’étais-ce pas la meilleure chose à faire et qu’il ne s’agissait pas de quelque chose de mature, mais si toi me laisser était ta façon de guérir, la mienne était d’essayer de te rendre coupable de tout. » Raconté comme ça, de vive voix, lui faisait réalisé combien elle avait été stupide dans sa façon de faire. « Mais je veux bien essayé. Parce que, tu as raisons, on a aussi eu de bons moments. Et je n’ai pas envie de te détester, pas plus que de t’ignorer. » Elle était prête à faire des efforts et à repartir sur de meilleures bases avec lui. Celui qu’elle avait cru sorti de sa vie définitivement. « Au final, je veux bien te prendre un verre d’eau. » Elle lui adressa un sourire. De ces sourires chaleureux qu’elle avait eut à l’époque. Un sourire plus franc que ce qu’elle avait adressé à Renan depuis le début de leur conversation. « Et sinon, tu deviens quoi ? Toujours laveur de vitre ? » Il voulait repartir sur de meilleures bases ? Soit. Elle n’était pas contre l’idée. Mais cela demandait aussi de savoir à qui avait-elle affaire, désormais.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 2 Sep 2015 - 19:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Lorsqu'elle déclara qu'elle avait senti qu'elle l'avait perdu au moment de sa fausse-couche, Renan ne put s'empêcher de la fixer avec intensité. Est-ce qu'elle avait capté quelque chose dans son attitude ? Certes, il s'était légèrement renfermé sur lui-même pendant le temps qu'elle avait passé à l'hôpital avant et après sa fausse-couche. Même s'il avait continué de lui rendre visite tous les soirs après le travail, le français avait veillé à rendre sa demande de divorce crédible en s'éloignant doucement d'elle. Alors, peut-être qu'elle avait flairé quelque chose à ce moment, oui.

Le Breton resta silencieux lorsque son ex-femme reprit la parole pour lui expliquer qu'il avait raison pour ce qui était de ses amis. Pas très étonnant, il se doutait que les journalistes ne s'embarrasseraient pas d'une amitié qui ne pouvait plus leur être utile.
Durant leur année de mariage, le trentenaire avait veillé à remplir les attentes de Kailee. Elle était fleur bleue, il avait donc joué au romantique. Les femmes appréciaient que l'on remarque des détails – un changement de coiffure par exemple – ou encore que l'on se souvienne de la date d'anniversaire de ses parents. Ou la sienne. Renan se souvenait donc parfaitement de l'âge et de la date de naissance de son ex-épouse, tout comme il avait pris soin de mémoriser celle de Charlie pour la mettre dans de bonnes conditions. Ce n'était que de simples détails sans grand intérêt, pourtant ça faisait son petit effet à chaque fois. Bien décidé à ne pas laisser passer cette chance de lui faire remarquer qu'il ne l'avait pas oubliée, le Breton esquissa un léger sourire.

« Il y a trente ans ? Tu savais déjà jouer de ton charme à seulement trois ans ? » Le ton de sa voix était léger. « D'ailleurs bon anniversaire, avec quelques mois de retard. » Il décida toutefois de ne pas trop en fait. « Mais, tu sais, ce n'est pas la quantité d'amis qui compte. Et puis... tu as le temps de t'en faire de nouveau. Tu n'es pas de retour en ville depuis longtemps de ce que j'ai cru comprendre et avec ta propension à faire passer le travail en priorité, je pense que tu n'as pas vraiment pris le temps d'aller boire un verre pour rencontrer de nouvelles personnes, non ? »

Cela ne tiendrait qu'à elle de trouver des gens qui pourraient s'intéresser à elle. Cependant, Renan ne se plaindrait pas du fait que la demoiselle s'isolait : elle aurait moins de personnes avec qui parler et elle ne pourrait pas aller répéter d'éventuelles trouvailles à des individus dangereux pour SHADOW. À l'heure actuelle, le français ignorait comment il allait réagir. La faire exécuter serait le plus prudent, cependant il ne voulait pas prendre le risque d'attirer l'attention sur elle. Kailee avait déjà subi une grosse perte et un énorme passage à vide avec sa fausse-couche, si elle mourait en étant à peine de retour à Star City, peut-être que cela ferait naître quelques questions... Cependant, il n'oubliait pas qu'elle était la meilleure amie de Charlie, un accident pourrait donc être justifié en sa basant là-dessus.

Pour la suite... il ne fut pas étonné de l'entendre dire qu'elle n'avait plus de sentiments pour lui. Même avec toute sa vanité, il n'oubliait pas que sept longues années s'étaient passées depuis leur séparation. Personne ne pouvait rester amoureux aussi longtemps sans avoir le moindre contact avec l'autre personne. Peut-être qu'il aurait pu raviver ces souvenirs pour essayer de la pousser à lui retomber dans les bras – et les draps – mais sa relation avec la nécromancienne l'en empêchait. Non, il allait cultiver l'amitié. Avec un peu de charme, mais très platonique. Son côté fleur bleue apprécierait certainement.
Lorsqu'elle lui offrit un sourire sincère, Renan fit de même en lui adressant le plus sincère et amical qu'il avait en réserve.

« Tu fais des folies à ce que je vois ! » Il se redressa avant de se diriger vers la cuisine. « Oui, tu sais que je ne suis pas très adepte du changement. Et puis, avec ma situation c'est toujours aussi compliqué, même sept ans plus tard. Les gens ont beau voir que j’ai la nationalité américaine depuis ma naissance, mon accent et mon nom suffisent à le persuader que je ne suis pas fiable parce que je suis étranger. Puis mon absence de diplôme n'arrange pas les choses. » Il avait pris un verre dans un meuble parfaitement rangé et attrapa une bouteille pour le remplir d'eau. « Tu peux au moins considérer que tu t'es défait de ce problème. » Le nom de famille. « Mais ça me convient, c'est l'essentiel. Je n'ai pas vocation à devenir riche de toute manière. »

Ce n'était pas un secret pour elle : ils avaient vécu ensemble, elle savait combien il gagnait chaque mois et combien le loyer de cet appartement coûtait. Renan reposa la bouteille avant de se diriger vers la jeune femme pour lui tendre le verre et s'installer à nouveau sur le fauteuil.

« Tu sais Kailee, je ne te demande pas de me voir comme ton meilleur ami, ni de m'appeler tous les jours pour me raconter ta journée. Mais je sais que je t'ai appréciée autant pour ton humour que pour ton caractère lorsqu'on s'est rencontrés. Je suis peut-être un peu stupide de croire ça, mais je considère qu'une relation amoureuse se base aussi sur de l'amitié. On a plus rapidement exploité la fibre romantique de notre relation, mais le reste existe aussi. Enfin, je l’ai toujours senti comme ça. » Il soupira doucement. « Mais même s'il te faut sept ans avant de pouvoir me considérer comme un ami, je prends. » Un sourire faussement sincère ourla ses lèvres. « Maintenant que tu es de retour en ville, je ne voudrais pas qu'on devienne deux inconnus. Mais si un jour tu sens que tu ne peux plus... tu n'auras qu'à le dire et je comprendrais. Mon but n'est pas de te faire souffrir encore une fois. » Il la fixa. « J'ai toujours veillé sur toi, sauf lorsque j'ai préféré penser à moi pour ce divorce et je le regrette. Que tu ne sois plus ma femme n'y changera rien, sauf si tu me le demandes. » De la laisser en paix. « Mais ne t'en fais pas, je me doutais que tu n'avais plus de sentiments pour moi. Je parlais plutôt d'amitié que d'amour en vérité. Je ne suis pas vaniteux à ce point-là. »

Son sourire ne le quittait pas : il voulait vraiment qu'elle pense qu'elle avait encore affaire au gentil Renan qui avait toujours veillé sur elle, la bichonnant et la consolant lorsqu'elle était triste. L'amour en moins, bien évidemment. De toute manière, quoi qu'elle dise, Renan ne comptait pas sortir de sa vie : si elle refusait l'ex-époux, elle aurait affaire au Super-Vilain. C'était la seule différence.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 4 Sep 2015 - 5:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un léger sourire était apparut sur ses lèvres. Comme ça, il se souvenait de quel âge elle avait. Peut-être même de sa date d’anniversaire, quand bien même cette dernière était-elle passée depuis quelques mois déjà. Malgré les années, il se souvenait encore des détails qui avaient marqués leur vie de couple. S’il y avait bien une chose à propos de Renan dont elle se souvenait, c’était qu’il n’avait jamais oublié un anniversaire, que ce soit le sien ou encore leur anniversaire de mariage, qui n’avait toutefois pas tenu jusqu’à la seconde année. Dire qu’il ne lui manquait pas serait mentir, et ce, quand bien même le voir ainsi, devant elle, lui faisait du mal, en quelque sorte. Il ravivait de vieux souvenirs qu’elle avait enterré en même temps que leur mariage et leur enfant, des souvenirs qu’elle ne s’était pas imaginée voir ressortir un jour.

Elle s’essaya toutefois à un ton plus léger. Il ne mènerait à rien que de se montrer hostile vis-à-vis lui, ne serais-ce que parce qu’elle ne le détestait pas et s’il était sorti de sa vie lors de longues années où elle avait tenté de s’en sortir seule, l’idée de repartir sur de bonnes bases ne lui déplaisait pas. Ne serais-ce que pour ce sentiment qu’elle n’arrivait pas à identifier, ce doute dérangeant qu’elle avait senti s’installer en elle alors qu’elle discutait avec son ex-mari. Sûrement venant de vieux souvenirs ou encore de son inconscient qui lui soufflait que renouer avec celui qu’elle avait si difficilement tenté de détester n’était pas la meilleure idée qu’elle pouvait avoir. « S’il te plait, ne me rappelle-pas que j’ai déjà trente-toi ans. La crise de la trentaine est déjà bien difficile à vivre. » Un léger rire s’échappa de ses lèvres alors qu’elle se détendait. Un peu. Il fallait le dire que si elle avait vu ces dernières années filées comme si elle n’avait été qu’une simple spectatrice de sa propre vie et qu’elle se retrouvait à avoir déjà passé son trente-troisième anniversaire, elle avait l’impression d’avoir vieilli sans avoir vécu. Il était certain que si l’on passait outre ses pattes d’oies sur le bord des yeux ou encore son expression un peu las d’une femme malmenée par la vie, elle se voulait particulièrement bien conservée pour une trentenaire. Si elle avait semblé prendre dix ans lors de son divorce, sa remise sur pied lui donnait l’aire un peu plus vivante. Resplendissante si elle en croyait Renan.

Au final, elle dirigea le sujet vers une question qui semblait tarauder son interlocuteur, à savoir la relation qu’ils pouvaient bien entretenir. Mais, surtout, ce qui venait embêter la blonde concernait principalement la désormais compagne du laveur de vitre. Accepterait-elle que l’ex-femme de se dernier revienne dans sa vie ? Chercherait-elle à lui mener la vie dure ? Elle n’avait pas besoin que l’on s’en prenne à elle pas plus qu’elle ne cherchait à créer des problèmes. Cette rencontre avec celui ayant partagé sa vie s’était faite sur un coup de tête alors que la nostalgie s’était emparée d’elle. Elle lui adressa un léger sourire alors qu’elle glissait ses doigts autour du verre d’eau qu’elle porta à ses lèvres. Elle hocha doucement la tête alors qu’il lui confirma qu’il travaillait toujours au même endroit. Il n’avait jamais aimé le changement et ça, elle le savait.

« Mais tu sais, Renan, il y a des choses qui me font douter à savoir s’il s’agit de la bonne décision à prendre. Que l’on tente de repartir sur des bonnes bases, je parle. Parce que, vois-tu, moi je n’y vois aucun problème et je t’avouerais apprécier que l’on réapprenne à se connaître, amicalement bien évidemment. » Et même s’il avait été célibataire, elle n’aurait pas cherché à le reconquérir. Elle avait souffert une fois et elle ne supporterait certainement pas la seconde. « Cependant, tu m’as dis avoir une compagne, depuis peu. Ce qui laisse donc sous-entendre qu’il s’agit de quelque chose de récent et donc, ne penses-tu pas que cela poserait problème à celle qui partage désormais ta vie ? » La question était posée franchement alors que la blonde était sincèrement soucieuse à savoir si cette femme accepterait son retour dans la vie de Renan. Car, si elle s’y refusait, elle n’était pas certaine qu’elle avait envie de s’embarquer dans une telle histoire. Elle tenait encore à Renan, c’était un fait, mais elle n’était pas prête de sacrifier sa tranquillité d’esprit et son calme quotidien pour une femme cherchant à lui faire la misère. Elle avait assez donné dans le domaine et était trop vieille pour ces gamineries.

Levant la main devant elle comme pour empêcher Renan de répondre, elle soupira et posa son verre d’eau sur la table basse devant elle. « Si je te demande ça, c’est surtout qu’il y a quelque chose que je ne t’ai pas dit. » Elle inspira profondément. « Avec le passage à l’hôpital, la perte de notre enfant et l’état mental dans lequel je me suis retrouvée, j’ai signé les papiers de divorce sans réellement y porter une attention particulièrement. » Un air peut-être un peu embarrassé vint se dessiner sur ses traits. Si elle avait accepté au final ce nom pour la signification qu’il avait pour elle, il n’en restait pas moins qu’au départ, il s’agissait du dernier de ses soucis. « Ce qui fait que je n’ai pas demandé à reprendre mon nom de jeune fille lors du divorce. » Elle se redressa pour s’appuyer contre le dossier du fauteuil où elle se trouvait, se pinçant l’arête du nez. « Je n’avais pas la tête à ça, je préférais croire que ce divorce n’était qu’une blague de mauvais goût. Et, quand je suis retournée au Canada, j’ai eu la tête occupé à autre chose, j’ai préféré tout oublié de cette situation, de nous deux, notre divorce, tout ce qu’il impliquait et, au final, je n’ai jamais repris mon nom. » Un soupire de plus. « Les années ont passées et j’ai finalement décidé qu’il serait plus simple de la garder. » Elle ne comptait pas non plus souligner la signification qu’il avait pour elle et l’impact qu’il avait pu avoir. Renan était un passage de sa vie qui l’avait changé et l’avait fait grandir. Si elle regrettait la façon dont le tout s’était terminé, elle ne le regrettait pas lui. « Officiellement, sur les papiers, je suis donc Kailee Le Guerec. » Mieux valait qu’il le sache le plus tôt possible.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 4 Sep 2015 - 15:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
« Je l'ai aussi passée... »

Il disait cela pour la rassurer. Certes, il y avait toujours eu une différence d'âge entre eux deux, mais bien minime ! Renan allait sur ses trente-et-un-an – à la fin du mois en vérité – quant à elle, elle venait seulement d'avoir ses trente-trois ans. Rien d'insurmontable, rien comparé à la différence qu'il avait actuellement avec la nécromancienne – deux cents ans, ce n'était rien !

D'ailleurs, comme si elle lisait dans ses pensées, Kailee aborda ce sujet en lui expliquant que son actuelle compagne risquait d'assez mal prendre son retour dans sa vie. Peut-être. Ou peut-être pas. En vérité, à cet instant précis le Breton s'en fichait. Depuis qu'il avait appris que la mystique lui avait caché une donnée importante concernant Shahren, il n'avait plus guère confiance en elle et leurs relations s'étaient grandement refroidies. À dire vrai, il ne l'avait toujours pas revue depuis ce jour-là et il ignorait s'il y aurait encore une compagne dans quelques semaines.
Mais bien évidemment, le trentenaire ne pouvait pas expliquer cela à son ex-épouse, il devait laisser croire qu'il filait le parfait amour avec cette femme, alors qu'il n'était absolument pas question de sentiments entre eux. Il se demanda brièvement comment elle réagirait s'il lui annonçait qu'il l'avait séduite en lui proposant une partie de jambes en l'air dans un cimetière. Assurément, la malheureuse Kailee ne connaissait strictement rien de l'homme qu'elle avait jadis épousé.

Cela dit, le fait qu'elle annonce qu'elle avait encore une chose à lui expliquer ne manqua pas de l'intriguer. Ne pouvant s'empêcher de se demander si elle n'avait pas flairé quelque chose de louche dans cette affaire, Renan opta pour une expression simplement interrogative. Finalement, son annonce – bien que troublante – n'était pas horrible non plus. Certes, il aurait préféré qu'elle reprenne son nom de jeune fille pour qu'ils n'aient plus le moindre lien, mais ce n'était pas handicapant pour autant. Après, il est vrai que la nécromancienne n'apprécierait peut-être pas que son ex-femme se présente comme « madame Le Guerec », mais étant donné qu'elle avait clairement exprimé le fait qu'elle souhaitait que les jumeaux porte son nom, elle pourrait difficilement râler.
Il y en avait au moins une des deux qui appréciait son patronyme.

Après avoir adopté une expression de réflexion durant quelques instants, le trentenaire haussa finalement les épaules comme pour montrer que ce n'était pas si grave.

« Tu l'as été un an, je ne vois pas en quoi ça me poserait problème que tu conserves ce nom. Tu as commencé à te faire un petit nom dans le milieu lorsque nous étions mariés, rien que d'un point de vue pratique, je trouve ça plutôt logique. » Même si elle était déjà assez connue sous son nom de jeune femme. « Et puis, je n'ai pas tiré un trait sur mon passé tu sais. Lorsqu'on me parlait de ma situation maritale, je disais toujours que j'étais divorcé, pas célibataire. Pour ma part, je n'ai pas le moindre problème à ce que tu le conserves. En plus tu parles français, tu n'auras pas de problèmes si on jour quelqu'un te prend pour une française. »

Il avait opté pour un ton léger et lui offrit un sourire faussement sincère et amusé. En vérité, Renan se fichait pas mal que quelqu'un d'autre puisse porter son nom de famille. Il n'avait jamais été partisan du mariage, mais disons que ça s'était naturellement présenté à lui vu le caractère romantique de la blonde. Elle pouvait donc parfaitement rester comme à l'époque de leur mariage, surtout que cela lui permettait un peu de marquer son territoire – ce qui plaisait toujours à son ego.

« Pour ce qui est du reste... » Il haussa les épaules. « Tu l'as dit toi-même, c'est récent entre elle et moi, on ne peut pas dire qu'elle partage ma vie. Nous n'en sommes pas encore au stade des sentiments. » Eux deux aussi avaient débuté par une simple attirance mutuelle qui s'était prétendument transformée en amour, elle comprendrait. « Je ne vais pas lui cacher cette histoire. Je lui ai déjà parlé de toi de toute manière, même si j'ai dit que tu vivais au Canada et que je me suis apparemment trompé. Mais si elle n'est pas capable de comprendre que tu fais partie de ma vie, ma foi... » Nouveau haussement d'épaules. « Elle n'a pas de raisons d'être jalouse. Nous avons décidé de repartir sur une relation amicale et elle sait qu'elle peut avoir confiance en moi, à partir de là, elle n'a aucune raison de mal prendre cette situation. » Il la regarda avec calme. « Sauf si tu préférais éviter de la rencontrer ? Je pourrais comprendre, je n'ai pas envie de t'imposer de côtoyer mes relations actuelles, on peut très bien redevenir amis simplement en se voyant tous les deux, tu sais. »

Il n'était pas vraiment certain que mettre les deux blondes ensemble soit une bonne idée en vérité, que Kailee décline la proposition de rencontrer son actuelle compagne lui conviendrait donc parfaitement.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 7:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il était vrai que Renan aussi venait de passer le cap de la trentaine. Cela faisait-il déjà si longtemps qu’ils étaient divorcés ? Dans ses souvenirs, ils n’étaient tous les deux de jeunes adultes alors que la blonde se voyait déjà paniquer alors qu’elle franchissait le quart de siècle, et ce, quelques années avant celui ayant été son mari un peu plus d’un an. Sa notion du temps face à sa relation avec Renan se voulait difficile et conflictuelle alors que parfois elle avait l’impression que tout ne s’était passé que la veille alors que d’autres fois il lui semblait que cela faisait une éternité qu’elle avait retiré l’anneau qui se trouvait à son doigt pour la jeter dans le fleuve St-Laurent. Certes s’était-il agit d’une réaction immature et impulsive, mais il avait été thérapeutique que de voir son alliance se faire emporter par les violentes vagues du fleuve pour au final se déverser dans l’océan Atlantique.

Faisant dévier la conversation sur l’actuelle petite amie du trentenaire pour éviter que de s’attarder sur le fait qu’elle avait vieilli sans voir les années qui avaient défilé sous ses yeux. Elle n’état pas certaine que cette dernière en vienne à apprécier l’idée que Kailee puisse remettre les pieds dans la vie de Renan après l’avoir quitté pour plusieurs années. Elle n’était pas venue ici pour créer des problèmes auprès d’une femme qu’elle ne connaissait pas. Elle n’était même pas venue pour voir Renan, en réalité, il s’était agit là que d’un simple concours de circonstance alors que l’idée qu’il ait déménagé s’était imposé à son esprit comme une évidence. Il l’avait quitté pour les souvenirs qu’elle lui rappelait. Quant était-il alors de cet appartement qui avait toutefois bel et bien marqué leur vie de couple. Appartement qui se retrouvait aussi à être le lieu de conception de cet enfant qu’elle avait enterré en même temps de sa vie auprès de cet homme qu’elle avait bel et bien aimé, peut-être même trop. Évidemment, Kailee ne pouvait pas faire aussi original que de concevoir des enfants dans un cimetière. En même temps, la blonde y aurait trouvé quelque chose de particulièrement glauque.

Prenant son courage à deux mains, elle demanda à l’homme devant elle de garder le silence alors qu’elle lui partageait une information qu’il aurait du savoir quelques années plus tôt. La blonde n’était jamais redevenue mademoiselle Kerry, ayant choisi, un peu par la force des choses, de préserver son titre de madame Le Guerec, et ce, même si son mari n’était plus dans sa vie. Un moyen désespéré de s’attacher au passé ? Pas tout à fait. Elle n’avait pas eut la tête à la paperasse administrative qu’impliquait son divorce et elle n’avait que signé les quelques papiers dans l’espoir qu’à chaque page qu’elle tournait, elle puisse y voir un message, quelque chose de la part de l’homme dont elle portait le nom lui annonçant qu’il ne s’agissait-là que d’une mauvaise blague, une mascarade ratée. Que son enfant était toujours en vie et que lui était toujours auprès d’elle.

C’était beau de rêver.

Il semblait bien le prendre, ce qui soulagea la journaliste. Elle se refaisait lentement mais sûrement de nouveau un nom dans le domaine, et ce, tout en se présentant comme étant Kailee Le Guerec. Kerry semblait appartenir à un passé si lointain qui ne semblait même pas être le sien. Il appartenait à une femme vive et joyeuse, une femme ayant un goût prononcé pour l’aventure qui s’était embarquée pour un tour du monde alors qu’elle atteignait tout juste la majorité. Tandis que Le Guerec appartenait à une femme un peu plus posée et calme, toujours aussi ambitieuse et déterminée, se trouvant aussi plus mature. Certes, désormais un peu plus aigrie, mais personne ne pouvait lui en vouloir alors que les affres du passé avaient fait d’elle une femme cynique et amer.

« Je t’avouerais avoir eu peur que tu le prennes mal. Surtout que j’ai recommencé à travailler, ici, avec le nom le Le Guerec. Je suis donc assez rassurée de voir que cela ne t’embête pas spécialement. » Et elle en était sincère. « Je pense qu’il est toutefois désormais un peu trop tard pour faire marche arrière. » Elle haussa des épaules. Autrement dit, il aurait insisté qu’elle reprenne son nom de jeune fille qu’il n’était pas certain qu’elle ait accepté. Le Guerec signifiait beaucoup pour lui. « Pour ma part je pense que j’aimerais bien la rencontrer. Peut-être simplement pour la rassurée face à mes intentions et à ma présence dans ta vie. » Elle eut un sourire alors qu’elle fronçait légèrement les sourcils. « Je ne veux pas m’imposer, hein. Mais tu l’as dit toi-même, que je bosse toujours trop et que je rencontre trop peu de personne. Ne penses-tu pas qu’il pourrait s’agir-là d’un service rendu à une vieille amie ? » Et une ex-femme, surtout, alors que si elle se désignait comme une ancienne amie du français, elle avait été bien plus. Du moins, à ses yeux, elle avait été bien plus alors qu’à ceux dudit français, ils n’avaient même jamais été amis.

« Et puis, si je me fis à ta tendance à les aimer blonde et trop gentille, j’imagine que je ne crains rien ? » Son ton se voulait léger alors qu’elle soulignait sa propre relation avec le laveur de vitre et celle qu’il avait entretenu avec Charlie. Toutes les deux trop blondes, trop impliquées et trop têtes brûlées pour se plier devant la menace, Charlie avait péri là où il n’était pas impossible d’y voir Kailee, le nez fourré dans des histoires dont elle ferait mieux de se tenir trop loin. Elles s’étaient ressemblées sur beaucoup de points et l’idée qu’il ait apprécié Charlie pour ces raisons créaient des certains doutes au sein de Kailee. Est-ce qu’elle lui avait manqué ? Si elle connaissait l’homme sur le masque, la réponse aurait bien évidemment été non, mais elle était certaine de connaître celui ayant été son mari. Ce qu’elle pouvait être naïve.

« En fait Renan, je vais être franche. » Elle soupira. « En ce moment, je suis un peu paumée. J’essaie de discuter, de m’intéresser à ta vie et de maintenir un ton léger… » Elle semblait chercher ses mots. « Mais j’ai l’impression que tout ça, ce n’est pas naturel. Que tu te force pour discuter avec moi, pour me faire sentir peut-être mieux, je n’en sais rien. Et moi, je ne sais pas trop, passer par-dessus sept longues années comme ça, sans préparation et me lancer dans une discussion qui me semble aussi fausse que froide, ce n’est pas spécialement facile. » La trentenaire n’avait jamais été de celle à garder trop de choses pour elle et elle se voulait particulièrement franche. Elle ignorait toutefois qu’il s’agissait de l’empathie parlant pour elle. « J’ai l’impression de chercher à connaître quelqu’un qui je n’ai encore aucune idée s’il est celui que j’ai marié ou une toute autre personne. » Elle secoua doucement la tête. « Je suis désolée, c’est bidon. Je pense que je suis juste un peu dépassée. Et peut-être que je ne sais juste plus comment être amie avec quelqu’un. Mon travail étant très prenant et ayant perdue ma meilleure amie, c’est une pratique que je n’entraîne pas assez. » Et peut-être que Renan saurait mieux s’y prendre.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 14:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Lorsque le passé rattrape la réalité RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Un nom n'était qu'un nom et même si Renan savait parfaitement que le sien n'était pas très répandu, il se fichait pas mal que son ex-femme décide de le garder ou non. Ce n'était pas parce qu'elle le portait encore que les gens feraient le lien entre eux si un jour elle réussissait à devenir célèbre. Pourquoi ? Parce que les gens retenaient rarement le nom de famille de l'homme qui lavait leurs vitres, enfin quand ils pensaient à le demander, ce qui était aussi rare que de voir tomber des pluies de billets vert. C'était d'autant plus vrai lorsque vous étiez étranger, les patronymes aux intonations comme le sien, étaient souvent déformés et écorchés par l'accent de ce continent.
Définitivement, il s'en moquait pas mal.

Cela dit, lorsque Kailee déclara qu'elle souhaiterait rencontrer la nécromancienne, Renan ressentit une légère contrariété. Très franchement, le français ne connaissait pas assez la mystique pour savoir comment elle réagirait. La jalousie n'aurait aucune raison d'être, cependant il avait compris qu'elle n'était pas forcément logique, surtout depuis le début de sa grossesse. C'est seulement à ce moment qu'il repensa à ce léger détail : Abigaïl était enceinte et la dernière fois qu'il l'avait vue, son ventre s'arrondissait de manière assez visible. Kailee avait été dans ce cas-là, elle saurait reconnaître une femme enceinte en la voyant et Renan n'avait aucune envie de trouver un mensonge qui puisse contenter tout le monde. S'il niait sa paternité, la nécromancienne risquait de mal le prendre – et songeant qu'il cherchait encore à séduire son ex-femme – et s'il avouait, celle dernière risquait de trouver étrange le fait qu'il avait prétendu que leur relation n'en était qu'à ses balbutiements. Non, définitivement, les deux femmes ne devaient pas se rencontrer, mais il devait s'arranger pour ne pas avoir l'air suspect en refusant.
Haussant légèrement les épaules, le trentenaire répondit d'un ton faussement léger.

« Pourquoi pas ? Il faudrait que je lui en parle avant, histoire d'être sûr que ça ne créé pas de tension involontaire si je lui donne l'impression d'insister. » Ce qu'il ne comptait pas faire. « Mais oui, ça peut être une bonne manière de commencer à te faire de nouvelles connaissances. Peut-être que vous allez devenir les meilleures amies qui soient, qui sait ? »

Lui le savait : elles ne s'entendraient jamais. Kailee était une femme moderne, séduisante et relativement indépendante. Elle avait été amoureuse et conservait malgré tout une forme de romantisme – même s'il ne lui était plus adressé – quant à Abigaïl, il s'agissait d'une nécromancienne qui avait toujours vécu entourée par les cadavres et la mort et qui possédait des habitudes d'un autre siècle. Au fond, le seul point commun qu'elles avaient, était qu'elles semblaient toutes les deux avoir des problèmes avec leurs grossesses. La nécromancienne était censée être stérile tandis que Kailee avait perdu son enfant. Et si l'on comptait Renan, ce serait un autre point commun, mais il n'était pas vraiment convaincu qu'elles décident de comparer leurs expériences respectives. Ce serait bizarre.
Non, elles ne devaient vraiment pas se voir.

Lorsqu'elle lui parla de la manière dont elle imaginait cette fameuse petite amie, Renan ne put s'empêcher de sourire en coin. Oui, elle était blonde, mais pas franchement gentille. Cette fois-ci, c'était son côté Tesla qui avait choisi et non le gentil civil. Cela dit, la suite le tracassa davantage et il ne put s'empêcher de retrouver une expression plus neutre. Elle sentait quelque chose d'étrange ? Était-il moins doué qu'avant pour mentir ? À moins que ces sept longues années de séparation aient permis à la blonde de mieux le cerner ?
Au moment où elle termina, le français inspira profondément avant de hausser les épaules.

« Je ne vais pas te mentir Kailee : je ne m'attendais pas à te revoir. Pas seulement aujourd'hui je veux dire, je pensais que tu étais définitivement sortie de ma vie. » C'était sincère, pour une fois. « Mais... je ne t'ai pas oubliée, je n'ai jamais nié ton existence, alors te revoir ne me contrarie pas pour autant. Je suis juste un peu... troublé ? C'est le mot je crois. Je ne sais pas trop comment réagir, c'est vrai. Est-ce que je dois occulter tout le passé pour repartir à zéro, sur de bonnes bases, ou est-ce que je dois me contenter de t'ignorer ? » Il était plus franc que jamais, même s'il ne disait pas tout. « Peut-être que tout aurait été plus simple si tu n'étais jamais revenue à Star City, je ne sais pas, mais puisque tu es là, je n'ai pas envie d'imposer une distance entre nous. Alors, oui, je vais avoir un peu de mal au début et je ne vais pas trop savoir comment m'y prendre, mais j'ai sincèrement envie que nous nous revoyons et que nous continuions à nous fréquenter. »

Il pensait absolument tout ce qu'il disait, sauf qu'il ne le souhaitait pas pour son bien, mais uniquement pour reprendre sa mission là où elle s'était arrêtée. Il ignorait que Kailee possédait un pouvoir, mais elle devrait normalement sentir une forme de sincérité émaner de lui étant donné qu'il avait dit la vérité sur ses pensées.
Un nouveau sourire ourla ses lèvres.

« Mais oui, tu as raison : c'est une gentille blonde. Finalement, j'ai changé, mais sans m'éloigner de ce que j'aimais avant. »

Sous-entendu : elle, mais il ne comptait pas le dire aussi clairement, Renan voulait juste qu'elle pense qu'il tenait beaucoup à elle malgré tout ce qui était arrivé.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 11 Sep 2015 - 5:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle n’était pas certaine de vouloir rencontrer la nouvelle copine de Renan. Après tout, qu’est-ce que cette dernière pourrait bien penser ? Kailee avait gardé le nom du français alors qu’ils avaient été mariés que pour un peu moins de deux courtes années. Il n’avait pas été dans sa vie spécialement longtemps mais il avait fait beaucoup. Il l’avait changé. Au départ en bien. Vers la fin en pire. Si au départ elle n’était qu’une jeune adulte agréable, tête brûlée avec de grands rêves et des envies d’aventures, elle se trouvait désormais à être une femme ambitieuse, déterminée mais dont l’amertume se faisait ressentir alors que ses prunelles acier démontraient une froideur qui lui avait été inconnue à l’époque. Elle était plus froide, plus détachée et beaucoup moins prompt à venir en aide à tous et chacun. Entre la perte de son mari, de son enfant et désormais de sa meilleure amie, il n’y avait presque que Rebekha qui lui restait et outre cette dernière, elle n’avait besoin que de prendre soin d’elle-même. Peut-être était-elle devenue un peu plus égoïste avec les années. La maturité que diraient certains. Or, elle, elle savait que son état d’esprit critique y avait été pour beaucoup.

« C’est sur que si tu te tapes les meilleures amies de tes ex, ça te permet de ne pas chercher trop loin. » C’était sorti sans qu’elle n’y réfléchisse trop alors que son ton s’était voulu presque glacial, somme toute assez dure. Le fait qu’il mentionne qu’elle pourrait possiblement devenir meilleure amie avec son actuelle copine avait fait remonté sa découverte d’il y avait quelques instants quant à la relation de ce dernier avec sa désormais défunte meilleure amie. Cela faisait beaucoup trop d’émotions et d’informations pour une seule soirée et elle n’arrivait décidément pas à s’y faire et elle ne savait certainement pas comment s’y prendre. « Je suis désolée. » Son ton s’était adouci. « C’est que… » Elle n’avait pas d’excuse, si ce n’était qu’une rancune qui naissait chez elle et se nourrissait de cette nostalgie où l’amour se mêlait à une haine qu’elle n’avait pourtant jamais réussi à éprouver vis-à-vis de Renan. « Laisse tomber. » Elle n’avait rien à expliquer de plus et se retrouva simplement à secouer la tête en espérant qu’il passe outre cette dernière critique ouverte qu’elle avait adressé à son encontre d’un ton peut-être plus venimeux qu’elle l’avait cru au départ.

Au final, elle soupira, exposant sa vision de la situation au français alors qu’elle sentait que quelque chose clochait. Comme si cette rencontre n’avait pas lieu d’être. Comme s’ils n’avaient pas dut reprendre contact. Que quelque chose n’allait pas avec tout ça. « Ravie de l’entendre. » Qu’il n’avait pas changé et qu’il aimait toujours les femmes comme elle ou alors que sa copine soit gentille ? Elle n’en savait trop rien. « Je n’étais pas supposée revenir. Je suis venue pour assister aux funérailles de Charlie, c’était la moindre des choses à faire, puis je devais repartir aussitôt. J’ai toujours croisé un de mes anciens collègues sur le chemin du retour. » Elle eut un léger sourire. « Et je dois t’avouer que l’Île-du-Prince-Édouard n’est rien comparé à Star City. » Pour une journaliste aussi passionnée par les supers, il fallait le dire, Star City n’avait rien à envier à sa petite île canadienne où elle avait vu le jour.

« Tu me connais. » Au moins un minimum. « J’ai besoin d’action, que ça bouge. Au Canada, j’ai tout de même réussi à percer dans la critique politique. » Un sujet qui semblait toutefois aller à la blonde qui se voulait particulièrement franche dans ses articles avec une plume agréable à lire mais, surtout, intéressante. « Ce n’était toutefois pas moi. Du moins, pas ce que je voulais faire. Star City, les mystères, les secrets, les supers et les organisations, ça, c’est définitivement plus ce qui me passionne. » Il y avait tant de choses qu’elle ignorait, tant d’informations qu’elle souhaitait détenir. Presque une dizaine d’années plus tôt, elle s’était intéressée de près à un sujet qui lui semblait louche mais qui n’avait jamais abouti, parce qu’elle s’était retrouvée impliquée dans une relation qui avait failli mener à sa perte. Toutefois, pour peu que le sujet soit toujours d’actualité, elle comptait bien s’y remettre prochainement. « Donc, quand ce collègue m’a parlé de discuter avec mes anciens supérieurs et qu’ils m’ont offert de nouveau un travail chez eux, je n’ai pas pu résister. » Un sincère sourire vint orner ses lèvres alors que parler de journalisme avait toujours un agréable effet sur elle. « Il y a tellement de sujets intéressants, tellement de supers et tellement de choses qui se passent ici que je sais que je trouverai toujours quelque chose pour attirer mon attention et avec lequel je pourrais écrire un article. »

La blonde chercha dans son sac à main pour se saisir de son téléphone, en profitant pour regarder l’heure. « Pour en revenir toutefois à ce que tu disais. » Elle avait tendance à s’éloigner lorsque le sujet s’embarquait sur le journalisme. « Je n’ai pas envie de nous imposer une distance pas plus que je souhaite occulter complètement ton existence. Tu as eu une part importante dans ma vie et je n’ai jamais cherché à faire comme si tu n’existais pas. » Quand bien même avait-elle essayé d’effacer Renan de sa vie et de sa mémoire. Elle n’y était toutefois pas parvenue. « Mais je vais avoir besoin de temps. Car je pense être troublée aussi. Et te revoir, mine de rien, ramène des souvenirs que j’aurais presque voulu qu’ils soient détruits. » Leur relation. Leur mariage, Leur divorce. La perte de Jude. « Tu as existé, on a eu une vie commune et c’est ce qui rend la chose plus difficile. Parce qu’il y a eu quelque chose. Et si je le vivais bien. » Ou presque. Du moins, cela faisait deux ans qu’elle se portait mieux. « Te revoir à tout de même changer bien des choses. Si je me disais être prête à revenir ici, te revoir ne faisait pas parti des choses dont j’étais mentalement prête. » Et elle était parfaitement honnête. « J’imagine que tu peux comprendre ? » Et attendre, surtout, qu’elle se remette de ses émotions.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Lorsque le passé rattrape la réalité
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_6Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_8


Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_1Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_2_bisLorsque le passé rattrape la réalité Categorie_3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» Village Hentaï
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]
» [Terminé] La cigogne est passée! ... gné?!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_6Lorsque le passé rattrape la réalité Categorie_8
Sauter vers: