AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Very Bad Trip Cadre_cat_1Very Bad Trip Cadre_cat_2bisVery Bad Trip Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Very Bad Trip

 
Message posté : Mer 19 Aoû 2015 - 19:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
19 août 2015

C’était le succès !

D’accord, Andrew n’était peut-être pas encore riche et célèbre mais il était un peu moins pauvre et méconnu. L’exposition commune avec d’autres jeunes artistes, dans la galerie dont Camille Saint-Clair était le bienfaiteur, avait porté ses fruits. D’abord, il avait pu vendre deux toiles à des prix fort respectables, selon lui, et puis des gens avaient apprécié son travail. Ensuite, le comics qu’il avait commencé à mettre en ligne sur le site de la Légion et qui racontait, semaine après semaine, l’histoire de l’organisation et de celles qui l’avaient précédé était un franc succès. Il avait même répondu à quelques questions d’une journaliste pour un article qui était paru… perdu au milieu des pages d’un quotidien. Tout de même. Andrew était très content.

Ne pas payer de loyer, avouons-le, allégeait considérablement son budget. Pour autant, il ne s’était pas précipité pour dépenser son argent. Fidèle à ses habitudes d’organisation soigneuse et de planification raisonnable, Andrew avait commencé à étudier toutes les caméras disponibles sur le marché, à ajouter le prix des bons logiciels de traitement d’images et, peut-être, d’un nouvel ordinateur. Le numérique avait fait baisser considérablement les prix des équipements mais ils restaient un investissement conséquent. Il avait commencé à économiser dès son arrivée à Star City, il prenait toutes les heures supplémentaires possibles au magasin de sport et il croyait pouvoir investir sans risque et économiser, de la sorte, sur la caméra qu’il n’aurait pas besoin de louer, pour tourner le film court qu’il voulait présenter aux festivals de printemps.

Bref, si Adrian s’était inquiété, il pouvait être rassuré : Andrew n’était pas de ces artistes perdus dans leur monde, comme Camille en avait décrits. L’imagination du jeune homme s’accompagnait d’un solide sens de la méthode et aussi d’un sérieux à toute épreuve. Quand le mage étudiait ses livres, dans sa bibliothèque ou son bureau, il n’était pas rare que le jeune homme employât sa soirée à perfectionner telle technique de dessin, à lire les manuels techniques de tel microphone ou de tel caméra ou à prendre des notes sur tel film célèbre, muet et en noir blanc, de l’époque soviétique, sur lequel les jeunes gens de son âge ne devaient certes pas se précipiter.

C’était une existence mature et studieuse, que le jeune homme partageait avec Christopher, un Légionnaire bien sous tout rapport, aimable et intelligent, serviable et attentionné. À considérer la situation, Adrian avait toutes les chances de croire que son neveu était un adolescent pondéré dont la vie personnelle n’était pas agité des mêmes remous que son existence héroïque en pleine épanouissement. Et assurément, ces derniers mois, Andrew avait fait des progrès considérables. Mais le passé n’était jamais très loin, surtout pas le passé récent d’un garçon de dix-huit ans.

D’ailleurs, dans un bar mal famé de New York, de l’autre côté de la baie, un type jetait son édition du Daily Star sur la table.

— Regarde à la page 12.
— Genre, tu lis le journal, toi ?

Rires bêtes autour de la table.

– Ça parle de ta pute.
— Laquelle ?

Rires gras autour de la table.

— Lis la page 12, Mike.

Mike, un type d’une trentaine d’années, peut-être un peu plus, à l’air franchement patibulaire et solidement bâti, déplia le journal, l’ouvrit à la page indiquée et parcourut, un peu difficilement, l’article consacré au comics à succès de la Légion et à son jeune dessinateur-scénariste, dont le nom était inscrit en toutes lettres.

— Putain, l’ptit pédé fait d’la lèche aux flics.
— Il a un don pour plaire à tout l’monde, on peut pas lui enlever ça.
— Manquerait plus qu’il se mette à balancer.
— Parce qu’il a des trucs à balancer ?

Mike haussa les épaules.

— J’sais pas.
— Ça arriverait pas si tu pensais pas avec ta b…
— Ouais, ouais, merci pour la leçon d’morale. On va s’en occuper. C’pas comme s’il savait dire non, de toute façon.
— Bah il s’est bien cassé. Il a dû dire non à un moment ou un autre, j’suppose.

Touché.

En tout cas, le lendemain matin, Mike et sa fine équipe débarquaient à Star City. Repérer Andrew ne fut pas difficile : ils se relayèrent pour boire des cafés en face de la Tour de la Paix. Ils prirent le jeune homme en filature et comme Andrew n’était pas un espion né et qu’il ne pensait pas qu’on pût s’intéresser tant que ça à sa vie, il ne se rendit compte de rien. Quand ils le virent entrer dans un manoir, la colère monta d’un cran.

— On dirait qu’il s’est trouvé un nouveau papa gâteau…

La mâchoire de Mike se contracta. Ils revinrent le lendemain pour se mettre en planque devant le manoir Pennington. Et ce fut ainsi qu’Adrian se retrouva pris dans la vie new-yorkaise de son neveu.

Lorsque l’archéologue sortit du manoir pour se rendre au musée historique ou à Star High, après quelques pâtés de maison, deux gorilles le poussèrent dans une ruelle où ils le plaquèrent brutalement au mur. Mike, appuyé contre le mur d’en face, jouait théâtralement avec un couteau à cran d’arrêt. Ici, on ne faisait pas dans la subtilité.

— Alors comme ça, c’est toi l’abruti qui baise Drew, maintenant…

Mike ponctua sa phrase par un crachat.

— J’savais pas qu’les bourges coincés, c’était son truc. ‘Fin, d’un autre côté, il doit pas avoir tellement de trucs précis. Pas comme si tout New York lui était pas passé dessus.

Une grossière exagération mais Mike ne se souciait pas de ternir la réputation de son ancien amant.

— J’suppose qu’il est aussi passé du crack à la coke…

Et pendant ce temps, au manoir, le gentil Andrew dessinait sagement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 19 Aoû 2015 - 23:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis la dernière mission menée avec l'aide d'Andrew, Adrian n'avait plus joué aux héros, il s'était principalement concentré sur les recherches au sujet du jeune homme. Les paroles que l'une des femmes avait eues à propos du prince lui avaient rappelé celles de Nafasi lorsqu'elle avait rencontré Andrew pour la première fois et il comptait bien exploiter cette piste-là pour essayer de trouver quelque chose d'intéressant.

Il avait déjà vérifié une bonne partie des livres qu'il avait à sa disposition – ce qui en faisait un bon paquet – et songea à se rendre au musée historique pour essayer de récupérer des documents laissés là-bas. Il n'y a pas si longtemps, l'Archimage avait aidé à la mise en place d'une exposition sur l'Afrique et leur avait confié des livres et d'autres documents de ce genre qui pourraient leur servir. Adrian avait décidé de les laisser sur place jusqu'à ce qu'il en ait besoin et ce jour-là était justement arrivé.

Adrian aurait pu passer un coup de fil au musée en demandant à ce que quelqu'un lui apporte ses affaires dès qu'ils en auraient l'occasion, mais il préféra finalement se déplacer histoire de pouvoir essayer d'en apprendre plus en conversant avec des archéologues récemment arrivés en ville. L'un d'entre eux était un natif d'Afrique du Sud et qui avait apparemment passé pas mal de temps à étudier les populations des environs, notamment les Zoulous. Il venait d'effectuer un séjour prolongé dans le musée d'histoire de Pretoria et semblait avoir pas mal potassé les histoires concernant les croyances des différents peuples d'Afrique du Sud.
En bref, c'était l'interlocuteur idéal pour faire progresser ses recherches !

Malheureusement, quelque chose, ou plutôt quelqu'un, avait décidé que les choses se passeraient autrement. En mettant le nez dehors, Adrian ne soupçonna pas que quelqu'un le suivait du regard et il put s'estimer heureux de ne pas tomber sur Sarevok ou l'un de ses autres ennemis mortels. Pour une fois, son attitude écologique qui le poussait à se rendre en ville à pied plutôt qu'en taxi allait lui coûter plus cher que prévu.

Lorsqu'il sentit quelqu'un lui attraper les vêtements pour le tirer dans une ruelle, Adrian ne comprit pas ce qui arrivait et il dût se faire force pour éviter d'utiliser un sortilège défensif dans un pur instinct de défense. Ses bouquins lui échappèrent pour tomber au sol, laissant s'envoler les quelques marques-pages qui s'y trouvaient et il essaya de reconnaître les visages des hommes qui se tenaient autour de lui, en vain. Son regard se porta machinalement vers l'homme en face de lui, appuyé contre le mur. Il tenait un couteau qui ne lui disait vraiment rien de bon et Adrian sentit que les choses risquaient de mal tourner s'il ne trouvait pas rapidement une solution.

Ce qui fut alors balancé estomaqua le centenaire. Déjà, que quelqu'un puisse croire qu'il profitait des charmes du jeune homme était tout simplement impensable et révulsant, mais apprendre qu'il avait apparemment eu une sexualité débridée avant d'arriver à Star City était... dérangeant. Et gênant. Il n'avait pas envie de savoir ce genre de chose-là ! Cela dit, toutes ces préoccupations furent rapidement oubliées lorsqu'il fut question de crack et de coke... de la drogue ? ! Les yeux du Légionnaire s'écarquillèrent et la surprise l'empêcha de s'inquiéter lorsqu'il vit l'homme se détacher du mur pour esquisser un pas dans sa direction.

« Andrew ne se drogue pas. » Première précision, la plus importante d'ailleurs. « Il n'a pas touché à la moindre drogue depuis qu'il est à Star City. »

À peine eut-il prononcé ces paroles qu'il douta. Depuis qu'il était au manoir, Andrew se comportait normalement et Adrian était convaincu qu'il ne consommait rien de tel, mais avant ? Il vivait en colocation avec un homme que l'Archimage n'avait jamais rencontré, qu'est-ce qui lui disait qu'il n'en profitait pas pour absorber des substances illicites ? L'homme avait dit quelque chose, mais Adrian ne l'écouta pas, trop concentré qu'il était sur ses pensées. Ce n'est que lorsqu'il s'en tira qu'il reprit.

« Je ne sais pas pour qui vous me prenez, mais Andrew est juste un membre de ma famille. Ne parlez pas de lui comme ça, visiblement vous êtes bien loin de le connaître si j'en crois les idioties que vous débitez. »

Ce n'était pas forcément une bonne idée d'insulter un homme armé, mais Adrian n'acceptait pas les insultes de ce type alors que le jeune homme faisait apparemment tout son possible pour mener une vie aussi rangée que possible. Ce n'est qu'après quelques secondes de silence que le centenaire reprit la parole d'un ton plus posé, essayant en même temps de tirer sur son bras pour se libérer de l'emprise des deux gorilles.

« Vous devriez ranger votre arme. C'est dangereux de s'amuser à jouer les criminels dans une ville comme celle-là. »

Personne n'ignorait que les Supers étaient nombreux. Cela dit, Adrian espérait simplement ne pas avoir à intervenir lui-même sous peine de dévoiler ses pouvoirs. S'ils pouvaient s'enfuir sans demander leurs restes, ce serait apprécié !
L'espoir fait vivre, et Adrian en avait à revendre.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 20 Aoû 2015 - 17:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— Ah, Sallah, justement, j’te cherchais !

Y en a qui doutent de rien.

— Tu penses quoi du clair-obscur, sur c’dessin ?
— …
— Hmouais, j’sais pas, t’as p’têt raison.

Andrew échangea un regard avec l’Égyptien.

— T’fais du thé à la menthe ?

Sallah secoua la tête. Les narines d’Andrew s’agitèrent. À l’apparition de ce nouveau pouvoir, la vie était devenue un peu difficile pour le jeune homme. Il s’était porté volontaire pour réparer la plomberie de l’immeuble trois numéros plus loin. Et il avait secrètement désinfecté tous les locaux à poubelle de la chaussée d’en face. Depuis, les choses s’étaient un peu calmés. Comme les bruits, Andrew parvenait à se détacher des odeurs. Celle-ci, cependant, était très caractéristique. Celle-ci ramenait des souvenirs qu’il croyait à avoir oubliés.

Dans la ruelle, les propos d’Adrian furent accueillis par des rires bêtes et gras.

— Un membre de ta famille, ouais…
— C’est genre…

Le type mima des guillemets avec les doigts.

— … ton neveu.

Rires bêtes. Et gras.

— J’suis sûr qu’tu l’gâtes comme il faut. Tous les soirs.
— Ta gueule, Bobby.

Fallait voir à pas trop plaisanter quand même : Mike aimait pas qu’on touche à ses jouets. Dans la cuisine du manoir Pennington, Andrew venait de laisser tomber son dessin par terre et de pâlir. Des larmes perlaient au coin de ses yeux. Il avait laissé son audition rattraper son odorat. Sallah, inquiet, posa une main sur son épaule.

— Écoute, le bourge, tu vas v’nir avec nous et on va pouvoir négocier avec Drew, comme ça. Si t’es calme et gentil, on t’f’ra pas d’mal. Sinon, disons juste que…
— Lâchez-le ou j’vous défonce.

Un silence perplexe accueillit cette alternative peu engageante. Les regards se posèrent sur Andrew, qu’on aurait cru sorti de nulle part. Le jeune homme n’avait pas fière allure mais si sa peur était évidente, sa détermination n’en paraissait pas moins solide. Mike le regarda de la tête aux pieds, avant d’esquisser un rictus de mépris.

— Autant qu’j’me souvienne, c’est toi qui t’fais défoncer, pas l’inverse.

Andrew déglutit péniblement mais, avec tout l’aplomb dont il était capable, il répondit :

— J’sais pas trop, franchement, ça m’a pas tellement marqué…

Rires gras. Et bêtes.

— Vos gueules bande d’abrutis !

Mike fit un peu vers Andrew, le couteau ouvert à la main.

— Toi, p’tit coin, j’ai deux ou trois mots à te dire.
— OK.

Andrew inspira.

— Mais tu l’laisses partir.
— Genre, t’es amoureux de ton nouveau mac’ ?
— Bobby, sérieux, ta gueule, personne t’a demandé d’réfléchir.
— Espèce de p’tit c…
— Ta gueule, Bobby.

Silence. Mike afficha un sourire mauvais.

— T’sais quoi, bébé ? On l’laisse partir à deux conditions. La première, c’est qu’t’expliques au bourge, là, qui t’prend pour un ange, tes petites habitudes de d’junkie. La deuxième, c’est qu’tu m’fais une p’tite gâterie en hommage au passé.

Des larmes roulaient silencieusement sur les joues d’Andrew.

— Ah, voilà, c’est mieux, tu pleures. Là, j’te r’connais…

D’une voix faible, Andrew murmura :

— Mike, sérieux, t’es trop con…

Le Kenyan s’essuya les yeux d’un revers de manche.

— T’souviens qu’tu m’disais qu’j’étais l’seul mec de New York à jamais être en retard ? Et que tu t’demandais comment j’faisais pour jamais avoir d’emmerdes dans la rue avec mon joli p’tit cul ? Faut r’connaître, t’as toujours été poète, hein…
— C’est quoi, là, tu délires ? T’es en manque ? Parce que si ça peut t’motiver, j’peux t’filer une dose. J’suis sûr qu’toi et moi, on peut s’retrouver.
— Mec, t’es à Star City. J’sais qu’t’as des problèmes de lecture mais tu dois bien r’garder Fox News, non ? T’imagines pas l’genre de gens qu’on croise ici.

Et d’un geste ultra-rapide, Andrew attrapa le poignet de Mike, qu’il tordit brutalement. Le caïd poussa un cri de douleur et laissa tomber son couteau. Il balança son poing contre la joue d’Andrew — le visage du Kenyan demeura parfaitement immobile mais on entendit distinctement quelques phalanges craquer et Mike cria à nouveau. De sa main libre, l’adolescent attrapa le cou de son ancien amant et se tourna vers les autres.

— Maintenant, on l’laisse repartir ou tout c’qui vous restera à faire, c’est d’regonfler la trachée d’Mike avec une paille.

Bien sûr, en vérité, Andrew n’aurait jamais tué personne — même si, en cet instant précis, alors que les souvenirs remontaient et qu’il était incapable de regarder Adrian dans les yeux, ce n’était pas l’envie qui lui manquait.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 20 Aoû 2015 - 20:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Les remarques graveleuses des hommes ne manquèrent pas de dégoûter le centenaire. Même s'il avait l'esprit ouvert et tolérait parfaitement que des gens puissent être attirés par des personnes de leur sexe, sa tolérance avait des limites et s'entendre être traité de moitié de pédophile doublé de profiteur – parce qu'il abuserait du malheureux jeune homme – c'était juste inacceptable. Ainsi que beaucoup d'autres choses dans leur discours en fait.

Fort heureusement, Andrew arriva à temps pour lui épargner tout un tas de nouvelles déclarations graveleuses, même si Adrian n'était pas sûr de se réjouir de ce débarquement. Il semblait clair que ces hommes lui en voulaient et qu'il risquait d'avoir des ennuis en se retrouvant face à eux – même s'il avait les capacités de se défendre, bien entendu.
La discussion qui suivit ne fit qu'étayer ces craintes et Adrian regretta plusieurs fois de ne pas être totalement sourd pour éviter d'entendre ce que son neveu avait pu faire par le passé. Était-il déçu ? Forcément. Apprendre qu'il avait apparemment mené une vie de débauche était... triste, surtout qu'il n'avait visiblement pas jugé utile de se confier à lui – alors même qu'il lui avait reproché d'être trop discret sur sa vie personnelle.

Cela dit, avant qu'il ne puisse vraiment y songer, Andrew s'était saisi du poignet de l'homme pour le désarmer et lui briser – contre sa volonté – quelques doigts avant de le menacer. Une seconde de doute passa dans l'esprit d'Adrian alors qu'il se demandait si le jeune homme parlait sérieusement ou non. Quelques heures plus tôt, il aurait nié, mais à ce moment présent, Adrian n'était plus sûr de rien. Tirant sur son bras pour le libérer de la prise de l'un des gorilles, l'Archimage se décala sur le côté. Les autres hommes semblaient hésiter sur la marche à suivre : écouter le gamin ou jouer les bravaches. Le mage aussi ne savait plus sur quel pied danser.

« Andrew... »

Il songea à lui demander de ne rien faire de mal, mais ne serait-il pas déçu si son oncle doutait de lui ? D'un autre côté, vu ce qu'il venait d'apprendre... Quelques secondes de silence ponctuèrent cette hésitation.

« Arrête, il n'en vaut pas la peine. C'est un quartier tranquille, les voisins ont déjà dû appeler la police. » Son regard se posa sur l'un des idiots. « Vous auriez dû vous poster dans un endroit plus mal famé, ici les gens réagissent rapidement, avec tous ces héros qui courent les rues.... »

Visiblement, le doute s'insinua dans l'esprit des hommes qui préférèrent croire ce que le bourge était en train de raconter. Ils jetèrent un nouveau coup d’œil à Andrew, semblant le voir sous un angle inédit, puis esquissèrent le geste de s'en-aller avant que l'un d'entre eux ne s'immobilise pour regarder le couteau. Est-ce qu'ils pensaient sérieusement pouvoir les récupérer et se débarrasser d'eux.

« Je n'y penserais même pas à votre place. Sauf si vous voulez rejoindre votre ami. »

Celui qui était encore entre les mains d'Andrew. Visiblement la réponse était négative puisque l'homme se carapata sans demander son reste. Il ne restait plus que les deux Pennington et l'ami de l'adolescent qui devait littéralement bouillir de rage. Sauf qu'il n'avait plus sa place dans cette discussion, Adrian avait de sérieuses questions à poser à son neveu et il n'avait aucune envie de la remettre à plus tard. Son regard resta osé sur le jeune homme.

« Andrew... »

Une nouvelle fois, pour lui faire comprendre qu'ils devaient parler. Que ce soit à cause de ça ou du reste, l'homme fut libéré et Adrian se contenta de l'observer avant qu'il ne s'en-aille. Définitivement ? C'était souhaitable. Comme un geste de rage impuissante, le prénommé Mike expédia un coup de pied dans l'un des bouquins d'Adrian qui traînait toujours par terre, puis disparut du bout de la ruelle. Quelques secondes plus tard, après s'être assuré qu'ils ne réapparaîtraient pas, l'Archimage posa les yeux sur son neveu. Il oscillait entre la déception, la surprise et la tristesse. Il avait eu mal au cœur en voyant le jeune homme pleurer et une forme de colère s'était invitée dans son esprit face au traitement que cet horrible type lui infligeait, mais il était aussi déçu, oui. Et un peu en colère. Contre lui-même, pour avoir idéalisé Andrew, l'obligeant certainement à jouer un rôle.

« Il faut qu'on parle, toi et moi. Sérieusement. » Un soupir lui échappa. « Qui étaient ces hommes ? Et qu'est-ce qu'ils te voulaient ? » Une pause. « Je peux savoir pourquoi ils s'imaginaient qu'on avait ce genre de lien ? Est-ce que c'était dans tes habitudes ? »

Il se tut finalement, ne voulant pas le noyer sous un flot de questions, pourtant ce n'était pas l'envie qui lui manquait. Même s'il craignait un peu d'entendre les réponses.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 20 Aoû 2015 - 23:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Avec tout le passé qui resurgissait, avec son présent qu’il croyait réduit en morceaux à cause des révélations de Mike, et la colère qui bouillonnait en lui, au fond, Andrew aurait été incapable de tuer cet homme abominable : c’était ça, d’être un prince charmant. Alors, comme les deux autres avaient déguerpi, et qu’il ne restait plus qu’Adrian, l’adolescent relâcha sa prise et Mike put reprendre péniblement sa respiration. Il parut vouloir lancer une dernière injure mais, décidant qu’il était plus prudent sans doute de s’abstenir, il s’échappa après avoir maltraité un livre.

Le plus facile était fait. Maintenant, Andrew restait les bras ballants. Un coup, il pleurait, un coup, il ravalait ses larmes. La ruelle lui paraissait affreusement sale, il avait envie de se laver les mains, de se laver les cheveux, et puis de recommencer, encore et encore, comme il l’avait fait souvent par le passé. Au bout du compte, il sanglotait tellement qu’il avait du mal à en reprendre sa respiration mais les questions d’Adrian venaient, et Andrew les entendait comme autant d’accusations légitimes.

S’il n’avait pas eu une peur panique de se salir, il se serait laissé glissé contre mur pour se recroqueviller par terre. À la place, pour tenter de retrouver un semblant de calme, il entreprit de ramasser les livres.

— Oui.

C’était à peine si la réponse avait été audible. Andrew renifla et releva les yeux, sans vraiment regarder Adrian cependant.

— J’ai jamais été très…

Le jeune homme inspira profondément pour faire l’effort de parler d’une voix plus intelligible.

— J’ai jamais été très doué pour choisir les mecs. Ou les meufs, d’ailleurs, en fait. Avant Chris, j’veux dire. J’tombe toujours sur des loosers parce que… J’sais pas, parce que j’suis con. Ou alors des relations foireuses. Souvent les deux.

Si l’amour qu’il éprouvait pour Christopher tenait essentiellement aux qualités personnels du Légionnaire, pour une bonne part, il était aussi une forme de reconnaissance pour la grâce qu’était une romance enfin douce dans l’univers chaotique du jeune Pennington.

— J’suis pas… J’suis pas un mec très équilibré, t’sais. Quand j’suis arrivé à New York, j’me suis senti vachement, vachement seul et vachement, vachement triste. C’est pas une excuse, c’est juste… Comme ça qu’ça s’est passé. Mes parents bossaient tout l’temps, pour s’faire bien voir dans leurs nouveaux postes. J’leur reproche pas, hein. Juste, ils étaient plus tellement là et… j’trainais dans les skateparks quand j’étais pas en cours, j’étudiais pas, j’ai rencontré des jeunes, j’ai fumé des joints, ils m’ont présenté à Mike, là. Mike m’a présenté à la dope.

Il avait seize ans et Mike au moins la trentaine, à l’époque.

— Et il était… Vachement sympa. ‘Fin j’le trouvais sympa, tu vois. Cool. J’pouvais lui parler d’c’qu’allait pas, il faisait pas chier parce qu’j’bossais pas en cours, il s’en foutait qu’j’veuille pas aller à la fac, il m’disait qu’on irait ensemble au Kenya, des conneries comme ça. Il était vachement protecteur, il m’payait des trucs, j’m’en foutais des cadeaux, du côté matériel, juste, j’avais l’impression qu’’i tenait à moi et tout. Il avait pas mal de fric, il avait pas l’air de bosser mais j’me posais pas trop d’questions..

Andrew serrait les livres contre lui comme si ça avait été des peluches. Et en parlant, il se sentait soulagé, parce que garder des secrets et ses peines sur le cœur, ça n’avait jamais été vraiment le genre de l’adolescent.

— Puis après… Après, c’est con, c’est classique, c’est arrivé des millions de fois à des millions de gens. Il était pas protecteur, il était juste jaloux. Il arrêtait pas d’m’engueuler, d’m’interdir d’faire des trucs. Moi, j’étais à moitié soumis, à moitié camé, alors bon… I’ m’frappait pas et en un sens, c’est dommage, ça lui aurait pété les phalanges plus tôt et ça aurait duré moins longtemps. Il arrêtait pas d’dire que j’servais à rien, que j’lui servais à rien, et qu’il allait… qu’il allait…

La gorge d’Andrew se noua. Il resta quelques secondes silencieux avant de lâcher difficilement :

— … m’passer à ses potes. Que j’étais une pute, quoi. Et-et-et… j’sais pas, j’ai dû m’rebeller, genre vaguement, il s’est dit qu’j’en valais pas la peine ou qu’ce serait trop fatigant. J’sais pas. Juste, il m’a dit d’plus v’nir le voir et j’ai arrêté. Mes parents, ils s’en sont pas rendus compte parce que… J’sais pas, d’un côté, i’ pensaient qu’j’étais déprimé à cause du Kenya, d’l’autre, la drogue, ça s’voyait pas tellement. P’têt à cause d’mes pouvoirs. Mais Rebekha, elle, elle a compris. C’est elle qui m’a aidé à… sortir d’la tête de l’eau. Elle est juste géniale. Sans elle, j’s’rai pas là…

Et depuis Mike, si Andrew avait été un dragueur invétéré, au moins s’était-il concentré sur les gens (à peu près) de son âge qui n’avaient pas devant eux une carrière de psychopathes.

— En vrai, j’dis qu’c’était parce que j’étais triste à New York, mais j’crois qu’c’t’un mensonge. Avant, à Nairobi, j’ai… j’ai eu des trucs avec des mecs plus vieux. Ou des femmes. C’était pas, genre, systématique, mais c’est arrivé. J’sais pas trop pourquoi. J’suis juste… maintenant ça va mieux. Mais avant, voilà. Et… Et ouais, j’savais pas que Mike, c’était un dealeur. J’l’ai compris plus tard. J’sais pas pourquoi il craque là d’un coup. Ça fait deux ans qu’j’l’ai pas vu et il en avait rien à foutre de moi, jusqu’à maintenant.

Il aurait été tenté de dire que Mike s’était grillé le cerveau mais, comme tout bon dealeur, son ancien amant ne se droguait jamais.

— Voilà. C’est l’histoire de ma vie.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 21 Aoû 2015 - 17:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Songeant tout d'abord à aider Andrew à ramasser les livres, Adrian préféra finalement rester distant pour le laisser occuper ses mains à défaut de pouvoir le faire avec son esprit. En un sens, la différence d'âge se faisait réellement sentir à cet instant présent. Adrian ne comprenait pas vraiment pourquoi son neveu avait préféré s'intéresser à d'autres personnes lorsque ses parents n'étaient pas là, plutôt que de se plonger dans des livres ou adopter un petit chat – c'était mignon les petits chats, non ? C'était la grande différence entre eux : l'Archimage n'éprouvait pas le besoin de combler les vides avec d'autres personnes alors qu'Andrew semblait obligé d'avoir une personne dans sa vie. L'espace d'un instant, l'américain se demanda si l'adolescent avait été une seule fois célibataire au cours de sa vie. Il fallait croire que l'écart générationnel était encore pire qu'il ne l'avait craint.

Il se contenta de rester silencieux face à toutes ces explications, un peu contrarié que Rebekha ne lui ait jamais parlé de cette histoire alors même qu'elle devait avoir fait le lien entre les deux noms de famille identiques. Mais c'était peut-être ce sentiment de déception qui le poussait à être agacé ? Possible. En tous les cas, c'était inédit, mais ce n'était pas à l'adolescent qu'il en voulait, plutôt à lui pour ne pas avoir cherché plus loin.

Au terme des explications, le centenaire resta immobile et silencieux. Son regard se détourna du jeune homme alors qu'il réfléchissait à ce qu'il pourrait bien répondre. Oh, Adrian ne comptait pas juger Andrew sur son passé, il avait été aussi perturbé durant sa jeunesse – à moindre échelle vu l'époque, cela dit – et ce serait ironique de jouer les moralisateurs, mais il voulait tout de même tirer tout cela au clair.

« Je suis déçu. Pas à cause de tout ce que tu viens de me dire, mais plutôt du fait que je le découvre comme ça. Tu sais, je me suis vraiment senti coupable que tu aies dû me tirer les vers du nez lorsqu'on a discuté la dernière fois et je pensais que tu t'étais largement plus confié que moi. J'ai voulu rééquilibrer les choses, mais apparemment ce n'était pas totalement le cas. » Il soupira légèrement. « Je ne te reproche rien, je suis juste déçu que tu ne m'aies pas parlé de toutes ces choses lorsqu'on a décidé de mettre les choses à plat. »

Il retomba dans le silence, jetant un coup d’œil dans la ruelle pour vérifier encore une fois que personne de louche n'avait décidé de profiter de cette agression surprise pour venir leur faire les poches. Son regard se glissa à nouveau sur Andrew et Adrian esquissa un pas vers lui histoire d'attirer son attention. Il n'aimait pas l'idée que le jeune homme puisse avoir honte alors qu'il n'était pas responsable de ce qui était arrivé, enfin, pas directement. Il était jeune et influençable, il était tombé sur les mauvaises personnes, voilà tout.

« Tu devrais peut-être arrêter de vouloir exister en passant par les autres. Andrew, tu es quelqu'un de très bien et qui mérite le meilleur, je le pense réellement. Mais j'ai l'impression que tu t'identifies trop à ce que les autres pensent de toi. » Il marqua une pause. « Prends l'exemple de cet homme : tu es allé vers lui parce que tu te sentais seul, il a flairé ta faiblesse et il en a profité. Il a modelé la vision que tu avais de toi-même et je suis certain que tu as fini par croire ce qu'il disait à ton sujet. » Sinon il n'aurait pas l'air aussi affecté. « Même avec Christopher. Je suis très content que tu te sois trouvé quelqu'un qui te plaise et qui t’apporte quelque chose, mais il ne doit pas devenir plus important que toi-même au sein de ta propre vie. Ce que je veux dire, c'est que tu ne fois pas penser à la manière dont les autres te perçoivent. Enfin, pas avec autant d'importance. »

C'était un conseil un peu bizarre venant d'un Légionnaire, Adrian en était conscient, mais il était un peu désolé qu'Andrew semble faire passer sa propre personne après tout le reste. Après, c'était peut-être une simple illusion, mais le fait qu'il avoue avoir collectionné les conquêtes était une preuve assez flagrante aux yeux de l'Archimage. Cela dit, lui-même n'avait fréquenté personne depuis près de quatre-vingts ans, du coup son avis n'était pas forcément le plus impartial qui soit...
Soupirant légèrement, il termina :

« Je ne sais pas pourquoi il a décidé de débarquer ici. Apparemment, il s'était fait une fausse idée sur notre relation, peut-être qu'il n'a pas apprécié que tu puisses lui avoir trouvé un remplaçant, je ne sais pas. La jalousie pousse parfois à faire des choses étranges.... » Une légère pause. « Dis-moi, tu comptes en parler à tes parents un jour ? Rebekha garde peut-être le secret, mais je ne sais pas si c'est la chose la plus prudente qu'elle ait faite. »

Adrian ne se permettrait pas de la juger, mais il était quelque peu déçu du comportement de la jeune femme. Il savait qu'elle était prudente et attentive, cependant elle n'avait pas hésité à cacher quelque chose de très important aux parents d'Andrew et à ses yeux, c'était une grosse faute. Cela dit, il ne se mêlerait pas de cette histoire et son contenterait de garder ses pensées pour lui-même.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 22 Aoû 2015 - 11:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Adrian avait beau dire, son neveu était persuadé que la déception qu’éprouvait le mage ne tenait pas tant au secret qu’à ce que le secret avait contenu. C’était étrange, parfois, lui-même, il n’y pensait plus. Depuis qu’il avait quitté Mike, depuis qu’il était arrivé à Star City surtout, il lui semblait que cette vie-là appartenait à un passé vague, à une personne différente. Parfois, c’est vrai, il ressentait l’envie de se relâcher grâce à la chimie de la drogue. Quand il se sentait triste. Quand il rencontrait une difficulté insurmontable. Mais ces derniers temps ? Quand il avait vu le cadavre ouvert de Kyle ? Quand on avait explosé des crânes juste devant lui ? Il était devenu plus fort et plus serein, il avait dragué des jeunes gens de son âge, il avait rencontré Christopher.

Une nouvelle fois, Andrew passa le revers de sa manche sur ses yeux.

— Ouais mais… mais…

Andrew ne savait pas trop comment se défendre. Accablé par le poids de ses fautes, par la honte et le sentiment de la salissure, il était terrorisé, surtout, à l’idée qu’Adrian allait lui demander de quitter le manoir, à l’idée de devoir retrouver une colocation moisie quelque part dans le District Est, et de devoir expliquer à Christopher pourquoi il ne vivait plus chez son oncle. Et puis, quand Adrian raconterait les événements de la journée à Sallah, l’Égyptien le regarderait avec une sorte de réprobation silencieuse et il ne resterait rien.

— Quand toi… quand toi t’avoues quelque chose, c’est que t’es un mage super puissant qu’a été un super-héros pendant des décennies, qui sauve le monde et tout. Quand moi j’avoue quelque chose, c’est qu’j’ai été une pute droguée. J’suis désolé mais c’est pas pareil. J’suis dans l’manoir et tout, tu m’accueilles et tu m’encourages, j’ai pas la force de parler d’ce genre de choses.

Au fond de lui, il trouvait qu’il y avait quelque chose d’un peu injuste de la part d’Adrian de comparer leurs deux secrets, comme si les mystères de leurs passés respectifs pouvaient jamais avoir quelque chose d’équivalent. Le secret d’Adrian, c’était d’être cool ; celui d’Andrew, c’était d’être rien.

Comme il n’avait jamais parlé de ses problèmes à personne, sauf à Rebekha, un peu, Andrew n’avait pas l’habitude qu’on les analyse — et il ne le faisait pas lui-même. L’avis d’Adrian le laissa perplexe, songeur malgré sa détresse. Est-ce que c’était ça ? Est-ce qu’il se souciait trop de ce que les autres pensaient de lui ? C’était possible. En avait-il un besoin compulsif ? C’était probable. Il aimait à se sentir entouré. Il aimait quand Adrian le complimentait sur son héroïsme, quand Christopher le regardait avec des yeux brillants d’admiration, quand on le trouvait mignon dans les soirées, talentueux dans les expositions, intéressant dans la conversation.

Et il avait du mal à comprendre comment il pourrait s’en passer et comment les autres pouvaient être moins importants que lui-même dans sa propre existence.

— Mes parents ? Non…

Andrew commença, instinctivement, par donner une fausse raison :

— Mes parents, y sont d’jà déçu que j’sois pas en fac de médecine, alors…

Non qu’il aurait été admis en faculté de médecine, évidemment, parce que ses notes n’étaient pas mirobolantes, mais l’idée était là.

Il y eut un moment de silence et puis Andrew avoua :

— Mes parents, i’ m’aiment trop pour qu’j’leur dise un truc pareil. I’ trouvent que j’suis gentil, un peu foufou mais sérieux, tu vois, et… et… que j’ai des valeurs et tout. J’ai pas envie qu’i sachent un truc pareil.

Et en effet les Pennington ignoraient les aventures de leur fils mais ils devaient bien se douter de sa fragilité pour avoir envoyé, quelques mois plus tôt, une lettre à un lointain parent dans l’espoir qu’il prendrait soin de leur turbulent rejeton.

— J’ai pas…

… besoin qu’on le surveille. Il se rendait compte en essayant de le dire combien cette affirmation aurait été grotesque.

— J’vais bien, maintenant. Je… j’me drogue pas, j’ai un copain sérieux, qu’a mon âge, ‘fin un an d’plus, mais un an, c’est rien, j’vais p’têt rentrer à la Légion…

Et un doute affreux, soudain, l’assaillit.

— C’est possible de rentrer à la Légion pour quelqu’un comme moi ?

Techniquement, il n’avait jamais été arrêté mais il avait commis des délits ignorés par la police : la consommation et la possession de substances illégales. Il avait fréquenté un malfaiteur notoire, même sans le savoir. Peut-être qu’il y avait une clause de moralité dans la Légion. Peut-être qu’on le refuserait, en craignant son instabilité, ou de peur que son passé, exposé à la presse, ternisse la réputation de l’organisation.

— Parce que j’peux faire mieux, j’suis… j’fais plein d’efforts, et… j’fais des choses et tout, j’ai un boulot, et… J’suis pas, j’suis plus… J’suis pas paumé, tu vois ? J’sais qu’là, tu m’vois sans doute comme un raté…

Parce que c’était bien encore une fois la manière dont un autre le voyait qui lui importait le plus.

— … Mais maintenant, j’vaux mieux qu’ça.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 22 Aoû 2015 - 15:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Visiblement, Andrew s'imaginait qu'Adrian avait eu une vie de type parfait et semblait l'idéaliser. Ou du moins, c'était ainsi que le centenaire interpréta ses paroles et il culpabilisa un peu. Pourquoi ? Parce qu'il avait été jeune lui aussi, même si ça remontait, il avait aussi enfreint les lois, notamment celle de la prohibition, puis il s'était aussi comporté de manière un peu... rebelle. Bien sûr, à côté du passé de drogué et de... d'amateur de relations intimes, c'était très léger, presque ridicule, mais à son époque, Adrian avait surtout eu l'air un peu trop libertin. Comme quoi tout le monde changeait avec l'âge et peut-être quand dans quatre-vingts ans, Andrew deviendrait pire qu'un moine ?

En tous les cas, il fallait qu'il rassure l'adolescent sur la situation actuelle : bien sûr qu'il était un peu déçu, mais pas au point de refuser de le garder au manoir ou encore de changer de comportement avec lui. Cela dit, il fut assez étonné d'apprendre que les parents d'Andrew pourraient être contrariés par un tel aveu : il avait imaginé des individus très ouverts d'esprit et très conciliants suite à la lettre que le père lui avait envoyée, ainsi qu'aux récits d'Andrew à leur sujet. Mais ce dernier les connaissait mieux que le mage, il le croirait donc sur parole.

Il marqua un bref silence, cherchant comment lui expliquer qu'il n'y avait pas de problèmes à ce qu'il puisse intégrer la Légion des Étoiles et cela même s'il avait un passé relativement... houleux. Après quelques brèves hésitations, le centenaire reprit finalement la parole.

« Je ne te vois pas comme un raté Andrew. Ce n'est pas parce que tu as fait des erreurs par le passé que je vais te juger sur ça aujourd'hui. Oui, bien sûr, ça me perturbe un peu de savoir toutes ces choses, j'aurais préféré continuer à te voir comme le jeune homme parfait, mais personne ne l'est. » C'était un peu horrible de lui dire qu'il n'était pas parfait, mais c'était la nature humaine. « Moi non plus tu sais. Évidemment, je n'ai pas le même genre de passé pour la bonne et simple raison que ça n'existait pas à mon époque, mais tu sais, moi aussi j'ai fait beaucoup d'erreurs. J'étais vraiment égoïste à l'époque et ça ne m'a pas empêché de devenir Archimage. »

Il donnerait peut-être l'impression de tout ramener à lui alors que la discussion concernant Andrew, mais en réalité, c'était simplement pour lui montrer que même en menant une vie qui était loin d'être idéale, on pouvait changer et s'améliorer. Si un homme comme lui avait pu devenir Archimage, Andrew pourrait sans problème rejoindre la Légion des Étoiles ! Bien sûr, il n'en avait pas parlé non plus lors de leur précédente discussion, mais à sa décharge, Adrian avait eu beaucoup plus de choses à raconter et le passé de l'adolescent était bien plus proche que celui de son oncle. Après une nouvelle pause, assez brève, le vieux mage reprit.

« Si ça te rassure, je n'ai pas l'intention de changer de comportement à ton égard. Et je ne compte pas en parler à qui que ce soit non plus. Cela dit... je crois que tu devrais tout de même l'avouer à tes parents. Ils t'ont soutenu avec tes pouvoirs, ils se sont inquiétés pour toi en voyant que tu venais seul ici, ils seraient rassurés de pouvoir constater que tu as bel et bien grandi. » Il marqua une pause. « Tu sais... ce n'est pas parce que tu as commis une erreur que les gens vont changer. Tu as réussi à t'en sortir tout seul et tu as une bonne vie maintenant, je crois que c'est tout ce qui compte, non ? »

Cela dit, il ne comptait pas forcer le jeune homme à se confier à ses parents s'il n'en avait pas envie. Adrian s'assurerait qu'Andrew n'allait pas retomber dans ses anciens travers, même s'il considérait qu'il était bien engagé sur sa nouvelle voie, puis il vérifierait que tout allait bien pour lui. Une sorte de chaperon allégé puisqu'il ne le questionnerait pas sans arrêt. De toute manière, s'il devait agir selon sa propre conscience, Adrian collerait une surveillance rapprochée sur Andrew pour s'assurer qu'il ne risquait rien !
Un énième soupir lui échappa.

« Tu as ta place à la Légion et dans cette nouvelle vie. » Celle du jeune homme bien sous tous rapports. « Tu as bien coupé les ponts avec tout ça, de manière définitive ? Ou tu as quelque chose d'autre à m'avouer ? »

Autant tirer toutes les choses au clair.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 23 Aoû 2015 - 18:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ce n’était pas la peur des réprimandes qui poussait Andrew à tenir le secret pour ses parents mais précisément celle de leur déception, de leur tristesse, même, surtout. Sa mère pleurerait, c’était certain, et son père ? Lui qui lui avait raconté des histoires quand il était enfant, comment aurait-il pu le regarder et songer qu’il s’était offert à des hommes sans foi ni loi à peine plus jeunes que son propre père ? Et surtout, surtout : comment ses parents pourraient ne pas se reprocher les écarts de conduite de leur fils ? Andrew ne les estimait pas responsables. Il avait été seul, à son arrivée à New York, en quelque sorte, mais il ne songeait pas à rejeter le blâme sur ses parents.

L’adolescent hocha la tête alors qu’Adrian l’assurait de ses chances d’intégrer la Légion. C’était une idée consolante même si la violence de sa honte l’empêchait pour l’heure d’en goûter pleinement la valeur. Il était peut-être encore un peu tôt pour qu’il soit complètement rassuré, malgré la douceur dont Adrian faisait preuve.

— J’croyais avoir coupé les ponts d’manière définitive, ouais.

Pendant plus d’un an, Mike avait disparu de sa vie et pendant plus d’un an, Andrew n’avait connu que des jeunes gens de son âge, pas forcément très délicats avec lui ni très respectueuses, mais enfin, c’était un autre monde. On lui avait bien proposé à nouveau de la drogue, dans certaines fêtes étudiantes, et s’il y avait eu parfois une pointe d’hésitation, une sorte de pulsion morbide en lui, il l’avait toujours refusée.

— Ben, j’sais pas, p’têt qu’ça m’est arrivé d’télécharger des films illégalement…

Il disait ça pour plaisanter, pour essayer de détendre l’atmosphère. Mais peut-être qu’Adrian ne savait pas ce que ça voulait dire, de télécharger des films. Le faible sourire d’Andrew s’effaça et il concéda :

— J’suppose qu’y a aut’ chose que j’peux t’avouer mais ça a rien à voir avec des trucs de ce genre. Puis tu l’sais p’têt déjà, j’sais pas.

Le jeune homme passa une main dans ses cheveux.

— J’ai un peu d’mal avec la propreté. Genre, euh… Obsessionnellement et compulsivement du mal avec la propreté.

Bref, il aurait eu besoin d’un bon psychiatre.

— J’me lave les mains tout l’temps, puis surtout quand j’suis stressé. Genre plusieurs fois de suite. Ça m’angoisse quand ma chambre est pas bien… symétrique, carrée, tu vois ? C’est pas qu’j’trouve que ça fait désordre, c’est qu’des fois, j’ai l’impression qu’j’vais mettre à pleurer quand y a un livre qu’est pas aligné.

Adrian avait peut-être aperçu un jour la chambre d’Andrew en passant dans le couloir, parce que le Kenyan laissait rarement sa porte fermée, et il avait peut-être compris qu’elle n’avait rien de la chambre d’un adolescent typique.

— Quand ça va bien, ça s’voit pas trop. J’ai juste l’air un peu maniaque, quoi. Quand ça va mal, c’est un peu critique. Je sais pas trop, j’crois que…

Il n’avait jamais parlé ouvertement de ça qu’à Christopher et, encore, il avait profité de la distance d’une correspondance écrite pour faire ses aveux. C’était une marque toute nouvelle de confiance qu’il offrait à Adrian.

— J’ai un peu honte d’être comme ça. D’avoir des problèmes. Psychologiques, je veux dire. Le sexe, la dépendance, les, euh… TOCs, j’suppose. Parce que tu vois, ma vie, en vrai, elle est cool. Mes parents i’ sont cools. Et maintenant, c’est mieux encore. Y a toi, y a Chris, y a le boulot et l’art. Et quelque part, j’me dis que pour quelqu’un comme moi, le bonheur complet, ça devrait être un devoir. Qu’être instable, c’est un caprice de riche.

Andrew avait le syndrome du Blanc de Nairobi. Occidental conscient de la pauvreté de son continent natal, le jeune homme avait toujours eu une conscience aiguë et coupable de ses privilèges. Il savait pour l’avoir vu que d’autres vivaient avec courage des situations affreuses et il avait honte d’être incapable de supporter avec sang-froid une tâche sur un tee-shirt ou un crayon mal taillé.

— Fin bref, voilà. C’est les deux parties les moins glorieuses de mon existence. Mais non, maintenant, j’me drogue plus. J’bois pas d’alcool, j’fume pas d’tabac. J’suis fidèle à Chris et c’t’un ange avec moi, et il me fait l’amour comme si j’étais un Dieu, c’est trop cool.

Andrew rougit. Peut-être que c’était trop de détails pour Adrian.

— Ouais, enfin, j’veux dire, il est attentionné, quoi. Il deale pas d’la drogue, il bosse sur les chantiers pour financer ses études.

Le gendre idéal, on vous dit.

— Et… voilà. J’veux que si mes parents soient rassurés, c’est parce que j’ai un emploi stable dans un magasin réglo, que je vends mes comics et mes peintures, que j’aide les gens, que j’ai un copain bien et des amis cools.

À tout hasard, Andrew précisa d’ailleurs :

— Et mes amis, ils sont cools, ici. J’te dis pas qu’y en a pas qui fument des joints de temps en temps, mais pas avec moi, et c’est pas des criminels.

Juste des étudiants normaux.

— Mais si t'as des questions, plus tard, moi... j'veux bien répondre. Si ça peut t'rassurer.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 23 Aoû 2015 - 23:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Comme Andrew le pensait, Adrian ne comprit pas la plaisanterie à propos des films et s'attendit au pire lorsqu'il entendit parler d'un autre aveu. Fort heureusement, il ne s'agissait pas d'une autre fréquentation étrange, mais uniquement d'une sorte de TOC certainement lié à un sentiment d'anxiété. L'Archimage ne voyait pas ça comme quelque chose de négatif, il avait toujours été désordonné, voire un peu bordélique et admirait sincèrement les gens ordonnés. Son père lui racontait jadis que les artistes étaient toujours désordonnés, mais vu son imperméabilité à l'art et l'ordre d'Andrew, ce n'était pas forcément vrai.

Il resta silencieux en écoutant avec attention, mais ne put retenir une légère grimace en l'entendant parler de ses relations intimes. Très franchement, Adrian était prêt à tout entendre, sauf ça. En bon coincé asexuel qu'il était, l'Archimage n'envisageait pas une seule seconde d'avoir une conversation – gênante – à ce propos !

Ce n'est que lorsque le jeune homme retomba dans le silence que le vieux mage ouvrit la bouche.

« Plus tard peut-être, oui, pour le moment je n'en ai pas énormément qui me viennent en tête, je t'avoue. » Il soupira légèrement. « Cela dit... tu sais, je suis vraiment ravi pour toi que tu te sois trouvé et que tu aies un compagnon qui remplit tous tes critères, mais... » Il chercha ses mots. « Je n'ai pas franchement envie de savoir.... » Il fit un geste comme pour englober quelque chose de la main. « … tout ça. Tous ces détails. Ça me suffit de savoir que tu t'entends bien avec lui et qu'il est respectable. »

Adrian espérait simplement ne pas vexer son neveu, mais il préférait imaginer que le couple ne vivait qu'un amour chaste et platonique et qu'ils ne s'étaient même jamais embrassés. Oh, ce n'était pas son côté conservateur qui parlait, mais uniquement le coincé. Eldoth se fichait pas mal que le couple soit composé de deux personnes du même sexe ou non : la simple perspective d'imaginer une connaissance en train de se rapprocher physiquement d'une autre lui était impossible. Un peu comme la sécurité parentale sur la télévision, ou la censure chinoise qui interdisait l'accès à certaines images.

Son regard s'attarda quelques instants sur le visage du jeune homme, essayant de trouver les mots adaptés à une telle situation, mais il n'avait malheureusement jamais lu de bouquin à ce sujet. Un soupir lui échappa tandis qu'il se rapprocha encore d'Andrew avant de tendre la main pour le débarrasser des ouvrages qu'il venait de ramasser pour lui.

« J'avais remarqué que tu étais ordonné, mais je ne savais pas que ça venait d'un TOC. Je suis désolé, je suis vraiment bordélique, j'espère que ce n'est pas trop difficile à supporter pour toi ? » Il semblait sincère. « Je n'y connais pas grand-chose en psychologie, mais ça ne découle pas d'un sentiment d'anxiété, voire d'insécurité ? C'est peut-être lié à ton comportement passé... ? » Il humecta ses lèvres. « Si ça te tracasse Andrew, j'ai envie de t'aider. Peut-être que c'est lié à tes pouvoirs aussi ? Je veux dire, au fait de ne pas être fixé ? » Détournant le regard, Adrian mordilla sa lèvre inférieure dans un geste de réflexion. « Mais tu sais, ne pas être heureux, c'est autorisé. Tu n'as pas à culpabiliser ou à te sentir mal parce que tu as l'impression que tout n'est pas parfait dans ta vie. C'est dans la nature humaine d'être insatisfait, je crois. » Il esquissa un sourire. « Moi aussi je voudrais changer certaines choses dans la mienne et pourtant, je dois être encore plus chanceux que toi. »

Après tout, il était Archimage et immortel, autant dire que c'était certainement deux choses que beaucoup de personnes devaient envier. Une fois les livres en main, Adrian détourna son regard pour jeter un coup d’œil vers la rue où il marchait quelques instants plus tôt. Il n'avait plus du tout envie de se rendre au musée d'histoire pour le coup !

« Tu serais prêt à te faire aider ? Je veux dire, si tu as des problèmes, peut-être qu'en parler avec quelqu'un qui connaît ça pourrait t'aider ? Ce n'est pas une tare d'avoir des problèmes tu sais, tout le monde doit en avoir, mais peu l'admettent, c'est tout. » Lui le premier. « Tu pourrais voir avec les psychologues de la Légion. Ils en voient des vertes et des pas mûres, je suis certain que ce serait bénéfique pour toi. »

Il espérait juste qu'il ne se vexerait pas en entendant ces conseils.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 24 Aoû 2015 - 11:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Andrew rougit quand Adrian suggérait qu’il préférait ignorer ce que les deux garçons faisaient dans leur lit — et dans leur douche — et… bref. C’était sorti tout seul et, malgré ses expériences passées et douloureuses, il parlait assez librement de sexualité. Il n’était pas de ces garçons qui se vantaient de ses prouesses : les seules personnes qu’il voulait convaincre de ses talents en la matière étaient ses partenaires et la seule manière dont il voulait les convaincre était de leur faire plaisir. Il ne se vantait pas, pas plus d’ailleurs qu’il ne s’en inquiétait, et quand le sujet venait, il en parlait naturellement. L’éviter ne lui posait pas de problèmes. D’ailleurs, en y réfléchissant bien, il n’était pas certain de vouloir en apprendre plus sur les fantasmes qu’Adrian nourrissait peut-être à propos de June ou des autres femmes de sa vie.

Le sujet se concentra donc sur son dernier aveu.

— Ben…

Il haussa les épaules. Comme Adrian lui avait pris les livres et que la conversation devenait de seconde en seconde moins traumatisante, Andrew jugea judicieux de quitter une ruelle désormais chargée de souvenirs peu agréables et qui n’offrait de toute façon pas un décor très riant à la discussion. Il se mit à marcher lentement.

— J’sais pas. T’vois, quand j’étais gamin, ‘fin plus jeune, quoi, mes parents, ils en ont parlé, d’voir un psy. Mais j’voulais pas. Y a eu les médecins pour savoir si j’étais un mutant ou pas, Captain Kenya qui me surveillait pour les pouvoirs, les profs, ça faisait pas mal d’adultes à me scruter à et me commenter. Un psy en plus, j’trouvais qu’ça craignait. Et comme c’était pas, genre, complètement catastrophique non plus comme maladie, que j’me mettais pas en danger, ni les autres, on a un peu lâché l’affaire.

Ils en avaient parlé, au moins, et c’était beaucoup. Andrew n’évoquait pas ses troubles avec tout le monde et même, au quotidien, il avait plutôt tendance à les cacher, mais quand il était en confiance, il se laissait aller.

— Après, c’est plus pareil maintenant, j’suis adulte. ‘Fin pas adulte adulte, quoi, mais j’ai plus de profs, plus d’médecins, j’suis plus libre. Peut-être, ouais, j’vais voir un psy. Puis j’ai pas envie qu’Chris soit toujours obligé d’classer ses stylos par taille pour qu’j’me sente bien chez lui.

C’était une image un peu exagérée, mais enfin.

— Et puis ton bordel, ben… J’vais pas dans ton bureau, du coup, principalement, j’le vois pas, et sinon, Sallah et moi, on range, alors ça m’choque pas trop. J’sais pas trop quand ça a commencé, j’me souviens pas. Mes parents, ils disent que c’est difficile à déterminer. J’ai t’jours été un gamin, t’sais, ordonné, mais c’est pas facile de dire à quel moment ça devient pathologique. Les débuts d’l’adolescence, j’suppose.

Pour Andrew comme pour bien des gens, l’adolescence avait été compliquée. Il n’avait pas défié l’autorité de ses parents, il n’avait pas été complexé par son corps mais son entrée dans la sexualité avait été pour le moins atypique et sans doute bien trop précoce. Au fond, c’était la cause de son incapacité à admettre qu’il était propre et qu’il vivait dans un monde suffisamment ordonné. Quant à savoir pourquoi sa sexualité avait été si compliquée, c’était encore une autre histoire.

— Ouais.

Il avait bien réfléchi.

— J’vais aller voir un psy de la Légion.

Parce qu’il supposait que ce ne serait pas payant et qu’il n’avait pas les moyens de s’offrir une thérapie par lui-même.

— D’façon, tant qu’on m’prescrit pas d’médocs, ça m’va.

Il préférait encore vivre des moments difficiles que de risquer d’altérer sa personnalité par des réactions chimiques. C’était peu être idiot de sa part mais la perspective l’inquiétait trop.

— Ça peut que m’faire du bien.

Andrew était un fervent adepte de la parole — ça se voit, je sais — et de l’échange avec les autres, alors il avait été facile à convaincre. Pour Adrian, cette médaille avait un revers : c’est que l’adolescent était persuadé que son oncle gagnerait lui aussi à se confier. Le mage avait tendu une perche que le jeune homme ne manqua pas de saisir.

— Toi, ce s’rait quoi ?

La question n’était pas très explicite alors il précisa :

— C’que tu voudrais changer dans ta vie, qui t’convient pas ? Parce que j’sais pas, c’est p’têt possible.

Ce n’était pas parce qu’Adrian était très vieux qu’il était nécessairement très sage dans tous les aspects de l’existence et Andrew était persuadé que son oncle, comme n’importe qui d’autre, pouvait encore évoluer. Il avait bien conscience qu’il lui était impossible de comprendre vraiment ce que vivait quelqu’un comme l’Archimage mais il avait parfois l’impression qu’Adrian se réduisait sans nécessité à ce seul aspect de son existence.

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 24 Aoû 2015 - 15:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Alors qu'ils quittaient la ruelle, Andrew expliqua les raisons qui l'avaient poussé à refuser de voir des psychologues par le passé. C'était compréhensible et en un sens, Adrian pouvait le comprendre. Il n'aurait pas aimé devoir consulter un psychologue lorsqu'il était jeune et encore persuadé de pouvoir se débrouiller tout seul. C'était souvent le problème des jeunes d'ailleurs : ils étaient persuadés d'être immortels et de pouvoir se débrouiller sans l'aide de personne ! Fort heureusement, Andrew semblait avoir dépassé ce stade depuis belle lurette puisqu'il acceptait d'aller parler avec le psychologue de la Légion.

Cela dit, Adrian ne s'attendait pas à ce que le jeune homme lui retourne la question. Ce qu'il voudrait changer dans sa vie ? Oh, il y avait des choses bien évidemment, mais disons qu'il en avait parlé uniquement pour rassurer son neveu en lui montrant qu'il n'était pas le seul à ne pas être satisfait de sa vie. Quelques secondes de silence suivirent cette question alors que le vieux mage arborait une expression un peu hésitante.

« Oh, rien de spécial. Enfin rien qui ne puisse se changer. »

Il marqua une nouvelle pause, constatant qu'il venait de mentir avec une aisance qui l'effrayait presque. Il avait tellement pris l'habitude d'éviter de songer aux changements qu'il voudrait faire qu'il en venait à penser que c'était bel et bien le cas. Un soupir lui échappa alors qu'il reprenait la parole pour corriger ses dernières paroles.

« En fait, parfois je me dis que je devrais arrêter de me reposer sur mes habitudes et changer un peu tout ça. Mais ce n'est pas spécialement ce que je voudrais faire, plus ce que les gens me conseillent de faire. Enfin, c'est sans grande importance, c'était surtout pour te dire que tu n'es pas le seul à penser comme ça. Je suis convaincu que tous les habitants de cette ville aimeraient changer quelque chose, que ce soit aujourd'hui ou dans leur passé. »

C'était davantage son cas d'ailleurs. Sa vie actuelle lui convenait relativement bien, même s'il aurait aimé que Sallah se trouve une femme et fonde sa propre famille plutôt que de se priver de la joie de devenir père pour vérifier qu'Adrian n'oublierait pas de se nourrir entre deux recherches. Oui, il aurait changé pas mal de choses en ce qui concernait ses proches, mais pour ce qui était de sa vie personnelle, elle lui convenait parfaitement. Il avait beau être isolé et en venir à parfois regretter ce vide, d'ici une cinquantaine d'années il s'en consolerait lorsque ses rares proches finiraient par mourir de vieillesse. Un mal pour un bien en somme. Mais il ne pouvait pas parler d'une telle chose à un adolescent au début de sa vie : il ne comprendrait jamais.

Mais il ne s'agissait pas du sujet principal de leur discussion : ils étaient en train de parler des problèmes d'Andrew et non des changements qu'il pourrait vouloir dans sa vie. Le jeune homme avait encore sa vie devant lui tandis que l'Archimage avait déjà vécu la sienne : il occulta donc cette discussion pour poursuivre.

« Je comprends que tu ne te sentais pas prêt à l'époque et pour être tout à fait honnête avec toi, je crois que même aujourd'hui je ne voudrais pas rencontrer de psychologue si j'étais à ta place. Mais je suis convaincu que ça te fera d bien. Peut-être que c'était simplement une habitude que tu avais et qu'elle a fini par devenir plus prononcée à cause de la découverte de tes pouvoirs ? » Il fronça légèrement les sourcils. « Peut-être qu'en savoir plus à ce sujet te permettrait de te sentir mieux ? » Il soupira légèrement. « D'ailleurs, tu te souviens lors de notre dernière mission ? Il y a une de ces filles qui t'avait parlé, elle t'avait appelé « le prince » ou quelque chose du genre et si je ne m'abuse, c'est ce que Nafasi avait aussi dit, non ? Tu sais quelque chose à ce sujet ? »

La fée n'avait pas souhaité en reparler entre-temps, même si Adrian la laissait souvent se balader dans le manoir. Surtout par cette chaleur : elle supportait l'hiver au moins aussi mal que Sallah puisqu'ils étaient tous les deux habitués à des pays beaucoup plus chauds. La fée avait bien semblé observer Andrew de loin, mais à chaque fois que l'Archimage avait tenté de l'interroger à ce sujet, elle s'était braquée. Assurément, le côté coincé du vieux mage n'était pas compatible avec le côté exubérant de la fée, parfois Adrian se demandait pourquoi l'artefact s'était éveillé à son contact.
Peut-être qu’Andrew aurait plus de chance que lui ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 25 Aoû 2015 - 18:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
D’ordinaire, Andrew aurait probablement insisté un peu plus, dans l’espoir de pousser Adrian à se confier, parce qu’une fois de plus, il lui sembla que l’Archimage se dérobait à ses questions. Ce jour-là cependant, le jeune homme se sentait trop redevable de la générosité de son oncle et de sa bienveillance pour risquer de lui déplaire en suggérant que quelques changements dans la vie ne lui feraient pas de mal. Au fond de lui pourtant, il était persuadé qu’Adrian aurait dû sortir un peu plus — pas pour trainer dans les bars et draguer des femmes (encore que…) mais simplement, par exemple, pour se promener, aller au théâtre, écouter un concert.

Peut-être qu’Andrew en reparlerait, quand quelques jours auraient passé. Pour l’heure, il était bien obligé de se prêter aux questions de son aîné, auxquelles il avait promis de répondre. Il ne s’était pas attendu à ce qu’elles revinssent sur le sujet de ses pouvoirs. Aussitôt, Andrew parut préoccupé. Ceux-ci avaient été stables pendant dix-huit ans et, depuis qu’il avait posé le pied à Star City, ils commençaient à évoluer et, si le jeune homme arrivait à se faire à ses nouvelles aptitudes, leur apparition n’en laissait pas toutefois de l’inquiéter.

C’était un domaine dans lequel, cependant, il n’aurait jamais songé à avoir le moindre secret pour son oncle, qui était le seul en qui il plaçât l’espoir d’une quelconque découverte.

— Je sais… Pas grand-chose. Sauf que c’est la troisième fois qu’on m’appelle comme ça.

C’était donc plus qu’une coïncidence et une manière de parler.

— La première fois, c’était avec Vincent, un pote à moi, on était tard dans la rue, en rentrant du boulot, et on s’est retrouvé embarqué dans une histoire sans queue ni tête, avec Camille et tout.

Il avait raconté cette aventure à son oncle : comment ils avaient trouvé une petite fille, avec Vincent, que des créatures maléfiques tentaient de tuer, comment un cheval blanc était apparu dans la cave où ils s’étaient réfugiés pour leur permettre de s’enfuir, comment le cheval blanc avait mystérieusement traversé Star City, avant de disparaître comme il était venu, comment il avait appelé Camille à l’aide et comment Camille leur avait expliqué que la petite fille était la clé qui refermait une porte maléfique, ouverte tous les six siècles entre une dimension obscure et la Terre Prime, comment Camille avait défait une petite armée d’orques et comment, Vincent et lui, Andrew, ils avaient protégé la petite fille jusqu’à ce qu’elle disparaisse à son tour, après avoir refermé la porte.

Là, l’une des créatures maléfiques l’avait appelé Prince Charmant.

— La deuxième fois, c’était Nafasi, la troisième fois, c’était avec les junkies, là.

Des personnes très diverses, en somme, mais qui avaient toutes reconnu en lui la même chose. Et pour Andrew, ça n’avait aucun sens.

— J’pense pas qu’mes pouvoirs aient déclenché mes TOCs, parce que mes pouvoirs, j’les ai toujours eus, j’l’ai ai jamais découverts.

C’était ce qui le différenciait d’un mutant.

— Mais, euh… Les Princes Charmants, ‘fin… Les Princes Charmants, c’est les mecs dans les contes qui se ramènent avec leur cheval blanc et…

Andrew s’interrompit brusquement. En toute bonne foi, jusqu’à lors, il n’avait jamais réfléchi au sens du compagnon équestre d’un soir. Il resta interdit par cette pensée et reprit difficilement le fil de son discours.

— … et… et… et ils sont parfaits et tout, pas comme moi, puis ils sont grands et forts, pas comme moi… Fin si, forts comme moi, mais je veux dire… et puis il y a une princesse dans une tour…

Comme un jeune Légionnaire dans sa Tour de la Paix, par exemple. Toutes ces ressemblances se pressaient désormais dans l’esprit d’Andrew. Il s’arrêta de marcher et il eut un rire nerveux.

— Franchement, Christopher, il ressemble pas à une princesse. Ou elle a fait d’la muscu, la princesse.

Et puis il n’était pas emprisonné par un dragon. D’accord, Andrew avait sauvé Christopher de la dépression et des pensées suicidaires, mais ce n’était pas des dragons, si ? Enfin, métaphoriquement, peut-être… L’adolescent était perdu.

— Mais… mais c’est ridicule, pas vrai ? J’veux dire, les princes charmants, non seulement ça m’ressemble pas, mais surtout, ça existe pas. C’est un truc de contes de fées. Les contes de fées, c’est des histoires pour les enfants.

Dixit celui qui avait rencontré — et combattu — un ogre en chair et en os.

— Puis mes parents, ils sont rois de rien du tout.

Un détail généalogique, tout au plus. Au fond, Andrew était quand même à moitié convaincu par ces extraordinaires coïncidences. Et évidemment, il y avait une pensée qui plus que tout le travaillait.

— Mais… Si c’est vrai… si c’est ça que je suis… bon, c’est ridicule, mais admettons… ça veut dire quoi ? Que je réalise mon destin ? Que c’est pas moi qui décide ? Que si Chris avait pas vécu dans une Tour, j’me serais pas intéressé à lui ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 25 Aoû 2015 - 21:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian était assez étonné d'entendre parler de Camille en dehors des affaires concernant l'art : il ignorait que les deux jeunes gens avaient des contacts entre eux. Cela dit, contrairement à l'adolescent, l'Archimage n'idéalisait pas les Princes Charmants, car dans les véritables contes, ces derniers étaient rarement aussi charmants que leur nom le laissait penser. Quant à Christopher... ma foi, même si Adrian n'avait pas envie de manquer de respect à Andrew en émettant cette hypothèse, rien ne disait que le jeune homme était bel et bien celui avec qui il ferait sa vie. Peut-être qu'il n'était qu'une simple passade et qu'une véritable princesse débarquerait dans sa vie sous peu ? Ajoutez à cela qu'Adrian en connaissait justement une et qu'il arrivait souvent qu'elle passe lui rendre visite au manoir et vous compreniez pour quelle raison l'Archimage voyait aisément la pièce « Christopher » être éjectée de l’échiquier au profit d'une véritable princesse. Bien sûr, il ne le souhaitait pas et ce n'était qu'une simple pensée pragmatique, mais à ses yeux, ce « problème » était très loin d'en être réellement un.

Il soupira donc doucement à la fin des explications d'Andrew, cherchant comment présenter cette analyse sans avoir l'air détestable ou encore sans vouloir donner l'impression de ne pas aimer son petit ami – qu'il ne connaissait ni d’Ève, ni d'Adam. Au final, Adrian se contenta de hausser les épaules, pas très sûr de lui, détournant le regard pour éviter de voir la contrariété naître sur le visage de son neveu s'il abordait un sujet gênant – parfois, les jeunes étaient plus intéressés par les histoires d'amour que de famille et il ne tenait pas spécialement à passer au dernier plan pour avoir émis une telle hypothèse.

« Tu sais, je respecte tes sentiments et ta relation avec ce Christopher, mais... » En général les « mais » n'étaient jamais bon signe, mais il était lancé, autant aller jusqu'au bout. « … mais ce n'est pas parce que tu es en couple avec lui aujourd'hui que tu le seras forcément dans quelques semaines encore. Oh, je te le souhaite, que les choses soient claires, mais ça revient à ce que j'ai dit avant.... » Il hésita avant de regarder Andrew. « Tu vis trop au travers des personnes qui t'entourent. Tu devrais te baser sur toi et non sur les autres. Les gens qui gravitent autour de toi ne sont pas forcément celles qui seront encore là dans dix ans, ce qui signifie que tes pouvoirs ne sont pas forcément liés à eux. »

Son regard sonda le visage d'Andrew, espérant simplement ne pas avoir vexé l'adolescent. Si c'était le cas... ma foi... il aviserait, mais au moins ne cherchait-il plus à mentir ou à dissimuler ses sentiments pour éviter de vexer les autres – ou de cacher ce qu'il pensait. Décidant qu'il s'était déjà trop avancé pour s'arrêter en si bon chemin, l'Archimage enchaîna sur la suite pour essayer d'éclaircir autant que possible les questions que l'adolescent venait de lui poser – même s'il n'était pas convaincu d'avoir des réponses à chaque fois.

« Et tu sais, les contes de fée ne sont pas tous beaux et romantiques. En vérité, c'est même tout le contraire. Prends l'exemple de la belle au Bois Dormant. Elle ne s'est pas réveillée avec le baiser du prince dans le conte original, mais parce que le prince a abusé d'elle dans son sommeil, qu'elle est tombée enceinte avant d'accoucher, que le bébé lui a tété le doigt et lui a retiré le venin somnifère. » Il esquissa un sourire. « Je ne dis pas que tu fais ça, hein. Mais je veux dire que les véritables contes n'ont rien à voir avec ceux que l'on peut connaître aujourd'hui. Et puis tout dépend des histoires. Je te rappelle que Blanche Neige vit dans une maison avec des nains, au fond des bois et non dans une tour. » Il haussa les épaules. « Après, je ne m'y connais pas trop en matière de conte. » C'était un euphémisme. « Mais voilà, cette possibilité n'est pas totalement folle tu sais. Et comme je te l'ai dit... ne te base pas trop sur les autres personnes pour analyser cette possibilité. Rien ne te dis que tu ne vas pas réellement rencontrer une princesse. » Son regard se détourna. « Il y en a une à Star City. »

Tout cela pour dire qu'Andrew fermait peut-être les yeux sur la véritable solution pour la bonne et simple raison qu'il considérait que certaines choses étaient acquises alors qu'elles ne l'étaient pas forcément. Même s'il ne lui souhaitait pas, Adrian n'occultait pas totalement la possibilité que Christopher ne soit qu'une passade dans la vie de son neveu. Il était bien placé pour savoir que les histoires d'amour n'étaient pas éternelles et que, malheureusement, les enchantements liés aux contes de fée existaient plus souvent qu'on ne le croyait.
Après quelques secondes de silence, il changea de sujet.

« Je ne savais pas que tu fréquentais monsieur Saint-Clair en dehors des galeries d'art. »

Parce qu'il l'appelait encore « monsieur » et non par son prénom, ils ne se connaissaient pas assez pour ça. Contrairement à Andrew apparemment.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 26 Aoû 2015 - 18:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le discours d’Adrian fut accueilli par un long silence. Il était plus facile de convaincre un criminel d’embrasser la voie de la Justice et de la Vertu que de persuader un adolescent artiste qu’il n’était pas en train de vivre la plus belle histoire d’amour de tous les temps. Du haut de ses dix-huit ans, Andrew était bien entendu absolument certain d’avoir trouvé l’homme idéal et le scepticisme d’Adrian était pour lui, sinon un manque de confiance, du moins la preuve que le vieux mage vivait seul depuis trop longtemps et qu’il avait besoin qu’une jolie demoiselle lui fît tourner la tête.

D’un ton obstiné, Andrew finit par affirmer :

— Chris, c’est l’homme de ma vie, hein.

Voyons.

— J’veux personne d’autre que lui. On va se marier et tout, peut-être avoir des enfants.

D’accord, techniquement, Christopher n’était pas encore tout à fait au courant des délires romantiques de son petit ami mais pour Andrew, ce n’était qu’une question de temps. Il était évident qu’après une période appropriée — deux ou trois mois, par exemple —, il demanderait Christopher en mariage, que le Légionnaire accepterait et, peut-être, quand ils auraient tous les deux des emplois stables et que Christopher aurait fini ses études, ils adopteraient deux ou trois enfants venus de pays défavorisés.

Ça le dépassait que les autres ne soient pas capables de voir ça.

— C’pas la peine d’essayer d’me caser avec une princesse que j’connais pas, j’ai d’jà tout c’qu’i’ me faut, tu vois.

Il avait dit cela comme s’il avait tout juste prouvé par A+B qu’Andrew Peck, c’était son avenir. Ou Christopher Pennington, ça, en revanche, il n’avait pas décidé. Peut-être Pennington-Peck, quelque chose comme ça.

— En plus, si c’est une princesse et tout, moi j’suis pas vraiment noble, du coup voilà.

Et après, on l’accusait de ne pas être pragmatique !

Bref, la question était réglée et Adrian n’avait plus qu’à commander les dragées et à commencer à réfléchir aux cadeaux. En revanche, Andréa concéda :

— Mais c’est vrai que les contes de fées, c’est pas toujours soft. Peut-être qu’il y a des versions où le prince est gay et où il rencontre un autre prince qui est un géant et qui contrôle l’énergie cinétique.

Ça virait à l’obsession. Et puis, si ça ne tenait qu’à ça, le conte, il pouvait encore l’écrire lui-même, hein. Il y aurait une longue description des abdominaux du beau prince enfermé dans sa tour, ce serait parfait. Un futur succès de librairie.

Cette réflexion pleine de bon sens faite, Andrew précisa :

— J’le fréquente pas tellement, Camille. En fait, quand j’l’ai vu dans l’truc magique, j’l’ai pas reconnu. Dans l’feu d’l’action et tout, j’m’attendais pas à voir un mécène d’art s’comproter en super-ninja. C’est après la galerie qu’j’ai fait l’rapprochement.

D’ordinaire, il était physionomiste mais les deux vies de Camille Saint-Clair étaient difficiles à concilier entre elles et, ce soir-là, embarqué dans la tourmente ésotérique avec Vincent, Andrew n’avait pas été en possession de tous ses moyens.

— Mais c’est un ami à Vincent et quand on s’est retrouvé embarqués dans ça, Vincent l’a appelé à la rescousse, parce qu’il est agent à l’UNISON, si j’ai bien compris, dans un projet spécial et tout. Mais j’lui ai pas reparlé de ça. C’est pas un mec qu’est super facile à aborder, en vrai.

En tout cas, pour un jeune homme comme Andrew, qui n’avait pas beaucoup vu le monde et qui avait l’habitude de s’exprimer avec spontanéité et franchise, Camille aux existences si diverses et aux attitudes si flegmatiques n’était pas un interlocuteur facile. Si l’adolescent reconnaissait les mérites du Français, il ne se sentait pas très à l’aise en sa compagnie et, pour tout dire, il préférait autant l’éviter.

— Enfin bref.

Andrew ignorait qu’Adrian et Camille devenaient peu à peu amis.

— Admettons que je sois un prince charmant.

Dit comme ça, ça ne sonnait peut-être pas très modeste.

— Qu’est-ce que…

Ils avaient recommencé à marcher, en prenant le chemin du manoir.

— Euh… J’sais pas, concrètement, ça change quoi ? J’veux dire, y a un article « prince charmant » dans l’encyclopédie secrète de la magie ?

L’hypothèse avait beau être perturbante, si elle pouvait lui apporter plus de réponses, il était prêt à l’admettre.

— Et surtout, est-ce que ça veut dire que j’ai un destin ? Parce que… j’sais pas, j’préfère autant pas. C’est angoissant, un destin. Philosophiquement perturbant, quoi.

Et sur ces mots, ils étaient arrivés au seuil du manoir — un seuil dont la porte s’ouvrit, pour laisser apparaître Sallah, qui les regardait tous les deux avec un mélange d’inquiétude et de réprobation. Andrew était parti si brusquement que l’Égyptien n’avait pas manqué de s’interroger. Il était habitué aux réactions vives du nouvel habitant du manoir mais il y avait tout de même des limites.



 
Revenir en haut Aller en bas

 
Very Bad Trip
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Very Bad Trip Cadre_cat_6Very Bad Trip Cadre_cat_8


Very Bad Trip Cadre_cat_1Very Bad Trip Cadre_cat_2bisVery Bad Trip Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Trip à trois!
» Mission Trip
» 06. One less margarita, one more trip to the shrink - PV Gregory
» Shopping Trip [Faith]
» very bad trip - lundi 19 mars, 09h45

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Very Bad Trip Cadre_cat_6Very Bad Trip Cadre_cat_8
Sauter vers: