AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Papy fait de la résistance Cadre_cat_1Papy fait de la résistance Cadre_cat_2bisPapy fait de la résistance Cadre_cat_3
 

Papy fait de la résistance

 
Message posté : Mar 4 Aoû 2015 - 11:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


***

— Vous êtes Américain ?
— Oui.
— Ici, il y a marqué que vous êtes né à Nairobi.
— Oui.
— C’est… ?
— Pardon ?
— C’est où ? Nairobi.
— Au Kenya.
— Donc vous êtes Kenyan… ?

***

— Salut, Chris, c’est Andrew. Euh… J’crois qu’l’entretien d’embauche, c’est pas super bien passé et le mec était un peu chelou, et tout. J’sais pas. J’vais continuer à chercher. J’voulais juste te parler un peu mais tu dois être occupé, avec les Phenix, et Jace, et tout ça. ‘Fin bref, si tu veux m’rappeler quand t’auras l’temps. Voilà quoi.

***

— J’t’assure que c’est d’la bonne… pas d’danger, que du plaisir.
— Non, c’est bon…
— Vas-y Andrew, j’te connais, me fait pas croire que t’es clean, clean. Une fois de temps en temps, ça peut pas te faire de mal.
— Je…



J’sais pas.


***

— Vous êtes méthodique.

Andrew releva les yeux de son carnet de notes. L’archiviste de la Légion l’observait, au-dessus de ses lunettes en demi-lune. Elle avait le front parcheminé des encyclopédies vivantes.

— Un peu.

Un peu ? Toutes les affaires du jeune homme étaient arrangées géométriquement sur la table, les crayons parallèles les uns aux autres, le cahier parallèle au bord de la table. Les colonnes de notes étaient tracées à la règle et elles divisaient en parties exactement égales les pages du cahier où Andrew inscrivait consciencieusement les informations des papiers dépouillés.

— Je pensais que c’était juste une question d’imagination.

Andrew posa son stylo.

— Vous avez lu le Seigneur des Anneaux ?
— Il y a longtemps.
— Vous savez que certains critiques estiment que c’est un roman sur l’ascension de la classe moyenne dans l’Angleterre post-victorienne.
— Ah. Et ?
— On n’imagine bien qu’avec de la matière.

***

Allongé sur son lit, dans sa chambre au manoir, Andrew regardait le plafond. Toutes les cinq secondes, il prenait son téléphone, répondait à un message de Christopher, reposait son téléphone et se remettait à réfléchir. Adrian Pennington. Le nom était apparu bien souvent dans les archives qu’il avait consultées. Il avait commencé par les plus récentes et, au début, il n’avait pas été surpris. Son cousin ne lui avait pas caché son implication au sein de la Légion.

Mais le nom survivait au fil des générations. Il remontait le temps. D’où venait le manoir ? Quand Adrian parlait de son enfance, de sa jeunesse, enfin, plutôt, confusément, quand il évoquait le passé, Andrew avait toujours l’impression que son parent était né dans un milieu modeste ou, en tout cas, pas particulièrement bourgeois. Alors le manoir en plein Star City ? D’où est-ce que ça venait ? Et pourquoi ne s’appelait-il pas Adrian Pennington Jr., s’il portait le même nom que son père ?

Andrew se redressa.

Il n’avait pas à se plaindre d’Adrian, ni de son installation au manoir. Il vivait là avec un confort auquel il n’était pas habitué, un confort dépourvu de technologies, c’était certain, mais Andrew ne s’en souciait pas. Il n’avait pas faim, il n’avait pas froid et il avait de l’espace, un espace rempli de souvenirs de voyages, de tableaux et d’objets étonnants, qui suffisaient amplement à satisfaire sa curiosité et à occuper son esprit, quand il était là. Adrian était agréable et toujours prêt à lui parler, Sallah était… Sallah. Il n’avait pas à se plaindre.

Mais plus les jours passaient, plus une frustration grandissait en lui. Il avait l’impression de ne pas connaître Adrian — tout du moins, de ne rien savoir de son histoire. Il avait raconté un peu son enfance à Nairobi, son adolescence, ses années à New York. Il avait laissé de côté certains détails. La drogue. Les petits amis violents. Les femmes mariées. Somme toute, il avait donné de lui-même, de son passé. Adrian… Adrian avait l’air des réponses vagues. Parfois, Andrew avait l’impression que la confiance qu’il avait pour le mage n’était pas réciproque.

C’était injuste, il n’en doutait pas. Adrian avait été bon pour lui, bien plus généreux que leur lointaine parenté ne l’imposait. Et Andrew, en effet, l’aimait sincèrement. Parce qu’il avait l’affection facile, oui, mais parce qu’il avait aussi toutes les raisons de le faire. Mais les archives de la Légion lui donnaient de cette branche-là de la famille une idée imparfaite et mystérieuse.

Andrew soupira.
Il n’était pas homme à laisser sa curiosité insatisfaite.

L’adolescent sortit de sa chambre et, une fraction de seconde suivante, il était en bas des escaliers, à pousser la porte de la bibliothèque du manoir, où il avait entendu Adrian. Il savait toujours qui était où dans cette maison. Son ouïe ne cessait de s’affiner : les exercices et l’expérience portaient leurs fruits.

— Salut. Je peux… ?

Sans vraiment attendre la réponse, il rentra dans la pièce et s’assit dans un fauteuil en face d’Adrian.

— Dis, j’me demandais… Peut-être tu peux m’aider. T’sais, j’t’ai dit, la Légion elle m’a engagé, pour le truc, là, l’illustration. La BD éducative sur l’histoire de la Légion, pour distribuer aux gosses pendant les visites guidées. J’suis en train d’faire les recherches et tout, avant d’m’attaquer aux planches, mais les archives, elles sont pas totalement complètes et j’ose pas tellement aller déranger les gens qu’étaient déjà là à l’époque. J’les connais pas et ils ont mieux à faire qu’de répondre à mes questions. Alors, j’me disais, toi, peut-être, t’en sais quelque chose, de l’Alliance Héroïque ?

Ce n’était pas la question qu’il aurait voulu poser, ce n’était pas : « pourquoi ton nom apparait dans des archives de cinquante ans ? ». Mais Andrew n’osait pas se montrer trop direct.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 4 Aoû 2015 - 17:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis qu'Andrew était venu s'installer au manoir, la vie d'Adrian s'était légèrement animée. Il avait presque l'impression d'être de retour à l'époque où Ginger, la prétendue Pennington, vivait ici. Sauf qu'Andrew ne se promenait pas en sous-vêtements aguicheurs dans le manoir et que Sallah ne frôlait pas l'arrêt cardiaque à chaque fois qu'il le croisait. Non, finalement la vie était bien plus paisible qu'à l'époque où la jeune femme vivait ici.
Pendant un petit moment, le vieux mage avait craint que le jeune homme ne se sente pas chez lui ou que l'endroit soit trop vieillot à son goût. Même sans l'être lui-même, Adrian savait que les grands-parents avaient rarement droit à la visite de leurs petites-enfants notamment parce que leur demeure leur rappelait une époque lointaine et révolue. Peut-être que l'enfance d'Andrew en Afrique lui avait permis d'avoir une vision moins réductrice de la chose ? Possible. En tous les cas, Sallah était retombé dans son habituel mutisme, certainement parce qu'il avait conscience qu'ils allaient à nouveau devoir jouer un rôle. Mais il savait que ce lien importait beaucoup aux yeux de son père adoptif et, par conséquent, il l'acceptait sans broncher.

Ce jour-là, il travaillait sur l'étude d'un artefact récemment envoyé par un contact européen. Andrew était dans le manoir, le vieux mage l'avait croisé plus tôt dans la journée, mais il ne cherchait pas à le chaperonner et à savoir en permanence ce qu'il faisait. Malgré tout, Adrian restait à disposition et chaque fois que l'adolescent venait vers lui pour lui parler, quel que soit le sujet – excepté Rebekha éventuellement – il était prêt à l'écouter. C'est donc très naturellement qu'il acquiesça lorsque le kényan poussa la porte de la bibliothèque pour lui demander s'il pouvait venir. Parfois, Andrew avait l'air préoccupé et à plusieurs reprises, Eldoth se demanda s'il n'était pas tout simplement très sensible. Gabriel, le frère d'Adrian dont Andrew descendait, avait toujours été le même. C'était un homme sûr de lui et compétent, très souriant, mais surtout sensible et proche de sa famille. C'était d'ailleurs lui qui avait adressé le plus de reproches à Adrian lorsque ce dernier était revenu d'Afrique après les avoir délaissés près de trois décennies. Oui, en un sens, Andrew lui rappelait beaucoup son frère.

Malheureusement, ces souvenances furent rapidement interrompues par les questions de l'adolescent. L'Alliance Héroïque ? Qu'est-ce qu'elle venait faire là celle-là ? Essayant d'adopter une expression indifférente, le vieil homme posa son regard sur ses papiers, semblant écouter d'une oreille distraite ce qu'Andrew lui demandait. En vérité, il était très attentif, mais surtout assez anxieux à l'idée de devoir répondre. Pourquoi ? Parce qu'il allait devoir mentir, encore et toujours. Ces mensonges, même vitaux, commençaient à l'épuiser et il n'osait pas regarder le jeune homme dans les yeux en lui mentant alors même que lui se confiait sans rechigner.

« L'Alliance Héroïque ? Oui, je connais, mais un peu comme tout le monde non ? Je veux dire, c'est tout de même l'un des regroupements de héros les plus célèbres. Autant pour ce qu'ils ont fait, qu'en raison du nombre important de morts qu'il y a eu pendant ses quelques années d'existence. »

C'était d'ailleurs ce qui avait motivé Eldoth à rompre les contacts avec le milieu des héros. Il avait déjà perdu de nombreux amis pendant la seconde guerre mondiale, puis ensuite en raison du temps qui passait et finalement, parce que cette alliance tentait de protéger les habitants de cette planète contre les Super-Vilains. Nombreux étaient ceux à avoir donné leur vie pour y arriver et, au final, les survivants ne se comptaient plus que sur les doigts d'une main. La plupart avaient cessé leur vie héroïque en raison de leur âge ou par lassitude, comme Eldoth. Ce dernier leva les yeux vers Andrew.

« Après... je ne sais pas trop ce que tu cherches en vérité. Tu as déjà regardé dans les comics sur cette époque ? Je ne m'y intéresse pas, mais June m'a dit qu'il y avait un bon paquet de héros de l'Alliance ou de la Ligue qui avaient droit à leur série. Voire une série dédiée essentiellement à l'Alliance Héroïque peut-être. » Il hésita brièvement. « Tu devrais plutôt en parler avec elle, elle saura certainement mieux t'aider que moi. »

Son assistante était revenue au manoir depuis quelques mois à présent et Andrew avait eu l'occasion de la croiser à quelques reprises. Même en étant timide, June saurait s'y prendre pour lui parler des héros de l'Alliance sans avoir besoin de mentir. Adrian de son côté devrait prétendre qu'il avait appris telle chose de son père ou de son grand-père et ce serait un mensonge supplémentaire à son actif... Il se promit de s'excuser auprès de son assistante pour avoir agi aussi sournoisement, mais il n'avait pas vraiment le choix.

« Tu devrais peut-être aller à l'Opéra Beaudrie. Ils en ont sur Prétorien et c'est tout de même le membre fondateur et celui qui a dissous l'Alliance, tu en apprendrais pas mal je pense. » Il haussa les épaules en baissant à nouveau les yeux sur sa feuille. « Je suis désolé, je ne peux pas vraiment t'en dire plus. »

C'était la vérité : il était vraiment désolé de ne pas pouvoir lui expliquer tout ce qu'il savait et il regrettait sincèrement que les choses soient aussi compliquées. Mais pour lui comme pour Adrian, il était préférable que leur relation en reste au point où elle était actuellement. Eldoth n'avait jamais aimé parler de lui, encore moins lorsqu'il savait que son rôle d'Archimage mettait ses proches en danger, se contenter d'être l'épaule sur laquelle pleurer lui convenait donc parfaitement.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 5 Aoû 2015 - 14:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Se trompait-il ou le regard d’Adrian était-il devenu fuyant ? Andrew n’était pas doué pour ces petits jeux-là. Il aurait fait un piètre interrogateur. Un mauvais espion. Il n’était pas un peintre de portrait. Son œil d’artiste saisissait les expressions mieux que le commun des mortels, sans doute, mais moins bien qu’un policier, qu’un interrogateur professionnel, qu’un psychologue. Il les voyait sans pouvoir les interpréter exactement. Adrian était préoccupé. Pourquoi ?

Andrew n’avait aucune théorie, simplement le sentiment que quelque chose d’étrange existait là. Pourquoi le nom d’Adrian apparaissait-il à mesure que l’on remontait dans les archives héroïques conservées à la Tour de la Paix ? Pourquoi ce cousin vivait-il dans un manoir s’il avait grandi dans un milieu modeste ? Pourquoi ne lui parlait-il jamais de lui ? À chacune de ces questions, Andrew était capable d’imaginer une réponse rationnelle, banale pour ainsi dire, même s’il fallait parfois la forcer un peu. Toutes ensemble, elles devenaient plus inconfortables.

Le jeune homme resta un moment silencieux. Puis, d’une voix prudente et calme, il répondit :

— J’irai voir à l’Opéra, alors. Et j’irai parler à June.

Il aimait bien June — autant qu’il pouvait la connaître, cachée qu’elle était derrière ses lunettes. Elle avait de la passion pour son métier et la passion était une disposition qu’Andrew respectait. Il aurait pu lui poser des questions sur Adrian, mais June était trop timide et Andrew doutait que ses réponses fussent fort instructives.

— Mais c’est à toi que j’ai envie de parler, en fait.

Andrew cherchait toujours le regard d’Adrian. Quelques semaines plus tôt, il n’aurait jamais osé entreprendre une semblable discussion avec le mage. Mais ils s’étaient beaucoup écrits, ils avaient lutté côté à côte, ils vivaient sous le même toit et toutes ces raisons poussaient Andrew à désirer plus que la relation distante, quoique protectrice, qu’Adrian cultivait.

— Tu sais…

Il allait commencer directement sur le terrain personnel mais il se ravisa. Après un instant de silence et de réflexion, encore, il reprit.

— Dans les archives de l’Alliance, et puis plus tôt, aussi, quand on remonte, surtout plus tôt en fait, dans celles de la Ligue, on trouve souvent mention d’un Adrian Pennington. Enfin, souvent, c’est pas partout, mais quand même.

Il fallait être honnête : les archives n’étaient pas surabondantes. Les super-héros n’avaient pas nécessairement eu le réflexe de tout consigner et de tout conserver. Une grande partie de ce qui était désormais conservé à la Tour de la Paix et qui faisait partie de la mémoire institutionnelle de l’organisation avait été rassemblé péniblement par les archivistes de la Légion, quand elle avait commencé à prendre sa forme actuelle, à rassembler des moyens, à se penser comme un système appelé à durer dans le temps. Il s’y mêlait des documents officiels, des papiers personnels, d’anciens articles de journaux, mais d’immenses zones d’ombre s’étendaient d’un événement à l’autre. Andrew plaignait sincèrement l’historien qui se lancerait un jour dans le travail de les dépouiller systématiquement.

— Alors, je me disais, tu en savais peut-être quelque chose, de toutes ces histoires. Et puis…

L’adolescent poussa un soupir et décida finalement de se jeter à l’eau.

— Pour être honnête, au début, quand on s’est rencontrés, toi et moi, j’ai eu l’impression que t’étais juste un archéologue. Je sais plus trop mais je crois que c’est comme ça que tu as présenté les choses. Ensuite, je découvre que t’es un mage. Ensuite, que tu travailles « un peu » avec la Légion. Ensuite, que t’as l’habitude du terrain, des missions, du danger. De voir des cadavres et d’affronter des criminels. C’que j’veux dire, c’est que…

Andrew passa une main dans ses cheveux.

— T’es passé de l’archéologue calme et discret au super-héros sorcier qui vit dans un manoir mystérieux,et qui, à c’que j’comprends, descend d’une longue lignée de super-héros sorciers qui portent tous le même prénom. Et tu vois, j’ai un peu l’impression que tu… me mens. Ouais. Pas…

Le ton d’Andrew était calme — c’était de la tristesse plutôt que des reproches de colère.

— Par omission. Et directement. Que tu délivres sur toi et ce que tu fais des informations au compte goutte-goutte, quand tu peux vraiment pas faire autrement. Après, on se connait pas si bien que ça et tout le monde a des secrets, c’est normal. Mais quand on a commencé à s’écrire, quand j’étais à Nairobi, et quand je suis venu m’installer ici, j’pensais que c’était pour qu’on soit proches, aussi. Et entre la transparence totale et la totale opacité, j’me dis qu’il y a peut-être un juste milieu qu’on pourrait trouver, que tu pourrais trouver, qui me donne pas l’impression que tu te dérobes toujours à moi.

L’honnêteté était une valeur essentielle, comme la confiance, pour le jeune Pennington.

— Après, j’peux pas t’forcer. Mais là, j’te pose des questions, j’entends ton cœur battre plus vite, tu m’regardes pas dans les yeux et… Disons qu’ça donne pas super confiance en nous.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 5 Aoû 2015 - 15:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian évita soigneusement le regard d'Andrew. Prit en faute, il savait parfaitement qu'il l'afficherait clairement sur son visage : il n'avait jamais été doué pour mentir. Tout le long du discours, l'Archimage fit mine de l'écouter d'une oreille distraite en arrangeant les affaires face à lui, un peu comme s'ils parlaient d'un sujet parfaitement banal, mais il ne trompait personne. Il avait légèrement oublié qu'Andrew était capable d'entendre comme personne et qu'au fur et à mesure que la discussion progressait, son rythme cardiaque s'accélérait. Oui, Adrian mentait par omission, voire directement dans certains cas et oui, il culpabilisait. Ce n'est qu'à la fin du discours du jeune homme que le mage osa lever les yeux vers lui, sentant bien que c'était l'un de ces moments-clé, ceux où vous saviez que votre réponse déterminerait la suite d'une relation – et peut-être sa finalité. Retirant finalement ses lunettes, Adrian répondit après avoir laissé planer quelques instants de silence.

« Ce n'est pas une question de confiance tu sais... je te fais confiance. Même si je sais que je ne le montre pas forcément comme tu le souhaiterais. Je ne t'aurais jamais invité à vivre ici si ce n'était pas le cas. » Même si les protections magiques diminuaient les vols possibles. « Je sais, pour l'Alliance et pour tout ça... » Il tritura nerveusement la branche de ses lunettes comme un gamin prit en faute. « Il se peut que je te mente par omission, mais ce n'est pas de gaieté de cœur que je le fais tu sais. Disons que c'est... ma condition qui me demande d'être prudent et de ne pas en parler. Mais je n'aime pas agir comme ça... C'est principalement pour cette raison que j'évite d'aborder ce sujet, d'ailleurs. »

Sa vie personnelle, sa famille ou même ce qu'il faisait réellement de toutes ses journées – et ce que tous ces artefacts magiques faisaient chez lui. En somme, sur tout ce qui touchait sa vie. Andrew avait parfaitement raison : il était impossible, voire compliqué de développer une relation de confiance, amicale ou autre avec quelqu'un comme lui. C'était un échange à sens unique et Adrian comprenait parfaitement que l'adolescent puisse se sentir négligé ou penser que son lointain cousin ne lui faisait pas confiance. Très honnêtement, il avait soigneusement évité de songer à toutes ces choses justement parce qu'il n'avait aucune envie de culpabiliser en songeant à ce qu'Andrew pouvait ressentir. C'était égoïste et il l'assumait mal.
Après une nouvelle période de silence, les yeux du mage se posèrent sur les papiers.

« Je ne viens pas d'une lignée de Super-héros et je suis le seul mage de ma famille. En fait, mes parents étaient juste des ouvriers qui avaient juste assez d'argent pour élever leurs enfants et les seuls héros qu'on connaissait étaient ceux dont on parlait dans les journaux. » Ils n'avaient pas la télévision. « Je suis le premier à m’appeler Adrian dans la famille. Le nom est légué au fils aîné, mais ce n'était pas mon cas. »

Il parlait au passé parce que ses frères étaient tous morts. Cette pensée lui serra le cœur, même s'il se sentait un peu plus léger d'avouer la vérité. En un sens, c'était une forme de soulagement, même si Adrian ne manquerait pas de s'inquiéter à l'idée qu'Andrew puisse devenir la cible de certains de ses adversaires si ces derniers venaient à apprendre qu'il connaissait son secret. Les yeux bruns de l'Archimage se posèrent à nouveau sur le descendant de son frère, cherchant des traits communs avec lui, mais les souvenirs s'estompaient un peu. Il devait de plus en plus souvent observer les anciennes photos de famille pour se remémorer les visages des membres de sa famille, lorsqu'ils étaient encore jeunes.

« Je suis un peu plus vieux que j'en ai l'air. » C'était un euphémisme. « J'étais consultant occasionnel pour l'Alliance Héroïque, entre-autre, c'est pour cette raison que mon nom y figure. » Il ne s'étalait pas cela dit, l'habitude de faire des réponses concises. « Si je t'ai invité ici Andrew, c'est parce que j'ai envie qu'on se rapproche, j'ai aussi envie de t'aider lorsque tu en as le besoin, en somme de me comporter comme un membre de ta famille. Je ne le fais pas par obligation, mais parce que c'est ce qui me plaît. » Détail important. « Je ne me dérobe pas parce que j'en ai envie, tu sais, mais disons qu'au long des années passées à jouer aux héros, je me suis fait plus d'ennemis que d'amis. Et les rares alliés qui ne sont pas morts sont désormais trop vieux pour me soutenir en cas de besoin. Si je ne te parle pas de tout ça Andrew, c'est parce que c'est risqué. Je ne voudrais pas mes actes passés te retombent dessus. » Une légère hésitation. « Tu comprends ? »

Une légère pointe d'anxiété dans sa voix, la crainte que non, Andrew ne comprenne pas.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 5 Aoû 2015 - 19:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— Non. Non, je comprends pas vraiment.

Il s’était passé un long moment de silence entre les révélations d’Adrian et la réponse d’Andrew. L’adolescent se sentait… Un peu en colère. Parce qu’une fois de plus, le mage avait livré une bribe de lui-même mais une bribe seulement. L’information était de taille et la surprise de Kenyan n’était pas peu considérable mais ce qu’il voyait aussi, c’était qu’Adrian avait dit qu’il ne voulait pas dire. Pourquoi pouvait-il vivre aussi longtemps ? La magie était une réponse simple mais le mage avait laissé entendre qu’il y avait autre chose. Des raisons plus complexes.

Alors il n’était pas son cousin. Une sorte d’oncle. Andrew était frustré d’en apprendre beaucoup et peu à la fois.

— Ce que j’veux dire, c’est que… Maintenant, je vis ici, des fois on va manger en ville tous les deux, ou on va à la librairie tous les deux, ou… J’veux dire, on sort, les gens nous voient, les ennemis qui te surveillent, il voit que je suis là et que je suis important. J’suis déjà en danger. Que tu me dises les choses ou que tu me les caches, à partir de ce moment, ça changera pas grand-chose.

S’il suivait le raisonnement d’Adrian, à partir du moment où il s’était installé au manoir, il était devenu une cible potentielle pour les ennemis du mage. Étrangement, cela, il ne songea pas à le lui reprocher. Christopher aussi, sans aucun doute, avait des ennemis et pourtant Andrew préférait de loin l’avoir à ses côtés qu’être pleinement en sécurité.

— J’veux dire, à quelques rues d’ici, y a une Tour immense pleine de Légionnaires. Eux, ce sont pas des alliés, peut-être ? À t’entendre, on a l’impression que t’es tout seul, que tu dois tout gérer tout seul, et pourtant, j’suis sûr que si tu demandais, y a plein de gens qui rappliqueraient pour t’aider. Encore faut-il qu’ils sachent quand t’as des problèmes.

Andrew ne croyait pas en la vertu de la solitude. Pour lui, savoir accepter de l’aide était une vertu plus grande que l’indépendance trop opiniâtre.

D’une voix beaucoup plus calme cependant, il reprit la parole.

— J’comprends que… Enfin, j’suppose que je peux imaginer, non, disons, concevoir, que j’peux concevoir que c’est difficile, au bout d’un certain temps, de nouer des liens nouveaux avec les gens. Je sais pas, j’ai dix-huit ans, honnêtement, j’peux pas tellement me rendre compte de ce que ça fait d’être quelqu’un qui a connu l’Alliance, la Ligue, tout ça. Mais, au risque de paraître, euh, disons, insolent, c’est pas parce que t’es vachement vieux que t’as forcément raison. De toute évidence, avoir beaucoup vécu, c’est même un handicap pour oser vivre encore beaucoup.

S’il se reposerait en fermant les yeux sur l’expertise héroïque d’Adrian, comme il l’avait fait sur le terrain, quelques jours plus tôt à peine, il questionnait la clairvoyance du mage quand il s’agissait des relations personnelles.

— Te comporter comme un membre de ma famille, c’est ça que j’veux dire, te comporter comme un membre de ma famille, c’est pas seulement m’aider quand j’ai besoin, c’est accepter que je t’aide quand toi, t’en as besoin. Alors ouais, je suppose, y a pas grand-chose que je sache faire qui soit mieux que ce que tu sais faire, quand il s’agit de… de bouquins, de magie ou même d’héroïsme. À part si t’as un besoin urgent de déménager des meubles vachement lourds. Niveau vie social, en revanche, excuse-moi, mais c’est pas trop ça.

Quand Adrian quittait mystérieusement le manoir, Andrew doutait qu’il se rendait à une séance Tuperware avec ses meilleurs amis ou à un club de lecture. Encore moins chez un(e) petit(e)-ami(e) caché(e).

— Tu peux pas être un membre de ma famille sans me laisser être un membre de la tienne. Tu peux pas laisser des archives m’apprendre sur toi des trucs que t’aurais dû me dire toi-même. Franchement, j’me sens plus protégé par les gens qui sont honnêtes avec moi que par ceux qui m’cachent des trucs importants. T’imagines, la dernière fois qu’on est allés au musée, t’aurais pu avoir la réduction plus de soixante-cinq ans. On aurait fait vachement d’économies.

Andrew tenta un sourire d’adoucissement.

— Si tu veux pas que les actes passés me tombent dessus, tu m’protègeras. J’veux bien être protégé. Et j’suis sûr que tu l’feras bien. Mais le secret, ça protège pas, ça envenime.

Quelque part, Andrew sentait monter en lui la culpabilité. Est-ce qu’il était censé avouer ses secrets à lui ? Ils paraissaient dérisoires, au regard de ceux du mage, mais peut-être Adrian aurait-il refusé de l’accueillir sous son toit s’il savait qu’il s’était drogué. Il essaya de ravaler au fond de lui ces pensées inconfortables.

— Mais du coup, tu es quoi, exactement, par rapport à moi ? Parce que bon, au-delà des parents d’mes parents, c’est un peu flou, pour moi…
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 5 Aoû 2015 - 21:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le long silence qui suivit la question d'Adrian avait pour effet de faire monter son anxiété qui atteignit certainement son paroxysme lorsque le jeune homme lui déclara qu'il ne comprenait pas. Et bien. C'était plutôt mal parti pour la bonne entente rêvée... En fait, le pire dans l'histoire fut certainement qu'Andrew avait tout à fait raison en lui expliquant qu'il ne pouvait pas espérer être considéré comme un membre de sa famille s'il ne se montrait pas totalement sincère. Ironique, mais c'était quasiment le même discours que feu Gabriel Pennington lui avait tenu dans ses lettres.

Le mage resta silencieux, yeux baissés sur ses livres comme si cela lui évitait d'avoir à prendre conscience de la bêtise qu'il avait pu faire en pensant simplement préserver Andrew. Son regard ne se reposa sur le visage de l'adolescent qu'au moment où ce dernier lui demanda quel était leur lien familial.

« Et bien... après la lettre de ton père, je me suis un peu renseigné et apparemment c'est l'arrière-petit-fils de mon grand-frère. Donc tu rajoutes un « arrière » et tu modifies le « fils » en « neveu » et tu auras notre lien familial. » Il marqua une pause. « Je suis né en dix-neuf-cent, ça remonte légèrement... Mon frère avait douze ans de plus que moi. Tu situes un peu mieux ? » C'était étrange de reparler de ça. « Tu as raison sur plusieurs points, je le sais bien, mais tu sais... je n'ai plus vraiment l'habitude de parler avec d'autres personnes. Il n'y a que Sallah qui fait vraiment partie de ma vie depuis longtemps et même avec lui je fais encore des idioties. »

Il avait beau être très âgé, comme Andrew l'avait souligné, ce n'était pas pour autant qu'il était capable de se montrer plus futé qu'un jeune adolescent ! En vérité, le côté social de sa vie avait été tellement négligé qu'il ne savait même plus comment entretenir convenablement une relation amicale. Quant à protéger quelqu'un... en était-il réellement capable ? Rebekha avait été grièvement blessée alors qu'elle était placée sous sa protection et pour quelle raison ? Parce qu'elle avait voulu lui éviter d'être touché par un sort qui lui était destiné, alors non, Adrian n'avait aucune envie de demander l'aide de qui que ce soit. Autant, dans son esprit cette explication était très claire, à formuler à haute voix, c'était une autre paire de manches !
Après une brève hésitation, il reprit.

« Si je parle de te protéger en évitant de te parler de ma vie Andrew, c'est parce que certaines personnes mal-intentionnées pourraient chercher à lire tes pensées et si elles apprenaient que tu étais au courant de toute l'histoire, elles auraient une raison supplémentaire de vouloir s'en prendre à toi. Mais tu as raison : j'aurais dû éviter de t'approcher dès le début si j'avais souhaité te protéger convenablement. »

Et encore... Adrian était quelqu'un de très sentimental, n'importe quel criminel connaissant l'Archimage – et sa véritable identité – aurait su que s'en prendre à Andrew, même sans qu'ils ne se connaissent, était le meilleur moyen pour le pousser à réagir. Oui, en y réfléchissant bien, la meilleure solution pour éviter qu'il ne soit réellement en danger, était de tout lui expliquer et de s'assurer qu'il était bien conscient des risques encourus. Cependant, résumer une vie aussi remplie que celle du centenaire n'était pas de tout repos.

« Je sais que ma vie sociale est inexistante. Je l'ai cherché. Volontairement je veux dire. Je suis arrivé à Star City en 1977, Sallah était encore un adolescent. J'ai acheté ce manoir avec l'argent économisé durant tout ce temps et je n'en suis sorti que très rarement jusqu'en 2013. Je présume que ça te donne une idée de mon carnet de contacts ? » Très réduit. « Il n'y a que quelques Légionnaires qui savent qui je suis, les autres ne me prennent que pour un consultant. Ils n'auraient aucune raison d'intervenir si j'avais des ennuis. Enfin, pas plus qu'avec un citoyen normal et disons que ça me convient parfaitement, je n'ai pas envie de mêler les autres à mes problèmes. »

Peut-être que c'était égoïste de vouloir se protéger des autres, mais Adrian n'avait plus envie que des gens meurent en cherchant à assurer ses arrières, c'était d'ailleurs pour cette raison qu'il avait autant traîné avant de rejoindre officiellement la Légion des Étoiles. Quand bien même était-ce le cas, Eldoth ne demanderait jamais d'aide pour ses problèmes personnels – appelez ça fierté de vieux ou peur de voir les autres subir à votre place. Un soupir lui échappa alors qu'il reposait ses lunettes sur le bouquin ouvert devant lui.

« Je ne sais pas si tu as fait le lien ou non, mais c'est moi Eldoth. Je ne suis pas un simple mage, Andrew. Disons qu'au cours de mes expéditions d'archéologue, j'ai hérité de pouvoirs assez spécifiques qui me donnent un avantage sur les autres mages. Je n'étais qu'un simple civil avant, même pas un méta-humain et c'était le cas de tous les Pennington de ma génération. » Il esquissa un léger sourire d'excuse. « C'est étrange que tu me tiennes ce discours, c'est celui que Gabriel m'a servi la fois où j'ai essayé de les recontacter après les avoir délaissés pendant près de trente ans. » Il hésita. « Andrew, je ne suis vraiment pas doué pour les liens familiaux, je ne veux pas que tu en attendes trop de moi, sinon tu seras forcément déçu. »

Et il savait, malheureusement, que c'était effectivement le cas.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 6 Aoû 2015 - 11:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— Je préfère les déceptions aux regrets.

Un temps.

— Je crois.

Andrew avait bien conscience qu’il aurait été présomptueux de sa part de se déclarer une philosophie de vie, alors qu’il était si jeune et qu’il n’avait encore rien vu du monde étrange, parfois violent, parfois poétique, qu’était Star City. Cette fois-ci cependant, il avait répondu rapidement et sans hésiter. D’une certaine manière, Adrian lui rappelait Christopher. L’un et l’autre paraissaient parfois vouloir se dérober à lui, à cause de la piètre estime qu’ils avaient d’eux-mêmes. C’était peut-être un complexe typiquement héroïque.

— 1900, hein…

Techniquement, la longueur de la vie d’Adrian n’était pas encore extraordinaire. Des humains parfaitement normaux avaient vécu plus longtemps que cela. Sa jouvence, en revanche, était un fait exceptionnel et ce n’était pas celle du corps qui frappait Andrew mais celle de l’esprit. Pour un vieillard, Adrian avait le cerveau solide — protégé, apparemment, de la neuro-dégénérescence. Difficile de s’imaginer ce qu’était une vie lucide aussi longue, pour quelqu’un qui avait été un jour humain.

Andrew songea à ses propres pouvoirs. C’était un peu égoïste, sans doute. Est-ce qu’il s’en découvrirait un semblable ? Pareille longévité ne lui paraissait en rien désirable. La vague inquiétude de son futur le saisit à nouveau, il chassa ces pensées, tant bien que mal, et se concentra sur Adrian.

— Tu sais, que je sache ou que je ne sache pas, du point de vue, disons, euh, stratégique, ça change pas grand-chose, je crois. Ce qui compte, c’est que les ennemis supposent que je sais. Alors… Voilà. Tant qu’à faire.

Même si Adrian ne lui avait rien dit, on aurait essayé de lire dans ses pensées — pour découvrir qu’Adrian ne lui avait rien dit. C’était une question d’apparence et l’apparence, c’était qu’il vivait dans un manoir protégé où le mage ne laissait pas entrer n’importe qui.

— T’sais, j’trouve qu’il y a une faille dans ton raisonnement. Après, j’suis pas un expert, un stratège et tout ça, mais j’dis ça comme ça. Si j’comprends bien, t’es un mage… puissant ? Exceptionnel. À ce qu’tu dis. Et j’te crois. Mais du coup, ça veut dire que si tu as des problèmes, des problèmes sérieux, c’est qu’il y a quelqu’un de très puissant avec des intentions néfastes qui s’en prend à toi. L’existence d’une telle personne, c’est pas seulement ton problème, du coup, c’est le problème de tout le monde. T’isoler, c’est empêcher le reste de la société d’agir pour se protéger elle-même. C’t’un peu comme…

Andrew s’interrompit pour chercher pendant quelques instants une comparaison appropriée.

— C’t’un peu comme si on disait qu’une journaliste qui se fait buter par la mafia, ben c’est son problème. Qu’on devrait pas s’intéresser à son cas, parce que c’est des ennemis qu’elle s’est fait. Mais en vrai, au-delà du danger qu’elle court elle-même, y a un danger global que les choses mauvaises et puissantes font courir à tout l’monde. Quand t’acceptes de l’aide, t’acceptes que les autres puissent se préparer à se sauver eux-mêmes. À moins bien sûr que tu sois persuadé de pouvoir régler tout seul tous tes problèmes mais, clairement, à t’entendre, t’as pas cette prétention-là.

Le jeune homme était un grand partisan des solutions collectives et concertées. Pour lui, les groupes bien organisés, où chacun pouvait conserver son individualité mais avait des comptes à rendre aux autres, étaient le rempart contre tous les dangers et tous les abus. Les existences solitaires lui inspiraient au mieux de la perplexité, au pire de la méfiance.

— Après, j’dis ça, j’ai pas tous les éléments et tout, j’comprends, hein. C’est pas… J’essaie pas d’faire une leçon d’morale. J’serai pas à ma place et puis c’est pas l’sujet. Juste… J’suis content qu’on en parle. ‘Fin, tu sais, reconnaissant.

Comme souvent avec Andrew, la rancune n’était pas au rendez-vous. Le jeune homme avait eu une frustration, il avait exprimé ses reproches, il avait écouté les explications et il en était satisfait.

— Et bref, bien sûr que j’en attends beaucoup de toi. Si t’es pas doué, tu t’amélioreras, c’est tout.

L’adolescent afficha un sourire confiant. Il avait tenu sensiblement le même discours à Christopher, qui avait voulu se peindre comme un piètre compagnon.

— Puis t’sais, j’suis enfant unique et j’ai grandi sur un autre continent que ma famille, alors j’suis pas un expert non plus sur l’sujet. Franchement, ça m’inquiète pas. Jamais trop tard pour apprendre de nouveaux trucs.

Apparemment, Adrian avait le temps pour lui.

— Il était comment, mon arrière-arrière, euh… Gabriel, quoi ? Et mon arrière… ‘Fin sa femme. Elle s’appelait comment ?

Andrew hésita.

— T’es pas obligé d’en parler, hein. C’est juste, si jamais, pour savoir…
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 6 Aoû 2015 - 17:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Bizarrement, Andrew réagit très bien aux déclarations du vieux mage. Aishlinn avait littéralement déserté le manoir et il avait fallu plusieurs semaines, voire mois, avant qu'ils ne se reparlent. L'inquiétude et la tension d'Adrian retombèrent légèrement, même face aux paroles pleines de sens – et qui mettaient en relief les défauts de son plan – du jeune homme. Son regard oscillait entre le visage d'Andrew et ses papiers, ne sachant pas s'il était en train de faire une bonne chose ou s'il prenait la pire décision de sa vie.

Ce n'est que lorsqu'il fut question de son frère que le centenaire s'agita un peu. Le sujet était toujours douloureux, mais ce n'était pas en évitant d'y penser qu'il n'aurait plus mal. De toute manière, les points communs entre Gabriel et Andrew lui sautaient aux yeux et il finirait forcément par y penser au quotidien. Autant répondre aux questions du jeune homme.

« Ça ne me dérange pas. Sa femme s'appelait Amber, elle avait quelques années de moins que lui. » Il l'avait connue avant de devenir Archimage. « Gabriel était quelqu'un de très agréable, très serviable aussi. Il a beaucoup hérité de mon père en fait. Il préférait donner que recevoir. Peut-être que je l'idéalise un peu, je ne sais pas, mais il a toujours été là quand nous avions besoin de lui. » Ce qui arrivait plus ou moins souvent. « Physiquement, disons qu'il avait du succès avec les femmes. J'ai des photos de lui, avant que je ne m'absente. Pas de récentes par contre. Il doit aussi y en avoir quelques-unes avec son fils – ton arrière-grand-père. Il l'a eu assez jeune. »

C'était assez étrange de reparler de ça alors qu'il ne l'avait plus fait depuis des lustres ! Même avec Sallah, il s'agissait d'un sujet tabou pour la bonne et simple raison que l'Archimage culpabilisait de les avoir abandonnés – d'où le fait qu'il n'ait jamais gardé contact avec les autres Pennington.

« J'ai encore ses lettres. Je pourrai te les prêter si tu veux, ça t'aiderait à le cerner. Enfin, si tu veux en savoir plus, ne te sens pas obligé de le faire pour me faire plaisir. » Il n'y avait rien de pire qu'un vieux qui ressassait le passé ! « Tu as raison pour les failles de mon raisonnement. Je sais que je devrais demander de l'aide, mais disons que ce n'est pas dans ma nature. Tu sais, au début je ne voulais plus aller dans la Légion, je préférais leur offrir mon aide, mais en gardant mes distances. Disons que j'ai vu ce qui peut arriver lorsque des Super se réunissent et essayent de combattre le mal. » Il le désigna d'un geste de la tête. « Tu le sais aussi si tu as lu les archives de l'Alliance. »

La liste des morts était plus longue que celle des survivants. Adrian évitait de trop penser à cette période, peu désireux de réfléchir aux pertes qu'ils avaient pu subir et des changements qu'ils auraient pu faire pour éviter d'en arriver là. Mais ils étaient encore jeunes et bravaches, sûrs d'eux ! Puis la lumière s'était faite, ils avaient découvert qu'ils n'étaient pas invulnérables et qu'ils pouvaient perdre. Il n'y avait que dans les films et dans les romans que les fins heureuses étaient inévitables. Mais c'était un discours trop aigri pour le tenir à un jeune homme aussi prometteur qu'Andrew.

« Il y a plusieurs adversaires qui m’inquiètent, mais disons que s'en est un, principalement. Tu as entendu parler de Sarevok ? Il a tenté un sacrifice de masse il y a plusieurs années. C'est l'ancien Archimage. Moi je suis l'actuel. Si tu veux, c'est un peu comme le responsable de la magie, celui qui vérifie que personne ne sort des lignes déterminées. Il a beaucoup de pouvoir aussi. Vraiment beaucoup. Alors, non, je ne crois pas que les Légionnaires pourront l'arrêter. Je ne suis même pas sûr de pouvoir le faire moi-même. J'ai réussi une fois, mais deux... je ne sais pas. » Il esquissa un léger sourire. « Cela dit, il ne s'est plus manifesté depuis un moment, alors tu n'as pas à t'inquiéter sans raison non plus. »

Il essayait de le rassurer à sa manière. L'Archimage soupira légèrement, changeant de position pour s'asseoir plus confortablement. Il subsistait un dernier détail qu'il n'avait pas vraiment abordé dans ses précédentes réponses. Après quelques instants d'hésitation, il reprit.

« Tu sais Andrew... je préfère que tu n'en attendes pas trop de mes améliorations. J’ai vécu ma vie, celle que j'ai aujourd'hui n'est plus vraiment la mienne, c'est celle de l'Archimage. Je n'ai plus envie de m'investir dans de nouvelles relations, autres que familiales je veux dire. Je vais faire des efforts pour toi, sinon je ne t'aurais pas proposé de reprendre contact, mais ça s'arrêtera là. »

Au moins, il avait le mérite d'être clair.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 6 Aoû 2015 - 22:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Alors qu’Adrian évoquait Gabriel, cet ancêtre lointain dont Andrew n’avait jusqu’à lors jamais entendu parler, les yeux de l’adolescent brillaient de larmes naissantes. Il avait l’imagination vive et il n’éprouvait aucune difficulté à se représenter ce frère aimant, cette vie de famille, cette lignée qui descendait jusqu’à lui et qui l’investissait, il le sentait confusément, d’un certain devoir et d’une certaine responsabilité. C’était idiot peut-être, c’était du sentimentalisme facile, mais Andrew était un être de sentiments. Il se moquait de savoir si sa réaction était originale ou non.

Alors, quand Adrian proposa de lui confier des lettres et des photographies, ce fut d’une voix émue que l’adolescent murmura :

— J’veux bien.

Peut-être qu’il pourrait en faire quelque chose, peut-être qu’il pourrait réaliser un film ou écrire un livre qui redonnerait vie à cet être oublié qui avait été si important pour Adrian et qui, aujourd’hui, par-delà les décennies, les rapprochait tous les deux. C’était un peu comme les comics pédagogiques que la Légion lui avait commandés : une manière de perpétuer une histoire, de la rendre plus vivante et plus personnelle que celle racontée dans les manuels scolaires et les livres des érudits.

Il aurait voulu poser des questions sur Gabriel mais il hésita trop longtemps, craignant d’éprouver Adrian par une curiosité déplacée, et le mage poursuivait des révélations qui concernaient le présent. Quand Adrian eut fini de parler, une nouvelle fois, Andrew adopta un silence grave. L’Archimage ? Il essayait de mesurer les implications de ce statut.

D’une voix pensive, il finit par dire :

— T’es un peu le chef de la magie, du coup, et tu sais pas ce que je suis.

La peur commençait à monter en lui.

— Quand je suis venu ici la première fois, tu as dit que mes pouvoirs étaient sans doute magiques, et si j’comprends bien c’que tu dis, la magie, c’est ton domaine comme Einstein la physique. Et… et pourtant tu sais pas ce que je suis. Ça veut dire, je sais pas, ça veut dire que…

Qu’est-ce que ça voulait dire ? Que son cas sortait tellement des sentiers battus que jamais il ne saurait ce qu’il était ? Qu’il était loin des « lignes déterminées » qu’Adrian venait d’évoquer, c’est-à-dire, c’était l’implicite, du côté du maléfique ? Cette inquiétude indéfinie rajouta à la nervosité qu’avait fait naître le poids des révélations et deux larmes coulèrent le long des joues d’Andrew. L’adolescent renifla, les essuya d’un revers de manche, inspira profondément pour ravaler les autres qui menaçaient de les suivre et, d’une voix plus calme, il reprit :

— Désolé, c’pas à proprement d’moi, cette conversation.

Il força un sourire.

— T’sais, Adrian, t’as Sallah, t’as moi, et on parle, et on sort, et tout, t’as Rebekha, j’veux dire, comme amie, j’insinue rien. C’est p’têtre pas vachement mondain mais c’est une vie quand même, une vie à toi qu’est pas celle de l’Archimage. T’es pas obligé d’faire la fête tous les soirs et d’être inscrit dans un club de ping-pong pour avoir une vie sociale. Elle est calme mais y a plein d’gens qui ont une vie calme. C’est même pas une question de génération.

La réserve du mage, en tout cas, ne le choquait pas particulièrement. Elle était à l’opposée de son propre caractère mais c’était sans importance.

— Après, tu vis bien ta vie comme tu veux, hein. Moi, j’aime bien être entouré de gens, après, si tu préfères être tranquille avec les bouquins, c’est respectable aussi.

En revanche, il ne croyait pas trop à cette histoire de vie d’Archimage. À son avis, Adrian était un peu rouillé, voilà tout.

— Pour le reste, pour le danger…

Andrew haussa les épaules.

— J’suis né dans un monde qui s’est fait attaquer par les aliens. Deux fois. J’vis dans une ville où un type en super-armure braque des banques. C’est… J’sais pas, j’crois que c’est difficile de pas avoir conscience de la fragilité de l’existence humaine. J’ai pas spécialement envie de mourir jeune, ou pire, mais voilà. Ça va faire morale à deux balles, mais si on arrête de prendre des risques, on reste enfermé dans sa chambre et on parle à personne. J’vais pas quitter le manoir et arrêter de te parler parce que ça rend ma vie plus dangereuse. Peut-être que le monde va finir dans une apocalypse démoniaque. Ce serait vraiment pas de bol mais c’est comme ça. Objectivement, c’est peut-être plus safe d’avoir un archimage à ses côtés que de se balader dans les rues avec sa bite et son couteau.

L’adolescent rougit.

— Oui, euh, pardon. C’t’une expression.

Le Kenyan pouvait être poète mais ce n’était pas systématique.

— Bref, t’inquiètes pas. J’vais pas t’abandonner.

Une pensée frappa soudain Andrew. Il se pencha, baissa la voix et interrogea :

— Mais du coup, Sallah, c’est qui ? Une sorte de djinn protecteur ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 6 Aoû 2015 - 23:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le silence de réflexion qui suivit ses déclarations ne lui permit pas de soupçonner ce qui se passait dans l'esprit de l'adolescent et lorsqu'il lui parla de ses craintes, Adrian ouvrit la bouche sans trop savoir quoi répondre. Il était vrai que ses paroles pouvaient laisser penser que s'il n'arrivait pas à comprendre ce qui lui arrivait, personne ne pourrait le faire, mais ce n'était pas du tout le cas ! Les larmes qui coulèrent le firent un peu paniquer – un peu comme lorsqu'un enfant commençait une crise de larmes et que vous ne saviez pas vous y prendre – mais avant qu'il ne puisse s'expliquer, Andrew détourna la discussion sur autre chose. Ce n'était que partie remise.

Il resta donc silencieux le temps que le jeune homme lui explique ce qu'il pensait de ses déclarations, relativement soulagé d'apprendre que l'adolescent ne comptait pas lui fausser compagnie après ce qu'il avait appris. Même si Adrian venait de dire qu'il s'inquiétait pour sa sécurité, il aurait relativement mal vécu qu'Andrew coupe les ponts, même s'il l'aurait compris. Foutu égoïsme qui ne le lâchait jamais.

Fort heureusement, Andrew lui lança une question à propos de Sallah qui chassa toutes ses idées sombres. Un rire sincère échappa à Adrian avant qu'il ne secoue la tête en signe de dénégation.

« Non, pas du tout. Sallah... officiellement c'est mon fils adoptif. Enfin, celui du Adrian Pennington arrivé ici dans les années quatre-vingts. Je dois un peu mentir sur ce point.... » Ce qui était assez logique en un sens. « Je l'ai rencontré à Alexandrie lorsqu'il n'avait que dix ans. C'était vers les années soixante-dix, il était orphelin et il m'a proposé son aide pour visiter le coin, puis je me suis attaché à lui. Je n'ai jamais eu d'enfants et lui de parents, alors disons qu'on a trouvé un arrangement comme ça. » Il secoua la tête. « Non, Sallah n'est qu'un égyptien déraciné et qui adore cuisiner. Même si j'avoue qu'il fait largement plus. »

C'était un peu l'homme de l'ombre qui agissait pour s'assurer que tout fonctionnait correctement. En expliquant cette histoire, Adrian ne put s'empêcher de repenser à l'année dernière, lorsque le quinquagénaire avait fait un malaise cardiaque qui lui avait valu un long séjour à l'hôpital. Une nouvelle manière de lui rappeler que ses proches n'étaient pas immortels et que dans quarante ans, il se retrouverait dans la même situation avec Andrew dans le rôle de la personne âgée. Des pensées assez sombres qu'il repoussa en lançant la discussion sur le sujet qui avait éprouvé le jeune homme.

« Tu sais, pour ce qui est de tes pouvoirs, ce n'est pas parce que je n'ai pas trouvé que c'est forcément compliqué. Je ne suis pas comme Einstein, je n'ai pas la science infuse, je ne maîtrise pas tous les types de magie parce que je suis l'Archimage. Disons simplement que ce qui prendra un an à apprendre pour une personne normale ne me prendra qu'une petite semaine. J'apprends et je maîtrise plus rapidement la magie, mais je ne connais pas tout. Il doit y avoir des tas de praticiens plus doués que moi. » Jusqu'à ce qu'il s'intéresse au même domaine qu'eux. « Alors, si je n'ai pas trouvé, c'est simplement parce que je n'ai pas encore approfondi le domaine en question. Mais ça arrivera, ne t'inquiète pas. Et si je ne trouva pas, je demanderai de l'aide. Comme quoi, je sais aussi le faire. »

Un clin d’œil en référence à ce qu'il avait dit avant à propos de l'assistance qu'il pouvait demander aux autres Légionnaires. Au fil des années, il avait fini par se faire de nombreux contacts dans le monde mystique et il finirait bien par trouver quelqu'un qui saurait ce qu'il en est ! Cette pensée l'amena d'ailleurs à une idée qui lui avait effleurée l'esprit lors de leurs échanges épistolaires.

« Maintenant que tu sais pour moi, je peux t'avouer la vérité à propos de l'Afrique. J'y ai passé plus de trente ans et non quelques années comme je te l'ai dit. La fée que tu as rencontrée dans le salon la dernière fois... » Et qui l'avait câliné comme un ours en peluche. « … elle vient de là-bas. Nous pourrons toujours refaire un tour dans les tribus que j'ai côtoyé à cette époque et leur demander leur aide si jamais. »

Une sorte de retour aux sources pour lui ! Surtout qu'il savait se téléporter et qu'ils pourraient donc s'y rendre en un claquement de doigts, contrairement aux voyages « normaux » comme celui qu'Andrew avait fait pour retrouver son pays natal lors de ses vacances.

« Tu sais... Je suis content que tu décides de rester ici. Ça m'aurait fait de la peine que tu retournes vivre seul. »

Même si ça n'avait l'air de rien, venant d'Adrian c'était à peu près comme si une personne « normale » vous serrait tout à coup dans ses bras pour vous témoigner son affection. C'était simplement sa manière – très coincée et réservée – de dire à Andrew que sa présence lui faisait beaucoup de bien.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 7 Aoû 2015 - 12:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ce qui ne résolvait toujours pas la question cruciale pour Andrew : Sallah était-il capable de parler ?

— C’vrai qu’il cuisine bien.

Une remarque diplomatique qui tentait de mettre un terme à une tension sous-jacente à l’arrivée d’Andrew au manoir : le jeune homme était vegan et refusait fermement de manger de la viande, du poisson, du miel ou des laitages. Même des œufs. Une position qui mettait les talents de Sallah à rude épreuve, à n’en pas douter, d’autant plus que l’appétit d’Andrew était celui d’un adolescent en pleine croissance — à part qu’il ne grandissait pas. Il fallait trouver des moyens végétaux de remplir le puit sans fond de son estomac.

— P’têt que maintenant, il se sentira plus à l’aise avec moi. J’veux dire, s’il sait qu’il doit plus faire semblant.

Andrew n’était pas certain de l’opinion que l’Égyptien avait de lui. Sallah n’était pas un homme facile à décrypter et Andrew avait tendance à croire que ce dernier le considérait comme une perturbation dans un environnement calme et bien réglé. Il n’aurait pas pu le lui reprocher, du reste. Pourtant, dès leur première rencontre, Andrew avait éprouvé une certaine sympathie à son endroit. Quand son pouvoir auditif s’était déclaré, il se souvient nettement, au fil de la conversation avec Adrian, avoir cherché un soutien silencieux dans le regard de Sallah.

Peut-être qu’il essaiera de lui parler.

Son attention fut cependant distraite par les explications d’Adrian concernant leurs pouvoirs respectifs. Andrew l’écouta attentivement et les propos rassurants de son oncle l’apaisèrent en effet.

— D’accord.

Donc, il n’était peut-être pas un être maléfique en devenir. C’était bon à savoir.

— J’t’avoue, ça m’fait un peu flipper.

Ça s’était vu.

— Bon, c’est sûr, il m’est jamais rien arrivé d’mal à cause de mes pouvoirs, ‘fin j’crois, au contraire même, mais c’est super pesant de pas savoir. Chris, lui…

Alors qu’il allait faire un parallèle avec le MEGAS et la relation que son compagnon entretenait avec cette technologie extraterrestre à laquelle il n’avait rien demandé, il se souvint des hésitations de Christopher à lui révéler son identité de super-héros. Ce secret, ce n’était pas le sien. Il se ravisa donc et haussa les épaules.

— J’sais pas. L’fait qu’ça commence à évoluer, ça m’angoisse, alors ouais, avoir des réponses, ce serait bien.

Peut-être qu’en pratique, ça ne changerait rien mais au moins, il serait fixé. Et si l’investigation impliquait un voyage en Afrique, c’était encore mieux. Peut-être même qu’ils pourraient emmener Christopher avec eux, parce que… euh… parce que c’était un Légionnaire qui les protégerait ! Encore fallait-il qu’Andrew eût le courage de commencer par inviter le jeune homme à dîner au manoir. Pour l’instant, l’Alpha n’en avait pas encore franchi la porte et Andrew n’était pas pressé d’aborder ce sujet avec son oncle.

— Ça m’aurait fait d’la peine de retourner vivre tout seul.

Et donc, la question était réglée. Pendant quelques secondes, en silence, Andrew observa Adrian. Il essayait de se représenter ce qu’une existence comme la sienne impliquait, ces souvenirs d’amis tombés au combat ou, ce qui était peut-être pire encore, simplement morts de vieillesse, avec le temps. Cette mémoire qui superposait au regard les images d’époques révolues. Ce n’était pas tant le passé, qui devait être éprouvant, mais la conscience d’avoir devant soi un futur qui lui ressemblerait. Il comprenait l’isolement de son oncle.

Mieux valait ne pas agiter des souvenirs pénibles. Andrew rassembla ses notes et les rangea dans la pochette qu’il avait amenée avec lui. Ses questions, il les poserait aux archives de la Légion. Tant pis si les comics en étaient un peu moins exacts dans les détails, ça n’en changerait pas la valeur, au fond.

— Ah, au fait, la meuf de la galerie m’a rappelé. Elle va exposer trois de mes tableaux dans une expo commune avec deux autres jeunes artistes, à l’automne. Ils seront mis à la vente et puis les gens vont les voir, ce sera cool. C’est bien, pas vrai ?

C’était même un sacré progrès pour sa carrière. Entre ça et le film court qu’il préparait pour les festivals du printemps suivant, Andrew avait enfin l’impression d’avoir des projets concrets qui étaient susceptibles d’aboutir.

— Puis toi, j’ai vu qu’t’avais passé la soirée avec Camille Saint-Clair. C’t’un chic type. ‘Fin il parait. Pas super accessible, mais il finance un festival d’arts de rue dans l’district où j’vivais avant. Et des autres trucs. J’pensais pas qu’il était aussi jeune, par contre. Ni aussi…

Andrew fit un vague geste de la main qui pouvait vouloir dire tout et n’importe quoi mais qui, précisément, faisait allusion au sex appeal, selon lui, du jeune mécène.

— Hé, t’sais pas c’qui m’est arrivé, hier ? J’étais en train d’servir à la pizzeria et y a un type qui…

À n’en pas douter, une longue histoire commençait.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Papy fait de la résistance
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Papy fait de la résistance Cadre_cat_6Papy fait de la résistance Cadre_cat_8


Papy fait de la résistance Cadre_cat_1Papy fait de la résistance Cadre_cat_2bisPapy fait de la résistance Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Le roi a fait battre tambour
» michelle martely se fait gifleret avilir en republique dominicaine
» Errer fait réfléchir [Eris]
» Pour papy Brixhe
» La goutte d'eau qui fait déborder le vase (pour qui veut)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Papy fait de la résistance Cadre_cat_6Papy fait de la résistance Cadre_cat_8
Sauter vers: