AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_1Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_2_bisQui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_3
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 

Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 24 Juil 2015 - 18:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Siobhan avait fini par disparaître de l'environnement de Renan depuis qu'ils s'étaient croisés quelques temps avant qu'il n'apprenne pour sa grossesse. Depuis ? Plus le moindre signe. Ils avaient eu rendez-vous un soir, quelques mois plus tôt, mais la sorcière ne s'était pas présentée et après avoir patienté quelques heures, le français s'était naturellement rendu auprès de son « compagnon » au Cirque des Damnés. N'étant pas déguisé – évidemment – il avait dû faire un esclandre pour que quelqu'un l'informe que Siobhan ne sortait plus du bâtiment et qu'il pouvait considérer leur rencontre comme annulée. Il avait été très contrarié, non par l'absence de la rousse, mais uniquement parce que Raphaël semblait penser qu'il pouvait disposer d'elle comme bon lui semblait. Le problème ? Il avait raison. Siobhan lui était entièrement dévouée et Renan savait qu'elle n'irait jamais à l'encontre de ses décisions – en gentille petite chose qu'elle était. Parfois, dans ces moments-là il regrettait de ne pas avoir été plus fidèle à leur première rencontre. Ce jour-là, Tesla s'était montré détestable avec la rousse au point qu'elle lui colle une gifle pour exprimer ce qu'elle pensait de lui. Il avait été franc : soulignant qu'elle n'était qu'un jouet aux yeux de l'Archidémon et qu'elle devait s'émanciper ou crever dans la servitude et il avait réellement cru qu'elle l'avait écouté. Leurs rencontres suivantes s'étaient très bien passées et le français ne s'était pas gêné pour lui faire du rentre-dedans, mais au final Siobhan était retournée sous le joug de Raphaël et semblait s'être résignée à jouer la mère porteuse et la future nourrice de son cambion.
Risible.

Il avait donc fait son possible pour essayer d'oublier cet épisode et laisser le charmant couple mener sa petite vie paisible, se contentant de lancer des remarques à Raphaël lorsqu'il en avait l'occasion. Il s'était rendu à quelques reprises au Cirque des Damnés pour y accompagner Shahren ou chercher l'Archidémon par la peau des fesses, mais à aucun moment il n'avait aperçu la tignasse rousse de l'Irlandaise. Visiblement, son ventre ne devait plus rentrer dans son uniforme de serveuse.

Avec le temps, cette contrariété s'était peu à peu atténuée, d'autres occupations étaient venues accaparer le français qui avait fait de nouvelles rencontres et avait donc de nouvelles obligations. Son emploi du temps avait été monopolisé par Raphaël et une certaine nécromancienne, autant pour ce qui était de pouvoir – enfin – obtenir l'immortalité, mais aussi pour préserver ses investissements. S'assurer que les deux mystiques n'allaient pas s'écharper sans raison avait été assez laborieux et il avait dû développer des trésors de patience, aussi lorsque l'Archidémon lui avait annoncé que sa « compagne » avait accouché, la nouvelle avait été accueillie avec une certaine indifférence. Après qu'elle ait pu accepter de se plier aux désirs de la créature, il avait du mal à penser qu'elle puisse redevenir la Siobhan qui avait su le faire changer d'avis – et l'amuser sincèrement. Il l'avait même appréciée sur la fin, quelques regrets persisteraient certainement.

C'était pour cette raison que lorsque quelqu'un frappa à sa porte ce soir-là, Renan se demanda si personne ne s'était trompé de porte. Ses voisins avaient beau essayer de lier la conversation lorsqu'ils se croisaient, le français les évitait soigneusement et hormis Evey, qui entrait sans frapper, personne ne venait lui rendre visite. Lorsqu'il déverrouilla la serrure avant d'ouvrir l'huis, il fut donc on ne peut plus étonné d'apercevoir un visage familier.

« Tiens donc. »

Siobhan se tenait devant lui et elle avait admirablement bien retrouvé sa ligne. Il jeta un coup d’œil derrière elle afin de vérifier que l'Archidémon ne traînait pas dans les parages, mais non, elle était seule. Son regard se reporta sur le visage de la rouquine avant de glisser jusqu'à son décolleté – on ne perdait pas les bonnes habitudes.

« Je vois que tu as uniquement conservé tes formes de femme enceinte là où il fallait. » Pour le plus grand plaisir de ses yeux. « Tu veux rentrer deux minutes, ou tu viens simplement pour m'informer de ce que Raphaël veut ? »

Le ton était légèrement provocateur : l'Archidémon avait toujours été un sujet sensible entre eux. Il recula d'un pas afin de libérer le passage et de lui permettre de pénétrer à l'intérieur, puis referma derrière elle. Siobhan était déjà venue ici lors de leurs précédentes discussions et rien n'avait changé d'un iota. Toujours le même appartement dénué de la moindre personnalité. Son regard se glissa sur la rousse alors qu'il mettait ses mains dans les poches avant de son pantalon.

« Et bien, je ne m'attendais pas à te voir ici. La dernière fois que j'ai essayé de te parler, je me suis fait gentiment remballer. Tu es devenue plus difficile à voir que la Vierge tu sais. »

Et ça, elle ne l'était assurément plus.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 24 Juil 2015 - 18:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Plantée devant l’immeuble où se trouvait l’appartement de Renan, j’hésitais encore à monter à l’étage. La veille, j’avais finalement pris les choses en main au Cirque concernant Raphaël – et ce n’est pas un sous-entendu, quel qu’il soit, bande de pervers. Grâce à l’arrivée surprise de mon frère à Star City, j’avais réussi à m’esquiver de l’endroit qui me tenait lieu d’appartement, de prison, de pouponnière et de lieu de travail. Aussitôt sortie de là, j’avais eu l’envie de voir quelqu’un, n’importe qui pourvu qu’il n’ait pas envie de me tuer et qu’il ne soit pas un démon. Etant donné que Nagato avait fait le ménage dans mes fréquentations, il ne restait pas grand monde en qui j’ai confiance. Et encore moins qui pouvait survivre à une rencontre avec l’Archidémon.

C’est donc bien malgré moi que mon choix s’était porté sur Renan. Je l’appréciais, c’est vrai. Mais d’une part, je ne lui faisais pas vraiment confiance à proprement parler, et d’autre part, j’avais été déçue de voir à quel point notre relation n’était qu’une façade. Je veux dire, j’avais risqué ma petite peau pour le rencontrer pendant ma grossesse, même si je n’étais jamais arrivé jusqu’à lui. Vu qu’un des sbires d’Azazel m’avait trouvée avant. Kurama, le chien de Raphaël, avait tellement flippé qu’il m’avait traîné jusqu’au Cirque de nouveau, à l’époque, et l’immortel arrogant qui me servait de compagnon avait piqué une crise. De paranoïa. J’avais fini au sous sol avec impossibilité de sortir. Et à ce que je sache, Renan n’avait même pas cherché à savoir ce que j’étais devenue.
Entendons nous bien : je n’avais aucun intérêt romantique ou quoi que ce soit pour le patron chéri de mon cher et tendre, mais j’avais espéré un peu plus de considération. Cela dit, il était assez doué pour survivre à une altercation avec le père de ma fille, et je passais souvent de bons moments avec lui, alors…

Hier, j’avais dû retourner au Cirque avant d’arriver chez lui. Pour m’occuper de Killian et Raphaël, qui se disputaient joyeusement. A tel point que Niamh, une des serveuses directement sous mes ordres et accessoirement une lointaine (très lointaine) membre de ma famille (qui n’avait pas une goutte de magie dans les veines mais compensait par sa jugeotte), m’avait appelée en pleurant presque pour que je revienne avant qu’ils ne tuent Elyon par erreur.
Aujourd’hui, j’avais filé à l’anglaise dès que Raphaël avait eu le dos tourné. J’étais presque sûre que Kurama me suivait depuis que j’avais mis les pieds dehors, mais j’étais enfin de retour dans les rues de la ville, et dieux tous puissants, ça faisait un bien fou. Même si j’étais pour le moment surtout occupée à regarder un immeuble. Ridicule. Il était temps que cela change. Je grimpais à l’étage, frappais à la porte, et attendis avec patience (ou pas), que ce cher Tesla vienne ouvrir. L’attente ne fut pas bien longue, et je fus accueillie par un regard appuyé vers ma poitrine.

« Bonjour à toi aussi. Je m’en serais passée de mes formes de femme enceinte. »

Une salutation prononcée avec un sourire un peu froid. Bon, j’étais peut être un peu plus amère que ce que j’avais pensé de sa défection pendant ces longs mois de calvaire à se transformer en baleine. Et puis ce que Raphaël voulait, je n’en avais à peu près rien à cirer, là maintenant. J’avais l’impression d’être retournée à la case départ avec Renan, mais passons.

« Je n’ai strictement aucune idée de ce que Raphaël te veut, et pour être honnête je m’en contrefous comme de mes premiers sorts. Pousse toi. »

En mode garce jusqu’au bout des ongles, je fis reculer mon hôte de la soirée, claquait la porte et brisais une fiole de mon sang sur le sol. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, portes et fenêtres étaient marquées d’un sigil servant à nous protéger des intrusions quelles qu’elles soient – Raphaël aurait pu rentrer, sans doute, vu qu’il était aussi imbibé de mon sang que je l’étais du sien, mais tout l’intérêt de la chose était qu’il n’était pas là. De l’extérieur, on entendit distinctement un « Putain, Siobhan ! ». Je ricanais toute seule. Ah. J’étais sûre que Kurama était là. Dans le genre femme saine d’esprit, je n’étais pas sûre de réussir encore à donner le change, songeais-je alors que la présence du français me revenait en mémoire.

« Oh ! Navrée. J’avais pas envie d’avoir la visite du toutou infernal de ce connard de Raphaël alors que j’ai enfin réussi à mettre un peu de distance entre moi et ma prison. Et la mioche. »

L’amour maternel, ce n’était pas trop mon truc. Je ne m’attardais pas sur la question cependant, me rapprochant de Renan qui, je crois, n’avait pas l’air très content des sceaux sur la porte.

« Ça évitera qu’il soit là à entendre tout ce qu’on dit. »

Je marquais une pause et relevais les sourcils, pleine d’interrogation cette fois. J’avais une impression bizarre, comme si l’empreinte de notre archidémon se trouvait dans la pièce. Sensation autre que celle que j’avais en permanence, je veux dire.

« Comment ça quand tu as essayé de me parler ? La dernière fois qu’on s’est vu je ne t’ai pas envoyé bouler, que je sache. Même si j’avoue que je pensais que tu te soucierais un peu plus de savoir ce qu’il se passait quand je ne suis pas venue à notre rendez vous il y a quelques mois mais bon… »

Je marquais une pause tandis que je m’asseyais avec un « Tu permets ? » purement rhétorique. J’avais l’impression d’être survoltée, comme si je respirais enfin après une petite éternité et que toute mon énergie gâchée explosait hors de moi. Peut-être bien que mes mains tremblaient un peu, aussi, tandis que je les serrais l’une contre l’autre sur mes genoux en observant Tesla avec une certaine fixité. Epuisement psychologique, excitation ou simplement angoisse, je ne savais pas trop ce que c’était et de toute façon, mis à part les dits tremblements, rien n’apparaissait dans mon langage corporel. J’avais trop l’habitude de tout contrôler pour me laisser aller maintenant. Finalement, j’ajoutais dans un français parfait, avec un soupir exagéré :

« Une telle déception. »

Eh. Quand on passait cinq mois dans un sous sol avec pour seule compagnie un démon faisant la grève du sexe pour cause de grossesse, et un chien infernal, on s’occupait comme on pouvait. J’avais mis à profit des heures d’ennui à faire une montagne de choses. Dont apprendre à articuler deux ou trois mots de français, à peindre (je m’étais dit que c’était un bon entraînement pour tous ces pentagrammes. Plus j’avançais, plus j’en découvrais de compliqués), entre autres choses. Une vraie petite artiste, tiens. N’est ce pas adorable ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 24 Juil 2015 - 20:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Siobhan semblait d'assez mauvaise humeur, les hormones de la grossesse qui persistaient peut-être ? À moins que ce ne soit le fait de devoir de coltiner un Archidémon aussi pénible au quotidien. Renan ne releva pas sa réplique désagréable, préférant éviter de monter au créneau dès le début de la discussion, mais lorsqu'elle s'amusa à refaire la décoration de son sol, il ne se gêna pas pour le jeter un regard mi-agacé, mi-interrogateur. Encore un truc de mystique ? C'est qu'il commençait à en avoir plein le dos avec leurs philtres, leurs serviteurs ou leurs graines démoniaques. Parfois, dans ses moments d'agacement, Tesla se disait que la vie aurait été plus facile s'il avait décidé d'ignorer l'existence de ce démon qui lui pourrissait la vie depuis plus d'un an maintenant.

Après quelques secondes de silence, la rouquine lui expliqua qu'elle n'avait pas envie de se coltiner un chaperon sur le dos et il comprit aisément à qui elle faisait référence en parlant du « toutou infernal » puisqu'il avait eu droit à sa visite lors de leur « dispute » qui avait coûté le corps de Cornelia. Lorsqu'elle expliqua qu'elle préférait que leur discussion reste entre eux, un léger sourire amusé ourla ses lèvres.

« Tu as des secrets à me confier ? »

L'Officier de la Pénombre n'était pas sot, ni naïf : il savait très bien que la jeune femme ne lui faisait pas confiance et c'était réciproque d'ailleurs. Mais c'était une partie de leur relation, les sous-entendus et les provocations qui émaillaient perpétuellement leurs échanges. En tous les cas, elle semblait étonnée d'apprendre qu'il avait pu essayer de la voir et Renan en déduisit que son cher et tendre n'avait pas dû l'informer qu'il avait essayé de la voir à de nombreuses reprises. Enfin, au début, parce qu'ensuite il avait fini par imaginer que c'était Siobhan en personne qui refusait qu'ils se recroisent – et cela l'avait légèrement irrité, il est vrai. Le regard posé sur elle tandis qu'elle semblait aussi nerveuse qu'un hamster dopé au café, Renan arbora un nouveau sourire lorsqu'il l'entendit parler de sa langue maternelle. C'était pour lui ? Charmant !

« Tu as appris à parler français ? Je ne savais pas que je te plaisais à ce point. Remarque, quitte à faire travailler ta langue, j'aurais préféré que ce soit autrement, mais je m'en contenterais. » Il se rapprocha légèrement d'elle. « Quant à l'histoire d'être rembarré, je ne faisais pas référence à notre dernière discussion. J'ai été te voir au Cirque des Damnés après que tu ne sois pas venue à notre rendez-vous. Enfin j'ai plutôt tenté de venir te parler étant donné que j'ai été remballé à l'entrée et que j'ai préféré éviter de tuer le videur pour vérifier quelle était la raison de son absence. »

Pour des raisons évidentes. Déjà parce qu'il ne voulait pas spécialement attirer l'attention sur lui en tant que civil, puis ensuite parce qu'il ne tenait pas à énerver Raphaël sans excellente raison. Pire qu'une gonzesse celui-là, il fallait toujours veiller à ne pas trop le contrarier. Un soupir échappa à Renan suite à cette pensée. Son regard resta posée sur la jeune femme tandis qu'il se demandait ce qui avait bien pu se passer tout le temps où elle était resté renfermée là-bas. Croisant ses bras sur son torse, le trentenaire reprit la parole.

« J'ai demandé à Raphaël ce qui était arrivé dès que je l'ai revu, mais il ne m'a rien dit. Et lorsque j'ai dit que je voulais discuter avec toi, dis-toi qu'il a obstinément refusé. J'ai eu beau insister, je n'ai pas eu la moindre explication et comme je ne t'ai plus recroisée ensuite, j'en ai déduit que tu avais envie que les choses se déroulent ainsi. » Il haussa les épaules. « J'avais cru comprendre que tu avais réussi à t'imposer avec lui. » C'était ce qui était ressorti de leurs discussions précédentes du moins. « Donc la déduction me semblait assez logique. Je m'étais dit que tu regrettais peut-être que je ne me sois pas montré plus entreprenant avec toi. » Une légère pause se fit. « Tu vas bien ? Je ne sais pas si c'est les restes des hormones de grossesse, mais tu as l'air particulièrement sur les nerfs. Je ne t'ai rien fait, alors ne te défoule pas sur moi, je ne suis pas Raphaël. »

Il commençait à en avoir un peu ras-le-bol de servir de punching-ball à tout le monde depuis quelques temps, il devait reprendre les choses en main et rappeler aux gens qu'il n'était pas n'importe qui !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 24 Juil 2015 - 22:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un léger sourire vint orner mes lèvres. Des secrets à lui confier…

« Des secrets à te confier ou des choses secrètes à réaliser, peut-être ? »

Je complétais d’un ton amusé, avec juste ce qu’il fallait d’ironie. Là. Ça, c’était l’ancienne Siobhan. Bizarrement, je me disais qu’avec Renan je pouvais me permettre d’être plus expressive. Parce qu’il ne risquait pas grand chose.

« Personne ne m’a jamais rien dit… le jour où je devais te retrouver, un autre démon a failli me tuer et Raphaël a flippé. Je n’étais déjà pas censée être de sortie, alors il m’a enfermée au sous sol du Cirque avec du fer froid autour des chevilles. »

Je ne précisais pas que ça neutralisait le pouvoir des faës, et comme Morrigan en était un genre un peu particulier… S'il le savait déjà, tant mieux, sinon, je n'allais pas lui apprendre comment me couper de ma magie. Je me calmais enfin, rassérénée par la routine de nos conversations pleines de sous-entendus et de répliques moqueuses. Comme quoi, Tesla pouvait être utile.

« Du coup, je n’avais rien de mieux à faire que d’apprendre le français, et j’avais tellement hâte de te revoir, penses-tu ? »

Je prononçais ces quelques mots d’un ton suave, une vraie charmeuse. L’avantage c’est que Renan savait que ce n’était qu’un jeu, à priori. Je pouvais me lâcher. Ça changeait. Raphaël et sa foutue jalousie. D’un autre côté, c’était presque réconfortant. Tant qu’il était jaloux, c’est que je servais encore à quelque chose, je suppose. Youpi.

« Raphaël s’est montré… Surprotecteur pendant cette grossesse. Si j’avais ce qui m’attendait j’aurais peut être essayé de m’agiter plus pour perdre le bébé cela dit. »

Pas d’amertume dans cette phrase, non. Du tout. Ne soyez donc pas mauvaises langues.

« Enfin maintenant qu’elle est là, autant faire avec. Je suis bien contente de ne plus avoir le tour de taille d’un cachalot cela dit. Ce n’est définitivement pas très attirant. »

Je mimais une moue boudeuse, comme si j’avais tenu mon apparence à cœur, avant de rire légèrement du ridicule de la situation. J’étais couverte de cicatrices des pieds à la tête, marquée comme une chienne dans le dos, et je m’inquiétais de ma corpulence ?

« Au moins, j’ai réussi à ressortir du Cirque. Crois moi ou non, mais si je ne m’étais pas imposée un minimum, je serais toujours là bas à jouer à la mère au foyer. »

Eurk. Quelle horreur. Moi qui n’avais jamais souhaité d’enfants, j’aurais été servie, tiens. Je croisais mes jambes et me laissais aller dans l’assise, tapotant le coussin près de moi dans une invite claire. J’étais quasiment sûre que s’il s’asseyait, ce ne serait pas là, mais pourquoi pas. Je continuais avec une mine contrite. J’avais conscience de l’avoir quelque peu frustré avec mon entrée fracassante et mon amabilité défaillante. Honte sur moi. Je devais bien avouer que je ne me sentais que moyennement coupable, mais je pouvais faire un effort, non ?

« Essaye de rester cloitré sous la garde d’un chien infernal pendant cinq mois en ne voyant que celui qui t’a enfermé là, tu seras à cran aussi. Désolée. »

Je marquais une pause en remarquant enfin quelque chose qui m’avait échappé. Auparavant Renan avait porté une marque subtile, une quantité infime du pouvoir de Raphaël en lui, signalé comme la propriété de l’Archidémon à qui savait le voir. Aujourd’hui cette graine n’existait plus. Je ne la sentais pas. En revanche, il y avait tout autre chose. Je manquais d’éclater de rire mais parvins à ravaler mon hilarité. J’étais certaine de le vexer sinon.

« Joli tatoutage. »

Je susurrais presque, souriante.

« Où te l’a-t-il fait, dis moi ? »

Je ne précisais pas que j’avais probablement le même sur l’épaule, gravé dans la peau. Chez moi ça tenait plus d’une scarification que d’un tatouage. J’étais née avec le Nom Véritable de Raphaël gravé dans ma chair, après tout. Morrigan allait m’entendre si je la croisais un jour.
Néanmoins, je ne pensais à l’heure actuelle qu’à mon étonnement. Comment était-ce arrivé ? Le si fier français avait accepté cela ? D’être tatoué comme un chien que l’on ne veut pas perdre, d’appartenir à quelqu’un d’autre ? J’avais du mal à y croire, en fait. C’était tellement surprenant. Mais je me maîtrisais. La blessure était sans doute déjà suffisante, pour lui et sa certitude d’avoir le dessus sur Raphaël… Et j’avais presque – presque – une once de compassion quelque part dans mon petit cœur glacé…
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 24 Juil 2015 - 23:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Un sourire ourla les lèvres du français lorsqu'il l'entendit parler de choses secrètes à réaliser. Peut-être un jour, qui sait. Il était vrai qu'ils plaisantaient toujours là-dessus et qu'ils avaient pas mal flirté ensemble par le passé, mais sans jamais aller plus loin. Oh, ce n'était pas les idées qui manquaient en vérité, mais elles ne resteraient certainement que des idées sans jamais aller plus loin. Son sourire s'évanouit lorsqu'il entendit Siobhan confirmer qu'elle n'avait jamais entendu parler de sa visite. Était-il étonné ? Non, aucunement. Disons qu'il s'attendait à ce que Raphaël passe ses visites sous silence, si tant est que ce soit volontaire et qu'il n'ait pas simplement oublié d'en parler. Avec l'Archidémon, il ne savait jamais à quoi se tenir.

Lorsque la jeune femme lui parla du démon qui avait manqué de la tuer, Renan comprit qu'il avait eu vent de cet incident, sauf que Raphaël ne lui avait jamais expliqué qu'il avait enfermé sa « compagne » au sous-sol du Cirque des Damnés pour la protéger. Une manière plutôt originale c'est un fait, Tesla aurait pu lui proposer une autre solution, comme à la base de Mannheim, mais apparemment SHADOW n'était pas assez bien pour lui.

« J'en ai entendu parler. Mais j'ignorais que tu avais été enfermée après ça. »

Sinon il aurait certainement tenté d'intervenir. Il y avait fort à parier que l'Archidémon l'aurait envoyé sur les roses, mais il aurait au moins pu agir pour aider la jeune femme à mieux vivre sa grossesse. Oh, ce n'était pas par pure bonté d'âme, loin de là, mais la rouquine était forte et douée, il gagnerait donc à la mettre dans sa poche – à défaut de l'avoir dans son lit. Un nouveau sourire ourla ses lèvres au moment où elle lui parle de son empressement à le revoir. Oh, assurément, elle devait avoir rêvé de lui et de leurs retrouvailles en permanence....

« Tu m'en vois ravi, j'espère que c'est à la hauteur de tes espérances. »

Plus sérieusement, Siobhan semblait avoir très mal vécu cette grossesse et en un sens, Renan pouvait la comprendre. Elle ne semblait pas avoir de côté maternel et elle était bien partie pour s'occuper de la descendance d'un démon durant plus d'une décennie. Rien de bien agréable, surtout si Raphaël décidait de se mêler de cette éducation... Il resta silencieux en se demandant comment elle se sentait aujourd’hui et s'il ne pouvait pas tirer son épingle du jeu en l'aidant suffisamment pour qu'elle puisse se sentir redevable à son égard. Il esquissa un sourire avant de baisser les yeux vers son fameux tour de taille.

« Tu sembles n'avoir gardé que le bon côté de la grossesse. Et je suis convaincu que Raphaël doit en être ravi, quoi qu'il puisse en dire. »

La flatter un peu pour retrouver leurs habitudes et lui prouver qu'elle avait tout à gagner à passer du temps avec lui. Après tout, il était d'une compagnie agréable, non ? Tesla resta silencieux tandis qu'elle lui expliquait s'être imposée afin de pouvoir quitter le Cirque des Damnés et changer un peu d'air. Forcément, il y avait de quoi être en colère et à fleur de peau ! Lorsqu'elle tapota le coussin à ses côtés, le français la regarda d'un air interrogateur comme s'il demandait si elle était en train de la prendre pour un petit chien. Au lieu de cela - et comme elle le pensait - il alla s'installer sur la table basse, comme lors de leur première discussion. Mais le sourire enthousiaste et amusé de Renan s'envola dès les mots qui suivirent les excuses. Elle était au courant pour le tatouage ? L’ego du français avait toujours du mal à se faire à l'idée qu'il soit marqué comme un vulgaire chien ou du bétail et la manière dont sa mâchoire se crispa l'indiquait clairement. Toute sa bonne humeur avait disparue et il eut du mal à répondre autrement que d'un ton contrarié.

« Va savoir. » Un sourire forcé se dessina sur ses lèvres. « Tu n'as qu'à venir le chercher si tu veux savoir. » Il n'avait aucune envie de s'attarder sur ce point et Renan enchaîna donc sur la suite. « Raphaël se serait-il découvert des talents de père, ou une fibre paternelle pour vouloir te séquestrer ainsi ? Ou il espérait avoir un fils pour pouvoir s'accaparer son enveloppe charnelle ? Ce serait bien son style. » Il semblait obsédé par la quête de nouveaux hôtes. Une chance qu'il n'ait jamais songé à lui pour ce rôle. « En tous les cas, tu as l'air drôlement agacée par le rôle de mère. Dis-toi que tu as encore une quinzaine d'année au minimum à tirer, tu devrais trouver une solution dès à présent si jamais ça t'ennuie.... » Il la regardait avec sérieux. « On ne risque pas de le voir débarquer ici ? Je présume que si tu distances son chien, c'est que tu dois avoir quelque chose à me demander. »

Ce n'était pas une question.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 26 Juil 2015 - 14:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je suivis Renan du regard alors qu’il prenait place sur la table basse. Pour changer. A vrai dire je ne m’en offusquais pas, et je préférais même avoir cette petite distance de sécurité entre nous. On ne savait jamais ce qui pouvait arriver, n’est ce pas ? Après tout, la confiance n’était pas réellement de mise entre nous. A se demander comment l’on parvenait à maintenir une relation basée sur un sens étrange de l’amusement et une méfiance mutuelle.

Sans vraiment y penser, je passais ma main sur mon ventre de nouveau plat, sentant le tissu rugueux des cicatrices. Rien ne transparut sur mon visage, mais j’étais mal à l’aise. Le souvenir d’Elyon se frayant un chemin à travers mon corps ou celui du couteau de Raphaël s’enfonçant dans mon bas ventre n’étaient pas de ceux qui me plaisaient.

Je ne m’en sors pas si mal, j’imagine, alors. Si ton avis d’expert est favorable…

Ma voix fut aussi maîtrisée que mon corps. Je parlais d’un ton égal, posé, peut-être un peu ironique. Je ne résistais que rarement à faire usage de mes répliques mordantes. Encore que j’étais relativement gentille, jusque là. Son sourire avait disparu à la seconde où j’avais mentionné le tatouage, sa machoire se crispa… Une première. Je n’avais jamais vraiment réussi à toucher Renan d’une façon ou d’une autre. Il faut croire que cela le contrariait réellement. Pauvre petit ange… A quoi s’était-il attendu ?

Je me levais pour aller m’asseoir à sa gauche, jambes croisées de nouveau. Ma main alla toucher avec délicatesse le haut de son épaule droite, un effleurement tout au plus.

Le mien est juste là… Quoi que chez moi c’est une marque de naissance un peu étrange. Nous voilà assortis, Tesla, n’est ce pas adorable ?

Je me redressais sans attendre de réaction de sa part, me plantais devant le français, bras croisés et tout au plus un air légèrement moqueur sur le visage.

Mais pas pour toi… Il n’est pas sur tes épaules. Ici, peut être ?

Je posais la main sur mon cœur avant de la laisser descendre jusque dans mon bas-ventre avec une certaine langueur.

Ou bien par là, peut être, ce serait bien son genre, m’amusais-je.

Mais comme Renan semblait quelque peu… crispé, je me laissais retomber dans le canapé sans ajouter plus à ce sujet. Quoi que, je pensais bien à un autre endroit où Raphaël aurait posé sa marque s’il n’avait pas été si sérieux dès qu’on abordait ces histoires de possession. Sur le joli petit cul de Tesla. J’étouffais un fou rire à cette image. Ç’eut été quelque peu ridicule mais tellement drôle.

Raphaël s’est découvert un certain intérêt à voir ce que donnerait un hybride entre sa petite personne et ma lignée. Et puis, il supporte mal qu’on s’attaque à ce qui lui appartient.

J’aurais volontiers mimé des guillemets, mais j’étais assez lucide pour comprendre que je lui appartenais réellement. Quelle petite chanceuse j’étais. Même mes déceptions ne parvenaient plus à me détourner de ce qui ressemblait à s’y méprendre à des sentiments pour mon bourreau.

Je n’ai jamais eu envie d’avoir des gosses. Déjà parce que j’ai autre chose à faire que de m’en occuper, ensuite parce que j’ai encore assez de compassion en moi pour ne pas vouloir imposer ma malédiction a qui que ce soit en cas de décès… prématuré. Et puis, une O’Reilly est censée naître au sein d’un clan. Pas d’une seule sorcière et de son anomalie de frère. Si Raphaël n’avait pas été là, cette gamine aurait été à la merci de la moindre créature intéressée par sa lignée et son sang. Un peu comme je l’ai été, en fait.

Je ne savais pas ce que connaissait Renan au juste des O’Reilly, de mon rang au sein du clan (j’étais presque une putain de reine, au fond) ou encore de mon rôle. Ou de la malédiction qui me liait à l’Archidémon des Ombres et des Cauchemars. Je n’étais même pas sûre qu’il sache que je descendais de Morrigan, tiens. Je le lui avais dit ?

Je ne pense pas qu’il vienne jusque là. Il n’aurait pas envoyé Kurama, sinon. Je payerais mes incartades à mon retour.

Je haussais les épaules comme si cela m’était égal, mimant une indifférence souveraine sans difficultés.

Je n’avais rien de spécial à te demander. Plutôt te signaler que je reprenais du service et que si à l’occasion tu avais besoin d’une sorcière… Je doute que Raphaël y voit un inconvénient. Et je peux être très arrangeante quand je m’ennuie.

Je lui jetais un regard qu’on aurait sans doute pu qualifier de blasé et continuais en balayant de la main ses éventuelles remarques.

Et Morrigan sait que je m’ennuie royalement depuis des mois. Je ne pose pas de questions, je me contente de faire le boulot qu’on me donne. Si ta petite sauterie secrète te permet de faire appel à des personnes extérieures, évidemment. Quoi qu’il en soit, je préfère que Kurama reste à la porte par principe. J’aimerais avoir un minimum de vie privée et je sais encore prendre soin de moi.

Accessoirement, je supposais que Tesla n’aurait pas envie de revoir le chien qui avait essayé de le tuer de si près. Personnellement la créature ne me dérangeait pas. C’était comme avoir un garde du corps. En plus canin. Et infernal.

Si tu n’as rien pour moi, je ne t’en tiendrais pas rigueur… Je trouverais bien une autre raison de rechercher ta délicieuse compagnie… Je pourrais continuer à te donner des cours à propos de la magie. J’aime jouer les maîtresses, concluais-je avec un sourire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 26 Juil 2015 - 21:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le regard du trentenaire suivit la jeune femme lorsqu'elle changea de place pour effleurer son épaule. Elle était aussi marquée ? Sauf que chez elle, c'était différent, mais cela ne consola pas franchement le trentenaire, bien au contraire. Il resta obstinément silencieux, même lorsqu'elle se planta devant lui pour passer en revue les différents endroits où l'Archidémon pouvait bien avoir posé sa marque. Renan se contenta d'esquisser un sourire crispé en répétant la phrase précédente :

« Si ça t'intrigue tellement, viens vérifier. »

Pourtant, il fut étrangement soulagé de constater qu'elle changea de sujet pour lui expliquer que Raphaël s'intéressait à un enfant qui posséderait les deux caractéristiques, d'elle et de lui. Pas étonnant, même s'il se serait attendu à ce que l'Archidémon soit irrité par le fait d'avoir eu une fille et non un fils. Si le français n'avait jamais vraiment été au courant des spécificités de la jolie rousse, il savait tout de même qu'elle appartenait à une famille qui ne débutait pas dans la magie et qu'elle devait donc avoir de l'intérêt pour des démons ou d'autres créatures de ce genre. Un peu comme Abigaïl en vérité, la nécromancie aussi coulait dans ses veines, contrairement aux autres pratiquants qui devaient l'apprendre. Finalement, Renan n'était qu'à moitié étonné de l'intérêt que l'Archidémon avait pour la nécromancienne, elle avait de nombreux points communs avec sa jolie rousse – même si cette dernière avait des « arguments », renforcés par sa grossesse, bien plus frappants que la blonde.

Il resta silencieux en réfléchissant tandis qu'elle expliquait que Raphaël ne viendrait certainement pas les rejoindre, un certain soulagement, puis qu'elle n'était pas venue ici pour lui proposer ou lui demander quoi que ce soit, mais qu'elle voulait juste rappeler qu'elle était de nouveau disponible en cas de besoin. C'était une excellente nouvelle, Renan avait toujours regretté de ne plus pouvoir profiter de ses talents – et là je parle de magie – puisqu'il avait apprécié les quelques cours dont elle l'avait gratifié. Finalement, un sourire vint ourler ses lèvres lorsqu'elle termina en reprenant le jeu de mots qu'ils avaient eu quelques mois auparavant.

« Vraiment ? Il faudra certainement que tu m'offres quelques cours particuliers, avec tout ce qui s'est passé depuis, je crains d'avoir besoin d'un enseignement plus poussé. » Il haussa les épaules. « Ou bien tu pourras simplement venir ici pour me tenir compagnie parce que je suis quelqu'un de très agréable et que je suis certain que je t'ai manqué pendant tout ce temps. » Son sourire s'accentua. « Que tu sois venue me voir si rapidement après ta sortie est une preuve évidente à mes yeux. »

Vaniteux ? À peine ? Blague à part, il était vrai que Siobhan lui offrait un véritable bol d'air, comme une oasis en plein désert. Elle était divertissante, mais sans qu'il ne la perçoive comme un jouet pour autant. Pourtant, dieu savait à quel point la jeune femme était partie avec un mauvais score dans son estime ! Il avait dû apprendre à la connaître pour savoir qu'il avait affaire à une femme qui n'avait pas eu d'autre choix que d'accepter ce que son destin lui imposait, rien de plus. Il la fixa avec calme avant de bouger légèrement pour appuyer ses avant-bras sur ses genoux et se pencher un peu vers la rousse.

« Je ne suis jamais contre l'idée d'avoir ton aide, que ce soit personnellement ou pour notre organisme. Et puis, tu es liée à Raphaël qui y appartient, il y a de quoi t'accorder notre confiance. » Ce qui était assez logique. « Je ne serais pas étonné d'apprendre que Raphaël sera agacé par l'idée que tu sois venue me voir. Il n'aimait pas quand je parlais de toi pendant ton absence. Que tu lui appartiennes réellement ou non, il a l'air vraiment territorial avec toi. Et je ne me fais pas d'illusions, si Raphaël n'avait pas été là, tu n'aurais pas été enceinte, c'est normal qu'il prenne ses responsabilités, démon ou pas. » Après tout, elle ne s'était pas engrossée toute seule. « Plus sérieusement, les personnes extérieures sont assez fréquentes. D'ailleurs il y a une nécromancienne qui nous aide ces derniers temps. Raphaël l'a rencontrée, il ne s'est pas gêné pour lui faire du rentre-dedans qui plus est. » Il avait été là pour y assister. « Mais je suis certain qu'il refuse que tu fasses de même, n'est-ce pas ? Il sortirait certainement de ses gongs s'il savait ce que je t'ai dit à propos de tes... arguments. » De sa poitrine. « Des fois, je me dis que tu devrais faire comme lui. Il m'offre plus de largesses qu'à toi, c'est peut-être parce que je les prends. Ou qu'il a une préférence pour toi. »

Oui, Renan venait d'admettre qu'ils en étaient au même point, même si c'était douloureux à accepter. Disons que c'était un peu pour pousser la jeune femme à s'imposer comme lui l'avait fait, pour une fois il ne songeait même pas à profiter de ce qu'elle pourrait faire à ce sujet. Il pouvait parfois être altruiste à ses heures. Juste un peu.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 27 Juil 2015 - 19:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je ne réagis pas au discret soulagement de Renan face à mon peu d’insistance concernant son tatouage. Si ça pouvait me faire gagner quelques points de confiance… Après tout, qu’il le veuille ou non, nous étions plus ou moins dans le même bateau jusqu’à ce que la mort nous sépare. C’était presque romantique, une version tordue d’un mariage mené contre notre gré. J’étouffais un rire de plus. Un ménage à trois. L’Eglise s’en réjouirait déjà, mais un ménage à trois avec un démon et deux meurtriers dans le tas… Pas sûre qu’on reconnaisse notre trio comme légitime.
Mais passons. Je remerciais mon interlocuteur d’un sourire aimable et pour une fois purement spontané – tant de compliments, on était bien loin de notre première rencontre qui avait été si houleuse.

Je serais à toi quand tu le voudras, pour peu que mon emploi du temps le permette. Cela dit il est assez vide ces jours-ci, c’est l’occasion d’en profiter.

Je n’esquissais pas un geste quand Renan se rapprocha de moi. Notre proximité n’était pas gênante. C’était amusant de voir comme une relation basée sur une espèce de jeu de séduction était au final presque dépourvue d’ambiguïté. Je veux dire, je doutais fortement que nous passions à l’acte un jour ou l’autre.

Je n’ai même pas envisagé d’aller voir quelqu’un d’autre , signalais-je d’un ton anodin.

Certes, c’était lié au fait que je n’avais pas quelqu’un d’autre à aller voir. Rosenbach était morte, Ginger disparue du tableau, Abban rien qu’une relation professionnelle… Il y avait bien mon oncle, mais je rechignais à l’approcher tant que je ne serais pas raisonnablement certaine de ne plus avoir de démons aux fesses. Autres que Raphaël, sinon, je risquais d’attendre très longtemps. Mais ça flatterait la si légère touche d’arrogance (oui c’est ironique) qui caractérisait Renan. De toute façon, il s’envoyait déjà des fleurs tout seul comme un grand.

Je n’ai jamais vraiment su pour qui ou quoi Raphaël travaillait, à vrai dire. Enfin, avec qui ou quoi. Il ne travaille pour personne, ça serait indigne de sa personne , ajoutais-je en levant les yeux au ciel avec un sourire amusé

J’observais mes ongles un instant, la mine songeuse tandis que j’assimilais ce que Renan avait ajouté.

Oh, il prend ses responsabilités quand ça l’arrange. Mais je dois avouer que territorial ou pas, au fond il fait cela pour me protéger de sa liste interminable d’ennemis. Je ne suis pas sûre qu’il comprenne seulement pourquoi je suis quelque peu… énervée par cet état de fait. Raphaël, quoi.

Beaucoup de mes réflexions concernant l’attitude de l’Archidémon finissaient ainsi, sur un laconique « Raphaël ». J’avais parfois l’impression que tous ces traits de caractère étaient encore plus exacerbés depuis qu’il habitait le corps de Nagato.

Une nécromancienne ? Vraiment ?

Je forçais l’interrogation quand bien même je pensais savoir de qui il s’agissait. Je ne savais pas si la demoiselle qui avait uni ses pouvoirs à ceux de Raphaël au Cirque quelques temps auparavant avait informé Renan de cette… petite aventure. Je l’avais été de façon fortuite, étant avec Elyon à ce moment : j’avais simplement senti un des boucliers que j’avais placé autour de la scène du Cirque pour protéger le public s’activer. Et la saveur de la nécromancie n’avait nulle pareille. Une froideur sépulcrale, un goût de charogne. Absolument génial à goûter, vous l’imaginez… D’un côté, je la plaignais, connaissant le spectacle dont elle avait été la participante pour en être habituellement la vedette. D’un autre côté, j’éprouvais une jalousie mordante à son égard. Que Nagato baise avec tout ce qui bougeait, je pouvais l’accepter. Mais elle, c’était une praticienne puissante, et sa magie de la tombe n’était pas si étrangère que ça à la mienne. Je m’étais sentie menacée, avant de ravaler mes incertitudes et mon désarroi quelque part dans mon esprit et de jouer les indifférentes.

Enfin, Raphaël ferait du rentre-dedans à un cadavre s’il le trouvait à son goût, alors une nécromancienne… Il a dû être proprement fasciné.

Il me sembla parvenir à dissimuler l’amertume de mes propos, mais je n’en étais pas certaine, loin de là. J’avais bien le droit d’être possessive, de temps à autre, non ?

Ce n’est pas tant une question de préférences que d’intérêt. Je te rappelle que je suis une de ses sources de pouvoir.

Ce n’était pas tout à fait vrai, mais Tesla était au courant de tout ça, donc je n’avais pas vraiment à développer.

Et que je lui appartiens depuis ma naissance. Comme toute ma famille. Tu comprendras qu’il ne m’autorise pas les mêmes largesses dans ces conditions. Tu es un hasard. A la seconde où j’ai poussé mon premier cri j’étais déjà vouée à le rencontrer.

Cela pourrait lui paraître obscur, mais c’était suffisamment clair pour être compris par tout un chacun. Je tapotais impatiemment sur mon genou, toujours assise sur mon coin de canapé, agacée par ce que je venais de dire. Le karma était une vraie salope à ses heures. Morrigan aussi, d’ailleurs.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 27 Juil 2015 - 22:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
« D'en profiter ? Tu as des idées derrière la tête ? J'en ai bien quelques-unes, mais je ne suis pas certain que Raphaël les approuve celles-là. »

Son sourire exprimait clairement quelle était leur nature. Mais il ne s'agissait que de plaisanteries qui n'aboutiraient certainement jamais, ne serait-ce qu'en raison de l'hostilité évidente que l'Archidémon montrerait face à ces idées. Certes, il n'avait pas totalement repoussé l'idée la fois où Renan en avait parlé, mais disons simplement que les conditions imposées par l'envahissant personnage avaient de quoi refouler n'importe qui. Plus sérieusement, le français n'était guère étonné d'apprendre que Siobhan n'en savait pas plus sur l'organisme pour lequel Raphaël travaillait. Le contraire aurait été mauvais signe puisque cela signifierait que l'Archidémon n'avait pas respecté une règle très simple : celle de ne pas parler de SHADOW.

Il resta silencieux, écoutant Siobhan répondre à ses autres questions, notamment celles qui concernant les relations que l'Archidémon pouvait avoir avec d'autres femmes. Voire hommes. Après tout, il se montrait plus qu'explicite avec lui, alors Renan doutait qu'il se gêne pour s'envoyer en l'air avec d'autres hommes dès qu'il en avait l'occasion. Qu'elle ne soit pas jalouse aurait été étonnant ou tout du moins gênant. Renan espérait bien exploiter ce filon pour pouvoir sympathiser davantage avec elle et peut-être même obtenir des informations le concernant. Un sourire légèrement blasé ourla les lèvres du français lorsqu'elle termina sa dernière phrase.

« Ne me sors pas ce couplet, s'il te plaît. Tu n'appartiens à personne, excepté à toi. » Il grimaça légèrement. « Je trouve ces histoires de possession totalement stupide. Ce n'est pas parce que ton ancêtre a fait des conneries que tu dois en subir les conséquences. J'ai toujours profondément détesté les individus incapables d'assumer leurs actes et avec tout le respect que je dois à cette Morrigan, elle n'est pas très forte si elle doit promettre la fidélité de ses descendants. »

Il soupira légèrement. Au final, il ne voyait plus Siobhan comme une vulgaire esclave de l'Archidémon, il comprenait peu à peu qu'elle n'avait pas eu le choix de ce qui se passait et qu'elle ne faisait que subir. Le mieux restait donc de la valoriser et de lui expliquer qu'elle pourrait avoir beaucoup mieux si elle essayait de s'émanciper un peu, puis si elle refusait, il se contenterait de la valoriser lorsqu'elle serait avec lui. Une manière de la pousser à venir le voir plus souvent en somme.

« Au début, je croyais que tu te contentais de subir sans rien dire, je ne savais pas tout ce qu'il y avait derrière. Mais même si tu es liée à Raphaël depuis ta naissance, ce n'est pas une raison pour qu'il te traite comme ça. Tu sais, avant, je te prenais pour une gourde juste bonne à lui baiser les pieds. Une jolie gourde. » Légère moquerie. « Mais plus je te connais, plus je vois tes qualités. Très franchement, aujourd'hui je suis surtout agacé par l'idée que tu lui appartiennes. Oh, je ne parle pas forcément pour moi, mais tu mérites largement plus que de servir de nounou ou de mère porteuse pour un Archidémon vaniteux. Tu as énormément de pouvoir et de potentiel et il le gâche en te gardant pour son usage personnel. » Il la regarda dans les yeux. « Tu te rends compte de ça, au moins ? »

Ou peut-être qu'elle avait oublié de quoi elle était capable et qu'elle se cantonnait au rôle de la femme au foyer et de la mère tandis que sa magie servait uniquement à satisfaire un Archidémon vaniteux. Renan changea de position pour se redresser sur son séant, toujours assit sur la table. Il posa ses avant-bras au niveau de ses cuisses avant de reprendre.

« Et tu as le droit d'être jalouse, tu sais. Ce n'est pas parce qu'il s'envoie en l'air à droite et à gauche sans que tu puisses ouvrir la bouche, que tu n'as pas le droit d'être possessive. Moi, ça ne m'a jamais empêché de considérer quelqu'un comme ma propriété même si cette personne n'était pas d'accord. » Et c'était en phase d'arriver avec la nécromancienne précédemment citée. « Peut-être que tu devrais aussi lui rappeler que tu n'es pas juste une poupée gonflable. Je sais que c'est bizarre à dire, mais lui montrer que tu es jalouse et qu'il doit te mériter, ça aura le mérite de le stimuler et vu son ego, je suis certain qu'il aimerait l'idée. » Un nouveau sourire ourla ses lèvres. « On ne solde pas la qualité et toi tu te sous-estimes largement. Je suis certain que tu vaux plus que la nécromancienne. »

Il ne le pensait pas, les deux femmes étaient différentes et rien que l'immortalité d’Abigail la rendait supérieure, mais il adaptait son discours pour plaire à son interlocutrice.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 28 Juil 2015 - 21:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je ne pus retenir ma surprise, et je suppose que j’eus une tête de parfaite idiote à contempler Renan avec des yeux de merlan frit et la bouche entrouverte. Son emportement face à ce que j’avais accepté comme un état de fait depuis plusieurs mois était assez réconfortant. Une seconde, je baissais ma garde, puis je me repris et effaçais toute expression de mon visage pour ne retourner qu’un air neutre à mon vis à vis. Le français restait une inconnue dans l’équation, je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance et si je le pourrais jamais.

On est au moins d’accord sur un point : Morrigan est une sacrée conne pour avoir parier avec Ne… Raphaël.

J’avais failli utiliser le nom qu’il donnait à l’époque, le cher Archidémon. J’étais presque sûre que Tesla ne le connaissait pas alors…

Mais une des raisons pour lesquelles je suis relativement fiable malgré tous mes défauts, c’est que je respecte toujours ma parole. Morrigan n’est pas seulement notre ancêtre, c’est la déesse tutélaire du clan, la source de mon pouvoir. Je dois respecter les engagements qu’elle a pris, si ce n’est volontairement, au moins par honneur.

Je fis la moue, avant d’ajouter par souci d’honnêteté, histoire de ne pas être prise en flagrant délit de mensonge :

Et je me suis habituée à… tout ça.

Un vague geste de la main accompagna mes paroles. Ce n’était même pas faux. J’aimais ma vie comme elle était, exception faite de quelques détails auxquels je comptais remédier. J’aimais l’ambiance du Cirque, j’aimais vivre là bas, j’aimais diriger ce joli petit monde d’une main de fer aux côtés de Raphaël.

Il me gâche mais il en a le droit, malheureusement. Ça ne m’empêche pas d’émettre mon point de vue à l’occasion. Et je vais reprendre mon boulot en plus de mon poste au Cirque des Damnés. Raphaël va râler mais j’ai besoin d’un peu d’air avant de me transformer vraiment en jolie gourde décorative, ricanais-je.

Je ne comptais pas rester à jamais une femme au foyer. Ce temps là était révolu. J’avais plus ou moins accepté – peut être un peu contrainte et forcée – ma réclusion quand je trimballais Elyon dans mon utérus, mais je ne recommencerais pas vingt fois. De toute façon, même si la guérison que m’octroyait le sang de Raphaël était diablement (ah ah) efficace, je doutais que le dit utérus soit de nouveau fonctionnel pour les dix ou vingt ans à venir. C’était si triste.

Je me renfrognais cependant en entendant parler de ma supposée jalousie. Je n’étais pas jalouse. Pas même d’une blondasse qui venait fricoter avec mon démon sous mon nez et en se cognant joyeusement dans mes boucliers histoire de me mettre au courant. Ok. J’étais peut être un peu jalouse. Mais je n’allais pas l’admettre.

On en revient toujours à des histoires de propriété, tu remarqueras… mais je ne vais pas jalouser une inconnue juste parce que Raphaël s’y intéresse. Sinon je serais jalouse de toi, Tesla. Et de toute façon, quand bien même je le serais ça changerait quoi ? Je me prendrais la tête comme une collégienne décérébrée, ça le ferait bien rire, tiens.

Je levais les yeux au ciel. Puis me rendis compte que je battais la mesure avec mon pied gauche, une façon comme une autre d’admettre que j’en étais vaguement agacée. Vaguement.

Et puis Raphaël sait que sa petite poupée peut mordre quand on l’embête un peu trop, ajoutais-je avec une innocence feinte plaquée sur le visage. Crois moi, ça suffit pour le moment.

Je conclus sur ses compliments. Pour un peu, j’aurais pu en rougir. Adorable petite collégienne décérébrée que j’étais. Mais non. J’avais encore assez de jugeotte pour savoir qu’il ne s’agissait là que de flatteries, peut être même pas réellement pensées.

Merci de me redonner une telle valeur. C’est flatteur… Mais rassure toi, je n’ai pas oublié ce que je vaux. Tu sais, on est née pour être reine ou on ne l’est pas. Mais comme son royaume a disparu.

Je toussotais. C’était indéniablement le cas. Sauf si on considérait que j’étais la consort de Raphaël, régnant ensembles sur le Cirque des Damnés à défaut d’autre chose. Mouais. J’étais plutôt la favorite du roi à vrai dire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 29 Juil 2015 - 16:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Siobhan avait eue l'air réellement étonnée des paroles de Renan et ce dernier fut assez satisfait de voir qu'il avait réussi à toucher un point apparemment sensible – même s'il dissimula toute trace de satisfaction, bien entendu. Il l'observa en silence tandis qu'elle reprenait son air neutre pour confirmer ses dires à propos de Morrigan avant de parler d'honneur. Cette fois-ci, un sourire mi-amusé, mi-déçu se dessina sur les lèvres de Renan. Pour peu, il aurait eu pitié d'elle, mais ce n'était pas son genre d'éprouver de pareils sentiments. Bien sûr, elle semblait avoir décidé de reprendre sa vie en main et de dire ce qu'elle pensait de la vie qu'il lui faisait mener, toutefois le français doutait que cela puisse avoir le moindre intérêt pour l'Archidémon. Depuis combien de temps se connaissaient-ils ? Bientôt plus d'un an et cela faisait aussi longtemps que le trentenaire repoussait les avances de l'envahissant personne, chose qui ne l'empêchait pas de persister. La parole des humains n'avait aucune importance à ses yeux, voilà tout. Sauf si Siobhan bénéficiait d'un traitement de faveur, mais étrangement, le trentenaire en doutait.

« Par honneur. Tu es bien la première personne que je rencontre et qui connaît encore cette notion. Dommage qu'elle te coûte aussi cher. Même si je comprends qu'il se complaise autant dans le rôle de grand maître. » Raphaël, donc. « Très franchement, je doute que ton avis ait la moindre importance pour lui, il n'a pas l'air d'être du genre à se soucier de l'avis des humains qu'il côtoie. Mais après tout, tu le connais mieux que moi, tu dois savoir ce que tu fais.... »

Oh, bien entendu, le fait qu'elle soit cantonnée à sa cave et au rôle de mère tandis que lui pouvait faire ce que bon lui semblait, n'était pas une raison pour douter de ce qu'il disait ! Très honnêtement, Renan était convaincu que Siobhan se voilait la face et qu'elle ferait mieux de lui faire confiance en s'inspirant de son mode de fonctionnement. Après tout, Raphaël ne jouait plus vraiment avec lui, il avait appris à la respecter et à accepter les décisions du Breton. Certes, cela le rendait irritable, mais Renan s'en fichait. Bien sûr, il était loin de se douter de ce qui s'était passé dans son dos – c'est le cas de le dire – sans quoi son beau discours aurait perdu de la crédibilité, mais cela ne l'empêcherait pas de persister dans sa position actuelle.

Le trentenaire nota bien que la rousse se renfrogna lorsqu'il fut question d'Abigaïl. Était-ce étonnant ? Pas spécialement, non. Il se demanda ce qui s'était passé entre les deux pour que Siobhan se comporte ainsi et pendant un bref instant, une pointe de jalousie naquit dans son esprit à l'idée que ses soupçons soient justifiés. Peut-être bien que l'Archidémon s'était envoyé en l'air avec la nécromancienne ? Quel connard. Conservant son calme, il la fixa avec une certaine intensité, attendant qu'elle termine d'avouer, plus ou moins, sa jalousie et de comprendre qu'elle pouvait agir comme n'importe quel humain. Il haussa finalement les épaules.

« Tu n'as pas à me remercier, je dis simplement ce que je pense. Tu peux le croire ou non, mais j'ai changé d'avis te concernant. Au début, je te prenais juste pour une jolie gourde qui obéissait à Raphaël parce qu'elle était incapable de faire autre chose, mais j'ai bien compris que c'était autre chose. Et que tu n'es pas une gourde. » Mais jolie, si. « C'est dommage que nous ne nous soyons pas rencontrés avant que tu sois aussi dévouée à Raphaël, je suis sûr que les choses auraient pu se passer différemment. » C'était l'évidence même. « Mais tu sais, avec tout le respect que je te dois, je doute que la menace de te voir mordre puisse vraiment l'inquiéter. Cette nécromancienne, ce n'est pas la première à avoir droit à son attention. Tu as peut-être entendu parler de Lywenn, la banshee ? » Une vieille adversaire de Raphaël. « Lorsque j'ai tenté de recruter sa druidesse, Raphaël a plutôt essayer de se le faire. Il a fallu que la banshee intervienne pour qu'il ne s'envoie pas en l'air avec elle au milieu de cet entrepôt. Une jolie rousse, irlandaise. Peut-être qu'il pensait à toi, va savoir.... » Il haussa les épaules. « Et de moi, tu n'as aucune raison d'être jalouse. Tu sais bien que je n'en ai rien à faire de lui, mais ce n'est pas valable avec les autres. Ce n'est pas forcément de leur intérêt pour elles que je te parle, mais du reste. »

Puisque Raphaël avait tout simplement l'air incapable de s'intéresser à une personne sans vouloir la tripoter et plus si affinités. Il n'y avait qu'à voir avec Abigaïl et leur première rencontre : l'Archidémon ne s'était pas gêné pour l'embrasser alors qu'elle lui avait mis des vents sans arrêt. À la place de Siobhan, Renan aurait certainement castré ou émasculé Nagato depuis bien longtemps. Et après on disait que c'était les irlandais qui manquaient de patience...

« Est-ce que tu es sûre qu'il s'est contenté de s'y intéresser , ou est-ce qu'il ne s'est pas gêné pour aller plus loin alors même qu'il savait que tu étais dans le coin et que tu le saurais ? » Il haussa à nouveau les épaules. « Tu es assez grande pour savoir ce que tu fais. » Le français se redressa pour s'éloigner de quelques pas avant de poser les yeux sur elle. « Et tu as prévu de retourner travailler pour le Cartel à tes heures perdues ? »
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 30 Juil 2015 - 18:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il faut bien que quelqu’un se soucie encore de l’honneur. Je ne dis pas que ma morale est irréprochable, loin de là.

Il y a quelques mois encore, j’expliquais bien à Renan que j’étais prête à tuer un gamin s’il y avait là un intérêt quelconque. La nuance, c’était que je ne le ferais pas gratuitement.

Mais je connais et je respecte la valeur d’un serment.

C’est avec une amertume certaine que je prononçais la suite :

Cela dit comme tu l’as si bien dit, Raphaël ne reconnaît pas vraiment mon avis comme valable.

Je n’allais pas jusqu’à lui décrire la crise que nous traversions actuellement. Ça ne le regardait pas, pour le coup. Mais je devais avouer que j’en étais encore blessée. Le genre de blessures qui pouvait me conduire à faire des choses stupides. La pseudo conversation entre l’archidémon et sa fille que j’avais surprise dans la matinée – très tôt dans la matinée – m’avait laissé pleine d’une peine lancinante, que je n’avais pas vraiment connue depuis des mois. J’avais donc résolu que quel que soit le danger, Raphaël pourrait toujours se brosser pour que j’appelle à l’aide, et qu’importe si je devais crever la bouche ouverte à cause de ça. Je pouvais tout accepter de sa part. Mais pas qu’il doute de ma loyauté.

Avant de rencontrer Raphaël, je ne connaissais pas toute l’histoire familiale. Je ne me serais pas plus protégée en te rencontrant avant lui. Et au final tu te serais retrouvée avec une traitresse potentielle sur les bras. Oh, oui, pas de doute, ç’aurait été tellement mieux.

Je m’emportais. A peine. Et j’en avais honte. Je détestais perdre la main sur mes émotions. C’est donc d’un ton neutre, trop neutre, que je repris la parole :

Désolée. Des petites contrariétés qui me trottent dans la tête, je suppose. Je disais donc, je me serais probablement fait tuer en quelques mois. C’est malheureux mais c’est ainsi.

Je croisais les bras et regardais Renan avec un agacement feint, cette fois-ci. Pourquoi donc m’embêtait-il avec l’autre rouquine. De toute façon, à ce que je sache, ils ne s’étaient plus revus. Et puis, quand bien même, que voulait-il donc que j’y fasse ?

Il peut bien essayer de se faire qui il veut. Raphaël adore le cul. Point. Si j’étais la seule à le satisfaire, on retrouverait mon cadavre au bout d’une semaine.

J’exagérais. A peine.

Je suis fatiguée de me battre. Je suis fatiguée de devoir contester la moindre de ses décisions me concernant pour grapiller un peu de liberté. Je ne vais pas ne plus entrer en guerre contre les lubies de Raphaël. Non seulement ça n’en vaut pas la peine, mais je n’en ai ni l’énergie ni le temps.

Je souris pour adoucir mes propos, et ajoutais, un peu moqueuse.

On jurerait que tu tiens à ce que je venge ma jalousie en sautant le premier venu. Tu te portes volontaire peut être ?

La subtilité, de plutôt très moyenne, venait de devenir inexistante. En même temps, il l’avait bien cherché.

Désolée, mais je tiens à tes jolies petites fesses, et elles ne feraient pas long feu si Raphaël apprenait que nous nous… amusons un peu trop.

Je riais presque ouvertement. Au fond, l’Archidémon était bien capable de donner sa bénédiction juste pour jouer les voyeurs. Ou pour avoir une bonne raison de nous chahuter. Hm. Non. Peut-être pas quand même. Je devais arrêter de prendre Raphaël pour… J’allais dire une créature démoniaque mais pour le coup, c’était difficile à réputer. Disons pour un succube assoiffé de sexe.

Je reprendrais des contrats, oui. Ma réinsertion va être compliquée. Mais bon. Je savais que ça le serait quand j’ai compris que je serais indisponible pour neuf mois. Bizarrement, un silence radio aussi épais, ça ne leur plaît pas.

Je supposais que ça n’étonnerait guère Tesla. Son truc, là, avait l’air encore plus contraignant que le Cartel.

Mais j’avais assez de contacts pour en trouver un ou deux pour se porter garant pour moi. Les relations, y’a que ça de vrai.

Je lui lançais un regard entendu, évidemment. Je ne pouvais pas rater ça.

Si tu entends parler de quelque chose, sait-on jamais, n’hésite pas à faire remonter à l’oreille de la gentille petite sorcière.

Je souris légèrement. Un sourire un peu carnassier. Ma contrariété concernant mes relations pour le moment compliquées avec l’Archidémon avait été dûment maîtrisée. Il était plus que temps. Et je n’avais du coup pour le moment pas la moindre envie de repartir d’ici. Je ne l’aurais jamais avoué au principal concerné, mais à cet instant précis, son appartement me faisait presque figure de havre de paix.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 30 Juil 2015 - 23:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Apparemment, il y avait de l'eau dans le gaz dans le couple Ryúkage ! Renan ne savait pas s'il devait s'en réjouir ou s'en inquiéter étant donné que l'humeur de Raphaël risquait de s'en ressentir et très franchement, le français n'avait aucune envie de se récolter la mauvaise humeur semée par Siobhan. Il la scruta quelques instants avant de lui poser directement la question, histoire de savoir à quoi s'attendre.

« Serait-ce de l'amertume que je perçois ? Est-ce que je dois m'attendre à avoir un Raphaël contrarié lors de notre prochaine discussion ? »

Il donnait l'air de prendre tout cela à la légère, mais en réalité, c'était bien loin d'être le cas ! Renan avait remarqué que l'Archidémon tolérait de moins en moins ses attitudes de pucelle effarouchée et il craignait que sa patience ne finisse par s'épuiser totalement. Le mieux était de l'apaiser un peu en lui donnant d'autres sources de divertissement, mais ce serait uniquement valable pour un temps très réduit. Bien sûr, le français était loin de se douter qu'il avait comblé ce vide et qu'il ne s'en souvenait pas, ce dont Raphaël ne se plaindrait certainement pas puisqu'il aurait droit au beurre, à l'argent du beurre et peut-être même à la crémière.

Quoi qu'il en soit, Renan croyait Siobhan sur parole lorsqu'elle lui annonça que c'était préférable qu'ils ne se soient pas rencontré avant aujourd'hui sous peine de devoir se trahir dans le cas contraire. Il aurait assez peu apprécié la situation en effet, surtout si Raphaël lui avait « volé » la sorcière sous le nez. Au final, les choses s'étaient déroulées comme elles devaient l'être pour leur éviter une véritable bain de sang.

« La mort, c'est si surfait. Mais je préfère te savoir en vie. »

Elle était bien plus utile ainsi, surtout qu'une morte risquerait d'entrer au service d'une certaine nécromancienne, ce dont Renan se passait volontiers ! Et elle aussi, à n'en pas douter puisqu'elle lui décrocha un regard agacé avant de parler de la concernée. Enfin, plus ou moins vu que Raphaël ne se contentait certainement pas des quelques magiciennes qui passaient au Cirque des Damnés. Cela dit, Renan la croyait sur parole lorsqu'elle laissait entendre que l'Archidémon était quelqu'un de très... demandeur sur le plan sexuel. Ou plutôt d'imposant vu qu'il était peu probable qu'il demande l'avis de ses partenaires lorsque l'envie se manifestait. La seule contrariété de cette discussion restait le fait qu'il n'avait pas réussi à savoir ce qui s'était précisément passé entre lui et Abigaïl... peut-être qu'il allait directement devoir leur demander ? Ou pas. Il se voyait mal le faire sans avoir l'air possessif – ce qu'il était – et sans irriter les deux – ce qu'il souhaitait éviter. Tant pis. Renan relégua cette pensée au second plan alors qu'elle s'amusait avec lui, suggérant qu'il cherchait à conclure avec elle, mais qu'elle refuserait pour lui sauver la vie. Un sourire ourla les lèvres du français.

« Parce que tu crois que j'ai besoin que tu veuilles te venger pour pouvoir coucher avec toi ? Honnêtement, je pense pouvoir me débrouiller autrement, je n'ai pas besoin d'exploiter les faiblesses de gens. Et ce serait irrespectueux à ton égard en plus. Je préfère employer la méthode traditionnelle. » La drague et toutes ces choses. « Mais tu crois vraiment qu'il me tuerait s'il apprenait que je te tourne autour ? Je me demande s'il y arriverait. Aux dernières nouvelles, c'était moi qui avais presque réussi cet exploit.... » Son sourire s'accentua. « Tu as peur de me perdre en fait ? Je trouve ça presque mignon. »

Oui, il saurait un peu rapidement aux conclusions – à défaut de sauter sur son interlocutrice – mais c'était son naturel : être vaniteux et plein d'assurance. Il l'était d'ailleurs tout autant pour ce qui concernait les affaires et il n'hésiterait pas à lui faire signe s'il captait quelque chose qui pourrait l'intéresser. En vérité, Renan songeait même à lui faire quelques missions sur mesure histoire qu'elle se sente un peu redevable et qu'elle soit consciente des efforts qu'il déployait juste pour ses beaux yeux.

« Ne t'inquiète pas, dès l'instant où j'entends parler de quelque chose de ce genre, tu seras la première au courant. En fait, j'ai plusieurs missions sur le feu qui demandent l'intervention d'un mystique, mais je ne fais pas confiance à ceux de mon organisme, alors s'ils entrent dans ta catégorie, je t'en parlerai sous peu. » Il esquissa un sourire. « Mais il faudra que tu me dises comment faire. Je ne crois pas que Raphaël appréciera si je me pointe au Cirque pour te parler à toi. Et je déteste me déguiser. » Ce qui expliquait qu'il s'y rendait rarement. « Pour le Cartel, je pourrais leur parler en ton nom. J'ai des contacts avec eux. Sauf si tu veux te débrouiller seule bien sûr. » Renan soupira légèrement. « J'espère juste que ces sorties te feront retrouver du poil de la bête, ça me chagrine de voir une fille aussi combative que toi se coucher devant Raphaël. » Il sourit en coin. « J'en viendrais presque à regretter la gifle de notre première rencontre. Presque. J'ai préféré le baiser de la deuxième fois. Même si j'ai été un peu déçu que ça n'aille pas en augmentant à chaque discussion. »

Après tout, les sous-entendus n'étaient jamais loin avec eux !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 2 Aoû 2015 - 12:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je faillis jeter un regard étonné à Renan – Raphaël ayant enfin obtenu satisfaction, je doutais qu’il lui batte froid – mais je retins celui ci. Pas besoin de faire mention des… aventures du français. J’avais reçu l’ordre de me taire, je continuais bien m’aligner avec cette demande. D’autant plus que quand j’y pensais de trop près, je me sentais presque… gênée.

Attends toi à tout. Je ne compte pas aller m’excuser de suite, j’ai encore l’espoir que les choses se tassent d’elles mêmes.

Un espoir très mince, mais savait-on jamais, n’est ce pas ? Quand à ma soi-disant amertume… Oui, ma foi, c’en était peut être. Mieux valait l’amertume que les regrets, car par moment, c’était bien cela mon plus gros problème : je regrettais d’avoir défié Raphaël, quand bien même je savais avoir eu raison de le faire.

La mort, c’est surfait si tu comptes devenir immortel. Et je ne parle d’une immortalité factice. Même les créatures les plus difficiles à tuer peuvent l’être avec la détermination nécessaire.

Evidemment, je ne faisais pas mention du fait que je savais avec certitude n’avoir pas vieilli depuis ma rencontre avec Raphaël. Il m’avait soignée de plaies auxquelles personne n’aurait dû pouvoir survivre, et maintenait mon âge à celui où il m’avait rencontré grâce à des rituels impliquant des sacrifices. Cela me déplaisait, mais je ne pensais pas en avoir besoin encore bien longtemps. Sous peu, la guérison qui était devenue mon apanage serait sans doute suffisante pour me permettre de traverser les siècles au côté de l’Archidémon. Enfin ça, c’était si j’arrangeais les choses entre nous.

C’est avec un naturel insoupçonnable que je répondais au français, malgré la compassion – je préférais ça que la pitié – que je ressentais à son égard. Moi, au moins, je ne me voilais pas la face. Oublie ça, m’enjoignais-je avec sévérité, et c’est avec la force de l’habitude que je reléguais cet épisode dérangeant dans un coin de ma mémoire.

La méthode traditionnelle consiste-t-elle à promettre tant et plus sans jamais se décider à passer à l’action, m’enquerrais-je d’un ton poli, très, très poli, avec un sourire amusé sur les lèvres. Je t’aurais pourtant cru plus entreprenant, mon cher.

Je ne démentis pas ses affirmations selon lesquelles j’avais « peur de le perdre ». C’était plus que je ne comptais pas causer la mort de qui que ce soit à cause de ma nymphomanie latente, liée à ma magie. Heureusement que j’étais plutôt comblée par Raphaël habituellement, sinon j’aurais parfois pu sauter sur le premier venu quand j’étais dans cet état d’euphorie. C’était bizarre. Je n’avais jamais réagi ainsi à mes sorts avant de connaître l’Archidémon. Mais ce n’était pas le sujet : mon amant était jaloux, possessif au possible, et ne supportais pas même l’idée que je fricote avec quelqu’un d’autre que lui. Comme j’étais sûre que Renan tenait à ce que tous ses attributs restent bien à leur place, je n’allais pas me laisser aller. Et puis, accessoirement, j’étais le genre fidèle.

Oh, soyons honnêtes, les pouvoirs de Raphaël ont augmentés depuis… Et puis, je te rappelle que tu étais aussi dans un sale état à la sortie. Alors, oui, peut être que je tiens à te garder en un seul morceau. Va savoir. Mon instinct protecteur qui me travaille.

Je le remerciais d’un sourire devant son empressement à me tenir occupée – sûrement pas né d’un élan de bonté de sa part, mais au fond je m’en contrefichais. L’avantage dans ma relation c’est qu’elle était finalement relativement simple dans toute sa complexité. Oui, cette phrase veut dire quelque chose.

Je te laisserais mon numéro privé, si tu préfères. Mais je ne comprends pas que tu n’aimes pas te déguiser. C’est l’occasion de changer de peau l’espace d’une soirée. L'occasion de jouer un peu.

J’appréciais mon uniforme – mes uniformes, vu qu’il y avait la version servant quand notre démon favori était dans le coin et l’autre. Un peu comme si en son absence, je devais porter une ceinture de chasteté, et troquer la jupe pour un pantalon. Comme c’était mignon. En quelque sorte. Lèvres entrouvertes et paupières mi-closes, comme un félin satisfait, je lui adressais un sourire qu’on aurait presque pu qualifier de carnassier tout en me penchant vers lui, enjôleuse.

Le Cirque a cela de magique que c’est une parenthèse hors du temps. Le lieu de tous les excès, et sans la moindre conséquence. Tu devrais essayer de venir profiter réellement de l’ambiance un jour. Si tu te laisses porter, les flux de magie dus à la concentration de mystiques et autres créatures là dedans peuvent être… enivrants. C’est une sensation unique.

Je me reculais sans l’avoir seulement effleuré, parcourue par un frisson de contentement. J’avais connu ce que je décrivais plus souvent qu’à mon tour, mais je me demandais souvent si ce n’était pas tout simplement dû à mes perceptions à fleur de peau, d’une sensitivité plutôt très développée. Quand je pouvais en profiter, je ne m’en privais pas, et je sortais de là saturée d’une énergie délicieuse. Miam.

Quoi qu’il en soit, j’attendrais ton appel avec impatience. Que ce soit pour un job… personnel ou quelque chose du Cartel. J’avais mon propre réseau de clients et d’informateurs à l’époque, mais mon absence inexpliquée n’a pas fait que du bien à mes relations publiques, tu t’en doutes.

Doux euphémisme. Heureusement que certains n’avaient pas oublié à qui ils devaient leur succès au sein du Cartel. Si effrayante que je puisse être, j’étais passée fût un temps pour un contact exigeant mais toujours loyal aux engagements pris, et quelques têtes du Cartel n’avaient fait leur premier pas que grâce à moi. D’autres n’avaient eu qu’un simple coup de pouce, mais s’en souvenaient également. D’autres enfin joueraient les morts, je n’en doutais pas.

Désolée, le tarif n’est pas croissant. Peut être que si tu parvenais à me convaincre, nous pourrions envisager quelque chose de plus intéressant qu’un baiser.

J’avais le visage presque neutre en disant ça, un vague sourire en coin seulement.

Mais il faudra faire de ton mieux pour avoir un remède à ta … déception.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 2 Aoû 2015 - 18:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
L'espoir que les choses se tassent ? Et après elle osait lui reprocher de rêver ? Enfin, lors de leurs précédentes discussions. Cela dit, pour ce qui était de l'immortalité, Siobhan avait raison. Lui-même l'était devenu depuis quelques jours, mais Abigaïl l'avait prévenu que quiconque détruirait son phylactère pourrait ensuite le tuer. Il n'allait donc pas s'amuser à la contredire et préférait largement changer de sujet. Si Siobhan apprenait pour lui, elle en parlerait à l'Archidémon et il aurait de gros ennuis ensuite. Autant éviter de tenter le diable, au sens propre comme au figuré. Ce n'est que lorsqu'elle le provoqua en parlant de sa passivité à son égard que Renan décida de réagir. Il lui décrocha un regard amusé avant de sourire d'un air provocateur.

« Ma chère Siobhan, si ça ne tenait qu'à moi, nous aurions déjà visité ma chambre depuis belle lurette, mais contrairement à ton petit ami, je prends note de l'avis de ma partenaire. Et tu as l'air plutôt réticente, même si tu laisses croire le contraire. » On ne lui faisait pas. « Cela dit, si tu veux que je me montre plus entreprenant, il suffit de le dire. Je prendrais ça pour une approbation et j'agirais. »

Mais Renan était convaincu qu'elle n'en ferait rien et qu'elle se contenterait de sourire ou de faire une pirouette de rattrapage pour lui faire comprendre qu'il pouvait toujours se brosser pour avoir davantage de sa part. Oh, en soit Renan n'en était pas contrarié, même s'il aurait forcément apprécié d'aller plus loin, il n'en mourait pas. Aussi jolie soit-elle, il y avait des centaines de femmes aussi attirantes qu'elle, peut-être même davantage. Mais il fallait avouer que la perspective d'empiéter sur le terrain de Raphaël offrait aussi un « petit plus » à la jeune femme. Cependant, ce sujet était réglé, Renan avait compris où ils en étaient.

La demoiselle lui indiqua alors qu'elle préférait effectivement le garder en un morceau, en profitant en même temps pour lui rappeler qu'il avait eu le temps de s'améliorer. La bonne blague. Et lui ? Il servait de potiche incapable d'évoluer ? Le jour où Raphaël déciderait de s'en prendre à lui, il comprendrait qu'il était tombé sur un os ! Le trentenaire la dévisagea, son sourire se crispant légèrement.

« Moi aussi, mes pouvoirs ont augmenté. Tu es un peu trop obnubilée par lui je crois. Mais on va garder le côté positif de ta réponse : tu t'inquiètes pour moi. » Ou il préférait imaginer les choses sous cet angle du moins. « Quant au déguisement, je change de peau pour chacune de mes missions. C'est de me faire passer pour un vampire ou les idioties de ce genre qui me dérange. C'est bon pour les gamins. Remarque, vu les habits de Raphaël, j'imagine qu'il ne doit pas comprendre ce point de vue. »

Il était déguisé rien qu'avec ses vêtements, alors bon. Lorsque Siobhan se pencha vers lui pour le regarder d'un air légèrement perturbant – même s'il ne se laissa pas avoir, persuadé qu'elle le provoquait volontairement – Renan la fixa d'un air attentif. Il n'esquissa pas de geste pour se rapprocher lui aussi, préférant continuer dans la veine du « je bouge quand je veux et je m’assoie où je veux ». Ce qu'elle décrivit à propos du Cirque lui passa largement au-dessus de la tête. Il n'avait jamais été sensible à la magie et aux choses de ce genre, donc autant dire que le seul sentiment qu'il avait lorsqu'il était là-bas, c'était un malaise grandissant. L'impression d'être dans une boîte de nuit dédiée aux gothiques en mal de films gores. Non, ce n'était vraiment pas sa tasse de thé.

« Je ne me laisse pas porter. Par quoi que ce soit. »

Un histoire de besoin maladif de tout contrôler, en quelques sortes. Il sourit légèrement lorsqu'elle recula pour reprendre sa place initiale avant de revenir sur un sujet plus important. Lorsqu'elle termina sur la promesse d'une récompense à la hauteur de la tâche, Renan esquissa un nouveau sourire.

« Allons, toi comme moi savons que ta promesse n'est que du vent. Tu devrais éviter de m'aguicher comme ça, je pourrais finir par y croire vraiment et comme tu l'as dit, ce n'est pas certain que Raphaël apprécierait que je m'intéresse de trop près à toi. » Même si lui s'en fichait éperdument. « Enfin, soit. Je te contacte sous peu. Tu as des noms de contacts précis, ou je vais à la pêche aux infos un peu au hasard ? Autant cibler directement les personnes qui peuvent être intéressées par tes talents, surtout que les choses ont un peu bougé depuis ta disparition. »

Sinon, il se débrouillerait seul. À Siobhan de voir si elle avait dit ce qu'elle avait à dire, ou si elle avait encore quelque chose en réserve vu qu'apparemment, ils ne feraient définitivement que parler. Un certain Archidémon devait s'en réjouir.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



 
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan
 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  SuivantRevenir en haut 
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_6Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_8


Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_1Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_2_bisQui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» [UPTOBOX] Ip Man [DVDRiP]
» [Hentaï] Le Grand Jeu
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_6Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan Categorie_8
Sauter vers: