AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

[Légendes] Héros et criminels - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 22 Mar 2012 - 23:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Madame la Maire

ϟ Âge : 50
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 10771
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice

XVIIIè siècle

L'Indépendance de Providence


Jack O'Lantern


     Durant la Guerre d’Indépendance Américaine, de nombreuses rumeurs faisaient état d’un esprit vengeur qui hantait les rues de Providence. Il était nommé Jack O’Lantern. On le décrivait comme une ombre fantomatique portant une lanterne à la lueur blafarde. Pour certain, il s’agissait de l’esprit d’un patriote pendu par les Anglais, sa lanterne luisant du feu de la vengeance et de la liberté. Mais pour d’autres, c’était plutôt un traitre à la Révolution qui fut maudit par ses compagnons et ainsi condamné à errer éternellement sur Terre.

     Bien entendu, d’autres explications étaient encore possible… Mais quoi qu’il en soit, de nombreuses personnes témoignèrent qu’elles avaient vu se déplacer dans le brouillard nocturne une forme fantomatique portant une lanterne. Ces témoignages étaient souvent corroborés au petit matin par la découverte de Tuniques Rouges morts, le visage figé en un masque de terreur.

     Durant les deux derniers siècles, les gens vivant sur la Colline aux Lanternes ont plusieurs fois raconté avoir vu un sombre personnage portant un tricorne et un long manteau, tenant une lanterne lumineuse à la main. Selon eux, cette ombre ne quitterait le quartier que dans les temps de grand danger et uniquement pour affronter le Mal dans le monde.


Joseph Clark


     Né comme le fils d’un serviteur de la Colline aux Lanternes, Joseph Clark aurait vécu sa vie tranquillement dans une petite ferme si la Révolution n’était pas survenue. Le père de Joseph chérissait sa liberté plus que tout et il avait enseigné les mêmes valeurs à son fils. Ainsi, quand le temps vint de se battre, Joseph attrapa son mousquet et rejoignit la plus proche milice coloniale, sans aucune hésitation. C’est ainsi que débuta l’une des plus grandes carrières militaires de l’histoire Américaine.

     Tout comme son père, Clark était un fidèle ami des indiens Lénapes qui vivaient dans les environs de Providence et auprès d’eux, il avait appris dès son plus jeune âge à traquer, à se cacher et à se battre comme un Indien. Fort de ces connaissances, il transforma la milice de Providence – largement composée d’hommes recalés dans l’armée continentale – en une unité de combat capable de l’emporter sur des troupes bien supérieures en nombre.

     Durant les huit années suivantes, la bravoure, l’ingéniosité et l’intégrité de Clark devinrent légendaires et il affronta et battit les Tuniques Rouges à plusieurs reprises, un exploit après l’autre. Les écoliers de Star City apprennent encore aujourd’hui comment il fit fuir une centaine de mercenaires Hessiens en faisant simplement marcher la même douzaine d’hommes dans une procession continue derrière une colline, ne laissant voir à ses ennemis qu’une ligne infinie de baïonnettes. Une ruse similaire poussa un transport de troupes Britannique à se rendre sans tirer le moindre coup de feu, uniquement pour se rendre compte ensuite qu’il avait capitulé devant une poignée d’hommes armée de troncs d’arbres plutôt que de cannons.

     D’abord sceptique devant la milice de Providence sous-entraînée et en sous-effectif, le général Washington assigna petit à petit toujours plus d’hommes sous les ordres de Clark et il finit même par le promouvoir major. Dans le même temps, les guerriers Lénapes se joignirent eux aussi à Clark, sa parole donnée valant davantage à leurs yeux que les offres plus substantielles faites par les Britanniques.

     En 1779, Clark pouvait enfin exploiter le grand nombre d’hommes à sa disposition dans ses troupes afin de mettre en œuvre son incomparable ruse. A l’automne de cette année-là, il exécuta une série de brillantes manœuvres qui forcèrent les Britanniques à rendre Providence une fois pour toute. Clark passa ensuite le reste de la guerre à remplir diverses missions spéciales pour le compte de l’armée continentale à travers les terres du Nouveau Monde, en chassant les Tuniques Rouges comme il l’avait fait dans sa ville natale.

     Après la guerre, Clark retourna vivre dans sa ferme, se maria et éleva huit enfants. Il apparut en publique une seule fois, souhaitant bon voyage à la milice de Providence mobilisée pour la Deuxième Guerre d’Indépendance de 1812. Il mourut dans son sommeil quelques temps plus tard, le 4 juillet, date anniversaire de la nation pour laquelle il avait tant donné.


Minuteman


     Tout comme Patriot, Minuteman apparut en 1776, bien que ce ne fut cependant pas dans la région de Providence, mais dans celle de Boston. Il s’agissait d’un milicien masqué de l’armée coloniale qui était réputé avoir la force de dix hommes. On racontait qu’il fondait toujours dans la bataille au bon moment et qu’il disparaissait tout aussi vite une fois celle-ci remportée.

     Sa véritable identité était celle du capitaine Isaïe Hawthorne de l’armée continentale, un membre de l’état-major du général George Washington. Il avait gagné sa force en empêchant le massacre d’un village indien Lénapes, quelques années plus tôt, lors de la Guerre de la Conquête. Pour le remercier, les sorciers lui firent boire une mixture étrange à base de racines de manaka qui conférait une grande force. Le capitaine était l’un des rares étrangers à y avoir eu droit.

     Il disparut finalement à la fin de la guerre, sa double vie lui ayant causé quelques ennuis dans sa carrière militaire. En effet, ses nombreuses disparitions répétées lui valurent presque de passer en cours martiale. Il avait néanmoins sauvé l’armée de Washington à de multiples reprises et c’était le plus important pour lui.


Patriot


     Patriot était un mystérieux jeune homme qui combattit lors de la Guerre d’Indépendance. Il fit son apparition en 1776 et il affronta entre autre les espions Tories et les soldats Britanniques. D’après les histoires et les gravures qui subsistent, il était vêtu d’un costume particulier qui ressemblait fortement à l’uniforme des soldats coloniaux de l’époque. Il portait aussi un tricorne noir, un long manteau bleu et un masque qui dissimulait son visage et donc son identité, celle de Simon Stokes, jeune employé du port de Providence.

     De par ses actions, Patriot devint rapidement le point de ralliement des forces de l’armée continentale et les histoires de ses exploits se répandirent comme une trainée de poudre à travers les troupes Américaines. Il joua un grand rôle dans la guerre, informant le major Clark de l’armée de Providence des mouvements des troupes anglaises et de toutes les informations susceptibles de servir aux coloniaux.

     Malheureusement, Simon ne vit jamais se concrétiser ses rêves de liberté et d’indépendance. Alors qu’il chevauchait à la rencontre de ses contacts habituels en portant des informations sur les troupes ennemies, il fut pris en embuscade par des mercenaires Hessiens et fut gravement blessé. Laissé pour mort, il passa ses derniers instants à prier. Il donna ainsi corps à l’Esprit de Liberté et il put enfin trouver la paix en sachant que son combat n’avait pas été vain.

Revenir en haut Aller en bas



[Légendes] Héros et criminels - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [Légendes] Héros et criminels - Partie 4
» [Légendes] Héros et criminels - Partie 2
» [Légendes] Héros et criminels - Partie 6
» [Légendes] Héros et criminels - Partie 5
» [Légendes] Héros et criminels - Partie 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Encyclopédie :: Encyclopédie-