AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

My Dinner with Andrew Cadre_cat_1My Dinner with Andrew Cadre_cat_2bisMy Dinner with Andrew Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

My Dinner with Andrew

 
Message posté : Dim 19 Juil - 12:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


***

20 juillet 2015

— Tu devrais changer les couleurs.

Andrew était occupé à séparer consciencieusement, dans son assiette, les dés de carottes des pousses de soja et les pousses de soja des lentilles à la provençale.

— Enfin pas toi, personnellement, je veux dire, mais le musée. C’est un peu, je sais pas…

Il repoussa le prospectus de la prochaine exposition du musée historique vers Adrian.

— Sombres. Déprimant, voilà. C’est un peu déprimant, comme choix de couleur.

Enfin, l’assiette était prête — sans viande, bien entendu. Andrew avait trainé son lointain cousin dans un restaurant végétarien des quartiers jeunes de Star City, où l’on vantait les mérites du yoga, de l’agriculture biologique et du retour à la terre.

— J’dis ça, après, l’équipe de com de ton musée, je suppose que c’est sdes pros et tout. Une simple remarque de public.

Andrew, enfin, commença à manger. Entre le soin qu’il prenait à préparer son assiette — un soin, il était difficile de ne pas le remarquer, un peu névrotique — et le flot de ses paroles, on pouvait croire parfois qu’il ne se déciderait jamais. Il était heureux, cependant, de retrouver Adrian. Pendant les vacances qu’il avait passées au Kenya, il avait écrit souvent à ce parent lointain retrouvé par hasard à Star City et dans leur échange épistolaire régulier, leur relation, lui semblait-il, s’était affermie et avait dépassé le simple cadre de la surveillance qu’Adrian était censé exercer sur Andrew, ou d’ailleurs des conseils qu’il pouvait lui donner sur ses pouvoirs naissants.

Oui, Andrew était d’excellente humeur. Les retrouvailles avec Christopher, bien sûr, n’y étaient pas étrangères. Il se montrait donc volontiers volubile.

— Mais tu vois, les musées, y a toujours deux erreurs qu’ils font, un peu opposées. D’un côté, y a ceux qui font trop sérieux, qui veulent avoir de la majesté et tout, et qui rebutent les gens parce qu’on se sent pas assez dignes ou intelligents pour y rentrer, et de l’autre, y a ceux qui essaient de tout rendre ludique et fun. Mais ça, c’est comme les profs qui font trop de blagues : les élèves, ils trouvent ça gênant plus qu’autre chose. C’t’une question de juste milieu. Bref, j’dis pas qu’il vous faut un dessin de clown pour votre expo, mais quelque chose d’un peu moins glauque, peut-être…

Il avait bien conscience cependant que l’archéologue qu’était Adrian n’avait sans doute pas une influence très considérable sur les décisions du bureau de communication. D’ailleurs, il haussa les épaules pour repousser le problème avec insouciance et, après avoir vidé un peu son verre de jus de goyave équitable, il dit :

— Et donc, sinon, Rebekha, ça se passe comment ? Parce que, je me disais…

Andrew se pencha en avant, du tofu plein la fourchette, et prit un air conspirateur :

— Un joli costume-cravate, un petit dîner aux chandelles, quelques compliments, un sourire charmeur, et l’affaire est dans le sac !

En vérité, Andrew ne savait pas trop comment on draguait quand on avait plus de vingt-cinq ans. Il y avait sans doute un sérieux d’adulte, tout un protocole, des attentes fort différentes de celles des demoiselles qu’il séduisait avec des airs enjôleurs et un petit air de guitare.

— Peut-être tu devrais pas te raser tous les jours. La barbe de trois jours, ça donne un côté viril et Indiana Jones, un peu, tu vois. Les filles, elles adorent ça. ‘Fin les femmes.

Tout en parlant, c’était un exploit, Andrew avait réussi à engloutir son assiette.

— Si tu joues d’la musique, ça aide aussi. ‘Fin, ça dépend, le banjo ou l’harmonica, c’est pas forcément super sexy de prime abord, mais bon…

Le piano, c’était ce qu’il fallait à Adrian : c’était élégant et posé, comme lui.

— S’tu veux, j’peux lui parler, à Rebekha. Je tâte le terrain. C’t’une amie à ma mère, et puis elle m’a aidé pas mal, aussi, dans l’passé. On discute et tout, je glisse ton nom dans la conversation, quelques compliments, et paf ! Tu lui téléphones le lendemain et c’est parti.

Comme quoi, c’était simple. Andrew, en tout cas, paraissait résolu à trouver l’amour pour un Adrian qu’il jugeait trop solitaire — ce qui, selon les critères d’un jeune homme dont le carnet de bal avait été très, très, très chargé, n’était sans doute pas très étonnant.

— En plus, si elle a déjà vécu au manoir, franchement, vous avez fait le pire. J’veux dire, elle a vu tous les mauvais côté, je sais pas, la lunette des toilettes relevée, ce genre de trucs. Il reste plus que la partie cool. Comme quoi, c’est pas mal de faire les choses à l’affaire.

Bref, il insistait, mais si Adrian était resté chaste et sage avec une jolie femme qui avait vécu sous son toit, poussée par la détresse, c’était qu’il avait sérieusement besoin de conseils pour avancer ses pions.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 20 Juil - 16:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian avait réellement été surpris lorsqu'il avait reçu les premières lettres d'Andrew. Même s'il avait remarqué que l'adolescent s'était montré plus amical et plus proche de lui que lors de leurs premières discussions, il ne s'attendait pas à ce qu'un jeune homme de son âge veuille perdre du temps à écrire des lettres – et non des SMS ou des courriels – à un vieux cousin éloigné. Enfin prétendu cousin éloigné. Quoi qu'il en soit, cette surprise avait été très agréable et Adrian s'était volontiers prêté au jeu de l'échange épistolaire, tout comme il avait été ravi de pouvoir lui parler un peu de son quotidien. Ce n'était pas dans ses habitudes de parler de lui, cependant leur échange était basé sur quelque chose de réciproque et il se voyait mal garder ses secrets, souvent uniquement lié à un désir d'anonymat et de solitude, tandis que l'adolescent se montrait de plus en plus ouvert. C'était donc assez logiquement qu'il avait accepté les sorties en compagnie d'Andrew dont celle qui nous amenait ici aujourd'hui !

Les yeux du mage étaient posés sur le prospectus si durement jugé. Lui-même n'avait jamais vraiment porté attention aux couleurs et à dire vrai, il ne voyait pas ce qu'il y avait de déprimant là-dedans. Cependant, vu les couleurs présentes sur les murs du manoir, il était aisé de comprendre que l'art n'était pas le point fort du vieil homme. Il opta pour une moue de réflexion avant de lever les yeux vers Andrew.

« Je ne suis qu'un bénévole tu sais, ce n'est pas mon musée. Mais je comprends, oui, il y a effectivement du monde qui s'occupe de ça. Après, je ne sais pas si c'est des pros. »

Il ne les avait jamais rencontrés en personne après tout : Adrian n'était rien de plus qu'un simple bénévole qui offrait ses services au musée, sans rien demander en retour. Cependant, l'idée de proposer à Andrew de se mêler à toute cette affaire lui traversa l'esprit : il était jeune et cultivé, Adrian était convaincu qu'il serait capable d'allier les deux mondes et d'en faire quelque chose d'intéressant. Mais encore fallait-il qu'il soit intéressé, bien évidemment. Malheureusement, le vieux mage n'eut pas l'occasion d'émettre l'idée qui lui trottait dans la tête puisque l'adolescent glissa vers un sujet beaucoup plus... inattendu ? C'était le terme ! Adrian fronça légèrement les sourcils en se demandant ce que l'agent Lawson venait faire dans leur discussion. Ce n'est que lorsqu'il parla d'un dîner aux chandelles et « d'une affaire » dans le sac que l'américain comprit qu'Andrew se faisait de fausses idées sur sa relation avec la jeune femme.

Le problème ? Lorsqu'il était lancé, l'adolescent semblait enchaîner les idées puisqu'il parvint à faire de multiples propositions et conseils à l'attention d'un archéologue un peu – beaucoup – largué en se demandant comme Andrew pouvait avoir déduit qu'il cherchait à séduire Rebekha. Il avait l'âge d'être son grand-père, voire son arrière-grand-père et qui plus est, ils se connaissaient depuis bien trop longtemps pour qu'il puisse la voir autrement que comme une très proche amie. Puis, de toute manière, elle méritait largement mieux qu'un vieil asocial pour partager sa vie. Finalement, après avoir picoré dans son assiette, difficile de se concentrer là-dessus et de suivre le flot de paroles d'Andrew en même temps, Adrian parvint à trouver l'occasion idéale pour faire savoir au descendant de son frère, qu'il avait mal compris certains points relativement importants.

« Il y a un léger problème dans ton raisonnement Andrew, c'est que l'agent Lawson et moi sommes juste amis. Elle est venue vivre au manoir parce qu'un mage psychotique cherchait à l'ajouter à son tableau de chasse et non parce que je voulais lui faire des avances. Et, de toute manière, elle avait sa propre salle d'eau. » Et chambre, mais il était inutile de le préciser. « Quant à ton idée de lui parler : que ça ne te traverse plus jamais l'esprit. Je n'ai pas besoin que quelqu'un intervienne en ma faveur parce que je n'ai pas l'intention de l’appeler pour autre chose que pour prendre de ses nouvelles. » Ce qui était arrivé assez souvent depuis l'incident du mage. « J'apprécie tes conseils, mais je n'en ai pas besoin. Je ne cherche pas à me caser, j'ai trop de travail pour ça. Et puis, l'agent Lawson aussi. Sans compter qu'elle mérite vraiment ce qu'il y a de meilleur. »

Ce qu'elle ne trouverait donc pas chez lui. Qu'il nourrisse un complexe d'infériorité ou tout simplement qu'il soit conscient de ce qu'il était réellement, peu importait : l'essentiel était qu'il soit conscient qu'il n'était pas fait pour la jeune femme. De toute manière, cette pensée ne lui avait jamais effleuré l'esprit.... ou presque. Peu désireux de bavarder à ce propos – autant parce qu'il ne voulait pas songer à cette hypothèse que pour éviter de voir Andrew de s'en mêler – il reprit la discussion sur un autre sujet qui, il l'espérait, allait accaparer l'attention du jeune homme.

« Tu sais, pour le prospectus, tu pourrais toujours voir pour leur proposer quelque chose. Tu serais payé en retour, bien évidemment ! Et puis beaucoup de monde pourrait le voir, en plus ça changerait de ce qu'on voit d'habitude pour le musée. À toi de voir. » Il haussa les épaules. « Enfin, ces vacances ont l'air de t'avoir fait du bien, c'est une bonne chose de retourner aux sources de temps en temps. »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 22 Juil - 16:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une moue des plus dubitatives accueillit les dénégations d’Adrian auxquelles, bien entendu, personne ne croyait. En dragueur devant l’éternel, en séducteur persuadé que l’intimité des corps et l’intimité des âmes étaient deux douceurs sans lesquelles l’existence n’était qu’un ennui douloureux, Andrew n’entendait pas lâcher l’affaire de sitôt. Toutefois, il comprenait sans mal qu’une approche plus subtile était nécessaire et, déjà, tout en faisant mine de s’éloigner, comme Adrian le désirait, d’un sujet de conversation prétendument peu fertile, l’adolescent réfléchissait à tous les moyens propices à rapprocher Adrian de Rebekha et à tirer ces deux célibataires d’une solitude néfaste.

La bonne humeur du jeune homme devint encore plus radiante quand Adrian lui fit miroiter un emploi, même très temporaire.

— Ce s’rait trop cool !

Contrairement aux artistes trop éthérés qui n’entendaient vivre que d’amour et d’eau fraîche et qui refusaient fermement de prostituer leur art aux institutions et aux puissances de l’argent, Andrew avait pleinement conscience de la nécessité de ressources pour vivre et de la possibilité de distinguer une pratique artistique personnelle de ressources et de compétences techniques qui pouvaient être employées à bon escient dans d’autres domaines. Il avait des limites, bien sûr, mais il n’aurait pas hésité à réaliser un film promotionnel pour une institution publique voire un parti politique. Alors concevoir un prospectus de musée ne le choquait pas.

— Ça m’intéresse carrément. J’vais faire quelques propositions et si tu peux les relayer, ce serait chouette.

Ce n’était pas des paroles en l’air et, en la matière, Andrew était consciencieux. Au fil de leur correspondance d’ailleurs, Adrian avait pu remarquer déjà que son lointain neveu n’était nullement immature et que s’il lui arrivait de faire preuve de beaucoup de naïveté et de beaucoup d’idéalisme, si ses incertitudes ou ses convictions reflétaient souvent celles d’un garçon de son âge, il était, à bien d’autres égards, plus mûr, plus posé et plus méthodique.

— En tout cas, ouais, c’était cool de retourner au Kenya, même si c’est bien de revenir. Puis franchement, j’commence à m’faire à la vie d’ici. En plus j’ai un copain, maintenant. Il a à peu près mon âge.

C’était curieusement le premier détail qu’Andrew tint à souligner.

— Il est sérieux, réglo et tout, pour une fois.

Le « pour une fois » faisait allusion à ses précédentes relations, féminines ou masculines, qui, pour la plupart, avaient eu une influence tout à fait déplorable sur le jeune Pennington. Cela, cependant, il ne l’avait pas encore avoué à Adrian.

— Il veut faire des études scientifiques, il est vachement intelligent, puis grand, et beau, et musclé, et il est tout doux, j’veux dire, tout gentil tu sais, super patient avec moi, et…

Alors qu’il poursuivait l’éloge de Christopher qui était apparement, à ses yeux, le parangon de toutes les qualités humaines, le débit d’Andrew s’était peu à peu ralenti — oui, c’est possible — et ses sourcils peu à peu froncés. Il finit par s’arrêter pour de bon de parler et il parut scruter quelque chose dans le vide. C’était en réalité des sons qu’il essayait d’isoler des autres, des sons qui venaient de lui et que son ouïe exceptionnelle venait de capter par-dessus la rumeur du restaurant.

Il avait essayé de perfectionner ce pouvoir découvert avec Adrian mais il était récent, encore, et capricieux. Il lui arrivait cependant de mieux le contrôler, désormais, et il était capable, en tout cas, de le manier quand celui-ci se réveillait. Une voix d’homme montait à ses oreilles, une voix paniquée qui parlait, précipitée, une langue qu’il ne connaissait pas. Il aurait juré à son ton qu’il s’agissait de supplications. Andrew ferma les yeux. Il tentait de la repérer, de la situer, dans les immeubles aux nombreux étages qui les entouraient. Brusquement, l’adolescent sursauta : il avait entendu un coup de feu, mais un coup de feu tiré avec un silencieux. L’homme s’était tu.

Et puis le brouhaha du restaurant reprit le dessus. Andrew rouvrit les yeux, assez pâle. À voix très basse, penché au-dessus de la table, il souffla à Adrian :

— J’crois qu’j’viens d’entendre un meurtre.

Et, toujours sur le ton de la confidence, il lui raconta en peu de mots ce qu’il avait entendu. Il tenta de répéter approximativement quelques mots de cette langue entendue, qu’il ignorait être du russe et qui disaient « pitié, je vous dis que je ne sais pas où c’est », mais il ne savait pas si Adrian la parlait et puis, elle n’était peut-être pas, dans sa bouche, très reconnaissable. Une fois son récit terminé, il passa à l’interprétation.

— C’était… Dans ce pâté d’maison. Presque sûr. J’me suis entrainé à estimer les distances. Plus en hauteur que là, peut-être deuxième ou troisième étage. J’arrive plus à rentendre.

Andrew ne mangeait plus.

— C’est, qu’est-ce…

Il fixa Adrian avec beaucoup d’espoir.

— Qu’est-ce qu’on doit faire ?

Il avait joué au super-héros, parfois, mais il était toujours intervenu au plein milieu de l’action et mener l’enquête, comme cela, il n’avait aucune idée de comment on le faisait.


 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 22 Juil - 22:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Même si Andrew avait semblé sceptique face aux paroles d'Adrian, il n'insista pas sur ce sujet-là et le vieil homme fut soulagé qu'ils changent de sujet aussi facilement. Le jeune homme était donc enthousiaste à l'idée de travailler, même brièvement, pour le musée ? Une excellente chose, il avait craint pendant un instant qu'Andrew trouve l'idée trop « ringarde » et qu'il refuse par crainte de passer pour un raté aux yeux de ses amis. Fort heureusement, le jeune kényan semblait au-dessus de ces considérations et Adrian songea que c'était peut-être pour cette raison que le courant passait relativement bien entre eux. Avec Aishlinn comme avec Ginger – et même Abban – les choses semblaient un peu plus compliquées et Adrian mettait cela sur le compte de leur – grande – différence d'âge.

Ce fut d'ailleurs avec une certaine surprise qu'il entendit Andrew se confier sur sa vie sentimentale. Disons qu'Adrian n'avait pas spécialement la tête du gars à qui vous aviez envie de raconter vos sentiments – et encore moins de détailler ce que vous faisiez avec votre tendre moitié. Certes, Aishlinn lui avait vaguement parlé de ses relations ponctuelles, mais Adrian s'en serait bien passé ! Cela dit, du côté d'Andrew les choses semblaient un peu plus sérieuses, même si le « à peu près mon âge » et le « pour une fois » n'étaient pas spécialement rassurants. Qu'il s'agisse d'un homme était totalement sans importance : même en étant né à une époque pratiquement homophobe, l'Archimage s'était vite adapté à cette nouveauté, mais que les compagnons du jeune homme puissent lui attirer des ennuis était très différent. Enfin, c'était ainsi qu'il l’interprétait.

Mais il n'eut guère l'occasion de le questionner à ce sujet étant donné qu'Andrew commença à diminuer le débit de ses paroles et que cela étonna assez Adrian pour qu'il lève le nez de son assiette. Le jeune homme avait les sourcils froncés et semblait fixer un point dans le vide. Machinalement, le mage se retourna, mais ne vit rien de plus qu'un mur vierge de toute décoration. Son attention se reporta sur l'adolescent et il s'aperçut qu'il avait fermé les yeux.

« Andrew ? Tout va bien ? »

Il hésita à le toucher, mais se ravisa en songeant que le jeune homme était peut-être en train de se découvrir un nouveau pouvoir caché. Quelques instants plus tard, il constata qu'il avait bien fait puisque l’adolescent ouvrit à nouveau les paupières, pâles et lui expliquant ce qui venait de se passer. À l'annonce d'un meurtre, le vieil homme fronça les sourcils en le dévisageant d'un air intrigué, ne comprenant pas tout ce qui venait de se passer. Après le bref résumé, ce fut au tour d'Adrian de se sentir soucieux. Il avait bien compris quelques mots prononcés par Andrew – et raison de l'artefact qui lui permettait de comprendre toutes les langues – mais les erreurs de syntaxe rendirent certains mots incompréhensibles pour lui.

« Normalement, on devrait appeler la police, mais il faudrait expliquer ce qui s'est passé et honnêtement, je ne suis pas certain qu'ils fassent quelque chose. » Il secoua la tête. « Je n'ai pas compris tout ce que vous avez dit, mais en gros, la personne semblait supplier en disant qu'il ou elle ne sait pas où se trouve quelque chose. » Il tourna la tête vers la fenêtre la plus proche. « Le mieux, c'est de sortir et d'inspecter le pâté de maison. On devrait pouvoir relever quelque chose de suspect, le tueur sortira bientôt du bâtiment. »

Il se redressa, tirant son porte-feuille de sa poche pour en sortir quelques billets, plus que le prix de leur repas, puis les posa sur la table au moment où la serveuse s'approcha d'eux. Elle les regarda d'un air un peu étonné, insistant sur Andrew qui avait apparemment retenu son attention. Adrian l'informa qu'ils avaient une urgence, mais que le repas était excellent, puis ils quittèrent le bâtiment et le vieil homme laisse la jeune homme les guider comme il pouvait. Ils se dirigèrent vers une zone précise du quartier et alors qu'ils approchaient d'un bâtiment où une fenêtre était éclairée au deuxième étage, celle-ci s’éteignit brusquement. Adrian toucha le bras de son compagnon du soir avant de lui désigner l'endroit, puis après quelques instants, deux hommes débouchèrent dans la rue avec une sorte de gros tapis chargé sur l'épaule. Ils le placèrent dans le coffre avant de chuchoter entre eux.

« Tu entends ce qu'ils disent ? »

Pas s'il parlait, c'est évident, mais bon ! Après quelques échanges, les deux hommes se séparèrent finalement, l'un d'entre eux grimpa dans la voiture tandis que l'autre retourna vers l'immeuble avant d'y pénétrer, certainement pour regagner l'étage qu'ils venaient de voir s'éteindre. Une piste ou un simple hasard ? Adrian interrogea Andrew du regard.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 23 Juil - 11:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La police. C’était une question à laquelle Andrew n’avait jamais réfléchi. Comment les supers de la ville trouvaient-ils leur place auprès des forces de l’ordre ? Ou bien était-ce au contraire ces dernières qui devaient essayer de se réserver une part de gâteau, dans une ville où les bonnes intentions aux résultats parfois catastrophiques se multipliaient ? Qu’est-ce qui constituait une preuve ? Son témoignage aurait-il été recevable dans une cour de justice ? Il y avait là toute sorte de problèmes éthiques et politiques qui lui étaient étrangers.

Il repoussa ces questions abstraites qui étaient une sorte de refuge pour ne pas songer à l’urgence de la situation et se concentra sur le plan préconisé par Adrian. La promptitude avec laquelle le mage décida d’agir étonna Andrew. Même s’il savait que son lointain parent collaborait avec la Légion, comme il le lui avait dit, il l’imaginait plutôt chercheur qu’homme de terrain, analyste qu’agent tout risque. Pourtant, quelques secondes plus tard à peine, le repas payé, la serveuse ignorée (pour une fois !), Andrew et Adrian se dirigeaient, avec un peu d’hésitation de la part du Kenyan, le long des immeubles du pâté de maisons.

Ils s’arrêtèrent un peu avant un immeuble qui parut suspect à Adrian, pour éviter de se faire repérer. Quand les deux hommes descendirent, Andrew, qui fit mine d’être absorbé par le contenu d’une vitrine, tendit l’oreille. Il s’efforça de concentrer un pouvoir qu’il maîtrisait mal mais, hélas, son succès fut mitigé : s’il entendit bien les deux hommes parler, il ne comprit aucun des mots ou presque.

Quand Adrian l’interrogea, il souffla :

— La même langue que tout à l’heure.

Il y avait quand même un mot qui avait émergé.

— Ils ont dit Colmon Street, à un moment. Ça te dit quelque chose ?

Lui n’était pas encore familier de la géographie de Star City et, à vrai dire, il lui aurait fallu une connaissance approfondie de la ville pour connaître cette rue résidentielle du District Ouest, qui ne se signalait par aucun commerce ni aucune institution particulière. Il était clair en tout cas que les deux hommes charriaient un cadavre et Andrew mémorisa la plaque d’immatriculation et le modèle de la voiture.

Il hésita à se lancer à sa poursuite. Il ne pouvait pas vraiment battre à la course une voiture sur une longue ligne droite mais dans le trafic urbain, ce n’eût pas été un problème. Adrian, cependant, avait d’autres plans et Andrew se rangeait sans hésiter à l’expertise de son aîné. Ils considèrent le bâtiment une nouvelle fois, après avoir suivi d’un regard discret l’homme qui venait d’y disparaître encore et, d’un commun et silencieux accord, ils s’engagèrent à sa suite.

Les lieux, il fallait bien le reconnaître, n’avaient rien d’exceptionnel. C’était un immeuble d’habitations comme bien d’autres. Les boites aux lettres, à l’entrée, n’étaient pas de première fraîcheur, les escaliers auraient pu être plus propres mais on ne pouvait pas dire que l’endroit respirait la criminalité. Andrew, cependant, attira d’un geste l’attention d’Adrian sur l’un des noms de la boite aux lettres : Arkadi K. Ivanov. Il détonnait parmi les noms aux connaissances anglaises que portaient les autres boites et Andrew supposa que c’était celui qui les intéressait.

Prudemment, ils gravirent les escaliers. Rien ne vint interrompre leur ascension et ils arrivèrent, au deuxième étage, devant la porte fermée d’Ivanov. Andrew se concentra sur les bruits qui venaient de l’intérieur de l’appartement.

— On dirait qu’on déplace des meubles. Qu’on fouille ou qu’on range.

Il allait demander à Adrian s’il fallait entrer et surprendre un possible meurtrier en plein cambriolage — en espérant que Mr. Ivanov n’était pas tout simplement en plein ménage d’été — mais il n’en eut pas le temps : une explosion retentit à l’intérieur de l’appartement. Par pur réflexe, Andrew se retourna vers Adrian, le plaqua contre le mur et se serra contre lui, pour faire rempart de son corps. Ce ne fut pas inutile : la porte d’entrée d’Ivanov, arrachée de ses gonds par le souffle de l’explosion, heurta le dos du Kenyan, rebondit comme si elle avait frappé de l’acier renforcé et s’écrasa dans la cage d’escaliers, laissant Andrew sans égratignure.

La chaleur monta aussi jusqu’à eux mais le centre de l’explosion, quelque part à l’intérieur de l’appartement, était trop lointain et l’explosif trop faible pour les plonger dans une véritable fournaise. En revanche, un incendie s’était déclaré et la fumée noire qui emplissait l’appartement commençait déjà à se répandre dans le couloir.

Il fallait agir vite. Andrew avait déjà son téléphone à la main et il avait composé le numéro des pompiers, beaucoup trop vite pour que la machine eût le temps de suivre. Un détecteur de fumée faisait résonner sa faible alarme dans l’appartement d’Ivanov. Andrew s’était élancé dans les escaliers, très, très, très vite, pour sonner à toutes les portes et prévenir les voisins, tout en donnant l’adresse de l’immeuble aux pompiers.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 23 Juil - 15:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
« C'est simplement une rue du District Ouest si je ne m'abuse. »

Après plus de trente ans à vivre dans cette ville sans sortir de son manoir, Adrian avait eu le temps d'apprendre la géographie de la ville ! Cependant, il ne voyait pas ce que des criminels pourraient faire là-bas, il n'y avait que des habitations et aucun commerce. Peut-être qu'ils se cachaient dans une maison, justement ? Peu importait, pour le moment ils n'avaient pas le temps de songer à cela : ils devaient se concentrer sur la personne restée sur place. Qu'allait-elle faire ? Ils le sauraient très bientôt puisque le duo pénétra dans l'immeuble pour repérer un nom qui semblait être celui recherché. Sonorité russe, mais prénom masculin ou féminin ? Adrian avait fréquenté des natifs de l'URSS dans sa jeunesse, mais il n'avait jamais été spécialement doué pour ce qui était des prénoms typiquement slaves. C'était sans importance, tout ce qu'ils devaient retenir, c'est que cette personne avait dû être victime d'un meurtre perpétré par ses homologues et qu'ils devaient régler cette affaire.

Ils arrivèrent rapidement à l'étage en question et Adrian n'entendit rien provenir de l'intérieur de l'appartement, cependant Andrew s'en sortait bien mieux. Quelqu'un fouillait les pièces ? Peut-être pour chercher quelque chose, ou alors l'individu cherchait à semer la pagaille pour éviter que les policiers ne puissent savoir ce qui avait été dérobé ? Sans propriétaire pour témoigner, personne ne saurait ce qui manquait, surtout qu'il n'y avait qu'un seul nom sur la boîte aux lettres : personne d'autre ne pourrait les aider.

Mais avant qu'il ne puisse suggérer quelque chose, un bruit étrange se fit entendre à l'intérieur de l'appartement et Adrian se retrouva plaqué au mur avec un Andrew-bouclier face à lui. Ce n'était pas dans ses habitudes et se faire protéger par une personne plus jeune que lui – quasiment tous les habitants de cette ville, donc – mais disons qu'il n'avait pas vraiment eu l'occasion de protester. Tout s'enchaîna très rapidement ensuite : après que la porte n'ait percuté le dos d'Andrew sans causer le moindre dommage – ce qui était assez impressionnant en soit – le jeune homme s'empressa de courir dans les escaliers pour prévenir les autres personnes du danger imminent. Adrian de son côté ne perdit pas de temps non plus et se dirigea vers l'endroit où se trouvait la porte quelques instants plus tôt. Il n'y avait qu'une épaisse fumée à l'intérieur de la zone et l'Archimage sentit ses yeux le piquer légèrement, ce qui ne l'empêcha guère de pénétrer à l'intérieur. Il utilisa un sortilège de « bulle d'air » afin de s'offrir un peu d'air respirable – ce serait ennuyant qu'Andrew doive encore lui sauver la vie alors qu'il venait déjà de le faire. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour faire le tour de l'appartement et constater que la bombe avait explosée au milieu du salon. Il n'y avait pas la moindre trace de corps, même si quelques taches de sang maculaient le bout d'un tapis presque entièrement carbonisé. Les vitres des fenêtres avaient littéralement explosées, mais l'un des battants était ouvert à celle du salon, indiquant certainement que quelqu'un s'était enfui par là. Le centenaire s'en approcha et se pencha à l'extérieur pour constater que la fenêtre donnait sur les escaliers de secours. En silence, il se demanda ce qui s'était passé lorsqu'un bruit métallique lui indiqua que quelqu'un était en train de descendre la structure de secours.

Eldoth se retourna pour constater qu'Andrew était de retour dans l'appartement et il le renseigna donc à propos de ce qu'il venait de découvrir.

« Pas de traces de corps, mais quelqu'un est en train de descendre les escaliers de secours, certainement l'homme qui est à nouveau entré avant. On le suit à distance et on voit ce qu'il fait. »

En temps normal, Adrian aurait préféré se débrouiller seul pour éviter de risquer la vie du jeune homme, mais il apparaissait évident que d'eux deux, Andrew était celui qui était le moins en danger en cas de lutte. L'Archimage quant à lui n'avait pas la moindre compétence martiale et même s'il restait assez en forme pour son âge – sans blague – il n'avait pas de capacités au-dessus de la norme. Mais peu importait, ils avaient des criminels à coincer, aussi Adrian passa-t-il par la fenêtre en évitant de se couper avec les débris de verre, puis descendit les marches en essayant de rester aussi silencieux que possible. Visiblement, leur cible était trop pressée pour lever les yeux ou alors se moquait-elle d'être poursuivit puisque l'homme se retrouva dans la ruelle adjacente à celle avec la route et se dirigea vers un parking situé plus loin. Il fallut quelques instants de plus pour que le mage atteigne la terre ferme et lorsqu'ils se dirigèrent vers la même zone que le terroriste, ce fut pour le voir grimper à bord d'une voiture et mettre le contact. Mais il ne démarra pas immédiatement : l'homme préféra composer un numéro sur son téléphone et le porter à son oreille.

« Il essaye certainement d'appeler l'autre homme. On devrait rejoindre la fameuse ruelle, dans le District Ouest, soit ils se réunissent là-bas, soit ils préparent un autre coup. » Son regard se glissa vers Andrew. « Ou alors on prévient les Légionnaires et on en reste là. Sauf si tu te sens de jouer ce rôle. »

Après tout, des deux Pennington c'était lui qui était censé être le seul héros à ce moment précis !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 23 Juil - 16:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il n’avait pas fallu longtemps à Andrew pour sonner à toutes les portes et, comme la fumée de l’appartement d’Ivanov se propageait déjà dans les parties commues, quand les habitants ouvrirent pour constater que leur perron était vide, ils ne crurent pas à une plaisanterie d’enfants. L’évacuation était un peu désordonnée mais le début d’incendie, heureusement, n’était pas vivace : l’essentiel était de ne pas se faire prendre par la fumée toxique et les pompiers, appelés par Andrew, ne tarderaient d’ailleurs pas à arriver.

L’adolescent refit son apparition dans un courant d’air soulevé par sa course, juste à côté d’Adrian. Il dut contenir une quinte de toux mais il tira son blouson par-dessus sa bouche et son nez, pour lutter comme il le pouvait contre la fumée. Sa résistance aux coups et aux chocs n’avait rien d’une invulnérabilité et il était aussi en danger qu’un autre au milieu d’un incendie. Mais Adrian avait déjà repéré le chemin emprunté par leur mystérieux malfaiteur et ils s’engagèrent sur ses talons. Andrew dut refréner son impétuosité pour garder le rythme de son mentor du jour.

Finalement, ils observèrent l’homme de loin. Selon toutes probabilités, Andrew n’eût éprouvé aucune difficulté à le rattraper et à le circonvenir et, sans Adrian, c’était ce qu’il aurait fait sans doute. Heureusement, le mage était là pour le modérer, car il y avait tout à parier que s’ils avaient capturé le criminel, ils n’en auraient rien tiré. Gagner la maison où il se rendait probablement à son tour était beaucoup plus productif et quand Adrian fit cette proposition, Andrew hocha presque aussitôt la tête.

— Le temps que la Légion arrive, qu’ils se mettent au parfum, il pourrait se passer Dieu sait quoi encore.

Un meurtre et une explosion, même modeste, en plein centre-ville, c’était déjà beaucoup trop dangereux pour les civils.

— Il faut qu’on intervienne. Tu euh… Tu te déplaces comment ?

C’était une question un peu étrange, sans doute, mais Andrew espérait que la magie d’Adrian lui permettait de faire autre chose que d’appeler un taxi parce que, pour sa part, il comptait bien se rendre à Colmon Street en courant. Une fois que ce détail pratique fût réglée, ils convinrent de se retrouver à l’entrée de la rue et Andrew partit à toute vitesse, à peine discernable.

En pleine ville, en courant, il allait bien plus vite qu’une voiture et, s’il n’avait pas l’avantage de la ligne droite, comme les héros volants, il n’en était pas moins en avance, à Colmon Street. Il dut faire preuve d’une grande maîtrise de soi pour ne pas se lancer à la recherche des criminels sans attendre Adrian. À la place, après de profondes inspirations, il se mit à tourner et retourner les récents événements dans son esprit, pour en tirer quelque chose — mais il avait trop peu d’informations. Selon les apparences, Ivanov avait été assassiné pour quelque chose que ses tueurs cherchaient. Il devait être conscient de sa vulnérabilité, parce qu’il y avait tout lieu de croire que la bombe qui avait explosé dans son appartement avait été placée pour lui, pour surprendre d’éventuels indiscrets. Ou bien était-ce les tueurs qui avaient cherché à détruire les preuves ? Ce n’était pas non plus improbable.

Andrew soupira. Il se sentait inutile. Lui qui aurait disserté pendant des heures sur un tableau ou une pièce de musique avait l’impression de se retrouver stupide et limité devant cette affaire complexe du monde réel. Il ne pouvait s’empêcher de songer à la biographie détaillée et aux articles consacrés au jeune Roberts, qu’il avait lus quand Christopher lui avait avoué avoir entretenu une relation avec le fils du Commander. Si c’était le standard de la Légion, alors il était loin de pouvoir prétendre à l’intégrer. Thunder, sans aucun doute, aurait déjà démêlé une bonne partie de l’affaire.

L’adolescent se débattait donc avec sa frustration, un peu de jalousie, beaucoup de doutes et une bonne dose d’impatience quand Adrian fit son apparition. La rue n’offrait au regard qu’un alignement de petits pavillons résidentiels, tous identiques, construits durant les deux dernières décennies probablement, avec leurs petits jardins de devant, leurs portes peintes, leur quiétude sans histoire. Plus loin, dans d’autres rues, il y avait des commerces mais sur Colmon Street, c’était le calme complet. Les allées de garage étaient vides pour l’essentiel : c’était le début de l’après-midi et les gens travaillaient.

Adrian et Andrew tournèrent au coin de la rue, dans la rue voisine, pour ne pas attirer la suspicion, et ils attendirent que la voiture repérée sur le parking, près du lieu de l’explosion, fît son apparition. Ils la laissèrent passer et la suivirent du regard. Le véhicule s’engagea dans l’allée d’une maison, au milieu de la rue, s’arrêta devant le garage, qui renfermait peut-être la première voiture où on avait embarqué le tapis. L’homme en sortit et il rentra dans la maison.

Il ne restait plus aux deux héros qu’à s’approcher. Ce qu’ils devaient faire précisément, en revanche, échappaient à Andrew. Alors qu’ils marchaient à pas lents en direction de leur cible, le jeune homme murmura :

— Et maintenant ? J’veux dire, est-ce qu’on fonce dans le tas et on, je sais pas, on les assomme et on appelle la police ?

Sa question portait autant sur la légalité que l’opportunité d’une pareille opération.

— Parce que même si on se rapproche assez pour que je les entende, je vais rien comprendre à ce qu’ils racontent. Faudrait que toi tu puisses écouter. Alors bon, à moins que t’arrives à lire dans mes pensées au moment où je les espionne, va bien falloir qu’on leur tombe dessus, non ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 23 Juil - 20:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Ils semblaient en accord sur la marche à suivre : se rendre sur place et aviser pour savoir comment ils allaient résoudre cette affaire – car l'Archimage ne doutait pas que ce serait le cas. Il informa Andrew qu'il saurait se débrouiller pour le rejoindre, autrement qu'en appelant un taxi, puis le laissa partir en premier. En temps normal, l'Archimage n'utilisait jamais sa télékinésie lorsqu'il n'était pas masqué, mais cette fois-là, disons que les choses étaient différentes ! Il s'assura donc que personne ne traînait dans le coin avant de décoller du sol pour s'élever dans le ciel et rejoindre la rue citée quelques instants plus tôt. Il avait l'avantage de ne pas devoir suivre les routes et pu donc effectuer assez rapidement le trajet avant de se poser un peu avant l'entrée de la ruelle afin de rejoindre Andrew « normalement » pour parcourir les derniers mètres.

La rue en question était bien celle à laquelle Adrian pensait : uniquement résidentielle et idéale pour les familles. Un endroit paisible et où deux Légionnaires – enfin un Légionnaire et un futur – ne devraient normalement pas enquêter. Le regard du vieux mage s'attarda quelques instants sur les maisons qui, bien que modernes, lui rappelaient celle de son enfance. Mais ils n'étaient pas là pour se remémorer de bons souvenirs du passé et l'américain se concentra donc sur la situation actuelle, suivant Andrew jusqu'à ce qu'ils tournent au coin de la rue afin de se dissimuler pour attendre l'arrivée de l'autre voiture. Elle ne tarda guère et se gara dans l'allée d'une maison paisible en apparence avant que l'homme responsable de l'explosion n'en sorte pour pénétrer dans la demeure. Puis ce fut le silence. Le duo s'en approcha, mais rien n'était vraiment visible et la voix du jeune homme le tira de sa contemplation. Adrian posa les yeux sur lui.

« Je préférerais éviter de lire tes pensées. » On ne savait jamais si une trop intime se glisserait au milieu des autres. « Le mieux, c'est de rentrer dans la maison et d'essayer d'en apprendre plus comme ça. » Il marqua une hésitation. « Je sais que ce n'est pas très légal, mais disons que c'est un peu question de sécurité pour les voisins. » Oui, il ne donnait pas le bon exemple. « Je peux utiliser un sortilège d'invisibilité, mais on ne pourra pas dissimuler le bruit, ou juste avec une personne. » Et son pouvoir de changement des sens. « Ce sera risqué, donc si tu préfères rester dehors... J'écouterai ce qu'ils diront et je te le transmettrai par télépathie de toute manière. »

Il attendit de voir ce que le jeune homme en pensait avant de lui faire signe de le suivre pour emprunter l'allée qui se poursuivait jusqu'à l'arrière de la demeure. Lorsqu'ils furent hors de portée de vue de la ruelle et sans vis-à-vis pour être remarqués par les voisins, Adrian dessina rapidement un cercle rituel et l'agrémenta de quelques symboles afin de leur offrir l'invisibilité qui les protégerait normalement des hommes qu'ils allaient espionner. Là, Andrew put choisir s'il le suivait ou restait à l'extérieur, puis Adrian contourna le reste de la maison pour se retrouver à l'arrière non loin d'une petite terrasse. Une porte fenêtre était visible et ouverte en raison de la canicule qui sévissait sur la ville depuis quelques temps, ils n'eurent donc qu'à s'en approcher pour se glisser à l'intérieur. La pièce était une cuisine assez petite, typiquement américaine et même plutôt coquette. Un palier sans porte donnait sur le salon et lorsqu'ils s'y glissèrent, Adrian put constater qu'ils avaient trouvé leur cible. L'homme se tenait dans un coin de la pièce – assez vaste puisqu'elle faisait toute la longue de la maison – et discutait avec une femme installée dans un siège. Ils parlaient russe, même si l'Archimage n'identifia pas la langue en question, bien qu'il la comprenait. Il était question d'un plan qui s'était parfaitement déroulé, même s'il avait cru être poursuivi pendant un moment, puis il fut question du corps qui allait être enterré dans la cave après avoir été déshydraté ou quelque chose de ce genre. Adrian fronça légèrement les sourcils et transmit ces informations à Andrew.

* Ils ont bien déclenché l'explosion et ils ont bien un corps. Apparemment, ils prévoient de l'enterrer dans la cave après l'avoir déshydraté, mais je ne sais pas trop ce qu'ils entendent par là.... * Il observa les environs, mais sans rien voir d'autre. * Il faudrait peut-être essayer de savoir où se trouve l'autre homme... parce que ce n'était pas cette femme dans la voiture. Dans la cave ? Mais pourquoi le meurtre ? *

De nombreuses questions, mais qui restaient malheureusement sans réponse. Enfin, pour le moment du moins !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 25 Juil - 12:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Andrew ne tenait pas particulièrement à ce que l’on lût dans ses pensées mais, pour être tout à fait honnête, la perspective ne le traumatisait pas. Contrairement à bien des gens, il n’éprouvait pas une appréhension de principe à l’égard de la télépathie. Sincère dans la plus grande partie de son existence, il avait peu de secrets et ceux qu’il conservait, il le faisait par pudeur plutôt que par nécessité, par incertitude plutôt que par volonté arrêtée et immuable de les cacher toujours. Qu’on les découvrît au hasard d’un lien télépathique, ce n’était pas un drame. Qu’Adrian surprît, au détour de son esprit, tel désir peu catholique ou tel épisode peu glorieux de son passé et ce ne serait jamais que la preuve de son humanité.

La solution fut repoussée néanmoins et, quand Adrian proposa son plan, Andrew n’hésita pas à accepter.

— J’crois qu’j’peux m’protéger.

Il disait cela sans esprit de bravade mais parce qu’il connaissait et la solidité de son corps, et la rapidité de ses actions : ce qu’ils avaient vu jusqu’à lors de leurs adversaires ne suggérait aucun pouvoir particulier et, contre des ennemis communs, les ressources d’Andrew étaient considérables. Il ne fallait pas crier victoire trop vite, c’était évident, mais il ne voyait aucune raison de rester en arrière alors qu’Adrian courait au devant du danger.

Une fois invisibles, les deux Pennington s’introduisirent donc dans la maison. Laissé à ses propres réflexions, Andrew n’aurait pas songé à la légalité du procédé ; maintenant qu’Adrian l’avait souligné cependant, il était obligé d’y penser. Il était certain que Captain Kenya, scrupuleux au point d’être parfois procédurier, n’aurait pas cautionné une telle action. Était-ce ainsi que les Légionnaires procédaient à Star City ? Andrew avait-il un problème avec cette méthode ? Il ne le savait pas lui-même.

L’adolescent avait ôté ses chaussures et les avait laissées dans la ruelle, pour pouvoir marcher le plus discrètement possible. Sur la pointe des pieds, ils s’étaient approchés et ils épiaient désormais une conversation à laquelle le Kenyan ne comprenait rien. Le résumé d’Adrian ne l’éclaira pas beaucoup. Déshydrater un corps ? Est-ce que ça présentait des avantages ? Pour dissimuler des preuves, peut-être ? Andrew, qui avait regardé Bones, croyait pourtant que les momies ne posaient pas de difficultés insurmontables au force de l’ordre. L’intérêt du procédé lui échappait.

La femme hocha la tête alors qu’Adrian faisait son rapport et se releva. Elle fit un signe de main et l’autre homme disparut dans le couloir, probablement parti en direction de la cave. Elle fit quelques pas vers l’endroit où Adrian et Andrew se tenaient. Andrew recula prudemment. Il faillit sursauter cependant, quand la femme murmura dans un anglais que ne teintait aucun accent slave :

— Je sais que vous êtes là. Je vous sens.

Les narines de la femme s’agitèrent quelques secondes.

— Je suis l’odeur du pain de lin de la boulangerie derrière la Tour de la Paix, le vague souvenir de l’eau de Cologne du Commander, le shampoing de Stevens et le plastique frais de votre nouveau revêtement à l’accueil. Vous êtes des Légionnaires. Vous débarquez comme des chiens dans un jeu de quille, en pleine enquête du FBI.

Andrew n’eut pas le temps de réfléchir. Un homme, le second, celui qui avait transporté le cadavre, fit son apparition dans le selon et, aussitôt, une conversation en russe s’engagea :

— Ce n’est pas à l’intérieur de lui.

La femme s’était retournée vers son nouvel interlocuteur.

— Vous avez fouillé les viscères ?
— On l’a vidé, on l’a tout desséché, c’est pas là.
— Vous avez regardé à l’intérieur des dents ?

L’homme ne répondit rien. Avec un soupir, il se détourna et retourna dans la cave, pour déchausser une à une les dents de leurs victimes et vérifier si l’une d’entre elles n’était pas creuse.

Une fois de nouveau seule, en apparence, la femme reprit en anglais :

— Vous devez absolument part…

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase. Une vitre du salon venait de se briser alors qu’on avait tiré un coup de feu : la balle ricocha contre la joue d’Andrew et partit se ficher dans le mur, ce qui, à cause du sortilège d’invisibilité, donna l’impression qu’elle avait ricoché en plein air. Aussitôt la femme s’accroupit derrière un canapé et sortit de derrière sa jupe longue un petit revolver, tandis qu’on continuait à canarder la fenêtre. Fidèle à sa nouvelle habitude, Andrew s’était interposé spontanément entre la fenêtre et Adrian, en attendant que celui-ci trouvât un refuge.

Il ne fallut pas longtemps aux hommes de la cave pour remonter précipitamment, se poster dans l’embrasure de la porte qui séparait le salon du couloir et se mettre à répliquer, à vrai dire au petit bonheur la chance, par la fenêtre brisée. Par-dessus les coups de feu la femme cria en russe :

— Vous l’avez trouvé ?
— Non.
— On se replie par la porte arrière.
— On est probablement encerclés, M’dame.

Un bon point pour le tueur. À peine ce point délicat souligné, son acolyte fit volte-face pour surveiller leurs arrières. Il lança :

— C’est les Japonais. Je suis sûr que c’est les Japonais !
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 26 Juil - 0:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Lorsque la femme s'approcha d'eux, Adrian esquissa un léger recul sans bruit pour éviter qu'elle ne leur rentre dedans par accident, mais apparemment ils avaient été démasqués malgré eux ! Il fallait qu'ils soient tombés sur une chienne... euh, une femme avec un flair de chienne, si ce n'était pas de la poisse ! Au moins avaient-ils appris que le FBI était mêlé à cette histoire, même si cette pensée n'enchantait pas spécialement l'Archimage qui préférait se tenir loin de ces organisations. Une chance qu'Andrew ait été à la Tour de la Paix d'ailleurs, techniquement Adrian n'était qu'un consultant et il ne côtoyait pas souvent les Légionnaires, cette odeur aurait pu le trahir malgré lui.

Malheureusement, Adrian n'eut pas l'occasion de réfléchir plus longuement à ce détail était donné que les vitres du salon se mirent à exploser, traversées par une balle qui les obligea à s'abriter derrière les meubles de la pièce. L'Archimage avait reçu une balle dans le bras lors de sa dernière mission avec Rebekha et il ne tenait pas spécialement à réitérer l'exploit, mais il ne put s'empêcher de se demander si Andrew était aussi protégé de ces projectiles. Son pouvoir avait certainement des limites ! Cependant, l'arrivée des autres hommes le poussa à se laisser tomber au sol pour éviter les balles qui redécoraient le salon, inconscient qu'Andrew était encore une fois en train de jouer les boucliers humains pour lui. Lorsqu'il entendit l'homme parler des japonais, le centenaire en informa brièvement Andrew.

« Ils parlent de japonais, ils veulent sortir, on essaye de vérifier l'arrière. »

Il avait songé à lui conseiller de rester prudent, mais c'était certainement inutile. Avant de partir, Adrian s'invita dans l'esprit de la femme pour lui dire qu'il allait vérifier l'arrière de la maison histoire de voir s'ils avaient raison de craindre d'être encerclés. Elle ne broncha pas, mais interpella le dernier homme pour lui dire d'attendre un peu. Le duo put donc s'éloigner pour rebrousser chemin et tenter de jeter un coup d’œil à l'extérieur. Adrian était quasiment allongé sur le sol histoire de ne pas se récolter une balle en pleine tête, mais il parvint tout de même à distinguer plusieurs silhouettes qui se cachaient derrière d'épaisses bruyères qui séparaient le terrain de la maison d'à-côté.

« Là-bas. Derrière les bruyères. »

Des bruits de course se firent entendre derrière eux et Adrian eut juste le temps de se décaler sur le côté pour éviter de se faire marcher derrière par l'un des deux hommes qui tenta une charge à l'extérieur de la cuisine. Plusieurs balles furent tirées et une ricocha sur l'individu comme s'il possédait un bouclier, manquant de peu le duo qui se trouvait juste derrière. Adrian se colla contre le mur pour éviter une nouvelle balle perdue et entendit simplement trois tirs avant que l'homme ne revienne vers eux pour interpeller le reste de l'équipe – en russe, toujours. La femme le rejoignit rapidement en pestant sur son imprudence tandis que le dernier homme tenait son bras et semblait avoir été touché. Les coups de feu persistaient à l'avant. Adrian fit un rapide compte-rendu à Andrew, non sans l'avoir tiré vers lui pour éviter qu'il ne se fasse trébucher dessus.

La femme ordonna finalement aux deux hommes de passer devant et d'aller chercher un véhicule en prétendant qu'elle vérifiait certaines choses et qu'elle les rejoindrait juste après, puis lorsqu'ils se retrouvèrent tous les trois, elle reprit la parole.

« Vous ne devriez vraiment pas être là. Cette affaire concerne le FBI, pas la Légion. »
« Nous ne savions pas. Mon ami a été témoin du meurtre perpétré par vos collègues, nous avons enquêté, c'est normal. »
« Ce n'est pas vraiment un meurtre, il s'agit d'un homme censé être mort depuis longtemps, mais il renaît toujours. C'est pour cette raison que nous parlions de le déshydrater, vu que vous avez entendu cette partie-là de la discussion. »
« Et que cherchez-vous exactement ? »
« Il fait apparemment partie d'un organisme lié au Cartel Rouge, de près ou de loin, même si nous n'avons pas exactement la preuve de ce que nous avançons. Nous savons qu'ils préparent un sale coup et l'homme que vous avez vu mort était censé avoir dissimulé un indice sur lui. »
« Et vos amis, ils sont aussi du FBI ? »
« Non. Je suis en mission d'infiltration. Ils pensent que je suis de la mafia russe. » Elle soupira d'agacement. « Maintenant, montrez-vous et dites-moi ce que vous avez l'intention de faire ! »

Adrian hésita un instant avant d'interroger – mentalement – son collègue pour lui demander s'il souhaitait ou non qu'ils prennent le risque de se dévoiler. Ce n'était pas vraiment prudent vu qu'ils n'étaient pas masqués, mais c'était Andrew le seul Légionnaire du groupe, du moins d'après ce qu'il était censé croire.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 26 Juil - 14:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un homme qui ne pouvait pas mourir. Ils étaient depuis la maison monter le bruit des Japonais qui investissaient méthodiquement toutes les pièces, pour les sécuriser. Les acolytes de l’agent du FBI étaient partis chercher la voiture. Andrew tentait de réfléchir comme Captain Kenya : rapidement, efficacement, en pesant tous les aspects de la situation, mais il en savait trop, il manquait d’expérience et tout cela, très franchement, le dépassait.

Il ne parvenait pas à empêcher son esprit de s’arrêter sur des détails qui, capitales peut-être par la suite, n’avaient alors aucune importance. Il se demandait si l’immortalité de l’homme qu’on avait déshydraté était magique. Probablement pas. Il y avait toutes sortes de mutants à Star City. Il avait lu la biographie de Thunder et lui non plus n’avait pas l’air facile à tuer. Les pensées d’Adrian se mêlèrent aux siennes. Si les deux autres avaient pu le voir, ils auraient découvert un air paniqué.

Pourquoi était-ce à lui de prendre la décision ? Il était beaucoup trop jeune pour cela ! Il ne savait pas quoi faire. Il hésita. Une seconde, deux secondes et c’était trois secondes de trop : l’agent du FBI jura. Il était impossible d’attendre plus longtemps, elle s’éloigna en courant pour rejoindre les deux Russes et embarquer dans une voiture qui démarra en trombe. Un Asiatique émergea par la porte arrière, le revolver à la main. Légèrement paniqué, Andrew pensa fort, pour qu’Adrian l’entendît :

* On s’en va. *

Et une seconde plus tard, Adrian était dans la même ruelle d’où ils étaient partis. Andrew l’avait soulevé comme un fétu de paille et avait couru en un rien de temps les deux cents mètres qui les séparaient de leur point de départ. L’adolescent s’adossa à un mur, le cœur palpitant, tandis que le mage pouvait lever le sortilège d’invisibilité.

— Merde.

Il ne comprenait toujours pas dans quoi il avait fourré les pieds. Lentement, les informations jetées trop rapidement à son esprit peu habitué se décantaient. Il se sentait idiot et inutile, soudain, bien loin de l’idéal héroïque qu’on lui avait présenté comme but. Ah, ça, quand il s’agissait d’interrompre une agression ou un braquage, rien de plus facile, mais quand les affaires devenaient vraiment compliquées !

Andrew n’osait pas croiser le regard d’Adrian. Au bout de quelques secondes de silence, il murmura :

— Désolé.

Piteusement, le jeune homme regardait ses baskets, un des modèles qu’on ne trouvait nulle part dans le commerce et que ses parents faisaient depuis longtemps fabriquer exprès pour lui, à partir de matériaux résistants, pour supporter la vitesse de sa course. Ses parents, Kenya, Adrian, Christopher même, tant de gens qui pensaient à lui comme à un futur héros et qui devaient être bien déçus de son incompétence.

— J’aurais dû répondre, à la femme. Mais je savais pas… J’suis pas Légionnaire, je savais pas si on avait l’droit d’être là, si on devait la croire, s’il fallait s’enfuir, si… J’aurais dû faire quelque chose d’autre. J’aurais dû, je sais pas…

Au cinéma, à la télévision, dans les romans d’aventures, les héros savaient toujours quoi faire. Andrew avoua :

— J’ai jamais fait ça. Une enquête. Je sais pas trop…

Il faillit sursauter quand deux 4x4 aux vitres teintées passèrent en trombe devant la ruelle, sans prêter aucune attention à eux, pour s’engager dans une avenue. Les Japonais, probablement, avaient visité la maison sans rien y trouver et ils se lançaient désormais à la poursuite des précédents occupants. Au moins la présence des deux Pennington était passée inaperçue.

De toute évidence, Andrew était abattu par sa propre incompétence. Peut-être s’était-il attendu à vivre sa vie héroïque comme sa vie artistique. Dans les arts, même s’il travaillait avec beaucoup d’application de ferveur, Andrew, il était impossible de le nier, avait un tallent inné et considérable qui avait beaucoup facilité son apprentissage. C’était un instinct sûr, à la fois esthétique et technique, qui lui rendait les étapes de ses projets bien plus évidentes qu’elles ne l’étaient à des artistes même expérimentés. Pour mener une enquête, hélas, Andrew n’avait pas le même génie : il était ravalé au commun des mortels qui devaient apprendre lentement et petit à petit.

À dix-huit ans à peine, Andrew se reprochait de ne pas être déjà un Légionnaire expérimenté.

Il inspira profondément.

— Qu’est-ce qu’il faut faire ? Si c’est une enquête d’infiltration et qu’on va à la police, on risque de ruiner la couverture de la femme. Si on va au FBI, on nous arrêtera sans doute pour, je sais pas, obstruction. Mais elle a l’air vachement dans la mer… le pétrin. On peut pas la laisser comme ça.

Quelque incompétence qu’il estimât être la sienne, Andrew ne comptait apparemment pas abandonner.

— Ils ont tout fouillé de manière super précipitée, eux et les Japonais. Peut-être que si on retourne là-bas, qu’on trouve le corps ou je sais pas, qu’on prend le temps, on découvrira ce qu’ils cherchaient tous et après… euh… je sais pas trop.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 26 Juil - 23:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Un peu bêtement, Adrian n'avait pas songé au fait que son lointain neveu n'était certainement pas capable de prendre une décision dans une pareille situation. Lui-même hésitait sur la marche à suivre et il avait été totalement stupide, pour ne pas dire irréfléchi, de penser qu'un adolescent s'en tirerait mieux que lui. La femme s'éloigna rapidement pour embarquer dans la voiture et disparaître avant qu'un homme ne débouche tout à coup devant eux et qu'ils se retrouvent dans la ruelle. Il fallut quelques secondes à Adrian pour comprendre que c'était Andrew qui avait réussi à le déplacer aussi facilement, mais il interrompit aussitôt le sortilège d'invisibilité pour qu'ils puissent se regarder. Une fois de plus, il fallut quelques instants pour que l'américain remarque qu'Andrew avait été réellement perturbé par ce qui venait de se passer et, forcément, une vague de culpabilité l'étreignit aussitôt. C'était lui l'adulte, c'était à lui de prendre les décisions et non le contraire. Il écouta l'adolescent exprimer ses regrets et ses excuses avant qu'un véhicule ne les rappelle à la réalité et leur indique qu'ils étaient dans une affaire et jusqu'au cou. Adrian hésita un bref instant avant de regarder Andrew avec sérieux.

« Non, c'est moi qui suis désolé Andrew. Je n'aurais pas dû te laisser décider, ce n'est pas parce que tu as côtoyé des Légionnaires que tu étais capable de prendre une pareille décision. Tu n'as pas à te reprocher de ne pas avoir répondu, c'était à moi de le faire. » Et le ton de sa voix était sérieux. « Alors, inutile de culpabiliser, l'erreur vient de moi et maintenant qu'elle est faite, autant passer à la suite. » Il ne tenait pas à ce que le jeune homme soit inquiet quant à ses compétences de Légionnaire. « Mais tu as raison, on devrait retourner dans la maison et voir si on ne peut rien trouver de plus. Avec tes pouvoirs, peut-être que tu percevras quelque chose de différent. C'est notre meilleure piste. » Il jeta un coup d’œil aux alentours. « Mais dépêchons-nous, les voisins vont certainement appeler la police suite à cette fusillade. »

Ils n'eurent donc qu'à rebrousser, une fois de plus, chemin pour pénétrer par la porte arrière, toujours ouverte. Le salon où ils se tenaient quelques minutes plus tôt avait été totalement dévasté par les coups de feu et quelques gouttes de sang étaient présentes sur les murs ou au sol, signe qu'il y avait effectivement eu des blessés. Ils se dirigèrent vers la zone où se trouvait l'escalier de la cave et l'empruntèrent pour déboucher dans une pièce sombre seulement éclairée par quelques petites fenêtres qui donnaient sur la rue. Adrian tripota un interrupteur avant de réussir à éclairer un peu la pièce et ils repérèrent rapidement une sorte de table d'opération située au milieu de la pièce et recouverte d'un drap qui pendait presque jusqu'au sol. Assez peu pressé de voir ce qu'il recouvrait, Adrian s'avança néanmoins vers le corps qu'il découvrit d'un geste appliqué. Le cadavre était dans un sale état, aussi desséché que celui d'une momie, les traits tirés comme s'il avait souffert avant de mourir. Adrian grimaça légèrement avant de regarder en direction de son ventre et constata que les organes avaient été sortis après qu'une incision ait été pratiquée du bas du ventre jusqu'à sous la poitrine. L'odeur était assez étrange et la scène n'avait rien de ragoûtante.

« J'espère que tu avais déjà digéré le repas. » Il avisa des gants non loin de là et les attrapa avant d'en tendre une paire à Andrew. Après les avoir enfilés il effleura la peau du mort. « On dirait qu'il est mort depuis des siècles, c'est vraiment étrange. » Son attention se porta sur les organes internes. « Regarde, ils ont été ouverts comme s'ils avaient vérifié chaque endroit. Même les artères. » Il fronça les sourcils. « Ça doit être vraiment petit. Une clé peut-être, ou... comment ça s'appelle... ces appareils avec les informations dessus. Pour les ordinateurs. »

Il parlait des clés USB que June lui avait montré quelques mois auparavant. Sa main s'était rapprochée du ventre de l'homme mort et alors qu'il allait reprendre la parole, la main parcheminée se redressa soudain pour se refermer autour du poignet de l'Archimage et de le broyer avec une force impressionnante. Le geste arracha un léger cri de douleur à Adrian qui, sous la surprise, n'avait pas vu venir l'attaque. L'individu se redressa et le centenaire songea que tous ses organes allaient glisser hors de son ventre, mais ce dernier était déjà en train de se refermer et de tout remettre en place, même sa peau rajeunissait. Presque hypnotisé, Adrian mit quelques instants à réagir et lorsqu'il le fit, ce fut légèrement trop tard. La main, parfaitement régénérée, sembla lui broyer le poignet avant que l'autre ne se redresse pour donner un coup à l'Archimage au niveau du torse, lequel fut projeté en arrière pour aller s'écraser lamentablement, puis le mort vivant porta toute son attention sur Andrew pour tenter d'emprisonner sa gorge de ses mains. Tout cela c'était passé en quelques fractions de seconde et Adrian ne comprenait pas la moitié de ce qui se passait. La seule chose qu'il entendit, ce fut les sirènes de police qui résonnaient au loin. Pour eux, ou pour un autre quartier ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 27 Juil - 17:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si Andrew avait été convaincu entièrement par les propos rassurants d’Adrian, il était difficile de le dire, mais comme son parent lui proposait de passer à autre chose et que le jeune homme n’était pas lui-même du genre à s’arrêter longtemps sur les erreurs du passé quand des préoccupations plus urgentes s’imposaient à lui, il ne tarda pas à acquiescer et à se remettre en marche. Bientôt, ils étaient à nouveau dans la maison puis dans la cave.

Andrew resta immobile, les yeux fixés sur le cadavre. C’était la toute première fois qu’il en voyait un, en vrai. Il était encore trop jeune pour avoir connu la mort d’un proche et ses interventions héroïques ne l’avaient pas mis en présence de ce sinistre spectacle. Il avait vu d’autres choses, bien sûr, des créatures magiques et peu ragoûtantes, mais le spectacle de cette momie improvisée aurait retourné l’estomac de plus solides que lui.

Il se sentit pris d’une nausée qu’il ravala en détournant un instant le regard. Il aurait bien pris une inspiration profonde pour retrouver son calme mais l’odeur qui se dégageait du corps n’était pas très plaisante. Il essaya de conserver son sang-froid et son regard se reporta sur le spectacle choquant qui s’offrait ainsi à lui. Ce soir-là, il ne dormirait pas, c’était certain. Il prit les gants qui lui tendaient Adrian, sortant de sa stupeur, les enfila et s’approcha prudemment du cadavre, comme s’il s’attendait à tout instant à le voir se ranimer, comme dans les films d’horreur.

Le mage ne paraissait pas autrement bouleversé à l’idée de retourner les organes de la victime pour voir ce qu’ils contenaient. Andrew, lui, était blanc comme un linge et sa participation se limitait à des « hmm hmm » peu engageants. Ce ne fut que lorsque Adrian pédala dans la semoule technologique qu’Andrew suggéra :

— Un puce ? Euh… Un implant ? Comme… comme dans X-Files… ?

C’était tout à fait possible. Tant qu’on ne voulait pas interagir avec l’objet technologique, l’implanter dans un corps n’était pas plus difficile que de faire un piercing. C’était même une excellente cachette. Andrew était en train se résoudre à plonger les mains dans la chair morte quand la chair morte se résolut à plonger les mains dans Adrian. En moins d’une seconde, le mage était propulsé à l’autre bout de la pièce et la momie de moins en moins momifiée tentait d’étrangler Andrew.

Sans gros succès.

L’adolescent paniquait et c’était la seule raison pour laquelle le Lazare moderne pouvait encore essayer d’affermir sa prise sur une gorge qui refusait étrangement de plier sous ses doigts. Bientôt cependant, l’instinct de survie d’Andrew reprit le dessus : il posa les mains sur les avant-bras parfaitement régénérés de son tortionnaire et écarta, sans le moindre effort apparent, les deux mains de sa gorge. Le visage recomposé le fixa avec des yeux ronds — puis, d’un coup de tête, Andrew envoya le monsieur tout nu et tout frais valdinguer contre un mur.

Au-dessus d’eux, ils entendirent des crissements de pneus et les sirènes en devenaient presque assourdissants.

— C’est la police !

S’exclama Andrew, à moitié rassuré de constater qu’il se passait enfin quelque chose de normale. De l’autre côté de la pièce, avec un grognement de douleur, le nudiste ressuscité marmonna :

— Mais vous êtes pas russes ?
— Hein ?
— POLICE !

La porte d’entrée venait d’être défoncée.

— OK. Euh… Euh… On s’en va !

Andrew prit Adrian sous un bras — littéralement — et quasi-Jésus sous l’autre — pareil avant de s’engager en quatrième vitesse dans les escaliers. Le policier qui s’était décidé à inspecter la cave ne comprit pas la nature de cette forme floue qui le renversa avant de défoncer un mur du salon et de s’enfuir et tout se passa beaucoup trop vite pour que ses collègues n’eussent le temps de tirer.

Tout couvert de poussières, une nouvelle fois, Adrian et Andrew étaient dans la ruelle. Si l’adolescent avait libéré le mage de son emprise, il tenait toujours le troisième larron fermement par l’avant-bras. Lequel commenta d’un air songeur :

— J’avais jamais rencontré quelqu’un de plus fort que moi.
— Faut sortir plus souvent. Ça grouille, à Star City, les Musclors.

L’homme devait avoir une trentaine d’années. Les cheveux bruns foncés, le regard clair, plutôt bien bâti. Passé son réveil un peu grognon, il paraissait prendre la situation avec un calme d’autant plus remarquable qu’il se tenait, fesses à l’air, dans une ruelle assez sombre avec deux inconnus.

— Alors, si vous êtes pas avec les Russes, vous êtes avec qui ?
— Vous d’abord.
— Certainement pas.

Les deux supers se regardèrent.

— Je m’appelle Kyle.
— Andrew.
— Enchanté. Vous pouvez me lâcher, maintenant ? Je sens plus mon bras.

Les doigts d’Andrew se desserrèrent mais il continuait à surveiller Kyle d’un regard méfiant.

— Donc, vous êtes pas les Russes mais vous avez peur de la police. Vous faites partie de la concurrence, peut-être ? Italiens ? Irlandais ? Me dites pas que vous bossez avec les Jumeaux, la dernière fois que je les ai croisés, j’ai failli faire une crise de nerfs.

Andrew échangea un regard perplexe avec Adrian.

— Bref, quoi qu’il en soit, je vous fais la même réponse qu’aux autres : c’est vendu et je ne sais pas où c’est passé.
— Les autres n’ont pas l’air de vous croire.
— Qu’est-ce que vous voulez, c’est obstiné, un slave.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 27 Juil - 21:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Lorsque l'Archimage leva les yeux vers Andrew, ce fut pour constater que l'homme et Andrew s'étaient séparés et que la police venait de freiner là-haut. Ce fut l'occasion de remarquer que l'ancien cadavre les prenait pour des russes, mais ils n'eurent pas l'occasion d'en savoir plus comme le jeune kényan reprit les choses en main en les transportant une fois de plus dans un lieu tranquille. Debout dans la ruelle, Eldoth laissa le jeune homme mener la discussion alors que l'homme se décida à leur expliquer qu'il s'appelait Kyle et que « c'était vendu » sans qu'il n'en sache plus. Super. Mais qu'est-ce qu'était ce fameux « ça » ? Le centenaire fronça légèrement les sourcils avant de se mêler de la discussion.

« Et ils ont apparemment très envie d'avoir ce que vous possédiez. J'imagine que c'est de grande valeur. » L'homme sembla le sonder du regard.
« Vous devriez le savoir, n'est-ce pas ? »
« Si nous nous y intéressons vous voulez dire ? »
« Oui. Ce n'est pas le genre de choses dont on parle sans que l'autre ne soit déjà au courant. » Adrian soupira légèrement.
« Écoutez, on vient de vous trouver mort dans une cave, le ventre ouvert et les tripes à l'air, alors je crois que vous avez légèrement besoin d'aide, non ? »
« Pourtant, je suis debout devant vous. »
« Oui, d'ailleurs vous êtes nu, il faudrait peut-être vous trouver quelque chose... » Malheureusement il n'y avait pas grand-chose aux alentours. « Bon, on verra ça plus tard. Vous l'avez deviné seul, nous ne sommes pas avec les Russes, mais nous ne sommes pas de la concurrence non plus. Il faut que vous compreniez que ces gens n'hésiteront pas à tuer d'autres personnes pour avoir cette chose, alors il vaudrait mieux que vous nous disiez ce que c'est de manière à ce que vous puissiez vous en tirer. » Il fronça légèrement les sourcils. « Vous êtes quoi au juste, un revendeur ? » L'homme hésita brièvement avant de répondre.
« Un fournisseur. On me commande et je donne ce que les gens veulent. Le problème c'est que ma dernière livraison intéressait plusieurs personnes et j'ai vendu au plus offrant, logique me direz-vous, sauf que les russes n'ont pas aimé. Ils m'ont choppé chez moi, m'ont tué après que j'ai dit que j'avais tout vendu, puis je me suis réveillé ici, avec vous penché sur moi. »
« Vous étiez mort, ils ont fouillé votre corps pour chercher cette chose. Et c'est quoi alors ? » Ultime hésitation.
« Une puce d'activation. Pour un truc plus gros. Je ne sais pas précisément, mais de ce que j'ai compris, c'est une sorte de golem électronique, un truc vachement balèze, vous voyez l'idée. »
« Et vous l'avez vendue à qui ? »
« Aux chinois. »

Adrian acquiesça d'un geste de la tête avant de détourner le regard et d'apercevoir des vêtements oubliés à l'extérieur, après un fil pour suspendre son linge. Les lumières de la maison étaient éteintes, aussi l'Archimage décida d'emprunter les vêtements tout en se promettant de venir leur déposer quelque chose dans la boîte aux lettres en échange. Toujours est-il qu'il utilisa sa télékinésie pour attirer les vêtements à eux avant de les tendre à l'homme qui les attrapa avant d'enfiler le pantalon et la chemise. Les deux étaient légèrement trop petits et lui donnaient vaguement l'air de vouloir attirer le regard à des endroits stratégiques, mais c'était mieux que rien. Lorsque ce détail fut réglé, le centenaire reprit la parole.

« Nous devrions aller à Chinatown. Et vous, vous devriez nous accompagner, ça évitera que vous vous fassiez tuer une nouvelle fois. »
« Vraiment trop aimable, je rêvais de deux gardes du corps. »

Adrian vérifia qu'Andrew était partant pour cette aventure, puis ils décidèrent de se rejoindre sur place. Kyle devrait partir avec Andrew ou Adrian pourrait le transporter, peu importait, mais après quelques minutes, ils furent sur place. Kyle leur désigna une maison de thé parfaitement banale en apparence en précisant que c'était le propriétaire qui lui avait acheté la puce. Apparemment il était censé être lui aussi en affaire avec des américains qui leur apporteraient une autre partie du puzzle pour activer le robot.

« Vous pourriez vous faire passer pour ces américains. »
« Nous n'avons pas l'autre partie.... »
« Et alors ? Vous voulez simplement voir la puce pour la récupérer, non ? »
« En effet, mais nous voulons intercepter tous les responsables. »
« Vous n'avez qu'à me laisser venir avec vous, pendant que vous serez à l'intérieur, j'attendrai les autres pour les prévenir qu'ils doivent attendre ? » Adrian fit mine de réfléchir, mais glissa des pensées dans l'esprit d'Andrew.
* Je ne lui fais pas confiance à ce point, soit on le garde avec nous, soit on s'arrange pour qu'il ne s'en-aille pas. * Puis il regarda l'homme. « Je veux l'avis d'Andrew avant toute chose. »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 28 Juil - 16:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— Pourquoi c’est toujours les Chinois, les Russes, tout ça ?
— J’vous d’mande pardon ?

Adrian était parti et Andrew regardait dans le vide. Il releva les yeux vers Kyle.

— J’veux dire, on est au vingt-et-unième siècle et on a toujours l’impression que la mafia, c’est une collection de nationalismes qui…

Andrew haussa les épaules.

— Enfin peu importe. Juste, je pense que ça pourrait être plus multinational, plus cosmopolite.
— Vous voulez faire une campagne militante pour prôner la diversité culturelle dans le crime ?
— Ouais, non. On y va.
— On prend l’métroooaaAaAaaAAahh…

À bien des pâtés de maisons de là, dans un tout autre quartier de la ville, Kyle s’appuyait d’une main sur un mur, le temps de calmer les palpitations de son corps. C’était une chose d’être le passager d’une voiture lancée à grande vitesse, c’en était une autre d’être trimballé à toute allure par un sprinteur déchaîné, comme une vulgaire poupée de chiffons. L’expérience lui avait donné le mal de mer.

— La vache, vous pourriez perfectionner votre technique de taxi.
— Désolé, pas l’habitude.
— Ouais, ben ça s’voit.

Andrew haussa les épaules mais, intérieurement, il se promit de réfléchir à la question. Pendant ce temps, une conversation plus urgente avait repris son cours. Andrew y prêta une oreille attentive. L’idée de se reposer trop sur Kyle ne l’enchantait guère. D’un côté, il ne voulait pas le laisser seul. De l’autre, il était hors de question de le laisser l’accompagner jusque devant les Chinois, auxquels il pourrait être tenté de les dénoncer. De l’autre encore, Andrew n’avait pas envie de se séparer d’Adrian, parce qu’il estimait de son devoir de le protéger.

La situation était épineuse. L’adolescent observa Kyle puis finit par décréter :

— Vous nous accompagnez à l’intérieur mais on parle aux Chinois seuls.

Kyle hocha la tête et, sans émettre aucune protestation, il emboita le pas aux deux enquêteurs qui se dirigeaient vers la maison de thé. Alors qu’ils traversaient la rue, Andrew communiqua ses réflexions à Adrian — enfin, tout du moins, il espérait : il n’avait jamais parlé télépathiquement avec quelqu’un et il se contentait de penser quelque chose en pensant qu’il dirigeait ses pensées vers les pensées d’Adrian ce qui… était assez troublant.

* J’utiliserai mes pouvoirs auditifs pour le surveiller et s’il tente de magouiller ou de s’enfuir, je le rattraperai. *

C’était la solution qui lu avait semblé la plus à même de préserver leurs différents intérêts. Bien sûr, il n’était pas entièrement certain de pouvoir utiliser ses pouvoirs de cette manière. Théoriquement, il s’était entrainé, pendant toutes ses vacances, à cette forme d’écoute passive, à cette surveillance de son environnement, mais c’était la première fois qu’il tenterait de la mettre en œuvre sur le terrain. Il craignait de se laisser submerger par le stress, de faire rater cette mission impromptue et de découvrir qu’il n’avait pas l’étoffe d’un héros.

Ils pénétrèrent dans la maison de thé et furent accueillis très courtoisement par une jeune femme qui leur demanda s’ils souhaitaient acheter ou consommer sur place. Avant qu’ils ne pussent répondre cependant, un homme plus âgé, qui avait aperçu Kyle, quitta le comptoir, s’approcha d’eux et les invita à rejoindre un salon privé. Andrew acquiesça d’un signe de tête, le cœur battant, tandis que Kyle répondait :

— À partir de là, ça n’me concerne plus. Discrétion professionnelle. Je vais prendre un thé vert ici.

Le vieil homme hocha la tête et conduisit, sans un mot de plus, Andrew et Adrian dans un salon petit mais confortable, sobrement décoré, avant de les y laisser. Andrew ferma un instant les yeux, inspira profondément et concentra son pouvoir d’audition sur la salle publique de la maison de thé. Il avait essayé d’apprendre à reconnaître les gens à leur signature cardiaque mais c’était un exercice encore trop compliqué pour lui ; en revanche, Kyle passait commande de son thé et sa voix aida Andrew à le localiser.

Une ou deux secondes plus tard, l’adolescent rouvrit les yeux et murmura :

— C’est bon, je l’ai.

Il n’y avait plus qu’à espérer que de ce côté, tout se déroulerait sans problème. Une seconde serveuse fit son apparition pour leur demander ce qu’ils souhaitaient boire et disparut une fois les commandes relevées. Les secondes passèrent, puis les minutes. Elle revint servir le thé, disparut à nouveau. Andrew échangea un regard perplexe avec Adrian. Personne ne viendrait donc leur parler ? Il en était à songer à partir quand le vieil homme revint avec un autre homme, d’une quarantaine d’années, au visage rond, avenant et sympathique — ce qui tout de suite inspira un peu de crainte à Andrew, qui ne trouvait rien de moins rassurant qu’un mafieux qui avait l’air bonhomme.

Dans un anglais entièrement dépourvu d’accent, le Chinois dit :

— Je suis surpris. Je m’attendais à retrouver Ms. Winnifer. Nos discussions avaient été si productives…
— Elle est retenue par une autre affaire.

Andrew fut surpris de s’entendre répondre si spontanément, et avec autant de naturel et d’assurance. Il but une gorgée de thé.

— Elle vous prie cependant de bien vouloir l’excuser. Vous comprenez que c’est un talent rare que nous employons sans la ménager. Elle a toujours fort à faire.
— Je comprends, je comprends. Ceci étant dit…

L’homme prit la troisième tasse qu’on avait servie en même temps que celles d’Adrian et d’Andrew.

— Vous imaginez, à votre tour, que la présence de deux étrangers ici m’inspire une certaine prudence. Que vous soyez venus avec Mr. Brookes est bien sûr un gage en votre faveur, mais cependant…

Et il ne finit pas sa phrase, attendant manifestement que les deux Américains se justifient.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
My Dinner with Andrew
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
My Dinner with Andrew Cadre_cat_6My Dinner with Andrew Cadre_cat_8


My Dinner with Andrew Cadre_cat_1My Dinner with Andrew Cadre_cat_2bisMy Dinner with Andrew Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Andrew Ballet & Test vs John Morrison & Ezekiel Jackson
» D6 ✖ Dîner aux chandelles (Fenurichmaper)
» Questionnaire d'Andrew McAllister [Pouffy]
» Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]
» CONAN LE CONQUERANT (série TV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Dinner with Andrew Cadre_cat_6My Dinner with Andrew Cadre_cat_8
Sauter vers: