AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_1Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_2_bisEnquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_3
 

Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville)

 
Message posté : Mar 14 Juil 2015 - 15:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je m'étais fait entubée ! Plus qu'entubée!
Voilà la première phrase que j'ai failli prononcer devant mes supérieurs lorsque j'ai appris que j'allais faire (enfin) une mission sur le terrain. Lorsqu'on parle de mission sur le terrain, on parle de… l'arrestation d'un individu, de la défense d'un terrain, là où il y a de l'action non ? Mais pas d'une enquête de voisinage ! J'ai dû tourner ma langue plusieurs fois dans ma bouche pour éviter de me faire remarquer dès le début. Et vu que visiblement, il n'y avait pas d'enquêtes à « ma hauteur » d'après mes supérieurs, je devais soit l'accepter, soit retourné ma veste. Mais ce n'était absolument pas mon genre de retourner ma veste. Et puis, après les entraînements, il fallait que je fasse mes preuves, non?
Alors j'ai accepté l'enquête. A une seule condition : j'allais au quartier TOUTE seule et j'appelais le quartier général si j'avais besoin d'un autre agent. C'est bon ! A mon avis, ils avaient compris la condition, faut pas déconner non plus ! Visiblement, c'était d'accord.
Au moins, c'était déjà ça.

En même temps, je pourrais les comprendre : les supérieurs n'allaient pas m'envoyer seule contre un colosse de 100 mètres alors que je débutais. Là, j'aurais compris. Mais de là à me faire faire une enquête de voisinage… J'avais failli lever les yeux au ciel.
Après avoir vérifié que mon arc et mes flèches étaient en parfaits état (on ne sait jamais, si quelqu'un avait joué avec), je montais sur ma moto, direction Little Italy, un quartier où je passais quelques fois. A aucun moment je n'avais entendu les rumeurs que les agents m'avaient reporté.

Petit récapitulatif : Depuis plusieurs semaines, soit depuis l'arrivée d'un « junkie » d'après certains voisins, des phénomènes étranges se seraient produits dans le quartier. Certains disent que ce type serait un alien clandestin.
Mais moi, tout ce que je peux constater pour l'instant, c'était de la discrimination. Bah quoi ? Dire des trucs pareils sur quelqu'un qu'on ne connaît à peine, faut être sacrément culotté.
Malgré ça, l'UNISON ne voulait pas prendre de risque. Et c'était le cas. Depuis l'arrivée de plusieurs extraterrestres, c'était la pagaille à Star City.

Roma Street. Enfin, fallait dire que ce n'était pas très long avec le véhicule à 2 roues. Je m'arrêtais quelques mètres avant le quartier qu'on m'avait indiqué afin de me préparer. Je bloquais la roue de la moto, évitant que certains la vole, et enlevais mon casque, ne gardant que les gants en main, mis la capuche de mon sweat sombre sur ma tête (j'avais hésité à ajouter des lunettes avec des verres camouflant mes yeux mais bon, c'était un peu ridicule…) et pris mon arc et mes flèches sur mon dos.

Je commençais à m'avancer sur les premiers bâtiments, un calepin et un stylo dans les mains. J'avais l'intention tout d'abord d'avoir plus d'informations sur les fameux événements. Je tournais la tête légèrement afin de trouver quelques habitants. J'en vis deux, qui avait l'air de discuter. Autant commencer par ceux-là.

-Excusez-moi…

Oui, parce que j'étais polie et je ne voulais pas les effrayer. Ça serait très bête de ma part. Non, j'allais parlé assez fort pour qu'ils me remarquent.

-Je suis l'agent Nash et l'UNISON a entendu parler d'événements étranges dans le quartier. Nous voudrons avoir plus de précisions à ce sujet.

Autant ne pas mentionner le « junkie », Allen Brown, d'après ce que j'avais vu en route, je voulais qu’ils le mentionnent les premiers. Si ça se trouvait, il n'y avait aucun responsable et les voisins voulaient un bouc-émissaire, rien de plus… Et oui, Agent Nash : je n'ai pas encore trouvé de nom, même pas en route.


A celui qui me répondra...:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 14 Aoû 2015 - 13:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Quartier du Parc de Star City, Brett Building,

Bon voilà sur quoi on va bosser et franchement, je ne bois pas du tout comment je vais motiver les gars avec ça. M'enfin, j'imagine qu'il est inutile que je mobilise toute l'escouade pour si peu...

Bruno arpente les couloirs du Brett Building depuis cinq minutes. Son but est de se rendre dans le bureau où l'escouade red prépare ses opérations d'intervention. Il s'agit en fait d'une salle de réunion située juste à côté d'une aile en travaux.

Ras le bol de ses travaux, je me demande pour combien de temps ils en ont? Bon assez tergiverser, il est temps d'annoncer le détail de notre super mission aux troupes.

Derrière la porte un brouhaha se fait entendre. Les membres de l'escouade red est présente dans sa totalité. A peine franchit-il la porte que le bruit cesse et tous se mettent debout au garde à vous.

-"Repos soldats! Bonjours à tous! Bien je viens de voir le Capitaine Jensen et nous avons une mission!"

-"Vous devriez dire plutôt que nous avons enfin une mission, Caporal!"

Brennan O'Ceann nom de code Rust à cause de sa chevelure rousse est le bout-en-train de l'escouade. Spécialiste en armes lourdes, il a été recruté au sein de l'équipe 3 par Bruno suite à sa demande. Auparavent, il travaillait pour une société privée en mission en Irak.

-"Toujours le mot pour rire Brennan! Mais tu as raison "Rust", ça faisait un moment qu'on est en sommeil et aujourd'hui comment dire..."

-"On va rattraper le temps perdu?"

En entendant la voix et en regardant celle qui venait de prendre la parole, Bruno eut comme un pincement au coeur.Yessica Hoolash, mauricienne et grenadier de l'équipe 2, le regardait intensément, le visage illuminé par un magnifique sourire. Yessika et lui ont été amant pendant presque trois ans. Cependant, leur vie professionnelle stressante, le fait de se cacher de leurs supérieurs les ont conduits à arrêter leur relation. Ils restent néanmmoins de bons amis et coéquipiers.

-"En fait, pas vraiment! Voilà le topo. Dans le quartier de Little Italy, des gens ont signalé des phénomènes étranges. Apparemment, un gars un peu pommé et louche attire l'attention sur lui."

-"En quoi ça nous concerne?"

Deyan Nikolov était toujours direct et précis. Bruno appréciait cela chez cet ancien officier de l'armée bulgare. Il en d'ailleurs fait le leader de l'équipe 1.

-"Pour l'instant Deyan cela ne nous concerne pas directement. Mais suite aux évènements récents, le Capitaine Jensen ne souhaite prendre aucun risque. C'est pour ça qu'il fait appel à nous."

-"Que savons-nous exactement?"

L'américaine et ancienne membre du Swat de Phoenix est une personne minutieuse. Elle est leader de l'équipe 2.

-"Pas grand chose de plus Sam. Mais ce que je peux vous dire, c'est qu'un agent d'investigation est déjà sur place menant une enquête. Pour l'instant, je me rendrai sur place avec l'équipe 2. Samantha, Naveed, Yessika et Mika préparez-vous. Nous partons dans quinze minutes. Les autres procédez à l'entrainement quotidien et tenez-vous prêts à nous apporter du renfort si besoin. Vous pouvez diposer!"
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 13 Sep 2015 - 16:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les deux habitants n’avaient pas l’air hostile, ce qui était bon signe… pour moi. Je n’avais pas tellement envie de me faire attaquer dès que je pose les pieds sur un terrain.
L’un des deux hommes commença à m’adresser la parole. Il était roux, et pas spécialement musclé. Il portait des lunettes.

-Par quoi on pourrait commencer ?

-Par ce que vous vous souvenez.

Je ne voulais pas mettre la pression à qui que ce soit. Les informations pourraient être imprécises.

-Eh bien, ça a commencé depuis l’arrivée du voisin là-bas, commença-t-il en me pointant un bâtiment quelques mètres plus loin à ma droite. Bon, avant il y avait quelques cambriolages de bijoux dans les maisons, qui se réglaient souvent très rapidement. Mais depuis qu’il est arrivé, il y a beaucoup de coupure de courant…

Je me retins de faire une moue. Je ne voyais pas en quoi des coupures de courants étaient bizarres. Ça pouvait arriver.

-… Oh et puis il sort pas tellement, continua son ami, un brun pas plus musclé que le premier. Lorsque c’est le cas, il se cache toujours le visage, surtout le haut. Il y a des gens louches qui viennent chez lui aussi.

-On ne sait pas ce qu’ils font ensemble. Mais ils partent aussitôt qu’ils viennent. Et surtout lorsqu’il fait bien noir…

-Il fait aussi souvent des travaux. Oh ! Tu te souviens lorsqu’on a vu par sa fenêtre d’immenses flammes ?

-Oui… c’était étrange qu’il n’y ait pas eu d’incendie. Et depuis il n’ouvre plus ses volets.

J’écrivais des brèves des détails qu’ils me contaient. Ça devenait de plus en plus intéressant.

-Avez-vous d’autres informations ?

-Euh… non…

-On ne pense pas.

-Bien, j’aimerais avoir le nom de ce voisin.

Evidemment, je savais comment il s’appelait, mais là encore, c’était fait exprès.

-Il me l’a dit lorsqu’il est arrivé la première fois…

-Tu l’as vu arrivés ? Moi, je ne sais même pas quand il y a emménagé ici.

-Je l’ai vu par hasard, il m’a dit qu’il s’appelait… Allen Brown. Oui, c’est ça ! Allen Brown. Avec deux L.

J’avais l’information que cet Allen Brown n’était pas un bouc-émissaire. C’était une bonne piste.

-Bon, j’ai toutes les informations dont j’ai besoin. Si vous me cherchez, je suis encore dans le quartier. Merci messieurs.

Après m’avoir souhaité bonne chance poliment, ils continuèrent leur discussion. Je regardais les bâtiments. Pour être sure que les informations que les deux hommes m’avaient donné, il fallait que j’ai la confirmation d’un ou plusieurs habitants du quartier.
Je m’apprêtais alors à aller à la maison d’en face lorsque j’entendis plusieurs voitures s’avancer vers moi. Après s’être garé près de ma moto, je pouvais voir plusieurs hommes en sortir. Et je reconnais leur visage. Encore des agents de l’UNISON.
Je levais les yeux au ciel, exaspérée. Je déteste mes supérieurs !

Vu que je ne pouvais les éviter, je m’avançais vers ce qui me semblait être le chef du groupe.

-Agent Nash. Je viens d’interroger 2 personnes habitants dans le quartier. Le suspect est Allen Brown. Son emménagement s’est plutôt fait discrètement et depuis il y a beaucoup de coupure de courant. Il ne sort que très rarement de chez lui, cachant le plus possible le haut de son visage. Beaucoup de personnes viennent chez lui la nuit. Il fait beaucoup de travaux chez lui et des témoins ont vu des flammes imposantes à l’intérieur de la maison, qui n’a pas eu des dégâts. Oh ! Et puis avant qu’il arrive, le quartier était victime de cambriolages de bijoux.

Et moi qui voulais faire cette enquête seule…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 19 Sep 2015 - 14:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Au volant du premier véhicule banalisé de l'Unison en compagnie de Samantha et de Naveed, Bruno empruntait les rues qui devaient le conduire au quartier de Little Italy. Derrière, dans un fourgon noir suivaient Yessika et Mika. Après une bonne vingtaine de minutes de routes, l'équipe atteignit Roma Street la rue principale du quartier italien.

- Les gars, nous voici à destination. Ah et voici celle qu'on cherche. Elle ne semble pas être contente de nous voir. On y va.

En effet, en arrivant, Bruno avait remarqué la jeune femme équipée de son petit carnet. Les véhicules garés, les agents de l'Unison allèrent à la rencontre de leur collègue. Face à la moue de cette dernière, son visage se para d'un sourire en coin. Les remarquant à son tour, elle s'avança vers le groupe. Le caporal n'eut pas le temps de saluer ni même de se présenter auprès de celle-ci car elle se lança aussitôt dans un récapitulatif de son enquête.

Dès qu'elle eut fini, Bruno leva les mains au niveau de son thorax afin de demander à la jeune femme de se calmer.

-Eh bien agent Nash, on se calme. C'est comme ça qu'on t'a appris à dire bonjour? Je vous prie de m'excuser pour cette petite pique mais nous venons en paix. Permettez-moi de nous présenter. Je suis le caporal D'Ambreville, chef de l'escouade red. Et voici l'équipe 2 de cette même escouade, les agents Grey, Delshad, Hoolash et Jarvinen. Je constate que vous avez déjà bien avancé dans votre enquête mais je vous confirme que cela restera votre domaine. Nous ne sommes pas là pour vous surveiller ou vous chaperoner. Non, nous notre spécialité c'est l'action. Pour résumer, nous sommes une équipe d'intervention et nous agirons que si la situation dégénère. Rien de plus, rien de moins.

Il sourit franchement à Nash puis se retourna vers les hommes de son équipe.

- Bien que tout le monde s'équipe de son oreillette et de son micro. A partir de maintenant, nous passons en mode nom de code.

Les agents s'équipèrent et Bruno tendit une oreillette à l'agent Nash. Puis, il s'adressa plus particulièrement à un de ces hommes. Ou plutôt à l'une des deux femmes du groupe. Celle-ci blonde et grande présentait une carrure d'athlète.

- Heart, tu restes dans le fourgon et tu feras office de coordinatrice entre nous. Prends le contrôle de toutes les caméras de la rue, pointe les satellites sur nous et garde les yeux grands ouverts.

- Reçu mon Caporal!

Le franco-américain se tourna ensuite vers un homme de type perse. à l'allure discrète

- Stone, choisis un point de vue qui te permet de nous couvrir et prépares-toi à tirer dès que l'ordre t'en est donné.

L'homme fit un signe de la tête, prit une longue sacoche qui abritait son matériel et s'éloigna en observant le sommet des immeubles.

Bruno regarda alors la deuxième femme du groupe. Il eut un silence et Bruno et Yessika se regardèrent un petit moment avant que le chef de l'escouade ne reprire ses directives.

- Bang, dès que l'agent Nash t'aura montré où se trouve l'appartement de notre homme, tu récupères ton matériel et tu cherches un endroit discret près de celui-ci.

- Reçu Hammer!

Enfin, il s'adressa au dernier membre de l'équipe 2. Il s'agissait d'un homme très blanc à la musculature imposante.

- Quant à toi Ray, tu te rends dans le commissariat du quartier. Sans trop leur en dévoiler, tu leur expliques qu'ils sont désormais sous tes ordres. Tu montes avec eux un plan de sécurisation de la population. Tiens les en alerte!

- Reçu.

Les agents du groupe se dispersèrent donc, chacun ayant reçu leurs ordres. Bruno se positionna alors face à sa jeune collègue.

- Bien enquêtrice, si vous permettez, je vais vous accompagner mais rassurez-vous, je vous laisse la diriger. Considérez-moi plutôt comme un ange gardien! Que comptiez-vous faire avant que nous arrivions? Dites-moi, je suis tout ouïe.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Sep 2015 - 11:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un agent, puis deux…. Mon Dieu, mais les supérieurs m'avaient envoyé combien d'autres agents ? Ce n'était pourtant pas compliqué de respecter une promesse ! J'étais aussi incompétente que ça ? Ça y est, j'allais faire une fixette dessus ! Et ça allait plomber mon humeur.

Allant vers ce qui me semblait être le chef de groupe, je lui avais fait le bilan de mon enquête du quartier… enfin le début, puisque je n'avais que interroger 2 personnes, et que j'avais l'intention de questionner d'autres voisins.
Sauf que je ne lui ai pas fait un bon accueil. Ça commençait bien !
Et c'est ce que remarqua le caporal. Il ne restait plus qu'à me cacher dans un trou.
Il me demanda gentimment de me calmer et se présenta lui et son équipe (en mélangeant vouvoiement et tutoiement…), ainsi que le pourquoi ils étaient venus m'apporter de l'aide. Visiblement, ce n'était pas pour l'enquête, mais si la situation dégénerait.
AAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH d'accord… mais ça n'empêchait pas que les supérieurs auraient pu me prévenir !

Après avoir pris une grande inspiration, pour me calmer un peu, je lançais.

-Je m'excuse pour l'accueil…

Bah oui, je n'étais pas malpolie. Fallait pas déconner.

-… Mais disons que j'aurais aimé que les supérieurs me préviennent de votre arrivée avant que j'aille sur le terrain.

Juste histoire de dire qu'il n'était pas responsable de mon changement de comportement… enfin, disons que c'était la millième victime.

J'avais à peine terminé de m'excuser que le caporal ordonna à son équipe de se préparer.

Mes oreilles…

Il me donna aussi une oreillette avec un micro. Visiblement, il n'y avait aucune raison que je n'en ai pas une d'après lui… après c'était son avis.
Attends… mais il faut un nom de code ? Mais j'en avais pas…

Clarisse, là, tu paniques pour rien. Tu te calmes !

Après qu'il ait donné des instructions à toute son équipe, il se tourna vers moi. D'accord, il allait me suivre… mais j'aurais préféré mon frère comme ange-gardien. Mais on peut pas tout avoir.

-Bon.. eh bien on y va alors…

Au pire, Clarisse, tu aurais pu ne rien dire.

Je commençais à m'avancer non pas vers la maison Allen Brown, mais celle en face.

-Je ne vais pas tout de suite l'interroger. J'ai l'intention de questionner tout d'abord une personne qui est dans le quartier depuis longtemps. Les deux personnes que j'ai interrogé précedemment étaient jeunes et ne sont que dans le quartier depuis 2-3 ans.

J'indiquais de la tête la maison du suspect, avant de me diriger vers le batiment de la vieille dame, parce que c'était une vieille dame.

-Elle s'appelle Mary MacAlistair, continuais-je. Et elle est dans le quartier depuis plus de 30 ans. Mais j'aimerais que votre collègue observe les agissements d'Allen. Il peut toujours nous observer ou prendre la fuite… enfin s'il y a quelque chose à se reprocher.

Au sujet de ce dernier, je le suspectais plus d'être un pyromane qu'autre chose. Ou quelqu'un qui possède un dragon… mais un petit dragon alors.
Je m'approchais de la porte et appuyais sur le bouton de la sonnette. La porte s'ouvrit doucement et je pouvais voir une petite dame aussi petite que la poignée de la porte. Pas si ammochée que ça par la vieillesse, elle m'observait, puis Hammer et elle fit ce trajet de ses yeux noirs.

-Mary MacAlistair ?

Elle hocha affirmativement de la tête. Si elle ne parlait pas beaucoup, ça allait être difficile d'avoir des informations.

-Je suis l'agent Nash, et voici le caporal D'Ambreville, continuais-je. Aurez-vous quelques minutes à nous accorder pour quelques questions au sujet des cambriolages de bijoux et des phénomènes bizarres qui se passent dans le quartier.

Je voulais plus d'informations au sujet des cambriolages. J'étais persuadée qu'il y avait un lien.
La vieille dame aggrandit alors l'ouverture, et nous fit un signe de la tête pour nous demander d'entrer.
Je fis signe à Hammer de me suivre, et elle referma la porte derrière. Je me demandais si elle n'avait pas peur de quelque chose pour être aussi silencieuse.

A Bruno:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Sep 2015 - 16:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bruno observait la jeune femme et il comprit qu'il s'agissait d'une des toutes premières enquêtes de Nash sinon la première. Il la voyait toute paniquer par moments et sa nervosité la trahissait. Bruno se permit de poser délicatement sa main droite sur son épaule. Il ne fallait pas voir ici un geste déplacé de sa part mais l'expérimenté homme passé par par le corps des marines et la prestigieuse Star Squad, souhaitait simplement l'amener à se détendre. Même s'il était caporal et chef de l'escouade red, il se souvenait de ses débuts. De cette difficulté à garder l'esprit clair, de rester concentré, de prendre les bonnes décisions au bon moment, d'agir dans l'urgence, Bruno se rappelait de tout. De la réussite qui donne confiance en soi et de l'échec qui fait mal certes mais qui permettait d'engendre cette si précieuse expérience. Oui, par ce simple geste, Hammer voulait lui signifier qu'il avait confiance en elle. Ils ne se connaissaient pas, ils se voyaient pour la première fois mais le caporal D'Ambreville voulait voir en elle un agent compétent. En retrait, Yessika Hoolash alias Bang souriait. Elle connaissait parfaitement Bruno et elle savait à quel point il tenait à coeur à son ex-amant d'intégrer et donner confiance aux hommes et femmes qui travaillaient avec lui.

- Ne vous inquiétez pas, Bang le gardera sous bonne surveillance. Vous voyez, elle est déjà partie se mettre dès que vous lui avez indiqué l'appartement du suspect. Je vous suis, allons voir cette habitante, la mémoire du quartier!

Après avoir fait quelques pas, D'Ambreville et Nash arrivèrent sous le porche de la maisonnette. Celle-ci ne payait pas de mine et sa vétusté indiquait qu'elle avait été construite il y a de cela bien des années. Nash avait vu juste, la vieille qui y logeait, était sans doute l'une des plus anciennes habitantes du quartier.

L'agent Nash sonna et lorsque la porte s'ouvrit, une minuscule dame se montra. Portant un vieux châle d'un rose pâle, elle était aussi vêtue d'une vieille robe verte, était chaussée de pantoufles couleur crème et sur son nez était vissée une petite paire de lunettes rondes. A la demande de Nash, elle fit un signe de tête et les invita à entrer.

En passant près de sa collègue, Bruno lui donna un léger coup de coude et chuchota tout en souriant.

- On avait dit utilisation des noms de codes miss Nah! Il fallait dire monsieur Hammer mademoiselle... euh qu'elle votre nom de code?

Il ne put attendre la réponse de sa collègue car après avoir ajusté ses lunettes, la vieille dame leur adressa enfin la parole.

- Ah mais dîtes moi, vous ressemblez à mon fils, monsieur D'Ambreville. Attendez voir mais oui, vous êtes son portrait craché!

La vieille dame après avoir été silencieuse, était devenue un vrai moulin à paroles. Cependant, elle s'intéressait plus à Bruno qu'à l'agent Nash. Pire, elle semblait l'ignorer. Elle poursuivit sans qu'aucun des deux agents ne puisse en placer une.

- Vous êtes aussi beau que lui et vous semblez fort. Il était ma fierté! Je suis sure que vos parents sont fiers de vous, n'est-ce pas?

Bruno souriait toujours mais celui-ci exprimait sa gêne face au débit du témoin. Et cette dernière enchaînait.

-Malheureusement la guerre me l'a arraché. Cela fait maintenant bien des années qu'il m'a quitté. Cela fut difficile vous savez. Je n'avais que lui. Mais je me réjouis en me disant qu'il a pu voyager. Moi, je suis toujours restée ici. Oh et puis, il avait une petite amie. Aussi belle qu'elle.

Elle désignait du doigt à ce moment la jeune femme assise à côté de Bruno sur le vieux canapé.

- Ce jolie brin de femme est-elle votre petite amie mon chère?

Taquine, la dame partait dans un petit ricanement. Bruno regardait encore plus gêner sa jeune collègue quelque peu déboussolé par l'audace de la vieille dame. Il décida de prendre la parole et ainsi couper l'élan de leur témoin. Bruno avait bien dit à Nash qu'il n'interviendrait qu'en cas de force majeure. Pour lui, c'en était un. Pour autant, il avait décelé la solitude de la dame et ne souhaitait pas se montrer brutal.

- Euh... non madame. Nous sommes collègues et travaillons ensemble. Mais en voyant l'amour que vous portez à votre fils, c'est un honneur d'être comparé à lui. Mais comme je vous l'ai dit, nous sommes ici pour le travail, voulez vous répondre aux questions de l'agent Nash je vous prie?

Elle fit un geste de la main et s'enfonça dans son fauteuil.

- D'accord, d'accord. Allez, posez vos questions et j'y répondrai mais à une condition que restez pour boire un café en ma compagnie!


 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Sep 2015 - 19:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Vous avez déjà été épié ? Du type on vous suit H 24 et pourtant on ne doit rien dire parce que c'est normal ? On ressent un certain stress, hein ? Disons que je ressentais ça à ce moment. Rien ne se passait comme prévu. Peut-être que si j'avais été prévenu, j'aurais pu me préparer. Mais non, il fallait que ça se passe sans que je ne sache rien. Je pourrais comparer ça aux blagues de mes frères.
Sauf que c'était du sérieux. Et que ce n'était pas dans le but de faire rire.

Dès que j'avais indiqué la maison du suspect, je vis un des agents se diriger près d'elle. L'équipe était très professionnelle.
Cette pensée me sortit de l'esprit lorsque je sentis quelque chose sur mon épaule. Il s'agissait de la main du caporal. La pression me fit penser à celle de Benjamin, qui était dans la marine. Bien qu'il me faisait ce genre de geste déjà auparavant, il le faisait très fréquemment dès qu'il rentrait. Il m'avait expliqué que c'était en signe de confiance. J'en déduisis que le caporal D'Ambreville voulait me faire passer ce message et qu'il avait travaillé auparavant dans la marine.
Ouais, mes frères me manquaient.

Après m'avoir confirmé que son collègue était près de la maison d'Allen. Je partis avec lui.
Mary MacAlistair nous invita à entrer dès qu'on s'était présenté. D'Ambreville en profita pour me donner un coup de coude. Qu'est-ce que j'avais encore fait ?
Visiblement, je ne l'avais pas désigné par son nom de code. Merde !
Et je n'en avais toujours pas trouvé. Double merde !

Alors que j'allais répondre que je m'excusais de ma maladresse et que je n'avais pas de nom de code pour l'instant (oui, je n'allais pas dire un nom de code au pif!) que la vieille dame m'interrompit pour s'adresser à mon collègue.
Tant mieux, je pourrais réfléchir à un nom de code. Et puis, ça pourrait faire bavarder Mary qui était rester très silencieuse.
J'en profitais alors pour observer l'intérieur de la maison, avec comme son sonore la voix de la propriétaire, qui avait le monopole de la discussion visiblement, une discussion très déprimante.
Je revenais sur le décor, un décor plutôt ancien, j'avais raison sur le fait que c'était la doyenne du quartier. Pourtant, quelque chose m'intriguait… Avait-elle placé cet objet par hasard ?

Je fus interrompus dans mes pensées par cette dernière, qui me désigna. Me faisait-elle allusion avec la petite amie de son fils ?
J'étais vraiment plus que gênée. J'étais presque mal à l'aise. Evidemment que je ne la connaissais pas… sauf si j'étais devenue amnésique en cours de route. Mais fallait-il qu'elle en rajoute une couche !
Heureusement que le caporal répondit à ma place, parce que techniquement, je n'aurais pas pu le faire à sa place. Finalement, je ne regrettais pas sa présence.

Après quelques secondes où je me remis de la discussion que je commençais à la questionner. En laissant à chaque fois un temps pour qu'elle puisse répondre. Question par question.

-Alors, pour commencer, avez-vous été victime d'un cambriolage ? Avez-vous vu ou entendu des choses sortant de l'ordinaire ? Est-ce que vous connaissez votre voisin d'en face, Allen Brown?

J'étais devant elle, attentive à ses réponses. En espérant qu'elle allait me donner de précieuses informations.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Sep 2015 - 20:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'agent Nash venait à nouveau d'envoyer une salve de questions. Cette fois-ci, la petite dame posa son regard sur elle. C'était comme si elle avait retrouvé son sérieux. Du moins, elle arrêta ses divagations. De nouveau, elle ajusta ses petites lunettes rondes et prit la parole.

- Si j'ai été cambriolée? Figurez-vous ma petite que mes chats ont disparu! Mes trois beaux chats... Quand je vous dit que je suis toute seule!

Bruno se permit de rebondir sur les propos de la doyenne du quartier. Ce n'était peut-être rien mais le caporal se prit au jeu d'enquêteur et décida de creuser un peu.

- Vos trois chats? Cela fait-il longtemps? Comment pouvez-vous être certaine qu'ils ne se sont pas juste enfuis?

La drôle de vieille dame posa ses mains sur sa tête.

- Si j'en suis sure? Ben oui! Et pourquoi j'en suis certaine? Parce que je ne suis pas la seule. Cela fait un moment que les animaux du quartier disparaissent. Et quand je dis les animaux, je veux dire tous les animaux! Chiens, chats, canaris, poissons rouges même ces animaux qu'on appelle les "NAC". Disparus, envolés, fiou! Si ça ce sont pas des choses qui sortent de l'ordinaire, je veux bien qu'on me gifle!

Bruno regarda Nash. Voilà, effectivement, qui était étrange. Pour le caporal, cela ne pouvait pas être une coincidence mais ce Allen Brown y était-il pour quelque chose concernant ces disparitions? Trop tôt pour l'affirmer.

- Depuis quand cela se produit-il, madame?

Elle soupira en faisant une grimace.

- Vous me croirez si je vous dits que cela a commencé depuis l'arrivée de ce Allen Brown? Mais c'est pas lui c'est sûr!

Elle s'arrêta net. Les deux agents restèrent silencieux mais la vieilla dame vit dans leur regard qu'ils désiraient savoir pourquoi elle était aussi affirmative. De son propre chef, elle continua.

- Ben oui, c'est vrai qu'on ne le voit pas beaucoup le bougre mais le peu de fois où nous nous sommes rencontrés, il a été d'une grande politesse et il est gentil comme un coeur. Au début, il m'a même aidé à chercher mes adorables chats. Ah et puis, il est si charmant avec son petit accent! Dommage qu'il soit aussi discret, il pourrait se faire beaucoup d'amis. C'est bête, il est si jeune. Moi à son âge, je m'amusait comme une folle. Mon père en était vert de rage mais ça me plaisait de le faire enrager!

Une fois de plus, la bonne petite femme se laissa emporter par son flot de palabres. Désireux d'en savoir plus, le franco-américain n'osait pas l'interrompre. Il pensa qu'il en fut de même pour Nash.

-Alors vous le voulez ce café?

Bruno sourit à leur intetlocutrice. Celle-ci était à présent debout prête à se rendre dans sa cuisine.

- Oui madame avec plaisir?

La vieille femme lui rendit son sourire puis, elle s'engouffra dans sa cuisine. Bruno se tourna vers sa collègue afin de recceuillir ses impressions.

- Alors, qu'est-ce que vous en pensez? Etrange quand même! Vous avez encore des questions à lui poser? Sans quoi, nous devrions aller voir ce Allen Brown.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Sep 2015 - 21:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
A peine avais-je posé ma question que la vieille dame répondit aussitôt. Avec une réponse, je dirais inattendue. Bah oui, quand les deux hommes m'avaient parlé de cambriolage, je parlais plus de bijoux. Pas d'animaux. Avais-je bien entendu ce que ces derniers m'avaient raconté ? Oui, j'en étais plus que certaine.
Ce fut Bruno qui en profita alors pour l'interroger à ce sujet. Elle continuait sur les disparitions d'animaux qui mena jusqu'à… Allen Brown. Mais pas avec la même description que les deux premiers habitants du quartier.
Mon hypothèse était donc tombé complètement à l'eau. Et si les animaux s'étaient enfuis lorsqu'ils ont senti la présence d'Allen ? C'était quelque chose à vérifier.

Visiblement rien d'autre à rajouter. Alors qu'elle nous demanda si on voulait on café, mon collègue lui répondit avec le sourire. Je décidais alors de faire de même.

-S'il vous plait.

Dès que Mary sortit de la pièce, le caporal D'Ambreville m'adressa aussitôt la parole. Ce que je pensais de tout ça précisément.

-Étrange oui, c'est le cas de le dire. Les personnes que j'ai interrogé n'ont pas parlé de disparition d'animaux, mais de bijoux. Si c'est le cas, peut-être que la présence d'Allen a effrayé les animaux. Comme les chiens qui aboient lorsqu'ils sentent des fantômes.

Oui, j'avais pris cet exemple, qui est peut-être stupide. Mais c'était le seul que j'avais en tête.

-Et regarde là, tu trouves pas que c'est bizarre de mettre un miroir en face de sa fenêtre ?

J'avais continué en pointant l'objet qui m'avait intrigué depuis qu'on était entré dans la maison. La place de ce mirroir dans la pièce me paraissait étrange selon moi. Oui, parfois, j'avais des réflexions bizarres.

-Est-ce que l'agent Bang a observé une réaction étrange de la part d'Allen de là où elle se trouve ?

Alors que le caporal allait me répondre que Mary MacAlistair revint avec les cafés posés sur un plateau qu'elle posa sur la table basse.

-Et voilà !

On disait souvent dans le Kansas que le café était fait pour les hommes. Que des conneries !

-Avez-vous d'autres questions à me poser ?

Visiblement, elle aimait beaucoup discuter, la petite dame ! Au final, elle était très silencieuse non pas parce qu'elle avait peur, mais parce qu'elle était seule depuis beaucoup de temps.

-Oui, deux dernières questions. Avez-vous vu récemment chez Allen Brown des flammes dans la pièce de l'entrée ? Et pourquoi avoir mis ce miroir en face de votre fenêtre ?

Je portais la tasse à la bouche doucement, l'observant avec attention. La dernière question allait sans doute la faire rire. Mais je voulais une réponse. Après ça, nous irons voir les agents s'ils ont vu quelque chose pendant qu'on était dans la maison, avant de venir questionner enfin Allen Brown. Bien que j'avais moins de suspicions envers lui. Et si depuis le début, nous-avions faux ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 21 Sep 2015 - 20:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bruno était satisfait. Non pas particulièrement parce que leur enquête avançait mais parce qu'il avait réussi à mettre l'agent Nash en totale confiance. A tel point que cette dernière le tutoyait maintenant. Il ne sentait plus sa nervosité du début et même, une certaine osmose semblait se créer entre eux. On aurait dit deux vieux équipiers!

Le caporal l'écoutait s'interroger tout haut et prendre des décisions. Il allait lui expliquer qu'avec l'oreillette et le micro qu'elle avait reçu, il lui était tout à fait possible de formuler la demande elle même. En effet, ils partageaient tous une fréquence codée et qu'en appuyant simplement sur l'oreillette, il leur était possible de communiquer avec les autres et d'entendre les différents échanges.

Seulement, c'est le moment que choisit Mary MacAlistair pour revenir dans le salon portant un plateau un inox sur lequrl se trouvait trois tasses de café ainsi que les cuillères et un récipient contenant sans doute du sucre. La vieille dame s'affairait à les servir mais elle se tenait à leur disposition s'ils avaient d'autres questions.

Nash saisit immédiatement l'occasion.

Celle qui tendait à Bruno une tasse blanche regarda le fameux miroir. Elle parut gêner.

- Oh ce miroir... Vous savez, je n'aime pas me mêler de la vie des autres mais comment dire? Vous savez à mon âge, on a pas trop l'occasion de se divertir et surtout personne ne vient me rendre visite. Et puis la télévision ça amuse un temps sans plus. J'ai une sainte horreur de ces séries à l'eau de rose dont raffolent toutes ces vieilles peaux! Alors, j'avoue que grâce à cet objet, je peux observer les allées et venues de mes très chers voisins. Et je peux vous dire que je vois de ces choses!

Elle reprit son souffle, donna une tasse à Clarisse et prit la dernière pour elle. Elle en but une gorgée.

- Il est bon mon café, hein?

Bruno répondit aussitôt à la question de madame MacAlistair. Il sentait dans cette interrogation que cette derniè recherchait un peu de reconnaissance.

- Il est parfait madame.

La petite femme posa sa tasse et se mit à rire.

- Vous êtes si charmant! Quel plaisir d'être ainsi flattée! Pour répondre à l'autre question jeune fille sachez que oui. C'est arriver une ou deux fois. J'imagine qu'il est un peu bricoleur c'est tout. Il n'y a jamais eu d'incendie ni d'odeur suspecte. Mais bon ça fait un moment que je n'en ai plus vue. Faur dire qu'il reste cloîtrer chez lui. La seule chose bizarre, c'est ces gens qui viennent chez lui et qui repartent illico! Autre chose?

Bruno posa sa tasse à son tour puis se leva.

- Non madame. Nous avons assez abusé de votre temps. Je pense que ça ira et il temps pour nous de nous en aller. Merci pour tout madame surtout pour l'excellent café.

Mary MacAlistair posa ses mains sur ses joues un peu rouges.

- Oh je rougis, arrêtez! Vous promettez de venir me revoir un jour?

- Promis, dès que je serai libre.

Puis, Bruno sortit de la maison laissant le soin à Clarisse Nash de faire ses remerciements et ses adieux à la sympathique dame.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 22 Sep 2015 - 19:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ma question était peut-être un peu brutal, à tel point que notre témoin parut gênée. Je n'avais peut-être pas à juger cette vieille dame. Mais ce miroir me rendait curieuse.
J'étais peut-être aussi trop méfiante, puisqu'elle nous répondit en expliquant que c'était pour office de distraction, alors que j'allais m'excuser de ma question un peu trop violente.
Comme je la comprenais ! Vu ce qui passe à la télé en ce moment. De la téléréalité la plupart du temps. Une grande perte de maturité. Mais bon, c'était pour que la télévision se fasse du fric sur l'audience.
La jeunesse avait changé. Hélas !

J'avais bu à présent la moitié du contenu de la tasse. J'avais l'impression d'être plus soulagée. Peut-être parce que je m'étais méfié de Mary, il est vrai que je prends du temps à faire confiance aux personnes qui m'entourent, et que je pensais qu'il y avait du poison dans son café. Mais après sa réponse au sujet du miroir, je ne me souciais moins de ça. Et ce fut avec un hochement de tête que je lui affirmais que son café était très bon.

Visiblement, Bruno savait rendre les gens confiants. Peut-être moi aussi.
La doyenne rajouta quelques indications au sujet des flammes dans la maison d'Allen Brown. Rien de grave d'après elle. Pas comme m'avait expliqué les deux premiers témoins. Mais elle avait aussi observé les inconnus qui venait chez son voisin.

A présent j'avais des suspicions au sujet des deux hommes. Peut-être que l'équipe devrait les surveiller aussi.
Il était à présent temps d'aller interroger Allen Brown. Visiblement, mon collègue était d'accord. Après l'avoir remercié d'avoir concentré son temps pour répondre à nos questions, nous sortîmmes du batiment.
J'essayais de voir les deux hommes que j'avais questionné au départ. Il était toujours dans le quartier, mais il s'était éloigné. Sans doute ils s'étaient inquietés lorsque l'équipe d'intervention était arrivée.

Avant que Mary arrive avec les café, Bruno m'avait expliqué le fonctionnement de l'oreillette. Il suffisait apparremment d'une simple pression et je pouvais communiquer avec les autres.
C'est ce que je fis en contactant l'agent Bang de là où elle se trouvant.

-Agent Bang ? Le suspect a-t-il fait quelque chose en particulier pendant qu'on interrogeait le témoin ?

J'attendis sa réponse, la remercia. Puis je passais à l'agent Heart.

-Agent Heart, vous voyez les deux hommes qui discutent ? Ont-ils eu une attitude étrange pendant qu'on était à l'intérieur du batiment. J'aimerais qu'on les observe de plus près. J'ai l'impression qu'ils ont un rapport avec les évènements dans le quartier.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 24 Sep 2015 - 4:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les deux agents quittaient définitivement la demeure de Mary MacAllistair et rejoignaient la rue. Nash entreprit alors de s'adresser àYessika et à Samantha dans le but d'une part avoir des informations sur les mouvements du principal suspect mais aussi sur ceux des hommes qu'avait interrogé auparavant et qui se trouvaient toujours dans les parages.

Seulement voilà, alors que ses demandes étaient plutôt claires, aucune réponse ne se fit entendre. Bruno arrêta sa marche et fit signe à Clarisse d'en faire de même. Il posa son doigt sur son oreillette afin d'activer le micro.

- Message à toute l'équipe. Si vous restez bien entendu sous mon commandement, considérez l'agent Nash comme faisant partie à part entière de l'escouade red sur cette mission. Vous pouvez donc répondre à ses sollicitations.


La précision apportée, il sourit à Clarisse et ils attendirent les renseignements demandés. Mais Bruno ajouta à l'attention de la jeune femme.

- Désolé mais je dirige ma troupe comme une petite armée. Et tu connais la rigueur militaire? Si les ordres ne sont pas transmis alors rien ne bougent!

A peine eut-il terminé que Yessika Hoolash se fit entendre dans leur oreille droite.

- Reçu. En ce qui concerne notre coco, la situation n'a pas évolué. Il est toujours chez lui et toujours barricadé. Les capteurs indiquent seulement sa présence mais ils semblent indiquer qu'il est en train de dormir.

Bruno trouva cela bizarre. Était-ce vraiment leur homme dans l'appartement? Le seul moyen de le savoir était d'y aller. Ce fut autour de Heart de se faire son rapport.

- Ici Heart, reçu. J'ai surveillé les faits et gestes des deux hommes. J'ai aussi déployé la mini-parabole afin d'écouter leur conversation. Mais s'ils paraissent suspects, ce n'est directement pas lié à votre enquête. Ils se demandent juste qui nous sommes et si on va arrêter le suspect. Un des deux est mal à laise car il possède quelques pétards qu'il n'a pas envie de nous voir trouver.

Bien voilà qui éliminait une potentielle menace se dit Bruno. Mais maintenant, il ne restait plus qu'à confronter l'homme sur qui tous les regards sont braqués.

- Ok tout le monde. Tenez-vous prêts, on va aller voir l'objectif principal. Restez concentrés, vigilants et prêts à intervenir à mon signal. Mais surtout, soyez tous discrets. On ne sait jamais, il pourrait avoir des complices s'il s'avérait être un danger.

Ses coéquipiers accusèrent réception de ses ordres et le caporal s'adressa à celle qui allait l'accompagner chez Allen Brown.

- Vous sentez prête? Avez-vous votre arme? Quoiqu'il arrive, essayez de rester le plus décontracter possible. Il se peut qu'il ne soit qu'un marginal, rien de plus. On y va?

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 17 Oct 2015 - 20:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
J'attendis les réponses. 1 seconde, 2 secondes… 1 minutes.
Pas de réponses. Bon, ok, c'était sympa...
Ne me dites pas que l'oreillette était déjà en panne ? Ça m'étonnerait quand même. Et si l'agent Hammer m'avait fait une blague, elle était très mauvaise.
Pourtant, mes demandes étaient claires. Et puis j'avais été un peu polie. Qu'est-ce que j'avais encore fait ?
Alors que je fis complètement le point sur mon caractère, me demandant si je n'étais pas la fille la plus pénible du monde et que si c'était le cas, comment mes frères ont pu me supporter… Mes pensées furent interrompues par mon partenaire qui me demandait de m'arrêter.
Il interpella alors son équipe, avant de s'excuser en m'expliquant que sa troupe était un peu une armée dont il était le commandant. Je ne savais pas si il voulait me rassurer en me disant cette explication, mais ça me donner juste envie de me la fermer.
Ouais, ouais. Parfois, j'étais une soumise. Mais je le considérais comme un supérieur. Pus sympathique que ceux de l'organisation.

Dès l'interpellation de la troupe, j'eus toute les réponses dont j'avais besoin. Pour résumer, les premiers témoins que j'avais interrogé n'avaient rien de suspect, du moins les pétards que l'un d'entre eux portait ne nous concernait pas, et pendant l'interrogatoire de la doyenne, notre suspect numéro un dormait.
Ok, je savais qu'on était presque discrets, mais quand même ? Je n'avais pas vu dans le dossier qu'il était insomniaque ! Je me tournais vers Bruno et cette réponse lui semblait ne pas lui plaire.

C'était le moment d'aller voir Allen.
L'agent Hammer me questionna au sujet de ma sécurité et je lui répondis en pointant mon arc et mon carquois remplis de flèches qui était sur mon dos. En revanche, je me demandais si c'était une bonne idée de le sortir maintenant. Et puis, j'eus une idée.

Je sortis l'arc, comme je le désirais, vérifiais que le mécanisme des lames fonctionnaient correctement, si ce n'était pas le cas, j'étais vraiment nulle pour les améliorations et m'avançait vers le domicile d'Allen Brown.
Installée devant la porte, je n'entendis rien d'anormal de l'autre côté de cette dernière. En fait, je n'entendais rien du tout. Il dormait toujours ?

-Il doit dormir comme une marmotte, lançais-je machinalement.

Ne voyant pas d'autre alternative, j'appuyais sur la sonnette attendant une réponse. J'espérais juste qu'elle était assez sonore pour que le suspect entende quelque chose et par la même occasion, se réveille.

Hasard:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 17 Oct 2015 - 20:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4706
ϟ Nombre de Messages RP : 4307
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4706
ϟ Nombre de Messages RP : 4307
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Clarisse L. Nash' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 21 Oct 2015 - 20:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'agent Nash appuya sur la sonnette. Bruno ne s'attendait pas à une quelconque réponse et contre toute attente, il entendit le cliquetis de la serrure. Sa main était fermement posée sur son arme de poing. Rien de ce qu'ils avaient recueilli n'affirmait qu'Allen Brown était dangereux mais rien ne permettait de dire le contraire. Alors, il valait mieux se tenir sur ses gardes.

A ses côtés, sa coéquipière de circonstance pointait son arc sur la porte. Bruno sourit et pensa sans doute à juste titre que cette dernière était plus forte qu'elle n'y paraissait. En tous les cas, il n'avait aucune envie de se retrouver de l'autre côté de la porte. Il s'imaginait ainsi être nez à nez avec cette flèche prête à fendre son visage pour atteindre le mur se retrouvant derrière lui. Heureusement, il n'était pas celui qui allait avoir droit à cet accueil.

Avant que la porte ne s'ouvrit, le chef de l'escouade demanda à son équipe de rester aux aguets. Il se devait d'envisager toutes les possibilités, les surprises jouant rarement en faveur des troupes d'intervention. Après que chacun ait répondu par l'affirmative, Bruno sortit son arme.

La porte s'ouvrit enfin et ils découvrirent enfin le fameux Allen Brown. En voyant le bonhomme, Bruno s'étonna qu'une telle personne ait attiré le regard de l'Unison. Puis, il se ravisa bien vite. C'était en sous-estimant des adversaires que les mauvaises surprises survenaient. Tout de même, aux premières vues, l'homme ne paraissait absolument pas dangereux. Plutôt chétif, il était maigre. Il portait de grosses lunettes de formes carrées aux verres épais au-dessus desquelles on pouvait découvrir un large front dégarni. Il possédait aussi de grandes oreilles . Sa tenue vestimentaire n'avait rien à voir avec celle des supers méchants de la ville. Effectivement, il portait un pantalon marron, un cardigan lui aussi marron mais plus fonçé. Cerise sur le gâteau, ses pieds étaient chaussés de pantoufles représentant chacune un lapin. L'homme leva le sourcil droit en signe d'étonnement.

En les voyant, ce dernier eut un petit recul et porta sa main droite sur sa poitrine. Il fixait notamment avec insistance l'agent Nash et plus particulièrement son arc et la flèche armée.

- Qui êtes-vous? Que me voulez-vous?

Bruno rangea son arme et abaissa délicatement l'arc de Clarisse tout en souriant à l'homme surpris.

- Ne vous inquiétez pas monsieur, nous sommes des agents de l'Unison. Je suis le caporal Hammer et voici... . Je vais la laisser se présenter et vous expliquez le pourquoi de notre présence.

Il lança un clin d'oeil plein de malice à la jeune femme l'accompagnant.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville)
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_6Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_8


Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_1Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_2_bisEnquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_3
 Sujets similaires
-
» { Pluvieusement votre - - - PV
» Dites haut et fort que vous aimez votre guilde !
» Mac miller Sign
» Le futur choisit Carte Bleue Visa - Prenez votre futur en main [Wesley]
» ❝Quelle est votre ambition dans la vie ? Devenir immortel et mourir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_6Enquête C23-B5, signé votre gentil junkie (feat Bruno d'Ambreville) Categorie_8
Sauter vers: