AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Le contact, c’est l’appréciation des différences ▬ Abigaïl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 14 Juin - 20:54 Message | (#)

Depuis les opérations effectuées par l'autre tarée, Jay avait eu pas mal de choses à organiser et à lancer. La possibilité de créer un groupe qui l'émanciperait du Circus Maximus s'était fait un petit nid dans son esprit et il avait fini par se lancer, persuadé que c'était son propre désir et bien loin de deviner qu'il s'agissait en réalité d'un effet direct du sérum de persuasion que la scientifique lui avait introduit dans le sang. Quel que soit son libre arbitre, le texan s'était débrouillé pour recruter une combattante du Circus qui avait une grande gueule, mais surtout du plomb dans la cervelle. Bien sûr, son machisme et sa méfiance étaient toujours très présentes, cependant il avait compris qu'il ne pourrait pas se débrouiller tout seul. Carmen s'était finalement présentée comme la personne idéale : bonne combattante, digne de confiance, capable de mener des missions avec efficacité, mais surtout grandement lassée sur Circus et du rôle offert aux « hommes de main » comme eux. La jeune femme visait plus haut, mais ce n'était pas dans ce groupe-là qu'elle pourrait atteindre ses objectifs, lorsque le trentenaire lui avait donc parlé de son projet, elle avait sauté sur l'occasion.

Le groupe était en préparation, Carmen s'occupait de dénicher un endroit où ils pourraient poser leurs valises et elle se chargeait aussi de recruter les futurs « employés ». De part son passé, la jeune femme avait des contacts dans le milieu du mercenariat et avec l'aide du petit-copain de la scientifique – lui aussi mercenaire – ils avaient pu commencer à engager quelques types qui savaient se débrouiller.

Mais il restait encore plusieurs domaines à explorer. Ni elle, ni lui n'avait de contacts dans le milieu de la magie. Or, ils savaient tous les deux qu'il était primordial de pouvoir compter sur une aide dans ce domaine-là. Pourquoi ? Parce que s'ils tombaient sur une cible qui utilisait la magie, ils seraient comme des cons à observer des attaques et des défenses qu'ils ne comprenaient pas et ne maîtrisaient pas davantage. Un mystique était obligatoire et, de préférence, un touche à tout qui pourrait leur service de soutien pour la défense comme dans l'attaque.

C'était donc assez naturellement qu'il avait pensé aux deux seules personnes qu'il connaissait dans ce domaine : l'irlandaise rousse qui utilisait la magie du sang et la blonde qui s'amusaient avec les cadavres. La première était visiblement devenue serveuse dans un club bizarre et avait pondu un marmot, ce qui signifiait qu'elle ne serait pas d'une grande utilité, quant à l'autre... et bien il ne savait pas grand-chose d'elle, si ce n'est qu'elle manipulait les cadavres et jouait avec les fantômes. Comme il n'avait pas de projet de se lancer dans l'exorcisme et qu'il ne croyait pas franchement à toutes ces choses – même en les ayant vues de ses propres yeux – il avait songé à abandonner l'idée, mais Carmen avait finalement insisté pour qu'il pousse les vérifications au maximum. Peut-être que la blonde connaissait des personnes qui leur conviendraient ? C'était possible, en effet ! Il chercha donc quelqu'un capable de le renseigner sur cette nana : une traque incessante d'informations qui s'avéra rapidement lassante.
Mais elle fut aussi utile.

Il avait fini par apprendre que la blonde avait ouvert une sorte de bar ou de club qui se trouvait dans le district sud et, plus précisément, sur la colline aux lanternes. Pas franchement son lieu de vie préféré, mais il y avait pire comme endroit. Jay avait un peu repéré l'endroit de loin avant de finalement se lancer. Un soir, alors que la nuit était doucement tombée sur la ville, il s'était rendu dans ce fameux bar histoire de vérifier si c'était bien la blonde qu'il cherchait. Il ne lui avait pas fallu bien longtemps avant de la repérer : elle portait un haut qui arborait le nom de l'établissement et semblait parfaitement à son aide. Sa tenue n'avait rien à voir avec les deux qu'elle portait lorsqu'ils s'étaient croisés, mais son visage était suffisamment marquant pour qu'il ne l'ait pas oubliée depuis – bien que cela n'avait rien à voir avec un quelconque attrait physique. Ces détails lui passaient largement au-dessus de la tête.

Lui, par contre, n'avait strictement rien changé de son style vestimentaire et cela malgré les « conseils » de l'autre tarée. Tout viendrait en temps et en heures. Mieux valait que les gens ne se rendent pas compte de tout ce qui avait changé chez lui – et ce n'était pas rien. Jay promena son regard sur les environs, cherchant les deux gus qui l'avaient aidé à mener le braquage de la soirée de gala, mais il ne les remarqua pas. Peut-être étaient-ils dissimulés dans le sous-sol – il y avait toujours des sous-sols bizarres dans les clubs comme ça – ou peut-être qu'ils se camouflaient sous des vêtements qui leurs donnaient un air plus humain. Au fond, le trentenaire s'en fichait, il ne venait pas ici pour chercher des noises à leur maîtresse, mais bien pour lui demander un service.
Comme quoi, tout arrivait.

Il se dirigea finalement vers la blonde qui se tenait non loin de là, ignorant si elle l'avait remarqué ou non. Peu important au fond. Arrivé devant elle, le texan ne tourna pas longtemps autour du pot et lui adressa la parole d'un ton légèrement plus affable que lors de leur dernière conversation.

« Ça a pas été facile d'te mettre la main d'ssus. » C'était un euphémisme. « J'aurais b'soin d'te causer. C'est en rapport avec... tes capacités s'tu veux. »

Autrement dit, sauf si elle voulait qu'il étale tout ça ici, il était préférable qu'ils puissent discuter dans un lieu discret qu'au milieu de ses clients. Enfin, si elle tenait à sa discrétion ! Remarquez, ça aurait fait un beau coup de pub, assez original à sa manière en tous les cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 14 Juin - 21:34 Message | (#)

Le bar était noyé dans l'ambiance rock'n roll et morbide qui lui était propre. Il y avait peu de monde, comme d'habitude. Après tout, on en s'amusait pas à faire tourner une façade à plein pot, c'était un coup à risquer de se retrouver avec une tripotée de fouineurs qui mettraient leurs nez partout. Le problème au Necropolitan, c'est que si on mettait son nez au mauvais endroit, on risquait de se le faire bouffer. Au sens propre.

Abigaïl avait vu beaucoup d'individus avec des têtes à faire peur entrer dans son bar. Certains avaient laissé des souvenirs pour le moins tumultueux, comme le lionceau blond qu'elle aurait bien dépecé pour s'en faire un tapis qu'elle aurait étalé au pied de son lit. Les faces les plus décomposées avaient généralement leur propre entrée, le tunnel qui reliait le cimetière aux Lanternes avec la crypte. C'était par là que passaient les revenants, les goules et autres faces de pourri. Les vampires et les sorciers qui avaient réussi à garder un faciès commode passait par le haut. Mais malgré tout ce qu'elle vu passer sous ces yeux, elle ne s'était pas attendue à voir cette gueule là réapparaître. Elle fronça légèrement les sourcils en le voyant débarquer, avant de s'autoriser un sourire affable, totalement factice. Un fantôme se plaçait aussitôt derrière l'homme, en sentinelle invisible. Mais c'était juste comme sentir un courant d'air froid.

"Si cela avait été facile de me mettre la main dessus tu crois vraiment que je serais encore là pour te parler ?" Après tout, elle était officiellement morte, l'UNISON avait une enquête d'ouverte sur son alter-ego vigilant, Lady Death, et elle préférait que l'Amiral lui-même pense qu'elle ait périe en Europe. Alors oui, que personne ne puisse remonter jusqu'au Necropolitan en la cherchant était essentiel. "D'ailleurs il faudra que tu me trouves comment tu m'as trouvé pour que je m'occupe de ce petit problème."

Même si le mutant dont elle ignorait toujours le nom avait sûrement des contacts différents que l'agent Rebekha Lawson, elle préférait ne pas prendre de risques. Dans un coin de la pièce, Silence s'était levé. Comme d'habitude dans le bar, il portait un masque de zombie en caoutchouc qui cachait un faciès finalement bien plus horrible. Elle avait pris du temps pour le recoudre après ses derniers déboires, aussi espérait-elle qu'elle n'aurait pas à l'utiliser contre le mutant.

"Quoiqu'il en soit, ce n'est pas le bon endroit pour parler affaire. Suis-moi." Elle lança son torchon à l'une des serveuses qui l'attrapa en silence. Personne n'aurait pu deviner à la tenue d'Abigaïl, le débardeur et mini-short habituels, qu'elle était la patronne, sauf quand on observait attentivement qui donnait des ordres aux autres serveuses et qui était là pour jauger la clientèle avant tout. Elle fit signe au mutant de la suivre. Elle marqua une pause quand ils arrivèrent au niveau de la cage d'escalier. Puis elle décida de descendre.

Le Necropolitan était réparti sur plusieurs étages. Le rez-de-chaussée était le bar classique tandis qu'Abigaïl vivait au premier et prêtait certaines chambres à ses employées. La première cave était celle d'un bar normal, avec les celliers et les différentes réserves de boisson. "Une bière ?" Demanda-t-elle en lui proposant une des bouteilles qui était encore dans l'emballage d'origine. Sous leurs pieds se trouvait un second sous-sol et puis enfin, la Crypte. Mais c'était dans le second qu'ils descendirent après avoir franchi une lourde porte en métal et insonorisée. Déjà en s'engageant à nouveau dans l'escalier, l'homme put voir des changements, entre les vertèbres factices qui se dessinaient sur la rampe et la musique qui montait de la Crypte.

Dans une pièce sur la gauche, deux silhouettes vêtues de noir et aux yeux brillantes étaient en train de découper ce qui ressemblait grandement à un cadavre humain.  Elle ouvrit une porte et invita le mutant à entrer dans ce qu'elle appelait sa conciergerie de l'enfer, ou plutôt le parfait petit bureau de la nécromancienne moderne. Une sorte de fauteuil apparemment constitué d'ossements était placé derrière un meuble en bois sombre. Les étagères était couvertes d'artefacts lugubres tels que des embryons dans du formol, des crânes aux rictus grimaçants ou des grimoires en peau humaine. Elle prit place derrière son bureau. L'image était déroutante, le vêtement de la nécromancienne dénotant considérablement avec l'ambiance macabre de son environnement. Le fantôme avait suivi Jay tout du long, mais Silence était resté dans le bar du dessus, pour s'assurer que personne ne tente de profiter de l'absence d'Abigaïl pour croquer un des clients ou tenter de la suivre.

"Voilà, maintenant que nous sommes au calme, nous pouvons parler. je croyais que notre accord était simple ? L'argent pour moi, la gloire pour toi et nous ne nous revoyons plus jamais. Tu as besoin d'aide pour un autre coup ou tu es simplement tombé amoureux de moi ?"

Malgré cette pique, elle se montrait beaucoup plus conciliante que lors de leur première rencontre. Pour preuve elle ne l'avait toujours pas traité d'homosexuel nécrophile. Pour le moment en tout cas. Mais s'il se montrait agressif, elle espérait qu'il se rende bien compte d'une chose. Il était sur son territoire cette fois-ci. Elle avait toute la matière première dont elle pouvait rêver ici bas. Six pieds sous terre, les nécromanciennes sont reines.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 14 Juin - 23:06 Message | (#)

Jay ne comptait pas expliquer comment il avait fait pour la trouver. S'il commençait à balancer ses contacts pour en rassurer d'autres, son groupe ne ferait pas long feu, c'était évident ! Il resta donc silencieux tandis qu'elle confirma ce qu'il pensait : elle ne souhaitait pas parler « affaires » en public et l'invita donc à la suivre. Il jeta un rapide coup d’œil à la serveuse qui réceptionna le torchon lancé, mais elle semblait aussi normale que possible. Il fallait quand même être bizarre pour vouloir bosser dans un endroit aussi bizarre. Le texan n'avait jamais été très fan des gothiques et des conneries de ce genre – ni d'aucun style en fait – pour lui les décorations étaient superficielles et les vêtements n'avaient que l'intérêt d'éviter d'avoir froid et de ne pas se balader à poil. Les styles et toutes ces choses sans intérêt lui passaient largement au-dessus de la tête.

Il lui emboîta donc le pas avant de décliner la bière qu'elle lui proposa. Il aimait bien boire, mais très franchement, cet alcool lui rappelait trop ses frangins – qui en buvaient par caisses entières – et il n'avait pas spécialement envie de se replonger dans ces pensées-là. Son silence perdura jusqu'à ce qu'ils traversèrent tous les lieux de production de la nécromancienne. Elle avait l'air de vendre de drôles de trucs dans son restaurant et pendant un instant, le texan fut soulagé de ne jamais avoir mangé ici. Bon, il n'était pas très regardant sur ce qu'il avalait, mais tout de même : il s'agissait de chair humaine et Jay n'avait pas de tendances cannibales. Enfin, peut-être qu'elle s'en servait pour nourrir ses bestioles, allez savoir ? Dans le doute, il préférait s'abstenir de manger ici jusqu'à nouvel ordre. Ou tout le temps en fait.

Ils débarquèrent finalement dans un bureau qui n'avait rien de très... accueillant ? Normal ? Tellement de définitions qui ne s'adaptaient pas à ce lieu en fait. La seule chose que Jay devait avouer, c'était que cette pièce ressemblait parfaitement à l'idée qu'on se faisait de l'antre d'une nana qui s'amusait avec des cadavres. Son regard clair passa sur les diverses « décorations » pas franchement décoratives qui se trouvaient dans la pièce avant de s'arrêter sur le visage de la blonde qui prenait la parole. Ils étaient seuls – ou du moins il le croyait – mais le texan n'avait pas l'intention de l'attaquer. Il n'était pas stupide, ou plus autant qu'avant depuis qu'il avait cette puce d'amélioration, il se doutait qu'attaquer une femme aussi forte sur son territoire, c'était courir au suicide. Et Jay n'avait aucune envie de servir pour les prochains hamburgers servis dans le bar là-haut.

Son attention termina sa course sur le visage de la nécromancienne au moment où elle émit l'hypothèse qu'il puisse avoir craqué sur elle. La bonne blague. Il n'avait jamais éprouvé de sentiment de ce genre et ne comptait pas s'aventurer dans ces conneries. Il soupira, un peu blasé par la plaisanterie qui touchait – encore et toujours – un point sensible chez lui.

« T'es pas franchement mon genre, donc nan. » Personne n'était son genre. « J'veux pas d'un coup d'main comme la dernière fois. J'm'en fiche d'l'argent, c'pas pour ça qu'je suis venu. » Autant mettre les choses au clair dès le début. « J'ai quelques changements qui arrivent ces derniers temps et j'ai besoin d'recruter du monde. » Il agita la main comme pour chasser une idée. « Mais j'veux pas d't'débaucher, t'inquiète. Mais j'voulais savoir si une nana comme toi avait des contacts. On a b'soin d'personnes qui connaissent la magie et c'est pas l'domaine qu'j'connais beaucoup. »

Et encore, c'était un euphémisme ! Cela dit, Jay ne croyait pas au Père Noël, il se doutait bien qu'elle n'allait pas accepter de lui donner ses informations juste parce qu'il l'avait aidée à se faire un paquet de fric. Notez qu'elle aurait pu dire que c'était pour lui avoir laissé tout l'argent, mais quelque chose lui dirait qu'elle oublierait tout à coup ce détail. Le regard du trentenaire se posa à nouveau sur les embryons qui paressaient dans du formol.

« Tes photos d'famille ? » Lui aussi avait le droit de plaisanter après tout. « Plus sérieusement, j'me doute qu'tu feras pas ça gratos, alors si t'es assez calée pour pouvoir faire ça, y'aura qu'à définir c'qu'tu voudras en échange et on pourra voir pour trouver un accord. »

Enfin, si elle avait encore besoin de l'aide de quelqu'un d'autre, mais vu l'endroit qu'elle possédait, ce n'était plus forcément le cas semble-t-il. Au pire des cas il irait chercher ailleurs, ce ne serait ni la première, ni la dernière fois qu'une nana le ferait chier pour obtenir ce qu'il voulait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 15 Juin - 0:02 Message | (#)

Est-ce que de toute façon, aucune femme était son genre ? Bizarrement elle en doutait. Même si elle avait émis des doutes sur son hétérosexualité lors de leur première rencontre pour délibérément l’insulter, à voir la façon dont cet homme méprisait les femmes, elle avait presque l’impression d’avoir raison. Pas pour la partie nécrophile tout du moins, même si elle manquait quand même d’éléments pour conclure véritablement. Pour elle, c’était un homme frustré qui lui faisait face, sûrement le genre de type qui n’avait jamais réussi à prendre son pied avec une femme et méprisait trop les homosexuels pour tenter autre chose. Elle ne pouvait presque pas lui en vouloir, l’homosexualité décadente de cette époque avait bien secoué les fondations de l’éducation qu’elle-même avait reçue. Mais quitte à cracher au visage de dieu, elle s’était faite avocate de tout ce que les puritains condamnaient. Enfin presque.

Mais cette psychologie de salon sur la sexualité de son interlocuteur terminée, Abigaïl préférait se concentrer sur les affaires. Après tout, elle ne côtoyait pas cet individu pour le plaisir et cela ne serait jamais le cas probablement. Elle avait toutefois était surprise qu’il refuse une bière. Peut-être aurait-il préféré quelque chose de plus fort ? Abigaïl elle ne buvait plus, ou beaucoup moins, suite aux excès qu’avait commis son frère avec son corps.

« Tu recrutes du monde… C’est pour un coup ou de manière plus définitive ? » Est-ce que son partenaire d’un soir avait-il décidé de suivre le même chemin qu’elle de son côté ? Depuis leur petite aventure avec la haute de Star City, la petite nécromancienne avait posé ses valises et fait grandir considérablement son opération. Elles étaient finies les nuits qu’elle passait dans les rues à traquer des meurtriers, ou celles où elle déterrait les cadavres. Les laboratoires clandestins d’Anton avaient tous été démantelés et la chair était battue et façonnée directement dans le giron du Necropolitan, sous le regard implacable de la matriarche locale : elle-même. Abigaïl avait croisé les doigts devant son visage, adossée confortablement dans son fauteuil, réfléchissant. « J’ai des informations sur la communauté mystique de Star City, oui. »

Bien entendu, elle ne côtoyait pas tout le monde directement. En fait, elle ne côtoyait presque que les morts-vivants directement. Les revenants parlaient parfois des sorciers, mais les vampires étaient surtout une source d’information formidable. Bien que peu nombreux, les buveurs de sang avaient un certain cachet grâce à de la mauvaise littérature principalement. Lorsqu’un des clients d’Abigaïl parlait d’un mystique intéressant, d’un mage qu’elle pourrait apprécier d’avoir à l’œil, ses fantômes faisaient le reste. Ils étaient nombreux à avoir compris que servir de leur plein gré la Nécromancienne pourraient leur permettre d’améliorer considérablement leur non-vie. Voir même après de longs et loyaux service de se voir offrir un passage jusqu’à l’autre côté. Et tout ce que les morts venaient lui raconter, elle le notait avec assiduité. Elle était adepte de l’ancienne méthode. L’informatique n’était pas sa tasse de thé et les feuilles avaient quelque chose de palpable, de réel, qu’elle appréciait. Qui plus est, à moins de s’introduire dans ce bureau, ce qui était un véritable exploit, peu de gens seraient capable de voler les noms de ses contacts.

La nécromancienne se releva et se saisit d’un livre avec une couverture de cuir noir. C’était ce que les sorcières appelaient un livre des ombres. Le genre d’ouvrages qui ne révélait ses secrets qu’avec du sang et uniquement avec le sang de celui ou celle à qui appartenait le livre. « J’ai le noms et les adresses de plusieurs mystiques dans la ville. Mais je suppose que tu n’es pas à la recherche de n’importe qui, sinon tu n’aurais eu qu’à passer une annonce dans la rue. » Même si cela aurait sûrement attiré une quantité effrayant de malades mentaux et prestidigitateurs de bas étages.

« Photos de famille ? Je m’attendais à ce que tu sois capable de reconnaître ta progéniture quand même. Les yeux globuleux et le faciès rabougri, cela ne te rappelle rien ? » Lâcha-t-elle avec un large sourire moqueur. Elle pouvait jouer à ce petit jeu là. Mais cela finirait par s’envenimer et ils en viendraient aux mains. C’était d’ailleurs déjà un miracle que l’homme ne se soit pas énervé. La dernière fois Abigaïl l’avait vue comme une bombe à retardement. Est-ce que quelque chose avait changé ?

« Quoiqu’il en soit, il faut parler de mes paiements. » Elle pensa un instant à lancer le mutant sur la trace du gamin qui avait fait trembler son bar, quelques semaines plus tôt. Elle apprécierait grandement de le tuer et soumettre son âme à Deuil. Mais Abigaïl n’était pas stupide à ce point et se laisser emporter par ses émotions serait une terrible erreur. « J’aurais besoin de savoir ce que tu as en réserve exactement. » Elle observa un instant une carte de la ville placée sur son bureau. La Moisson devait s’étendre, diversifier ses services. Abigaïl n’avait pas besoin d’armes et elle avait déjà plusieurs partenariats pour récupérer des cadavres. « J’ai tous les morts et les armes qu’il me faut… Aussi ma question est simple. Est-ce que tu serais capable de me fournir en vivants ? Des jeunes femmes si possible. »

Un projet malsain et cruel naissait peu à peu dans l’esprit de la nécromancienne… Il y avait des pratiques nécromantiques qu’elle ne s’était jamais résolue à appliquer. Mais elle ne se serait jamais essayée à massacrer toute une congrégation quelques années plus tôt non plus. Les temps changeaient et l’âme d’Abigaïl Faust, s’il lui en restait une, ne faisait que noircir.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 15 Juin - 12:02 Message | (#)

Comme il s'y attendait, elle avait bien des informations sur les mystiques de la ville. Le bouquin qu'elle attrape ne lui donnait pas l'impression d'être un annuaire ou quelque chose du genre, mais vu qu'elle parla de leurs noms et adresses, il révisa un peu son jugement. Jay resta silencieux alors qu'elle le provoquait une nouvelle fois par rapport aux machins qui flottaient dans le formol : il en faudrait plus pour l'irriter ce coup-ci. Pourquoi ? Parce qu'il se fichait éperdument de son physique et qu'il n'en savait strictement rien à faire qu'elle puisse le trouver aussi attrayant que le monstre de Frankenstein – quoique, avec ses tendances elle serait surtout intéressée par ça. Blague à part, il n'avait jamais eu et n'aurait jamais de progéniture, alors cette remarque ne le toucha pas. Et puis, admettons-le, la puce posée par Shahren faisait aussi son petit effet : il était devenu légèrement moins facile à contrarier depuis.

Ils en arrivèrent au sujet du paiement. Jay l'attendait depuis le début et patienta une fois de plus jusqu'à ce qu'elle se décide à lui dire ce dont elle avait besoin. Lui aussi jeta un coup d’œil à la carte comme si celle-ci allait pouvoir leur donner la réponse, mais non. Le texan fronça finalement des sourcils en entendant la nécromancienne lui demander de lui fournir des jeunes femmes. Est-ce que c'était une blague ? Elle avait des tendances bizarres, ou elle se baignait dans du sang de vierge pour rester jeune et jolie ? Même si la beauté était très relative cela dit. Au fond, peu lui importait, il haussa les épaules avec indifférence. Elle pourrait aussi bien s'entraîner à leur faire des manucures qu'il s'en ficherait pas mal.

« Ouais. » C'était désormais l'un des services qu'ils proposeraient. « Les vivants c'est faisable. Ça fait partie de c'qu'on propose comme service. » Il marqua une pause. « Y'a des critères particuliers, ou t'veux juste des gonzesses qu'on pas encore tout qui s'barre dans tous les sens ? » Il se comprenait. « Faudra être plus précis, mais ouais, c'est possible. » Et maintenant que cette base était posée, il en venait aux choses sérieuses. « Alors, j'dois considérer qu'c'est une gonzesse contre un nom, ou y'a autre chose qui vient peser dans la balance ? »

Cela dit, mieux valait qu'elle ne soit pas trop gourmande, parce que Jay en avait peut-être – certainement même – l'air, mais il n'était pas stupide. Si quelqu'un tirait trop sur la corde, il la coupait tout simplement et irait voir ailleurs. Au pire des cas, il l'aurait simplement dérangée pendant quelques instants et retournerait à sa vie pour ne plus jamais la recroiser, par de quoi l'énerver ! Enfin, il l'espérait. Son objectif n'était pas de se faire des ennemis, mais bien de réussir à composer un groupe digne de ce nom et il ne voulait pas que ses projets soient parasités par une emmerdeuse qui ne supportait pas qu'on lui dise non. Leur première collaboration s'était plutôt bien déroulée, pourquoi les choses changeraient-elles maintenant ? Son regard ne se détourna pas du visage de la blonde tandis qu'il reprenait pour préciser quelques autres points.

« J'recrute définitivement. J'en avais marre du paysage d'l'autre groupe où j'étais. Toujours les mêmes gueules pour débiter les mêmes conneries... et j'suis pas l'seul à penser comme ça. » Donc il n'était pas seul dans son projet. « Mais ouais, j'veux pas n'importe qui. On compte s'lancer dans plusieurs projets, mais y'en a quelques-uns qui demandent des gens polyvalents. On fait dans l'assassinat, dans la r'vente d'organes ou d'informations, mais aussi dans l'trafic d'humains. C'que tu veux pour toi en gros. » Vu qu'elle leur demandait des femmes vivantes. « Donc faut quelqu'un pour défendre, mais aussi pour tuer. J'sais pas comment ça marche la magie et j'vais être honnête : j'm'en tamponne pas mal, mais l'autre responsable veut un mystique compétent, alors.... »

Alors il s'occupait de dégoter ça, tout en croisant les doigts pour que ce soit la bonne personne. Honnêtement, il n'était toujours pas convaincu que c'était une bonne idée, cependant ils n'avaient pas grand-chose à perdre. Si le mystique en question parvenait à remplir les objectifs fixés, ils seraient satisfaits, mais s'il n'en était pas capable, il se démerderait pour le faire dégager et l'obliger à la fermer, c'était aussi simple que ça. Maintenant que les bases étaient posées, il précisa un dernier point.

« J'veux pas d'quelqu'un qui cherche à nous baiser parce qu'on s'y connaît pas. Si c'est un connard, c'sera chez toi qu'j'viendrai réclamer. » Ce n'était pas une menace, juste une précision. « Puis t'l'auras pigé : j'veux pas d'un bisounours, mais d'un type qui chiale pas dès qu'on toi buter quelqu'un. »

Un type parce qu'il restait très machiste et que même s'il collaborait avec une gonzesse, il refusait toujours de trop se lier avec le sexe faible, aussi connu sous le titre d'aimant à emmerdes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 15 Juin - 20:24 Message | (#)

Abigaïl eut un large sourire quand il lui révéla que ce qu'elle demandait n'était pas impossible, que c'était même dans ses cordes. Voilà qui était parfait, vraiment parfait. Elle savait qu'elle avait affaire à un criminel, misogyne, raciste probablement homosexuel refoulé, mais elle ne savait pas quelles limites il s'était fixé dans ses opérations. Donc demander pour des filles, des esclaves typiquement avait été une tentative assez risqué. Il aurait pu s'emporter, comme il l'avait fait lors de leur première rencontre et l'insulter copieusement avant de quitter la pièce, voir même aurait-il essayé de lui taper dessus. Quelque chose qu'Abigaïl n'aurait que modérément apprécié. Mais il était bon de savoir que cet homme n'avait aucune limite, ou tout du moins aucune visible pour le moment. S'il faisait dans le trafic d'organes et dans celui d'humains, peu de choses devaient le rebuter. En même temps il s'était allié à une nécromancienne par le passé, bien qu'ils aient fait attention à ne tuer personne. Enfin, à part elle, mais cela faisait partie du plan après tout.

"Je veux des femme si possible en bonne santé. Comme je l'ai dit, je les veux vivantes, ce qui inclue non-mourrante par la même occasion. Si elles sont jolies ce sera un bonus, mais je suppose que tu dois les faire venir d'Europe, non ? Europe de l'est, voir même Russie ? J'ai cru comprendre que c'était le meilleur moyen de les trouver, tu leurs vends le rêve américain et quand elles arrivent ici, elle deviennent au mieux des putes, au pire des esclaves. D'ailleurs, je ne veux pas de junkie, je ne sais pas si tu les rends accro pour les garder sous ta coupe, mais je ne veux pas de ça."

Elle avait ses propres moyens pour garder sa cour et ceux qui la servaient sous sa coupe. Pour la majorité c'était qu'ils étaient tous des morts-vivants et qu'elle pouvait les contrôler avec sa magie, mais pour beaucoup, c'était surtout parce qu'elle était la seule alternative joyeuse à la tombe. Mieux valait servir la Reine des Morts que de s'ennuyer pour l'éternité dans son cercueil ou de finir assassiné par un prêtre-guerrier. D'ailleurs le sort qu'elle avait réservé à Trinité lui avait fait gagner beaucoup d'importance dans la communauté mort-vivante. Et quand Abigaïl en aurait finie avec ces filles, quand elle aurait menée ses petites expérimentations avec la magie noire, alors ces dernières n'auront pas d'autres choix que de lui obéir.

"Ah, donc évite les américaines. Je n'aimerais pas voir les parents se pointer un jour pour la ou les chercher. Tu sais aussi bien que moi à quel point la discrétion est importante. Enfin, je sais que toutes ces conditions peuvent te sembler quelque peu drastiques en ennuyeuses... Je veux juste un produit de qualité, car mes informations sont parfaitement fiables."

Elle envoyait toujours un second spectre vérifier ce que le premier lui avait trouvé. Au cas où un autre nécromancien ne tente de perturber son réseau de renseignements, ou bien si le premier n'avait pas été victimes d'illusions ou d'autres problèmes divers. Donc tous les noms, toutes les notes et les adresses qu'elle avait dans ce livre, sombre, tout était parfaitement fiable et clairement Jay ne regretterait pas son choix. Même s'il devait avoir l'impression de pactiser avec le Diable.

"L'autre groupe où tu étais ? Tu ne m'en as pas parlé lors de notre dernière aventure." Elle se saisit d'une lame sur son bureau et en enfonça la pointe dans son index. Puis elle étala le sang sur les pages apparemment blanches du livre. Aussitôt en lettre rouges apparurent les informations si précieusement gardées. Dire qu'un temps elle aurait eu besoin de l'aide de Tesla pour récupérer tout cela. Heureusement que son contrôle sur les morts avait connu une croissance exponentielle depuis son départ en Europe. Retourner sur la terre de ses ancêtres lui avait définitivement fait du bien. Elle feuilletait calmement les pages, à la recherche de quelqu'un qui pourrait coller avec la description de l'homme. "Quelqu'un qui s'y connaît en magie et qui soit capable de défendre ou de tuer..."

Il y avait plusieurs sorcières, mais Abigaïl évitait les plus puissantes, de même pour les sorciers et autres créatures magiques. Ceux qui avaient trop de savoir faire étaient très capricieux et si elle avait appris à supporter l'apparence et le parler grotesque de son interlocuteur, beaucoup risquaient de s'en offusquer. De la même, tous ceux qui touchaient à la magie de la mort ou qui étaient des morts-vivants lui appartenaient à ses yeux. Il n'avait pas intérêt à s'y intéresser.

"Moi que tu viendras réclamer ? Je suis responsable pour l'information, pas pour la qualité de tes rapports avec la personne. J'espère en tout cas que ce n'était pas une menace, j'ai un peu tendance à mal les digérer dernièrement, surtout si elles sont proférées sous mon toit." Elle n'avait pas fait de remarque au fait qu'il ne voulait pas de fille apparemment, ou plutôt qu'il partait directement du principe qu'il voulait un homme dans son équipe. Est-ce qu'il se constituait une sorte de harem masculin ? Cela coïnciderait avec les suppositions d'Abigaïl. "Quoiqu'il en soit, je peux avoir plusieurs noms qui coïncident, mais un mage puissant et prêt à travailler dans l'illégalité, c'est rare et surtout ça a pour habitude de travailler seul." La menace de l'Archimage planait dans l'esprit des mystiques et on ne s'écartait du chemin qu'avec de grandes précautions. Peu des gens présents dans le livre n'apprécieraient que la nécromancienne ne garde des informations sur eux.

"Quoiqu'il en soit, celui là pourrait coller. Un australien, pas vraiment un mage, plutôt un chasseur de reliques. Il fait dans le deal d'artéfacts apparemment. Ce qui implique parfois de voler à des mages et donc de savoir comment se défendre contre leurs maléfices. Il est du genre plutôt simple, à vivre dans des motels et traîner dans les bars. Le côté offensif pourrait pêcher toutefois. Enfin, cela dépend de quels artefacts il a gardé pour lui. Tu voudrais peut-être que nous allions lui rendre visite tous les deux ? Histoire qu'il ne te voit pas arriver avec tes grands sabots à parler de magie et de crimes. Crois-moi, cela a tendance à refroidir les mystiques plus qu'autre chose. Nous aimons être discrets. Enfin, j'aimerais bien pouvoir inspecter la marchandise de mon côté aussi..."

Autrement dit, leur accord n'irait pas plus loin avant qu'Abigaïl ait la certitude qu'elle aurait sa parti du marché et que les paroles du mutant n'étaient pas que du vent. Il n'avait pas l'air d'un menteur, avec son air de rustre, mais après tout, les meilleurs menteurs en ont rarement l'air.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 16 Juin - 17:38 Message | (#)

« J'touche pas la drogue. »

Le ton était assez rogue, comme quoi l'ancien Jay n'était jamais bien loin, mais au moins la nécromancienne serait fixée. Le texan avait toujours profondément méprisé la drogue, notamment parce que ses frangins transformaient leur cerveau en hachis parmentier à force d'en prendre, mais aussi parce qu'il détestait voir de gens dépendre de quelque chose. Lui-même n'avait aucune dépendance, il avait toujours refusé d'être accroché à quelque chose alors qu'à l'époque il acceptait de servir de petit chien à son frère aîné. Mais c'était une autre époque et Abigaïl pouvait se rassurer en se disant qu'il n'allait pas transformer ses futurs jouets en junkies. Le fait qu'elle puisse demander des femmes de préférence assez jolies et étrangères avait tendance à faire naître plusieurs questions dans l'esprit du trentenaire, mais il se contenta de hocher la tête. Si elle voulait jouer la maquerelle et ouvrir un bordel pour prostituer des gamines arrivées tout droit des pays d'Europe, c'était son problème ! Lui jouait uniquement le fournisseur, le reste ne le concernait pas.

« C'pas un problème. Ça prendra un peu plus d'temps qu'si j'les trouvais en Amérique, mais ça peut s'faire. J'ai des contacts avec d'autres pays. » Même s'ils n'en étaient qu'au début, il fallait bien commencer un jour. « J'compte pas refiler d'la merde, c'pas l'meilleur moyen d'réussir à se faire un trou quelque part ou d'inspirer confiance t'vois ? » Il haussa les épaules ? « J'm'en tamponne qu'ce soit chiant ou bizarre, j'suis pas là pour juger, si j'avais voulu m'marrer, j'serais devenu clown. »

À l'époque où il avait débuté les combats au Circus, Jay ne s'amusait pas franchement : il tapait sur ses adversaires parce que ses frangins voulaient ramasser du fric en pariant sur lui. La seule différence aujourd'hui, c'était qu'il dépendait de lui et que si quelque chose ne lui plaisait pas, il pourrait décliner. Mais qu'il ne se fende pas la poire avec une mission n'était pas une raison suffisamment valable pour qu'il agisse ainsi. Malgré son machisme et son désintérêt pour les relations intimes, il se fichait pas mal du fait qu'elle puisse éventuellement vouloir ouvrir un bordel. Elle faisait bien ce qu'elle voulait, si elle prenait son pied comme ça.... Et peut-être qu'il se gourait puis qu'elle préparait autre chose ? Mais alors, son imagination lui faisait défaut, parce qu'il ne voyait pas ce qu'elle pourrait faire d'autre.

Jay fut toutefois assez étonné qu'elle relève sa phrase à propos de l'autre groupe qu'il avait souhaité quitter. En quoi ça la regardait ? Le texan n'avait pas l'intention de s'étendre sur ce point et le précisa assez clairement.

« Ouais, c'est volontaire. »

Autrement dit, elle n'en saurait pas davantage aujourd'hui ! Jay la regarda finalement s'entailler le doigt et faire son petit manège, puis jouer à la nana vexée. Il ne dissimula pas sa lassitude avec un profond soupir avant de tourner des yeux comme s'il se demandait ce qu'il avait fait pour mériter ça, mais peu lui chalait : le texan préféra ne pas envenimer la situation en débattant sur l'éventualité d'une menace. Elle avait trop sale caractère – oui, c'était l'hôpital qui se foutait de la charité ! Il la laissa débiter son lot de précisions avant d'en arriver au vif du sujet : un chasseur de reliques qui devait savoir comment se débrouiller face à des adversaires. Oui, sauf que Jay ne voulait pas des hypothèses, mais des faits avérés. Il attendit malgré tout la fin de ses explications avant de lui dire le fond de sa pensée.

« J'm'en doute. D'toute manière, t'valideras l'échange avant qu'on t'le refile. T'as d'la chance, comme on débute on a encore la clause « satisfait ou remboursé », même si on refile pas de fric et qu'on s'contente d'garder la marchandise. » Autrement dit : si elle n'aimerait pas, ils trouveraient une solution de remplacement. « Mais moi aussi j'veux cette clause. J'dis pas qu'ton bouquin est pas fiable hein... » Même si elle venait de le faire avec lui. « … mais j'veux pas d'un type qui joue avec des artefacts machin-truc, j'veux d'un type qui sache s'démerder. Faut qu'j'sois sûr qu'il sera capable d'tuer ou d'bloquer un autre mage – ou un humain normal – sinon j'vais voir ailleurs. »

Elle avait l'avantage de s'y connaître tandis que lui n'était pas franchement calé en matière de magie, au contraire même. Peut-être qu'il avait été stupide de venir ici alors qu'il apparaissait clair que cette nana avait tendance à péter plus haut que son cul – enfin c'était ainsi qu'il l'avait considérée suite à leur dernière collaboration. Malheureusement pour lui, la rouquine irlandaise était aux abonnés absents, alors il n'avait pas spécialement le choix....

« Y'a pas d'bile à avoir pour les emmerdes. J'compte pas les faire passer au journal, si y'a des problèmes, j'me démerderai pour les prendre sur moi. » Il n'avait plus de vie civile après tout. « Et tu l'connais, ou tu l'refile juste parce qu'tu sais qu'il peut pas t'battre ? »

Ça ne l'étonnerait pas qu'elle ne lui donne que des noms de types qui ne pouvaient pas lui faire de l'ombre : les personnes balèzes avaient toujours tendance à agir ainsi. La peur de ne plus être le meilleur, une sensation totalement étrangère au texan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 16 Juin - 18:41 Message | (#)

La drogue... Intéressant comme limite. Mais Abigaïl comprenait très bien le dégoût que pouvait créer une telle substance. Elle-même pouvait se considérer comme dépendante au pouvoir. On lui en avait présenté une miette lors de son ancienne vie, avant le cercueil, juste une maigre fraction de ce dont elle était véritablement capable. Mais depuis, elle n'avait jamais cherché qu'à augmenter sa puissance, qu'à devenir plus forte. Elle avait aimé penser que c'était du fait de sa rencontre avec le loup divin... Que la façon dont ce dernier l'avait considérée comme indigne du nom de Hel avait cristallisé ses désirs de dépasser sa nature humaine. Mais l'avidité était là depuis longtemps, juste cachée derrière son faciès survivaliste. Aux yeux de la nécromancienne, être dépendant de son propre pouvoir était toujours mieux que d'être un légume ne pouvant vivre sans consommer des substances qui ne servent qu'à le faire temporairement se sentir mieux.

"Bien. Au moins si tu ne fais pas dans la drogue les filles ne seront pas des déchets. Parfait. Je suis toutefois surprise que tu ais vraiment envisagé de te fournir dans ton pays. Pas pour une question de patriotisme... Mais les gens ont plus de mal à se mettre à la recherche de gens dont ils ignorent l'existence sur le sol américain."

Elle devrait faire attention toutefois. Tenir un bar clandestin rempli de monstres était une chose, mais elle jouait déjà sur les disparitions naturelles que subissait une ville comme Star City. Aux vues de sa taille, beaucoup de personnes s'évanouissaient dans le néant du jour au lendemain. Maintenant une bonne fraction de ces disparus se trouvaient sur les tables du Necropolitan, pour servir quelques consommateurs exigeants. Bien entendu, à cela venaient aussi se mêler les ennemis de la nécromancienne... Ceux qui se dressaient officiellement contre elle et dont elle avec lesquels elle n'avait ni le temps ni l'envie de jouer. Certains mystiques ne voyaient pas l'apparition de la Moisson à Star City d'un bon oeil. Plusieurs noms dans le livre d'Abigaïl avaient d'ailleurs été rayés.

"Tu aurais fait un sacré clown en tout cas." Avec sa dégaine d'étron ambulant et son vocabulaire qui suggérait qu'il s'était pris un pavé sur le crâne étant jeune, le potentiel comique était évident. Mais la nécromancienne se contenta d'un sourire affable pour compléter sa réplique. Elle pouvait au moins lui accorder une chose, il n'en avait clairement rien à foutre. Il se fichait complètement de ce qui adviendrait aux filles qui finiraient entre les griffes de ce qu'il devait voir comme une sorte de vieille sorcière lesbienne péteuse zombie. Il avait autant de considération pour elle qu'elle en avait pour lui. Ils étaient sûrement ce qu'on pourrait considérer comme de meilleurs ennemis. S'ils s'affrontaient vraiment.

"Bien, sujet délicat."

D'un côté, elle pouvait bien lui rendre la pareille. Il n'avait posé aucune question sur le bar, sur son fonctionnement ou les choses qu'il avait croisé en descendant. Il ne voulait pas savoir si elle n'allait pas transformer les villes en monstre, en esclaves sexuels ou les torturer jusqu'à ce que leurs organes deviennent une soupe qu'elle assaisonnerait avec des oignons. Alors s'il ne voulait pas lui parler de son ancien groupe, elle comprenait, mais elle était tout de même curieuse. Est-ce que cela valait le coup qu'elle le fasse suivre par l'un de ses spectres ? Probablement n'obtiendrait-t-elle que des informations sur son organisation actuelle. Toute récente d'ailleurs. Elle espérait toutefois qu'ils avaient dépassé le stade de bandes de dégénérés en train d'astiquer leurs fusils d'assauts dans un garage. Enfin, si ce n'était pas le cas il ne se serait probablement pas pointé au Necropolitan avec sa proposition et il n'aurait pas promis à la nécromancienne ce qu'elle voulait.

"Je vois. J'aurais donc le droit de l'échanger si elle n'est pas à ma convenance. Mais je n'ai que ta parole de ce côté là. Pour tout le reste aussi d'ailleurs. Enfin, je ne cherche pas à la mettre en cause, notre dernière affaire s'est conclue sans le moindre accroc." Est-ce qu'il savait ce qu'était un accroc ? Il avait l'air moins primaire que la première fois. "Mais je ne t'ai pas proposé cet homme pour rien justement. Voler un artefact demande généralement plus de doigté que de simplement se glisser dans un musée pour le récupérer. Imagine qu'un homme parvienne par exemple à se faufiler jusque dans ce bureau pour voler ce livre par exemple ? Crois-moi, à moins de s'y connaître en magie, il n'atteindrait jamais la sortie. Et je pense que l'australien est presque suffisamment doué pour y arriver."

Le presque voulait tout dire. Car Abigaïl ne voulait pas non plus révéler une quelconque faille dans son bâtiment. Il faudrait toutefois passer Silence, réussir à se camoufler des spectres, du barghest et de tous les maléfices qu'Abigaïl avait placés un peu partout pour assurer le bon fonctionnement de son chez-elle.

"Quant aux mystiques qui peuvent me battre..." Oh il y en avait. Dans les connaissances d'Abigaïl, elle pouvait déjà citer Dante Visconti. Rosamund pourrait peut-être la vaincre, mais elle n'en était pas certaine. Même avec son coupe-magie, cela n'empêcherait pas le phylactère de lui permettre de survivre. Et avant de pouvoir frapper la nécromancienne il fallait de toute façon franchir les rangs de ses sbires. "Disons qu'ils sont de moins en moins nombreux et en effet, cet homme en question n'est pas capable de me vaincre dans l'état actuel des choses. Mais après tout ce n'est pas ce que tu veux non ? Si tu crois que je vais te donner une arme au cas où il te passerait par la tête de m'assassiner, je serais la dernière des  idiotes. Et puis les mages suffisamment puissants n'ont pas forcément d'intérêts à rejoindre une organisation." Soit ils travaillaient seuls, soit ils lançaient leurs propres projets, comme elle l'avait fait, ou comme l'homme qui avait dirigé la secte du chaos. "Quoiqu'il en soit, si ce nom ne te conviens pas, je peux t'en donner un autre. Mais quelqu'un qui n'est pas capable de tuer ne finirait pas dans mon livre. On ne perd pas son temps à surveiller des agneaux."
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 17 Juin - 18:10 Message | (#)

« Merci d'me donner des cours. »

Le ton était passablement agacé : même s'il avait commencé à développer des capacités un peu plus poussées que jadis, Jay restait égal à lui-même en ce qui concernait son caractère de cochon et il n'avait pas apprécié la remarque de la nécromancienne. En se contentant de répondre à ses déclarations, elle trouvait en plus le moyen de lui donner un cours pour savoir qu'il ne fallait jamais enlever quelqu'un sur le sol de son pays sous peine de voir ces personnes être retrouvées. Jay avait eu l'occasion de voir des méta-humains résidents à Star City être enlevés pour combattre dans les arènes du Circus et même des années après, ils n'étaient toujours pas retrouvés. Alors, ses conseils n'étaient pas forcément les plus avisés qui soient du point de vue du trentenaire. De toute manière, il n'avait aucune intention de se justifier auprès d'elle, c'était aussi l'un des avantages à bosser seul – ou avec quelques personnes compétentes : il n'aurait de comptes à rendre à personne. Ce serait certainement Carmen qui se chargerait des « relations publiques » pour éviter qu'il ne perde trop vite et trop souvent patience. La clientèle risquait de ne pas apprécier.

Mais voilà qu'elle remettait sa parole en doute. Jay s'en fichait pas mal qu'elle le prenne pour un arnaqueur ou un débile profond, mais sachant que leur dernier accord s'était conduit exactement comme ils l'avaient prévu, disons qu'il ne comprenait pas pour quelle raison est-ce qu'elle se mettait soudain à douter. Cette nana lui portait vraiment sur le choux et, à bien y repenser, il était peu probable qu'ils puissent un jour s'entendre pour autre chose que pour les affaires. Les gens arrogants lui avaient toujours faits cet effet-là et vu qu'il la prenait pour une péteuse, c'était assez normal. Si la nécromancienne pouvait bien lui reprocher quelque chose, c'était de la sous-estimer et pas autre chose. Mais elle refuserait certainement de lui faire confiance juste pour le principe de l'emmerder.

« Ouais. Sans l'moindre et tu t'es barrée avec tout l'fric, mais ça t'empêche pas d'me demander un truc en échange de ton info. Donc t'm'excuseras, mais si y'a quelqu'un qu'est pas honnête ici, c'pas moi. » Ironique de parler honnêteté après leur discussion, mais il se comprenait. « T'veux quoi ? Un contrat signé avec ma promesse qu'tu peux échanger si ça t'vas pas ? J'vois pas l'utilité, mais si y'a qu'ça pour t'faire plaisir... » Il secoua la tête. « T'as pas pigé un truc : j'vois pas pourquoi j'arnaquerais mes nouveaux contacts alors qu'ça m'attirera plus d'emmerdes qu'autre chose pour la suite. J'suis p't'être débile, mais y'a une limite. »

Se saborder alors qu'il venait juste de lancer sa nouvelle affaire aurait été parfaitement stupide. Surtout en considérant qu'il n'était pas seul dans cette affaire et que Carmen avait déjà fait venir d'anciens collègues à elle à Star City. Ils étaient prêts à commencer les missions de base, il serait donc suicidaire de se mettre à dos une nécromancienne alors qu'ils n'avaient – pour le moment – aucun moyen de s'en sortir face à elle. Mais, se faire sous-estimer était devenu une habitude pour le texan qui se contenta de lâcher un soupir légèrement agacé. Tant pis, les choses ne changeraient pas aussi rapidement, il passerait toujours pour le débile profond et cette constatation ne le mit pas dans les meilleures conditions qui soient.

Pour la suite, contrairement à elle Jay ne douta pas de ses paroles et l'écouta avec attention – sans jouer les donneurs de leçon. Elle semblait encore plus paranoïaque qu'il ne le croyait, pas étonnant qu'elle se mette à psychoter dès qu'il lui disait quelque chose. En y réfléchissant rien, le texan n'avait aucune envie de devenir aussi balèze qu'elle pensait l'être – peut-être à juste titre – parce qu'il semblait que ça agissait directement sur le cerveau. Le trentenaire la dévisagea quelques instants.

« Bah merde. T'es totalement parano. J'suis content d'pas être aussi balèze qu'toi si c'est pour devenir comme ça. » Au moins ça, c'était dit. « T'as pas l'air de piger qu'j'ai rien à gagner à t'descendre. J'ai pas envie d'me foutre une tarée dans ton genre à dos : j'provoque que c'que j'peux buter moi-même et toi c'est pas l'cas. » Ce n'était pas totalement vrai puisqu'il avait provoqué un dieu, mais c'était un détail. « Alors, nan, j'compte pas t'buter et m'en fiche qu'il puisse pas t'dégommer. J'étais juste curieux. Les nanas dans ton genre sont trop péteuses pour vouloir faire affaire avec des types plus forts qu'elles. » Comme ça elle saurait ce qu'il pensait d'elle. « Mais c'est bon. File l'nom et j'me démerde pour la suite. J'voudrais pas t'prendre plus d'temps alors qu'à l'air si occupée. »

Il y avait certainement des hamburgers qui attendaient d'être contrôlés par la grande chef.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 17 Juin - 20:05 Message | (#)

Ah, la voilà la mine renfrognée qu'elle attendait tant, la marque de contrariété qui allait si bien au faciès de bouledogue du mutant ! Là elle retrouvait bien l'individu irascible avec qui elle avait programmé la casse du siècle, ou tout du moins de la semaine. Abigaïl ne put s'empêcher d'afficher un léger sourire content. Le contrarié n'avait pas fait partie de son objectif. Mais elle savait très bien que leurs deux caractères ne pouvaient s'associer sans qu'il n'y ait des étincelles. Cet homme était un rustre misogyne et elle était une pimbêche égocentrique. Ce qui ne les empêchait pas de faire une formidable équipe quand ils mettaient leurs différends de côté. Comme le prouvait la haute société de Star City délestée de plusieurs milliers de dollars en donations et en bijoux. Une formidable soirée, même si elle avait terminée avec une balle dans la tête et nue dans un sac mortuaire.

"Tu ne devrais pas te plaindre. Après tout nous avons tous les deux eu ce que nous désirions. Tu avais clairement clamé ne rien en avoir à faire de l'argent." En des termes moins pompeux assurément. Mais il était trop tard s'il voulait récupérer le moindre centime de la part de la nécromancienne. Presque toute la fortune qu'elle avait récupéré ce soir là se trouvait maintenant investie dans le Necropolitan. Et elle ne comptait pas le faire actionnaire de son bar. "Tu as eu toute la gloire et j'ose espérer que cela t'a influencer à lancer ton propre projet, ta propre bande." Car oui, pour elle c'était plus un gang qu'une organisation fiable qu'il devait diriger, ce qui ne les empêcherait pas de faire affaire.

"Mais je comprends, c'est à moi de te faire confiance sur le coup. Mais tu comprends bien que tout cela est un investissement de mon côté aussi. La majorité des gens dont je te donnerais les noms ignorent que je les espionne. S'ils remontent à moi, ce qu'ils pourraient faire même sans que tu ne me... balances, cela mettrait en danger mes projets. D'où la compensation. Je joue un jeu tout aussi risqué que toi."

Elle croisa ses mains devant son menton, son éternel sourire aux lèvres, comme si elle jaugeait la situation. Il devait être particulièrement énervé par son attitude, alors qu'elle prenait tout à la plaisanterie. "Pas besoin de contrat, je vais te donner gracieusement ce nom et tu pourras même m'apporter mon paiement qu'après avoir rencontré l'homme. Tu pourras voir qu'il s'agit vraiment d'un type qui baigne dans le milieu de la magie. Tu m'apporteras la fille quand tu pourras et si elle me convient, je te donnerais un autre nom si le premier ne t'a pas convenu pour des raisons auxquelles je ne peux rien. Est-ce que cela te convient ? Je sais que ça apparaît cher, un nom pour une fille. Mais je pense qu'il y a plus de filles paumées en Europe de l'est qu'il n'y a de mystiques à Star City."

Il y avait clairement plus de filles que de noms dans le livre des ombres en tout cas. Abigaïl surveillait quelques "bons" mages. Mais elle se méfiait comme de la peste de ces derniers, de peur de tomber sur l'Archimage. Elle était peut-être paranoïaque aux yeux du mutant, mais elle était surtout à ses yeux prudentes.

"Tu devrais te rendre compte rapidement que l'on ne peut pas grimper les échelons sans se mettre à dos un bon paquet de personnes. Arrivent alors tous les opportunistes qui ne cherchent qu'à t'enfoncer un couteau dans le dos. Mais tu as raison, un couteau ne pourrait pas en finir avec moi. Si cela peut te rassurer, mais je pense pas que tu en aies besoin, je ne compte pas non plus m'en prendre à toi. En fait, je pense que mon bar et ton organisation pourraient avoir beaucoup d'intérêt à collaborer. "

Elle se fichait qu'il lui ait demandé le nom, qu'il ait l'air de n'avoir qu'une envie : foutre le camp. Cette entrevue se terminerait quand elle aurait décidé que ce serait terminé. "Je suis prêt à ajouter un bonus d'ailleurs. Pour m'assurer que tout est en ordre entre nous. Si la première fille me convient et que tu te retrouves un jour dans le besoin de faire parler un mort, tu peux venir ici et je te le ferais gracieusement, sans contrepartie. Bien sûr, c'est si ça t'intéresse. A voir ta tête, je pense que tu n'as qu'une envie, c'est de te barrer d'ici et ne plus jamais me revoir." A moins que cela ne soit son visage naturel, c'était toujours difficile à dire.

"Son nom est Nick Griffith. Il habite à cette adresse." Elle se saisit d'une feuille de papier et récupéra un stylo plume. Elle traça quelques lettres élégantes, recopiant ce qu'elle avait lue à l'instant dans son livre. "Voilà. Ne lui dit pas que c'est moi qui t'envoie, je préfère éviter que cet individu vienne rôder près du Necropolitan, il se mettrait sûrement en tête de repartir avec les poches pleines. Pour la livraison, viens la nuit, si possible après minuit et rentre directement par l'entrée de derrière qui mène sur la cave. Cela évitera que les clients ne te voient, enfin, toi ou tes sbires. Je doute que ne pas devoir me coltiner le menu fretin serait trop demandé ?"

Le bout de papier était tendu dans sa direction. Une offre tentante, mais qui aurait sûrement un arrière goût de pacte avec le diable.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 17 Juin - 23:36 Message | (#)

En parlant du braquage qu'ils avaient fait ensemble, Jay n'avait pas sous-entendu qu'elle devait lui redonner l'argent gagné qui aurait dû lui appartenir : il avait dit qu'il ne l'intéressait pas et le sujet avait donc été réglé ! Même sans être un homme d'honneur, le texan n'était pas du genre à changer d'avis en deux minutes. Si c'était à refaire, il ferait le même choix. Donc non, c'était uniquement dans le but de lui montrer qu'il était digne de confiance puisqu'il n'avait pas cherché à l'arnaquer alors même qu'elle était dans une housse à cadavre et lui en possession du fric. Il aurait été facile de s'enfuir à ce moment-là ! Mais il préféra soupirer et s'abstenir de répondre plutôt que de débattre à ce propos.

Toujours est-il qu'il comprenait en partie les craintes qu'elle pouvait avoir. Cela dit, il ne comptait pas la balancer. D'une parce qu'il n'avait aucune envie de se mettre ses contacts à dos et de deux, parce qu'il n'avait jamais agi comme ça. Même à l'époque où il bossait pour le Circus, le trentenaire n'avait jamais ouvert la bouche pour balancer quoi que ce soit sur qui que ce soit et cela même s'il était bien payé en retour. Il n'était pas question d'honneur, mais juste de manque d'intérêt : Jay n'aimait pas perdre son temps à jouer au jeu des potins avec les autres, il ne le ferait donc pas cette fois-là non plus.

« J'te balancerai pas. T'es pas obligée d'me croire, j'm'en fiche en fait, mais si y'a quelqu'un qui t'captera, ça viendrait pas d'moi. J'aime pas les potins et encore moins les balances. » C'était bien un truc de filles. « Mais j'ai pas d'soucis pour la compensation. J'aimais juste pas qu'tu remettes ma fiabilité en doute alors qu'j'pense avoir prouvé l'contraire. J'aurais pu m'barrer avec le fric ou en planquer une partie dans ma caisse. T'savais pas combien y'avait. Bah j'l'ai pas fait. Alors, j'vois pas pourquoi j'profiterais maintenant. »

Finalement, c'était quand même sorti, mais au moins les choses seraient claires ma foi. Il ne comptait pas revenir là-dessus ! Le texan ne la quitta pas du regard alors qu'elle lui souriait d'une manière qui lui donnait envie de lui taper dessus jusqu'à ce qu'elle arrête de le fixer comme ça. Mais il eut la bonne idée de ne pas se laisser guider par ses pulsions et se contenta d'écouter la suite alors qu'elle lui fournissait de nouveaux conseils gratuits. Décidément, elle ferait mieux de lui faire payer ça plutôt que le reste ! Au moins arrivaient-ils à un accord un minimum arrangeant des deux côtés et même si Jay doutait d'avoir un jour besoin de ses services de nécromancienne – les morts ne l'intéressaient pas, sans quoi il aurait demandé à reparler à sa sœur depuis belle lurette – c'était toujours donc d'avoir cette corde à son arc. Lorsque le bout de papier lui fut tendu, le texan s'approcha d'elle pour l'attraper sans démontrer une quelconque réticence ou méfiance. Elle avait dit qu'elle n'avait aucune raison de vouloir lui nuire, pourquoi se mettrait-il à flipper sans raison ? Vu que chacun faisait des efforts de son côté, il pouvait bien essayer de faire de même une dernière fois.

« Non, c'est pas trop demander. J'pensais plutôt qu't'allais demander à c'que j'sois pas là pour la prochaine discussion, mais p't'être qu'c'est toi qu'est amoureuse d'moi. » Avec son charme naturel et ses bonnes manières. « Donc j'm'occupe d'la première livraison. On verra ensuite pour l'reste. » Il glissa le papier dans la poche de sa veste. « J'dirai pas qu'c'est toi qu'a filé son nom, mais j'cacherai pas qu't'existe vu ça concernera aussi les autres, alors c'sera pas exclu qu'il vienne traîner ici, enfin si on l'embauche. » Il haussa les épaules. « S'tu l'butera, ça m'fera un nom gratos en échange. J'vais pas lui coller un collier pour l'pister. » Et elle était assez grande pour se débrouiller seule. « M'enfin, maintenant j'me tire. Faudra attendre un petit moment, l'temps qu'on ramène ta première fille. J'te revois ce jour-là. »

Il se détourna sans plus de cérémonie avant de quitter le bureau, puis le bâtiment. Il ne chercha pas à en savoir plus sur ce qui se passait dans les autres parties de ce sous-sol et regagna rapidement la sortie avant de quitter les lieux pour rentrer au bercail préparer la suite des affaires.

*****
*********


L'histoire prit quelques temps, une semaine le temps de trouver un contact en Europe de l'est et quelques jours de plus le temps de la faire venir en Amérique où elle fut accueillie par un membre du groupe Ymir qui l’amena aussitôt au repaire qu'ils avaient acheté et aménagé entre-temps. Elle fut placée dans une cellule le temps que le soir arrive et ils vérifièrent que la marchandise correspondait aux attentes avant que Jay ne se charge de la traîner jusqu'à la tanière de la nécromancienne. Bien sûr, la gamine ne parlait que le bulgare et elle débitait tout un tas de conneries que le texan ne comprenait pas, mais lorsqu'un des mercenaires – originaire de ce pays – la menaça de lui trancher la langue, elle se montra plus conciliante.

Il était minuit passé lorsque le trentenaire se présenta à l'entrée arrière de la cave conformément à leur accord. La gamine était toujours paumée, mais semblait moins effrayée qu'avant. Elle était plutôt jolie, bien que tout dépendait des goûts, blonde aux yeux bleus avec des jambes qui montaient jusqu'au cou. Sa poitrine était un peu trop plate et son corps aurait été plus appréciable avec quelques kilos en plus, mais elle était acceptable. La tenant au bras, il ne la relâcha que lorsqu'ils furent dans une pièce en compagnie de la nécromancienne.

« C'est la marchandise. À toi d'voir si ça t'va. »

Quoi qu'elle veuille en faire, ce n'était pas ses affaires !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 18 Juin - 11:27 Message | (#)

Est-ce qu’il était fiable ? Si elle-même n’était pas immortelle elle n’en serait pas certaine. Si lors de leur première rencontre elle avait ressenti le besoin de lui montrer qu’elle ne pouvait mourir c’était pour une raison… Cet homme était une bombe à retardement, même s’il semblait légèrement plus calme. Elle se rappelait très bien son éruption de colère et la façon dont il s’en était pris à elle. Bien entendu, Abigaïl n’était pas rancunière, pas suffisamment en tout cas pour s’acharner contre cet homme. Mais de là à lui faire totalement confiance… Elle avait plusieurs partenaires, mais peu d’amis et c’était pour une raison. Elle ne faisait pas confiance à son propre frère jumeau. Et puis, le mutant avait été en compagnie de ses serviteurs lors de sa fuite du braquage.

Certes, le Darach et Silence auraient probablement été de piètres adversaires contre un homme qu’elle-même n’avait pas réussie à mettre à terre. Son abomination se serait sûrement faite démembrée tandis que le druide noir aurait vu son corps physique détruit et aurait dû s’éclipser dans le monde des spectres comme à l’accoutumée. Mais cela, le mutant ne le savait pas. Alors est-ce qu’il lui avait laissé l’argent parce qu’il était fiable ou parce qu’il craignait les capacités des serviteurs de la nécromancienne ? Elle ne le saurait probablement jamais, mais elle était prête à faire un effort comme elle l’avait énoncé plus tôt.

« Bien. » Lâcha-t-elle finalement. « De toute façon, nous aurons tous deux l’occasion d’explorer notre fiabilité réciproque. Après tout, nous sommes partis pour faire affaire. Donc tu pourras éprouver la qualité de mes informations tout comme je pourrais m’assurer de ta diligence et du respect des conditions que j’ai fixé. »

Que ce soit au niveau de leur partenariat en général ou bien plus particulièrement sur les caractéristiques physiques de son « paiement ». La nécromancienne appréciait grandement de voir la Moisson étendre ses tentacules au-travers de la ville, venant enrouler son étreinte autour des gorges de certains ou bien simplement s’associer avec d’autres. Que le mutant se rassure, il n’empiétait pas encore sur les plates-bandes de la nécromancienne. Aussi elle ne le voyait pas le moins du monde comme un ennemi. Et avec de la chance et un peu tact, il n’en serait jamais un. Après tout, s’il se contentait de ne toucher que légèrement à la magie et ne s’intéressait pas à la nécromancie et aux morts tout serait parfait.

Elle s’autorisa un nouveau sourire lorsqu’il parla de son prétendu amour pour lui. Depuis quand cet individu avait-il un sens de l’humour ? Quoiqu’il en soit, ce n’était qu’un juste retour des choses, mais Abigaïl se préférait à des mets légèrement plus raffinés que ce genre d’individu. Enfin, sauf si on considérait Tesla. Pour ce dernier, elle ne savait pas vraiment si elle pouvait considérer son amant comme… Raffiné. Leurs ébats ne l’avaient pas été, que ce soit lors de leur première ou seconde aventure.

« Je ne le tuerais pas tant qu’il ne se dressera pas contre moi d’aucune manière. Nous avons tout intérêt à ne pas nous dresser l’un contre l’autre. Aussi je pense que s’il rejoint ton équipe, tu lui diras de bien se tenir s’il vient ici, non ? J’en dirais de même à mes hommes vis-à-vis de toi et de tes camarades. Une guerre n'est pas propice pour les affaires. Mais soit. Si j’en viens à devoir le tuer, je te donnerais un nom gratuit. »

Une nouvelle concession. La liste commençait à dangereusement s’allonger. Est-ce que le jeu en valait vraiment la chandelle ? Abigaïl devait bien avoir quelques créatures qu’elle pourrait lancer dans la ville pour kidnapper quelques filles. Mais une jeune femme avait de la famille, était la propriété d’un mac qui partirait à sa recherche etc. Avec des étrangères fraîchement débarquées aux Etats-Unis, Abigaïl aurait moins de difficulté à se faire accepter comme figure… maternelle et à en faire ce qu’elle en voulait.

Lorsqu’il fut parti elle rangea tranquillement son livre des ombres dans l’étagère. Les pages deviendraient de nouveau blanches. Un petit sortilège de rien du tout, que n’importe quel sorcier pouvait briser avec suffisamment de temps. Mais cela gênait considérablement les humains dénués de pouvoirs. La nécromancienne observa la carte de la ville sous ses yeux. Un cercle rouge se trouvait au niveau de l’auberge de jeunesse qui avait servi de repaire à la secte du chaos. Avec la quantité de sang, de cadavres, les restes de culte sataniques et l’odeur de soufre que les forces de l’ordre y avaient trouvé, le prix de la bâtisse avait dégringolé. Ce qui convenait parfaitement à Abigaïl. Contrairement au commun des mortels, elle n’avait pas peur des démons et des fantômes. Elle avait donc son pré. Restait plus qu’à récupérer le bétail. Mais pour cela, elle comptait sur son collègue à la mine renfrognée.


***



« Ma dame, ils sont arrivés. »

Le visage squelettique du Darach était apparu à travers la seule plante qu’Abigaïl conservait encore vivante dans son bureau. Le druide noir devenait de plus en plus l’esprit protecteur du lieu, s’incarnant de temps à autre dans le lierre grimpant qui enlaçait les pierres au-dessus de l’entrée de derrière. Il avait des yeux partout et venait tout répéter à la nécromancienne, la prévenant de tous les excès, de tous les visiteurs. Là où il y avait de la végétation, le Darach pouvait voir, entendre et parler. Que quelqu’un passe dans son regard sans y être invité et les morts s’éveilleraient grâce à ces mêmes plantes pour en chasser les intrus.

« Parfait. » Se contenta de répondre Abigaïl. En cette soirée la tenue décontractée de serveuse avait laissé place à une robe noire bien plus élégante. Elle ne voulait pas faire mauvaise impression devant son nouveau jouet. A peine sortit-elle de son bureau que Silence lui emboîta le pas, il la suivait comme son ombre quand il n’était pas le vigile muet de l’étage du dessus.

« Pas de bonsoir ? On en vient tout de suite au cœur du sujet, bien. »

Apparemment il n’y aurait pas de petit jeu en cette soirée. Seulement du pragmatisme. Abigaïl pouvait s’en accommoder. Après tout, ils étaient tous là pour faire affaire et non pas pour prendre le thé. Elle avait des individus bien plus raffinés qui convenaient mieux pour cette activité-là. Ils se trouvaient tous dans une large salle en pierre, au mobilier absent si ce n’était pour une table et une chaise. Il s’était passé de nombreuses choses dans cette salle. Heureusement qu’elle était presque totalement insonorisée ou tout du moins trop profondément sous terre pour que quiconque ne puisse entendre d’éventuels cris.

« Voyons voir cela. »

Abigaïl s’approcha de la jeune fille. « Quelle âge a-t-elle ? Je suppose qu’elle ne parle pas anglais. » Ce qui n’était pas un mal ailleurs. Cela compliquait toujours les choses si cette jeune fille se décidait à s’échapper. La nécromancienne s’approcha et pendant un instant, la jeune blonde fit mine de reculer. Mais le regard glacial de sa nouvelle propriétaire eut tôt fait de la clouer sur place. Sans brutalité, Abigaïl lui fit ouvrir la bouche et observa un instant ses dents comme on l’aurait fait à un cheval. Si elle avait eu affaire à une ancienne droguée ou à une personne à l’hygiène douteuse, les dents étaient clairement un bon indicateur.

« C’est une bien belle prise, ma chère sœur. » Lâcha soudainement Anton. Sa masse spectrale colossale se tenait dans un coin de la pièce et sa présence venait de faire chuter la température de quelques degrés. Cela faisait déjà un mois qu’elle s’était libérée de l’emprise de son frère, aussi le laissait-elle sortir de Deuil désormais. Et puis, elle avait besoin de son expertise de médecin en cet instant. Qui plus est, l’avenir de la fille le concernait.

« Elle aurait besoin de quelques repas de plus. » Mais après tout, Abigaïl était très loin de pouvoir être considérée comme plantureuse. Certains l’auraient même considérée comme squelettique. Mais après tout, elle était presque morte, alors que pour le moment, la nécromancienne avait besoin de sa nouvelle acquisition en bonne santé. Aussi, sous le regard effrayé de la jeune blonde aux yeux bleus, Abigaïl commença à la déshabiller, pour observer son acquisition sous toutes les coutures. Des larmes commençaient à couler le long des joues de la fille, mais elle n’osa pas se dérober au toucher de la nécromancienne.

Cette dernière lança d’ailleurs un regard bref à Jay, pour voir ses réactions à la scène qui se jouait sous ses yeux. Beaucoup d’hommes auraient appréciés de voir une femme en déshabiller une autre, même si Abigaïl n’y mettait aucune sensualité. Elle observait la fille comme on le ferait avec un animal ou un morceau de viande. Cette dernière se contentait de pleurer en silence. Sûrement imaginait-elle très bien quel avenir terrible l’attendait. Devenir une prostituée dans le meilleur des cas, être filmée en train de se faire torturée et violée pour le pire. Le rêve américain avait un prix élevé.

La nécromancienne tournait autour de son acquisition, touchant et palpant par endroit à la recherche d’une quelconque malformation, trace d’abus ou quoique ce soit qui pourrait gêner ses projets. « Est-ce que tous s’est bien passé avec Griffith ? Ou est-ce que tu auras besoin d’un autre nom ? » Ce qui ne la gênerait pas, après tout, tout semblait en ordre et les projets macabres ne faisaient que fleurir dans l’esprit de la nécromancienne.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 18 Juin - 13:40 Message | (#)

La politesse n'avait jamais étouffé Jay et il n'avait aucune envie de perdre du temps en palabres. La proximité de la nécromancienne ne le dérangeait pas, même s'il la trouvait péteuse et vantarde, il en faudrait plus que cela pour l'effrayer ou l'importuner réellement ! À la rigueur, son appartenance au « sexe faible » lui posait davantage de problèmes que sa nature de mage nécromancienne. Il resta donc silencieux et la laissa observer la jeune femme qui la regardait d'un air qui montrait clairement qu'elle ne comprenait rien à ce qui était en train de se passer. Tant pis pour elle, tant mieux pour eux : moins elle pigeait ce qui allait arriver, moins elle se débattrait pour la suite. Et même si le texan ne savait pas ce qu'elle prévoyait pour elle, il imaginait aisément que ce n'était rien de délicat ou d'agréable. Suite aux questions, il brisa enfin son silence pour y répondre aussi précisément que possible.

« Elle a dit qu'elle avait dix-neuf ans, mais j'sais pas si c'est tout à fait vrai. Elle trimbalait pas ses papiers avec elle. » Mais elle n'aurait pas beaucoup plus en tous les cas. « Et nan, elle parle pas anglais. Elle est bulgare, elle parle qu'cette langue. »

C'était du moins ce que le mercenaire de leur groupe avait dit après avoir discuté avec elle durant quelques minutes. Vu que la gamine semblait paniquée en arrivant en Amérique, Jay croyait volontiers qu'elle disait la vérité, mais il y avait belle lurette qu'il avait cessé de croire sur parole tout ce qu'on lui racontait. Cela dit, la langue qu'elle parlait ou son âge n'aurait normalement pas grande importance vu que la nécromancienne n'avait rien précisé là-dessus à propos de la première prise. C'était même elle qui avait conseillé de partir sur l'idée de l'Europe de l'est.

Il retomba donc dans le silence alors que la blonde avait ouvert la bouche de sa nouvelle acquisition comme si elle cherchait à vérifier qu'elle n'avait pas été arnaquée en ce qui concernait la drogue et les conneries de ce genre. Cette gamine venait d'un village paumé où elle avait apparemment eu un gamin hors mariage, mort-né parce qu'elle n'avait pas eu assez d'argent pour se nourrir convenablement pendant sa grossesse, ce qui laissait penser qu'elle n'avait eu aucun vice avant de débarquer à Star City. Et comme ils avaient « veillé » sur elle depuis ce jour, logiquement elle était aussi pure qu'une parfaite petite américaine modèle.

C'est à ce moment qu'une voix masculine se fit entendre et qu'un truc bizarre attira l'attention du trentenaire qui ne manqua pas de remarquer que ce truc n'était pas humain. Certainement une sorte de fantôme ou une connerie du genre, mais Jay préféra ne pas faire de remarque à ce propos. La remarque sur la maigreur de la gamine était justifiée, mais facile à régler. Il aurait pu s'en charger lui-même, cependant Jay avait préféré régler les choses au plus vite et apporter la gamine dès son arrivée en ville. Il observa donc la nécromancienne et, tandis qu'elle entreprit de débarrasser son acquisition de ses vêtements, lâcha ce qu'il venait de songer.

« C'est pas compliqué à régler. Elle vient d'un petit village paumé en Bulgarie. Elle s'est pas droguée, elle avait même pas assez d'fric pour s'nourrir. T'pourras facilement régler ça si ça t'pose problème. »

Le spectacle qui s'offrait à lui ne l'intéressa pas pour deux sous et son regard ne dévia pas du visage de la nécromancienne. La gamine n'était rien de plus qu'une marchandise et, par conséquent, Jay n'avait aucune raison de s'y intéresser. Elle aurait pu être en train d'ouvrir un carton qu'il aurait livré que sa réaction n'aurait pas été différente. Même ses pleurs silencieux ne le contrariaient pas, une nouveauté ! Ce n'est que lorsque la discussion revint sur le mage australien que Jay sortit de son mutisme.

« Nan, c'est bon. »

Il en avait parlé avec Carmen dès son retour à la base et ils avaient tous les deux décidé d'aller rendre visite à ces gars-là dès le lendemain. Sur le coup, il ne s'était pas montré très motivé et surtout extrêmement méfiant à l'idée que quelqu'un puisse connaître ses activités, mais les explications – inventées – fournies par le duo avaient fait leur œuvre. Au final, il avait accepté de bosser pour eux durant un petit mois histoire de voir si les choses lui convenaient. Si tel était le cas, il signerait, sinon, il irait voir ailleurs, tout simplement.

« L'est moins chiant qu'j'pensais, il a décidé d'tester et d'voir comment ça s'passe. On est fixés dans un mois. » Pour la suite, il ignorait si les choses se passeraient aussi bien, mais il verrait en temps et en heure. « T'avais pas précisé pourquoi tu la voulais, alors j'te précise juste qu'elle avait été en cloque. » Il la désigna brièvement. « Elle vient d'un coin d'coincés, ils l'ont jartée d'chez elle comme elle était pas mariée et elle manquait d'fric pour s'nourrir alors l'mioche est mort. » Il posa les yeux sur la nécromancienne. « Est-ce que ça t'convient, ou y'a un problème ? »

Autant être fixé immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 18 Juin - 16:17 Message | (#)

Alors donc le mutant ne s’était pas fait de Nick Griffith un ennemi ? Voilà qui était prometteur. Peut-être était-ce principalement parce que c’était un homme et pas une femme. Mais elle avait imaginé le pire pour autant. Après tout, lors de leur première rencontre elle s’était résolue à le tuer. Il n’y avait plus qu’à espérer que Nick ne soit pas en train de tenter une manœuvre fourbe parce que le mutant l’aurait insulté sans s’en rendre compte. Mais cela ne collerait pas au personnage. Non, il fallait simplement supposer que les capacités sociales de cet homme étaient plus développées que ce qu’elle pensait et que son hostilité devait être due en partie à son caractère. Qu’à cela ne tienne, Abigaïl ne comptait pas jouer la femme docile pour qui que ce soit.

« Bien. Je suppose que c’est une bonne chose pour ton organisation. Je suppose que nous ne nous reverrons pas avant minimum un mois alors ? Quand il t’aura donné sa confirmation. »

Abigaïl aurait très bien voulue continuer cette petite coopération. Après tout, la jeune fille qui lui faisait face était en très bon état. Elle n’était pas droguée, ne semblait pas accablée d’une quelconque maladie. Mise à part une légère malnutrition, elle était en excellente santé et cela ne ferait que la rendre plus précieuse aux yeux de la nécromancienne. Le mutant avait fait un excellent travail, il avait finalement prouvé sa fiabilité et avait porté un morceau de choix. La nécromancienne s’était attendue à recevoir une carcasse brisée que ses hommes auraient violée sans discontinuité depuis l’Europe de l’est jusqu’ici. Non, c’était presque parfait.

« En tout cas je ne suis pas déçue. Même si je suppose que tu n’en as rien à carrer de me décevoir ou non, tu veux juste être réglo. Mais je m’occuperais de palier à sa minceur. »

Par contre, elle ne s’attendait pas à ce qu’une fille aussi jeune ait déjà enfanté, ou plutôt essayé d’enfanter. Abigaïl fronça un instant les sourcils, observant la jeune fille, puis se tournant vers Anton. Ce dernier existait toujours à la bordure entre les morts et les vivants, n’apparaissant en ce sens qu’à certains d’entre eux. Pour ne pas effrayer la jeune fille, il était encore invisible à ses yeux. Pour le moment tout du moins. Abigaïl réfléchit un instant. Finalement ce n’était pas surprenant, on s’attendait d’elle à ce qu’elle porte des enfants assez jeune à son époque, même très jeune. Il y avait toujours des cas de grossesses parmi les adolescentes et il n’était pas surprenant que cette fille plutôt jolie, dans un endroit où la vie devait être encore très rustique, ne devait pas avoir beaucoup d’autre passe-temps que de se faire engrosser.

« Un enfant mort-né tu dis. Cela change la donne. Mais rassure-toi, cela ne devrait pas gêner mes projets ou notre accord. Enfin, cela implique juste d’autres vérifications à faire. »

Abigaïl avec une certaine fermeté fit se baisser la jeune fille sur la table, puis elle approcha ses doigts de son intimité. La mort laissait une trace, un reliquat, et même un mort-né, aussi brève que fut son passage dans le monde, avait été un être vivant d’une certaine manière. Il pouvait arriver alors qu’ils laissent une trace, un fantôme de manière plus pragmatique. Ou plutôt un ersatz de fantôme, un mort-né n’étant finalement qu’un ersatz de vivant, non ? Certaines femmes avaient un utérus hanté. C’était rare, surtout à cette époque, mais vu qu’elle venait d’un endroit rural… On ne savait jamais.

« Je suppose qu’elle n’a pas de gynécologue qui a pu te renseigner sur ses capacités à enfanter ?  Heureusement que j’ai un médecin sous la main. »

Jay put alors voir un spectacle plutôt étrange. L’esprit monstrueux d’Anton devint vaporeux pour s’infiltrer dans le corps de sa sœur jumelle. Ce n’était qu’une possession passagère, notamment parce que plus jamais, elle ne laisserait Anton la dominer dans son propre corps. D’ailleurs, il savait que c’était là un privilège rare et qu’il ne devrait pas en abuser. Sans un mot il se contenta d’inspecter la jeune fille, pour avoir son opinion de professionnel sur la chose. Cette dernière continuait de pleurer à chaudes larmes, étouffant de temps à autre un sanglot alors que ces mains étrangères la touchaient. Sa vie venait de prendre un cours terrible. Sa vie en Bulgarie se résumait peut-être à la culbute quotidienne et à la faim, mais voilà qu’elle se trouvait à la merci d’une nécromancienne et de son frère décédé à des milliers de kilomètres de chez elle. L’examen d’Anton terminé, ce dernier quitta le corps de sa sœur pour réapparaître dans un coin de la pièce, toujours calme.

« Il ne devrait pas y avoir de problème. Le fait qu’il y ait eu un mort-né pourrait même se révéler plutôt pratique. »

Abigaïl hocha la tête en signe d’approbation, portant son regard sur la jeune fille. Pauvre petite créature. Elle-même avait connu un tel sort par le passé. Elle était devenue la possession d’un autre, sa chose, à la merci du moindre de ses désirs, de la moindre de ses folies. Elle avait connu des mois de douleurs avant de prendre son destin en main et de le tuer. Même si cette femme y pensait, si elle le voulait, elle ne le pourrait pas, elle appartenait à Abigaïl Faust et c’était probablement un destin pire que la mort. Il y avait des risques pour qu’elle ne revoit plus jamais le soleil, que son existence se résume uniquement aux murs de Necropolitan. Silence s’approcha et déposa des vêtements devant la fille. Ses yeux bleus cherchèrent Abigaïl du regard qui hocha la tête et en silence, elle se rhabilla avec les vêtements que lui avait donnés la nécromancienne.

« Elle a un nom au fait ? Et pendant que nous sommes sur ce sujet. Est-ce que tu en as un aussi ? Cela serait dommage que notre partenariat, même s’il devait s’arrêter, nous empêche ce genre de civilité. D’ailleurs, cela me laisse penser… Si tu es satisfait de Nick, tu n’auras plus besoin de noms. Mais je risque d’avoir besoin d’autres filles. Tu comptes te lancer dans ce commerce de manière stable ou c’était juste une exception pour notre accord ? »
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3172
ϟ Nombre de Messages RP : 72
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 18 Juin - 19:34 Message | (#)

Il se contenta de hausser les épaules lorsqu'il fut question de leur prochaine rencontre : il avait cru comprendre qu'elle voulait une certaine quantité de femmes pour son projet, mais peut-être qu'elle allait lui annoncer qu'elle n'était pas satisfaite de la qualité et lui dire de prendre ses affaires et de se barrer d'ici ? Bon, il devrait perdre quelques jours à trouver un nouveau preneur pour cette nana si c'était le cas, mais disons que ce n'était pas insurmontable. Sauf que cela ne fut pas le cas : elle confirma être satisfaite de leur accord et pouvoir régler seule le problème de sa minceur. Tant mieux. Mais elle avait raison : il se fichait qu'elle soit contente, son seul objectif était de fournir une marchandise de qualité. Peu importait qu'elle décide de le mettre dans ses fournisseurs favoris par exemple – même si ce serait bon signe pour la suite cela dit.

Étonnamment, le sujet de l'enfant mort-né semblait poser problème, même si cela n'influençait pas sur leur accord. Il la dévisagea d'un air interrogateur, ne se doutant pas à quoi elle destinait, mais visiblement c'était un truc plutôt tordu. Alors qu'elle se mettait à la tripoter pour vérifier je ne sais quoi, Jay secoua la tête en signe de dénégation.

« T'as pas précisé qu't'attendais son dossier médical. »

Si cela avait été le cas, il aurait certainement pu demander au spécialiste de l'informatique de mettre la main sur ce document pour leur transmettre, mais très franchement, il n'était pas certain qu'elle puisse avoir déjà vu un médecin. Elle avait laissé entendre à son passeur qu'elle voulait aller en Amérique pour « vivre normalement » et apparemment sa famille était très pauvre ce qui laissait présager qu'elle n'avait pas les moyens de se payer des soins de base. Alors un gynécologue... Cela dit, Jay n'y connaissait rien au système de santé bulgare, peut-être qu'ils étaient plus performants qu'aux États-Unis ? En fait, il s'en fichait.

Son regard quitta la silhouette de la nécromancienne pour se poser sur la masse vaporeuse qui se dirigea vers elle comme pour s'infiltrer dans son corps. Certainement un truc tordu de magicien qui servait à être possédé par les fantômes qui se baladaient dans le coin. S'il avait vu Ghost, il aurait pu comparer cette situation à la scène avec la médium, mais Jay n'avait pas franchement ce genre de connaissances et préféra donc se concentrer sur la situation actuelle. La gamine chialait et ce bruit commençait à porter sur les nerfs du texan, même si elle prenait apparemment garde à ne pas se faire trop remarquer. L'examen se solda par une bonne nouvelle pour eux, ou du moins c'est ainsi que le trentenaire interpréta l'explication du machin flottant, puis la nécromancienne se tourna vers lui au moment où la gamine fut amenée à pouvoir se rhabiller.

Le sujet du prénom fut amené sur le tapis et Jay en fut un peu étonné : il ne s'attendait pas à ce qu'elle compte l'appeler par sa véritable identité. Mais visiblement le mercenaire bulgare avait réussi à intercepter son prénom lors de leur conversation, alors oui, il avait cette donnée. Le texan resta silencieux pendant quelques secondes après que la blonde ne se soit tut, il réfléchissait. Forcément, elle ne lui était pas amicale, mais disons qu'il n'était pas spécialement douée pour trouver les autres aimables, alors une collaboration sur la durée était toujours utile. Ils avaient aussi besoin de ressources normales et pas seulement de noms. Au final, le trentenaire acquiesça.

« C'est stable. Ça concerne pas juste les nanas, on fournit tout c'qu'les gens veulent, des gamins aux vieux et d'tous les sexes. » Visiblement ça ne le perturbait pas spécialement. « Alors, s'tu voudras d'autres nanas, ça peut s'faire. D'toute manière, y m'semble que c'était censé être une première livraison pour vérification, mais à reproduire si ça t'convenait ? » Ou il avait mal pigé leur discussion précédente. « Mais ouais, y m'faut plus d'nom pour l'moment, donc s'tu voudras d'autres filles, y'aura pas d'problèmes, mais faudra parler paiement. » Pas forcément de l'argent, là c'était encore à définir. « Et elle a un prénom. Irina, enfin c'est c'que l'gars m'a dit. » Après, elle n'avait pas franchement l'air d'y réagir. Au moins les chiens regardaient quand on les appelait. « Moi c'est Jay. »

Typiquement américain. Il ne lui avait pas donné son surnom pour la bonne et simple raison qu'il ne l'utilisait pas spécialement et qu'il avait tendance à le trouver un peu trop chiant à prononcer. Ce n'était pas lui qui l'avait choisi après tout. Quoi qu'il en soit, l'accord semblait bien progresser, il jeta un coup d'oeil à la gonzesse avant de revenir sur la nécromancienne.

« S'tu voulais une nana pour la mettre en cloque, t'aurais pu l'dire clairement, y'avait d'meilleures candidates. Mais si ça t'va... » Enfin, il avait cru comprendre ça d'après leurs vérifications. « T'voudras quel genre pour la suite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur











Le contact, c’est l’appréciation des différences ▬ Abigaïl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» ForumHaiti : Appréciation et suggestion d'un internaute
» WHY WE LOVE ATC ▲ le jeu d'appréciation.
» Erreur(s) d'appréciation(s)
» "Je t'apprécie beaucoup tu sais...."(with EMY!)
» je suis lucie ou plUTOT CERIZ ET JE CHERCHE DES CONTACT MSN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-