Mon Oncle d'Amérique Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Mon Oncle d'Amérique Cadre_1Mon Oncle d'Amérique Cadre_2_bisMon Oncle d'Amérique Cadre_3
 

Mon Oncle d'Amérique

 
Message posté : Ven 5 Juin 2015 - 18:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
5 juin 2015

— Mais tu vois, ce qui compte, ce n’est pas tant le concept de l’image que l’image dans sa qualité technique, je veux dire l’image dans sa texture, dans la sensation physique, presque sensuelle…
— Sensuelle ?
— Oui, sensuelle. L’image doit faire frémir ton œil comme le souffle d’un vent chaud, sur une plage au printemps, fait frémir tes épaules nues.

Kristy battit des cils. Dans un coin, Jeff et Saïd ricanaient entre eux en observant le numéro. Depuis qu’ils connaissaient Andrew, ils l’avaient vu draguer un nombre incalculable de filles dans la soirée, avec des discours, selon eux, parfaitement incompréhensible, sur le cinéma, la musique ou la peinture, des discours intelligents et romantiques, que les beaux yeux du jeune Pennington et quelques bières rendaient, à ce qu’il semblait, très envoûtants pour les demoiselles.

Assis sur le canapé, l’intéressé avait déjà passé un bras autour des épaules de Kristy et, pour illustrer sans doute, par souci rhétorico-pédagogique, l’effet d’une brise sur une épaule nue, il caressait l’épaule de la jeune fille du bout des doigts. C’était plutôt efficace : Kristy se penchait vers lui, en entrouvrant les lèvres, et Andrew, chevaleresque comme il l’était, soucieux de ne pas la laisser suspendu, se penchait à son tour. Mais, alors qu’ils allaient s’embrasser, la jeune et jolie jeune fille eut un haut le corps et répondit à la poésie de l’instant avec sa poésie personnelle :

— Merde, j’crois qu’j’vais gerber.
— Ah, euh…

Kristy se dégagea pour se précipiter vers les toilettes, quelque part, ailleurs, dans la grande maison de fraternité qui accueillait la fête, ce soir-là, sur le campus, laissant Andrew les bras ballants, sous les éclats de rire de Jeff et Saïd.

— T’as failli l’sentir de près, son vent chaud.
— V’z’êtes cons.

Andrew jeta un coup d’œil à sa montre.

— Il est tard. On rentre ?
— Déjà ?
— La plus jolie fille de la soirée est trop beurrée pour Monsieur, alors Monsieur veut rentrer. La fête n’a plus d’intérêt, tu comprends.
— N’importe quoi.
— Quel prince charmant…
— Encore une fois : v’z’êtes cons.

Quand même, Jeff et Andrew rentrèrent.

Le lendemain matin, lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit, comme une sirène de pompier apoplectique, dans le petit appartement que les deux garçons partageaient sur Lincoln Street, Jeff et Andrew, chacun dans leur chambre, eurent le réflexe commun et mature qui s’imposaient : ils fourrèrent en grognant la tête sous leur oreiller. Au second coup de semonce, Andrew poussa un soupir, s’extirpa de sa couette (et de ses couvertures), puis entreprit de tituber de sa chambre jusqu’au salon puis du salon jusqu’à la porte d’entrée. Par chance, il ne rentra dans aucune porte et ne défonça aucun mur.

Ce fut donc un adolescent échevelé et le regard brumeux qui, vêtu d’un tee-shirt à l’effigie de Link trois fois trop grands pour lui et d’un vieux pantalon de jogging en coton gris, ouvrit la porte au mage le plus puissant de la planète, ce matin-là, pour lui dire :

— J’ai déjà trouvé le Seigneur et laissez-moi vous dire qu’il est quand même vachement tôt pour témoigner de Jéhovah.

Par acquis de conscience, Andrew se pencha derrière la porte et jeta un coup d’œil à l’horloge de la box. Neuf heures et demie. Certes. Il reporta son regard bleu-gris sur Adrian et observa philosophiquement :

— V’z’êtes pas un missionnaire.

Ces animaux-là se déplaçaient toujours par deux et lui auraient déjà fourré un exemple de la Tour de Garde dans les mains.

— C’est qui ?

Un barbu volumineux à peine plus vieux qu’Andrew s’était faufilé — si l’on peut dire — juste derrière lui.

— Si c’est pour vendre des encyclopédies, c’est pas la peine, on va sur Wikipédia.
— T’es con, tu vois bien qu’il a rien à vendre.
— Ça pourrait être par souscription.
— Même.

Silence.

— Euh, ouais, entrez.

Andrew se décala pour laisser Adrian pénétrer dans un salon où régnait un sens de l’ordre à toute épreuve et une propreté quasi chirurgicale. Jeff lui souffla dans l’oreille :

— T’es fou, ça s’trouve c’est un psychopathe qui vient nous tuer avant de manger notre corps.
— Ou pas.
— Tu peux pas laisser des inconnus rentrer chez nous comme ça.
— Ça va, je gère. Tu d’vais pas être au boulot y a dix minutes ?
— Putain…

Et Jeff se rua vers sa chambre pour s’habiller en quatrième vitesse. Une fois de plus, il ne prendrait pas de petit-déjeuner, une fois de plus, il ne se laverait pas et une fois de plus, il arriverait au travail avec un tee-shirt tâché et des morceaux de chips dans la barbe. Andrew, lui, qui se lavait les dents cinq fois par jour, se douchait matin et soir, utilisait du fil dentaire, des bains de bouche, et toutes sortes de produit dont Jeff n’avait jamais entendu parler, commençait à désespérer.

Il reporta néanmoins son attention sur leur visiteur. D’un ton déjà embarrassé, il commença :

— Si c’est à propos du loyer, on va bientôt le payer en entier.

Ou quasi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 5 Juin 2015 - 19:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
La lettre reçue par Adrian l'avait poussé à réfléchir pendant quelques jours. La récente déception causée par le mensonge de Ginger était encore présente et il en avait presque été à tirer un trait définitif sur l'idée de retrouver sa famille – ou plutôt celle de ses frères. Cependant, lorsqu'il avait ouvert cette lettre étrange pour prendre connaissance du contenu, sa résolution avait été ébranlée. Apparemment, les parents du jeune homme dont il était question s'inquiétaient vraiment pour leur fils et en père qu'il était – même adoptif – Eldoth se voyait mal leur tourner le dos alors qu'il avait la possibilité de les aider à se sentir plus rassurés. Et, en y réfléchissant un peu, il n'y avait que très peu de chances pour qu'il s'agisse d'un second mensonge – ou alors il avait été maudit par une bonne centaine de leprechauns.

C'est pour cette raison qu'il avait finalement décidé de prendre la lettre avec lui et de se rendre à l'adresse indiquée. Les téléphones n'avaient jamais eu son affection et il préférait largement avoir une conversation en face-à-face avec cet éventuel descendant. Après avoir appelé un taxi, Adrian se retrouva au pied d'un immeuble qui ne collait pas vraiment à la vision qu'il s'était fait de cette rencontre. Jetant un dernier coup d’œil à sa montre – il était vraiment tard – l'Archimage se dirigea finalement vers le bâtiment pour y pénétrer et s'arrêter devant la bonne porte, ou du moins l'espérait-il. Premier coup de sonnette, mais personne ne répondit. Travaillait-il ? Possible, mais par acquis de conscience, il sonna une deuxième fois et cette fois-ci, des bruits de pas se firent entendre au bout de quelques secondes. Lorsque l'huis s'ouvrit, le centenaire fut.... désappointé et surpris de poser les yeux sur un adolescent à la tenue improbable et aux cheveux décoiffés.
Ça changeait de Ginger.

La surprise le poussa à rester silencieux, laissant au jeune homme le temps de le prendre ou un témoin de Jéhovah et quelques autres choses de ce genre. Cela dit, lorsqu'un inconnu débarqua, le doute s'insinua dans l'esprit du vieux mage. Était-ce lui, Andrew ? Vivaient-ils en colocation ou en couple ? En soit, Adrian n'avait jamais rien eu contre les relations homosexuelles, mais il avait toujours du mal à dissimuler sa surprise face à une telle situation : son éducation le rendait encore un peu – beaucoup – en retard sur son époque. Quoi qu'il en soit, l'échange entre les deux jeunes gens le laissa pantois et il se retint de leur demander si Wikipédia était une nouvelle bibliothèque de Star City. À la place, il rentra en silence – après y avoir été invité – puis promena son regard sur les environs jusqu'à ce que l'homme barbu ne s'éloigne pour faire je-ne-sais-quoi et que l'échevelé ne lui parle du loyer. Un sourire rassurant ourla les lèvres du centenaire.

« Ne vous inquiétez pas, je ne viens pas pour le loyer, ni pour vous vendre quoi que ce soit. Vous êtes bien Andrew Pennington ? » Il l'observa durant quelques secondes avant d'enchaîner. « Je suis venu parce que j'ai reçu une lettre de vos parents. »

Accompagnant ses paroles d'un geste, il glissa sa main vers la poche intérieure de sa veste – il en portait toujours une, quel que soit le temps – avant d'en extirper l'enveloppe contenant la fameuse lettre. N'étant pas sûr que le jeune homme voudrait la consulter, il la garda en main, prêt à lui donner s'il manifestait cette envie.

« Je m'appelle Adrian Pennington, d'après ce que vos parents ont dit, il semblerait que nous ayons quelques ancêtres en commun. Ils sont un peu inquiets quant au fait que vous vous trouviez dans une ville qui ne vous est pas familière et comme j'y habite depuis un moment, ils m'ont demandé si je pouvais vous rencontrer. »

Eldoth préférait être parfaitement honnête dès le début de leur rencontre vu qu'il allait, malheureusement, devoir lui mentir sur bien des choses s'ils décidaient de rester en contact. Cela dit, Adrian côtoyait assez de jeunes depuis qu'il enseignait à Star High pour savoir que les adolescents n'aimaient pas être chaperonnés par leurs parents. Ou qui que ce soit d'autre. Par conséquent, s'annoncer comme mandaté par Jeffrey Pennington n'était pas forcément la meilleure idée qui soit, mais tant pis !
Après une légère pause, l'Archimage reprit la parole.

« Ne vous inquiétez pas, je ne viens pas jouer le chaperon. Mais comme je ne suis pas originaire non plus de cette ville, je sais que c'est parfois compliqué de s'intégrer et puis... je me suis dit que ce serait intéressant de faire connaissance si nous avons effectivement quelques liens familiaux. » Et encore, c'était un euphémisme. « Mais j'arrive peut-être au mauvais moment ? Vous deviez aller travailler ? »

Même si sa tenue et sa dégaine laissaient plutôt penser qu'il avait rendez-vous avec son lit. Vu l'heure, Adrian s'était plutôt attendu à le trouver absent, car à son travail, ou affairé à la tâche depuis des heures. Visiblement ils n'avaient pas le même rythme. Ni la même garde-robe, c'était un fait.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 6 Juin 2015 - 0:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
— Hmouais…
— J’y vais-méga-en-retard-à-plus !
— Cool.

Répondit distraitement Andrew au Jeff qui disparaissait déjà par la porte d’entrée, un sac à dos à peine jeté sur ses épaules. L’Africain était trop occupé à fixer Adrian d’un regard plissé et suspicieux.

— Hmouais, hmouais, hmouais.

Toutes sortes de films — littéralement — lui passaient par la tête et dans chacun d’eux, Adrian, qui n’était jamais celui qu’il disait être, s’infiltrait chez lui sous ce prétexte fallacieux avec quelque motif caché et sournois. Aussi l’adolescent conclut-il finalement :

— Hmouais.

Il passa une main dans ses cheveux et, chose incroyable, parvint à la récupérer, avant de remarquer :

— Vous pourriez aussi être un détraqué qui sonne chez les jeunes gens sans défense…

Tu parles.

— … pour abuser d’eux. J’vais appeler mes parents, hein.

Andrew disparut un moment dans sa chambre, avant de revenir avec un téléphone portable, dont la revente aurait sans doute couvert le loyer — mais à son âge, on n’a pas les mêmes priorités. Il composa rapidement un numéro et porta l’appareil à son oreille.

— Ouais, M’man, c’est moi…



Oui je mange correctement.



Non, carrément pas, j’suis réveillé depuis des plombes.



J’passerais vous voir c’week-end. Prochain. ‘Fin, genre, dans deux s’maines.


Pour son plus grand désespoir, Andrew avait des parents aimants et compréhensifs qui ne lui avaient jamais laissé la moindre occasion de faire une véritable crise d’adolescence. Être un peu trop protecteurs était bien leur seul défaut. Il parvint tout de même à en caser une.

— Dis, j’ai un type chez moi qui s’appelle Adrian Pennington, enfin c’est c’qu’il dit, et qui dit aussi que vous l’avez envoyer pour vérifier que je me shoote avec de la cocaïne coupée.

En gros.

— C’est vrai ou bien c’est juste un pervers psychopathe et faut qu’j’appelle la police ?

Le reste de la conversation fut entièrement constitué, de la part d’Andrew, de « hmouais », « cool » et autre « je vois » un peu contrariés puis l’adolescent raccrocha.

— Bon, ben j’suppose que vous dites la vérité. Ou alors vous avez assassiné le véritable Adrian Pennington pour lui voler cette lettre et vous avez décidé de me retrouver pour me tuer à mon tour, parce que vous nourrissez une haine secrète pour toute ma famille, à cause d’une sinistre histoire qui… Ou pas.

La vie était souvent beaucoup plus simple que les meilleures fictions.

— Café ?

Et comme il allait en prendre lui-même, le jeune homme se dirigea vers la cuisine ouverte sur le salon et qui, de toute façon, n’était qu’à trois pas. Il pouvait toujours parler et voir Adrian.

— J’travaille pas trop la journée. Enfin, pas les boulots, quoi. Enfin, ça dépend des journées.

Limpide.

— Mais ce soir, j’fais des ménages.

Car ce n’était certes pas par paresse qu’Andrew ne travaillait pas ce matin-là.

— Vous pouvez dire à mes parents que l’appart est bien rangé.

Mais ça, ils n’en doutaient pas : le petit Andrew n’avait jamais laissé trainé un lego de sa jeune existence.

— Et que Jeff est juste mon coloc, que je vais pas me marier avec un motard séropositif et que je me laisse pas pousser les cheveux trop longs.

De toute évidence, Andrew ne croyait pas trop à la volonté professée d’Adrian de ne pas le chaperonner.

— Du coup, genre, vous recevez une lettre et vous vous dites tout de suite, je vais aller voir et tout ? Vous êtes vachement, je sais pas, optimiste. Faut faire gaffe, hein, si jamais vous recevez des mails où un type vous dit qu’il est de votre famille éloignée et qu’il faut lui envoyer trois milles dollars pour l’aider à sortir de Kinshasa, c’est pas forcément vrai. Pareil pour le viagra low cost. Enfin, j’dis ça…

Oui, Andrew parlait tout le temps. Il revint avec une — ou deux, selon les désirs d’Adrian — tasse(s) de café et s’assit dans un canapé qui avait vraisemblablement connu de meilleurs jours.

— Si vous voulez prendre un siège…

Adrian avait le choix entre deux chaises en paille sans paille, un fauteuil auquel il manquait un accoudoir, un pouf gigantesque et étrangement neuf, et le fameux canapé, dont les coussins dépareillés n’étaient pas d’origine.

— Bref. Vous savez, j’suis vachement bien intégré. J’ai des potes, un appart, des…

Conquêtes. Trop. Déjà.

— … hmprojets. ‘Fin voilà. Je dis pas je suis pas content de vous rencontrer. Moi, à part Jonathan, mon cousin, et encore, j’l’ai vu quoi, deux ou trois fois, la famille Pennington, ça me dit pas grand-chose. Enfin, faut dire, on vivait à Nairobi avant, ça aide pas pour explorer l’arbre généalogique. Vous êtes quoi du coup ? Mon…

Par souci de politesse, Andrew tenta d’évaluer l’âge d’Adrian. Cousin (lointain) ou oncle (lointain) ?

— Cousin issu de germain au trente-sixième degré ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 6 Juin 2015 - 10:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian salua poliment l'ami d'Andrew qui s'en-alla travailler, sentant bien le regard du jeune homme peser sur lui. Apparemment, son discours le laissait sceptique et l'hypothèse qu'il avança avait de quoi vexer ! Fort heureusement, le vieux mage avait vu bien pire – comme une Irlandaise qui croyait qu'il la séquestrerait chez lui pour lui faire je-ne-sais-quoi – alors il n'était plus à ça près.... Il patienta donc le temps que l'adolescent puisse discuter avec ses parents qui s'inquiétaient visiblement pour lui – ce qui le rassura assez – jusqu'à ce que la discussion se termine et que la conversation semble avoir tourné à son avantage. Lorsqu'un café lui fut proposé, il répondit brièvement.

« Euh, oui, pourquoi pas. »

Il avait plus de cent ans, mais il réussissait encore à être intimidé par un gamin avec un débit plus qu'impressionnant. Il écouta donc patiemment tout ce qui lui était raconté avant de remercier Andrew pour le café et de s'installer sur l'un des fauteuils mis à sa disposition. Ce n'est que lorsque le flot de questions se tarie qu'il trouva l'occasion de répondre.... et ce fut pour devoir mentir. Pendant quelques secondes, il hésita.

« Euuuh. Et bien, en vérité je ne sais pas précisément.... » Si, il était son arrière (beaucoup) oncle, mais il ne pouvait pas vraiment le dire. « Cousin très éloigné je dirais. L'un de mes ancêtres était le frère de l'un des vôtres. Ça remonte aux années dix-neuf-cents, donc autant dire que c'est assez éloigné, mais je ne saurais pas dire exactement quel est notre lien familial. »

Ce n'était pas spécialement clair ou valorisant pour lui, mais Adrian était un peu pris de court. Ginger ne lui avait pas demandé quel était leur lien familial, par conséquent il ne s'était pas attendu à ce que ce soit le cas cette fois-ci. Après la lettre envoyée par les parents d'Andrew, Adrian avait ressorti l'arbre généalogique de sa famille et demandé un peu d'aide pour se renseigner sur les autres branches. Il avait donc appris que le jeune homme face à lui descendait directement de Gabriel, son frère aîné avec qui il avait toujours été très lié. Logiquement, quatre ou cinq générations les séparaient, mais bien évidemment comme il ne comptait pas dévoiler sa véritable identité tout de suite, il devait garder une certaine crédibilité, quitte à rester flou dans ses explications.
Après quelques secondes de silence, il enchaîna sur la suite.

« Vous êtes né à Nairobi ? Je ne savais pas qu'il y avait des Pennington sur le continent africain. » Mais la surprise était très agréable. « J'ai cru comprendre que vous étiez arrivé très récemment sur le sol américain ? C'est votre première fois ici j'imagine ? Je pense que vous avez déjà dû vous en rendre compte, mais ce continent n'a strictement rien à voir avec celui où vous avez grandi, les gens sont beaucoup plus... mal-intentionnés ici. » Ou du moins en avait-il l'impression. « Je vous crois sur parole si vous me dites que vous êtes bien intégré, mais disons qu'ici les gens n'hésitent pas à essayer d'abuser de la confiance des autres pour obtenir ce qu'ils veulent. »

Ce qui lui fit penser qu'Andrew avait laissé entendre qu'il aurait pu se faire rouler en répondant à cette lettre. Ce n'était pas totalement faux, au contraire puisqu'il avait réussi à se faire berner par une gamine de seulement dix-neuf ans. Rien ne disait que ce n'était pas une nouvelle arnaque, mais pour le vérifier, il devait bien apprendre à le connaître et essayer de trouver les mensonges sous les enrobages, non ?

« Et si je suis venu ici... c'est parce que je voulais vérifier si cette lettre disait la vérité. Oui, j'aurais pu me faire arnaquer, mais pour savoir si c'est le cas, je devais bien me déplacer, non ? » Enfin, ça lui semblait logique. « Et pour le reste, ne vous inquiétez pas, je n'ai pas internet, les mails ça ne risque pas de m'arriver. » Aishlinn s'était assez moquée de lui à cause de cette absence de technologie. « Vous savez, lorsque je vous ai dit que je ne suis pas ici pour vous chaperonner, c'est la vérité. Je suis juste curieux de rencontrer une éventuelle famille éloignée. Je n'ai pas de frère, de sœur ou d'autres proches, je ne suis plus en contact avec les autres Pennington, alors je me suis dit que ce serait intéressant de passer le cap. » Il esquissa un sourire contrit avant de hausser les épaules. « Vous avez quel genre de projets ? Vous avez fait des études particulières, ou c'est des projets plus... libres ? »

Ce n'était pas des questions intrusives, mais juste de l'intérêt. Adrian était professeur et il enseignait désormais à Star High, c'était assez logique qu'il puisse s'intéresser aux projets et aux désirs de son éventuel arrière -beaucoup-neveu ! Enfin, si ce n'était pas une vaste arnaque du moins.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 6 Juin 2015 - 22:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Andrew haussa un sourcil.

— Ah ouais, v’z’êtes genre, un fana de généalogie.

Au moins. L’adolescent n’était pas très doué en calcul mental mais, à vue de nez, si on remontait au début du siècle précédent, des descendants des uns ou des autres, il devait y en avoir toute une tripotée. Ou alors les premières branches s’étaient vites taries. Il devait bien avouer que pour sa part, sans éprouver de réticence particulière pour la vie de famille, il n’avait jamais éprouvé d’intérêt vif pour les détails de son histoire. Il connaissait ses grands-parents, un cousin ou deux, quelques oncles et tantes, du côté maternel surtout, et c’était bien tout.

Les questions d’Adrian ne tardèrent pas à arriver à leur tour et Andrew, qui avait replié ses jambes en tailleur sur le sofa, la tasse de café à la main, ne paraissait nullement froissé d’être ainsi l’objet de tant de curiosité. Habitué lui-même à fouiner dans la vie des autres à la recherche des détails les plus croustillants, il trouvait que c’était bien la moindre des choses que répondre quand on l’interrogeait.

— Ma mère bossait à l’ONU, là-bas. V’savez, c’est l’un des quatre sièges, avec New York, ici, où ma mère a été muté, puis Genève et Vienne. Après, c’était pas, genre… J’sais pas si les gens sont fondamentalement différents, v’voyez. J’veux dire, c’est sûr, c’est pas la même vie et tout, mais y a des embrouilles à Nairobi comme ici. Moins de méga-mutants et de magiciens zarbis, ‘fin j’suppose, mais en dehors de ça…

Andrew haussa les épaules. S’il éprouvait une affection profonde et sincère pour son pays natal, il n’avait pas la naïveté de croire que la vie y était meilleure ou plus saine qu’ailleurs.

— Ça dépend des quartiers, aussi. Selon comment c’est occidentalisé, quoi. J’veux dire, c’pas l’même rythme si les mecs ont l’fric pour s’payer des montres et des téléphones ou si c’est plus… différent, ouais. C’est pas forcément les gens qui m’choquent ici. Même si l’confort, des fois, c’est… Bah, c’est comme les Blancs qui vivent à Nairobi, hein. Non, l’truc, c’est qui fait froid tout l’temps.

Et finalement, il ne parlait pas seulement de la température.

— ‘Fin bref. V’z’avez vraiment pas Internet ? C’est cool.

Sans ironie. C’était cool, parce que c’était atypique et, pour Andrew, tout ce qui sortait de l’ordinaire était digne d’intérêt. Avec ses vêtements et sa profession de foi atechnologique, Adrian était déjà pour lui une sorte de personnage de film, peut-être tout droit sorti d’A Single Man.

En tout cas, l’adolescent hocha la tête quand Adrian expliqua les raisons de sa venue et elles durent lui paraître crédibles parce qu’il ne le releva pas.

— Nan, les études, c’pas pour moi. J’me suis toujours ennuyé à l’école. Ça a saoulé mes parents, ils auraient bien voulu que j’aille à la fac et tout, mais sérieux, c’est tellement cher ici, si c’est pour foirer son année, c’est pas la peine.

Un raisonnement assez pragmatique qui le devint beaucoup moins quand Andrew rajouta :

— J’suis artiste.

Ça promettait.

— J’fais du cinéma, surtout, puis du dessin, un peu d’musique, des fois d’la sculpture, ce genre de choses. À la base, j’voulais aller à Los Angeles, pour m’rapprocher des studios, mais mes parents voulaient qu’je reste près d’New York alors j’me suis dit, à Star City, i’ doit s’passer plein d’choses intéressantes, finalement. Du coup voilà.

C’était une demi-vérité. La perspective d’être proche du siège de la Légion n’avait pas joué un médiocre rôle dans sa docilité face aux exigences parentales, même s’il n’avait accompli aucune démarche en ce sens depuis son arrivée à Star City.

— En c’moment, j’compose deux trois musiques pour un groupe local, j’filme un court-métrage sur les égouts et je fais des planches pour un webcomics, mais j’ai pas encore commencé à publier. J’voudrais m’trouver un atelier, ce s’rait pas mal, mais c’est un peu chaud niveau budget, même dans des quartiers pourraves comme celui-ci, alors j’attends d’avoir mis d’côté, un peu. Du coup, j’bosse ici ou là, genre, des fois vendeur sur des ptits contrats, les ménages, serveur, c’genre de trucs. Ça va, je gère.

Si on omettait bien sûr le fait qu’il vivait dans la rue la plus à craindre de la ville, avec un colocataire avec lequel il n’avait franchement pas l’air d’avoir beaucoup en commun et sans ressource moins aléatoires que des contrats d’une semaine ou deux.

— ‘Tendez…

Andrew se releva souplement, reposa sa tasse sur la table basse, disparu dans sa chambre et revint presque aussitôt avec une planche qu’il tendit à Adrian. Que celui-ci eût l’âme esthète ou non, les projets artistiques de son lointain neveu purent lui paraitre nettement moins fumeux quand il découvrit un paysage urbain sombre à l’ambiance punk-apocalyptique, réalisé au crayon, dont l’exécution technique était irréprochable.

— C’est pour une couverture de magazine, un truc pas très diffusé, mais ça m’a rapporté quelques dizaines de dollars. ‘Fin, faut qu’je fasse la coloration, encore.

Il reprit sa tasse.

— Et vous, vous faites quoi ? Vous êtes marié ? Vous vivez là depuis longtemps ? Vous avez des enfants ? C’est quoi votre signe astrologique ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 7 Juin 2015 - 0:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Magiciens zarbis ? Adrian trouva le terme un peu étrange, mais il comprit que ce n'était pas forcément bon pour lui : ce n'était pas franchement à connotation positive dirons-nous ! Est-ce qu'il avait une mauvaise opinion des pratiquants ? C'était une possibilité, en effet, cependant Adrian ne comptait pas lui balancer de but-en-blanc qu'il s'amusait à utiliser des sortilèges pour occuper ses journées. Ginger ne l'avait pas su même après plusieurs mois à vivre sous le même toit que lui, il n'était donc pas question de se montrer trop hâtif avec Andrew. Toujours est-il qu'il gardait une vision peut-être un peu trop utopique de l'Afrique étant donné qu'il avait essentiellement vécu dans des tribus indigènes qui ne connaissaient ni le crime, ni les vols, mais ce n'était visiblement pas le cas du jeune homme. Lorsque ce dernier parla de la température, Adrian ne put s'empêcher de sourire légèrement : Sallah se plaignait sans arrêt du climat, même après une trentaine d'années passées ici, autant dire que ce n'était que le début ! Il fut toutefois assez étonné de l'entendre approuver l'absence de technologie dans sa vie : peut-être que tous les jeunes n'étaient pas drogués à ces téléphones et autres appareils ? Un bon point supplémentaire pour Andrew.

Toujours est-il qu'il répondit sincèrement aux questions posées par Adrian et ce dernier considéra donc qu'il ne devait pas avoir de secret à dissimuler. Ou alors il mentait très bien ! Qui plus est, il avait un projet bien précis et malgré son âge – et le côté artiste qui pouvait effrayer – c'était encourageant. Il fut donc assez curieux de découvrir ce que l'adolescent dessinait et face à la planche qu'il lui tendit, Adrian dût admettre qu'il avait du talent. Bon, le décors en lui-même ne faisait pas vraiment partie de ce qui l'enthousiasmait beaucoup – les décors post-apocalyptiques lui rappelaient étrangement sa dernière promenade avec Chase – mais la technique employée avait l'air très maîtrisée. Même sans être professionnel, c'était suffisamment visible pour être remarqué. Malheureusement, avant qu'il ne puisse lui faire part de ses pensées, Adrian fut noyé sous un flot de questions qui le laissa un peu perplexe. Il dévisagea Andrew d'un air étonné – c'est qu'il avait un sacré débit – avant d'essayer de se souvenir de toutes les questions.

« Euh... et bien, non. Ni marié, ni d'enfants, mais oui, je suis là depuis quelques temps. » Et là, les mensonges commençaient. « Mon père avait acheté un manoir en ville et j'en ai hérité quand il est mort, ça fait déjà quelques années. Euh... » Il fronça les sourcils pour se remémorer les autres interrogations. « Je suis archéologue. Spécialisé dans ce qui est centré sur l'Afrique d'ailleurs. C'est aussi de famille ça. Mon père a passé beaucoup de temps là-bas. » Même s'il détestait devoir servir ce mensonge de père inventé de toutes pièces. « Et, bah, je ne sais pas pour le reste. »

Son signe astrologique ? Mais qu'est-ce que ça avait à voir avec une discussion pareille ? Adrian secoua légèrement la tête avant de baisser une nouvelle fois les yeux vers la planche qu'il tenait entre les mains. Percer dans ce milieu était certainement compliqué : il y avait des tas de personnes très douées pour dessiner et le fait qu'Andrew soit étranger pourrait lui porter préjudice. Adrian avait vécu suffisamment d'années pour savoir que si le racisme était moins fréquent qu'à l'époque, il restait présent. Même en ayant l'air d'un américain lambda, Andrew ne l'était pas et ce fait suffirait à lui fermer quelques portes.

« C'est vraiment très bien exécuté. Enfin, je n'y connais rien en dessin et je n'ai pas trop la fibre artistique, mais ça se voit que vous maîtrisez votre sujet. » Il rendit le dessin à Andrew histoire de ne pas l'abîmer. « J'espère que vous réussirez à trouver quelque chose qui vous convienne, mais il est vrai qu'à Star City, sans relations c'est un peu plus compliqué de s'en sortir. » Il l'observa pendant quelques secondes. « Vous avez déjà été voir dans les musées de la ville ? Ceux centrés sur l'art offrent parfois des petits boulots aux jeunes et cela vous permettrait de rencontrer des personnes dans ce milieu. » Il avait bien croisé des étudiants en archéologie en travaillant au musée d'histoire. « Et vous savez qu'il y a plusieurs écoles d'art en ville ? Je ne dis pas ça pour vous pousser à faire des études je précise, mais parfois c'est plus enthousiasmant de se lancer dans ce genre d'apprentissage que de faire des études dites normales. » Il marqua une légère pause. « Si jamais ça vous intéresse, je pourrais peut-être vous aider un peu. J'enseigne de temps en temps dans un lycée de la ville et j'ai rencontré quelques professeurs qui interviennent dans ces écoles. »

Après tout, autant que son poste de professeur puisse servir, surtout maintenant qu'il n'était plus certain de rempiler pour une troisième année d'enseignement à Star High – la magie n'y était malheureusement pas très populaire et il avait d'autres affaires plus importantes à faire que de vérifier si mademoiselle Carmichael avait bien fait ses devoirs.

« D'ailleurs, vous avez quel âge ? Vos parents ont l'air de beaucoup s'inquiéter et même si je sais que l'âge n'influence pas ça... » Il avait bien peur tous les jours pour son fils de cinquante ans passés. « … mais je pense que ça doit avoir quelque chose à voir avec la lettre qu'ils m'ont envoyé. » Puisqu'ils pensaient qu'il avait la trentaine passée. « Enfin, si c'est votre premier été ici, laissez-moi vous dire que vous allez avoir bien plus froid en hiver. Je vous conseille d'investir dans une bonne veste, ça vous changera de l'Afrique. »

Et il parlait en connaissance de cause.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 8 Juin 2015 - 10:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Que l’enthousiasme de son lointain parent ne fût pas vibrant à la découverte de son dessin, Andrew ne s’en formalisa guère. D’abord, c’était une commande et l’univers que l’œuvre évoquait ne comptait pas parmi ses préférés. Mais en technicien plutôt qu’en théoricien, Andrew ne répugnait pas à dessiner pour gagner sa vie : d’abord, c’était nécessaire, ensuite, c’était toujours un excellent moyen d’entretenir ses techniques, même celles que l’on ne prisait pas le plus. Sa carrière artistique, Andrew l’envisageait souvent avec humilité et pragmatisme.

Il récupéra la planche, tandis qu’il réfléchissait lui-même à la coïncidence d’avoir un cousin éloigné qui fût africaniste. Son affection pour ce continent, son continent, était profonde et sincère mais elle ne l’embrassait pas tout entier : il y avait des parties de l’Afrique qu’Andrew connaissait mal, celles de l’Ouest et du Nord, principalement et, bien sûr, quand il pensait à un archéologue, il pensait, comme tout à le monde, à…

— L’Égypte ? V’z’êtes égyptologue ? Genre, les pharaons et tout ça ? J’suis allé une seule fois en Égypte.

Une toute autre culture, du point de vue d’un Kenyan — même si Andrew se sentait toujours mal à l’aise, en tant que Blanc, à se dire Kenyan. Après tout, il n’en avait même pas la nationalité.

Quand Adrian eut éclairci sa lanterne sur ses spécialités archéologues, Andrew dut bien revenir sur son propre parcours.

— Non mais les écoles d’art, c’est…

Il avala une gorgée en réfléchissant à la formulation qu’un professeur comme Adrian trouverait la plus diplomatique.

— Disons que c’est super quand on veut acquérir la technique mais ça, c’est pas trop un problème. J’veux dire, j’suis plutôt…

Il haussa les épaules.

— J’me débrouille.

C’était un euphémisme mais Andrew n’aimait pas souligner ses propres qualités.

— Après, c’est sûr, on rencontre des gens, on fait un réseau et tout, mais quand on fréquente le milieu, qu’on va au vernissage et tout ça, parfois aux conf’, même si c’est chiant, ça marche aussi. Faut juste être un peu sociable.

Et ce n’était pas une difficulté pour lui. Il ne vivait pas reclus dans son atelier comme un génie incompris.

— Et puis, pour être honnête, c’est aussi sympa d’travailler ailleurs qu’dans l’art. Enfin pas sympa, genre, c’est l’extase totale. J’prends pas mon pied en faisant des ménages ni rien, mais juste… V’z’avez pas mal d’artistes, ou d’cinéastes, qui voient toute la journée d’autres artistes et des trucs de cinéma. Ils vivent dans leur monde et ils ont finalement rien d’autre à dire qu’eux-mêmes. C’est trop chiant, les gens qui font de l’art narcissique ou introspectif. Moi, j’aime bien rencontrer des vraies personnes, voir des vraies gens, ce genre de trucs. Sérieux, la plupart du temps, j’préfère cent fois discuter avec les femmes de ménage que les réalisateurs, hein.

C’était la même curiosité pour le vrai monde, la même conviction qu’il y avait un univers factice et un autre véritable et caché, qui avait jadis conduit Andrew à fausser si souvent compagnie à ses parents pour s’aventurer dans les rues de Nairobi, loin des quartiers blancs.

— J’ai dix-huit ans. Mais c’pas parce que j’ai dix-huit ans… et demie… que j’suis complètement à l’ouest.

Mais il était sans doute beaucoup moins terre-à-terre et organisé que ses paroles le laissaient croire en ce moment.

— Mes parents s’inquiètent pour rien.

Alors qu’il achevait de prononcer cette phrase, un bruit de cascade se fit entendre et lorsque les chutes du Niagara arrêtèrent de couler, après un moment de silence, un autre bruit, semblable, se répéta. Andrew s’éclaircit la gorge et expliqua sommairement :

— Les toilettes du voisin sont juste au-dessus.

Et l’isolation phonique de l’appartement était inexistante. Si le sens de l’ordre et de la propreté d’Andrew pouvait faire un peu illusion, force était de constater qu’il ne vivait pas dans des conditions optimales, sans pour autant avoir investi un taudis.

— ‘Fin bref. J’suis ici d’puis quelques années, j’ai fini le lycée à New York, quand ma mère a été mutée, mais c’est clair que j’m’habitue pas des masses au climat. Vous, vous allez souvent en Afrique ? J’sais pas trop comment ça marche, en vrai, archéologue, comme métier. J’vois Indiana Jones mais j’suis pas sûr qu’vous passiez votre journée poursuivi par des cultistes de la mort dans des temples souterrains ou à chasser des Nazis pour récupérer l’Arche d’Alliance.

Andrew acheva son café et esquissa un demi-sourire.

— En plus, v’z’êtes beaucoup trop jeune pour ça.

N’est-ce pas.

— Mais du coup, ça fait quoi, un archéologue, quand c’est pas sur son terrain de fouille ? Genre, là, vous donnez des cours au lycée mais c’est pas d’l’archéologie, j’suppose. Vous écrivez des bouquins ou des trucs dans l’genre ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 8 Juin 2015 - 16:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Il était vrai que l'école avait plutôt de l'intérêt lorsque vous n'aviez pas de technique et il semblait que ce point ne posait pas franchement problème à Andrew. Cela dit, ce n'était pas parce qu'il enseignait dans une école qu'Adrian considérait qu'elles étaient le seul moyen d'obtenir un bon travail, bien au contraire ! En tous les cas, Andrew avait une manière de penser qui lui plaisait beaucoup : les Pennington n'avaient jamais été riches – pas à son époque du moins – et son père avait toujours insisté pour que ses fils s'ouvrent aux autres et pas uniquement aux personnes qu'ils estimaient au-dessus du lot. Lui aussi appréciait les discussions avec des étrangers, même s'il était vrai qu'il n'était pas spécialement sociable. En tous les cas, c'était assez rassurant – et compréhensible – de voir que les parents d'Andrew ne le laissaient pas dans la nature sans s'inquiéter pour lui !

Cependant, Adrian eut l'occasion de constater que l'appartement occupé par l'adolescent et son ami n'était pas des plus... silencieux. Lorsque son regard se porta vers le plafond, il se demanda si c'était la seule mauvaise surprise qu'Andrew avait eue en emménageant ici, ou s'il y avait encore des vices cachés. Son attention se reporta sur le jeune homme lorsque celui-ci lui annonça qu'il était trop jeune pour avoir joué aux aventuriers. C'était bien la première fois qu'il entendait ce « compliment », habituellement même à l'époque où elle le croyait encore trentenaire, Aishlinn le traitait comme s’il avait déjà un pied dans la tombe. Malheureusement pour lui, qui disait discussion sur l'archéologie disait aussi questions sur ses occupations et par conséquent, mensonges en perspective. Il laissa passer quelques secondes de silence avant de répondre.

« Non, ou alors pas qui sont destinés à être publiés. » Plutôt des journaux de recherche qu'il gardait pour lui. « Et disons que je ne fais pas vraiment de fouilles. Je m'intéresse plutôt... et bien, à tout ce qui est folklore africain. » Il chercha comment présenter ça vu qu'Andrew n'avait pas l'air d'apprécier particulièrement son domaine. « Les chamans, les croyances, la magie, les choses de ce genre-là. C'est assez présent là-bas, mais je ne vous apprends rien je pense. » Même s'il avait passé plus de temps que lui sur ce continent. « Mon père et mon grand-père ont passé beaucoup de temps auprès de chamans dans des petites tribus. Généralement zoulous et maasaï, du coup j'ai pas mal de choses à étudier tranquillement chez moi dirons-nous. » Et encore, c’était un euphémisme. « Mais, je dois admettre que ça fait un moment que je n'ai plus été en Afrique. Je manque un peu de temps pour les voyages... » Archimage, c'était un métier très prenant. « Mais je n'enseigne pas à plein temps, c'est juste des cours de temps en temps, une sorte de complément sur l'histoire, vous voyez ? Je ne suis pas très doué avec les jeunes, alors on m'avait suggéré de travailler un peu dans un lycée pour améliorer ça. »

Bien sûr, ce n'était pas la seule ni la véritable raison, mais Adrian ne pouvait pas dire la vérité sans trahir le secret de Star High, il préférait donc mentir un peu – beaucoup. De toute manière, Andrew se rendrait rapidement compte que le centenaire n'était vraiment pas doué avec les adolescents, avoir passé plus d'un an avec Aishlinn et avec des élèves du lycée n'avait pas amélioré cet état de faits. Mais pour éviter de trop mentir, le mieux était de changer de sujet. S'il devait apprendre à connaître ce neveu éloigné, autant s'y prendre aussi tôt que possible, non ?

« Vous avez raison pour l'école, c'est vrai que vous n'en avez pas besoin pour les bases. Après, je ne connais pas assez le milieu pour vous dire ce qui est le mieux, mais – et je parle en connaissance de cause – le travail sur le terrain apporte souvent plus qu'une scolarité normale. » Il avait appris plus en faisant ses recherches que ses études d'archéologue. « Et vous savez, je ne vous juge pas sur votre âge. J'ai déjà rencontré des personnes adultes bien moins matures que des adolescents, je ne crois pas que ce soit une faveur vraiment déterminant pour juger de votre capacité à vous en sortir. » Heureusement qu'il ne jugeait pas sur l'âge vu le sien. « Mais c'est normal que vos parents s'inquiètent comme ça. Pour vous, j'imagine que ça doit avoir l'air étouffant, mais pour eux, c'est leur rôle de parents. Au moins vous savez qu'ils tiennent à vous, sinon ils vous auraient laissé tomber dès qu'ils en ont l'occasion. »

Cela dit, il devait certainement être au courant de tous ces détails : ce n'était sans doute pas la première fois qu'un adulte essayait de lui faire comprendre que c'était dans les gènes des parents de se montrer aussi protecteurs avec leur progéniture – qu'elle ait leur sang ou qu'elle soit adoptée d'ailleurs.

« Et vous êtes fils unique ? Vous avez parlé d'un cousin, vous avez tout de même des contacts avec d'autres Pennington ? Votre père avait l'air de laisser entendre que votre vie en Afrique vous avait beaucoup isolé du reste de la famille. » Un peu comme lui à Star City, même si c'était beaucoup moins loin que Nairobi. « Et même si je sais que vous allez peut-être trouver ça bizarre, si jamais un jour vous en avez assez des bruits.... » Il leva les yeux vers le plafond. « …. vous pourrez toujours passer chez moi. La maison de mon père a suffisamment de chambres pour les invités et puis, ça reste dans la famille. »

Enfin, s'il n'avait pas de problèmes à être isolé d'appareils électroniques, d'internet et d'autres choses habituellement essentielles à la vie d'un adolescent. Peut-être que celui face à Adrian était aussi original que son lointain oncle ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 9 Juin 2015 - 18:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un archéologue qui n'allait pas sur le terrain, c'était un peu triste et décevant. Andrew était contraint d'abandonner toutes les idées qu'il avait pu se faire en quelques secondes sur un Adrian enfermé dans une pyramide maudite et poursivi par une momie vindicative dont on avait troublé le sommeil millénaire pour se rendre à l'hypothèse plus probable d'un savant de bibliothèque dont la vie aventureuse n'était déjà plus qu'un lointain souvenir. Adrian aurait peut-être baissé dans son estime s'il n'avait pas professé son regret de ne pas pouvoir retourner en Afrique ; la nostalgie de la terre natale poussait Andrew à se montrer extraordinairement compréhensif.

Et pas du tout suspicieux. Alors qu'Adrian était en train de lui lentir comme un arracheur de dents (ou presque), l'adolescent, lui, ne songeait pas à remettre en doute la parole de son invité et il n'avait pas décelé le moindre signe d'embarras dans son attitude ni la moindre incohérence dans ses propos. D'un autre côté, Andrew n'était pas toujours le jeune homme le plus clairvoyant du monde et il avait déjà cru des histoires bien plus abracadabrantesques et moins bien ficelés que la version anodine qu'Adrian lui offrait de son existence. Ce fut donc avec un enthousiasme tout naïf que le jeune homme suggéra :

— Faudrait venir avec moi. J'compte bien retourner au Kenya pendant l'été. Enfin, quand j'aurais de l'argent de côté quoi.

Hélas, malgré tout son mal du pays, ce n'était pas prêt d'arriver. La discussion quitta du reste l'hémisphère sud pour revenir aux préoccupations plus pressantes de l'hic et nunc. Quand Adrian lui fit valoir que l'attitude de ses parents n'avait rien de mal intentionnée, Andrew maugréa à contrecœur :

— Ouais, ouais, je sais.

On aurait presque dit qu'il était déçu de ne pas avoir des parents tyranniques pour s'opposer à eux de bon droit. C'était trop tard pour sa crise d'adolescence cependant et il continuait à appeler son pôpa et sa môman au moins une fois par semaine. Il allait d'ailleurs protester de son affection filiale quand Adrian l'interrogea sur le reste de la famille.

— J'connais surtout ceux qui sont venus en vacances une fois ou deux à Nairobi, puis des fois en France, et la famille de ma mère, en Australie. Jonathan, c'est mon cousin, mais je l'ai vu deux ou trois fois et puis ça fait un moment. En plus, il est plus vieux que moi alors bon...

Six ans de plus, ce n'est pas rien et ce n'était pas comme s'ils avaient vraiment eu l'envie de jouer ensemble.

— J'sais qu'le frère de mon père vit dans l'coin, enfin, j'veux dire, aux États-Unis, mais ils sont brouillés à cause de l'héritage de Grand-Mère, depuis deux ou trois ans. ´Fin bref, j'sais pas, non, globalement, on peut pas dire qu'on soit très liés, désolé.

Et Adrian devait être vachement déçu parce qu'il lui proposa ensuite de vivre chez lui. Tout du moins ce fut ce qu'Andrew comprit et, aussitôt, parce qu'il était bien éduqué et que, somme toute, pour être un lointain cousin, Adrian n'en était pas moins, pour l'heure, un étranger, il eut un regard méfiant.

— Euh... Ouais, non, c'est gentil, mais ça va...

En vérité, l'appartemment le déprimait et il ne s'entendait guère avec son colocataire mais la proposition si soudaine d'Adrian avait réveillé sa suspicion.

— Y a un truc que je comprends pas trop, en fait. Vous avez l'air vachement à fond sur la famille et tout, vachement solidaire, mais vous attendez qu'on vous envoie une lettre pour prendre contact. J'sais pas, vous auriez pu faire des recherches, par exemple.

Andrew déplia les jambes et sonda de son regard celui d'Adrian. Comme il était un jeune homme d'un naturel direct, il poursuivit sans détour :

— J'veux pas paraitre parano, hein, mais les parents lointains qui débarquent du jour au lendemain pour vous proposer de venir vivre dans un manoir, c'est un truc de conte de fées. J'suis pas sûr que ça existe vraiment dans la vraie vie...

Andrew glissa ses cheveux derrière l'oreille gauche.

— Mes parents, ils me disent toujours que j'ai le chic pour faire confiance à des types louches alors je voudrais pas, voilà, encore faire une erreur. Peut-être que j'pourrais, j'sais pas, voir un peu où vous bosser ou des trucs comme ça, histoire qu'on se connaisse mieux.

Après l'expérience Ginger, Adrian avait promis de se montrer plus méfiant mais c'était finalement Andrew qui faisait le preuve de plus de précautions dans l'affaire. Il craignait moins pour sa sécurité physique, cela dit, quoique, à Star City, ce fût un tort, même pour quelqu'un comme lui, qu'il ne redoutait les chemins douteux où il se retrouverait encore et inévitablement engagé, si par malheur il faisait confiance à la mauvaise personne.

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 9 Juin 2015 - 21:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5024
ϟ Nombre de Messages RP : 1738
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Revenir – ou plutôt aller étant donné qu'il habitait désormais en Amérique – sur le continent Africain l'enthousiasmait beaucoup, mais il n'osait pas vraiment se lancer. Pourquoi ? Parce qu'il avait tellement de bons souvenirs de cette époque qu'il craignait souvent de ne plus être capable de reprendre l'avion pour rentrer à Star City. Oh, il y avait beaucoup de personnes qui lui manqueraient – Aleksandr ou Rebekha par exemple – mais disons que rien d'autre ne le retenait vraiment en ville. Sauf son rôle d'Archimage et de Légionnaire, légers détails.

Quoi qu'il en soit, la famille d'Andrew n'avait pas vraiment l'air beaucoup plus liante que lui. Apparemment, il connaissait simplement un lointain cousin et une obscure histoire d'héritage qui semblait avoir éloigné son père et son oncle. Pas très brillant, mais bon, c'était toujours mieux que lui qui se retrouvait tout seul – bien que Sallah occupait une place importante dans sa vie, bien entendu. Mais en parlant comme avec n'importe quelle connaissance, Adrian n'avait pas remarqué qu'il pouvait avoir l'air bizarre à offrir un logement de secours à un adolescent qu'il venait à peine de rencontrer. C'était bien mal le connaître de penser qu'il pourrait lui vouloir du mal, surtout qu'il n'avait pas hésité à héberger Ginger dès le premier jour de leur rencontre. Le fait que le manoir soit bardé de protections magiques aidait beaucoup à ce qu'il ne s'inquiète pas de se faire voler des objets, il fallait l'avouer !

Cela dit, le discours et les explications d'Andrew étaient légitimes et Adrian considéra qu'il était de son devoir de dire la vérité. Enfin, une partie vu qu'il ne pouvait – malheureusement – pas être sincère en cachant le fait qu'il avait plus de cent ans au compteur. Son regard croisa celui de l'adolescent avant qu'il ne hausse légèrement les épaules et répondant avec autant de sincérité que possible.

« Je sais que ça peut avoir l'air bizarre, mais je peux comprendre pour ce qui est de faire confiance à la mauvaise personne. Est-ce que ça vous rassurera si je vous dis qu'il y a quelques mois, une jeune femme s'est fait passer pour une cousine lointaine et qu'elle a abusé de ma gentillesse avant de s'envoler ? » Bon, ce n'était pas spécialement rassurant en y repensant. « Je fais souvent confiance trop rapidement, on me le reproche fréquemment. » Comme d'espérer convaincre les gros méchants de se rendre avec un simple discours positif. « Mais de toute manière, je ne vous proposais pas de déménager demain pour venir vous installer là-bas, je me doute bien qu'il faudra que nous apprenions à nous connaître avant. Vous pourrez passer un de ces jours et voir comment les choses se présentent. De toute manière, ça n'a rien d'un manoir de conte de fées. » Il esquissa un sourire. « Je n'ai pas le moindre appareil électronique, pas internet, pas de téléphone moderne... et puis la décoration date du siècle dernier et les pièces sont assez encombrées. Alors, je doute que ce soit vraiment dans vos goûts pour être franc. »

Certes, ce n'était pas un tableau forcément réjouissant, mais c'était la vérité. Le manoir n'était pas spécialement adapté à des jeunes, Ginger l'avait suffisamment répété et Aishlinn aussi, mais c'était un endroit où il se sentait bien et c'était amplement suffisant à ses yeux. De toute manière, ses goûts semblaient incompatibles avec ce siècle, il se posait parfois des questions sur sa vision de l'esthétique.

« Je ne vous obligerai à rien de toute manière, je proposais simplement ça si à l'avenir vous auriez besoin de trouver un endroit où dormir si jamais le plafond venait à devenir trop fin pour retenir l'étage du dessus. » Il était étonné que ce ne soit pas encore le cas. « Et pour le reste... en fait disons que je n'ai jamais fait de démarches pour retrouver de la famille parce que ma branche de l'arbre n'est pas en excellents termes avec les autres. » Il haussa à nouveau les épaules. « La personne dont je vous ai parlé avant, au début du siècle dernier, elle s'est mise à dos tout le reste de la famille et c'est de lui que je descends. Du coup, disons que ce côté-là de la famille a pris l'habitude de ne pas se mêler de la vie des autres. Mais ce n'est pas pour autant que ça ne m'intéresse pas. » Adrian esquissa un sourire désolé. « Je sais, ce n'est pas très logique. »

Enfin, ça semblait ne pas l'être lorsque vous n'étiez pas au courant que l'homme face à vous était aussi celui qui avait réussi à décevoir toute sa famille. Mais une fois de plus, il ne pouvait pas se permettre ces précisions et se contenta d'embrayer sur la suite.

« Mais comme je suis archéologue, disons que je me suis spécialisé dans la généalogie d'avant. Mes connaissances s'arrêtent malheureusement aux années dix-neuf-cents. » Il n'avait pas osé enquêter sur les familles de ses frères. « D'ailleurs, je n'habite pas seul si ça vous rassure. Mon grand-père est arrivé à Star City après avoir adopté un jeune Égyptien orphelin, il habite encore au manoir avec moi. Vu que vous ne connaissez pas l’Égypte, ça pourrait vous aider à en apprendre plus. Et puis comme il a toujours froid, il surchauffe toujours les pièces, vous vous y sentirez comme chez vous. » Ou se croire dans un sauna. « Enfin, je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise ou vous inquiéter, vous n'êtes pas obligé de passer si vous n'en avez pas l'envie. Ou vous pourriez venir avec votre ami si vous voulez faire preuve de prudence, ça ne me dérange pas. » Il voulait juste apprendre à le connaître. « Vous avez déjà eu des ennuis en faisant confiance à quelqu'un ? Au pire des cas, on pourra attendre que vos parents viennent un jour à Star City pour qu'ils vous accompagnent. Je m'en voudrais de vous causer des ennuis. » Il marqua une légère pause. « Ou vous pourriez me prévenir si vous exposez un jour et je pourrai venir. »

Parce que, mine de rien, ça l'intéressait de savoir ce qu'il pouvait faire d'autre en matière de dessin – ou autre.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 14 Juin 2015 - 10:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le jeune homme hocha lentement la tête, comme s’il était en train, avec toute la pondération nécessaire, de peser le pour et le contre des explications d’Adrian. Hélas, il se savait lui-même si peu perspicace dans le domaine qu’il n’était pas certain de pouvoir se fier à son propre jugement. Depuis longtemps, Andrew avait adopté un système dont on ne pouvait pas dire qu’il portait ses fruits mais auquel, toutefois, il avait (miraculeusement ?) survécu : il considérait qu’en étant capable de se sortir de toutes les situations, il pouvait se permettre de trop faire confiance.

Sa méfiance première était ainsi rapidement endormi par l’air patient et calme d’Adrian, dont il fallait bien avouer qu’il n’avait pas le type même du psychopathe. Peu à peu, Andrew se le représentait comme un homme peu sociable et solitaire, qui vivait dans un passé ethnographique si foncièrement différent du Star City où il vivait qu’il en éprouvait enfin le besoin de se lier à de parfaits inconnus sous le prétexte de la famille. C’était une belle histoire qu’on aurait pu filmer en deux heures dix pour gagner quelques récompenses.

— C’est, hm… Gentil.

Pour Andrew, qui n’avait pas tant que ça l’esprit de famille, l’idée que toute une branche de la sienne eût pu se couper des autres et que les descendants de quelque lointain et obscur ancêtre pussent continuer à perpétuer cette tradition paraissait véritablement étrange. Lui, il aurait accepté sans hésiter de revoir l’oncle avec lequel son père s’était brouillé, alors les querelles de près d’un siècle…

— Cela dit, bon, vous savez, les histoires de génération familiales et de vieilles inimitiés, c’est très bien dans le récit, mais en vrai tous ces gens-là sont morts depuis longtemps et franchement, vous devriez pas hésiter à prendre contact avec le reste de la famille, si ça vous intéresse à ce point.

C’était peut-être une sorte de démarche identitaire, pour Adrian, comme certaines personnes, à ce qu’Andrew en savait, revenaient dans le village de leurs grands-parents pour retrouver leurs racines. Ça non plus, il ne comprenait pas très bien — mais c’était sans doute dû au fait d’être né loin, très loin, trop loin du passé familial.

Les explications d’Adrian sur ses intérêts généalogiques et sa prétendue déformation professionnelle en la matière auraient sans doute paru fumeuses à un esprit moins naïf que celui d’Andrew mais l’adolescent était déjà prêt à lui donner le Bon Dieu sans confession.

— Vous habitez avec votre oncle, en gros.

Le fils de son grand-père. C’était ça. Dans un manoir sans internet.

— C’est original.

Déjà un sourire enthousiaste se dessinait sur les lèvres d’Andrew. Aucune des difficultés soulevés par Adrian, aucune des technologies manquantes, ne l’intimidait vraiment. Il avait un téléphone portable, on trouvait le wifi à tous les coins de rue et il avait son propre ordinateur. Sans s’en rendre compte, il commençait déjà à s’imaginer dans un manoir qu’il dessinait dans son esprit avec l’imaginaire gothique des romans anglais des siècles précédents, un manoir plein de pièces secrètes, d’histoires et de mystères, où veillerait en silence un vieil Égyptien mutique et un jeune archéologue hanté par ses démons.

Et lui, tel le voyageur égaré dans la nuit hostile d’une forêt trop dense, par une violente tempête de neige, il serait venu frapper à cette porte et il découvrirait, sur une musique à la fois angoissante et mélancolique, les secrets de ce foyer hors du commun. Puis la fille cachée d’Adrian reviendrait un jour, elle serait belle et il l’épouserait.

— Hmmm ?

Andrew sortit de ses rêveries quand Adrian lui posa une question directement. Il secoua la tête.

– Ils vont pas venir à Star City, mes parents. ‘Fin, j’espère. Puis y a rien à voir. Moi, j’vais leur rendre visite à New York, souvent. C’t’à côté.

Autrement dit : il n’avait aucune envie que ses parents vinssent se mêler (encore plus) de sa (tumultueuse) vie privée.

— Non mais juste, des fois, j’suis pas super, super doué pour savoir si les gens sont fiables, mais je travaille dessus, vous inquiétez pas.

C’était très rassurant en effet.

— J’passerai vous voir. Bougez pas.

Andrew se releva, disparut dans sa chambre, revint et tendit un calepin et un stylo à Adrian.

— Si vous voulez noter votre adresse et votre numéro de téléphone pas moderne. Faut me dire un peu quand vous êtes dispo, aussi, et je m’adapterai.

Pendant qu’Adrian inscrivait les informations nécessaires à la visite, Andrew poursuivit :

— J’expose pas tellement, en vrai. J’suis pas trop artiste de galerie. Enfin, je dis pas que c’est mal et tout, mais c’est pas un concept qui me parle beaucoup. Je préfère dessiner pour des trucs, vous voyez, des bouquins, des magazines, des sites, des bandes-dessinées. Et puis le cinéma, ça s’expose pas. De ce côté-là, je cherche les festivals. Mais à moins que vous ayez envie de venir avec moi pour vous taper des dizaines de courts-métrages expérimentaux…
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Mon Oncle d'Amérique
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Mon Oncle d'Amérique Cadre_6Mon Oncle d'Amérique Cadre_7_bisMon Oncle d'Amérique Cadre_8


Mon Oncle d'Amérique Cadre_1Mon Oncle d'Amérique Cadre_2_bisMon Oncle d'Amérique Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mon Oncle d'Amérique Cadre_6Mon Oncle d'Amérique Cadre_7_bisMon Oncle d'Amérique Cadre_8
Sauter vers: