AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_1La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_2_bisLa mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 17 Mai 2015 - 21:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Depuis que Renan avait rencontré la mystérieuse Lady Death, il n'avait plus eu le plaisir – ou déplaisir ? – de recroiser son chemin. Des affaires importantes avaient nécessité son attention, l'empêchant de s'amuser avec des choses plus secondaires, comme obtenir des aveux de la part d'agents décédés. Avec le temps, la nécromancienne était un peu tombée dans l'oubli, le français avait commencé à se pencher sur d'autres questions plus importantes et un certain archidémon occupait pratiquement toutes ses journées – mais fort heureusement, pas ses nuits. C'était donc avec une certaine surprise, mais aussi une pointe d'amusement, qu'une rumeur familière était venue à ses oreilles. Un esprit particulièrement puissant était apparemment à la recherche d'un mage capable de l'aider à se venger, même la récompense unique était là. Forcément, Renan avait reconnu la rumeur lancée quelques mois plus tôt pour appâter la nécromancienne, si elle se répétait, c'était que cette femme devait chercher à le revoir. Pas très étonnant, après tout il était si parfait que n'importe qui ne pouvait agir autrement après avoir conversé avec lui ! Vanité mise à part, le Breton s'était demandé ce qui pouvait motiver cette demande d'attention, car il était pratiquement convaincu qu'il s'agissait de Lady Death.

Il avait donc attendu que la nuit tombe avant de se diriger vers la Coline aux Lanternes. C'était là qu'il avait rencontré la nécromancienne la fois précédente et si elle était bien responsable de cette rumeur, c'était là qu'il la trouverait. Renan avait pris soin de revêtir son éternelle tenue de Tesla qui le ferait passer inaperçu sans trop de mal. L'austérité de la tunique contrastait beaucoup avec le caractère de son porteur et c'était justement ce qu'il aimait beaucoup là-dedans. De toute manière, ils n'étaient pas ici pour participer à un défilé de mode et tout ce qui intéressait le français, c'était de savoir ce que la femme lui voulait.

Lywenn, la banshee orpheline avait flairé que quelque chose d’inhabituel se préparait ce soir-là et elle avait demandé à le suivre, sans insister pour autant. Cependant, Dante lui avait conseillé de bichonner la créature et de se débrouiller pour qu'elle le considère comme sa nouvelle famille de manière à lui accorder toute sa confiance – et ses pouvoirs – il avait donc accepté sans hésiter. La banshee était aisément reconnaissable pour quelqu'un qui côtoyait des créatures magiques : ses cheveux roux étaient bouclés et lui tombaient au niveau des épaules, sa peau blanche faisait ressortir ses yeux bleus et son physique avait tout de celui d'une humaine à l'exception qu'elle était vêtue d'une longue robe blanche et ne portait pas de chaussures. Toutefois, quelque chose d'inhabituel se dégageait d'elle, même le mutant le sentait.

Lorsqu'ils arrivèrent sur place, l'endroit était calme, mais surtout désert. Du moins en apparence. Le français promena son regard sur les environs avant de se retourner vers Lywenn qui observait les tombes avec un intérêt non feint. Ses yeux se levèrent vers Renan alors qu'elle brisait le silence.

« Tu es sûr qu'il y a quelqu'un ici ? C'est joli, mais ça a l'air désert. »
« J'en suis pratiquement certain, oui. Pourquoi, tu doutes de moi ? »
« Aurais-je une raison de le faire ? »
« Non. »
« Alors, ce n'est pas le cas. » Elle marqua une brève pause. « C'est une femme ? »
« Qui ? »
« Le mage que nous cherchons. »
« Oui, pourquoi, ça change quelque chose ? »
« C'est pour ça que tu es venue. Ça aurait été un homme, il ne t'aurait pas intéressé. Erin était pareille, elle se laissait charmer par les hommes et elle en est morte. » Erin étant sa précédente propriétaire.
« Je ne suis pas Erin. »

Elle soupira légèrement et s'éloigna un peu pour visiter les environs tandis que Renan attendait patiemment, bras croisés sur son torse jusqu'à ce que la nécromancienne daigne enfin se manifester. Cela finit par arriver et lorsqu'elle apparut, le trentenaire sut qu'il ne s'était pas trompé. Un léger sourire, dissimulé par son masque, se dessina sur ses lèvres tandis qu'il inspirait doucement avant de la saluer à sa manière.

« Je constate que vous ne pouvez pas vous passer de moi. J'ai trouvé le clin d’œil original, même si ça donne un peu l'impression qu'on a déjà un code secret alors qu'on se connaît à peine... C'est prometteur pour la suite au moins. »

Renan parlait toujours avec légèreté, il aimait bien glisser des sous-entendu et jouer sur le registre du charme, voire de la séduction. Certaines personnes ne se montraient guère réceptives, mais en général ces individus l'ennuyaient grandement. Malgré tout, le français l'avait presque regretté avec Raphaël lorsqu'il voyait où cela l'avait mené. Fort heureusement, avec une nécromancienne c'était légèrement moins risqué, aussi enchaîna-t-il.

« Alors, c'est pour le simple plaisir de me revoir, ou vous aviez une idée derrière la tête ? »
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 17 Mai 2015 - 22:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Corriger les erreurs d’Anton lui avait permis de découvrir que son frère n’était pas juste un scientifique complètement fou doublé d’un nécromancien. Il avait été et était toujours un génie, certes incompris, probablement incapable de se faire une place dans ce monde, mais un génie tout de même. Il avait réussi à contourner l’une des principales limitations qu’Abigaïl s’était fixée par inadvertance : celle de la ressource financière. Il n’avait pas hésité à utiliser le prestige de sa conquête du moment pour subvenir à ses besoins. Mais si Abigaïl comprenait très bien en quoi le manque d’argent pouvait se révéler être un problème, elle ne voulait pas troquer sa liberté ou ses faveurs aussi facilement. Surtout, elle ne voulait dépendre de personne et elle ne se voyait pas continuer sa carrière de criminelle indéfiniment. Tout du moins pas à l’échelle la plus classique.

Mais la nécromancienne savait pertinemment où trouver ce qu’elle cherchait, ou au moins où conclure un accord qui devrait la protéger de la précarité et lui permettre d’avancer dans ses propres projets. Elle avait fait courir la rumeur qui avait servi à l’appâter la dernière fois, espérant que cela referait venir l’homme masqué au cimetière aux lanternes. Pour le reste, elle savait déjà ce qu’elle allait demander, il ne resterait qu’à jouer assez finement de sa langue pour mettre son interlocuteur dans de bonnes conditions.

Lorsqu’elle s’avança dans le cimetière, les fantômes présents l’alertèrent aussitôt. Son rendez-vous du soi était là, mais il n’était pas seul. Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la nécromancienne. Elle-même n’était pas venue seule. Derrière elle venait Silence, véritable colosse de deux mètres constitué de chair morte et beaucoup plus imposant que l’avait été l’infantana, la création rachitique qu’elle avait montré à l’homme la dernière fois. Mais pour ceux qui étaient bien plus poussés dans les arts sombres, ils pouvaient voir qu’un chien fantôme, invisible pour les vivants, marchait aussi à ses côtés. Le Dullahan répondrait à son appel quand elle déciderait de repartir. Quant à Anton… Le Dévoreur était prisonnier de la faux que la nécromancienne tenait entre ses mains.

Elle savait très bien à quoi elle ressemblait, avec un tel outil entre les mains, son capuchon et son masque à l’effigie d’un crâne. Mais elle savait que ce n’était là qu’une question d’esthétique. Son interlocuteur ne serait pas aussi facile à intimider et elle ne comptait pas jouer là-dessus de toute façon.

« Pourquoi pas les deux ? J’ai quelque chose à vous proposer et qui sait, je pourrais utiliser un peu de vigueur pour agiter mes nuits. Comme vous pouvez le voir, mes camarades ne sont pas des plus vifs. » Elle adressa un large sourire à l’homme, tout en montrant Silence d’un signe de tête. La créature était parfaitement immobile, sa poitrine ne se soulevant même pas. Il n’était pas difficile de deviner ce qu’il était. Par contre savoir que seul le démembrement ou le feu permettrait de le tuer était autre chose.

« Quelle est cette fabuleuse créature que vous avez amené ? » La nécromancienne observait la banshee. Il en fallait beaucoup pour ravir la nécromancienne et pourtant la vision de cette créature était pour le moins exaltante. Si cela n’avait tenu qu’à elle, elle aurait tenté de l’enfermer dans Deuil pour la faire sienne. Mais cela ne serait pas une bonne façon de commencer des négociations qui pourraient se révéler pour le moins difficiles.

« J’ai beaucoup réfléchi à votre offre de la dernière fois. Qui ne vous avait pas vraiment convaincu je suppose, vu que vous n’avez jamais essayé de me recontacter. Vous savez que c’est très malpoli de faire attendre une jeune femme de cette manière ?  Moi qui pensais que je devais hanter toutes vos nuits maintenant. » Ils pouvaient être deux à jouer à ce petit jeu là. Abigaïl ne se refreinerait plus derrière une fausse pudeur. Pas après ce qui s’était passé avec Méphistophélès, pas après qu’elle puisse autant profiter d’être simplement en vie.

« Quoiqu’il en soit. Je sais que mes capacités pouvaient apparaître pour le moins limitées la dernière fois. Vous pouvez considérer qu’elles ne le sont plus. Je peux obtenir les confessions de n’importe quel mort si je le désire… Bien entendu, quelques conditions pourraient être nécessaires. » Un morceau de leur dépouille, un objet auquel ils tenaient, ou bien le lieu de leur trépas. Mais ce n’était pas grand-chose pour un homme qui prétendait vouloir obtenir les services d’une nécromancienne. « En échange de mes services, et je sais qu’ils vous intéressent encore,  qui n’a pas envie de pouvoir converser avec l’au-delà en toute impunité ? Je suis à la recherche d’une certaine compensation financière. Vous n’avez plus à craindre pour vos objets magiques… » Bien qu’elle aimerait toujours tomber sur la liste de nécromanciens dont ils avaient parlé la dernière fois. Mais cela, elle pourrait toujours l’obtenir elle-même si elle le voulait.

« J’espère que vous ne me trouvez pas trop avide de passer à l’acte. Peut-être auriez-vous préféré des préliminaires un peu plus longs ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 17 Mai 2015 - 23:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Elle avait vraiment une allure qui attirait le regard, contrairement à la tenue enfilée par Renan, mais ce détail ne le vexa guère. Il nota d'ailleurs que la banshee s'était glissé à ses côtés pour poser ses yeux céruléens sur la nécromancienne et la détaillait sans la moindre gène. Une expression de légère contrariété se dessina sur son visage, un peu comme si elle n'aimait pas ce qu'elle voyait. Cependant, Renan se doutait de la raison de ce mouvement d'humeur : elle n'aimait pas les personnes du sexe opposé à celui de la personne qu'elle surveillait. Lorsqu'il avait rencontré Erin, la banshee ne l'avait pas aimé dès le premier regard, comme quoi les choses évoluaient.

Le regard du français se posa sur la nécromancienne qui répliqua d'un ton qui lui plut aussitôt. Elle avait déjà été plus ou moins réceptive lors de leur première discussion, mais pas à ce point-là. Excellent, une conversation divertissante semblait se profiler à l'horizon et poussait le Breton à vouloir creuser plus loin. Un léger rire lui échappa lorsqu'elle parla de la vigueur de ses compagnons qui manquait cruellement pour animer ses nuits. Il imaginait aisément en effet.

« Ils ont l'air très soumis qui plus est, vous auriez dû tenter avec un réfractaire, ça aurait ajouté de l'action en supplément. »

Pas que ce soit ce qui l'intéressait réellement, mais si cette femme cherchait réellement à se distraire avec ses zombies, c'était qu'elle devait être à la recherche de quelque chose d'un peu plus original qu'une relation avec un simple humain – ou mutant. Dans tous les cas, parler de ce sujet-là ne lui posait guère problème, Renan n'avait jamais été quelqu'un de pudique et même les mots les plus crus ne le refroidissaient pas – bien que les sous-entendus avaient toujours eu sa préférence comme ils faisaient travailler l'imagination. Cependant, à son grand déplaisir il n'était certainement pas là pour proposer ses services de gigolo à une nécromancienne, il reprit donc son sérieux pour se concentrer sur la discussion et répondre à la question concernant la banshee.

« Lywenn, une banshee Irlandaise. Elle a eu envie de voir de quoi il était question.... »

Et visiblement, le fait d'être qualifiée de l'adjectif « fabuleuse » avait grandement valorisé une Lywenn qui esquissa un sourire ravi. Elle semblait déjà apprécier un peu plus la nécromancienne, même si Renan ne se laissait pas avoir par l'apparente amabilité de la créature. Il n'avait pas oublié qu'elle avait tenté de lui dérober son âme avec l'un de ses baisers et ne tenait pas spécialement à ce qu'elle réitère l'exploit avec Lady Death.

Le regard du français se glissa à nouveau sur la nécromancienne qui souligna avec justesse qu'il ne lui avait pas donné de nouvelle depuis un moment. En effet, pourtant il avait bien songé à elle de temps en temps, même si le fait de ne pas pouvoir contempler de morceau de peau lui appartenant calmait un peu son imagination – qui était par exemple plus active avec une certaine Hive. La proposition qu'elle lui soumit alors ne manqua pas de l'intéresser, mais fidèle à lui-même, le français ne s'emballa pas et relativisa pour répondre d'un ton calme, bien qu'amusé.

« Aucunement, j'aime les femmes directes, ça évite de tourner autour du pot et de perdre son temps sur des choses inutiles. Aller au cœur du sujet économise beaucoup d'énergie et laisse le temps pour les choses importantes. » Ce qui était valable pour le travail, comme pour le reste. « Vous voulez donc de l'argent ? Dire que j'espérais que c'était juste mon charisme qui vous attirait, mais finalement c'est plutôt ma bourse. » Le choix du mot était volontaire. « Je me demande ce que vous pourriez faire avec de l'argent. C'est tellement.... commun comme paiement. J'avais espéré quelque chose d'un peu plus exotique, venant de vous, ce serait plus dans le personnage. »

Il soupira légèrement, mais savait déjà qu'il était en mesure de lui offrir ce qu'elle demandait. La base de Mannheim bénéficiait d'un financement assez important et les informateurs extérieurs étaient souvent payés en dollars, donner du liquide à la nécromancienne ne poserait donc pas le moindre souci.

« Mais rassurez-vous, j'ai pensé à vous... au moins une nuit par semaine ! Malheureusement mes journées et mes nuits sont pas occupées, j'avais dû repousser certains projets au second plan... » Ce qui était l'entière vérité. « Et puis, vous savez, c'est aussi une manière de se faire désirer. Je constate que vous m'avez recontacté, c'est que ça doit faire son petit effet. » En plus de son charme ravageur, évidemment. « Concernant vos capacités, dois-je en déduire que vous avez amélioré vos compétences ? Jusqu'à quel point ? J'apprécierais assez d'avoir un aperçu de ce que vous avez à me proposer, histoire de savoir combien je pourrais vous donner. Vous comprenez, je ne payerai pas le même prix pour une débutante ou une confirmée. » Il marqua une légère pause. « J'espère que je ne vous offense par trop à parler comme ça, mais laissez-moi vous dire que si vous vous montrerez efficace, vous aurez sans aucun doute droit à quelques suppléments à l’œil. Histoire de fidéliser le client, je suis certain que vous comprenez. »

Il fallait le bichonner si l'on voulait qu'une collaboration dure !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 18 Mai 2015 - 19:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

« Les réfractaires sont intéressants. Mais je les préfère comme partenaires que comme serviteurs. » C’était totalement vrai. Après tout, Abigaïl préférait largement que son golem obéisse au moindre de ses ordres sans qu’il ne puisse contester d’une quelconque manière. C’était ce qu’il y avait de bien avec les morts. Ils ne battaient jamais en retraite, n’avaient peur de rien, ne fatiguaient jamais, ne se plaignaient pas et continuait même de combattre après qu’on leur eu coupé un membre. Pour les étreintes nocturnes sous-entendues par la nécromancienne et l’homme qui lui faisait face toutefois, ils n’étaient pas des amants de premier choix. D’ailleurs Abigaïl n’aurait jamais envisagé d’utiliser un golem de chair tel que Silence pour satisfaire ses quelconques besoins de ce côté-là. Pourtant elle pouvait contrôler ses moindres faits et gestes ainsi que son anatomie.

Par contre, la banshee qui accompagnait l’homme masqué était de loin plus attrayante, physiquement parlant, que Silence ou les autres serviteurs de la nécromancienne. Si elle était encore une petite fille elle aurait sûrement fait un caprice pour obtenir la même créature à son service. Après tout, n’avait-elle pas droit à des suivantes en tant que descendance de la Duchesse du Crépuscule ? Malheureusement, cela devait attendre et dérober une telle merveille à son propriétaire était hors de questions. D’ailleurs, Abigaïl ignorait même si elle avait affaire à un quelconque esprit ou bien à une créature de chair et de sang. « Lywenn, un nom magnifique. Je suis honorée de vous rencontrer. » Abigaïl adressa un large sourire à la dite créature. Rien ne l’empêchait de faire un peu de charme, la nécromancienne appréciait toutes les belles choses, surtout quand elles pouvaient se révéler mortelles.

Peut-être pourrait-elle modifier son offre en demandant la Lywenn à la place de la compensation financière qu’elle imaginait ? Non, même si cela aurait été appréciable, elle savait que l’argent qu’elle avait récupéré lors de ses derniers exploits ne subviendrait pas à ses besoins éternellement. Il lui fallait une ressource régulière ou tout du moins un montant qui lui permettrait d’obtenir une activité civile qui financerait ses besoins les plus primaires.

« J’aurais aimé pouvoir réclamer quelque chose de plus spirituel, puissant ou dangereux que votre bourse,  mais à mon plus grand dam, même les nécromanciennes doivent manger et payer leur loyer. » Ce qu’elle ne faisait plus vraiment depuis un moment. Après tout, elle n’avait plus de véritable identité, n’en avait même jamais vraiment eue vu que ses papiers lui avaient été délivrés par les services sociaux anglais. Il n’y avait pas d’acte de naissance ou de traces de ses parents. Pour ceux qui ignoraient tout de sa face sombre, elle était juste une folle apparue subitement au début du siècle. Elle était aussi un cadavre dans une morgue pour d’autres personnes, ou un cadavre disparu plutôt. « Malgré mon grand désir de pouvoir poser mes doigts sur vos objets magiques, de pouvoir les parcourir en long et en large, j’ai bien peur que cette possibilité ne vous ai rendu quelque peu frileux lors de notre dernier échange. Un échange financier me contenterait tout autant et c’est tellement banal que cela ne devrait pas vous poser beaucoup de problèmes. »

De toute façon, elle n’avait pas besoin d’aide extérieure pour continuer son apprentissage de la nécromancie. Elle avait déjà assimilé presque tout ce qu’elle pouvait des livres de Victor Faust, mais elle avait de nouveaux mentors désormais. Des mentors bien plus vieux qu’elle, bien plus vieux que l’humanité même pour certains. Alors les artefacts que cet homme possédait pouvaient bien attendre. Peut-être n’en aurait-elle jamais besoin.

« Une nuit par semaine seulement ? Moi qui étais certaine d’avoir un peu plus marqué votre esprit que cela. Mais peut-être étais-je trop timide à votre goût lors de notre première rencontre. » Elle fit la moue. Tout cela n’était qu’un jeu. Un entraînement plutôt. La séduction n’avait jamais été l’un des meilleurs atouts de la nécromancienne. Quand elle avait eu besoin de jouer sur ses attributs féminins elle n’avait jamais eu à faire d’efforts particuliers. Mais là c’était une toute autre chose… Il n’y avait plus Anton qui inhibait ses bas instincts, qui inhibait sa force vitale. Elle s’en était rendu compte dès la trahison de son frère, lorsqu’elle avait attaqué la secte avec la sorcière Rosamund. Ses envies, ses désirs avaient été décuplés par l’absence de son frère jumeau. En s’éloignant de l’Abysse, il ne puisait plus dans l’énergie de sa sœur, ce qui l’avait rendue mélancolique, méfiante et peut-être même prude. « Je comprends très bien que vous vouliez une petite démonstration et je ne m’en offusque pas. Que ne voudrais pas tâter de la marchandise avant de l’acheter ? »

Il voulait voir les morts ? Elle allait les lui montrer. Et pour le plus grand plaisir de la nécromancienne, ils se trouvaient une fois de plus dans un cimetière. Les cadavres qui sommeillaient sous terre, l’ambiance générale du lieu en faisait un véritable aimant à nécromancie. C’était si aisé, avec ces ossements si près d’elle, avec tous ces lieux de sépultures et ces esprit s agités. Nombre d’entre eux n’étaient jamais passés de l’autre côté, toujours liés par les lamentations des vivants. Abigaïl ne prit pas la peine de prononcer des mots de magie. Elle n’en avait plus besoin de puis longtemps, la nécromancie était aussi naturelle que de respirer pour elle.

Les silhouettes spectrales commencèrent à apparaître tout autour d’eux. Il s’agissait des morts enterrés au cimetière aux lanternes bien entendu. Mais contrairement à leur dernière rencontre, Abigaïl pouvait maintenant les rendre visibles, tangibles. Ils apparaissaient comme lors du jour de leurs morts. Doués d’aucune capacité, certes, si ce n’était leur mémoire et des vagues morceaux de leurs personnalités. Certains auraient pu tenter de se rebeller, d’essayer de se soustraire à l’étreinte de la nécromancienne, de retourner dans les mondes de l’au-delà, mais c’était impossible. Abigaïl les tenait tous dans la paume de sa main, ils étaient ses serviteurs et si elle voulait, elle pourrait les enfermer dans Deuil. Il n’y aurait plus de paradis, d’enfer, de Walhalla ou d’Erèbe pour eux. Seulement Abigaïl Faust et Deuil.

« Je sais que le fait que vous ne puissiez pas les voir vous gênais quelque peu la dernière fois. Mais maintenant, vous pouvez tous les admirer. Fantastique n’est-ce pas ? » Elle se demanda s’il allait essayer d’en savoir plus, s’il allait se demander comment elle avait pu obtenir de tels pouvoirs en si peu de temps. Être enfermée dans une réalité factice et devoir assassiner son propre enfant pour y échapper avait beaucoup aidé… Tout comme sa guerre contre le Dévoreur en Europe. Mais cela importait peu. « Est-ce que cela vous suffit, ou est-ce que vous voulez en voir plus ? » Elle se rapprocha de lui, plongeant son regard dans le sien.

« Vous devez avoir vos propres fantômes, non ? Des défunts qui vous ont marqués, pis encore, que vous avez marqué. Vous êtes devenu quelque chose de spécial pour eux et ils restent attachés à vous-même dans la mort ? Est-ce que je me trompe ? » Elle souriait toujours, faisant glisser ses mains sur le torse de l’homme. Tout ça n’était qu’un jeu, elle testait ses propres limites tout comme celles de son interlocuteur. Est-ce que tout n’était que fanfaronnade ? Est-ce qu’il allait en avoir pour son compte et reculer ? Mais peut-être allait-il la surprendre, entrer dans le jeu de la nécromancienne et jeter un petit coup d’œil dans les abysses obscurs qu’était l’âme d’Abigaïl Faust. Mais l’inconvénient avec les abysses, c’est qu’elles avaient la mauvaise habitude de vous retourner votre regard.

Abigaïl n’était pas folle toutefois et elle surveillait du coin de l’œil la banshee de l’homme. Au cas où cette dernière ne se révèle être territoriale. Après tout,  elle ignorait avec certitude quelle était leur relation à tous deux. Mais si jamais elle tentait quoique ce soit, le barghest était prêt à apparaître, juste entre sa maîtresse et la banshee. Une magnifique réunion de famille pour ces créatures surnaturelles sûrement. Dommage qu’elles n’aient pas toutes le même maître. Ou plutôt, la même maîtresse.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 18 Mai 2015 - 21:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Ils semblaient se ressembler sur certains points, notamment le fait qu'ils n'appréciaient pas particulièrement de devoir compter des réfractaires dans les rangs de leurs serviteurs. Renan aimait pouvoir imposer sa volonté aux individus sous ses ordres et les rebelles l'avaient toujours grandement agacé, pourtant il les appréciait au quotidien. Du moment qu'ils ne remettaient pas son autorité en doute, le Breton pouvait même les compter parmi ses favoris. Un peu de tension avait toujours du bon, quelle que soit sa source ! Il se contenta donc d'esquisser un sourire, toujours visible, amusé par cette perspective.
Quant à Lywenn, elle apprécia visiblement l'attention qui lui fut portée puisqu'elle rejeta ses cheveux roux en arrière en rigolant légèrement.

« Elle a du goût. »

Forcément, du moment qu'elle était mise en avant, Lywenn appréciait la situation. Renan l'avait rapidement remarqué et c'était pour cette raison qu'il la complimentait dès qu'il en avait l'occasion, dans le but de se la mettre dans la poche et de pouvoir s'assurer sa fidélité. Une banshee pouvait être une arme très intéressante, surtout lorsqu'elle était capable de remballer l'archidémon que Renan avait sur le dos.

Quoi qu'il en soit, la nécromancienne avait apparemment l'air d'avoir réellement besoin d'argent puisqu'elle était soumise aux mêmes règles que tous les habitants de cette planète : devoir manger et vivre quelque part. Une situation qui faisait un peu retomber le mythe de la magicienne indépendante, mais lui jouait bien les laveurs de vitres à ses heures perdues, non ?

« Je compatis. » Le ton était amusé. « Mais si vous vous monterez utile, il se pourra que je vous laisse y toucher tout de même. Voyez cela comme une faveur. »

Même s'il y avait assez peu de chances pour qu'il la laisse réellement toucher aux objets qui l'intéressaient réellement. Pour le coup, c'était plutôt un sous-entendu graveleux qu'il ne se gênait jamais pour glisser lorsqu'il conversait avec une jolie fille – ou une fille tout court, en fait. En tous les cas, Renan était assez étonné : elle lui semblait très différente de lors de leur première rencontre. Là-bas, elle s'était montrée plutôt réservée et pas franchement réceptive à ses avances – ce qui ne l'avait pas vexé pour autant. Mais là, elle avait l'air plus ouverte puisque c'était même elle qui avait lancé le sujet et qu'elle semblait en rajouter une couche à chaque fois, de quoi amuser et intéresser quelqu'un avec le caractère du Breton. Il aurait bien apprécié de tâter la marchandise en effet, mais ce n'était pas spécialement les fantômes qui l'intéressaient dans cette histoire.

Son regard se porta donc sur les silhouettes qui commencèrent à apparaître aux environs et le trentenaire dût admettre qu'elle avait grandement amélioré ses compétences. Ou alors elle lui en avait caché une bonne partie lors de leur dernière rencontre, ce qui était aussi une possibilité. Son regard ne se reporta sur Lady Death que lorsqu'elle se rapprocha de lui. Même s'il semblait parfaitement détendu, le trentenaire était prêt à riposter si elle tentait de l'attaquer – sait-on jamais avec les nécromanciennes, c'était certainement plus son âme qui l'intéressait que le reste de sa personne. Sans repousser la nécromancienne ou même laisser penser que la proximité le dérangeait – si cela avait été le cas, ce serait uniquement une question de sécurité – il se contenta de répondre d'un ton calme, mais beaucoup plus sérieux.

« Non, certainement pas. Tout le monde se lie à quelqu'un, c'est une question de logique. »

Dans son cas, c'était sans aucun doute son oncle. Il n'avait jamais été proche de qui que ce soit d'autre, tandis que Jack Talley l'avait élevé depuis qu'il était adolescent et lui avait appris tout ce qu'il savait aujourd'hui. C'était bien la seule personne pour qui Renan avait eu des sentiments sincères, de l'admiration et une forme d'affection. Il n'était pas franchement certain de vouloir revoir Jack dans de telles circonstances, mais d'un autre côté, l'idée le tentait beaucoup. Sans détourner les yeux du regard de la jeune femme, il reprit.

« Je ne dis jamais non lorsqu'une jolie fille me propose d'une voir plus. Vous croyez que vous seriez capable de trouver cette personne ? » Il parlait bien au singulier. « Et si elle était réfractaire à la magie, ou plutôt du genre à ne pas aimer y toucher ? » Ses questions étaient réellement intéressées, pas juste lancées pour meubler le silence. « Je vous trouve quelque chose de... changé. Peut-être que c'était de la timidité lors de notre dernière discussion ? À moins que vous n'ayez décidé de vous améliorer pour m'en mettre plein la vue ? J'ai du mal à croire que vous ayez pu progresser aussi rapidement sans une bonne motivation derrière.... » Sauf si elle lui avait caché cela, bien entendu. « Ou peut-être que l'absence de timidité vient du fait que vous soyez venue avec une autre idée derrière la tête, que juste celle de chercher un financement ? » Quelque chose d'un peu plus divertissant. Il soupira légèrement. « J'attends de voir. »

Le fantôme donc. Mais si elle voulait lui montrer autre chose, il ne refuserait pas pour autant, bien au contraire !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 18 Mai 2015 - 22:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

La banshee ne semblait pas hostile au rapprochement physique entre la nécromancienne et l’homme. Apparemment, les quelques phrases lancées en sa faveur par Abigaïl lui avait accordé les faveurs de cette dernière. Pour le moment tout du moins. Son éternel sourire aux lèvres, Deuil dans la main, Abigaïl était toujours en train d’observer l’homme, ou plutôt ce qu’elle pouvait voir de lui avec son costume. Le barghest était toujours là, tournant maintenant autour du couple improbable, grognant de temps à autre pour montrer sa désapprobation. Lui était territorial et il n’aimait pas voir sa maîtresse se mettre ainsi en danger. Car si Abigaïl pouvait tenter de frapper son adversaire une fois aussi proche, elle pouvait aussi elle-même recevoir des coups.

Mais le chien spectral ne tenterait rien sans qu’elle le lui ordonne. L’avantage d’avoir des serviteurs obéissants justement. Deuil dans la main droite, la main de la nécromancienne courrait toujours sur la poitrine de l’homme. Elle baissa les yeux un moment, songeuse. « Invoquer les morts n’est pas permis à tout le monde. Il y a bien plus d’au-delàs différents que de croyances et religions. » Anton lui avait parlé de tous ces mondes, il avait voyagé dans certains d’entre eux. Mais celui qu’elle redoutait le plus était l’Abysse. Celui où elle irait probablement à sa mort, si elle mourrait un jour. Une dimension horrifique abritant les ténèbres primordiales qui existaient avant même la création de l’univers. « Essayer de chercher une âme bien particulière prendrait un temps fou et un nécromancien mal assuré s’y perdrait assurément, corps et âme. » Et encore, même s’il revenait parmi les vivants après un tel voyage, il arrivait bien souvent qu’ils ne reviennent pas uniquement avec l’être qu’ils étaient partis cherchés. De nombreuses créatures attendaient ces occasions, des spectres, des démons et des horreurs qui se faufilaient dans les failles entre le monde des vivants et celui des morts. Heureusement que certains mages étaient là pour les arrêter.

« Je préfère ma méthode. En ayant un lien avec l’esprit du mort dans le monde des vivants, c’est comme si je tirais sur une corde. Je sais qui se trouve à l’autre bout et qui apparaîtra si je tire avec suffisamment de force. L’endroit d’où je tire cette pauvre âme ? Je n’en ai aucune idée et cela importe peu. Alors quelles que soient les croyances de votre fantômes vis-à-vis de la magie, qu’il me traite de sorcière, de charlatan ou de monstre ne changerait rien. Terre ne peut garder ce que magie réclame. » Ce proverbe était plus adapté à la réanimation des zombies, goules et autres morts-vivants corporels, mais Abigaïl l’aimait grandement.

« Quant à moi-même… » Il avait raison, elle avait changé. En meilleur ou en pire, seul l’avenir le lui dirait. Abigaïl avait dû se sortir de sa torpeur et de sa mélancolie pour s’affirmer dans cette ville. D’une certaine manière, elle n’avait plus peur d’exister et ne reculerait devant rien pour arriver à ses fins. « Disons que certains évènements ont mis énormément de choses en perspective. » La trahison de son frère, sa relation avec la sorcière Rosamund, la joie qu’elle avait ressentie en massacrant des innocents dans le repère de la secte satanique au Quatrième monde. Sans oublier bien entendu ses ébats avec un démon. Tout revenait à la trahison d’Anton. Abigaïl se devait d’être forte seule, comment avant son emprisonnement dans le cercueil. Même si ce siècle lui était toujours étranger, c’était à elle de le faire sien.

« Maintenant, il va falloir que je vois si vous êtes un lien assez important pour appeler votre fantôme, la possible réussite risque de dépendre plus de vous que de moi. Mais je ferais de mon mieux. » Finalement ce n’était pas différent d’invoquer un esprit à partir d’un objet qui leur était particulièrement cher, qu’ils avaient créé de leurs mains, qui avait causé leur trépas ou qui possédait simplement une signification particulière. Elle devrait faire cela plus souvent, beaucoup de gens avaient après tout des problèmes non résolus avec leurs morts. Qu’ils soient suffisants pour les appeler par-delà la tombe était une autre histoire. Mais là, l’homme semblait avoir peu de doutes sur le lien qui l’unissait à l’âme du trépassé.

Abigail sentit l’énergie nécromantique qui coulait dans ses veines surgir avec une puissance accrue. Son sortilège se manifestait, se servant de la présence de cet individu, de son lien qui transcendait la tombe, pour appeler à elle un écho du passé. Sa main toujours placée sur le torse de l’homme, elle s’en servait comme catalyseur mais aussi comme une ancre pour attirer à elle l’âme égarée. Etait-elle en train de la soustraire à la béatitude du paradis ou bien aux tourments de l’enfer ? Peu d’âmes étaient heureuses d’être tirées de leur repos. Moins encore de finir prisonnières de Deuil sûrement. Mais Abigaïl ne perdait pas son temps à leur demander leur avis. Pendant trop longtemps elle avait fait l’erreur de vouloir aider les morts à trouver le repos, à assouvir leur vengeance. Il était temps qu’ils la servent pour ses batailles à venir.

Peu à peu, la silhouette presque translucide de l’oncle de Renan apparut à seulement quelques dizaines de centimètres d’eux. Le spectre ne serait que l’ombre de lui-même, mais il posséderait des fragments de la personnalité de l’homme qu’il fût, ainsi que ses souvenirs. « Voilà, je suppose que c’est l’une des pires réunions de familles que vous puissiez imaginer. Il répondra à vos questions si vous en avez. Sinon je peux le renvoyer d’où il vient. » Ou simplement l’absorber dans Deuil pour le réutiliser à l’avenir. Il devait après tout posséder des renseignements forts intéressants sur l’homme masqué.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 18 Mai 2015 - 23:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Lywenn n'était pas intervenue lors du rapprochement de la nécromancienne, mais uniquement parce qu'elle avait eu droit à quelques flatteries. Son regard perçant restait toutefois dardé sur le visage de la mage et elle se décala sur le côté pour observer toute la scène et se préparer à intervenir si le rapprochement allait trop loin. Oh, la banshee n'était pas jalouse, ou plutôt si, elle l'était, mais ne considérait pas encore Renan comme sa propriété. Elle n'aimait simplement pas que son éventuel futur possesseur puisse se montrer aussi faible que sa précédente maîtresse – qui fricotait beaucoup trop avec le sexe opposé selon les critères de la créature magique. Son intervention n'était donc que partie remise !

Le regard du Breton resta posé sur le visage de la femme qui lui expliquait davantage ce qui se passait lorsqu'on cherchait à invoquer des esprits de l'au-delà. Il ne s'était pas imaginé que c'était aussi compliqué et son intérêt pour la nécromancienne monta d'un cran. Il était convaincu qu'elle saurait invoquer l'esprit de Jack Talley, même si ce dernier n'approuverait pas du tout. Il avait toujours cherché à étouffer la passion de son neveu pour la magie et tout ce qui gravitait autour de cela, déléguant lui-même les affaires de ce genre à l'Ordre de Thulé dans le but de ne pas avoir à s'en soucier. Mais la pomme était tombée loin de l'arbre, dès le décès de son mentor, Renan avait mis son nez dans ces histoires et se retrouvait maintenant avec un archidémon et une banshee sur le dos, puis bientôt une charmante et habile nécromancienne dans son carnet de contact – et peut-être ailleurs si elle était réceptive.

Il la laissa donc préparer le terrain et dès qu'une silhouette commença à se former non loin de là, le trentenaire la regarda aussitôt avec une sensation de satisfaction mêlée d'un peu de crainte. Jack Talley était le seul homme à avoir réussi à déclencher ce genre de réaction chez lui : le plaisir de le voir et la crainte de son jugement – et de le décevoir. Mais il ne s'agissait plus que d'un fantôme qui n'avait aucune emprise sur lui. Le regard du Breton s'attarda sur le « visage » de son oncle tandis qu'il se demandait si c'était vraiment une bonne idée que d'avoir agi ainsi. Ce fut la voix de la nécromancienne qui le tira de ses pensées et il lui jeta un coup d’œil.

« Non, pas tout de suite. »

Son regard se glissa à nouveau vers la silhouette fantomatique et il croisa ce qui servait d'yeux à l'entité représentant son oncle – en assez mauvaise forme, admettons-le.

« De la magie ? »
« Oui. Ce n'est pas leur exclusivité. »
« Je crois que si. »

C'était idiot, mais même si Jack était moins autoritaire et imposant que dans ses souvenirs – ce qui était lié à son état de fantôme, mais Renan l'ignorait – il se sentait toujours mal à l'aise devant son jugement. Le Breton se contenta de contracter la mâchoire quelques secondes avant de soupirer. Il ne tenait pas à trop bavarder avec lui devant quelqu'un qui ne connaissait rien de leur organisme et se contenta donc de reprendre sur un sujet un peu plus... léger ? Tout dépendait des points de vue.

« Je recherche toujours la personne responsable de tout ça. » De sa mort, donc.
« Encore ? Tu t'empâtes, je te croyais plus efficace. »
« Je crois qu'il est temps que tu nous laisses. »

Son regard se détourna pour se reporter sur la nécromancienne histoire de lui faire comprendre qu'elle pouvait congédier l'esprit qui, étrangement, ne s'y opposa pas. Inhabituel venant de Jack Talley. Ce changement l'étonna un peu et il ne résista pas à l'envie d'approfondir ce sujet.

« Il avait l'air beaucoup plus... passif qu'avant. L'état de fantôme ? » Après tout, c'était la première fois qu'il revoyait quelqu'un qu'il connaissait de son vivant. « Intéressant. Et vous sentez les liens que les morts ont avec les vivants, ou ça ne fonctionne que dans l'autre sens ? »

Renan voulait surtout savoir si elle pourrait utiliser le fantôme de son oncle pour débusquer le responsable de sa mort. Malgré toutes ses recherches, le français n'avait strictement rien trouvé à ce sujet et même s'il ne voulait pas d'une aide trop importante – la vengeance devait venir de lui – il n'était pas contre un petit coup de main. Cela dit, avant de s'aventurer plus loin, il allait devoir se montrer curieux en ce qui concernait la nécromancienne. Il ne la connaissait pas et même si elle titillait son imagination et une autre partie de son anatomie, il n'allait pas se laisser aller aveuglément. Renan n'en était pas arrivé là en croyant que les gens qui l'entouraient étaient tous dotés de bonnes intentions, bien au contraire. C'était sa paranoïa et sa méfiance qui l'avaient forgé ainsi.

« Quels sont ces événements ? Ceux qui aident à mettre les choses en perspective je veux dire ? »

Parce qu'il avait tout de même retenu ce passage, oui madame ! Malgré son air arrogant et parfois désintéressé, le français savait retenir les informations qui l'intéressaient réellement. Il allait devoir se renseigner davantage sur cette femme et savoir ce qu'elle pouvait vouloir lui dissimuler, puisqu'il était évident qu'elle n'allait jamais accepter de tout lui avouer, bien entendu. Ou elle serait bien naïve ! Mais avant que Renan ne puisse se lancer dans davantage de sous-entendus, Lywenn décida d'intervenir. Visiblement, le rapprochement du duo durait depuis trop longtemps à son goût et elle s'avança brutalement vers eux pour repousser la nécromancienne, sans violence, mais avec fermeté, avant de tourner la tête vers Renan.

« Pas comme Erin, hein ? Tss ! » Et de regarder la nécromancienne. « Parler ne nécessite pas de se coller. »

Un proverbe que le français n'approuvait pas spécialement, mais comme il avait décidé de caresser la créature dans le sens du poil, il la laissa faire. Il n'allait pas perdre son investissement comme ça, même pour une charmante nécromancienne à la langue bien pendue ! Il préférait les choses palpables que les promesses qui s'envolaient rapidement.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 19 Mai 2015 - 11:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

L’homme était réceptif à son toucher apparemment. Abigaïl commençait de plus en plus à aimer ce petit jeu. Qu’est-ce qu’elle était sage quand elle était proche de personnes qui comptaient vraiment. Mais face à quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, elle ne voyait aucun mal à s’amuser quelque peu. Tant que cela ne mettait pas en danger ses objectifs. Les réjouissances éventuelles devraient attendre toutefois, son sortilège avait été une réussite car l’homme se retrouvait véritablement face à son oncle, face à son ancêtre. Combien de scientifiques auraient été estomaqués de la voir ainsi brouiller les frontières entre la vie et la mort ? Et encore pire, leur prouver qu’il existait quelque chose de l’autre côté. Mais ce n’était clairement pas la première fois que son interlocuteur était confronté à de telles apparitions, tous dans cette ville avaient de toute façon entendus parler de l’invasion d’Hadès s’ils ne l’avaient pas vécus.

Mais la nécromancienne devait laisser entrevoir une pointe de déception. Certes l’homme avait été un catalyseur parfait pour appeler le spectre de son oncle. Son absence de réaction face à une telle apparition en disait long sur lui. C’étaient les questions qu’ils échangeaient qui étaient d’une certaines manières décevantes. La nécromancienne écoutait avec une attention toute particulière ce qui se disait, notamment pour pouvoir récolter la moindre once d’information qui se révèlerait utile. Seulement, la seule chose qui intéressait le neveu et l’oncle était la cause de la mort du dernier. Ou plutôt l’identité de ses assassins. Information que le spectre ne voulait pas révéler aussi facilement. Les morts avaient cette étrange habitude de s’exprimer de manière cryptique. Mais elle se demandait s’il n’y avait pas là autre chose. Comme s’il cherchait une fois de plus à pousser son neveu. Bien entendu la nécromancienne aurait pu forcer le fantôme à vendre le morceau, à leur révéler toute la vérité.

Mieux valait garder quelques atouts dans sa manche. Surtout que son interlocuteur ne devait pas vouloir qu’elle apprenne tous ses petits secrets de famille. Elle en mourrait d’envie pourtant. Si elle absorbait cette âme dans sa faux, elle pourrait l’invoquer plus tard et obtenir toutes les informations qu’elle désirait sur son éventuel partenaire financier. Elle fit un geste de la main, renvoyant l’homme dans l’au-delà où il se trouvait juste avant d’être invoqué.

« Les morts n’apprécient pas forcément d’être tirés de leur retraite. S’il était en enfer, une bonne armée de démons seraient frustrés aussi et seraient capables de vouloir lui faire endurer leur frustration. Mais ces êtres ne sont plus vivants, ils ne sont que des fractions de ce qu’ils étaient. Leurs émotions, leur psyché est légèrement altérée par leur trépas et par ce qu’ils ont vécu de l’autre côté. » Cela aurait pu être bien pire d’ailleurs. Certaines âmes devenaient torturées au-delà de ce qui était imaginable, pour devenir des créatures telles que le Dévoreur. Elle pouvait presque sentir l’âme de son frère d’agiter dans Deuil d’ailleurs. Sûrement n’aimait-il pas la proximité de sa sœur avec cet homme. « Je ne sens pas les liens. Je les devine. Je sais qu’un homme qui n’a rien à se reprocher n’a pas de tête à tête avec une nécromancienne, en pleine nuit, dans un cimetière. J’ignorais si votre lien était assez puissant pour l’invoquer avant que je ne commence mon sortilège. Mais les histoires de familles sont des catalyseurs puissants pour ce genre d’histoire. » Au moins son interlocuteur n’avait-il pas souffert d’un complexe d’Œdipe avec le fantôme qu’elle avait conjuré.

« Après certains morts ne sont jamais passés de l’autre côté. Eux je peux les voir et les interroger. Ce qui est fort utile d’ailleurs. Je savais que vous étiez dans le cimetière avant même que je n’y mette le pied. » Elle leva de nouveau les yeux vers lui. Est-ce qu’elle était en train de lui en dire trop ? Peut-être… Mais après tout, que pouvait-il faire ? Réciter des exorcismes tous les matins ? Se promener avec un attrape-rêve ou du sel dans les poches à longueur de journée ? Tout ça par peur qu’Abigaïl puisse l’espionner en utilisant des fantômes ? Si seulement c’était aussi simple. Ceux qu’elle rendait tangible étaient obligés de lui obéir, par contre ceux qui restaient prisonniers entre les mondes, indépendants se révélant généralement moins conciliants. Ce qui ne signifiait en aucun cas qu’elle ne pouvait pas leur forcer la main.

« Quant aux évènements qui m’ont changé… Des histoires de famille comme vous pouvez vous en douter. » Il n’était pas le seul à avoir quelques problèmes de ce côté-là. Même si la nécromancienne pouvait considérer que les siens étaient réglés. Enfin ceux avec Anton, car elle avait découvert une toute nouvelle branche de son arbre familial à explorer. « Disons qu’une personne en qui j’avais confiance a décidé de me trahir et qu’il l’a regretté amèrement à la fin. » Le Dévoreur s’agita une nouvel fois à l’intérieur de Deuil.

La banshee en tout cas semblait partager l’indignation d’Anton vis-à-vis de la proximité de la sorcière et de l’homme masqué. Seulement, même si elle repousse Abigaïl sans violence, certains des serviteurs de la nécromancienne étaient un peu trop zélés. Le barghest apparut dans toute sa sinistre splendeur aux côtés de sa maîtresse, les babines retroussées en direction de la banshee. Son corps squelettique semblait constitué de volutes de fumée sombre et il faisait presque la taille d’un cheval. « Chut, du calme. » La nécromancienne posa la main sur l’encolure de la bête, comme pour la calmer.

Son protecteur était bien plus intelligent que cela et capable de parole. Mais c’était aussi une manière de montrer à l’homme et à sa banshee que la nécromancienne possédait des serviteurs autrement plus puissants qu’un simple golem de chair tel que Silence. Surtout un serviteur qui était parfaitement invisible quelques instants auparavant. Une nouvelle créature errant entre le monde des vivants et celui des morts, même si pour le cas du barghest, il pouvait franchir la frontière entre les deux mondes comme il le désirait.

« Ne vous inquiétez pas, il ne mord pas… trop. » Elle adressa un léger sourire à la banshee. « Je suis confuse, était-ce ma proximité avec votre… camarade qui vous gênais ? Ou bien que je ne sois pas proche de vous à la place. » La main toujours poser sur le chien noir, elle tourna son regard à nouveau vers l’homme. « Je suppose que vous avez eu un aperçu certain de mes pouvoirs. Est-ce que nous devrions commencer à parler des détails ? » Et il y en avait beaucoup à préciser. Entre les montants que désirait recevoir la nécromancienne, leur forme, mais aussi combien de temps il comptait l’employer, par quels moyens… La conversation avait toutefois pris un tour plutôt intéressant et plus favorable que la dernière fois. Même si l’apparition de l’ombre et la réaction de la banshee avait quelque peu jeté un froid. Pas que le froid n’ai jamais gêné la nécromancienne de toute façon.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 19 Mai 2015 - 14:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Les esprits des morts n'étaient pas comparables avant et après leur décès ? C'était compréhensible en un sens, la mort ne devait pas être une épreuve très facile à traverser, surtout lorsque vous aviez mené une vie aussi... peu reluisante que celle de Jack Talley. L'oncle comme le neveu n'étaient pas des exemples de personnes recommandables, il y avait donc de fortes chances pour que l'ancien Officier de la Pénombre ne passe ses journées en Enfer.

« Il y est certainement. »

Le tout avait été dit avec une certaine conviction, preuve qu'il connaissait bien son oncle ainsi que la vie qu'il avait pu mener. Pour ce qui était de la sienne, Renan ne s'inquiétait pas spécialement. Il avait passé un contrat avec un démon et ce dernier lui avait clairement fait comprendre que son âme lui appartiendrait une fois qu'il ne serait plus de ce monde. Son sort était donc fixé et du coup, la crainte de la mort grandement atténuée. De toute manière, depuis toujours le Breton avait accepté l'idée qu'il décéderait jeune – comme son oncle – et ne s'en souciait pas spécialement. Le décès n'était qu'une épreuve supplémentaire, les choses ne s'arrêteraient pas là.

Quoi qu'il en soit, elle semblait en avoir appris davantage avec ce petit tour de manège et, l'espace d'un instant, Renan regretta de l'avoir laissée jouer avec ses fantômes. Pourtant, sa curiosité serait toujours prioritaire : il aimait en apprendre davantage sur les gens et sur leurs capacités. Sa quête de gloire était toujours au premier plan : il souhaitait dépasser l'Ombre et une nécromancienne pourrait lui servir, c'est un fait indéniable. Le regard intéressé qu'il posa sur elle n'était donc pas feint, loin de là. Elle en dévoilait beaucoup à son sujet, mais c'était une bonne chose : l'intérêt du Breton était proportionnel au nombre d'aveux qu'elle lui faisait et il était de plus en plus enthousiaste à l'idée de tester ses compétences – car il ne doutait pas d'avoir besoin de ses services encore de nombreuses fois.
Malgré tout, l'Officier garda ces pensées sous silence, elles ne regardaient que lui pour le moment.

C'était assez rassurant, pour ne pas dire plaisant, d'apprendre que même les nécromanciennes avaient des soucis avec leur famille, notamment en ce qui concernait les trahisons. Il secoua légèrement la tête, un peu comme si ce qu'elle venait de lui avouer était familier.

« La confiance est un gros défaut. »

Parce que c'était bien ainsi qu'il voyait ce sentiment. Même si quelqu'un possédait la sienne, Evey, son binôme. Mais il lui confiait sa vie quasiment au quotidien, quoi de plus normal que de lui accorder une petite dose de confiance ? Et puis, elle dissimulait bien d'autres atouts qu'une jolie poitrine et une chevelure de rêve, c'était justement tout l'intérêt de la demoiselle : elle avait du plomb dans la cervelle.

Et en parlant de blondes, celle face à lui avait d'autres cartes dans sa poche puisque dès que la banshee intervint pour les séparer, un autre esprit fit son apparition. Ou plutôt une sorte de chien, difficile de savoir ce qu'était réellement cette créature. Non sans intérêt, Tesla la scruta alors qu'elle s'agitait aux côtés de sa maîtresse, ayant certainement réagi aussi promptement parce que la banshee avait provoqué sa propriétaire. Le français resta silencieux tandis que les deux femmes échangeaient et la créature dévisagea la nécromancienne pendant quelques instants avant de répondre calmement.

« La proximité, c'est une mauvaise chose. Ça devient de plus en plus proche et ça finit par des ennuis. »
« On appelle ça des enfants en général, mais de nos jours, on peut se protéger. » Il se moquait légèrement d'elle.
« Je ne parle pas de ça. Tu sais de quoi je parle, ton arch... »
« J'ai compris. Passons. »

Il savait qu'elle allait parler de Raphaël, mais le problème était qu'il n'avait aucune envie que la nécromancienne commence à entendre ce genre d'aveux. En considérant que Lywenn et le démon étaient tous deux ennemis, le français n'avait doublement pas envie de s'aventurer sur ce terrain. Il profita donc de l'issue de secours que la mystique lui offrait en parlant des détails.

« Les détails, donc. » Il la regarda quelques instants. « Un financement régulier ne pose pas problème. Bien entendu, la rémunération sera à la hauteur des services rendus et il pourrait y avoir des intérêts si ce n'est pas régulier des deux côtés. » Question de logique. « Si je vous donne régulièrement de quoi survivre et que vous ne me renvoyez l’ascenseur qu'occasionnellement, ce serait problématique, mais si vous avez autre chose à proposer qui permette une régularité des deux côtés, je suis prêt à vous écouter. » Il la regarda de haut en bas. « Et cet argent, vous le voulez simplement pour subvenir à vos besoins matériels, ou vous avez une idée plus originale en tête ? » Son attention se porta sur le « chien ». « J'imagine qu'il ne doit pas coûter trop cher en nourriture.... »
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 19 Mai 2015 - 17:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Pouvoir assurer avec tant de détachement qu’un membre de sa famille était en enfer n’était pas donné à tout le monde. Enfin, pas pour ceux qui avaient une connaissance rien qu’infime de l’existence de la magie. Sauf quand on était l’un de ces sceptiques qui refusaient la moindre possibilité qu’il y eut quoique ce soit après la mort. Abigaïl, elle, savait. Et son interlocuteur aussi probablement. L’enfer n’était pas un endroit où on désirait finir, loin de là.

Quoique l’Abysse n’était pas forcément mieux. Sûrement moins compréhensible pour un esprit humain. Il suffisait de voir ce qu’elles avaient fait à Anton, le changeant en la monstruosité qu’était le Dévoreur. Abigaïl savait où elle irait quand elle mourrait, et c’était pour cela qu’elle s’était assurée qu’elle ne mourrait pas.

« Je ne peux qu’être d’accord avec vous sur ce point-là. On ne m’y reprendra plus. » Elle adressa un large sourire à l’homme, presque carnassier. Les choses étaient claires, aucun des deux ne se faisait confiance. La seule chose qui garantirait leur accord serait qu’ils y trouvent chacun leur compte. Que l’un des deux se ne trouve plus aucun intérêt à leur collaboration et il n’y aurait plus aucune confiance. Chacun d’entre eux pourrait même essayer d’utiliser l’autre dans ses propres machinations, cela ne l’aurait pas surprise. Mais Abigaïl en avait fini de jouer les pions. Maintenant c’était-elle qui se tenait au-dessus de l’échiquier. Si cet homme essayait de la manipuler, il s’y mordrait les doigts.

Mais elle n’était pas totalement honnête au niveau de la confiance. Elle n’avait aucun doute en la loyauté du barghest dont elle flattait encore l’encolure. De même pour Silence et les autres morts-vivants qu’elle manipulait. Mais elle ne se faisait pas non plus d’illusions, elle avait un point faible… Rosamund Richter. Elle faisait confiance à la sorcière brune, surtout après tout ce qu’elles avaient partagé face à chevalier blanc, à la secte satanique et finalement face à Anton. La sorcière était donc son « gros défaut », sa faiblesse.  Mais après tout, c’était sinon vivre une vie bien solitaire qui l’attendait. Emplie uniquement de relations creuses et vides d’émotions, comme finalement le partenariat sur lequel les deux individus risquaient de se mettre d’accord.

En tout cas, la banshee avait la langue bien pendue. Enfin jusqu’à ce que l’homme s’empresse de la faire terre. Apparemment il y avait des choses qu’il ne voulait pas qu’elle sache. Ce qui signifiait donc qu’Abigaïl devait les savoir. Elle ne lui faisait pas confiance et lui non plus. Elle savait très bien qu’il essayait d’en apprendre le plus possible sur elle, qu’il ne cherchait pas qu’à mesurer l’étendue de ses pouvoirs. Mais la nécromancienne n’était pas naïve et elle comptait bien faire de même, mais à sa manière. Elle avait déjà touché plusieurs secrets du bout des doigts en cette soirée. Que ce soit grâce au fantôme de l’oncle de l’homme, ou bien grâce à cette merveilleuse banshee.

« Il y a du bon au rapprochement. » Lança-t-elle discrètement en lançant un regard entendu à l’homme. Après tout, ils pouvaient se détendre et profiter de l’instant sans pour autant attraper des enfants comme il l’avait suggéré avec humour. De toute façon, de côté-là, Abigaïl était convaincue qu’elle n’avait rien à craindre. Même si un certain Sam, créature énigmatique qui se baladait quelque part à Star City signifiait le contraire. Mais bon, cela était son problème et ne concernait en rien les individus présents.

Ils en venaient enfin au passage le plus intéressant : celui de la compensation financière et des conditions de leur partenariat. « Je vous offre une ressource de choix. Peu de gens peuvent parler à l’au-delà malgré ce que vous clamiez la dernière fois, pas de la même façon que moi. Et puis je peux vous garantir l’exclusivité. » C’était ce qu’il désirait de toute façon. A quoi bon connaître des secrets si c’était pour qu’ils soient répétés à tout le monde ? Le simple fait qu’Abigaïl les entendent allait sûrement le gêner, mais elle était un élément essentiel à la conjuration des morts. « Je suis prête pour une collaboration régulière. Tant que vous ne pensez pas à m’enfermer dans une salle sombre pour que je vous serve dès que le cœur vous en dit. Je ne serais pas votre esclave, mais votre associée, j’espère que vous le comprenez bien. » Après tout, mieux valait pour lui. Car s’il tentait de faire d’elle sa possession, il se rendrait compte qu’elle ne lui avait donné qu’un maigre aperçu de ses capacités en cette soirée. « La question est finalement de savoir à quelle fréquence vous auriez besoin de mes talents. Je ne tiens pas à vous consacrer toutes mes nuits même si vous semblez assez vigoureux. De la même manière, je ne suis pas paresseuse au point de détourner vos demandes à chaque fois. Je peux toutefois ajouter un bonus… » Après tout, elle n’avait pas besoin de se limite aux morts. « Comme vous le suggérez si bien, je ne compte pas seulement utiliser cet argent pour manger et dormir au chaud. Je compte ouvrir un lieu de réunion pour des individus tels que moi. Rien d’original me direz-vous, je sais qu’il doit exister de ce genre de repères un peu partout en ville. »


Mais cela ne changeait pas que cela serait un lieu à elle, où elle pourrait se rapprocher de la communauté mystique de la ville et s’y faire une place. « Une bar pour être précise. Je sais, je n’ai pas vraiment la carrure d’une tenancière habituelle. Mais bon, cela ne sera pas non plus un bar quelconque. Disons juste que les gens parlent dans ce genre lieu. Je pourrais partager certaines informations en plus de ce que j’extirperais des lèvres des morts. Il faut aussi que je sache comment vous voulez organiser les choses. Est-ce que vous comptez m’apporter des cadavres ou des objets liés à vos amis directement à moi ? Est-ce que vous voulez assister à toutes les séances ? Est-ce que vous voulez un compte-rendu ? Tant de détails… Tant de détails… » Mais elle préférait que les choses soient claires avec un tel individu.

Si elle devait se lier à lui par cet échange de bons procédés, elle voulait savoir à quoi s’attendre. Notamment pour se préparer en cas de problème. « Je peux même faire disparaître les corps à votre place si ça vous intéresse. Enfin, la balle est dans votre camp pour le moment. Quand nous aurons établi les conditions nous pourrons nous mettre d’accord sur un montant. » Après tout, Abigaïl n’avait que peu d’impératifs pour le moment, mais elle offrait finalement une large gamme de services. Entre ce qu’elle pouvait entendre, la capacité du Darach à accélérer la décomposition des corps pour les transformer en poussière en quelques minutes, elle se lançait déjà dans un business diversifié. Restait à savoir si cet homme serait saisir sa chance.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 19 Mai 2015 - 19:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
« Je ne peux qu'approuver. »

Concernant le rapprochement. Mais visiblement, la banshee n'était pas spécialement d'accord et elle lâcha un profond soupir avant de détourner le regard comme si la vue de cet échange l'irritait au plus haut point. Renan se concentra donc sur les explications et précisions de la femme qui étaient souvent à double sens, à moins que le trentenaire ne se monte la tête tout seul, ce qui était aussi possible. En tous les cas, ses réclamations étaient parfaitement légitimes et Renan ne voyait aucune raison de lui refuser ce qu'elle demandait. De plus, son idée avait de quoi intéresser quelqu'un comme l'Officier de la Pénombre : un bar qui regroupait des individus aux origines mystiques serait une véritable mine d'or. Bien sûr, il existait déjà le Cirque des Damnés tenu par Raphaël l'archidémon, cependant Renan n'aimait pas cet endroit qui ressemblait trop à une foire – et qui représentait des mauvais souvenirs le concernant.
Alors en effet, Renan était intéressé.

Il prit quelques instants pour réfléchir suite aux multiples informations apportées par la jeune femme, puis hocha finalement la tête. En effet, il y avait de nombreuses possibilités avec un tel endroit, même si Renan « craignait » que cela ne provoque l'irritation d'une certaine personne. Peu lui chalait au final, il ne déterminait pas ses choix d'après les désirs de l'égocentrique créature, sans quoi sa vie serait bien morne.

« Nous pourrions tester une première fois. J'ai une bonne technique pour me débarrasser des corps, mais si la vôtre est plus... rentable dirons-nous, je ne vois pas de problèmes à vous céder cette partie-là. » Il dissimulait souvent les corps dans des endroits difficiles d'accès, mais les cadavres mettaient du temps à disparaître totalement. « Ma présence vous insupporte-t-elle au point que vous préfériez me faire un compte rendu que m'avoir à vos côtés ? Même si mes soirées sont très occupées, je devrais pouvoir m'en libérer de temps en temps pour vous. J'ai tendance à préférer voir les choses de me propre yeux et puis, j'aime bien superviser les choses jusqu'au bout. Déjà que je dois revoir mon envie de contrôle pour vous laisser une marge de manœuvre, il ne faut pas trop m'en demander. » Ce qui était l'entière vérité. « Et puis, j'espère bien pouvoir profiter un peu de votre compagnie. » Ce qui n'était pas faux non plus. « Apporter les cadavres ne poserait pas problème si c'est plus facile pour vous. Je ne sais pas exactement comment vous travaillez, donc vous n'aurez qu'à me dire vos préférences et je m'arrangerai pour les satisfaire. »

Ils parlaient toujours du point de vue professionnel, mais le double sens était recherché. Dans un sens, Renan n'avait jamais été contre des suppléments qui n'avaient rien de professionnels. Tout dévoué qu'il était à SHADOW, il restait aussi un humain normalement constitué et pouvait donc penser à son propre intérêt de temps en temps. Toutefois, l'Officier de la Pénombre ne perdait pas l'essentiel de vu et se reprit donc rapidement pour enchaîner sur la suite tandis que la banshee s'était à nouveau reculée pour s'installer sur une tombe non loin du duo.

« Vous m'avez parlé d'exclusivité, dois-je comprendre que vous n'irez pas démarcher d'autres financements à qui vous vendrez les mêmes informations ? Je suis très regardant sur l'exclusivité, donc même s'il faut ajouter un léger supplément, je n'y vois pas de problème. J'aime les personnes fidèles. » En informations uniquement, le reste lui importait peu. « Quant au reste, ne vous inquiétez pas. Je ne vous enfermerai que si c'était votre désir, je n'ai pas spécialement de penchant pour les esclaves. J'aime avoir des personnes soumises sous mes ordres, mais pour la collaboration c'est une autre histoire. » Et pour de nombreuses autres choses. « Pour le moment, je ne saurais vous donner une fréquence précise pour les besoins que j'aurais de vos compétences, mais je pense qu'une fois par semaine ou toutes les deux semaines, c'est une bonne moyenne. Parfois moins, parfois plus. Si jamais je venais à en demander plus que vous, il serait toujours possible d'ajuster l'argent donné. Ou de trouver un autre terrain d'entente. » Il n'avait pas que l'argent dans la vie après tout. « Quoi qu'il en soit, votre idée me plaît beaucoup. J'ai toujours trouvé beaucoup d'intérêt aux établissements de ce genre, mais ceux qui existent actuellement ne sont pas très fréquentables. Les rumeurs m'intéressent beaucoup. Il se pourrait que je vienne y mettre les pieds de temps en temps. » Il tourna la tête vers Lywenn. « Je suis sûr que notre amie serait ravie de vous revoir. »

Et peut-être que lui aussi.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 19 Mai 2015 - 21:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Si la nécromancienne avait voulu s’attirer les faveurs de la banshee, c’était raté. Apparemment cette dernière était avant tout fidèle à l’homme qui lui faisait face et elle n’appréciait vraiment pas le rapprochement intenté par Abigaïl. Cette dernière ne savait pas vraiment pourquoi elle s’était mise en tête de répondre aux sous-entendus de l’homme par les siens, pourquoi elle se conduisait comme une sorte de dévergondée. Enfin elle en avait une légère idée, mais elle était loin de vouloir formuler cette pensée. Mieux valait qu’elle continue sur la voie de débauche sur laquelle elle s’était lancée. De toute façon, ce n’était pas la première fois qu’elle l’empruntait et cela ne serait sûrement pas la dernière.

« Ah, encore des tests. » Apparemment, la petite démonstration qu’elle lui avait faite ne lui suffisait pas. A moins qu’il voulait une occasion supplémentaire de se retrouver seul à seul avec elle. Ce qui n’était pas pour la gêner. Quoique ce masque pouvait bien cacher un faciès immonde. La nécromancienne ne sourcillerait pas pour autant. Son premier époux n’avait en aucun cas été considéré comme un bellâtre, d’aucune manière et elle avait enduré ses assauts. Rien de ce que la nature en pouvait lui lancer au visage ne pourrait excéder de toute façon ce qu’elle avait aperçu dans l’Abysse. « Vous aimez tout contrôler n’est-ce pas ? C’est un miracle que vous ne vouliez pas m’enchaîner dans un coin sombre à voir votre désir de tout superviser. » Mais cela ne faisait que rejoindre ce qu’ils avaient évoqués plus tôt : aucun des deux ne se faisaient confiance. « Mais je consens que je vous demande déjà beaucoup d’efforts apparemment et non, votre compagnie ne m’est pas désagréable au point de vouloir diminuer drastiquement nos entrevues. » Elle aurait pu ajouter « au contraire » à la fin de sa phrase, pour décidément l’aiguiller sur la bonne voix.

Il avait un certain charisme. Son assurance, même si elle avait un côté irritant, était attirante. Mais Abigaïl ne comptait pas se laisser dominer par un homme, quelque soit le terrain. « Je n’ai pas besoin de tout le cadavre en fait. Seul un morceau fonctionne en théorie. Mais je connais les gens, ils ont plus tendance à réussir à égarer un doigt qu’un corps entier. » Et puis elle pourrait avoir une certaine utilité pour les corps. Moissonner des organes avait été le grand projet d’Anton, mais Abigaïl aussi construisait de temps à autre des golems de chair. « Un objet s’il est certain qu’il a été important pour son propriétaire aussi, au cas où vous ne voudriez pas venir encombré. »

Ce n’étaient là de toute façon que de vulgaires détails techniques. Abigaïl avait de quoi s’occuper des cadavres elle-même, des créatures pour les transporter et les faire disparaître. Mais elle savait très bien ce qui intéressait le plus l’homme : c’étaient les informations. Il voulait s’assurer qu’elles ne soient pas entendues par les mauvaises oreilles.

« Je vous réserve l’exclusivité, si vous y mettez les moyens bien entendu. » Après tout il n’était pas stupide. Si elle avait plus d’intérêt à diffuser une information, elle le ferait. Mais elle était aussi une femme d’honneur et s’ils s’accordaient sur un prix, au moins aurait-elle la décence de le prévenir si quelqu’un se décidait à surenchérir. « Tout ce qui sera dit pendant nos séances restera entre nous deux uniquement et les morts. Mais j’ai un moyen de m’assurer qu’ils n’aillent pas parler à d’autres nécromanciens. Voilà qui devrait vous rassurer, non ? » Cela ferait d’autant plus d’âmes pour nourrir Deuil. La faux se faisait d’une certaine manière de plus en plus exigeante. Elle voulait être nourrie, semer la mort et la désolation. La nécromancienne n’avait pas eu suffisamment d’occasions de l’utiliser pour qu’elle se gave d’âmes et lui révèle ses nouveaux pouvoirs.

Par contre, si cet homme lui apportait des cadavres régulièrement et ce sans qu’elle ait besoin de se salir les mains, c’était parfait. « Je ferais une très mauvaise esclave de toute façon. Ceux qui s’y sont essayés y ont perdus des morceaux. » Et la vie. « Mais qui sait, pour vous je pourrais presque faire une exception, juste une fois. » Son ton était empli de sous-entendus, mais de toute façon, ils n’avaient pas finis de parler affaire. « Nous partons donc sur une fréquence modulable. Cela ne me gêne pas. Par contre, dans la mesure du possible, donnez-moi vingt-quatre heures d’avance avant de débarquer avec un cadavre. Surtout si nous faisons notre affaire autre part qu’ici, que je puisse me préparer et éviter la présence de spectateurs un peu trop bavards. Le plus simple serait que j’aménage une chambre dédiée à nos « conversations » dans mon futur établissement. A moins que vous ne préfériez le faire chez-vous ? » Est-ce qu’il vivait avec la banshee ? Elle n’avait pas proposé son domicile à elle, tout simplement car elle était encore en train de travailler à sa rénovation… « Je suis heureuse de vous compter dans mes éventuels futurs clients. » Son masque allait le gêner toutefois pour boire un coup. « Je suis certaine que vous pourriez y passer certaines nuits agitées comme le doivent être toutes vos nuits.  D’ailleurs. »

Elle retira son masque de mort et rabattit sa capuche en arrière. Il n’y avait aucune raison qu’elle lui cache son visage désormais, tout simplement parce qu’elle n’était personne. Une simple immigrée anglaise qui ne donnait plus de signes de vies depuis plus d’un mois. Le peu de gens qui l’avaient croisé en tant qu’Abigaïl devaient penser qu’elle était en train de crever dans un caniveau. « je ne vois aucune raison de vous cacher mon visage, surtout si nous sommes amenés à collaborer régulièrement. Ce masque est quelque peu inconfortable et cela évitera que vous vous adressiez à la mauvaise blonde par erreur dans mon futur établissement. » Décidément, l’idée d’être sa propre patronne l’enchantait particulièrement. « La magnifique Lywenn sera la bienvenue aussi bien entendu. »

Elle se demanda un instant s’il allait retirer son masque, mais elle en doutait. L’échange était presque clos, même s’il restait une certaine tension entre les deux. Les sous-entendus venaient avec un prix, mais de là à aller jusqu’au bout du jeu… Cela serait une manière originale de sceller leur partenariat.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 19 Mai 2015 - 22:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le contrôle de tous les éléments était une chose importante pour Renan : il avait besoin de savoir où se trouvait chaque pièce ou de pouvoir décider ce que les gens feraient. Les tests étaient permanents avec lui : Tesla aimait pouvoir s'assurer que chaque personne qui travaillait pour lui – ou avec lui – était toujours au top niveau. Une manière de ne pas avoir de désagréable surprise lorsque vous deviez vous appuyer sur quelqu'un pour la réussite d'une mission. Quoi qu'il en soit, le fait que la nécromancienne était plutôt réceptive à ses remarques et avances était amusant, mais aussi intéressant. En temps normal, le français lançait ces répliques pour pimenter un peu les discussions, mais les gens se montraient rarement aussi réceptifs de l'autre côté. Inutile de préciser que ce comportement titillait la curiosité du Breton qui se demandait s'il avait simplement affaire à une allumeuse qui aimait se jouer des hommes, ou à une séductrice sérieuse. Il avait beau être égocentrique, il n'avait jamais été du genre nymphomane et il était donc peu probable que tout cela soit le fruit de son imagination.

Cependant, avant de vérifier son hypothèse, Renan souhaitait clore définitivement le règlement des détails de leur accord. Il serait regrettable qu'il se retrouve face à une grosse déception parce qu'il était plus concentré sur le décolleté de son interlocutrice que sur ce qu'elle avait à lui préciser à propos des petits caractères inhérents à tous les contrats existants. Il acquiesça donc pour tout ce qui concernait l'analyse des corps – au pire des cas, il la contacterait avant pour savoir ce qui lui conviendrait le mieux – avant de répondre plus précisément pour le détail de l'exclusivité.

« Vous n'aurez qu'à me faire savoir si quelqu'un vous payera plus cher et je suis certain que je pourrai renchérir. » Il marqua une brève pause. « Enfin, si le jeu en vaut la chandelle, je ne dépense pas sans réfléchir. »

Il n'aimait pas non plus se faire arnaquer et si Lady Death décidait d'essayer de le rouler dans la farine, elle s'en mordrait les doigts. Il n'était pas devenu Officier de la Pénombre en faisant de l'humanitaire ou en hésitant à se débarrasser des gens qui tentaient de le doubler. Cependant, si elle était encore en vie en agissant en solitaire, Renan avait la logique de penser qu'elle était assez futée pour comprendre où étaient ses intérêts. Elle n'agirait pas bêtement, il en était convaincu. Pourtant, il ne la connaissait pas spécialement, mais si jamais la mystique décidait de jouer sur ce plan-là, c'était qu'elle était particulièrement stupide et il ne perdrait donc rien à ne plus l'avoir dans ses contacts. Enfin, c'était un avis comme un autre, mais jusqu'à présent, ça lui avait toujours été utile de penser ainsi.

Les sous-entendus reprirent le dessus alors qu'elle parlait de son éventuelle condition d'esclave en agrémentant le tout de nouvelles paroles qui faisaient galoper l'imagination et qui étaient loin de déplaire au français. Il n'avait jamais fait dans ce genre de « jeu de rôle », cependant il s'était lancé dans des relations bien plus étranges au cours de ces derniers mois, donc autant dire que ce n'était qu'un détail à côté de ce que la nécromancienne glissait comme possibilités. Depuis qu'il côtoyait cet archidémon, sa vie entière prenait un tour définitivement bien étrange, même s'il préférait éviter de penser à lui dans une telle occasion.

« Je me sens honoré. »

Forcément, avoir droit à une exception lui plaisait toujours, égocentrisme oblige ! Il reprit bien vite son sérieux lorsque de nouveaux détails arrivèrent à propos de leur collaboration et ils lui convenaient tout à fait – il s'agissait simplement de conditions parfaitement logiques, du moins aux yeux de Renan – et ce dernier acquiesça donc. Il n'y a que lorsque la mystique suggéra de gérer tout cela chez lui qu'il esquissa un sourire agrémenté d'un léger rire. Dans son appartement personnel, c'était peu probable vu que ses voisins étaient de véritables commères, quant à Mannheim... l'accès à la base était réservé aux membres de l'organisme. Cependant, ils pourraient toujours utiliser le laboratoire de Shahren qui se trouvait sur les docks et où de nombreux cadavres étaient stockés, ou alors il pourrait trouver un autre endroit spécialement dédié à ces rendez-vous. Sa paranoïa privilégiait d'ailleurs cette possibilité : il ne connaîtrait pas le lieu de Lady Death et un guet-apens était facilement mis en place.

« Chez moi ce serait compliqué, mes voisins risqueraient de trouver vos visites régulières un peu suspectes, mais je connais d'autres endroits en ville qui pourraient parfaitement convenir à cette activité. » Il haussa les épaules. « Ou nous verrons si votre établissement conviendra aussi. »

Même si cette possibilité n'avait pas sa préférence, il est vrai ! Toutefois, le fait qu'elle se dévoile entièrement laissait penser qu'elle n'avait rien à se reprocher à ce niveau ou alors, qu'elle était sûre d'elle au point de ne pas le craindre. Renan voyait toujours le mauvais côté de la chose, pourtant il savait qu'elle avait raison : s'ils devaient se voir plus souvent à l'avenir, se dévoiler dès maintenant était presque logique. Il n'allait pas débarquer dans son établissement en tenue de Tesla après tout, il attirerait bien plus l'attention qu'en se dévoilant. N'étant pas vraiment doté d'une grande timidité, ce détail ne l'inquiétait pas vraiment : si cette femme tentait de tirer avantage de cette information, elle le regretterait là aussi. Il glissa donc à son tour sa main jusqu'à sa cagoule pour finalement la retirer et passer machinalement une main dans ses cheveux, un tic habituel. Son regard se reposa sur le visage de la blonde alors qu'il se rapprochait d'elle comme elle l'avait fait quelques instants plus tôt – en espérant que le chien fantomatique ne lui sauterait pas dessus à l'instar de Lywenn.

« C'est amusant, je m'étais attendu à avoir affaire à une femme défigurée ou à quelque chose dans ce goût-là. C'est un peu cliché, mais la nécromancie n'est pas spécialement réputée pour son raffinement. Vous me direz, ça changera un peu et avec un visage comme le vôtre, au moins vous attirerez des clients pour votre établissement. » Ce n'était pas de la vieille drague, juste une simple constatation. « Pas que je sois du genre à accorder de l'importance à la beauté cela dit. »

Après tout, il n'avait pas hésité à la gratifier de sous-entendus alors même qu'il n'avait rien vu de son visage. Le français était plus intéressé par le pouvoir et les choses de ce genre, l'esthétique d'une personne passait au second plan, même s'il avait forcément le regard plus facilement attiré par une belle femme qu'une autre, c'était logique. Pour le coup, elle avait les deux : le pouvoir et l'attrait physique. Après quelques secondes de silence, le trentenaire embraya finalement sur une dernière réplique.

« Quoi qu'il en soit, si vos sous-entendus n'étaient là que pour pimenter la discussion, je crois que nous en avons terminé. Mais s'il y avait un fond de vérité, je pourrais vous proposer une signature de contrat plus originale, n'en déplaise à Lywenn. » Dont la contrariété était presque palpable. « J'ai conscience qu'un cimetière ne soit pas l'endroit le plus approprié qui existe, mais vous ne me semblez pas accorder beaucoup d'importance à des détails de ce genre. Sauf si je me suis trompé là aussi. »

Il lui parlait bien de solder leur discussion en jouant la bête à deux dos, mais si elle refusait il ne s'en formaliserait pas. Pour Renan un tel échange n'engageait à rien, si ce n'est un peu de plaisir, qu'elle décline le pousserait simplement à aller voir ailleurs. Enfin, pas ce soir, c'était loin d'être une priorité pour lui, avec Lady Death c'était simplement l'occasion qui s'était présentée ainsi, donc autant sauter dessus. Sur l'occasion, pas la nécromancienne !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 20 Mai 2015 - 11:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

« Oh croyez-moi, le jeu en vaudra la chandelle. Je n’offre qu’un service de qualité. » Par contre, le fait qu’il soit si sûr de pouvoir surenchérir était des plus intéressants. Bien entendu, Abigaïl ne voyait en aucun cas l’argent comme une fin en soi, contrairement à de nombreux criminels. Non, pour elle ce n’était qu’un outil, un moyen de renforcer la Moisson de l’implanter en ville en récupérant d’abords un établissement, plus plusieurs. Le but d’Abigaïl était de développer sa propre version maléfique et nécromantique d’une mafia, sans dépendre de qui que ce soit. Bien entendu, malgré ses belles pensées sur sa liberté retrouvée, elle savait qu’elle dépendrait de cet homme. Au début tout du moins.
Elle voulait juste éviter que l’argent qu’elle avait récupéré lors du casse ne fonde pas comme neige au soleil avant qu’elle n’ait une source de revenue acceptable. Vu que l’accord avait l’air sur de bonnes voies, elle ne se faisait pas trop de soucis. « Avec moi, votre argent sera bien investit. » S’il savait quels étaient les objectifs de la nécromancienne, ceux sur le long-terme, il aurait pu la prendre pour une folle ou bien mettre fin à leur partenariat avant même qu’il n’ait commencé. Heureusement, il n’en savait rien.

La flatterie ouvrait décidément bien des portes. A moins que cela ne soit le raz-de-marée de sous-entendus graveleux qu’elle avait glissé dans la conversation en réponse aux siens. Il ne semblait en aucun cas intimidé, ce qui la rassurait sur quelques points. Elle s’était demandé un instant s’il n’était pas une sorte de résidu machiste qui ne considérait les femmes que comme des morceaux de viandes dans lesquelles il pouvait fourrer son attribut masculin. Ce qui aurait pu expliquer pourquoi il cherchait à tout ramener au sexe mais qu’une fois face à une femme avec du répondant, il se serait retrouvé complètement déstabilisé. Mais non, ce n’était pas le cas, il se départait de chaque phrase avec aisance et une certaine vivacité d’esprit. Ce qui n’était pas pour déplaire à la nécromancienne.

« Bien donc je pense que notre première séance aura lieu dans un endroit neutre. Puis vous pourrez visiter mon établissement et voir s’il vous convient. J’ai déjà mes yeux sur quelques locaux, mais cela prendra encore du temps avant que tout ne soit parfaitement lancé. » Elle aimait bien aussi faire baisser quelque peu le prix de l’immobilier en envoyant des esprits frappeurs dans les demeures qu’elle convoitait. Elle n’en chassait pas les occupants, elle s’arrangeait juste pour que ceux qui visitaient les lieux et envisageant de l’acheter se rendent compte que quelque chose clochait, que quelque chose n’était pas normal. Leur subconscient ferait le reste.

Sa preuve de bonne foi eut des résultats bien supérieurs à ceux qu’elle attendait. Méfiant et potentiellement paranoïaque comme l’était son interlocuteur, elle n’avait pas imaginé qu’il retire son masque. Elle ne s’était attendue à rien de particulier et de toute façon, ce qui pouvait la séduire était l’assurance et non la beauté. Bien qu’elle ne rechignait pas quand elle pouvait avoir les deux. Le démon Méphistophélès quand il l’avait abordé n’avait pas pris une forme humaine des plus élégantes, mais il avait du caractère et un charisme impressionnant. C’était cela qui avait amené la nécromancienne dans son lit. Cela et bien entendu le désir inconscient de cette dernière de détruire la vie illusoire qu’Anton lui avait bâtie. Pourquoi ne pas commencer par son faux mariage avec ce pantin d’homme dont elle ne se souvenait même plus du nom ou du visage ? Elle n’était même pas sûre qu’il ait eu l’un ou l’autre.

« Vous n’êtes pas mal dans votre genre non plus. » Bien qu’il lui semblait avoir l’air un peu ahuri. Mais les apparences étaient décidément trompeuses en cette soirée. « Vous seriez surpris des beautés et du raffinement dont peut se targuer mon art. » Mais oui, elle avait eu la chance de ne pas terminer comme les spécimens les plus défraichis de sa race. Les nécromanciens avaient parfois tendance à se laisser aller à l’étreinte de la mort, à devenir ce qu’ils cherchaient à contrôler. Abigaïl elle avait mis un point d’honneur à rester humaine en apparence. Et elle n’était pas la seule. Elle avait déjà connue d’autres nécromanciens qui utilisaient leur magie pour se maintenir jeunes, pour devenir intemporels. Mais même cela pouvait avoir des conséquences désastreuses sur leur psyché. « Vous m’avez tout de même l’air d’être un sacré coureur de jupons pour ne pas vous soucier un tant soit peu de la beauté. »

Quoiqu’elle était un piètre exemple, tomber ainsi dans ce jeu de séduction, l’avoir même provoqué. Pour quoi ? Simplement pour savoir où elle en était, parce qu’elle avait peur de certains aspects de ses relations avec les vivants, parce qu’elle ne savait plus comment vivre parmi eux. Alors s’adonner quelque chose de léger, sans aucune conséquence, voilà qui était plein de promesses. Finalement, toute cette conversation n’avait été qu’un rare répit.

« Vous seriez surpris des choses qu’on peut faire dans un cimetière. » Elle avait notamment croisé de temps en temps de jeunes couples la nuit entre les tombes. « Certains considèrent que cela donne une saveur nouvelle à la chose, d’être si près de la mort, si près des ténèbres. » Elle tendit son bras droit et avec déférence, Silence s’avança pour récupérer Deuil et reculer aussitôt. Abigaïl se fichait bien de ce que pouvaient voir ses serviteurs spectraux ou corporels. Par contre, l’idée d’embarrasser ou de mettre en colère la banshee était presque séduisante. « Vous devriez savoir aussi que je ne me perd jamais en sous-entendus sans une bonne raison. »

Elle franchit les derniers centimètres qui les séparaient pour venir l’embrasser. C’était là un baiser fougueux mais dénué de la moindre émotion, si ce n’était une certaine excitation probablement. Abigaïl était vide, elle ne ressentait rien pour cet homme, ce qu’elle ferait cela ne serait qu’assouvir des pulsions animales, des pulsions qui la frappaient avec d’autant plus de puissance après son emprisonnement. Tous ses sens avaient été à fleur de peau pendant des jours, mais peut-être avait-elle enfin un moyen de trouver un moment de contentement et de répit.

Une partie d’elle-même savait pourtant pourquoi elle faisait cela, pourquoi elle se lançait dans une relation vide de sens. Simplement parce qu’elle en fuyait une autre. Quoi de mieux que de se conduire comme une bête sans morale pour fuir des sentiments naissants ? Elle était Abigaïl Faust, elle prenait ce qu’elle désirait. Un prêtre lui avait un jour dit qu’une sorcière tirait son pouvoir de deux choses : la mort et la luxure. Elle avait la première depuis fort longtemps. Restait à voir si ce que disait cet homme qui avait fini avec une tête de taureau cousue sur les épaules disait la vérité pour la seconde.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 20 Mai 2015 - 15:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5149
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La préparation de l'établissement de la nécromancienne prendrait certainement du temps et Renan ne s'en étonna pas spécialement. Lorsqu'il était question de monter une affaire, il considérait qu'il fallait prendre tout son temps pour peser le pour et le contre, comprendre ce qui était le plus avantageux et des choses de ce genre que certains considéraient comme des détails. S'en était certainement, mais contrairement à ce de nombreuses personnes prétendaient, ils n'étaient pas insignifiants, loin de là. Le fait que la nécromancienne veuille laisser les choses se dérouler sans bousculer le tout était donc, aux yeux de Renan, une marque d'intelligence. Pour le coup, les sous-entendus n'avaient strictement rien à voir dans son analyse : il ne se laissait pas aveugler par ce genre de considération pour juger de la valeur d'une future partenaire – commerciale pour le coup.

Les compliments qu'elle lui adressa ne le touchèrent pas spécialement. Son arrogance naturelle lui permettait de ne pas avoir besoin d'être valorisé par d'autres personnes pour se sentir bien, les remarques sur son physique – positives comme négatives – lui passaient donc au-dessus de la tête. Cependant, pour ce qui était des beautés cachées dans la nécromancie, Renan sentit une note de curiosité pointer le bout de son nez. Il n'y connaissait vraiment pas grand-chose et la magie avait toujours quelque chose de très attrayant pour lui, c'était en partie pour cette raison qu'il continuait à rester proche de l'archidémon, histoire de pouvoir flirter avec ce monde. Mais la remarque concernant son prétendu côté coureur de jupons ne manqua pas de le faire rire.

« Le flirt n'engage pas à soulever les jupons en permanence. »

Il aimait peut-être les sous-entendus, mais ce n'était pas pour autant qu'il allait s'amuser à soulever les jupes de toutes les femmes qu'il rencontrait ! Renan ne concluait pas souvent en y repensant bien, uniquement lorsque c'était utile ou que le caractère de la personne en face était suffisamment attrayante pour pouvoir éveiller son imagination. Quant à la question de la mort et des ténèbres, il y avait déjà goûté et il était vrai que c'était assez original. L'archidémon qui travaillait pour SHADOW était directement lié aux ténèbres et aux cauchemars et comme son hôte était aux portes de la mort lorsqu'ils s'étaient liés, on pouvait plus ou moins considérer qu'il avait fait le tour de la chose en la matière. Mais il ne comptait pas en parler bien évidemment, il y avait des secrets qui étaient faits pour être gardés, non par pudeur, mais pour ce qu'ils représentaient : les démons déchaînaient souvent les passions chez les mystiques.

De toute manière, la réponse de la nécromancienne fut suffisante pour chasser les dernières pensées qui parasitaient l'esprit du Breton – surtout lorsqu'elles concernaient l'archidémon – et il fut plutôt satisfait de constater qu'elle n'avait pas lancé ses sous-entendus sans avoir quelque chose de palpable derrière. Ce n'était pas une vulgaire allumeuse, chose qui ajoutait encore à son charme : il aimait bien lorsque les personnes assumaient leurs paroles jusqu'au bout et pas uniquement sur ce registre-là, il s'agissait d'une généralité.

Il la laissa donc s'approcher, bien que toujours méfiant, même si ce sentiment s'émoussa un peu lorsqu'elle entreprit de l'embrasser. L'Officier de la Pénombre répondit positivement et glissa son bras autour de la taille de la nécromancienne dans un geste légèrement possessif. Ce n'était pas qu'il la considérait comme sa propriété, loin de là, mais étant donné qu'elle avait répondu positivement, il en déduisait simplement qu'il pouvait prendre une certaine liberté à ce propos. Les lieux n'offraient pas énormément de possibilités pour être à l'aise, mais comme il n'avait pas eu de pluie récemment, l'herbe était parfaitement acceptable. Les catacombes – non loin de là – auraient aussi été un choix intéressant, cependant l'odeur qui y flottait n'était pas spécialement agréable et même si le français n'était pas regardant sur ces détails, autant aller vers le plus agréable. Il l'entraîna donc un peu plus loin, derrière quelques tombes assez mal entretenues et sans se soucier du fait que les fantômes de la nécromancienne pouvaient se rincer l’œil pendant ce temps, entreprit de libérer le passage en remontant la robe qu'elle avait eu l'excellente idée de mettre en prévision de cette rencontre ! Après quoi, ils eurent tout le temps qu'ils souhaitaient pour mettre en pratique les sous-entendus qui avaient émaillés leur discussion quelques instants plus tôt.

Au terme de la signature du contrat lorsque le Breton se redressa – et offrit une main secourable à la nécromancienne, galanterie française oblige – ce fut simplement pour déterminer un dernier point qui avait son importance, mais qui n'avait pas grand-chose à voir avec ce qu'ils venaient de faire.

« Ce sera plus simple pour nous contacter la prochaine fois. » Il glissa sa main jusqu'à l'une des poches de sa tenue et en tirant une sorte de téléphone portable. « Valable uniquement pour me parler directement et il ne reçoit que mes appels. » Tout en ne pouvant pas être pisté. « Je crois que le contrat est donc réglé, vous me recontacterez lorsque vous aurez trouvé votre bonheur et je vous donnerai les premiers fonds. »

Et la suite coulerait de source, du moins à partir du moment où aucun grain de sable ne venait parasiter la machine parfaitement huilée.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



 
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_6La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_8


La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_1La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_2_bisLa mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_6La mort n'est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent ▬ Abigaïl Categorie_8
Sauter vers: