AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Pour avoir l'air d'un Chinois en Chine, il ne faut jamais rougir ▬ Bree

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 12 Mai - 21:49 Message | (#)

Regagner sa position au sein du Circus n'avait pas été très difficile. C'était le bon côté lorsque vous aviez un niveau comme celui du texan : il n'était pas difficile à atteindre. Des personnes arrivées après lui – souvent plus jeunes – n'avaient strictement aucun mal à se hisser plus haut que lui. Définitivement, il était temps qu'il se réveille et qu'il se décide enfin à progresser ! Enfin, entre vouloir et réussir, il y avait une marge et après avoir planté les membres du Cartel sur un coup de tête – et sans même laisser un petit mot – il savait que ce serait compliqué. Pourtant, les progrès étaient plus intéressants qu'il ne l'avait imaginé. En quelques mois il avait regagné son ancien rôle et, gros changement pour lui, désormais les gens venaient le voir pour lui offrir des contrats plus ou moins intéressants. Peut-être que c'était parce qu'ils n'avaient plus à traiter avec tout le reste de la fratrie Lane, allez savoir, en tous les cas les portes qui s'ouvraient devant lui semblaient plus attirantes qu'à l'époque. Peut-être que c'était ça l'ambition.

Quoi qu'il en soit, Atia César était visiblement proche de la Triade – en fait Jay ne s'était jamais réellement intéressé à tout cela. Des rumeurs circulaient à propos de Chinatown et concernaient directement ce sous-groupe du Cartel. Visiblement, un justifier en herbe – ou un vigilant – s'amusait à coller des affiches avec les noms des criminels connus du quartier, un peu comme un avertissement visant à les effrayer. La responsable du Circus avait donc décidé d'éviter que la Triade ne perde son temps pour rien en dépêchant deux de ses hommes sur place. Enfin un homme et une demi-portion plutôt. Jay avait la chance d'être dans le lot ! Enfin chance, tout dépendrait de comment les choses tourneraient réellement, mais pour le moment il n'avait aucune raison de s'inquiéter.

La demi-portion en question était une familière du Circus et quelqu'un que le texan connaissait assez bien : il s'agissait de Bree, une combattante du Circus. Jay s'était déjà battu contre elle, ou avec elle d'ailleurs, ce qui faisait qu'il connaissait plutôt bien ses compétences. La perspective de faire une mission en sa compagnie était donc supportable – pour ne pas dire assez enthousiasmante. Sauf que ce n'était pas son genre de se réjouir de passer du temps en la compagnie de qui que ce soit !

Il avait été convenu qu'ils se rejoignent près d'une voiture prêtée par l'un des combattants du Circus et qu'ils se rendent sur place ensemble. Apparemment, il était préférable qu'ils arrivent de jour pour enquêter auprès des vendeurs ou des propriétaires et locataires des maisons alentour. Puis ils attendraient la nuit pour essayer de choper l'individu en question – vu que ce dernier semblait agir lorsque l'obscurité était présente. Perdre toute une journée l'aurait certainement agacé quelques semaines plus tôt, il fallait dire qu'il n'était pas doté d'une grande patience – même si ce n'était toujours pas le cas aujourd'hui ! Cependant, il savait que c'était en se dédiant à cent pour cent au Circus – et au Cartel Rouge – qu'il allait pouvoir devenir quelqu'un.

Jay s'était débrouillé pour arriver un peu en avance – ce qui le changeait d'avant – et avait aussi cherché à être plus... discret qu'à l'accoutumée. Il avait troqué ses habits débraillés et tachés contre une tenue plus passe-partout et plus... valorisante ? Non. Ce n'était pas le terme. Disons qu'elle lui donnait simplement l'air d'un type normal et pas d'un SDF, ce qui était peut-être valorisant en y repensant. Même s'il avait trouvé plus dégradant que d'être sans domicile fixe. Quoi qu'il en soit, là n'était pas la question et le trentenaire patienta donc jusqu'à ce que Bree ne se pointe sur le lieu de rendez-vous et la salua comme à l'accoutumée.

« J'ai cru qu't'allais arriver en retard. » Il désigna la voiture. « Grimpe. T'peux aller devant, j'dirai qu't'as dix ans si jamais on s'fait arrêter. »

Appuyé contre la portière, Jay se redressa avant de l'ouvrir pour monter lui aussi dans la voiture. Sans chercher à savoir comment elle allait, si elle avait fait des choses sympas ces derniers temps ou même lui demander si elle avait bien sa journée devant elle, le trentenaire enclencha le contact et fit démarrer le véhicule. Chinatown n'était pas spécialement loin et Jay resta silencieux tout le long du trajet, puis lorsqu'ils arrivèrent non loin de la zone la plus touchée, il décida de garrer la voiture sur une place de parking assez isolée. Son regard se posa sur Bree.

« T'as appris quelque chose d'plus qu'c'qu'on sait ? » À force de fouiner partout.... « Sinon, une préférence pour l'début d'l'enquête ? »

Il pouvait bien lui donner l'impression qu'il savait être galant, ça n'allait pas durer bien longtemps après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 13 Mai - 18:56 Message | (#)

    Ces derniers temps, Bree se voyait confier des travails de plus en plus intéressants. Pas de quoi la rendre aussi occupée qu’un ministre cependant. Son emploi du temps était encore bien dégagé. Trop à son goût. Mais c’était bien suffisant pour renouveler son intérêt pour le Cartel. Ses cibles devenaient plus « distrayantes », on la traitait avec un peu plus de respect, et elle gagnait un peu plus d’argent. Que demandait le peuple ? Sérieusement, la jeune femme estimait être sur la bonne voie. Mais pourquoi s’arrêter dans son élan ? La mutante comptait bien surfer sur la vague et continuer sa progression. Elle avait découvert que sa promotion lui avait offert des « tuyaux » de plus en plus intéressants. Pas assez pour lui donner les réponses qu’elle désirait, mais assez pour établir un petit carnet d’adresse fort sympathique. Les amis et connaissances de son père commençaient à la prendre au sérieux et à voir autre chose en elle que la petite fille blonde qui avait passé plusieurs weekends de son enfance à coller aux basques de son paternel.

    L’ordre du jour concernait un problème relativement délicat qui, théoriquement, concernait surtout la Triade. Mais Atia César n’était apparemment pas décidée à laisser le Mandarin se débrouiller seul. Peut-être que le problème était plus complexe qu’il en avait l’air, mais le Cartel avec une épine dans le pied, celui qui se situait à Chinatown. Et le Circus avait décidé d’envoyer deux de ses « hommes » pour s’en débarrasser. A vrai dire, Bree ignorait s’il y avait un message politique derrière et si oui, lequel, mais elle trouvait cette mission potentiellement fort amusante. Déjà, elle pourrait travailler avec Jay, un combattant qu’elle appréciait assez. Voire même celui qu’elle aimait le plus en ce moment au Circus. Ensuite, elle pourrait aller à Chinatown, un de ses quartiers préférés, un de ceux qu’elle connaissait bien également. Elle y avait d’ailleurs quelques contacts. Bien évidemment, elle leur avait passé des coups de fil afin de faire ses devoirs et voir de quoi il en retournait concrètement. Cependant, la plupart de ses informateurs étaient du style caucasien et aucun n’avait entendu parler d’un pseudo justicier de la vérité voulait débrider le crime du quartier. Mais elle avait tout de même obtenu quelques pistes. L’affaire avait commencée à être étudiée en interne et il y avait quelques endroits qui pourraient offrir des réponses à leurs questions. Un bon début pour une « enquête », non ? C’était marrant d’ailleurs, de se dire qu’elle allait enquêter avec Jay. Ca faisait trop sérieux... Eux qui n’arrêtaient pas de se charrier. Preuve à l’appui : le trentenaire commença sur les chapeaux de roues. Et comme à son habitude, Bree ne se censura pas non plus.

    – Salut Père-Grand. Alors ? On en est a combien de dents ?

    Sans attendre de réponse, Bree fit ce que Jay venait de lui dire et grimpa du côté passager. La jeune femme était manifestement de bonne humeur mais elle respecta le silence imposé par le trajet. Mieux valait faire attention avec un ancêtre au volant, la moindre voyelle pouvait les envoyer dans le décor et Ciguë ne tenait pas du tout à finir comme ça. Elle se contenta donc de chantonner la bouche fermée la dernière chanson à la mode (de Sia, probablement) qui s’était glissée dans sa petite tête blonde. Sans doute agacerait-elle Jay, mais au moins, il n’aura pas à chercher la colère bien loin si jamais ils devaient finir par taper sur quelqu’un. La mutante ne reprit finalement la parole qu’une fois arrivés à destination, pour répondre à la question de son partenaire du jour.

    – J’connais le coin, les gens ne sont pas très bavards... et j’te parle même pas des dialectes qu’ils peuvent nous sortir. Mais si on veut des infos, j’ai deux pistes : un des grands salons de thé du coin, ça vaut le saloon pour les ragots. Sinon, j’ai entendu parler d’une sorte de bar réservé aux blancs du quartier. Vu c’que fait l’abruti qu’on cherche, j’pense qu’on pourrait trouver quelque chose là-bas. On commence par quoi ?

    Elle parlait comme si elle ne faisait que discuter du temps qu’il allait faire pendant un piquenique. C’était Bree tout craché. Mais sous cette façade d’insouciance, la jeune femme était vraiment sérieuse. D’ailleurs, sa question était plus ouverte qu’elle en avait l’air. De ce qu’elle savait de leur dernière « vraie » discussion, Jay cherchait à grimper les échelons du Cartel, elle était curieuse de savoir s’il n’avait pas déjà commencé de son côté en pêchant quelques infos ici et là. Si ça se trouve, il avait même un plan.

    – Et sinon, pour poser des questions, tu voudras la jouer comment ? Bon flic, méchant flic ? Méchant flic, encore plus méchant flic ? On improvise ?

    De mémoire de blonde, c’était la première fois qu’ils se retrouvaient à bosser en dehors du Circus. Un tel évènement exigeait peut-être une stratégie montée avec soin... ou pas.


Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 14 Mai - 17:45 Message | (#)

Pour ce qui était d'apprendre que les gens du coin n'étaient pas très bavards, ce n'était pas une surprise ! Jay était parfaitement au courant que les Chinois n'aimaient pas parler aux étrangers, mais sachant que l'endroit était souvent dominé par la Triade, les criminels effrayaient et persuadaient donc les éventuels témoins de ne pas l'ouvrir. Il n'y avait donc aucune raison pour qu'ils obtiennent des réponses que les gens leurs donneraient par pure bonté d'âme ! S'ils avaient eu une tronche de citron dans le lot, peut-être que la situation aurait été plus simple, mais en bon raciste qu'il était, Jay n'en connaissait pas. Autant dire que cette mission allait être relativement compliquée pour lui sachant qu'il n'aimait pas les étrangers, cela dit c'était l'occasion idéale pour pouvoir montrer à la César qu'il était bien décidé à devenir « quelqu'un ». Mais encore devait-il être à la hauteur.
Entre vouloir et pouvoir, il y avait une grosse différence.

Il écouta donc Bree en silence – parler n'avait jamais vraiment été son truc – avant de hausser les épaules lorsqu'elle suggéra une méthode précise. C'était un mauvais point pour lui, cependant Jay avait beaucoup de mal à se tenir à une décision précise. Il pourrait décider de jouer le méchant flic, si tout à coup la personne face à lui se montrait positive, il pourrait changer d'avis ! Cela dit, Jay n'était déjà pas capable de se montrer aimable avec les gens qu'il côtoyait quotidiennement, ce n'était pas pour le faire avec des parfaits inconnus. Disons juste que son côté versatile avait tendance à le rendre incapable de prévoir la suite des événements.

« On improvise. J'vois pas trop comment savoir c'qu'on va dire ou faire alors qu'on sait pas sur quoi on va tomber. »

Enfin, disons que c'était une manière de réfléchir qui en valait une autre. En tous les cas, dans les deux suggestions de Bree, Jay se voyait mal se pointer dans un salon de thé pour questionner des tronches de citron en espérant qu'ils allaient lui répondre en sirotant leur tasse de flotte aromatisée à des parfums qu'il ne connaissait même pas. De tous les étrangers, les asiatiques étaient ceux qui l'agaçaient le plus avec leurs manières hautaines et leur façon de parler comme s'ils avaient toute la science du monde entre leurs mains.

« On va au bar. J'pas spécialement envie d'me faire remballer dès l'début. »

Son caractère avait tendance à prendre le dessus et s'il se mettait à taper sur les gens, ces derniers risquaient de ne pas trop apprécier et de se renfrogner pour la suite de la discussion ! L'enquête tournerait court par sa faute et il en reviendrait au rôle du crétin de base qui se faisait juste taper sur la gueule pour gagner un peu de fric. Bien sûr, dénigrer le Circus n'était pas l'objectif, loin de là, il avait tout de même réussi à survivre toutes ces années grâce à lui, mais disons qu'il ne voulait pas continuer là-dedans encore des années.

Ils prirent donc la direction du bâtiment en question. Celui-ci se trouvait plus loin dans le quartier, dans la zone où les étrangers vivaient souvent – ce qui était plutôt amusant vu qu'ils ressemblaient davantage à des américains que les asiatiques du quartier. Voir le duo déambuler dans les rues de Chinatown sembla assez étonnant puisqu'ils récoltèrent plusieurs regards intrigués, pour ne pas dire curieux. Fort heureusement, la politesse légendaire de ces individus signifiait aussi qu'ils n'allaient pas poser des questions indiscrètes et ils n'eurent qu'à rester silencieux jusqu'à ce qu'ils pénètrent dans le bar en question. Celui-ci ne valait pas les autres bâtiment du genre de Lincoln, mais c'était déjà mieux qu'une maison où l'on sirotait de la flotte.

Le regard du texan se promena sur les environs. Il y avait un groupe de quatre jeunes gars qui était installé à une table en retrait. Ils étaient bruyants, mais dès que le duo pénétra dans la salle, les regards se tournèrent vers eux et s'arrêtèrent sur Bree. Intéressant. À côté de cela, il y avait deux nanas côte-à-côte qui discutaient au bar et deux ou trois clients solitaires attablés un peu plus loin. Le regard du trentenaire se posa sur son binôme.

« T'vas aller parler aux gars et avoir quelques infos, nan ? Vu comme y t'regardent, j'suis sûr qu'y vont pas hésiter deux secondes avant d'passer à table ! »

Autant que ça serve d'avoir une gonzesse dans le lot, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 14 Mai - 21:27 Message | (#)


    – Oui, ben moi quand je parle à un Chinois, j’ai tendance à plus articuler qu’en temps normal.

    Pour elle, c’était du simple bon sens. Mais Jay avait apparemment une autre façon de faire. Elle qui avait grandi à Chinatown, repérer les individus bienveillants et les malveillants était vite devenu vital. Et ainsi elle avait développé ses stratégies sociales en fonction des personnes qu’elle rencontrait. Se montrant un minimum respectueuse avec ses aînés parce qu’elle savait que la plupart appréciaient. Rentrant dans le lard de ceux qui avaient une grande gueule afin de se faire entendre et gagner une once de respect de leur part. Faire flipper les bimbos pour avoir la paix ou au contraire rire comme une dinde avec elle pour les faire parler. Tout était une question de savoir faire. Bree y avait longtemps réfléchi parce que c’était ce que son père lui avait appris. Lui qui n’avait pas son pareil pour tirer les vers du nez des autres sans qu’ils s’en aperçoivent, il aurait été affligé d’avoir une fille dépourvue de la moindre subtilité sociale. Mais bon... Jötunn avait ses manières. On verra bien ce qu’elles donneraient.

    – Wow, t’es d’un optimisme. Mais OK, c’parti pour le bar. T’façon, j’suis pas une grande fan de thé, ça me fait dormir.

    Comme presque tout ce qui nécessitait de rester calme pendant plus de trois minutes. Le cinéma était peut-être une des rares exceptions à la règle, mais mieux valait ne jamais amener Bree au théâtre ou à l’opéra, elle pourrait faire un carnage. Ce fut donc loin du thé que le duo du Circus débuta son enquête. La traversée du quartier se fit globalement dans le calme. Bree était habituée à subir les regards des passants les plus indignés de voir des yeux débridés. Mais la plupart les laissaient tranquille. Quand des blancs venaient à Chinatown, c’était soit pour une bonne chose, soit pour une mauvaise. Dans les deux cas, la politique de la majorité des autochtones était de leur foutre la paix. Malgré tout, Bree faisait attention aux plus petits, aux ombres qui essayaient de se faire discrète. Ceux qui ne voulaient pas qu’on les voie étaient les plus dangereux. Enfin dangereux, pas vraiment, mais ils avaient les mains baladeuses, et les poches et les sacs à main étaient leurs parcs préférés. Finalement, personne ne les dérangea dans la rue, mais en tenant compte de l’endroit où ils se trouvaient maintenant, il était hors de question de se croire en sécurité. Un regard sur l’assemblée indiqua à Jay une stratégie toute faite. Basique, mais certainement efficace.

    – Espérons pour eux...

    Elle était en mission et la Bree en mission n’était pas tellement patiente, sauf si on la payait pour ça, mais ses employeurs la connaissaient assez pour s’abstenir de faire une telle bêtise. La jeune femme avança vers le quatuor, non sans se faire remarquer. Et elle n’eut même pas à adopter une démarche particulièrement séduisante. La faune était affamée.

    – Salut, ptite... t’es nouvelle dans le coin ? J’t’ai jamais vue...

    Le plus âgé – le « leader » ? – s’était levé à l’approche de la mutante.

    – J’habite pas ici, mais je viens de temps en temps... on s’est ptet croisés sans le savoir.
    – J’m’en rappellerais... Viens, assieds-toi.

    Evidemment, il lui offrit la place juste entre lui et un de ses amis qui avait du mal à regarder Bree dans les yeux. La blonde prit place.

    – Merci. Alors, qu’est-ce qu’on boit ?

    Sa question remporta quelques rires.

    – Ah ! ça c’est parler ! Tiens, de la vodka. C’est c’qu’il y a de mieux ici. On est ptet chez les jaunes, mais au moins on a des bons produits venus d’l’est !

    Rires mâles et stupides.

    – Les jaunes ? demanda Bree d’un air « innocent ».
    – Allons, Ty. Tu vois bien qu’elle est trop polie. On parle des chinetocs’ précisa-t-il à l’ingénue.
    – Oh... Oui il y en a beaucoup dans l’coin... Vous les aimez pas ?

    Rires méprisants.

    – Pas vraiment... répondit celui qui était en face d’elle et qui avait un tatouage qui dépassait de son col ils sont pas très partageurs niveau boulot et ils traitent les blancs du quartier comme de la merde. Après ils donnent des leçons de politesse.
    – Ouais, mais ils vont bientôt apprendre...

    Silence et regards noirs dirigés contre celui qui venait de parler. Bree poursuivit son rôle d’ingénue.

    – Comment ça... apprendre quoi ?

    Pour toute réponse, on lui servit un verre.

    – Rien rien... ce sont des affaires de quartier, ça ne va pas t’intéresser.
    – Et si ça m’intéressait ? demanda-t-elle avec un ton et un regards pleins de sous entendus

    Nouveaux rires.

    – Eh bien, si ça t’intéressait, je connais quelqu’un que tu aimerais rencontrer...


    ... ... ...


    Quelques minutes et un demi-verre de vodka plus tard, Bree prétexta un passage aux toilettes pour retrouver Jay et lui faire part de ses découvertes. Naturellement, elle ne comptait pas retourner auprès de ces animaux. Ils lui avaient dit tous ce qu’ils savaient, en bons abrutis empestant l’alcool.

    – Quoi d’neuf l’ancêtre ?

    Son tact habituel étant purement rhétorique, elle enchaîna :

    – Les flèches ne connaissent pas notre homme, elles se contentent de boire les rumeurs comme si c’était du vin. Y a un début de révolte dans le quartier. Des blancs qui ne sont pas contents de la façon dont les asiat’ les traitent. Y sont en train de monter une association pour reprendre du pouvoir. Rien de bien violent pour l’instant, c’ptet pour ça qu’la Triade les laisse tranquille, mais les quatre rigolos pensent que ça va changer. Le fondateur du groupe habite en face, on devrait ptet aller lui faire coucou ?

    De ce qu’elle avait entendu, l’homme en question – Stan Reynolds – était plutôt apprécié par ses voisins (blancs) et comme les autres abrutis l’avaient décrit, il devait être pas mal charismatique. De ce qu’elle avait compris de la vie, Bree pensait que les gens charismatiques étaient également ceux qui en savaient le plus sur ce qui se passait autours d’eux. La jeune femme doutait que ce politicien en herbe soit celui qu’ils cherchaient, mais il devait sûrement avoir des infos dessus.

    – Et toi, t’as quelque chose ?

    Mais au même moment, un des admirateurs qu’elle avait subtilement plantés arriva derrière elle. Manifestement surpris et agacé de la voir se foutre de leur gueule.

    – Hey ! T’es pas aux chiottes ? Tu fais quoi, t’es avec lui ? Allez, dégage le vieux !

    L’inspiré de la vodka se permit de pousser Jay au niveau de l’épaule. Pas très fort, mais trop peut-être.

Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Ven 15 Mai - 14:45 Message | (#)

Les hommes étaient particulièrement stupides et parfois, Jay se demandait pour quelle raison les gens pensaient qu'il avait un problème parce qu'il refusait de se laisser guider par cet instinct primitif. Et après, c'était lui qu'on traitait d'homme de Cro-magnon et de type primitif ! Il laissa donc la gamine s'occuper de tirer les vers du nez de ces crétins, espérant simplement qu'elle n'allait pas oublier ce pour quoi ils étaient là – les adolescents et leurs hormones en folie, on ne savait jamais ! – puis se barrer avec eux.

En attendant, le texan ne resta pas inactif, il y avait encore le duo de nanas et les types solitaires. Peu désireux de se retrouver face à deux grognasses qui allaient le prendre de haut, aucun doute permis là-dessus, le trentenaire opta pour le gars le plus esseulé. Il avait une tête de basset avec ses yeux injectés de sans et ses valises sous les yeux. Son attitude avait tout du gars qui n'attendait plus grand-chose de la vie et Jay se douta qu'il serait plus facile à faire parler que quelqu'un d'autre. Pourquoi ? Parce qu'il ne devait pas y avoir grand monde qui cherchait à lui parler, ne serait-ce que pour lui demander son aide ou le saluer. Il allait donc se faire un plaisir de bavarder avec un parfait inconnu qui partageait pas mal de traits physiques avec lui, comme les poches sous les yeux.
S'installant à sa table sans demander l'autorisation au préalable, le texan posa les yeux sur le gars.

« T'as l'air super joyeux, ça fait plaisir à voir. » L'autre grogna légèrement. « T'dois voir pas mal d'trucs ici, nan ? J'suis sûr qu'tu passes tout ton temps dans l'coin. »
« Ouais. » Le ton était laconique et un peu fatigué.
« Y'a des asiat' qui traînant dans l'coin ? » L'homme le regarda un peu intrigué.
« On est à Chinatown, forcément y'a des asiatiques. »
« Et ça t'gêne pas ? »
« Pourquoi ça le ferait ? Si c'était le cas, j'irais vivre dans un autre quartier. »
« T'es pas au courant d'la rumeur qui dit qu'un type joue les justiciers dans l'coin ? »
« Si, bien entendu. Il perd son temps, ce n'est pas ici qu'il fera la loi. Mais je ne sais pas qui c'est. » Il avait visiblement anticipé la question.
« Et t'comptes chercher ? »
« Non. Apparemment d'autres le font déjà. »

Comme lui, mais peut-être aussi comme d'autres personnes, allez savoir. En tous les cas, Jay avait repéré que le groupe de Bree avait discuté assez vivement et que le ton semblait se calmer, signe qu'ils avaient peut-être terminé d'aborder ce sujet. Jay quitta donc l'homme pour s'éloigner un peu plus loin et fut rapidement rejoint par l'adolescente qui lui indiqua ce qu'elle avait appris. Ils avaient donc un nom et un début de piste, le mieux était d'aller la rencontrer pour savoir de quoi il était question, mais l'un des crétins du groupe décida de venir les emmerder et, oh, grosse erreur, de s'en prendre physiquement à Jay. Si ce dernier était moins prompt à en venir aux mains, ce crétin dépassait les bornes.

« T'f'rais mieux d'fermer ta gueule p'tit con. »

Et d'accompagner cette déclaration ô combien poétique d'un geste de la main amélioré par sa super force. Il imita le gamin en le repoussant au niveau de son épaule et celui-ci fut projeté en arrière pour percuter le mur avant que le texan ne s'approcha à nouveau pour lui coller un léger coup au front qui l'assomma contre les plinthes en bois. Tournant la tête vers Bree, il reprit :

« La prochaine fois, t'remballes les mecs avant d'te barrer. » Il n'allait quand même pas jouer les protecteurs pour elle. « Puis sinon, nan, j'ai pas grand-chose. Juste un gars qu'a rien contre les asiat' et qu'sait rien d'plus. »

Il lui fit signe de se diriger vers la sortie avant de lui emboîter le pas. La maison du type en question était donc en face, dans une zone où les asiatiques étaient apparemment moins nombreux que dans le reste du quartier, mais ils étaient tout de même présents. Il s'agissait d'une demeure assez agréable comparée à d'autres, avec un petit jardin entretenu à l'entrée et quelqu'un qui s'affairait d'ailleurs dedans. Il s'agissait d'un homme d'environ soixante-cinq ans, en tenue de jardinage et qui leva les yeux en les voyant arriver.

« Oui ? »
« On cherche l'gars qui habite là. » Il désigna la maison.
« C'est moi. Stan Reynolds. » Jay jeta un coup d'oeil à Bree avant de reporter ses yeux sur le gars.
« On a entendu parler d'votre avis à propos des asiat'.... »
« Et vous êtes intéressés ? »
« On peut dire ça comm'ça. »
« Suivez-moi. »

L'homme posa son outil de jardinage avant de se redresser pour de bon et de se diriger vers la portée d'entrée de sa maison. Jay ouvrit le portail et lui emboîta le pas, toujours étonné de la tournure des choses. Il s'attendait à un jeune homme, voire un quadragénaire, mais certainement pas un retraité ! L'intérieur de la demeure était bien rangé et soigneusement entretenu, bien qu'un peu trop... militaire au goût du texan. L'homme les conduisit dans un salon et les invita à s'asseoir avant de faire de même.

« Vous vivez dans le quartier. »
« Non, pas pour l'moment. »
« Vous envisagez d’emménager ensemble ? »
« Quoi ? Nan. » Et puis quoi encore ? « On connaît du monde dans l'coin et on s'demandait comment vous voulez faire pour vous imposer. » L'homme sourit légèrement.
« Bonne question. » Son regard se posa sur Bree, il hésite, puis : « On se connaît ? »

Vieille technique de drague ou sensation légitime ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 15 Mai - 20:42 Message | (#)

    Voyant que Jay allait rembarrer l’abruti, Bree s’écarta pour observer la scène non sans amusement. Elle adorait repousser les mecs, mais c’était une activité tellement régulièrement que l’adolescente jugeait que regarder faire un autre serait plus amusant. Surtout que la subtilité de Jay faisait plaisir à voir. Il n’était cependant pas très heureux de faire le ménage pour elle. La blonde prit alors un air faussement innocent.

    – Désolée. Tu me connais, je préfère être délicate avec les garçons.

    Un beau foutage de gueule. Auquel elle n’ajouta rien et prit la direction de la sortie après avoir salué les trois amis du génie qui avait bousculé Jay. Ces courageux messieurs s’étaient levé pour aller aider leur camarade, mais en voyant ce que le trentenaire avait fait, ils avaient dû se raviser. Comme quoi, ils n’étaient pas entièrement stupides. Cela dit, Bree ne donnait pas cher de leur peau s’ils continuaient à s’opposer à la majorité asiatique du quartier. La Triade ne laisserait jamais passer ça. Enfin, ils n’étaient pas venus pour s’occuper de ça. Une fois sortis, les deux combattants s’avancèrent vers la maison qu’on leur avait indiquée, ils y trouvèrent un sexagénaire occupé à soigner son jardin. Allons bon. Quelqu’un qui s’occupait de la mauvaise herbe au sens propre pourrait tout aussi bien essayer de l’enlever au sens figuré. L’herbe en question étant la criminalité asiatique du coin. Mais laissons les hypothèses de côté pour le moment et voyons comment cet homme se tirait des interrogations civiles de Jötunn. Tiens ! Voilà une phrase qui avait de quoi donner le sourire dans l’esprit de l’empoisonneuse. Bien vite, il leur donna son nom. Bree répondit alors discrètement au regard de son collègue en hochant légèrement la tête. Peu de temps après, on les invita à entrer. Quelque chose lui disait qu’ils n’auraient pas été aussi bien accueillis s’ils avaient eu les yeux bridés. Une fois à l’intérieur, Stan les fit s’asseoir et commença à leur poser des questions. S’imaginer en train de chercher un quartier où s’installer avec Jay faillit rendre Bree hilare, mais elle se retint, d’autant plus qu’elle fut la cible de questions précises. La jeune mutante réfléchit une seconde avant d’avouer :

    – Peut-être...

    C’est d’un clair...

    – Désolée. J’ai vécu mes premières années dans ce quartier, mais ma mère et moi avons déménagé quand j’étais très jeune. Alors, je ne me souviens pas trop des visages...
    – Ah mais c’est pour ça peut-être... Vous devez ressembler à votre mère. Moi cela fait des années que je vis ici, et je peux vous assurer que je n’oublie aucun visage... enfin pas ceux qui utilisent des fourchettes pour se nourrir.

    La plaisanterie était peut-être un peu de trop, surtout de la part d’un homme qui venait de souligner les ressemblances (avérées) de Bree et de sa mère. Heureusement, la jeune femme conserva son calme. Mais sans, Jay, elle aurait peut-être sorti les griffes.

    – Peut-être. Nous vivions à quelques rues d’ici je crois, au troisième étage d’un immeuble avec une épicerie au rez-de-chaussée.
    – N’en dites pas plus ! Je suis sûr que je vous connais. Enfin les noms... c’est autre choses. Excusez ma mémoire.

    Il leur servit un rire embarrassé. Cet homme adorait avoir l’attention des jeunes femmes. Tant mieux, mais Bree préfèrerait que la conversation se recentre sur le cœur du sujet.

    – J’ai gardé quelques contacts, malgré tout. Des amis. Mais ils ont pas mal de problèmes avec... vous savez... les gens du coin. Il paraît que Chinatown est devenue assez dangereuse.
    – Oui, c’est une triste réalité. Mais je peux vous assurer qu’on travaille dessus.
    – Justement, on aimerait savoir si c’est possible justement... de régler le problème. Parfois, il y a des causes désespérées et on ne voudrait pas perdre notre temps.
    – Le quartier n’est PAS désespéré... pour la première fois, Stan Reynolds semblait en colère, Bree sourit en son fort intérieur La situation va s’améliorer. Nous allons montrer à la ville que nous n’allons pas laisser les barbares du quartier faire la loi. La police saura bientôt ce qu’il en est. Peut-être même que l’UNISON viendra nous débarrasser de la racaille. Il faut juste leur montrer... mais quelqu’un s’en occupe, croyez-moi.

    En entendant ces mots, Bree échangea un regard avec Jay. Cet homme savait quelque chose sur celui qu’ils cherchaient. La jeune femme laissa échappé un très bref sourire à son complice avant de se retourner face à leur interlocuteur.

    – Quelqu’un ? Vous voulez dire... une seule personne ? Mais c’est peu... il faudrait l’aider. Vous le connaissez ? C’est un héros ?
    – Ha, non ce n’est pas un héros. La Légion est aveugle et la justice ferme les yeux volontairement. Mais je vous assure que la vérité va éclater d’une façon ou d’une autre. Maintenant, si vous voulez participer, il y a plusieurs façons de procéder. Vous pouvez faire des dons ou simplement venir nous assister pour mettre en place les meetings et autres réunions. C’est une lutte qu’il faut mener sur tous les fronts. Et je suis sûr qu’un visage aussi mignon que le vôtre devrait nous apporter une belle image.

    Quelque chose disait à Bree qu’il ne parlait pas du minois de Jay. La mutante regarda se dernier en haussant un sourcil interrogateur. Peut-être était-ce le moment de passer à un interrogatoire un peu plus musclé ?

Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 16 Mai - 20:30 Message | (#)

Ils en étaient aux bonnes vieilles retrouvailles et pendant l'espace d'un instant, Jay se demanda s'il n'aurait pas mieux fait de l'envoyer interroger ce type pendant que lui enquêterait ailleurs. Jouer le planton ou tenir la chandelle ne l'enthousiasmait jamais, même s'il espérait que sa comparse du jour n'était pas à tendance gérontophile. Fort heureusement, il semblait que Bree avait gardé leur objectif en mémoire puisqu'elle orienta la discussion là-dessus et que l'homme était effectivement mêlé à ces histoires. Mais jusqu'à quel point ? Assez loin visiblement, sans quoi il ne s'énerverait pas aussi rapidement en entendant dire que la cause était désespérée ! Cependant, est-ce que le mot « barbare » concernait uniquement les criminels, ou aussi les asiatiques qui n'avaient rien à se reprocher ?

Il resta silencieux, se contentant d'échanger un bref regard avec l'adolescente lorsque celle-ci le regarda, puis se concentra à nouveau sur l'homme. Il connaissait un type assez qualifié pour s'en prendre aux criminels de la zone et il ne voulait apparemment pas de leur aide pour quelque chose de plus... animé. Qu'à cela ne tienne ! Il n'allait pas se laisser rouler par un type comme lui. Celui qui le ferait distribuer de la paperasse n'était pas encore né !

« Ouais, mais nan. »

Il soupira, haussant les épaules avant de jeter un coup d’œil à Bree comme s'il cherchait à savoir ce qu'elle pensait de cette situation. En vérité, Jay était bien décidé : il savait qu'ils devaient aller plus loin s'ils voulaient pouvoir être pris au sérieux. Son regard se posa à nouveau sur l'homme qui avait légèrement froncé les sourcils, un peu comme s'il se demandait ce qu'ils avaient en tête.

« On s'en branle d'la paperasse. Puis franchement, y'a plus mignon qu'elle pour l'image, surtout qu'elle a un caractère d'chiotte, ça casse tout. Vous f'riez mieux d'prendre un chaton ou un truc naze de c'genre si vous voulez ramener du monde. » Le ton de sa voix était un peu moqueur, c'est un fait. « Nous on veut les trucs plus... plus intéressants quoi. Pas la merde qu'le glandu du coin peut faire. »
« Il faut toujours quelqu'un pour faire les petites choses. On ne commence pas en haut de l'échelle. »
« En haut d'l'échelle ? On s'en fout du rang, on veut juste bouger les choses. »
« Jusqu'à quel point ? »
« Bah... entrer dans l'vif du sujet quoi. On s'en fout complètement du reste. »
« Qu'avez-vous à offrir alors ? »

Jay marqua une pause avant de regarder autour de lui. L'endroit était très décoré, trop décoré même. Le texan se redressa pour s'approcher d'un guéridon qui croulait sous les bibelots sans intérêt. Il choisit soigneusement et opta pour une sorte de petit objet en pierre, certainement quelque chose de taillé par un ouvrir chinois et revendu aux touristes dans un pays quelconque. Et après il bavait sur les asiatiques.... Quoi qu'il en soit, après l'avoir regardé quelques secondes, il le plaça au centre de son point et, force améliorée toujours activée, l'écrasa comme s'il s'agissait d'une figurine en papier. L'homme lâcha un petit cri de surprise alors que le trentenaire essuya sa main poussiéreuse sur son pantalon – légèrement moins sale – avant de lever les yeux vers le type.

« Ça. C'est suffisant j'pense. Puis l'joli minois, elle fait aussi des trucs dans l'genre. »
« Je vois. En effet, c'est intéressant. »
« J'veux juste savoir : vous causez des barbares et d'la racaille, ça concerne juste les criminels ou les asiat' en général ? »
« Juste les criminels et ceux qui les soutiennent. Ca vous convient ? »
« Ouais, niquel. On fait quoi alors ? »

L'homme se redressa pour s'approcher d'un bureau placé contre un mur, attrapa un post-it et un stylo avant de griffonner quelque chose dessus et de le tendre à Bree.

« Il s'agit de l'adresse du contact de l'homme qui nous aide. »
« On peut pas l'voir lui ? »
« Pas maintenant, plutôt ce soir, ou quand la prochaine action aura lieu. Mais j'espère que c'est sincère. Nous avons déjà eu des tentatives du genre et laissez-moi vous dire qu'elles ont toutes échouées. »
« C'est une menace ? »
« Non, juste un avertissement. »

Après ces quelques mots, ils furent invités à quitter les lieux et une fois dans la rue, après s'être un peu éloignés de la maison du vieil homme, Jay posa les yeux sur lui.

« Alors, on va où ? »

Après tout, c'était elle qui avait l'adresse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 17 Mai - 15:26 Message | (#)

    La réponse « nuancée » de Jay manqua d’arracher un sourire à l’adolescente qui fit cependant de son mieux pour rester professionnelle. Après tout, le trentenaire avait exprimé son désir de gravir les échelons du Cartel, le moins qu’elle puisse faire était de se montrer un minimum sérieuse pour respecter l’ambition de son collègue. Elle-même avait une attitude généralement plus décontractée avec ses missions, mais elle savait que ce style ne s’accordait pas trop avec celui de Jötunn. Alors elle faisait des efforts. Un minimum en tout cas. Ca ne voulait pas dire qu’elle allait recevoir les « compliments » de son partenaire sans rien dire.

    – Il n’exagère pas, je suis une vraie chieuse.

    Les faux semblants étaient amusants de temps en temps, mais au bout d’un moment, il fallait que les masques tombent. Bizarrement, les plus légers tombaient les premiers. La mutante se demanda néanmoins jusqu’à quel point Jay allait révéler sa vraie nature. En le voyant se lever, elle l’imagina même se mettre à faire une démonstration de tout ce qu’il pourrait faire. De ce qu’elle comprenait, le trentenaire voulait essayer d’entrer dans les bonnes faveurs de ces types qui n’appréciaient pas du tout la compagnie de la Triade... vire même celle des asiatiques en général. Peut-être que ce n’était pas la meilleure stratégie à avoir étant donné qu’ils étaient au Circus et que la Triade pourrait mal interpréter leur stratégie. Cela dit, tant qu’ils obtenaient des résultats, tout le monde se ficherait du comment. C’était ce que Bree adorait dans son travail. Ainsi, elle ne fut pas spécialement surprise de voir son partenaire utiliser sa forcer pour impressionner ce cher Stan ; C’était du Jötunn tout craché. Elle ne s’offusqua pas non plus de l’entendre lui faire de la publicité, quoique cela méritait quelques précisions.

    – En plus subtile. affirma-t-elle mystérieusement.

    Puis, les choses se précisèrent. Jay avait exprimé leur désir de faire des choses plus « intéressantes », concrètes. Stan passa à l’étape supérieure, non sans montrer les signes de prudence sur son visage. Il n’était pas convaincu à cent pour cent, mais il semblait avoir besoin d’aide. Sans doute réalisait-t-il que ces actions « concrètes » nécessitaient une aide adéquate, musclée en l’occurrence. Elle eut un sourire « innocent » lorsque le sexagénaire leur fit part de son avertissement, comme si elle comprenait. En son fort intérieur, la demoiselle s’amusait de voir des individus destinés à disparaître se prendre au sérieux comme ça. Qu’avaient-ils contre la Triade ? Contre le Cartel ? Même contre eux ? Sans doute pas grand chose. Seules les circonstances avaient dû empêcher la Triade de mettre fin à ces idioties. Mais tout ceci allait bientôt s’arrêter, Bree en était persuadée. La blonde s’abstint tout de même de partager son opinion avec celui qui lui avait remis l’adresse. Une fois dehors, elle examina l’inscription. L’adresse indiquait un bâtiment qui se trouvait dans le coin. Au bout de cette zone officieusement consacrée à la population non asiatique du quartier. La mutante donna le pas, aussi naturel et calme que possible, pour ne pas alerter les passants. Après avoir rapidement vérifié que personne ne les surveillait, elle se permit d’exprimer son avis sur la suite des évènements.

    – C’est pas très loin. Au bout de la rue. Un immeuble si mes souvenirs sont bons.

    Si au final elle n’avait pas passé le gros de son enfance et de son adolescence ici, elle y était souvent revenue pour pêcher quelques bribes d’informations sur les parchemins qu’elle recherche.

    – Si l’type a échappé aux griffes de la Triade, ça veut dire qu’il a un truc sous la manche. Des pouvoirs, probablement. On pourrait foncer dans le tas et e faire la surprise, mais s’il nous échappe, on sera grillés. Ou encore se la jouer froidement en le surveillant ou en fouillant son apart... si c’est là où il habite. Après, si tu veux continuer de passer pour un nettoyeur des rues, on peut rester sur cette pente, ça nous donnera bien quelque chose aussi.

    Les deux combattants arrivèrent effectivement à l’adresse indiquée. Il s’agissait d’un immeuble de quatre étages. Mais il leur offrait un avantage stratégique : les portes d’entrées étaient exposées le long de couloirs ouverts sur l’extérieur. Ils pouvaient ainsi voir qui entrait ou sortait de ces logements. Cela pourrait les aider si jamais le duo souhaitait passer par une stratégie subtile. Mais après tout, ils avaient une explication pour justifier leur présence ici. Autant jouer le jeu jusqu’à ce qu’ils apprennent tout ce qu’ils pourraient apprendre.

    – J’ai une préférence pour le jeu de rôle, mais je m’adapte.

    Elle savait que la subtilité n’était pas vraiment le genre de Jötunn. A vrai dire, se débarrasser des précautions et foncer dans le tas pourraient être marrant, dangereux mais marrant. Bree aimait les risques, toutefois, elle savait qu’il valait mieux ne pas faire n’importe quoi avec le Cartel Rouge. Mais comme Jay voulait prendre des galons, elle se déchargea sur lui pour voir quel genre d’huile il ferait un jour. Qui sait, peut-être que Bree finirait sous ses ordres ?

Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 17 Mai - 20:51 Message | (#)

L'adresse en question semblait offrir un terrain assez intéressant, mais Jay avait décidé de garder la même ligne de conduite tant qu'elle portait ses fruits. Il n'avait jamais été très doué pour les mensonges et étant donné qu'il était lui-même raciste, son discours pouvait presque être crédible. La seule différence, c'était que le texan n'avait rien contre les criminels alors qu'apparemment le vieil homme s'intéressait davantage à la quiétude de son quartier qu'au reste. Si le trentenaire s'était trouvé à sa place, il ne se serait intéressé qu'au fait que des étrangers faisaient la loi dans son propre pays. Certes, ils étaient à Chinatown et comme son nom l'indiquait, c'était l'endroit où les asiatiques se regroupaient, mais ils restaient sur le sol américain. Les natifs de ce pays seraient donc toujours prioritaires. Enfin, c'était ainsi que le texan pensait, mais ce n'était pas forcément la vérité – bien au contraire.

Observant l'immeuble, Jay reporta finalement son regard sur Bree lorsqu'elle lui annonça qu'elle aimait bien l'idée du jeu de rôle. Il haussa les épaules comme s'il se fichait pas mal de son avis, avant de lancer une phrase qui n'était pas forcément en lien avec la situation actuelle.

« Tes préférences sexuelles m'regardent pas. » Même s'il se doutait qu'elle ne parlait pas de ça. « On a commencé en disant qu'on v'nait là pour régler l'problème des asiat', on va pas changer d'plan sans raison. Surtout si ça fonctionne comm'ça. » Il désigna le chemin qu'ils venaient d'emprunter. « P't'être qu'il a filé un coup de téléphone au gars qu'on va voir, vaut mieux t'nir l'même discours pour l'moment. »

Jay n'était pas quelqu'un d'intelligent, il savait que son niveau de réflexion était certainement très inférieur à la majorité des habitants de cette ville – voire du pays – il n'y avait donc aucune raison pour qu'il cherche à mentir sans être absolument sûr d'avoir un véritable demeuré face à lui ! Si les choses dérapaient, il aurait du mal à trouver une excuse valable et vu qu'Atia lui faisait confiance en l'autorisant à prendre part à cette mission, il n'allait pas la décevoir en voulant s'aventurer sur un terrain qui lui était inconnu. Le mieux restait de jouer sur le territoire qu'il connaissait bien et ça, c'était la violence et les combats. En étant confronté à l'homme qui désirait éradiquer le crime de Chinatown, Jay aurait une chance de l'arrêter définitivement. C'était donc le chemin à suivre.

Après s'être assuré que la jeune femme était bien d'accord avec lui, ils pénétrèrent donc dans le bâtiment et le texan observa les environs avec un calme non feint. Après quelques secondes, un bruit de serrure que l'on déverrouille se fit entendre et Jay aperçut la tête d'un homme passer par le cadre de sa porte. Il s'agissait d'un type aux cheveux mi-long, blonds et en bataille. Un petit bouc agrémenté d'une barbe mal entretenue ornaient son visage aux traits encore juvéniles. Difficile de lui donner un âge, mais il devait avoir dans la trentaine avec une tronche de gamin de vingt ans. Pas le type de gars avec qui le combattant s'entendait en général, mais bon.

« C'est vous que Stan envoie ? »
« On dirait. » Il les regarda quelques secondes.
« Ok. Entrez. Et fermez derrière vous ! »

Le texan s'exécuta et pénétra dans un appartement bordélique où il retrouva trois autres types et deux jeunes femmes installés dans des sièges qui devaient certainement servir d'hôtel pour les cafards du coin. Étonnant qu'ils ne marchent pas seuls.... Le type blond s'était appuyé contre un mur de la pièce et attendit que le nouveau duo soit au complet avant de reprendre la parole.

« Stan m'a appelé, il m'a dit que vous saviez vous battre. Vous voulez aider à descendre les criminels ? »
« J'croyais qu'ça concernait les asiat' ? »
« Ouais, bien sûr. Les gars de la Triade notamment, enfin on sait tous que c'est des criminels quoi, y'a juste personne qui se bouge pour faire quelque chose. »
« Et tu vas m'faire croire qu'vous savez vous battre, vous ? » Il les regarda d'un air sceptique.
« Pourquoi, tu doutes ? »
« Ouais. J'parle de vraiment s'battre, pas les combats de gamines pour une sucette. »
« Pour qui tu te prends, connard ? » L'insulte venait de l'un des gars.
« Pour un type qu'a pas envie d'perdre son temps avec des crétins, alors si c'est vous les gros bras, j'préfère m'tirer et aller voir ailleurs. » Il esquissa un mouvement de départ, mais le blond l'interpella.
« Attends ! On pourrait vous présenter quelqu'un d'autre. Mais va falloir en dire plus avant. »

Jay porta son regard sur Bree : il avait déjà pas mal parlé, plus qu'il ne le faisait d'habitude, maintenant à elle se mettre ce type-là de leur côté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 17 Mai - 23:21 Message | (#)


    – Genre t’es pas un peu curieux !? plaisanta Bree.

    Du moins elle espérait que sa sexualité ne soit pas le sujet principal des pensées de son collègue. Mais connaissant le phénomène, ce n’était sûrement pas le cas. D’ailleurs, il devait être asexué. Réflexion fait... elle ne voulait même pas savoir. Elle revint donc sur leur mission.

    – Bien chef. déclara-t-elle non sans glisser un petit ton moqueur.

    C’est ainsi qu’ils se rendirent, bras dessus, bras dessous (ou presque) à destination. Le bâtiment n’était pas d’une propreté exemplaire, mais franchement, il y avait bien pire. En marchant jusqu’à l’appartement qui les concernait, Bree observait la rue. Cette partie du quartier était calme et l’anglais était presque la seule langue qu’on y entendait. Mais les commerçants voisins criaient fort. A dire vrai, la jeune femme estimait que la présence des Asiatiques était une bonne chose. Sans faire dans la politique, elle appréciait leur compagnie. Peut-être parce qu’ils avaient des coutumes et des raisonnements qu’elle pouvait comprendre, voire même approuver. Mais peut-être que son enfance l’influençait simplement. Elle ne resta cependant pas longtemps sur la case des réflexions personnelles car ils frappèrent à la porte qui les intéressait. Un jeune homme leur ouvrit et Bree commença aussitôt à estimer la menace. Réfléchissant à ce qu’il pourrait donner en combat. Le genre de raisonnement qu’elle menait généralement sur le ring du Circus, ou encore quand elle devait affronter un adversaire pour le Cartel. C’était rare, mais il arrivait que ses cibles ne soient pas très disposées à la voir. Etonnant. Dans le cas présent, le type les laissa entrer. Un bon signe ?

    A l’intérieur, ils trouvèrent d’autres individus. Etait-ce un repère d’anti Triade ? Si tel était le cas, ils avaient déjà touché le gros lot. Il suffirait de passer un petit coup de téléphone à un membre du clan du Mandarin pour anéantir cette bande d’empêcheurs de voler en rond. Cependant, Jay et Bree étaient là pour le compte du Circus. Il serait donc préférable qu’ils s’occupent eux-mêmes de mettre fin à cette comédie. D’abord, la prise d’information. Pas facile en compagnie d’un homme dont l’amabilité égalait celle d’un ours. Bree prit sur elle d’amener un peu de sérénité dans l’ensemble afin de s’attirer la confiance de ces types... et surtout leurs infos. Déjà, elle avait commencé en offrant un léger sourire à tous ceux qui étaient présents, même les filles. La blonde reçut une réaction encourageante de la part d’un des trois gars. Un qui avait plus de bide que de muscles, mais soit.

    – Excusez la bonne humeur de monsieur, il est un peu nerveux.

    Ce qui était sûrement le cas de ces types.

    – On croyait juste venir ici et trouver le chef, mais on dirait qu’il y a quelqu’un d’autre... Et il a l’air plus compétent que vous. Sans vouloir vous vexer.

    C’était raté pour la plupart des hommes. Les filles semblaient plus conscientes de leurs faiblesses. Le blond qui leur avait ouvert avait l’air plus pensif qu’agacé.

    – C’est un travail d’équipe.
    – On avait remarqué. son regard parcourut l’assemblée de bras cassés. Qu’ils aient échappé aux griffes de la Triade était un mystère à ses yeux Son frère s’est fait casser la gueule par une bande de types qui se la jouaient yakuzas. Il est encore à l’hosto. Moi ma mère a disparu, et elle n’avait pas que des amis à Chinatown.

    Elle ne savait pas exactement pour Jay, mais pour sa part, son histoire était bien empreinte de vérité. Bien sûr, Bree savait que sa mère n’avait pas été enlevée, elle était partie d’elle-même. Mais c’était le seul mensonge auquel elle avait pensé sur le coup. Fallait dire que niveau mensonge, sa mère était douée. Après, restait à croiser les doigts pour que Jay ne prenne pas trop mal l’allusion à un frère imaginaire, sachant que ses relations avec ses vrais frangins n’étaient peut-être pas des plus agréables, elle risquait de remuer le couteau. Mais le voir s’énerver collerait également avec sa version des faits. Toute cette histoire commençait à lui rappeler le lycée. Bien sûr, à « l’époque », les histoires et mensonges tournaient autours du sexe.

    – Et tu sais te défendre toi ? T’as même pas l’air capable d’écraser une mouche. un des mecs vautrés n’était pas convaincu par la svelte forme de Bree.
    – J’sais distribuer les coquarts, si ça t’intéresse. Et les coups d’genoux dans les roubignolles sont ma spécialité.

    Les deux filles eurent un imperceptible sourire. Elles devaient savoir de quoi Bree parlait.

    – D’accord ! C’est bien. Nous on n’est pas trop baston. Enfin si il faut on s’y met, mais notre truc, c’est la pêche aux infos, les diversions, la surveillance, tout ça. On se relaie.
    – En gros, vous êtes le club des postiers ?

    Nan, ça ils n’appréciaient pas trop. Même le blond « gueule d’ange » tiqua.

    – S’tu veux. Mais on a une arme secrète.

    Evidemment, sinon ces cafards ne seraient jamais sortis de leurs trous. Alors que Bree s’apprêtait à poser des questions sur cette « arme secrète ». Plusieurs coups furent frappés à la porte. Mais vraiment plusieurs, tellement que la jeune fille ne parvint pas à les compter. Et ils étaient frappés à une telle vitesse qu’il était difficile d’entendre autre chose qu’un seul son.

    – Quand on parle du loup.

    Le balourd qui avait remit en question les capacités de Bree daigna lever son fessier pour aller ouvrir la porte à l’arme secrète dont le CV semblait inclure la capacité à frapper plusieurs coups à la porte très très vite.

Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 18 Mai - 0:26 Message | (#)

Un peu nerveux, il allait lui en foutre de la nervosité ! C'était juste simulé, mais visiblement Bree ne se rendait pas compte qu'il faisait de gros efforts pour jouer le jeu, preuve qu'il devait être assez doué pour la simulation – dommage que ça ne lui servirait jamais. Il laissa donc la gamine mener la danse et inventer des excuses pour justifier le fait qu'ils veuillent se mêler de cette histoire, se contentant de lâcher un soupir agacé lorsqu'elle parla d'un frère mystérieusement bastonné par des asiatiques. Aux dernières nouvelles, non ce n'était pas le cas, cependant Jay ne pouvait jurer de rien. Il n'avait plus vu les autres Lane depuis longtemps ! C'était une chance que Bree n'ait pas parlé d'une sœur, sans quoi la maîtrise du texan se serait certainement brisée pendant un instant.

Il resta silencieux tandis que Bree se chargea de prouver qu'elle savait casser les couilles des mecs, ce dont Jay ne doutait pas une seule seconde vu qu'il devait la supporter depuis quelques temps déjà, avant de se démerder pour les provoquer suffisamment de manière à ce qu'ils décident de leur faire rencontrer le responsable de tout ce cinéma. Plusieurs coups furent frappés à la porte et le texan ne put s'empêcher de se demander s'ils avaient affaire à un type dont les réflexes étaient améliorés. Mauvais signe, parce qu'il ne pouvait pas spécialement lutter contre ça, à moins de frapper fort et au bon endroit. Le balourd se leva pour aller ouvrir la porte avant de revenir vers eux, échangeant quelques mots avec un gars qui déboucha bientôt dans la pièce et les regarda d'un air interrogateur.

L'individu était très fin, petit aussi, d'épais cheveux noirs qui lui tombaient en partie devant les yeux ainsi que des traits efféminés. On aurait dit une tapette en gros et Jay ne put s'empêcher de lâcher un :

« C'est ça vot' arme secrète ? »

Le ton était un peu dédaigneux et parfaitement souhaité. Il voulait jouer le rôle du balourd qu'il avait l'air d'être et pousser les gars à ne pas s'imaginer qu'ils pouvaient avoir affaire à quelqu'un qui enclenchait son cerveau de temps en temps. Les gens avaient moins tendance à se méfier de quelqu'un qui était idiot que d'une personne à l'esprit aiguisé – ce que Jay n'était pas non plus cela dit. Un léger soupir échappa au trentenaire tandis que le blond s'empressait de s'approcher de son arme secrète.

« T'énerve pas, c'est des gars qui veulent nous aider. C'est Stan qui les envoie. »
« Et alors ? » Il regarda le blond. « C'est moi qui décide. »
« Décide d'quoi ? Si t'es pas trop nul pour t'démerder seul ? »
« Comment ? » Le type porta son regard sur lui et s'approcha. « Tu crois peut-être que tu es plus doué que moi ? Que tu pourrais faire ce que j'ai fait sans te faire prendre ? »
« Euh, franchement, j'suis pas sûr qu'ce soit une référence. J'veux dire, la Triade est réputée pour s'occuper des gêneurs dès qu'elle en voit, alors si t'es encore là, c’est p't'être parce qu'ils t'trouvent trop nul pour valoir la peine de faire quelqu'chose, t'vois l'genre ? » Il haussa les épaules. « Enfin, j'dis pas ça pour t'écraser, c'est juste une réflexion comme ça. »

Mais visiblement cette réflexion fut suffisante pour éveiller un peu de doute chez certaines des personnes présentes ce soir-là. Jay n'avait pas vocation à les faire cesser leur activité aussi bêtement, il voulait que ce soit dans son domaine : lors d'une baston dans une rue ! L'homme efféminé se mit finalement à rire légèrement, ne semblant pas si vexé par la remarque du texan, une grande première, puis secoua la tête comme si c'était sans importance.

« En fait, on s'en fiche de ce que la Triade pense, parce que je sais de quoi je suis capable. Ca fait des mois que je suis sur ce coup, alors si ça vous branche de jouer avec nous, on ne refuse jamais de l'aide. Vous êtes humains ou mutants ? »
« Mutants. »
« Ok. Alors vous viendrez avec moi. On se donne rendez-vous ce soir, derrière la maison de thé que tout le monde connaît. »
« Que tout le monde connaît ? »
« Qui appartient à un criminel qui se cache. » Le Mandarin certainement. « Vous apprendrez le plan ce soir, vous comprenez, je ne voudrais pas que vous soyez tentés de nous trahir. Maintenant, tirez-vous, ce soir, vingt-et-une heures tapantes. »

Et ils furent mis à la porte comme des malpropres. Jay ne se vexa pas et préféra se laisser faire : ils auraient plus de temps pour se préparer et éventuellement obtenir quelques informations auprès des amis de Bree, mais ils risquaient aussi de se faire chopper si jamais quelqu'un décidait de les suivre pour s'assurer qu'ils étaient bien ceux qu'ils prétendaient être. Une fois éloignés du bâtiment, le texan posa les yeux sur la demoiselle.

« Une préférence sur comment occuper ces quelques heures ? »

L'avantage avec lui, c'était que rien de ce qu'il disait n'avait l'air pervers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 18 Mai - 11:06 Message | (#)

    Ayant combattu au Circus depuis quelques années maintenant, Bree savait qu’il valait mieux éviter de se fier aux apparences. Une fois, elle avait affronté une fille plus petite quelle qui s’était avérée capable de déployer une puissance atteignant les 50 tonnes. Ainsi, le gringalet qui se pointa pur rejoindre la réunion « Stop Triade » ne reçut aucun commentaire de la part de la jeune fille. En plus, Jay s’occupait déjà de provoquer les autres, sans doute une stratégie pour les amener à dévoiler leur jeu... à moins que ça soit simplement dans sa nature et qu’il ne puisse se retenir. En tout cas, l’arme secrète était drôlement nerveuse. Un bon point pour les deux envoyés spéciaux du Circus. Quelqu’un de nerveux était plus facile à déstabiliser qu’un serein adepte du yoga. En tout cas, l’attitude de Jay porta ses fruits car ils se retrouvèrent rapidement « invités » à venir faire leurs preuves. Eux qui ne demandaient qu’un prétexte. Jay enfonça le couteau en faisant une juste remarque par rapport à la Triade. Ces guignols allaient maintenant se remettre en question, quoi de mieux pour les exposer ? Le plus drôle, c’est qu’ils ignoraient qu’en ayant titillé la Triade, ils se sont attirés les foudres du Cartel Rouge qui avait donc envoyé deux de ses membres pour rectifier le tir. N’empêche que même s’il s’agissait d’une équipe de bras cassés, ils n’étaient pas complètement stupides. La réserve du gringalet par rapport à leur plan en était la preuve. Et en guise de conclusion, les deux nouvelles « recrues » furent mises dehors. Sans doute à cause de la délicatesse de Jay.

    – Bon, ben ça ne s’est pas trop mal passé !

    Une telle conclusion était aussi bien valide pour leur mission réelle que pour le rôle qu’ils avaient adopté pour l’occasion.

    – Oui ! La Croisette !

    En fait, ce n’était pas tant pour s’occuper que pour prendre contact avec un de ses informateurs. Mine de rien, Bree mettait en place un petit réseau d’yeux, d’oreilles et de bouches qui rendrait presque son père fier d’elle, sans toutefois arriver à la cheville de ce que lui avait construit de son vivant. Elle avait quelques sources à Chinatown mais estimait qu’il serait trop risqué de les rejoindre aujourd’hui. Après tout, ils ignoraient si les gens qu’ils infiltraient avaient d’autres contacts dans le coin. Sachant que la plupart de ceux qu’ils venaient de rencontrer s’occupaient des tâches « secondaires », il valait mieux ne pas s’aventurer à les limiter à ces effectifs. Ainsi, les deux combattants reprirent la direction de la voiture. Quitter Chinatown ferait sûrement plaisir à Jay car, l’alternative aurait été d’attendre dans une maison de thé connue de la Triade (mais pas celle qui allait les concerner ce soir) afin de prendre la température. Or, le Texan l’avait fait remarquer, ce n’était pas son style.

    – J’ai une mini course à faire. l’intonation qu’elle mettait dans le « mini » indiquait que cela avait quelque chose à voir avec leur travail Mais t’inquiète, c’est pas loin du casino, tu pourras faire mumuse pour attendre, j’te prêterais un dollar.

    N’était-elle pas bien bonne ?

    Toutefois, elle n’était pas stupide, alors elle attendit d’être dans la voiture pour parler plus sérieusement. Mais comme les silences n’étaient pas sa spécialité, elle donna le change en parlant de tout et de rien (surtout de rien) sur le chemin. Pauvre Jay. Heureusement, le trajet n’était pas bien long.

    – Juste un informateur à contacter. Il passera le message à qui tu sais, histoire de dire où on en est.

    Car ils devaient bien rendre des comptes à quelqu’un. On avait beau leur laisser carte blanche, ils n’étaient pas non plus bien élevés au sein de l’organisation. Or on leur avait confié un job plutôt important.

    – Puis il fera des recherches sur Stan et sur l’apart qu’on vient de quitter. Des fois qu’on apprenne quelque chose.

    Pourquoi ne pas simplement lui envoyer un SMS ? Après tout, nous sommes au vingt-et-unième siècle, l’air de la communication sans fil ! Tout simplement parce que ce contact travaillait dans un casino assez particulier et qu’il valait mieux éviter de le contacter ainsi lorsqu’il s’y trouvait. Enfin bref, c’était toute une histoire qui pourrait attendre. En attendant d’y arriver, ils avaient de quoi tuer le temps. Bree s’attacha et laissa le conducteur démarrer avant de plier un genou sous ses fesses et de se tourner vers lui. Le tout bien sûr sans mettre le pied sur le siège. Qu’importe la saleté du véhicule, certains hommes n’aimaient pas qu’on manque de respect à leur voiture. La mutante se contenta donc d’un brin de désinvolture. En position de ragots, elle attaqua :

    – Bon, j’pense pas que tu veuilles me décrire ta semaine ni même ce que t’as pris au ptit dèj, alors dis-moi, t’en penses quoi de ces types ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 18 Mai - 16:34 Message | (#)

Les journées en compagnie de Bree n'étaient pas une partie de plaisir. Jay avait beau être quelqu'un de tolérant – personne n'osait en douter – il avait ses limites ! Les babillages d'adolescente lui portaient sur les nerfs aussi sûrement qu'un concert de musique classique, mais fort heureusement il avait développé une capacité qui lui permettait de transformer un blabla inutile en une sorte de bruit inaudible. Il la voyait juste bouger les lèvres, l'entendait parler, mais ne pigeait rien à ce qu'elle disait. Toutefois, ce don s'arrêtait lorsqu'il était question d'affaires plus sérieuses et lorsque Bree recommença à parler de son informateur à contacter, il hocha la tête en s'installant derrière le volant. Jay doutait que quelqu'un puisse trouver quelque chose à propos de ce gars : il vivait là depuis toujours de ce qu'il avait dit et au vu des photos qu'ils avaient vu dans la maison, il y avait aussi élevé ses enfants. S'il avait été raciste ou hostile aux habitants de ce quartier, le texan doutait légèrement qu'ils puissent avoir vécu aussi tranquillement sans avoir d'ennuis avec leurs voisins ! En tous les cas, lui-même avait déjà des prises de bec avec sa voisine qui avait flairé qu'elle avait affaire à un misogyne dès leur première rencontre – et il n'était installé que depuis deux semaines – autant dire qu'il visualisait mal le petit vieux assez sournois pour passer inaperçu. Mais tout le monde n'était pas aussi franc que lui.

Le véhicule démarra alors que la gamine reprenait la parole en s'installant comme s'ils allaient bavarder de trucs intéressants. Qu'est-ce qu'elle croyait ? Qu'il était là pour lui taper la discute ? Grosse erreur ! Jay détestait parler, encore plus pour dire des choses inutiles, comme par exemple confier ses pensées à quelqu'un. Un soupir lui échappa alors qu'il écoutait son entrée en matière – pourquoi elle devait toujours tourner autour du pot ? – avant de prendre un petit moment de réflexion. Durant une bonne minute, il resta obstinément silencieux comme s'il n'avait pas l'intention de dire quoi que ce soit, puis se laissa finalement aller au jeu des confidences. Brèves et succinctes, mais c'était mieux que rien.

« Qu'y z'ont raison. Enfin, pas pour les criminels, j'm'en fous d'ça, mais pour l'reste. » Ce n'était pas un secret qu'il n'aimait pas les étrangers. « J'pige pas pourquoi y z'ont droit à un quartier spécial alors qu'y peuvent rentrer dans leur pays si ça les fait chier d'vivre à la mode américaine. » Discours raciste en bon texan coincé qu'il était. « Maintenant, on s'en fout d'c'que j'pense d'ça. C'est pas ça qui va nous aider à régler l'problème. » Il lui jeta un coup d’œil. « Et j'ai pigé qu'tu parlais d'la mission et pas d'mon avis perso. » Vu qu'elle semblait aussi le prendre pour un con. « C'est des gars qui veulent s'démerder seuls parce qu'les flics font rien et j'comprends ça. J'peux pas dire si c'est des cons ou des gars doués, j'ai pas testé. Z'ont juste l'air bien organisés. »

Après quoi, il freina un coup sec dans le but de faire glisser Bree sur le côté histoire de lui faire piger qu'elle était priée de regarder ailleurs que de son côté. Oui, Jay détestait – aussi – se faire fixer plus d'une seconde ! Ce n'était pas sa voiture d'ailleurs, elle aurait aussi bien pu dégazer dessus qu'il s'en ficherait totalement : il n'avait jamais été soigneux avec son ancien pick-up de toute manière. Le silence se poursuivit le reste du trajet et Jay arrêta finalement le véhicule devant le bâtiment que la jeune femme visait avant de quitter l’habitacle de la voiture. Il informa la jeune femme qu'il reviendrait environ deux heures avant le début de l'action pour qu'ils puissent faire une mise au point et se rendre sur les lieux, puis disparut.

Il occupa son temps libre à quelque chose qui ne regardait pas les lecteurs – et surtout parce que sa joueuse n'avait aucune idée pour ce point-là – avant de regagner le véhicule quelques instants avant l'heure de rendez-vous. Lorsque Bree pointa le bout de son nez, il la laissa grimper à l'intérieur avant de mettre le contact pour s'en-aller et prendre la direction du quartier où l'action allait se dérouler ce soir-là. Étant donné que c'était l'endroit le plus sécurisé de la zone, Jay décida de bavarder des trouvailles dans la voiture et lança la discussion en premier.

« Alors, t'as trouvé quoi ? Un truc louche sur eux ? » Ce qui l'étonnerait un peu. « J'pense qu'ça change rien à ce qu'était prévu nan ? On règle l'problème et on va rendre compte à Atia ? Ou elle veut juste qu'on ait les infos pour les r'filer ? »

Ça le ferait chier de ne pas mener l'action jusqu'à son terme, mais si la patronne voulait, la patronne avait ! Toutefois, le trentenaire préférait régler définitivement le problème si Bree n'avait eu aucune instruction qui allait à l'encontre de cet objectif. Pour une fois qu'il pouvait se défouler sur un autre type qu'un gars du Circus, il comptait bien en profiter ! Passer une journée avec Bree, ça donnait des envies – et pas celles des types normaux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 18 Mai - 21:46 Message | (#)

    Ce fut avec une patience de tortue que Bree attendit la réponse de Jay. Se dernier se fit désirer. Peut-être avait-il besoin de temps pour choisir ses sujets, verbes et compléments. Dans tous les cas, Bree lui accordait ce délai et se contentait de le fixer silencieusement avec une ébauche de sourire sur les lèvres. La jeune femme ne bougea que lorsqu’il daigna lui répondre. La mutante n’avait peut-être jamais eu de frère ou de sœur, mais elle savait se montrer irritante. Comme le Texan le fit remarquer, elle n’avait pas demandé son opinion sur ceux de ces types qu’ils allaient entuber. Aussi, elle s’abstint de commenter cette partie de sa réponse. Quand il eu fini, elle tourna le visage vers la route, motivée en partie par le coup d efrein, et déclara d’un air pensif :

    – C’est vrai qu’ils sont organisés...

    Et pourtant leur appartement – « base » - ne payait pas beaucoup de mine. Bree n’arrivait pas à savoir si c’était fait pour leur assurer de la discrétion ou si c’était un signe d’une organisation pas si bien rôdée que ça. Après tout, l’appart’ était carrément différent du foyer de ce cher Stan Reynolds.

    – Mais j’me demande s’ils sont tous aussi organisés ou s’il n’y en a qu’un...

    Parce que honnêtement, ce quelle avait vu là-bas ne lui avait pas donné l’impression de briller par l’intelligence. A peu de choses près, ils étaient aussi futés que ceux qui avaient tuyauté Bree au bar. Bien sûr, la rencontre fut brève, ce n’était pas assez pour se faire une idée fixe. N’empêche, ça la laissait songeuse... comment une équipe de bras cassés aurait pu rester éloignée du radar de la Triade aussi longtemps ? Y’avait un truc qui lui paraissait louche. Bien sûr, la blonde n’excluait pas la bête hypothèse de la chance, mais ce serait sacrément frustrant. Et pour le plus grand bonheur de Jötunn, Bree resta silencieuse jusqu’à la fin du trajet, sauf pour indiquer sa destination au conducteur.


    ... ... ...


    Quelques heures plus tard, Bree revint dans la voiture armée d’un petit sac en papier remplis de pralines, d’une petite bouteille d’eau minérale particulièrement onéreuse ainsi d’une casquette de baseball sur la tête. Mais certains détails sont faits pour être gardés dans la chaleur du secret. Installée sur son siège et attachée, la jeune femme tendit le sachet de friandises vers le conducteur pour voir s’il en voulait un peu. Elle aimait bien grignoter avant l’action. Car l’action allait assurément être au rendez-vous tout à l’heure. La jeune femme s’amusa également de constater que le trentenaire amorça la conversation de lui-même. Ce détail la fit sourire et nécessita un rapide commentaire.

    – Wow... cinq questions en moins d’une minute... J’devais sacrément te manquer.

    Mais comme elle était de bonne humeur, elle ne laissa pas mariner son partenaire. Aussi parce qu’elle savait que la patience de Jay avait des limites...

    – Pas vraiment... encore que... j’ai appris qu’il y a deux ans, notre bon vieux Stan a été interrogé par la police à propos d’une histoire sur la méta-X. Apparemment, un gamin de son voisinage a fait une overdose... et il aurait survécu... Mais à part ça, rien...

    Et elle ne savait pas si cette information était intéressante pour leur affaire ou non. Dans le doute, elle la partagea tout de même, entre deux poignées de pralines.

    – J’pense pas que ces types intéressent la patronne... si on s’ramène et qu’elle apprend qu’on n’a rien fait pour ces rigolos, elle sera sans doute pas contente... Par contre, si on découvre un truc plus important, mieux vaudrait attendre son avis.

    En gros, les deux mutants devraient analyser la situation en direct et prendre leurs décisions selon leurs découvertes. Voilà qui allait leur demander un peu de matière grise entre deux actions musclées. Mais que serait la vie sans ses challenges ? Celui qui s’imposa à Jay dans l’immédiat fut cependant plus calme que ça car pour le trajet du retour, Bree se montra moins bavarde que pour l’aller. Avec de quoi grignoter, son temps de parole se réduisait de 20%. Assurément, le Texan pourrait en sentir tout le bienfait.

    ... ... ...

    Sans doute était-ce la faute aux 80% d’éloquence de la demoiselle, mais le trajet fut relativement rapide. Les deux combattants arrivèrent donc, après s’être garés sur un parking un peu à l’écart, derrière la fameuse maison de thé de maître Wang, mais pas derrière : aux fesses du bâtiment. Derrière : dans une ruelle située de l’autre côté de la rue qui donnait sur l’arrière de la maison de thé. Personne n’était assez inconscient pour approcher de trop près un tel endroit. La Triade veillait. A vrai dire, Bree n’était même pas sûr que Jay et elle puissent s’y rendre en temps normal sans une bonne (très bonne, même) raison. Enfin avec un peu de chance, si le Mandarin venait à apprendre leur présence ici ainsi que sa justification, il ne s’en agacerait pas. Au pire, il verrait ça avec la César... en espérant qu’il ne communique pas son agacement en découpant les corps des employés qu’étaient les deux mutants. Ciguë, pour sa part, avait déjà eu quelques contrats avec la Triade, mais rien de bien sérieux. L’organisation du Mandarin ne manquait pas d’hommes et de femmes efficaces dans ce domaine. Ce fut donc avec prudence qu’ils s’approchèrent de celui qui comptait essayer de chasser tout ce beau monde. La soit disant arme secrète se trouvait là dans l’ombre de la ruelle et les attendait en tenant quelque chose dans les bras. D’abord, Bree s’étonna de le voir déjà présent car eux-mêmes étaient un petit peu en avance. Ensuite, elle s’interrogea sur le contenu de ce paquet. Son imagination passa de gâteau blindé de somnifère à une bombe en passant par un diable sur ressorts. Pourtant, la jeune femme brida sa curiosité pour l’orienter sur quelque chose qui lui semblait un peu plus important.

    – Où sont les autres ? demanda-t-elle d’une voix discrète.
    – A leurs postes. Nous ne sommes que trois de ce côté. Vous et moi, alors ne me faites pas faux bond. Encore que, je pourrais très bien me débrouiller sans vous.

    La remarque était manifestement adressée à Jay. Le type n’avait donc toujours pas digéré les sous entendus de tout à l’heure.

    – Vous comparerez la taille de vos engins plus tard, c’est quoi le plan ?

Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 19 Mai - 1:10 Message | (#)

Jay n'avait jamais aimé les saloperies que les gens avalaient en grande quantité et le signifia d'un regard noir à Bree. Ce qu'elle pouvait le saouler lorsqu'elle se comportait comme une gamine ! S'il avait voulu se coltiner une emmerdeuse, il se serait marié et aurait eu des mioches histoire de bien se pourrir la vie ! Mais non, le destin avait décidé de lui coller une chieuse dans les pattes pour lui faire comprendre à quel point il avait tort de se priver de ces petits plaisirs de la vie. Quoi qu'il en soit, elle n'avait rien appris d'intéressant et ils furent donc récompensés d'un trajet silencieux qui se termina à l'arrière de la maison de thé que les gens du Cartel connaissaient plus ou moins. Jay ne s'était jamais vraiment intéressé à la Triade, mais au sein du Circus il en avait entendu parler, comme tout combattant qui se respecte et le nom de la maison de thé lui rappelait donc vaguement quelque chose – ce qui était quasiment un miracle pour quelqu'un avec une mémoire aussi merdique que la sienne.

Quittant l'habitacle de sa voiture, le combattant suivit donc la jeune femme et ils se dirigèrent vers l'une des ruelles ombragée par la nuit qui tombait petit-à-petit et ils eurent la mauvaise surprise de voir qu'ils seraient en tête-à-tête avec l'arme secrète. Ou le plaisir vu qu'ils pourraient le coincer plus facilement, même s'il était peu probable que les autres posent le moindre problème. Vu qu'il leur avait demandé s'ils étaient humains ou non, il y avait fort à parier qu'ils étaient les trois seuls du lot à être dotés de gênes mutants.

Le regard du trentenaire se promena plutôt sur les environs que sur ce que le gus tenait en main, preuve que sa curiosité était quelque peu absente – mais Bree en avait assez pour trois ou quatre – puis lui jeta un coup d’œil lassé lorsque le type souligna qu'il saurait se démerder sans eux.

« C'est bon, j'ai pigé, pas la peine d'rester coincé comme un vieux disque. »

Toute la finesse des Lane. Le texan soupira, laissant le gars bouger son paquet pour le montrer aux deux autres individus présents dans la ruelle. En le déballant, ils constatèrent qu'il s'agissait tout simplement d'une bombe artisanale. Seulement le corps de la bombe, le déclencheur n'était apparemment pas en possession de l'arme secrète. Le texan leva les yeux vers l'autre gars.

« Une bombe ? »
« Oui. Pour faire exploser la source du mal. »
« Quelle source ? »
« Même quelqu'un d'aussi idiot que toi doit avoir entendu parler du propriétaire des lieux. Il est réputé pour être une personne respectable et honorable, mais aussi pour avoir des liens étroits avec criminels. De Chinatown et ailleurs. »
« J'avais pas pigé qu'vous comptiez tuer la tête pensante. »
« C'est ça la surprise vois-tu. Les gens ne nous prennent pas au sérieux, tu l'as dit toi-même, ils ne se douteront jamais qu'on attaque aussi fort dès maintenant. Mais laissez-moi vous dire qu'après ça, on sera pris très au sérieux. »
« Comment t'sais qu'il est là . L'est p't'être parti, nan ? »
« Oh, non. Il est ici. J'ai vérifié. »

Jay haussa les épaules tandis que l'autre s'éloigna de quelques pas pour se rapprocher du bâtiment, prenant soin de remballer ce qu'il venait de dévoiler. Le texan jeta un coup d’œil à Bree, il n'était pas convaincu que ce soit une bonne idée de traîner encore longtemps, cependant vu qu'il n'y avait pas de déclencheur, il pouvait vouloir les tester ou tout simplement avoir donné la commande aux autres gars postés plus loin – peut-être parce qu'il les soupçonnait d'avoir menti sur leurs motivations.

« L'est où le déclencheur. » L'homme se retourna et sourit.
« Va savoir. En sécurité. »
« Hum, j'vois qu'la confiance est là.... »
« Tu l'as dit bouffi. D'ailleurs, je vous annonce aussi qu'on va passer à l'action plus tôt que prévu. Heureusement que vous avez été ponctuels, parce que c'est maintenant et pas dans deux heures. »

Un coup habituel pour quelqu'un qui ne faisait pas confiance à ses collègues. Restait à savoir combien de choses allaient encore changer avant qu'ils ne parviennent à les empêcher de continuer leur plan qui dépassait l'entendement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur











Pour avoir l'air d'un Chinois en Chine, il ne faut jamais rougir ▬ Bree

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» serveuse agressée par un RAMADIEN pour avoir servi de l'alcool...
» Pour avoir un établi rangé.
» Formulaire pour avoir un prof de RP
» J'avais dit que je trouverais un prétexte pour avoir un perso nommé "Elliot".
» Discussion pour avoir Mew pour la version 3.5xD!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-