AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_1Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_2bisEt de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_3
 

Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali)

 
Message posté : Dim 22 Mar 2015 - 22:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Informations Personnelles

ϟ Nom : toujours la même réaction quand on lui demande son nom de famille, et qu'il laisse tomber ces deux syllabes : Dali. Non pas comme le peintre, la coïncidence serait trop belle ; il s'agit simplement d'un patronyme d'origine hongroise, dérivé du mot daliás, incarnation de la virilité.
ϟ Prénoms : des prénoms, il n'en porte qu'un seul, simple et radical : Sid. Diminutif de Sidney, ce prénom trahit la faute qu'a commis sa mère neuf mois avant sa naissance.
ϟ Sexe : masculin.
ϟ Âge : la plupart du temps, il a vingt-quatre ans moins quelques mois. La plupart du temps, car il arrive que son âge physique varie de deux à trois années.
ϟ Date de Naissance : 20.06.1991
ϟ Lieu de Naissance : sa naissance eut lieu dans une petite bourgade de Hongrie, au niveau du bassin des Carpates.
ϟ Nationalité : pour l'instant toujours hongrois, sa nationalité de naissance, mais il espère être naturalisé américain d'ici à quelques années.
ϟ Orientation : bien qu'il ne soit pas vraiment intéressé par l'amour et qu'il prête rarement attention aux personnes qui l'entourent, on le classerait plutôt comme homosexuel, dans la mesure où il semble surtout s'intéresser aux individus de sexe masculin. Mais concrètement, cela n'a pas beaucoup d'influence sur sa vie quotidienne, si ce n'est qu'il n'aime guère les clichés.
ϟ Métier : il occupe un poste de pilote au sein de l'UNISON, aux commandes d'un hélicoptère d'attaque ; il effectue également quelques missions de surveillance et de reconnaissance aérienne.

Administration

ϟ Avatar : RJ King.
ϟ Crédits : mexicali rose.
ϟ Pseudo : en recherche de pseudonyme depuis octobre 2014, mais on s'en fiche un peu au fond, ce n'est pas comme si j'étais une totale inconnue.
ϟ Âge réel : j'ai désormais vingt-et-un ans... je prends comme un coup de vieux, là.
ϟ Parlez-nous de vous : ancienne khâgneuse, actuellement en master d'histoire ancienne et médiévale, ayant la fâcheuse tendance à passer sur les forums en mode invité par pure flemme de me connecter (oui, vous n'imaginez même pas le nombre de fois où je vous ai stalké sans que vous vous en rendiez compte), rabat-joie, innocente mais un peu moins avant (merci la cb de bf), bisounours, et une de mes passions c'est de clasher les Alsaciens. Avec beaucoup d'amour, cela va sans dire. C'est important, l'amour.
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? je cite ma fiche de 2012 : « Top site ». (sinon ce n'est pas vraiment drôle vu que ça fait un bail que je le connais)
ϟ Que pensez-vous du forum ? toujours assez lent à charger mais toujours aussi bien. (sinon, je ne resterais pas) (il semblerait que j'ai développé récemment une addiction pour les parenthèses)
ϟ Quelques conseils à donner ? changeons déjà mon personnage, ce sera bien. (reboot ftw)

Historique

L'hiver tombait toujours beaucoup trop vite au goût de l'enfant. Lorsque les dernières feuilles achevaient de mourir et dénudaient totalement les feuillus, il avait l'impression de sentir son cœur tomber avec elles. Le vent se rafraîchissait encore, jusqu'à devenir glacial, et soufflait avec assez de force pour s'engouffrer dans les vêtements de l'imprudent. Le ciel tendait à se couvrir de gris. Et bientôt, il faisait trop froid pour jouer dehors. Il s'enfermait alors dans la solitude de sa chambre, se contenant à grand mal de courir. Il était un trop plein d'énergie, s'agitant dans tous les sens, et il souffrait de ne pas pouvoir la dépenser. Au lieu de cela, il devait la contenir, la laisser mourir à petit feu, inusitée ; et cela l'emplissait de tristesse.
Oui, Sid détestait l'hiver.
Car les murs de sa chambre étaient fins, si fins que l'on entendait tout ce qui se passait dans le reste de la maison. On aurait même pu écouter une mouche s'ébattre joyeusement dans la pièce à côté. Sid, lui, aurait préféré le silence. Car toujours, c'était la même rengaine qui emplissait l'air, les mêmes mots teintés d'amertume prononcés par des lèvres qu'il imaginait grimaçantes. C'était cette même rancune qui empoisonnait l'atmosphère depuis des années, qui rendait son foyer invivable ; et s'il n'habitait au beau milieu de nulle part, sans doute l'enfant aurait-il fait quelque tentative de fugue. Au lieu de cela, il était condamné à passer l'hiver à tourner tel un lion en cage, essayant en vain de ne pas entendre.
« Sidney - je suis sûr qu'il s'appelait ainsi.
- Tu dis n'importe quoi.
- J'en suis sûr.
- Tu te fais des idées. »
Des conversations qui tournaient en rond. Aucune cohérence, aucune écoute. Chacun parlait pour dire ce qu'il souhaitait exprimer. Mais il ne cherchait jamais à comprendre l'autre. Ils parlaient pour combler un vide né d'un manque de confiance. Parce que cela valait toujours mieux que de ne rien dire. Il y avait des mots, toutefois, qui n'étaient jamais prononcés. On ne discutait pas d'adultère, d'amant ou d'enfant bâtard. On s'éreintait à deviser de fierté, de confiance, d'amour parfois. Tant de choses bafouées, qui détruisaient progressivement le couple. Pourquoi tenait-il encore ? Pourquoi ne divorçaient-ils pas ?
Les on-dit.
Les enfants.
Parfois la sœur aînée de Sid s'en mêlait. Partagée entre amour et sentiment de trahison, elle ne parvenait qu'à répandre un peu plus de venin ; elle exacerbait les tensions, allumait des feux dans le cœur, révélait les haines latentes qui divisaient ses parents. Sid n'avait jamais réussi à déterminer si elle aimait son cadet ou non. Face à lui, elle se montrait toujours affable et bienveillante, s'efforçant de remplir le rôle de grande-sœur que leur mère commune lui assumait ; mais jamais il n'oubliait les paroles qui s'échappaient de ses lèvres chaque hiver.
« Je sais que tu as fauté, maman. Je l'ai vu. J'ai vu Sidney. »

Sidney - un prénom qui revenait sans cesse, qui lui empoisonnait l'existence. Ce n'était pas lui que l'on voyait quand on l'appelait ainsi. Il le savait. Il était Hongrois, et le prénom était anglo-saxon. Son père le disait toujours. Qu'il avait été bête, lors de la naissance de son fils. Qu'il n'aurait jamais dû accéder à la demande de sa mère. Qu'il aurait dû se douter qu'il y avait anguille sous roche. Mais il était amoureux, le sombre idiot ; et sa femme avait toujours nié. C'était de ces fautes que l'on ne pouvait jamais avouer. Elle, en tout cas, ne le ferait jamais. Elle avait une certaine lâcheté dans le caractère. Elle évitait toujours le conflit autant qu'elle le pouvait. Elle était faible, d'une certaine manière. Faible et fourbe Pourtant, plus Sid grandissait, plus l'évidence sautait aux yeux. Il était le seul de la famille avec des cheveux d'une teinte aussi claire, le seul avec des yeux d'un brun aussi léger, et une taille aussi haute.
Sid était un enfant adultérin. Né de la passion secrète - plus ou moins - entre sa mère et un soldat américain d'origine hongroise, rentré au pays le temps d'une permission, il était l'enfant indésiré. Le fruit d'une union pécheresse. Ce qui ne le privait pas d'amour. Le plus drôle dans cette histoire était que c'était son père - celui qui ne l'avait pas conçu - qui lui témoignait le plus d'amour. Il le prenait par la main, l'emmenait se promener en montagne quand il faisait beau, avant de lui annoncer d'un ton doux :
« Ah, les femmes. Méfie-toi d'elle, si tu veux mon avis. Elles ne te feront que du tort. Regarde ta mère. »
Et l'enfant voyait des larmes briller dans ses yeux. Alors il acquiesçait doucement. Sa mère, il l'aimait, bien sûr. Mais elle ne le regardait pas. Elle niait peut-être l'évidence, mais elle en serait incapable si elle daignait poser les yeux sur lui. Alors elle ne le faisait pas. Il était comme une ombre, sans consistance. Cela valait mieux que d'être une gêne. Tout valait mieux que d'être une gêne. Parfois, il se demandait s'il était coupable de quelque chose. S'il n'aurait pas fallu qu'il ne naquît pas. Tout le monde aurait été heureux. L'infidélité de sa mère n'aurait jamais été révélée. Son père n'aurait pas à assumer ce rôle pour l'enfant d'un autre. Et lui, il n'aurait pas eu à supporter tout cela.
Chaque hiver, Sid se jurait qu'un jour, il découvrirait qui était ce Sidney à qui il devait tout.

L'armée était un choix naturel. Il n'avait pas de racine chez lui, il avait toujours l'impression d'être indésirable. Le seul à avoir tenté de le retenir, ce fut celui qui n'était pas son père. Cet homme avec lequel il ne partageait aucun lien de sang, mais qui s'inquiétait sincèrement pour son avenir. Oh, il savait bien qu'il ne ferait jamais de longues études intellectuelles, il était beaucoup trop porté sur l'action. Mais l'armée ? ce milieu machiste où la discipline était de mise, où l'on risquait sa peau pour son pays ? Sid n'était même pas patriote. Comment l'être en sachant que la moitié de ses origines étaient ailleurs, et qu'elles l'attiraient inlassablement ? Sans avoir jamais mis les pieds aux États-Unis, il se sentait captivé par ce pays. Il espérait bien le découvrir un jour.
« Sais-tu dans quoi tu t'engages, Sid ? Je sais que c'est important pour toi, mais tout de même. J'ai peur que tu te fasses des films sur la vie militaire.
- Des films ? » La réponse du jeune homme avait fusé, innocente, inconsciente.
S'il se faisait des illusions, il ne pensait pas en avoir sur la réalité du métier. Sur la vie quotidienne que cela impliquait. Cela impliquait un certain sacrifice de soi - Sid en était parfaitement conscient. Néanmoins, il avait pris sa décision très jeune. Au cours de l'une de ces journées d'hiver où il était enfermé chez lui.
« Nous serons toujours là pour toi. »
Ce fut sur ces mots que Sid quitta les siens.
« Je serai toujours là pour toi. »

Après quelques tests d'aptitudes et plusieurs examens médicaux, on contacta Sid pour lui annoncer que sa candidature était retenue. Sa formation devait se dérouler en deux étapes. Il y avait tout d'abord une formation générale, non spécifique aux pilotes de chasse, de dix-sept semaines, pendant laquelle les aspirants découvraient l'armée, ses règles, ses codes, ses secrets. La seconde étape était une formation plus spécifique permettant l'obtention, à terme, du brevet de pilote. Pendant la première étape, Sid eut ainsi l'occasion de faire la connaissance avec ses nouveaux camarades ; et, à sa grande surprise, il se révéla plutôt sociable. Pendant toute son enfance, il avait été très souvent seul. Quand il sortait, il n'aimait rien tant que de se balader en pleine nature, sans se soucier une seule seconde des risques qu'il pouvait encourir à s'éloigner de son foyer à un âge si juvénile ; et il aimait regarder le ciel. Il faisait partie de ces enfants qui avaient eu un jour le fantasme de devenir un oiseau.
Peut-être s'était-il bercé d'illusions pendant tout ce temps. Jamais il ne serait un oiseau. Il serait un maillon de la chaîne. Un élément indispensable pour faire tourner le système - mais remplaçable si jamais il devait lui arriver quelque chose. C'était ainsi qu'il voyait les choses. Sid se conforma très vite au rythme de vie. Se lever tôt, s'entraîner physiquement et mentalement. Apprendre à reconnaître différents types d'armement, différents types de véhicules. Nouer des liens avec ses camarades. Tout cela revêtait aux yeux du jeune homme un charme indéniable. Jamais, au fond, il ne s'était senti si heureux. L'impression d'appartenir à un groupe, de ne pas être indésirable, apaisait les blessures de son cœur - blessures dont il n'avait même pas conscience. Alors il s'épanouissait. Telle une fleur de montagne par temps doux.
Toutefois, il y avait un problème.
Ce n'était pas la discipline qu'il fallait s'imposer - Sid n'avait jamais été dérangé par le fait de devoir se maîtriser -, ni même la dose de travail et d'efforts que cela comportait. Il aspirait à cela. Cela lui permettait de mettre ses problèmes identitaires de côté, d'oublier toutes les questions existentielles qui le taraudaient, pour se concentrer sur une tâche essentielle. Son âme toute entière était mobilisée ; et ses doutes demeuraient profondément endormis au fond de son esprit. Non, tout cela lui convenait parfaitement ; il était même fait pour ce métier, c'était indéniable. Il était droit et déterminé. Il n'était pas dénuée de force, mentalement. Le problème était ailleurs, et son père non biologique était le seul à en avoir eu conscience.
« N'as-tu pas peur d'être discriminé, Sid ? »
Cette peur-là, elle ne l'avait jamais totalement lâché. Elle était l'angoisse secrète du jeune aspirant, cette boule au ventre qui l'empêchait parfois de dormir la nuit, ce serrement au cœur qui l'obligeait à détourner le regard. Son père avait raison. Il était terrorisé à cette idée. Car son père était le seul à avoir remarqué que le regard de son non-fils, quand il flânait quelque part, ne s'attardait pas sur les jeunes filles. Sid lui-même n'en avait jamais été conscient. Il avait toujours ignoré ce genre de besoin ; il avait d'autres choses qui réclamaient son attention. Mais à présent, il comprenait. Il avait compris quand il s'était rendu compte de toutes ces pensées parasites. Elles le brûlaient intérieurement, et il avait beaucoup de chance de ne pas être sujet à un rougissement excessif ; quand bien même son corps lui paraissait en feu, ses joues restaient obstinément pâles.
Il avait honte de lui, d'une certaine manière. Il avait d'autant plus honte que l'armée était un milieu plutôt homophobe et conservateur, en particulier pour ses instructeurs qui avaient encore des souvenirs très nets de la guerre froide et de la République populaire. Il y avait aussi tous ces jeunes qui n'étaient pas particulièrement intolérants, mais qui, au vu des conditions d'existence, n'avaient pas vraiment envie d'être l'objet du désir d'un de leur camarade. Sid les comprenait. Il aurait voulu être comme eux, d'ailleurs. Mais ce n'était pas le cas, alors il détournait le regard, et s'enfonçait un peu plus dans le travail. S'il ne pouvait pas leur prouver qu'il était un homme à cause de sa sexualité, alors il le ferait par ses exploits.
Peut-être certains s'étaient-ils doutés qu'il était homosexuel. Mais ils eurent le bon goût de ne rien dire.

Sid entama alors la deuxième partie de sa formation.
Il s'avéra bien vite qu'il avait le vol dans le sang. Qu'il comprenait très vite comment s'organisait le tableau et les différents instruments de bord d'un hélicoptère. Il faisait preuve d'une certaine souplesse en maniant les différentes commandes, se montrait à l'écoute de l'appareil. On sentait que c'était pour lui comme une extension de son propre corps qu'il découvrirait au fur-et-à-mesure. Sid était fasciné par les hélicoptères ; cela n'avait rien à voir avec un avion ou un autre appareil aérien. Le piloter supposait de toutes autres compétences.
« Es-tu heureux dans l'armée de l'air, Sid ? »
La voix de son père non biologique était la seule qu'il entendait encore de temps en temps. Sa mère et sa sœur ne semblaient pas désireuses de prendre de ses nouvelles ; il n'en donnait pas. Comme c'était étrange. Celui qui comptait le plus à ses yeux, dans sa famille, était l'homme avec lequel il ne partageait aucun lien de sang. Le seul à désirer le bonheur de Sid. Sa rancune était tournée vers sa femme, non vers l'enfant bâtard qui était né de l'union interdite.
« Oui, je suis heureux. »
Et il obtint son brevet de pilote.

Les regards étonnés, emplis d'incompréhension, lui faisaient mal, d'une certaine manière. Il ne pouvait s'empêcher de se dire : je suis en train de les trahir. C'était l'impression qu'il avait. Ils voulaient comprendre mais ils se laissaient dominer par leurs émotions. Et lui-même avait peur de mal faire. Pourtant, c'était sa décision. Il l'avait prise en son âme et conscience, après en avoir longuement parlé avec son père non biologique.
« Si tu veux suivre sa voie, c'est ton choix. Ne pense pas aux autres, pense à toi.
- Mais je quitterai la Hongrie.
- Ton destin est ailleurs, je pense. »
Par là, il voulait dire que Sid ne devait pas penser à sa famille. Ce fut là que le jeune homme comprit. Qu'il y aurait toujours l'ombre de Sidney pour se mettre en travers de sa route. Il ne construisait pas son propre chemin, il ne faisait que suivre. Il savait que Sidney avait piloté des hélicoptères d'attaque avant lui. Et il savait qu'il avait rejoint l'UNISON, quelques années après la fondation de l'agence. N'était-il pas naturel que son fils naturel le suive ? Sid aurait pu dire ce qu'il veut. Qu'il acceptait par ambition, par volonté de changement, par orgueil. Peut-être même parce que son instinct de justice le poussait à le faire. Mais même lui ne pouvait pas se mentir totalement. Il ne pouvait pas toujours détourner les yeux. Il devait admettre l'évidence : il ne serait jamais qu'un gamin en quête d'un peu de reconnaissance de la part d'une figure d'autorité.
Restait à savoir qui occuperait ce rôle, au final.

Star City était une ville fantastique. Ce qui avait étonné le plus Sid, c'était le nombre de civils possédant des pouvoirs, et agissant soit à leur propre compte, soit au sein d'un groupement quelconque - du côté du bien ou du mal. Dans sa campagne natale, il s'était très vite senti seul, car il était le seul de son village à faire preuve d'une mutation génétique. Il ne s'était pas rendu consciemment du fait qu'il se rajeunissait parfois. C'étaient les remarques des autres qui le lui faisaient comprendre. Il n'était pas normal. Il n'était pas un monstre, non ; les monstres se cachaient dans l'ombre de la forêt, sous les lourds rochers de la montagne, ou dans l'imaginaire des gens. Il n'était qu'un homme, lui. Et son arrivée à Star City le confirmait dans son opinion. Il se sentit très vite à l'aise là-bas. Grâce à sa formation, et les stages de langue qui lui avaient été dispensés, il parlait un très bon anglais, quoique parfois pas très élégant, et légèrement lacunaire sur certains termes très précis de la vie quotidienne. Il n'éprouvait en revanche aucun problème à discuter hélicoptère ou mécanique avec les spécialistes américains.
Il n'éprouvait pas le désir de se mêler des affaires des citoyens. Il était un militaire, et son rôle était de protéger les civils. C'était ainsi qu'il définissait son rôle. Il ne s'impliquait pas. Il n'aurait jamais rêvé de devenir un super-héros masqué ; les costumes étaient bien drôles, mais au final, il n'appréciait pas réellement toutes ces initiatives. De la même façon, il évitait de s'impliquer dans les trafics et autres délits. Sid se portait au secours de ceux qui se faisaient agresser, voler, menacer sous ses yeux, mais rien de plus. La ville n'était-elle pas entre de bonnes mains ? Et puis, il avait d'autres choses à penser.

Sa plus grande surprise avait été d'apprendre que son père était toujours membre de l'UNISON - mais un haut gradé. La première fois qu'il l'avait vu, Sid avait retenu son souffle. Il ne pouvait nier l'air de ressemblance - même s'il était sans doute le seul à la remarquer, car il était le seul à savoir qu'un enfant était né de sa liaison avec une Hongroise. C'était un respectable père de famille, avec une femme adorable, deux enfants ayant faits de hautes études et une troisième désirant servir dans la marine plus tard. Une famille adorable - Sid ne pouvait pas briser leur harmonie.
Alors il n'avait rien dit.
Il se contentait de les observer au loin, empli de tristesse. Et lorsque son père biologique s'approchait de lui, Sid restait de marbre. Il le traitait comme il aurait traité n'importe lequel de ses supérieurs.
Peut-être se doutait-il de quelque chose. Car Sidney alla voir Sid, un jour. Il trouvait cela assez amusant de voir quelqu'un ayant un profil aussi proche du sien. Un jeune Hongrois, ancien pilote de chasse ayant choisi de rejoindre les rangs de l'UNISON. Peut-être se demandait-il s'il n'avait pas laissé quelque bâtard dans le pays de ses ancêtres. Aussi lui demanda-t-il quelle était sa motivation. Pourquoi l'UNISON ? Pourquoi l'armée de l'air ? Sid garda le silence un long instant, ne sachant pas quoi répondre. Il ne pouvait pas lui dire que c'était à cause de lui, à cause de cet homme dont il se sentait l'alter ego.
Aussi finit-il par mentir :
« Je ne sais pas. »

Dossier Médical

ϟ Description Physique : Sid est un grand jeune homme dépassant largement le mètre quatre-vingt-cinq ans, de corpulence assez fine sans être menue. Doté d'une peau pâle et facilement sujette aux coups de soleil, Sid tient de sa mère un certain nombre de ses traits ; il a hérité d'elle son visage doux, amical, toujours illuminé d'un sourire profond. Toutefois, certaines de ses caractéristiques physiques trahissent le fait qu'il ne soit pas le fils biologique de son époux. Il a les cheveux châtain, beaucoup trop lisses, d'une teinte beaucoup trop claire, pour cela. Ses yeux sont d'un brun trop léger. Naître ainsi dans une famille où tout le monde a toujours eu les cheveux presque noirs et les yeux sombres vous marginalise. Sid a toujours vécu en essayant de ne pas faire trop attention à son physique. Il lui est souvent arrivé d'utiliser son don de métamorphose pour foncer la couleur de ses cheveux et de ses yeux, pour ressembler plus au reste de sa famille. Mais la métamorphose n'est jamais que temporaire, de sorte qu'avec le temps, il a abandonné cette pratique.
Il n'a pas de réel sens de la mode. Il s'habille toujours assez simplement, ou récupère de vieux habits dont on ne veut plus mais qui sont encore en bon état. Il affectionne cependant de porter un long manteau. Sinon, il n'éprouve aucune difficulté à porter sa combinaison de pilote quand il est au sol.
Il a la démarche d'un militaire. Le dos toujours bien droit, la tête haute, le visage neutre - il maîtrise plutôt bien ses expressions faciales, comme on le lui a appris à le faire. Il a cette droiture qui trahit son engagement au sein de l'armée assez jeune. Impossible de se tromper.

ϟ Particularités : Sid ne porte aucun signe particulier. Il serait bien tenté par le fait de se percer l'oreille, bien sûr, mais sa droiture le lui en empêche. Il tient de toute façon à rester le plus sobre et discret possible. Il trouve cela plus prudent de passer inaperçu.
ϟ Description Mentale : Sid est droit. Sid a peut-être des défauts, mais il est quelqu'un de fiable et fier. Il n'est pas le genre de personne à vous laisser tomber, ou à développer vos plus noirs secrets. Il a la loyauté chevillée au corps ; la simple idée d'une trahison possible lui donne la nausée. Cela le rend parfois un peu trop confiant : il tend à croire que tout le monde fait preuve de la même droiture d'esprit que lui. Il déteste les tricheurs. Il déteste les menteurs ; non qu'il ne mente jamais, bien sûr, mais il ne le fait jamais sans but précis, et s'efforce toujours de présenter ses excuses après coup. Sid, il voudrait que tout le monde soit comme lui : honnête. Il ne comprendra jamais les criminels. Il fait preuve d'une franchise assez crue, et n'étant pas doté d'un très grand sens de la diplomatie, il préfère laisser le discours à ceux qui ont plus de tact que lui. Lui, il ne sortira jamais que des phrases simples et sans ambages. Il dit ce qu'il pense très clairement, il ne cherche pas à tromper les autres. Cela le rend peut-être naïf, car il tend à facilement faire confiance aux autres. En revanche, Sid ne pardonne jamais. Il n'a jamais appris à le faire. Il est sacrément rancunier. Il n'oublie jamais. Il n'est peut-être pas mesquin au point de vouloir se venger, mais quand il n'apprécie pas quelqu'un, cela se sent.

Sid est dur. Exigeant. Il ne fait pas beaucoup attention à lui, peut-être parce qu'il a toujours cherché à être le plus discret possible. A rechercher la pondération, la réserve, au risque de tuer une part de lui-même. Sid s'étouffe un peu, d'une certaine façon. Il nie ses propres aspirations, ses propres besoins. Alors il se pose des critères élevés, des objectifs difficiles à atteindre ; et il se donne les moyens du travail. C'est un bourreau du travail, quelqu'un qui ne sait jamais quand s'arrêter. Travailler l'apaise. Cela lui permet de s'oublier. Car Sid n'a jamais eu l'impression d'être totalement lui-même. Il a l'impression de vivre dans l'ombre d'un autre. De marcher dans ses pas, sans parvenir à s'en soustraire. Ou peut-être est-ce qu'il ne le désire pas. Mais il se pose des questions existentielles. Beaucoup. Il cherche à savoir qui il est, ce qu'il est. Et ces interrogations perpétuelles l'angoissent.

Sid n'est pas altruiste. Il n'a pas beaucoup d'empathie, mais s'il sait se montrer sociable au besoin, et n'éprouve aucune gêne à se trouver entouré d'inconnus. Mais il ne compatit jamais. Il ne sait jamais comment prononcer ses condoléances, comment féliciter quelqu'un. Comment réconforter un cœur blessé. C'est presque comme s'il lui manquait un soupçon d'humanité, par moment. Toutefois, il sait aussi se mettre au servir des autres. Mais c'est peut-être plus par professionnalisme qu'il le fait. Parce qu'être militaire, c'est défendre sa patrie et ses concitoyens. Et même s'il est loin de son foyer, sa mission de protection ne s'arrête pas. Alors Sid se comporte en altruiste, même s'il ne le sera jamais véritablement.

Super Dossier

ϟ Groupe et raisons : Sid est membre de l'UNISON. Il a été repéré peu de temps après la fin de sa formation, au cours d'un exercice dans lequel Sid s'est illustré. Le profil de Sid était en effet plutôt prometteur, avant tout comme pilote d'hélicoptère. C'était là une opportunité que Sid ne pouvait refuser : une occasion de découvrir un peu plus le pays de son père biologique. Se faire affecter à la base de Star City était un rêve pour lui, même s'il ne pouvait pas vraiment avouer ses véritables raisons. Il mettait surtout en avant sa fascination pour les États-Unis. Mais ce qui fut véritablement l'élément décisif, ce fut la recherche menée par l'UNISON afin de trouver des pilotes d'essai dans le cadre des tests de l'armure expérimentale MAX-01X. Sid était volontaire ; cela lui faisait une bonne raison d'être affecté à Star City. Au demeurant, il ne faut pas nier une part d'opportunisme chez Sid : même lui peut être dévoré par l'ambition, à un moment ou à un autre, même si ce n'est guère le genre de choses dont il est fier.

ϟ Pouvoirs et capacités : Sid est un mutant ayant obtenu la capacité de modifier ses cellules, et d'influencer ainsi sur sur son corps. Ses capacités restent cependant assez limitées : les modifications qu'il peut effectuer sont temporaires pour la plupart, mineures, et il a beaucoup de mal à en effectuer plusieurs d'un coup. Les deux premiers pouvoirs qu'il a développés fonctionnent de la même façon : il est capable de rajeunissement et de vieillissement. Pendant une durée qui est pour le moment de vingt-deux heures, il est capable d'obtenir le rajeunissement ou le vieillissement de ses cellules de trois ans maximum, ce qui altère légèrement son physique. A terme, il espère pouvoir augmenter ce délai. Son troisième pouvoir consiste en une métamorphose partielle de son corps ; s'il veut changer ses yeux, foncer la couleur de sa peau ou allonger ses cheveux, cela lui est possible. Cela dit, plus la transformation est complexe, plus cela lui est dur ; et modifier plusieurs endroits différents lui demande aussi beaucoup d'énergie.
Mais le vrai problème, c'est son dernier pouvoir. Il a la capacité de supprimer des parts de lui-même. Non pas de les métamorphoser, mais de les faire disparaître définitivement. Il obtient ainsi la capacité de s'auto-mutiler sans que cela ne laisse de traces et sans douleur, ce qui n'est pas un pouvoir très pratique, et qui peut même se révéler très dangereux. Le seul avantage que l'on peut y voir, c'est que cela permet de se débarrasser d'une pilosité d'un peu trop développée. En dehors de cela, ce pouvoir-là est plus un handicap qu'autre chose, et Sid évite de s'en servir. Il le contrôle déjà tout juste assez pour éviter de se supprimer quelque chose par accident.

ϟ Surnom et costume : Un pilote n'a pas besoin d'autre costume que sa combinaison. D'ailleurs, les costumes bariolés des supers l'ont toujours fait sourire. Son nom de code est Csillag, mot hongrois signifiant « étoile ».

Informations Complémentaires

Sid est sous-lieutenant.
Il est présent à Star City depuis plusieurs mois à présent, il ne connaît donc pas totalement bien la ville mais a beaucoup exploré les environs, de sorte qu'il est capable de se repérer malgré tout. Il s'est très vite adapté à cette ville, mais évite de trop s'impliquer dans les interactions entre les différents groupes.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 23 Mar 2015 - 9:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Visiblement c'est un retour mais tu joues aux devinettes Razz Étant là depuis l'ouverture tu m'intrigues! J e trouverais Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) 3768465437

En tous cas re-bienvenue parmi nous, c'est sympas de repeupler un peu les pauvres agents de l'UNISON Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) 3758440006

Bonne chance pour ta validation Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) 3783939235
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 23 Mar 2015 - 9:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Shahren un indice, consulte son profil ! Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) 2329031912

Une bien belle renaissance que voilà et l'espérance de jolis partages ! Bienvenue si j'ose dire, et avec plaisir !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 23 Mar 2015 - 10:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Vu que les membres du SHADOW semblent t'offrir un accueil digne de ce nom, je m'en vais les rejoindre...

Rebienvenue à toi ! Je suis content de voir ton nouveau personnage qui m'a l'air bien complexe, mais ça, ça ne m'étonne pas trop venant de toi ^^
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 23 Mar 2015 - 19:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je me sens aimé des membres de SHADOW, c'est étrange. ♥️
Je n'ai rien à cacher, moi, tout se retrouve. Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) 3758440006 (mais je sais qui tu es, je vois très bien, donc c'est un plaisir de te revoir sur ce forum)
Rosa, mais quelle réputation je dois avoir si tu trouves que mes personnages sont généralement complexes. Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) 3801196445
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 24 Mar 2015 - 9:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

La Maire
Maître du Jeu

Personnage
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12275
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Joueur
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12275
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Bienvenue à toi sur le forum !

Ta fiche ne pose aucune difficulté, que ce soit au niveau de l'histoire, du caractère et des pouvoirs. Une affaire rondement menée, donc !

Tu commences avec un niveau 1, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition ! Je t'encourage aussi à venir flooder et à passer sur la ChatBox ! C'est comme cela que l'on trouve des liens et des sujets le plus facilement, d'autant que ça permet de faire connaissance avec les autres joueurs. Il y a toujours quelqu'un dessus alors n'hésite pas !

Bon courage pour ne pas perdre la main (littéralement) !
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali)
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_6Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_8


Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_1Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_2bisEt de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali)
» COMMISSIONS PAR CHARGE !DE SANS MALICE A KAKAKOK !A CONDITION OU REMET MWEN ANA
» Nuage Aveugle ✦ Voir avec les yeux est bien différent que voir avec son cœur.
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.
» Aux yeux du souvenir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_6Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir. (Dali) Cadre_cat_8
Sauter vers: