Emménagement  Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Emménagement  Cadre_1Emménagement  Cadre_2_bisEmménagement  Cadre_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Emménagement

 
Message posté : Mer 18 Fév 2015 - 15:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
(... loft partie atelier ....)
Emménagement  CcXRpM

<< avant
Elle s’en sortait à bon compte. La seule trace de son récent accident, était le pansement qu’elle portait au niveau du front et qui déjà l’agaçait parce qu’attirant sur elle trop de regards curieux. Mais au moins se retrouvait-elle enfin chez elle… Chez elle, …. Il lui tardait de découvrir son nouvel environnement. A l’hôpital, on avait rapidement pris soin de Megan et après lui avoir fait quelques examens de routine dont un scan pour vérifier que le coup qu’elle avait pris n’avait pas créé de dégâts internes, on l’avait laissée repartir. Sauf que Megan avait réussi à « convaincre » un infirmier de la raccompagner chez elle. Après tout elle était nouvelle, débarquait tout juste dans leur magnifique ville et avait déjà vécu un sérieux traumatisme avec cet « accident ». Naturellement, elle n’avait à aucun moment évoqué les conditions dans lesquelles ça s’était passé, ni ce qu’elle avait « vu » dans le taxi. Quant au chauffeur, elle avait appris qu’il s’en était sorti, mais qu’il allait bénéficier d’un suivi psychologique… Le pauvre.

A présent, le nez en l’air, elle observait la façade de l’immeuble dans lequel elle allait emménager. Un bâtiment simple, sans enjolivure et pas très récent. Mais il lui paraissait bien plus joli que l’immeuble où elle avait habité quelques temps à Moscou avant de débarquer ici. Et puis le plus important était qu’elle était enfin parvenue à destination, ce qui n’avait pas été si simple. Cartable sous le bras, sac à l’épaule et tirant sa valise derrière elle, Megan s’avança vers l’entrée.
Au même instant une sonnerie retentit, quelque peu étouffée par le cuir de son sac. Bon elle n’était pas encore arrivée ! Megan lâcha à nouveau sa valise pour s’emparer de son sac et y fouilla pour y récupérer le fameux téléphone.


- oui ? Oh Monsieur Allister ! Qui voulait-elle que ça soit d’autre ? Il était le seul à avoir son numéro, enfin après le service des urgences qu’elle venait de quitter.
- non, je ne l’ai pas encore vu, j’arrive seulement. Euh oui, j’ai rencontré quelques problèmes en arrivant mais…. non non, rien de grave, je vais très bien, oui merci. Je vous rappellerai d’accord. Merci encore !

Elle raccrocha et cette fois, déterminée, prit la direction de l’entrée de l’immeuble. Elle découvrit un intérieur aussi simple qu’à l’extérieur et bien entretenu. Puis se dirigea vers l’ascenseur non sans soulagement ! Après avoir appuyé sur le dernier bouton, elle fut enfin devant la porte de son Loft. Megan tourna la clef que Monsieur Allister lui avait faite parvenir, et ouvrit la porte sur un espace immense et incroyablement lumineux. Saisie, elle resta sur le pas de la porte, yeux écarquillés, puis s’avança au milieu de la pièce laissant sa valise et son cartable derrière elle. Que de lumière ! Et ces grandes fenêtres, ce serait génial pour peindre.
Cependant, elle ne s’attendait certainement pas à trouver l’endroit complètement vide ! Il n’y avait strictement aucun meuble, rien, si ce n’était la cuisine tout équipée .


- ça alors !

Ce n’est qu’à cet instant qu’elle remarqua la lettre déposée sur le plan de travail, bien en évidence. Elle s’en approcha et découvrit le mot qu’Andrew Allister lui avait laissé.


Citation :

Chère Megan,

Vous voici enfin parvenue à destination. J’espère que ce Loft vous plaira, et plutôt que de l’avoir aménagé à mon goût, je préfère vous en laisser le soin. Avec votre esprit artistique, je suis sûr que vous en ferez une merveille. Je vous recontacterai très bientôt.
Bonne chance.
Votre dévoué Andrew Allister.

PS : ci-joint un chèque qui couvrira les frais nécessaires à l’ameublement de votre nouveau foyer.

Megan écarquilla les yeux en voyant le montant du chèque, et sourit en regardant autour d’elle. Assurément cet endroit allait beaucoup l’inspirer pour en créer quelque chose de personnel et de chaleureux.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 22 Fév 2015 - 16:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    – Alors tu la connais comment ?
    – Les artistes, c’est comme les dealers, on a tout un réseau à notre disposition.
    – Chouette comparaison... Et t’es sûr que deux mecs comme nous, des quasi inconnus, ça va rassurer une nouvelle ?
    – Bah, on est juste polis et avenants. En plus t’as trop la tête du gentil garçon. On te donnerait le bon Dieu sans confession.
    – Ca me touche ce que tu dis, sachant que t’es athée...
    – Eh ouais...

    Les mains dans les poches de son jean, Vincent marchait aux côtés de Jason, son colocataire, dans la Kane Street. Jason lui avait demandé de l’accompagner pour accueillir une nouvelle artiste qui était apparemment arrivée dans le quartier, et éventuellement l’aider à emménager. Comment avait-il appris son arrivée ? Le fameux « réseau » justement. Allez savoir de quoi/qui il était composé et comment il fonctionnait. Jason savait des choses, point. Parfois, Vincent lui demandait de lui expliquer, mais bien vite il abandonnait. L’art et lui, ça faisait toujours deux. Quoiqu’il y était peut-être un tout petit peu plus sensible que ce qu’il pensait. Sans doute que ces derniers mois de cohabitation avec un artiste enthousiaste l’avaient un peu influencé, même ne serait-ce qu’inconsciemment.

    Il ne faisait pas bien chaud aujourd’hui. Comme tout bon mois de février de ce côté-ci des États-Unis. Cela n’empêchait pas Vincent d’avoir opté pour un simple teeshirt recouvert d’une petite laine. Les passants qui faisaient attention l’observaient parfois d’un air surpris, mais sans jamais trop insister. Au final, à Star City, ce genre « d’excentricité » vestimentaire n’avait rien d’extraordinaire. Pourtant, à côté de Jason qui s’était emmitouflé dans une doudoune bien épaisse, le contraste était assez flagrant. Mais bon, pourquoi accumuler les couches quand on ne craignait pas le froid ? Et puis, tant qu’ils restaient dans le quarter, Vince n’avait aucune raison de se couvrir.

    Les deux garçons finirent par arriver devant l’immeuble où allait apparemment habiter cette artiste. Vince reconnaissait le bar qui se trouvait au rez-de-chaussée, c’était souvent un des endroits les plus animés les soirs et ils s’y étaient parfois rendus lorsque Jason ou Holly déclaraient spontanément « fait soif », ou même lorsqu’ils avaient envie de manger quelque chose de simple sans avoir à se fatiguer. C’est que les vies d’étudiant / artiste / geek / barman / petit(e) ami(e) / pyromancien, c’était très fatiguant parfois. En somme, les lieux ne leurs étaient pas inconnus, mais il n’avait jamais accédé aux habitations. C’est ce qu’ils firent aujourd’hui en montant au dernier étage. Jason se posta devant la porte et Vince resta un peu en retrait, comme il ne la connaissait pas du tout, mieux valait laisser l’artiste en première ligne. J. pressa la sonnette.

    – Bonjour, je m’appelle Jason, lui c’est Vincent. Au nom de tous les artistes qui peuplent cette rue, je vous souhaite la bienvenue.

    Et comme le je n’était pas un « nous », car forcément Vince n’était pas un artiste, le footballeur fit un petit signe de la main pour saluer la nouvelle arrivante. Bon, elle aurait pu tomber sur encore plus bizarre pour l’accueillir à Star City.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 22 Fév 2015 - 19:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Voilà, peu à peu ça prenait forme…. Ou pas ! Megan semblait prendre la pause, tête inclinée, l’index posé sur son menton, signe de profonde réflexion. Et quelle réflexion ! Elle se demandait si elle avait vraiment bien fait de choisir ce jaune passion pour aller avec ce rouge framboise pour lequel elle avait craqué dans la boutique de « Peinture et bricolage pour tous ». Il aurait peut-être fallu une touche de vert ? Non, pour ça elle complèterait avec des plantes, ou peut-être du bleu ? Pour adoucir, oui un peu de bleu, comme un magnifique ciel d’automne.

Vêtue d’une vieille chemise d’homme dont elle avait roulé les manches, sur un tee-shirt usagé, ainsi que d’un short, elle avait réussi à mettre autant de peinture sur elle que sur les murs. Des murs qui s’étaient soudain teintés de couleurs s’opposant les unes aux autres, mais le tout donnait au Loft un air très joyeux et tout à fait harmonieux. Elle n’avait respecté strictement aucune règle, se laissant aller au plaisir de peindre sur les murs, un plaisir de gosse qu’il ne faudrait jamais oublier ! Ainsi les murs du fond se remplissaient d’arabesques et de formes diverses et variées à la façon « Picasso », avec une dominante de rouge framboise. Les seuls murs qui restaient encore en béton brut, étaient ceux de son atelier. Le neutre restant nécessaire pour étaler son inspiration uniquement sur les toiles.

Elle avait déjà trouvé un lit pour sa chambre qui devait être la pièce la plus aménagée de son loft. Il manquait encore un canapé, ou deux, alors qu’elle avait déjà dégoté dans une brocante, un fauteuil en cuir rouge qui rien à qu’à le regarder, donnait envie de s’y pelotonner. Enfin pour le moment il restait couvert d’une feuille de plastique, vu comment elle y allait avec son pinceau. Et puis en face pour la cuisine, elle avait trouvé une grosse table à l’ancienne, avec un bois patiné blanc-bleuté qui allait à merveille avec le reste, ainsi que ses quatre chaises assorties. Et…. C’était tout. De fait l’ensemble faisait encore très appartement ….vide ! Elle avait déjà récupéré un oranger condamné à mourir, vendu en solde. Elle s’était promise de lui redonner vie avant l’arrivée de l’été. Un sacré défi, même si elle s’en sortait plutôt bien avec les plantes. …

Bon sinon, elle s’était équipée de quelques accessoires, une lampe sur pied avec un énorme abat-jour en papier blanc, un tapis épais et moelleux dont les couleurs lui rappelaient le festival Holi, une guirlande d’ampoules de toutes les couleurs qu’elle avait accrochée au dessus de la table de la cuisine, en attendant de trouver une place plus adaptée. Ou peut-être une échelle pour l’installer en hauteur, sans avoir besoin de jouer les équilibristes sur la table de la cuisine. Un moment qui resterait épique !

Et bien sûr, le matériel de base pour sa cuisine. Mais encore une fois, même la vaisselle n’échappait pas à ce désordre recherché, car chaque pièce ne se trouvait que rarement en plusieurs exemplaires identiques. Le mélange, il n’y avait que ça de vrai !

Bref en entrant ses visiteurs auraient un double choc, la désertitude de son atelier où trônait un seul tabouret et un grand vieux chevalet en bois, vide pour le moment. Elle n’avait pas encore eu le temps de s’équiper en peinture, pinceaux et…. Bref, il lui manquait encore tout le matériel ! Et à l’opposé, l’explosion des couleurs et un décor déjà original pour le peu de meuble que contenait pour le moment, la partie « lieu de vie » du loft, derrière l’atelier, séparé de la première partie par une simple paroi.

Des visiteurs qui du reste s’annoncèrent sans qu’elle ne s’y attendît. Peu habituée à entendre sa propre sonnette, Megan sursauta et en se retournant, faillit shooter dans un des pots de peinture. Heureusement d’un saut quelque peu disgracieux, elle réussit à éviter la catastrophe, et se dépêcha d’aller ouvrir, fort intriguée par cette visite. Quoique son geste se figea au moment où elle allait ouvrir, se souvenant de sa dernière très mauvaise rencontre, avec Zeke Wolf. Et s’il l’avait suivie ? Et s’il l’avait retrouvée ? Et siiiii…. Bon ok, elle se raisonna, essayant d’oublier sa parano, et lorgna dans le judas prévu à cet effet, collant de fait l’empreinte de sa main sur la porte en s’y appuyant.
Ah ben non, il ne s’agissait pas du gars en imper mais de deux inconnus. Ces deux là avaient l’air plutôt charmants, enfin en apparence tout du moins ! Méfiance, se dit Megan qui ouvrit toutefois, avec un sourire timide. Jason ? Un artiste ? Ah oui, Monsieur Allister lui avait dit qu’il l’avait inscrite sur un site internet regroupant divers artistes, histoire de se faire connaître mais….. encore fallait-il qu’elle se procure un ordinateur.
Bon et si elle leur disait quelque chose ? Au lieu de rester planter devant eux, la bouche ouverte ? Une fois la méfiance passée, son sourire se fit plus sincère, et elle ouvrit la porte en grand.


- Jason et Vincent ! C’est …. Je suis surprise, mais ravie ! Entrez, je vous en prie. Moi c’est Megan, Megan Hope, se plut-elle à préciser. Elle aimait bien son nouveau nom qui faisait très….espoir quoi !
Elle voulut leur tendre la main, mais réalisant que celle-ci était encore ornée de peinture rouge et jaune, elle la retira.

- euh désolée, j’étais occupée à décorer mon appartement.

Puis regardant dans la même direction qu’eux, c’était à dire les murs gris et impersonnels de l’atelier, elle leur désigna le passage qui donnait accès à l’autre partie.


- enfin là c’est mon atelier… bon pour l’instant il n’y a pas grand-chose…..euh voir rien du tout ! J’ai eu beaucoup à faire pour trouver déjà de quoi m’installer. Venez, c’est par ici.

Elle les précéda vers la seconde partie :


- alors vous êtes artistes tous les deux ? Vous peignez, sculptez ?

Puis elle s’arrêta devant les murs colorés et avec un joli sourire, ajouta :

- moi c’est la peinture. Quoique d’ordinaire, je peins plutôt sur des toiles.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 22 Fév 2015 - 22:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
    Bon, c’était peut-être trop tôt pour tirer des conclusions, mais cette Megan semblait être quelqu’un de sympa. Déjà parce qu’elle ne leur ferma pas la porte au nez et qu’elle les laissa entrer. Vincent avait essayé d’arrêté de faire des généralités, mais il fallait reconnaître que les artistes comme Jason, un peu Camille et apparemment Megan étaient pour le moins accueillants et ouverts d’esprit. Bon, certes, Camille était un cas un peu particulier quand on y réfléchissait un peu, mais il n’était pas méchant non plus, au contraire. Autre détail qui ne surprit pas tellement Vincent : l’atelier. Pièce indispensable pour les personnes comme Megan et Jason. Ce dernier avait la salle de la Muse, même si en termes de taille, on pourrait l’appeler l’étage de la Muse. A croire que pour les artistes, l’atelier était aussi indispensable qu’une salle de bain. L’étudiant en économie observa la première pièce avec un petit sourire aux lèvres, elle lui faisait vraiment penser à leur salle de la Muse à ses débuts. Bien évidemment, son ami était très enthousiaste !

    – Génial ! Bien placé ! Et l’éclairage me semble prometteur ! Vous avez beaucoup de chance.
    – Vous lui avez donné un nom à votre atelier ?

    La question était sincère et polie, mais Jason, qui connaissait bien le gaillard, lui lançait un regard noir l’incitant à se montrer plus « gentil ». Vincent devrait donc remettre son étude de comparaison des personnalités artistiques à plus tard. La locataire les conduisit vers le lieu e vie et le pyromancien fut alors pris dans une tornade de couleurs qui pourrait presque lui donner le tournis, presque. Le style avait l’air savamment dosé pour que rien ne soit exagéré, mais le tout était plutôt intense... en tout cas pour un type « sensible » comme lui. On s’en doutera, Jason était fan.

    – J’adore les couleurs ! Vous vous êtes inspirée d’un style particulier ?

    Les amateurs d’art vous diraient peut-être qu’en tant qu’artiste, Jason était sensé pouvoir reconnaître ce genre de chose et définir tel ou tel style en un clin d’œil. Jason vous répondrait alors que chaque artiste a une vision bien définie et généralement unique de ce que les gens appelaient les styles. Mais forcément, avec un enthousiaste comme il, il ne fallait pas s’étonner de voir la conversation tourner autours de l’art. Et c’est donc tout naturellement, et poliment, Vincent n’en doutait pas, que Megan leur demanda s’ils étaient tous deux des artistes. Jason eut un sourire ouvertement moqueur qu’il pointa en direction de son colocataire. Ce dernier eut un sourire aussi, modeste, avant d’expliquer à leur hôtesse :

    – C’est lui l’artiste, moi je suis le fermé d’esprit.

    Un peu d’autodérision, ça attirait toujours la sympathie des autres.

    – Oui. Moi j’aime bien travailler sur des supports bruts. Les meubles surtout, et les métaux, mais il m’arrive de travailler sur quelques toiles. Est-ce que vous avez quelques unes de vos œuvres ici ?

    Vince se racla « discrètement » la gorge, parce que connaissant Jason, s’il commençait à s’émerveiller ou à s’horrifier devant des peintures, la discussion allait durer trèèèès longtemps. Et lui risquerait de s’endormir sur le charmant fauteuil de Megan. Pour une première impression, ça ne serait pas l’idéal. L’artiste revint donc sur le plan qu’ils s’étaient fixé.

    – Oui, non... pas tout de suite peut-être. Nous étions surtout venus pour vous souhaiter la bienvenue et pour vous proposer notre aide si jamais vous avez besoin de muscles pour vos meubles ou autres... Enfin vous aurez sûrement remarqué que les muscles, c’est lui.

    Le footballeur concerné eut un sourire gêné avant d’enchaîner.

    – Oui, mais Jason arrive aussi à porter des objets vraiment lourds, ne vous inquiétez pas.

    Regard assassin. Rires.

    – Sinon, vous venez d’arriver ? Comment vous trouvez la ville, pour l’instant ?

    C’était pour lui un discours de bienvenue beaucoup plus classique que celui de Jason. Il ne doutait pas que cette femme était une artiste, mais même les artistes pouvaient (sûrement) se retrouver un peu dépassés par une ville comme Star City. Vince se souvenait de son arrivée il y a trois ans et cela avait été riche en émotions. Enfin disons surtout qu’il s’était fait beaucoup de films avant d’arriver. Megan ne semblait pas traumatisée mais bon, de toute façon on demandait ce genre de chose dans toutes les nouvelles villes, non ?

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 23 Fév 2015 - 17:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Megan hocha la tête, oui l’éclairage, c’était bien ce qui faisait toute la magie de cet endroit, et cette lumière l’avait consolée d’avoir trouvé un Loft vide. Finalement elle avait apprécié l’idée d’Andrew et s’était faite une véritable mission de l’arranger à son goût. Quoiqu’il restait encore beaucoup de travail à faire. Mais….c’était tant mieux !

- je reconnais que l’ami qui m’a trouvé ce Loft, a vraiment très bien fait les choses. Toutes les conditions sont réunies pour faire de cet endroit une petite merveille d’atelier. Elle ajouta dans un rire léger : Il ne me reste vraiment plus qu’à le compléter, et surtout à trouver le matériel adéquat. Naturellement pour le moment, j’ai mis la priorité à mon installation, la partie …comment vous dites déjà ? …. Lieu de vie ?

Elle regarda autour d’elle.

- mais il faudra bien que je trouve toutes les fournitures nécessaires. Je dois encore acheter tout le matériel, n’ayant pu emmener avec moi que mon cartable à dessin avec les esquisses que j’avais faites et que je souhaite retravailler, ici…

Megan fit une petite moue :

- alors non, hélas je n’ai pu emmener aucune toile, trop compliqué à cause de l’avion. Je n’ai plus que ma petite boîte de peinture à l’huile. Mais…. en retrouvant un sourire confiant, elle leur avoua : C’est peut-être mieux ainsi au final, nouvelle vie, nouvelle inspiration, nouvelles créations, vous ne croyez pas ? C’est donc cette nouvelle vie qui s’offre à moi qui m’a inspirée pour ce…style on va dire. Et puis peut-être que vous pourriez me conseiller une boutique ? je n’ai pas encore vu de magasin de ce genre, avec fourniture pour les artistes. Mais venez, je peux vous offrir à boire ? J’ai de l’eau et quelques sodas, ou du thé si vous préférez ?

Et tout en se dirigeant vers le bloc de cuisine, elle poursuivit non sans un sourire amusé. Il faut dire que la question l’avait surprise, et oui amusée. Jamais elle n’avait songé en effet à donner un nom particulier à son atelier… c’était juste un atelier, même si elle allait sans aucun doute y passer de nombreuses heures.

- quant à donner un nom à mon atelier, je vous avoue que je n’y ai pas songé. Mais l’idée est amusante. Dois-je en conclure que vous en avait trouvé un à votre propre atelier, Jason ? Peut-être que ça m’inspirera pour en trouver un pour celui-ci.

Elle les observa tour à tour. Il n’y avait pas besoin de don particulier ou capacité de super pour deviner la complicité qui liait ces deux là, ce qui pour une empathe, se répercutait sur elle. Mais cela se faisait à son insu naturellement puisqu’elle ignorait tout de ce qu’elle était, et n’avait pas vraiment le contrôle sur cette capacité là. Tout comme elle pleurait comme une madeleine devant un film triste, là la joie, la complicité de ces deux était comme un chocolat chaud par une froide nuit d’hiver…réconfortant, l’aidant à oublier sa méfiance naturelle.

Ils s’installèrent donc à table, et Megan les remercia avec chaleur pour leur offre généreuse. Elle n’était après tout qu’une étrangère fraîchement débarquée, et voilà que ces deux-là lui proposaient spontanément leur aide, c’était rare et précieux, elle était bien placée pour le savoir.


- c’est très gentil de me proposer votre aide, en tout cas. Et promis si j’ai besoin d’aide, je ferai appel à vous. Comme vous l’avez compris, oui je viens tout juste d’arriver, je vivais à Moscou avant, et je suis bien contente d’avoir choisi les langues étrangères à l’école, l’anglais entre autre, même si j’ai encore des progrès à faire ! Ca aide de savoir parler la langue quand on vient de l’étranger. Enfin comme j’avais un appartement à aménager, travail qui n’est pas encore terminé comme vous pouvez le constater. ..

Elle fit un geste ample devant le reste du Loft peu occupé, et rit :

- je n’ai pas encore eu beaucoup de temps pour visiter, si ce n’est les boutiques d’antiquité, brocantes, et petits marchés aux puces. On y trouve de véritables petits trésors. Et vous ?

Elle les regarda tour à tour, ses grands yeux bleu-vert scrutant leurs visages :


- vous habitez près d’ici ? Et, Vincent c’est ça ? Je n’ai pas très bien compris quelle était votre occupation, un fermé d’esprit ? qu’est-ce donc ? lui demanda-t-elle avec le plus grand sérieux, ne se doutant pas qu’il s’agissait là d’une simple expression, ou trait d’humour du jeune homme.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 24 Fév 2015 - 0:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
    Aussi logique que le résultat de l’opération un plus un, la conversation s’attarda sur un sujet artistique. Megan leur exposa donc les avantages de son atelier ainsi que son absence de toile à cause de soucis pragmatiques. A en croire l’expression de Jason, cela était un drame innommable, pourtant, la capacité de relativisation de la jeune femme le fit passer de l’horreur à la joie. La philosophie tabula rasa de son homologue l’enchantait et devait probablement l’inspirer. Vincent reconnaissait les éclairs d’inspiration qui traversaient le regard de son ami. Ces artistes, de vraies girouettes.

    – Oui je comprends, évidemment, il faut bien nourrir son artiste, tout ça, tout ça. Mais pour les boutiques...
    – De l’eau, simplement pour moi. L’écouter parler me donne soif.
    – Je heu... oui de l’eau pour moi aussi si vous voulez bien.

    Jason avait développé la capacité surhumaine à ignorer les sarcasmes de son colocataire. Il se contenta donc de suivre Megan du regard pour reprendre là où il avait été gentiment interrompu.

    – Donc, pour les boutiques. Il y en a une très sympa au bout d’une impasse jouxtant la Kane Street, je vous donnerai l’adresse, il est très difficile de la trouver sans connaître. Sinon il y a un fournisseur plus complet en périphérie dans la zone industrielle, mais c’est un peu compliqué pour s’y rendre. Pour le gros de vos achats, je vous conseillerais donc de passer par la boutique du coin. Pour des achats plus précis, il faudrait commander par internet.

    Vincent regardait son ami parler avec un sourire en coin. Jason avait beau être spécial dans son genre, du moins, selon lui, il n’en n’était pas moins attentionné avec les gens. Ca expliquait sûrement son succès au bar, ça et sa queue de cheval. En attendant, Megan aussi avait l’air gentille, c’était peut-être un effet secondaire des vapeurs de peinture. Ou bien juste dû au fait qu’elle venait d’arriver dans le pays.

    – Il l’a appelé la Salle de la Muse, ‘fin techniquement, c’est plus un étage.
    – Oui, et c’est un franc succès je trouve. En tout cas auprès de ceux qui sont un minimum ouverts à l’art. Même parmi les étudiants de notre âge et nos cercles d’amis. C’est assez révélateur, d’ailleurs. Enfin, vous êtes la bienvenue pour le visiter quand vous voudrez !

    Au moins de cette façon, ils pourraient lui retourner le verre qu’elle était en train de leur offrir. Ok, il ne s’agissait que d’eau, mais tout de même. A peine arriver et inviter ses « voisins », c’était cool, surtout pour une fille de son âge... qui ne devait pas être si éloigné que ça du leur. Installés à table, ils apprirent qu’elle venait de Moscou. Ou en tout cas Vincent l’appris, allez savoir les détails dont pouvait disposer l’artiste.

    – Oui, n’hésitez pas à passer si vous avez besoin d’aide. Sinon, je vais vous donner un numéro, vous avez un portable ?

    Sinon, il se contenterait de les lui donner par écrit. En attendant, Vincent prit le relais pour la partie suivante de la conversation.

    – Jason a grandit ici. Moi je suis arrivé il y a trois ans pour faire mes études à l’université. Je viens du Kansas. On connait plutôt bien le quartier... enfin lui surtout, moi je découvre encore des trucs. Par contre, j’commence à bien connaître les alentours de la ville alors si jamais vous avez envie de quitter un peu le milieu urbain...

    Merci Kristen et Camille pour les ballades en forêt avec les cannibales ou encore les explorations souterraines en compagnie de créatures mutantes.

    – Tenez... On habite juste à côté, au dessus de la laverie de la rue. Et un fermé d’esprit c’est l’équivalent du moldu...

    Et là, Vincent espérait presque que Megan ignorait les références de geek de l’artiste pour que celui-ci se retrouve tout seul avec sa bêtise.

    – On travaille tous les deux dans un bar sur le campus, le New Star. Sinon je fais un master d’économie. Et c’est vrai, j’avoue, je ne suis pas un grand fan de l’art, mais je déteste pas non plus.

    Pour être plus exact en restant poli, disons que ce n’était pas sa tasse de thé.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 24 Fév 2015 - 16:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’enthousiasme de Jason l’amusait, et elle ne cessait de sourire ou de rire à ses questions, ou remarques. Contrairement à lui, Vincent semblait plus indifférent, et Megan croyait deviner que le premier avait entraîné le second dans cette visite, sans réelle motivation de ce dernier. Il se montrait toutefois aimable et poli, et même si la conversation ne semblait pas l’enthousiasmer plus que ça, il faisait l’effort d’y participer, s’attirant ainsi les bonnes grâces de Megan. Elle savait combien il n’était pas évident de s’intéresser à une conversation dont le sujet vous laissait indifférent.

Elle leur servit donc à chacun un verre d’eau, ainsi qu’à elle-même et s’assit à son tour autour de la table, pour reprendre la conversation, appréciant cette fois le trait d’humour du sage Vincent. Il est vrai que Jason se montrait plus bavard, chose logique puisque c’était lui l’artiste. Elle fut donc ravie d’apprendre qu’il y avait une boutique de fournitures non loin, et se releva pour aller chercher un calepin pour y noter l’adresse que Jason lui indiqua.


- je m’y rendrai dès que possible, il me tarde de reprendre les pinceaux. Un jour sans peindre et un jour sans couleur, ajouta-t-elle avec bonne humeur, tout au plaisir de pouvoir parler peinture, et surtout de laisser derrière elle, ces trop nombreux jours où elle n’avait pu toucher à un pinceau.
Parce qu’en prison, il fallait se plier aux règles très strictes, et ces règles n’étaient nullement faites pour des artistes. Mais tout ça faisait partie du passé, et trop contente de retrouver sa liberté, elle se réjouissait doublement de reprendre la peinture.


- et pour internet…. Elle fit une moue comique. Il va falloir que je me procure un ordinateur. Encore une chose à ajouter à ma longue liste d’achats à compléter.

Elle rit et puis félicita l’artiste du duo, pour son choix de nom. La salle de la Muse. Un mot qui lui était familier, car il lui était déjà arrivé de peindre les célèbres neuf muses de la mythologie grecque. Peut-être retraiterait-elle le sujet un jour. Elle échangea un instant avec lui sur le thème de la mythologie grecque, un thème spécialement inspirant pour elle, puis accepta son invitation à venir visiter sa fameuse salle.

- je ne raterai ça pour rien au monde ! Je ne connais pas beaucoup de sculpteur, vous serez un des premiers dont je rencontrerai les œuvres, ajouta-t-elle enthousiasme.
Aussi nota-t-elle précieusement son numéro toujours sur le même calepin, et elle griffonna rapidement son numéro personnel à l’attention de ses charmants visiteurs, avant de déchirer le papier pour le tendre à Jason.


- et ma foi, si moi aussi je puis vous être utile. Je ne sais pas trop comment, à part vous peindre peut-être un portrait ? N’hésitez pas à m’appeler d’accord ?

Elle écouta ensuite Vincent lui parler de leur quartier, de ses études, de ce qu’il connaissait de la ville, captant l’entière attention de Megan curieuse de découverte. Elle confirma qu’il lui plairait bien de découvrir les environs, mais qu’elle devait déjà apprendre à circuler dans cette vaste et belle ville, sans l’aide d’une carte ! Nouveau rire accompagnant cet ultime aveu. Un rire qui s’interrompit à la blague de Jason sur les « Moldus » ? Voilà qu’elle n’était pas plus avancée sur les activités de Vincent. Le terme la laissa perplexe.
Mais Heureusement Vincent mit un terme à son embarras en lui expliquant qu’il travaillait dans un bar. Alors Megan regarda les deux verres d’eau, et s’exclama :


- et moi qui vous offre de l’eau ! Elle rit et ajouta : Alors il faudra m’apprendre quelles sont les boissons les plus à la mode de Star-city, et pourquoi pas me refiler quelques unes des recettes de vos cocktails ! Moi à part la vodka, je ne connais pas grand-chose. Enfin bien sûr, si vous êtes d’accord. Je ne voudrais pas vous ….Elle hésita, butant sur le mot… extorquer vos secrets de confection.

Et touchée par son aveu, elle conclut :

- et promis la prochaine fois que nous nous verrons, vous nous parlerez d’économie, ce en quoi je n’y comprends pas grand-chose moi-même.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 24 Fév 2015 - 23:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
    Bonne nouvelle : Vincent ne regrettait pas d’avoir suivi son colocataire. Megan avait l’air d’être une fille charmante et elle avait un rire et un sourire communicatifs. Certes, l’étudiant en économie n’était jamais bien difficile à charmer. Un minimum de politesse, de la bonne humeur et hop, il était dans votre poche. Mais là, si jamais il devait mettre à profit la musculature que le football lui avait offerte pour l’aider à emménager, il n’en serait pas ennuyé. Jason lui était évidemment conquis. Ce n’était certes pas les artistes qui manquaient dans cette rue, mais il était ravi d’en rencontrer une qui venait d’aussi loin. Ainsi, il n’hésita pas une seule seconde à lui passer les bonnes adresses. En même temps, Jason passait ses bonnes adresses à tout le monde.

    – Pour les appareils électroniques, faut voir avec monsieur. déclara l’artiste en montra son compère du doigt.

    Vincent enchaîna en s’emparant du calepin de Megan pour y inscrire une nouvelle adresse.

    – Oui alors pour ça, je vous propose ce magasin. Ils vendent des ordinateurs d’occasion et même des téléphones portables. Ils sont vraiment sympas et pas du genre à vous arnaquer, en plus, ils prennent le temps de vous expliquer si vous avez un problème.
    – Faut dire que Vincent a eu une période très très maladroite.

    Le concerné jeta un regard noir à son ami.

    – Oui, oh, c’est bon ! Toi aussi t’aurais fait de la casse si t’avais... hum... bref.

    Soudain mal à l’aise, le jeune homme tout musclé tenta de cacher son embarras en avalant lentement une bonne partie de son verre d’eau. Jason le regarda d’un air exaspéré avant de reporter son attention sur la nouvelle du quartier

    – Oh vous verrez, je ne suis pas non plus un sculpteur très traditionnel. J’ai tendance à utiliser des matériaux urbains que je trouve dans la rue ou dans la décharge... après les avoir nettoyés évidemment.

    Il continua à lui décrire brièvement la nature de ses sculptures. Et la conversation resta cantonnée à l’art encore un peu. Vince supporta très bien cette discussion car elle lui permettait d’éviter de parler de quelque chose qui lui semblait un peu extrême pour quelqu’un qui venait d’arriver et qui avait l’air d’être venu... seul. L’étudiant espéra donc qu’elle n’allait pas vouloir en savoir plus, sans quoi, cette rencontre pourrait peut-être effrayer la demoiselle. Il eut cependant un grand sourire lorsqu’il constata que Megan ne comprenait pas la référence de Jason. Le pyromancien lança alors un regard condescendant à son colocataire qui comprit rapidement que Megan et lui ne partageaient pas exactement la même culture cinématographique. S’il y avait culture cinématographique tout court. Il avait déjà rencontré des artistes qui boudaient ouvertement le cinéma.

    – La vodka c’est déjà très bien. C’est le cœur de nombreux cocktails. lança Vincent d’un air faussement professionnel.
    – Oui, comme le dirait notre patronne, c’est là où se situe l’âme de toute révolution. C’est l’eau qui réchauffe les cœurs et contribue à leur donner soif. Bref, c’est notre meilleure amie. renchérit Jason sur le même ton.

    Bien sûr, ils blaguaient... encore que... ils avaient bien raison au sujet de l’importance de la vodka. Certes, elle n’avait pas autant de succès que la bière ou même le whisky, mais elle arrivait en bonne troisième position. Mais nous ne sommes pas là pour faire des études d’alcoolisme, n’est-ce pas ? Le footballeur balaya les inquiétudes de leur hôtesse d’un vague geste de main.

    – Faut pas vous inquiéter pour ça, on n’est pas non plus de grands buveurs.
    – Parle pour toi ! Faut bien que je soigne mes pannes d’inspiration, moi !

    Vincent rit de bon cœur à la blague qui n’était pas loin non plus de la vérité.

    – De toutes façons, on organise régulièrement des soirées découvertes où on montre nos talents et où on enseigne quelques trucs. En plus, ça se passe dans la salle de la Muse. Vous serez invitée à notre prochaine Happy Hour.
    – A consommer avec modération.
    – Evidemment. Sinon, si vous voulez, je peux tout de suite vous parler de la micro-économie des arts. C’est un sujet passionnant et ça vous concerne aussi un peu. Je suis sûr qu’on pourrait faire une étude intéressante sur les...
    – Si vous voulez le virer, allez-y, je vous aiderais.

    Nouveaux rires. Plus sérieusement, Vince reprit :

    – Et vous, est-ce que vous vivez de votre art ou bien vous avez un métier à côté ?


 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 26 Fév 2015 - 13:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cette journée était décidément délicieuse, ou peut-être était-ce simplement la compagnie de ces deux garçons très sympathiques qui faisaient que Megan passait un très bon moment, totalement inattendu vu qu’ils lui avaient fait une visite surprise ? Elle était donc ravie d’avoir des voisins de quartier aussi charmants et drôles, et se sentait un peu moins perdue dans cette vaste et grande cité. Il suffisait de si peu parfois. Un sourire, un rire, une plaisanterie, offrir un service, ou juste une politesse et le monde paraissait tout de suite moins sombre et inquiétant.

Elle jeta un coup d’œil à l’adresse indiquée par Vincent en se promettant que cet ordinateur serait sa prochaine acquisition, et puis voilà qui lui permettrait aussi de faire ses recherches pour trouver des images précises, des objets, pour être utilisés dans sa peinture en tant que modèles. Car il était désormais loin le temps où pour faire un portrait ou peindre un paysage, il fallait passer des heures à stationner devant un modèle vivant, le plus dur étant bien sûr à rester immobile pour ce dernier.
Quand il lui eut expliqué, elle répondit en riant que les explications seraient sans doute nécessaires. Elle n’était pas très douée avec un ordinateur, même si elle en avait déjà utilisée là-bas dans son pays d’origine. Toutefois elle évita de préciser dans quel but elle avait déjà effectué des recherches sur la toile.

Puis soudain la conversation pris un tour plus embarrassé, du moins concernant Vincent dont elle pouvait percevoir la gêne sans avoir à se forcer. Ils abordaient visiblement un sujet délicat qui lui en fit perdre les mots. Et comme si son ami avait compris la raison du malaise, Jason changea aussitôt de sujet. Voilà qui intrigua beaucoup Megan, mais elle n’était pas du genre à imposer des sujets gênants, tout du moins pas avec des personnes qui lui étaient agréables.

Ils parlèrent ainsi de sculptures que Megan fut de plus en plus impatiente de découvrir, mais comme Vincent lui n’était pas particulièrement à l’aise avec l’art, elle n’insista pas sur la question et ils dévièrent sur le métier de ses deux nouveaux amis, et une histoire de soirées particulières « Happy Hour » qui eut le don de l’intriguer autant que la gêne qu’avait montrée Vincent un peu plus tôt. Du coup la parano de Megan s’éveilla. Ils n’étaient quand même pas du genre à avoir des pratiques sexuelles déjantées ? …Elle se remémora les paroles de Vincent « toi aussi t’aurais fait de la casse, si t’avais…. »…. Faire de la casse ?
Elle oublia ses réflexions dérangeantes pour se concentrer sur la question que venait de lui poser Vincent :


- J’aimerai en vivre, oui. Mais pour y parvenir, il va me falloir varier mes domaines d’activité. Disons que ce que je préfère c’est l’art figuratif, les nus aussi, mais un peu dans le style de la renaissance, Boticelli que j’adore ou encore ce merveilleux Michelangelo ! Les peintres italiens sont très inspirants pour moi. Mais bien sûr, ce n’est pas un thème très actuel ni très sollicité. Alors je vais devoir me faire connaitre, en proposant des portraits sur demande, un peu comme un photographe, ou des sujets précis, les animaux de compagnie constituent aussi une grosse part de cette fameuse demande. Ou j’ai même du peindre une voiture une fois.

Elle rit, et avec un regard compatissant pour Vincent, termina :

- donc oui je compte vivre de mon art, même s’il faut que je me contente de dessiner des cartes d’anniversaire pour commencer. Mais j’ai vu que la ville dispose de pas mal de galeries. En me mettant très vite au travail, peut-être pourrais-je rapidement exposer. Enfin pour commencer, il va falloir que j’achète du matériel !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 26 Fév 2015 - 23:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    – Ah vous êtes plutôt du genre classique. Ca devrait marcher pour vous. Y a pas beaucoup d’offres de ce genre dans le coin, du moins d’après ce que je sais. Le plus dur sera de vous trouver une occasion pour exposer. Les galeries ne sont pas rares, mais elles ne sont pas forcément faciles d’accès. Y a pas mal d’artistes qui font la queue. Mais ‘suffit d’avoir des contacts et surtout de leur en mettre plein la vue. J’ai quelques...

    Jason continuait d’expliquer à Megan comment il pensait pouvoir la faire intégrer son cercle d’artistes afin qu’elle trouve elle-même ses propres marques et qu’elle puisse faire son bout de chemin dans une bonne direction. Vincent lui s’occupait en jetant un œil au loft. C’est vrai que c’était un endroit très lumineux, même ici dans la partie lieu de vie. Ils n’avaient pas à se plaindre de leur propre appartement car ils avaient d’assez grandes fenêtres, mais ici c’était plus espacé... ouvert. Chez eux, les pièces étaient plus... compartimentées. S’il devait comparer avec leur appartement, il dirait que le logement de cette nouvelle Stello Citoyenne était un bon compromis entre leur étage vie de tout les jours et leur étage Salle de la Muse. Le jeune homme se perdit dans ses pensées et commençait à se demander s’ils pourraient vivre tous les deux dans un loft de ce genre, Jace et lui. L’étudiant adorait la colocation et il ne se plaignait pas de ses amis, mais parfois, il aimerait bien avoir un peu d’intimité pour son copain. Et il était persuadé que l’autre couple pensait parfois la même chose de leur côté. Mais là, il s’emportait... et surtout il s’éloignait de la conversation de leur hôtesse, ce n’était pas très poli. Heureusement, Jason meublait.

    – En tout cas, je pense que vous arriverez à trouver votre lot d’inspiration à Star City, ce n’est pas une ville où... comment dire, où l’on s’ennuie.

    Vincent émit un petit rire moqueur. Son ami venait de faire un bel euphémisme.

    – Je ne sais pas comment était votre vie à Moscou, mais si elle était calme, j’espère que vous ne vous y êtes pas trop habituée.

    En tout cas lui, il lui arrivait encore de regretter le calme des prairies du Kansas. Entre autres choses.

    – Bah, il est mauvaise langue. Mais c’est vrai qu’on a nos... particularités. Vous savez, y a des endroits qui sont sensibles aux tornades d’autres aux tremblements de terre. Nous c’est un peu pareil. Mais on s’y fait. Regardez, moi j’y ai grandit et je le vis très bien.
    – Ouais enfin, y a ptet des effets secondaires.

    L’artiste leva les yeux au ciel.

    – En tout cas, j’vous assure que pour un artiste, c’est une mine d’inspiration. Suffit de suivre un tout petit peu l’actualité pour visualiser quelque chose de parlant et d’expressif.

    Et là, emporté par son envolée lyrique, Jason lança un regard que Vincent ne connaissait que trop bien. La Muse venait de frapper. Tous aux abris.

    – Tenez, regardez Vincent. Un garçon normal en apparence. Etudiant, footballeur. Bon cuisinier. Bref, on se douterait pas comme ça, mais Star City la transformé !
    – Nan, l’embête pas avec ça.

    Le jeune homme était un peu embarrassé. Non pas qu’il ait honte, il avait dépassé ce stade, mais il ne savait pas si c’était une bonne chose d’initier Megan aux bizarreries de Star City à peine arrivée... D’un autre côté... le plus tôt était peut-être le mieux.

    – C’qu’il voulait dire, c’est que la ville a une Histoire un peu... inquiétante parfois. Et ça laisse parfois des traces. Mais j’ai pas envie de vous faire peur avec ça...

    Il était conscient que ce n‘était pas très joyeux comme discours de bienvenue. Mais peut-être était-ce de sa responsabilité de l’avertir. Megan semblait être une fille bien sans histoire. Ce n’était peut-être pas vrai, mais c’était ce qu’elle semblait être. Et Vincent y voyait une sorte de reflet de ce qu’il avait été avant... avant cette ville. Une part de lui souhaiterait pour elle qu’elle conserve cette « innocence ». Enfin bon, si ça se trouve, elle était justement venue à Star City pour son... comment on disait déjà quand on voulait être politiquement correct ? A oui, son exotisme.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 27 Fév 2015 - 13:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Megan souriait tout en écoutant Jason attentivement. Elle se disait qu’à part une arrivée un peu catastrophique, elle avait vraiment de la chance d’avoir rencontré des personnes aussi charmantes et sympathiques. Ils ne se connaissaient qu’à peine mais déjà Jason lui proposait de l’aider à se faire une petite place « au soleil » parmi les autres étoiles de Star City. Il avait naturellement des contacts avec le milieu de l’art et se proposait donc de l’intégrer à son cercle. Alors bien sûr elle s’empressa d’accepter son offre. Tout tremplin pour sa carrière serait bon à prendre, même si ici il s’agissait d’un tremplin pour décoller, puisque son nom était tout ce qu’il y avait d’anonyme et méconnu sur cette terre. Le peu d’œuvres qu’elle avait eu l’occasion de terminer devaient encore se trouver dans son école d’art à Moscou. A moins qu’un enseignant, ou personnel de l’établissement trop zélé, avait tout bazardé dans une benne, ou rangé dans un grenier où ses œuvres seraient oubliées jusqu’au jour où quelqu’un tomberait dessus et là, cette personne deviendrait riche parce qu’entre-temps le nom de Megan Hope serait devenu célèbre….

Quoique, non, même dans le meilleur avenir possible, ça n’arriverait pas puisqu’elle avait changé d’identité ! Ouh là, elle se perdait dans de trop improbables rêves, et s’efforça de revenir au présent.
Elle approuva Jason au sujet de l’inspiration, celle-ci soufflait déjà avec force en elle, lui donnant envie de prendre les pinceaux sur le champ, sauf qu’elle n’en avait pas de pinceaux. Peut-être allait-elle passer à cette boutique avant d’acheter un ordinateur finalement !
Mais elle oublia très vite sa liste de course tandis que Jason évoquait sa vie passée. Megan changea aussitôt d’expression, ses traits se crispant, mais elle s’efforça de se reprendre en plaquant un sourire un peu forcé.


- disons qu’elle n’avait rien à voir avec, …avec cette ville, assurément. Mais je suis bien contente d’en changer, assura-t-elle avec un sourire plus détendu cette fois.

Elle oublia toutefois ses propres souvenirs tandis que Jason évoquait des « particularités », utilisant une image dont la compréhension échappa à Megan. Intriguée, toujours très curieuse, elle les dévisageait à présent tour à tour, assistant à un dialogue entre les deux amis, de plus en plus déconcertant.


- transformé ? Je ne comprends pas ?


Elle vit à nouveau l’embarras de Vincent, ce qui eut le don de piquer un peu plus encore si c’était possible, sa curiosité. Mais au-delà de l’embarras, il y avait autre chose qu’elle perçut dans son regard dans pouvoir toutefois le comprendre.

- inquiétante ? J’ai cru comprendre en effet que …..qu’il s’y passe souvent des choses … peu communes. J’ai eu l’occasion de lire un peu la presse et…

Elle hésita avant d’ajouter :

- j’ai assisté à quelque chose de comme vous dite plutôt inquiétant, dès mon arrivée ici. Je sais que la ville accueille de ces héros dont on en parle à travers le monde mais. Je ne crois pas que la personne que j’ai rencontrée, puisse être qualifiée de super héros. Enfin pas à mon sens. Cette personne était foncièrement « mauvaise » !

Elle les regarda encore tour à tour, avant de secouer la tête.

- tout cela était insensé, et si je n’avais pas été témoin par moi-même de la crise de folie qui s’est emparée de ce chauffeur de taxi, et de ces fleurs qui se sont soudain volatilisées, je me serai montrée plus sceptique. Mais…. ne me dites surtout pas que je risque souvent de rencontrer ce genre de personnages. Il était vraiment, mais vraiment très désagréable et à cause de lui notre taxi s’est embouti dans un camion. Heureusement je m’en suis sortie juste avec une petite blessure au front.

Elle leur désigna la fine raie encore un peu rouge sur son front.

- alors ne craignez pas de me faire peur, j’ai déjà eu mon compte à peine avais-je posé mes pieds sur le sol de cette ville.

Megan eut alors une moue entre le sourire et la grimace. Puis soudain elle percuta sur un détail, et dévisagea Vincent :

- mais qu’essayez-vous de me dire en fait ? Jason a dit que cette ville vous avait transformé ? Vous… vous êtes ….

Elle n’osa pas terminer. Après tout, jusque là, elle n’avait encore jamais, jamais rencontré de super héros de sa vie. Tout ça semblait appartenir à un autre monde que le sien, du moins du temps où elle vivait encore en Russie, et même pendant son incarcération, elle n’avait eu que très peu accès aux médias. Ces évènements qui marquaient l’histoire, qui arrivaient aux autres, à la tv, repris dans les films, n’avaient jamais eu de réel sens, à moins de s’y trouver directement confrontés. Et cette confrontation semblait soudain tout à fait d’actualité.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 28 Fév 2015 - 12:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
    Sans être des spécialistes en psychologie, Jason et Vincent remarquèrent bien que leur hôtesse n’était pas très à l’aise à l’idée de parler de son passé. Les garçons n’allaient pas la juger pour autant, Vincent estimait que cela devait faire partie de sa vie privée et qu’ils n’avaient pas à chercher à en savoir plus, après tout ils venaient juste de la rencontre et il était donc un peu tôt pour déterrer tous ses secrets. Jason, pour sa part, imaginait déjà une blessure du passé responsable de l’éclosion artistique de la jeune femme, mais si cela attisait la curiosité du jeune homme, il ne chercha pas à en savoir plus et se dit que le mieux serait d’attendre de voir une de ses œuvres afin de la décortiquer et de deviner les cicatrices qui pouvaient se cacher sous la peinture. Deux écoles de pensée bien différentes mais aux répercussions similaires à court terme : ils évitèrent toute indiscrétion.

    De toute façon, la conversation restait centrée sur Star City et sur ses cadeaux surprise. Et apparemment, Megan avait eu droit à un comité d’accueil. Les garçons écoutèrent avec attention et avec les sourcils légèrement froncés. Jason, parce qu’il essayait d’imaginer la scène. Vincent parce qu’il commençait à en avoir marre de tous ses psychopathes en herbe qui n’arrêtaient pas de se promener. Camille avait beau dire, il y en avait déjà beaucoup trop.

    – Désolé que votre arrivée ce soit si mal passée.
    – En tout cas, l’homme que vous décrivez n’est certainement pas un Super Héros. Mais juste un Super. C’est comme ça qu’on appelle ceux qui ont des pouvoirs. En général, ils sont plutôt sympathiques et respectueux.

    Son regard couva son colocataire.

    – Mais il y en a aussi qui sont, comme vous dites, franchement désagréables. Et c’est sûrement un euphémisme.

    Et sur ceux, Vincent, plus influencé qu’il ne le pensait par ses fréquentation personnelles ajouta :

    – Je sais que ce n’est pas la première chose qu’on ait envie de faire en arrivant dans une nouvelle ville, mais si vous penser que ce type est vraiment dangereux, vous devriez peut-être le signaler à la police si ce n’est pas déjà fait.

    Après, lui-même était mal placé pour la juger si cela ne la tentait pas. Il avait eu pas mal de difficultés pour parler de sa mésaventure avec Noctis aux forces de l’ordre. Mais là, il ne savait pas trop si l’homme dont parlait Megan était vraiment mauvais. Après tout, elle était nouvelle et peut-être que ce type l’avait simplement effrayée avec des capacités... particulières. Pour avoir eu peur de ses propres pouvoirs pendant un bon moment – toujours un peu d’ailleurs – Vincent comprenait les éventuelles réticences. Il voulait bien sûr rassurer la nouvelle venue, mais il n’avait pas envie de lui mentir.

    – Pour être honnête, j’aimerais vous dire qu’on ne rencontre ce genre de personne que quelques fois dans une vie, mais ici, c’est un chiffre qui peut facilement se multiplier...

    Et il était le premier à le regretter, croyez-le. Jason hocha discrètement de la tête pour confirmer les propos de Vince, mais il semblait un peu moins pessimiste.

    – Oui enfin, en général, les « méchants » se font discrets. On a quand même la chance d’avoir la Légion et l’UNISON pour réguler les éléments dangereux. Et puis la police n’est pas non plus totalement inexpérimentée.

    Mais elle ne maîtrisait pas non plus tout ce qui se passait, comme le pyromancien avait pu le découvrir par moments.

    – Et oui cette ville m’a bien changé.

    De ce qu’il entendait, Megan ne semblait pas totalement naïve comme lui avait pu l’être. Et puis, comme elle le disait, elle avait eu droit à un accueil particulièrement horrible. Elle pourrait donc sans doute supporter le terrible « secret » de Vincent. Le jeune homme posa le dos de sa main sur la table et l’ouvrit. De petites flammes apparurent dans creux de sa paume et s’embrasèrent doucement pour finir par former un moineau pas plus gros qu’une tasse d’expression. L’oiseau de feu bougeait comme l’animal qui l’inspirait sous le regard de Vincent qui restait concentré afin d’éviter tout risque d’accident.

    – Vous inquiétez pas, je ne vais pas mettre le feu à l’appartement.
    – J’aurais aimé avoir cette certitude quand tu es arrivé à l’appartement.

    Mais le sourire de Jason montrait bien qu’il ne s’était jamais vraiment inquiété à ce sujet. Il avait toujours fait preuve d’une généreuse tolérance à l’égard des pouvoirs de son ami et collègue.

    – Ca m’est arrivé après avoir rencontré moi aussi une personne pas très recommendable... longue histoire.

    Et son ton montrait clairement qu’il n’avait pas envie de s’étendre sur ce sujet. Même Jason ne semblait pas particulièrement inspiré par ce thème qui ravivait encore de tristes souvenirs. Vincent finit par écourter sa démonstration, les flammes du moineau se dissipèrent dans l’air, ne laissant plus que l’ombre de leur chaleur derrière elles. L’étudiant récupéra sa main et regarda Megan dans les yeux avec un sourire timide, il espérait ne pas l’avoir trop choquée.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 28 Fév 2015 - 17:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Megan sourit à Vincent. Leur compassion sincère contribua à estomper le souvenir de cet incident, c’était le propre des humains, savoir écouter l’autre pour atténuer la peine, le chagrin ou la colère. Pouvoir se confier était la meilleure des thérapies pour pouvoir clore cet incident et passer à autre chose. Toutefois, même si elle devait l’avouer, elle avait bien pensé à aller en parler à la police, cette idée lui était parue très vite impossible. Aussi quand il lui conseilla d’aller voir la police, Megan fit la moue, n’émettant pourtant aucun commentaire. Elle se contenta de l’écouter lui expliquer que ce genre de fait était courant dans cette ville. Oui c’est ce qu’elle avait cru comprendre, malheureusement.

C’est là que Jason lui parla de la légion et de l’unison dont elle avait déjà entendu parler toujours via les médias. Eux ainsi étaient chargés de veiller sur les humains, pour leur épargner le pire avec ces fameux « supers vilains ». Voilà des personnes à qui elle aurait eu moins de remords de raconter ce qui s’était passé avec ce type dans le taxi qu’à de simples flics qui lui auraient sans doute ri au nez. Même ses deux nouveaux amis, elle n’était pas sûre qu’ils la prissent au sérieux tout à coup. Et puis n’avait-elle pas exagéré ? Elle se remémora le rire de dément de Zeke, la façon dont il avait insulté, provoqué intentionnellement le chauffeur de taxi juste pour le mettre hors de lui, et puis cette vision d’horreur tandis que des insectes sortaient de la bouche du type, et que la peau du chauffeur de taxi s’était soudain décomposée en lambeaux, avant que les insectes ne s’en prenne à lui. Et puis quand Zeke s’était détourné d’elle, elle avait compris, les fleurs, l’illusion s’était instantanément évaporée. Sauf pour le chauffeur qui avait continué d’hurler jusqu’à les envoyer dans le camion en face.
Ce n’était au final qu’une illusion, mais…. à bien y réfléchir, il les avait mis en danger en provoquant de fait cet accident.

Megan soupira pour chasser ces horribles images, et fronça les sourcils en voyant Vincent opérer un bien étrange numéro…. Ses yeux s’écarquillèrent tandis que les flammes prenaient la forme d’un moineau qui mis à part le fait qu’il semblait fait de feu, paraissait tout à fait réel, et vivant ! Elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais la surprise l’empêcha de parler.
Aussi quand il voulut la rassurer pour l’appartement, était-elle à milles lieues de s’en inquiéter tant elle était fasciné par le spectacle, allant même jusqu’à avancer la main pour frôler les doigts de Vincent.


- ho ! Ca ne vous fait pas mal ?


Elle réussit alors à se détourner de l’oiseau de feu pour regarder Vincent. Il avait l’air de dire que ce qu’il savait faire, lui était arrivé par accident, à cause d’une mauvaise rencontre. Elle ne comprit pas, ce qui se traduisit par un froncement de sourcil :

- une mauvaise rencontre ? Vous.. vous êtes un super?

Elle regarda alors Jason, s’attendant à ce que lui aussi lui fasse une démonstration de quelque chose.
- et vous aussi ?...

Ses épaules s’affaissèrent soudain, comme si elle accusait enfin le choc :

- et moi qui croyais qu’on naissait comme ça… différent. Vous avez l’air de dire que vous avez « attrapé » ce….ce pouvoir ma foi, très surprenant !

Elle était un peu confuse, bien qu’en fouillant ses souvenirs, elle avait bien lu des articles sur des métahumains qui l’étaient devenus suite à des accidents…. Des accidents, elle regarda à nouveau les mains de Vincent.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 28 Fév 2015 - 22:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    – Nan, ça fait pas mal. J’suis devenu insensible au feu.

    Ce n’était peut-être pas le mot le plus adapté, mais c’était le plus simple pour décrire l’effet que les flammes lui faisaient ou qu’elles ne lui faisaient pas justement. Expliquer à quel point il appréciait le contact le ferait peut-être passer pour un pyromane dérangé. Et puis il n’était pas sûr de savoir lui-même à quel point ce contact lui plaisait. Mieux valait ne pas trop pousser la réflexion. De toute façon, le but était d’éclairer la lanterne de Megan, pas de la perdre dans les méandres des interrogations métaphysiques d’un pyromancien.

    – Ouais, c’est un Super. Et non, moi je n’ai pas de pouvoir. J’aimerais pouvoir vous dire que je suis un Super artiste, mais je ne pense pas que mon talent soit si surnaturel que ça. Enfin ça dépend des points de vue bien sûr, si on considère l’art comme étant une activité extraordinaire alors...
    – Essayons de faire la part des choses pour le moment... plaça Vincent sans méchanceté.

    Le jeune homme essayait de pêcher les réactions de Megan et de les interpréter. Mais pour un garçon aussi hermétique à l’art que lui, l’exercice de l’interprétation était aussi délicat que le vol l’était pour une pieuvre. Et les comparaisons vaguement poétiques que vous pouvez trouver dans ce texte sont, vous vous en doutez, bien éloignées de ce qui se passait dans l’esprit du footballeur... En tout cas de son conscient. Maintenant, la jeune artiste commençait à poser des questions, et c’était bien normal. Quelque part, cette réaction typique et ordinaire mettait du baume au cœur du jeune homme. Elle lui rappelait ce qu’il était avant, juste après son coma... mais aussi maintenant encore, même si c’était bien caché par un écran de fumée et de flammes. Il prit une discrète inspiration avant de se lancer dans les explications.

    – C’est vrai qu’il y en a beaucoup qui naissent avec leurs particularités.
    – Les mutants, oui.
    – Et moi je fais partie de ces gens qui ont reçut leurs pouvoirs à la suite d’un... accident. Enfin je vous passe les détails. parce qu’il n’avait pas spécialement envie de partager une expérience aussi horrible et personnelle avec quelqu’un qu’il venait juste de rencontrer aussi gentille était-elle Mais si ça peut vous rassurer, on n’attrape pas des pouvoirs comme on attrape un rhume... Enfin je pense pas.

    Et là, il fit « l’erreur » de lancer un regard interrogateur à son colocataire qui trouva judicieux de partager ses idées.

    – Ben y a une théorie sur le net comme quoi un virus aurait été crée pour donner des pouvoirs à ceux qu’il infecte. Et puis il y a cette rumeur au sujet d’un drogue qui...
    – Tu essaies de la faire fuir ?
    – Allez ! Tout le monde ou presque a eu un jour envie d’avoir des pouvoirs.

    Le footballeur ne répondit rien. Il n’était pas sûr que ça soit le cas. Ou bien si les gens espéraient avoir des pouvoirs, la moitié devait sans doute regretter leur souhait lorsque, par hasard ou non, il venait à se réaliser. Et quand bien même Megan faisait partie des gens qui désiraient avoir de telles facultés, lui faire miroiter cette possibilité semblait un peu cruel. A sa connaissance, tout le monde à Star City n’était pas doté de super pouvoirs. Certains arrivaient à passer à travers les mailles de ce filet.

    – Bref... tout ça pour vous dire qu’il ne faut pas forcément s’étonner de voir un truc... inhabituel au coin de la rue.

    Le barman s’abstint toutefois d’insister sur la possibilité de croiser ce que sa famille n’hésiterait pas à appeler un individu démoniaque. Il ne voulait pas servir d’oiseau de mauvais augure. Autant rester sur les aspects les plus quotidiens de la ville. Il ne lui avait fallut que quelques mois pour s’habituer (on va dire) à voir quelqu’un voler dans les airs que ce soir pour secourir la veuve et l’orphelin ou pour échapper au courroux d’un Super Héros en service. Megan ne tarderait sûrement pas à voir des choses autrement plus impressionnantes que des petits moineaux de feu.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 1 Mar 2015 - 19:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ah oui forcément, quand on jouait avec le feu, mieux valait être immunisé contre ses effets, à moins de finir tel le phénix et devoir renaître à chaque fois, ce qui avouons-le, n’était guère pratique ! Ca n’en restait pas moins fascinant au contraire. Il ne portait donc évidemment aucune trace de brûlure, ni de quelque sorte que ce soit. Jason quant à lui ne s’en formalisait pas plus que ça, habitué sans doute ? Elle s’interrogea sur l’histoire de ces deux là. Comment Jason avait-il découvert le pouvoir de Vincent, et comment Vincent avait-il pris la nouvelle puisqu’il l’avait acquis par accident ?

Mais pour le moment, il ne tenait visiblement pas à en parler. Megan pouvait sentir la contrariété, ou une émotion négative comme une ombre qui l’envahit dès qu’ils commencèrent à évoquer cette partie de sa vie. Cela avait peut-être été douloureux ? Ou avait-il perdu quelque chose de plus précieux, de plus important ? Elle ne le saurait pas pour le moment.
Le reste de la conversation dévia soudain de manière inattendue sur le fait de désirer posséder ou non des pouvoirs. Elle les dévisagea, surprise par l’idée, mais elle ne semblait pas particulièrement visée. Même que Vincent craignait que ça ne la fasse fuir. Alors elle plaisanta :


- pour autant qu’il ne me pousse pas des ailes, ça devrait aller !

Si elle avait su !
- mais je n’ai jamais réfléchi à la question.

A vrai dire elle se sentait déjà plus que concernée, vu qu’elle pouvait faire des choses sortant plutôt de l’ordinaire. Mais sans savoir de quoi il retournait, elle ne pouvait pas leur en parler, et puis ils venaient de faire connaissance. Ce fut à son tour d’être mal à l’aise soudain, comme si elle craignait qu’ils puissent lire sur son visage qu’elle avait des capacités plutôt particulières. Des capacités qu’elle avait mis un moment avant de reconnaitre comme sortant simplement du cadre de l’intuition. Et en plus elle ne les maîtrisait pas du tout, comme cette manie de « lire dans les cœurs », de ressentir ce que l’autre envoyait comme émotion, positive ou négative. Une réaction instinctive qui était bien loin de ce à quoi elle venait d’assister vu le contrôle que Vincent avait sur son pouvoir. Elle en oubliait même parfois qu’elle n’était pas sensée pouvoir faire « ça ».
Oui tout cela la laissait plutôt perplexe, surtout que dans son cas, elle ignorait quel genre de « virus » pour citer Jason, elle avait attrapé. Elle chassa ses réflexions pour sourire à Vincent :


- je comprends ce que tu veux dire…enfin si tu permets que je te tutoie ? Après tout si vous devez venir porter tous les deux des meubles chez moi et qu’on doit se faire des….comment vous avez dit « Happy Hour » ? On peut oublier le vouvoiement. Et promis, je serai prudente en traversant la rue, j’ai déjà retenu la leçon avec ce fou en imper !

Puis elle les regarda tour à tour, et ajouta avec un sourire chaleureux :

- en tout cas j’ai été ravie de faire votre connaissance, vous êtes adorable tous les deux, avec ou sans feu, cela va de soit !

Elle rit en concluant :

- ce qui me fait penser que je n’ai pas encore prévu d’extincteur. On dirait bien qu’il va me falloir parer à ce détail, au cas où ? Non je plaisante, je vois bien que tu as l’air de bien maîtriser cette étonnante… faculté.

Elle lui sourit, ayant adopté un ton « rassurant ». Elle ne voulait pas qu’ils pensent qu’elle le jugeait parce qu’il était différent. Même si à Star-city, ce n’était pas vraiment une différence flagrante, si elle avait bien compris.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Emménagement
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Emménagement  Cadre_6Emménagement  Cadre_7_bisEmménagement  Cadre_8


Emménagement  Cadre_1Emménagement  Cadre_2_bisEmménagement  Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Emménagement  Cadre_6Emménagement  Cadre_7_bisEmménagement  Cadre_8
Sauter vers: