AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_1Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_2bisMerlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_3
 

Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant

 
Message posté : Sam 14 Fév 2015 - 18:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Informations Personnelles

ϟ Nom : Hohenwald
ϟ Prénoms : Merlin
ϟ Sexe : -
ϟ Âge : Six décennies depuis sa mort
ϟ Date de Naissance : Inconnue
ϟ Lieu de Naissance : Allemagne
ϟ Nationalité : -
ϟ Orientation : -
ϟ Métier : Esprit tourmenteur

Administration

ϟ Avatar : Hero Fiennes-Tiffin
ϟ Crédits : -
ϟ Pseudo : -
ϟ Âge réel : 23 ans
ϟ Parlez-nous de vous : J'avais déjà fait une présentation sous le nom de Logan Ross. Je réitère !
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Déjà dit.
ϟ Que pensez-vous du forum ? Déjà dit.
ϟ Quelques conseils à donner ? Déjà dit.

Historique

Chap. I – LE CAUCHEMAR DE KELLY

"Je vous déclare unis par les liens sacrés du mariage."

Linda, ravissante, embrasse Thomas avec une délicatesse amoureuse. Les deux amants sont fous l'un de l'autre, liés par cette passion transpirante qui pétille dans leurs yeux et dans ceux de leurs deux enfants, Léo et Kelly. Toute l'audience applaudit, les sourires s'échangent, les clins d'oeils foisonnent et quelques larmes de bonheur coulent des joues les plus sensibles. Léo et Kelly se regardent mutuellement, très heureux, mais un peu dépassés par le spectacle. Les adultes se bousculent pour enlacer soit l'un des deux parents, soit l'un des deux enfants, et ils se retrouvent somme toute au coeur d'une agitation qui ne leur est guère coutumière. Pour autant, ils sont assez lucides pour ressentir la joie immense qui fait bondir de palpitations les coeurs altruistes de tous ceux qui sont venus pour la cérémonie. Tout le monde attendait ce mariage avec une grande impatience, voyant dans la complicité de Linda et Thomas le rêve à l'américaine, le bonheur conjugale à son paroxysme.

Plus tard dans la soirée, les festivités se poursuivent. L'alcool coule à flots pour les adultes, et la grande majorité des invités se dandine sur la voix de leurs chanteurs de variété favoris. Le sol est jonché de verres en plastique usés, de résidus de boissons et d'apéritifs, de paillettes, de ballons et autres accessoires de fêtes.
Kelly, vêtue d'une magnifique robe blanche, s'amuse avec les autres enfants. Ils sont une dizaine à peu près à jouer à cache-cache. Aucun n'a le droit de sortir, puisqu'il pleut dehors. L'avantage pourtant, c'est que la pluie a permis d'établir un consensus pour le comptage, qui se réalise au compte-gouttes. Kelly énonce à haute voix le nombre de gouttes qui tombent de l'extrémité perpendiculaire basse de la fenêtre ouverte qui donne sur l'intérieur des cabinets. 1, 2, 3, ... sans détourner le regard de son outil de comptage, elle écoute les chuchotements et les rires des autres enfants qui, dans le chahut, tentent de se loger dans les espaces les plus étroits et invisibles. 16, 17, 18, ... au loin ne résonne plus que le son qui anime la piste de danse pour les adultes. 21, 22, 23, ... elle entend un enfant qui demande, non loin d'elle, où est-ce que sa bague a été cachée. Elle devine que celui-là n'est pas très loin derrière elle, et qu'elle aura tôt fait de le trouver. 28, 29, 30 !

Kelly se retourne d'un vive élan, annonçant de sa voix douce et innocente qu'elle commence la traque. Il lui faut approximativement le temps de 150 gouttes pour trouver tout le monde, les autres enfants, parfois trop bien cachés, finissant par se dévoiler par trop d'impatience. Au terme des 150 gouttes, les voilà tous réunis, se félicitant, se moquant, échangeant des planques et des rires. Kelly intervient alors pour conclure son tour de traque : qui a perdu sa bague ?

Tous la regardent avec perplexité. Aucun enfant ne porte de bague. Kelly assure cependant que quelqu'un lui a dit avoir perdu sa bague. Elle insiste pour que celui-ci se dénonce. Personne. Elle s'agace. Elle n'aime pas qu'on la fasse tourner en bourrique. Elle repose la question : qui a perdu sa bague ? Toujours personne. Sa gentillesse vacille, et le caprice commence. Puisque c'est comme ça, elle ne joue plus.

30 gouttes plus tard, elle se retrouve seule dans la cuisine. Le repas est terminé, personne ne viendra la déranger ici. Elle fait la moue, frustrée d'avoir été ainsi trahie par ses amis. Assise par terre, contre le meuble du lavabo, elle plonge son visage entre ses bras, attendant que l'heure passe. De l'autre côté du gîte qui accueille la soirée, un autre enfant compte les gouttes. 6, 7, 8, ... Kelly boude toujours. 13, 14, 15, ... curieusement, la lumière de la cuisine clignote et la gamine entend l'eau du robinet qui coule. 16, 17, 18, ... elle se lève et coupe l'eau, dérangée par le bruit parasitaire qui l'empêche d'écouter la musique des adultes. Elle se rassoie aussi vite. 19, 20, 21, ... la lumière clignote à nouveau. Elle entend une voix. Quelqu'un a égaré sa bague. Elle lève la tête, furieuse. Elle crie avec colère que ce n'est pas drôle, puis elle replonge son visage entre ses bras.

24, 25, 26, ... La lumière s'éteint définitivement. Une voix s'élève dans la pièce, la même que tout à l'heure. Mais cette fois-ci, le ton est plus sec.

"Je compte jusqu'à trois."

Kelly lève les yeux et se crispe. Elle se retrouve nez-à-nez avec un garçon un peu plus vieux qu'elle, le visage blafard, les cheveux noirs comme l'ébène. Une goutte. Il la regarde de près, enfonçant ses yeux ténébreux dans les siens. Son corps ne réagit plus. Ses mains sont paralysées et ses jambes tremblent un peu. Elle est épouvantée. Deux gouttes. Par un mystérieux sortilège, elle n'entend plus la musique des adultes. Elle est plongée dans un monde lugubre et silencieux. Un monde où n'existent que lui et elle. Trois gouttes. Une odeur nauséabonde s'échappe du garçon. Une odeur de cadavre que Kelly découvre sur le fait, et qui lui glace davantage le sang. Il ne bouge pas, appuyant son regard terrorisant sur elle, comme s'il lisait au fond de son âme. Kelly respire avec difficulté, son coeur s'emballe.

Puis la lumière revient. Quatre gouttes. Le garçon a disparu, son odeur aussi. La musique reprend de plus belle. La gamine reprend confiance en elle et s'enfuit à toutes jambes, sortant de la pièce en claquant la porte. Elle retourne voir sa mère, tétanisée, le visage en sanglots, et plonge sous sa jupe. Elle lui raconte le cauchemar qu'elle vient de faire.

Dans la cuisine, le silence règne. Plus rien ne subsiste du cauchemar de Kelly.



Chap. II – LA COLERE DU BORGNE

Monsieur Hohenwald, de naissance allemande, a toujours été un bon geôlier. Il exerçait le métier depuis les années 1900, toujours avec sérieux et professionnalisme, faisant peu d'écarts aux protocoles imposés par les dicteurs de lois. Il avait une femme et deux fils, dont l'ainé travaillait déjà à l'usine. Ils vivaient dans une maison modeste mais s'offraient le privilège de quelques bêtes domestiques et d'un très grand potager.

Monsieur Hohenwald était de ces hommes modestes et bons qu'on craint pourtant. Sa carrure dépassait celle de la plupart des autres hommes, même s'il souffrait d'une scoliose importante, étant condamné à se courber sans cesse pour se promener dans les caves sinueuses où il exerçait sa profession. Il avait une épaule douce et large et des poumons généreux. Son visage rondouillard et moustachu transpirait de bonté et d'empathie, et beaucoup d'hommes condamnés étaient heureux de pouvoir compter sur sa présence pour les guider vers l'heure tragique de la guillotine.

Monsieur Hohenwald avait du Verbe et une voix grave mais belle. Il parlait lentement et employait un vocabulaire assez précieux, ce qui contrastait avec sa profession. Il savait appuyer chaque syllabe pour suspendre son propos avec une grâce infinie, ce qui avait le don de plaire aux femmes, desquelles il ne se privait pas au demeurant. Ses discours et son charisme en faisaient un personnage apprécié par toute la communauté.

Mais quand la guerre arriva, les choses se compliquèrent pour Monsieur Hohenwald et sa famille. Mobilisé, il prit les armes avec ses camarades et tira son lot de balles, tuant son lot d'hommes. Il esquiva les tirs de Shrapnel et les fragments d'obus, les couteaux de ses ennemis et la maladie. Mais il n'esquiva pas la balle qui emporta la moitié de son visage et le conduisit derechef vers les lignes de retrait.

Après plusieurs mois d'hospitalisation, Monsieur Hohenwald retrouva sa famille. Ni sa femme, ni ses fils ne purent le reconnaître sur le moment. Il était borgne et sa mâchoire était apparente, son visage ayant été dépecé par la balle et les soins nécessaires. On pouvait voir de dehors une rangée de dents ainsi que sa gencive, et son globe oculaire n'était rien d'autre qu'une cavité profonde et lugubre. Monsieur Hohenwald mît plusieurs jours avant de se procurer des drogues pour apaiser sa douleur. Il hurlait parfois en pleine nuit, le visage brûlant, l'impression d'être rongé par les vers. Il avait une haleine de cadavre et sa femme devait le parfumer pour ne pas vomir au repas.

Son premier fils fut lui aussi mobilisé mais n'eut pas la chance de s'en sortir. Il mourut sur le champs de bataille, échappant à la crise allemande. Le second, quant à lui, resta à la maison avec un père devenu fou, cherchant sans cesse de nouveaux moyens pour s'apaiser. Dans sa névrose, le père Hohenwald commença à porter la main sur sa femme et son fils. Il tua toutes ses bêtes et agressa plusieurs civils.

C'est en Avril 1923, plein de disgrâce, que Monsieur Hohenwald se donna la mort.



Chap. III – LE FANATISME DU PERE

Quand son père mourût, le petit Hohenwald, Gustav, ne put contenir son sourire. Il ne le reconnaissait plus en tant que père depuis que son visage avait été transfiguré et sa dignité bafouée, et depuis, pour ainsi dire, qu'il avait commencé à mettre la main sur lui. Pour le reste, il avait appris à encaisser la douleur physique, et ne craignait plus rien du monde.
Gustav n'était pas aussi grand que son père, ni aussi trapus. Il était même plutôt petit et frêle. La guerre avait affamé tous les enfants du peuple, et tous souffraient de retard de croissance. Beaucoup d'adolescents de l'époque ressemblaient à des chiens maigres et trainaient leur misère sur les routes vagabondes, ayant perdu leur famille et leur maison. Le corps fragile du cadet supportait néanmoins l'hiver et la violence avec une force extraordinaire.

Quand il fut en âge de se débrouiller, sa mère le chassa du logis, désirant profiter de sa solitude pour se noyer seule dans son immense chagrin et subir seule les conséquences de sa déchéance.

Gustav erra plusieurs mois, réalisant de menus services pour subvenir à ses propres besoins. La crise qui frappait l'Allemagne en ces périodes troubles ne lui fit aucun cadeau, et il vagabondait sur les routes comme beaucoup de chômeurs de son temps, cherchant à donner du sens à sa vie.
Bientôt, il fut obligé de s'employer au vol. Il forma avec plusieurs autres vadrouilleurs un groupe de cambrioleurs, et il fit son pain sur la misère du peuple, ne craignant pas de détrousser les plus pauvres pour se tirer d'embarras. En ces temps de crises, la psychologie de Gustav prenait toute son épaisseur : il était sadique, arrogant et individualiste. Il croyait en l'idée de race supérieure, et se croyait même supérieur à la plupart des hommes, bien qu'ayant peu d'allure.

Quand il comprît les règles du troc et que leurs manigances commencèrent à tourner au vinaigre, il s'improvisa commerçant de tabac. Plusieurs années durant, il fit les routes, échangeant sa marchandise contre monnaie ou service. Quand il constata que le tabac ne lui rapportait pas suffisamment, il décida de renforcer son chariot avec de l'alcool de contrebande. Tout au long de ses jeunes années, il s'employa à construire une fortune considérable, profitant de la pauvreté des gens pour vendre de la camelote à prix défiant toute concurrence.

Cet enrichissement stupéfiant lui permit de manger sans se priver et bientôt sa maigre silhouette prit elle aussi de l'ampleur, faisant de lui un bourge adipeux plein de paresse.

Puis il rencontra Angelika, et lui fit un enfant. Les deux amants s'établirent dans un domaine vaste et luxurieux, puis engagèrent un domestique. Les affaires de Gustav marchaient à merveille, la crise lui ayant permis de prendre un envol splendide.
Cependant, quand la Seconde Guerre mondiale arriva, on vint le chercher en sa demeure. Au départ, il paya assez cher pour prétendre d'une infirmité qu'il n'avait pas, et de la nécessité de son commerce pour nourrir le peuple allemand. Il resta à l'abri. Mais pas longtemps.
Quand la supercherie fut mise à jour, on brûla son commerce et on dévalisa son domaine sans laisser d'empreintes. N'ayant plus de quoi se couvrir, Gustav fut enrôlé parmi les forces nazis, et trouva sa place dans les camps de concentration.

Jusqu'à la fin de la guerre, il s'occupa de maltraiter les déportés et de faire son beurre sur la torture des plus faibles. C'était sa manière personnelle de prendre une revanche sur son effondrement temporaire. A la manière de son père, il devint fou, alcoolique et violent.
Au sortir de la guerre, il parvint à redorer son blason, retrouvant son commerce, mais il fut pris de court par l'incapacité de pouvoir exorciser ses démons comme il le faisait dans les camps. Pour évacuer sa colère, il décida donc de prendre le modèle de son père, et se mît à battre son fils.



Chap. IV – LA DEGRINGOLADE

S'il est une chose dont Merlin pouvait être certain, c'était de la folie sadique de son père. Depuis son plus jeune âge, il le rouait de coups, évacuant toutes ses pulsions meurtrières sur la douleur du quidam. A la moindre bavure, le petit Hohenwald savait qu'il aurait droit au contact brutal des poings de son paternel. Chose qu'il craignait et fuyait au possible.

Le supplice avait empiré depuis le mariage. Car depuis que son père portait une bague, les coups étaient plus incisifs et marquaient parfois gravement son visage. Par précaution, Merlin profitait chaque fois de l'absence du père pour cacher son alliance, de sorte que ce dernier l'oublie. En effet, Gustav avait repris ses fonctions depuis le retour de la guerre, et la bague était pour les affaires un accessoire inconvenant. Pour Merlin, la cacher était un sacrifice pour un autre, puisqu'il fallait chaque fois plusieurs jours pour que son père la retrouve. Ce qui signifiait plusieurs jours de répit, contre un jour de violence inévitable.

Quand il planifiait une séance correctionnelle, le père l'emmenait dans la cave et l'acculait contre une chaise, un mur ou un meuble. Il commençait prioritairement par des coups de pieds, renversant parfois son fils sur la terre humide. Dans la pièce obscure, il s'élevait au-dessus de Merlin et cachait la lumière de sa masse sombre, avant de le saisir au col et d'appliquer sa méthode d'interrogatoire, qui commençait systématiquement par une question. Quand la bague avait été cachée avec précautions, Merlin pouvait anticiper cette question.

"Où as-tu caché ma bague ?"

Disait-il, tandis que l'enfant, impuissant, gardait le silence. Pour penser à autre chose, et afin de pouvoir calculer la durée qui le séparait de la fin de son supplice, le jeune garçon regardait l'eau de pluie tomber depuis un petit tuyau qui donnait sur l'intérieur de la cave. Chaque goutte s'échouait contre le métal d'une roue de carrosse, posée là en vrac, juste en dessous du tuyau. Il pouvait entendre chacune d'entre elles derrière la voix de son père.
La torture de Merlin était mathématique. Elle durait en moyenne 250 gouttes, composées elle-même de plusieurs séries de secondes énoncées par le tortionnaire qui, dans sa méthode, offrait toujours un temps de réponse avant de déclencher une salve de coups.

"Je compte jusqu'à trois."

Ces séries de secondes et les salves de coups associées étaient plus ou moins nombreuses en fonction de la colère du père Hohenwald. Merlin avait pu, à terme, établir une échelle de gravité de son acte en fonction du nombre de salves allouées au rituel. 3 séries de coups représentaient une faute passable et anecdotique. 8 séries, c'était grave.
Le garçon, dans sa tendre innocence, considérait donc ces mesures de sanctions comme naturelles et appropriées, comme fondamentales dans l'éducation d'un enfant. Cette violence, somme toute coutumière, était à son sens un terrain d'apprentissage, quelque chose de bienveillant.

Merlin avait une soeur, la petite Aloisia Hohenwald.

Âgée d'à peine quatre ans, la gamine avait tout à découvrir de ce monde vaste et curieux. Un jour, la mère des deux enfants s'absenta, laissant ses rejetons seuls avec le domestique qui, profitant de l'absence de ses maîtres, se permît de prendre un peu de repos. Merlin fut chargé de veiller sur sa soeur, pour laquelle il exprimait une tendresse infinie. Mais quand la cadette renversa le vase le plus cher de la maison, son grand frère se fâcha.
L'ainé prit sa soeur et l'emmena dans la cave du père, avant de la faire s'asseoir sur la chaise au centre. Son rôle de grand frère était de veiller à la bonne éducation de sa chère et tendre soeur. Le garçon estimait que la faute méritait au moins 8 salves.

N'ayant pas la force de son père, Merlin décida d'utiliser un marteau.

Quelques heures plus tard, c'est avec ce même marteau que Gustav s'en prit à son fils . Les coups furent portés avec rage et cruauté, sans aucune retenue. Il acheva bientôt Merlin, le jeune garçon étant impuissant face à la folie meurtrière du paternel. Agonisant sur le corps déjà sans vie de sa précieuse soeur, Merlin poussa son dernier soupir dans la douleur, la peur et le chagrin. Les deux enfants trouvèrent le trépas le même jour, en Avril 1953, 30 ans après la mort du grand-père Hohenwald. Les cadavres gisant des deux mômes furent découverts quelques jours plus tard, et toute la famille Hohenwald, ainsi que le domestique, furent inculpés pour meurtre avec préméditation, et condamnés à mort.



Chap. V – UN FANTÔME NE TROUVANT PAS LA PAIX

C'est durant les années 70, une vingtaine d'années après la tragédie qui précéda la mise aux enchères du domaine Hohenwald, que Leona épousa Christian, et que l'avocate accompagna l'ingénieur dans son American Dream. Les deux époux arrivèrent dans un état de Californie, où Christian décrocha un emploi et où Leona ouvrît son cabinet.

Leona était une femme ravissante. Ses yeux bleus azurés transperçaient les carapaces des hommes, et son charme était une chose épouvantable pour ses ennemis, car il lui donnait une force de persuasion incomparable. C'étaient ces yeux là qui avaient conquis Christian, et qui justifiaient que celui-ci porte à son doigt la bague offerte par sa femme. Christian avait pourtant, depuis sa tendre jeunesse, juré de ne jamais se marier, considérant que cela n'était pas viril et que cela n'apportait que des ennuis. Aussi têtu fut-il, il se ravisa à cause de Leona.

Quel dommage.

Car l'anneau qui encerclait le doigt de Christian était habité par une puissance furieuse et hostile. Le fantôme de Merlin, incapable de trouver la paix, restait accroché à cette bague que jadis son père avait porté, qui jadis avait marqué son visage et qui jadis avait causé le début des tourments de toute sa famille. C'est à cause de cette bague, en partie, que sa soeur avait été emportée par la tragédie, et que le marteau de son père s'était abattu sur lui avec une force démesurée. Merlin ne pouvait évacuer de son esprit le drame de ce jour d'Avril 1953, et dans son âme ne demeuraient que l'image de la dépouille de sa soeur gisante et celle du marteau de son père s'abattant sur lui dans un dernier soupir.

Il voyait dans la vie humaine quelque chose d'injuste, d'anormal, de profondément blessant. Il détestait le bonheur des autres, sous quelque forme qu'il se présente. Sa misérable fin en avait fait une entité hostile, vengeuse, frustrée. Une entité aussi tourmentée que son père et qui avait besoin, elle aussi, d'exorciser ses démons. Et pour un fantôme comme lui, ayant trop de comptes à régler avec la vie, il n'existait pas d'autres moyens que l'épouvante.

C'est ainsi qu'il décida de s'attaquer aux premiers porteurs de l'anneau depuis la tragédie. Leona et Christian étaient beaux et bienveillants, ils habitaient une maison somptueuse et oeuvraient à propager du bonheur autour d'eux. Une chose répugnante pour le poltergeist. L'esprit tourmenté se réveilla bientôt, sous l'hospice d'une nuit pluvieuse. Christian se déplaçait souvent pour sa profession, laissant fréquemment la maison vide.

La seule qui restait, c'était Leona.

Leona, aussi belle était-elle, travaillait beaucoup. Son conjoint mettait beaucoup d'ardeur à l'alléger de ses charges, triant avec elle ses courriers, rédigeant à sa place quelques rapports, quelques arguments et autres impératifs juridiques, mais force était de constater que la bienveillance de Leona l'avait enterré sous un monticules d'affaires qu'elle prenait à coeur et qui, inévitablement, finissaient par la dépasser. Ses yeux, jadis aussi sublimes que des nébuleuses, s'étaient cerclés de ténèbres nés de la fatigue, de l'incertitude, du labeur. Ils avaient fini par perdre de leur splendide.

Ce que Leona ne disait pas à Christian, c'est que lorsqu'elle était seule, elle était persécutée par une entité néfaste. Un esprit frappeur. Elle était cartésienne au possible et résolue à ne pas croire au surnaturel, mais là, c'était trop tangible pour être irréel.

Christian aperçut bientôt les stigmates laissés par les apparitions de Merlin. Après une absence de quelques jours, il constata les marques rougeoyantes, les insomnies de sa femme et ses crises d'angoisse. Il constata aussi la disparition de son alliance, remplacée par une petite tâche bleutée autour de son doigt. Définitivement, quelque chose ne tournait pas rond, et leur vie conjugale virait au cauchemar.

Au cours des jours qui suivirent, les crises de Leona furent de plus en plus fréquentes, et elle confessa son mal. Elle surveillait, les jours de pluie, chaque goutte tombant des arbres, des gouttières, des toits, des vêtements, du robinet. Elle restait crispée dans un air d'épouvante, possédée par une crainte dépassant toute logique. Elle disait voir des apparitions, et être hantée par un petit garçon lui demandant où elle avait pu cacher sa bague.

Elle ne comprit jamais que c'était la bague de Christian qui était possédée, et non la sienne. Elle fut internée dans un asile psychiatrique au terme de 5 semaines de persécution.



Chap. VI – APRES LE MARIAGE, LE DIVORCE

Mais revenons à Kelly. Plusieurs dizaines d'années après la crise de Leona, Christian divorça de celle-ci et échangea son alliance en bijouterie contre une autre, pour trouver du bonheur chez une autre femme, avec une nouvelle vie.

L'anneau resta longtemps dans le commerce, après avoir été poli par un bijoutier besogneux, célibataire et sans âme. Une cible que Merlin se refusa de prendre en chasse, ne le considérant pas comme un hôte. Durant cette longue période, le fantôme tourmenté se contenta de quelques apparitions anecdotiques dans Star City, s'attaquant beaucoup aux esprits fragiles, les sachant faciles à consumer.

L'alliance fut finalement rachetée par Thomas, ayant demandé Linda en mariage. Le père des deux enfants trouva une attirance étrange pour cet anneau, quelque chose d'intime et de sorcier. Il était en effet indiscutable que ce petit bijou suscitait beaucoup de convoitise. Le bijoutier lui-même avait du mal à s'en séparer, tant sa silhouette était précieuse, tant ses ornements étaient détaillés, tant sa sublime était attachante.

Après le mariage, c'est Kelly qui devint l'hôte indirecte du poltergeist. La gamine transpirait d'innocence, de pureté, de générosité. Elle était l'objet de tous les câlins, de toutes les affections possibles. Elle était l'atome fusionnel de tout un nuage d'autres atomes cherchant un hôte de tendresse. Kelly passait son enfance de bras en bras, de compliments en compliments. Que votre fille est belle. Que votre fille est mignonne.

Léo, son ainé, était quant à lui timide et peu câlin. Au contraire, il détestait l'idée d'être pris pour un bisounours. Plus mature, il appréciait qu'on le félicite pour ses bons résultats, pour son altruisme, pour son sérieux. Les deux enfants étaient pour ainsi dire complémentaires et presque parfaits, pour une famille puant la félicité.

Merlin s'attaqua très tôt à Kelly. Dès le mariage, en fait. Non qu'il était écoeuré de voir tant de caresses autour de la gamine (bien que cela le dérangeait beaucoup), mais surtout, il voyait quelque chose chez elle qui lui rappelait sa soeur. Et il avait, à cet égard, une revanche à prendre.

Kelly s'était plainte souvent de faire des cauchemars, mais jamais elle n'avait fait le reproche à Merlin de la persécuter. Au contraire, le fantôme était devenu, à force de proximité, son camarade imaginaire. L'esprit tourmenté, en fin de compte, dérogeant à sa mission d'épouvante, réussissait à la faire rire, lui confiait ses angoisses et, parfois, s'improvisait moraliste. Mais il était aussi menteur et s'organisait parfaitement pour que la petite craigne les créatures surnaturelles. Il jouait avec elle un double jeu, la terrorisant souvent pour mieux la réconforter, se faisant passer pour une âme bienveillante. Il avait ainsi établi avec Kelly une relation parfaitement complice.

Plus le temps passa, et plus les deux êtres devinrent fusionnels. Bientôt, Kelly fut presque possédée par Merlin, réalisant pour lui de minces besognes, et écoutant ses conseils avec rigueur. Merlin savait qu'il avait un avantage que personne d'autre ne pouvait avoir: il comprenait les démons de Kelly, ses cauchemars, et il était le seul à pouvoir l'en défaire, puisqu'il en était l'artisan. Seulement, pour que Kelly se débarrasse de ses tourments, il n'y avait selon lui qu'une seule et unique méthode. Un acte ultime.

Un acte pour apaiser les fantômes.

En Avril 2003, on retrouva, au fond d'une cave, le corps de Léo, le grand frère, sans âme. Le diagnostic révéla qu'il avait été drogué et sauvagement frappé avec un marteau. Le crâne de l'enfant avait été enfoncé sous le choc, et il gisait, défiguré, dans une flaque d'hémoglobine. Jamais les enquêteurs ne purent mettre la main sur le responsable de l'homicide. La presse fit la rumeur d'un serial killer, d'un psychopathe kidnappant les enfants. Kelly, quant à elle, ne pipa mot.

Ce qu'il advint de Kelly, on ne le sait guère. La petite fut débarrassée de ses cauchemars dès la mort de son frère. Mais d'autres tracas l'envahirent, car après avoir retrouvé sa lucidité, elle se rendît compte de la gravité de son acte. Elle comprit qu'elle venait de quitter le monde de l'innocence pour entrer dans les rangs des meurtriers. Ses parents divorcèrent très rapidement et se partagèrent la garde. Ils ne purent ôter de leur mémoire l'image morbide du cadavre agonisant de Léo, et chaque fois qu'ils se regardaient, ils retenaient avec difficulté quelques sanglots d'un chagrin profond et véritable. Finalement, Kelly n'oublia jamais son crime.

Merlin, quant à lui, trouva une légère source d'apaisement. Avec la mort de Léo, tué par sa soeur cadette, il avait pu prendre une revanche sur lui-même, en faisant que cette histoire se passe à l'envers de la sienne. Mais cet apaisement n'était pas suffisant, car finalement, il avait vu Léo, son sosie moderne, être abattu par des coups de marteaux, ce qui lui rappelait sa propre fin. Une fin atroce et sanguinaire.

En conclusion, quand la bague passa dans d'autres mains, il se remît à la besogne, cherchant encore et toujours une source d'apaisement, en travaillant assidument au malheur d'autrui.
Mais où donc l'anneau se cache-t-il aujourd'hui ?





Portait du personnage



A première vue, on ne le voit pas.
Combien de récits, de mythes, de légendes se sont-ils accumulés sur des formes de vies paranormales ? Entre poltergeist, fantômes, revenants, esprits frappeurs, yûrei, et toutes autres formes de créatures épouvantables, entre les maisons hantés, les caves abandonnées, les vaisseaux fantômes, les poupées vaudous et autres artefacts sordides, est-il, définitivement, une histoire qui dise vrai ? Nul ne le sait tant que nul ne l'a vu. Merlin est de ces êtres invisibles qui hantent les histoires superstitieuses et qui se cachent dans l'ignorance du monde.

Mais des fois, on croit avoir vu ou entendu quelque chose.
Une ombre, un bruit sourd, un inconnu, un cri. Toutes les formes de manifestations sont possibles, à condition qu'elles suscitent l'effroi. L'esprit frappeur, ingénieux, sait comment s'y prendre pour faire naître l'angoisse quand il a décidé de s'attaquer à quelqu'un. Quelques paroles vagabondes, le dérèglement d'une pendule, quelques problèmes techniques, une apparition furtive... il existe une infinité de méthodes de persécution. Le revenant prend un malin plaisir à soigner son travail.

Alors, quelque chose s'exprime avec un plaisir sadique.
Lorsque Merlin décide de se mettre en action, c'est rarement par bienveillance. Si le garçon demeure dans le monde des vivants, c'est qu'il a à coeur de prendre sa revanche sur le monde. Frustré par une existence brève et tragique, par les revers malchanceux de la vie, il exprime sa colère avec une force démentielle. Ce fanatisme est la seule manière qu'il connaisse pour exorciser ses démons et tenter de trouver un apaisement.

Un quelque chose qui a le visage d'un ange avec le coeur d'un diable.
Notre protagoniste a une apparence juvénile. Il est tel qu'il était avant sa mort précoce. Un visage blafard souvent sérieux manifeste l'aspect cadavérique de l'esprit frappeur, et laisse penser qu'il est malade et fatigué. Merlin, à ce titre, n'a jamais su trouver le sommeil. Ses yeux noirs comme une perle maléfique expriment toute la violence latente qui règne derrière ses iris morbides. Ses lèvres fermées, crispées dans un rictus de mauvaise humeur, ses cheveux tombants, échoués sur le côté de son front, et cette mine bougonne, tout est là pour traduire avec détail l'étendue gigantesque du désert de sentiments dont il est l'hôte. Merlin est impitoyable, cruel et sadique. Il n'a de cesse de tourmenter ceux qui le fâchent ou n'honorent pas sa mémoire. C'est l'unique sens de son existence.

Et qui s'organise pour que le cauchemar devienne réalité.
Souvent, Merlin demande où se situe la bague, où l'hôte ou son proche l'a-t-il caché. Il recopie ainsi son père, puis se met à compter jusqu'à trois avant de passer à l'offensive. Son action dure approximativement 250 gouttes, rarement au-delà, puisqu'il recopie un modèle pré-établi. Chaque jour, les problèmes s'intensifient. Les tourments que cause Merlin sont de plus en plus importants. Sa colère est de plus en plus grande et sa présence de plus en plus palpable, jusqu'à ce que la victime ne cède à son caprice.
Il existe, pourtant, une méthode pour calmer le revenant. Avec l'angoisse, beaucoup oublient que Merlin n'est qu'un enfant. Rares sont ceux qui pensent à le réconforter et à lui pardonner son erreur...






Super Dossier

ϟ Groupe et raisons : INDEPENDANT
La seule chose qui anime Merlin est sa soif de vengeance.. Cela ne laisse aucune place à une logique grégaire susceptible de l'associer avec d'autres membres luttant pour une cause partagée. Les convictions du fantôme sont tout à fait personnelles et nombrilistes.
Néanmoins, quiconque possède la bague et découvre comment la maîtriser s'offre le loisir d'avoir le poltergeist pour esclave. A condition, bien sûr, que l'hôte de la bague ne soit pas trop gourmand, ce qui pourrait pousser le fantôme à se retourner contre lui.
Je précise bien au demeurant qu'il faut pouvoir maîtriser la bague, ce qui implique d'avoir la faculté de composer avec les forces occultes.


ϟ Pouvoirs et capacités :
- Immortalité
- Invisibilité
- Intangibilité
- Tourments :
ces tourments s'expriment de deux manières. D'une part, il y a les tourments physiques, qui se manifestent sur le décors (objets déplacés, pendules immobilisées, problèmes techniques) ou sur le corps d'un individu (stigmates, brûlures). D'autre part, il y a les tourments psychologiques, qui se manifestent par des voix ou des visions.

ϟ Surnom et costume : -
Nul ne sait qui il est véritablement, et peu connaissent son existence.




 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 14 Fév 2015 - 21:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

La Maire
Maître du Jeu

Personnage
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Joueur
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Bienvenue à toi sur le forum, une fois de plus !

Comme cela était le cas pour ta première fiche, je dois dire que tu as un style d'écriture plutôt plaisant à lire. C'est assez agréable ! Tu as aussi des idées originales, mais je crains que ce ne soit là le problème majeur :/ En effet, si je trouve vraiment intéressant le fait que tu essayes de t'approprier l'univers et le contexte, je crains que tu ne tentes de trop le faire. Je m'explique. Déjà dans ta première fiche, tu as combiné des éléments qui auraient pu servir à faire un personnage chacun séparément et de ce fait, le résultat final était étrange. On retrouve la même chose dans la fiche actuel et je dois t'avouer que je ne suis pas certain d'avoir tout saisi. Je vais quand même pointer les éléments qui sont, à mon sens, problématiques.

Je ne vais pas forcément prendre les choses dans l'ordre et je vais donc commencer par le passage sur la Terre Nazie. Si je n'ai rien de particulier à dire à ce sujet, si ce n'est que la fin me laisse un peu perplexe. Si je comprends bien l'ensemble de la fiche, l'exil de Merlin se fait à destination de la Zone Zéro, mais si tel est le cas, comment Sergev peut-il réaliser cet acte ? Il ne suffit pas d'ouvrir une porte pour l'y envoyer et il faut soit disposer d'une puissante machinerie que ne posséderait pas nécessairement un instituteur, soit avoir accès à la magie et on en revient au même truc.

J'en viens ensuite au chapitre sur le démon. Là-encore, dans les faits, je n'ai rien de particulier à dire, mais il y a quand même des problèmes. Première chose, un démon n'a aucun moyen de choisir de lui-même un socle charnel, vu qu'il n'a aucun moyen de quitter son royaume autrement qu'en étant invoqué. Ça rejoint la deuxième chose, vu que même s'il choisissait, je ne comprends pas trop ce qu'il irait faire dans la Zone Zéro vu qu'il y resterait prisonnier. Il faudrait donc expliquer un peu mieux tout ça parce que j'avoue que je ne comprends pas trop la logique globale :/

Ensuite, je parlerais du premier chapitre. Là, je dois avouer être resté longuement perplexe parce que je ne comprends pas vraiment de quoi tu parles. Il y est visiblement question de Merlin possédé par le démon, je pense, mais comme tu parles d'une origine non terrienne, je ne sais pas trop. Parce que s'il est né sur la Terre Nazie, son origine est bien terrienne. Bref, si ce chapitre est bien écrit, je ne comprends pas trop ce qu'il raconte par rapport à l'histoire de ton personnage, ni le lien qu'il a avec tout le reste.

Enfin, concernant la fin de l'histoire, il n'y a absolument rien qui explique comment ton personnage a pu échapper de la fameuse Zone. Le problème, c'est que cette zone est en quelque sorte une prison dimensionnelle et qu'on ne peut donc pas en sortir comme ça. S'il est « facile » d'y entrer, en sortir est pratiquement impossible. Le souci, c'est que tu passes justement cette étape sous silence.

Ensuite, le démon n'a aucun moyen de guider qui que ce soit vers SHADOW, vu que le démon ne peut pas en connaître l'existence. Un démon est loin d'être omniscient donc il n'a aucun moyen d'avoir cette information à moins d'être invoqué directement par l'organisation. J'ajouterais qu'il me semblerait peu probable que SHADOW recrute un enfant, parce que ça poserait bien des problèmes. Un enfant n'a pas les capacités d'un adulte et il n'a aucunement les mêmes possibilités, donc il serait un agent pratiquement inutile pour l'organisation. Il faut aussi noter que jamais SHADOW n'accepterait l'aide d'un démon sans trouver le moyen de le contraindre à obéir (et donc, en lui retirant toute liberté propre). L'Ombre n'est pas du genre à prendre des risques. C'est d'autant plus vrai si l'enfant se fait remarquer, ce qui est tout ce que SHADOW cherche à éviter.

En ce qui concerne les pouvoirs, il faut bien faire attention au fait que les pouvoirs ne doivent permettre de faire qu'une seule et unique chose. Concernant le dernier pouvoir, à savoir le portail, je crains qu'il ne faille le changer. En effet, un démon n'est qu'une créature magique mythologique et de ce fait, il n'a de lien qu'avec la Terre et son propre royaume, l'enfer. Il ne peut donc pas avoir le moindre pouvoir permettant d'accéder ou de puiser dans un autre monde, surtout pas ceux des énergies.

Enfin, je vais te demander de rajouter les descriptions physiques et mentales parce que même si tu ne les juges pas utiles, elles sont demandées et on les attend donc Wink Si tu veux y échapper, il faudra passer par la fiche RP en respectant la forme RP de l'histoire, mais dans le cas présent, tu ne pourras faire l'économie des deux autres rubriques.

Pour conclure ma modération, si j'apprécie ton style d'écriture et que je trouve intéressant que tu puises dans le contexte du forum, j'ai l'impression que tu cherches à prendre de nombreux éléments différents pour faire un personnage ultra-complet (et souvent qui semble vouloir présenter un potentiel supérieur à tous les autres). En l'état, ce genre de choses n'est malheureusement pas faisable sur un forum, parce que ça donnerait un personnage bien trop particulier pour qu'il soit équitable avec tous les autres. Je peux comprendre l'envie de faire original mais on aurait facilement pu faire trois personnages différents originaux avec tes idées. Il faudrait donc peut-être revoir les choses de manière à les rendre plus compatibles avec un jeu sur forum en ne sélectionnant qu'une idée que tu feras aboutir. Si jamais tu souhaitais préciser quelque chose ou que tu avais des questions, n'hésite pas à le signaler !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 14 Fév 2015 - 21:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C'est vrai que j'exagère un peu les personnages, ça a toujours été mon problème sur les forums (je trouve que ça donne de l'épaisseur à mon profil, surtout en tant que nouvel arrivant, et ça permet d'esquiver les posts un peu banals dans la mesure où ça oblige les autres joueurs à tenir compte de la particularité du rôle de ce genre de perso). Pour le coup, jouer un enfant nazi possédé par un démon me semblait être une idée alléchante !
En ce qui concerne les pouvoirs, pas d'inquiétude, je ne tomberais pas dans le "grosbillisme" absolu. J'aime les personnages à gros potentiel car ça me permet de les faire évoluer, d'où le côté un peu extrême de leurs aptitudes, mais je modère dans le jeu afin que l'ensemble soit convenable. Je retire le portail vers l'énergie négative.
Pour le premier chapitre, il me permettait d'introduire le personnage dans sa façon de voir le monde (particulière puisque son pouvoir est au niveau atomique) et de le concevoir. Une sorte de photographie de son paysage psychologique qui me semblait suffisante pour remplacer la rubrique de sa description mentale.

Ceci étant, j'ai bien compris les problèmes posés par ce background. Si je peux me permettre de résumer, ça donne :
- pas de portail dimensionnel sans l'usage d'une technologie +++
- pas de Zone Zéro ni pour les hommes (à moins qu'on y reste), ni pour les démons
- pas de démon sans invocation
- pas de SHADOW sans l'assurance que l'organisation ne soit souveraine sur le personnage.

Du coup plusieurs questions :
- est-il possible de jouer un spectre, ou une quelconque manifestation terrestre d'une entité démoniaque, qui aurait des capacités semblables à celles que je présente actuellement ?
VOIRE le fantôme d'un enfant possédé par un démon ?
- SHADOW semble présenter des limites d'accueil. Qu'en est-il du Cartel Rouge ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 14 Fév 2015 - 22:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Lukaz Le Guen
Cartel Rouge

Personnage
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 7224
ϟ Nombre de Messages RP : 774
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 7224
ϟ Nombre de Messages RP : 774
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
ϟ Liens Rapides :
Ce qu'il faut voir concernant SHADOW, c'est que c'est une organisation au service de l'idéal d'un seul homme et que donc, tout ce que fait SHADOW va dans le sens de ce que l'Ombre a décidé. Il n'y a aucune place pour les intérêts personnels et tous les agents sont totalement dévoués ^^ Du coup, en effet, ça présente des limites ^^ Après, pour le Cartel Rouge, je dirais qu'il peut aussi y avoir des limites, selon le profil (par exemple, un enfant n'y aura forcément pas sa place), mais en dehors de ça, c'est assez libre, tant qu'on s'intègre à un des groupes ou qu'on a quelque chose à apporter aux autres.

Concernant ton résumé, c'est tout à fait ça, mais j'ajouterais qu'on peut aussi ouvrir un portail dimensionnel par la magie, pas uniquement par la technologie ^^

Quant aux créatures jouables, je te renvoie au sujet sur les origines où tu trouveras toutes les possibilités. Il est possible de jouer un spectre, au sens fantôme/esprit, puisque ça entre dans la catégorie des créatures magiques. Au niveau des entités démoniaques, il n'y évidemment que les démons, qui sont les êtres que décrit la Bible et qui doivent donc être interprétés de cette manière. Après, chaque religion et chaque culture dispose de ses propres entités maléfiques et elles sont potentiellement toutes jouables, tant qu'on respecte les mythes en question ^^

Si tu as d'autres questions ou si je ne suis pas assez clair, n'hésite pas à le dire ^^
 
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Dim 15 Fév 2015 - 16:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bon puisque tu m'invites à poser des questions ^^

Je songe à incarner un esprit malveillant, errant sur terre suite à une mort tragique. Il serait lié à une bague maudite et harcèlerait quiconque se situerait dans une zone proche de la bague (une zone assez grande, disons un district), en particulier dans l'entourage proche de celui/celle qui porte la bague. Son but serait de trouver la paix, ceci en se vengeant de l'être humain.

Il aurait les caractéristiques d'un poltergeist que je déclinerais en 4 axes :
- aspect immatériel (intangible, capable de se téléporter, de disparaître)
- capable de foutre le décors en vrac (tremblement de terres légers, déplacements d'objets, court-circuits)
- capable de "martyriser" un corps en créant des troubles (suffocation, stigmates, brûlures, vertiges, etc...) sans que ceux-ci n'entraînent la mort
- capable de tourmenter un PNJ puis de le posséder une fois son esprit affaibli
Son but serait uniquement d'épouvanter ses victimes pour les conduire au suicide ou au meurtre.
Ceci étant, plusieurs limites :
- si un sorcier/magicien s'empare de la bague et parvient à devenir maître de l'artefact, possibilité de donner des ordres à Merlin (à développer dans le jeu)
- Merlin serait sensible à toute forme de magie ou de pratique incantatoire
- Merlin pourrait être apaisé (et donc perdre la volonté de se battre) à condition qu'on honore sa mort ou qu'on le réconforte comme on réconforte un enfant (il faut lui donner de bonnes raisons de ne pas se venger, mais en montrant qu'on le connait et qu'on le comprend - privilège aux femmes)

Cela est-il envisageable ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 15 Fév 2015 - 20:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Lukaz Le Guen
Cartel Rouge

Personnage
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 7224
ϟ Nombre de Messages RP : 774
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 7224
ϟ Nombre de Messages RP : 774
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
ϟ Liens Rapides :
Il est tout à fait possible d'incarner un personnage de ce genre, du moment que tu expliques le principe dans la fiche ^^ Nous avons déjà eu d'autres personnages particuliers par le passé donc du moment que l'histoire explique ce qu'il est et/ou comment il a fait pour le devenir, tout est possible. Au vu des limitations, ça peut donner des choses intéressantes et nous avons déjà eu un personnage dans un cas similaire sur le forum, sauf qu'il s'agissait d'un génie prisonnier de sa lampe ^^ Je pense que ça peut être intéressant, même si c'est vrai que ça donne l'impression que tu pourrais quand même être un peu limité dans tes mouvements ou tes actions, mais là, à toi de voir !

En ce qui concerne les capacités, il faudra simplement faire un peu attention. Comme je le disais dans le précédent message, le terme pouvoir, sur le forum, désigne une capacité qui ne permet de faire qu'une seule chose. Autrement dit, dans le cas de l'aspect immatériel, tu aurais déjà trois pouvoirs, à savoir l'intangibilité, la téléportation et l'invisibilité. Je sais que cela est directement lié à la nature même de l'esprit frappeur, mais vu que cet état de fait lui octroie déjà certains pouvoirs naturels (étant mort, il ne peut plus mourir et est donc immortel, ce qui fait qu'il est un peu protégé contre pratiquement toutes les capacités physiques), il faut bien tenir compte de cette séparation des pouvoirs pour s'en limiter à quatre !
Bien entendu, tu pourras toujours en acheter d'autres plus tard puisque rien n'empêche un fantôme ou un esprit d'apprendre à utiliser de nouvelles capacités après s'être entraîné. C'est le seul point que je soulignerais dans ton idée et pour le reste, tout me semble parfaitement jouable ^^
 
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Sam 21 Fév 2015 - 18:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Voilà la fiche est éditée !
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 23 Fév 2015 - 20:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

La Maire
Maître du Jeu

Personnage
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Joueur
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Une fois de plus, je dois avouer que tu as un très beau style d'écriture ! C'est fluide et vraiment bien écrit, du coup, j'ai beaucoup aimé lire ta fiche :)

Concernant le personnage, il est vrai que je me demande si tu ne risques pas d'être un peu limité au niveau des possibilités de jeu, mais là, tu verras bien toi-même. Au-delà de ça, je n'ai rien à dire du tout. L'histoire correspond bien au type de personnage et même si ce n'est pas vraiment lié au contexte, ce n'est pas bien grave, vu sa particularité spécifique. En ce qui concerne les pouvoirs, tout est ok pour moi ^^ Note simplement qu'au même titre que les fantômes, l'exorcisme existe sur le forum et que de fait, il y a plusieurs (enfin, c'est relatif) personnages qui peuvent traiter avec les esprits et que de fait, Merlin doit se montrer prudent (même si vu son jeune âge, il peut ne pas en être conscient lui-même).

Tu commences avec un niveau 1, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition ! Je t'encourage aussi à venir flooder et à passer sur la ChatBox ! C'est comme cela que l'on trouve des liens et des sujets le plus facilement, d'autant que ça permet de faire connaissance avec les autres joueurs. Il y a toujours quelqu'un dessus alors n'hésite pas !

Puisses-tu un jour trouver la paix !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 23 Fév 2015 - 22:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Merci infiniment ! Je m'attelle à la tâche ^^.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_6Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_8


Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_1Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_2bisMerlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» « Une Heure, Une Pensée », péripéties quotidiennes
» Péripéties du Suricate Rouge
» Péripéties casuels [Avec Fleck/Gender Swap]
» Péripéties d'un Aetrayel - Rubeus Benevolens
» [RP] Baptême de Merlin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_6Merlin Hohenwald - Péripéties d'un revenant Cadre_cat_8
Sauter vers: