AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Qui tient la lyre, la lyre, la lyre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 16 Nov 2014 - 15:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7868
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits




Qui tient la lyre, la lyre, la lyre ?


Le séjour en Europe n'avait jamais été qu'un fallacieux prétexte pour dissimuler de plus précis desseins. D'abord le Royaume-Uni, puis la France pour visiter sa famille, puis la Grèce pour aller s'inspirer de la sagesse des Anciens. Athènes ? Quelques heures à peine. Cette grande ville construite un brin n'importe comment ne l'intéressait pas autant que les îles de la mer Égée. Ce haut lieu du tourisme européen préoccupait Louis depuis quelques mois. Mais il n'y devait point venir pour en goûter les merveilles géographiques ou faire de belles photographies pour un album souvenir. Il laissait cela aux centaines de milliers de touristes venus du monde entier admirer les Cyclades, la Crète et les autres îlots de la mer Égée. Louis n'était pas seulement magicien, il était musicien et comme tous ses confrères, il avait entendu parler de l'histoire mythologique d'Hermès nouveau-né, de la carapace de tortue et des boyaux bovins dont il fit une lyre qui échut plus tard entre les mains de son frère Apollon. Il avait entendu dire que cet artefact, entre les mains d'un musicien, porterait bonheur, gloire et renommée. Artefact perdu, relique oubliée, cette lyre n'était qu'un vieux conte pour les apprentis musiciens des premières années de Conservatoire. Mais Louis n'était pas n'importe quel musicien, et après avoir suivi la trace de quelques rumeurs et pris consciencieusement le temps de compiler les informations fiables, il avait cru retrouver la piste de cet objet formidable. Le magicien s'était donc lancé sur cette quête pour au moins deux raisons : le musicien et le dragon qu'il était convoitaient respectivement la relique et le trésor qu'elle représentait. Sans être sûr d'acquérir un objet aux vertus magiques quand il le détiendrait, Louis ne pouvait laisser passer si belle occasion d'accroître ses possessions d'un artefact divin et légendaire.

Une corvette devait le conduire jusqu'à l'île de Gyaros. Triangulaire, inhabitée, inintéressante ? Le guide ne parut pas se soucier de convaincre Louis d'aller voir ailleurs – la magie plus que les billets y fut pour quelque chose, puisque Louis ne s'embarrassa guère de payer son déplacement. Un peu de sang, une poignée de main, et voilà qu'ils partaient ! Le paysage était magnifique, entre Kéo et Kythnos, mais le magicien avait déjà d'autres préoccupations. Le beffroi du petit village dont il était parti avait annoncé seize heures. La traversée fut prompte et l'île, aride, s'offrait à lui dans toute sa nudité. Sans doute était-ce la plus laide de toutes les Cyclades, y compris du fait de son histoire. Mais il n'était pas homme à juger de ces choses-là et ce n'était pas l'objet de sa présence sur cette plage où le guide reçut pour consigne de l'attendre. Louis s'assura d'être bien équipé et bien accompagné – ses deux sbires gobelinesques, dissimulés, n'en étaient pas moins présents à ses côtés. Une fois les dernières vérifications faites, ils partirent tous trois à l'assaut de l'île ou plutôt, à la recherche de cette caverne qui abritait, d'après les informations dont il disposait, le reliquaire où trouver la lyre d'Apollon. Ce fut plus difficile que prévu. Louis n'avait aucun talent de pisteur et chaque pierre de cette île ressemblait à sa voisine. Heureusement son flair ne le trompa guère et il put s'y retrouver parmi les broussailles et les arbres nus. Au détour d'un sentier oublié, qui creusait dans la terre un sillon tortueux, il s'éloigna jusqu'au cœur méconnu de l'île et y trouva l'entrée de la caverne. Point de bouche béante et merveilleuse, mais une crevasse discrète et solitaire. Hors de question qu'il s'y glisse le premier ! Torgnole se dévoua, contraint et forcé, et quand il reparut, les nouvelles étaient bonnes.

La crevasse menait à une galerie dont les parois, incrustées peut-être de mica, reflétaient un peu de la lumière du jour, tombant là par les trous qui liaient le tunnel à la surface – des trous parfois infimes, parfois assez gros pour le passage de quelques souris. Louis s'y enfonça. Quel curieux endroit pour accueillir le reliquaire d'un objet si précieux, si important ! La galerie, étroite, semblait peu propice à dissimuler, à son issue, un trésor, mais après tout... Il la suivit et pesta contre la fraîcheur qu'il sentait lui frôler les joues. Sinueuse, elle descendait parfois, mais demeurait globalement stable, ce qui l'étonna un peu. Elle s'acheva finalement et s'ouvrit sur une véritable grotte souterraine, dans toutes la splendeur de ses stalactites et stalagmites. L'écho de ses pas tinta sur les murs de pierre. Il y vit des éclats de lumière et s'en émut quelques instants. La beauté d'un tel endroit coupait le souffle, il n'était pas géologue mais en appréciait les contours somptuaires. Ses oreilles fixèrent plus particulièrement le chant d'une cascade qui, dans le fond de la grotte, occupait un renfoncement rocheux.  « Tu trouveras la lyre au manteau d'Amphitrite... Hum... »

Bizarre. S'il s'en tenait aux renseignements qu'il avait rassemblés et aux divers chants qu'il connaissait sur l'artefact qu'il convoitait, la lyre aurait dû être ici, sous ses yeux, mais il n'y avait rien dans cette grotte nue. Instinctivement, il se rapprocha de la cascade et y vit peut-être la figure du « manteau d'Amphitrite », mais il n'y avait rien sous l'eau tombante. Ni même derrière.  « Châtaigne ? » Le gobelin n'eut pas le temps de dire un seul mot que Louis l'attrapait par les épaules et le jetait sous l'eau. Dans un cri pulvérulent, le majordome disparut. « Sérieusement ? » Torgnole, qui avait deux doigts de bon sens, protesta et se refusa à suivre son petit camarade, mais il n'eut pas le choix et bientôt, Louis lui-même entrait dans la cascade. Le passage fut immédiat. Il se trouva... de l'autre côté ? Non, ailleurs serait plus juste. Sur la plage d'une île... que bordait une mer infinie, dont les eaux turquoises empestaient le surnaturel.

 « C'était... facile. Original, mais facile. »

Châtaigne, révolté, rouspétait à corps et à cris. Louis se contentait de lui tapoter la tête. Il observait déjà la forêt que la plage séparait de la mer. Il fallait y aller... ce qu'il fit non sans une certaine appréhension. Il n'avait aucune idée d'où trouver la lyre, cette aiguille dans la botte de foin qu'était cette verte étendue...
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 17 Nov 2014 - 23:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil




Le 15 novembre 2014


Mon voyage en Grèce était prévu depuis quelques temps déjà. J’avais profité de ce déplacement au colloque se tenant au musée de l’Acropole d’Athènes, pour négocier avec mes collègues conservateurs, ainsi que le président du conseil d’administration dudit musée, quelques pièces en vue d’une extension temporaire à la collection grecque déjà présente au musée historique de Star City. Les quelques jours durant lesquels avaient lieu ces diverses conférences, étaient naturellement suivis des mondanités habituelles associées à ce genre d’évènement. Autant dire que je connaissais Athènes par cœur et que le tourisme en ces lieux n’était pas ma priorité. J’en avais profité pour régler quelques petites affaires moins légales pour le compte de la délicieuse Giulia Mancini qui m’avait chargé de lui fournir quelques certificats pour les nouvelles contrefaçons qu’elle m’avait présentées.

J’avais donné une conférence pour la clôture du colloque le samedi 15 novembre, puis, j’avais été convié à déjeuner, à la terrasse d’un restaurant d’Athènes, en compagnie de mes collègues conservateurs. Comme à l’accoutumée, le repas s’était éternisé et nous étions encore en train de débattre au sujet de l’écart de près d’un quart de siècle, des dates fournies par les textes de Thucydide sur les fondations grecques archaïques et celles que révélait l’exploration des sites antiques d’Italie du Sud et de la Sicile. Je m’amusais beaucoup d’écouter les discours enflammés des uns et des autres, exposant tour à tour leurs points de vue, lorsque je levais les yeux sur le serveur qui nous apportait notre commande de boissons chaudes et mon regard s’attarda quelques instants sur le plateau et sur la disposition des tasses. Un étrange pressentiment me saisit, une sensation familière, un signe. Si mes sens divinatoires ne me faisaient défaut, je vis là un message auquel je devais répondre sans plus attendre.

Je du m’excuser auprès de mes collègues, prétextant un appel urgent à donner. Puis je m’éclipsai en vue de m’isoler, loin des regards indiscrets. Je franchis un portail dimensionnel afin de me retrouver instantanément sur l’Olympe au pied des marches du palais du dieu des dieux.
« Je me demandais où tu étais encore allé vagabonder. » Je tournai la tête sur ce bel éphèbe, adossé à une colonne et lui adressai un sourire.
« Que puis-je pour toi mon frère ? » Il me tourna autour afin de m’aviser des pieds à la tête. Je portais toujours mon costume griffé et n’avais pas pris la peine de me changer.
« Toujours à musarder sur terre ? » me lança-t-il, un soupçon de reproche dans la voix.
« Oh, tu devrais venir voir cela, j’ai découvert un nouveau peuple d’extraterrestres en smoking ! » répondis-je, moqueur, afin d’éluder la question. « Je présume que ce n’est pas pour me demander de te conter mes pérégrinations que tu m’as fait mander ? »
Il esquissa un sourire en coin. « Un point pour toi. Mais tu sais, à force de lambiner parmi les humains tu vas finir par… » « Et toi tu devrais apprendre à prendre un peu plus soin de tes affaires. » L’interrompis-je avec un regard de défi.
« Elle est bien gardée, rassure-toi. Il y a peu de chances que ce misérable humain ne parvienne à mettre la main dessus. » répondit-il, haussant les épaules.
« Dans ce cas nous avons tout le temps de disserter… » Si la Lyre était si bien protégée qu’il le prétendait, il n’y avait pas de quoi s’affoler.
« Il est entré par le portail terrestre dissimulé sous la cascade, sur l’île Gyaros. »
« Je vais saluer notre père. » dis-je, montant quelques marches.
« Hermès ! Tu devrais te méfier du dragon. »
Je fis volte face, une lueur d’espièglerie dans le regard. « Un dragon ? Combien de créatures as-tu dressées pour la protéger au juste ? »
Il m’adressa un sourire moqueur avant de tourner les talons. « Tu es le plus rusé de nous deux, je ne me fais pas trop de souci pour toi. » Il m’adressa un signe de la main en s’éloignant. « Père est d’humeur conciliante ce jour. Tâche de ne pas le froisser. »
« Tu me connais ! »
Il ne m’avait pas exactement fourni le détail des pièges qu’il avait dressé dans la dimension sensée protéger l’artefact divin, mais il devait s’agir des protections habituelles, je lui faisais confiance pour cela. S’il avait effectivement dressé un dragon, cet humain n’aurait que peu de chances… Encore fallait-il qu’il s’agisse bien là d’un humain.

Mon costume céda sa place à un chiton lorsque je franchis les marches menant à la salle du trône. Je saluai mon père avec qui j’échangeai quelques mots chaleureux, puis je pris congé afin d’aller surveiller l’impétueux qui avait osé s’aventurer sur les terres de la lyre sacrée.

Je repassai par la terre afin de revêtir une tenue plus convenable constituée d’une chemise de lin, d’un jeans et d’une veste que j’enfilais par-dessus ma combinaison hermétique et mes bottes griffées à l’image de mes anciennes talarias. J’emportai également la Kunée dans une sacoche puis usai d’autres portails dimensionnels pour me rendre dans la dimension lyrique ou je tombais nez à nez avec une biche de la stature d’un taureau, pourvue de cornes dorées et de sabots d’airain. Mon portail eut tout juste le temps de se refermer que l’animal avait déjà détallé en direction de la plage, provoquant au passage l'envol d'une nuée d'oiseaux au dessus des arbres.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 17 Nov 2014 - 23:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3596
ϟ Nombre de Messages RP : 3227
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Raphaël Mercury' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Rencontre Naturelle' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 18 Nov 2014 - 18:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7868
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Il n'était pas question de reculer. Devant lui s'étendait la forêt qui bordait cette plage. Derrière lui ronflait la mer turquoise dont les coutures blanches s'étiolaient. Il n'eut plus pour elle un seul regard - sa méfiance était grande et s'élevait avec chaque seconde passée à proximité de cette forêt. Celle-ci ne l'effrayait pas. Il se savait capable de parer à toutes les menaces, d'envisager tous les périls. Mais il s'inquiétait d'y percevoir tant de dangers lui qui d'ordinaire ne se sentait si bien qu'à proximité de ces vertes étendues boisées. Ce n'était pas une forêt comme les autres, comme celles qu'on trouve en Grèce notamment. Les arbres, les feuilles, les lianes... tout semblait d'ailleurs n'obéir à d'autres lois d'harmonie que celle du plus fort, du plus tenace, du plus féroce. Tout à l'orée de ce vaste bois indiquait très clairement qu'une puissa ce magique était ici à l'oeuvre ou, en tout cas, avait créé l'ensemble. Silencieuse, la jungle n'en demeurait pas moins bruyante et Louis se demanda quels animaux et quels bêtes il trouverait sous la canopée. Châtaigne protesta : il ne voulait point entrer dans la forêt et préférait profiter du soleil, du sable, et des belles eaux de la mer. Torgnole s'indigna de sa pusillanimité et proposa de trouver une hache pour vite en finir avec les entraves feuillues et ligneuses. Louis répliqua avec fermeté qu'ils n'étaient ni là pour faire bronzette, ni là pour procéder à un abattage en règle des arbres de la forêt.

Et pour joindre la parole au geste, il leva une main vers un arbre qui s'inclina de côté pour libérer un peu de la vue. 《 Pourquoi trancher dans la chair de cette forêt ? Les arbres nous laisseront passer. Il ne faut pas les craindre. 》 Et sur ces propos goinffrés d'une assurance mesurée, il fit ce premier pas sur le sol mousseux, acte qui serait déterminant pour la suite des événements. Il aurait pu chercher à contourner la forêt. Longer la plage pour trouver un sentier, ou la bouche d'un fleuve ou d'une rivière, ou quoi d'autres ? Il ne s'attendait pas à découvrir en ces lieux un village ou une quelconque présence humaine organisée. Il s'imaginait que l'île entière était l'oeuvre d'Apollon et qu'il n'y trouverait donc que les plus belles formes de vie animale et végétale... mais non les moins dangereuses, puisqu'après tout le trésor devait avoir son gardien. Plutôt donc que de chercher à contourner la forêt, il prit le partie de la traverser et d'y trouver la piste qu'il suivrait jusqu'au reliquaire abritant la lyre. Les deux gobelins suivirent sans broncher mais s'attachèrent à suivre Louis au plus près. Ils n'étaient pas froussards, mais ne tenaient pas à servir de casse-croûte au premier gros prédateur venu. Ils avancèrent donc tous trois sous le plafond de verdure, sensibles aux charmes de ces floraisons, de ces feuillages, et même de ces champignons énormes qui déployaient des escaliers autour du tronc des arbres. Châtaigne y crut pouvoir monter mais il hésita dès les premières marches.

Comme Louis s'y attendait, après moins d'une centaine de pas quelques animaux, quelques mammifères déjà s'étaient rapprochés de lui, guidés là par la curiosité sans doute autant que par l'attrait qu'exerçait sur eux la familière et tendre proximité de Louis. Ils n'étaient pas nombreux ou réguliers, certains vinrent, partirent, demeurèrent. Les deux gobelins s'amusaient à leur faire peur et le magicien, indifférent, voyait revenir à lui ces biches magnifiques qui semblaient tenir ici le haut du pavé. Était-ce étonnant ? Louis se souvenait que la biche était l'animal associé au dieu solaire du panthéon grec. Ces biches du reste n'avaient rien de commun avec leurs soeurs terrestres. Mais il n'eut guère le temps de s'émouvoir de ce qu'il lui était donné de contempler. Il était déjà loin dans la forêt quand son flair, qui jusque là le poussait à toujours s'avancer plus profondément, le fit s'arrêter subitement, comme presséde revenir en arrière. Il s'abstint mais jeta un coup d'oeil derrière lui. L'étrange sensation s'était volatilisée mais sa spontanéité autant que sa violence le persuadait qu'il ne pouvait s'agir d'une perception parasite. Il avait eu le temps de ce faire à l'ambiance de la forêt. Cela signifiait donc qu'un événement nouveau avait eu lieu du côté de la plage, qui impliquait... de puissants ou nombreux objets magiques. Mais c'était là s'aventurer loin dans les réflexions et les doutes de Louis le poussèrent à n'accorder point trop d'importance à ce qui n'était peut-être rien... n'était-il pas dans un lieu susceptible d'échapper à toutes les lois du monde connu ?

Sa progresson le conduisit jusqu'à... un mur. Devant lui, plus d'arbres mais une paroi rocheuse qui aurait pu être une falaise si ses pieds avaient touché la mer. Or, point de craie blanche ou grise, mais un amas pierreux où sinuaient des mousses clandestines, des touffes herbeuses et quelques lianes endormies. Une pensée de Louis et celles-ci s'éveillaient, une autre et voilà qu'elles les hissaient tous trois, en douceur, jusqu'au sommet du mur de roche et de terre.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 20 Nov 2014 - 3:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

Mon arrivée impromptue avait, semble-t-il, fait taire le brouhaha ambiant des environs, composé principalement de l'entremêlement des chants mélodieux d’oiseaux aux plumages multicolores qui s’envolèrent au départ précipité de cette biche de Cyrénie. Je la regardai filer à vive allure, et la perdis bien vite de vue lorsqu’elle disparu au-delà des troncs immenses et des fourrés denses. Mon sens de l’orientation divin me laissait penser qu’au-delà de cet espace boisé se trouvait la vaste étendue de sable composant la plage, dont l’écume de la mer azurée en dessinait calmement et sûrement les contours, bordée à l’extrémité par une falaise dans laquelle était creusée la fameuse grotte par laquelle le mortel avait du pénétrer ce sol sacré. S’était-il simplement égaré ? Où était-il vraiment à la recherche de la lyre légendaire ? Compte tenu du fait qu’il n’y avait pas âme qui vive sur l’île de Gyaros, je penchais plutôt pour la deuxième possibilité. J'étais curieux toutefois de savoir ce qui l'avait mis sur la voie.

Quoi qu’il en soit, je projetais de partir à sa rencontre afin de le dissuader de s’aventurer trop loin sur l’île, dans le but de lui éviter une rencontre fortuitement indésirable avec les gardiens des lieux, qui, je n’en doutais point, étaient redoutables, et surtout, en vue de l’empêcher de mettre la main sur la Lyre. Ma Lyre ! Je trouvais d'ailleurs fort regrettable qu’un instrument aussi parfait que celui-ci puisse reposer pour l’éternité dans une dimension parallèle, ce qui me donnait presque envie de l’exhumer moi-même.

Je me remémorais les dernières paroles énoncées par mon frère. « Sans déconner ?...» dis-je, en posant les yeux sur le panorama splendide qui m’enveloppait. J’observais un instant ces arbres gigantesques ainsi que cette végétation luxuriante regorgeant de multiples richesses, façonnée à l’image paradisiaque qui caractérisait Apollon. J’étais persuadé qu’Artémis éprouverait très certainement grand plaisir à venir chasser sur ces terres. C’était bien sûr sans compter la présence de… « …Un dragon ? Sérieusement ? Tss ! » soupirais-je, laissant échapper un rictus sonore. Soit mon frère était tombé sur la tête une fois de plus, soit il avait cherché à me défier, une fois de plus. Comme si un dragon pouvait m’effrayer !
En revanche, je n’osais même pas imaginer le brasier que cet endroit pourrait devenir si par malheur la créature légendaire venait à s’éveiller et si d’aventure elle déversait son souffle putride et incendiaire sur la forêt abondante qui couvrait plus de la moitié de l'île.

Me fiant à mon instinct pour retrouver l’humain, je me mis en route, prestement. Puis, bien vite, je ne tardais pas à entendre divers craquements, grondements et autres bruissements de feuilles. Je m'arrêtai, tendis l'oreille, pris de la hauteur avec précaution, me fondant dans la cime des arbres où je pu observer à distance ces géants de bois, de feuilles et de lianes, tracer un chemin à ce mortel comme la mer rouge s’était ouverte devant Moïse. « Un misérable humain, tu es sûr ? » marmonnai-je pour moi-même, amusé, trouvant soudain un intérêt plus vif à accomplir la quête qui m’incombait. J’allais peut être pouvoir m’amuser un peu en fin de compte. Il me fut ainsi plus aisé de deviner l’itinéraire du profane et il se dirigeait tout droit vers un mur. Fort bien !

J’équipai le casque de mon oncle adoré afin de devenir invisible, puis je m’élevai dans les airs à vitesse mesurée, m’abstenant de franchir le mur du son afin de ne point provoquer de détonation risquant d’attirer prématurément l’attention sur moi. Je m’élevais suffisamment haut pour aviser l’ensemble de l’île depuis les cieux. La vaste forêt entourait un plateau vertigineux dans les profondeurs duquel la mer s’engouffrait. Il faudrait un certain temps à cet humain de le gravir par les sentiers escarpés, à moins qu’il n’ai l’âme d’un aventurier et qu’il ne lui prenne l’idée saugrenue de l’escalader.

J’avais donc tout mon temps. Je posai le pied devant l’immense pont de bois et de cordes surplombant les gorges en contre bas, et qui constituait l’unique passage praticable pour se rendre de l’autre côté de l’île depuis le sommet de cette paroi rocheuse. J’enlevais la Kunée que je replaçai soigneusement dans ma sacoche, redevenant visible, puis j’entrepris de saboter les cordages qui maintenaient le pont en suspension.

Je m’interrompis lorsque le silence revint en maître. Attentif à la soudaine absence de craquements, d’arbres qui se déplaçaient, cédant la place à quelques bruits de pierres qui dégringolaient le long de la paroi rocheuse, plus bas, dans mon dos. Il ne me surprendrait pas. En outre, le moins que l'on puisse dire était qu'il avait de la ressource. J’esquissai un sourire, mais ne me retournai pas. Je posai mes mains bien en évidence de part et autres du cordage, comme si je m’apprêtai à traverser le pont qui, de base, même avant ma discrète intervention, n’avait pas l’air très stable. Sentant à présent une présence derrière moi, je marquai un instant d’hésitation. Rectification. Ils étaient plusieurs.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 20 Nov 2014 - 18:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7868
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Se hisser au sommet de la falaise roche fut facile mais long. Heureusement Louis n'avait pas le vertige ! Il n'aurait pu supporté cette indocile ascension. Elle exigea de lui une grande concentration car le moindre faux pas était susceptible d'entraîner de graves conséquences autant pour lui que pour Torgnole et Châtaigne. Il n'éprouva nul vertige. Il avait déjà connu plus graves et périlleuses situation. Par ailleurs, il était familier des nues et des espaces célestes depuis longtemps, comme tous les dragons. Voler n'était certes pas escalader, mais l'impact sur la perception du vide était la même. Les gobelins furent les premiers à atteindre la cîme, mais Louis fut sur leur talon. Ils arrivèrent donc au sommet de l'escarpement rocheuxet la vue qui s'offrit à leurs yeux coupa plus que leur souffle. Mais rien des beautés du paysage ne fut de nature à détourner le regard de ces trois aventuriers de...《 C'est monsieur le Beau gosse ! 》s'écriait déja Châtaigne qui avait reconnu le charmant jeune homme que son magicien de maître avait plusieurs fois ramené à la maison. Torgnole, plus méfiant, se tint silencieux, l'air bougon - il n'aimait pas les imprévus. Il les vomissait même, mais heureusement son maître n'était pas si rétif à la nouveauté.

《 Quelle surprise... 》 Louis souriait de toutes ses dents. S'il s'était attendu à trouver Raphaël en ces lieux ! Autant dire qu'il aurait pu tout envisager, mais pas de voir ici cet homme qui n'était jamais loin de ses pensées. Loin de céder à la panique, Louis demeurait en place. Il s'était éloigné du bord de la falaise, du vide, mais ne se précipitait guère où il désirait pourtant être - dans les bras de cette divine surprise. Mais il n'accourut pas aux côtés de Raphaël. Que faisait-il là ? Était-il lui aussi en quête de la lyre d'Apollon ? La coïncidence était frappante et... stimulante. Mais quelque chose gênait Louis. Plus il s'approchait, plus il percevait... et que percevait-il du reste ? Il peinait à se le figurer proprement, mais son flair ne pouvait s'y tromprer, Raphaël était couvert... d'objets magiques.《 Je m'attendais à croiser quelqu'un, mais toi... 》 C'était presque écœurant... il connaissait bien l'odeur corporelle de cet homme, pour avoir eu plus d'une fois l'occasion de la connaître, et l'appréciait grandement, mais là, ce parfum de magie et de puissance l'alertait quelque peu. Que fallait-il en déduire ? Une première conclusion s'imposait : Raphaël portait sur lui une quantité considérable d'objets magiques ou quelques objets seulement mais investis d'une considérable puissance. Une idée plus sombre toutefois s'imposa alors à l'esprit de Louis quand il ne fut plus qu'à deux ou trois mètres de Raphaël. La présence de ce dernier sur les lieux était hautement improbable. Quid s'il n'était pas ce qu'il semblait être, mais l'un des gardiens de la lyre déguisés ? S'il avait revêtu l'apparence familière du conservateur du musée historique de Star City à l'aide d'un objet magique... la possibilité ne manquait pas de vraisemblance : il fallait s'attendre à tout de la part d'un dieu grec pour protéger ses trésors.

Raphaël se tenait devant un pont de singe qui reliait des hauteurs séparées par un bras de mer. Louis s'abstint d'aller jusqu'à lui pour le saluer d'un fugace baiser - ce fut sa première idée. Il préféra souscrire à la suivante, plus prudente. Châtaigne n'eut pas cette modestie et déjà tourbillonnait autour de Raphaël tandis que Torgnole, exaspéré, toisait le gardien du pont avec un soupçon de méfiance. Il avait eu les mêmes sombres pensées que Louis de toute évidence. 《 Es-tu bien ce que tu paraîs être ? Tout me semble possible, sur cette île consacrée par Apollon à la garde de sa lyre... Car c'est pour cela que je suis ici. C'est là que je la cherche car je sais que là elle se trouve...En revanche j'ignore ce que tu fais ici, et pourquoi j'ai comme l'impression que tu as dévalisé toutes les boutiques de l'allée des Embrumes ? 》 Il n'y avait plus qu'à espérer que Raphaël comprendrait la plaisanterie et la référence à la célèbre voie du Chemin de Traverse, que connaissent tous les familiers de l'oeuvre de J. K. Rowling. Au besoin, il expliciterait.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 21 Nov 2014 - 21:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

Ils étaient trois pour être précis. Une première voix nasillarde m’interpela. J’avais déjà entendu ce sobriquet quelque part. Une image s’imposa à moi, ou plutôt un agréable souvenir, une cuisine dévastée, des yeux verts, un sourire… Je me figeai sur place attendant impatiemment que la voix mélodieuse, qui d’habitude accompagnait celle du gobelin, me parvienne. Cette voix… Un frisson tout aussi exquis que désagréable me parcouru l’échine. Si je m’étais attendu à le trouver, lui, ici… « Ainsi donc, c’était toi !... Louis. » Je lâchai les cordes du pont, puis me retournai, affichant un sourire radieux. « Je me demandais justement quel était cet être aux pouvoirs surnaturels qui s’amusait à déplacer la forêt. » dis-je sur le ton léger de la plaisanterie avant d’ajouter avec un soupçon d’espièglerie dans le regard : « Intéressant. » Je ne croyais pas si bien dire. Je m’attendais également à rencontrer un mortel… et quel mortel ! J’avais maintenant un petit aperçu de ce dont il était capable. Qu’il était fâcheux de retrouver la délicieuse présence du chef d’orchestre en pareille circonstances ! Et surtout, depuis quand en faisais-je un cas de conscience ?

Louis s’était éloigné du rebord de la falaise, mais gardait ses distances vis-à vis de moi, méfiant, de toute évidence. Comme je l’avais justement présagé, il ne s’était pas égaré et je devinais, bien avant qu’il ne me le dise, qu’il eut conscience de l’enjeu de cette quête et de l’obstacle que je représentai à cet instant pour lui. Toutefois, ce n’était pas le cas de Châtaigne, qui déjà, me tournoyait autour. Content de me revoir, ou mu par la curiosité ? Même si je paraissais serein et détendu, ma méfiance n’en était pas moindre, et mon sac renfermant un trésor divin resterait pour lui hors d’atteinte, si son intention était de profiter de l’effet de surprise pour me faire les poches. Je connaissais la ruse des gobelins, mais personne n’était capable de l’emporter face à un dieu sur son propre terrain. Hormis cela, je ne nourrissais aucune animosité envers les serviteurs de Louis, qui m’amusaient bien plus qu'autre chose, du reste.
Je laissai échapper un rire, posant un regard bienveillant sur Châtaigne, puis ébouriffait affectueusement la blanche touffe de poils trônant au sommet de sa tête. « Bonjour Châtaigne ! »

« Moi non plus je ne m’attendais pas à te trouver là. N’étais-tu pas…en France ? » demandai-je d’un air faussement soupçonneux. Je flanquai mes mains dans les poches de ma veste, jetant un œil autour de moi comme pour vérifier que personne d’autre ne serait témoin de cela, puis j’avançai d’un pas, posant tour à tour les yeux sur Torgnole, qui contrairement à son homologue, cachait bien sa joie ; il ne semblait attendre de la part de son maître, que le feu vert pour me bondir dessus ; puis sur Louis, dont les soupçons ne tardèrent plus à franchir la barrière de ses lèvres à mesure que je me rapprochais. Il savait. Indéniablement. Un musicien, magicien qui plus est, en quête de la lyre légendaire, qu’y avait-il d’étonnant à cela ? Je ne m’interrompis pas pour autant de franchir les derniers mètres qui nous séparaient, avec assurance, bien que je feignisse le contraire, je ne comptais duper personne. Pas sur ce coup là, du moins. Si Louis eut un mouvement de recul, je n’en eu cure. Puis, le plus naturellement du monde, j’allais m’emparer de ses lèvres profanes qui m’accusaient déjà. « Cela répond à ta question ? » dis-je avec un sourire charmeur avant de reprendre une distance convenable.

Avais-je bien entendu ? Où bien m’avait-il accusé de… vol ? « As-tu seulement des preuves de ce que tu avances ? » ajoutai-je en riant. Je pris cela pour un compliment. J’avais parfaitement saisi l’allusion faisant référence à cette sombre allée dans laquelle s’était quelques fois égaré le petit sorcier à lunettes. Je n’avais cependant aucun objet magique sur moi… ou plutôt mystique. En revanche…la Kunée, que j'avais réellement dérobée à mon oncle Hadès, ainsi que ma combinaison Hermétique, confectionnée par Dédale à partir de mon pétase et mes talarias… Non ! Etait-il vraiment capable de ressentir cela ? Je soutins son regard, les yeux rieurs, ne laissant rien transparaître du trouble qu’il faisait naître.
« La lyre d’Apollon ? Sérieusement ? » demandai-je en riant. Comment avait-il su ? Qui l’avait mis sur la voie ? « Cela fait des années que je suis à sa recherche. » mentis-je avec aplomb. Je n’aurais aucun mal à paraître crédible. En tant que conservateur de musée et historien, mon alibi était évident « Il semblerait que j’ai perdu mon équipe lorsque j’ai mis les pieds dans cette grotte…et je n’ai toujours rien trouvé sur cette île qui ressemble de près ou de loin à un instrument divin. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 22 Nov 2014 - 0:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7868
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Cet être surnaturel qui déplaçait la forêt non point pour s'amuser mais pour se déplacer... c'était bien lui, oui ! Lui le magicien, lui le maître des plantes, lui le dragon végétarien ! Ah, s'ils avaient su, tous ces craintifs geignards ou admiratifs, s'ils avaient su que la gueule de feu et de fumée était bien incapable de passer par les flammes la moindre étendue de verdure, puisqu'il régnait sur elles comme un souverain doux et éclairé ! Louis vit Raphaël saluer Châtaigne avec bonne humeur et ce dernier s'en félicitait grassement – comme s'il y voyait un insigne pour attester de sa valeur. Il en fallait peu à ce gobelin que la moindre satisfaction grossissait d'aise. Ses oreilles d'ailleurs tremblaient d'un plaisir farfelu qu'il ne pouvait feindre. Mais Raphaël ne perdait pas le Nord et posa une question intéressante et un brin réprobatrice. Louis lui avait dit que la France était sa destination en Europe, où il devait rendre visite à sa famille et profiter du calme de la campagne landaise et des vallées du pays Basque. Il n'avait pas menti, tout au plus avait-il travesti la vérité pour ne pas mentionner cette escapade au cœur des mythes de la Grèce antique. Raphaël l'eût-il pris très au sérieux s'il avait dit voyager jusque dans les Cyclades pour mettre la main sur un artefact divin aux pouvoirs fabuleux et à l'existence douteuse ? Il n'avait rien d'un Henry Jones Junior... Sans doute le conservateur aurait-il moqué cette quête futile et vaine. Louis vit venir à lui Raphaël et ne bougea pas. Si ce dernier n'était pas ce qu'il semblait être, mais une illusion gardienne du chemin menant jusqu'au reliquaire... alors il saurait bien s'en défaire. Et plus Raphaël approchait, plus Louis pouvait goûter la puissance des objets magiques qu'il se traînait.

Loin de le menacer, loin de s'en prendre à lui, Raphaël l'embrassa avec une fougue qui éveilla en Louis de nombreux souvenirs.  « Nous verrons... » s'entendit-il répondre avec une pointe de provocation. Puis, le nouveau-venu réclama des preuves de ce que Louis avançait. Au rire de Raphaël il comprit que ce dernier avait compris l'allusion. Il suivit donc le mouvement :  « Tu empestes la magie, Raphaël... j'en veux pour preuve ce que je sens. » Il n'était pas nécessaire d'aller plus loin. Et pourtant Louis poursuivit, d'un ton qui se voulait bienveillant mais qui peut-être était trop paternaliste.  « Mon flair ne saurait mentir. » Il ne formulait aucun reproche et ne reprochait rien à son compagnon. Il haussa les épaules et remua la tête avec amusement. La situation n'était pas pour lui déplaire. Quant aux explications de Raphaël, elles lui suffirent – elles n'étaient pas dénuées de sens, et les justifications ne manquaient point. Même Torgnole admit sans le dire qu'elles étaient satisfaisantes, assez pour qu'ils accordassent tous à Raphaël leur confiance. Châtaigne quant à lui, déjà, regardait du côté du pont en sautillant et en riant tel un cabri cabriolant. Louis balaya les doutes qu'exprimait les derniers mots de Raphaël d'un doigt posé sur ses lèvres.

 « La lyre est sur cette île. » Le doute n'était pas permis. En dehors des odeurs parasites que répandaient autour de lui Raphaël, Louis pouvait très nettement distinguer la trace qui le... qui les conduirait jusqu'au reliquaire. Car leur quête était commune, à présent ? Ils n'allaient pas faire tous les deux cavalier seul... cela n'aurait-il pas été bien sot ? Louis retira son doigt de la bouche de l'homme et regarda derrière lui. L'île s'étendait, vaste et pleine, creusée ici ou là de gorges profondes et couvertes par la végétation luxuriante. De ce côté là se trouvait la lyre, il était nécessaire de traverser le pont de singes, Louis le savait.  « Après le pont le singe ouvrira le chemin. Il me faut traverser ce pont. Je compte trouver la lyre et tenter de m'en emparer. Puisque tu es aussi à sa recherche, nous pourrions faire la route ensemble ? Je ne doute pas que des pièges ou des ennemis garderont le chemin jusqu'au trésor d'Apollon... » Louis ne doutait pas un instant que le dieu solaire avait protégé son précieux artefact de mille et une manière. Il se dégagea de Raphaël et s'approcha du pont où Châtaigne et Torgnole, déjà, faisait quelques pas avec grande prudence et moult précautions. Le magicien regarda Raphaël avec un large sourire et des yeux doux comme ceux... d'une biche Cérynie.

 « Qu'en dis-tu ? Tu pourras me voir à l’œuvre... N'était-ce pas ce que tu voulais ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 22 Nov 2014 - 16:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil


J’avais rapidement laissé Châtaigne qui continuait de sautiller gaiement autour de moi et dont le sourire irradiait son visage jusqu’aux oreilles, pour m’intéresser de plus près à Louis. En vérité, ma remarque avait uniquement eu pour vocation de le taquiner un peu. Je me fichais bien qu’il m’ait menti sur sa destination. Non pas que cela ne m’intéressait pas, bien au contraire. Mais j’étais moi-même le dieu de l’esbroufe et je concevais tout à fait l’art du mensonge par nécessité. De plus, j’affectionnais ses petits secrets qui ne le rendaient que plus intriguant et mystérieux. Je n’étais pas du genre à m’offusquer pour si peu et je n’épiais pas ses moindres faits et gestes. Au contraire, j’étais plutôt friand des imprévus de ce genre, bien qu’il s’agisse là d’une affaire familiale à laquelle j’aurais préféré éviter de le mêler. A partir de maintenant, cela devenait une affaire personnelle et finalement, sa présence ici n’était pas pour me déplaire. Cela ne rendait ma tâche que plus intéressante et plus palpitante.
Ce qui était amusant du reste, c’était qu’il m’avait traversé l’esprit de faire un potentiel détour par la France à l’issue de mon colloque Athénien... Et c’était lui qui finalement, me rejoignait en Grèce, sans même que nous ayons eu besoin de nous concerter. Drôle de coïncidence !

Louis confirma mes doutes au sujet de sa faculté de sentir les objets divins sur le ton égal de la plaisanterie. « Est-ce un pouvoir inhérent à tous les magiciens ? » demandais-je, avec l’air de celui qui ne le prenait pas du tout au sérieux, alors qu’il n’en était rien, avant qu’il n’insiste plus sérieusement sur son flair. Je me rendais compte à présent que je ne savais rien de l’étendue de ses pouvoirs, et qu’il pouvait s’avérer relativement puissant. Quel genre de mage était-il ? Le seul autre magicien que je connaissais, était l’Archimage, dont les pouvoirs égalaient probablement ceux d’un dieu. Il était jusqu’à maintenant le seul dont je me méfiais vraiment. A tort ? Sans le savoir, étais-je en train de flirter avec mon égal ? L’idée était séduisante, tout comme le risque que cela représentait, car j’avais sur moi des artefacts aussi divins et puissants que l’objet de sa convoitise, qui confèrerait à quiconque les revêtirait, une partie de mes pouvoirs. « Que veux-tu, il faut bien se prémunir. Qui sait ce que la quête de la lyre nous réserve ? » répondis-je avec amusement, haussant les épaules, toujours aussi serein d’apparence. Et oui, j’avais bien dit 'nous'.

En toute innocence, et sans grande conviction, je devais l’avouer, j’avais ensuite entrepris de dissuader Louis de poursuivre ses recherches, mais il me fit taire de son index. J’esquissai un sourire, amusé. « Tu m’as l’air bien sûr de toi. » répondis-je sur un ton mielleux. Je sondai son regard qui m’apparut on ne pouvait plus catégorique. Mes mensonges ne suffiraient pas à le duper cette fois. Son flair était bien plus redoutable que je ne le pensais. Au moins aussi redoutable que celui d’un gardien du seuil… mon sourire s’élargit. J’étais ravi et je commençais à me demander sérieusement si les mises en gardes de mon frère n’avaient pas un quelconque rapport avec Louis. « La portée de ton flair est-elle infinie ? » m’enquis-je, toujours en faisant mine de plaisanter.

J’aurais pu le persuader de me croire sur parole, aisément, beaucoup trop facilement. Cependant, ce serait faire preuve de tricherie et je n’en avais pas envie. Pas pour l’instant. J’étais assez peu fairplay d’ordinaire, quand je désirais ardemment quelque chose. Mais la lyre était pour l’instant en sécurité. Moi ici, elle comptait effectivement un gardien de plus. Mon frère m’avait offert l’opportunité d’allier l’utile à l’agréable et, au risque de le rendre vert de rage, plutôt que de mettre immédiatement fin aux ambitieuses aspirations du chef d’orchestre, j’avais plutôt envie de l’accompagner dans sa quête afin de garder un œil sur lui. Et puis, Apollon n’était pas sans savoir quel genre de joueur j’étais.
La présence de Louis me réjouissait et je m’amusais déjà. Cependant, j’étais curieux de savoir d’où il tenait toutes ses indications. « Après le pont de singe… » répétai-je après lui, l’air absent. Je ne répliquais rien quand à la suite de son affirmation, mais il était évident que nous partions dores et déjà avec un léger conflit d’intérêt. Je me contentai d’un sourire en guise d’approbation silencieuse. Je n’étais pas contre l’idée de le laisser ‘tenter’ mais cela ne voulait pas dire que je le laisserai atteindre son but. Nous règlerions ce petit différent le moment venu.

Il s’éloigna vers le pont sur lequel les deux gobelins avaient déjà entrepris de s’aventurer. Je ne me faisais pas de souci pour eux, car même à deux, le cumul de leur poids comportait moins de risque de faire céder le cordage que celui d’un humain adulte. Et quand bien même il cèderait, ces créatures étaient capables de se téléporter. Ce qui n’était pas le cas de Louis dont le regard me saisissait et me tentait, terriblement. A moins qu’il ne s’agisse de mon éternel goût pour le jeu de la provocation. J’imitai son sourire et le caressai des yeux à mon tour, mais je ne bougeai pas. J’allais sans doute lui paraître indécis, ou couard, mais je savais que ce pont ne supporterait pas nos deux poids, ni même celui d’un seul d’entre nous, car je l’avais délibérément saboté afin d’empêcher le profane de fouler plus loin cette terre sacrée. « Tu sais Louis… je n’ai pas confiance. Ce pont ne m’a l’air très stable… » dis-je, posant ensuite le regard sur les gobelins qui déjà, le faisaient dangereusement tanguer.

Je me doutais qu’il en faudrait plus pour entamer la détermination de Louis et il ne fallait pas être docte pour deviner qu’il n’entendrait pas raison. Mais je campais sur ma position. Temporairement. Jusqu’à ce qu’il pose le pied sur les planches de bois de ce fichu pont. Jusqu’à ce que ce dernier cède sous son poids. Et là, j'improviserais. Je ne tenais pas à le voir s’empaler trois mille pieds plus bas sur les pointe aiguisées des rochers abrupts léchés par les vagues.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 22 Nov 2014 - 18:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7868
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Ce pouvoir n'était pas inhérent à tous les magiciens. Il n'était même pas sûr qu'il fut ouvert aux magiciens, puisque Louis le tenait de sa nature de dragon... mais il n'était pas impossible d'envisager qu'un mage assez puissant pût se doter d'un sortilège de révélation capable de lui indiquer le chemin des objets magiques... ni même qu'il pût, à la longue, percevoir les émanations surnaturelles des objets enchantés... Mais chez Louis, ce n'était en rien un processus mental et arcanique, mais bien plutôt une perception sensorielle de type magique. Une longue dissertation n'aurait pas su toutefois conclure sur ce point.  «  La portée de mon flair n'est limitée que par la géographie. Plus l'objet sera puissant, plus je pourrai le percevoir de loin. » Il était également inutile de préciser que le flair s'attachait également à la valeur pécuniaire des choses et des objets, mêmes quand ceux-ci n'étaient frappés d'aucune magie particulière... étant donné l'inestimable valeur d'un artefact divin comme la lyre d'Apollon, imaginez donc quel parfum pour le nez aquilin de Louis ! Ce dernier s'apprêtait déjà à franchir le pont quand il entendit les mises en garde de Raphaël. D'après ce dernier, le pont n'était pas stable, et ne méritait pas qu'on lui fît confiance. À la vérité, ces paroles étaient de bon sens. Ce genre de dispositifs... Louis se souvenait très bien qu'un excès de zèle et qu'un défaut de prudence, conjugués, étaient toujours la combinaison gagnante pour un voyage direct jusqu'aux Enfers. Plus d'un explorateurs, plus d'un archéologues avaient péri dans des circonstances aussi fracassantes que stupides. Louis n'entendait pas nourrir les poissons qui nageaient dans les eaux claires et tumultueuses de ces gorges magnifiques.  « Oui, tu as raison. C'est sans doute un piège, ou un test pour notre prudence, ou les deux... Voyons... Châtaigne, Torgnole, avancez les premiers, et voyez jusqu'où vous pouvez aller sans risque. » Louis ne se faisait aucun souci pour eux, d'autant plus qu'ils étaient des quatre les plus légers. Ils ne risquaient donc point d'entraîner la chute du pont de singe.

Il les vit s'avancer sur ce chemin et si le pont trembla tout d'abord, il ne parut pas près de s'écrouler et cela le rassura. Il observa les environs et comme s'il se préparait pour une randonnée pédestre au cœur des Landes françaises, il posa une main sûre au sol, à l'orée du vide. Un coup de pied par l'arrière l'aurait sûrement précipité sur le pont, mais il se doutait bien que jamais Raphaël n'eût été si grossier et si gamin...  « La terre me paraît sûre, ici, le sol n'est pas si meuble... avec de bons cordages et assez de leste, nous pourrions solidifier un peu les attaches de ce pont et même sécuriser notre traversée, non ? » Louis se releva et tourna vers Raphaël un regard enjoué.  « Qu'en penses-tu ? » Louis écouta sa réponse puis dirigea son regard à nouveau vers le pont. Il étendit ses mains de part et d'autre des deux piquets qui tiraient les cordes du pont et du sol comme de la surface de ce côté là de la falaise s'élevèrent deux lianes épaisses que Louis fit s'enrouler autour de la structure pour en consolider les premières assises. Puis, quand il fut à peu près sûr des premiers mètres de cette suite dépareillée de planches de bois, il s'y engagea avec prudence et résolution.  « On se revoit de l'autre côté ! »

    Jet de dé :
    Réussite : Le pont tient le coup durablement.
    Échec : Le pont tient le coup mais finit par céder.

    Si le pont tient durablement :
    Réussite : Rencontre !
    Échec : /


Un temps, le pont tint. Louis n'était pas peu fier de lui ! Les lianes progressaient en cadence et en mesure, quelques mètres devant lui, pour assurer la meilleure stabilité à l'édifice. L'avancée fut toutefois trompeuse, car Louis put croire, après plus d'un quart du trajet effectué, que la chose était faite et qu'il ne risquait rien. Les dieux en avaient décidément autrement ! Un craquement sourd se fit entendre, il s'arrêta. Il fit volte-face, regarda la base du pont, et vit la falaise se craqueler tout autour. Il ne put réprimer un rictus d'effroi.  « Oups... »

Le pont cède. Tout vole ! Les lianes s'écroulent avec les cordes et les planches. Le fracas assourdit. La falaise elle-même menace de céder. Dans sa hâte à se croire malin, Louis avait oublié qu'à farder le pont de singe de ces cordes nouvelles, toutes vertes qu'elles fussent, elles n'en demeuraient pas moins un poids supplémentaire ! Il aurait sans doute pu réussir son entreprise, s'il avait étendu le long de la falaise les points d'ancrage, mais cette lacune fut au pont fatale... Les gobelins hurlaient d'effroi ou d'euphorie. On put entendre ainsi le brave Châtaigne :

 « Lève les bras, Torgny, lève les bras ! »

Louis de son côté se voyait choir à grande vitesse, la tête renversée et les idées peu claires. Instinctivement, il attrapa d'une main la première liane à portée et tenta sans grand succès de réfléchir. Dans un gros vol de cordes et de planches de bois, que pouvait-il faire ? En bas l'eau et la roche seraient impitoyables. Il réunit les quelques moyens qui lui restaient pour étendre la liane autant qu'il le pût, de part en parte de la gorge, cherchant à former un filet pour atténuer la chute et lui assurer de ne point mourir si sottement... Dans la seconde qui suivit, deux masses apparurent à ses côtés et s'accrochèrent à ses bras ballants. C'était Châtaigne, c'était Torgnole ! Louis manquait de souffle. Il put crier :

 « Mais vous ne savez pas voler ! »

Ce détail leur avait échappé une fois de plus. Mais la situation, toute périlleuse qu'elle pût paraître, n'était guère qu'à une seconde ou deux d'une résolution heureuse, car la liane avait atteint, de l'autre côté, une excroissance rocheuse, et se tendait déjà... il ne restait plus qu'à encaisser le choc...
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 22 Nov 2014 - 18:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3596
ϟ Nombre de Messages RP : 3227
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Louis d'Ax' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Rencontre Naturelle' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 23 Nov 2014 - 16:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

Le flair de Louis était une chose qu’il fallait que j’étudie en profondeur car sa réponse ne me paru pas satisfaisante. Je me permis tout de même une remarque : « Tu dois être pas mal désorienté à Star City… » Car des artefacts et objets magiques, il y en avait quelques uns, à commencer par ceux entreposés dans les divers musées de la ville, sans compter ceux que les habitants possédaient en prime.
Il allait sans dire que dans un endroit comme celui-ci, le nombre d’artefacts était relativement limité et devait lui paraître plus facile à discerner. Soit ! Ce n’était pas le moment de tergiverser là-dessus, et il me le fit bien comprendre, puis que déjà, il s’avançait vers le pont, que je savais pertinemment ne pas pouvoir le dissuader de le fouler, sans devoir user de mon pouvoir de persuasion.

Les gobelins s’étaient déjà bien avancés, et leurs poids plume ne fit que frissonner ce pont dont les résistances n’étaient pas encore tombées. Louis quant à lui, s’accroupit au sol. Je le regardais faire, amusé. « Peut-être serait-il plus judicieux de faire le tour et de trouver un autre… » suggérai-je, afin de gagner du temps, sachant pertinemment qu’il n’y avait d’autre itinéraire que celui-ci, à moins d’être des pros de l’alpinisme, nous n’étions pas équipés, ou de savoir voler. Inutile de dire que je passai mon tour. Mais Louis m’interrompit avec un diagnostique du sol et son projet de consolidation du pont. Lorsqu’il se retourna vers moi, j’éclatai de rire. « T’es sérieux ? »

Hélas oui…

Je fus surpris de voir les deux grosses lianes émerger du sol et s’enrouler autour des deux piquets qui tenaient la structure encordée de l’ensemble du pont. « Ah d’accord ! » marmonnai-je dans ma barbe, toujours plus amusé. Sa détermination me surprenait toujours, mais ce qui me plaisait d’avantage chez lui, c’était sa capacité à me surprendre. Malgré les aveux qu’il m’avait fait, il ne manquait pas de ressources et déjà, il me narguait d’une énième provocation, s’avançait sur le pont, accompagné de ces nouveaux cordages verts qui lui obéissaient au doigt et à l’œil. « Biensûr ! » répondis-je, séduit, mais pas complètement subjugué. Je demandais à voir comment il comptait s’y prendre pour recouvrir l’ensemble de l’armature du pont. Les lianes ne seraient probablement pas assez longues et surtout…

CRACK !

Pendant que j’étais distrait à observer la progression de Louis, le sol à mes pieds s’était fissuré et la roche autour du premier pilier, sciée par la liane, venait d’exposer. « LOUIS !!! » criais-je, trop tard. Ma voix fut couverte par un autre grondement du sol qui éclatait.
Un morceau de falaise se détacha et le pont se disloqua. Mon sang ne fit qu’un tour. Je n’étais pas à portée pour retenir les lianes et je risquai d’être également emporté par les prochaines chutes de pierre. « Et Merde ! » J’avais déjà bondit de la falaise, chutant parmi les planches de bois qui dégringolaient. Ma vitesse de chute aurait sans doute pulvérisé le piton rocheux en contrebas si d’aventure j’avais atterrit dessus. Des halos dorés et lumineux apparurent sous mes pieds lorsque j’atteignis la surface du rocher, comme si je venais d’atteindre une plateforme invisible située à quelques centimètres seulement de sa surface, puis, de la même manière je me précipitai en courant sur la liane qui venait de s’enrouler autour, ou chacun de mes pas marquait l’air de halos semblables, quelques centimètres seulement au dessus de la tige verte, soucieux de ne point rajouter mon propre poids à celui qu’elle supportait déjà.

J’arrivais au dessus de Louis, que ses gobelins étaient venus rejoindre, dans une mesure désespérée sans doute. « Torgnole ! Châtaigne ! Tirez-vous de là ! » leur lançais-je d’un ton autoritaire qu’aucun des trois ne m’avait encore jamais entendu. Les halos sous mes pieds disparurent au moment où je me jetai dans les bras de Louis, la tête la première, accélérant vertigineusement notre chute. Je m’étais saisi de la lame que j’avais à la ceinture au passage afin de sectionner la liane qui le rattachait encore à un semblant de sécurité et j’avais eu le temps de la remettre en place avant de le serrer contre moi. Lorsque nous atteignîmes les derniers mètres, je plaçai une main derrière sa tête afin de prévenir du choc susceptible de lui briser la nuque par un redressement trop brutal. Lorsque je sentis l’humidité des vagues tenter de nous lécher le haut du crâne, je déviais brusquement notre trajectoire, narguant les vagues qui ne demandaient qu’à nous engloutir et nous attirer dans leurs tréfonds où nous attendaient d’autres pitons rocheux aiguisés comme des lames de rasoir.

Je redressai le cap et nous déposai délicatement tous deux sur le sol plus ferme de l’autre versant de la falaise. Je relâchai la tête de Louis, mais ne desserrai point mon étreinte, le temps qu’il reprenne ses esprits, s’il en avait besoin. « Surtout… ne fais aucun mouvement brusque. » lui chuchotais-je à l’oreille avec douceur, je regard fixé sur deux énormes yeux jaunes nous toisaient dans son dos depuis les fourrés.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 23 Nov 2014 - 19:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7868
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Louis s'était contenté de sourire à la douce remarque de Raphaël. Ce dernier n'avait pas idée de tout ce que le flair de Louis lui avait permis de sentir à Star City, mais le magicien n'en était pas l'esclave, il avait aussi appris à le maîtriser, à le contrôler, et même à le mettre en sommeil pour son propre bien – tout comme la narine se retrousse à l'approche d'un parfum nauséabond. Il eût depuis longtemps cédé aux étreintes électriques de la folie s'il n'avait su mettre un frein à l'étendue de ses pouvoirs. Louis s'était approché du pont de singe et s'était montré indifférent à l'éclat de rire de Raphaël, qu'il s'était contenté de toiser d'un regard espiègle. S'il savait tout ce que Louis pouvait faire, il n'aurait certes pas ri avec tant de sérieux. Mais déjà vint la gloire de Louis sur le pont et sa décadence immédiate, puisqu'il chut lamentablement.

Et quelle chute ! Quelle dégringolade ! Quel naufrage ! Quand il y repenserait, plus tard, après bien des années sans doute, Louis en rirait de bon cœur et franchement, il oserait même en faire le récit, comme pour témoigner de sa déconfiture. Ce n'était pas tant sa vanité que son empressement avait bien faire qu'il fallait incriminer, mais distribuer des blâmes était vain sur le moment, puisqu'il fallait d'abord songer à survivre. Les médailles et les gifles viendraient plus tard. Louis s'était débrouillé pour reprendre la main sur la situation, et pour s'assurer une sauvegarde à peu près sûre, pour peu qu'il tînt le choc du contrecoup, quand la liane qu'il ne contrôlait plus qu'à grand peine se tendrait au maximum, loin en contrebas, trop près peut-être de l'eau traître et de ses roches embusquées. La chute suivait son cours paisible et fulgurant. Une voix tira Louis de sa presque torpeur quand il entendit le ton très autoritaire de Raphaël qui prétendait ordonner à ses gobelins qu'ils quittassent la proximité de leur maître. Châtaigne afficha un visage révulsé par l'indignation. « Jamais ! Plutôt crever ! » Et Torgnole y alla même de son commentaire :  « Non ! » Et quand un gobelin dit non, ça veut dire non !

Mais il était déjà trop tard, Raphaël s'élança et percuta Louis qui ne comprit qu'après coup le sens de la manœuvre. Le choc de la collusion fut moins grave qu'il n'aurait cru. « Châtaigne, Torgnole, au sommet de la falaise, vite ! » L'ordre de Louis, cette fois, empêcha toute négation de la part des deux drôles qui ne purent que s'exécuter – même à contrecœur, ils ne pouvaient désobéir à une injonction direct de leur maître. Ils disparurent tous deux en grognant et leur rage était palpable. Si Louis périssait dans le processus, nul doute que Raphaël aurait sur le dos deux gobelins vengeurs que rien n'arrêterait dans leur quête de sang et de revanche ! Tout alla trop vite et Louis peina à se figurer l'enchaînement normal des événements. Il sentit une main plaquée sur sa nuque et s'indigna un instant que Raphaël crût judicieux de profiter du moment pour l'embrasser. Mais heureusement, le héros du jour n'en fit rien. Il sentit l'air autour de lui et perçu qu'ils... qu'ils s'envolaient ? Un sourire vint barrer son visage. Ce conservateur de musée n'était qu'un vil petit cachottier ! Quand ils furent enfin au sommet de la falaise, de l'autre côté, Louis s'étonna que Raphaël continuât de l'étreindre comme s'il risquait de tomber en morceaux. Le croyait-il en sucre ? Le croyait-il si fragile ? Le magicien y perçut un témoignage de son affection et s'en émut avec docilité. Sans doute Raphaël avait-il eu peur de le voir mourir, et voilà que...

Mais une phrase vint interrompre ses pensées. Pourquoi devait-il ne plus bouger ? Son cœur palpitait. Si Raphaël espérait le maintenir immobile, il devrait faire appel à toutes ses forces, car il ne comptait pas le câliner indéfiniment, toute tentante que fût cette offre ! Il n'était pas une demoiselle en détresse...

    Jet de dés n°1 :
    0 réussite : C'est une chimère.
    1 réussite : C'est une harpie.
    2 réussite : C'est un sphinx.
    3 réussite : C'est une panthère.


Louis ne se détacha point encore des bras de Raphaël, mais tourna doucement la tête vers ce qu'il regardait et il fut saisi de surprise quand il vit, entre deux arbres, un sphinx dans toute la majesté de sa royale allure. Mais ce sphinx-là n'était pas tout à fait comme Louis l'aurait cru d'après le mythe relatif à la sombre histoire d’Œdipe. S'il y avait bien le corps d'un lion et les ailes d'un aigle, il n'y avait en revanche point le buste d'une femme, mais la tête d'un lion dont la belle crinière semblait irradier d'une lueur chaude et flamboyante. C'était assurément une belle créature, dont les yeux jaunes ne semblaient trahir aucune intention hostile... en tout cas pour le moment.

La créature avança d'un pas vers eux mais n'en fit pas plus. Elle éployait ses ailes de part et d'autre de son corps, mais les remit bien vite à leur place originelle. Assise, elle prit la parole d'une voix douce et clairvoyante – d'une voix qui suintait l'intelligence.  « Il y a longtemps que je n'ai reçu si... éminente visite. » S'il avait eu l’œil d'un lynx, Louis eût certainement vu que loin de les contempler tous deux, le sphynx observait plus particulièrement Raphaël.  « Mais demeurez ici tant qu'il vous plaira, j'aime la compagnie. Vous ne pouvez d'ailleurs partir, je ne peux le permettre, je suis si seul de ce côté-là de l'île... Toutefois je pourrais consentir à vous laisser me quitter si vous répondez juste à trois de mes énigmes. » La créature émit un grognement amusé, ou las, ou moqueur, ou... Louis ne parlait point la langue des félins, il eût été bien en peine de traduire ce que ce grognement pouvait bien signifier !

 « Qu'en dites-vous ? Distrayez-moi, et vous pourrez partir. Ennuyez moi, et vous devrez rester, ou mourir. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 23 Nov 2014 - 19:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3596
ϟ Nombre de Messages RP : 3227
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Louis d'Ax' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 24 Nov 2014 - 10:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

J’attendis que Louis se soit retourné doucement pour relâcher mon emprise sur lui. Tout comme lui, je découvrais les surprises que mon frère réservait aux aventuriers qui osaient le défier. Et le moins que l’on puisse dire, c’était qu’il n’avait pas lésiné sur les moyens mis en œuvre. Les yeux jaunes qui nous toisaient depuis les fourrés appartenaient à Aetius, qui, comme tout sphinx, était d’un calme à toute épreuve doté d’une grande sagesse et d’une grande intelligence, tant que l’on ne froissait pas son extrême susceptibilité. Il était particulièrement rusé et m’avait même donné plusieurs fois du fil à retordre lorsque je m’étais frotté à lui. Cependant, sa patience n’avait d’égal que sa cruauté. Comme tout sphinx, il ne supportait pas les mauvaises réponses à ses énigmes qui s’enhardissaient bien souvent en fonction de son appétit, ainsi que de l’affront qui lui avait été préalablement fait. Il détestait particulièrement être pris à son propre jeu et il était intraitable et sans pitié.

Aetius vint fièrement s’asseoir devant nous pour nous saluer à sa manière, ou plutôt, me saluer. Car il m'avait reconnu, de toute évidence. Je connaissais sa vanité, et je savais le peu de cas qu’il faisait des êtres humains. Je ne sourcillai pas lorsqu’il s’adressait à moi. Je soutins son regard. J’avais appris avec lui à maîtriser mon esprit et mes pensées, aussi savais-je qu’il était en train de me sonder. Je ne lui laissai entrevoir que ce que j’estimai lui être utile, à savoir, les raisons de ma présence en ces lieux, ainsi que le secret que je tenais à garder sur mon identité. Il ne me trahirait pas. Si Apollon l'avait choisi, c'était entre autre parce qu'il savait garder des secrets mieux que personne. Il reprit la parole, énonçant avec sagesse les règles de son jeu que je connaissais par cœur. Seul ?… tu m’en diras tant ! pensai-je avec ironie. Il n'était pas le seul gardien ici, il ne me la ferait pas. J’ignorais si son grognement était une réaction à mes pensées moqueuses où s’il cherchait à impressionner Louis d’une quelconque manière. A moins qu’il n’ait cherché à lire ses pensées également et qu’il n’y ai décelé quelque chose de distrayant, d’intéressant ou de contrariant. Quoi qu’il en soit, Louis devait se méfier de lui.

« Avons-nous seulement notre mot à dire ? » demandais-je avec ironie. Le sphinx émit un nouveau grognement plus féroce, dévoilant ses crocs acérés cette fois-ci. Je prends cela pour un non. Nous sommes bien d’accord ! Étrangement, il ne tolérait toujours pas mes sarcasmes.

« Fort bien, puisque Raphaël Mercury semble doté de beaucoup d’esprit, voyons voir ce qu’il en est de vous... » le sphinx émis un nouveau grognement et battit des ailes
« … Louis d’Ax. » Il n'avait visiblement pas apprécié l'intrusion qu'il venait de faire dans l'esprit du magicien.

Lancé de dé : Le retour des gobelins
Réussite : Ils se sont téléportés sur la mauvaise falaise, ont attendu de voir avec appréhension ce qu’il allait advenir de leur maître. Lorsqu’ils ont vu qu’il était saint et sauf, ils firent leur apparition à quelques mètres seulement de Louis et Raphaël. Châtaigne arrivait en courant pour sauter sur Louis, manifestant toute sa joie et son soulagement de le retrouver. Torgnole se précipita également, contenant sa joie et me jetant des regards furibonds au passage.

Échec : Les gobelins se sont téléportés sur la bonne falaise quelques instants seulement avant Louis et Raphaël et sont tombés nez à nez avec le sphinx qui a tenté d’en faire son quatre heures.

« La première énigme est celle-ci. Connaissez-vous l’histoire de deux créatures magiques retenues prisonnières par un lion dans la forêt de Denis ? Le lion, affamé, fort de son esprit logique veut à tout prix dîner. Mais avant cela, il souhaite tuer son mortel ennui, aussi demande-t-il à deux voyageurs passant près de sa tanière si ces mets seraient meilleurs rôtis ou bouillis. Ainsi,
- Ils seront bouillis si vous me fournissez une affirmation vraie,
- Ou ils seront rôtis si vous m’en fournissez une fausse.
Souhaitez-vous vous joindre à moi pour le dîner ? »
demanda le sphinx sur un ton toujours aussi égal et doux, qui sonnait toutefois à mes oreilles comme une vile provocation.
Il était impitoyable et comme je le craignais, il était affamé et on ne pouvait plus sérieux. Connaissant l'affection qu'il portait à ses serviteurs, je n’étais pas sûr que Louis garde la tête froide s’il saisissait l’allusion d’Aetius quand à ce qu’il s’apprêtait à dîner s'il échouait à répondre à son énigme.

Revenir en haut Aller en bas



Qui tient la lyre, la lyre, la lyre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant


Sujets similaires

-
» Qui tient la lyre, la lyre, la lyre ?
» Persée Chevalier d'Argent de la Lyre [ok]
» Magen, Chevalier d'Argent de la Lyre
» [¨Palais du Marquis de l'épine dorée.] ... Père...
» EX-Persée de la Lyre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-