AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève... ▬ Siobhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 10 Nov 2014 - 16:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
10 novembre 2014

Beaucoup de choses s'étaient passées dernièrement. Depuis sa dernière discussion en face-à-face avec Siobhan, Renan avait eu droit à la crise de jalousie de Raphaël qui s'était soldée par la mort de son hôte. Tesla avait alors croisé la sorcière qui était intervenue pour faire sauter le blocage qui empêchait le démon de changer de corps, mais ils n'avaient rien échangé. Il fallait avouer que l'Officier de la Pénombre était bien trop irrité par la manière dont la créature s'y était pris pour le rouler dans la farine et son ego criait au scandale. Sur le coup, il avait eu autre chose en tête que de penser à se montrer poli avec l'Irlandaise – ou enjôleur s'il avait souhaité agacer le démon. Puis, il l'avait revue brièvement dans le nouveau repaire de Raphaël lorsqu'il était venu le chercher par la peau des fesses après qu'il ait déserté la base de Mannheim pendant quelques temps. Mais là, encore une fois, à part lui demander où se trouvait leur relation commune, il n'avait pas vraiment pris la peine de discuter alors la demoiselle.

À ce jour, il semblait évident qu'elle s'était moquée de lui et ne comptait guère quitter le démon pour retrouver sa liberté. Renan n'avait pas été spécialement contrarié parce qu'il était quasiment persuadé de cet état de fait depuis le début. Au fond, il avait même trouvé plutôt amusant la manière qu'elle avait de tenter de le berner. C'était... amusant de voir d'autres manipulateurs à l’œuvre. Il semblait que malgré ce que Tesla avait laissé entendre, la demoiselle bénéficiait d'un avantage certain comparé aux autres : face à un autre agent, le Français aurait été irrité, pour ne pas dire hors de lui. Il supportait très mal de voir les autres employer les mêmes techniques que lui – surtout lorsque c'était sur lui.

C'est pour cette raison que Renan avait décidé de revoir la jeune femme, histoire de lui parler en face-à-face. Il avait demandé à un agent de surveiller la zone où se trouvait son ancien appartement, mais il semblait qu'elle n'y retournait plus souvent, si ce n'est pas jamais. Pour la croiser, le seul moyen à sa disposition semblait être de rentrer dans ce club que possédait l'hôte de Raphaël et aller la trouver au bar. Mouais. Pas super engageant, surtout depuis qu'il y avait mis les pieds pour chercher le démon. L'endroit était typiquement ce que le Breton détestait : un déballage d'excentricité où se côtoyaient des gens qui avaient besoin d'affirmer leur personnalité inexistante. Il était donc tout bonnement hors de question que le trentenaire puisse remettre un pied là-dedans. Il restait une ultime solution malgré tout : aller voir le portier et lui demander d'aller chercher la jolie rouquine pour qu'il puisse lui parler. En soi, l'idée était bonne, mais encore faudrait-il que cet imbécile daigne accéder à sa requête. S'il refusait... et bien tant pis, Renan forcerait sa demander en employant quelques ruses de son cru – en ayant recours à ses pouvoirs.

C'est donc de nuit, alors que l'aube était plus proche que le crépuscule, que le Breton se présenta devant le portier qui ne le reconnut certainement pas. Sans chercher à être aimable, il employa le ton sec et autoritaire qu'il réservait à ses agents. En général, il fonctionnait même sur de parfaits inconnus.

« Va chercher Siobhan. Tu sais, la rouquine qui suit le patron comme un petit chien.... » Appeler le démon « patron » était vraiment bizarre. « Dis-lui que Tesla doit lui parler. Et si elle n'est pas là dans dix minutes, je considère que ça annule notre accord. »

Parler d'accord était toujours une solution pour pousser quelqu'un à aller faire quelque chose. Ce type ne voudrait certainement pas prendre le risque de mettre la poupée gonflable de son patron dans la merde en refusant d'obéir à un inconnu. Toujours est-il que sans chercher à vérifier si le gars allait effectivement s'exécuter ou non, Renan se détourna de lui pour ne pas lui laisser le temps de répondre. Il s'éloigna d'une bonne dizaine de mètres pour aller s'appuyer contre un muret. Il était habillé parfaitement normalement, comme un bon civil qu'il était censé être. Avec une veste légère pour palier au rafraîchissement des températures, bien sûr. Jetant de temps en temps un regard vers la porte de l'établissement, le Breton patienta jusqu'à ce qu'une silhouette familière daigne se présenter à lui. C'était Siobhan et Renan se demanda si Raphaël était là ce soir. Normalement non, il s'était un peu renseigné, mais il n'était sûr de rien le concernant. Lorsque la jeune femme se trouva à portée de voix, il lui lança une remarque qui s'apparentait à une salutation.

« Je me demandais si tu allais me poser un lapin.... » Une légère pause se fit. « J'ai été assez surpris de te voir débarquer chez moi la dernière fois... pour une femme qui veut se libérer, je t'ai trouvé drôlement entichée et motivée à sauver ton cher démon. » Le ton de sa voix était neutre, comme si cela ne lui faisait rien. « Tu t'es moquée de moi. Je me demande seulement si tu me pensais trop stupide pour ne pas m'en rendre compte, ou si tu obéissais aveuglément à ton maître. »

Il la provoquait un peu et, en vérité, ce n'était pas la raison de sa venue ici. Il cherchait plutôt à « s'excuser » de son attitude à son égard vu qu'ils partageaient maintenant une certaine condition – même s'il avait heureusement droit à la version édulcorée. C'était une entrée en matière comme une autre, Renan avait simplement envie de voir dans quel état d'esprit se trouvait son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 12 Nov 2014 - 12:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Oh que oui, beaucoup de choses s’étaient passées dernièrement, définitivement. Je n’avais pas eu beaucoup de temps pour moi depuis que Raphaël avait changé de corps et m’avait mis au boulot dans son club sans même me demander mon avis auparavant. Certes, j’avais bel et bien besoin d’un nouvel emploi, mais tout de même. Qui plus est, le démon m’avait installée à demeure et résilié mon bail. Je vivais donc sous le Cirque des Damnés, et pouvais y être trouvée à peu près n’importe quand.
Je ne savais pas si je devais me réjouir de voir que mon amant veuille me garder en permanence auprès de lui – ce qui avait quelque chose de particulièrement flatteur, je suppose, dans l’esprit tordu d’une certaine personne – ou si je devais m’inquiéter qu’il ait l’envie de me garder à l’œil. Au final, je passais beaucoup de temps à gérer le club, encore plus à servir les clients… et la dernière moitié restante à coucher avec le démon. Sans arrêt. C’était à se demander comment j’arrivais encore à me lever du lit.

Enfin. Ça, c’était avant que je ne découvre que j’étais enceinte. Comme bonne nouvelle, on avait déjà fait mieux, de mon point de vue. Qui plus est, passé mon premier réflexe qui avait été de me rendre chez un médecin pour me faire avorter, et ce malgré l’enthousiasme certain de Raphaël à l’égard de nos possibilités de reproduction… J’avais subitement décidé que je voulais garder ce bébé. Allez savoir pourquoi, je soupçonnais une intervention d’ordre magique. D’autant plus que dès que je me retrouvais hors de la portée du démon, mes doutes se réveillaient, même s’ils étaient tenus en laisse par les mots de mon tortionnaire favori.

Autant dire que je n’étais pas d’humeur charmante ces jours ci. Et que tout le monde avait eu le temps de s’en rendre compte. Cette nuit, je me retrouvais à servir au bar une fois de plus. Affublée d’un déguisement ridiculement déshabillé, choisi par les bons soins de l’autre obsédé. O joie. Vu mon état d’esprit, je comprenais clairement que les gens hésitent à m’approcher. C’est pourquoi je fus relativement surprise que Declan ose m’approcher. Et qu’il ne fuit pas alors que je lui aboyais un « quoi ?! » impatient.

« Il y a quelqu’un qui demande à te voir.
- Ah. Merveilleux. Dis lui qu’il peut aller se faire voir, c’est vraiment pas le moment.
- Euh… il a dit qu’il s’appelait Tesla et que si tu n’étais pas là dans dix minutes, ça annulerait votre accord. »

Alors que j’étais en train d’essuyer un verre, je cessais tout mouvement et lançais un regard courroucé à ma pauvre victime.

« T’es absolument sûr qu’il a bien dit Tesla ?
- Je suis pas débile, Sio, merde. Evidemment que j’en suis sûr. »

Il se figea brusquement et déguerpis sans demander son reste sous mon regard mauvais, une fois qu’il eut percuté la façon dont il me parlait. Le monde tournait à l’envers. C’était ferme et définitif. J’appelais quelqu’un pour me remplacer, et filais au sous sol pour me changer. Il était hors de question que je rencontre ce cher Renan habillée de la sorte. Même pas dans le pire de mes cauchemars, en fait. Question crédibilité, on avait déjà fait mieux.

Je repassais donc dans la chambre de Raphaël – notre chambre, je suppose, mais j’avais du mal à m’inclure dans le tas – et récupérais le premier jean et le premier t-shirt qui me tombèrent sous la main, attrapais un manteau, et ressortais du club, pour être accueillie comme il se devait par mon nouveau collègue d’esclavage. Ah, ah. J’aurais dit qu’il avait l’air quelque peu… agacé, je suppose.

« Jamais je n’aurais osé te poser un lapin… Tu sais bien que ça ne me ressemble pas de décliner une occasion d’échanger un peu avec toi. »

Je fis une moue dépitée, écartais les bras légèrement comme pour signifier mon impuissance.

« Je ne me suis jamais moquée de toi, Tesla. » J’étais étrangement sérieuse par rapport aux autres rencontres que nous avions pu avoir. « Je ne t’ai même presque pas menti. La seule chose que j’ai inventée, c’est ma volonté de me libérer. »

Je haussais légèrement les épaules, et soupirais. J’avais le bon goût de paraître un peu gênée.


« Crois moi, ça ne m’a pas fait plus plaisir qu’à toi. Mais… J’imagine que tu as pu te rendre compte un peu plus par toi même ce que je voulais dire quand je t’ai expliqué que j’étais coincée. »

Je déglutis légèrement, détournais le regard. J’avais beau assumé ma condition, entendre Renan qualifier Raphaël de maître… C’était tellement dégradant. Et tellement vrai. Je détestais cela. Détestais qu’il me renvoie une fois de plus mes erreurs à la figure. J’avais l’impression qu’il se permettait de me juger, alors qu’il n’en avait pas le droit.

« Et permet moi de te dire que tu n’as pas le moindre droit de me juger. Il m’a demandé de te surveiller, et c’est ce que j’ai fait. Tu n’as pas ne serait-ce que le début d’une vague idée de ce qui me serait arrivé si j’avais refusé ma petite mission. Si t’es venu pour ça, tu peux repartir d’où tu viens. »

Je croisais les bras, farouche. S’il était venu pour ça, il pouvait aussi bien repartir. Je n’étais définitivement pas d’humeur à supporter ses remarques. Néanmoins, je pris le temps de me calmer avant de reprendre d’un ton apaisé. Ce n’était pas vraiment la faute de Renan si j’étais enceinte. Quoi que. S’il n’avait pas tué Cornelia, je coucherais toujours avec une femme, et bon courage pour se retrouver avec un fœtus niché dans mon ventre sous ces conditions. Tiens, tiens.

« Désolée. Oublie ce que je viens de dire. J’ai eu quelques soucis ces temps ci, mais j’imagine que c’est normal que tu sois… agacé par mes cachotteries. Tu voulais quelque chose en particulier ? »

J’étais bien sympathique, tout de même. J’aurais pu lui passer un savon de mon cru. J’étais presque… déçue de voir qu’il s’était fait bien baisé, dans tous les sens du terme, par Raphaël. Un instant, j’avais vraiment cru qu’il serait capable d’entretenir une relation plus… « normale » avec le démon. Vilaine petite chose que j’étais, j’avais douté des talents de manipulateur de mon maître.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 12 Nov 2014 - 14:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Si la première réplique de Siobhan laissa penser qu'elle était encore sur la même longueur d'ondes que les fois précédentes, Renan se rendit rapidement compte que les choses n'étaient pas ce qu'elles semblaient être. Elle avait l'air... épuisée et irritable. Bah tiens, ça leur faisait un point commun pour le second qualificatif. À croire que c'était l'effet que Raphaël provoquait chez toutes les personnes qu'il pouvait côtoyer. Tesla resta silencieux tandis que la jeune femme lui annonçait avec un sérieux presque troublant, qu'elle ne s'était jamais moquée de lui. Vraiment ? Bizarrement, Renan avait un peu de mal à croire qu'elle ait été réellement sincère avec lui sur tout le reste de leurs discussions. Oh, bien sûr, son ego était toujours blessé de voir que les gens pensaient pouvoir l'arnaquer, mais comme dit, avec la sorcière c'était un peu différent. N'ayant jamais vraiment réellement cru au charme qu'elle lui faisait, le trentenaire n'était pas vexé par la perspective – certainement justifiée – que cela ne faisait que partie de son plan, mais il se demandait tout de même pour quelle raison la rouquine avait décidé de revenir lui parler après leur première discussion.
Il soupçonnait étrangement un démon d'être derrière tout cela.

Son regard se détourna brièvement de Siobhan qui justifiait son comportement, l'écoutant avec attention. Une légère pointe de contrariété émergea lorsqu'elle parla de « se rendre compte par lui-même » du côté possessif du démon. Est-ce qu'elle faisait référence à son léger changement de relation avec lui ? Il espérait bien que non, Renan avait la naïveté de croire que Raphaël ne fanfaronnerait pas de sa victoire, mais Siobhan était certainement déjà au courant de tout cela. Finalement, les aveux complets – ou du moins l'espérait-il – de l'Irlandaise accaparèrent à nouveau les pensées du trentenaire qui ressentit une brusque bouffée d'hostilité à l'égard de cette créature démoniaque. De quel droit cet emmerdeur s'autorisait-il à le faire surveiller ? Son silence ne s'interrompit que lorsque son interlocutrice se renseigna sur la raison de sa venue ici. Glissant son regard sur elle, Tesla reprit d'un ton plus aimable et caressant, presque conciliant. À la base, il était venu ici pour lui remonter le moral, en quelques sortes, rien d'autre.

« Peut-être oui. En vérité, j'étais surtout venu voir comment tu allais. Tu vois, tu as subitement disparue des écrans après le changement de corps de Raphaël, alors je me demandais s'il avait décidé de se débarrasser de toi parce que tu étais devenue un peu trop puissante à son goût. » C'est ce qu'elle avait laissé entendre lors de leur cours. « Mais visiblement, il était plus occupé à fêter la récupération d'un corps masculin. » Ça ne l'étonnerait qu'à moitié. « Mais ne t'inquiète pas, j'étais quasiment certain que tu essayais de me mener en bateau. Je ne suis pas si étonné, juste un peu... déçu que ce soit encore une fois si prévisible. »

Oui, il était vrai que Renan avait un instant espéré que Siobhan puisse réellement vouloir changer de camp. Il commençait à l'apprécier à sa manière et la perspective de l'avoir dans les rangs de SHADOW avait sérieusement effleuré son esprit. La preuve : il s'était même renseigné auprès des scientifiques à propos de la régénération du sang humain. Mais c'était inutile, car jamais Siobhan ne serait capable de lui obéir plus qu'à Raphaël et c'était la condition sine qua non pour intégrer l'organisme.
Toujours appuyé contre son muret, bras croisés sur son torse, le Breton reprit la parole.

« Je ne suis pas venu ici pour te juger. Je voulais juste mettre les choses au clair. Maintenant que je sais que toutes nos discussions précédentes n'étaient que du flanc destiné à me chaperonner, je suis fixé. J'espère au moins que Raphaël a été ravi des informations que tu lui as rapportées. » Il esquissa un léger sourire. « Si j'avais su à ce moment, j'en aurais profité pour pousser mes propositions plus loin, ça lui aurait appris à essayer de m'espionner. »

Car en effet, il était peu probable que le démon ait apprécié d'apprendre que sa jolie sorcière se serait envoyé en l'air avec la personne qu'elle était censée surveiller. Mais bon, Renan était convaincu qu'il ne serait pas arrivé à ses fins s'il avait tenté de la pousser dans cette direction : elle était beaucoup trop obnubilée par son amant. Ce qui l'amenait à la réelle raison de sa venue ici, car effectivement, même s'il se posait des questions sur la santé de Siobhan, c'était autre chose qui le motivait à venir lui parler.

« Plus sérieusement, j'ai effectivement quelque chose à te demander. En vérité, depuis nos dernières discussions, je me suis demandé comment tu avais pu passer de la victime au rôle de la petite amie. C'est plutôt clair que tu es folle de lui. Et ne te vexe pas, j'en parle comme d'une relation... normale. » En gros, les nanas amoureuses de leurs compagnons. « Est-ce que tu as un côté maso qui t'a poussée à lui sauter dans les bras, ou c'est autre chose ? » Une légère pause se fit. « Et ces soucis, c'est de quel genre ? »

Il parlait de ceux dont elle avait fait état juste avant. Une manière de détourner l'attention de la question qui l'intéressait réellement : comprendre comment une personne abusée de force par le démon avait réussi à devenir l'équivalent de sa compagne. Est-ce qu'il s'inquiétait de l'influence que Raphaël pourrait avoir sur lui après qu'il se soit fait rouler comme un débutant ? Légèrement, oui !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 13 Nov 2014 - 11:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
N’avait-on jamais dit à Tesla que la curiosité était un vilain défaut ? Quelle que soit mon début d’affection – et ce n’était pas vraiment de l’affection par ailleurs, plus une espèce de sympathie – pour lui, je doutais fortement que mon début de grossesse (dieux tous puissants, j’avais vraiment dit ça. Eurk. Que quelqu’un m’achève) ne le concerne. Loin de là. Je signalais donc d’un ton un peu froid, né de ma frustration et de mon irrépressible impression que j’étais en train de faire la connerie du siècle :

« Du genre qui ne te regarde pas. Navrée. »

Je me voyais mal annoncer sur le ton de la conversation « oh, et puis, au fait, je suis enceinte. D’un certain archidémon. Voilà voilà. ». Bah tiens. Il était certain que ça mettrait un peu d’ambiance. Enfin, la précision apportée, je me détendis véritablement et adressais un sourire à Tesla.

« Tu t’inquiétais pour moi… C’est tellement adorable. »

Je laissais passer une petite seconde de silence, avant de continuer :

« Comme tu peux le voir, je vais bien. Raphaël s’est montré étonnamment… heureux de voir que j’avais augmenté ma puissance. Tout travail mérite salaire, et quoi qu’il en dise, j’ai plus ou moins sauvé ses jolies petites fesses. »

Plus ou moins, parce que c’était avant tout ses instructions qui m’avaient permis de le libérer d’une partie du sceau. Et que, seule, sans l’appui certain du pouvoir de l’autre blondasse, je ne serais pas allée bien loin. Cela dit, les faits étaient là : non seulement j’avais permis à mon très cher démon de retrouver une partie de ses pouvoirs scellés, mais en plus j’y avais survécu. Ce qui n’était pas donné d’avance.

« Enfin, tu ne peux pas m’en vouloir d’avoir essayé de te… mener en bateau, comme tu dis. »

Je n’avais pas raté l’agacement de Renan alors que j’expliquais que c’était Raphaël qui voulait des informations sur son nouveau jouet. Cela dit, lui même s’était bien renseigné sur les capacités du démon. Je retins un petit mouvement d’humeur. Ces deux là étaient trop semblables pour s’entendre. A croire qu’ils pensaient pareils. L’excentricité en moins pour l’humain, certes. Mais j’étais prête à parier que celui-ci partageait avec mon amant une certaine folie des grandeurs.

« Et puis, tu sais, il n’est jamais trop tard pour… pousser tes propositions plus loin. Je suis certaine que Raphaël en serait absolument ravi. »

Le ton était clairement ironique. Quoi que… Je ne savais pas trop comment le démon réagirait. Il m’avait vite fait comprendre que je n’avais pas intérêt à me rapprocher de trop d’un autre. Ou d’une autre. Comment avait-il dit ça, déjà ? Un truc du genre « je tuerais tout ce qui t’approchera pour te baiser, homme, femme, ou extraterrestre, je m’en fous ». Quelque chose comme ça. D’un autre côté, il faisait preuve d’une certaine tolérance à l’égard de Tesla. Donc, pourquoi pas ça ? Même si je n’étais clairement pas en manque de ce côté là. Dire que Raphaël avait fêté son corps masculin retrouvé était faible. Il était insatiable. Jusqu’à il y a quelques jours, en tout cas.

Comment j’étais passée de victime à petite amie… je ris doucement.

« Je ne suis pas sa petite amie, Tesla. Raphaël n’a pas de petites amies. Ça implique un certain attachement, et il ne s’intéresse pas à ce genre de choses. Raphaël a ce qu’il appelle des régulières. »

J’étais plus ou moins la seule actuellement. La faute à la jalousie démesurée du démon, je suppose. Il ne supportait pas qu’une femme – ou un homme, d’ailleurs – avec qui il avait des relations plus ou moins poussées couche avec quelqu’un d’autre au même moment. Monsieur faisait dans l’exclusivité absolue… Tout en baisant à gauche et à droite quand lui le voulait. Admirez la logique.

« Et je ne suis pas folle de lui. Je ne suis pas une gamine, merci bien. »

Si mes mots pouvaient paraître secs, le ton clairement amusé qui les accompagnait démentait cette impression. L’idée était assez amusante.
Je reculais, jusqu’à poser mon dos contre le mur le plus proche, prenant appui tranquillement tandis que je réfléchissais à une façon de décrire les choses qui n’accentuent pas l’impression de faiblesse que je donnais. Difficile. Voire impossible. Finalement, je me décidais à décrire les choses comme elles étaient, d’un ton factuel – presque comme si je n’étais pas concernée directement.

« Je ne suis pas passée du statut de victime à la petite amie parce que je le voulais. Pas au départ. Je t’ai déjà dit que Raphaël m’avait retenue chez lui une semaine, à partir du moment où il m’a rencontré. » Je haussais les épaules. « Dés qu’il a senti mon pouvoir, il a décidé que je serais son nouveau jouet. Enfin, au bout de sept jours dont je te passe les réjouissants détails, il m’a laissée partir. » Je grimaçais légèrement. « A partir de là, il s’est bien amusé, j’imagine. Imagine que tu es déjà du mal avec la nuit, les ombres, et tout le tralala, traumatisme oblige. Je te laisse visualiser les cauchemars et les insomnies qui vont avec. Et puis, juste quand tu commences à croire que tu as survécu, qu’il a laissé tomber, que tout va bien se passer… Tu recommences à faire des rêves tellement réalistes. Il te torture, sans cesse, t’empêche de dormir, te rend fou. Tu crois le voir ou l’entendre partout. Tu ne dors plus. Tu survis à peine, parce que tu te demandes quand viendra le prochain cauchemar. Sauf que c’est la réalité. »

Je souris avec une légère amertume.

« Au bout d’un mois de ce traitement j’étais au bout du rouleau. J’aurais rampé à ses pieds s’il me l’avait demandé pour qu’il me foute la paix. Et à partir de cet instant, à la seconde où j’ai rendu les armes, il a commencé à devenir plus… Je ne sais pas, plus doux, je suppose. Il me laissait dormir. Tant que je restais docile, il s’occupait de moi. Tu n’imagines pas à quel point Raphaël peut se montrer attentionné, quand il le veut. Il m’a même sauvé la vie, d’ailleurs. »

Je fermais les yeux, renversais la tête en arrière. Petit à petit, de distante et froide, ma voix s’était adoucie. C’était ridicule, quand on y pensait.

« Alors, j’ai commencé à me dire qu’il n’était pas si terrible que ça finalement. Que si je voulais continuer à vivre, je n’avais qu’à rester obligeante. Avant que je ne m’en rende compte, je m’étais attachée à lui, à ses manières un peu folles, à sa façon d’être, si brutale qu’elle puisse être. Il y a probablement de la magie là dessous, mais le mieux dans tout ça, c’est que je m’en fous. J’en ai conscience, mais ça ne me dérange pas, parce que c’est plus simple comme ça. »

C’était tellement étrange de dire ces choses là à voix haute. Ça leur donnait un côté très concret qui avait quelque chose de perturbant. Mais même si il y avait des risques que mes aveux déplaisent au démon, j’avais décidé que Tesla avait le droit de savoir. Savoir que sa situation pouvait devenir pire s’il faisait les mauvais choix. Savoir qu’il avait, au fond, de la chance. Savoir aussi que ce n’était pas la fin du monde pour lui. Il n’y avait pas que des inconvénients à appartenir à un démon.

« Je n’ai pas un côté maso, j’ai l’esprit pratique. Si tu prends l’option numéro 1, tu te fais torturer, psychologiquement et physiquement parlant. Si tu prends l’option numéro 2, tu as le droit à un certain nombre d’attentions, et tu sais que la possessivité maladive de notre ami commun va le pousser à protéger tes intérêts. Franchement, le choix était vite fait. »

Je marquais une pause, rouvrais les yeux, et cherchais mon interlocuteur du regard.

« Raphaël est étrange, il est lunatique au possible. Et ses désirs passeront toujours avant les miens dans son esprit. Mais comme il considère que je suis à lui, il surveille mes arrières. Juste par fierté. Parce qu’on ne touche pas ce qui lui appartient. Il m’a refilé un emploi, un logement mille fois plus luxueux que ce que j’avais avant, et une fois que je me suis habituée à sa façon d’être… Je ne sais pas, je me suis rendue compte que je l’appréciais plus que je ne l’imaginais. »

Je profitais que mon élève en magie était attentif pour le rassurer un peu. Ce n’était pas juste par curiosité qu’il était là. A sa place, j’aurais sans doute été vaguement inquiète aussi.

« T’as eu le droit à la version édulcorée des petits jeux de Raphaël parce que, justement, tu as bien voulu jouer avec lui dès le début. Si tu veux mon avis d’experte… Tu as tout intérêt à continuer sur ta lancée. Ça ne fait jamais plaisir à entendre, mais tant que tu ne dépasses pas les limites, je ne pense pas qu’il te malmène de trop. Ou qu’il cherche à te manipuler. Je ne prétends pas être dans sa tête, mais vu tout ce qu’il te passe, je dirais qu’il t’aime bien. Alors essayes juste de ne pas perdre ton avantage bêtement. »

Neutre, j’avais énoncé les faits calmement. Au vu de l’ego démesuré de Renan, je n’étais pas certaine qu’il apprécie de les entendre. Mais il fallait bien que quelqu’un lui explique les choses. Malheureusement, je ne pouvais pas tout dire. Il était des petits secrets démoniaques que je ne me risquerais jamais à répéter. Sans être dans les petits papiers de Raphaël, je vivais avec lui depuis quasiment… trois, quatre mois maintenant. Je le connaissais relativement bien sur certains points, même s’il restait totalement imprévisible la plupart du temps.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 13 Nov 2014 - 14:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Bon, ça avait le mérite d'être clair. Renan n'aimait pas spécialement se faire remballer, mais il était le premier à garder ses secrets pour lui, alors si Siobhan souhaitait le faire, ma foi.... Il resta silencieux tandis qu'elle continuait en lui expliquant que, contrairement à ce qu'il pensait, le démon s'était montré plutôt satisfait d'apprendre que son jouet avait amélioré ses compétences. Bien sûr, au cas où il devrait encore une fois changer de corps par exemple ? Cela aurait été effectivement assez stupide de se passer du pouvoir de la sorcière. Pour ce qui était de ne pas lui en vouloir pour avoir tenté de l'entuber... c'était une autre question à laquelle Renan n'avait pas encore la réponse. Son humeur oscillait beaucoup trop pour qu'il sache ce qu'il pensait réellement. Son ego en avait pris un sacré coup depuis le « combat » avec Raphaël et il avait besoin de se retrouver. Même son sourire ne refit pas son apparition lorsque la jeune femme laissa entendre qu'il pouvait toujours essayer de lui faire du rentre-dedans. Oh, ce serait un excellent moyen d'agacer Raphaël, mais il n'avait pas envie de se faire manipuler par Siobhan et à présent, Tesla comprenait qu'elle était bien plus dangereuse qu'il ne l'avait songé.

Son mutisme persista alors qu'il nota avec attention toutes les informations données sur l'archidémon. Renan n'était pas surpris qu'il puisse avoir un nombre élevé d'amantes – voire d'amants – il était plutôt étonné que la sorcière se laisse traiter ainsi, car à n'en pas douter, la créature était possessive. C'était bien sa jalousie qui avait déclenché leur affrontement après tout. Le regard du Breton alternait entre les environs et son interlocutrice qui continuait à parler, appuyée contre un mur non loin de là. Pour la première fois, elle daigna lui raconter ce qu'elle avait réellement subi au début de sa « relation » avec Raphaël. Renan ne se montra pas étonné, il s'attendait à une chose pareille en vérité. Le démon était certainement prêt à tout pour « avoir » quelqu'un qu'il convoitait. Le mieux étant de ne jamais attirer son attention au final. Au fil du discours de l'Irlandaise, le trentenaire remarque bien que son ton changeait, un peu comme si elle était réellement attachée à Raphaël. Il secoua légèrement la tête, peinant à croire qu'elle puisse être aussi dépendante de lui. Et pourtant, c'était le cas !

Tesla soutint le regard de la jeune femme lorsqu'elle chercha à le croiser, mais fut piqué au vif par ses « conseils » dispensés sur un ton calme et neutre. Elle aurait aussi bien pu lui cracher en plein visage qu'il n'aurait pas été plus irrité. Siobhan le cernait très bien finalement, car en effet, il prit très mal les paroles qu'il venait d'entendre. Mais pour qui le prenait-elle ? Est-ce qu'elle s'imaginait qu'il allait s'amuser à se plier en autre pour plaire au démon ? C'était mal le connaître ! Renan n'avait aucune intention de s'attacher à Raphaël et encore moins de lui donner ce qu'il espérait. S'il avait eu « un échantillon », c'était uniquement parce que Tesla avait été assez stupide pour regretter son geste. Quel crétin, il n'avait jamais éprouvé de remords et la seule fois où ça lui arrivait, il se faisait baiser. Dans tous les sens du terme. Son expression se marqua d'une contrariété clairement visible tandis qu'il répondait d'un ton sec.

« Tu me prends pour qui au juste ? ! Tu crois que je vais sagement rester dans les limites imposées par cette garce possessive ? » Parce que c'était le comportement qu'il avait à ses yeux. « Je m'en contrefous qu'il puisse bien m'aimer ou me détester, je ne l'ai pas recruté pour qu'il m'accorde l'insigne honneur d'avoir son attention. Ce n'est rien de plus qu'un moyen d'atteindre mes objectifs. » La phrase claqua comme un fouet, il était sincèrement vexé. « Je ne suis pas un chien à qui l'on pose des limites. C'est moi le chef et même s'il s'imagine que c'est lui le patron, il se fout le doigt dans l’œil et jusqu'au coude. » Renan serra légèrement les dents avant de reprendre. « J'ai pu tuer Cornelia, s'il recommence à m'emmerder et à dépasser les bornes, je me charge de son cas et cette fois-ci ce sera sans ton intervention ou celle de l'autre chienne. » Ida, donc. « Je crois surtout que tu es trop aveuglée par ton... affection pour lui. Je ne suis pas n'importe qui. »

C'était plus fort que lui. Renan était venu ici pour avoir des conseils, Siobhan lui en donnait, mais son ego finissait par reprendre le dessus et il cherchait à se défendre du rôle que le démon lui avait donné. Tesla n'était pas habitué à perdre. C'était soit la victoire, soit la mort, rien d'autre. Inutile de préciser que voir Raphaël fanfaronner devant lui et lui rappeler tous les jours qu'il avait perdu leur petit pari, n'arrangeait en rien son manque de reconnaissance. Mâchoire crispée, le Français dût se faire force pour rester silencieux pendant quelques secondes, le temps qu'il puisse ordonner ses pensées.

« Tu lui accordes beaucoup trop de pouvoir sur toi. Tu crois franchement que le seul moyen de lui échapper, c'est de lui obéir ? Il y a des tas d'autres solutions, ce n'est pas parce qu'il ne t'en montre qu'une seule que c'est bien ce que tu as à ta portée. » Le ton de sa voix était redevenu plus calme. « Raphaël n'est pas le centre de ma vie et il ne le sera jamais. » Même s'il la monopolisait bien quand même. « Tu t'isoles seule. Tu pourrais parfaitement lui imposer ta volonté. Je suis certain qu'il dépend autant de toi que toi de lui, si tu te montrais un peu plus bravache, tu aurais certainement beaucoup à gagner. » Il darda son regard sur elle. « Tu as essayé de me manipuler, pourquoi est-ce que tu ne fais pas pareil avec lui ? C'est débile. Tu t’aplatis devant lui comme s'il était ton dieu, ce n'est rien de plus qu'un démon. Il existe des tas de moyens de le défier. »

Renan n'était pas maso non plus, mais il refusait l'idée même de servir d'animal de compagnie à un démon pénible et possessif. Il avait besoin de sa part de liberté et elle était très grande, celle du lion certainement. Un ego comme le sien ne pouvait pas côtoyer celui du démon sans dommages. À n'en pas douter, ils allaient avoir encore de nombreuses autres prises de bec, parce que Tesla n'avait pas l'intention de s'écraser devant Raphaël. Un bref sourire passa sur les lippes du Breton avant qu'il ne reprenne la parole.

« Tu te réjouis de ses petites attentions et de tout ce qu'il peut faire pour toi, mais je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnel à cela. Si c'est ta seule motivation, je veux bien me dévouer pour faire la même chose. C'est stupide de l'applaudir pour ça. C'est comme si tu félicitais un chien qui rapporte le journal de temps en temps alors que tous les clébards le font. Raphaël te donne ce que n'importe quel humain te donnerait au centuple. » Pas obligatoirement lui, mais qu'elle fasse l'éloge du démon l'insupportait. « Il ne me fait pas peur. Je pourrais sans problème le défier pour te prouver ce que j'avance. Raphaël n'est pas aussi puissant que tu as l'air de le croire et je peux te le montrer. »

Renan n'avait aucune envie de jouer au plus fort avec le démon dans le but d'impressionner Siobhan, en vérité il s'en fichait un peu. C'était autrement plus égoïste : Tesla avait besoin de se prouver à lui-même qu'il pouvait dominer l'archidémon s'il en avait l'envie et le discours de l'Irlandaise n'était qu'une excuse bien tombée.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 14 Nov 2014 - 8:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
« Putain, Tesla ! Ce n’est pas possible d’être aussi aveugle ! »

La remarque jaillit avant que je ne puisse la retenir. Je savais que ça ne lui plairait pas, je savais que c’était une connerie, et pourtant, je ne le regrettais pas. A ce rythme là, j’avais la ferme impression qu’il allait finir par se suicider. Et je l’appréciais assez pour en concevoir un peu de… tristesse, je suppose.

« Raphaël n’a plus besoin de moi pour se transférer. Le sceau a été levé. »

Agacée, je me décollais de mon mur et venais me coller sous son nez. Je savais que j’étais déraisonnable, que ce n’était pas mes affaires, et que je n’avais pas à péter un plomb. S’il voulait mettre sa vie en l’air, qu’est ce que j’en avais à faire, sérieusement.

« Il n’a qu’à claquer des doigts pour changer de corps. Tu peux lui faire ce que tu veux, il suffira qu’il invoque son Feu Infernal pour que tu te roules à ses pieds en le suppliant de t’épargner. Tu sais ce que c’est, et tu sais ce que ça fait. Tu peux tuer son corps quarante fois, il lui suffira d’en trouver un autre. »

Je reculais de quelques pas, stupéfaite de mon éclat de colère. Ça ne me ressemblait pas du tout. Du tout, du tout, du tout. C’était surprenant, et je ne pouvais pas mettre ça sur le compte de ma contrariété passagère due à la grossesse. Excuse facile, mais fausse, définitivement fausse. La vérité c’est que j’enviais la situation de Renan, quelque part. J’avais eu le droit à tous les sévices que le démon avait pu imaginer en punition de ma résistance, et lui qui le défiait tous les quatre matins s’en tirait avec une vague remontrance. De mon point de vue, il allait finir par gâcher sa chance. Et ça me foutait en rogne.

« Tu crois que je n’ai pas résisté ? Tu crois que je ne me suis jamais battue ? Que j’ai cherché mes emmerdes, peut-être ? Putain, tu m’étonnes que tu me prends pour une imbécile. »

Croisant les bras, le regard furieux, je le toisais d’un air de mécontentement suprême. A cet instant, j’avais envie de lui rentrer l’état de sa situation à coups de pelle. L’image était étrangement réjouissante. Et je me découvrais un côté un peu sanguin que je n’avais jamais exprimé avant.

« Tu dis que tu n’es pas là pour me juger mais c’est ce que tu fais. Tu parles de choses que tu ne comprends pas. Tu n’étais pas là. Tu n’étais pas à ma putain de place. Je me suis battue. Je lui ai tenu tête pendant des jours. Des semaines. Pour quel résultat ? J’ai failli crever dans sa cave comme une chienne. J’ai failli perdre tout ce que j’étais en chemin. De quel droit tu te permets de dire ce que je devrais faire ? Tu passes ton temps à le défier tu t’en sors presque sans une égratignure. Si j’ai le malheur de hausser un peu trop la voix, je me retrouve en sang et à moitié morte. Et toi tu ne te rends même pas compte que t’as une chance en or, parce que tu es trop aveuglé par ton ego. Evidemment que vous passez votre temps à vous marcher dessus, tous les deux, vous êtes aussi arrogants l’un que l’autre ! »

Là, j’exagérais un peu. Depuis que je m’étais assagie, Raphaël avait la main beaucoup plus légère sur les punitions. J’avais juste totalement disjoncté. La faute à l’agaçant Tesla, une fois de plus. Décidément, il avait le chic pour me faire sortir de mes gonds en mettant les deux pieds dans le plat.

« Ma seule motivation, abruti, c’est de rester en vie ! Et ça devrait être la tienne aussi. Au nom de ta fierté à la con, tu vas finir par te suicider. Par crever, tout seul, et tes rêves de grandeur pourront bien finir à la poubelle. Tout ça parce que tu tiens absolument à prouver que t’as la plus grosse, là, maintenant, tout de suite. C’est ridicule. »

Etre incapable de reconnaître une situation dans laquelle on était perdant était indéniablement une preuve soit d’aveuglement profond, soit de faiblesse. Faiblesse, parce que Tesla avait visiblement besoin d’être le plus fort pour continuer à fonctionner, de ce que j’en comprenais. Je croyais pourtant qu’il était plutôt malin, mais j’étais en passe de réviser mon jugement.

« Je me réjouis de ses petites attentions, comme tu dis, parce que c’est tout ce que j’ai. Et si tu ne fais pas gaffe, c’est tout ce que tu auras aussi, bientôt. Tu veux savoir ce qu’il se passe quand je me montre « un peu plus bravache », peut être ? Si les mots ne suffisent pas à te faire entendre raison, peut-être qu’une démonstration sera plus parlante. »

A cet instant, de façon bien pratique, je lui tournais le dos. Je coupais la paume de ma main, me retournais vers Tesla, cherchant son poignet d’un geste précis. La colère était un bon moteur, visiblement. Sous ma main un glyphe se dessina sur la peau du dernier jouet démoniaque en date, tandis que je prononçais quelques mots.
J’exagérais encore une fois, mais toute à mon ire, je ne réfléchissais plus aux conséquences de mes actes. Je savais seulement que mon interlocuteur m’avait une fois de plus rabaissée plus bas que terre, traiter d’idiote incompétente, et que c’était la fois de trop.
En quelques minutes, Tesla revécut l’intégralité de ce que moi, j’avais vécu. J’avais fait en sorte que ma douleur comme mes émotions – la honte, la peur, le désespoir le plus total – deviennent les siennes. Quand je me détachais de lui, je tremblais, j’étais essoufflée, et j’avais l’air tout sauf satisfaite. Je reculais, m’éloignais, le regard fuyant. Je n’avais pris aucun plaisir à cette situation. Mais j’espérais qu’au moins, elle permettrait à Tesla de cesser de faire semblant de ne rien comprendre. Il n’était pas si idiot. J’étais certaine qu’il était parfaitement conscient de ses ennuis, mais qu’il ne voulait tout simplement pas admettre qu’il s’était laissé piéger malgré toutes ses précautions.

« Pense ce que tu veux. Fais comme tu le sens. Mais si tu continues à jouer les fortes têtes pour le plaisir d’avoir le dernier mot, ça sera sans moi. Je ne tiens pas à subir le retour de flammes. »

Je pris une inspiration profonde pour finir de me calmer, même si j’avais toujours le souffle un peu court. Toute cette agitation ne me valait rien. Ce fut d’un ton d’une tranquillité presque déplacée que je concluais, contraste certain avec mes mots coléreux :

« Si tu as besoin de conseils, si tu as des questions, j’y répondrais volontiers. Si tu n’es pas capable de reprendre tes esprits et d’arrêter de faire l’enfant, par contre, ne compte pas sur moi. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 14 Nov 2014 - 16:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Visiblement, Siobhan n'appréciait pas du tout d'entendre ce qu'il avait à dire. Était-ce étonnant ? Pas franchement. Elle était tellement entichée de son démon qu'elle ne devait pas aimer l'idée de le voir être dénigré de la sorte. Renan accusa le coup, gardant les lèvres scellées pour la fixer avec attention. Oui, il avait cru comprendre que le démon pouvait changer de corps à volonté et il était vrai qu'il aurait donc du mal à le neutraliser comme avec Cornelia, cependant Tesla était vaniteux et persuadé de pouvoir réitérer l'exploit une seconde fois. Comment ? Bonne question ! Il ne se la posait pas pour le moment, préférant se bercer d'illusions sur le fait qu'il n'était pas plus faible que ce foutu démon qui lui pourrissait la vie depuis qu'il avait fait la connerie de s'intéresser à lui. Son attention resta posée sur la jeune femme, même lorsqu'elle vint se planter devant lui pour lui rappeler la désagréable « remontrance » qu'il avait eue lors de son affrontement contre Raphaël. Oui, le feu il s'en passerait volontiers ! Pas sûr que cette fois-ci le démon décide de faire preuve de clémence à son égard.
Clémence, encore un mot qui lui donnait envie de vomir. Ce n'était pas avec lui qu'il était utilisé, ou uniquement les rares fois où il décidait de se montrer attentif – ce qui revenait souvent à achever un mourant, mais pas à se montrer aimable.

Buté et bien décidé à ne pas se laisser cracher dessus, le Français se contenta de fixer l'Irlandaise droit dans les yeux, un air de défi dans le regard. Elle essayait quoi au juste ? De le faire adhérer au fan-club de Raphaël ? Peine perdue ! Il n'avait pas l'intention de continuer dans cette direction au risque de s'enfoncer encore plus dans la merde. Jusqu'à présent, Tesla avait joué le jeu de la créature et agit comme à l'accoutumée en alternant entre charme, récompense et missions amusantes. Mais si c'était pour finir comme jouet d'un démon archi-pénible, ce serait sans lui. Techniquement, ce dernier lui devait encore des années de « service » et Renan pouvait donc espérer couper définitivement les ponts pour s'en sortir. L'idée cheminait doucement dans son esprit et il la repoussa le temps de se concentrer sur ce que Siobhan lui expliquait. Il comptait tout de même y revenir, peut-être bien qu'il tenait enfin son issue de secours pour se débarrasser de cet envahissant problème – un surnom idéal pour Raphaël.

Il fut passablement vexé de s'entendre être comparé au démon – ils n'avaient rien de comparable, c'était évident ! Mais n'en montra rien. Mâchoire serrée, il la laissait déverser ce qu'elle avait sur le cœur, estimant que c'était préférable s'il ne tenait pas à se faire encore plus allumer. Stupidement, il baissa sa garde et lorsque la druidesse parla de « démonstration », une alarme résonna dans son esprit. La dernière fois qu'il en avait vue une, c'était avec le démon et il n'avait pas du tout apprécié. Mais sa réaction se fit un instant trop tard, lorsqu'elle se retourna pour lui saisir le poignet, il esquissa un geste pour le retirer, mais déjà des souvenirs qui n'étaient pas les siens défilèrent dans son esprit. Ils n'étaient pas réjouissants, bien au contraire et Renan fut forcé de constater qu'il avait effectivement droit à un traitement de faveur comparé à Siobhan. Enfin, peut-être était-ce le cas tout simplement parce qu'il était largement plus possessif avec son jouet préféré. C'était comme les enfants après tout. Toujours est-il que la démonstration fit son petit effet et que le Français comprit largement mieux la raison pour laquelle la jeune femme agissait ainsi. Contrairement à lui, elle n'avait plus personne et Raphaël était la seule relation qu'elle pouvait vouloir entretenir. Il resta silencieux pendant quelques instants, organisant ses pensées avant de répondre. Le ton de sa voix était beaucoup plus posé que précédemment, comme s'il avait compris qu'il devait mettre un peu d'eau dans son vin et arrêter de malmener la pauvre Irlandaise.

« Je ne fais pas l'enfant. » Enfin, pas volontairement. « Je n'ai pas l'intention de jouer les fortes-têtes pour le plaisir comme tu le dis si bien, je n'en ai rien à foutre de te prouver que je vaux mieux que toi. D'ailleurs je ne l'ai jamais prétendu, pas depuis nos dernières discussions. » Ce qui était la vérité, il avait révisé son jugement. « Ce que tu n'as pas l'air de comprendre de ton côté Siobhan, c'est que je n'ai pas la même position que toi vis-à-vis de lui. Je l'ai recruté, j'ai été le chercher pour qu'il vienne m'aider, ce n'est pas lui qui a décidé de s'intéresser à moi. » Contrairement à elle. « Je dirige une cellule d'un organisme largement plus important que Raphaël, tu penses que les autres agents estimeront encore que je suis capable d'assumer un tel rôle si un seul démon peut me traiter comme son jouet ? »

Parce qu'au fond, c'était ça le réel nœud du problème. L'Ombre ne risquait-elle pas de se demander si l'Officier de Mannheim était bien à la hauteur alors qu'il se faisait mener par le bout du nez par un archidémon ? Et forcément, s'il perdait ce statut, il ne pourrait s'en prendre qu'à lui-même : après tout, plusieurs personnes lui avaient déconseillé de s'embarrasser d'une telle créature. Mais non ! Il avait du s'entêter ! Stupide Officier. Au final, Siobhan était la première à entendre un tel aveu, il n'en avait même pas parlé à Evey, comme beaucoup de choses concernant Raphaël. Détournant finalement le regard, il reprit la parole.

« Alors, tu m'excuseras, j'ai beaucoup de mal à voir ma situation comme « une chance en or ». Habituellement c'est moi qui tiens le rôle de celui qui impose sa volonté. » Ce qui lui fit repenser à quelque chose. « Et je ne suis pas aussi arrogant que lui ! Il n'a rien à voir avec moi. Il se comporte comme un gamin capricieux et comme une garce jalouse, ça n'a rien à voir ! » Et il avait l'air d'y croire. « Ta seule motivation, c'est de rester en vie ? Et bien, moi c'est de rester à la place ou je suis aujourd'hui. Voire plus haut. Mais je préfère encore y passer que tout perdre. » Ça, c'était dit. « Et j'étais sérieux lorsque je disais que tu pouvais avoir plus. » Il la regarda quelques instants. « Étant donné que tu prétends que j'ai des avantages et que moi, je n'ai pas l'intention d'en rester là, qu'en dirais-tu si je te proposais d'utiliser sa... clémence pour t'obtenir quelques avantages ? » Il leva la main pour parer à toute protestation. « Ne t'en fais pas. Tu n'auras rien à voir avec cette histoire, il ne soupçonnera pas que tu as donné ton aval. Dis-toi que ce sera pour « m'excuser » de t'avoir traitée comme ça. Et te remercier de tes conseils. »

Son idée était très simple : sous-entendre à Raphaël qu'à trop traiter sa sorcière de la sorte, quelqu'un d'autre – lui par exemple – finirait par lui proposer mieux. Bien sûr, Renan veillerait à ce que ça ne retombe pas sur Siobhan parce qu'au final, il l'aimait bien. Et elle pouvait l'aider. Parler de conseil l'amena d'ailleurs à songer à une question qui était née dans son esprit quelques instants plus tôt.

« Je me posais une question, à laquelle tu as peut-être une réponse... et si je coupais totalement les ponts avec lui, que se passerait-il ? Il me doit des années de... service. Il les respectera d'après ce qu'il m'a dit, mais je peux parfaitement déléguer sa supervision à quelqu'un d'autre. »

Quelqu'un qui devra se démerder avec le futur rôle de jouet attitré, mais ça, ce n'était pas son problème.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 14 Nov 2014 - 21:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Je profitais du silence de Renan pour me recentrer. Je détestais perdre le contrôle de la sorte, déjà depuis des années. Avec ma rencontre avec Raphaël, cette caractéristique s’était grandement accentuée. De mon point de vue, j’avais bien assez laissé mes émotions prendre le dessus ces derniers mois. Et une fois de plus je craquais ? Vraiment ? Puis il reprit la parole. Il s’était calmé, il était plus posé, et par mimétisme, je m’apaisais petit à petit aussi. Pourtant, c’était un regard insondable que je lui retournais. J’étais figée, sans expression, dans l’expectative. J’écoutais tout ce qu’il avait à dire. Sans une réaction visible.

Intérieurement, j’hésitais entre rire et pleurer. Tesla avait cherché le démon, lui. Il avait voulu jouer ce jeu malsain. J’avais beau être raisonnablement heureuse – autant que l’on puisse l’être au vu de ma situation – je me sentais flouée. Je n’avais pas eu de choix. Néanmoins, je ravalais mon côté envieux. Pas plus que lui n’avait le droit de juger mes actes, je n’avais l’autorisation de donner mon avis sur ses choix. Je ne savais pas ce qui l’avait poussé dans cette direction – nécessité, amusement, ennui, arrogance. Alors une fois de plus, je gardais le silence, transformée en une statue, attentive, certes, mais totalement amorphe.
A croire que ma petite crise de nerfs m’avait vidée de toute énergie. Finalement, je retournais à mon coin de mur, presque lourdement – loin, bien loin de mon dynamisme habituel et surtout de ma démarche légère. Un long soupir plus tard, je répondais à Tesla d’un ton las. Il était loin le temps des doubles-sens et des taquineries, tout à coup.

« Je sais que tu n’es pas dans la même situation que moi. Je ne te dis pas de ramper aux pieds de Raphaël. De toute façon, ce serait la pire chose à faire, il perdrait tout intérêt pour toi, et parfois il considère qu’un jouet inutile doit être mort et enterré avant de passer à autre chose. »

Je laissais passer un instant, perdue dans mes pensées un peu sombres. Ne pouvais-je pas rencontrer quelqu’un dans le calme et la bonne humeur de bout en bout, pour une fois ? C’était trop demandé ?

« Je te dis simplement que tu dois savoir doser tes effets. Défier sans trop en faire. Résister sans franchir une limite. Tu penses comme tu veux… Mais quand on est mort, il n’y a plus de retour en arrière. Le jeu est fini, et plus moyen de jouer un dernier round. Tant que tu respires, tu peux toujours te débrouiller pour garder ta place. Pour grimper les échelons. Enfin… C’est ma façon de penser. Apparemment tu as la tienne. Et je ne vois rien à y redire, au fond. Essaye juste de te montrer un chouïa plus prudent qu’actuellement. »

Je pris sur moi de sourire. Aussi vivement que je m’étais énervée, j’avais retrouvé tout mon calme. J’avais fait valoir mon avis sur la question, et cela avait eu le mérite de pousser Tesla à s’adresser autrement à moi. Il y avait une nette amélioration de ce côté là. Il avait peut être fini par comprendre que ça ne servait à rien d’en vouloir au messager ?
Je songeais de nouveau à sa proposition. En tant normal, fidèle à ma ligne de conduite pleine de sagesse, j’aurais décliné toute aide venant de lui. A la fois pour le préserver lui, et surtout pour éviter que toute cette affaire ne me retombe sur le coin du museau avant que je n’aie eu le temps de dire ouf. Cependant, j’avais quelques griefs contre le démon ces jours ci. A savoir, le fait qu’il avait insisté pour garder ce fichu bébé démon au point que j’avais fini par craquer et me résigner à l’idée de la grossesse, faible créature que j’étais. Mes doutes étaient toujours là, mais je n’oserais pas aller à ce point contre la volonté de Raphaël. Déjà que je faisais tout pour me mettre en danger ces jours ci dans l’espoir d’avoir un malencontreux incident…
Autant en sa présence je rayonnais, heureuse et épanouie, portée par la joie du démon à l’idée d’avoir ce gosse, autant quand j’étais de mon côté je ruminais en permanence. Raison qui expliquait que je choisisse de prendre le risque.

« Tu peux toujours essayer de manipuler Raphaël pour qu’il se montre plus conciliant… Mais honnêtement, je ne suis pas convaincue que ça marche, tu sais. »

Enfin, j’arrivais au dernier problème. Je ne cachais pas à Tesla mon air sombre, secouant doucement la tête. C’est avec un sourire d’excuse que je revins à son problème principal.

« Ne coupe pas les ponts. Si tu fais ça, tu perds tout intérêt à ses yeux. Enfin, je crois. Il se sentirait vexé, vraiment en colère même. Et surtout… Tu t’es engagé dans ce petit jeu avec lui. Maintenant, c’est marche ou crève. Il faut que tu continues jusqu’au bout. Je pense que ça serait une mauvaise idée de le refiler à quelqu’un d’autre. »

Je soupirais de nouveau avant de continuer.

« Et puis, il te retrouverait où que tu sois. C’est là que tu risques de te retrouver en difficulté face à lui et face… à ton organisation. Très mauvais plan. »

On pouvait faire pire, mais tout juste. J’espérais que Tesla était réellement disposé à écouter ce que je lui disais et ne faisait pas semblant pour l’occasion. Sinon, il était mal barré.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 15 Nov 2014 - 16:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Siobhan avait l'air fatiguée, mais était-ce étonnant ? Elle devait certainement avoir utilisé pas mal de son énergie pour lui « transmettre » ses souvenirs à propos de Raphaël. Pour le coup, Renan se demandait encore si elle avait agi ainsi par simple envie de le faire souffrir, ou si c'était pour lui montrer ce qu'elle avait vécu et le pousser à faire preuve de plus de compréhension à son égard. Ou peut-être qu'elle avait envie de lui montrer ce qu'il risquait s'il faisait trop l'idiot avec le démon ? Non, c'était peu probable : Siobhan était à la botte de la créature, pourquoi est-ce qu'elle voudrait ménager un type qu'elle avait espionné ? Pour rien. Dans l'esprit de Renan, l'action de la jeune femme avait donc obligatoirement un autre but.

Le trentenaire ne fut pas vraiment surpris pas ce que l'Irlandaise lui annonça ensuite : Raphaël risquait de se lasser s'il se montrait trop malléable. Pas étonnant, le démon avait plutôt l'air d'être enthousiaste lorsqu'il se prenait de refus en plein visage, même s'il pouvait parfois montrer des signes d'agacement lorsque ces refus devenaient trop fréquents. En somme, Tesla devait se montrer suffisamment docile pour ne pas provoquer les colères du démon, mais sans pour autant ramper à ses pieds. Un jeu d'enfant ! En vérité, Renan en était capable, il l'avait déjà fait pour approcher des cibles lors de missions, cependant l'enjeu était différent et la personne en question ne le prenait pas pour un jour. Avec Raphaël, les choses ne semblaient jamais se terminer et le Français n'était pas sûr de réussir à s'y tenir encore beaucoup de temps.

Silencieux, le Breton écouta la jeune femme avec une attention non feinte. C'était ridicule. Il avait presque le sentiment d'écouter des conseils pour savoir comment jouer l'amant idéal. Ce n'était pas dans ses intentions, mais il prit en compte tout ce qu'elle daignait lui dire : après tout, la jeune femme le connaissait bien mieux que lui. Par ailleurs, sa lanière de parler s'était calmée, un peu comme si elle était plus posée depuis que lui-même avait décidé d'opter pour un comportement moins agressif. Ses pensées s'ordonnaient petit-à-petit alors qu'il se demandait ce qu'il pourrait bien faire d'autre pour régler le problème « Raphaël ». Visiblement Siobhan n'avait pas l'air de croire à sa dernière idée et ses arguments avaient de quoi le convaincre. Oui, il était bien capable d'essayer de lui nuire si Renan tentait de le refiler à quelqu'un d'autre. La barbe. Il ne dissimula pas son agacement – contre Raphaël et non Siobhan – avant de hausser les épaules tout en répondant.

« Je crois comprendre ça, en effet. » Il était légèrement lassé de la tournure des événements. « Il me retrouverait dis-tu ? Et comment ? Je n'ai jamais accepté de boire son sang, il n'y a pas de raisons pour qu'il existe le moindre lien entre nous. » Enfin si, il avait bu du sang au début de leur relation, mais très peu et c'était il y a longtemps. « Sans vouloir me vanter, je sais me débrouiller pour éviter que quelqu'un ne me mette la main dessus. » Il avait de l'expérience de ce côté. « Mais je n'ai pas l'intention de me mettre un archidémon à dos. Je ne suis pas encore aussi stupide. » C'était histoire de la rassurer un peu. « Cela dit, je n'aurais pas imaginé que couper les ponts me ferait perdre tout intérêt. Tu as l'air de drôlement bien le connaître. Tu devrais peut-être écrire un livre sur lui. »

Ce n'était pas moqueur, mais simplement destiné à détendre un peu l'atmosphère. Le trentenaire soupira une nouvelle fois, croisant à nouveau ses bras sur son torse. Son regard se posa sur Siobhan tandis que ses pensées continuaient à tourner dans son esprit pour essayer de trouver une solution pour maintenir une certaine distance avec l'archidémon. C'était devenu son nouvel objectif : ne pas s'enfoncer davantage dans cette relation qui semblait plus dangereuse que des sables mouvants peuplés de serpents venimeux.

« Et tu sais, dans mon milieu, une fois que tu as fait une connerie, tu n'as plus la moindre changer de regagner ta place. Si je retombe au bas de l'échelle, ce sera juste pour servir de paillasson à mon remplaçant et inutile de préciser que ce n'est pas mon genre. » C'était même eu euphémisme. « Mais là n'est pas la question. Je n'ai pas l'intention de laisser Raphaël me plomber donc je vais tenir compte de tes conseils. Cela dit... » Il marqua une petite pause. « … je n'ai pas l'intention de renforcer son emprise. Tu me suggères de doser mes effets et des tas de choses comme ça, mais je n'ai pas envie qu'il se montre encore plus insistant. » Insistant, c'était le terme, oui. « Après, je me fais peut-être des idées, mais tes conseils me font vaguement penser à ceux que l'on donne à quelqu'un qui cherche à attiser la flamme chez son amoureux. » Le ton était légèrement moqueur, mais gentiment. « Est-ce que c'était le but recherché en me parlant de ça, ou est-ce que c'est uniquement pour... maintenir l'entente si je puis dire ? »

Autrement dit : est-ce qu'elle venait de lui donner des conseils pour pousser encore plus Raphaël à le harceler ensuite, ou pour se contenter de garder les choses à flot ? Oh, Renan ne pensait pas que Siobhan essayait de le manipuler, il espérait qu'elle ne jouerait plus à ça avec lui, mais peut-être que ce qu'il désirait n'était pas très clair ? Après une légère pause, il reprit.

« Tu doutes toujours de moi, je ne sais pas comment le prendre... » Il esquissa un léger sourire. « Tu as raison en un sens, Raphaël et moi, on fonctionne un peu pareil sur certains plans. Je suis certain de réussir à le manipuler suffisamment pour le pousser à changer d'attitude à ton égard. En bien, évidemment. »

Après tout, qui mieux que lui savait comment est-ce qu'il était possible de le pousser à faire quelque chose ? Encore fallait-il que le démon et lui soient bien comparables.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 17 Nov 2014 - 14:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Imaginer Renan en tant que prétendant souhaitant retenir son homme me tira un léger éclat de rire. Ça avait quelque chose de curieusement ironique, mais surtout carrément tordant. Voilà. C'était tout simplement ridicule. Par ailleurs, je me permettais d'être un peu plus détendue étant donné qu'il avait enfin cessé ses remarques accusatrices. Le changement était agréable.

Renan avait définitivement retrouvé son calme puisqu'il avait recommencé à lancer quelques petites taquineries au gré de la conversation. Nous sortions gentiment du terrain miné où nous nous étions aventurés dés le début de cette rencontre. Accessoirement, je me rendis compte, sans rien en laisser paraître, que j'avais failli gaffer sur le fait que Raphaël avait bel et bien établi un lien avec son "patron chéri". Le sang était en effet un moyen de créer le lien, mais il y en avait bien d'autres... J'en savais quelque chose. après tout l'archidémon avait fait en sorte de mettre la main sur mon âme bien avant que je ne commence à boire son sang. J'en étais certaine car il m'avait retrouvée, sur les docks, cet été, quand Azazel avait tenté de me tuer. Sans le moindre indice de ma part sur ma localisation.Le reste n'était que suppositions de ma part, mais j'étais assez sûre de moi sur ce coup là. Néanmoins mes découvertes n'étaient pas de celles qui se partagent. Une histoire de loyauté envers une certaine personne. Si j'avais eu la morale plus extensible à ce sujet, j'aurais pu prévenir Tesla, mais bon. Ce n'était pas le cas, alors à quoi bon le regretter ?

« Je ne doute pas que tu sois doué quand il s'agit de disparaître. Mais Raphaël aurait l'éternité devant lui pour te retrouver. Avoue que ça fait un sacré inconvénient. Et puis, il me semble qu'il est assez tenace dans sa rancune. »

Je ris en repensant aux histoires de bouquin de Renan.

« Encore une supposition, tu vois. Je ne devrais probablement pas écrire ce livre finalement. On ne pourrait pas s'y fier à cent pour cent, vu comme ce démon change d'avis comme de chemise. »

Je levais les yeux au ciel. Les dieux savaient à quel point les sautes d'humeur de Raphaël pouvaient être pénibles à vivre. Une vraie girouette. Quoi que. Ces temps ci, j'étais plutôt mal placée pour parler. Côté girouette, j'en tenais une bonne couche.

« Il n'a pas vraiment d'emprise sur toi. Si tu étais passée sous sa coupe, tu le saurais. C'est bizarre, parce que tu t'attaches sincèrement à lui. Je ne crois pas que tu es développé une affection subite pour Raphaël, si ? »

J'étais clairement moqueuse sur le coup. Je doutais fortement que Renan est développé une quelconque amitié ou plus pour l'archidémon.

« Et puis, ce qu'il fait, c'est un jeu, j'ai l'impression. Il s'amuse avec toi. Pour le moment, ça ne te coûte pas trop de continuer. Quoi que je te conseille, de toute façon, il n'en fera qu'à sa tête comme toujours. »

De quoi rassurer un peu Tesla, je l'espérais. Je n'avais pas envie qu'il fuit le démon, d'une part parce que ça déplairait à celui ci mais aussi car j'avais enfin quelqu'un à qui parler de toutes ces emmerdes.

« Disons que mes conseils te serviront juste à ne pas faire la connerie du siècle dans le feu de l'action. Maintenir l'entente ne te conviendrait pas ? »

Pour en revenir à ces histoires de doute. sans aller jusqu'à l'aduler, je connaissais les capacités de mon amant démoniaque. Je savais de quoi il était capable, à quel point il pouvait être dangereux. J'avais compris, surtout, que le démon était en train de retrouver ses pouvoirs scellés. Quand je l'avais connu, il n'avait jamais fait usage de son feu infernal, alors que je l'avais provoqué à outrance (je n'avais d'ailleurs toujours pas eu cet honneur, à mon grand bonheur). Bref, j'avais conscience qu'il avait une certaine marge de progression. L'idée était relativement terrifiante. A contrario, je n'avais aucune idée des capacités de Tesla. Cependant, il était vrai que si quelqu'un était à même de manipuler Raphaël, c'était bien lui. Bref, je ne savais pas trop qu'en penser.

« Tu ne m'as pas donné de preuve de ton talent... Mon scepticisme naturel me pousse à douter, c'est normal. J'attends simplement une démonstration... »

J'étais gentiment moqueuse. Une petite phrase anodine en passant.

« Je ne t'avais pas vu depuis que tu étais venue chercher Raphaël au club. J'ai cru que tu ne voulais plus rien avoir à faire avec moi. »

Une moue désolée accompagna mes propos. Le truc amusant, c'est que j'avais vraiment regretter de ne plus l'avoir vu. En général, nos conversations avaient le mérite de me changer les idées.

« J'étais déçue d'être privée de ta présence. »

Surtout maintenant que nous étions plus ou moins dans le même bateau. Mais ça, je n'allais pas le dire à voix haute. Autant éviter de relancer le débat. Je soupirais légèrement.

« Enfin, j'imagine que vu le contexte, tes petites propositions ne sont plus d'actualité. »

Déception, déception. J'aurais aimé faire autre chose que tenir un bar toute la nuit et dormir (ou autre, si Raphaël était dans le coin) la journée. Il y avait plus réjouissant. Quand à savoir de quelles propositions je parlais... Ce n'était pas mon problème. Un nouveau soupire plus tard, je repensais à mon quotidien monotone. Même une attaque démoniaque aurait été la bienvenue, maintenant que j'avais fait mes armes et que j'étais un peu plus douée de mes dix doigts quand il s'agissait de leur résister.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 17 Nov 2014 - 16:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Même s'il n'en disait rien, Renan était légèrement contrarié d'apprendre – ou plutôt de s'entendre confirmer – que Raphaël était versatile. Il avait déjà cru le comprendre lors de leurs dernières discussions, cela dit le fait que sa plus proche « chose » le confirme, n'était pas vraiment à son goût. Tesla manipulait les gens en apprenant leur mode de fonctionnement. Il ciblait les points qui pourraient les contrarier ou les pousser à agir comme il le souhaitait, puis ensuite il agissait ! Mais si le démon avait plusieurs modes de fonctionnement, tout cela allait grandement se compliquer et pour le coup, il en venait à se demander si sa tentative de manipulation n'allait pas lui retomber sur le coin de la gueule. Peut-être. Et au final, c'était juste pour faire plaisir à Siobhan, le risque était-il vraiment à la hauteur de la récompense ? Pas sûr. Parce qu'il ne savait même pas à quoi il aurait droit : si ça se trouvait, la rouquine allait juste l'envoyer paître et il n'aurait droit à aucune information sur Raphaël – ou aide quelconque de sa part. Tesla ne savait pas encore si Siobhan était attachée à l'archidémon au point de ne rien pouvoir faire d'autre – comme « travailler » de temps en temps pour le compte de Renan.

Au fond, il aurait pu l'aider juste pour le plaisir, mais le Français n'était pas un gentil et il ne donnait rien sans rien obtenir en retour. Peut-être que l'Irlandaise s'en doutait, peut-être pas. En tous les cas, en acceptant sa proposition elle avait aussi accepté de lui être redevable et cela même s'ils ne l'avaient pas décidé de vive voix. Tous les contrats ne se faisaient pas de manière limpide après tout....

Elle lui parla alors de l'affection qu'elle avait soudain développée pour Raphaël et lorsqu'elle émit l'hypothèse qu'il puisse avoir été dans ce cas, ou sourire amusé – et légèrement moqueur – se dessina sur les lippes du Français. Pas vraiment. C'était plutôt l'opposé : depuis qu'ils avaient partagé un bref moment ensemble, Tesla éprouvait davantage une espèce de colère à l'encontre du démon. Même ses petits jeux de flirt l'agaçaient, lui qui fonctionnait pourtant sur ce mode avec quasiment toutes les personnes qu'il côtoyait – hommes comme femmes. La réponse ne se fit pas attendre.

« C'est plutôt le contraire je dirais. »

Inutile de détailler davantage : elle était présente dans la boîte lorsque Raphaël et Renan s'étaient revus pour la première fois depuis son changement d'hôte. Depuis lors, leur relation ne s'était pas vraiment améliorée et cela même s'il avait eu droit à quelques « agréables » surprises, comme en s'étant fait sauver par le démon, ce qui laissait penser que les choses n'allaient pas vraiment revenir au beau fixe. Sauf si Raphaël changeait subitement de comportement, ce qui était peu probable. De plus, Renan n'allait jamais se faire au rôle de « jouet » décrété par la créature, ce qui signifiait que leur relation resterait une source de contrariété pour eux deux.

Les paroles de l'Irlandaise qui lui annonça que Raphaël « jouait » avec lui, ne l'enchantèrent guère. Contrairement à ce qu'elle avait espéré, la jeune femme assombrit plutôt son humeur. Renan était habitué à être dans le rôle du chat qui s'amusait avec la souris et non cette dernière. Malheureusement il allait devoir se faire une raison : le démon avait gagné et c'était lui qui allait devoir subir et attendre que l'autre décide de ce qui se passerait ensuite. Ce manque de maîtrise lui laissait toujours un goût amer en bouche, mais il n'avait pas l'intention d'en faire état devant elle. Elle ne le comprendrait pas de toute manière. Personne ne le pouvait, à part Evey peut-être, mais jamais il n'admettrait sa faiblesse devant elle.

Le ton redevint alors plus léger. Même les mots de Siobhan empruntaient le chemin de leurs précédentes conversations. Elle voulait une démonstration de son talent ? De manipulateur ? Étonnant de demander une pareille chose, cela dit il n'avait jamais vanté un autre de ses dons devant elle. Son regard se posa sur le minois de l'Irlandaise qui poursuivait en cherchant à lui faire croire qu'il avait pu lui manquer. Bien sûr, sa présence était si agréable qu'elle avait sans doute rêvé de lui chaque nuit que Dieu fait ! Renan avait beau être vaniteux et égocentrique, il n'était pas totalement idiot. Siobhan était bien assez occupée par son charmant asiatique pour regretter de ne pas le voir se pointer pour lui rendre une visite de courtoisie. Quoi qu'il en soit, les phrases lancées pouvaient être interprétées de différentes manières et, en réalité, Renan ne savait pas comment les comprendre. Est-ce qu'elle était en train de lui faire du gringue ou est-ce qu'elle se renseignait juste sur ses possibilités vis-à-vis de SHADOW ? Le regard du trentenaire scruta avec attention le visage de son interlocutrice avant qu'il ne hausse les épaules pour répondre d'un ton calme.

« Ça dépend. On parle de quelles propositions exactement ? » Il décroisa ses bras pour poser ses mains de part et d'autre de son corps, sur le muret. « Au vu de ce qui s'est passé dernièrement, il y a effectivement quelques-unes qui sont... à revoir je dirais. Mais d'autres sont encore d'actualité. À l'instant présent, j'entends. »

Oui, les propositions concernant SHADOW seraient à revoir étant donné qu'il doutait de la voir délaisser son charmant démon pour faire d'autres missions – et c'était obligatoire pour intégrer l'organisme. Cependant, celles qui concernaient leur... entente, étaient encore d'actualité. Plus pour très longtemps cela dit. À l'heure actuelle il était en pleine mission concernant une avocate célèbre et si leur relation se dirigeait vers ce qui était prévu – et plus si affinités donc – il ne s'amuserait plus à faire du plat à d'autres femmes. Ce n'était pas une question de fidélité, mais simplement de prudence : les affaires charnelles ne devaient jamais venir perturber les missions de l'organisme. Donc en effet, tout dépendait de quoi ils parlaient à l'instant présent.

« Désolé de t'avoir si longtemps privée de ma présence, mais j'avais beaucoup à faire. La faute à Raphaël, il m'a rajouté pas mal de boulot. Et puis je n'avais pas particulièrement envie de tomber sur lui en te rendant visite. » Il marqua une petite pause. « Peut-être que s'il ne fallait pas se déguiser pour entrer, je t'aurais fait une surprise un de ces soirs, mais là, c'est un peu trop pour moi, navré. » Un sourire ourla ses lèvres. « D'ailleurs, ton déguisement de l'autre fois était charmant. »

Encore un mot lancé en français, volontairement. Qu'elle se fasse des idées sur ce qu'il pouvait avoir dit, que ça cogite un peu dans sa jolie tête ! Il soupira légèrement, n'ayant pas franchement envie de se prendre à nouveau la tête avec des questions sur le démon. Plaisanter un peu ne faisait pas de mal après tout.

« Et nous parlions de lequel de mes talents ? Je crois que jusqu'à présent, je me suis simplement vanté d'être un bon manipulateur. Est-ce que tu as envie que je m'amuse un peu avec toi ? » Comme elle l'avait fait. « En tout bien tout honneur, je parlais de manipulation. » Même si ce mot aussi prêtait à confusion. « Je suis étonné de t'entendre parler de démonstration, j'aurais pensé que tu préférais que je t'épargne à ce niveau. » Mais peut-être qu'elle ne parlait pas de ça ? « Ou je peux te prendre par surprise et te proposer d'aller faire un tour. Peut-être que Raphaël rentrera entre-temps et qu'il verra que tu lui as faussé compagnie. Tu crois que ce serait une bonne manière de le provoquer gentiment, ou ce serait plutôt le genre de choses à éviter ? »

Il ne posait pas sérieusement la question, la réponse était trop logique : il serait jaloux et leur tomberait certainement sur le coin de la gueule avant qu'ils n'aient fait dix mètres. Mais Renan s'en moquait pas mal à l'instant présent, il est vrai qu'il avait beaucoup évité Siobhan parce qu'il avait compris qu'elle était de mèche avec le démon – et s'était donc moquée de lui – mais finalement, la retrouver apportait un peu de sel à un plat trop fade à son goût. Et Renan aimait les choses relevées – même lorsqu'il s'agissait de jupes.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 21 Nov 2014 - 11:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Effectivement, en prenant en compte ce dont j’avais été témoin, ce n’était actuellement pas le grand amour entre Renan et Raphaël. L’ambiance avait été tendue au club, l’autre soir, et je m’étais fait discrète bien gentiment pour éviter de me retrouver impliquer dans leur conflit à la noix. Il était plus que temps qu’ils améliorent leur façon de communiquer. C’était un peu agaçant à la longue. Assez amusant d’autres fois, d’ailleurs. En tout cas, ça confirmait que Renan ne risquait pas de se retrouver installé au Cirque des Damnés à dormir dans la chambre du démon, et à jouer les serveurs. Pourquoi avais-je accepté, déjà ? Oh. Exact. On ne m’avait pas laissé le choix. Cela dit, je ronchonnais pour la forme. J’étais bien là où j’étais, j’avais un salaire et un logement bien plus luxueux qu’auparavant. Que du positif, donc.

Je saisis la contrariété de mon vis à vis avec une pointe d’agacement qui traversa mon visage. Encore un pour lequel il fallait faire attention au moindre mot. Il était aussi susceptible que mon amant. Tiens, ça leur faisait encore un point commun. Je ne comprenais pas pourquoi. On ne pouvait pas toujours tout gagner dans l’existence, il fallait savoir passer outre les petites … grandes contrariétés du quotidien. A quoi ça pouvait bien servir de ruminer sa rancœur sur des choses auxquelles on ne pouvait rien, franchement ? Enfin. Revenons à nos moutons. Apparemment, je n’étais pas assez explicite sur mes interrogations. Il allait falloir préciser.

« Toutes tes propositions… Je t’avoue que pour moi qui avait l’habitude de chercher les ennuis et qui avait une vie assez… agitée, servir toutes les nuits dans un club, aussi sympathique soit-il, est un peu ennuyant. J’aimerais bien retrouver un second emploi plus palpitant, si tu vois le genre. Cela dit, vu que je doute que tu sois toujours partant pour utiliser mes compétences, j’irais vendre mes talents ailleurs. »

Je haussais les épaules. C’était contraignant, mais pas impossible. Je ne pourrais pas continuer bien longtemps à vivoter dans le Cartel, mais me mettre à mon compte n’était pas totalement impossible.

« Si Raphaël a quelque chose à y redire, je lui ferais valoir mon point de vue, pour le coup. Je veux bien lui rendre service, mais je m’emmerde un peu. »

Même si j’étais satisfaite des avantages que j’y gagnais, évidemment. Et que je ne pourrais bientôt plus errer dans la ville à chercher des occasions d’exercer ma magie. Mini démon oblige. Dieux tous puissants. Ça allait être affreux d’être coupée de mon pouvoir… Heureusement que ce n’était pas pour tout de suite. Je n’étais définitivement pas prête à me ranger pour quelques mois.

« Quand aux autres propositions que tu as pu me faire… Et bien, je suis toujours à l’écoute. »

C’était la pure vérité, le problème majeur résidant dans le fait que j’avais un archidémon sur le dos qui était le plus efficace des garants en ce qui concernait ma fidélité. Sauf que je n’avais beau pas être jalouse de nature, je commençais à être lassée d’être toujours là quand monsieur avait, une fois de plus, une folle envie de s’envoyer en l’air, et que lui de son côté batifole à gauche et à droite au gré de ses envies. Je vivais la situation de plus en plus mal, tout en sachant pertinemment que je n’obtiendrais l’exclusivité que dans mes rêves. Je n’étais pas idiote. Cependant, aller voir ailleurs, en la personne de Renan, n’était pas forcément la solution. Disons plutôt qu’étant donné que Raphaël m’avait promis de tuer la première personne qui me toucherait, si il ne me faisait pas ma fête avec, je n’étais pas sûre que le jeu en vaille la chandelle. Ç’avait de quoi refroidir. Sans mauvais jeu de mots.

« Petite nature. Ce n’est pas la fin du monde que de se déguiser. »

Quoi qu’il ait raconté sur mon déguisement par ailleurs. Je notais d’aller vérifier sur internet, ou en demandant à mon cher démon, ce que voulait dire le mot « charmant ». Est ce que je lui lançais des mots en gaélique, moi ? Je n’aimais pas ne pas savoir ce qu’on me disait. Même si j’imaginais que c’était quelque chose de positif. Plus ou moins. Du positif ironique, peut être ? Vu le déguisement en question, c’était encore le plus probable.

« Je préfèrerais que tu évites de … « jouer avec moi » si on parle de manipulation. Je crois que j’ai eu plus que mon compte pour les dix années à venir. Mais tu peux t’appliquer à t’occuper de Raphaël pour me montrer l’étendue de tes compétences. Sois assuré que tu auras toute ma reconnaissance si tu réussis. »

Je prononçais la dernière phrase d’un ton enjôleur. Je me doutais bien que quels que soient les services que me rendait Tesla, ils ne seraient jamais gratuits. Et qu’il avait d’ors et déjà entériné le fait que je lui devrais quelque chose. Quoi, bonne question.

« Si je me casse comme ça, avec toi, je ne suis pas sûre que Raphaël nous réprimande « gentiment ». On risque de se faire allumer pour trois fois rien. »

Je ris légèrement.

« Ça ne m’est pas arrivé depuis un certain temps, donc si on pouvait éviter de tenter le diable… »

C’était le cas de le dire, tiens.
Mieux valait jouer la sécurité, et je doutais de toute façon que Renan ait été sérieux. Il commençait à comprendre un peu mieux ce qu’il fallait éviter de faire, je crois. Brave petit. Heureusement qu’il n’était pas dans ma tête. Cette dernière dénomination lui aurait à coup sûr déplu.

« J’aime bien l’action, mais je préfère encore ça quand ça n’implique pas Raphaël. Meilleur pour ma santé. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 21 Nov 2014 - 15:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
C'était une bonne chose qu'elle puisse parler de toutes leurs propositions. En fait, s'il avait dû choisir, Renan aurait largement préféré qu'elle s'inquiète de savoir s'il souhaitait toujours la recruter, plutôt que d'aborder leurs sous-entendus fréquents. C'était aisé de trouver une jolie fille réceptive, ça l'était moins de mettre la main sur une mage du sang avec des capacités comme celles de Siobhan. Par conséquent, qu'elle « s'inquiète » de ce qu'il pourrait bien vouloir – ou ne plus vouloir – sur ce plan, était une bonne chose. Le trentenaire fit toutefois le choix de rester silencieux pour débuter : il voulait l'entendre lui dire qu'elle était prête à lui obéir au doigt et à l’œil et non pas à dépendre du démon.
Bon, les paroles suivantes de la jeune femme ne furent pas exactement celles espérées, mais ça s'en rapprochait assez pour que Tesla envisagea de sonder un peu plus la position de l'Irlandaise.

Cela dit, c'était toujours agréable de savoir que le reste de ses propositions n'était pas passé à la trappe. Un léger sourire amusé ourla les lèvres de Renan. Bien souvent, il parlait de la sorte par simple habitude. Que ce soit avec Evey ou même avec les hommes qu'il pouvait côtoyer lors de missions, le Français se laissait aller à des sous-entendus et des phrases plutôt explicites, mais c'était rare que tout cela soit animé par un réel désir de voir quelque chose se faire entre eux. Avec Siobhan, les choses s'aiguillaient dans cette direction, donc pourquoi pas ? Cela dit, il pouvait aussi bien se contenter de cette habitude encore des décennies. Après tout, ça faisait maintenant plus de dix ans qu'il se comportait ainsi avec Evey sans que rien ne se soit passé.

Son silence ne se brisa que lorsqu'elle déclina sa proposition d'aller faire un tour. Tant mieux, il n'avait pas été sérieux étant donné qu'il avait prévu de retourner à la base dès que cette discussion serait terminée, mais c'était une manière de montrer à Siobhan qu'elle n'était pas oubliée. Cependant, s'ils devaient se voir pour quelque chose qui ne concernerait pas SHADOW ou Raphaël, Tesla comptait bien être sûr de ne pas voir ce dernier mettre ses menaces à exécution. Il n'avait pas envie de devenir la cible numéro un d'un archidémon parce qu'il aurait fricoté avec la mauvaise fille. Bref, la question était réglée.

« Petite nature. Tout ce qui anime ma vie en ce moment, a l'air d'impliquer Raphaël. » Ce qui était l'entière vérité. « Mais je prends note. Je vais essayer de trouver une autre idée pour animer tes nuits dans ce cas. » En tout bien tout honneur, on y croyait tous. « Cela dit, je suis persuadé que si je pousse toutes mes propositions au maximum, il trouvera forcément matière à râler. Je crois que c'est dans sa nature. » Difficile de penser autrement. « Alors, il faudra t'y faire si tu comptes donner suite à ce que je pourrai te suggérer à l'avenir. »

Et là, il pensait notamment au fait de la recruter. Parce qu'en effet, Renan doutait que Raphaël puisse accepter de voir sa « chose » bosser pour quelqu'un d'autre, surtout lorsque cette autre personne était censée être l'un de ses jouets. Censée, parce que Tesla refusait toujours ce qualificatif et ne pourrait certainement jamais s'y faire. Question de fierté et le Français en avait beaucoup trop pour pouvoir envisager de passer outre ce détail. Quoi qu'il en soit, malgré les réponses encourageantes de la jeune femme, l'Officier de la Pénombre avait noté qu'il était peut-être nécessaire d'éclaircir un certain point. Il avait bien relevé la note enjôleuse dans la voix de Siobhan lorsqu'elle avait parlé d'obtenir « sa reconnaissance » et il voulait juste être certain qu'elle avait compris que Renan ne se contenterait pas d'une partie de jambes en l'air pour tout remerciement de ses actions. Il ne voyait pas cet acte comme un paiement, mais plutôt comme un loisir.

« Je tenais aussi à te préciser que... ta reconnaissance ne fera pas office de paiement. Loin de moi l'idée de te voir comme une femme qui vend ses charmes, mais je préférais que les choses soient claires. Disons que c'est plus un bonus pouvant être annulé à tout moment. » Si elle changeait d'avis, donc. « Mais je suis certain que tu as bien d'autres moyens pour me remercier. » Il haussa les épaules. « J'en profite donc pour te signaler que je n'ai pas oublié ma proposition visant à te recruter. Cela dit, les choses ont légèrement changées, je ne te le cache pas. Je t'avais proposé ça en pensant que tu fausserais compagnie à Raphaël, mais vu que ce n'est plus le cas... » Il la scruta avec sérieux pendant quelques secondes. « Comme je te l'ai dit, mes agents n'obéissent qu'à mes ordres. Je ne voudrais pas que nos missions soient compromises parce que tu auras décidé de détruire quelque chose que je voulais, mais que Raphaël ne souhaitait pas voir entre mes mains. Par exemple. » Même s'il ne l'enverrait pas elle, pour question de logique. « J'ai aussi un côté très exclusif, vois-tu. Donc tout dépendra de ce que tu es prêtre à me donner. »

Sa confiance, ses talents, sa fidélité ou que sais-je encore ! Renan n'avait, pour le moment, aucune raison de tourner le dos à Siobhan, mais si elle lui montrait qu'elle n'était pas capable de faire passer les intérêts du groupe – et donc les siens – avant ceux de son égocentrique amant, les choses avorteraient d'elles-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 25 Nov 2014 - 14:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Comme si j’avais besoin de ses précisions, tiens. Je me doutais bien que les paiements en nature ne seraient pas acceptés, même si ç’avait été mon genre d’une part, et que l’heureux payé n’aurait pas risqué sa petite peau au passage. Enfin, la mention d’une quelconque faveur avait le mérite de mettre les choses à plat. Quand on commençait à parler d’engagement et autres, les sous-entendus et les idées exprimées à mots couverts n’avaient pas vraiment leur place dans la conversation.

« Je me doutais bien que tu demanderais une contrepartie. Qui arrivera en temps venu. »

Je haussais légèrement les épaules. Vu mon peu de scrupules, quoi qu’il me demande, ça serait probablement faisable. Je doutais fortement qu’il lui vienne à l’idée de me demander de nuire directement à Raphaël, et c’était une des rares choses que je refusais. Cela, et de causer des ennuis à Ginger. Ou même Theo, bien qu’officiellement, j’aie coupé les ponts avec lui.

« J’ai envie de dire qu’il suffit aussi que tu ne m’envoies pas à la chasse à l’arme anti-démon… Là, tu peux être sûr que ça finirait mal. Pour moi probablement. De toute façon, si je m’engage à obéir à tes ordres, Tesla, je pourrais toujours te prévenir quand tu risques de me mettre en porte à faux vis à vis de Raphaël. »

Je soupirais légèrement. Cette histoire devenait compliquée, un peu plus à chaque seconde qui passait.

« Je ne suis pas du genre à compromettre quoi que ce soit. Quand je décide de donner ma loyauté, je ne change pas d’avis à tout va. Je n’ai pas beaucoup de côté respectable mais j’ai un certain sens de l’honneur avec mon entourage au moins… »

J’avais été élevée dans le respect de la parole donnée, et avec la notion de serment bien ancrée dans mon existence. Je n’était réellement pas du genre à planter un couteau dans le dos à qui que ce soit. Malheureusement, je devais dans le cas précis partager ma loyauté.

« Je peux agir sans la bénédiction de Raphaël, il n’est pas non plus toujours sur mon dos. »

Même si ça risquait de changer. J’avais déjà appris qu’il y avait toujours quelqu’un pour garder un œil sur moi quand le démon était absent, et d’autant plus maintenant que j’étais enceinte et une cible potentielle pour qui l’apprendrait. Pour l’instant, ce n’était guère visible, et nous n’en avions parlé à personne par mesure de sécurité alors… Il y avait peu de risques. Ceci dit, vu que j’avais foutu le pied en dehors de la boîte, j’étais presque sûre que quelqu’un surveillait l’endroit. Soit un employé du Cirque – certains étant plus que compétents pour protéger ou filer quelqu’un – soit Kurama.

« Cela dit, tu as raison : je ne compte pas lui fausser compagnie. Je n’en ai pas vraiment l’envie. Je peux te promettre de ne pas te trahir. Je peux te faire un serment de sang s’il faut. Mais je ne peux pas jurer que je tromperais l’archidémon si tu me le demandes. Tout simplement parce que je ne pourrais pas le faire. Pour moi ce n’est pas incompatible avec une certaine fidélité à ton égard. Mais exclusif ou pas, tu me partageras toujours avec Raphaël. Il serait malhonnête de ma part de le nier. »

S’il s’en offusquait, je pourrais toujours me mettre à mon compte. Quoi qu’il en soit, je ne voulais pas mentir à Tesla là dessus – et pas seulement parce qu’il m’avait bien fait comprendre que ça pourrait se retourner contre moi d’une façon fort déplaisante. J’avais, encore une fois, une certaine honnêteté en affaires.

« De toute façon, méfiant comme tu es, tu ne m’enverrais jamais sur des missions pouvant m’amener à agir sur ordre démoniaque, si ? Ce serait idiot de ta part… Alors à quoi bon se torturer l’esprit ? »

Dans tous les autres cas, malgré mon côté épris de liberté, ça faisait longtemps que j’avais appris à travailler sous la tutelle de quelqu’un. Efficacement, sans rechigner, et dans la plus grande discrétion. Cela dit, je ne pouvais pas vraiment expliquer à Renan que j’étais encore aujourd’hui, officiellement du moins, un membre du Cartel Rouge.

« Pour le reste, je fais ce que je veux de ma magie. Ce n’est pas à quelqu’un d’autre d’en décider. Si j’ai envie de t’offrir mes services, alors je le ferais. Je le fais, même. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 25 Nov 2014 - 20:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le sujet de la contrepartie serait réglé en temps et en heure, Renan ne se faisait pas de souci à ce sujet. Il se contenta donc d'acquiescer d'un hochement de la tête pour écouter ce qu'elle avait à dire ensuite. La logique de ses paroles était déjà venue à l'esprit du Breton qui comptait bien tenir Siobhan éloignée des affaires liées au démon si jamais elle venait à rejoindre SHADOW, cependant il préférait présenter les choses sous l'angle le plus défavorable. Son regard resta posé sur le minois de la jeune femme tandis qu'elle lui expliquait que sa loyauté était sans faille du moment qu'il ne lui demanderait pas de s'en prendre directement à Raphaël. Enfin, c'était plus ou moins de la sorte que Renan interprétait ses paroles, mais peut-être qu'il se trompait. Difficile de savoir ce qu'il en était réellement avec une femme qui vous avait déjà baisé avec l'aide de son démon. Enfin, pas totalement vu qu'il la soupçonnait de lui jouer du pipeau à cette époque.

Pour le coup, l'Irlandaise faisait preuve d'une grande sincérité et Tesla avait donc toutes les raisons de penser que leur collaboration se passerait bien, si elle aboutissait, bien évidemment. Un sourire ourla finalement ses lèvres au terme des paroles de la rouquine.

« Dommage que ce soit valable uniquement avec tes services professionnels. » Vu que Raphaël avait l'air de surveiller de près ses autres relations. « Mais tu as raison. Si tu nous rejoignais, je mettrais un point d'honneur à ce que tu ne sois pas mêlée aux histoires qui concerneraient les démons, de près ou de loin. Il y a en a suffisamment pour te contenter. » Il haussa les épaules. « Mais j'aime bien explorer toutes les options vois-tu. Je préfère penser au pire et ne pas le voir arriver, plutôt que le contraire. Un truc propre aux personnes qui aiment tout diriger... » Lui, donc. « Et puis, on n'est jamais paré aux surprises. Une mission anodine pourrait se transformer en affaire démoniaque en un claquement de doigts. Je préfère assurer mes arrières. »

Il n'avait aucune envie d'envoyer Siobhan pour une mission de routine qui nécessitait simplement la magie, puis de la voir rentrer sans avoir rempli ses objectifs uniquement parce qu'ils concernaient Raphaël de manière très éloignée. Cela dit, même si l'Irlandaise les rejoignait, Renan lui porterait toujours une attention plus grande que les autres recrues. Pas seulement parce qu'ils se connaissaient – cela n'entrait généralement pas en ligne de compte – mais parce qu'il se méfierait toujours de la manière dont les choses pourraient tourner si Raphaël décidait de fourrer son nez dans leurs affaires. Il ne pouvait pas prendre le risque de se mettre davantage en danger uniquement parce qu'il engageait une rouquine qui contesterait ses ordres. De toute manière, les refus n'existaient pas à SHADOW.

« Si j'insiste autant là-dessus, c'est parce que je ne suis pas le grand chef comme je te l'ai dit. Mais la règle est très simple : on entre, mais on ne ressort par de l'organisme. Ou uniquement les pieds devants. Si tu décides de nous rejoindre, c'est définitif. Ou alors tu risqueras d'avoir des ennuis et moi aussi pour t'avoir engagée sans être capable de te gérer. » Autant être franc. « Et même pour tes beaux yeux, je ne suis pas près à risquer tout ce que j'ai. Donc, il faudra que tu sois sûre de toi. Ou que tu m'aides à devenir le grand patron et peut-être que je pourrai t'accorder une dérogation, va savoir.... »

C'était ce qu'il cherchait à faire en recrutant un archidémon, sauf qu'à l'heure actuelle toute cette histoire lui retombait sur le coin de la gueule. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il ne regretterait pas d'engager Siobhan si elle décidait de franchir le pas. Son regard sonda celui de la demoiselle pendant quelques secondes. Il changea de position, sentant peu-à-peu que sa jambe s'endormait à force d'être inactive. Il n'allait plus trop traîner, préférant que Raphaël ne sache pas immédiatement qu'ils avaient pu discuter – même si le portier risquait de vendre la mèche, bien entendu. Après un bref instant de silence, Renan reprit.

« Tout cela pour dire que tu es la bienvenue si tu es capable de respecter ces règles. Mais sois bien consciente que je ne plaisante pas sur l'investissement de chacun. C'est à la vie à la mort si tu veux, alors si tu signes, sois bien sûre de toi. » Le ton de sa voix restait calme et posé. « Il suffira de me dire lorsque tu voudras franchir le pas et je m'occuperai personnellement de toi. » Son sourire réapparut quelques secondes. « Finalement, tu as tout de même droit à un traitement de faveur. »

D'une certaine manière. Pas forcément la meilleure !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein





Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève... ▬ Siobhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève... ▬ Siobhan
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» Quand la potion est tirée, il faut la boire... {Oly'}
» Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]
» Haïti, est-elle prête pour le départ de la MINUSTAH?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-