AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

L’erreur est humaine, le pardon divin ▬ Aishlinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 7 Nov 2014 - 13:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
7 novembre 2014

« Je t'assure, ça nous changerait les idées. Adrian leva les yeux vers Sallah.
Et depuis quand tu as soudainement envie d'aller manger au restaurant ? Le ton de sa voix était calme.
De temps en temps, ça fait du bien. Tu le dis toi-même !
C'est la première fois en quarante ans que tu me proposes ça, je n'appelle pas ça « de temps en temps » vois-tu.
Trente-sept ans, pas quarante.
Ne chipote pas.... Mais d'accord, si tu y tiens tellement.... Je te préviens par contre : les restaurants de Star City ne font pas la même cuisine que toi. »

Sallah haussa les épaules avant de s'éloigner pour retourner près de son plan de travail. Adrian resta attablé dans la cuisine tandis que le silence s'installait à nouveau. L’Égyptien avait débarqué quelques minutes plus tôt en lui proposant d'aller manger au restaurant en fin de journée. Plutôt tard, parce qu'il n'aimait pas rencontrer trop de monde. Bien sûr, Adrian avait trouvé cela étrange étant donné que le quinquagénaire répétait sans cesse qu'il préférait sa cuisine à celle de tous les restaurants de cette ville – égyptiens y compris – mais s'il y tenait, ma foi ! Eldoth n'allait pas se mettre à soupçonner n'importe qui sous prétexte que leurs habitudes changeaient soudainement. Et puis ce n'était pas comme si Sallah avait une quelconque raison de le pousser à vouloir quitter le manoir : ce n'était pas son anniversaire, ni une quelconque fête de ce genre et, de toute manière, l’Égyptien savait très bien que son père adoptif détestait les surprises.
Il fut donc décidé qu'ils se rendraient dans un restaurant soigneusement sélectionné par Sallah, plus tard dans la soirée.

Et par « tard », Sallah entendait réellement tard ! Lorsqu'il se présenta chez Adrian, l'heure normale du repas était depuis longtemps dépassée et les restaurants ne tarderaient pas trop à fermer : dans une heure tout au plus. Eldoth avait pratiquement oublié la sortie programmée, aussi fut-il pris de court de tenta d'annuler, mais c'était sans compter la ténacité surprenante de son fils adoptif. Sallah refusa la moindre protestation et l'informa que le taxi attendait devant le manoir. Il n'y avait donc plus moyen de faire demi-tour. Soit.

Pour faire plaisir au quinquagénaire, Adrian accepta de le suivre et après quelques instants de route, le taxi les arrêta devant un restaurant encore ouvert, mais pratiquement désert. Tentant un dernier changement de direction, le centenaire décrocha un regard à Sallah qui se contenta de secouer la tête d'un air négatif. Ils payèrent la note du taxi avant que l’Égyptien ne pousse la porte du bâtiment face à eux. C'était un bel endroit, bien entretenu et qui se démarquait assez de ce qu'Adrian avait l'habitude de fréquenter, cependant il avait encore du mal à comprendre pour quelle raison son fils adoptif tenait absolument à venir ici.

« D'accord, c'est un joli endroit, mais j'ai quand même du mal à comprendre pourquoi tu tenais impérativement à venir ici. »

Il se glissa à la hauteur de Sallah qui plaça ses mains devant lui, croisant ses doigts entre eux avant de hausser les épaules. Un couple de clients était en train de régler sa note pendant qu'un homme seul à une table semblait terminer son repas. Non, vraiment, ils feraient mieux de rentrer. Déjà Adrian n'avait pas franchement faim, mais en plus il ne tenait pas à causer des tracas supplémentaires aux cuisiniers et serveurs en arrivant aussi tard. Un regard appuyé à l’Égyptien visa à lui faire comprendre l'évidence, mais c'était peine perdue : le quinquagénaire semblait tenir à passer un moment ici.

« Tu deviens vraiment bizarre, tu sais.
Venant de toi, je trouve ça amusant comme phrase. »

Toujours debout dans le restaurant, l'homme cherchait quelque chose du regard et ce dernier s'immobilisa finalement sur un point précis. Machinalement, Adrian jeta lui aussi un coup d’œil dans cette direction pour poser les yeux sur... Aishlinn. Il mit quelques secondes à comprendre ce qui se passait : la jeune femme sortait des cuisines et il semblait clair que c'était le restaurant dont son géniteur avait parlé lors de sa confrontation avec Adrian. Elle allait encore s'imaginer qu'il faisait exprès de venir pour la provoquer ou pour l'ennuyer – surtout aussi tard ! Toujours est-il que l'hésitation céda le pas à une expression contrarié lorsqu'on posa les yeux sur l’Égyptien. Mais, avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, ce dernier mimait la surprise, levant la main pour la placer devant sa bouche.

« Oh, quelle surprise ! »

Il était aussi mauvais menteur qu'Adrian, comme quoi, même sans être son vrai fils, il avait hérité de beaucoup de ses traits de caractère !
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Dim 9 Nov 2014 - 19:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
« T’es sérieux ? »
« Ouais, il est carrément trop bien ce jeu. »

Aishlinn arrêta de nettoyer un plan de travail en relavant les yeux sur l’un des commis de cuisine. Elle plissa les paupières, ouvrit grand les yeux et recommença plusieurs comme pour chercher à savoir s’il se foutait d’elle ou non.

« T’peux pas dire qu’un jeu qui tourne en boucle est bien, j’sais pas, c’pas sain comme raisonn’ment. »
« Pff, de toute façon, les filles, elles ne connaissent rien aux jeux vidéo. »

Une chose était certaine : Aishlinn n’avait pas les réflexes et la téléportation d’Abban, sinon cet employé serait déjà en train de bouffer l’éponge qu’elle avait dans les mains, pour avoir dit cette dernière phrase. Avant qu’elle n’ait pu se mettre en mouvement pour lui faire comprendre le fond de sa pensée, un autre employé avait fait son entrée dans la cuisine.

« Mademoiselle. » Ah les serveurs, toujours là à bien parler. « Il y a deux clients qui viennent d’arriver, est-ce que je dois leur dire d’aller se trouver un autre restaurant ? »

Oui. C’était la réponse qui lui venait spontanément à l’esprit en levant les yeux sur l’horloge. Mais les Mac Aoidh étaient des professionnels, ne l’oublions pas ! Du coup, elle secoua la tête avant de dire qu’elle allait s’en charger. Comme le restaurant c’était pratiquement vidé, elle avait dit à ses employés de finir ce qu’ils avaient à faire et de rentrer chez eux, en se disant qu’elle fermerait après que le dernier client ait réglé sa note. L’arrivée de nouveaux n’était pas prévue mais, l’ouverture était encore trop récente pour se permettre de recaler les gens, même si elle n’avait pas à se plaindre de la manière dont tournait l’établissement.

Délaissant son éponge, elle avait retrouvé le chemin de la salle principale. Pas la peine de faire beaucoup de pas, même de loin, elle était capable de reconnaitre les deux clients en question. L’irlandaise se figea en comprenant que Sallah et Adrian étaient là. Pourquoi ? C’était la première d’une longue série d’interrogations. En voyant Aishlinn bloquer de la sorte, celui qui était chargé de l’accueil s’arrêta dans son dos.

« Un problème. »

Oui.

« Trop pas. T’sais quoi ? » Elle s’anima à nouveau en se tournant vers lui. « Va leur dire qu’ils peuvent s’installer s’ils veulent mais qu’c’est repas unique, qu’on leur donne c’qui nous reste en stock et puis voilà. »

Elle ne lui laissa pas le temps de poser la moindre question qu’elle avait déjà déguerpi pour retourner en cuisine. Le serveur, lui, c’était présenter devant Adrian et Sallah et, avec un côté très professionnel, c’était excusé mais, en vue de l’heure tardive, il n’y avait guère le choix sur le menu. Bien sûr, si cela convenait aux deux nouveaux arrivants, ils pouvaient prendre place et qu’il se ferait un plaisir de leur servir ce qu’ils désiraient boire en attendant.

En cuisine, Aishlinn était déjà en train de se poser un tas de questions et, franchement, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire. Sa dernière rencontre avec Adrian s’était finie sur un choix qu’elle avait fait et qui n’allait pas en direction du mage. Alors, là, tout de suite, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire ou dire. c’est le cuisinier qui interrompit ses pensées en la voyant s’agiter dans tous les sens, à sortir tout un tas de truc.

« Tu sais, je peux le faire le repas ? »
« J’m’en occupe. »
« C’est que je suis un peu embauché pour ça. »
« J’m’en occupe. »
« Oui mais, euh… Enfin, sans vouloir être désobligeant, tu es en train de mettre beaucoup trop d’épices là. »

Aishlinn s’interrompit dans sa préparation pour relever un regard assez mauvais sur le cuisinier. Sérieux, ce n’était franchement pas le moment qu’il vienne l’emmerder avec ses recommandations.

« C’qui qu’est pas clair dans : J’m’en occupe ? »
« Mais… »
« J’mets trop d’épices parc’qu’c’est un égyptien et qu’ça mange comme ça. Puis t’sais quoi ? Dans l’autre assiette j’vais mettre un colorant en poudre d’la même couleur qu’les épices pour faire genre qu’c’est tout aussi épicé. Faut vraiment qu’j’t’explique tout ? »

Le cuisinier balançant les bras et, finalement préféra quitter la cuisine. Il y avait des moments où il était préférable de ne pas tenter de discuter avec Aishlinn. Cette dernière put finir ses deux assiettes plus tranquillement jusqu’à ce que le serveur revienne.

« C’t’assiette c’est pour celui qui a une tête d’premier d’la classe. L’autre, ben, c’pour l’autre. Te plante pas. »

Le but était assez simple : Sallah mangerait comme il avait l’habitude de manger. Adrian mangerait sans épices, cette fois mais, Sallah pourrait croire que c’était quand même le cas. Le serveur ne se planta pas en apportant les assiettes et Aishlinn ne refit pas son apparition. C’est lui qui s’occupa de les servir, de leur faire payer l’addition et de les raccompagner jusqu’à la sortie par la suite. Pendant tout ce temps, l’Irlandaise était restée dans son bureau, les genoux repliés contre elle, assise sur une chaise. Quoi faire ? Quoi faire ? Quoi faire ?

Depuis son départ, elle avait imaginé que, d’une certaine façon, ça avait soulagé Adrian : plus de voleuse Irlandaise chez lui, plus de gamines à surveiller parce qu’elle prenait un artefact alors qu’elle avait ordre de ne pas le faire, et un peu plus de tranquillité au manoir. Vraiment, elle pensait qu’Adrian était bien plus soulagé par son départ, du coup, elle ne comprenait pas pourquoi il était venu. Ce qu’elle ne comprenait pas c’était pourquoi Adrian avait l’air aussi surpris qu’elle en la voyant, il ne pouvait pas avoir débarqué ici par hasard ! Et finalement, l’idée que tout cela soit un plan de Sallah lui traversa l’esprit mais, si c’était le cas, ça pouvait vouloir dire qu’Adrian n’était peut-être pas aussi soulagé que cela d’avoir vu Aishlinn partir du manoir. Trop compliqué, elle n’y comprenait rien.

Elle n’y comprenait tellement rien que, trois après l’arrivée d’Adrian dans le restaurant, elle se retrouva dans la porte du manoir à frapper. Les clés, elle les avait toujours mais n’était pas certaine d’avoir le droit de s’en servir alors elle attendit, sagement, qu’on vienne lui ouvrir la porte. Quand ce fut le cas, sans entrer, elle leva le regard vers le mage qui avait ouvert.

« Il faut qu’j’sache. » Tant pis pour les formules de politesse, elle verrait ça un autre jour. Peut-être. « Tu savais qu’c’était l’restau qu’on avait ouvert ou pas ? »

D’une certaine manière tout dépendait de la réponse qu’il allait donner. S’il n’y était pour rien, s’il ne savait pas, c’était que Sallah avait monté une sorte de plan. Et si c’était le cas c’est que l’égyptien estimait que la présence d’Aishlinn n’était pas si mauvaise. Mais si Adrian savait qu’elle travaillait à cet endroit alors… Alors en fait elle ne savait pas, ça pouvait aussi vouloir dire plein de choses.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Lun 10 Nov 2014 - 0:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Après avoir compris que Sallah les avait amenés ici uniquement parce qu'il souhaitait qu'Adrian croise l'Irlandaise, ce dernier s'était senti très mal à l'aise et avait songé à quitter les lieux. Mais c'était sans compter sur le quinquagénaire qui avait insisté pour qu'ils restent, prétextant avoir extrêmement faim. Ils avaient donc pris place à une table et le plat – qu'ils avaient été aimables de préparer – arriva rapidement. En voyant la coloration de la nourriture, le mage craignit d'avoir à nouveau droit à la cuisine explosive que son fils adoptif affectionnait tellement, mais en y goûtant, il se rendit rapidement que ce n'était pas le cas. Attention d'Aishlinn, ou simple décoration ? Étant donné que l’Égyptien ne protesta pas sur le manque d'épices, Eldoth en déduisit qu'il devait avoir droit à une assiette spéciale. Tant mieux. Il aurait bien aimé savoir si c'était Aishlinn la responsable, mais préféra garder le silence, expédiant vite le repas en répondant brièvement aux questions enjouées du quinquagénaire. Ils quittèrent les lieux peu de temps après et rentrèrent en silence pour que Sallah aille se coucher rapidement, prétendant être épuisé et refusant de reparler de ce moment embarrassant.

Ce refus dura encore le lendemain et, finalement, Adrian abandonna l'idée d'avoir des explications. Jusqu'à ce que quelqu'un ne vienne sonner à la porte quelques jours après – trois exactement. En ouvrant, il fut clairement étonné de tomber nez-à-nez avec une Irlandaise qui entra directement dans le vif du sujet. Bien. Au moins elle ne tournait pas autour du pot ! Sur le coup, le centenaire hésita : il n'avait pas envie de causer d'ennuis à Sallah en le dénonçant, mais il se voyait mal mentir à la jeune femme. Après quelques secondes, il haussa finalement les épaules pour lui répondre d'un ton calme.

« Bonjour toi aussi. Son regard scruta le visage d'Aishlinn.
Non, je ne savais pas que c'était le vôtre. Pour tout te dire, Sallah a lourdement insisté pour qu'on aille manger en ville et si on a débarqué aussi tard, c'est aussi parce qu'il l'avait décidé. Autant être sincère.
Je suis désolé. Je n'avais pas l'intention de venir t'ennuyer sur ton lieu de travail. Je n'aurais pas imaginé qu'il puisse préparer quelque chose de ce genre dans mon dos, je suis sincèrement navré. »

Dans sa tête, Aishlinn venait ici aujourd'hui parce qu'elle avait été énervée de les voir débarquer et se mêler de sa nouvelle vie privée. Pour être honnête, Adrian avait sérieusement été contrarié et avait même songé à enguirlander Sallah une fois de retour au manoir. L'Irlandaise avait fait son choix : elle ne voulait plus d'eux dans sa vie, alors de quel droit se permettaient-ils de s'y incruster ? Si cela n'avait tenu qu'à lui, le centenaire n'aurait jamais poussé la porte de l'établissement des jumeaux pour la bonne et simple raison qu'il considérait qu'il n'avait plus le droit de se mêler de la vie de son ancienne apprentie. Les excuses étaient donc là pour cette raison.

« Tu sais... j'ai compris le message lorsque tu es partie avec ton père. J'ai bien cerné le fait que tu ne souhaitais plus venir ici et je considère que ça concerne tout ce qui est lié au manoir : Sallah, moi et les cours que je te donnais. Même si c'était dur à accepter.
Je respecte ton choix. Même si ça me fait bizarre de ne plus te voir, je ne vais pas te mentir. Je crois que Sallah s'ennuie beaucoup de toi et de vos discussions... moi aussi en vérité. Le ton de sa voix était devenu légèrement plus doux.
Mais je ne m'autoriserais jamais à venir te... forcer la main. Si j'avais su qu'il nous emmenait chez vous, je l'aurais arrêté. Je n'avais pas envie de te causer d'ennuis. »

Il se répétait, mais bon, c'était plus fort que lui. C'était déjà un miracle qu'Adrian puisse lui dire ce qu'il pensait réellement et qu'il était triste de ne plus la voir, il ne fallait pas trop lui en demander ! Son regard ne quitta pas le visage de la jeune femme avant qu'il ne reprenne.

« Je croyais que tu avais encore les clés ? Tu sais, tu peux les utiliser, c'est pour cette raison que je te les ai laissées. Autrement dit, elle était toujours la bienvenue.
Tu veux entrer un peu, ou tu étais pressée ? Joignant le geste à la parole, il recula légèrement pour libérer la place.
Au fait, c'était toi qui a cuisiné l'autre soir ? »

Question innocente, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Mar 11 Nov 2014 - 14:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Ouais bonjour… Aishlinn haussa les épaules l’air de dire que ce n’était pas le plus important. Réaction qu’elle avait parce que, justement, elle savait qu’elle était un peu en tort. Généralement, on commence toujours par des formules de politesse, on n’entre pas directement dans le vif du sujet en posant des questions sans préambule poli. La fierté et, aussi, parce qu’elle voulait donner l’impression d’être dans son bon droit, elle ne répondit pas au bonjour d’Adrian, il n’allait quand même pas lui en vouloir pour ça, si ?

En revanche, ce qu’elle eut du mal à faire c’est de garder son sourire pour elle quand Adrian annonça que tout avait été à l’initiative de Sallah. Elle se pinça légèrement les lèvres pour que son sourire ne soit pas si évident que cela mais, en réalité, elle trouvait la réponse cool. L’Égyptien était plein de surprises en réalité. Adrian avait beau dire que Sallah avait agi de cette manière parce qu’il devait s’ennuyer de leurs conversations, Aishlinn voyait les choses autrement. Peut-être qu’elle se trompait, peut-être qu’elle avait juste envie de croire à sa version des faits parce que ça l’arrangeait bien comme cela mais, pour elle, Sallah avait fait ça parce qu’il devait estimer que c’était le mieux pour Adrian. Ce qui était plutôt bon signe pour elle.

Cela dit, elle s’était très vite retrouvée à baisser la tête quand Adrian s’excusa, encore et encore. Oui, elle avait fait un choix enfin, d’un autre côté, elle n’avait pas vraiment pu faire autrement. Elle n’avait pas fait sortir son père de prison pour lui tourner le dos. Raisonnement qui commençait à évoluer, surtout après la discussion qu’elle avait pu avoir avec Abban à ce sujet. Mais très franchement, elle avait du mal à se situer par rapport à tout cela, elle ne savait pas non plus ce qu’elle devait en penser ou ce qu’elle devait faire. Aborder le sujet était assez compliqué pour elle et ça lui faisait un peu mal au cœur de voir Adrian se morfondre en excuse comme il le faisait alors que, dans le fond, il n’y était pour rien.

Finalement, il lui offrit une belle porte de sortie en parlant des clés, un sujet qu’elle pouvait aborder tranquillement sans avoir à se retourner le cerveau. Ce qu’elle allait faire avant de se retrouver un peu sans savoir quoi dire quand il l’invita avant de l’interroger sur la personne qui avait fait le repas.

« Euh… Ben, ça dépend. » Réponse à la con, ça ne dépendait de rien. C’était elle, point ! « Parc’que t’vois, si c’était pas bon, j’préfère dire qu’c’était quelqu’un d’autre, hein. »

Parce que le plan de base ce n’était pas d’empoissonner Adrian alors, s’il n’avait pas apprécié son repas, autant accusé quelqu’un d’autre, non ? Même si, dans le fond, la réponse qu’elle venait de donner prouvait que c’était elle qui avait fait à manger. D’ailleurs comme ça sonnait un peu trop comme un aveu, elle s’empressa de se défendre sur son repas.

« C’est seul’ment qu’me j’suis dit qu’en colorant un peu ton assiette, Sallah continu’rait d’croire qu’t’aime bien quand c’est super épicé, sans pour autant d’l’imposer. C’là dit, s’tu veux mon avis, j’trouve pas ça très sain d’le laisser d’faire à bouffer comme ça, ton estomac va finir par lâcher à c’rythme-là. »

Une phrase qu’elle se serait bien gardée de dire si elle avait su le véritable âge d’Adrian ! Cela dit, ce qui la frappa le plus c’est la manière dont elle pouvait reparler si facilement à Adrian, comme s’il n’y avait pas autant de temps qui s’était écoulé depuis qu’elle était partie avec son père.

« Et j’ai pas utilisé les clés parc’que… » Parce qu’elle s’était un peu barrée de manière pas très cool et qu’elle n’était pas certaine qu’Adrian ait envie de la revoir, avant de l’entendre s’excuser de cette manière. « Ben j’sais pas, j’me dis qu’depuis l’temps, t’as enfin passé l’pas avec June et qu’j’voulais pas déranger. »

Dire qu’elle ne voulait pas trouver Adrian et June en train d’essayer diverses positions sur un fauteuil du salon était probablement l’excuse la plus merdique et la plus improbable qu’elle ait eu à sortir au cours de ces 20 dernières années. Mais, pas grave, ça ferait l’affaire. Elle inspira profondément, en avisant l’entrée qui était libérée pour qu’elle puisse passer.

« J’ai un peu d’temps. »

Elle avait même tout le temps nécessaire mais elle n’arriva pas à exprimer cette idée aussi clairement. Du coup, elle s’avança et ce n’est qu’en passant devant Adrian qu’elle lâcha une phrase en rapport avec Sallah.

« Tu d’vrais pas t’excuser, j’crois qu’il a bien fait. »

En gros, avec juste cette phase, Adrian devait comprendre qu’elle ne lui en voulait pas et qu’elle trouvait bien que les choses se soient passées de cette manière. En réalité, même si elle avait eu envie de revoir Adrian – à de très nombreuses reprises – elle n’aurait jamais osé revenir d’elle-même. Sallah avait vraiment fait le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 11 Nov 2014 - 21:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Bon, c'était donc bien elle qui avait préparé le repas ! Adrian avait sincèrement apprécié l'attention dont elle avait fait preuve en remplaçant les épices par des colorants qui épargneraient un peu ses papilles – qui devaient être totalement détruites depuis le temps. Un léger sourire ourla les lèvres du centenaire qui songea que ce geste devait signifier que la jeune femme ne lui en voulait pas trop. Tant mieux, il s'en serait vraiment voulu si les choses avaient été différentes. Mais il valait mieux ne pas trop se réjouir, Aishlinn était peut-être venue ici simplement pour lui demander de la laisser en paix, aussi resta-t-il silencieux le temps qu'elle explique la raison de son passage. Lorsqu'il fut question de June, Adrian eut un peu de mal à dissimuler le malaise qui l'habita provisoirement. Comment expliquer qu'elle avait quitté son service – pour le moment – justement parce que la jeune femme avait essayé de passer le pas et que ça avait provoqué l'effet inverse – à savoir un rejet ? Ça ne s'expliquait pas. Encore moins à une Aishlinn qui s'imaginait qu'il pourrait fricoter avec son assistante.

Finalement, Aishlinn entra dans le manoir en laissant entendre qu'elle avait un peu de temps devant elle. Tant mieux. Il avait besoin de lui parler d'un point particulier, qui risquait d'être un peu gênant, voire sujet à tensions, mais c'était essentiel. Adrian avait voulu le faire la fois dernière, mais le père de l'adolescente avait fait son apparition et tout avait ensuite foiré. Il fallait espérer que cette fois-ci, rien ne viendrait troubler leur quiétude et Sallah devait certainement avoir entendu qu'elle était arrivée, ce qui signifiait qu'il ne viendrait pas les gêner tout de suite.

Cependant, avant d'entrer en terrain miné, Eldoth décida de répondre à la remarque de son apprentie – et non plus ex apprentie – concernant la décision de Sallah. Oui, finalement il avait très bien fait, même si, sur le coup, Adrian ne l'avait pas pensé une seule seconde.

« Oui, c'est ce que j'étais en train de penser. »

Nul besoin d'en dire plus, il lui désigna le salon – avec sa cheminée allumée, bien évidemment – pour l'inviter à s'y rendre et lui emboîta le pas. Rien n'avait changé depuis la dernière visite d'Aishlinn, si ce n'est que l'ordinateur de June n'était pas visible et que le bordel du propriétaire des lieux était devenu légèrement plus présent. Comme quoi, la présence d'une femme, même aussi coincée que June, changeait quand même radicalement les choses. Il laissa la jeune femme s'installer où elle le souhaitait avant de reprendre la parole.

« Pour le repas, j'avais vraiment apprécié l'attention. Et c'était bon, mes compliments donc. Autant commencer sur quelque chose de doux.
Et concernant June, en fait elle ne travaille plus ici. Elle avait besoin de changer un peu d'air. Donc tu pourras utiliser les clés la prochaine fois. »

Autrement dit, il n'y avait strictement aucune chance pour qu'elle puisse le croiser en galante compagnie, ou alors uniquement pour discuter. Bref, n'ayant pas envie de s'étendre sur le sujet de son ancienne assistante, Adrian décida d'aborder celui qui concernait sa pseudo « dispute » avec Heather. Aishlinn avait effectivement raconté au jumeau de cette dernière qu'elle était la fille du propriétaire qui était marié et avec plusieurs rejetons. La Cooper avait manqué de le rayer de sa vie et, au vu des sentiments qu'il éprouvait pour elle, la pilule était très mal passée. Optant pour un ton indifférent et calme, il lança la question comme si elle était sans intérêt pour lui.

« Au fait. Tu te souviens il y a quelques mois, un représentant du CODE était passé au manoir. Apparemment tu lui as ouvert et tu lui as raconté certaines choses... pas vraiment vraies. C'est la vérité ? »

Il la fixa, l'air de rien. Aishlinn se contenta de hausser les épaules avec un léger geste de la main comme pour lui faire comprendre que ce n'était pas important. Bizarrement, ce comportement l'énerva sincèrement. Lui qui était de nature si calme et si posée, voilà qu'il était souvent en colère contre son apprentie. Elle ne se rendait pas compte de ce qu'elle avait manque de faire. Mais que croyait-elle au fond ? Qu'il n'avait pas suffisamment de « tares » aux yeux des gens comme les Cooper pour qu'elle en rajoute encore une couche ? Son expression se durcit réellement et, pour la première fois depuis qu'ils se connaissaient, le centenaire haussa le ton, empruntant une intonation teintée d'irritation.

« Mais à quoi est-ce que tu pensais Aishlinn ? ! Tu te rends compte de ce que tu as fait en racontant des choses pareilles ? Certainement pas, aussi poursuivit-il.
Je connais des gens proches du CODE, ils avaient confiance en moi et je leur avais dit que j'étais célibataire et sans enfants et toi tu te mets à m'inventer une famille. Tu imagines ce qu'ils ont pensé ? Que j'étais un type qui menait une double vie et qui racontait être seul pour attirer les filles. Ce qui était tellement son genre, oui.
J'ai eu un mal fou à ce qu'ils me refassent confiance. Tu n'imagines même pas ce que ça m'a attiré comme ennuis. Et, sans trop savoir pourquoi, il ajouta une phrase qui lui avait traversée l'esprit en parlant avec Heather.
Je te faisais confiance. »
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Jeu 13 Nov 2014 - 0:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Bon, elle était contente que Sallah ait pris cette initiative, Adrian aussi… Du coup, ça réglait le problème sans avoir à en parler, non ? Non parce que partir dans des explications à ne plus en finir, où Adrian allait encore se mettre à s’excuser pendant trois plombes et où elle allait se mettre à culpabiliser, ce n’était pas le plus cool à faire. Elle passa aussi sur les remerciements concernant le repas. Le but avait été de faire quelque chose, sans vraiment chercher à se faire mousser et, surtout, sans l’avoir fait pour une raison particulière. Un acte aussi désintéressé était assez rare venant de sa part pour qu’elle préfère ne pas s’appesantir sur le sujet.

June. Ah ben voilà, ça c’était un sujet intéressant. Elle avait 50 000 choses à dire sur cette petite assistante. Des paroles qui n’eurent même pas le temps de se construire dans son cerveau étant donné qu’Adrian continua pour dire qu’elle avait changé de boulot. Hein ? Quoi ? Comment ça ? Ah mais non, mais non ! Ça ne pouvait pas se passer comme ça. June et Adrian, ils étaient supposés se frôler la main, rougir tous les deux, ne pas savoir où se foutre et, par défaut, s’embrasser avant de se jeter sur un canapé à défaut de savoir comment dire les choses. Si elle était partie ? Comment ils allaient avoir plein de petits magiciens-geek ? Et l’autre, là, il balançait cette info comme si c’était un truc tout banal avant d’enchainer sur ce qu’elle avait pu dire à un représentant. Évidemment qu’elle haussa les épaules avec un signe de main, qu’est-ce qu’elle s’en foutait des gens du CODE quand le mage venait de lui dire que June s’était barrée ?!

Et là, petite Aishlinn était prête à embrailler sur l’affaire June mais, elle fut soufflée dans son élan. Adrian… Le calme, tempéré et toujours égal Adrian commença à hausser la voix. L’Irlandaise leva des yeux plein d’incompréhension vers le mage, ne comprenant pas trop ce qui était en train de se passer. Il avait bu un café avant d’ouvrir la porte ? Il fallut plusieurs secondes au cerveau de la jeune pour comprendre que, oui, effectivement, Adrian était en train de le crier dessus. Hmm. Peut-être qu’il était possédé par un démon hargneux, un truc dans le genre. Fronçant un peu le nez, elle se mit à examiner Adrian, du regard, comme si elle cherchait à détecter un truc d’anormal.

« T’vas bien ? T’as mangé un truc qu’est pas passé ? Un exorcisme qu’s’est pas bien déroulé ? »

Il y avait vraiment quelque chose qui n’allait pas pour qu’Adrian se mette à crier un peu, surtout sur elle. Non en fait, elle ou quelqu’un d’autre c’était la même chose. Adrian ne haussait jamais la voix, c’était un principe de base.

« C’parc’que June est partie ? T’sais la frustration ça explique pourquoi des gens s’énerve parfois. Mais c’pas grave, c’pas parc’qu’elle est partie qu’tout est perdu hein. Ça s’trouve elle voulait juste pas coucher avec son patron et qu’en partant elle a réglé c’problème. »

Oui voilà c’était forcément ça le problème. June était partie avant qu’Adrian n’arrive à conclure – trop coincé, le mec, pour faire un pas en avant – et maintenant il passait sa frustration en hurlant pour le premier truc venue. Elle secoua la tête.

« Non parc’qu’cest pas normal d’crier pour ça. J’veux dire, si les gens ils te connaissent vraiment bien, y a personne qui va croire t’es marié avec des enfants… J’suis même pas certaine qu’tu sache comment on fait des gamins. »

Ouais, non, en fait, ça ne tenait pas debout son histoire. Toutes les personnes le connaissant un peu ne pouvaient pas l’imaginer avec quelqu’un. Elle ne voyait vraiment pas en quoi ce qu’elle avait pu dire avait fichu le bordel dans ses relations. Puis, d’abord, pourquoi il trainait avec des gens liés au CODE ?

« T’es toujours là à dire qu’faut faire confiance, faut être honnête, tous ces trucs. Alors franch’ment, si y a des gens qui ont cru c’tte histoire c’est qu’ils d’vaient pas être si proche de toi, hein ? Puis pourquoi tu traines avec des gens liés au CODE ? C’pas un peu bizarre vu c’que tu fais ? »

Parce que, évidemment, Adrian il ne mentait pas aux gens qui lui étaient proches. Adrian ne cachait pas le fait d’être un mage. Et jamais, JAMAIS, il ne cacherait le véritable rôle qu’il avait. Nooon, ce n’était vraiment pas son genre !

« Non mais sérieux, y a pas d’raisons d’se mettre dans un état pareil, hein ? Puis, c’pas grave, l’essentiel c’est qu’June, elle, elle sait qu’c’est pas vrai. »

Il y en a qui croyait en un Adrian/Charlie, d’autre en un Adrian/Heather, et bien, pour Aishlinn, c’était évident qu’il existait un Adrian/June. Chacun ses croyances !

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Jeu 13 Nov 2014 - 13:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Adrian s'était attendu à ce qu'Aishlinn soit surprise par son changement d'humeur et de comportement, cela dit lorsqu'elle le regarda comme si elle cherchait quelque chose de bizarre, l'Archimage comprit qu'elle ne le prenait absolument pas au sérieux. Il en fut sincèrement dépité. Les gens devaient simplement le voir comme un type bizarre qui vivait dans un manoir à la décoration dépassée. Le gars qui ne sortait jamais de chez lui et était tellement coincé qu'il dormait habillé et se douchait en tenue de bain. Bref, la personne stéréotypée que tout le monde pouvait comprendre. Comment expliquer à son apprentie que sa frustration n'avait strictement rien à voir avec son assistante qui, plutôt que de le fuir à cause de ses avances, s'était en-allée parce qu'il avait été honnête avec elle ? Et justement, ce qui posait problème dans le mensonge d'Aishlinn, c'est que la personne qui en avait eu vent pouvait le voir autrement que comme le type coincé et chaste que l'Irlandaise voyait en posant les yeux sur lui. Mais il n'allait pas le dire, bien évidemment, ce serait comme d'agiter un panneau qui annonçait à la jeune femme qu'il espérait pouvoir un jour partager quelque chose avec une autre personne.

Son visage resta neutre et il ne retrouva pas son habituel sourire en coin. Elle ne le comprenait pas, mais était-ce réellement étonnant ? Ils étaient très différents et, combien de fois avait-il été pris de cours par la manière dont la jeune femme interprétait ses paroles ? N'avait-elle pas libéré son père de prison juste parce qu'il lui avait dit qu'il comptait tout faire pour Ginger parce qu'elle était de sa famille ? Il secoua la tête, dépité de voir qu'elle ne le prenait absolument pas au sérieux et qu'elle assimilait sa tension au départ de June. Cela n'avait rien à voir, même si l'idée qu'il avait fait souffrir la trentenaire le faisait bien évidemment culpabiliser et que son absence lui compliquait grandement la vie. Il soupira, ne parvenait pas à se défaire de son ton agacé – une première pour lui.

« Tu ne comprends rien Aishlinn. Il n'y a pas de June dans cette histoire, elle n'a strictement rien à voir avec tout ça. Elle est partie et même si c'est dommage parce qu'elle était très douée, je n'ai aucune raison d'être énervé à cause de ça. Tu n'écoutes même pas ce que je te dis ! Enfin, il le pensait sans quoi elle ne lui parlerait pas de June alors que lui abordait un autre sujet.
Ce que je fais n'a rien à voir avec le CODE, je ne joue pas au héros la nuit et je ne m'amuse pas à démolir des immeubles à mes heures perdues. Je ne vois pas en quoi je n'aurais pas le droit de côtoyer des gens liés à ce groupe. »

Il se défendait malgré lui, s'attendant à des critiques de ce genre si quelque chose se faisait un jour avec Heather. Après tout, il était l'Archimage, lié à la Légion des Étoiles depuis peu et les gens qu'il connaissait verraient forcément d'un mauvais œil qu'il puisse côtoyer une femme liée au Daily Herald. Un peu comme si la jeune femme était forcément mauvaise juste parce que son père tenait un journal qui soulignait tous les petits cafouillages des Supers. Cette injustice lui donnait un goût amer en bouche et le poussait peut-être à se montrer un peu trop dur avec Aishlinn. Mais pour une fois qu'il ouvrait la bouche, c'était difficile de passer sur des détails de ce type.

« Et qui te dit que c'est réellement toi qui me connaît ? Tu me vois simplement comme un vieux coincé incapable d'avoir la moindre relation sociale, ça ne veut pas dire pour autant que ce soit le cas. Contrairement à ce que vous avez tous l'air de penser, je peux aussi avoir des sentiments parfois. Parce qu'elle n'était pas la seule à le voir ainsi, à son grand dam.
Tu vois, tout le monde n'a pas eu l'occasion de constater que je tenais ma parole et que j'accordais de l'importance à la confiance. Si quelqu'un t'avait dit que j'abusais de ta confiance juste après notre rencontre, tu l'aurais cru. Surtout si tu as confiance en cette personne. Il secoua la tête.
Et bien vois-tu, c'était justement le moment où elle était en train de se demander si j'étais bien comme je disais l'être. Et là quelqu'un débarque et lui dit que le type qu'elle connaît est en fait marié, que sa femme est souvent en déplacement et qu'il a trois gamins et une nièce par-dessus le marché. Même si c'était difficile à croire maintenant, en effet.
Cette personne m'a surtout pris pour un véritable connard qui n'était pas capable de faire preuve de franchise et très franchement, je m'en serais bien passé. Adrian avait tout dit, si maintenant elle ne comprenait pas, il ne savait plus quoi faire.
Alors, si, je pense que c'est une bonne raison pour se mettre dans un état pareil. »

Et que June puisse le croire ou non, soyons honnêtes, il s'en contrefichait totalement.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Dim 16 Nov 2014 - 22:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Ben c’était de sa faute à lui, s’il disait un peu plus souvent ce qui ne va pas, s’il s’exprimait et qu’il gueulait de temps en temps, elle aurait très vite percuté sur le sérieux de la conversation. Forcément, elle fut tentée de protester quand il annonça qu’elle ne l’écoutait pas mais, lui couper la parole pour certifier l’écouter, à bien y réfléchir, ce n’était peut-être pas une bonne idée. Elle préféra se taire. Qu’on ne vienne pas dire qu’elle ne faisait pas d’effort, c’est lui qui n’était pas clair. Il parlait de June, puis il s’énervait après, il était donc normal de penser que ça avait un rapport. Une logique… Ouais, bon, ok, c’était la logique d’Aishlinn.

Bref, elle croisa les bras, prenant un air qui servait à prouver qu’elle était plus qu’attentive à ce qu’il avait à lui dire. Enfin, a priori, c’était ce qu’il fallait faire dans ce genre de situation. Aishlinn ne put, cependant, pas s’abstenir de lever les yeux au ciel quand il affirma ne pas jouer les héros. Ben voyons, le mec était prêt à recueillir tous les chatons avec le poil de travers pour les aider mais, en aucun cas, ça n’entrait dans les actions héroïques. Et c’est elle qui n’était pas logique ? Pff.

c’est quand il demanda si c’était elle qui le connaissait vraiment qu’Aishlinn envisagea tous les cas de figure : ouais, c’est vrai… Et si c’était elle qui s’était plantée sur toute la ligne ? Un type aussi honnête qu’Adrian, c’était super suspect, elle l’avait dit dès le début. L’Irlandaise secoua la tête, hors de question pour elle de se dire qu’elle s’était trompée sur Adrian, ça remettait beaucoup trop de choses en question. Et puis dans le fond, il disait juste qu’elle se trompait sur un point en particulier, il ne remettait pas tout en question. Et dire qu’il y a des personnes qui pensent qu’elle interprète mal. Pff².

Arrêt sur image, deux secondes… « Où ELLE était en train de se demander si j’étais bien… ». Elle ? Elle comme, Elle, une femme ? Aishlinn était partagée entre l’envie de sourire et la stupéfaction. Il parlait vraiment d’une « Elle » ? Bon ok, le « elle » en question aurait pu être utilisée pour désigner « une personne », ça pouvait ne rien vouloir dire sur le sexe de ladite personne. Mais bon, comme tout le monde part du principe qu’Aishlinn interprète à sa sauce, on ne trouvera pas étonnant qu’elle imagine Adrian s’énerver à cause d’une femme. Mais, si ce n’était pas June, c’était qui ?

Bref, elle était en tort et elle avait merdé. A partir de là, il y avait plusieurs solutions pour Aishlinn : 1, faire comme si elle s’en foutait. 2, partir pour ne pas avoir à assumer son erreur. 3, s’excuser. 4, s’énerver aussi. La 1 n’était pas envisageable. La 3 ne lui ressemblait pas suffisamment. La 2 était la solution vers laquelle elle se dirigeait habituellement mais, faire ça risquait de signer, réellement, la fin de leur entente. Du coup, par défaut, il ne restait plus que la quatrième solution.

« Tu n’joues pas les héros ? S’cuse-moi mais c’était qui l’type qui s’est r’trouvé sur les docks, en pleine nuit, à parlementer avec des types louches pour aider une voleuse ? » Elle secoua la tête. « Sérieux, pas b’soin d’un costume pour être un héros ! »

En gros, et en exagérant peut-être un peu, elle trouvait qu’il jouait aux Supers. Pas forcément volontairement mais dès qu’il y avait quelqu’un à aider, il le faisait. Du coup ce n’était pas impossible que quelqu’un relate qu’un mage joue les justiciers, un jour, et, hop, il risquait d’entrer dans les petites colonnes du Herald.

« Puis p’t-être qu’si j’te vois comme un vieux coincé, c’parc’que tu fais tout pour. C’toi qui dit jamais rien, qui dit qu’tout va toujours bien et qui sourit tout l’temps. Pour t’arracher un moindre petit truc qu’tu penses réell’ment, c’est juste mission impossible. T’es carrément plus fermé qu’une huitre ! »

Voilà, quand quelqu’un l’accusait de quelque chose, le mieux à faire était encore de renverser la vapeur et dire que c’était de la faute de l’autre. Une méthode qui ne fonctionnait pas si mal mais qui avait un gros défaut : en s’emportant, on laissait souvent passer des choses vraies qu’on n’aurait pas dites en temps normal. Là, c’était un peu le cas par exemple. Adrian était vraiment une huitre, c’était toujours compliqué de savoir ce qu’il pensait réellement parce qu’il restait toujours le même type, toujours égal à lui-même.

« Alors p’t-être qu’si j’te vois comm’ça c’est parc’que t’veux qu’j’te vois comm’ça. Auquel cas, ouais, j’d’vrais sur’ment m’poser des questions sur notre relation qui est p’t-être plus à sens unique que c’que j’pensais. »

Il restait ce type coincé pour elle parce que, en réalité, elle n’était pas si importante que cela pour lui et qu’Adrian ne voyait pas l’intérêt de se dévoiler plus que cela. Si le mage préférait être plus ouvert avec « une personne » proche du CODE, tant mieux pour lui ! Ok… Là, elle était sûrement vexée, ce qui expliquait pourquoi le ton montait un peu plus.

« Désolée pour l’mensonge mais, en même temps, c’est si compliqué qu’ça d’comprendre que si j’l’ai fait c’parce que, pendant un court instant, c’était cool d’avoir une famille normale ? »

Ça en revanche, ça n’aurait pas dû sortir de sa bouche. Les raisons de son mensonge auraient dû rester pour elle. Quant à la conception d’une famille normale, il fallait savoir que la seule vision qu’elle avait, c’était celle des séries TV alors, forcément, dans une famille parfaite il y avait des tromperies – comme la femme qui part longtemps laissant toutes les autres possibilités à son mari – mais c’était carrément plus cool que la famille qu’elle se payait. Abban n’était pas remis en cause, dans son mensonge, il était là, parce que c’était la seule personne qu’elle ne changerait pas, qu’elle ne remplacerait pas. Mais tous les autres… Ouais, pendant quelques minutes, avec son mensonge, elle avait fait partie d’une famille digne de ce nom et ça avait été bien.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Dim 16 Nov 2014 - 22:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
L'exemple des docks n'était vraiment pas valable : Adrian avait été là-bas pour l'aider elle, mais certainement pas pour jouer aux héros. Il avait simplement agi comme n'importe qui l'aurait fait s'il avait eu un proche en danger ! Bon, certes, il bénéficiait d'un avantage certain étant donné qu'il était mage, mais c'était un détail qui n'entrait pas en ligne de compte puisqu'il aurait agi de la même manière, même en étant un simple citoyen. La réplique d'Aishlinn fut donc accueillie par un soupir accompagné d'un hochement négatif de la tête. Si, il y avait besoin d'un costume pour être un héros, sinon on se contentait d'être un assistant ou un conseiller, comme lui-même l'avait été avant de décider de remettre le couvert avec la Légion.

Cela dit, ce problème n'en était pas un pour la bonne et simple raison qu'il n'avait pas l'intention de finir dans les pages du Herald. Adrian espérait sincèrement que ce serait le cas, sans quoi cela signifierait qu'il aurait – même involontairement – mis quelqu'un en danger, ce qui était tout bonnement impossible à envisager pour lui. Oh, bien sûr, Dana y avait aussi eu droit sous le simple prétexte qu'elle était Atlante, mais lui n'était rien de plus qu'un Américain tout ce qu'il y a de plus banal, le rôle d'Archimage n'étant jamais éventé.

Arrivèrent alors les accusations. Enfin, c'est ainsi qu'il interpréta les paroles de son apprentie. Lui reprocher de dire que tout allait toujours bien, mais en quoi est-ce que c'était mal ? Adrian se voyait mal disserter de ses problèmes avec d'autres personnes, surtout lorsqu'il n'y avait rien à changer. Il regrettait parfois d'être immortel, mais à quoi bon en parler puisqu'il ne pourrait rien y changer sans tourner le dos à son rôle ? Mis à part donner du tracas à ses proches, il ne ferait rien d'autre que se plaindre, c'était donc tout bonnement hors de question. Quant au fait qu'il ne disait rien de ce qu'il pensait... ce n'était pas si faux, mais il avait été éduqué ainsi et ce n'était pas contre Aishlinn ou les autres personnes qui l'entouraient : Eldoth ne pouvait tout simplement pas parler de lui. Trop de secrets, trop de choses dont il n'était pas forcément fier, trop compliqué tout simplement.

Il garda les lèvres scellées tandis qu'elle poursuivait pour lui lancer deux nouvelles remarques qui firent pencher la balance de l'autre côté. Bah voilà : il commençait à hausser le ton en lui reprochant les bêtises qu'elle avait faites et elle retournait la situation en réussissant à le faire culpabiliser ! Parce qu'en effet, Adrian était en plein dedans. Ça lui apprendrait à parler de ce qu'il ressentait, il aurait été bien plus inspiré de prétendre que tout allait bien et ne jamais revenir là-dessus – après tout, la question avait été réglée avec Heather, non ? Le centenaire ouvrit la bouche pour essayer de parler, hésita, puis la referma. Bon dieu, qu'est-ce qu'il pouvait répondre à ça ? Il avait été parfaitement horrible en la disputant alors qu'elle avait simplement souhaité jouer un rôle qui lui faisait envie. Après un léger soupir, il fit une nouvelle tentative plus fructueuse.

« Désolé, je n'avais pas compris ça comme ça. Navré, il l'était franchement et le ton de sa voix le montrait bien.
Pourquoi tu ne m'en as pas parlé ensuite ? Je te l'ai déjà dit la dernière fois, après notre retour d'Irlande : je n'ai absolument pas honte lorsque tu te présentes comme ma fille ou que les gens s'imaginent que c'est le cas. Il lui avait bien dit qu'il aurait été heureux que ce soit le cas.
Je comprends mieux pourquoi tu as agi comme ça, mais sur le coup, je t'avoue que je n'y ai pas pensé. Encore moins avec ce qui est arrivé après... Elle était tout de même partie du manoir pour aider son criminel de père.
Je suis navré de m'être énervé contre toi pour ça. »

Et voilà, il culpabilisait horriblement. Les Mac Aoidh avaient un don pour le mettre dans une situation gênante de laquelle il ne savait jamais s'extraire. Bon, que dire d'autre ? Elle avait plus ou moins sous-entendu qu'il ne l'appréciait pas assez pour ne pas lui parler de ce qu'il était réellement. Ça n'avait rien à voir. Adrian n'aurait certainement jamais ouvert la bouche à ce sujet s'il n'avait pas des sentiments bien différents pour la Cooper. Mais bon, laisser entendre une chose pareille, ce serait comme de lancer une rumeur sur Justin Bieber dans une foule d'adolescentes aux hormones en ébullition. Il était hors de question de donner des – vraies – idées à Aishlinn ! Après une légère pause, il reprit donc.

« Et il n'a jamais été question d'une relation à sens unique. Tu sais très bien que j'ai beaucoup d'affection pour toi, je te l'ai déjà dit et même si je suis conscient que je ne le montre pas vraiment, c'est toujours le cas. Il la regarda avec sérieux.
Tu m'as beaucoup manquée lorsque tu es partie et j'avais beaucoup de mal à me dire que tu n'allais plus revenir. Si je me moquais réellement de toi, ça n'aurait pas été le cas, vois-tu. Il haussa les épaules.
Mais je ne suis pas du genre à parler de moi, c'est dans mon éducation. Tu n'es pas la seule dans ce cas-là, je le fais avec tout le monde. Et si j'ai laissé entendre qu'elle... cette personne du CODE, en savait plus, c'est parce que ce n'est pas pareil. Ce qui était vrai, mais comment le justifier ?
Déjà, elle n'a absolument pas le même âge que toi et elle ne me voit pas comme un vieux. Puis elle a aussi une éducation comme la mienne, alors le côté coincé lui apparaît plus comme naturel. C'est simplement ça. »

Ouf, finalement il s'en sortait mieux que prévu. D'une il n'avait pas menti une seule fois, puis de deux il avait réussi à détourner l'attention du fait qu'il lui avait effectivement parlé plus à elle, mais sans expliquer pourquoi. Peut-être qu'il n'était pas si nul que ça pour parler avec les jeunes ?
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Lun 24 Nov 2014 - 12:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Comment est-ce qu’elle pouvait le comprendre ? Il était cool puis, après, il s’énervait et, finalement, il en revenait aux excuses. Ce type était une vraie girouette, encore pire qu’Abban. D’accord, sûrement pas pire qu’Abban mais, le Mac Aoidh était son jumeau, il était parfait – à sa façon – donc elle ne pouvait pas le critiquer. Ne comprenant plus rien à la situation, Aishlinn ouvrit grand les yeux en dévisageant Adrian l’air de lui demander à quoi il jouait. Ça se trouve, il employait la méthode des jumeaux : paraitre tout mignon, tout désolé, pour que la personne en face soit attendrie. Hey ! Cette méthode était homologuée et personne ne pouvait s’en servir sans demander l’autorisation, non mais oh !

Jouer sur les sentiments pour se sortir d’une situation – même si ça n’avait pas été volontaire venant d’Aishlinn, elle avait juste dit ce qu’elle pensait – ce n’était pas drôle quand c’était elle la cible. Ne sachant pas comment elle devait réagir, ou ce qu’elle devait dire, l’Irlandaise laissa Adrian continuer dans sa lancée. Elle comprit assez rapidement qu’elle n’avait pas vraiment la même vision des choses avec Adrian. Lorsqu’elle aimait bien quelqu’un, elle n’agissait pas avec cette personne comme elle le faisait avec les autres. Adrian, lui, c’était ce qu’il faisait : c’était une huitre avec elle mais il l’était avec tout le monde. Honnêtement, elle ne trouvait pas cela très rassurant. Il l’aimait bien mais pas assez pour s’ouvrir plus qu’avec le premier inconnu croisé au coin d’une rue : super ! L’Irlandaise baissa la tête, toujours boudeuse pendant qu’Adrian revenait sur ce « elle »… Hmm. Bizarre cette histoire.

« Franc’ment Adrian, tu d’vrais revoir ton mode de communication. C’pas en disant à quelqu’un qu’tu agis avec elle comme tu agis avec tout l’monde que c’tte personne va t’croire quand tu lui dis qu’tu as d’l’affection pour elle. » Elle releva les yeux vers lui en secouant légèrement la tête. « T’agis avec moi quand tu l’ferais avec la première personne qu’tu croises. T’es comme ça, t’veux aider et sauver tout l’monde, sans avoir b’soin d’connaitre les gens. » Ce gars, c’était mère Theresa au masculin. « Au moins, en inventant des mensonges à un type qui sonne à la porte, j’sais pas, j’me sens… Euh… Un peu particulière pour toi. »

C’était sûrement très égoïste ou peut-être que ça venait d’un problème psychologique, là-dedans, enfoui dans un coin de son cerveau. Mais Adrian c’était… C’était Adrian, il était spécial, elle lui faisait confiance. Et, voilà, elle avait juste espéré que cette réciprocité existe. Aishlinn ne pouvait même pas se vanter d’avoir les clés du manoir : même Ginger devait les avoir, en plus de June et de Dana. Bref, la moitié de la ville avait les clés du manoir, il n’y avait rien d’unique à les avoir. Aishlinn était loin de posséder toutes les qualités du monde. Elle était jalouse et possessive : apprendre que quelqu’un, qu’elle considérait différemment des autres, agissait avec elle comme il agissait avec tout le monde, c’était pour elle une sorte de coup dur. Elle secoua la tête.

« T’sais quoi ? Laisses tomber, c’pas grave. » Il allait juste falloir qu’elle se fasse une raison : elle était comme les autres personnes. « J’suis désolée, voilà, j’recommencerais plus à dire n’importe quoi à des gens. »

Désolée, elle l’était réellement. Apparemment, ça avait vraiment ennuyé Adrian et ce n’était pas du tout ce qu’elle souhaitait pour lui. Cela dit, c’était hyper vexant de se faire engueuler pour quelque chose parce que, en fait, ça avait apparemment foutu un désaccord avec une femme. En gros, Aishlinn prenait les choses de cette manière : Adrian lui en voulait parce qu’elle avait failli faire foirer une relation avec une femme qu’il devait considérer comme spéciale alors que, elle, la petite Irlandaise, était juste comme toutes les autres personnes. Monde injuste ! Puisqu’elle en était là, autant se renseigner. Par la suite, avec un peu de chance, elle pourrait aller crever les yeux à cette femme et, comme ça, Adrian n’aura plus de raison de lui en vouloir si elle faisait une autre connerie de ce genre.

« Bon et c’est qui c’tte fille qui t’connait pas assez pour croire tu peux être marié mais qui, apparemment, est assez importante pour qu’tu flippes qu’elle n’te pense pas célibataire ? » Ben quoi ? C’était bien ça, non ? « J’ai pas parlé de c’que j’avais dit parc’que j’pensais pas qu’ça pouvait avoir un impact et qu’avait quelqu’un en vue. » Pourquoi elle l’aurait pensé alors qu’il avait June juste sous les yeux… « Mais franch’ment si elle est comme toi, aussi coincé, vous d’vez vous faire un peu chier, non ? » Quoique : moins et moins faisait plus. Ça se trouve, deux personnes coincées, ça donnait les pires dévergondés du monde. « Oh laisse-moi deviner, c’t’une pauvre malheureuse avec tous les problèmes du monde ? » Plus les gens avaient des problèmes, plus Adrian sautait dessus pour leur venir en aide. « Sa vie est un problème géant, du coup, t’as pas su résister ? »

Le pire c’est que ça ne sonnait pas comme une critique : il était comme ça. A croire que plus les gens avaient des problèmes, plus Adrian se sentait investit d’une mission de sauvetage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Lun 24 Nov 2014 - 14:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Bon. Apparemment, il était moins doué que prévu avec les jeunes ! C'est du moins ce qu'il songea en voyant la moue boudeuse qu'Aishlinn arbora en baissant la tête suite à ses paroles. Qu'est-ce qu'il avait encore dit ? Décidément, Adrian allait finir par faire vœu de silence vu qu'il semblait provoquer une catastrophe à chaque fois qu'il décidait d'ouvrir la bouche ! Fort heureusement, l'Irlandaise brancha son décodeur pour lui, se décidant à lui expliquer qu'il l'avait plus ou moins insultée en lui disant qu'il agissait avec elle comme avec n'importe qui. Euh... pas faux. Lorsqu'elle le répétait ainsi, Adrian avait vraiment le sentiment d'être un type horrible qui ne la voyait que comme une simple gamine parfaitement commune. Pourtant, c'était tout le contraire : il avait réellement de l'affection pour elle. Presque un amour paternel, mais ce n'était pas le meilleur qualificatif qui soit étant donné qu'il n'était pas son père – ni celui de personne d'ailleurs. Évidemment, sa culpabilité ne fit que gagner en intensité suite aux paroles de la jeune femme : comment vouliez-vous rester calme et impassible alors que vous veniez d'insulter une personne qui vous était chère ?

Mais, les explications allaient devoir patienter. En effet, la jeune femme enchaîna sur la suite pour chasser le sujet comme s'il ne représentait rien pour elle – ce qui pouvait être rattrapé – avant de poursuivre sur des questions plus... gênantes. C'était le terme. Déjà, Adrian ne comprenait pas comment Aishlinn avait réussi à en venir à la conclusion qu'il parlait d'une femme et encore moins qu'il s'inquiétait du fait qu'elle puisse le voir comme un type casé – et bien, avec autant d'enfants. Où est-ce qu'il avait gaffé ? À moins que ce ne soit la propension qu'avait la jeune femme à s'imaginer qu'il pouvait avoir une vie amoureuse ? Vu la manière dont l'Irlandaise avait interprété sa première grosse colère, c'était envisageable. Vu qu'il n'était pas entiché de June, il devait forcément y avoir une autre femme ! Bon, pour le coup c'était la vérité, mais ses sentiments amicaux pour son assistante existaient bien avant ceux pour la Cooper. Bref, Eldoth n'était pas décidé à laisser Aishlinn mettre à jour ce qu'il essayait vainement de dissimuler : rien n'était fait et, de toute manière, même si cela devait aboutir un jour, il ne se permettrait pas d'en parler à qui que ce soit. Bon dieu, encore un secret à dissimuler à Aishlinn. Il allait vraiment finir par culpabiliser.

Décidant de ne pas se laisser avoir aussi rapidement, Adrian tenta de contrer l'incursion de l'apprentie trop curieuse pour réorienter la discussion sur quelque chose qui lui conviendrait mieux.

« Déjà, je n'ai jamais parlé d'une fille. Le « elle » qualifiait la personne. Ne te fais pas d'idées juste parce que je dis ça. Même s'il était sérieusement ennuyé qu'elle ait mis le doigt sur la vérité.
Et je n'ai jamais dit que j'avais quelqu'un en vue. Tu as toujours l'habitude de te monter de véritables films juste avec quelques mots ? Il ne mentait pas, il esquivait juste – habillement espérait-il.
Il n'est pas question de problèmes ou de quoi que ce soit de ce genre. C'est simplement une personne que j'ai rencontrée par hasard. Rien de plus. Tu peux arrêter de t'imaginer tout ce que tu es en train d'inventer. »

Bon, techniquement il n'avait pas menti une seule fois : Heather était bel et bien une femme rencontrée totalement par hasard – et personne, pas même les joueurs ne soupçonnaient que cela puisse aboutir sur autre chose. Elle n'avait pas de problèmes avant de le rencontrer, du moins si l'on exceptait un père trop conservateur qui cherchait à la marier à un type qu'elle n'aimait apparemment pas. Bref, rien qu'un homme comme Adrian puisse arranger. Donc non, il ne s'intéressait pas à la jeune femme à cause de ses ennuis. Cela dit, il était vrai qu'il n'avait pas envie qu'elle le pense marié. Ce qui était parfaitement stupide, parce qu'à ce moment il savait qu'elle était promise à un autre. Bon, au final tout s'était plus ou moins arrangé, mais Eldoth n'avait pas l'intention d'aborder ce sujet avec Aishlinn. Ce n'était pas contre elle, mais ce secret ne le concernait pas que lui, contrairement aux autres qu'il dissimulait.

Ce qui l'amenait forcément à repenser à ce que la jeune femme avait pu dire plus tôt : il ne comptait pas laisser tomber le sentiment négatif qu'Aishlinn ressentait. Ce serait idiot de la laisser penser qu'il la voyait simplement comme une apprentie lambda alors qu'elle représentait certainement la personne qui importait le plus dans son existence, avec quelques rares exceptions comme Sallah ou Dana. Son regard et le ton de sa voix changèrent légèrement, inconsciemment.

« Je sais que je ne suis vraiment pas doué pour parler aux gens. Je n'ai jamais voulu dire que tu ne comptais pas pour moi. Crois-moi, je n'agis absolument pas avec toi comme avec les autres personnes que je rencontre. Je sais que je veux toujours aider tout le monde et c'est ce que j'ai fait pour toi au début..., mais maintenant c'est vraiment différent. Enfin, pour moi c'est clairement visible. Mais pas forcément pour ceux qui ne le connaissaient pas comme lui se connaissait.
Ce que je veux dire, c'est que je n'ai jamais vraiment appris à montrer ce que je ressentais. Tu sais, lorsque tu es partie avec ton père la dernière fois et que tu as laissé entendre que tu ne voulais plus revenir ici.... j'ai songé à venir te retrouver. Chez toi ou ailleurs, je ne sais pas exactement, mais j'avais l'intention de te retrouver pour te faire changer d'avis. Ce n'était peut-être pas clair comme explication, aussi ajouta-t-il une précision.
Je fais tout mon possible pour ne pas agir égoïstement et ça l'aurait été si j'avais décidé de t'imposer le fait de revenir ici. J'ai eu beaucoup de mal à me convaincre de ne pas le faire. Alors, dis-toi que j'ai été à deux doigts d'agir égoïstement pour te revoir. Peut-être que tu comprendras que tu es vraiment spéciale pour moi, parce que je ne l'aurais jamais fait pour quelqu'un qui ne compte pas à mes yeux. »

Ce serait bien la première fois qu'il démontrait son attachement à une personne en soulignant qu'il se comportait comme un égoïste ! Comme quoi, il se bougeait vraiment depuis que l'adolescente était entrée dans sa vie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Lun 24 Nov 2014 - 22:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le « elle » désignait une personne. Ok. Adrian s’était entiché d’un mec. Pas de soucis, Aishlinn était carrément ouverte d’esprit à ce niveau-là, après tout, elle avait un jumeau qui ne regardait pas le sexe opposé. Elle leva légèrement les mains, pour s’excuser, faire signe qu’elle laissait tomber. Ce n’était pas une femme. D’accord. Compris. Mais sérieux, déjà qu’il était coincé avec des principes vieux de 5 000 ans, finir avec un autre mec dans son lit, ça allait relever du défi pour lui. Bon courage pour sortir du placard quand on n’osait même pas exprimer une parcelle de ce qu’on pouvait ressentir. Ce mec était un vrai désastre affectif.

Là où elle ne lâchait pas l’affaire, en tout cas, c’est quand il expliqua qu’elle se montait la tête toute seule. Ah, non, non, objection ! D’ailleurs, elle secoua vivement la tête parce que, très sérieusement, elle avait des tonnes d’arguments pour prouver qu’il avait quelqu’un en vue, juste avec quelques mots prononcés. Elle secoua la tête de plus belle quand il lui demanda d’arrêter d’imaginer des choses. Ah mais non, ce n’était que le début. Elle imaginait déjà une rencontre, au hasard, entre Adrian et un homme, des sourires timides, des phrases à demi-mots et une foutue incapacité de communiquer correctement pour franchir le cap.

Mais avant qu’elle ne puisse ouvrir la bouche pour protester et sortir toute une théorie digne de Sherlock Holmes, Adrian enchaina sur ce qu’elle avait dit. Ah mais non, quand elle avait dit de laisser tomber, il fallait comprendre qu’il fallait laisser tomber. C’est bon, elle avait bien compris qu’elle était comme n’importe qui et voilà. Mais, en fait, c’est tout le contraire qu’il expliqua et, là, elle se retrouva un peu stupide la petite Aishlinn. Pas très fière d’elle, elle trouva quand même le moyen de secouer la tête.

« C’est stupide, t’aurais dû v’nir m’voir. J’croyais qu’ça t’allais bien comme ça, qu’de toute façon t’aimais pas mon style de vie et qu’ça t’ferais des soucis en moins à gérer. » Bon chez elle, ça aurait été difficile, ce n’était pas comme si il savait où elle habitait. « J’voulais pas choisir moi, pas entre toi et lui, c’est juste que… J’sais pas, j’crois j’ai pas trop eu l’choix. J’pouvais pas l’sortir d’là où il était pour lui tourner l’dos après. C’était stupide… j’veux dire, d’le sortir d’là-bas. J’l’ai pas fait pour les bonnes raisons, j’le croyais mais j’avais tort. »

Il avait suffi d’une conversation avec Abban et de beaucoup de temps à réfléchir pour qu’elle prenne conscience de certaines choses. Son père, c’était une image faussée, elle croyait avoir besoin de lui, parce qu’elle avait besoin d’une autorité pour la recadrer de temps. Parce que, depuis qu’elle voyait Adrian, qu’elle l’écoutait, elle s’était éloignée des activités d’Abban et que c’était plus facile pour elle de se dire qu’elle avait été influencé par Adrian, qu’il soit le fautif, plutôt que de s’avouer qu’elle n’avait pas les mêmes envies d’évolution que son jumeau. Il avait fallu qu’elle sorte son père de prison pour comprendre un tas de choses et, franchement, elle n’en était pas fière.

« Tu commençais à prendre plus de place qu’lui. T’as fait plus de choses désintéressées pour moi qu’il n’en a fait pour nous. Et, ton influence, j’sais pas, j’avais envie d’croire que c’était ça qui m’éloignait d’Abban. Mais, en fait non. Je l’ai idéalisé pendant longtemps, sans voir comment il nous a vraiment élevé et j’crois que, au final, j’ai juste finir par croire à mes mensonges. C’était vraiment stupide de le sortir d’là-bas. »

Elle soupira, pas vraiment très à l’aise au sujet de son père. Pas très à l’aise quand ça devenait vraiment personnel. Elle haussa les épaules comme pour essayer de dire que ça ne la touchait pas plus que cela, ce qui n’avait rien de très convaincant.

« J’vois pas en quoi c’est égoïste d’aller voir une personne pour dire que son départ emmerde. Surtout quand y a des problèmes de communication et que tout l’monde interprète mal. Tout c’que tu risques, c’est d’ne plus voir la personne en question, juste parce que tu trouves ça égoïste de faire cette démarche. » Elle ne criait pas, ne critiquait pas, elle donnait juste son point de vue. « Dans l’pire des cas, la personne confirme son choix et t’es fixé. Dans l’meilleur des cas, ça s’arrange. » Des problèmes de communication, croire des choses sur une mauvaise interprétation, ça leur arrivait souvent. « C’pas égoïste d’retrouver une personne à qui on tient, ne pas l’faire, c’est juste prouver qu’elle n’vaut pas l’effort qu’ça peut d’mander d’essayer d’arranger les choses. »

Heureusement que Sallah avait été là. Ou peut-être qu’elle aurait fini par venir, une fois qu’elle aurait réglé l’histoire de son père, pour s’excuser. Ouais, elle aurait probablement fait ça. Elle en hocha même la tête.

« Je serais r’venue. » Elle haussa les épaules pour cacher un malaise, face à ce qu’elle allait dire. « J’pas envie qu’tu sortes d’ma vie, en fait. Même si j’le dis parc’que j’suis en colère ou parc’que j’suis trop fière ou trop stupide. J’ai des trucs nuls quand j’sais pas comment réagir. Et, en fait, j’m’en fiche si tu trouves qu’c’est égoïste parc’que j’reviendrai quand même. T’es l’type le plus zarbe que j’connaisse, t’es juste coincé comme c’pas permis – d’ailleurs, si c’était un mec, et pas une fille, fallait l’dire, hein, j’te juge pas – en communication, t’es juste à l’ouest total mais, t’es l’adulte l’plus… Euh… Ben t’es l’adulte le plus adulte qu’j’connaisse et qui n’est pas là, juste parc’qu’il veut quelqu’chose en retour. »

Enfin jusqu’à présent, il ne lui avait jamais demandé d’aller voler un objet dans un endroit. Il n’était pas intéressé par les capacités des jumeaux en matière de vol. En fait, il n’était pas intéressé, c’était le type le plus altruiste qu’elle pouvait connaitre. Ouais, carrément, elle serait revenue.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 25 Nov 2014 - 0:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Que ça lui allait bien ? De ne plus jamais la revoir ? Comment lui expliquer qu'il en avait presque ressenti la douleur physique, le cœur qui se serre à cette simple idée. C'était un peu cliché, mais c'était la vérité. Adrian n'était pas du genre à approcher les gens parce qu'il s'attachait énormément aux personnes et qu'il savait parfaitement que le moment de la séparation serait toujours très rude. Si Aishlinn avait décidé de plus revenir, il y avait fort à parier qu'il n'aurait plus cherché à parler avec toutes les jeunes femmes qui lui rappelleraient l'Irlandaise – difficile lorsque vous étiez professeur. Tout cela pour dire qu'il n'avait pas imaginé une seule seconde qu'il pourrait finir par accepter la décision de la demoiselle : il se serait fait une raison, ce qui était très différent.

Il resta silencieux et l'écouta avec attention tandis qu'elle lui parlait de la place qu'il commençait à occuper dans sa vie. Plus que son père ? Elle venait de lui faire le meilleur compliment qui puisse exister venant d'elle. Inutile de dire que cette simple phrase regonfla aussitôt le cœur du centenaire qui se laissa même aller à un sourire – certaine benêt. Il avait des réflexes affligeants parfois, mais c'était plus fort que lui. Eldoth remarquait bien la gêne que tout cela provoquait chez son interlocutrice et ce fut pourquoi il la laissa dire tout ce qu'elle avait sur le cœur, se contentant de la fixer avec attention, jusqu'à ce qu'elle en ait terminé. Un seul moment de trouble dessina une expression de surprise sur son visage : lorsqu'elle émit l'idée qu'il puisse avoir craint qu'un homme le pense marié. Est-ce qu'elle était en train de lui dire qu'elle le prenait pour un gay ? Encore une personne ? ! Il allait sérieusement finir par se poser des questions au sujet de l'impression qu'il dégageait, parce que ça devait lui arriver avec toutes les personnes qu'il croisait. Cela dit, les dernières paroles de la demoiselle le poussèrent à se concentrer davantage sur ce point que sur le reste.

« Tu me donnes beaucoup tu sais. Tu viens au manoir, tu passes du temps avec moi, même avec Sallah. Et puis tu n'hésites pas à me dire les choses comme elles sont... tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais tu m'as donné largement plus que je ne t'ai offert. Enfin, moi c'est ce que je remarque. Les choses ont beaucoup évolué depuis que tu viens au manoir. Sallah fait moins la tête, puis il a même diminué la consommation de sucre du ménage ! En référence aux remarques qu'elle avait faites à propos de ses desserts.
Je n'ai pas envie que tu t'en ailles. Je tiens beaucoup à toi et tu seras toujours la bienvenue ici. Même si tu devais changer de priorités et même si tu décidais de faire passer ton père avant. Tu sais, je ne suis pas exclusif, je ne te demanderai jamais de choisir entre lui et moi.... Il ne savait pas comment exprimer ses pensées.
C'est égoïste d'aller voir une personne pour lui dire mes sentiments, parce que je n'ai pas envie de m'imposer dans sa vie. Je ne me voyais pas te demander de revenir au manoir alors que je savais parfaitement que ton père importe pour toi. Ce serait comme de t'obliger à faire un choix entre lui et moi et franchement, je ne le peux pas. Pas parce que j'ai peur que tu le choisisses lui, mais parce que je ne veux pas que tu regrettes ta décision plus tard. »

Il n'y avait qu'à voir avec Heather : depuis qu'il lui avait avoué ses sentiments, elle se retrouvait à vouloir annuler ses fiançailles, chose qui risquait de grandement compliquer la vie de toute sa famille et bien évidemment, la sienne. Parfois, il se réveillait en culpabilisant, en se disant qu'il aurait dû la laisser en paix, puis juste après il se souvenait de ce qu'il éprouvait pour elle. Les sentiments s'embrouillaient et le désir de ne pas s'imposer entrait en opposition avec celui de vouloir revoir la personne. Pas seulement avec Heather, avec l'Irlandaise aussi.

« Je ne juge pas ton style de vie. Je ne t'ai jamais considérée comme un souci, au contraire. Je suis content de pouvoir t'aider, mais je ne veux pas que tu te sentes obligée de revenir ici parce que tu penses m'être redevable. Tu ne me dois rien. Pour qu'elle choisisse l'esprit tranquille.
Mais je suis heureux que tu sois revenue. Je l'espérais en fait, même si j'essayais de penser le contraire. Je n'ai pas l'habitude de m'imposer comme ça tu sais. »

Non, sans plaisanter ? C'était assez facile à deviner et les gens s'en doutaient souvent dès le premier coup d’œil, ce qui l'amena à repenser à l'hypothèse qu'il puisse être entiché d'un homme. Cette simple pensée le fit à nouveau adopter une mimique perturbée et il enchaîna d'un ton un peu largué.

« Et ce n'est pas un homme ! Enfin, le elle. Je veux dire, c'était bien une fille, mais c'était pas forcément le cas. Bon, il s'emmêlait les pinceaux.
Ce que je veux dire, c'est que le « elle » c’est bien une femme, mais je ne l'ai pas dit pour éviter que tu t'imagines des choses. Pourquoi tous les gens à qui je parle pensent que je suis gay ? J'en ai vraiment l'air ? Il hésita quelques secondes.
Non, finalement laisse tomber. »

Il préférait éviter d'avoir son avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Mar 25 Nov 2014 - 14:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Elle ne comprenait pas trop en quoi elle lui apportait beaucoup. Ouais, elle venait squatter ici, elle discutait avec Sallah, avec lui. Mais sérieux, c’était Adrian qui lui apprenait la magie, c’était lui qui donnait ses avis sur ce qui était bien ou non. Enfin, dans tous les cas, elle n’avait pas l’impression de faire quelque chose pour lui. Donc, non, elle ne se rendait pas compte de ce qu’elle pouvait lui apporter et, du coup, s’il ne l’avait pas dit, elle n’aurait jamais pu le deviner. Pour Aishlinn, elle était seulement la chieuse qui venait, bougeait tout dans le manoir, parlait avec un accent prononcé et essayait d’apprendre la magie. Elle savait qu’il y avait des gens qui l’aimaient bien, qui étaient attendris parce que c’est ce qu’ils avaient toujours fait, avec Abban : passer pour les petits innocents tous mignons pour qu’on leur excuse tout. Mais, avec Adrian, ça faisait bien longtemps qu’elle ne jouait plus à ça, pas en le faisait sciemment en tout cas. L’irlandaise agissait avec le mage de manière spontanée et, rien que ça, c’était quelque chose de parfaitement nouveau et réservé qu’à très peu de personnes.

Bref, elle était contente de l’entendre dire ce qu’il avait à dire. Même si elle ne comprenait pas qu’on ne soit pas exclusif. D’un autre côté, elle avait un jumeau, tout était prétexte à la jalousie et à l’exclusivité, elle ne savait vivre que comme ça parce que, pendant très longtemps, elle n’avait toujours eu qu’Abban. Promis, elle essayait de faire des efforts à ce niveau-là, la preuve, elle n’avait toujours pas enterré Ginger et Dana qui occupaient une place importante pour Adrian. Elle secoua légèrement la tête. Sérieusement, elle n’aurait jamais regretté son choix, si jamais elle devait en faire un. Le seul choix qu’elle regretterait, c’était de choisir son père plutôt qu’Adrian qui, définitivement, faisait bien plus de choses pour elle. Au début, peut-être qu’elle se sentait redevable mais, franchement, ça faisait un moment que ce n’était plus le cas. Depuis, en fait, qu’elle avait compris qu’il l’avait vraiment aidé sans contrepartie. Chose qu’elle fit comprendre par un nouveau mouvement de tête.

Répondre par des gestes, ça évitait de trop s’installer dans une conversation de ce genre. Mieux pour elle, mieux pour lui, au moins sur ce point ils se retrouvaient : pas très à l’aise quand il s’agit d’être honnête et que c’est du positif qui est à dire. Et Adrian, sans vraiment le vouloir – elle supposait – lui offrit le changement de sujet parfait. Sa dernière question laissa apparaitre un grand sourire sur le visage d’Aishlinn qui, évidemment, fit mine de ne pas entendre quand il annonça de laisser tomber. Ah non, non, c’était une question trop importante pour ne pas lui répondre.

« Ben t’sais Adrian, sans vouloir t’vexer… T’es un mec qui vit cloitrer dans un manoir, célibataire, qui n’regarde même pas toutes les femmes qui passent ta porte. » Dans un temps éloigné, on aurait pensé que ce manoir était une maison close. « [color=darkcyan]Alors, y a pas cinquante choses à en déduire, soit t’as un sérieux problème de libido, soit t’es intéressé par autre chose qu’les femmes. » Elle haussa les épaules. « Mais bon, apparemment s’agit d’une femme alors… » Alors il fallait aller vers la première solution. Pff, la pauvre femme inconnue, se retrouver avec un mec complètement coincé, ça devait être hyper-frustrant. « Et c’pas qu’j’imagine des choses mais, bon, sérieux Adrian… j’sais pas, ça fait plus d’un an qu’j’viens, jamais tu t’es énervé ou tu as eu un mot plus haut que l’autre. Pourtant, des situations où tu pouvais gueuler, j’t’en ai donné. » C’était une chieuse donc, forcément, elle pouvait taper sur le système de temps en temps. « Et là, d’un coup, tu t’énerves parc’qu’une personne, une femme, à penser qu’tu pouvais être marié avec des gamins… Si tu réagis comm’ça alors qu’tu l’fais jamais, c’est qu’t’as vraiment pas envie qu’elle t’pense caser avec quelqu’un. Donc… »

Elle leva les bras en signe d’évidence avant de les laisser retomber contre elle. Enfin, c’était plus que logique pour elle, si ça n’avait pas été SI important, il ne se serait pas énervé de cette manière. S’il s’était énervé contre Aishlinn, à qui il venait de dire plein de choses gentilles, à qui il tenait, c’était qu’il devait vraiment tenir beaucoup à cette fameuse inconnue.

« Mais si tu continues à rien vouloir m’dire, j’vais finir par pousser l’raisonnement plus loin. Genre, t’vois, là j’me d’mande qui est c’tte fille. Non, en fait, j’me d’mande comment t’as fait pour savoir c’que j’avais dit à c’type parce que, techniqu’ment y a que lui et moi qui étions au courant d’notre conversation. Alors j’pourrais commencer à m’dire que, comme il a une jumelle, il doit tout lui dire. » Pas comme si elle ne connaissait pas les relations que pouvaient avoir des jumeaux. « Et qu’c’est elle dont tu parles et, ça explique, comment c’est r’venu à tes oreilles. »

Rectification, ça pouvait aussi être Jonas qui avait fait une fiche, après être passé et, une autre personne aurait eu accès à cette fiche. Mais, dans ce cas, les seules informations relevées auraient été : marié, trois enfants. Là, Adrian savait qu’elle avait parlé d’une nièce et, surtout, qu’il avait une hypothétique femme souvent en déplacement. Ce n’était pas le genre d’infos qu’on mettait dans une fiche, non ?

« J’continue à faire des hypothèses ou tu m’dit c’qui s’passe pour éviter qu’j’imagine des trucs faux ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 25 Nov 2014 - 20:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Bon, espérer qu'elle allait passer outre sa demande aurait été stupide. Forcément, Aishlinn ignora superbement sa demande de ne pas lui répondre et se fit un plaisir d'expliquer pour quelle raison il avait l'air de s'intéresser aux hommes. Certes. Il était vrai que son mode de vie pouvait avoir l'air étrange vu de l'extérieur, cependant lorsque vous étiez dans son cas, les choses étaient bien différentes. Cela dit, il se sentait moins « vexé » que lorsque Chase – et d'autres – avaient laissé entendre que c'était son style vestimentaire ou son attitude qui donnait l'impression qu'il préférait les séduisants jeunes hommes aux charmantes demoiselles. Quoi qu'il en soit, les déductions d'Aishlinn restèrent sans réponse : il n'avait absolument aucune intention de se justifier sur sa sexualité. Si elle espérait qu'il allait confirmer ou nier que quelque chose coinçait, c'était peine perdue !

Mais son silence ne calma pas l'esprit hyperactif de la jeune femme qui se lança dans de nouvelles hypothèses en glissant l'idée que son énervement était forcément lié aux sentiments qu'il pourrait avoir pour la femme dont il avait été question plus tôt. Le pire dans cette histoire, c'est que son raisonnement était parfaitement logique et qu'elle avait flairé la bonne piste. En fait non, Aishlinn était en plein dans le vrai : apparemment elle était même au courant que les Cooper étaient jumeaux et vu qu'elle était dans ce cas-là... bref, c'était la catastrophe. Adrian n'avait pas l'intention de s'enfoncer encore davantage et visiblement, à chaque fois qu'il essayait de se défendre, les choses empiraient. Finalement, il aurait peut-être mieux fait de laisser son apprentie penser qu'il avait une préférence pour les hommes, au moins la situation n'aurait-elle pas progressé du mauvais côté – le vrai.

En résumé : il ne savait absolument plus comment se tirer de ce nid de guêpes sans éveiller encore plus les soupçons de l'Irlandaise. Le plus simple aurait été d'avouer, mais étant donné que la jeune femme était dans les ennuis jusqu'au cou en ce qui concernait son mariage arrangé, il n'avait pas l'intention d'en parler à qui que ce soit. Autant, son affection pour Aishlinn était très présente, autant il craignait qu'elle ne mette les pieds dans le plat si jamais elle se retrouvait un jour au manoir avec Heather. La seule solution était donc de présenter les choses de telle sorte à ce que l'Irlandaise décide elle-même de ne plus en parler. Dur, mais faisable !
Inspirant profondément, il répondit enfin.

« Il n'y a rien à dire. Il ne se passe strictement rien. Ce qui était la vérité.
Tu t'imagines déjà des choses qui ne sont absolument pas de rigueur, alors j'ai du mal à penser que ça pourrait être pire que maintenant. »

Bon, il allait essayer de la mettre mal à l'aise pour qu'elle n'aborde plus ce sujet. Ce n'était pas son genre et il aurait préféré pouvoir être honnête, cependant le sujet était trop épineux pour l'aborder. Même lui ne savait pas où les choses en étaient en vérité. Le mieux était donc d'avouer qu'il s'agissait bien de la jumelle du Cooper, mais de nier en bloc tout le reste. Et au final, il n'avait qu'à dire la vérité en occultant simplement la conversation qu'il avait eue avec Heather. Il ne resterait donc que la vérité, mais qui pouvait être sujette à interprétation. Après une légère pause, il reprit donc.

« Oui, il s'agit bien de la sœur jumelle de Jonas Cooper. Mais c'est sans importance. C'est effectivement elle qui m'en a parlé ainsi que d'autres choses d'ailleurs. Ce qui était vrai.
Figure-toi qu'elle a quelqu'un, du coup tous les films que tu peux te faire risquent de tomber à l'eau. Après tout, elle était fiancée, non ?
Il n'y a strictement rien de plus à ajouter. Je lui avais simplement dit que je n'étais pas marié et que je n'avais pas d'enfants comme elle m'a dit qu'elle avait quelqu'un et ça c'est arrêté là. C'est juste parce qu'elle a cru que je lui avais menti et qu'elle a remis tout le reste de notre discussion en question que je me suis énervé. Bon, là il mentait, mais tant pis. C'était pour la bonne cause.
Je me moque pas mal qu'elle me pense marié. De toute manière, si je ne cherche pas à nier ma réputation de type cloîtré dans un manoir, ce n'est pas pour rien. »

Autrement dit, il tenait à rester le type célibataire que les gens trouvaient bizarres. Bon, ce n'était plus forcément le cas depuis quelques temps, mais face à Aishlinn il devait tenir ce rôle. Lors de sa discussion avec Heather, ils avaient bien décidé de ne pas en parler à autrui – son jumeau excepté. Finalement, préférant ne pas s'éterniser sur cette discussion, le centenaire reprit.

« D'ailleurs, votre restaurant, ça a l'air de très bien marcher. Tu travailles là-bas en permanence j'imagine ? »

Ce n'était pas juste un détournement de discussion, il s'intéressait réellement à ce qu'elle pouvait faire.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza




L’erreur est humaine, le pardon divin ▬ Aishlinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» [TERMINE] "L'erreur est humaine mais surtout pardonnable" [Sam & Ashley]
» marc, mon ami, tu as commis une erreur:::
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Des missiles nucléaires volent ils par erreur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-