AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Le retour de Cendrelin (Vincent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 27 Oct 2014 - 21:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits




Le retour de Cendrelin


Louis était désormais bien installé. Chaque pièce avait désormais son ameublement. Chaque mur avait sa décoration. Il ne manquait qu'un tableau qui bientôt viendrait orner ce salon où le piano sommeillait. Louis n'était pas peu satisfait d'avoir redonné vie à cette grande demeure. Il n'y manquait que du personnel, pour en combler les vides. Cela viendrait. Il avait déjà passé à quelques entretiens plus ou moins concluants. En cette fin de journée du dimanche 26 octobre, Louis n'était pas mécontent de lui. Il s'était levé de bonne heure et avait consacré sa matinée à quelques travaux musicaux. Il se préparait pour les prochains concerts. Le carnaval des animaux, rien que cela ! Comme il occuperait le rôle du pianiste soliste, il se devait d'avoir bien en mémoire les partitions plaisantes du cher Camille Saint-Saëns. Quelques heures lui suffirent. Il aimait beaucoup les différents morceaux de cette pièce symphonique. Il aurait pu y consacrer toute la journée s'il n'avait pas eu d'autres choses à faire, comme par exemple préparer son excursion du premier novembre. Ou manger le repas préparé pour le déjeuner.

Ce fut frugal, ceci dit, il se contenta d'une grande salade composée. Les bonnes choses devenaient de plus en plus rares ! C'était du moins ce qu'il pensa quand, après avoir croqué plusieurs légumes, il comprit que ces derniers n'étaient pas de toute première qualité. Quelle plaie ! Allait-il devoir faire venir ses produits du sud-ouest de la France ? Ou devait-il planter dans son jardin un véritable potager ? L'idée n'était pas mauvaise. Elle était même excellente. Il se promit d'y penser plus avant, et de mettre tout en œuvre pour la voir aboutir. Cette pensée le réjouit et quand il goûta au dessert, il avait déjà en tête les plans de ce futur carré de terrain qu'il aménagerait. Peut-être même y associerait-il Raphaël ? Ce dernier avait-il du goût pour les travaux du jardin ? Louis ne se souvenait plus lui avoir posé la question. Il veillerait à se rafraîchir la mémoire à ce sujet.

Riche de ces réflexions, Louis choisit de dévouer son après-midi au parc environnant le château. Il y avait pris ses marques et connaissait bien son domaine à présent. Plus particulièrement il goûtait fort de se promener dans les allées géométriques de ces beaux jardins à la française qui magnifiaient l'harmonie et l'ordre de l'environnement floral. Les fleurs toutefois avaient pour la plupart perdu leurs belles corolles, leurs beaux pétales. Dans un premier temps, Louis décida de balayer les feuilles mortes et de les réunir en tas réguliers de sorte à les pouvoir utiliser plus tard. À quelle fin, il l'ignorait encore, mais il finirait bien par trouver ! Le lent ballet du râteau l'apaisait toujours. Il appréciait même ce bruit que font les dents de l'outil quand elles raclent un sol peu meuble. Il jouait dans sa tête quelques airs de musique et, ainsi, rythmait ses pas. Bientôt, il reçut l'assistance involontaire de son chat, Henri, un birman des plus coquins, puisqu'il vint jouer dans les tas de feuilles afin de les désordonner. Il finit par se rendre à la raison et obéit à Louis qui put couvrir l'ensemble des jardins.

Puis, armé d'un sécateur et de gants de travail, Louis s'attaqua aux massifs qui quadrillaient la devanture du château. Il s'agissait bien sûr de préparer les buis et les plantes à la progression inexorable de l'hiver. À cette fin, il devait élaguer les rosiers, coiffer les aubépines, rafraîchir les genêts. À la faveur d'un début de soirée particulièrement clément et ensoleillé, il progressait vite et bien. Toutes ses pensées le tournaient vers ces fleurs qu'il adorait, car il pouvait déjà anticiper et prévoir les beautés qui, au printemps, reviendraient. Que n'avait-il le pouvoir d'accélérer la marche du temps ! Mais même l'automne et l'hiver avaient à offrir de belles choses au jardinier qui sait préparer ses protégées à lutter contre les frimas et les premières neiges. Le chat de Louis revint vers lui et se frotta à ses mollets.

 « Qu'y a-t-il, Henri ? » Le regard du félin n'aurait pas pu être plus énigmatique. Ce vieux chat n'avait pas fini de livrer tous ses secrets encore. Louis le considérait comme un ami, comme un frère. Il entendit, plus loin dans l'allée menant à la route, des pas pressés. Il tourna son regard vers ce qui était sans doute un visiteur – imprévu.


Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 27 Oct 2014 - 22:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    Après un weekend aussi intense, Vincent se devait d’avoir une semaine de malade. Il ne fallait pas briser l’équilibre cosmique.

    D’abord, les cours. Le jeune homme s’y consacra à fond. Sans doute animé par la nouvelle concentration qu’il était maintenant capable d’invoquer pour ne pas brûler ses notes et pour ne pas penser à un certain jeune homme électrique, il se retrouvait maintenant capable de boire les paroles de ses professeurs qui valaient largement trois exercices de méditation. Il avait toujours été plutôt attentif en cours, mais les moments de distractions n’étaient pas rares. Maintenant, il ne se permettait plus de tels écarts. Question de sécurité... ou de survie mentale. Par conséquence, ses notes se firent plus claires et il n’était plus obligé de passer autant de temps à la bibliothèque pour les reprendre... Faux ! Maintenant, la bibliothèque lui servait à faire ce que tous les profs demandaient de faire mais que si peu d’étudiants faisaient réellement : explorer les bibliographies données par les profs. Vincent se mit alors à chercher et lire les ouvrages et articles cités dans les cours, parce qu’il avait noté leur intérêt et leur rôle dans sa compréhension des sujet traités. Bonjour statistiques économiques du Kenya !

    Ensuite, le bar. Après avoir « sauté » ses jours pour essayer de ne pas se transformer en torche humaine à proximité de bouteilles d’alcool, Vincent décida qu’il était temps de rattraper son retard... ainsi que sa paie perdue. Car, mine de rien, cramer ses vêtements, ça finissait par vous coûter cher. Vincent bossa donc le mardi matin ainsi que l’après midi. Et le mercredi, jeudi et samedi soir. Pour un boulot sensé être un « à côté » c’était pas mal du tout. Sa patronne était contente de le retrouver et ne refusa pas une telle motivation. Et lui aussi en profitait pour se faire adorable avec les clients. Il n’hésitait pas non plus à se servir de son image de rescapé de l’incendie pour obtenir de bons pourboires. De la honte ? Que nenni ! Tout le monde sait que les étudiants qui consomment dans un bar son les plus riches. Les autres boivent chez eux de l’alcool que leur grand oncle leur a envoyé. C’est bien connu.

    Et puis il y avait le sport. Vincent s’y adonnait à fond. Privé du titre de footballer, il n’eut pas d’autre choix que de se convertir et d’essayer de nouvelles activités. La natation était en tête de liste. Là, il craignait moins d’enflammer tout ce qu’il touchait. Sinon il appréciait beaucoup l’escalade et il y alla deux fois cette semaine. Cela dit, le sport d’équipe lui manquait beaucoup, si bien qu’il força Jason et Holly à regarder avec lui un match de basket. Tout ça, ça consomme de l’énergie.

    Enfin, il y avait sa vie sociale et sentimentale. Bon... Voilà. N’en parlons pas... Et oublions la soirée Zeta du vendredi soir. Cette semaine, il n’y avait pas eu de vendredi soir, ok ?

    Nous en sommes donc à Dimanche. Vince se lève à onze heures du matin. Après avoir fait la fermeture du New Star, c’était le minimum. Jason et Holly étaient introuvables. Sûrement partis chez les parents de l’artiste. Ils adoraient voir leur fils le dimanche. Quant à Holly, c’était une masochiste, donc elle l’accompagnait avec plaisir. Mais voilà, le barman se retrouvait maintenant seul. Or, avec tout le temps qu’il passait maintenant à la bibliothèque, il n’avait plus beaucoup de devoirs... Bon ben... ménage ! La salle de bain, pièce magique qui aura toujours besoin d’être nettoyée, tel un ventre affamé et sans fond. Check. Maintenant la chambre, à commencer par le placard à vêtements, perpétuellement en bordel. Dans sa tâche, l’étudiant mit la main sur des étoffes qu’il ne put reconnaître sur le coup. Puis il réfléchit... et trouva. Ces vêtements appartenaient à Louis. Vincent les avait fait laver et les avait soigneusement rangés en attendant d’aller les lui rendre. Mais voilà entre une accumulation de mauvaises nouvelles, un gros retard dans les cours (pour cause de coma involontaire), des crises, des pertes de contrôles, une femme vampire et un joli garçon électrique, on avait vite fait d’oublier ce qui restait terré au fond d’un placard. Il était temps de corriger cela.

    Il avait enfilé un de ses plus beaux jeans avec une chemise à carreaux bleue et une veste, Vincent avait l’air sur son trente-et-un. Pour un peu, on croirait qu’il partait « en chasse ». Eh bien point du tout, il faut juste savoir que l’homme chez qui il se rendait était d’une toute autre classe et que, dans son domaine, Vincent ne se sentirait pas du tout à l’aise s’il se pointait comme une fleur avec un jogging et des baskets trouées. Alors l’effort s’imposait. Toilette. Habits. Métro. Bus. Marche. Tout s’enchaîna jusqu’à ce que Vincent se retrouve devant le domaine, le palais... Versailles. Vincent était déjà venu ici, mais de nuit... à dos de dragon... et dans un état de fatigue particulièrement avancé. Il n’avait donc pas pu admirer pleinement la beauté des lieux. Le bâtiment imposant. Le parc qui aurait peut-être pu accueillir Disneyland. Finalement, il se sentait peu habillé. Et il ne pensait pas cela uniquement parce qu’il était nu lors de sa première venue. Vince aurait pu passer des heures à contempler la vue mais il n’avait pas forcément le temps. Il préférait ne pas rester ici plus de temps qu’il ne fallait et puis... il avait cours demain. Haaaa, l’excuse du lycée... Le jeune homme vit que le portail était ouvert et qu’il donnait sur une allée dans laquelle s’activait un homme : Louis. Armé de son sac en papier dans lequel il avait précautionneusement glissé les vêtements du maître des lieux. Ses premiers pas furent accueillis par un chat qui fila vers son maître, comme pour le prévenir. Celui-ci tourna alors la tête et vit Vincent arriver d’un pas rapide. Lorsqu’il fut arrivé à sa hauteur, il prit la parole non sans ressentir une boule d’appréhension se former à l’intérieur de la gorge. L’effet dragon sans doute.

    - Bonjour, Louis. J’espère que je ne vous dérange pas. Je viens vous ramener vos vêtements. comme cette explication manquait cruellement de preuve, il désigna le sac qui pendait au bout de son bras. Je suis désolé d’avoir mis tant de temps, j’ai été... très occupé.

    *Et, accessoirement, vos griffes et crocs ont réussi à hanter une partie de mes cauchemars.* Mais ça, il préféra ne pas le signaler.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 27 Oct 2014 - 23:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Quel tableau... original, imprévu, inattendu ? Ces termes convenaient tous à la fois. Ce jeune homme, dans son pantalon de jean, dans sa chemise à carreau bleue, dans sa veste, aurait pu avoir fier allure, s'il n'avait porté sur son visage les drapeaux de la peur et de l'anxiété. Louis le voyait arriver et ne l'avait d'abord pas reconnu, car depuis longtemps Vincent avait basculé dans le poulailler de sa mémoire. Mais aussitôt qu'il sut replacer un prénom sur ce jeune visage, le souvenir du sept octobre lui revint aussitôt.

 « Bonjour. » Louis salua d'un signe de la tête, pour étayer quelque peu ce mot très laconique qu'il laissa filer tandis que de la bouche de Vincent s'échapper quelques phrases... usuelles. Ses yeux allèrent du visage du jeune homme au sac qu'il tenait au bout du bras. Louis avait fait l'impasse sur cette promesse qu'ils s'étaient échangé tous les deux, mais fut ravi de constater que ce garçon avait été plus consciencieux que lui. En même temps, il n'était pas le débiteur, dans cette histoire. Après tout, rien de toute cela ne serait arrivé si, même involontairement, Vincent n'avait pas menacé la vie de Louis. Ce dernier se rapprocha de Vincent et tendit la main pour recevoir le sac de papier. Il n'irait pas jusqu'à en examiner le contenu – il n'avait pas prêté au jeune homme, la dernière fois, des vêtements auxquels il tenait particulièrement et ne lui ferait donc pas l'affront de douter de sa parole.

 « Ce n'est pas grave. J'avais d'autres habits pour me vêtir, de toute façon. » Ce qui était vrai, du reste, Louis avait acquis assez d'aisance sociale et financière pour ne plus faire ce qu'il faisait autrefois quand, étudiant, il portait parfois la même chemise... plus de cinq jours d'affilée, le pantalon plus d'une semaine, et... charmants souvenirs, drôles d'anecdotes qu'il raconterait un jour à ses enfants mais dont il n'ennuierait pas le jeune Vincent qui n'était sans doute pas venu pour l'écouter parler de l'étudiant qu'il fut par le passé avant d'être l'homme qu'il affichait dans le présent.

Les yeux de Louis, verts, fléchirent pour observer le chat qui tournait autour d'eux, légèrement déçu de ne plus être le centre d'attention. Ce comportement puéril et typiquement félin le fit sourire. Il glissa le sécateur qu'il tenait dans sa main dans l'une des poches de son pantalon – la plus large – et fit quelques gestes en direction du dénommé Henri pour qu'il vînt à lui. Ce dernier parut se faire prier quelques instants mais ne tarda point à rejoindre son maître qui le prit dans ses bras affectueusement.

 « Je constate avec joie que tu sembles... mieux qu'à l'occasion de notre première rencontre. Et tu n'as pas mis la Colline à feu... et à cendres pour venir jusqu'ici. C'est bien. » Ces quelques compliments coûtèrent à Louis quelques sourires et un regard des plus entendus. Louis caressait d'une main distraite le flanc du félin qui posait sur Vincent des yeux opalins.

Le brave Henri demeurait silencieux. La conversation ne l'intéressait guère et cet inconnu qu'il n'avait qu'entraperçu un soir du début du mois d'octobre ne semblait pas provoquer chez lui d'intenses réactions d'enthousiasmes. Mais fallait-il s'attendre à autre chose de la part d'un chat ? Ces créatures formidables ont leur caractère bien à eux. Et celui-ci, plus particulièrement, était un véritable mystère, même pour les plus fins psychologues. Louis ne souriait plus. Il contemplait Vincent d'un regard d'émeraude.

Ses yeux s'étaient voilés d'un brouillard indicible, comme s'il s'était égaré en des terres lointaines de réflexions et de questionnements. À la vérité, il était toujours là, l'esprit concentré sur son analyse. Ce jeune homme devant lui n'était plus tout à fait celui qu'il avait conduit dans les bois loin de Star City. Il y avait chez lui quelque chose de nouveau, et pas seulement plusieurs couches de vêtements. Que n'était-il un brillant télépathe pour, d'un seul assaut, ravir la forteresse des pensées de Vincent !

Ce désir spontané s'évanouit, toutefois, aussitôt qu'il fut formulé, car Louis n'était pas sûr de vouloir véritablement en savoir davantage. Vingt jours les séparaient de leur premier... entretien. Vingt jours. Un monde.  « Je te remercie d'avoir rapporté ces vêtements. Dois-je te raccompagner jusqu'à la sortie ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 28 Oct 2014 - 11:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    Vincent ne fut pas très étonné de recevoir un accueil poli. Dans son souvenir, Louis était quelqu’un de très courtois, lorsqu’il ne revêtait pas ses écailles. Courtois mais peu chaleureux en l’occurrence, c’était bien. Au moins il n’exagérait pas en formules de politesse. C’était poli, mais simple et direct. Au moins Vincent n’aurait pas trop à en faire. Il lui tendit le sac et jeta un œil au chat qui ne tarda pas à monter dans les bras de son maître, sans doute en quête d’attention. Vince préférait les chiens, mais il n’avait rien contre les félins, il aimait les animaux en général. Beaucoup plus simples que les humains, et eux au moins ne mentaient pas. Du moins pas à sa connaissance.

    – Oui, je me suis un peu amélioré... Je ne brûle plus tout ce que je touche...

    Enfin si un peu quand même, mais moins souvent, et surtout, il arrivait à empêcher les dommages collatéraux. Son expérience avec Louis lui avait largement suffit. Depuis, seuls ses vêtements et ses biens matériels subissaient parfois le contrecoup de ses pouvoirs. Sa garde robe l’en remerciait d’ailleurs, désormais plus légère. Son portefeuille beaucoup moins, surtout lorsqu’il avait fait fondre sous ses doigts le clavier de son ordinateur portable. Mais ce genre de tracas arrivait de moins en moins souvent... Un peu quand même... Juste assez pour qu’il reste sur ses gardes dans le domaine de Louis et pour s’abstenir de caresser le chat. A son grand soulagement, le maître des lieux ne l’invita pas à prendre le thé. L’affaire allait pouvoir être expédiée et les deux hommes pourraient retourner à leurs occupations sans plus avoir à se recroiser, si le destin se montrait clément. Toutefois, l’éducation de Vincent le força à se montrer un peu plus avenant.

    – Ca ira, je trouverai le chemin, merci. Mais avant de vous laisser, j’aimerais encore une fois vous remercier. Vos conseils m’ont vraiment aidé et je crois que sans eux, je me serais probablement transformé en distributeur à incendies. Alors... s’il y a quoique ce soit que je puisse faire pour vous.

    Il regarda aux alentours. La beauté et la richesse des lieux sous entendaient que Louis avait largement les moyens de réunir toute l’aide expérimentée qui pourrait lui faire besoin. Mais l’important, c’était l’attention.

    – J’arrive à me rendre utile sans mettre le feu à mon travail... Alors si vous avez besoin d’un service, n’hésitez pas.

    Que pourrait-on faire faire à un jeune incendiaire comme lui ? Pour sûr il saurait surveiller un barbecue en toute sécurité, en admettant qu’il soit capable de s’empêcher d’éternuer. Vincent n’était pas sûr que Louis soit d’accord à l’idée de le laisser toucher à son jardin, mais dans un palais comme celui dans lequel l’homme dragon vivait, il y avait toujours plein de choses à faire et Vince n’était pas complètement empoté. Les mains dans les poches, l’étudiant attendit la réponse de Louis, espérant qu’il se contenterait de lui dire qu’il n’avait besoin de rien et qu’il pouvait prendre congé. Le barman se serait bien passé d’exprimer sa reconnaissance, mais il n’était pas capable de passer au dessus de l’éducation que ses parents lui avaient fournie. Il fallait se montrer reconnaissant envers ceux qui vous aidez. Le jeune homme se demandait tout de même ce que ses parents auraient pensé en matière d’homme dragon. Néanmoins, il préféra ne pas chipoter, sa vie actuelle l’écartait bien assez des valeurs qui faisaient la fierté des Nash. Il attendit donc poliment en regardant le chat ronronner dans les bras de son maître. Il se demandait si le félin était au courant pour la nature draconique de l’homme qui lui servait de coussin.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 28 Oct 2014 - 15:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Un sourire étira les lèvres des Louis quand Vincent prétendit s'être amélioré. C'était une bonne chose. Ses amis, ses affaires, ses biens étaient saufs. À la vérité, le magicien se souciait peu des autres, mais se rassurait de comprendre qu'il n'aurait pas, une fois encore, à entraîner Vincent loin de la ville pour l'empêcher de nuire. Oh. Diable ! N'avait-il donc pas agi à la manière d'un héros, le sept octobre ? Bigre. Cette pensée ne l'avait pas encore traversé. Elle l’écœura mais point autant que l'empressée froideur du jeune homme à partir, vainement dissimulée sous le masque d'un volontarisme hypocrite et typiquement américain. Il le remerciait encore. C'était assez risible. « Mes conseils ont pu t'aider, j'en suis ravi. J'aurais dû t'envoyer une facture. »

Le chat parut sourire. Il réclama de quitter le doux confort des bras de Louis pour s'en aller gambader dans les allées du jardin. Le magicien ne s'y opposa guère et libéra volontiers le félin. Il reprit en main son sécateur et s'abaissa près d'un buisson qu'il commença à tailler par le dessous – ainsi qu'il fallait faire. Louis avait écouté Vincent et souri quand ce dernier avait évoqué un service qu'il aurait pu lui rendre. Sans blague ? Et qu'est-ce qu'un jeune garçon comme lui aurait pu faire pour aider l'homme accompli qu'il était et qui n'avait pas attendu qu'on lui tendît la main pour se construire seul et sans aide ? Un sourire fut la réponse de Louis. Un sourire amer et trempé d'un poison nommé clairvoyance. Sans plus le regarder, Louis avait lâché le sac et s'affairait auprès du buisson. Avec méthode et toute la rigueur qu'exigeait la manœuvre. « Je crois que tu fais erreur, et que tu te méprends. Je ne t'ai pas secouru, ni conseillé dans le but d'obtenir de toi des faveurs ou des services. J'apprécie que tu cherches à me rendre la politesse. Mais comme tu le vois, je n'ai qu'un sécateur. » Il agita l'outil pour le montrer à Vincent, mimant la coupe avec délice et complaisance. Puis, il reprit en prenant soin de remonter plus haut sur le buisson.

Louis n'était pas certain de comprendre le jeune homme qui se tenait devant lui. Il était venu lui rapporter les vêtements, c'était déjà une surprise. Pourquoi restait-il encore ? Désirait-il encore profiter d'un vol à dos de dragon ? Le guichet fermait tôt, la promenade n'aurait pas lieu ce jour. Dans son souvenir, en dépit de ses expressions de gratitude, Louis avait bien noté que sa nature et sa façon d'agir avait grandement effrayé Vincent. Pourquoi demeurait plus longtemps en compagnie d'une personne qui l'inquiétait, l'apeurait ?

Était-ce que la courtoisie lui imposait de lui tenir la jambe ? Voulait-il honorer ce faisant l'éducation qu'il avait reçue de ses parents ? Et agissant de la sorte, cherchait-il à flatter son orgueil comme le font ces braves gens qui ne font les choses qu'à l'aune de la satisfaction personnelle qu'ils en tirent ? En constatant que Vincent demeurait toujours à sa place et ne le saluait pas d'un « au revoir » définitif, Louis laissa échapper un soupir d'insatisfaction, et tourna vers lui un regard à la fois contrit et amusé.

 « Bon, écoute, ne te sens pas obligé d'insister pour que je te donne un truc à faire, car franchement, je doute qu'une vie de servitude en ces jardins suffisent à honorer la dette que tu as peut-être à mon égard pour avoir sauvé l'hôpital de tes insuffisances. Cette jeune fille, par exemple, que j'ai vue sortir de ta chambre en hurlant « au feu ! » Louis se souvenait encore très bien de son visage, et de son expression horrifiée quand il la croisa dans le couloir, à la porte de la chambre de Vincent.

Tous les dragons n'étaient pas des Shylock, banquiers avares et mesquins à l’affût de tout gain. La cupidité était un trait constant de cette engeance, mais la méchanceté perverse et usurière... Il était insultant... enfin ! Il passerait outre. En même temps, il était peu probable que Vincent connût d'autres dragons que lui.  « N'oublie pas de fermer le portail, en sortant. »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 28 Oct 2014 - 21:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    Une facture ? C’était peut-être une blague... Habitué à l’humour des étudiants et professeurs en économie, Vincent n’eut aucun mal à rire en bon public qu’il était, mais avec le recul, il se demanda si Louis faisait vraiment de l’humour. A part pour proférer des traits d’esprits sur sa condition d’homme incendiaire, Vincent ne l’avait pas beaucoup entendu plaisanter. Cela dit, ces manifestations ce sont surtout déployées sous sa forme de dragon, et Vincent avait été beaucoup trop préoccupé par ses crocs, ses griffes, ses ailes et ses ordres pour faire attention au reste. C’était peut-être juste sa façon de s’exprimer. Quoiqu’il en soit, l’étudiant ne s’en offusqua pas et réagit favorablement. Il espérait tout de même qu’il plaisantait vraiment car, vu l’état de ses finances et le nombre de ses dépenses (pour réparer les dégâts que ses pouvoirs continuer de causer) le jeune homme se passerait bien de ce genre de règlement. Car vu le niveau de vie de cet homme, il y aurait fort à parier qu’une telle note serait extrêmement salée et obligerait le barman à prendre un autre travail. Peut-être qu’il suivrait le conseil de Jace et s’orienterait vers une carrière de strip teaser... non, ne pense pas à Jace, pas maintenant, surtout pas. Ah, monsieur Louis s’explique, très bien, écoute le donc !

    – Donc vous m’avez aidé sans aucun arrière pensée ? Aucune ? eh bien c’est une raison de plus pour que j’insiste. On me dit souvent que je suis borné et que c’est une qualité.

    En fait, quand il insistait trop, on lui disait surtout qu’il était casse pied et on le priait plus ou moins gentiment d’aller voir ailleurs. C’était d’ailleurs peut-être ce que Louis était en train de faire.

    – Bon, je ne suis pas très doué pour les formules de politesse, vous l’avez sans doute remarqué, mais je suis quelqu’un de simple. Je ne me sens pas obligé de me faire rembourser, je suis obligé, c’est comme ça. Et vous avez raison, je ne pourrais sûrement jamais vous rendre l’ascenseur en terme de qualité, mais pour ce qui est de la quantité.

    Il était parfois utile d’être un étudiant en économie et d’avoir suivi un cours sur la négociation... un cours seulement... pas sûr que ça soit une réussit... pas sûr qu’il en ait vraiment envie. Louis pouvait le croire là dessus, Vincent n’avait aucune envie de rester là à perturber son magnifique dimanche de botanique. Mais il avait encore moins envie de passer le reste de sa vie à se demander quand le dragon allait venir lui réclamer la monnaie de sa pièce, on lui avait lu assez de contes de fées dans son enfance pour qu’il sache comment ces choses là marchaient... genre...

    – Vous avez passé une soirée à m’aider, je crois... laissez-moi me rendre utile pendant quelques heures et je ne vous embêterai plus. Ou bien dites moi cash que vous n’avez besoin de rien et je m’en irais sans vous déranger plus longtemps, je vous en fais la promesse.

    Il avait été solennel sur la fin de son mini discours, il espérait que ça allait suffire à convaincre Louis de céder à sa requête. Vince était sûr qu’il pourrait trouver une petite corvée à lui refiler. Se débarrasser des feuilles qui s’obstinaient à joncher son parc. Partir à la chasse aux pucerons. Brosser son chat. Sculpter ses initiales sur tous les graviers du domaine ? Plus la tâche sera ingrate plus Vincent sera satisfait et pourra dormir sur ses deux oreilles, pensant que le dragon ne viendrait plus jamais lui demander quoique ce soit. Et comme il s’agissait apparemment d’un client difficile, le jeune homme continua de se vendre, il allait bien tomber sur quelque chose qui allait intéresser Louis.

    – Je suis barman et on dit que je me débrouille bien. Je sais utiliser un sécateur et je connais le nom de plus de plantes que la moyenne des hommes de mon âge. Je suis plutôt sportif donc j’aurais pas trop de mal à effectuer des tâches physiques. Je sais changer les litières de chat...

    Et il continuerait jusqu’à ce que le maître des lieux lui fournisse une réponse... ou le jette explicitement dehors... si possible sans les crocs de dragon...

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 28 Oct 2014 - 22:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Cendrelin l'amusait. Il insistait, le bougre ! Et avec fougue, férocité, insolence. Finalement, les parents de ce jeune homme avaient peut-être échoué à lui enseigner la vertu capitale des braves enfants : l'humilité. Loin de s'en formaliser pour l'instant, Louis demeura silencieux, toujours occupé à tailler le buisson qui se laissait docilement faire entre ses mains. Il l'entendit donc continuer, poursuivre, persévérer jusqu'à traîner une longue liste de ce qu'il pouvait faire et ferait volontiers pour lui pourvu qu'à la fin il le laissât tranquille. Il ne l'avait pas dit mais, n'était-ce pas tout comme ? Louis s'était relevé. Il avait laissé le sécateur au sol, et toisait Vincent d'un regard plein d'une énigme nouvelle. Louis ôta un gant. Les derniers mots du jeune homme s'achevèrent sous le doigt chaud du magicien qui venait de lui clore la bouche. « Cendrelin, veux-tu te taire ? Je crois que tu n'as pas envie d'éveiller le dragon, alors laissons-le dormir. Je t'ai bien écouté. J'apprécie ta sollicitude, mais elle me blesse. » Louis marqua un instant de silence et, quelques secondes, ses yeux prirent une teinte dorée dont Vincent n'aurait certainement rien oublié...

 « Vraiment. » Louis ne maquillait qu'à moitié la vérité. Tout au plus la logorrhée de Vincent l'agaçait-il, mais c'était déjà quelque chose. Louis se souvenait très bien avoir conclu leur premier entretien en des termes que le jeune homme avait de toute évidence oubliés. Il lui avait ouvert sa porte et offert ses conseils au besoin. Avait-il déjà laissé au néant de l'oubli l'offre que Louis voulait gratuite ? Était-il si pétri d'ingratitude ? Sans doute le jeune âge de Vincent expliquait sa désinvolture et le mépris que témoignait son attitude. Louis avait gardé son doigt sur la bouche de Vincent pour être sûr qu'il gardât le silence, et pour pouvoir continuer, à son tour, de parler sans être interrompu.

 «Cher Vincent, je t'ai ouvert ma porte et offert mes conseils. Je n'ai pas pour habitude d'être inconstant quand je suis généreux. Tu as rencontré le dragon, mais c'est l'homme à présent qui te parle. De tout ce que tu me proposes, je ne peux désirer qu'une chose, que tu vives avec cette flamme qui désormais te consume autant que tu l'animes. Pour ton bien comme pour celui d'autrui. D'accord ? C'était déjà notre marché, le sept octobre, non ? » Louis observa le visage de Vincent et espéra y percevoir un geste ou un signe quelconque d'approbation. Son doigt quitta ces lèvres roses pour glisser sur l'épaule du garçon, que sa main pressa en ce qui aurait pu passer pour un geste d'affection. Il souriait.  « Nous ne nous connaissons pas. Les circonstances de notre première rencontre sont... exceptionnelles. C'est un euphémisme, tu en conviendras.  » Et ces circonstances n'engageaient à rien. Pourtant, Vincent était là, insistait. Et Louis, qui avait d'abord paru le rejeter, se prenait peu à peu au jeu de sentiments nouveaux et contestataires. Ce gamin, dans toute sa vulnérabilité, lui inspirait une sympathie bizarre. Louis n'était pas un insensible, mais il s'ignorait si tendrement incliné vers les plus fragiles. Peut-être était-ce la nature des pouvoirs de Cendrelin qui motivait cette affection spontanée et fugace ? Il retira sa main de l'épaule de Louis.  « Veux-tu m'aider à ramasser les feuilles mortes que j'ai rassemblées en divers tas ? Tu pourras en profiter pour me raconter ce qui t'est arrivé depuis que tu es parti de chez moi avec mes vêtements... » D'un geste de la main, Louis l'invita à le suivre.

 « Je note que tu n'es pas venu tout nu, d'ailleurs, il y a du progrès... » Quel taquin ! Son sourire en disait long. Soit. Il acceptait l'offre de Vincent et, au ciel pour le reste ! Advienne que pourra. Si le gamin réclamait des conseils, il en aurait, s'il réclamait de ne plus jamais revoir Louis ou le dragon, il serait aussi exaucé. La clef des songes et le nœud de l'histoire étaient entre les mains de Vincent désormais, que Louis regardait avec bienveillance. Il haussa les épaules pour les dénouer. « Enfin, d'après mon souvenir, tu n'as pas vraiment à rougir du corps que tu t'es construit au fil des années. » L'évidence méritait d'être soulevée.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 29 Oct 2014 - 12:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    Lorsque Louis retira son gant pour approcher la main de la bouche de Vincent, celui-ci pensant que c’était sa dernière heure, s’attendant à voir cette main se changer en patte pleine de griffes et lui arracher la tête. Il pensa à ses parents et espérait qu’ils seraient fiers de lui. Tué par un homme dragon alors qu’il essayait juste de se montrer honorable et reconnaissant. Une triste mort... Qui n’eut pas lieu. L’homme du palais se contenta de poser un doigt sur les lèvres de l’étudiant pour le faire taire. Ce dernier était tellement surpris d’être encore vivant qu’il oublia de s’étonner d’un tel geste. Il y avait d’autres moyens pour faire taire quelqu’un, l’interrompre, lui dire de la fermer, lui coller un pain dans la figure... La méthode de Louis était... originale. Mais il ne prit pas la peine de l’évaluer car il vit un éclat doré tristement familier briller dans le regard du maître des lieux. Vincent déglutit et son cœur fit un bond. Le barman s’efforça de le contrôler en faisant appel à toutes les techniques que Jace lui avait enseignées, il n’était pas question de mettre le feu au doigt de cet homme. Vincent entreprit de se calmer et d’écouter bien sagement, tout en gardant un œil sur ce doigt menaçant auquel une griffe mortelle pourrait si facilement se greffer.

    Apparemment, Louis estimait que la dette de Vincent était déjà payée. Mais c’était beaucoup trop vague, trop immatériel pour le pragmatique jeune homme. Sans oublier son état mental et physique lors de ce fameux 7 octobre. Sortant tout juste du coma, enchaînant les découvertes de ses pouvoirs entrecoupées des menaces du dragon, le jeune homme était ressorti de cette rencontre complètement épuisé. A cela s’ajoutaient les rêves et cauchemars qu’il avait pu faire après ce funeste jour et qui avaient perturbé sa perception de la réalité, déformant ainsi ses souvenirs. Il n’était pas étonnant qu’il ait oublié le marché qu’il avait fait avec Louis, ne comprenant toujours pas les termes du contrat, si ce n’était qu’il devait arrêter de rejeter son pouvoir... Ah oui, pas étonnant qu’il soit revenu en fait car Vincent les acceptait effectivement... dans les faits. Son cœur ne partageait pas encore cet avis, moins que jamais depuis le weekend dernier... et depuis vendredi soir... Il hocha tout de même la tête, un peu honteux. Mais une main réconfortante vint rapidement se poser sur son épaule : Louis. Cet homme avait un comportement étrange que Vincent n’arrivait pas à décrypter, il ne savait pas s’il devait le qualifier de bienfaisant ou de flippant. Et finalement, Louis vint à accepter l’aide du barman. Tout ça pour ça...

    – Avec joie. répondit-il à la requête que Louis avait formulée de bonne grâce.

    L’étudiant suivit donc le jardinier pour entamer sa lutte contre les envahisseurs automnaux. Sur le chemin, Louis s’amusa à mentionner la tenue légère qu’avait portée Vincent lors de leur première rencontre et commenta son évolution vestimentaire. Le jeune homme ne put s’empêcher de rougir. Autant il n’avait pas forcément honte de ce souvenir car il n’avait pas eu le choix que de se retrouver nu, autant cela le gênait qu’on en fasse référence maintenant... surtout de la part d’un homme qui le complimenta apparemment sur son corps. Le sportif se mit à balbutier.

    – Heu oui... j’arrive à peu près à garder mes habits intacts... merci...

    Enfin, à peu près... sa garde robe n’en conservait pas moins un caractère versatile causé par les incinérations et les remplacements opérés par l’étudiant. Jason avait, depuis longtemps, abandonné l’idée de lui prêter ses vêtements. Vince ne s’en plaignait pas, ils ne faisaient pas vraiment la même taille et Jason avait un style... particulier. Cela dit, ça faisait quand même un sacré budget, il préfèrerait presque dépenser son argent pour fumer, au moins il le ferait pour le plaisir... non pas qu’il fume en fait, il détestait ça... mais l’idée était la même. L’argent qu’il dépensait dans ses vêtements ne lui procurait pas un plaisir particulier autre que celui de ne pas se promener à poil.

    Le sujet de sa tenue étant passé, la discussion se mêla au travail. Vincent lui raconta son retour à l’hôpital et fit un tour rapide des tests que les médecins avaient opérés. Il s’abstint évidemment de préciser qu’il les avait assommés de la même question pendant des heures, à savoir s’il était possible de revenir en arrière et de perdre ses pouvoirs. Mais non, son corps était définitivement transformé. Unique les spécialistes avaient dit... Vincent avait subit une mutation inédite. C’était un muté. Un humain dont le code génétique avait été modifié via un processus non naturel. Le point extraordinaire, avaient souligné les médecins, était que la manière dont son corps s’adapter à la transformation était bien unique et naturel. Mais passons. Vincent mentionna ensuite les changements qui avaient pavés sa vie depuis, notamment du point de vue de ses relations sociales et activités extra scolaire, ses parents, le coach, la gentillesse et la compréhension dont sa patronne faisait preuve, la solidarité que d’autres de ses amis lui montraient, le fait qu’il enchaînait les rencontres... particulières sans nommer Anna ou Jace... Jace... il s’abstint d’en parler, surtout de la prise de conscience que sa relation avec le Super était en train de lui apporter. Le tout en travaillant. Vincent ne rechigna pas à la tâche et se montrait efficace et énergique, il ne s’économisait pas, si bien qu’il en vint à avoir chaud et à être dans l’obligation de retirer sa chemise pour travailler torse nu. Il voulait éviter de trop la salir avec la transpiration, quant à la fraicheur automnale, elle ne le dérangeait pas tellement, à vrai dire, il ne dirait pas non à un petit rafraichissement.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 29 Oct 2014 - 15:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Louis prit le parti d'ignorer la réaction primaire et instinctive de Vincent qui, de toute évidence, continuerait de le craindre pour encore longtemps. Ils s'apprêtèrent donc et allèrent travailler au jardin, pour aller s'occuper de ces tas de feuilles mortes que Louis avait déjà réunis ici et là. Le magicien écouta Cendrelin lui conter ses aventures, depuis la première semaine du mois d'octobre. Louis l'écouta avec patience et intérêt, prenant soin de le laisser parler à sa guise, s'ouvrir à lui de quelques confidences de plus ou moins grande valeur. Il se rassurait de constater que Vincent avait échappé à l'enfer médical ainsi qu'à l'intimidation aseptisée des docteurs qui, il le croyait volontiers, l'avaient accablés de questions multiples et nombreuses. Distraitement, il entendit parler de code génétique et de mutation. Ces deux termes renouvelèrent toutefois son intérêt mais Louis garda pour lui les réflexions qu'il se faisait. Il ne tenait à susciter une méprise que Vincent aurait pu prendre pour de la cupidité. Il se risqua tout de même, outre les quelques mots qu'il avaient employés pour chaque fois alimenter la conversation, à cette réflexion :  « Ce sera peut-être une surprise, mais je suis déçu, ou triste, ou les deux, pour toi, qu'il soit impossible à ces docteurs de trouver une solution pour annuler ou rétracter cette transformation. » Il était inutile qu'il en dît davantage. Cendrelin savait très bien ce que le dragon avait déclaré au sujet de ces nouveaux pouvoirs, de la flamme, et de la vie nouvelle qui s'offrait au jeune Vincent, avec ses tracas et ses opportunités. Mais l'homme qu'il était, de bon aloi et d'une nature amène, ne pouvait que compatir à la déception que le jeune homme éprouvait peut-être au refus de la vie de lui accorder la normalité. Sa déception ne creusait pas sous ses yeux des larmes ou dans son ventre un ulcère terrible, mais elle était sincère. Toutefois, Louis reconnaissait à présent toute la justesse des propos qu'il avait tenus dans la forêt et dans les collines, auprès d'un Vincent offert à ses discours. Le disciple avait-il écouté son maître, alors ? Louis en doutait. Ce fameux jour, ce fameux soir, tout avait pris de trop éminentes proportions pour le malheureux Vincent que l'émotion tourmenta trop fort. Il ne garderait jamais de Louis qu'un souvenir endolori par l'image fantasmatique qu'il s'était fait du dragon qui, pourtant, lui avait sauvé la mise. Cette vérité misérable agaçait Louis sans pour autant le blesser, comme le caillou qui traîne dans la chaussure. C'était ainsi. Il s'en accommoderait. Ses conseils n'intéressaient pas Vincent. Il n'était là que pour mieux l'oublier une fois qu'ils se sépareraient.

Ces pensées volèrent en éclat quand il vit le jeune homme ôter sa chemise pour travailler torse nu. Louis s'en amusa. Il ironisa :  « Ne crains-tu pas d'avoir froid ? ». Naturellement, désormais, le jeune homme n'avait plus à craindre les rigueurs d'une fin de journée d'automne. Le feu neuf qui l'animait l'en préserverait à tout jamais. Louis toutefois ne se laissa pas distraire par la nudité partielle de ce partenaire qui se montrait vaillant à l'ouvrage et volontaire dans son travail. Lui-même s'affaira avec zèle et après un certain temps d'efforts, ils finirent par voir le bout de ces allées et de ces tas de feuilles mortes qu'ils avaient tous réuni au même endroit.  « Il faut y mettre le feu, à présent. Je te laisse t'en occuper, d'accord ? Je vais nous chercher à boire, et après nous irons vérifier quelque chose. » Après l'effort, le réconfort, et Louis se laissa tenter par l'idée de partager une boisson avec Vincent avant qu'ils ne poursuivissent leurs activités au jardin plus tard. Si Vincent désirait l'aider encore et faire preuve de bonne volonté, Louis n'allait pas chercher à l'en dissuader. Il s'éloigna et laissa le jeune homme devant l'énorme tas de feuilles jaunes, oranges ou brunes. Ils les avaient rassemblées non loin d'un grand cabanon. À l'intérieur de ce dernier, Vincent n'aurait aucun mal à trouver de quoi incendier le tas à brûler, mais... avait-il vraiment besoin d'un briquet ?

Louis regagna sa demeure et y pénétra pour trouver, dans la cuisine, au frais, deux bouteilles de jus de fruits divers et réputé multi-vitaminé. Il songea un moment à prendre avec lui un plateau, deux coupes et une bouteille de champagne pour fêter les progrès de Cendrelin mais il n'était pas tout à fait sûr de l'âge du jeune homme, ni donc de la légalité de cette idée saugrenue. Du champomy aurait pu faire l'affaire, mais il n'en avait pas sous le coude.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 29 Oct 2014 - 21:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    La compassion de Louis surprit Vincent. Il s’attendait à ce que l’homme dragon soit plutôt content ou déclare quelque chose du genre : « c’est le destin »... en plus élaboré bien sûr, le parler de Louis était beaucoup plus stylisé que ça. Ou : « ce que la nature veut, la nature l’obtient » qu’en savait-il ? Ce revirement perturba un peu le jeune homme qui mit un petit temps avant de bégayer un « merci » dont l’étonnement n’effaçait pas la reconnaissance. En cette période trouble, Vincent était près à accepter les bonnes paroles de toutes les personnes capables de le comprendre, ne serait-ce qu’un peu. Un point pour le jardinier, donc.

    Mais à défaut de retrouver le confort d’une vie normale et de bénéficier, comme tout le monde, de la douleur qu’accompagnait habituellement le contact du feu, le pyromancien se concentra sur l’instant présent et sur sa tâche. Et s’il prenait soin de ne pas bâiller aux corneilles, l’étudiant en économie, à qui son Etat natal manquait énormément, se surprit à contempler à de courtes occasions la vue qui s’offrait à lui dans ce domaine magnifique. Il pensait avec amusement que Jason y trouverait là une inspiration bucolique qui ferait vibrer la salle de la Muse que l’artiste se plaisait à redécorer tous les deux jours, Holly se poserait la question de savoir si elle pouvait capter le wi-fi dans tous les recoins de ce jardin d’Eden, Kristen se mettrait à rêver d’une vie de princesse dans un endroit aussi enchanteur et attendrait probablement que Louis lui offre une fleur, Eve et Gareth se seraient déjà glissés derrière un buisson pour faire l’amour... Lui profitait... simplement. Ses coups d’œil se contentaient d’être purement contemplatifs. Il n’était pas du genre à s’accaparer un tel endroit, que ce soit physiquement ou « artistiquement », il ne voulait pas s’en servir pour produire quelque chose de précis, Vincent préférait juste regarder, admirer, ce dire que même à Star City on pouvait trouver des petits coins de paradis comme celui-ci. Mais il gardait en tête que ce jardin était gardé par un dragon, et cette image avait de quoi l’amuser en dépit de sa fantaisie.

    Il avait du mal à décrypter le personnage de Louis d’ailleurs. Certes, c’était un homme distingué, porté sur les belles phrases, les choses élégantes. Lui-même était élégant... plutôt charmant même, si on se permettait – grande folie – de regarder les choses sous un angle plus physique. Vincent aurait beaucoup de mal à lui attribuer un âge. Ses intentions étaient également un mystère pour lui. L’homme s’était montré farouchement opposé à l’idée de lui retirer ses pouvoirs lors de leur première rencontre, et voilà qu’il manifestait de l’empathie par rapport au problème de l’étudiant. Et puis il y avait cette aide qu’il lui avait apportée. Cela avait beau avoir l’air naturel et évident dans la bouche du jardinier, mais il n’était pas normal de trouver un tel samaritain. Vincent avait toujours du mal à croire à la chance qu’il avait eue le jour de son réveil. Ensuite, il y avait le dragon lui-même. Qu’était-il ? Comment était-ce possible ? Lui aussi avait-il subit une sorte de mutation ou bien est-ce autre chose ? Serait-il possible qu’il ne soit pas tout à fait humain ? D’après les pauvres connaissances de Vince en la matière, il n’était pas impossible d’attribuer le comportement de Louis avec les plantes et les chats à celui d’un extra terrestre... Mais il n’était pas prêt de poser la question. Tant qu’il ne se transformait pas en dragon, l’étudiant était prêt à accepter son ignorance et ne pas regarder le mystère dans les yeux. Pour finir, il s’interrogeait vaguement sur la richesse de Louis, car on ne pouvait pas vivre dans un tel lieu juste parce qu’on était capable de se transformer en dragon... si ? Vince n’en n’était pas sûr, son manque de connaissance/d’intérêt en matière de phénomène surnaturels l’empêchait d’avoir une idée plus fixe.

    Mais malgré ses interrogations plus ou moins vives, Vincent parvint à travailler de bon cœur. Il se permit même de rire au commentaire de Louis sur le froid qui pourrait le mordre sans sa chemise. Peu après, les deux hommes finirent leur ouvrage et le maître des lieux eut la bonté de partir chercher de quoi les désaltérer après avoir laissé au pyromancien le soin d’allumer le funeste bûcher de ces pauvres feuilles. Pris d’un excès de prudence sans doute inutile, le jeune muté regarda aux alentours pour vérifier que personne ne le voit en pleine action. C’était un peu stupide, mais il n’aimait pas trop que des gens le surprennent en train d’utiliser ses pouvoirs. Depuis sa « démonstration » de vendredi, le goût de la bête de foire lui était définitivement passé. Mais là, au milieu du parc de Louis, il n’y avait personne. A part le chat.

    – J’compte sur toi pour ne pas flipper. lança-t-il d’un air complice au félin qui l’ignora superbement.

    Le jeune homme s’accroupit ensuite près du tas de feuille et y plongea la main. Il attendit quelque secondes avant de l’enlever et de laisser les flammes se dresser. Vincent observa leur œuvre d’un air attentif, prêt à les arrêter si jamais elles décidaient de se promener dans ce merveilleux parc. Louis s’était montré protecteur avec la forêt que le barman avait faillit brûler avec ses pouvoirs, celui-ci préférait donc ne pas imaginer comment le jardinier réagirait s’il mettait le feu à son domaine. Fort heureusement, les feuilles brûlèrent sans opposer de résistance et le chat s’abstint également de trop s’approcher des flammes. Les mains dans les poches, Vincent observait le brasier faire son office tranquillement d’un air serein. Comme après avoir passé un service éreintant au bar, il avait l’impression d’être léger. Le fait d’avoir accompli un travail concret l’aidait grandement à se sentir plutôt satisfait. Lorsqu’il entendit Louis arriver, il sortit de ses pensées et enfila sa chemise. En le voyant arriver, il se rappela de quelque chose, un détail qui chassa rapidement la sérénité dans laquelle la satisfaction du labeur accompli l’avait plongé. Après l’avoir remercié pour le jus de fruit, il tenta d’y voir plus clair, en espérant que ses craintes étaient purement imaginaires. D’ailleurs, que devait-il craindre exactement ? De la part d’un homme capable de se changer en dragon... un peu tout, probablement...

    – Qu’est-ce que vous voulez vérifier, maintenant ?

    Pitié, faites que la réponse soit : le niveau d’huile de ma vieille Ford.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 30 Oct 2014 - 1:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Le garçon avait remis sa chemise et Louis lui tendit sa bouteille quand il revint au jardin. « C'est du travail très maîtrisé. Une belle réussite, Cendrelin. » Le commentaire de Louis concernait le tas de cendres qui restaient des feuilles mortes que Vincent venait d'incinérer. Sa voix manifestait sans fard une sincérité crue, presque chirurgicale. Et à quoi bon mentir ou travestir ses impressions ? Louis n'était jamais avare de compliments quand ceux-ci étaient mérités. Ce n'était jamais qu'un tas fumant, anciennement des feuilles réunies là pour le brasier. Ce n'était pas grand chose. Mais il avait vu Vincent en plein marasme à l'hôpital, et dans la forêt, oscillant entre le tas cendreux et la torche humaine... il n'était donc pas vain à ses yeux de souligner les quelques progrès qu'il avait fait en matière de contrôle de ses pouvoirs. Louis décapsula sa propre bouteille et but de bon cœur son précieux contenu. Après quelques gorgées rassasiantes, il s'épongea le front et invita Vincent à laisser derrière eux le bel amas grisâtre – qui était sa victoire.

Il le mena dans les allées du jardin mais leur destination n'était pas très lointaine, puisqu'ils s'arrêtèrent sous un arbre qui ombrageait un banc de joli bois bruni. Tout près, le ronron d'une fontaine berçait quelques oiseaux qui s'y baignaient. On put noter qu'à l'approche des deux hommes – et du chat qui suivait – les trois barons plumés ne s'envolèrent pas et même ne parurent pas s'inquiéter.  « C'est là, au pied de l'arbre. Tu m'aides ? » Louis s'abaissa et révéla derrière le banc, entre les racines superficielles de l'arbre, un amas de branchages qui n'avaient rien de naturel – quelqu'un l'avait dressé là, et pourquoi ? Louis ne sembla guère s'en étonner, au contraire, il agit de telle sorte qu'on put deviner qu'il était lui-même à l'origine de cette petite construction florale. Il n'avait eu nul besoin d'ailleurs d'y procéder à l'aide de sa magie, et avait fait comme « au bon vieux temps », en allant chercher les branches, en les disposant là comme il le voulait.

Il dégagea les branches une à une avec une méticulosité rigoureuse, et les fit passer à Vincent pour que celui-ci les recueillît dans ses bras. Elles serviraient plus tard.

 « J'ai des locataires, là-dessous. Des squatteurs, certains diront, car ils ne me paient pas un fifrelin. Je préfère les voir comme des invités de marque. Ah, les voilà ! » Quelques couinements geignards et plaintifs se firent entendre et bientôt, une petite boule de poil gris jaillit du trou sous l'arbre et fusa sur le bras de Louis, tournant autour, grimpant jusqu'à son épaule. Les grands yeux noirs de ce tout petit mulot formaient deux billes d'une intensité rare. Il gémissait ce qui aurait pu être des saluts ou des vivats. « Du calme mon petit, inutile d'être tapageur. » Peu à peu le mulot s'apaisait. D'autres d'ailleurs quittaient le trou et pointaient leur nez dehors pour voir un peu ce qui s'y tramait, par crainte autant que par curiosité. Mais la présence de Louis les rassurait – un des effets passifs de la magie du fils d'Armide. Si bien qu'il eut bientôt sur ses mains, ses bras et ses épaules toute une famille de ces petits rongeurs au pelage gris ou brun. Cette vision le réjouit et il tourna sur Vincent un regard émerveillé. « Je m'inquiète pour la mère de ces petits bougres. Elle est toujours malade et je crois qu'il est temps pour moi d'intervenir. » Louis n'avait jamais eu une très haute opinion des vétérinaires qu'il connaissait à Star City. Trop habitués à traiter les pires peccadilles sur les petits bichons frisés de ces vieilles rombières des banlieues chics, ils en oubliaient souvent l'essentiel et se montraient incapables de soigner tout autre chose. Fort heureusement, lui avait de quoi guérir cette pauvre mère accablée de fatigue auprès de ces sept petits mulots qui devaient bien occuper l'ensemble de son temps journalier.

 « Ils sont tous sortis. » Ils étaient tous sur Louis, dociles, tranquilles, ils auraient presque pu s'endormir, les petits turbulents !  « Maman est au fond du logis, alors si tu n'as pas de réticences à toucher les animaux... peux-tu l'attraper ? La voie est libre. Elle ne gigotera pas trop... »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 30 Oct 2014 - 12:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    Non, ce n’était pas une simple manipulation mécanique qu’il lui demandait. Tant pis. Vincent remercia poliment Louis pour son compliment. Intérieurement, il n’était pas peu fier d’avoir réussi à utiliser ses pouvoirs sans incendier tout le district. A ce stade de maîtrise, chaque utilisation sans accident relevait du miracle. Il n’avait pas de problème à jouer avec de petites flammes en se contentant de les laisser vivre leur vie sur sa peau, mais lorsqu’il s’agissait de les utiliser véritablement, dans un but précis, eh bien il avait toujours le petit stress. Le jeune homme hocha donc de la tête avec un petit sourire modeste en réponse aux félicitations de celui qui avait été son premier conseillé.

    Le maître des lieux le guida ensuite vers leur prochaine tâche et Vincent put, durant le trajet, continuer son admiration du paysage et ne put s’empêcher de remarquer que les oiseaux qu’ils rencontraient étaient particulièrement braves car ils ne s’envolaient pas de frayeur même lorsque les deux hommes passèrent dans leur espace vital. Pas farouches les bestioles ici. Les deux hommes arrivèrent finalement devant un arbre et un banc en bois, couple traditionnel qui gardait un enchevêtrement de branches que le vent n’avait certainement pas placé là. Le barman leva un sourcil interrogateur lorsque Louis commença ses explications. Son discours laissait entendre que les squatteurs en question étaient humains mais ils ne pouvaient pas se terrer sous un arbre comme ça ! Au bout d’un moment, l’étudiant compris et eut la surprise de voir un rongeur fuser sur l’épaule de l’homme dragon. Celui-ci ne s’en formalisa pas et réagit de façon tout à fait naturelle, s’adressant à l’animal comme s’il s’agissait d’un humain. Mais bientôt, le mulot fut rejoint par toute sa famille et Vincent ne put s’empêcher de contempler le porte-rongeurs qu’était devenu Louis avec un œil émerveillé et amusé. Voilà qui n’était pas commun. Apparemment, les animaux n’avaient pas de problème à grimper sur un être capable de se changer en monstre, mais peut-être n’avaient-ils pas conscience de cette particularité de leur support vivant. En tout cas, Vincent était impressionné.

    – On peut dire qu’ils aiment le propriétaire de leur maison. ne put-il s’empêcher de commenter avec un grand sourire.

    Mais l’heure était venue de passer aux actes et Vince se vit confier une mission tout en finesse. Le barman hocha la tête et déposa les branches qu’il tenait contre le banc afin de se mettre au travail. Il s’agenouilla devant l’entrée du terrier et se pencha pour voir sa patiente, elle s’était effectivement pelotonnée au fond du trou et il lui semblait qu’elle n’ouvrait pas complètement les yeux. Le jeune homme tendit la main et la glissa délicatement autours de l’animal. Toucher les animaux ne le dérangeait pas, il avait même l’habitude. Son grand frère avait l’habitude de recueillir chez eux les animaux blessés qu’il trouvait. Déjà à l’époque, son envie de faire le médecin et de guérir les autres animait ses actions, et Vincent l’avait aidé à prendre soin de ces patients et surtout de les cacher de ses parents qui n’approuvaient pas forcément. Leur père préférait mettre fin aux misères des blessés et leur mère n’aimait pas l’idée que ses enfants touchent des animaux sauvages, c’est qu’ils pourraient attraper des maladies ! Ainsi il récupéra lentement son bras et ne pipa mot lorsqu’il sentit un petit pincement au creux de la paume. Il s’était attendu à ce que la malade le morde, mais elle n’y avait pas mis une grande conviction. Lorsque sa main retrouva l’air libre, il l’accompagna de l’autre pour être sûr de ne pas faire tomber le mulot. Il utilisait des gestes lents et ses mouvements étaient empreints d’une infinie précaution. Ce n’était pas seulement pour préserver la santé de la pauvre bête, c’était aussi pour éviter de la transformer en boule de feu. Ce genre de médecine ne serait pas du tout apprécié par sa famille ni par leur propriétaire draconique. Lentement donc, il tendit les bras vers l’ami des bêtes afin qu’il ausculte cette mère de famille. Infirmier Nash, au rapport !

    – Vous savez ce qu’elle a ?


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 30 Oct 2014 - 21:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Vincent se débrouillait comme un chef. Louis en fut très agréable surpris. Il connaissait quelques jeunes gens de son âge et la plupart... Disons qu'il s'attendait, de la part du garçon, à l'expression d'une forte réticence à l'idée de glisser sa main dans un trou sous un arbre pour porter secours à une malheureuse mère de famille que la mauvaise santé terrassait. S'il en avait porté un, Louis aurait volontiers tiré son chapeau pour le jeune homme, mais il était déjà fort occupé, lui devenu le perchoir d'une fratrie de mulots qui semblaient bien décidés à profiter de la situation pour s'adonner à quelques jeux et acrobaties divers. Mais Louis sut les maintenir et même les calmer, en observant leur mère que Vincent extrayait de son domicile. Quand il fut tout à fait certain que la misérable créature était bien à l'extérieur du terrier, Louis prit à nouveau la parole. Il n'avait pas répondu au commentaire de Vincent sur le moment, préférant l'observer, le voir agir, et garder le silence. « Il faut croire que je suis un hôte comme on les aime : avenant et de bonne compagnie. » Il pouvait donner l'air de s'envoyer des fleurs, mais l'ironie de son propos transparaissait dans le ton très théâtral qu'il avait employé. Louis avait parfois l'attitude vaniteuse des cuistres, mais il en avait rarement les propos.  « Qu'y puis-je ? J'aime les animaux. Parfois plus que les humains. » La brutale vérité de ces propos n'avait rien d'une pantomime. Louis appréciait à l'envie la compagnie des animaux et plus encore il aimait leur être utile. C'était de sa part une fierté peut-être très orgueilleuse, mais il ne s'en déferait jamais, car elle était inscrite dans son sang et dans sa chair. Avoir grandi à la campagne l'y avait sans doute poussé plus que de raison. Avoir acquis des pouvoirs le liant de très près à la flore et la faune complétait admirablement ce cheminement inexorable. Louis libéra les mains de Vincent pour prendre la malade dans les siennes. « Je pense qu'elle s'est empoisonnée quelque part. Difficile à dire, ce peut être un aliment avarié... comme un produit toxique. Rien qu'on ne puisse guérir, toutefois. »

Louis remit la patiente entre les mains de Vincent, pour s'en défaire et pour se dégager des petits qui demeuraient sur lui. Il les remit délicatement dans leur trou et ceux-ci, dociles et apaisés, y demeurèrent, certains jouant toujours, d'autres s'apprêtant pour la sieste, un dernier s'attaquant à des racines mises à nue.  « Châtaigne ! » Louis avait hurlé ce mot en regardant Vincent droit dans les yeux. Sans doute ce dernier trouverait-il bizarre que le propriétaire des lieux criât de la sorte un mot choisi peut-être au hasard... sauf qu'il n'en fut rien, et à leur côté apparut, comme jailli du néant, une petite créature à la peau de crème et aux cheveux hirsutes et blancs.  « Oui messire ? » Louis jeta un coup d’œil vers le garçon à la chemise carrelée. Il déclara alors, d'un ton faussement colérique. « Et la politesse, voyons ! Dis bonjour à Vincent. » Et aussitôt le gobelin de répondre dans un gloussement à moitié hystérique :  « Bonjour-à-Vincent ! »

Cette créature était incorrigible. Dans sa petite tenue de majordome, il faisait peine à voir, ou donnait à rire. Louis ne perdit toutefois pas une minute, il ne l'avait pas fait venir pour cueillir des nèfles sur le dos des éléphants. Le magicien donna donc à son valet un ordre direct. « Va vite me chercher une flasque de miel magique... c'est la petite bouteille au contenu doré. » Il avait ajouté cette précision devant le regard d'ignorant qu'avait affiché le trublion Châtaigne à la mention de la potion que Louis voulait le voir lui ramener. « Tout de suite, tout de suite ! » Et il disparut dans le même flottement crépitant qui l'avait vu arriver.

Louis tourna vers Vincent des yeux amusés, mais il portait sur son visage une gêne qu'il ne pouvait dissimuler.  « Bon, pour les présentations, on repassera hein... mais l'urgence n'attend pas. » Il désignait bien sûr le cas de la mère mulot dont il fallait s'occuper au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 30 Oct 2014 - 22:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    Préférer les animaux aux humains... en temps normal, Vincent ne serait pas du tout d’accord avec une telle affirmation, mais avec tous les problèmes qu’il avait vécu ce moi-ci. L’abandon de sa famille qui ne lui donnait plus de nouvelle et qui refusait ses appels et ses mails, celui de certains de ses amis qui lui en voulaient pour une chose dont il n’était pas responsable et la façon donc ces gens l’avaient regardé lorsqu’il s’était accidentellement changé en homme de cendres... Le jeune homme aimait la compagnie des humains, mais il pouvait comprendre que, dans certains cas, celle des animaux était préférable. Au moins eux n’avaient pas cette tendance à exercer un jugement moral. L’étudiant se demanda, l’espace d’un instant, s’il aller oser demander à Louis la permission de rester vivre dans ce domaine avec les mulots pour seule compagnie. Une folle pensée.

    Le jeune homme écouta ensuite le diagnostique de l’ami des bêtes et se demanda comment il allait faire pour la soigner. Peut-être avait-il une réserve de médicaments, mais comment pourrait-il connaître le bon dosage ? Etait-il vétérinaire ? Si tel était le cas, il devait être spécialisé pour les animaux de riches... ou bien il bénéficiait tout simplement d’un copieux héritage de famille. Vincent observait patiemment Louis en essayant encore de déterminer la source de sa richesse et la nature exacte de cet homme lorsque celui-ci se mit à crier. Ne s’y attendant pas, l’étudiant eut un mouvement de recul, mais ses réflexes lui permirent de ne pas laisser la surprise lui faire perdre le contrôle de ses mains. La pauvre malade demeura donc confortablement blottie dans ses mains. Soudain, une silhouette jaillit de nulle part juste à côté d’eux et cette fois, Vincent ne put se retenir de reculer d’un pas. Sa fuite s’arrêta là lorsqu’il constata que Louis ne bougeait pas. La créature qui leur tenait maintenant compagnie était tout à fait incroyable. Le jeune homme ne s’arrêta pas sur les critères de beauté traditionnels pour la décrire car cette « Châtaigne » était assurément hors catégorie. Etait-ce un nain ? un nain mutant ? Habitué (même si c’est un grand maux) à des manifestations surnaturelles classées dans le domaine de la génétique et de ses altérations, Vince ne se douta pas un seul instant qu’il avait devant lui une créature d’origine mystique. Occupé à dévisager cette entité, il ne sortit de sa stupeur que pour répondre un automatique :

    – Bonjour.

    Même si la créature ne l’avait pas directement salué. En tout cas pas selon les usages ordinaires. Mais la bienséance fut bien vite le cadet des soucis de l’étudiant car, il ne rêvait pas, il avait bien entendu Louis parler d’un ingrédient magique. « Magique » !? Il avait bien dit « magique » ?! Voilà ce qu’on récoltait à force de n’offrir aucune attention au monde merveilleux des Supers. Le choc passa et Châtaigne disparut, non sans laisser un Vincent pantois.

    – C’est... Pardon... Il est... ?

    Il n’osait pas le dire. Dire quoi d’ailleurs ? Vincent n’était même pas certain de savoir de quoi il s’agissait. Le jeune homme espérait que Louis vienne éclairer sa lanterne car la confusion se refusait de quitter l’esprit et l’expression du jeune homme. Il avait l’air malin à se tenir là debout avec un mulot entre les mains et la tête de quelqu’un qui venait de voir la chose la plus aberrante qui soit. Et encore... il ne s’était pas arrêté sur la tenue vestimentaire de Châtaigne. Mais les occasions ne manquèrent pas car la créature, nain ou quoi que ce soit revint de la même façon qu’il était arrivé puis repartit à l’instant et tendit un flacon à son maître. Pendant que Louis en vérifiait le contenu, le pyromancien ne put s’empêcher de fixer le « majordome », mais lorsque celui-ci leva les yeux vers lui, il se confondit en excuse.

    – Pardon... je ne voulais pas vous dévisager.

    Mais que pouvait-il y faire ? Il n’était qu’un gars du Kansas qui croisait un gobelin pour la toute première fois. Et il s’estimait déjà heureux de ne pas avoir les jambes flageolantes et de suer à cause du stress. Il fallait dire qu’un entretient avec un dragon avait été un bon entraînement... Il espérait maintenant que Châtaigne soit beaucoup moins susceptible.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 31 Oct 2014 - 0:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8153
ϟ Nombre de Messages RP : 859
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Louis put voir sur le visage de Cendrelin se dépeindre le choc de cette brève rencontre avec Châtaigne. Malheureux garçon, tout de même, avec tout ce qu'il pouvait voir au cinéma et à la télévision, la réalité le surprenait-il tant ? Le gobelin n'était pas particulièrement beau, il n'avait pas la bouille mignonne de ces chiots qui émeuvent même les cœurs de pierre ou d'airain... mais n'était-il pas charmant dans son court habit de maître d'hôtel, avec sa belle tignasse blanche et son sourire... Certes, la bouche de Châtaigne et son contenu n'étaient pas ce qu'il y avait de plus avenant, mais il n'était pas effrayant. Peut-être Louis était-il trop habitué pour comprendre l'impression nouvelle... Peu importe.

 « Ah, oui, j'aurais dû me douter... c'est la première fois que tu vois un gobelin, hein ? Ces êtres ne sont pas méchants. Ils sont bizarres, au premier coup d’œil, j'en conviens. Leur apparence y est pour beaucoup dans leur réputation, j'imagine, mais tu n'as rien à craindre. Châtaigne est très gentil. Un peu exubérant, et totalement barré, si tu vois ce que je veux dire, mais gentil, dans le fond. » Louis ne voyait pas quoi dire de plus pour éclairer Vincent et le rassurer. Sans doute ce dernier s'arrêterait-il à la seule apparence du gobelin pour le juger, comme c'était hélas trop souvent le cas – les premières impressions, indécrottables, viennent toujours ou presque du premier coup d’œil. Louis serait impuissant à détruire les préjugés qui se construisaient spontanément, à l'appui du regard. Plus que jamais à notre époque la façade primait tout le reste, et tout comme il craignait de toujours demeurer un dragon dans les yeux de Cendrelin, il se doutait bien que ce dernier ne verrait jamais Châtaigne autrement que comme le petit monstre qu'il avait vu apparaître devant eux. Et qu'il vit reparaître presque aussitôt d'ailleurs au gré d'une téléportation inopinée et pétaradante. Il portait dans ses mains un flacon et Louis reconnut sans mal la fameuse préparation qu'il avait demandé. Le « miel magique », comme il l'appelait, et qui guérirait à coup sûr la mère des petits mulots qui, sans elle, se trouveraient orphelins.

 « C'est pas grave, je te dévisage, moi aussi ! » Effectivement Châtaigne avait posé ses yeux ronds sur Vincent de la même façon que ce dernier dès qu'il commença à le regarder, si bien qu'en vérité ils échangèrent un long regard sans même qu'il s'en rendît compte. C'était une grimace du gobelin qui l'avait fait détourner les yeux et ce dernier s'en amusait grandement – à l'entendre rire, on le devinait. Louis consultait le contenu de la flasque, mais ne perdait rien du bref échange de Châtaigne et Cendrelin.  « C'est la première fois que tu viens ici ? Ou la deuxième ? Je t'ai déjà vu mais... t'étais moins habillé hein ? C'était toi ? » Châtaigne prit la pointe de son menton entre ses doigts et parut songeur. Ce qui, pour un gobelin, relevait de l'exploit olympique.

 « Non... je dois confondre avec monsieur le Beau gosse qui vient ici pour abîmer les tapis avec... » La voix de Louis s'éleva alors dans l'air et frappa la gorge du gobelin qui se tut net et ferme.

 « Châtaigne, tais-toi. Demande plutôt à Vincent s'il veut manger quelque chose, et fais ce qu'il faut. » Le majordome gloussa comme une poule enragée. Il savait très bien pourquoi son maître l'avait interrompu à cet instant précis. Il tourna donc vers Vincent des yeux inquisiteurs et, quand le jeune homme lui eut répondu, il disparut encore – même si le garçon disait ne rien vouloir, Châtaigne savait que Louis voulait quelque chose, et il le connaissait assez pour n'avoir point besoin d'entendre de sa bouche la précise mention de ce qu'il voulait. Louis s'était rapproché de Vincent.

 « Comme je t'ai dit, complètement barré... Tu me montres la patiente, s'il te plaît ? C'est l'heure de la soupe pour elle. »
Revenir en haut Aller en bas



Le retour de Cendrelin (Vincent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant


Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-