AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_1La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_2_bisLa méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_3
 

La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 6 Oct 2014 - 0:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
20 septembre 2014

Malgré son rôle d'Officier de la Pénombre, Renan avait parfois besoin de se changer un peu les idées. Parfois c'était en invitant une jolie avocate blonde et célèbre à boire un verre pour lui soutirer quelques informations. Parfois c'était en allant faire quelques « vilaineries » avec son binôme de toujours. Puis d'autres fois, c'était tout simplement en sortant dans un endroit branché pour prendre un peu de bon temps. La plupart du temps, Renan s'y rendait avec Evey ne serait-ce que pour avoir le plaisir de la voir se faire draguer par tout ce qui avait suffisamment de verres dans le nez pour tenter le coup, pour de la voir les remballer. Mais ce soir-là, elle n'avait pas le temps. Elle était trop occupée ou que sais-je encore, toujours est-il que le Français était contraint de remettre sa soirée à plus tard ou de sortir seul. Et pourquoi pas ? C'était juste pour se changer les idées, boire un ou deux verres en écoutant de la bonne musique et en regardant les autres danser. Parce que, mine de rien, Renan avait beau être capable de retenir ses pulsions contrairement à la majorité des hommes, il en restait un et, parfois, pouvoir reluquer des jolies filles en train de se trémousser, ce n'était pas si désagréable !

Bref, il se retrouvait donc dans une espèce de boîte de nuit où l'alcool n'était pas trop cher et où la compagnie était plutôt agréable. Par là, il fallait entendre que les gens venaient rarement vous emmerder et que c'était au type d'approcher la nana qu'il voulait aborder. Autrement dit, si vous n'aviez pas envie de vous faire enquiquiner et de boire seulement un verre, c'était l'endroit idéal.

L'heure était avancée, il était plus de minuit et la soirée débutait seulement, c'était samedi soir – ou plutôt dimanche matin – et il pouvait se permettre de rentrer aussi tard qu'il le souhaitait. Ce n'était pas comme s'il avait quelqu'un qui l'attendait à la maison cela dit. Renan était habillé en civil, bien évidemment, un peu mieux que pendant la journée étant donné qu'il devait être un minimum présentable pour entrer ici, mais toujours de manière à rester discret et à se fondre dans la masse. Il s'était donc installé au bar histoire de boire un coup en observant les environs. Ce soir-là, il y avait beaucoup de filles en jupes très – trop ? – courtes en train de se trémousser contre tous les gars qu'elles voyaient, mais il y en avait aussi quelques « sages » dans d'autres coins. Renan n'avait absolument pas prévu d'en approcher une ce soir, mais il ne se privait pas pour regarder la marchandise cela dit. Ce n'était pas parce qu'on était au régime qu'on ne regardait pas le menu comme le dit si bien l'adage !

Puis il la vit. Elle. La garce qui lui avait causé des emmerdes il y a plusieurs mois de cela. La Renarde qui avait manipulé l'un de ses agents pour obtenir des informations, puis qui s'était ensuite amusée avec lui. Enfin amusée, rapidement étant donné que le Français ne s'était pas attardé après qu'elle l'ait obligé à divulguer son surnom, le tout contre son gré. Il s'agissait d'une mentaliste avec un fort pouvoir de suggestion et Renan n'avait aucune envie de la croiser, surtout en civil alors même qu'il devrait garder son expression calme et son attitude de type parfait.

Malheureusement, le temps qu'il s'assure qu'il s'agissait bien d'elle, la garce en question avait tourné la tête dans sa direction et leur regard s'était croisé. C'était une jolie femme et en temps normal, Renan l'aurait abordée juste pour le plaisir de baratiner une belle plante, mais l’hostilité qu'il éprouvait pour elle lui faisait oublier tout le reste. Faisant mine de l'avoir à peine remarquée, le Français détourna finalement le regard de la Renarde pour s'intéresser à une autre nana. Il l'avait déjà remarquée plus tôt, à quelques reprises leurs regards s'étaient croisés et il imaginait donc qu'elle devait être assez réceptives. Quoi de mieux pour éviter d'avoir à aborder l'autre garce ? Bien décidé, le trentenaire vida son verre avant de se lever pour contourner la piste et s'approcher de la deuxième fille. Elle était assez jolie, habillée un peu trop court, mais c'était suffisant pour ce qu'il voulait faire : s'occuper quelques minutes avant de se tirer d'ici pour écourter sa soirée et rentrer chez lui.

La fille fut assez réceptive et Renan put donc se lancer dans son petit manège à grand renfort de sourires – les fossettes avaient du charme qu'elle disait Evey, il verrait bien ! – et de compliments bien tournés. Au final, ce n'était pas une garce manipulatrice qui allait lui gâcher sa soirée, sans compter qu'une fille comme elle allait certainement s'intéresser aux plus friqués de la soirée, de quoi l'exclure directement.
Finalement, être laveur de vitres avait du bon.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 10 Oct 2014 - 0:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Comment en était-elle arrivée là, appuyée contre le comptoir d’un bar quelconque, un verre de scotch – pourquoi pas ? – à la main, l’air de se demander, elle aussi, pourquoi était-elle encore ici ? Sa tête reposait appuyée sur son autre main alors qu’elle portait de temps à autre son verre à ses lèvres jolies colorées d’un rouge pimpant. Cette demoiselle attirait, sans aucun doute, les regards de la gente masculine, alors qu’elle se trouvait seule. Même que quelques uns crurent faire face à une pauvre petite âme esseulée – facile à manipuler, donc. Or, quelle ne fut pas leur surprise que de se retrouver à faire marche arrière, le tout de leur propre gré. Elle, ce soir, elle n’avait pas envie d’être embêter. Surtout que, vu ceux qui se trouvaient dans l’endroit, s’entassant sur une piste de danse tout en lorgnant sur les fessiers pour, la majorité, trop à découvert des demoiselles, à peine caché sous des mini-shorts qui, à ce stade-ci, ressemblaient plus à de longues culottes, elle ne pouvait que se dire que le niveau volait particulièrement bas, et donc, qu’aucun d’eux ne pourraient lui arriver à la cheville. C’était que la princesse à la crinière brune avait de hauts standards.

Ginger, de son prénom, se retrouvait donc à se retourner pour appuyer son dos contre le comptoir, son royal fessier toujours poser sur un tabouret plus qu’inconfortable. Son regard parcouru la salle alors qu’un soupire se vit franchir ses fines lèvres. Décidément, ce n’était pas sa soirée. Elle pourrait toujours reprendre sa moto à l’extérieure et conduire jusqu’aux limites de la ville pour rejoindre une charmante demoiselle qui lui servait à chasser l’ennuie des soirées qui se refroidissaient alors que le printemps laissait place à un automne glacial. Du moins, presque glacial. Pas encore pour que la succube se voit mettre au placard ses courtes robes aux décoletés plongeants, soulignant des formes plus qu’appréciables sans pourtant en être vulgaire. La demoiselle le savait. Ce qui charmait les hommes, ce n’était pas tant de tout dévoiler, mais bien de laisser une part de leur imagination fait sa part des choses – pour ensuite leur prouver que la réalité valait bien mieux. En cette soirée un peu fraîche, la brune arborait une robe moulante noire qui laissait voir de longues et fines jambes alors qu’un décoleté appréciable promettait que du bonheur pour l’homme qui saurait mettre la main sur la distante créatude qu’elle était. Perchée sur ses escarpins, elle cala l’un de ses talons vertigineux sur la barre du tabouret alors qu’elle croisait son autre jambe de manière élégante et calculée, le tout en évaluant de nouveau la salle. Toujours rien à l’horizon. Pathétique. Étais-ce que ses critères étaient devenus trop élevés ? Peut-être bien. En même temps, la descendante Pennington n’acceptait pas n’importe qui dans son lit – personne ne s’y était même rendu. Et elle n’allait pas réchauffer les draps de n’importe qui. Seulement ceux qui semblaient digne du peu d’intérêt qu’elle était en mesure de leur accorder, le tout l’instant d’une soirée.

Son regard d’un bleu azuré croisa celui d’un autre homme. Elle s’y attarda, un peu plus qu’une seconde, alors qu’un léger sourire, presque imperceptible, vint étirer ses lèvres. Voilà. Elle venait de trouver sa victime. Prédatrice dans l’âme, elle était passée maître de la chasse et peu avaient sut se sortir des pièges envoûtants de la demoiselle. Or, alors que son regard abandonnait le sien, l’homme en question se leva pour rejoindre une autre fille. S’il croyait qu’il ne fallait que ça pour tenir la brune à l’écart, il avait tort sur toute la ligne. Elle descendit son verre de scotch d’une traite – le quatrième de la soirée, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut – pour se lever, chassant du revers de la main un homme qui semblait avoir décidé de jeter son dévolu sur elle. Trop tard. Elle avait trouvé celui avec qui elle comptait passer la nuit, pour ensuite partir aux petites heures du matin alors qu’il sommeillerait encore. Les seules personnes avec qui elle restait à profiter de la chaleur de ses draps se retrouvaient à être le futur Don d’une importante famille mafieuse ou encore d’une jolie demoiselle aux tendances cannibales. Parce que, bien évidemment que la Renarde savait choisir ses fréquentations, toutes plus rassurantes et respectables les unes que les autres, alors que le premier l’avait longtemps fait tourner pour des films pornographiques et que la seconde avait bien failli la dévorer si son regard n’avait pas croisé le regard de la brune.

Arrivant près de l’homme, la musique ambiante l’empêcha de se faire remarquer. Or, la jolie femme – pas aussi bien qu’elle, bien évidemment – avec qui il discutait croisa le regard de Ginger. Qu’une petite seconde. Ce fut la seconde de trop. La seconde suivante, la demoiselle se leva pour lui lancer le contenu de son verre à la figure en s’insurgeant. « Je t’ai dit de ne pas me toucher ! » Puis elle quitta le bar sans demander son reste alors que la brune contint de peine et de misère son rire, attrapant quelques serviettes de table au passage pour s’approcher du pauvre homme qui n’avait pas dut comprendre ce qu’il venait de se passer. Arrivant à ses côtés, je lui tendis un mouchoir, haussant un sourcil, un air surpris dessiné sur le visage. « Je me demande ce que vous lui avez fait pour qu’elle réagisse de la sorte. » Ce n’était pas une accusation, mais bien une simple question alors que, bien évidemment, elle allait sûrement devoir faire face à une incompréhension des plus totales. « Que ne feraient-elles pas pour avoir un peu d’attention ? » Ginger connaissait les femmes, très bien même, tout comme elle connaissait bon nombre de techniques de manipulation et les façons les plus traitres que de chercher l’attention sans que cela paraisse. « J’imagine qu’un homme a dut la suivre pour aller la rassurer et peut-être même menacer que de venir régler votre compte. » Elle haussa un sourcil, tendant le reste des mouchoirs qu’elle tenait entre ses doigts graciles. « Alors que, au final, je ne vois pas pourquoi elle en viendrait à préférer la compagnie d’un des autres hommes se trouvant ici à la vôtre. » Un peu de rentre-dedans n’avait jamais fait de mal à personne. « Au fait, moi c’est Ginger. » Et un adorable sourire vint étirer ses lèvres alors que ses yeux d’un bleu profond se posèrent sur la silhouette de l’homme devant elle. « Je vous offre quelque chose à boire ? Pour oublier le précédent incident. » À bat les stéréotypes, Ginger était une femme forte et indépendante – évidemment.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 10 Oct 2014 - 11:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La femme était plutôt réceptive, mais Renan s'en doutait avant de l'aborder : rien qu'à sa tenue il était facile de comprendre qu'elle venait ici pour ramasser le premier type qui se présenterait à elle. Pour le coup, ce n'était pas ce qu'il recherchait, à l'instant présent le Français voulait juste trouver un sujet de distraction pour éviter que l'autre garce ne se pointe. Pourquoi l'aurait-elle fait d'ailleurs ? Parce que son côté arrogant le poussait à penser qu'il était évident qu'à choisir entre tous les gars présents dans cette boîte, ce serait vers lui qu'elle viendrait. Peut-être que la vérité était bien différente, mais la suite lui donna raison. Renan vit le regard de la femme se détourner brièvement, puis elle reporta son attention sur lui avant de se redresser pour lui balancer le fond de son verre en plein visage. Fort heureusement, il était bientôt vide, mais cela n'empêcha pas qu'il se retrouve avec le visage et le haut du t-shirt trempé et imprégné d'une odeur d'alcool fort. Super ! L'incompréhension s'installa dans son esprit jusqu'à ce qu'une silhouette ne se glisse à ses côtés. Dès qu'il porta son regard sur celle-ci, la lumière se fit. C'était elle, la garce qui lui faisait rêver d'un meurtre particulièrement lent et pénible. Oui, la Renarde éveillait ses envies de violence et c'était bien les seules présentes pour elle dans son esprit !

Mais il fallait faire bonne figure : il était censé ne pas la connaître et n'être qu'un simple citoyen lambda. Aussi, lorsqu'elle lui tendit un mouchoir pour s'essuyer – de ce qu'il avait ramassé par sa faute d'ailleurs – Renan s'en saisit avec un hochement de tête destiné à la remercier. Son regard se détourna de la femme pour éviter le pouvoir dont elle avait déjà fait usage sur lui par le passé et il utilisa le bout de papier éponge pour se débarrasser du liquide qui dégoulinait de son visage. Bien sûr, Tesla écouta le baratin qu'elle lui servit, comme si elle n'avait strictement rien fait pour que tout cela arrive. Mais bien sûr ! Ce n'est que lorsqu'elle lui lança un compliment à peine voilé qu'il jeta un nouveau coup d’œil dans sa direction. Et bien ? Qu'est-ce qu'elle s'imaginait ? Qu'il allait lui voler dans les plumes juste parce qu'elle soulignait l'évidence ? Blague à part, il était hors de question pour Renan de répondre positivement aux avances de cette garce et il décida même de profiter de l'instant présent pour assouvir un peu ses envies de vengeance. Lui coller un beau râteau serait déjà un bon début. Il comptait bien la remballer pour lui faire comprendre qu'elle ne l'intéressait absolument pas.

Terminant de s'essuyer, Renan se redressa finalement. Il était plus grand qu'elle de quelques centimètres et cela même avec les talons qu'elle portait, un avantage déjà revalorisant. Posant un regard indifférent sur son visage, le trentenaire répondit finalement d'un ton qui montrait qu'il n'était pas franchement motivé par son invitation.

« Euh, c'est gentil, mais non merci. J'ai déjà assez bu pour ce soir et avec ce verre en plus, je sens comme si j'avais écumé tous les bars de la ville. » Il détourna une nouvelle fois son attention d'elle. Son regard se promena sur la foule, un peu comme si la Renarde l'ennuyait. « Elle n'a pas cherché d'attention, elle n'a juste pas apprécié ce que je lui ai dit je présume. Mais ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, je vais m'en remettre. »

Bien sûr, Renan ne répondit pas à sa présentation. Le seul intérêt qu'il avait à connaître son prénom, c'était qu'il allait avoir plus de facilités à la retrouver désormais. Mais le Français n'avait en aucun cas l'intention de lui retourner la politesse pour qu'elle puisse savoir à qui elle avait affaire : ce serait une prise de contact positive et le Breton avait davantage envie d'être infecte avec elle. Il soupira légèrement, bien que la musique devait étouffer cette manifestation de lassitude, puis il reporta finalement ses yeux sur la femme. Il prenait soin de ne pas trop s'attarder sur ses yeux, sans que cela ne paraisse suspect pour autant, mais il ne reluquait pas ses atouts pour autant. Après tout, un homme qui ne s'intéressait pas à une femme ne devait pas la mater. Oh, bien sûr Ginger était tout à fait son type de femme, jolie et qui savait se mettre en valeur, mais l'inimité qu'il éprouvait pour elle était bien plus forte.
Toujours du même air indifférent, il enchaîna.

« Mais vous avez raison, ce serait dommage de laisser filer la plus jolie fille de la soirée juste pour ce malentendu. » Son regard croisa celui de Ginger comme s'il parlait d'elle... puis : « Alors, je vais vous souhaiter une bonne soirée et aller la retrouver avant qu'un autre type n'aille lui proposer de me régler mon compte. »

Parce qu'il parlait bien de l'autre femme et cela même s'il n'avait pas l'intention de la ramener chez lui ce soir – au contraire. Cependant, s'éloigner de Ginger sans s'assurer qu'elle allait bien déguerpir était assez « dangereux » parce qu'il ne voulait pas prendre le risque de la voir à nouveau débarquer pour aggraver la situation. De plus, question de fierté : Renan ne fuyait jamais devant une personne qu'il exécrait ! Il avait donc dans l'idée de la faire quitter la boîte avant de pouvoir s'en-aller lui aussi.

« Vous devriez peut-être rentrer aussi, ce n'est pas franchement une heure pour les petites de votre genre. » La rabaisser au rang de la gamine et non de la potentielle partenaire. « Il y a des types louches dans ces soirées parfois. »

Et papa-maman n'apprécieraient pas d'apprendre que leur petite Ginger n'était pas en train de dormir en pyjama dans son lit, avec son doudou. C'était plus ou moins ce qu'il voulait dire : lui enlever son rôle de séductrice et la ramener à celui d'une gamine sans intérêt pour des adultes comme lui. Et, histoire de clore sur une note qui montrait bien qu'il ne voulait rien savoir d'elle, Renan détourna le regard, à la recherche de sa précédente interlocutrice.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 12 Oct 2014 - 6:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il y avait deux choses que l’homme qui se trouvait sous le regard désormais agacé de la brune ne semblait pas comprendre. La première étant que l’on ne rejetait pas Ginger. Oh, ça non. Pour la trop fière demoiselle, il était impensable qu’un homme résiste à ses avances et en profite même pour lui mettre un râteau monumental. Cela avait tendance à contrarier la Renarde et tous s’entendaient pour dire pour éviter que de contrarier la jolie demoiselle. Après tout, d’un regard, elle pourrait le convaincre que de se jeter du toit du plus haut des bâtiments de la ville. Et elle était certaine que cet homme, aussi effronté soit-il, tenait un minimum à la vie et préférait éviter que de se retrouver les os brisés dut à une chute de plusieurs mètres qui lui serait fatale. La seule chose qu’il ne semblait pas comprendre, c’était justement qu’il valait mieux éviter de contrarier cette jeune femme qui se voyait déjà, dans quelques années, comme impératrice du monde. Après tout, il faut bien des ambitions, non ? Aussi impossibles qu’irréalistes étaient-elles, Ginger ne s’était jamais empêcher que de s’imaginer au sommet de tous. Après tout, elle était bien évidemment supérieure à cette race indigne et inintéressante que celle des humains – et toutes celles qui pouvaient peupler la Terre. C’était donc normal qu’elle se voit à leur tête, tant elle pouvait être meilleure qu’eux. C’était dans l’ordre des choses. L’humain était faible et il leur fallait une femme comme Ginger à leur tête : après tout, elle pouvait tous les faire s’agenouiller face à sa beauté et à son importance qu’elle se donnait – et qu’ils allaient un jour lui donner. Son règne de faisait que commencer, à coup de manipulation et de regards bien placés, alors qu’elle jouait sur les mots pour flatter les plus résistants.

Voilà, elle était agacée, quand bien même ne souhaitait-elle pas trop le laisser paraître. Comment était-il possible qu’un homme lui résiste de la sorte ? Perdait-elle la main ? Assurément pas. La brune était dotée d’une beauté que nul ne pourrait nier et elle n’était pas encore assez vieille pour voir bien tristement ses traits s’affaisser. S’il croyait qu’il allait se débarrasser de la demoiselle ainsi, il se mettait bien évidemment le doigt dans l’œil. Compétitive, mais surtout, terriblement orgueilleuse – ce qui était normal lorsqu’on était aussi parfaite qu’elle – elle n’allait certainement pas baisser les bras désormais. Elle avait horreur du rejet, voilà tout. « Et bien, vous avez dut clairement l’insulter pour qu’elle réagisse de la sorte. » Il y avait quelque chose qui clochait. Oh oui, quelque chose clochait, dans toute cette situation. En temps normal, l’homme aurait dut se retrouver surpris. Surpris parce que, normalement, elle n’avait rien entendu de ce qu’il se racontait et la demoiselle avait simplement lancé le contenu de son verre avant de fuir tout en faisant une scène. Il aurait dut faire preuve d’incompréhension et non pas justifier les gestes de la fille. Quelque chose dérangeait, dans toute cette situation, une variable inconnue qui empêchait Ginger de résoudre l’équation et d’obtenir la réponse désirée. Cela avait donc quelque chose d’embêtant pour celle qui aimait tout contrôler, celle qui aimait être maîtresse d’une situation. Elle ne laissa toutefois rien paraître, préférant se dire qu’elle était simplement arrivée au moment opportun.

S’en fut trop. Si elle n’avait pas été en public, ou encore si elle n’avait pas été sous les traits de Ginger L. Pennington, cette classique assistante du docteur Ming, sans plus, elle n’aurait pas hésité quant à s’insurger et possiblement dégainer l’une de ses armes pour la river sur sa petite tête d’arrogant. Car, bien évidemment, il n’y avait que Ginger qui avait le droit de se montrer aussi arrogante et supérieure. S’il croyait trouver mieux qu’elle, il se trompait sur toute la ligne. Au final, la brune était tout de même embêter. Pourquoi chercherait-il à rattraper celle qui l’avait injustement agressé ? Peut-être se connaissait-il quelques côtés masochistes, ce qui expliquerait pourquoi cherchait-il tant à retrouver cette femme qui, au final, n’était même pas si jolie. Et puis, Ginger savait se montrer accommodante, niveau fantasme et toutes autres envies particulières. Et alors qu’elle menaçait déjà de s’énerver et de perdre le peu de sang froid qu’il lui restait – elle aurait dut rester assise avec son verre de scotch à dédaigner tous les hommes de la soirée – il en vint à porter le coup final qui menaça la jeune demoiselle que de sortir de ses gonds et de lui balancer une bonne claque au visage. Toutefois, elle se contint, en quelques sortes, inspirant profondément face à l’insulte qu’il venait de lui balancer sans vergogne au visage. Et puis quoi encore ? Elle n’était pas une gamine et savait s’occuper d’elle. Surtout que, la nuit de Star City la connaissait que trop bien.

Il détourna le regard. Elle avait besoin qu’il la regarde. Ou peut-être pas. Un léger sourire sur ses lèvres, elle s’adressa à lui, usant de ce don qu’elle utilisait trop souvent à mauvais escient, amenant à sa voix une teinte envoûtante. « Je suis certaine que vous avez envie de prendre un verre avec moi. » Il avait envie de prendre un verre avec moi. C’était l’idée qui s’insinuait dans son esprit alors que les mots franchissaient ses lèvres et qu’elle crachait son venin mortel qui viendrait à bout des plus grandes résistances. C’était une question de fierté. Il était hors de question qu’il finisse avec cette autre fille plutôt qu’elle. C’était soit avec elle qu’il finissait sa soirée ou alors seul – et elle pouvait l’y convaincre, que de terminer sa soirée seul. Or, ce serait d’un ennui. Elle prit place à la table la plus proche, ce dernier en faisant de même, s’installant devant elle. Son regard croisa finalement le sien. Il avait envie de prendre un verre avec elle. Mais surtout, il avait envie de rester assis là et de discuter avec elle. Que de faire connaissance même. S’en était d’un pathétisme. La si fragile Ginger, l’handicapée des sentiments, se voyait user de son don pour réussir qu’à obtenir une conquête. Un peu plus et elle irait se créer quelques faux amis à coup de belles paroles et de regards appuyés. D’un pathétisme, voilà, alors que le serveur s’approchait d’eux et qu’ils passèrent leurs commandes.

« Et sinon, vous êtes ? » Et un regard appuyé de plus, suggérant à cet homme qui se trouvait prisonnier des charmes pas tout à fait naturels – et il ne s’agissait pas de sa poitrine – de la brune qu’il avait envie de se présenter à elle. Elle était pathétique. Terriblement pathétique. Mais elle chassa ces pensées de son esprit alors qu’elle croisait élégamment les jambes et lui adressait un sourire qui se voulait presque sympathique – quand bien même en était-elle toujours agacée du rejet premier dont elle avait été victime. Son regard glissa vers la porte par laquelle avait fuit la femme d’un peu plus tôt. Encore maintenant, elle n’était pas sure de comprendre la réaction de l’homme, qui le semblait somme toute particulièrement étrange si elle considérait les précédents évènements. Et puis, il était évident qu’elle était bien plus belle, mieux formée et plus désirable que celle qui avait quitté. Quiconque tenterait de dire l’inverse en verrait sûrement leur petite cervelle explosée – et leurs yeux arrachés, au choix. « Cette femme n’en valait pas la peine. » Non, elle n’en valait pas la peine, et ça, il allait le comprendre. Il allait même le penser, alors que ces mots franchissaient les lèvres de la mentaliste. Toujours aussi pathétique. Toujours aussi faible. Mais surtout, toujours aussi désespérée que d’avoir un peu d’attention de la part d’un homme. Certains diraient que c’était l’absence de père dans sa vie qui la poussait ainsi dans les bras de tous ceux qu’elle croisait, ce besoin que de recevoir de l’attention d’une figure masculine. Peut-être. Mais il n’en restait pas moins qu’en ce moment, alors que ses doigts se refermaient sur le verre qui venait d’être déposer devant elle, elle s’un sentait d’un pathétisme affligeant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 12 Oct 2014 - 15:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il apparaissait plutôt évident que la Renarde n'avait pas apprécié le refus de Renan et ce dernier devait se forcer à garder une expression neutre pour ne pas montrer la satisfaction que cette situation provoquait chez lui. Et encore, cela avait été trop rapide : il aurait vraiment apprécié de pouvoir faire durer ce moment un peu plus longtemps. Mais tant pis ! Tesla haussa les épaules lorsque Ginger souligna qu'il avait dû se montrer vraiment insultant. Pas du tout, en fait il lui avait dit des choses parfaitement banales, mais il savait parfaitement que la garce face à lui avait utilisé ses dons pour provoquer ce départ en fanfare. Peut-être qu'il aurait dû jouer la carte de la surprise, allez savoir, mais l'idée qu'elle puisse en profiter pour essayer de sympathiser avec lui était trop insupportable pour se lancer dans ce cinéma.
Sa patience avait tout de même des limites, surtout lorsque cela concernait une personne qu'il détestait viscéralement.

Persuadé de l'avoir remballée comme il faut, Renan fut désagréablement surpris de l'entendre revenir à la charge et lorsqu'elle lui lâcha quelques mots, une sensation familière et inquiétante se réveilla. Il avait vraiment envie de prendre ce verre avec elle, pourtant son hostilité était toujours aussi présente. Quelque chose dans son esprit semblait l'obliger à accepter la proposition si irrésistible, un peu comme si son cerveau avait été retourné. À bien y penser, il pensa tout simplement au fait qu'elle était en train d'utiliser la même technique que la fois dernière sur lui et qu'il allait devoir trouver rapidement une parade sous peine de lui servir de marionnette. Mais pour le moment, le Français fut contraint d'obéir à cette idée qui s'était imposée dans son esprit et s'installa face à Ginger dès que cette dernière prit place à une table non loin de là. Il n'avait pas envie de se laisser avoir, mais pourtant, l'envie de boire ce verre était très présente. Logique discutable. Le fait qu'il soit conscient que ces désirs ne venaient pas de lui était d’autant plus difficile à supporter qu'il souhaitait contredire et contrarier la jeune femme. Mais ce serait pour plus tard.

Les commandes furent passées et la garce ne s'arrêta pas là étant donné qu'elle employa à nouveau son don pour le forcer à parler de lui. Comment le devinait-il ? Ce n'était pas bien compliqué : Renan n'avait aucune envie de lui donner la moindre information à son sujet et pourtant à peine avait-elle posé la question qu'il commençait déjà à réfléchir à sa réponse. Foutu pouvoir. Il détestait les mentalistes et l'envie de lui arracher la langue avec une pince chauffée à blanc lui caressa l'esprit... bien vite chassée par la certitude que l'autre femme n'en valait pas la peine. Oh, ça, c'était un fait. Elle ne l'avait même pas vraiment intéressé, il ne l'aurait certainement pas approchée si Ginger n'avait pas croisé son regard à ce moment précis. Le serveur arriva pour poser les deux verres et Renan répondit enfin. De mauvaise grâce, même si le ton de sa voix ne s'en ressentait pas.

« Je m'appelle Renan. »

C'était suffisant, il ne voyait pas l'intérêt d'aller plus loin dans ses explications. Et puis, il n'allait pas donner son curriculum vitae et faire la liste de toutes ses qualités et de ses défauts. Le regard du Français se détourna de celui de Ginger. Qu'est-ce qu'il foutait là ? Il aurait mieux fait de s'en-aller dès qu'elle avait commencé à l'aborder au lieu de s'amuser à la rembarrer. Quelle connerie. Un léger soupir, à peine audible en raison de la musique, lui traversa les lèvres alors qu'il prenait lui aussi son verre en main. Finalement, il allait peut-être avoir besoin d'un petit remontant : la soirée promettait d'être difficile à supporter !

« Et sinon.... » Il leva à nouveau les yeux vers elle. « C'est dans vos habitudes d'aller dans les boîtes pour offrir des mouchoirs aux types qui se font remballer... » Renan préféra à nouveau esquiver son regard pour le diriger vers les personnes de la piste. « Surtout pour leur offrir des verres ensuite ? »

Il ne parlait pas en employant un ton critique ou moqueur, contrairement à son habitude. Le problème ? Il devait jouer le rôle de Renan, le type calme et insipide que personne ne remarquait. Logiquement. Il avait encore du mal à comprendre où il s'était foiré pour que cette succube décide de venir lui parler alors qu'il y avait des tas de types dans cette boîte – même s'il était clair qu'il était largement mieux qu'eux, avec toute l'humilité possible. Son attention évitait toujours de se poser sur Ginger comme si elle ne l'intéressait toujours pas, mais en vérité c'était surtout pour éviter de la voir utiliser son pouvoir sur elle. Oh, sa voix aussi pouvait fonctionner, il l'avait déjà expérimenté en tant que Tesla, mais malgré tout, esquiver l'un de ses talents était déjà une bonne chose. Augmenter un peu le son de la musique pourrait être une solution pour atténuer la capacité qu'elle avait à embobiner les gens avec sa voix, non ? Son attention se glissa jusqu'à la piste de danse. Le DJ ne se trouvait pas très loin d'eux, mais pas mal de personnes lui bouchaient la vue en passant devant lui tout en dansant. La meilleure solution aurait encore été de proposer à la garce d'aller faire un tour sur la piste, mais il n'en était pas arrivé à ce point. Les boutons métalliques étaient visibles par intermittence et, profitant d'une bonne ouverture, Renan utilisa finalement son don pour augmenter à peine le volume de la musique. Peut-être pas assez pour couvrir la voix de Ginger cela dit.

La meilleure solution restait finalement de se barrer d'ici. Le Breton sembla se réveiller, jeta un coup d’œil à sa montre avant de balancer la seule excuse valable qui lui venait à l'esprit.

« Loin de moi l'idée de vouloir être désagréable.... » Ou si, au contraire. « Mais j'ai dépassé l'heure que je m'étais fixé. » Son regard se posa brièvement sur le minois de Ginger. « Il va falloir que je vous fausse compagnie. » Tesla détourna à nouveau les yeux avant de désigner un groupe de jeunes non loin d'eux. « Vous pouvez toujours aller vous faire payer un verre là-bas. »

Autrement dit : dégage j'ai quelque chose d'autre de prévu. Le tout prononcé sur un ton bien moins agressif et provocateur qu'il ne l'aurait voulu. Foutue mentaliste.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 13 Oct 2014 - 7:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La brune se demandait encore où était le problème alors qu’elle se saisissait du verre qui s’était posé devant elle. Il y avait quelque chose qui la bloquait, quelque chose qui dérangeait son cerveau qui réfléchissait désormais à vive allure. Son absence de surprise embêtait la brune qui se demandait vraiment s’il ne s’agissait que d’une coïncidence où si elle avait affaire à quelque chose de plus sérieux. Après tout, elle avait rapidement compris que, des mentalistes, il y en avait d’autres. Elle avait cessé de jouer l’autruche et de se croire invincible le jour où elle s’était fait tirée dans la cuisse, le tout sous le regard imposant de celui qui fut pendant un certain temps son chef. Du moins, jusqu’à ce qu’elle décide que de quitter le Gang des Fables pour se lancer dans une carrière en solitaire avant de réaliser qu’elle ne pourrait pas y arriver, seule. Que sa vie était menacée de bien trop de façon pour qu’elle puisse accepter de poursuivre sa vie d’une manière aussi insouciante qu’innocence. Et puis, il y avait aussi eut cette rencontre avec cet homme masqué, Tesla, qui lui avait fait réalisé qu’elle n’était pas invincible. Qu’elle était atteignable et, surtout, terriblement fragile, alors que les doigts de l’homme s’étaient refermés sur son frêle cou dans le certain but que de la faire taire pour ensuite balancer son corps plus loin comme si elle n’avait été qu’une poupée de chiffon. Ces réalisations faites, la brune agissait désormais avec une méfiance qu’elle ne s’était pas connue, auparavant, la tête enflée de belles paroles alors qu’elle se rassurait et ne cessait que de se dire qu’elle était la meilleure. Qu’elle était inaccessible, invincible. Supérieure à tous ces humains lambdas qui peuplaient l’univers. Et c’était ce qui amenait cette méfiance peut-être paranoïaque vis-à-vis l’homme.

Désormais avait-elle un nom. Renan. Ce n’est pas comme si elle y portait une attention particulière, de toute façon, alors qu’elle portait son verre à ses lèvres pour laisser l’alcool descendre dans son gosier. Avait-elle l’intention que de finir sa soirée avec trop d’alcool dans le système ? Certainement pas. Ginger avait la classe et savait boire sans pour autant terminée sa soirée, la tête au-dessus de la toilette à se vider l’estomac. Elle avait certainement plus de classe que toutes ces filles qui se déhanchaient sur la piste de danse à provoquant les quelques hommes qui se laissaient pathétiquement prêter aux jeux. Ginger n’avait pas besoin de ces gamins dont le cerveau devait baigner dans l’alcool. Non, la princesse qu’elle était avait besoin d’un homme, un vrai. Un peu comme ce Renan, quand bien même en était-elle venue à l’exécrer pour avoir osé lui foutre un râteau en pleine gueule. « Non, ce n’est pas tant dans mes habitudes. » Ginger était une femme classe, une femme avec un sourire enjôleur. Mais surtout, elle n’était pas une femme désespérée. Du moins, c’était l’image qu’elle se donnait et c’était ce qu’elle souhaitait croire, de tout son cœur, alors qu’elle en était rendue à un point où elle devait user de ses dons pour obtenir ne serais-ce qu’un peu de temps avec un homme. Pathétique. « Mais il est dans mes habitudes que de venir en aide aux autres. » Évidemment. Ginger était une sainte, de ces femmes si aimables qui adoraient tendre la main pour aider les autres, les épauler et les supporter. « Et puis, on ne peut tout de même pas me condamner d’apprécier un peu de compagnie. » Un léger sourire. Car, après tout, l’homme avait décidé de revenir sur sa position et d’accepter l’invitation. L’idée venait bien évidemment de lui.

« C’est dommage… » Une moue vint se dessiner sur les traits de la brune alors qu’elle levait son regard vers lui. « Pourtant, la soirée est encore jeune. » Ce qui n’était pas tout à fait vrai, si elle regardait les chiffres qui s’affichaient sur son téléphone. Toutefois, elle n’allait pas se contenter que d’innocemment le laisser filer, pas après tous les efforts qu’elle avait mis quant à attirer son attention – et elle était curieuse, beaucoup trop curieuse. Il y avait ce point qui la dérangeait, son flegme qui était venu l’embêter alors qu’il s’était contenté d’hausser les épaules à la réaction de sa précédente compagne. « Et puis, je crois que j’ai assez passé de temps ici pour ce soir. » Elle termina d’une traite son verre avant de le reposer sur la table, se levant pour suivre le mouvement de l’homme qui semblait vouloir lui fausser compagnie – ce qui n’arriverait bien évidemment pas. « Vous vivez dans quel coin ? » Rapidement, elle eut une réponse, ne serais-ce que parce que son regard croisa l’instant d’une demi-seconde celui de Renan. Elle eut donc un léger sourire, alors qu’une idée se glissait dans sa tête. « J’habite non loin » déclara-t-elle, alors que ce n’était pas tout à fait vrai. Or, la brune était passée maîtresse dans l’art des mensonges et de la manipulation. Un mensonge de plus ne pourrait sûrement pas lui causer trop de tort alors qu’elle contournait la table pour s’approcher de l’homme.

« Il y a des types louches, à l’extérieur, à ces heures-ci. » Parce que, bien évidemment, elle reprenait les paroles de l’homme pour le prendre à son propre jeu. « C’est dangereux, pour les petites comme moi. » Large sourire qui se voulait parfaitement innocent alors qu’elle accompagnait celui qui serait, bien malgré lui, victime de sa soirée, vers la sortie. S’il croyait se montrer plus intelligent qu’elle ou encore se débarrasser d’elle avec des excuses aussi minables, c’était qu’il sous-estimait son adversaire qui était devenue douée au fil des années avec l’art des mots et des jeux d’esprits. Ginger était celle qui menait la danse, celle qui décidait du pas et de la cadence. Il était hors de question que la soirée ne se passe pas comme elle l’avait prévu, quand bien même rencontrait-elle quelques difficultés. La demoiselle était une femme tenace et déterminée et ne semblait pas prête à abandonner au premier obstacle qu’elle rencontrait. « Je me disais qu’on pourrait donc rentrer ensemble. » Rentrer ensemble. C’est l’idée qui s’insinua dans l’esprit de Renan pour y faire sa petite place. Après tout, pourquoi pas ? C’était lui le premier à avoir dit que ce pouvait être dangereux pour une petite comme elle. Qu’il valait mieux qu’elle ne traîne pas trop ici. « Je dois avouer que les rues sombres de la ville me font peur. » Oh, ce qu’elle pouvait sembler adorable, avec son léger sourire sur ses lèvres alors qu’elle accompagnait l’homme jusqu’à la sortie de l’endroit.

Il valait mieux ne pas provoquer une Ginger, sans quoi il était assez fréquent que l’adversaire en vienne à perdre face à sa vivacité d’esprit, sa rapidité de réaction et la façon dont elle avait appris à tirer avantage d’une situation qui, en d’autres cas, aurait pu se montrer fort fâcheuse – et insultante – pour la Renarde. Sortant du bar, le vent frais de la nui vint caresser ses jambes mises à nues alors que ses mèches de cheveux vinrent chatouiller ses épaules sous le mouvement imposé par le vent. « Que diriez-vous d’un dernier verre chez vous ? » Il avait bien envie que d’inviter la belle pour prendre un dernier verre. Après tout, elle était jolie à regarder – plus que jolie même – et semblait a priori fort sympathique – elle lui avait offert quelques mouchoirs. Regardant la rue, éclairée tant par la lune qui brillait plus haut que par toutes les affiches dont les néons venaient lui brûler les rétines alors qu’elle tentait d’adapter ses yeux à la noirceur environnante. « Je nous appel un taxi ? » Parce que voilà, il était tout de même hors de question qu’il entre sans elle, sachant qu’elle avait précisé qu’ils vivaient dans le même coin et, alors qu’elle s’arrangeait pour croiser de nouveau son regard, l’idée que de lui offrir un dernier verre pour terminer la soirée en beauté semblait tout aussi intéressante que naturelle. Du moins se disait-elle, n’ayant aucune conscience de la haine profonde et sévère que cet homme éprouvait envers l’exécrable Ginger Lucianna Pennington.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 13 Oct 2014 - 15:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
S'il avait été là en tant que Tesla, Renan ne se serait pas privé de rire franchement à ce que la garce lui raconta. Elle, une femme altruiste qui aidait les gens dans le besoin ? La bonne blague. Il était persuadé qu'elle n'hésiterait pas à laisser crever quelqu'un la gueule ouverte si elle devait salir ses habits ou abîmer sa manucure pour bloquer de ses mains, une blessure qui saignait abondamment. Elle n'avait rien d'une femme qui pensait aux autres et il le savait. Mais le français garda ses pensées pour lui en se contentant de répondre par un sourire totalement faux, aux déclarations qu'elle lui faisait. Garce.

C'était un sentiment perturbant et plus que dérangeant de se retrouver partagé entre deux émotions, deux états. Il avait envie de lui faire fermer sa bouche si hypnotisante et de lui arracher les yeux histoire qu'elle ne puisse plus s'en servir pour utiliser son pouvoir, mais à côté, il avait aussi envie de passer du temps en sa compagnie. En fait, les deux sensations se bousculaient, se succédaient et se chevauchaient parfois. Il pouvait passer de l'envie subite de lui faire passer une excellente soirée, à celle de l'abandonner dans une ruelle déserte avec la gorge ouverte d'une oreille à l'autre. Dur sentiment. Il soupira. C'était épuisant en vérité et sur le coup, Renan songea qu'il comprenait les femmes enceintes et leurs sautes d'humeur. Tu m'étonnes qu'elles étaient carrément insupportables vu la sensation qu'une telle situation provoquait ! Pour le coup, il s'en voulait presque d'avoir évité son ex-femme pendant les mois de grossesse où elle était particulièrement irritable à cause de ça. Presque seulement, il n'allait pas se transformer en bisounours à cause de cette expérience originale.

Et alors qu'il pensait pouvoir se débarrasser du parasite installé face à lui, Renan eut la désagréable surprise de constater qu'elle n'avait pas l'intention de rester ici tandis que lui rentrerait chez lui. Quelle idée de sortir prendre un peu l'air, il aurait mieux fait de jouer le rôle du type casanier qu'il s'était forgé. Mais non ! Sa véritable nature avait pris le dessus et l'envie de faire un tour dans un lieu animé avait été trop tentante. Il allait le regretter, à moins de réussir à se débarrasser efficacement de la garce qui se situait certainement à la place de « personne la plus détestée » dans son panel de connaissances. Et pourtant, avec Ida et d'autres emmerdeuses de ce genre dans ses relations, c'était une place difficile à obtenir. Mais c'était passé, ils s'étaient levés et stupidement, Tesla croisa le regard de la Renarde lorsque celle-ci lui posa une question sur l'endroit où il vivait.

« Pas loin d'ici, dans un immeuble de la 40th Avenue. »

Et elle n'habitait pas loin. Vraiment ? Malgré l'hypnose, Renan nota cette information dans un coin de son esprit alors que Ginger se rapprochait pour reprendre la parole. Elle lui balança à nouveau les remarques qu'il lui avait jetées au visage et comme ils se dirigeaient vers la sortie, le Français songea à lui conseiller de rentrer en taxi si elle avait tellement peur de tomber sur des types louches. Sauf qu'elle le prit de court pour suggérer quelque chose qui lui apparut soudain comme une excellente idée : mais oui, pourquoi ne pas rentrer ensemble ? C'était dangereux de rester seule pour une femme comme elle. Mais justement n'était-ce pas tout le malheur qu'il lui souhaitait. Nouvelle dualité, il allait finir la nuit avec une migraine carabinée à cette allure. Comme elle lui offrait un sourire, il répondit stupidement, sans se contrôler.

« Pourquoi pas, oui. »

Pour plein de raisons en vérité, mais son cerveau semblait fonctionner au ralenti. La désagréable impression de ne pas se contrôler devenait de plus en plus forte et sa frustration allait crescendo, malheureusement il semblait que le don de la Renarde était plus forte que sa volonté puisqu'au moment où elle suggéra d'aller boire un verre chez lui, le Breton répondit naturellement.

« Bonne idée. »

Encore un mensonge. Un arrière-goût amer se fit sentir dans sa bouche tandis qu'il cherchait activement comment court-circuiter ce pouvoir. Ses pensées furent à nouveau troublées et mises à mal lorsque Ginger suggéra qu'ils puissent rentrer en taxi pour qu'elle ne se retrouve pas seule et malgré toute sa bonne volonté, il fut contraint de trouver l'idée logique. Mais pas naturelle. Le pire dans cette histoire, c'est qu'il savait parfaitement qu'il était en train de se faire rouler dans la farine, mais qu'il ne pouvait pas réagir et contrer. Sauf en profitant d'un moment de lucidité pour qu'elle dégage le plancher, mais à ce moment ce serait comme d'avouer qui il était. Pas en public. Finalement, peut-être que l'idée de l'inviter chez lui n'était pas si mauvaise que cela : au moins pourrait-il se débarrasser d'elle discrètement si elle continuait son manège ?

« Pas la peine, il y en a toujours à cette heure-ci. »

Ils savaient qu'ils avaient du fric à gagner en tournant près de cette zone et Renan n'eut qu'à interpeller un taxi qui passait par là et dont le chauffeur s'arrêta aussitôt. Il ne se priva d'ailleurs pas pour reluquer Ginger tout son saoul lorsqu'elle entra dans le véhicule, puis Renan donna l'adresse et ils démarrèrent. Pendant le trajet qui ne dura pas plus de quelques minutes, le français évita soigneusement de regarder dans la direction de sa voisine, même s'il était conscient que sa voix pouvait être une arme à elle seule. Tiens, pourquoi ne pas lui proposer de la bâillonner lorsqu'ils seraient seuls ? Au pire, elle le prendrait pour un fétichiste et s'imaginerait qu'il lui proposait une séance un peu spéciale, au mieux elle ne se poserait aucune question. Les probabilités défilaient dans son esprit jusqu'à ce que le chauffeur s'arrête et annonce le prix de la course que le Breton régla avant de descendre du taxi. L'immeuble était un endroit lambda, sans prétention. Quasiment tous les étages étaient éteints puisqu'à une heure pareille, les gens normaux dormaient. Ils n'eurent aucune peine à ouvrir la porte du hall pour gagner le neuvième étage où se situait l'appartement de Renan. Ce dernier fut assez soulagé de ne croiser personne : au moins pourrait-il prétendre qu'il était rentré seul s'il en venait à réussir à se débarrasser de l'embarrassante mentaliste. De toute manière, aucun lien ne serait fait entre eux.

Déverrouillant la porte de son appartement, Tesla la laissa entrer avant d'allumer la lumière, puis referma derrière lui après être entré. Il ne lui proposa pas de se débarrasser de ses affaires compte tenu du fait qu'il n'avait pas l'intention de la voir s'installer ici trop durablement. Ce n'est que lorsqu'il la suivit dans ce qui servait de salon qu'il décida qu'il était temps de prendre les choses en main.

« Dernier verre, mais vous ne pouvez malheureusement pas vous éterniser.... » Une excuse qui ne laisserait aucune autre solution à la jeune femme. « Ma colocataire va bientôt rentrer de soirée et elle n'aime pas que je ramène du monde lorsqu'elle n'est pas là. »

Mensonge éhonté étant donné qu'il vivait seul et elle le verrait bien si elle visitait l’appartement puisqu'il n'y avait qu'une chambre et qu'un lit – et que ce n'était pas le mieux pour une colocataire. Mais il n'avait pas l'intention de lui faire visiter l'endroit et fut donc décidé à expédier rapidement l'épisode du verre pour la mettre à la porte. Puis si elle décidait de s'incruster, il passerait à la solution plus radicale. Personne n'irait pleurer un parasite comme elle, après tout. Il en venait même à se demander si elle était capable d'avoir une relation « normale », ou si elle devait manipuler tous ses proches pour les persuader qu'ils l'aimaient bien.

« Vous buvez quoi ? »

Un verre de cyanure ? Accompagné d'un peu de mort aux rats ?
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 23 Oct 2014 - 6:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Montant à sa suite dans le taxi, elle laissa un léger sourire satisfait éclairer son visage. Une part d’elle, toutefois, ne pouvait qu’être affliger de tant de pathétisme alors qu’elle se devait de manipuler cet homme pour qu’il daigne lui accorder un tantinet d’attention. Oui, d’un pathétisme. Son regard se posa sur la ville qui défilait par la fenêtre alors que le voyage se fit dans le silence. Bien évidemment qu’elle n’habitait pas le coin. Ou enfin, ils n’étaient vraiment pas si loin de l’endroit où elle vivait, mais ce n’était pas tout à fait le même quartier. Surtout qu’il n’était pas sur qu’il la croit, si elle annonçait qu’elle vivait dans le grand manoir qui surplombait la Kane Street. Manoir qui appartenait à son cousin éloigné, seule famille qu’elle pouvait désormais affirmer avoir. Sûrement y en avaient-ils d’autres, mais jamais elle ne s’était souciée quant à connaître la ligner Pennington. La famille, chez elle, n’avait pas semblé être quelque chose de bien important. Elle ne l’était toujours pas, mais elle commençait, peu à peu, à tenter de faire des efforts à ce niveau. Lentement mais sûrement, Ginger commençait à changer, quand bien même se retrouvait-elle encore en compagnie d’un parfait inconnu. Il s’agissait de quelque chose qu’elle ne pouvait bien malheureusement pas changer en une soirée et elle ne cracherait jamais sur un peu de compagnie et chaleur humaine, malgré qu’elle se retrouvait à manipuler ladite personne pour la pousser à ramper vers elle et lui accorder un minimum d’attention.

Arrivant chez lui, elle le suivit sans rien dire, montant les escaliers qui les menèrent rapidement face à une porte qui fut ouverte par le propriétaire – enfin, plutôt locataire – de l’endroit. Elle ne prit pas la peine de retirer ses chaussures, faisant donc claquer ses vertigineux talons sur le parquet de l’endroit, s’avançant dans l’appartement. Décidément, quelque chose clochait, activant sans aucun doute l’esprit analytique et le côté un peu trop paranoïaque de la brune. S’étant fait trahir trop de fois, elle avait développé une paranoïa particulièrement dangereuse, tant pour elle que pour les autres, convaincus que tous en voulaient à sa vie – ce qui n’était pas si loin de la réalité, en fait. D’ordinaire, lorsqu’elle hypnotisait une tierce personne, cette dernière n’opposait aucune résistance à ses dons, à moins d’avoir une réelle aversion pour elle. Or, a priori, il s’agissait d’un inconnu, et donc, normalement, il n’aurait pas dut y avoir de problèmes. Il n’aurait pas dut tant désirer son départ et tout faire pour la chasser, compte tenu qu’elle lui avait gentiment implanté dans l’esprit qu’il souhaitait apprendre à la connaître et passer du temps avec la mirifique créature qu’elle était. « Je vais prendre ce que vous m’offrez. » En règle générale, avec ses conquêtes, Ginger n’avait rien de la femme chiante. Ou, tout du moins, elle n’était pas trop chiante et savait même se montrer conciliante. « Pour peu que ce ne soit pas trop fort. » Elle n’en restait pas moins une princesse qui avait besoin que du meilleur.

Le regard de la brune parcouru la pièce qui avait tout d’un possible salon. La pièce où elle avait atterrit et où elle n’avait pas cherché à s’échapper depuis qu’elle était entrée dans l’appartement de celui qui se dénommait Renan. « Ce doit être assez dommage que de vivre avec une telle colocataire, non ? » Ce n’était ni un jugement, ni une critique, une simple constatation destinée à son interlocuteur par rapport à ce qu’il avait dit plus tôt. « A priori, vous ne semblez pas en couple. » Elle se tourna vers lui pour attraper entre ses fins doigts le verre qu’il lui tendait. Elle le porta à ses lèvres sans réellement en prendre une gorgée. Tout en elle hurlait à l’arnaque et tant qu’elle ne serait pas persuadée que celui qui se trouvait devant elle ne présenterait aucun danger, elle ne lui ferait pas confiance. La façon dont il ne cessait de la rembarrer depuis le début de la soirée avait mis tous ses sens en alertes, comme une proie qui cherchait à se cacher du prédateur, histoire d’éviter de terminer sa course devant les portes du paradis – ou de l’enfer, ce qui semblait plus approprié pour une demoiselle comme Ginger. « Ce peut compliquer les rencontres, non ? » Après tout, cela pouvait possiblement devenir un brin agaçant et embêtant s’il cherchait une possible vie sentimentale, ou même ne serais-ce que sexuelle, si sa colocataire faisait des siennes à chaque fois. Du moins, pour peu qu’il eut dit la vérité.

Quelque chose clochait, et ce n’était certainement pas son talent. Encore, quelques années plus tôt, elle aurait pu croire à une défaillance de son pouvoir, un contrôle pas assez prononcer ou encore trop incertain. Mentaliste depuis l’adolescence, elle avait pris conscience de ce pouvoir dont elle était dotée près de huit ans plus tôt. Le problème n’était certainement pas elle, mais très certainement son interlocuteur. Croisant son regard, elle tenta de projeter son esprit dans le sien pour accéder à ses souvenirs. N’importe quoi qui pourrait lui indiquer pourquoi arrivait-il à garder une emprise aussi forte sur son propre esprit et pourquoi souhaitait-il autant se débarrasser d’elle : chose qui était peut normal, compte tenu qu’ils ne s’étaient jamais rencontrer – de ce qu’elle croyait. Ce pouvoir était subtile, d’ordinaire, et il était presque impossible que la victime ait conscience qu’elle ait pénétrer son esprit, quand bien même cela amenait la brune à se plonger dans un état de profonde concentration, ne serais-ce que pour fouiller la tête des gens à la recherche de souvenirs particuliers. Après tout, la tête des gens, ce n’était pas aussi aisé que l’informatique : il n’y avait pas une dizaine de moteur de recherches et encore moins quelques raccourcis du clavier lui permettant d’arriver rapidement sur le souvenir chercher sans se soucier que de passer tous les précédents en premier. C’était une option, toutefois, que la brune envisageait, alors qu’elle se projetait dans l’esprit de l’homme, histoire de faciliter sa tâche.

Un bruit de verre cassé se fit entendre alors que celui qu’elle avait tint un peu plus tôt entre ses doigts vint s’écraser à ses pieds, éclaboussant ses chaussures du liquide sombre qu’il contenait. Rapidement, elle sorti de l’esprit de l’homme, portant ses deux mains à sa tête et en fermant les yeux, les lèvres pincées. Inspirant profondément, elle tenta de calmer le mal de crâne qui menaçait de pointer le bout de son nez alors qu’elle remettait de l’ordre dans ses propres pensées. Si elle n’avait pas été chassé, à proprement parler, de l’esprit, le brouillage auquel avait-elle été confronté fut assez pour la dissuader que d’aller voir plus profondément. Elle eut littéralement l’impression d’avoir été agressé, alors que son propre esprit lui avait semblé court-circuité, comme si quelqu’un s’en était pris à elle. Ouvrant finalement les yeux, elle posa ses prunelles claires sur l’homme, un éclat de panique passant au fond de son regard alors qu’elle tentait de préserver une allure calme et sereine. Tentait. Car rapidement, elle sentait qu’elle perdait les pédales, son côté un peu trop paranoïaque commençant à prendre le dessus. « C’était quoi, ça ? » C’était elle qui avait tenté que d’infiltrer son esprit mais, bien évidemment, c’était lui le coupable que d’avoir bloqué ledit esprit d’une façon qu’elle n’était pas certaine de comprendre mais qui avait mis son cerveau dans un état pas possible. « T’es qui ? » Assez le vouvoiement, assez les politesses, la panique se faisait nettement entendre dans la voix de la Renarde.

Si elle avait été armée, l’homme se serait rapidement retrouver avec une arme rivée sur sa petite tête alors qu’elle le bombarderait de questions auxquelles il se sentirait obligé de répondre. Toutefois, elle ne fit que le fixer, d’un regard aussi mauvais qu’affolé alors qu’elle se trouvait face à quelqu’un sur qui ses pouvoirs étaient plus que limités. « Pourquoi ? » Pourquoi quoi ? Pourquoi avait-il tant cherché à se débarrasser d’elle ou pourquoi n’avait-elle pas été en mesure que d’accéder à ses souvenirs comme cela lui était d’ordinaire possible. « Tu vas m’expliquer ce qu’il s’est passé. » Son regard perçant devrait être en mesure que de venir à bout de ses défenses, quand bien même le doute s’était-il installé chez elle et qu’elle croisait ses bras sur sa poitrine. La trop fière et sure d’elle Ginger en venait à douter, alors qu’elle venait de se prendre en pleine tête une protection qu’elle ne s’était pas attendue trouver chez l’homme. Inspirer. Expirer. Sans quoi la situation risquerait de déraper et il ne serait pas surprenant qu’elle se saisisse d’un des morceaux de verre au sol pour lui enfoncer entre les deux yeux. Éliminer l’ennemi potentiel, qu’un simple instinct de survis qui se mettait en marche chez l’animal qui voudrait tirer du prédateur mais qui n’était nul autre qu’une proie apeurée qui crachait pour convaincre le réel prédateur de s’éloigner et de le laisser tranquille. Fatalement, Ginger n’était qu’une pauvre bête blessée qui cherchait à effrayer de peur que l’on vienne l’achever.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 25 Oct 2014 - 21:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il n'avait aucune envie de lui offrir quoi que ce soit de potable à boire, toutefois Renan devait garder un rôle. Il avait foiré son coup en se laissant persuader de la ramener chez lui, alors il devait assumer jusqu'au bout. Décidément, les choses lui échappaient beaucoup en ce moment, il allait rapidement devoir se reprendre, sous peine de se retrouver dans de véritables emmerdes sous peu ! Se détournant de la jeune femme, le Français allait donc lui chercher de quoi boire dans la cuisine à côté. Elle n'était séparée du salon que par un demi-mur, aussi pouvait-il garder son attention sur Ginger quoi qu'il fasse. Revenant finalement auprès d'elle pour lui tendre le verre qu'il avait à la main. Les questions posées étaient légitimes et, habitué à mentir, Tesla n'eut aucune peine à lui servir des explications crédibles sans qu'elles ne soient vraies pour autant.

« Dommage, pas franchement. Elle paye son loyer et elle ne m'ennuie pas excepté pour ce point. C'est supportable. » Il haussa les épaules. « Je ne cherche pas à me mettre en couple et si... rencontre il doit y avoir, en général ça se termine chez elle. » Relation purement sexuelle, donc. « Alors, non, ça ne pose pas franchement problème et ça évite de se retrouver tout seul en rentrant du boulot. »

Donc, les avantages d'une vie accompagnée, mais sans devoir subir les désagréments. Du moins, ce serait le cas si cette pseudo-colocataire existait réellement, mais étant donné que le français vivait seul, ce n'était qu'un gros mensonge.

Renan leva les yeux pour glisser une remarque sur le fait qu'il se faisait vraiment tard, mais en croisant son regard, quelque chose d'étrange se produisit. Il sentit un léger malaise l'envahir avant qu'elle ne lâche le verre qui explosa sur le sol – propre ! – et quelle porte ses mains à sa tête comme si elle venait d'éprouver une vive douleur. Et bien ? Paranoïaque comme il l'était, Tesla se demanda si elle ne venait pas d'essayer de lire ses pensées et de tomber sur son brouillage. Lui-même ne l'avait jamais testé, mais étant donné que cela brouillait les pensées et donnait le même rendu que la neige de la télévision, il imaginait aisément que ce n'était pas agréable à subir. Il dût se faire force pour dissimuler la satisfaction et le plaisir qui s'éveillèrent chez lui et se contenta d'arborer un air chargé d'incompréhension tandis qu'elle levait ses yeux clairs vers lui.

« Ça ne va pas ? »

Évidemment que non. La lueur de panique avait été visible assez longtemps pour qu'un homme entraîné comme lui puisse la remarquer. Nouveau moment de plaisir, mais il conserva un masque de parfaite neutralité. Cette expression céda le pas à la surprise lorsqu'elle lui posa deux questions surprenantes si vous ignoriez ce qui venait de se passer. Il secoua la tête, levant légèrement les bras comme pour laisser entendre qu'il ne comprenait rien, mais quelque chose d'étrange le poussait à parler. Certainement son pouvoir qui essayait de l'obliger à tout déballer. Mais c'était hors de question ! Se faisant force pour résister – quitte à s'épuiser pour y arriver – le trentenaire sauva la mise en décidant de détourner la vérité plutôt que de mentir aussi effrontément que d'habitude.

« Je suis désolé, mais je ne comprends rien à ce que tu dis. Ce qu'il s'est passé où ? C'était quoi, quoi ? » Il secoua la tête. « Je t'ai déjà dit mon prénom.... » Il fronça les sourcils, semblant chercher dans ses pensées avant qu'une expression de compréhension ne se dessine sur son visage. « Oh... tu as essayé de lire mes pensées ? » Un sourire se peignit sur ses lèvres. « C'est ma colocataire... une mentaliste, du genre paranoïaque, à cheval sur sa vie privée. C'est pour ça que je ne peux pas amener de monde ici. Elle utilise son pouvoir pour brouiller mes pensées histoire de se protéger elle aussi. Je ne sais pas trop comment ça fonctionne, je l'ai juste laissée faire.... »

Elle n'était pas censée pouvoir savoir qu'il était mutant après tout et Renan ne comptait pas le dévoiler ! Aux yeux de tous, il n'était qu'un simple humain, même s'il ne refusait pas l'idée de l'avouer si cela pouvait arranger ses affaires. Mais dans le cas présent, c'était plutôt le contraire : Ginger l'avait déjà vu utiliser ses capacités en tant que Tesla et ne devait donc pas faire le lien. Il décida même de pousser plus loin son mensonge.

« Elle m'a simplement dit que ça neutraliserait la lecture mentale et que ça devrait empêcher la manipulation, même si elle n'en était pas certaine.... » Ce qui expliquerait ses difficultés à le berner. Il croisa ses bras sur son torse. « Je dois en déduire que tu as essayé de lire mes pensées ? Je peux savoir pourquoi au juste ? C'est juste histoire de vérifier si je mentais ? Tu peux le demander clairement aussi... je n'ai rien à cacher. »

Ou juste deux ou trois choses. Rien de bien important ! Restait à voir si ses mensonges seraient suffisamment crédibles pour que Ginger gobe tout. Vu qu'elle avait l'air du genre ouverte, ce serait certainement la première fois qu'un homme ne chercherait à lui faire gober que des paroles.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 18 Nov 2014 - 17:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sa tête lui faisait mal. C’était la seule chose qu’elle était en état de se dire alors que le verre s’était éclaté au sol, y déversant son liquide ambré. Le cerveau de la brune tentait de travailler à cent à l’heure alors qu’elle sentait une douleur sourde lui vriller les oreilles. Qu’on se le dise, elle n’avait jamais eu une forte résistance à la douleur et la panique qu’elle sentait naître au creux de son estomac ne l’aidait pas particulièrement à faire taire le malaise qu’elle ressentait en l’instant même. Autant dire qu’elle n’en menait pas large, cherchant à comprendre ce qu’il s’était passé alors que son esprit avait été déjoué par ce qui semblait être plus fort qu’elle. Levant les yeux vers l’agresseur (alors qu’il n’avait fait que se défendre), un éclair de panique traversa son regard avant de disparaître pour laisser place à un regard plus dur et plus mauvais. Toutefois, sa voix pressante alors qu’elle lui demandait ce qu’il venait de se passer reflétait sans aucun doute la panique certaine qu’elle ressentait. Il y avait aussi une part d’orgueil bafoué dans son ton de voix alors qu’elle réalisait s’en être (de nouveau) prise à plus fort qu’elle. C’était quelque chose d’assez embêtant pour l’américaine qui, jusqu’à l’année dernière, se savait supérieure au reste de l’humanité. Alors que, depuis un certain temps déjà, quand bien même son complexe de supériorité la plaçait-elle au-dessus de tout, elle réalisait bien rapidement que plus puissants pouvaient s’élever devant elle, ce qui était, en soit, assez effrayant.

Il fallait qu’elle se calme. Il fallait vraiment, VRAIMENT, qu’elle se calme. Sans quoi la vie de son interlocuteur, un supposé Renan (elle commençait presque à douter de la véracité de ses propos), pourrait potentiellement être en danger face à la colère d’une gamine à l’orgueil douloureuse et à la panique venue d’une paranoïa dont elle ne pouvait rien se faisait grandissante. Elle aurait voulu pouvoir insuffler toute sa volonté au regard qu’elle lui lançait, lui ordonnant de lui dire la vérité, mais son cerveau encore assailli de ce qu’elle pouvait presque qualifié de choc électrique et la peur de l’inconnu l’empêchait d’être tout à fait concentrer, ce qui affaiblissait considérablement la force de son hypnose. Elle ne pourrait donc dire si l’homme en face d’elle se montrait honnête, alors que l’expression de surprise semblait presque sincère. Une chance était-elle dotée d’une confiance difficile à obtenir et d’une paranoïa qui l’amenait à douter de tous ceux qu’elle rencontrait, ce qui l’empêcha que de faire confiance à l’air soucieux qui se présentait devant elle. La suite la laissa sceptique, bien que parfaitement crédible. Elle inspira profondément. Il fallait qu’elle reprenne sur elle, qu’elle prenne contrôle de ses émotions et qu’elle tente d’éviter un nouveau débordement : sans quoi, l’issu pourrait s’avérer un tantinet plus dangereux, tant pour elle que pour lui. « Je… » Elle secoua la tête, glissant une main sur les fins traits de son visage, avant de finalement poser ses prunelles azurées sur son interlocuteur, une expression un peu plus calme s’était désormais dessinée sur ses fins traits de poupée. « J’imagine que je peux comprendre votre colocataire. » Elle allait jouer de ce côté, tissant mensonge par-dessus mensonge. Un jour cette vie basée sur l’hypocrisie allait certainement finir par la rattraper. Or, ce jour n’était pas aujourd’hui.

Elle s’accroupit vers le sol, attrapant entre ses doigts graciles le verre à ses pieds, comme pour aider à réparer l’erreur qu’elle venait de commettre. « J’ai à quelques reprises fait de mauvaises rencontres. » Et c’était le moins qu’on pouvait dire, vu dans quel endroit évoluait-elle, baignant dans la pègre sans aucune once de regrets. « C’était simplement par… Précaution ? » Elle leva de nouveau son regard vers l’homme, les quelques morceaux de verre à la main. Ce n’était pas une menace ni même une éventuelle arme, elle comptait simplement pouvoir aller les mettre à la poubelle (c’est que du verre sur le sol pourrait être dangereux). « Certaines rencontres m’ont amené à être méfiante des hommes qui ne présentent que très peu d’opposition. » Car, si ce n’avait pas été de l’un des ennemis qui apparaissaient sur sa liste qui ne cessait de s’allonger, l’homme en question aurait éprouvé une sincère et réelle envie que de passer du temps avec la jolie demoiselle. Son discours était donc basé sur ce qu’elle savait de son don, sans prendre en considération qu’elle pourrait avoir en face d’elle un homme qui n’éprouvait pour elle qu’une haine tenace. Quoique, s’il avait su plus ou moins résister à son don, ce devait sûrement être grâce à ce bouclier que sa supposée colocataire avait installé autour de son esprit (à la différence qu’elle n’avait éprouvé aucune violente douleur). « Ce n’est pas contre vous, je voulais simplement m’assurer que eh… Vous étiez celui avoir dit être. » Aussi simple que cela, le tout suivi d’un léger sourire qui se voulait aussi sympathique qu’innocent. « Vous savez où je pourrais jeter ça ? » demanda-t-elle en désignant les morceaux de verre dans sa main. « Je vais m’occuper du reste. »

Rejoignant donc en quelques élégantes enjambées la cuisine, il lui fut permis de se débarrasser du verre qu’elle avait ramassé. Elle en profita aussi pour regarder autour d’elle alors qu’un léger sourire prenait place sur ses fines lèvres et qu’elle reportait ses iris sur l’homme qu’elle avait accompagné. « Encore désolée, pour tout ce raffut. » Faisait-elle preuve de bonne foi et de bonne volonté ? Certainement. Ce qui était, somme toute, une première pour la mentaliste qui, d’ordinaire, aurait pu continuer à l’incendier et à l’insulter, ayant été vaincu, contre toute attente, à son propre jeu. Elle avait toutefois réalisé que le calme l’emportait souvent et qu’elle risquait sûrement moins en affichant une mine plus posée et en s’excusant pour les derniers évènements. « Cela dit, votre colocataire doit être une mentaliste particulièrement douée, pour arriver à poser de telles protections sur l’esprit d’un autre individu qu’elle. » Elle hocha doucement de la tête, revenant vers Renan, toujours un léger sourire en coin. « Étant moi-même mentaliste. » Ce qui n’était plus à prouver. « Il m’est aussi possible de protéger d’autres esprits. Toutefois, ils se doivent d’être dans un rayon assez près de moi. » Ce qui n’était pas un mensonge (pour une fois). La jeune Pennington avait su faire de son bouclier mental une défense pour une autre personne qui se trouvait à ses côtés. Ce qui pouvait être fort utile dans le cas de missions avec les Neuf Fils du Dragon, si jamais ils se trouvaient, justement, face à des mentalistes.

« Je suis donc assez impressionnée de la puissance de votre colocataire. » Et cela se voulait être un véritable compliment. La jolie et jeune demoiselle se demanda même, vaguement, si elle arriverait à atteindre un tel niveau un jour. Peut-être bien, si elle en venait à s’entraîner plus en ce qui concernait ses capacités défensives. Or, elle en venait plus souvent à passer à l’offensive avec quelques hypnoses bien placées. Quand bien même ses dons pouvaient-ils sembler passifs, utiliser à mauvais escient, ils pouvaient s’avérer tout particulièrement dangereux pour la pauvre petite victime qui éprouverait la cruelle envie que de se ficher elle-même une balle entre les deux yeux. « Sans compter que, en plus d’être un bouclier, il semble attaquer quiconque souhaitant pénétrer votre esprit. » Ce qui était aussi, en soit, une capacité qu’admirait Ginger. Ce pourrait être un côté des pouvoirs de mentaliste qu’elle pourrait travailler : attaquer quiconque souhaitant se jouer d’elle, et ce, par la simple force de son esprit. Elle nota cette idée quelque part dans sa tête. « Vous croyez que je pourrais échanger quelques mots avec votre colocataire ? » Elle leva un regard intéresser sur l’homme, plus tant par la partie de jambes en l’air qu’elle s’était imaginée mais plus par les talents de mentaliste de sa (bien malheureusement fausse) colocataire. « C’est une capacité intéressante qui vaut la peine qu’on s’y attarde » justifia-t-elle alors qu’elle lui adressait un franc sourire, n’ayant aucune idée que ladite mentaliste était inexistante (ce qui serait, en soit, une assez grande déception).
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 18 Nov 2014 - 21:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5148
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Est-ce que ses excuses allaient porter leurs fruits ? Renan se le demandait sérieusement. D'un côté, il avait presque envie qu'elle l'accuse de mentir pour lui donner une raison de s'en prendre à elle et de se débarrasser d'un élément gênant – après tout, il en serait obligé pour garder son anonymat, non ? Mais de l'autre, il préférait qu'elle gobe tout ce qu'il lui donnait – enfin disait, plutôt – histoire d'avoir la paix. Tuer quelqu'un ne le gênait pas, encore moins lorsqu'il s'agissait de cette garce-là, mais Renan devait rester dans le rôle du type parfait et il ne pouvait donc pas se permettre de se débarrasser d'une femme dans son propre appartement.

Il sembla que ses explications produisaient leur petit effet : la jeune femme eut l'air de s'apaiser un peu tandis qu'elle lui déclarait qu'elle pensait pouvoir comprendre sa pseudo-colocataire. Pas sûr vu qu'elle n'existait pas, mais Renan n'avait pas l'intention de lui avouer ! De toute manière, elle ne comprendrait pas qu'il s'était moqué d'elle pour la bonne et simple raison que l'appartement pouvait parfaitement appartenir à deux personnes – hormis en raison du fait qu'il n'avait qu'une chambre, évidemment. Son mensonge avait été inventé sur le coup, mais il tenait tout de même la route. Enfin, un minimum. Et comme Ginger se baissa pour ramasser les morceaux de verres brisés sur le sol, Tesla l'imita. Il était maniaque du ménage, mais pas au point de l'enguirlander parce qu'elle avait sali le carrelage immaculé de son salon. Heureusement qu'il n'avait pas de moquette, sinon bonjour les dégâts ! D'un air apparemment distrait – même si c'était loin d'être le cas – le trentenaire l'écouta fournir ses explications avant de se redresser juste avant qu'elle ne fasse de même. Elle était méfiante vis-à-vis des hommes qui offraient peu d'opposition ? Est-ce qu'il devait en déduire s'il passait pour un type facile ? ! Parce que c'était loin d'être le cas ! Enfin, pas avec elle, même s'il était vrai qu'il n'hésitait jamais à ramener une fille qui lui plaisait bien – à la condition qu'elle ne lui ait pas pourri la vie lors d'une mission précédente, bien entendu.

Toujours est-il que Renan la laissa s'expliquer avant de lui désigner un meuble dissimulant une poubelle où elle pourrait se débarrasser des morceaux du verre brisé. Il put d'ailleurs la suivre du regard étant donné que les deux pièces étaient presque réunies et seulement séparées par un demi-mur. C'est donc en silence qu'il l'écouta le questionner sur sa pseudo-colocataire. Apparemment, elle avait oublié son idée initiale en arrivant ici, pour la remplacer par un regroupement de données à propos de cette mentaliste qui l'avait mise à mal. Un sourire se dessina sur les lèvres du Français qui sembla se montrer amusé des questions qui lui étaient adressées. Il haussa finalement les épaules, l'air indifférent.

« Je ne sais pas, je ne m'intéresse pas franchement à toutes ces histoires.... » Ce qui était totalement faux. « Et pour ce qui est de discuter avec elle... honnêtement je crois que non. Elle est du genre... vraiment paranoïaque. À côté, vous jouez dans la catégorie des débutants. Et puis elle est assez possessive aussi, je ne suis pas certain qu'elle sera très heureuse d'apprendre que j'ai ramené une fille ici. » Encore un beau mensonge. « Le mieux ce serait que vous évitiez de la croiser. Elle pourrait penser que vous essayez de la défier et je n'ai pas trop envie de devoir la calmer après votre départ. »

Le coup de la fille jalouse, ça fonctionnait presque toujours ! De plus, il pouvait toujours modifier ses explications et prétendre que finalement, la colocataire en question était sa petite amie ou une connerie du genre et la persuader de se tirer avant de lui attirer des ennuis. Enfin, est-ce qu'elle était du genre à essayer de sauver un couple ? Peut-être pas, mais Renan n'avait pas envie de l'entendre balancer de nouvelles questions à propos d'une femme qui n'existait pas. Il enchaîna d'ailleurs sur la suite.

« Comme je vous ai dit : je ne m'intéresse pas franchement aux mentalistes, aux métahumains et à toutes ces choses. Honnêtement, je serais bien incapable de confirmer si elle est puissante ou non. Tout ce que je sais, c'est qu'elle s'entraîne depuis un moment à camoufler ses pensées et celles de ses proches. C'est tout. Le reste ne m'intéresse pas. » Ce qui lui éviterait – normalement – d'autres questions. « Par contre, c'est la première fois que j'entends parler d'une attaque. Vous êtes certaine que ce n'est pas un effet qui a réagi comme ça avec vos pouvoirs ? Parce que les rares fois où je suis tombé sur des mentalistes, on m'a simplement dit que mes pensées étaient brouillées et difficiles à trier. » Pour le coup, c'était la vérité : son don brouillait les pensées en utilisant le magnétisme des connexions de son cerveau. « Navré, mais je ne peux pas vous aider plus sur ce point. » Il haussa à nouveau les épaules. « Mais ne vous inquiétez pas. Je ne vous en veux pas. Je vous comprends assez. »

Il parvint à esquisser un sourire amical qui avait l'air parfaitement honnête. Renan était ravi par la claque que Ginger venait de prendre et il retrouvait un peu de sa bonne humeur, persuadé de l'avoir calmée pour la soirée. Il avait pris sa vengeance et se délectait de l'humiliation qu'elle venait de subir. Désormais il connaissait son point sensible et savait comment l'empêcher – ou la dissuader – d'utiliser son pouvoir. Il était armé pour leur prochaine rencontre ! Maintenant, il ne restait plus qu'à débarrasser le plancher de l'indésirable pour retrouver enfin sa tranquillité.

« Mais je pense vraiment que vous devriez rentrer chez vous pour vous reposer. Comme je vous l'ai dit, ma colocataire ne devrait plus tarder. »

Elle avait bon dos cette pseudo-colocataire, que ferait-il sans elle ? Pas grand-chose, assurément !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 19 Nov 2014 - 17:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La question résidait à savoir si la fille en question était réellement une colocataire ou s’agissait-il d’une copine qu’il trompait sans s’en soucier en outre mesure ? Que ce soit l’un ou l’autre, cela n’embêtait pas réellement la jolie demoiselle qui n’en avait que faire des couples qu’elle pouvait ruiner alors qu’elle s’approchait d’hommes ayant parfois la bague au doigt. C’était égoïste, un tantinet puéril, mais elle n’en avait que faire de ces gens dont la vie ne l’intéressait guère. Il y avait toutefois le côté possessif de la supposée colocataire et le fait qu’il ne souhaitait pas que la demoiselle rencontre ladite colocataire qui donnait l’impression à la brune de s’immiscer dans un ménage difficile où elle n’avait pas spécialement sa place. En temps normal, elle ne s’en serait pas soucier. Pas du tout, même. Elle aurait peut-être même fait exprès de laisser traîner l’un de ses sous-vêtements dans la demeure pour créer une querelle dont elle ne serait pas témoin mais où l’homme en question se verrait en mauvaise posture. Toutefois, au diable la bonne conscience, elle s’était vue avec le temps remettre en cause sa façon de voir les choses et considérer les autres. Tout ça car un stupide cousin éloigné lui avait fait part que ce n’était pas aimable de sa part que d’abuser les autres de la sorte. Et merde, voilà qu’elle sombrait dans les cas de consciences dont elle ne voulait même pas entendre parler. Elle secoua doucement de la tête pour finalement poser son regard sur son interlocuteur.

Elle haussa un sourcil. Une mauvaise réaction avec ses propres pouvoirs ? Il fallait dire que la mentaliste ne faisait pas de la télépathie à proprement parler. Elle n’était pas en mesure de capter les pensées immédiates et superficielles des autres. Non, elle, ce qu’elle faisait, c’était qu’elle remontait dans les souvenirs des autres, glissait dans leur tête pour s’enfoncer dans une zone nébuleuse dont la majorité des humains n’avaient même pas conscience. C’était peut-être pour cette raison que l’espèce de brouillage… Électromagnétique ? Qui l’avait entouré lui avait semblé attaquer chacune de ses terminaisons nerveuses et avait provoqué chez elle une violente réaction, notamment à cause du bruit de « neige » qui s’était vu être fort désagréable. « Il semblerait que plus l’on va loin et plus il se fait violent » déclara-t-elle simplement d’une voix légère, sans s’étendre plus que nécessaire sur ses propres capacités. Le problème étant sûrement qu’elle donnait des indications à un ennemi de taille quant à ses capacités et à ce qu’elle pouvait faire. La demoiselle n’était pas une mentaliste de bas étage qui se contentait d’hypnose. Au fil du temps et avec de l’entraînement, elle s’était découvert de nouvelles facettes de ses talents mentaux, ce qui lui avait valu de nouvelles vagues d’entraînements pour perfectionner le tout. « Ce n’est toutefois pas un brin dérangeant que de vivre avec une personne aussi paranoïaque qu’elle ? » Après tout, Ginger se savait difficile à vivre, elle ne pouvait donc que s’imaginer ce que c’était.

« C’est quand même assez dommage » ajouta-t-elle, avec une expression légèrement déçue sur le visage. C’est qu’elle aurait bien aimé pouvoir s’entretenir avec ladite colocataire et voir avec elle les talents qu’elle avait. Bon, elle pouvait comprendre que si elle était aussi paranoïaque qu’il disait l’être, elle pourrait ne pas apprécier que quelqu’un (une étrangère) ait été mis au courant quant à ses capacités qui sortaient de la normalité. « Les mentalistes se font rares. » Ou du moins, presque rare. Dans son cercle d’amis, si elle pouvait dire cela comme ça, il n’y en avait qu’un. Et c’était le genre de mentaliste à qui il valait mieux ne pas s’opposer. Sans connaître l’étendu des pouvoirs de l’homme en question, l’énergie qu’elle avait ressenti émanant de lui (un truc de mentaliste quoi) avait été assez efficace pour la convaincre que de ne rien tenter à son encontre (ce n’avait toutefois pas été dans ses plans). « Surtout d’une telle puissance. C’est un beau cadeau que votre colocataire. » Elle insista sur le mot colocataire, bien qu’un doute quant à la véracité des propos se fit entendre dans sa voix. A priori, ce n’était pas tant l’existence d’une telle personne qu’elle suspectait ne pas être vraie mais la relation qu’il entretenait avec ladite demoiselle. Après tout, Ginger n’était pas idiote et l’idée qu’il s’agisse d’une copine plus qu’autre chose se faisait particulièrement présente. « Vous a fait. Cela évite d’autres paranoïaques dans mon genre que de s’en prendre mentalement à vous. » Le ton avait été celui de la plaisanterie alors qu’elle souriait doucement. C’était aussi une autre raison qui la poussait à vouloir partir. Cet homme, même si elle ne pouvait le confirmer, lui cachait quelque chose. C’était son instinct qui hurlait à la menace.

À défaut de savoir ce qu’il lui cachait, mieux valait encore s’éloigner de lui, ne serais-ce que pour se préserver plus longtemps. Un instinct de survie qui avait été absent pendant une longue partie de sa vie mais qui refaisait (bien heureusement) surface. « J’imagine que ne pas s’intéresser à toutes ces choses est un moyen comme un autre pour un humain lambda de se préserver des choses qu’il ne comprend pas. » Oh, ce n’était pas une insulte ni rien mais un simple commentaire quant au fait qu’il ne s’intéressait pas tant aux mentalistes ou aux autres métahumains. « Toutefois, de ce que j’ai pu voir de la ville, mieux vaut parfois être préparé face à ce que vous pouvez rencontrer. » Et c’était un réel conseil qu’elle donnait là à l’homme qui lui avait fait passer au travers un grand éventail d’émotions : amusement, colère, indignation, peur, crainte et de nouveau amusement. « Ce serait donc peut-être une bonne chose que vous vous intéressiez au sujet auprès de votre colocataire. » Et puis, les mentalistes étaient tous particulièrement intéressants tant les pouvoirs du domaine mental pour s’avérer infini. « Merci pour ce dernier verre et encore désolé des éclats » lui dit-elle en souriant et en s’approchant de la porte d’entrée. « À peut-être une prochaine. » Lui adressant un dernier sourire qui se voulait sympathique, elle quitta l’appartement pour aller héler un taxi plus bas. Décidément, cette soirée n’avait pas suivi le cours qu’elle avait prévu et tout ce dont elle avait désormais besoin, c’était de rentrer au manoir pour sombrer dans un sommeil qui serait passablement agiter. Qu’elle se l’avoue, cette rencontre n’avait pas été des plus appréciables, même qu’elle était un tantinet dérangeante pour cette jeune femme qui avait horreur de ne pas avoir tout en contrôle. Or, elle ne serait pas contre l’idée que de revoir cet homme, ne serais-ce que pour tenter de comprendre qui était-il réellement (et, surtout, qui était cette foutue colocataire).
 
Revenir en haut Aller en bas

 
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_6La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_8


La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_1La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_2_bisLa méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Charlott Eleanor Waldorf, pour se faire servir. Terminée.
» Reita Ozawa - Pour se faire un nom, il faut être connu
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_6La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté ▬ Ginger Categorie_8
Sauter vers: