AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Intrigue n°3 - A Nightmare on Elm Street

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 30 Sep 2014 - 20:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 342
ϟ Nombre de Messages RP : 253
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Intrigue n°3

A Nightmare on Elm Street


     Durant les premiers mois de l'année 2013, une nouvelle organisation criminelle avait fait son apparition à Star City. Se taillant doucement sa part du gâteau, elle avait fini par menacer directement les intérêts des membres du Cartel Rouge, mais aussi ceux de l'organisation secrète SHADOW. Une réunion de crise fut alors organisée mais avant que des décisions aient pu être prises, des attaquants prirent d'assaut le navire où se tenait le rendez-vous. Le Trident Noir s'était manifesté physiquement pour la première fois, obligeant les autres criminels à fuir et à se replier sur eux-mêmes.

     Pendant les mois qui suivirent cet événement, chacun des grands chefs du Cartel Rouge et de SHADOW chercha à consolider ses positions, éliminant sans ménagement les menaces qui pesaient sur son organisation, sécurisant ses opérations et développant ses armes. Puis, le temps d'agir arriva. Le mystérieux Tesla rencontra le Maître de Chinatown et le Cartel Rouge se mit à collaborer avec les agents de l'Ombre, sans pour autant savoir qui ils étaient. Des missions communes eurent lieu et peu à peu, le voile qui recouvrait le Trident Noir se souleva.

     Lorsque des agents de l'organisation SHADOW parvinrent à capturer un dénommé Ernest Travik, ce voile s'envola définitivement. Grâce à l'aide de ce dernier, les agents de l'Ombre purent découvrir le lieu central de leurs opérations, à Star City : un entrepôt probablement sécurisé et situé sur Elm Street. Un entrepôt à deux pas du Circus Maximus, comme si cela était une nouvelle provocation à destination des criminels de la ville. Ainsi, l'officier Tesla prépara ses troupes à l'action et, soucieux de poursuivre les relations cordiales qu'il avait mises en place, il informa le Mandarin de ses découvertes, ce dernier informant à son tour Atia César, la dirigeante du Cartel. C'est ainsi que le syndicat criminel décida d'apporter son aide dans l'élimination finale du Trident Noir.


     Le jour J – où plutôt, la nuit N – les agents de l'Ombre se réunirent dans un bâtiment contrôlé par le Circus Maximus, y retrouvant des membres des diverses organisations du Cartel Rouge. Un plan d'action fut établi, tenant compte des capacités de chacun. Quatre groupes allaient passer à l'attaque, chacun entrant par une ouverture différente. Les agents et les hommes de main avaient toutefois encore le temps de faire connaissance avant de passer à l'action et il valait peut-être mieux éviter d'ignorer cette étape. Leur vie dépendrait peut-être de la confiance qu'ils pouvaient avoir en leurs partenaires...


*** *** *** ***


     A deux pas de là, installé sur un toit, Hermès sentait que quelque chose se tramait. Lui, le dieu des voleurs, pouvait sentir que depuis l'arrivée du Trident Noir, les choses ne se passaient plus de la même manière dans les sphères criminelles de la ville. Le Trident Noir... Ce symbole l'intriguait probablement, parce qu'il n'était pas sans lui rappeler son oncle, Poséidon. Le dieu des mers jouait-il un rôle là-dedans ? Était-il celui qui tirait les ficelles dans l'ombre, depuis le mont Olympe ? Peut-être était-ce cela qu'Hermès cherchait à découvrir ? A moins qu'il n'ait une autre raison de se trouver ici, ce soir-là... N'avait-il pas des connaissances qui allaient risquer leurs vies lors de l'assaut à venir ?


*** *** *** ***


     La nuit dans le quartier des docks n'était pas nécessairement le moment ou l'endroit le plus adapté pour une jeune fille, même quand elle disposait de capacité spéciale. Pourtant, c'était bien là que se trouvait Némésis Harkness. Pour quelle raison ? Elle seule le savait... Peut-être avait-elle entendu des rumeurs sur le Circus Maximus ou le Gang des Centurions ? A moins qu'elle ait voulu se rendre à la gare de marchandises pour prendre clandestinement un train afin de quitter cette ville de fous ? Peut-être cherchait-elle simplement le chemin de la Colline aux Lanternes et de ses histoires de fantômes et qu'elle s'était perdue... Tout était possible, mais une fois de plus, comme cela lui était arrivé dans la zone 21, elle risquait de s'attirer bien des ennuis.



Informations complémentaires


     Ce message est une introduction à l'intrigue ! Il permet de lancer un tour de chauffe où vous pourrez introduire votre personnage, le décrire, parler de son costume ou de sa tenue, indiquer votre surnom, faire référence à d'éventuels PNJ qui vous accompagnent, etc. N'hésitez donc pas à donner tous les détails qui peuvent vous sembler utiles pour les autres !

     Comme vous avez pu le voir en lisant, vous allez être répartis en quatre équipes. Cela a pour but de vous guider au début de l'intrigue, mais aussi, d'éviter que vous soyez trop nombreux dans un même secteur. Ainsi, vous ne serez que deux PJ par équipe de manière à pouvoir avancer plus librement que si vous étiez dans un grand groupe ! Bien entendu, vous serez accompagnés par des agents PNJ et des sbires ! Les équipes sont les suivantes :
  • Équipe 1 : agent Alexane Collings (et d'autres PNJ troupiers) et Yvan Davidson. Votre équipe sera là pour la frappe lourde et Yvan y est adjoint en raison de ses capacités particulières ! Vous serez donc le fer de lance de l'attaque qui entrera par la grande porte ! Alexane, tu peux choisir d'être le chef de l'équipe ou tu peux créer un PNJ pour ce rôle.
  • Équipe 2 : Hati/Ida Mikkelsen et Rosamund Richter (avec potentiellement un ou deux autres mages de l'Ordre et deux agents clones comme gardes du corps). Votre équipe sera là pour une diversion et vous entrerez donc par une porte latérale !
  • Équipe 3 : agent Louis d'Ax (et des agents clones) et Raphaël/Cornelia Tarabotti. Votre équipe sera aussi là pour une infiltration/diversion mais vous pourrez aussi devenir une force de frappe lourde, selon la tournure que prendront les événements... Un dragon et un démon, ça devrait faire l'affaire.
  • Équipe 4 : Tzin Ming, Suzaku Miura et Ginger L. Pennington (et des PNJ de la Triade). Je laisse à Tzin le choix de son rôle dans cette affaire ! Prendre d'assaut un entrepôt n'est peut-être pas commun pour le Mandarin, mais il peut toujours diriger les opérations ! Suzaku peut évidemment le protéger.


     Hermès, comme tu le constates, tu es actuellement à l'écart, ce qui est logique, puisque tu n'es lié à aucun des groupes ! J'ai évoqué quelques pistes qui peuvent justifier ta présence, mais je te laisse évidemment décider par toi-même de ce que tu préfères ! Il peut s'agir de tout autre chose aussi ! Tu auras tout le loisir de te joindre à la fête, alors n'ait crainte. N'hésite pas à présenter ton apparence et tout ce que tu pourrais faire intervenir dans ce sujet.

     Némésis, comme Hermès, tu es actuellement éloignée et je n'ai rien défini sur ta présence ici ! Je te laisse voir ce qui te semble le plus logique, selon toi, parmi les pistes suggérées, mais tu peux évidemment te forger ta propre explication ! Ton personnage sera sans doute un peu décalé par rapport à ce qui est prévu, mais nous trouverons de quoi faire ! N'hésite donc pas à présenter ton personnage et ce qui pourrait l'accompagner.

     Pour ce premier tour, aucune limite de mots ne vous sera imposée, mais cela changera ensuite ! Il n'y a donc aucune consigne particulière pour l'instant et tout vous sera précisé en temps et en heure. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter Lukaz Le Guen par MP ou alors, à poster dans le sujet de discussion ouvert pour votre sujet d'intrigue.

     Bon jeu à tous !

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 30 Sep 2014 - 21:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8161
ϟ Nombre de Messages RP : 863
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Cette soirée offrait d'étranges perspectives. La compagnie d'un archidémon n'était pas parmi celles que Louis préférait. Au contraire, il aurait sans doute mieux aimé être posté ailleurs, loin de Raphaël, dont il n'était toujours pas sûr de bien connaître les intentions – le pourrait-on jamais ? Le cœur de cette créature infernale avait plus d'ombreuses cavités que les plus sombres grottes. Il devrait donc s’accommoder de ce partenaire indélicat pour les besoins de la cause, et quelle cause ! Rien d'autre que la prise d'assaut d'un entrepôt où selon toutes vraisemblances le Trident noir disposait du centre névralgique de ses activités. L'investir et se l'approprier réduirait sans doute à néant les prétentions des chefs de ce groupe qui prétendait faire la nique aux criminels locaux et nuire aux intérêts de l'Ombre. La liste des ennemis du Trident noir était bien longue, mais Louis n'était pas là pour diversifier ses relations, ni même pour se faire de nouveaux amis. Il n'avait ce soir qu'un objectif, comme à chaque fois qu'il recevait des ordres : y souscrire, et accomplir ce qu'on attendait de lui. Dans un bâtiment contrôlé par le Circus Maximus, Louis se retrouva parmi d'autres officiers, agents, troupiers et infiltrateurs de Shadow, pour le rassemblement qui précéderait l'assaut. Il fut attentif, bien sûr, aux têtes nouvelles ainsi qu'aux différents passages qu'il pouvait observer de là où il se tenait, prêt à l'action. Mais il fut plus attentif encore à se bien préparer et à contrôler qu'il avait sur lui tout ce qui lui serait nécessaire pour les heures qui suivraient et qui, pour la suite des événements, se montreraient déterminantes.

Loin de céder à l'enthousiasme des débutants, Louis s'était équipé avec toute la méticulosité d'un apothicaire hollandais. Il avait revêtu, comme il convenait, l'armure basique des agents de l'organisation SHADOW. Toute noire, elle serait parfaitement adaptée à ce qui était attendu de lui. Augmentée d'un communicateur intégrée et d'un masque intégral pour veiller à maintenir les ténèbres sur son identité, Louis y avait ajouté cette ceinture utilitaire fraîchement acquise qui, il l'espérait, se révélerait utile. Mais ce n'était pas tout, puisqu'à ses côtés pendait la paire de saïs qui ne devraient lui servir qu'en cas d'extrême nécessité. Ailleurs dans les poches de sa tenue, il avait dissimulé quelques graines de rosiers. Ces dernières, peu intéressantes en jardinerie, seraient entre ses mains d'une efficacité redoutable, pour peu que la situation s'y prêtât. Mais en pleine ville, et dans cette zone-là en particulier, il doutait d'avoir à recourir à ce volet-là de ses aptitudes...

Et par dessus tout, bien à l'abri des poches de sa très légère armure, une quantité raisonnable de fioles de petites tailles n'attendaient qu'un geste de lui pour donner une démonstration de leurs effets. Du plus simple fumigène à la plus originale potion d'urticaire, Louis s'était paré pour quelques expériences en temps réel. Dans le détail, dans son sac à dos ou dans ses poches, voici les potions dont il disposerait ce soir : deux fioles de la « bise du gobelin », liquide couleur rouille provoquant une virulente crise d'urticaire ; deux flasques du « pet ectoplasmique », jus visqueux et sombre dont les vapeurs suscitaient dès l'inhalation d'horribles hallucinations, avec heureusement une faible inclination à la dispersion aérienne ; trois flacons de la « nuit d'encre », un concentré de brouillard capable d'enténébrer une grande pièce dans une épaisse purée de pois, inspiré par nul autre que l'excellent Smogogo ; un petite bouteille d' « orage cérébral , potion aux couleurs de la foudre qui provoquait un brutal accroissement des facultés cérébrales et de l'intelligence pendant un laps de temps très court. Enfin, quatre petites ampoules du « brasier de poche », dont le contenu, une fois répandu sur le sol, n'avait d'autre effet que d'entraîner un départ de flammes et ne servirait donc qu'à déclencher un incendie, par exemple. Louis avait hâte d'en constater les effets et, au besoin, de réfléchir déjà aux modifications qu'il devrait apporter pour en préciser chaque fois les formules alchimiques.

Après avoir examiné toute la panoplie de son équipement, et vérifier la présence rassurante du brouilleur de Quirk et de la bougie magique qu'il emportait chaque fois lorsqu'il se trouvait en mission, Louis se dit qu'il vaudrait mieux épargner à tout le monde quelques frémissements : inutile de se transformer en dragon pour vérifier que toutes les écailles étaient bien à leur place ! Il fit donc œuvre de patience et se demanda quelle attitude aurait adopté ce soir Cornelia Tabarotti, enfin, l'archidémon Raphaël. Aurait-il choisi d'être consciencieux et discipliné ? Cet espoir puait l'idiotie et Louis le savait. Il n'y avait plus qu'à demeurer prudent et s'attendre à tout, au meilleur comme au pire... qui pouvait savoir ce que Renan aurait dit à Raphaël au préalable, avant le rassemblement, et même, lui aurait-il dit seulement quelque chose ? Dans l'ignorance, Louis choisit d'afficher la plus complète béatitude. Il se contenterait de faire ce qui était attendu de lui et si Raphaël décidait d'être une nuisance, ou une distraction, il saurait s'en accommoder. C'était encore ce qu'il faisait de mieux.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 30 Sep 2014 - 22:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
C’est la nuit et par un coup de chance ou un autre, la lune brille haut dans le ciel. Je savoure l’énergie qui me provient par ce biais, en cette soirée de mission. On m’a dit de me préparer, ce que j’ai fait avec sérieux. C’est sous l’apparence d’Ida Mikkelsen que je suis venue là. Mais j’ai récupéré du matériel, pour une fois. Ça ne m’arrive pas souvent, je préfère utiliser mes capacités propres, mais c’est ainsi. Je porte une combinaison pour se camoufler – comme mon pelage dans la neige. Elle est toute noire, et moulante. Elle épouse mes mouvements, comme une seconde peau. Et puis, ça a le mérite d’être sexy. La vaniteuse que je suis aime ça.
Avec un masque intégral, mes traits sont dissimulés. Pas de risque qu’on reconnaisse l’actrice, là dessous. Car c’est une chose à éviter. Ida est utile quand il faut briller au grand jour, une plaie quand il faut être discrète, discrète comme une petite souris. Alors, j’ai mobilisé les ressources de mes maîtres du moment. Nouvelle ère, nouveaux jouets. J’ai également un communicateur, et une petite arme sympathique. Ils disent « blaster », je crois ? J’oublie parfois toutes leurs subtilités de langage, à ces humains. Ils passent leur temps à inventer de nouveaux mots.
Je suis en tenue d’action. Ça fait longtemps que ça ne m’était pas arrivé, et j’aime ça, j’adore ça.

Ici, c’est un entrepôt. Nous sommes plusieurs. Des membres de SHADOW, j’en reconnais certains, je sens l’odeur de Mannheim sur les autres. Certains sont d’une autre organisation du crime – des gens qui savent s’amuser, bien, très bien. Nous avons été réparti en équipes. Sköll n’est pas venu, ce soir, je crois. Une mission rien que pour moi, enfin, nous, vu que j’ai une équipière. Inconnue, la petite. Je crois. Peut-être l’ai-je croisé à notre base, je ne m’en souviens pas. Les humains passent et se ressemblent tous, pour moi. Tant qu’ils n’ont pas fait leurs preuves, ils restent anonymes. Des pions. J’en reconnais certains, Tesla, par exemple, mais c’est le chef. Le petit démon cachotier, mais voilà, c’est un démon, pas un humain, pas une de ces fragiles créatures qui peuplent Midgard. Il est spécial. D’autres personnes me sont familières. Mais, elle, pas trop. Nous verrons ce qu’elle vaut. Une bonne surprise est possible. Et au pire des cas, elle n’aura qu’à suivre le rythme.
Ce soir, mes capacités sont à leur maximum, presque. Je peux utiliser la force et la vitesse de mon véritable corps avec celui que j’ai emprunté. Je souris.

En entrant, je repère tout de suite une de mes connaissances… proches. Oh, Raphaël, le petit cachotier, est là aussi. Comme c’est amusant. Mais je ne suis pas ici pour plaisanter – un peu, mais en faisant bien mon travail. Paradoxe, paradoxe.
La demoiselle avec moi sent le pouvoir et la magie. Une sorcière, de cet ordre que j’apprécie moyennement. Ça ne m’empêche pas de m’associer avec elle, tant qu’elle suit le rythme. SHADOW n’accepte pas les faibles, de toute façon. J’ai seulement à faire avec. Je l’observe un peu avant de m’approcher et de me présenter. Avec mon surnom. Ce soir est un soir pour les surnoms.

« Moi, c’est Hati. Je peux t’appeler comment, pour ce soir ? »

Pour ce soir, parce que probablement que quand la lune sera au repos, j'aurais déjà oublié. Je tutoie directement, je ne vouvoie pas grand monde, de toute façon. Et puis, en anglais, ce sont des notions quelque peu inutiles. Tu et vous, c’est pareil, la même chose. Par comme en français. Alors, j’oublie, j’oublie ce problème et passe à autre chose. La réponse de la demoiselle. Pour s’adresser aux autres, il faut bien connaître leur nom, surnom, prénom. Quelque chose, quelque chose qui me donne une appellation. C’est important. Plus facile, plus agréable et plus propice quand on est pressé et qu’on a besoin de l’autre.
Je reste debout, masquant mon impatience même si je tapote du pied par terre (j’ai envie de bouger, de réveiller mon corps endormi, et de faire la chasseuse, comme avant, comme souvent), les bras croisés et l’air farouche – même s’il n’y a personne pour le voir, à moins d’être magique au point de voir à travers un masque. Je doute que quiconque est un pouvoir comme ça, ici.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 1 Oct 2014 - 3:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Le 1er octobre 2014


Cela faisait quelques temps que j’étais tombé sur la piste du Trident Noir, cette mystérieuse organisation qui commençait à faire du bruit dans les sphères criminelles de la ville. J’avais tenté d’entrer en contact avec un membre de l’organisation, en vue de leur proposer mes services si l’on pouvait appeler les choses ainsi, mais mon contact avait malencontreusement disparu avant que je n’ai pu obtenir la moindre information à leur sujet et conclure la moindre affaire avec eux.
De plus, le trident n’était pas sans rappeler un élément qui m’était vaguement familier. Etait-ce un pur hasard, ou une heureuse coïncidence ? Je comptais bien le découvrir, mais celui qui était à l’origine de ce choix, s’il n’avait rien à voir avec mon oncle Poséidon, manquait cruellement d’imagination.

Je m’étais adonné à un jeu de piste depuis quelques temps. Il m’arrivait assez fréquemment d’aller traîner incognito du côté du Circus Maximus. J’allais de temps en temps assister à des combats, où j’avais noué quelques contacts, où je me fournissais en substances illicites, entre autre, et dont j’avais toujours quelques échantillons sur moi. J’affectionnais particulièrement cette drogue qu’ils appelaient Sweet Dream et qui projetait instantanément la victime au pays des rêves, de quoi se débarrasser en un clin d’œil d’éventuels gêneurs.

C’était en laissant traîner mes oreilles invisibles et indiscrètes que j’avais appris que quelque chose se tramait ici bas. Quelque chose, ou quelqu’un avait mis le Cartel en alerte. Bien que je n’aie pas eu de récents contacts avec Tzin Ming, nous étions restés en bon terme et je suivais les agissements de ce dernier à distance non sans manifester un vif intérêt. Il était assez rare de voir le Mandarin sortir de sa tanière. Sa présence en ces lieux, cette nuit là, était amplement suffisante pour éveiller ma curiosité et pour me mobiliser.

Je m’étais donc rendu sur place vêtu de ma combinaison hermétique d’un noir profond, épousant parfaitement les formes de mon corps afin de me doter de la meilleure pénétration dans l’air qui soit. Mes bottes noires n’avaient gardées de leur apparence d’origine que deux ailes discrètes gravées dans le matériau à l’image d’une marque incrustée sur un morceau de cuir. Autant dire qu’il fallait avoir le nez collé dessus afin de pouvoir les distinguer. Les quelques ajustements portés par Dédale à l’ensemble de mon costume l’avaient considérablement renforcé, lui permettant de résister à mes nouveaux modes de déplacement ainsi qu’à la combustion provoquée par mes entrées et sorties dans l’atmosphère terrestre. Je supposais qu’il fut également à l’épreuve des balles, mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de tester cet aspect. Encore fallait-il être en mesure de me toucher !
J’arborai également le nouveau masque que mon ami avait confectionné pour moi, à ma demande, si d’avantage je devais de nouveau me présenter sous le pseudonyme d’Eclyps, que je portais sous la Kunée,- on n’était jamais trop prudent - le casque dérobé à mon oncle Hadès, qui me conférait un voile d’invisibilité me permettant de me fondre à la perfection dans le décor nocturne.

Après avoir discerné du mouvement autour de cet entrepôt appartenant au Circus Maximus, je m’étais posté sur un toit, à quelques mètres de là, afin de pouvoir observer à ma guise ce qui se tramait en bas. Plusieurs petits groupuscules semblaient se rassembler, ça et là, préméditant sans doute une opération des plus distrayante.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 1 Oct 2014 - 12:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Ce que Raphaël faisait ici ?
Lui-même n’était pas bien sûr.
A son humble avis, patron chéri avait vraiment envie d’attraper les personnes présentes dans l’entrepôt, à moins qu’il n’ait pensé pouvoir gagner une année de service supplémentaire en le mettant sur cette mission étrange? L’un dans l’autre, c’était un mauvais calcul et pour plusieurs raisons. Premièrement, il devait faire équipe avec un sorcier, un sorcier qu’il n’aimait pas du tout et ce pour une multitude de raisons. Il n’était d’ailleurs vivant que parce qu’on lui avait interdit de le toucher.
Un sursis, évidemment. Et surtout parce que :
1) Il voulait voir de quoi il était capable.
2) Il se demandait si son sang ne serait pas plus puissant et donc plus efficace à le libérer que celui de Siobhan.
En attendant de répondre à ces fabuleuses questions, Raphaël boude un peu, voire carrément. Comme si le sorcier ne suffisait pas, Hati est là. Les deux compères échangent un regard. Hati sait des choses, un peu trop. Dans un moment de faiblesse, il a tout avoué et depuis…Depuis, il ignore comment se comporter. Que d’ennuis que d’ennuis.

Patron chéri lui a fait don d’une combinaison noire et d’un masque. Nécessaire, selon lui. On ne doit pas voir la secrétaire de monsieur Cooper en pleine opération conjointe du Cartel et de SHADOW, ce serait malheureux. Vraiment malheureux. Il avait bien insisté, Raphaël ne devait pas retirer le masque noir, même s’il le trouvait hideux. Il ne devait pas non plus porter autre chose que cette combinaison intégrale qui arrêterait les balles, un équipement standard, il paraît. Il avait même voulu lui donner une arme à feu, mais Raphaël avait ri. Vraiment, porter une arme, lui ?
Autant charger un tank avec du 9mm.
Le démon avait été fier de sa répartie. Tesla un peu moins. Mais son patron chéri lui passait beaucoup de choses. Pas trop, juste assez pour pimenter leur jeu. Parce que oui, tout ça, pour Raphaël, ce n’était rien de plus qu’un jeu. Il ne croyait pas dans les idéaux de l’Ombre, il n’avait pas vraiment de buts directement liés à cette organisation…Il passait simplement son éternité en essayant de provoquer quelques poussées d’adrénaline.
Et sa chienne, dans tout ça ?
Bah.

- Petit, tout petit sorcier, murmure Raphaël après s’être approché de lui.

Il parle bas, non pas qu’il veuille cacher son animosité, mais parce qu’on lui a conseillé de ne pas trop attirer l’attention. Quelle drôle d’idée, s’il fallait de la discrétion, de mettre Hati et Raphaël sur une même mission.

Mais ce n’est pas le plus important dans l’immédiat. Il a l’esprit occupé par le sorcier, le sorcier qu’il n’aime pas, vraiment pas. Il connaît sa famille parce qu’il a déjà rencontré certains de ses ancêtres, il voit le genre de praticien qu’il va devenir, puis il a eu le culot de fournir des protections contre lui à son patron chéri et ça…Ca, ah, sacrilège ! On n’interfère pas dans le jeu d’un démon.
Mais Raphaël ne pouvait pas encore le lui expliquer dans le détail.

- Quand tout ça sera fini, on va avoir une petite discussion toi et moi, en tête à tête.

Raphaël est déçu que son masque cache tout son visage, ainsi le sorcier ne peut pas voir son sourire de prédateur. Heureusement, ses yeux rouges sont visibles.
Il est gentil, il le prévient.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 1 Oct 2014 - 14:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8161
ϟ Nombre de Messages RP : 863
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Un bain dans la bise du gobelin ne lui aurait pas provoqué plus de pénibles démangeaisons que la proximité susurrante du démon. Quoiqu'il fût à distance, Louis sentait sur lui comme le doux ronron d'un chat trop vieux et trop loqueteux. Ce désagréable contact enchantait certainement Raphaël, qui prenait de toute évidence beaucoup de plaisir à tourmenter ses contemporains. Qu'il s'amusât de la sorte étonnait Louis, mais il n'était pas un démon, il ne pouvait donc prétendre connaître les cordes sensibles de ces créatures infernales. Loin de partager son déplaisir avec les autres, Louis dissimulait sous son masque le mépris que lui inspirait la présence du prince des Cauchemars, ainsi que ses menaces.

Celles-ci, pas plus que ses provocations, ne lui faisaient d'effet. Il la savait capable de bien pire, de bien plus salace notamment, de bien plus désagréable, de bien plus irritant, alors à quoi bon hausser le ton déjà et chercher à remettre celle qui serait sa coéquipière à sa place, elle qui justement en occupait une si spéciale au sein de l'organisation fondée par l'Ombre ? Les quatre premiers mots de Raphaël étaient clairement destinés à soulever chez lui une réaction de colère et d'impulsive violence, mais Louis n'était pas de nature à réagir si vivement. Sans doute l'archidémon le savait-il, mais il était difficile de le déterminer, car après tout, peut-être se serait-il amusé de voir Louis s'indigner d'être ainsi approché ? Ou peut-être profitait-il de la situation qui imposait à tous les membres de Shadow présents sur les lieux d'être attentifs et silencieux, pour provoquer Louis et le priver de tout droit comme de toute opportunité de réponse ? La psyché d'un démon n'était guère complexe, mais bien simplement caractérisée par l'imprévisibilité de leur tempérament. Chercher à comprendre les motifs de Raphaël eût été vain, et plus utile eût été de chercher le grain de sable qu'on a perdu sur la plage de Biscarosse...

 « Lui-même. »

Louis se demandait bien ce que désirait l'archidémon, et se surprit même à chercher dans les yeux rouges qui le regardaient le reliquat d'une âme perdue, celle de la demoiselle qui servait d'hôte à Raphaël.

L'avait-il pénétré si profondément qu'elle avait désormais totalement disparu de ce corps mortel, ou bien par malheur était-elle encore ici, présente, invisible et misérable victime condamnée à suivre à tout jamais les aventures et errements que le démon ferait endurer à cette carcasse féminine que Louis devinait sous la combinaison et même le masque. Cornelia Tabarotti était une belle femme et sans doute n'avait-elle pas mérité ce triste destin, mais après tout, elle en était pour partie responsable, et Louis avait mieux à faire que de plaindre ce qui peut-être n'existait plus et en tout cas ne comptait plus désormais, alors il chassa ces pensées de son esprit pour mieux se remémorer ce que Raphaël venait de lui dire. Sous le masque, il se garda de sourire, car il n'appréciait guère le ton des propos qu'il entendait et qui se gravait sous la tendre peau de ses oreilles. Plus agréable aurait été sur son lobe, son hélix et sa gouttière scaphoïde la frémissante langue d'un serpent venimeux.

 « Un tête-à-tête, dîtes-vous ? Ne me présenterez-vous pas votre père ? » Louis insista bien sur ce dernier mot. Si le démon le croyait démuni, il se trompait lourdement. Il se doutait bien qu'il ne pourrait éviter Raphaël éternellement et s'il était vraiment honnête, Louis devait bien reconnaître qu'il éprouvait désormais de la curiosité à l'égard de ce personnage si singulier, tout autant que de la crainte.

Il était évident que l'échappé des abîmes soufrés ne le rencarderait pas pour aller passer l'après-midi à la jardinerie. Mais il y aurait toujours beaucoup à apprendre de la bouche même de l'archidémon. Un tête-à-tête ne serait pas dangereux, pourvu qu'il s'entourât des protections nécessaires, car ce serait l'occasion peut-être d'en éprouver l'efficacité ? Raphaël serait l'enclume, Louis tiendrait le marteau. Cette vision lui plaisait.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 1 Oct 2014 - 14:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    Le sentiment d’avoir bien accompli son travail était des plus précieux. Si l’objectif personnel de Rosamund était encore loin d’être réalisé, d’autres missions « secondaires » progressaient de bon train. Celle qu’elle avait menée en compagnie du délicieux agent d’Ax était notamment sur le point de connaître une progression spectaculaire. La capture de monsieur Travik avait permit de confirmé la localisation d’un lieu important pour le groupe du Trident Noir. De par la géographie de la nouvelle cible et de part certains accords plus ou moins obscurs passés entre l’Officier de la Pénombre et le fameux Mandarin du Cartel Rouge, le SHADOW s’était associé à la mafia locale afin de lutter contre cet ennemi commun. Qui sait ? Peut-être que cet évènement allait les conduire vers des choses intéressantes. Pour sa part, la sorcière était un peu curieuse vis à vis de l’asiatique dont la réputation n’était plus à refaire. Même si elle n’était pas dans son équipe.

    Pour sa part, le petit groupe de Rosamund contenait au moins deux éléments intéressants : un mage de l’ordre qui connaissait assez bien les lieux pour avoir travaillé dans la loge de Mannheim depuis longtemps, et si ce sorcier n’était pas particulièrement compétent dans les combats directs, il avait d’excellentes prédispositions avec les illusions dans lesquelles il n’hésiterait pas à plonger ses cibles. Le mage un peu court sur pattes qui avait bien entamé la trentaine se faisait appeler « Strange Eye », ce qui correspondait assez bien à ses pouvoirs mais aussi à son œil gris qui fixait un peu trop son nez. Heureusement, ce trait particulier était dissimulé sous une capuche et un masque propres à l’Ordre de Thulé. Mais ce n’était pas le seul élément « intéressant » avec lequel Rose allait devoir composer ce soir. On l’avait assignée – comprit-elle lors des présentations directes – en compagnie de Hati, un infiltrateur qui avait bien fait parlé d’elle mais que Rosamund n’avait pas encore rencontrée. Quelle belle occasion pour compenser ce manque. Seulement, cette « Hati » dégageait quelque chose de particulier... une vieille magie. La maîtrise mystique de Rosa lui permettait de percevoir cette aura de pouvoir, mais elle n’était pas assez expérimentée pour la définir correctement. Au final, elle ne pouvait affirmer qu’une seule chose : les capacités de sa coéquipière étaient de nature mystique. Mais la jeune Allemande était encore loin de se douter qu’il s’agissait là d’une représentante du panthéon mythologique scandinave, même si le nom de code choisi pouvait indiquer cette direction. Cela ne voulait rien dire, elle-même possédait la lance d’une figure légendaire et cela ne voulait pas pour autant dire qu’elle était cette même guerrière mythologique. Cependant, certains signes pouvaient indiquer à quel point les chevilles de cette Hati étaient pleines de l’arrogance propre à l’âge canonique des êtres divins. Mais là encore, Rosamund n’était pas capable de les repérer et de les lires convenablement...

    – Rose. Ravie de vous rencontrer enfin. J’ai entendu de belles histoires à votre sujet...

    Simple politesse. Quoiqu’il advienne, en mission, Rosamund préférait maintenir le respect envers ses paires. Encore qu’avec les troupiers et les clones, elle ne prenait pas de gants, sauf quand elle était de bonne humeur. Et ce soir, elle avait enfilé ses gants, et pas uniquement de manière figurée. Son costume dessinait sa silhouette de manière à lui donner une apparence légèrement florale avec la rose blanche qui terminait sa tête entièrement dissimulée derrière un masque. Le costume en lui-même possédait des reliefs qui n’étaient pas sans faire penser aux tiges et épines d’un rosier, dessiné de manière à s’accorder avec les formes de sa propriétaire. Pour terminer la référence végétale, Rose portait une jupe du côté de sa jambe gauche, les plis du tissus faisaient, encore une fois, référence à la rose et à ses délicats pétales... ce qui n’empêchait pas de dissimuler des épines car cette jupe dissimulait un pistolet Beretta qu’elle avait daigné prendre pour cette mission spéciale. Et bien sur, il ne fallait pas oublier sa broche en forme de rose qu’elle arborait sur sa poitrine, ce bijou magique qui pouvait se transformer en une arme mythique. La sorcière avait également réussit à glisser dans diverses poches des ingrédients et autres petits outils mystiques afin de concocter quelques rituels et surprises pour leurs ennemis. Elle avait également glissé son petit ocarina qui l'accompagnait toujours en mission et dont elle n'hésiterait pas à se servir si jamais l'occasion se présentait. Pour achever le tableau, le costume était entièrement pare-balle. Le Trident allait avoir du mal à arracher cette fleur là.

    Rosamund était excitée par la mission qui les attendait ce soir, une mission qui faisait directement suite à l’opération précédente qu’elle avait mené avec Louis d’Ax, également présent d’ailleurs. Une mission qui, espérons-le, lui ferait oublier son agaçante confrontation avec l’UNISON le mois dernier. Une mission qui réunissait un nombre d’acteurs des plus intéressants comme le Mandarin, cette intrigante Hati, le charmant Louis et le fameux Raphaël qui avait fait naître tant de ragots dans la loge locale de l’Ordre. La sorcière ne doutait pas non plus que le Cartel Rouge ne serait pas en reste avec ses personnages hauts en couleur. Malgré tout, Rosa faisait de son mieux pour cacher sa fébrilité et demeurait immobile, concentrée sur la magie sur laquelle elle allait compter pour ce travail... comme toujours.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 2 Oct 2014 - 15:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le tissage patient des liens porte son fruit (Le regard perçant du Mandarin, derrière les vitres teintée d’une voiture blindée, surveillait le passage étroit, mal éclairé qui servirait bientôt à leurs opérations nocturnes,) et peut-être honorerons-nous bientôt, en convives repus, le buffet froid de la vengeance… Qui aurait imaginé, il y a un an de cela, qu’un organisme comme celui de Tesla concède à partager une opportunité de vendetta avec les hommes du Cartel Rouge ou du Circus Maximus ? C’était un travail de longue haleine, une confiance peu à peu restaurée, acquise, dont le premier geste avait été de révéler discrètement un nom – celui du véritable responsable du fiasco de juin 2013. Ce jour-là c’est un lieu, une cible qui fut mis à jour. Ils n’avaient probablement pas droit à plus d’un coup, mais la Tête du Dragon de la Triade au moins n’entendait pas faire le moindre quartier. Sinon pour soumettre à la question celui qui trahirait la prochaine cible.

La voiture s’était arrêtée devant l’entrée animée du Circus Maximus. Il en sortit, drapé de sa dignité, et fendit aux côtés de deux gorilles la foule qui s’écartait avec respect. Rien dans son comportement ne différait de l’ordinaire, de ces quelques soirs dans son programme très chargé il venait témoigner son respect à Atia autour d’une tasse de thé ou d’un digestif avant d’assister à quelques combats à partir d’une loge particulière. Pourtant, quand il s’éclipsa par une porte latérale, devant laquelle il congédia ses gardes du corps, ce ne fut pas la César qu’il trouva mais quelques membres choisis des Neuf Fils du Dragon. Ses enfants, sourit-il avec ironie, mais surtout des maîtres en matière de discrétion. Leurs talents ne serait pas de trop pour détruire le Mal à la source.

Sur la table il déposa une mallette, qui comportait tout leur équipement de la soirée. Il confia le leur à ses « Fils » puis s’équipa lui-même. À son poignet il fixa un lance-fléchette puis le chargea de douze doses de poison de sa composition. Les trois premiers paralysaient, les trois suivants tuaient lentement, le troisième quart tuait presque instantanément et les trois derniers répandaient dans le corps une souffrance atroce, qu’on aurait sans doute préférée mortelle. Les antidotes de chacun d’entre eux prirent pour leur part place à la ceinture de son veston couleur taupe, un costume aux fibres savamment étudiées, bien plus souple et solide que la coupe élégante ne le laissait deviner. Enfin il fixa à son oreille un petit communicateur réalisé sur ses plans par la Triade, sans encore l’activer toutefois.

Quelques jours plus tôt il avait fait parvenir à Tesla, par leurs canaux sécurisés mis en place pour leurs petites affaires, les trois sœurs de cette petite merveille. Ce serait le seul moyen de communication sûr entre les quatre groupes de cette opération (ils auraient le temps de neutraliser les forces vives du lieu avant que même le plus grand génie de l’informatique ne parvienne à déjouer la clé de cryptage), avec pour première fonction de coordonner le plus précisément possible le coup d’envoi des hostilités. Chaque équipe disposerait ainsi d’un seul et unique contact, capable au besoin de prévenir discrètement des imprévus. Tzin Ming centralisait le tout, d’abord parce qu’il se savait le seul capable d’« entendre des voix » sans sourciller, ensuite parce que sa générosité avait des limites et qu’il préférait éviter les « emprunts » de son invention à d’autres fins…

Quand la troupe fut fin prête, elle partit par une sortie méconnue et se fondit à la nuit jusqu’à leur premier objectif, à un jet de pierre du quartier général présumé du Trident Noir. Là, en tapinois, le vieil homme fit signe à ses compagnons de patienter et enfila un foulard frappé de l’idéogramme du Dragon, qui garantirait son anonymat sans qu’on puisse douter de son rang (car sa présence ici avait avant tout une visée exemplaire). Enfin le génie criminel activa son oreillette d’un effleurement subtil et remplit la première de ses fonctions.

« Wererat 4 à Wererat 1, murmura-t-il (car le micro était réglé pour ne capter qu’un spectre d’onde très étroit, qui correspondait en intensité au murmure de la voix humaine – cela évitait aussi bien de se faire repérer que de souffrir d’un son mal réglé). Il n’avait quitté le bâtiment des yeux pas même pour battre des paupières. Prêt à l’action. Confirmation demandée. »

Si aucune des équipes n’avait rien à signaler, le Trident n’allait pas tarder à apprendre ce qu’il en coûtait de se mesurer à plus vieux que soi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 2 Oct 2014 - 18:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Quelle mélodieuse musique que celle du clapotis des vagues, le soir au clair de lune…

Bon… D’accord… La lune n’était pas tout à fait pleine, voire même était-elle légèrement croissante et le bruit du ressac des vagues dans les ténèbres et la solitude de la nuit donnait plus sûrement le sentiment d’un film d’horreur ou la jeune fille solitaire finissait généralement par se faire massacrer par un tueur en série psychopathe, plutôt que au songe d’une nuit d’été… Mais la poésie ne s’embarrassait guère de ce genre de détails, elle magnifiait les situations les plus banales et les plus sordides… La magie des mots disait-on, la magie des mots…

Némésis ne savait pas si cette sorte de magie sémantique existait réellement, mais ce qu’elle savait en revanche, c’était qu’elle aimait simplement venir se poser au bord des quais afin de profiter de ce moment de la soirée. A cette heure, les lieux donnaient le sentiment que le reste du monde avait cessé d’exister, un peu comme si une soudaine épidémie avait décimé le reste de l’humanité. Le bruit de l’océan était, pour l’adolescente, délicieusement apaisant. Elle venait ici plusieurs soir par semaine, durant une petite heure environ. Seule au monde, ou presque, ce t éphémère moment de répit offrait à la jeune fugueuse l’opportunité de se vider la tête de tous ce qui l’encombrait. C’était un peu une soupape de sécurité, un peu à l’image d’une cocotte-minute qui évacuait son trop plein de pression dans un sifflement lancinant. Ici, pas de sifflement, mais plutôt un moyen agréable de se ressourcer avant d’attaquer une nouvelle journée tout aussi incertaine que l’avenir à long terme de l’adolescente.

Cependant, tout n’était pas idyllique dans le tableau… Les quais, une fois la nuit tombée, il faisait froid. Voilà pourquoi Némésis s’était emmitouflée dans son manteau défraîchi et bien trop large pour sa fine silhouette. Aussi noire que sa chevelure, il rendait difficile l’identification sexuelle de la jeune fille tant il camouflait ses formes naturelles. Mais c’était là le but près tout, être une forme indistincte afin de ne pas attirer les plus vils regards sur sa personne. La casquette que Némésis portait, bien enfoncée sur la tête, renforçait encore un peu plus ce sentiment d’asexualité. Se partageant entre le gris et le noir, cette dernière arborait un logo cousu de fils rouge et représentant… En vérité, l’adolescente ne le savait pas vraiment. Pour elle, les ornements vestimentaires n’était pas vraiment d’une grande importance. Peut-être était-ce le symbole d’une équipe sportive, ou bien d’une entreprise locale… Ou peut-être, était-ce tout bonnement une illustration fantaisiste sans aucun rapport avec quoi que ce soit.

Un jean large et gris chiné recouvrait ses jambes, tombant lourdement sur des baskets bon marché aux teintes similaires, que l’on pouvait trouver dans n’importe quelle boutique en ville. Bien entendu, Némésis ne les avait pas acheté dans une des boutiques de Star city ; elle ne les avait d’ailleurs pas acheté du tout, comme bien souvent avec tout ce qui était en sa possession. Une ombre dans la ville, voilà ce à quoi tendait l’adolescente depuis le début de son périple. Dans un monde ou l’apparence était bien souvent essentielle pour être remarqué, le fait d’être mal fagoté comme l’était l’adolescente était le meilleur moyen de devenir invisible aux gens des gens. C’était là une vérité fondamentale, que Némésis avait rapidement compris.

Un frisson traversa soudain le corps de l’adolescente, qui en profita pour sortir de sa contemplation rêveuse de l’élément liquide. La soirée avançait doucement mais sûrement et elle considéra alors qu’il était temps pour elle de retourner à l’endroit ou elle avait temporairement élu domicile. Après s’être relevé du bord du quai ou elle s’était assise, Némésis réajusta machinalement les anses de son inséparable sac à dos sur ses épaules. Elle n’avait pas vraiment sommeil, mais étant donné son absence flagrant d’argent, elle ne voyait guère d’intérêt à se promener en ville à une heure aussi tardive. D’autant plus que même si elle parvenait à faire croire aux gens qu’elle avait dix-neuf ans, son apparence, elle, ne pouvait pas mentir sur ses quinze années de vie actuelle. Passer pour une étudiante aux traits juvénile en plein jour était une chose, mais la nuit les forces de l’ordres avaient tendance à se montrer nettement plus suspicieuse à cause de tous ces fugueurs qui traînaient dans les grandes villes. Un autre point de détail qui différenciait les forces de l’ordre des civils, était que en cas de doute ces derniers avaient les moyens de vérifier son identité et là, elle doutait que son don d’illusion puisse l’aider à s’en sortir.

C’était là un risque, que l’adolescente se refusait de prendre tant elle craignait d’être punie pour son acte odieux. Elle se savait coupable, mais elle se refusait à accepter ce qui lui paraissait tellement injuste. Depuis un an qu’elle errait d’un bout à l’autre du pays, l’adolescente avait eu le temps de réfléchir à ce qu’il s’était passé cette nuit là. Peut-être était-ce une manière inconsciente de diminuer la gravité de son acte, mais elle en avait finalement conclu qu’elle en avait déjà payer le prix, Quelle chose étrange, que l’esprit humain en vérité.

Après avoir quitter les quais d’un pas rapide, Némésis s’engagea dans les rues sombres afin de rejoindre la ville à proprement parler. Le temps de la rêverie était désormais terminé, il fallait recommencer à ouvrir l’œil et le bon car le quartier des docks n’était pas vraiment le haut du panier en terme de bonne fréquentation. D’après ce que l’adolescente avait entendu dire, c’était ici que se trouvait le fameux cirque Maximus, une sorte d’arène de combat plus ou moins illégale si elle avait bien compris. Elle n’en savait pas vraiment plus sur le sujet, car apparemment cet endroit était affilié à une des mafias locales et la jeune fille avait pour sage raisonnement de ne pas se mêler des affaires des autres, surtout si ces autres en questions pouvaient vous envoyer ad patres sans le moindre remord. D’après ses informations, le cirque Maximus était tenu par une certaine Césare, visiblement l’un des parrains locaux. Le genre de personne dont il ne fallait pas attirer l’attention, si on ne tenait pas à se retrouver dans une situation plus que délicate.

Le quartier des docks étant l’un des plus anciens de la ville, l’architecture de ses nombreuses rues et ruelles était quelque peu anarchique. C’est sans doute la raison pour laquelle Némésis avait bien souvent du mal à s’y repérer, surtout la nuit et ce n’était pas les quelques rares lampadaires encore intactes qui pouvaient l’aider. De fait, une fois de plus l’adolescente commença à se perdre après une dizaine de minutes à arpenter les allées désertées du quartier. Philosophe, la jeune fille s’accommoda tant bien que mal de la situation et elle fit comme à son habitude, elle marcha au hasard en espérant trouver rapidement son chemin vers des territoires plus hospitaliers. Généralement, c’était une bonne méthode.

Tout en marchant, Némésis remarqua un bien étrange ballet de véhicules dont certains, plutôt luxueux, n’avaient assurément pas leur place dans un tel quartier. Même si l’adolescente ne se mêlait pas des affaires des autres, cela ne l’empêchait nullement d’être extrêmement curieuse. Son imagination étant plus que débordante, elle associa ce ballet de véhicules, le luxe de certains et l’heure plus que tardive, à une sombre rencontre secrète entre gens habités de bien malhonnêtes intentions. Peut-être un casse en préparation, peut-être un règlement de compte, peut-être une rencontre de mafieux, comme dans les films de gangsters… Quoi qu’il en soit, cela n’était pas ses affaires et rapidement sa raison pris le pas sur son imaginaire déferlant tout comme sa marche repris son cours après s’être brièvement arrêté.

Sans doute un peu trop désabusée pour son âge, Némésis se dit en son fort intérieur que quoi qu’il se passe le monde ne regretterait pas la mort de quelques gangsters. En revanche, ce qui ennuyait l’adolescente c’était que son chemin la conduisait malencontreusement dans la même direction que certains des dits véhicules qu’elle avait eu l’occasion de voir passer. Alors, elle hésita : soit elle faisait un détour, soit elle prenait le risque d’aller de l’avant. La première solution était la plus sur, mais Némésis en avait plein les pattes et elle avait envie de rentrer au plus vite. La seconde lui permettrait, si elle ne se perdait pas une fois encore, de rentrer plus rapidement, mais elle risquait éventuellement de se retrouver proche d’une bien vilaine situation. En même temps, peut-être dans ce cas de figure elle pourrait tout de même passer inaperçu en accélérant le pas… Avec des si…

Un bâillement soudain vint alors trancher définitivement le dilemme qui se posait à l’adolescente, qui continua finalement sur son chemin initial. De toute façon, statistiquement elle avait plus de chance de rentrer sans le moindre encombre . De plus, elle se faisait certainement des idées à cause de sa trop grande imagination. Al Capone et Scarface étaient mort depuis bien longtemps et Star city n’était pas Chicago ou bien new York, surtout avec un tel concentré de super en ville.

Pour un peu, Némésis se traiterait presque de sotte d’avoir ne fut-ce que penser qu’une rencontre de malfrats allait avoir lieu dans le quartier, c’était vraiment trop cliché, c’est sûr.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 2 Oct 2014 - 20:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Tiptap. Tiptap. Tiptap.
Les doigts de Suzaku tapotaient contre la table sur laquelle il s'était assis. Son regard voguait de l'horloge, aux membres de son gang, à la porte, puis de nouveau sur l'horloge, dans un mouvement qui semblait aussi minuté que savamment orchestré. Il bouillait. Il débordait d'énergie. De manière sporadique, un éclair virevoltait autour de sa silhouette svelte. C'était la situation qui voulait ça. Un assaut sur un centre névralgique, voire même LE centre névralgique du Trident Noir, cette organisation qui avait osé affronter le Cartel et, pire encore, avait attaqué un bateau sur lequel se trouvait le Mandarin. Et Su' n'avait même pas pu être là pour le protéger. Certes, Tzin Ming s'en était tiré sans trop de difficultés, mais un goût amer restait dans la bouche du jeune homme. Et s'il avait été là ? Peut-être qu'ils auraient pu attraper un homme de leurs adversaires plus tôt. Peut-être que le Trident aurait été démasqué plus rapidement. Peut-être que...
Une pichenette vint frapper entre ses deux yeux, coupant court à toutes ses pensées. Il poussa un petit gémissement de douleur sans réprimer un sursaut, fixant sa cousine aux sourcils froncés d'un air surpris.

- T'as vraiment envie que le Mandarin te voit avec cette tête-là ?

Il détourna le regard, un peu honteux. Pas au point d'en rougir, toutefois.

- C'trop calme. J'en peux plus d'attendre.

La jeune femme soupira.

- T'es survolté, je comprends. Le Mandarin nous fait l'honneur de nous demander en escorte pour infiltrer l'entrepôt. Mais garde la tête froide.
- Tu m'connais, répliqua-t-il, un mince sourire étirant ses lèvres.
- Justement.

L'Asiatique lui servit une petite moue, avant de prendre un air plus sérieux, comme si toute trace de nervosité venait d'être balayé de son corps et de son esprit.

- Sérieusement. Tu penses vraiment que je vais merder avec le Mandarin à nos côtés ?

Sa cousine sembla se détendre et elle s'autorisa même à sourire.

- Je préfère largement ça.

Mi' fit un pas en arrière, recommençant à aiguiser et nettoyer ses ustensiles de combat -vous savez, du type de ceux dont on n'a pas spécialement envie de faire connaissance-. Dans un autre côté de la pièce, Jing, le Mystique Chinois semblait plongé dans une profonde concentration, cet air grave typique gravé sur ses traits. Enfin, Pearce... Comme d'habitude, en train de trifouiller l'une de ses armes. Suzaku avait beau lui avoir dit de s'équiper léger, le bougre possédait deux ceintures sur le buste bourrées de cartouches, et il se doutait que les nombreuses poches que comportaient sa veste tactique ne devaient pas être vides. Il ne voulait pas de l'équipement de la Triade et se fournissait par lui-même, entretenant une relation quasi-fusionnelle avec son fusil à pompe. Il avait, fort heureusement, prit le soin de s'équiper d'une arme plus silencieuse, mais clairement, le bougre allait probablement rester en arrière, ne venant en renfort que si l'opération venait à chauffer un peu trop. Être armé comme un tank ne permettait pas une discrétion des plus optimales.
En bref, Pearce et son foutu caractère d'Irlandais.

Le Mandarin entra finalement dans la pièce, l'air concentré, malgré un mince sourire à la vision des quelques membres du Neuf Fils du Dragon. Ceux-ci saluèrent silencieusement pour ne pas perturber leur maitre. Même Pearce s'autorisa un salut, tout de suite beaucoup moins conventionnel et traditionnel, manquant de se prendre une baffe par Miyako et Suzaku en synchro'.
Foutu Pearce...
Tu t'enflammes trop. Yá Zì est ainsi fait.
Suzaku soupira intérieurement, se retenant de jurer. Il espérait ne pas avoir besoin d'utiliser son bras gauche, maudit depuis sa rencontre avec le clan Houjou. Certains pouvaient voir cela comme une bénédiction, dans la mesure où cela augmentait sa force de façon remarquable, et que sa puissance électrique semblait décuplée dans cet appendice. Mais ce n'était pas eux qui voyaient leur membre se transformer dans une douleur assez peu descriptible, tant elle était intense.

Dans la mallette, les trois membres du gang -vu que l'Irlandais avait pris le soin de s'armer au préalable- s'emparèrent de leur matos. Principalement des outils pour s'occuper de serrures, ainsi que des cagoules qui revendiquaient leur appartenance à la Triade et leur subordination au Mandarin. Suzaku prit quelques shurikens, ainsi que quelques kunais, sans pour autant être s'armer autant que sa cousine. En cas de bataille, il comptait plus sur ses dons que sur les armes blanches. Le chef de gang lança une cagoule à Pearce qui ne semblait pas spécialement décidé à se bouger pour prendre la sienne -après tout, il préférait rester en arrière-garde plutôt que de plonger dans le coeur de l'action, même s'il semblait prendre son pied une fois dedans-, puis attendit que le Mandarin se décide sur la suite des opérations. Quelques minutes plus tard, ils se trouvaient à proximité de leur cible et le patron de la Triade ordonna l'arrêt et la discrétion de sa troupette. Les membres des Neuf Fils du Dragon obtempérèrent en silence, patientant. Su', pour sa part, sentait la pression monter en lui. Il avait besoin d'action, de bouger, de faire quelque chose. Mais si le Mandarin ordonnait de rester sur place, alors il obéirait. Il leur avait fait l'honneur de les prendre en tant qu'escorte et il n'allait certainement pas tenter d'échapper à ses obligations, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 2 Oct 2014 - 20:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Je regarde Rose. Rose. C’est un nom de fleur. Comme c’est mignon et délicat. Mes yeux se posent sur la broche qui représente la fleur. Une rose délicate... J’espère qu’elle l’est un peu moins. Mais après tout, je vais le savoir bientôt. Puis mes yeux se posent sur un petit, tout petit mage, qui devait connaître la sorcière. Je ne sais pas trop ce qu’il sait faire le mage. Les trois quarts du temps, je travaille seule, et lui aussi sent l’ordre de Thulé. Petits empêcheurs de tourner en rond. Je crois que nous avons croisé un membre un jour. Il y a de multiples lunes. Détail. Surtout que nous l'avions sûrement chassé et mangé. L'humain est une viande comme une autre. Et il est passionnant de voir la peur s'éteindre dans leurs yeux qui se meurent. Délectable.
J’observe les deux humains avec attention. Il serait malheureux de les confondre avec l’ennemi au mauvais moment, n’est-ce pas ?

Elle parle d’histoire, cette petite Rose, de jolies petites histoires. Ah, les rumeurs courent plus vite que la vérité. Même à SHADOW, les potins s’échangent. L’homme reste un homme, volonté de servir l’Ombre ou non. Comme c’est ridicule.

« Oh, ces histoires sont soit totalement loufoques, soit bien en dessous de la réalité. »

Ce n’est que pure vérité. Personne ne sait qui je suis, après tout. Je lui laisse le soin de faire le tri entre celles qui sont un peu folles, d'histoires, et les autres. C'est amusant. Peut-être, peut-être que ce soir, la louve sera de sortie. J’adorerais ça. Oui, vraiment, ça serait délectable.

« Tu pourras peut-être y rajouter ton grain de sel bientôt. Je suis toujours amusée par ce que j’entends sur moi. »

J’ai envie de rire, mais je me retiens car ce n’est pas le moment. Loin de là. Je souris quand même, mais personne ne peut le voir. Double utilité, ce masque, au fond. Je peux faire ce que je veux en toute discrétion. Les humains ne savent pas, pour beaucoup, déceler ces subtiles variations de posture qu’un corps peut présenter selon les émotions. Sont-ils aveugles, et sourds ? Décidément. Triste vie que la leur, si courte, si limitée. Et certains s’étonnent de mon mépris.

Je songe au Trident, de nouveau. J’ai essayé de réunir des informations sur eux, mais même mon réseau si étendu n’a rien pu me dire. Cruelle frustration pour une prédatrice que de ne pas trouver sa proie. Mais ce soir, ce soir nous allons remédier à ce problème.
Nous. Je ne m’habitue pas à toute cette histoire de travail en équipe. La dernière fois, c’était avec Renan, et j’ai eu tellement d’ennuis. Tout ça par sa faute, j’en suis sûre. Pauvre Tesla, il doit porter malchance aux autres. C’est malheureux pour lui.

Je me retourne en entendant un bruit de pas. Oh. J’avais oublié ce détail là, tiens. Ce détail, c’est un « clone ». Quelqu’un m’a bien expliqué ce que c’est qu’un « clone », mais je pensais à autre chose à ce moment là. En tous cas, il doit nous assister, ce petit humain qui n’est pas vraiment humain. L’homme à tout faire. En tenue de combat noire, pare-balles, il est équipé d’une arme à feu quelconque – à mes yeux, ce sont toutes les mêmes. A quoi bon m’équiper d’armes quand j’ai des crocs et des griffes ? J’ai quand même appris chez les Vikings à manier des armes blanches. C’est beaucoup. Sinon, je peux toujours me battre à mains nues. Surtout maintenant que le premier quartier de lune est passé. Nous sommes dans la phase ascendante de la lune… Là où je suis la plus forte. La plus puissante.
Etrange mais agréable, si agréable coïncidence que celle là.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 3 Oct 2014 - 3:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Un air agacé peint sur le visage, la Renarde se trouvait assise dans le fond de la sale, son dos confortablement appuyé sur le dossier de sa chaise, les jambes croisées et ses mains négligemment posées sur ses genoux, l’une par-dessus l’autre. S’il y avait bien une qualité que ne possédait malheureusement pas la jeune demoiselle, c’était bien la patience. Ayant intégrée les Neuf Fils du Dragon au cours de l’été – merci à Lukaz – tout en tenant la place de secrétaire du Mandarin pour tout ce qui touchait les affaires légales – jusqu’aux dernières nouvelles – la présence de Ginger n’était pas tant surprenante. Or, de par son côté hautain et un peu froid, elle préféra rester en retrait et ne pas se mêler au reste du petit groupe, à savoir les trois autres membres, dont Suzaku, celui qui était en quelque sorte le chef – si elle avait bien compris du moins. Elle n’était plus certaine de si la demande était venue dudit japonais ou encore du Mandarin en personne – après tout, il aurait pu lui demander au cours d’une discussion ennuyeuse dont elle n’aurait retenu que la moitié. Mais le principe restait le même et c’était avec un agacement non dissimulé qu’elle attendait.

Toute vêtue de cuir – elle savait apprécier les courbes de son propre corps – il s’agissait surtout d’une armure légère renforcée pour lui permettre de limite les dégâts – une balle dans la cuisse par année, c’était bien assez. Sans compter qu’à sa cuisse droite se trouvait son pistolet paralysant – toujours utile – et que, à sa taille, on pouvait y voir un pistolet bien ordinaire et un autre tranquillisant. De quoi tenir à distance des ennemies un peu trop encombrant. À l’extérieure, camouflée à l’entrée du Circus Maximus, il y avait sa charmante moto, tout aussi bien équipée, mais dont elle devrait sûrement se passer. Dans ses mains se trouvait un masque de renard japonais noir, les oreilles dressés sur la tête, pour rappeler ce surnom qu’elle arborait sans honte. Sauf quelques membres de la Triade – et bien malheureusement du Gang des Fables – son identité secrète était habilement gardée, lui évitant ainsi quelques complications dut à sa réputation qu’elle commençait à se forger sous son pseudonyme. Un soupire franchit de nouveau ses lèvres, jusqu’à ce qu’elle lève son regard d’un bleu azuré sur le Mandarin, qui venait finalement de franchir la porte – et de l’arracher à son ennui qui menaçait de l’achever.

Même pas une parole échangée qu’une mallette est ouverte sur la table. Un peu plus et Ginger aurait souligné l’irrespect de la démarche, toutefois, la trop confiante demoiselle avait sut se tenir un peu plus à carreau, mais surtout, se la fermer si elle comptait bien garder le rôle qu’elle détenait. Bon, elle aurait volontiers changé le surnom du dragon-tortue – non mais, avait-elle l’air d’une tortue ? – mais son aisance avec les mots – les joies de la manipulation – avait sut la convaincre. Elle se redressa pour attraper un lance-fléchette – elle avait toujours trouvé ça cool, plus discret, et ce, malgré son pistolet armé d’un silencieux – pour finalement quitter l’endroit et s’approcher de l’entrepôt qu’ils devaient prendre d’assaut. Dire qu’elle était parfaitement confiante serait mentir, car quand bien même s’était-elle équipée, elle ne se sentait pas toujours spécialement à l’aise lorsqu’il s’agissait d’attaque demandant de la force. Sa force à elle résidait dans son regard et dans ses mots, ce qui se voulait bien plus pacifique mais Ô combien plus efficace et dangereux. Son masque finalement glissé sur sa tête – pour éviter d’être reconnue – elle glissa son oreillette dans son oreille, pour être en mesure de suivre ce qu’il se déroulait.

Levant les yeux au ciel, l’impatiente Ginger se retrouva de nouveau à devoir attendre, non loin du bâtiment qu’ils devaient envahir pour atteindre leur cible, s’étant au préalable rapprocher des autres membres du groupe dont elle faisait partie – et dont elle se faisait peu à peu, à coup de vols réussis et d’argents amassés, un peu plus acceptée. Elle se fit silencieuse, discrète, comme toujours, même si son talent, ce n’était pas tant de rester dans l’ombre mais bien de convaincre les autres qu’ils ne l’avaient jamais vu. Manipulatrice dans l’âme, désormais dotée de capacités qui se trouvaient assez surprenante, elle ne craignait pas à sa survie dans l’endroit ni même à la réussite de la mission. Ne serais-ce que parce que, parmi le groupe se trouvait deux hommes au-dessus d’elle hiérarchiquement et qu’il s’agissait de la situation idéale pour faire ses preuves – quand bien même aurait-elle pu les manipuler mentalement pour qu’il lui accord toute la gloire et le respect qu’elle méritait. Mieux valait faire le tout avec classe et talent et elle avait assez de confiance en ses propres qualités et capacités pour ne pas avoir recours à quelques procédés bien injustes. Ginger en viendrait presque à se montrer juste et équitable. La bonne blague.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 3 Oct 2014 - 12:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Les docks étaient animés ce soir, et pas uniquement peuplé des individus du Cartel. J’avais beau savoir que ces derniers allaient probablement mener une offensive contre le Trident Noir, je n’avais pas pensé une seule seconde qu’ils emploieraient autant de renforts, et je ne pouvais naïvement me laisser aller à la duperie du hasard.
Le simple fait que le Mandarin prenne lui-même part aux opérations était déjà en soit quelque chose d’exceptionnel et promettait très certainement un moment riche en divertissement. Que savait-il que j’ignorais ? A moins que le Trident n’ait exercé une influence trop importante sur les affaires de la Triade et que le Ming ai tenu à l’évincer en personne. Quoi qu’il en soit j’étais impatient de le découvrir. Si d’autres venaient prendre part à la danse, je risquai d’assister à une pièce de théâtre des plus captivantes.

J’avais noté la présence de quelques personnages sombrement vêtus ; un nombre plutôt important d’entre eux même ! J’ignorais qui ils étaient, à quel groupe ils appartenaient, et ce qu’ils venaient faire là, mais cela suffisait amplement à aiguiser d’avantage ma curiosité. Etaient-ils vraiment en lien avec la Triade ? Ou s’agissait-il là d’un autre groupe de criminels ayant tendu un guet apens à Ming et ses hommes ?

J’étais d’humeur joueuse ce soir et j’avais bien envie d’aller le vérifier par moi-même. J’évitais de m’immiscer sciemment dans les affaires du Cartel d’ordinaire, enfin… de manière directe devrais-je dire, surtout lorsque Ming était dans les proches environs. Nous avions été amenés à collaborer ensemble il y a très longtemps de cela et, contrairement à lui, les ravages des années n’avaient pas eu cours sur moi, il serait probablement fortement surpris de me revoir ici, si d’aventure il se souvenait du jeune homme qui l’avait escorté dans les montagnes Himalayennes et que nos routes se croisaient de nouveau.

Tout ce petit monde s’amassa dans le bâtiment, à mon insu. Leur réunion s’éternisait et il me tardait de les voir sortir de là. J’attendais, accroupi sur mon promontoire, accoudé sur mes genoux, battant le rythme de la Danse Macabre de Saint-Saëns sur l’un d’eux, le regard rivé sur la porte du hangar. Je commençais à m’impatienter. Il m’avait traversé l’esprit qu’ils ne puissent ressortir de là et qu’ils se déplacent via des souterrains, échappant ainsi à ma vigilance. A moins que je n’aie pas focalisé mon attention sur le bon centre d’intérêt.

Ne tenant plus, je me redressai, décidé à descendre. Au même moment, je distinguai du mouvement du côté du Circus Maximus. Des véhicules quittèrent les lieux pour rejoindre la proximité d’ELM Street. Je pris de la hauteur afin de pouvoir les suivre du regard. Je constatai également de l’agitation du côté du point de rassemblement. La porte s’ouvrit il me sembla qu’un premier groupe quitta les lieux dans le voile de la nuit. Un sourire carnassier étira mes lèvres. Enfin ! Ils se décidaient à bouger !

Je me laissai tomber alors dans le vide, me réceptionnant en contre bas, en souplesse, et en silence. Puis profitai de la sortie des uns pour m’introduire discrètement auprès des autres dans le bâtiment. Je balayai rapidement les groupes du regard, à la recherche de la cible idéale. Mon attention se porta sur l’un d’entre eux, un humain entièrement vêtu de noir, portant un masque dissimulant son visage, équipé d’une arme à feu comme quelques uns de ses semblables ici présent. Ils étaient quelques uns à se ressembler, comme s’ils étaient des clones, des sortes de gardes, probablement, dont personne ne se souciait pour l’instant, trop occupés qu’ils étaient à échanger des futilités.

Plus discret qu’une ombre dans le voile de la nuit, et plus rapide qu’un éclair, je m’étais glissé derrière lui. Avant que tous n’aient eu le temps de cligner des yeux, il avait disparu et j’avais pris sa place. Il s’était retrouvé dépouillé de tout son attirail, ses vêtements, que j’avais pris soin de revêtir dans la foulée et s’était retrouvé saucissonné et muselé dans un container proche. J’avais enlevé la Kunée sous ses yeux ébahis, apparaissant devant lui dans son uniforme, complet, me permettant de garder secrète mon identité. Je m’étais gardé de le remercier, au risque d’attirer prématurément l’attention sur moi, puis lui avais rapidement glissé un comprimé dans la bouche, que j’avais maintenue fermée jusqu’à ce que Morphée s’empare de lui. Incognito, me fondant à s'y méprendre parmi les autres clones - personne n'étant à même de déceler mes origine divines, pas même les dieux nordiques ou encore autres archi-démons - j’étais ensuite sorti de ma cachette, l’air de rien, mon arme à la main, puis me postai derrière une jeune femme dont les courbes voluptueuses étaient moulées dans une combinaison noire. Elle me jeta un bref regard sans mot dire, avant de reporter son attention sur son interlocutrice dont le masque était orné d’une rose blanche.

Quel étrange rassemblement se tenait là !
Ils semblaient tous être sur le départ. J’attendais impatiemment de voir comment allaient se dérouler la suite des évènements, et si ce groupe avait quelque chose à voir avec les hommes du Mandarin.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 3 Oct 2014 - 16:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    La célèbre Hati ne sembla pas surprise d’entendre que ses actions donnaient naissance à des rumeurs. Elle ne se montra pas non plus modeste, ni curieuse à leur égard, juste mystérieuse... Et au final, pas modeste du tout, insinuant que Rosamund se servirait de leur expérience de ce soir pour colporter son lot d’anecdote. Vraiment, ce n’était pas le genre de l’Allemande. Certes, en fonction des performances de cette Hati, Rose pourrait venir à s’en plaindre lourdement ou au contraire à recouvrir sa réputation de louanges. Le tout pour toutes les oreilles un peu intéressées et absolument pas comme une concierge de HLM. Loin d’en vouloir à l’égocentrisme apparent de sa coéquipière du soir – on avait toutes le droit d’être un peu narcissiques – la sorcière préféra simplement mettre les choses au clair. Car même si elle savait pertinemment qu’elle n’était pas dans un monde de cœurs purs et innocents, elle préférait maintenir une certaine clarté avec son environnement et ses collègues de travail. Le chaos oui, volontiers, mais pas chez elle.

    – Pour ma part, je me contenterai de colporter la stricte vérité à qui la demandera. Le déroulement de cette soirée déterminera à quel point elle sera amusante...

    Ce n’était pas là une menace, ni même un avertissement ou encore une moquerie, juste une constatation froide. Rose n’allait pas se lancer dans les ragots juste après leur mission pour raconter ce qu’elle avait vu à tous ceux qu’elle croiserait dans les couloirs de Mannheim. Mais elle n’hésiterait pas une seconde à répondre aux questions que ses collègues lui poseraient. Même s’il ne faisait aucun doute qu’elle sera bombardée d’interrogations. La connaissance était le pouvoir et l’Ordre, tout comme l’Ombre, aimait le pouvoir par dessus tout. D’autant plus que les évènements de cette nuit incluaient cet Archidémon qui avait fait naître tant de rumeurs...

    Mais l’heure n’était plus à ces préliminaires sociaux. « Strange Eye » s’approcha d’elle avec l’écouteur radio donné par le Mandarin qu’il venait de contrôler par mesure de précaution – un perfectionniste ? Rose commençait déjà à l’apprécier – et lui tendit l’objet ; une information allait bientôt être retransmise. Et en effet, la voix du Mandarin résonna à travers l’appareil que la sorcière glissa sous son masque près de son oreille. Elle avait beau être une magicienne pratiquante, elle devait avouer que la technologie avait du bon. Le dirigeant des opérations – il s’agissait là du territoire du Cartel après tout – demanda si tout le monde était prêt. Par politesse, Rose demanda aux membres de son équipe s’ils étaient prêts. En bons professionnels du SHADOW, leur réponse était évidente. Elle partagea la nouvelle au vénérable dirigeant de la Triade. Une déclaration sobre, neutre, professionnelle et sans faire dans la flatterie. Rose prenait sur elle.

    – Ici l’équipe 2. Nous sommes prêts.

    Il fallait maintenant espérer que le Trident, lui, ne l’était pas. Après tout, le Cartel Rouge avait déjà pu constater qu’un traître s’était terré dans leurs rangs. Une deuxième erreur n’était pas impossible. Néanmoins, dans tous les cas, Rosamund restait philosophe. Quand bien même le Trident s’était préparé à les accueillir, la gloire n’en sera que plus grande... Si la mission se terminait sur un succès, bien évidemment.


Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 4 Oct 2014 - 15:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Raphaël pince les lèvres et toise le sorcier.
Son père ?
Il choisit de ne pas relever ce navrant jeu de mots.

- Amuses-toi avec ta langue, tant qu’elle est encore dans ta bouche, sorcier chéri, susurre le démon.

Et il n’a rien d’autre à dire, du moins pour le moment. Il est censé s’infiltrer en utilisant sa capacité à devenir une ombre, observer l’intérieur du bâtiment et assurer les autres que tout était normal. Ou du moins, qu’aucun piège ne les attendait. La suite ? Tout dépendrait de la tournure des évènements. Tesla l’avait autorisé à user de tous ses pouvoirs mais pas sur n’importe qui. Non pas qu’il ait besoin de son autorisation, mais le démon se repassait les consignes dans son esprit afin d’y trouver une faille et d’ennuyer Tesla en la lui mettant sous le nez.
Un grand enfant.

- Tu as le communicateur ?

Ou peu importe quel était le nom usuel du moyen de communication qu’ils utiliseraient sur cette mission. Le démon n’en avait pas voulu, principalement parce qu’il avait appris de ses « erreurs ». Quand Siobhan l’avait appelé en catastrophe et que le téléphone de Cornelia avait sonné en plein milieu d’une tentative d’assassinat, ils s’étaient retrouvés ennuyés. Se transformer en ombre ne permettait pas Raphaël de s’enfermer lui-même dans les ténèbres, il aurait été stupide de couper ses propres sensations et si le machin électronique se mettait à parler sans qu’il l’entende, cela n’aurait pas plus d’utilité. Bref, il avait dit à Tesla de donner ça à quelqu’un qui en aurait besoin. Aux yeux du démon, la seule alliée valable sur les lieux était Hati. A eux deux, il en était persuadé, ils auraient pu massacrer tous ces minables.
Comment en douter ?
L’ego d’un démon…

- Il vient pas de parler, là ?

A moins qu’il vienne de rêver la demande de confirmation. D’ailleurs, confirmation pour quoi ? Ah oui, regarder si tout était à sa place dans l’entrepôt…Raphaël disparaît alors soudainement. Il devient ombre, ténèbres et au cœur de la nuit, il est au summum de sa puissance…Partielle certes mais ça, personne n’avait besoin de le savoir. Il se fondit donc dans les ténèbres.

- Bon, et si on allait faire notre boulot ? Histoire qu’on s’organise vite une petite sauterie ensemble…

Dans tous les sens du terme ?
Mh.
Revenir en haut Aller en bas



Intrigue n°3 - A Nightmare on Elm Street

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant


Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» Sweet Nightmare} Manni

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-