AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Escale au pays des esprits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Lun 29 Sep 2014 - 1:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
29 septembre 2014

Lucy arborait l’air de quelqu’un qui vient d’avaler son chewing-gum. Cramoisie, les yeux exorbités, la bouche scellée, elle fixait le sol droit devant elle. Prudence lui jeta un regard circonspect. Visiblement, son amie ne se remettait pas du cours précédent. Encore secouée par ses premiers pas dans la classe de cours d’Histoire, Lucy Temple peinait à se reconnecter à la réalité. Prudence ne pouvait pas lui en vouloir. Elle était si impressionnable ! Toujours si sérieuse et studieuse, la jolie lycéenne blonde dépassait régulièrement le seuil de la peur panique quand il s’agissait d’un terrain inconnu. Et la culture amérindienne en faisait indubitablement partie.

Prudence posa une main – maladroite – qui se voulait réconfortante sur l’épaule de la jeune fille. Elle appréciait réellement Lucy. C’était une chic fille, intelligente, sociable et, en bonus, elle ne lui pouvait pas beaucoup de questions. Ce qui arrangeait beaucoup l’amie en question, puisque Lucy avait tout d’une humaine parfaitement normale, selon les normes établies, dans un cadre judiciaire et biologique, envers les humains ordinaires. Cela avait toutefois ses avantages : Prudence connaissait tous les potins du lycée grâce à cette amitié hors normes.

- T’en fais pas ! Maligne comme tu es, je suis sûre que tu vas trouver pleins d’infos pour ton exposé, l’assura Prudence avec une conviction imbattable.
- Mais, et toi ? Comment tu vas faire ?
- Je vais bien trouver quelque chose.
- Tu ne vas pas tricher, hein ?
- Pour qui me prends-tu ? Tu sais bien que je déteste ça ! Non, ce que je voulais dire, c’est que je n’ai pas peur de faire des recherches. Et, d’ailleurs, cet exposé est parfait ! Je ne m’étais jamais vraiment intéressée à cette partie de l’Histoire américaine. C’est un bon point de départ, non ?

Il fallait seulement espérer qu’elle ne se perde pas dans ses recherches avant la date butoir…

Quelques temps après, en fin d’après-midi et en l’absence de cours, Prudence Carter gagna le parc intérieur de Star High pour s’y refugier, son sac empli de livres et prêt à craquer. La bibliothèque commençait à devenir étouffante. Trop d’étudiants s’y entassaient. Et l’impression d’enferment n’avait fait que croître, les minutes s’égrenant, tandis que l’adolescente contemplait le beau temps par la fenêtre. Force était de constater qu’elle étudiait beaucoup mieux en plein air. Prudence s’était plus ou moins attribuée un arbre du parc. Il diffusait peu d’ombre, ce qui faisait fuir la plupart des lycéens. De grosses branches basses permettaient de l’escalader, en revanche. L’électrokinésiste montait fréquemment sur la plus haute, à un peu plus de deux mètres du sol et s’y installait pour lire et réviser lorsque le temps le permettait. Cette nouvelle année scolaire ne devait pas faire exception.

Cependant, alors qu’elle ouvrait un manuel de géographie, son esprit volait souvent d’une pensée à une autre. Sa concentration lui échappait malgré tous ses efforts. Il s’était passé tellement de choses cet été… Trop de choses, difficiles à saisir, difficiles à accepter. Encore plus à pardonner. Elle se frotta les yeux en essayant de recentrer son attention sur les courbes d’exode. Faute de résultats, un soupir agacé lui échappa. Elle reposa brusquement le livre sur ses genoux. Son regard erra dans le parc comme une âme en peine. Presque invisible, dissimulée par le feuillage, elle pouvait observer à loisir, sans risquer de paraître indiscrète, l’agitation quotidienne qui régnait à Star High. Le lycée lui évoquait parfois une gigantesque fourmilière.

Un bruit tout proche la fit sursauter. Elle balaya le parc de tous côtés, avant de se rappeler qu’elle se trouvait au-dessus du sol. Et que quelqu’un devait probablement se trouver sous sa branche. Jetant un œil en se penchant le plus discrètement possible, elle s’avisa de la présence d’un homme, sans doute de son âge ou un peu plus âgé. Il ne lui était pas familier. Prudence ne se targuait pas de pouvoir nommer chaque visage de Star High. Mais, d’habitude, il lui suffisait d’un coup d’œil pour savoir s’il s’agissait d’un membre du personnel ou d’un étudiant. Le soleil accrocha le profil de l’inconnu. Et, soudain, Prudence le reconnut.

- Salut !

Délaissant ses affaires sur l’épaisse branche, Prudence se laissa tomber à terre d’un bond. Son large sourire franc se crispa légèrement lorsqu’elle se rendit compte, penaude, que son entrée en scène s’avérait peut-être un peu trop brusque. Elle n’avait pas voulu le prendre par surprise. Emportée par son enthousiasme, elle s’était contentée – comme souvent – de laisser libre cours à ses premières impulsions.

- Désolée, s’excusa-t-elle rapidement, avant de sourire à nouveau. Je m’appelle Prudence Carter. J’suis une amie de Jace.

Sur ces brèves présentations, elle tendit sa main vers lui, attendant qu’il la lui serre. Elle s’empressa ensuite d’enfoncer ses mains dans ses poches pour se donner une contenance. Après tout, elle ne parlait pas à n’importe qui. Un membre de la Team Alpha lui faisait face. Jace lui avait parlé de cette recrue. Un type avec une histoire compliquée, des pouvoirs passionnants mais difficiles à cerner… Et, surtout, le point qui intéressait le plus l’adolescente, il était Amérindien.

- J’t’ dérange pas, j’espère ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Nov 2014 - 20:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
L'automne était une drôle de saison, à la fois belle et morne. Toute la nature semblait peu à peu s'endormir pour passer l'hiver mais avant que tout cela n'arrive, elle faisait quand même de son mieux pour se parer de ses plus belles couleurs. Des rouges, des ors, des ocres, des bruns... Les arbres prenaient de telles teintes que les paysages en devenaient magnifiques, mais en même temps, un simple coup de vent pouvait ruiner tout cela en rendant le travail du jardinier un peu plus pénible encore.

Le froid devenant de plus en plus présent, Qaletaqa se couvrait aussi bien que possible. Même s'il avait rejoint Star City depuis plus d'une année, il n'en restait pas moins qu'il était plus habitué aux climats bien plus chauds de l'Arizona. Cela étant dit, son travail lui plaisait énormément et les grands espaces du parc de Star High étaient sans doute le meilleur endroit pour travailler, même si c'était nettement moins joyeux quand il fallait tondre les pelouses ou ratisser les feuilles mortes. Par chance, ce travail prendrait bientôt fin et avec l'hiver, Cal bosserait davantage en intérieur, que ce soit dans les serres de l'établissement ou dans les laboratoires de botanique des sections spéciales. Bien entendu, il se doutait qu'aux premières neiges, il devrait prendre sa pelle pour déneiger les allées, ce qui n'avait rien de très réjouissant, mais ça faisait partie du boulot. Quelle idée d'inventer le froid et la neige, quand même !

Ce n'était toutefois pas encore le temps d'y penser et c'est donc vêtu d'un bon jean résistant, de chaussures de marche et d'un pull-over bien chaud que Cal s'attela à sa tâche actuelle, à savoir tailler quelques arbres du parc. Ça n'avait rien de très palpitant, mais c'était nécessaire pour qu'au printemps, ils soient plus beaux que jamais. Enfilant ses gants de protection, un sécateur en main, le jeune chaman se dirigea donc vers le premier arbre ciblé avec une brouette et une échelle. Il dressa cette dernière contre le tronc de l'arbre dans le but d'y grimper pour couper les fameuses branches, mais aussi pour vérifier d'un peu plus près l'état de l'arbre. Il semblait évident qu'au vu de la taille du parc, ce travail allait lui prendre un temps fou mais comme Cal appréciait d'être ainsi en extérieur, au contact de la nature – même si elle était domptée et plus très sauvage –, il ne se plaignait pas.

Alors qu'il s'apprêtait à poser le pied sur le premier barreau de l'échelle, le jeune chaman fut interrompu par une voix inconnue. Une voix féminine, à priori, qui semblait venir des feuillages. Un cours instant, il se demanda si c'était l'arbre qui s'adressait à lui, ce qui n'aurait rien eu de très surprenant, dans ce monde dans lequel il vivait, mais l'origine de la voix lui fut rapidement révélée, coupant court à ses pensées. Une jeune femme atterrit en effet devant lui, indiquant qu'elle venait de quitter les branchages supérieurs. Elle devait être élève à l'école et si Qaletaqa l'avait sans doute déjà croisée dans les couloirs, il n'avait pas la moindre idée de qui elle pouvait bien être. Cela ne l'empêcha pas d'afficher un sourire sur son visage et de répondre au salut.

« Salut ! »

La présentation qui suivi lui indiqua le nom de la jeune femme qui jugea visiblement important de lui faire part de son amitié avec Jace. Pensait-elle qu'il ne lui adresserait pas la parole si ça n'avait pas été le cas ? Où alors, y avait-il un autre sous-entendu à voir derrière tout ça ? Heureusement, Cal n'était pas assez au fait de ces choses-là pour y voir une quelconque allusion ambiguë aussi se contenta-t-il de serrer la main que Prudence lui tentait.

« Moi, c'est Qaletaqa ! Mais tu peux m'appeler Cal. » Lâchant finalement sa main, le jeune homme reposa le sécateur qu'il tenait jusque-là. « Tu me déranges pas, non. J'allais commencer à tailler les arbres mais j'ai encore du temps. Alors comme ça, tu es élève ici ? »

C'était la déduction la plus logique au fait qu'elle soit l'amie de Jace, même si dans un sens, il était lui-même son ami sans pour autant être lycéen. Cela étant dit, Prudence avait l'air un peu trop jeune pour déjà travailler à l'école, même si là encore, ça pouvait aussi être le cas d'Amber... Bref, il n'y avait donc aucune logique à cette déduction et Cal espérait donc ne pas se tromper, même si ça n'aurait rien de dramatique en soit.

« Je ne connais pas vraiment tous les élèves de l'école, désolé. Je suis un peu trop souvent dehors. » D'un autre côté, vu qu'il ne la connaissait pas et qu'elle venait de lui adresser la parole, cela signifiait qu'il devait y avoir une raison à tout cela. « Je peux faire quelque chose pour toi ? Si tu veux, je peux aller commencer par un autre arbre, histoire de te laisser profiter du parc tant qu'il fait beau. »

Souriant une nouvelle fois, Cal lui laissa le choix d'accepter ou de lui dire ce qu'elle avait à dire, s'il y avait bien une raison au fait qu'elle vienne lui parler. Il ne restait qu'à espérer qu'elle ne vienne pas le draguer sur les conseils de Jace.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 24 Nov 2014 - 0:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
- Si tu connaissais réellement tous les élèves de c’t’ école, je m’inquiéterais pour ta vie sociale, répondit Prudence avec un sourire aussi grand qu’elle.

Cal – elle avait décidé de l’appeler par son diminutif, comme s’il l’avait si aimablement souligné, c’était plus facile à retenir et elle s’en excusait par avance – était un garçon comme les autres, après tout, non ? Il avait beau faire partie de la Team Alpha et être un ami de Jace, cela ne la dispensait pas d’agir comme avec n’importe quel autre être humain normalement constitué. D’un point de vue externe et parfaitement objectif, rien ne laissait présager des étonnantes capacités de Cal. Si l’on exceptait ses traits de visage et le léger accent, il aurait pu facilement passer inaperçu. Les yeux d’aigle de Prudence l’avaient néanmoins trouvé. Il fallait avouer que cela n’avait rien de compliqué, puisqu’il était jardinier à Star High… En tout cas, il tombait à point nommé !

Prudence récupéra sa main après avoir serré celle de Cal. Elle se maudit en silence pour son minable trait d’humour, espérant qu’il n’y prêterait pas grande attention. Ne sachant pas vraiment à qui elle avait affaire, il était peut-être préférable de lui épargner ses travers. Une erreur stratégique pouvait s’éviter. Hors de question de traumatiser sa source de renseignements dès le début de la conversation !

- Oui, je suis élève ici. Je suis euh…

Elle se demanda soudain s’il serait judicieux d’amener la question des pouvoirs dans la conversation. Ravalant sa précédente phrase, elle reprit :

- On t’a sans doute déjà posé la question trop souvent pour que tu puisses encore l’apprécier, mais ça fait quoi d’être dans la Team Alpha ?

Se présenter comme étant une amie de Jace faisait partie du plan – avec une subtilité douteuse très carterienne – pour faire comprendre à son auditeur qu’elle n’était pas une lycéenne comme les autres. Elle avait bien pensé à lui faire une démonstration de l’ampoule humaine mais, dans un lieu public, ça laissait à désirer. Elle se morigéna intérieurement. Elle avait l’impression de mentir à son père quand, lorsqu’elle était enfant, elle voulait une énorme sucrerie. Dans ces cas-là, elle devait faire croire à M. Carter qu’elle savait être sage comme une image. Ce qui était très loin de la vérité ! A nouveau, elle éprouvait la désagréable sensation de travestir la réalité tout en réclamant sa friandise.

Sans aucun sous-entendu douteux, bien sûr. Nous parlons de Prudence Carter. Rien ne fonctionne normalement dans cette tête brune.

- Bon, en fait, ma démarche est vachement intéressée… Je dois faire un exposé sur la culture amérindienne et j’y connais rien. Ça m’intéresse beaucoup ! Mais j’sais pas pour où commencer… C’est très bête de ma part mais, comme Jace m’a parlé de toi quelques fois, et que t’as l’air sympa… J’me suis dit que je pouvais te demander quelques infos ?

Ses pommettes rougissant légèrement, Prudence esquissa un sourire gêné. Ce qu’elle pouvait détester faire ça ! Elle avait l’impression de marchander la connaissance. Pire encore : elle avait l’impression d’exploiter Cal, comme s’il n’était qu’une pompe d’informations et qu’il suffisait d’y puiser ce qu’on désirait.

- C’pas grave si tu ne veux pas m'aider, s’empressa-t-elle d’ajouter. J’comprendrais.

Son plan si magnifiquement calculé tombait à l’eau. Si elle n’espérait guère bénéficier du savoir de Qaletaqa, elle pourrait peut-être trouver l’inspiration face à un membre atypique de la Team Alpha.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 19 Jan 2015 - 17:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Prudence confirma qu'elle était bien élève à Star High tout en commençant à ajouter quelque chose avant de brusquement se taire. Du coup, de manière tout à fait logique, Cal ne put s'empêcher de se demander ce qu'elle pouvait bien être. Est-ce qu'elle était enchantée ? Peut-être bien, même si ça aurait fait un peu bizarre dans la situation actuelle. A moins qu'elle ne soit désolée ? Mais pourquoi aurait-elle du l'être ? Difficile à dire, d'autant qu'elle pouvait être tout un tas d'autres choses, d'affamée à séduite en passant par une princesse, une déesse ou quoi que ce soit d'autre. Cal décida qu'il ne servait à rien de chercher à comprendre et que la réponse finirait bien par venir un jour ou l'autre, alors il mit ses interrogations de côté pour laisser apparaître un sourire amusé.

De toutes les questions qu'aurait pu poser Prudence, la première qu'elle avait choisi portait sur la Team Alpha. Cela expliquait un peu mieux pourquoi elle avait parlé de Jace d'emblée, comme si cela pouvait rendre Cal un peu plus docile sur le sujet. Le fait était qu'il ne savait de toute façon pas trop quoi répondre, parce que ça ne lui faisait rien de bien particulier... Enfin, si, c'était cool et tout, parce que c'était la preuve que certaines personnes vous faisaient confiance, mais au-delà de ça...

« On ne m'a pas posé cette question tant de fois que ça, tu sais. J'essaye d'éviter de me faire remarquer. » Il n'était effectivement pas Jace et de fait, contrairement à Thunder, Cal avait choisi de cacher son visage, de manière à ce qu'on ne puisse pas le reconnaître. « Mais, ça m'a fait plaisir, quand mademoiselle Stevens m'a proposé une place dans l'équipe. Mais bon, c'est juste le début, parce qu'il y a quand même encore beaucoup de boulot à faire. Du coup, je dirais que ça fait plutôt mal, entre les entraînements et tout ça. » Cal se permit un nouveau sourire amusé, avant de conclure. « Jace est quand même un leader vachement dur. » Et là non plus, il n'y avait pas le moindre sous-entendu.

La suite fut un peu plus surprenante. En effet, Prudence affirma de manière très nette qu'elle était venue à lui parce qu'elle avait quelque chose à lui demander, même si leur rencontre reposait quand même grandement sur le hasard. Cal aurait pu trouver sa démarche choquante, mais cela lui faisait plutôt plaisir. Après tout, ça montrait que la jeune lycéenne avait fait attention à lui et c'était quand même rare que les élèves s'adressent comme ça au jardinier. Ce qu'il y avait de curieux, par contre, c'était de savoir que Jace avait pu parler de lui... Pour dire quoi ?

« Je serais ravi de t'aider. » Une fois encore, au risque de se faire une crampe de la bouche, Cal laissa apparaître un sourire. « Mais bon, il va falloir m'en dire un peu plus que ça, parce que là, pour le moment, ça reste assez vague. Tu sais, contrairement à ce que les gens pensent de manière générale, il n'y a pas de culture amérindienne, chaque peuple étant différent des autres. Bon, c'est vrai qu'il peut y avoir des similitudes, mais si ça se trouve, je n'en connais pas plus que toi sur ton sujet. »

C'était un fait, surtout que le peuple duquel il était issu était de très loin très différent de tous les autres. Pour preuve, déjà, ils ne chassaient pas les bisons, comme on le voyait souvent dans les films, vu que les Hopis étaient essentiellement des agriculteurs. Ça n'avait pas été sans leur poser des problèmes, d'ailleurs, vis-à-vis de leurs voisins, mais tout cela appartenait au passé. Toujours est-il que sans savoir ce sur quoi Prudence devait travailler, Cal ne pouvait pas se montrer affirmatif quant à sa réponse.

« Alors, tu dois travailler sur quoi ? Ton sujet concerne un peuple en particulier ou alors, tu cherches plutôt quelque chose de général sur un domaine assez vaste ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 25 Jan 2015 - 15:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Si Prudence fut déçue par la réponse de l’Alpha, elle n’en laissa rien paraître. Elle ne s’était pas attendue à une explosion de joie, ni à un enthousiasme débordant sur de la propagande malvenue sur la Team Alpha. Elle connaissait trop bien Jace pour savoir qu’il était préférable de réfréner ce genre de dérives un peu trop patriotiques. Cal paraissait relativement hésitant sur le sujet. Et l’adolescente s’interrogeait alors sur les raisons de ce choix. Accepter l’offre de Sydney Stevens n’était pas un choix à prendre à la légère. Mais, après tout, les raisons n’appartenaient qu’à Cal. Prudence, même si désappointée, n’avait pas à s’en mêler.

- Dur ? C’t’un doux euphémisme !

Cette répartie lui arracha un sourire. Jace se prenait parfois trop au sérieux, elle était bien placée pour le savoir. Cependant, s’il mettait la barre si haut, c’était sûrement parce qu’il croyait que ses équipiers pouvaient accomplir de grandes choses. Il suffisait d’avoir foi en soi et en son leader. D’après tante Emery, il s’agissait d’une pédagogie souvent employée dans le milieu de la police ou le secteur militaire. Prudence devrait penser à assister à quelques entraînements de temps à autres. Ce pourrait être gratifiant. Car, à la vérité, elle ignorait à quoi ça pouvait ressembler avec Thunder aux commandes.

- J’suis peut-être pas membre de la Team Alpha mais je connais suffisamment Jace pour savoir de quoi il est capable !

En bonne élève studieuse et assoiffée de savoirs, la demi-alien enregistra consciencieusement toutes les informations délivrées par Chaman. Elle ne masqua pas sa surprise face à la bienveillance de son vis-à-vis. Cal était réellement prêt à l’aider. Il en paraissait même ravi. Cela acheva les derniers restes de méfiance à son égard. Combiné aux quelques mots jetés par son ami super-intelligent – mais super-évasif -, ce qu’elle apprenait de Cal la confortait dans l’idée que c’était quelqu’un de bien. S’il parvenait à faire abstraction du caractère cavalier de sa démarche, et à offrir son aide sans arrière-pensées, il était vraiment quelqu’un de bien. A tel point qu’elle en venait à se demander s’il était possible – pour un humain – de se montrer si bienveillant… Et que, définitivement, il représentait sa meilleure source pour son exposé. Elle ne pouvait que louer son initiative – même si très maladroite. Prudence ne croyait pas en la chance. L’audace gouvernait ses actes. Et les dieux pouvaient retourner se rhabiller s’ils espéraient qu’elle les remercie un jour.

- T’es sûr que ça ne te dérange pas ? J’veux pas que tu penses que je t’utilises, hein. C’est pas dans mes habitudes de demander un service comme ça, sans rien offrir en échange… Mais je suis complètement perdue dans les différentes ethnies, leurs coutumes, toussa… Et d’après le peu que j’ai compris, c’est vachement compliqué… Et comme on a un ami en commun, ça me semblait plus facile de t’aborder. En plus, t’es de la Team Alpha, c’est génial, moi aussi je m’entraîne pour entrer dans la Légion !...

Stop ! Respire à fond. Arrête de te justifier et va droit au but, tête de pioche !

Prudence cessa aussitôt son monologue. Elle inspira profondément. Il ne servait à rien de paniquer comme ça. Honnêtement, elle se faisait honte. Pire encore : elle avait l’impression de se comporter comme une groupie. Horreur ! Il n’était pas dans le caractère d’un Carter de se liquéfier devant autrui, dans un discours sans queue ni tête qui plus est.

- Désolée…

Avec un geste empreint d’une touche de garçon manqué, Prudence passa une main dans ses cheveux bruns pour les ébouriffer, ou les repousser derrière son oreille, au choix. Le tout était d’adopter son habituelle posture décontractée.

- J’ai des journées de malade. Le stress me fait dire n’importe quoi.

Ce qui n’était malheureusement pas entièrement faux.

- A la vérité, je pensais travailler sur les Lénapes, puisqu’ils font partie de l’Histoire de la région. Ou sur ton propre peuple, pourquoi pas ! C’est pas la masse de travail qui me fait peur. J’adore apprendre. Le problème est que je ne sais pas par où commencer.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 3 Fév 2015 - 22:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Qaletaqa se souvenait encore d'une discussion qu'il avait eue avec Jace, dans son appartement, plusieurs mois plus tôt. Ils avaient notamment évoqué le fait que les regards des gens se posaient souvent sur l'Amérindien de par ses origines et que cela pouvait devenir exaspérant. Jace lui avait alors proposé de faire quelque chose qu'il présenterait à l'école pour montrer et expliquer d'où il venait, ce qui pouvait aider à le faire accepter. Dans le cas présent, la situation n'était pas bien différente. En aidant la jeune femme, il pourrait l'aider à présenter les Amérindiens d'une manière qui ne serait pas un cliché et cela ne pourrait être qu'une bonne chose. De plus, elle était l'amie de Jace et dans un certain sens, ils avaient beaucoup en commun. Deux piles électriques sur pattes... Et Cal ne savait même pas à quel point il avait raison.

« Si ça me posait un souci de t'aider, je n'aurais pas accepté. » Jusqu'à preuve du contraire, il n'était pas maso, même s'il s’entraînait avec Jace. « Ça me fait plaisir de voir que tu viens vers moi pour travailler ton sujet, ça montre que tu ne veux pas tomber dans la facilité des clichés. Je serais vraiment pas sympa de t'envoyer bouler, surtout si tu veux devenir une Légionnaire. »

Affichant un sourire, Cal jeta un coup d’œil derrière lui, vers le ciel. Il faisait encore bon et ils avaient du temps devant eux, donc ils avaient deux solutions. Soit ils restaient dans le parc, à discuter, ce qui pouvait être sympathique, soit ils se trouvaient un endroit plus adapté mais pas forcément aussi agréable.

« En tous cas, tu peux te détendre, je vais pas te manger. J'suis à peine plus vieux que toi, en plus. » Souriant une fois de plus, Cal désigna l'arbre duquel Prudence était descendue. « Ça te gêne si on reste là ? Je t'avoue que je préfère généralement rester à l'extérieur. »

Vu qu'elle était elle-même venue se réfugier dans l'arbre, on pouvait penser qu'il en allait de même de sa part et de ce fait, qu'elle allait aller dans son sens. Attendant malgré tout la réponse, Cal finit par s'installer au pied de l'arbre, revenant sur ce que la lycéenne lui avait indiqué. Dans le même temps, il posa ses gants sur le sol, à côté de lui.

« C'est sûr que je pourrais t'aider plus facilement sur mon propre peuple, mais tu risques d'avoir du mal à trouver des informations ailleurs. Je ne sais pas s'ils ont beaucoup de trucs sur les Hopis, à la bibliothèque de l'école. » Ailleurs, elle pourrait sans doute toujours trouver des choses, mais il était évident que les Lénapes, peuple local, seraient probablement plus renseignés. « Après, je connais beaucoup moins les Lénapes... Ils n'ont pas grand chose à voir avec mon peuple. Mais... Disons que ça n'empêche que je pourrais t'aider à trouver des informations de première main. »

Qaletaqa ne savait pas trop ce que Jace avait raconté à Prudence et il n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle savait de ses capacités. Toutefois, il était certain qu'il pourrait l'aider à rencontrer des esprits Lenapes dans le but de les interroger et de ce fait, elle pourrait faire un exposé plutôt original et intéressant. Lui-même avait déjà rencontré de tels esprits et il savait donc où les trouver. C'était là-bas qu'il avait trouvé son ohta, le pendentif de loup qu'il portait au cou et qui était un objet traditionnel lénape. Tirant sur la cordelette qui passait autour de son cou, Qaletaqa sortit l'objet de sous son pull de manière à ce que Prudence puisse l'examiner. Il s'agissait d'une figurine sculptée dans le bois et qui représentait grossièrement une tête de loup.

« Tiens, ça, par exemple, c'est lénape. On appelle ça un ohta. C'est censé porter chance et apporter la guérison. » Lui laissant le temps d'observer l'objet, Cal finit par poser la question qu'il jugeait être la plus importante. « Dis-moi. Jace... Qu'est-ce qu'il t'a dit sur moi ? T'inquiète pas, y a pas de piège dans la question. C'est juste pour savoir ce que je dois te raconter. Et aussi, comment je dois le présenter... » Après tout, tout le monde ne réagissait pas de la même manière quand on abordait le sujet des fantômes...
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 18 Fév 2015 - 17:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Prudence réfréna une irrésistible envie de lever son poing pour taper dans celui de Cal, comme elle le faisait parfois avec ses amis les moins protocolaires. Mais elle se dit, for judicieusement, que l’Amérindien pouvait ne pas être familier avec ce genre de geste, ni même l’apprécier. Emportée dans son élan, la main de l’adolescente remonta pour ébouriffer sa courte frange brune sur sa tempe, en espérant que son geste avorté passe inaperçu. Sans se départir de son sourire, elle dit :

- A quoi bon choisir la facilité ? La vie serait d’un tel ennui si tout était simple. Si je voulais vraiment me faciliter l’existence, je ne voudrais pas devenir Légionnaire !

Suivant le conseil de Cal, Prudence fit un effort pour se détendre. Retrouvant ses manières décontractées de baroudeuse du lycée, elle enfonça ses mains dans ses poches de jean. Ses craintes superstitieuses se dissipèrent derechef.

- Et à quoi bon avoir l’amitié de Thunder si on ne profite pas de son réseau ? ajouta-t-elle avec un sourire rusé à la Cheshire.

L’adolescente acquiesça à la proposition de Chaman et suivit le mouvement. Assise en tailleur sous l’arbre, elle but les paroles de son vis-à-vis, non sans plisser les yeux de perplexité. Elle aurait voulu lui demander quel était son peuple, justement, puisqu’il en parlait mais il enchaîna rapidement sur le sujet des Lénapes. Dévoilant son pendentif de loup, Prudence ne put s’empêcher de se pencher pour le voir de plus près. Elle ne comprenait peut-être pas grand-chose à la magie et aux traditions amérindiennes mais les animaux, en revanche, elle les adorait. Cerbère, qui portait très mal son nom – à l’instar de la nièce de sa maîtresse -, pouvait en témoigner.

- C’est marrant que ce soit un symbole de chance. Parce que dans d’autres cultures, surtout sur le vieux continent, le loup est plutôt associé au diable et aux monstres néo-gothiques du cinéma hollywoodien…

Réflexion qui la fit hausser des épaules. La diversité des significations pour un seul nom ou symbole avait passionné sa belle-mère pendant quelques années, à une époque où elle lisait des magazines ésotériques parce que c’était à la mode. Prudence avouait sans honte en avoir emprunté quelques-uns, un jour, pour les feuilleter discrètement.

La demi-alien releva les yeux sur Cal en se redressant. Son interrogation l’interpellait. Et l’amusait aussi un peu. Elle ne craignait pas le regard des autres – en général – mais reconnaissait volontiers que cela puisse perturber d’autres personnes. Cal ne pouvait sans doute pas totalement masquer son appréhension sur la façon qu’avait le monde de percevoir les Amérindiens, ou les membres si médiatisés de la Team Alpha. Ce n’était pas elle qui lui jetterait la pierre. Sa toute récente escapade intergalactique, à laquelle elle évitait de penser plus en profondeur, lui avait prouvé à maints reprises que l’Histoire était écrite par et pour les vainqueurs. Il était difficile de trouver des informations fiables sur la culture des natifs, qui ne soient ni de la propagande américaine oubliée par la censure, ni des récits édulcorés d’un ennui mortel.

- Honnêtement, pas grand-chose. Tu sais comment il est. Son esprit va tellement vite, parfois, qu’on a du mal à suivre une conversation entière ! Plus sérieusement, il a juste dit que tu étais d’origine amérindienne, un bon élément pour la Team Alpha et que… Tu avais… Des pouvoirs bizarres. Ce ne sont pas ses mots, hein, c’est juste que j’ai pas tout compris à ce qu’il m’avait raconté ce jour-là. Quand il est branché sur le réseau électrique du coin, c’est dur de capter toute son attention.

Nouveau haussement d’épaules. Elle pardonnait sans hésiter à Jace ces menus écarts. Ce gars-là condensait tellement de responsabilités qu’elle ne pouvait que se réjouir de le voir réagir en jeune adulte hyperactif, dans la moyenne communément admise chez l’espèce humaine. Même pour un mutant ! Se rendant compte que ses paroles pourraient être mal interprétées, elle jugea bon d’ajouter avec conviction :

- T’as pas à t’en faire. J’ai l’habitude des trucs bizarres.

Entre le fait d’être à moitié alien, de côtoyer des mutants tous les jours, d’avoir combattu une sorcière dopée à l’hémoglobine et voyagé sur une autre planète… Oui, on pouvait affirmer sans trop de risques qu’elle avait l’habitude des trucs bizarres.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 21 Fév 2015 - 19:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
A la remarque de Prudence, Qaletaqa ne put s'empêcher de sourire. La lycéenne avait un caractère qui lui plaisait bien et de ce qu'il en voyait pour le moment, elle était plutôt du genre sympathique. Un peu électrique, comme Jace, mais bon, ça restait quand même vachement soft en comparaison du leader de l'équipe. Et en parlant de Thunder, Cal était plutôt curieux de savoir ce que ce dernier avait pu révéler à son amie. Lorsque Prudence avoua qu'il n'en avait pas dit grand-chose, le chaman fut à la fois soulagé et tendu. Soulagé, parce qu'il préférait dire les choses par lui-même, même s'il avait pleinement confiance en Jace. Malgré tout, la magie était un domaine qui lui restait éloigné et il n'avait donc pas nécessairement toute les informations en main pour donner des explications complètes. Puis tendu, parce que Cal ne savait pas du tout ce que Prudence allait penser de ce qu'il allait dire. Peut-être qu'elle allait juste se relever et partir, en le plantant là ? C'était possible, mais il ne le saurait pas avant de tenter le coup.

« Oui, je vois totalement ce que tu veux dire. » Au sujet de Jace et des difficultés à le suivre. Affichant un sourire à cette idée, Cal ne le perdit toutefois pas lorsqu'il fut question de ses pouvoirs bizarres. « Je ne doute pas que tu ais l'habitude des trucs bizarres. Mais... Je sais pas trop à quoi tu peux faire référence, mais y a bizarre et y a bizarre. Genre, vraiment bizarre. »

Parce que bon, la magie, déjà, c'était un truc bizarre et difficile à appréhender, pour le commun des mortels. Mais malgré ça, ça restait communément accepté. Par contre, quand on en venait à aborder des aspects qu'on trouvait plus généralement dans les films d'horreur gores, c'était une toute autre histoire...

« Bon, comme tu le sais sûrement, mon surnom, c'est Chaman. Et en fait, si on m'appelle comme ça, c'est tout simplement parce que je suis un chaman. Tu sais ce que c'est ? » Quelle que soit la réponse, il allait de toute façon lui expliquer, parce que ça pourrait l'aider dans son exposé. « Un chaman, c'est en quelque sorte un prêtre, si tu veux. Dans nos tribus, le chaman fait le lien entre l'Homme et les esprits. Il conduit les rituels religieux, il peut soigner parce qu'il connaît les plantes mais il peut aussi accéder au monde des morts. » Et ça, c'était sans doute l'élément le plus bizarre de ses pouvoirs. « Y a beaucoup de gens, aujourd'hui, qui pensent que les chamans n'ont pas plus de pouvoir qu'un curé ou qu'un rabbin, parce que c'est vrai pour la plupart d'entre eux. Mais des fois, il arrive qu'un chaman ait réellement de vrais pouvoirs. C'est le cas pour moi. »

Maintenant, c'était le moment où il fallait entrer dans les détails et souvent, c'était là que le jeune homme perdait ses interlocuteurs. Il en avait d'ailleurs eu la preuve avec Jace et visiblement, même si ce dernier avait pu voir ses pouvoirs en action, il n'avait pas réussi à les expliquer aussi bien que possible à Prudence. C'est pour ça qu'avant d'en dire plus, Cal décida qu'il allait directement passer par la phase action. Et puis, ça serait l'occasion de vérifier si elle avait effectivement l'habitude des trucs bizarres ! Soulevant légèrement son pull, l'Amérindien choisit l'un des huit porte-clés qu'il portait accrochés à la ceinture. Il représentait un drôle de bonhomme portant une tenue rayée de noir et de blanc. Posant l'objet sur le sol, entre Prudence et lui, Cal ferma les yeux et en se concentrant, il fit appel à l'esprit qu'il souhaitait invoquer.

« Koshari, viens à moi. »

Une lueur blanche se mit alors à entourer le porte-clé et ils ne le virent bientôt plus. Lorsque la lumière disparut, un étrange bonhomme d'une trentaine de centimètres de haut se tenait devant eux. Il portait la même tenue que le porte-clé et il avait deux grandes pointes sur la tête.

« Voilà, c'est un esprit kachina. Il s'appelle Koshari. Il est tout ce qu'il y a de plus réel. » La précision lui semblait utile, des fois qu'elle pense à un quelconque tour de magie ou autre. « Dans notre monde, y a des esprits partout, tu vois. Mon peuple en vénère certains, les kachinas. Normalement, ils sont invisibles à la plupart des gens et d'ailleurs, on n'est pas tout seul, ici. Les esprits sont toujours avec moi, même si on ne les voit pas. Cela dit, j'arrive à les faire venir dans notre monde, comme je viens de le faire avec Koshari. C'est un de mes pouvoirs, mais pas le seul. Et c'est sûrement là que ça devient le plus bizarre... » Cal inspira profondément pour se donner un peu confiance et il se lança. « J'arrive aussi à communiquer avec les fantômes, les esprits des morts. Les gens pensent souvent que c'est un mythe et que ça n'existe pas, mais les fantômes sont bien réels. Cela dit, je peux comprendre que tu n'y crois pas... »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 21 Fév 2015 - 23:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Et la leçon débuta.

En bonne élève, Prudence garda les lèvres closes et se contenta d’écouter les explications de son professeur improvisé. Nullement surprise de constater que Chaman n’était donc pas un surnom dénué de sens, elle fut attentive aux propos de son vis-à-vis. Jusqu’à ce qu’il mette lui-même en pratique ses pouvoirs. Jusqu’ici, l’adolescente avait acquiescé et enregistré les informations sans broncher. La démonstration s’avérerait bien plus impressionnante…

- Donc, en tant que chaman, tu as un rôle important dans ta culture ? T’as sans doute des responsabilités… Qu’est-ce que… ?!

Prudence manqua sursauter. Face à elle, le masque tranquille du jardinier de Star High venait de révéler Chaman, l’Alpha qui parlait aux esprits. Muette de stupeur, elle ne put que constater l’apparition du petit homme bariolé. Elle ne le quitta pas des yeux sans rien trouver à dire. Enfin quelque chose capable de clouer le bec à Prudence Carter ! L’adolescente écouta malgré tout les explications de Cal. Il jetait une lumière nouvelle sur la vie après la mort, le monde de l’invisible et la magie. Depuis ses mésaventures avec la sorcière de Little Italy, l’adolescente ne parvenait pas à taire sa méfiance redoublée à l’égard de la magie. Car c’était bien la magie qui avait transformé un honnête pâtissier en monstre stupide, l’avait piégée dans un frigo et, enfin, l’avait obligée à accorder du crédit à une criminelle notoire… Pour faire simple, tout ce qui ressemblait de près ou de loin à de la magie la laissait relativement craintive.

Heureusement, il y avait eu le passage de l’ouragan cosmique Ambre la veille – ou une éternité plus tôt, difficile à dire. Prudence était psychologiquement prête à remettre en cause des convictions, petit à petit, qu’elle avait jugé inébranlables jusqu’à récemment. Alors pourquoi pas à propos de la magie ?

- Après tout ce que j’ai vécu, je suis encline à croire n’importe quoi !

Prudence avala sa salive et prit une profonde inspiration. Sa main s’avança timidement vers Koshari, comme s’il s’agissait d’un chat sauvage nécessitant d’être amadoué. S’il était réel, elle pouvait donc le toucher… Son bras se rétracta à mi-chemin. Peu importait le caractère de l’esprit, il pouvait ne pas apprécier d’être manipulé tel une poupée. Mieux valait ne pas toucher. Prudence reprit une posture immobile, craignant qu’un geste trop brusque de sa part ne fasse fuir l’esprit. Plus troublée par le petit personnage qu’elle ne voulait l’admettre, elle releva très vite les yeux sur Cal, préférant reporter son attention sur quelque chose de tangible.

- Donc, tu n’es pas un mutant.

Brillante déduction, mon cher Watson !

Cette phrase ne contenait aucun jugement. Même du temps où elle était persuadée d’être elle-même une mutante, elle n’avait jamais placé sur un piédestal tel type de Super et pas un autre. Ces considérations lui paraissaient vaines et particulièrement blessantes, à l’égard des Supers comme du commun des mortels. La diversité faisait partie intégrante de l’Humanité. Sinon, autant repeupler la Terre avec des clones !

- C’est carrément incroyable ! Tes pouvoirs sont… Surprenants. Et très liés à ta culture natale. Tu dois être très précieux pour ton peuple ! C’est étonnant qu’on t’ait laissé entrer dans la Team Alpha, avec ton rôle de chaman et toussa... Ou pas, d’ailleurs, c’est peut-être grâce à tes pouvoirs, justement. Pour permettre aux gens de mieux connaître ton peuple et casser tous les stéréotypes de base.

Cette histoire la dépassait un peu. Prudence avait été loin de se douter de la réelle nature des pouvoirs magiques de Cal. Ce dernier venait de lui dévoiler une des faces de la vérité sur les Natifs. Un large pan d’ignorance sur la culture amérindienne s’était déchiré à l’instant dans l’esprit de l’apprentie héroïne. Ses maigres recherches parlaient effectivement de culture orale, d’esprits protecteurs et de peuples extrêmement divers. Mais rien qui ne ressemblât aux dons de Chaman. Instinctivement, comme si elle avait peur d’être entendue de l’esprit et de le vexer, elle interrogea Cal en baissant la voix :

- C’est l’esprit de… Pardon. Koshari est un esprit de ton peuple ou de tous les Natifs du pays ? Est-ce qu’il sait parler notre langue ? Et s’il est toujours avec toi, même quand on ne le voit pas, alors les autres chamans ne peuvent pas l’invoquer ? J’suppose que les esprits ont encore une très grande place dans la culture amérindienne de nos jours. C’pas juste du folklore. J’en ai la preuve en direct ! Mais faut bien qu’ils voyagent de temps à autres, non ?

Elle esquissa un sourire hésitant tandis que son regard se reportait sur Koshari.

- En tout cas, t’avais raison : c’est bizarre. Mais pas plus bizarre qu’autre chose !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 9 Mar 2015 - 13:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
La réaction de Prudence amusa Qaletaqa, parce qu'il ne s'agissait en aucun cas d'une réaction de peur, mais que c'était plutôt la manifestation de sa curiosité. C'était parfaitement compréhensible, parce qu'il lui ouvrait quand même les portes d'un monde très différent. Même si les gens savaient généralement que la magie existait, ils ne saisissaient pas toute l'ampleur de ce que cela pouvait dire et voir de ses yeux ce que cela pouvait être avait de quoi surprendre. Cal aurait réagi de la même manière s'il s'était retrouvé devant un extraterrestre !

Lorsque Prudence déduisit qu'il n'était pas un mutant, le jeune chaman se contenta de hocher la tête de manière positive. C'était effectivement le cas. Cela laissait toutefois en suspens un certain nombre de question et Cal comprit qu'il allait devoir expliquer bien des choses pour éclaircir tout cette histoire. D'un autre côté, c'était justement pour ça qu'ils étaient là, non ?

« Tous les chamans n'ont malheureusement pas ces pouvoirs. Je ne sais pas trop à quoi c'est dû, mais ça se perd... Mon grand-père m'a expliqué que j'étais le premier depuis un siècle à les manifester au sein de notre clan. » Le jeune homme n'avait aucune idée de ce qui pouvait expliquer. Peut-être que l'évolution du monde rendait les esprits moins réceptifs aux hommes et que ça les éloignait de plus en plus ? « Les chamans se contentent souvent de suivre les cérémonies comme on l'a toujours fait, mais sans forcément recevoir de réponse de la part des esprits. Parfois, ça arrive quand même, mais c'est de plus en plus rare. Moi, je suis juste au début de ma formation. J'avais pas prévu de devenir un Légionnaire ou un Alpha, à la base. Ça s'est un peu fait tout seul, avec mademoiselle Stevens. Mais... Ouais, je vais pas rester ici toute ma vie et quand mon voyage sera fini, je rentrerais chez moi, parce qu'on m'attend. »

Ce qu'il ne savait pas, c'était le temps que ce voyage allait encore durer mais il espérait bien pouvoir retrouver son frère le plus rapidement possible. Cela faisait maintenant longtemps qu'il cherchait et il n'avait encore rien trouvé de valable... Ça l'inquiétait, parce qu'il avait peur qu'en tardant de trop, la malédiction finirait par ne plus pouvoir être annulée. Relevant légèrement son tee-shirt, Qaletaqa décrocha les autres porte-clés qu'il portait, les tendant à Prudence pour qu'elle les regarde.

« Ce sont des poupées kachinas. C'est une tradition de mon peuple. Ce sont des petites poupées qu'on fabrique de manière à ce qu'elles ressemblent aux esprits. Les enfants les reçoivent pendant les fêtes, comme ça, ils peuvent se familiariser avec tout ça. Les esprits s'appellent les kachinas, eux aussi. Ils sont propre à mon peuple, même si je suppose qu'on peut trouver des liens avec ceux d'autres peuples. » Il n'avait jamais vraiment mené cette recherche-là, mais vu que certaines créatures et que certaines traditions étaient partagées par plusieurs tribus et plusieurs peuples, cela n'aurait rien eu de surprenant. « Tu sais, les Hopis n'ont pas grand chose à voir avec ce que tu dois imaginer des Amérindiens. On n'a jamais été un peuple de chasseur et on était encore moins des nomades. On vit dans des villages de pierre, construit sur les mesas du désert de l'Arizona. Tu connais peut-être Mesa Verde ? Ben c'est un peu la même chose. Comme nos ancêtres ne chassaient pas, ils ont du trouver d'autres moyens pour vivre et c'est là qu'ils sont arrivés, les kachinas. Ils leur ont appris l'agriculture et comment faire pousser du maïs, malgré la chaleur du désert. C'est encore comme ça qu'on vit, aujourd'hui. »

Et de fait, le maïs était l'un des principaux aliments des Hopis, comme Cal avait déjà pu le montrer à Jace, un soir où ils avaient cuisiné ensemble. Ce qui pouvait d'ailleurs souvent surprendre les gens, c'était la diversité des maïs qu'ils utilisaient. On connaissait tous le maïs jaune, mais ce qu'on ne savait pas, c'était qu'il en existait aussi du rouge, du bleu ou même du blanc ! Ils avaient tous leurs usages propres et on pouvait en faire tout un tas de choses, des ragoûts aux pains bleus des Hopis. De quoi apporter une grande touche d'exotisme à un repas !

« Les kachinas vivent dans les montagnes, au nord de l'Arizona, mais selon les légendes, ils voyageaient souvent vers le sud pour rencontrer les Hopis. Peut-être que c'est à cause de la place toujours plus importante qu'on prend qu'ils ont décidé d'arrêter et que c'est pour ça que les chamans n'ont plus de pouvoirs... Enfin, dans tous les cas, je ne crois pas que d'autres peuples vénèrent les kachinas, à part les Zuñis du Nouveau-Mexique, mais ils ont une culture très proche de la nôtre. Pour les autres, c'est vraiment très différent. » Une fois de plus, Cal attrapa le pendentif qu'il portait autour du cou. « Cet ohta, par exemple, est lénape. Il vient de la forêt, pas très loin d'ici. Il renferme un esprit, celui d'un loup. Bon, je ne parle pas le langage des loups donc je ne sais pas vraiment ce qu'il est réellement, mais en me renseignant dans les livres, j'ai vu que les Lénapes avaient un clan du loup alors c'est peut-être en lien avec ça. En tous les cas, ça montre qu'ils vénéraient surtout des esprits animaux, comme l'ont fait la plupart des peuples nomades. Tu vois souvent ça dans les films, tu sais, avec les totems. Ils représentent plusieurs animaux qu'on vénère, souvent des aigles, des loups, des coyotes, des ours ou des oiseau-tonnerres. »

Tout dépendait évidemment des croyances des peuples et des endroits où ils vivaient. Les ours et les loups se retrouvaient plus souvent dans le nord alors que les serpents et les coyotes avaient leur place dans les territoires du sud. Cela étant dit, on retrouvait certains esprits à travers tout le pays et au vu du caractère magique ou surnaturel de ces créatures, on était en droit de se demander ce qu'ils étaient réellement. C'était par exemple le cas de l'oiseau-tonnerre qui, jusqu'à preuve du contraire, n'existait pas. On pouvait aussi dire la même chose d'un coyote bien particulier, le Trickster, que les Hopis connaissaient bien, tout autant que d'autres peuples. Qaletaqa avait toujours cru qu'il n'était qu'une légende, jusqu'à ce qu'il le croise à Star City... Mais il n'était pas un esprit pour autant et le jeune homme ne pouvait que se montrer curieux à son égard.

« Enfin, je parle, je parle... Pour ton exposé, faut donc voir ce qui te brancherait le plus. Je ne sais pas vraiment ce que tu dois faire mais soit tu peux le faire sur un peuple particulier, soit on peut voir autre chose. Comme je te l'ai dit, je peux tout te raconter sur les Hopis, ça me dérange vraiment pas, mais bon, si tu as besoin de citer des sources, c'est peut-être pas le mieux. On peut aussi bosser sur les Lénapes. C'est local et y a beaucoup de choses à voir. » Mais il y avait aussi d'autres choses à faire, comme comparer les croyances spirituelles ou les modes de vie de deux peuples différents et autres travaux de ce genre. Tout dépendait ce dont elle avait envie. Affichant un sourire, Cal finit par décider de lui proposer quelque chose d'un peu plus intéressant que de simples recherches à la bibliothèque. « Si les fantômes ne te font pas peur... On pourrait aller interroger ceux des Lénapes. Ça pourrait te faire de très bonnes sources. Faudra juste qu'on soit prudent... Ils sont pas toujours très... amicaux. Tu... Tu as des pouvoirs de quel genre ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 14 Mar 2015 - 19:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Il était une fois encore question d’héritage. Décidément, beaucoup de choses se rapportaient à une forme de legs, génétique ou idéologique, dans les histoires familiales de Star High – et des Supers en général. On connaissait des lignées héroïques, qui avaient traversés le temps – et les médias – et qui faisaient encore parler d’elles aujourd’hui. On adulait des figures du passé, principalement parce que leurs descendants vivaient pour rappeler leur existence aux yeux du monde entier.

Le récit de Qaletaqa avait de quoi laisser perplexe. Son attentive auditrice entendait ses paroles mais n’était pas certaine, en revanche, d’en comprendre complètement le sens. Le domaine de la magie la laissait dubitative car ses clefs de lectures lui paraissaient extrêmement complexes – n’en déplaise aux cours très denses du professeur Pennington. Prudence se promit une fois encore d’être plus studieuse durant ce cours-là, car elle commençait à réellement s’agacer d’être autant larguée dans ce domaine. Cal explicita également à demi-mot les raisons qui l’avaient poussé à rejoindre la Légion. La jeune fille plaquait volontiers ses propres idéaux et rêves sur les gens qui l’entouraient car, dans son univers propice aux changements et aux grandes idées, le gris n’existait pas : le monde était soit noir soit blanc. Dans un effet miroir, elle avait fait de même avec Cal et l’évidence lui sautait enfin aux yeux. D’une certaine façon, elle l’enviait. Un peu. Lui avait la chance de faire partie de la Team Alpha, d’être en quelque sorte protégé par la loi lorsqu’il servait la justice aux côtés d’autres Supers, de sauver des gens sans paraître intéressé ou être catalogué parmi les vigilants les plus instables. Ce qui n’était pas le cas pour Prudence. Du moins, pas encore.

- C’est incroyable, souffla-t-elle comme elle contemplait les différents pendentifs illustrés par son discours.

A quoi bon visiter d’autres planètes, au final ? La diversité de l’Humanité s’avérait déjà extrêmement complexe et difficile à appréhender par le commun des mortels. L’Histoire humaine recelait tant de données inconnues, perdues, parfois très abstraites, si bien que même toute une vie n’aurait pas suffis pour connaître le monde dans son ensemble. Au jour d’aujourd’hui, il existait tant de cultures différentes, au mode de pensée si diamétralement opposé à la culture occidentale et mondialisée, qu’il devenait aisé de s’y perdre. De croire que, quelque part sur Terre, il existait des gens aussi bizarres que des extra-terrestres, tout en restant humains. Cal revêtait un caractère exotique et, pourtant, était membre de la Légion des Etoiles, comme tant d’autres exemples de bravoure et d’étrangeté d’après les dires de Jace. Une chose bénéfique, pour la conscience régulièrement tourmentée de Prudence, qui craignait un peu plus chaque jour les changements génétiques qui allaient s’opérer chez elle dans un avenir plus ou moins proche.

- Je dois faire un exposé de vingt minutes sur un aspect de la culture amérindienne, du peuple que je préfère, avec des diapositives toussa… Mon prof est fou ! Ou hyper optimiste, ça dépend. Dès le début de l’année, pondre un exposé comme ça, c’est plutôt raide !

Depuis le début de la discussion sous l’arbre, son regard ne parvenait pas à totalement se fixer sur Cal. Il finissait inévitablement par glisser sur Koshari. Le petit personnage – l’esprit, rectifia-t-elle, semblait écouter et attendre. Prudence jeta un coup d’œil aux alentours. Est-ce que tout le monde pouvait le voir ? Qu’est-ce qu’il attendait, exactement, d’être rappelé par Cal ? Sa présence mettait l’adolescente mal à l’aise. Elle découvrait pour la première fois une nouvelle forme de magie, intangible et sans aucun doute invulnérable face à ses talents électriques, qui l’emplissait d’effroi… Tout autant que d’enthousiasme. Ces deux sentiments se conciliaient difficilement dans son cœur, pour l’instant. Elle déploya un effort surhumain pour s’arracher à la contemplation de l’esprit.

- En fait, je pensais prendre un peuple et brosser rapidement son histoire à partir du moment où les Anglais ont commencés à implanter leurs colonies sur le continent. Mais après tout ce que je viens d’entendre, précisa-t-elle avec un grande sourire, je serais plutôt intéressée par un exposé comparatif entre deux spiritualités : les Hopis et les Lénapes, histoire de faire dans l’originalité !

A la seconde où Cal changea de ton pour énoncer sa proposition, Prudence avala sa salive de travers. Elle ouvrit des yeux ronds et garda la bouche hermétiquement close, de peur de proférer d’énormes bêtises. Son imagination rompue aux récits épiques de SF s’emballa aussitôt… Avant de freiner subitement des quatre fers. La veille, déjà, elle parcourait l’univers aux côtés d’Ambre pour une mission diplomatique. Etait-elle prête à remettre ça, cette fois-ci du côté de la magie et des fantômes ? A bien y réfléchir, elle se n’était pas si mal débrouillée hier – même si y repenser lui donnait mal à la tête -, sans que quiconque l’ait préparée ou informée de ce qui l’attendait. Monsieur le Grand Voyageur Intergalactique n’avait guère pris la peine de lui demander son avis. Ici, avec Cal, le choix lui appartenait.

Un sourire mutin, un peu tordu, de ceux qui présageaient de folles aventures comme des désastres annoncés, étira lentement les lèvres de Lightning Girl. Les yeux brillants, elle s’entendit répondre :

- Et comment que je suis partante ! Ce serait super cool ! Bien sûr, faudra que je suis prudente en citant mes sources mais… Waouh, ce serait génial !

Prudence avait l’air d’une gamine à laquelle on promet un parc d’attraction uniquement composé de sucreries géantes qui flottent dans les airs. Un rêve alléchant, délirant, surréaliste, à portée de main. Elle s’obligea néanmoins à redescendre de son petit nuage, non sans frissonner, pour répondre plus calmement aux hésitations de Cal :

- J’suis électrokinésiste. Mais pas comme Jace. Je suis plutôt du genre batterie bioénergétique sur pattes. En fait, j’suis pas… J’suis pas… Bref.

Elle arrêta là sa tirade. Il ne servait à rien de dévoiler l’hybridation interstellaire qui la caractérisait. Comment des morts pourraient-ils le percevoir, de toute façon ? Ce n’était pas non plus par manque de confiance envers Chaman. Seulement, avant de le divulguer à qui que ce soit, il fallait d’abord qu’elle accepte le fait d’être à moitié extra-terrestre. A cet instant, Prudence réfrénait difficilement son excitation. Rencontrer des morts, cela avait un petit quelque chose d’inquiétant, malgré tout. Elle entrait sur un terrain de compétences qu’elle ne maîtrisait pas du tout. Cal serait son guide. Elle devrait entièrement se fier à lui – et espérer garder close sa grande gueule face à des fantômes trop susceptibles.

- On part quand ?

L’adolescente n’était pas loin de trépigner sur place. Heureusement pour elle, le ridicule ne tuait pas.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 15 Mar 2015 - 20:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Qaletaqa ne put s'empêcher de sourire quand Prudence donna son avis sur son professeur. Il était évident qu'un tel travail en début d'année ne présageait rien de bon pour les mois à venir, mais dans le même temps, ça pouvait être vraiment intéressant. Il n'y avait qu'à voir ce qu'ils mettaient en place pour préparer un simple exposé ! Bon, une chose était sûre, il n'y avait qu'à Star City et encore plus qu'à Star High que l'on pouvait aborder les choses sous cet angle. La lycéenne finit par présenter son idée, mentionnant son envie de faire dans l'originalité en présentant et en comparant deux spiritualités différentes, celle des Lénapes et celle des Hopis.

Bien évidemment, Qaletaqa pouvait sans aucun souci l'aider pour tout ce qui concernait son propre peuple. Visiblement, Prudence était une jeune femme curieuse et tout cela semblait l'intéresser au plus au point. De fait, le jeune chaman prendrait plaisir à lui raconter tout ce qu'elle pouvait vouloir savoir, comme cela était généralement le cas avec Jace. Par contre, pour tout ce qui concernait les Lénapes, il allait falloir faire des recherches et pas uniquement à la bibliothèque de la ville.

Cela ne semblait toutefois pas déranger la jeune fille puisque lorsque Cal lui fit une proposition, un sourire naquit doucement sur son visage. Les aventures, ça avait l'air de l'intriguer et de la brancher, alors c'était tant mieux ! Prudence présenta ensuite ses pouvoirs, nuançant le fait que ça n'était pas comme Jace même si Cal ne comprenait pas trop le principe. Une batterie bioénergétique ? Mais, Jace n'était pas aussi une batterie, lui ? Laissant les détails de côté, parce que ce n'était pas nécessairement le plus important, l'Amérindien se permit un nouveau sourire.

« D'accord. Bon, je sais que les fantômes, c'est jamais rassurant, mais en théorie, y a aucune raison d'avoir peur. Les esprits ne peuvent normalement rien faire aux êtres humains. C'est... Comment dire. C'est un peu comme si on n'occupe pas vraiment le même monde. C'est pour ça que je dois utiliser les poupées, pour permettre aux kachinas d'agir physiquement. Et puis, c'est aussi pour ça que les gens ne peuvent généralement pas voir la plupart des fantômes. » Qaletaqa ne connaissait pas précisément la théorie qui régissait tout cela, mais cela lui semblait relativement juste. « Après, c'est vrai qu'il y a toujours des risques et y a parfois des fantômes moins sympas que d'autres. Mais bon, normalement, ça devrait aller ! »

Les esprits frappeurs et les esprits vengeurs étaient effectivement une réalité dont il fallait tenir compte, même si on n'en trouvait pas non plus à tous les coins de rue. Le chaman en avait toutefois déjà rencontré un, dans cette même forêt, alors il préférait se tenir sur ses gardes. Il n'avait par contre pas la moindre idée de ce que l'électricité pouvait faire aux esprits... Peut-être que ça aurait quand même un effet ? Ce serait l'occasion d'en faire le test ! Regardant sa montre, Cal répondit alors à la question de Prudence. C'était déjà la fin d'après-midi, aussi valait-il mieux remettre ça à un autre jour.

« Bon, ce soir, c'est peut-être un peu trop tard. Du coup, je sais pas, tu as peut-être une après-midi de libre cette semaine ? Sinon, je te propose de nous programmer ça pour samedi. Ça nous laisse au moins le temps de nous préparer. On n'aura qu'à se retrouver quelque part en ville et comme ça, on prendra le bus jusqu'à la forêt. Après, ça sera la surprise ! Et puis, comme ça, je pourrais te montrer mes autres pouvoirs. Ça sera toujours mieux qu'ici ! » En effet, même si l'école accueillait toutes sortes de super, ce n'était pas forcément le moment idéal pour se changer en loup ! « Bon, par contre, c'est pas tout, mais faudrait que je recommence à bosser, moi, sinon, je vais me faire taper sur les doigts ! »

Se relevant, Qaletaqa s'épousseta le pantalon, salua Prudence, ramassa ses outils et repartit vaquer à ses occupations.
Revenir en haut Aller en bas



Escale au pays des esprits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Escale au pays des esprits
» Escale au Pays du Feu [PV Konohamaru] [Abandonné]
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-