AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Enseigner, c’est apprendre deux fois ▬ Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 28 Sep 2014 - 21:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4526
ϟ Nombre de Messages RP : 1521
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
29 septembre 2014

Les cours avaient repris depuis quelques temps déjà à Star High et Adrian avait été contraint de reprendre un rythme et des habitudes pour le moins... perturbants, après des décennies passées à ne dépendre que de lui-même. Pourtant, malgré cela, il éprouvait une sincère satisfaction à côtoyer les jeunes Supers qui deviendraient plus tard les futurs Commander ou Corbeau. En bref, la relève ! Leur permettre de posséder un savoir plus poussé sur la magie serait aussi l'assurance de réussir à se simplifier la vie, puisqu'il aurait à intervenir moins fréquemment et pourrait se permettre de se concentrer sur les tâches les plus « graves ». En somme, c'était bénéfique pour les deux partis et Eldoth espérait que ces quelques connaissances permettraient aux jeunes qu'ils étaient, d'esquiver les pièges de mages mal-intentionnés. Que des bonnes choses en somme.

Pourtant, même si Adrian avait déjà enseigné pendant une année entière, il éprouvait encore d'assez grosses difficultés à être sûr de ses talents de professeur. Qui lui disait qu'il ne leur apprenait pas des choses inutiles ou que les cours n'étaient pas trop brouillons pour qu'ils parviennent à comprendre ce qu'il cherchait à leur expliquer ? En dehors de la magie pure, le centenaire était relativement perdu et les doutes l'assaillaient souvent. Il fallait faire avec, mais les moindres signaux suspects avaient le don de l'inquiéter.
Et certains se manifestaient en la personne d'Anna LeBlanc.

L'Archimage ne l'avait jamais côtoyée personnellement, il l'avait simplement vue prendre place à une table dans l'un de ses cours et avait été assez étonné de la croiser plus fréquemment que ses camarades de classe. Cependant, cet intérêt marqué ne l'avait pas étonné : elle se destinait peut-être à une vie de mystique ? Quoi qu'il en soit, pour le professeur qu'il était, cette assiduité était très appréciée, mais elle aurait été plus agréable si elle s'était soldée par une moyenne parfaite. Malheureusement, après quelques contrôles des connaissances, Adrian avait été contraint de constater que la jeune femme frôlait la moyenne passable – pas médiocre pour autant. Les choses auraient certainement été normales si la demoiselle n'avait pas brillé dans les autres matières et là, forcément, les doutes perpétuels refaisaient surface. Et s’il était mauvais professeur ? Et s'il était si brouillon que même la meilleure élève de Star High ne réussissait pas à avoir la moyenne ?
Beaucoup de questions, mais aucune réponse. Malheureusement.

Au final, après avoir réfléchi à cela pendant un bon moment et plusieurs soirées, le professeur avait décidé de proposer des cours particuliers à la jeune femme. Si elle ne comprenait pas certains points, ils les reprendraient ensemble et Adrian se promettait de réussir à lui faire obtenir une note à la hauteur de celles des autres matières !
C'est pourquoi, lors d'un cours auquel la jeune femme assistait, Adrian en profita pour l'interpeller.

« Mademoiselle LeBlanc ? Vous voudrez bien venir me voir à la fin du cours, il faut que je vous parle. »

Et lorsque la fin de l'heure arriva, Eldoth attendit que la jeune femme vienne le trouver à son bureau pour parler en privé avec elle. Il avait plusieurs fois répété ce qu'il comptait lui demander : déjà savoir si ses cours n'étaient pas assez clairs ou développés, puis ensuite savoir comment est-ce qu'ils allaient pouvoir se débrouiller pour lui permettre de pallier aux manques qui se manifestaient dans son enseignement. Ce qui le perturbait le plus, c'est que les autres élèves n'avaient pas ce genre de problèmes, le souci devait donc forcément venir d'un point propre à la jeune femme.
Quoi qu'il en soit, dès qu'elle s'approcha du bureau, Eldoth se leva pour contourner le meuble et se planter devant elle avant de lâcher ce qu'il avait préparé :

« Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que vous aviez d'excellentes notes dans les autres matières, je crois que vous devez certainement être classée dans les meilleurs élèves de l'école.... Il eut un sourire encourageant.
Pourtant, j'ai aussi constaté que ce n'était pas le cas pour mon cours, au contraire même. Je crois que vous êtes la personne avec le plus grand écart parmi tous mes élèves. Cependant, son ton n'était pas chargé de reproches.
Alors, je me demandais d'où venait le problème. Mes explications ne sont pas assez claires ? Je débute dans ce métier alors ne vous gênez pas pour le dire. Mais dans tous les cas, je pensais vous proposer des cours supplémentaires en fin de journée si vous avez le temps, juste histoire de vous aider à combler le manque. »

Restait encore à voir si elle en avait l'envie et le temps. Aishlinn lui avait bien fait comprendre que les jeunes d'aujourd'hui avaient des choses plus importantes à faire que de passer leurs journées le nez dans des bouquins.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 29 Sep 2014 - 3:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Était-ce comme cela que tout devait se terminer ? Anna se mit à rougir comme une écrevisse, à la mention de son nom. Elle ne pouvait en effet que plaider coupable. Quelque chose ne tournait pas rond chez elle. Quelque chose de stupide, sommes toutes : l'obstination têtue qui motivait sa curiosité. Ce perfectionnisme abscon qui l'avait poussé à négliger ses amies au profit d'une paire de livre sur les relations franco-polonaises médiévales. Ce perfectionnisme idiot qui l'avait rendu maîtresse de langues obscures ou de l'art de la couture. C'était encore lui qui, depuis le début de l'année, l'avait poussé à chercher à se documenter sur le professeur Adrian Pennington, le référent en termes de questions magiques de la Star High School. C'était devenu pour elle une passion, une obsession, une névrose, même. Une quête qui avait contaminé peu à peu, fibre par fibre, chacune des parcelles de son corps, et cela pour une raison simple : Adrian Pennington était un fantôme. Pas la moindre trace sur les réseaux sociaux, fussent-ils professionnels. Pas la moindre information, sinon qu'il descendait de la lignée des Pennington, archéologues de père en fils depuis le début siècle dernier. Rien, sinon des photos d'obscurs colloques où il n'était guère assimilable à autre chose qu'à un pâté indiscernable de pixels. Cette homme pouvait être n'importe qui, en fait, et la question de sa véritable identité, dans une école où l'un des loisir les plus populaire était de parier sur des choses aussi triviales que sur la réalité ou non du fait que Dédale se cachait sous les traits d'un nouveau technicien de surface amateur de Stetson, pouvait sembler absurde. A Star High, n'importe qui pouvait faire n'importe quoi, derrière un masque, une fois les portes de l'établissement fermés, et de nombreux héros, anciens ou actuels, n'avaient pas hésité à se présenter à l'école pour faire partager aux plus jeunes leurs expériences, afin de les former.

Pourtant, c'était sur Adrian Pennington que le dévolu de la curiosité d'Anna s'était porté, et la frustration était si grande qu'elle l'avait rendue incapable de suivre le cours sérieusement, alors pourtant qu'elle assistait à presque tout ses cours, littéralement. Elle s'arrangeait pour se présenter au milieu d'autres classes sur son temps libre, le toisant avec un curieux mélange de solennité et d'absence totale des heures durant, son esprit s'égarant en conjectures fabuleuses, tout comme sa main, noircissant des pages entières de théories et des croquis, tirant des traits, raturant et reliant tant qu'il était possible, en maintes couleurs différentes.

Elle avait tout exploré, et elle s'était persuadé qu'il était un imposteur : il était quelqu'un d'autre. Il n'était pas simplement archéologue. Il était évident qu'il cachait son identité pour mieux partir dans d'obscures contrées, à la recherche de nébuleuses reliques à protéger des pattes griffues d'ombrageuses cabales !

Pourquoi, alors ? Pourquoi l'appeler ? Qu'est-ce qu'Anna avait fait de mal ? Elle était curieuse, voilà tout ! Elle savait que ce n'était probablement pas bien placé, mais elle s'en fichait. Elle fonctionnait comme cela. A l'instinct, à la passion. Il ne pourrait la chasser aussi aisément !
A moins que ce ne fut un coup des garces qui la jalousaient pour l'attention que les garçons lui portaient. Elles ne comprenaient pas, et elles avaient sûrement ébruités auprès de lui cette sombre histoire de cagnotte, que l'on pensait, non sans un certain degré, reverser au professeur Pennington, à la vue de l'intérêt quasiment surnaturel que lui portait celle qu'on était venu à surnommer la "Reine de Glace".

C'était comme une condamnée que s'avançait la toute jeune membre de l'Alpha Team, une fois le cours achevé. Elle était confuse, rageuse, et elle fusilla du regard les harpies gloussant à la porte : ce n'était pas juste ! Elles n'avaient pas le droit de lui faire ça !

Dire qu'elle était terrifiée était un bien faible mot : elle confrontait le vide absolu ! Qu'allait-il bien pouvoir lui faire ? Allait-il l'ensorceler ? Lui faire oublier toute son enquête, tout ce qu'elle avait enduré pour en arriver là ? Toutes ses théories ?

Ou alors il pourrait très bien lui demander de l'assister dans sa quête, si la toute jeune héritière avait percé son secret, et elle se risqua à s'imaginer, parcourant à cheval, à ses côtés, les étendues arides de Mongolie à la recherche d'antiques pièces à récolter, pour éviter la résurrection de forces chtoniennes rompus par de terribles sorciers à épurer le monde de toute vie !

" Ah ? Hmm. Oui, oui. "

Ce furent les deux onomatopées et les deux mots qui franchirent ses lèvres, tout d'abord, en hochant la tête de manière compréhensive, le regard parfaitement absent.
Elle n'avait même pas écouté, en fait, ou plutôt, si. Elle avait bien écouté. Elle avait tout entendu, mais son esprit semblait incapable de donner sens aux paroles qu'ils venaient d'énoncer. Etait-ce un code ? Une formule ? Un protocole secret ?
Des cours particuliers ? Sérieusement ? Qu'est-ce que cela cachait pouvait bien cacher ? De l'entrainement personnalisé ? La volonté de la faire disparaître à l'abri des regards ?

" Je... C'est-à-dire que ... " bégayait-t-elle, réfléchissant au fur et à mesure des vibrations de ses cordes vocales, son accent cajun rajoutant un degré d'exotisme certain à ce qui n'aurait pu être qu'un épisode sombrement ridicule, " Je ne sais pas ... Je n'ai rien à faire là et ... Hem... C'est-à-dire que ... Je dirais ... "

Plutôt que de se risquer plus avant, elle reprit son souffle, s'excusant en baissant la tête. Elle profita de cet intermède pour prendre une grande bouffée d'air, récupérer sa contenance, sa prestance, et surtout faire un geste subite de la main aux dindes qui gloussaient à l'entrée, qui ne firent que s'esclaffer plus fort encore, se régalant de cette performance burlesque.

" Je n'ai pas le moindre problème avec vos explications, monsieur Pennington " exposa-t-elle, " elles sont très satisfaisantes. Votre cours aussi. Il est très complet et détaillé, ce qui n'est pas peu dire, quand on aborde une matière aussi complexe que la vôtre... "

Le moment de vérité.

" C'est juste que ... Je ne sais pas ... J'ai ... Hem ... "

Et une fois de plus, le fond de sa pensée se heurtait au barrage de ses lèvres, aussi sûrement qu'une charge de Janissaires sur les murs de Constantinople. Confuse, la tête, elle en venait à triturer l'une de ses mèches blanches avec l'une de ses mains gantées. Elle était nerveuse, et tout aurait été plus simple, à n'en pas douter, si la petite mutation des LeBlanc avait laissé libre cours à son instinct. Si elle avait ôté son gant et s'était rué sur son visage. Elle aurait tout su alors. Elle aurait pu tout interpréter, tout comprendre, tout décrypter. Elle aurait connu le Adrian Pennington intérieur : ses névroses, ses questionnements existentiels, ses éventuels problèmes de coupes, l'endroit où il se fournissait en vêtement, ses problèmes avec son garagiste ou son coiffeur. Ses problèmes médicaux. Sa garde d'enfant alternée, peut-être ?

Est-ce qu'il voulait savoir cela, en fait ? Etait-ce que le jeu en valait la chandelle ? Etait-elle une telle coquine malapprise qu'elle pouvait être capable de violer l'intimité d'un autre individu pour satisfaire sa curiosité mal placée ?

L'espace d'un instant, la réponse fut oui, et elle fut clairement identifiable par un oeil curieux remontant vers le professeur, la deuxième main venant gratter le poignet de la première avec insistance, remontant subrepticement le gant.

Ce ne fut qu'un instant fugace, cependant.

Non, jamais elle n'en serait capable. Elle valait mieux que cela ! On l'avait éduqué à valoir mieux que cela ! Elle était une LeBlanc, sa famille avait un héritage qui s'étendait jusqu'à l'Europe médiévale. Un héritage qui valait mieux que tout ce stratagème puéril !

Elle détourna à nouveau la tête, son teint d'albâtre se colorant à nouveau d'un rouge confus, et ses mains retombant le long de son corps.

" Désolée ... Je suis désolée, vraiment. Je suis véritablement confuse... Excusez-moi, cela ne se reproduira plus. "
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 29 Sep 2014 - 13:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4526
ϟ Nombre de Messages RP : 1521
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Bon, visiblement Adrian allait devoir apprendre à travailler encore davantage ses entrées en matière. L'embarras sembla tout d'abord s'être emparé de la jeune femme et le mage mit cela sur le fait qu'il l'avait tout de même traitée de « nulle ». Par des chemins détournés certes, mais le résultat restait le même. Ce n'était pas forcément une excellente idée de souligner à la malheureuse qu'il avait remarqué que sa moyenne frôlait celle des moins bons élèves alors qu'elle brillait dans tous les domaines : personne n'aimait se faire jeter ses failles en pleine tronche.
Mais c'était un peu trop tard pour s'excuser et recommencer à zéro, Anna était déjà embarrassée et le professeur ne savait plus quoi dire pour rattraper cette entrée en matière tout bonnement médiocre. Il ne remarqua même pas le fait que quelques autres jeunes femmes de la classe étaient restées à la porte pour railler la malheureuse Anna. Les jeunes pouvaient être sacrément mesquins, pour ne pas dire méchants, entre eux. Adrian était bien content de ne plus avoir à jouer les étudiants, il n'aurait pas été capable de supporter ce genre de comportements.

Quoi qu'il en soit, la demoiselle retrouva finalement son latin puisqu'elle le rassura sur la teneur de ses cours. Bon, c'était déjà ça, mais du coup le problème devait venir d'autre chose. Si ce n'était pas cours, qu'est-ce que c'était ? Le professeur qui les dispensait ? Il avait parfaitement conscience de ne pas être un modèle de pédagogie, il n'y avait qu'à voir la manière dont Aishlinn avait réagi lors de leur dernière discussion : son apprentie avait préféré quitter son service – et son manoir – plutôt que de le supporter encore. Autant dire que ses élèves devaient se trouver dans la même situation ! C'était embarrassant et c'était certainement pour cette raison qu'Anna ne trouvait pas comment formuler ses réticences. Elle n'avait sans doute pas envie de devenir sa tête de Turc et qu'il s'amusât à lui plomber ses notes parce qu'elle avait eu le courage de lui dire la vérité. Bon, vous me direz que sa moyenne n'était déjà pas brillante, alors elle n'était pas à ça près, mais là n'était pas la question.

Trop concentré sur ce qu'il pensait être l'analyse la plus logique, Adrian n'avait pas vraiment fait attention à l'hésitation qui habita son élève durant quelques secondes. Il avait beau côtoyer des Supers et des méchants au quotidien, ce n'était pas pour autant qu'il s'imaginait que ses élèves allaient tout à coup décider d'utiliser ses pouvoirs sur lui. De plus, il doutait que la jeune femme ne puisse avoir envie de voir ce qu'il avait en tête – elle ne le pourrait de toute manière pas au vu de sa protection mentale. Bref, toutes ces raisons qui l'empêchaient de voir Anna comme une menace potentielle et qui le poussèrent à pencher en faveur de la thèse précédemment imaginée : elle n'osait juste pas lui dire qu'il était un médiocre professeur.
Ses excuses furent d'ailleurs suffisamment surprenantes pour qu'il en vienne à songer qu'il avait touché le bon bout.

« Qu'est-ce qui ne se reproduira plus ? Il fronça légèrement les sourcils.
Ce n'est pas de votre faute vous savez ! Persuadé qu'il était qu'Anna s'excusait de ses mauvaises notes.
Ce sont des choses qui arrivent et, de toute manière, c'est pour cette raison que vous êtes à l'école mademoiselle LeBlanc. Vous n'êtes encore qu'une élève, c'est normal que vous n'excelliez pas dans tous les domaines. C'est même un peu rassurant, tout le monde a ses faiblesses, voyez-vous. »

Dans son cas, c'était la communication et comprendre les choses qu'il avait sous le nez. Malgré toutes les capacités que lui conférait son rôle d'Archimage, Adrian restait tout de même de très aveugle dans bien des domaines. Parfois, l'évidence lui apparaissait comme flou au point qu'il en vienne à penser avoir compris de quoi il était question, alors même que ce n'était pas le cas. Et c'était exactement ce qui était en train de se passer.
Cela dit, à sa décharge il n'y avait strictement aucune raison pour qu’il en vienne à penser que l'une de ses élèves puisse avoir cherché à se renseigner sur sa vie, ils étaient là pour apprendre et non pour s'intéresser à des choses aussi futiles.

Quoi qu'il en soit, Eldoth décida donc de pousser Anna à lui dire ce qu'elle avait en tête, étant persuadé d'avoir deviné ce qui l'embarrassait tant.

« Vous savez, je peux comprendre que vous n'osiez pas me dire ce qui vous dérange, mais je ne vais pas vous sanctionner parce que vous me dites la vérité. Je cherche juste à vous aider en vous apprenant ce que je sais, alors si quelque chose vous bloque, vous n'avez qu'à m'en parler et nous essayerons d'arranger tout cela. Pour lui, il était évidemment question de ses compétences en tant qu'enseignant.
Ce n'est que le début de l'année, vous pouvez encore rattraper le retard que vous avez, alors autant en profiter avant qu'il ne soit trop tard, vous n'êtes pas d'accord ? »

Peut-être que l'année passée aux côtés de son apprentie avait été utile pour l'aider à mieux comprendre le fonctionnement des adolescents ? Ou pas étant donné qu'Aishlinn n'était pas franchement comparable aux élèves de Star High et encore moins à la jeune femme qui lui faisait face.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 30 Sep 2014 - 2:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
La confusion était extrême, et Anna, l'espace d'un instant, crut bien qu'elle frirait sur place. Qu'elle serait immolée sur l'autel desLa confusion était extrême, et Anna, l'espace d'un instant, crut bien qu'elle frirait sur place. Qu'elle serait immolée sur l'autel de la pédagogie pour avoir osé seulement imaginer le simple fait de lever la main sur un professeur, et pour un motif aussi stupide ! Son geste avait été parfaitement grossier, du moins selon ses standards. Il était au-delà de toute excuse et de toute repentance, car comment sinon qualifier cet horrible tentative d'incursion maline ?

Ce n'était après tout qu'un professeur. Un professeur comme les autres. Certes, il pouvait très bien être un héros sur son temps libre - qui ne devait d'ailleurs pas être conséquent, vu ses connaissances, et il devait probablement passer ses journées entières au fond des bibliothèques et derrière un bureau, à rédiger thèses et essais... -, mais alors, qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Elle devait s'y accoutumer : ses fantasmes n'étaient que ce qu'ils étaient, des fantasmes. Point sûrement de grand aventurier international en face d'elle, seulement un professeur un peu excentrique et passionné par sa matière au point qu'il en était même capable de ne pas se rendre compte de ce qui semblait, pour la jeune LeBlanc, couler de source. L'espace d'un instant, tout son être n'avait aspiré qu'à l'attaquer, et elle était certaine qu'on l'avait vu et remarqué. Mains, yeux, posture, démarche ... Tout était entré en résonnance dans ce seul but, et rien ne s'était passé. L'élève s'était excusée, et le professeur n'avait rien remarqué, pensant alors qu'elle ne cherchait qu'à se racheter une conduite pour ses résultats pitoyables. Rien n'indiquait plus, d'ailleurs, la banalité d'une existence que cette absence totale de réponse : pas le moindre stimuli, pas la moindre réflexion, pas le moindre réflexe. C'était comme si elle s'était attaqué au plus parfait badaud, inconscient du danger que pouvait représenter la jeune sangsue.

Mais, et si cela n'était qu'une preuve de plus venue corroborer ses théories ? Et si le Professeur Pennington l'avait vue, avait pris conscience de cet acte, mais ne la craignait pas ? Et si il savait qu'elle savait qu'il savait qu'elle allait voulu le vider de sa substantifique moelle ? Qu'adviendrait-il, réellement ? Que pourrait faire la candide Vadóc ? Serait-elle dénoncée à l'administration, serait-elle expulsée ? Qu'est-ce que ses compagnons de la Team Alpha penserait de cela ? Et ses amies ? Et sa famille ?

Tant de questions, et si peu de réponses. Si peu même de théories. Tout semblait partir à veau l'eau, dès qu'il était question des cours de nature magique ... Si passionnée qu'elle était, elle-même, elle n'était pas capable de lire les signes les plus évidents, et comment le pourrait-elle, d'ailleurs ? L'Archimage se cachait en pleine lumière, usant de stratagèmes à la simplicité biblique. Anna, trop habituée à la complexité de l'ère informatique et élevée aux théories du complot - et même, en quelque sorte, au sein d'un complot. -, ne pouvait discipliner son esprit en dehors des conventions primaires que le 21ème siècle avait subtilement imposé à la population. Tout était logique, tout était rationnel, même les Supers. Ce qui n'était pas trouvable sur Google ou Wikipédia n'était par définition pas existant, si tant est qu'il fut même possible, et si la jeune femme s'était affranchie du carcan de ces deux géants de l'accumulation d'information, elle ne jurait encore quasiment que par l'Internet. Une fenêtre sur le monde, un réservoir de connaissances inépuisables ... Bien qu'il était loin d'être le seul.
Peu à peu, l'aînée des LeBlanc reprit substance, ragaillardie par ce qu'elle supposait être des sortes d'encouragement au travail et à l'acharnement de la part de son professeur.
Elle ne nécessitait pas grand chose à dire vrai, et l'estime de ses contemporains représentait pour elle déjà une satisfaction immense. Savoir que l'on s'intéressait à elle et qu'elle était, en quelques sortes, soutenue par un homme qui semblait véritablement investie tant envers son domaine de compétence que ses élèves était une source immense de satisfaction dans laquelle puiser, et elle se prise à sourire timidement en se grattant l'arrière du crâne.

" En vérité ... " commença-t-il, enhardie, et la voix remise de toute cette panique et de ce stress, revenant à un accent cajun au ton parfaitement égal, qu'une légère bonhomie venait subtilement flûter, " ... Vous allez rire ... Je vous prenais pour quelqu'un d'autre... C'est idiot, je le sais bien, mais, sur mon temps libre, avec les filles, nous pensions que vous cachiez votre jeu. Que vous étiez une sorte d'aventurier : d'Indiana Jones. "

Stratagème numéro un de l'élève lambda : il ne fait jamais rien seul. Jamais. Même ses réflexions ne sont pas les siennes propres. Tout est calculé. Pourtant, son charmant sourire plein de candeur s'était bien vite effacé, laissant la place à une moue à nouveau gênée de s'être vidée aussi vulgairement. Elle s'en voulait, car elle avait peur d'avoir blessé le brave professeur, par ses paroles :

" Je ... Ce n'est pas ce que je voulais dire... " s'excusa-t-elle, la friction capillaire redoublant d'intensité, " ... C'est que, je ... nous n'imaginions pas toute la passion que vous pouviez porter à la discipline et ... Eh bien ... C'est pour cela que mes résultats sont si médiocres ... Je ne sais que trop bien que ça n'est pas souhaitable que de travailler dans une optique autre que sa réussite mais ... Je pense que c'est la cause de mon échec . "

C'était une jeune fille bien présomptueuse qui se dévoilait alors, car elle avait déduit, en fin de compte, sur la simple théorie de l'absence de réaction à son simulacre d'attaque, que le professeur Adrian Pennington n'était rien d'autre que ... le professeur Adrian Pennington. Un homme entièrement dévoué à ses recherches, comme ses ancêtres avant lui. Comme elle, le garant d'une certaine tradition, qui agissant avant tout pour lui plutôt que pour la renommée. Un homme auquel il était bien plus facile de s'identifier qu'Eldoth l'Archimage, au demeurant : cette absence d'identité n'était rien de plus que ce qu'elle était, la preuve la plus probante qu'il ne faisait pas cela pour la gloire, mais pour le geste.

" C'est pour cela que ... Je détesterais avoir à vous faire perdre votre temps. Vous devez sûrement avoir fort plus intéressant à faire que d'aider de pauvres têtes de linotte comme moi. "
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 30 Sep 2014 - 13:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4526
ϟ Nombre de Messages RP : 1521
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Il fut relativement étonné d'entendre Anna lui parler – elle aussi – d'Indiana Jones. Décidément, tout le monde éprouvait l'irrépressible besoin de le comparer à cet homme dont Adrian ne connaissait rien. Aishlinn lui avait bien expliqué que c'était un personnage de fiction, mais ses connaissances en la matière restaient très sommaires. En vérité, il n'avait regardé aucun film depuis les années mille neuf cents dix et il s'agissait simplement d'une petite histoire d'une dizaine de minutes, en noir et blanc et sans son.
Mais là n'était pas la question.

Adrian avait simplement du mal à comprendre pourquoi les gens s'obstinaient à penser qu'il passait ses jours de libre à jouer les aventuriers. Ce n'était ni dans son caractère, ni dans sa manière de faire – enfin pas celle d'Adrian, mais celle d'Eldoth si. Quoi qu'il en soit, il n'était pas certain de bien comprendre tout ce qu'elle essayait de lui dire. Faire le lien entre cette révélation et les mauvaises notes lui paraissait un peu obscur et la seule explication valable semblait être qu'elle se moquait de cette matière. Après tout, si elle brillait dans les autres domaines, c'est bien parce qu'elle devait les considérer comme importants, non ? Cette pensée ne sembla pas le vexer : Adrian entendait trop souvent des critiques et des doutes émis à propos de sa spécialité. Si les gens préféraient penser qu'ils ne vivaient pas entourés de magie, ma foi... Il haussa finalement les épaules pour répondre à la dernière réplique d'Anna, accompagnant le tout d'éclaircissements plus limpides.

« Mademoiselle LeBlanc, je suis devenu professeur parce que j'avais envie de pouvoir partager ce que je savais avec des jeunes gens dans votre genre. Il n'y a pas de « tête de linotte », il n'y a que des élèves. Enfin, pour moi c'est comme ça que les choses fonctionnent. Et pour de nombreux professeurs l'espérait-il.
Je ne vais donc pas retirer ma proposition simplement parce que vous pensiez que cette matière n'était pas aussi importante que les autres. Vous n'êtes pas la seule à penser ainsi de toute manière, il y a même des adultes qui ont la même vision des choses. Le ton de sa voix n'était pas contrarié, juste posé.
Je ne perdrai pas mon temps si vous retenez au moins l'un de mes conseils, donc considérez que c'est encore d'actualité. »

Il esquissa un sourire encourageant. Adrian avait une nature optimiste qui le poussait à toujours imaginer qu'il allait pouvoir changer les gens ou les aider à s'améliorer. Oh, il ne se sentait pas supérieur pour penser qu'il pourrait faire une pareille chose, mais disons que c'était simplement parce qu'il était certain que chacun abritait une parcelle « bénéfique » en son sein. Bref, dans le cas d'Anna, Adrian était absolument certain qu'il parviendrait à la faire s'intéresser à la magie au moins autant qu'à ses autres cours, puis si cela ne deviendrait pas sa nouvelle passion, qu'elle puisse au moins atteindre une bonne note. Eldoth s'en voudrait que la moyenne générale de la jeune femme en pâtisse par sa faute – ou celle de son cours, ce qui revenait au même.

Quoi qu'il en soit, comme mademoiselle LeBlanc avait visiblement une imagination très productive, comme toutes les filles de son âge semble-t-il, il décida d'éclaircir un autre point de manière à lui permettre de ranger ces questionnements de côté.

« Et, je ne sais pas vraiment ce qui vous a fait penser que je pouvais jouer les aventurier, mais ce n'est pas vraiment le cas. Hormis être professeur ici, je suis juste archéologue, mais pas franchement à la manière de votre modèle. Il ne mentait pas : lui traquait les artefacts magiques, rien d'autre.
Et pendant mon temps libre, lorsque je ne prépare pas votre cours, j'essaye de trier mes papiers. Rien de bien passionnant je le crains, enfin pas pour vous. Encore une fois, il ne mentait pas vu que la magie n'avait pas l'air de la passionner.
En tous les cas, ne vous faites pas de soucis, je ne suis pas vexé par vos résultats. Je comprends parfaitement que vous ne puissiez pas être passionnée par tous les sujets que vous étudiez, c'est même plutôt rassurant en fin de compte, vous n'êtes pas la meilleure partout : ça laisse une chance aux autres. »

Il eut un nouveau sourire. Adrian cherchait juste à la détendre de manière à ce qu'elle ne se stresse pas trop, il n'était pas ici pour jouer les professeurs flippants après tout ! Quoi qu'il en soit, étant donné que la source du problème était identifiée, ils pouvaient voir pour la suite.

« Est-ce que la magie vous pose réellement problème, ou est-ce que vous avez envie d'éclaircir ce point ? Vous savez, il y a de nombreux mages du mauvais côté, connaître les bases de ce domaine pourrait vous sauver la mise plus tard. »

Mais à elle de voir ce qu'elle voulait faire.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 1 Oct 2014 - 11:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
C'était certainement l'objectif d'Adrian Pennington, et cela marcha : les espoirs d'Anna étaient, pour ainsi dire, proprement détruits. Il n'était pas question alors de sombrer dans la mélancolie ou la détresse, puisque ce n'avait été pour elle qu'une sorte de fantasme romantique de plus pour une jeune fille prise dans un mal du siècle contemporain. Il n'était pour elle, semblait-il, d'autres joies que celle de son imagination, et la voir ainsi atteinte en son cœur l'affligeait de cette langueur triste et romantique que seul peuvent connaître celles et ceux qui, un jour, se sont considérés en esprits parfaitement incompris de leur temps.
Déjà, donc, les rêves qu'elle nourrissait à l'adresse de son professeur s'éteignait. Fort bien rompu qu'il devait être à l'art de camoufler son identité après tant d'années passées à officier dans les rangs d'humains incultes, mener une jeune femme n'avait pas été une gageure : il n'avait pas même eu à mentir, tant l'esprit de son interlocutrice surinterprétait le moindre signe.

Toujours était-il que, persuadé d'avoir face à elle rien de plus qu'un professeur des plus respectables, son esprit s'était engoncé dans la culpabilité, car Anna s'en voulait d'avoir eu à intégrer l'un de ses professeurs à ses interrogations puériles. Le rouge revenait à ses joues, si tant est qu'il ne les aient jamais vraiment quitté, depuis l'émission de ses supputations, et elle cherchait à oublier cet épisode honteux de son parcours scolaire. D'ici quelques jours, il ne resterait rien de cet épisode dans le domaine de la réalité physique. Aucune marque dans son dossier scolaire, aucune trace sur une quelconque pièce de papier, et il était fort peu probable qu'Adrian s'amuse à enregistrer la moindre de ses conversations ... Pourtant, l'esprit de la sangsue des marais ne pouvait s'autoriser à oublier qu'elle allait devoir vivre avec cette tâche sur son honneur, comme si cette simple échange allait devenir une marque indélébile qu'elle arborerait dès lors sur son être. Elle voulait oublier cela, le plus tôt possible, et elle accueillit avec soulagement le retour du Sieur Pennington à des considérations plus séculaires que celles d'une vie privée par bien des aspects moins attirante que celle d'un pilleur de tombes chapeauté.

Néanmoins, il se trompait sur un point d'importance, car la jeune fille était bel et bien passionnée par sa matière, au même titre que n'importe quel autre. "Passion", en fait, n'était pas vraiment le terme, et il aurait été plus commode de parler d'appétence pour la chose scolaire, et la connaissance dans son entièreté. Anna LeBlanc était de l'étoffe de ceux qui traquent la connaissance pour le simple plaisir de la détenir ; de ceux qui déclament, sans sourciller, que "Savoir, c'est pouvoir". Son pouvoir, lui-même, n'était-il pas d'ailleurs qu'une simple forme d'apprentissage parallèle ?
Dans un lycée lambda, il y aurait eu fort à parier que l'héritière LeBlanc ne fut pas plus qu'une élève au mieux "normale", car elle ne pouvait décemment se contenter d'enseignements limités par le carcan d'un programme défini. A Star High, néanmoins, elle était dirigée dans ses efforts par des professeurs qui, si ils n'avaient pas tous les montagnes de diplômes que l'on avait pour habitude d'exiger des délivreurs de savoir dans d'autres institutions plus communes, étaient par bien des aspects plus riches en savoirs et en expériences, et ce n'était pas même entrer dans cette opportunité fascinante que les enseignements parascolaires offrait à une épistémophile de sa trempe !

Elle laissa pourtant glisser cette remarque apparemment anonyme, qu'elle se serait efforcée de corriger en temps normal, ne serait-ce que par orgueil, et elle resta la bouche à demi-ouverte, dans son action interrompue par la remarque finale du professeur. En effet, la magie lui posait réellement, et pour une raison toute simple : sa pratique même lui échappait. Son substantifique moelle, son "essence", restait pour elle quelque chose de nébuleux. Les enfants de mages, ou ceux disposant de facilité avec cette discipline, ne manquaient pas à Star High, comme de méta-humains à un niveau plus général, mais elle ne pouvait se départir d'une simple conviction : si ils pouvaient, pourquoi pas elle ? L'un des enseignement qu'elle avait retiré des cours d'Adrian, du temps où elle lui octroyait encore toute son attention, soit aux premières séances, était bien que n'importe qui pouvait s'adonner aux arts magiques...

" Je ... " commença-t-elle, cherchant encore ses mots pour bien formuler sa requête et ne pas s'enfoncer dans une absurdité, à nouveau, " J'aimerais en effet éclaircir ce domaine, Monsieur. J'avoue de votre ... "

Comment pouvait-elle qualifier avec précision la magie ?

" "Science" ... ou "Art" ... Je ne sais trop comment la qualifier, m'échappent. "

Le rouge s'était à présent évaporé, et elle avait reprit son air d'étudiante sérieuse et assidue, un air qu'Adrian Pennington n'aurait certainement plus vu depuis ses premières apparitions en cours.

" Je pense avoir compris la théorie, ou du moins ses fondements, mais le passage à la réalité ... Il ... "

Sa gorge se serrait. Admettre une faiblesse était pour elle quelque chose d'extrêmement difficile.

" Il ... m'échappe ... "

Ce n'était pas faute d'avoir essayé, pourtant. Elle avait, fut un temps, engrangé beaucoup de choses sur la magie théorique, mais elle se référait à un temps qui était antérieur aux cours qu'elle avait eu avec le Professeur Pennington. Elle se référait à des années antérieures, quand sa lubie avait été, l'espace de quelques semaines, de s'improviser sorcière ou mage, pour coller avec les longues robes noires et le maquillage d'inspiration gothique qu'elle arborait alors...
A dire vrai, depuis qu'elle suivait les cours d'Adrian, elle n'avait pas ré-essayé, pour le simple et bonne raison que c'était le professeur qu'elle avait cherché à décrypter, plus que son art.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 1 Oct 2014 - 15:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4526
ϟ Nombre de Messages RP : 1521
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Qu'Anna puisse déjà avoir le désir d'améliorer ses compétences en matière de magie était une chose appréciable. Il ne disait jamais non lorsqu'il devait travailler plus pour aider un jeune dans ce cas de figure et si la demoiselle continuait sur la voie qu'elle semblait emprunter actuellement, les choses étaient bien parties. Un sourire se dessina finalement sur les lèvres du centenaire lorsqu'il entendit la conclusion de la jeune femme. C'était souvent le problème des élèves : passer de la théorie à la pratique. En tant que professeur, Adrian avait bien évidemment été mis au courant des particularités de ses élèves et par là, je songeais aux pourvois de chacun. Toutefois, il n'était pas vraiment certain d'avoir compris comment fonctionnaient réellement ceux d'Anna. Il allait donc devoir éclaircir ce point avant de pouvoir l'aider davantage pour la bonne et simple raison qu'il adaptait ses cours particuliers aux compétences de ses interlocuteurs. Avec Aishlinn il avait abordé l'apprentissage à partir de l'intangibilité et avec Anna, ce serait encore différent.

Comme la conversation risquait de s'éterniser un peu, Eldoth recula pour prendre appui contre son bureau, invitant d'un geste de la main Anna à s'installer si elle en ressentait le besoin. Puis il prit la parole pour essayer de lui présenter les choses sous un angle différent de celui de ses cours.

« Déjà, rassurez-vous parce que c'est le problème rencontré le plus souvent. Le passage de la théorie à la pratique n'est pas vraiment facile à appréhender. Commencer par la mettre en confiance.
Il faut d'ores et déjà que vous compreniez que la magie n'est pas palpable. Elle est plus comparable à un pouvoir psychique que physique. Votre état d'esprit influencera grandement le résultat de votre sort. Si vous êtes perturbée ou mal à l'aise, il a de fortes chances d'échouer, tout comme si vous êtes en colère. Pouvoir se contrôler est donc primordial dans l'utilisation de la magie. Sans cela, vous serez perpétuellement face à un échec. Et c'était peut-être une des raisons de sa difficulté.
Ensuite, il faut que vous soyez consciente que la magie est capricieuse. Ce n'est pas parce qu'un sort fonctionnera parfaitement un jour qu'il en sera de même le lendemain. Ce n'est pas une science exacte si je puis dire et si j'en crois votre côté... rigoureux, vous risquez d'avoir des difficultés à ce propos. »

Il disait cela parce que la jeune femme avait l'air d'être une femme qui aimait contrôler ce qu'elle faisait et il était donc fort probable qu'elle puisse être frustrée, voire contrariée par ses échecs en matière de magie. Cette dernière suivait une logique qui lui était propre et il fallait apprendre à la dompter et à faire corps avec elle, pas à lutter contre elle et à vouloir la plier à sa volonté. C'était peut-être difficile à comprendre pour un jeune élève à peine sortit de l'adolescence, toutefois Adrian était là pour les aider justement.

« Si vous n'y voyez pas d'inconvénients, vous pourrez me parler plus en détails de vos capacités. J'essaye généralement d'adapter l'apprentissage à ce que mon élève connaît déjà et si je savais de quelle manière vous contrôlez vos pouvoirs, je pourrais vous aider en me basant là-dessus. Cela dit, il ne lui forçait pas la main.
Mais vous n'y êtes pas obligée. Je comprendrais que vous n'ayez pas envie d'aborder ce sujet avec moi, donc si c'est le cas, dites-le-moi simplement et je trouverai une autre solution. »

Après tout, c'était juste pour lui faciliter la tâche qu'il proposait cette solution, mais elle était loin d'être la seule à leur portée. Le fait de parler de la sorte avec une jeune femme lui rappelait sa rencontre avec son apprentie et lui donnait un arrière-goût amer tandis qu'il songeait au fait qu'elle avait préféré quitter sa vie plutôt que de couper les ponts avec un père qui ne cherchait qu'à l'utiliser. Des pensées qui ne cessaient de parasiter ses journées depuis quelques temps, malheureusement il ne pouvait pas faire grand-chose contre : quasiment tout lui rappelait l'adolescente.
Faisant fi de ces regrets, l'Archimage embraya finalement sur un autre sujet pour laisser à Anna le temps de réfléchir à tout ce qu'il venait de dire.

« Il existe d'ailleurs de nombreux types de magie, si vous souhaitez en apprendre une particulière, il faudra m'en faire part assez rapidement histoire que je puisse aiguiller vos cours dans cette direction. »

Et s'il ne le connaissait pas, il lui suffirait de se plonger dans les archives du sanctuaire de l'Archimage et de tout apprendre en un temps record. L'avantage de posséder une affinité unique avec la magie !
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 3 Oct 2014 - 14:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Parler de surprise agréable aurait été légèrement en dessous de la réalité. Le fait est qu'intérieurement, le fait de se savoir soutenue rendait la jeune Anna proprement extatique. Elle n'était probablement pas la première, ni la dernière que le professeur Pennington aiderait à progresser dans ses études, mais un bout de son esprit ne souhaitait que se convaincre de cette vaine et creuse certitude. La sorte de loup solitaire pour lequel elle se faisait passer dans sa vie scolaire, au nombre d'amis restreint et aux relations plus restreintes encore l'avait poussé à chérir avec une étonnante force chacun des contacts positif qu'elle pouvait avoir avec son prochain. Cet échange avec Adrian Pennington en était un exemple frappant, puisque, à peine la question de sa curiosité réglée, on embrayait sur l'épineux sujet de la résolution de ses problèmes de nature magique.

Elle s'assit donc à une chaise, lorsque l'homme de savoir l'y invita, ouverte à recevoir son enseignement comme parole d'évangile, tout en ayant quelques secondes à peine auparavant songé à l'enlacer avec fougue pour le remercier. Une initiative puérile que son esprit avait bien vite égaré loin et enterré. Une sorte de soubresaut d'une sociabilité déviante résultante de capacités empêchant des relations normales. Extérieurement, elle était toujours cet immuable bloc de glace studieux, mais à l'intérieur, c'était une joie immense qui présidait à son esprit, au point qu'elle ne ressentait aucune gène à se livrer à l'explication de ses capacités telles qu'elle-même les voyaient. Plus encore maintenant que les commères s'étaient lassés, partant en quête d'une occupation plus intéressante que ces obscures digressions pédagogiques qui ne semblaient plus mener aux délicieux cafouillages de Sa Majesté des classes.

" Je ne sais trop quoi penser des différentes écoles de magie ... A vrai dire, je n'avais essayé que de me livrer à la nécromancie ... " confessa-t-elle, se rendant compte un peu trop tard de sa langue pendue, et de l'absurdité de ses paroles. La nécromancie avait fort mauvaise presse auprès du public, et il fallait avouer qu'elle-même ne l'avait essayé que pour cela. Elle ne savait trop, non plus, ce qu'en penserait le professeur.

" ... C'est du passé, toutefois. " tenta-t-elle, pour se rattraper, avant de changer prestement de sujet, " Mes "Pouvoirs", eux ... Eh bien, c'est étrange. Je sais qu'ils sont là, je les sens, comme une démangeaison constante, mais je ne les contrôle pas. Dès que je touche quelqu'un, il entrent en action et ... je les sent passer en moi, mais ce n'est pas volontaire. Il n'y a que quand ... j'"emprunte" des pouvoirs que je sens que je "contrôle" quelque chose. "

Elle avait bien appuyé sur ces termes, se livrant même à faire des guillemets dans l'air avec ses doigts pour "emprunte" et "contrôle".

" C'est un peu comme si j'étais une sorte de ... Velcro ambulant ... " explora-t-elle, pour expliquer sa pensée, " qui marche, qui parle et qui respire. Mes pouvoirs se fixent à n'importe quoi, et je ne me sens complète qu'avec l'aide d'un corps étranger. "

La comparaison pouvait certes paraître étonnante, mais cette introspection était pour ainsi dire une première pour elle. Jusqu'alors, elle s'était contentée ... d'être.
Et puis, son cerveau semblant avoir du mal à se fixer à une unique idée, à moins que ce fut dans un effort d'oublier ce qui faisait à la fois, pour elle, sa spécificité et sa malédiction, elle revint au sujet des écoles de magie, changeant ainsi subrepticement de sujet :

" Maintenant que j'y réfléchis, j'ai entendu parler d'une forme de magie qui s'attelle à l'étude de la technique au travers du prisme des arts mystiques. La "technomancie", si je ne m'abuse ? J'avoue que la possibilité de fonder technologie et magie en un seul bloc me fascine ... "
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 3 Oct 2014 - 20:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4526
ϟ Nombre de Messages RP : 1521
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Forcément, Adrian tiqua lorsque son étudiante lui avoua de but-en-blanc qu'elle s'était essayée à la nécromancie. Il connaissait suffisamment les jeunes pour se douter que c'était l'attrait du démon et des forces maléfiques qui avaient intéressé Anna et forcément, il ne pouvait pas approuver un tel comportement. Pourquoi est-ce que les adolescents ne faisaient pas leur crise en se lançant dans la magie angélique à la place ? Quoi qu'il en soit, la situation l'ennuyait sérieusement parce que si la jeune femme avait jadis pu se lancer dans une pareille affaire et lui avouer aussi légèrement à l'heure actuelle, c'est qu'elle ne saisissait pas la gravité de la situation. La magie noire était extrêmement dangereuse, Adrian avait souvent vu de jeunes mages mourir des suites d'une possession démoniaque – par un démon qu'ils avaient eux-mêmes invoqués. Bref, c'était de son devoir d'assurer la sécurité des jeunes étudiants et avant d'enseigner quoi que ce soit à Anna, Eldoth allait d'abord devoir lui donner des bases plus saines et lui expliquer qu'il était tout bonnement interdit de toucher à tout ce qui mêlait la magie noire.
Dommage que les châtiments corporels ne soient plus autorisés, sans quoi il aurait pu la menacer d'une fessée, mais ce n'était pas sûr que ce soit très efficace sur une jeune adulte.

Soliloques mises à part, le centenaire nota mentalement tout ce que son interlocutrice lui disait concernant ses pouvoirs. Il n'allait pas franchement pouvoir les exploiter pour la bonne et simple raison qu'il n'avait jamais vraiment connu ce genre de situation. Il n'avait rien qui « se fixait » à lui ou à ses pouvoirs et Adrian préférait ne pas s'aventurer sur un terrain qu'il ne connaissait pas assez.

Quand la jeune femme lui annonça finalement ce qu'elle souhaitait apprendre, disons qu'elle n'aurait pas plus mal tomber. La technomancie n'avait jamais vraiment intéressé Adrian – et c'était peu de le dire – parce qu'il n'avait pas l'esprit mathématique ou scientifique requis. Puis il détestait les nouvelles – et anciennes – technologies alors autant dire qu'il n'allait pas être le meilleur professeur qui soit dans ce cas précis. Mieux vaudrait qu'il la conseille à un ami plus qualifié dans ce domaine. Après une légère réflexion, il répondit donc.

« Je connais la technomancie, mais pas dans le sens où vous l'entendez. Avant de s'intéresser aux nouvelles technologies, elle était basée sur de l'analyse par exemple. De plus cette compétence nécessite des bases importantes, comme pour invoquer des créatures magiques que vous lierez à des appareils électroniques. Je ne crois pas que cette magie seule puisse être d'une quelconque utilité. Cela dit, il ne s'y était jamais vraiment intéressé et ne pouvait que supputer.
Quoi qu'il en soit, je vous avoue que je ne suis pas franchement attiré ou passionné par la technologie alors je ne vous serai pas d'une très grande utilité dans ce domaine. Mais je connais des mages plus qualifiés et passionnés que moi dans ce domaine, je vais leur parler de ça et vous aiguiller vers eux ensuite. Ils seront plus aptes que moi à vous aider. Il ne se débarrassait pas d'elle, mais savait qu'il ne serait pas performant dans ce domaine et préférait donc passer la main à un autre.
Toutefois... pour en revenir à ce que vous avez dit avant mademoiselle LeBlanc, la nécromancie n'est pas... un jeu. J'ai l'impression que vous ne comprenez pas vraiment l'impact qu'une telle magie peut avoir et je vous avoue que cela m'inquiète assez. Mon principal objectif dans ce cours, c'est de vous donner des bases pour vous défendre contre le malin, mais si vous vous amusez à flirter sciemment avec lui, c'est autre chose. Il essayait de garder un ton neutre.
Même si ça remonte, la légèreté avec laquelle vous en parlez me laisse penser que vous n'êtes pas encore consciente de ce danger. Avant de prendre le moindre cours, il faudra donc tout d'abord que vous appreniez ce que tout cela peut réellement entraîner. Je ne plaisante pas avec la sécurité. »

Ce qui laissait penser que, finalement, leurs cours seraient un peu repoussés. Adrian ne comptait pas prendre de risques et Anna allait devoir lui prouver qu'elle avait pris conscience de ce danger. Sur la durée bien évidemment, il ne suffirait pas d'un petit cours d'une heure après laquelle ils enchaîneraient sur la suite. On ne devenait pas Archimage pour donner des armes à des jeunes inconscients après tout !
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 4 Oct 2014 - 0:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Evidemment, les erreurs de jeunesse de la jeune LeBlanc lui revenaient dans la figure, de plus belle. Elle aurait mieux fait de tenir cet épisode de son existence clouée au fond de son esprit, là où il aurait dû rester, entre son passé de fumeuse, son expérience du cannabis et la course sauvage sur l'autoroute quelques jours après avoir reçu son permis. Pourquoi fallait-il que l'on lui rappelle de façon incessante ce qu'elle était et ce qu'elle avait fait ? N'était-ce pas par les erreurs que l'on apprenait ? Dans ce registre, elle avait rempli plus qu'à son tour un copieux registre, et son éphémère carrière de nécromancienne morte née en faisait parti, bien que dans son esprit, cela n'aurait été qu'une erreur que si elle avait engendré des conséquences malheureuses ... et puis, faute avouée n'était pas à moitié pardonnée ?

A ce moment précis, elle aurait bien voulu embrasser le grand fou qui avait émis cet adage, en toute connaissance de cause.

" C'était ... une autre époque, monsieur " avoua-t-elle, tentant de se racheter, " j'étais inconsciente ... je voulais juste avoir l'air normale, comme les autres, avec leurs pouvoirs clinquants ... C'était juste pour avoir l'air ... "cool". Je suis la première à reconnaître que c'était franchement stupide. "

Et pourtant, elle ne pouvait s'empêcher, car une question lui brûlait les lèvres, devant les réserves de son professeur :

" Vous avez l'air de prendre ce sujet comme si la nécromancie était, en elle-même, extrêmement dangereuse. "

Par cette formulation, elle savait évidemment qu'elle venait d'énoncer une évidence, et elle tenta de se corriger immédiatement :

" Je veux dire ... Je comprends les risques ... Enfin ... " elle secoua la tête, " Je pense les comprendre mais ... pourquoi ? Pourquoi s'adonner à la nécromancie ferait de moi quelqu'un de plus irresponsable qu'un autre ? Ne nous mettons nous pas en risque quelque soit le spectre dans lequel nous nous aventurons, monsieur ? "

Elle ne savait pas trop si elle arrivait à se faire comprendre, alors elle surenchérit. Cette question était pour elle très importante. Née dans un âge incertain où l'on lui matraquait la conscience avec les notions d'absences de blanc ou de noir et la prédominance de nuances de gris, elle ne pouvait décemment imaginer que telle ou telle école de magie vous prédestinait directement au mal. Certes, elle n'avait pas la moindre connaissance de héros qui se soient servis de magie se rangeant dans le spectre du démoniaque, mais elle se remémorait avoir entendu parlé d'une guerrière ayant servi sous les ordres du régime nazi en s'étant prétendu être la réincarnation vaguement mystique d'une Valkyrie. Par définition, si violente que fut la mythologie nordique, les Valkyries étaient des esprits du bien invitant les guerriers les plus valeureux au Valhalla. Pour Anna, tout le problème résidait dans la vision que l'on avait plutôt que dans ses capacités : elle était bien placée pour le savoir, car elle aurait bien pu sombrer elle-même dans le crime, si elle ne pensait pas tant au mal qu'elle pourrait causer et à la futilité d'une vie menée à fuir la justice, sans possibilité de repos. Si palpitante qu'elle aurait pu être, elle n'aurait pu se regarder dans le miroir. Pas comme cela.
Pourtant, qu'en aurait-il été si elle n'avait pas eu les réserves de son père qui, malgré son comportement, ne lui avait jamais coupé les valves ?

" Je comprend vos réserves, mais n'est-ce pas la personne plus que ses capacités, qui est dangereuse ? On peut tout à fait faire le bien avec une arme, que perpétrer un crime avec un ustensile de cuisine ou de bricolage, non ? Pourquoi n'en serait-il pas de même avec la magie ?.. Je ne veux pas paraître comme imprudente ou présomptueuse mais ... N'est-ce pas un peu enfantin de considérer qu'il y a nécessairement un bon côté et un mauvais côté ? "

Evidemment, c'était un vaste sujet que de lancer cela, et un sujet d'autant plus étonnant qu'elle-même faisait partie du "bien", mais il existait une différence : elle voyait la Légion et les criminels comme des agents de chaque côté du spectre. Elle était persuadé que celui-ci n'était pas fixe, et surtout du fait qu'il devait être possible de raisonner le "mauvais" côté, dans une certaine mesure. La magie faisait office d'objet, d'outil. Une force informe, pour la jeune fille, qui se persuadait que le mage modelait la magie, plutôt que l'inverse.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 4 Oct 2014 - 11:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4526
ϟ Nombre de Messages RP : 1521
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian avait déjà souvent eu droit à des défenses comparables à celle d'Anna. Combien de fois ses élèves avaient-ils prétendu que s'ils étaient attentifs, ils ne risqueraient rien et cela même s'ils s'amusaient à invoquer des démons ? L'Archimage resta silencieux, laissant son interlocutrice lancer ses arguments pour justifier le comportement qu'elle avait eu jadis. Bon, Eldoth ne comptait pas la sermonner sur ses bêtises passées : c'était ancien et cela n'y changerait rien, mais il souhaitait qu'elle prenne conscience des failles de son discours.

« Il n'est pas question de bon ou de mauvais côté mademoiselle LeBlanc. Je ne suis pas manichéen, je ne considère pas la nécromancien comme « mal », mais je sais comment les jeunes de votre âge la perçoivent. »

Il n'appréciait pas forcément qu'Anna laisse ensemble qu'il se comportait comme un enfant en vu de son expérience dans ce domaine. Ce serait comme de dire à un génie des mathématiques qu'il n'avait pas compris comme fonctionnait le théorème de Pythagore.

« La différence entre la nécromancie et la technomancie par exemple, c'est comme de comparer un couteau de cuisine à une petite cuillère à dessert. Vous pouvez vouloir prendre votre couteau pour couper un gâteau, mais le laisser échapper et poignarder accidentellement votre voisin, ou tout simplement vous couper. Cela n'arriverait pas avec une cuillère, vous vous contenteriez de la ramasser et de vous excuser. Il la scruta avec sérieux.
Pourtant, dans les deux cas vos intentions étaient louables et aucun des deux comportements n'était « mal » comme vous le dites si bien. »

Malgré la légère contrariété que le professeur ressentait, il conservait un ton de voix calme et pédagogue. Son ego était si peu développé qu'il ne s'irritait pas d'être perçu comme « un enfant », en vérité c'était plutôt un agacement lié au fait qu'Anna avait sincèrement l'air aveuglée par ses bonnes intentions. Toutefois, cela ne faisait que confirmer ce qu'il soupçonnait à son sujet : elle allait devoir apprendre les dangers de la magie avant de pouvoir en apprendre la pratique. Elle avait réellement été plus dissipée qu'il ne le pensait lors des précédents cours, car les avertissements de ce genre faisaient partie intégrante de ses précédents enseignements.
Après une petite pause, il reprit.

« Ce que j'essaye de vous dire mademoiselle LeBlanc, c'est que les bonnes intentions et la prudence ne suffisent pas en matière de magie. Vous connaissez l'adage « L'Enfer est pavé de bonnes intentions » je présume ? C'est valable pour la magie. Avant de se lancer dans la nécromancie, il faut avoir une excellente maîtrise de ses dons. Elle n'est pas mauvaise, mais elle est dangereuse. Même s'il devait avoir l'air coincé à parler ainsi.
Vous adonner à cette magie fait de vous quelqu'un d'irresponsable au même titre que si vous débutiez dans la course à pied et que vous vous lanciez dans un marathon sans aucune préparation. À la différence qu'un marathon ne risque pas de provoquer la mort de qui que ce soit autour de vous. Mais il n'était pas sûr qu'elle comprenne.
Je suis d'accord avec vous : c'est l'utilisation faite de la magie qui la rend dangereuse, mais certaines magies ont plus de facilités à devenir mortelles que d'autres. Je vous ai expliqué qu'elle était très impulsive, même un mage aguerri peut rater un sort basique, alors un adolescent qui n'a rien d'un mage, je ne vous en parle pas. J'ai déjà trop souvent vu des jeunes gens succomber à ce genre de magie pour prendre un pareil sujet à la légère. Il soupira légèrement.
La nécromancie, c'est la magie de la mort mademoiselle LeBlanc et croyez-moi, la mort n'a rien de cool. »

Il devait avoir l'air vraiment « chiant » avec ses cours de moral, mais Adrian n'avait pas envie d'apprendre que la jeune femme avait tenté une nouvelle fois de jouer la nécromante et que son sort lui avait échappé et coûté la vie. Il comprenait que ce côté « glauque » puisse attirer les jeunes, mais à son âge, Eldoth voyait les choses différemment et comptait le transmettre aux autres. Il avait déjà une sacrée expérience de la mort et lorsque vous aviez plus de cent ans et que vos amis étaient tous dans l'autre monde – ou presque – l'idée de les contacter par le biais de la magie était assez souvent présente. Mais il fallait rester conscient des risques encourus et Adrian avait suffisamment analysé cette magie pour savoir qu'une débutante comme Anna n'en était pas encore capable.
Il avait quatre-vingts ans d'expérience derrière lui sur lesquels s'appuyer.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 4 Oct 2014 - 15:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
C'était subtil, quasiment imperceptible, mais malgré toute la retenue qui transpirait du comportement du Professeur Pennington, elle savait qu'elle avait croisée dans les eaux d'un domaine sensible et dangereux, qui avait réussi à, semblait-il, froisser l'un de ceux qu'elle savait parmi les enseignants les plus imperturbables. Il était vrai qu'elle avait été par bien des aspects fort présomptueuse sur cette déclaration, et elle avait détaché le fond du sujet par rapport à sa forme. Quelque chose qui était peu envisageable dans le cas de la magie, où fricoter en relation directe avec la mort était évidemment bien plus dangereux qu'avec la lumière, ou même le feu. Ce n'était que trop tard, une fois de plus, qu'Anna s'était rendue compte de l'absurdité de ce qu'elle venait de dire. Elle était élève. Une élève fort peu douée, d'ailleurs. En face d'elle reposait, appuyé sur son bureau, un homme qui avait passé des années de sa vie - peut-être même sa vie entière - à étudier les arcanes de la magie. Il était peu probable qu'il soit un mage complet - car qui pouvait l'être, en dehors de l'Archimage ? -, mais pour officier à Star High, il était certain qu'il était l'une des personnes les plus calés dans son domaine à l'échelle de la planète. On entrait pas dans le corps enseignant de cette école en claquant des doigts !
Cela, la jeune Acadienne l'avait oublié avec un peu trop de hâte, transportée qu'elle était par son caractère de rat de bibliothèque trop habitué à discourir avec ce qu'elle appelait avec force dédain les "ignares" qui partageaient ses cours sans chercher à les pousser autant qu'elle. Son propre comportement était quelque chose qu'Adrian Pennington avait eu bien moins de mal à prendre en compte qu'Anna LeBlanc elle-même.

" Je ... n'avais pas pensé à cela sous cet angle. " confessa-t-il, un peu penaude.

Evidemment, qu'elle ne l'avait pas fait. Elle avait bien d'autres chats à fouetter que de songer aux conséquences d'actes qui, par définition, n'en avaient pas eu pour elle. Elle avait une vie de lycéenne à gérer, ses relations, sa famille, ses pouvoirs ... La magie qu'elle avait pu alors pratiquer n'était alors qu'une curiosité de plus, et rien d'autre. Elle l'avait vu et considérée comme bien des personnes la considère dans le monde moderne : un reliquat des temps anciens. Quelque chose qui n'avait apparemment pas supporté l'oeuvre des âges et la révolution industrielle. Elle ne pouvait se tromper plus lourdement, évidemment, et cette perspective avait eu du mal à évoluer, au point qu'elle restait comme une toile de fond tenace dans les limbes de ses pensées, alors même qu'elle cherchait maintenant à se racheter de ses sottises passées, et à se relancer dans ces disciplines obscures. Était-ce encore un effet de mode, d'ailleurs ? En avait-elle vraiment ou n'était qu'un défi de plus ? Il était difficile de le dire pour l'instant, à vrai dire.

" Je le reconnais, monsieur Pennington : c'était donc particulièrement stupide de ma part. " énonça la jeune fille, ne voulant pas éterniser la honte sur ce sujet, " C'était il y a plusieurs années, cependant. J'étais seule et déboussolée. Je pense avoir bien évolué depuis. Je pense être parfaitement capable d'apprendre, aussi bien que n'importe quel autre ! Si c'est une question de sécurité, alors enseignez-moi la sûreté ! "

La frustration pointait le bout de son nez, derrière ces paroles. Cette rebuffade ne l'avait certainement pas mise à l'aise, et elle qui espérait bien progresser, maintenant, ne voulait pas voir des agissements stupides de son passé lui obscurcir l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 4 Oct 2014 - 21:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4526
ϟ Nombre de Messages RP : 1521
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian s'était attendu à ce que la jeune femme n'apprécie pas ce qu'il avait dit et il ne s'était pas trompé. La frustration pointait clairement le bout de son nez dans ce qu'elle prononçait, mais ce n'était pas pour autant qu'Eldoth allait se montrer plus conciliant. Il n'avait pas basé sa décision sur les faits passés d'Anna pour la bonne et simple raison que le centenaire savait que les décisions de jadis pouvaient ne plus être d'actualité. À son âge il ne rêvait que de devenir le prochain Howard Carter, à être riche et il s'intéressait davantage aux jolies filles qu'aux bouquins de la bibliothèque. Pourtant, aujourd'hui il était à l'opposé même du Adrian de cette époque : la célébrité l'effrayait et il ne voyait plus les femmes comme des partenaires potentielles. Cependant, lui avait eu près de cent ans pour évoluer, Anna ce n'était certainement que l'affaire de quelques années – sa scolarité de lycéenne peut-être ?

Bref, de toute manière Eldoth n'avait pas jugé Anna sur ses actions passées. Non, ce qui lui prouvait qu'elle n'était pas apte à apprendre la magie, ce n'est pas qu'elle avait jadis joué avec la nécromancie, mais bel et bien le discours qu'elle lui avait tenu pour se défendre. Il était évident qu'elle n'avait pas compris le danger qu'elle courait et semblait penser que la simple raison d'être consciente qu'il y avait des risques, l'en protégeait. Tout cela pour dire qu'aux yeux de l'Archimage, la jeune LeBlanc n'était pas apte à apprendre la magie pratique. Elle allait sérieusement devoir potasser les risques avant qu'il ne puisse lui proposer de passer à l'étape supérieure.
Son ton se fit légèrement plus paternel lorsqu'il reprit la parole.

« Mademoiselle LeBlanc, je ne base pas mon jugement sur ce que vous avez fait jadis. Si je dis que vous êtes loin d'être prête à passer à la partie pratique, c'est parce que le discours que vous m'avez fait à propos de la nécromancie me prouve que vous ne voyez pas le danger dans sa globalité. Si vous avez dit ce que j'ai moi-même souligné, les choses auraient été différentes, mais penser que vous pouvez modeler la magie – même maléfique – à votre guise me prouve bien que ce n'est pas le cas. Il soupira.
Ce n'est pas une punition que je vous impose. C'est autant pour votre sécurité que pour celle des autres. Vous allez devoir apprendre à voir le danger même lorsque vous ne le souhaitez pas. Dans la magie il est plus présent que dans les pouvoirs mutants. »

Par là, il voulait dire que la magie était capricieuse et que, comme la mer, elle pouvait réserver des surprises très désagréables. Bref, Adrian se détourna de la jeune femme pour contourner à nouveau le bureau et attraper son sac qu'il ouvrit pour en tirer un bouquin dont la reliure un peu vieillotte indiquait qu'il n'était pas de première jeunesse. Pourtant, l'ouvrage était encore en excellent état, preuve que son propriétaire – le professeur – en prenait grand soin. Il revint à sa place et s'approcha un pupitre où Anna s'était installée pour lui tendre le livre.

« Il s'agit du livre qu'un mage prête généralement à ses apprentis pour qu'ils apprennent les risques encourus. Normalement je ne le prête pas comme j'en parle en cours, mais étant donné que vous avez l'air motivée... vous pourrez le garder quelques temps. Je vous demande juste d'en prendre soin. Signe qu'il faisait un effort et qu'il ne la pénalisait pas pour son aveu.
Le mieux c'est que vous potassiez sérieusement ce que vous avez là-dedans et nous en reparlerons plus tard. Mais en l'état, je suis navré mademoiselle LeBlanc, je ne suis pas disposé à vous enseigner la partie pratique de la magie. Vous n'êtes pas encore prête. Mais vous êtes jeune, vous avez le temps avant de vous lancer. »

Oh, il savait qu'elle n'allait pas apprécier, mais tant pis. Adrian n'allait pas se mettre à changer d'avis juste pour faire plaisir à une élève alors que ce serait plus lui poser des problèmes que lui faire plaisir. Le professeur se détourna à nouveau de la jeune femme pour revenir auprès de son sac. Il ne souhaitait pas qu'elle insiste davantage sans quoi elle risquait de le persuader de ne jamais franchir le pas. Le meilleur moyen pour le braquer, c'était de lui forcer la main. Les yeux baissés vers son bureau, il lâcha quelques mots.

« Vous devriez aller étudier maintenant si vous avez du temps libre. »

Ce qui était une manière subtile de mettre fin à la discussion.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 5 Oct 2014 - 1:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Était-ce parce qu'elle était une mutante plutôt qu'une magicienne que son esprit semblait si prompt à l'absurde ? Les autres réagissaient-ils comme elle, ou était-ce uniquement parce qu'elle n'avait aucune prédestination aux affaires magiques dans un premier temps ? Que penser réellement de tout cet entretien ? Le professeur Pennington était fort courtois et fort aimable, et il y avait fort à penser que nombre d'autres personnes se seraient livrés à l'exercice d'une colère ou d'une exaspération par bien des aspects déplacée, mais pas lui. Il avait su garder son calme, mais elle savait aussi que lui, comme les autres, avait ses limites. Comment ne pas le comprendre, après tout ? Elle se livrait à un assaut à répétition contre les convictions qui semblaient apparaitre à la jeune fille comme celles qui définissaient son existence et son intérêt pour l'enseignement. Elle voulait se lancer, tel une Icare moderne, vers les cieux dégagés d'un monde à l'astre bien traître, et c'est avec la volonté farouche d'un Dédale qu'il s'y opposait. Bien évidemment, le mythe était bien éloigné de la réalité présente, car Adrian Pennington était bien éloigné du Dédale mythique, à commencer par son absence de talents pour l'ingénierie - à moins qu'il ne cacha son expertise -, tandis qu'Anna LeBlanc n'était certes pas la tête brûlée qu'était l'Icare des contes. Elle n'était pas folle, et savait tout de même reconnaître le danger, tant qu'elle savait ce qu'elle avait à affronter.
Dans le domaine de la magie, ce n'était pas le cas, et lorsqu'il lui fut présenté un ouvrage qui semblait tout à la fois immémorial et neuf, comme si on l'avait laissé à l'air libre pendant des décennies sans jamais l'ouvrir, alors pourtant qu'elle savait que c'était faux, elle fut soufflée. Sans même l'avoir encore feuilleté, elle tentait de mesurer la valeur de ce prêt, tant pécuniairement qu'émotionnellement. Ce n'était certainement pas la première fois que ce "guide", faute de meilleur terme pour le désigner, était évoqué par le professeur, mais c'était bien la première fois qu'elle posait les yeux dessus, ou du moins, qu'elle le faisait de manière attentive.

Le soupir, les suppositions, tout ce qu'avait pu lui reprocher le professeur. Tout cela n'avait plus vraiment de valeur, maintenant, et elle accueillait avec une solennité quasi-religieuse l'ouvrage, ne manquant pas de le soupeser et de le triturer elle-même avec une infinie minutie, ne prêtant finalement qu'une demi-attention à la suite des déclarations qui lui étaient faites. Certes, elle entendait, elle comprenait, et elle pouvait même analyser ce qu'on lui disait, mais dès lors, le point de vue était biaisé. En face d'un tel acte, elle aurait tout aussi bien pu être prise en otage par Adrian qu'elle eût immédiatement été victime du syndrome de Stockholm.

Elle n'était pas prête ? Qu'à cela ne tienne, elle le deviendrait bien assez tôt ! Elle ne le décevrait pas ! Il avait raison, en un sens, car si elle ne considérait pas avoir tout son temps, elle en avait néanmoins plus qu'assez pour se lancer dans les arcanes de la magie, et avec une réelle connaissance des tenants et des aboutissants des disciplines qu'elle abordait !

" Je ... Je ne sais pas trop quoi déclarer, monsieur, " hésita-t-elle finalement, se levant en remettant son sac en bandoulière, les mains délicatement lovées autour de l'ouvrage comme si elle transportait là un petit animal vulnérable, " Merci ... C'est ... "

Elle ne savait vraiment que dire. C'était réelle. Evidemment, elle aurait dû lui en vouloir pour son refus, mais son amour des livres et des connaissances avait pris le pas sur son jugement, et elle ressentait vraiment cela comme un signe. Au fond d'elle-même, elle se persuadait de voir là un signe évident de la bonne volonté du professeur Pennington pour l'aider, mais que pouvait vraiment prouver cela, à part l'auto-persuasion propre aux seuls pré-adultes idéalistes ?

" Merci, monsieur Pennington ! J'en prendrais grand soin ! Je ne vous décevrai pas, je vous le promets ! " lâcha-t-elle finalement, en quittant la salle.

En un sens, elle était comblée.
Revenir en haut Aller en bas



Enseigner, c’est apprendre deux fois ▬ Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Enseigner, c’est apprendre deux fois ▬ Anna
» Enseigner, c’est apprendre deux fois | Nathaniel & Ange
» La foudre frappe toujours deux fois
» Je ne te le dirais pas deux fois. [Pv: Alexandra Carpenter]
» Faith ✝ "Si j’avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je te tirerais deux fois dessus."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-