AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

On ne peut plus faire de sacrifice en paix dans cette ville !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 26 Sep - 16:44 Message | (#)

    Rosamund avait eut du mal à se remettre de sa mission en début de mois. C’était l’inconvénient lorsqu’on avait recourt à une transformation mystique. Lorsqu’on se blessait sous cette forme, il était difficile de prévoir les conséquences que cela pourrait avoir sur son corps. Bien sûr, cela n’empêcherait pas la sorcière de repasser par la même épreuve si cela pouvait mener sa mission à bien. Et elle n’était pas peu fière de sa blessure car elle aimait penser que cela avait contribué à leur succès. Malheureusement, son enveloppe charnelle n’était pas de cet avis. Sous les instances de Louis, elle avait consulté l’équipe médicale. Mais la médecine, même celle de l’Ombre avait ses limites, surtout lorsqu’il s’agissait de traiter une blessure qui avait été altérée par la magie. L’idéal était donc d’en venir aux grands classiques et de rester dans les domaines que l’on maîtrise, à savoir la magie.

    Pratiquer un rituel de guérison, made in Rose, n’avait rien de bien difficile, mais il fallait réunir plusieurs conditions assez particulières qui empêchaient le processus d’être immédiatement efficace. Rose avait beau avoir appris chez les meilleurs, elle n’en conservait pas moins ses limites et ce n’était pas aujourd’hui qu’elle pourrait soigner une blessure aussi complexe en un claquement de doigts. Cela avait été à peu près le cas pour ses coupures superficielles, mais pour une opération de cet acabit, il fallait jouer dans une autre cours. D’abord trouver un lieu tranquille et isolé. Dans certains contes de fées (pas totalement éloignés de la réalité) on appelait cela la « maison de la sorcière ». Traditionnelle dans l’âme, la jeune femme avait opté pour une maison... abandonnée. Heureusement que la Cheyenne Street avait de quoi la satisfaire. Le quartier disposait de plusieurs maisons d’un certain âge et certaines d’entre elles remplissaient les conditions requises. Inhabitée depuis près de cinq ans, bien loin des normes architecturale actuelles et bien trop chère à rénover. Un paradis en soit. Maintenant il ne restait plus qu’à réunir d’autres ingrédients... des âmes.

    ... ... ...

    Judy Bloom était en quelques sortes la commère du quartier. Auteur pour la rubrique courrier du cœur d’un magazine féminin, elle restait chez elle pour travailler dans un bureau qu’elle avait aménagé de sorte qu’elle puisse regarder ce qui se passait dans le quartier simplement en levant la tête de son ouvrage. La quarantaine. Divorcée. Mère d’un fils qui travaillait au Canada. Judy avait pour principale compagnie ses trois chiens Rufus, Delka et Sunday... et les voisines qui venaient parfois prendre le thé pour partager les potins du voisinage. Cette citoyenne sans histoire – façon de parler – vivait une vie des plus ordinaires jusqu’au jour où (13 septembre 2014) deux de ses chiens disparurent. Rufus et Sunday. Cet évènement la poussa à faire ce qu’elle ne faisait jamais : sortir de chez elle et sonner chez ses voisins pour leur demander s’ils avaient vu ses chiens. La plupart, comme à leur habitude, lui répondirent sèchement. Beaucoup dans le quartier n’aimaient pas les chiens de Judy car ils aboyaient tôt le matin. De plus, un nombre non négligeable de voisins n’aimaient pas Judy elle-même car elle était parfois indirectement responsable de problèmes de couples. Son record personnel étant d’avoir aidé les Meyers à divorcer et à déménager suite aux infidélités du mari. Malgré tout, Judy parvint à apprendre quelques histoires intéressantes qui étaient encore restées hors de son radar habituel : depuis plusieurs jours, les animaux du quartier avaient disparus. Cela avait commencé avec les trois chats de gouttière qui hantaient habituellement les poubelles près de l’impasse des Travis le soir. Puis avec un chien abandonné qui venait souvent faire un tour pendant que le livreur de journaux faisait sa tournée. Mais ensuite, le chaton de la petite Jessica Kent se volatilisa, laissant la petite malheureuse afficher des photos de son petit chat partout où elle pouvait. Puis ce fut le tour du grand doberman de monsieur Blaine, le célibataire qui avait l’habitude d’inviter chez lui tous ses anciens copains d’université le samedi soir. Et enfin... le vieux siamois des Travis disparut également, même si l’hypothèse la plus probable était qu’il était parti finir ses jours dans un buisson isolé. Mais cela n’était pas tout. Depuis quelques jours, madame Evans se plaignait d’entendre des cris d’animaux dans la maison à côté de la sienne. Pourtant c’était impossible car il s’agissait d’une maison abandonnée et condamnée depuis des années. Même les gamins du quartier n’y allaient pas pour faire leurs trucs de jeunes. Alors tout le monde mis cela sur le compte de la vieillesse et d’Alzheimer qui pointait le bout de son nez. Mais Judy préféra aller vérifier. Le soir, après l’heure du dîner, juste avant l’émission préférée de la retraitée, Judy alla lui rendre visite afin de prendre le thé – infâme soit dit-en passant, les sachets de la vieille femme devaient dater des années 50 – et d’en apprendre plus sur ces bruits suspects. « Ca commence la nuit tombée puis ça s’arrête... puis ça recommence... Jusqu’à minuit vous savez ! » Judy commençait à la croire folle lorsqu’elle les entendit d’elle-même. Les gémissements d’animaux... Des miaulements, des sifflements... et même quelques faibles aboiements. Rufus ! Immédiatement, elle sortit sur le perron de la maison pour voir d’où venaient ces sons et effectivement, ils venaient de la maison d’à côté. Cependant il y avait quelque chose de froid dans ces cris... quelque chose qui donna à Judy la chair de poule et l’empêcha d’entrer dans la maison d’elle-même pour voir ce qui en était. Mais cela n’allait pas l’empêcher d’essayer de découvrir la vérité. Le soir même, elle téléphona à la police pour qu’ils viennent mener leur enquête. Ces incapables vinrent, certes. Mais ils ne constatèrent rien qui justifiait leur entrée dans ces ruines. C’était sous-estimer la détermination de Judy Bloom. Elle continua de les appeler, tous les soirs et parvint même à convaincre certains voisins de venir se promener avec elle pour vérifier qu’elle disait la vérité. Et c’était le cas. Elle les enjoignit de combiner leurs appels. A force, la police serait obligée de s’y mettre au sérieux. C’est alors qu’elle eut ce qu’elle voulait, le samedi 20. Un soir, quelqu’un frappa à sa porte et lorsqu’elle ouvrit à ce visiteur, Judy eut la satisfaction de tomber sur un agent de l’UNISON. La police avait donc refilé le bébé à des autorités plus compétentes. Mais peut-être que l’UNISON en savait plus sur le sujet.

    ... ... ...

    Samedi 20 septembre 2014

    Dans le sous sol de la maison abandonnée, Rosamund se préparait à exécuter la dernière partie de son rituel. Réunir les plantes avait été un jeu d’enfant. Il lui avait fallut un peu plus de temps pour les animaux, mais elle était patiente. Ce qui avait été au début un simple rituel de guérison s’était changé en une véritable cérémonie de renforcement mystique. La sorcière utilisait alors les âmes des sept animaux sacrifiés pour augmenter ses pouvoirs, le but étant de pouvoir se transformer en corbeaux en toute sécurité. Il fallait bien relever le piment de ses ambitions...

    Elle avait tracé un pentagramme à l’aide de sa lance et cela ferait sept nuits qu’elle répétait le même rituel. S’asseyant au centre du cercle d’incantation, entouré des sept corps sans vie dont les âmes revenaient chaque nuit nourrir le pouvoir de Rose. La musicienne était plutôt satisfaite de sa localisation. Dans une telle banlieue, il y avait peu de chance pour que quelqu’un mette son nez dans ses affaires. Malgré cela, elle aurait préféré trouver un endroit encore plus isolé, mais elle s’était dit qu’en s’éloignant trop de la ville, elle ne pourrait pas y accéder avec autant de facilité. C’est qu’elle ne pouvait pas négliger ses autres obligations... Enfin, cette nuit serait la dernière. De nouveau installée, vêtue de son costume de Rose, l’Allemande commença à réciter ses incantations celtiques... la pièce fut balayée d’un vent qui semblait venir de nulle part. Les cadavres des animaux remuèrent, comme si quelqu’un les caressait. Puis le cercle s’illumina et une aura verdâtre se mit à entourer les sept corps... Puis la porte qui menait au sous-sol fut violement projetée contre le mur et tomba en bas des escaliers.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 26 Sep - 22:32 Message | (#)

Alors qu’elle avait levé les yeux vers son supérieur, ses sourcils s’étaient arqués, dévoilant deux iris d’un vert délavé, emplies d’incompréhension. Soit l’on se moquait d’elle, soit elle avait mal entendu ce qu’il venait de lui demander. Elle avait questionné son collègue d’un regard, qui ne lui avait répondu que d’un haussement d‘épaules détaché, avant de reprendre lentement : « Vous voulez donc que je me rende sur la Cheyenne Street… Affirmatif. Pour aller voir une maison abandonnée... Affirmatif. Où une femme sortie de nulle part jure avoir entendu des animaux agoniser ? » Affirmatif. Elle avait laissé décanter l’affirmation quelques instants, se retenant de lui demander s’il n’était pas sans lui faire une mauvaise blague mais s’était rapidement ravisé. Elle avait côtoyé Timoral Jensen depuis assez longtemps pour savoir lorsqu’il plaisantait, et lorsque ce n’était pas le cas. Et là, selon toute vraisemblance, ce n’était pas du tout le cas.

Elle n’avait osé protester, prenant toutefois le soin de demander pourquoi l’affaire leur revenait alors qu’il semblait s’agir somme toute d’une banale affaire de voisinage. Il lui avait répondu sans sourciller que le SCPD avait refilé l’affaire aux enquêteurs de l’UNISON qui avaient eux-mêmes considéré qu’ils avaient mieux à faire que de s’embarrasser d’une telle histoire. Parce que nous, non. Avait-elle failli répondre, amère. Failli, parce que la jeune femme devait bien avouer que depuis quelques jours, c’était le calme plat au sein de l’Escouade d’intervention. Le commandant Colt l’avait bien prévenue du fait que, contrairement à son travail en tant qu’investigatrice, elle ne serait pas sollicitée tous les jours, c’est pourquoi elle était en parallèle en contact avec le FBI qu’elle aidait ponctuellement sur des enquêtes. Et c’était ainsi, ils étaient en ce moment dans une période creuse. Ce qui, à son sens, ne devait en rien justifier qu’on leur refile ce genre d’enquête. « Écoutez Parker, je sais que ça n’est pas drôle et croyez-moi, ça m’emmerde bien plus que vous. La paperasse. Allez y faire un tour, coincez les gamins qui s’amusent à ça, refiler ça au SCPD et rentrez. Ça vous occupera. » Et lui de tourner les talons sans même lui lancer un regard. Le message était clair.

Morne, Andrea boucla son gilet pare-balles dans un soupir, passant d’un même geste la sangle de son arme sur son épaule et son casque sous son bras. Après quoi, elle était sortie des locaux de l’UNISON, devant lesquels les attendait un APC Urbain de classe Thor flambant neuf, en compagnie de ses camarades de l’équipe 1 qui, comme elle, ne pipaient mot. Qu’y avait-il à dire de toute façon ? Cette mission ne rimait à rien et qu’on les oblige en plus à sortir l’artillerie lourde pour ça, frisait le grand n’importe quoi. Mais elle était payée, alors elle ferait ce qu’on lui dirait sans protester. À cette idée une large risette ourla ses lèvres, alors qu’elle imaginait la tête blonde de Jonas Cooper lui dire avec un sourire narquois que ce n’était pas bien du tout de faire ça pour l’argent. Ah oui, cet homme avait le don de toujours lui redonner le sourire !

Il ne leur avait fallu que quelques minutes pour rejoindre la Cheyenne Street, la circulation en ville étant fluide. Ils s’étaient garés à distance raisonnable de la bâtisse inhabitée, prenant soin de la rallier à pieds pour ne pas alerter le voisinage, qui semblait bien assez en émoi par lui-même, et dont il était inutile d’alimenter le moulin à rumeurs plus que de raison. Les trois silhouettes sombres déambulèrent le long de la rue, sous le regard curieux de quelques passants et d’une poignée de voisins rivés à leurs fenêtres. Parmi ceux-là, quoiqu’ils l’ignorent, se trouvait l’instigatrice de tout ce ramdam, une bonne femme du nom de Judy Bloom. Commère de son état, qui appréciait de donner des coups de pieds dans la fourmilière, qui avait très certainement raté sa vocation dans la presse à scandales, et qui devait jubiler de voir se diriger vers la maison du démon les pauvres hères de l’Escouade Silver. Le pire, au fond, était de savoir qu’elle avait raison sur toute la ligne.

Ils fracturèrent aussi silencieusement que possible l’entrée de la maison, dont la porte s’ouvrit dans un grincement sinistre. À l’intérieur, rien. Rien si ce n’était de la poussière, de la poussière et plus de poussière. Des meubles restaient çà et là mais rien d’indiquait la présence de qui que ce soit, et ce depuis vraisemblablement des lustres. S’il y avait des traces de pas à distinguer dans la poussière, elles étaient assurément dissimulées par la pénombre qui habitait le lieu. D’un geste presque synchrone, ils allumèrent les lampes tactiques équipées sur leur Heckler et décidèrent d’un commun accord de se séparer. L’un prendrait le premier étage, l’autre s’occuperait du rez-de-chaussée. Quant à elle, il avait été décidé qu’elle se chargerait du sous-sol.

C’est à mi-chemin des escaliers qu’elle entendit les gémissements, les cris, les feulements. Assez étonnée de constater qu’ils n’étaient peur être pas venus pour rien, en définitive, la jeune femme s’efforça d’assouplir son pas pour surprendre le ou les individus qui opéraient en bas. Persuadée qu’il s’agissait avant tout de gamins, Andrea décida qu’il ne serait pas de trop de leur faire une petite frayeur, ne serait-ce que pour les avoir obligés à se déplacer. C’est pourquoi lorsqu’elle arriva à proximité de la porte, l’agent la fit valser d’un coup de pied bien placé.

Puis elle se figea.

Il s’écoula un instant. Le temps d’un battement de cil, le temps d’un souffle. Elle vit l’individu, les lumières grèges et glauques qui se projetaient sur le cuir de son vêtement. Elle vit le pentagramme luisant et elle vit le souffle invisible qui animait les bêtes étendues autour de l’incantateur. Elle sentit leurs âmes danser et hurler, et son sang, dans ses veines, ne fit qu’un tour. Mécaniquement, elle saisit la crosse de son arme et mit son adversaire en joug, jurant entre ses dents. « UNISON ! Hurla-t-elle pour couvrir le vacarme. MAINS EN L’AIR. » Peu importe qui elle avait en face d’elle, ce n’était certainement pas un gamin. Andrea était bien au fait que d’obscures magies régissaient le monde, et force était de constater qu’elle avait précisément affaire à l’une d’entre elles. En dépit de ses capacités, rien au monde ne savait la protéger de ce genre d’offensive, c’est pourquoi la prudence était particulièrement de mise. Plus particulièrement encore depuis sa dernière intervention, ou elle avait appris d’une bien dure façon que la dernière chose à faire était de sous-estimer son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 27 Sep - 14:25 Message | (#)

    Dans un quartier de banlieue aussi tranquille, Rosamund n’aurait jamais imaginé devoir installer une barrière protectrice sur la porte afin d’empêcher d’éventuels perturbateurs de la déranger en plein rituel. Cela dit, avec l’agent qui venait d’entrer, il n’était pas certain que les sort de protection de Rosamund aient eut davantage de succès. Son projet avait donc des failles, principalement dues à son manque de modestie car elle n’avait pas pris en compte la fantastique capacité humaine à mettre son nez dans les affaires des autres. Mais avant d’envisager d’assassiner toutes les langues de vipère du quartier, Rose devait déjà accueillir l’UNISON qui commençait vraiment à perturber les projets de l’Ombre en général. Néanmoins, Rosa n’était pas stupide, tuer un agent de l’UNISON reviendrait à pousser l’organisation à mettre tous es moyens pour la retrouver et la punir. Même si Rosamund s’était montrée prudente pour son rituel, ne venant ici qu’en costume afin de réduire à zéro la possibilité de laisser des empreintes et autres indices compromettants, elle préférait rester le plus loin possible du radar de l’organisation. Cependant, la sorcière était furieuse de voir son ultime cérémonie aussi grossièrement interrompue. Donner une correction à cet empêcheuse de sacrifier en rond était devenu une question d’honneur. Heureusement, Rosamund avait un plan pour se débarrasser de gêneurs éventuels. Cela n’allait probablement être bien létal pour des agents de terrain de l’UNISON comme semblaient l’être les membres de l’équipe d’intervention, mais ça devrait suffire à les occuper un petit moment, peut-être même à les blesser avec un peu de chance. Cela faisait plus de six nuits que Rose avait passé du temps avec les âmes des créatures qu’elle avait sacrifiées, les tordant et les façonnant avec sa magie de manière à en faire une source de pouvoir, voire même une arme. C’était d’ailleurs dans cette optique que Rosa avait mené son rituel après s’être guérie. Toujours assise, la sorcière se pencha légèrement en avant et murmura un mot dans une langue ancienne. Avec un bon traducteur, on pourrait obtenir la signification suivante :

    – ‘Attaquez’

    Et effectivement, les animaux se mirent à l’attaque.

    Sur cette parole, les cadavres des sept sacrifices, quatre chats et trois chiens, s’animèrent pour se jeter sur la nouvelle arrivante. Leurs yeux étaient emplis d’une lueur verdâtre froide et acérée, pleine de rage. Trois de ces animaux restèrent s’occuper de l’agent Parker ici présente, les quatre autres filèrent au dessus, indiquant à Rose qu’ils avaient repéré d’autres cibles. Finalement, la raclée qu’elle comptait donner allait être de très courte durée.

    Sans attendre de voir si ses monstres avaient réussis à blesser leur cible, Rosamund tendit le bras pour s’emparer de sa lance, posée juste au bord du cercle sous sa forme intermédiaire, mi dague mi lance. Une fois l’arme sacrée dans la main, la sorcière se leva d’un bond et se mit à l’attaque. La priorité, comme le bon sens l’exigeait contre ce type d’adversaire, était de se débarrasser de cette répugnante arme à feu. Les forces de l’ordre n’ont vraiment aucune prestance... Ignorant complètement que son adversaire possédait une peau pare-balle de par son héritage Ultime, Rose lança son attaque, comptant, comme à son habitude, sur la puissance de sa lance pour blesser tout type d’adversaire. Avec sa vitesse de mouvement et la diversion faite par la manipulation de cadavres animaux, elle eut le temps de s’approcher de son ennemie, mais il restait à voir si elle était de taille.


    Lance de Scáthach versus Métisse Ultime – Round 1

    Lancé de dés
    Réussite : Vive les pouvoirs mystiques de Scáthach ! La lance parvient à entailler le cuire d’Andréa mais n’arrive pas à lui couper la main, pour la plus grande surprise de la sorcière.
    Echec : Was ?! La lame ne parvient pas à blesser sa cible et le contact du métal et de la peau à moitié Ultime crée une résonance étrange dans le bras de Rosamund. Sa cible n’est pas tout à fait ordinaire.



Dernière édition par Rosamund Richter le Sam 27 Sep - 14:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3409
ϟ Nombre de Messages RP : 3059
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Sam 27 Sep - 14:25 Message | (#)

Le membre 'Rosamund Richter' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 27 Sep - 15:47 Message | (#)

Cela semblait l’évidence même que l’individu n’allait pas gentiment se rendre aux autorités, et Andrea s’était bien entendu préparée à l’éventualité d’une cinglante répartie. Elle n’aurait juste pas pensé qu’elle serait de cet ordre-là. Le quidam avait tourné la tête vers elle, toujours assise au centre de son cercle de cadavres et sans s’embarrasser de sa présence plus que de raison, avait murmuré un mot dans un dialecte qu’elle n’avait encore jamais entendu. Sentant venir le vent mauvais, l’agent continua de maintenir l’individu – dont elle devinait à la voix qu’il s’agissait d’une femme – et avait resserré sa poigne sur la crosse de son arme. Vanité, elle en était bien au fait. La métisse ultime était loin d’être dupe, elle savait bien qu’aucune arme ne saurait faire face à une magie de cet ordre. Mais fou était celui qui pensait qu’elle en avait seulement besoin. Ses capacités lui permettaient de se passer largement de toutes les armes qu’on pourrait jamais lui fournir, n’en déplaise à Adriel qu’elle savait rassuré de la savoir proprement équipée à combattre toutes les menaces. Pas toutes, malheureusement.

À l’ordre de la sorcière, les créatures s’étaient animées, comme mues par une force invisible et inaltérable. Leurs yeux luisant reflétaient la folie de la puissance terrible et hors de contrôle qui les animait, et, leurs crocs tout dehors, ils s’étaient précipités sur l’agent qui avait esquivé un mouvement de recul, pour fortifier ses appuis. Des sept créatures infernales – jadis fidèles compagnons – qui se ruèrent sur elle, seulement trois s’affairèrent à l’occuper. Les autres l’avaient doublée sans même lui jeter un regard, certainement pour se charger de ses camarades, restés aux étages supérieurs. Intérieurement, elle espéra que tout se passerait bien pour eux, car il était évident qu’elle ne supporterait pas de perdre à nouveau l’un de ses camarades. L’Eastern Seaboard Bank lui avait amplement suffis.

Rapidement et simplement, Andrea se chargea des assaillants les uns après les autres, leur assénant de violents coups de crosse pour les dégager de son chemin. Comme des poupées de son, les corps mous dénués de vie s’écrasèrent au sol comme momentanément vidés de leur sombre énergie. Malheureusement, elle avait réagi trop tard car avant même qu’elle ne lève la tête, l’éclat froid d’une lame avait surgi sous ses yeux et entaillé la main gantée qui tenait son arme. Ce qui ne l’aurait nullement affectée, si sa chair pourtant plus solide que la moyenne ne s’était pas ouverte pour laisser sa chair à vif. Il s’écoula un instant entre le moment où elle comprit ce qui venait de se produire et le moment où elle se retrouva derrière son adversaire. La douleur et la surprise avaient été telles qu’elle s’était par réflexe téléportée hors d’atteinte de l’arme étonnante de son adversaire. Étonnante, car il y avait bien peu de choses à même de transpercer sa peau, et qu’elle se trouve confrontée particulièrement à l’une d’elle l’intriguait et l’inquiétait tout à la fois. Que pouvait être cette ennemie ?

Délaissant son arme, Andrea ceint ses deux mains en un poing qu’elle allait asséner directement sur la tempe encuirée de son adversaire, d’un coup net et bien placé. Tout du moins l’espérait-elle ! Car elle ne savait toujours pas à qui elle avait affaire, et son adversaire pouvait très bien se montrer plus agile qu’elle. Il fallait simplement que la chance soit de son côté.

Citation :
Réussite : Andrea est assez vive pour asséner son coup à son adversaire. Quelques tonnes directement dans la tempe, ça fait mal !
Échec : Trop lente, beaucoup trop lente ! Il y a encore quelques points à retravailler et la vitesse en fait visiblement partie.


Dernière édition par Andrea Parker le Sam 27 Sep - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3409
ϟ Nombre de Messages RP : 3059
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Sam 27 Sep - 15:47 Message | (#)

Le membre 'Andrea Parker' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 27 Sep - 22:29 Message | (#)

    Après avoir placé son coup Rosamund s’écarta de son adversaire à grands renforts de flips arrière. Les pouvoirs de la lance n’hésitaient pas à prendre le contrôle de son corps quitte à lui faire exécuter des figures parfois extravagantes. Mais c’était là un prix bien léger pour posséder le pouvoir de manier la lance comme un expert, tel un gladiateur chevronné au milieu d’une arène. Mais alors que Rose battait en retraite, l’agent de l’UNISON envoya son poing dans la direction de la sorcière qui put une nouvelle fois remercier les talents que sa lance lui conférait. Elle parvint à esquiver le coup qui l’aurait bien assommée (et plus encore) si elle l’avait touchée. Une fois à distance respectable, la jeune Allemande se dit qu’il était temps de faire le point.

    Toujours en position de combat, Rose pencha sa tête encagoulée pour mieux observer la main qu’elle avait touchée. La blessure semblait superficielle et peu profonde alors que la puissance de son coup aurait dû soit trancher la main soit la traverser de part en part. Et puis elle avait ressenti un contact étrange lors de l’impact. L’heure n’était pas propice aux longues réflexions et considérations, mais elle n’avait pas réellement l’impression d’avoir un être humain ordinaire, en dépit du sang qui coulait. Intriguée, elle amorça une conversation « civilisée » entre deux échanges d’amabilités sportives. De sa voix légèrement altérée par le tissu de son costume, elle interrogea son adversaire sur un ton poli et intrigué, un peu comme si elle lui parlait de la météo.

    – Vous n’êtes pas une humaine ordinaire, n’est-ce pas ?

    Bien sûr, elle ne s’attendait pas à ce que son interlocutrice lui donne son pédigrée. Il y avait même de fortes chances pour qu’elle conserve le silence pour favoriser le langage des coups. Mais qui ne tentait rien n’avait rien. Rose pouvait toujours espérer recueillir de précieux détails qu’elle pourrait utiliser au nom du SHADOW ou en son propre nom. Tandis que Rosa attendait patiemment la réaction de la représentante de l’UNISON, campée sur sa position de combat tel un ressort prêt à être éjecté, les trois animaux qu’Andrea avait repoussés se relevaient pour faire office de mur protecteur entre leur invocatrice et leur proie. Manipuler les âmes avait son avantage, malheureusement le sortilège de Rose n’allait pas fonctionner très longtemps. Il fallait espérer qu’il tienne assez pour donner une leçon à l’UNISON... voire aussi pour en apprendre un peu sur la nature de cette peau si extraordinairement résistante.

    Pendant ce temps là, les quatre autres corps d’animaux s’étaient précipités sur les agents qui accompagnaient celle que Rose venait de rencontrer. Les bestioles se mirent à deux contre un et comptaient principalement sur leur rage animale, leurs griffes et crocs (surtout pour le chien) et sur l’effet de surprise initial. Malheureusement, en dépit de leur état, ce n’étaient que des animaux et ils ne représentaient qu’un danger limité pour des agents entraînés comme ceux de l’escouade Silver. Néanmoins, il ne fallait jamais sous estimer la puissance du hasard. Celui-ci pourrait peut-être, en cette magnifique nuit de septembre initialement dédiée à la magie et aux sacrifices d’animaux, se placer du côté de la sorcière de l’ombre. Mais le courtiser ne servait à rien, l’unique manière de l’appeler était de jeter la pièce.


    Lancé de dés
    Réussite : Les invocations de Rose donnent du fil à retordre aux deux agents qui ne s’attendaient vraiment pas à une telle attaque.
    Echec : Un des agents parvint à se débarrasser de ses agresseurs en les enfermant dans un vieux placard.

    Lancé de dés 2 (si échec au premier)
    Réussite : L’agent va retrouver son équipier pour l’aider à neutraliser les autres animaux.
    Echec : L’agent décide de mettre son grain de sel au sous sol.





Dernière édition par Rosamund Richter le Sam 27 Sep - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3409
ϟ Nombre de Messages RP : 3059
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Sam 27 Sep - 22:29 Message | (#)

Le membre 'Rosamund Richter' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 28 Sep - 1:16 Message | (#)

Sa blessure la brûlait. Les picotements qui s’enracinaient dans sa plaie avaient commencé à courir le long de son poignet et grignotait maintenant son avant-bras, de leurs crocs brûlants et acérés. De toute son existence, il n’y avait que deux choses qui avaient pu entamer sa peau ; L’une d’elle était une balle perforante dont elle avait écopé lors de la tentative d’assassinat de Gregory Williams, qu’elle avait empêché de justesse. L’autre était la lance étrange que l’individu continuait de pointer vers elle. Soit cette bonne femme était dotée d’une force exceptionnelle, soit son arme n’avait, pour ainsi dire, rien de conventionnel. Il fallait avouer qu’en dépit de la douleur qui irradiait son bras – la douleur, sensation qu’elle n’avait que peu côtoyée – la jeune femme était de plus en plus intriguée par son adversaire, et par l’étendue de ses capacités.

En une série de saltos d’une justesse troublante, la sorcière s’était éloignée à une distance raisonnable d’Andrea, se mettant l’abri d’un éventuel nouvel assaut. Ce qui, au vu de la réussite du précédent ne devait pas réellement avoir de quoi l’inquiéter. Pourtant maqué par la cagoule noire qui recouvrait son visage, la jeune femme pouvait presque sentir son regard s’appesantir sur sa main blessée qu’elle avait pris soin de déganter, et dont le sang commençait à couler le long des doigts, et goutter dans la poussière qui recouvrait le sous-sol de la bâtisse abandonnée. Sa voix douce, au ton vraisemblablement intrigué, résonna dans la cave, lui affirmant sous couvert d’une question rhétorique qu’elle n’était pas tout à fait humaine. Fait inaliénable. Les sourcils d’Andrea se froncèrent doucement. Sans départir de sa garde, elle guigna les cadavres d’animaux qui avaient de nouveau repris vie pour se dresser comme barrière entre l’invocatrice et elle.

« Autant que vous l’êtes. » Souffla-t-elle. Andrea n’avait jamais considéré qu’elle était issue d’une autre race que la race humaine, et avait imputé ses capacités à une légère mutation plus qu’à une réelle évolution de son espèce. À son sens, elle était tout ce qu’il y avait de plus humain, quoique quelque peu unique en son genre. Outre Lucrèce, elle n’avait jamais rencontré personne qui dispose de semblables dispositions. Bien entendu, elle ne savait rien d’Ultima Thulé. « Sorcière ? Demanda-t-elle. Je ne pensais pas vraiment qu’on les trouvait dans les maisons abandonnées. » À faire des rituels douteux, aurait-elle pu ajouter. Elle ne s’attendait pas à ce que la femme qui lui tenait tête ne veuille réellement lui faire la conversation, et encore moins pour divulguer des informations sur elle, mais elle était toutefois réellement intriguée par ce dont elle était capable et n’avait jamais réellement été confrontée à une telle magie. Ou à de la magie tout court, d’ailleurs. De plus, elle espérait pouvoir gagner un peu de temps pour que ses collègues de l’Escouade ne la rejoignent après s’être débarrassé des créatures que l’individu avait lancées à leur poursuite.

Citation :
Réussite : L’un des deux agents parvient à se défaire de l’emprise maléfique des créatures infernales et s’empresse d’aller aider son collègue à en faire autant.
Échec : Enfer ! La magie auquel ils font face est bien trop puissante ! L’un des deux agents est blessé et perd connaissance en emportant avec lui la vision de deux prunelles luisant dans le noir. Ils ne sont plus que deux, désormais.

Le manque de nouvelle des agents ne laissait rien présager de bon. Au fond, Andrea espérait qu'il ne leur soit rien arrivé de grave et que, qui que soit cette femme, elle ne s'en prendrait pas à eux. À elle si elle le voulait, mais pas à eux. Pour se préparer au pire, la métisse ultime concentra toutes son énergie pour augmenter ses capacités. Vitesse, force, rien n'était laissé au hasard. Si la sorcière représentait une menace, elle l'arrêterait par n'importe quel moyen.

Spoiler:
 


Dernière édition par Andrea Parker le Dim 28 Sep - 1:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3409
ϟ Nombre de Messages RP : 3059
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 28 Sep - 1:16 Message | (#)

Le membre 'Andrea Parker' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 30 Sep - 16:13 Message | (#)

    Du sous sol, les deux femmes pouvaient entendre les affrontements improbables qui occupaient les étages supérieurs. Des coups de feu, des cri d’un agent, des insultes plus précisément, et bien sûr les sifflements, aboiements et autres grognements bestiales qui émanaient des créatures infernales temporairement invoquées. Rose savait que son enchantement n’allait pas durer longtemps mais elle comptait bien profiter de chaque seconde du temps de ce temps imparti. A commencer par ce cas particulier qui n’était pas décidé à révéler quoique ce soit à son sujet. Bien, cela prouvait qu’elle n’était pas stupide. Quoique, émettre l’hypothèse que Rose pouvait ne pas être humaine était peut-être un peu précipité. Simple erreur due à un jugement précipité ou bien une méthode pour tester son adversaire et la faire parler ? Dans le doute, mieux valait éviter de sus estimer ou de sous estimer la menace, les deux cas de figure pouvaient entraîner leur lot de mauvaises surprises...

    – J’aurais préféré une maison de pain d’épice, mais sans enfant à dévorer, cela aurait été trop insultant. répondit-elle sur un ton léger avant de reprendre avec un peu de sérieux. J’ignorais, pour ma part, que l’UNISON s’intéressait aux animaux disparus... Vous manquez de travail digne de ce nom ? Confortée devant la vision d’une ennemie blessée alors qu’elle n’avait, pour l’instant, aucune égratignure, Rosamund décida de rester dans la provocation. Peut-être que cette stratégie pourrait conduire à un dénouement plus satisfaisant encore qu’une simple confrontation physique. En tout cas vos collègues ont l’air bien occupés. lança-t-elle sur un ton faussement innocent en pointant un index vers le plafond, comme pour narguer la représentante de l’UNISON. – Loin de moi l’idée de vous dire comment faire votre métier, mais vous devriez peut-être aller les rejoindre. La mort a tendance à rendre les animaux particulièrement enragés.

    Comme pour appuyer ces propos, les trois cerbères qui se tenaient entre Rose et l’agent spécial se mirent à grogner d’un air menaçant. Le son froid qui en résultait parvint même à donner à leur maîtresse un frisson. Rosa entendait là l’écho de la mort que sa magie avait temporairement perturbée. Bien qu’elle réussisse à masquer ses émotions, elle espérait intérieurement qu’elle n’allait pas devoir maintenir son sortilège trop longtemps. Car avec les forces en jeu, mieux valait éviter de forcer sa chance. Afin de montrer son impatience, mais aussi pour mettre un peu de pression sur son adversaire, la sorcière changea de position tout en faisant tourner son arme qui commença à s’allonger, passant ainsi de sa forme intermédiaire à sa forme finie : une lance longue argentée et visiblement acérée, prête à tailler d’avantage dans le cuir de cette intrigante agent.

    – Voyez-vous... je ne suis pas certaine de pouvoir contenir l’appétit de ces familiers... l’intonation, même altérée par son masque, son débit, tout avez été choisi pour tenter de mettre une pression psychologique sur cette femme. Bien évidemment, Rose se doutait qu’un agent de l’UNISON avait beaucoup plus de résistances psychologiques que la norme. Cela dit, lorsqu’il s’agissait de leurs propres collègues, il y avait toujours une chance de toucher une corde sensible qui pourrait perturber la concernée. Malheureusement, il s’agissait là d’un autre coup du hasard car Rose ne connaissait pas du tout sa cible. Ce qui était un tantinet frustrant pour une femme comme elle qui aimait prévoir chacun de ses mouvements ainsi que ses répercussions, tel un placement de domino. Cependant, tandis qu’elle se concentrait sur la menace la plus évidente, Rosa commençait à oublier un peu le contrôle et la précision qu’elle était supposée exercée lors de son rituel qui, rappelons-le, n’était pas complet. Or, avec ce type de magie, il ne fallait rien laisser au hasard...


    Lancé de dés
    Réussite : Les âmes invoquées continuent d’obéir docilement à Rose qui, après plusieurs nuits consacrées au rituel, a réussit à en faire des créatures loyales.
    Echec : Les corps et les âmes des animaux commencent à se rebeller et se métamorphosent pour prendre une apparence plus démoniaque... avant de passer à l’attaque.

    Lancé de dés 2 (si échec au lancé précédent)
    Réussite : Deux monstres s’en prennent d’abord à Andrea, rancuniers, ils n’ont pas appréciés d’avoir été maltraités un peu plus tôt. Le troisième se tourne vers sa maîtresse, toutes griffes et crocs dehors.
    Echec : Deux monstre se tournent vers Rosamund lui faire payer ses actes. Le troisième attaque Andrea.






Dernière édition par Rosamund Richter le Mar 30 Sep - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3409
ϟ Nombre de Messages RP : 3059
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Mar 30 Sep - 16:13 Message | (#)

Le membre 'Rosamund Richter' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 1 Oct - 0:13 Message | (#)

Une odeur de pourri flottait dans l’air, bien qu’elle soit incapable de savoir si c’était les murs qui en étaient imprégnés, ou si elle émanait des pauvres bêtes ramenées à la vie par un malheureux coup du sort. Qui surnageait l’exhalaison mortifère, l’humidité ambiante des poutrelles soutenants le plancher poreux. Le bruit des écoulements d’eau qui s’infiltraient entre les lattes grinçantes lui faisait froid dans le dos. Ces mêmes lattes qui résonnaient d’un écho bien trop froid la précipitation de ce qui se passait à l’étage supérieur, qu’elle peinait à ignorer. Ses camarades entre les griffes de créatures démoniaques, animées d’une magie bien pire. Andrea s’efforçait de n’entendre ni les cris, ni les jurons. Elle s’efforçait de faire la sourde oreille aux abois et aux geignements sortis d’outre-tombe. Forte était l’envie de les rejoindre, de les débarrasser des créatures et de leur dire de quitter la bâtisse. Mais elle savait que sa signerait la fin de leur rencontre, et Andrea n’avait pas le droit de laisser filer la détentrice d’un tel pouvoir sans s’être assuré de sa dangerosité.

« Les enfants, sourit-elle d’un air ironique, jamais là quand il faut. Elle éclata d’un rire léger alors que son adversaire jouait de provocation pour la déstabiliser. C’est peu de le dire ! Bientôt on nous enverra régler les problèmes de voisinage… Encore que, c’était déjà un peu le cas. Autant que faire se pouvait, alors même que l’angoisse commençait à lui nouer l’estomac, l’agent s’efforça de reste le plus neutre possible, répondant aux piques de son adversaire avec toute la verve dont elle était capable. Je vais les laisse se débrouiller seuls encore un peu, moi aussi je suis quelque peu occupée. » Par elle, ça allait s’en dire. Encore fallait-il qu'elle dispose dudit temps.

À ses mots, les créatures à ses pieds émirent un grognement guttural qui laissa s’hérisser les poils de sa nuque. La jeune femme avait été confrontée à toutes sortes de monstres, et eut à cet instant une pensée toute particulière pour les manifestations de la zone 21. Des créatures immortelles, des créatures de cauchemar voraces et invincibles, tout droit sorties des fantasmes les plus sombres et les plus tordus. Qu’étaient, en comparaison, de pauvres animaux de compagnie animés par une magie profane ? Des peccadilles. Des marionnettes dont elle tirait les ficelles. Si seulement elle pouvait les couper, ces ficelles.

Une goutte de sueur roula le long de sa mâchoire. Précautionneusement, comme elle l’avait déjà fait par le passé, la jeune femme tenta de canaliser l’énergie qui coulait dans ses veines dans le creux de sa main. Elle sentit, sous la pulpe de ses doigts, la chaleur qui s’accumulait doucement, à mesure son pouvoir s’y déversait. Au bout de quelques instants, elle irradierait. Et lorsque ce serait fait,… Un cri décisif résonna à l’étage du dessus. Brusquement, son bras se détendit.

Citation :
Réussite : Une salve brûlante vint irradier les créatures au pied de la sorcière les dissolvant dans des flammes cuisantes, chantant au rythme de leurs cris d’agonie. Trois de moins ! Plus qu’à espérer que ça l’occupe un peu…
Échec : Une salve brûlante frappa cumulus d’eau, noyant la pièce d’une buée opaque. Elle avait manqué sa cible, mais au moins avait réussi à faire diversion.


En un claquement de doigt, Andrea s’était téléporté au rez-de-chaussée. Aussitôt, elle sentit le contrecoup de sa projection d’énergie cosmique, quand le cœur lui monta au bord des lèvres et qu’elle vit des étoiles défiler devant ses yeux. Reprenant constance, elle entendit l’un de ses agents la héler, retranché derrière un meuble en compagnie de son camarade, visiblement évanoui. L’espace d’un instant, le sang de la jeune femme ne fit qu’un tour. Le temps de s’approcher, la métisse Ultime comprit que l’homme était envie en voyant sa poitrine se soulever à intervalles réguliers. Un coup d’œil dans la pièce lui permit aussi de constater que l’un de ses hommes était parvenu à nettoyer la pièce en bonne et due forme. Çà et là gisaient les cadavres des animaux réincarnés. Un regard aux spasmes qui agitaient les pelages lui apprit que temps qu’il y avait des corps, il y avait des ennemis. « Emmène le loin d’ici, lui dit-elle alors simplement. Je vais la retenir. »

Essayer tout du moins. Son acolyte ne se fit pas prier et, emportant le corps inanimé de son camarade, déserta rapidement la maison abandonnée. L’air souffreteux, le regard trouble et le souffle haletant, Andrea attendit que la souris sorte de sa cachette. Le problème, c’est qu’elle n’avait pas de piège dans lequel la faire tomber. La jeune femme ne doutait pas que ce fut leur confrontation finale, elle n’en savait seulement pas l’issue. Lentement, les marionnettes se redressèrent une à une, signe que la source de toute cette magie n’était plus très loin.


Dernière édition par Andrea Parker le Mer 1 Oct - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3409
ϟ Nombre de Messages RP : 3059
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Mer 1 Oct - 0:13 Message | (#)

Le membre 'Andrea Parker' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 1 Oct - 16:24 Message | (#)

    Non, Rose ne pourra rien tirer de cette agent qui s’amusait à lui renvoyer sa répartie sans même avoir l’air de s’inquiéter pour ses camarades. Si ce mépris était réel, la sorcière pourrait se montrer réellement admirative, malheureusement, avec de tels individus, on ne pouvait jamais savoir ce qui se passait dans leur tête. Et c’était ce qui rendait les choses intéressantes, n’est-ce pas ? Loin de plaindre l’UNISON, Rose s’apprêta à lancer un commentaire cinglant sur cet organisme lorsque l’agent passa à l’action. Voilà qui allait servir de leçon pour la sorcière. Ne jamais sous estimer l’UNISON et ses employés. Si elle avait cru avoir l’avantage de pars leur premier petit échange, elle avait tord. Cette femme cachait de dangereux atouts dans sa manche et il apparut qu’un cuir résistant n’était pas la seule spécificité de l’agent. Mais pourquoi ne pouvaient-ils pas employer de simples troupiers ? Encore dans la Légion des étoiles, on était en droit de s’attendre à des super pouvoirs, de la magie ou encore des équipements high tech qui feraient mourir d’envie les scientifiques de l’Ombre... Mais avec l’UNISON, l’ennemi était trop divers. Un peu plus et Rose allait se mettre à détester la laïcité.

    Fort heureusement (à moins que cela soit prémédité) l’attaque de cette redoutable ennemie échoua. Malgré tout, les mouvements de Rose furent temporairement restreints à cause d’une visibilité réduite. Elle parvint tout juste à constater que son adversaire avait... disparu. La teigne en avait sûrement profité pour retrouver ses équipiers... mais aussi rapidement ? Avait-elle d’autres pouvoirs ? Par prudence, Rose envoya ses trois fidèles et défunts compagnons à la poursuite de leur proie, se retrouvant seule dans le sous-sol. Elle s’accorda une seconde pour réfléchir.

    Cette femme n’était pas une humaine ordinaire, elle semblait posséder une grande résistance qui avait empêché la lance de Scáthach de lui découper entièrement la main. Une sorte de projection d’énergie thermique... une mystérieuse capacité à disparaître... Non... c’était trop. Mieux valait ne pas prendre de risque. D’un pas décidé, la sorcière retourna au centre du cercle afin de dissiper la magie qu’elle avait invoquée. Non pas pour annuler son sortilège... mais plutôt dissimuler ses traces. Pour certains nez, la magie pouvait être facilement repérable, et lorsqu’on ignorait les ressources exactes de l’UNISON, on préférait ne pas prendre de risque. Cependant, elle ne pouvait pas non plus rester trop longtemps pour nettoyer derrière elle. Rose ignorait dans quel état étaient les équipiers de cette femme et elle préférait ne pas leur laisser le temps de lui tendre un piège. Rosamund rangea sa lance qu’elle changea en broche et attacha à son costume avant de prendre une grande inspiration. Puis elle se transforma en une nuée de corbeaux avant de prendre son envol et de quitter le sous sol pour passer au dessus de la tête de l’agent Parker et se diriger vers les fenêtres et portes ouvertes. Heureusement que ce genre de maison offrait de multiples points de sortie... C’est que mine de rien, elle avait pensé à certains détails, et c’étaient parfois les détails qui comptaient le plus. Cependant, il restait encore le facteur « humain » à prendre en compte, et celui-là, Rosamund ne s’étant pas attendu à recevoir une telle visite, elle n’avait pas pu le prévoir...


    Lancé de dés
    Réussite : Rose parvient à s’enfuir sans subir trop de dégâts. Quelques bleus et petites éraflures mais rien de grave.
    Echec : Les agents de l’UNISON ne lui font pas de cadeau mais elle parvient à s’en sortir... avec un bras cassé.

    Au final, la magicienne ne s'en était pas trop mal tiré. Elle n'avait pas pu finir son rituel, mais au moins elle n'avait pas remporté de nouvelles blessures. C'est que son honneur n'aurait pas supporté de demander de l'aide à Sharan... Lorsqu'elle parvint à s'éloigner suffisamment du quartier, dispersant au passage ses oiseaux afin de dissuader les agents d'essayer de la poursuivre, le sortilège de Rose prit fin et les animaux purent retourner à leur mort en paix. Leurs maîtres pouvaient faire leur deuil. Rosamund pour sa part, même si elle s'estimait chanceuse, n'en gardera pas moins une grosse rancune envers cette étrange femme aux pouvoirs aussi redoutables...




Dernière édition par Rosamund Richter le Mer 1 Oct - 16:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas



On ne peut plus faire de sacrifice en paix dans cette ville !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» On ne peut plus faire de sacrifice en paix dans cette ville !
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» [Jour VIII] « Que diable allait-il faire dans cette galère ? »
» [PREFETS] Que diable allait-il faire dans cette galère ?! [Terminé]
» Même en hiver, il peut faire chaud. [Pv.Trystan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-