AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [Jay Lane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message posté : Mar 23 Sep 2014 - 15:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
    4 septembre 2014

Ce jour, ou plutôt cette soirée, commençait définitivement mal. J’avais enchaîné les bonnes nouvelles depuis que j’étais sortie de mon lit. Vraiment. Premièrement, j’avais dû réalisé la nuit dernière un rituel censé me protéger des démons que Raphaël m’avait involontairement collé aux fesses. Qui m’avait occupé tard dans la nuit. Et que j’avais appris directement de mon cauchemar personnel. Bizarrement, le fait qu’il se décide tout à coup à protéger son « investissement » n’était pas pour me rassurer. Deuxièmement, j’avais reçu un appel de la part d’un de mes contacts au sein du Cartel qui s’était tout à coup dit que je pouvais bien jouer les transporteuses pour eux, étant donné que je protégeais déjà une partie de leurs cargaisons les plus… douteuses. Sensibles. Bref. Troisièmement, le dit contact n’avait pas trouvé de meilleure idée que de me coller Jötunn comme partenaire. O joie.

En très vite dit, j’étais donc d’une humeur massacrante alors que je me rendais jusque dans les Docks, à quelque chose comme une ou deux heure(s) du matin, pour y retrouver celui qui ne manquait que rarement de me rabaisser joyeusement. Il faut dire qu’il avait été le témoin de mes quelques essais ratés au sein du Circus, à l’époque où j’étais encore une jeune irlandaise en quête d’adrénaline. Depuis, j’avais changé. J’étais un peu moins folle, un peu moins idiote, un peu plus compétente, et un peu plus dégourdie. Mais la première impression pardonnait rarement.

D’après mon commanditaire, la mission en question était simple. J’avais des doutes. De très sérieux doutes. Mais passons. Un des transporteurs de méta-x du Circus avait décidé de tenter de doubler cette chère Atia. Etrangement, ça ne lui avait pas plu. Et pour une raison inconnue, quelqu’un avait décidé que c’était une bonne idée de nous envoyer tous les deux retrouver tout ce joli petit monde. « Quelqu’un » ne devait pas être au courant de nos rapports actuels. Passons. Encore une fois j’étais aux anges.

LA raison pour laquelle on avait fait appel à moi, en réalité, était tout à fait rationnelle. Monsieur le traître avait une sœur qui avait gentiment prêté son sang au Cartel pour que je puisse le retrouver. Je l’avais déjà fait, je le referais probablement encore souvent. Malheureusement, j’avais besoin d’être présente pour ce faire, donc le Circus en avait profité pour me demander de me débrouiller pour ramener notre petit fuyard et la cargaison à bon port. Quand j’avais protesté du fait que je n’avais pas vraiment signé pour devenir leur mercenaire, je m’étais retrouvée avec ça sur les bras.

Le « ça » en question approchait d’ailleurs. Déjà au travail pour ma part, je le regardais faire un instant avant de me concentrer de nouveau sur la carte de Star City étalée devant moi (la magie ne fonctionnait pas encore comme un GPS, ô désespoir). Sur celle-ci se trouvaient quelques gouttes du sang de la sœur d’Owen, notre cible du jour. J’y rajoutais une goutte du mien pour la magie, et murmurais doucement :

« Magie et sang,
Par Nuin reliés,
Un seul corps, une seule entité,
Par Gort, à mon âme reliée,
Que le pouvoir recherche
Celui qu’Om pourra trouver.»


Sitôt le dernier mot prononcé, le liquide se mit en mouvement pour venir désigner une zone de Chinatown. Evidemment, il ne pouvait pas aller se cacher plus près d'ici. Abruti. Si notre cible bougeait, la carte se mettrait aussitôt à jour. Pratique, n’est ce pas ? Une fois suffisamment proche, je n’aurais plus besoin de carte, mais en attendant, ça me permettait de savoir où nous allions.

J’attendis patiemment que mon acolyte du jour me rejoigne, toujours assise, le dos soutenu par le mur d’un énième entrepôt., lui adressant un petit signe de la main en guise de salutations. Je mettais un point d’honneur à être capable de bosser avec n’importe qui, n’importe quand. Néanmoins… A l’instant, j’étais heureuse de savoir qu’à priori, je n’aurais bientôt plus à vendre mes services à droite et à gauche.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 23 Sep 2014 - 19:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
L'idée d'effectuer des missions pour le Cartel n'était déjà pas très enthousiasmant, mais lorsque c'était en compagnie d'une nana et que, de surcroît, il ne pouvait pas la blairer... disons que ça devenait une véritable corvée ! Jay n'avait aucune envie de passer plus d'une minute avec la rouquine au cerveau en gelée. Cette nana s'y croyait vraiment avec ses trucs de sorcière, mais soyons honnêtes : à part le look – et oui – elle n'avait rien qui plaide en faveur de ses compétences. De toute manière, le trentenaire ne croyait pas à ces débilités et restait convaincu qu'il allait devoir se taper tout le boulot tandis que cette gourdasse ne ferait que jouer les potiches. De toute manière, c'était à ça que les gonzesses servaient : faire semblant de bosser et pomper toute l'énergie – et le fric – des mecs.

Il s'était donc pointé sur les docks quelques heures après minuit. Cela faisait un bail qu'il avait oublié l'idée d'avoir une nuit normale et, de toute manière, avec ses frangins c'était déjà mission impossible. Son regard se promenait sur les environs, repérant rapidement la zone où l'autre tarée d'étrangère devait se trouver. Pourquoi est-ce que les gens s'obstinaient à lui coller l'antithèse de ce qu'il aimait chez les gens ? ! Bon, certes, Jay n'aimait rien ni personne, mais disons qu'il avait encore plus de mal avec les gonzesses et les étrangers. Et une bonne partie d'autres critères pas forcément très importants pour le commun des mortels, mais bon.

Jay se dirigea vers la nana qui lui adressa un signe, un peu comme s'ils étaient potes ou comme s'il en avait quelque chose à foutre d'elle. Le texan se glissa à sa hauteur sans prendre la peine de la saluer – on ne le taxerait pas de faux-cul comme ça – avant de jeter un coup d’œil sur les environs. Il repérait simplement une carte et ne capta pas trop en quoi ça allait les aider : ils étaient là pour retrouver un idiot qui avait essayé de doubler la patronne et qui allait le regretter. Jay n'avait pas reçu l'ordre de le tuer, mais il savait parfaitement qu'il pourrait être bien plus convainquant en frappant là où ça faisait mal. Bref, le trentenaire n'avait pas l'intention de passer trois heures à attendre que mademoiselle daigne lui dire en quoi elle allait être utile et il rentra directement dans le tas – au sens figuré.

« Ouais bon, j'vois pas trop ce qu'on fout là. On devrait pas plutôt être en ville à chercher ? » Question rhétorique. « Enfin, en général c'est comme ça qu'on trouve quelqu'un qui s'planque. »

Pas qu'il avait l'habitude de courir après les gens cela dit ! Jay restait à distance respectable de la rouquine, d'une part parce qu'il n'aimait pas la proximité avec d'autres êtres humains, puis ensuite parce que la dernière fois qu'il avait croisé une pseudo magicienne, il avait manqué de se retrouver transformer en canard géant. Bref, une expérience qui ne l'enchantait pas des masses, chier des œufs tous les matins, très peu pour lui !

Une fois de plus, son regard se porta vers la carte. Elle allait en faire quoi ? Elle ne connaissait pas la ville ? Jay avait totalement zappé son prénom – en grande partie parce qu'il s'en foutait – mais restait persuadé que, comme tous les étrangers, elle n'était pas capable d'apprendre à se repérer dans la ville où elle squattait. Foutue gonzesse. Ses idées reçues avaient la dent dure et ne le lâcheraient pas de si tôt ! L'idée qu'elle puisse avoir demandé à ce qu'ils viennent ici pour jouer aux sorcières lui effleura l'esprit. Ouais. Il valait mieux mettre les choses au point histoire d'éviter d'avoir à supporter ses conneries pendant la mission.

« Euh, ouais, puis tes conneries magiques là, tu les gardes pour toi. D'jà que ça me fait chier de me coltiner ce truc avec toi, c'est pas pour en plus me taper des trucs de pipeau là... j'ai autre chose à faire que d'entendre une tarée prendre son pied à mitonner. »

Comme ça, la note était donnée. Il valait mieux qu'ils évitent d'aborder les sujets qui fâchent... sauf qu'ils étaient justement en plein dedans !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 23 Sep 2014 - 21:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Bien. Ça commençait parfaitement bien. J’avais déjà envie de lui coller une paire de claques et de le laisser là. Sauf que je n’étais pas idiote, que je voulais ma paie, et qu’après avoir vu mon excellent ami combattre dans le Circus… En fait, on en revenait au point numéro 1. Je n’étais pas idiote. Je tenais à ma petite vie de sorcière, aussi étrange que cela puisse paraître. En tous cas, je laissais Jötunn faire preuve de l’étendue de son impolitesse, m’octroyais le droit d’être aussi garce que j’en avais envie au passage, avant de signaler aimablement.

« Déjà cherché, déjà trouvé. Mes trucs de pipeau, comme tu dis, marchent très bien. »

J’avais déjà tenté de convaincre Jay de cet état de fait. A mon grand désarroi, l’idée était plus difficile à faire rentrer dans son crâne qu’un chat dans une baignoire remplie d’eau. Un sourire mielleux pour mon interlocuteur – j’aimais vivre dangereusement, que voulez-vous. C’est comme ça que je m’étais retrouvée avec Raphaël sur les bras. On aurait pu penser que ça me servirait de leçon… Mais non.

« T’auras qu’à regarder ailleurs pendant que je ferais mes conneries. C’est pas moi qui t’en empêcherait. »

Une fois les choses mises au point (ou peut être pas, à la réflexion), je rangeais tout ce que j’avais sorti, essuyais le bout de mon doigt sur lequel se trouvait un peu de sang, et me relevais. Ignorant soigneusement l’autre idiot (était-il possible d’être aussi obtus ? Sérieusement ?), je repliais la carte proprement, de telle sorte que je puisse voir si la cible de notre petite excursion bougeait.

« On va à Chinatown. » Je pris sur moi de ne pas dire que j’avais localisé la personne magiquement. Autant éviter d’énerver le vieux ronchon. Enfin, vieux. Je m’égarais encore une fois. « Un de mes informateurs m’a dit qu’il l’avait vu là bas. »

Ou comment mettre les choses au niveau d’un type capable de nier l’évidence quand on la lui mettait sous le nez. Mon sang venait d’être promu au rang d’informateur. J’étais sûre que son bonheur n’avait plus de limites. Je jetais un coup d’œil dubitatif à mon acolyte, qui se tenait en retrait. Il avait peur que je le mange au dîner, ou quoi ? Je ne me savais pas si inquiétante, ma foi. En tous cas, je doutais qu’il ait une voiture. Et ce n’était certainement pas moi qui allais régler le problème. Obligés de quitter les lieux pour mieux y revenir une fois notre voleur/tricheur/fuyard rattrapé et la drogue récupérée. J’allais me coucher tôt ce soir. Ce matin. Qu’importe.

« On y va, où tu comptes prendre racine ? »

Je claquais des doigts pour le décorum, et le pentacle de sang dessiné au sol là où se trouvait la carte peu de temps auparavant se délita. Habituellement je brûlais toutes traces de mon passage, mais j’aurais tout le temps de le faire par la suite.
Je me mis donc en route, sans attendre sa réponse avant d’ajouter en souriant toute seule :

« Ta suggestion est si pertinente que je pense que nous devrions la mettre en application. »

Quelques temps plus tard, nous nous retrouvions donc, bon gré mal gré, dans une Chinatown plutôt peu fréquenté. Je me demandais vaguement si je devais laisser Jay faire les choses selon son bon vouloir – à savoir chercher pour ne rien trouver. Mais finalement, magnanime, je pointais une rue du doigt et indiquais :

« C’est par là d’après mon s… informateur. »

Je continuais mon chemin avec mon partenaire d’un soir (sans aucune arrière-pensée, pitié) en remorque (ou pas, j’avais cessé de faire semblant de m’intéresser à ce qu’il fabriquait – moi aussi, je pouvais être insupportable, si j’en avais envie). Je me plantais au bas d’un immeuble. Je pouvais d’ors et déjà dire que la cible était au deuxième étage mais me contentais de signaler calmement :

« C’est l’adresse qu’on m’a donnée. A voir s’il est toujours là ou s’il a déguerpi. Si j’avais fâché la César, c’est sûr que je ne resterais pas là à attendre qu’on vienne me cueillir. »

A tous les coups, je me ferai taxer d’être inutile par l’autre idiot, même si je venais de lui épargner des heures à tourner en rond. Pour rien. Mais bon, plus vite je me débarrassais de ce cas, plus vite j’étais débarrassée de mon acolyte, et rentrée chez moi, tranquille, sans avoir à me soucier de ce qu’un autre croyait – ou ne croyait pas en l’occurrence.Avec ma chance légendaire, j'avais même toutes les chances de le persuader que j'étais totalement incompétente - il suffisait qu'Owen se fasse la malle.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 24 Sep 2014 - 14:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Un soupir. Il n'en avait rien à faire de ses remarques et de ses piques. Elle le saoulait, mais au contraire de l'alcool, ce n'était pas une partie de plaisir ! Jay détourna le regard tandis qu'elle se la jouait avec ses claquements de doigts et ses dessins bizarres. C'était artiste peintre qu'elle aurait dû faire, pas charlatan. Il avait encore du mal à croire que des types du Cartel puissent réellement croire que ce qu'elle faisait était réel. C'était plutôt clair qu'elle les prenait pour des cons et qu'elle se foutait ouvertement de leur gueule. Bon, certes, le texan avait aussi entendu dire que le patron de la Triade se la jouait avec des trucs soit-disant magiques, mais lui c'était un Chinois donc c'était normal. Ils avaient toujours été bizarres comme les trois quarts des étrangers et en plus ils devaient bien de la jouer un peu « mystique » s'ils voulaient rentrer dans le moule des yeux bridés.
Bref, après ces pensées pour le moins racistes, Jay écouta d'une oreille distraite ce que la touffe d'orange lui balança. Chinatown, super ! Ils allaient encore tomber dans un nid de tarés persuadés que la poudre qu'ils avaient acheté était de l'os de dragon concassé.
Pauvres tarés.

Quoi qu'il en soit, pour aller jusqu'à ce quartier, il fallait soit emprunter le métro, soit se taper la distance à pied, ou plus simple : y aller en bagnole. Comme il n'avait pas l'intention de s'embarrasser de l'écologie avec les transports en commun et qu'il voulait expédier la mission le plus rapidement possible pour fausser compagnie à l'autre tarée, Jay « proposa » d'emprunter sa bagnole. En vérité il ordonna plutôt à la rouquine de grimper dans son – précieux – pick-up et de ne pas foutre ses saloperies partout. Parce que c'est qu'elle risquerait encore de perturber son bordel ordonné la gonzesse.

Arrivés sur place, ils abandonnèrent le véhicule à bonne distance de l'endroit visé et Jay suivit docilement l'autre illuminée. Une fois n'est pas coutume, mais le texan avait envie de se débarrasser de ça au plus vite et le mieux était donc de ne pas trop faire de vagues. Ils empruntèrent la ruelle citée par l'informateur avant que miss-je-sais-tout se plante au pied d'un immeuble pour balancer un truc sans intérêt. Le trentenaire lâcha un profond soupir de lassitude, lui décrochant un regard qui en disait long sur ce qu'il pensait d'elle.

« Ouais, super utile ton analyse. Le jour où j'veux ton avis sur une marque de shampooing, j'te ferai signe. » Autrement dit, il n'en avait rien à carrer de ses pensées. « Prends d'la graine pour le jour où tu devras te planquer toi aussi. » Lorsqu'ils pigeraient qu'elle se foutait de leur gueule avec sa magie. « Et sérieux, t'aurais pas pu me dire ça sur les docks ? Genre, ça m'aurait évité de te trimballer. »

Parce qu'il la voyait comme un paquet encombrant, oui. Sans perdre davantage de salive, Jay saisit la poignée de la porte qui résista, certainement verrouillée, mais cela ne l'embarrassa pas puisqu'il activa son insensibilité et sa force accrue pour effectuer une pression suffisante pour la faire céder. L'huis s'ouvrit d'elle-même et le texan y pénétra sans prendre la peine de la tenir pour laisser Siobhan le suivre. Si elle voulait lui coller au basques, qu'elle assume ! Il n'alluma évidemment pas la lumière histoire de pouvoir débarquer de manière un peu plus discrète qu'à l'accoutumée – c'était bien ce que Charlie lui avait dit, Non ? Faire preuve de finesse et ne pas rentrer dans le tas. Ils n'eurent qu'à gravir les escaliers et à déboucher sur le premier palier avant que les choses ne se compliquent. La lumière s'alluma soudainement alors qu'une femme sortait d'un appartement, leur décrochant un regard intrigué.

« Vous êtes qui ? »
« Dératiseurs, y'a d'la vermine dans le coin apparemment. » Ce n'était pas sérieux, évidemment.
« Vous en avez pas l'air.... »
« Regardez la tronche de la collègue et vous verrez qu'elle a sniffé trop de produits. »

Ce qui expliquerait plus ou moins la tronche qu'elle se tapait. Bien sûr, c'était juste pour la provoquer, mais la femme sembla le prendre au pied de la lettre puisqu'elle se pencha pour jeter un coup d’œil à la rousse et la scruter avec attention. Pendant ce temps, à l'étage du dessus leur cible patientait. Ou pas.

      Lancer de dés #1 :
      RÉUSSITE : la cible ne bouge pas.
      ÉCHEC : la cible s'enfuir.


Et bien si. La nana haussa finalement les épaules avant de se détourner pour retourner dans son appartement, jugeant les nouveaux arrivants définitivement trop bizarres pour elle. Jay tourna la tête vers Siobhan.

« Passe devant, autant qu'tu serves à quelqu'chose. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 24 Sep 2014 - 14:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3840
ϟ Nombre de Messages RP : 3455
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Jay Lane' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 24 Sep 2014 - 18:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Je lui jetais un regard agacé. Et appuyé. Pouvait-il, s’il lui plaisait, se calmer deux minutes et arrêter de dire des conneries plus grosses que lui ? Pitié, pour une pauvre sorcière en mal de tranquillité. Je notais de penser à aller sonner les cloches à Ash’, l’intermédiaire entre le Circus Maximus et ma petite personne. Histoire qu’il n’oublie pas de ne jamais – jamais – me recoller une mission en binôme avec monsieur tête de mule ici présent.

Me trimballer. Me trimballer, vraiment ? Voilà que j’étais passée du statut d’arnaqueuse à celui de paquet de linge sale. Bravo à lui. Il en réussissait, des exploits en… trente minutes ? Allez, soyons généreux, une petite heure peut-être. Quel clown. Je rattrapais la porte qui s’apprêtait à me revenir dessus, sans m’en offusquer pour le coup – je n’étais pas vraiment le genre à porter la galanterie aux nues. Je savais ouvrir une porte, et oui, aussi étonnant que ça puisse paraître. Je suivis Jötunn avec une expression d’ennui plaquée sur le visage. Parce que cette mission m’ennuyait effectivement.

« Regardez la tronche de la collègue et vous verrez qu'elle a sniffé trop de produits. »

Finalement, j’avais changé d’avis. J’allais tuer Jay, puis découper Ash’ en petits morceaux comme sentence. Inutile, mais terriblement libérateur. Adjugé vendu.

« Tu devrais essayer d’en sniffer un peu plus, peut être que tu deviendrais un peu moins aveugle. »

Un marmonnement discret, qu’il n’entendit probablement pas. J’adressais un sourire à la demoiselle du palier, clairement dubitative – je ne voulais pas dire, mais j’étais presque sûre que si quelqu’un l’avait interloqué, ce n’était pas moi. Plutôt l’ours mal léché qui tirait la tronche, juste là, devant moi. Elle rentra chez elle, avant que je n’ai le temps de la rassurer sur la santé mentale de notre ambassadeur officiel, malheureusement. Pauvre enfant. Je sortis de ma contemplation de la porte fermée, derrière laquelle je m’imaginais bien tranquillement tandis que l’ours travaillait. Agréable rêverie que celle là.

« Alors là, je te signale que sans moi, tu serais toujours en train de te demander où commencer à chercher. A part prêter ta bagnole, c’est plutôt toi qui n’a pas servi à grand chose. »

Je sentais toujours notre petit oiseau échapper du nid, juste au dessus. Quelqu’un ici n’avait aucun instinct de survie. Cela dit, je ne savais pas vraiment où se trouvait la drogue volée. Châtier les traîtres, c’était bien, ramener le petit paquet d’argent qu’il avait dérobé, c’était encore mieux. Notamment pour ma paie.

Bref, je passais devant, comme le requerrais si aimablement mon partenaire, et grimpais les escaliers. En tant normal, j’aurais sans doute lancé un sort pour nous dissimuler, mais il me fallait le sang de Jay. Mauvaise idée. Impraticable. Dommage. Une fois devant la porte, je sentis un peu de mouvement. Comme s’il faisait les cent pas, notre homme. Ah, le voleur n’avait pas la conscience tranquille. Etonnant. Je fis signe à l’autre de patienter une seconde, piquais le bout de mon doigt sur la dague à ma ceinture (bien dissimulée derrière un sort, la brave petite), et disposais un peu de sang sur la poignée de porte. Un glyphe s’y dessina, extension de ma pensée.

Et hop, un petit sort qui empêcherait le son de filtrer. Je murmurais à peine la formule, esquissant les mots sans les former. Puis je tournais la poignée.

      Lancer de dés #1
      RÉUSSITE : La porte n’est pas fermée à clé et s’ouvre.
      ÉCHEC : La porte est fermée à clé.

      Lancer de dés #2 (si échec au lancer #1)
      RÉUSSITE : La cible ne se rend compte de rien.
      ÉCHEC : Owen remarque le mouvement de la poignée et s’enfuit par l’escalier de secours.


O joie. Le karma m'avait vraiment à la bonne depuis juillet. Un démon, je manquais de crever comme une chienne dans une putain de cave sordide, j'avais la moitié de l'enfer aux trousses à cause d'une créature tellement narcissique que je me demandais parfois comment elle arrivait encore à se rendre compte qu'un monde existait autour d'elle, Jay sur le dos parce qu'un idiot c'était dit que c'était une bonne idée de faire travailler monsieur la-magie-c'est-des-conneries avec une sorcière, et maintenant, la porte fermée, et la cible qui détalait.

L'avantage...
Oh. Attendez, il n'y en avait aucun.

« Euh. Mes conneries me signalent que la cible est en train… de monter sur les toits ? »

De monter sur les toits ? Pourquoi ? Il comptait voler, ou quoi ? Remarquez, avec la veine que j’avais ce n’était pas si invraisemblable que ça. Vraiment, vraiment pas.

« Tu sais ouvrir les portes, Sherlock ? »

C'était plus simple d'atteindre l'escalier de secours par là que de redescendre pour remonter, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 24 Sep 2014 - 18:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3840
ϟ Nombre de Messages RP : 3455
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Siobhan O'Reilly' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 24 Sep 2014 - 22:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Il n'avait servi à rien ? La bonne blague ! C'était lui qui faisait tout le boulot et cette gourde au cerveau atrophié ne pourrait pas le convaincre du contraire. Jay avait un côté buté très prononcé et avait une certaine tendance à ne pas lâcher le morceau avant d'en avoir l'envie – rarement, donc. Il renifla peu élégamment pour exprimer l'humeur qu'était la sienne, puis laissa son binôme passer devant. Franchement, il commençait à se demander s’il n'avait pas vexé quelqu'un de drôlement bien placé au Cartel pour se retrouver avec une mission pareille sur les bras. Jusqu'à présent, il ne voyait absolument pas à quoi servait ce manège et restait convaincu que cette nana ne pourrait rien offrir de plus que des répliques de merde dignes de figurer dans le script d'une série pour adolescent – le niveau était le même. Le texan détourna les yeux en soupirant exagérément lorsqu'elle s'amusa à faire des trucs avec son sang, une bonne idée pour se chopper le SIDA tiens. Vraiment que des conneries !

Mais visiblement la boulette rousse connaissait ses limites puisqu'elle ne pouvait rien faire face à une porte. Super. Et après elle essayait de lui faire croire qu'elle pouvait se rendre utile alors qu'elle n'était pas capable de faire sauter une serrure ? Son énième soupir accompagné d'un lever d'yeux au ciel exprimait clairement son état d'esprit.
Avec toute la finesse que le caractérisait, Jay se déporta sur le côté pour faire face à l'huis et, comme la boulette faisait obstacle, il la poussa sans sommation ou délicatesse. Qu'elle aille embrasser le mur ou le sol ne lui importait pas, au moins ne s'amuserait-elle pas à tartiner le couloir avec son sang. L'art moderne, ça le dépassait vraiment.

« Bouge-toi de là ! »

Profitant de la zone dégagée, Jay expédia un coup de pied contre la poignée de la porte qui s'ouvrit sans rechigner, percutant le mur sous la violence de l'impact et se décrochant même de ses gongs. Chez les Lane, on ne faisait pas dans la demi-mesure ! Le passage enfin ouvert, le texan pénétra dans l'appartement pour constater que la fenêtre face à eux était ouverte. Elle donnait sur l'escalier de secours et ils n'avaient qu'à le suivre pour clore la mission et rentrer rapidement chez eux ! Enfin, si les choses décidaient de se passer aussi facilement mais rien n'était moins sûr.

Jay s'élança donc à la suite de l'emmerdeur qui les faisait courir et se hissa sur l'escalier métallique. En levant les yeux, il pouvait voir la silhouette du fuyard qui se situait environ deux étages au-dessus. Le temps de gravir les marches et le type avait déjà pris de l'avance sur eux, mais fort heureusement les deux membres du Cartel étaient encore frais et dispos et pourraient donc tenir le choc. Arrivé sur le toit, le trentenaire repéra rapidement leur cible qui s'était arrêtée au bord de l'immeuble et semblait hésiter à sauter.

« J'te déconseille ça, la chute ça fait ml en général. » Le type se retourna pour les regarder. « Ramène ta fraise, sinon on sera obligés de faire ça plus brutalement et tu vas pas aimer. »

Pas sûr que cette diplomatie texane soit très efficace sur un mec menacé par Atia César en personne....

      Lancer de dés #1 :
      RÉUSSITE : il reste là.
      ÉCHEC : il fuit.

      Lancer de dés #2 : (Si échec au lancer #1)
      RÉUSSITE : il saute, possédant un pouvoir de résistance.
      ÉCHEC : il s'envole.


Et en effet, ce n'était pas très probant. Le gars les regarda tour à tour avant de s'élancer en avant pour sauter dans le vide. Jay ne s'inquiéta pas, si ce type le faisait, c'est qu'il devait être capable de résister ou qu'il était sacrément con. Dans les deux cas, ça ne serait pas une grosse perte. Toujours est-il qu'en se rapprochant du toit, le trentenaire constata que le type avait effectivement un pouvoir similaire au sien puisqu'il pouvait augmenter la résistance de son corps et minimiser les dégâts subis suite à une chute pareille. Bon, puisque c'était l'idée de la gourdasse rousse de venir ici, c'était elle qui allait s'emmerder pour suivre la piste !

« P'tain, fait chier ! » Il tourna à peine la tête vers Siobhan. « Bon, on suit, magne-toi les fesses ! »

Et sans se soucier de comment la jeune femme allait s'y prendre, Jay s'approcha à son tour du bord avant de passer par dessus. Ils étaient sur le toit d'un immeuble de quatre étages et ça n'allait pas être une partie de plaisir, son pouvoir risquant de ne pas encaisser tout le choc, mais il n'avait pas franchement envie de faire le tour – logique discutable, j'en conviens. Après quelques secondes de chute libre, Jay retomba donc sur le sol dans une ruelle juste en bas. Le choc fut assez intense, même s'il ne sentit rien au vu de son insensibilité. Le temps de se redresser et le type était déjà à bonne distance de lui, boitant toutefois, ce qui prouvait que son pouvoir avait des limites. Sans se soucier de son binôme, le texan s'empressa de se lancer à la poursuite de leur cible, bien décidé à expédier cette mission dans les affaires classées.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 24 Sep 2014 - 22:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3840
ϟ Nombre de Messages RP : 3455
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Jay Lane' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 25 Sep 2014 - 16:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Je ne m’attendais vraiment pas à ce que cette brute décide que je prenais trop de place et ne me fasse valoir son point de vue d’une façon très… fine. Ce qui expliqua que je manquais tomber en arrière dans les escaliers, me rattrapant in extremis. J’observais la délicatesse et la subtilité personnifiées en action. Je lui avais demandé d’ouvrir la porte, je crois, définitivement pas de la détruire. Je levais les yeux au ciel, mais me mis en action. Un peu de sang vint tracer une rune destinée à m’accorder plus de rapidité. Le dessin, au creux de mon poignet me permettrait de suivre le rythme, et tirait son énergie du pendentif autour de mon cou.

Je m’engouffrais dans l’appartement à la suite de Jay, puis montais les marches quatre à quatre. Une fois sur le toit, que j’atteignis avec un minuscule temps de retard par rapport à ma brute sous adrénaline personnelle, je me penchais sur le côté, histoire de voir ce qu’il se passait. Je crus halluciner en voyant le type au bord du toit. Non, mais, quand je disais qu’il allait peut-être s’envoler, je plaisantais, bordel.

Je tournais ma langue sept fois dans ma bouche pour signaler à l’autre idiot que j’aurais pu négocier à sa place. Non mais, qui se rendrait à quelqu’un qui le menaçait clairement ? Et puis, de toute façon, aucune personne ayant contrarié la César ne prendrait le risque de la revoir. Elle n’aimait pas les traîtres. Qui les appréciait, dans le Cartel ?

Néanmoins, vu la diplomatie exceptionnelle dont faisait preuve Jötunn, je ne fus qu’à moitié étonnée quand je vis l’homme sauter du toit. C’était bien ma veine. Puis mon acolyte suivit le mouvement après m’avoir enjoint de me bouger.

« Mais merde ! »

Je me précipitais au bord du toit. Oh merde, merde, merde. Je fis volte face, attrapais le montant de l’escalier de secours, et, après avoir ajouté deux symboles de plus à mon sanguinolent tatouage, pour augmenter mon agilité, je descendais comme je l’aurais fait d’un mur d’escalade. En marmonnant quelques noms fleuris pour le combattant du Circus qui avait oublié que tout le monde n’était pas hyper résistant. Connard. Quelques secondes plus tard, je touchais le sol et m’élançais. Grâce à l’usage que je faisais de l’énergie magique stockée dans mon collier, je finis par rattraper Jay. Pas d’Owen en vue, je pris donc le relai avec mon pouvoir.

Où, où, où était-il ? Je m’arrêtais à l’orée d’une rue transversale que j’empruntais sans hésiter, guidant mon partenaire. Un véritable GPS, les cheveux roux et les deux petites pattes en plus. Nouveau changement de direction. Tout en courant, j’entaillais mon poignet. Encore. Je n’avais pas le temps de cicatriser, ces jours ci. Finalement – je ne savais même plus où nous étions, d’ailleurs – l’autre idiot s’arrêta de cavaler. Je le rattrapais, suivie de Brutus. Il était planté au milieu d’une ruelle anonyme et nous regardais arriver. Oh, oh. Je m’accroupis, répandais du sang sur le sol, et lui enjoignis mentalement de tracer une garde pour immobiliser le fuyard.

      Lancer de dés #1
      RÉUSSITE : le sang de Siobhan a le temps d’atteindre Owen
      ÉCHEC : le fuyard passe à l’attaque aussitôt

      Lancer de dés #2 (si échec au lancer #1)
      RÉUSSITE : Il n’a pas d’autres pouvoirs particuliers
      ÉCHEC : Owen dispose d’une maîtrise du combat au corps à corps


Avant qu'il n'ait le temps de réagir, mon sang avait formé une forme circulaire, formée de glyphes entremêlés les uns aux autres, une trame complexe qui se dessina en moins de deux - alors qu'à la main, il m'aurait fallu une bonne minute. J'avais déjà commencé à psalmodier en gaélique avant que le cercle ne soit fermé.

« Trois fois liés,
Trois associés,
Trois fois entremêlés,
Luis, gardien de la magie,
Fearn, bouclier psychique
Duir, protecteur des corps,
Veillez, protégez, gardez. »


La prison ainsi formée se referma avec un bref flamboiement. Enfin quelque chose qui marchait. Owen fit un pas en avant, avant de se rendre compte qu'il était coincé. Bien. Jusque là tout se passait vraiment bien. Il ne manquait plus qu'à trouver un moyen de le neutraliser, et surtout à récupérer la drogue qu'il avait volé. Je m'approchais du mur immatériel, et demandais d'un ton neutre, pour ne pas dire glacial :

« Bon, une petite question facile pour toi : qu'est ce que tu as fait de ce que tu as volé, Owen ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 25 Sep 2014 - 16:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3840
ϟ Nombre de Messages RP : 3455
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Siobhan O'Reilly' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 25 Sep 2014 - 21:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
La boulette débarqua finalement après quelques instants. Dommage, Jay se serait bien passé de sa compagnie pour le reste de la journée – année, voire siècle – mais c'était ainsi ! Quoi qu'il en soit, étant donné qu'ils ne voyaient plus leur cible, le mieux était que la rouquine-sans-âme fasse un petit tour de passe-passe pour qu'ils retournent sur la bonne piste. Le texan n'était pas d'une nature confiante, la bonne blague, donc autant dire qu'il ne croyait pas une seule seconde aux capacités magiques de son binôme, mais il était fort probable qu'elle disposait d'un émetteur qui lui signalerait la position de leur cible. Ça, c'était un truc qu'il croyait pour l'avoir déjà vu en action.
Ils empruntèrent donc plusieurs ruelles, Jay laissa la gonzesse diriger la marche – une fois n'est pas coutume – avant de finalement déboucher dans une ruelle comme il en existait tant à Star City : déserte et idéale pour régler ses comptes ! Cependant, avant que les deux hommes ne puissent réagir, l'autre tarée avait recommencé à s'entailler les veines pour foutre du sang partout. Bordel ! Avec ça les flics de la ville allaient pouvoir retrouver leurs traces les doigts dans le nez – et auraient aussi son ADN, bien fait pour sa gueule. Soupirant comme à l'accoutumée devant ce genre de spectacle inutile, Jay la laissa faire croire qu'elle avait réellement des pouvoirs magiques alors que, de toute évidence, il s'agissait d'une simple capacité mutante. Et bien sûr, comme il fallait s'y attendre, le gus refusa d'ouvrir la bouche pour répondre à la question qui lui était adressée. Il en fallait plus pour persuader un type pareil de lâcher le morceau tout de même ! Ou alors il ne pigeait franchement pas ce qu'il foutait ici.

« Ça va, tu crois parce qu'tu t'la joues miss frigide il va tout déballer ? J'sais pas de quel monde tu viens, mais ça marche pas comme ça en général.... »

Franchement, où est-ce qu'elle avait entendu dire que les gens disaient tout ce qu'ils avaient sur la conscience juste parce qu'on leur causait d'une manière un peu froide ? Les disputes devaient être super chiantes avec elle, la vache.
Sans plus de cérémonie, Jay se hissa à la hauteur de la nana pour jeter un coup d’œil au gars. Il avait une résistance améliorée, cependant la force du texan était normalement plus élevée que la majorité des individus aux pouvoirs similaires. Du coup s'il fallait le faire douiller un peu pour qu'il ouvre sa gueule...
Mais avant, il s'autorisa une petite pique à l'attention de la boulette.

« Et bordel, arrête de tartiner ton sang partout, j'tiens pas à attraper une saloperie à cause d'une tarée suicidaire. Si ça te plaît de te tailler les veines, tu devrais consulter. Le côté gothique c'est plus à la mode depuis les années quatre-vingts. »

Parce qu'il n'y avait que cette explication pour justifier qu'une nana puisse prendre son pied en se tailladant les membres. Avec tout le sang qu'elle utilisait pour redécorer le quartier, il s'était encore qu'elle puisse tenir sur ses jambes. Remarquez, avec tout ce qu'elle perdait là, il ne devait plus rester grand-chose pour la semaine du débarquement des Russes, donc c'était l'avantage.
Bref, pensées inutiles mises à part, Jay porta son attention sur le gars.

« T'es pas obligé d'ouvrir la gueule maintenant, bien qu'je suis sûr de pouvoir de faire parler avec ça... » Joignant le geste à la parole, il frappa à peine le mur à leur côté et l'explosa sans peine. « … ça rend mieux sur un crâne humain. » Même s'il n'allait pas le voir, logique. « Ou alors on te ramène directement à Atia. J'ai entendu dire qu'elle avait refilé le dernier traître à bouffer vivant à sa panthère. J'suis pas sûr qu'elle sera aussi gentille avec toi. »

      Lancer de dés #1 :
      RÉUSSITE : le type parle.
      ÉCHEC : il garde le silence.

      Lancer de dés #2 : (Si réussite au lancer #1)
      RÉUSSITE : il l'a dans son appartement.
      ÉCHEC : il l'a donné à quelqu'un.


Visiblement le gars pensait que de toute manière Atia allait lui régler son compte, qu'il parle ou non. En soit, ce n'était pas faux, mais cette situation emmerdait pas mal Jay. La dernière solution était de le frapper jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche, mais un autre problème se posait...

« Vire ton truc que j'puisse faire ce que j'ai à faire. »

Sauf si elle avait la solution miracle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 25 Sep 2014 - 21:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3840
ϟ Nombre de Messages RP : 3455
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Jay Lane' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 26 Sep 2014 - 22:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
« Si t’as un problème vraiment sérieux, je suis toute ouïe, Brutus. Sinon, tu peux te garder tes remarques. Taper sur les gens pour qu’ils parlent, ça marche pas toujours non plus. Essaye la délicatesse, un de ces quatre, tu pourrais apprécier. »

Enfin, un peu de politesse n’avait jamais tué personne, si ? Je ne jouais rien du tout, en plus, je n’avais juste pas l’habitude de prendre le thé et les petits gâteaux avec les fuyards. En fait, j’étais plutôt peu expressive, en général, quand je bossais. Bizarrement, une certaine personne de ma connaissance me courait sur le haricot depuis le début de cette mission, me poussant à être plus expansive que d’habitude.

« Si je pouvais éviter de me tailler les veines, ça serait avec plaisir. En attendant, tu peux aller consulter aussi, je crois. Refuser de voir la réalité, je suis certaine que c’est pathologique. »

Bon, on avait déjà fait mieux, mais c’était vrai. Je n’arrivais toujours pas à imaginer qu’on puisse être aussi sceptique. D’un autre côté, je descendais d’une divinité atteinte d’une certaine forme de folie furieuse, donc, plus rien ne me surprenait. J’étais relativement équilibrée, comme fille, vu mon ascendance. Plus équilibrée que d’autres en tous cas.

Qui plus est, je ne m’étais pas saignée aux quatre vents non plus, fallait pas pousser. Sérieusement, il en voyait pas plus que ça, du sang ? Je veux dire, dans combat à mort, il y avait « mort ». En général, ça impliquait au moins un peu de sang. Si ça se trouve, l'idiot du village était facilement impressionnable. Pauvre chou.

Mais revenons à nos moutons. Ou à nos traîtres, en l’occurrence. J’avais entendu parler de l’histoire de la panthère, moi aussi. Il n’y avait pas à discuter, Atia avait le sens du décorum. Tout à fait charmant. Peut être que je pourrais proposer Jay à la panthère, d’ailleurs ? Idée très réjouissante. Mais je m’égarais une fois de plus. Je posais ma main dans le dos de Jötunn, et le poussais à la l’intérieur de la garde.

« Voilà. Comme ça, si tu te prends une raclée, notre petit fuyard ne détalera pas. Au boulot, Brutus, et essaye de ne pas trop l’abîmer. Il faut qu’il puisse parler. »

Pendant ce temps, un filet de sang imperceptible alla s’enrouler autour de la cheville d’Owen. Je murmurais une formule en gaélique primaire. Je sortais l’artillerie lourde, mais à distance et vu l’état d’agitation de la cible, je n’étais pas sûre que ça marche. Ma « connerie », comme dirait l’autre, était sensée le faire parler. Du genre, tout déballer. Illico presto. Au pire, Brutus était toujours là pour faire preuve d’arguments un peu plus percutants, et un peu moins fins. Pratique, la bestiole, finalement.

      Lancer de dés #1
      RÉUSSITE : le sort de Siobhan fonctionne et Owen parle enfin
      ÉCHEC : le sort ne fonctionne pas

      Lancer de dés #2 (si réussite au lancer #1)
      RÉUSSITE : Owen a simplement caché la drogue dans son appartement
      ÉCHEC : il l’a déjà revendue

      Lancer de dés #3 (si échec au lancer #2)
      RÉUSSITE : il sait qui est l’acheteur
      ÉCHEC : il ne connaît pas son nom, mais donne le lieu où ils se sont rencontrés


Je sentais plus ou moins un lien avec le fuyard. Plus ou moins. A tout hasard, je demandais donc :

« Si tu ne veux pas que la brute ici présente s'occupe de toi, tu peux tout simplement parler. C'est plus simple, plus rapide. Donc, si tu me disais gentiment où tu as planqué cette putain de drogue ? »

Contre toutes attentes - le karma avait-il décidé d'avoir enfin pitié de moi ? - la langue de l'homme se dénoua. Je n'étais pas trop mauvaise en fait.

« Je l'ai toujours. Elle est cachée chez moi. »

Bonne nouvelle du soir. Enfin quelque chose de simple. j'espère. Pour peu que le karma revienne sur sa décision de m'épargner, on allait se retrouver avec un vol pendant la demie-heure qui venait de s'écouler. Non, je n'étais pas parano. C'était l'expérience qui parlait. Je me tournais vers mon acolyte de la nuit :

« Délicatesse. tu vois bien que ça marche parfois. » A Owen, j'ordonnais : « Toi, pas bouger, c'est clair ? »

Il acquiesça mollement, et je fis tomber la garde.

« A toi de mener la danse, maintenant. Je te laisse travailler à ta manière, Jötunn. »

Première fois que j'utilisais son véritable surnom, mais, eh, c'était une grande occasion. Je sentais cependant que quelque chose allait foirer. Rapidement.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 26 Sep 2014 - 22:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3840
ϟ Nombre de Messages RP : 3455
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Siobhan O'Reilly' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas



Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [Jay Lane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» [Sorcellerie] Alexii (Procès accéléré)
» [Relaxé] [Sorcellerie] Choupettezou59 (16/06/1457)
» SDA et sorcellerie
» La Sorcellerie
» Bloquer la sorcellerie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-