AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

On boit le thé pour oublier le bruit du monde [Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 3 Sep 2014 - 23:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre
En ligne

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8170
ϟ Nombre de Messages RP : 865
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits




« On boit le thé pour oublier

le bruit du monde »


Qui aurait pu dire, à les voir tous deux attablés dans ce petit troquet du quartier des finances, qu'une folle nuit d'ivresse les avait conduit jusque là sur un chemin pavé des briques de la surprise ? Ni le jeune serveur impatient, ni le barman moustachu. Ni même les rares autres clients qui venaient là prendre leur petit-déjeuner. Aucun toutefois n'avaient, comme Louis, commandé ce banquet qu'il voyait, avec gourmandise, dressé devant lui, sur la table ronde mais déjà trop étroite et très encombrée. Il y avait là des tartines de pain blanc ou grillé, maquillée d'un beurre doux, ou trempée de confiture. Les pots se disputaient les meilleures fragrances à divers endroit de la table, fraises, prunes, abricots ou même mirabelles. Non loin, les croissants et les chocolatines se sentaient en sous-nombre, car plusieurs assiettes exhibaient leurs fruits frais ou à coque que Louis goûtait plus particulièrement, surtout le matin. Les agrumes n'étaient pas en reste puisqu'il avait exigé, entre autres choses, du patron qu'on lui servît du jus de pamplemousse ainsi que deux citrons parfaits. Jamais on ne vit là client plus intransigeant ni même commande plus fournie mais Louis payait comptant, alors ni le serveur, ni le barman ni le patron n'allaient se plaindre ou manifester leur mécontentement. Le français se moquait bien de leur avis, trop content qu'il était de s'être attablé et de pouvoir enfin contenter les besoins de son tyran d'estomac. Ce dernier s'était tu depuis qu'ils avaient quitté le musée historique de Star City, conscient sans doute qu'il était vain d'insister ou de trop se faire entendre. Louis avait quitté la douche une fois propre, s'était séché avec toute la minutie qui lui était commune, puis, comme Raphaël, s'était habillé et apprêté pour quitter l'endroit. Il y laissait d'excellents souvenirs et, peut-être, la promesse de retrouvailles sensuelles. Un léger pincement toucha son cœur lorsqu'il monta dans la luxueuse voiture du conservateur, indifférent à tous les événements de la nuit qui avaient conduit jusque là et impliqué une présence malvenue dans le coffre du véhicule. Ce n'était d'ailleurs pas tant de l'indifférence qu'une totale ignorance motivée par la gueule de bois du jour et l'ivresse de la veille. Sa mémoire se contentait pour l'heure des chaleurs provoquées par la proximité de Raphaël.

Ce dernier, d'ailleurs, assis en face de lui, l'observait qui mangeait, et Louis s'amusait d'offrir à cet homme le spectacle de sa gourmandise vorace. Que devait-il penser de lui si distingué d'ordinaire ? À la vérité, Louis n'avait jamais dissimulé son goût pour les bonnes tables et, pour être honnête, il ne mangeait rien sans se tenir convenablement. Là, même s'il dévorait patiemment sa tartine en gardant la main sur le bol de thé qu'il boirait plus tard, il conservait pour lui l'élégance de son raffinement. Une fois sa bouche vidée de toute nourriture suspecte, Louis osa quelques mots, conscient qu'il ne pourrait plus parler librement dans la minute, car il mangerait alors autre chose :  « Il était vraiment nécessaire que je mange quelque chose. Je vais déjà beaucoup mieux ! » Et pour mieux illustrer la teneur de son propos, Louis planta les dents dans le tendre pain d'une tartine débordante de confiture. Quel délice ! Cela ne valait pas les confitures endormies dans les pots de la cousine Béatrice, mais il y avait quelques subtilités heureuses, dans cette substance fruitée qui roucoulait sous les arches de chair de son palais...  « Ce n'est pas que j'allais mal, mais enfin je ne peux débuter une journée sereinement si je n'ai pas commencé par un bon petit-déjeuner. C'est mon corps qui le réclame. » Après quelques minutes, observant Raphaël d'un œil que l'inquiétude ombrageait, Louis ajouta, entre deux bouchées d'un quartier de citron – dont le jaune donnait à croire qu'il n'était pas tout à fait mûr :  « N'hésite pas à manger, avant que je n'ai tout pris sur cette table... j'ai l'habitude de manger seul, le matin, chez moi... sans concurrence, ou devrais-je dire sans invité pour partager... » Louis vivant en célibataire averti, il déjeunait seul le matin chez lui – et ce premier repas avait une toute autre allure, ce petit banquet dressé sur cette table minuscule l'indignait presque ! Là, ce jour, il partageait avec Raphaël le plus important moment de la journée, aussi craignait-il de manquer parfois du tact nécessaire au partage que la situation imposait.

Le serveur passa non loin et d'un geste vif, Louis l'interrompit dans sa course et l'attira jusqu'à eux. Point gêné et probablement habitué à pareil imprévu, l'employé du troquet se rapprocha et se pencha près de Louis. Ce dernier lui fit cette réclamation : où en étaient les fromages ? Visiblement gêné mais point décontenancé le serveur répondit que les fromages ne seraient servi que plus tard à l'occasion des services de la journée, lors du déjeuner et du souper. À cela Louis répondit d'un trait plus sec que le bol de thé qu'il venait d'achever : « Les fromages me seront servis quand je le désire et je désire qu'ils me soient servis maintenant. » Durant quelques secondes, le serveur ne sut si Louis plaisantait ou demeurait sérieux, alors il l'observa avec l'air inquiet des bestioles effarées. Puis il comprit qu'il valait mieux pour lui se diriger vers les cuisines et ramener un plateau des meilleurs fromages qu'on pourrait trouver.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 5 Sep 2014 - 2:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil



Samedi 21 juin 2014


Nous avions quitté le musée sur le coup des sept heures trente du matin, j’avais récupéré ma voiture, garée en travers du parking privé, et avec elle, m’étaient revenus en mémoire quelques évènements de la soirée qui avaient précédé nos jeux badins de la nuit. En montant à bord, je redécouvris à l’arrière, ce que je devinais être un uniforme de police jeté en boule. Je me souvenais maintenant l’y avoir mis là. Quelle idée saugrenue diable m’était-il passé par la tête ! Avec cela, refluaient également quelques souvenirs flous d’un encombrant colis que j’avais laissé dans le coffre. J’allais devoir me séparer plus tard de ce paquet, ainsi que de ma voiture afin d’éviter de trop attirer l’attention sur moi. Mais pour l’heure, il y avait plus urgent. J’avais mis le cap sur une des rues du quartier des finances composée essentiellement de restaurants, - dans lesquels j’avais l’habitude de venir déjeuner avec mes collègues du musée - de cafés et de salons de thé. J’avais laissé le choix de l’endroit à Louis, qui semblait avoir plus d’exigences que moi en matière de petit déjeuner.

Nous avions pris place dans un petit troquet dans lequel je n’avais mis les pieds qu’une seule fois. Et je fus effectivement impressionné par l’appétit du chef d'orchestre ainsi que par toutes ces choses qu’il avait commandées, qui se disputaient la petite table dans un mélange de couleurs, de textures, de saveurs et de poésie. Louis était français. Et c’est tout naturellement qu’il commanda un petit déjeuner à la française, autrement appelé « continental » dans certains hôtels et grands restaurants. Je doutais qu’il retrouve dans pareil établissement le goût juste des aliments de son pays, mais peut être que cet endroit était un de ceux qui lui fournirait quelque chose de plus approchant. Il était à la fois plaisant et amusant de l’observer s’adonner à son caprice, exigeant sur le moindre détail, afin de se sustenter avec appétit. Je m’étais fait relativement discret depuis que nous étions entrés, préférant ne pas l’interrompre, le laissant orchestrer serveurs et barman de la pointe de son index et les diriger avec aisance et fermeté pour obtenir ce qu’il désirait.

Quant à moi, je ne mangeais pas spécialement beaucoup le matin, rarement, excepté lorsque j’avais de la compagnie. Donc, pour ainsi dire, pratiquement jamais depuis que je m'étais établi à Star City. Je vivais également en célibataire et n'avais pas coutume de ramener mes conquêtes d'un soir chez moi.
Avec le temps, j’avais pris goût à là nourriture terrienne et j’avais fini par prendre quelques petites habitudes humaines comme, boire un thé accompagné d’une ou deux tartines de confitures, ou simplement beurrées, un pur pêché de gourmandise qui égayait mes papilles chaque matin que je daignais m’y livrer, mais je pouvais tout aussi bien m’en passer.

Profitant des exigences de Louis, j’avais donc passé commande d’un thé sans sucre ni lait. J’étais loin d’être aussi difficile que lui en la matière - excepté sans doute dans le choix du thé - même si je devais avouer que j’éprouvais tout de même du plaisir à manger, boire et goûter. Les terriens avaient tant d’aliments savoureux, exquis et variés qu’il m’était difficile de ne pas me laisser tenter. A la différence que cette nourriture là ne comblait aucun de mes besoins alimentaire primaires, contrairement à de l’Ambroisie ou du Nectar.

Après qu’il eut interpelé le serveur pour la énième fois, je sortis de mon silence et me moquai gentiment : « Un ogre dis-tu ? Je n’avais encore point rencontré d’ogre avec pareil raffinement.» Ils étaient plutôt du genre à manger le premier humain qui leur passait sous la main sans prendre le temps de dresser une tablée digne de ce nom et je doutais qu’ils eussent la notion même de goût.
Entendre le musicien se justifier me fit sourire, comme s'il avait besoin d'une excuse... « J’en conviens. » Quelle surprenante et délicieuse addiction il avait là. Sans le quitter des yeux, je portai ma tasse de thé encore fumant à mes lèvres lorsque ce dernier m’incita à lui faire concurrence. Le lapsus était peut être effectivement révélateur comme on dit. Je lui répondis d’un sourire tout en reposant mon récipient puis ajoutai : « Ne t’en fais pas pour moi. Ce n’est pas moi qui ai un ogre à la place de l’estomac, et je ne voudrais point l’offenser d’avantage, ni me risquer de lui ôter le pain de la bouche. » Paradoxalement, je me saisis d’une tartine beurrée que je mangeais à sa santé.

Lorsque le serveur repassa dans le coin, Louis ne manqua pas de l’intercepter. J’en profitais pour lui demander de remettre quelques tartines tandis que mon compagnon fit une nouvelle demande visiblement un peu trop extravagante. Le serveur risqua un coup d’œil dans ma direction, cherchant sans doute un quelconque soutien de ma part. Je lui répondis avec un mon plus beau sourire : « Je ne discuterais pas si j’étais vous. » J’attendis qu’il fût parti pour taquiner le chef d’orchestre : « C’est qu’il mordrait ! »

Quelques instants plus tard, de nouvelles tartines furent déposées sur la table ainsi qu’un plateau de fromage.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 6 Sep 2014 - 12:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre
En ligne

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8170
ϟ Nombre de Messages RP : 865
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


Il n'est pas toujours utile de connaître quelqu'un depuis des lustres pour prétendre anticiper toutes ses réactions. S'il daignait réfléchir quelques minutes, Louis aurait pourtant compris quelque fondamentale vérité sur la nature humaine. De toute évidence, il n'était pas d'humeur à recevoir, ce matin-là, sa leçon de philosophie. C'était ainsi : l'heure des nourritures spirituelles viendraient plus tard, une fois le ventre satisfait, rassasié, apaisé. Quand le serveur repartit pour s'en aller chercher les fromages, Louis toisa Raphaël d'un regard faussement courroucé. Il ne pouvait en vouloir à son compagnon de table, pour d'évidentes raisons, mais il ne pouvait non plus laisser faire le facétieux conservateur du musée historique.

 « Une chance pour lui, comme pour toi, il y a d'autres choses à mordre sur cette table. Donne-moi cette orange, s'il te plaît. » Louis usa bien volontiers du sourire auquel sa mère ne pouvait jamais rien refuser. Il espérait sans trop de crainte que ce même sourire fléchirait les réticences de Raphaël, lequel, s'il refusait, du reste, ferait montre d'une impolitesse des plus impertinentes.

Louis lui avait offert sans doute la meilleure nuit de sa semaine, il pouvait bien lui faire passer les agrumes ! Tandis que Raphaël avait donc le choix d'accorder à Louis ce qu'il demandait ou de surseoir à sa requête, ce dernier s'affairait à délayer, dans le bol de thé qu'il avait à nouveau empli jusqu'au bord, une cuillerée d'un miel bon marché mais qui ferait l'affaire. Il était déjà si rare, en Amérique, de trouver un restaurant qui disposât de toutes ces choses pour le petit-déjeuner ! Louis se souviendrait de l'adresse de ce troquet et, à l'occasion, il viendrait discuter avec le patron pour lui suggérer quelques changements à apporter pour améliorer la qualité des prestations matinales. Il payait gros et comptant, alors le commerçant lui devait bien de l'écouter babiller un peu ! Mais pour l'heure, c'était auprès de Raphaël qu'il se trouvait, dans un lieu public, loin de l'atmosphère capitonnée d'une luxueuse voiture ou d'un bureau discret. Louis le regardait qui le regardait, et s'étonnait qu'il ne fût pas plus en appétit – il avait du mal à concevoir que tous ses congénères ne partageassent pas comme lui le goût d'une journée bien commencée.

 « Je tiens à dire que c'est la première fois que je prends le repas le plus important de la journée avec une personne croisée la veille au soir, qui plus est dans les toilettes d'un bar. Je devrais le faire plus souvent... enfin, en espérant chaque fois avoir autant de chance... »

Louis frémit d'y penser. L'ivresse l'avait conduit à accepter bien des choses, mais aurait-il été jusqu'à suivre le pire des loubars ? La désinhibition elle-même avait ses limites, mais que se serait-il passé s'il avait rencontré quelqu'un d'autre ? Quelqu'un de moins bien élevé que Raphaël Mercury ? Encore que cet assertion était à revoir. En certaines occasions et sous certaines lunes, le conservateur du musée historique de Star City ne se conduisait pas tout à fait comme le devrait faire un honnête homme. Mais à bien y réfléchir, cela n'avait pas déplu à Louis qui s'était découvert un goût pour certain pour des pratiques jusque-là ignorées. Il lui faudrait les connaître encore, toutefois, pour s'assurer de les apprécier sur la durée.  « Mais j'ai encore un peu de mal à me restituer le fil des événements... n'avons-nous pas été interrompu sur le trajet jusqu'au musée ? J'ai souvenir de notre départ du club et de notre arrivée sur ton lieu de travail mais... » Louis s'interrompit, le rouge au front, mais non point de honte : il éclata de rire et dut reposer le bol de thé.

 « Peut-être me suis-je assoupi dans la voiture ? Cela ne me ressemble guère, mais après tout, je n'avais pas bu qu'une paire de verres... » Le compte exact lui échappait. Il se souvenait très bien avoir été quelque peu discourtois avec un collègue de travail, mais lequel ? Et à quel sujet ? Curieusement, Louis n'avait que peu de mal à se remémorer par les yeux les événements, mais l'image se voyait dépourvue de son : il ne pouvait mettre encore la main sur les conversations dans le bar, et dans ses sanitaires. En revanche, au musée, il se souvenait sans peine des espiègleries conduites par Raphaël à travers les différentes salles et jusque dans le bureau du conservateur.

L'événement ne manquerait pas de lui paraître incongru, plus tard, quand quelques jours auraient passé et traîné sur lui les voiles de la réflexion. Gonflée du vent de la raison, celles-ci ne manqueraient pas de le conduire jusqu'aux rives givrées des regrets les plus terribles, car Louis désirait conserver sa relation avec le conservateur, mais il n'avait pour habitude de s'entourer des personnes qui partageaient occasionnellement ses jeux nocturnes. Mais un vent nouveau peut-être dévierait la course de sa barque pour le conduire vers des îles nouvelles, en l'archipel de l'audace et du changement. Sans y songer, Louis le savait, et l'espérait.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 6 Sep 2014 - 21:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Il allait sans dire que je prenais un malin plaisir à observer l’intransigeant Louis mener tout ce petit monde à la baguette, afin que chaque acteur donne le meilleur de lui-même et surtout, sans la moindre fausse note. A l’image d’un vin de caractère, cet air sévère et strict lui conférait un charme délicieusement âpre et corsé, que je savourais avec délice. Je ne fus aucunement épargné par sa rigidité lorsque je daignais me moquer de son petit défaut, qu’il assumait parfaitement du reste, et qui n’était pas pour me déplaire. Mon sourire en coin ne m’avait donc pas quitté un seul instant. Je ne craignais pas ses menaces, quand bien même il lui prendrait l’envie de les mettre à exécution.
Je me contentai d’arquer un sourcil, affichant l’air de celui qui ne demandait qu’à voir cela. « Ce malheureux serait sans doute plus à plaindre que moi. » me permis-je de lui répondre, sans une once de sérieux, recelant toutefois d’une part de vérité. Je jubilais de lui lancer pareille insinuation à double sens, à laquelle, compte tenu de son raffinement, il ne pouvait décemment se permettre de me répondre immédiatement dans pareil endroit. La provocation était osée car s’il me prenait au mot, du sens premier, il serait à même de découvrir ma résistance un peu… particulière à la douleur ainsi qu’aux blessures qui ne sauraient m’être infligées.

Mon regard se posa tour à tour sur l’aliment convoité par le chef d’orchestre ainsi que sur son joli minois dont le sourire angélique aurait très certainement troublé les anges eux-mêmes, et je devais l’avouer, ne me laissait pas non plus complètement indifférent. Je me saisis de ladite orange que je gardais en main un instant, soutenant avec malice le regard de Louis jusqu’à ce que celui-ci finisse par s’impatienter. Il n’y avait que peu de personnes qui puissent se targuer de m’avoir déjà vu aussi conciliant sans rien leur demander en retour. J’accédai finalement à sa requête, après avoir suscité volontairement son agacement, accompagnant mon geste d’un sourire tout aussi enjôleur que le sien, conscient de faire de l’ombre à la lumière dont le seul éclat ne suffisait pourtant pas à séduire le dieu suprême, notre père, Zeus. J’étais le seul à avoir toujours su le charmer afin d’obtenir de lui la plus délicate et la plus improbable des faveurs. Inutile de dire que j’étais confiant et conscient du trouble que j’étais capable de faire naître chez l’interlocuteur à qui mon sourire ravageur était destiné.

Je n’accordais pas la même importance que Louis au plus important repas de la journée comme il aimait à l’appeler, cependant, je partageai l’exploit car il ne m’était pas arrivé depuis longtemps de me réveiller au côté de quelqu’un avec qui j’eusse envie de partager la compagnie jusqu’au petit déjeuner, ou même au delà. Son aveu trouvait en quelques sortes, un certain écho chez moi, qu’il était amusant de constater. « Tiens donc !…De la chance dis-tu ? »

Je me saisi d’une tartine de confiture cette fois-ci que je savourais en silence tandis que Louis peinait à retrouver le fil des évènements de la soirée. Au même titre que lui, je me retraçai le cheminement du bar au musée et ne me rappelai que vaguement le passage où j’avais enfermé cet agent de police dans le coffre de la Lotus. Si j’avais agit ainsi, je devais forcément avoir une très bonne raison. Il avait du nous gêner, d’une quelconque manière. « Qu’importe ! Ma conduite chevronnée nous a menés à bon port et je préfère garder le souvenir de cette nuit au musée qui fut des plus... agréable pour ma part de partager en si charmante compagnie. » Je me joignis à son éclat de rire, sans rougir en revanche, assumant pleinement la teneur de mes propos. Je terminai ma tartine puis portai le thé à mes lèvres. « J’en ai connu des plus savoureux. »

« Je crois oui. » confirmais-je avec le sourire, les soupçons de Louis quand à son absence passagère dans la voiture. Je préférais passer sous silence mes bribes de souvenirs concernant la police et en assumer l’entière responsabilité. Je résoudrais le problème une fois sorti d’ici et personne n’entendrais jamais parler de cet incident, je m’en assurerais personnellement. Il allait de soit qu’une mauvaise presse relatant les écarts de comportement du chef d’orchestre de l’Opéra de Beaudrie et du conservateur du Musée Historique de Star City risquerait fortement d’entacher notre réputation à tous deux et serait un bien moindre mal pour moi que celui de voir débouler l’Archimage en personne pour me rappeler à l’ordre, même si à mon sens, je n’avais commis aucune faute, ni aucune entorse au Pacte. Je ne tenais pas spécialement à rendre compte de mes actes devant lui.
Ce policier se réveillerait très probablement persuadé d’appartenir à la dimension parallèle dans laquelle il se trouverait, d’avoir été attaqué par des brigands cagoulés l’ayant enfermé dans le coffre de la voiture qu’il avait tenté de les empêcher de voler, et personne sur la Terre Prime ne pensera aller l’y chercher.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 6 Sep 2014 - 22:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre
En ligne

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8170
ϟ Nombre de Messages RP : 865
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits


 « Voilà qui m'étonne. L'alcool m'enivre, mais ne m'endort jamais. » Louis se connaissait assez bien pour en être sûr. Ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait saoul. Cet état ne lui était pas encore familier, mais il en savait suffisamment les contours pour connaître son effet sur lui-même. Il n'était toutefois ni mal à l'aise ni soucieux d'obtenir de Raphaël plus de précisions : sa mémoire lui reviendrait en temps et en heure, et lui-même n'aurait qu'à cueillir ses souvenirs au gré de leur floraison. Ils se rappelleraient à lui, Louis le savait. Poursuivant, Louis goûta à tout et quand vinrent enfin les fromages, il se réjouit et leur fit honneur.

Ceux-là n'étaient pas du meilleur goût, ni de la première des fraîcheurs, mais ils étaient servis proprement, et n'étaient pas de ces viles imitations qu'on trouvait d'ordinaire dans les restaurants américains peu soucieux de l'exactitude de leurs produits. Louis associa volontiers une tranche de pain couverte de confiture à un peu de comté, car pareil mariage enchantait ses papilles gustatives à chaque fois. La fête, dans sa bouche, battait son plein et promettait de durer tant qu'il y aurait, sur la table, de quoi manger. Fort heureusement, Louis se souciait peu de savoir s'il était attendu ailleurs – il n'avait pas même daigné consulter son téléphone portable.

On pouvait bien l'appeler ou chercher à le contacter, il n'en avait cure ! Il était trop absorbé par sa conversation avec le conservateur et, bizarrement, celle-ci portait à présent sur les dragons. Ces bêtes avaient pénétré la conversation quand Louis avait expliqué la provenance étymologique de l'estragon.

 « Je vais parler comme un adolescent en mal d'imagination, mais ces créatures me fascinent, vraiment ! Il faut bien sûr aller au-delà des apparences. » Entre deux phrases, il prenait soin de manger proprement. « Nous connaissons tous les dragons, ces gardiens sévères, symboles du mal et des perfides tendances démoniaques. Ils gardent les trésors cachés, et sont souvent l'adversaire qu'il faut vaincre pour y avoir accès. Il garde la Toison d'or et le Jardin des Hespérides, en Occident. En Chine, il est le gardien de la Perle. Et la légende de Siegfried confirme que le trésor gardé par le dragon n'est autre que son immortalité. C'est une vision du dragon très proche du serpent, en vérité, comme le confirme Origène à propos du soixante-quatorzième psaume : les têtes de dragons brisées, les serpents détruits représentent la victoire du Christ sur le mal. Et pensons donc à saint Michel ou saint Georges, tous deux réputés avoir terrassé un dragon ! Même au Japon, le terrible Fudô domine le dragon et vainc ainsi l'ignorance et l'obscurité. Ces aspects négatifs pourtant ne sont pas les seuls, ni même les plus importants. Le dragon est ambivalent, ce qu'exprime d'ailleurs l'imagerie extrême-orientale des deux dragons affrontés, qu'on retrouve dans l'art médiéval, et plus particulièrement dans l'hermétisme européen et musulman, où cet affrontement prend une forme analogue à celle du caducée. Le dragon est une créature fascinante, j'ai souvent rêvé et je rêve encore d'en rencontrer un, ce qui peut paraître étonnant, n'est-ce pas ? Je suis toujours un enfant, peut-être... Sachez qu'à mes yeux le dragon n'est pas qu'une créature maléfique. C'est une puissance céleste, créatrice, ordonnatrice, c'est en Chine le symbole de l'empereur, mais aussi chez les Celtes... même un texte hébreu parle du dragon comme d'un roi sur son trône ! Associé à la foudre parce qu'il crache du feu, et à la fertilité car il amène la pluie, il est l'image même de l'ordre céleste incarné dans la personne royale. Ah, que j'aime les dragons ! Dieu me pardonne, mais je suis persuadé qu'un jour, j'en rencontrerai un.  »

Et ainsi la conversation se poursuivit tandis que Louis abordait l'un après l'autre des sujets divers et variés, souvent sans queue ni-tête, seulement guidé par son appétit et la bonne compagnie qu'il partageait avec Raphaël.

Hélas, au fil des instants, la nourriture sur la table vint à manquer, signe qu'il était temps de mettre un terme à ce commun repas. Louis et Raphaël se séparèrent donc, s'échangeant la promesse de rapidement se revoir. La parole donnée, les deux hommes se quittèrent après avoir réglé la note que Louis jugea « de médiocre rapport à la qualité de la prestation », mais il était bien conscient d'avoir de trop hautes attentes chaque fois qu'il pénétrait un restaurant à Star City.

Encore qu'il fallait rendre à César ce qui lui revenait de droit : Louis avait déjà décerné ses compliments à plusieurs établissements de la ville. Celui-ci méritait bien quelques encouragements, mais le temps seulement dirait s'il méritait les éloges que Louis lui ferait.

Revenir en haut Aller en bas



On boit le thé pour oublier le bruit du monde [Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» On boit le thé pour oublier le bruit du monde [Raphaël]
» Quoi de mieux que de boire pour oublier (pv Raphael)
» Une nuit pour oublier l'ennui
» Une soirée pour oublier ? (pv Daniel) -16
» -[ Courir pour oublier, courir pour s'enivrer ]- -[PV]-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-