AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Rosamund Richter Cadre_cat_1Rosamund Richter Cadre_cat_2bisRosamund Richter Cadre_cat_3
 

Rosamund Richter

 
Message posté : Jeu 28 Aoû 2014 - 19:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Informations Personnelles

ϟ Nom : Richter
ϟ Prénoms : Rosamund
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Âge : 26 ans
ϟ Date de Naissance : 6 décembre 1987
ϟ Lieu de Naissance : Düsseldorf - Allemagne
ϟ Nationalité : Allemande
ϟ Orientation : Bisexuelle
ϟ Métier : Musicienne - Sorcière au service de l'ordre de Thulé

Administration

ϟ Avatar : Katie McGrath
ϟ Crédits : Mach
ϟ Pseudo : L.
ϟ Âge réel : 26 ans
ϟ Parlez-nous de vous : un casse-pied
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Partenariat avec Extended
ϟ Que pensez-vous du forum ? C'est une drogue ! La preuve, je suis vite revenu.
ϟ Quelques conseils à donner ? Donner des bisous baveux (et plus si affinité) aux nouveaux.

Historique

    7 décembre 1987, dans la grande chambre d’un manoir aux alentours de Düsseldorf

    - Regina ? Qu’en penses-tu... En hommage à ton père.
    Elle avait de longs cheveux, d’un noir de jais. Aujourd’hui, ils étaient noués en une longue tresse afin de mieux en contrôler le mouvement. Il fallait éviter qu’ils tombent sur la petite, leur première fille.
    - Je ne sais pas... J’ai plutôt envie de lui donner le nom de la femme qui nous a permis de nous rencontrer.

    Lui était grand et blond, ses cheveux étaient presque blonds et ses yeux bleus comme la mer. Et s’il aurait préféré voir ces caractéristiques sur le visage de sa fille, Alexander ne demeurait pas moins fier de ce petit duvet noir sombre qui ornait le crâne du nourrisson. La jeune maman, radieuse, leva la tête vers son époux avec un sourire encore plus épanoui qu’avant.

    - Rosamund ?

    Il lui sourit en guise de réponse et se pencha vers elle pour l’embrasser tendrement. Pendant ce temps, une domestique fit son entrée dans la chambre, les bras chargés de couvertures sombres.

    - Madame, Monsieur, c’est bientôt l’heure du rituel.

    Cette simple annonce suffit à décupler l’euphorie des jeunes parents. Madame Richter leva les bras et donna l’enfant à son mari qui la prit tendrement dans ses bras. La domestique ne tarda pas à arriver devant lui afin de couvrir le bébé avec ce qu’elle venait d’amener.

    - J’aimerais tellement voir ça, vous êtes sûre que...
    - Dans les vingt quatre heures qui suivent la naissance, la loi est intransigeante.

    Elvira ne savait pas pourquoi elle avait posé la question. On lui avait répondu exactement la même chose il y a deux ans avec Lothar.

    - Ne t’inquiète pas, tout ira bien.
    - Je sais. C’est juste... Allez, dépêchez-vous d’aller la bénir.

    Son mari et sa servante s’exécutèrent après que cette dernière soit allée chercher quelque chose dans une grande armoire ancienne. Et comme elle n’était pas rentrée les mains vides, elle sortit de même, cette fois avec un grand couteau de cérémonie qui semblait tâché de sang...

    ///

    1994, dans le parc du manoir Richter

    Rosa se trouve sous la serre en compagnie d’Elvira, sa mère. Elle apprenait l’usage des plantes à des fins médicinales... et à d’autres fins moins réjouissantes pour leur destinataire. Vêtue d’un pantalon et d’une chemise un peu trop grande pour elle, la jeune fille de sept ans suivait méticuleusement les instructions de sa mère.

    - A présent, ajoute les racines de verveine
    Docilement, silencieusement, Rosamund s’exécuta avec des gestes précis. C’est qu’elle comptait bien le réussir son somnifère.
    - Et maintenant, que faut-il faire pour achever ton œuvre ?
    L’enfant se redressa pour faire face à sa mère. Elle prit une petite minute de réflexion avant de donner sa réponse avec une voix assurée :
    - Il faut le laisser mijoter dans un bouillon d’orties.

    Elvira Richter ne répondit rien et se contenta d’approuver par l’intermédiaire d’un bref signe de tête et de l’ombre d’un sourire. Mais ce manque d’enthousiasme n’attristait pas du tout la petite. Pour elle, ce genre d’attitude était devenue normale, voire naturelle. Sa mère se montrait rarement affectueuse avec elle, ni même avec aucun de ses trois enfants. C’était comme cela que la famille Richter tenait à les éduquer. Dans un océan de manières strictes et sévères, orné d’une couche d’apparence froide et indifférente. C’était le spectacle qu’ils offraient aux non initiés. Ceux qui connaissaient bien les Richter étaient capable de lire certaines expressions plus chaleureuses dans les yeux de ses membres. Ici par exemple, Elvira Richter laissait filtrer une douce fierté personnelle devant la performance de sa fille. Et c’était naturellement que Rosamund assimilait se comportement, restant de marbre à l’extérieur en toute circonstance et se contentant d’utiliser son regard pour montrer à ses proches, mais seulement à eux, quelle était la couleur de ses états d’âmes. Et plus le temps passait, plus la fière armure de la petite grandissait

    Elle était en train de procéder aux dernières étapes de fabrication sous l’œil vigilant de sa mère lorsqu’elle fut interrompue par l’arrivée bruyante et chaotique de sa petite sœur

    - Regardez ce que j’ai trouvé !!! scanda la petite Freya du haut de ses cinq ans

    Rosamund et sa mère commencèrent par regarder l’état dans lequel se trouvait la benjamine. Sa petite robe, supposée être propre et la faire ressemblait à une poupée était noire de terre et de boue. Des feuilles peuplaient la longue chevelure qui avait demandé près d’une demi-heure de soin ce matin même. Et il valait mieux ne pas regarder la mine de ses petits escarpins. Seulement après avoir subi cet examen, Freya reçut enfin l’attention là où elle voulait la centrer : sur le petit cœur rouge sanglant qu’elle tenait dans sa main et qu’elle brandissait comme un trophée.

    - Lothar m’a aidée à tuer un lièvre et il m’a offert son cœur !

    Elle semblait aux anges. Sa victoire amusa Rosa qui eut un sourire. Leur mère, quant à elle semblait moins charmée et commença à gronder la petite. Mais son autre fille parvint à déceler une petite étincelle de fierté dans son regard colérique. Elvira préfèrerait que Freya se comporte plus en dame qu’en sauvage. Mais c’était peine perdue, elle le savait, Alexander le savait, Rosamund le savait. Freya était une guerrière, comme Lothar. Tous deux montraient beaucoup plus d’ardeur et de plaisir dans les enseignements bruts, souvent physiques, de leur père. Rosa, elle, préférait la subtilité propre à la magie de sa mère. Une magie proche de la nature, tout en sensibilité, mais tout aussi cruelle. Cela s’expliquait peut-être par la chevelure, Rosamund était la seule des trois à avoir hérité de la couleur noire de leur mère. Elvira força sa petite chasseresse de fille à lâcher son butin et la traîna en direction du manoir afin de la punir. Parce que tout de même, il fallait prendre un minimum soin de leur fortune. Rosamund observa sa petite marmite. Il faudrait encore une bonne dizaine de minutes avant que son breuvage soit prêt. Elle jeta un œil sur l’organe qui était tombé par terre. Ce petit cœur rouge. C’était stupide, mais elle avait l’impression qu’il dégageait encore de la chaleur. Lentement, délicatement, elle avança, plia les genoux pour s’accroupir et s’emparer du petit organe. Il aurait certainement son utilité...

    ///

    Alexander Richter est le fils aîné de Reginald, du même nom. Il n’a jamais beaucoup vu son père qui disparaissait régulièrement sans laisser de trace, mais ce n’était pas grave car il a toujours été fier de lui. Partageant les rêves de grandeur de son mari, Helmwige Richter éleva leur deux fils en les berçant, dès leur plus jeune âge, dans les valeurs du nouvel ordre de Thulé, magie noire incluse. Les deux jeunes Richter devinrent de grands sorciers mais chacun prirent un chemin différent. Le plus jeune décida de prendre l’exemple du père et de parcourir le monde, jugeant que le travail de la famille Richter devrait dépasser toutes ces frontières stupides imposées par ce monde ignorant. Alexander lui décida de rester à Düsseldorf où la famille Richter avait établi sa maison. Il se consacra à l’étude des forces occultes en passant par des voix plus « officielles » bénéficiant ainsi d’accréditations fortement utiles. Grâce à sa détermination et au soutien de l’ordre auquel il appartient, Alexander devint un archéologue de renom. A de nombreuses reprises, il se servit de son statut pour subtiliser un artefact de valeur entreposé dans un quelconque musée ou dans une stupide collection privée, mais finalement, lui aussi quittait souvent le pays pour accomplir sa mission dans le reste de l’Europe. A ceci prêt que tout comme son père, il revenait régulièrement dans son foyer allemand.

    Dans les années quatre-vingt, lors d’une mission en Suède, il fit la rencontre d’une nouvelle membre de l’ordre de Thulé : une sorcière nommée Elvira, adoptée par un groupe de bohémien et repérée plus tard par l’ordre de part son potentiel mystique. Rapidement, la magie s’opéra et les deux caractères bien trempés finirent par s’unir dans un mariage. De cette union naquirent trois enfants : Lothar, Rosamund et Freya. Les héritiers Richter. Trois bonne raisons de revenir le plus possible à Düsseldorf car ils symbolisaient l’avenir et en assurant leur éducation ainsi que leur puissance, les Richter renforceraient l’ordre. De plus, Alexander n’avait pas eu de nouvelle de son frère depuis qu’il était parti. Il ne savait pas s’il était encore en vie ni s’il avait eut la décence de générer une descendance. Reginald, pour sa part, continuait inlassablement sa mission qui l’entraînait de plus en plus loin et de fait il revenait de moins en moins. Si bien que ses petits enfants ne le voyaient que très rarement. Cependant, il y avait grand-mère Helmwige. Elle compensa l’absence de son mari en participant activement à l’éducation de la nouvelle génération et en aidant les parents à transmettre les valeurs et l’ambition de l’ordre de Thulé, sans jamais toutefois le nommer, car ils jugeaient important d’attendre la majorité des trois enfants avant de leur en révéler l’existence.

    ///

    Le lendemain du 17ème anniversaire de Rosamund, dans la demeure Richter – Düsseldorf

    - Alors Soeurette ? Comment c’était ?

    Rosamund fit mine de lever les yeux au ciel. Sa sœur avait beau avoir perdu de sa fougue sauvage, ses manières n’en demeuraient pas moins directes. Mère est encore loin de la dame qu’elle escomptait avoir. Cela dit, Rosa était d’excellente humeur. D’humeur à se vanter.

    - C’était merveilleux. Père m’a amenée dans un temple et il m’a laissée l’explorer seule pour la retrouver.
    - Et... ?

    Rose répondit par un sourire amusé, le genre de sourire qu’elle ne donnait presque qu’à sa famille. Il fallait dire que Freya traduisait bien l’excitation que toute la famille avait ressentie lorsque Père leur avait dit quel présent il comptait faire à sa fille ainée. Mais sans piper mot, la jeune femme s’avança majestueusement jusqu’à ce qu’elle arrive dans la salle de réception, devant le grand piano qui s’y trouvait. Sa cadette sur les talons, elle s’installa gracieusement derrière l’instrument avant de lancer d’une voix claire :

    - Peter ?!

    A ce nom, la curiosité de Freya grandit. *Mais pourquoi appelle-t-elle le jardinier ? Nous ne sommes pas sensés utiliser la magie devant lui*. Toutefois l’interrogation qu’elle s’abstint d’exprimer, mais pas de montrer, ne trouva pas de réponse et les deux sœurs attendirent un moment tandis que quelqu’un entra par la porte fenêtre qui était entre-ouverte, c’est que ce mois de décembre était vraiment doux. Le jeune homme, âgé d’une vingtaine d’années, était un vrai campagnard avec ses bleus de travail tâchés par la terre et par l’herbe. Mais à son crédit, il était sculpté comme un dieu grec ce qui tombait bien car Rosa revenait de Grèce.

    - Qu’y-a-t-il, mesdemoiselles ?
    - J’ai besoin de votre avis pour ce morceau, il faut qu’il fasse immédiatement penser à un matin de printemps. Et qui d’autre que vous serait capable d’apprécier autant cette saison ?

    Il avait assurément d’autres choses à faire, et il ne s’y connaissait pas du tout en musique. Mais il n’avait jamais pu résister à une demande des deux filles Richter. Surtout que Rosamund ne lui parlait presque jamais en temps normal. Ainsi, il accepta volontiers de prendre du retard dans son travail. Et Rosa commença à jouer. Comme d’habitude, ces doigts détenaient le pouvoir d’une musicalité impeccable. Et en dépit du fait que ce Chopin n’avait pas grand chose à voir avec la saison mentionnée par Rosa, elle y mettait une telle gaieté qu’il ne serait pas étonnant de voir les lapins sortir de leur terrier et venir valser dans la salle... Comme Peter était en train de le faire.
    Peu après avoir entendu les premières notes, Peter se débarrassa de ses manières rustres, exagérément viriles et adopta une grâce sans précédant, une grâce qu’on pourrait attribuer aux talents de danseuse de Rosa avant qu’elle arrête la danse. Le jeune homme se mit sur les pointes, s’élança élégamment en avant, sur le côté, enchaînait les entrechats, les pirouettes et autres sauts qui s’accordaient parfaitement au rythme du piano. Freya observait ce spectacle bouche-bée. Peter dansa jusqu’à la fin du morceau. Lorsque Rosa eut finit, il était revenu là où il se trouvait avant d’entrer en transe et quand la dernière note cessa de résonner, il reprit ses esprits, en ayant l’air un peu perdu. Freya le regardait avec impatience, Rosa pour sa part attendait patiemment.

    - Je... c’était... c’était magnifique madame Rosamund. Un vrai chant de printemps
    - Je vous remercie Peter... Vous pouvez retourner au travail, j’ai terminé de vous importuner.

    Il lui sourit obligeamment et reprit la direction de son jardin, en ayant l’impression de sortir d’une longue sieste. Lorsqu’il fut parti. Freya se tourna lentement vers sa sœur avant d’éclater de rire. La pianiste l’accompagna de bon cœur dans son hilarité.

    ///

    Le 18 mars 2009, dans la bibliothèque du manoir Richter – Düsseldorf

    Elle se trouvait assise sur un grand fauteuil ancien à côté de la cheminée. Son père se tenait devant l’âtre et observait les flammes d’un air calme, les mains derrière le dos, serein d’apparence. Sa mère donnait l’air d’être détendue assise sur le canapé, jambes croisées, mais ses lèvres bougeaient un peu trop vite et Rosamund devina sa nervosité en dépit du regard calme qu’elle offrait gentiment à sa fille. Son frère quant à lui, assis à l’autre bout du canapé, tapait silencieusement du pied en dévisageant sa sœur. Avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus, Lothar avait tout du type Aryen qui avait fait généré de fantasmes dans le passé. En face de lui, Rosa avec ses cheveux noirs semblait être son opposée, l’un ressemblant beaucoup au père et l’autre étant la digne fille de sa mère, cela dit, ils partageaient tout de même plusieurs traits.
    Tous les trois attendaient la réponse de Rosa. C’était plus une formalité qu’autre chose, assurément, mais cela faisait partie de la tradition, apparemment. Ils venaient de lui annoncer leur appartenance (et la sienne, indirectement) à un grand ordre mystique qui partageait tous leurs rêves et ambitions. Un ordre qui ne demandait qu’à s’agrandir et à gagner en influence. S’emparer de la Magie et de ses manifestations, maîtriser ce pouvoir afin d’écraser l’ennemi et d’éclairer le monde sous le jour qu’il méritait vraiment. Comment dire non ? Tout cela correspondait à ce qu’elle voulait depuis qu’elle était capable de penser par elle-même. Être en colère ? Pourquoi ? Parce qu’ils lui ont caché l’existence de cette grande communauté pendant tant d’années ce qui les ont forcés à rester repliés sur eux-mêmes, toujours à établir une distance de sécurité avec le monde, le commun des mortels ? Ou parce que cela implique de modifier la voix qu’elle avait commencé à emprunté après ses étude secondaires ? Et dire qu’elle s’attendait à recevoir un sermon suite à sa petite aventure avec cette chanteuse Hongroise...

    - Donc, concrètement, je n’ai plus mot au chapitre ?
    Elle avait demandé cela d’un ton poli, presque indifférent mais sa mère s’en inquiéta tout de même.
    - Eh bien... oui enfin... tu seras toujours libre bien sûr mais... On attendra de toi que tu réalise certaines tâches, naturellement... Et il y a des règles aussi.
    - Naturellement... elle souriait, toujours poliment.
    - Concrètement, l’ordre appartient à une organisation du nom de SHADOW. Pour faire simple, l’ordre de Thulé est la branche mystique de cet organisme. Un morceau de l’iceberg si tu préfères.
    - Mais quel morceau ! commenta Lothar avec une pointe parfaitement audible de respect.
    - Des missions te seront confiées en fonction de tes capacités. Bien sûr, tu seras entraînée, on ne va pas te lâcher dans la fosse aux lions sans épée. En attendant, nous te demanderons de ne pas mentionner l’existence de l’ordre à ta sœur.

    Entendre son père parler d’entraînement donna des courbatures à la jeune femme. Voilà donc la vrai raison qui expliquait ce parcours du combattant qu’il avait tenu à ce que ses enfants pratiquent régulièrement. « Garder la forme »... quelle excuse !

    - Je comprends mieux pourquoi tu n’étais jamais à la maison. lança-t-elle à Lothar qui lui répondit avec un sourire entendu.

    Tous laissèrent ensuite un silence penser sur la pièce. Ainsi c’était pour cela qu’ils avaient choisi cette soirée pour lui annoncer cela. Finalement ils pouvaient être reconnaissants pour la petite escapade de Freya. Ils jouaient bien la comédie alors... La jeune sorcière laissa le silence durer, tournant et retournant ces informations dans sa tête, elle préférait prendre le temps de bien saisir la situation même si sa réponse ne faisait aucun doute. Et puis, elle avait le droit de les laisser mariner à leur tour. Mais finalement, il n’y avait pas à tourner autours du pot. Partir en mission, c’était ce qu’elle attendait depuis qu’elle avait appris à confectionner son premier poison. Faire la fierté de la famille, être enfin reconnue pour quelque chose qu’elle et elle seule était capable d’accomplir... Après un silence qui avait semblé interminable, elle déclara simplement :

    - Quand dois-je partir ?

    ///

    Mai 2011, sur l’île de Skye – Écosse

    Était-il possible de trouver un village plus pittoresque ? Probablement, mais sur l’instant, Rosamund en doutait. Elle se trouvait dans un pub situé au milieu d’un village reculé qui sentait le mouton. Mais elle n’allait pas se plaindre, non. Elle allait garder ses plaintes pour elle et accomplir son devoir, à savoir retrouver cette arme légendaire qui, paradoxalement, échappait même aux légendes. Le tout incognito, c’était préférable. Le problème, c’était qu’elle mourait d’envie de refroidir sa source principale. Un vrai poivrot de marin qui ne souhaitait qu’une chose : amener la jeune femme sur son satané radeau pour lui faire la court. Heureusement, son principal défaut allait servir la sorcière. Rosamund le fit boire, et encore et encore. Finalement, l’alcool eut raison de ses défenses et elle réussit à le charmer, car évidemment, sobre, monsieur était trop intelligent pour se laisser séduire par une femme comme elle sans froncer les sourcils. Après un énième whisky (était-il possible de faire plus vulgaire ?) et un changement de stratégie de charme, Walter accepta de la suivre dans l’allée déserte derrière le pub pour une toute autre sorte de douceur... en échange de son fameux coin secret...

    Enfin seuls, le matelot s’avança vers elle afin d’obtenir ce qu’il souhaitait. Mais elle l’arrêta en posant un doigt sur ses lèvres parfumées par l’alcool et en lui apprenant les règles d’un air aguicheur.

    - Ta-Ta-Ta... D’abord les petites confidences...
    - Rha alors toi... Ok alors...

    Et il lui raconta... ce qui lui fit gagner beaucoup de temps et d’énergie. Il était hors de question d’user de la magie pour détecter l’artefact car il semblait protégé. C’était les rumeurs qui avaient attiré l’œil avide de l’ordre de Thulé et c’était les rumeurs qui allaient résoudre l’affaire. Rosa aimait l’harmonie de la chose.

    - Merci Walter, maintenant tourne-toi que je te fasse une surprise.

    L’autre abruti crut qu’elle allait s’envoler. Il ne croyait pas si bien dire mais elle lui montra que la configuration de l’allée l’empêchait de s’en allait sans qu’il la voit. Le marin d’eau douce daigna lui obéir. Alors qu’il la voyait déjà enlever ses vêtements pour lui il fut surpris d’entendre des battements d’ailes juste derrière lui. Il se retourna brusquement mais fut pris dans une tempête de plumes, de serres et de becs. Une flopée de corbeaux monta vers le ciel en prenant soin de le griffer ou de le becqueter au passage. Sales bêtes ! Mais c’est qu’elles allaient faire peur à sa petite biche ! Et oui... car lorsque l’air fut vidé de ces plumes, il se retrouva seul, hébété.
    Les corbeaux eux prirent la direction indiquée par l’informateur : une petite baie inlassablement couverte de brume sur la face nord-ouest de l’île. Un endroit désert, il n’y avait même pas un seul oiseau hormis eux. Et entre la brume et les rochers, ce n’était pas étonnant que personne n’ait jamais trouvé cet endroit. Il fallait être sacrément inconscient pour s’y aventurer, ou avoir une sacrée chance d’ivrogne perdu en mer. Une fois la brume trouvée, les oiseaux noirs n’eurent pas de mal à trouver l’Entrée, toute en pierre. Ils s’approchèrent du pallier fait de la même matière et se réunir pour former une véritable tornade de plumes qui finit par se fondre en une forme humaine : celle de Rosa.

    Quel beau cadeau l’ordre lui avait fait là... ce don... ces ailes. Cela faisait quelques temps maintenant qu’on l’avait aidée à développer cette capacité magique, mais elle l’utilisait encore avec le même plaisir que lors de son premier envol. L’osmose animale, Raven, comme elle appelait la sienne, était grisante. Et on lui avait dit qu’elle pourrait probablement approfondir cette magie... Cela dit, elle n’était pas venue ici pour cela. Rosamund courait après autre chose. Elle entra dans le temple. Celui-ci était froid, sombre et humide ce qui n’avait rien de surprenant. Elle s’y était préparée et sortit une lampe torche afin d’éclairer les lieux... Un petit couloir au sol glissant la conduisit dans une salle... vide, occupée en grande partie par des morceaux de roches qui devaient être tombées du plafond. Rose dû jouer aux acrobates en herbes pour traverser la pièce qui ne renfermait rien d’intéressant. Au fond par contre il y avait un autre accès. Le couloir était plus long cette fois et Rosa était bien contente de ne pas être claustrophobe. Heureusement, il n’y avait pas de rat... mais était-ce vraiment rassurant ? Cette absence de vie...
    Mais arrivée au bout de l’antique corridor, la solitude de la jeune Allemande l’enchanta au plus haut point. Elle entra dans une autre salle, plus petite que la première et vide aussi... sauf qu’aucune pierre ne jonchait le sol, sauf un piédestal... une sorte d’hôtel placé contre le mu du fond. Toutefois, ce n’était pas cette austérité mobilière à faire pâlir les vendeur d’Ikéa qui retint son attention ; c’était l’objet qui l’ornait. La lance de Scáthach.

    ///

    Janvier 2012, dans une chambre d’hôtel luxueuse dans le style des années 50.

    L’espace salon se composait d’un carré formé par un canapé situé en face d’un immense téléviseur dont le modèle récent ne parvenait pourtant pas à faire tâche avec le reste de la décoration des plus classiques. Les deux autres côté qui se faisaient face étaient occupés par un fauteuil identique. Rosamund était installée sur l’un d’eux. L’écran de la télé faisait défiler des scènes festives, le nouvel an. Mais la sorcière n’en n’avait cure, elle regardait la montre en argent qui ornait son poignet gauche. Elle attendait quelqu’un qui avec un peu de chance serait ponct...
    Toc-Toc
    Elle leva la tête et sourit. « Il en aurait des choses à apprendre au Lapin Blanc ». Sans attendre de réponse, le visiteur entra. Tout de noir vêtu, le nouvel arrivant semblait provenir tout droit d’un film de gangster avec son long manteau (noir, s’il y avait besoin de le préciser) et son chapeau très Al Capone. Il fut le premier à prendre la parole, avec une voix si rauque qu’on ne pouvait pas l’imputer au mélange tabac alcool.

    - Je suis navré de vous priver d’une occasion de célébrer notre entrée dans cette nouvelle année.
    - Ne le soyez pas, je suis ravie d’être ici. Curieuse surtout.
    - Un tel dévouement est un délice.

    Consciente que l’échange de politesse pourrait durer encore longtemps, et se rappelant des remarques que son père avait formulées sur cet homme, Rosamund décida de laisser son contact s’installer sur le fauteuil qui lui faisait face. Elle remarqua au passage qu’il tenait une mallette dans une de ses mains gantées. Il la posa sur la table et l’ouvrit pour en ressortir un document qu’il fit glisser sur la table. Rose se redressa et se pencha pour prendre le document. « SHADOW ». Sans dire un mot, elle l’ouvrit et le feuilleta. Comme son contact ne disait rien, elle se permit de prendre la parole, en allemand.

    - Vous m’envoyez donc dans la Cité des Héros pour que je ramène ce compatriote ?
    - Simple comme bonjour, n’est-ce pas ?
    - « Voyage dans le temps... » c’est... particulier.
    - Cela veut-il dire que vous refusez la mission ?
    Malgré sa voix bizarre et peu humaine on pouvait déceler une étincelle d’humour qui fit sourire la jeune sorcière. Elle répondit au tac au tac :
    - A vrai dire, je suis impatiente d’aller décortiquer cette énigme.
    Elle replongea ensuite quelques minutes dans le dossier jusqu’à ce que son interlocuteur reprenne la parole. Absorbée dans les papiers, elle ne leva même pas les yeux.
    - Êtes-vous familière avec votre nouvelle base d’affectation ?
    - Nom de code... « Mannheim »... dirigée par l’officier « Tesla »... Il jouit d’une assez bonne réputation... Opération Wotan dirigée par... professeur Sharan, il ne s’est pas encore penché sur notre cible ?
    - Les dieux seuls peuvent savoir quelles sont les priorités de Shiva Sharan...
    - Traduction : Secret confidentiel.
    Elle ne savait pas si son contact pouvait sourire, mais elle s’imagina qu’Il le faisait en cet instant.
    - Sur ce, je suis certain que vous saurez accomplir votre tâche avec l’efficacité que l’on vous connaît.
    Rosa ne se perdit pas en formalités cette fois et se contenta d’une simple formule de politesse. Elle était déjà plongée dans l’affaire qui venait de lui être confiée. Et puis elle savait qu’Il n’avait pas besoin d’elle pour trouver le chemin de la sortie ni pour ouvrir la porte. Cependant, avant de l’ouvrir, Il lui posa une dernière question.
    - Une dernière chose... le nom de famille vous dit-il quelque chose ?
    Rosamund fixa le nom pendant un long moment, elle fouillait dans ses souvenirs pour voir si elle l’avait déjà rencontré. Mais à part les références trouvées dans le dossier, qui répondait d’ailleurs aux interrogations qu’elle avait pu avoir entendu quelques rumeurs et histoires lors de sa formation. « Feuerbach... Feuerbach... »
    - Je crois me souvenir qu’il avait un frère... Est-ce pertinent ?
    - Vous devriez demander à votre père...
    Sans prolonger la discussion, Il ouvrit la porte et la laissa dans ses réflexions.

    ///
    Mars 2014, dans l’opéra de Star City

    La soirée bat son plein. La salle est pleine à craquer. Le gratin de Star City est là pour assister au concert. Fidèle à son poste, attachée à son violon, Rosamund se tient droit devant l’assemblée, parmi ses pairs musiciens, menés à la baguette par Louis. Concentrée sur la musique, la jeune Allemande n’a presque pas besoin des indications du chef d’orchestre, mais elle le regarde tout de même, conciliante, sans réellement le voir. Son esprit était dédié à sa musique, du moins une part... L’autre était fixé sur sa mission. Dieter Feuerbach... D’après sa famille, ils partageraient le même sang... Obtenir cette information n’a pas été aisé, il avait fallut convaincre son père de la laisser consulter les écrits de son aïeul, Reginald. Cela ne fut pas simple... Son père lui a également fait promettre de ne pas en parler à Lothar ou à Freya. « Une branche de la famille que tes frère et sœur n’ont pas besoin de connaître. Contente-toi d’accomplir ta mission. » Ce qu’elle avait fait... Et officiellement, pour l’ordre, l’affaire Feuerbach était réglée. Seulement ce n’était pas son ressenti. Quand elle repensait à cette mission, à cet homme... elle avait une amère sensation d’inachevé...
    Et Rosamund détestait l’inachevé plus que tout. ... Plus que la moyenne.

    Aujourd’hui elle se trouvait encore à Star City, c’est que le travail ne manquait pas dans cette ville entre les supers et les troubles apportés par un nouveau joueur... le Trident Noir. La présence de la Rose était fort appréciée. Et même dans sa vie civile comme ce soir. Les musiciens ne manquaient pas... mais de son acabit... L’esprit de Rosa se porta de nouveau sur le réel et elle reçu un sourire provocateur des lèvres de Louis. Non Star City n’était pas dénuée d’intérêt. D’autant plus que la curiosité qu’elle avait placée sur Dieter finit par la mener vers un autre individu, et cette fois, elle était certaine d’avoir découvert un oiseau rare... un ange. C’était là une nouvelle occasion de nouer des liens avec de la famille éloignée.

    ///

Dossier Médical

ϟ Description Physique : Du haut de son mètre soixante-cinq, Rosamund ne va pas compter sur sa stature ou sa corpulence pour s’imposer dans le sombre univers de l’ordre de Thulé. C’est principalement avec son regard d’un émeraude un peu bleuté qu’elle exerce son charisme. Profonds, calmes et fascinants, voire hypnotisant, il n’est pas difficile de tomber sous son charme. Rose est assurément une belle femme, avec ses cheveux d’un noir de jais qui s’accorde magnifiquement avec les plumes que son pouvoir Raven peut lui donner, sa peau si pâle qu’elle pourrait pousser le Gang des Fables à lui offrir le titre de Blanche-Neige. Une poupée en porcelaine auréolée d’une aura sombre symbolisée par sa chevelure qui, souvent, descend plus bas que les épaules.

Dessinée par une silhouette svelte, la sorcière n’en demeure pas moins légèrement athlétique à cause de l’entraînement régulier imposé dans on enfance, aujourd’hui ancré dans ses habitudes, sans parler des performances que son arme mystique lui permet d’accomplir. Cette silhouette, Rose la met en valeur avec des vêtements élégants qui eux-mêmes imposent. Féminines et gracieuses ou froides et sévères, parfois masculines, ses tenues expriment souvent sa rigueur personnelle et professionnelle. Le tout en visant souvent – pour ne pas dire toujours – la perfection que Rose se doit d’atteindre systématiquement. Et si elle n’est pas étrangère aux longues séances de maquillage, elle trouve toujours, à son goût en tout cas, le juste équilibre. Il ne faut pas s’approcher de la vulgarité non plus, jamais.

ϟ Particularités : Il lui arrive que des reflets de lumière d’origine surnaturelle flottent autours de son corps lorsqu’elle utilise la magie, notamment ses yeux. Les couleurs varient en fonction de la magie utilisée, de la puissance invoquée et d’autres facteurs circonstanciels mystiques.
ϟ Description Mentale : La perfection n’est pas un idéal, c’est une façon de vivre. Pour Rosamund, elle doit régir son quotidien mais aussi et surtout son travail. Elevée au sein d’une famille de sorciers, la jeune femme a tôt fait de développer ce besoin instinctif de faire les choses comme il faut... et plus encore. Faire les choses mieux qu’un autre. Cette exigence, ses parents l’avaient et l’ont toujours exprimée, mais Rose l’a poussée jusqu’au vice si bien qu’un échec ou une déception liée à ses propres performances la mettent dans un état pas possible et alors elle frisera l’hystérie en passant. Cette quête de perfection se caractérise parfois (souvent, selon Freya) par une maniaquerie frôlant le ridicule. En cherchant les origines de ce besoin viscéral, on peut arriver à la volonté de plaire. Ses parents d’abord. Elle a eut la chance de naître au sein d’une grande et puissante famille et donc il lui est nécessaire d’être à la hauteur et plus encore. Laisser son empreinte dans l’histoire de la famille et de l’ordre fait partie de ses objectifs suprêmes.

Comme elle n’a de cesse de chercher la perfection, Rosamund fait preuve d’une patience incroyable pouvant exaspérer ses proches ou collègues. Ceux avec qui il lui est arrivé de jouer à un jeu de société s’en mordent encore les doigts. Rose prend son temps pour réfléchir à sa stratégie, aux possibilités et aux alternatives. Et parce qu’elle a conscience que celles-ci son infinies, elle en ressort souvent frustrée. Mais elle fait de son mieux pour parer à cela, la rigueur de son éducation ne l’a pas rendu aveugle vis à vis de ses propres défauts...

Toute cette rigueur fait d’elle une personne autoritaire car elle aime garder le contrôle de la situation... de toutes les situations. C’est pour cela qu’elle porte un amour passionné à la musique dont la pratique nécessite selon elle cette précision et cette rigueur qu’elle prise de façon inconditionnelle. D’ailleurs il vaut mieux ne pas lui dire un mot de travers lorsqu’elle revient d’un concert ou d’un opéra qui l’a déçue. Elle même pratique la musique pour se calmer les nerfs, pour réfléchir ... pour contrôler sa proie également...

Enfin Rosamund a pleinement conscience de ses charmes et en use. A cela s’ajoute les manières un peu bourgeoises inculquées par son éducation ce qui lui confère une politesse qu’elle use sans hésiter pour charmer ses interlocuteurs en plus de ses charmes plus esthétiques et de ses capacités. Elle aime attirer le regard et provoquer le sourire, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. A ce niveau là d’ailleurs, elle reste une esthète, amatrice de beauté quelque en soit le genre, du moment qu’au final, cela ne l’empêche pas d’accomplir son devoir.

Super Dossier

ϟ Groupe et raisons : SHADOW avec l’ordre de Thulé.

Pour plus de justification, le nom Richter devrait suffire (ainsi que l’histoire de Rosamund). Il est à noter cependant que Rose partage avec sa famille une grande suffisance par rapport à leur appartenance à l’ordre qu’ils jugent supérieur à toute chose, même aux autres projets de SHADOW.

ϟ Pouvoirs et capacités : Rosamund est une sorcière et doit ses pouvoirs à son sang, aussi bien du côté maternel que paternel et à son éducation car depuis son plus jeune âge, la magie faisait partie de ce que ses parents et grands parents lui enseignaient, comme d’autres familles enseignent le vélo, la pêche ou la cuisine...

- Maîtrise de la Sorcellerie Rosa est une sorcière, depuis sa plus tendre enfance, elle a été initiée à la maîtrise des forces occultes. Fortement influencée par la magie d’origine celtique, la sorcellerie de Rosa peut s’exprimer comme le faisait celle d’anciens druides, par le biais de la nature, des herbes et des animaux notamment dont elle peut se servir afin de concocter diverses potions, des talismans ou afin d’effectuer de puissants rituels. Elle demeure limitée par son jeune âge ainsi que par les lacunes qu’il peut entraîner. Sa maîtrise et sa sensibilité mystique lui permettent notamment de ressentir la magie et sa nature lorsqu’elle établit un contact physique avec un de ses instruments ou encore lorsque la magie envahit un lieu.

- Lance de Scáthach il s’agit d’une arme mystique dont la légende veut qu’elle ait appartenu à une guerrière mythologique. Elle possède apparemment plusieurs propriétés mystiques mais Rosa n’en maîtrise pas encore tout le potentiel. A son niveau, elle peut simplement camoufler l’arme en la transformant en une broche en forme de rose. La lance peut également adopter une forme intermédiaire de lance courte (qui ressemble alors plus à une dague) pour le combat rapproché. Entre les mains de Rosa, cette arme devient particulièrement meurtrière. Mais sachant qu’avant d’avoir découvert cet artefact, Rose ne connaissait rien au maniement de la lance, on peut conclure que la lance de Scáthach en confère la maîtrise martiale à son propriétaire.

+ Union Mystique - la lance est désormais entièrement liée à sa propriétaire, en l’occurrence, Rosamund, de telle sorte qu’aucun autre n’est capable de s’en servir. Rosamund est également capable de faire revenir sa lance vers elle si jamais elle est hors de portée. L'arme s'envolera alors docilement en direction de sa maîtresse.

+ Lance indestructible - il est impossible de détruire ou de casser la lance


- Raven Dans certaines religions, chaque individu se voit attribué un animal « totem », une sorte d’avatar mystique. Celui de Rosa est le corbeau et sa condition de sorcière lui permet dès lors de transformer son corps en une dizaine de corbeaux afin de s’échapper de situations délicates, de se déplacer rapidement ou même d’espionner ses ennemis. L’esprit de Rosa contrôle alors chacun de ses corbeaux, elle voit, entend et ressent ce qu’ils ressentent. Les oiseaux en eux-mêmes n’ont rien de surnaturels et leurs capacités sont très ordinaires à ceci prêt qu’ils ont tous l’intelligence de Rosa. La sorcière a la possibilité de se séparer d’un seul corbeau sans se transformer complètement, mais cela lui sera plus difficile, un peut comme de se séparer d’une main.
Le danger est qu’elle peut mourir sous cette forme, si tous les corbeaux sont tués, elle en mourra également. Plus il y en a de morts plus elle sera affaiblie.

- Malédiction de Pan Lorsque Rosa joue d’un instrument, elle a la possibilité d’y insuffler sa magie afin d’enchanter un individu. Cette personne sera alors sous son emprise et deviendra sa marionnette jusqu’à ce que Rose s’arrête de jouer. Ce contrôle touche l’âme, tout individu en possédant une et étant incapable de la protéger est susceptible de tomber sous le contrôle de la sorcière, ainsi, même un mentaliste répondant à ces critères peut se faire posséder.
Conditions : Sans instrument, Rose ne peut utiliser ce pouvoir. Il faut forcément que sa victime entende la musique pour que la malédiction commence. Une fois ensorcellé, l’âme de l’individu est liée au pouvoir de Rosa et même si son corps est loin de la musique, l’âme restera en son contrôle. De plus, la possession peut se dérouler sur plusieurs actes éparpillés dans une journée. Rosamund peut contrôler quelqu’un le temps d’un morceau, arrêter puis reprendre un peu plus tard sans même qu’il y ait besoin d’avoir sa victime à portée d’oreille. Cela dit elle est limitée à trois actes par jours et la durée de contrôle maximum est de 6 minutes par acte. Mais si elle n’exerce son contrôle que pour un seul acte dans la journée, celui-ci peut durer un quart d’heure. Rosa ne peut posséder qu’une personne par jour et une autre (mais pas forcément) la nuit. Elle ne peut pas utiliser ses autres pouvoirs lorsqu’elle se sert de celui-ci.
Effets secondaires : une fois la possession terminée, la victime est désorientée et n’a pas conscience de ce qu’elle a fait durant l’envoutement. Il se peut aussi qu’elle oublie même avoir entendu la musique, mais ce n’est pas toujours le cas.


ϟ Surnom et costume : Rose, de part son prénom, tout simplement. Et aussi accessoirement parce qu’elle est une esthète et que cette fleur correspond bien à son idéal de la beauté. Le tout en ayant de quoi blesser ses ennemis : des épines. C’est Helmwige qui lui a donné ce surnom des son plus jeune âge.

Son costume est fait à partir de deux matières : le cuir et le velours modifié (empêchant le frottement des vêtements de faire du bruit). Il est constitué en une combinaison de cuir noire la recouvrant des pieds à la tête. La tenue est ornée de tracés renvoyant à une roseraie. Mais Rose a ajouté d’autres détails esthétiques : une rose blanche faite en velours modifié qui orne négligemment le côté droit de son crâne, un peu comme un chapeau, ainsi qu’une longue demi-jupe de la même matière mais de couleur noir qui recouvre sa jambe gauche. Les plis de la jupe font penser aux pétales de rose.

Informations Complémentaires

En tant que mélomane, Rosamund adore jouer de la musique, les instruments qu’elle maîtrise le plus sont le piano, le violon, le violoncelle et l’ocarina, mais elle maîtrise également les bases de la guitare acoustique.

Elle parle couramment l’allemand et l’anglais sans aucun accent. Rose dispose également les bases linguistiques de plusieurs langues européennes (notamment le français, l’italien, le suédois et le polonais), juste assez pour comprendre le principal et pour l’exprimer.

Sa formation pour l’ordre lui a fourni les bases du maniement des armes de petit calibre. Ainsi, si elle a un pistolet ou un revolver sous la main, elle est parfaitement capable d’abattre une cible à l’autre bout de la pièce, à condition qu’elle ne soit pas trop entraînée... De même pour ses capacités au corps à corps, contre un initié aux arts martiaux, elle sera loin d’être de taille, à moins qu’elle soit armée de sa lance.

Il lui arrive parfois de porter des lunettes. Principalement lorsqu’elle a affaire à des écritures indéchiffrables et autres glyphes peu coopératives.


 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 29 Aoû 2014 - 11:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

La Maire
Maître du Jeu

Personnage
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Joueur
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Bonjour et rebienvenue à toi !

Comme la première fois on ne peut que souligner la très chouette réappropriation du personnage, entourée d'une famille pour le moins sympathique, très cohérente avec l'idée qu'on pourrait se faire d'une dynastie de sorciers de l'Ordre. Ses pouvoirs vont de même assez bien s'accorder avec d'autres mystiques d'inspiration druidique présents sur le forum, nul doute que Rosamund pourra se faire une jolie place dans l'écosystème magique de Star City Rosamund Richter 364988687
Il y a encore toutefois quelques soucis mineurs qui retardent la validation, rien d'insurmontable je te rassure !

Tout d'abord j'imagine que tu es parti de ta sauvegarde sur traitement de texte ? le code en a un peu souffert, il serait mieux de repasser le texte par le générateur pour une présentation plus nette :-/ il y a aussi deux distractions mineures qui avaient été corrigées la première fois mais visiblement pas sur ta sauvegarde.
Dieter Feuerbach a écrit:
Juste un petit bug de date au début : elle naît le 6 décembre et se fait bénir le 4 Rosamund Richter 1951379466 précoce, uhuh.
Le Maire a écrit:
Je crois que tu as toujours un bug avec la date de naissance, parce que 1887, elle est vachement bien conservée ! Rosamund Richter 364988687 Tu vas y arriver, j'en suis sûr Rosamund Richter 271065803
Ce sont des détails mais autant les régler dès maintenant ^-^

Ce qui est plus ennuyant en revanche, c'est que comme déjà dit il y a eu de légères modifications dans la fin de l'histoire de Rose Rosamund Richter 1432157319 si l'ajout que tu as fait donne une bonne description de sa situation actuelle, il y aura aussi je crains des modifications à apporter à l'avant-dernière partie (quand on lui confie l'affaire Feuerbach). En effet en accord avec Louis notre chère Allemande arrive beaucoup plus tôt à Star City que ce n'était prévu au départ :
Dieter Feuerbach a écrit:
– Évoluant dans le milieu artistique dans sa vie civile, elle a déménagé à Star City en 2012 pour honorer un contrat avec l’opéra Beaudrie, une institution dont les gestionnaires sont comme elle liés à SHADOW. Ses prestations sont très satisfaisantes, il y a de grandes chances pour que le contrat soit encore renouvelé cette saison-ci.
– En 2013 elle a participé à l’enlèvement de Dieter Feuerbach, un homme qui a échappé au contrôle de l’Ordre. L’opération révélera qu’il ne représente aucun danger et la plupart des Thuléens concernés se sont désintéressés de lui dès qu’il s’est mis sous la protection de l’UNISON. Mais pas Rosamund. Elle a le sentiment qu’il y a quelque chose de plus dans cette histoire, mais quoi ?
Si c'est plus facile pour toi il reste à mon sens toujours possible qu'elle ait été appelée en renfort spécifiquement pour le cas Feuerbach tant que ça se passe quelque part entre novembre 2012 et janvier 2013. De même elle peut n'avoir découvert la filiation dans les archives familiales que tout récemment (ce serait même plus logique ^^).
Pour la petite histoire cette modification a en fait été introduite pour que Louis ait pu collaborer à l'enlèvement, comme tu peux le lire dans le lien du scénario.
Dieter Feuerbach a écrit:
De ce fait, ils [Rosamund et Louis] se sont souvent fait des renvois d’ascenseur pour des collaborations fructueuses, dans leurs activités secrètes bien sûr (elle a requis son expertise en enlèvement au cours de l’affaire Feuerbach), mais aussi dans leur vie publique où ils évoluent tous deux dans le milieu artistique. Louis a ainsi recommandé les talents de Rosamund à sa tante Mélissande, directrice de l’opéra Beaudrie, qui est devenue son employeur depuis deux saisons déjà.
Le lien en question n'a cependant pas encore été officialisé dans un RP, si cette installation précoce et/ou l'implication de Rose dans l'enlèvement ne te plaisent que moyennement il est probablement possible de voir directement avec Louis pour redéfinir cette chronologie ^^" dans ce cas prévenez-moi simplement de ce que vous aurez décidé.

Long blabla (tradition oblige Rosamund Richter 3758440006) pour finalement peu de choses à corriger : quelques distractions et donc le problème de la venue de Rose à Star City, qui peut se régler de plusieurs façons différentes (selon tes préférences !). Si tu as des questions n'hésite pas à les poser à la suite ou à me mp (Dieter).

Bon courage Rosamund Richter 3458505197

(... oh, et ce n'est qu'un micro-détail mais n'oublie pas aussi de changer les informations sur ton profil Rosamund Richter 2683915942 on a encore des traces de Morgane version démon)
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 29 Aoû 2014 - 12:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le bug de la date... je me déteste...
Surtout que lorsque je me suis relu hier, ça m'avait pas choqué... les chiffres et moi.

Du coup j'ai apporté les petites modifications pour la date, jugeant que cela n'impliquait pas de grands changements, j'ai simplement modifié la date du rendez-vous du Briefing. Comme le contrat avec l'opéra a apparemment débuté en 2012, j'ai décidé de faire de Rosa une Star Citoyenne depuis cette date, mais encore une fois, cela n'implique pas de grandes modifications dans ce que j'ai déjà rédigé.
Pour les autres informations, la relation avec Louis et l'enlèvement de Dieter, je ne trouve pas que mon histoire soit en désaccord avec ces évènements alors je n'en n'ai pas fait mention de manière directe, restant vague pour laisser place à une élaboration de lien avec les concernés. Mais je peux tout à fait ajouter des détails comme le contrat que Louis lui a obtenu à l'opéra Beaudrie... ou tout ce que mon staff adorable me demandera de faire Rosamund Richter 1400615119

(oui je suis toujours un adepte de la lèche)

Et normalement, j'ai modifié mon profil pour qu'il corresponde à Rosamund.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 29 Aoû 2014 - 14:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

La Maire
Maître du Jeu

Personnage
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Joueur
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Décidément, toi et les dates Rosamund Richter 2329031912 d'ailleurs Rose est toujours née en 1887 d'après ton cadre Informations personnelles Rosamund Richter 364988687

Blague à part si cette situation te convient je ne vois rien à redire à cette fiche qui reste très complète. Il sera bien temps par la suite de définir les détails avec les intéressés !

Tu commences avec un niveau 1, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure. Tu gagnes 15 points de réputation supplémentaires pour avoir fait une fiche 24h chrono, 50 points d'inventaire pour avoir choisi un scénario et 25 points de réputation bonus pour avoir choisi un groupe défavorisé.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition !

Bon courage pour achever avec une minutie toute rosine tout ce que tu as entrepris !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 29 Aoû 2014 - 14:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rosamund Richter 3271916155

Modification faite, normalement...


Houuuuuaaaaiiiiiiis ! Merci à toi !!! Rosamund Richter 195470577 C'est bon d'être là !
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Rosamund Richter
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Rosamund Richter Cadre_cat_6Rosamund Richter Cadre_cat_8


Rosamund Richter Cadre_cat_1Rosamund Richter Cadre_cat_2bisRosamund Richter Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Rosamund Richter
» JRichter / Pakelika
» Demande de retouche
» On passe très souvent à l'ennemi pour fuir ses amis ▬ Rosamund
» Rosamund Mary Kate Chatterton - OK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosamund Richter Cadre_cat_6Rosamund Richter Cadre_cat_8
Sauter vers: