AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Aubes & Crépuscules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Dim 24 Aoû 2014 - 16:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

16 mai 2014

— Vous avez mal. Encore.
— e4-e6.
— Vous devriez voir un médecin.
— Très drôle.
— Échec et mat.

Alex reposa les poids avec un soupir. Son regard consentit enfin à se poser sur l’échiquier virtuel projeté sur l’une des parois de son atelier, à Fallaenn, dans les sous-sols de la villa, creusés sous la falaise. Une bouteille d’eau vola à travers la pièce pour rejoindre sa main, il but de longues gorgées et examina une nouvelle fois la disposition des pièces.

— C’est la troisième fois que vous perdez, cette semaine.
— Ça arrive.
— Vous faites de la musculation en jouant aux échecs à cinq heures du matin, même un ordinateur peut comprendre que vous n’allez pas bien. Vous avez mal.
— Tu passes trop de temps sur Wikipédia.


Médée resta un instant silencieuse, avant d’avouer :

— Je n’ai rien trouvé sur les… entités comme vous.
— Sans blague. Et tu veux que j’aille voir un docteur ?
— Pour lui parler des douleurs.
— Je supporte.
— Des tremblements.
— Ils sont rares.
— Des plaies.

Silence.

— Elles se résorbent.
— La dernière est restée ouverte soixante-trois minutes.
— Et comment tu sais ça ?

L’hélice de Clank, à quelques mètres de là, se mit en tourner beaucoup plus vite, tandis que le robot tentait d’adopter un air innocent en continuant à feuilleter la dernière livraison de Hardware Magazine.

— Mes propres robots m’espionnent.
— C’est pour votre propre bien.
— On a fait des romans d’anticipation sur moins que ça.
— Vous en avez parlé à Lukaz ?

Silence.

— Je ne veux pas qu’il s’inquiète.
— La communication, c’est essentiel pour les couples.
— Wikipédia et psychologie.com ?
— J’essaye de vous conseiller, c’est pour cela que vous m’avez créée, non ?

Silence.

— Il a récupéré un copain qui ne ressemble en rien physiquement au précédent et qui passe son temps à faire des trucs bizarres, alors j’essaye de minimiser mon capital d’étrangeté, pour ne pas le faire trop fuir.
— Vous pourriez mourir.
— Les avis sont partagés. J’vais prendre une douche.

Quelques mètres plus haut, dans la douche spacieuse de Fallaenn, alors que les premiers rayons de soleil commençaient à verser par les larges baies vitrées de la villa, isolée sur sa falaise, dominant l’Océan Atlantique, Alex ne parvenait pas à détourner ses pensées des recommandations de Médée. La vérité, c’était qu’il n’était pas certain d’agir au mieux. Et qu’il avait un peu peur. Se confier à Lukaz eût été un soulagement. Mais il n’était pas du genre à imposer aux autres ses problèmes.

Les premiers symptômes étaient apparus quelques semaines après sa résurrection. La fatigue. Les migraines. Rien que de très habituel. Les mains qui tremblaient ? Soit. La douleur lancinante avait été plus étrange. Quand sa peau avait commencé à s’ouvrir sans raison, puis ses chairs, avant de se refermer, Alex avait senti son sang se glacer. Le processus était curieusement familier et il en craignait le sens.

Le mentaliste était resté vague, très vague, sur les circonstances de sa résurrection. Sur ce qui, concrètement, lui était arrivé. L’étrangeté de toute l’affaire pour ses interlocuteurs l’aidait beaucoup à noyer le poisson dans l’eau. Il disait qu’il avait « décidé » de revenir et, à l’entendre, tout s’était passé comme si, soudain, d’un coup, son nouveau corps était apparu comme par enchantement. Ou dans un halo de lumière. Beaucoup de choses se passaient chez lui dans un halo de lumière. La pâle opalescence de la Pierre de Lune. Alors, pourquoi pas ?

La vérité était beaucoup poétique. La Pierre, ou sa volonté, ou lui-même, ou son esprit, il ne savait pas si tout cela était bien différent, quelque chose avait reconstruit son corps morceau par morceau : les os s’étaient calcifiés, les nerfs s’étaient tendus, les muscles s’étaient gonflés, et il avait senti chaque petite étape, comme une très longue opération à ventre ouvert, comme si on avait cherché à fouiller dans ses tripes ou percer ses os. Les souvenirs du spectacle étaient revenus petit à petit. Et ce qu’il avait vu alors, il avait l’impression de le voir désormais, mais en marche arrière. Est-ce que son corps pouvait se défaire ?

Alex fixa sa main. La tourna dans un sens, dans l’autre, sous la cascade d’eau chaude. Parfaitement intacte. Pour l’instant. Aller voir un médecin eût été absurde, sans doute. Il n’y avait personne à voir. S’il avait créé son propre corps, il devait sans doute pouvoir l’entretenir. Même s’il ne savait pas très bien comment il fonctionnait. Il avait cessé de dormir, véritablement, par exemple. Plus de rêve. Plus de somnolence le soir une fois dans les draps, plus de brume le matin. Il s’allongeait, il se plongeait dans une méditation profonde, il en sortait, il se levait. Ça ressemblait presque à du sommeil. Mais il ne savait pas comment ça fonctionnait. Il ne savait pas pourquoi sa courbe musculaire stagnait, malgré les entraînements multipliés pour se vider l’esprit, pourquoi ses muscles refusaient de grossir — ou de diminuer. Pourquoi ses cheveux ne poussaient pas. Pourquoi ses ongles gardaient toujours exactement la même taille. Ça fonctionnait différemment.

Alex sursauta en entendant du bruit dans l’entrée, à travers les gouttes d’eau. Il n’avait même pas senti Lukaz venir. Il coupa l’eau, se sécha sommairement, noua une serviette autour de ses hanches et quitta la salle de bain, traversa la chambre et partit à la rencontre de son compagnon dans le salon.

— Les recherches ont été fr…

Alex s’interrompit quand ses yeux se posèrent sur Lukaz. Ou quand son esprit frôla celui de son petit ami.

— Tu es blessé…

Il parlai de la première chose qu’il voyait, évidemment : de son esprit.

— Qu’est-ce qui s’est passé ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 25 Aoû 2014 - 20:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
La nuit avait été horrible. Oui, horrible. Par le passé, Lukaz aurait sans aucun doute pris énormément de plaisir avec les événements qui avaient eu lieu durant cette nuit si particulière, mais aujourd'hui, les choses avaient changé. Si son corps avait répondu positivement à ce qu'il s'était produit, l'esprit du voleur avait de son côté tenté de lutter. Au début, il avait compris que quelque chose de mauvais se produisait, mais il n'avait pas pu être assez fort pour résister et bien vite, une sorte de brume s'était abattue sur lui, faisant ressurgir le Lukaz d'avant. C'en était au point que le Français ne se rappelait même pas de tout ce qu'il s'était passé. Il avait repris connaissance au petit matin, sans même se souvenir qu'il s'était endormi... Alors que certains souvenirs resurgissaient dans son esprit, Lukaz avait compris qu'il avait été abusé. Quelqu'un s'était joué de lui – et en réalité, pas uniquement de lui. On l'avait drogué, c'était la seule explication possible. Mais qui ? Tous les verres qu'il avait bus lui avaient été servis par les employés de l’Éclipse... Étaient-ils responsables de tout cela ? Pourquoi ?

Lukaz n'aurait su le dire et en réalité, il n'avait pas envie d'y réfléchir pour le moment. Il était honteux. Terriblement honteux. Honteux d'avoir été ainsi abusé, d'une part, mais aussi honteux d'avoir une fois encore manqué de respect à son petit ami. Il n'était pas vraiment responsable de ce qui était arrivé, mais ça ne l'empêchait pas de se sentir souillé. C'est pour cette raison que le voleur avait soigneusement évité de rentrer chez lui après les événements et qu'il avait simplement erré dans les rues de Chinatown. Son esprit était perdu, assailli par des pensées de toutes sortes, mais rien de concret n'en sortit. Comme si cela allait pouvoir l'aider, Lukaz était alors parti vers la côte, s'installant au milieu des rochers, le regard portant vers le large. Il avait vainement espéré que le lever du Soleil pourrait le purifier et le laver de ses actes, mais c'était tout bonnement impossible. Il allait devoir assumer. Et quoi de mieux pour cela que de commencer par rentrer ?

C'est l'air hagard, les yeux légèrement cernés, que Lukaz poussa la porte de Fallaenn, s'attendant déjà à subir les remontrances de son petit ami. Pas à cause de ce qui avait pu avoir lieu, non, mais en raison de son absence, imprévue. Il était sorti pour une simple soirée et sans prévenir, il n'était pas rentré. De quoi poser des problèmes, en théorie. Mais si son petit ami vint le retrouver, simplement vêtu d'une serviette de bain, ce n'était pas du tout pour cette raison. Pire encore, il ne semblait même pas lui en vouloir. Lukaz n'eut toutefois pas le temps d'en comprendre davantage que déjà Alex comprenait que quelque chose n'allait pas. Que s'était-il passé ? Bonne question. « Je... »

Incapable de parler, le voleur ouvrit une ou deux fois la bouche, sans qu'un seul mot n'en sorte. Que dire ? Il ne savait lui-même pas ce qui était vraiment arrivé. « Je suis désolé. Je ne voulais pas. » Sans oser regarder Alex dans les yeux, Lukaz s'adossa contre le mur de la pièce et se laissa glisser à même le sol, ramenant ses jambes contre lui. « Je ne sais pas. Je crois qu'on m'a fait prendre un truc. Je suis désolé, Alex. Désolé. » Et alors qu'il parlait, des larmes commençaient à perler dans ses yeux. Parce que oui, Lukaz était sincèrement désolé. A cause de ce qu'il avait fait, de ce qu'il avait imposé à Alex, mais aussi de tout ce que ça pouvait suggérer. « J'ai couché avec quelqu'un. Un mec. Mais je voulais pas. Je suis désolé. » Les larmes coulèrent le long de ses joues alors qu'il baissait la tête pour qu'Alex ne le voit pas comme ça. Peut-être allait-il partir, dégoûté par l'attitude de Lukaz. Il aurait raison. Oh oui, il aurait raison. « Désolé. »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mar 2 Sep 2014 - 9:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Des messages ? Des messages disparus ? Quels messages disparus ? Étrange. Étrange, singulier et même bizarre. Vous avez dit bizarre ? Bizarre, bizarre. Mais ne vous inquiétez pas. Clank va mener l’enquête pour vous dans…

Détective Clank et le RP qui ne fut jamais
(Bientôt sur vos écrans.)

En attendant, voici ce qui s’était réellement passé, à Fallaenn, ce matin-là…

***

Dans les spots contre l’alcool au volant, on vous prévenait de la vitesse, de la pluie et du danger, des arbres contre lesquels on s’encastrait, des virages que l’on ne prenait pas à temps, mais personne ne vous disait qu’un verre de trop dans un club un peu suspect, et c’était la partouze vampirique assurée. Dans de pareilles conditions, comment s’étonner qu’Alex fût décontenancé par les révélations de son petit-ami ? Laconiques comme elles l’étaient, le jeune homme se revoyait plongé deux mois en arrière, au point mort de l’infidélité.

Ses paupières se plissèrent alors que son esprit plongeait dans celui de Lukaz. Théoriquement, c’était sans doute un peu crétin, mais pour Chase, remuer le couteau dans ses propres plaies, c’était comme un sport national. Il allait voir Lukaz en train de draguer un bellâtre parfaitement blanc et parfaitement blanc, ce serait parfaitement insupportable, et ensuite, il pourrait ruminer sa douleur, comme une vache. Il avait toujours eu beaucoup de talent pour cela.

Les souvenirs affluèrent. La réalité était tout autre. Elle n’était pas entièrement compréhensible, pour Alex. Peut-être un peu trop humaine. Peut-être un peu trop indécidable. Il ressentait le plaisir et l’excitation de Lukaz. En même temps que l’emprise sur son esprit. Une larme coula le long de sa joue. Quelque part au fond de lui, les vieux démons de l’incertitude s’agitaient. Les pensées de jadis affluaient. Il sentit sa propre volonté vaciller — et la machine implacable de Noctis se mit en route.

C’était imperceptible, mais les meubles, et les murs, et les objets frémir, alors que l’esprit du mentaliste, en quelque seconde, élevait le bouclier mental à un nouveau degré de raffinement — non contre les autres, mais à l’intérieur de soi-même. Depuis sa résurrection, Alex n’avait cessé de conquérir plus de contrôle sur sa propre personne, sensation d’abord indéfinissable et désormais de plus en plus clair. Son corps, son esprit, tout était soumis à sa volonté, à l’exercice de décisions impérieuses pour lesquelles la faiblesse humaine était une conception intangible, et cette conscience radicale, de moins en moins susceptible d’être fissurée, si elle le rendait moins capable de concevoir en Lukaz la coexistence du désir et de la répugnance, de la jouissance et du regret, le rendait plus à même de surmonter ses propres douleurs.

— Uuuurgeeence mééédicaaale. Suuuper Claaaank.

BONG.

— Ouille-ouille-ouille-ouille-ouille…

Clank avait surgi de nulle part pour foncer vers Lukaz, plein de bonnes intentions qui devaient impliquer de huiler les articulations du Breton avec de l’huile pour moteur et de resserrer ses oreilles comme des boulons, mais il s’était heurté violemment à un bouclier télékinésique, qu’il l’avait envoyé valdinguer plusieurs mètres dans le salon.

— Pas touche.

On pouvait avoir de l’affection pour un robot et douter de sa formation aux premiers secours.

— Médée. Protocole Forteresse.
— Protocole enclenché.

Alex avala difficilement sa salive et s’approcha de Lukaz. Et maintenant, qu’est-ce qu’il était censé dire ? Ou faire ? Réparer les Terminators, c’était tout de même plus facile que réparer les humains. Alex s’assit à côté de son compagnon, se pencha vers lui et murmura :

— Je t’aime.

En français dans le texte. Ça au moins, c’était facile : il n’avait pas tellement de doute. Dans un français curieusement impeccable, Alex poursuivit :

— T’es en sécurité maintenant, t’es à la maison. Médée a bouclé le périmètre et moi je te protège. Je te protège même contre Clank, t’as vu ?

Plus loin, le robot tâtait les palmes de son hélice d’un air un peu contrarié.

— Je suis désolé, le français, c’était censé être une surprise pour un moment plus… joyeux.

Cela faisait quelques mois que Chase apprenait le français, mais ses talents de linguiste avaient toujours été minimes, pas vraiment à la mesure de ses aptitudes intellectuelles dans d’autres domaines. Son apprentissage avait été considérablement facilité par ses capacités récentes à absorber les connaissances des autres et il était reconnaissant à un professeur de français de l’université de Star City pour sa coopération (involontaire) à son apprentissage moliéresque.

— Je voudrais bien te prendre dans mes bras, mais je sais pas si ça va te… crisper. Je veux pas te brusquer. Alors je reste là et puis… Et puis, tu vois, si tu veux, quand tu veux, tu peux venir.

Il ne savait pas tellement comment les gens réagissaient dans ce genre de circonstances et il doutait que son propre rapport au corps pût servir de pierre de touche universelle.

— Mais on devrait peut-être… Attends.

Alex fit un geste de la main vers le salon. Clank, qui n’était (presque) pas né de la dernière pluie, eut la riche idée de fuser vers la chambre, alors que tous les meubles et les objets de la pièce se tassaient brusquement contre le mur le moins exposer au soleil, pour qu’il n’y eût pas d’obstacles entre les larges baies vitrées et le corps de Lukaz.

— On pourrait aller sur la terrasse. Je peux mettre le lit sur la terrasse. Je peux te porter jusqu’à là-bas, si tu te sens trop faible.

L’idée que le traumatisme de Lukaz était à portée d’esprit et qu’une inflexion un peu plus forte de sa propre volonté suffirait sans doute à le dissiper avait bien entendu effleuré Alex dès les premières secondes. Tout réparer en une étincelle de ses pouvoirs. Mais même lui savait qu’en la matière, le possible n’était pas toujours souhaitable.

— Sinon, je peux t’aider à prendre une douche, si tu préfères. Ou juste rester à côté, dans la salle de bain. Ou… Peut-être que tu veux être seul. J’ai pas tellement envie de te laisser seul. J’aurais déjà dû t’accompagner. Je préfère veiller sur toi. T’aider à dormir, si tu veux. Je peux faire ça, tu as besoin de te reposer. Je peux calmer assez ton esprit pour que tu puisses t’endormir. Je resterai près de toi. Et après… Après, on verra ce qu’il faut faire.

Réaménager le salon, probablement.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 4 Sep 2014 - 21:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Est-ce que Lukaz se sentait mal ? La réponse était probablement oui. Mais s'il se sentait mal, ce n'était pas nécessairement pour les raisons que l'on pourrait croire. Ce qu'il avait fait, il ne l'avait pas vraiment fait involontairement. En réalité, le Lukaz d'avant, celui qui était célibataire, il aurait très bien pu le faire de lui-même. Et c'était en quelque sorte ce qui était arrivé. Celui qui avait participé à la soirée, ça n'était pas lui, mais c'était le lui d'avant. Quelqu'un l'avait trompé. Quelqu'un avait trouvé le moyen de le manipuler. Quelqu'un avait pu entrer dans son esprit pour lui faire oublier Alex, lui faire croire qu'il n'avait pas changé. C'était cela qui était le plus douloureux, pas ce qui était arrivé.

Un sourire apparut sur les lèvres du voleur, quand il entendit Alex lui parler en français. C'était inattendu, d'autant que lui-même n'avait plus parlé français depuis leur petit passage en Bretagne. « Je t'aime aussi. » Et c'était vrai. Si Alex avait sondé l'esprit de Lukaz, il ne pouvait qu'en être certain. « J'espère que tu n'en doutes pas. » Parce que ça serait vraiment terrible qu'il se mette à croire que le Français ne voulait pas de lui et qu'il avait fait ça pour son seul plaisir. Si ça avait été le cas, il ne serait de toute façon pas venu en parler, non ? Le seul fait qu'il avait osé avouer cet événement à son petit ami était la preuve qu'il s'en voulait. Qu'il avait honte.

Se laissant aller dans les bras de son petit ami, Lukaz ferma un instant les yeux. « Je vais bien. C'est vrai. » Laissant apparaître un sourire comme pour le prouver, il reprit rapidement. « Tu regardes beaucoup trop de séries policières, toi. » Peut-être était-ce la faute d'un certain Christopher Melonni qu'il avait croisé par le passé ? Difficile à dire... La douche, c'était une bonne idée, oui. Mais pas tout de suite. Il fallait d'abord régler certaines choses. C'était en tous les cas ce qui lui semblait être le plus important, pour le moment. « Je... Je sais pas trop ce qui s'est passé, ce soir. C'était comme dans ce film. Tu sais... Percy Jackson. Quand ils mangent les fleurs. » Sauf que lui-même n'avait pas mangé de fleurs, c'était bien le problème. Par contre, il avait bu des cocktails maison... Est-ce que c'était lié ? En même temps, il n'avait rien pris d'autre, alors ça ne pouvait être que ça... Mais ça signifiait aussi que les serveurs et les gens qui dirigeaient l'établissement étaient responsables et ça, ça ne sentait pas bon du tout.

« C'était un peu comme si... Comme si je me souvenais plus de rien. Comme si j'étais allé là-bas que pour ça... Mais c'est faux, j'y suis pas allé pour ça, tu dois me croire. J'aurais du te demander de venir avec... » C'était un peu un regret, mais bon, il était trop tard pour revenir en arrière. « Je... Je crois que quelqu'un a réussi à rentrer dans ma tête. Je sais pas comment, mais il l'a fait, c'est obligé. » Il n'y avait pas d'autre explication, parce qu'à moins d'une intervention extérieure, il n'y avait pas la moindre chance qu'il se laisse aller à ces choses-là. Et puis... L'autre garçon, il était dans le même cas. Il avait bien assuré être hétéro. Et pourtant... Ouais, quelqu'un leur avait fait quelque chose. « Ce matin, j'avais honte. Honte de t'avoir fait ça... Honte de pas avoir pu résister. On vit ensemble depuis longtemps mais... Je me rends compte que j'ai jamais pensé qu'un jour, quelqu'un pouvait utiliser des pouvoirs mentaux pour me faire un truc de ce genre. »

Se blottissant un peu plus contre Alex, Lukaz essuya une larme qui coulait sur sa joue. « J'ai eu peur, tu sais. Peur que ce soit si facile de me faire faire quelque chose. Je le savais, pourtant. Je t'ai vu faire ça souvent. Rien que hier, avec les deux gardes. Mais j'ai jamais pensé que je pourrais un jour être à leur place... » Et prendre conscience de ça, ça faisait relativiser les choses et ça rendait presque le sort de ces pauvres victimes peu enviable. Bon, jusqu'à maintenant, Chase n'avait infligé ça qu'à des mecs louches mais quand même. Ils avaient sans doute des familles, des amants, des enfants... Les obliger à faire des choses sans qu'ils ne le veuillent... C'était juste une situation horrible. « Le pire, c'est que je me suis rendu compte qu'avec moi, tu n'es pas protégé. Si quelqu'un peut rentrer comme ça dans ma tête... Il pourrait tout découvrir. Voir que tu es encore en vie. Tout savoir. Tu t'imagines les problèmes que ça pourrait donner ? Je veux pas être une faille dans tes plans. » Au moins, le plan du vampire avait eu un bon côté, celui de mettre en lumière certaines faiblesses dans leur plan. Certes, il y avait de meilleurs moyens de le faire, mais quand même.
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Jeu 4 Sep 2014 - 22:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
— Bien sûr que je ne doute pas que tu m’aimes.

La réponse recelait tout de même quelque chose d’un peu ambigu, même si Alex ne s’en rendait pas compte lui-même — comme une réminiscence d’un passé encore tout proche et qu’il croyait certainement plus lointain qu’il ne l’était. L’amour de Lukaz était une évidence pour lui que ses pouvoirs rendaient à chaque plus claire, quand ils étaient ensemble, mais ses propres sentiments étaient devenus si différents des sentiments humains, dans leur mécanique interne, qu’Alex craignait, à tort ou à raison, de n’être bientôt plus capable de percevoir leurs intimes correspondances.

Ce jour-là, ces doutes, qui n’étaient peut-être que des spéculations sans fondement, le cédaient aisément à la fragilité d’un Lukaz réfugié dans ses bras. Pour Alex, la scène avait peut-être une saveur réconfortante, comme les premiers points de l’aube dans l’obscurité — jamais il ne s’était senti vraiment fort, jamais à la hauteur, devant Lukaz, devant la vie et le passé de Lukaz, devant leur avenir à deux qui se déroulait comme une fuite en avant presque incompréhensible, mais depuis qu’il était revenu, depuis le premier soir il avait posé les mains sur les hanches de Lukaz pour l’attirer contre lui avec une assurance nouvelle qui n’avait jamais été jusqu’à lors la sienne, quand Alex posait les yeux sur son compagnon, il avait petit à petit cessé de le voir comme celui qui devait répandre une consolation méthodique sur les souvenirs les plus sombres de son existence et Lukaz, loin d’en devenir moins désirable, lui en était paru plus complexe et plus riche, comme si en se débarrassant de son corps ancien et en conquérant un corps nouveau qui lui avait donné plus de charme et de plus ascendant, à moins que sa force nouvelle n’avait justement façonné un corps à son image, et c’était peut-être même le plus certain, comme si en revenant d’entre les morts, Alex avait plus clairement et plus intimement tous les liens jusqu’à là invisibles et silencieux qui l’avaient uni au fil des mois à Lukaz, dans cette affection improbable où presque tout les opposait et où, pourtant, lui semblait-il désormais, ils se retrouvaient à chaque instant.

— C’est pas tellement les séries policières, c’est juste…

C’est juste qu’il ne savait pas ce que ça faisait, pas vraiment, d’être et de ne pas être soi-même tout à la fois.

— Je veux être sûr de bien comprendre ce qui se passe dans ta tête, même si c’est… Un peu étranger. Viens.

Les bras d’Alex se refermèrent autour de Lukaz et il caressa du pouce l’épaule du Breton, à travers le vêtement, en resserrant un peu son étreinte. L’explication florale fut un peu nébuleuse, mais il en comprit l’essentiel. Les souvenirs de Lukaz qu’il parcourait désormais dans son propre esprit, en essayant de ne pas trop prêter attention à l’amertume dont ils remplissaient son ventre, ne laissaient pas beaucoup d’autres hypothèses que les cocktails bus, mais si Alex n’avait jamais été un grand chimiste ni un grand biologiste, il doutait qu’une drogue ordinaire pût avoir un effet aussi complexe.

Complexe, il l’était certainement, aux yeux d’Alex. À lui, aucune volonté étrangère ne pouvait s’imposer. Ses désirs à lui étaient simples en un sens, et d’une solidité surnaturelle. Ses pensées, ses sentiments, ses impressions et ses aspirations avaient la force de ses pouvoirs et cette personnalité impérieuse, qui s’exprimait chez Alex beaucoup plus souvent que chez Chase, mais qui avait paru chez lui déjà, dans les moments de combat ou de colère, dans les ambitions grandioses, dans les parties d’échecs, cette personnalité était résolument incapable de concevoir ce qui s’était passé en Lukaz. Personne ne pouvait lui faire oublier Lukaz. Il n’avait en lui aucun désir qui ne naquît pas d’abord de Lukaz. Il avait essayé, par curiosité, un jour, de regarder seul des vidéos explicites sur Internet, comme il avait pu le faire jadis, et elles l’avaient laissé de marbre.

Mais son esprit, il devait bien se rendre à l’évidence, était un spécimen rarissime, sinon unique. Les autres ne fonctionnaient pas comme ça. Les autres avaient leurs ombres accumulées que les soleils éclaircissaient sans dissiper pour toujours. Quelqu’un, en Lukaz, existait qui était toujours l’expression de celui qu’il avait rencontré, près d’un an auparavant, dans un bar. Quelqu’un, en Lukaz, n’attendait que d’être convoqué à la faveur d’une drogue ou d’un pouvoir trop puissant, pour balayer la nouveauté des derniers mois. Lukaz, dans la rue, devait parfois regarder d’autres hommes. C’était acceptable. C’était normal. C’était ainsi que le monde fonctionnait. Et même Noctis devait s’accommoder du monde, aussi humiliant fût-il.

— Je te crois. Je suis désolé, j’ai, euh… Regardé. Je voulais pas être envahissant.

En d’autres termes, les images de la nuit coulaient dans son esprit comme dans celui de Lukaz. À en juger par son ton embarrassé, le spectacle ne lui était pas agréable.

— Tes souvenirs sont… troublés. C’est un peu comme si on avait, disons, agencé d’une nouvelle façon, ou d’une ancienne façon, des parties de toi, et… Enfin, peu importe les détails. Ça s’est estompé.

Ce qui n’impliquait pas que ça ne pouvait jamais se reproduire. Alex appuya la tête contre le mur et réfléchit aux propos de Lukaz. Il n’utilisait jamais ses pouvoirs offensifs sur de parfaits innocents et jamais pour sa propre distraction — s’il lui arrivait de contrôler de simples civils, l’impact sur leur existence était mineur. Les autres, les gardes, les policiers, eh bien, il ne voyait pas la différence entre ça et une arme à feu. Souvent, ses méthodes à lui étaient même beaucoup plus douces.

D’un air songeur, il murmura :

— J’ai pas vraiment de plan, pas encore. Mais…

Créer un bouclier mental permanent chez un non-mentaliste, c’était tout à fait possible. En théorie.

— J’ai déjà protégé l’esprit de Charlie, comme ça, mais c’est un esprit humain, c’est plus simple. Chaque esprit mutant est différent, à cause des pouvoirs, des ressources de volonté et de sentiment qu’ils exigent pour leur utilisation. Ça serait plus… compliqué.

Mais Lukaz avait raison : leur vie en dépendait.

— Je pense que je peux y arriver. Viens. On va s’occuper de toi. Pour que tu n’aies plus à t’inquiéter.

Alex relâcha son étreinte pour se relever. La serviette se dénoua et tomba au sol. Par un réflexe un peu ancien, il sentit une vague inquiétude monter en lui, une sorte de pudeur honteuse. Son premier mouvement avait été de la ramasser. Se couvrir, ça avait toujours été la solution de Chase. Parce qu’entre la matière et son esprit, il y avait toujours une abysse. Le mouvement d’Alex s’interrompit. Et il tendit la main à Lukaz.

— Désolé. J’suis encore un peu… Décalé. Parfois.

Alex aida son ami à se relever et abandonna derrière eux la serviette, tandis qu’il guidait Lukaz jusqu’au lit. Il s’y assit en tailleur, posa un oreiller sur ses genoux et fit signe à Lukaz de l’y rejoindre.

— Allonge toi là. Ça va prendre longtemps, tu sais, probablement quelques heures. Je vais t’endormir, parce que ce sera plus simple, et moins long pour toi, et puis tu pourras te reposer. Ce sera un sommeil un peu particulier, quand même. Tu ne vas pas vraiment rêver. Quand tu te réveillerais, tu te sentiras un peu… Pas plus fort, pas exactement, pas plus clairvoyant non plus, mais, en quelque sorte, plus stable. Enfin, tu verras. Et, hm… Comme ça viendra essentiellement de moi, il est possible que ça nous… connecte. Un peu. Que tu sois plus en phase avec ce que je ressens. Pas systématiquement, mais parfois. Pas sûr que ça arrive, mais si jamais, juste… T’étonnes pas si mes sentiments te paraissent un peu, comment dire ? Atypiques. Maintenant, détends-toi…

Alex caressa un moment les joues de Lukaz. Ses cheveux. Peu à peu, le Breton devait se sentir gagné par un assoupissement confortable, très différent à vrai dire du sommeil normal, comme si son esprit s’apaisait, en même temps que ses paupières s’alourdissaient. Quand Lukaz s’endormit, les yeux de Noctis s’étaient déjà voilés de noir et ses mains se tenaient immobiles, de part et d’autre du crâne de Lukaz, à quelques millimètres des tempes.

L’entreprise de construction commença, comme une très longue opération chirurgicale. C’était très différent d’une protection temporaire, très différent des remparts psychiques que Chase avait érigés à l’occasion dans l’esprit de Sydney Stevens, pour quelques heures. Pendant longtemps, il ne fit qu’explorer les pouvoirs de Lukaz, la manière dont il s’ancrait dans ses émotions, la manière dont ils se laissaient contrôler et ce ne fut que lorsqu’il se sentit certain que son intervention n’entamerait en rien les capacités de son compagnon ou leurs évolutions possibles qu’Alex, lentement, patiemment, commença à ériger des barrières.

Les heures passèrent. Lui ne s’en rendait pas compte. Dans un état proche de celui qu’il avait expérimenté pendant quatre semaines, loin des préoccupations de son corps, il aurait pu sans doute se laisser mourir sans s’en rendre compte. Il n’entendait même pas l’hélice de Clank qui surveillait son rythme cardiaque de plus en plus lent, sa respiration de plus en plus rare, comme lorsque, dans sa précédente existence, il avait utilisé la Pierre de Lune. Il était finalement passé à travers les souvenirs et les pensées de Lukaz, les émotions elles-mêmes, pour atteindre les niveaux les plus fondamentaux de son esprit, ceux qui, quelques semaines plus tôt encore, eussent été inaccessibles même pour lui.

Huit heures du matin, neuf heures, dix heures. Depuis quelques minutes, le corps d’Alex avait commencé à ne plus exister. Techniquement. La lumière de la Pierre de Lune avait paru l’envelopper, mais ce n’était qu’une apparence : lui ou la lumière, c’était du pareil au même. Noctis était finalement un surnom bien mal choisi. La lueur pâle entourait Lukaz — l’enveloppait — s’insinuait en lui. Onze heures. Midi. Le soleil était à son zénith, le corps d’Alex se recomposait. L’opération était beaucoup plus sûre et beaucoup plus rapide que la première fois, lors de sa réincarnation. C’était comme lorsqu’il interrompait l’une de ses possessions — mais en plus douloureux.

La peau finissait de repousser sur ses chairs. Un craquement résonna dans la chambre alors que les derniers os se remettaient en place. Alex tenta de réprimer le tremblement général de son corps tandis que Lukaz devait regagner lentement ses esprits. Son cœur s’accéléra rapidement pour reprendre son rythme normal, même un peu trop rapidement. Une vague de douleur monta en lui, déborda, effleura l’esprit de Lukaz avant de se rétracter brusquement, alors qu’Alex reprenait le contrôle.

— Désolé. Ça va. C’est bon. Ça va. Désolé.

Il avait parlé en anglais cette fois-ci. Le tremblement se calma et Alex se rendit compte que son corps toujours nu était en sueur. Au moins le bouclier avait été construit avec tout le zèle dont il était capable. D’une voix un peu faible, il glissa, non sans un sourire satisfait :

— Ton esprit est en sécurité, maintenant.

Et ça n’avait pris que cinq heures de pleine utilisation de ses pouvoirs. N’empêche, il était fier de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 9 Sep 2014 - 14:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
« Bon courage. » Pour bien comprendre ce qui se passait dans la tête de Lukaz, il en aurait effectivement besoin. Lukaz lui-même n'était pas certain de bien le comprendre et en réalité, il n'avait peut-être même jamais tenté de le faire. Il était comme il était et il ne s'était jamais posé de question à ce sujet. A quoi ça pourrait donc servir ? Alex avait peut-être besoin de tout contrôler, mais ça n'était pas le cas de Lukaz. La vie était courte. Beaucoup trop courte. Dans ces conditions, pourquoi fallait-il en plus se prendre la tête à tout gérer ? Ce n'était pas ça, vivre. Du moins, pas pour Lukaz. Mais se laisser guider par ses désirs et ses envies, c'était beaucoup mieux. Enfin, bien entendu, il fallait quand même rester un peu maître de tout ça, ou au moins, éviter qu'un autre n'en devienne le maître, d'où l'idée du bouclier mental. Après ça, tout serait nettement mieux.

Cela dit, s'il avait su ce qui se passait dans la tête d'Alex, Lukaz aurait certainement été très triste pour lui. La seule idée que le voleur était la seule personne à même d'éveiller ses désirs, c'était vraiment un problème. Bon, forcément, d'autres personnes auraient certainement trouvé ça génial et tout, mais Lukaz n'était pas vraiment comme tous les autres. Il n'avait jamais imaginé finir en couple, un jour, du moins, pas un couple comme ça. Qui pouvait donc dire ce qu'il en serait d'eux, dans un an ? Ou dans cinq ans ? Personne. La vie à deux, le voleur s'y faisait mais il était incapable de dire si cela allait durer. Oh, pas nécessairement parce que ses sentiments allaient changer, mais il suffisait déjà de voir la manière dont Chase avait changé et la manière dont Alex changeait pour se dire qu'il n'arriverait peut-être pas à s'adapter. Parce que lui ne changeait pas et que de toute façon, il n'avait aucune envie de le faire. Il était très bien comme il était et un jour, ça allait forcément poser problème. Alex ne pourrait pas vivre éternellement sur la Terre Prime comme un être lambda parfaitement normal. Et pourtant, c'était ça que le voleur voulait, en dehors de sa vie nocturne de Solar, évidemment.

Mais tout cela était encore bien trop loin de ce que le Français pouvait savoir de son petit ami, alors il n'avait aucune raison d'y réfléchir pour le moment. Les choses viendraient en temps voulu, comme à chaque fois. Et pour le moment, ce dont il était question, c'était d'un bouclier. Si Lukaz ne comprenait pas vraiment en quoi son esprit pouvait changer de celui de Charlie, parce que même s'il était mutant, ses pouvoirs étaient essentiellement physiques et biologiques, il laissa les détails au spécialiste et ne chercha pas à saisir ce qu'il expliquait. Encore une autre prise de tête inutile. Installé sur le lit, Lukaz écoutait donc son petit ami d'une oreille, jusqu'à ce qu'il sombre lentement dans un sommeil artificiel. Un sommeil sans rêve, mais plein de sensations étranges qu'il était incapable de nommer. Puis, quelque chose le réveilla.

Se redressant, Lukaz plongea son visage entre ses mains, le frottant avant de relever les yeux. Un moment durant, il chercha à voir s'il se sentait différent mais à priori, tout était identique. Il n'y avait rien de nouveau, pour le moment. Rien d'autre qu'une étrange et bizarre sensation de douleur. Tournant le regard vers Alex, il l'observa, mais ce dernier s'excusait déjà en expliquant que tout allait bien. « Je ne doute pas de tes capacités, mais tu es sûr que c'est bon ? Je... Je sais pas, je me sens pareil. Je devrais sentir quelque chose ? » Il n'avait pas la moindre idée de comment ce pouvoir pouvait se comporter, mais quand on avait essayé de lui faire oublier le mentaliste, ça avait eu un effet que l'on pouvait percevoir alors que là, ce n'était pas le cas. « Fin', c'est surtout que j'ai pas envie que ça recommence, tu vois. Je te le dis peut-être pas assez, mais t'es vraiment le seul que je veux. Tu sais comment je vivais avant et je peux t'assurer que ça, c'est loin derrière maintenant. »

Lukaz laissa apparaître un sourire sur ses lèvres et d'un mouvement, il repoussa Alex en arrière pour l'obliger à s'allonger sur le lit avant de venir s'installer à cheval sur lui. Les mains à plat sur le torse de son petit ami, il l'observa un moment. « Ça fait un mois que tu es revenu. Déjà un mois... Ou à peine un mois. C'est comme on veut. Je dois t'avouer que j'ai encore du mal à me faire à tout ça. T'étais mort et j'en ai souffert. Et puis, tu l'es plus, mais c'est pas entièrement toi. C'est peut-être naturel pour toi, tout ça, mais moi, ça me fait quand même très bizarre. » Malgré les explications de son petit ami, malgré les vaisseaux extraterrestres, malgré les magiciens chinois et les kamis, tout ça, ça restait quand même encore loin de ce dont le voleur avait l'habitude. « En un mois, on a été vachement occupé avec tout ça et on n'a pas fait grand-chose ensemble. » Bon, ils étaient sortis pour manger dans des restaurants ou pour aller au Seraphia, puis ils étaient allés à Empyrion, mais il y avait des tas d'autres choses qu'ils pouvaient faire ensemble ! « Je sais pas si tu t'en souviens, mais quand on avait été sur l'île, pour Noël, on avait parlé de plein de choses. Ça serait bien qu'on rediscute vraiment ensemble, tu crois pas ? » Sur ce point, il était peut-être en partie responsable, parce qu'il n'avait pas encore vraiment l'habitude de vivre en couple. Oui, bon, il avait vécu plusieurs mois durant dans un appartement avec Chase. Mais justement, c'était un appartement ! Et en plus de ça, quand Chase s'était installé, c'était de manière temporaire. Ça avait duré, mais ça ne changeait rien au fait qu'à la base, ça restait temporaire. Fallaenn, au contraire, c'était tout sauf temporaire et ça changeait donc absolument tout.

« Ton labo, au sous-sol, il est cool et tout, mais y a des tas d'autres choses qu'on pourrait installer dans la maison. » Il y avait déjà des sécurités dont ils avaient brièvement parlé à Fallaenn, mais ce n'était pas tout. Lukaz avait toujours rêvé d'un musée privé où ils pourraient présenter les souvenirs de leurs casses et de leurs explorations. Ça en jetterait, nan ? Puis durant un temps, il avait eu d'autres idées, mais il se demandait encore si proposer à Alex d'installer un donjon était ou non une bonne idée... Chaque chose en son temps. « Enfin, tout ça, on a le temps de le faire, hein. Je dis pas que ça doit se faire là, maintenant. Mais, j'ai envie qu'on discute. De tout. Si ça te convient, bien sûr. » Souriant, Lukaz se pencha en avant pour déposer un baiser sur les lèvres de son petit ami. « Déjà midi... J'ai faim. » Ce qui était courant pour le voleur, d'ailleurs. « Mais d'abord, une douche ! T'en as besoin aussi, toi... » Ben oui, il était tout en sueur ! Et ça n'avait rien à voir avec le fait de prendre la douche à deux. Rien du tout. Se relevant, non sans laisser glisser ses doigts sur le corps d'Alex, Lukaz se débarrassa de ses vêtements. Intégralement nu, il lança un regard vers son compagnon. « Tu viens ? » Puis il partit vers la douche, faisant couler l'eau.
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mar 9 Sep 2014 - 22:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Est-ce que Lukaz était censé se sentir différent ?

— Euh…

Alex n’avait jamais vraiment réfléchi au problème, et puis ce n’était jamais que sa deuxième expérience.

— Excellente question. En vrai, je sais pas trop.

Lui, il avait l’impression de vivre avec un bouclier mental depuis toujours, profondément enraciné dans son esprit. C’était le plus ancien et le mieux installé de tous ses pouvoirs. Il était particulièrement mal placé pour le comparer à un état normal et se souvenir de ce qu’il éprouvait de spécifique.

Il allait émettre une hypothèse quand Lukaz l’assura de sa fidélité — la seule qui comptât vraiment, celle de l’âme. La vie passée de son compagnon était-elle si loin que cela ? Alex était loin d’en être convaincu, mais il ne doutait pas pour autant de la sincérité du jeune homme. Il hocha lentement la tête et murmura :

— Tant mieux, parce que j’ai besoin de toi.

Avant d’enchaîner aussitôt, d’un ton faussement dégagé, comme si cet aveu n’avait pas été pour lui aussi intimidant qu’il ne l’avait vraiment senti :

— Enfin, bref, pour le bouclier, peut-être que tu peux considérer ça comme un genre de vaccin. Tu te sens pas différent au quotidien, mais quand les virus arrivent, là par contre, ton corps réagit. On essaiera quand même de trouver un mentaliste de confiance, pour que vous puissiez faire quelques tests, que tu vois ce que ça fait.

Lui, il avait créé le bouclier, alors il n’était pas la personne la plus indiquée pour le mettre à l’épreuve. Mais ces exercices-là attendraient bien, et d’autant plus qu’Alex, au fond, était convaincu de la réussite de l’opération : il était suffisamment talentueux pour ça et il y avait investi une énergie considérable. Hors de question de retrouver Lukaz encore une fois dans un état pareil.

Alors qu’il commençait à réfléchir à la liste des mentalistes qu’il connaissait, en se rendant compte que la plupart, évidemment, travaillaient pour l’UNISON — difficile dans les contacter sans éveiller la suspicion — Alex se fit sauvagement agressé et se retrouva bientôt allongé sur le dos avec un Lukaz au-dessus de lui. Pauvre garçon, il n’a pas la vie facile. Son cœur commença à s’emballer, pour une fois de nervosité plutôt que d’excitation, à mesure que Lukaz évoquait le mois passé et ce que l’avenir leur réservait.

L’idée de ne pas être un compagnon très palpitant — ou alors beaucoup trop palpitant — effleurait souvent Alex. Même s’il savait, objectivement, qu’il avait bien fait de consacrer un mois à la construction d’une nouvelle identité, de canaux pour blanchir son argent et à l’aménagement de Fallaenn, il craignait toujours le moment où il lui faudrait reprendre une vie, une vraie, et se jeter dans le grand bain non tant des aventures que du jour après jour. Un peu timidement, il hocha la tête, comme si Lukaz venait de lui annoncer que le lendemain, il se battrait pour l’immunité dans une épreuve de Koh Lanta.

Quelques secondes plus tard, il se retrouvait dans une douche immense — on ne fait pas les choses à moitié — avec un Breton tout nu. La vie était quand même pleine de charmes. Alex ne put s’empêcher d’observer le corps de son compagnon d’un regard cette fois-ci un peu plus inquiet que désirant. La résistance et la régénération de Lukaz étaient encore un peu floues pour lui et il préférait s’assurer de ses yeux que le jeune homme n’était pas gravement blessé.

Satisfaits de leur inspection, ses yeux remontèrent dans un regard beaucoup plus caressant, jusqu’à ceux de Lukaz.

— J’suis bien là, avec toi, tu sais.

Alex attrapa le gel douche, en versa dans ses mains et laissa le flacon flotter jusqu’au rebord.

— Parce que bon, ‘faut être réaliste, niveau vie perso, je pars pas tellement gagnant, mais avec toi, je suis bien. Ce mois-ci, ça a été un peu spécial, et j’ai peut-être paru plus refermé que d’habitude. Je crois pas que ce soit forcément que je suis différent. De caractère. Un peu, bien sûr. En tout cas, c’est pas contre toi, et bien sûr qu’on va discuter, et faire des choses. Repeindre les murs, c’est sympa, et en tenue de travail, tu es à tomber, mais ça va bien cinq minutes. Tourne toi.

Ses mains se posèrent sur les épaules du voleur et Alex en profita pour le masser un peu.

— Tu sais, c’est pas du tout naturel, pour moi. Tout ça. Pas plus que pour toi. Jamais je me suis dit que j’allais me, euh, réincarner, je suppose. Alors, oui, c’est sûr, je trouve que j’ai vachement gagné au change. Même si c’est un peu… égoïste, dit comme ça. Mais souvent, c’est tout con, souvent, quand je vois mon reflet quelque part, une vitrine, ou de l’eau, je me reconnais pas immédiatement. Et en fait, on se rend pas compte, mais notre manière de percevoir le monde, je veux dire, concrètement, c’est très conditionné par le corps qu’on a. Les sens plus ou moins développés. Plus ou moins, je sais pas, attentifs à certains trucs. J’imagine que c’est un peu comme changer d’appareil auditif ou de correction de lunettes. Enfin bref.

Les mains d’Alex glissaient le long du corps de Lukaz. Arrivées à la taille, le jeune homme l’entoura de ses bras pour attirer le dos de son ami contre son torse.

— Je me souviens pas de tout, je crois, mais je me souviens de l’île. Il y a des détails, pas mal de trucs qui sont… perdus. Ou alors dormants. Tout ça pour dire, j’ai pas tellement envie de continuer à faire des travaux. Enfin si, d’un côté, parce que mine de rien, c’est une bonne excuse pour rester ici rien qu’avec toi, et pas vraiment affronter tout ce qu’il y a dehors. Être Noctis, c’est simple, être Alex avec toi, ici, c’est parfait, mais être Alex, dehors, c’est… Un peu terrifiant. Mais j’ai envie qu’on fasse des choses. Je suis content qu’on ait pu construire tout ça ici, et puis les comptes en banque, et mon identité, et, tu sais, en fait, les bases pour le reste. Mais Lukaz Le Guen de la fête foraine, de la Foire du Futur, de l’île, c’est lui aussi que je suis venu retrouver, et je suis désolé si j’ai été un peu… Pas distant. Mais, sérieux, oui. Question d’ajustement.

Et dans la mesure où son corps se décomposait un jour sur deux, il n’était probablement pas tout à fait ajusté, mais à force de volonté…

— J’aimerais bien rencontrer des gens. Ça va sembler un peu idiot, hein, mais je me dis, ça doit être cool, que les gens nous regardent, et puis se disent : ils font un beau couple. Ou alors, même : ils font un couple atypique. Ou : on va inviter Lukaz et Alex. L’idée qu’on pense à nous comme ça, c’est… romantique.

Et de Chase à Alex, s’il y avait bien une chose qui n’avait pas changé, c’était le sens du romantisme.

— Puis aussi, si je connaissais plus de gens, j’aurais plus de choses à te raconter. Enfin des trucs qui t’intéressent plus, potentiellement. Ça te manque pas, toi, ton travail, par exemple ? Ça devait être un peu fastidieux, je suppose, homme à tout faire, et tout, mais il y a un côté vie quotidienne qui doit être… Qui prend de la saveur quand on a une vie comme la nôtre. Tu vois ce que je veux dire ? Je dis pas que j’ai envie d’aller travailler dans une banque ou de retourner des steaks chez McDo, mais je sais pas. Peut-être du bénévolat, ça pourrait être… intéressant. Et puis les gens là-bas sont probablement très divers. J’aime bien la diversité.

Machinalement, Alex se mit à chercher les associations caritatives qui pourraient profiter de ses compétences. Avec ses nouveaux talents, il aurait fait merveille auprès des animaux, mais c’était des gens qu’il avait envie de rencontrer.

— Mais je parle, et toi, tu as faim. Désolé.

Les mains d’Alex reprirent leur trajet sur le corps de Lukaz.

— Qu’est-ce que tu voudrais qu’on fasse, toi ? Et puis, je sais pas, tu parlais de discuter. Y a des choses qu’on devrait discuter et dont on parle pas, selon toi ?

Cette dernière question n’avait pas pu dissimuler une nervosité certaine. C’était les non-dits qui avaient causé leur première et titanesque dispute et Alex craignait de rouler à nouveau droit dans le mur.

— Parce qu’on peut discuter de tout, tu sais. Je veux pas… Que tu te retiennes, ou je sais pas. Shampoing ?

Il pouvait aussi devenir coiffeur.

Chez Noctis
On vous relooke la tête et l’intérieur de la tête
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 10 Sep 2014 - 0:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
L'eau chaude de la douche faisait du bien, c'était une évidence. Avec la nuit qu'il venait de passer, le simple fait de pouvoir se laver le satisfaisait. Les vieilles odeurs d'alcool, de fumée, et d'on ne sait quoi encore, ce n'était vraiment pas le top. Et puis, une bonne douche, ça délassait, surtout entre les mains d'Alex. « Moi aussi, je suis bien, avec toi. » Ce que Lukaz n'avait de cesse de répéter, parce que s'il n'avait pas été bien, il ne serait tout simplement pas resté avec son petit ami. Ce dernier était mort mais il avait fini par revenir. A ce moment, Lukaz aurait pu aller voir ailleurs, mais il ne l'avait pas fait. Tout simplement parce qu'il aimait Chase. Et aujourd'hui, il aimait tout autant Alex.

Il s'en était rendu compte au cours du mois que venait de passer et si Alex avait eu besoin de ce temps pour se reconstruire sa vie, Lukaz en avait eu besoin pour s'habituer. Alex était toujours le même, oui. Du moins, son esprit, l'était. A priori. Parce qu'il avait changé. Jamais Chase ne serait venu dans le couloir simplement vêtu d'une serviette. Alors si ce point avait changé, qu'est-ce qui pouvait encore avoir changé ? C'était difficile à dire, d'autant que le corps aussi était différent. Et face à tout ça, il avait fallu s'adapter. Lukaz avait eu peur que ça ne se fasse pas, mais finalement, ses sentiments étaient restés les mêmes. Probablement parce que l'esprit de son petit ami venait toujours à la rencontre du sien, dans leurs moments intimes, ce qui avait facilité la chose.

En soupirant, Lukaz fit volte-face pour regarder Alex droit dans les yeux. « Tu sais, j'ai pas non plus faim à ce point, hein. Ça peut bien attendre un peu. » Il laissa apparaître un sourire avant de glisser ses mains sur les hanches de son petit ami. « Cela dit, si tu continues de me frotter comme ça, ça va prendre beaucoup plus de temps avant qu'on aille manger. » Laissant son sourire se changer en quelque chose de beaucoup plus suggestif, le voleur finit par refaire un pas en arrière. « Shampoing ! » Faisant un nouveau demi-tour, Lukaz laissa Alex passer à l'acte tandis qu'il réfléchissait. Finalement, il reprit assez vite la parole.

« Tu sais, au début, je savais pas trop quoi penser de tout ça. Tu sais que j'ai toujours aimé ton corps, quand tu étais Chase. Le nouveau est plus... surprenant. Mais... Quoi que tu puisses penser, il ne me gêne pas. Pas du tout. Et je ne dis pas ça à cause de... » La main de Lukaz glissa dans son dos et vint brièvement caresser l'entrejambe d'Alex. « Mais, pour moi, c'était un peu comme si tu étais quelqu'un d'autre, alors j'ai du m'habituer. Aujourd'hui, j'adore celui que tu es et je me rends aussi compte qu'il t'aide à aller mieux. Alors oui, c'était peut-être un égoïste, mais au final, ce n'est pas si gênant que ça, non ? » Fermant les yeux pour se laisser simplement masser par son compagnon, Lukaz laissa planer un court silence. « C'est un peu pour ça que je ne te comprends pas trop. Pourquoi c'est si facile d'être Noctis ? Noctis, il n'a pas de masque, alors c'est pas comme s'il te donnait plus d'assurance. Est-ce que c'est parce que Noctis vit par ses pouvoirs ? » En effet, souvent, un jeune super-héros se reposait sur un masque parce qu'en dissimulant ce qu'il était, il se trouvait un courage nouveau. Mais Noctis était loin de ça, alors c'était assez surprenant de se dire qu'il combattait des menaces de toute sorte mais qu'il était terrifié d'être lui-même. Est-ce que ça pouvait être lié au fait qu'Alex ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs comme il le souhaitait, dehors ?

« Cela dit, tu sais, ça s'apprend, tout ça. Je veux dire, dans un sens, tu n'as jamais vraiment eu de vie normale. » Parce qu'avant, il était un Neutron-Grey harcelé par les foules. « Mais quand on vivait à l'appartement, on l'a quand même bien expérimenté. Tu te souviens de notre première sortie ensemble, au parc d'attraction ? » Sans doute le meilleur exemple de vie quotidienne à l'extérieur qu'ils avaient connu et ça s'était déroulé à la perfection. Alors, pourquoi est-ce qu'ils ne pourraient pas remettre ça ? « Le travail... Non, ça ne me manque pas. Tu sais, je faisais surtout ça pour avoir de l'argent. Et parce que c'était un bon moyen de faire des repérages pour des vols. Mais en vrai, je préfère une vie sans avoir besoin de travailler. Y a toujours des trucs à faire, partout, et des gens à rencontrer. Genre le Circus. C'est un exemple, hein ! J'ai pas du tout envie d'y retourner. Mais si tu veux rencontrer des gens, on pourrait sortir, déjà. J'ai une amie, Chloé, qui travaille dans un café. Puis y a Sam, aussi. Je suis sûr que tu l'aimerais, Sam. Il est vraiment gentil. Et puis, il a besoin qu'on l'aide un peu, le pauvre. Il dit rien, mais ça se voit qu'il est en galère. Fin', je veux dire, les associations et tout ça, c'est cool, mais on peut déjà regarder ce qu'on pourrait faire autour de nous, tu vois. »

Passant sa tête sous l'eau pour en rincer le shampoing, Lukaz se retourna à nouveau pour poser son regard sur Alex. Ses mains vinrent se poser sur ses hanches alors qu'il se rapprochait autant que possible. « Moi, ce que je voudrais, c'est pas grand chose. Les autres mondes, les vols dans les musées et tout ça, c'est super-cool, mais à côté, j'aimerais juste pouvoir faire des trucs tout simples, avec toi. Genre, je sais pas... On pourrait aller au cinéma, par exemple. Ou manger dans un restaurant. Pas forcément un truc de luxe, hein, mais même un fast-food, ça serait cool. Ou alors, sortir avec des amis. Je sais qu'Abban, il m'aime pas des masses, mais il est seul, maintenant, non ? Alors, on pourrait des fois l'inviter pour faire des trucs avec lui, j'suis sûr que ça pourrait lui plaire. » Et il était purement question de faire des choses chastes, rien d'autre. « Et Abban, ça doit pas être la seule personne que tu connais, non ? Y a pas d'autres gens que tu aimerais connaître davantage ? »

Souriant, Lukaz se redressa un peu pour déposer un baiser sur les lèvres de son petit ami, plus grand que lui, aujourd'hui. « C'est juste des idées, hein, et y a vraiment rien qui presse. On a tout le temps pour ça. Mais sinon, j'aimerais bien qu'on parle un peu plus de certaines choses. Genre, le sexe. Avec Chase, on n'en parlait jamais... Et quand on a été sur l'île, on l'a fait. Tu te souviens ? On l'a fait d'une manière qui lui plaisait à lui et même s'il avait dit que ça ne le branchait plus, c'était pas tout à fait vrai. Et qu'en est-il d'Alex ? Qu'est-ce qui te fait envie, à toi ? Changer les habitudes, c'est cool, je trouve, ça met du piment. Je dis pas que j'ai envie de t'attacher au lit ou que j'ai envie que toi tu le fasses... Encore que. Mais je dis simplement qu'on pourrait discuter ensemble et tenter des trucs, pour voir ce qu'on aime. Des trucs comme ça, quoi. Mais je recommence à parler beaucoup. Désolé. »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mer 10 Sep 2014 - 1:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Pendant quelques secondes, Alex scruta le regard de Lukaz, incertain si les avances du Breton étaient une manière de conjurer la nuit ou si l’apaisement des quelques heures de méditation avait été assez considérable pour lui permettre d’aller de l’avant. La tentation fut grande de lire la réponse directement dans son esprit, mais il se contenta de répondre par un sourire un peu plus calme que celui de son petit ami et il attrapa la bouteille de shampoing, pour reprendre consciencieusement ses tâches.

Les premières questions de Lukaz le laissèrent un moment songeur.

— Non, c’est pas une question de pouvoirs. Enfin si, un peu. Disons d’activité. Quand je fais du hacking, que je suis sur les forums de hacker, sur les mailing lists, ce genre de trucs, je suis à l’aise aussi, parce que je sais vraiment ce que je fais et puis que… Euh…

Alex se rendit brusquement compte du caractère un peu paradoxal de ce qu’il allait dire. D’une voix gênée, il compléta :

— Ben, je domine. Dans ce que je fais. Et j’aime bien ça. En vrai, j’ai toujours aimé ça. Plus qu’une affaire d’ego, être le plus fort, c’est juste… être en sécurité. Et pouvoir faire plein de trucs. Et je crois que si, euh, sexuellement, tu vois, bon, bref, si j’étais beaucoup plus… beaucoup moins… Plus soumis, quoi. C’était que je me sentais pas le plus fort. Et du coup, autant faire l’inverse. Un peu, genre, quitte ou double. Mais c’est idiot, je sais bien. N’empêche que dans la vie quotidienne, je serais jamais le plus fort. Je suis un geek. Même avec un corps comme ça, même avec ces fringues, je m’intéresse à des trucs de geek, je fais des trucs de geek, et pour parler aux gens, c’est plus compliqué. Dans le fond, c’est pas un problème, bien sûr. Mais c’est plus compliqué.

Alex aimait les défis qu’il pouvait surmonter en faisant appel aux ressources qui le rendaient uniques — un mélange d’intelligence Neutron-Grey et de pouvoirs psychiques hors du commun — mais les épreuves plus quotidiennes qui exigeaient de lui les forces d’une simple humanité le laissaient plus incertain. Cependant, le souvenir du parc d’attraction faisait miroiter une vie beaucoup plus équilibrée et où, surtout, Lukaz aurait plus sa place, une vie à la mesure de l’existence renouvelée qu’ils venaient de se construire, pendant tout un mois.

Le nom de Chloé fit hausser un sourcil à Alex. Il se trompait peut-être, mais il lui semblait que la petite amie de Zachary s’appelait ainsi. Coïncidence ? Peut-être faisait-il erreur. Après tout, il ne le connaissait pas si bien que cela, pas très personnellement en tout cas. Comme d’habitude. Il laissa Lukaz se retourner et secoua la tête quand celui-ci évoqua l’inimitié supposée d’Abban à son endroit.

— Tu sais, te fondes pas trop sur ses réactions. Abban, je commence à le cerner, et je te jure, parfois, même si on passe du temps ensemble et tout, j’ai l’impression d’être complètement transparent pour lui. Il a une manière très particulière de considérer les gens et je crois que « pas aimer des masses », c’est un peu son mode par défaut. On devrait l’inviter, oui. Je dirais pas que vous avez des choses en commun, parce que je crois pas qu’il ait des choses en commun avec qui que ce soit à part sa sœur.

Jumelle.

— Mais il est moins grognon qu’il en a l’air.

Donc, il avait un seul ami et son ami était au moins aussi bizarre que lui. C’était quand même un début. Peut-être qu’il pourrait revoir Zachary ? Plus tard, alors. Quand son esprit se serait remis des souvenirs de l’Éclipse. Charlie ? Alex craignait le danger d’exposer trop constamment un criminel comme Lukaz à la perspicacité d’une avocate bien connectée comme Charlie.

— Il y a d’autres gens que j’ai croisés, en fait, juste que je ne prends pas forcément le temps de… Faire les choses correctement. De sortir du professionnel, aussi. Je vais faire des efforts. Je sais pas trop comment, mais y a pas de raison.

Il n’imaginait pas qu’un jour, il aurait un carnet d’adresses pléthorique, mais deux ou trois bons camarades ne paraissait pas déraisonnable.

La suite de la conversation s’orienta vers un sujet délicat. Alex comprit un peu tard les intentions de Lukaz, avec le DVD des jours précédents. L’inquiétude violente du matin jetait une lumière toute nouvelle sur cet aspect de leur existence et, en songeant qu’il y avait chez son compagnon des aspirations maîtrisées qui ne demandaient qu’à être réveillées par des influences néfastes, Alex comprenait bien que son mutisme et sa timidité devenaient des dangers de plus en plus considérables.

— Non, t’excuses pas. Je sais que… Viens, on va se sécher.

Une manière de gagner du temps. Alex coupa l’eau et attrapa une épaisse serviette qui était venue d’elle-même jusqu’à lui, pour frictionner Lukaz, avant d’en faire de même pour lui. Ils sortirent de la douche, Alex jeta un coup d’œil dans le miroir, puis entraina son petit ami hors de la salle de bain, dans la chambre. Le dressing était là, à portée de main. La main d’Alex se resserra sur celle de Lukaz et il délaissa leurs vêtements pour se diriger vers la cuisine, en reprenant leur conversation.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 10 Sep 2014 - 12:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mer 10 Sep 2014 - 21:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil


— Pas maintenant, je suis un peu…

Un sourire navré passa sur ses lèvres.

— Ça va être un peu prosaïque, après tout ça, mais je suis fatigué.

C’était bien la première fois que le jeune homme repoussait les avances de Lukaz, mais même l’enthousiasme hormonal de ses vingt-deux ans rencontrait parfois ses limites.

— Promis, ça a rien à voir avec, je sais pas, un problème quelconque ou que j’aurais pas envie, ni rien. Ça m’a l’air très prometteur, et t’es magnifique, et tout ça, tous ces projets, ça m’excite. Vraiment. Même si on n’a pas la même façon de concevoir ce que c’est que désirer. Ou vouloir. Tout ça c’est pas grave, parce qu’avec toi, j’ai envie de tenter plein de choses, du dernier blockbuster au plan à trois. Mais là tout de suite, je risque d’être un petit peu… décevant, bêtement.

Ses doigts libérèrent la main de Lukaz et il posa les siennes sur le torse du Français.

— En fait…

Quitte à s’expliquer, autant aller jusqu’au bout.

— Le corps, je veux dire ce corps, enfin mon corps est un peu… instable, je crois. C’est pas forcément une raison pour s’inquiéter. C’est un peu comme un nouveau pouvoir, je crois, même si je m’en suis pas rendu compte tout de suite, et un nouveau pouvoir, tu sais ce que c’est, ça s’apprivoise, et tout.

Alex essayait d’arrondir les ongles avant de déclarer que ses os avaient du mal à tenir en place et sa peau à rester fermée.

— Enfin, donc, c’était assez douloureux de le constituer…

Tu parles d’un euphémisme.

— … et des fois, c’est encore, euh… Disons qu’il y a des tous petits… Ratés. Des blessures. Ou des fractures. Ça se résorbe. C’est pas la question. Juste qu’il y a des journées un peu plus difficiles que les autres et les dernières vingt-quatre heures…

Si Chase n’avait jamais été le dernier pour se plaindre de sa vie personnelle, la fatigue, les souffrances physiques et les blessures avaient toujours été des réalités lointaines dans ses discours, même au moment du rythme trépidant d’Argos. Cette fois-ci comme souvent, il essayait de négliger l’importance de ces désagréments matériels, qui lui paraissaient infiniment négligeables, particulièrement depuis le retour de Lukaz.

— Peu importe, hein. Après le bouclier, je suis quand même un peu vidé, ça a demandé pas mal de concentration, je voulais que ce soit bien fait. Alors, on pourrait manger, et après… Bon, je suppose que tu n’es plus fatigué…

Et il n’imaginait pas entamer une méditation récupératrice en laissant Lukaz livré à lui-même.

— … mais, juste, une ou deux heures de calme. Ou une demi-heure. Ou… je sais pas. Après, promis, je me ferai pardonner. On peut continuer à discuter, par exemple, au soleil.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 10 Sep 2014 - 23:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Alors qu'Alex avait stoppé net sa tentative, Lukaz s'était redressé l'air un peu inquiet. Ce n'était pas normal, ça. C'était la première fois que son petit ami refusait. Est-ce qu'il était énervé à cause de ce qui était arrivé à l'Eclipse ? C'était tout à fait possible, surtout qu'il expliquait être fatigué alors qu'un peu plus tôt, il avait dit qu'il ne dormait plus. Il aurait pu parler d'une migraine que ça aurait été la même chose. Qu'est-ce qui n'allait pas ? Le voleur se le demandait bien... De fait, les explications données par Alex avaient un peu de mal à passer. Il disait que ça n'avait rien à voir, mais qu'est-ce qui le prouvait ? Ça ne serait pas la première fois qu'il disait ça alors qu'il pensait tout le contraire.

Seulement là, il devait dire vrai. En effet, la véritable explication arriva à son tour et plus Alex parlait, plus Lukaz ouvrait de grands yeux. Qu'est-ce que c'était encore que cette histoire ? Un corps instable ? Pas une raison pour s'inquiéter ?? Le voleur secoua la tête avant de la hocher de haut en bas. Oui, le Soleil, c'était bien. Prenant la main d'Alex, Lukaz l'entraîna vers la terrasse et il le poussa en direction de l'une des chaises longues. « Tu t'allonges. » Et son ton ne laissait pas vraiment de place au refus. Lui-même s'installa sur la deuxième chaise longue, assis face à Alex. Il resta silencieux un petit moment avant de reprendre la parole.

« Tu pensais m'en parler quand ? » Ce n'était pas vraiment un reproche, mais au yeux de Lukaz, c'était quand même une information non négligeable. Que se serait-il passé s'il lui était arrivé un truc pendant qu'ils étaient à Empyrion ? Et si un jour, ces problèmes bloquaient temporairement ses pouvoirs, que ferait-il ? « Je suis pas d'accord avec toi. C'est une raison de s'inquiéter. Ce que tu as fait... Revenir comme ça, dans un nouveau corps... Je suis pas un spécialiste, mais ça défie les lois de la nature. Est-ce que c'est juste un nouveau pouvoir ? Ou est-ce que c'est autre chose ? » La question pouvait se poser. Peut-être qu'Alex n'avait tout simplement pas recréé son corps comme il l'aurait fallu et qu'il avait oublié une pièce... Ou alors, la Nature réagissait parce que tout cela n'était pas normale. Mais pourrait-il seulement lutter contre ça ? « Est-ce que ça t'arrive souvent ? Ça s'arrange ou... ? » Parce que si ça arrivait de plus en plus souvent, c'était un problème. Un très sérieux problème. Dans le cas contraire, ils pouvaient avoir un nouvel espoir.

« Peut-être qu'il y a un autre monde où ils sont plus avancés que nous et où ils pourraient faire quelque chose, tu ne crois pas ? Peut-être aussi que je pourrais m'entraîner pour... Je sais pas... Mais la lumière, elle me soigne. Tu crois que je pourrais soigner les autres avec ? » Ça n'était pas impossible, mais ça restait quand même vachement irréaliste. Lukaz en venait presque à oublier que quelques heures plus tôt, quand il était rentré, il avait été en larmes. Bon, les raisons n'étaient en aucun cas liées à la soirée, ce qui expliquait l'état actuel dans lequel il était, mais ça pouvait malgré tout avoir l'air troublant. « Bon, tout ça, ça va pas nous aider pour tout de suite, cela dit... Tu restes là et tu te reposes. Je vais préparer un truc à manger. Qu'est-ce que tu veux ? » Déjà le voleur se relevait pour aller en direction de la cuisine. Ils pouvaient continuer à discuter, dans tous les cas. « Je suis pas spécialement fatigué, non. La faute à qui ? » Lukaz lâcha un sourire avant de poursuivre. « Mais je vais rester un moment au Soleil, alors tu pourras dormir pour récupérer. Ou... Je sais pas, faire ce que tu fais d'habitude. Tu veux un truc à boire ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mer 10 Sep 2014 - 23:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Alex se redressa sur sa chaise longue, avant de croiser le regard de Lukaz et de se rallonger sagement — pas avant de se prendre un coup de sabre laser dans le coin de la figure, on ne savait jamais. Il se sentait un peu comme un enfant pris en faute. L’habitude des secrets avait la vie dure, l’habitude de tout gérer par soi-même. Évidemment, il imaginait sans peine quel effet ses explications elliptiques pouvaient avoir sur Lukaz, si lui-même trouvait déjà la situation préoccupante.

— C’est juste… J’pensais… J’voulais voir si ça…

À vrai dire, Alex n’avait pas d’excellente raison pour justifier son silence. Penaud, il avoua :

— Je voulais pas paraître trop bizarre.

D’accord, dans son cas, c’était en général une tentative désespérée.

— Je veux dire, il y a le bizarre sympa et le bizarre flippant, et je viens juste de revenir avec cette tête-là, alors je me suis dit qu’avec ça en plus, ça serait définitivement trop.

Et son regard s’était fait un peu interrogateur, comme s’il cherchait à deviner dans celui de Lukaz si, de fait, ce ne serait pas la goutte d’eau qui ferait déborder le vase. Les inquiétudes du Breton tempérèrent un instant les siennes et, en un sens, elles avaient quelque chose de rassurant — de séduisant, même.

— Des fois c’est pire, des fois c’est mieux. Très fluctuant. Mais mon corps disparait que je prends le contrôle du corps de quelqu’un d’autre. Et il se recompose après. Je crois que le côté existe-existe pas, ça fait partie du fonctionnement normal. Ça se passe aussi comme ça, quand je passe d’une dimension à l’autre. Et je pense que les problèmes, c’est un peu comme… Je sais pas, quand t’es jeune, que tes pouvoirs apparaissent, et qu’ils se déclenchent un peu tout seul. Ce corps-là est jeune.

Cette explication, cette fois-ci, lui convenait. Il l’avait développée d’abord pour rassurer Lukaz, pour fournir un scénario convenable qui apaiserait les craintes du jeune homme, mais réflexion faite, il la trouvait plutôt convaincante. En liant ces désagréments avec les effets de bord de certains de ses autres pouvoirs, il lui semblait percevoir la logique sous-jacente de mécanismes qui lui échappaient encore.

Parce que tout cela lui échappait encore, et largement. Il comprenait bien que son nouveau corps répondait à certaines de ses aspirations un peu puériles. Une solution à ses complexes. Mais pourquoi cette couleur de peau ? Jamais il n’avait regretté être blanc, ni blond, et si sa nouvelle situation ne lui déplaisait pas, il n’en trouvait pas la logique. Pas encore. Au fil des semaines qui suivraient, quand les regards des Blancs de Star City se poseraient sur lui, il comprenait combien la situation des métahumains était proche du racisme. Pour l’heure, dans l’enceinte de Fallaenn, il se perdait encore en conjectures.

— Hey, mon cœur…

Cette fois-ci, Alex se redressa pour de vrai, et s’assit sur le rebord de sa chaise longue, pour faire face à Lukaz. Il prit les mains du voleur dans les siennes.

— Je sais que c’est, euh, spécial. Comme d’habitude. Et un peu impressionnant à voir, si jamais. Mais, sérieusement, je gère. D’accord, j’ai un peu peur. Mais tu vois… La lumière, elle te soigne. Elle est la source de tes pouvoirs et ce qui te tient en vie. C’est quasi la même chose pour moi et… moi-même, à peu près. Ça fait un peu circuit fermé, mais disons que tu te sens mieux à l’aube et moins bien au crépuscule, j’ai mes aubes et mes crépuscules à moi.

Alex laissa un sourire attendri naître sur ses lèvres.

— Si ça s’éternise, on réfléchira. Tous les deux. Promis. Pour l’instant, laisse moi encore, disons, faisons un marché, deux semaines, d’accord ? Pour voir comment ça se passe. Si dans deux semaines, je gère rien, on trouvera des gens pour nous aider. Et tu pourras demander des rapports à Clank, je crois qu’il me surveille. Je suis sûr qu’il compte mon poids, aussi, et tout.

Alex leva les mains de Lukaz pour y déposer un baiser. Il était décidément beaucoup plus facile de se montrer fort avec Lukaz que seul à seul avec soi-même dans le silence de son laboratoire. Libérant les mains de son petit ami, le mentaliste secoua la tête aux propositions de nourriture et de boisson, non sans répéter, à tout hasard :

— T’inquiètes. Profite du soleil. Mange un morceau. Laisse moi quelques heures pour récupérer. Et ce sera parfait.

Alex suivit Lukaz du regard jusqu’à ce que celui-ci disparût à l’intérieur de la villa, non sans observer longuement les fesses du voleur, parce que la fatigue n’était pas une raison suffisante pour ne pas profiter du paysage. Puis il quitta la chaise longue, fit quelques pas pour abandonner la terrasse et s’asseoir en tailleur dans l’herbe qui entourait la villa. Plus loin, l’océan, calme ce jour-là, se portait jusqu’à la falaise, sous la chaleur d’un soleil presque estival déjà.

Alex ferma les yeux. Inspira profondément. Et se mit à l’ouvrage. Il avait passé des années à perfectionner ses techniques de méditation. Toujours, elles avaient été un élément essentiel de ses pouvoirs, non qu’elles en fussent un à part entière, mais plutôt sa manière de les réguler, de les percevoir et de les maintenir sous contrôle. Depuis son retour, les profondeurs de cette concentration s’étaient ouvertes encore un peu plus loin et elle avait remplacé le sommeil.

Dans la vie quotidienne, il n’y avait pas de grandes différences. Il ne « dormait » pas beaucoup, mais il ne l’avait jamais fait. Lorsqu’il se lançait dans une méditation plus intensive cependant, comme il le faisait en ce moment, ses pouvoirs s’exprimaient plus naturellement. En quelques secondes, des pierres avaient commencé à flotter autour de lui. Un oiseau quitta les frondaisons pour se poser à deux pas du mentaliste, avec une docilité inhabituelle. Des vagues psychiques d’un calme de plus en plus parfait émanaient de lui — et sa respiration, très lente, très régulière, donnait avec elles une toute autre idée de ses pouvoirs, une idée bien moins grandiose, en un sens, moins spectaculaire que les lettres géantes d’Empyrion tombant dans les rues d’une dimension parallèle, que les gardes se soumettant à sa volonté ou que les esprits effacés d’un revers de main, mais une idée plus révélatrice en un sens, parce qu’elle reflétait avec une authenticité nouvelle l’assurance inédite d’Alex.

Il y avait au fond de lui, à l’image de son bouclier mental, à l’image de son sang-froid devant le danger et de sa manière d’assurer Lukaz que les difficultés les plus extraordinaires seraient réduites à néant par l’effet de leurs volontés conjointes, un silence patient et vaste, attentif aux milles variations des mondes entremêlés qu’il percevait comme nulle autre et cette conscience immense, lente et patiente, c’était ce qui pulsait avec sa respiration dans les esprits de Fallaenn. Alors la vie intérieure d’Alex se révélait loin des agitations de surface qui en formaient si souvent l’expression quotidienne ; quelque chose de sa curiosité renouvelée pour un monde qu’il pouvait contempler avec autant de bienveillance qu’il mettait d’énergie à le découvrir s’exprimait-là, et tout à la fois la constance de roc de ses sentiments pour Lukaz prenaient un sens plus tangible, presque palpable.

Quelques heures plus tard qu’il n’avait pas vraiment senties, Alex rouvrit les yeux et ses lèvres accueillirent un sourire. Avec une souplesse retrouvée, maintenant que les courbatures s’étaient effacées, il se releva et se tourna vers la terrasse, pour y rejoindre les chaises longues baignées encore par le soleil des fins d’après-midi. Debout, les bras croisés dans le dos, contemplant nu le corps nu de Lukaz, Alex laissa son cœur continuer à accélérer.

Le crépuscule de la nature, quelques heures plus tard, n’aurait pas d’importance.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 15 Sep 2014 - 18:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Ne pas paraître trop bizarre... Comment est-ce qu'il pouvait espérer ne pas paraître trop bizarre alors qu'il était mort désintégré et qu'il avait néanmoins réussi à se recréer un corps physique ? A ce niveau, il n'y avait rien qui pouvait être plus bizarre, même si ce qu'il venait de révéler atteignait quand même des sommets. Dire que c'était de trop n'était peut-être pas bien loin de la vérité parce qu'il y avait quand même plus glamour... Mais sachant que même Alex ne savait pas vraiment ce qu'il avait comme problème, est-ce qu'il avait seulement songé au fait qu'un jour Lukaz pourrait très bien rentrer à Fallaenn et le découvrir dans un état... de ce genre ? Qu'aurait-il expliqué à ce moment-là, s'il avait encore pu le faire ? La question se posait, surtout qu'il ajouta ensuite qu'il pouvait arriver que son corps disparaisse... Il était vraiment sérieux, là ? Et il annonçait ça comme ça ? La bouche bée, Lukaz ne savait pas vraiment comment réagir, ni quoi dire. C'était quand même sacrément bizarre, oui... Qu'est-ce qu'Alex cachait encore dans sa manche ? Est-ce qu'il pensait vraiment que ça pouvait rassurer ?

Hochant simplement la tête, Lukaz laissa finalement son petit ami vaquer à ses occupations avant de rejoindre la cuisine et de se préparer un truc rapide à manger. Pensif, il en profita pour réfléchir à tout ce que qu'Alex venait de lui dire, ne sachant pas encore vraiment quoi penser de tout cela. Ses problèmes physiques, tout ce qu'il n'avait jamais osé dire, son retour tout aussi troublant pour lui... C'était des sujets qu'ils n'avaient jamais abordé ensemble et ça risquait bien de leur poser des problèmes. Il fallait éviter que les non-dits empoisonnent à nouveau leur couple, comme ça l'avait malheureusement fait une fois déjà. Oui, ils devaient réussir à passer outre tout cela. Content de la décision prise, Lukaz avala rapidement son en-cas avant de jeter un œil vers le salon en soupirant. Le mentaliste devait vraiment apprendre à faire les choses un peu plus normalement. D'accord, ses tentatives partaient toujours d'une bonne intention, mais il fallait avouer que le résultat n'était pas toujours aussi réfléchi qu'on aurait pu le vouloir. Changeant de forme pour adopter la forme solaire de Solar, Lukaz décida donc de se servir de sa force supérieure pour remettre les meubles à leur place, tel un déménageur Breton. Il en profita pour libérer au passage le pauvre Clank, le laissant alors vaquer à ses occupations robotiques.

Ravi de son travail, Lukaz attrapa alors un ordinateur portable et il retourna s'installer sur la terrasse. Les événements de l'Eclipse lui restaient encore en travers de la gorge, non pas à cause de ce qui était arrivé, mais simplement parce que c'était arrivé. Il était clair que quelqu'un avait abusé son esprit en lui faisant croire des choses qui n'étaient pas vraies. Toutefois, cela s'était fait progressivement et ça ne semblait donc pas être le fait d'un mentaliste. C'était pour cela que le voleur avait pensé à une drogue, mais cela restait difficile à concevoir. En théorie, son corps aurait réussi à passer outre une drogue mais là, ça n'avait pas été le cas... En plus, si ça lui était arrivé à lui, ça voulait dire que ça avait dû arriver à d'autres. Et si c'était le cas, quelque chose de louche se tramait là-dessous. Les recherches furent longues et fastidieuses mais finalement, Lukaz découvrit quelques petits détails. Il était en effet loin d'être le premier et il semblait y avoir quelque chose d'inhabituel sous cette affaire. Un blog, We Love Legion, semblait en savoir un peu plus et il serait dès lors intéressant de l'interroger. Content de ses découvertes, le voleur referma alors l'ordinateur pour s'allonger au Soleil, toujours dans sa forme solaire.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, son regard rencontra directement le corps de son petit ami et c'est donc en souriant que Lukaz se releva pour s'approcher de lui. L'embrassant sur les lèvres, il se colla au corps d'Alex avant de poser ses mains sur ses fesses. « Ça va mieux, maintenant ? » Et la question ne concernait pas que les courbatures ou la fatigue, mais ça impliquait aussi tout le reste. Inspirant, le voleur se fit alors beaucoup plus sérieux. « Écoute, c'est bien qu'on ait pris le temps de discuter, mais à l'avenir, il faudrait qu'on évite d'avoir à le refaire. Pour ça, y a qu'une solution, il faut qu'on arrête les secrets. Il faut qu'on se dise tout, sur le moment, et qu'on parle plus librement. » Cela semblait logique, parce que si lui-même n'avait rien révélé de sa nuit, qui sait ce que ça aurait pu donner ? « Tu crois que tu pourras le faire ? » C'était Chase qui avait toujours eu l'habitude de gérer les choses en solitaire, mais maintenant, la situation était différente. Non seulement, ils étaient en couple, mais ils avaient aussi leur propre maison, alors les secrets ne pouvaient qu'être des problèmes. « Je veux pas dire qu'on doit tout faire ensemble et tu peux continuer à faire tout ce que tu fais dans ton laboratoire, mais pour l'essentiel, je me dis que ça serait bien qu'on tente d'être un couple normal. » Souriant, même si ça ne se voyait pas sur sa silhouette noire, Lukaz se tendit pour embrasser une fois encore Alex. « Enfin, aussi normal que possible. » Parce qu'au vu de certains aspects de leur discussion, les choses n'allaient pas être aussi normales que cela.
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mar 16 Sep 2014 - 11:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Parce qu’on peut être un mentaliste-entomoroboticien et un peu superficiel, Alex contracta savamment les fesses pour les rendre plus fermes sous les mains de Lukaz. C’était pour le réconforter, vous pensez bien.

— En pleine forme.

Ses mains à lui rejoignirent la taille de Lukaz qu’il entreprit de caresser doucement. La douceur de leur étreinte, sous le soleil encore vif de l’après-midi qui ne touchait pas encore à sa fin, Alex ne s’y trompait pas : les propos de son compagnon sonnaient comme un avertissement, réplique du séisme qu’avait été leur première dispute. Il s’en savait responsable, au moins en partie. Lukaz et lui vivaient deux existences souvent radicalement différentes et leurs caractères respectifs n’avaient peut-être pas beaucoup de rapport l’un avec l’autre — c’était précisément ce qui avait attiré Alex, mais il était conscient que de semblables divergences nourrissaient entre eux des silences qui, pour n’être pas toujours volontaires, ne s’en trouvaient pas moins dévastateurs.

— Normal…

Alex esquissa un sourire un peu timide.

— C’est le type solaire sans visage qui me dit ça, hein ?

L’une des mains d’Alex se glissa dans le dos de Lukaz, au creux de ses reins, pour le tenir un peu plus contre lui.

— Normal, je peux faire ça, juste pour toi. Enfin, aussi normal que possible, tu vois. Normal pour nous. En tout cas, je peux parler. Tu sais…

Alex réfléchit un instant à la manière de formuler les choses et puisque, c’est bien connu, la palpation est l’aliment de la réflexion, sa seconde main descendit sur la hanche de Lukaz.

— C’est pas que je veuille garder des secrets. Bon, OK, pour les problèmes de calibrage du corps, si on peut dire, je voulais… Je sais pas, c’était bête. Un peu macho, je crois. Je ne voulais pas que tu me vois faible, tu sais. J’aime bien que tu me trouves, je sais pas, viril. Enfin bref, cherche pas, c’était un truc idiot.

Un truc de garçon.

— Le reste, parfois, c’est par manque d’habitude. Parfois, parce que je suppose que ça ne va pas t’intéresser. Souvent, parce que je préfère t’écouter parler. T’es tellement beau quand tu racontes des trucs, tu sais. Ça doit être l’accent français.

Le sourire d’Alex s’agrandit et avec un air faussement innocent, il souligna :

— En plus, tu es bavard.

Ben voyons. Et lui, c’était le mutisme incarné, peut-être.

— Quoi qu’il en soit, on parlera, c’est promis. Peut-être qu’au début, il faudra qu’on joue un peu aux questions-réponses, tu sais, pour débloquer. Mais je suis sûr que ça ira tout seul. Et puis tu sais quoi…

Alex se pencha à l’oreille de Lukaz, tandis que ses deux mains rejoignaient les fesses du Breton. Question d’équité.

— Là maintenant, j’ai très envie de toi.

Comme un peu tout le temps, certes. Alex se redressa.

— Mais il fait encore beau, il n’est pas trop tard, je me dis qu’on pourrait prendre la voiture, aller jusqu’au centre-ville. Tu sais, au lieu d’y aller en volant. Et puis, on trouve un marchand de glace. Ou on prend un verre. Et on se promène. Il y a des tables de ping-pong dans certains parcs, je crois. Bon, j’ai jamais joué au ping-pong, mais ça ne doit pas être trop, trop compliqué.

Que tu crois.

— Ou alors on va se poser sur la plage. Pas la nôtre, une où il y aurait des gens. On peut aller faire les magasins. Enfin, tu sais… Quelque chose à deux. Quelque chose dehors. Quelque chose qui te plaise.

Alex abandonna l’anglais pour repasser le temps de quelques phrases à la langue française :

— Tu sais, même si je ne dors pas vraiment, j’aime bien m’allonger avec toi la nuit, parce que le matin, quand les rayons du soleil viennent par la baie vitrée, et que ça me tire de la méditation, je sais qu’on va repousser les draps en bas du lit, et que quand les rayons t’atteignent, je ne sais pas, ta peau frissonne un peu, ou… Enfin, je sais, après, tu viens contre moi, et ça, c’est pas extraordinaire, c’est pas Neutron-Grey, c’est pas une dimension parallèle, ou un laboratoire plein de robots, ou un nouveau pouvoir, ou des combats, mais c’est quand même toujours le meilleur moment de ma journée. Crois jamais qu’à la fin de la journée, je suis heureux pour d’autres raisons que parce que je me sens bien avec toi.

Les mains d’Alex caressèrent encore un instant les fesses de Lukaz avant de remonter plus chastement dans son dos. Le jeune homme se détacha de son compagnon et, même si la manifestation de ses intérêts les plus concrets était difficile à dissimuler, il interrogea en anglais :

— Alors ? Prêt pour une glace ? Sache que je connais les meilleurs glaciers de Star City : c’est une proposition qui mérite considération.
Revenir en haut Aller en bas



Aubes & Crépuscules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» LA ROUTE DES PLANTATIONS
» L'aube des Fées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-