AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Il faut toujours écouter son père... Sauf quand il est irlandais #Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Ven 22 Aoû 2014 - 19:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
«Il y a un problème ? »
«Pas du tout. »

Dans la chambre d’amie, Aishlinn se tourna, l’air complètement innocent, les mains dans le dos, vers Sallah qui venait de faire son entrée.

PLOC.

Sur le sol venait de retomber un médaillon en argent, après avoir percuté une barrière invisible derrière la fenêtre ouverte.

«C’est un artefact ? »
«Un artefact ? Ou ça ? » Toujours avoir l’air innocent. Elle baissa son regard. «Oh, un artefact, j’l’avais même pas vu. »

Ouais bon, là, elle n’avait plus rien de crédible mais, du moment qu’elle n’avouait rien, tout se passerait bien. C’était sallah après tout, ils partageaient des moments culinaires donc c’est qu’il l’aimait bien. Après tout, ça faisait presque un an qu’elle squattait dans ce manoir.

«Tu essayes de voler Adrian ? »
«Euh… C’pas pour être désagréable, hein mais, avec c’que tu lui fais bouffer, j’aurais trop d’mal à l’transporter contre son gré. »
«Ce n’est pas ce que je voulais dire. »

Oui, elle s’en doutait bien mais faire l’innocente une minute de plus aurait pu lui servir. Voyant que ça ne servait à rien, elle soupira avant de faire un pas, ramasser le médaillon et de refermer la fenêtre.

«Non, j’essaye pas d’le voler, j’teste juste c’tte fichue protection à la con, pour voir si elle m’aime bien. »
«Si elle t’aime bien ? »
«Ben ouais, Adrian, lui, il peut sortir des trucs du manoir, t’vois. J’me dis qu’c’est une question confiance, un truc dans l’genre alors, j’essaye de voir si j’peux sortir un truc de là. »
«C’est un sort, pas une personne. »
«Ouais j’sais mais… » Elle haussa les épaules. «J’ai... ‘Fin, des fois j’ai l’impression qu’ce manoir m’considère comme nocive alors… Bref, tient. »

Elle lui remit le médaillon et, peut-être qu’elle hallucinait mais, en voyant le regard que Sallah avait sur elle, Aishlinn avait l’impression qu’il cherchait comment dire quelque chose. Oh, non, non, pas moyen de rentrer dans une conversation larmoyante sur les doutes que pouvait avoir Aishlinn sur un tas de choses. Elle n’était pas douée pour ça, il ne devait pas l’être plus qu’elle. Et l’univers devait le savoir parce que c’est à ce moment-là que le heurtoir, à la porte d’entrée, se fit entendre.

«Parfait. Quelqu’un, faut ouvrir. »

Aishlinn bénissait cette personne inconnue jusqu’à ce que les coups à la porte se fassent plus répétitifs et plus violents. Il y avait vraiment des rageux dans cette ville, c’était hallucinant. Elle laissa Sallah passer devant – la dernière fois qu’elle avait ouvert la porte, elle s’était retrouvée face à un membre du CODE, mieux valait éviter – et resta en retrait près de l’entrée du salon. L’Égyptien ouvrit la porte, son air toujours aussi peu expressif mais n’eut pas le temps d’en placer une.

«Elle est là ? »

Pas de bonjour, pas la moindre politesse et… sérieusement, gars, quand on dit « elle » au manoir Pennington, faut préciser la requête, des « elle » il y en avait tellement que l’endroit pouvait être considéré comme un Harem. Sauf qu’Aishlinn n’eut besoin que de ces quelques mots pour comprendre qui était à la porte. Petit calcul rapide : Adrian était probablement dans son bureau, avec un peu de chance, il ne se bougerait pas pour voir qui est là. Donc, agir vite et éviter toute situation trop problématique.

«Et lui, il est là, j’ai deux mots à lui dire. »
«C’bon Sallah, j’gère. » Pas du tout. Aishlinn s’intercala devant la porte.
«j’savais bien qu’elle était là. »
«Ouais, euh… Salut. Comment t’es arrivé ici ? »
«J’sais avoir mes infos. Il est où ? »
«Pas là. T’sais, genre, un cours à donner, genre de trucs quoi. »

Bon le truc c’est que Sallah devait bien sentir qu’il y avait un problème, surtout quand le père Mac Aoidh voulut entrer et qu’il se retrouva bloquer par un truc invisible. Assez suspect pour qu’il décide d’aller prévenir Adrian, supposé ne pas être là à entendre Aishlinn.

« C’quoi c’bordel. »
«Euh… »
«Rentre à la maison. »
«Mais, c’est que, j’ai pas… »
«T’as passé bien assez d’temps ici, maint’nant tu rentres. »

Vu son humeur, elle n’était pas certaine d’avoir envie de discuter cet ordre en réalité. Cela dit, Patrick comptait bien rester devant cette porte jusqu’au retour supposé du mage, à qui il avait bien envie d’expliquer qu’il devait oublier Aishlinn parce qu’il ne faisait que lui retourner le cerveau et que, étant don père, il était le plus apte à savoir ce qui était bon pour elle
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 23 Aoû 2014 - 1:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4333
ϟ Nombre de Messages RP : 1426
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Depuis la discussion qu'Adrian avait eue avec Heather, il avait tenté de « coincer » son apprentie pour lui demander pourquoi diable avait-elle eut la stupide idée de lui inventer une vie de famille ! Mais la chose ne s'était pas faite pour la bonne et simple raison que la jeune femme n'avait pas fait de fréquentes visites, ou du moins pas pendant ses moments de présence au manoir. Quant à ce jour, l'Archimage était bien trop occupé à son bureau, essayant de s'en sortir depuis le départ précipité de son assistante, pour songer à cela. Lorsqu'il était affairé à la tâche d'Archimage, Eldoth n'arrivait pas à penser à grand-chose d'autre. Bien sûr, il y avait aussi l'inquiétude de ne plus voir revenir June et ce n'était pas en raison de ses multiples talents, mais bel et bien parce qu'il craignait de l'avoir blessée très profondément.

C'est donc avec l'esprit chargé de ces problèmes qu'il essayait de se dépêtrer au sujet de récents piques d'activité magique non loin de Star City. Sans les instruments de June, il en était revenu à une méthode plus rudimentaire – vu que les ordinateurs étaient des produits de Satan à ses yeux. Il remarqua donc à peine les coups frappés à la porte. Son bureau se trouvait non loin de là et malgré les murs épais, il entendait toujours un faible écho qui l'informait de l'arrivée de visiteurs – très rares cela dit. Adrian n'y porta pas attention, Sallah s'occuperait bien du nouvel arrivant ! Enfin, c'était ce qu'il pensait jusqu'à ce que son fils adoptif ne débarque dans son bureau, l'air soucieux, afin de lui faire savoir que quelqu'un « d'étrange » s'était présenté à la porte et qu'il avait été bloqué par la protection du manoir. Dans un froncement de sourcils, l'Archimage se questionna rapidement avant de se lever pour quitter son siège et se diriger vers le hall d'entrée histoire de voir qui était l'indésirable.

Lorsque son attention se posa sur une silhouette malheureusement familière, une lueur d'incompréhension se dessina tout d'abord dans son regard. Le père d'Aishlinn ? Ici ? Alors même qu'il était censé être emprisonné pour un bon moment ? Perplexe, il ne put s'empêcher de regarder du côté de la jeune femme pour constater à son expression qu'il ne s'était pas trompé sur l'identité de l'homme. Approchant rapidement de la porte, Eldoth entreprit de prendre les choses en main.

« Je peux savoir ce que vous faites ici ? Il aurait bien voulu tirer Aishlinn en arrière, mais n'osa pas le faire.
Aux dernières nouvelles, vous étiez incarcéré en Irlande et pour un bon moment.
Ouais, bah on dirait qu'c'est plus le cas. En effet. Adrian fronça les sourcils.
Et vous êtes loin d'être le bienvenu ici. Et encore, c'était un euphémisme.
J'suis pas ici pour toi... Eldoth le coupa.
Je m'en fiche de savoir pourquoi vous êtes ici, vous devriez être en prison et c'est tout ce qui compte. Et laissez-moi vous dire que si vous aviez l'intention de forcer Aishlinn à vous suivre pour vos.... activités, vous avez sonné à la mauvaise porte. »

Les paroles restaient toujours très polies, comme à la prison, mais le ton de sa voix était clairement hostile. Le regard du mage se posa sur Aishlinn, pas une seule seconde il envisagea qu'elle puisse être responsable de cette fuite, mais ce qui l'inquiétait, c'était qu'elle pouvait décider de suivre son géniteur. Eldoth ne voulait pas prendre le risque de la voir retomber dans ses travers et se laisser malmener par un père ingrat qui ne comptait que sur les pouvoirs qu'elle possédait – et ceux de son jumeau. Son regard se fit beaucoup plus doux lorsqu'il croisa celui de son apprentie et, en vérité, il devint presque suppliant, comme s'il l'implorait de ne pas obéir à ce taulard.

« Aishlinn, tu devrais nous laisser un peu. Je... Il quoi ? Il voulait parler avec son père ? Appeler la police ? Aucune idée.
Cette situation n'est pas normale et je ne peux pas laisser un prisonnier en fuite venir sonner chez moi pour t'obliger à le suivre. Son attention glissa vers le père ingrat.
On sait tous les trois quel genre de choses tu vas devoir faire pour te montrer à la hauteur de ses attentes. »

Il s'efforçait de garder un discours aussi paisible que possible, ne tenant pas à vexer une nouvelle fois la jeune femme. La dernière fois qu'ils avaient parlé avec cet homme, Aishlinn s'était imaginée qu'elle n'était pas assez bien pour lui, qu'elle menait une vie trop dissolue ou hors des lois pour qu'Adrian puisse réellement l'apprécier. En bref, il avait compris qu'elle était extrêmement sensible sur ce plan et il ne tenait pas à se froisser avec elle et à la voir partir faire je-ne-sais-quoi, je-ne-sais-où. Soupirant, le centenaire recula légèrement avant de lâcher une dernière parole à l'attention de l'Irlandaise.

« Ne te laisse pas avoir par les obligations s'il te plaît.... »

Il parlait de cette obligation qu'elle avait de devoir faire ce que son père lui demandait et cela même si elle ne le souhaitait pas. Il l'avait vue à l’œuvre à la prison et ne tenait pas à assister à nouveau à un tel spectacle...
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 25 Aoû 2014 - 20:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Adrian. Adrian. Adrian. Tsss. Quand Aishlinn mentait en disant que le mage n’était pas présent, ce n’était pas pour le voir débarquer, sinon elle perdait toute crédibilité – et, accessoirement, il n’y aurait pas de RP. Se retrouver en faute devant son père lui mina un peu le moral : comment pouvait-elle arranger les choses avec son paternel si elle passait ouvertement pour une menteuse. Chose que Patrick ne manqua pas de signaler, en voyant arriver Adrian, par un disgracieux et impoli « Ben, j’croyais qu’il était pas là l’mec ». Ajouter à cette culpabilité, le fait qu’elle se sentait prise entre deux feux : d’un côté son père à qui elle voulait plaire absolument pour qu’il soit fier d’elle. Et, de l’autre, Adrian qui était différent de toutes les personnes qu’elle avait connues et qu’elle ne voulait pas décevoir.

Le mieux, quand on ne sait pas quoi faire est encore de baisser la tête, de regarder ses pieds, de se mettre à être soudainement croyante pour demander à un Dieu quelconque d’effacer cette situation. Elle aurait dû être comme Abban, croyante plus tôt, plus sincèrement, parce qu’aucun dieu ne lui vint en aide. Ça l’énervait parce que le mage continuait de voir Patrick comme un parasite qui devait se trouver en prison. Sentiment qu’elle ne partageait pas - ce qui, pourtant, lui aurait évité une bonne dispute avec Abban. Aishlinn, qui ne voyait pas les choses avec objectivité dans cette situation, inversa les rôles : pour elle, c’était Adrian qui cherchait à la manipuler pour qu’elle suive ce qu’il estimait le droit chemin. Sa façon de parler « d’activités » lui laissait la sensation qu’il désapprouvait ce qu’était la vie de l’Irlandaise.

« Par les obligations ? » Elle releva la tête vers le mage. « Atta, juste pour qu’on soit clair tous les deux, j’te rappelle c’que tu m’as dit. » Elle mina des guillemets. « La famille c’bien la seule chose qui vaille la peine d’faire quelqu’chose, blablabla. »

Phrase dite alors que, pour une fois, elle avait bien voulu admettre que la famille n’était pas forcément la meilleure chose qu’il puisse arriver. Elle l’écoutait, elle suivait ses conseils, elle lui faisait confiance parce qu’elle avait l’impression de devenir meilleure avec lui. S’il estimait qu’il fallait tout faire pour la famille, il avait bien fallu qu’elle suive ce conseil. Elle secoua légèrement la tête, un peu perdue, pas très sûre d’elle.

« Tu… T’peux pas dire des trucs, rev’nir dessus comme ça t’chante. »
« En fait, l’prof il a un semblant d’logique. » Ça allait dans son sens, à lui, il n’allait pas contredire cette jolie phrase. Aishlinn ne décrocha pas d’Adrian.
« C’toi qu’a dit qu’fallait tout faire pour la famille, qu’sinon, pourquoi on se lèv’rait l’matin ? »

Elle reprenait les mots d’Adrian parce qu’elle pensait avoir bien fait et qu’elle ne comprenait plus pourquoi il ne cautionnait pas le fait de suivre son père. Ne devait-elle pas tout faire pour aider son père ?

« Ouep et là, la famille, elle à b’soin qu’la gamine elle se r’mette au travail. »
« J’suis désolée. »

Elle baissa le regard n’osant plus regarder Adrian mais, si elle devait suivre son conseil jusqu’au bout, c’est vers son père qu’elle devait se tourner. Elle avait même fait un pas de plus en direction du porche mais, se stoppa quand son père se fit un brin plus agressif envers Adrian, en le pointant avec un doigt accusateur.

« C’pas envers toi qu’elle devrait être désolée mais envers moi. T’as bien foutu la merde dans la famille d’puis qu’t’as débarqué dans sa vie. Tu t’prends pour qui, là, avec tes belles leçons, à vouloir changer les gens ? Sans déconner, t’sais combien j’ai perdu avec tes conneries ? »

En réalité, il n’avait strictement rien perdu. Il n’avait jamais rien eu. Les jumeaux n’avaient pas mis longtemps à surpasser leur père dans un domaine illégal. Mais Patrick continuait de voir ce que pourrait lui rapporter les jumeaux s’ils étaient tous les deux dans le milieu. Aishlinn indépendante, c’était un manque à gagner, une part du gâteau qu’il n’aurait pas, des contacts dans le cartel qui ne se ferait pas.

« Tu crois p-t’être qu’t’as fait des trucs pour elle mais, tout c’que t’as fait c’est d’lui embrouiller l’esprit, la détourner d’ce pour quoi elle est faite. »
« P’pa… »
« J’pas fini. »

Aishlinn referma la bouche aussi vite, baissant à nouveau les yeux. Pourtant elle n’était absolument pas d’accord avec ce que venait de dire son père, elle avait une liste longue comme le bras des trucs bien qu’Adrian avait fait pour elle. Les deux hommes étaient radicalement opposés et si Aishlinn avait une confiance naturelle envers son père, parce qu’il était son géniteur, c’est à Adrian qu’elle avait accordé la sienne, sans obligation familiale. Le mage aurait, assurément, fait un bien meilleur père que ne pouvait l’être l’Irlandais.

« Non mais sans rire, t’sais c’qu’elle fait maint’nant ? D’puis qu’elle te connait ? Elle a ouvert un restaurant. Sans déconner, un restaurant. Genre, un vrai, où les gens viennent manger. »

Comprendre par-là que ce n’était pas un repaire à malfrat ou une simple couverture pour cacher des affaires louches. Bon, bien sûr, les comptes n’étaient peut-être pas des plus légaux mais, en réalité, elle n’en savait rien. L’argent, ni elle, ni Abban, ne le gérait. Thabo assurait l’intendance à ce niveau-là et heureusement pour les jumeaux, il était un bien meilleur gestionnaire qu’eux.
« [color:25c2=chocolate ]Alors, j’l’emmène avec moi et j’te déconseille d’chercher à la r’voir, elle a bien mieux à faire qu’passer sa journée l’nez dans des bouquins. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 26 Aoû 2014 - 14:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4333
ϟ Nombre de Messages RP : 1426
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Lorsque la jeune femme commença par citer ce qu'il avait dit il y a de nombreuses semaines et dans un contexte totalement différent, Adrian ne comprit pas vraiment où elle voulait en venir. Puis il fit le lien : l'évasion de son père, les histoires de famille pour qui il fallait tout faire... elle avait tout simplement utilisé son pouvoir pour faire en sorte que son géniteur puisse sortir de prison. Cette prise de conscience fut accompagnée d'une profonde déception, car il se rendait compte qu'Aishlinn était finalement beaucoup moins sage qu'il ne l'avait secrètement espéré. Qu'est-ce qu'il croyait au juste ? Qu'elle allait changer du tout au tout juste parce qu'il lui avait donné la clé du manoir parce qu'elle était la bienvenue ici ? Allons donc ! Aishlinn était et resterait la fille de son père, quoi qu'il fasse. Oui peut-être qu'à force le mage avait commencé à penser qu'il pourrait développer un lien spécial avec l'Irlandaise, mais lorsqu'il la voyait désormais aux côtés de son véritable père, l'Archimage comprenait qu'il s'était grossièrement trompé. Alors, la déception céda le pas à un sentiment de tristesse. Finalement, Aishlinn comprenait les choses comme ça l'arrangeait parce qu'il n'était pas capable d'assumer un tel rôle. Peut-être qu'il se montait le bourrichon un peu vite, mais c'était le seul moyen qu'il trouva pour ne pas se dire que son apprentie était en vérité une véritable criminelle qui avait fait s'évader un prisonnier. Ajoutez à cela qu'elle n'avait pas – à sa connaissance – remis le pied en Irlande depuis leur voyage et vous en déduisiez la même chose qu'Adrian : elle l'avait fait lors de leur voyage avec Abban – raison de plus pour se sentir coupable et d'une horrible influence.

Le fait que le père de la jeune femme puisse appuyer Adrian n'arrangeait en rien les choses. Une personne aussi... mauvaise, n'ayons pas peur des mots, ne pouvaient que vouloir le malheur des autres. Avec difficulté, Eldoth détourna son regard d'Aishlinn pour s'intéresser à l'homme qui portait le même prénom qu'une étoile de mer célèbre. Elle était désolée et elle allait s'en-aller, c'était aussi simple que ça. Près d'un an d'effort pour que, finalement, la jeune femme s'éclipse dès le retour de l'homme qui la traitait comme une moins que rien. Au final, c'était ce qui révoltait le plus le mage : que son apprentie puisse ainsi gâcher ses talents avec un homme pareil. S'il n'avait jamais ouvertement critiqué ses habitudes peu légales, là c'était différent. Mais le père d'Aishlinn coupa court aux pensées d'Adrian en l'agressant verbalement pour lui reprocher d'avoir une bonne influence sur sa fille. Enfin, pour le coup l'homme prenait plutôt l'influence dans l'autre sens, mais c'était l'idée. La seule surprise positive de cette discussion fut d'apprendre qu'elle – et certainement Abban – avait ouvert un restaurant, certainement pour le simple plaisir de cuisiner. Son regard se fit plus rassuré alors qu'il le posait à nouveau sur Aishlinn, mais avant qu'il n'ait le temps de lui demander quelque chose, Patrick Mac Aoidh reprit la parole. Cette fois-ci, Eldoth en eut assez de l'entendre commander Aishlinn et ne put s'empêcher de lui faire remarquer son comportement.

« Je crois qu'Aishlinn est assez grande pour décider seule de ce qu'elle a envie de faire. Et par seule, j'entends sans que vous ne cherchiez à l'influencer. Sallah restait en retrait, suivant la scène avec une inquiétude non feinte.
Et si vous espérez me dire de ne plus revoir votre fille parce que vous estimez que j'ai une mauvaise influence sur elle, laissez-moi vous dire que vous perdez votre temps. Je n'ai pas à recevoir d'ordres de qui que ce soit et encore moins de vous. Au cas où vous ne le sauriez pas monsieur Mac Aoidh, nous sommes ans un pays libre. Et non en prison. Mais il garda cette précision pour lui.
Et je ne vois pas en quoi le fait d'ouvrir un restaurant est une mauvaise chose. La majorité des parents seraient fiers de leurs enfants s'ils apprenaient une chose pareille. Et très franchement, moi je le suis. »

Même s'il n'était pas son père, mais ce n'était pas ce qu'il sous-entendait. Non, Adrian disait simplement qu'il était fier du fait que la jeune femme avait réussi à atteindre son objectif et secrètement, il espérait aussi que ce serait la fin de ses activités illégales. Son regard glissa brièvement vers Aishlinn alors qu'il s'approchait de l'entrée dont la porte ouverte empêchait toujours l'intrus d'entrer dans le manoir.

« Je n'ai jamais « foutu la merde » dans votre famille. J'ai simplement essayé d'aider votre fille, mais je ne pense pas à la détourner de quoi que ce soit. Contrairement à vous, je ne prétends pas pouvoir ou avoir le droit d'imposer ma volonté à Aishlinn et elle fait bien ce qu'elle désire de sa vie. Même s'il lui donnait son avis, évidemment.
Je ne l'ai jamais encouragée non plus à vous tourner totalement le dos et cela malgré le fait que je considère que vous avez une exécrable influence sur elle et qu'elle serait bien mieux sans vous. Ça, c'était dit.
Vous croyez que vous avez fait quelque chose pour elle qui vous autorise à décider de sa vie ? Je crois que vous devriez d'abord regagner votre place de père avant de prétendre pouvoir imposer votre volonté à vos enfants. Il soupira.
Mais n'espérez pas que je vais tout laisser tomber juste parce que vous débarquez. Sauf si Aishlinn me le demande d'elle-même. »

À comprendre, pas sous l'influence d'un géniteur qui n'y comprenait strictement rien. Notons bien qu'Adrian n'avait rien dit à propos de l'évasion, même si son expression montrait qu'il était déçu de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 16 Sep 2014 - 18:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le regard d’Adrian déclencha beaucoup de choses chez l’adolescente. Il avait l’air tellement déçu d’elle. Aishlinn ne put s’empêcher de repenser à la fois où elle était venue, en faisant mine de s’intéresser aux recherches d’Adrian avec, déjà, l’idée d’aller en Irlande. Peut-être qu’elle n’était pas une aussi bonne personne que ce qu’elle pensait, finalement elle s’était sûrement plantée sur elle comme Adrian s’était planté. Repartir avec son père était probablement la meilleure solution, s’éloigner d’Adrian et des ennuis qu’elle pouvait lui apporter, s’éloigner et éviter de se servir de lui.

Il mettait bien trop d’espoir en elle et Aishlinn n’était vraiment pas certaine de pouvoir répondre à toutes ses espérances. Bien sûr que non, elle était incapable de décider toute seule. C’est ce qu’elle faisait depuis bien trop jeune pour essayer d’offrir une vie convenable à Abban. Elle en avait marre de prendre des décisions, elle avait juste envie d’être une adolescente incertaine qu’on devait aider à guider de temps en temps. Elle avait envie de se reposer sur les autres et non plus l’inverse. Suivre son père c’était une évidence parce que, justement, c’était son père.

L’adolescente bloqua, au même titre que Patrick, quand Adrian expliqua être fière d’elle pour le restaurant qu’elle avait ouvert. Patrick ricana un « mais t’es pas son père ». Tout le monde semblait s’accorder sur ce point, Adrian avait assez répété cette réflexion quand ils avaient été en Irlande, comme si l’idée d’être associé au père des jumeaux était la pire chose. Elle en venait à se dire que la seule personne, ici, à regretter ce fait c’était elle. Et voilà qu’Adrian se remettait à juger Patrick, ce qui provoqua un froncement de sourcils chez l’adolescente qui reprit la parole avant que son père ne le fasse.

« Tu r’commences ! Quand moi j’te dis qu’Ginger est mauvaise, t’es là à m’dire qu’c’est pas vrai, qu’c’est la famille et qu’elle a juste b’soin d’aide. J’trouve ça injuste qu’toi tu puisses t’servir de ces arguments alors qu’moi, dès que j’le fait, c’n’est pas valable. »

C’était bien un truc d’adulte ça, à donner des arguments qui n’étaient valables que pour eux. En quoi sa situation était différente de celle d’Adrian et de Ginger ? Il se laissait mener par le bout du nez, persuadé que sa nièce/cousine/chieuse/voleuse avait un bon fond et devait avoir de l’aide. Patrick aussi avait besoin d’aide, voilà !

« T’es qui pour dire qu’j’ai jamais rien fait pour elle et qu’j’ai pas mon rôle de père, hein ? T’étais où quand elle était petite ? Parc’que moi j’étais là, j’l’ai élevé. »

Euh ouais m’enfin… c’était valable que pour quelques années, celles où il avait réussi à ne pas retourner en prison. Mais bon, vexé par les paroles d’Adrian, elle préféra ne pas rétablir cette vérité. Cela dit Adrian devait bien savoir que les jumeaux avaient composé sans leurs parents jeunes.

« T’sais quoi Adrian ? » Elle releva à peine les yeux sur lui. « Laisse tomber. »

En rapport direct avec la dernière phrase qu’il avait prononcée. Deux mots qui lui coutaient vraiment et qu’elle n’avait absolument pas envie de prononcer. Mais elle n’avait pas envie, non plus, de voir Adrian et Patrick se disputer, surtout à cause d’elle. Aishlinn était une personne, pas une marchandise sur laquelle on discutait juste pour savoir qui avait le plus de droit sur elle. Si elle devait être honnête avec elle-même, ce n’était pas Patrick qu’elle avait envie de suivre, surtout depuis sa discussion avec Abban mais… Mais, le plus simple pour ne plus décevoir Adrian, c’était encore de s’éloigner de lui. C’est quand elle l’entendait parler de cette manière qu’elle avait l’impression qu’il espérait toujours qu’elle change radicalement de vie. Ce n’était pas prêt d’arriver alors plutôt que de rester en étant incapable d’être à l’image qu’il voulait, le plus simple était encore de partir, non ?

« Ben voilà, t’voulais qu’elle t’le dise, elle vient de te l’dire. »

Mal à l’aise, elle enfonça les mains dans ses poches en rivant ses yeux sur le sol. Elle aurait voulu que Patrick se taise, qu’il n’en rajoute pas une couche.

« Ça va, j’vais chercher mes affaires, j’te r’trouve dehors. »

Patrick lança un sourire victorieux Adrian avant de tourner les talons et attendre sa fille devant le portail de la maison. Il ne pouvait pas entrer dans le manoir pour refaire le portait d’Adrian donc, autant s’éloigner pour ne plus en avoir l’envie. Aishlinn se détourna aussi pour aller vers le salon où elle avait laissé son sac. Elle croisa le regard de Sallah et elle aurait juré qu’il avait envie de dire quelque chose, sans le faire. Ou peut-être qu’elle hallucinait complètement, qu’elle avait juste envie de croire que quelqu’un allait la secouer pour lui dire qu’elle prenait la mauvaise décision. Son sac en main, elle se retrouva à faire face à Adrian, avant de pouvoir atteindre la sortie.

« Désolée… » En fait elle ne savait pas vraiment ce qu’elle pouvait dire de plus. Quoi que… « Mais c’mieux comm’ça. »

La différence entre Patrick et Adrian c’est qu’elle savait qu’elle pouvait réussir à être ce que Patrick attendait d’elle. Devenir ce qu’Adrian voulait, ça lui semblait hors de portée. Puis elle lui en voulait un peu, à Adrian, parce qu’elle avait vraiment l’impression qu’il disait des choses, donnait des conseils, sans les appliquer lui-même. Elle n’avait pas le droit de juger sans savoir mais, lui il pouvait le faire. Elle n’avait pas le droit de faire tout ce qu’elle pouvait pour sa famille mais, lui il pouvait le faire. C’était injuste.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 16 Sep 2014 - 21:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4333
ϟ Nombre de Messages RP : 1426
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Oui, il n'était pas son père. Adrian en avait bien conscience et il ne chercherait jamais à prendre cette place pour la bonne et simple raison qu'il n'en avait pas le droit. Aussi horrible soit-il – de l'avis du mage – cet homme restait son géniteur et aurait toujours un lien particulier avec son enfant. Et même si Eldoth avait tissé le même type de relation avec Sallah alors qu'ils ne partageaient absolument pas les mêmes gènes, il restait conscient que lui-même ne pourrait jamais remplacer ce Patrick. Il ne le cherchait pas de toute manière, ils étaient bien trop différents. Cependant, ce n'était pas pour cette raison que cette idée lui aurait été désagréable. Plus les mois passaient et plus il s'attachait à la jeune femme. Au final, le mage devait admettre qu'il aurait sincèrement aimé pouvoir occuper cette place, mais ça ne serait pas le cas. Et vu la propension que la demoiselle avait à tout comprendre de travers lorsqu'il essayait de lui expliquer quelque chose, c'était préférable qu'il ne soit qu'une connaissance.
Il ferait un père vraiment affreux et incompétent.

Et comme pour faire écho aux pensées du mage, Aishlinn embraya suite à ses dernières paroles pour lui reprocher de se contredire. Très honnêtement, entre Patrick et Ginger, la différence était énorme ! La demoiselle ne faisait que des vols sans blesser ou tuer qui que ce soit, tandis que le père de l'Irlandaise était plutôt du calibre d'Atia César – en moins doué. Ginger n'avait jamais fait de prison et qui plus est, elle agissait comme ça parce qu'elle n'avait aucune famille pour l'aider à prendre une bonne direction. Au final, elle était davantage comparable à Aishlinn qu'à son géniteur, mais il préféra éviter d'aborder ce sujet, il l'avait suffisamment vexée pour aujourd'hui.

En finalité, les choses lui échappèrent totalement comme Patrick s'énervait inutilement. Adrian fut tenté de lui répondre qu'il travaillait dans son manoir à l'époque où lui était encore en couche-culottes, mais c'était une mauvaise idée compte tenu de leur « relation ». Ce type serait capable de lui attirer des ennuis par pure méchanceté et Aishlinn serait blessée de l'absence de confidences à ce propos. En bref, mieux valait la fermer et encaisser. Eldoth pensa y arriver, jusqu'à ce que la jeune femme prononce les mots qu'il craignait. Mieux valait laisser tomber. Soit. Ce n'était pas l'envie qui lui manquait de la retenir, la secouer un peu et lui dire qu'elle était en train de faire la pire connerie de sa vie, mais il en fut incapable. Une sensation bizarre s'était formée dans son ventre, l'estomac noué et le cœur douloureux. C'était toujours désagréable de se faire repousser, mais là c'était autre chose. Aishlinn venait clairement de lui faire comprendre que c'était terminé et qu'elle retournait vers son père. Techniquement, il n'aurait pas dû s'inquiéter parce qu'elle était capable de se gérer seule sur le point de vue de la magie, mais Adrian voyait surtout le vide qu'elle allait laisser. Il s'était beaucoup attaché à elle, trop même. C'était le problème d'être un vieux sans enfants – ou presque – et de tomber sur une gamine aussi attachante.
La provocation de Patrick le laissa de marbre, Adrian observait juste Aishlinn d'un air faussement neutre. En vérité, il avait juste envie de pleurer – si tant est qu'il soit du genre à manifester sa tristesse de la sorte. Au lieu de cela, Eldoth resta à observer le père d'Aishlinn le temps que cette dernière aille chercher ses affaires et lorsqu'elle revint devant lui, il ne parvint pas à s'empêcher de lui répondre. Pourtant, tout aurait été plus simple s'il s'était contenté de partir sans rien dire. Mais non.

« Je ne voulais pas... je ne l'insultais pas. Ce n'est pas tes décisions que je critiquais, enfin.... je n'ai jamais dit que tu avais fait de mauvaises choses. »

En fait si. Il lui avait dit que c'était une connerie d'avoir libéré son père et il le pensait toujours. Mais allez faire comprendre à Aishlinn que sa situation n'avait rien à voir avec la sienne, c'était juste impossible. Adrian détourna le regard, passant brièvement sa main sur son visage comme pour dissimuler les émotions que cela lui inspirait, puis il laissa retomber son bras le long de son corps.

« En fait, oublie. Si tu penses que c'est mieux pour toi, je respecte ta décision. »

Et pourtant, ce n'était pas l'envie qui lui manquait de dire le contraire. Derrière lui, Sallah s'approcha légèrement, décrochant un nouveau regard à Aishlinn comme s'il allait effectivement dire quelque chose. Mais rien ne vint. Il n'oserait pas se mêler de la relation des deux mages, bien que l'envie était très forte. Dommage qu'il ne soit pas télépathe, même si son regard exprimait clairement ses pensées.
Après quelques secondes et avant qu'Aishlinn ne quitte le manoir pour de bon, le centenaire reprit une dernière fois.

« Fais simplement attention à toi, s'il te plaît. »

Il ne précisa pas que le manoir lui était toujours ouvert parce que c'était naturel. La preuve : il ne lui demanda pas les clés qui lui permettaient d'entrer et de partir comme bon lui semblait, c'était le signe qu'elle serait toujours la bienvenue ici.
Quoi qu'il en soit, après son départ Adrian n'avait envie que d'une chose : qu'on le laisse tranquille et surtout, que personne ne cherche à lui remonter le moral. Il y avait des fois où juste le temps pouvait arranger les choses et ça, il en avait à revendre.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt




Il faut toujours écouter son père... Sauf quand il est irlandais #Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» « Il faut toujours viser la Lune car, en cas d'échec, on atterrit dans les Étoiles. »
» C'est toujours la lois du plus fort, il faut se battre jusqu'après la mort..
» Avec la crème il faut toujours se permettre un peu d'excès [pv Zach]
» Parce qu'il faut se détendre des fois... [ LEYIA ]
» Maeko || « Il faut toujours semer derrière soi un prétexte pour revenir, quand on part. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-