AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Personne n'est parfait ... [PV Maya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Sam 28 Juin 2014 - 23:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Combien de temps avait-elle était enfermée ? Elle regarda un journal sur un étal de presse sans un étal de rue, cela faisait à peine plus d’un mois, pourtant il lui semblait bien que le double, voir le triple c’était passé. En mini-short et top noir découvrant le nombril Luka déambulait, elle se sentait sale. Pourtant elle ne l’était pas tant que ça il y’a deux jours on l’avait laissé faire un brin de toilette, au début elle avait refusé parce qu’il souhaitait la surveiller en permanence, puis elle avait cédé s’habituant aux regards appuyés sur ses courbes, peu à peu ils l’avaient moins regardé, l’allaitement abandonné et mal-nourrie elle était rapidement devenue moins attirante. Elle se sentait si faible, rien de cassé, mais des brûlures, une fois l’un l’avait même électrocuté, face à lui elle avait bien failli mourir, mais elle avait vaincu, Luka détestait s’en souvenir.

Qu’allait-elle faire maintenant ? Elle savait qu’Ead-Gar était en sécurité auprès de son père, le garde qu’elle avait promis de payer pour l’aider lui avait montré un article parlant d’un bébé abandonné et d’un père soulagé. Luka en avait eu des larmes aux yeux, cela c’était passé deux jours à peine après son emprisonnement, on l’avait bien berné. Encore une fois elle s’était montrée trop naïve. Ou allait-elle aller ? L’Ultime ne pouvait pas revenir chez elle, elle ne pouvait pas voir Dieter, pas avec ce qu’elle avait sur la conscience. Luka était devenue un monstre ? Qui pouvait la comprendre ? Felice n’était plus là, Dana était une princesse, elle avait échappé à des attentats mais on l’avait jamais emprisonnée, on l’avait jamais obligé à faire ce qu’elle ne voulait pas, puis de toute façon elle lui avait menti. Adrian l’avait repoussé. Qui lui restait-il ? La réponse finit par s’imposer à son esprit.

Maya. C’était la seule qui avait été honnête d’elle-même avec elle, qui lui avait confiance, c’était une meurtrière aussi et c’était ce que Luka était à présent, elle avait du sang sur les mains. Tous ses beaux principes hyperboréens, envolés en fumée, elle avait été transformée en bête de foire. Seule Maya ne la jugerait pas, ne la condamnerait, seule Maya lui dirait la vérité, ne la regarderait pas avec pitié ou horreur. Il y avait quelque chose de terriblement ironique, une meurtrière avait été la personne la plus honnête avec elle et Luka l’avait presque comprit à l’époque, maintenant elle la comprenait complétement. La terre regorgeait de monstre qui ne méritait que la mort.

Luka devait tout lui dire, elle avait été honnête avec elle et ça n’avait pas du être facile sachant qu’elle faisait partie de l’UNISON, Luka devait garder foi en quelqu’un sinon elle allait devenir cinglé, elle lui ferait confiance à elle, elle lui dirait tout même pour l’Hyperborée, elle s’en fichait. C’était les siens qui ne l’avait jamais laissé revenir alors qu’elle n’était criminel en rien, c’était les siens qui gardait les remèdes pour eux à toutes sortes de grandes maladies gangrenant ce monde, c’était eux les monstres, pas elle.

Luka se souvenait très bien d’où habitait son amie tatoueuse, elle avait été boire un verre ou au ciné plusieurs fois, des gens la fixèrent pendant son trajet, elle était trop dénudée pour des américains, chez elle elle aurait pu être les seins à l’air sans que personne ne la fixe. Les américains étaient vraiment des êtres bizarres, pourquoi avait-ils hontes de leur corps ? Encore une chose qu’elle ne comprendrait jamais. Le chemin en métro fut automatique et quand elle aperçut la boutique de son amie, cette dernière était sur le point de fermer, il était tard. Quelle heure exactement elle ne savait pas, elle s’en fichait, elle était épuisé, elle avait besoin de parler, de vraiment parler, pas de se bagarrer avec ses geôliers ou ses adversaires. L’Ultime entra. Luka ne savait pas si sa disparition avait filtré dans les journaux ou si Maya était au courant (enfin elle l’était probablement elle se voyait au moins une fois par mois), mais quand elle l’aperçu elle parut surprise. Peut-être était-ce juste son apparence, le sang séché sur ses vêtements, ses cheveux emmêlés, ses cernes stupéfiantes, bref elle ne ressemblait en rien à ce qu’elle était encore il y’a un mois à peine…

- Maya, souffla-t-elle avant d’éclater en sanglot. Je peux rester, un peu, je ne peux pas rentrer… J’ai peur du regard de Dieter, je suis devenue un monstre, avoua-t-elle avant de se laisser tomber dans un siège logiquement réservé à la clientèle.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 5 Aoû 2014 - 20:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
C’était une journée comme tant d’autres qui venait de s’écouler pour Maya, avec son lot de clients venus se faire tatouer, de désistements de dernière minute ou encore de gens de passage venus prendre des renseignement sur tel ou tel tatouage qu’il serait peut-être envisageable de faire. Le train-train quotidien pour notre chère tatoueuse donc, qui avait eu plusieurs temps morts dans son emploi du temps. Etant donné que sa boutique était son seul moyen officiel de revenus, elle avait passé une grande partie de son temps libre à remettre un peu d’ordre dans ses stocks, réarranger son inventaire et préparer sa future commande de fournitures aussi bien de nettoyage que de travail. Il fallait avouer que les affaires ne marchaient pas trop mal en ce moment, nombre de gens venaient la voir suite à une conversation avec un ami qui était passé sous l’aiguille de la jeune femme et qui était plus que satisfait du résultat. Pas besoin de grande campagne publicitaire ni même d’encart dans les journaux, sa meilleure pub, c’était le bouche-à-oreille et cela avait porté ses fruits.

L’après-midi par contre, voyant que c’était plutôt calme au niveau de la clientèle, Maya se permit de fermer sa boutique pendant une petite heure afin de remettre un peu d’ordre dans son « autre » matériel, celui qui lui servait généralement la nuit, lorsqu’elle arpentait les rues de StarCity à des fins bien moins avouables. Cela faisait un moment qu’elle n’avait reçu de contrat pour Nightingale, et bien que cela ne la gênait pas vraiment de ne devoir tuer personnes, elle devait avouer que cela lui manquait tout de même un peu ; cela voulait-il dire que les crapules de cette ville se tenaient tranquille ? Possible, enfin, ce n’était pas une raison pour mettre de côté cet aspect de sa vie. Donc, étant seule dans son arrière-boutique, elle était en train de mettre la touche finale à sa dernière acquisition en termes d’armement et surtout d’apprendre à s’y habituer, il serait dommage de se retrouver face à un ennemi et de se blesser avec ce nouveau jouet n’est-ce pas ?

-Bon, premier essai…

Enfilant alors à chaque poignet des sortes de gantelets de la même couleur et matière que le reste de son armure, Maya arma le mécanisme et plia sa main droite vers l’arrière ; en une fraction de seconde, une lame jaillit de sous sa main, dépassant cette dernière de plusieurs centimètres. Même essai pour la main gauche et voilà que la deuxième lame fait son apparition ; bien, au moins l’utilisation était on ne peut plus simple. Mouvement identique des deux mains pour que les lames se rangent d’elles-mêmes dans leurs emplacements respectifs. Il faudrait à présent les essayer en situation réelle, mais cela attendrait un autre moment, soit lors d’un contrat facile, soit lors d’une session d’entraînement, mais pas aujourd’hui. L’acquisition de ces lames cachées n’était pas anodin et il ne s’agissait aucunement d’un gadget visant à se la jouer lors de ses missions, il s’agissait plutôt d’une sécurité supplémentaire, au cas où elle viendrait à être désarmée, histoire de ne pas se retrouver à combattre à mains nue face à quelqu’un d’armé par exemple… Ou quelqu’un qui serait capable de l’empêcher d’user de ses dagues grâce à un quelconque pouvoir…

Bon, il n’était plus temps de s’extasier devant ces lames, elle serait amenée à s’en servir certainement bien assez tôt, là sa boutique l’attendait et elle n’avait pas encore terminé sa journée. Remettant donc le petit panneau « ouvert » sur la porte, elle commença le ménage ; l’heure de la fermeture approchait doucement et elle n’avait pas envie de passer le balai après les heures d’ouverture, non, elle aurait sûrement envie de sortir boire un verre ou d’aller se faire un ciné, elle aviserait à ce moment-là. Allumant la petite chaîne hi-fi se trouvant derrière le comptoir, elle se mit à faire le grand nettoyage de la semaine, et pour commencer cette tâche, l’aspirateur allait être son meilleur allié. Il ne faisait pas vraiment sale à terre, mais elle détestait qu’on puisse penser le contraire si l’on venait à voir de la poussière sur le sol, c’est pourquoi elle mit une bonne demi-heure à aspirer dans les coins et recoins du salon avant de préparer un seau d’eau bien chaude et la serpillière. Tout en chantant de concert avec la voix sortant des enceintes de la chaîne hi-fi, Maya prenait le temps de laver le sol, restant parfois sur place et se servant du manche de la serpillière comme d’un micro avant de se remettre au boulot.

-Knock me down, it's all in vain; I get right back on my feet again!

Le fait de pousser la chansonnette toutes les cinq minutes n’aidait pas Maya à nettoyer la pièce rapidement, que du contraire. Ce n’est que lorsque le cd arriva à la fin de la dernière piste qu’enfin elle avait terminé le nettoyage et que l’heure de la fermeture était toute proche, plus qu’un petit quart d’heure et la journée serait enfin terminée. Vidant le seau d’eau à présent froide dans le caniveau devant la boutique, Maya était loin de se douter qu’elle allait recevoir une visite certes tardive mais complètement inattendue. Une fois le matériel rangé dans le cagibi prévu à cet effet, il ne lui restait plus qu’à remettre les classeurs de dessins correctement sur la petite table basse de la salle d’attente du salon, c’est à ce moment que la porte décida de s’ouvrir, faisant tinter la petite clochette pendue au plafond.

-Désolée, mais le salon est…

Se redressant tout en voulant prévenir la personne qui venait d’entrer que le salon était fermé, Maya se figea en voyant qu’il ne s’agissait pas de n’importe qui. Elle n’en revenait pas, devant elle se tenait Lucrèce, son amie dont elle n’avait plus la moindre nouvelle depuis un peu plus d’un mois. Lors de sa disparition elle s’était inquiétée, car les deux jeunes femmes se voyaient régulièrement, que ce soit pour aller boire un verre, partager un moment shopping entre filles ou encore juste se promener dans le parc.

-Lu…Lucrèce ? C’est bien toi ?

Lucrèce venait d’éclater en sanglots tout en demandant à Maya si elle pouvait rester un peu ici, qu’elle était devenue un monstre pour finalement se laisser tomber dans le canapé servant à la clientèle. Ni une ni deux, la tatoueuse vint se mettre aux côtés de son amie, prenant sa main dans la sienne, essuyant les larmes de la blonde à l’aide de son pouce.

-Que t’es t’il arrivé Lucrèce ? On s’est tous fait un sang d’encre… Je suis si heureuse de voir que tu es en vie.

Doucement, Maya prit son amie dans ses bras afin de la serrer contre elle. Elle était soulagée de voir que Lucrèce était revenue, car bien qu’elle n’ait rien laissé transparaître depuis l’annonce de sa disparition, elle avait cherché à la retrouver, sous le couvert de sa seconde identité. Mais personne n’avait pu lui dire où la trouver, et alors qu’elle avait commencé à perdre espoir, voilà que Lucrèce était revenue. Se reculant un peu, les mains toujours posées sur les épaules de son amie, Maya esquissa un petit sourire rassurant.

-Bien sûr que tu peux rester ici, autant que tu le voudras, mais… Son expression se fit un peu plus perplexe. Pourquoi aurais-tu peur de Dieter ? Il est mort d’inquiétude le pauvre. Et pourquoi dis-tu être devenu un monstre ? Attends, ne bouges pas.

Quittant brièvement Lucrèce, Maya ferma la porte de la boutique à clé et plaça la pancarte sur « fermé » avant de revenir auprès de son amie.

-Viens, on va aller à l’étage, on y sera mieux pour discuter, et puis je suis sûre que tu as besoin d’un bon repas, qu’en dis-tu ?

Lucrèce était visiblement en état de choc, quelles choses horribles avaient bien pu lui arriver pendant sa disparition ? Elle n’osait se les imaginer mais elle écouterait son amie et serait là pour la réconforter et surtout pour l’aider à se remettre avant de retourner voir son mari et son fils.
Revenir en haut Aller en bas



Personne n'est parfait ... [PV Maya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Un dîner presque parfait
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» ♣ Présentation de Maya Whiteflow ♠ [Validée]
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» Plus rien, ni personne. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-