AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Le doux parfum de vos imaginations [Louis & Isaiah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 19 Juin 2014 - 20:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3596
ϟ Nombre de Messages RP : 3227
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Qui n’a jamais lu cinq ou six fois l’affiche de lutte contre l’halitose ? Qui ne s’est jamais extasié devant le pourrissement avancé de dents étrangères ? Qui n’a jamais été réduit, par la longueur de l’attente, à lire les aventures illustrées de Toudou, le doudou qui avait perdu son chemin ? À moins de préférer, évidemment, consulter les dossiers passés que proposaient les exemplaires de Yacht Magazine, du Financial Times ou Capital Immobilier, qui s’entassaient sur la table basse, comme un rappel trop évident que votre dentiste et vous, vous ne vivez pas dans le même monde.

Ceci étant dit, le Dr. Strömberg avait une excellente réputation et, assurément, son accent suédois et son sourire professionnel contribuaient beaucoup au crédit que lui accordaient ses patients. Il avait su donner à son cabinet cette atmosphère de propreté bien chimique qui partout ailleurs ferait craindre le cancer généralisé ou l’intoxication à la javel et qui, dans les seuls complexes médicaux, cultivait une confiance absolue. Même sa secrétaire avait l’air propre, comme une poupée astiquée à l’alcool à quatre-vingt dix degrés, et même certains patients la soupçonnaient de porter un parfum essentiellement composé d’éther, pour achever de mettre à l’aise ceux qui venaient se faire arracher les dents.

Les siennes étaient parfaites et c’était avec un sourire très agréable qu’à l’issue d’une opération, elle vous disait : ça fera douze milles dollars, comme si tout le charme des soins dentaires fût de souffrir deux fois — une fois quand on vous fraisait la racine et une autre fois quand on vous rabotait le compte en banque. Mais que n’eût-on pas payé pour s’entendre poser, dans un anglais de Stockholm, en se faisant écarter les babines à droite et à gauche, pendant qu’une jeune femme trop séduisante pour que sa présence ne fût pas embarrassante aspirait la salive avec un sérieux irréprochable, des questions sur ses enfants, son travail ou les derniers résultats de l’équipe local de baseball ?

Que le nombre de différences qui séparait un rendez-vous chez le dentiste d’un interrogatoire par le KGB dans la Russie soviétique fût très limité, cela n’échappait pas à tous les patients, mais comme un bon chef de camp du Goulag, le Dr. Strömberg savait vous mettre en confiance avant de vous fourrer sa tige de métal droit dans la carie. C’était sans doute pour ça qu’il avait une bonne et régulière clientèle et que de nombreuses compagnies d’assurance, par exemple celles qu’utilisaient l’UNISON et l’orchestre de Star City, avaient signé des conventions avec son cabinet.

Mais les meilleurs bourreaux ont aussi leurs défauts et, ce jour-là, le Dr. Strömberg avait été un peu distrait. Pour sa défense, c’était la crise et il avait perdu encore d’importantes sommes à la bourse. Et même — l’impartialité m’invite à le souligner — le bruit que faisaient les cuves de gaz en fuyant était très, très discret. Si discret que personne ne se rendit compte de rien. Simplement, dans le cabinet, ce jour-là, tout le monde était très relaxé. Le gaz employé à haute dose pour endormir certains patients et prévenir leur douleur avait, à petite dose, ainsi diffusé dans l’atmosphère fermée du cabinet, des effets euphoriques et légèrement hallucinogènes.

Dans la salle d’attente où Isaiah et Louis patientaient, la conversation devint en effet bien déliée, quand la petite grand-mère venue se faire poser un bridge commença à donner ses astuces pour la bonne culture du cannabis.

*** *** ***

Voilà pour vous, chers Enfants du Hasard !

Nous vous offrons une rencontre du Destin sur le thème de la Vie Quotidienne et nous vous avons mis dans une situation où vous pourrez apprendre à vous connaître. La situation est très basique et vous êtes évidemment libres de l'agrémenter à votre guise tout en justifiant votre présence sur les lieux de la manière qui vous sied le plus. Que va-t-il se passer ? Difficile à dire ! Mais pour le savoir, il n'y a qu'une chose à faire, vous lancer ! Votre avenir est entre vos mains, à vous de décider

Ceci n'est qu'une introduction pour vous et à partir de là, vous entrez dans un sujet à mener vous-mêmes, selon vos envies ! N'hésitez pas à communiquer entre vous, si vous le souhaitez et surtout, ne tardez pas trop à répondre à votre partenaire ! Je me réserve toutefois le droit d'intervenir à un moment que je jugerais opportun, si besoin est, pour vous servir une belle surprise...

Prenez garde aux caprices du Destin !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 20 Juin 2014 - 1:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7871
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Louis n'allait pas souvent chez le dentiste. Soucieux de sa santé et de son alimentation, il respectait scrupuleusement les recommandations mille fois répétées aux enfants. Il se lavait les dents avec une assiduité de bénédictin et l'application d'un janséniste. Nul besoin de le sermonner ni de lui rappeler l'importance d'un brossage quotidien et efficace : Louis était plus discipliné qu'un soldat prussien, plus obéissant qu'un carolinien suédois. Pour autant, il ne se refusait jamais à un contrôle de routine, qu'il programmait à échéances régulières. Un homme épris de l'ordre comme lui n'en aurait pas fait moins. Le jour venu, Louis, contrairement à d'autres, ne craignaient point les retrouvailles avec le docteur Strömberg, puisqu'il savait son hygiène dentaire irréprochable. Il savait néanmoins que de nombreux patients pénétraient le cabinet du dentiste avec le ventre noué d'appréhension, car ils n'avaient pas comme lui les mêmes habitudes sanitaires. Il quitta son domicile, et se rendit à l'adresse qu'il connaissait bien, dans le quartier du centre. Il pénétra l'édifice et, comme à chaque fois, réagit à la blanche humeur qui régnait dans l'air du cabinet. Louis croyait chaque fois qu'on lui plongeait la tête dans une bassine d'eau chlorée. Autant dire qu'il appréciait peu ce premier contact sans cesse renouvelé. La secrétaire vint à lui, le reconnut, eut pour lui un mot d'aimable bienvenue et le conduisit jusqu'à la salle d'attente. Là il s'installa après avoir salué d'une parole neutre les quelques personnes déjà présentes, comme les convenances l'exigeaient. Contrairement à d'autres, il ne se saisit d'aucun des magazines fort divers qui peuplaient la surface d'une table basse aussi peu colorée que les murs de la pièce étaient blancs. L'obsession du blanc avait toujours frappé Louis dans les environnements médicaux. Cette couleur était gage de pureté, de propreté, et donc de bonne santé, dans l'imagerie populaire. La puissance d'un tel symbole justifiait sans doute l'abus qu'en faisaient les architectes qui se voyaient confier la construction et l'aménagement des établissements de santé.

Une fois assis, il tira de sa serviette un livre qu'il ouvrit devant lui. Indifférent aux bruits qui venaient distraire le silence de la salle d'attente, il s'absorba dans sa lecture, mais très bientôt quelque chose vint lui nuire. Les lettres imprimées sur les pages, blanches elles aussi, se liguaient contre lui pour l'empêcher de lire. Elles dansaient, tournoyaient, farandole improbable autant qu'hallucinée. Louis crut d'abord avoir dans l’œil quelque parasite douteux, mais rien n'y fit, ni cligner fortement, ni se frotter les prunelles. Il décida donc de refermer le livre, finalement convaincu qu'il n'y avait là rien d'étrange, rien d'inhabituel. Il jeta un coup d’œil à ses voisins et leur visage livide lui fit voir que les murs n'étaient pas les seuls à s'être couverts d'un linceul de sépulcre. Une vieille dame, assise un peu plus loin, parlait vivement, toute seule ou avec l'autre, un moustachu à collerette, qui revêtait les traits du docteur Nicolaes Tulp. Saisissant un vide dans la chimérique conversation, Louis se crut investi du droit d'intervenir.

 « Songez-vous chère amie, qu'un peu de cannabis
Suffit à rassurer les feux de votre iris ? »


Il ne contrôlait ni le contenu de son propos, ni ce contenant improbable qui le faisait rimer à l'improviste.

 « C'est dans un large pot, tout recouvert de terre,
Qu'il faut laisser pousser la feuille et son mystère...
Quand j'étais à Paris, j'ai connu des enfants
Qui savait tout, déjà, de ces... reboisements... »


Louis se laissa aller à rire. Il crut le faire discrètement. Mais l'écho se moqua de lui. Il ne s'en rendit point compte, et fixa avec une certaine insistance la moustache du docteur à la collerette invisible. Qu'en avait-il fait, ce sagouin ? Où la cachait-il ? Quant à grand-mère Bonne-Herbe, Louis l'ignora superbement, il doutait de la véracité de son propos. Utiliser la chair humaine pour fertiliser un plant de cannabis, ce n'était pas des façons de faire, cela ne pouvait que gâter la qualité du produit. Il aurait voulu le lui dire, mais le rire s'étranglait encore dans sa gorge, barrière infranchissable qui privait tout mot du droit à la parole. Son rire finit par se briser sur les murs d'une blancheur désormais aveuglante. Quelque chose n'allait pas.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 28 Juin 2014 - 12:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Après des années à la rue et, encore avant, une hygiène limite sur les terrains en guerre, Isaiah avait hérité d'une dentition un peu douteuse. Lors de sa première année à l'UNISON il s'était fait arraché quelques dents et l'assurance maladie de l'organisme l'avait ainsi équipé de nouvelles dents aussi fausses que solides. L'idée de finir avec un dentier ne lui plus pas énormément et c'est ainsi qu'il se mit à régulièrement aller chez le dentiste. Après son calvaire de la première année, il n'appréhendait plus les visites ayant déjà vécu ce qu'il pensait être le pire. Après tout, il s'était vite rendu compte que se faire arracher des dents était bien moins douloureux que se faire tirer dessus. Tout était relatif après ça, en fait. Ainsi, le jour de sa visite annuelle était arrivée. Égal à son entraînement militaire, depuis son retour dans la vie active, il se brossait les dents rigoureusement après chaque repas et prenait bien soin de vérifier quelques fois ses fausses dents qui paraissaient incroyablement vraies. Il n'aurait pas envie de finir avec un sourire façon pâte de chewing-gum même si il ne souriait pas beaucoup. On ne savait jamais. Il présenta ses papiers et son numéro d'assurance maladie à la secrétaire toujours aussi souriante et alla ensuite s'asseoir dans la salle d'attente. A son grand mécontentement, le dentiste avait toujours un certain retard et ça, pour un ancien militaire, c'était très agaçant. Possiblement parce que pendant ses classes, chaque retard, même de quelques secondes, était sanctionné avec des proportions égales à celles d'un meurtre ou d'une fraude fiscale à l'Etat. Il en avait passé des semaines à récurer des toilettes ou faire des pompes toute la journée.

Près de lui, une grande mère mouillait son index à chaque page qu'elle tournait d'un magazine de jardinage. De loin, il ne voyait pas de magazine réellement intéressant. En fait, il ne lisait pas de magazines. Il lisait le journal de la journée et quelques bouquins quelques fois, mais il n'était pas un homme qui lisait de manière triviale, quelques lignes par-ci et quelques lignes par là. Levant les yeux vers les posters de la salle, il se mit à lire quelques lignes à droite et à gauche avant de se résoudre. Tout ceci lui faisait trop peur finalement. Abcès, caries, perte des dents, il avait l'impression de se sentir malade et en mauvaise santé rien qu'à regarder les affiches. Ses dents se faisaient plus grinçantes, comme si elles aussi n'appréciaient pas toutes ces recommandations. Finalement, alors qu'il allait se résoudre à prendre un magazine pour exorciser ce malaise grandissant face à l'enfer médical, la petite mémé lui donna un petit coup de coude. « Nan mais ! L'air c'est pas ce qu'il faut aux plantes, une lampe UV ça marche très bien ! N'est-ce pas monsieur ? » Il l'observa quelques instants, totalement perdu quant à la réponse à apporter, il bafouilla « hum heu... Oui mmm... Si vous le dites oui... » Et la grand-mère se lança ensuite dans une espèce de monologue incroyable sur la culture qu'elle entretenait dans sa cave. Le temps qu'Isaiah mit à se dire qu'il était étrange d'avoir des plantes dans sa cave, il comprit enfin la nature des spécimens que la grand mère cultivait. La conversation prit un tournant encore plus inattendu (ce que l'ancien militaire n'aurait pas cru possible) lorsqu'un type, propre sur lui, se mêla à la conversation avec un langage relativement soigné. Isaiah avait l'impression d’halluciner et cette étrange sensation qui se déplaçait de ses dents à tout son visage. « Je mlb... Vous vloulez de l'eau ? » butant sur des mots et rajoutant des lettres, il finit par se lever et se diriger avec les jambes en coton vers la machine à eau. Il allait servir de l'eau à la vieille dame et au jeune homme même si ils n'avaient rien demandé. Il saisit le gobelet et le mit en place puis il appuya sur le bouton pour activer la fontaine. « Je ne suis pas jardinier... Et c'est illégal non ? Enfin... V'faites c'que vous voulez hein... » dit-il, tourné vers le jeune type qui rigolait aux éclats à présent. Fronçant les sourcils, Isaiah se demanda quelle blague il avait loupé et esquissa même un sourire devant le type hilare. Sourire qui disparu quand il sentit son pantalon éclaboussé. Le vers avait débordé et l'écoulement de l'eau s'écrasait sur le bord de la fontaine et le sol, provoquant une petite inondation dans la salle d'attente... Maladroit, Isaiah tenta de prendre le gobelet mais le renversa aussi et se mit à appuyer sur tous les boutons, incapable de se rappeler lequel éteignait ce truc... « Putain de bordel ! »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 28 Juin 2014 - 15:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7871
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Le docteur moustachu échappé d'un tableau de Rubens lui demanda s'il voulait de l'eau. De l'eau ? Mais qui boit de l'eau ? Qu'était-ce que cette proposition indécente, impudique ? Que proposait-il en vérité, ce varan blanchâtre ? L'invitait-il au divin lavement ? Allait-il lui inonder le colon, ou noyer sa gorge ? Et après quoi, la saignée ? Louis se souvint d'une visite qu'il fit en Europe, dans une grande ville de France, au musée de l'histoire de la médecine. Ces instruments monstrueux, les clystères, terribles et grandes seringues métalliques, le plus souvent en étain, avaient durablement marqué la mémoire du jeune français d'alors, qui était impressionnable. Louis se refusait à toute intervention extérieure sur son rectum qu'il n'eût autorisée pour des raisons de santé ou de loisir. S'étonnant lui-même de la teneur de ses pensées, il se leva, quitta son siège, et alla s'asseoir sur un autre fauteuil, pour s'éloigner de la collerette de tous les dangers.

 « Sachez monsieur vous taire, et laissez-moi tranquille,
Je suis un homme honnête, ici comme à la ville,
Je refuse de boire à l'eau de votre puits
Gardez la pour guérir la chaleur de vos nuits... »


Mais Louis s'interrompit, car l'homme à la balzacienne moustache déclara ne pas être jardinier. Il insinua également que Louis s'adonnait à la culture de plantes aux propriétés stupéfiantes, au sens littéral comme figuré du terme. Cette accusation larvée, jetée comme un asticot éventré à la figure de Louis, lui piqua fort le nez. Comment osait-il, cet échappé d'une toile de maître ? S'il avait eu des gants, il en aurait pris un pour le lui jeter à la figure, mais il aurait eu bien du mal à choisir ensuite ses armes, puisqu'il ne disposait ni d'un sabre, ni d'un pistolet. Fichtre ! Impuissant à rien faire sur le moment pour punir l'affront de cet homme, Louis se tourna vers la vieille dame, qui avait dégrafé les premiers boutons de son chemiser de satin blanc. Il espéra vivement, mais en silence, qu'elle n'irait pas plus loin. De son côté, le tyrolien sans bretelles fut bien puni d'avoir levé contre Louis les bannières d'accusations trompeuses et calomnieuses. Le verre qu'il emplissait d'eau débordait, sans qu'il pût rien faire. Péremptoire, Louis se leva et pointa sur lui un doigt d'airain.

 « C'est une ironie douce, et le Ciel vous confond !
Cette eau qui vous noiera, en écho au déluge,
Qui vous entraînera dans l'abîme profond,
Me lave et m'innocente, et surtout vous déjuge !
La pureté de l'eau, sur ma peau nue, m'absout,
Cependant qu'elle vous brûle et vous révèle au monde.
Votre noirceur dans l'eau disparaît, se dissout,
Elle n'est plus que grisaille et bouillie moribonde ! »


Le doigt de Louis reprit sa place à ses côtés. Il devint plus attentif à une voix au fond de lui qui hurlait que quelque chose n'allait pas. Sans agressivité, Louis se rapprocha de la vieille dame qui chantonnait une comptine pour enfant en tirant parfois la langue, ce qui lui donnait des airs de folle furieuse. Difficile d'ailleurs de ne pas la croire complètement démente, à la voir ainsi.

 « Qu'avez-vous donc à dire, et pourquoi chantez-vous ?
Je commence à penser qu'un mystère est à l’œuvre.
Nous ne sommes crétins, ni débiles ni fous.
Une rare magie se trouve à la manœuvre.
Ne restons pas ici, il nous faut déguerpir
Levez-vous, allons voir la jeune secrétaire,
Car ici je ne veux demeurer ni croupir...
Mais de grâce, madame, il faut vraiment vous taire. »


Et la vieille dame se laissa faire quand Louis lui prit le bras, l'aida à se lever et la conduisit jusqu'à la porte de la salle d'attente. Louis contourna volontiers l'homme et sa moustache de maréchal d'Empire pour ne pas risquer un geste qui aurait été mal compris. Mais il interrompit leur marche quand il se rendit compte que, sur la porte, la poignée avait disparu. En réalité, elle était bien là, bien réelle, bien à sa place, mais simplement invisible à la vue troublée de Louis. La biquette à son bras continuait de chantonner les vertus du cannabis et d'autres drogues dont elle énumérait les appellations avec humour. Louis la repoussa avec un brin de violence mais, fort heureusement, elle tomba assise sur un fauteuil, de toute évidence insensible au traitement que lui réservait le musicien.

 « Voilà, tout est foutu ! Nous ne pouvons partir !
La salle est close, horreur ! Nous ne pouvons sortir ! »


Et à travers la porte fermée, Louis crut entendre des bruits de pas. Il s'en éloigna, de peur d'être aux premières loges d'une salve d'artillerie si, en s'ouvrant, se présentait la bouche ouverte d'un canon. En vérité, il entendait les pas pressés du personnel médical qui, de toute évidence, allait arriver dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 11 Juil 2014 - 12:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le type bizarre à la diction chantante déclina son offre pour de l'eau... Enfin, c'est ce qu'Isaiah comprit car il n'était pas vraiment sûr finalement. Et lorsque l'eau dégoulina de la machine pour venir former une immense flaque au milieu de la salle d'attente, le type se mit à défier et maudire Isaiah qui ne comprenait décidément pas ce qu'il avait contre lui. Piqué par un tel affront, l'ancien militaire répliqua « Tu pointes encore un doigt comme ça contre moi et je te le brise connard ! » Ha ben du coup, il avait retrouvé une diction à peu près correcte quand il s'agissait de menacer et d'insulter les gens. Il avait toujours eu la langue plus déliée pour se genre de gymnastique rhétorique que pour des choses plus douces et calmes finalement. Surtout que là, en plus, il était plutôt énervé et agacé par tout ce qui se passait trop vite et de manière trop incontrôalble. Il essaya d'appuyer sur plusieurs boutons de la machine alors que l'eau dégoulinait encore et toujours et il s'énerva encore plus quand le flot sembla s'accélérer. Il grogna et se décida de passer au niveau supérieur. Il tira le panneau plastique qui couvrait le mécanisme, le jeta à terre et finit par empoigner la bouteille d'eau à l'envers pour la sortir et la redresser. Mais pendant ce processus, bien entendu, la moitié de la quantité d'eau s'était répandue partout et à présent, personne n'était épargné par cet inondation. Enfin, Isaiah posa la bouteille sur une table, soulagé d'avoir évité la catastrophe tout en ignorant volontairement le bazar qu'il avait foutu partout dans le même temps.

Son attention s'était quelque peu éloignée des deux autres jardiniers du dimanche lorsqu'il entendit quelqu'un dire qu'ils étaient enfermé. Tient, c'était le drôle de type qui l'avait insulté sans aucune raison un peu plus tôt. Il s'approcha de la porte et poussa le type pour observer la situation. « C'est fermé ? » il voyait bien entendu la poignée de porte mais, puisqu'ils avaient dit que c'était verrouillé, il n'avait aucune raison de vérifier la véracité de leurs déclarations. « Poussez-vous... » Isaiah prit de l'élan et tenta dans un premier temps d'ouvrir la porte par un coup de pied bien senti sur le côté extérieur de la porte. Il tapa deux fois avant de se dire qu'une technique plus frontale marcherait plus. « Aidez moi vous ! » Il désigna le type de tout à l'heure, ayant déjà presque oublié qu'il l'avait menacé quelques secondes plus tôt et se mit à tenter de défoncer la porte avec des coups d'épaules contre la porte. Nul doute que, de l'extérieur, cela devait sembler irréaliste.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 11 Juil 2014 - 15:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7871
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Louis ignora tout simplement la menace du moustachu impénitent, car s'il l'avait entendu, il ne la prit guère au sérieux. Ce vieux bouc ne lui pouvait faire de mal, il était inoffensif, cela ne faisait aucun doute. Trop occupé avec la vieille dame, Louis s'était détourné du philosophe dentaire, insensible aux progrès de l'inondation qui mouillait l'ensemble de cette salle d'attente aux murs aussi blancs qu'ils étaient étouffants. Quand il se rendit que la porte était close, et qu'ils ne pouvaient donc sortir, et que quelque chose se passait à l'extérieur, Louis le fit savoir à la ronde, mais il fut bien mal payé de sa générosité à l'égard de la grand-mère, qui babillait toujours, et de l'académicien miséreux qui vint à lui et, sans crier gare, le poussa.

Quel mal élevé ! Quelles manières méprisables ! Avait-il donc perdu toute éducation en taillant cette moustache du Diable ! Louis se renfrogna quelque peu, d'autant que ce camouflet l'avait fait chuter... il se trouvait le cul dans l'eau, le pantalon trempé et les mains qui pataugeaient !

 « C'est très aimable à vous de me pousser dans l'eau...
Vous avez bien, monsieur, les dehors d'un salaud ! »


Voilà qui était dit ! Mais l'imbécile aux vibrisses titanesques ne parut point l'entendre, puisqu'il répéta ce que tout le monde ici savait : la porte était fermée ! N'avait-il pas cru Louis quand ce dernier l'avait clamé envers et contre tous ? Loin de s'affoler toutefois, le plombier italien échappé d'un jeu vidéo entreprit d'ouvrir la porte à grand renfort d'imagination ou plutôt... à grand renfort de coups de pied ! Mais où se croyait-il donc pour agir de la sorte ? Dans un film d'action sorti des studios de production les plus en vue ? Ces choses-là ne fonctionnaient qu'à la télévision ou sur grand écran, voyons ! Louis s'abstint toutefois de le lui faire remarquer, trop inquiet qu'il était de voir la vieille dame glisser dans l'eau et s'y ramasser lamentablement. Il se pencha vers elle, avec une nonchalance coupable, et l'aida à se redresser. Elle n'avait rien manifestement, mais continuait de chantonner en tirant la langue, ce qui devenait proprement lassant – ne pouvait-elle chanter d'ailleurs autre chose que des classiques oubliés de l'arrière-pays texan ?

Louis tourna à nouveau le regard vers le le matraqueur nasal quand ce dernier lui demanda ou plutôt lui intima l'ordre de l'aider... à ouvrir la porte. Il tentait de la défoncer à coup d'épaule, mais n'avait guère de succès. Louis, contre mauvaise fortune bon cœur, se rapprocha.

 « Je ne suis pas certain que vous le méritiez,
Mais votre infirmité suscite ma pitié.
Poussez-vous donc un peu, faîtes moi de la place,
Et sachons défoncer cette porte... avec classe ! »


Et ainsi, Louis accompagna les tentatives de big moustache. Nul doute qu'à deux, ils parviendraient à faire céder la porte ! Cependant, ils ne se doutaient pas que de l'autre côté, quelqu'un s'apprêtait à leur ouvrir – ce qui bien sûr allait contrarier leurs plans en profondeur. Dans l'absolu, ils ne désiraient qu'une chose, sortir de là, non qu'ils y risquassent beaucoup, mais tout de même, la situation était déjà trop incongrue et bizarre pour ne pas chercher à s'en extraire, à la toiser de haut, et à s'en éloigner de sorte à retrouver les champs d'une vie plus raisonnable.

L'épaule de Louis martelait en cadence la porte, avec le concours de celle de... de l'illustre inconnu au nez encombré par le croissant de lune d'une jungle pileuse.

 « La porte cédera... mais je suis ébloui
De tant de résistance...Appelez-moi Louis. »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 23 Aoû 2014 - 10:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le gars qui s'était affolé de l'absence de poignet à la porte se retrouva déséquilibré lorsqu'Isaiah voulu passer pour la défoncer. Les fesses dans l'immense flaque que la maladresse de l'ancien soldat avait provoqué, il lui parla mais l'homme n'écoutait déjà plus. Il avait inspecté la porte et avait déjà commencé à envoyer ses chaussures à l'intérieur. Lorsqu'il se rendit compte que ça ne marchait pas, il intima au jeune homme près de lui de venir l'aider. Celui-ci lui balança un charabia étrange à la figure et l'accompagna. Dans le même temps, il se présenta. Sur le coup, il sembla au catholique qu'il aurait été bien mal poli de ne pas répondre. Après tout, sa mère lui avait toujours enseigné les bonnes manières (même si, évidemment, certaines « manières » s'étaient fait la malle dès qu'il avait mit les pieds dans la rue et dans la dure réalité de la vie urbaine) « Isaiah... Mets ton épaule plus en avant ou tu... Tu vas te la disloquer ! Nan mais on apprend plus rien à l'armée ou quoi ? » Ou alors le service militaire n'existait plus... Ou alors il était encore à l'entraînement ? Il était où encore ?

Il n'eut pas le temps d'organiser les idées dans sa tête que soudainement, la porte céda... Ou plutôt s'ouvrit. Isaiah se retrouva par terre, étalé de tout son long, et il avait emporté avec lui la secrétaire qui avait ouvert la porte. Il se redressa pour identifier la personne qui était étalée sous lui. « Mais qu'est ce que vous faites là ? Comment vous avez ouvert la porte ? » Son esprit se mit légèrement en ordre lorsqu'il vit les couloirs blancs et qu'il pu se rendre compte que non, il n'était pas dans un camp d'entraînement ou en mission. Un dentiste non ? Un médecin en tout cas... Se redressant sur ses pieds, il considéra une seconde fois la femme. Comment avait-elle ouvert la porte ? Si Louis avait dit qu'ils étaient enfermé et que cette nana avait ouvert la porte... Ca ne voulait que dire que c'était elle qui les avait enfermé ! « Vous nous avez enfermé ? Vous avez la clé ? » Dans son ventre, Isaiah sentit son instinct embrouillé se réveiller. Quelque chose de pas normal se tramait et c'était seulement maintenant qu'il s'en rendait compte. Comme un soldat, il tenta d'appeler se sens à l'affut de la moindre information. Malheureusement, tout était flou autour de lui et il avait l'impression d'entendre des acouphènes ce qui n'arrangeait rien à l'affaire...
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 31 Aoû 2014 - 21:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7871
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Non content de le traiter comme il l'aurait fait d'un subalterne, la réplique impropre de Staline lui intimait désormais des conseils pour enfoncer la porte ! Comme s'il en avait besoin ! Louis, avec tout le mépris dont il se sentait maintenant bouillir, toisa Isaiah d'un regard venimeux. S'il avait eu des ciseaux, il lui aurait volontiers taillé la moustache !

 « Gardez pour vous, monsieur, cet importun conseil !
La lune pour briller se tient loin du soleil. »


Et sur ces vaines paroles, Louis n'en fit qu'à sa tête, ce qui lui épargna une chute vilaine quand la porte s'ouvrit à la volée sur ce qui était sans doute une secrétaire médicale dans la force de l'âge. Celle-ci, très étrangement, survécut à la collision ainsi qu'à l'écrasement, car l'ami pileux n'était pas des plus fluets. Il était au contraire trapu comme un chêne – mais moins feuillu de toute évidence. Ignorant du sort que réservaient les événements à la vieille dame toujours présente dans la salle d'attente et toujours chantante, Louis se tint coi dans l'encadrement de la porte ouverte et en observa les longueurs rectilignes, l'oreille qui traînait pour ne rien perdre des questions que la moustache articulait. Quelle découverte fascinante, d'ailleurs, que cette compagnie de poils bavards ! Louis ne disposait pas du temps nécessaire à leur observation méticuleuse, ce qui l'attristait. Comme il aurait voulu en apprendre davantage sur eux ! Il fit quelques pas hors de la salle d'attente et entendit la victime d'Isaiah qui lui répondait précipitamment, évoquant pêle-mêle des soucis techniques, des besoins d'ordre sanitaire et des erreurs de débutants. Louis n'y comprit rien, mais il s'estima en droit d'intervenir – mû sans doute par quelque instinct hérité d'un passé féodal qu'il fantasmait plus qu'il ne touchait de ses orteils vigoureux.

 « Rien ne justifiait qu'on nous fermât la porte.
Une heure ou deux de plus... la pauvre eût été morte ! »


Il pointa du doigt la salle d'attente où l'on entendait encore l’ancestrale biquette qui chantait encore, cette fois de vieux airs mutins puisés dans le folklore du bayou louisianais. Louis était soucieux qu'on ne l'oubliât point, celle-là, même s'il n'aurait su s'expliquer cet élan d'altruisme à l'égard d'une mamie qui aurait sans doute été mieux chez elle à préparer de délicieux cookies pour ses petits-enfants.

 « Que vienne ici et maintenant votre patron !
Qu'il s'excuse et s'explique à nous, ce gros poltron !
La moustache est trempée, je suis exténué,
Je ne tolère pas qu'il demeure muet ! »


Fort de cette apostrophe lourde d'une menace informulée – Louis s'était mis en tête d'assigner devant les tribunaux le cabinet de son fidèle dentiste, il décida de rester silencieux. Il n'était pas encore bien sûr du motif, mais il n'avait pas encore les idées bien claires, et se doutait bien qu'il finirait par trouver une raison valable d'attaquer le dentiste ! Croisant les bras afin de laisser entendre qu'il ne bougerait pas tant qu'il n'aurait pas obtenu gain de cause, il regretta presque aussitôt son excès de zèle car l'eau qui inondait la salle d'attente se déversait désormais à grand débit dans le reste du cabinet médical. Ses chaussures, trempées, mériteraient plus tard des soins particuliers. Le cuir est-il sujet à la pneumonie ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 7 Sep 2014 - 10:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
La jeune femme se mit à expliquer des chose rapidement. Trop rapidement. Sa voix nasillarde et son débit bien trop rapide pour Isaiah ne se répercuta dans ses oreilles que par des espèces de grondements imperceptibles perturbés par les chants motivés de la grande-mère dans la salle d'attente. Fronçant les sourcils, Isaiah finit par balayer de la main les explications de la jeune femme. Si, d'habitude, il ne méprisait pas le petit personnel car il avait été lui même tout en bas de l'échelle sociale, là, sa patience avait été assez limée par la situation et aussi par le jeune homme qui n'arrêtait pas de l'insulter pour aucune raison. « Nan mais c'est bon là, la ferme. » Bon, il lui avait demandé de s'expliquer donc il apparaissait comme le dernier des malpolis mais pour sa défense, Isaiah n'arrivait pas à se souvenir de ce qu'il avait dit cinq secondes auparavant. Même ce que l'autre type disait disparaissait au fur et à mesure qu'il l'entendait. Comme si tout s'effaçait dès lord que ça venait d'arriver. Pourtant, il sentait légèrement plus d'air une fois dans le couloir que dans la salle d'attente. Mais apparemment, les gaz étaient toujours là, se mélangeant à l'air et, bien que l'effet avait été diminué, le cerveau des occupants de la salle d'attente mettraient probablement quelques temps à évacuer tout ça de leur système.

Finalement, le jeune homme aux cheveux bouclés exigea de parler au patron du cabinet, le dentiste. Puis il se planta au milieu du couloir, bras croisés. Isaiah, lui, en avait finit d'attendre pour au moins cinq ans, tant pis pour ses dents. Il haussa les épaules et dit « Apparemment ici il faut se servir soi-même ! Je vais le trouver moi, cet abruti. » Puis il s'élança dans le couloir. Bien qu'il eu été dans ce cabinet quelques fois auparavant, il ne se souvenait désormais plus de quelle porte menait au bureau du cher dentiste. Lire les plaques sur les portes ? Quelles plaques ? Il lui était impossible de lire ce qu'il y avait dessus de toute manière. Il ouvrit une première porte sur sa droite et deux balais lui tombèrent dessus. Il les évita et leur donna un coup de poing par réflexe. Ils volèrent le long du couloir. Inspectant un peu plus la pièce, Isaiah murmura « Un placard... » Puis il chercha une nouvelle porte à ouvrir. Sur la gauche, un peu plus loin, une autre porte. Peut être, enfin, celle du cabinet ? Mais combien de portes y avaient-ils à cet étage ? Il avait l'impression d'être dans Alice au Pays des Merveilles...
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 7 Sep 2014 - 15:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7871
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Sans grande surprise, Louis ne fit guère attention aux propos de l'homme à la moustache qu'il n'écoutait pas vraiment. Que disait-il, que faisait-il ? Cela n'avait aucune espèce d'importance. Louis sentit à ses chaussettes poisseuses que l'eau avait investi ses souliers. Il ne crut pas nécessaire de s'en inquiéter pour le moment. Il lui suffirait, plus tard, d'ôter ses chaussures et de les exposer au soleil pour qu'elles pussent sécher - il devrait faire de même avec ses chaussettes, bien sûr. Mais ces modestes considérations devraient pour le moment se faire toutes petites et mêmes muettes, car d'autres priorités s'imposaient à Louis. Il désirait voir le patron de ce cabinet. S'il partait sans l'avoir vu, Louis en éprouverait bien du déplaisir. Où était-il d'ailleurs ? Les ténébreuses vibrisses se débattaient un peu plus loin contre une porte qui révéla un placard et quelques balais. Des balais ! Où donc trouvait-on des balais, sinon chez le dentiste ? Louis, loin de s'étonner, éclata en mille réflexions diverses. Ne devait-il pas suivre le grognard à moustache et tenter de trouver avec lui le patron du cabinet ? Ils auraient peut-être plus de résultats... Et Louis ne désirait pas rester là immobile et silencieux tel un décadent.

《 Attendez un instant, je viens vous assister,
Pour trouver le patron, il faut se concerter.
D'après mon souvenir, si j'ai bonne mémoire,
Le bureau n'est pas loin de cette vieille armoire. 》


Louis s'était rapproché d'Isaiah. Il avait contemplé les balais sur le sol, un brin admiratif. Cet homme aux bacchantes farfelues ne manquaient décidément pas de ressources. En d'autres circonstances, sans doute Louis aurait-il pris du plaisir à discuter avec lui... cependant, les circonstances présentes n'étaient guère normales ni même propices aux rapprochements relationnelles. Il l'ignorait mais le gaz au fond de lui prenait sa dîme et affectait son comportement comme son attitude. Nul doute qu'il n'aurait aucun souvenir de cet événementplus tard dans la journée ou la soirée.

《 La porte est là, voyez ! Entrons sans plus attendre,
Parlons distinctement, sachons nous faire entendre. 》


Louis désigna de la main une nouvelle porte non loin du placard à balai, à peine dissimulée par la grande armoire déjà mentionnée un peu plus tôt.. il ne restait donc plus qu'à ouvrir la porte et à entrer. Louis n'allait toutefois pas prendre cette initiative. Il ne se sentait plus très bien et, dans son ventre, il entendait les grognements d'un tigredetoute évidence pressé de jaillir hors de l'estomac qui le retenait captif. Allait-il vomir ? Certainement s'il bougeait trop brutalement, s'il parlait trop vivement... La situation demeurait stable pour le moment, mais pour combien de temps encore ? Devant la porte du bureau, Louis attendait donc que les moustaches s'animassent pour qu'enfin la porte s'ouvrît. Le blanc des murs commençait d'ailleurs à inquiéter Louis qui les voyait se colorer des nuances de l'arc-en-ciel... Même dans son état, il comprenait que tout cela n'était ni normal, ni naturel. Quitter cet endroit au plus vite devenait une priorité, peut-être même une idée fixe !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 5 Oct 2014 - 15:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
L'impression d'être dans un rêve éveillé, les jambes et les mains lourdes... Il se demandait presque quand est-ce qu'il allait se réveiller et enfin avoir son foutu rendez-vous chez le dentiste. Pourtant, rien ne venait, il ne semblait pas se réveiller et encore moins être dans un monde sans logique. Bien entendu tout ce qui était arrivé jusque là avait été assez flippant dans l'ensemble et il avait juste envie que tout ça s'arrête au plus vite. Sa tentative de trouver le bureau du patron s'était soldé par un échec alors qu'il avait presque failli se faire attaque par un balais. Il considéra quelques secondes les sauts et les produits de nettoyage. Son cerveau mit un peu de temps à reprendre le fil de ses actions. C'est le jeune homme de tout à l'heure qui le sorti de ses rêveries. Il lui annonça que le bureau, dans ses souvenirs ne devait pas être très loin. Isaiah hocha la têt et se passa la main sur le visage.Il fut surprit de ne rien sentir du bout de ses doigts. Comme quand il était saoul et perdait la sensation dans ses mains. Il manqua de se crever un œil avant d'ouvrir grand les yeux pour considérer ses doigts. Rien d'anormal... Enfin, il avait l'impression. Le soldat serait plus en mesure de le dire une fois qu'il se serait arrêté de bougé... En fait, il ne bougeait pas. Mais sa vision périphérique tremblait comme si il était entrain de marcher.

Il considéra l'autre homme, aussi pâle que lui, près d'une porte. « Putain ça me saoule toute cette histoire... Il... Il a intérêt à être là ce gros connard... » Sa bouche se faisait sèche et il était difficile de déglutir. S'avançant d'un pas mal assuré vers la porte, il descendit la clanche avant d'entrer dans un élan agité. « HEY ! » cria-t-il alors qu'il arrivait dans le bureau du dentiste. La table d'examen, les loupes, les appareils, les outillages, tout était là... Ne manquait plus que le dentiste, finalement. « Où tu te caches salopard ? » La tête lui tournait et son pas se faisait de plus en plus lourd. Il chercha appuie sur un meuble mais fis tomber le plateau à instruments. Il ne tenta même pas de ramasser tous les objets coupant au sol et, à la place, prit appuie sur la table d'examen. Il se tourna vers l'autre bonhomme. « Il est où ? Il est partit ? » Isaiah ne savait pas si il arriverait à fouiller entièrement tout l'étage avant de s'évanouir ou de s'écrouler sous son propre poids.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 5 Oct 2014 - 20:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 7871
ϟ Nombre de Messages RP : 818
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Crédits : Cookie
ϟ Doublons : /
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Décidément, big moustache n'était pas particulièrement futé, mais Louis tenait un bon bout de la sottise ambiante, lui qui s'était trompé de porte. Pourtant, sa mémoire lui faisait rarement défaut. Il l'ignorait mais peut-être cette lacune ponctuelle était le fruit des effets sur lui du gaz qui s'était répandu dans tout le cabinet dentaire. Dans le bureau toutefois, ils ne trouvèrent personne, et Louis s'inquiéta. Où était le dentiste ? Avait-il fui ? Se cachait-il ? La question demeurait ouverte et une multitude de réponses possibles se proposaient à eux. La grossièreté du fils putatif du sergent Garcia choqua Louis qui écarquilla de tels yeux ronds que ses globes oculaires manquèrent de choir au sol. Mais il ne désirait pas devenir aveugle, aussi les y conserva-t-il. Il ne désira pas non plus pénétrer plus avant dans le bureau vide. Toutefois il ne pouvait se soustraire à la question qui lui était posée. Où était-il ? Louis se répétait la question dans sa tête, tandis que d'un regard circulaire il embrassait l'intégralité du bureau et revenait au couloir d'où ils arrivaient tous deux.

 « Hélas, je ne sais pas, et je dois reconnaître
Avoir un peu de mal à ne pas me démettre.
Le dentiste est parti, mais où ? C'est la question
Que nous devons résoudre. Enfin... La solution
Nous échappe et, monsieur, je dois vous avouer
Avoir perdu le goût d'être là pour jouer.
En ces murs je perçois la tyrannie fétide
Et les vilains effets d'une vapeur putride.
J'exagère et peut-être ai-je tort, après tout ?
Je m'en lave les mains, je m'en remets à vous. »


Et Louis, qu'un mal de tête saisissait, s'inclina proprement devant cette superbe moustache et se détourna pour regagner la salle d'attente où il récupéra les quelques affaires qu'il y avait laissées. Là il trouva la vieille bique endormie, flottant sur l'eau qui s'était répandue un peu partout. Il ne lui adressa pas même un regard apitoyé, et ne fit rien pour l'éveiller et l'aider à se relever. Il revint vers le couloir où il croisa le chemin des secrétaires médicales qui s'empressèrent auprès de lui pour s'assurer de sa bonne santé. Il passa par mille mains mais s'en extirpa vivement, car il ne tenait pas à leur servir de cobaye, pas plus qu'il ne tenait à perdre encore son temps ici. Il accepta les cachets qu'on lui tendit et promit de se rendre au plus vite chez un docteur.

 « Calmez-vous je vous prie, j'abdique à vos transports !
Je vais récompenser vos si charmants efforts.
Dès que j'aurai quitté ce cabinet dentaire
J'avancerai d'un pas leste et velléitaire
Et me rendrai sous peu chez le docteur Pinson :
C'est un ami qui sait me tailler un chausson.
Adieu, et sachez bien vous occuper de lui... »


Il désignait l'homme au nez plus pileux que le plus pileux des balais.

 « Cet homme-là est bon, gardez-le de l'ennui.
S'il a les dents gâtées, soignez-le proprement
Quant à moi je m'en vais. À très prochainement ! »


Et à ces mots Louis s'inclina. Il partit /et déjà, l'air frais l'appesantit. /Ses esprits regagnés, il alla voir Pinson /qui sut vite lui redonner toute raison.
Revenir en haut Aller en bas



Le doux parfum de vos imaginations [Louis & Isaiah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» AMY & ELEANORE Ҩ « le doux parfum d'une fleur à peine éclose. »
» Catalina MacRoses - « Les roses sont une musique au doux parfum d'été »
» Cuvette de wc attaque doux parfum. C'est super efficace. [PV LUKE]
» Une jolie fleur de Camélia vient laisser son doux parfum ♥
» Nuage D'Amaryllis ~ Le doux parfum d'une fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-