AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

A qui sait comprendre, peu de mots suffisent ▬ Charlie et Chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 14 Juin - 14:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Même s'il ne l'avait pas oubliée, Adrian n'avait plus revu Charlie Lane depuis leur seule et unique sortie. Vu que cette dernière avait un peu tourné à la catastrophe, il y avait mieux que transformer une soirée de danse en faille temporelle, le mage n'avait pas franchement tenu à reproduire ce genre d’événements. Quoi qu'en disait la charmante blonde, il restait convaincu qu'elle méritait un peu de paix et qu'il avait été trop accaparé par son travail pour être désormais capable de le séparer de sa vie privée. Il était donc parfaitement normal, dans son monde du moins, de se retrouver projeter dans une faille temporelle qui vous ramenait une cinquantaine d'années en arrière. Ajoutez à cela qu'elle avait certainement eu fort à faire ces derniers temps avec tous les événements pour le moins... inhabituels qui s'étaient produits et vous compreniez mieux le silence radio du mage. La mort de Chase n'avait pas été ratée, Adrian en avait entendu parler dès le lendemain et il n'était pas sans connaître le lien qui l'unissait à l'avocate – n'avait-il pas cru qu'elle était la mère de son premier enfant ? Bien sûr, Eldoth avait lui aussi été touché par cette nouvelle. Même s'il ne connaissait pas Chase aussi bien qu'il l'aurait souhaité, le jeune homme lui était apparu comme quelqu'un de vraiment agréable et cultivé. Il aurait certainement été une grande personnalité dans son domaine, ou ailleurs ! Mais les choses en avaient décidé autrement et l'Archimage regrettait sincèrement de ne pas avoir appris à le connaître au-delà de la simple relation professionnelle. Un regret de plus qui s'ajouterait à sa longue liste. Combien de jeunes allait-il encore voir mourir alors que lui restait là ? Une pensée qu'il avait préféré occulter et c'était en partie pour cela qu'il n'avait pas été voir Charlie Lane pour lui présenter ses condoléances. Il n'était pas assez familier avec elle et ne pouvait pas se targuer d'avoir réellement connu Chase, sa venue pouvait donc être très mal interprétée.

Puis les semaines étaient passées et finalement, la vie reprenait son cours. Adrian avait suffisamment d'ennuis avec sa « famille » et d'autres détails de ce genre – dont un concernait une jolie trentenaire fiancée – pour devoir faire passer le reste au second plan. Il s'inquiétait toujours aussi sérieusement pour Ginger et le fait de l'avoir vu rentrer complètement amochée la dernière fois, l'avait relativement inquiété. Même si sa petite-[...]-nièce refusait de porter plainte, Eldoth voulait tout de même savoir ce qu'il était possible de pouvoir faire pour qu'elle ne serve plus de défouloir à son compagnon. La solution la plus logique qui s'était présentée à lui avait été de demander de l'aide à une personne spécialisée dans la loi et qui l'était plus qu'un avocat ? Adrian n'ayant jamais eu d'ennuis avec la justice, il n'en connaissait pas vraiment hormis Charlie Lane et même si l'envie de ne pas la déranger était très présente, il se voyait mal aller demander assistance à quelqu'un d'autre. D'une part elle pourrait être vexée qu'il ne soit pas venue vers elle – peut-être qu'elle penserait qu'il la jugeait incompétente ? – puis ensuite il n'avait pas envie d'enrichir ses concurrents, tout simplement !

C'était donc pour cette raison qu'il se retrouvait à se présenter à l'accueil du cabinet de la jeune femme. La secrétaire ne le fit pas patienter bien longtemps, le mage ayant veillé à téléphoner avant de débarquer. Elle lui désigna donc la porte qui débouchait sur le bureau de la texane et l'invita à s'y rendre étant donné qu'elle n'avait pas l'air très occupée – même si c'était certainement relatif avec un bourreau du travail comme elle. Remerciant la réceptionniste avec un sourire et quelques mots aimables, le centenaire quitta l'accueil pour se diriger vers le bureau en question et frappa avant d'attendre que Charlie ne l'invite à entrer. Lorsque ce fut le cas, il poussa l'huis pour pénétrer dans la pièce et posa aussitôt le regard sur la silhouette familière qu'il avait rencontrée sur son palier la première fois. Naturellement, en la saluant il lui offrit aussi son habituel sourire de bonne humeur permanente.

« Bonjour. Ça faisait longtemps, j'espère que vous allez bien. »

La question était honnête, il avait sincèrement envie de savoir si elle se portait bien ou non. Quoi qu'il en soit, le mage relâcha finalement la poignée de la porte une fois qu'elle fut refermée et s'éloigna un peu d'elle pour se poster au milieu de la pièce, face au bureau. Son regard se promena très brièvement sur les environs afin de s'assurer qu'il n'y avait pas de montagne de travail qui prouverait qu'elle était tout de même très occupée. Mais, ne souhaitant pas être intrusif, Adrian reporta rapidement son attention sur le visage de la blonde.

« Vous n'êtes pas trop occupée au moins ? La jeune femme de l'accueil m'a dit que non, mais je sais qu'avec vous, c'est assez souvent le cas. »

Ce n'était pas une critique venant de lui. Charlie savait très bien qu'Adrian était aussi un bourreau du travail, il comprenait donc tout à fait sa manière d'agir. Mais avant qu'il n'ait l'occasion d'aller plus loin dans ses paroles, il semblât que la demoiselle allait avoir un défilé de vieilles – ou plus jeunes – connaissances ce jour-là.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Sam 14 Juin - 17:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
— Cliquetis-clic-clic-cliquetis-cliquetis-clic ?
— Non.

Alex poussa un soupir et ferma les yeux. Pousser des soupirs et fermer les yeux étaient ce qu’il faisait le mieux depuis l’incident de l’Éclipse. Pour la première fois depuis longtemps, il se retrouvait à essayer de chasser ses pensées de son propre esprit. Il y avait même songé très sérieusement. C’était peut-être faisable ? Il n’avait qu’à trouver une pauvre hère et à décharger dans son esprit sa propre colère, son humiliation, sa tristesse et tout le reste, pour vivre heureux et insouciant. Mais en toutes circonstances, Alex préférait savoir qu’ignorer. En ce moment, il trouvait que c’était un grand tort.

— Clic…

Depuis l’incident de l’Éclipse, Alex passait beaucoup de temps dans la Forteresse Onirique — et les portes en restaient obstinément fermées à la Clé des Songes. Lukaz était devenu implicitement persona non grata dans le complexe volant, parce que c’était lui, précisément, qu’Alex essayait d’éviter en s’y réfugiant. Lukaz avait beau lui assurer que ce n’était pas de sa faute, Alex avait un contrôle trop étroit sur sa propre volonté pour concevoir que celle d’un autre pût être abdiquée à ce point-là. C’était injuste peut-être. C’était puéril. C’était plus fort que lui.

Évidemment, il n’en avait pas parlé à Charlie. Il se voyait mal lui dire que Lukaz l’avait encore trompé. Rien qu’à imaginer le regard que l’avocate poserait sur lui, mélange de pitié et de réprobation, rien qu’à songer à ce qu’elle penserait de sa médiocrité, il se sentait plein de honte et la honte, avait-il découvert, n’était pas une abstraction impalpable, un sentiment raffiné matière aux médiations philosophiques, c’était un retournement de tripes. En fait, la seule personne à qui il parlait, à qui il parlait vraiment, c’était Abban, parce qu’il savait à quoi l’Irlandais pensait, aussi, tous les deux soirs de la semaine.

— Clic !
— AYEUH !

Alex fut bien obligé de se redresser : sa propre araignée-robot venait de tenter de l’électrocuter. D’accord, pas très fort, mais quand même. Le petit animal mécanique s’enfuit à toutes jambes, qu’elle avait nombreuses, pour se cacher derrière une commode, réplique parfaite de celles que l’on trouvait dans toutes les bonnes maisons, dans Zelda — Link’s Awakening. Deux autres araignées sortirent de la commode et la voix féminine de Médée, l’intelligence artificielle qu’il avait conçu, s’éleva dans la chambre.

— Et si vous faisiez de la zumba ?
— Pardon ?
— J’ai vu sur Internet des vidéos d’humains qui pratiquaient la zumba et ils avaient l’air très heureux.
— Je ne suis pas humain.

Silence. Du point de vue de Médée, tout ce qui était vaguement anthropomorphe était humain.

— Les chats sont excellents pour les personnes déprimées.

Alex se releva du lit et fixa les araignées d’un air dubitatif.

— Depuis quand tu es devenue ma psychothérapeute attitrée ?
— Je m’occupe de votre bien-être, Noctis.
— Je me porte très bien.
— Vous êtes déprimé. J’ai comparé la fiche Wikipédia avec vos symptômes. Mais rassurez-vous, j’ai consulté des sites de développement personnel et j’ai évolué pour être capable de vous conseiller. Vous devez vous ressourcer et trouver le centre de votre énergie.
— La dernière fois que j’ai trouvé le centre de mon énergie, je me suis désintégré. Je crois qu’on peut considérer que je suis très centré, maintenant.
— Vous devez sortir, accepter le sourire de la nature…
— C’est salissant.
— … et de vos amis. Voulez-vous que je diffuse une musique rassérénante ?
— Ça ira, merci.
— Ou des chants de baleine ?

Les deux araignées se mirent à diffuser des plaintes de cétacés, bientôt reprises dans toute la forteresse.

— OK, OK, t’as gagné, je sors. Je vais… aller voir des amis, sourire au monde, tout ça.

Quelques secondes plus tard, Alex faisait son apparition dans appartement à louer du centre-ville, l’un des nombreux endroits discrets par où il passait dans le Royaume des Rêves. En quelques pas, il était dans la rue et il ne lui fallut pas longtemps pour gagner le cabinet de son amie. Il ne lui avait pas beaucoup parlé, depuis l’affaire de l’Éclipse, et le cas échéant, il avait eu beau jeu de mettre sa tristesse évidente sur le tempérament mélancolique dont Chase avait si souvent fait preuve, même si ce tempérament-là avait paru définitivement éradiqué par sa résurrection, pour laisser la place à un enthousiasme plein d’assurance et de décontraction.

Il n’en avait pas pour autant abandonné l’une de ses nouvelles missions : être la Médée de Charlie. L’avocate travaillait trop, c’était une évidence, et il était bien placé pour savoir les dangers du surmenage. Il fallait donc apprendre à la jeune femme à sourire à ses amis, centrer son énergie et écouter les baleines ; puisque sa propre vie était un échec définitif et irrémédiable, jugeait-il désormais avec la hauteur de vue de ses vingt-deux ans, Alex était bien décidé à améliorer celle de Charlie : au moins, ça l’occuperait (parce qu’il y avait fort à faire.

Après avoir salué l’assistante de son amie, beaucoup plus sympathique avec lui qu’elle ne l’avait été avec Chase, sans doute parce que le nom d’Alex n’était pas suivi, dans les journaux, des mots comme « Charlie Lane kidnappée », « Charlie Lane menacée par des terroristes », « Charlie Lane séquestrée par des gibbons mécontents » ou encore « Charlie Lane enceinte de trois mois — nos photos exclusives ». Après avoir échangé quelques mots avec la jeune femme et sans vraiment lui laisser le temps de le prévenir, Alex s’invita dans le bureau de Charlie et constata qu’il était occupé par : 1. Charlie, 2. beaucoup de dossiers, 3. Adrian.

Alex ne put contenir un temps d’arrêt et il essaya d’enterrer aussi rapidement que possible sa surprise, tandis que son cerveau tournait à plein régime. En se composant un sourire et un air vaguement surpris, il essaya de déterminer s’il était ou non possible que le mage le reconnût. Adrian lui avait confié avoir des aptitudes télépathiques et Alex savait pertinemment qu’en la matière, sa propre présence psychique était difficile à confondre avec une autre, mais pour peu que le mage ne fît pas un usage passif constant de ses capacités, il pouvait très bien passer à côté de celles d’un interlocuteur. Mais quand était-il de ses savoirs plus ésotériques ? Si Alex avait acquis la certitude de son inhumanité nouvelle, il n’était pas certain de ce qu’il était, maintenant que la Pierre de Lune et son propre corps étaient devenus une entité unique. Était-il un être magique dont Adrian percevait intuitivement les propriétés ?

— Désolé, Charlie, je savais pas que tu avais de la compagnie.

Glissa-t-il avec un sourire entendu, pour suggérer que la compagnie en question était galante, parce que tant qu’à faire, autant favoriser l’idylle contrariée mais véritable qui poussait Charlie et Adrian dans les bras l’un de l’autre, parce que tout le monde en rêve (moi par exemple) et que vos efforts contraires, il va bien falloir vous faire une raison, sont voués à l’échec devant la force de cet amour invincible, c’est moi qui vous l’dit.

— J’peux repasser plus tard, si vous avez envie de…

Il fit un vague geste de la main et, d’un air soigneusement dubitatif, suggéra :

— Discuter ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 15 Juin - 9:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
« Mais, il est bien venu présenter ses condoléances à la mort de… » Sarah se garda d’une désignation comme « l’autre » qui aurait été mal perçue. « NG ? »
« Oui mais, non. »

Pause-café parce que, oui, malgré ce que l’on peut penser, il arrivait à Charlie de faire des pauses. Elles n’étaient jamais bien longues et l’avocate ignorait si c’était parce qu’elle voulait retrouver ses dossiers ou éviter les questions de Sarah. L’assistante essayait vraiment de s’occuper de la vie sociale de la trentenaire et, rien que pour cela, il fallait lui décerner une médaille. Pas qu’à elle d’ailleurs.

« Pourquoi ? Je le trouve charmant, bien élevé et… »
« Sarah, j’ai compris mais c’est toujours non. Cela dit, je t’en prie, invite-le. »
« Moi ? Inviter un Cooper ? Très drôle ! On ne vit pas dans le même monde . »

Charlie non plus mais, elle préféra ne pas insister, prétextant avoir fini son café pour aller s’enfermer à nouveau dans son bureau. Aucune idée de ce que Jonas avec fait à Sarah mais, sérieux, on pourrait croire qu’elle était à deux doigts de lui vouer un culte. Et puis d’abord, pourquoi absolument vouloir voir Charlie avec quelqu’un ? Hey, ça lui arrivait de sortir, des fois, rarement… Ouais, enfin de temps en temps ! Cela dit le critère pour qu’elle accepte semblait être : posséder des fossettes ! Et, en parlant de fossettes, c’est quelque temps plus tard qu’on frappa à son bureau pour laisser apparaitre Adrian. Le mage, super-bon danseur, voué à son travail et à l’éducation peut-être un peu trop parfaite. Charlie, dans un réflexe et une politesse – qui n’avait rien de Texane –, se leva de son siège pour le saluer à son tour.

« Oui, oui, ça va bien. » Comme toujours, n’est-ce pas ? « Et vous ? » Elle désigna le siège devant le bureau. « Vous pouvez vous installer si vous voulez. »

Adrian c’était le genre de personne qu’elle pouvait ne pas voir pendant plusieurs mois mais, trouverait toujours sympathique leur rencontre. Ouais, enfin, sauf si c’était pour venir accuser son frère de frapper sur la nièce du mage ! L’avocate secoua la tête avec un sourire rassurant sur les lèvres. Ok, il y avait des dossiers sur son bureau mais, ils pouvaient attendre un peu plus tard dans la journée. SI Adrian venait jusqu’ici, c’est qu’il avait quelque chose à lui demander et ça valait bien de mettre le reste en pause pendant un peu de temps.

« Non, ça va, vous ne me dérangez pas. Qu’est-ce que je peux faire pour v… »

Pas le temps de finir sa phrase que la porte s’ouvrit à nouveau. Charlie imagina voir Sarah arriver mais, soit elle avait bien changé, soit il fallait se rendre l’évidence : ce n’était pas elle. En voyant Alex, le premier réflexe de Charlie avait été de sourire, contente de le voir mais, très vite, elle prit conscience de la situation. Ok, elle avait un mage et un mentaliste mort dans son bureau, sachant que le mage connaissait Chase mais probablement pas Alex. Et, bien sûr, elle n’avait aucune idée de ce que pouvait savoir, ou non, Adrian avec ses pouvoirs qu’elle ne comprenait pas plus que ceux d’Alex. Bon, essayer de faire comme si tout était parfaitement normal : les présentations.

« Alex, je te présente Adrian. » Et maintenant qu’elle avait désigné le mage, elle fit la même chose dans l’autre sens. « Adrian, voici Alex. » Une logique imparable ! « Un ami et, ancien colocataire. »

Même si ça avait duré quelques jours. L’idée c’était de dire que ce n’était pas un client venu pour un problème juridique. Bon là, si un des deux venait à lui dire qu’ils se connaissaient et que tout le monde était au courant de la résurrection de NG, elle voulait bien sauter par la fenêtre tellement elle se sentirait stupide de présenter des personnes qui se connaissent. Maintenant que la phase un était mise en place, il fallait passer à la deuxième : établir un ordre de priorité. Bon, elle n’avait rien contre Adrian mais, Charlie avait une tendance naturelle à vouloir faire passer Chase en premier. C’était quand même lui l’ami fidèle qui échappait même à la mort ! D’un autre côté, avec NG, ça pouvait durer longtemps – chose qu’elle ne critiquait pas – et qu’il pouvait être dangereux de bâcler une conversation avec lui. Du coup, n’était-il pas plus logique de s’occuper d’abord du problème du mage pour, ensuite, gérer celui de Chase – qui ne devait pas être venu sans raison ! Ok, la phase deux n’était peut-être pas aussi simple que ce qu’elle imaginait. Penser télépathie.

*Hors de question que tu repasses plus tard, déjà que tes visites sont rares. *

Sa faute, elle en convenait. C’est elle qui manquait de temps – sa joueuse qui n’est pas très taquet sur les délais de réponses – du coup, elle ne lui reprochait absolument rien. Son regard se posa sur Adrian qu’elle n’avait pas, non plus, envie de virer surtout s’il avait un souci avec quelque chose, ou besoin d’un conseil.

« Vous vouliez savoir quelque chose ? » Ce qui était probablement à caractère confidentiel. « Si vous voulez, je dois pouvoir réussir à faire patienter Alex sans qu’il en profite pour se sauver. »

Le ton restait plus léger sur la fin. Si Adrian tenait au côté confidentiel, elle était certaine que Chase pourrait avoir plein de plans à mettre en place avec Sarah. Non mais, sérieusement, la situation était un peu embarrassante. Manquerait plus qu’Adrian « sente » quelque chose de louche et elle s’en voudrait que la situation se soit présentée dans son bureau.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Dim 15 Juin - 18:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Bon, il ne la dérangeait pas, c'était déjà un bon point. Sans se départir de son habituel sourire, Adrian hocha la tête en réponse à l'interrogation de Charlie sur sa santé. Inutile de s'étaler là-dessus puisque, de toute manière, l'un comme l'autre n'allaient pas parler de leurs problèmes personnels. Mais avant qu'ils ne puissent s'installer pour en venir à la raison de sa venue ici, la porte du bureau s'ouvrit pour laisser entrer un jeune homme à la peau matte qui sembla aussi étonné qu'Adrian en constatant que la texane n'était pas seule. Vu la manière dont cet inconnu était entré, c'était certainement une bonne connaissance de Charlie. À moins qu'il ne puisse s'agir d'un client particulièrement indélicat ou à l'aise dans ce bureau, mais le sourire arboré par l'avocate laissait penser le contraire. Les présentations arrivèrent alors et forcément, Eldoth remarqua que le prénom du jeune homme était le même que celui de l'homme dont Heather Cooper lui avait parlé quelques jours plus tôt. Il ne prêta toutefois pas plus attention à ce détail que cela étant donné qu'il devait y avoir des dizaines, voire des centaines, de personnes portant le même nom dans cette ville. Quoi qu'il en soit, la situation était un peu compliquée parce que le centenaire se voyait mal étaler la vie de sa nièce – même sans dire de qui il s'agissait – devant un parfait inconnu et cela même s'il avait l'air d'avoir toute la confiance de Charlie. Ce n'est que lorsque le prénommé Alex suggéra de revenir plus tard que le mage ouvrit enfin la bouche.

« Oh, non. Ne vous en-allez pas à cause de moi. Il fit un geste de la main pour chasser cette idée.
Ce n'est rien de très important qui m'amène ici, je m'en voudrais de faire fuir les amis ou clients de Charlie. »

Ou mademoiselle Lane. Il ne savait pas quel terme employer devant un ami de la jeune femme. Bien sûr, Adrian n'avait pas tiqué que le sourire entendu arboré par Alex puisqu'il n'y avait strictement rien entre l'avocate et lui-même et qu'il était plus probable de la voir épouser un Breton, officier d'un organisme secret que d'envisager la possibilité qu'il puisse se passer quoi que ce soit entre eux.

Absolument pas troublé par ce point, il reporta donc son regard sur Charlie qui lui avait demandé ce qu'il voulait savoir. Normal me direz-vous, on venait rarement voir un avocat juste pour le plaisir de poser des questions juridiques sans intérêt. Surtout lorsque la personne en question était une sorte de star locale – voire mondiale vu sa popularité actuelle. Mais comment présenter les choses sans faire fuir l'ami de la texane ? Son but n'était pas de s'incruster ici étant donné qu'il avait déjà suffisamment attendu avant de venir ici, le mieux serait peut-être de s'éclipser subtilement pour les laisser en tête-à-tête non ? Après tout, ancien colocataire signifiait peut-être aussi ancien compagnon ? Il n'en savait rien et franchement, ça ne le regardait pas. Après un bref instant de silence, il répondit donc à retardement à l'interrogation de la jeune femme.

« En fait, ce n'est rien de bien important, j'avais juste une amie qui avait quelques ennuis avec une de ses connaissances et qui ne voulait pas faire appel à la police, du coup je me posais des questions au sujet des lois qui pourraient aider. Qu'il veuille aider une amie n'étonnerait certainement pas Charlie.
Mais ça date un peu, j'ai déjà pas mal attendu avant de venir ici alors très honnêtement, je peux repasser un autre jour lorsque vous n'aurez pas trop d'affaires. Son regard se glissa jusqu'à Alex.
Je pense que vous aviez une bonne raison de venir ici. »

Et, alors que son regard croisait celui de cet homme qu'il n'avait encore jamais rencontré, Adrian eut une sensation bizarre. Comme l'impression d'une familiarité, un peu à la manière d'une vieille connaissance. Bon, l'impression était très floue et malheureusement pour lui, les dons télépathiques d'Adrian n'avaient jamais été efficaces au point qu'il parvienne à définir avec précision quelle impression était associée à quel individu, mais là, c'était un peu différent. Non seulement la présence de la personne était plus que reconnaissable, mais elle était aussi associée à autre chose. La même impression que lorsqu'il avait rencontré le conservateur du musée d'histoire qui s'était révélé être une divinité anonyme. Cependant, les choses auraient été trop simples si elles s'étaient arrêtées là : cette sensation n'était pas exactement la même. Elle oscillait entre celle des divinités et celle des créatures magiques. En gros, c'était un peu comme s'il avait croisé sa fée déguisée en homme, mais vu le calme d'Alex, il était peu probable que ce soit le cas. Le moment de flottement d'Adrian dût être clairement visible, aussi décida-t-il de passer outre ses hésitations pour poser directement la question au premier concerné.

« Je sais que ma question va avoir l'air bizarre, mais est-ce qu'on ne se serait pas déjà croisés plusieurs fois ? Je ne sais pas comment dire, mais c'est comme si j'avais l'impression de vous avoir déjà rencontré. »

Heureusement que personne ne remettait ses inclinaisons en doute, sans quoi l'on aurait pu croire qu'il était en train de sortir une vieille technique de drague dépassée depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Dim 15 Juin - 19:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
En somme, tout le monde cherchait à quitter le bureau en paraissant le plus poli ou le moins suspect possible : Alex n’était pas certain de pouvoir préserver son anonymat longtemps s’il restait près d’Adrian et Adrian ne voulait pas s’imposer. Nous voilà bien. Le mentaliste se reprocha une fois de plus de n’avoir pas poussé plus avant ses recherches sur la magie. Ce n’était pas sa faute : entre le vieux grimoires et les derniers manuels en ligne de programmation, son cœur ne balançait pas longtemps, et à chaque fois qu’il se décidait à étudier les talismans, les créatures ésotériques ou les sorts, il finissait inexplicablement par construire un robot dans les immenses sous-sols de Fallaenn. Et cependant, en cette occasion comme en bien d’autres, il sentait le manque cuisant de connaissances dans le domaine, qui lui eussent peut-être permis d’évaluer la dangerosité de la situation.

Que faire ? Pendant qu’Adrian exposait son problème, Alex examinait rapidement les différentes possibilités qui s’offraient à lui. Partir, loin, ne jamais revenir, ne jamais croiser Adrian, mais le mage était un consultant de l’UNISON et un ami de Charlie : il serait difficile de l’éviter toujours. Avouer qu’il était Chase Neutron-Grey et trouver les raisons impérieuses qui l’incitaient à cacher son identité et sa résurrection même à sa famille — mais il ne connaissait pas grand-chose de la personnalité d’Adrian et ignorait si le mage accepterait de conserver cette information pour lui. Avouer qu’il était un mentaliste et parier sur les connaissances approximatives du mage dans le domaine, comme l’avait suggéré la dernière conversation qu’ils avaient eue, au Bigsby Building, pour qu’il ne cherchât pas à en savoir plus. C’était une solution précaire, sans aucun doute, mais la seule qui lui semblât vraiment praticable.

Il fut de toute façon tiré de ses réflexions par la question directe d’Adrian. De toute évidence, faire comme si de rien n’était ne constituait plus une option. Alex croisa le regard de Charlie. Pour la première fois, il s’interrogea sur les capacités de l’avocate à mentir à ceux qui venaient inévitablement lui poser des questions à son sujet. Sa visite prît un tout nouveau sens : s’assurer que son secret était bien gardé avec Charlie. Mais en attendant…

— Vous êtes un mage, non… ?

Troisième solution, donc. La situation était délicate : Charlie savait qu’il savait qui était Adrian et donc elle savait qu’il était en train de lui mentir. Il fallait à la fois mentir efficacement à Adrian, mais ne pas avoir l’air trop doué en mensonges pour ne pas éveiller la suspicion de Charlie. Encore que la suspicion de Charlie, il pouvait la dissiper par ses pouvoirs, même si l’idée lui répugnait.

— Je suis un… Je ne sais pas trop en fait. Mais je sens votre, disons, euh… Aura ? Présence ? Signature énergétique ? Onde cérébrale ? Quelque chose comme ça. Et je sais qu’elle sait. Enfin, je sens qu’elle sait. Vous voyez ?

Dans le même temps, ses pensées se formaient dans l’esprit de Charlie.

* C’est pas contre lui, hein. Mais si je pouvais éviter de revenir sur les devants de la scène, j’aimerais autant. L’anonymat, on y prend goût. *

Alex n’avait pas besoin de réfléchir longtemps pour trouver cinq ou six histoires capables d’expliquer ses pouvoirs : son imagination débordante lui fournissait des versions plus ou moins rocambolesques de ce que pouvait avoir été la vie d’Alex. Le plus prudent était sans doute d’uniformiser ses mensonges et de reprendre à peu près la même veine qu’il avait exploitée déjà avec Cooper.

— Je ne sais pas trop si on s’est déjà vus. Pour vous dire la vérité, j’ai l’impression d’être… quelqu’un de nouveau.

Un jour, son goût pour l’ironie et les traits d’humour douteux seraient sa porte.

— J’ai des pouvoirs. Mystiques, disons ? Mais pas depuis longtemps. Disons que c’est une sorte de renaissance.

On ne le lui fait pas dire.

— Et depuis, j’ai toute sorte d’intuitions et de sentiments de familiarité que je ne m’explique pas.

Il avait été à deux doigts de prétendre que cet éveil mystique lui était arrivé un jour de mars qu’il se promenait sur la 40th Avenue, au cas où Adrian sentît véritablement la marque du NG en lui, mais c’était peut-être tendre une perche un peu trop grosse, alors il préféra laisser le mage faire éventuellement le rapprochement et supposer une quelconque métempsycose.

— Enfin, bref, heureusement que Charlie était là pour me recueillir. Mais je ne voudrais pas… Désolé, je me livre un peu trop, mais ce n’est pas souvent que je rencontre quelque comme… vous.

Heureusement, d’ailleurs. Le regard brun d’Alex chercha celui de Charlie.

* On ne t’a jamais dit que tu avais trop de télépathes dans ton entourage ? Ça devient difficile de garder un secret dans de pareilles conditions. Et puis il faudrait changer ton ordinateur, celui-là doit avoir au moins un an.*

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 23 Juin - 16:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
En fait, tout le monde se connaissait dans cette ville ou devait avoir des contacts en commun sans forcément le savoir. Manquerait plus qu’un des Mac Aoidh débarque pour prouver ce fait. Parce que, soyons honnête, quelqu’un a imaginé la tête qu’aurait pu faire Aishlinn en découvrant Adrian dans le bureau de la personne à qui elle servait d’intermédiaire, sans oublier la présence du mentaliste qu’elle n’appréciait pas spécialement. Quoique, pour le coup, il aurait eu une alliée de son côté étant donné que l’irlandaise avait une fâcheuse tendance à vouloir caser Adrian avec tout le monde.

Bref, ces considérations mises à part, Charlie fut rassuré qu’il n’y ait pas de réelles urgences. Ça ne l’empêchait pas de vouloir traiter le problème en aidant le mage mais, si ce n’était pas urgent, c’est que ça ne devait pas être si grave que cela, non ? Les explications d’Adrian restant vagues, elle comprit qu’il ne voulait pas trop en parler devant quelqu’un, ce qu’elle pouvait comprendre. Dans le pire des cas – Chase n’aurait sûrement rien contre cette idée – elle le contacterait rapidement pour savoir si elle peut passer le voir histoire de pouvoir le conseiller puisqu’il était venu pour cela. Le temps qu’elle cherche une solution, le mage s’adressa à Alex dans une phrase qui… Ok, ça faisait quand même vieux plan drague, ce qu’elle aurait songé si elle n’était pas au courant que, effectivement, les deux personnes se connaissaient.

Elle resta tout de même intriguée par le fait qu’Adrian puisse avoir l’impression de connaitre Alex. Il n’avait, physiquement parlant, plus rien à voir avec Chase NG et comme elle était loin de connaitre l’étendue des pouvoirs du mage… On pouvait écrire tout un livre sur les choses qu’elle ignorait, c’en était affligeant. Au passage, il faudra rajouter, sur cette liste, la capacité de Chase à mentir !

* Tu fais comme tu le sens mais, tu sais, je pense qu’il est apte à garder une information pour lui. *

Pour avoir déjà parlé avec Adrian de certaines personnes, Charlie savait qu’il ne disait rien de ce qui pouvait les concerner. Physiquement, elle n’avait pas spécialement bougé, ni même regardé Chase en lui parlant. A force de communiquer de cette manière, elle avait réussi à s’y habituer sans que cela ne se remarque et elle se voyait assez mal aller contre la décision d’Alex. Cela dit, l’idée de mentir ouvertement n’avait rien de très réjouissant pour elle, surtout face à quelqu’un comme Adrian.

Le pire c’était surtout cette manière dont il pouvait jouer d’ironie dans son histoire. Renaissance, quelqu’un de nouveau, il ne pouvait pas être plus près de la vérité. Par contre, elle n’était pas certaine que parler de pouvoirs mystiques était une bonne chose. Bon, la magie ce n’était pas son domaine mais elle avait cru comprendre que deux mages pouvaient éventuellement réussir à se « sentir » et, de ce qu’elle en savait, Chase n’avait rien de mystique. Adrian risquait de le remarquer. Enfin, ça c’était la théorie parce que, en réalité, sans qu’elle ne le sache réellement, Chase ne pouvait pas être mis dans une catégorie bien spécifique.

Le regard de l’avocate passa d’Alex à Adrian. Télépathe ? Il était télépathe ? Mais pourquoi personne ne lui disait jamais rien aussi. Ou elle était passée à côté de cette information ? Non, pour elle, Adrian était un gars qui étudiait les objets magiques et qui empêchait des types d’enfermer tout le monde dans les années 60. Elle passa deux doigts sur le coin de son œil.

*Ce n’est pas comme si les gens se baladaient avec un écriteau qui annonce leur pouvoir… Et mon ordinateur fonctionne très bien ! * Pour ce qu’elle en faisait…

La vraie question c’était surtout de savoir comment les gens qu’elle côtoyait avaient passé autant de temps sans songer à lui donner un truc bloquant ses pensées. Pas de sa faute à elle si elle avait des télépathes dans son entourage mais d’ailleurs… Mince, est-ce que c’était très prudent de communiquer de cette manière ? Si Alex pouvait bloquer ses pensées, Adrian devait avoir accès à celles de Charlie du coup. Tout devenait assez bordélique.

* Du coup, il peut m’entendre là ? Non, laisse tomber, oublie ma question. Je ne dis plus rien. *

« Il fallait voir l’état dans lequel je l’ai trouvé. » Elle posa son regard sur Adrian, gardant un sourire avec un ton léger. « Je n’ai pas pu résister. »

Ben voyons comme si c’était le genre à accueillir la première personne venue, juste parce qu’elle avait l’air paumée… Ah, ben oui, en fait, c’était le cas. Affligeant, on vous dit ! Ce n’était pas Adrian qui pouvait critiquer en même temps, dans le genre social, il se posait là aussi.

« Après… » Elle leva légèrement les mains, en signe d’innocence. « Je n’ai jamais rien compris à toutes ces histoires de pouvoirs. »

Au moins, sur ce point, elle ne mentait pas. Les pouvoirs de NG étaient hors de sa compréhension. Le but était surtout d’appuyer ce que disait Alex, sans trop avoir à mentir non plus.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 25 Juin - 11:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Lorsque le prénommé Alex l'identifia comme un mage, Adrian ne put s'empêcher de froncer légèrement les sourcils. C'était bien la première fois que quelqu'un le perçait à jour avec autant de facilités, une chose suffisamment inhabituelle pour qu'il trouve cette situation étrange et s'y intéresse de plus près. Le mage n'était d'ailleurs pas certain de comprendre ce que son interlocuteur essayait de lui expliquer, en le sondant un peu il ne ressentait rien de mystique comme lorsqu'il parlait avec un autre mage, mais ce n'était pas comme avec un mentaliste lambda non plus. Pour le coup, c'était totalement nouveau pour lui et l'Archimage était certain de ne pas se trouver face à un dieu, sans pour autant être capable de définir les choses avec plus de précision. Lorsque vous étiez aussi... qualifié qu'Adrian, du moins dans le domaine ésotérique, c'était plus que perturbant de constater que quelque chose vous posait des problèmes. Le silence du centenaire persista alors que l'homme terminait en s'excusant de se confier autant. Oh, pour le mage c'était plutôt le contraire : il trouvait que le jeune homme gardait un peu trop de données pour lui, à son grand regret d'ailleurs. Adrian ne détourna ses yeux d'Alex qu'au moment où Charlie reprenait la parole pour confirmer les propos de son ancien colocataire et avouer son manque de connaissances en matière de pouvoirs. Cette fois-ci, un sourire se dessina sur les lèvres du centenaire qui rassura la jeune avocate.

« Je vous rassure, moi aussi je suis dans ce cas, enfin, en partie. Je ne comprends pas tout avec autant de précision que je le souhaiterais, donc ne vous inquiétez pas à ce sujet. Son regard oscilla entre les deux jeunes gens.
Bizarrement, je ne suis pas très étonné que vous ayez pu offrir votre aide comme ça, je crois que ça colle assez bien à l'idée que j'avais de vous. Autrement dit, que Charlie était le genre de femme qui ne pouvait pas s'empêcher d'aider les autres.
Vous avez eu de la chance de tomber sur quelqu'un comme elle. Son regard s'était arrêté sur le jeune homme.
Et ne vous inquiétez pas pour vos paroles, en fait je dois dire que ça éveille plus de questions qu'autre chose, alors je ne crois pas que vous vous soyez trop confié, au contraire. »

Autrement dit, il y avait encore beaucoup de questions en réserve ! Le regard d'Adrian se détourna à nouveau d'Alex pour se poser sur Charlie. La dernière fois qu'ils s'étaient rencontrés, la demoiselle avait eu l'air de ne strictement rien y connaître en matière de magie et compagnie, c'était donc plutôt surprenant de lui découvrir quelqu'un comme Alex dans ses connaissances ! Enfin, sauf si leur rencontre remontait à plus récemment ? Les questions défilaient dans l'esprit de l'Archimage tandis qu'il réfléchissait à la manière de présenter les choses sans avoir l'air de vouloir faire passer un interrogatoire aux deux personnes ici présentes. Finalement, après quelques secondes de silence, il reprit lorsque son regard s'arrêta sur Alex.

« C'est la première fois que quelqu'un m'identifie avec autant de facilité. Le ton de sa voix était très neutre.
Et je dois avouer que je ne sens rien de très... mystique chez vous. Enfin, pas comme lorsque je croise d'autres mages, chez vous ça ressemble davantage à... Il regarda Charlie en se demandant si elle allait le prendre pour un fou.
... une créature magique ? Et encore, ce n'est pas franchement la même chose. Son attention se reporta sur le jeune homme.
Vous n'auriez pas eu quelque chose à voir avec ce qui s'est passé à l'orphelinat il y a quelques temps ? J'ai entendu parler de la présence d'un jeune homme avec votre nom, je pensais à un hasard, mais il avait apparemment les mêmes compétences que vous, alors.... »

Il passa sous silence que cette information lui venait d'Heather Cooper, estimant que ce n'était pas important. Pour avoir un peu « travaillé » sur l'histoire, Adrian n'avait rien ressenti de magique, pas de cas de possession ou de choses de ce genre. Si en plus de quatre-vingts ans il n'avait jamais croisé une chose pareille, c'est que ce jeune homme ignorait qui il était réellement ou qu'il mentait sur ses compétences. N'étant pas d'une nature pessimiste, Eldoth pensait que c'était la première option. Au terme de ses questions, son attention se posa sur Charlie.

« Vous m'aviez dit que vous ne connaissiez rien en matière de magie et autre, mais finalement vous en savez peut-être plus que vous ne le croyez. Enfin, sauf si votre rencontre est plus récente que notre dernière discussion bien sûr. »

Il ne cherchait pas à se renseigner, c'était une simple remarque comme une autre, ce n'était pas son genre de manipuler les gens pour obtenir ce qu'il voulait, pas du tout même.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Mer 25 Juin - 21:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Plus il y pensait, plus Alex trouvait que la situation n’avait rien de drôle. Où qu’il regardât, il ne voyait aucune issue. S’il ne mentait pas assez bien, Adrian le percerait à jour et ce serait… Catastrophique ? Enfin. Supposait-il. Ou peut-être pas. À vrai dire, le mage était difficile à cerner, mais Alex préférait ne pas tenter le diable en lui révélant sa véritable identité. Cela dit, s’il mentait trop bien, Charlie allait le soupçonner de quelque chose. Devait-il faire semblant de faire semblant sur un détail anodin pour pouvoir faire semblant sans avoir l’air de faire semblant sur l’essentiel ? Adrian devinerait-il qui il était ? Parviendrait-il à deviner si Adrian devinait ? Charlie devinerait-il qu’il avait deviné qu’Adrian avait deviné et, si c’était le cas, devinerait-il que Charlie aurait deviné qu’il avait deviné qu’Adrian avait deviné et Adrian, lui-même, en retour, le devinerait-il ? Et s’il ne devinait pas, que deviendrait-il ?

Étrangement, cette situation avait au moins un avantage : une visite médicale gratuite. Alex grandissait, son corps avait changé — c’était sa version personnelle et radicale de la puberté, qui impliquait démembrement et réincarnation. Sauf qu’il ne savait pas vraiment en quoi il s’était réincarné. Dès sa précédente existence, le terme de « mutant » avait paru bien insuffisant pour définir son état, s’il en jugeait par les effets des voyages dimensionnels artificiels sur ses pouvoirs, ainsi que ceux de la Pierre de Lune — maintenant que son énergie avait été profondément modifiée par l’artefact (ou le minéral brut, même ça, ce n’était pas très clair), il ne savait pas s’il était… Humain ? Radicalement mutant ? Obi-Wan Kenobi ? Ou D, la réponse D.

Se soumettre à la perspicacité d’un mage à l’indubitable expérience était un excellent moyen de se classer dans une bonne catégorie. Non qu’Alex tînt à se trouver une étiquette, mais il n’écartait pas la possibilité que son corps, comme la plupart des corps du monde, connût un jour ou l’autre quelque dysfonctionnement, mineur ou de conséquence, et alors, il serait bien content de savoir à quoi s’en tenir sur sa nature, pour prendre les mesures appropriées. Pas mystique, donc, selon Adrian. C’était déjà ça. Une créature magique ?

— Génial, je suis une licorne.

Là, pour le coup, il n’avait pas besoin de feindre sa perplexité. Penser à soi-même comme à une créature magique était un exercice un peu déroutant et, inévitablement, Alex se demanda s’il y avait beaucoup de créatures magiques sur la Terre Prime, s’il y avait des bars à démons comme dans Buffy et s’il était interfécond avec les sirènes ou les korrigans.

— Enfin, pas franchement une licorne.

Son soudain intérêt pour le naturalisme ésotérico-taxinomique fut un temps étouffé par l’évocation de l’orphelinat. Alex ouvrit des yeux ronds. Comment ça, Heather Cooper, Miss Pureté de la Race, Lebensraum et compagnie, frayait avec les mages centenaires transformistes ? Alex tenta de digérer l’information, tout en baissant piteusement les yeux : puisqu’il était impossible, après sa première réaction spontanée, de feindre l’ignorance, mieux valait en gros avouer son forfait.

— Oui. ‘Fin, ce n’est pas comme si j’avais servi à quelque chose, là-bas…

Peut-être qu’Adrian ne connaissait pas Heather mais qu’il avait entendu parler de l’affaire par la police ? Mais il n’avait pas évoqué ses pouvoirs avec la police. Ou alors… Alex se perdait en supposition et, à partir de ce point, il prit conscience qu’il allait devoir faire des confessions à Charlie. S’il y avait bien une chose que l’avocate, qui avait vécu de nombreuses aventures (héroïques, pas sexuelles, calmez vous, je vous en prie) avec lui, ne pourrait pas croire, c’était qu’il eût été inefficace dans quelque circonstance qui fût.

Pour l’heure, il se contenta de glisser en pensée :

* C’est une longue histoire et, hm, j’ai peut-être fait une ou deux bêtises. *

Voilà, ça, ça lui laissait un peu de marge et le temps de réfléchir à ce qu’il avouerait ou non. Cette partie d’échecs géantes recommençait presque à devenir amusante.

— Mais, euh… On ne se découvre pas créature magique du jour au lendemain, si ? Enfin, je veux dire, je suis orphelin…

Hé ! Stricte vérité : ça mérite d’être souligné.

— … et je peux pas jurer que papa était pas un dragon, mais enfin, globalement…

Il haussa les épaules.

— Qu’est-ce que je suis censé faire ? Un test sanguin ?

En réalité, il en avait déjà fait un. Peu après sa réincarnation, il avait retrouvé sa Forteresse Onirique et laissé ses robots-araignées l’examiner entièrement. Les résultats des analyses avaient été à peu près normaux. Évidemment, il n’avait pas jeté un nouveau regard aux échantillons sanguins prélevés depuis, sans quoi, il eût peut-être révisé son jugement.

— Oui, enfin, désolé, vous n’étiez pas là pour faire ma généalogie. Si vous voulez, je peux vous laisser. Attendre dehors. Ou alors, si je peux aider…

Et voilà ? Comment diable faisait-il pour procéder son aide précisément à la personne qu’il aurait dû fuir comme la peste de peur d’être découvert ?

— … mieux qu’à l’orphelinat, je veux dire.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 26 Juin - 2:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
(au passage, Chase, parce que je suis gentille : La réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste, c’est 42 !)

Ok. Personne ne comprenait rien à la magie – ou la faculté de croire et entendre que ce que l’on veut –, Charlie était mère Theresa en s’occupant de pauvre malheureux. Et voilà. Fin de la conversation hein, d’abord, pourquoi chercher plus loin ? Mais rien n’était aussi simple, Adrian semblait vouloir en savoir un peu plus, intrigué par le fait qu’Alex puisse l’identifier comme mage. Pourquoi il avait fait ça aussi ? Et puis pourquoi une météorite ne tombait pas près du cabinet ? Il se passait toujours plein de choses dans la vie de Charlie alors, pourquoi ça ne se produisait pas quand c’était réellement utile ?

Malgré un tas d’interrogations, Charlie resta à les écouter tous les deux comme si la situation était presque normale. Parce que bon, elle ne parlait pas magie et licorne tous les jours, ce qui avait de quoi être un peu perturbant quand même. Elle sembla, tout de même, plus s’intéresser à cette histoire d’orphelinat. 1, parce qu’Adrian semblait vouloir y voir une relation avec Alex. 2, parce qu’Alex le confirmait oralement et mentalement. 3, parce que ce même Alex était déjà en train de parler « bêtises ». 4, parce qu’il mentait en disant qu’il n’avait rien pu faire là-bas. Même si elle ne comprenait rien à ses pouvoirs, ça faisait longtemps qu’elle acquit que rien ne lui était vraiment impossible d’une façon ou d’une autre. Il échappait même à la mort !

Et voilà qu’il proposait tout simplement de partir pour laisser à Adrian et Charlie le temps de parler tous les deux. Hors de question ! Mais avant de se faire entendre, l’avocate dû faire face à quelques constatations d’Adrian. En fait c’était le genre de phrases un peu perturbantes : est-ce qu’elles étaient innocentes ? Est-ce qu’il se doutait de quelque chose et faisait mine de parler en toute innocence ? Elle hocha la tête.

« Oui, je l’ai rencontré après notre sortie. »

Pas besoin de préciser quand, ça serait trop proche de la mort présumée de Chase et, au moins, elle ne mentait pas. Ce corps-là, elle ne le connaissait pas d’avant. Et quand on parle de « corps » on ne veut pas dire de manière intime, cela va de soi ! – Il devient vraiment obligatoire de tout justifier, on dirait. Bref, pas la peine de s’étendre sur ce sujet, du coup, elle posa son regard sur l’un et sur l’autre, avant de revenir sur Adrian.

« Vous parlez de quoi, en fait ? Cette histoire à l’orphelinat, il s’est passé quelque chose ? » Elle haussa légèrement les épaules. « J’ai dû faire l’impasse sur quelques journaux apparemment. »

Sauf qu’Adrian ne lisait pas les journaux alors, en fait, il avait dû l’apprendre d’une autre manière qu’il n’avait, apparemment, pas jugé bon de préciser. Charlie se doutait bien qu’Alex finirait par lui donner sa version de l’histoire mais, elle jugeait bon d’avoir celle d’Adrian puisque Chase avait des talents de menteur. Et puis, soyons honnête, le mentaliste avait aussi une vision toute particulière des choses et qu’il était loin de voir un évènement comme le verrait une autre personne.

« D’ailleurs, je ne savais pas que vous vous étiez mis à suivre l’actualité. » Oh, bien sûr que cette phrase était des plus innocentes ! « Enfin, je suppose qu’on a dû en parler dans la presse pour que vous soyez au courant. » Elle laissa passer un sourire. « Remarquez, en fait, vous pourriez être du genre à faire des heures de bénévolat là-bas. »

Ça aurait pu être le cas si Adrian n’avait pas un problème avec les enfants. Mais, plus sérieusement, elle se demandait comment il avait appris qu’il s’était passé quelque chose là-bas. L’idée c’était surtout de savoir le degré de la « bêtise » de Chase : est-ce qu’Adrian en avait juste entendu parler comme ça, un peu hasard ? Est-ce qu’il y avait des autorités plus compétentes qui étaient au courant ? Bref, à quel point Chase venait de s’embarquer dans une histoire ?

En vrai, elle s’inquiétait des conséquences d’une mauvaise interprétation. Dans le pire des cas, il avait fait quoi ? Apporter des gâteaux d’un autre monde qui avait rendu tout le monde malade ? Ça partait d’une bonne intention à la base, il n’aurait pas volontairement causé du tort à quelqu’un, c’était ridicule. En fait, elle prenait surtout conscience qu’elle ne savait absolument pas comment Alex occupait son temps parce qu’elle était incapable de dire pour qu’elle raison il s’était rendu dans un orphelinat. Apparemment pour apporter de l’aide mais de l’aide à quoi ? A qui ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 27 Juin - 23:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Une licorne ? Pas vraiment non ! Adrian ne comprit pas immédiatement que, pour la majorité des humains de cette planète, le terme « créatures magiques » se rapportait davantage à des cours donnés par un barbu dans une école de sorcier, qu'à quelque chose de bien réel. Le mage les connaissait assez bien puisqu'il en hébergeait une – particulièrement difficile à vivre d'ailleurs – et qu'il en avait côtoyé à plusieurs reprises. Cependant, cela n'avait pas l'air d'être le cas du prénommé Alex, chose qui ne fit que renforcer l'impression qu'Eldoth avait eue de lui en parlant avec Heather. Bon, au moins cette rencontre inopiné avait cela de bon : il pouvait mettre un visage sur la personne qu'il avait soupçonnée, un moment du moins, d'être responsable des événements de l'orphelinat. À l'heure actuelle, Adrian n'avait encore trouvé aucune explication à ce qui s'était produit là-bas, il n'excluait donc pas que ce soit d'une source mentaliste ou autre. En bref, quelque chose qui n'était pas en lien avec la magie et vu qu'Alex ne semblait pas être familier de ce milieu, cette hypothèse revenait un peu sur le devant de la scène.

Ayant donc eu confirmation de sa présence à l'orphelinat, Adrian resta silencieux jusqu'à ce que Charlie lui réponde qu'elle avait effectivement rencontré le jeune homme après leur dernière discussion. Bon, tant mieux. Il aurait été ennuyé d'apprendre qu'elle lui avait plus ou moins menti alors qu'il la considérait comme une femme de confiance. Son regard se glissa à nouveau sur Alex qu'il regarda d'un air de réflexion, cette impression bizarre qu'il n'arrivait pas à identifier et qui refusait de partir, en fond. Il fallut que l'avocate le questionne sur les événements de l'orphelinat pour qu'il sorte de ses pensées et reprenne le cours de la discussion.

« Je n'en ai pas entendu parler par les journaux en réalité... Fichue habitude de ne pas pouvoir mentir.
Disons que l'affaire a concerné les policiers et qu'à force de travailler avec l'UNISON et la Légion, j'ai fini par en connaître certains un peu mieux que d'autres. Ils ont l'habitude de m'appeler lorsque des choses... inhabituelles se produisent. Tout cela était vrai, mais il ne disait pas que c'était le cas cette fois-ci. Là, c'était à Charlie de déduire, Adrian n'aurait pas menti une seule fois.
C'était en rapport avec des esprits ou quelque chose de ce genre. Il y a eu des événements un peu particuliers, les chaises qui volent, des volets qui claquent, des sortes de possessions, en bref, beaucoup de choses qui effrayaient rapidement les personnes présentes là-bas. Son regard se porta sur Alex.
J'ai entendu quelqu'un parler d'un « Alex » qui aurait essayé d'aider, mais sans réussir à stopper ce qui se passait sur place. Par contre, je n'ai pas trop compris ce que vous aviez tenté de faire. Les personnes présentes ce soir-là avaient l'air un peu trop chamboulées pour me répondre clairement. Il ne tenait pas à trop en dire et se contenta donc d'une dernière précision.
Si vous aurez le temps un jour prochain, cela m'arrangerait de pouvoir vous en parler un peu. »

Bon, ce qui l'ennuyait c'était que si ce qu'il soupçonnait était bien vrai : que les événements là-bas étaient d'ordre « mentaliste » et non ésotérique, Alex aurait le temps de préparer ses explications et tout le reste, mais il devait bien poser la question pour savoir s'il était l'homme cité par Heather après tout. Et forcément, une chose en entraînant une autre... Quoi qu'il en soit, son ton était resté très calme et posé, un peu comme s'il parlait de la pluie et du beau temps. Adrian enchaîna donc sur les questions posées plus tôt.

« Je me suis mal exprimé en parlant de créature magique tout à l'heure, généralement on ne le devient pas, je dirais qu'on naît en l'étant. Comme avec une mutation génétique en somme. Mais comme je ne vous classe dans aucune de ces catégories, c'était le terme qui se rapprochait le plus. Il oscillait du regard entre les deux anciens colocataires.
Je pourrais toujours vous proposer de vous aider à éclaircir un peu ce point si vous voulez ? J'ai l'habitude de faire des recherches de ce type. Et ce serait l'occasion d'en apprendre plus sur lui. Son regard s'arrêta finalement sur Charlie.
Vous n'aviez pas entendu parler de l'orphelinat ? C'est le genre d'histoire qui circule assez vite en temps normal, non ? Enfin, j'imagine que vous avez suffisamment à faire pour ne pas perdre votre temps à écouter les bruits de couloir. Il eut un sourire franc, pensant Charlie trop honnête pour dissimuler la vérité.
Ma question va sûrement vous sembler étrange.... Après une discussion sur les licornes et les esprits.
... mais vous vous êtes rencontrés à quel moment exactement ? Il y a parfois des... perturbations dans la magie et si j'avais le moment exact ou ce... changement s'est opéré chez vous Alex, je pourrais peut-être mieux vous aider. »

Parce que c'était dans la nature du mage de toujours vouloir aider les gens, même si ce jeune homme lui apparaissait comme suspect avant qu'il n'apprenne que c'était une relation de Charlie. Si cette dernière était amie avec lui, il devait forcément avoir un bon fond, non ?
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Sam 28 Juin - 11:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Bien, bien, bien. Il pouvait encore s’en sortir. Par exemple, en disant que…



Euh…



Alex avait la désagréable impression de n’avoir plus que des cavaliers dans une partie ouverte et d’être contraint de zigzaguer sur un échiquier où il eût besoin d’arguments aussi décisifs qu’une paire de fous. Pire : il avait l’impression d’avoir fait un petit roque et de se retrouver dans un couloir. Ou que son système cavalier-reine était pris dans une fourchette. Fichtre-diable, songea-t-il poliment, comment avait-il fait pour se retrouver dans une telle situation ?

Comment il avait fait, il le savait très bien : il avait fait comme d’habitude, il avait fait comme avant, il avait pêché par excès de prudence. Alex s’était vite rendu compte que, malgré ses affirmations du contraire, malgré son ambition de mener une vie sensiblement différente que celles qu’il avait vécue auparavant et dont les travers avaient considérablement compliqué son existence, certaines habitudes lui collaient à la peau. Son amour du compliqué plutôt que du simple, par exemple, le poussait à s’abstenir de fouiller dans les cerveaux qu’il était presque sûr de pouvoir visiter sans difficulté, comme celui de Heather. Sa prudence excessive l’avait fait passer à côté de cette information capitale : Heather connaissait Adrian. Et son obsession du mensonge l’avait privé d’un aveu précoce qui eût peut-être empêché la croissante suspicion qu’il ressentait chez le mage et, pire encore, chez Charlie.

Alors oui, peut-être, peut-être que Charlie ne lui avait pas posé directement et télépathiquement de questions sur les événements de l’orphelinat pour éviter que leur conversation fût surprise par Adrian, mais Alex qui n’aimait pas qu’on le soupçonnât soupçonnait tout le monde. Son amie voulait s’informer sur son dos — pas très fair play ! — et Adrian avait l’air aussi convaincu par ses explications nébuleuses que s’il avait tenté de lui vendre une Nintendo 3DS. Et dire que lui ne voulait que leur permettre de se fondre dans les bras l’un de l’autre et de vivre pleinement leur passion amoureuse !

Hélas, Alex était bloqué. S’il mentait mieux, Charlie l’en soupçonnerait plus ; s’il mentait moins bien, Adrian serait davantage suspicieux. Une constatation douloureuse s’imposait : il fallait dire la vérité. Mais même le prévoyant esprit de joueur d’échecs qu’était celui d’Alex ne parvenait pas à envisager les multiples implications d’une pareille révélation. Elles pouvaient fort bien être quasi nulles : Adrian gardait probablement de bien plus grands secrets que celui-ci. Elles pouvaient fort bien être considérables, si ce dernier le considérait comme une menace, et tout talentueux qu’Alex fût, il n’était pas sûr de pouvoir sortir indemne d’une bataille avec un mage dont il ignorait l’exacte étendue des capacités.

Après une longue et silencieuse réflexion, Alex finit par soupirer, hausser les épaules et déclarer d’une voix lasse :

— Je suis un peu vexé. Je pensais être plus reconnaissable.

Décidément, sa vie en ce moment était particulièrement nulle et il allait devoir attendre de longs mois pour la prochaine version de Pokémons, s’il n’était pas pulvérisé avant par un centenaire trop bien conservé.

— Et je ne pensais pas qu’une Cooper pouvait fréquenter quelqu’un comme vous. Ces gens-là sont décidément pleins de surprises. Surtout elle.

Mutante ésotérophile, ça envoyait du pâté pour une humano-conservatrice. Le regard d’Alex glissa vers Charlie.

— Et je pensais pas que tu essayerais de me doubler, mais apparemment, la fidélité est une qualité bien moins partagée que je ne le croyais.

Le fauteuil devant le bureau de Charlie glissa à travers la pièce et Alex se laissa tomber dessus.

— Donc, l’orphelinat. Ce qui s’est passé, c’est que j’étais en colère. À mon avis, vous voyez, une colère légitime, mais je suis pas sûr que vous puissiez comprendre. Douze ans à être considéré comme un monstre, chaque année pire que la précédente, chaque mois pire que le précédent, ça vous rend… Amer ? Vous savez, pendant les premiers jours, je me suis demandé pourquoi j’étais revenu Noir. Si c’était un hasard, ou quelque chose comme ça. Et puis je suis allé me promener dans un quartier bourgeois, et le regard que les gens posent sur vous… Ils ne voient même pas ce qui est à l’intérieur de vous, ils ne supposent même pas que vous puissiez avoir des émotions, tout ce qu’ils voient, c’est un Noir.

Alors non. Je ne suis pas humain. Je ne suis pas hétéro. Je ne suis pas croyant. Je ne suis pas Blanc. Je suis, je ne sais pas, le pire cauchemar de l’Amérique ? En tout cas celui des Coopers. Eh bien les Coopers sont mon pire cauchemar. Ils m’ont fait pleurer, ils m’ont retourné l’instinct, ils m’ont empêché de dormir. Ils m’ont tué. Alors oui, je les déteste. Oui, je me suis un peu vengé. Mais les gens comme eux sont la pire chose qui arrive à cette Terre. Toujours la pire chose.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 1 Juil - 16:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Elle n’était pas totalement contre Alex, puisqu’en même temps elle cherchait à se renseigner sur la manière dont Adrian avait appris les choses, pour qu’Alex puisse avoir plus d’informations. Non… Franchement, elle ne savait pas quoi penser. Ni de ce qu’Adrian racontait sur ce qui s’était passé à l’orphelinat, et la manière dont il l’avait appris. Ni en quoi Alex pouvait être impliqué. Elle hocha la tête au discours du mage mais, ce fut plus par réflexe/politesse qu’autre chose.

Charlie passa un tas de scénarios possibles et, même quand Adrian lui retourna quelques questions, elle resta à réfléchir sans réagir sur l’instant. Alex, c’est lui qui reprit tout en main en changeant complètement de stratégie, ce qui l’étonna. En fait, il fallait rajouter à la longue liste, le fait qu’elle ne savait pas quoi penser de la façon de faire d’Alex. Et puis qu’est-ce que les Cooper venaient faire là-dedans ? Question à laquelle elle ne prit même pas le temps de réfléchir, puisqu’elle baissa presque aussi vite le regard quand le mentaliste fit part de sa réflexion concernant la façon dont elle avait agi.

Ok. Deux minutes. Il lui fallait un peu de temps. 1, s’asseoir sur son fauteuil. 2, remettre toutes les infos dans l’ordre. 3, faire le point. 4, se dire que sa vie était décidément trop compliquée pour réussir à faire la part des choses. Finalement, la seule chose qui ne la choqua pas, ce fut de voir un fauteuil traverser son bureau pour venir sous Alec. Son regard se posa, d’ailleurs, sur lui.

« Tu as fait tout ça à cause d’un article dans le Daily Herald ? » Sauf que « tout ça » elle ne savait pas trop ce que ça impliquait, hormis des personnes trop chamboulées – paroles d’Adrian – dans un orphelinat. « Que ce soit clair, je ne suis pas en train de remettre en question ce que tu peux ressentir, ce que tu as vécu ou même de minimiser cet article. Mais… Un orphelinat ? On parle, quand même, d’un lieu plein d’enfants qui ont probablement déjà vécu assez de choses comme ça sans avoir besoin d’être témoin d’une vengeance. »

Clairement, il y avait des choses qui la dépassaient complètement. Malgré tout, ça restait Chase et c’était Charlie alors elle en était déjà à se dire qu’il n’avait pas réfléchi aux conséquences, qu’il était jeune, qu’il avait agi sur un coup de tête. Elle ne cautionnait pas mais, elle essayait de comprendre sans être capable de lui en vouloir, pas sur le long terme.

« Comment est-ce que… » Il avait pu faire ça ? Qu’est-ce qui lui était passé par la tête. « Et puis, on parle de quelle Cooper, au juste ? La cadette, la jumelle ou la mère ? » Vu le discours, elle pouvait exclure Jonas et le père. « Parce que, ce que fait publier l’un, ne veut pas dire que les autres sont à mettre dans le même panier. »

Jonas, par exemple – oui, désolée, elle l’avait revu – était loin de lui laisser le même sentiment que celui qui dirigeait le Herald. Se venger n’était déjà pas quelque chose qu’elle comprenait mais, s’en prendre à un membre de la famille était encore plus compliqué. Elle passa une main sur son visage, avant de relever les yeux vers Adrian qui devait, probablement, être un peu paumé aussi.

« Et pour ce qui est de vos questions : non, je n’ai pas entendu parler de cette histoire, beaucoup de boulot en ce moment. » Est-ce qu’elle allait se mettre à s’interroger à chaque fois que la presse allait faire état d’une affaire étrange maintenant ? « Pour notre rencontre… » Après un coup d’œil à Alex, elle reprit. « J’ai rencontré Alex, deux semaines après la mort de Chase NG. » Au moins, elle n’avait pas menti sur ce point. « Sauf que, ce qu’Alex vient de dire c’est qu’il est Chase. »

Charlie n’avait pas l’impression de dévoiler un secret contre la volonté d’Alex puisqu’il avait fait le plus gros de la révélation. Bien, maintenant qu’Alex avait changé de stratégie, elle allait passer pour une menteuse auprès d’Adrian. Cela dit, ça n’avait pas de grandes importances, elle n’avait rien contre le mage mais Alex représentait tout de même bien plus à ses yeux.

« Enfin, là, en toute honnêteté, j’en viens vraiment à me demander si c’est vraiment la même personne. »

Ou elle avait été trop naïve pour envisager que Chase puisse avoir des plans de vengeance durant son temps libre alors qu’il était encore sous les traits que tout le monde lui connaissait.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 1 Juil - 23:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4287
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
L'objectif d'Adrian, en venant ici, n'avait pas été de semer la zizanie entre Charlie et son ami. Autant dire que s'il avait su où il mettait les pieds, jamais le centenaire ne serait venu déranger l'avocate ! Mais lorsque le prénommé Alex reprit la parole, ce fut pour dire quelque chose qui étonna sincèrement le mage. Qu'il était reconnaissable ? Un froncement de sourcils indiqua qu'il ne situait pas le jeune homme, même s'il était parfaitement conscient que sa « présence » lui était familière. Les dons de l'Archimage n'étaient malheureusement pas assez développés pour qu'il parvienne à identifier avec exactitude la personne à qui il avait affaire et son regard oscilla entre les deux jeunes gens présents ce jour-là pour essayer de faire le lien. Un ami de Charlie ? Mais avec une autre apparence ? Une illusion ? Les questions défilaient dans l'esprit d'Adrian et son cœur s'accéléra légèrement sous le coup de l'inquiétude lorsqu'il entendit parler de « la Cooper ». Le tout était que leur lien ne soit pas mis à jour et que personne n'en vienne à imaginer qu'ils puissent effectivement se faire comprendre.

Il fallut que le jeune homme en vienne à parler d'être considéré comme un monstre et de « revenir » noir pour que l'Archimage commence à soupçonner la véritable identité de l'intéressé. Les dates étaient compatibles, le caractère aussi, puis les soupçons liés à un mentaliste devenaient parfaitement logiques. Malgré lui, Adrian ne put s'empêcher d'afficher une expression de déception en entendant le début du discours de l'ancien Chase, mais il camoufla rapidement ses pensées derrière un masque de neutralité. Il laissa ensuite Charlie prendre les rênes avant de pouvoir glisser son avis dans la discussion. C'était... compliqué, mais d'un côté, le centenaire était heureux de savoir que le jeune homme n'avait pas totalement disparu. Son regard sonda tout d'abord celui de l'avocate avant de se poser sur l'ancien Neutron-Grey.

« Je suis désolé, je ne suis pas venu ici pour semer le trouble entre vous deux... même si ça me fait plaisir de savoir que vous êtes toujours... en vie ? Il ne trouvait pas le terme exact.
Mais... je suis aussi déçu. Je comprends votre colère Chase, j'aurais certainement peu apprécié ce genre de critiques si j'avais été à votre place, cela dit.... Son regard sonda franchement celui du jeune homme.
Que je sache, mademoiselle Cooper n'est pas journaliste au Daily Herald. Vous avez peut-être oublié, mais lors de notre première discussion en tête-à-tête, vous m'aviez dit que vous trouviez difficile que des gens que vous ne connaissiez pas puissent vous comparer à vos parents et vous obliger à correspondre à leurs attentes. Je suis assez étonné et sincèrement déçu de voir que vous assimilez cette jeune femme aux idéaux de son père ou de son frère jumeau. Est-ce que vous lui avez parlé avant de faire ça ? Le ton restait très calme, il ne se voulait pas moralisateur.
Je ne dis pas que vous avez eu tort, je ne suis pas assez bien placé pour vous juger, mais je trouve que vous avez fait son procès un peu rapidement. J'ignorais qu'il suffisait de s’appeler Cooper pour subir votre vengeance. »

Il ne voulait pas clairement dire qu'il pensait – ou savait plutôt – que la jeune femme ne partageait pas l'avis de sa famille, mais c'était une possibilité, même sans la connaître. Après, il était vrai que les sentiments qu'il éprouvait pour la demoiselle en question pouvaient aussi influencer son jugement. Bref, le plus important pour le moment était de ne pas faire de lien entre eux, Adrian l'avait déjà tenté en l'appelant « mademoiselle Cooper » plutôt que par son prénom, mais ce n'était pas suffisant, aussi reprit-il.

« Et je ne la fréquente pas. Comme je l'ai dit, ce qui s'est passé là-bas a provoqué beaucoup de choses et pas mal de personnes s'y sont intéressées. C'est normal que je sois amené à discuter avec les témoins présents à ce moment. Là, c'était pratiquement un mensonge, mais tant pis, c'était pour le bien d'une autre personne.
Chase, ou Alex, comme vous préférez. Je n'ai rien contre vos sentiments, c'est plutôt normal que vous soyez en colère, mais franchement : un orphelinat ? Des enfants ? La plupart n'ont gardé aucun souvenir de ce qui s'est passé, mais si ça avait été le cas ? À quoi bon vous défouler sur ceux qui n'ont rien fait ? Ce n'est qu'une raison supplémentaire pour que le Herald puisse écrire sur les Supers. D'ailleurs, si cette jeune femme était comme vous le prétendez, elle en aurait parlé dès le lendemain et un article serait paru à ce propos. Il haussa les épaules avant de regarder Charlie.
J'imagine que ça n'a pas dû être facile pour vous ou pour Chase de devoir cacher une pareille chose. Et comme je l'ai dit, je ne suis pas ici pour semer le trouble entre vous, j'imagine qu'il y a certainement d'excellentes raisons à ce qui s'est passé. Il était bien mal placé pour critiquer quelqu'un d'impulsif alors qu'il l'avait été plus jeune.
Mais sérieusement.... cette nouvelle vie est sans aucun doute la meilleure chance que vous avez de recommencer à zéro sans vous soucier de ce que les autres pensent de vous. Rester sur les rancunes du passé risquera de vous attirer des ennuis. Il soupira légèrement.
Et je pense que vos amis ne souhaiteraient pas apprendre une nouvelle fois votre mort. Enfin, personnellement je ne le souhaiterais pas. »

Même s'il n'était certainement pas considéré comme tel, il s'en doutait.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Mer 2 Juil - 20:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Il y avait une espèce de soulagement à mettre bas les masques. Enfin, l’un des masques qui recouvrait tous les autres masques — c’était un début. Alex n’était plus sûr de savoir s’il aimait jouer double et triple jeu ou si cela relevait d’une habitude à laquelle il s’était plié, bon an mal an, par nécessité. Plus il écoutait les discours de Charlie et d’Adrian, plus il sentait monter en lui la colère qui couvait depuis son retour, depuis avant cela peut-être, depuis qu’il avait visité la Foire du Futur, ou discuté avec Gula, ou réveillé près de Lukaz, un matin de septembre. Et plus la colère montait, moins il se sentait disposé à adopter la stratégie qu’il avait prévu : jouer le jeune homme à peine sorti de l’adolescence, perdu par ses émotions, coupable mais sincèrement repentant.

Alex se pencha en avant et fronça les sourcils en entendant les dernières paroles d’Adrian. Il répéta avec incrédulité :

Mes amis ne souhaiteraient pas apprendre une nouvelle fois ma mort ?

Était-il paranoïaque ou bien…

— C’est une menace, Mr. Pennington ?

Honnêtement, il n’espérait pas. Il ne se sentait pas tout à fait sans défense — sans blague — mais Dieu seul savait ce qu’Adrian pouvait faire et les capacités du mage, pour ce qu’il en avait vu, pouvaient très bien s’étendre de la confection d’horoscopes pour Grand-Mère Magazine à l’invocation de météores. Alex fit un geste de la main vers Charlie sans la regarder :

— Mes amis ne me reconnaissent pas, il faut croire. Franchement, je les aurais pensé plus compréhensif, mais qu’est-ce que vous voulez, les gens sont décevants.

Lui, susceptible ? Allons donc ! Alex se releva de son fauteuil.

— Vous savez, vous, les humains, vous avez une façon de traiter toutes les, comment vous dites, déjà ? Créatures… en fait, un peu comme des chiens. Vous aimez bien les chiens, vous les laissez vivre avec vous, mais quand un chien mord, vous le piquez. Quand un chien n’est pas assez humain ou respectueux, vous lui mettez une muselière. Vous l’attachez. Même les chiens méchants, vous pouvez les utiliser, pour vous garder, à condition qu’ils soient bien attachés quand vous êtes là. Et tous les mutants, comme les chiens. Et les aliens en quarantaine à l’UNISON ? Comme les chiens. Ce n’est pas la planète que vous protégez. La planète pourrait tourner très, très différemment. Ce que vous protégez, c’est l’humanité. Sans jamais vous poser la question, apparemment : de quel droit ?

Pour une fois, Alex ne jouait plus la comédie. Il n’avait pas souvent l’occasion d’exprimer le fond de sa pensée, mûri pendant des années, de puis le Bigsby Building jusqu’à l’UNISON, depuis l’UNISON jusqu’à Fallaenn, au fil de ces expériences qui l’avaient mené des NG, mutants au service de l’UNISON, à la conviction que la lutte entre l’humanité et le reste des espèces était engagée depuis très longtemps, et que la première était dangereusement proche d’une victoire écrasante.

— Les humains sont faibles pris séparément, enfin pas vous, Adrian, bien sûr, mais l’humain lambda. Mais ensemble, ils ordonnent, ils contrôlent, ils dératisent le monde qu’ils se sont appropriés. L’article, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Est-ce que je suis en colère ? Oui. Les bas-fonds de cette ville sont plein de gens beaucoup, beaucoup plus en colère que moi et la mairie leur dit de se calmer. Certains appels au calme ne sont pas de la sagesse, mais des insultes. Et Heather Cooper est une collaboratrice. Est-ce que vous imaginez ce qui se passerait si elle allait devant une caméra et qu’elle disait : je suis une mutante ? Est-ce que vous imaginez le bien que ça ferait ? À la place, elle lave dans la bonne conscience de la charité le sexisme, l’homophobie, la mutophobie, le racisme de sa famille. Qu’est-ce que ça peut me faire, ce qu’elle pense, si elle continue à s’asseoir à la table de ceux qui nous oppriment ?

Je ne regrette pas ce que j’ai fait. Les enfants vont bien. Vous croyez vraiment que j’aurais pu, je ne sais pas, les trépaner par erreur ? Je ne suis pas un boucher reconverti en neurochirurgien. Je vous déçois, Adrian ? Mais vous ne croyez pas que vous me décevez ? Vous savez, je ne suis pas très, très doué en histoire, mais ces cent dernières années, je crois que c’est à peu près clair, ce qui se passe quand des gens qui ont de saines idées, comme Heather Cooper, restent silencieux et laissent les autres prendre le contrôle. Ce qui se passe quand le bourgeois blanc a peur et ne se sent pas assez puissant. Vous avez été en Afrique, Adrian. Vous avez ce qui reste après les colonies. Je pensais que quelqu’un comme vous verrait ce qui se passe ici, à Star City. À l’UNISON. Dans les journaux. Sur le Fremont Street. Partout.

Personne n’a le droit de nous tenir en laisse, personne n’a le droit de nous surveiller à cause de nos pouvoirs, personne de nous prendre de haut quand nous nous contentons d’être ce que nous sommes.


Il n’y avait jamais réfléchi avant de le dire, mais maintenant qu’il l’avait soulignée, la position d’Adrian, près de l’UNISON, lui apparaissait paradoxale. Était-ce la nouvelle couleur de sa peau qui le rendait plus sensible au fossé qui séparait les bribes qu’Adrian avait partagé avec lui de son expérience africaine et la participation présente du mage à la logique de contrôle et de quarantaine de l’organisation internationale ? En tout cas, jamais Alex ne s’était senti plus sûr de ses convictions et plus conscient de son rôle.

— Enfin bref. Vous aviez des choses à discuter avec Charlie et apparemment, c’est plutôt votre amie que la mienne. Je vais… retourner à mon anonymat. Pour le temps qu’il durera.

Parce que maintenant que le moment rhétorique était passé, il imaginait que sa vie risquait de devenir un peu compliquée.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Juil - 17:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Pourquoi ce qu’avait dit Adrian avait été pris comme une potentiellement mise en garde ? Charlie n’était déjà pas certaine que le mage puisse tuer un moustique l’empêchant de dormir la nuit alors, s’en prendre à un mentaliste comme Chase…Parce que, avec les infos qu’elle avait, une confrontation entre Chase et Adrian serait forcément en faveur du plus jeune. Chase contre n’importe qui serait en sa faveur, en fait. Cela dit, ça demandait réflexion parce qu’elle ne comprenait pas pourquoi Adrian était exclu des humains lambda, il n’était qu’un mage, comme il y en avait plusieurs en ville, non ? L’avocate aurait tout le temps de s’interroger sur ce genre de petites phrases, ce n’était vraiment pas le plus important dans l’immédiat.

Les deux choses à retenir, dans l’ordre décroissant, c’est qu’elle était décevante, qu’une simple humaine loin d’être d’un intérêt primordial sur le plan d’existence de Chase et que, en plus, il avait l’air de penser qu’elle préférait Adrian à lui. Génial ! La première chose à retenir, c’est qu’Alex ne se sentait pas moins en colère ou différent par sa renaissance, ça avait même l’air d’être pire qu’avant. L’espace d’un instant, elle se demanda si, elle aussi, elle ne devait pas dire vouloir partir de ce bureau, histoire de mettre tout le monde à niveau mais, ça aurait été contre-productif. Elle posa son regard sur Alex.

« Et tu te sens mieux ? Je veux dire, même si on oublie l’orphelinat deux minutes, est-ce que t’en prendre à quelqu’un te rend un peu plus… Serein ? Est-ce que ça a changé quelque chose ? »

D’ailleurs depuis quand Heather Cooper était à associer comme mutante ? A croire que, réellement, chaque famille devait avoir sa bête noire, l’élément qui ne collait absolument pas au reste de la famille. Mais là encore, le cas Cooper était loin d’être sa priorité.

« Tu vois, l’humaine lambda et faible que je suis, ne comprend peut-être pas grand-chose mais, sérieusement, pour quelqu’un qui parle en se différenciant des humains, je trouve que tu as des réactions qui collent bien avec cette population. »

La vengeance, la colère, la déception. Aussi élevé soit-il, Chase n’échappait pas à ces ressentis. Enfin, peut-être qu’être sur un autre plan n’enlevait pas ce genre de sentiment, qu’est-ce qu’elle en savait, elle, la pauvre humaine qui n’était même pas fichue de faire bouger un trombone par la pensée.

« En fait, ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi lui en vouloir à elle. Je me trompe peut-être mais, tu as aussi mis du temps à dévoiler certaines choses à la presse, et encore ça été fait sur un coup de tête. » Là, elle parlait de son homosexualité. « Alors que tu t’interrogeais sur le fait de devoir en parler ou non, sans pour autant passer le pas. Ce n’est pas en s’en prenant à quelqu’un qu’on le fait réagir, en tout cas, ça ne me semble pas être la meilleure méthode. »

Elle haussa les épaules parce que, après tout, elle n’était qu’humaine – d’accord, elle était peut-être susceptible aussi – et qu’elle ne devait pas y connaitre grand-chose. Le pire c’est qu’elle était assez d’accord avec Adrian, si la Cooper avait décidé d’en parler à sa famille, ça n’aurait valu qu’un article de plus pour installer une peur supplémentaire des personnes possédant des pouvoirs. Encore plus quand il était question d’enfant, ça touchait une grande partie de la population ce genre d’histoire.

« A part alimenter la peur de ce que les gens peuvent faire, à quoi sert cette action contre elle ? »

Est-ce que quelque part il ne faisait pas la même chose qu’il reprochait aux humains, en se servant de ses capacités pour créer une situation voulue ? Heather était sûrement assise à la table des gens qui pouvaient l’opprimer mais lui instaurait cette peur qu’ils avaient des gens avec des pouvoirs. Elle tourna le regard vers Adrian.

« Et pour répondre à ce que vous avez dit : non, ça n’a pas été difficile de garder le secret le concernant. Il avait besoin d’anonymat. » En réalité le mot « envie » était plus juste mais, c’était un peu trop exprimer les souhaits qu’avaient eu Chase et Charlie n’était pas du genre à parler à la place des autres. « Juste stressant parce que je n’ai pas envie d’être celle qui mettra son secret à jour. »

Ce qui, pour elle, s’apparenterait à une forme de trahison, volontaire ou non, et elle aurait beaucoup de mal à l’accepter. Bon, elle minimisait un peu les choses aussi. Évidemment que ça avait été difficile quand les gens venaient présenter leurs condoléances, quand l’UNISON avait débarqué avec leurs questions, quand… Mais, ça n’avait pas d’importance, c’était Chase et elle lui devait bien ça. En fait, c’est réellement vexée cette fois qu’elle reporta son regard sur Chase.

« En fait, je trouve ça particulièrement injuste que tu parles de déception ou d’autres petites phrases balancées dans ton discours. Tu voulais quoi ? Que j’applaudisse des deux mains, que je te dise que c’est bien, que tu as bien fait et que tu devrais recommencer ? A aucun moment je n’ai dit que tu avais tort dans ta façon de percevoir les choses, c’est ta méthode que je remets en cause. Comme personne n’a insinué que tu aurais pu faire du mal à des gamins sur un plan physique mais que ce n’était pas non plus une bonne chose de les prendre à partie en voulant t’en prendre à quelqu’un en particulier et... »

Et elle s’arrêta, baissa la tête un instant en songeant à autre chose. Quelques petites secondes plus tard, elle releva les yeux sur Alex, l’air navré.

« Je suis désolée, j’aurais sûrement dû voir que les choses ne s’étaient pas vraiment arrangées. Je ne sais pas, j’aurais probablement dû en parler. »

Encore aurait-il fallu qu’elle puisse imaginer Chase faire un truc comme ça.
Revenir en haut Aller en bas



A qui sait comprendre, peu de mots suffisent ▬ Charlie et Chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» A qui sait comprendre, peu de mots suffisent ▬ Charlie et Chase
» Event III.2 : Les mots ne suffisent pas toujours
» Quand les mots ne suffisent plus [Nami]
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» L'histoire en quatre mots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-