AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Empyrion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Mar 3 Juin 2014 - 15:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Du haut de la falaise sur laquelle était bâti Fallaenn, à l’abri des regards, protégé par l’épaisse forêt qui entourait le domaine, Alex regardait l’océan. La conversation qu’il venait d’avoir avec Tesla — le Tesla de SHADOW, pas sa sœur, qu’il n’avait pas revue, qu’il n’était pas certain de jamais revoir — n’avait pas été sans le laisser songeur et maintenant qu’il y réfléchissait, à froid, il lui semblait que la Terre Prime était toujours plus compliquée qu’il ne le soupçonnait. Même lorsqu’il se promettait de mener une existence plus simple et plus libre, de nouvelles obligations survenaient, imprévues, incontrôlables, et s’il ne regrettait pas les engagements pris auprès de Renan, parce qu’ils étaient absolument nécessaires à la préservation de ce qu’il considérait comme ses proches, il se prenait à rêver d’évasion.

Après quelques minutes de contemplation, il ne savait plus vraiment si c’était encore la mer, qu’il observait, ou les autres mondes du Multivers ; depuis que ses aptitudes de projection astrale s’étaient développées, peu après son retour sur la Terre Prime, il lui arrivait de percevoir, d’abord confusément, puis de plus en plus clairement, quelque chose des autres mondes, sans qu’il eût été capable de dire s’il le voyait, l’entendait ou le comprenait intuitivement. C’était une sensation semblable à celle qu’il avait éprouvée, désincarnée, pendant plusieurs semaines, après sa mort : une conscience de la complexité des Univers et de leurs destins, parfois strictement parallèles, et ainsi indifférents les uns aux autres, parfois étroitement intriqués.

Alex laissa échapper un soupir. La Pierre de Lune l’avait changé. Elle avait donné à ses pouvoirs une force encore nouvelle, de nouvelles applications et de nouvelles perspectives, mais plus profondément, elle lui avait donné du monde, de son monde natale, une idée différente. Il avait cru, le jour de son retour, que la Terre Prime lui avait manqué ; il se rendait compte désormais qu’il n’en était rien. Lukaz, Charlie, Abban, Zachary lui avaient manqué, mais la Terre en elle-même, le monde où il était né et où il avait grandi, n’avait pas plus de sens pour lui qu’un autre — pas plus, pas moins. Depuis Fallaenn, le centre-ville de Star City ne lui semblait pas plus proche que celui d’Empire City, que la Forteresse Onirique et que la Terre Gemini, et pour la première fois il comprenait ce qu’Abban avait tenté de lui expliquer confusément, quand il lui avait dit que le monde était pour lui une constellation de lieux, plutôt qu’une carte ou un planisphère.

L’esprit d’Alex sentit une présence familière et le jeune homme se détourna de la mer pour revenir vers la maison, passer la baie vitrée, traversa le salon et réceptionner Lukaz dès la porte d’entrée. Ses mains se posèrent sur les hanches du Breton, il l’attira à lui et aussitôt, sa langue partit à la recherche de sa jumelle. La conversation avec Tesla l’avait inquiété plus qu’il ne voulait l’avouer. Là, il avait pris conscience, comme il le faisait souvent, que ceux qu’il aimait, et il aimait Lukaz plus que tous les autres, pouvaient être la proie de forces qu’il connaissait mal. Tout solaire que fut son compagnon, il n’en demeurait pas moins et mortel, et fragile, et cette mortalité-là, à laquelle Alex essayait de ne pas songer depuis que la sienne était révolue, l’angoissait au plus haut point.

Leurs lèvres se séparèrent finalement et Alex enfouit son visage dans le cou de Lukaz. Si le jeune homme était assurément plus joyeux et plus insouciant depuis son retour, il lui arrivait aussi d’être plus mélancolique — ou de l’être plus ouvertement. La tristesse chronique avait toujours été une part de son caractère, mais elle avait été longtemps, pour Chase, l’avatar d’une frustration sociale ; chez Alex, elle avait tous les traits de l’acédie. Après quelques secondes de silence, le jeune homme murmura contre la peau de son compagnon :

— J’ai envie de bouger. D’aller ailleurs.

Et par ailleurs, il n’entendait pas une virée à Atlanta, un séjour express à New York ou deux nuits dans un bread and breakfast de Toronto — alors qu’il resserrait un peu plus son étreinte autour de Lukaz, les contours de Fallaenn devinrent de plus en plus incertains, jusqu’à être remplacés bientôt par une forêt clairsemée, sous un ciel orangé de soleil couchant — ils venaient de changer de dimension, beaucoup plus rapidement et aisément que ne le faisait auparavant Chase : ça aussi, ça avait changé.

Alex desserra un peu son étreinte et afficha un léger sourire.

— Désolé. T’es pas trop fatigué ? J’ai envie d’aller me promener.

Il n’était pas encore très tard : la soirée n’avait même pas commencé et, dans l’après-midi finissante, ils pouvaient s’octroyer quelques heures pour se promener. D’autres partaient en forêt chercher les champignons, Alex partait dans une autre dimension chercher l’aventure. C’était à vrai dire la première fois qu’il emmenait Lukaz aussi loin avec lui, ailleurs que dans la Forteresse Onirique du Royaume des Rêves. Non loin d’eux, la rumeur des vagues de l’océan montait, qui frappait encore contre la roche de la falaise, et avec elle le spectacle de la forêt indiquait assez que, tout bien considéré, ils se trouvaient au même endroit — dans un monde parallèle, comme l’avait un jour expliqué Chase, au bord du Pacifique, au large de Los Angeles.

Alex leva les yeux vers le ciel, inspira profondément et chercha à se situer. Il les avait transportés un peu au hasard.

— Hmm… Je ne me souviens plus exactement…

Des dimensions, pendant sa désincarnation, il en avait visitées des dizaines, des centaines, peut-être des milliers, certaines pendant une fraction de seconde. S’il avait pu, avant son décès, tenir une liste précise de celles qu’il connaissait, cette époque-là était révolue et le Multivers désormais s’offrait à lui dans toute sa diversité — et ses mystères. Le jeune homme se détacha finalement de Lukaz et il semblait déjà avoir retrouvé le sourire.

— Bon, au fait, t’inquiètes pas : même si tu rencontres ton double dimensionnel, ça va pas détruire le monde.

Deux Lukaz. Voilà qui éveillait des idées.

— Hmmm…

Alex observa son petit ami d’un air assez peu innocent, mais finit par secouer la tête.

— S’il y a une ville, elle devrait se trouver à peu près au même endroit. Le plus simple, c’est encore d’y aller en volant.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 4 Juin 2014 - 21:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6699
ϟ Nombre de Messages RP : 732
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Les choses avaient grandement changé, depuis le retour de Chase d'entre les morts. D'abord, ils avaient quitté leur appartement, ce qui, au vu de ce que Clank y avait fait, n'était pas plus mal. Logeant quelques temps à l'hôtel, Lukaz avait pu y découvrir une vie nouvelle, luxueuse et agréable. Dans le même temps, Alex et lui avaient pu prendre le temps de s'apprivoiser une nouvelle fois et d'apprendre à Clank quelques petites choses concernant le vol et la discrétion. Puis, ils avaient fini par découvrir une maison qui pouvait leur correspondre et c'est ainsi qu'ils étaient entrés en possession de Fallaenn, une demeure située non loin de Chinatown, le quartier de prédilection de Lukaz, depuis quelques temps.

Au niveau professionnel, le voleur avait aussi commencé à chercher des coups prestigieux à mettre en œuvre, profitant du temps dont il disposait avant de trouver quelque chose pour préparer doucement le matériel dont il aurait un jour besoin, à commencer par un costume digne de ce nom capable de devenir invisible en même temps que lui. Ce n'était pas une mince affaire à développer, mais ils étaient sur la bonne voie ! Et en attendant, il pouvait toujours compter sur les Neuf Fils du Dragon pour gagner de quoi subvenir à leurs besoins, même si là, le Français avait parfois l'impression qu'Alex voulait toujours gérer ses aspects, comme si ça s'accordait mieux à son nouveau caractère plus... macho ?

Il n'avait pas été évident de découvrir tout ce qui avait pu changer entre Chase et Alex, mais Lukaz commençait maintenant à mieux comprendre la nouvelle personnalité de son petit ami. Ce dernier était différent tout en restant fondamentalement le même, ce qui n'était pas réellement facile à appréhender. Les questions les plus épineuses concernaient d'ailleurs les échanges qu'ils avaient pu avoir plus de cinq mois plus tôt, sur une île californienne. Est-ce que certains détails d'ordre sexuel énumérés par Chase étaient toujours valable pour Alex ou est-ce que les choses allaient être différentes ? Si Lukaz avait déjà pu obtenir certaines de ces réponses, d'autres questions n'avaient pas encore été posées, parce qu'elles étaient un peu moins évidentes à dire. C'est pour cela que sans trop savoir pourquoi, le voleur était passé par un magasin de vidéo afin d'acheter un DVD du rayon pour adultes. L'idée était que regarder un film de ce genre lui permettrait d'aborder avec Alex certains sujets de manière beaucoup plus anodines que simplement d'en parler. C'est donc avec un film mettant en scène un certain Sweet Angel que Lukaz rentrait à Fallaenn.

La porte fut à peine refermée que Lukaz se retrouvait déjà dans les bras d'Alex. Il n'y avait pas à dire, le mentaliste était encore plus efficace qu'une alarme ! Après un baiser passionné, le voleur trouva la réaction de son compagnon plutôt... étrange. Il n'était pas comme cela, d'habitude, comme si quelque chose n'allait pas. Il n'eut toutefois pas l'opportunité de demander ce qu'il y avait qu'Alex indiquait déjà vouloir bouger. Et bien, même si Lukaz venait tout juste de rentrer, ils pouvaient toujours sortir faire un tour. Après tout, il faisait encore chaud et il ne pleuvait même pas ! Mais visiblement, sortir n'était pas au programme et c'est donc sans même avoir eu le temps de se poser ou de déposer ses affaires que le Français se retrouva soudain dans une forêt, sous le soleil couchant. Instinctivement, Lukaz regarda autour de lui mais il ne vit pas la moindre trace d'Abban. Ils ne s'étaient donc pas téléportés.

Regardant tout autour de lui, le voleur répondit malgré tout à Alex. « Non, t'inquiète pas, je suis encore en forme. Par contre, tu aurais quand même pu me laisser le temps de me préparer un peu. » Souriant, Lukaz observa son petit ami. Cela faisait tellement longtemps qu'ils parlaient des autres mondes que le Français s'était fait tout un film et finalement, c'est à peine en quelques secondes qu'ils avaient voyagé vers un autre univers... Tout semblait si simple. Cela étant dit, ça aurait quand même été sympa de lui laisser déposer son DVD, parce que pour le coup... Pivotant sur lui-même, Lukaz scruta les alentours, les arbres, la forêt, l'horizon... « C'est bizarre... C'est comme chez nous. »

Tout était en effet relativement identique et on n'avait pas l'impression d'être dans un autre monde. Pas d'arbres roses ou de vaisseaux spatiaux et encore moins de chevaliers en armure et de dinosaures. Jusqu'où pouvaient aller ces ressemblances ? Visiblement, ça pouvait même impliquer des doubles et de fait, Lukaz ne put s'empêcher de se demander à quoi pouvait bien ressembler celui d'Alex. Y avait-il toujours un Chase Neutron-Grey ici ou auraient-ils aussi affaire à Alex Kirk ? Une question à laquelle le voleur n'avait pas de réponse. « C'est pas un peu risqué de voler, dans un monde qu'on ne connaît pas ? Je veux dire, y a pas des risques à ce que ce soit mal vu ? » En effet, on ne savait jamais ce que les gens du cru pouvaient penser. Après tout, il n'y avait peut-être pas de mutants, dans ce monde-là. « Enfin, j'y connais rien, moi, c'est toi le spécialiste ! » Souriant, Lukaz se dirigea une fois de plus vers Alex afin de l'embrasser. Puis, levant les yeux vers le ciel, il s'étira. « En tous les cas, on dirait bien que le Soleil est le bon, parce que je me sens tout aussi bien qu'à la maison. Ça fait un souci de moins ! » Fermant les yeux, il se concentra et s'éleva doucement dans les airs. « Tu disais donc qu'une ville devrait se trouver au même endroit ? Ben, c'est parti ! » S'élevant un peu plus, le voleur attendit que son compagnon le rejoigne et ils partirent alors en direction de la position théorique de cette Star City là.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Jeu 5 Juin 2014 - 18:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Est-ce qu'il aurait pu deviner, lui, que son petit ami comptait acheter les œuvres pornographiques d'un jeune homme, on n'en doute pas, tout à fait talentueux ? Chase n'avait jamais regardé ce genre de choses qu'en étant parfaitement seul et toujours habité par la crainte de voir Jack surgir alors qu'il s'ébahissait devant les musculeuses prouesses de plombiers porto-ricains velus et de leur très chanceux client. Alex, pour sa part, n'avait pas renoué avec ces anciennes habitudes déjà bien épisodiques, mais il partageait au moins une chose avec Chase : il n'était pas certes pas facile de lui faire parler ouvertement et sans embarras de la sexualité, quelque vigueur qu'il mît par ailleurs à la pratiquer.

Il était donc bien loin de se douter du butin osé et des projets un peu curieux que son petit ami ramenait avec lui ce soir-là et son esprit était tout à la découverte de cette nouvelle dimension. La question de Lukaz sur le vol fut accueillie d'un haussement d'épaules insouciant et Alex répliqua :

- Si ça pose problème, on changera de monde.

Évidemment. Facile.

Le jeune homme s'éleva à son tour dans les airs et la promenade vespérale du couple Kirk-Le Guen (et non pas Kurt Cobain) débuta de la manière la moins normale du monde, ce qui à vrai dire n'étonnera personne. Une ville ne tarda pas à se dessiner à l'horizon et les jeunes hommes atterrirent sur un parking isolé, derrière un supermarché désaffecté. Le quartier n'était pas des plus accueillants, mais c'était encore dans les friches urbaines qu'ils avaient le plus de chance d'être discrets.

Ce ne fut qu'alors qu'il progressait vers une rue qu'Alex s'intéressa aux emplettes sur Lukaz trimballait avec lui.

- C'est quoi ? C'est un cadeau pour moi ?

Et sans attendre la réponse, il s'empara du sac et en tira la jaquette. Si sa peau avait été plus claire, elle aurait sans doute rougi ; en tout cas son sourire, lui, se décomposa.

- D'accord. C'est... C'est un cadeau pour toi. Je... Désolé. Je savais pas, je pensais pas...

Il fit disparaitre le DVD dans le sac et le refila à Lukaz comme si ç´avait été une araignée.

- Je pensais pas que tu avais besoin de trucs comme ça. Désolé.

Il ne savait pas trop s'il s'excusait de l'indiscrétion de sa fouille ou de ne pas assez satisfaire Lukaz pour que celui-ci n'eût pas recours à d'autres stimulants. En tout cas, il n'était pas difficile de comprendre qu'il n'avait pas pensé une seconde que le DVD pût lui être destiné ni faire l'objet d'une consommation à deux. Il était maintenant entièrement occupé à ruminer la profonde insatisfaction sexuelle qu'il supposait à Lukaz et à se demander si les rêves de jeunes hommes roux et dociles de son petit ami ne risquaient pas bientôt de se concrétiser.

- Hé ! Hé, les mecs, vous voulez de la 3000 ?
- Non.

Il ne savait pas ce que c'était, mais vu la tête de rat nerveux de l'homme qui venait de leur en proposer, c'était mauvais pour la santé. Ils débouchèrent bientôt dans un grand boulevard et le spectacle qui s'offrit à eux chassa pour un temps le sentiment d'humiliation d'Alex et les noires comme trop récentes réminiscences qui l'accompagnaient.

Ce qu'il avait pris de loin, en approchant de la ville à basse altitude, pour des barres d'immeubles n'en était pas : le centre-ville était entièrement entouré, apparemment, par une immense muraille de béton qui le coupait des quartiers de toute évidence moins favorisées où ils se trouvaient et, à intervalles réguliers, sur la façade de ce gigantesque rempart urbain, le mot « Empyrion » était peint en grosses lettres bleues. Alex plissa les yeux et il eut l'impression de distinguer, en bas de la muraille, les silhouettes minuscules et immobiles de ceux qu'il supposa être des gardes.

- Eh bien je suppose que l'absence de Fallaenn est pas la seule différence. Je me souviens pas de ça. J'ai dû vraiment passer en coup de vent.

Ou alors son esprit avait flotté à un tout autre endroit de ce globe terrestre-là.

Une voix de toute évidence pré-enregistrée résonna au-dessus d'eux.

- La distribution alimentaire aura lieu dans le secteur 41. Nous vous rappelons que les produits protéinés sont réservés aux Blancs uniquement. Toutes les autres races sont priées d'attendre en fin de file la deuxième phase de distribution.

Alex leva les yeux vers le dirigeable futuriste qui continuait à diffuser en boucle le même message. Décidément, il avait parfois l'art de choisir les dimensions les moins accueillantes. Depuis peu, le racisme américain avait évidemment pris un sens tout nouveau pour lui, un sens qu'il avait encore du mal à bien comprendre, dans la situation ambiguë qui était la sienne.

- De la 3000. De la 3000 pour avoir une belle peau blanche.
- Approche.
- T'en veux ?
- Garde ton truc, ma peau est très bien comme elle est.

Un instant, il releva les yeux vers Lukaz. Est-ce que c'était ça, le problème ? Est-ce que Lukae préférait la pâleur des Sweets Angels et des Neutron-Grey blonds comme le blé ? Alex reporta son attention sur le dealeur et plongea les yeux dans les siens.

- Je veux juste savoir ce que tu sais.

Et les connaissances du drogué commencèrent à se déverser dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 9 Juin 2014 - 19:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6699
ϟ Nombre de Messages RP : 732
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Volant à travers les airs, le jeune couple aperçut bien vite une ville se dessiner à l'emplacement que devait occuper Star City et c'est sur un petit parking tout ce qu'il y avait de plus normal qu'ils posèrent le pied. Même s'il n'en occupait pas la place, le quartier où ils se trouvaient ressemblait étrangement à Lincoln ou aux Marais, avec son état de délabrement avancé et une faune locale plutôt peu engageante. Quoi qu'il en soit, ils décidèrent de partir à la découverte de ces lieux nouveaux et rapidement, Alex montra son intérêt pour les achats du Français, la découverte de l'objet ne semblant pas vraiment lui plaire. « Un cadeau pour moi ? » Levant les yeux au ciel, Lukaz se rapprocha un peu de son petit ami avec un sourire sur les lèvres. « C'est un cadeau pour nous, pour tous les deux. J'avais en tête l'idée d'une petite soirée un peu spéciale mais j'avais pas pensé qu'on partirait aussi vite ailleurs. C'est pas bien grave, cela dit, je suis même plutôt content qu'on voyage enfin ensemble. Et puis, on aura l'occasion de la faire plus tard, cette soirée. Allez, fais pas cette tête, s'il te plaît, tu sais très bien ce que je pense de toi. » Et de fait, s'il ne le savait pas, il savait quand même qu'il avait droit de lire l'esprit du Français, pour s'en rendre compte, Lukaz n'ayant plus aucun secret à lui cacher.

Dans tous les cas, une chose était certaine : si Alex avait changé, il restait tout autant le même. Pour un peu, Lukaz aurait presque eu l'impression de se promener avec Chase le blondinet pas sûr de lui. De toute façon, le voleur n'eut pas le temps de lancer un débat sur ce sujet qu'on les interrompait déjà en leur proposant ce qui devait être une drogue locale. Lukaz n'en avait jamais entendu parler chez eux, donc ça devait bien être le cas. Mais une ruelle plus loin, ses interrogations sur la drogue disparurent alors que se présentait à eux un spectacle digne d'un film à gros budget. Une haute et puissante muraille semblait en effet entourer ce qui devait être la ville, même s'ils n'en voyaient pour le moment rien. Leur ancien appartement devait donc se trouver quelque part derrière ces murs, comme tout ce qu'ils pouvaient connaître. Cela étant dit, le fait qu'une ville soit entourée d'un mur n'avait rien d'engageant et Lukaz se demandait bien où ils avaient pu mettre les pieds... Empyrion devait être un monde pas très agréable à vivre.

Hochant la tête, le voleur n'eut pas le temps de répondre à Alex qu'une sorte de dirigeable équipé d'un haut-parleur diffusa un message visiblement raciste. On pouvait bien entendu aussi penser que si l'on parlait uniquement des Blancs, c'était pour préserver les autres d'une quelconque maladie, mais lorsque le mot race fut évoqué, il n'y eut plus de doute possible. Dans le même temps, le drogué revint vers eux avec sa fameuse 3000, laissant entendre que cette drogue pouvait rendre blanc. Bien, ils étaient vraiment arrivés dans un monde pourri... Scrutant les alentours, Lukaz laissa Alex récupérer les informations dont il avait besoin avant de commenter leur situation. « C'est toujours aussi charmant, les autres mondes ? Genre, y a pas des mondes peuplés par des Bisounours ? » Souriant, le voleur reposa son attention sur son petit ami, notant qu'un monde peuplé par des ours colorés n'était pas forcément plus sain d'esprit que celui qu'ils visitaient.

« Bon, à mon avis, on risque de nous regarder encore plus qu'à la maison. Tu veux rester quand même ? J'ai pas envie qu'il t'arrive des bricoles. Je t'ai perdu une fois, ça doit plus se reproduire. » Et pour souligner ses propos, Lukaz leva la tête pour embrasser Alex sur les lèvres sous le regard visiblement outré et dégoûté du dealer. Mais quelle meilleure preuve d'amour aurait-il pu donner qu'un baiser dans un monde raciste ? Jetant un regard mauvais au marchand de drogue, le voleur prit un ton sec. « Casse-toi, et vite. » Puis, revenant vers le visage de son petit ami. « Alors, on fait quoi ? » Attendant la réponse, le jeune couple eut alors la désagréable surprise d'entendre de stridents sifflements. Plus loin, sortant d'une rue perpendiculaire, le dealer était suivi par des hommes en uniforme. Les désignant du doigt, Lukaz sentit directement les problèmes arriver. « C'est bien notre veine, ça... Vient, on se tire vite fait. » Attrapant la main d'Alex, le Français le tira alors à sa suite, s'engouffrant dans une petite ruelle qu'il traversa vite fait. Et maintenant, où aller ? Désignant une palissade de bois, le voleur s'en approcha afin de s'y hisser, sans un bruit. L'entraînement payait finalement et ils avaient bien fait de faire tout cela à deux. Attendant qu'Alex le rejoigne, Lukaz scruta les environs avant de se dissimuler dans les ombres. Dans le silence, ils écoutèrent les bruits de la rue, laissant passer la patrouille. Puis, d'une voix très basse, le voleur reprit la parole. « Alors, on est où ? T'as pu trouver quelque chose ? » Jetant un regard en arrière, il poursuivit. « Il nous faudrait un plan, si on reste, pour savoir où aller. Tu crois qu'il y a moyen de choper leur connexion internet... Enfin, s'ils ont internet, évidemment. »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Lun 9 Juin 2014 - 22:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Alex était bien loin de se sentir assuré de ce que Lukaz pensait de lui et de la valeur qui lui accordait et quelque autorisation que ce dernier lui eût donner de le lire dans son esprit, le jeune homme était bien loin de s’en servir : il y avait des souvenirs de son petit ami auxquels il n’avait aucune envie de se trouver une nouvelle fois confronté et il préférait vivre dans l’illusion, insoluble peut-être, qu’un jour ses doutes disparaitraient d’une manière plus naturelle. Pour l’heure, l’argumentaire de Lukaz l’avait convaincu et même s’il trouvait l’idée un peu étrange et n’était pas sûr de la goûter, il avait d’autres problèmes plus urgents à penser.

Dont un certain nombre ne lui appartenait pas. Depuis quelques jours, Alex avait développé une technique télépathique inédite consistant à moissonner les connaissances d’un sujet consentant (ou non). C’était un peu comme le vol télékinésique : théoriquement, ce n’était pas très différent de ses pouvoirs fondamentaux, mais cela demandait une précision et une manipulation nouvelles qu’il avait fallu éprouver. Les desseins du mentaliste avaient été très précis et très circonstanciés, en l’occurrence : s’épargner de longues heures d’apprentissage de la moto pour puiser dans les aptitudes d’un motard chevronné et s’offrir enfin un bolide susceptible d’impressionner Lukaz. Mais pour l’heure, tout cela restait théorique et c’était sa première utilisation.

En cherchant à récupérer un plan de la ville et des informations utiles, il avait aussi ramené des pensées parasites et des délires de drogué qui sillonnaient son esprit. S’il était loin de se laisser atteindre pour ce genre de signaux indésirables, la situation demandait encore un peu de tri et il fallut bien que Lukaz prît les choses en main : les réflexes d’Alex ne lui permettaient pas de réagir assez rapidement. Il suivit donc par automatisme son petit ami qui l’entraînait dans une ruelle, escalada à la force des bras, sans songer à utiliser la télékinésie, la palissade qui se présentait à eux et atterrit de l’autre côté avec un peu moins de grâce qu’à l’ordinaire.

Aux questions de Lukaz, il hocha la tête, même s’il avait l’air un peu absent.

— Le bordel dans son cerveau, je te raconte pas. Attends…

Certains détails superflus disparaissaient à l’examen d’Alex et après quelques secondes, il fut en mesure de fournir un exposé synthétique de la situation, malheureusement bien moins exhaustif qu’il ne l’eût espéré : les souvenirs de sa victime avaient été troués par l’abus de substances chimiques.

— Donc, Empyrion, c’est pas le nom de la ville, si j’ai bien compris, mais d’une grosse entreprise qui construit des systèmes de sécurité. La ville est réservée aux Blancs et les autres races, comme ils disent, sont parquées dans des secteurs et séparées aussi les unes des autres. Je crois que c’est le gouvernement qui fait ça, mais comme tu peux le deviner, le mec là-bas était pas un expert politologue, alors je sais pas trop. Bref, ici, c’est le secteur noir, y a des secteurs asiatiques, arabes et indiens, au moins, peut-être d’autres, là-aussi, c’était flou. Apparemment, y a des Blancs dans les secteurs hors des murs. Des gens qui administrent, une sorte de police, là, mais aussi des Bannis, un truc comme ça. Et euh… J’ai une bonne idée du plan de ce secteur-là, mais c’est tout. Bouge pas, je vais te le donner.

Alex plaça les mains aux tempes de Lukaz et le fixa, avant de sourire.

— Un monde d’oursons multicolores, c’est ça que tu voudrais ? Mon cœur, parfois, t’es tellement gay que je te soupçonne d’écouter Lady Gaga.

Et pour tempérer un peu cette pique, au lieu de lui implanter le plan, Alex déposa un baiser sur ses lèvres. Après seulement, il se décida à transférer sa toute nouvelle connaissance topographique dans l’esprit de Lukaz et à retirer ses mains.

— Essaye pas de trop y penser, ça va venir naturellement, à l’instinct, tu verras. Si c’est flou au début, c’est normal. Oui, donc. On peut rester un peu. De toute façon, maintenant, j’arrive à me déphaser très vite, alors du moment qu’on reste ensemble, même si on se fait capturer, ça ne sera pas super grave. De n’importe où qu’on parte, ici, on reviendra à la maison chez nous.

Alex se décida enfin à regarder autour d’eux. Pour l’heure, ils n’avaient pas trop le choix : il leur fallait continuer dans la ruelle. Il se mit en route et poursuivit :

— Pour la connexion, ça risque de pas être possible, à moins de choper un matos d’ici, et quelque chose me dit que les magasins d’électronique, de ce côté-ci du mur, ça court pas les rues. Mais s’il y a une chose que la bataille de Hornburg nous a apprise…

En tout cas lui avait apprise à lui, le geek.

— … c’est qu’il n’y a pas de mur sans faiblesse.

Entre les sabres de Lukaz et sa propre télékinésie, ils pouvaient sans doute s’ouvrir un passage, mais ce n’était sans doute pas très discret. Dans un premier temps, Alex voulait s’approcher autant que possible, à couvert des bâtiments, pour se faire une idée du dispositif de sécurité. Ils commencèrent donc à éviter systématiquement les grands axes, pour emprunter autant que possible les ruelles les moins visibles, quitte à enchaîner les détours.

— Enfin bref, pour répondre à ta question, si, il y a des mondes plus sympas. Il y a pas mal de dimensions inhabitées, en fait. Pas des trucs vraiment spéciaux, comme le Royaume des Rêves, mais des planètes plus ou moins comme la Terre, juste, sans forme de vie, ou alors juste de la végétation, ou alors avec des animaux, mais pas d’humains. Ou alors bien cachés. J’ai pas forcément tout exploré, j’ai vu pas mal de trucs défiler pendant…

Il haussa les épaules. C’était comme s’il mettait un point d’honneur à ne parler ni de leur dispute fatidique, ni des quatre semaines qui s’étaient écoulées après, ni des circonstances précises de son retour ; à chaque fois que par hasard la discussion revenait à l’un ou l’autre de ces éléments, les phrases du mentaliste demeuraient suspendues. D’ailleurs, Alex ne tarda pas à changer de sujet. Il désigna un immeuble d’un geste de tête.

— On devrait peut-être rentrer là-dedans et grimper aux étages, pour observer le mur de plus près. À mon avis, si on s’approche plus, on va se faire repérer, non ?

Après tout, c’était Lukaz le voleur, même si Alex supposait qu’il n’avait pas jusque là eût l’occasion de prendre d’assaut tout un centre-ville.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 22 Juin 2014 - 21:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6699
ϟ Nombre de Messages RP : 732
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz avait attentivement écouté Alex et ce qu'il apprenait ne lui plaisait pas vraiment... La ville était visiblement belle et bien raciste et seuls les Blancs avaient le droit de vivre de l'autre côté des murs. Quant aux autres, ils vivaient dans ces secteurs périphériques qui étaient loin d'être très agréables. Si le gouvernement était peut-être lié à tout cela, ce qui importait, c'était plutôt ce nom : Empyrion. Il s'agissait donc d'une société d'importance qui construisait des systèmes de sécurité, mais elle ne devait pas que faire ça, à priori. Le haut mur portant son nom, les gardes et les patrouilles, tout cela montrait qu'en plus de construire, c'était aussi cette société qui devait gérer. Vu que la technologie avait l'air sensiblement identique à celle de Star City, cela laissait donc imaginer de nombreux problèmes en perspective.

Alex tenta ensuite de lui transmettre un plan mental de la ville et à sa remarque sur les pensées du Français, le voleur se contenta de faire la moue. Visiblement, c'était peut-être mieux s'il évitait de lire son esprit... Quoi qu'il en soit, le baiser avait rapidement calmé Lukaz et ce dernier suivait donc maintenant son petit ami dans la ruelle tandis qu'il expliquait l'impossibilité de se connecter, à moins de récupérer du matériel local. C'était bien dommage, ça. C'était vrai, quoi, les mondes se ressemblaient tellement qu'on aurait pu penser que les ondes étaient identiques ! Mais bon, ce n'était pas bien grave et ils allaient faire sans, même si la bataille de Hornburg ne disait rien au voleur. En même temps, l'histoire et lui...

A la question d'Alex, le voleur hocha la tête pour confirmer. « Si c'est bien une société de sécurité, alors ouais, je pense que si on s'approche, on va se faire griller. » Surtout qu'Alex était Noir et que ça, ça serait sans doute directement repéré. « Viens, par-là. » Désignant une ruelle perpendiculaire, Lukaz prit les devants et se dirigea vers les escaliers de secours. Grimpant à l'échelle, il se hissa dans la structure métallique avant de grimper aussi silencieusement que possible les escaliers, cela jusqu'au toit. Néanmoins, avant de déboucher au sommet de l'immeuble, il jeta un coup d’œil afin de repérer d'éventuelles caméras ou autres systèmes de sécurité. Rien. Le voleur traversa alors le toit, invitant Alex à le suivre, et alla se positionner derrière le parapet, du côté qui faisait face au mur. « Hum... Ça m'a l'air vachement haut, comme mur, et je suppose que ça doit aussi être super-large. » Et de fait, ils n'allaient certainement pas pouvoir le percer pour passer au travers. « A mon avis, les portes doivent être ultra-sécurisées, avec plusieurs portes, des grilles et peut-être aussi des systèmes pour empêcher les véhicules d'entrer et de sortir. C'est vraiment pas l'endroit où passer. » Sans compter qu'il devait y avoir des patrouilles aux alentours et qu'arriver jusque-là ne serait déjà pas simple.

S'approchant d'Alex, Lukaz glissa une main dans son dos avant de l'embrasser. « Tu vois, c'est un peu ça que j'avais envie de faire avec toi même si forcément, ça va pas trop nous aider avec le Cartel. Mais, je veux dire, si on arrive à entrer dans cette ville, déjà, ça sera un super exploit. Et puis, pourquoi on ne chercherait pas un truc super-important à voler ? Tu vois, comme un souvenir qu'on pourrait exposer à la maison. Une petite collection perso. Je trouverais ça vraiment cool. » Par contre, si le Français trouvait effectivement ça amusant, il ne songeait pas un seul instant aux répercutions qu'un tel acte pourrait avoir sur ce monde et ses habitants. Mais était-ce vraiment important ? « Je pense qu'on a deux moyens pour entrer. Par-dessus ou par-dessous. Par-dessous, c'est probablement surveillé, pour éviter que tous les types du coin n'entrent. Il doit y avoir des pièges et des systèmes de surveillance mais ça peut aussi être beaucoup plus discret. Par-dessus, ben j'imagine qu'il n'y a pas grand chose qui pourra nous arrêter. Ils ont peut-être des défenses pour éviter les missiles ou les bombes mais... Y a des supers, dans ce monde ? » Si oui, il était envisageable que des défenses plus sophistiquées existent, si non, alors, ils passeraient sans souci.

Réfléchissant un moment, le voleur posa son regard sur Alex avant de reprendre la parole. « Si on se lance, une fois à l'intérieur, on ne pourra plus traîner. » Et ça, c'était évident, Alex étant Noir, ils seraient repérés tout de suite, même si le mentaliste pouvait toujours se servir de ses pouvoirs pour convaincre les gens. « Ils doivent avoir des systèmes d'identification, donc même si je suis Blanc, à mon avis, ça passera pas. » Là, tout dépendait du niveau technologique du monde dans lequel ils se trouvaient. « Alors, tu préfères quoi ? Les égouts ou la voie des airs ? Une fois de l'autre côté, je te propose de chercher cet Empyrion. Leurs technologies peuvent peut-être t'intéresser alors ça ferait un vol sympa. »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Lun 23 Juin 2014 - 10:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Maintenant qu’ils avaient une meilleure vue du mur, il fallait avouer que le dispositif était assez impressionnant. Alex n’avait jamais été en Chine, il ne savait pas à quoi ressemblait la Grande Muraille, mais dans son esprit, c’était quelque chose d’à peu près semblable, en plus dégagé évidemment, avec la noblesse des constructions vraiment très anciennes, mais ça devait dégager la même impression de puissance. Ce n’était peut-être pas tant le mur en lui-même qui le saisissait que tout ce qu’il avait fallu faire pour le dresser, tout ce qu’il impliquait de séparation, de plaie impossible à guérir au cœur même d’un territoire et il se souvenait d’avoir éprouvé le même malaise, quelques années auparavant, quand il avait vu aux informations les premières étapes de construction du Mur de Cisjordanie.

Pour le plan, Alex s’en remettait à Lukaz. C’était Lukaz le voleur et, d’expérience, il savait que ses propres solutions n’étaient pas toujours les plus discrètes. Accessoirement, Alex n’était jamais contre laisser son petit ami prendre les devants et il se glissa dans ses bras en écoutant ses différentes propositions.

— Hors de question que je passe par les égouts ! Je vais avoir l’impression de passer ma vie dans les égouts. Dans les égouts avec Terendt, dans les égouts avec Tesla, dans les égouts avec Maxime…

Sa diatribe contre ses activités d’égoutier involontaire avait commencé sur un ton joyeux et s’était achevé dans un silence triste et pesant. C’était la toute première fois depuis son retour qu’il évoquait à haute voix sa famille. S’il s’était peu à peu éloigné de Tesla, principalement à cause des tests de sa sœur, lors des derniers mois de son existence, il s’était en revanche rapproché de Maxime et l’absence lui était douloureuse. Il avait parfaitement conscience que les NG étaient bien les premières personnes dont il devait se couper s’il voulait préserver son nouveau mode de vie, mais quoiqu’il en eût dit par le passé, la fratrie avait joué un rôle essentiel tout au long de son existence.

Instinctivement, Alex, qui avait posé ses mains sur celles de Lukaz, incita le Français à resserrer les bras autour de sa taille. Depuis son retour, Alex vivait dans une relative solitude. En dehors de Lukaz, d’Abban et de Charlie, il ne connaissait plus grand monde à Star City. Les NG, l’équipe Argos, Dana, Keiko appartenaient à une époque révolue et l’intense vie sociale du jeune mentaliste avait été brutalement interrompue. Lentement, il prenait conscience de l’importance qu’avaient eues pour lui ses relations amicales. Il tenta de reprendre la discussion de la vix la plus dégagée possible :

— Je ne crois pas qu’il y ait des supers, en tout cas, pas dans les souvenirs du mec de tout à l’heure. Passer par en haut devrait être un peu plus simple. Faudra juste trouver un endroit discret où se poser, mais une fois qu’on aura gagné de l’altitude, on verra mieux le bâti, ce sera plus facile pour se repérer. Après…

Alex haussa les épaules. Il ne servait à rien de spéculer.

— Je suppose qu’on verra sur place.

Le jeune homme se retourna dans les bras de Lukaz pour lui faire face. Il aurait eu envie de lui dire des choses importantes, des inquiétudes, de lui expliquer ce qu’il ressentait depuis qu’il était revenu, ce qu’il avait ressenti dans ce Multivers pendant quatre semaines, ce qui s’était passé juste avant sa résurrection, et la mélancolie qui le guettait depuis. Mais il était beaucoup plus facile de surmonter un mur titanesque construit dans une autre dimension par une mystérieuse société que de survivre à la crispation de son ventre et de sa gorge. Le sourire qu’il lui adressa fut un peu triste, il détourna les yeux et murmura :

— Viens, on y va.

Le corps d’Alex se détacha de celui de Lukaz, avant de s’élever au-dessus du sol, pour gagner rapidement de l’altitude. Le spectacle qui s’offrit bientôt à eux, Alex le jugea troublant de familiarité. Si les quartiers hors du mur, délabrés et dévastés, ne ressemblaient pas vraiment à ceux qu’ils connaissaient, l’intérieur, le grand centre-ville, était beaucoup plus semblable à l’aspect urbain de Star City. Voir une ville si différente de la sienne abriter une telle société avait de quoi faire froid dans le dos et pour la première fois, Alex se demanda si sa nouvelle couleur de peau ne lui donnait pas de nouvelles responsabilités, comme il s’était demandé, jadis, si son orientation sexuelle ne lui imposait pas de défendre des intérêts qu’il était mieux placé pour soutenir que ceux qui, sans pouvoir, ne peuvent qu’être victimes des oppressions.

Noctis gagna encore quelques mètres, pour avoir la vue la plus dégagée possible. Son attention quitta les grandes avenues, trop exposées, pour se concentrer sur l’enchevêtrement plus étroit, et donc plus discret, des petites rues dans certains quartiers qu’il connaissait bien. Il y avait des rues qu’il fréquentait souvent pour leur alignement de boutiques informatiques : c’était peut-être là qu’ils avaient le plus de chance de trouver des appareils susceptibles de se connecter aux réseaux locaux et de leur offrir les informations que la mémoire de leur première rencontre n’avait pas suffi à leur fournir.

Ils survolèrent le mur sans grande difficulté, comme Lukaz l’avait prévu. Ceux qui le gardaient, humains ou machines, avaient de toute évidence l’habitude de surveiller le sol plutôt que les airs. Soit les supers n’existaient pas dans les quartiers mis en quarantaine, soit, et la pensée était plus glaçante, on les avait consciencieusement supprimés, pour s’assurer qu’aucun accident incontrôlable ne surviendrait. Alex avait assez vu et lu de science-fiction pour que de pareilles mesures, en un semblable contexte, ne lui parussent pas invraisemblables. Toujours est-il qu’ils purent sans encombre se poser dans une ruelle déserte, non loin du centre-ville.

— Bon, je suppose que c’est loin que ça se complique. Je peux convaincre n’importe qui de n’importe quoi, mais je peux pas diffuser comme ça des illusions au hasard. Enfin, peut-être que si, mais je préfère rester vigilant, on sait jamais. Du coup…

Eh bien du coup, il ne savait pas trop. Le jeune homme jeta un coup d’œil à sa montre, puis au ciel. Globalement, il devait être la même heure ici qu’à Star City.

— Ce serait peut-être judicieux d’attendre une heure ou deux que la nuit tombe vraiment, tu crois pas ? On peut se trouver un appart désert où se poser dans les immeubles environnants, ils auront peut-être une connexion Internet, des journaux, des trucs comme ça. J’ai pas les plans des immeubles en tête, là, mais à vue de nez…

Ou de télépathie, plutôt.

— Dans celui-ci, y a un angle désert au troisième étage, dans celui-là au cinquième et au premier, et dans celui-ci, au troisième et au quatrième.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 6 Juil 2014 - 17:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6699
ϟ Nombre de Messages RP : 732
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Alex ayant été parfaitement clair au sujet des égouts, il était évident qu'à moins de faire tomber le mur, leur seule solution consistait à voler par-dessus. Un peu moins fun et aventureux, ça n'en restait pas moins la solution la plus simple, surtout s'il n'y avait effectivement pas le moindre super dans ce monde. Ils avaient ainsi un avantage important, mais ils risquaient aussi de provoquer la surprise, voire la panique, ce qui n'irait pas forcément dans leur sens. Notant l'air triste qui semblait s'afficher sur le visage de son petit ami, Lukaz ne put toutefois en saisir les raisons et c'est donc sans chercher à en savoir plus qu'il s'envola à sa suite. Peut-être qu'il ressentait simplement le racisme ambiant et que cela l'attristait ? C'était tout à fait possible.

Prenant de l'altitude, le jeune couple put alors étudier la ville à loisir, constatant qu'elle ressemblait un peu trop étrangement à leur propre Star City, au point qu'ils auraient probablement pu rejoindre la copie de leur ancien appartement. Au moins, cela signifiait que ce monde avait une technologie proche de la leur, ce qui signifiait aussi des choses intéressantes à voler. Quoi qu'il en soit, à la suite d'Alex, Lukaz franchit le mur et ensemble, ils se posèrent dans une petite ruelle à peine éloignée du centre de la ville. De là, ils pourraient au moins faire le point.

« Vu qu'ils semblent avoir des problèmes avec la couleur, c'est peut-être le mieux de faire comme tu dis. On va tenter d'être discrets, pour éviter qu'ils n'appellent la sécurité, donc je propose qu'on prenne l'appart' du cinquième. Comme ça, on a largement le temps de filer par les fenêtres sans être à portée de tir si jamais ça tourne mal. » Souriant, Lukaz glissa sa main dans celle de son petit ami avant de prendre la direction de l'immeuble. Au vu de la situation, la sécurité était probablement plus sophistiquée que dans leur propre monde et ils n'auraient sans doute pas le temps de crocheter toutes les portes qu'ils croiseraient. Ne restait donc qu'une solution valable. « On va voler. » Relâchant la main de son compagnon, le Français s'éleva alors dans les airs, prenant soin d'éviter de passer devant les fenêtres, jusqu'à atteindre l'appartement désigné par Alex. Là, il se servit de ses connaissances pour provoquer l'ouverture de la fenêtre afin de se glisser dans le logement.

En silence, il scruta les alentours afin de s'assurer qu'il n'y avait réellement personne et lorsque son compagnon le rejoignit, il se releva en souriant, refermant la fenêtre derrière eux, s'assurant que personne ne les avait surpris lors de leur ascension. « On dirait qu'on est tranquille pour un petit moment. Y a plus qu'à visiter ! » Et comme un enfant qui venait d'entrer dans un magasin de jouets, Lukaz s'élança à la découverte des lieux après avoir posé son sachet contenant le DVD sur la table basse. Farfouillant d'abord sur les étagères du salon dans lequel ils se trouvaient, il passa ensuite à la chambre, puis à la salle de bain, appelant Alex dès qu'il fut entré dans cette pièce. « T'as vu la baignoire ? Elle a l'air trop cool ! Même si je vois pas trop à quoi ça peut servir tous ces trucs... » L'air perdu dans ses pensées, il finit toutefois par reprendre la parole. « J'ai faim. » En effet, le voleur était rentré chez lui avec l'envie de passer une soirée tranquille avec Alex et du coup, il n'avait encore rien mangé. Maintenant, la faim se faisait sentir et c'est pourquoi il se dirigea vers la cuisine, ouvrant un étrange réfrigérateur doté d'une porte qui semblait en même temps faire office d'écran tactile. « Wah, ici aussi, ça m'a l'air bizarre. Ils ont pas l'air de manger la même chose que nous... Une idée de comment on cuisine, dans ce monde ? » Saisissant ce qui devait être un morceau de viande, même s'il ne le reconnaissait absolument pas, Lukaz chercha autour de lui une éventuelle plaque électrique. Mais il n'y en avait pas la moindre trace. Bon, ben il allait devoir jeûner, à moins qu'ils ne mettent finalement la main sur une connexion internet. Ou ce qui en était l'équivalent, dans cet univers.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Lun 7 Juil 2014 - 14:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Pendant que Lukaz partait à la découverte de la baignoire, Alex, lui, inspectait les prises électriques : chacun sa passion. L’appartement n’était pas très grand, mais en parfait état, et à en juger par l’état des constructions de l’autre côté du mur, là où ils étaient arrivés, ce devait déjà être une forme de luxe. Le mentaliste abandonna un temps l’examen de ce qui était, selon toute vraisemblance, une sorte de télévision, pour partir jeter un coup d’œil dans la salle de bain, avant de rejoindre Lukaz dans la cuisine. Il ne put réprimer un sourire à la question désespérée (et affamée) de son compagnon.

— C’est à moi que tu demandes ça ?

Il vint se poster à côté de lui pour considérer à son tour le contenu du réfrigérateur, non sans rappeler :

— Je sais déjà à peine cuisiner chez nous, alors si en plus y a du défi comme ça…

Lukaz prenait des cours de cuisine avec Abban et Alex avait toujours eu assez d’argent pour manger à l’extérieur — en plus, maintenant que Clank pouvait cuisiner (plus ou moins), grâce aux instructions de Médée, le jeune homme ne voyait vraiment aucune raison de se fouler dans le domaine. Il prit la viande des mains de Lukaz, la rangea dans le réfrigérateur et ferma la porte du meuble.

— T’inquiètes pas, mon grand, on va te nourrir.

Il ne savait peut-être pas cuisiner, mais les écrans, ça, ça le connaissait. Alex se glissa derrière Lukaz, passa un bras autour de sa taille, posa une main sur son ventre et le plaqua contre son torse, tandis que sa main libre se posait à plat sur l’écran du réfrigérateur. Une seconde plus tard, celui-ci s’illuminait pour afficher ce qui devait être peu à prou une page de garde. À gauche, une colonne ordonnait une série de noms de sites, certains de toute évidence culinaires, d’autres plus obscurs. Il devait y avoir des choses en relation avec la cuisine — c’était le principe d’un réfrigérateur interactif — et des divertissements pour ceux qui y mangeaient. Au centre, un moteur de recherche intitulé Empyrion Search et à droite, différentes icônes.

Alex commença à pianoter sur les icônes, sans s’attarder jamais très longtemps sur les contenus qui s’affichaient. C’était une phase purement exploratoire, d’informaticien habitué à visiter de fond en comble des architectures numériques, sans perdre son temps, pour en avoir une idée d’ensemble. Pour passer le temps et faire patienter le pauvre Breton au ventre désespérément vide, l’autre main d’Alex s’était finalement glissée sous le haut de Lukaz et caressait doucement ses abdominaux.

— Bon, voilà.

Alex balaya les images pour revenir à l’écran principal, maintenant qu’il avait à peu près compris le fonctionnement de l’appareil et pressa l’une des icônes du début.

— Ça, c’est la liste du contenu du réfrigérateur.

Différentes miniatures s’affichaient, plus une liste de mots, certains familiers, comme sel ou poivre, sur le côté gauche.

— Là, c’est les ingrédients génériques, que tu coches quand tu vas faire les courses, ça envoie une liste quelque part, je suppose sur une sorte de téléphone. Quand tu reviens, tu décoches sur ton téléphone ce que t’as trouvé et ça actualise le contenu de ton frigo et de tes placards. Si on clique sur un ingrédient…

Par exemple, le morceau de viande supposée que Lukaz avait choisi. La vignette le représentant s’agrandit, tandis que certaines des autres s’arrangeaient autour d’elle dans une constellation. Alex pressa l’une de celles-ci, les autres disparurent et l’arbre se prolongea, jusqu’à ce que le mentaliste eût choisi tous les ingrédients possibles pour constituer une recette cohérente. Alors les vignettes s’étagèrent en colonne sur la gauche et les instructions correspondant à la recette s’affichèrent à l’écran, tandis qu’à droite, une autre colonne proposait une photographie des différents ustensiles. Alex pressa l’un des clichés et une sorte de cuiller étrangement tordue s’agrandit, accompagnée d’explications succinctes qu’il était probablement possible d’étendre.

— Admire le travail. OK, on sait toujours pas exactement c’qu’on va manger, mais ça a l’air bon. Reste plus qu’à fouiller dans les placards pour trouver le reste.

Oui, je viens de vous désigner un frigo interactif, là comme ça, et l’application smartphone qui va avec — vous pouvez aller vendre ça à Darty et vous faire de l’argent sur le dos de mon inventivité, bande de rapaces. Pendant que vous vous abandonnez à votre esprit de lucre, Alex, lui, déposait un baiser dans le cou de Lukaz avant de se détacher de lui et de « fouiller » dans les placards — ce qui se traduisit par l’ouverture simultanée de tous les placards, dont le contenu se mit à voler à travers la pièce, avant de réintégrer sa place, quand le mentaliste ne trouvait pas ce qu’il cherchait. Une méthode, il fallait bien le dire, très efficace et un peu spectaculaire de mettre la main sur le bon saladier.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 22 Juil 2014 - 21:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6699
ϟ Nombre de Messages RP : 732
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
D'accord, Alex et la cuisine, ça faisait deux, mais d'un autre côté, il avait été en contact mental avec un habitant de ce monde ! De fait, il devait un minimum savoir à quoi correspondaient les différents aliments. D'un autre côté, le type en question se trouvait de l'autre côté du mur et il n'avait peut-être pas accès aux mêmes produits, sans compter qu'il s'agissait d'un drogué. Les risques de voir Alex synthétiser un quelconque produit stupéfiant étaient donc assez importants et il valait mieux opter pour une approche plus normale. Du moins, si cela pouvait arriver, avec Alex...

Parce qu'effectivement, Lukaz eut soudain l'impression de se trouver dans un film de science-fiction. Glissant sa propre main contre celle de son petit ami, le voleur observa sa dextérité alors qu'il faisait courir ses doigts sur ce qui s'avérait être un écran. Avec une facilité déconcertante, le jeune homme tapota différentes icônes avant de faire défiler des pages, sans que le Français ne comprenne grand chose. Il avait beau s'être mis à l'informatique, parce que ça devenait vital, là, ça allait un peu trop vite pour qu'il puisse s'adapter au système d'un nouveau monde en moins de cinq minutes. « C'est quand même vachement cool, ce truc ! » Il n'y avait pas à dire, ça semblait grandement simplifier la cuisine et tout ce qui pouvait être lié à cette activité.

Laissant à Alex le soin de rassembler les ustensiles dont ils avaient besoin, parce que c'était quand même beaucoup plus rapide que de s'en mêler, Lukaz continuait de regarder l'écran du réfrigérateur afin de mémoriser la recette. « Hum... C'est toujours en anglais, dans les mondes que tu visites ? » La question venait en effet de s'imposer à son esprit. Les gens qu'ils avaient croisés parlaient la même langue qu'eux et l'ordinateur présentait lui-aussi des textes en anglais. « Je veux dire, aux emplacements de Star City, c'est toujours l'anglais qui est parlé ou alors on comprend automatiquement les choses dans notre langue ? » Dans les films, les voyageurs temporels ou dimensionnels n'avaient jamais de mal à comprendre et se faire comprendre, alors peut-être qu'il y avait un truc automatique, non ?

Se détachant de l'écran, Lukaz se rapprocha de son petit ami afin de se mettre à préparer les aliments selon les méthodes indiquées. Ne sachant pas vraiment si c'était une bonne idée de proposer à Alex de se joindre à lui, le voleur se décida à l'occuper autrement. « Tu crois qu'il y a d'autres trucs de connecté ? Genre la télévision ? Hum... Je me dis que ça serait bien d'avoir des trucs dans le même genre, à la maison. Tu vois, comme si la maison entière était connectée à Médée, histoire d'avoir une sécurité maximale. C'est pas que je sois parano, mais j'aimerais autant qu'on évite que des gens puissent y rentrer... » Et même si l'idée d'avoir des caméras et autres micros partout dans les murs étaient un peu étranges, savoir que l’œil numérique d'une IA surveillait leur nid douillet pouvait sembler rassurant. De là à y installer des systèmes de sécurité et de défense, il n'y avait qu'un pas. Cela dit, on s'était déjà introduit dans leur appartement, alors s'ils pouvaient éviter que ça se reproduise, c'était tant mieux. On ne savait jamais quand un danger pouvait survenir.

« Tu penses qu'on a ce qu'il faut, chez nous, pour réussir quelque chose comme ça ? Parce que sinon, on a trouvé ce qu'on pouvait voler. Suffirait de s'introduire chez Empyrion pour leur piquer leurs infos. Un peu comme à l'Aquastar, mais en utilisant tous nos pouvoirs. » Parce qu'une chose semblait certaine, avec leurs pouvoirs, rien ne pourrait leur résister. Bien entendu, ils pouvaient y aller en force, percer les murs et ressortir avec leur butin, mais cela serait quand même vachement plus sympa de le faire en toute discrétion ! « D'ailleurs, faudra qu'on se trouve une carte de visite. Tu sais, la Pie, la nana du Cartel, là, ben elle laisse toujours une carte sur les lieux de ses vols. J'trouve ça cool. Enfin, ça dépend... C'est à cause de ça que l'UNISON enquêtait sur moi. Tu sais, la poussière. Bref, je me dis qu'une carte, ça serait cool, nan ? Un truc qu'on laisserait, pour que les gens nous connaissent. Ça pourrait être... Hum... » Déposant les ingrédients dans un plat qu'il glissa dans une sorte de four étrange, Lukaz réfléchit un moment. « Tu veux bien m'aider à programmer ça ? » Désignant le four, il laissa apparaître un sourire sur ses lèvres. « Je crois que j'ai trouvé. C'est possible de créer des hologrammes ? Tu sais, comme dans Star Wars. Tu imagines un petit projecteur qui montrerait l'image d'une éclipse, ça serait carrément classe, comme signature, nan ? » S'approchant d'Alex, Lukaz l'enlaça dans ses bras avant de déposer un tendre baiser sur ses lèvres et de le regarder droit dans les yeux. « Je t'aime. »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 25 Juil 2014 - 12:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
— Pas toujours, non.

Tous les ustensiles indiqués sur l’écran venaient de se ranger sagement sur le plan de travail, tandis que les placards se refermaient. Il ne restait plus qu’à suivre les étapes — en théorie. Si Alex n’avait jamais eu la moindre difficulté pour reproduire les manipulations qui permettaient d’exploiter les glitches dans les speedruns, les tutoriels culinaires, c’était une toute autre histoire — il n’y passait certes pas un temps considérable, mais il était persuadé que toute tentative pour reproduire l’un de ces fameux gâteaux mirobolants que l’on trouvait parfois sur Internet se solderait de sa part par un échec retentissant.

— Comme il y a pas mal de mondes qui ont une faible différence avec le nôtre, d’autres qui ont dévié tard, ça fait quand même un paquet d’univers où l’anglais est la langue de Star City. Et d’autres où leur anglais est un peu bizarre, parce qu’il a pas eu la même évolution et les mêmes influences, mais où on peut encore se comprendre. L’écriture, parfois, c’est un peu plus compliqué quand même et je te parle pas des panneaux ou des pictogrammes incompréhensibles.

Bien entendu, toutes ces considérations linguistiques étaient devenues négligeables depuis qu’Alex avait développé la capacité d’absorber les connaissances d’un autre esprit ; Lukaz avait d’ailleurs parfaitement raison : c’était pour contourner, au fil de ses explorations, la barrière parfois infranchissable des langues étrangères, dans lesquelles il n’avait jamais été très doué, qu’Alex avait développé ce nouveau pouvoir.

— Mais plus on est dans des mondes différents, moins il y a de chance qu’ils parlent la même langue. Heureusement, j’apprends vite.

Alex suivit du regard Lukaz qui commençait à s’affairer en cuisine et, insensiblement, l’ordinaire répartition des tâches se reproduisait. Alex était rarement derrière les fourneaux de Fallaenn — il se rattrapait en faisant le ménage ou, le plus souvent, en laissant des robots faire le ménage à sa place. Le rangement faisait également partie de ses prérogatives de télékinésiste et les réparations électroniques et électriques de son héritage de Neutron-Grey. Il s’assit sur un tabouret, posa les coudes sur le bar et le menton dans les mains.

— La maison est déjà pas mal protégée, tu sais. Enfin, le sous-sol.

Sous Fallaenn, Alex avait installé son laboratoire. Il était peut-être moins design et moins accueillant, à bien y regarder, que la maison elle-même, mais il était beaucoup mieux équipé pour les activités de l’inventeur en cybernétique et, par conséquent, mieux protégé.

— Mais si tu veux, on peut construire d’autres trucs. Le frigo, là, c’est pas très compliqué et à mon avis, ça existe déjà plus ou moins dans notre monde. J’avoue que je fais pas souvent le tour des magasins d’électroménager, mais on peut, si tu veux.

C’était un peu… Alex ne put pas contenir un sourire : l’idée d’écumer les rayons de réfrigérateurs avec Lukaz lui paraissait incroyablement romantique — sans doute parce qu’il n’avait jamais fait un voyage en couple à Ikéa et qu’il n’avait aucune idée de l’enfer qui l’attendait dans ces lieux de perdition.

— Cela dit, si on trouve quelque chose de vraiment atypique ici, c’est encore mieux : parfois, ce qui fait toute la solidité d’une système de sécurité informatisé, ce n’est pas tant l’avancée technologique que le caractère un peu atypique. Tu vois, si quelqu’un hébergeait ses données sur un vieil ordinateur tournant sous un système désuet, elles seraient mieux protégées sans doute que sur une machine dernière génération.

Mieux protégées des hackers, en tout cas, à défaut de l’être de leur propre obsolescence.

— Si tu veux, je ferai des plans pour étendre la sphère d’influence de Médée.

Après avoir évoqué la sécurité de leur base secrète grâce à une super-intelligence artificielle, les deux criminels visitant un monde parallèle tournèrent tout naturellement leur conversation vers les hologrammes qu’ils laisseraient sur les lieux de leurs futurs cambriolages. La routine habituelle.

Alex esquissa une moue songeuse. L’argument Star Wars était un point solide en la faveur de l’idée de Lukaz et le baiser une conclusion très persuasive. Le jeune homme avait pivoté sur son tabouret pour le recevoir, emprisonnant Lukaz entre ses cuisses au passage — on n’est jamais trop prudent. Le front contre celui de son petit ami, Alex commenta :

— L’hologramme, c’est cool, mais si quelqu’un le trouve, il peut juste le casser. On pourrait laisser une marque plus durable. Tu sais, un truc qui ressemblerait à une éclipse, un peu comme un ying-yang, Noctis/Solar, clair-obscur. Une gravure ou un dessin, quelque chose de difficile à effacer. Pas forcément immense, hein, juste un peu durable. Un petit robot très simple et circulaire pourrait faire une gravure rapidement sans trop de difficulté.

Il y en avait qui accrochaient des cadenas au Pont des Arts, d’autres qui gravaient les murs des musées avec leurs robots. Pour appuyer sa propre suggestion, Alex pencha la tête et vint chercher les lèvres de Lukaz. Après un interlude labio-lingual que la chasteté — vous me connaissez — m’empêche de décrire, le mentaliste consentit à reprendre son souffle et à murmurer :

— Je vais voir le four.

Il glissa de son tabouret après s’être détaché de Lukaz et partit examiner l’appareil, hélas moins explicite que le réfrigérateur. Après avoir bataillé quelques minutes cependant, il parvint à le régler, supposa-t-il, sur les bonnes fonctions.

— Une demi-heure, du coup, je crois. À peu près. De toute façon, doit y avoir une alarme. Viens, on va voir ce qu’ils passent à la télévision — peut-être qu’on tombera sur les informations.

Pour une fois, ce serait plus intéressant à ses yeux que les mangas. Il revint vers Lukaz, lui prit la main et l’entraina dans le salon, pour se laisser tomber sur le canapé. Un bras passé autour des épaules de son petit ami, il fit voler jusqu’à eux une petite tablette de verre qui ressemblait un peu à la télévision et dont il supposait qu’elle devait être la télécommande. C’était parti pour le zapping transdimensionnel.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 31 Juil 2014 - 19:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6699
ϟ Nombre de Messages RP : 732
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Aux explications d'Alex, Lukaz ne put s'empêcher de se demander comment pouvaient bien faire les gens qui voyageaient entre les dimensions, quand ils ne possédaient pas un pouvoir comme celui de son petit ami. Quelques temps plus tôt, il aurait sans doute trouvé étrange de penser une telle chose, mais force était de constater qu'au fil des mois, ce qu'il pensait jadis extraordinaire devenait peu à peu normal. Les voyages entre les dimensions, les extraterrestres, les mages, tout cela faisait toujours plus partie de son quotidien et cela en était presque au point qu'il pouvait se trouver normal. Néanmoins, Lukaz espérait que si son compagnon choisisse de réitérer les voyages de ce genre, il opterait pour un monde où l'on parle anglais, voire même français, pourquoi pas ! Parce que s'il fallait se mettre à apprendre l'elfique, ça n'allait vraiment pas le faire...

Hochant la tête, le voleur écouta ensuite les explications d'Alex quant à l'état actuel de leur demeure, se doutant bien que le mentaliste avait tout fait pour les protéger. Cela dit, comme il n'y connaissait pas grand-chose, il ne pouvait prendre la mesure de cette protection. Ce qu'il savait par contre, en temps que voleur, c'était qu'il n'y avait rien d'inviolable et que quelle que soit la protection qu'on pensait avoir développée, il y avait toujours quelqu'un pour réussir à la percer. Pour cela, il suffisait de prendre son temps, alors, on n'était jamais trop prudent. « On pourra toujours aller voir tout ça, oui. C'est vrai que je ne sais pas trop ce qui peut déjà se faire à ce niveau... » Et comme on mettait de la technologie dans tout, il était probable qu'ils puissent trouver des choses intéressantes qu'Alex pourrait ensuite adapter à leurs propres besoins.

La suite fit alors écho aux pensées que le voleur venait d'avoir. Alex affirma en effet que souvent, la sécurité reposait dans l'obsolescence des éléments et il était vrai qu'on bon vieux coffre-fort était souvent bien plus sûr qu'un truc bourré d'électronique. Cela voulait-il dire qu'ils devaient donc éviter de reposer uniquement sur des systèmes de défense dernière génération ? Probable. Une panne de tout le système les rendrait effectivement vulnérable, alors il allait leur falloir trouver une alternative, qu'elle soit antique ou plus exotique. Délaissant ces pensées bien trop compliquées pour lui, Lukaz suivit donc le fil de la discussion qui se dirigea vers une signature qu'ils pourraient laisser sur les lieux de leurs crimes. Prisonnier de l'étreinte d'Alex, le voleur écouta donc ses arguments. Il était vrai que l'hologramme pouvait être facilement occulté, détruit par le premier qui le trouverait, ce qui fait que toute preuve de leur méfait disparaîtrait. Par contre, laisser une trace durable, c'était tout autre chose... Répondant au baiser, Lukaz laissa alors Alex aller s'occuper du four, réagissant à sa proposition.

« Hum... C'est plutôt cool, ton idée ! Je pensais pas que c'était possible. » Graver, ça prenait souvent du temps, mais si un robot pouvait faire ça très rapidement, ça devenait autrement plus intéressant. « Un truc simple et facile à graver par un robot, ça me semble vraiment une excellente idée. Personne ne pourrait le cacher ! Il suffirait de trouver ce qu'on veut dessiner. Un truc qui nous représente bien mais qui reste assez flou pour qu'on nous retrouve pas. » Ils en revenaient ainsi à une discussion qu'ils avaient déjà eu par le passé, au sujet de dessins stylisés. Cela faisait plusieurs mois, maintenant, lorsque Chase avait télépathiquement évoqué la possibilité d'un tatouage au creux de ses reins. Cela ne s'était jamais fait et il semblait maintenant plus compliqué de réaliser cela, mais par la gravure, ils pourraient effectivement mêler leurs identités en quelque chose d'unique.

Se laissant tirer vers ce qui devait être un salon, les deux jeunes hommes s'affalèrent sur le canapé tandis qu'Alex allumait la télévision. Après seulement quelques instants de visionnage, il fut clair que les programmes n'étaient pas vraiment faits pour eux. Entre les publicités diverses et variées qui vantaient la supériorité des Blancs et autres spots que l'on aurait cru venus du Texas profond, il n'y avait rien de semblable à ce que l'on pouvait voir à Star City. Zappant, ils passèrent sur une chaîne météo avant d'avoir droit à un épisode de série télévisée d'action mettant en scène une équipe spéciale d'Empyrion contre la menace des sous-hommes... « Je suis pas vraiment certain que les programmes du coin soient à mon goût... » Se penchant sur le côté, Lukaz glissa sa main sur la joue d'Alex afin de lui offrir un tendre baiser. « Plus j'écoute ces conneries, plus j'ai envie de faire un gros coup. Genre... Je sais pas, mais faire sauter tout leur système. » Ouais, après tout, pourquoi ne pas jouer les terroristes ?

Le regard toujours posé dans celui de son petit ami, le voleur finit par avoir une idée soudaine. « En fait, je crois que j'ai même encore mieux. Qu'est-ce que tu dirais qu'on s'infiltre chez eux, qu'on détourne leur système et qu'on leur montre ce qu'on sait faire de mieux ? » Et pour faire comprendre ce à quoi il faisait allusion, Lukaz embrassa une nouvelle fois Alex. Il était certain que de montrer un baiser en direct à la télévision, ça devrait faire son petit effet et ils pourraient ensuite tranquillement rentrer chez eux. Peut-être que ça déclencherait une révolution, comme l'avaient fait des casse-noisettes sur une lointaine planète. « T'en dis quoi ? » Faites l'amour, pas la guerre, c'était connu.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 1 Aoû 2014 - 0:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
— J’en dis qu’il va falloir en apprendre plus sur leur système de télécommunications.

(Je sais, vous rêvez tous qu’on vous dise ça après un baiser langoureux. Que voulez-vous, Alex est un incorrigible romantique.)

L’idée de faire un coup d’éclat était d’autant plus séduisante qu’elle impliquait ce jour-là de peloter Lukaz aux heures de grande écoute pour l’édification morale de l’Amicale locale du Tea Party. Les yeux du mentaliste restèrent un instant plongés dans ceux du Français — jamais avait de rencontrer Lukaz il n’eût sérieusement songé à accomplir ce genre d’exploits, même dans un monde lointain, même sous le couvert du relatif anonymat que leur origine extra-dimensionnelle leur conférerait ce jour-là.

Alex esquissa un sourire timide et murmura :

— Heureusement que t’es là…

Après ce compliment un peu cryptique, conclu sur un regard fuyant, Alex se releva et considéra la télévision — l’appareil ne tarda pas à s’élever au-dessus du sol, à grincer un peu et à exploser ou plutôt à se décomposer : les différentes pièces en étaient figées au-dessus du sol, dans une nébuleuse électronique qui, pour l’heure, n’avait pas beaucoup de sens, même pour Alex. Cependant, dans la cuisine, le réfrigérateur subissait le même sort et, peu à peu, les composants de la première comme ceux de la seconde s’alignèrent dans le salon et se classèrent les uns par rapport aux autres.

Le raisonnement d’Alex était simple — enfin, de son point de vue : le réfrigérateur se connectait nécessairement à un réseau quelconque pour gérer les recettes et permettre la navigation, la télévision avait toutes les chances, dans un monde aussi moderne, d’utiliser les mêmes ressources. Il devait donc y avoir dans chacun des appareils des composants communs ; or, étant donné leurs fonctions par ailleurs radicalement différentes, les seules récurrences devaient résider dans les composants qui permettaient les télécommunications. D’où, le classement. Quand je vous disais que c’était simple.

Les composantes les plus disparates furent bientôt relégués dans des tas à première vue hétéroclites, sur le sol du salon, mais dans lesquels Alex rangeait en réalité ce qui pouvait servir à plus tard — des sortes de résistance, des transistors, des fils, bref, de quoi bricoler — et ce qui était décidément trop spécifique pour avoir la moindre utilité. En somme, ce qui se déroulait sous les yeux de Lukaz, c’était une scène de bricolage tout à fait surréaliste, où les pouvoirs télékinésiques de Noctis se joignaient à l’expertise d’électronicien fou du Neutron-Grey, une sorte d’aperçu en mode mineur de ce qui devait régulièrement se tramer sous Fallaenn, dans les ateliers de robotique du petit génie, ou dans leurs contreparties de la Forteresse Onirique, en plein Royaume des Rêves.

Le design n’était de toute évidence pas la première qualité de l’objet qui se constituait petit à petit, à mi-hauteur, comme un vaisseau fait de bric et de broc aurait péniblement émergé d’une ceinture d’astéroïde ; là, les composants s’assemblaient, s’emboîtaient tant bien que mal et, à défaut de soudure, des fils dénudés à des endroits stratégiques s’enroulaient autour d’eux pour établir les contacts. L’improbable pelote métallique prenait rapidement forme et il n’avait pas fallu longtemps à Alex pour assembler allez-savoir-quoi et l’objet aux fonctions encore inconnues constituait sans doute l’une des preuves les plus éclatantes de son intelligence qu’il eût jamais donnée à Lukaz.

La sphère irrégulière se posa dans la main du jeune homme, dix minutes après le début des opérations psycho-électroniques et Alex se retourna avec un sourire de fierté victorieuse mal contenue.

— Tadam !

Oui, tadam. Il se rendit compte que sa création ne se passait d’explications que pour lui-même et consentit à préciser :

— Ça devrait pouvoir brouiller les fréquences de télécommunication des terminaux dont on l’approchera, si on l’active et craquer assez le système pour me permettre de le trifouiller rapidement. Ce sera beaucoup plus rapide que si je m’y mettais une fois sur place. Pas très propre et pas très durable, c’est sûr, mais ça suffira amplement.

Cette explication quasi aussi hermétique que le processus de fabrication lui-même se solda par une douce mélodie en provenance de la cuisine : le four multi-fonctions du futur de vos rêves, qui avait heureusement échappé à l’entreprise de démontage généralisée de l’inventeur de la soirée, avait rempli sa mission. Alex tourna donc les talons et pénétra dans la cuisine, sans un regard pour la carcasse éventrée et démembrée du réfrigérateur qui les avait pourtant si fidèlement servi et dont une infime partie survivait encore dans le Trifouilleur de Terminaux.

Tandis qu’Alex déposait précautionneusement le dit Trifouilleur sur la table, celle-ci se dressait toute seule — la vie avec le Neutron-Grey était rendue à la fois beaucoup plus simple et beaucoup plus déconcertante par la propension que les objets avaient, autour de lui, à s’animer semblait-il de leur volonté propre. Tandis que le rôti de l’espace trouvait sa place sur ce qu’Alex avait supposé être un dessous-plat, ce dernier — Alex, donc, pas le rôti — se tourna vers Lukaz et répéta :

— Tadam !

Puis concéda avec un sourire en coin :

— OK, le repas, c’est toi qui l’as préparé. Mais quand même, admire mon côté parfaite petite ménagère.

Bien sûr. La parfaite petite ménagère venait de démolir son réfrigérateur et sa télévision, ça faisait sans doute partie des conseils de Femina Magazine. Sans se départir de son sourire, de toute évidence parce que les projets télévisuels de Lukaz l’avaient mis en joie, Alex s’installa à table et commença à réfléchir tout haut au style qu’ils donneraient à leur nocturne intervention.

— Du coup, je suppose qu’on entre en fanfare. Quitte à attirer l’attention, autant ne pas faire dans la délicatesse.

Alex préférait en règle générale les stratégies les plus subtiles, mais en bon joueur d’échecs, il savait que la poudre aux yeux était parfois la plus efficace des solutions, particulièrement quand on jouait sur la psychologie de son adversaire. Et dans le monde bien ordonné de la société Empyrion, il n’y avait sans doute pas de meilleure poudre aux yeux que le plus complet chaos.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 7 Aoû 2014 - 23:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6699
ϟ Nombre de Messages RP : 732
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz avait eu son idée sans trop savoir pourquoi, mais ce qu'il savait, c'était qu'il n'aimait pas ce monde. Bien sûr, le fait qu'Alex soit différent de ce que Chase avait été jouait pour beaucoup là-dedans, mais même sans cela, il se serait senti mal dans cette ville. La propagande qu'on y faisait avait quelque chose de malsain, même pour le criminel qu'il était. Alors du coup, pourquoi ne pas foutre un peu de bordel, sachant qu'il était généralement très doué dans ce domaine ? Visiblement, l'idée plut aussi à Alex puisqu'il commença directement à foutre le bordel à sa manière. En effet, en quelques instants à peine, plusieurs appareils électroniques de l'appartement furent littéralement déstructurés, les éléments les constituant triés en état d'apesanteur au-dessus du sol du salon. « Je comprends mieux d'où Clank tient sa manie de tout démonter. Je me disais aussi... »

Bien entendu, en théorie, Alex n'y était pour rien, puisqu'il n'avait même pas conçu le robot. Pourtant, difficile de ne pas faire le rapprochement entre ce que le mentaliste était en train de faire et l'état de leur ancien appartement à leur retour, après la résurrection de son petit ami. La grande question restait de savoir pourquoi le jeune homme détruisait ainsi un appartement qui ne leur appartenait pas et après dix minutes, lorsqu'il présenta son œuvre, Lukaz ne put s'empêcher de lever un sourcil interrogateur. Les explications qui suivirent n'apportèrent d'ailleurs pas vraiment d'éclaircissement, le voleur se demandant s'ils s'étaient bien compris. Après tout, s'ils prenaient d'assaut un studio de télévision et que le mentaliste convainquait le personnel de continuer à transmettre, à la manière des terroristes qui prennent d'assaut des plateaux de télévision, à quoi pouvait bien lui servir son drôle d'engin ?

Lukaz n'eut pas le temps d'en demander davantage parce que déjà le four sonnait, le rappelant à la faim qu'il ressentait. Se levant du canapé, parce qu'il valait mieux avoir le ventre bien rempli pour mener une action terroriste à l'encontre d'un mode de pensée décadent, il suivit donc Alex dans la cuisine et découvrit déjà une table prête. Décidément, son pouvoir était toujours aussi étonnant, même quand on était habitué à le vivre au quotidien. Souriant, Lukaz voulut faire une blague sur le fait qu'il manquait encore sa tenue à la parfaite petite ménagère, mais il s'en retint. Après ça, il y avait toujours le risque qu'Alex y voit une provocation et déjà que Chase avait un jour proposé de se changer en femme, mieux valait éviter de jeter de l'huile sur le feu.

Ainsi, c'est en silence qu'il s'installa à table et qu'il commença à manger ce plat d'un autre monde. Par chance, les fourchettes ressemblaient à des fourchettes et on n'avait pas à se demander comment il fallait faire pour se nourrir, contrairement à ce que certains films de science-fiction pouvaient bien suggérer. Avalant sa bouchée, Lukaz se permit un nouveau sourire. « Tu as tout compris. » Se levant pour aller fouiller dans le frigo afin d'en sortir une bouteille d'un quelconque liquide buvable, le voleur poursuivit. « En général, je préfère faire ça discrètement. C'est quand même le mieux pour un voleur. Mais ici, on ne risque absolument rien et je ne pense pas qu'on y reviendra en vacances, nan ? » Ça semblait l'évidence même, parce que même s'ils avaient de grandes plages de sable fin, il y avait des endroits beaucoup plus sympas. Revenant vers la table, il servit les deux verres et se remit à manger.

« Du coup, on mange tranquillement et on passe à l'action. Il commence à se faire un peu tard alors autant le faire quand des gens sont susceptibles de regarder la télévision. » Si déjà on voulait faire acte de rébellion, autant le faire quand on pouvait toucher un maximum de monde, non ? D'accord, c'était très risqué, comme truc, ne serait-ce parce qu'ils ne connaissaient rien à ce monde et à toute la trame politique qui pouvait le guider. Dans Star Trek, il existait une Prime Directive, une règle qui interdisait de s'immiscer dans les affaires d'un peuple que l'on visitait. Par chance, ils n'étaient pas membres de Starfleet ou d'un quelconque autre organisme de ce genre. « Et puis, j'ai envie de me défouler, un peu. » Parce qu'il était vrai qu'en temps normal, il ne libérait pas forcément toujours ses pleins pouvoirs et pour une fois, il en avait l'occasion sans que ça ne lui retombe dessus. « Allez, mange, il faut prendre des forces. » Souriant une nouvelle fois, Lukaz engouffra une nouvelle fourchette du plat préparé.


*** *** *** ***

Le repas terminé, les deux jeunes hommes avaient quitté l'appartement qu'ils avaient emprunté et redécoré à leur manière pour monter sur le toit du bâtiment. La nuit tombait mais on pouvait toujours percevoir l'ombre inquiétante du haut mur qui protégeait la ville. Au loin, de hautes tours marquaient le centre ville, comme c'était le cas à Star City. Seule différence, les lettres qui formaient le mot EMPYRION brillaient dans la nuit, rappelant qui contrôlait la ville. Uniquement la ville ? Difficile à dire pour les deux voyageurs étrangers. « Alors, à ton avis, c'est quoi le mieux ? On prend d'assaut leur quartier général ou on vise une autre tour ? J'imagine qu'une entreprise de ce genre doit contrôler les communications depuis un point central, donc la société Empyrion me semble être le choix le plus logique. »

Après, tout dépendait évidemment de la manière dont le réseau télévisé fonctionnait dans ce monde, mais il restait tout à fait logique de penser qu'un ou plusieurs étages de cette tour devaient servir de studios télé. Ils n'avaient donc qu'à s'en approcher, démolir un mur depuis l'extérieur et y entrer. « Le truc, c'est qu'on aura forcément une tonne de gardes à affronter et tout ça. C'est pas un souci, mais ça sera long et chiant... » Fermant les yeux, Lukaz s'éleva alors dans les airs, s'éloignant un peu du bâtiment avant de s'arrêter pour se retourner vers Alex. « On y va en volant et tu défonces le mur avec ta télékinésie ! Si tu arrives à repérer les studios télé, ça serait encore mieux, mais c'est un détail... Après, on avise ! Alors, paré ? »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 8 Aoû 2014 - 0:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Ah, parce qu’il faut forcément que les gadgets servent à quelque chose ? Utilitariste, va ! Alex, lui, ne doutait pas de la beauté de sa création, à défaut d’avoir conscience de son caractère quelque peu superflu. Mais qui leur disait que les studios de retransmission n’étaient pas entièrement automatisés ? C’était bien joli de contrôler l’esprit des techniciens, mais encore fallait-il qu’il y eût des techniciens (avec leurs esprits) à contrôler. Tout en admirant de temps à autre son nouveau jouet, Alex engloutissait son repas, ravi à la perspective de la révolution qu’ils préparaient.

Après tout, Alex n’avait jamais vraiment donné une pleine démonstration de ses pouvoirs à Lukaz. À l’aquarium, il avait fallu se contenir et la Foire du Futur n’avait été le théâtre que d’un petit exemple bien circonstancié. Le Planificateur avait été une aventure plus rocambolesque, mais elle s’était déroulée des mois auparavant et les pouvoirs d’Alex avaient pris de nouvelles proportions entretemps. Depuis sa résurrection, Alex avait mené près de son compagnon une vie somme toute assez paisible, qui n’avait pas ouvert beaucoup d’occasions pour les étalages de puissance.

Cette nuit-là, sur le toit de l’immeuble, alors qu’ils se préparaient à laisser derrière eux les reliefs de leur festin de vandales, Alex songeait que la situation s’apprêtait à changer et une vague inquiétude commença à poindre en lui. Il se souvenait que Lukaz lui avait confié nourrir des complexes d’abord inavoués sur la différence entre leurs deux situations, leurs pouvoirs, leurs intelligences respectives et, pour la première fois, Alex se rendait compte que son évolution constante, sans limite, accélérée et amplifiée encore par la Pierre de Lune, pouvait peut-être mettre en danger sa relation avec Lukaz. Est-ce que Lukaz le trouvait trop assuré ? Trop fort ? Trop… Sûr de lui ?

Ces questions qui allaient ressurgir avec une violence singulière bien des jours plus tard, lorsque Lukaz reviendrait de l’Éclipse, furent sur l’heure balayées par la nécessité de se mettre à l’œuvre.

— T’as raison, la tour principale c’est probablement le meilleur choix, et même s’ils n’ont pas de studio télévisée à proprement parler, ils ont sans doute du télécom et on pourra bricoler un truc.

Alex faillit dire que les gardes seraient probablement une donnée négligeable dans l’équation résolue par avance de leur invasion, mais il se retint. Avec un hochement de tête, il commença à s’élever dans les airs et ils se dirigèrent ainsi vers la tour. Ce fut cependant vers le toit d’un immeuble voisin qu’Alex entama sa descente et, une fois posé, il se tourna vers son ami et précisa :

— Je vais toquer à la porte.

C’était à Noctis de jouer. Le jeune homme s’approcha du rebord du toit et tendit la main vers les lettres de l’enseigne lumineuse géante dont la lueur dominait la ville. Il prit une profonde respiration et referma lentement les doigts. Petit à petit, des craquements métalliques se firent entendre. L’une des barres qui reliaient la lettre O à la structure de l’immeuble lâcha et des blocs de béton partirent percuter le bitume, en contrebas. Le vacarme métallique devint rapidement de plus en plus assourdissant jusqu’à ce que, dans un gémissement de la structure, la lettre se détachât complètement du mur et s’en sépara en flottant. Elle avait un peu grésillé, et puis elle s’était éteinte.

Désormais, elle commençait à se tordre sur elle-même, à se plier et à se contracter, jusqu’à ne former plus qu’une seule sphère irrégulière de métal contorsionné — la sphère tourna sur elle-même, lentement d’abord, de plus en plus vite, à mesure que les doigts de Noctis s’agitaient dans le vide, presque comme s’il eût joué d’une harpe invisible. Puis le jeune homme fit un geste brusque et l’énorme boule de métal percuta le E et le M avant de défoncer un coin du bâtiment. Cette fois-ci, c’était fait : toute la ville était au courant que quelque chose ne tournait pas rond à Empyrion.

Un nouveau geste de la main propulsa une violente onde de choc le long de la façade du bâtiment, rompant l’arrimage des lettres médianes qui avaient survécu au premier assaut — sur le passage de l’onde, toutes les fenêtres encore debout sur les deux étages avoisinants explosèrent dans un déluge de verre, tandis que les lettres géantes percutaient le sol au pied de l’immeuble, roulant sur quatre ou cinq mètres le long de la chaussée.

Les alarmes retentirent finalement, sans qu’il fût possible de savoir si elles avaient été déclenchées pour alerter d’une agression, si elles signalaient la destruction, si elles appelaient des forces de l’ordre ou des secours. Les humains de ce monde apparemment sans mutant pouvaient-ils seulement concevoir ce qui était en train de les attaquer ? Noctis baissa la main et tourna les yeux vers Lukaz, irradiant d’une puissance qui n’exigeait aucun pouvoir psychique particulier pour être aisément perçue.

La voix du mentaliste résonna dans l’esprit de Lukaz.

* La porte est ouverte. *

Noctis s’éleva du toit et survola la rue anéantie pour se diriger lentement vers la façade éventrée du bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas



Empyrion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Empyrion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-