AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 17 Mai 2014 - 17:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Depuis qu'il avait contacté Charlie pour la remercier du temps passé sur son affaire et qu'ils avaient bu un verre ensemble, Renan ne l'avait plus recroisée. Ce n'était pas pour autant qu'il l'avait oubliée, bien au contraire ! Le français avait sérieusement réfléchi à la manière dont il allait pouvoir approcher la jeune femme et l'amener à lui confier quelques petites choses de sa connaissance. Au final, après avoir longuement cogité, le Breton en était revenu à ce qu'Evey lui avait dit : la séduction, c'était la technique infaillible. Se posait le problème de la relation que la charmante avocate avait avec Kailee, l'ex-femme du français. Apparemment, elles se parlaient encore, mais ce n'était pas pour autant qu'elle était totalement intouchable. Ne lui avait-il pas dit qu'ils avaient décidé de refaire leur vie chacun de leur côté ? Peut-être même que la journaliste avait un nouvel homme dans sa vie – chose que Renan espérait ardemment – ce qui signifierait donc que Charlie ne devait pas refuser en bloc l'idée de se faire draguer par l'ex-mari de sa meilleure amie. Bon, sur le papier c'était un plan infaillible, mais dans la réalité, ce serait certainement différent ! Que ferait-il s'il voyait qu'elle n'était pas réceptive, que ce soit parce qu'il représentait « les restes » d'une de ses amies ou parce qu'il ne lui plaisait tout simplement pas ? Il en reviendrait à une technique plus « normale », à savoir celle du copinage et de l'amitié.

Bien sûr, le problème de Dana s'était aussi présenté. Renan avait commencé à se lier à la jeune femme lors d'une première discussion assez productive et il envisageait bien d'employer le même procédé avec elle, mais ce serait aussi prendre le risque de tomber sur l'une en traînant avec l'autre. Jusqu'à aujourd'hui, le Breton n'avait jamais croisé les deux demoiselles dans le même quartier de la ville, mais il était bien trop maniaque pour pouvoir remettre ses chances de réussite au hasard. Il avait donc longuement réfléchi à ce point et finalement décidé de jouer sur la carte de l'anonymat. Expliquer aux deux célébrités qu'elles étaient qu'il voulait rester un citoyen lambda justifierait bien qu'ils ne se voient pas en extérieur. Pour le reste, il verrait en temps et en heure. Après tout, peut-être que l'une ou l'autre ne se montrerait finalement pas réceptive à ses avances et la question se réglerait d'elle-même.

C'est avec ces pensées en tête que le trentenaire avait donc passé un coup de téléphone à Charlie pour lui demander si elle accepterait de retourner boire un verre avec lui, le tout en prenant soin de préciser qu'elle pouvait l'envoyer bouler si elle ne souhaitait plus qu'ils puissent se revoir. Mais elle ne le fit pas, au contraire même. La texane accepta son invitation et ils décidèrent de se rejoindre à vingt heures dans un petit pub se trouvant dans le même quartier que le cabinet de la demoiselle. Mais le projet, c'était qu'ils ne puissent pas se voir là-bas et c'était à ce moment que SHADOW intervenait. Renan avait demandé, ou plutôt ordonné, à ses agents qu'ils se débrouillent pour que l'avocate soit tout à coup noyée sous les dossiers de manière à ce qu'elle ne puisse pas se rendre au rendez-vous. La chose n'était pas compliquée, après avoir brièvement trafiqué le système informatique du cabinet, ils s'arrangèrent pour que sa secrétaire soit forcée de lui amener une masse de dossiers, pas forcément très importants, mais pourtant indiqués comme prioritaires, voire urgent. Et le plan fonctionna parfaitement.

Installé à une table, Renan attendait tout en sachant très bien que son rendez-vous ne viendrait pas. Il patienta une demi-heure, puis une heure, puis une heure et demi et finalement, décida de mettre la suite de son plan à exécution. L'idée était d'aller trouver Charlie à son cabinet, où elle était certainement encore en train de travailler, puis de lui proposer de boire un verra là-bas. Il prit même soin d'acheter une bouteille sur le chemin et non avant son retard histoire de faire tomber la facture en la sortant du sachet. Une manière de montrer qu'il n'était en rien responsable de son retard, même si la jeune femme ne pouvait pas se douter de quoi que ce soit, à moins d'être mentaliste évidemment. Une fois son achat fait, il se rendit donc jusqu'au bâtiment où se trouvait le cabinet de la jeune femme et bien entendu, croisa le vigile qui devait assurer la sécurité des bureaux ici présents. Il expliqua qu'il avait rendez-vous avec Charlie Lane et qu'elle n'était pas venue, donc qu'il souhaitait voir si elle était sur place. Après un contrôle d'identité et lui avoir prêté son pass avec obligation de le ramener, il ne pourrait pas sortir autrement de toute manière, l'homme le laissa passer et Renan emprunta l'ascenseur après lui avoir adressé un remerciement. Lorsqu'il arriva à l'étage en question, les environs étaient déserts. Pas de secrétaire, pas d'avocats en train de travailler, juste des bruits qui venaient d'un bureau encore éclairé – le seul d’ailleurs. Suivant la lumière, le français s'arrêta finalement devant la porte entrouverte avant de toquer contre, puis de la pousser légèrement. Renan ne s'était pas trompé. Elle était en train de travailler et devait certainement avoir oublié leur rendez-vous. Loin d'arborer un air vexé ou agacé, il afficha un sourire franchement amusé.

« Je crois que vous m'avez oublié. Je me trompe ? » Le ton n'était pas chargé de reproches. « Je me suis demandé si je m'étais trompé d'heure, mais en voyant tout ça... » Il désigna le tas de dossiers. « Je comprends mieux. » Son regard se reporta sur Charlie. « J'étais venu vérifier que tout allait bien, puis éventuellement vous proposer de boire ce verre ici. » Cette fois-ci, il souleva légèrement le sachet contenant la bouteille. « Mais si vous êtes vraiment trop occupée, on remettra ça à un autre jour. »

Et c’était là où elle se fondait en excuses et acceptait de boire un verre en tête-à-tête avec lui.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 19 Mai 2014 - 0:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Non seulement elle avait accepté la proposition de Renan mais, en plus, elle l’avait fait sans avoir une Sarah, sur le dos, lui demandant d’insister. Pour une fois, l’assistante n’avait rien à voir dans ce choix puisque, en réalité, elle n’était même pas au courant. Charlie avait préféré taire l’information : 1, elle ne voulait pas voir Sarah se faire des films et la forcer à mettre une tenue qui serait jugé « plus engageante ». 2, Charlie ne voulait pas voir son emploi du temps délester de quelques rendez-vous, sous prétexte qu’elle ne manquerait pas celui avec Renan. Son assistante était adorable, peut-être trop de fois. La trentenaire, comme une grande, avait tout prévu : pas trop de rendez-vous dans l’après-midi, se concentrant sur de la paperasse administrative. C’est qu’elle pouvait se montrer raisonnable, en plus d’être organisée !

Tout se passait même bien. Pas de Quirk débarquant à l’improviste, pas de Chase pour l’entrainer dans une histoire hallucinante, pas d’Abban pour enchainer des téléportations qui lui filait la nausée. Une journée normale, du début juste qu’à la fin, c’était ça le plan. Mais, comme on parle de Charlie, les choses ne peuvent jamais se passer comme elle le voulait – après tout, même une soirée à thème était capable de la bloquer dans une bulle temporelle avec un mage. Sarah avait amené un premier dossier dans le début de l’après-midi, suivit d’un deuxième et les choses avaient continué comme ça pendant un peu bon moment. A croire que tous les dossiers étaient passés comme prioritaires et Charlie, bien trop consciencieuse, s’était perdue dans ses dossiers, sans voir que les aiguilles de l’horloge murale égrainait les minutes, puis les heures. Trop concentrée, elle ne fit même pas attention au jour qui déclinait rapidement. Finalement, ce n’est peut-être pas étonnant de se dire qu’elle finirait seule, avec une panoplie de chats roux, vu qu’elle était capable d’oublier un rendez-vous à cause d’un surplus de travail.

Tout le monde avait quitté le bâtiment, pour s’occuper d’une vie sociale qu’apparemment elle ne devait pas posséder, pendant que Charlie retourna dans son bureau avec une tasse de café. Elle commençait à voir un peu le bout de ses dossiers, il n’en restait plus beaucoup, même si ceux qu’elle avait bouclés étaient restés sur son bureau. Il faut croire que le timing était parfaitement bien calculé, ce dont, bien évidemment, elle ne comprendrait pas. Après tout, elle était née blonde et ne pourrait même pas envisager, une seule seconde, que tout ça avait été parfaitement calculé par une autre personne. Le nez dans un dossier, à faire des annotations, elle releva la tête en entendant toquer, un peu surprise, jusqu’à ce que son regard tombe sur le visage de Renan… Merde !

Il fallut un quart de sonde pour que son air surpris se transforme en un air navré. Elle soupira, plus contre elle-même, quand il posa une question. Oui, elle l’avait oublié et, franchement, pas besoin d’être devin pour comprendre qu’elle ne savait plus où se foutre. La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’il ne semblait pas lui en vouloir mais quand elle leva les yeux pour voir l’heure, elle comprit qu’il n’était pas question d’un petit retard. Il avait vraiment attendu tout ce temps ? Et il avait quand même pris la décision de venir ici, avec une bouteille en plus ? Il aurait pu attendre quelques minutes, voir qu’elle ne venait pas et rentrer chez lui. Mais non, il était là, sans avoir l’air de lui en vouloir, avec son sourire – et quel sourire – à lui proposer de voir un verre ici. C’était tellement adorable, qu’elle en culpabilisa encore plus.

« Je suis tellement désolée. » Son air inquiet se mélangea à un peu d’incertitude. Il ne lui en voulait vraiment pas ? « Je… » Elle secoua la tête. « Je n’ai pas vu l’heure, beaucoup de dossiers à s’occuper et j’ai… » Pas pensé à regarder l’heure. « Navrée. » Et elle se força à ne pas lui sortir tous les dérivés de ce mot, voire de le traduire en plusieurs langues tellement elle était désolée. « Mais oui, tout va bien. » Le regard incertain. « J’ai déconné, n’est-ce pas ? » D’accord il lui restait quelques dossiers à boucler mais, très peu et, là, franchement, elle ne se voyait pas lui dire non alors qu’il avait fait l’effort de venir. Puis, de toute façon, elle n’était pas certaine de vouloir le refuser – le verre, hein ! « Et, il ne me reste plus grand-chose à faire alors, je crois que je peux bien faire une pause pour accepter votre proposition. » Elle se releva. « Il faut juste que je débarrasse ça mais, allez-y, vous pouvez entrer et vous installer. »

Elle se dirigea vers une armoire à tiroirs, pour en ouvrir un avec une reconnaissance d’empreintes, en plus de devoir faire un code – la sécurité avait été gérée par Chase après tout – et rangea les dossiers finis alors que les autres allèrent se retrouver sur le dessus d’une commode pour les finir plus tard. Parce que, dans son esprit, évidemment, elle finirait bien par y revenir pour finir ça avant demain, même si ce n’était pas à quelques heures près. Le bureau dégagé, elle se retourna vers Renan, sans réussir à se défaire de son air désolé mais, un sourire était quand même venu se poser sur son visage.


« Merci, en tout cas. Vous n’étiez vraiment pas obligé. Ce n’est pas très sympa de ma part, vous auriez eu toutes les raisons valables pour rentrer chez vous plutôt que de venir ici. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Lun 19 Mai 2014 - 14:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Lorsque le regard de Charlie se posa sur lui, Renan constata qu'elle l'avait bel et bien oublié. Satisfait de voir que son plan avait parfaitement fonctionné ainsi que du fait qu'il réussissait à se faire oublier sans problème, l'Officier de la Pénombre ne vit aucune raison de se sentir contrarié. Lorsque vous cherchiez à rester aussi invisible que possible, il était évident que ce genre de situation vous réjouissait ! Puis la surprise céda la place à la culpabilité et la satisfaction du français ne fit que s'accentuer. Plus elle s'en voudrait et plus il avait de chance de la voir se montrer aimable ou attentionnée à son encontre et c'était quelque chose qui entrait parfaitement dans ses projets. La cerise sur le gâteau fut lorsqu'elle comprit que son retard était réellement énorme. Si Renan avait patienté si longtemps, c'était justement pour laisser sa culpabilité augmenter en proportion ! Et visiblement, il avait tablé sur le bon délai vu la manière dont elle s'adressa à lui. Son sourire amusé et rassurant ne s'envola pas, au contraire. La voir se confondre en excuse était justement ce qu'il fallait pour amuser quelqu'un qui venait de poireauter un bon moment en vain. Il lui fit un geste de la main pour l'informer que c'était sans importance avant qu'elle ne se mette à genoux pour le supplier de lui pardonner. Décidément, il avait un don pour croiser les femmes qui culpabilisaient pour un rien – pas que ça le contrariait cela dit.

Lorsqu'elle l'invita à s'installer, Renan entra dans la pièce pour de bon et attrapa une chaise pour s'installer en attendant qu'elle finisse d'ordonner son bureau. Agissant aussi normalement que possible, il lui jeta forcément un coup d’œil étonné en constatant qu'elle avait un système de sécurité particulièrement développé pour protéger ses dossiers, mais n'ouvrit pas la bouche à ce sujet alors qu'elle revenait s'installer. Comme la jeune femme émettait l'idée qu'il puisse être rentré chez lui plutôt que de venir voir comment elle allait, il secoua la tête.

« Arrêtez d'être aussi désolée, ça arrive d'oublier quelque chose. Puis ce n'est pas comme si vous étiez soumise à des horaires normaux. En fait, j'étais même plutôt étonné que vous ayez accepté l'invitation vu tout le travail que vous avez, alors disons que je comprends parfaitement. » Il eut un sourire amusé. « Et puis si vous saviez le nombre de fois où j'ai dû attendre des heures en vain, je ne suis pas à une fois près. » Il ne mentait pas, mais c'était généralement Tesla qui attendait les Irlandaises ou les proies de SHADOW. « Et puis, si je suis passé c'était parce que je me demandais si c'était un oubli réel ou volontaire. Vous avez l'air tellement... attentionnée avec les gens que j'avais peur que vous n'ayez pas osé dire non lorsque je vous avais invitée, alors je voulais être certain avant de vous rappeler une autre fois. » Signe qu'il l'appréciait. « Puis si vraiment il vous faut une autre excuse, rentrer pour être seul ou attendre au café, ça ne change pas beaucoup. Même si ce n'est pas pour cette raison que j'ai patienté. »

Il ne fallait pas qu'elle s'imagine qu'il l'utilisait comme un bouche-trou, mais au fond c'était la vérité : Renan n'avait ni colocataire, ni famille, ni amis avec qui partager ses soirées – vu qu'Evey les passait souvent à quatre pattes pour obtenir des informations. En bref, ils avaient pas mal de point commune. Lui et Charlie, pas lui et Evey. Quoi qu'il en soit, maintenant qu'il avait réussi à avoir son tête-à-tête avec elle, le Breton allait devoir se débrouiller pour pouvoir glaner quelques informations. Déjà, trouver comment aiguiller cette relation naissante pour la développer aussi efficacement que possible, puis ensuite s'intéresser à elle pour la valoriser et la mettre en avant. Si en même temps il réussissait à glisser quelques compliments innocents pour voir sa réaction, ce serait l'idéal ! Il posa d'ailleurs le sachet avec la bouteille sur la table.

« Je ne connaissais pas vraiment vos goûts, enfin, à part le café. » Vu qu'elle en avait parlé après son affaire. « Donc j'ai pris quelque chose de passe-partout. » Une bouteille de bière, vu qu'elle en avait commandée une au pub l'autre fois. « Vous avez toujours autant de dossiers, ou c'est juste moi qui ai un don pour vous inviter au pire moment ? » Son regard glissa jusqu'à l'armoire où ils étaient rangés. « D'ailleurs, joli système de sécurité, je crois que c'est la première fois que je vois ça dans un cabinet d'avocats. Enfin, pas que j'ai l'habitude d'y aller souvent. » Il ne manquerait plus qu'elle le prenne pour un délinquant. Renan reposa ses yeux sur Charlie, un sourire aux lèvres. « Vous m'impressionnez. Est-ce que vous dormez dans votre bureau le soir, pour ne pas regarder l'heure lorsque vous bossez ? Je suis plutôt habitué aux gens qui rangent leurs affaires avant l'heure pour partir pile au bon moment, je ne savais pas que les gens comme vous existaient encore. » Et, d'un ton léger, il ajouta une petite pique légère. « Même si j'en conviens, ça doit être désastreux pour votre vie sociale. »

Une manière de lui faire comprendre qu'il ne lui en tenait vraiment pas rigueur, même s'il trouvait tout de même dommage qu'elle fasse passer les autres avant elle. Commencer avec des compliments généraux, puis cibler de manière plus poussée dès qu'il verrait de quelle manière elle se comportait avec lui !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 21 Mai 2014 - 11:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Si elle n’était pas désolée, peut-être que, là, il aurait dû s’inquiéter. Enfin, de son point de vue, à elle, ça semblait logique d’être vraiment navrée. Elle l’avait fait attendre, ne s’était pas pointée, et il était quand même, sans lui en vouloir. Puis bon, elle n’avait pas oublié quelque chose mais quelqu’un, pas très sérieux tout ça. Heureusement qu’elle n’avait pas de gamin, le pauvre risquait de passer pas mal de nuit à l’école, si elle faisait passer son boulot avant. Elle se retrouva, quand même, à hausser un sourcil interrogateur quand il expliqua que ce n’était pas la première fois qu’il attendait des heures pour rien. Ouais, ok, en même temps, Renan était toujours apparu comme quelqu’un d’assez « soumis » alors, est-ce que c’était réellement surprenant ? Elle effaça cette pensée, qui était loin d’être à l’avantage du français, pour secouer la tête : non, non, cet oubli n’était vraiment pas volontaire. Bien qu’elle laissa passer un sourire quand il parla de la rappeler une prochaine fois, dans l’immédiat elle culpabilisait un peu trop de l’avoir fait attendre pour envisager de lui infliger une autre attente de ce genre, surtout s’il acceptait qu’on le laisse poireauter sans rien dire à chaque fois.

Charlie s’installa, en le laissant poursuivre, appréciant qu’il puisse se souvenir pour le café et la commande qu’elle avait pu faire la dernière fois. C’était que des petits détails mais, ils étaient appréciables. Bon alors, soit elle n’était pas habituée au compliment, soit elle ne savait pas comment prendre les choses mais elle n’était pas certaine que ce soit une bonne chose d’être assimilée à quelqu’un qui, potentiellement, dormait dans son bureau. Dire être impressionné, c’était à prendre soit de manière positive, soit négative et comme il parlait de désastre sur la vie sociale, elle en vint à se demander si ce n’était pas une sorte de critique voilée. Après tout, ce n’était pas ce qu’il reprochait à Kailee : trop travailler ? Le mieux à faire était probablement de prendre les choses avec humour.

« Oui, je me range dans un placard tous les soirs et, c’est mon assistante qui me ressort le lendemain matin avant de me poser derrière mon bureau. » Et elle avait dit ça de manière complètement sérieuse avant d’afficher un sourire une seconde ou deux plus tard. « Non, sérieusement, ce n’est pas tous les jours comme ça. Aujourd’hui a seulement été une accumulation de beaucoup de petites choses. » Aujourd’hui. Avant-hier, aussi. Ouais, en fait ça arrivait régulièrement mais, elle évita de le préciser vu que, des fois, elle apprenait aussi à se ménager du temps. C’est qu’elle faisait des efforts ! « Donc je n’ai pas à me plaindre. » Elle n’allait quand même pas se tirer une balle dans le pied en avouant avoir une vie sociale désastreuse même si, Renan ne semblait pas mieux qu’elle, puisqu’il avait préféré attendre dans un café plutôt que de rentrer pour se retrouver tout seul chez lui. « Puis pour le système de sécurité, j’avoue, même moi ça me parait superflus. » Et inutile, de toute façon, contre les voleurs comme Abban, qu’elle avait déjà croisé en train de fouiller dans ses dossiers. « Mais… » Elle haussa les épaules dans un léger sourire. « C’est Chase qui s’était occupé de toute la sécurité. Et encore, il a fallu le freiner sur certaines envies. »

Charlie restait une avocate et, sans forcément en donner l’impression, elle choisissait ses phrases. Si elle avait songé à parler des idées loufoques de Chase, elle s’était ravisée ne voulant pas parler de lui au passé – pour ne pas avoir à mentir – et ne pas le faire au présent non plus, pour préserver son secret – qui n’était pas si secret que ça. Elle secoua la tête pour passer le sujet et reporta son regard sur Renan, après avoir désigné la bouteille.

« La bière, c’est très bien. » Logiquement, ça ne devrait pas lui retourner la tête en quelques gorgées, on avait déjà vu des alcools plus forts, non ? « Et si, ça peut vous rassurer, je n’ai pas accepté juste par politesse, ou parce que je ne suis pas capable de dire non. La proposition m’a un peu surprise mais, ça m’a fait plaisir d’accepter. » Elle eut un sourire, à demi-désolé. « Même si, effectivement, ce n’est pas l’impression que ça laisse étant donné que je n’ai pas bougé d’ici. »

Finalement, elle décida de prendre cet oubli à la dérision, sinon, elle n’allait pas être capable de faire autre chose que de s’excuser toutes les deux secondes, même si elle ne pouvait pas s’empêcher de continuer à culpabiliser un peu. Bref, comme il était venu avec une bouteille, elle se releva pour l’informer qu’elle allait chercher des verres. Action qui ne lui prit pas trois heures, la salle de repos n’était pas à l’autre bout du bâtiment. Quand elle entra à nouveau dans le bureau, elle présenta deux tasses.

« Bon, en fait, je crois qu’on doit tous être des buveurs de café ici, je n’ai même pas réussi à mettre la main sur deux verres. » ça restait mieux que rien, non ? Puis, ça permettait d’en mettre plus en une seule fois… Pas sûr que ce soit réellement une bonne idée. Elle posa les tasses sur le bureau avant de s’installer à nouveau, tout en continuant. « Mais, en même temps, vous préférez peut-être allez ailleurs ? Un bureau, ce n’est peut-être pas ce qu’on fait de mieux. » Enfin elle, ça lui convenait, c’était un peu son univers et puis, dans la mesure où il restait deux ou trois petites choses à faire, elle ne voulait pas vraiment bouger d’ici. Mais, elle devait bien poser la question, c’était la moindre des choses. « Cela dit, je crois que vous aviez raison, les horaires de ce genre ruinent un peu la vie sociale alors, en fait, je ne sais même pas ce qui pourrait être ouvert, de sympa, dans le coin. » Elle laissa passer un sourire. « Mais vous êtes probablement plus au courant que moi, des choses qu’on peut trouver dans cette ville, non ? » Hein, monsieur j’suis habitué à attendre des heures.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 21 Mai 2014 - 14:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Au moins Charlie prenait-elle la situation avec dérision. C'était préférable qu'elle ne se sente pas vexée par le fait qu'il soulignait à quel point elle avait l'air occupée avec son travail. Ce n'était pas une critique de toute manière, même s'il restait conscient que leur discussion à propos de Kailee pouvait avoir fait comprendre à l'avocate qu'il avait soit-disant mal vécu cette période. Le point d'honneur ce soir, c’était de ne pas aborder le sujet de son ex-femme ! Il y avait mieux pour essayer de se faire bien voir d’une femme – et plus si affinités – que de lui rappeler que vous étiez marié à l'une de ses amies proches.... Il adopta une expression plus neutre lorsqu'elle parla de Chase Neutron-Grey. Logiquement, il devait penser que le jeune homme était mort, comme la quasi-totalité de Star City, mais en vérité il était bien au courant de la situation puisqu'il lui avait parlé il y a peu de temps. Bien sûr, vu que cette rencontre concernait Tesla et non Renan, ce dernier garda ses pensées pour lui et agit comme s'il ne savait rien de plus sur cette affaire que le péquenot du coin. La discussion glissait de toute manière vers quelque chose de positif : elle avait été contente de l'invitation et semblait plutôt ouverte à ce qu'ils puissent se revoir de temps en temps. Bien, très bien même ! Il n'y avait qu'à la pousser à considérer que c'était même quelque chose qui devait être reconduit souvent et il aurait tout gagné. Mais Renan n'en était pas encore là et il devait veiller à ce que les choses se déroulent parfaitement. Pas de surprise désagréable pour tout envoyer au tapis, juste un plan qui se déroulait comme prévu.

Il lui offrit un énième sourire rassurant avant qu'elle ne se lève pour aller chercher des verres, le laissant seul quelques instants pour revenir avec deux tasses. Bon, c'était mieux que rien et de toute manière, qui avait dit que la bière devait obligatoirement être bue dans des verres ? Certains la consommaient bien à même le goulot, alors bon... Un nouveau sourire amusé se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle avouait ne pas avoir localisé de verre dans le coin, mais il secoua finalement la tête suite à ses propositions pour aller rattraper le coup en sortant pour trouver un endroit plus équipé. S'il s'était ennuyé à la charger de boulot et à poireauter seul dans un bar, ce n'était pas pour briser le tête-à-tête à cause de deux malheureux verres ! Renan, fidèle à sa couverture de mec soumis, la rassura sur ce point.

« Non, non, c'est bon. J'ai remarqué que vous n'aviez pas rangé tous vos dossiers... » Il jeta un coup d’œil à ceux posés à côté. « Alors, j'imagine que vous avez prévu de les terminer ce soir encore. Inutile de sortir si c'est pour vous faire perdre du temps à effectuer le voyage. Et puis les tasses ça va très bien, l'essentiel c'est qu'on puisse verser dans quelque chose après tout ! »

Son oncle lui répétait jadis que les femmes aimaient avoir des petites attentions. Le plus souvent, elles étaient même plus appréciées qu'un gros restaurant le jour de la Saint-Valentin et Renan s'appliquait donc à faire remarquer aux femmes qu'il courtisait – ce qui était rare, donc – qu'il veillait au moindre détail les concernant. Bien sûr, il ne fallait pas que ça devienne flippant, son but n'était pas de passer pour un stalker. Comme elle avait posé les tasses, il entreprit donc de sortir la bouteille du sachet plastique – faisant en même temps tomber la facture datée sur le bureau – puis posa son attention sur le goulot à ouvrir tout en reprenant.

« De toute manière, je ne sais absolument pas s'il y a quelque chose d'ouvert dans le coin. Je vous avoue que je ne viens pas souvent dans ce coin de la ville, puis les fois où je sors, ce n'est pas vraiment aussi tard. » Son regard glissa jusqu'au visage de Charlie. « Même sans avoir des horaires comme les vôtres, je ne fais pas vraiment d'efforts pour cultiver ma vie sociale alors très franchement, je serais bien mal placé pour vous donner des conseils à ce sujet. » Petit rattrapage pour tout à l'heure. « De toute manière, je pense que c'est à chacun de faire comme il le sent, je ne vois pas l'intérêt de s'obliger à faire quelque chose sous prétexte que la majorité des habitants de la ville le font aussi. » Son sourire refit surface. « Mais ça me fait plaisir que vous ayez accepté sans y être obligée. » Ce qui était absolument vrai. « Puis franchement, je pense qu'un dossier est quand même plus important qu'un verre, alors ne vous tracassez plus pour ça. »

Il avait décidé de profiter de cette soirée pour obtenir quelques informations plus personnelles sur elle. Oh, bien sûr, il s'était documenté à son sujet avant de l'inviter, mais les gens appréciaient généralement que l'on s'intéresse à eux, aussi décida-t-il de commencer par là. Puis, de toute manière, s'il devait venir à la voir plus souvent, Renan devait apprendre ce qu'il savait de manière officielle, sans quoi Charlie serait étonnée qu'il sache certaines choses sur elle alors qu'elle ne lui en avait jamais parlé. Espérant que la bière allait peut-être lui donner un coup de pouce, il en versa dans la tasse à l'attention de la jeune femme avant de lui donner, puis réitéra l'action pour lui – même s'il ne comptait pas vraiment en consommer. Juste pour le principe de le faire.

« À votre pause dans ce cas. » Son sourire en coin ne le quittait pas. « Et sinon, mis à part la surcharge provisoire de travail, est-ce que vous allez bien ? » La question était sincère, il posa un regard interrogateur sur elle avant de préciser un détail. « C'est une question franche, je ne la pose pas par politesse. »

Une manière de lui faire comprendre qu'il apprécierait de l'entendre répondre de la même manière et non de prétexter que tout allait bien si ce n'était pas le cas. Une manière pour le français de voir le degré de confiance que la jeune femme lui accordait.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 4 Juin 2014 - 15:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Ah ben, forcément, vu de cette manière : si monsieur s’était ennuyé à la surcharger de travail, évidemment que ce n’était pas pour accepter de sortir ailleurs… Le jour où Charlie serait informée sur les gens ou les évènements qui pouvaient l’entourer, il y avait fort à parier que ça serait tout son univers qui s’effondrerait. Parce que là, en parfaite blonde naïve et innocente – oui, oui – tout ce qu’elle voyait, c’était que Renan avait remarqué pour les dossiers, qu’il avait compris ce que ça voulait dire et qu’il cherchait à lui faciliter la vie en évitant de la trainer dans un autre endroit de la ville. Elle en avait même souri, trouvant l’attention agréable. Pauvre Charlie.

Son regard tomba sur la facture, malencontreusement échappée du sachet en plastique – on décernera, à cette facture, le prix de l’évasion la mieux réussie de 2014 – mais, Charlie s’empêcha de sauter dessus. Sinon, dans deux minutes, elle se mettrait à insister pour le rembourser, elle se connaissait assez pour savoir qu’elle ne pourrait pas s’en empêcher. Le mieux était encore d’ignorer cette facture, d’attendre gentiment, et de tout jeter le moment venue. Euh… Est-ce que c’était normal de trouver bien le fait qu’il ne semblait pas avoir plus de vie sociale qu’elle ? Non parce que, dans les faits, elle se devait de trouver ça dommage mais, en même temps, ça la rendait un peu plus normale parce qu’elle n’était pas seule à ne pas savoir ce qui pouvait être fait dans ce coin, à cette heure-ci. Du coup, forcément, voilà qu’elle se mit à sourire, approuvant le fait qu’il n’y avait pas d’obligation à faire des activités que tout le monde trouvait normales. Sérieusement, elle apprécia qu’il comprenne que les dossiers étaient importants même si, pour l’heure, elle pensait que c’était plus dit par politesse que réellement pensé.

En le remerciant – parce qu’on peut être Texane ET polie, oui, oui – elle attrapa la tasse, ne pouvant s’empêcher de garder un sourire. Mais c’était de sa faute à lui, aussi, s’il arrêtait de sourire tout le temps, peut-être qu’elle arrêterait aussi de son côté. Les fossettes c’était quand même une putain d’arme ! La trentenaire s’apprêta à répondre à la question du français, comme elle aurait répondu à tout le monde mais, la précision qu’il fit par la suite la rendit interdite l’espace de quelques secondes. Euh… Une question franche ? D’accord et, du coup… ça voulait dire qu’elle devait y répondre de la même manière ? C’était vraiment le genre d’exercice dans lequel elle n’était pas tellement à l’aise. Il lui fallut une seconde ou deux avant de reprendre la parole.

« Et bien… » Par habitude, elle aurait tendance à dire que tout allait bien. Elle but une gorgée de sa tasse de bière. « Disons que les derniers temps ont été un peu compliqués à gérer. » Apparemment ce n’était pas tellement un secret qu’elle était proche de NG alors, sa mort l’avait forcément affectée d’une façon ou d’une autre. Mais, même si ça pouvait paraitre logique, à elle, ça lui demandait un effort de le dire à voix haute. « Toute cette histoire avec Chase, les journalistes, les fans, même l’UNISON, qui sont venus ici comme si j’étais supposée avoir les réponses à leurs questions. » Ce que, pourtant, elle avait en partie. Elle haussa les épaules. « Mais, les choses se sont tassées donc, ça va mieux. »

Ben voilà, pour ça qu’elle disait toujours que ça allait bien : quel intérêt de dire que quelque chose avait posé problème, quand ce n’était plus le cas à l’heure actuelle ? Et, évidemment, les problèmes immédiats, Charlie avait beaucoup de mal à en parler sur le moment. Dans un air interrogateur, Charlie posa son regard sur Renan.

« En fait, c’est bizarre. Ces derniers temps, il y a plusieurs personnes qui me « reprochent » ou me font remarquer que je ne parle pas de ce qui peut me tracasser. » Elle secoua légèrement la tête l’air de ne pas comprendre. « C’est si important que cela de parler de soi avec d’autres personnes ? » Non parce que, à force, elle allait finir par se demander si elle était normale. « Je veux dire, tout le monde à des problèmes, il n’y a pas besoin de les ennuyer avec les nôtres qui, de toute façon, sont souvent très passagers, non ? »

D’un autre côté, elle demandait ça à un type qui disait ne pas cultiver sa vie sociale. Du coup, elle n’était pas certaine qu’il soit la meilleure personne pour lui apporter une réponse. Ouais, ben peut-être qu’elle n’était pas normale. Quoi que, elle avait eu le temps d’y réfléchir et, en réalité, il y avait bien une personne avec qui elle parlait plus ou moins ouvertement à une époque – autre que la famille. Randall, quand ils étaient ensemble, avait été un confident aussi mais, en même temps, cette relation n’était pas comparable aux autres. Même Scott ne rentrait pas en ligne de compte puisque, dès qu’il était question de ses frères, il se mettait à critiquer. Elle laissa passer un sourire amusé.

« On m’a même conseillé d’acheter une peluche pour que je puisse parler, même si ce n’était pas à quelqu’un de réel. » Bien que réel, son ton resta léger. « Enfin bref… Et vous ? » C’était tout le paradoxe chez Charlie : elle ne comprenait pourquoi elle devait ennuyer les autres avec des problèmes mais, par contre, elle n’avait aucun souci à ce que les autres expriment les leurs. En même temps, elle est Texane, on ne lui demandait pas d’être logique. « Depuis la dernière fois, ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 4 Juin 2014 - 18:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Visiblement le fait de parler d'elle posait beaucoup de problèmes à Charlie. Pouvait-il lui jeter la pierre ? Assurément non ! Lui-même ne supportait pas de devoir dévoiler ses pensées ou ses secrets, même avec Evey qui était pourtant sa seule amie, ce problème se posait. Ce n'était pas sans raison qu'il était incapable de lui dire qu'il lui faisait un enfant dans le dos en enquêtant sur la mort de son oncle sans elle – et il n'y a aucun sous-entendu louche là-dedans ! Peut-être que c'était dans leur nature ? Au début Renan avait toujours pensé que c'était à force de cultiver le côté secret que son rôle au sein de SHADOW l'obligeait à avoir. Les cachotteries de son oncle n'avaient en rien aidé à ce qu'il s'ouvre aux autres, mais avec le temps le trentenaire finissait par croire que c'était tout simplement dans son caractère. Quoi qu'il en soit, cette comparaison ne fut pas pour le rassurer ! Si Charlie était réellement comme lui, cela signifiait qu'il allait devoir suer avant de pouvoir lui tirer les vers du nez. La jeune femme n'allait certainement pas se confier aussi facilement et le français devait trouver le bon filon à exploiter. Du genre l'ami gay pas gay ou alors quelque chose de plus axé sur les confidences sur l'oreiller, à voir comment leur relation évoluerait – avec un petit coup de pouce bien entendu.

Mais la texane fit un effort en lui expliquant que l'histoire de Chase avait été compliquée à gérer et que les agents de l'UNISON étaient venus chez elle pour lui parler. Cette annonce ne manqua pas de tracasser Renan, il espérait qu'elle n'était pas sous surveillance sans quoi il risquait d'attirer l'attention sur lui, chose qu'il ne pouvait envisager. Rapidement, ses pensées le poussèrent à envisager de l'encourager à repousser ces assauts, mais elle devait être assez grande et mature pour savoir que c'était dans son intérêt. Arriva alors une série de questions pour le moins.... surprenantes ! Il n'était pas le meilleur conseiller qui soit en matière de secrets, au contraire même ! Mais la jeune femme lui offrit l'occasion de réfléchir encore un peu à la manière de formuler sa réponse lorsqu'elle se renseigna aimablement sur sa santé. Son habituel sourire débonnaire refit son apparition alors qu'il acquiesçait d'un hochement de la tête.

« L'avantage à avoir une vie relativement paisible et peu agitée, c'est que les problèmes ne sont pas fréquents. » Il ne mentait pas, sa vie de couverture était aussi plate que son porte-feuille à la fin du mois. « Il n'y a pas eu grand-chose depuis notre dernière discussion et très franchement, je ne vais pas vraiment m'en plaindre. » Son sourire s'accentua. « Vu tout ce qui a l'air de vous arriver, j'imagine que ça doit être bizarre de penser que je peux me contenter de ça, mais je crois que je n'arriverais pas à gérer autant de choses que vous ! »

Et là, c'était un véritable mensonge étant donné qu'il gérait largement plus avec sa vie civile associée à celle d'agent de la Pénombre. Mais bien sûr, il devait garder le rôle du mec sans grande envergure de manière à pouvoir « évoluer » en côtoyant la jeune femme. Les femmes aimaient souvent voir que les hommes qui s'intéressaient à elles pouvaient changer pour leur faire plaisir. Il gardait donc cette idée en réserver et conservait pour le moment le rôle du type peu intéressant. Mais pas trop, sinon il risquait encore de se retrouver classé dans la catégorie des gars ennuyeux qui ne méritaient pas de s'y intéresser. Bien décidé à ne pas laisser la discussion se centrer sur lui, Renan enchaîna sur la question qu'elle lui avait posée juste avant.

« Quant au fait de parler de soi... » Il eut l'air de réfléchir. « On va dire que je ne peux pas vous jeter la pierre, parce que je pense comme vous. Je ne vois pas vraiment l'intérêt de parler de mes problèmes aux autres, cela dit je peux comprendre la position des autres. » Peut-être que des points communs allaient lui faire plaisir ? « Certaines personnes s'imaginent que si vous ne vous confiez pas à elle, c'est parce que vous ne leur faites pas confiance. Ils ne pensent pas forcément que c'est par désir de les préserver ou encore pour leur éviter des explications que vous pensez ennuyeuses. » Il pourrait toujours se recycler en psychologue ! « Seulement, vous savez, la plupart du temps, une personne est plus dure avec elle-même qu'avec les autres. Ce que vous vous jugez comme peu intéressant, quelqu'un d'autre le trouvera certainement passionnant. Et puis, dites-vous que les gens sont si malpolis aujourd'hui que si vous leur racontiez des choses qui les ennuient, ils vous le diront directement. » Enfin, ce n'était pas sûr. « Mais sinon, oui, vous avez l'option de la peluche. Vous avez une préférence ? L'ours ou plutôt le petit lapin ? »

Toujours finir un discours un peu sérieux sur une plaisanterie, ça allégeait le tout. Mais ce n'était pas le dernier point et Renan voulait encore s'assurer que le sujet qui l'inquiétait le plus était bien réglé. Après une légère pause, il reprit donc, toujours sur le même ton léger.

« Je pense que je ne vous apprends rien vu votre métier, mais si les fans ou l'UNISON vous ennuient, vous pouvez toujours vous arranger pour leur interdire de vous approcher. » Son regard ne la quittait pas. « Vous méritez bien d'être tranquille. »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 7 Juin 2014 - 14:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Roh mais non, il ne lui arrivait pas tant que choses que cela. Hormis attirer les gens dans des corps de gamins qui semblaient avoir des pouvoirs infinis, revoir Chase dans le corps d’une nouvelle personne parce que, finalement, il pouvait ressusciter… Ouais, ces derniers temps avaient été presque calmes. Hey, elle ne s’était même pas retrouvée dans une histoire bizarre, ne s’était pas faite enlevée : de quoi allait-elle se plaindre, hein ? Charlie laissa passer un sourire, elle n’allait pas le critiquer parce qu’il semblait avoir une vie calme. Quant au fait de pouvoir gérer autant de choses, Charlie n’avait pas l’impression de faire dans l’exceptionnel. Disons qu’elle s’adaptait à ce qui lui tombait dessus et, ça, elle pensait qu’il était tout aussi capable qu’elle de le faire. En fait, la trentenaire pensait que tout le monde en était capable.

Elle l’écouta avec attention, ses doigts entourant sa tasse, quand il décida de lui répondre sur la série d’interrogations qu’elle lui avait balancées. Au moins, ils avaient l’air de se comprendre sur le fait de ne pas trouver intéressant de parler de soi mais, la suite était intéressante aussi. Penser à la manière dont les gens pouvaient interpréter les choses n’était pas mal et, à bien y réfléchir, le discours était même super logique. Bon, évidemment, Charlie n’allait pas, soudainement, se mettre à déballer sa vie mais, ça donnait quand même matière à réfléchir un peu. Puis bon… Le but n’était pas non plus de faciliter trop les choses pour Renan : voir Monsieur-fossette suer un peu pour arriver à quelque chose, c’était quand même assez tentant !

Charlie porta la tasse à ses lèvres mais stoppa son mouvement pour laisser passer un léger rire quand il parla du choix de la peluche, ce qui l’amusa réellement. Avant qu’elle ne puisse répondre quelque chose, Renan laissa passer une suggestion concernant les gens qui pouvaient ennuyer Charlie, et elle se retrouva à sourire en trouvant l’attention gentille mais, très vite, elle préféra le rassurer sur ce point.

« Ça va, les choses se sont tassées maintenant. » Le sourire était rassurant. « De toute façon, ce n’était pas comme si j’avais eu beaucoup de choses à leur dire donc, c’est vite passé. » Bon, en réalité, elle aurait pu apprendre beaucoup de choses à différentes personnes mais, comme elle n’était pas du genre à balancer des informations… « Et puis, finalement, répondre à leurs questions, c’était la meilleure solution pour qu’on me laisse tranquille plus rapidement. »

Recaler les personnes de l’UNISON, sans chercher à les écouter, aurait été bien plus louche. Là, au moins, elle avait répondu à des questions, sans que ça ne semble réellement la gêner et, du coup, c’était beaucoup moins suspect. Elle haussa les épaules, avala une gorgée du contenu de sa bière et préféra boucler le sujet là-dessus, ne voyant pas tellement en quoi il était intéressant de rester sur le sujet. Et puis, en fait, autant éviter de parler de NG et ce qui allait autour, elle en finirait forcément par mentir.

« En tout cas, je trouve votre point de vue assez intéressant. » Elle laissa passer un sourire plus léger. « Je vais essayer d’y penser la prochaine fois que la situation se présente. »

Penser à parler ne voulait pas dire qu’elle le ferait mais, c’était déjà un bon début, non ? Cela dit, elle ne réagissait pas comme ça, seulement parce que Renan lui avait parlé à ce propos. D’autres personnes avaient déjà plus ou moins dit la même chose et, quand plusieurs personnes disent quelque chose, c’est qu’il est temps de se remettre un peu en question, non ?

« Je m’en voudrais de laisser à un ours en peluche, l’ingrate tâche d’être uniquement une oreille attentive. » ça devait suffire à donner vie au potentiel ours en peluche pour lui donner des envies de suicide ! Elle reprit un air un peu plus sérieux, tout en gardant un sourire. « Et votre amie ? » Celle dont il avait parlé lors du procès, celle que Kailee ne portait pas dans son cœur. « Elle ne vous reproche pas trop de ne pas trop parler ? Ou alors, peut-être, qu’avec elle vous arrivez plus à le faire ? »

Apparemment, Renan était bien plus douée qu’elle pour garder des relations amicales – même si elles étaient peu nombreuses – et pour les relations de couples aussi… Ok, ça avait foiré avec Kailee mais, n’empêche qu’ils avaient été jusqu’au mariage alors, peut-être qu’il n’était pas aussi extrême qu’elle sur le fait de ne pas parler de soi. Charlie devait peut-être apprendre à faire des efforts avec les personnes qui lui étaient proches ? Ouais, beaucoup de peut-être…

« Et, d’ailleurs, pour ce que vous avez dit tout à l’heure : non, je ne trouve pas étrange de se contenter d’une vie tranquille. Au contraire. Cela dit, je pense que votre vision est un peu faussée concernant ce qui peut m’arriver, je n’ai pas tant de choses que cela à gérer. » Elle garda son sourire. « Hormis quelques affaires qui sont un peu plus compliquées que d’autres, qui apportent plus de rebondissements, j’ai une vie assez calme en réalité. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 7 Juin 2014 - 21:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il n'avait pas vraiment espéré avoir droit à des explications détaillées sur le passage de l'UNISON, la seule chose qu'il espérait étant de ne pas les voir débarquer un beau jour alors qu'il essayerait – peut-être – de conter fleurette à la blonde. Bref, vu que cela ne semblait pas être le cas, l'Officier de la Pénombre ne voyait pas de raison de s'inquiéter outre mesure à ce sujet et se contenta donc d'un bref sourire agrémenté d'un hochement affirmatif de la tête. Collaborer avec les autorités était toujours le meilleur moyen pour ne pas se faire remarquer et pour obtenir la paix, chose que Charlie avait apparemment comprise. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas là le sujet primordial de la soirée et il la laissa donc bien volontiers changer de discussion pour finalement approuver ce qu'il avait dit à propos de la manière dont les autres pouvaient prendre l'absence de confession. Pour le coup, le français était plutôt étonné qu'elle ne s'en soit pas rendue compte d'elle-même vu qu'elle avait plutôt l'air douée dans ses analyses – de ce qu'il avait cru voir. Enfin, peut-être que c'était un cliché, mais disons que le trentenaire avait toujours imaginé que les avocats étaient souvent de bon psychanalystes puisqu'ils trouvaient LE point sensible à titiller pour déstabiliser le témoin. Toujours est-il que Renan n'allait pas baisser sa garde parce que la texane avait l'air d'être aussi douce qu'un agneau. C'était souvent en sous-estimant ses interlocuteurs que l'on se retrouvait avec des ennuis sur le dos ensuite.

Puis la conversation dévia sur un sujet plutôt inattendu : Evey. Bon. Il ne voulait pas trop parler de la blonde parce que techniquement, Charlie devait la connaître via Kailee et que Renan doutait que son ex puisse avoir dépeint un beau tableau de la jeune femme, mais il se voyait mal esquiver la question. La précision qu'elle fit ensuite concernant sa vie qui n'était pas si agitée lui laissa le temps de réfléchir un peu à l'interrogation et, très naturellement, il répondit tout d'abord à celle-là.

« Vraiment ? Je vous avoue que j'avais pas mal l'impression que vous aviez une vie vraiment agitée. Enfin, disons qu'en lisant dans les journaux, chaque fois que ça vous concernait, je voyais des histoires d'enlèvement et de choses de ce type. On va dire que ce n'est pas ce que je croise tous les matins, c'est plutôt le genre de scénario que je vois dans les films d'action en général. » La vérité était totalement à l'opposée, mais c'était un détail. « Alors, peut-être que j'ai un peu extrapolé et que je me suis dit que c'était toujours comme ça pour vous. Cela dit, c'est rassurant de savoir qu'il vous arrive aussi d'avoir une vie normale, sinon j'imagine que ce serait compliqué pour faire votre travail... et tout le reste. » Il eut un geste de la main pour englober la vie de famille et les choses de ce genre. « Alors, vous aspirez aussi à une vie plus paisible dans une jolie vallée verdoyante, ou les histoires d'enlèvement dans la ville du futur vous conviennent parfaitement ? »

Savoir de quoi elle rêvait lui permettrait certainement d'en apprendre pas mal sur elle. En sachant ce dont elle avait envie, Renan pourrait orienter leurs futures discussions, voire sorties suivant comment cette soirée allait se passer. Restait maintenant la question de l'amie qu'elle « connaissait » sans doute de nom. Le fait qu'elle n'emploie pas le nom n'était peut-être qu'une forme de politesse, même si elle devait se douter qu'il savait qu'elle en avait déjà entendu parler. Quoi qu'il en soit, le français enchaîna donc sur ce sujet, adoptant toujours le même ton détendu, signe que ce n'était pas une conversation qui l'embarrassait.

« Concernant mon amie, non elle ne me le reproche pas vraiment. Enfin, ça dépend surtout de ses humeurs on va dire. Mais c'est une fille assez... rentre-dedans si je puis dire. Du coup elle n'est pas vraiment du genre à tourner autour du pot et si elle veut savoir quelque chose, elle le demande directement. Donc je n'ai pas l'occasion de ne pas en parler. » Il la regarda. « Peut-être que c'est ce qu'il vous faudrait : quelqu'un pour vous forcer un peu la main. Si vous voulez, je peux vous la prêter un après-midi, après ça vous réclamerez votre ours en peluche pour vous confier. » Le ton n'était pas sérieux, bien entendu. « Plus sérieusement, je n'ai pas grand-chose à cacher donc je ne suis pas certain de pouvoir me comparer à vous. » Il marqua une légère pause. « Mais vous n'avez pas d'amie comme ça qui vous bouscule un peu ? Je sais que ça va faire cliché, mais je croyais que toutes les femmes avaient au moins une amie à qui elles pouvaient se confier en cas de besoin. » Il sembla réfléchir à quelque chose. « Enfin, sauf mon amie à moi, mais plutôt que de me dire que je joue ce rôle-là, je vais en déduire qu'elle a un côté garçon manqué trop prononcé. » Un léger sourire se dessina. « Et c'est clair que ce n'est pas votre cas. »

Et hop, un léger compliment sur son physique, en espérant qu'il passerait comme une lettre à la poste. Il serait au moins fixé sur la manière dont il devait agir avec elle.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 15 Juin 2014 - 9:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Bon d’accord, peut-être qu’elle n’avait pas la vie la plus paisible qu’il soit et qu’il arrivait, de temps à autre, qu’un problème pointe le bout de son nez. Le pire c’était qu’elle était incapable de dire si elle trouvait sa vie normale ou pas. Elle ne faisait que s’adapter à une situation après tout. Si Charlie était capable d’être une bonne avocate pour trouver les failles à exploiter chez une personne, elle demeurait incapable de porter le moindre jugement objectif sur elle, son environnement ou même sa vie en général. Les journaux ? Pff, ils ne faisaient qu’extrapoler les choses, si elle était toujours en vie, c’est que les choses n’étaient pas si terribles que cela… Ou qu’elle était particulièrement bien entourée. Ok, à bien y réfléchir, cette deuxième option était la plus réaliste. Quant à savoir ce qu’elle préférait comme vie ? Charlie ne s’était jamais posé la question, en fait. Ses choix avaient été conditionnés par une fratrie qui collectionnait les ennuis avec la justice alors, ce qu’elle voulait ou préférait n’était pas en tête de liste de ses priorités. Ce que, on se rassure, elle était loin de mal vivre.

La trentenaire eut le temps de réfléchir à la question puisque, de son côté, Renan enchaina sur son amie. Associer Evey à un côté « rentre-dedans » pouvait, quand même, porter à confusion quand on savait que Kailee était persuadée qu’elle servait de maîtresse à Renan. Bon, Charlie n’en dirait rien puisqu’elle ne se voyait pas vraiment arriver et balancer un « au fait, votre ex-femme pensait que vous couchiez avec votre amie, c’est vrai ? ». Ce n’était pas vraiment ses affaires. Pas du tout même. Charlie avait beau apporter beaucoup de crédit à Kailee, il y avait des informations qu’elle préférait prendre avec des pincettes, après tout, la journaliste avait peut-être besoin de trouver des raisons pour l’échec de son mariage. Et… Penser à Kailee à cet instant, ce n’était pas vraiment pour mettre l’avocate très à l’aise. Hop, une gorgée de bière, ça ne ferait pas de mal.

L’avocate laissa passer un sourire amusé quand Renan expliqua préféré se dire qu’Evey avait un côté garçon manqué, plutôt que de se dire qu’il jouait le rôle d’amie auprès d’elle. Enfin, contente d’apprendre que Charlie n’avait pas de côté garçon manqué, elle avait déjà un prénom de garçon, avait grandi entouré de mecs alors… Ouais, c’était cool. Cela dit, elle restait incapable de savoir comment répondre à ce qui semblait être un compliment alors, elle se concentra sur le reste.

« Non, pour les amies comme la vôtre, je dois échapper à la règle qui veut qu’on ait tous une amie qui nous pousse un peu. » D’un autre côté, Charlie n’avait jamais été une grande bavarde, hormis avec son petit frère à une époque qui lui semblait bien lointaine alors, les gens avaient dû se calquer sur ce trait de caractère et s’adapter sans chercher à insister. « Par contre, j’ai plein de personnes qui me poussent à une vie sociale standard et épanouie comme le veut notre chère société. » Le ton était léger, amusé et un peu ironique, comme si elle ne croyait pas vraiment à l’idylle sociale. « Mais je crois que je vais refuser votre proposition concernant votre amie, je m’en voudrai de vous l’enlever, même une après-midi. »

Ce n’était pas à prendre au sérieux mais, déjà, si Kailee apprenait que Charlie voyait Renan, ça risquait de ne pas très bien passer. Si, en plus, elle parlait d’une après-midi en compagnie d’Evey, là, l’avocate se retrouverait avec sa tête au bout d’une pique. En tout cas, elle trouvait bien que Renan est une personne de proche, tout le monde devait en avoir besoin, même si le reste de sa vie sociale ressemblait à un désert.

« Et vous savez, pour ce qu’on peut dire de ma vie, je crois qu’il faut prendre avec des pincettes ce que peuvent dire les journaux. Ils ont une fâcheuse tendance à tout extrapoler. » Pas toujours en réalité mais bon, Charlie minimisait toujours les évènements. « Si on devait les croire, je crois que je devrais pas tarder à accoucher d’un petit NG. » Elle baissa les yeux sur son ventre, une moue faussement incertaine sur le visage. « A priori, ce n’est pas le cas. »

Elle n’avait pas répondu à ses préférences de vie, ne sachant toujours pas comment le faire. Du coup, la discussion s’enchaina sur plusieurs petites choses ou, finalement, il ne fut pas questions d’Evey, ni de Kailee, ni même de NG. Il faut croire que, très égoïstement, ne pas penser à toutes ces personnes évitait un certain malaise ou de se sentir coupable. A moins que ce ne soit la bouteille qui descendait au fur et à mesure. Charlie c’était le genre de personne avec une vie plutôt saine. L’alcool n’était pas ce qu’elle consommait le plus – et ça se dit Texane ! Du coup, au bout d’un moment, la bouteille plus que bien entamée, l’avocate pivotait légèrement avec sa chaise, suivant le fil de la conversation avec beaucoup moins de réserve qu’au début de ce rendez-vous un peu improvisé. Aucune idée de comment ils en étaient plus ou moins revenus à ce qu’elle préférait comme style de vie mais, sans s’inquiéter ou se poser des questions, elle décida d’y répondre cette fois, la tête appuyée sur le dossier de sa chaise.

« En fait, je crois que le genre de vie que je peux avoir ne m’importe pas tellement. » Elle eut une légère moue, l’air de réfléchir. « Enfin si, à choisir, je crois que je préfèrerais quelque chose de tranquille, en plein milieu d’une grande étendue sauvage. » Genre, un ranch… Ouais, bon, ok, elle était quand même un peu texane. « Mais je ne me vois pas partir loin de mes frères. Je veux dire, rien ne peut être mieux, que d’être dans la même ville qu’eux. » Au moins pour deux d’entre eux. « Je ne sais pas pourquoi je suis incapable d’arrêter de me sentir responsable d’eux alors que… » Qu’elle était restée des années sans leur parler. Elle pencha la tête sur le côté : en fait, elle devait être un cas désespéré. Elle redressa soudainement la tête comme si elle venait de comprendre quelque chose. « En fait, je suis pire qu’une mère avec ses gamins. » La loose. Couper le cordon blablabla. Elle secoua la tête. « Et vous, vous n’avez jamais songé à partir de Star City ? Vous avez l’air d’apprécier le calme et, cette ville est tout le contraire. »

Heureusement qu’elle passait la journée à vouvoyer des gens et que c’était naturel chez elle sinon, avec l’alcool, elle aurait déjà pu passer au tutoiement. Enfin bref, peut-être que si elle était incapable de partir à cause de ses frangins, lui l’était pour Evey. Parce que, de ce qu’elle avait saisi la dernière fois, la seule famille qu’il avait ici n’était plus. Evey devait être la seule personne de stable dans sa vie, non ? Hmm… Peut-être que Kailee n’était pas parano en fait.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Dim 15 Juin 2014 - 13:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Si Renan soupçonnait que Charlie avait entendu parler d'Evey, il était très loin de se douter des soupçons de son ex-femme à l'encontre de la relation qu'il avait avec elle. Et c'était tant mieux, parce qu'il agissait avec une réelle franchise à cet instant-là. Enfin, ce n'était pas comme s'il n'avait jamais été doué pour dissimuler ses véritables sentiments cela dit. Le français ne fut toutefois pas très étonné d'apprendre que l'avocate avait tout de même quelques connaissances qui essayaient de la pousser à sortir : les gens faisaient toujours ça. S'en était à croire qu'une personne qui n'aimait pas se mêler aux autres était un extraterrestre. Lui, de son côté, n'avait jamais compris cette obstination que certains pouvaient avoir à vouloir à tout prix caser leurs connaissances, que ce soit sur le domaine de l'amitié ou de l'amour. Mine de rien, le trentenaire était rassuré de savoir que la demoiselle n'avait pas de « meilleure amie » avec qui elle pourrait partager ses secrets. Il préférait savoir qu'elle n'allait pas parler de leurs rencontres au premier venu et étant donné qu'il était peu probable qu'elle aille en parler à Kailee, Renan avait l'esprit plutôt apaisé. Le seul problème qui pourrait lui barrer la route étant un mentaliste présumé mort et qui ne l'était absolument pas. Mais bizarrement, le Breton avait du mal à imaginer l'avocate parler de ses histoires personnelles à un homme comme Chase. Peut-être qu'il se trompait, il verrait bien avec le temps.

Le fait que Charlie ne veuille pas rencontrer Evey ne fut pas mal pris, bien au contraire ! Il avait espéré qu'elle réponde par la négative, mais c'était une manière de montrer qu'il n'avait pas de secrets à propos de cette relation entretenait une jolie blonde un peu trop franche. Pour ce qui était des médias, Renan croyait la texane sur parole. Rares étaient ceux à relayer de véritables informations et c'était pour cette raison qu'il ne basait jamais ses dossiers sur elles, mais c'était une manière de la pousser un peu aux confidences. Lorsqu'il fut question de sa prétendue grossesse, un sourire se dessina sur les lèvres du français.

« Ou alors vous pourrez faire fortune en expliquant comment vous gardez la ligne dans une telle situation. »

Heureusement qu'elle n'était pas enceinte d'ailleurs ! Il avait eu à subir les sautes d'humeur de son ex-femme lorsqu'elle l'était et très franchement, Renan ne tenait pas à reproduire cela. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il était préférable qu'Evey ne tombe jamais enceinte : elle avait un caractère suffisamment exécrable au naturel pour ne pas avoir besoin de le revenir encore davantage en se retrouvant avec un parasite dans le bide.

La discussion se poursuivit tranquillement sur une note plus légère et le Breton prit soin à n'aborder aucun sujet dit « épineux » pour pousser Charlie à se montrer plus confiante. La bouteille était bien entamée et, évidemment, lui veilla à ne quasiment rien consommer. Oh, il ne craignait pas vraiment l'alcool, ses années de jeunesse ayant aidé, mais disons simplement qu'il préférait être totalement sobre plutôt que de prendre le risque de se retrouver avec un coup dans le nez lorsqu'une phase critique se présenterait. La jolie blonde de son côté, avait l'air de se détendre davantage. Que ce soit les effets de l'alcool ou de son arme secrète, il eut le plaisir de la voir lâcher un peu du leste et se montrer plus... bavarde. Le tout était de ne pas trop la secouer au risque de la pousser à flairer le danger et à reprendre ses esprits. Renan la regarda donc avec calme, esquissant un léger sourire devant son attitude plus relâchée. Elle en vint à parler de ce qui la retenait à Star City et des raisons qui faisaient qu'elle ne changerait pas de vie, même si celle dont elle rêvait était très éloignée de l'actuelle. Notant scrupuleusement toutes ces informations dans un coin de son esprit, le trentenaire se retrouva finalement face à une question qu'il n'attendait pas. Alors, elle était encore suffisamment éveillée pour pouvoir s'intéresser à la personne face à elle ? Dommage, il se serait bien passé de cet épisode, mais il pouvait difficilement esquiver sans que cela n'ait l'air louche, aussi Renan prit quelques instants pour ordonner ses pensées.

« Si, j'avais songé à partir, mais bon... disons que jusqu'à il y a quelques années je passais beaucoup de temps avec mon oncle qui vivait ici et après qu'il soit parti, je ne voyais pas vraiment de raisons de changer de mode de vie. » Il haussa les épaules. « Puis pour être parfaitement honnête avec vous, j'ai une cousine en ville, mais nous n'avons pas vraiment de très bonnes relations. Enfin, disons que c'est ce qui se rapproche le plus d'une famille sur ce continent, alors j'imagine que c'est un peu « ma ville ». » Même s'il se moquait éperdument de Prudence. « Je sais ce que j'ai ici, mais pas ce que je trouverai ailleurs. J'ai un côté très prudent qui m'empêche de me lancer dans un projet sans être sûr d'obtenir des résultats. »

Ce n'était pas faux : c'était pour cette raison que, selon lui, la base de Mannheim tournait aussi bien : parce qu'il était attentif aux détails. Certains songeaient que ce n'était pas important, mais Renan avait tendance à considérer qu'à trop passer sur les détails, ces derniers finissaient par devenir envahissants au point qu'il soit impossible de les surmonter. Le mieux était donc que ce soit parfait dès le début. Mais ce côté maniaque ne devait pas être mis en avant devant la demoiselle et le français enchaîna donc sur la suite.

« Vous êtes la seule fille de votre famille si je me souviens bien ? » Ils en avaient parlé après le rendez-vous professionnel. « Je dirais que c'est normal que vous agissiez comme ça. Même si c'est cliché de dire ça, les filles ont beaucoup plus l'instinct maternel que les hommes et en général, les sœurs le développent beaucoup avec leurs frères. J'en ai plusieurs alors croyez-moi, je parle d'expérience... » Un geste de la main chasse ce sujet. « C'est une bonne chose de veiller sur eux, mais je ne suis pas convaincu qu'ils seraient ravis de savoir que vous mettez votre vie et vos envies de côté pour eux. Enfin, moi ça m'ennuierait si vous étiez ma sœur. » Ce qui n'était heureusement pas le cas. « Je sais que ça va avoir l'air bizarre comme question..., mais pourquoi vous ne leur demandez pas de déménager avec vous tout simplement ? Vous êtes du Texas non ? Il doit y avoir des tas d'étendues sauvages là-bas, puis peut-être qu'ils seront partants pour retourner dans votre état d'origine et rester près de vous ? » Il marqua une petite pause. « Vous savez, on ne vit qu'une fois, alors si vous avez des envies et des projets, c'est dommage de les laisser de côté pour faire quelque chose qui ne vous passionne pas autant que vous le voudriez. »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 23 Juin 2014 - 16:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
En même temps, s’intéresser aux autres plutôt qu’à elle était dans sa nature alors, il y avait fort à parier que même parfaite éméchée, Charlie serait toujours capable de poser des questions concernant les autres. Il faut croire que l’alcool ne changeait pas les gens, ça aidait seulement à d’autres choses ou accentuait certains traits de caractère. Du coup, elle écouta réellement la réponse de Renan qui, cette fois, parla d’une cousine avec qui ça ne se passait pas très bien. Elle lui accordait, cela dit, le fait qu’on savait ce qu’on quittait sans savoir ce qu’on trouverait en échange. Renan avait quand même l’air d’avoir une vie assez carrée, avec des choses bien définies, comme si le moindre élément perturbateur était proscrit. Charlie imaginait facilement un appartement nickel, une vie rangée et aucune prise de risque. Un peu tout le contraire de sa vie, où elle enchainait les évènements imprévus.

La tête appuyée sur le dossier de son siège, elle hocha la tête : oui, elle était la seule de sa famille. Enfin, il y avait sa mère mais, elle n’avait jamais vraiment compté. La trentenaire laissa passer un sourire parce que, dans le fond, ça la rassurait un peu de savoir que c’était normal qu’elle agisse de cette manière avec certains de ses frères. Cela dit elle se voyait assez mal dire à Jay : non mais, tu sais, si j’agis de cette manière c’est à cause de l’instinct maternel, une connerie du genre . Il y avait de grandes chances qu’il le prenne plus mal qu’autre chose. Elle ne prit pas tellement le temps de réfléchir suite aux questions de Renan, et haussa les épaules, autant que sa position lui permettait.

« Le truc c’est que je n’ai pas l’impression de mettre ma vie de côté. Je veux dire : mes choix sont forcément orientés, parce que je prends certaines décisions en rapport avec mes frères mais, en fait, c’est ce que je veux. » Elle plissa les yeux pour savoir comment expliquer les choses. « Partir n’aurait juste aucun sens si je le fais sans eux, enfin, pas tous mais… » Ouais bref, c’était compliqué mais il y avait bien deux de ses frères qu’elle zapperait sans trop de problèmes en fait. « Et, de toute façon, ils ont leur vie ici alors je ne risque pas de leur demander de partir et, dans le fond, j’aime bien ma vie ici aussi. »

Disons qu’il y avait des personnes qui avaient assez d’importance pour qu’elle n’ait pas envie de partir. Cela dit, si Jay débarquait un jour en disant qu’il plaquait tout et que le mieux était de s’éloigner le plus possible de cette ville, Charlie ferait ses valises sur le champ.

« Enfin bref, je me suis sûrement mal exprimée parce que, en réalité, la vie que j’ai, je l’ai choisi. » Elle laissa passer un sourire. « Sinon, je crois que je serai encore en train de vivre avec le reste de la fratrie. » Ce qui aurait sûrement simplifié un tas de choses dans ses relations avec Jay aujourd’hui mais, comme elle ne pouvait pas remonter dans le passé, il fallait bien faire avec ses choix. « Mais, franchement, je n’ai vraiment pas lieu de me plaindre de ma situation. » Elle haussa les épaules. « J’ai un boulot stable qui fonctionne plutôt bien. » Même très bien. « Je suis bien entourée et mes relations avec mon petit frère s’arrangent. »

Bref, il y avait bien pire qu’elle et Charlie n’avait aucune raison de se plaindre ou de se lamenter sur son sort. En plus de ne pas être son genre, elle se trouverait particulièrement égoïste de le faire. Elle se redressa un peu et posa son regard sur Renan.

« Je me trompe peut-être mais, vous avez quand même l’air d’être quelqu’un qui aime savoir où il met les pieds, non ? » En s’écoutant, elle trouvait que ça sonnait un peu comme une critique. « Enfin, je ne suis pas en train de vous juger mais, en vous écoutant, j’ai l’impression que vous préférez avoir le moins de surprise possible. » Comme le fait de vouloir rester à un endroit en sachant ce qui s’y trouve plutôt que prendre le risque de voir ailleurs. « Ce n’est pas une critique mais, des fois, ça ne vous donne pas l’impression que vous devez passer à côté de certaines choses ? »

D’un autre côté, elle comprenait en partie cette façon de faire, il y avait des évènements imprévus dont elle se serait bien passée dans sa vie. Mais tout garder sous contrôle, ça n’enlevait pas, justement, les surprises d’un imprévu ? Elle se trompait peut-être mais, elle le voyait plus comme quelqu’un de passif plus qu’acteur de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 24 Juin 2014 - 20:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Au fur et à mesure que la discussion se faisait, Renan cernait mieux la personnalité de Charlie. Ainsi que ses liens avec sa famille. S'il en croyait ce qu'elle était en train de lui dire – et il n'y avait aucune raison de ne pas le faire – elle avait apparemment quelques tensions avec certains de ses frères tandis qu'avec d'autres, les choses passaient mieux. Enfin, c'était ainsi que Renan interprétait les mots « pas tous », considérant que certains devaient certainement poser problème. Pas étonnant, dans chaque famille il y avait un vilain petit canard. Chez les Le Guerec, c'était lui. Chez les Lane, est-ce que c'était Charlie ? Notant cette information dans un coin de son esprit, le Français considéra que ce serait une piste à exploiter pour tenter de pouvoir l'amadouer sur ce plan-là : les femmes se confiaient ou s'attachaient plus facilement à des personnes qui partageaient des points communs avec elles.

Il nota aussi qu'elle parlait surtout de son petit frère, c'était donc certainement avec lui qu'elle s'entendait le mieux. Une autre information de poids à garder au chaud : il était toujours bon de savoir où diriger ses hommes s'il y avait besoin de mettre un peu d'action dans la vie de la blonde ! Renan était bien loin de se douter que l'actuel « protégé » de son binôme – la blonde pulpeuse – était justement de fameux frangin. Le hasard faisait bien les choses ! Ou pas. Il aviserait plus tard.

Si la discussion était bien engagée pour se concentrer sur la jeune femme, cette dernière changea finalement de sujet pour lui poser une question plutôt inattendue. Est-ce qu'il était frileux au sujet des imprévus ? Assurément ! Un maniaque du pouvoir et de la manipulation comme Renan avait en permanence besoin de tout maîtriser. Mais il ne pouvait pas présenter les choses sous cet angle au risque de passer pour un type qui craignait le changement. Il y avait fort à parier que vu le caractère de Charlie, ce serait un gros malus pour réussir à entrer dans ses bonnes faveurs. Le mieux était donc de déformer la vérité pour présenter la situation sous un angle plus favorable. Au final, il ne mentirait pas vu qu'il avait été tout le contraire avant d'entrer dans l'organisme auquel il appartenait aujourd'hui. Secouant la tête, le Français répondit donc.

« Si, bien sûr. Je sais que je passe à côté de beaucoup de choses et parfois ça m'ennuie, mais je préfère éviter d'y penser. » Son regard se posa sur la jeune femme. « Pour être honnête avec vous, je n'étais pas comme ça avant. Pas du tout même. Je ne sais pas si vous allez me croire, mais avant de venir à Star City, j'étais plutôt du genre à ne rien prévoir et à vivre au jour le jour sans penser aux conséquences de mes actes. » Ce qui était la pure vérité. « D'ailleurs c'est pour cette raison que mes parents m'ont envoyé ici. » Il haussa les épaules comme si c'était sans importance. « Et disons que mon oncle était un homme très... cartésien. Il avait un côté militaire qui vous obligeait à marcher au pas et à obéir au doigt et à l’œil. C'était un véritable maniaque de l'organisation et il nous a imposé ça, à ma cousine et à moi. Du coup je crois que c'est resté à force de le faire tous les jours. » Une légère pause se fit. « Puis les rares fois où j'ai laissé l'imprévu se mêler de ma vie depuis qu'il est mort et bien, ça a plutôt mal tourné. Alors j'évite de le faire maintenant. » Son regard s'était détourné d’elle alors qu'il parlait et il le reposa sur son visage. « Mais bon, au final si j'avais maîtrisé ma réaction avec mon ancienne cliente, je ne vous aurais pas recroisée et je ne serais pas ici, donc ça a aussi du bon, j'en conviens ! »

Une manière de dire qu'il appréciait d'être avec elle, un compliment voilé en somme. Un sourire s'était dessiné sur ses lèvres tandis qu'il haussait les épaules comme pour chasser ce sujet. Renan se doutait bien qu'il devait passer pour un homme insipide et sans aspérités aux yeux de Charlie, mais c'était ainsi qu'elle l'avait connu avec Kailee et il devait donc « évoluer » devant elle pour qu'elle ne trouve pas ce changement louche. Le mieux était peut-être de mettre clairement les choses au clair, non ?

« Vous trouvez que je suis trop passif ? Ça ne me vexerait pas vous savez. Mon amie me le dit toujours et dans des mots bien moins gentils je vous l'assure. » Il parlait d'Evey. « Je sais que vous êtes une femme qui a de la poigne et qui fait bouger les choses, puis j'imagine que les surprises doivent être quotidiennes avec vous. Peut-être que si j'avais un métier un peu plus animé, je penserais pareil, mais je vous avoue qu'à part croiser un oiseau, je ne risque pas grand-chose. » C'était dit sur un ton léger. « Au final, d'une certaine manière vous faites un peu la même chose, mais sur un autre plan. » Son regard glissa vers elle. « Je ne connais pas votre vie, mais vu la manière dont vous parlez de vos frères, vous restez aussi en retrait avec eux, non ? Peut-être qu'il faudrait justement prendre les choses en main pour que tout puisse évoluer ? Je pense que ce n'est pas la même chose dans la vie privée ou professionnelle.... ? »

Encore une technique pour tenter de les reprocher et, pourquoi pas, pouvoir glaner quelques nouvelles informations sur elle tant qu'à faire.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 25 Juin 2014 - 18:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Comment mettre fin à des officiers de SHADOW : il fallait que Renan menace Charlie de mort pour qu’Evey le tue afin de tenir parole auprès de Jay. Finalement, les choses n’étaient pas si compliquées ! Enfin, fallait-il encore savoir qu’ils appartenaient à un groupe secret et que tout le monde avait des liens avec tout le monde.

Du coup, en se basant uniquement sur ce qu’elle pouvait apprendre, effectivement, elle avait un peu du mal à imaginer comment il aurait pu être avant. Difficile d’imaginer un Renan assez turbulent pour que ses parents décident de l’envoyer ailleurs histoire de lui donner un peu de discipline. Une réaction qu’elle ne comprenait pas trop mais, d’un autre côté, niveau famille, Charlie n’était pas vraiment un exemple à suivre. Hormis elle qui s’était barrée, la fratrie restait encore ensemble aujourd’hui, ça aurait été assez mal perçu que leur mère décide de virer quelqu’un… Pour l’autorité qu’elle avait ! Elle s’interrogea quand même sur ce qu’il entendait en disant que les choses s’étaient mal passées quand il laissait passer des imprévus mais, le questionner à ce sujet aurait été particulièrement indélicat. Elle laissa passer un sourire en baissant légèrement la tête, comme pour le cacher. Il marquait un point – même si elle ne les comptait pas – en disant qu’ils ne se seraient pas revus s’il avait tout contrôlé lors de son différend avec l’autre femme. Il était clair que Charlie n’aurait pas cherché à le revoir.

Arf. Elle afficha un air un peu désolé quand il lui demanda clairement si elle le trouvait trop passif, comprenant par la même occasion qu’elle avait manquée de subtilité. A aucun moment elle n’avait voulu que ça ne se ressente comme une critique, à croire que l’alcool lui faisait un peu moins peser ses mots. Par contre, avant de reprendre, elle secoua la tête dans un sourire. Elle avoir de la poigne ? Très drôle. Ok, dans son boulot c’était une chose mais, en dehors de là, sérieusement… La loose. D’un autre côté son boulot l’obligeait à ne pas se laisser marcher sur les pieds, sinon ça allait être compliqué de défendre un client ou même d’insister pour avoir des réponses. Mais ce n’était pas pour cette raison qu’elle était pareille dans sa vie privée, enfin elle n’en savait rien : Charlie n’avait jamais été douée pour se juger elle-même. Dans une moue de réflexion face aux dernières paroles de Renan, elle prit quelques secondes avant de répondre.

« Oui et non pour mes frères, c’est un peu compliqué à expliquer en réalité. Mais autant j’essaye d’en faire avancer certain, ou du moins à essayer de voir ce qu’ils veulent vraiment. Et… » Elle haussa les épaules. « En même temps, je reste assez éloignée parce que mes relations avec d’autres sont réellement conflictuelles. » Et comme il ne s’agissait pas seulement de quelques éclats de voix, autant éviter de provoquer les plus âgés. « Enfin, ce n’est pas très important. Les histoires de famille, c’est compliqué pour tout le monde. »

Suffisait de le voir lui, ça ne devait pas forcément être évident d’être envoyé dans un autre pays par sa propre famille, s’éloigner de tout le monde pour suivre une éducation quasi-militaire – de ce qu’elle avait compris. En bref, même différentes, toutes les histoires pouvaient avoir quelque chose de compliqué pour une personne. Franchement, elle avait déjà réussi à renouer avec Jay, à partir de là, même si ce n’était pas parfait, elle ne se trouvait pas tellement en droit de se plaindre. Les choses pourraient être pires. Elle décida de reprendre sur la première question qu’il lui avait posée.

« Ce n’est pas que je vous trouve trop passif, enfin, en tout cas le but n’était pas d’émettre une critique. » ça commençait bien comme explication ! « Enfin, je veux dire, si les choses vous conviennent comme ça, c’est bien. C’est seulement que, des fois, vous donnez l’impression de ne tellement pas vouloir être dans le conflit que vous préférez ne rien dire en acceptant certaines choses. »

Un avis essentiellement forgé sur sa relation avec Kailee où il avait expliqué que le boulot de la journaliste lui avait posé quelques soucis mais, sans pour autant les régler. Enfin après ce n’était qu’une impression, comme elle l’avait précisé, parce que, finalement, elle n’avait pas été dans leur vie de couple – heureusement d’ailleurs – et on ne savait jamais vraiment comme ça se passait entre deux personnes. Un prit un air faussement alerté avant de le mettre –toujours faussement – en garde.

« Cela dit, vous devriez faire attention, un oiseau ça peut être vraiment dangereux. » Mais bien sûr ! Quoique, en même temps, ils vivaient à Star City alors, même avec un oiseau, ils étaient à l’abri de rien. « Mais plus sérieusement, je comprends qu’on puisse apprécier une certaine… Routine ? Ça a toujours quelque chose d’un peu rassurant de savoir où on met les pieds. » Elle apprécierait, par exemple, de savoir si en rentrant chez elle, elle allait y trouver quelqu’un qui était entré par effraction ou non. « J’ai quand même un peu de mal à vous imaginer en étant tout l’inverse. » Le ton était léger et elle avait récupéré un sourire durant sa phrase. « Du coup, si vous avez connu les deux, je suppose que si vous avez réussi à prendre le pli de cette vie actuelle, c’est que ça vous convient mieux comme ça, non ? »

Son oncle n’étant plus là, il aurait pu reprendre les anciennes habitudes de ce qu’il était mais, non, il avait gardé le mode de vie instauré par son oncle. De quoi laisser penser qu’il préférait ça à autre chose. D’un autre côté il avait parlé d’évènements qui s’étaient mal passés, peut-être que c’était aussi pour cela qu’il se tenait à son mode de vie. Ce qui arrivait dans la vie des gens pouvait influencer un tas de choses.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Jeu 26 Juin 2014 - 13:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4482
ϟ Nombre de Messages RP : 1452
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Bon, la vie de famille des Lane était apparemment très... compliquée ! Vu le tableau que lui peignait Charlie, Renan comprenait un peu mieux pour quelle raison elle avait décidé de s'émanciper et de rester éloignée du domicile familial. Pas très facile à vivre et surtout, moins utile en cas de menaces ! Le Français nota toutefois que la jeune femme parlait de certains de ses frères comme de « bonnes relations », son analyse précédente se confirmait donc. Il esquissa finalement un nouveau sourire lorsque la texane résuma les choses en parlant de complications pour toutes les familles du monde. Il ne pouvait pas le nier, même si dans la sienne, mis à part avec lui, toutes les choses se déroulaient parfaitement. À bien y réfléchir, sa pseudo famille avec Kailee avait aussi été pratiquement parfaite en apparence et pour cause : il avait fait tout son possible pour que les choses se passent comme la jeune femme le désirait. Bref, vu qu'il avait obtenu les informations qu'il voulait, Renan ne voyait pas l'intérêt de trop la relancer sans avoir de raison valable et la laisse donc revenir sur le reste.

Si elle l'avait jugé passif et insipide, il ne lui en voudrait pas : lui-même détestait cette couverture civile qui l'obligeait à jouer un caractère totalement opposé au sien. Mais tout était bon pour SHADOW ! Un bref sourire passa à nouveau sur ses lippes lorsqu'elle lança une plaisanterie avant d'en revenir sur le vif du sujet. Bon. Le mieux était de lui balancer un truc qui la ferait vraiment réfléchir, un mensonge qui pourrait faire passer sa passivité pour un choix forcé. Une manière de lui prouver qu'il pouvait changer si jamais la possibilité de lui faire des avances se présenterait. La dernière phrase de Charlie fut suivie d'un silence assez long, pratiquement une bonne minute, puis il détourna son regard d'elle pour fixer le mur devant lui avant de lancer son mensonge.

« En fait... lorsque j'ai parlé de mauvais souvenirs juste avant, je pensais justement à la mort de mon oncle. Disons qu'à la base j'étais censé faire une course pour lui le soir où il est mort et mes collègues m'ont proposé de sortir avec eux ce soir-là. Ce n'était pas prévu et en général j'évitais de trop sortir, mais j'ai quand même accepté. » Il haussa les épaules. « Puis quelques heures plus tard, la police m'a appelé pour me dire qu'il avait été retrouvé mort dans une ruelle. Apparemment, il avait voulu faire la course que j'aurais dû faire et il est tombé sur la mauvaise personne. » Le ton semblait faire croire qu'il voulait rester neutre, sans y parvenir. « Alors, disons qu'en restant dans ce mode de fonctionnement, j'ai un peu l'impression de racheter ma connerie de ce soir-là. »

C'était, bien évidemment, un énorme mensonge. Son oncle avait été tué lors d'une mission et Renan, ainsi qu'Evey, avaient déplacé les corps pour éviter que la police ne comprenne que Jack Talley, citoyen modèle, était en réalité un Super-Vilain. Ils avaient donc camouflé sa mort qui avait été classée dans la catégorie des crimes non résolus. Au moins la texane se rendrait-elle compte qu'il ne mentait pas si elle avait l'idée de vérifier. Le reste du mensonge était là pour lui faire comprendre qu'il avait du mal à changer à cause de cette faute qui le faisait culpabiliser et en prime, ça excusait aussi son manque de sociabilité puisque c'était – soit-disant – à cause d'une soirée entre collègues que son oncle avait été tué. En bref, l'alibi parfait ! Renan ne précisait rien de tout cela, laissant l'avocate faire son métier et déduire seule les conséquences de ce fâcheux incident.
Ne laissant pas traîner la discussion, il embraya rapidement sur le reste.

« Vous parlez pas mal de votre petit frère apparemment. C'est lui le dernier ? J'imagine que c'est une bonne raison pour que vous ayez envie de le sur-protéger. Il a quel âge ? Sans indiscrétions. » Il ignorait celui de Charlie, enfin en tant que civil vu que Tesla avait ces informations. « Il doit avoir dans les vingt-cinq ans je pense ? Ou alors vous avez quasiment le même âge. » Et hop, un compliment voilé comme quoi elle faisait plus jeune que son âge. « Vous n'avez pas moyen de le rencontrer hors de la maison familiale ? Enfin je pense qu'ils ne sont pas toujours collés ensemble, vous devriez pouvoir les croiser à côté de temps en temps, non ? » Il eut un sourire désolé. « Navré, je pose des questions qui ne me regardent pas vraiment, mais je crois que je trouve ça dommage que vous ne puissiez pas les voir autant que vous voulez. » Il soupira doucement. « Je me suis toujours dit que les gens devraient pouvoir faire ce qu'ils voulaient au moment où ils le voulaient, surtout lorsque ça concerne la famille. »

Ça lui allait bien de dire ça alors qu'apparemment, c'était un maniaque du contrôle. Une raison de plus pour que la demoiselle pense qu'il agissait ainsi uniquement par « peur » suite à ce que sa dernière impulsion avait provoquée. Il n'y avait plus qu'à espérer que la jeune femme marche là-dedans !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein





La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» La séduction a toujours été une histoire de manipulation [Derek]
» La séduction a toujours été une histoire de manipulation [Renan & Ginger]
» La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Charlie
» [Flashback] La séduction a toujours été une histoire de manipulation. | Ulwyck & Allyria
» Le Résumé officiel des INTRIGUES [A consulter régulièrement]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-