AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle ▬ Chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 14 Mai 2014 - 20:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Depuis qu'un agent était rentré du Japon en l'informant qu'un certain Chase Neutron-Grey avait apparemment découvert que SHADOW existait encore, les journées – et nuitées – de Renan n'étaient plus tranquilles. Le trentenaire s'attendait quasi quotidienne à ce qu'un communiqué à ce propos puisse paraître, mais rien n'était venu. Plus surprenant, le jeune homme avait quitté l'UNISON peu de temps après et, forcément, le Breton avait commencé à se demander s'il n'y avait pas là le signe d'un potentiel allié ? Ce n'était pas parce que l'on naissait au sein d'une famille de héros que l'on en devenait forcément un ! Il n'y avait qu'à voir son propre chemin : il n'était pas un Breton sans intérêt qui vivait une vie monotone dans un village paumé de France. Pourtant, c'était le cas de ses géniteurs. En bref, le français avait commencé à se poser des questions à propos de tout cela et envisager une approche, subtile bien évidemment, qui lui permettrait de comprendre ce qui se tramait là-dessous. Mais comme il n'était pas question du pégus du coin, l'Officier de la Pénombre voulait que les choses soient bien claires et qu'il sache à quoi il allait s'attaquer. Lorsque vous alliez approcher quelqu'un qui pouvait transformer votre cervelle en confiture de framboises, vous évitiez d'y aller avec les mains dans les poches.

Puis un élément imprévu était arrivé et pas des moindres : la mort – prétendue – de Chase Neutron-Grey. Mauvaise nouvelle pour une opération entièrement dirigée sur cet individu.
Forcément, Chase n'était pas immortel, il pouvait faire des « bêtises » lui aussi et Renan avait appris, en voyant son oncle y passer, que même les personnes les plus douées qui soit pouvaient mourir elles aussi. Mais ce n'était pas parce que la presse en parlant et que même ses proches avaient l'air effondrés que Renan allait se reposer là-dessus ! Il souhaitait que SHADOW mène sa propre enquête pour vérifier cette nouvelle et cela passait bien évidemment par une surveillance accrue des relations proches du jeune homme. Il y avait son petit-ami, un Breton au patronyme presque identique à celui de Tesla, puis il y avait aussi Charlie Lane, entre-autre. Étrange de constater que ses dossiers se rejoignaient et que la jolie avocate à qui il essayait d'arracher des informations se mêlait aussi de cette enquête.

Quoi qu'il en soit, après des vérifications approfondies, il fut finalement remarqué que l'humeur du prénommé Lukaz avait soudainement changé. Après un deuil apparemment compliqué, le Breton avait retrouvé sa bonne humeur et semblait capable de poursuive sa vie comme avant la mort prématurée de sa moitié. Les propos rapportés faisaient aussi état de la présence d'une autre personne qui apparaissait souvent dans les environs de cet homme : une personne d'à-peu-près son âge, peau noire, cheveux foncés et se prénommant apparemment Axel. Des informations qui semblaient parfaitement lambdas, sauf lorsque vous saviez que le disparu était le plus grand mentaliste qui soit. N'était-il pas capable de préserver son esprit et de s'accrocher à une autre enveloppe charnelle ? Renan avait déjà entendu parler de divinités qui auraient, apparemment, pris possession de cadavres ou d'humains pour pouvoir venir sur Terre à défaut de pouvoir le faire avec leur propre enveloppe charnelle. Pourquoi les choses seraient différentes pour un mentaliste aussi doué ? Bien sûr, un excellent moyen de vérifier aurait été de contacter Charlie Lane pour sonder un peu ses paroles, mais sachant qu'il jouait déjà sur un fil tendu en ce qui concernait ses relations avec son ex-femme, il était préférable de ne pas rajouter une nouvelle difficulté avec ce sujet. De plus, Renan ne voulait plus attendre des semaines sous peine de voir le Neutron-Grey lui échapper une nouvelle fois, il devait donc y aller à l'instinct et savoir à qui il avait affaire histoire de vérifier si son hypothèse se vérifiait ou non.

C'était pour cette raison que Tesla était de sortie. Il avait remarqué que le soupçonné Chase se promenait souvent dans le centre-ville et dans les zones de ce type. Le mieux était donc d'attendre qu'il soit dans un endroit plus isolé que les autres de manière à pouvoir l'aborder et savoir de quoi il en retournait. Il n'y avait qu'à espérer que l'accueil du jeune homme n'allait pas être trop hostile....
Installé sur un toit, observant de loin sa cible, Renan attendait. Une heure, puis un autre. Finalement, la silhouette qui retenait toute son attention s'éloigna de la zone publique pour se diriger vers une ruelle qui conduisait à une rue commerçante. L'endroit parfait pour l'interpeller et lier le contact ! Attendant que le jeune homme s'engage sur le chemin, le Breton sauta finalement au bas de son immeuble, utilisant son pouvoir pour atterrir tout en douceur, puis s'adressa à l'homme qui, s'il était celui qu'il soupçonnait, devait déjà avoir senti sa présence.

« On dirait que vous aimez vous faire désire. À moins que vous n'ayez pas remarqué que vous étiez attendu ? »

Visage masqué, Renan patientait. Il avait instauré une légère distance entre eux, pourtant bien conscient que le mentaliste n'avait pas besoin de grand-chose pour se débarrasser de lui s'il le désirait. C'était une habitude difficile à perdre dirons-nous. Son attention posée sur la silhouette face à lui, l'Officier de la Pénombre reprit.

« On ne vous a jamais dit que vous ressembliez beaucoup à un célèbre mentaliste ? » Ce n'était pas le cas bien sûr. « J'avais quelques affaires à régler avec lui, alors je me disais que vous pourriez peut-être m'aider. » Une légère pause se fit. « Je viens en ami. Ou au moins en neutre. »

Pas en ennemi, c'était tout ce qui comptait. À voir si l'homme allait reconnaître les faits aussi aisément ou si les choses allaient être légèrement plus compliquées !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 15 Mai 2014 - 10:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
— Comment oses-tu t’opposer à moi ?

Alex regardait son adversaire droit dans les yeux. Enfin, façon de parler.

— Staross ! Attaque Psyko !

Parce qu’Alex vivait dans un monde de rêves que tout le monde lui envie, il avait évidemment modifié sa Nintendo DS et sa cartouche de Pokémon Saphir pour pouvoir commander par la voix son équipe et donner un peu plus de réalisme à l’aventure. D’accord, il avait aussi créé de vrais Pokémons dans la Forteresse Onirique, mais il n’avait pas encore eu le temps de programmer une intelligence artificielle susceptible d’y recréer entièrement l’aventure et « recréer Hoenn dans une dimension parallèle » n’était pas tout à fait en haut de sa liste de priorités. Il n’empêchait que l’annonce d’un remake pour novembre 2014 avait un peu plus encore éclairé son quotidien déjà radieux, fait de meurtres interdimensionnels, de grimoires de nécromancie, d’orphelinats hantés et de tripotage intensif de Breton consentant. La belle vie.

Sauf que… Sauf que même les dresseurs multibadgés s’exposaient parfois à de cruelles déconvenues.

— Staross ?

Staross ne répondait pas. L’écran de la console se brouilla. Puis l’appareil s’éteignit. Alex en fut ravagé, mais cette mort subite ne l’accablait pas comme une surprise : elle avait peut-être quelque chose à voir avec la veille, quand il avait laissé tomber la console dans le bain, parce qu’il avait manqué de s’ébouillanter en rajoutant de l’eau chaude. L’heure était grave cependant : il allait avoir besoin de nouvelles pièces. Parce qu’Alex faisait partie de ces êtres étranges qui n’achetaient pas d’ordinateurs, mais des pièces. Tellement plus hype. Le voilà donc parti dans les zones commerçantes de Star City, celles qui n’attiraient pas grand-monde — sauf, apparemment, les Bretons magnétiseurs, mais celui-là, c’est promis, Alex ne le tripotera pas — parce qu’elles étaient composées de magasins d’électronique, d’informatique et de jeux vidéos d’occasion. Le paradis.

De ce point de vue, Alex faisait certes un peu tâche. Avec son nouveau corps, d’une part, relooké entièrement par un Abban bien plus au fait de la mode que lui d’autre part, le jeune homme avait perdu son aura de geekitude, comme il avait pu le constater au contact de Zachary. Elle revenait certes bien vite lorsqu’il se mettait à parler processeurs ou multiclassing, mais pour l’heure, il attirait quelques regards. Il tourna dans une ruelle particulièrement peu engageante, parce qu’il ne craignait pas tout à fait de se faire détrousser par des informaticiens sans le sou réduits à la culture des coupe-gorges et il se fit bientôt draguer par un Breton — il devait sentir la crêpe au citron, pas possible autrement.

— Votre désir est très flatteur, mais je suis déjà…

Pris. Alex haussa un sourcil et se retourna vers son interlocuteur masqué et ombragé. En voilà un qui n’y allait pas par quatre chemins — exception faite des jours passés à le surveiller et des deux heures passées à le traquer, certes. Ceux qui le coinçaient comme ça dans une ruelle obscure et lui parlaient de régler une affaire avec lui ne devaient pas tenir à la vie. Ou bien ils avaient de sérieuses raisons de s’estimer en sécurité. Préférant ne pas risquer de déclencher un cataclysme psychique insoupçonnable avant d’avoir eu de plus amples informations, Alex se retint de fouiller sans attendre (et sans gêne) les pensées de l’inconnu.

— Non, on ne me l’a jamais dit. Quand bien même, je ne suis pas vraiment en affaires avec des hommes masqués qui m’abordent dans des passages mal éclairés. Enfin si, quand j’étais plus jeune, mais que voulez-vous, on vieillit, on se pose et on adopte des habitudes plus tranquilles.

C’était une manière très détournée de tendre à nouveau la perche en faisant allusion aux articles scandaleux qui avait sali sa réputation, peu avant sa disparition.

— Qui plus est, je ne connais pas d’amis qui refusent de me montrer leur visage et se tiennent à vingt mètres…

Un peu exagéré, soit.

— … de peur que je les morde. Et je n’ai certainement pas d’amis qui s’imaginent que vingt mètres, ou cinquante, ou cent, suffiraient à ce que je ne les morde pas.

Il n’empêchait qu’il n’avait aucune intention de rabrouer ce visiteur inattendu séance tenante. Le message de l’apparition avait été clair et Alex s’interrogeait sur la manière dont son retour s’était ébruité. Charlie ? Il avait pourtant toute confiance en elle. Lukaz, c’était hors de propos. Les jumeaux ? Ils gardaient tous les deux d’autres secrets, et fort efficacement. Suzaku et sa troupe ? C’était sans doute l’hypothèse la plus probable. Bien sûr, en revenant à Star City, sans chercher à cacher absolument tous ses pouvoirs, Alex s’attendait plus ou moins à attirer l’attention et éveiller les soupçons. Les mentalistes étaient certes nombreux, mais lui demeurait unique. Toutefois, la découverte était un peu trop prompte à son goût.

— Ceci étant dit, comme je suis un garçon sociable et bienveillant, je ne suis jamais contre me faire de nouveaux amis. Mais puisque vous croyez en savoir beaucoup sur moi, peut-être serait-il équitable que je commence par en savoir plus sur vous.

Avec quelqu’un comme lui, difficile de dire si c’était une invitation qu’il adressait à l’homme masqué pour expliquer sa présence ou juste un avertissement vaguement courtois qu’il allait s’inviter dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 15 Mai 2014 - 17:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
S'il avait été là pour essayer de faire du rentre-dedans au peut-être Chase, il ne s'y serait pas pris de la sorte ! Mais ce n'était pas le cas, c'était déjà bien suffisant d'employer cette technique avec son amie l'avocate. Jamais trop à la fois. Il laissa couler la première réponse, écoutant la suite avec une attention non feinte. Ses paroles laissaient penser qu'il confirmait être le Neutron-Grey disparut, mais elles restaient trop légères pour que Renan puisse réellement s'appuyer dessus. Les derniers articles parus sur Chase n'avaient pas été très... élogieux dirons-nous. C'était le cas depuis l'aveu de son homosexualité en vérité, chose que le Breton avait toujours du mal à comprendre d'ailleurs. Le jour où le sexe ou l'orientation sexuelle déterminerait des capacités d'une personne, il y porterait attention, mais pas avant. Bien évidemment, le fait que son visage soit masqué venait sur le tapis, à croire que tout le monde avait besoin de pouvoir savoir de quoi il avait l'air avant de lui parler. Qu'est-ce que ça changerait ? Les aveugles se faisaient bien des amis après tout, ils n'avaient pas besoin de savoir quelle était l'apparence de leur interlocuteur. Le mutisme de Renan ne s'interrompit que lorsque Chase laissa entendre qu'il voulait en savoir plus – et sous-entendit qu'il était possible pour lui de chercher ces informations lui-même. Le français avait une protection mineure qui brouillaient ses pensées et empêchait donc leur lecture, mais face à une personne avec les capacités de Chase Neutron-Grey, il n'était pas certain que ce soit très efficace. L'idée de laisser un homme pareil s'infiltrer dans ses pensées ne l'enchantait pas, aussi s'empressa-t-il de répondre avant que son interlocuteur ne se lance à la recherche de pensées pouvant le renseigner.

« Oh, mais je compte bien me présenter, c'est la moindre de politesses après tout. Mais disons simplement que je souhaitais vérifier mes soupçons avant de me lancer là-dedans, ça m'évite de devoir me débarrasser des témoins gênants. » Une manière de faire comprendre qu'il n'était pas du côté des gentils. « Nous ne nous connaissons pas personnellement, mais vous concernant, il suffisait de lire le journal pour avoir l'impression de vous côtoyer au quotidien. Et puis, comme je suis quelqu'un de curieux, je me suis un peu renseigné à votre sujet. » Il approcha légèrement. « Il faut dire que vous avez causé une petite frayeur à l'un de les agents, au Japon... Ce n'est pas tous les jours qu'ils rencontrent des personnes capables de voir ce que même la Légion ignore. »

Il ne devait pas avoir croisé tous les jours des agents d'organismes secrets, à moins que sa vie ne soit beaucoup plus animée que Renan le soupçonnait ! Ne pas citer haut et fort le nom de SHADOW était un choix plutôt logique pour éviter d'éventuels témoins bien évidemment, mais c'était aussi une manière de vérifier si l'homme à la peau d'ébène était bel et bien Chase ou juste un grossier imposteur. L'Officier de la Pénombre avait profité de la discussion pour utiliser son don et créer une sphère autour d'eux qui empêchaient aux communications de fonctionner. Il ne tenait pas à ce que l'individu face à lui puisse enregistrer ce qu'ils se diraient. Question de prudence.
Même s'il avait expliqué pour qui il travaillait, Renan ne s'était toutefois pas présenté personnellement. Il ne comptait pas le faire dans son entièreté, après tout, son identité civile ne regardait que lui, principalement parce qu'il allait devoir pas mal côtoyer la jolie Charlie Lane et qu'il ne voulait pas que son nom soit prononcé au détour d'une conversation. L'essentiel était donc de lui donner ce qu'il voulait, des informations sur lui, mais sans trop aller dans les zones d'ombre qui devaient rester invisibles. Il reprit donc assez rapidement.

« Nous enquêtions sur vous depuis ce jour-là, mais votre... mort a un peu chamboulé nos plans. Je sais que ça a été assez long, mais vous n'êtes pas franchement le genre de personne que l'on approche à la légère. » Un sourire, invisible, se dessina sur ses lèvres. « Et il n'y avait pas énormément de volontaires pour approcher un homme capable de réduire leur cerveau en gelé. » Ce n'était pas comme s'il attendait des volontaires cela dit. « Alors, je crois pouvoir dire que je sais que cette petite distance entre nous ne me protégera pas. Mais je ne suis pas venu ici avec l'idée de risquer ma vie. Avoir peur ne changera rien de toute manière et je n'aime pas me sentir stressé. » Son ton était d'ailleurs très calme. « Vous avez une évolution intéressante. C'est l'une des premières fois où je vois un fils de héros emprunter sa propre voie. Elle est assez similaire à la mienne et nous savons tous deux qu'il est bon de parfois avoir des alliés d'envergure. Je pense que nous pourrions avoir pas mal à partager. »

Même le Mandarin avait pu comprendre qu'il avait quelque chose à gagner à ce niveau, cependant Renan ignorait quelles étaient les relations que le Neutron-Grey nourrissaient avec cet homme. Il savait que son petit-ami était membre de la Triade, ce n'était pas difficile à découvrir avec de bonnes relations, mais les choses s'arrêtaient là. Bien décidé à mettre les chances de son côté, il reprit une dernière fois.

« Je sais qu'une parole ne vaut pas forcément grand-chose, mais je sais que vous avez des liens, même indirects, avec la Triade. Vous pouvez toujours vous renseigner auprès du Mandarin et lui demander s'il est bon ou non d'accorder sa confiance à Tesla. »

Lui donc. Même si la sœur du Neutron-Grey portait le même prénom, ce n'était qu'un hasard comme un autre.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 16 Mai 2014 - 17:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Chase n’avait plus entendu parler de la SHADOW depuis son départ de l’UNISON et si, à l’époque, son esprit de geek prompt à se plaire aux histoires de société secrète et de conspirations avait été séduit, de manière un peu romanesque, par l’idée de cet ennemi opposé à une organisation qu’il appréciait de moins en moins, il n’y avait plus prêté après cela une grande attention : sa source d’informations, à savoir les pensées des agents de l’UNISON qu’il côtoyait de temps à autre et les archives informatiques qu’il survolait par ennui plus que par dessein de nuire, s’était finalement tarie et des projets plus urgents et consistants avaient retenu son attention.

Alex ne s’attendait donc pas à la voir ressurgir. Il aurait presque pu croire que l’UNISON avait fait preuve d’une minutie excessive en s’attachant à une enquête sur une organisation fantomatique, somme toute, aux yeux du Neutron-Grey d’alors, aussi menaçante que le Cartel pouvait l’être ou même moins. Et puis, de fil en aiguille, les enjeux de la Terre Prime avaient été balancés par ceux du reste du Multivers et le jeune homme ne savait plus, exactement, ce qu’il en pensait. Mais Tesla retenait son attention hic et nunc et Alex esquissa un mince sourire.

— Je ne côtoie pas vraiment le Mandarin. Je ne suis pas sûr d’être assez… Docile ? À son goût. Ou au vôtre. Docile ou stable, je ne sais pas. Quoi qu’il en soit, je crois qu’il est prématuré de parler de confiance. Quand même vous seriez un homme de confiance, ce dont vous permettez que je doute, il me semble que mon parcours prouve assez que ce n’est pas le cas.

Ils s’entendaient donc sur sa propre identité.

— Cela dit, si vous voulez tout de même discuter, que nous ayons des intérêts communs, ça, je veux bien le croire. Après tout, l’UNISON, la Légion, tous ces gens-là sont parfois quelque peu… envahissants. Et je veux bien croire à votre constance que vos moyens ne sont pas négligeables.

Bien sûr, il ne craignait pas pour sa sécurité personnelle, mais il y avait Lukaz, il y avait les Mac Aoidh, il y avait le gang de Suzaku, il y avait ses propres intérêts financiers au Seraphia et ailleurs. Les enquêtes du genre que menait Leyland Harper allaient rapidement devenir une épine dans le pied — sans parler de l’enquête de l’UNISON sur Solar, au point mort, certes, mais toujours susceptible d’avancer. Si l’on ajoutait à cela qu’Abban lui avait confié les mésaventures de Wildcard avec le Corbeau et que Chase lui-même avait vu Sydney à l’œuvre, il y avait tout lieu de s’intéresser à ceux qui, comme eux, pouvaient souhaiter renverser l’ordre établi.

À cela s’ajoutaient des motivations plus intérieures. Si Tesla disait vrai, il avait été l’objet d’une enquête pendant un long moment, sans se douter de rien, et c’était une idée assez peu plaisante. Alex comprenait plus ou moins que les motivations finales de SHADOW n’étaient pas plus reluisantes, de son point de vue anarchique, que celles de l’UNISON. L’alliance ne pouvait donc être que ponctuelle et transitoire, mais elle lui permettrait peut-être d’y voir plus clair.

— Ceci étant dit, je crains que les journaux ne m’aient pas rendu justice. Sans vouloir être prétentieux, j’ai une personnalité un peu plus complexe que celle que l’on me prête. Et à relater des frasques d’adolescent, les journalistes avaient quelques longueurs de retard. Sur un point cependant vous avez tort : je n’ai pas de père. J’ai un géniteur que je n’ai jamais vu et auquel, au risque de paraître froid, je ne me suis jamais attaché. Les familles ont de ces légendes personnelles par lesquelles tous les enfants ne se sentent pas concernés. Rétrospectivement, je suis très content d’être mort : je me sens libéré du poids de la tradition.

Alex balaya la ruelle du regard et suggéra :

— Nous pourrions peut-être changé d’endroit ? J’imagine que vous avez des questions, j’espère que vous avez des propositions : tout cela risque de nous prendre un peu de temps et quitte à discuter longuement, autant le faire dans un endroit confortable. Je vous inviterais bien chez moi…

Il parlait de la Forteresse Onirique qui, pour le coup, était à l’abri des oreilles indiscrètes.

— … mais je ne suis pas sûr que vous soyez partant pour un voyage dont je sois le seul à avoir le ticket de retour.

Une remarque pour le moins opaque : au contraire de sa télépathie, le voyage dimensionnel faisait partie de ces pouvoirs qu’il n’avait jamais divulgués au public.

— Et si ça peut vous rassurer, je n’ai pas pour habitude de lobotomiser ceux qui ne m’ont rien fait. Ma moralité n’est peut-être pas aussi exemplaire que la légende familiale l’aurait souhaité, mais je ne suis pas encore un fou furieux. Même si j’avoue que, parfois, un esprit humain de plus, un esprit humain de moins… C’est un peu comme enlever une fourmi à la fourmilière.

Rassurant.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 17 Mai 2014 - 16:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Qu'il ne côtoyait pas le Mandarin n'étonna pas franchement Renan. S'il en croyait ce qu'il avait lu dans les rapports sur Chase, ce dernier n'était pas quelqu'un de très facile à fréquenter. Cela dit, n'était-ce pas le cas de tous les génies ? Quels que soient leurs domaines, ils étaient toujours plus intelligents que la moyenne et leur manière de réfléchir les poussait à avoir un comportement parfois déstabilisant pour le commun des mortels. Le français n'étant pas né avec un Q.I au-dessus de la moyenne, il était peu probable que le duo puisse s'entendre comme avec leurs autres relations, aussi Renan ne démentit pas les paroles de son interlocuteur. De toute manière, le Breton aimait avoir la main mise sur ses agents, pouvoir les bouger comme des pions et les sacrifier pour obtenir de plus grosses proies, il était donc plus qu'évident qu'un caractère aussi « anarchique » que celui du Neutron-Grey ne lui conviendrait pas. C'était d'ailleurs pour cette raison que l'Officier de la Pénombre n'avait jamais eu dans l'idée de recruter le mentaliste pour le faire intégrer SHADOW. Trop instable, trop versatile. Trop dangereux. Une arme à double tranchant pleine de surprise et Renan n'aimait pas les déconvenues, il fallait que les choses soient parfaitement millimétrées.

Lorsque son vis-à-vis lui annonça que les journaux n'avaient pas été à la hauteur des faits, Renan le crut sur parole. Fort heureusement, SHADOW ne se basait pas là-dessus pour faire ses dossiers, aussi le Breton ne s'inquiétait pas à ce propos. Ce n'est que lorsque le jeune homme parla de changer d'endroit que le trentenaire hésita un instant. Pour aller où ? Certainement pas à Mannheim ou dans l'un des endroits qui servait de couverture à l'organisme. Pas davantage dans les lieux qu'il fréquentait en étant sous son identité civile. La question fut brièvement mise de côté à la dernière phrase du mentaliste qui laissait penser qu'il avait des capacités encore insoupçonnées. Intéressant.
Finalement, l'Officier de la Pénombre ne répondit que lorsqu'il entendit une légère « menace » lui être adressée. Loin de se sentir sous pression, Tesla s'accorda un sourire, invisible, avant de rétorquer d'un ton posé.

« Une fourmi n'est pas bien importante, mais à trop secouer la fourmilière, il arrive parfois qu'elles finissent par se retourner contre leur agresseur. J'ai déjà entendu parler de fourmiliers dépassés par ce qu'ils pensaient pouvoir maîtriser. L'erreur est humaine et jusqu'à preuve du contraire, vous l'êtes encore. »

Ce n'était pas parce qu'il avait affaire à une personne capable de le lobotomiser qu'il allait mettre son naturel bravache de côté ! Le trentenaire avertissait simplement son comparse qu'il risquait d'avoir une désagréable surprise s'il commençait à se débarrasser des personnes d'importance de l'organisme de l'Ombre. Cette dernière n'appréciait pas vraiment de voir des personnes contrecarrer ses plans, qu'elles s'appellent Chase Neutron-Grey ou autrement.
Se posait maintenant le problème de l'endroit où ils pourraient discuter. Renan détourna son regard de l'Américain pour observer les environs. Il était vrai que la ruelle n'était pas particulièrement isolée et qu'ils risquaient bien de pouvoir être dérangés. L'idée de se débarrasser de quelqu'un ne dérangeait pas le français, mais tant qu'à faire, autant que cette conversation reste aussi secrète que possible ! Son attention se reporta donc sur la silhouette à la peau d'ébène.

« J'en suis navré, mais je n'ai pas vraiment d'endroit luxueux à vous proposer pour une discussion tranquille. Et comme je tiens tout de même à conserver une certaine discrétion, disons qu'il serait préférable de l'avoir dans un endroit où je n'aurais pas à attirer l'attention. » Avec son masque. « Peut-être que j’aurais dû attendre cet hiver pour vous aborder ? »

Le masque aurait été plus « normal » avec des températures négatives, mais ce n'était pas une proposition sérieuse, bien entendu. L'Officier de la Pénombre avait dans l'idée de proposer à son comparse d'aller faire un tour dans le quartier industriel. Ce n'était pas les bâtiments déserts qui manquaient, à la condition de ne pas être très regardant sur l'atmosphère dans laquelle ils se trouveraient bien sûr. Fort heureusement, ce n'était pas un rendez-vous amoureux qu'ils programmaient, mais bel et bien une conversation d'ordre professionnel – ou presque.

« Je vous proposerais bien l'un des immeubles de la zone industrielle. Il y a toujours du mouvement là-bas, pas plus tard que la semaine dernière, j'ai entendu parler de la fermeture de l'usine Robotech. » Autrement dit, leur lieu de rendez-vous. « Mais j'ignore si c'est suffisamment à votre goût. » Il haussa les épaules. « Voyez-vous, je n'ai pas pour habitude de m'appuyer sur ce que les journaux disent. Il y a beaucoup d’esbroufe pour des sujets qui m'intéressent assez peu, je préfère largement me fier aux rapports qui me parviennent. » Autrement dit, aux choses importantes et non à ses goûts en matière de relations intimes. « Et visiblement il y a quelques choses qui n'y ont pas été précisées. »

Comme ce fameux moyen de voyager qui ne plairait pas à Renan ? De quoi s'agissait-il donc ? Quelque chose de propre aux mentalistes ? Aux Neutron-Grey ? Des questions qu'il comptait bien poser à Chase, si tant est que le jeune homme acceptait sa proposition.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 17 Mai 2014 - 21:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Ah, mais c’était qu’il était désobligeant, en plus, ce Breton-là ! Alex haussa un sourcil. Humain, lui ? Et puis quoi encore ? Le jeune homme n’appréciait guère d’être ravalé au rang des fourmis, même si son antipathie croissante pour l’espèce humaine, qui avait fait encore un bond considérable depuis son décès, souffrait de quelques incohérences de taille, dont la plus considérable était indubitablement Charlie Lane. Fort heureusement, au fil des aventures de l’équipe Argos et aux côtés de Konstantin, le Neutron-Grey avait appris à ne pas laisser ses vexations parler pour lui.

Il finit donc par hocher la tête quand Renan proposa de se rendre dans une usine désaffectée.

— Si c’est suffisamment à mon goût ? Vous plaisantez : tant qu’il y a le mot robot dedans, moi…

Pendant qu’il parlait, son esprit avait recours à son plus ancien réflexe depuis qu’il avait pour la première fois quitté le Bigsby Building, quelques années auparavant, après une adolescence d’isolement : localiser un chauffeur de taxi, l’inciter à changer sa trajectoire, à venir jusqu’à lui et à le charger pour une course. Le quartier du Centre en était plein et Alex n’eut pas à attendre pour suggérer :

— Après vous…

Un taxi noir s’était arrêté à l’une des extrémités de la ruelle.

— Désolé, ce n’est pas aussi romanesque que vous pourriez l’espérer…

Alex emboîta le pas à Renan et pénétra à son tour dans le taxi.

— L’usine Robotech.
— Oh là, mec, j’veux pas d’problème.

Et quand on embarquait un type masqué pour se rendre dans une usine désaffectée, c’était généralement qu’on roulait droit vers les problèmes. Mais Alex répéta en détachant les mots :

— On. Va. À. L’usine. Robotech.

Et aussitôt, la voiture démarra. Le chauffeur fixait la route et ne jetait jamais de regard dans le rétroviseur. Pour autant, Alex ne parlait pas : la mémoire de leur transporteur serait d’autant plus facile à nettoyer qu’elle contenait moins de données compromettantes. Alors, calé dans son fauteuil, le mentaliste regardait la route et réfléchissait. Il réfléchissait et se maudissait intérieurement. Sans doute une personnalité aussi publique que lui eût été incapable de rester longtemps sous les radars de SHADOW, mais s’il n’avait pas poussé sa chance, au Japon, peut-être que l’organisation serait restée loin de lui.

Mais à l’époque, il avait été inconséquent — perdu entre l’UNISON et Lukaz, désireux de faire ses preuves, à lui-même, de sentir sa propre indépendance. De marquer le coup. Il avait pu quitter l’UNISON quelques jours plus tard. Quand il avait posé sa question à l’agent de l’Ombre, quand il avait violé le secret de l’UNISON, il avait bien senti l’absence totale de scrupules, et cela avait été la confirmation que son éducation morale n’avait laissé que des marques superficielles sur lui. Mais s’il avait été plus patient, s’il avait attendu que Lukaz l’embarquât dans un cambriolage, tout eût été beaucoup, beaucoup plus simple.

Maintenant, il avait à ses côtés la présence menaçante d’une organisation mal connue, dont l’extension lui échappait totalement. Il ne craignait pas pour sa vie — il en avait plusieurs — ni pour son futur — ce n’était pas les mondes qui manquaient. Mais il restait Charlie. La famille de Lukaz. Les jumeaux. Tesla, Maxime et Victoria. Même, pourquoi pas, si on les avait vus ensemble, Zachary. Suzaku. Beaucoup de gens qui dépendaient plus ou moins directement de lui et rendait bien théorique sa belle profession d’indépendance. L’homme à ses côtés était une menace tant qu’il s’opposait trop ouvertement à lui. Il était bien obligé de négocier — et de faire contre mauvaise fortune bon cœur, en tirant ce qu’il pouvait tirer d’un partenariat.

Le taxi s’arrêta devant l’usine et Alex fit un signe de tête vers la portière pour inciter Tesla à descendre, avant de sortir à son tour. Il se pencha ensuite vers la fenêtre du côté conducteur et son regard capta celui du chauffeur. Quelques secondes plus tard, il se redressait et la voiture s’éloignait. Le chauffeur allait rouler une bonne demi-heure au hasard, puis il reprendrait ses esprits et ne se souviendrait de rien. Ce n’était pas la première fois qu’Alex employait ce petit tour de passe-passe. Leur taxi disparu, les deux hommes pénétrèrent dans l’usine.

La fermeture l’avait vidée de ses activités, elle ne l’avait pas encore vidée de ses machines. Bien sûr, tout le matériel de pointe, toutes les données, tous les ordinateurs avaient été vendus déjà, et dispersés, mais il restait quelques chaines de montage. Les mains enfoncées dans les poches de son blouson de cuir, Alex marchait à pas lents. Il ne pouvait s’empêcher de songer que son futur aurait pu se jouer dans un endroit semblable. Chase Neutron-Grey, roboticien. Talentueux mentaliste, peut-être, mais qui ne poussait pas trop ses capacités, pour ne mettre personne en danger, et vivait une vie sans histoire, d’ingénieur en robotique. Marié avec un expert-comptable de la même entreprise, ou un avocat d’affaires.

Ils étaient restés un moment silencieux, puis Alex reprit la parole.

— Vous avez conscience que maintenant, je vais devenir méfiant ? Vous me parlez de votre enquête, de votre surveillance, de vos rapports. L’idée d’être espionné ne me plait pas beaucoup. Non que j’aie encore beaucoup de choses à cacher à ceux qui ont eux-mêmes beaucoup de choses à cacher : ce n’est pas comme si j’étais désormais une proie idéale pour le chantage.

De fait, il n’avait plus d’existence publique. Plus d’attention médiatique.

— C’est une question de principe. Et par principe, je préfère éliminer ceux qui me surveillent de trop près. Je ne parle pas de vous personnellement. Je parle de vos éventuels agents. Et vous voyez, si j’en trouve un sur mon chemin, je doute qu’il me dise volontiers : hé, pas touche, je travaille pour Tesla. Comment je sais qu’il ne travaille pas pour la Légion, l’UNISON, le CODE, les Chinois du FBI ? Il faut bien que j’élimine. Encore une fois, ce n’est pas personnel : c’est une question de principe.

D’ailleurs, la première chose qu’il allait faire en rentrant, c’était de passer son environnement au peigne fin électronique, à la recherche d’éventuels mouchards.

— Cela dit, je comprends que vous ayez d’intérêt ici. À Star City, aux États-Unis, sur cette Terre. Je ne suis pas forcément très patriotique.

Il parlait de Star City, sans doute. Ou des États-Unis.

— Et je ne cherche pas à faire concurrence à vous, ou à la Triade, ou à n’importe quelle branche du Cartel. Je n’ai pas de desseins de grande ampleur, de projets gigantesques. Rien de ce genre. Du coup, je peux vous proposer quelque chose comme cela. Vous cessez de me surveiller, ça vous économisera des agents. Et vous me laissez vivre ma vie. Et si jamais mes actions croisent vos projets, nous pouvons nous rencontrer et discuter d’un compromis. Il y a toujours des compromis. Je suis un excellent diplomate, vous savez : j’ai appris auprès du professeur Terendt.

Pendant à peine quelques mois, certes.

— En attendant, si j’ai bien compris, vous avez des questions. J’ai des réponses. Peut-être pas pour toutes vos questions, mais on peut commencer par là.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Mai 2014 - 0:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Un taxi était très visible, trop au goût de Renan mais il s'abstint de faire savoir à son interlocuteur qu'il aurait préféré se débrouiller pour atteindre l'usine par ses propres moyens. Est-ce que les mentalistes doutaient aussi des paroles de leurs interlocuteurs ? Il n'en avait aucune idée, mais Tesla ne souhaitait pas donner à Chase une raison de lui fouiller l'esprit pour vérifier qu'il n'allait rien préparer dans son dos. Après s'être installé dans le taxi au chauffeur sous contrôle mental, l'Officier de la Pénombre resta aussi silencieux que son vis-à-vis et ce n'est que lorsqu'ils se retrouvèrent dans le bâtiment désert que le français se concentra sur la suite de la discussion. La petite démonstration sur le chauffeur de taxi ne devait être que la partie émergée de l'iceberg et d'après les rapports envoyés par ses agents, Renan savait que l'homme présent à ses côtés était capable de largement plus. Le Breton fit le choix de laisser Chase – ou plutôt Alex – prendre la parole en premier. Il devait certainement avoir des questions et Renan espérait bien qu'il les poserait plutôt que d'aller chercher les réponses directement dans son esprit. Techniquement, les lectures mentales épuisaient les mentalistes et il espérait simplement que Chase, malgré ses compétences, ne dérogeait pas à la règle. Le français était suffisamment paranoïaque de nature pour ne pas avoir envie de se demander si son interlocuteur était en train de jouer avec ses pensées ou non.

Les questions arrivèrent enfin. Renan restait debout, bras le long du corps et aucun signe d'hostilité apparente. Il s'attendait effectivement à ce que le jeune homme soit méfiant, voire contrarié d'apprendre qu'il avait été surveillé. Cela dit, le français ne comptait pas faire de chantage, il l'avait fait pour des raisons précises qu'il garda pour lui en attendant la fin des paroles de son interlocuteur. Ce dernier le prévint d'ailleurs que s'il continuait à le surveiller, ses agents risquaient d'y passer. Une annonce qui ne perturba pas franchement un homme qui n'hésitait pas à sacrifier lui-même ses agents en cas de besoin. La proposition qui vint ensuite rejoignait plus ou moins ce que Renan avait l'intention de lui proposer, mais avant d'en arriver là, il souhaitait régler quelques détails. Ceux qui l'avaient poussé à enquêter sur le jeune homme, justement. L'occasion d'exprimer tout cela lui fut donnée et le français ne se fit guère prier.

« En vérité, j'ai surtout une question qui prime. Pourquoi ? » Ce qui pouvait concerner de nombreux sujets, aussi affina-t-il. « Pourquoi avoir laissé entendre à mon agent, au Japon, que mon organisme était surveillé par l'UNISON ? Même si vous avez démissionné peu de temps après, j'imagine que si vous vous étiez engagé, ce n'était pas simplement pour la classe de leur uniforme. » Qui était d'ailleurs plus que passable, mais passons. « Au début j'ai cru à un piège, prêcher le faux pour obtenir le vrai, mais votre démission a ébranlé cette conviction. Il aurait été possible que cette décision fasse partie du plan, mais je trouvais tout cela un peu énorme pour un simple soupçon. » Il avait beau être paranoïaque, il avait ses limites. « J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé de réponse à cette question. Si encore vous aviez voulu vous joindre à nous, je ne dirais pas, mais là.... »

Renan avait pensé que si le jeune homme avait décidé de quitter l'UNISON, c'était de manière à se rendre disponible pour pouvoir être abordé par quelqu'un d'autre. Le timing avec l'aveu à l'agent de SHADOW avait été si parfait que c'était la première chose qu'il avait envisagé, mais finalement, ce n'était pas le cas. La surveillance avait révélé que le Neutron-Grey faisait ses propres expérimentations, comme un grand et qu'il n'avait besoin de l'aide de personne. Le Breton restait toujours droit et immobile, son pouvoir brouillant toujours d'éventuelles surveillances. Après une légère pause, il enchaîna.

« Ce qui nous amène à vos conditions. Rassurez-vous, je n'ai pas l'intention de vous proposer de nous rejoindre ou de menacer. C'est ce que notre enquête m'a appris sur vous : nous nous entendrions bien mieux en collaborant et en conservant nos distances plutôt qu'en nous côtoyant sans arrêt. » Il haussa les épaules. « Nos caractères sont un peu trop incompatibles. » Il n'aimait pas les têtes brûlées en somme. « Et en ce qui concerne la surveillance dont vous étiez le sujet, elle a cessé à partir du moment où j'ai décidé de vous rencontrer. Et vu que vous avez accepté de faire connaissance, il n'y a aucune raison pour qu'elle se poursuive. J'ai appris ce que je voulais savoir avant de vous approcher. »

Comme on se mettait à étudier un prédateur avant d'aller s'amuser à se tortiller devant lui. En somme, Renan avait simplement voulu savoir où il mettait les pieds et logiquement Chase le comprendrait. C'était ainsi qu'agissaient tous les individus qui avaient un minimum de plomb dans la cervelle. Se posait maintenant le « problème » des intérêts communs qu'ils pourraient avoir. Renan ignorait quelle était la position du jeune homme à l'égard des groupes comme la Légion ou l'UNISON, mais connaissant SHADOW, il se douterait que ce dernier ne souhaitait pas copiner avec eux.

« Pour les agents, ne vous inquiétez pas. Si l'un d'entre eux est assez stupide pour dire qu'il travaille pour moi, il ne mérite pas mieux que votre traitement. Alors considérez que vous pouvez tuer tous ceux qui prétendent avoir été envoyés par moi-même. Je n'ai pas l'habitude de sous-traiter mes entretiens. » Autrement dit, il aurait désormais affaire à lui en ce qui concernait SHADOW. « Vous avez dit ne pas être patriotique, est-ce que je dois comprendre que nous n'aurons pas de raisons de nous... opposer si les plans de mon organisme venaient à viser certains groupes de votre connaissance ? » Autrement dit ceux cités juste avant. « Je m'en voudrais de blesser l'un de vos amis par accident. »

Sauf s'il n'en avait plus là-bas, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 18 Mai 2014 - 10:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Renan commençait évidemment par les questions compliquées — et désagréables. Alex n’avait aucune envie de se replonger des mois en arrière, lorsqu’il n’était encore que Chase Neutron-Grey, petit informaticien de l’UNISON, sous-catégorie du laboratoire de Tesla sa sœur, condamné à quémander auprès de sa hiérarchie des missions de quelque importance, qu’on lui délivrait à doses homéopathiques, et béni seulement par l’irruption inespérée de son existence d’un criminel breton. Ses souvenirs de l’époque n’étaient pas aussi précis qu’ils l’avaient longtemps été — la réincarnation avait coupé beaucoup des liens qui l’unissaient à son ancienne existence. Mais il retrouvait dans sa mémoire suffisamment de sa faiblesse passée, de l’incertitude désorientée qui l’avait jeté d’un côté puis de l’autre, pour se sentir humilié par une semblable anamnèse.

Alex écouta le reste des propos de Tesla, tout en songeant à la première question. Que se fût-il passé si on avait essayé de le recruter à cette époque ? Quelle autre route aurait-il prise ? Il s’extirpa de ses pensées après un long silence et se décida à répondre.

— Je ne suis pas aussi rationnel que vous semblez le croire. Vous vivez, apparemment, une existence de calculs et de plans méticuleusement développés. Je fais ça aussi. Aux échecs. Mais je suis plus impulsif que vous — comme vous avez dû le constater. J’aime l’aventure. J’aime la nouveauté. J’aime ce qui flatte mon imagination. À l’époque, du fin fond de la hiérarchie de l’UNISON, votre organisation flattait mon imagination. Maintenant… maintenant, je n’en sais pas beaucoup plus, à vrai dire, que ce que j’en savais à l’époque, je n’ai pas beaucoup cherché, mais enfin, j’ai d’autres perspectives.

Pour lui, les complots et les mystères étaient d’abord comme des séries télévisées en vrai, comme des jeux vidéos, comme les péripéties des écrans de son adolescence, au Bigsby Building, transposés dans la vie réelle, et si désormais son jeu s’était étendu jusqu’aux recoins du Multivers et qu’il avait activé son cheat mode personnel, Alex avait conservé une conception du monde et de sa propre existence bien moins complexe et pondérée que celle de Renan. Il lui avait fallu quelques minutes pour se mettre en colère contre Lukaz, songer à réécrire l’esprit de tout Star City et s’emparer de la Pierre de Lune, quelques minutes pour se réconcilier avec lui — pas plus de temps pour accepter de se lancer dans le crime. Ses projets s’échafaudaient et se détruisaient au rythme d’une fantaisie beaucoup moins scientifique que les journaux ne l’avaient dépeint.

— Vous auriez cherché à me recruter à l’époque, il est possible que j’aurais accepté. Sans vraiment savoir. Et vous vous seriez rapidement rendu compte que ça n’en valait pas la peine, je suppose. N’importe qui aurait cherché à me recruter, en me proposant plus de liberté et de pouvoir que ceux d’un petit employé de l’UNISON, de la Légion au Cartel, j’aurais accepté. Voyez ça, je ne sais pas, comme une crise d’adolescence.

Si toutefois un esprit aussi méthodique que celui de Tesla pouvait comprendre ce genre de choses.

— L’UNISON incarne tout ce que j’ai toujours détesté et auquel je me suis soumis par… Habitude ? Habitude, sans doute, plus qu’obligation. Pas nécessairement dans ses buts, mais dans ses fonctionnements, dans ses discours. L’ordre. La régularité. La discipline. Bref… En un sens, à la manière dont vous parlez de vos agents, je suppose que l’UNISON et vous n’êtes pas trop différents de ce point de vue.

Autant dire que ses rêveries de collaboration avec une entité mystérieuse digne des James Bond de son enfance étaient définitivement écartées, désormais.

— Bref, quand les gens rencontrent un agent trop capable, trop sérieux et trop mystérieux, ils imaginent, je suppose, les services secrets ou les militaires des opérations spéciales. Moi, j’imagine la conspiration mondiale dissimulée dans l’ombre. C’est mon tempérament romanesque. Que voulez-vous, ça fait partie de mon charme…

Nul doute que Tesla était peu sensible à un charme pareil — tous les Bretons n’avaient pas les mêmes goûts. Alex, qui avait considéré les chaînes de montagne, reporta son attention sur son interlocuteur.

— Je ne suis pas sûr de vous parler un langage qui vous soit très familier…

Mystères, rêveries, romanesque, liberté. Tout cela épousait mal la stature rigide de l’homme.

— Quoi qu’il en soit, non, nos caractères ne sont pas compatibles. Et pour en revenir au cœur du sujet, j’ai quelques amis dispersés ici et là. Que je ne vois pas nécessairement très souvent, mais dont je serais très, mais alors très contrarié, s’ils venaient à être brutalisés.

Ce qui était délicat, c’était qu’il n’avait aucune envie de donner une liste qui pût devenir un moyen de pression, mais qu’il était sans doute difficile à Renan d’épargner des cibles dont il ignorait l’identité.

— Je veux dire par là que ce n’est pas une affaire de principes généraux. La Légion, l’UNISON… Je ne dirais pas que je m’y oppose, je dirais qu’en tant que telles, elles m’indiffèrent. C’est une question de personnes. Mon frère, mes sœurs, par exemple. Ou Charlie Lane.

Autant de noms qu’il pouvait donner sans risque, puisque leurs relations étaient évidentes et publiques. Sans songer qu’il mettait précisément le doigt là où ça faisait mal, Alex poursuivit :

— Si quelqu’un devait faire du mal à Charlie, je crois que je perdrais le sens de la mesure. Enfin, pour être plus précis : à chaque fois que les gens font du mal à Charlie, je perds le sens de la mesure.

Et comme il imaginait que cela ne posait pas de difficultés, car qui voudrait sérieusement nuire à une avocate aussi aimable que Charlie Lane, Alex passa aussitôt sur le sujet.

— Mais en dehors de ces personnes, je n’ai pas, je ne sais pas, disons d’agenda ? Pratique ou moral. Je ne sais pas précisément quels sont vos buts, j’ai dans l’idée qu’ils ne me plairaient pas, mais que voulez-vous, je suis un grand garçon, j’apprends à composer avec la diversité du monde. On peut voir ça comme un pacte de non agression…
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Mai 2014 - 13:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il n'était pas si rationnel ? Le trentenaire resta silencieux, se doutant qu'une personne aussi jeune que son interlocuteur devait avoir une vision des choses plus... romanesque ? Certes, lui aussi était passé par là, mais il n'avait jamais été du genre à rêver de choses qui ne soient pas à sa portée. Renan avait toujours été très terre-à-terre et rien que pour cette raison, ils n'auraient pas réussi à s'entendre. Lorsqu'il parla d'avoir éventuellement pu accepter de rejoindre SHADOW, le Breton se montra quelque peu sceptique. Peut-être qu'il aurait apprécié au début, mais Chase ne semblait pas être de ceux qui s'investissaient de manière permanente dans une cause. Malheureusement pour lui, à SHADOW c'était à la vie à la mort et personne ne décidait de s'en-aller si l'envie lui en disait tout à coup ! C'était bien pour cette raison qu'il n'avait jamais décidé d'approcher le jeune homme. Les paroles que Chase eut à propos de l'UNISON prouvèrent bien que cela aurait été la pire idée que l'Officier de la Pénombre aurait pu avoir. Mais à SHADOW, personne ne démissionnait ou alors en se retrouvant au cimetière – voire au fond d'un canal. Quoi qu'il en soit, tout ce qu'il expliquait était parfaitement normal, même si Renan ne put s'empêcher de ressentir un élan de paranoïa lorsque le prénom de Charlie fut prononcé. Avait-il lu dans son esprit ? Le hasard était troublant, mais pas impossible. Quoi qu'il en soit, la manière dont il présenta les choses laissait au français la possibilité de s'en tenir à ce qu'ils allaient décider.

« Je m'en doutais pour votre famille, il n'était pas dans mes projets de leur nuire. Mais cela pourrait certainement leur porter préjudice si des Supers-vilains venaient à les épargner alors qu'ils s'en prendraient à leurs hommes, ne le pensez-vous pas ? » Même s'il s'en fichait pas mal au final. « Quant à vos amis, il ne seront pas brutalisés, nous sommes bien d'accord. Il faudra éventuellement nous fournir quelques informations à ce propos, malgré notre surveillance je doute que je puisse connaître votre carnet de contacts dans sa totalité. » Surtout une jumelle en particulier. « Même si le Cartel ne fait pas partie de nos ennemis, il arrive parfois que nos missions se croisent et je ne suis pas du genre à faire des cadeaux. » Pas du tout même. « Alors, si certains de vos amis sont aussi concernés par des organismes qui bravent la loi, ils peuvent aussi être concernés. » Chase ne pourrait pas lui reprocher d'essayer de l'arnaquer. « Vous avez ma parole que ces informations ne seront pas utilisées contre vous, ou même contre vos amis. » Ce serait suicidaire. « Un pacte de non-agression me convient très bien. »

Il ne mentait pas. Renan n'avait pas l'intention de faire du mal à Charlie, bien au contraire d'ailleurs ! Tout ce qu'il cherchait à faire, c'était d'approcher la jeune femme qui était étroitement liée à son ex-femme, afin de savoir si elle avait entendu parler d'affaires qui puissent concerner l'organisme pour lequel il opérait. Une fois que ce serait fait, le français s'arrangerait certainement pour disparaître de sa vie. En effet, si à la base il avait envisagé de pouvoir profiter du lien qu'il tissait pour se renseigner sur les affaires importantes qui auraient lieu en ville, la proximité de Chase risquait de devenir dangereuse. Quoique, s'il était là pour s'assurer que la jeune femme ne risquait rien, au final, elle serait bien plus en sécurité avec lui à ses côtés, non ? Il y réfléchirait plus tard, pour le moment il était dangereux de ressasser ses pensées au sujet de la jolie blonde, aussi Renan préféra-t-il aiguiller la discussion sur autre chose.

« À titre informatif, mon organisme n'est pas totalement comparable à l'UNISON. Chez nous, le seul moyen de ne plus avoir de lien avec, c'est de mourir. La démission n'est pas tolérée, c'est d'ailleurs pour cette raison que je n'ai pas jugé utile de venir vous proposer de nous rejoindre. » Il haussa les épaules. « Vous m'aviez l'air d'être quelqu'un qui appréciait le changement et comme vous le dites si bien, nos caractères sont trop incompatibles. » Autrement dit, si Renan se fondait dans le rôle d'agent, Chase y ferait tache. « Mais je ne vais pas vous mentir, je ne comprends pas vraiment ce qui vous motive. Pour ma part c'est l'ordre et la rigueur, les plans qui se déroulent comme je l'avais prévu, puis aussi de voir mes hypothèses être vérifiées. » Comme avec Chase par exemple. « Je me trompe certainement, mais j'ai l'impression que vous-même ignorez où vous voulez aller. Est-ce que vous avez des projets ou des buts précis ? » Son ton était un peu... étonné, c'était le terme. « Peut-être que cela ne me regarde pas, mais je vous avoue que j'ai été étonné de découvrir votre côté... romanesque. Je vous voyais plus cartésien, comme un joueur d'échecs, mais jusqu'à votre vie quotidienne. »

Ce n'était pas de la déception, mais juste de la surprise. Renan avait très sincèrement pensé que le Neutron-Grey pensait et agissait comme lui, mais il semblait qu'il soit la seule personne de son entourage qui soit animée par tant de rigueur. Dommage. Il aurait beaucoup apprécié l'idée de pouvoir confronter ses idées à celle d'un génie qui fonctionnerait sur le même système que lui. Laissant un léger soupir témoigner de ce regret, le Breton aborda un dernier sujet.

« Que j'appartienne à un organisme qui rêve de grandeur ne signifie pas forcément que je pense de la même manière. Certaines personnes sont animées par une simple envie, d'autres par des rêves et parfois, tout simplement par habitude, comme vous à l'UNISON. » Il ne précisa pas ce qui l'animait lui. « Je pense que nous pourrons nous comprendre à ce niveau. Maintenant que nous avons débuté un accord, je vais l'approfondir : j'apprécierais que vous puissiez nous tenir au courant d'éventuelles rumeurs qui circuleraient sur notre compte. Un peu comme au Japon en somme. »

Et il obtiendrait quelque chose en retour, bien évidemment.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 19 Mai 2014 - 10:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Tesla marquait un point. Si Tesla épargnait Tesla (on ne va pas s’en sortir) et Maxime de manière trop évidente, les soupçons de Tesla et Maxime allaient rapidement se porter sur Tesla, ou même les soupçons du public sur Tesla et, pourquoi pas, Tesla. Évidemment. Le plus sage était encore de conserver les apparences de la normalité.

— Je ne vous demande pas de les choyer. Mais entre les envelopper d’ouate et projeter de les assassiner, je suis sûr que vous pouvez trouver un juste milieu. De toute façon, les NG ne sont pas des Légionnaires.

Tesla travaillait pour l’essentiel dans un laboratoire, Victoria menait ses études et Maxime pilotait des avions : il était somme toute probable qu’ils en vinssent à directement contrecarrer les plans de SHADOW et, d’ici là, Tesla et Alex avaient bien le temps d’aviser sur la manière de les écarter plus en douceur. Restait le sujet de ses autres fréquentations. S’il supposait que Lukaz relevait de l’évidence et que Suzaku et son équipe, étroitement liés au Mandarin que Tesla lui avait donné, au début de la conversation, comme gage de bonne conduite, étaient épargnés par cette raison même, il y avait tout de même les jumeaux. Dana. Keiko. Zachary.

Alex choisit d’éluder pour un temps la question, incertain de la meilleure réponse à y donner. Accorder sa confiance à Tesla lui apparaissait un choix des plus imprudents, mais il avait peut-être mené trop de double et triple existences pour pouvoir encore se préserver d’une méfiance de principe. Les quelques informations que l’UNISON lui avait fourni en son temps sur SHADOW ne le disposaient pas à croire en la sincérité de son interlocuteur.

Pendant qu’il méditait, la question roula sur la surprise de Tesla. Alex ne put réprimer un sourire.

— Vous savez comment on apprend à jouer aux échecs, je suppose ? On retient par cœur des parties, des dizaines de parties célèbres, pour reconnaître les situations. Un bon joueur d’échecs doit être aussi rarement surpris que possible. Un très bon joueur d’échecs recombine les situations les plus rares pour résoudre son problème. Mais le plaisir du jeu, c’est quand la nouveauté surgit. C’est cela que j’aime, la nouveauté, l’imprévu, le moment où tous les codes craquent, où il faut se jeter dans le vide. La vraie vie commence quand les plans cessent de fonctionner.

Par exemple, quand il voyageait dans une dimension où l’URSS dominait les États-Unis et que son frère et lui se trouvaient en même temps traqués par les Soviétiques américains et par la résistance nationaliste. Ça, c’était amusant !

— Il y a des gens qui jouent aux échecs comme si leur vie en dépendait. Comme si c’était une affaire très sérieuse. Pour moi, c’est un jeu. Les échecs. La vie aussi, beaucoup. Mais un vrai jeu, un jeu prenant et bien scénarisé, qui vous fait souffrir autant qu’il vous amuse. Vous savez, parfois, c’est compliqué de se sentir en vie. Quand le monde est trop simple. Quand les esprits sont trop accessibles. Tout devient fade. Quand vous en arrivez à ce point-là… Les catastrophes sont le sel de l’existence.

C’en était à se demander si, pour lui, cette rencontre au milieu d’une usine désaffectée avec un individu masqué n’était pas une péripétie de série d’espionnage et s’il mesurait tout à fait les enjeux de ce qu’ils étaient en train de négocier.

— Bref, je fais partie des scientifiques imaginatifs. Les cartésiens trop cartésiens fabriquent d’excellentes ampoules à économie d’énergie, mais je ne suis pas sûr qu’ils inventeront l’hyper-propulsion.

D’un autre côté, il n’avait absolument aucun diplôme universitaire, aucune formation méthodique, et ses recherches avaient porté pendant des mois sur des technologies extraterrestres à moitié mythiques enfouies aux quatre coins du monde et dont l’utilité n’était pas frappante de prime abord : il ne fallait pas s’attendre à le voir travailler sur les nouveaux procédés de saponification.

— Bref, quoi qu’il en soit, je peux vous transmettre les rumeurs, oui. Je vous avoue qu’en dehors de l’UNISON, je n’en ai pas entendu beaucoup. Je veux dire, pas du tout : vous êtes plutôt discrets, si ça peut vous rassurer. Mais peut-être, maintenant que je suis un peu plus près des profondeurs de Star City, entendrai-je mieux. D’ailleurs, si vous avez vous-même des intérêts précis… Je ne sais pas, des gens auxquels vous ne voulez pas que l’on touche, pour une raison ou pour une autre, des sociétés-écrans, ce genre de choses… Peut-être est-ce le moment de profiter du fait que je n’aie pas encore de projets précis pour éviter que mes futurs projets enveloppent vos intérêts présents. Si je peux éviter de me faire des ennemis superflus, c’est tout aussi bien.

Il supposait que SHADOW avait des entreprises de couverture, de fausses organisations criminelles, des capitaux dispersés un peu partout. En tout cas, c’était comme cela que les choses se passaient, dans les films, et elles lui semblaient assez logiques. Et lui n’avait aucune envie de s’attirer des complications inutiles.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 19 Mai 2014 - 14:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il était vrai que les proches de Chase n'étaient pas en première ligne, il était peu probable de croiser Tesla en plein milieu d'une mission de SHADOW. C'est donc avec un hochement de tête que Renan signifia qu'il avait bien compris. Son silence persista lorsque les explications du jeune homme s'enchaînèrent. Les joueurs d'échecs aimaient l'imprévu ? Il en existait certainement un bon paquet qui pensaient comme le Breton – qui n'avait jamais vraiment été friand des échecs d'ailleurs – mais peut-être était-ce qui faisait la différence entre lui et Chase. Un esprit aussi éveillé et aiguisé que celui du mentaliste devait forcément apprécier d'être stimulé. Pour le Breton, c'était d'une autre manière qu'il s'accordait ce genre de petits plaisirs : en manipulant les gens et en endossant un rôle qui n'était pas le sien. Charlie, Dana ou même son ex-femme en étaient de parfaits exemples, mais il s'agissait là d'un sujet qu'il ne comptait pas aborder avec un mentaliste aussi réputé que Chase. Surtout compte tenu du fait que ce dernier était lié à Charlie – et Dana visiblement, même si Renan ignorait la nature de leur relation. Quoi qu'il en soit, les paroles de son interlocuteur permettaient à Tesla de mieux comprendre la manière dont il fonctionnait. Être un génie semblait être une véritable corvée. Voir ses semblables comme de stupides moutons insipides devait rapidement devenir lassant et, même s'il n'était pas dans ce cas-là, le trentenaire compatissait.

Le sujet plus sérieux des couvertures de SHADOW fut alors abordé. Citer tous les organismes qui servaient d'écran était impossible. Elles étaient bien trop nombreuses et de toute manière, Renan n'était pas confiant au point de tout dévoiler à un homme aussi versatile que Chase. Il n'était pas le seul concerné, sans quoi peut-être que le français aurait tenté le coup. Quant aux personnes qu'il souhaitait préserver.... il y avait bien Evey, mais soyons honnêtes, Renan avait une telle confiance en elle qu'il savait qu'elle ne serait jamais en contact avec son interlocuteur. Pour le reste... il n'avait plus de famille si ce n'est sa cousine et son grand-père et ces derniers ne représentaient rien à ses yeux. Il secoua donc la tête d'un air négatif.

« Je n'ai personne à préserver. Quant aux sociétés-écrans... elles sont trop nombreuses pour être toutes citées. Certaines ne sont même pas au courant de ce qu'elles font, alors considérez que vous n'avez rien à surveiller de ce côté. Au pire des cas, si vous programmez un coup d'importance, nous pourrons toujours nous contacter pour vérifier que nos intérêts ne risquent pas de s'opposer. »

Ce qui laissait donc présager de futures rencontres. Renan avait été plutôt clair : si Chase devait avoir de nouveaux contacts avec l'organisme, se serait en passant par lui. L'Officier de la Pénombre était un homme définitivement trop méthodique pour laisser l'imprévu se mêler de sa vie. Oh, bien évidemment il ne restait pas non plus coincé dans ses habitudes sans être capable de voir plus loin que le bout de son nez : ce n'était pas ainsi qu'il était devenu ce qu'il était aujourd'hui ! Jusqu'à aujourd'hui, le trentenaire avait toujours su retomber sur ses pieds lorsqu'il était question de détails imprévus, mais lorsqu'ils concernaient quelqu'un d'aussi puissant que Chase Neutron-Grey, le français préférait les minimiser autant que possible, question de logique ! C'est d'ailleurs à ce propos qu'il reprit la parole.

« Je comprends mieux votre mode de fonctionnement, même si je ne peux pas vraiment l'imaginer. Je présume qu'il faut posséder un esprit aussi évolué que le vôtre pour percevoir le commun des mortels comme ennuyant. Ce n'est malheureusement pas mon cas et j'imagine qu'à vos yeux, je dois faire partie des esprits trop accessibles... » Son ton ne le montrait pourtant pas vexé. « Mais j'espère que notre collaboration ne vous donnera pas envie de créer quelques catastrophes pour pimenter le tout. »

Il ne plaisantait pas tellement : c'était une sorte de petit avertissement destiné à lui faire comprendre qu'ils gagneraient à collaborer de manière pacifique. Se posait maintenant un dernier point : voir si Chase était bel et bien d'accord pour continuer à garder contact. Renan ne s'inquiétait pas vraiment du moyen qui leur permettrait de le faire, il avait souvent fourni des systèmes in-traçables aux personnes dans ce genre de cas – Aishlinn par exemple – mais le fait qu'il ne cernait pas correctement Chase posait forcément un problème. Lorsque vous étiez un manipulateur, il était compliqué d'admettre qu'une personne était difficile à cerner. Passant outre ce détail, le Breton reprit une dernière fois.

« Les rumeurs ne concerneront certainement pas directement mon organisme. Plusieurs groupes, font le Cartel, ont déjà entendu parler de nous comme d'un regroupement avec de gros moyens. Le Mandarin lui-même ne connaît pas le nom exact, donc ne vous bornez pas à ce genre de détails. » Un sourire, invisible, se dessina sur ses lèvres. « Même si je présume que vous vous en doutez parfaitement. » Il s'accorda une petite pause. « Maintenant, il n'y a que la question de la prise de contact qui se pose. Je présume que nous sommes d'accord sur le point qu'il est primordial de pouvoir se contacter rapidement en cas de besoin ? »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 20 Mai 2014 - 10:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
C’était la première fois que quelqu’un peignait aussi brutalement que venait de le faire Tesla son peu de sympathie pour l’ensemble de ses congénères. À entendre le Français, Alex était un être supérieur mais méprisant, perdu dans les nuées et incapable de s’intéresser assez au sort de l’espèce humaine pour ne pas donner son accord dans un haussement d’épaules indifférent quand une organisation mystérieuse à la sinistre réputation venait lui proposer un partenariat. Un peu décontenancé, Alex fixa une chaîne de montage d’un air songeur. Il y avait des gens, pourtant, qui ne lui avaient jamais paru ennuyeux. Il était loin d’être aussi détaché qu’il avait eu l’air de le dire — mais les paroles de Tesla résonnaient étrangement avec les reproches que Lukaz lui avait adressé, le jour de sa mort.

Et comme il n’était pas justement un esprit méthodique, comme, malgré ses progrès en matière de maturité, il continuait encore souvent à détourner les yeux de ses problèmes personnels plutôt qu’à les résoudre calmement, Alex préféra repousser ses propres paradoxes dans un coin de son esprit et ne pas se demander ce qu’il adviendrait de la Terre Prime, à laquelle ses proches étaient attachés, si d’aventure SHADOW parvenait à réaliser ses plans. Il aviserait. Plus tard. C’était à peu près ce qu’il faisait tout le temps : aviser, plus tard, dans l’urgence, quand le problème se présentait et quand, parfois, il fallait bien l’avouer, il était beaucoup, beaucoup trop tard.

Réfléchir à la manière de se contacter, voilà qui était parfait, beaucoup plus reposant. Alex esquissa un sourire.

— Je vous dirais bien qu’il suffit de penser très fort à moi et que j’apparaitrai, mais hélas, je crains que ça ne fonctionne pas.

Dès cette possibilité évoquée, le jeune homme esquissa une moue rêveuse et murmura :

— Encore que…

Il ajouta mentalement cette aptitude à la longue liste des directions dans lesquelles il pouvait encore développer ses pouvoirs. Mais ça, c’était pour plus tard.

— Oui, donc, bref. J’ai un numéro de téléphone, au risque de paraître un peu trop prosaïque. Ironiquement, les communications passent par des satellites de l’UNISON et utilisent mon propre cryptage. C’est très sécurisé, je suppose, en théorie, mais j’évite de l’utiliser pour des conversations longues. J’ai différents traceurs. Vous pourriez vous entraîner à rêver. Ou dresser un pigeon voyageur.

Autant de propositions très sérieuses et fort efficaces, qui dépendaient soit des capacités technologiques d’Alex, soit des pouvoirs oniriques et animaliers de Noctis, mais elles étaient sorties tout à la fois, comme une illustration soudaine de la propension de son esprit à chercher dans des directions relativement indépendantes les unes des autres des solutions multiples à un problème unique.

Plus calmement, Alex reprit :

— Bon, cela dit, si vous m’avertissez, je pense que je peux vous repérer à peu près n’importe où dans un rayon de…

Bon, il avait fait quelques tests, à l’époque où Tesla — sa sœur, la scientifique fortement poitrinée, pas le Breton machiavélique masqué qui voulait dominer le monde — désirait évaluer précisément l’ensemble de ses capacités, mais il n’avait pas persévéré et il n’était pas certain de son rayon d’action. De la taille de la ville, sans aucun doute. De l’État ? C’était probable. Du pays, sans doute. De la planète ? Avec un peu de concentration, qui sait ? Alex haussa les épaules.

— Disons n’importe où. Alors dans l’idée où nous préférerions privilégier les conversations de vive voix, et je dois avouer qu’en tant qu’ancien informaticien et hacker, je ne peux que le recommander, dans cette idée-là, quelque chose de très, très rudimentaire serait le mieux. Je ne sais pas, un ping quelconque sur un serveur dédié, par exemple. Ça suffirait.

En d’autres termes, il était d’accord sur le principe. Il n’avait de toute façon aucune envie que Tesla se décidât à décapiter un Mac Aoidh parce qu’il n’avait pas pu le joindre et vérifier que sa future victime comptait parmi les protégés de Noctis. C’était qu’on s’y attachait, à ces petits jumeaux caractériels, quand même.

— Enfin, je suppose que vous avez vos propres méthodes. Après tout, vous n’avez pas eu de difficultés à me trouver. Simplement, il faut que je vous avertisse.

Il aurait préféré garder ce détail pour lui, mais il risquait de compliquer sérieusement les prises de contact.

— Je ne suis pas toujours dans les parages. Et quand je dis les parages, je veux dire : je ne suis pas toujours sur cette planète.

De fait, pour la couverture satellite sur la Terre Gemini, on repassera.

— Je peux emporter des balises, mais c’est compliqué, ça coûte très cher, ce n’est pas très maniable et ça va prendre du temps à fabriquer. L’autre solution, ce serait que je vous entraîne à rêver de quelque chose de précis…

Pour frapper à la porte de la Forteresse Onirique, dans une dimension a priori transversale.

— Mais au-delà du fait que ça implique que je m’invite dans votre esprit, ça risque de prendre aussi pas mal de temps. C’est vous qui voyez.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 20 Mai 2014 - 21:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Passer par le biais du pouvoir de Chase ne lui plaisait pas. Pas du tout même. Si Renan louait volontiers les compétences des mentalistes qui travaillaient pour SHADOW, il détestait que cela se retourne contre lui. Il n'y avait qu'à voir lors de sa rencontre avec la Renarde, cette garce vaniteuse qui s'était autorisée à le manipuler mentalement pour obtenir son identité – son nom de Super du moins. Le français avait très mal réagi et la jeune femme était rangée dans la catégorie des personnes à faire souffrir – voire éliminer s'il en avait la possibilité. Dans la mesure du possible, il souhaitait donc pouvoir éviter d'en arriver là avec une personne sur qui il n'aurait certainement jamais le dessus. Le « certainement » c'était pour satisfaire son ego personnel. La réalité se rapprochait plus de la phrase sans ce mot. Mais peu importait. L'idée des avertissements par téléphone ou systèmes de ce type l'intéressait largement plus, mais encore faudrait-il que Chase soit partisan de cette cause. Malheureusement, il semblait qu'il privilégiait davantage la possibilité de passer pas des rêves – est-ce que c'était en lien avec son pouvoir ? – ou des techniques de ce genre. C'était un peu trop... ésotérique ou « bizarre » à son goût. En bon pragmatique qu'il était, Renan aimait avoir des choses palpables et non de se dire qu'il allait penser à ce type pour qu'il débarque la minute d'après. Sa paranoïa le pousserait à se demander si Chase ne finirait pas par débarquer à Mannheim dès qu'il parlerait de lui à Evey, lorsqu'il penserait forcément à lui.

Le ton de la discussion restait calme et Renan conservait le silence, écoutant les propositions successives qu'il recevait, mais aucune ne l'enchantait réellement. Bien sûr, la précision sur le fait qu'il voyageait de planète en planète – ou que sais-je – pouvait se révéler quelque peu gênant, mais pas impossible à surmonter. Il suffisait de savoir combien de temps est-ce qu'il s'absentait pendant ces petites pauses. Un léger rire se fit entendre lorsque Chase parla de devoir s'inviter dans son esprit pour l'une de ses idées.

« Je pense que vous vous douterez qu'un homme qui aime tout contrôler comme moi n'apprécie pas les débarquements surprises dans son esprit. Je réagis très mal aux incursions mentales et j'aimerais que notre entente dure aussi longtemps que possible. Dans cette optique, je crois qu'il est donc préférable de se passer de toutes les idées qui obligeraient à passer par votre don. » Il haussa les épaules. « Disons qu'il est sans doute mieux que nous soyons au même niveau et que ni l'un ni l'autre ne doive dépendre du pouvoir de l'autre. » Même si Chase ignorait quel était le sien. « La solution la plus adaptée me semble donc être celle qui passerait par une communication plus... normale ? Je ne sais pas comment qualifier ça. Par des moyens plus communs dirons-nous. »

Logiquement, il comprendrait que Renan ne tenait pas à ce que ses pensées puissent être exposées et cela même si le mentaliste promettait de ne pas toucher à tout cela lorsqu'il viendrait lui rendre une petite visite. Le problème avec quelqu'un qui possédait un pouvoir pareil – surtout doté d'une telle force – c'était que vous ne pouviez pas savoir s'il respectait sa parole ou s'il était en train de vous abuser en neutralisant vos pensées négatives et en vous faisant croire que vous étiez satisfait de ce qui se passait. En bref, ils passeraient par un système que Renan pouvait comprendre et par la même occasion, contrôler et vérifier. Bien sûr, ce serait réciproque.

« Ce que je vous propos donc, c'est la même chose qu'à mes autres contacts du genre. » Il glissa sa main jusqu'à l'une de ses poches pour en extraire une sorte de téléphone très simplifié. « Il s'agit d'une sorte de téléphone prépayé, modifié par nos soins bien évidemment. Les communications ne peuvent pas être repérées ou enregistrées, ce qui signifie que vous êtes aussi tranquille qu'avec votre système. » Il marqua une légère pause. « Je suis certain que vous vérifierez par vous-même, donc inutile que je perde notre temps avec des explications superflues. Cela dit, il n'est possible de contacter qu'un seul numéro : le mien. » Qui était un appareil du même type. « Et comme je vous fournis l'appareil, je peux bien évidemment vous contacter par le même biais. »

Son regard sonda celui de son interlocuteur comme s'il cherchait à savoir ce qu'il pensait – ce qui était exactement le cas. Refus ? Acceptation ? De toute manière, Renan refuserait obstinément tout moyen de communication qui passait par les pouvoirs de son interlocuteur et il avait normalement été suffisamment clair à ce propos. Après une brève pause ménagée pour que son vis-à-vis puisse y réfléchir un peu, le trentenaire termina sur une question.

« Vos... absences, est-ce qu'elles durent longtemps en général ? Parce que je sais me montrer patient, alors si vous êtes indisponible lorsque j'ai besoin d'une précision de votre part, je peux parfaitement patienter quelques jours. »

Qu'on ne vienne pas lui dire qu'il était incapable de faire des efforts, parce que c'était justement ce qu'il était en train de faire pour que les choses se déroulent le mieux possibles !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 21 Mai 2014 - 8:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Pendant une fraction de seconde, Alex eut l’air authentiquement perplexe, alors que Tesla évoquait des moyens de communication plus normaux. Comment ça, plus normaux ? Il y avait des trucs plus normaux que la télépathie ? Puis le jeune homme se souvint qu’il partageait son monde avec des êtres moins clairvoyants que lui. À force, on s’y faisait : c’était un peu comme quand il avait fini par comprendre, d’ailleurs assez rapidement, pourquoi Lukaz faisait la tête les jours de pluie ou pourquoi il était impossible de passer un après-midi avec Abban sans le voir régler cinq ou six affaires aux quatre coins de la ville en même temps. Les supers étaient souvent les plus mal placés pour se rendre compte de l’étrangeté de leur pouvoir.

Cela dit, tout bien considéré, Alex était tout à fait prêt à reconnaître que ses méthodes, en plus d’être quelque peu atypiques, n’inspiraient pas une violente confiance chez ceux qui s’en sentaient les victimes. Charlie avait fini par se faire à la communication télépathie, tout comme Lukaz, mais la confiance qui les liait était d’une toute autre ampleur que l’échange de bons procédés que Tesla et lui se proposaient. Il attrapa donc le téléphone portable sans être vexé que ce dernier refusât de transformer son cerveau en antenne-relai et, captivé de toute façon par son nouveau jouet, il se mit à le tourner dans tous les sens.

Avec un tact limité, il fit remarquer :

— C’est encombrant.

Avant de réfléchir à haute voix :

— Cela dit, on peut sans doute le démonter et l’intégrer à un téléphone traditionnel, avec une gestion multi-cartes. Ou alors, on fabrique un robot.

Avec Alex, il y avait toujours un moment dans la conversation où il était question de fabriquer un robot.

— Enfin, bon, merci, c’est cool.

Le jeune homme empocha le nouveau gadget qui serait sans doute disséqué dès son retour à Fallaenn, sur les hauteurs de Bayview, moins par méfiance, de toute évidence, que pour la beauté de la chose. Il en avait presque été assez distrait pour ne pas entendre l’allusion que Tesla avait faite à son propre pouvoir — presque. Désormais, il relevait les yeux et examinait son interlocuteur, pour essayer de déterminer la nature de ses dons, sans sonder son esprit — ce qu’il est poli, quand même, ce garçon. La première hypothèse qui lui vînt, c’était que Tesla avait une horrible déformation faciale, à l’utilité mystérieuse, et que c’était ce qui le poussait à porter un masque — évidemment, quand on modifiait les souvenirs de sa présence dans l’esprit des gens, l’art du déguisement n’était pas toujours très bien compris.

Alex rangea ses spéculations de côté pour répondre à la question plus urgente de sa disponibilité.

— Pas longues, non : rarement plus de deux jours. Quand je pars trop longtemps, après, Lukaz me manque.

Oui, il venait d’avouer ça tout de go, sans y penser, comme une espèce d’évidence. OK, ça, dans ses séries télévisées, personne ne le faisait. Sydney Bristow ne rencontrait pas Arvin Sloane pour lui dire qu’elle aimait ses soirées chips-télé avec Vaughn, alors si on pouvait éviter de l’appeler au milieu de la nuit, merci bien. Mais Alex, son Breton — celui sans difformité faciale supposée —, il y tenait : il s’était réincarné pour lui, alors du côté de son romantisme à toute épreuve, la mèche était sans doute vendue depuis un moment.

— Généralement, le temps de jeter un coup d’œil, vous savez, de sentir l’ambiance, ce genre de trucs.

À l’entendre, il avait expliqué clairement de quoi il était question. Il n’était même pas certain, à vrai dire, s’il fallait ou non cacher cet aspect de son pouvoir que nombre de ses plus proches ignoraient. À l’époque de sa médiatisation et de sa double vie, un secret de ce genre avait été fort utile, pour se ménager des moments de calme et des espaces propices à ses projets les moins avouables, mais désormais, le mystère avait quelque chose de superflu.

— Enfin bref, si je prévois un voyage plus long, je vous tiendrai au courant. De votre côté, je ne sais pas trop ? J’avoue que je ne me rends pas bien compte de ce que vous faites, exactement…

Ce n’était pas forcément une invitation à lui en dire plus : il ne se faisait pas d’illusions. Simplement, dans les séries, les espions espionnaient, très bien, ils se battaient, mais tout cela ne les occupait pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre et le reste du temps… Le reste du temps, Alex supposait qu’ils faisaient aussi des trucs d’espions, mais plus calmes. Sauf qu’il ne voyait pas trop ce dont il pouvait s’agir. Il aurait dû interroger plus amplement Leyland, quand il en avait eu l’occasion.

— Mais je peux attendre aussi, cela dit. De toute façon, si j’ai bien compris ce que vous me dites, je n’ai pas trop à m’inquiéter de vous marcher sur les pieds, du coup, je pense que je vais m’en sortir.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 21 Mai 2014 - 12:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Apparemment, la perspective de ne pas être tout à fait normal n'avait pas effleuré l'esprit, pourtant si évolué, de Chase. Bizarre. Ou quoique, pas tellement. Les génies devaient sans doute s'imaginer que tout le monde pouvait penser comme eux et, de toute manière, le trentenaire aurait été incapable de lui jeter la pierre vu que lui-même avait tendance à considérer que sa logique était commune à toute la race humaine. Il ne vexa pas davantage lorsque le jeune homme souligna que le téléphone portable n'était pas particulièrement passe-partout : ce n'était pas sa création, il se contentait de le faire fonctionner en cas de besoin et de le donner à ses interlocuteurs. Si le génie de la technologie avait envie de s'amuser avec pour le transformer en je ne sais quoi, libre à lui ! Renan savait que rien là-dedans ne permettrait de remonter jusqu'à eux et, de toute manière, sachant que Chase pouvait apprendre ce qu'il voulait en lisant dans ses pensées, l'Officier de la Pénombre songea que ce n'était pas si important. Quant au fait qu'il puisse rendre la puce inutilisable... le Breton n'y croyait pas : une personne comme son interlocuteur ne pourrait jamais faire une telle bourde, les raisons de s'inquiéter étaient donc si risibles que Renan ne se soucia pas de ce que Chase allait faire avec le téléphone.

« Si vous avez envie de le bidouiller, libre à vous. »

Même si le jeune homme n'attendrait certainement pas son autorisation. Les gens comme le mentaliste devaient penser qu'ils étaient au-dessus de ce genre de choses.

La seule chose réellement importante fut alors abordée : le temps que Chase passait hors d'atteinte. Pas longtemps parce que son petit-ami lui manquait... c'était... si fleur bleue. Pour peu, Renan avait l'impression de se retrouver face à une Dana qui rêvait au prince charmant. Une facette de la personnalité du mentaliste qui surprenant le Breton. Une fois de plus, il avait songé que le jeune homme lui ressemblerait sur ce point : pas de sentiments, encore moins amoureux. Mais peut-être que les Bretons avaient un don certain pour se faire accepter par les Américains, allez savoir ? Quoi qu'il en soit, le fait de savoir qu'il ne devrait pas repousser éternellement ses missions pour s'assurer qu'elles ne concernaient pas l'un des protégés du mentaliste, était une bonne chose. Ils pourraient garder un contact assez soutenu, même si Renan ne comptait pas l'appeler tous les deux jours non plus, bien que le mieux était qu'ils n'en arrivent pas là.

L'Officier de la Pénombre se contenta donc de hocher la tête pour expliquer qu'il avait pris note de ce détail, mais s'abstint de tout commentaire sur la justification donnée. De toute manière, ça ne le concernait pas : les seules histoires d'amour qu'il surveillait étaient celles liées directement à SHADOW. Ils allaient donc partir sur cette idée pour pouvoir garder contact en cas de besoin, bien qu'un certain détail semblait le perturber. Après quelques instants de silence, Tesla reprit une dernière fois pour le « rassurer » sur ce point.

« Pas d'inquiétudes à ce propos, je n'ai pas en projet de partir visiter une autre dimension dans les jours à venir. Et j'ai pour habitude de toujours rester disponible pour mes contacts, donc si vous avez besoin de me signaler quelque chose, ne vous souciez pas de l'heure ou d'autres détails de ce genre : vous téléphonez et je serai disponible. »

Il n'y avait pas besoin de s'étendre à ce propos, de toute manière Renan ne vivait que pour SHADOW et s'il prenait la peine d'entrer en contact avec une personne aussi importante et dangereuse, car il l'était, que Chase, ce n'était pas pour oublier de décrocher si par hasard, un soir, il rentait en bonne compagnie. Les appels n'allaient donc pas être ignorés.

La discussion touchait certainement à sa fin, à moins que le jeune homme n'ait quelque chose d'autre à préciser ou demander. Cela poussa donc le trentenaire à esquisser quelques pas vers l'une des fenêtres pour faire comprendre qu'il en avait terminé de son côté. Son regard masqué se porta une dernière fois sur Chase.

« Si vous n'avez rien à ajouter, je pense que notre discussion touche à sa fin. Je suis certain que vous refuseriez si je proposais de vous raccompagner, donc je pense que chacun va vaquer à ses occupations de son côté. Au plaisir de vous revoir un de ces prochains jours. »

Comme quoi, la politesse ne se perdait pas chez les français.

Si tu n'as rien à ajouter, tu peux le faire archiver.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein





L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle ▬ Chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» "L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle." (Philippe d'Arty)
» L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle ▬ Chase
» L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. [Ethan]
» Il n'est points de secret que le temps ne révèle ( Aelycia )
» Secret War

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-