AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

La dureté, c'est presque toujours une revanche... ▬ Evey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Sam 10 Mai 2014 - 14:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
La mission destinée à récupérer un « trésor » avait échouée. Enfin, les Lane étaient surtout chargés de mettre la main sur une flèche bizarre qui mènerait à un trésor. En gros, le genre de jeu de piste bien chiant qui faisait fantasmer les minettes amatrices d'archéologues qui jouaient du fouet et se baladaient avec un chapeau ridicule sur la tête. Pas franchement la tasse de thé du texan, on l'aura bien compris ! Mais ils avaient échoué. Une gonzesse s'était pointée au musée d'histoire pour leur dérober la flèche sous le nez, le tout après leur avoir collé une belle correction. Sachant que c'était Jay qui devait assurer la sécurité du quatuor, inutile de préciser qu'il avait eu beaucoup de mal à accepter cette défaite et cela même s'il n'en avait strictement rien à faire de la flèche convoitée. Jay était membre du Cartel uniquement pour faire plaisir à Seth, mais en réalité il se passerait bien de ce genre de sorties et c'était d'autant plus vrai depuis la récente discussion avec sa sœur. Comme Charlie lui avait demandé de réfléchir très sérieusement à ce qu'il avait réellement envie de faire, le trentenaire évitait soigneusement de le faire. Ce n'était pas par esprit de contradiction, mais uniquement parce qu'il craignait de découvrir qu'en réalité, il n'avait vraiment pas envie de jouer les hommes de main – et gladiateur – pour son frère aîné. Pourquoi ? Parce que ça inclurait forcément de devoir chambouler toute sa vie actuelle et que le vieux papy – avant l'âge – qu'il était s'y refusait tout bonnement. En bref, Jay se contentait donc d'exécuter les ordres transmis par son frère, mais sans vraiment se soucier du fait que c'était un échec ou une réussite. L'avantage à être un simple pégus : vous n'aviez pas à vous inquiéter des conséquences de vos actes !

Il avait donc oublié cet épisode depuis longtemps et cela même si le visage de la garce qui avait réussi à lui coller la pâtée restait gravé dans son esprit. Pourtant, Jay n'était pas du genre à se souvenir des traits ou des prénoms des gens, mais cette fois-là c'était un peu différent. Il pourrait sans trop de mal l'identifier, mais encore faudrait-il qu'il en ait l'occasion. Le texan avait bien l'intention d'obtenir l'occasion d'une revanche, mais ce n'était pas pour autant qu'il comptait écumer tout Star City pour lui mettre la main dessus. Dans une logique très pragmatique, le trentenaire notait qu'il ne s'étaient jamais croisés avant cette mission et en déduisait donc qu'il était peu probable qu'ils se recroisent par hasard dans les années à venir. Depuis le temps qu'il était installé en ville, le ratio restait assez faible.

C'était donc sans vraiment s'attendre à recroiser la blondasse que Jay quittait les docks. Il était resté plus tard ce soir-là comme Seth avait besoin de lui sur un combat qui s'était finalement annulé. Puis, peu envieux de finir encore une soirée au bar du coin à se saouler en entendant ses frangins pester sur des trucs sans importance, il avait décidé d'aller voir ailleurs. Une petite promenade dans Star City histoire de rencontrer de nouvelles personnes, que demander de mieux ? Ça aurait été parfaitement logique s'il avait été du genre à vouloir se faire des amis, mais disons que tout ce que le texan voulait, c'était de retrouver un peu de calme pour pouvoir réfléchir à ce que Charlie lui avait dit. Ou pas. L'envie de faire plaisir à Blondie était présente, mais bon... il se posait toujours l'éternel problème du « si je le fais, on se met les autres à dos » et pour avoir vu Seth énervé face à la fuite de Charlie, il ne tenait pas à tester personnellement. Même s'il était largement capable de se débarrasser de son aîné, Jay était tout bonnement incapable de s'imaginer le faire. À force d'être écrasé par quelqu'un, vous finissiez par le croire invulnérable.

C'était avec ces pensées en tête que Jay se dirigea vers la sortie des docks, jusqu'à ce qu'une silhouette vaguement familière ne se dessine face à lui. Forcément, le texan s'arrêta pour la regarder et constata rapidement qu'il s'agissait de l'emmerdeuse de la mission au musée d'histoire.

« Qu'est-ce que tu fous là ? T'es pas au courant qu'c'est interdit au public par hasard ? » Une légère pause se fit. « R'marque, t'es blonde, tu dois pas savoir lire. »

Ça lui allait tellement bien d'insulter les autres en prétendant qu'ils étaient cons comme leurs pieds alors que lui ne valait guère mieux. Mais c'était son genre. Agresser les autres avant qu'ils ne le fassent, quoi de plus naturel lorsque vous veniez d'une famille où la communication passait par le biais d'insultes et de critiques ? De toute manière, il s'en foutait : elle allait certainement lui répondre qu'il était plus con qu'elle à croire que la coloration capillaire avait réellement de l'influence sur son intelligence, puis se lancerait dans un nouveau flot de critiques. Pour bien lui faire savoir qu'il ne comptait pas en rester là – elle l'avait humilié après tout – il reprit.

« Puis tu crois franchement qu'je vais te laisser te barrer comme ça ? Tu m'as eu par surprise l'autre fois, mais pense pas qu'je compte pas avoir ma revanche. » Une pause s'installa. « J'm'en fous de la flèche, mais j'ai quand même un minimum de fierté, c'est pas une gonzesse qui va me battre. »

Pour un texan raciste et misogyne, quoi de plus normal ? Certes, c'était relativement cliché, mais Jay s'en fichait pas mal. Il n'avait jamais déçu les gens qui s'imaginaient avoir affaire à un crétin sans cervelle, pour quelle raison est-ce qu'il commencerait à le faire aujourd'hui ? Finalement, malgré son mauvais caractère on ne pouvait pas lui enlever le fait qu'il savait correspondre aux clichés !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 11 Mai 2014 - 15:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Les missions devaient se dérouler sans accrocs. C’était un principe de base. Elle ne se faisait, quand même, pas chier à trouver le meilleur plan, à faire des recherches, pour qu’un plan foire… Encore moins à cause d’un débile de Redneck pas capable de voir plus loin que son nez. La mission avait été importante, une flèche menant à un endroit, ce n’était pas rien. Il avait fallu qu’elle croise le chemin d’un type et de ses frères sur le passage, l’altercation avait été inévitable et cet abruti de type avait trouvé le moyen de virer ce qui cachait le visage d’Evey. Voilà, c’était tout le problème de cette histoire : il avait vu son visage et ça, chez Evey, c’était un putain de problème. On ne restait pas secret bien longtemps si on s’amusait à filer son visage à tout le monde, elle devait bien agir en conséquence.

Ça avait mis un peu de temps mais Evey s’était renseignée de manière assez précise sur l’homme qu’elle avait rencontré. Jay, texan, trois frères et une sœur. Les avocates, de nos jours, avaient des familles un peu louches quand même. Prôner la justice et se coltiner des frères délinquants, il n’y avait pas comme une faille dans l’équation ? Bon ça l’emmerdait aussi un peu parce qu’il avait fallu qu’elle tombe sur le seul abruti qui était le frangin d’une blondasse que Renan approchait. Il y avait comme une sorte de petit conflit d’intérêts mais, bon, logiquement, elle ne devrait pas mettre des bâtons dans les roues du Français, du moment que le Texan prenait bien en compte ce qu’elle avait à lui dire.

Bref, comme il ne vivait pas seul – pauvre chou, incapable de se séparer de sa gentille petite famille – elle avait décidé de le cueillir à la sortie de son boulot sur les docks. Dans une ruelle isolée, par laquelle il passerait forcément, et parce que chez SHADOW on aimait les rues de ce genre, Evey attendit sagement l’arrivée de l’homme. Pas besoin d’être masquée pour cette mission, c’était superflu étant donné qu’il savait déjà à quoi elle ressemblait. Appuyée contre un mur, l’homme tant attendu arriva enfin non loin d’elle, ce qui poussa l’américaine à relever la tête vers lui, sans se défaire d’un certain sourire. Franchement, ce genre de rencontre, c’était quand même bien mieux qu’une mission comme celle qu’elle avait avec le mage où il ne se passait strictement rien niveau action. Une chose était certaine : ce gars avait une grande gueule. Même pas un bonjour, que dalle, directement dans l’agression verbale. Elle laissa passer un sourire encore plus amusé.

« Désolée, j’ai dû passer à côté de l’information qui disait que c’était privé. » Elle se décala pour quitter le mur sur lequel elle était appuyée, pour faire face à l’homme, tout en gardant encore une certaine distance entre eux deux. « Et je vois que tu connais bien les blondes… » Elle leva les yeux au ciel l’air de réfléchir, avant de reporter son regard sur lui. « Ah oui, en même temps, ce n’est pas étonnant, tu as eu une chez toi pendant quelques années. » Elle haussa les épaules. « Remarque, vu ta façon de parler, pas étonnant qu’elle se soit barrée dès qu’elle a pu. »

Bon, logiquement, une blonde ayant vécu avec lui plusieurs années avant de se barrer, il ne devait pas y en avoir cinquante. Si le texan avait, au moins, deux neurones capables de se connecter ensemble, il devrait pouvoir, rapidement, savoir qu’elle parlait de sa sœur. Evey écarta les bras, légèrement, avant de reprendre.

« Si tu veux, je te laisse le temps de te préparer psychologiquement et tout, pour que, cette fois, tu n’aies pas l’impression d’être pris par surprise ? » C’était bien des excuses de mecs ça. Dès que ça se faisait lyncher par une femme, il fallait toujours qu’ils trouvent les excuses les plus débiles à avancer pour se justifier. « Mais, honnêtement, je pense que tu devrais éviter de vouloir une revanche, ta fierté en prendrait encore un coup. »

Hors de question pour Evey de douter de ses capacités face à un vulgaire type qui, du combat, ne connaissait que les arènes du circus. Elle était peut-être plus jeune que lui, elle n’était peut-être qu’une pauvre femme mais, elle avait appris à se battre – réellement, avec de vraies méthodes – bien avant lui. De toute façon, elle n’était pas du genre à douter, elle savait ce qu’elle valait et, dans son esprit, l’issue d’un nouveau combat serait forcément en sa faveur. D’ailleurs, comme elle n’avait pas la moindre crainte, elle commença à s’avancer.

« Je peux même te laisser un ou deux coups d’avance. » Idée débile qu’elle ne suivrait pas. Il y a des gens qui pouvaient vous décrocher la tête juste avec une baffe, elle n’était pas suicidaire. Et pas très loyale non plus. « Mais, dis-moi, ta sœur, elle sait comment tu gagnes ton argent de poche ? »

Le ton était volontairement dédaigneux et critique, comme si ce qu’il faisait au circus était insignifiant. De toute façon ce n’était pas ses activités qui étaient les plus importantes dans cette phrase mais, le fait qu’elle parle de la seule fille de la fratrie Lane.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 11 Mai 2014 - 18:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Elle se foutait de sa gueule et ouvertement en plus ! À croire qu'il avait une tronche à être pris pour un débile profond. C'était agaçant et parfois même frustrant, puis il se souvenait que ce n'était que des abrutis qui n'en avaient finalement rien à faire de lui et que c'était réciproque. L'irritation s'envolait donc bien rapidement. Le sourire amusé de la blondasse le laissa donc de marbre alors qu'elle quittait son mur en lui balançant une remarque de merde. Elle avait raté l'indication qui signalait cette zone comme privé ? Alors c'est qu'elle ne savait pas lire. Ou qu'elle bossait avec les gonzesses qui faisaient des passes derrière les conteneurs plus loin – et il ne parlait pas en connaissance de cause, mais Earl y avait déjà été simplement. Lorsqu'il fut question d'une blonde par contre, l'attitude de Jay changea. Une blonde qui avait quitté la maison après y avoir vécu plusieurs années, il n'y en avait pas dix ! Seule Charlie correspondait à cette description et le trentenaire se demandait ce qu'elle venait faire là-dedans. Silencieux, le texan attendit donc la suite, mais plutôt que de lui dire ce qu'elle avait derrière la tête cette gourdasse préféra le provoquer sur le combat qu'il avait perdu contre elle. Ah ouais ? Et bien qu'elle lui laisse ne serait-ce qu'un coup et l'affaire serait rapidement réglée. Soixante tonnes dans la tronche, en général ça ne pardonnait pas ! Il pourrait vérifier si les blondes avaient réellement quelque chose dans la tête comme ça. Comme Jay s'apprêtait à l'envoyer chier, la blondasse reprit une nouvelle fois pour aborder un sujet plus qu'épineux. Est-ce que Charlie savait pour le Circus ? Oui. Mais il ne voyait pas en quoi cette discussion avait lieu d'être.

C'est donc d'un ton plus qu'hostile qu'il répondit aux questions de l'emmerdeuse.

« J'vois pas en quoi ça te regarde grognasse. T'es p't'être psy ? Ou conseillère de famille ? Tu m'excuses, mais t'as pas gagné le droit de causer de ça avec moi, alors ferme-là. »

Parce qu'il fallait être l'un de ses frangins ou amis pour pouvoir le faire. Problème ? Elle n'était pas l'un des trois autres Lane et il n'avait pas de potes, ce qui réglait les deux questions. Qu'une inconnue – ou presque – puisse avoir connaissance des relations qu'il entretenait avec sa sœur était par contre, très inquiétant. Est-ce que ce qu'il craignait en s'étant éloigné de Charlie, arrivait malheureusement ? Jay avait toujours eu peur que des personnes peu recommandables qu'il fréquentait ne veuillent s'en prendre à sa sœur. Ce serait le comble que, pour une fois qu'il n'était responsable de rien, cette personne décide se s'en prendre à l'avocate. L'infime espoir que ce soit simplement un détracteur de Charlie subsistait toutefois. Si c'était un client vexé qui avait décidé de s’en prendre à lui, ce n'était pas grave. Mais le contraire.... Essayant de garder un semblant de calme, le combattant reprit.

« J'espère vraiment pour toi qu't'as pas l'intention de me faire du chantage ? Parce que j'supporte très mal ce genre de trucs. » Et encore, c'était un euphémisme. « J'te conseille pas de t'approcher de ma sœur, parce que sinon, ça va pas mal se passer pour toi. »

Et ce n'était pas un mensonge. Jay n'était pas du genre à menacer, ou alors pas sérieusement. Les seules fois où il avait tué quelqu'un, c'était lors des combats à mort du Circus et chaque fois, parce que Seth avait insisté pour qu'il le fasse. Mais dans le cas présent, il prendrait grand plaisir à s'occuper du cas de la blondasse si, par erreur, elle osait tenter d'approcher la jolie avocate. La famille c'est sacré. Le leitmotiv des Lane, même si aux yeux de l'aînée la petite Blondie n'était plus l'une des leurs. Pour Jay si, elle était même la plus importante qui soit, donc autant dire qu'il n'hésiterait pas une seule seconde avant de s'en prendre à cette tarée. L'idée germa à cet instant dans son esprit. Elle venait bien de le provoquer non ? Lui proposer une revanche avec deux coups d'avance. Pourquoi ne pas sauter sur l'occasion et se débarrasser d'elle ? Il pourrait toujours la faire passer pour une prostituée qui avait été corrigée par l'un de ses clients. Elle en avait la tronche de toute manière.

« Je prends la revanche. Si t'es si douée, ça doit pas te faire peur. Sauf si t'as que de la gueule et rien qui suit derrière ? » La provocation, ça marchait toujours, non ? « Puis les deux coups d'avance. Non, un seul vu que je doute pas totalement d'mes compétences. C'est c'que t'as proposé, alors sauf si t'as peur, on peut se lancer maintenant. »

C'était elle qui avait tout proposé, il n'y avait donc aucune raison pour qu'elle décline ce qu'il venait de dire ! Pourtant, quelque chose lui murmurait qu'une nana comme ça ne tenait pas sa parole et il ne serait pas très étonné d'apprendre qu'elle avait subitement changé d'avis et qu'elle préférait parler que s'en mettre sur la gueule. Pour le coup, lui n'avait qu'une envie : empêcher cette gourdasse d'approcher Charlie. Point barre.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 13 Mai 2014 - 9:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Evey ne fonctionnait pas à la provocation. Enfin, un peu mais c’était dans des circonstances assez spécifiques. Sûre d’elle, de ce qu’elle faisait, de ce qu’elle prévoyait, elle n’avait pas lieu de se sentir vexée par les paroles d’un type comme lui. Elle valait tellement mieux que lui, comment les mots d’une personne aussi insignifiante que le Texan pouvaient, ne serait-ce qu’un peu, l’affecter ? Au contraire, qu’il parle de cette manière était tout bénéfique pour elle, ça prouvait qu’elle touchait un point sensible en parlant de l’avocate. Bien. Très bien. Et le sourire qu’elle eut, après les premiers mots du Texan, voulait clairement dire qu’elle se foutait de son autorisation : le droit de parler de la blondasse avec lui, elle se l’accordait sans avoir besoin de son avis. L’officier continua d’avancer, calmement, haussant négligemment les épaules quand il s’interrogea sur un éventuel chantage. Un instant, et juste pour la forme, elle s’arrêta dans son avancée quand il la déconseilla d’aller dans cette voie, soi-disant que ça se passerait mal pour elle. Evey hésita, enfin elle donnait l’impression d’hésiter, ce qui dura deux secondes avant qu’elle ne hausse à nouveau les épaules.

« Je crois qu’il va falloir faire mieux que ça pour m’en dissuader. »

Et elle avait repris sa marche pour, finalement, s’arrêter à deux mètres de lui. La presque trentenaire était sûr d’elle mais, autant garder une marge de sécurité pour avoir le temps de réagir. La force dont il pouvait faire preuve, elle n’était pas stupide, elle ne pouvait pas y résister. Et vu ce qu’il venait de dire, il y avait peu de chances qu’il retienne ses coups. C’était l’avantage avec les gens particulièrement cons, au moins, ils faisaient ce qu’ils disaient à défaut de pouvoir réfléchir pour trouver une stratégie.

« Tu es le combattant de la famille alors, c’est pour ça que je vais accepter cette revanche qui, de toute façon, va garder la même finalité que la dernière fois. » ça ne faisait aucun doute pour elle. « Parce que, quand tu auras compris que, toi, tu ne peux rien faire contre moi, il faudra bien que tu te mettes dans le crâne que, ni tes frères, ni ta sœur, ne pourront le faire. » Elle s’arrêta deux secondes avant de reprendre. « Il n’est pas uniquement question de chantage, je suis clairement en train de menacer les quatre autres. »

Ce qu’Evey aimait dans les familles nombreuses – 5 gamins, c’était beaucoup – c’est qu’elle avait tout le loisir de faire passer un message. On ne voulait pas la prendre au sérieux ? Pas grave, elle en tuait un au hasard – de toute façon, il en resterait 4 autres – et, au moins, elle devenait beaucoup plus crédible. Plus il y avait de frères et sœurs, plus elle pouvait jouer sur ce registre. Les Lane étaient parfaits pour ça : il n’y avait que l’embarras du choix. D’ailleurs, dans ce genre de configuration, elle avait tendance à s’en prendre directement au plus « fort » physiquement de la famille, pour prouver qu’elle ne rigolait pas. Comme c’était Jay qui avait ce rôle-là et que ça n’était pas intéressant de le tuer, accepter une confrontation était une façon de prendre l’ascendant et de prouver que, si lui ne pouvait rien fait, les autres seraient sans défense. Elle prit un air de blonde débile qui semblait hésiter entre deux paires de chaussures identiques – les blondes, pff !

« En fait je suis assez ennuyée parce que, à la base je m’étais dit que j’irais bien raccourcir la vie de l’un des quatre, te voir après et le revendiquer pour faire plus sérieuse mais… » Oups, je suis blonde ! « Je n’ai pas réussi à choisir. » Elle désigna Jay d’un geste de la main. « Du coup, je me suis dit que j’allais te demander ton avis, parce que je suis trop sympa. » Elle haussa les épaules dans un sourire faussement niais, en le regardant de manière interrogative. « C’est à qui que tu tiens le moins ? »

Il voulait le premier coup alors, elle n’avait pas de raison de l’attaquer. Elle continuerait de provoquer jusqu’à ce qu’il se décide à agir. Là, elle n’aurait plus qu’à esquiver l’attaque – parce qu’elle ne lui laisserait pas une attaque gratuite – et contre attaquer derrière pour prendre le dessus, et bien faire comprendre que sous ses airs de femme – en plus d’être blonde – elle n’avait aucune envie de rigoler avec lui. Elle n’en donnait pas l’air, puisqu’elle parlait et qu’elle ne se mettait pas en garde mais, en réalité, elle était super attentive au moindre mouvement qu’il pouvait faire ou attitude qui annoncerait une attaque.

« Ça se trouve, ça pourrait même t’arranger. Trois frères et une sœur, c’est quand même beaucoup. Doit bien y en avoir un qui ne sert à rien dans le lot. »

Elle ouvrit légèrement les bras, avant de les laisser le long de son corps. C’est quand il voulait. C’était un plan en trois actions : le menacer, le maitriser et, enfin, lui expliquer ce qu’elle attendait de lui. C’était le meilleur ordre possible avec ce genre de personne, selon elle. Evey ne serait pas crédible du moment qu’elle n’aura pas prouvé pouvoir avoir le dessus… Encore.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 13 Mai 2014 - 17:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Faire mieux que ça ? Genre, lui en coller une bonne dans la tronche ? Si elle s'imaginait qu'il allait faire preuve de compassion ou de délicatesse parce que c'était une gonzesse, elle se foutait le doigt dans l’œil et jusqu'au coude ! Jay n'avait pas l'intention de la laisser filer sans avoir réglé cette affaire et, soyons honnêtes, la perspective d'avoir sa revanche n'était plus vraiment importante après qu'il ait entendu les menaces que cette gourdasse avait osé faire à l'encontre des siens. Le fait qu'elle persistait à s'approcher de lui était aussi pas mal contrariant. En général les seules personnes qui se comportaient ainsi face à quelqu'un qui leur faisait clairement comprendre qu'il allait leur arranger le portrait, c'était les fous ou les gens trop sûrs d'eux. Puis c'était sans compter que le texan n'aimait pas voir les gens entrer dans sa sphère vitale – qui s'étendait très large autour de lui. Il fixa donc la blondinette d'un air plus qu'hostile lorsqu'elle s'arrêta à environ deux mètres de lui pour poursuivre avec ses menaces. Elle pensait pouvoir le mette au tapis aussi facilement ? Certes, la force brute ne servait strictement à rien si vous n'aviez pas la maîtrise, mais avec un peu de chance il frapperait au bon endroit et réglerait définitivement le problème, maîtrise d'un art martial ou non ! Cela dit, son côté impulsif fut un peu mis à mal par la menace qui planait sur la tête de ses frères et sœurs. C'était une chose que de se faire menacer de mort, s'en était une autre d'entendre ce genre de choses à propos des siens. Silencieux et buté comme à son habitude, le combattant ne quittait pas la langue de vipère du regard alors qu'elle lui proposait de choisir seul qui y passerait. Et puis quoi encore ? ! Plissant un peu des yeux comme s’il cherchait une trace de plaisanterie dans le son de sa voix ou sur son visage, il fut contraint de constater que ce n'était pas le cas. Visiblement cette emmerdeuse parlait sérieusement ! Serrant les dents, il attendit toutefois la fin de son discours pour répliquer d'un ton clairement irrité.

« C'est toi qui sert à rien espèce de grognasse ! » Niveau maternelle, mais il s'en foutait. « Tu crois qu'tu vas te pointer comme ça et me dire de choisir quelqu'un que tu vas tuer ? Mais tu t'prends pour qui ? T'es rien qu'une bêcheuse qui veut s'la jouer grande méchante, mais tu m'impressionnes pas pauvre tarée. » Atia avait largement plus de classe qu'elle. « Si t'as envie de jouer les malignes, va chercher quelqu'un qu'ça intéressera ! »

Le problème là-dedans, c'était qu'il ne voyait absolument pas pourquoi cette tarée viendrait tout à coup décider de jouer les tueuses pour se débarrasser de ses frangins ou de Charlie. Et bien quoi ? Elle n'avait pas apprécié qu'il ne soit pas à la hauteur lors du dernier combat ? Elle lui en voulait parce qu'il l'avait décoiffée ou parce qu'elle s'était cassé un ongle à cause de lui ? Peut-être tout simplement qu'elle avait ses règles et qu'elle avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu'un ? Tellement de possibilités et aucune logique qui puisse mener à l'une des solutions. Les gonzesses étaient toutes complètement tarées, Charlie et ses copines mises à part, il ne comprenait pas pourquoi cette blonde avait attendu aussi longtemps avant de venir jouer les grosses méchantes si elle avait réellement quelque chose à lui reprocher. Bien décidé à essayer de ne pas perdre son calme, il suivit les conseils de Charlie en essayant de régler les choses de manière « pacifique ». Sachant que Jay crevait d'envie de régler le compte de cette gourde, autant dire que c'était un véritable exploit que de ne pas lui refaire le portrait.

« T'as un grave problème si t'as besoin de te défouler sur tes types qu'tu connais pas. C'est quoi le problème ? Tu t'es cassé un ongle la dernière fois alors t'as besoin de te venger ? Tire-toi, y'a assez de tarées dans les rues, j'ai pas besoin qu'une autre vienne me faire chier là où je bosse ! »

C'était bizarre. Il avait beau se sentir très calme, la pression montait tout à coup alors qu'il réfléchissait à l'injustice de la situation. Finalement, Seth avait raison : ne jamais enclencher le mode « réflexion » ou il se retrouvait avec une merde pas possible sur le dos ! Mais pour qui elle se prenait cette emmerdeuse ? Elle se pointait là comme une fleur, parlait de s'en prendre à Charlie ou même à ses frangins. Pour Seth et Terry, il ne s'inquiétait pas tellement, les deux hommes savaient se défendre. Mais Earl.... avec une nana montée comme elle, il se laisserait appâter comme un chien par un steak et là ce serait un jeu d'enfant de se débarrasser de lui ! Dans le lot, mis à part Charlie, s'il y avait bien quelqu'un qu'il voulait protéger, c'était cet abruti qui pensait avec son entre-jambe. Non, définitivement, plus il y pensait et plus il se disait que la laisser partir en vie était la pire idée qu'il puisse avoir ! Une nana assez barge pour s'en prendre à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas et à menacer les siens n'hésiterait pas une seule seconde à tuer par simple envie. Il fallait l'empêcher de nuire définitivement. Ce serait bien la première fois qu'il attaquerait dans l'idée de tuer pour autre chose que pour le boulot, mais là il était question de sa famille et c'était sacré. C'est donc sur une impulsion un minimum réfléchie qu'il avança tout à coup vers la bimbo, activant en même temps son insensibilité, dans l'idée de lui coller soixante tonnes dans les dents.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 16 Mai 2014 - 13:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
L’avantage de se sentir supérieure à quelqu’un – et, là, c’était clairement le cas pour Evey – c’est qu’il y avait peu de chances que les critiques et insultes touchent leur cible. Elle prit clairement l’expression de la fille qui n’en avait strictement rien à foutre de ce qu’il pouvait balancer comme connerie à la seconde. Qu’il la pense tarée ? Tant mieux. Qu’elle avait un problème ? Encore mieux. C’est bien connu, les tarés instables avec de graves problèmes n’étaient pas le genre de personnes à qui on tournait le dos : trop imprévisibles. Elle resta silencieuse, le but n’était pas de discuter pendant trois heures. Pas maintenant, en tout cas. D’abord le maitriser, lui faire comprendre qu’il n’avait aucune chance et, ensuite, peut-être qu’ils pourraient discuter plus sérieusement. Ok, elle avait dit qu’elle lui laisserait le premier coup alors, elle le laissa approcher, sans bouger, sans se mettre en garde mais, au moment où il alla pour la frapper elle esquiva le geste de l’homme, en passant sous son bras. Pivotant, elle se releva sur l’un des côtés du Texan et tapota son épaule.
« En plus d’être une grognasse, il semblerait que je ne sois même pas fairplay. C’est fou ça. »

Et elle s’amusa à ne faire qu’esquiver les attaques suivantes, sans même chercher à attaquer à son tour. Aucun intérêt à attendre, hormis le fait de s’amuser un peu, elle espérait que ça allait juste l’énerver. Cela dit, elle n’était pas infaillible et, elle évita avec trop de justesse un des poings de l’homme qui, au lieu de la toucher en pleine mâchoire, la frôla au niveau du coin de la lèvre. Chez n’importe qui, ça n’aurait rien provoqué mais, avec la force dont il disposait, ça lui coupa la lèvre inférieure avec le frottement contre ses dents. Tout ça avec juste un frôlement. Enfoiré ! Passant sa langue sur cette nouvelle blessure, elle posa son regard sur l’homme.

« C’est bon maintenant, je peux entrer en action ? »

Ce qu’elle fit sans attendre son avis ou la moindre réponse. Un léger problème se posa très vite pendant qu’elle attaquait : il n’avait pas mal. Ce qui, en fait, était assez chiant pour essayer de maîtriser une personne Les gens abandonnait parce qu’ils avaient mal, au pire, il suffisait de leur briser une côte ou un truc, et ils jetaient l’éponge. Les choses étaient un peu différentes avec lui parce que : 1, il ne s’arrêtait pas sous une douleur qu’il ne ressentait pas. 2, vu la force qu’il avait, ce n’était même pas la peine d’essayer de le maintenir au sol. En attaquant, et en esquivant quand il répliquait, Evey en arriva à une seule conclusion et solution possible. Si elle lui brisait une rotule, même s’il n’avait pas mal, son poids ne pourrait probablement plus être soutenu par sa jambe. L’échange continua jusqu’à ce qu’elle trouve, enfin, le moment et l’ouverture idéale. Face à lui, avant qu’il ne puisse la frapper, elle replia la jambe pour aller écraser, avec force, son pied sur la rotule gauche du type. La seconde d’après elle s’était reculée pour prendre une distance de sécurité. Si ces calculs étaient bons, il ne devait plus pouvoir avoir appui sur sa jambe droite, du coup, elle haussa les épaules.

« Tu veux que j’équilibre en brisant l’autre, ou tu veux bien admettre que, effet de surprise ou non, tu n’auras pas le dessus sur moi ? » Elle replaça une mèche de cheveux correctement, genre blonde-accro-à-son-apparence qu’elle n’était pas mais, honnêtement, si la voyait comme ça, il devrait encore être plus vexé de s’être fait avoir par elle. « Parce que je peux continuer encore un bon moment, ça ne me dérange pas. »

En réalité, ça la dérangeait parce qu’elle n’avait pas que ça à faire de sa soirée : elle devait préparer son repas du soir, faire partir le linge à laver, ranger son appartement déjà nickel, préparer ses affaires de boulot pour le lendemain et, peut-être, avec un peu de chance, se finir devant une émission télé qu’elle trouvera débile au bout de cinq minutes. Une vie passionnante.

« Ou alors, on s’arrête là et tu prends un peu de temps pour m’écouter parce que, honnêtement, j’ai horreur de me répéter. » ça avait tendance à l’énerver et, quand elle était énervée ce n’était pas très beau à voir en général. « Tu préfères quoi ? »

Sérieux qu’on ne vienne pas dire qu’elle n’était pas cool : elle était réellement en train de lui laisser le choix. A ses yeux c’était une preuve qu’elle pouvait être sympa. Ok, c’était que des conneries mais le tout c’est d’y croire. Allez, la prochaine fois, elle poserait une question avec le sourire !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 17 Mai 2014 - 14:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
S'était-il attendu à ce qu'elle le laisse frapper en premier et sans riposter ou esquiver ? Pas vraiment. Jay avait beau être limité, intellectuellement parlant, il n'était pas totalement stupide pour autant. Le combattant avait croisé énormément de personnes qui prétendaient être de bons joueurs et accepter de le laisser donner le premier coup, mais jusqu'à présent, personne n'avait tenu parole. Pour cette fois, la blondasse fut bien inspirée ! Si elle n'avait pas esquivé, il y avait fort à parier que le texan lui aurait réduit la cervelle à l'état de compote – pas besoin d'être un mentaliste super-puissant pour y arriver ! Elle s'était donc déportée sur le côté et le temps qu'il puisse se retourner, la sale garce s'autorisait déjà une pique moqueuse. Pas fair-play, étonnant tiens ! Ce n'était pas comme si Jay avait douté une seule seconde à ce sujet ! Serrant les dents, le trentenaire s'abstint de tout commentaire pour enchaîner les attaques suivantes. Il n'avait pas pour habitude de parler en temps normal, alors pendant un affrontement, c'était encore moins envisageable ! Mais malheureusement pour lui, Jay ne semblait pas être au mieux de sa forme, ou alors c'était la blondasse qui s'en sortait mieux que dans ses souvenirs. Peut-être les deux, allez savoir.

Toujours est-il qu'à part une petite blessure à la lèvre, le texan n'avait pas fait énormément de dégâts à son adversaire et que son irritation commençait à monter doucement, mais sûrement. En fait non. Elle montait d'un coup et il avait une seule envie : lui arranger le portrait pour ne plus avoir à la croiser à l'avenir. Malheureusement, les choses ne se passaient pas comme il le souhaitait ce soir-là puisque la saleté s'autorisa une nouvelle remarque avant d'effectuer un enchaînement clairement maîtrisé. S'il devait se comparer à elle, Jay aurait dit qu'elle savait ce qu'elle faisait et qu'elle ne se contentait pas d'enchaîner des coups aussi forts qu'elle le pouvait et en espérant toucher sa cible. Lui, c'était tout ce qu'il était capable de faire. Jay n'avait jamais été entraîné, que ce soit au combat ou à la maîtrise de ses pouvoirs. Il allait au feeling et ne cherchait pas plus loin, c'était aussi simple que ça. Ce soir-là, il apprenait qu'il ne suffisait pas de savoir frapper fort pour réussir à faire quelque chose, mais qu'il fallait aussi savoir viser. Après plusieurs échanges qui n'eurent aucun effet immédiat sur le texan, après tout, il ne sentait rien, la blonde montra que malgré ses racines décolorées, elle pouvait réfléchir. Lorsque son pied écrasa la rotule du trentenaire, celui-ci ne sentit évidemment rien et songea que les choses se poursuivaient, mais dès qu'il chercha à prendre appui sur sa jambe pour s'approcher de la garce, il se rendit compte que ce n'était pas possible. Elle avait fait la seule chose nécessaire pour l'empêcher de contre-attaquer : l'empêcher de bouger.

Levant les yeux vers elle, il la foudroya du regard alors qu'elle recommençait à jouer les emmerdeuses. Mais bordel ? ! Qu'est-ce qu'elle lui voulait à la fin ? Irrité, agacé, énervé et tout ce que vous voulez d'autre comme adjectifs, Jay n'avait malheureusement d'autre choix que de jouer le jeu. Lâchant un soupir, il serra les dents avant de prendre la parole à contrecœur.

« Mais c'est quoi ton problème putain ? ! T'es obligée de venir me faire chier ? T'as pas un crétin de copain à aller emmerder à la place ? » Parce que c'était connu, les blondes comme elle collectionnaient les mecs. « Vu qu't'es blonde, j'vais être sympa et te faire comprendre comme ça s'passe normalement : tu débarques, tu dis c'que tu veux et après on cause ! » Ce qui était presque ce qu'elle avait fait, à quelques détails près. « Tu débarques pas en jouant les pétasses qui veulent s'la péter et qui dit rien de ce qu'elle veut. Sinon, faudra m'expliquer comment j'suis censé discuter si j'sais rien ! »

Ça lui allait bien de critiquer ce qu'elle faisait alors que c'était justement son mode de fonctionnement ! En vérité, le fait qu'ils puissent avoir des points communs suffisait à l'énerver et le trentenaire oubliait tout ce que les autres lui reprochaient pour ne voir que ce qui l'irritait chez elle. L'avantage, c'était que cette nana ne le connaissait pas et qu'elle ne pouvait donc pas souligner le manque de logique de ce qu'il venait de dire. Jay aurait même pu prétendre qu'il avait l'intention de l'écouter dès le début si elle ne l'avait pas provoquée, mais il était bien trop énervé pour pousser l'abus aussi loin. Secouant la tête, il essaya une nouvelle fois de prendre appui sur sa jambe, mais c'était peine perdue. Apparemment, Jay allait pouvoir tirer un trait sur les combats – ou même le boulot tout court – pour les quelques jours à venir. Il n'y avait qu'à espérer que sa régénération mineure allait avoir un effet là-dessus.... Après avoir baissé les eux vers sa rotule – vu qu'il ne sentait rien – le combattant reporta finalement son attention sur la jeune femme.

« Bordel, tu fais chier ! Accouche, j'ai pas qu'ça à faire ! » Mais son ton montrait bien qu'il ne le faisait pas de gaieté de cœur. « Mais j'te préviens, t'as pas intérêt à recommencer à menacer ma famille parce que là, rotule pétée ou pas, j'm'en fous, mais je te ferai ta fête. »

Parce que, même s’il n'avait pas réussi à le faire en bon état, il restait persuadé d'y arriver dans celui-là.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 19 Mai 2014 - 23:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Comment ne pas être satisfaite en voyant la manière dont il la regardait ? En fait, heureusement qu’il n’était pas capable de lancer des lasers avec ses yeux, sinon elle serait probablement déjà réduite en poussière. Elle haussa les épaules, l’air presque innocent, comme si elle ne comprenait pas pourquoi il pensait qu’elle avait un problème. Tout allait très bien, il était parfaitement logique de se pointer quelque part, frapper une personne et tout ça juste pour le plaisir. Elle secoua la tête, non, elle n’avait personne d’autre à aller ennuyer. Hey, il aurait dû s’en sentir flatter, il était le seul sur sa liste de la soirée. Sérieusement, elle était en train de faire preuve d’une patience exemplaire, à l’écouter sur plaindre et expliquer la manière dont les choses fonctionnaient en temps normal. Normalement, les gens ne se tapaient pas dessus. Normalement, les gens avaient des discussions civilisées. Normalement, les gens n’étaient pas affiliés à un organisme criminel alors, franchement, elle s’en tapait pas mal de ce qui pouvait être normal ou non. Elle secoua la tête, soupirant et roulant des yeux, comme si ce type l’aurait écouté sagement avant qu’elle ne lui fasse comprendre qu’elle pouvait avoir le dessus quand elle voulait. C’était le problème avec les types qui pensaient que la personnalité d’une femme dépendait de la couleur de ses cheveux – en plus de ne pas avoir d’estime pour elles – il fallait d’avoir prouvé qu’elle pouvait le maitriser pour espérer être entendue. Tout ça, au final, ce n’était que de sa faute à lui.

Evey baissa les yeux sur ses ongles qui, soudainement, avaient bien plus d’intérêt pendant que le texan commença à mettre ses conditions. Genre. Evey faisait ce qu’elle voulait, même si ça impliquait menacer la famille du trentenaire. Elle le faisait quand elle voulait et, de toute façon, il avait une rotule en moins. S’il n’avait pas pu faire quelque chose en pleine possession de ses moyens, qu’est-ce qu’il espérait pouvoir faire maintenant, hein ? La blonde laissa retomber sa main et posa un regard clairement supérieur sur Jay.

« Si tu te tenais un peu tranquille, que tu arrêtais de gueuler toutes les deux secondes, je pense que je serais déjà un peu plus disposée à répondre à tes demandes. Mais là, dans l’immédiat, je m’en fous un peu de ce que tu veux ou non. Si j’ai envie de menacer ta famille, je le fais. » Ce que, pourtant, elle ne fit pas une nouvelle fois. « Bref… » Elle soupira et posa son regard vers lui, perdant toutes ses attitudes de blondes parfaites. « Toi et moi, on a un problème. J’ai horreur qu’on vienne empiéter dans mes affaires, ça a tendance à me mettre de mauvaise humeur et, je n’aime pas être comme ça. » Après elle se retrouvait à exploser des rotules. « Et notre dernière rencontre, vois-tu, a été assez contrariante pour moi. Je ne me fais pas chier à me balader avec un masque sur la tronche, juste qu’un abruti dans ton genre s’amuse à le virer. » Même si, pour le coup, ça n’avait pas été volontaire. Enfin, elle n’en savait rien. « Sérieusement, tu aurais dû t’abstenir de faire ça, parce que, maintenant, c’est toi qui as un problème sur les bras. »

Trois fois rien, il allait juste se retrouver avec un officier de Shadow sur le dos. Tout le monde s’en remettait : l’Irlandaise devait bien le vivre, même avec une menace contre sa famille. Deux autres blondes, logiquement, n’avaient absolument pas à s’en plaindre. Après tout, elles bénéficiaient de tout le charme de Shadow sous les traits de Renan. Bref, du moment qu’il restait dans les clous, tout devrait bien se passer.

« Logiquement, ce que j’attends de toi ne devrait pas être trop compliqué. Un gamin de cinq devrait pouvoir le comprendre donc, je suppose que c’est à ta portée. » Est-ce qu’elle sous-entendait qu’il était débile ? Oui, un peu. Beaucoup. « Si j’apprends, un jour, que tu as parlé de moi, on en reviendra à ce que je n’ai pas le droit de faire. » Donc, menacer sa famille sauf que là, ça ne serait plus des menaces. « Si tu te retrouves encore sur une de mes affaires, tu devras dégager les lieux sans rien demander. » Sinon, même chose que pour la condition d’avant. « Ça va aller ou il faut que j’expliquer les choses de façons plus simples ? » Elle pointa le doigt vers la deuxième rotule. « Parce qu’il t’en reste encore une alors, peut-être que si elle subit le même sort que l’autre, les choses devraient s’ancrer plus facilement dans ce qui te sers de tête ? »

Et voilà, Renan trouverait encore le moyen de dire qu’elle était une violente dans l’âme sans aucune patience. Mais pas du tout, elle s’adaptait juste à son public. La discussion calme et posée, avec un type comme Jay, elle n’y croyait pas un seul instant, donc il fallait bien qu’elle se fasse comprendre d’une autre manière.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 20 Mai 2014 - 15:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Cette garce l'emmerdait. Ses regards supérieurs, sa manière de parler ou même de se mouvoir, tout ! Le trentenaire avait beaucoup de mal à conserver son calme et, pour être franc, il n'en avait aucune envie. Lorsque vous étiez face à une nana pareille, la seule chose dont vous aviez envie, c'était de lui régler son affaire, point barre ! Jay la dévisageait toujours avec hostilité et lorsqu'elle commença à parler, ce fut une raison supplémentaire pour l’irriter. Qu'il la ferme ? Alors, pour quelle raison est-ce qu'elle ne balançait pas la sauce au lieu d'avoir l'air d'attendre son approbation ? Il ne la comprenait pas et n'avait strictement aucune envie de lui parler, pourtant il y était obligé. Lâchant un soupir alors qu'elle était en train de lui montrer que c'était elle qui avait la plus grosse et qui décidait de ce qu'elle voulait, le texan songea que cette gonzesse devait souffrir d'un grand manque de valorisation ! Peut-être qu'elle vivait avec quelqu'un qui l'écrasait et qu'elle avait besoin de se mettre en avant en essayant de jouer les grosses dures avec d'autres personnes ? Sans s'en rendre compte, Jay s'amusait exactement à la même chose que ses interlocuteurs habituels : chercher à expliquer le comportement de cette gonzesse qui l'emmerdait sérieusement. Enfin, il tenta. En effet, peu de temps après avoir commencé à essayer de la comprendre, il envoya tout bouler, considérant qu'elle ne valait pas la peine.

L'aveu arriva alors. Elle n'aimait pas les gens qui se mettaient en travers de son chemin, c'est tout ? Tout ce remue-ménage juste pour cette connerie ? Il lâcha un énième soupir alors qu'elle lui racontait que le problème venait du fait qu'il avait pu voir son visage. Quelle crétine. Elle se croyait si canon qu'il ne puisse pas oublier à quoi elle ressemblait ? C'était bien mal le connaître : Jay n'était pas du genre à retenir les trais ou même les prénoms des gens. L'insulte à peine voilée qu'elle lui lança ensuite au sujet de son intelligence le laissa de marbre. Seth avait déjà achevé de lui donner le sentiment d'être le type le plus con de la planète, alors les paroles de cette blonde lui passaient vingt mille lieues au-dessus. Comme les menaces persistaient et que les ordres s'enchaînaient, le texan sentit sa patience s'amenuiser pour disparaître totalement lorsqu'elle termina sur une dernière insulte.

« Ferme-là ! Tu crois qu't'es la reine à pouvoir décider de ce que les autres doivent faire ou non ? » Question rhétorique. « J'en ai rien à branler que t'essayes de la jouer Super-vilaine avec tes menaces de merde, tu m'fais pas peur et si tu crois franchement qu'ça va me dissuader d'faire ce que je veux, tu t'es bien plantée blondasse. » Ne pas sentir la douleur aidait beaucoup à garder sa contenance. « T'as pas l'air de piger qu'c'est pas toi qui décide de c'que je peux faire. J'bosse pas pour toi et si je quitte une mission parce qu't'es incapable de t'en sortir avec d'la concurrence, c'est ma patronne qui va me tomber dessus. » Atia César donc, avec légèrement plus de classe que cette péteuse. « Et franchement, j'préfère lui obéir à elle qu'à toi. »

Elle avait l'air de penser qu'il était libre de décider de ce qu'il souhaitait faire ou non, mais le problème c'est que ce n'était justement pas le cas. Jay était envoyé en mission pour le compte du Circus Maximus et s'il revenait bredouille, ça lui retombait sur la gueule. Il avait d'ailleurs eu droit à des remontrances pour l'échec qui concernait la mission contre cette emmerdeuse. Alors franchement, entre se mettre à dos une blondasse qui jouait les Super-vilaine ou la patronne du Circus Maximus, le choix était rapidement fait ! Pour le moment, Jay avait tout lieu de penser que la gonzesse n'était qu'une indépendante qui rêvait de grandeur, il ignorait totalement qu'il avait affaire à un officier d'un organisme au moins aussi important que le Cartel, il était donc logique qu'il préférât s'intéresser plutôt à Atia qu'à celle-là. Mais bien sûr, fidèle à lui-même le trentenaire se voyait mal expliquer tout cela. Ça avait l'air tellement logique pour lui, il n'imaginait pas qu'elle puisse ne pas le voir. Quoique, c'était une blonde.
Toujours immobile pour ne pas aggraver sa blessure, il reprit.

« Puis tu crois quoi ? Qu't'es tellement canon que j'peux pas oublier ta tronche ? Descends de ton nuage grognasse, j'aurais même pas été capable de dire à quoi tu ressemblais. Il faisait noir et en plus j'avais autre chose à faire que de te mater. Puis c'est pas comme si tu donnais envie d'le faire. » Les critiques sur le physique, bas, mais il s'en foutait. « T'es vraiment conne. J'avais pas l'intention de dire quoi qu'ce soit, t'étais rien de plus qu'une chieuse sur une mission, j'ai oublié ça et j'étais passé à autre chose, mais si ça t'emmerde autant, c'est p't'être que je devrais regarder ça de plus près. » Oui, il la provoquait clairement. « Apparemment, on dirait que tu flippes d'être découverte. Et pourquoi ? T'es genre une vilaine super recherchée ? »

Le ton était clairement provocateur, sur le coup les menaces étaient oubliées, tout ce qu'il voulait c'était voir jusqu'à où cette tarée était prête à aller. La logique reviendrait peut-être plus tard, pour le moment il agissait comme lors d'un combat : en testant son adversaire pour voir jusqu'à où il pouvait aller.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 21 Mai 2014 - 13:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Ben… Ouais ! C’est ce que voulait dire la façon dont elle haussa les épaules, quand il avait demandé si elle s’octroyait le droit de décider pour les autres. Par contre, il n’avait pas l’air de comprendre qu’il était en train de glisser sur une pente dangereuse. En même temps, il ne devait pas dépasser les douze de QI, donc, elle n’était pas certaine que ce soit vraiment étonnant. Sérieusement, elle le trouvait vraiment con de chercher à la provoquer, en disant qu’il n’avait pas peur, et qu’il faisait ce qu’il voulait. Là, elle allait surtout se sentir obligée de prouver qu’elle ne rigolait pas. SI vraiment il insiste, elle allait devoir agir, il allait perdre quelqu’un de sa famille et… Enfin bref, après il se mettrait encore plus à pleurnicher et ils s’en sortiraient jamais. Le mieux pour tout le monde, c’était encore qu’il la ferme, qu’il fasse ce qu’elle demandait et puis voilà. Les choses pouvaient être super simples.

Evey prit un air faussement attristé quand il se mit à la critiquer sur son physique. Comment ça on pouvait l’oublier aussi facilement ? Quelle horreur, ça lui déchirait le cœur – comme si c’était le genre ! Elle laissa passer un léger rire en passant une main sur son visage quand, faisant le malin, il commença à expliquer qu’il devrait peut-être y regarder de plus près. Ok, en fait il était assez con pour ne rien comprendre. Genre, vraiment rien. Elle laissa retomber sa main en soupirant avant de prendre un air des plus sérieux où toutes traces de sourire avaient disparu. Au passage, elle occulta complètement sa dernière question.

« C’est par pur esprit de contradiction que, quand on te dit d’oublier un truc, tu dis que tu vas chercher à regarder les choses de plus près ? » Elle se foutait de la réponse. « Je crois que tu n’as pas très bien saisi deux ou trois petites choses. » Elle inspira et posa son regard sur Jay. « Contrarie-moi, juste, une seule fois en refusant ce que je te demande et, crois-moi, Atia sera le dernier de tes problèmes. »

On ne pouvait pas mettre plus de sérieux dans une seule phrase et le fait qu’elle balance un prénom comme celui d’Atia devait, logiquement, déjà donner matière à réfléchir. Si Evey n’avait pas envie d’interférer dans les affaires du Cartel, elle partait du principe que ses objectifs pour Shadow primaient sur cette organisation. Puis ça va quoi, un combattant, au pire elle s’en trouverait un ailleurs… Bon ok, ce n’était pas aussi simple que ça mais, peu importe. L’anonymat de l’officier passait avant.

« C’est toi qui n’as vraiment pas l’air de comprendre ce qui est en train de se passer, et tu devrais arrêter de jouer le type qui se fout de tout et qui n’a pas peur quand quelqu’un le menace. » Hey, c’est qu’elle était super cool à lui donner des conseils sur la manière de réagir. « Contrairement à ce que tu sembles penser, je ne suis pas la première blonde, complètement conne, venue. »

Il allait devoir y aller plus doucement sur les insultes, ça allait finir par l’irriter et on en reviendrait à son envie de montrer qu’elle ne rigolait pas. Venir attendre quelqu’un dans une ruelle pour le menacer, ce n’était pas vraiment son passe-temps favoris, elle avait des choses bien plus importantes à faire – c’est qu’elle n’avait pas encore testé le nouveau restaurant chinois en bas de chez elle. Bref, ce qu’elle essayait de lui faire comprendre c’est qu’elle ne se déplaçait pas juste pour des paroles en l’air. Elle balança légèrement les mains.

« Mais vas-y, essaye de montrer que tu peux faire ce que tu veux et que personne ne peut te donner d’ordre. » Elle haussa les épaules. « Cela dit, quand il te manquera un de tes frangins, ou ta sœur, faudra pas venir pleurer. Je veux dire, à part toi, si l’un d’entre eux venait à mourir, personne ne s’en inquiéterait. Tes frères sont justes insignifiants et Charlie… » Elle fit semblant de réfléchir. « Pff, avec sa tendance à s’attirer des ennuis, les gens trouveront normal qu’elle finisse par se faire tuer. » Elle n’avait pas voulu repartir dans ses menaces mais c’était lui qui l’obligeait à y revenir en ne voulant pas la prendre au sérieux. « En fait, avec un de tes frères, ça reste même la personne la plus facile à approcher tellement elle croit que tout le monde est gentil. »

Elle ne précisa pas si elle connaissait ce détail pour l’avoir déjà testé, ou c’était juste de la théorie. Pour le frangin dont elle parlait, disons qu’elle c’était quand même renseigné et qu’il n’avait pas été très compliqué de comprendre qu’il y en avait un qui se laissait avoir par la première femme venue.

« Sérieusement, tu as vraiment envie de tester si je dis des choses en l’air juste pour le plaisir ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 21 Mai 2014 - 17:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Elle avait tout pigé : il avait un foutu esprit de contradiction qui lui donnait envie de l'emmerder à ce niveau. Malheureusement, il n'était pas tombé sur quelqu'un de très coopératif et vu la tronche qu'elle faisait, avant même qu'elle ouvre la bouche Jay avait compris qu'il n'apprécierait pas ce qu'elle allait lui dire. Gardant les lèvres closes, le texan fit preuve d'attention – une fois n'est pas coutume. N'empêche, elle était sacrément vantarde de penser qu'elle pouvait être plus dangereux que la patronne ! Qu'est-ce qu'elle croyait ? Qu'il croisait tous les jours les officiers d'un organisme dont il n'avait jamais entendu parler ? Bien sûr, Jay avait déjà été en contact avec SHADOW puisqu'il était du nombre des membres du Cartel qui étaient montés à bord du vaisseau ALIEN, mais il ne savait pas à qui il avait eu affaire. Autant dire que pour lui, la blonde était simplement une grosse vantarde qui venait d'un petit groupe de vilains ou alors qui jouait en indépendante. Contrairement à pas mal de citoyens de la ville, le trentenaire n'avait pas de fibre paranoïaque, c'était même le contraire. Au final, quoi qu'on en dise, il était beaucoup plus proche du caractère de sa sœur que de celui de ses frangins.

Son silence persista même lorsqu'il fut tenté de lui faire remarquer qu'il ne jouait pas le type qui n'avait pas peur, c'était juste dans sa nature. Cela dit, Jay commença à comprendre que cette tarée ne plaisantait vraiment pas : elle pouvait bien s'en prendre à sa famille et se débarrasser de l'un d'entre eux. Cette prise de conscience ne manqua pas de l'ébranler. S'il y avait bien une chose qui pouvait le neutraliser, c'était ça. S'en prendre à lui n'apporterait pas grand-chose parce qu'il se fichait pas malade ce genre de détails, mais là... risquer la vie de sa famille, jamais ! Le regard qu'il posa sur elle lorsqu'elle parla de Charlie et Earl exprimait clairement ce qu'il ressentait à ce moment : un mélange de peur – réellement cette fois-ci – et d'envie de meurtre. Il lui fallut quelques instants pour trouver quoi répondre.

« J'ai jamais prétendu que personne me donnait d'ordres grognasse. » Après tout, il ne faisait que ça depuis son enfance : écouter ce qu'on lui disait. « J'ai dit que t'étais pas la mieux placée pour ça. » Ce qui changeait radicalement selon lui. « Et sans vouloir te vexer, pas conne ou pas, j'croise plus souvent Atia que ta pomme. » Enfin, pas en personne vu qu'il ne l'avait rencontrée qu'une ou deux fois. « J'vois vraiment pas pourquoi est-ce que je prendrais le risque d'avoir la même situation de l'autre côté. »

Enfin si. Il voyait parfaitement. Cette tarée risquait bien de vouloir s'en prendre à sa sœur ou à ses frères et il savait que s'il prévenait ces derniers de ne pas sortir ou de se méfier des blondes revanchardes, ils tenteraient plutôt de la retrouver pour lui faire comprendre qui était les Lane. Et soyons honnêtes, il doutait sérieusement que ses frères en ressortent tous indemnes, surtout Earl qui pensait avec son entrejambe et non son cerveau. Puis pour Charlie... Déjà Jay serait forcé de lui faire comprendre qu'il bossait pour des affaires illégales, alors même qu'elle de son côté se trouvait du côté de la loi, mais elle risquait de ne pas prendre le menace au sérieux et c'était une chose qu'il refusait d'envisager. Dire qu'il s'était éloigné d'elle pour ne pas lui attirer d'ennuis et aujourd'hui sa vie était directement menacée par sa faute. Inutile de dire qu'il ne savait plus où il en était. Les enjeux étaient bien trop importants pour lui : il n'était rien de plus qu'un combattant sans aucun moyen de pression. Finalement, le texan secoua la tête avant de reprendre.

« Tu m'as pas répondu en plus. J'suis censé te croire sur parole en me disant que t'as vraiment les moyens d'faire ce que tu dis alors que si ça se trouve, t'es rien qu'une péquenaude qui essaye de se faire une réputation ? » Logique de douter. « Atia elle a gagné sa réputation, toi j'ai surtout vu qu'tu faisais le même boulot que moi, alors franchement, j'aurais plus tendance à penser qu't'es un homme de main ou quelqu'un de ce genre. »

Cela dit, son ton était bien moins hostile qu'auparavant, comme s'il avait compris qu'elle ne plaisantait pas et qu'il était en train de peser le pour et le contre. Il songea bien à lui poser la question qui le taraudait, cela dit un problème s'interposait : elle n'allait pas comprendre et lui dirait certainement que c'était son problème à lui. Cette sale garce était bien trop égoïste pour qu'ils puissent se comprendre. Il haussa finalement les épaules pour lui faire comprendre qu'il avait pigé que c'était dangereux de jouer avec elle, mais qu'il n'avait pas franchement le choix.

« Qu'est-ce qui me dit qu'je risque pas plus en acceptant ce que tu dis et en me mettant Atia à dos, qu'en lui parlant de toi et en lui demandant de s'occuper de ton cas ? »

Ce n'était pas une menace, mais une question parfaitement sincère. Même si c'était difficile à croire, il avait besoin d'être « rassuré » sur le fait qu'il ferait le bon choix en décidant de lui obéir et de tourner le dos à la patronne. L’avantage, c'est qu'Atia il l'avait déjà battue en combat.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 25 Mai 2014 - 23:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Bon, niveau insulte, ce n’était pas encore ça mais, il fallait être honnête, il y avait eu du progrès. Au moins, ils entraient dans un discours qui ressemblait un peu près à une discussion, avec des questions légitimes et non plus à un tas d’injures et tout ce qu’il avait pu faire depuis le début. Bien. Mais franchement, on n’enlèverait pas à Evey, qu’elle ne serait pas parvenu à un tel résultat, en se contentant simplement de parler et sans avoir menacé personne. Pour la trentenaire, il fallait s’adapter au client, c’est ce qu’elle avait fait. Donc… Des questions légitimes, qu’on disait. Oui, c’était normal de s’interroger sur qui elle était, les moyens qu’elle avait et la véracité de ses paroles. Le problème allait demeurer dans le fait qu’il n’aurait pas les réponses à ses questions et, quand bien même, sur un coup de folie, elle décidait de tout lui balancer… Pourquoi il croirait à l’existence d’un groupe que tout le monde – ou presque – croyait mort. Et ça, c’était dans l’hypothèse où Shadow évoquait quelque chose chez lui. Maintenant qu’ils pouvaient un peu mieux se parler, le ton d’Evey qui, jusque-là, pouvait se montrer supérieur s’abaissa.

« Si je cherchais à me faire une réputation, je ne viendrais pas m’ennuyer juste parce qu’une personne a vu mon visage. Au contraire, ça aurait même pu me servir si c’était le cas. » Tout le monde ne faisait pas partie d’un groupe qui avait une exposition relative. « Mais, si ce n’est qu’une question de preuve, je te proposerai bien de t’en fournir une mais, ça risque d’être cher payé pour toi, juste pour une preuve. » Pas sûr qu’il apprécie de recevoir la tête d’un de ses frères par courrier postal, pourtant ça faisait son effet en général. « Et, mes intérêts sont rarement en conflit avec ceux d’Atia alors, avec de la chance, on n’aura même pas lieu de se recroiser sur quelque chose. »

Mais la possibilité existait et c’était pour cette raison qu’il était préférable de lui demander de dégager si ça venait à être le cas. Bref, les chances que ça arrive n’étant pas des plus élevées, au pire, il n’aurait cas faire comme la dernière fois : rentrer sans rien, admettre une défaite et passer à autre chose. Ce n’était pas comme si elle lui demandait de dégager sur tous les coups où il allait être envoyé.

« Cela dit, juste par curiosité, tu crois qu’il va se passer quoi si jamais tu vas voir Atia et que tu lui dis qu’il y a une putain de grognasse qui t’emmerde ? Qu’elle va te tapoter sur l’épaule et te répondre qu’elle va aller régler le problème pour toi ? » Elle pouvait se tromper mais, honnêtement, elle voyait assez mal une personne s’amuser aller défendre tous les membres d’un groupe. « J’te demande pas de te la mettre à dos de toute façon et, si vraiment, elle devait poser un problème, j’irais lui parler. »

Le but n’était pas de flinguer Jay dans son organisation, qu’il s’occupe avec ses combats insignifiants, elle s’en foutait pas mal. Tout comme n’avait pas d’intérêt de le faire chier au max, les gens étaient rancuniers et c’est là qu’ils commençaient à faire des recherches. Le but était d’éviter ça, justement. Et évidemment, elle ne semblait même pas douter de pouvoir atteindre Atia, à un moment ou à un autre, pour pouvoir avoir une discussion avec elle. Que ce soit vrai ou non n’était pas la question, il suffisait juste de laisser entendre que c’était possible.

« Que ce soit clair, j’ai aucun intérêt à ce que tu risques la même situation d’un autre côté. Ils sont mes moyens de pressions. » Elle parlait de la fratrie Lane et ne voyait pas l’intérêt de cacher la vérité, il était bien question de moyens de pression. « Et je ne m’aime pas partager. » Ah bon ? Comme c’est étonnant ! « Donc, ils ne serviront pas de représailles pour quelqu’un d’autre. »

Et malgré le fait que ça pouvait être étrange de menacer des personnes pour, ensuite dire, à demi-mot, qu’elle les « protégerait » des autres personnes, en fait c’était parfaitement logique. Si elle se servait de cette fratrie comme moyen de pression ce n’était pas pour qu’une autre personne les dégomme, sinon elle n’allait plus avoir beaucoup d’arguments de vente. Bien sûr, cette histoire de protection ne s’appliquait qu’en cas de représailles, parce que sinon, elle n’allait pas s’en sortir vu les ennuis qu’attirait cette famille, à croire que c’était dans les gènes.

« Tu as tout intérêt à me croire sur parole parce que, en y regardant bien, je me trouve bien conciliante. Finalement, tu n’as rien à faire, et tout le monde reste tranquillement dans son coin. » C’était plutôt honnête comme deal, non ? Qu’on ne vienne pas lui dire, après, qu’elle agissait dans la démesure. « Parce que les moyens pour faire ce que je dis, je les ai. » Elle haussa les épaules. « Ce n’est pas les sécurités sur la porte de ta sœur qui me poseront problème. »

Dernière phrase qui visait surtout à dire que, même si elle ne pouvait pas donner de preuves directes, elle était quand même assez renseignée et que, par conséquent, elle n’était pas non plus la première blondasse venue.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 26 Mai 2014 - 12:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Jay ne remarqua pas le changement de ton de la jeune femme, il n'était pas suffisamment attentif à ce genre de choses pour pouvoir comprendre qu'ils allaient sur la bonne voie. L'explication qu'elle lui donna à propos de son envie d'anonymat ne le convainquit pas vraiment. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle avait remarqué qu'il avait un esprit contradictoire et que c'était quelque chose de connu et reconnu au sein du Circus. Elle aurait très bien pu venir lui dire de ne pas parler d'elle dans l'espoir de le pousser à faire le contraire – ce qu'il avait été à deux doigts de faire d'ailleurs. Cela dit, il y avait bien le problème qu'il ne soit qu'un simple combattant et non quelqu'un de haut-placé. Vu la vanité dont elle faisait preuve, il y avait fort à parier qu'elle était plutôt du genre à s'attaquer au gros gibier, cela plaidait donc en faveur de ses explications, mais au final Jay s'en foutait. De toute manière, cette garce commençait à le saouler avec ses menaces permanentes. Il arrivait à peine à trouver un peu de self-contrôle qu'elle le provoquait à nouveau en jetant de l'huile sur le feu. C'était de la connerie pure, ou simplement le besoin de la jouer « grosse méchante » ? En tous les cas, ça avait plutôt l'effet opposé à celui prétendument recherché, parce que Jay perdit aussitôt le peu de coopération qu'il avait.

Quant au fait qu'Atia n'allait certainement pas l'aider, il s'en contrefoutait. Jay était stupide, c'était un fait, mais il savait déjà ce qu'il aurait à dire pour qu'elle s'intéresse à cette affaire. Et puis, après qu'il l'ait battue, n'avait-elle pas dit qu'elle ne l'oublierait pas ? Deux choses qui plaidaient en faveur de cette idée, même s'il ne comptait pas le faire. Puis lorsque la blondasse essaya de le rassurer en lâchant qu'elle ne prêtait pas ses moyens de pression, il n'en fut pas franchement plus satisfait. Peut-être que le texan aurait pu faire un effort pour que l'entretien se termine sur une « bonne note », mais le fait était qu'elle recommença à menacer sa famille alors qu'il n'avait rien dit qui puisse justifier ça. Cette fois-ci, il laissa éclater son irritation.

« Bordel, mais ta gueule. J'ai pigé que t'étais une grosse méchante qui savait tuer les gens et qu'avait des moyens de pression, alors ferme-là et arrête de toujours la ramener avec tes menaces, tu commences sérieusement à me saouler. » Et le ton le prouvait clairement. « Même si t'as l'air de me prendre pour un demeuré, j'ai pas besoin qu'on me rappelle sans arrêt un truc que j'risque pas d'oublier, alors continue à me faire chier avec tes menaces à deux balles et tu verras que ça a plutôt l'effet contraire. J'réagis très mal aux menaces répétées. »

Il parlait sérieusement d'ailleurs. Si elle continuait à lui lancer des petites menaces de ce genre, il allait perdre patience et finir par l'envoyer chier tôt ou tard, alors autant le faire dès le début et aller voir la patronne en lui lançant ce qu'il avait en tête. Ajoutez à cela que la blondasse avait l'air de le prendre pour un véritable bras cassé et qu'elle ne se doutait certainement pas qu'il était en mesure de pouvoir se faire remarquer par quelques personnes bien placées et vous compreniez qu'il se disait que tout n'était pas totalement perdu de ce côté. Le Cartel était un organisme qui offrait pas mal de possibilités finalement. Le ton toujours contrarié, ce fut à son tour de jouer sur ce registre.

« Pour ta gouverne, j'ai un peu plus de moyens que c'que t'as l'air de croire. Puis contrairement à c'que tu penses apparemment, y'a des moyens plus subtiles de présenter les choses pour la pousser à s'intéresser à toi. »

C'était l'hôpital qui se foutait de la charité, Jay qui parlait de subtilité ! Mais peut-être qu'ainsi cette emmerdeuse comprenait qu'il valait mieux éviter de trop le pousser sans quoi il finirait par vraiment mettre ses menaces à exécution. Chacun son tour. Il n'avait pas passé les dernières années à bosser pour le Cartel et à se faire chier à se battre pour ne rien avoir en retour après tout ! Quoi qu'il en soit, vu qu'il ne comptait pas faire ce qu'il avait dit, pas à moins qu'elle ne l'y pousse, Jay ne lui laissa pas le temps d'en placer une et reprit la parole.

« Puis j'ai pigé, je vais pas causer de toi, même si j'en avais déjà rien à carrer de ta gueule avant ce soir. Tu d'vrais peut-être revoir ton approche grognasse, parce que franchement, v'nir dire à un gars qu'à l'esprit contradictoire qu'il doit surtout pas parler de toi, c'est l'meilleur moyen pour qu'il fasse le contraire. » Il secoua la tête. « Alors tu m'excuseras de douter de ce que tu disais avant. » Même si ce n'était plus le cas désormais. « Maintenant tu peux t'barrer, j'ai assez vu ta gueule de pétasse. »

Tout en délicatesse, mais lorsqu’il ne pouvait pas frapper, il devait bien évacuer sa frustration autrement, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 5 Juin 2014 - 20:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
La maîtrise, ce n’était clairement pas le fort de ce type. D’un autre côté, personne ne devait lui demander de réfléchir, on le foutait juste dans une arène pour qu’il tape sur tout ce qui pouvait bouger. Il lui faisait un peu penser au stéréotype du barbare dans les jeux de rôle dont le mot qu’il était capable de prononcer correctement était « tapeeeeeeeeer ». Non mais sérieusement ? Il était vraiment en train de la « menacer » en disant réagir très mal aux menaces ? Evey soupira d’un air profondément blasé, secouant même la tête devant la connerie de ce type. Il n’y avait rien à tirer de lui !

Avec une ironie qui était largement appuyée – fallait qu’il puisse comprendre – elle hocha la tête en levant un pouce en l’air : ouais, ouais, elle était trop impressionnée par les moyens dont il pouvait disposer, elle était morte de trouille face à la subtilité dont il pouvait faire preuve. Subtilité et lui, non mais, ça n’allait même pas ensemble comme mots. Croire qu’il pouvait être subtil était encore moins crédible que la théorie d’un père-noël faisant le tour du monde, en une nuit, sur un traineau volant.

Bon, par contre, ça commençait sérieusement à lui taper sur le système, cette façon dont il parlait. Il n’aimait pas les menaces à répétition ? Les insultes à répétition, ça la gavaient royalement. Sauf qu’il y avait une différence majeure entre eux deux : lui, n’était pas en position de négocier quoique ce soit. Elle, si ! Vrai ou pas, peu importe, c’était de cette manière qu’elle voyait les choses. Elle hésita un instant, sur la marche à suivre et, finalement, elle inspira.

« Au moins, on est d’accord sur un point : je n’ai pas de raisons de rester. »

Elle se détourna, sans appui sur son genou, il ne risquait pas de la rejoindre. Mais, Evey avait à peine fait un pas qu’elle se stoppa, eut un claquement de langue en secouant la tête et refit face à Jay. Caractérielle comme fille, c’était une notion à ne pas oublier, ce qui était compliqué quand on ne le savait pas. Se faire insulter par un abruti, ça lui passait au-dessus de la tête. Se faire insulter et aboyer dessus à répétition, c’était une autre histoire. Ouais, en fait, elle ne laissa pas tellement de temps à Jay de réagir, ni même de marche de manœuvre.

Evey s’était rapprochée du Texan très rapidement, évitant toute riposte, elle balança son talon dans le genou déjà amoché de Jay, pour le casser un peu plus. Et, avant, de reprendre appui sur le sol, de cette jambe, elle balança son pied dans l’autre genou du Texan. Elle ne le frappa pas, elle effectua juste une pression nécessaire pour que le genou se plie et que l’homme se retrouve, les deux genoux à terre. Si jusqu’à présent, elle avait fait l’effort de lui laisser un minimum de dignité en le laissant debout, maintenant, elle n’avait plus envie de faire la moindre concession. Bon, en temps normal, elle se serait retrouver derrière la personne, en la maintenant avec une torsion du bras mais, avec Lui, ça ne servait à rien : il avait trop de force. La presque trentenaire se décala, pour ne pas être à portée de main et, devant lui, elle resta bien debout.

« Tu devrais vraiment revoir ta façon de parler aux gens. Continue de me parler comme à la première pétasse que tu croises, et crois-moi, ce n’est pas qu’un genou qui va te manquer. » Et comme le problème venait de sa façon de parler, elle ne menaça même pas sa famille mais, clairement, c’était lui qu’elle prévoyait de prendre pour cible. « Et là, il va falloir que tu redoubles d’imagination pour trouver comment ramener de l’argent si tu n’es même plus capable de te battre dans une arène. » Elle se pencha légèrement en avant, toujours hors de portée. « Je me contrefous de tes humeurs de pisseuses, qui vient pleurer parce que tu n’aimes pas ce que tu entends. »

Le ton n’avait rien d’agréable parce que, dans l’immédiat, tout ce qu’elle avait envie c’était de lui arracher la tête et boucler cette histoire une bonne fois pour toutes. Mais, après, on irait lui dire qu’elle était trop impulsive, blablabla…

« Il y a un moment où, que ça te plaise ou non, tu vas devoir comprendre que je n’ai aucune envie de me faire insulter par un abruti comme toi. » Faut croire que ça la gavait réellement parce qu’elle n’avait pas été aussi insultante – juste menaçante – autant de fois en si peu de temps. « Réfléchi avant de parler, tempère un peu tes paroles parce que, je peux te promettre qu’au prochain écart je vais être beaucoup moins conciliante. »

Mais peut-être qu’il aimait manger de la soupe à l’aide d’une paille.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 6 Juin 2014 - 18:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Jay avait une mauvaise habitude, c'était d'obtenir ce qu'il voulait en gueulant sur les autres. Habituellement, il suffisait qu'il hausse un peu le temps en menaçant l'autre pour que les choses se règlent d'elles-mêmes, sauf que ce n'était pas le cas cette fois-ci. La garce s'éloigna après lui avoir confirmé qu'elle n'avait plus rien à faire ici et il ressentit une évidente sensation de soulagement, mais c'était sans compter le sale caractère de la grognasse – oui, oui, c'était lui qui disait ça. Alors qu'il se demandait comment il allait faire pour assurer dans les prochains combats, la blondasse fit volte-face pour se précipiter dans sa direction et agir assez rapidement pour qu'il ne puisse pas riposter. Là, un craquement sonore se fit entendre lorsque le talon d'Evey frappa le genou déjà abîmé du texan qui ne ressentit rien, mais comprit bien que les choses tournaient mal. S'il songea à se défendre, son adversaire en avait décidé autrement puisqu'elle enchaîna toujours aussi promptement et parvint à le faire plier l'autre genou pour qu'il se retrouve dans une position qu'il ne supportait pas : à genoux devant quelqu'un. Même devant la patronne il ne l'avait jamais fait, pas davantage lors des combats alors inutile de dire qu'il se voyait mal le fait devant cette grognasse. Et pourtant... il l'était actuellement ! Bien sûr, il aurait toujours pu se redresser en partie sachant que seul le genou qu'elle avait frappé en premier avait été blessé au point de ne certainement plus supporter son poids, mais l'autre pouvait encore le faire. Sauf qu'elle ne s'arrêta pas là et Jay leva les yeux vers cette garce qui devait avoir été croisée avec une vipère pour se montrer aussi agressive – que personne ne vienne lui dire qu'il n'avait aucune douceur après ça !

Et voilà qu'elle critiquait à nouveau sa manière de parler aux gens alors même qu'elle ne faisait pas mieux que lui ! Pour le coup, Jay se fichait pas mal d'être critiqué ou menacé. Si elle avait envie de s'en prendre à lui, il se défendrait parce qu'il savait qu'il ne devait plus la prendre à la légère, mais elle n'avait pas tort. Il ne pourrait déjà plus se battre pendant quelques soirs, le temps que sa régénération fasse effet, normalement cela ne l'empêcherait pas de s'en sortir, mais plus.... Ses frangins n'avaient pas de boulot et c'était à lui de ramener le fric. Avec des genoux pétés, il pourrait dire adieu aux combats et à son boulot légal alors inutile de dire que la menace faisait son petit effet. Jay était un homme très fier, mais il savait aussi se montrer modéré lorsqu'il était question de sa famille. Inspirant profondément, faisant preuve d'un calme plus qu'inhabituel, il hocha la tête. L'envie d'exploser la tronche de cette fille était très forte, mais trop de choses étaient en jeu pour qu'il se l'accorde. Elle ne plaisantait pas et il avait bien compris que c'était la dernière limite à ne pas dépasser. Après un petit moment de silence, le texan répondit enfin.

« C'est le problème lorsqu'on est aussi con que moi : on capte pas lorsque c'est vraiment dangereux. » Pourtant, il avait l'air d'avoir enfin pigé que c'était le cas. « J'ai capté, c'est bon ! J'm'en fiche que tu me menaces alors gaspille pas ta salive et ton temps pour rien, j'dis ça pour toi. » Le ton n'avait plus rien d'hostile. « T'es un peu mal placée pour critiquer ma manière de parler cela dit, si les gens s'énervent comme ça lorsque tu leur causes, en général c'est parce que l'problème vient de toi tu vois. » Il le savait : les gens lui répétaient sans arrêt ! « Et même si t'as l'air de croire le contraire, j'suis pas demeuré au point de compter que sur ces combats pour ramener du fric, alors t'inquiète pas pour ma pomme. »

En vérité, ça le gênait pas mal qu'une gonzesse qu'il connaissait peu, pour ne pas dire pas du tout, puisse en savoir autant sur lui. Certes, ce n'était un secret pour personne qu'il se battait au Circus, mais encore fallait-il savoir que le Circus existait et ça, c'était une autre affaire ! Jay avait bien pigé qu'il n'avait pas affaire à une nana lambda, elle avait apparemment une assez grosse influence vu ce qu'elle pouvait faire – empêcher des gens d'utiliser les mêmes menaces qu'elle – mais il n'en savait pas plus. L'inquiétude que cela causait était perturbante, il n'avait pas l'habitude de se retrouver dans ce genre de situations et habituellement c'était à lui d'être de l'autre côté, celui qui posait les problèmes et non qui les avait. Finalement, Jay regrettait sincèrement son indifférence et sa « légèreté » habituelle, il avait bien trop de soucis sur la conscience ces derniers temps. Après une légère pause, le trentenaire reprit finalement la parole d'un ton toujours aussi mesuré.

« J'ai pigé. J'parle de ça à personne et si j'te croise, j'laisse tomber. J'ai rien oublié, c'est bon ? J'vois pas ce que je peux faire de plus. »

Et il espérait bien qu'elle n'ajouterait rien à cette liste suffisamment longue à son goût.
Revenir en haut Aller en bas



La dureté, c'est presque toujours une revanche... ▬ Evey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Un dîner presque parfait
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-