AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Un exorcisme ? …Euh, non merci. #Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message posté : Mar 29 Avr 2014 - 15:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le patron d’Aishlinn, qui ne le resterait probablement pas longtemps – difficile de conjuguer un emploi de voleuse, de gérante d’un restaurant, d’apprentie mage et de garagiste en même temps –, regarda, d’un air perplexe, l’homme qui était entré un peu plus tôt dans le garage. Des types taillés dans un costume, il n’en voyait pas souvent. Des types taillés dans un costume demandant à voir Aishlinn, encore moins. Mais puisqu’il était habillé de cette manière, c’est qu’il était un homme respectable, peut-être même le père de l’irlandaise – même si le manque d’accent à couper au couteau lui laissait un doute – alors, pourquoi ne pas répondre à sa question. S’il voulait trouver la gamine, il allait devoir se rendre à Little Italy, dans un bar appelé Chez Tony.

Un peu plus tard, dans la soirée, après être passé chez elle pour se doucher et se changer, Aishlinn passait la porte de Chez Tony qui portait le nom de son propriétaire, plus communément appelé Gros-Tony. Elle ne savait pas vraiment d’où lui venait ce surnom, l’homme était plus imposant que gros et, en réalité, son réel patronyme n’avait rien à avoir avec son surnom. Gros-Tony était un homme dans la quarantaine et avait commencé dans la criminalité à l’adolescence quand, après avoir braqué une épicerie, il s’était rendu compte de la possibilité de se faire beaucoup d’argent en peu de temps. Et, il avait continué ainsi pendant près d’une dizaine d’années, entrecoupées de quelques séjours en prison. C’est dans l’un de ses séjours que, plein d’ambition, il décida de créer le gang Alpha et, il en était certain, Alpha serait à la criminalité, ce que le Real Madrid était au foot. Son ambition avait été entravés par son manque de savoir-faire en gestion et, aujourd’hui, il restait un criminel pas très important. Affilié au Cartel Rouge, il avait quelques prostituées à son actif, des hommes de main servant de dealers et un faussaire.

C’était cette dernière personne qui intéressait l’Irlandaise qui, après avoir passé l’entrée, soupira en jetant un regard autour d’elle. Un bar où se trouvaient des hommes assis, pendant que des femmes se trémoussaient vulgairement dans l’espoir de vendre leurs services. Un billard au fond de la salle, où des types un peu trop alcoolisés s’engueulaient sur le nombre de bandes qui avaient été faites. L’ambiance générale n’avait rien de très agréable, ça puait l’alcool, un peu la sueur et surtout le tabac parce que, évidemment, personne ne se souciait des interdictions sur le tabagisme passif. Elle s’avança en direction d’une table ronde dans un coin mais s’arrêta un instant, le temps de voir un type tomber devant elle, avant qu’un autre ne lui saute dessus en promettant de le tuer. Personne ne sembla s’en soucier et l’adolescente passa par-dessus les deux corps se battant, pour aller à son objectif.

A un mètre de la table en question, deux types se dressèrent devant elle, gonflant le torse pour être plus impressionnants. Ou peut-être qu’ils étaient naturellement comme ça. Quoi qu’il en soit, ils avaient plus d’une tête de plus qu’elle alors, forcée de se dévisser le cou pour les regarder, elle leva la tête sans se montrer particulièrement impressionnée.

« On ne dérange pas le Gros-Tony sans rendez-vous. »
« Pour l’déranger faudrait qu’il soit occupé. »
« Laissez-la passer. »

Les deux types n’avaient aucune envie de le faire, ils avaient plutôt envie d’expliquer, à leur manière, qu’on ne parlait pas comme ça à des gens qui pouvaient vous réduire en flocons de purée en moins de deux minutes. Mais Gros-Tony payait et on ne discutait pas les ordres de celui qui tient la fiche de paye, aussi illégale soit-elle. Ils s’écartèrent et Aishlinn passa pour aller s’installer sur une banquette face à Tony.

« J’ai b’soin ton faussaire. »
« Tu ne veux pas boire quelque chose avant ? » Un sourire passa sur le visage de l’homme qui, par cette réplique voulait rappeler qu’elle n’était même pas assez âgée pour boire de l’alcool légalement.
« T’sais, l’jour où j’aurai envie qu’on parle comme des potes, j’te f’rai signe. Là, tout c’qui m’intéresse, c’ton contact. »
« Intéressement que tu as perdu le jour où tu as décidé de quitter le Cartel. »

Tony n’avait jamais aimé Aishlinn, pas plus que son jumeau d’ailleurs. Trop jeune, trop nouvelle. Elle s’était faite une place rapidement, un nom trop vite et ça en foutait un coup au moral de ce type qui n’avait jamais vraiment oublié ses rêves ambitieux. Là, il se sentait en position de force, appartenant un groupe qu’elle avait quitté. Aishlinn laissa passer un sourire en secouant la tête.

« T’sais, j’viens te d’mander par pure politesse parc’que, en fait, ton type j’te l’débauche quand j’veux. Même sans être au Cartel, j’aurai toujours mieux à lui offrir que c’que t’peux lui proposer. »
« Tu viens chez moi, pour me demander mon aide et tu te permets encore de m’insulter. »

Il allait frapper des poings sur la table, ça lui donnait une certaine prestance selon lui mais, surtout, c’était le signal pour ses deux hommes de main de réagir. Deux armes braquées sur une personne, par expérience, ça coupait les envies de se la jouer rebelle. Sauf qu’il ne fit rien parce que, au même moment, la porte du bar s’ouvrit à nouveau sur un visage qui lui était inconnu, sur un style vestimentaire qui dénotait avec l’endroit. Une arrivée qui n’était pas passée inaperçue auprès de quelques femmes, dont le maquillage ne laissait pas de doute sur leurs activités. Deux d’entre elles délaissèrent deux hommes qui n’avaient plus le moindre intérêt pour se diriger vers le nouvel arrivant. Dix secondes plus tard, elles étaient autour de l’inconnu, proposant à tour de rôle leurs services qu’elles énumérèrent sans la moindre gêne.

Aishlinn tourna la tête pour regarder derrière elle ce qui valait l’attention de Gros-Tony, son regard tomba sur l’inconnu qui, en fait, était loin de lui être inconnu. Et merde ! Pourtant, elle l’avait gardé ce foutu artefact, elle était supposée avoir de la chance, non ? Pas qu’elle en avait besoin, elle n’en avait même rien à faire de ce collier mais, elle imaginait Adrian la détester alors, tant qu’elle le gardait, lui aussi la garderait, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 29 Avr 2014 - 16:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4412
ϟ Nombre de Messages RP : 1462
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis leur retour d'Irlande, Aishlinn s'était faite distante. Adrian lui avait bien évidemment rappelé qu'elle devait rester sur place de manière à ce qu'il puisse l'exorciser, mais c'était sans compter la tête brûlée qui lui tenait lieu d'apprentie ! À peine le centenaire l'avait abandonnée pour tout préparer que la jeune femme s'était envolée et, bien évidemment, n'était plus revenue au manoir dans les heures qui suivaient. En fin de compte, si l'Archimage souhaitait pouvoir récupérer l'artefact et plus précisément, éviter qu'Aishlinn ne soit en danger par sa faute, sa seule chance était de lui mettre la main dessus. Bien sûr, pour réussir cela, il fallait quitter son manoir et trouver où la jeune femme pouvait passer son temps libre. Autant dire qu'après avoir passé quelques jours à côté des jumeaux et avoir constaté que la vie de la jeune femme était plutôt... animée, il n'avait pas forcément envie d'explorer plus en profondeur son milieu. Et il fallait avouer que ses relations avec l'Irlandaise s'étaient clairement dégradées au cours de leur dernière – et unique – sortie. Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux la laisser de son côté et croiser les doigts pour qu'elle revienne un jour avec l'artefact ? Non. Il y avait le risque, non négligeable, que la demoiselle décide de mettre fin à leur collaboration et là, ce n'était pas le problème de la récupération du talisman qui se posait, mais celui de ne plus revoir Aishlinn.

C'était donc pour éviter cette issue qu'Adrian s'était présenté dans le garage où Aishlinn était employée. Cela n'avait pas été très difficile de mettre la main dessus puisque la jeune femme en avait parlé à plusieurs reprises et que le mage avait pas mal de contacts à Star City – malgré son côté solitaire. L'homme identifié comme étant le patron de l'Irlandaise n'avait pas hésité bien longtemps avant de donner à Adrian ce qu'il attendait : une information sur l'endroit où Aishlinn pouvait se trouver. Un bar au nom qui n'évoquait strictement rien à Eldoth. Était-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Il le verrait une fois sur place.

Il ne fallut pas bien longtemps à Adrian pour comprendre que l'endroit en question était... peu fréquentable. Rien qu'à l'extérieur du bâtiment, il était aisé de deviner ce que réservait l'intérieur, mais cela n'empêcha pas le mage de se diriger vers la porte d'entrée. En temps normal, il n'aurait jamais franchi l'huis d'un tel bouge, mais là, c'était différent. Il devait mettre la main sur Aishlinn pour régler définitivement le problème de l'artefact et s'assurer qu'elle était bien en sécurité – de ce côté-là du moins. À peine après avoir franchi la porte d'entrée, Adrian s'aperçut que l'endroit était encore pire que ce qu'il avait craint. Autant être sincère : le mage n'était plus sorti depuis de longues décennies et il avait fini par être totalement à côté de la plaque – car effectivement, il avait un jour été branché ! Les soirées et les lieux de débauche comme celui où il venait de mettre les pieds, n'avaient strictement rien à voir avec ce qui existait à son époque. Cela dit, la surprise fut rapidement mise de côté lorsque l'Archimage eut le « plaisir » de voir approcher des créatures aux mœurs apparemment très discutables. Il était bien évidemment hors de question qu'il perde son temps avec elles et Adrian ignora tout bonnement leurs paroles pour se contenter d'une brève déclaration qui, il l'espérait, suffirait à les envoyer voir ailleurs.

« Je suis ici pour quelqu'un d'autre. »

Ces paroles s'accompagnèrent d'un geste, à savoir contourner les femmes trop entreprenantes pour poser son regard sur Aishlinn qui semblait en mauvaise posture. Difficile d'admettre que l'Irlandaise était apparemment une familière de ce type d'endroit. D'un côté, Adrian était déçu parce qu'il était vrai que, secrètement, il aurait aimé avoir une apprentie comme Dana – par exemple. Celle qui aurait plutôt tendance à aller à la bibliothèque pour se renseigner sur la magie plutôt que de passer sa soirée dans un endroit où les femmes tarifaient leur « affection ». Mais Aishlinn n'entrait pas dans le moule et malgré tout, l'Archimage avait du mal à lui en vouloir. Non, en vérité, il ne pouvait pas lui en vouloir. Elle était ainsi et il serait bien mal placé pour la faire changer – lui-même ayant fait de nombreuses erreurs dans sa jeunesse. Puis, c'était toutes ces particularités qui faisaient d'elle la jeune femme qu'elle était aujourd'hui : la changer reviendrait donc à modifier ce qu'il aimait bien chez elle.

En parlant d'elle, la demoiselle avait l'air dans une mauvaise position : dès que le mage posa les yeux sur elle, il se rendit compte qu'elle était à deux doigts de se faire passer à tabac. Surprenant. L'artefact devait logiquement lui éviter des ennuis de ce type, mais peut-être qu'elle l'avait perdu ? À cette pensée, son estomac se noua alors qu'il se demandait comment les choses pouvaient tourner si c'était bien le cas. Bien sûr, son inquiétude découlait des risques encourus par l'Irlandaise et en aucun cas de la perte de l'objet et des répercussions que cela pouvait avoir sur d'autres personnes. Sans hésiter et en ignorant les relents d'alcool et d'autres odeurs peu engageantes qui lui arrivaient aux narines, l'Archimage s'avança directement vers Aishlinn. Il ignora tout d'abord les autres personnes pour se concentrer sur elle et, une fois arrivé à sa hauteur, lui adressa la parole.

« Est-ce que ça va ? Tu as disparue d'un coup, je me demandais ce qui t'était arrivée ! Pas un mot sur le talisman cela dit, c'était secondaire.
Et comme tu avais l'air décidée à ne plus revenir... j'ai dû me débrouiller autrement. »

Ce qui justifiait sa présence ici, bien entendu. Cela dit, Aishlinn devait se douter qu'Adrian ne venait pas dans un tel endroit pour profiter de la compagnie – onéreuse – d'une jeune femme ou des autres moyens de divertissement dont l'endroit disposait. En bref, tout le monde ici présent devait se douter qu'un type fringué comme lui ne se rendait pas dans ce genre de bouge par pur plaisir. Son regard se déporta de la demoiselle pour se poser sur les types qui se trouvaient là. Il ne s'adressa toutefois pas à eux : son attention revint jusqu'à son apprentie alors qu'il reprenait la parole d'un ton plus... autoritaire qu'à l'accoutumée.

« On s'en va. Tous les deux. »

Ce qui signifiait qu'il resterait ici tant qu'elle ne daignerait pas le suivre hors de cet endroit. Le fait qu'il ne bouge pas d'un cil en la fixant droit dans les yeux appuyait ses paroles : il semblait évident qu'il ne comptait pas s'en-aller avant qu'Aishlinn ne soit passée devant lui pour rentrer au manoir et pouvoir enfin se débarrasser de ce talisman qui apportait plus de malheurs qu'autre chose et cela, malgré ses prétendues pouvoirs....
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 29 Avr 2014 - 18:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les deux femmes qui s’étaient approchées d’Adrian ne purent pas tellement insister puisque l’homme se dirigea, sans attendre de réponse, vers une table au fond de la pièce. Et quand leurs regards tombèrent sur la gamine, avec gros-Tony, les femmes comprirent qu’elles n’avaient aucune chance avec le nouvel arrivant : il faisait partie de ces hommes qui préféraient les petites jeunes ce que, de toute évidence, elles n’étaient plus. Dans un soupir, elles retournèrent auprès des autres personnes autour du comptoir, là, au moins, elles pourraient se faire un peu d’argent contre services particuliers.

De son côté, Aishlinn estimait maîtriser parfaitement la situation. Pas la première fois que le ton montait lors de négociations et Tony, ainsi que ses hommes, ne l’impressionnait pas. L’arrivée d’Adrian changeait la donne. Comme les deux autres femmes, elle soupira légèrement avant de détourner le regard du mage. Elle espéra très fort qu’il ne la reconnaisse pas mais, même avec un artefact qui procurait de la chance, ça ne pouvait pas arriver. Son regard était sur la table quand il arriva à la hauteur du petit groupe pour lui poser une question. Bonjour la honte. Elle était dans des négociations plus que sérieuse avec un type qui n’était pas recommandable et Adrian se pointait pour, limite, l’engueuler comme si elle avait fait le mur pour aller à une soirée entre copines. Toujours assise à sa place, elle tourna la tête vers lui, après avoir roulé des yeux, quand il annonça qu’ils partaient. Tous les deux.

« J’crois pas non. Toi, tu pars, c’est certain mais, moi, j’reste. »

Ça va oui. D’où il donnait des ordres ? Honnêtement, dans d’autres circonstances, elle l’aurait probablement écouté parce que le ton qu’il avait employé n’avait rien d’habituel et c’était assez surprenant pour qu’elle fasse ce qu’il demandait. Mais, là, devant Tony, il était hors de question qu’elle cède. D’ailleurs, ce dernier regarda les deux tour à tour, avant de laisser un passer un rire gras.

« Gamine, tu devrais écouter ton père. Je comprends mieux pourquoi tu es partie, papa n’était pas d’accord avec tes choix. »
« C’pas mon père, bordel ! »

Ils avaient quoi tous à penser qu’elle était sa fille. C’était pourtant évident qu’Adrian était trop vieux pour avoir le rôle de père… l’objectivité n’était pas le fort de l’Irlandaise. Ça l’énervait parce que, en une entrée, Adrian était en train de foutre en l’air toute la crédibilité qu’elle essayait d’avoir. Et tout ça pourquoi ? Parce que Monsieur voulait récupérer son artefact. Il n’avait rien dit à ce sujet mais, elle savait très bien que c’était pour ça. Pour quoi d’autres sinon, hein ? Aishlinn se releva pour faire face à Adrian, en posant son regard sur lui.

« J’sais pas c’que tu fous là mais, t’vois, j’vais bien. Alors, maint’nant, tu peux r’tourner à tes occupations. » Et ça sonnait comme une critique ce mot « occupation » où elle n’avait pas ajouté le « légales » à la fin mais le pensait très fort. « J’suis encore libre d’faire ce qu’j’veux, j’te rappelle ! »

Ça lui coutait de lui parlait de manière aussi sèche alors qu’elle n’avait qu’une envie : s’excuser et le supplier de ne pas lui en vouloir pour ce qui s’était passé en Irlande. De lui demander de l’excuser et de lui assurer qu’elle ne recommencerait plus mais qu’il ne devait pas la virée parce qu’elle n’avait pas envie qu’il la laisse tomber. Elle était trop fière pour tenir ce genre de discours et, elle n’était pas dans le bon endroit pour le faire.

« Puis d’abord comment tu m’as r’trouvé ? » Tony se foutait de cette réponse puisqu’il se leva à son tour pour intervenir.
« C’est bien gentil les réunions de famille mais je n’ai pas que ça à faire. »

Il fit un mouvement de tête et ses deux gorilles se retrouvèrent à encadrer Adrian et Aishlinn, déplaçant un coin inférieur de leur veste pour mettre en évidence l’arme qu’ils avaient à la ceinture. Une façon polie de dire qu’ils n’hésiteraient pas à s’en servir si personne n’écoutait les directives de leur boss. Ce dernier posa son regard sur Aishlinn.

« Je ne traite pas avec les gamines qui ne sont même pas capables de sortir sans un chaperon. » Aishlinn reporta son attention sur le type.
« Au risque d’me répêter, j’te laisse pas tell’ment choix. J’aurais c’que j’veux d’une façon ou d’une autre et s’tu mets pas d’bonnes volontés, ça n’va pas t’plaire. »

Sans que ça ne choque personne dans le bar, les deux hommes sortirent leurs armes respectives. A aucun moment Aishlinn ne fut la cible, c’est Adrian qui se retrouva avec deux armes pointées sur sa tête. Tony, de son côté, se sentit en position de force, cette nouvelle arrivée lui donnait un bon moyen de pression.

«Je choisis ce que je fais des gens qui travaillent pour moi ! » Son regard alla sur Adrian. « Vous n’avez pas l’impression de vous être foiré sur son éducation ? » Dans un sourire. « Ça fait quoi de se dire qu’on risque de se tuer juste parce qu’on n’est pas capable de tenir une gamine ? »

Finalement, elle aurait peut-être dû écouter Adrian et le suivre quand il avait dit qu’ils partaient tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 30 Avr 2014 - 1:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4412
ϟ Nombre de Messages RP : 1462
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Apparemment, la tentative d'autorité avait lamentablement échouée. D'une part, Aishlinn refusait de le suivre, mais en plus elle lui faisait clairement comprendre qu'il n'avait rien à faire ici – chose parfaitement véridique si elle n'y avait pas été non plus. Sauf que l'Irlandaise était dans ce bouge et que sa place était donc à ses côtés. Même si son apprentie lui faisait savoir qu'il n'était pas désiré, Adrian ne pouvait pas lui tourner le dos et aller voir ailleurs en attendant qu'elle revienne au manoir pour savoir comment elle allait. Depuis cette première journée passée en Irlande, Eldoth avait du mal à passer plus d'une heure sans penser à Aishlinn. Leur relation s'était considérablement dégradée ce jour-là et il soupçonnait la demoiselle de lui en vouloir énormément à cause des paroles qu'il avait eues à l'égard de son géniteur. Le seul point positif qu'il y avait dans cet éloignement, c'est qu'Adrian se rendait compte que la jeune femme avait réellement pris de l'importance dans sa vie. Il éprouvait une réellement affection pour elle et la voyait un peu comme la fille qu'il n'avait jamais eue. Ce n'était pas du tout comme avec Dana, Aishlinn avait un quelque chose qui le perturbait réellement. Ce côté « sauvage » qui la poussait à le remballer sans arrêt alors qu'à côté, elle avait l'air contrariée dès qu'il laissait entendre qu'ils n'étaient rien de plus qu'un professeur et son élève. En somme, l'Irlandaise était beaucoup plus perdue que l'Atlante et ce côté-là de sa personnalité éveillait le côté protecteur du centenaire qui avait forcément envie de veiller sur elle.
Mais là, c'était un peu foiré.

Cette fois-ci, lorsque la jeune femme nia farouchement être sa fille, Adrian comprit ce qui l'avait autant vexée lorsqu'il avait fait de même. Oui, c'était vexant, voire blessant de voir qu'elle ne voulait pas qu'ils puissent être assimilés. Son regard s'était porté sur l'homme, mais revint rapidement sur l'Irlandaise lorsqu'elle se posta devant lui. Ses critiques et le ton qu'elle employait touchèrent vraiment Eldoth, mais il conserva une expression parfaitement neutre pour masquer son trouble. S'en-suivit une question logique, mais qui fut coupée par l'intervention de l'autre homme qui reprit les choses en main et fit comprendre à Adrian que les choses allaient vraiment mal tourner. Un simple regard sur les armes qu'ils portaient indiquait au mage qu'ils n'allaient pas les laisser filer aussi facilement. Toujours silencieux, il s'apprêtait à réitérer son ordre lorsqu'elle en profita pour défier celui qui semblait être le chef et les choses dérapèrent pour de bon. Étrangement, Adrian fut soulagé de constater que c'était lui qui servait de cible et non Aishlinn. Il n'eut aucun mal à conserver son calme en posant ses yeux sur l'individu qui le provoquait.

Avant de répondre, il attrapa le bras de son apprentie pour la tirer légèrement en arrière de manière à lui faire comprendre qu'elle devait passer derrière lui – et ne lui en laissa pas le choix de toute manière. Lorsque ce fut le cas, il daigna enfin se concentrer sur l'homme.

« Elle n'a pas besoin d'être tenue, parce qu'elle sait parfaitement ce qu'elle fait. Et vous ne tuerez personne ici. Ou pas l'un de nous deux en tous les cas. Le ton était assuré, un peu comme lors de l'épisode des docks.
Vous n'avez pas l'impression de vous foirer en vous en prenant à quelqu'un que vous ne connaissez pas ? Je présume que vous avez parfaitement connaissance des capacités qu'elle a, alors très franchement, vous croyez que vos jouets pourront faire quelque chose ? Il tentait d'instiller le doute dans l'esprit de l'homme.
Je ne suis pas son chaperon. Aishlinn n'a pas besoin de quelqu'un pour la surveiller, elle est largement assez grande pour savoir ce qu'elle veut ou peut faire. Je ne suis pas ici pour ça. Même si c'était parce qu'il s'inquiétait réellement pour elle.
Alors croyez-moi, vous feriez bien de lui donner ce qu'elle veut. Elle ne partira pas d'ici avant de l'avoir et moi je ne m'en irai pas sans elle. Votre meilleur moyen de vous débarrasser de nous, c'est comme ça. Un léger haussement d'épaules.
Et n'imaginez pas que vos armes vont vous sauver la mise. »

Adrian espérait franchement que cette petite réplique allait convaincre l'homme, mais il en doutait sérieusement. Jusqu'à aujourd'hui, rares avaient été les réussites lorsqu'il tentait d'emprunter la voie du pacifisme ! Bien que l'envie de regarder Aishlinn était forte, Eldoth ne pouvait pas quitter les hommes du regard : il devait pouvoir déclencher son bouclier pour les protéger si jamais la balle partait, aussi s'adressa-t-il à elle sans la regarder.

« Je ne sais pas ce que tu veux en venant ici, mais tu vas le prendre et ensuite on s'en-ira. Je me fiche pas mal de ce que tu as à dire Aishlinn, je t'ai dit que je ne m'en-allais pas sans toi. Alors débrouille-toi pour décider si tu veux passer la soirée ici, ou non. Une légère pause.
Motive-toi en te disant que plus vite ce sera réglé, plus vite tu seras débarrassée de moi... »

Même si ça lui en coûtait d'essayer de la motiver de la sorte. Il fallait penser à elle avant toute chose.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 30 Avr 2014 - 11:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Aishlinn était capable de prendre une phrase de travers sans qu’on s’y attende mais, en réalité, elle était tout aussi capable de prendre mal une non-action. Elle avait mal parlé à Adrian et, de le voir avec son air parfaitement neutre, ça l’énervait encore plus. Peut-être qu’elle se laissait influencer par des films et des séries à la con, peut-être juste qu’elle était instable et qu’elle avait besoin d’être rassurée mais c’était le genre de moment où il était supposé s’emporter, lui dire qu’elle ne devait pas lui parler comme ça, qu’il était là parce qu’il s’inquiétait – et non pas pour récupérer son artefact, comme elle le pensait –, le moment où il devait s’énerver simplement parce qu’elle était un peu importante pour elle. C’était con de réagir comme ça parce que ce n’était pas le lieu pour les débordements d’affection qui, de toute façon, ne faisait pas partie de la personnalité d’Adrian. Elle était paumée, même si elle faisait sa fière devant Tony pour obtenir ce qu’elle voulait, elle restait qu’une gamine paumée. Le pire, c’est qu’elle commençait à s’en rendre compte.

Aishlinn était derrière Adrian, elle s’était laissé faire sans broncher et, à l’abri des regards de tout le monde, elle commença à se décomposer. Le mage avait tort : elle ne savait pas ce qu’elle faisait. Elle ne l’avait jamais vraiment su, tout ce qu’elle avait fait c’était de faire semblant de maîtriser complètement sa vie et ses choix parce qu’elle devait tenir debout pour Abban. Depuis que son jumeau lui échappait et qu’elle ne se trouvait plus d’utilité, elle déconnait encore plus que d’habitude. Adrian se trompait parce qu’elle était incapable de s’occuper d’elle et de savoir ce qui était bien ou non. Elle manquait cruellement de repères. L’irlandaise avait cru qu’Adrian était un pilier stable dans sa vie mais, en fait, même ça elle avait réussi à le foirer parce qu’il la détestait maintenant, il la détestait depuis l’Irlande. Elle ne correspondait pas à ses critères, comme elle ne correspondait pas ceux de son père.

La gamine secoua la tête, qu’elle releva, toujours caché derrière Adrian, ce n’était pas le moment de s’effondrer. Adrian avait deux armes braquées sur lui et il était hors de question qu’il lui arrive quelque chose par sa faute. Sa priorité c’était de le sortir de là et, à l’écouter, ça devait passer par son propre départ à elle. L’envie de lui dire qu’elle n’avait aucune envie de se débarrasser de lui fut grande mais, elle garda un minimum de contrôle sur ses paroles en inspirant un bon coup.

« Laisse tomber, c’que j’veux c’n’est pas un objet où un truc qu’j’peux récupérer comme ça et l’foutre dans ma poche. » Levant légèrement la main, elle alla pour attraper la manche de la veste d’Adrian mais, elle se stoppa au milieu de son geste. Trop gnian-gnian comme action, elle devait paraitre forte. « On s’en va. »

Plus qu’un faussaire, Aishlinn avait surtout besoin de mettre le mage à l’abri de cette situation. Elle avait la désagréable sensation qu’il se retrouvait trop souvent menacé d’une arme par sa faute – bien qu’elle n’avait aucune idée de la manière dont il occupait son temps quand elle n’était pas au manoir. La décision de partir, elle aurait dû la prendre avant, plutôt que de jouer la gamine caractérielle et vexée.

« Je ne crois pas, non. »

Aishlinn se pencha sur le côté pour voir Tony qui venait de prendre la parole. Un sourcil haussé, sa tête dépassant du dos d’Adrian, elle ne comprit pas tellement où l’autre voulait en venir. Ça l’emmerdait qu’elle soit là et maintenant, il ne voulait plus qu’elle parte. Et après, on venait dire que c’était elle qui était, parfois, illogique.

« C’est un peu trop facile. Cette gamine vient chez moi, m’insulte. » Il reporta son regard sur Adrian. « Vous débarquez sans prévenir, vous me menacer et, tous les deux, vous pensez que vous pouvez simplement partir comme vous êtes venus ? »

Sauf que, avec des paroles comme ça, c’était lui qui était en train de menacer Adrian – elle aussi mais, ça, elle s’en foutait pas mal. C’était très loin de lui convenir, si bien qu’elle se décala pour passer le mage et s’activa très vite. En quelques secondes, elle était devant le premier type armé. Dématérialisée, elle s’empara de l’arme après avoir usé de son pouvoir sur elle pour qu’elle échappe au mec qui la tenait. La seconde d’après, cette même arme était pointée sur le type qui n’avait plus rien. Dans un réflexe, le deuxième homme pointa son arme sur Aishlinn. Ok, au moins, Adrian n’était plus directement visé. Sans que ça ne la perturbe réellement, elle laissa son arme sur le premier homme qu’elle regarda.

« T’crois vraiment qu’t’es payé assez pour risquer ta vie aussi conn’ment ? » Sans le quitter du regard, c’est à l’autre qu’elle s’adressa. « Tu d’vrais laisser tomber, même si tu tires, ta balle ne m’atteindra pas et j’aurais tout l’temps de t’shooter ensuite. »

En réalité elle n’était pas dématérialisée, parce qu’elle serait bien emmerdée pour respirer sinon. Détail qu’il n’était pas obligé de connaitre. Le deuxième type décida de tenter sa chance et de tirer sur la gamine mais, malheureusement, la chance était de son côté à elle : l’arme s’enraya. Bizarrement croyant – à moins que ce soit aussi par chance – il vit ça comme un signe et, au plus fort de son courage, il quitta les lieux rapidement. Un départ qui entraina le premier type à faire de même. Et Adrian voulait vraiment récupérer l’artefact ? Elle le trouvait trop utile. Gros-Tony resta quelques secondes sans comprendre ce qui venait de se passer, Aishlinn en profita pour filer son arme à Adrian parce que, en réalité, elle ne comptait pas s’en servir.

« C’bon, j’crois qu’on peut y aller maint’nant. »


C’était toute l’autorité de Tony qu’ils venaient de saper en quelques minutes, chose que l’homme ne pouvait pas concevoir. Aishlinn, elle avait de la chance mais, ce n’était pas forcément le cas d’Adrian. L’homme aussi était armé et, quitte à faire quelque chose sans réfléchir, il décida de taper fort : sortant son arme c’est sur Adrian qu’il la pointa pour lui tirer dessus. Il devait bien faire quelque chose pour prouver que c’était encore lui le patron, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 30 Avr 2014 - 17:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4412
ϟ Nombre de Messages RP : 1462
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Pas un objet qu'elle pouvait récupérer ? Est-ce qu'elle était venue ici pour acheter les services de quelqu'un ? Vu les différents types de personnes qui avaient l'air de se trouver ici, Adrian se posait quelques questions quant à la raison de sa venue dans ce bouge, mais il garda ses interrogations pour lui. Si Aishlinn avait envie de lui dire quelque chose, elle le ferait d'elle-même ma foi ! Il se contenta donc de hocher la tête lorsque son apprentie lui déclara qu'ils allaient s'en-aller, mais avant qu'ils ne puissent faire quoi que ce soit, l'homme-sans-nom les interrompit en lâchant une phrase qui attira forcément l'attention d'Eldoth. S'il ne comptait pas les laisser partir, c'était mauvais signe pour eux – très mauvais, même. Cela signifiait forcément qu'ils n'en avaient pas terminé avec eux et vu que ses gros bras avaient sorti des armes, il n'était pas nécessaire d'être un génie pour comprendre ce qu'il comptait certainement faire.

Et Adrian ne s'était pas trompé : l'homme prétendit avoir été insulté, ce qui était totalement faux vu que les seules menaces venaient de son côté, ajoutant qu'ils ne pourraient pas partir aussi facilement. Forcément. Son rôle de mâle alpha avait été mis à mal par une gamine et un type habillé comme au siècle dernier : il devait réaffirmer sa position sous peine de passer pour un rigolo aux yeux de ses employés. Était-ce le patron de la boîte ? Adrian n'en savait rien et pour être honnête, il s'en contrefichait. Tout ce que le mage voulait, c'était sortir son apprentie d'ici, briser le lien qu'elle avait avec le talisman et la savonner un peu pour l'avoir fait baliser de la sorte. Sauf que l'intéressée décida de prendre les choses en main au sens propre du terme. Avant que l'Archimage ne puisse réagir, elle s'était déjà approchée de l'un des hommes pour lui dérober son arme à grand renfort de dématérialisation, retournant en quelque sorte la situation à son avantage. Sauf que maintenant, elle se retrouvait avec une arme braquée sur elle, ce qui poussa forcément l'archéologue à préparer son bouclier pour le placer autour d'Aishlinn en cas de besoin. Elle avait beau dire qu'elle pouvait esquiver une balle, Adrian n'en était pas convaincu, mais il avait fini par comprendre qu'il ne connaissait pas grand-chose à la vie de la jeune femme.

Il décida de rester en arrière, prêt à intervenir et ce fut une bonne idée puisqu'elle parvint à maîtriser la situation avec quelques phrases bien placées et un gros coup de chance – certainement lié au talisman. Les deux gardes envolés, Aishlinn lui tendit l'arme qu'il attrapa aussitôt pour lui faire subir le même traitement qu'à celle d'Abban : sortir la balle engagée et ôter le chargeur pour éviter un accident. Il n'avait de toute manière pas besoin d'une arme à feu pour maîtriser quelqu'un. Mais les choses dérapèrent : apparemment l'homme-sans-nom n'avait pas apprécié la fuite de ses gardes puisqu'il pointa son arme sur Adrian et fit feu. La réaction du mage ne tarda pas : il avait déjà préparé son bouclier et le déploya autour de lui – et d'Aishlinn évidemment – pour éviter des dégâts. Le projectile s'écrasa contre la protection sans blesser qui que ce soit, avant de retomber au sol. Avoir été pris pour cible ne le dérangeait pas franchement, mais l'idée qu'Aishlinn puisse avoir de nouveaux ennuis avec cet individu était suffisamment contrariante pour qu'il n'en reste pas là. Coupant court au bouclier, il fit un geste de la main en direction de l'homme-sans-nom, utilisant en même temps son don de télékinésie de manière à le propulser plus loin. Avoir des gestes hostiles n'était pas dans ses habitudes, mais à c'était différent. Lorsque l'individu tomba au sol, Eldoth s'approcha aussitôt de lui pour attraper son col et se pencher dans sa direction de manière à lui parler en « tête-à-tête ».

« Je n'ai pas pour habitude de menacer les gens, mais je crois que vous m'y obligez. Aishlinn n'a plus rien à voir avec vous et encore moins avec votre milieu. Elle n'a plus les mêmes relations qu'avant, mais elle n'est pas plus faible pour autant. Si vous levez une seule fois la main sur elle, ou si vous la menacez à nouveau, vous aurez affaire à moi et cette fois-ci, ça ne sera pas juste des paroles. Le tout avait été dit assez rapidement pour qu'Aishlinn ne puisse pas entendre ce qu'ils se disaient.
Maintenant, vous allez rester ici, fermer votre grande bouche et l'oublier. Parce que moi, je ne vous oublierai pas. »

Cela avait beau être des menaces, Adrian n'avait pas adopté un ton agressif pour autant : il avait juste eu l'air très sérieux et sûr de lui – et c'était le cas ! Le mage se redressa, lâchant le col de l'homme pour se retourner vers son apprentie et désigner la porte de sortie.

« On s'en va et pour de bon cette fois-ci. »

Tournant le dos à l'individu au sol, Adrian prévoyait une fois de plus une protection si jamais les choses tournaient mal, mais il s'assura que la jeune femme ne soit pas dans la ligne de mire. Le tout était de gagner la sortie – ce qu'ils firent devant l'insistance du mage – en croisant les doigts pour qu'ils ne tombent pas sur d'autres anciennes connaissances de la demoiselle. Une fois qu'ils furent dans la rue, le mage tourna la tête vers la demoiselle avant de la regarder de haut en bas.

« Tu n'as rien ? Il faut s'en-aller avant que plus de ses hommes ne débarquent, je n'ai pas envie que tu prennes d'autres risques. Il soupira légèrement.
On rentre au manoir. Il faut que je te parle. »

Il attendit son aval avant de prendre le chemin.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 1 Mai 2014 - 12:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Elle n’avait pas réfléchi, pas calculé l’image qu’elle se devait de donner. Elle avait juste agi. Au coup de feu, dans un sursaut, sa main avait attrapé celle d’Adrian, celle qui avait de libre, crispant légèrement ses doigts autour de cette main par crainte qu’il lui arrive quelque chose, pour être prête à le dématérialiser en cas de besoin. Heureusement que le mage avait été plus rapide avec sa protection parce qu’elle se serait foiré sur ce coup-là. Pas assez rapide. Elle en avait bien conscience et l’idée qu’Adrian puisse être blessé par sa faute lui mit un peu de plomb dans la cervelle. Mais la menace était passée et, presque aussi vite, elle relâcha son emprise sur le mage qui, de toute façon, envoya Gros-Tony voler avant d’aller le rejoindre pour l’attraper par le col.

Euh…

Aishlinn resta bloquée, sans bouger, sans entendre l’échange qu’il pouvait y avoir entre les deux – mais que la joueuse, qui a pu le lire, trouve vraiment mignon ! Adrian était vraiment en train de faire ce qu’elle était en train de voir ? Plus ça allait et plus elle comprenait qu’il y avait deux Adrian. Celui qui était au manoir, toujours calme et sans le moindre débordement et, celui qui entrait en action quand il y avait un problème. Bien plus sûr de lui et qui ne donnait pas vraiment envie de le chercher. Tony devait bien l’avoir compris parce qu’il n’ouvrit pas sa grande bouche – ok, pour la façon de parler, il faudrait filer quelques cours au mage – et se contenta d’attendre que l’homme sorte de son bar. Aishlinn l’avait compris aussi, parce que quand Adrian revint vers elle pour lui dire qu’ils partaient, elle ne l’ouvrit pas, se contentant de hocher la tête et de suivre le mouvement. Elle ne l’avouerait jamais mais, parfois, un peu d’autorité ça ne faisait pas de mal.

Dehors, elle se retrouva la tête baissée, un peu comme une gamine prise en faute. Elle savait qu’elle était conne, en fait, elle s’en rendait compte que maintenant. Mais elle flippait qu’Adrian puisse lui en vouloir et, au lieu de chercher à arranger les choses, elle lui donnait encore plus de raisons de la détester. Elle s’entendait à avoir un déluge de critiques sur le coin de la figure mais, au lieu de ça, il lui demanda si elle allait bien. L’irlandaise releva la tête, l’air de ne pas comprendre. Il était en train de s’inquiéter pour elle ? Du coup, peut-être qu’il n’était pas venu uniquement pour l’artefact… Elle plissa légèrement les yeux, essaya de reprendre sa contenance et se décida à répondre.

« Non ça va, j’ai rien. J’maitrisais parfait’ment la situation, t’sais ? » Avant qu’il n’arrive. « J’peux débrouiller toute seule. »

Elle en était de moins en moins certaine mais, elle ne voulait pas avoir l’air de douter parce que c’était Aishlinn et que, avec Abban, elle avait toujours été celle qui savait parfaitement où elle allait et ce qu’elle faisait mais, l’assurance qu’elle avait voulu mettre dans cette simple phrase s’envola au bout du deuxième mot et elle avait baissé la tête au bout du troisième. Afin de ne pas trahir, pas le timbre de sa voix, qu’elle était désolée, elle préféra hocher la tête pour lui dire qu’elle le suivait et lui emboita le pas pour le suivre jusqu’au manoir. Sauf que, en réalité, elle se stoppa une fois qu’ils furent assez éloignés du bar et qu’il ne représentait plus aucune menace.

« J’veux pas rentrer. »

Et voilà qu’elle refusa de bouger ou de faire le moindre pas en avant, s’arrêtant dans une rue pas très fréquentée. Aishlinn parlait du manoir d’Adrian mais, ça lui avait semblé tellement évident qu’elle ne s’était pas senti obligée de le préciser. Relevant la tête vers Adrian, elle tenta de garder un air assuré.

« Toi, t’peux rentrer mais, moi, j’veux pas. » Elle secoua même un peu la tête pour appuyer ses paroles. « Parc’que j’sais très bien c’qui va s’passer. » Oui, oui, du haut de son 1m67 et de ses 19 ans, Aishlinn avait tout compris à la vie ! « T’vas faire ton truc là juste pour récupérer ton objet et après… » Bon d’accord, peut-être qu’elle n’y mettait pas autant d’assurance que ce qu’elle voulait. « Après, t’vas m’renvoyer chez moi. » De manière définitive mais, c’était tellement évident qu’elle n’avait pas besoin de le préciser. « Puis, j’ai pas envie qu’on parle parc’que j’sais d’jà c’que tu vas dire. »

Qu’il était déçu, qu’elle n’était pas comme il voulait qu’elle soit et, honnêtement, sa rencontre avec son père ne datait pas d’assez longtemps pour qu’elle puisse, encore une fois, encaisser le fait d’être une déception pour quelqu’un. Encore venant d’Adrian. Le mage avait pris assez d’importance dans la vie de l’adolescente pour qu’elle ne puisse pas supporter ce genre de discours. Peut-être qu’elle n’était pas très douée pour dire les choses, qu’elle ne réagissait pas très bien la plupart du temps mais, n’empêche, qu’elle avait besoin de lui et qu’elle ne voulait pas qu’il l’abandonne.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 1 Mai 2014 - 14:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4412
ϟ Nombre de Messages RP : 1462
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian émettait quelques doutes quant au fait qu'elle maîtrisait la situation. Même s'il avait dit le contraire en étant dans le bar, le mage avait surtout eu l'impression qu'elle cherchait les ennuis, mais sans savoir où elle allait. Cela dit, il ne comptait pas le dire aussi clairement : Aishlinn risquerait encore de se vexer et il pensait avoir atteint son maximum en Irlande. Mieux valait ne pas tenter le diable ! Ils s'éloignèrent donc du bâtiment « dangereux » et l'Archimage songea que la jeune femme avait accepté de rentrer avec lui, sauf qu'elle s'arrêta rapidement après quelques dizaines de mètres. Eldoth se tourna vers elle au moment où elle lui fit savoir qu'il rentrerait seul. Pourquoi ? Elle lui en voulait à ce point ? Il avait entendu dire que les Irlandais avaient la rancune sévère et peut-être qu'il n'aurait pas assez d'une vie pour se racheter. Ce n'était pas grave, il avait largement plus de temps derrière lui. Son regard posé sur le visage de son apprentie, il écouta la suite avec attention. Visiblement, ce qui posait problème c'était qu'elle s'imaginait qu'il venait ici uniquement pour l'artefact. C'était bien mal le connaître. Mais pouvait-il lui en vouloir de penser qu'il était plus intéressé par le travail que par le reste ? Certainement pas. Adrian n'était pas démonstratif et il n'avait jamais fait comprendre à la jeune femme qu'il pouvait l'apprécier. Sincèrement.

Lorsqu'elle retomba dans le silence, il inspira profondément avant de secouer la tête en signe de dénégation. Comment tout lui expliquer ? Adrian leva les yeux vers le ciel pendant quelques secondes avant d'en revenir à Aishlinn, décidant tout simplement de dire les choses comme elles venaient.

« Sans vouloir te vexer, je doute que tu saches ce que je veux te dire. Parce que tu te trompes totalement sur le reste. Son ton était redevenu très calme et posé, comme habituellement.
Je ne suis pas ici pour récupérer l'artefact. Très franchement, il est largement secondaire. Si je voulais te renvoyer et remettre la main dessus, j'aurais simplement fait intervenir l'Archimage. Mais je suis là. Même si l'Archimage l'était aussi, ce soir il représentait Adrian et non Eldoth.
Si je suis allé à ton travail et que je t'ai pistée à travers toute la ville, c'est parce que je m'inquiétais pour toi. Pas seulement à cause du talisman, même si ça joue aussi, mais j'ai bien remarqué que les choses s'étaient mal passées en Irlande et je voulais être sûr que tu allais bien. Pas seulement physiquement j'entends. Il soupira, laissant passer quelques secondes de silence.
Je suis désolé d'avoir fait partir ton père. Ce n'était pas mon but en lui répondant, mais je n'ai pas apprécié lorsqu'il t'a parlé comme si tu n'étais bonne qu'à travailler dans... ce milieu. Si j'avais su que ça mettrait fin à votre entrevue, je n'aurais pas ouvert la bouche, tu peux me croire ! Même si ça aurait été très difficile.
Je sais que j'ai fait des conneries là-bas, même si je n'ai pas réussi à toutes les comprendre, mais je m'en excuse. Je sais que ce n'est pas suffisant, mais disons que c'est un début. Tu n'as rien à te reprocher et en vérité, je comprends que tu sois partie directement en revenant à Star City, j'aurais dû te parler avant qu'on parte d'Irlande. »

Même si Aishlinn aussi avait fait quelques conneries, Adrian était le premier et par conséquent, c'était à lui de s'excuser pour que les choses se déroulent mieux. Bien sûr, elle pourrait s'expliquer de manière à ce qu'il comprenne comment les choses s'étaient ainsi envenimées, mais l'essentiel était qu'elle sache que s'il y avait un fautif dans l'affaire, c'était lui. Le mage détourna brièvement son regard du minois de la demoiselle, réfléchissant à la manière dont il pourrait justifier la raison de sa venue ici, mais c'était un peu trop compliqué pour lui. Lorsque vous aviez perdu l'habitude de dire aux autres ce qu'ils représentaient pour vous, c'était difficile de s'y remettre. Avec un dernier soupir, il reprit donc.

« Tu sais, si je suis venu ici, c'est parce que j'avais peur que tu décides de ne plus revenir au manoir. Et pas à cause de l'artefact, lui, je m'en fiche totalement si on oublie le fait qu'il puisse représenter un danger pour toi. Il haussa les épaules.
Tu sais, lorsque tu es venue au manoir la première fois, je me disais que ce serait intéressant de pouvoir enseigner ce que je savais à un jeune, mais ça a pas mal changé ces derniers temps. Je veux dire, tu es devenue une habituée, lorsque tu ne passes pas pendant quelques jours, ça se remarque tout de suite.... Heureusement qu'il avait oublié l'idée d'avoir une vie sentimentale, sans quoi ce serait laborieux.
Tout ça pour dire que si tu décidais de ne plus revenir au manoir, ça me rendrait triste. Tu peux le croire ou non, mais tu as fini par prendre de l'importance dans ma vie et ça me manquerait beaucoup de ne plus te voir. Alors, si je suis venu ici, c'est parce que je voulais pouvoir te dire que j'étais désolé pour tout ce que j'ai dit ou fait en Irlande et que j'espère que tu continueras de venir me voir de temps-en-temps. »

Ce n'était pas aussi bien dit qu'il l'avait espéré, mais au moins l'idée était là et désormais, Aishlinn ne pouvait plus avoir de doutes sur le fait qu'Adrian tenait effectivement à elle. Peut-être qu'elle comprendrait tout simplement qu'elle avait affaire à un type incapable d'exprimer oralement – ou par des gestes – ce qu'il ressentait pour les autres. Est-ce que le handicap social pourrait plaider en sa faveur ? Il l'espérait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 1 Mai 2014 - 19:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le silence qui s’installa ne fut pas très rassurant pour l’Irlandaise qui, en fait, ne savait plus vraiment où se mettre ou quoi faire. La fuite aurait été tellement facile. Changer de nom, de pays et de vie. Oublier toute cette histoire, reprendre à zéro et restant dans son coin, plutôt que d’essayer de rattraper une situation en se vautrant complètement, sans savoir si elle serait capable de se relever par la suite. Elle était conne aussi, elle aurait dû continuer à voir Adrian comme un prof et rien d’autre, les choses étaient toujours plus simples quand elle ne s’impliquait pas émotionnellement parlant. Elle le savait pourtant, la règle était pourtant simple : ne pas s’attacher aux gens parce qu’elle finissait toujours par les décevoir et ils partaient ensuite. C’était à elle plus qu’à lui qu’elle en voulait en réalité mais, elle était incapable de l’expliquer, elle n’était même pas certaine de réussir à mettre des mots sur ce qu’elle ressentait. Aishlinn aurait dû demander à Adrian de lui apprendre un sort d’oubli, histoire d’effacer ce voyage en Irlande et continuer de faire semblant que tout allait bien. Tant pis si c’était un peu fictif, il n’avait même pas besoin de l’apprécier un peu, de son côté elle l’appréciait assez pour deux. Avec une certaine naïveté, elle avait envie de croire que c’était tout ce qui comptait.

Adrian reprit la parole, n’écoutant pas le fait qu’elle avait dit qu’elle ne voulait pas l’entendre. Elle ne releva la tête, étonnée, qu’au moment où il annonça que l’artefact était secondaire. Elle était déjà paumée avant qu’il ne débarque mais, là, c’était encore pire. Est-ce qu’elle s’était réellement plantée sur toute la ligne à ce point-là ? Dans un réflexe, elle haussa les épaules quand il s’inquiéta de son état psychologique, mouvement qui était censé vouloir dire que tout allait bien mais qui, dans le fond, prouvait l’inverse. Oui, il avait raison sur un point, elle lui en voulait pour son père, elle lui en voulait parce qu’elle le trouvait moralisateur sur ses activités. Aishlinn n’avait pas choisi sa famille, les choses étaient ainsi et, qu’elle le veuille ou non, son père était son père. Avec ses travers, ses imperfections et… Ouais, de manière objective il n’y avait aucune qualité mais, ça, elle ne le voyait pas.

N’empêche qu’elle ne comprenait pas pourquoi il s’excusait, il était censé lui en vouloir parce qu’elle avait fait n’importe quoi, non ? Mais la deuxième partie du discours d’Adrian apporta des éclaircissements maladroits mais appréciables. Elle se sentait stupide d’avoir tout compris de travers, un peu trop honteuse de ne pas lui avoir donné l’occasion de s’expliquer avant de faire des conclusions et, trop fière pour un débordement de joie face à ce qu’il venait de dire. Une moue gênée sur le visage, la pointe de son pied commençant à faire de petits moulinets sur le sol, elle ne sut plus trop où se mettre et laissa un silence s’installa quelques secondes avant de le rompre.

« Je t’en veux pour mon père. » Elle aurait aimé dire le contraire mais ce n’était pas vrai. « C’est pas l’fait que tu aies pris la parole qui m’dérange mais c’que t’as pu dire. Tu juges alors qu’tu connais pas ma famille, parc’qu’elle correspond pas c’que t’imagines. » Le ton était super-calme, ce qui prouvait qu’elle parlait de manière sincère et pas sur le coup de l’énervement. « Sauf que c’est ma famille, elle est comme ça. P’t-être qu’il n’a jamais été très présent, parc’qu’il a passé son temps entre la prison et la maison. P’t-être qu’il nous a pas appris les bonnes choses mais, en attendant, si on sait quoi faire aujourd’hui, c’est parc’qu’il nous à filer des bases. » Elle secoua la tête. « Même s’tu penses qu’c’est pas les bonnes bases, elles nous ont bien servis. On manque d’rien aujourd’hui, on est toujours ensemble avec Abban alors qu’on a cherché à nous séparer, parc’que ni notre mère, ni notre frère était capable d’nous assumer. » C’était sa vision des choses en tout cas mais, ce n’était pas un secret, elle n’était pas objective quand il s’agissait de son père. « Quand tu juges c’qu’il est, c’est moi qu’tu juges alors j’le prends doublement mal. »

Ajouter à ça le fait qu’il n’avait pas arrêté de dire qu’il ne voulait pas être associé au père des jumeaux, qu’il avait eu l’air blasé dans l’avion et pressé de se débarrasser d’eux dans la grotte, Aishlinn estimait avoir assez d’éléments pour penser qu’il ne voulait plus d’elle. D’ailleurs c’est sur ça qu’elle reprit.

« Et j’aime pas quand tu fais ça parc’que j’me dis que, dans l’fond, t’aime pas ce qu’j’suis, qu’ça te dérange et qu’au final, tu préfèr’rais que j’parte. Et, moi, j’ai pas envie. T’vois, l’artefact j’m’en contrefous royalement, j’te l’donne quand tu veux mais, j’me suis dit qu’temps tu l’voulais, ben, tu s’rais un peu obligé m’garder. » Dis comme ça, elle trouvait sa solution un peu stupide même si, sur le coup, elle avait trouvé que c’était une putain d’idée. « J’pas envie qu’tu me détestes mais, j’sais pas quoi faire pour éviter de te décevoir. »

Elle pouvait passer son temps à s’excuser pour ce qu’elle était mais, au final, elle resterait elle et, ça, elle n’était pas certaine que ça convienne à Adrian. Elle soupira en relevant les yeux vers Adrian.

« J’te jure c’était carrément plus simple quand tu étais juste le type chelou du manoir, qui servait juste à m’apprendre la magie. »

Phrase maladroite mais c’était aussi un aveu qui prouvait qu’elle avait dépassé ce stade depuis bien longtemps. Même son côté coincé et vieux, elle avait fini par s’y habituer et trouvé ça amusant.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 1 Mai 2014 - 23:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4412
ϟ Nombre de Messages RP : 1462
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
L'air gêné qu'Aishlinn emprunta fut assimilé aux paroles qu'il venait d'avoir. Ouvrir son cœur et dire ce qu'il ressentait n'était pas une chose aisée, mais la jeune femme devait certainement trouver ça très ridicule et embarrassant. Elle le percevait comme un vieux coincé, entendre un tel discours était donc forcément contrariant pour elle. Enfin, c'était l'analyse qu'Adrian fit en la voyant jouer avec son pied comme si elle ne savait pas où se mettre. L'espace d'un instant, Eldoth songea à lui dire qu'elle n'avait qu'à oublier ce qu'il venait de raconter, mais la jeune femme reprit la parole après un silence qui sembla durer des heures. La première phrase fut rude à encaisser, même s'il s'y attendait. Adrian avait compris qu'elle lui en voulait et il trouvait qu'elle avait raison, mais l'entendre le dire aussi clairement, c'était différent. Il hocha la tête, lèvres scellées pour attendre la suite. Puis, lorsque la jeune femme expliqua sa vision des choses, Eldoth comprit enfin là où il avait gaffé. Juger sans connaître, c'était justement là ce qu'il reprochait à presque toutes les personnes qu'il côtoyait étant jeune et qui estimaient que les noirs – par exemple – n'étaient bons qu'à être parqués dans des zoos pour le plaisir des blancs. Avec les décennies qui passaient, était-il devenu aussi intolérant que ceux qui l'exécraient jadis ? Une perspective peu réjouissante... Il resta muet à se faire faire la leçon par une gamine de même pas vingt ans. Adrian avait de quoi avoir honte et c'était le cas. Baissant les yeux comme un gamin prit en faute, Eldoth l'écouta jusqu'au bout, réussissant enfin à comprendre ce qui la perturbait tellement. Elle avait peur qu'il pense qu'elle n'était pas assez bien pour lui en somme ? Le regard du mage se releva vers la jeune femme au moment où elle lançait une note d'humour qui arracha un léger sourire à Adrian.

« Je suis toujours « chelou » et je t'apprends toujours la magie, alors c'est un peu le cas. »

Cela dit, il avait parfaitement compris qu'elle essayait de lui faire savoir qu'elle ne le voyait plus comme un simple professeur qu'elle quitterait sans regrets dès qu'elle n'aurait plus rien à apprendre. Enfin, c'était ainsi qu'Adrian comprenait la chose, mais peut-être qu'il s'imaginait ce qu'il voulait alors qu'elle, de son côté, se contentait de lancer une phrase pour détendre l'atmosphère ? Chassant ces pensées, Eldoth se concentra sur le reste pour répondre à propos de ce qu'elle avait expliqué.

« Pour ton père, tu as raison. J'ai jugé sans connaître et franchement, je n'en suis pas fier. Habituellement je reproche ça aux gens qui critiquent d'autres personnes ou événements sans savoir de quoi ils parlent. Il faut croire que je suis loin d'être aussi parfait que je voudrais le faire penser.
Mais par contre, tu te trompes sur un détail. Même si je n'approuve pas ce que ton père fait ou ce que tu as pu faire avant Aishlinn, ce n'est pas pour autant que ce que tu es me dérange. Je veux dire, si j'avais réellement eu un problème avec ça, je t'aurais invitée à voir ailleurs dès le début. Ou en tous les cas, je ne serais pas venu t'aider lors de l'incident des docks. Il savait à ce moment que c'était pour quelque chose d'illégal après tout.
Je ne vais pas te mentir Aishlinn. Au début, j'espérais pouvoir te changer pour que tu deviennes... comme Dana par exemple. Plus proche des lois, moins... exubérante et volage on va dire, mais j'ai changé d'avis. Il soupira légèrement.
C'est ce qui fait ton caractère et c'est ton caractère que j'apprécie autant. Si je te changeais, je crois que ce serait vraiment trop différent. Je t'ai acceptée comme tu es et j'en suis satisfait, plus que je n'aurais pu l'imaginer. Et même si parfois je perds patience, c'est parce que j'ai tendance à m'inquiéter pour un rien, mais pas parce que je suis énervé contre toi. Il leva le bras avant de le laisser retomber, comme par impuissance.
Tu n'as pas besoin d'un artefact pour que je veuille que tu reviennes au manoir. Même si tu décidais d'arrêter la magie, ça ne changerait rien. Tu sais, pour moi, tu es devenue plus qu'une simple élève et tu as ta place au manoir au même titre que Sallah ou que Dana. »

Ça faisait beaucoup à avouer en une seule fois, mais tant qu'à faire, Adrian préférait dire les choses comme elles étaient plutôt que de faire encore des cachotteries. Déjà qu'il dissimulait une donnée très importante – qu'il était Archimage – autant faire preuve de franchise pour le reste ! Après une pause de quelques secondes, Eldoth reprit une fois de plus.

« Je suis désolé si je t'ai donné l'impression que j'attendais que tous les gens que je côtoyais soient parfaits. Tu sais Aishlinn, je suis loin d'être exemplaire, j'ai fait beaucoup de choses que je désapprouve aujourd'hui, alors je serais bien mal placé pour te repousser parce que tu as fait des choix différents de ceux que je voudrais. Il haussa les épaules une fois de plus.
Si ma seule famille aujourd'hui c'est Sallah Aishlinn, ce n'est pas parce que j'ai été irréprochable au point de pouvoir rester avec mes proches tu sais. Donc arrête de t'inquiéter à ce sujet, du moment que tu ne décides pas de te lancer dans une carrière de Super-vilaine, tu n'as pas à te soucier de ce genre de choses. »

Ce qui devrait, normalement, lui permettre de pouvoir arrêter de s'inquiéter pour des détails et de comprendre qu'il n'avait vraiment pas l'intention de la lâcher du jour au lendemain.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 2 Mai 2014 - 6:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Honnêtement, elle ne comprit pas pourquoi Adrian baissa le regard. C’était l’attitude qu’elle était capable devant lui quand elle savait qu’elle avait fait une connerie mais, venant de lui c’était incompréhensible. Oui elle lui en voulait mais, elle était incapable d’avoir la rancune tenace avec les gens qu’elle appréciait. Abban en était le parfait exemple, les deux étaient capables d’avoir des engueulades sans nom et, pourtant, ils finissaient toujours par revenir l’un vers l’autre. Bref, elle s’attendait à ce qu’Adrian lui fasse une leçon de morale, qu’il annonce qu’il était l’adulte et, par extension, qu’il savait bien mieux qu’elle. Qu’elle avait tort, qu’elle ne s’en rendait pas compte mais qu’elle comprendrait plus tard. Voilà, c’était à ça qu’elle s’était attendu parce que c’était le genre de discours que les adultes tenaient à des adolescents – dans les séries c’était comme ça et, c’était sa seule référence. Mais non, lui, il baissait la tête et ça perturba l’adolescente qui ne sut plus comment réagir.

Heureusement, le fait qu’il reprenne les mots qu’elle avait dit la fit sourire – preuve que tout n’était pas perdu – mais, entendre certaines expressions dans la bouche d’Adrian, même en étant vexée, ça faisait forcément sourire. Mais, de manière plus sérieuse, parce que son sourire ne dura pas bien longtemps, oui, il était toujours ce type-là. Mais plus qu’un vieux mage chelou, il était devenu Adrian. Il n’était pas l’autre là-bas, le mec au manoir, Dumbledore ou autres noms impersonnels, il avait un prénom. Nuance subtile mais qui prenait toute son importance pour Aishlinn.

Avant qu’elle ne se décide à expliquer cette précision, pour éviter les malentendus, c’est Adrian qui reprit la parole. Elle avait raison ? Un regard d’incompréhension se leva sur Adrian, écoutant ses paroles, incapable de réussir à lui en vouloir. Comment est-ce qu’elle aurait pu ? S’il admettait avoir eu tort, elle n’avait pas lieu de le blâmer, c’est comme ça que les choses fonctionnaient. Il aurait pu s’arrêter là, ça lui convenait, parce qu’elle n’avait pas envie de craquer devant lui, pas maintenant, pas comme ça. Mais il enchaina sur ce qu’il pensait d’elle, ce qu’il avait espéré et qu’il ne voulait plus aujourd’hui. Elle tiqua sur quelques formulations, comme le fait de mettre au passé ses activités qu’elle avait toujours d’actuelles, bien que de manière différente mais, le reste du discours était assez éloquent pour qu’elle se braque pour une malheureuse formulation. Elle se pinça les lèvres, en se disant que ça lui permettrait de garder toute sa contenance, que ça lui éviterait de plonger en avant pour se mettre dans ses bras. L’envie était présente mais, il trouverait cette action ridicule et trop enfantine, elle ne voulait pas le décevoir de cette manière alors, prenant sur elle, Aishlinn resta stoïque devant lui. L’œil un peu plus brillant que d’habitude.

Quand il parla de sa famille, l’Irlandaise se sentit coupable. Elle disait l’apprécier et, jamais, elle ne s’était intéressée à la vie familiale du mage. Peut-être qu’elle aurait dû lui poser des questions, parait que les gens ont l’impression d’être importants quand on s’intéressait à leur vie. Ce réflexe, elle ne l’avait pas. Ce n’était pas contre lui, pas plus que ça ne l’intéressait pas, c’est seulement qu’elle ne savait pas comment s’y prendre. Navrée, elle fit une moue en haussant les épaules et, tout ce qu’elle trouva à dire, fut un truc pas très sérieux en rapport avec le fait qu’elle ne devait pas devenir une super-vilaine.

« J’ai jamais aimé m’trimballer en collant avec une culotte par-dessus. » Les tenues des supers, peu importe lesquels, avaient toujours quelque chose d’un peu ridicule à ses yeux. Elle secoua la tête, parce que, finalement, on s’en foutait de ce genre de réplique. C’est plus sérieusement qu’elle reprit. « T’sais, tout à l’air parfait autour de toi pourtant. Dana et ses principes psychorigides, tes discours sur le respect et l’honnêteté et puis tout un tas d’petites choses. Puis y a eu l’Irlande, c’tte façon dont tu avais de dire que t’étais pas notre père. J’veux dire, j’le sais très bien mais, comment c’était dit, ça faisait vraiment comme si c’était inconcevable et qu’tu voulais surtout pas être associé à nous deux. » Elle faisait référence à Abban et à elle. « Puis même, en général, y a constamment c’tte notion de Mega-Mage, comme une espèce de menace qu’tu veux laisser planer au-dessus d’ma tête si jamais j’fais un pas de travers. »

Lui, pour le coup, elle ne le connaissait pas mais elle le détestait profondément. L’Archimage c’était comme une sorte de punition, comme un adulte qui pouvait dire « fais gaffe, si tu ne manges pas proprement, tu n’auras pas de dessert ce soir ». Elle ne l’avait jamais vu, encore moins vu en action alors, cette menace n’avait juste aucun effet sur elle.

« Et j’suis désolée pour un tas de choses. J’suis pas toujours très cool avec toi mais, t’sais, c’pas contre toi c’est juste que… » Elle haussa les épaules. « J’sais pas trop comment expliquer. C’est juste que, des fois, j’flippe. Y a pas toujours de raisons à ça, ça peut t’nir qu’à un petit détail insignifiant mais, ouais, c’est ça : juste j’flippe. J’ai pas envie qu’on m’abandonne. » Une dernière phrase dite sur un ton plus bas, parce que ça lui coutait de le dire. « Et j’réagis pas d’la bonne manière. J’m’énerve et j’deviens injuste. »

Elle ne le savait pas mais si elle réagissait de cette manière c’était parce que, quitte à ce qu’on l’abandonne, elle avait besoin de blesser les gens aussi, pour ne pas être la seule à souffrir dans cette histoire. Réaction très en vogue chez les jeunes de son âge, trop fiers pour admettre leurs tords sans rien dire.

« T’es pas juste l’type chelou, Adrian. T’es l’évènement l’plus stable qui m’soit arrivé d’puis que j’suis à Star City, t’es à l’opposé du monde que j’connais et que j’côtoie. Tu m’as pas seul’ment appris la magie mais, qu’il y avait aussi autre façon de faire les choses. J’vais pas changer c’que j’suis, j’apprends juste à le faire différemment pas parc’que c’est ce que tu préférerais mais parc’que c’toi qui est dans l’vrai et qu’je l’veux. »

Tout un discours qui, finalement, aurait pu se résumer en cinq mots : elle avait besoin de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 4 Mai 2014 - 19:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4412
ϟ Nombre de Messages RP : 1462
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Il était bien conscient du fait que ce genre de discussion ne devait pas être agréable ou commun pour Aishlinn, mais c'était réciproque. Pour quelqu'un qui, comme Adrian, avait pris l'habitude de garder toutes ses pensées pour lui, devoir expliquer à quelqu'un qu'il ou elle comptait réellement pour lui était aussi difficile que de parler de technologie avec un jeune en vogue. En bref, il ne savait absolument pas où il allait et il ignorait s'il s'en tirait bien ou non !
La réplique à propos des Super-vilains eut au moins l'effet de la dérider un peu et de lui offrir une issue de secours, sauf qu'elle revint rapidement sur le reste. Signe, pour Adrian, que cette affaire revêtait réellement de l'importance pour elle. Il l'écouta donc avec attention, comprenant déjà mieux la réaction qu'elle avait eue lorsqu'il avait nié à plusieurs reprises qu'il était leur père. Elle pensait sincèrement que c'était par désir de ne pas leur être assimilé ? C'était plutôt le contraire. Adrian avait conscience de ne pas être « cool » et même d'être tout bonnement craignos, à côté de la plaque et j'en passe les meilleurs. Il ne souhaitait donc pas imposer cela aux jumeaux, sans compter qu'ils avaient leur propre père et qu'ils n'apprécieraient certainement pas que l'Archimage tente de leur subsister sa place. En bref, c'était plutôt par rapport au problème qu'il pourrait représenter qu'Eldoth avait décidé de nier cette paternité et non le contraire. Tout cela lui semblait si logique qu'il n'avait pas jugé utile de le préciser, mais peut-être aurait-il dû le faire ? Maintenant c'était de toute manière trop tard, aussi se contenta-t-il de l'écouter jusqu'au bout.

La peur de l'abandon était assez facile à comprendre, pourtant Adrian ne l'avait pas flairée avant ce jour-là. À croire qu'il avait besoin que les choses lui soient présentées directement sous le nez pour pouvoir les comprendre ! Quoi qu'il en soit, la fin de son discours avait quelque chose d'étonnamment rassurant. Être considéré comme un élément stable dans la vie d'une personne qui vous est chère compte forcément. Il laissa un léger sourire naître sur ses lèvres avant de lui répondre.

« Tu sais Aishlinn, lorsque je t'ai proposé de devenir mon élève, je ne comptais déjà pas te laisser tomber du jour au lendemain. Je n'ai pas décidé de ça sur un coup de tête, ce n'était pas une lubie, mais quelque chose de réfléchi. Lorsque je m'engage à faire une chose, je m'y tiens jusqu'au bout. Et cela, même s'il n'en avait plus envie, sauf que ce n'était pas le cas cette fois-ci.
Et dans ton cas, c'est d'autant plus vrai. Je pense que tu l'as deviné seule : je ne fréquente pas beaucoup de monde en dehors des personnes que tu as déjà pu croiser, alors le peu qu'il y a, je tiens à les aider au maximum et ça te concerne. Dana pourrait certainement en témoigner, ou même Sallah.
La seule fois où j'ai abandonné quelqu'un, je l'ai amèrement regretté et c'est encore le cas aujourd'hui, alors crois-moi sur parole lorsque je dis que ça n'arrivera pas. Même lorsque tu t'en vas comme ça je reviens te chercher, alors ce n'est pas pour te laisser tomber du jour au lendemain tu sais. Ou alors, il avait beaucoup de temps à perdre !
Tu es l'élément le plus inattendu qui m'est arrivé depuis que je suis à Star City, tu as bien le droit à un traitement de faveur. »

Il avait croisé des démons, des dieux ou des mutants, mais c'était une adolescente Irlandaise qui réussissait finalement à chambouler sa vie. Dana et Aishlinn étaient trop différentes pour les comparer. L'Atlante était aussi pondérée que l'Irlandaise imprévisible. Puis soyons honnêtes, la blonde était aussi plus entourée au sein de l'UNISON, tandis que le milieu dans lequel la brune évoluait était bien plus dangereux et hostile. C'était donc parfaitement normal qu'Adrian cherche à la sécuriser avec plus d'insistance que chez Dana – qui avait aussi droit à son côté papa surprotecteur cela dit.

« Et, sincèrement, il faut que tu arrêtes de penser que tout est parfait autour de moi. Dana est assez.... stricte pour une jeune femme de son âge, mais c'est son éducation qui veut ça. Tu n'as qu'à voir June, elle n'est pas franchement du même style et pourtant elle fait partie de mon entourage. Puis tu sais, tout n'est pas forcément comme ça en a l'air. Si le parle de respect et d'honnêteté aujourd'hui, je n'étais pas comme ça à ton âge, alors je serais bien mal placé pour te reprocher tes choix. Il haussa les épaules.
Je suis désolé si parfois, j'ai l'air de te faire la leçon. J'ai eu une éducation stricte et j'ai gardé ça, mais ça ne veut pas dire que je désapprouve le reste. Si je parle toujours de l'Archimage, c'est parce que je m'inquiète pour toi. Je te l'ai expliqué l'autre fois, s'il doit intervenir, je ne pourrai rien faire pour t'aider alors j'essaye de ne pas en arriver là, tout simplement. Mais je ne m'en sers pas pour te faire peur. Bizarre de parler de soi à la troisième personne, mais bon !
Aishlinn, si je ne montre pas forcément ce que je pense, ça ne veut pas dire que ce n'est pas là. Comme dans le bar, je n'aime pas menacer, hurler ou m'énerver, mais ce n'était pas pour autant que je ne m'inquiétais pas pour toi. Tu sais que tu peux arrêter de douter de tout ça maintenant. Et ne t'en fais pas pour ce qui est de tes réactions, je m'y suis fait finalement. »

Même si, au début, il avait eu du mal à se faire à l'idée qu'elle pouvait réellement l'apprécier vu la manière dont elle lui parlait parfois. Avec Adrian, les choses devaient être claires, sinon il ne comprenait plus rien ! Détournant finalement son regard du visage d'Aishlinn, il observa les environs avant d'en revenir à elle.

« On rentre ? »

À son manoir, mais il ne le précisa pas.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 6 Mai 2014 - 16:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Il s’en sortait bien. Très bien même. Disons que, cette fois, son discours était complet ce qui empêchait Aishlinn d’accrocher avec certains mots ou expressions qu’il pouvait utiliser. En temps normal, avec ce qu’il commença à dire, elle aurait déjà compris qu’il restait pour l’aider parce que ce n’était pas dans ses habitudes de laisser tomber les gens, même s’ils ne les appréciaient pas spécialement. Elle se serait vue comme une sorte de contrat à la con : j’ai dit que je m’occupais d’elle alors je m’y tiens. Ouais, elle aurait tout compris de travers mais, cette fois, elle prenait le discours dans son ensemble et, ce qui en ressortait était, elle devait bien l’avouer, plutôt positif. Elle en arriva même à sourire quand il la qualifia d’élément inattendu, ce qu’elle trouva bien. C’est que ça l’aurait un peu ennuyé – par fierté, essentiellement – s’il l’avait qualifié comme semblable à toutes les autres personnes qu’il pouvait côtoyer.

D’ailleurs, en parlant des autres personnes, il prit l’exemple de June, pour expliquer qu’elle était différente de Dana. Mouais, les deux femmes étaient carrément coincées, ça devait même être un critère pour faire partie de l’entourage du mage. Critère auquel Aishlinn ne répondait pas mais, elle était jeune donc, ça ne comptait pas. Peut-être que, en réalité, Adrian préférait s’entourer de femmes coincées pour, justement, ne pas avoir à répondre à des avances peu discrètes. Ouais, voilà, c’est ça. Adrian était homo, il ne l’assumait pas et choisissait son entourage de manière à ce que personne ne puisse le découvrir parce que, ça aurait été trop suspect s’il venait à décliner les avances de femmes comme Dana ou June. Fière de sa découverte elle afficha un sourire ravi avant de revenir dans la conversation avec un peu plus de sérieux. L’Archimage n’était donc pas une menace mais une crainte, de la part d’Adrian, de le voir intervenir sans pouvoir faire quelque chose. Elle haussa les épaules, prenant toujours cette personne avec peu de sérieux, comme pour chercher à rassurer Adrian : il ne devait pas s’inquiéter, elle arriverait à s’en sortir face à l’Archimage qui, de toute façon, ne se bougeait jamais l’arrière train quand il y avait besoin de lui ! La fin du discours d’Adrian acheva la mauvaise humeur de l’Irlandaise qui, de toute façon, était capable de passer d’une humeur à son contraire en une fraction de seconde.

« J’suis pas très douée pour comprendre les choses, t’sais. Du coup, y a des fois où faut m’expliquer mais, c’est cool maint’nant. » Sa façon à elle de dire qu’il n’y avait pas plus de problèmes. « Puis t’sais, j’sais pas trop comment m’y prendre des fois pour poser des questions, toussa toussa, mais ça peut pas dire que j’m’en fous, c’est juste que… Ben j’sais pas. » Pas habituée, il ne fallait pas chercher plus loin. « Mais un jour faudra quand même que tu m’expliques c’qui s’est passé avec ta famille, et tout. »

Et aussi qui était la personne qu’il avait lâchée un jour. Si elle ne l’interrogeait pas, elle notait quand même, dans un coin de son esprit, ce qu’il pouvait dire. Après, elle ne savait pas comment les remettre dans la conversation, s’interroger sur la vie des gens, ce n’était vraiment pas un automatisme chez elle. Même là, en y réfléchissant bien, elle ne lui posait aucune question, se contentant de lui signifier qu’elle avait bien entendu et qu’il pourrait lui en parler quand il en aurait envie. Puis sérieux, elle était un peu curieuse de la vie qu’il avait pu mener, ça se trouve, plus jeune – c’était déjà difficile à imaginer – il avait été une sorte de rebelle, fumant des joints en cachette, défiant l’autorité parentale, tout en allant balancer des parpaings dans des vitrines pour montrer son mécontentement face à la société. Ouais, peut-être même qu’il avait les cheveux longs et une barbe de plusieurs jours parce que c’était à la mode. Laissant ses idées de côté, parce qu’il était quand même compliqué d’imaginer Adrian de cette manière, elle hocha la tête.

« Ouep, on y va, puis t’façon, faut qu’tu m’débarrasse de c’truc. »

Le truc en question, comme elle venait de le désigner, était le pendentif qu’elle avait autour du cou et qui lui prodiguait une certaine chance. C’était utile, surtout pour ce qu’elle prévoyait de faire mais, en même temps, elle avait toujours su s’en sortir sans ça. Pas de raison que ça change maintenant. Elle plongea la main dans la poche de son jean pour en sortir les clés de sa moto qu’elle montra à Adrian, désireuse de lui faire revivre ses folles années de rébellion quand il était encore jeune… En même temps, elle n’était pas certaine que les motos existaient à cette époque, c’est qu’il était vieux. Retrouver la moto, s’installer dessus et repartir – après avoir filé un casque à Adrian, elle, elle s’en foutait, elle pouvait se dématérialiser – fut assez rapide. Tout comme le chemin de retour. Abban était un pilote avec une voiture entre les mains, Aishlinn l’était – sans les super-réflexes de son jumeau – avec une moto. Bref, le trajet ne fut peut-être pas de tout repos pour le mage mais, la bonne nouvelle, c’est qu’ils arrivèrent en un seul morceau devant le manoir. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur qu’elle ne se sentit pas très à l’aise.

« Et, euh… t’sais ton truc là, pour l’artefact, ça s’passe comment ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 6 Mai 2014 - 20:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4412
ϟ Nombre de Messages RP : 1462
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
S'il allait devoir lui expliquer chaque fois qu'il pensait qu'elle n'avait pas compris quelque chose, ils n'en étaient pas sortis de l'auberge ! Adrian avait du mal à savoir lorsqu'il gaffait et, bizarrement, Aishlinn avait un don inné pour interpréter ses paroles à l'inverse du sens qu'il voulait leur donner. Mais bon. Au moins était-il fixé et pourrait-il prévoir à l'avenir. C'est avec un hochement de tête qu'il confirma le fait que cette proposition lui convenait, mais s'immobilisa rapidement lorsqu'elle parla d'explications sur sa famille. Ce n'était pas contre elle, mais soyons honnêtes : il n'avait strictement aucune envie d'aborder ce sujet avec qui que ce soit. Sallah comprit. Même la personne qu'il considérait comme son fils de cœur n'avait pas eu droit à des explications, même superflus, à ce sujet, alors ce n'était pas pour qu'Adrian se lance dans une confession chez Aishlinn. Quant bien même aurait-il envie de le faire qu'il en serait incapable parce que cela l'obligerait à expliquer qu'il était l'Archimage et qu'il était né le siècle dernier. En bref, son absence de confession était appuyée par la situation dans laquelle ils se trouvaient. C'est donc avec un léger sourire quelque peu crispé qu'il répondit brièvement.

« Inutile, c'est dépassé et oublié depuis longtemps. »

Ce qui était l'exacte vérité ! Le centenaire ne poussa pas ses explications plus loin et lorsque l'Irlandaise en revint à la discussion sur le talisman, Adrian se fit plus sérieux. C'était un sujet important et ils devaient rentrer au manoir pour qu'il puisse s'occuper de ça et se retrouve enfin avec la conscience tranquille. Difficile de trouver le sommeil lorsque vous aviez l'esprit taraudé par la sécurité de votre apprentie.
Bref, il accepta donc « l'invitation » de la jeune femme pour rentrer au manoir plus rapidement qu'à pied, mais considéra que ce serait sa première et dernière expérience sur un deux roues. À cent ans, d'âge mental, vous aviez passé l'envie de jouer les rebelles et de vous balader sur des véhicules pareils. Heureusement qu'Aishlinn savait s'y prendre, sans quoi il aurait certainement terminé le reste du chemin par ses propres moyens ! Quoi qu'il en soit, lorsqu'ils se retrouvèrent dans le hall du manoir, le mage porta son attention sur la demoiselle qui le questionnait. Le tout était de ne pas l'inquiéter, même s'il savait que l'exorcisme risquait d'être plus compliqué qu'initialement prévu. Pourquoi ? Parce que la jeune femme avait utilisé le pouvoir de l'objet et qu'elle s'y était donc liée. Il allait donc devoir briser les liens qui l'unissaient au talisman et s'arranger pour qu'elle se retrouve enfin seule dans son esprit. Ce qui l'ennuyait, c'était que ce genre de procédés était habituellement douloureux. Tentant de ne pas penser à ces détails, Adrian désigna l'escalier.

« Suis-moi, je vais préparer ce qu'il faut en haut. »

Logiquement, elle n'était jamais montée à l'étage et il était évident qu'elle ne comprendrait pas qu'il faisait référence à sa salle de travail. Mais sans s'attarder d'avantage, l'Archimage se dirigea vers l'escalier pour le gravir et se diriger vers la porte située face à eux, ignorant celles des chambres de Sallah et Ginger, récente locataire du manoir. La pièce où Adrian passait beaucoup de temps était relativement vaste, mais surtout très remplie. Des bocaux étaient posés à divers endroits, mais il y avait surtout une masse impressionnante de papiers, qu'ils viennent de ses notes ou de trouvailles faites lors de ses recherches. Adrian se dirigea vers le centre de la pièce, seul coin un tant soit peu rangé, puis s'accroupit pour débarrasser quelques papiers qui s'y trouvaient.

« Tu n'auras rien à faire, juste attendre et... Il se redressa pour poser les papiers plus loin.
Tenir le coup. Attrapant une craie posée sur un meuble, il revint vers le centre de la pièce.
Je vais devoir briser les liens que le talisman a créés avec toi. Normalement les mages qui exorcisent ne font pas vraiment attention à la manière dont ils le font et en général, c'est relativement douloureux, mais je vais faire mon maximum pour que ça ne soit pas le cas. Il avait commencé à dessiner des symboles sur le parquet et s'arrêta pour lever les yeux vers elle.
Mais comme tu l'as utilisé, je ne pourrais pas les supprimer d'un claquement de doigts. Je ne sais pas à quel point tu y as eu recourt, mais disons que ce sera proportionnel à la douleur que tu risqueras de sentir. Même si je vais faire mon possible pour que ce soit atténué. »

À quoi bon pouvoir bannir un dieu alors qu'à côté, il était incapable de ne pas faire mal à son apprentie ? Une injustice qui l'irritait et le contrariait un peu, aussi se concentra-t-il sur ses tracés en restant silencieux. Cela lui prit quelques minutes et lorsqu'il se redressa pour reposer la craie plus loin, ce fut pour attraper un tabouret et le poser au centre de ses symboles – qui ne devaient pas signifier grand-chose pour Aishlinn.

« Tu peux t'asseoir. Il attendit qu'elle le fasse avant de s'approcher d'elle.
Tout ce que je te demander, c'est de me faire confiance et de ne pas essayer de m'arrêter, sinon ça va devenir plus compliqué et plus douloureux. »

Il y avait un fond de regrets dans sa voix, celui de ne pas être capable de la préserver comme il le souhaiterait. Mais avant qu'il ne change d'avis, Adrian décida de se lancer. Utilisant de la magie « pure » afin d'éveiller les symboles présents sur le sol, il récita – mentalement – la formule censée neutraliser les liens qui unissaient le talisman à l'esprit de la jeune femme. Cette dernière devait sentir une sorte de tiraillement dans son esprit, qui se faisait de plus en plus dérangeants jusqu'à devenir comparables à une migraine naissante, puis qui gagnait en force. Il y avait une bonne quantité de « liens » qui demandaient à être défaits, aussi la douleur ne s'atténuait pas étant donné qu'Adrian tentait de tout faire le plus rapidement – et proprement – possible pour que le talisman n'ait pas le temps de « riposter ». Malheureusement, même avec toutes les précautions prises, il savait que la douleur n'était pas épargnée à Aishlinn et sa concentration fut un peu mise à mal alors qu'il se demandait s'il n'aurait pas pu agir autrement.
Au terme de l'exorcisme, Adrian baissa finalement les mains, laissant la magie s'envoler et les symboles redevenir de simples dessins, puis se pencha légèrement en avant pour essayer de capter le regard de la jeune femme.

« Est-ce que ça va Aishlinn ? »

Et l'inquiétude était sincère.
Revenir en haut Aller en bas



I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 7 Mai 2014 - 15:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Mouais, Aishlinn n’était pas tellement sûre que ce soit dépassé et oublié depuis longtemps, comme il le disait si bien. Sinon pourquoi il y ferait référence ? On ne parle pas des choses que l’on n’a plus en tête et, de toute façon, il avait une tête bizarre en disant ça. L’adolescente ne posa pas de questions pour autant, déjà parce qu’elle ne savait pas trop comment si prendre et, surtout, parce qu’elle n’y croyait pas trop. Enfin, dans son esprit, Adrian essayait juste de faire croire qu’il n’avait pas été si parfait que ça mais, c’était des conneries. Au pire, son grand acte de rébellion consistait, dans ses jeunes années, à ne pas payer son abonnement à la bibliothèque municipale. Toutes ces considérations s’envolèrent en arrivant dans le manoir qui, et ça faisait longtemps que ce n’était pas arrivé, l’inquiétait un peu. Beaucoup. Adrian n’était pas plus rassurant, préférant demander à l’adolescente de le suivre plutôt que de répondre directement à sa question.

Un pied sur la première marche, Aishlinn leva la tête pour essayer de voir où donnait ce « en haut » dont il avait parlé. Escalier en deux parties, avec un palier, elle ne vit pas grand-chose mais s’inquiéta davantage. Jamais elle n’était montée à l’étage, elle n’en avait jamais eu l’occasion et c’était un peu devenu comme les vieux greniers inquiétants pour les enfants : l’endroit flippant où l’on trouvait toutes les créatures des cauchemars. Elle inspira profondément, et monta, parce qu’elle était une adolescente qui n’avait peur de rien. Tout se passerait bien. Une conviction qui vacilla encore un peu plus en traversant les couloirs – c’était ça que ressentaient les condamnés dans le couloir de la mort ? Parce que c’était flippant – et qui disparut complètement en entrant dans l’antre de Frankenstein.

« T’sais, tu d’vrais vraiment r’voir ta décoration. »

Une phrase supposée lui redonner toute sa contenance pendant qu’elle posait son regard sur les divers bocaux et feuilles responsables d’un bordel hallucinant. Comment il faisait pour s’y retrouver ? Adrian, en plein de points, était une véritable énigme. Elle glissa les mains dans ses poches, pour faire comme si tout allait bien, et qu’elle s’apprêtait seulement à faire un truc de tout à fait normal. Non parce que, c’est bien connu, tous les matins, avant le petit déjeuné, elle se posait dans une pièce pendant qu’un type dessinait des symboles sur le sol et lui disait qu’elle allait passer un moment douloureux. Sérieusement, s’il essayait d’être rassurant, elle allait devoir lui filer la définition du dictionnaire tellement il était à côté de la plaque ! Entre deux airs inquiets, elle afficha une moue coupable quand il parla du nombre de fois où elle avait utilisé l’artefact… Euh… Comment dire… Elle avait toujours besoin de plus ou moins de chance dans ses activités de tous les jours alors, autant dire qu’elle l’avait usé cet artefact. Déjà en Irlande avec la prison, puis arrivée ici ça avait été pire. Elle était jeune alors, est-ce qu’on pouvait vraiment lui en vouloir d’avoir testé toutes les possibilités d’un tel objet ?

S’asseoir ? Non, elle ne voulait pas. Elle avait plutôt envie de partir en courant mais l’étouffa pour aller prendre place sur le tabouret. Elle n’était pas très fière, là, face à Adrian, à hocher la tête pour lui dire qu’elle ferait ce qu’il lui demandait. Ok. Inspirer. Poser ses mains sur le tabouret, pour s’y accrocher et s’empêcher de partir en courant. Inspirer une nouvelle fois. Fermer les yeux. Ça allait bien se passer. Réciter des formules mentalement c’était de la connerie, comment elle était supposée se préparer et se dire que les choses sérieuses commençaient s’il ne parlait pas ? Ah oui, une douleur lui vrilla le crâne, ça devait être une bonne indication. Les doigts de l’adolescente se crispèrent un peu plus sur son siège. Juste un mal de tête, elle avait déjà connu pire. Franchement, sur le coup, elle en venait à se dire qu’il avait exagérer les choses, que ce n’était pas si terrible que ça. Une déduction qui s’envola bien vite quand la douleur s’intensifia. Aishlinn avait l’impression que le mage était en train de lui enlever une partie d’elle-même, une partie qu’elle voulait garder mais qu’elle n’arrivait pas à retenir. C’était douloureux, ça l’était assez pour que son intangibilité la supplie de se mettre en action. Comme toujours, c’était devenu un réflexe, à chaque début de douleur, elle perdait sa consistance pour éviter les ennuis. En plus de lutter contre son cerveau qui était en train d’imploser, elle serra les dents pour s’empêcher d’utiliser son don. Hurler à Adrian d’arrêter, elle y songea plusieurs fois et s’en empêcha en se mordant l’intérieur de la joue ou la lèvre inférieure. Créer une nouvelle douleur pour ne plus penser à celle que lui procurait son cerveau, ça fonctionnait bien… Quelques secondes.

Aishlinn baissa la tête pour ne pas laisser voir les larmes qui coulaient. Même dans ce moment-là, elle arrivait, dans un coin douloureux de son cerveau, à penser à faciliter la tâche à Adrian en lui cachant qu’elle avait envie que tout cela s’arrête. A moins que ce soit sa fierté qui, par réflexe, ne voulait pas montrer son état de faiblesse. Elle se cassa un ongle, puis un deuxième, à force de trop serrer le tabouret pour ne pas tomber. Puis, avec l’impression qu’une partie d’elle-même s’envola tout s’arrêta. La douleur crânienne s’atténua, pour ne laisser qu’un mal de tête des plus humains. Mais, elle s’était tellement contractée qu’elle en tremblant encore, incapable de se décrocher de ce fichu tabouret – bonjour les crampes le lendemain – la tête toujours baissée et les yeux fermement clos, elle se rendit compte qu’elle avait dû se mordre beaucoup trop fort à en juger par le goût de sang qu’elle avait dans la bouche. La voix d’Adrian la raccrocha à la réalité mais elle fut incapable de lui répondre pendant quelques secondes. Desserrer les dents avant, c’était mieux, ce qu’elle n’arriva pas à faire dans l’immédiat. Puis finalement, un doigt après l’autre, elle se décrocha du tabouret et, plutôt que de répondre au mage, elle se leva pour aller directement entourer Adrian de ses bras. Plusieurs raisons à cette action : elle avait envie de le faire et ne réfléchissait plus à l’image qu’elle pouvait donner, ça évitait aussi d’avoir un accès direct à son visage qui prouverait ses larmes et la manière dont elle s’était mordue et puis, autant être honnête, ça lui permettait aussi de rester debout sans s’écrouler en s’accrochant à lui.

« Ok… j’crois j’ai compris… ne plus toucher aux artefacts bizarres… au fond des grottes. » Elle ne risquait pas d’en reprendre un avant une bonne centaine d’années. Pas moyen de recommencer ce genre de chose. D’ailleurs, le pendentif elle ne l’avait plus, il s’était décroché pendant l’opération pour tomber au sol. Pas question qu’elle y touche. « J’suis désolée, j’recommencerai plus. » Elle se dégagea, garda une main sur l’un des bras d’Adrian pour s’aider à rester debout et se servit du revers de la manche de sa main libre pour s’essuyer le visage. « Ça va. » C’est d’ailleurs pour ça qu’elle continuait de trembler comme une malade. « Une salle de bain, m’faut une salle de bain. T’as ça ? » Peut-être que oui, mais au fond d’un jardin. « Ouais, une salle de bain et un thé chaud. »

Se passer un coup d’eau sur le visage, et se plonger dans une tasse, voilà ce qu’elle voulait. Ça devrait réussir à la calmer. Oh et de l’aspirine aussi, ça serait cool.
Revenir en haut Aller en bas



Un exorcisme ? …Euh, non merci. #Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Adrian Mutu
» Merci saint-nicolas
» Juste...Merci.
» Pas de "merci" entre nous ! [PV Sekki]
» Adrian Aucoin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-