AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

[Anterra, la Terre opposée] Les regrêts de l'archimage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Sam 26 Avr 2014 - 2:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil




Anterra, la Terre opposée




Le 24 avril 2014


Cela faisait quelques semaines qu’un objet de collection tout à fait remarquable avait attiré mon attention. Il s’agissait d’une pierre unique en son genre, très ancienne, ressemblant à s’y méprendre à un rocher volcanique fissuré. Elle était d’une intéressante facture et la fente semblait être composée de minéraux différents de l’ensemble, mais dont la nature était encore indéterminée pour le moment.
Elle avait été découverte en Egypte il y a quelques temps de cela. J’avais mené une investigation poussée à son sujet avant d’avoir l’occasion de la manipuler. Une poignée de conservateurs avait alors été conviés à un meeting privé, organisé par le propriétaire du terrain sur lequel elle avait été découverte.
Des archéologues et historiens œuvraient actuellement sur son histoire. Ses origines n’avaient pas encore été identifiées que déjà, toutes sortes de théorie farfelues commençaient à fuser à son propos. Je n’avais pas manqué d’agrémenter moi-même, l’imagination collective, de suppositions hasardeuses afin de masquer l’intérêt que ce caillou suscitait chez moi.

Un détail m’avait frappé lorsque j’avais examiné l’objet. Il m’avait laissé une étrange impression, mainte fois ressentie au cours de ma longue existence divine. Un sentiment que les autres, non initiés n’avaient pu ressentir… comme un sentiment de déjà vu. Cet objet n’était pas ordinaire, j’en étais persuadé.

Un de mes confrères, spécialiste en minéraux, fit une offre déraisonnable dans le but de l’acquérir, me coiffant sur le poteau. Ne me sentant pas d’humeur à négocier, je n’avais pas tenté de l’en dissuader, ni même de surenchérir. Le temps que les chercheurs fassent leur travail, il s’écoulerait suffisamment de temps pour me permettre de m’en emparer. De plus, si mes soupçons étaient fondés, il valait mieux que cet objet disparaisse du marché considéré comme « légal » par les humains, afin de ne pas attirer inutilement l’attention sur le musée Historique de Star City, ainsi que sur ma personne qui plus est, il en allait de soit ! Je profitais donc des mondanités du meeting et de mon séjour en Egypte pour satisfaire ma soif de voyage et visiter des lieux pittoresques, tout en continuant d’enquêter sur cette pierre ainsi que sur le propriétaire des lieux. Puis je regagnais les Etats-Unis.

Mon enquête approfondie, m’avait apporté la certitude que cette pierre était en réalité un artefact magique, provenant d’une autre dimension dans laquelle j’avais eu l’occasion de me rendre par le passé. C’était là, que je l’avais vu. Cet artefact, ou pierre de Karse, avait été créé par un archimage complètement fou, dont l’esprit aurait été enfermé à l’intérieur à sa mort. Un liquide argenté s’écoulerait de temps à autre par la fissure du rocher, réactivant les propriétés magiques de l’objet. J’ignorais cependant quel genre de pouvoir pouvait conférer cet artefact. La seule chose que je savais, c’était qu’il avait été trouvé sur Anterra, et qu’il avait été dissimulé sur la Terre Prime, au fin fond d’une pyramide, en guise de prévention, afin qu’il ne tombe pas entre de mauvaises mains. C’était une raison suffisante pour me motiver à m’en emparer.


Le 24 avril 2014, 23h46


Mon confrère venait de faire l’acquisition de la pierre et la faisait rapatrier à son domicile, à Star City.
Sous le couvert de la nuit, et vêtu de ma tenue de circonstance ainsi que d’un voile d’invisibilité, je déboulais à quatre cent kilomètres à l’heure dans le ciel d’encre parsemé d’étoiles. Quelques instants plus tard, la nouvelle propriété de mon collègue était à la portée de mon méfait.
J’avais pris connaissance de l’endroit où l’objet était entreposé. La pierre était gardée précieusement dans un coffre, et la demeure était placée sous haute surveillance vidéo et volumétrique. Je n’eus aucun mal à me glisser dans la résidence. J’avais appris avec le temps, à déjouer les systèmes capables de détecter les mouvements, d’autant plus que j’avais suffisamment bien repéré les lieux en amont pour savoir où étaient situés tous les détecteurs. Je les neutralisais un par un, déclenchant malgré tout, l’alarme silencieuse. Je savais qu’il me restait suffisamment de temps pour agir avant que la sécurité n’intervienne. Et puis… Ils pouvaient toujours venir ! Grâce à la Kunée, casque rendant son porteur invisible, que constituait mon couvre-chef, ils ne trouveraient personne. Je me retrouvais devant le coffre. J’avais également enquêté sur le propriétaire des lieux afin de me constituer un panel de codes potentiels. Je tentais plusieurs combinaisons jusqu’à trouver la bonne.

Clic !

Le cliquetis de la porte s’ouvrit. Trop facile !

Clic !

Un autre cliquetis familier m’étira un sourire. Ce que j’aimais cette musicalité ! Je regrettais parfois de ne pas pouvoir fanfaronner à visage découvert. Mais c’était la condition que je m’étais moi-même fixée, si je voulais prolonger mon séjour sur terre sans trop attirer l’attention des hommes sur moi, mais surtout, de mon père.
« Qui va là ! » gronda une voix dans mon dos. Ce fut avec regret que je ne pris pas la peine de me retourner. Pour quoi faire ? Sinon pour me jouer d’eux ? De toutes façons, la sécurité ne pouvait me voir.
J’allais m’emparer de l’artefact quand celui-ci se mit à suinter de liquide argenté avant de disparaître. C’était plutôt mauvais signe. J'avais une sainte horreur que l'on me coiffe sur le poteau ! Je grimaçais.
Je ne prêtais pas attention à l’homme qui venait d’allumer la lumière de la pièce et qui s’avançait à présent vers le coffre vide, le visage tendu et les mains crispées sur son revolver.

Je disparu à mon tour avant de voir surgir un Super. Un petit voyage improvisé à travers les dimensions s’imposait. Autant s’assurer tout de suite que l’artefact n’était pas retourné sur Anterra… bien que ce ne soit pas particulièrement ma destination favorite.
Bien entendu, l’endroit où je venais d’arriver était complètement différent de celui que j’avais quitté. Anterra ressemblait à la terre Prime par bien des aspects, mais la demeure où je me trouvais quelques instants plus tôt, n’existait pas dans ce monde.
J’étais dans une sorte d’immense bâtiment, une tour peut-être… et aucune trace de ce maudit artefact.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 28 Avr 2014 - 16:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
— Tu es…
— Hmm hmm.

Noctis fit un léger geste de la main et son interlocuteur se sentit soudain incapable d’esquisser le moindre mouvement. Le primo-Terrien poussa un soupir avant de quitter l’obscurité dans laquelle il avait été d’abord dissimulé, pour se laisser tomber dans l’un des fauteuils du petit salon, au dixième étage de la tour.

— Tu t’es reposé sur tes lauriers, dis moi.

Noctis sentit un frisson à la surface de son bouclier mental et secoua la tête.

— Pas de taille. Vraiment pas de taille…

Ses yeux bruns s’arrêtèrent dans le regard bleu du jeune homme qui lui faisait face.

— … Chase.

Autour d’eux, la ville était plongé dans un profond sommeil. À Empire City, les civils avaient appris à ne pas sortir trop tard le soir : les rues n’étaient pas sûres et personne ne voulait courir le risque de se trouver pris dans le feu croisé des affrontements opposants deux bandes rivales. Car enfin, dans un pareil endroit, qui viendrait sauver de pauvres gens de l’immuable violence d’Anterra ? La Neutron Tower s’élevait, silencieuse comme la ville silencieuse, dans les quartiers du centre. Elle avait abrité depuis trois générations désormais la prospère dynastie Neutron, qui avait fortune dans l’énergie nucléaire, sans beaucoup se soucier de la santé de ses employés — ou du reste du monde, d’ailleurs.

Mais Noctis savait la vérité. Noctis savait que dans ce monde par bien des côtés semblables à la Terre Gemini vivait une autre version de lui-même, un criminel dans le meilleur des cas, dont les ambitions pouvaient se heurter aux siennes, et un héros en devenir, dans le pire, qui jetterait le doute sur ses propres activités. Il ne pouvait pas laisser à un autre Chase si étroitement conditionné par les règles de son univers le loisir de découvrir ses talents de voyageur dimensionnel, si toutefois il n’était pas trop tard, et de faire son apparition sur la Terre Prime. Il fallait régler le problème à la source.

— Tu as probablement beaucoup de questions. De quel monde je viens. Comment je suis arrivé ici. Tu penses au portail dimensionnel du Bigsby Building. Trop aléatoire à votre goût, si j’ai bien compris, tout au plus une relique à vos yeux. Disons que j’ai mes propres moyens de transport. Tu demandes sans doute comment il se fait qu’on soit passé de ça…

D’un vague geste de la main, Noctis désigna ce qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à son propre corps originel, celui qui avait été détruit, au début du mois de mars, par la Pierre de Lune : blanc, blond, avec des yeux blonds, un petit air de nourrisson et une carrure modeste.

— … à ça.

Il reposa les mains sur les accoudoirs du fauteuil. Il n’y avait quasi aucune comparaison possible : grand, finement athlétique, brun, avec des yeux bruns, et une peau noire, celui qui se faisait désormais appelé Alex Kirk ne ressemblait guère au Chase Neutron-Grey qu’il avait été.

— Dans les films, les méchants expliquent toutes ces choses dans de longs, longs discours. Mais dans les films, les méchants perdent à la fin. Du coup…

La tête du Chase d’Anterra fit brusquement un tour à cent quatre-vingt degrés sur elle-même, puis le corps du blond s’affaissa au sol. Noctis se releva et posa les yeux sur le cadavre de son autre moi. Un frisson parcourut tout de même son échine, puis il finit par murmurer :

— Désolé. Mon multivers.

Le jeune homme s’apprêtait à regagner sa propre Terre, une fois ces menus travaux achevés, mais une présence nouvelle venait de se matérialiser brusquement dans la Tour et Noctis était absolument certain d’avoir surveillé, depuis son arrivée, avec une grande précision, tous les esprits présents. Téléporteur ? Non. Il avait senti autre chose, une perturbation dans la réalité, la trace caractéristique, souvent sentie, du voyage dimensionnel. Décidément, la Neutron Tower attirait du monde, ce soir-là.

Par acquis de conscience — si l’on pouvait dire —, Noctis quitta l’appartement, descendit une volée d’escaliers, fit voler un garde contre un mur et poussa une porte pour se retrouver dans un bureau vide. Apparemment. Mais le mentaliste n’avait pas besoin de voir pour savoir qu’il n’était pas le seul dans la pièce : la présence mentale d’une autre entité lui suffisait amplement.

— Bonsoir. Désolé, mauvais timing, je crois que la sécurité est en route.

Le cadavre de son double dimensionnel pas plus que le corps inanimé du garde qu’il venait d’assommer n’échapperaient longtemps à la vigilance du service de sécurité.

— De toute évidence, vous êtes relativement discret, mais les Neutron d’Anterra ne sont pas réputés pour leur inefficacité en la matière. Puis-je vous suggérer que nous nous éclipsions de concert ?

Noctis avait pris soin de souligner le nom de la dimension où ils se trouvaient, pour laisser entendre à son interlocuteur invisible qu’il n’était pas lui-même originaire de ce monde — et qu’ils avaient donc bien des choses à se dire.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 9 Mai 2014 - 23:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil




J’étais déjà venu plusieurs fois sur Anterra par le passé mais je ne m’étais que très peu attardé dans cet univers hostile qui pourtant, ressemblait de très près à la Terre Prime.

Ce soir, j’avais traversé les dimensions pour me retrouver dans un lieu singulièrement différent de mon lieu de départ. Je me trouvais dans un bureau, semble-t-il. Un simple coup d’œil par la baie vitrée m’avait indiqué que j’avais atterri à un étage élevé du building, à Empire City, et qu’il y avait de grandes chances pour que ce bâtiment soit la Neutron Tower.

Visiblement, ce que je cherchais n’avait pas rejoint sa dimension d’origine, ou alors, il ne se trouvait pas ici. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin ! L’artefact m’avait échappé.

Passablement désappointé, je serrais les dents afin de retenir un juron lorsque du bruit attira mon attention dans le couloir adjacent au bureau où je me trouvais actuellement. Se pouvait-il qu’il y ai des gens qui travaillaient aussi tardivement sur Anterra ?
Serein quand à ma couverture, je fis volte face en silence lorsque la porte s’ouvrit à la volée. Un jeune homme fit irruption dans la pièce. Quelle ne fut pas ma surprise de l’entendre m’adresser la parole, alors que j’étais sensé être invisible ! Vous m’en direz tant !

Je ne répondis rien, décidé à ne pas manifester ma présence pour l’instant, quand bien même il savait déjà que j’étais là, par simple esprit de contradiction. Je n’aimais pas l’idée qu’il m’ait découvert aussi facilement. Je préférais rester vigilant et sur mes gardes.
J’esquissais cependant un sourire, sous mon masque d’invisibilité, l’entendant me mettre en garde au sujet de la sécurité approchante. Déjà, sur la Terre Prime, j’avais réussi à les alerter et à les coller à mes trousses. Décidément, niveau discrétion, je pouvais repasser ! A moins que cette fois, ils ne soient pas là de mon fait.

Cependant, ce qui m’intriguait bien plus alors que les agents de sécurité, dont je n’avais absolument rien à faire, disons-le franchement, c’était ce jeune homme. Comment m’avait-il découvert ? Avait-il le pouvoir de voir l’invisible ?
Je me rendais compte à présent que j’avais peut être eut tord d’avoir un peu trop surestimé la Kunée, n’ayant encore jamais été confronté à quelqu’un disposant de ce genre de pouvoirs. Mais ce n’était pas le moment pour les regrets et encore moins celui de tergiverser.


« Relativement… » soulignai-je après lui, à demi-mot, avec une pointe d’ironie dans la voix.

« Je dois dire que vous maniez l’euphémisme avec bonheur, docteur! » rétorquai-je, avec amusement cette fois-ci, faisant preuve d’autodérision.
« Le moins qu’on puisse dire, c’est que vous soyez plutôt du genre… perspicace. »

J’aurais bien joué au roi du silence un peu plus longtemps, mais à quoi bon ? Ce jeune homme pourrait se vanter d’être parvenu à attiser suffisamment ma curiosité pour mériter toute mon attention. D’autant plus qu’il avait l’air relativement bien informé sur la famille Neutron de ce monde, ainsi que sur ce monde lui-même. Le fait qu’il mentionne Anterra par son nom ne m’échappa guère, ce qui signifiait qu’il avait une connaissance potentielle des multivers et surtout de la Terre Prime ; déduction faite à la mention de la famille Neutron qui existait également à l’endroit d’où je venais. Ce petit gars avait donc lui aussi la capacité de voyager entre les dimensions ?

Des bruits de pas précipités résonnèrent dans le couloir, accompagnés du cliquetis singulier d'armes à feux. « Bouclez le périmètre ! » gronda une voix rauque. « Il est toujours dans le bâtiment ! Ne le laissez pas s’échapper ! »

Tout compte fait, ce n’était peut être pas uniquement mon intrusion qui les avais attirés ici, et je soupçonnais mon interlocuteur d’y être vaguement pour quelque chose.
« Je ne sais pas ce que vous leur avez fait pour les mettre dans cet état. » Quoi que… il ne fallait pas grand-chose dans ce monde pour mettre le feu aux poudres. Je consentis donc à accéder à sa requête.
« Très bien ! Foutons le camp d’ici ! »

Sans lui demander au préalable comment il comptait sortir d’ici, ni me défaire de mon casque d’invisibilité, je me précipitais en courant en direction de la baie vitrée et me jetais au travers. On verrait plus tard pour les présentations. La vitre ne résista pas à mon décollage et vola en éclat. Je m’arrêtais à quelques mètres à peine de là, attendant de voir si le jeune homme n’avait pas froid aux yeux et s’il oserait se jeter dans le vide.
Puis, la porte du bureau ne tarda pas à céder face aux agents de sécurité qui se précipitèrent dans le bureau, alertés pas ma sortie fracassante.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 10 Mai 2014 - 14:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Noctis s’était tenu sur ses gardes, au cas où son irruption et la tentative d’engager la conversation ne fussent accueillies par une réponse un peu trop musclée sortie de nulle part. Mais une voix sortit des ténèbres, la voix d’un homme sans doute jeune — quoique en la matière, la méfiance prévalût toujours — et Noctis devina que sa curiosité, ce soir-là, ne resterait pas entièrement sur sa faim. Cependant, les présentations furent repoussées à plus tard : la sécurité de la Neutron Tower s’était mise en branle et pendant que l’Homme Visible réduisait à néant le travail des vitriers, Noctis se retourna vers la porte où ne tarda pas à débouler la troupe de sécurité. Quinze secondes plus tard et une dizaine d’armes à feu étaient pointées sur lui.

Les coups de feu retentirent et…


Alors que les balles retombaient sur le sol en une pluie métallique, Noctis sentit une vague de perplexité animer les esprits des agents de sécurité. Le bouclier télékinésique avait résisté — il en fallait beaucoup plus que cela pour avoir raison de lui. Un demi-sourire se dessina sur les lèvres du criminel.

— À mon tour, maintenant.

D’un geste de la main, Noctis propagea une violente onde de choc en direction des hommes armés et ces derniers furent projetés contre les murs, repoussés jusque dans le couloir et, pour la plupart, assommés. Le jeune homme secoua la tête et murmura d’un ton quelque peu dédaigneux…

— Les humains…

Sur Anterra comme sur la Terre Prime, ils continuaient à s’agiter avec leurs maigres moyens, sans comprendre que leurs tentatives de rattraper le retard de plus en plus considérable qu’ils accumulaient sur les êtres supérieurs étaient vouées à l’échec. Noctis se détourna, laissant derrière lui un mur à moitié défoncé, une mer de balles et une équipe de sécurité hors combat, pour s’approcher de la baie vitrée que son mystérieux interlocuteur avait réduite à néant. Machinalement, le mentaliste chercha l’inconnu du regard, avant de se souvenir qu’il était invisible et ce fut son esprit qui partit en quête d’une présence pour lui tout aussi sensible que celle de la matière.

Noctis fit un pas de plus, dans le vide, et ne sembla guère perturbé, dans sa progression, par l’absence totale de plancher. Il n’atteignait certes pas les pointes de vitesse d’un Hermès lancé à pleine puissance, mais il ne lui fallut pas longtemps pour rejoindre la terre ferme, laissant derrière la Neutron Tower d’où résonnaient désormais de très nombreuses alarmes. La possibilité d’être poursuivi n’était pas négligeable et Noctis avait d’autres projets, ce soir-là, que de jouer au chat et à la souris avec les services de sécurité. Aussi se retourna-t-il pour considérer la tour. Sur le parking de l’immeuble, non loin de là, une voiture s’éleva d’elle-même dans les airs — avant de percuter violemment la tour. Suivie d’une autre. D’une troisième et d’une quatrième. L’immeuble avait définitivement perdu sa fière allure et la fuite d’un suspect était désormais le cadet des soucis de l’équipe de sécurité. Plusieurs étages étaient presque entièrement démolis, les incendies naissaient et commençaient à se propager, des bouts de charpente métallique tombaient sur plusieurs mètres.

C’était la première fois que Noctis avait l’occasion d’utiliser si librement et presque gratuitement ses pouvoirs. Une sensation de bien-être et de profonde satisfaction l’envahit, alors qu’il contemplait le résultat de sa spectaculaire distraction. Puis il se détourna et se remit en quête de la présence rencontrée quelques minutes plus tôt, à l’étage de ce qui avait été une tour majestueuse d’Anterra et qui était désormais en passe de devenir un champ de ruine. Le mentaliste ne tarda pas à se rapprocher de l’inconnu et, tranquillement, il glissa :

— Je crois que ça devrait les tenir occupés un petit moment.

La démonstration de force était peu commune : les télékinésistes étaient certes nombreux, mais une pareille puissance n’était pas, elle, monnaie courante, sur Anterra comme sur la Terre Prime. Si l’on rajoutait à cela la suggestion de voyage dimensionnel, la panoplie de Noctis avait de quoi paraître franchement inquiétante.

— Cela dit, je ne serais pas contre trouver un endroit un peu plus calme. Anterra n’est pas un monde particulièrement accueillant, mais je suis sûr qu’on peut s’arranger. Et puis, de toute façon, je commence à avoir soif.

Proposer à un étranger rencontré dans une dimension parallèle d’aller boire un verre après s’être assassiné soi-même et avoir démoli un immeuble à coups de voiture : normal. Les mains enfoncées dans les poches de son blouson de cuir, Noctis interrogea :

— Et sinon, vous faites quoi ici ? Du tourisme ? Personnellement, j’étais venu régler une affaire personnelle…

Dans un grand fracas, une poutrelle métallique s’écrasa sur le parking, non loin d’eux.

— … mais maintenant que c’est fait, je n’ai rien contre une petite promenade, si vous avez envie d’un peu de compagnie.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 11 Mai 2014 - 23:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil





J’attendais patiemment que mon jeune ami daigne emprunter la même voie que moi, voyant la sécurité débouler dans le bureau. Je n’avais pas spécialement envie de prendre part à un affrontement avec des mortels et risquer de susciter d’embarrassantes questions par la suite. Bien que père n’ai jamais expressément interdit à aucun dieu du panthéon de ne pas interférer dans les multivers, je ne risquais donc pas de grandes représailles si je le faisais. Je considérais que ce qui n’était pas défendu était donc permis. De plus, j’étais bien placé pour savoir que même ce qui était interdit pouvait être bravé.
Ignorant cependant à qui j’avais affaire, et ne voulant pas attirer inutilement l’attention de mon père sur mon absence prolongée de l’Olympe, ainsi que sur mes frasques terrestres, je préférais me montrer prudent.

Je fus tout d’abord légèrement surpris de l’assurance qui semblait émaner du jeune homme qui fit front aux tirs ennemis. Néanmoins, je me gardai bien d’intervenir. S’il était mortel et qu’il avait décidé de jouer avec sa propre vie, c’était son problème ! Il ne fut nullement blessé par les coups de feu et envoya même voler ses adversaires avec une classe certaine, je devais le reconnaître. Il était doué ce petit ! Et il ne manquait pas de ressources.

Lévitant dans le ciel à quelques mètres seulement de l’étage du bâtiment que le jeune était en train de pulvériser, je l’observai attentivement, les bras croisés, comme si sa démonstration de puissance m’était destinée. Ses pouvoirs télékinétiques étaient impressionnants pour un mortel ! Il quitta les lieux sereinement, par la voie des airs ,et rejoignit bien vite la terre ferme alors que la Neutron Tower entrait en alerte, ce qui sonnait à mes oreilles sensibles comme une mélodie fort désagréable, mais qui ne m’inquiétait pas outre mesure. Je ne me ferais du souci que lorsque je tombais sur un adversaire à ma taille, au moins capable d’atteindre ma vitesse de pointe en vol, et encore ! Il n’y avais pas grand-monde que je puisse craindre en dehors d’un dieu, même si je devais avouer que ce personnage m’intriguait de plus en plus de par sa puissance hors du commun.

Je rejoignis la terre ferme à mon tour, posant le pied à bonne distance de la danse des voitures volantes ainsi que des débris de la tour qui tombaient. Le jeune homme ne tarda pas à me rejoindre, comme s’il était capable de me voir, bien que je n’eusse toujours pas enlevé mon casque. Il me tardait de savoir ce dont il retournait réellement. Je me permis d’applaudir son One Man Show.
Même si les « Supers » d’Anterra n’étaient pas réputés pour être des enfants de cœur, et que je doutai qu’ils aient l’habitude d’être confrontés à des individus de cette trempe, il aurait été étonnant qu’ils se contentent uniquement de s’apitoyer sur une simple tour. Et quelle tour !

Son invitation à faire connaissance autour d’un breuvage me fit sourire. C’était diablement tentant ! Quoi de plus normal pour deux individus de discuter innocemment dans la rue après que l’un d’entre eu ai mis à sac un building. Ce n’était pas le genre de choses qui me choquait spécialement.
« En quelques sortes. » répondis-je évasivement à sa question. « Disons qu’il s’agissait également d’une affaire personnelle. » Les grands esprits se rencontrent ! pensai-je. Ne prêtant pas du tout attention à la poutrelle qui venait d’exploser une voiture sur le parking, comme s’il s’agissait d’un fait des plus banal, je lui lançai un regard en coin, bien qu’il ne puisse le voir, ne pouvant m’empêcher de me questionner au sujet du genre d’affaire il était venu régler, et si cela avait un quelconque rapport avec la disparition de mon artefact. Je le scrutais méticuleusement des pieds à la tête et il ne me sembla pas déceler sur lui la présence de ce fétiche.
« Je suis un grand fétichiste des souvenirs de voyage. » lançai-je finalement sur un ton léger, jaugeant avec attention sa réaction. Tout compte fait, un télékinésiste tel que lui, capable de voyager entre les dimensions qui plus est, pourrait s’avérer être un rival au potentiel intéressant.

« Volontier ! » répondis-je courtoisement à son invitation avant d’ajouter : « Sans vouloir vous offenser, je ne suis pas certain qu’ils se satisfassent uniquement de votre petit spectacle sans exiger au moins un rappel !»
La fin de ma métaphore fut couverte par le bruit d’un hélicoptère en approche. Il fallait s’y attendre. Nous étions en plein cœur de Empire City ou régnait le Syndicat de la Tyrannie. Il eut été trop facile de pouvoir s’éclipser boire un verre tranquillement sans faire la rencontre au préalable de l’artillerie lourde. L’appareil se mit à faire du vol stationnaire au dessus de nos tête et je n’eus même pas le temps de compter jusqu’à cinq avant qu’une arme automatique ne se mette en route, déferlant sur nous une pluie de coup de feu. Je ne réprimais pas mon amusement, laissant échapper un petit rire sonore. « Ce qu’ils sont candides ! » A moins qu’ils ne soient complètement idiots s’ils n’avaient pas encore compris que leurs armes à feu ne pouvaient rien contre mon jeune ami. J’en étais presque déçu, je m’attendais à plus de clairvoyance de leur part. A ce rythme là, cela risquait d’être une vraie boucherie ! « Un peu sots également ! »

Je m’interposais entre le jeune homme et les tirs. Les balles ne pouvant me blesser, ricocheraient naturellement sur moi, pour celles qui étaient susceptibles de m’atteindre... Je m’envolais dans une embardée, m’accrochai d’une main à la porte ouverte de l’hélico, de mon autre main, j’attrapais le tireur par le col, et dégageai l’arme automatique par-dessus bord d’un coup de pied. « Mais qu’est-ce que ?!!! » maugréa ce dernier, les yeux écarquillés rivés sur son ennemi invisible. Moi, en l’occurrence. L'homme chercha à se débattre, je resserrais ma prise sur son col, puis le plaquai violemment contre la paroi interne de l’hélico. « Oh non ! Je ne ferais pas ça si j’étais toi ! » lui intimais-je d’un ton enjoué, contrastant parfaitement avec la situation, pendant que le pilote donnait l’alerte à toutes les autres unités. « Vous les humains, êtes des êtres curieux. Vous ne voyez pas que vous n’êtes pas de taille ? Vous devriez dire à vos petits copains de rentrer bien sagement chez eux… »
Une balle impacta mon casque. Le pilote n’avait visiblement que faire de mes suggestions. L’appareil commença à perdre de l’altitude tandis que le malheureux s’évertuait à essayer de vider son chargeur sur moi. Du coin de l’œil, je vis arriver un autre hélicoptère dont le tireur était équipé d’un bazooka. J’assommai le type que je tenais par le col en lui cognant violemment la tête contre la paroi de l'engin, puis l’envoyai valser sur son acolyte. Je pris mon envol, ajoutant une ouverture sur le haut de l’appareil, explosant l’hélice au passage, avant que celui-ci n’explose en plein vol, pulvérisé par le tireur de l’hélicoptère d’en face.

Je m’en retournais auprès de Noctis, me posant avec légèreté, à quelques mètres seulement de lui, contrairement au deuxième tireur, que je pourrais qualifier de « petite frappe », qui d'atterrir lourdement - se laisser tomber aurait sans doute été plus juste - et qui se dressait à présent devant nous, au centre d'un cratère de deux à trois mètre d’envergures, résultant de son impact avec le sol. Ce mec là avait l’air moins chétif que ses petits camarades. Il était petit et trapu, doté d’une forte musculature, d’un visage carré et d’une mâchoire proéminente. Il arborait un tatouage à l’épaule gauche sur laquelle reposait encore son arme d’assaut, et semblait doté de capacités surhumaines.

« Et collants avec ça ! » lançais-je sur un ton toujours aussi amusé, comme s'il s'agissait d'un jeu et que je venais tout juste d’interrompre notre petite conversation.


[HRP : Oops, c’est pas exactement ce à quoi je m’attendais ^^’, j’hésitais entre ce dé là, et la version criminelle… mais on va faire avec xD
Je n'ai pas encore eu de réponses concernant les questions que je me posais au sujet des pouvoirs d'Hermès. Si tu trouves que c'est abusé, hésite pas à me le dire, j'édite Wink
Pareil si j'ai écris des conneries par rapport au dé, j'ai essayé d'adapter. ]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 11 Mai 2014 - 23:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3840
ϟ Nombre de Messages RP : 3455
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Raphaël Mercury' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Rencontre Vilainique' :
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 12 Mai 2014 - 19:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Fondamentalement, Noctis ne doutait pas de la solidité de son bouclier télékinésique, mais il n’avait pas non plus envie de le pousser jusqu’à ses extrémités pour constater qu’il n’était pas invulnérable. Un rapide calcul approximatif lui suggérait qu’étant donnée la masse qu’il était capable de soulever et la force conjointe des impacts d’une mitraillette lourde, la fuite était encore la solution la plus raisonnable. Elle fut rendue parfaitement superflue par l’intervention de son mystérieux interlocuteur. Les balles arrêtèrent de l’atteindre, se heurtant contre une barrière invisible et le jeune homme ne put interpréter les actions de son acolyte qu’en déduisant du spectacle qui s’offrit à lui la nature de son intervention invisible.

En voilà un qui n’y allait pas avec le dos de la cuiller et Noctis n’était pas certain d’avoir déjà croisé des métahumains à Star City qui pussent combiner de semblables pouvoirs. Sans doute, Solar eût été capable de s’envoler, de perforer un hélicoptère et de maîtriser la situation, mais peut-être pas en conservant son invisibilité et certainement pas en résistant aux balles — ou bien son criminel de petit ami lui avait caché avoir acquis récemment une pareille invulnérabilité. Megastar pouvait sans doute résister aux impacts de balles et voler, mais non se rendre invisible. En somme, il y avait là des capacités qui, prises individuellement, n’était pas inédites, mais dont l’assemblage était pour le moins atypique.

Noctis sentit la présence de l’étranger revenir près de lui et la voix s’en éleva pour le confirmer, alors que le tireur du second hélicoptère se laissait tomber comme une masse. Le bitume se fendilla sous le poids du nouvel arrivant.

— Aussi distrayant que tout cela soit…

Et Noctis devait bien avouer qu’il était jouissif de laisser s’exprimer ainsi librement au moins une petite partie de ses pouvoirs.

— … je ne me vois pas non plus passer toute la nuit à écraser des fourmis.

Étrangement, le second tireur, tout musculeux qu’il fût, n’avait pas bougé d’un pouce. Il fixait Noctis d’un air absent, et pour cause : l’esprit du mentaliste s’était imposé à lui et le maintenait dans un état de parfaite sujétion. Quelques mètres plus haut, le pilote du second hélicoptère était loin d’assister à la même scène : victime d’une illusion du mentaliste, il était persuadé de contempler la brutale défaite de l’intrus, des mains de son collègue, et un sourire de satisfaction se dessinait sur son visage, alors qu’il reportait à ses supérieurs que la menace était maîtrisée.

Alors que l’hélicoptère entamait sa descente, Noctis fixait le tireur droit dans les yeux. Un cerveau aussi malléable constituait pour lui un jeu d’enfant — littéralement. À l’intention de Raphaël, le jeune homme précisa :

— J’arrange un peu ses souvenirs et j’arrive.

Peu à peu, un sourire victorieux se dessinait sur le visage de la brute qui, après quelques secondes, se détourna et rejoignit à grands pas l’hélicoptère, intimement persuadé qu’il venait de mettre hors d’état de nuire l’assassin du Chase d’Anterra. Les hélices avaient cessé de tourner, mais le vacarme de la Tour en feu continuait à agiter le quartier. Désormais, toute l’attention se concentrait sur la maîtrise de l’incendie, pour sauver ce qui restait du bâtiment, de ses bureaux et de ses laboratoires de recherche. Après un dernier regard, Noctis lança :

— Je crois qu’il est temps de nous éclipser.

Avant de préciser :

— Évidemment, vous concernant, c’est plus ou moins déjà fait.

Il n’empêchait pas qu’il ne souhaitait pas, pour sa part, trainer dans les parages. Profitant de la diversion cataclysmique qu’il laissait derrière lui et de l’effet de ses illusions sur ces deux victimes finalement les plus chanceuses, le jeune homme s’éloigna de la Tour Neutron. Pendant un moment, il leur fallut éviter les camions de pompiers et les véhicules de sécurité qui affluaient vers les lieux de l’affrontement, mais en délaissant les artères principales au profit des ruelles peu fréquentables, ils trouvèrent bientôt la quiétude relative d’une nuit sur Anterra.

— Si jamais vous pouvez devenir visible…

Ce qui, après tout, n’était pas nécessairement possible.

— … hésitez pas.

Il avait beau sentir sa présence, c’était tout de même moins déstabilisant de converser avec quelqu’un que l’on voyait réellement.

— Donc, si j’ai bien compris, vous êtes venu chercher un objet jusqu’ici ? Ça fait loin le shopping. Personnellement, j’étais venu retrouver quelqu’un, mais comme je vous disais, c’est réglé.

Réglé et calciné, probablement. Noctis continuait à progresser un peu hasard dans les rues. Sa seule visite précédente sur Anterra datait de sa désincarnation et il n’avait pas vraiment été en état de mémoriser la topographie de la ville. Il supposait néanmoins qu’à force de marcher vers ce qui lui semblait être l’extrême centre-ville, ils finiraient bien par tomber sur un bar.

— Au fait, je m’appelle Noctis.

Enfin, il se faisait appeler Noctis, mais c’était du pareil au même.

— Je vous serrerais bien la main, mais j’aurais peur de mal viser.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 13 Mai 2014 - 23:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil




Je m’attendais à ce que le gorille nous menace de son arme anti-char, mais à ma grande surprise, il n’en fit rien. Aurait-il soudainement pris peur ? Je me permettais d’en douter.

Le jeune homme marquait un point. Même si la situation était quelque peu distrayante, je risquai fort de très vite me lasser s’il commençait à pleuvoir d’autres énergumènes sans intérêt du même genre.

Contre toute attente, l’hélicoptère fit demi-tour, laissant derrière lui son acolyte qui semblait livrer une bataille du regard avec Noctis. Je sentais comme une sorte de tension naître entre eu. Le jeune homme paraissait imperturbable et serein à première vue, mais à l’observer plus attentivement, je le trouvais plutôt concentré.
Il confirma de lui-même mes doutes avant que la petite frappe se détourne de nous, une grimace de satisfaction étirant ses traits. Une manipulation mentale, voilà un autre pouvoir intéressant ! Pour autant que je sache, c’était assez inhabituel de rencontrer tant de pouvoirs différents chez un être humain, ce qui était d’autant plus impressionnant… Je me demandais quel genre de surprises il me réservait encore ! Mais je me devais de me montrer prudent.

Je le laissais en finir avec la brute épaisse, ne ratant pas une miette du spectacle, puis lui emboîtait le pas, sans commentaire. A défaut d’avoir perdu la trace de mon artefact magique, j’étais tombé sur un être hors du commun aux pouvoirs intéressants, et je pouvais toujours profiter d’une petite visite des lieux, surtout que le jeune homme avait plus ou moins l’air de savoir où il se rendait. Nous fîmes quelques détours afin d’éviter les véhicules de secours qui affluaient pour tenter de maîtriser l’incendie avant de nous retrouver dans une ruelle plutôt calme, loin de tout ce remue ménage.

Le jeune homme rompit soudain le silence, comme je m’y attendais. J’esquissai un sourire invisible, mais ne répondis rien. Si j’avais choisi de porter ce casque, c’était pour dissimuler mes pouvoirs divins aux yeux des mortels afin de me fondre parmi eux, comme si j’étais l’un des leurs. Moins je faisais de vagues, et mieux ça valait pour mon matricule, si je voulais pouvoir prolonger mon séjour à leur insu, ainsi qu’à celui de mon père. Il aurait été malvenu pour moi de dévoiler mon identité à l’un d’entre eux, si ce mystérieux voyageur était effectivement originaire de la Terre Prime.

« C’est une question de point de vue. » répondis-je sur un ton amusé. Voyager entre les dimensions ne me prenait guère plus de quelques secondes, quelques minutes tout au plus, pour les plus éloignées, je n’avais jamais vraiment chronométré tout compte fait. « De même que pour trouver quelqu’un, j’ose espérer que cette personne valait le déplacement. »

Pour le moment, je m’étais contenté de suivre docilement le dénommé Noctis vers ce qui se rapprochait du centre ville. J’ignorais s’il savait vraiment où il allait, mais mon instinct me disait que s’il voulait trouver un bar très prochainement, il valait mieux prendre la rue de droite. Mon flair ne me trompait jamais. On ne m’appelait pas le guide des voyageurs pour rien.
« Par ici ! » l’interpellais-je, shootant au passage dans une canette pour lui indiquer ma position. Chose qui était probablement inutile vue qu’il pouvait détecter ma présence. J’avais déduis, suite à sa demande, qu’il était incapable de me voir. Ce qui n’était pas une mauvaise chose en soit.

« Moi c’est Eclyps. » répondis-je par le premier truc qui m’était passé par la tête, par association d’idées. Je ne m’étais encore jamais fait appeler de la sorte, n’ayant jamais eu à décliner mon identité. Le seul à la connaître était Dédale, et je ne savais dans quelle dimension celui-ci était allé se perdre. Du reste, j’avais toujours eu la fâcheuse habitude de disparaître avant que l’on ne se rende compte de ma présence et que l’on ne me questionne à ce sujet. Cependant, il faudrait que je le retienne celui-là, à l’avenir. Il pourrait m’être utile.

Que faisais-je encore là me direz vous ? Les pouvoirs de ce jeune Noctis avaient suscité mon intérêt. Et ce n’était pas tous les jours que l’on croisait un autre voyageur dimensionnel. N’étais-ce pas une raison suffisante ?

« Ne visez pas alors, et faites-moi confiance. » répondis-je avec assurance.

Je venais justement de m'arrêter devant un établissement s'apparentant à un bar.


Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Mai 2014 - 22:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Alex haussa les épaules alors qu’ils étaient arrivés en face d’un bar à l’aspect un peu plus engageant que ce à quoi il s’était attendu de la part d’Empire City. Eclyps ne voulait pas se dévoiler — ne pouvait pas se dévoiler ? — tant pis, il ferait ça. Mais que personne ne vînt lui reprocher d’utiliser sa télépathe sur son invisible compagnon, puisque c’était encore le meilleur moyen qu’il avait de le repérer.

— J’vous préviens, j’commande pas pour vous, et si des gens s’interrogent sur pourquoi une chope de bière se lève toute seule dans les airs, v’z’êtes seul avec vos problèmes.

Sa patience avait tout de même des limites. Alex poussa la porte du bar et, à l’intérieur, une clientèle assez semblable à celle des établissements du même genre, à Star City, bavardaient bruyamment. Empire City était peut-être un monde de criminalité et de tyrannie, mais pour une partie de ses citoyens, la différence au quotidien n’était pas saisissante. Bien sûr, on ne circulait pas librement dans la ville, bien sûr, les journaux étaient pleins d’événements sordides, bien sûr, l’espoir était aboli, mais compter des dollars ici ou ailleurs, vendre des assurances ou des voitures, tout cela revenait un peu au même, tant qu’on faisait profil bas et qu’on ne choisissait pas son camp.

Ce soir-là, il y avait match. Des joueurs de footballs américains se heurtaient les uns aux autres sur un grand écran qu’une partie des clients regardaient avec intérêt, mais ils ne venaient pas, de toute évidence, de pénétrer dans un bar de supporters : ici, pas d’écharpe, pas de peinture de guerre, pas d’émotions très vives quand une action remarquable se déroulait sur le terrain. Ce n’était pas le sport favori d’Alex, et puis il ne connaissait pas les équipes : il ne s’y intéressa pas longtemps. À la place, il s’avança vers le bar et capta sans difficulté l’attention du barman, comme il le faisait des chauffeurs de taxi : avec un soupçon de télépathie.

— Un soda.

Pur réflexe de sa précédente incarnation et de son goût prononcé pour le coca. Mais cette époque était révolue et sa dernière expérience avec une canette de soda avait été peu concluante. Il lui fallait simplement se refaire de nouveaux réflexes.

— Non, j’veux dire, un sirop d’citron.
— Un sirop de citron ?

Le barman le fixa d’un air perplexe.

— Vous, euh, vous voulez pas un truc plus fort ?

Alex secoua la tête. Il avait vérifié aussi : l’alcool, il n’aimait toujours pas ça. Le jeune homme sortit un bout de papier de sa poche et le tendit au barman et ce dernier fut convaincu, par une illusion élémentaire, qu’il s’agissait des dollars locaux. Le mentaliste récupéra son verre et s’installa à une table à l’écart, moins par dessein que parce qu’il s’agissait, par chance, d’une des rares encore libres. Il s’enfonça confortablement dans la banquette et, quitte à avoir une conversation qui aborderait des sujets atypiques avec une chaise vide, il jugea préférable d’abandonner totalement la parole, pour ne pas passer pour un cinglé fini.

Sa voix se forma donc directement dans les pensées de Raphaël, comme il avait l’habitude de le faire du reste avec d’autres.

* Vous savez, si j’voulais, je pourrais très bien vous forcer à devenir visible. Ou lire votre vie directement dans vos souvenirs. Il y a des gens qui résistent à ce genre de choses, un peu. Mais à la fin, je finis toujours par gagner. *

De la part d’un autre, ces propos eussent pu passer pour de la vantardise vaine, mais comme il venait de démolir un immeuble à coup de voiture, d’essuyer sans incident un déluge de balles, de se jeter de plusieurs étages et de convaincre un agent de sécurité et un pilote d’hélicoptère bien entraînés d’aller voir ailleurs sans lui chercher d’ennuis, ses propos en devenaient tout de suite beaucoup plus crédibles.

* Je ne dis pas que je suis en train de le faire, c’est pas dans mes habitudes et puis, ça ruinerait le charme de la conversation. Je dis juste que les mystères ne sont pas toujours aussi épais qu’on pourrait le croire. *

Sur quoi il but une gorgée de sirop. Il devait malgré tout offrir un spectacle bien étrange : tout seul à sa table, avec son verre de sirop, plongé dans un profond silence.

* Cela dit, ce n’est pas une menace. Je dis ça parce que je suis pas le seul télépathe du Multivers et que certains sont plus à cheval sur les principes que moi. Si d’aventure vous aviez vraiment l’habitude de raser des immeubles comme ça. Parce qu’invisible ou non, ce n’était pas, non plus, particulièrement discret. *

OK, l’essentiel du feu d’artifice avait quand même été de son fait, mais il fallait bien engager la conversation ?

* Alors, comment ça, vous collectionnez les objets ? J’avoue que c’est pas trop mon truc. J’aime bien construire les choses moi-même, et puis j’aime bien le neuf. Les antiquités, on sait jamais vraiment ce que ça fait et où ça a trainé. *
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 19 Mai 2014 - 2:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil



J’avais opté pour garder mon anonymat pour le moment, n’en déplaise à mon jeune ami qui entra dans le bar de mauvaise grâce. Qu’il soit tranquille, je ne ferais rien qui soit susceptible d’attirer l’attention sur moi, ou encore sur lui. Anterra était bien plus dangereuse que la Terre Prime et il y avait de forte chance, dans un établissement comme celui-ci, de déclencher une bataille rangée si les gens s’apercevaient que nous étions des êtres hors du commun.

« Relax ! » me contentais-je de répondre aux craintes de mon interlocuteur sur un ton complètement laxiste.

J’attendis qu’il ouvre la porte du bar pour m’engouffrer à sa suite. L’endroit était suffisamment bruyant pour que nous puissions tenir une discussion sans risquer de trop attirer l’attention, de plus, le match qui se jouait sur l’écran captivait l’attention d’une bonne partie de l’auditoire, même si l’ambiance n’était pas spécialement délirante. Peu importe. Nous nous accommoderions de cela.

Je laissais Noctis passer commande au comptoir, me contenant de rester en retrait observant attentivement son petit manège avec le bar man. J'étais témoin pour la deuxième fois de son petit tour de passe passe, et je devais avouer que son pouvoir de persuasion était on ne pouvait plus intéressant. Ce gamin était capable de faire passer des vessies pour des lanternes, un talent fort apprécier pour tout voleur et tout baratineur qui se respecte !

Je lui emboîtais ensuite le pas, et allais m’installer sereinement en face de lui. Je n’avais pas spécialement réfléchi au fait qu’un jeune homme installé seul à une table, buvant un soda, pouvait paraître étrange et me rendais compte à présent qu’avoir une conversation dans un bar, en l’état actuel des choses n’était peut être pas l’idée la plus brillante que nous ayons eue, surtout lorsque j’entendis la voix du jeune homme s’introduire dans mes pensées.
J’esquissai un sourire qu’il ne pouvait pas voir, naturellement, mais mes pensées me trahissaient. Le petit futé ! Il était vraiment très fort, et ses pouvoirs de mentalistes étaient redoutables.

Vraiment ! le ton de mes pensées révélait mon amusement. Loin de moi l’idée de mettre en doute ta parole après la petite démonstration que tu m’as faite. J’étais tenté de le mettre au défi, mais je ne voulais pas m’exposer inutilement. J’étais parfaitement capable de contrôler et de bloquer mes pensées, mais s’il avait réellement le pouvoir de lire dans mes souvenirs, ma couverture serait fortement mise à mal.

Un point pour toi le téléphathe ! Mais il arrive parfois que certains mystères ne soient jamais éclaircis car tout ceux qui ont tenté de les mettre à jour ont fini par disparaître tout aussi mystérieusement.

J’étais complètement détendu et toujours aussi amusé de la situation. Mais mes menaces, bien que proférées avec une certaine légèreté, n’étaient pas des pensées en l’air. Je ne supportais pas la trahison et ceux qui s’étaient amusés à ce petit jeu avec moi avaient tous perdu la partie. J’étais intransigeant sur cette règle du jeu.

C’est tout à ton honneur. le remerciais-je mentalement de respecter ma vie privée, mais je persistais à contrôler le flot de mes pensées afin de ne pas les laisser divaguer.
Je serais resté discret si d’aventure nos chemins ne s’étaient pas croisés. Et je dois dire que niveau discrétion, j’ai trouvé mon maître en la matière. Tu as du sérieusement les énerver pour les mettre dans un tel état. Laisse-moi deviner, la personne que tu es venue voir n’a pas apprécié ta visite. Je me trompe ?

Puis conversation dériva sur les antiquités. Je devais admettre qu’il n’avait pas tort. Pour en avoir vu passer quelques une de ces reliques anciennes, certaines révélaient encore et toujours des surprises, comme celle que j’étais venue chercher en l'occurrence et qui m'avait filé entre les doigts. Oui, si on veut. C’est ce que j’aime dans les antiquités comme tu dis. Ce sont des objets vivants qui ont une âme, une histoire à raconter, certains pouvoirs aussi parfois. Tu dis construire toi-même des choses ? Intéressant. Quel genre de choses ?

Je le laissais finir de me répondre avant d’embrayer sur un des sujets qui m’intriguait le plus. Je dois admettre que tu es quelqu’un de tout à fait remarquable. Je n’ai encore jamais rencontré quelqu’un qui maîtrise aussi bien autant de pouvoirs psychiques et je connais peu de voyageurs dimensionnels.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 19 Mai 2014 - 12:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les menaces d’Éclipse furent accueillies avec une tranquille indifférence de la part du mentaliste : les gens qui avaient essayé de le faire disparaître, déjà, ne se comptaient pas sur les doigts de deux mains et ils avaient tous échoué, certains très brutalement d’ailleurs. Accessoirement, il était mort une fois et s’était réincarné, il se sentait tout à fait capable de recommencer : les aléas d’une existence aventureuse ne l’inquiétaient donc pas plus que cela. Pour toute réponse, il avala une gorgée de sirop. De toute façon, il ne voyait pas de raison de se lancer dans une confrontation qui ne lui apporterait rien : sa visite sur Anterra était finie et il n’avait plus d’intérêts dans ce monde qui valussent de lancer les hostilités.

La conversation passa donc au cœur du sujet : leurs raisons respectives de visiter un endroit si peu accueillant, ce soir-là. Lorsque Éclipse lui demanda si la personne qu’il était venu voir avait apprécié sa visite, Noctis répondit simplement :

* Elle est morte. *

En d’autres termes, il l’avait tuée. Jusque là, la démonstration de ses pouvoirs avait certes été spectaculaire mais pas, à proprement parler, meurtrière : les agents de sécurité avaient vraisemblablement survécu et les voitures lancées contre la tour, à une heure où la plupart des bureaux étaient déserts, avaient eu toutes les chances de ne pas faire de victimes. Mais la froide déclaration du jeune homme prouvait qu’il ne craignait pas de laisser derrière lui quelques cadavres : ceux-là non plus ne seraient pas ses premiers.

Rien de tel pour mettre l’ambiance que d’avouer un meurtre de sang-froid. En tout cas, Noctis ne s’étendit pas sur l’identité de la victime qu’il avait retrouvée en pleine tour Neutron, ni sur les raisons qui l’avaient poussé à un pareil acte. Les artefacts, c’était un terrain beaucoup plus neutre.

* Je suis plus tourné vers le futur que vers les histoires du passé, je dois bien le reconnaître. Je préfère fabriquer des machines. Des robots surtout. Plutôt que d’exhumer des antiquités. Cela dit, je comprends la passion. *

Durant sa précédente incarnation, pendant les quelques mois où il avait dirigé l’équipe Argos afin de mettre la main sur des technologies extraterrestres, il avait collaboré étroitement avec des historiens et des archéologues, et il s’était plongé dans les légendes locales du monde entier, pour trouver des artefacts techniques tombés depuis longtemps sur Terre. Même avant cela, lorsque les Orbes de Gemini avaient transporté Tesla et lui dans une autre dimension, à la faveur d’une mystérieuse prophétie, Chase avait compris qu’en certaines occasions, technologie et magie n’étaient pas toujours clairement distinctes.

* Il m’arrive de croiser certains objets, cela dit, de temps en temps. J’avoue que je ne sais jamais quoi en faire. Je suppose qu’il y a un marché pour ce genre de choses, même si l’argent n’est pas une grande motivation pour moi. Si jamais tu cherches des choses précises, je peux essayer de garder l’œil ouvert. Je suis sûr que nous pourrions trouver des arrangements. *

Après tout, comme Éclipse le souligna bientôt, les voyageurs dimensionnels n’étaient pas légions et Noctis préférait garder celui-ci sur son radar. Il n’avait aucune envie que ses projets à travers le Multivers fussent contrariés par les déambulations d’un voleur qui chinait la soupière ensorcelée d’un monde à l’autre.

* De fait, nous sommes une espèce rare. De ce que j’ai pu en voir, la technologie de voyage dimensionnel est très rudimentaire, au mieux, sur l’immense majorité des mondes. La magie est un peu plus avancée, mais elle n’est pas toujours très maîtrisée et, si j’ai bien compris, elle demande beaucoup, beaucoup d’énergie. *

Autant dire que son moyen de transport ne rentrait ni dans l’un, ni dans l’autre de ces deux domaines.

* Quant aux pouvoirs personnels… Ils sont rarissimes, de fait. *

Pour l’heure, Noctis ne savait pas très bien comment Éclipse se transportait d’un monde à l’autre. Il avait senti son arrivée, mais il n’avait pas eu le temps de déterminer son mode de transport. Fut un temps, en bon NG, puisqu’il possédait un portail dimensionnel au Bigsby Building, il s’était intéressé à la théorie et à la technologie du voyage dimensionnel, mais depuis que ses pouvoirs avaient très largement rattrapé les possibilités de cet équipement, il s’était plutôt consacré sur leur perfectionnement que sur ses calculs scientifiques.

* Si ce n’est pas trop indiscret, je peux savoir d’où tu viens ? J’ai visité pas mal de mondes, dernièrement, peut-être que ça me dira quelque chose. Quoique je ne connaisse pas toujours les noms locaux, cela dit. *

Et si certains mondes avaient des particularités évidentes, bon nombre d’entre eux paraissaient, à peu de choses près, des décalques les uns des autres. Afin de prouver que sa curiosité n’avait rien d’une manipulation, mais relevait de la simple conversation, Noctis précisa de son propre chef :

* Personnellement, je suis primo-Terrien. Enfin, c’est là que je passe la plupart de mon temps. Là et dans le Royaume des Rêves. J’ai deux ou trois autres mondes privilégiés, mais enfin, je ne suis pas non plus perpétuellement sur la route. *
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 21 Mai 2014 - 15:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil



Noctis avoua son meurtre de sang froid, comme s’il s’agissait de la chose la plus banale qui soit. S’il s’était adressé à un autre être humain normalement constitué, n'ayant pas une notion aussi abstraite que moi du bien ou du mal, sans doute celui-ci se serait-il offusqué, inquiété ou que sais-je encore. Moi, ça ne me choquait pas plus que cela. La mort était omniprésente chez les éphémères. En quelques milliers d’années d’existence, j’avais assisté à la mort et au renouvellement de leur espèce. Quoi de plus banal ? Il m’était même arrivé d’en tuer quelques uns de mes mains, comme ce berger dont j’avais acheté le silence, et qui avait commis l'affront de me trahir en révélant à mon frère Apollon que j’étais l’auteur du vol dont il avait été victime. Ce n'était qu'un exemple parmi d’autres…

Bref, revenons-en à nos moutons ! En ce qui concernait la franchise de mon interlocuteur, ça avait au moins le mérite d’être clair. Je ne voulais pas chercher à savoir le pourquoi du comment d’un tel acte. Cela ne me regardait pas, et me concernait encore moins. Je me contentais de hausser les épaules, comme si nous discutions de choses tout à fait normales, sans réagir outre mesure.

Nous continuâmes notre conversation mentale comme si de rien n’était. Il était vrai qu’en quelques millénaires d’évolution, d’autres choses aussi redoutables et dangereuses que les artefacts étaient apparues, surtout depuis l'avènement de la robotique et de l'intelligence artificielle. De plus, certains s'étaient même risqués à allier magie et technologie ! Intéressant ! Je m’abstins cependant de laisser divaguer mes pensées sur tout ce que cela m’évoquait ne souhaitant pas dévoiler l'expérience due à ma longue existence. Je ne puis toutefois me réprimer de penser : C’est une passion comme une autre. Toutefois, les machines ne sont pas si différentes de ce que tu appelles « antiquités ». Elles utilisent juste une technologie différente et ce que tu fabriques aujourd’hui sera tout autant considéré comme d’un autre âge pour les êtres de demain. Somme toute, je salue la démarche créative.

J’avais toujours plus ou moins observé avec une certaine fascination l’évolution des technologies des divers Multivers, avec une légère préférence pour celle de la Terre Prime, étant moi-même un inventeur de la première heure, d'objets, mais aussi de concepts qui avaient révolutionné le mode de pensée et de vie des terriens, et qui était toujours utilisé aujourd'hui.
Ils n’en étaient cependant qu’aux balbutiements de la robotique contrairement au Terminus par exemple. Mais ils avaient pu constater l’avancée technologique de cet univers lorsqu’Omega avait décidé d’envoyer déferler ses drones sur terre. Je ne doutais pas de la motivation de certains humains et de leur persévérance pour parvenir bientôt à mettre une telle armée sur pieds, surtout si certains d’entre eux étaient capables de traverser le Multivers pour s’inspirer des créations de leurs voisins.

Je ne m’intéresse qu’aux pièces excessivement rares mais pas nécessairement qu’aux antiquités. Disons que j’ai un attrait certain pour tout ce qui sort de l’ordinaire. Pour moi, cela concernait autant les objets ; cela pouvait aller du vieux caillou mystique à l’objet technologique le plus évolué ; que les être vivants. Ce n’était pas tant l’objet en lui-même qui m’intéressait le plus souvent, mais juste le fait de m’en emparer, et plus la tâche était ardue, plus elle était jouissive.
Mais je ne te le fais pas dire, ce genre d’objets est très prisé sur le marché. C’était effectivement le deuxième aspect qui m’amusait le plus : négocier au plus offrant l’objet de mon larcin, et Noctis venait, sans le savoir, de mettre les pieds sur mon terrain de prédilection. Bingo ! Il commençait sérieusement à me plaire ce petit ! Je n’en doute pas une seconde ! Car quand quelque chose m’intéressait, je finissais toujours par l’obtenir, par quelque moyen que ce soit. Un arrangement négocié d’une fort belle manière était cependant très apprécié. Ce serait, en ce qui me concerne, un réel plaisir !

Par ailleurs, le simple fait que cet artefact m’échappe à la toute dernière seconde était une raison suffisante pour me pousser à retourner les multivers afin de mettre la main dessus, indépendamment des pouvoirs qu’il puisse conférer. Il m’était hors de question de rester sur un échec.

Il vaut peut être mieux que nous ne soyons qu’une minorité à pouvoir voyager par delà les multivers. J’avais fait les mêmes constats que le jeune homme, à peu de choses près, ce n’était pas moi qui allais le contredire à ce propos. Égoïstement, je trouvais préférable que le voyage dimensionnel ne soit pas donné au premier pékin venu afin de ne pas encombrer certains univers vierges de présence indésirable. Je n’étais donc pas pressé de voir se développer ce genre de technologie de voyage préférant savourer, pour quelques temps encore, la quasi exclusivité de mon pouvoir.
Il était grisant de constater à quel point les êtres « inférieurs » cherchaient toujours à vouloir égaler, voir surpasser les pouvoirs divins. Si les barrières des multivers tombaient, je ne serais pas surpris de voir éclater d’autres affrontements semblables à la bataille contre le Terminus et je ne doutais pas que cela finisse par se produire à l’avenir.

Il confirma mes pensées, sans s’étendre d’avantage sur le sujet. Je ne savais toujours pas de quel procédé il usait pour voyager entre les dimensions. Étant donné qu’il m’avait parlé de créations technologiques, je pouvais émettre l’hypothèse qu’il avait pu inventer un transporteur, mais rien n’était moins sûr.

Évidemment, la question a laquelle je m’attendais depuis le début de notre entretien finit par arriver sur le tapis. Il n’eut pour toute réponse qu’un silence plat dans un premier temps. Il était un très bon mentaliste, j’en convenais. Durant toute mon existence, je n’avais pas du en croiser énormément qui eussent réussi à pénétrer directement l’esprit d’un dieu. Je le tolérais, au vu de la situation qui pourrait s’avérer embarrassante pour lui comme pour moi si d’aventure nous conversions de vive voix. Cependant, j’étais méfiant, et je n’avais pas l’intention d’abaisser mes défenses mentales aussi facilement. Devinant ma réticence à lui répondre, il pris les devant en se présentant de lui-même.

Un terrien… me répétais-je mentalement, toujours aussi intrigué. Présentement, je viens également de la Terre Prime. Ce qui n’était pas complètement faux. Je n’avais fait que répondre à la question sans être obligé de mentir pour une fois. Après tout, il ne m’avait pas demandé d’où j’étais originaire ! De plus, je notais la nuance de son propos, qu’il rectifia de lui-même lorsqu’il précisa que la Terre était l’endroit où il passait le plus clair de son temps.
Je n’étais donc pas le seul à cacher mon jeu à ce que je vois. J’ai une très nette préférence pour la Terre Prime également. avouai-je avec prudence. Mais je ne suis pas du genre à tenir en place très longtemps. C’est pour moi une bénédiction de pouvoir voyager à travers les multivers.

Contrairement à Noctis, j’étais plutôt du genre à être perpétuellement sur les routes, de par mon rôle de messager des dieux, bien que j’eusse choisi de me poser quelques instants sur terre, mais je savais pertinemment que je ne pourrais pas rester très longtemps à cet endroit, sous cette identité. Certes, mon échelle du temps n’avait absolument rien à voir avec celle des humains ou de n’importe quel autre mortel. Ce que je considérais comme quelques instant pourrait équivaloir à quelques longues années pour eux.

Je trouverais cela dommage d’avoir la possibilité de voyager et de ne pas l’exploiter au maximum. Il y a tant de monde à explorer ! Cela dit… le royaume des rêves… très bon choix !... le terrain de jeu idéal pour un mentaliste tel que toi, je présume…

Mon regard, bien qu’il ne puisse le voir, se teinta de malice, et mon ton quelque peu soupçonneux reflétait mon espièglerie. Un mentaliste dans un monde constitué de l'inconscient collectif devait avoir des pouvoirs avoisinant ceux d'un dieu. Loin de moi l'idée de lui jeter la pierre. Il aurait tort de se priver.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 22 Mai 2014 - 15:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Noctis n’envisageait pas non plus avec un grand enthousiasme le développement des technologies de voyages dimensionnels. Les cardinaux de la Terre Vaticane avaient été beaucoup trop intéressés par l’exploration NG à son goût et le légionnaire robotique qu’il avait découvert avec les Mac Aoidh lui avait paru lui aussi un peu trop en avance sur son temps. C’était du reste précisément pour éviter que ses doubles dimensionnels ne se missent à développer les pouvoirs inédits dont il était désormais le détenteur qu’il avait décidé d’en débarrasser autant que possible le Multivers, en commençant par ceux qui pourraient se révéler les plus ambitieux. La tâche était presque infinie, en théorie, mais rien n’interdisait de s’y essayer.

Pour Noctis, la relative imperméabilité des univers était la condition sine qua non de son indifférence à l’égard des tribulations de son propre monde. Sans elle, il aurait été incapable de considérer sans scrupule l’éventuelle détérioration de la Terre Prime aux mains du Cartel ou de SHADOW, parce que de semblables organisations auraient été capables de reporter leurs instincts de prédation sur de nouveaux mondes. Avec elle, il pouvait tout simplement songer qu’il gagnerait un autre univers, quand la Terre Prime aurait perdu de sa saveur, à peu près de la même manière qu’il comptait se reconstituer un nouveau corps, quand celui qu’il utilisait pour l’heure serait mort.

Il était donc soulagé d’entendre les pensées de son interlocuteur qui confirmaient sa propre analyse : ce n’était pas tous les jours qu’il avait l’occasion de confronter son expérience de voyageur dimensionnel avec celle de quelqu’un d’autre. Si Éclipse avait été moins fuyant et, à tout prendre, moins narquois, sans doute Noctis eût été capable de nouer avec lui un partenariat plus stable ; pour l’heure, le jeune homme ne songeait guère au-delà de cette simple conversation. Apprendre que l’étranger était lui aussi un primo-Terrien attisa un peu plus sa curiosité. Les NG avaient un portail dimensionnel. Soit. Cet homme-là voyageait seul, sans impératif de temps. Par ses propres moyens ? Grâce à la magie ? Sans doute pas humain, alors. Noctis se promit de se renseigner : il y avait certaines concurrences qu’il préférait s’épargner.

Le mentaliste haussa les épaules quand son interlocuteur jugea qu’il avait tort de ne pas profiter plus amplement de son don.

* C’est comme les jeux vidéos, je suppose. Il y a des gens qui veulent tout tester, qui commencent des dizaines de parties sur plein de jeux différents et qui n’en finissent jamais aucune. C’est sûr, c’est plus facile comme ça, et ça prend moins de temps, mais personnellement, j’aime bien voir la partie se développer et les difficultés prendre forme. Vivre sans attache, c’est un peu trop beginners mode à mon goût. *

Pure comparaison de geek, comme il en avait le secret, et accusation à peine voilée à l’encontre d’Éclipse : en d’autres termes, selon Noctis, l’homme invisible choisissait la solution de facilité du vagabondage. Naturellement, le jeune homme évitait de donner les raisons beaucoup moins stratégiques qui commandaient à son attachement pour la Terre Prime : il y demeurait moins par décision formée de se plonger dans la difficulté que parce qu’il y avait ses amis et son compagnon. Ces considérations un peu terre-à-terre auraient un peu entamé, cela dit, son argumentaire vidéoludique.

* Après, dans dix ans, dans cinquante ou dans un ou deux siècles, pourquoi pas, changer de monde. *

Oui, un ou deux siècles : il le sentait bien, il n’y avait pas de raison pour que sa réincarnation ne comprît pas les morts de vieillesse. L’énergie de la Pierre de Lune était atemporelle et sa propre existence n’était plus guère soumise aux contraintes humaines. Alex préférait ne pas y songer cependant : il avait à ses côtés un petit humain beaucoup plus mortel que lui et, pour l’heure, il n’avait pas encore trouvé le moyen de le rendre éternel — une pareille situation jetait des ombres peu agréables sur son futur personnel.

* Vous savez, parfois, les humains me paraissent tellement lointains, tellement insignifiants, et puis… Et puis finalement, je me trouve inextricablement attaché à eux, et ce n’est pas pour me déplaire. Même si les Primo-Terriens manquent parfois un peu d’ouverture d’esprit. Bref, peu importe. Qu’est-ce que vous cherchiez, exactement, comme objet, ici ? Parce que vous n’avez pas l’air d’avoir trouvé ce que vous vouliez, et les Neutron ne sont pas vraiment des gens à collectionner les artefacts anciens. C’est un peu curieux que votre quête vous ait emmené ici. *

Cela dit, tout voyage dimensionnel était très aléatoire : un tout petit changement pouvait vous entraîner bien des dimensions de côté et les objets magiques étaient notoirement facétieux.

* Parce que si c’est un objet qui voyage comme nous, nous aurions plutôt intérêt à ce qu’il ne tombe pas dans de mauvaises mains. J’ai déjà eu l’occasion de voir des artefacts de voyage dimensionnel mal employés… *

Il parlait de la Clé des Songes, cédée finalement à Lukaz, et des Orbes de Gemini, conservés, depuis son aventure avec Tesla, dans les laboratoires de l’UNISON.

* … et le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai pas vraiment envie de renouveler l’expérience. *
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 25 Mai 2014 - 20:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


J’étais ce que l’on pouvait qualifier de noob dans le monde du jeu vidéo. J’avais assisté à la naissance de ce nouveau passe-temps, j’avais même eu l’occasion de m’y essayer, mais ce n’était pas quelque chose qui m’avait attiré plus que cela pour l’instant. Qui sait ? je m’y essayerais peut être dans une « prochaine vie ».

Bien que je ne possède pas la référence à laquelle il faisait allusion, j’avais tout de même saisi le gros de l’allusion.
Je n’étais pas sur Terre depuis très longtemps, et pour le moment, avant de poser mes valises à Star City, j’avais favorisé l’assouvissement de mon goût insatiable pour le voyage. Sur terre, comme ailleurs. J’étais fasciné par les paysages terrestres, et par les humains en l’occurrence, voilà ce qui m’avait poussé à m’y établir un temps. Pour le reste, j’avais l’éternité devant moi. Contrairement à ce que mon interlocuteur semblait me reprocher, ma partie à moi se jouait sur ce plan là. J’étais un explorateur.

C’est une question de point de vue et de choix à mon sens. Je suis peut être novice en matière de jeu vidéo, mais ce qui m’intéresse dans un jeu, quel qu’il soit, c’est plutôt l’exploration. Je ne pense pas que la difficulté soit moindre. T’es tu déjà rendu dans les plans élémentaires ?


Concernant les attaches auxquelles il avait fait allusion, ma condition divine ainsi que mon immortalité, rendait cette notion quelque peu abstraite. A mon sens, c’était un sentiment typiquement humain qui ne pouvait s’appliquer à un être divin, bien que je reconnaissais m’être déjà épris de quelques uns d’entre eux. Dans mon cas précis, mon attache, si attache il y avait, se portait plus sur les humains en général, ainsi que sur la Terre Prime en elle-même.

Les pensées de Noctis rejoignirent les miennes en fin de compte.
Pourquoi pas.
Son raisonnement m’avait d’abord fait penser à celui d’un humain, mais maintenant qu’il évoquait une échelle de temps plus longue, j’émettais une réserve face à cette déduction prématurée. Pour quiconque possède une espérance de vie plus longue la moyenne des humains effectivement, ou encore… un immortel. A moins qu’il ne soit tout bonnement pas humain, malgré les traits qu’il arbore. Ma dernière pensée ne lui était pas désignée, il s’agissait plus d’une réflexion personnelle non destinée à notre conversation par télépathie que je avais laissé échapper. J’ignorais si l’étendue de son pouvoir lui permettrait de la percevoir comme le reste de nos échanges.

Sa réflexion sur les terriens me fit sourire. Je ne te le fais pas dire ! C’était aussi ce qui m’avait poussé à m’établir sur Terre. Je notais au passage le fait qu’il ne s’inclue pas parmi ceux qu’il nommait « Primo-terrien ».
Nous avons finalement plus de points communs que je ne le présageais. Dois-je en déduire que tu n’es pas un des leurs ?

Puis la conversation re-dériva sur l’objet de ma venue. Disons qu’il s’agissait d’une pierre ancienne nouvellement découverte sur la Terre Prime par une poignée d’archéologues. Or, il s’avérait que cette relique provenait d’Anterra en réalité. Les humains n’en savent rien, mais je soupçonnais cette chose d’être un artefact possédant quelques propriétés magiques. C’était même au delà du simple soupçon étant donné que j’avais vu cette pierre sur Anterra par le passé, il y a quelques décennies de cela. Et il se trouve elle a mystérieusement disparu lorsque j’ai tenté de m’en emparer. J’ignore cependant quel genre de pouvoir elle renferme.

Noctis me coupa l’herbe sous le pied, précédant mes propres pensées. J’avais effectivement pensé au voyage dimensionnel étant donné sa provenance. J’ignorais par quel moyen elle s’était retrouvée sur terre, mais il me fallait éclaircir ce mystère au plus vite. Car comme le soulignait si justement mon jeune ami, s’il s’agissait effectivement d’un artefact de voyage dimensionnel, il valait mieux qu’il ne tombe pas entre de mauvaises mains.

Exactement. Oh ! je vois que tu as déjà eu affaire à ce genre d’artefact par le passé ?

Je m’étais instantanément rendu au point exact où figurait l’homologue de l’endroit où je me trouvais sur terre, dans l’espoir d’y trouver l’objet convoité. Ce qui est ennuyeux, c’est que je ne l’ai pas trouvé à mon arrivée sur Anterra, et quand bien même il serait dans cette dimension, je n’ai pas en mon pouvoir le moyen de détecter pareil artefact.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 26 Mai 2014 - 9:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Jamais personne ne lui avait posé la question aussi directement. Est-ce qu’il se considérait encore comme l’un d’entre eux ? Parfois, il avait parlé de ses doutes et ses inquiétudes à Lukaz, même avec sa réincarnation, du sentiment toujours plus troublant d’étrangeté qu’il éprouvait, mais il n’avait pas dit, pas clairement, depuis son retour, que l’humanité lui apparaissait désormais irréductiblement distante et qu’en lui-même, il ne sentait plus la même vie que celle qui animaient les êtres qui, jadis, peut-être, encore qu’il n’en fût pas tout à fait sûr, avaient été ses semblables. Désormais, quand il marchait dans la rue, il ne pouvait s’empêcher de les considérer, ensemble, comme une espèce, une espèce bien distincte de la sienne dont il était le représentant unique : les humains.

* Non. Pas un des leurs, en effet. *

Cette réponse avait quelque chose de plus amer qu’il ne s’y était d’abord attendu. Parce qu’il ne savait pas très bien quelle était la limite. Il ne savait pas très bien qui il avait le droit d’inclure ou non dans son nouvel univers. Charlie, humaine. Lukaz… De son point de vue, presque humain aussi. Tous les mutants, tous ceux qui n’avaient pas la même perception que lui, tous ceux qui ne regardaient pas droit dans les yeux le Multivers, tous ceux pour lesquels le monde psychique était une donnée à jamais invisible, tous ceux-là n’étaient en somme pas différents, de son point de vue de mentaliste, du reste de l’humanité. Non, décidément : il y avait quelque chose qui ne marchait pas dans sa nouvelle philosophie.

Alex balaya ces préoccupations pour se concentrer sur un sujet paradoxalement un peu plus simple : les tribulations dimensionnels d’un artefact magique. Il écouta les explications d’Éclipse et hocha lentement la tête, avant de se caler contre le dossier en cuir de la banquette et de réfléchir, en faisant tourner le verre entre ses doigts. Repérer un objet magique capable de voyager entre les dimensions, c’était sans doute, en théorie, dans ses capacités, mais il ne s’était jamais entraîné, il n’avait jamais testé son aptitude dans le domaine, et un pareil pouvoir prendrait des semaines, voire des mois à développer. Le potentiel infini n’excluait pas encore les longs travaux nécessaires à sa maîtrise.

* J’en ai déjà vu deux, pour être précis. Le premier était clairement un artefact, je veux dire, une fabrication, de quelqu’un. Une clé, entre deux dimensions. Le deuxième, difficile de dire s’il avait été créé ou non, mais il servait bien de clé. Et de porte en même temps. Cela dit, dans sa dimension source, il avait d’autres pouvoirs. *

La Clé des Songes servait à ouvrir les portes de la Terre Prime vers le Royaume des Rêves et c’était à peu près tout ; en revanche, les Orbes de Gemini ouvraient le passage vers Gemini elle-même et, une fois sur ce monde parallèle, avaient des propriétés dévastatrices.

* Le second, c’était un objet en deux parties, deux sphères collées l’une à l’autre, sur la Terre Prime. Arrivés dans l’autre dimension, elles s’étaient séparées. Et elles ne se trouvaient pas au point de chute des voyageurs. Ça ne me parait pas improbable qu’il y ait un décalage entre l’arrivée de différents corps au cours d’un même voyage dimensionnel, s’ils ne sont pas précisément calibrés. Je veux dire que votre objet a pu débarquer à quelques kilomètres d’ici. *

Ce qui ne résolvait certes pas le délicat problème de son repérage.

* Tout voyage dimensionnel engendre des perturbations plus ou moins importantes de l’espace-temps, que l’on peut mesurer. En admettant que votre objet ne soit pas redevenu entièrement inactif, il y a peut-être des traces résiduelles que l’on peut détecter avec le bon équipement technologique. Le problème, c’est que je ne parle pas d’un compteur Geiger lambda. Ce sont des équipements rares… *

Et pour cause, ils étaient relativement inutiles : tout le monde n’avait pas besoin de détecter des perturbations dimensionnelles.

* … et difficiles à fabriquer. Cela dit… *

Alex esquissa un sourire.

* J’en ai. *

Dans la Forteresse Onirique — il n’était pas un Neutron-Grey pour rien.

* Je peux vous céder un détecteur, si vous voulez. Enfin, tout dépend, évidemment, de ce que vous proposez en échange… *

Après tout, Éclipse avait l’âme commerçante et Alex n’était pas contre récupéré… Bon, en fait, il ne savait pas trop : ce genre de négociations n’était pas sa spécialité et il y avait fort à parier que si son interlocuteur le lui demandait gentiment, il lui donnerait son équipement sans faire de grande difficulté. La capacité du Neutron-Grey à évaluer ses possessions terrestres et le profit qu’il pouvait en tirer était à peu près inexistante et, dans le monde hostile d’eBay, il eût été une proie facile.

En attendant, il jeta un regard dans la salle et suggéra :

* Mais avant, on devrait peut-être bouger, je crois que je commence à attirer l’attention. *

La rencontre sportive touchait à sa fin et le jeune homme qui buvait seul un sirop de citron dans le fond de la pièce en regardant la banquette d’en face devait paraître en effet quelque peu suspect.
Revenir en haut Aller en bas



[Anterra, la Terre opposée] Les regrêts de l'archimage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-