AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Hommage et désillusion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Jeu 3 Avr 2014 - 17:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
3 avril 2014

Poing serré, mâchoire carrée. Le visage de l’Allemand, fermé, ne laissait voir aucune émotion mais son bouillonnement intérieur se laissait deviner à la manière dont son épaule tressaillait par moment. Son regard était dur, sec, impitoyable, il fuyait la seule personne présente mais se jetait par moment, furibond, du lit trônant fièrement au milieu de la salle à cette porte qui (il le savait pertinemment) ne s’ouvrirait jamais. Il aurait pu juste se sentir triste, triste pour un homme qui lui avait tendu la main, qui avait écouté son histoire sans le juger, qui lui avait donné une chance de se racheter. Un homme qu’il avait choisi pour être le parrain de son fils. Aujourd’hui, pourtant, il ne se sentait qu’abandonné. Abandonné et trahi.

« Elle viendra pas. (La sentence était sans appel, prononcée dans un allemand rude qu’un enchantement traduisait instantanément dans la langue maternelle de chaque personne présente.) J’attendrai pas plus longtemps un fantôme. Finissons-en. »

Il alla se placer derrière la couche qu’ils avaient déplacée de l’infirmerie de fortune pour cette dernière veillée. Avec un soin qui tranchait avec la dureté de son ton, Dieter entreprit de dégager le visage de son maître, pliant le drap comme on bordait un enfant, puis il suspendit son geste et s’abima un instant dans la contemplation des traits soucieux mais apaisés de Felice Médicis. Le comte de Saint-Germain. Il y a quelques jours de cela il avait interrompu un entraînement, se déclarant fatigué, et s’était allongé pour quelques minutes. Il ne s’était jamais réveillé, malgré leurs multiples efforts en ce sens. Surtout ceux de Hannah, la plus troublée de tous, qui n’avait même pas daigné leur adresser la parole. Elle s’était enfuie en courant (envolée la perruche !) sitôt elle avait eu l’air de comprendre la situation. C’était elle qui aurait dû se tenir à sa place, mais visiblement ils n’étaient pas assez bien pour sa superbe. Il ne pouvait vraiment la contredire sur ce point, mais si au moins elle avait fait cela pour lui

« Les Neuers ont dit qu’ils pouvaient le récupérer, si on voulait, entama-t-il, pratique, sans quitter des yeux les paupières fermées de son bienfaiteur. Le ramener en Europe et tout. Je sais pas si préférait le plumard français ou américain, alors autant voir pour nous j’imagine. Ça peut être long. La dernière fois cinquante ans facile. Cette fois on sait pas. Personne sait. Alors… ’cune idée. »

Comme il se sentait divaguer il secoua la tête, impuissant. Ça ne rimait à rien et c’était sans doute pas très élégant, mais ça l’arrangeait de s’accrocher à ces broutilles matérielles pour ne pas flancher. La vérité c’était qu’il était perdu. Vraiment perdu. Cet homme était pour lui devenu un repère au fil des mois, quelque chose qui donnait du sens à ce qui n’en avait pas dans sa vie. Luka représentait sa famille, le H.I.T. son avenir mais Felice était plus qu’un mentor. C’était celui qui devait lui permettre de racheter son passé.

« Et toi, s’exclama-t-il brusquement, se tournant pour la première fois pour toiser la géante droit dans les yeux, toi t’en penses quoi de tout ça ? »

Elle aussi, après tout, venait de perdre une base sur laquelle se reconstruire.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 5 Avr 2014 - 0:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Malgré les circonstances, la guerrière semblait calme, impassible. Adossée au mur, juste à côté de la seule porte de la pièce, elle observait le lit sur lequel reposait Felice ; ce qu’il semblait paisible. De temps à autre, ses yeux quittaient la couche du Comte pour suivre Dieter, qui lui semblait beaucoup plus nerveux. Il se tenait près du lit et, par moments, il s’en éloignait pour venir se planter devant la porte, fixant cette dernière comme si quelqu’un allait entrer d’un moment à l’autre. Puis il retournait auprès de Felice, jusqu’à son prochain aller-retour. Elle de son côté restait pratiquement immobile, les bras croisés sous sa poitrine ; elle avait revêtu son armure pour cette veillée, c’est dans cette tenue qu’elle avait rencontré Felice pour la première fois, c’était peut-être stupide mais elle avait cette impression qu’il était nécessaire de la porter, comme un souvenirs.

Felice, son bienfaiteur. Celui qui l’avait accueilli chez lui malgré qu’elle soit franchement bizarre, lui qui avait pris le temps de lui apprendre comment vivre dans ce monde qui était nouveau pour elle. Sans lui elle n’aurait sans doute pas pu survivre aussi longtemps à StarCity. Et maintenant, maintenant il était là, allongé, Immobile. Quand allait-il se réveiller ? Cela pouvait arriver n’importe quand et c’était bien là le problème, cela pouvait être très rapide comme prendre énormément de temps.
Renvoyer Felice en Europe ? Aela avait un peu de mal à se faire à cette éventualité ; pensez donc, Felice avait été son premier véritable ami ici. Dieter ajouta tout de même qu’ils avaient le choix de le garder auprès d’eux, ce qui la rassura tout de même.

Lentement elle décroisa les bras et s’approcha du lit de Felice, s’arrêtant à deux pas seulement de Dieter. Ce dernier se tourna vers elle pour lui demander ce qu’elle en pensait, de cette situation qui les mettait dans l’embarras, et de la décision à prendre concernant le Comte de Saint-Germain. Fermant les yeux un court instant, elle réfléchit à la question, pesant le pour et le contre. Il n’était pas facile de faire un choix totalement objectif.

-Je pense que nous devrions le garder auprès de nous… Enfin ça c’est ce que j’aimerai mais c’est sans doute égoïste de ma part. Elle poussa un léger soupir tout en venant se placer à côté du lit. Mais je pense que pour lui, le mieux serait d’aller chez les Neuers.

Elle tourna légèrement le visage sur le côté, fixant Dieter du coin de l’œil.

-Et en ce qui concerne le Pacte ?

Oui le Pacte, ce groupe que Felice avait mis sur pied afin de contrer l’ordre de Tulé ; qu’allait-il advenir de tout cela ? Allait-il prendre fin ? Ou bien perdurerait-il d’une manière ou d’une autre ? Recroisant les bras sous sa poitrine, Aela se retourna et fit quelques pas dans la chambre tout en réfléchissant déjà à cette question. Sans Felice le Pacte aurait bien du mal à perdurer, car après tout, il en était le centre, le moteur.

-Doit-on continuer ou tout laisser tomber ? Elle se mit face à Dieter, le fixant droit dans les yeux. Je ne vous demande pas de décider de cela seul, mais j’aimerai votre avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Avr 2014 - 18:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dieter se pinçait les lèvres, la bouche un peu de travers, incertain. À vrai dire s’il éprouvait un véritable attachement affectif pour leur fédérateur il n’était pas certain que ce soit dans leur intérêt de s’encombrer de son corps endormi. Il pourrait bien leur devenir une charge, à la longue… mais aussitôt il se reprochait ce raisonnement si affreusement matérialiste, concentré sur son petit confort personnel. Ne sachant que répondre au dilemme d’Aela sans passer pour un ingrat il demeura dans le silence, méditant sur leur drôle de situation. Même quand la guerrière lâcha la bombe il se contenta de cligner des yeux, comme s’il n’avait rien entendu. Là résidait en fait toute la question et il en était bien conscient. Il n’avait juste pas la moindre idée de comment exposer son point de vue sans se montrer bien grossier. Comme elle insistait (avec plus de précaution oratoire qu’il ne l’avait escompté) il ferma les yeux et soupira profondément.

« L’est là, le Pacte, lâcha-t-il, amer, en désignant du menton le corps inerte du Comte de Saint-Germain. Si tu veux mon avis… pour ce qu’il vaut. C’était son œuvre, sa création, son rêve qui prenait corps. Et un peu celui de Hannah, mais pas trop visiblement vu que ça l’a pas empêchée de se barrer. Bref… Autant laisser tomber. C’est pas comme si on faisait le poids. »

Dans les statuts on les désignait comme les premiers « chevaliers » de cette ambitieuse entreprise, mais la vérité c’était qu’ils étaient surtout les apprentis des deux pères-fondateurs. Ils avaient passé beaucoup de temps à s’entraîner, à se renseigner, parfois à faire des rondes nocturnes en des lieux sensibles, mais jusqu’à présent il n’y avait rien. Strictement rien. Il n’était même plus sûr de croire en cet Ordre de Thulé qui serait de retour, en ces sombres machinations mystiques qu’il fallait à tout prix arrêter. L’UNISON avait mené son enquête et l’UNISON n’avait rien trouvé. Le Pacte avait cherché et le Pacte n’avait rassemblé que des éléments épars, des soupçons, des convergences troublantes qui ne prouvaient rien.

« C’est pas comme si on faisait le poids, répéta-t-il, songeur, on est que des étrangers ici. Pas des incapables, hein, mais certainement pas des meneurs. Le rassembleur, le visionnaire comme on dit, c’était lui. Je nous vois juste pas faire ce qu’il faisait. »

Si Hannah était restée, encore… mais la porte était restée close et il n’espérait plus entendre parler de ce satané volatile.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 10 Avr 2014 - 20:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dieter n’avait pas tort du tout. Le Pacte était l’œuvre de Felice, c’est lui qui en avait pensé les fondements, établit la hiérarchie et le but à atteindre. Et là, en retombant en stase, il les laissait sans guide. Bien qu’ils aient connaissance de la mission du Pacte, sans Felice et Hannah, ce ne serait certainement plus pareil. Les paroles de l’allemand eurent bien vite fait d’entamer le moral d’Aela ; certes elle était douée en combat, en effet elle n’était pas la dernière lorsqu’il s’agissait d’affronter des ennemis… Mais là, sans le fondateur pour les aider à trouver les bonnes pistes, la guerrière dû admettre qu’ils n’iraient pas bien loin par leurs propres moyens. Cela ne l’enchantait pas vraiment, mais elle devait se faire une raison ; sans Felice toute tentative serait certainement vouée à l’échec.

-Vous avez bien résumé la situation je pense. Elle poussa un léger soupir. Et pour le lien qui nous unit au Pacte, vous pensez qu’il serait possible de l’annuler ?

Car le lien qui les unissait au Pacte n’était pas quelque chose à prendre à la légère. Certes Felice leur avait expliqué de quoi il retournait, mais qu’en était-il à présent que toute leur organisation venait de s’écrouler comme un château de cartes ? Est-ce que ce lien était-il encore effectif ? Ou bien s’était-il rompu avec la stase de Felice ? Tant de questions auxquelles il sera très compliqué de répondre. D’autant qu’étant totalement dénuée de savoir et de pouvoirs magiques, ce n’est pas Aela qui pourra espérer faire quelque chose à ce niveau-là. S’écartant du lit et de Dieter, la guerrière s'adossa contre le mur et pencha légèrement la tête vers le bas tout en croisant les bras.

-Et en imaginant que cela se fasse… Qu’allons-nous faire ? Je veux dire, nous ne pouvons pas ignorer et renier tout ce qu’il nous a appris, tout ce qu’il a fait pour nous… Elle releva légèrement la tête. Et… Que vais-je faire ? Je n’ai nul autre endroit où aller…

Cela pouvait paraître égoïste de sa part d’émettre des craintes pour sa propre personne, mais elle ne pouvait décemment pas rester vivre dans la demeure de Felice sans que ce dernier ne soit là ; premièrement parce que cela ne serait pas correct, et deuxièmement parce qu’elle se refuserait à le faire de son propre chef. Elle allait certainement se retrouver livrée à elle-même, et cela ne sera pas facile de parvenir à vivre une vie paisible dans StarCity.

-Enfin, ce n’est pas le plus important, désolée.

Tout en décroisant les bras, elle porta son regard sur Felice qui, allongé paisiblement sur son lit, ne devait pas se douter une seconde de ce qu’il se passait pourtant juste à côté de lui.

-Et, s’il venait à se réveiller plus tôt que nous le pensons ; comment réagirait-il en apprenant que nous avons laissé tomber le Pacte ? Est-ce qu’il nous en voudrait ? Ou au contraire il comprendrait notre choix ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Avr 2014 - 0:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
La charte… c’était un autre problème encore. Dieter jeta un regard furtif dans sa direction mais elle dégageait toujours une authentique aura magique. Il doutait que l’enchantement se soit rompu de lui-même, Felice n’y avait pas été de mains mortes pour créer l’artefact. C’était censé traverser les siècles et donc survivre à ses stases… comment aurait-il pu prévoir que la prochaine s’imposerait aussi vite à lui ? L’Allemand ne pouvait vraiment le blâmer de n’avoir pas envisagé ce cas de figure, mais il les mettait dans un sacré embarras. Il se sentait déjà peu enthousiaste, à l’époque, à l’idée de consigner son allégeance sur un livret magique, mais au moins il pouvait admettre que c’était une étape indispensable aux projets de son maître. Maintenant que ces belles idées étaient vouées à l’échec, il aurait préféré n’en avoir jamais rien fait – mais le mal était là et ni lui ni sa compagne d’infortune n’avaient les connaissances magiques nécessaires pour annuler leur serment. La mine dépitée il s’abstint de tout commentaire mais se promit de relire le contenu de cette saloperie pour trouver un moyen de limiter les dégâts. Cependant ce n’était le seul problème qui se posait à eux et bientôt les dilemmes qu’exposait la guerrière prirent un accent plus personnel qui lui pinça le cœur. Il s’approcha de sa position et voulut un moment poser une main rassurante sur ses épaules, mais il se ravisa devant toute leur hauteur pour se rabattre sur le coude. Il espérait juste qu’elle ne verrait aucune ambiguïté dans cette marque de soutien.

« Ça fout au moins la moitié du Pacte dans la merde, rappela-t-il, conciliant, c’est tout aussi important que le reste. (Aussitôt pourtant il se rembrunit,) Je t’accueillerais bien à la maison, mais c’est pas très grand et on a déjà un sylphe et une fée du logis. T’y serais pas bien et nous non plus. Tu devrais peut-être négocier avec les Neuers pour rester dans l’appartement, au moins le temps de trouver mieux. Ou alors t’installer ici… pour ce que cet endroit va servir, je crois pas qu’il t’en voudras pas. (Pour avoir laissé tomber le Pacte, en revanche… Le signataire resta un moment interdit puis haussa les épaules, gêné,) Ça je sais pas. Serait déçu j’imagine, mais de là à nous le reprocher… Il devrait se douter qu’on était un peu seuls et pas vraiment à la hauteur de ses belles ambitions. Qu’on aura fait ce qu’on a pu avec ce qu’on avait et qu’on avait pas grand-chose. (Il soupira, un peu aigre. Ça sonnait tellement comme des excuses bidons.) Enfin, quelque chose du genre… j’imagine. »

Finalement, après un long moment d’hésitation, il s’éloigna pour se diriger d’un pas décidé vers la Charte du Silence qui trônait sur un pied d’estale un peu plus loin. Il n’hésiterait pas à s’en débarrasser à la première occasion, si celle-ci se présentait, en attendant ils y étaient tenus par serment et le respecter peu ou prou était encore le meilleur moyen d’honorer la mémoire de son créateur. C’était dans ce cadre-là que tout se jouerait jusqu’à nouvel ordre.

« Allégeance éternelle à la lutte contre les forces du mal, relit-il avec peine, toujours agacé malgré lui par la formulation pompeuse du texte, ainsi qu’à mes condisciples. Ne jamais nuire aux membres du Pacte ainsi qu’aux idéaux de ce dernier. (Ignorant autant que possible le sort réservé aux traîtres, il poursuivit sa lecture jusqu’à un passage plus éclairant dans leur situation,) Je donnerais mon soutien à toute décision prise lors d'un Concile, et honorerais scrupuleusement les objectifs des missions que nous nous efforçons de mener à bien. Le Concile rend ses décisions dans l'esprit de notre philosophie, interprétées par les membres du Pacte présents lors d'icelui. »

Il reposa le document et se tourna vers Aela. Le reste n’était jamais qu’un long bavardage et des détails techniques sans importance pour l’instant. L’important, c’était ça. Qu’en tant que derniers membres du Concile leur avenir leur appartenait. Dans une certaine mesure.

« C’est quoi l’esprit du Pacte ? pour toi. »

À part traquer un groupe ésotérique surpuissant dont on n’était pas certain de la survivance. Ça c’était plus vraiment à leur portée.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 29 Avr 2014 - 19:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Cela réchauffa le cœur de notre guerrière de voir que Dieter la soutenait quant à la précarité de sa situation, mettant sur le même pied d’égalité la stase prématurée de Felice et les soucis de logement à venir de notre amie. Elle comprit tout à fait que Dieter ne soit pas en mesure de l’accueillir dans son foyer, étant totalement d’accord sur le fait que personne n’y trouverait son compte au final. Par contre, ses propositions de solutions firent un petit bout de chemin dans l’esprit d’Aela ; après tout pourquoi pas ? Cela réglerait déjà un problème, et peut-être même sans trop de mal avec ça. Esquissant un léger sourire, elle tourna le visage vers l’Allemand.

-Merci Dieter, je sais que si vous le pouviez, vous m’auriez ouvert la porte de votre demeure ; mais je ne veux pas vous imposer ma présence. Cet homme avait le cœur sur la main, chose plutôt rare dans ce monde, ça, la guerrière l’avait remarqué. Je crois que je vais suivre vos conseils et parler aux Neuers, voir ce qu’il serait possible de faire.

Il est certain qu’il était difficile d’imaginer comment Felice réagirait s’il venait à sortir de stase subitement et qu’il apprenne, dès son réveil, que le Pacte était caduc car tous ses membres l’avaient délaissés. Cela ne lui ferai très certainement pas plaisir, et c’était compréhensible, mais est-ce que cela irait jusqu’à ce qu’il ne veuille plus les voir ? Ou bien qu’au contraire il comprendrait ? Allez savoir.

-J’espère que, si cela arrive, qu’il nous comprenne.

Mais cela, seul l’avenir le leur révèlerait. Aela suivit du regard Dieter qui venait de se rendre auprès de la Charte du Silence, la seule chose qui les liait encore avec le Pacte. Elle écouta en silence son compagnon en lire un passage, passage qui justement se révéla être annonciateur d’une possible solution. Dieter et elle étaient, à présent, les deux derniers membres du Pacte encore présents ; la décision leur revenait donc de plein droit d’abandonner ou de perpétuer le projet de Felice. Tout en réfléchissant à cela, elle se mit à marcher un peu dans la pièce, la tête légèrement penchée vers l’avant, le regard perdu dans ses pensées. Ce n’est que lorsque Dieter lui adressa la parole qu’elle quitta ses réflexions.

-L’esprit du Pacte ? Eh bien, je pense qu’au-delà de traquer des sorciers malfaisants, c’est d’aider les plus faibles et de les protéger qu’il est question. Elle haussa légèrement les épaules, affichant un air entendu. C’est, en tout cas, ce que j’en pense.

Et elle comptait bien continuer à œuvrer dans ce sens. Rejoindre le Pacte avait permis à Aela de continuer à combattre contre le mal sous toutes ses formes ; maintenant qu’elle avait appris à comprendre le fonctionnement de ce monde, elle allait pouvoir reprendre ses activités de redresseuse de tors, même si elle devait le faire seule. Oui, car elle ne savait absolument pas si Dieter serait intéresser de jouer les héros en sa compagnie ; et le plus important, il était hors de question qu’elle ne l’y oblige.

-En ce qui me concerne, et vu la situation, je vais continuer à lutter contre le mal à StarCity. Elle posa la main sur le manche de son épée. Je ne pense pas pouvoir l’éradiquer, mais le contenir sera déjà une victoire. Je ne vais pas me focaliser sur les sorciers dont Felice nous a parlé ; malgré nos recherches nous n’avons eu que de maigres résultats et je serai bien plus utile en aidant les gens qu’en me lançant à la poursuite de gens dont nous ne savons pour ainsi dire rien. Elle tourna le regard vers Dieter.

Bien qu’il soit peu probable que Dieter ait envie de l’en dissuader, Aela camperait sur ses positions quoi qu’il arrive, cela pouvait se lire dans ses yeux. Elle était décidée à se battre pour le bien de tous, et ce avec ses méthodes. Evidemment, elle était consciente que cela ne se passerait pas comme à Odming, ici elle ne pourrait pas se permettre de blesser mortellement un malfrat ; mais elle ne serait pas tendre non plus ! Son regard se radoucit lorsqu’elle vint poser sa main sur l’épaule de Dieter.

-Dans tous les cas, j’espère que nous ne nous perdrons pas de vue ; vous êtes quelqu’un de bien Dieter, et je serai peinée de ne plus avoir l’occasion de vous voir.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 28 Mai 2014 - 21:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
« Ouais, acquiesça l’Allemand, songeur, quand sa sœur d’arme se fut exprimé, y’a sans doute un peu de ça. Protéger les gens normaux contre des machins qui les dépassent. (Il marqua une pause, puis secoua vivement la tête, blasé,) Ç’a l’air révolutionnaire dit comme ça, hein ? »

Sauf que ce n’était pas tout-à-fait cela. Cela l’arrangerait que leur serment se borne à ces banalités, mais il n’y avait pas que cela. Cela en faisait partie, évidemment, au sens le plus large, le plus grossier, mais une pointe de culpabilité le démangeait tandis qu’il relisait encore et toujours cette même ligne. Le Concile rend ses décisions dans l’esprit de notre philosophie, interprétée par les membres du Pacte présents lors d’icelui… c’eut été insulter leur ami et protecteur, le fondateur de leur mouvement avorté, de limiter leur interprétation à un héroïsme de bistrot, de bons sentiments comme il en courait tant dans cette ville. Felice Médicis n’était pas un héros comme les autres et son projet recelait une particularité qu’il leur serait criminel d’ignorer.

« Y’a sans doute un peu de ça, reprit-il, s’éclaircissant la gorge pour grimacer un sourire triste à Aela. Moi aussi je le fais, un peu, à mon niveau, pas forcément pour le Pacte d’ailleurs. (C’était même à vrai dire pour une raison bien moins louable, Felice était bien au courant mais il ne souhaitait pas pour autant partager plus que nécessaire ce petit secret.) Protéger les faibles, c’est jamais mauvais j’imagine, je veux dire on est jamais de trop pour le faire… mais je crois qu’il y avait quelque chose en plus. Un truc qui manquait vraiment à ce monde-ci, d’après ce qu’il disait. Je… on a pas trop les moyens de ses ambitions, c’est sûr, mais on peut au moins essayer… d’ouvrir l’œil ? oui c’est ça, des gens pour ouvrir l’œil. Je crois que c’est surtout ça qu’il voulait, au final : des gens avertis, qui pourraient sentir quand ça sent pas bon, avertir… je sais pas qui avertir au juste (Peut-être le mythique Archimage dont il les serinait parfois ? mais Dieter n’était même pas sûr de son existence et écarta d’emblée l’idée,) mais au moins se tenir prêt s’il y a des trucs louches du côté des mystiques. »

Prêt à quoi, il se le demandait bien, avec un mage raté et une guerrière d’un autre âge ils ne risquaient pas d’aller bien loin si une réelle menace se profilait à l’horizon. Seulement ils étaient toujours tenus par cette Charte et c’était encore le meilleur moyen, à ses yeux, de la servir. En ouvrant l’œil. Son autre œil surtout, le concernant. D’un doigt il désigna son œil physique, à défaut de pouvoir pointer l’autre, et continua à réfléchir à voix haute :

« Je vois parfois des trucs que les autres voient pas forcément, rappela-t-il, et toi t’as l’habitude de te battre contre des sorciers ou autre. C’était ce qui intéressait Felice. On peut aider les gens, les protéger contre toute sorte de choses, mais continuer un peu aussi ce qu’on avait commencé. Si on remarque un truc bizarre, je veux dire, en parler et voir ce qu’on peut faire. Même si c’est juste transmettre ce qu’on a trouvé à quelqu’un de mieux placé pour régler ça… ce sera déjà ça. »

Ce sera toujours mieux que rien. Même si on était loin des grands projets de leur maître bien aimé. Son regard s’attarda vers lui, comme par crainte de voir le fameux comte de Saint-Germain se retourner dans son linceul, mais son visage demeurait inéluctablement en paix.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 31 Juil 2014 - 19:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Protéger les faibles était le crédo d’Aela depuis toujours, il était donc normal pour elle de continuer cette activité au sein même de StarCity. Le Pacte de Felice lui avait permis de continuer cette activité pendant un temps, mais le départ prématuré de leur « chef » n’allait l’empêcher en rien de poursuivre cette voie. Bien sûr, ce n’était pas là l’objectif premier du Pacte, leurs cibles prioritaires étaient les sorciers malfaisants dont ils n’avaient malheureusement vu le visage, juste des faits rapportés par Felice lui-même. Abandonner l’œuvre de Felice et renier ses objectifs n’étaient pas vraiment envisageable, aussi bien pour Aela que pour Dieter vu le discours qu’il tenait, et ça notre guerrière en était consciente.

-Il se pourrait, en effet, que nous soyons amenés à faire face aux ennemis de Felice, enfin, les sorciers dont il nous parlait sans cesse. Ou bien à avoir vent de leurs activités ; dans ce cas il nous faudra faire notre possible afin de contrecarrer leurs plans.

Dieter rappela avec justesse les raisons pour lesquelles Felice les avait choisis tous les deux. L’allemand avait la possibilité de « voir » certaines choses dont le commun des mortels n’avait même pas conscience, et en ce qui la concernait, elle avait combattu tant de mages et de sorciers qu’elle était en mesure de se défendre face à ce genre d’ennemis. Il fallait rester vigilant malgré tout, ne pas oublier ce que Felice leur avait enseigné, continuer le combat d’une manière ou d’une autre.

-Je suis d’accord, Felice ne nous aurait pas réunis pour rien, la menace est belle et bien réelle mais elle se cache dans l’ombre ; et nous parviendrons peut-être à la débusquer. Elle se tourna vers Dieter, le questionnant du regard. Quelqu’un de mieux placé ? L’Archimage dont il nous a souvent parlé ? Je ne doute pas de l’existence de cette personne, mais il nous faudrait d’abord parvenir à le trouver dans ce cas. S’il est aussi puissant que Felice le prétendait, ce serait un allié de poids le cas échéant.

Cet homme pouvait en effet représenter un atout majeur dans leur lutte, le souci était que ni Dieter ni elle ne l’avaient jamais rencontré, et il ne serait sans doute pas aisé de mettre la main dessus. Mais si c’était une connaissance de Felice, ce dernier devait avoir gardé, quelque part, un moyen d’entrer en contact avec l’Archimage, restait juste à trouver comment.

-Je crois que… Notre priorité serait de nous mettre à la recherche de l’Archimage. Felice doit bien avoir laissé derrière lui un indice qui nous permettrait de le trouver, non ? Je ne dis pas que nous devrions reformer une sorte de « pacte » avec cet homme et nous lancer à nouveau dans une croisade contre ces sorciers mais, au moins le mettre au courant de la situation, que nous serions peut être amenés à nous tourner vers lui si jamais nous venions à trouver quelque chose d’inquiétant, qu’en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas



Hommage et désillusion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» hommage à michel Corringe.
» Hommage à Poupette ma filleule
» Hommage bien mérité au maestro Hulrick Pierre-Louis
» Granma Internacional rend hommage à Toussaint Louverture
» Hommage à Gandhi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-