AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Haut les cœurs, moussaillons ! [Hasard — Dana Taylor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 11 Mar 2014 - 21:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3688
ϟ Nombre de Messages RP : 3309
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Ah, Star City ! Star City, ses monuments, ses rues populeuses, ses boutiques, ses célèbres et majestueux immeubles qui étendent jusqu’aux cieux les pointes audacieuses de leur architecture urbaine ! Star City et son aquarium, Star City et ses bateaux d’exploration océanographique, sa baie, sa centrale nucléaire, ses pélicans occasionnellement mazoutés ! Star City, Star City, Star City ! Star City et l’océan. Combien de ces citoyens marchent le matin, sur le Front-de-Mer, le nez levé, humant les embruns marins que le vent du large porte jusqu’à la ville, tel un diffuseur d’odeurs de dernière génération ?

Que de trésors recèlent encore ces fonds infinis dont la surface miroite perpétuellement sous le soleil ! Oh, bien sûr, l’océan n’est pas sans danger. Bien sûr, l’empire des Atlantes en suffit pas à préserver le monde de l’hostilité des eaux, bien sûr, dans le repli des vagues voguent et rôdent toujours d’insoupçonnées menaces ! Le nom du Trident Noir ne peuple-t-il pas l’esprit de tous les criminels de la ville ? N’a-t-on pas volé cet hiver un mystérieux poisson dans la (presque) forteresse de l’Aquastar ? La marine militaire n’a-t-elle pas été elle-même, malgré son arsenal, victime d’une attaque particulièrement audacieuse ?

Non, vraiment : il faut être inconscient ou oisif pour se promener ce matin-là sur la plage qui s’étend un peu hors de la ville. Mais après tout, peut-être aviez-vous quelque chose à y faire ? Peut-être êtes-vous venu chercher des trésors engloutis sous le sable, augmenter votre collection de coquillages ou profiter de la solitude pour faire un peu de nudisme, malgré la fraîcheur du mois de mars ? Quoi qu’il en soit, il n’y a pas grand monde à vos côtés : à gauche, à droite, le sable froid n’est agité que par le passage ponctuel de quelques petites crabes et les vagues viennent mollement se répandre, à quelques pas, depuis l’océan grisâtre. Inutile de vous dire que la pluie menace.

Rien de bien palpitant, songez-vous sans doute. C’est que vous ne voyez pas encore, derrière ce contrefort rocheux, qui s’étend comme une digue naturelle quelques mètres plus loin et, en même qu’il coupe la plage en deux, vous bloque la vision, ce contrefort où vous espérez, pourquoi pas ? trouver des moules et des bigorneaux pour votre repas du soir, derrière ce contrefort, donc, d’autres visiteurs quelque peu égarés viennent de débarquer. Ils sont plus nombreux que vous, voilà qui est certain : l’équipage compte une petite dizaine d’hommes. Ils sont aussi, assurément, ben plus perdu.

En effet, à près d’un kilomètre plus au nord, au-delà des rochers, Captain Woodenleg et neuf des membres de la fameuse Black Mermaid viennent de débarquer à Star City. Enfin, ils ne savent pas précisément où ils ont débarqué, eux. Ni quand. Il faut dire qu’ils sortent d’une tempête particulièrement violente, en plein Triangle des Bermudes, et c’était… en 1702 ! Inutile de vous dire que leurs mousquets ne sont pas à la pointe de la technologie, mais vous auriez tort de les prendre de haut : jadis, Captain Woodenleg et ses hommes semaient la terreur dans toutes les Caraïbes.

Vous seriez peut-être bien inspiré de rebrousser chemin ? Si toutefois vous en avez encore le temps…


Bienvenue dans le second Sujet du Hasard, depuis la remise en place du système !

Une troupe de pirates de l’orée du XVIIIe siècle vient de débarquer sur une plage de Star City, tout droit sortie du Triangle des Bermudes ! Le Captain Woodenleg et ses hommes sont assurément déboussolés, mais ils n’en gardent pas moins la férocité et l’esprit d’entreprise qui les caractérisèrent jadis. À vous de voir si vous tenterez de contenir leur soif d’or et de sang ou bien au contraire, de profiter de leurs excellentes dispositions pour servir vos propres projets !

→ Le sujet sera réservé à la première personne qui y répondra. Il serait apprécié que les joueurs qui ont déjà eu l'occasion de participer à un sujet du Hasard par le passé laissent la place aux autres, que chacun en ait l'occasion. Merci !
→ Le joueur qui choisit de participer à ce sujet est prié de répondre au plus tard tous les 5 jours pour ne pas bloquer le Hasard.
→ Les actions du personnage seront déterminantes sur l'évolution du sujet et la récompense sera à la hauteur de ces dernières. Faites-vous donc plaisir !
→ Le sujet n'est pas voué à s'éterniser, aussi, n'hésitez pas à développer vos réponses. Malgré cela, ne PNJisez pas les personnages du Hasard ! Nous vous encourageons toutefois à écrire des messages courts et « utiles », d'un minimum de 400 mots à un maximum de 800/1000 mots.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 11 Mar 2014 - 21:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le vent soufflait ses boucles blondes alors que ses yeux bleus parcouraient l’horizon. Elle inspira profondément une bonne bouffée d’air marin, un faible sourire ayant étiré ses lèvres. L’Atlante sentait parfois le mal du pays, comme aujourd’hui. Il lui arrivait par moment de ressentir l’appel de l’eau, celui de se rendre à Atlantide. Peut-être le fait d’y avoir été dernièrement faisait remonter à la surface quelques souvenirs de cette époque, créait en elle le besoin d’y retourner. Un soupire franchit ses lèvres alors qu’elle se décida d’avancer sur la place, ses pas traçant un chemin sur le sable étendu. Vêtu d’un jeans et d’un chemisier, elle avait revêtue une veste sur ses frêles épaules pour se préserver du vent encore frais du mois de mars. Ses prunelles de mêmes couleur que l’océan se perdaient au loin alors qu’elle profitait de cet instant de paix pour savourer le silence qui planait autour d’elle. Dana appartenait à l’océan, c’était une chose qu’elle ne pouvait nier. Et quand bien même adorait-elle la vie qu’elle menait, parfois l’appel se faisait fort, presque douloureux, la poussant à aller longer l’océan, même si cette activité pouvait s’avérer risquer, avec les dernières menaces qui pesaient sur Star City et qui donnaient toujours plus de travail à l’agente d’élite.

Prenant pied sur le contrefort rocheux, elle avait espérer pouvoir y monter, comme pour surplomber l’horizon. Se donner un semblant de sentiment de puissance alors qu’elle admirerait l’eau, debout sur ses grandes jambes, contemplant là où le ciel se fondait avec la mer. D’une forme physique exemplaire, elle atteint rapidement le sommet, pour finalement refaire face à la mer et glisser une main dans ses cheveux qui flottaient au gré du vent. Et alors qu’elle allait se perdre dans sa contemplation, quelque chose attira l’attention de l’Atlante, en contrebas. Il n’en fallut pas plus à la curieuse Dana pour qu’elle pose ses iris sur les silhouettes qui se détachaient du sable. Ils étaient plusieurs, sans aucun doute. Et semblaient un peu perdu, avançant sans trop savoir où ils allaient. Bien que posée et réfléchie, elle se laissa glisser contre la pierre pour atterrir sur le sable doux de la plage. Ils ne l’avaient sûrement pas encore remarqué, alors qu’elle était toujours calée toujours calée contre le contrefort et qu’ils semblaient bien évidemment occupés à autre chose. Elle les regarda quelques instants, plusieurs minutes peut-être même, soupirant finalement.

Poussée par cette curiosité qui avait fait d’elle une gamine intrépide lorsqu’elle était encore à Star High, avant de murir et de devenir l’agente sérieuse qu’elle était, elle fit quelques pas dans leur direction, encore incertaine face à ce qu’elle allait rencontrer mais consciente de l’avantage qu’elle aurait sûrement si cela venait qu’à tourner au vinaigre. Après tout, l’eau était son élément et, bien que curieuse, elle n’allait très certainement pas se lancer tête première sans avoir auparavant analysé où elle se trouvait et les chances de survie qu’elle avait. Et, dans l’actuelle situation, les chances de survie s’en retrouvaient assez bonnes, ce qui donna le courage nécessaire à l’Atlante pour aller à leur rencontre. Et alors qu’elle apparaissait dans leurs champs de vision, les hommes arrêtèrent tout mouvement pour regarder l’inconnue qui s’approchait d’eux. Les scrutant du regard, Dana fut surprise de leur accoutrement, qui détonnait avec le sien, avec ce qu’elle voyait en règle générale en ville. Mais surtout, il y avait quelque chose de louche alors qu’elle n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. D’où sortaient-ils, en premier lieu ? Elle leva cependant les deux mains, signe d’innocence, essayant ainsi de leur montrer qu’elle ne venait pas en tant qu’ennemie et qu’elle ne leur voulait aucun mal.

« Avez-vous besoin d’aide ? » qu’elle leur demanda d’un ton de voix doux qui lui était bien connu. L’un d’eux, qui semblait être le chef, sans aucun doute, se fraya un chemin pour s’avancer jusqu’à être à quelques mètres d’elle. Dana, de sa frêle stature, faisait face à un homme qui devait faire trois têtes de plus qu’elle et être à peu près deux fois plus large. Des rires gras parvinrent aux oreilles de l’Atlante, exprimés par les hommes qui se tenaient derrière ce qui semblait être le chef. Dana ne se laissa cependant pas démonter et baissa les bras le long de son corps, son regard toujours posé sur l’homme qui lui faisait face.

Regardant autour d’elle, elle cherchait quelque chose lui indiquant d’où est-ce qu’ils venaient et ce qu’ils venaient faire ici. « Il s’agit plus qu’il est plutôt surprenant de trouver une dizaine d’hommes sur la plage » commença-t-elle, toujours aussi calme, ne cherchant pas à créer de tensions. Elle ignorait à qui elle avait affaire et elle le sentait plus tout à fait bien. Le vent de mars soufflait encore et elle en vint à croiser les bras sur sa poitrine, comme pour se protéger du froid. « J’imagine que vous n’êtes pas du coin, en regardant votre allure » avança-t-elle prudemment. Les insulter n’était sûrement pas une idée géniale, ce dont pourquoi elle avançait prudemment, ne sachant pas trop comment s’y prendre. « Mais si vous voulez, je peux vous aider à vous repérer et peut-être vous mener là où vous souhaitez aller ? » Ce qu’elle ignorait, c’était dans quoi est-ce qu’elle était en train de s’embarquer. « Et puis, ce serait peut-être bien que d’avancer sur la plage sans but. » Elle haussa les épaules, soudainement peu sure d’elle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 12 Mar 2014 - 15:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3688
ϟ Nombre de Messages RP : 3309
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
— Dites donc, Captain, il fait quand même très moche, pour les Caraïbes…
— Silence, Morve-au-Nez ! Je réfléchis.

Captain Woodenleg réfléchissait et c’était ordinairement un moment que l’équipage respectait avec grand sérieux. Il faut dire que la dernière fois que quelqu’un avait interrompu Captain Woodenleg en train de réfléchir, on avait sorti la planche à requins. Le pirate observait l’horizon océanique, puis l’horizon terrestre, et il fut bien contraint de reconnaître que Morve-au-Nez avait raison : c’était tout de même très moche, les Caraïbes.

— On a dû dériver plus au nord.

Et cette parfaite évidence fut accueillie tout de même par des hochements de tête approbateurs de la part des neuf matelots. Après quoi la petite troupe se remit en marche, pour se rapprocher de plus en plus sûrement d’une silhouette qui se découpait à l’horizon. Quelques dizaines de mètres plus loin, ils finirent par s’arrêter en face de Dana. De l’avis collectif, c’était un joli poisson, et alors que des propositions peu catholiques s’élevaient déjà dans les rangs, Captain Woodenleg, après avoir écouté d'une oreille pensive et cireuse la proposition d'aide de la jeune femme et tandis que ses matelots repartaient de plus belle dans les remarques scabreuses, beugla très galamment :

— Vos gueules, sacs à rhum ! C’est pas comme ça qu’on parle à une dame !
— Elle est tout de même vachement blonde, pour une Indienne.
— Si tu continues, Morve-au-Nez…
— C’est bon, c’est bon, j’ai compris.
— Elle est probablement des Provinces. On a dû passer l’équateur.

Cette discussion tenue dans un anglais pour le moins datée avait laissé Dana spectatrice, mais le Captain ne manqua pas de se tourner finalement vers elle. Il ôta son grand chapeau dans un vaste mouvement, dégageant au passage des effluves pour le moins musquées, puis, après s’être incliné, déclara :

— Je suis le Captain Woodenleg. Ce n’est pas un surnom.

De fait, il n’avait pas de jambe de bois.

— Et ces hommes sont une partie de l’équipage de la Black Mermaid.

Les matelots agitèrent la main — et certains agitèrent les haches dans un geste évocateur. Le Captain les fusilla du regard.

— Ils sont un peu… Euh… Disons qu’ils ont passé un certain temps en mer. On chercha un peur. Pour se ravitailler.
— En viande !
— En pain !
— En putains !
— Oui voilà, en viande et en pain.

Woodenleg se gratta la barbe.

— Si vous aviez, euh… l’extrême obligeance d’avoir la bonté d’être assez gentille pour nous indiquer aimablement le port le plus proche, nous vous en serions, euh… infiniment reconnaissants et, euh… Vos éternels serviteurs, et hm… Voilà. Oui, voilà.

Captain Woodenleg faisait tout son possible pour inspirer confiance à la frêle créature sur laquelle ils venaient de mettre la main. Il fallait avouer pourtant que son odeur, l’attitude des membres de son équipage, son anglais quelque peu daté, les deux mousquets croisés à sa ceinture, plus le sabre, et les armes archaïques, mais nombreuses, qui ornaient pareillement la tenue de ses hommes d’équipage, sans compter du reste le nom peu engageant de son vaisseau, tout cela, en somme, n’était pas sans éveiller une certaine méfiance.

Bienvenue dans ce sujet, Dana Taylor !

Attention ! N’oublie pas que tu ne peux pas PNJisez les personnages du Hasard. Il t’est donc impossible de présumer du comportement et des actions du Captain et de ses hommes.

Te voilà donc avec une troupe de marins particulièrement suspects prête à suivre tes instructions. Tes soupçons sont-il déjà éveillés ? Vas-tu leur indiquer la route de Star City ? Comptes-tu résoudre ce problème seule ou bien envisages-tu de faire appel à tes collègues de l’UNISON ? Réfléchis bien, mais attention ! Le Captain Woodenleg t’a à l’œil, et au bon (l’autre est en verre).


Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 12 Mar 2014 - 20:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Si elle s’était attendue à ça ? Aucunement. Alors qu’elle s’approchait, doucement pour leur signifier qu’elle ne venait pas en tant qu’ennemie et qu’elle s’arrêtait finalement à leur hauteur, elle entendit venir à ses oreilles quelques propositions qui firent ciller ses oreilles et manqua de lui arracher une expression presque dégoutée. Déjà qu’ils lui avaient semblé plus que louche, les expressions presque barbares qu’ils employaient la laissait perplexe. Peut-être finalement n’était-elle pas en meilleure position, elle, frêle et menue, face à une dizaine d’hommes sortis d’elle ne savait où. Ce qui attira cependant l’attention de l’agente fut sûrement le fait qu’ils tendaient à vouloir la prendre pour une indienne. Où se croyaient-ils être ? « Aux États-Unis » lança-t-elle simplement, tentant de situer ces voyageurs (?) qui semblaient plus que perdus sur la plage de Star City. « Vous êtes aux États-Unis » confirma-t-elle, cherchant une réaction de leur part, quelque chose qui pourrait aider l’agente d’élite à comprendre à qui avait-elle affaire.

Des marins. Des marins peu civilisés, si elle en croyait aux gestes plus qu’évocateurs qu’ils faisaient, les regards presque lubriques posés sur sa frêle stature. Il était un capitaine. Et eux, son équipage. La Black Mermaid était un nom qui lui était cependant inconnue. Et puis, à leur allure, ils ne venaient très certainement pas du coin. Et l’odeur d’alcool plus que présente l’information qu’ils ne devaient peut-être pas être tout à fait sobre. Tentant d’analyser la situation du mieux qu’elle le pouvait, elle se rendit vite à une évidence qui ne la mettait pas tout à fait à l’aise : elle était actuellement complètement larguée, semblant avoir de la difficulté à aligner un et un. Comme si rien n’était franchement cohérent. La seule chose à laquelle elle arrivait à penser était qu’ils ressemblaient plus ou moins aux images de pirates qu’il lui avait été possible de voir, ce qui n’avait rien de rassurant, bien évidemment. Et les armes qui pendaient à leur taille lui donnaient presque l’envie de se rapprocher un peu plus de l’eau, comme pour se mettre en confiance. « Je suis Néréide. Enchantée de faire votre connaissance. » Voilà longtemps qu’elle n’avait pas utilisé le pseudonyme qu’elle avait prise lorsqu’elle avait intégré la Team Alpha. Toutefois, elle pensait vaguement que mieux valait éviter de dégainer son identité.

« Il y a un port non loin d’ici » affirma-t-elle, affichant toujours un sourire franc sur son visage, bien qu’une certaine méfiance s’était installée. Du pain, de la viande et des putains. Il s’agissait-là d’une demande peu habituelle avec laquelle elle n’était pas particulièrement à l’aise. « Mais j’imagine que je peux vous y amener sans problème. Vous me laissez cependant faire un appel, avant d’y aller ? Je pourrai donc m’assurer qu’ils aient déjà de quoi vous, eh… Ravitailler ? » Toujours cet éternel sourire sincère. Elle cherchait à avoir leur confiance. Car ne pas être vue comme une potentielle ennemie pouvait avoir ses avantages. Reculant doucement, elle s’éloigna pour finalement regarder la mer, les surveillants du coin de l’œil. Elle n’était pas sure d’être prête à encaisser une attaque surprise. Sortant de sa poche son téléphone cellulaire, elle composa le premier numéro de son répertoire, à savoir celui de son second, l’agent Pierce. « Je n’ai pas beaucoup de temps. Alors, s’il te plait, si tu pouvais réunir l’équipe et venir le plus rapidement possible. Discrètement, de préférence. » Et elle coupa l’appel, tournant de nouveau son regard vers les inconnus, sentant un certain malaise vis-à-vis ces derniers.

Leur faisant un signe de la main, elle leur adressa un sourire satisfait. « Aller, c’est par ici. J’ai réussi à discuter un peu avec celui qui s’occupe de l’endroit, il aura de quoi pour satisfaire votre faim. » Elle eut cependant un faible sourire presque désolé. « Sauf peut-être en ce qui concerne les putains. Voyez-vous, ce n’est pas une pratique courante dans les environs. » S’avançant sur la plage, elle se rapprocha de l’eau, tout en avançant vers l’endroit où devait, de ce qu’elle avait dit, se trouver le port. « C’est à quelques minutes de marche seulement. J’espère que vous êtes encore assez fort pour tenir le coup ! » Elle avait tenté une petite plaisanterie, rigolant doucement, comme pour les mettre en confiance. Toutefois, le bruit des armes qui s’entrechoquaient avait le don de faire frissonner l’Atlante, qui se demandait de quoi pouvaient-ils bien être capables. Mieux valait faire comme si de rien n’y était et tenter d’être leur alliée. Sans quoi, la situation pourrait devenir beaucoup dangereuse. « Vous venez d’où, vous, en fait ? » Faire la conversation serait sûrement un bon moyen de détourner leur attention quant au temps qui s’écoulerait alors qu’ils n’approcheraient très certainement pas du port. L’agente Taylor n’avait pas pour habitude de lâcher quelques hommes suspects sur de pauvres innocents.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 13 Mar 2014 - 9:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3688
ϟ Nombre de Messages RP : 3309
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Woodenleg se racla la gorge avant de cracher dans le sable. Un homme charmant. Le regard partiellement vitreux du Captain était fixé sur la demoiselle. Néréide ? C’était un drôle de prénom, pour une Hollandaise émigrée dans l’une des Treize Colonies. Et les États-Unis, qu’est-ce que ça pouvait bien être ? Certes, cela faisait un petit bout de temps qu’il ne s’était pas intéressé à ce qui se passait au nord de l’Équateur, entre les Espagnols, les Anglais et les Français, mais il était sûr de n’avoir jamais entendu parlé de ce genre de choses. Une chose était sûre, pourtant : ils n’étaient ni en Floride, ni en Louisiane. Ils avaient dû remonter au nord, très au nord. Sacrée tempête.

Décidant de faire abstraction des particularités de la supposée Hollandaise, Woodenleg s’inclina une nouvelle fois et répéta après elle :

— Enchanté, enchanté.

Mais il était aisé de sentir l’impatience dans le ton de sa voix. Malgré tout, l’annonce de la proximité d’un port suffit à lui redonner confiance et ses hommes, eux-mêmes, se fendirent de larges sourires, à la perspective des soulagements que la « civilisation » allait bientôt pouvoir leur offrir. Un peu dubitatif, Woodenleg marmonna :

— Appelez donc.

Comment, ça, ça demeurait un mystère. Elle n’avait pas de corne de brume. Alors que les marins, derrière lui, dressaient la liste de ce qu’ils allaient manger et boire, Captain Woodenleg surveillait d’un œil un peu soupçonneux l’agent qui s’éloignait, et son drôle de numéro, avec son drôle de machin. Quand Dana revint et annonça que les dispositions étaient prises, Woodenleg haussa un sourcil — qui se perdit dans la broussaille rousse de ses cheveux. Il se recomposa cependant son air le plus jovial, et peut-être le plus inquiétant, pour reprendre la conversation avec leur hôtesse.

— Bien sûr qu’on est assez forts ! Allez, les gars, on se met en route et on suit la dame.

Néréide, Néréide, l’appel étrange, tout cela sentait la sorcellerie — il était tombé sur une Circé, sur une Calypso, sur une sirène. Foi de marin, il n’allait pas se laisser prendre au piège ! Caressant machinalement la crosse de l’un de ses mousquets, le pirate entreprit de répondre aux questions de son interlocutrice.

— On vient des Indes au sud. On transporte des épices. On est…
— De joooyeeeux…
— Piiii…
— Vos gueules, banc de maquereaux desséchés !

Nouveau raclement de gorge. Nouveau crachat.

— Marchands. De joyeux marchands.

Woodenleg reporta son œil valide sur Dana.

— Et vous ma petite, qu’est-ce que vous faites ici ? Seule. Sur cette plage. Avec votre drôle de nom. Et vos drôles d’appel.

Le ton du pirate s’était fait de plus en plus insinuant et, à la fin de sa question, il avait sorti un mousquet pour le pointer sur Dana.

— Parce que le Captain Woodenleg ne se laissera pas abusé par une créature des enfers !
— Des enfers ?
— Ouiiiii ! Des Eeeeenfeeers !
— Ta gueule, Morve-au-Nez !
— Enveloppée par les voiles maudits de sa sinistre parure !
— Malédiction ! Parure ! Enveloppe !
— Balançant sa chevelure d’algues en envoûtantes mélopées !
— Le prochain qui parle je lui ouvre une troisième narine !

Woodenleg agita le canon de son mousquet.

— Et toi, réponds, si tu veux pas aller nourrir les crabes !

Damned ! Il semblerait bien que le Captain Woodenleg ne soit pas très au fait de la technologie cellulaire et qu’il te prenne pour une créature magique. Crois-tu pouvoir encore le raisonner ou bien est-il temps de lui montrer de quoi tu es capable ? Mais qui sait ? Peut-être n’est-il pas plus mal d’être pris pour une sirène ? Après tout, Néréide, tu es dans ton élément !

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 14 Mar 2014 - 18:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les Indes. De mémoire, ce n’était très certainement pas près de Star City, ce qui eut pour effet de faire hausser un sourcil à l’Atlante, incrédule. Plus la situation avançait et plus elle était incertaine des mesures à prendre. S’avançant sur la plage, elle hocha doucement de la tête alors qu’il affirmait qu’ils étaient que des banals marchands. S’étant rapprocher de l’eau, histoire de prendre confiance, elle s’arrêta dans sa marche alors qu’il eut repris la parole. Alors comme ça, c’était elle qui était suspecte dans l’histoire ? Elle eut envie de rire, un brin sarcastique, alors que ce dernier l’accusait d’elle ne savait quoi. Il était évident que Néréide n’était pas un nom commun, mais il n’en restait pas moins que ses appels n’avaient rien de suspect. Du moins, à première vue. Peut-être avait-il entendu son appel téléphonique avec le membre de son équipe à l’UNISON ? Ce qui était possible, si l’on prenait en compte qu’il doutait de l’honnêteté de Dana dans cette histoire. Soupirant, elle allait commencer à s’expliquer, histoire de ne pas trop éveiller leur soupçon et éviter que la situation sorte de son contrôle, jusqu’à ce qu’il reprenne la parole, arrachant d’un même coup une expression étonnée à l’Atlante.

Créature de l’enfer ? Sérieusement ? Toutefois, à la vue du mousquet, des expressions, de leur façon de parler et de la dégaine qu’ils avaient, une idée fit son chemin dans sa tête alors qu’elle semblait relier les points ensembles. Des pirates. Dana en avait entendu parler, lu quelques histoires à leur sujet mais ne s’en était jamais réellement intéresser, le royaume d’Atlantide se trouvant trop profondément enfoncer dans la mer pour craindre ces pilleurs de basse gamme. Elle pouvait très bien tenter de démentir, risquant ainsi de se prendre une balle entre les deux oreilles, ce qui ne l’enchantait pas des masses, il fallait se l’avouer. Ou alors pouvait-elle user de ses talents pour possiblement les effrayer et, ainsi donc, écarter la menace de la plage de Star City. Car, à n’en pas douter, l’impatient capitaine ne semblait pas être arrivé ici avec des idées d’aide humanitaire. Lentement, l’eau s’avança sur la plage, atteignant les pieds de l’Atlante qui dévisageait toujours de ses yeux clairs le capitaine qui se tenait en face d’elle, agitant son mousquet sous son nez. « Malgré votre œil de verre, j’imagine que j’ai sous-estimé votre capacité d’observation » lui dit-elle, cherchant surtout à gagner du temps.

Il fallait les éloignés, les effrayés, assez longtemps pour que l’équipe de l’agente d’élite Taylor daigne arriver sur le terrain. L’eau de la mer dépassa finalement la demoiselle, glissant jusqu’aux bottes des hommes qui se tenaient devant elle. Des filets d’eau en vinrent à monter, toujours contrôler par Dana, comme pour venir s’installer à ses côtés, prête à réagir à la moindre menace. Si son bouclier d’eau avait réussi à arrêter un triton à pleine vitesse, elle espérait qu’il soit assez solide pour la prévenir d’une balle. Au moins s’agissait-il d’un mousquet, probablement très vieux dans la puissance n’égalait sûrement pas celle de l’arme de poing qu’elle avait en règle générale. « Ne vous a-t-on cependant pas appris qu’il valait mieux ne pas contrarier une créature des enfers, sans quoi les conséquences pourraient être terrible ? » Prenant un ton sérieux, voir même menaçant, ses yeux bleus d’ordinaires chaleureux étaient d’une froideur rare, de la part de l’agente. Finalement, alors que la mer venait de monter sur la plage, l’Atlante se fondit dans l’eau, se soustrayant ainsi du regard des pirates. S’éloignant d’eux sans qu’ils en aient conscience, elle reprit forme matérielle alors que le niveau de la mer lui arrivait aux mollets. Et une nouvelle fois, elle fit monter des filets d’eau autour d’elle, ses mains montant au même rythme que l’eau, pour bien lui faire comprendre que c’était bien elle qui était à l’origine de tout ça. Et ainsi peut-être les amener à baisser les armes.

Se concentrant, elle fit lever une vague derrière elle, usant de force mentale pour la maintenir, menaçant de l’abattre sur la plage et ainsi possiblement emporter les pirates avec elle. Si pour le moment elle tenait bien, ne faisant qu’une petite démonstration de pouvoir sans réellement attaquer ni y mettre toute son énergie, elle se doutait qu’elle ne pourrait pas tenir ainsi éternellement. « Vous allez donc baisser vos armes. Je n’apprécie pas spécialement me sentir menacée. Et puis, j’ai des moyens de défense qui ne vous plairont très certainement pas. » Ayant héritée de la prestance de son père, Dana tentait de s’imposer à eux comme étant bel et bien une créature sortie tout droit des enfers. Elle espérait cependant silencieusement qu’Anthony Pierce ait déjà réuni son équipe et qu’ils étaient déjà sur la route menant à la plage. « J’ai dit de baisser vos armes ! » vociféra-t-elle une nouvelle fois, usant de sa modulation sonique pour donner l’impression que sa voix semblait provenir d’un endroit beaucoup plus profond et lointain que là où elle était actuellement, les frappant aussi du même coup par sa puissance vocale. Parce que parfois, embrasser ses origines Atlantes pouvaient avoir du bon. Elle se concentra toutefois un peu plus, maintenant la vague qui restait toujours immobile derrière sa frêle silhouette.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 15 Mar 2014 - 17:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3688
ϟ Nombre de Messages RP : 3309
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
— Hmm…
— … dites donc…
— … Captain…
— V’z’êtes vraiment sûr de vous ?

Avec circonspection, les quatre pirates observaient Dana, tandis que cinq autres, plus silencieux mais plus efficaces, reculaient doucement. Captain Woodenleg, le mousquet toujours braqué sur la sirène présumée, ne put empêcher un très léger doute de s’emparer de son âme fière de marin, à la vue de l’eau qui montait lentement et des filets qui commençaient à enrubanner le corps de la demoiselle. Réflexion faite, sa réaction avait peut-être été quelque peu prématurée.

Pour faire bonne figure, l’homme secoua tout de même son mousquet et tenta d’une voix mal assurée :

— Allons, allons ma petite, ne nous énervons pas.

De la part de celui qui avait dégainer sans crier gare, c’était un peu fort, mais il n’était plus à cela prêt. Lorsque Dana disparut, les pirates sursautèrent comme un seul homme. Beaucoup plus flegmatique, Woodenleg jeta un coup d’œil par dessus son épaule et s’exclama d’une voix aussi terrible que possible cette fois-ci :

— Haut les cœurs, moussaillons ! N’avez-vous pas juré de me suivre jusque dans la bouche des enfers ?
— Alors euh…
— C’est-à-dire…
— Sur le moment, peut-être…
— Mais on avait quand même beaucoup bu.

Un nouveau sursaut mit un terme heureux à cette conversation du reste assez mal engagée, alors que Dana refaisait son apparition, un peu plus loin dans l’eau. Définitivement, elle ne semblait pas, mais alors pas du tout contente. Les menaces de la jeune femme furent accueillies avec un exemplaire pragmatisme de la part du pirate, qui ne tarda pas à baisser son mousquet, avant de lever sa main libre, dans un geste d’apaisement.

— Oh là, oh là. Tout va bien. Pas la peine de noyer qui que ce soit. Je tiens juste à assurer la sécurité de mes hommes.

La main du Captain engloba la troupe de matelots qui avait cessé de reculer, un peu rassuré par le calme solide de leur chef.

— Vous voyez, ce sont un peu mes enfants. Sans défense. Fragiles. Innocents.

Un pirate de deux mètres de haut avec une tête de mort tatoué sur le front hocha vigoureusement la tête.

— Et je ne voudrais pas qu’ils se fassent entraîner dans les fonds marins par une démoniaque influence alors que nous venions simplement chercher du pain et du vin.
— Et des putains.
— Ta gueule, Morve-au-Nez.

Woodenleg rangea son pistolet dans sa ceinture.

— Je suis navré si nous avons froissé votre sensibilité de, euh… poisson, ô infernale Néréide, mais nous ne sommes, comme je vous le disais, que de simples marchands, peu habitués à la puissance magique des euh… ombres océaniques. Comme vous.
— J’savais qu’on aurait pas dû bouffer cet albatros.
— Si vous pouviez simplement nous indiquer le chemin vers l’intérieur des terres, pour rejoindre la route qui mène au port, nous cesserons de vous importuner.

Le Captain ne perdait pas le nord : Dana s’était progressivement approchée de l’eau pour répondre à ses menaces et il jugeait bien que le plus sûr était encore de s’éloigner, pour leur part, de l’océan et d’atteindre, quitte à faire un long détour, la ville la plus proche en passant par les grands chemins. Alors, même si la sirène les accompagnait, ils pourraient certainement, supposait-il, en venir à bout. Pour l’heure, il s’agissait donc de faire preuve de sa diplomatie, afin d’être sûr qu’elle ne pénétrerait pas ses intentions.

Pendant ce temps-là, sur la Black Mermaid, le reste de l’équipage s’impatientait.

— Moi, je dis, on a qu’à chercher le port par la mer, ça ira beaucoup plus vite, et on les récupère là-bas.

John le Boiteux, second pas très fidèle du Captain, observait l’horizon d’un air pensif. Sa chance était peut-être venue. Les hommes étaient fatigués, les esprits agités et le vent prêt à tourner.

Bravo ! Tu as réussi à t’imposer aux hommes du Captain, qui a manifestement de plus en plus du mal à les contrôler. Mais on ne manipule pas aisément ce vieux loup de mer, et mieux vaut sans doute se méfier. Quant au reste des pirates et au fameux bateau qui les a amenés à Star City, tu ignores encore sa position. Dieu sait quels soudards il abrite encore ! Maintenant que tu as une idée nette des personnes auxquelles tu as affaire, comment comptes-tu contrôler la situation ?

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 17 Mar 2014 - 16:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Si elle avait prit l’avantage sur la situation, c’était très certainement parce qu’elle se trouvait actuellement dans son élément. Née Atlante, elle avait sut développer, au fil des années, certaines capacités qui l’amenaient à préféré être en contact avec une source d’eau lorsque la situation devenait délicate. Au moins son petit tour de passe-passe avait-il fonctionné comme le capitaine semblait vouloir se replier avec ses troupes. Elle laissa donc la vague qui s’élevait derrière elle retombée alors que Dana s’avançait de nouveau vers le rivage, restant cependant toujours en alerte, prête à intervenir au moindre problème. Et il était simplement hors de question qu’elle quitte la plage, sans quoi elle se retrouverait en désavantage. Bien qu’arborant autour de son cou gracile le – ou enfin, plutôt les – cadeaux offerts par Adrian et pouvant toujours recourir à la modulation sonique en dernier recours, sans compte l’absence de son Glock 17 à sa taille, elle se sentait surtout démunie. Mais ça, il devait sûrement l’avoir compris, pour lui demander de regagner la ville. Lui demander de s’éloigner de la source de son pouvoir.

Affichant toujours cet air neutre et sérieux qui s’était dessiné sur ses traits quelques instants plus tôt, elle dévisagea de ses yeux clairs le pirate qui venait de ranger son arme, au plus grand soulagement de Dana. « Passer par les terres ? Ce serait prendre un détour qui serait franchement plus long ! » s’exclama-t-elle d’une voix beaucoup plus douce, un sourire étirant doucement ses lèvres. Comme l’avait fait le dernier démon – et le seul – qu’elle avait rencontré. La menace était tombée alors elle revêtait une expression un peu plus amicale, malgré la menace qui brillait encore dans son regard, tentant de faire en sorte qu’il ne dégaine pas de nouveau son arme. Après tout, l’Atlante était une demoiselle avec beaucoup de ressources. « Il sera plus rapide d’atteindre le port par la plage » commença-t-elle, alors qu’elle commençait à s’avancer, jetant un regard aux pirates par-dessus son épaule. « Et puis, n’oubliez pas, j’ai réussi à vous avoir du pain et de la viande. Plus vite nous y serons et plus vite vous pourrez vous rassasier » leur dit-elle finalement, toujours en souriant, continuant sa marche le long de la plage. Elle sorti son téléphone de ses poches, regardant l’heure avec une légère moue. Toujours aucune nouvelle de son agent. Mais il fallait qu’ils arrivent vite, sans quoi le capitaine comprendrait peut-être qu’elle ne comptait aucunement les amener jusqu’au port. Ni même jusqu’à la civilisation.

Poursuivant sa route, s’assurant simplement d’être suivie, elle cherchait encore qu’à ne gagner du temps jusqu’à ce que son équipe arrive, qu’elle retrouve sa précieuse arme et qu’ils soient finalement à égalité, niveau effectifs. Car pour le moment, face à une dizaine d’hommes, seule, elle ne pouvait compter que sur ses capacités et doutait d’y parvenir s’ils décidaient tous de l’attaquer en même temps. Le mieux qu’elle pourrait faire serait se fondre dans l’océan et nager le plus loin possible. « Vous savez, je n’ai aucun problème à vous mener à bon port. Tant et aussi longtemps que vous ne dégainez pas d’arme et ne les pointez pas en ma direction. » Avec la prestation qu’elle avait donné un peu plus tôt, elle espérait que cette remarque soit assez pour les convaincre de rester sage jusqu’à ce qu’ils arrivent à bon port – ou que, tout du moins, l’équipe de l’agente Néréide vienne lui porter secours – et ainsi permettre à Dana de ne pas s’épuiser inutilement.

Alors que la marche se poursuivait en silence, alors que finalement, un grondement de moteur parvint à leurs oreilles, faiblement. Elle retint une exclamation de victoire, préférant s’assurer qu’il s’agissait bien de son agent. Toutefois, elle s’arrêta dans sa marche, levant la main pour leur faire signe d’en faire de même. « Les hommes des terres sont parfois beaucoup plus dangereux que je ne peux l’être » commença-t-elle, souhaitant presque leur faire croire que l’avoir à leur côté serait un avantage considérable. « Ils sont souvent dangereusement armés d’armes plus petites mais beaucoup plus rapides que vos mousquets » continua-t-elle, tentant d’installer une situation de peur, faisant mine d’être présente pour les protéger. Faisant de nouveau monter l’eau jusqu’à eux, elle fit s’élever des filaments d’eau devant eux, comme elle l’avait fait un peu plus tôt. Une silhouette se détacha du décor alors que, de nouveau, des bruits de moteur se firent entendre. Voilà que les renforts venaient d’arriver. Elle reconnue sans peine la silhouette de l’agent Pierce.

« Préparez-vous au combat » leur lança-t-elle finalement, d’un ton de voix presque urgent. Une vague s’éleva finalement pour venir s’abattre sur le petit groupe de pirate, histoire de les déstabiliser et de lui donner un certain délai. S’élançant à pleine vitesse vers son agent, elle profitait indéniablement de la confusion pour le rejoindre et s’arrêter à ses côtés. Lui adressant un air surpris, elle ne fit que balayer ses interrogations de la main, signe qu’elle allait lui expliquer plus tard. Il lui tendit finalement une arme, son Glock 17, qu’elle saisit entre ses doigts, pointant le canon vers les hommes un peu plus loin, alors que la vague était tombée et regagnait la mer. Certains avaient peut-être perdus des armes, ces dernières ayant sûrement été emportées par la vague qu’elle leur avait balancé. « Je ne veux pas un seul geste ! » Regardant autour d’elle, ce fut avec un sourire dissimulé qu’elle vit d’autres hommes rejoindre la plage. Désormais, elle possédait une force de frappe peut-être plus imposante que précédemment.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 18 Mar 2014 - 14:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3688
ϟ Nombre de Messages RP : 3309
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
— Grmpf.

Remarqua pour lui-même Woodenleg quand Dana opposa une fin de non-recevoir à sa suggestion de passer par les terres. Il s’y était un peu attendu, mais dans le doute, avait préféré tenter sa chance. Désormais, il se retrouvait à arpenter la plage, en compagnie d’une troupe dont il sentait le moral de plus en plus vacillant. Encore une petite démonstration magique et, à coup sûr, ses hommes se jetteraient aux pieds de Dana. La colère d’un capitaine pirate devenait bien théorique, quand elle entrait en concurrence avec la puissance infernale et aquatique d’une mystérieuse créature.

Pour séparer autant que possible Néréide de ses hommes et accaparer la demoiselle, pour surtout ne pas lui donner l’occasion de saper le peu de confiance qu’ils leur restaient encore pour lui, Woodenleg avait allongé la foulée et s’échinait désormais à maintenir la conversation.

— Allons, allons, ma p’tite dame, il ne faut pas vous offusquer de la méfiance bien naturelle d’un vieux loup de mer. Vous savez bien qu’on peut tomber sur toutes sortes de gens sur un rivage inconnu, et moi, ‘faut qu’je protège mes hommes, hein ? C’est naturel, c’est naturel.

Tu parles. S’il avait pu la descendre là maintenant en étant sûr de son impunité, il l’eût fait sans aucun doute. Mais le risque de se faire ensorceler ou transformer en porcelet était beaucoup trop grand. Il n’avait d’autre choix que de la suivre au port, si toutefois elle les emmenait au port, et après… Et après, ses réflexions furent interrompues par un vacarme peu commun. Woodenleg n’eut pas le temps de s’apercevoir de ce qui se tramait là que déjà la sirène machiavélique se lançait dans une nouvelle démonstration de ses pouvoirs.

— Sorcellerie !

Hurla le captain.

— À vos postes, moussaillons ! Fourbissez vos armes ! À la hune ! À la proue ! À la Sainte-Barbe !
— Mais Captain, on est pas sur le bateau !
— Ta gueule, Morve-au-Nez ! Que le Grand Cric me croque si…

*Gloups.*


Woodenleg n’avait pas eu le temps de finir sa harangue : il avait été englouti par une vague.


Les voiles de la Black Mermaid claquaient au vent. Pendant que sur la plage, le Captain Woodenleg et ses hommes étaient promptement maîtrisés par les agents de l’UNISON, l’imposant navire pirate, sous le commandement tout nouveau de John le Boiteux, voguait à vive allure vers Star City. Si les mousquets du Captain n’avaient pas remporté un vif succès contre l’Atlante, les canons du vaisseau pirate, eux, risquaient de ne pas être entièrement inefficaces contre le port de Star City. Oui, John le Boiteux exultait : cinq ans qu’il attendait de s’emparer de la Black Mermaid pour montrer à Woodenleg ce que c’était qu’un pirate, un vrai.

Loin de se douter de l’insubordination de son sournois second, loin de s’en soucier à vrai dire, Woodenleg, après avoir assommé un agent de l’UNISON d’un puissant coup de tête, dut rapidement se rendre à l’évidence : la bataille était perdue. Tous ses hommes étaient déjà menottés et ils étaient tombés aux mains des sorciers.

— Par le coccyx d’Asmodée ! Si on m’avait dit que les sauvages des Indes étaient ainsi versés en sorcellerie, je ne serais pas venu ici !
— Je croyais qu’on s’était perdus…
— Ta gueule, Morve-au-Nez.
— Bien dit, le Scrofuleux, bien dit.

Woodenleg, qui avait perdu son œil de verre durant la brève bataille, fixait Dana d’un regard mono-occulaire et néanmoins farouche.

— Qu’est-ce que vous allez faire de nous, hein ? Nous manger, je parie. Cannibales ! Et bien sachez que la viande de Woodenleg est coriace et faisandée ! AH AH AH AH AH !


Bien joué, Agent Taylor ! Voilà une menace rapidement écartée et vous avez eu tôt fait de maîtriser le Captain et ses hommes. Reste à savoir ce que vous allez bien pouvoir faire d’eux. Sans doute trouverez-vous à l’UNISON des gens pour les interroger à votre place. Après tout, n’étiez-vous pas venue profiter de la plage ? Alors, qu’en pensez-vous ? Votre mission est-elle achevée ? Ou y aurait-il encore quelques détails dont vous souhaiteriez vous éclaircir ?

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 19 Mar 2014 - 2:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le combat ne fut que de courte durée. L’équipe de l’Atlante passant immédiatement à l’attaque, sans même leur laisser le temps de reprendre leurs esprits suite à la violente vague qui s’était abattue sur eux. Dana dirigea l’attaque, bien que, après quelques minutes, ils étaient presque tous menottés et sous la surveillance des agents de l’UNISON. Seul le capitaine se montra un peu plus récalcitrant, envoyant même l’un de ses agents au tapis. Secouant doucement de la tête, la blonde s’approchait de sa démarche fière et assurée jusqu’à ce dernier, pointant le canon de son arme sur le front du pirate, une lueur menaçante brillant au fond de ses prunelles. Elle n’appréciait pas spécialement que quelqu’un s’en prenne à ses agents. « Tu ne pourrais pas te la fermer quelques instants ? Tes expressions commencent à ma fatiguée. » Levant ses prunelles claires vers l’agent Pierce, lui faisant un signe de tête pour qu’il s’occupe du capitaine, il n’hésita pas un seul instant à se saisir de l’homme de son bras plus fort que la moyenne, histoire de lui passer les menottes au poignet et de lui retirer ce qu’il lui restait d’armes. L’équipage était désormais sous contrôle et Dana en profita pour s’éloigner d’eux et se saisir de son téléphone, une nouvelle fois.

Tournant les talons, elle regarda cependant son équipe par-dessus son épaule. « Surveillez-les. Et s’il faut, sortez les armes. » La voix de la princesse Atlante était ferme, ce qui pouvait contraster avec sa frêle stature et sa petite taille. Portant son téléphone à l’oreille, elle contactait bien évidemment l’UNISON. « Agente d’élite Taylor à l’appareil » déclara-t-elle clairement lorsqu’elle fut transférer au bon poste. « Nous aurions besoin d’une équipe d’intervention maritime, le long de la plage. Il est fort à parié qu’une menace s’y trouverait peut-être. » Car si elle venait de maîtriser l’équipage, il était hors de tout doute que la Black Mermaid devait se trouver non loin. Elle doutait qu’ils aient nagé jusqu’ici, sans compter que le fier capitaine avait abordé le sujet de son navire. Elle ne pouvait tout simplement pas laisser ledit navire sur le bord de Star City, quitte à prendre des précautions qui s’avéreraient peut-être inutiles. « Je vous envoie notre position. Vous devriez normalement trouver dans les environs, bien que la distance soit encore inconnue, un soi-disant bateau pirate. Vieux, je crois bien. » Elle raccrocha finalement pour envoyer la position satellite de où est-ce qu’ils se trouvaient à la base de l’UNISON. Elle aurait tout le loisir de remplir un rapport concernant les évènements survenus sur la plage un peu plus tard.

Les membres de son équipe étaient toujours auprès des pirates, l’agent Pierce s’assurant que le capitaine ne tente rien d’un peu trop stupide. Dana s’approcha d’eux, croisant les bras sur sa poitrine comme le vent marin semblait vouloir souffler dans leur direction. « J’ai contacté l’UNISON. Une équipe d’intervention vont venir ratisser la mer à la recherche de la Black Mermaid. » Le simple nom du bateau rappelait ceux donnés aux bateaux pirates. Et puis, il y avait fort à parié qu’une étude peut-être plus approfondie dudit bateau ne serait pas de trop, s’ils arrivaient à mettre la main dessus. « Quant à eux, je crois que vous pouvez les ramener. Un interrogatoire ne serait pas de refus. J’ignore encore comment ils sont arrivés ici, comme ils ne cessent que de parler des Indes depuis que je suis entrée en contact avec eux. » C’était pour dire comment la situation avait pu paraître étrange à l’Atlante, aux premiers abords. Et même encore, elle n’était pas sure de comprendre encore ce qu’il s’était réellement déroulé, dont pourquoi elle était convaincue qu’il valait mieux les ramener entre les murs de l’UNSION. Ils sauront très certainement quoi faire d’eux. Elle n’aurait qu’à faire un suivi pour satisfaire sa curiosité parfois mal placée mais qui faisait d’elle une agente qui analysait tout ce qui l’entourait avait de poser une quelconque action.

L’agent Pierce se saisit donc du capitaine par le bras, le forçant peu aimablement à se remettre sur ses pieds. « Vous ne venez pas ? » demanda-t-il à la princesse Atlante, arrachant un sourire à la demoiselle suite au vouvoiement. « Je t’ai déjà dit que je n’avais pas cinquante ans et donc, que le vouvoiement n’était pas nécessaire. Et puis, j’étais venue ici pour profiter de mon jour de repos » lui dit-elle alors que ses prunelles bleues se reposaient sur l’océan. Un soupire franchit ses lèvres alors que le super soldat hochait de la tête, n’insistant pas plus, s’occupant de ramasser un autre membre de l’équipage au passage. « Dites simplement que je m’occupe de la paperasse concernant l’évènement ce soir. » Parce que, pour le moment, elle comptait bien noyer sa nostalgie et son mal du pays dans l’horizon, là où le ciel et l’eau ne faisait qu’un. Elle savait qu’elle allait devoir rapporter tout ça aux plus haut placé, comme elle n’était pas tout à faire sure s’il ne s’agissait-là que d’un concours de circonstance ou bien s’il s’agissait d’une force extérieure pas tout à fait naturelle. S’avançant sur la plage, elle se laissa tomber contre le sable, écoutant d’une oreille distraite le bruit des moteurs de voiture s’éloigner. Elle se perdit de nouveau dans sa contemplation de la mer, soupirant quant à l’idée que, même lors de ses jours de congé, il lui arrivait de revêtir son rôle d’agente, bien que cette intervention brève. Sûrement devait-elle remercier ses origines Atlantes pour lui avoir permis d’inspirer la peur chez le petit groupe de pirates soi-disant courageux.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 20 Mar 2014 - 11:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3688
ϟ Nombre de Messages RP : 3309
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Captain Woodenleg avait beau maugréer, il était aisé de voir à son calme relatif que ce n’était sans doute pas la première fois qu’il se retrouvait aux mains des autorités. Cela dit, le pirate était encore loin de se douter qu’il ne venait pas d’être arrêté par l’armée un peu spatiale d’une nation inconnue fondée par les Hollandais au nord des Caraïbes mais par les forces de l’UNISON ; si Dana avait supposé aux pirates des origines plus lointaines encore qu’il n’y paraissait, ces derniers, encore confus, ne s’étaient pas rendus compte de la gravité de leur situation. Woodenleg était ainsi persuadé de pouvoir acheter sa liberté contre quelques informations sur ses frères de la côte ou, dans le pire des cas, une assistance à la marine britannique, dans sa lutte pour la suprématie océanique.

Certes, la confiance du marin commença à s’effriter quand on le fourra dans un caisson métallique automobile et à entendre le silence qui, après la dernière intervention de Dana, succédait à ses exclamations outrées et ses discours mielleux, on pouvait croire que Woodenleg n’en menait pas large. Ses hommes, quant à eux, dont la confiance en leur capitaine avait déjà été considérablement effritée par les démonstrations de force de Dana, commençaient à retourner leur veste — quand ils ne se sentaient pas transportés par un regain de conscience religieuse et murmuraient des prières maladroites, terrifiés par ce qu’ils supposaient être de la sorcellerie.

Au Brett Building, à peine l’appel de Dana reçu, l’UNISON avait dépêché une brigade maritime pour remonter les côtes le long des coordonnées transmises par la jeune femme. En matière d’océan, qui ne ferait pas confiance à Néréide, qui s’était illustrée récemment encore dans l’affaire du détournement de l’USS Lincoln par des pirates beaucoup plus modernes que Woodenleg et sa sinistre troupe ? Or, si le Black Mermaid ne manquait pas de puissance de feu, elle était tout de même loin de faire le poids devant les navires militaires modernes ponctuellement utilisés par l’UNISON dans de semblables situations — et sa vitesse de croisière était infiniment moindre.

Dès le bâtiment pirate repéré, la base navale américaine la plus proche fut contactée : c’était après tout à l’armée que revenait au premier chef la protection des eaux territoriales. Ainsi, alors que Dana reprenait goût à la quiétude d’une promenade interrompue par l’irruption des forbans d’un autre temps, une opération un peu mouvementée mais sans grande difficulté se mettait en place au large de Star City, plus loin dans la baie. À la fin de la journée, quand l’agent rentra rédiger le rapport qu’elle avait promis et découvrit les minutes des interrogatoires quelque peu difficiles de Woodenleg et ses hommes, elle put constater que la Black Mermaid avait bien été abordée et son équipage maîtrisé : c’en était fini de l’éphémère carrière de capitaine de John le Boiteux.

Woodenleg et sa bande sont désormais écroués à Star City, même si leur statut juridique est difficile à établir. La Black Mermaid est elle-même passée au peigne fin, dans l’espoir de trouver les raisons de son brusque saut dans le temps. Pour l’heure, l’étude du navire pirate n’a donné aucun résultat et les spécialistes de l’UNISON en sont réduits à des hypothèses. Du fond de sa cellule, Woodenleg, pour sa part, rêve de vengeance…


Merci de ta participation et de ta réactivité ! Tu t’es fait un ennemi, on dirait, mais cela en valait sans doute le coup ! Maintenant la récompense :
→ Pour ton acte, tu gagnes 15 points de réputation : tu es déjà d’un niveau élevé et tu t’imposes de plus en plus, pour les agents de l’UNISON et ta hiérarchie, comme spécialiste ès océan ;
→ Pour ta participation active tu gagnes 15 points d'inventaire.
→ Pour les idées que tu as eues tu gagnes 15 points d'inventaire : tu es parvenue à exploiter la superstition des pirates et à les maîtriser sans blesser qui que ce soit, c’est un bel exploit.
Si tu souhaites donner ton avis sur la mission (afin que je puisse améliorer mes interventions ou mes idées pour les missions suivantes), tu peux poster ici.
Revenir en haut Aller en bas



Haut les cœurs, moussaillons ! [Hasard — Dana Taylor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Haut les cœurs, moussaillons ! [Hasard — Dana Taylor]
» Les sujets de Thétis - Dana Taylor
» Dana Taylor
» Les exploits de Thétis - Dana Taylor
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-