AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Nouvelle mission #Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Sam 8 Mar 2014 - 16:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Un plan se montait rarement en deux minutes, autour d’une bière dans un rade pourri. Non, bien souvent c’était réfléchi, avec un travail de recherche en amont qui pouvait prendre du temps. C’était ce qui s’était passé quand il avait été rapporté une sensation bizarre – que jamais elle ne sentirait elle-même – dans le quartier du front mer, s’en était suivait une enquête discrète. En fait, il suffisait juste de tendre l’oreille pour que certains voisins rapportent l’étrangeté de l’homme vivant dans un certain manoir. A partir de là, les recherches avaient vraiment commencé sans réellement aboutir à quelque chose de probant. Et quand les recherches n’aboutissent pas, c’est là qu’on prévoit d’envoyer Evey. Là, encore, les choses ne s’étaient pas faites du jour au lendemain : il avait fallu savoir les endroits qu’il fréquentait – et ce n’était pas si évident que ça – et inventer toute une histoire autour de la trentenaire.

Evey restait Evey Shapley, avec son emploi de femme de ménage dans un hôtel de Star City – en espérant ne pas y accueillir certains politiques – parce qu’un mensonge bien construit devait garder une part de vérité. Ce qui changeait en revanche, c’est qu’elle devenait la fille d’une Sud-Africaine, pour en faire une passionnée de l’histoire de cette partie du pays, de ses coutumes mais aussi de ses croyances. Elle fréquentait souvent le musé de Star City dans la section dédiée à cette partie de l’histoire, effectuant des recherches. Cette nouvelle Evey, toujours blonde, devait trouver le moyen de se faire « remarquer » sans pour autant que ça en donne l’impression alors, elle était devenue un peu gauche. Enchainant malencontreusement les gaffes et les situations un peu embarrassantes si bien qu’après un peu plus d’un mois à trainer régulièrement dans le musée, il était facile de l’avoir vu au moins une fois, cette blonde avec ses lunettes et, sa façon de se prendre un mur parce qu’elle était trop absorbée dans ses notes.

Le travail en amont était fini, elle avait eu le temps de s’habituer à son rôle et de se l’approprier. Aujourd’hui, c’était le jour où elle devait établir le contact avec Adrian Pennington mais, le plus compliqué dans cette histoire allait être de faire en sorte que cette prise de parole vienne de lui. Les gens se doutaient rarement qu’il y avait anguille sous roche quand ils pensaient être à la base d’une rencontre. Un autre agent de SHADOW était présent sur les lieux, visitant le musée comme n’importe quelle personne. Sa mission, à lui, n’était pas bien compliquée, il devait juste attendre le bon moment.

Il devait être 14h, Evey se tenait debout devant la reproduction d’une fresque. Son cahier dans la paume, elle gribouillait des notes et des croquis, son regard ne s’occupant de rien d’autre que de passer de la fresque à ses notes. Tellement concentrée sur cette tâche qu’elle ne vit pas Adrian arrivé dans la même section qu’elle, ce n’était pas son rôle de s’occuper de ça. Quand le mage fut plus ou moins dans son secteur, l’autre agent entra en action. Jouant les parfaits touristes, il prenait des photos et, pour avoir une meilleure prise de vue, se recula jusqu’à rentrer dans Evey. Le choc fut assez suprenant, et un peu brutal, pour qu’elle en lâche son cahier et les feuilles volantes qui allaient avec.

« Hey ! » Le ton était surpris mais n’avait rien d’agressif quand elle se tourna vers l’homme.
« Ouais, ben qu’est-ce que vous foutez là aussi ? Vous ne pouvez pas faire attention. »
« Mais… »

En voyant l’air peu avenant de l’homme, Evey ajusta ses lunettes sur son nez et baissa la tête pour éviter le conflit.

« Désolée. »
« J’espère bien ! »

Parce qu’il était évitant que cette Evey, pas très sûre d’elle, n’allait pas se risquer au conflit avec un parfait inconnu qui faisait une tête de plus qu’elle et qui était deux fois plus large. L’homme donna un coup de pied dans le cahier d’Evey qui par, un curieux hasard, se dirigea en direction d’Adrian. Puis, l’agent de Shadow termina son rôle en s’éloignant contrarié, bousculant sur son passage deux autres personnes, dont le mage. Pestant contre ces - je cite l’homme – abrutis incapables de se bouger, l’odieux personnage quitta la galerie pour aller poursuivre sa visite ailleurs. Moralité, Adrian se retrouvait avec un cahier de notes sur l’Afrique du Sud à deux mètres de lui et, à cinq mètres de lui une Evey qui était déjà accroupie pour commencer à récupérer ses feuilles volantes.

Il y avait plus qu’à espérer pour cet agent de Shadow que le stratagème allait fonctionner, en appelant aux bons sentiments du mage qui verrait, peut-être, dans cette situation quelque chose qui aurait très bien pu arriver à son assistante.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 10 Mar 2014 - 13:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4516
ϟ Nombre de Messages RP : 1515
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
En dehors des cours donnés à Star High et à Aishlinn, Adrian avait encore beaucoup de temps libre. Généralement celui-ci était beaucoup accaparé par les recherches sur la magie, mais il y avait aussi son boulot d'archéologue qui pouvait lui demander de s'éloigner du manoir. Depuis quelques temps, il y avait un jeune archéologue spécialisé dans la civilisation Africaine qui effectuait souvent des visites au musée d'histoire de la ville et très naturellement, Adrian avait décidé de s'intéresser à ce qu'il faisait. Il ne s'était toutefois pas présenté comme un archéologue et encore moins comme une personne désireuse de le rencontrer, il avait simplement fait quelques passages pour voir la teneur de son travail. Cependant, Adrian n'accordait souvent que très peu d'attention aux autres personnes lorsqu'il faisait « sa vie » de son côté. Aussi, même si Evey s'était promenée habillée en mini-jupe et avec un éléphant rose au bout d'une laisse, l'Archimage ne lui aurait pas lancé plus d'un regard.

C'est pour cette raison que ce jour-là, Adrian n'accorda pas franchement de regard à la jeune femme aux lunettes installée sur un banc. Son attention était entièrement dirigée vers les pièces exposées lorsqu'un éclat de voix la détourna vers un duo. Une jeune femme blonde aux prises avec un touriste semblait-il. L'Archimage n'était pas franchement intéressé par cette discussion animée qui allait certainement rapidement prendre fin et il reporta donc son regard jusqu'à la vitrine face à lui. Mais les choses ne semblaient pas s'arrêter là puisque quelques secondes plus tard, un carnet se mis à glisser jusqu'aux pieds du centenaire qui fut forcé de reporter son attention de ce côté. C'est à ce moment qu'il remarqua que la jeune femme avait décidé de semer ses feuilles volantes, mais l'arrivée plutôt brutale du touriste avec qui elle discutait avant, indiqua à Adrian que c'était lui le responsable. Après avoir été bousculé par celui-ci, le mage le suivit du regard quelques secondes, puis se pencha finalement pour ramasser le carnet qui avait glissé jusqu'à ses pieds. Même sans être curieux ou intrusif, le centenaire ne put s'empêcher de voir quelques esquisses et notes qui semblaient aborder un sujet qui lui était bien familier : celui de l'Afrique. Surprenant ! Relevant la tête vers la jeune femme, Adrian essaya de se souvenir de s'il l'avait déjà croisée, mais ça ne semblait pas être le cas. Il se redressa finalement pour se porter à la hauteur de la malheureuse et l'aider à ramasser ses notes éparpillées tandis que les personnes autour d'eux évitaient soigneusement de les approcher – à croire qu'aider quelqu'un était hors de leur portée. Après avoir ramassé les feuilles de son côté, l'Archimage se redressa et les tendit à sa propriétaire.

« Tenez, j'espère pour vous qu'elles ne sont pas abîmées. Parce que les feuilles volantes, ça faisait de parfaits tapis pour chaussures sales !
Vous allez bien ? Il n'avait pas l'air vraiment commode... Son regard se glissa vers la zone où le touriste s'était évaporé avant de revenir vers la jeune femme.
Oh, je crois que ça vous appartient aussi. Il lui tendit son carnet de notes.
Il avait glissé jusqu'à là-bas. »

Bien sûr, la logique aurait voulu qu'il se détourne en lui souhaitant une bonne journée et qu'il retourne à ses affaires, mais là, c'était un peu différent. D'une part, cette fille lui rappelait étrangement son assistante : des lunettes, l'air timide et un peu paumée, forcément son côté « paternel » ne pouvait que compatir face à une demoiselle en apparence aussi fragile, mais ensuite, elle avait un carnet sur l'Afrique. Ces derniers temps, Adrian avait beaucoup parlé de ce pays et son « mal du pays » était revenu alors qu'il s'était absenté plusieurs années. C'était étrange de se dire que vous vous sentiez davantage chez vous sur des terres qui ne vous avaient pas vues naître, mais c'était un détail qui ne perturbait pas vraiment le centenaire. Finalement, comme il avait un peu trop hésité pour pouvoir s'éclipser aussi simplement, Adrian reprit la parole d'un ton apparemment peu intéressé.

« D'ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher de voir que vous aviez écrit pas mal de choses sur l'Afrique... c'est un simple hasard lié à cette exposition, ou vous vous y intéressez à côté ? »

Simple curiosité évidemment ! Ce n'était pas comme si son nom était connu dans le domaine, il n'était rien de plus qu'un simple archéologue qui avait fait des découvertes mineures, il n'avait donc aucune raison de penser que cette jeune femme puisse avoir de mauvaises intentions à son égard. Finalement, Aishlinn avait raison : il était trop gentil – et trop facile à berner.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 15 Mar 2014 - 13:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Ramassant le reste des feuilles volantes, Evey releva le visage en voyant quelqu’un l’aide. Un léger sourire sur les bords des lèvres, elle semblait remercier cette aide providentielle alors que, autour, les gens passaient sans trop de soucier de leur présence. Intérieurement, elle trouva que les choses se déroulaient plutôt bien. Comme c’était prévu pour le moment, en tout cas. Restant dans son rôle – plutôt que de se mettre à sourire de manière victorieuse – elle se redressa pour récupérer les feuilles que lui tendait l’homme. Dans un réflexe qui semblait des plus spontanés, elle ouvrit la bouche pour le remercier mais, quand il s’interrogea sur son état, elle fut assez surprise. A défaut d’avoir une réaction – comme elle aurait pu avoir en étant elle-même – rapide, Evey eut l’air un peu paumée avant de hocher positivement la tête. Oui, elle allait bien. Son regard se porta d’ailleurs un peu plus loin, pour chercher l’homme responsable du massacre de ses notes mais, n’étant plus en vue, elle reporta son regard sur l’archéologue. En revanche, quand il tendit son carnet de notes, la trentenaire s’anima d’un sourire en le récupérant.

« Merci beaucoup, ça m’aurait ennuyé qu’il se fasse piétiner. » Elle avait été au plus proche en s’occupant des feuilles volantes mais, il était clair qu’elle semblait plus tenir au carnet qu’au reste. « Et oui, oui, je vais bien. » Elle ajusta ses lunettes déportant son regard plus loin avant de revenir sur Adrian, en soupirant très légèrement. « Il faut croire que, même chez les touristes, la mauvaise humeur existe. »

Il était surtout question d’impolitesse mais l’américaine semblait préférer mettre ça sur le compte d’une attitude passagère, plutôt que sur un trait de caractère qui pourrait être constant. Un peu comme si, dans le fond, elle était persuadée que tout le monde était gentil, qu’elle vivait dans le monde merveilleux de Candy et que les gens désagréables avaient, forcément, une bonne raison de l’être de manière temporaire. Elle regarda un peu le petit tas de feuilles qu’ils avaient récupérés avant de les désigner légèrement et de faire un hochement de tête pour laisser comprendre qu’elles n’avaient pas subi trop de dégâts.

Evey s’était imaginé devoir trouver un moyen d’ouvrir la discussion pour qu’il ne reparte pas après avoir tout rendu à sa propriétaire mais, en réalité, le coup du carnet avait très bien fonctionné : c’est lui qui, finalement, l’interrogea sur ses recherches. Baissant un peu le regard sur son carnet, elle semblait surtout chercher à la façon de répondre. Pas que ça la dérangeait mais, cette Evey était un peu timide et s’étonnait facilement des questions qu’on pouvait lui poser, comme si c’était étrange et nouveau qu’on puisse s’intéresser à ce qu’elle faisait comme recherche.

« Je… Non… Enfin, oui. Euh… » Elle laissa passer un très léger rire, dans un soupir en secouant la tête. Une inspiration plus tard, elle reprit de manière plus structurée. « Non, ce n’est pas lié à l’exposition, je m’y intéresse. Enfin, surtout à une partie en particulier. » Pendant qu’elle parlait, son index dessinait des spirales sur la couverture de son carnet, comme si cette action l’aidait à se détendre. « Ma mère est sud-africaine alors, c’est une culture familiale, je dirai. » Elle afficha un léger sourire. « Mais, vous voyez, c’est un tel pôle culturel qu’on se laisse vitre prendre à faire des recherches même sans être pour un but particulier. »

Son léger sourire laissait penser qu’elle devait croire passer pour une folle. Qui passerait autant de temps dans un musée sans même être rémunéré pour le travail effectué ? Parce que c’était bien ce qu’elle était en train de dire : Evey effectuait des recherches pour se renseigner sur ses origines. Du moins, en apparence, c’était ça. En réalité, elle n’avait rien à voir de près ou de loin avec l’Afrique, hormis les réelles recherches faites ses derniers temps pour être capable de tenir une conversation sur le sujet. Secouant légèrement la tête pour ne pas se perdre dans des explications à ne plus en finir, elle reporta son attention sur l’homme qui était supposé lui être inconnu.

« Vous n’avez pas l’allure du touriste. » Son manque d’appareil photo. « Vous travaillez ici ? » Une question qu’elle aurait pu poser hors mission, sûrement à cause de la tenue vestimentaire de l’homme qui lui donnait un air très… Euh… Très à l’ancienne, typiquement le style vestimentaire qu’elle imaginerait pour un conservateur de musée. « Vous avez l’air de vous y connaitre sur le sujet pour avoir vu de quoi parlaient mes notes. » Il n’y avait pas écrit « Afrique » en gros partout sur le carnet de notes donc, il fallait connaitre un minimum le sujet pour pouvoir l’identifier. « En tout cas merci encore pour le carnet et les notes. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 16 Mar 2014 - 20:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4516
ϟ Nombre de Messages RP : 1515
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Il semblait que la jeune femme était plutôt heureuse de récupérer son carnet de notes ! Pas très étonnant, c'était certainement le même type que celui qu'il avait pu avoir à l'époque où il était en Afrique et où il passait son temps à écrire à propos de ce qu'il voyait. Sauf qu'elle en l'occurrence, elle le faisait au musée ! Dans un mimétisme involontaire, il esquissa un sourire en retour à celui qu'elle lui adressa avant de finir par hocher la tête lorsqu'il fut question de la mauvaise humeur prédominante. Tout le monde ou presque semblaient avoir un don plus qu'évident pour faire pâtir les autres de leur mauvaise humeur ! Adrian le premier, enfin du moins à l'époque où il était encore du genre à se vexer puisque ce n'était plus franchement d'actualité. Être centenaire apprenait à prendre les choses du bon côté et à ne pas s'arrêter sur de menus détails. Bref, l'inconnue lui expliqua finalement que son carnet n'était pas lié à l'exposition, mais uniquement à son intérêt personnel. Une mère sud-africaine ? L'intérêt d'Adrian monta forcément puisqu'il avait passé quelques années là-bas – lorsque les blancs étaient encore au-dessus des noirs – et même s'il en avait gardé un assez mauvais souvenir, ça restait lié à l'Afrique et ça l'intéressait forcément. Avant qu'il ne puisse la questionner à ce propos, la jeune femme reprit pour lui poser une question qui, au final, était parfaitement justifiée. Oui, il devait avoir l'air de bosser dans un musée ou d'être professeur d'histoire vu son accoutrement – bonjour les idées reçues. C'est donc avec un sourire qu'il répondit.

« C'est normal. Je m'y connais un peu en ce qui concerne l'Afrique oui, en fait je ne travaille pas ici, mais je suis archéologue et j'ai pas mal étudié l'Afrique et tout ce qui tourne autour. Du coup, en voyant quelques mots qui figuraient dans votre carnet, j'ai forcément fait le lien. Il avait juste posé les yeux sur les pages, mais même sans chercher à lire, ça lui avait sauté aux yeux.
Cela dit, je suis venu ici en touriste, je voulais simplement voir l'exposition comme c'est l'un de mes sujets de prédilection, c'est toujours agréable de pouvoir voir un sujet qui nous passionne traité de manière différente de la nôtre. Enfin je trouve. Après, peut-être que les autres s'en moquaient, allez savoir.
Et vous faites ces recherches depuis longtemps ? Enfin je veux dire, votre envie de découvrir cette culture familiale, c'est depuis longtemps, ou c'est récent ? »

Dans un sens, ça ne le regardait pas vraiment parce qu'elle n'avait peut-être pas envie de confier ses recherches et ses états d'âme à un type qu'elle ne connaissait pas, mais c'était plus fort que lui. Bien qu'il l'ignorait, Evey avait parfaitement choisi sa technique d'approche : aucun sujet – pas même la magie certainement – n'aurait réussi à le pousser à ce point-là à lui adresser la parole. Finalement, l'Archimage n'était pas quelqu'un de très prudent lorsqu'il était question de sa seule et unique passion. Son regard sonda brièvement le visage de son interlocutrice comme s'il cherchait à savoir s'ils s'étaient déjà rencontrés ici, mais impossible de le savoir. Adrian n'était pas physionomiste et en plus il ne faisait généralement pas attention aux personnes autour de lui lorsqu'il se rendait quelque part pour une exposition. Après quelques secondes de silence, il reprit la parole.

« Votre mère vient de quel endroit exactement ? Et comme cette question pouvait avoir l'air intrusive, il précisa un point.
Les traditions peuvent beaucoup varier d'une ville à l'autre, même au sein d'un même pays ou d'une même région. J'ai été en Afrique et je suis passé par ce coin-là, du coup si je peux vous aider un peu, ce sera avec plaisir. Enfin, sauf si vous voulez vous débrouiller toute seule, je comprendrais parfaitement. Il devait avoir l'air louche à proposer son aide comme ça, sans rien demander en retour.
À propos, moi c'est Adrian. »

Parce que se présenter, c'était la moindre des choses à la base et lui dans son empressement en avait carrément oublié les règles de politesse. S'il avait su quelles étaient les véritables intentions qui animaient la blonde face à lui, le mage ne se serait certainement pas montré aussi aimable, c'est un fait !
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 18 Mar 2014 - 19:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
L’intérêt d’Evey sembla monter d’un cran quand il expliqua s’y connaitre sur l’Afrique parce qu’il était archéologue. En réalité, et de manière personnelle, elle s’en foutait pas mal. Elle avait bien assez de choses à gérer ici, pour son groupe, pour ne pas avoir à s’occuper de ce qui se passait ailleurs. Pas qu’elle était contre les connaissances mais, sans cette mission, elle n’aurait jamais songé à se renseigner de ce côté-là. Mais elle jouait un rôle et, l’Evey face à Adrian ne pouvait que se sentir intéressée par un homme qui disait avoir des connaissances sérieuses sur le pays qu’elle étudiait. Hochant la tête dans un sourire, elle signifiât comprendre comment il pouvait avoir fait le lien entre ses notes et le pays dont il était question, loin de se vexer parce qu’il avait posé son regard sur le carnet.

Une chose était certaine : le sujet était très bien choisi. L’homme semblait vraiment s’y intéresser puisqu’il posa rapidement plusieurs questions sur les recherches qu’elle pouvait faire. Et si, en temps normal, elle aurait envoyé bouler quelqu’un posant autant de questions, dans les circonstances actuelles, c’était une bonne chose. Evey avait toujours eu du mal à comprendre les gens intrusifs – parce que c’était ce qu’il était à ses yeux – peut-être parce qu’elle était de nature secrète et qu’elle n’aimait pas voir les gens s’intéresser à elle. Évidemment, elle ne laissa pas passer ses réels ressentis face à cette rencontre, au contraire, elle semblait même ravie qu’on puisse s’intéresser à ses recherches, encore plus avec quelqu’un comme lui qui connaissait le sujet. Elle le laissa donc finir, avant d’afficher un sourire.

« Enchantée. Moi c’est Evey. Et, vous avez un nom ? » Rougissant très légèrement en comprenant que sa question était stupide : tout le monde avait un nom. « Enfin, je veux dire, oui, forcément vous avez un nom mais, peut-être que je suis déjà tombée sur une de vos études. » Adrian, c’était plutôt courant comme prénom, après tout et comme elle n’était pas censée savoir qui il était, sa question lui semblait être logique. «Et ma mère vient de Benoni, dans la province du Gauteng. » Elle plissa légèrement les gens en baissant la tête. « Enfin, je crois. »

Les derniers avaient dit un peu plus bas que le reste de son discours, un peu comme si ça avait été dit pour elle-même si ça restait audible. La vie de cette Evey était un peu compliquée, un choix voulu pour plusieurs raisons : d’une, elle ne possédait pas assez de connaissances – surtout face à une personne dont c’était le sujet d’études – et qu’il fallait bien palier à ses lacunes d’une façon ou d’une autre. Deux, les histoires compliquées, allez savoir pourquoi, ça suscitait toujours un certain intérêt ou une forme de « pitié » chez les gens. Chose qu’elle-même ne comprenait pas réellement. Trois, ça permettait surtout d’avoir des choses à dire et maintenir une conversation. Elle redressa la tête.

« Mes recherches sont assez récentes, quelques mois. » Ce qui n’était pas tellement un mensonge en réalité. « Pour être honnête. » Très drôle ! « Je ne savais même pas pour mes origines. » Elle s’arrêta en se disant que ça devait être compliqué de comprendre quelque chose à ce genre d’explications. Elle haussa légèrement les épaules. « Ma mère est partie quand j’étais jeune et parler d’Afrique avec le reste de ma famille, c’est forcément parler d’une population stéréotypée. Du coup, personne n’a cru bon de me parler de tout ça avant que je le découvre un peu par hasard. »

Elle laissa passer un sourire pour prouver que ce qu’elle venait de dire était juste pour lui expliquer pourquoi elle avait entamé des recherches tardives mais, en aucun cas, que c’était dit pour se faire plaindre. D’ailleurs le ton ne laissait pas de place à une forme de regret parce que – toujours dans son rôle – elle ne voyait pas l’intérêt d’ennuyer quelqu’un avec ce genre d’histoire.

« Apparemment j’ai passé les deux premières années de ma vie dans cette ville. » Ce qui expliquait pourquoi elle supposait que sa mère soit originaire de là-bas sans en avoir la certitude. « L’envie de me renseigner est venue de là mais, pour être franche, il y a tellement de choses à voir que je ne sais pas toujours comment tourner mes recherches. » Surtout si elle ne pouvait pas compter sur l’appui de sa famille à ce sujet. Elle se retrouva donc à secouer la tête dans un sourire presque remerciant. « Du coup, j’avoue que si je peux avoir un peu d’aide, surtout venant d’une personne qui a pu se rendre dans cette région, je serais bien mal avisée de refuser. »

C’était un peu nouveau pour elle de devoir admettre, ouvertement, qu’une autre personne était plus qualifiée qu’elle. Mais c’était pour les besoins d’une mission alors elle pouvait bien mettre sa fierté de côté pour coller au rôle qu’elle s’était construit pour approcher l’homme.

« Mais je ne voudrai pas vous empêcher de voir cette exposition, surtout si vous êtes venu pour ça. » Ouais cette Evey là était polie et se souciait du planning des autres personnes. « Alors si vous voulez je peux vous dire les jours où je suis ici et voir si ça concorde avec un temps de libre que vous pouvez avoir ? » Elle avait l’air un peu gênée de lui demander ça, enfin, surtout de prendre de son temps. « Je ne connais aucun archéologue mais je suppose que vous devez être bien occupé. »

Sous-entendu, elle ne voulait pas le déranger. A croire qu’elle était vraiment intéressée par le fait d’en savoir plus pour oser lui demander de se revoir en acceptant sa proposition d’aide.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 19 Mar 2014 - 14:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4516
ϟ Nombre de Messages RP : 1515
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Bon, il devait y avoir écrit quelque part sur son front qu'il était sensible aux personnes maladroites et promptes à être gênées dès qu'elles ouvraient la bouche, parce qu'il se rendait compte qu'il en rencontrait énormément. Ce n'était pas pour le déranger cela dit, à force de côtoyer une assistante bâtie sur le même modèle, le mage avait fini par savoir comment leur parler – ou en partie du moins. Quoi qu'il en soit, son nom de famille n'apprendrait pas grand-chose à la jeune femme, sauf si elle était tombée sur ses recherches d'il y a plusieurs décennies – dans les années cinquante environ. C'était donc assez peu probable et il ne risquait pas grand-chose à lui répondre. Il garda toutefois cette précision de côté étant donné qu'elle avait l'air d'avoir quelques légers problèmes liés à son passé et lorsqu'elle l'informa du fait qu'elle ignorait tout de ses origines jusqu'à très récemment, il ne put ressentir un élan de compassion pour elle. C'était horrible que d'être aussi prévisible, mais c'était toujours comme ça avec les « gentils », trop faciles à manipuler. Être l'Archimage ne l'immunisait pas contre la compassion, malheureusement pour lui. Le fait que la vie de la prénommée Evey ne le regardait pas vraiment ne semblait pas le gêner. Adrian avait beau ne pas être intrusif, là il était dans le rôle de l'archéologue et non celui du mage. Les informations qu'il obtenait serviraient donc à mieux aiguiller la jeune femme dans une direction ou dans l'autre et au final, c'était tout ce qui importait pour lui. Comme elle lui avouait ne pas savoir par où commencer, il hocha la tête pour lui faire savoir que c'était normal. Lui-même ne savait jamais où entamer ses recherches lorsqu'il se lançait dans un sujet qu'il ne maîtrisait pas, c'était parfaitement normal ! Cependant, comme la jolie blonde avait l'air de craindre de le gêner, il dût la rassurer avant toute chose.

« Ne vous inquiétez pas, cette exposition ne va pas disparaître ce soir, j'ai largement le temps de revenir un autre jour. Sauf s'il rencontrait une autre jeune femme perdue entre-temps.
Je ne suis pas vraiment occupé ces temps-ci et puis, même si c'était le cas, disons que c'est une manière d'approfondir mes recherches. Si je peux vous aider, ce sera avec plaisir, ce n'est pas tous les jours que j'ai la chance de croiser quelqu'un qui s'intéresse au même sujet que moi vous savez. C'était peu de le dire et ça expliquait l'état de son carnet de contacts.
Alors vous pouvez me dite ça oui, on devrait bien trouver un moyen de ménager un peu de temps. »

Il avait l'air absolument sûr de lui et ce n'était pas sans raison : Adrian avait un emploi du temps plus que malléable donc il pourrait se permettre de repousser des recherches pour pouvoir aider une jeune femme. Ce n'était pas son côté chevalier blanc qui était touché, mais uniquement le plaisir de pouvoir aider quelqu'un. Finalement, Aishlinn avait parfaitement raison lorsqu'elle lui disait qu'il avait toujours besoin d'aider quelqu'un. Ce qu'il était prévisible. Ne se doutant pas le moins du monde à qui il avait affaire, le mage reprit la parole pour répondre aux précédentes questions qu'elle avait pu poser.

« D'ailleurs je m'appelle Pennington. Mais vous ne devez pas connaître, je n'ai pas beaucoup publié. Pas sous cette identité-là du moins.
Je connais davantage Benoni de nom que pour y avait beaucoup séjourné, mais c'est une ville assez célèbre. Enfin, elle est principalement réputée pour ses gisements d'or, mais je ne pense pas que c'est vraiment ce qui vous intéresse. Il eut un sourire amusé.
D'ailleurs si je ne me trompe pas, elle n'a été que récemment intégrée au Gauteng, peut-être que vous trouveriez plus de choses en fouillant dans des dossiers qui concerneraient son ancienne appellation ? »

Elle devait être tombée là-dessus au cours de ses recherches, mais des fois la logique des uns n'était pas celle des autres. Avant d'être archéologue, Adrian ne pensait pas toujours à vérifier les références antérieures et il avait parfois raté des choses intéressantes en se focalisant sur un seul nom par exemple. Comme la demoiselle avait vécu là-bas quelques temps, peut-être qu'elle aurait des informations sur des photographies par exemple ?

« Ma question va vous sembler étrange, mais je présume que votre mère devait être blanche ? Parfois, la génétique était capricieuse et la blondeur de la jeune femme ne prouvait rien.
Pendant l'apartheid, Benoni a été « séparée » dans le sens où seuls les blancs vivaient en ville. Les noirs et les indiens ont été parqués dans des villages aux alentours et ne vivaient pas avec les autres, du coup vous pourrez mieux orienter vos recherches si vous avez des détails à ce propos. Mais peut-être que ce n'était pas le cas.
Et au final, vous voulez simplement apprendre les coutumes et traditions de ce pays, ou vous avez aussi d'autres envies ? »

Histoire qu'il puisse savoir comment orienter ses prochaines recherches.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 21 Mar 2014 - 15:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Alors c’était comme ça qu’agissaient les « gentils », ils volaient au secours de tout le monde, sans même les connaitre, avec une envie toute particulière de les aider ? C’était vraiment nul. Une perte de temps affligeante, si les gens commençaient à s’occuper de leurs affaires avant de se mêler de celles des autres, les choses iraient déjà beaucoup mieux. Bon, évidemment, ça arrangeait bien les petites affaires d’Evey qu’Adrian entre dans la catégorie des gens serviables, au moins ça lui permettait d’avoir un sujet d’accroche et de passer plus de temps avec lui sous prétexte d’une fausse recherche. Elle pourrait, de ce fait, en savoir plus sur l’homme. Loin d’afficher ce genre de pensées, Evey sembla être toujours un peu gênée mais, le petit sourire qu’elle avait sur le coin des lèvres semblait prouver qu’elle était, quelque part, un peu soulagée et rassurée d’apprendre qu’elle ne l’importunait pas. Que ce soit son rôle, ou ce qu’elle pensait réellement, elle devait bien avouer qu’il savait rassurer les gens sur le temps qu’il voulait bien accorder à une recherche. Un regard à la montre qu’elle avait au poignet, plus par réflexe – un faux réflexe – elle finit par relever la tête vers l’archéologue.

« Après demain, c’est mon jour de repos, je comptais venir dans la salle d’études qu’ils ont dans une autre partie du musée. » Baissant légèrement la tête, comme pour dire qu’elle n’était toujours pas très à l’aise dans cette demande d’aide improvisé – les gens serviables, c’était toujours très surprenant – elle reprit. « Est-ce que ça vous conviendrait ? » Relevant la tête dans un haussement léger haussement d’épaules elle avait l’air de se sentir obligée de se justifier. « Parce que là, je reprends mon service dans moins de deux heures et puis, ça me permettra de ramener un autre carnet que j’ai trouvé. »

Si ça ne tenait qu’à elle, Evey aurait tout fait dans la même journée mais ça posait plusieurs soucis : Le premier c’est qu’il aurait pu paraitre étrange qu’elle se balade sans raison avec le journal de bord familial. Le deuxième, c’était surtout pour une question de « sécurité ». Ça faisait beaucoup moins « prévu » si elle donnait l’impression de ne pas pouvoir se poser pour parler de tout cela alors que ça semblait lui tenir à cœur. Du coup, reporter une discussion sur le sujet permettait de donner un côté plus réaliste à cette rencontre. De toute façon, depuis le temps qu’elle prévoyait cette mission, elle n’était plus à deux jours près et avait acquis, depuis un moment, que les choses ne se feraient pas en deux heures. Autant prendre son temps et s’assurer d’une réussite.

Ce qui était certain c’est qu’Evey semblait apprécier le fait qu’il ne se montre pas particulièrement compatissant, ou quelque chose de ce genre, vis-à-vis de son bout de fausse d’histoire. Comme les choses n’avaient pas été dites pour se faire plaindre mais bien pour donner des indications, le fait que ce soit pris de cette manière fut apprécié par la trentenaire. Un peu navrée, elle secoua légèrement la tête dans une moue pour laisser entendre que, effectivement, son nom de famille ne lui parlait pas. Adrian prouvait qu’il ne mentait pas en disant s’y connaitre, parce qu’il n’avait pas besoin de faire la moindre recherche pour posséder des informations sur la ville qu’elle lui avait donnée, ce qui la fit sourire. Parce que, d’une certaine manière, la Evey qu’elle s’était construite, comprenait qu’elle n’était pas tombée sur un type qui cherchait seulement à se la raconter sur ses connaissances pour pouvoir l’aborder.

« Non, effectivement, les gisements d’or ne sont pas ma principale préoccupation même si ça fait partie intégrante de l’histoire de cette région. Et oui j’ai regardé sous l’ancienne appellation, celle qui n’a duré qu’un an entre 94 et 95, et celle d’encore avant. » Elle avait dit avoir fait des recherches et le prouvait pour appuyer le rôle qu’elle s’était construit sans pour autant en donner l’impression. « L’avantage de cette région c’est qu’elle est une des colonies britanniques, ça permet d’avoir des informations plus facilement mais, l’inconvénient c’est que ce n’est pas forcément ce qui m’intéresse comme informations. »

Le climat économique était intéressant pour comprendre le mode de vie des gens mais, en aucun cas, ça ne renseignait sur les croyances des gens vivants là-bas. L’air de rien, sans que ça ne soit une évidence pour le moment, elle préparait doucement le terrain pour plus tard, pour en venir doucement sur un registre plus « magique » des cultures. Parce qu’il était clair qu’elle n’avait pas l’attention de parler politique et économie, son but restait de se renseigner sur Pennington et non pas sur l’Afrique ! Elle afficha bien vite un sourire rassurant.

« Non, la question n’a rien d’étrange vu l’histoire de cette ville. » Elle semblait plus que sincère dans sa phrase avant de hocher la tête. « Oui, elle était blanche. »

Notons que ça avait l’air de la déranger un tout petit peu. Cette Evey avait envie de croire que sa mère avait été une personne contre la séparation entre les blancs et les noirs, qu’elle avait été quelqu’un de bien qui ne s’arrêtait pas à une couleur de peau. Mais elle se reprit très rapidement pour répondre à sa dernière question.

« Oui, oui, c’est pour comprendre les traditions et les coutumes. »

Sauf qu’elle donnait l’impression de ne pas être totalement honnête sur ce plan-là. La magie, les pratiques, les croyances voilà sur quoi elle s’interrogeait surtout mais, toujours dans son rôle, elle n’osait pas en parler sous peine de passer pour une folle. La magie ce n’était pas quelque chose d’acquis encore. On n’en parlait pas aussi librement que des pouvoirs génétiques. Cherchant à ne pas montrer ce faux mensonge, elle afficha un léger sourire.

« En tout cas c’est vraiment gentil de bien vouloir m’aider. » restait plus qu’à savoir si le retrouver dans deux jours lui conviendrait pour pouvoir aller plus en avant dans ses recherches.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 22 Mar 2014 - 13:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4516
ϟ Nombre de Messages RP : 1515
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Une chose était certaine : Evey s'y était parfaitement prise pour noyer le poisson ! Adrian était très loin de se douter à qui il avait affaire. Le simple fait que ce soit lui qui était venu lui adresser la parole et non le contraire était, par ailleurs, une excellente raison pour lui de penser qu'il n'y avait pas le moindre risque. Puis soyons honnêtes, le centenaire avait beau avoir côtoyé des individus très dangereux au cours de sa – trop – longue vie, ce n'était pas pour autant qu'il en venait à soupçonner les demoiselles à lunettes et aux tendances maladroites, d'être des vilaines envoyées pour en apprendre plus sur lui. En somme, à l'instant actuel Adrian était parfaitement convaincu d'avoir affaire à une jeune femme tout ce qu'il y avait de plus normal et qui cherchait simplement à en apprendre plus sur ses origines. À ses yeux, ce n'était que le hasard qui avait décidé de les faire se rencontrer et non une habile mise en scène.

Le fait qu'elle repousse cette discussion jusqu'à dans deux jours était encore une raison supplémentaire pour qu'il ne soupçonne rien. Réfléchissant rapidement pour essayer de se remémorer ce qu'il avait prévu, Adrian hocha finalement la tête. Il ne devait pas donner de cours à Star High et, logiquement, Aishlinn ne débarquerait pas au milieu de la journée pour avoir le sien. En somme, mis à part ses recherches qui pouvaient être repoussées, il n'avait rien de prévu. Puis si une visite surprise se présentait, Sallah serait là pour faire patienter le ou la concerné après tout.

« Après demain c'est parfait. »

Cela lui laissera même le temps de préparer quelques papiers qui pourraient aider la jeune femme, éventuellement recopier certaines de ses notes – puisque les photocopieuses n'existaient pas dans le monde d'Adrian – en somme, faire ce qu'il aurait fait pour n'importe qui venant lui demander son aide. Le fait qu'elle ne connaissait pas son nom était d'ailleurs une bonne chose pour l'archéologue ! Si Evey lui avait annoncé qu'elle avait entendu parler de « son ancêtre », il n'aurait certainement pas été aussi « ouvert » avec elle, cherchant à préserver le maximum d'informations sur ce qui pouvait faire sa particularité – à savoir, sa passion pour l'Afrique.

Toujours est-il que la jeune femme avait effectivement l'air de s'intéresser davantage à la culture de cette ville qu'à son industrie. Cela provoqua un léger sourire de la part du centenaire qui acquiesça pour lui faire savoir qu'il avait bien compris ce qu'elle voulait dire. Lui-même ne s'y était pas franchement intéressé de très près, mais lorsque vous vous rendiez dans un pays, il fallait savoir à quoi vous attendre ! C'était pour ces raisons que l'Archimage avait veillé à pousser ses recherches de ce côté-là. En ce qui concernait la génitrice de la jolie blonde, elle était donc bel et bien blanche. Les recherches allaient être facilitées à ce niveau puisqu'il s'agissait de la population « principale » de l'Afrique du Sud. Si elle avait appartenue aux minorités, les choses auraient été bien plus compliquées. Bref, Eldoth ne remarqua aucunement le mensonge de son interlocutrice et s'il l'avait fait, il l'aurait mis sur le compte du trouble provoqué par la discussion. Il était vraiment mauvais en ce qui concernait la télépathie, c'était un fait. Sur sa conclusion, Adrian lui offrit un dernier sourire.

« Ça me fait vraiment plaisir. On se dit donc à dans deux jours ? »

Ils se le dirent et Adrian la salua une dernière fois avant de poursuivre sa visite des environs, laissant Evey vaquer à ses occupations.
Le surlendemain, le mage arriva sur place un peu avant l'heure convenue. Il avait effectué quelques recherches dans ses papiers, ce qui avait d'ailleurs éveillé l'intérêt de Sallah qui avait imaginé l'espace d'un instant, qu'ils puissent rentrer là-bas. Mais non. Adrian avait bien rapidement ruiné les espoirs de son fils adoptif en lui parlant d'un énième jeune femme, ce qui avait évidemment provoqué une moue lassée sur le visage du quinquagénaire. Les deux passionnés d'Afrique – enfin le passionné et la menteuse – devaient se retrouver dans une salle tranquille et assez peu fréquentée et l'Archimage s'y rendit avant de poser ses quelques affaires sur une table, promenant son attention sur les environs. Le hasard voulu qu'il croisât rapidement le regard d'une étudiante de Star High avec qui il échangea quelques mots avant qu'elle ne s'éclipse et lorsque le mage vérifia qu'Evey n'était pas arrivé entre-temps, il fut étonné de la voir installée non loin de là. Depuis le début, ou très récemment ? Peu importait. Adrian s'approcha finalement d'elle et, une fois arrivé à ses côtés, la salua.

« Bonjour, j'espère que vous allez bien depuis la fois dernière. Ce qui était sincère. Il posa les quelques feuilles et livres sur la table avant de les faire glisser vers elle.
C'est pour vous, c'est ce que j'ai pu retrouver dans mes notes à propos des traditions de cette ville. Moins que je l'aurais espéré, mais c'est un bon début je pense. »

Enfin, si elle s'était intéressée à ce sujet du moins.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 23 Mar 2014 - 21:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Evey avait semblé ravie au moment où Adrian avait confirmé qu’il était disponible dans deux jours. Et, d’ailleurs, elle l’était réellement mais pas pour les raisons qu’elle exposait. Cette première approche s’était déroulée de manière tout à fait satisfaisante et, après avoir salué l’archéologue, elle l’avait laissé retourner à ses occupations. De son côté, elle était restée encore une petite heure au musé pour continuer sa prise de notes, histoire de ne pas donner l’impression de fuir tout de suite après cette prise de contact – même s’il ne le remarquerait pas, elle préférait négliger aucun détail. Puis, elle était partie pour se rendre à son boulot de couverture, parce qu’il fallait bien qu’elle soit fidèle à son poste si elle voulait le garder.

Le lendemain fut une grosse journée pour l’Américaine. Avec des personnes de SHADOW, elle avait orienté quelques recherches. Elle avait, aussi, récupéré le carnet de bord qui, dans son histoire, aurait été transmis de sa grand-mère à sa mère hypothétique. Le carnet en question n’avait pas été falsifié, il provenait d’une fouille datant d’un moment, dans la région qu’elle avait évoquée. Rien, ne devait être laissé au hasard. Il avait, d’ailleurs, la particularité de posséder quelques pages avec des symboles étranges liés à la magie de cette région. Evey n’aurait plus qu’à jouer l’innocente, à ce propos, et voir comment y réagirait Adrian pour essayer de le situer par rapport à tout ça. Le surlendemain, malgré un taux de fatigue proche du zéro, elle s’était pointé au musé à l’heure. Repérer l’archéologue ne fut pas très compliqué tellement il dénotait par ses tenues par rapport aux autres mais, le laissant discuter avec une personne, elle s’installa à une table.

Ses notes posées sur la table, son sac à côté d’elle contenant le fameux carnet de notes, elle releva la tête à l’approche de l’homme, avec un sourire sur le visage. Elle avait probablement l’air fatiguée mais, si la question se posait, elle justifierait ça sur ses longues heures de recherches qu’elle devait faire en dehors de ses heures de travail. Limite, ça faisait plus crédible que d’arriver toute fraiche. Elle hocha la tête dans un sourire.

« Oui, très bien. Merci d’être venue. » La politesse était une chose essentielle. Et pendant qu’il était en train de poser des feuilles dans sa direction, elle attrapa les deux gobelets qu’elle avait ramenés avec elle. « Je ne savais pas si vous préférez le café ou le thé alors, j’ai pris un de chaque. » Sentant un besoin de se justifier, elle reprit assez rapidement. « Je me suis dit que c’était une façon de vous remercier et que ça collait plutôt bien à l’heure matinale. » Et là, elle avait l’air de se sentir un peu stupide, du coup c’est avec un sourire gêné, qu’elle précisa. « Enfin, il n’y a pas d’obligation, c’est juste que… » Un sourire navré sur le visage. « Ça m’a semblé une bonne idée sur le coup. »

Et comme elle n’avait aucune intention de le tuer dans l’immédiat, les boissons étaient tout ce qu’on faisait de plus normales. Dans tous les cas, elle le laissa choisir s’il préférait le café ou le thé – ou rien – et prit la boisson restante n’ayant pas particulièrement de préférence. Evey le remercia très rapidement pour les recherches qu’il avait effectuées, semblant s’inquiéter de lui avoir pris de temps dans ses propres occupations. Mais, très rapidement, la discussion autour de l’Afrique et de la ville qu’elle avait nommée s’installa entre les deux, échangeant les informations qu’ils possédaient. De manière très logique, Adrian se montra bien plus calé qu’elle sur le sujet et, dès qu’il prenait la parole pour expliquer quelque chose, Evey semblait être vraiment intéressé.

A aucun moment l’échange entre les deux ne sembla l’ennuyer. Bien au contraire, elle passa même pas mal de temps à poser des questions, montrant ainsi un réel intérêt pour l’histoire de cette région. Avec ce qu’elle avait dit, les petites phrases lâchées ici et là, il était également possible de comprendre plusieurs choses dans son histoire familiale : elle était née là-bas et y avait vécu les deux premières années de sa vie sans le savoir jusqu’à récemment. Son père avait rencontré sa mère là-bas, aussi, et il était revenu aux États Unis avec elle mais les choses s’étaient mal passées avec la famille de son père qui avait vu cette femme comme une étrangère. Ça c’était tellement compliqué, que sa mère était partie quand Evey eut 5 ans et, pour éviter d’autres problèmes, toute sa famille avait passé ses origines sous silence. Bref, elle était tombée sur des documents, récemment, souvenirs de ce passé, et c’était de cette manière qu’elle avait commencé à s’intéresser à ce pays mais, malheureusement, elle ne possédait pas beaucoup d’informations ou de photographie.

Après un moment, sans réellement savoir combien de temps ça avait duré, Evey semblait se sentir plutôt à l’aide avec l’archéologue. Probablement à cause de l’intérêt commun – soi-disant – qu’ils pouvaient avoir pour l’Afrique. C’est comme ça qu’elle se retrouva à hésiter un court instant, posant son regard sur Adrian, comme si elle cherchait à savoir si elle pouvait lui dévoiler une information ou non. Donnant l’impression de prendre son courage à deux mains, elle inspira.

« Il faut que je vous montre quelque chose. » Elle se pencha pour sortir le carnet de notes qu’elle garda devant elle. « J’ai trouvé ça dans les affaires de mon père mais… En fait, je ne sais pas trop quoi en penser. » Elle se décida à faire glisser le carnet vers Adrian. « Je sais bien qu’il y a beaucoup de croyances là-bas qui, ici, sembleraient complètement folles. » Et là, elle parlait magie mais ne semblait pas réussir à prononcer ce mot à voix haute, comme si ça la dépassait complètement. « Il y a des pages qui, pour moi, ne veulent absolument rien dire et c’est difficile de trouver des ouvrages qui traites avec exactitudes des croyances de là-bas. » Du moins ça se trouvait mais c’était difficile d’associer des symboles à une croyance particulière. « ça va probablement vous paraitre très bizarre mais, vous arrivez à identifier certains des symboles présents pour que je sache de quoi il est question ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 25 Mar 2014 - 14:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4516
ϟ Nombre de Messages RP : 1515
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Elle avait l'air fatiguée, mais bien évidemment, Adrian se garda de lui signaler. Les femmes n'aimaient généralement pas s'entendre dire qu'elles avaient un teint de déterrée... C'est donc avec un sourire qui ne le quittait que rarement que le mage accueillit ses remerciements. Il fut assez surpris de voir qu'elle avait pensé à leur trouver quelque chose à boire – lui était arrivé les mains vides, pas très poli – et fut, une fois de plus, berné par le côté timide de la blonde. Difficile de croire qu'il avait affaire à une dangereuse prédatrice ! À l'instant actuel, le centenaire était certain de se retrouver face à une jeune femme parfaitement normale, bien que très timide. Comme June. Cette comparaison penchait forcément en faveur d'Evey puisque l'assistante du mage était inoffensive au possible et qu'en les assimilant, il rendait impossible l'idée de la percevoir comme un danger. Bref, il opta finalement pour le café étant donné qu'il avait droit à des quantités faramineuses de thé au manoir, Sallah adorait ça, puis qu'un peu de changement ne faisait pas trop de mal.

Ils entrèrent rapidement dans le vif du sujet, après qu'Adrian l'eut rassurée sur le fait qu'elle avait eu une excellente idée. Une chose était certaine : cette fille connaissait son affaire. Lorsqu'il parlait de certaines particularités, Evey comprenait à quoi il faisait référence ou elle approfondissait la question pour se permettre de mieux cerner ce qui lui échappait. En somme, elle agissait comme une élève désireuse de maîtriser son sujet et le professeur qui sommeillait en Adrian n'avait aucune raison de soupçonner qu'elle l'avait « abordé » pour autre chose que pour se cultiver. Ajoutez à cela qu'elle avait l'air d'avoir une histoire familiale particulièrement difficile et vous compreniez pourquoi le côté « papa poule » d'Adrian était titillé. Comme avec Ginger, le mage avait envie de pouvoir l'aider de manière à ce qu'elle puisse passer à autre chose et oublier les contrariétés passées. Le fait qu'elle ne possédait aucune photographie, ou presque, pouvait être gênant pour elle, mais là il ne pouvait rien pour l'aider. Même si e mage possédait pas mal de clichés de cette période-là, il figurait assez souvent dessus et il était donc tout simplement exclu qu'il puisse lui montrer. De toute manière, elle n'en apprendrait pas vraiment plus au travers de ces images ! Après tout, c'était son histoire familiale qui l'intéressait, le reste c'était un peu des suppléments.

L'échange sembla finalement mettre la demoiselle à l'aise, car elle avait l'air moins tendue que lors de leur première discussion. Aussi, lorsqu'elle hésita, il lui accorda un regard interrogateur. Quelque chose la tracassait ? Mais fidèle à lui-même, plutôt que de la presser le mage attendit de voir ce qu'elle allait dire. L'explication ne tarda pas à arriver et lorsque la jeune femme parla de croyances, il pensa forcément à la magie. L'Afrique était réputée à ce sujet et à cette époque c'était d'autant plus vrai. Adrian ne s'emballa toutefois pas et il baissa les yeux vers le carnet qu'Evey venait de poser devant lui. En regardant les premières pages, il fut forcé de constater que c'était bel et bien en lien avec la magie, il ne s'était pas trompé. Cette fois-ci, ce fut à son tour d'hésiter un peu avant de répondre.

« Oui, je les connais. En vérité, il s'agit de symboles utilisés dans la magie Africaine. C'est très développé là-bas vous savez, au même titre que la religion chez nous et bien souvent les deux sont très liées. Il feuilleta quelques pages avant d'enchaîner.
C'est peut-être le carnet d'un homme Obeah. C'est une sorte de soigneur ou de conseiller si vous voulez, il est chargé d'aider les personnes possédées ou celles qui ne trouvent aucun remède à leur maladie. Ces symboles, ici. Il en désigna quelques-uns qui revenaient assez souvent.
C'est généralement ce qu'ils utilisent pour chasser les esprits justement. Après, peut-être que ce carnet appartient seulement à quelqu'un qui s'intéressait à leurs pratiques et qui a décidé de recopier tout ça. »

Elle avait dit avoir trouvé ce carnet dans les affaires de son père, est-ce que c'était lui qui avait tout noté ? Il était peu probable que l'homme soit mage et que sa fille n'en sache rien, sauf s'il avait cessé de pratiquer la magie après son retour d'Afrique bien évidemment. Il n'était pas exclu que la mère d'Evey ait été dotée de ces capacités et que c'était pour cette raison que sa belle-famille ne l'avait pas acceptée. Tant de possibilités qui s'offraient à eux, cependant Adrian n'oubliait pas que la teneur de son discours pouvait le faire passer pour un fou, aussi s'empressa-t-il de préciser quelque chose.

« Bien sûr, tout cela n'existe pas forcément, c'est très théorique et au final, c'est exactement comme la religion : beaucoup de monde ne parle, mais personne ne peut prouver que ça existe réellement vous voyez. Il haussa les épaules, un léger sourire aux lèvres.
Les Africains n'aiment pas forcément trop écrire, c'est pour ça que je pense que c'est certainement un étranger qui a gardé des traces de tout cela. C'est pour cette raison qu'il est difficile de trouver des ouvrages à ce propos. À moins de les écrire soi-même évidemment.
Vous en avez parlé avec votre père ? Après tout, si c'est dans ses affaires, il peut certainement vous renseigner. »

Elle n'avait pas parlé de lui jusqu'à présent, excepté pour dire qu’elle avait vécu avec lui, il fallait juste espérer qu'il ne soit pas décédé ou Adrian venait de mettre les pieds dans le plat. Une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 28 Mar 2014 - 12:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Evey nota l’hésitation d’Adrian avant qu’il ne décide de lui répondre. Cela dit, elle ne pouvait rien tirer de cette attitude, il pouvait très bien avoir hésité parce qu’il cherchait ce que représentaient les symboles, parce qu’il n’avait pas envie d’en parler ou pour une autre raison. C’est ça qui était chiant avec les expressions des gens, elles avaient plusieurs significations et, en piocher une au hasard, c’était risquer de se planter sur la psychologie ou les intentions de quelqu’un. Ce dont, bien évidemment, elle ne pouvait pas se permettre. La télépathie, sérieusement, il y a des fois, où ça arrangeait bien ses affaires ! Mais fidèle à l’image qu’elle s’était construite, la blonde se retrouva à hausser un sourcil quand il parla de magie Africaine, elle semblait étonnée et, en même temps, elle ne l’était pas tant que ça. Evey avait fait des recherches sur cette partie du pays, la magie était bien plus présente dans les croyances des gens que ça ne pouvait l’être ici. Forcément, elle n’avait pas pu passer à côté de ce détail alors, est-ce que c’était vraiment étonnant que ce carnet parle de magie ?

Intérieurement, c’était une tout autre histoire. Evidemment que ça parlait de magie et, elle se félicita parce que Adrian semblait vraiment calé sur le sujet. Elle savait parfaitement de quoi il était question dans les notes et, à aucun moment, l’homme ne faisait fausse route dans son analyse. Tout ça pour dire qu’il en devenait particulièrement intéressant. Combien d’objets avaient récupéré SHADOW sans pour autant savoir ce qu’ils pouvaient faire ? Un type comme Adrian pouvait très vite s’avérer très utile si ses connaissances étaient plus étendues à la culture africaine. Restait encore à savoir si c’était le cas ou pas, cela dit, poser la question de cette manière serait se tirer une balle dans le pied. Elle attendrait le bon moment, même si ça devait s’étaler sur plusieurs jours. Bref la Evey qu’elle jouait et qui n’avait jamais entendu parler de magie avant de commencer ses recherches ne semblait pas trop savoir ce qu’elle devait penser de tout cela. Elle laissa Adrian reprendre en expliquant que ce n’était que théorique avant de finir par une question qui fit lever les yeux de la trentenaire sur l’homme.

« Euh… » Un peu prise au dépourvue, elle baissa un instant les yeux avant de secouer légèrement la tête l’air absent pendant une ou deux secondes. Mais, elle avait fini par se reprendre et afficha un sourire de façade – ce qui était parfaitement voulu. « A moins que ce carnet explique comment il est possible de parler avec des morts, je crois que je vais avoir du mal à l’interroger sur le sujet. » Elle balaya l’air d’un geste rapide de la main, comme pour laisser comprendre que ce n’était pas grave. Après tout, il ne pouvait pas savoir pour cet hypothétique père. « Ma faute, j’aurai sûrement dû vous l’expliquer depuis le début mais, en fait, il était malade. Les médecins n’ont pas pu faire de miracle et je suis tombée sur tout ça en triant ses affaires. » Histoire logique, au final. Si personne ne lui avait parlé de ça durant toute sa vie, il y avait peu de chances que son père se réveille un beau matin en se décidant de la mettre dans la confidence. « Je ne sais pas si ça peut être utile à savoir mais, mon père était américain. Il a fait un voyage en Afrique, un jour. » Elle plissa légèrement les yeux. « Je ne suis pas certaine mais, je crois qu’il avait seulement envie de se la jouer un peu « rebelle » face à l’éducation de ses propres parents. Et c’est durant ce voyage qu’il est tombé sur ma mère, ils sont revenus aux états unis quand j’avais deux ans. » Elle haussa les épaules d’un air navré. « Enfin, pour être honnête, il y a beaucoup de suppositions dans cette histoire. »

Là encore, elle ne s’était pas réveillée un beau matin en comprenant toute son histoire familiale. Evey semblait essayer de reconstruire un bout de son histoire avec le peu de données qu’elle avait. Par contre, comme à leur première rencontre, elle ne semblait pas s’en plaindre ou ne demandait pas à ce qu’on la plaigne. Si elle donnait ses informations c’était surtout parce qu’elle ne savait pas si ça pouvait être utile ou non comme données pour Adrian. D’ailleurs pour appuyer cette façon de faire, elle désigna le carnet du bout du doigt.

« En fait, je pensais que ce carnet était celui de ma mère et qu’il l’avait gardé. Mais si vous pensez que c’est écrit par un « étranger » ça tue un peu cette théorie. Le truc c’est que l’écriture présente n’est pas celle de mon père. » Expliquer qu’elle pouvait s’être trompée dans ses théories apportait plus de crédibilité – selon elle – à son personnage qui n’avait aucune raison d’avoir toutes les réponses. Elle soupira légèrement. « Je sais bien que tout cela n’est que théorique mais, avec les recherches que j’ai faite, il y a tellement de personnes qui semblent y croire et on entend tellement d’histoire étranges que, au final, y a des fois où j’en suis à me demander s’il n’y a pas un fond de vérité. » Elle afficha un sourire navré. « Je suis vraiment désolée, ça doit être le manque de sommeil, je commence vraiment à raconter n’importe quoi. »

A croire qu’elle hésitait entre l’envie de croire à quelque chose qui était, finalement, dans sa culture sans le savoir et l’éducation très droite d’une famille typiquement américaine.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 28 Mar 2014 - 20:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4516
ϟ Nombre de Messages RP : 1515
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le discours d'Adrian avait été prononcé comme si la magie n'était réelle que dans l'esprit des gens qui la pratiquaient et ce n'était pas par hasard. Le mage savait qu'il ne pouvait pas parler de ce qu'il faisait à n'importe qui, mais sa spécialisation restait centrée sur la magie dans les peuples – anciens la plupart – et il était donc normal qu'il en parle un minimum. Bref, à l'heure actuelle il était comme un spécialiste des fantômes ou des possessions, mais uniquement sur le papier. Cependant, avec un peu de jugeote il était facile de comprendre que, sans expérimenter un peu, l'on pouvait rarement atteindre un niveau suffisant pour réussir à découvrir des choses intéressantes. Il serait donc logique de penser que si Adrian poursuivait ses recherches dans ce domaine, il devait y avoir touché – ou du moins avoir tenté de le faire. En bref, le centenaire pouvait être facilement cerné avec quelques recherches bien ciblées, mais étant donné qu'il pensait avoir affaire à une simple jeune femme dans prétention, il n'avait aucune raison de se douter de l'inutilité de ses précautions.

Quoi qu'il en soit, Evey lui avoua alors que son géniteur était mort et, forcément, Adrian se sentit plus que gêné. Quel crétin, il était doué pour mettre les pieds dans le plat ! Arborant une expression navrée, il écouta ce qu'elle lui expliqua à propos de son père. Décédé des suites d'une maladie, ce n'était jamais facile comme toutes les pertes, mais pour la jeune femme ce devait être encore plus difficile. Comprendre que votre père ne vous avait jamais parlé d'une chose aussi importante que vos origines devait être très compliqué à assumer. Une raison de plus pour qu'il éprouve de la compassion à l'égard de la demoiselle – qui avait habillement préparé son personne ! Il hocha la tête au fil de ses explications, essayant de se mettre l'histoire en tête pour éventuellement pouvoir comprendre ce qui aurait poussé cet homme à s'intéresser à la magie d'un peuple qui n'était pas le sien. Lorsque la blonde désigna le carnet, Adrian le regarda machinalement comme s'il allait pouvoir apprendre autre chose juste en le contemplant. Mais non. Aurait-il pu appartenir à la génitrice d'Evey ? Le mage adopta une moue de réflexion, posa un coude sur la table et appuyant son menton sur sa paume de main, le regard toujours centré sur le carnet. Au terme des paroles de la demoiselle, Adrian lui offrir finalement un sourire qui se voulait rassurant.

« Pourquoi serait-ce n'importe quoi ? La question était franche.
Parce que vous n'avez pas côtoyé ça en Amérique ? Parce que les gens croient tous que ça n'existe pas ? Vous savez Evey, la magie que nous connaissons n'est pas celle qui est de rigueur partout dans le monde. Regardez l'Afrique, chez eux les chamans sont souvent des rebouteux qui utilisent des plantes et des techniques de soin oubliées depuis longtemps chez nous. Ce n'est pas vraiment de la magie, mais là-bas ils considèrent ce procédé comme tel. Là en gros, il plaidait en faveur de la magie.
Au cours de mes recherches et du temps que j'ai passé en Afrique, je peux vous assurer que j'ai vu des choses qui ne sont pas explicables par la science. Peut-être que ce n'est pas de la magie à proprement parler, mais simplement une capacité que certains individus possèdent, mais je pense qu'il y a une part de vérité. Son sourire se fit plus assuré.
Et je vous rappelle que nous vivons dans une ville où des gens avec des pouvoirs surnaturels se promènent en collants et en cape, alors pourquoi la magie serait-elle si étrange que ça ? »

C'était toujours ce qui le dépassait : les gens croyaient sans problème à des individus qui possédaient des pouvoirs liés à leurs gènes, mais ils refusaient d'imaginer que la magie puisse réellement exister ! Une situation qui lui compliquait souvent la vie, mais malheureusement il n'y avait rien à faire pour qu'elle puisse évoluer. Retombant dans le silence, le centenaire feuilleta à nouveau le carnet avant de reprendre.

« Ce carnet n'est pas nécessaire l’œuvre de votre père. Il y avait beaucoup de personnes qui s'intéressaient à la magie pendant les guerres mondiales vous savez, du coup il n'est pas impossible qu'à l'issue de la première, quelqu'un se soit chargé de recueillir toutes ces informations. Puis votre père aurait pu tomber dessus ensuite. Ou peut-être votre mère. Ce n'est pas impossible que cet individu ait été l'un de ses ancêtres. Mais ce n'était que des hypothèses cela dit.
Mais après, la magie était surtout l’œuvre des noirs à cette époque, du coup si vous tenez à en apprendre sur votre famille, je ne suis pas convaincu que cette poste soit forcément la plus intéressante à suivre pour vous. Vous avez dit que votre père voulait jouer au jeune homme rebelle, c'est possible que votre mère soit originaire d'une famille qui ne soit pas aisée. Même si la magie le passionnait, vu que ça n'avait pas l'air d'être en lien direct avec son géniteur, Adrian pensait que ce n'était pas le sujet principal.
Du coup ça pourrait radicalement changer la donne. Les familles riches avaient d'autres traditions que celles plus mineures. »

Vu qu'Evey avait l'air vraiment désireuse de connaître sa famille, Adrian était bien décidé à centrer la discussion là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 29 Mar 2014 - 2:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Même si elle croyait en la magie, ce n’était pas le genre de chose que son personnage avait côtoyé durant sa vie. Du coup, elle afficha rapidement la mine d’une enfant qu’on venait de prendre en faute, même si le ton n’était pas au sermon, cette Evey là, le prenait un peu de cette manière. Un peu comme si on était en train de lui reprocher de ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Elle baissa un peu le regard, laissant son index faire des spirales sur la table où ils étaient installés. Et, finalement, à y regarder de plus près, ce n’était pas réellement des spirales qu’elle dessinait mais des runes en rapport avec des sorts de soins. Ce qui semblait être parfaitement inconscient chez la trentenaire était, en réalité, parfaitement calculé. Mais, elle n’y faisait tellement pas attention, ne faisait rien pour attirer le regard sur son index, qu’il allait être difficile de penser que c’était prévu dans son plan. Si Adrian ne remarquait rien, ce n’était pas très grave, elle trouverait une autre raison, à un autre moment, pour laisser penser, qu’inconsciemment, elle connaissait des symboles. Elle n’était pas mage, ça ne lui échapperait pas s’il, lui, l’était réellement – elle n’avait aucune certitude à ce niveau-là – mais elle savait déjà comment expliquer cette connaissance inconsciente. Non, rien n’était laissé au hasard. Pas chez SHADOW. Elle releva la tête, un peu navrée, cessant les mouvements de son doigt et posa son regard sur Adrian.

« Parce que les pouvoirs sont explicables par un procédé génétique, un peu comme une évolution, même si ce n’est pas nouveau. Mais, la magie, ça ne répond à rien qui soit réellement explicable. Du moins, pas scientifiquement. » Elle s’arrêta un instant, hésitant légèrement pour, finalement, se lancer. « Les choses que vous avez pu voir, et que vous ne pouvez pas expliquer, qu’est-ce qui vous dit que, en fait, ce n’est à cause d’un pouvoir comme les Supers peuvent avoir ? »

Le timbre de sa voix voulait émettre une certaine assurance en disant cela mais, malgré tout, il y avait dans son timbre une légère hésitation comme si elle oscillait entre l’envie de croire à la magie et la rejeter en bloc. Si elle ne savait pas quoi faire de sa vie, et qu’elle voulait se réorienter dans un métier, il faudrait qu’elle songe à se reconvertir en actrice. Détrôner l’autre pimbêche de Scarlett Johansson, et jouer dans le prochain gros titre d’Hollywood. Mais l’heure n’était pas à ce genre de questions, du coup, elle se concentra bien vite sur ce que pouvait lui dire Adrian. Elle donna l’impression d’essayer d’emboiter les hypothèses d’Adrian les unes avec les autres, ce qui la fit réfléchir quelques instants avant de pouvoir donner une réponse.

« Attendez. » Elle plissa légèrement les yeux. « Si on part du principe que la magie existe. » Et ça ne restait qu’une hypothèse ne sachant toujours pas de quel côté elle devait penser. « Est-ce que n’importe qui, en ayant ce carnet et des connaissances supplémentaires, peut s’en servir ? » Son personnage ne savait pas s’il fallait des prédispositions à la magie ou non, donc elle évitait soigneusement d’émettre des hypothèses trop poussées. « Quand je vous ai dit que mon père était malade, il l’était réellement. Je veux dire depuis longtemps… Trop longtemps. »

Une remarque dont elle ne sembla prendre conscience que maintenant, ce qui lui valut un massage des tempes. A la base, elle avait espéré que ce genre de question viendrait d’Adrian qui avait parlé de symboles de « soins », elle s’était dit qu’il ferait peut-être un lien avec cet hypothétique père malade… Apparemment, il fallait l’aider un peu pour associer deux idées entre elles. Mais elle secoua bien vite la tête parce qu’elle ne savait pas trop ce que cette relation pouvait bien vouloir dire. Même si en réalité elle le savait parfaitement puisque toute cette histoire avait été inventée et apprise par cœur. Secouant légèrement la tête, elle chercha à effacer toutes les interrogations qui semblaient l’avoir envahi pour se concentrer sur autre chose.

« Honnêtement je n’ai aucune idée du milieu social dans lequel se trouvait ma mère mais, je n’ai pas encore fait le tour des choses que j’ai trouvées. » Haussant légèrement les épaules, et finissant son thé qui avait fini par refroidir. « Je suppose que je peux essayer de trouver quelque chose qui donnerait un indice à ce sujet. Après, très franchement, je ne suis pas certaine de pouvoir tout analyser convenablement pour savoir ce qui correspond à un milieu ou à un autre. » La notion de richesse était quand même un peu différente entre là-bas et ici, et elle avait des connaissances encore limitées pour pouvoir tout comprendre. Si elle arrivait à mettre la main sur un objet ou sur une photo, elle ne pensait pas pouvoir en faire une analyse très précise. « Je sais qu’il y a quelques petits objets mais… En fait, je ne sais même pas à quoi ça correspond. » Et là, à la voir, elle avait l’air de se sentir stupide à ne pas avoir autant de connaissance que lui. « Je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse, ni de votre temps alors, vous êtes parfaitement en droit de refuser. Je comprendrais. » Prenant son courage à deux mains, elle se lança. « Mais, est-ce qu’éventuellement, si je vous apportais un ou deux objets, ça pourrait vous donner une idée du milieu social de ma mère ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 30 Mar 2014 - 13:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4516
ϟ Nombre de Messages RP : 1515
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Âge du Personnage : 118 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le geste d'Evey avec son index n'aurait normalement pas attiré l'attention d'Adrian qui avait pour habitude d'éviter de regarder les gens apparemment gênés, mais là c'était un peu différent. Il avait déjà vu Aishlinn faire des symboles ésotériques sans le vouloir, juste en dessinant dans la buée par exemple, depuis il regardait souvent les gens qui bougeaient machinalement leur doigt. Et du coup, il remarqua forcément que les tracés de la jeune femme lui étaient plus que familiers, ce qui valut à Evey un regard étonné. Adrian ne parla toutefois pas de cela, préférant le garder pour plus tard et il eut raison de le faire. En effet, la jeune femme reprit la parole pour lui expliquer pourquoi les gens croyaient à la génétique et non aux choses « irréelles ». Oui, logique. Avec toutes les séries policières – qu'Adrian ne connaissait pas – les gens trouvaient cela beaucoup plus familier qu'un simple tour de magie, même sans véritable magie derrière. Le commun des mortels n'aimait pas ne pas comprendre quelque chose et c'était le cas avec la magie. Comme une question lui fut retournée, Adrian leva les yeux vers le visage d'Evey, cherchant comment lui répondre sans se griller, mais avant qu'il ne le fasse, elle enchaîna sur autre chose. Apparemment, la jeune femme avait l'air hésitante, mais pas obstinément opposée à la magie, c'était un bon début.

C'est alors qu'elle proposa une hypothèse plus qu'évidente. Comment avait-il fait pour ne pas la voir avant ? Comme elle parlait, Adrian feuilleta à nouveau le carnet pour constater qu'en effet, la grande majorité de ces symboles était destinée à soigner des maladies importantes. Il était plus que probable que la personne qui s'était procuré le carnet voulait s'en servir pour soigner le père de la jeune femme, mais apparemment, il ou elle n'y était pas arrivé. Sa réflexion le poussa à ne pas répondre immédiatement et Evey enchaîna donc sur un dernier point pour finalement lui demander un dernier service. Le mage cessa sa recherche pour tourner la tête en direction de la demoiselle. Pouvait-il l'aider ? Bien sûr. Adrian passait ces dernières décennies à étudier des artefacts magiques, alors s'il pouvait aider quelqu'un, c'était bien à ce niveau ! Cependant, leur provenance ne montrerait pas forcément de quel milieu la mère de la jeune femme venait. Il hocha finalement la tête.

« Je pourrais vous dire s'il est difficile ou non de se les procurer, mais ça ne vous renseignera pas forcément avec précision. Certains objets sont très précieux, mais aux yeux de blancs ils n'apparaissaient que comme de simples objets décoratifs alors il n'est pas exclu que, même issue d'une famille pauvre, votre mère puisse en posséder un relativement précieux. Surtout si elle prévoyait effectivement de soigner son mari.
Vous avez peut-être raison en ce qui concerne la maladie de votre père. Je ne peux pas me prononcer sans l'avoir rencontré moi-même donc ce n'est que des hypothèses, mais la quasi totalité des sortilèges présents dans ce carnet sont destinés à soigner différentes maladies. Enfin plus des malédictions vu que c'est des maladies découlant d'un sort. Il marque une légère pause, conscient de l'étrangeté de ses paroles.
Si votre père était déjà malade lorsqu'il a connu votre mère, elle a pu se souvenir d'histoires sur la magie et essayer de se procurer ce carnet, parce qu'en effet, n'importe qui ayant ce carnet et sachant comment se servir de la magie peut l'utiliser. Mais après, beaucoup de sorts que vous trouvez là-dedans sont relativement compliqués et demandent une bonne maîtrise, donc ce n'est pas certain qu'elle aurait pu y arriver si c'était bien là son but. Comme Adrian parlait de ce point comme si c'était évident que la magie existait, il reprit.
Je comprends que la magie vous semble peu réelle... mais si votre mère y croyait, ce n'est pas impossible qu'elle puisse avoir tenté ça. »

Adrian marqua une nouvelle pause. Il savait que les gens étaient plus enclins à croire ce qu’un de leur proche pouvait croire, mais ce n'était pas son but de transformer Evey, à elle de se faire sa propre opinion. Comme le sujet des artefacts était relativement important aux yeux d'Adrian, il décida de reprendre sur ce point – puis de terminer sur le dernier qui l'intéressait.

« Vous dites avoir trouvé des petits objets ? Est-ce que vous avez pu ressentir quelque chose d'étrange en étant à leurs côtés ? Je présume que vous avez dû remarquer s'ils étaient de nature Africaine ou non ? Son regard se baissa instinctivement vers les mains de la jeune femme.
Est-ce que vous avez beaucoup feuilleté ce carnet ? Je veux dire, vous avez mémorisé les signes qui y étaient, ou vous ne les avez regardés que brièvement ? »

Question en apparence désintéressée, mais c'était loin d'être le cas.
Revenir en haut Aller en bas






I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 31 Mar 2014 - 11:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Comme elle n’avait rien fait pour attirer l’attention d’Adrian sur son index – du moins, rien de plus que les gestes en eux-mêmes – elle ne sembla pas remarquer le regard interrogateur. Du moins, elle l’associa à la discussion en cours… En apparence. Intérieurement elle était carrément en train de se félicité que ce geste ait été remarqué par Adrian, alors qu’elle le menait sur d’autres pistes envisageables sur son histoire familiale. Et vous savez quoi ? Ben, franchement, elle aimait son boulot ! Les choses se déroulaient bien. Très bien même. Cependant, Evey n’oublia pas son rôle pour autant, du coup, quand il expliqua qu’il ne pourrait pas forcément lui apprendre grand-chose sur le milieu social de sa prétendue mère, la trentenaire afficha une légère mine déçue. Expression qu’elle chercha très vite à cacher, pour ne pas avoir l’air d’abuser de sa gentillesse, contrôlant toujours parfaitement ses expressions pour laisser passer ce qu’elle voulait.

Elle écouta Adrian, semblant s’interroger sur les diverses informations qu’il était en train de lui donner, aussi intéressée que ce qu’elle avait pu laisser paraitre quand ils avaient parlé de l’Afrique de manière générale. Il soulevait des points qui semblaient apporter plus de questionnements de la part de la trentenaire qui avait un mal fou à essayer de rassembler les éléments entre eux. Dans cette vie totalement fictive, il lui manquait bien trop d’éléments pour pouvoir sortir une histoire qui ne soit pas autre chose qu’une simple hypothèse. Elle s’apprêtait d’ailleurs à faire part de son raisonnement quand Adrian attira son attention sur une série de questions, concernant les symboles, qu’elle ne semblait pas trop comprendre.

« Je l’ai regardé pour essayer d’y comprendre quelque chose mais, non, je ne pense pas avoir mémorisé particulièrement les symboles. » Elle ne voyait pas où il voulait en venir. « Je n’ai jamais su retenir quelque chose que je ne comprenais pas. » Adrian allait là où elle voulait et, franchement, c’était parfait. « Pourquoi, ça a une importance ? » Et, si ça devait en avoir une, c’est qu’elle devait sûrement répondre aux autres questions alors, semblant réfléchir un peu, toujours avec l’air de ne pas comprendre, elle continua. « Oui, il y avait une malle dans les affaires de mon père, avec plusieurs petites choses comme certains objets. Franchement, je ne saurai pas dire avec exactitude si ça vient de là-bas ou non. Ce ne sont peut-être que des imitations, je n’ai pas assez de notions pour en être certaine. Mais, euh, vous voulez dire quoi par ressentir quelque chose ? »

Cette dernière question revenait à répondre par la négative. Si cela avait été le cas, elle aurait réagi d’une autre manière. Evey pouvait simuler beaucoup de choses – et pas de pensées tordues sur le fait de simuler – mais, en aucun cas, elle ne pouvait se faire passer pour une mage. La supercherie serait trop facilement identifiable. Les symboles, elle le connaissait inconsciemment parce que son hypothétique père lui avait appris quand elle était plus jeune. Le cerveau les avait retenu et ressortait sous cette forme pendant ses recherches mais, elle ne semblait pas en prendre conscience pour le moment. Trop jeune pour se souvenir de toutes les histoires de ce père imaginaire. Toujours avec des interrogations en tête, elle inspira après une petite pause pour reprendre.

« Ce n’est pas que la magie me semble peu réelle. Enfin si… En fait ça dépend de ce qu’on met derrière le mot « réel ». Je comprends que des gens peuvent y croire, vraiment y croire et que, cette croyance peut avoir des effets psychologiques importants comme le remède à certaines choses. » Une sorte d’effet placébo en quelque sorte. Si elle ne croyait pas vraiment à la magie, il aurait été peu crédible qu’elle change d’avis après quelques mots échangés à ce sujet. Cela dit, elle ne se fermait absolument pas à la discussion. « Si une personne se croit victime d’une malédiction, effectuer un… euh, rituel ? contre ce sortilège à de grandes chances de le soigner. » Et c’est là qu’elle prouvait qu’elle ne se fermait aucune porte : « Mais, si on part de l’hypothèse que tout cela est vraiment réel, que ça existe : est-ce que j’ai un moyen de savoir si la maladie de mon père était réelle ou si elle découlait d’une malédiction ? »

Parce que, même si elle ne le disait pas, elle avait forcément accès au dossier médical de « son père » et que, peut-être que ça pouvait l’informer sur certaines choses. Evey ne comptait pas tout régler en quelques heures devant un café, assis dans une salle de travail au musée. Si la discussion se portait sur le besoin de se renseigner auprès de médecin sur la maladie de ce père, elle le ferait volontiers. Tout était une question de patience de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas



Nouvelle mission #Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Mission de rang D : Préparation d'une nouvelle ère
» Petite nouvelle du Renard
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-