AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

On a un problème. Trois fois rien. #Jonas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Mer 26 Fév 2014 - 23:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Elle n’avait pas beaucoup attendu pour trouver un créneau et parler à Jonas. Il y avait des choses qui ne pouvaient pas attendre, plus elle gardait certaines informations pour elle et plus elle prenait le risque de le laisser penser qu’elle ne voulait pas le dire. En tout cas, Heather s’était dit que si elle attendant trop longtemps, elle augmentait les chances de voir Jonas lui en vouloir et puis, elle lui avait bien promis de ne pas garder de choses importantes pour elle. Sauf qu’elle n’avait aucune idée de la manière dont elle pouvait lui dire ce qui lui arrivait. Annoncer une maladie incurable aurait même été plus simple. Mais ça…

La trentenaire avait guetté un peu l’emploi du temps de son jumeau et, dès qu’elle sut qu’il n’avait rien de prévu elle avait été le retrouver. Sa demande avait sûrement semblé particulière : sortir de l’appartement familiale, prendre une voiture – juste eux deux – et sortir de la ville. Il voulait un soir, juste pour eux deux, il allait l’avoir. Cela dit, ce n’était probablement pas le genre de soirée qu’il espérait. Durant tout le trajet, Heather était restée particulièrement silencieuse, expliquant seulement à Jonas qu’elle devait lui parler mais qu’elle ne voulait pas prendre le risque que leurs parents puissent les entendre, ni leur sœur, ni qui que ce soit en fait. Pas même le pauvre péquin qui passerait au coin d’une rue complètement pas hasard. Une fois en dehors de la ville, trouver un endroit où se garer, au milieu de nulle part, n’était pas bien compliqué. Franchement, si quelqu’un venait à surprendre leur conversation, elle ne savait plus quoi faire.

« On devrait sortir. »

Prendre l’air, toussa toussa, peut-être que ça allait aider à faire passer les choses, non ? Joignant les gestes à la parole, Heather ouvrit sa portière pour sortir de la voiture qu’elle contourna afin de rejoindre Jonas de l’autre côté. Ok, bon, logiquement il devait se poser une multitude de questions, voir être carrément inquiet. Bref, elle n’avait pas de raison de le faire poireauter plus longtemps, ce qui serait probablement pire. Elle inspira et, pour une fois, elle n’avait vraiment pas l’air d’être sûre d’elle.

« Je suis désolée pour tout ça, c’est juste que je voulais être certaine que ça resterait entre nous. » Là, elle se répétait un peu mais, franchement, comment elle était censée dire les choses. « Euh… En fait, je ne sais même pas par où commencer. » Elle eut un très léger rire qui était plus nerveux qu’autre chose. Peut-être qu’elle pouvait commencer par le début. « J’ai revu l’archéologue, tu sais, celui dont je t’avais parlé. J’avais un livre à lui alors, je suis allé lui rendre. » Elle baissa le regard. « Chez lui. »

Marrant comme elle avait baissé la voix pour donner cette information, espérant inconsciemment qu’il ne l’entendrait pas alors que c’était parfaitement audible. Sauf que dis comme ça, il risquait de penser que quelque chose c’était particulièrement mal passé – ce qui était le cas, d’une certaine manière mais pas comme il pourrait le penser – ce qu’elle ne souhaitait pas. Du coup, relevant la tête elle reprit très rapidement.

« Ça c’est bien passé, enfin, il n’y a pas eu de problème. Si, en fait. Enfin non. Euh… » Ça devenait vraiment chaotique comme explication. « C’est seulement que… » Qu’elle avait découvert qu’elle avait un pouvoir… Allez, elle était bien partie, ce n’était pas si compliqué à dire. Elle inspira. « Il a des pouvoirs. »

Là elle se baffa mentalement. D’accord elle ne voulait pas cacher cette information à Jonas mais, l’idée c’était de dire que c’était elle qui en avait. Pas Adrian, même si c’était vrai. C’était sorti tout seul, comme une volonté de son cerveau de se protéger, une façon inconsciente de repousser le moment où elle devrait dire que c’était son cas à elle. Heather avait tellement peur de le décevoir.

« Je ne le savais pas avant. » Elle secoua la tête, si elle pouvait se mentir à elle, elle allait éviter de le faire avec lui. « Enfin, je m’en doutais en fait mais… Je n’en sais rien, du moment que ce n’était pas dit clairement, au moins, je pouvais rester sur le fait que ce n’était qu’un doute et pas une vérité. »

Elle releva les yeux vers Jonas avec un air incertain. Là, en fait, elle ne savait pas trop ce qu’elle devait lui dire. Dès qu’elle ouvrait la bouche, Heather avait l’impression de s’enfoncer un peu plus à chaque fois. Le mieux était sûrement de se taire. Quitte à avoir un pouvoir, elle aurait préféré avoir celui qui lui permettait de s’enterrer sous terre pendant ce moment. Façon un peu cruel de l’annoncer à Jonas mais, au moins, elle aurait disparu pour ne pas avoir à affronter son regard.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 27 Fév 2014 - 16:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Lorsque Jonas avait dit à sa jumelle qu'il avait envie de l'avoir pour lui seul un soir, il ne s'attendait pas à ce qu'elle prenne une attitude aussi... mystérieuse ? Inquiétante ? Il oscillait entre les deux termes. La perspective de passer un moment tranquille avec Heather suffisait à le pousser à accepter sans en savoir davantage, mais le comportement de la jeune femme était suffisamment déstabilisant pour qu'il s'inquiète. Le soir venu, après être monté du côté passager, Jonas avait constaté que sa sœur était on ne peut plus silencieuse. C'était surprenant, habituellement ils avaient toujours des sujets de conversation et lorsqu'ils se taisaient, ce n'était pas aussi pesant qu'actuellement. Cette tension ne fit qu'accentuer les craintes du trentenaire qui s'imagina les pires choses qui soit : quelqu'un la faisait chanter, quelqu'un l'avait agressée, Adriel était venu l'ennuyer et ça s'était mal passé. Tout un tas d'idées plus inquiétantes les unes que les autres, mais il ne pouvait rien confirmer ou supprimer sans les explications de Heather. Ils arrivèrent finalement hors de la ville, dans un endroit désert au milieu de nulle part. Tant de précautions n'était pas pour rassurer le Cooper qui descendit de voiture en silence, essayant vainement de deviner ce qui pouvait tant inquiéter sa moitié. Elle n'était pas sûre d'elle, c'est le moins qu'on puisse dire. Il mourait d'envie de la rassurer en lui frôlant le bras ou en lui offrant un sourire, mais cette incertitude l'en empêchait.

Puis elle commença. Lamentablement et ce manque de confiance n'en fut que plus déstabilisant. Il était habitué à la Heather sûre d'elle, toujours souriante et qui trouvait quoi répondre à n'importe quel sujet. Son regard se fit plus soucieux alors qu'elle reprenait enfin, puis là.... Là Jonas s'imagina les pires choses. Heather qui rendait visite à un type qu'elle connaissait à peine et ensuite elle lui demandait de parler en tête-à-tête, le calcul était vite fait : ce gars-là avait abusé d'elle et elle ne savait pas comment le dire aux parents. Cette pensée passa dans son esprit à une vitesse fulgurante et il éprouva l’irrépressible désir de traquer tous les archéologues trentenaires de Star City jusqu'à débusquer le responsable pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Mais avant qu'il ne se lance dans une révolution, Heather reprit rapidement, chassant cette hypothèse en annonçant que ça ne s'était pas mal passé. Et bien, alors quoi ? Un bref moment d'hésitation passa dans son regard, du moins jusqu'à ce qu'elle parle de ses pouvoirs. Là, bizarrement, il se sentit soulagé. Ce n'était « que » ça, c'était bien moins pire que d'imaginer Heather victime d'un pervers qui l'aurait poussée à venir chez lui. Bon, il y avait toujours le problème lié au fait qu'ils avaient certainement été vus ensemble et qu'elle risquait une mauvaise publicité, mais au final, Jonas était presque heureux que ce ne soit rien de plus grave. Si Heather avait essayé de le faire relativiser, elle avait réussi ! Il lâcha un soupir soulagé avant de secouer la tête.

« Tu n'imagines pas la trouille que tu viens de me coller ! » Il esquissa un léger sourire. « Lorsque tu as parlé d'être allée chez lui et avec ce ton nerveux puis le fait que tu veuilles en parler à l'écart... bah j'ai imaginé qu'il en avait profité. » Il ne voyait pas de raison de lui cacher ses pensées. « Du coup ça me fait me dire que ça aurait pu être largement plus grave que ça. » Nouveau soupir alors qu'il retrouvait son sérieux. « Mais le concernant... il te l'a caché ? Finalement, c'est peut-être ce que j'ai dit l'autre fois. Il voulait devenir ami avec toi pour que les journaux puissent raconter qu'une Cooper traîne avec un super. » Le ton était clairement agacé, mais contre cet homme, pas contre Heather. « Il a dû remarquer que tu t'entendais bien avec lui et il en a profité. » Il leva légèrement les bras et les laissa retomber dans un geste d'impuissance. « On vous a sûrement vus ensemble, ça c'est certain et on ne pourra rien y faire. Mais vu que tu ne savais rien – et cela même si tu avais des doutes – ça ne sera pas aussi grave. » Jonas essayait d'analyser la situation le mieux possible. « Mais si tu avais des doutes, pourquoi tu ne lui as pas demandé ? Pourquoi tu ne me l'as pas dit ? J'aurais pu me débrouiller pour faire vérifier ça avant que tu ne le revoies. » Ce n'était pas un reproche, juste une question. « Il t'a montré ce qu'il savait faire pour que tu le saches ? »

Tellement de choses défilaient dans son esprit, il ne savait plus vraiment quoi penser, quoi faire, comment ordonner tout ça. Il fallait surtout faire une chose en priorité : s'assurer que leur père ne saurait rien de tout cela. Ensuite, Heather devait bien évidemment arrêter de fréquenter ce type qui, de toute manière, n'était pas fait pour devenir ami avec elle à cause de son origine – mutante ou autre, Jonas n'en contrefoutait. Même si ça le navrant qu'elle perde quelqu'un avec qui elle s'entendait visiblement bien, il reprit donc dans la foulée.

« Et bien sûr, il va falloir couper les ponts avec lui. Lui faire clairement comprendre qu'il n'a plus à t'approcher ou même à essayer de te parler. » Le ton était catégorique. « Tu n'auras qu'à me donner son adresse Heather, j'irai là-bas et je lui dirais ce qu'il en est en lui faisant bien comprendre qu'il t'a mise en danger. » Il leva la main pour lui effleurer le bras. « Ne t'inquiète pas, je m'occupe de tout. »

Enfin, il croyait être en mesure de le faire, mais il ignorait que ce n'était que la partie immergée de l'iceberg et que leur gentille sortie allait bientôt se transformer en catastrophe comparable au Titanic – une chance qu'il ne s'appelle pas Jack !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 27 Fév 2014 - 17:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le faire flipper pour alléger la révélation suivante n’avait absolument pas été prémédité. Heather s’emmêlait seulement les pinceaux, sans un plan d’attaque prédéfini qui lui permettait d’annoncer les choses au mieux. Bien pour ça qu’elle resta complètement interdite devant le soupir de soulagement de Jonas. Elle avait prévu beaucoup de manière de réagir venant de son jumeau mais, jamais elle n’avait pensé qu’il semblerait soulagé en apprenant qu’elle avait été chez quelqu’un qui possédait des pouvoirs. D’ailleurs quand il expliqua pourquoi il était soulagé et ce qu’il avait d’abord pensé, elle secoua vivement la tête comme si c’était, tout bonnement, impossible qu’Adrian ait pu profiter de quoi que ce soit. Bizarrement, la conversation trouva un peu plus de « normalité » quand Jonas commença à faire l’exposé de ses idées concernant l’archéologue, pensant rapidement à un coup monté par ce dernier pour nuire à la famille Cooper.

Suite à la multitude de questions de Jonas, Heather se trouva bien stupide de ne pas avoir parlé de ce qu’elle comptait lui dire, plutôt que de centrer la conversation sur Adrian qui n’avait rien demandé. Le problème ce n’était pas l’archéologue mais elle ne pouvait pas reprocher à Jonas de ne pas le comprendre. Elle ouvrit rapidement la bouche pour protester quand il parla de couper les ponts mais, Jonas parlait, Heather écoutait alors, elle referma la porte affichant l’air d’une gamine prise en faute. Devant ses parents, même si ce n’était pas son genre, elle aurait déjà protesté mais là, elle en fut incapable, laissant son jumeau expliquer qu’il prendrait les choses en main. Même la main qu’il porta à son bras la fit se sentir encore plus coupable et elle organisa ses pensées pendant quelques secondes avant de se décider à répondre.

« Jonas, je crois que tu te trompes sur lui. » Elle avait baissé le regard parce que ça la tuait presque de le contredire de cette manière. « En fait, je suis même persuadée qu’il se rend bien compte de la situation et de la problématique que ça peut apporter. » Elle soupira en relevant les yeux sur son jumeau. « Je ne lui ai pas demandé parce que, j’apprécie réellement les conversations qu’on peut avoir et que je n’avais pas envie d’avoir la certitude qu’il avait des capacités, ce qui aurait mis un terme à nos rencontres. » Et pour qu’elle en arrive à réagir de cette manière c’était qu’Adrian n’était pas le type lambda qu’elle avait rencontré au cours d’une sortie de quartier. « Et, on ne peut pas dire qu’il me l’a caché puisque c’est lui qui me l’a dit sans que je pose la question. »

Elle ne pouvait pas penser qu’Adrian cherchait à nuire à sa famille, surtout qu’il avait même proposé, si ça venait à se savoir, qu’elle dise ne pas être au courant pour lui éviter des ennuis. Peut-être que ça aurait été un bon argument à apporter à Jonas mais, elle n’y pensa pas. Et puis, de toute façon, vu la manière dont elle cherchait à la défendre, il allait bien finir par se douter qu’elle accordait une certaine confiance à l’archéologue. Bref, la douloureuse question des pouvoirs et si elle avait vu ce qu’il pouvait faire.

« Il, euh… je sais qu’il peut lire dans les pensées des gens. » A petite échelle mais, elle savait que les télépathes étaient considérés dans les pires pouvoirs. Voire, le pire. « Et si tu es en train de te dire qu’il a profité de ce pouvoir pour lire mes pensées et s’en servir, je peux t’assurer que ce n’est pas le cas. » Non parce que là, il pourrait penser qu’Adrian était au courant qu’elle ne pensait pas comme sa famille et ça serait la fin du monde. Même si, dans le fond, le mage devait largement l’avoir compris. « Et si j’ai l’air si sûre de moi quand je te dis ça c’est parce que… » Elle n’y arrivait pas, trop compliqué. « Parce qu’en fait, il ne maîtrise pas au mieux cette capacité et que ça se « sent » quand il essaye de s’en servir. »

Ça et le fait que, de toute façon, elle avait un foutu bouclier mental qui la mettait dans la catégorie des gens à pouvoirs. Merveilleux, n’est-ce pas ? Elle inspira pour reprendre très rapidement en posant son regard sur son jumeau.

« Jonas, tu sais ? Je n’irais jamais contre ton avis mais, je l’apprécie. Vraiment. Alors, dis-moi de prendre les précautions nécessaires pour qu’on ne puisse pas me voir avec lui mais, s’il te plait, ne me demande pas de couper les ponts. Ou, essaye de me croire quand je te dis que je pense sincèrement qu’il ne cherche absolument pas à nuire à notre famille. »

Ce qu’elle ne capta pas c’était que télépathie allait souvent de pair avec des pouvoirs de mentaliste et que, du coup, il était possible de se servir de ce genre de pouvoir pour manipuler les gens. En tout cas, si les rôles avaient été inversés, elle aurait probablement pensé que Jonas avait subi quelques modifications dans son esprit pour tenir ce genre de discours.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 27 Fév 2014 - 20:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
La manière dont Heather défendait ce type était... surprenante. Habituellement elle n'était jamais en désaccord avec lui, ou disons que leurs avis se rapprochaient beaucoup, mais là c'était différent. Un peu bêtement, il ne put s'empêcher de faire le lien avec le sourire qu'elle avait eu en lui parlant de cet archéologue la dernière fois où ils avaient discuté. Peut-être qu'elle l'appréciait un peu trop ? Jonas la regarda d'un air attentif alors qu'elle laissait entendre que cet inconnu savait parfaitement ce que cette situation pouvait apporter, mais le trentenaire en doutait. C'était un super, il avait forcément quelque chose à se reprocher et ses intentions à l'égard d'Heather ne pouvaient pas être innocentes. Cette sensation particulièrement désagréable ne fit que s'accentuer alors qu'elle poursuivait en laissant entendre qu'elle n'avait pas envie de mettre fin à leurs rencontres. Il la connaissait assez bien pour savoir que si elle disait les choses ainsi, c'était bien que cet archéologue n'était pas juste un gars croisé dans un café et avec qui elle avait échangé de politesses. Cette constatation lui arracha un profond soupir qui ne s'atténua pas même lorsqu'il entendit Heather lui annoncer que l'aveu venait de sa part à lui. Mouais. Il y avait forcément une raison à tout ceci et comme la jeune femme avouait avoir à un mentaliste, Jonas se tendit très nettement. Il avait sans aucun doute lu dans ses pensées et deviné qu'elle n'était pas contre les supers, il avait donc jugé préférable de tout lui avouer pour s'attirer sa sympathie, c'était évident ! Mais Heather prit les devants en précisant que ce type n'avait rien fait de tel, mais l'argumentaire qu'elle balança pour sa défense ne fut pas suffisant pour convaincre Jonas. Ce dernier la regarde d'un air sceptique alors qu'elle lui laissait la lourde charge de ne pas jouer les emmerdeurs. Comment est-ce qu'il pourrait lui dire de couper les ponts alors qu'elle était presque en train de le supplier de ne pas le faire ? Dépité, il secoua la tête comme s'il ne la comprenait plus, son ton se fit un peu moins rassurant et plus largué.

« Mais est-ce que tu t'entends Heather ? Est-ce que tu t'es au moins demandé si c'était bien toi qui pensais tout ce que tu me dis là ? » Il se pencha légèrement vers elle. « Moi je crois surtout qu'il t'a totalement manipulée, il a dû te faire un lavage de cerveau pour que tu parles comme ça. Tu as écouté une seule seconde ce que tu viens de me dire ? » Il se répétait, mais il était totalement largué. « Il ne cherche pas à nuire à notre famille, Heather on est en train de parler d'un type avec des pouvoirs ! Tu crois une seule seconde qu'il peut vouloir autre chose ? Bien sûr qu'il veut nous causer des ennuis, c'est toujours la même chose avec eux. » Les supers bien sûr. Levant les bras d'un geste impuissant il enchaîna. « C'est un mentaliste, il t'a changé ta manière de penser voilà tout. S'il t'a dit qui il était, c'est parce qu'il avait lu dans ton esprit et qu'il avait vu que tu aimais bien ces personnes. Et ne me balance pas l'excuse du « ça se sent », est-ce que tu as déjà été confrontée à ça avant ? Non. Tu ne peux pas savoir ce que ça fait. » Il secoua la tête. « Je crois surtout qu'il t'a raconté des conneries et qu'il s'est arrangé pour que tu sentes qu'il cherchait dans ton esprit histoire que tu ne le soupçonnes pas d'être comme ça. Heather, les gens comme ça ne sont pas dignes de confiance, il ne faut pas les fréquenter, ce type ne t'apportera que des ennuis. »

Son discours avait l'air d'être celui d'un fanatique et, en un sens, c'était le cas. Jonas était convaincu de ce qu'il disait : ce gars-là ne cherchait qu'à faire des ennuis à Heather. Il commença par lui glisser qu'elle l'appréciait beaucoup et au final, il se démerderait pour qu'elle renie les siens – lui comprit – et qu'elle aille de son côté. Cette simple idée fut suffisante pour l'angoisser d'une manière indescriptible. D'un geste un peu vif, il attrapa la main de sa jumelle comme s'il craignait de la voir tourner les talons et s'en-aller au volant de la voiture pour rejoindre cet emmerdeur qu'il détestait déjà sans même le connaître. Oui, il avait vraiment peur pour ce coup-là, peut-être qu'il aurait encore préféré que ce soit la première possibilité qu'il avait pu imaginer. Plongeant son regard dans celui de sa moitié, Jonas reprit d'un ton toujours aussi soucieux.

« Heather, tu te comportes bizarrement depuis la dernière fois. » Depuis leur dernière discussion en tête-à-tête. « Il y a quelque chose qui a changé je le sens bien et la manière dont tu parles de ce gars alors que tu le connais à peine, ça m'inquiète sincèrement. » Il essaya de retrouver un ton plus calme. « Je suis certain qu'il a fait quelque chose. Il a dû profiter de ta confiance pour modifier ta façon de penser. » Une légère pression sur sa main. « Crois-moi Heather, ces gens-là ne sont pas dignes de confiance, oublie toute cette histoire et dis-moi où je pourrai le trouver. »

Il était absolument convaincu de ce qu'il disait et dans un sens, le trentenaire avait bien raison ! Sa sœur avait effectivement changé depuis la discussion avec l'archéologue, mais ce n'était pas pour les raisons qu'il pouvait imaginer. D'un autre côté, comment aurait-il pu imaginer ce qui la poussait réellement à vouloir lui parler en tête-à-tête ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 28 Fév 2014 - 13:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Vu la manière dont il s’était tendu, pas besoin d’être sa sœur, sa jumelle ou même une proche, pour comprendre que le côté « mentaliste » posait un problème. Elle le comprenait et ne pouvait pas lui en vouloir. En fait, elle aurait même préféré que ce pouvoir ne soit pas accessible à Adrian, ça aurait évité de mettre certaines choses en évidence et, la discussion ne prendrait pas cette tournure. Bien sûr qu’elle s’entendait et, non, elle n’avait pas à se demander si elle était manipulée parce qu’elle ne pouvait pas l’être. Une donnée que son jumeau n’avait pas. Sauf que… Comment est-ce qu’elle pouvait lui dire ? Tout le reste des paroles de Jonas était une généralité sur les gens avec des pouvoirs, sur le fait qu’on ne pouvait pas leur faire confiance. Elle était bien obligée de se sentir visée puisqu’il parlait de toutes les personnes possédant des pouvoirs. Il la détestait mais, juste, il ne le savait pas encore.

Heather, qui n’avait pas besoin d’afficher un air de façade ou quoi que ce soit de ce genre était franchement en train de se décomposer pendant toute la première partie du discours de son jumeau. Ça pouvait être mal interprété, comme si elle prenait très mal ce qu’il pouvait dire sur Adrian mais, en réalité, c’était surtout parce qu’elle se sentait visée et qu’elle ne voyait pas comment il ne pourrait pas la détester quand elle en viendrait à lui dire ce qu’elle était. L’idée de ne rien dire, de fuir très loin pour être certaine qu’il ne la détesterait pas comme il pouvait haïr les supers lui traversa l’esprit et elle se retrouva à baisser la tête en se mordant légèrement la lèvre inférieure. Fuir, oui, c’était peut-être la solution… La main de Jonas se fit sentir sur la sienne et elle releva les yeux sur lui. Pff, n’importe quoi, comment elle pouvait fuir celui qui la comprenait pourtant mieux que personne ? Elle ne tiendrait pas deux jours sans son double.

Elle hocha la tête pour dire que quelque chose avait changé, mais la secoua pour faire comprendre que ça n’avait rien à voir avec Adrian. Et quand il expliqua, une fois de plus, que les gens avec des pouvoirs n’étaient pas dignes de confiance, elle eut envie de s’excuser, de le supplier de ne pas lui en vouloir, de… Elle n’en savait rien, elle avait juste envie de faire et tout n’importe quoi pour qu’il change d’avis et qu’il arrête ces généralités qui l’incluaient.

« Je suis parfaitement consciente de ce que je viens de te dire Jonas. Je n’ai pas… » Elle soupira légèrement. « Je n’ai pas subi le moindre lavage de cerveau ou je ne sais quoi. » Elle retira sa main de celle de son jumeau, pas par envie mais parce qu’elle n’avait pas envie de lui imposer un contact qu’il ne voudrait pas quand il comprendrait. « Écoute, je sais très bien qu’on n’est pas forcément d’accord sur la manière dont on voit ces personnes. » Tu m’étonnes. « Mais est-ce que tu y crois vraiment quand tu fais des généralités de ce genre ? » Elle leva légèrement les mains avant de les laisser retomber. « C’est vraiment inconcevable de croire qu’il peut y avoir des exceptions ? » Comme Adrian par exemple… Comme elle. « Bien sûr qu’il va m’apporter des ennuis : il a des pouvoirs. En fait, il est déjà en train de m’en apporter vu la tournure de cette discussion. » Parce que, il fallait être honnête, c’était un problème pour elle de se confronter à son jumeau, encore plus quand elle savait ce qu’elle devait lui annoncer. « Mais, que tu sois d’accord ou non, je pense sincèrement que ce n’est pas son but. » Depuis quand il ne croyait plus en son jugement ? « Et, je suis désolée mais, il ne fait pas que m’apporter des ennuis. »

Parce que, si c’était le cas, elle aurait laissé tomber depuis un moment. Sauf que voilà, Adrian lui apportait aussi d’autres choses comme le fait de pouvoir, enfin, être bien plus naturelle qu’avec l’ensemble de la population – son jumeau n’étant pas compté dans cet ensemble, avec lui, elle était totalement elle-même – et, ça, ce n’était pas négligeable. Heather se retrouva à inspirer, il n’y avait pas cinquante solutions pour lui faire comprendre pourquoi elle n’était pas manipulable.

« Est-ce que tu as une idée de comment je peux avoir peur qu’on tombe sur un mentaliste, un jour, à une sortie ou n’importe où ? Que ce mentaliste puisse accéder à mes pensées pour comprendre que je ne pense pas comme le reste des Cooper ? Parce que, si cette information se sait, les retombées risquent d’être plutôt importantes pour vous. » Surtout pour lui, s’il n’y avait que Bruce et son journal, elle se prendrait beaucoup moins la tête. « Alors, oui, j’ai parlé télépathie avec lui parce que je voulais savoir la sensation que ça faisait quand quelqu’un fouillait l’esprit d’une personne, histoire d’être paré si ça venait à arriver. » Elle passa une main sur son visage dans un soupir. « C’est moi qui lui ai demandé d’essayer de lire dans mes pensées pour savoir ce que ça faisait. » Le « essayer » était, finalement, très important dans sa phrase. « Du coup, oui, Jonas, je sais comment ça fait quand quelqu’un essaye de rentrer dans ma tête et, quand je te dis qu’il ne peut pas m’avoir manipulé, c’est une certitude. » Elle se mordit légèrement la lèvre inférieure avant de relâcher tout l’air qu’elle avait dans les poumons. « Un télépathe ne peut pas lire mes pensées. » Elle secoua la tête. « Une sorte de bouclier mental. » C’était le meilleur nom qu’elle avait trouvé pour définir ce qui se passait. « Jonas, ce que je suis en train de te dire c’est que je suis toutes les personnes que tu détestes. »

Et, accessoirement, elle avait aussi de mourir, là, tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 1 Mar 2014 - 11:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Cette manière qu'Heather avait de vouloir « protéger » ce type qu'elle connaissait à peine, déstabilisait sincèrement Jonas. Si après elle prétendait pouvoir lui faire croire qu'elle n'était pas contrôlée mentalement, elle se plantait totalement ! Ce fut à son tour de secouer la tête lorsqu'elle déclara qu'elle était consciente de ce qu'elle faisait. Certainement pas, sans quoi elle aurait coupé les ponts avant de venir lui parler. Jonas essaya de sonder le regard de sa sœur comme pour voir si rien n'indiquait qu'elle n'était pas elle-même, en vain. Il ne voyait strictement rien. Le fait qu'elle retire sa main de la sienne fut, pour lui, une preuve supplémentaire qui appuyait la thèse qu'elle ne soit plus elle-même. Dans deux minutes elle allait lui tourner le dos et s'en-aller comme il le craignait. Fidèle à lui-même, le trentenaire se referma imperceptiblement, fronçant légèrement les sourcils lorsqu'elle lui demanda de but-en-blanc s'il croyait ce qu'il disait. Bien sûr, sinon pourquoi le ferait-il ? Non, en réalité il avait même un discours édulcoré, parce que ses pensées étaient bien plus hostiles à leur égard. Les exceptions n'existaient pas : dès que vous aviez un pouvoir, vous aviez besoin de l'utiliser. Ce serait comme d'avoir des ailes et refuser de voler ou encore de pouvoir se téléporter et de s'amuser à prendre l'avion. Il fallait être stupide et la stupidité était dangereuse, par conséquent Jonas se méfiait en permanence de ces individus.

Il resta obstinément silencieux, même lorsqu'elle avança le fait qu'il ne lui apportait pas que des ennuis. Et quoi d'autre ? Des disputes avec sa famille – avec LUI – est-ce qu'elle voyait ça différemment ? Très franchement, le fait qu'un mentaliste puisse lire dans les pensées était le dernier de ses soucis à l'heure actuelle, ce qui l'inquiétait surtout, c'était d'imaginer que sa sœur puisse réellement sympathiser avec l'un d'entre eux. Il y avait une marge entre le fait qu'elle ne soit pas d'accord avec sa vision des choses et qu'elle s'y « oppose » réellement en copinant avec l'ennemi. Oui, il se sentait un peu trahi. Jusqu'à présent, même si Heather ne pensait pas comme lui, elle respectait son choix. Mais là, c'était comme si elle lui tournait le dos pour rejoindre ses nouveaux amis. Braqué comme jamais, Jonas peinait à conserver son calme et le discours de sa jumelle n'améliorait en rien son humeur actuelle. Pourtant, il s'attendait à tout sauf à la bombe qu'elle lâcha dans ses dernières paroles. L'espace d'un instant, il ne comprit pas ce qu'elle voulait dire, il avait beau entendre ses paroles, elles n'étaient pas assimilées pour autant. Puis il capta ce qu'elle entendait par là. Elle lui disait qu'elle était une mentaliste et qu'elle était protégée des autres dans son genre à cause de sa particularité. Là, ce fut l'enchaînement de pensées : il comprenait pour quelle raison elle n'était pas d'accord avec lui sur ce point, il comprenait pourquoi elle insistait pour parler d'exceptions, puis il comprenait pourquoi est-ce qu'elle devenait amie avec des mutants. Parce qu'elle en était une, tout simplement. Mais cela lui semblait aussi peu crédible que de l'imaginer au bras d'Adriel Veidt. Non, c'était Heather, c'était sa moitié, pas l'une de ces... choses ? Il secoua vivement la tête après un instant de flottement.

« Non, je ne te crois pas. » Pourtant, c'était une explication logique à cette situation. « Ce n'est pas toi, c'est ce type qui t'a fait quelque chose. Tu as bien dit que tu l'avais laissé entrer dans ton esprit non ? Heather, ils peuvent te manipuler et te retourner totalement le cerveau pour te faire croire que tu es comme eux. » Il s'approcha d'elle, essayant de s'auto-convaincre au passage. « Tu imagines un peu ? Si tu commençais à te prendre pour une mutante, tu viendrais forcément de leur côté et tu nous tournerais le dos. C'est ce qu'ils veulent, que tu crois être comme eux pour que tu réagisses, ils savent ce qu'ils font, ils sont loin d'être idiots. » Profitant de la proximité, il lui attrapant les bras à mi-chemin entre les épaules et les coudes. « Tu n'es pas comme eux. Tu es Heather Cooper, tu es ma jumelle et tu es parfaitement humaine. Tu crois franchement que tu aurais pu avoir plus de trente ans sans jamais avoir compris que tu avais des dons ? Surtout que les mentalistes sont souvent plus faciles à détecter parce qu'à l'adolescence, ils peuvent en venir à entendre les pensées des autres. » Il était très renseigné sur ce sujet. « Et toi, ça n'est jamais arrivé, tu es aussi humaine que moi, que les parents ou que Casey. »

Le ton était persuadé, au fil de la discussion, Jonas reprenait une forme d'assurance et il refusai de gober l'histoire donnée par l'autre emmerdeur. Qu'il maudissait le jour où Heather avait croisé son chemin ! C'était sa faute, il aurait dû être là pour éviter que ce crétin ne vienne jouer les héros et lui propose un café en retour. Ils devaient certainement attendre une occasion pareille depuis des années et voilà qu'ils y arrivaient presque ! Sa pression sur les bras de sa jumelle se raffermit légèrement alors qu'il la secouait très légèrement.

« Ne le crois pas lui Heather. Je ne t'ai jamais menti, tu le sais ça ? Si je te dis que tu es humaine, c'est que tu l'es. » Il en viendrait presque à la supplier. « Oublie tout ça. Oublie ce type et toutes les conneries qu'il a pu te dire et on fait comme si rien ne s'était passé, comme si c'était comme avant, entendu ? »

C'était bien la première fois qu'il n'avait pas de solution crédible à proposer, mais pour le coup, c'était aussi la première fois de sa vie que la personne qui comptait le plus pour lui, lui annonçait qu'elle était ce qu'il exécrait plus que tout. C'était la journée des surprises !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 2 Mar 2014 - 21:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Bizarre. En réalité, elle s’était attendue à ce qu’il ne veuille pas la croire quand elle lui annoncerait ce qu’elle était. Le déni était sûrement la chose la plus simple à faire face à une annonce de ce genre. Mais, malgré le fait de s’attendre à cette réaction, ça faisait plus mal que ce qu’elle ne pensait. Comme si elle comprenait qu’il préférait ne pas la croire plutôt que d’imaginer ce qu’elle était réellement. Une peur sans nom s’insinua dans son esprit : est-ce que, une fois qu’il assimilerait cette vérité, il allait lui tourner le dos ? Probablement. Pourquoi est-ce qu’elle lui avait promis de ne plus rien garder d’important pour elle ? Sans cette promesse, elle aurait gardé cette information bien précieusement, sans même avoir peur qu’un télépathe mette à jour cette information puisqu’elle en était protégée. D’un air plus que navré, elle secoua doucement la tête. Non, ce type, comme il disait, ne lui avait rien fait. Elle y avait déjà songé. C’était même la première chose à laquelle elle avait pensé mais, non, ça venait vraiment d’elle.

Jonas s’était approché et quand il posa ses mains sur les bras de sa jumelle, Heather se demanda l’espace d’une courte seconde s’il allait en profiter pour la secouer, pensant probablement que ça lui remettrait les idées en place. Mais non, il cherchait surtout à lui faire entendre raison ou, plutôt, à se convaincre lui-même que ce n’était pas possible. Ce qui semblait fonctionner parce qu’il avait l’air d’être de plus en plus sûr de lui et, finalement, elle eut le droit d’être légèrement secouée. Tout ce qu’elle avait envie c’était de s’excuser lamentablement de ne pas être comme il le voudrait. Elle ne savait pas ce qu’elle avait fait dans une vie antérieure mais elle devait avoir sérieusement déconné pour qu’on lui donne toutes les tares dans cette vie-là. Elle n’était pas fichue de penser comme le reste de la famille, elle se bouffait des gènes mutants et, merde, elle n’était même pas capable de récupérer les bons gènes pour ressembler à son jumeau.

« Jonas, s’il te plait. » Elle ne s’était même pas dégagée, tellement elle était désolée. « Même si on fait comme si tout ça n’avait jamais existé, on n’oubliera pas cette discussion. » Il y songerait de son côté, elle ferait de même et les choses seraient probablement pires par la suite. « Et ça ne changera pas. » Qu’elle était une mutante. « Ce que je suis. » Le mot était trop compliqué à dire. « C’est toi qui ne voulais plus que je te cache des choses. »

Excuse pitoyable et qui, en plus, ne lui était pas familière. Rejeter la faute sur son jumeau n’était pas dans ses habitudes, loin de là même. Ce n’était même pas dans son caractère de faire ça mais, elle ne pouvait pas user de l’argument « moi non plus, je ne t’ai menti ». Parce qu’elle l’avait fait en lui cachant pendant des années qu’elle ne voyait pas les Supers de la même manière que lui. Et là, ça se retournait contre elle parce qu’elle manquait d’argument, parce qu’elle n’avait même pas une mutation visible pour pouvoir prouver ce qu’elle avançait. En fait, elle réagissait plus à cause de la peur de le perdre plutôt que de manière parfaitement réfléchie.

« Je peux me protéger des mentalistes, je ne peux pas lire les pensées des gens alors, vu notre entourage c’est peut-être normal que je n’aie pas eu conscience de ça avant. » Elle laissa passer un léger soupir navré avant de relever les yeux sur lui. « Je sais très bien que tu ne m’as jamais menti mais, si tu regardes bien, c’est presque logique. » Elle se détestait pour ce qu’elle venait de comprendre. « Je ne suis pas que ta jumelle, je suis la personne qui constitue le plus gros problème dans ta vie Jonas. Je suis celle qui peut te faire perdre l’image que tu dois renvoyer aux autres s’ils ont le malheur de s’en prendre à moi verbalement. » Et ce n’était pas bon pour l’image de Jonas. « Je suis celle qui n’arrive pas à avoir la même position que toi vis-à-vis des gens qui ont des pouvoirs. » Pas bon non plus parce que ça pouvait le faire douter sur la manière dont il s’y prenait pour convaincre les autres. « Je suis celle pour qui tu accepterais de tout laisser tomber si je te le demandais. » Hors de question qu’elle fasse ça. Elle baissa à nouveau les yeux. « Alors, je n’en sais rien mais, être ce que tu détestes, c’est presque une suite logique. »

Si, au début, elle avait prévu de le rassurer sur le fait que, mutante ou non, elle ne lui tournerait jamais le dos, son discours avait pris une tournure qu’elle n’avait pas imaginé. Heather n’avait jamais vu les choses sous cet angle, ou peut-être qu’elle n’avait pas envie de les voir de cette manière. Ouais elle devait vraiment avoir fait quelque chose de mal pour qu’on la foute ici juste pour pourrir la vie de son jumeau.

« Je ne sais même pas comment te prouver quelque chose qui n’est pas visible, à moins de trouver un mentaliste dans le coin qui pourra confirmer. » Solution qui n’était pas envisageable et puis bon, ça ne se trouvait pas si facilement. Pas comme s’il y avait des regroupements de télépathe comme on trouvait des groupes d’alcooliques anonymes. « Avec tous les détracteurs qu’il peut y avoir, tu crois pas qu’on est déjà tombé sur un mentaliste qui s’est amusé à savoir si ce qu’on pensait était vrai ? » Possibilité pas si bête que ça, parce que même sans preuves il était possible de faire courir une rumeur. « Je veux dire des télépathes ça existe alors, avec ma façon de penser, tu ne trouves pas étrange qu’il n’y ait eu aucune fuite jusqu’à présent ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 3 Mar 2014 - 15:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Elle avait raison, s'ils ignoraient le problème, celui-ci ne disparaîtrait pas pour autant. Mais était-ce sa faute ? Tout ce que Jonas voulait, c'était que sa sœur ne soit pas ce qu'il détestait le plus au monde. Était-ce trop demander ? Apparemment oui. Il venait d'une famille riche et il avait, selon les personnes issue de la classe moyenne, la vie rêvée. Quoi de plus logique que d'avoir un problème quelque part ? S'il avait pu donner toute la fortune de son père et aller vivre dans un foyer pour sans abri en échange de la « normalité » de sa jumelle, Jonas l'aurait fait sans hésiter. Mais ce n'était pas possible, malheureusement pour lui. Il secoua tout d'abord la tête alors qu'elle confirmait ses craintes : elle était bel et bien mutante et le nier ne changerait rien. Une boule se forma dans sa gorge tandis qu'il se demandait comment réagir à tout cela et comment éviter que les choses ne se compliquent davantage. Arrive alors le « reproche » parfaitement justifié, Heather a raison, c'était lui qui avait demandé à ce qu'elle ne lui dissimule plus rien. Et maintenant, voilà où cela les avait menés ! Il secoua la tête une fois de plus comme si cette annonce l'avait rendu totalement muet. Nier n'avancera à rien, mais c'était la seule chose qui lui venait à l'esprit.

Le résumé dans lequel la jeune femme se lança ne manqua pas d'interpeller Jonas. C'était la vérité : Heather représentait son plus gros point faible, celui qu'il fallait exploiter pour changer radicalement son mode de fonctionnement. Mais que pouvait-il faire cette fois-ci ? Renier ses propres idées pour épouser la cause des mutants afin de se rapprocher de sa jumelle ? C'était tout bonnement impossible pour lui, la simple idée de retourner sa veste le rendait malade. Il inspira profondément alors que la demoiselle poursuivait l'énumération des raisons qui prouvaient qu'elle était son pire point faible. Pourquoi avait-elle besoin de lui souligner ce qui était devenu évident ? Les mots s'emmêlaient dans son esprit alors que Jonas ne savait plus comment réagir et ce n'est que lorsqu'elle lui posa une question qu'il sortit de sa torpeur. Levant la main, il la passa sur son visage comme pour essayer de se réveiller, mais cela n'eut pas d'effet magique : ils étaient encore dans cet endroit paumé à parler de la catastrophe du siècle. Le trentenaire secoua une énième fois la tête avant de répondre.

« Ils n'ont pas de preuves, à quoi bon fouiller nos esprits si de toute manière, ce sera leur parole contre la nôtre ? » Il était convaincu de ce qu'il disait. « Ce serait comme de prétendre que la fille d'un raciste notoire va épouser un homme de couleur, personne n'y croirait. » Ou c'était ce qu'il voulait espérer. « Ce n'est pas logique ce que tu dis Heather ! La mutation est génétique et nos parents n'ont pas de mutants dans leur famille ! » S'imposa alors l'évidence qu'il n'avait, jusqu'alors, pas entrevue. « Et on en a en commun, ça veut dire que si toi tu en as, moi j'ai aussi des risques d'être dans le même cas. »

Et là... ce serait la dernière chose qui pourrait le faire perdre pied. Jonas se détourna d'Heather pour porter ses deux mains à son visage et le recouvrir comme s'il n'avait plus envie d'être ici. C'était bien la première fois qu'une discussion avec sa sœur lui était aussi pénible. Même l'aveu sur leur divergence d'opinion était mieux passé ! Une partie de lui-même lui disait que, même mutée, elle restait sa jumelle et celle pour qui il sacrifierait tout. Mais l'autre côté... il se disait qu'elle essayait peut-être de le manipuler pour lui montrer que les gens avec des pouvoirs n'étaient pas tous mauvais. Si elle lui avait dit qu'elle ne voyait pas les choses de la même manière, est-ce que ce n'était pas parce qu'elle se doutait de quelque chose ? Cette possibilité était difficilement envisageable, mais elle n'était pas totalement improbable. Secouant la tête d'un air perdu, il reprit finalement, tournant le dos à la jeune femme.

« Heather, est-ce que tu ne l'as appris que récemment ? » Il laissa tomber ses bras le long de son corps. « Est-ce que tu n'as pas eu des soupçons lorsque tu m'as parlé de notre divergence d'opinion ? » Il se détestait de lui demander ça, mais c'était ainsi. « C'est un drôle d'enchaînement : tu m'avoues ça, tu rencontres ce type, tu découvres que tu es comme eux et tu viens me le dire. » Jonas se retourna vers elle. « Moi j'ai du mal à y voir une coïncidence. » Mais comme il refusait de croire que c'était elle, il reprit. « Je suis certain que c'est ce type la cause de tout. Je ne sais pas comment il s'y est pris, mais ce n'est pas possible que ça vienne de toi ! »

Au moins comprenait-elle qu'il ne lui en voulait pas, enfin pas directement. Pourtant, l'éloignement qu'il venait d'imposer montrait bien qu'il avait pris une légèrement distance. Difficile de réagir autrement lorsque vous aviez l'habitude de vous montrer parfait – même si face à Heather, ce n'était jamais le cas. Un nouveau soupir lui échappa alors qu'il reprenait d'un ton perdu.

« Je ne sais pas quoi te dire Heather... Tu aurais pu me dire ce que tu voulais, je l'aurais accepté parce que c'est toi. Les opinions, ça peut évoluer et ce n'est jamais fixe, mais là.... »

Mais là, elle resterait toujours une mutante et il ne savait pas ce qu'il devait en penser.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 3 Mar 2014 - 19:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
A défaut de pouvoir prouver ce qu’elle disait, elle faisait avec les arguments qu’elle avait. Cela dit, Jonas était bien plus doué qu’elle à ce petit « jeu », il passait ses journées à fournir des arguments, à casser les explications des autres en apportant un contre-avis. Tout ce qu’elle pouvait dire pour le convaincre de ce qu’elle était, trouverait forcément un contre-argument. Heather ne savait absolument pas comment elle devait s’y prendre et stoppa ses pensées quand Jonas en arriva à une autre partie douloureuse : les gènes. Oui, c’était génétique. Oui, il y avait une possibilité que lui aussi puisse avoir des pouvoirs. Elle afficha un air profondément désolé étant incapable de le contredire sur ce point-là. Sauf que son jumeau se détourna bien vite d’elle. Ce n’était pas Heather qui allait le fuir mais, lui qui allait le faire. Se retrouver face aux dos de Jonas était une sensation bien désagréable, comme si on était en train de lui arracher une partie d’elle-même.

Préférant se murer dans le silence plutôt que d’en rajouter une couche, elle le laissa prendre son temps jusqu’à ce qu’il prenne à nouveau la parole. Et là, c’était son monde entier qui était en train de s’effondrer suite aux questions de Jonas. Il ne voulait pas croire à des coïncidences ? Sérieusement, il était vraiment en train de sous-entendre qu’elle était en train de le manipuler ? Parce que c’était bien ça qu’il disait à demi-mots, elle le connaissait assez pour réussir à suivre ses raisonnements. Heather voulait bien croire que l’annonce n’était pas facile, qu’il allait rejeter la faute sur le monde entier mais… Envisager qu’elle avait fait tout ça exprès et que ce n’était que l’aboutissement d’un vaste plan monté contre lui : ça, non, elle ne l’avait pas imaginé une seule seconde. Il lui faisait à nouveau face, bien qu’une certaine distance s’était instaurée et, la trentenaire restait complètement interdite alors qu’il remettait à nouveau la faute sur le mage. Puis les dernières paroles…

« J’hallucine. » Première réaction à chaud alors qu’elle se passait les mains sur le visage. « J’ai peur de comprendre tout ce que tu viens de me dire là. » Le ton était un peu contrarié mais, en aucun cas elle n’avait haussé la voix. « Tu espérais quoi ? Qu’un jour j’allais me réveiller et me dire que, oui, tu as raison toutes ces personnes sont indignes de confiance ? » Si les opinions n’étaient pas fixes, selon lui, c’était bien qu’il espérait la voir changer d’avis, non ? « Jonas, je n’ai jamais essayé de te faire adopter mon point de vue. Je t’ai dit ce que j’en pensais sans avancer tous les arguments du monde pour essayer de te convaincre. On ne pense pas pareil, c’est un fait mais, à aucun moment je n’ai cherché à te faire changer d’avis. »

Elle ne comprenait même pas que lui, de son côté, ait pu l’envisager. Le ton était un peu critique parce qu’elle taisait ce qu’elle pensait à longueur de journée pour coller à l’opinion de la famille Cooper, sans rien imposer, ni rien demandé. En fait, c’était sûrement de sa faute, à ne pas faire valoir ses opinions et ses idées, elle devait forcément donner l’impression de pouvoir changer d’avis sur ce sujet.

« Je suis désolée si le calendrier ne te conviens pas Jonas mais, tu voulais que je fasse quoi ? Que je garde ce que je viens d’apprendre… Parce que, oui, je viens seulement de l’apprendre… Que je ne te l’annonce dans 10 ans, histoire que tu en viennes pas à soupçonner que c’est une stratégie pour te faire changer d’avis ? » Non mais elle avait forcément mal interprété ce qu’il avait dit, ce n’était pas possible autrement. « Faut que tu m’expliques où j’ai déconné à ce point pour que tu puisses envisager que je fais des choses dans ton dos parce que, jusqu’à présent, j’ai plutôt l’impression d’avoir fait ce qu’on attendait de moi. »

Elle était là à, publiquement, afficher le même avis que toute la famille, son avis, à lui. A jouer les parfaites petites potiches pour faire joli. Jamais elle n’avait eu l’impression de jouer contre son jumeau alors, non, elle ne comprenait pas qu’il puisse commencer à se demander si c’était autre chose qu’une coïncidence.

« Je n’ai rien demandé Jonas et, si j’avais le choix, je serais la première à vouloir être normal. » parce que, clairement, elle ne l’était pas. « Et tu es certain qu’il n’y en avait pas d’autres dans la famille avant d’accuser quelqu’un qui n’y est pour rien. Parce que, ça se trouve, il y en a eu une autre avant. » Forcément ça serait une femme parce que, vu l’éducation, il fallait que ce soit une femme si elle n’avait rien dit. « Qui aurait gardé le secret pour, justement coller à la famille et ne pas se sentir rejetée ? » Elle soupira. « Écoute Jonas, je me fiche de ce que tu penses des gens avec des pouvoirs, tu peux les détester autant que tu veux sans qu’on soit d’accord là-dessus, tu restes et resteras mon jumeau. Tout ce que je te demande c’est d’avoir juste une exception dans ton raisonnement parce que, sérieusement, je n’ai aucune envie de te perdre à cause de quelque chose que je ne contrôle pas. » Et qu’elle n’avait, surtout, pas choisi. « Je ne vais pas me mettre à faire l’apologie des Supers demain, ni même dans trois mois ou dans dix ans. »

Pouvoir ou pas, elle continuerait à faire ce qu’elle a toujours fait parce qu’il n’y avait rien de plus important dans cette vie que son jumeau.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 4 Mar 2014 - 15:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Oui, il avait espéré qu'un matin elle se réveillerait en pensant qu'il avait raison et que les super et les mutants étaient tous mauvais et qu'il fallait les soigner pour régler ce problème. Mais voilà qu'elle brisait ses illusions en lui faisant bien comprendre qu'il n'arriverait jamais à la faire dériver d'un iota. Décidément, c'était le soir des désillusions ! Jonas encaissa le coup en soupirant, constatant bien que le ton d'Heather était devenu contrarié alors même qu'elle était toujours maîtresse d'elle-même. Cette discussion leur échappait sans qu'il ne sache comment s'y prendre pour éviter que ça n'empire. Son silence s'obstina tandis qu'elle enchaînait pour lui signaler qu'il y avait certainement eu d'autres personnes dans son cas avant elle, mais qu'elles ne s'étaient simplement pas manifestées. C'est probable oui, sauf que Jonas avait du mal à envisager que ça puisse passer aussi inaperçu. Ils n'avaient rien remarqué pour Heather, pourtant ces pouvoirs se manifestaient dès l'adolescence non ? Il allait devoir repenser à cette époque à tête reposée, histoire d'essayer de trouver des signaux qui lui auraient échappé. Jonas restait persuadé qu'il aurait pu empêcher tout cela, mais bien évidemment, c'était impossible.

Ce n'est que lorsque la jeune femme lui fit savoir à quel point elle ne voulait pas qu'il la rejette que le trentenaire se rendit compte que son comportement pouvait laisser penser qu'il ne voulait plus d'elle comme jumelle. Était-ce le cas ? Certainement pas ! Même s'il détestait les supers, si demain Heather lui disait que c'était eux ou qu'il la perdait, il serait certainement prêt à tout lâcher. Ça lui ferait mal, mais dans un sens c'était ce qu'elle subissait depuis des années en devant faire croire qu'elle était en accord avec les Cooper, non ? Le jeune homme était complètement paumé, il n'y avait qu'une chose pour laquelle il ne doutait pas, c'était ce qu'il ressentait pour elle. Soupirant, Jonas lâcha le premier mot qui lui vint en tête.

« Idiote. » Ce n'était pas une insulte, il l'avait dit sur un ton étrangement calme. « Tu crois que je vais te dire que je ne veux plus de toi à cause de ça ? » Il secoua la tête. « Je te l'ai déjà dit, si tu me demandais de tout lâcher pour aller vivre au fond du bayou en Louisiane, je viendrai avec toi, alors franchement.... » Pour lui, la réponse était claire. « Je ne te verrai pas comme une mentaliste Heather, je te verrai comme avant. » Il réalisait que son comportement précédent pouvait prêter à confusion. « Je suis désolé si je t'ai laissé croire le contraire, mais ça m'a pris de court... » Un soupir. « J'ai l'impression que tout est en train d'essayer de faire en sorte qu'on s'éloigne ces derniers temps. »

Pour commencer, cet aveu sur sa position vis-à-vis des super, ensuite ce type qu'elle rencontrait et qui était apparemment doté de pouvoirs, puis maintenant le fait qu'elle était comme eux. Lui ça ne le gênait pas tant, même si au fond ça signifiait qu'ils n'étaient plus aussi semblables qu'auparavant : ils n'avaient même plus les mêmes gènes. Un nœud s'était formé dans son ventre et il essaya de le faire passer en déglutissant, en vain. Son regard se glissa jusqu'à celui de sa jumelle avant qu'il n'enchaîne.

« Je ne doute pas de ce que tu m'as dit Heather, je disais simplement que tu l'as peut-être découvert avant et que ce type a attendu le bon moment pour te le rappeler. » Pourtant, elle avait bien dit qu'elle était protégée du contrôle mental, mais l'aveuglement aidant, il perdait sa logique. « Si je commence à douter de toi, autant que je laisse tout tomber dans ce cas-là. » Parce qu'il n'aurait plus de personne de confiance sur qui compter. « Mais je ne vais pas te mentir, j'espérais que tu allais changer d'avis un jour, oui. Heather, très franchement, dis-moi comment je suis censé convaincre des parfaits inconnus que j'ai raison alors que je n'arrive même pas à le faire avec ma jumelle ? » Oui, il doutait franchement. « Je me fiche pas mal des autres tu sais, tout ce qui compte, c'est toi. Je suis censé faire quoi maintenant ? » Il leva les bras avant de les laisser retomber. « Même si tu ne comptes pas faire l'apologie des supers, moi je sais que tu ne penses pas comme moi. Qu'est-ce qui me dit que tu ne vas pas finir par croire que je te range dans le même lot qu'eux ? »

Parce que c'était ce qui l'inquiétait le plus au final. Elle avait peut-être peur qu'il lui tourne le dos à cause de ça, mais maintenant, lui avait surtout peur qu'elle comprenne qu'il ne changerait jamais et qu'elle pense qu'il ne l'accepterait jamais totalement. Il était évident que, tôt ou tard, quelque chose allait coincer. Fermer les yeux là-dessus ne l'éviterait pas ! Jonas glissa alors la dernière question qui le perturbait.

« Et je pense que tu vas continuer à le voir ? »

Le type, le responsable de tout cela selon lui, même si, au final, il n'avait rien fait de plus que ce qu'Heather lui demandait. Jonas ne pouvait pas en vouloir à cette dernière, il devait bien trouver quelqu'un d'autre sur qui diriger sa colère, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 4 Mar 2014 - 22:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Idiote… Elle laissa passer un léger rire en secouant la tête parce que, loin d’être une insulte, c’était plutôt une bonne chose. La réaction qu’elle venait d’avoir était surtout l’expression d’un soulagement, une réaction un peu nerveuse. Et oui, elle avait pensé que cette annonce serait celle de trop même si, effectivement il avait déjà dit qu’il serait capable de tout plaquer pour elle. Mais tout lâcher ne voulait pas dire qu’il allait abandonner sa façon de penser et puis, quand il avait dit ça, il ne songeait probablement pas à l’hypothèse que sa jumelle puisse avoir des pouvoirs. Elle hocha doucement la tête comprenant parfaitement qu’il ait pu être pris de court mais, d’un autre côté, elle n’était pas certaine qu’il existe une bonne façon d’annoncer ce genre de choses. Puis elle, elle s’en foutait que tout cherche à les éloigner. Jonas c’était une partie d’elle-même, les évènements pouvaient s’enchainer que rien, absolument rien, ne pourrait changer ce qu’il représentait pour elle.

Silencieusement, elle écouta les craintes de Jonas qui se formulaient sous forme de questions. Elle s’en voulait parce que c’était forcément de sa faute à elle s’il en venait à douter. Quand elle disait être LE problème dans le parcours de son jumeau, ce n’était pas des conneries. Parce que, évidemment, pour elle, Adrian n’y était pour rien même si Jonas tenait absolument à remettre la faute sur cette personne. D’ailleurs, la dernière question de l’américain ne l’étonna pas vraiment et, sa seule réaction sur le coup, fut une mine navrée mais, avant de répondre à ça, elle préféra revenir sur les doutes de Jonas qui lui semblaient bien plus importants que le reste.

« Sauf si c’est ce que tu veux, il ne faut pas que tu laisses tout tomber. » Parce que c’était ses envies à lui qui primaient avant tout le reste. « Et puis ce n’est pas que je suis totalement en désaccord avec toi, seulement que j’ai un discours plus modéré. » Enfin, elle aurait un discours plus soft si elle laissait entendre ce qu’elle pensait réellement. « Je pense sincèrement que certains sont de véritables dangers parce qu’ils se pensent au-dessus de toutes les lois. Après, j’admets qu’il y a des exceptions et qu’ils peuvent agir là où d’autres n’ont pas les moyens, ni les ressources nécessaires. » Elle posa son regard dans celui de son jumeau. « Ce sont tes discours qui feront que jamais je n’irais me lancer dans quelque chose sous prétexte que j’ai des capacités, parce que tu apprends les dangers que ça peut avoir et les conséquences qui peuvent en découler. » Elle haussa les épaules en secouant la tête. « Peut-être que si j’ai jamais su adhérer à 100% aux discours de la famille c’est parce qu’une partie de moi savait ce que j’avais un problème, de manière inconsciente, et que c’était une façon de me protéger. » Ce que, dans le fond, elle trouvait logique. Au moins ça expliquait pourquoi elle n’arrivait pas à partager l’avis anti-super. « Ce n’est pas toi qui est à remettre en cause dans cette histoire. C’est moi. Jonas, tu es vraiment doué dans ce que tu fais. »

Ce qu’elle pensait réellement, sinon ça ferait bien longtemps qu’elle aurait arrêté de le soutenir. Quoique non, même s’il soutenait la réimplantation des choux-fleurs en Sibérie, elle trouverait le moyen de le soutenir. A croire qu’elle était génétiquement programmée pour le suivre, quoi qu’il arrive.

« Si je pensais que, un jour, tu finirais par me mettre dans le même lot que les autres, je n’aurais pas pris le risque de te le dire Jonas. Mon problème ne se voit pas et j’aurais préféré le garder pour moi plutôt que de prendre le risque de te perdre. » Même si, au fil de la conversation, elle avait sérieusement commencé à émettre des doutes. « Enfin je me suis dit que tu m’en voudrais, que tu me tournerais le dos mais, je ne sais pas, je crois que dans le fond, j’ai cru aussi que tu finirais par revenir sur cette position parce que, toi et moi, ça ne peut pas s’arrêter à cause de quelque chose que je n’ai pas voulu. »

Encore, si elle pratiquerait la magie de manière volontaire sans avoir les dispositions pour à la base, là, elle comprendrait qu’il ne veuille plus entendre parler d’elle parce qu’elle aurait volontairement cherché à être ce qu’il détestait. En fait, Jonas était la personne en qui elle avait le plus confiance sur cette terre et, c’était avec lui qu’elle savait qu’elle pouvait prendre quelques risques parce qu’il… Enfin, elle n’en savait rien mais, ils étaient jumeaux alors, naïvement, peut-être, elle pensait que rien ne pouvait s’intercaler entre eux deux. Restait le sujet d’Adrian, dont elle n’avait pas prononcé le prénom une seule fois.

« Et pour ce que je compte faire avec lui… Honnêtement, si tu tiens réellement à ce que j’arrête de le voir, je le ferais mais… » Parce qu’il fallait bien qu’elle défende son point de vue avec des arguments qui pourraient peut-être parler à Jonas. « Si je continue à le voir, je m’assure aussi qu’il n’en parlera pas et puis, dans l’immédiat, je pense sincèrement qu’il peut être une aide avec ce qui déconne chez moi. C’est un domaine qu’il connait alors que, chez nous, ça reste très théorique. » Ok, il pratiquait la magie, ça n’avait rien à voir mais, peu importe. Adrian avait proposé de se renseigner après tout. « Et c’est en comprenant réellement ce qui m’arrive, que je pourrais faire en sorte de le cacher et d’essayer de… » Elle ne savait pas trop quel terme correspondait le mieux. « De faire taire ce que je peux faire parce que je n’ai aucune envie d’être un monstre de foire. »

C’était tout le problème chez Heather. D’un côté, elle ne pensait pas comme le reste de la famille et, de l’autre, elle avait tellement été bercée avec cette éducation qu’elle voyait les pouvoirs comme une tare. Impossible pour elle de se dire qu’elle était normale et vu les mots qu’elle employait pour se désigner ou sa façon de toujours parler d’un « problème », ce n’était pas compliqué de le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Mar 2014 - 17:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Avait-il envie de tout laisser tomber ? Non, pas en y réfléchissant à chaud comme ça. Mais Jonas n'était pas un homme impulsif et il avait besoin de pouvoir prendre un peu de recul pour réfléchir sérieusement à cette affaire. Oh, il savait bien que s'il décidait de retourner sa veste – sans forcément défendre la cause des Supers cela dit – il allait devoir justifier sa décision. En avouant que c'était parce qu'il connaissait une personne dans ce cas, Bruce allait obligatoirement mener son enquête et Heather risquait d'être dans sa ligne de mire. Autant dire que changer d'avis sur ses occupations risquait de semer les graines de l'anarchie au sein des Cooper ! Même en prétextant qu'il avait envie d'avoir un travail plus régulier, Jonas savait que cela éveillerait les soupçons de son géniteur qui le connaissait tout de même assez bien pour savoir que son fils ne faisait rien sans excellente raison. Bref, il allait avoir besoin de peser le pour et le contre avant de décider de quoi que ce soit et cela annonçait de nombreuses nuits blanches en perspective ! Entendre la jeune femme parler d'avoir « un problème » était perturbant, car il mourait d'envie de lui dire qu'elle était parfaite, mais il ne pouvait décemment pas le faire étant donné les circonstances. Une habitude qu'il allait apparemment devoir prendre : celle de ne plus voir sa jumelle comme la perfection faite femme. Enfin, elle restait parfaite à sa manière puisque même en étant mentaliste, elle ne comptait pas aller enfiler des collants pour sauver la veuve et l'orphelin – chose qui n'étonnait pas vraiment, venant d'elle.

Il resta silencieux comme sa jumelle continuait sur le fait qu'ils ne pouvaient pas se séparer pour quelque chose de pareil. Elle avait parfaitement raison : le fait que ce ne soit pas son choix pesait lourdement dans la balance. Si Heather avait décidé de devenir mentaliste pour plaire à un Super ou pour braver l'avis familial, il lui aurait certainement tourné le dos, aussi dur cela aurait été. Mais là, c'était différent. Il ne pouvait pas ignorer des décennies d'entente parfaite pour prétendre qu'elle n'entrait plus dans le carcan familial. Jonas acquiesça en silence, attendant le verdict à propos « du type » comme il l'avait lui-même surnommé. Voulait-il qu'elle coupe définitivement les ponts avec lui ? Dans un sens, oui, mais dans un autre, non. Heather avait l'air heureuse de rencontrer une nouvelle personne et elle savait argumenter sur les raisons pour lesquelles elle voulait continuer cette relation. Le trentenaire la dévisagea, essayant de voir s'il y avait le moindre doute dans le regard de sa sœur, mais non. Soit ! Si ce type pouvait l'aider, ma foi, il serait bien bête de lui interdire de le revoir, non ? Une question se posait finalement dans son esprit, mais il la repoussa le temps de pouvoir discuter un peu avant d'en arriver là.

« Si tu as envie de continuer à le voir, je ne pense pas avoir le droit de te l'interdire. » Une manière de dire que ça ne l'enchantait tout de même pas. « Mais fais simplement attention s'il te plaît Heather. Tu l'as dit toi-même : il connaît bien mieux ce domaine que nous et il pourrait te baratiner pour essayer de se rapprocher de tout ou quelque chose de ce type. » Il restait persuadé que ce type avait quelque chose à voir avec les Supers. « Je veux bien qu'il puisse t'aider à maîtriser ça, mais évite de trop en dire sur nous. Enfin, je te fais confiance pour ça, mais parfois lorsque les gens savent nous mettre en confiance, on peut se laisser aller à des confessions que l'on ne ferait pas en temps normal. » Et fidèle à lui-même, il argumenta en faveur de son idée. « Tu sais très bien que les parents apprennent ne serait-ce qu'un échantillon de tout ce qu'on s'est dit, ils lui tomberont dessus et il risquera de s'attirer des ennuis. Dans son propre intérêt, il vaut mieux qu'il en sache le moins possible. »

Comme ça, si jamais elle souhaitait parler d'elle pour le remercier de sa confiance, Heather y penserait à deux fois. Oh, il se doutait qu'elle ne le ferait pas pour trahir la famille, mais disons qu'il connaissait sa jumelle et qu'il savait qu'elle pouvait parfois être trop gentille. Une inquiétude poussée qui l'empêchait de raisonner logiquement et l'obligeait à s'assurer par tous les moyens qu'elle ne finisse pas par se saborder. Quant au reste, Jonas n'avait pas l'intention de s'y étendre étant donné que c'était déjà plus ou moins réglé.

« Je vais réfléchir à toute cette histoire, pour le moment je ne peux pas te dire si quelque chose changera ou non. Je ne sais vraiment pas. » Avouer son impuissance n'était pas dans ses habitudes pourtant. « Ça concerne trop de choses pour que j'y pense maintenant, je verrai ça plus tard, à tête reposée. »

Donc lorsqu'il ne risquerait pas d'être dérangé par Bruce Cooper ou son épouse si parfaite. Parfois, il regrettait sincèrement de vivre encore avec le reste de la famille. Même si c'était fait pour qu'ils donnent l'impression d'une famille unie, le trentenaire aurait apprécié de pouvoir s'entretenir de ça avec sa jumelle autrement qu'en devant fuir hors de la ville pour s'assurer que personne, mis à part un hérisson et deux ou trois blaireaux, n'entende ce qu'ils disaient. Comme ce sujet était presque réglé, il la rassura sur un dernier point.

« Ça ne changera rien, ne t'en fais pas. »

Et pour appuyer ce qu'il disait, Jonas s'avança vers sa jumelle pour glisser ses bras autour de sa taille et la serrer contre lui. C'était étrange de constater à quel point ce simple geste suffisait à apaiser ses craintes : Heather reste et restera la femme la plus importante de sa vie et rien ne changerait ça. Après quelques secondes – ou peut-être minutes, il ne savait plus trop – Jonas finit par reculer un peu. Il restait une question qui le taraudait.

« Heather, ne prends pas mal ce que je vais te demander...., mais si je cherchais un moyen de guérir les personnes dans ton cas, est-ce que tu accepterais ? »

Cela entrait dans sa manière de faire après tout : chercher une solution et non sanctionner. Ses recherches seraient donc parfaitement fondées, même si la jeune femme pouvait peut-être mal prendre ce que son frère venait de suggérer.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 6 Mar 2014 - 17:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Comme elle ne s’attendait pas à le voir sauter de joie en lui disant qu’elle pouvait revoir Adrian, avec sa bénédiction, la façon dont il donna son avis fut pris de la bonne manière. En réalité, Jonas avait tous les droits pour lui interdire quelque chose, pas parce qu’elle disait oui à tout ce qu’on pouvait lui demander, mais parce qu’il était son jumeau et qu’elle accepterait beaucoup venant de sa part. Venant d’une autre personne, elle aurait pu se vexer intérieurement à cause de la suite des paroles de Jonas qui, laissait sous-entendre, qu’elle pouvait accorder un peu trop sa confiance et que ça pouvait nuire à tout le monde. Heather ne s’estimait pas aussi naïve que cela mais, comme elle n’avait pas envie de retracer l’historique de ses conversations avec l’archéologue, elle préféra hocher doucement la tête pour confirmer qu’elle ferait attention. Et puis Jonas avait toujours les arguments qu’il fallait, quand il le fallait. Parler des risques que ça pouvaient comporter pour Adrian était un frein assez important pour qu’elle évite de dévoiler le fonctionnement de la famille Cooper, même si le mage avait compris bien plus de choses que la moyenne.

En réalité, avec ce dernier argument, Heather en était à se demander si c’était judicieux de revoir le faux-trentenaire. Même si elle en avait envie, elle trouvait la démarche bien égoïste étant donné les risques que ça comportait si les entrevus venaient à être découvertes. Elle n’avait aucun droit de lui imposer ça, encore moins sans le prévenir de ce qu’il risquait et, lui en parler était contraire aux recommandations de son jumeau. Au final, Jonas ne serait probablement pas le seul à passer quelques nuits à réfléchir à diverses choses qui impliquaient un peu trop le côté « pouvoir » au goût de la Cooper. Soulagée d’entendre son jumeau lui dire qu’il allait réfléchir, parce qu’elle n’aurait pas souhaité le voir prendre une décision à la hâte – bien que, pas son genre, les révélations étaient assez perturbantes pour changer une manière de faire.

Ce qu’elle ignorait à ce moment-là c’était si les « choses » dont il parlait l’incluaient elle. Est-ce que ça allait changer leur relation ? Une inquiétude grandissante qui devait se voir puisque Jonas prit rapidement les devants pour la rassurer sur ce point-là. Le fait qu’il coupe la distance qui les séparait la rassura bien plus que les mots qu’il avait pu prononcer et, sans trop y réfléchir, elle passa ses bras autour de lui. Soulagée. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle comprit toute la peur qu’elle avait vraiment ressentie pendant toute cette discussion. Se séparant de Jonas après un moment qui, de toute façon, lui paraissait toujours trop court, elle écouta sa dernière question. Sa réponse se fit sans même réfléchir.

« Oui. » Elle ne comprenait même pas comment il pouvait douter de ce point. « Évidemment que j’accepterai. » Heather estimait avoir un problème alors si on venait la voir avec un remède miracle, elle serait probablement la première à vouloir être guéri. « Tu sais ? Ce n’est pas parce que mon avis est contraire au tien sur ces personnes. » Elle n’arrivait même pas à se compter dans le lot. « Que j’ai envie d’avoir cette condition. Je n’en veux pas moi, de ce truc. »

Un gène parasite qui ne faisait que l’éloigner de son jumeau, il était hors de question qu’elle accepte ça. Un discours auquel elle croyait réellement sur le moment mais, peut-être qu’avec le temps, il évoluerait. Parce que pouvoir protéger ses pensées était quand même un atout majeur dans une famille où tout est basé sur les apparences et si, avec de l’entrainement, elle pouvait s’arranger pour protéger aussi sa famille, et surtout Jonas, ça risquait de sérieusement changer la donne. Mais dans l’immédiat, Heather était tellement celle qui se pliait aux exigences et demandes des autres, qu’elle ne voyait pas le moindre problème à carrément renier ce qu’elle était génétiquement, juste pour que ça convienne à tout le monde et surtout à Jonas.

« Écoute, je sais que tu n’as pas envie de songer à cette éventualité mais, il va quand même falloir que tu fasses attention. » Elle afficha un air désolé. « Ce truc c’est génétique, on en a quand même pas mal en commun alors ce n’est pas exclu que… » Qu’il soit un mutant aussi. Elle secoua la tête. « Enfin, je n’en sais rien, je ne sais même pas comment ça peut se vérifier mais, il ne faudrait pas qu’il se passe quelque chose en public, ni devant lui. » Lui étant Bruce Cooper.

Le cerveau humain était bien foutu, certaines femmes arrivaient à faire des dénis de grossesse, bah, peut-être qu’il existait aussi le déni de pouvoir. Un truc qui bloquait psychologiquement les pouvoirs à l’adolescence pour éviter que la personne ne s’en rende compte. Elle n’en savait rien. Elle ne savait rien.

« Et, promis, je ferais attention si je suis amenée à le revoir. » Là, elle parlait d’Adrian si elle prenait la décision de le revoir. Désignant la voiture d’un mouvement de tête. « Tu veux rentrer ou tu préfères qu’on attente un peu ? » Elle n’était pas certaine que croiser les parents tout de suite après ce genre de discussion soit une bonne idée, ce qui lui fit penser à autre chose. « Au fait, tu as vu que le loft en dessous de celui des parents venait de se libérer ? Tu crois que ça serait demandé trop d’indépendance de le demander… » Elle hésita un instant avant de se lancer. « Pour nous deux ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 6 Mar 2014 - 20:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Bon, elle ne s'était pas vexée suite à cette question et Jonas en fut soulagé. Si Heather avait mal réagi à cette question, il aurait compris qu'ils n'étaient vraiment plus sur la même longueur d'ondes et que tout ce qu'il pourrait lui proposer à l'avenir ne ferait que la contrarier. Elle n'en voulait pas, c'était ce qui espérait lui entendre dire depuis qu'elle lui avait avoué ce qu'elle avait comme particularité. Désormais, le trentenaire allait faire son possible pour essayer de trouver une solution miracle qui pourrait débarrasser les gens dans son cas de ce « don » qui n'était rien de plus qu'une malédiction au final. Oh, il savait déjà que certains organismes allaient faire tout leur possible pour essayer d'empêcher ce genre de démarche, mais à l'heure actuelle, Jonas s'en fichait. Même si Bruce Cooper en personne venait lui demander de réorienter ses discours, il refuserait. Pourquoi ? Le rentier devait encore y réfléchir, il fallait avoir des arguments qui tenaient debout ainsi qu'une excellente raison pour justifier ce changement de cap. En somme, ce serait comme lorsque Jonas avait persuadé son père de le laisser quitter la faculté de droit pour se lancer dans le « boulot » qu'il avait aujourd'hui. Convaincre les autres n'était pas un problème, mis à part avec Heather, il était persuadé de toujours pouvoir atteindre son but !

C'est alors qu'elle lança une remarque que Jonas essayait d'esquiver depuis le début de leur discussion : que lui aussi puisse être touché par cette tare. Ce serait parfaitement logique dans un sens puisqu'ils étaient jumeaux, toutefois, ils n'étaient pas de « vrais » jumeaux, peut-être que la logique ne s'appliquait donc pas de la même manière ? Ce serait bien la première fois qu'il se réjouirait de ne pas être la copie conforme d'Heather, même si au fond cela le désolait de devoir la laisser seule dans cette épreuve – il ne pouvait pas prétendre la comprendre après tout. Il n'y avait pas que l'histoire de ses gènes qui le perturbait dans cette affaire. Jonas se disait aussi que si sa jumelle avait été touchée par ce fléau, cela signifiait que les gènes pouvaient être en sommeil chez lui et se retrouver chez ses enfants le jour où il en aurait. Pour l’américain, c'était une suite logique et il avait toujours imaginé fonder un jour sa famille, mais pour le coup, les projets de ce genre allaient subir d'importants changements. Bien sûr, il n'en dit rien à Heather, ne voulant pas qu'elle se sente coupable de quelque chose. Arriva alors une question plutôt inattendue. Celle de pouvoir éventuellement s'émanciper un peu en quittant l'appartement familial. Son regard chercha celui de sa jumelle alors qu'un sourire se dessinait sur ses lèvres.

« C'est amusant que tu demandes ça, il n'y a pas deux minutes, je me disais que c'était pesant de devoir rentrer à l'appartement familial tous les soirs. » Un léger soupir, puis il tourna la tête vers la voiture. « Je pense qu'on peut tenter. S'il ne veut pas et bien tant pis, mais je saurai trouver les arguments. J'ai bien réussi à le persuader de me laisser revenir de la faculté, non ? » Autrement dit, lorsqu'il pouvait se rapprocher d'elle, Jonas était prêt à beaucoup d'efforts. « Ce serait beaucoup plus facile pour tout ça. Et puis, ça éviterait qu'on aille s'exiler au milieu de nulle part pour discuter tranquillement. »

Il jeta d'ailleurs un regard autour d'eux pour constater que c'était vraiment la rase campagne. Si un jour ils décidaient d'aller s'exiler loin de la ville pour recommencer une nouvelle vie, ils pourraient toujours tenter le coin ? La perspective de pouvoir avoir un appartement à eux-deux lui remontait un peu le moral, même s'il savait parfaitement que Bruce Cooper allait être dur à convaincre. Casey aussi risquait de faire la tête ! Déjà qu'elle n'aimait pas l'idée de devoir rester dans l'appartement familial à trente ans passés, si elle apprenait que son frère et sa sœur s'éloignaient d'elle, ce serait dur à avaler. Tant pis. Même si Jonas l'aimait, elle était sa sœur après tout, elle passait largement derrière Heather et son besoin de protection était exacerbé par l'aveu qu'il venait d'entendre.

« On devrait en profiter un peu pour rester dans le coin. Une promenade ça ne te dit pas ? On pourra discuter un peu, de trucs moins sérieux, parce que ça ne fait pas de mal de temps en temps. » Et qu'il en avait bien besoin. « C'était ce que j'avais en tête lorsque je t'ai parlé d'une soirée l'autre fois. »

Et comme elle accepta, Jonas s'approcha de la voiture pour fermer les portières à clé histoire qu'ils ne se retrouvent pas sans véhicule si la poisse décidait de continuer à s'acharner sur eux et à leur faire débarquer le seul voleur du coin pendant qu'ils s'éloigneraient. Après quoi, le trentenaire se glissa aux côtés de sa jumelle pour déposer une bise sur sa joue, puis les deux Cooper s'éloignèrent tranquillement pour se promener un peu dans la semi-obscurité. Une discussion sans prétention et très légère sur des sujets sans grande importante se déroula alors : l'idéal pour se reposer l'esprit après un échange aussi vif et important. Après quoi, ils furent fin prêts à quitter la campagne pour retourner à la civilisation et plus précisément, auprès de leur famille si parfaite.
Revenir en haut Aller en bas



On a un problème. Trois fois rien. #Jonas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» On a un problème. Trois fois rien. #Jonas
» On s'amuse de trois fois rien [Wattouat, Cravate, Crache la foudre]
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]
» [Undertaker] Le fossoyeur et la fille au coeur par trois fois brisé [PV: Undertaker & Calista Moon]
» Sourire trois fois par jour rend inutile tout médicament

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-