AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ▬ Heather

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 8 Fév - 14:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Reprendre contact avec Heather n'avait pas été difficile. Adrian s'était contenté de laisser un message pour elle auprès d'une secrétaire du journal de son père en précisant bien qu'il s'agissait d'une affaire personnelle et en aucun cas liée au quotidien. Il avait donc laissé un numéro de téléphone fixe, le sien, ainsi que son prénom et l'intitulé « l'archéologue du café » au cas où elle aurait fait la rencontre d'un autre Adrian depuis leur discussion. Eldoth avait simplement précisé que si elle souhaitait discuter à nouveau d'histoire ou du musée, elle pouvait le contacter pour lui faire savoir. Ainsi, il lui laissait le choix de relancer leurs rencontres ou d'y mettre tout simplement fin. Bien évidement, le centenaire n'avait rien contre des discussions moins « professionnelles », mais comme il savait que la famille Cooper était, dans son entièreté, conservatrice, il ne souhaitait pas mettre la jeune femme mal à l'aise en laissant penser qu'ils pouvaient avoir un rendez-vous qui ne soit pas dirigé par quelque chose de professionnel. Bref, il se doutait que la demoiselle comprendrait et il avait donc patienté jusqu'à ce qu'elle le contacte.

Cela n'avait pas trop tardé, elle l'avait donc appelé et Adrian lui avait proposé un rendez-vous dans un café de son choix, un endroit où elle pourrait facilement aller et où ils seraient tranquilles. Le moment s'était bien passé, les atomes crochus qu'ils avaient eu la première fois se manifestèrent à nouveau et Adrian fut forcé de constater que ce n'était pas le hasard qui avait permis que la sortie se déroule aussi bien. Quoi qu'il en soit, le courant était si bien passé qu'ils avaient convenu d'une autre rencontre, toujours en lieu « neutre » et toujours pour discuter de choses et d'autres, mais notamment des lectures et des envies qu'Heather pourrait avoir à ce sujet. C'est pourquoi la fois d'après, Eldoth lui avait apporté un livre de sa bibliothèque personnelle. C'était un vieil ouvrage, très vieux même. En temps normal il ne quittait pas le manoir, mais l'Archimage avait confiance et savait que la demoiselle ne s'en servirait pas pour caler une porte ou sur-élever un meuble ! Comme ils parlaient d'une éventuelle autre rencontre, Adrian avait proposé quelque chose d'un peu inhabituel à Heather : qu'elle passe au manoir dès qu'elle en aurait l'envie. Elle pourrait ainsi choisir les livres qui lui plaisaient dans toute la quantité d'ouvrages qu'Adrian avait chez lui. Il n'était pas du genre à inviter des femmes chez lui aussi facilement, mais le fait était que, si elle voulait choisir elle-même ses lectures, à moins qu'Adrian ne se lance dans un fastidieux inventaire, il n'y avait pas trop d'autre possibilité ! Heather avait donc accepté et le centenaire lui avait dit qu'elle pourrait venir dès qu'elle le souhaiterait tout en lui donnant l'adresse du manoir.

Eldoth avait donc parlé de la jeune femme à Sallah, de manière à ce qu'il ne se montre pas « distant » le jour où elle pourrait venir sonner à la porte. Et heureusement qu'il en avait eu l'idée ! Alors qu'Adrian était occupé dans son bureau à avancer une recherche sur la magie, quelqu'un frappa à la porte du manoir. Comme presque à chaque fois, Sallah se dirigea vers le hall pour ouvrir la porte et lorsqu'il tomba nez-à-nez avec une jolie et jeune trentenaire, son expression se fit tout d'abord étonnée. Mis à part June, il n'y avait pas énormément de personnes extérieures aux relations d'Eldoth qui venaient au manoir. Il lui fallut quelques secondes pour situer la jeune femme et, sans piper mot, l’égyptien recula finalement pour faire comprendre à la nouvelle arrivante qu'elle pouvait entrer. Lorsque ce fut fait, il referma la porte derrière elle avant de lui désigner le salon, puis de s'éloigner en direction d'une porte close non loin de là. Après avoir frappé deux fois, il disparut pour de bon vers une pièce du fond. Quelques secondes après, Adrian ouvrit la porte contre laquelle l'intendant venait de frapper et lorsque son regard se porta vers la pauvre Heather, plantée par Sallah au milieu du hall, il semblait comprendre ce qui venait de se passer. Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il sortait de son bureau, referma la porte derrière lui, puis s'approcha de la nouvelle arrivante.

« Oh, bonjour Heather ! Je ne vous avais pas entendu frapper. Il regarda en direction de la cuisine où Sallah venait de s'envoler.
Désolé, j'avais oublié de vous prévenir que l'intendant est un peu... spécial dans son genre. En fait c'est un grand timide. Encore une fois il allait devoir mentir en parlant de Sallah.
En tous les cas, heureux de vous voir ici. Vous n'avez pas eu trop de mal à trouver, ça va ? Pas que le manoir soit en retrait, mais il ignorait si elle venait souvent dans cette partie de la ville.
Vous voulez vous débarrasser de votre manteau ? Le salon sera peut-être plus accueillant. Puis il y a une assez grosse quantité de livres là-bas. »

Ainsi que d'autres choses étranges, mais c'était le cas dans toute la maison, même le hall où ils se trouvaient. Heureusement qu'il avait eu l'idée de la prévenir du fait que sa maison n'était pas franchement très « normale », il ne restait qu'à espérer qu'elle ne trouvera tout de même cela pas trop étrange.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Sam 8 Fév - 17:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
« L’archéologue du café », forcément, cette appellation qui pouvait sembler énigmatique – et qui prouvait surtout qu’elle ne devait pas connaitre le nom du prénommé Adrian – avait fini par remonter jusqu’au Grand Patron du Daily Herald. Faut dire qu’il surveillait de près les fréquentations de ses deux filles. Pour Bruce, les choses étaient évidentes, Heather avait croisé une personne qui avait cherché à la recontacter et l’avait fait par l’intermédiaire du journal. S’il s’interrogeait sur cette histoire il laissa le soin à sa femme d’en parler avec la trentenaire. Une affaire de femmes, il faut croire mais, bien sûr, cette adorable mère devait profiter de la conversation pour rappeler à sa fille ses obligations envers la famille. Comme à chaque fois que la conversation tournait autour de ça, Heather jouait la fille attentive mais, la vérité, c’est qu’elle écoutait à moitié. Comme d’habitude elle avait rassuré sa mère, soutenant qu’elle savait très bien quel était son rôle et, une fois la conversation finie elle avait recontacté le fameux Adrian.

Il n’y avait pas d’inquiétude à avoir, elle appréciait seulement discuter avec lui. Ça ne remettait absolument pas en péril plus de trente ans d’éducation et de préparation à un rôle qu’on lui attribuait quand son père serait décidé sur un candidat potentiel. Pourquoi ça remettrait tout ça en cause ? Ce n’était pas comme si les deux s’entendaient très bien, qu’ils avaient une vision des choses assez commune, qu’elle voyait en lui une mine d’informations et, ainsi de suite. Des faits qui se révélèrent encore d’actualité aux deux rencontres qui avaient suivi la prise de contact. En fait, les deux rencontres avaient surtout confirmé le fait que leur entente n’était pas « sur-jouée », elle lui trouvait les mêmes qualités que la première fois. Elle avait même été surprise de le voir arriver avec un livre. Un très vieux livre. L’attention avait été agréable et quitte à devoir en prendre soin, elle avait trouvé préférable d’accepter que le prochain rendez-vous se passer chez l’archéologue. Puis, il fallait bien avouer qu’elle était curieuse de voir à quoi pouvait ressembler le manoir-bordélique-bibliothèque-musée et l’intendant à la dégaine exotique.

Elle avait profité d’une après-midi de libre pour se rendre à l’adresse qu’il lui avait donnée. Elle n’aurait même pas su pourquoi, hormis le fait de ne pas transmettre l’adresse d’Adrian par des moyens détournés, elle avait préféré prendre un taxi plutôt que de demander au chauffeur de l’emmener là-bas. Sûrement que, inconsciemment, elle n’avait pas envie que ça remonte jusqu’aux oreilles de ses parents. Trouver le manoir ne fut pas bien compliqué et, alors qu’elle s’approcha de la porte, une vieille femme l’interpella. Heather était restée souriante mais se demanda bien pourquoi la femme lui expliqua qu’elle ferait mieux de partir en expliquant que le propriétaire était « bien étrange ». La Cooper, par politesse, remercia la femme pour ses recommandations et la laissa repartir. Secouant la tête, elle continua son chemin jusqu’à frapper à la porte du manoir.

Elle salua, dans un sourire, l’homme qui était venu lui ouvrir la porte. L’intendant, sûrement. Qui semblait assez surpris en fait. D’accord, c’était peut-être, un peu, étrange. Mais Heather ne s’en formalisa pas, pas plus que l’absence de réponse de la part de l’Egyptien qui la laissa entrer pour la planter là. Au moins, ça lui donnait l’occasion de porter son regard autour d’elle, ne pouvant s’empêcher de sourire en se disant qu’Adrian avait fait une assez bonne description de l’endroit où il vivait. Son regard quitta l’environnement dans lequel elle se trouvait quand la voix de l’archéologue se fit entendre. D’un sourire elle laissa comprendre que ce n’était pas grave s’il ne l’avait pas entendu, encore moins de ne pas avoir été prévenu pour son intendant.

« Bonjour. Non, aucun mal à trouver et ne vous inquiétez pas, il n’y a pas de problème. » Un sourire plus amusé et, un ton bien plus léger. « En réalité, il aurait été des plus étranges de tomber sur une personne considérée comme « normale » » Quitte à vivre dans un manoir étrange, avec plein d’objets étranges… Autant avoir un intendant étrange. Cela dit ça restait de l’humour histoire de faire comprendre qu’elle ne s’en formalisait pas. « Je ne vous dérange pas au moins ? »

Là, en revanche, la question avait été des plus sérieuses. Adrian avait beau avoir parlé de manteau et de salon, elle l’estimait un peu trop poli pour signifier qu’il pouvait être occupé à autre chose. Elle préférait donc poser la question et, ce n’est qu’une fois qu’elle eut la confirmation qu’il n’y avait pas de soucis, qu’elle daigna quitter son manteau. Ce dernier déposé à l’endroit voulu, elle avait suivi Adrian jusqu’au salon. Heather possédait l’avantage d’avoir été mise en garde concernant l’allure du manoir du coup, elle ressemblait plus à Alice découvrant le pays des merveilles qu’à une religieuse entrant dans la maison de la famille Adams. Son regard passa sur le salon.

« D’accord alors, vous aviez beau avoir prévenu, je crois que l’imagination ne suffisait pas pour se donner une idée de l’endroit. » Elle reposa son regard sur Adrian, un sourire ravi sur le visage. « Définitivement, je vivrais dans un endroit comme ça, mon entourage aurait bien du mal à me faire sortir. » Sauf son jumeau, évidemment. Et ça fonctionnait aussi, si elle n’avait pas eu d’obligation à tenir. Des livres, des objets chargés d’histoire et, en plus, une cheminée. Bon, d’accord, si elle vivait dans un endroit comme ça, ça aurait été quand même moins bordélique. « Oh, d’ailleurs, j’ai ramené votre ouvrage. » Qu’elle sortit de son sac avec assez de précaution, c’est qu’elle avait l’impression d’avoir un trésor dans les mains. Le tendant à Adrian. « Honnêtement, je n’ai pas eu le temps de tout lire mais, je ne sais pas, je crois que j’ai peur qu’il lui arrive quelque chose. »

Elle toute seule, elle ne doutait pas d’en prendre soin mais, chez elle, c’était aussi chez sa famille avec les employés qui allaient avec. Bref, elle ne voulait pas risquer qu’une femme de ménage, par mégarde, le fasse tomber ou le ranger n’importe comment avec d’autres livres.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 8 Fév - 20:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Adrian avait beau lui avoir dit qu'elle pourrait passer dès qu'elle le souhaiterait, Heather semblait tout de même craindre de le déranger. En soit, il était difficile de ne pas arriver lorsqu'il faisait quelque chose puisque le mage était toujours le nez dans ses bouquins à essayer de mener à bien une recherche ou un sort récalcitrant. Autant dire qu'il considérait que les visites, aussi rares soient-elles, étaient toujours prioritaires vu qu'il prolongeait souvent son travail tard dans la nuit. Il la rassura donc en lui assurant qu'elle ne le dérangeait pas du tout et qu'il avait tout le temps nécessaire devant lui. Le duo passa donc dans le salon après que le manteau d'Heather ait été suspendu et la jeune femme eut l'occasion de voir qu'Adrian n'avait pas exagéré en parlant d'un léger bordel. Il faudrait vraiment qu'il songe à tout ranger un jour, puis notamment à débarrasser une ou deux pièces pour les rendre « normales » et éviter les regards étranges de visiteurs inopinés. Ce n'était pas le cas d'Heather vu qu'elle avait été invitée, mais cela avait par exemple été le cas avec Charlie Lane lorsqu'Adrian l'avait trouvée sur le palier de sa porte. Bref, des choses qu'il faudrait faire, mais qu'Eldoth ne ferait jamais. Il se connaissait assez pour savoir que si ce n'était pas lié à la magie, il avait rarement la volonté d'aller jusqu'au bout de ses projets.

Le point positif, c'est que la jeune femme ne le trouvait toujours pas bizarre ! Un vrai miracle si l'on avait connaissance de sa réputation auprès de ses voisins. Moins de deux semaines après son aménagement ici – enfin celui de son prétendu père – Adrian avait déjà hérité de la réputation d'excentrique. Bah, il avait depuis longtemps cessé de s'inquiéter de ce que les autres habitants du quartier pensaient de lui. Après tout, cela lui permettait d'éviter les repas entre amis et les fêtes de quartier qui pouvaient parfois avoir lieu dans le coin. Eldoth attrapa finalement le livre qu'Heather lui rendait, lui offrant un sourire en échange.

« Oh, vous n'aviez pas à vous inquiéter pour ça. Si je vous l'ai prêté, c'est parce que je savais qu'il ne risquait rien avec vous. Puis je suis certain qu'il était même plus en sécurité qu'ici. Il faisait référence au bordel environnant. Il porta son regard vers le livre.
Si c'est son âge qui vous inquiète, vous pourrez toujours en choisir des plus récents et moins fragiles. Mais vous savez, les vieilles choses c'est plus solide que ça n'en a l'air. Comme lui par exemple, même s'il avait l'air plus résistant qu'un centenaire, certes ! Reportant ses yeux sur Heather il reprit.
J'espère que vous êtes aussi attentionnée avec les personnes âgées, vous devez faire fureur dans les maisons de retraite ! »

Il s'éloigna de quelques pas pour poser l'ouvrage sur la table du salon, encombrée par une importante quantité d'autres livres et de quelques papiers couverts d'écriture – la sienne. Comme les recherches concernaient la magie, Adrian jugea préférable de les dissimuler sous le livre, histoire qu'Heather ne se pose pas des questions sur sa santé mentale étant donné qu'il n'avait pas vraiment approfondi ce sujet avec elle lors de leurs précédentes discussions. Il se retourna ensuite vers la jeune femme avant de lui désigner les fauteuils au cas où elle voudrait s'installer. Le feu crépitait dans la cheminée malgré le fait qu'il ne faisait pas très froid, mais Sallah, égyptien pure souche, était très frileux et ne se sentait bien qu'en voyant du feu dans la cheminée ! Se rapprochant d'Heather, Adrian reprit d'un ton qui ne trompait pas : il était parfaitement à l'aise.

« Je suis heureux que l'endroit vous plaise. En général les gens ont plutôt tendance à trouver ça étrange, même s'ils n'osent pas toujours le dire. Chose qu'il pouvait comprendre.
Et ce livre vous a donné envie de découvrir d'autres sujets ? »

Il n'eut pas le temps d'approfondir la question comme un bruit se fit entendre dans le couloir et, comme à chaque fois qu'un invité apparaissait, Sallah débarqua dans la pièce avec son plateau et son thé. Cette fois-ci il avait même eu l'idée d'ajouter des gâteaux confectionnés par ses soins, signe qu'il bichonnait Heather un peu plus que les précédentes visiteuses. Adrian le remercia et, sans réponse, l'intendant s'éloigna pour retourner dans sa cuisine. Dès qu'il fut parti, le mage informa Heather d'un point.

« Le thé est à peu près buvable, bien qu'assez fort, mais les gâteaux sont... spéciaux. Non en fait ils sont vraiment affreux, mais j'ai voulu le ménager la première fois qu'il en a fait et maintenant il en sort à chaque fois. Le coup des mensonges pour ménager. Je vous déconseille de tester, je m'en voudrais que vous rentriez chez vous de votre première visite ici, avec une indigestion. Ne vous sentez pas obligée, mais si vous en avez envie... Il haussa les épaules.
J'espère que ça n'a pas trop posé problème que vous veniez ici d'ailleurs. J'imagine que ce n'est pas forcément bien vu par tout le monde d'être invitée chez quelqu'un que vous connaissez à peine. Je m'en voudrais de vous causer des ennuis. »

Il y avait sérieusement réfléchi avant de lui proposer ça, mais cela ne l'empêchait pas d'avoir encore des doutes sur la décision qu'il avait prise.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Dim 9 Fév - 17:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Elle avait bien plus confiance dans le rangement particulier d’Adrian – parce que, dire « le bordel d’Adrian » pourrait porter à confusion avec certains établissements –, où les habitants devaient avoir conscience de ce qui les entourait, plutôt que chez elle. Et puis, ce n’était pas à elle, Heather s’en serait voulu si quelque chose devait arriver à l’ouvrage pendant qu’il était en sa possession, même pas certaine de pouvoir retrouver le même quelque part. A sa phrase sur les maisons de retraite et les personnes âgées, la trentenaire ne put s’empêcher de sourire de manière amusée avant de hocher la tête et répondre sur un ton d’humour.

«Oh, bien sûr. Vous savez je les dépoussière tous les matins et, le soir, je prends soin de les ranger dans un meuble pour qu’ils ne craignent rien. » Ce qui n’avait rien de sérieux mais. Désignant le livre d’un mouvement de tête. « Mais, plus sérieusement, il y a bien trop de passage chez moi et je m’en voudrais que quelqu’un n’y prenne pas garde. »

Elle le laissa reposer le bouquin sur la table, en se disant que ce n’était pas étonnant si c’était un peu bordélique étant donné qu’il posait le livre au premier endroit venu, plutôt que directement dans une bibliothèque. Réflexion qui l’amusa plus qu’autre chose, ne prenant pas conscience qu’il en avait surtout profité pour cacher quelques notes. En même temps, lors de leur rencontre, Heather n’avait même pas osé regarder le titre des bouquins qu’il avait posé sur la table du café, pour ne pas se montrer trop curieuse. Il aurait pu lui mettre des lignes de recherches sous les yeux, qu’elle n’aurait toujours pas cherché à les lire sans son autorisation. Question de respect.

Le laissant revenir vers elle, toujours dans un sourire – chez les deux – elle n’eut pas le temps de répondre à sa question que Sallah refaisait son apparition, toujours silencieusement. En réalité, ça l’arrangeait bien. Il y avait bien un sujet qu’elle évitait soigneusement : celui de la magie. En même temps, Adrian disait étudier ce domaine, sa maison était remplie d’objet en rapport avec ça. Alors, de manière assez logique, il y avait forcément eu un moment où elle s’était demandé s’il pratiquait aussi. Et autrement qu’avec des tours de cartes. La réponse à cette interrogation lui semblait tout aussi logique : elle devait être positive. C’est sûrement à cause de ce raisonnement qu’elle avait évité de revenir trop précisément sur ce sujet. Du moment qu’il ne le confirmait pas, il pouvait tout aussi bien être un simple archéologue passionné par les répercussions que pouvait avoir la magie sur les gens.

Chassant ses pensées, elle remercia Sallah – tout de même ! – avant qu’il ne s’éclipse à nouveau et elle prit la direction d’un des fauteuils qu’Adrian avait désignés un peu avant. Si la bibliothèque l’intéressait, un thé chaud ne se faisait pas attendre et, de toute façon, une discussion avec Adrian était plus intéressante aussi. Les livres ne risquaient pas de s’envoler soudainement pour migrer dans une autre pièce. Quoi que… En attendait, elle était mise en garde contre les gâteaux préparés par l’intendant, ce qui ne manqua pas de la faire sourire. Au moins, il prenait soin de sa santé. Un sourire qui s’affaissa un peu quand il s’interrogea sur la manière dont était perçue cette visite du côté de sa famille. Enfin, il n’avait pas parlé de sa famille mais elle se doutait que c’était un peu le sens de sa question. La trentenaire s’installa dans un fauteuil, laissant Adrian faire de même s’il le voulait, avant de se décider à lui répondre.

« Pour les gâteaux, je crois que je vais quand même prendre le risque de les gouter. S’il a pris le temps de les faire, c’est la moindre des choses. » Un sourire, elle haussa les épaules. « Pas que je remets votre avertissement en doute mais, maintenant, je suis intriguée. » Il y avait un fond de vérité dans le sens où elle aimait bien tester par elle-même. Cela dit, la raison principale de son envie d’essayer était, belle et bien, une question de politesse. « Mais, merci de vous inquiéter de ma santé. »

Heather devait être parfaitement à l’aise aussi parce que, de manière assez naturelle, elle s’était retrouvée à verser le thé dans chacune des tasses, après s’être assurée qu’Adrian en voulait un. Et c’est pendant cette action, son regard concentré sur ce qu’elle faisait et non sur l’archéologue, qu’elle décida de lui répondre sur ses dernières interrogations.

« J’ai peut-être oublié de dire que je vous voyais chez vous. » Sa mère en aurait fait une crise. Enfin, une crise tout à fait contenue, ça va de soi. « Enfin, sauf Jonas. Lui, il le sait. » Leurs deux dernières rencontres avaient permis à Adrian d’associer le prénom de Jonas comme étant le jumeau d’Heather. Sauf s’il avait oublié entre temps. Elle reposa la théière avant de relever le regard sur Adrian, d’un air un peu navré. « Disons que je préfère éviter d’inquiéter mes parents inutilement. Vous savez, les parents, ça se fait souvent beaucoup de mauvaises idées surtout quand il est question de leur enfant. »

Les mensonges pour préserver, blablabla. Même si, pour le coup, c’était aussi pour éviter une suite de questions de la part de sa mère et d’un énième discours sur le rôle qu’Heather devrait bien finir par remplir un jour ou l’autre. Elle afficha un sourire rassurant.

« Mais, ne vous inquiétez pas, vous ne causez aucun ennui. » Ou alors, elle était incapable de le voir de cette manière. « Oh, et pour cet endroit. » Elle afficha un sourire plus léger. « Je suppose que le lieu peut surprendre, surtout si on n’a pas été prévenu mais, ça n’a rien d’étrange. En fait, je trouve même que ça vous correspond assez, enfin, vu votre métier, ça me semble logique. » Sur un ton de fausse confidence, elle continua. « J’ai croisé une de vos voisines, enfin je suppose que ça l’était, en arrivant. Là, en revanche c’était étrange. » Le sourire prouvait qu’elle n’était pas vraiment sérieuse en qualifiant cette brève rencontre d’étrange. « Elle m’a conseillé de faire demi-tour mais, je suppose que c’est comme pour les gâteaux, je dois préférer me faire mon opinion par moi-même. » De manière amusée. « Vous avez essayé des tours de cartes sur vos voisins pour qu’ils vous trouvent aussi bizarre ? »

D’accord, le ton était peut-être léger, la question pas très sérieuse mais, dans le fond, ça laissait surtout un autre questionnement plus implicite : est-ce le voisinage le considérait comme étrange seulement à cause de l’endroit, ou est-ce qu’il y avait autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Lun 10 Fév - 15:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Imitant Heather, Adrian s'installa dans l'un des sièges du salon, portant son attention sur la jeune femme qui répondait à propos des gâteaux. C'était amusant, il était pratiquement certain qu'elle allait tout de même goûter. Le fait de pouvoir prévoir les réactions d'autrui avait quelque chose de très reposant et le mage se sentit à nouveau aussi à l'aise que lors de leurs précédentes discussions. Il hocha la tête pour toute réponse en espérant simplement qu'Heather aimait le sucre. Les desserts égyptiens étaient très chargés en sucre et pouvaient rapidement écœurer. Pour quelqu'un qui, comme Adrian, n'était pas très amateur de ce type de condiment, il était inutile de préciser que c'était peu appétissant. Cependant, il continuait à en manger de temps en temps histoire de ne pas vexer Sallah. Pour Adrian c'était bien plus qu'un ami, c'était comme son fils et il se sentait forcément « obligé » d'avoir certains comportements. Mais encore une fois, il ne pouvait pas l'expliquer à Heather. Cette dernière s'occupa rapidement de s'occuper du service, une manière de faire qui lui rappela étrangement sa mère qui jouait à la fée du logis dès qu'elle en avait l'occasion. Oui, définitivement l'éducation de la Cooper était en tous points semblables à celle d'Adrian, s'en était presque perturbant.

C'est à ce moment qu'elle décida de lui répondre en avouant que ses proches ne savaient pas qu'elle venait au manoir pour le voir. Excepté son jumeau, mais Adrian avait compris depuis le premier jour que cet homme qu'il ne connaissait que de nom était toujours l'exception à la règle. Un léger sourire se dessina à nouveau sur les lèvres du mage tandis qu'il imaginait que c'était certainement préférable de ne pas aborder le sujet du lieu de leur rencontre. Même si jamais Adrian ne s'amuserait à faire des avances à Heather chez lui – voire partout en vérité – les parents de la demoiselle n'étaient pas censés le savoir. Comment pourraient-ils soupçonner que l'homme qui avait l'air d'avoir trente ans était en réalité un centenaire qui avait tiré un trait sur sa vie sentimentale depuis belle lurette ? Quand même bien l'Archimage aurait décidé de revenir sur cette décision, il respectait bien trop la demoiselle pour lui imposer de supporter les avances d'une personne qui ne conviendrait pas à sa famille. Aussi bien éduquée, aimable et séduisante soit-elle, la demoiselle restait une Cooper et en tant que telle, elle devait fréquenter des gens de son niveau social et de sa nature. Autrement dit, pas des individus qui avaient à voir avec la vie des supers.

Elle le rassura toutefois en lui faisant savoir qu'il ne lui causait aucun ennui. Tant mieux, il s'en serait voulu si ça avait été le cas ! Puis le sujet de la maison et par extension, des voisins fut abordé. Adrian ne put retenir une légère grimace lorsque la jeune femme lui avoua qu'elle avait croisé l'une d'entre elles et qu'elle lui avait déconseillé de venir au manoir. Ce n'était pas très surprenant. Le manoir avait toujours une réputation un peu étrange depuis qu'il y avait aménagé dans les années soixante-dix, mais depuis qu'il avait avoué croire et étudier la magie, cette réputation était carrément devenue ingérable. Aujourd'hui il pouvait être assimilé au type craignos qu'il fallait éviter à tout prix. La seule chose « positive » c'était que les vendeurs d'aspirateurs ne venaient jamais sonner chez lui. Eldoth esquissa un léger sourire avant de répondre.

« Non, même pas ! Je crois que si je l'avais fait, ce serait peut-être mieux, les choses ne seraient pas aussi mal au point qu'aujourd'hui. Pourtant, son ton ne laissait pas entendre qu'il vivait mal cette situation.
Disons qu'un archéologue c'est déjà bizarre par nature, mais lorsqu'en plus il étudie le même domaine que moi, vous voyez... on le prend tout de suite pour un illuminé. D'où ses craintes lors de leur première discussion.
Puis ajoutez à cela qu'il arrive parfois des choses un peu étranges aux environs du manoir et vous comprenez pourquoi les gens se disent qu'il vaut mieux m'éviter. En fait, vous devez avoir l'air trop normale pour que nous puissions nous entendre il faut croire. Il n'avait pas menti, entre les mages, les téléporteurs blessés ou les Commandants de l'UNISON habillés en robe, c'était un défilé de personnalités étranges qui passait ici.
Mais je vous rassure, lorsque je parle de choses étranges des fois c'est simplement Sallah qui est en train de suspendre le linge habillé à la mode égyptienne. Ils sont aussi conservateurs dans ce quartier, mais bizarrement ça passe moins bien qu'avec vous. »

Adrian avait soigneusement évité de préciser que c'était un point bien précis de son métier qui posait problème à ses voisins, mais ne le regrettait pas. Sur le moment. C'était égoïste et mal, mais le mage voulait éviter qu'Heather ne comprenne trop rapidement à qui elle avait affaire et décide de couper les ponts pour de bon. Enfin, il estimait trop la jeune femme pour douter du fait qu'elle ne soupçonnait pas quelque chose, mais il se disait que tant que les choses ne seraient pas clairement annoncées, Heather n'avait aucune raison de réagir. Garder le silence était donc à la fois une bonne chose, mais aussi une mauvaise. Ne lui en voudrait-elle pas le jour où Adrian dirait tout ? Ne risquait-il pas de la mettre dans une position délicate. Tant de questions et aucune réponse, il soupira légèrement en camouflant son hésitation sous une expression faussement détendue.

« Je comprends pour vos parents. C'est normal qu'ils s'inquiètent, je ferais pareil si j'étais à leur place. Après tout, ils ne me connaissent pas et c'est normal qu'ils se méfient des gens que vous fréquentez. Une manière de lui faire comprendre qu'il ne lui en voudra pas si elle refusait un jour une invitation à cause de ça.
Et ça vous arrive souvent de leur dissimuler des choses pour éviter de les inquiéter ? J'imagine que ça ne doit pas être très facile de justifier tout ce vous faites, ça limite l'indépendance, mais je présume que c'est une question d'habitude. Et d'éducation, mais ils étaient tous les deux au courant.
C'est une bonne chose que votre jumeau vous laisse faire ce que vous voulez, je me rends compte que je ne connais toujours pas grand-chose à ce niveau et cela malgré vos explications. Je pensais qu'avec une sœur aussi demandée que vous, il chercherait plutôt à éviter que vous ne sortiez trop. »

Ce n'était en aucun cas une critique bien sûr, simplement une réflexion personnelle. Abban et Aishlinn avaient l'air tellement exclusifs qu'Adrian se disait que tous les jumeaux devaient rester très proches et ne pas apprécier de voir l'autre s'éloigner. Mais comme Heather l'avait dit, tout dépendait de l'âge et du lien de chacun. C'était juste une manière de faire comprendre qu'avec une sœur comme elle, Adrian se méfierait forcément de tous les hommes qui chercheraient à s'approcher d'elle. C'était un compliment, version Adrian Pennington, donc pas très clair, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Lun 10 Fév - 21:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Adrian ne semblait pas surprenant qu’une de ses voisines puisse déconseiller quelqu’un de venir chez lui et, les explications rejoignaient ce qu’il avait pu dire dans le café : son métier, son manoir, son intendant, beaucoup de choses étranges aux yeux des autres pour le catalogué dans la case du « type bizarre ». Par contre, il était toujours question, dans son métier, d’un « domaine », le mot « magie » n’était même plus prononcé. Elle y était sûrement pour quelque chose, en réalité, mais elle en venait à se dire qu’elle avait déconné sur ce point-là. Si c’était quelque chose qu’il étudiait, elle ne voulait pas non plus en faire un tabou mais… Pour le coup, elle ne savait pas comment aborder ce sujet sans que ça ne soulève un tas d’interrogations chez elle. Cela dit, cette histoire de magie, dont elle ne savait rien, n’était jamais vraiment bien loin. La preuve quand il parla de choses bizarres, elle avait légèrement haussé un sourcil, dans un air interrogateur mais, elle trouva un exemple dans la façon qu’avait Sallah d’étendre son linge. S’ils évitaient, tous les deux d’en parler, ça risquait surtout de vite poser un problème. Ou, du moins, de casser un peu cette manière qu’ils avaient d’être à l’aise l’un avec l’autre. Autant dire que ce n’était pas ce qu’elle souhaitait.

En attendant de trouver une solution à ce « problème » en devenir, elle trouva amusant qu’on puisse la voir comme quelqu’un de trop normale. De manière objective, Heather avait parfois plus l’impression d’être une façade ou un investissement servant à la cause des Cooper, avant d’être une personne à part entière. Ce n’était pas une plainte, elle avait grandi comme ça donc ça lui semblait presque normal et naturel. Elle laissa passer un sourire quand il annonça que le voisinage était assez conservateur sans que ça passe aussi bien qu’avec elle. Est-ce que ça faisait-elle une personne moins conservatrice parce que, autant dire, qu’elle n’était pas certaine qu’Adrian soit bien vu par ses parents – aussi conservateurs. Peut-être qu’elle avait un truc de pas normal chez elle, pour ne pas trouver Adrian complètement étrange et bon à envoyer à l’asile.

Éducation, et politesse, oblige, elle le laissa poursuivre pour expliquer qu’il comprenait l’inquiétude de ses parents. Sauf qu’en réalité, ils ne parlaient pas de la même inquiétude. Ses parents craignaient probablement plus qu’elle finisse par ne plus remplir son rôle, plus que pour les gens qu’elle fréquentait. Quoique, ils devaient aussi s’inquiéter de l’image que pouvait avoir les Cooper si elle se mettait à trainer avec n’importe qui – comprendre : Supers, marchand d’armes, et tout ce qui héritait d’une mauvaise image. Du coup, elle avait l’impression de mentir, ce qui en temps normal, ne la dérangeait pas tant que ça. Ce qu’elle ignorait c’était si c’était une bonne chose ou non, qu’elle trouve ça dérangeant avec lui. Cachant son interrogation en prenant une gorgée de thé, elle retrouva bien vite un sourire qui n’avait rien de simulé quand il parla de Jonas. Un peu plus à sa dernière phrase, elle reposa sa tasse en secouant légèrement la tête.

« Je ne suis pas si demandé que ça. » Ou alors ça ne l’interpellait pas, ou ne l’intéressait pas. « Mais, en fait, avec Jonas, il me semble qu’on a compris depuis longtemps que ce qui nous unit ne pourra pas changer, même si quelqu’un arrivait dans la vie de l’autre. » Elle fit une légère moue. « C’est un peu compliqué à expliquer mais, pour simplifier et schématiser grossièrement : c’est comme si tout était compartimenté. On a une partie de nous qui rend l’autre unique, et une autre partie qui est réservée aux autres personnes sans que ça n’interfère dans notre relation. » Difficile de décrire un lien ou aucun mot n’avait été inventé pour l’expliquer de manière juste. « Enfin, du coup, ça laisse à chacun le droit de faire sa vie. » Elle laissa passer un sourire, dans un aveu. « Même si, j’avoue, que même en respectant le choix de l’autre, on est assez regardant sur les personnes choisies. »

Mais ça, c’était un peu le cas de tous les frères et sœur, non ? Quoi que Heather était moins regardante sur les relations que pouvait avoir sa petite sœur, enfin c’était la même chose mais en beaucoup moins prononcé. Enfin, dans le fond, ce qu’il fallait comprendre, c’est que Jonas n’était pas un élément perturbateur mais une personne avec qui il fallait composer parce qu’elle n’envisageait pas sa vie sans lui, aussi sympathique puisse lui apparaitre une personne. Elle attrapa un des fameux gâteaux de Sallah, laissant passer une seconde ou deux pour organiser ses pensées et la manière d’aborder la suite.

« Pour être honnête, concernant mes parents, non. Je ne leur dissimule pas grand-chose. » JUuste qu’elle pensait complètement différemment d’eux concernant les Super. Trois fois rien ! « Mais là, c’est un peu différent. » Elle afficha un air un peu navré avant d’inspirer. « Le truc, c’est qu’ils ont une certaine vision des choses et que, si je venais à leur parler de vous, je ne sais absolument pas comment leur parler de ce que vous faite. » Le gâteau était resté entre ses doigts, sans pour autant le manger. « J’imagine qu’ils vous verraient un peu comme le fait votre voisinage. » Elle haussa les épaules. « Et, en fait, ça m’ennuierait qu’ils s’arrêtent juste à ça. »

Parce que, évidemment, Adrian n’était pas le type bizarre vivant dans un manoir étrange. Il était une personne avec qui elle partageait beaucoup de points communs, avec qui il était plus qu’intéressant de discuter, sans parler de la mine d’informations qu’il pouvait être. Elle releva les yeux vers lui, dans un sourire rassurant, préférant expliquer un point pour pas qu’il se sente fautif de quoi que ce soit entre les Cooper.

« Cela dit, quand je disais que vous ne causiez pas le moindre problème, ça reste vrai. » Elle essayait juste de composer avec deux univers, pour le moment. « Disons que j’apprécie réellement nos échanges et que je n’ai pas envie de les voir interférer là-dedans, d’une façon ou d’une autre. » Comme en le dénigrant en expliquant qu’ils n’étaient pas du même milieu. Et, pour dédramatiser un peu les choses, elle prit un ton plus léger dans un sourire amusé. « Puis, ce n’était pas comme s’il y avait lieu de s’inquiéter pour moi de toute façon. » En tout cas, elle estimait ne rien avoir à craindre, sinon elle ne serait pas là. Elle gouta le gâteau de Sallah et se retrouva à hocher la tête. « Enfin, sauf si j’étais diabétique. »

Même si elle ne l’était pas, il y avait tellement de sucre là-dedans qu’elle risquait de le devenir. Cela dit, c’était à prendre avec humour, le ton n’avait rien de sérieux.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 11 Fév - 17:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
En parlant du jumeau d'Heather, Adrian avait un instant craint d'avoir touché un point sensible. Il ne connaissait finalement pas grand-chose de la jeune femme et même si elle semblait posséder une bonne humeur à toute épreuve, le mage était bien placé pour savoir qu'elle pouvait dissimuler ses contrariétés. Lui aussi avait des sujets sensibles et même s'il ne le montrait pas lorsque les gens les abordaient, cela ne l'empêchait pas d'être contrarié. Mais pour le coup, il semblait que la jeune femme avait bien pris sa question vu le sourire qu'elle arborait. Lorsqu'elle déclara qu'elle n'était pas très demandée, il ne dissimula pas une moue sceptique. Peut-être qu'Heather ne s'en rendait pas compte tout simplement ? Mais elle restait une très belle femme, souriante et avenante, forcément les gens devaient avoir envie d'aller vers elle. C'était dans la logique des choses. Le centenaire resta toutefois silencieux comme la jeune femme confirmait ce qu'il avait pensé juste avant : elle et son jumeau avait dépassé le stade de la jalousie et savaient parfaitement que personne ne les remplacerait. C'était certainement un sentiment unique. Adrian n'avait jamais été certain de la place qu'il occupait dans le cœur de ses frères ou même de ses parents et fort heureusement vu la manière dont ça s'était terminé ! Le fait d'avoir un jumeau devait réellement changer la donne, cela apportait une nouvelle dimension aux relations fraternelles. Adrian s'autorisa un léger rire à la fin de l'explication d'Heather : il n'y avait donc pas de doutes sur le fait que son frère devait « approuver » les compagnons de sa sœur. C'était fort probable que la jeune femme puisse décider de mettre fin à une relation si son frère n’appréciait pas son futur beau-frère.

C'est alors que la belle reprit la parole pour aborder le sujet de ses parents et forcément, Adrian ne put s'empêcher de ressentir un fort sentiment de culpabilité. Les Cooper, le Daily Herald, ils n'aimaient pas les Supers et voilà que l'Archimage en personne se mettait à inviter l'une d’eux chez lui. Oh, il ne pensait pas qu'Heather était du genre à cracher sur les gens sans les connaître, mais elle se retrouverait forcément dans une mauvaise position si quelqu'un les voyait ensemble et qu'il était identifié comme un consultant régulier de l'UNISON. Puis en tant que mage, n'en parlons même pas... Essayant de masquer ce qui défilait dans son esprit, le centenaire força un sourire compréhensif lorsque son regard croisa celui d'Heather avant qu'elle ne le rassure une fois de plus sur le fait qu'il ne lui poserait pas de problème. Pas si sûr. Elle ne pourrait dire ça que lorsqu'elle aurait toutes les cartes en main, pas avant. La pâtisserie de Sallah offrit un bref instant de répit sur lequel l'américain sauta.

« L’Amérique est réputée pour sa nourriture peu équilibrée, mais il faut que vous mangiez un gâteau étranger pour que votre santé en pâtisse. Évitez simplement de tomber dans les vapes, je n'ai pas mon diplôme de premiers secours et je crois que Sallah non plus. Il esquissa un sourire, laissa planer quelques secondes de silence avant de finalement se lancer.
En fait Heather, il faut que je vous dise quelque chose.... Passant sa main sur ses lèvres dans un tic de gêne, Adrian leva les yeux vers elle.
Lorsque je vous ai dit que j'étudiais la magie dans mon métier, disons que je ne fais pas que l'étudier. Si mes voisins me trouvent aussi bizarre, c'est surtout parce que je leur ai avoué que j'utilisais la magie. Je ne sais pas si vous y croyez ou non, mais la magie est utilisée au même titre que les pouvoirs mutants et cela depuis longtemps. Difficile de savoir ce qu'elle pensait face à un tel discours.
Au début, je voulais éviter de vous en parler parce que... parce que je sais que votre famille n'est pas forcément très tolérante avec toutes ces choses et que j'appréciais beaucoup de parler avec vous. Ça m’ennuyait beaucoup de me dire que vous pouviez décider de couper court à nos discussions à cause de ça. Il inspira avant de terminer.
Mais je ne veux pas vous causer de problèmes. Je ne suis pas quelqu'un de célèbre, loin de là même, mais je pense que je n'ai pas le droit de vous causer des ennuis simplement parce que j'apprécie nos discussions. Ce serait tout sauf poli et pour quelqu'un qui se prétend bien élevé, j'ai un peu trop tardé à tout vous dire. Un léger haussement d'épaules.
Je suis désolé. »

Désolé de ne pas l'avoir dit plus tôt, d'avoir évité le sujet lorsqu'il avait l'occasion de tout avouer, puis, d'une certaine manière, de ne pas être simplement Adrian Pennington. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas regretté d'être dans cette situation, mais cela faisait aussi un sacré bail qu'Adrian n'avait pas réussi à s'entendre aussi bien avec quelqu'un. Comme à l'époque où sa famille lui avait fait comprendre qu'il était trop tard, le mage ne put s'empêcher de ressentir un léger sentiment de contrariété à l'idée que son statut d'Archimage risquait, une fois de plus, de lui faire perdre un début d'amitié prometteur. Mais comme à chaque fois, il retrouva bien vite son sourire détendu et ajouta une dernière précision.

« Je ne vous en voudrais pas si vous décidiez de revoir la fréquence de nos rencontres. »

Autrement dit, si elle décidait qu'ils ne devaient plus se revoir.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Mer 12 Fév - 0:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le rire qu’il s’autorisa à la fin du discours d’Heather sur son jumeau avait quelque chose de rassurant. Un des « inconvénients » - bien qu’elle ne l’avait jamais perçue comme tel – c’était qu’un jumeau mettait souvent une barrière pour les autres qui, d’une certaine manière, se sentait exclue dans cette relation particulière. Le truc, avec des jumeaux, c’est qu’une personne extérieure ne devait surtout pas essayer de prendre la place d’un des jumeaux. C’était voué à l’échec. En tout cas, c’est comme ça qu’elle percevait les choses. Si un choix devait se faire, il serait toujours en faveur de Jonas. Même si c’était lui qui était en tort, ce qu’elle ne percevrait pas de cette manière, de toute façon.

Pour ce qui était des pâtisseries, Heather venait quand même d’un certain milieu social. Il ne fallait pas rêver, elle avait une mère qui, de toute façon refuserait de voir sa fille devenir énorme. L’image, encore et toujours. Depuis toute petite on lui demandait de faire attention, de ne pas manger ni trop gras, ni trop sucré. Limite, on lui faisait bouffer une pomme en sautillant sur place pour être certaine qu’elle mangeait et bougeait en même temps. Sa vie n’était pas une succession de frustration pour autant, parce que c’était impoli de ne pas pouvoir manger le petit four du super-gala organisé par un mec important de Star City. Puis, avouons-le, elle aimait bien trainer Jonas, de temps à autre, pour aller manger une barquette de fritte. Bref, elle était habituée à manger de manière équilibrée alors, le sucre, de manière générale, elle en était rapidement écœurée par manque d’habitude. Profitant des quelques secondes de flottement qu’ils avaient, elle leva sa main droite dans un sourire amusé.

« Promis, je fais attention. » Puis dans un air faussement solennel. « C’est que je connais mes limites. »

Mais la légèreté de l’instant avait vite laissé place à un sérieux tout particulier. Commencer une phrase par un prénom suivi d’un « il faut que je vous dise quelque chose… » C’était, généralement, bien assez explicite pour comprendre que la discussion allait être sérieuse. La trentenaire reposa le restant du gâteau à côté de sa tasse avant de hocher la tête, l’air de dire : il fallait bien que ça arrive. Dire qu’elle était surprise serait mentir, cette possibilité avait déjà été envisagée, elle n’avait juste pas voulu la rendre définitivement possible. Elle laissa tout de même passer un léger sourire quand il expliqua pourquoi il n’avait pas voulu en parler. On en revenait au problème de sa famille parce que, c’était bien ça : le problème c’était sa famille – sauf Jonas – et leur façon de penser. En aucun cas c’était Adrian. Puis ça la faisait sourire parce qu’elle n’avait pas voulu poser la question à cause de ce que ça pouvait impliquer et, en même temps, lui avait tardé à le dire pour un peu près les mêmes raisons. Pourquoi est-ce qu’elle lui voudrait ?

Elle allait forcément se poser un tas de questions, s’interroger sur ce qu’elle devait faire. Enfin, elle savait très bien ce qu’elle voulait faire, sur ce point il n’y avait pas de soucis. Mais, ce qu’elle voulait ne semblait pas être en accord avec la « vision Cooper ». Bon l’avantage c’était qu’Adrian n’était pas un Chase Neutron-Grey que tout le monde connaissait, du coup, ça réduisait considérablement les éventuels problèmes. Heather ne s’était jamais retrouvé dans ce cas de figure et, peut-être que ça aurait été plus simple si elle pensait comme le reste de sa famille mais, là, les choses étaient un peu plus compliquées. Et, en fait à la dernière phrase d’Adrian, elle fut certaine de la réponse qu’elle allait lui donner.

« Je pense, qu’effectivement, il va falloir revoir la fréquence de nos rencontres. » L’air sérieux qu’elle avait sur le visage trouva un sourire, dans un haussement d’épaules avec un ton plus léger. « Non parce que, si je n’ose plus vous emprunter un livre sous prétexte qu’il est trop vieux, il va bien me falloir un lieu pour que je puisse quand même le lire. »

Le ton était léger parce qu’il était évident qu’elle ne s’imposerait pas de cette manière, aussi directement, pour désigner le manoir comme le meilleur lieu afin de pouvoir lire les vieux ouvrages d’Adrian. Non, en fait, ce qui fallait comprendre c’est qu’elle ne comptait pas changer ses habitudes mais, gardant toujours un sourire, elle décida de reprendre de manière plus sérieuse pour exposer son point de vue.

« Franchement, si vous devez être désolé, je dois l’être aussi. » Elle haussa légèrement les épaules. « La question, je me la suis posée. Je crois même que ça me semble assez logique étant donné votre domaine d’étude, les objets qui sont ici. Enfin, je ne sais pas trop mais, j’imagine que c’est difficile de comprendre les choses sans les pratiquer, au moins un peu. » Du moins, ça devait aider. « J’imagine que j’ai voulu retarder le plus possible le moment où la question se poserait vraiment alors, sérieusement, ne soyez pas désolé. » Elle afficha un sourire amusé. « Et puis, vous voyez que vous aussi vous arrivez à éviter les sujets qui ne doivent pas être abordés. »

Heather trouvait les raisons qui l’avaient poussé à ne pas en parler plus vite tout à fait acceptable. En fait, elle les trouvait même très bien. Elle n’avait aucune raison de lui en vouloir. Elle ne pouvait pas lui dire que ça ne lui causerait aucun ennui parce que, si son père venait à le savoir, par exemple, forcément ça allait poser un problème. Les coudes sur les genoux, elle joignit ses mains avant de relever les yeux vers Adrian.

« Ce qui se passe c’est que j’apprécie beaucoup nos conversations et que je trouverais dommage de les faire cesser. Je ne vais pas vous demander de n’avoir jamais pratiqué la magie, et je ne vais pas changer de famille non plus. » Dans les deux cas ça faisait partie d’eux, non ? « En fait, je crois que je devrais surtout vous laisser la possibilité de revoir la fréquence de rencontre aussi. Parce que je peux comprendre que la position affichée dans ma famille puisse être dérangeante. »

Elle trouvait déjà bien étonnant qu’il lui dise ouvertement pratiquer la magie alors qu’il savait ce qu’en pensait sa famille. Quelque part c’était aussi prendre le risque qu’elle pense de cette manière, qu’elle le voit soudainement comme une personne de franchement pas fréquentable.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 12 Fév - 13:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
La première phrase qu'Heather prononça ne manque pas de provoquer un léger pincement au cœur du mage. Pourtant, il ne répliqua rien et se contenta d'un hochement de tête comme s'il comprenait parfaitement son choix. Ce qui était le cas en vérité. Bien que l'idée de mettre fin à leurs discussions était quelque chose de contrariant pour lui, il se voyait mal lui demander de prendre le risque d'être vue en sa compagnie. Sauf qu'il s'emballait peut-être un peu trop rapidement. Ces pensées étaient passées dans son esprit à toute vitesse et lorsque la jeune femme retrouva son sourire, Adrian comprit qu'il avait peut-être mal interprété les paroles de la demoiselle. Et c'était effectivement le cas ! Comme Heather laissait entendre qu'elle allait peut-être devoir passer plus de temps que prévu au manoir, le centenaire ne put s'empêcher d'afficher un sourire à la fois amusé et plutôt satisfait. Amusé parce qu'il s'était vraiment planté en croyant qu'elle allait lui annoncer que c'était leur dernière discussion, puis satisfait parce que ce n'était justement pas le cas. D'ailleurs, même si le ton de la jeune femme était léger et certainement pas sérieux, l'Archimage de son côté ne voyait aucun problème à ce qu'elle puisse venir dès qu'elle le souhaitait, même simplement pour lire un peu. Il était presque en permanence chez lui, mis à part lors de ses sorties pour aller à Star High ou dans les locaux de l'UNISON, mais cela n'empêcherait pas Heather de venir se servir de la bibliothèque si elle en avait envie.

Elle reprit alors pour lui faire savoir ce qu'il soupçonnait depuis un moment : elle pensait depuis un moment qu'il avait un lien avec la magie. Forcément, la demoiselle était intelligente et se doutait qu'il n'étudiait pas la magie pour faire des tours de carte avec des enfants dans des cafés. Cela dit, même s'il savait qu'elle s'en doutait, le fait de l'avoir dit clairement le soulageait pas mal ! Il culpabilisait moins à l'idée de lui cacher un aussi gros secret et même s'il était loin de tout avoir avoué, c'était suffisant pour qu'ils puissent continuer à se voir en étant au courant du « secret » de l'autre. Il s'autorisa un nouveau sourire comme Heather lui montrait qu'il était capable d'éviter certains sujets, sauf qu'au final il avait tout de même mis les pieds dans le plat ! Ses pensées défilaient dans son esprit et il releva les yeux vers la jeune femme lorsqu'elle résuma les choses en lui offrant aussi la possibilité de pouvoir mettre fin ou réduire leurs rencontres. Il ne comptait pas le faire, sans quoi Adrian aurait abordé le sujet de sa famille dès la première conversation. C'est donc après avoir secoué négativement la tête qu'il répondit.

« Vous savez, je n'ai pas pour habitude de juger les gens sur leur famille ou leur origine. Je ne vois pas pour quelle raison je commencerais avec vous. Comprenez bien que depuis notre première discussion, j'ai conscience de la position de votre famille et je n'ai pas coupé court à nos rencontres pour autant. J'ai des amis qui ne partagent ni ma religion, ni mes penchants politiques, je pense que c'est la même chose en ce qui concerne la vision des Supers. Même si religion et politique n'avaient plus leur place dans sa vie depuis bien longtemps, contrairement aux Supers.
Pour moi, vous êtes simplement Heather, une personne avec qui j'apprécie de parler. Le reste m'importe peu. Je ne fréquente pas beaucoup de monde et les quelques amis que j'ai connaissent ma position à ce niveau, donc ne vous inquiétez pas. Contrairement à elle qui pouvait être montrée du doigt si elle était vue avec une personne mêlée à la vie des Supers.
Quant à vos visites, vous savez, vous êtes la bienvenue ici. Si vous avez un jour envie de passer simplement pour lire ou que sais-je, il ne faut pas vous gêner. Faites comme aujourd'hui et ce sera bon. »

Autrement dit, débarquer dès qu'elle en avait l'envie sans forcément avoir besoin de prévenir avant. Quelque chose l'intriguait tout de même à propos de l'absence de discussion avant ce jour. Si elle s'en doutait, pourquoi ne pas avoir directement abordé le sujet ? Oh, il y avait la solution de la politesse, cependant ça restait tout de même plus important de savoir si la personne que l'on rencontrait pouvait représenter un danger pour la réputation de sa famille, non ? L'expression d'Adrian était devenue plus calme depuis cette mise au point et il reprit la parole sur un ton plus léger.

« Je me posais tout de même une question. En fait je trouve ça plutôt étonnant que vous n'ayez pas posé la question avant si vous aviez des soupçons. Je sais que vous êtes très respectueuse de l'intimité des gens, mais au vu de la position de votre famille, je me disais que c'était peut-être risqué, non ? C'était une question franche, il ne voulait pas la piéger.
Vous savez, à l'avenir si quelque chose vous taraude à ce niveau, je préférerais que vous me le demandiez directement. Je n'ai pas envie de vous causer des problèmes, même si vous me dites que ce n'est pas le cas. Vous savez, je culpabilise rapidement alors vous serez bien incapable de me faire changer d'avis à ce propos. Le ton était amusé, il souriait franchement.
Je suis content d'avoir abordé ça. J'avais un peu peur que ce soit synonyme de complications, mais finalement c'est plutôt une bonne chose. »

Notamment si elle envisageait de revenir de temps en temps pour lire des bouquins au manoir. Même s'ils ne conversaient pas autant à chaque fois, avoir simplement la présence d'une personne agréable était déjà une bonne chose. Mais bien sûr, conformément à son éducation il s'abstint de dire quoi que ce soit à ce propos, même s'il n'en pensait pas moins.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Jeu 13 Fév - 1:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Soyons honnête, la façon dont elle avait commencé à annoncer les choses pouvaient largement prêter à confusion. Et, inconsciemment, c’était sûrement le but recherché pour voir la réaction que pourrait avoir Adrian si elle lui avait dit qu’elle préférait mettre un terme à leurs entrevues. Cela dit, il n’y avait pas grand-chose à tirer d’un simple hochement de tête, hormis le fait qu’il se plierait à sa décision, comme il l’avait laissé entendre un peu avant. Adrian était définitivement trop poli pour prendre le risque d’indisposer Heather si la situation venait à lui poser un réel problème. La réaction la plus parlante restait le sourire qu’il eut quand il comprit ce qu’elle était en train de dire. Une réaction qui, on s’en doutait, ne manqua pas de la faire sourire en retour.

Venir sur le sujet était une bonne chose, même si elle ne l’avait pas imaginé, parce que ça dissipait pas mal de « craintes ». Sa famille ne semblait pas poser problème au mage – puisque c’est ce qu’il est : un mage – et, de l’autre côté ce statut ne contrariait pas tellement la trentenaire. Un sourire passa sur les lèvres d’Heather quand Adrian expliqua qu’il avait conscience de la position de sa famille depuis la première rencontre, pourtant il n’en avait pas parlé à ce moment-là. Sérieusement, comment il avait réussi à vexer deux personnes alors qu’il était réellement capable de ne pas aborder certains sujets. Le faire maintenant, c’était différent, il fallait bien que ça vienne sur le tapis avant que ça ne se transforme en une sorte de tabou gênant pour les deux. Cela dit, ça soulevait un autre problème : la position qu’elle adoptait face aux Supers.

En attendant de savoir comment elle pourrait aborder ce point, elle apprécia grandement le fait qu’Adrian lui donnait l’autorisation de pouvoir venir quand elle voulait, même si ce n’était que pour lire. Une bibliothèque, plus qu’intéressante, à disposition : comment est-ce qu’elle était censée refuser ? Sans parler du propriétaire des lieux qui offrait des conversations enrichissantes. Ce dernier point était d’ailleurs à placer avant l’intérêt pour les livres. Attentive, puisqu’il se posait une question, elle l’écouta. Ah, pourquoi elle n’avait rien dit ? Bon, au moins, elle n’avait pas besoin de réfléchir à la réponse, elle l’avait déjà mais, désireuse de ne pas le couper, elle le laissa poursuivre sur le fait qu’il préférait qu’elle pose ses questions plutôt que de les garder pour elle. Le sourire de la trentenaire avait quelque chose de remerciant et rassurant à la fois parce que, évidemment, elle ne voulait pas qu’il culpabilise. Lui, au fond, il n’y était pour rien. Elle hocha la tête pour confirmer que c’était une bonne chose d’être venu sur le sujet.

«En fait, je n’ai pas posé la question pour plusieurs raisons. La première, c’est que le jour où on s’est rencontrée, je n’avais pas réellement d’avis sur la magie que j’associais plus à un pouvoir qu’à quelque chose de différent. » Sans trop de surprise, elle avait pris le temps de se renseigner entre temps. « On trouve des choses qui parlent de magie mais, étrangement, il est plus facile de croire aux gens avec des pouvoirs que de croire en une personne qui peut posséder des facultés sans une histoire de gène. » Position revue et corrigée pour la trentenaire. « La deuxième raison, en revanche, était bien égoïste. » Elle s’en excusa dans un haussement d’épaules. « J’ai apprécié notre premier échange mais, disons que, ma situation familiale fait qu’au terme de ce premier échange, si j’avais su que vous pratiquiez la magie, je ne suis pas certaine que j’aurais accepté une deuxième rencontre. »

Ce n’était pas contre lui mais, une rencontre n’aurait probablement pas été suffisante pour qu’elle ignore les positions qu’elle était supposée tenir. Ça allait forcément devenir problématique à un moment donné et, du coup, elle avait eu besoin de savoir si, d’une certaine manière, ça valait vraiment le coup. La première rencontre s’était très bien passée mais, elle n’avait pas été certaine que ce soit la même chose pour la deuxième, puis celle d’après.

« En fait, je crois que, pour faire simple, c’est moi que je devais interroger avant de vous poser la moindre question. » Ce qui amenait à son second problème. « Vous vous souvenez quand on avait parlé de l’importance de la famille ? Le fait est que je n’affiche aucune contradiction avec leur point de vue. » Même si elle pensait de manière totalement différente. « Je vais forcément contre leur principe en vous voyant alors, du moment que les choses n’étaient pas dites clairement, d’une certaine manière je n’avais pas à culpabiliser. » Ce qui, en revanche, risquait de le faire culpabiliser et c’est pour cette raison qu’elle reprit rapidement en posant son regard sur Adrian. « Et si vraiment vous tenez à culpabiliser sur quelque chose, alors faites-le sur le fait d’être particulièrement intéressant et agréable parce que, le reste, franchement ce n’est pas de votre faute. » Point sur lequel elle était particulièrement sincère. « A priori… » Parce qu’il pouvait aussi cacher d’autres choses. « … J’ai les données en main et si je fais le choix de continuer à vous voir c’est que je le veux bien et, donc, qu’il n’y a pas lieu de culpabiliser. »

Ce qui était certain c’était que s’ils devaient continuer à se voir – ce qui semblait être le cas – elle ne voulait pas qu’il se sente coupable de quoi que ce soit, ce qui, à la longue, risquait d’entacher cette bonne entendre. Du coup, elle préférait essayer de le rassurer sur ce point.

« En fait je crois que c’est le moment où je dois vous remercier pour ne pas avoir forcément associé ma famille avec moi. Généralement, les gens ont plutôt tendance à se braquer, surtout quand ils possèdent des pouvoirs, dès qu’ils savent de quelle famille je viens. »

Ce qu’elle comprenait parfaitement, surtout quand, publiquement, elle tenait le même discours que le reste des Cooper.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Jeu 13 Fév - 11:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Heather reprit la parole après les explications d'Adrian et elle énonça à voix haute ce qu'il pensait souvent. Les gens étaient plus volontaires pour croire des histoires de gène muté que de magie alors que la magie existait depuis la naissance de l'humanité. En Afrique elle faisait partie intégrante du mode de vie des habitants, peut-être le signe que tout dépendait de la société dans laquelle vous vous trouviez ? Pour quelqu'un comme Adrian, un archéologue, c'était une évidence. Le centenaire resta silencieux et observait la demoiselle tandis qu'elle parlait d'une raison égoïste. Vraiment ? Un léger sourire se dessina sur les lèvres du mage lorsqu'il entendit la justification. En fait, elle rejoignait la sienne. Adrian avait imaginé que si Heather n'était pas au courant de ce qui se passait, elle n'avait aucune raison de l'éviter. Peut-être qu'il s'était dit qu'après quelques rencontres si le courant passait toujours aussi bien, elle mettrait cette donnée de côté ? Ou alors que s'ils n'accrochaient plus de la même manière, il rechignerait moins à l'idée de lui avouer sa position ? Au final, qu'elle que fut la raison, pour Adrian c'était une « fin » heureuse qui se présentait puisqu'ils allaient se revoir. Plus souvent que jusqu'à présent peut-être, c'était donc une bonne chose.

Restant silencieux, le centenaire hocha la tête lorsque la demoiselle lui demanda s'il se souvenait de leur discussion sur la famille, sentant bien que ce serait quelque chose d'important pour la suite. Et comme il s'y attendait, la demoiselle lui expliqua qu'elle ne pouvait pas se montrer d'un avis opposé à celui de sa famille. Quoi de plus normal ? Adrian n'aurait pas tourné le dos aux siens, même pour quelqu'un qui lui était aussi agréable qu'Heather. C'était d'autant plus vrai lorsque vous aviez un jumeau qui comptait certainement sur votre soutien. Toutefois, lorsque la demoiselle lui avoua que son ignorance la « protégeait » il ne put s'empêcher de culpabiliser – forcément. Et il devait être très facile à décrypter puisque la belle reprit aussitôt pour la rassurer sur ce point. Eldoth afficha donc un dernier sourire avant de hocher la tête pour faire comprendre qu'il avait bien noté tout ce qu'elle venait de dire. Puis lorsque les « remerciements arrivèrent, l'Archimage se contenta de hausser les épaules pour commencer.

« Vous n'avez pas à me remercier. Je vous l'ai dit la première fois, habituellement il suffit que je dise que j'étudie la magie, même sans l'utiliser, pour que les gens m'associe aux fous des asiles. Alors très franchement, si quelqu'un doit avoir de remerciements, c'est vous avant toute chose. Il sourit d'un air amusé.
Et puis, c'est difficile de vous assimiler à quelque chose de négatif, depuis notre première discussion vous ne dégagez que des sentiments positifs. Vous devez vous remercier vous-même. Il finit par secouer la tête comme si c'était désormais réglé.
Sachez simplement que je comprends pour votre famille. Si ça peut vous rassurer, je ne lis pas les journaux et je ne regarde pas les informations alors si vous devez un jour tenir un discours qui pourrait contrarier les gens comme moi, je ne le verrai pas de toute manière. Le ton était léger, il voulait surtout détendre l'atmosphère.
Et votre famille passera toujours avant. C'est normal, je ferais la même chose si j'étais dans votre situation. Vous savez, si jamais un jour les choses devaient mal tourner et que vous pourriez avoir des ennuis à cause de ces sorties, vous n'aurez qu'à dire que je ne vous ai jamais avoué tout ça. Vu que personne ne sait que vous étiez là, ce sera simple à justifier. »

Comme la discussion semblait réglée de ce côté et qu'Adrian ne souhaitait pas embarrasser la jeune femme en insistant là-dessus, il décida finalement de changer de sujet. Heather avait beau avoir l'air « en confiance » avec lui, le mage doutait qu'elle puisse lui confier si elle pensait réellement comme sa famille. La logique le poussait à penser que non. Après tout, s'il avait eu affaire à une anti-Supers, elle n'aurait certainement jamais accepté de le revoir et cela même s'ils s'entendaient bien, non ? Sauf si elle était moins extrémiste et qu'elle repoussait uniquement les Supers qui exerçaient, comme ceux de la Légion par exemple. Bah, il y avait énormément de questions qui se bousculaient dans son esprit et au final, le centenaire préféra glisser pour de bon sur l'autre sujet de discussion, en espérant que cette brève parenthèse n'allait pas gâcher leur après-midi.

« Je crois me souvenir que vous m'aviez dit ne jamais avoir beaucoup voyagé ? Vous avez des pays que vous aimeriez découvrir ? Parce que si c'est le cas, je peux vous trouver quelques livres à ce propos. Ce sera un peu plus orienté sur l'histoire du pays que sur les lieux touristiques, mais bizarrement j'ai du mal à vous imaginer passer vos vacances dans un hôtel de luxe à bronzer autour d'une piscine. Elle avait l'air bien trop liante pour s'isoler de la sorte.
Vous ne faites jamais de voyage humanitaire ? Vous savez, comme la Princesse Diana. »

Il eut un sourire, étrangement il allait assimiler la jeune femme à cette personnalité pendant un bon moment, mais ce n'était pas une mauvaise chose selon lui, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Dim 16 Fév - 0:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Si elle lui demandait de ne pas culpabiliser, il pouvait lui demander de ne pas le remercier. Dans le fond, elle savait très bien qu’elle ne l’empêcherait pas de culpabiliser, et lui ne pourrait pas l’empêcher d’avoir envie de le remercier mais, du coup, aucun des deux n’avait besoin de le faire toutes les trente secondes. Elle afficha un sourire à son discours, sur le fait qu’elle pouvait se remercier elle-même. Peu de chances qu’elle en arrive à ce point-là mais, c’était gentil de sa part. A croire que, finalement, aucun des deux n’avait été jugé comme ils avaient l’habitude de l’être par les autres. Elle laissa passer un léger rire amusé au fait qu’il ne lisait pas les journaux. Bah, oui, comme ça c’était beaucoup plus simple. Chose qu’elle ne prit pas réellement au sérieux, enfin, elle le croyait quand il disait ne pas lire les journaux – il l’avait d’ailleurs, déjà dit – mais ça ne simplifiait pas réellement les choses.

Par contre, elle marqua un air incrédule quand il laissa entendre qu’elle pourrait toujours dire qu’elle n’était pas au courant. En soi, la proposition était adorable, elle ne le niait pas mais, elle ne ferait jamais une chose pareille. C’était impensable. Ce qui venait de se traduire par un mouvement de tête de gauche à droite. En fait si sa famille devait apprendre qu’Adrian pratiquait la magie, il passerait automatiquement dans les personnes indésirables. Si en plus de ça, elle laissait croire qu’elle n’était pas au courant, il passerait aussi dans la case des manipulateurs. Hors de question qu’elle laisse ce genre de réaction se produire juste pour se protéger elle. Hormis ce point où elle n’était pas d’accord avec lui sur la marche à suivre en cas de problème, elle fut rassurée d’apprendre qu’il comprenait l’importance que pouvait avoir la famille.

Et comme, ni l’un, ni l’autre, ne semblait vouloir rester sur ce sujet. Le survoler était déjà une bonne chose, entrer plus en détail dedans aurait été dérangeant pour la Cooper qui n’avait toujours pas, ouvertement, dit qu’elle n’était pas d’accord avec sa famille. Le fait qu’elle était présente pouvait laisser penser le contraire mais, là encore, elle se portait mieux du moment qu’elle n’avait pas à donner sa position. Du coup, elle laissa volontiers Adrian changer de sujet. Les voyages… Elle laissa passer un sourire amusé avec un air faussement désolé quand il annonça qu’elle n’avait pas l’air d’être du genre à rester dans un hôtel de luxe. En fait, si ce n’était pas le genre d’Heather, c’était assez dans le genre de sa famille. On ne faisait pas partie d’une famille dans le top 20 des gens les plus riches de Star City pour partir en vacances annuelles dans une caravane au fond des bois. La référence à la fameuse princesse la fit sourire, avant de secouer la tête pour lui répondre.

« Non, je ne fais pas ce genre de voyage. En réalité, je ne pense pas être très douée pour ça. » Ce qui était une réalité. « En partie parce qu’ici, au moins, je me dis que si ça devient trop compliqué à gérer, je sais que je peux rentrer chez moi et retrouver mes proches. »

Puis la principale raison demeurait dans le fait que, si elle restait trop loin, trop longtemps de Jonas, elle perdait ce qu’elle était. L’année où il était parti au Texas, Heather avait vraiment compris ce que voulait dire « faire semblant ». Souriante, elle l’était restée mais aucun sourire n’avait été naturel ou réellement sincère. Faire un voyage humanitaire pour afficher qu’une expression de façade, selon elle, ça ne pouvait vraiment pas le faire. Et le téléphone n’était pas suffisant pour la relation qui l’unissait avec Jonas. Non, vraiment, ce n’était pas une bonne idée qu’elle se lance dans ce genre de projet.

« Et, en fait, j’ai bien peur de vous décevoir mais, si, en vacances c’est plutôt la piscine et l’hôtel. » Le ton avait été léger et amusé, signe qu’elle ne pensait pas réellement le décevoir. Elle leva les yeux au ciel un instant dans un air faussement exaspéré pour continuer sur un ton d’humour. « Je crois que mon père aurait tellement peur de me voir partir au milieu de nulle part, qu’il serait capable de me pucer pour être certain de me retrouver aussi vite. » Elle n’était pas sérieuse, poussant juste un trait de caractère à l’extrême. « Remarquez, c’est sûrement pour ça que je ne voyage pas trop. » Pour le coup il y avait un fond de vérité. Si c’était pour passer ses vacances dans un hôtel, autant rester chez soi, le dépaysement n’était pas très au point dans ce genre de condition. « Plus sérieusement, le premier pays qui me passe par l’esprit, je crois bien que c’est la France. J’ai toujours eu l’impression que ce pays avait des siècles d’histoire. »

Enfin, ce n’était pas le seul pays en réalité mais, c’était le premier qui lui venait en tête. Après si elle devait vraiment réfléchir, elle avait toujours du mal à comprendre le problème entre les anglais et les irlandais, parce que, quand elle voyait la taille des pays en question – comparé aux États-Unis – elle avait surtout tendance à associer ça à un seul et unique pays.

« Je ne vais pas vous demander le pays que vous préférez, je crois que j’ai déjà la réponse à cette question. » Elle marqua un sourire avant de poursuivre. « Vous n’avez jamais envie de retourner en Afrique, voire d’y rester ? »

Bon forcément ça ferait loin pour emprunter un livre mais, quand il en avait parlé, il avait vraiment eu l’air d’aimer ce pays.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Dim 16 Fév - 18:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Le fait qu'Heather parlait de ses proches lui rappela à quel point il avait perdu l'habitude de se dire qu'il devait rentrer parce que quelqu'un l'attendait à la maison. Oh, il y avait bien Sallah, mais l'égyptien était indépendant et même s'ils vivaient sous le même toit, chacun avait ses horaires et faisait sa vie de son côté. L'intendant s'assurait simplement qu'Adrian n'oubliait pas de manger et de dormir de temps en temps et Adrian vérifiait que Sallah adressait la parole à quelqu'un – lui en l’occurrence – au moins une fois par jour ! En bref, ils agissaient plus comme des colocataires que comme une famille. Tout cela pour dire que le mage avait du mal à se souvenir du sentiment qui naissait chez vous lorsque vous arriviez chez vous et que vos proches vous attendaient pour savoir comment s'était passée votre journée. De toute manière, Heather venait d'une famille un peu particulière et le lien qu'elle avait avec son jumeau devait grandement modifier ce qu'Adrian avait pu connaître. Il sourit, histoire de lui faire savoir qu'il comprenait ce qu'elle voulait dire, bien qu'il ne savait plus ce que c'était – mais ne pouvait l'avouer.

Quant au fait de le « décevoir » à cause de la manière dont elle passait ses vacances, il en faudrait plus que cela ! L'Archimage avait beau aimer voyager pour le travail, il comprenait que certaines personnes avaient besoin de changer d'air uniquement pour se reposer sans rien faire d'autre que la bronzette. Bref, qu'ils n'aient pas les mêmes habitudes ne signifiait pas qu'il estimait avoir un meilleur comportement qu'elle. En tous les cas, l'éditeur du Daily Herald avait l'air de veiller attentivement sur sa fille, chose qui ne fit qu'inquiéter un peu plus Adrian, bien qu'il le dissimula. Il nota le pays dont elle lui parlait, regrettant toutefois de ne rien y connaître. Il n'avait jamais mis les pieds en France, bien que c'était un pays plein d'histoire comme elle le disait. Ce n'est vraiment que lorsque l'Afrique fut abordée que le mage eut du mal à dissimuler son sourire. Oui, ça lui manquait. Il s'en rendait compte lorsqu'il y pensait vraiment, ce qui expliquait qu'il ne le fasse pas souvent. Essayant de prendre un air neutre, il haussa légèrement les épaules.

« Lorsque je dois sortir et qu'il pleut des cordes, je regrette de ne pas y être resté ! Le ton était léger comme si le sujet l'était aussi.
Non, je ne vais pas vous mentir, j'y pense très souvent. C'est un mode de vie totalement différent de celui qu'il y a à Star City et parfois, ça manque. Comme tout cela dit, je suis certain que vous regrettez aussi vos années de lycée ou avant. Difficile de parler de la période passée là-bas alors qu'il avait l'air d'être à peine sorti de l'école.
Disons que les tribus que j'ai rencontrées là-bas vivent de manière tellement simpliste que j'ai toujours l'air à la page en matière de nouvelles technologies ! Et comme c'est loin d'être le cas ici, forcément ça lui fait gagner de points. Plaisanter sur un sujet était le meilleur moyen de faire passer la vérité.
Mais la France a l'air d'un pays intéressant. Je n'y ai jamais mis les pieds, cela dit avec tout son passé, c'est évident que c'est un pays plus intéressant que l'Amérique, du moins pour un féru d'histoire. Tout dépend de ce qui vous intéresse en réalité. Je crois qu'ils ont aussi de très belles plages pour faire bronzette dans le sud du pays. »

Une manière de lui faire savoir qu'il ne jetait pas la pierre aux personnes qui passaient leurs vacances à l'hôtel ou à la plage. De toute manière, il ne croyait pas sérieusement qu'Heather était du genre à penser à son confort personnel avant celui des autres. C'était tout bonnement à l'opposé de l'opinion qu'il avait pu se faire d'elle. Le feu crépitait dans la cheminée, des bruits provenaient de la cuisine et Adrian reprit la parole.

« J'ai un jour entendu dire que les souhaits et les rêves étaient plus parlants que les habitudes. Parce que c'est dicté par le subconscient et que ça ne tient pas compte des obligations ou même de la logique. Une entrée en matière plutôt originale, il fallait l'avouer.
Alors, je me demandais... si vous aviez à choisir une vie, juste en tenant compte de ce que vous aimez ou désirez, qu'est-ce que ce serait ? Peut-être qu'elle n'y avait jamais songé, peut-être qu'elle ne voudrait pas lui répondre, peu importait. Ne souhaitant pas l'indisposer, il précisa un point.
Rassurez-vous, je ne vous demande pas une confession ou une psychanalyse, loin de moi l'idée de vouloir me montrer intrusif avec vous, mais je suis curieux je dois l'avouer. En vérité, j'ai un peu du mal à vous cerner. Il avoua ça avec un sourire.
Je crois avoir compris quelque chose dans votre monde de fonctionnement et deux minutes après, vous dites quelque chose qui contredit ce que je venais d'imaginer. Le ton restait amusé et non contrarié cependant.
On peut dire que vous savez préserver un certain mystère. »

Et inutile de dire que, pour un archéologue, c'était une situation plus qu'intéressante. Un peu comme les détectives, ils avaient forcément envie d'en apprendre plus ! Cela dit, fidèle à son éducation, Adrian n'envisageait pas une seule seconde d'insister si la belle lui faisait savoir qu'il se montrait trop curieux.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Dim 16 Fév - 23:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
En fait, la différence majeure entre Adrian et Heather c’est que le mage avait le choix. Si les envies d’Adrian étaient de partir au fin fond d’une civilisation oubliée de l’Afrique, il pouvait le faire. Si Heather se retrouvait avec cette même idée, en fait, elle ne l’exposerait même pas à sa famille puisqu’elle avait rarement voix au chapitre. La plus âgée des filles Cooper n’était pas décisionnaire, on lui avait tellement appris ce rôle qu’elle avait une tendance naturelle à l’appliquer pour tout. Alors, ouais, peut-être bien qu’elle aurait voulu paraitre moins superficielle que des vacances autour d’une piscine dans un hôtel de luxe mais ses envies ne reflétaient pas toujours la vie qu’elle menait pour le bien de sa famille. Et, étrangement, elle se sentait encore plus honteuse d’avouer qu’elle n’exposait pas ses idées, que de dire l’endroit où elle passait ses vacances. Boire un peu de son thé, finir le gâteau de Sallah avait été une bonne option, en plus d’envoyer le sujet sur l’Afrique.

L’Afrique… Il y avait vraiment quelque chose de bizarre avec ce pays. Il suffisait de prononcer le nom de ce pays pour trouver un sourire chez Adrian. Ce qui était une bonne chose, en réalité. Mais, il reprenait assez vite un air neutre et, là, elle devait avouer qu’elle ne comprenait pas tellement pourquoi. Il était en droit d’apprécier un pays, même plus que celui dans lequel il se trouvait actuellement. Le pays avait l’air de lui plaire mais, elle avait toujours l’impression qu’il survolait le sujet. Ça lui avait fait la même chose lors de leur première rencontre et, déjà à ce moment-là, elle avait préféré ne pas trop insister sur le sujet. Entre deux gorgées de thé, elle laissa passer un sourire amusé sur le fait qu’en Afrique, il avait l’air d’être à la pointe de la technologie. Réaction qu’elle eut aussi quand il fit référence aux plages du sud de la France.

Elle venait de finir son morceau de sucre – euh, le gâteau. Pardon. – quand Adrian passa sur une formulation assez étrange qui ne manqua pas de l’intriguer. Mais elle laissa bien vite place à une légère surprise quand il lui demanda quelle vie elle aurait choisi. Heather reposa sa tasse, un peu incrédule parce que, en réalité, ce n’était pas le genre de question qu’elle s’était posée, et encore moins celle qu’on lui posait. Ses parents n’avaient jamais cru bon de lui demander ce qu’elle voulait faire dans la vie, son parcours avait probablement été tracé le jour où elle était née. On l’avait éduquée dans un rôle, du coup… Non, elle ne s’était jamais demandé ce qu’elle voulait faire, parce qu’elle ne remettait pas en cause les décisions de la famille.

Elle reprit bien vite un sourire alors qu’Adrian laissait entendre avoir du mal à la cerner. Elle en était désolée, ce n’était vraiment pas le but. D’ailleurs, en temps normal, on la cernait assez bien puisqu’elle collait au rôle qu’on attendait d’elle. Avec lui, c’était différent, sûrement parce qu’elle était un peu plus elle et un peu moins une Cooper. Elle prit la parole dans un sourire amusé et un ton un peu léger.

« C’est le choix de nos destinations de vacances qui vous perd à ce point ? » Nos destinations. Et non pas « ses » destinations, ce n’était pas grand-chose mais ça prouvait déjà qu’elle n’était pas décisionnaire. « On s’accorde déjà sur de nombreux points, il faut bien que je trouve quelque chose pour que ça reste intéressant. » Comme avoir du mal à la cerner. Cela dit, le ton amusé laissait entendre qu’elle n’était pas sérieuse et que ce dernier point n’était pas voulu. « Plus sérieusement, en fait, je ne me suis jamais posé cette question. » Elle afficha un air un peu navré. « Est-ce que répondre de manière spontanée rend l’expérience encore plus parlante ? » Elle afficha un sourire avant de prendre quelques secondes pour lui répondre. « Là, tout de suite, je vous dirais bien que je serais une sorte de comportementaliste. J’aime bien comprendre les gens parce que, je dois partir du principe que c’est de cette manière qu’il est plus facile de les aider. Du coup, j’imagine que je serais amenée à voyager parce que, un comportement dépend beaucoup d’un milieu social, de croyance, de culture et ainsi de suite. » D’un autre côté, c’était ce qu’elle préférait dans sa vie actuelle, pouvoir pousser les gens à s’accomplir sans avoir besoin d’être mise en avant. Elle désigna Adrian d’un mouvement de main, semblant comprendre soudainement quelque chose avant de reprendre sur un ton amusé. « En fait, c’est un peu comme vous et vos recherches, sauf qu’au lieu d’étudier des objets, je serais plus du genre à me concentrer sur les personnes. Enfin, je ne suis pas en train de dire que les gens sont des sujets d’études. » Ça restait des personnes.

Cela dit, si elle devait disposer de plus de temps pour réfléchir, elle donnerait peut-être une autre réponse. Difficile d’envisager une vie quand ça fait plus de trente ans qu’on ne s’interroge pas sur celle qu’on mène. Mais, il y avait une chose qui était certaine : dans tous les cas, il n’y avait rien d’envisageable sans Jonas qui était une partie d’elle-même et, donc, intégrante de sa vie. En tout cas le fait qu’elle réponde à son interrogation prouvait qu’il pouvait poser des questions et qu’elle y répondrait. Sauf si vraiment la réponse ne devait pas être donnée mais, dans l’immédiat elle ne semblait pas indisposée par les interrogations de l’archéologue.

« Et pour ce qui est de la France, pour le coup, c’est vraiment le côté historique qui m’intéresse. Comme euh… » Elle prit le temps de réfléchir une seconde ou deux. « C’est probablement stupide mais, ils ont plein de châteaux et je suis toujours impressionnée par les constructions de l’époque alors que, aujourd’hui, je ne suis même pas certaine qu’on saurait refaire quelque chose d’aussi solide avec les moyens qu’ils avaient à l’époque. » Et là, face à un archéologue, elle avait l’impression d’avoir des interrogations bien naïve. Elle eut une légère moue un peu désolée avant de secouer la tête. « Mais il me semble qu’on peut trouver des châteaux dans le sud de la France alors, les deux ne doivent pas être incompatible. »

Le ton avait été amusé, parce que les plages elle s’en fichait un peu. Cela dit, elle reprit un air plus neutre pour l’interroger à son tour.

« Vous le tenez d’où votre « problème » avec la technologie de nos jours ? C’est parce que ça évolue vraiment trop vite ? Que vous n’y voyez aucun intérêt ? Ou autre chose ? »

Le ton n’avait rien de critique, bien au contraire. C’est juste que personne, dans ce pays, ne semblait concevoir sa vie sans un téléphone portable alors, elle trouvait intéressant d’avoir l’avis d’Adrian.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Lun 17 Fév - 15:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Il semblait que la question posée par Adrian avait de quoi surprendre Heather. D'un autre côté, c'était plutôt logique vu que ce n'était pas souvent que les gens pensaient à la vie qu'ils rêveraient d'avoir. Eldoth avait pris l'habitude d'y songer entre deux expériences, ou du moins au début ! Lorsque sa vie « normale » avait totalement disparue au profit de son rôle d'Archimage, il se demandait souvent comment se passeraient les choses s'il s'était marié, qu'il avait eu des enfants et qu'il aurait vieilli aux côtés de sa famille jusqu'au jour où son heure serait arrivée. En gros, se demander ce que serait sa vie s'il l'avait choisie. Même sans se plaindre de son statut actuel, Adrian n'avait pas vraiment eu le choix, c'était soit ça, soit mourir enfermé dans le tombeau de l'ancien Archimage, pas très alléchant comme possibilité ! Disons que la manière dont Heather parlait des siens le poussait à envisager que la demoiselle ne choisissait pas forcément sa vie, mais qu'elle la « subissait ». Pas pour les mêmes raisons que lui, les mages maléfiques n'étaient pas si nombreux en ville, mais le résultat était à peu près le même. Du coup il se disait forcément que la jeune femme avait certainement des pensées orientées par la vie qu'elle pourrait avoir en dehors de cette prison dorée. Sauf s'il se plantait sur toute la ligne et qu'Heather choisissait bel et bien sa vie. Ce n'était pas impossible, il lui faudrait plus de trois ou quatre rencontres pour se faire une idée du mode de fonctionnement de la belle.

Après un bref instant de réflexion elle lui répondit donc et une fois de plus, Adrian nota l'utilisation du « nous » et non du « je », peut-être qu'il la cernait mieux qu'il ne le présumait ? Quelques sourires s'affichèrent successivement sur ses lèvres alors qu'il l'écoutait, reprenant parfois son air neutre lorsque la discussion devenait plus sérieuse. Inconsciemment il adaptait son expression à ce qu'il entendait. Le plus amusant dans la confession d'Heather, c'était qu'il la voyait parfaitement en tant que comportementaliste. Comme Eldoth l'avait dit lors de leur première discussion, elle avait un « quelque chose » qui la rendait très réceptive aux réactions de ses interlocuteurs. Il écouta avec attention la suite de ses explications, souriant franchement lorsqu'elle reparla du sud en faisant référence aux plages, avant de finalement lui poser une question qui l'obligeait encore à mentir. Quel idiot, c'était lui qui avait lancé le sujet des technologies. Avec un sourire presque navré, comme s'il était désolé de ce qu'il allait avouer, Adrian répondit enfin.

« Et bien, c'est un peu compliqué à expliquer... déjà oui, ça va bien trop vite pour moi. Le temps que je comprenne comment fonctionne un appareil, deux semaines plus tard il est déjà obsolète et je suis quitte pour recommencer avec un autre. Je ne suis pas très doué avec les nouvelles technologies on va dire. Il ne les aimait pas et elles lui rendaient bien.
Mon assistante a déjà essayé de me faire utiliser une... tablette, notamment pour les recherches, mais je préfère largement utiliser mes livres. Ils ne tombent pas en panne, je les ai toujours sous la main, ils sentent bons et en plus ça me donne une raison de pouvoir vous intéresser. La fin de sa phrase avait été prononcée d'un ton amusé.
Avouez que si je me baladais avec un ordinateur sous le bras, ce serait bien moins « archéologue » qu'avec des vieux livres ! Cela dit, l'avis des autres lui importait peu.
Puis, vous savez... lorsque vous êtes en permanence penché sur le passé, vous avez du mal à aller de l'avant. Je me sens bien plus à l'aise pour parler du mode de vie d'une tribu Africaine que du dernier téléphone portable à la mode. Il n'en avait d'ailleurs pas, même si elle l'ignorait.
Je crois que je n'en vois pas trop l'intérêt en réalité. Je préfère rester dans ce que je sais et laisser les technologies à ceux que ça intéresse. Même s'il semblerait que ce soit presque une tare d'agir ainsi à cette époque. »

Il rigola légèrement, mais en vérité c'était sincère. Tout le monde, mis à part Sallah, semblait vouloir le pousser à se mettre à la page à ce niveau, sauf que lui n'en avait vraiment aucune envie. Faire des patins à roulette avec Aishlinn à la rigueur, mais se mettre à utiliser un téléphone portable, sans façon ! Comme le sujet l'obligeait une fois de plus à mentir par omission, Adrian préféra se concentrer sur Heather pour reprendre la parole.

« Et pour répondre à votre première question... c'est cette manière que vous avez de vous assimiler à votre famille qui me perd. Enfin, ce n'est pas une critique je précise ! Mais disons que lorsque vous dites « nous », j'ai du mal à savoir si c'est ce que vous pensez ou si c'est ce que votre famille ferait. Il eut un sourire.
Mais comme vous l'avez dit, votre famille fait partie intégrante de votre personne alors j'imagine que ça doit être les deux. Ce n'était pas une critique, simplement une constatation.
Cela dit, je vous vois bien dans le rôle que vous décrivez. Je vous l'avais dit au café, la première fois : vous me donnez l'impression d'être quelqu'un de très doué pour comprendre les autres. En un sens, c'est un peu ce que les archéologues font lorsqu'ils se rendent dans des contrées habitées par des peuples un « en marge », ils apprennent à comprendre comment ils fonctionnent. Il la regarda quelques instants avant de reprendre.
Si un jour vous décidez de changer de vie, vous pourrez toujours me faire signe, je vous montrerai l'Afrique et vous verrez pour quelle raison c'est difficile de s'en passer une fois que vous y avez habité quelques temps. Le ton montrait qu'il n'était pas sérieux, la possibilité qu'elle laisse tout tomber étant peu probable.
Quoi qu'il en soit Heather, j'espère simplement qu'un jour vous aurez l'occasion de visiter ces châteaux en France. Parfois à trop vouloir faire plaisir aux autres, on oublie de penser à soi.

Sa remarque devait avoir l'air étrange, voire déplacée vu les circonstances, mais il trouvait dommage qu'une femme aussi intéressante et éveillée qu'elle puisse se cantonner à faire ce que les autres voulaient en occultant ses propres désirs.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza




Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ▬ Heather

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ♥ Ethan
» Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ▬ Heather
» Tout finit par se savoir [pv Preston]
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-