AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_1Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_2bisGagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_3
 

Gagner avec respect, perdre avec honneur

 
Message posté : Lun 3 Fév 2014 - 22:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
30 Janvier 2014

Le Nouvel An du calendrier chinois pouvait presque passer inaperçu à Star City. Ci et là, dans les principaux quartiers, on pouvait bien voir certaines réjouissances, des fêtes discrètes. Peut-être même que certains Occidentaux percutaient en voulant aller manger de la bouffe asiatique et se retrouvaient face à une pléthore de restaurants fermés. Au pire, les indiens étaient toujours ouverts, donc ça ne leur posait pas de réel souci et ils oubliaient bien vite ce détail, avant de s'en souvenir le soir en mangeant et en voyant les informations en parler.

En revanche, pour le visiteur qui venait à se perdre dans Chinatown, c'était une toute autre histoire. Le quartier semblait en ébullition et, de toute part, débordait d'une vitalité énergisante. Peu importait que ça se déroulerait en plein Vendredi, qu'on devait travailler. De toute manière, beaucoup de patrons laissaient cette journée libre. Après tout, ils se touchaient bien la nouille quand c'était le Nouvel An Occidental, non ? Donc ils étaient à même de comprendre. Et s'ils ne voulaient pas, c'était la même chose. Pour ceux qui avaient déjà goûté à ces festivités, difficile de les rater, car c'était l'éclate garantie, plus encore pour ceux qui étaient friands du traditionalisme. En même temps, difficile de comparer la fête occidentale et l'orientale. Un pauvre feu d'artifice avec un repas copieux d'un côté et une putain de grosse fête avec un défilé coloré, plus le feu d'artifice de ouf et le repas de malade de l'autre. Pour Suzaku qui avait été élevé dans un esprit des plus traditionnels, le choix était vite fait.

Bon, certes, s'il avait vraiment voulu respecter les traditions jusqu'au bout, le Miura aurait dû rester avec sa famille le soir pour dîner avec eux. Eventuellement faire une partie de Mahjong ou de Go en attendant l'arrivée de la nouvelle année. Mais bon, il avait bien le droit à quelques petites exceptions, non ? Il avait aidé à la préparation de la demeure pour l'affluence qui serait, comme chaque année, énorme aux premières heures du 31. C'était d'ailleurs le seul jour où le lieu de vie du clan restait ouvert toute la nuit. Certains étaient particulièrement chevronnés, ce qui était admirable du point de vue de la famille de Su'. Probablement que lui aussi finirait par admirer cette détermination et cette fidélité aux coutumes avec le temps. Mais pour le moment, il avait juste envie de profiter du réveillon, sorte de calme apparent une fois la nuit tombé dans les rues, cachant plus ou moins subtilement l'effervescence dans les différents locaux de Chinatown, avec quelques potes. Et tant qu'à faire, un tournoi d'arts martiaux avait été organisé -plus ou moins légalement, mais qui irait les emmerder, franchement ? Ca n'avait rien à voir avec le Circus !- dans une grande salle tenue par un vieux maitre qui connaissait la moitié du quartier. Nan, sérieusement, quand il se promenait en ville, il saluait tout le monde, et ceux qui n'avaient jamais parlé avec ce petit vieux ne restaient pas bien longtemps dans l'ignorance de sa personnalité, vu qu'il ne montrait aucune hésitation à aborder les gens. Une tête de petit vieux gentil. Du genre, celui que les Occidentaux adorent prendre pour cible pour le dépouiller de ses maigres possessions. Mais avec lui, c'était foutrement une mauvaise idée. Un vrai Yoda, le mec. Le sabre laser en moins. Quoiqu'il utilisait une canne depuis peu...

Trêve de blabla, Suzaku zonait avec quelques potes qui, eux aussi, allaient participer au tournoi. Même Park, l'un des Neuf Fils du Dragon, s'était joint à leur petite bande. Ce qui avait franchement étonné le Miura, qui ne connaissait pas du tout le niveau en arts martiaux du coréen. C'était un technopathe foutrement doué dans son domaine. Bon, il utilisait parfois ses dons pour fausser les résultats d'une partie de Starcraft. Ce qui avait tendance à énerver l'hôte de Raijin qui tentait d'avoir sa peau quand il faisait ça. M'enfin, ça aurait été idiot de tuer un de ses gars, non ? Puis c'était de bonne guerre, à la réflexion. Même si c'était carrément pété, comme truc. Pour une fois, Miyako n'était pas avec lui. Préférant rester à la demeure du clan pour passer la soirée avec les ainés plutôt que de couver Su' comme à son habitude. En vrai, il la soupçonnait d'utiliser un prétexte pourri pour pouvoir accueillir un jeune homme en douce durant les visites pour profiter de quelques instants en sa compagnie.
Mi', une sainte ? Faut abandonner cette idée, elle avait rejoint la Triade avant lui !

Ennuyés de trainer dans les rues de Chinatown en attendant que le dojo ne daigne ouvrir ses portes -le senseï était du genre ponctuel, mais dans le sens pas d'avance, ni de retard-, les quatre compères décidèrent que passer par un bar ne serait pas une si mauvaise idée. De toute manière, ils n'auraient pas le temps de se mettre une minasse, mais quelques bières devraient leur donner du coeur à l'ouvrage, n'est-ce pas ? Ils trouvèrent bien rapidement un bar/restaurant non loin qui débordait d'activité. Probablement remplis de futurs adversaires d'un soir. Et devinez qui était là, installée seule à une table, en train de déguster un petit plat ?

- Eun-Sil ? s'étonna le jeune homme.

Bien sûr, vu qu'il était à l'entrée et que le brouhaha ambiant était bien plus fort que son murmure, elle ne l'avait probablement pas entendu. D'un signe de la main, il invita ses potes à continuer sans lui. Potes qui ne manquèrent pas de lui servir des faciès lourds de sous-entendus, auxquels il répondit en levant les yeux. Sérieusement, ils pensaient qu'à ça ou quoi ?

Tu l'as un peu cherché à essayer d'attraper tout ce qui bouge ?
T'es vexant là.
Réaliste.

Suzaku s'installa donc en face de la coréenne avec un large sourire.

- T'es ENCORE en train de t'empiffrer ? Mais c'pas possible, comment t'fais pour garder la ligne ? Ôtant sa veste noire et son bonnet, il ébouriffa ses cheveux pour leur redonner un peu de désordre -oui, de désordre-, grognant à une douleur au niveau de son épaule gauche. Il portait un T-Shirt à manches courtes, ce n'était donc pas visible, mais il avait encore une méchante cicatrice douloureuse suite à sa visite chez les bouseux cannibales, un mois plus tôt. C'est que ça fait mal une hache ! T'as terrorisé combien d'types pour réussir à rester seule à table avec le monde qu'il y a ? Il renifla, son sourire se faisant moqueur. Mouais. Ou alors, ils t'ont vu d'près, tu m'diras.

Il pouffa, pas sérieux une seule seconde. En même temps, le jour où il serait sérieux face à elle, ça serait la fin des haricots rouges. Ce qui serait une catastrophe en soit. Parce que ça voudrait dire plus de pâtisseries à base de pâte d'azuki. D'un signe bien évident, il indiqua à Park de lui ramener un truc à boire, étant donné qu'il se trouvait au bar. Autant profiter de sa position de chef de gang de manière abusive, non ?

- Alors, tu viens dans le quartier pour le réveillon ? T'vas pas me dire que t'allais te bourrer la gueule ici sans m'prévenir quand même ?

Il servit une moue un peu boudeuse à la jeune femme avec qui il écumait les bars. Ou les entrepôts louches. Quoique, ça avait été bien sympa, cette fois-ci.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 7 Fév 2014 - 21:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« En fait, un seul. Les autres ont compris d’eux-mêmes. »

C’est ce que la jeune femme répondit à son voisin lorsqu’il s’installa en face d’elle. Et le plus sérieusement du monde. Avant d’exploser de rire, bien évidemment. Elle était heureuse de retrouver le seul homme qui avait bel et bien le droit de partager son repas.

Si Eun-Sil n’était pas particulièrement du genre à faire très attention à elle, elle s’était largement mise sur son trente et un aujourd’hui. Nouvel an oblige. Grâce à la compréhension sans limite de sa cheffe d’équipe, elle avait eu le droit de s’éclipser dès sa besogne terminée. Ainsi, c’est en milieu d’après-midi que l’agent de sécurité avait eu le droit de quitter les quartiers de l’UNISON pour préparer la soirée qui promettait d’être inoubliable. Et elle ne s’en doutait même pas. Son appart – sa pièce en réalité – avait été complètement lavée, de fond en comble et purifiée de toutes les impuretés. Trois heures, qu’il lui avait fallu. Le parquet reluisait, son futon et son oreiller avaient été soigneusement pliés, et rangés dans un coin de la pièce. En réalité, en dehors de sa petite étagère à livres, tout avait été vidé : les vieilleries, foutues loin. Comme chaque année. Le grand nettoyage. La seule décoration qui restait dans la pièce de la jeune femme, c’était le porte encens, la petite soucoupe bleue foncée, qui trônait sur une table basse en bois sombre. C’est en brûlant le petit tube aux effluves de son pays qu’elle avait revêtu le vêtement traditionnel. Quoi que amélioré. Elle tenait aux traditions, mais même à Chinatown, la longue robe de soie aurait semblé complètement décalée. Du coup, elle portait belle et bien une tunique souple aux couleurs vives mais elle la portait par-dessus un jean souple marine de sorte qu’on aurait dit qu’elle portait une robe d’un autre genre. Le haut de la tunique lui descendait jusqu’au milieu des cuisses. Oui là aussi, elle avait fait dans la taille. La traditionnelle traînait largement par terre, mais à force de cérémonie – et de certains accidents – le bas s’était retrouvé dans un état lamentable. Plutôt que de la jeter, Eun-Sil avait transformé le tout en un vêtement plus contemporain qui ne manquait pas d’histoire. Bref.

Elle avait remonté ses cheveux dans un chignon retenu par une épingle en plastique, n’ayant pas les moyens de s’en payer une en jade. Bien que pas spécialement bronzée, elle avait encore atténué la couleur de sa peau pour la rendre moins matte. Elle n’était pas japonaise et ne se farderait pas de blanc mais le côté trop basané à cause des missions de terrain ne lui plaisait guère. Ses yeux étaient sur lignés d’un trait noir. Rien de plus, rien de moins. Et c’était tout naturellement, en suivant ses pas – son ventre – qu’elle s’était retrouvée dans ce bar. Elle savait depuis leur dernière rencontre que son musicien préféré serait de la partie, mais elle avait délibérément laissé tout ce qui pouvait être volé à la maison. Du coup, pas de portable pour la prévenir de l’emplacement du japonais. Alors c’était sur un incroyable coup de bol qu’ils s’étaient retrouvés avant que la nuit ne soit complètement terminée.

« Tu pourrais être agréable. J’ai pourtant essayé de me faire belle, cette fois. » A croire que les deux amis ne pouvaient pas parler sérieusement. Elle ne se retint pas d’ailleurs de froncer le nez en découvrant le non conformisme de la tenue de son confrère. « Poua ! Tu veux me faire croire que tu n’avais rien de mieux à te mettre que ce T-Shirt !? » Elle savait que son voisin était tout aussi respectueux de ses ancêtres et qu’il devait probablement fuir le côté traditionnel de la fête pour une bonne raison, mais elle ne put retenir sa remarque. Rien qu’une fois, elle aurait adoré le voir en kimono. Oui, juste pour se fendre la poire. D’ailleurs, l’imaginer avec des cheveux sombres disciplinés, une attitude humble et une posture digne des maîtres zen, ça avait quelque chose de grisant. Rien que d’y penser, Eun-Sil en leva un sourcil. Ouais. Elle l’aurait peut-être même trouvé séduisant.

« Je croyais que tu étais un mec, Su’. D’ordinaire, ce sont les filles qui se baladent toujours en groupe. » Allusion rentre dedans, lorsque la coréenne avisa le signe que son voisin adressa à l’un des hommes du bar. Elle ne l’avait pas vu rentrer, elle ne le savait donc pas accompagné mais étrangement, elle trouvait rarement son ami seul, même si une fois trouvé, il était facile de lui faire fausser compagnie à sa bande. « Pourquoi que ça t’étonne que je sois là ? T’es pas frais ? Bien évidemment que j’aillais venir fêter ! J’ai bien l’intention de ne pas me coucher avant le 2. Ce soir, c’est la soirée de l’année ! De un, je vais aller me pointer au dojo, parce que je n’ai pas envie de louper ça, et ensuite, c’est bière à volonté chez Chong ! » Elle faisait référence au restaurant ambulant qui serait installé pour la nuit. S’il faisait payer les bières et le saké en début de soirée, une fois les compétitions musclées terminées, ça serait boissons gratuites pour tous jusqu’à épuisement du stock. Au moins, ça serait facile de retrouver la demoiselle.

« T’en veux ? j’crois j’en ai un peu trop pris. » Elle avança son assiette vers son voisin. Il restait encore quelques nouilles aux légumes, mais le ventre de la jeune femme n’avait décidément plus de place. Elle se mit à rire joyeusement. Juré, elle n’avait encore rien bu. « Je crois que j’ai foutu la frousse à mon voisin hier. » Elle moulina du bras comme pour démontrer l’ampleur du désastre. « J’avais pris des pétards, pour la cérémonie des feux d’artifices, tu sais, pour chasser les mauvais esprits. Sauf que le chat du voisin, il s’est pointé chez moi alors que j’étais sur le balcon. Il m’a volé du poisson séché. Ca m’a rendu furax. J’ai débarqué chez le voisin en gueulant. Sauf que j’avais oublié que je venais d’allumer les mèches que j’avais dans la main. Ha ha ! ça lui a explosé dessus ! » Et elle en riait encore. La scène avait été effectivement très drôle, et il y avait eu plus de peur que de mal.

Elle vit alors arriver l’ami de Su, celui qui lui amenait à boire. Lui adressant un aimable signe de tête – les amis de Su’ sont mes amis – elle se tourna vers son compère en avançant d’un ton suave. « Faîtes gaffe les gars. On va finir par me croire abordable. » Et elle repartit d’un grand rire. En même temps, elle se sentait chez elle ici, alors elle ne risquait rien, même en se faisant draguer par des japs.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 17 Fév 2014 - 1:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Suzaku s'esclaffa à la réplique d'Eun-Sil. Il ne doutait pas un seul instant de la véracité des propos de la coréenne. Non pas qu'elle fût asociale -nan, une asociale ne nourrit pas à tour de bras les bastons de bar-, mais elle était capable d'exploser en quelques mots l'assurance des mâles se sentant les plus alpha. Est-ce qu'il devait s'estimer chanceux de pouvoir s'installer à cette table sans se manger une remarque acide à visée réellement blessante ? Hey, avec tous les coups qu'il avait payé, elle lui devait bien ça ! Si, si ! Bien sûr, sa remarque sur son physique n'était pas sérieuse une seule seconde. Mais de là à la flatter ? Z'avez abusé sur la bière, vous. Et puis quoi encore ? Si on ne peut même plus vanner ses potes, où va le monde ? Puis bon, fallait bien commencer l'année -enfin, la finir pour le moment- en beauté ! Su' devait avouer, en dépit de ce qu'il avait pu prétendre, que sa tenue traditionnelle ayant subi quelques recoupes assez radicales de la part de la demoiselle lui allait à ravir.

- Oooooooh, ça va ! J'ai porté l'kimono toute la journée, j'vais le reporter demain, j'ai le droit d'me laisser aller là !

Il fit la moue avant de se fendre de nouveau d'un large sourire. De toute manière, elle avait bien compris au fil de leurs rencontres que le Miura était plus proche des traditions qu'il ne voulait bien le laisser paraitre. Cela se lisait au travers même de son caractère. Il tentait d'en masquer certains traits, comme la pudeur, par une attitude assez exhibitionniste et des looks parfois improbables -quoiqu'il s'était calmé sur ce point-là-, mais d'autres, comme la fidélité et l'honneur, étaient profondément ancrés en lui. En même temps, sans cela, il ne serait pas parvenu à se rapprocher autant du Mandarin. En plus, Park avait dans son sac ses habits pour le tournoi dans le dojo, à savoir un Keikogi blanc. Pourquoi s'emmerder à prendre plusieurs sacs quand on peut user de ses larbins ? Y a jamais de mal à abuser de sa position ! Et puis, c'était sa punition pour avoir cheaté sur SC2 lors de leur dernière partie. C'était ça, ou se transformer en ligne électrique. Le choix du technopathe avait été vite fait.

- D'ordinaire, les filles sont polies, ne se goinfrent pas et se montrent respectueuses envers le…, répliqua Suzaku à la jeune femme, s'arrêtant dans sa phrase de peur de se faire étriper par son amie.

Fallait croire que si ce cliché pouvait se montrer encore largement ancré dans les esprits, Su' ne l'appréciait pas spécialement. Autrement, l'une des filles avec qui il passait les meilleures soirées ne serait pas une pochtronne bagarreuse, la charmante Irlandaise pour laquelle il craquait complètement ne serait pas aussi… Irlandaise, et sa cousine préférée ne serait pas une combattante hors-pair capable de le désosser derrière un masque de candeur des plus mignons, tout en se fendant de son sourire innocent et de ses yeux mouillés capable de vous faire fondre.

- Bière à volonté chez Chong ? répéta-t-il sans cacher son étonnement, clignant des yeux à répétition. OH L'BATARD ! J'vais l'massacrer ! Genre, il fait ça, et j'suis même pas prévenu ?

Il leva le poing, figure dramatique du héros frustré et blessé dans le même temps. Enfin, un simulacre. Il en aurait presque pleuré. L'enflure, il l'avait déjà aidé quelques fois à porter quelques caisses et c'était comme ça qu'il était remercié ? Ouais, il avait tout aussi bien pu lui en parler et Suzaku avait pu tout simplement oublier. Hochant la tête pour signifier son accord avec lui-même, il se dit que c'était forcément cela. Autrement, il allait devoir tuer Chong. Après avoir massacré ses stocks, bien sûr. Haussant un sourcil, il revint sur un point.

- T'as dit le dojo ? Attends, t'vas pas participer quand même ? L'idée de devoir se battre contre Eun-Sil était loin d'être rassurante, même si elle semblait exciter son Kami. Mais, fidèle à lui-même, il fanfaronna. Ca va être un massacre… J'espère que tu tomberas pas contre moi, vu que les sexes ne sont pas séparés. J'voudrais pas t'humilier.

En vérité, le premier instant de surprise passé, il était curieux de voir ce que pouvait faire Eun-Sil à jeun, dans un combat encadré par des règles. Peu de règles, mais quelques-unes tout de même. Il avait décidé de ne pas utiliser ses dons durant le tournoi -évidemment, ça aurait gâché tout le plaisir. Et puis, il y avait le Circus pour ça, avec Jay-Sensei-. Et puis, ça lui permettrait de jauger à quel point il avait récupéré à son bras gauche. Un coup de hache soigné par une Irlandaise paniquée et épuisée, ça fait un sacré bobo tout de même. Répondant par l'affirmative à la demande de la coréenne, il attrapa le bol sans se fendre d'une pique cette fois. Ce qui était assez rare pour être souligné. Il s'esclaffa avec la demoiselle quand elle lui raconta ses mésaventures avec son voisin.

- Haha, mais c'est pas possible, tu l'fais exprès ! Il avala une nouvelle bouchée. T'as pas dû chasser grand-chose de ton appart', du coup. Nous, l'a fallu qu'on nettoie le domaine de fond en comble pour les visites de demain. 'Tain, j'te jure, avoir un temple chez soi, des fois, c'est la galère.

Il poussa un soupir faussement exaspéré. Ce mode de vie lui convenait à merveille en vérité. Surtout qu'il savait mieux que quiconque que les Kamis vénérés étaient bien plus réels que beaucoup ne semblaient le penser.

- Aucune chance, fit remarquer Su' dans une énième remarque acide -mais emplie d'affection tout de mêm- avant d'avaler une longue gorgée de bière pour accompagner les nouilles. Au pire, t'as qu'à grogner pour paraitre méchante. On s'ra pas loin d'la vérité.

Un sourire en coin, il posa son regard sur son ami-larbin qui, lui-même, avait pris une bière, se demandant si c'était par fierté qu'il avait tenu à participer lui aussi au tournoi ou s'il était réellement entrainé.

- T'sais, Park, mater Eun-Sil, c'est une très mauvaise idée. Son sourire s'élargit alors qu'il le voyait sursauter, puis rougir un peu. J'parle en connaissance de cause. Une vraie pochtronne avec un caractère épouvantable.
- J'la matais pas. J'appréciais sa tenue, répliqua Park en fixant le mur cette fois.
- Maaaaaais bien sûr. Et comme d'habitude, à chaque fois qu'il était avec Eun-Sil, il allait fausser compagnie à ses compagnons de début de soirée. On s'retrouve au dojo ? J'te préviens, si tu m'paumes mes fringues, j'te massacre.
- Essaie de pas te noyer dans ta bière, alors.

Le technopathe poussa un court soupir en levant les yeux au ciel, faisant référence à la maladresse légendaire de Su' quand il ne faisait pas appel à ses capacités ou quand il ne bossait pas, avant de laisser les deux amis seuls.

- Va vraiment falloir lui trouver une copine, lui. L'hôpital qui se fout de la charité. Le remarque lui avait échappé, et avant qu'Eun-Sil ne saisisse l'occasion pour le moquer, il reprit : L'a perdu un pari, du coup, il porte mes affaires ce soir. Et encore, j'suis sympa, il d'vait terminer mon taff à la maison, à la base. Il sourit de nouveau, avant de terminer le plat de nouilles, puis de s'étirer. Bon, du coup, tu bois un peu avant d'aller au dojo ou tu préfères être hyper-ponctuelle, quitte à attendre devant ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 19 Fév 2014 - 21:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Comme son confrère s’arrêta au plein milieu d’une remarque bien pendue, Eun-Sil se contenta d’émettre un son d’agacement. En réalité, elle adorait se faire charrier par son voisin parce qu’elle savait désormais qu’il n’était toujours question que de plaisanterie et non de critiques amères. Et Suzaku acceptait tout autant de se faire charrier. Donnant donnant en quelque sorte. Voilà pourquoi elle acceptait cette chamaillerie sans lui donner violemment des coups.

La coréenne moulina des bras pour tenter de calmer son voisin qui voulait tout bonnement mettre fin aux jours du patron du meilleur resto chinois du coin. « Bâtard toi-même ! Touche à Chong et t’es mort ! » Elle le menaça même du regard. « Aller, calme-toi et crie pas si fort. On est pas censé être au courant. C’est juste que je l’ai entendu parler en venant. Il veut piquer les clients de je ne sais quel resto. Se faire un gros coup de pub. En marchant sur la surprise. Alors le lance pas à tout le monde ! » Elle l’aurait bien gratifié d’une tape amicale s’il ne s’était pas trouvé de l’autre côté de la table.

Elle plissa les yeux, avant de se laisser complètement aller sur le dossier de sa chaise. Elle venait de réaliser qu’elle n’avait jamais mentionné à son voisin qu’elle savait aussi se battre en règle et non juste foutre des poings dans le pif des fouineurs. Et elle tenait à savourer cela. Parce qu’elle ne connaissait nullement les dons pour le combat de son ami. « J’ai dit que j’allais regarder. Après, si on me pousse au centre, j’hésiterai pas à engager le combat. Même contre toi. » Avec leurs plaisanteries enfantines, ni l’un ni l’autre ne semblaient réellement s’attendre à pareille confrontation. Après tout, chose étonnante, Eun-Sil n’avait jamais roué de coups son confrère alors que cet épisode semblait pourtant un passage obligé pour pouvoir approcher la coréenne.

Elle répondit au rire de Suzaku lorsqu’ils abordèrent le sujet du voisin au chat. Non, Eun-Sil ne faisait pas exprès. Quoi que, ce con de chat ne savait pas encore ouvrir les portes tout de même ! Elle avait donc dû bel et bien faire cette erreur elle-même. « D’ailleurs, faudra que j’y passe. Chez toi. Peut-être pas demain, vu la masse de touristes qu’il y aura déjà…quoi que, ça doit faire longtemps que j’ai pas prié mes anciens. » Elle pensait à voix haute .Mais ne s’offusqua pas du fait que son ami ait pu l’entendre.

Elle se mit à grogner en réponse à sa critique. Juste pour lui montrer qu’elle ne devait absolument pas faire peur en agissant de la sorte. Par la suite, elle se fendit d’un sourire, en voyant Park se faire démasquer. Même si ce dernier avait probablement des origines communes avec la jeune femme, elle se désintéressa bien vite de lui pour reporter son attention sur le mangeur de nouilles. « Pourquoi tu veux le case ? ça apporte plus de problèmes qu’autre chose, d’être en couple. » Comme si elle en savait quelque chose. Elle se contenta de rire à la suite, sachant que son voisin adorait les "échanges" de services avec ses nombreux amis. Elle ne plaignait nullement Park. Après tout, il n’était question que d’un léger sac, le coréen pouvait bien le porter.

Elle chassa sa dernière remarque d’un revers de main. Ok. Il n’avait rien inventé. Eun-Sil était du genre ponctuelle même si elle se permettait largement d’être en retard si la soirée ne lui disait rien. Mais elle savait qu’un maître de dojo était plus que respectueux des horaires. A quoi bon se précipiter. Par contre, chose étonnante, elle refusa catégoriquement de prendre une autre bière. « Oublie. Si je bois, je pourrais pas m’arrêter. Et je serais incapable de profiter du spectacle des combats. » Elle continua sur une note bien plus festive. « Et je veux être sobre pour te voir te faire éclater. » Oh que oui. Elle ne manquerait ça pour rien au monde. Si elle pouvait boire comme un trou une fois lancée, elle avait l’incroyable capacité de pouvoir dire non et de s’y tenir. Et elle tiendrait. De plus, vu le mal de tête qu’elle se payait depuis le début de la soirée, elle ne tenait pas particulièrement à l’amplifier par plaisir. « Au fait, tu es de quel signe ? » Ok, rien à voir. Mais bon, on était tout de même entrain de fêter la nouvelle année, en passant du serpent d’eau au cheval de bois alors… peut-être que cette année porterait chance à son ami. En y pensant, Eun-Sil essaya de compter les symboles célestes pour se souvenir de quand elle avait fêté son propre ascendant pour la dernière fois.

« WHAAA ! »

Oui. Elle venait tout bonnement de crier en se pliant en deux. « Oh la vache ! J’ai bien cru que tu venais de me donner un coup de poing. Mon estomac est contre la diète visiblement… » Elle faisait référence à son abstinence en matière de boissons. « D’ailleurs, j’ai reçu des bons pour l’ouverture des nouveaux bains thermaux, tu en veux ? » Elle fouina frénétiquement avant de se souvenir qu’elle n’avait pas pris de sac et haussa les épaules en guise d’excuse. Elle faisait référence aux locaux traditionnels qui venaient d’éclore non loin de l. Par les anciens, comme la coréenne aimait ces bains. Ok, ça n’avait rien des sources d’eaux chaudes à flanc de montagne mais ces centres de bien-être faisait mortellement du bien et permettait une bonne hygiène du corps.

« On peut y aller ensemble un de ses soirs si t’as pas répèt’ ? » La proposition n’était en rien galante. Du moins pas pour la coréenne. Car chez elle, sans son pays, on allait aux bains publics en famille.

Spoiler:
 

Les deux amis discutèrent ainsi pendant pratiquement une heure entière. Aucun d'eux n'eut besoin de forcer pour trouver un sujet de conversation. Cela venait naturellement. Eun-Sil s'offrit finalement une bière, même si elle avait prétendu ne rien prendre et une franche rigolade s'installa bien rapidement à la table. Si ni l'un ni l'autre n'avait passé son temps à regarder sa montre en s'inquiétant de louper la début des festivités, ils furent bien vite rattrapé par l'ambiance générale qui changea subitement. Oui, tout commençait à s'animer car dans ce coin de ChinaTown on ne voulait qu'une seule chose: voir les tournois au dojo. Avalant cul sec la fin de sa chope, Eun-Sil se retrouva sur ses pieds en un rien de temps. Le moment était venu. Et ça allait être grandiose!

Accompagnée par son confrère, ils traversèrent tant bien que mal les rues bondées où musique et lumière ne faisaient plus qu'un. La coréenne aurait souhaité courir comme une aliénée pour gagner la salle d'entrainement au plus vite, mais avec la densité de la foule, rien de tel n'était possible. Après un petit quart d'heure de marche, ils se retrouvèrent finalement à l'entrée du bâtiment traditionnel. Deux filles gigantesques y menaient: une pour les hommes - qui se battraient - et une pour les femmes - qui regarderaient. Il était temps de se séparer. D'une révérence asiatique, Eun-Sil salua son meilleur ami avant de s'éclipser. Ils se retrouveraient à l'intérieur.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 3 Juin 2014 - 17:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Su' se sentit très con -et on n'était peut-être pas si loin de la vérité, en fait-, quand Eun-Sil lui gueula dessus, en disant que Chong faisait une surprise pour un coup de pub monstrueux. Ce vicieux ! C'était évident !

- C'te fourbe... J'pouvais pas savoir, moi ! Pas taper ! Il se recroquevilla, de manière à peine exagérée. Nan, mais c'est qu'elle pouvait faire flipper, la Coréenne ! Enfin, presque. L'hôte de Raijin ne retint pas sa surprise quand elle déclara qu'elle allait se contenter de regarder, à priori. Toi, te retenir quand y a d'la castagne ? J'demande à voir !

Su' lui servit un sourire taquin. On ne pouvait pas dire qu'Eun-Sil avait le tempérament le plus calme qui existe, loin de là. Bon, d'accord, c'était des bastons de bar à chaque fois, rien à voir avec les échanges respectueux -plus ou moins- qu'on s'envoyait sur un tatami. Mais tout de même ! Partagé entre déception et résignation, Suzaku fit la moue, hochant la tête quand la jeune femme émit l'idée de passer chez lui pour prier ses anciens. Les traditions, ça restait important, et elle avait dû se rendre compte qu'il le pensait réellement, à force de le côtoyer, notamment quand elle l'avait amené face au sakura de Lincoln. Son air boudeur fit place très rapidement à un fou rire quand elle répliqua à son commentaire sur Park.

- Un homme doit faire certaines choses dans sa vie, déclara-t-il en prenant soudainement un air sérieux, avant d'exploser de nouveau de rire. Nan, crois-moi, lui, ça lui f'rait du bien.

Il se contenta de sourire à la pique de la Coréenne, se disant qu'elle aurait peut-être bien une sacrée surprise s'il arrivait à étaler ses adversaires. Non pas qu'il doutait de ses capacités, mais son épaule était encore un poil fragile. Mais il en avait ras le cul d'attendre que sa "rééducation soit terminée" pour faire de la vraie baston. Utiliser ses dons, c'était drôle cinq minutes, faire que ça et arrêter les vols pendant aussi longtemps, il se faisait chier comme un rat mort. La discussion continua ainsi, entre piques et sujets de conversations plus ou moins anodins, comme d'habitude. Su' parvint même à la convaincre de se prendre une bière au final. L'activité commençant à se manifester de plus en plus, ils bougèrent en direction du dojo, se retrouvant séparés dans les files d'attente. Suzaku ne se priva pas de lui servir de nouveau une moue mécontente en la voyant rejoindre les spectatrices.
Bah, ça sera pour une autre fois.
Pour une fois, on pense la même chose.
Ca, par contre, c'est inquiétant.
L'Asiatique retrouva Park dans les vestiaires et se changea rapidement, enfilant son keikogi. Avant de fermer son haut, il effleura du bout du doigt sa cicatrice, pas franchement jolie, à l'épaule, grimaçant.

- Hey, Park.
- Hm ?
- Frappe ici, steuplait.

Le concerné haussa un sourcil, incertain.

- T'es sûr de ton coup, là ?
- Frappe, que j'te dis !

Son ami obtempéra, lui envoyant une patate de toutes ses forces. Sous le coup de la douleur, Su' dut se rattraper à un casier pour ne pas juste s'effondrer. Un long gémissement s'échappa de ses lèvres closes, attirant les regards de certains concurrents alentour du même coup. Il lui fallut quelques secondes pour que ses jambes redeviennent des solides appuis, et une désagréable sensation de brûlure resta une bonne minute.

- Okay, merci.

Visiblement, il aurait dû vérifier avant à quel point sa blessure était sensible bien avant. Mais bon, s'il l'avait fait avec Miyako, il y avait également de fortes chances qu'elle se serait assurée qu'il ne puisse pas participer au tournoi. Elle, et son foutu rôle de protectrice... Il roula des épaules pour se désengourdir avant de finir de fermer son keikogi, suite à quoi, ils s'avancèrent sur les tatamis. Rapidement, les combats furent arrangés -le vieux maitre n'eut aucun mal à discipliner tout ce petit monde, son aura de Yoda jaune aidant- et débutèrent tour à tour.

Lors de son premier affrontement, Su' tomba face à un judoka taillé comme un buffle. Avec des narines de buffle, aussi. C'était assez perturbant, en vérité. Surtout qu'il semblait ultra-vénère, avec sa veine qui ressortait au niveau de sa tempe et ses sourcils froncés. Non pas que ça effrayait l'Asiatique. Il avait déjà rencontré des bourrins autrement plus flippants dans le Cartel, mais il se dit que ce serait probablement une bonne idée de ne pas se faire choper, s'il comptait ne pas utiliser ses dons. Le bougre était véloce et agile en dépit de sa carrure, et il faillit le choper deux ou trois fois au niveau du col, récoltant quelques coups au passage. En le prenant de vitesse, au bout de quelques minutes -de toute évidence, l'endurance, c'était pas son truc-, Su' balaya les piliers qui servaient de jambes au bourrin, le faisant chuter lourdement. Le Miura se fendit d'un large sourire, tendant sa main pour aider son adversaire à se relever.
En vrai, il s'était défoncé les tibias. Mais quel sanglier, ce mec !

Profitant de la pause entre deux affrontements, il se tourna vers le public, les bancs, tentant de repérer Eun-Sil pour la défier du regard, dans le genre "T'as vu que j'suis pas si mauvais". Bon, d'accord, c'était la première épreuve. Mais un peu d'égo caressé dans le sens du poil n'avait jamais fait de mal à personne, n'est-ce pas ? Le second combat ne tarda pas à arriver et Su' tomba face à... Park ? De nouveau, ses lèvres s'étirèrent, d'une manière vorace cette fois, alors qu'il faisait craquer ses doigts.

- T'as réussi à aligner l'premier ? demanda-t-il, sincèrement étonné.
- Faciiiile, avança le Coréen, pas franchement certain de vouloir se frotter à son boss après avoir vu ses capacités en action des dizaines de fois, de manière bien plus dangereuses que sur un tatami.
- Bieeeeeen. On va voir si, ici aussi, t'arrives à cheaté. Prêt ?

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 20 Juin 2014 - 20:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Soupirant et à la limite de taper du pied, juste par principe, Eun-Sil étira le coup sur la droite pour regarder la longue queue au-devant d’elle qui serpentait jusqu’au dojo. Qu’elle riche idée qu’elle avait eue là ! Si elle avait eu un peu plus de jugeote, elle se serait probablement présentée beaucoup plus tôt devant le bâtiment centenaire pour s’installer confortablement à l’ombre des imposantes colonnes de bois peint mais non, elle avait décidé de festoyer encore un peu avant de s’enfermer. Misère… Il lui fallut pas moins d’une petite trentaine de minutes avant de rejoindre l’intérieur et le pire était à venir. Jouer des pieds et des mains pour tenter de se trouver une place – pas derrière ces putains de piliers ! – et poser ses fesses sur le sol, en tailleur et enfin, attendre encore. Elle vit passer le maître des lieux, pieds nus, passant une sorte de linge humide sur la totalité des tatamis pour tenter d’en extraire encore un peu de l’antique poussière qui s’y était déposée. Les participants étaient répartis en face du rang compact de femmes qui murmuraient poliment avec leurs voisines. Eun-Sil ravala un commentaire en se disant que véritablement, elle aurait dû se trouver de l’autre côté et que l’éventail ne lui sciait guère. Mais elle n’y pouvait pas grand-chose. Enserrant ses pieds de ses mains, elle battait des genoux en attendant que l’action se mette en route. Et elle ne fut pas déçue. L’ambiance se transforma bien vite en quelque chose de bien plus électrique que prévu et si le côté féminin n’applaudit pas chaleureusement les combattants, Eun-Sil laissa libre court à sa bonne humeur avant de se faire royalement remettre en place par le Sensei qui lui intimait le silence. Croisant les bras sur sa poitrine, elle mâchouillait ses lèvres tout en calculant les pronostics de réussites des candidats. Elle rit sournoisement en voyant débarquer l’adversaire de Suzaku, bien heureuse de ne pas elle-même avoir à faire à lui. Avec aussi d’entrain que si elle s’était trouvée elle-même sur le terrain, elle ripostait mentalement aux coups qu’envoyait le judoka à l’encontre de son meilleur ami tout en ne perdant pas une seule miette du combat réel. On lui secoua vivement la manche et elle se contenta de chasser ce mouvement de l’épaule. A nouveau on la secoua alors que Su’ allait finalement mettre un terme à ce combat bien inégal. Elle ronchonna un « quoi » en se tournant pour faire face à un jeune gamin qu’elle croisait trop souvent ces temps-ci. « Ya ! Dong-Yul ! Tu n’as rien à faire de ce côté, fiche moi le camp ! » Et elle se reconcentra sur le combat alors que le petit se pencha jusqu’à son oreille pour lui murmurer quelques mots. Au regard qu’elle lui jeta en retour, ça n’annonçait rien de bon. La femme assise juste derrière elle posa délicatement une main sur son dos pour lui signifier avec respect qu’elle ne voyait plus rien avec le jeune garçon debout devant Eun-Sil. La coréenne s’inclina en excuse avant de se redresser et de sortir du rang avec son jeune ami qui trottait au-devant d’elle.


La coréenne ne réapparut qu’une poignée de minutes plus tard. A son retour, le combat entre Suzaku et Park avait cessé pour à nouveau déclarer le japonais vainqueur. De quoi mettre à mal l’orgueil des coréens assis dans les rangs. Elle croisa le chemin de son lointain cousin, un peu abimé par les coups reçus. Au regard qui lui lança, elle répliqua un amical « qu’est-ce que tu regardes ? » avant de le dépasser et de prendre place. Au centre du terrain, face à son meilleur pote.

Dong-Yul était venue la chercher pour une raison qui avait fait tout bonnement bondir le cœur de la coréenne. LE représentant de la Fremont Street n’était toujours pas arrivé au Dojo et il avait donc fallut trouver le plus vite possible un remplaçant. Par un heureux hasard, la coréenne avait répondu le plus rapidement et s’était montrée la plus persuasive auprès des Sensei qui attendaient dans les vestiaires. Probablement qu’ils avaient confirmé ce choix en souhaitant de tout cœur éviter un esclandre sur place publique. Quoi qu’il en soit, Eun-Sil se retrouvait également en kimono – trop large pour elle – et avec ses cheveux relevés en arrière par un chignon ma fois, faisait presque impression de maîtriser les arts martiaux. En soit, ça n’était pas totalement faux vu ses années de pratique de Tae-kwon-do, mais de là à être capable de rivaliser avec des gars entraînés et grisés le jour du nouvel an… il y avait une petite marge. S’avançant sur les tatamis, elle stoppa ses pas à quelques mètres de son adversaire et s’inclina en avant. Un large sourire – qu’elle essayait de contenir – lui étirait les traits. Depuis quand rêvait-elle de pouvoir se mesurer au musicien ? Probablement que la rivalité était leur seul lien véritablement rigide, même si l’amitié qui les liait était de plus en plus forte. Elle ne s’était jamais rendue compte que son ami savait se battre dans les règles mais en l’ayant observé pendant presque deux combats, elle ne pouvait être qu’admirative, et bien heureuse de devoir lui faire mordre la poussière pour rééquilibrer le score des coréens qui se faisaient battre largement sur le tatami du Miura.

« C’est bon, t’es chaud ? » Plaisanterie bien ironique quand on savait qu’Eun-Sil revenait à peine des vestiaires et qu’en effet, elle n’avait pas fait rouler ses muscles en guise d’échauffement. « T’as intérêt à pas te retenir. Si je passe la porte des vestiaires moins amochée que Park, la communauté coréenne ne pourra l’accepter. » Un puissant Hadjime raisonna juste à côté d’eux sur le tatami. L’arbitre était prêt. Tous les coups permis. Bah ça allait être grandiose. Fléchissant les genoux, le pied gauche légèrement en avant, Eun-Sil replia les coudes et positionna ses mains à hauteur de visage, points ouverts. Elle savait qu’il lui faudrait être plus rapide que Suzaku. Elle n’était pas faite pour les prises emprisonnant les membres ou clouant au sol préférant de loin des frappes directes à vous clouer au sol avec un KO. Mais son ami était rapide et vif et se faufilait à travers toutes les attaques. Du moins, à ce qu’elle en avait vu jusqu’ici. « Celui qui perd, dois une tournée à l’autre. » Car de toute manière, il y aurait boisson à gogo en fin de match. Elle ne devait tenir debout que trois minutes après tout, alors autant faire durer le plaisir. Elle n’attendit pas que son voisin bouge le premier, sachant qu’il préférait refuser par habitude et par amitié. Mais en forçant le geste, Eun-Sil avait peut-être des chances de prendre véritablement plaisir à cette confrontation.

Elle tira un droit puissant en direction de son ami, comme pour lui dire qu’ils n’avaient en fin de compte pas le choix. Ce premier coup ne le toucha pas. Ce qui motiva Eun-Sil à s’approcher d’avantage tout en essayant de garder ses distances avec le japonais. Ils allaient probablement finir par tourner en rond mais au moins, elle ne serait pas mise au sol en trois coups. Il fallait qu’elle le déstabilise. Sautillant sur ses pieds et jouant des mains en les utilisant pour claquer son adversaire tantôt au visage, tantôt aux bras, elle s’éloignait toujours d’un pas pour mieux revenir sur lui. Si elle réussit à contrer les parades de son ami, elle ne lui fit pas grand mal, balayant plus du vent qu’autre chose avec ses mouvements faits pour agacer. Jusqu’au moment où elle avança plus profondément dans la défense de Suzaku et lui asséna un gauche en plein milieu du front. Du moins, là en était l’intention mais son ami dévia au dernier moment et elle se retrouva trop en avant pour reculer avant qu’il ne réagisse. Il allait pouvoir avoir main prise sur elle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 28 Juin 2014 - 0:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Park se débrouillait bien. Bien mieux que ce qu'avait prévu Suzaku, en tout cas. Fallait dire que Park n'était pas celui qui se trouvait dans le feu de l'action, dans les opérations. Le voir se battre était rare et les quelques fois où cela avait dû arriver, le chef de gang n'y avait pas prêté attention. Sans dire qu'il le regrettait, il en vint à penser qu'il aurait peut-être dû faire plus gaffe aux talents cachés du technopathe. Après une petite dizaine de secondes à se regarder dans le blanc dans les yeux, à déterminer lequel engagerait, ils avaient finalement commencé à s'échanger quelques politesses. Gonflé à bloc par sa précédente victoire, l'adrénaline gorgeant son sang, Su' prévoyait les coups du jeune homme sans trop de difficultés. Il pensait que le combat était déjà gagné et que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne trouve l'ouverture pour allonger son ami. Il n'aurait pas dû oublier que sur les jeux de stratégie, il était un sacré rival. Sans que rien ne le laisse présager, au bout d'une minute de combat, Park commença à placer des feintes et frappa sans retenue l'épaule blessée de son ami. Mugissant de douleur, Suzaku fit un bond en arrière, comme un chat qu'on aurait piqué, les poils hérissés en moins. Il fusilla le Coréen du regard.

- 'Spèce de...

Le technopathe fondit sur lui, sans lui laisser le temps de souffler, tentant de balayer les jambes de Su', qui fit de nouveau un saut en arrière, manquant de sortir de la zone de combat. Le coup suivant, ce fut par une roulade de dernière minute, où il dut appuyer de nouveau sur son épaule sensible dans un grognement de douleur, qu'il l'évita. La colère commença à prendre le dessus et il abandonna la notion des coups académiques, pour redevenir le combattant des rues. Sautant sur le membre de son gang, il envoya sa main grande ouverte dans son visage. Pas pour le frapper. Pour l'attraper et l'aveugler au passage. Park ne s'était visiblement pas attendu à une contre-attaque aussi fulgurante et fut envoyé au plancher illico presto. Il tenta de se réceptionner dans une roulade, mais Suzaku exultait de rage. L'attrapant au col, il le releva malgré son bras engourdi et lui plaça un violent coup de genou dans l'abdomen, se récoltant un avertissement de l'arbitre qui calma le jeu. Les deux amis se séparèrent et reprirent leur souffle l'espace d'une seconde. L'hôte de Raijin se massait l'épaule quand le coréen se tenait les côtes.

La suite ? Et bien, Park ne parvint pas à tenir le rythme plus longtemps et se récolta quelques coups bien sentis qui achevèrent de le mettre au tapis. Encore bouillant de rage, la sueur coulant sur son visage, Su' tendit la main à son compagnon de galère pour l'aider à se relever.

- T'l'as cherché.
- Bon, j'pense qu'il va falloir que je m'arrange avec Miyako pour qu'elle m'entraine un peu.

Le chef de gang le fixa quelques secondes, un large sourire étirant lentement ses lèvres. Un sourire sadique, évidemment.

- Ca, sans déconner. J'demande à voir.

Un salut plus tard, Park quittait le terrain et Suzaku en profita pour souffler un peu, se laissant tomber le cul à terre, en se massant son épaule qui le brûlait toujours. Quel enfoiré ! C'était prévisible pourtant, il savait à quel point il avait morflé avec ce coup de hache ! Encore sous le coup de l'adrénaline, il ne pensait pas au combat suivant, qui arriva pourtant bien rapidement. Son sourire revint se peindre ses traits, alors qu'un de ses sourcils se haussait.

- "J'ai dit qu'j'allais regarder", hein ? Il se releva, inspirant un bon coup. Là, y avait du challenge. Il ne s'était jamais mesuré à Eun-Sil et de ce qu'il en avait vu quand ça commençait à chauffer dans les bars, ça pouvait être carrément marrant. Puis après tout, une agente de l'UNISON, ça devait s'y connaitre en arts martiaux, nan ? Moins amoché qu'Park ? T'veux pas que j't'offre une rose, tant qu't'y es ?

Certes, ça allait probablement lui faire bizarre de taper sur elle au départ. Mais son instinct lui disait qu'après un coup ou deux, il s'en accomoderait rapidement. Puis, c'était pas comme s'il devait lui infliger une correction, façon punition de la Triade. Là, clairement, il aurait hésité. Mais un combat de dojo... Nan, c'était parfait ! La foule qui les regardait les électrisait -sans mauvais jeu de mots-, le Nouvel An, tout... Les conditions semblaient presque même trop parfaites. Mais autant en profiter, dans ce cas, non ?

- Une ? Arf... Et moi qui pensait pouvoir m'rincer le gosier à ton compte !

Eun-Sil engagea, ce qui n'était pas pour lui déplaire. S'il avait dû porter le premier coup, il aurait probablement hésité au dernier moment, en laissant un ascendant de malade à la coréenne. En parant et en esquivant simplement au départ, il pouvait se mettre dans le combat. Et oublier qu'elle était une amie, avec un e à la fin. C'était un détail, mais un détail d'importance tout de même ! Fallait dire qu'elle se débrouillait bien. Elle était rapide et ses frappes n'étaient pas hasardeuses. L'idée qu'il aurait dû lui faire boire peut-être plus qu'une bière vogua dans son esprit, avant d'être remplacée bien rapidement par l'intensité du combat. La jeune femme finit par prendre un risque, en voulant enfoncer sa défense. Grosse erreur. Il n'était pas encore assez épuisé pour se risquer à ce genre de choses. Il dévia -certes, assez tardivement- le coup du gauche et, pivotant sur lui-même en constatant qu'il n'avait pas la place pour manoeuvrer à son aise, lui infligea un violent coup d'épaule droite dans le plexus solaire, coupant net sa respiration, après quoi il voulut envoyer sa paume gauche dans la face de la coréenne.

Pas aussi fort qu'il l'aurait voulu, mais le coup la déstabilisa quand même, en la touchant juste au-dessus du nez. Le choc remonta dans son bras encore douloureux, et il grimaça. Ce qui n'échappa pas à Eun-Sil, évidemment. Se reprenant aussi sec, elle lui envoya une gauche bien sentie dans la mâchoire, le faisant reculer de quelques pas en vacillant à son tour. Un goût de sang envahit la bouche du jeune homme et il se rendit compte que sa lèvre était légèrement fendue. De nouveau, il sourit.

- C'est qu'ils feraient mal, ces p'tits bras.

Lui lançant un regard de défi, il bondit sur la droite sans prévenir, voulant soudainement se risquer à un combat rapproché, un peu à la manière dont elle l'avait fait pour le déstabiliser. Se rendant compte que l'excitation lui faisait produire un semblant d'électricité qui courut l'espace d'une demi-seconde sur sa peau habillée du keikogi. Perturbé, son mouvement s'en trouva ralenti et elle n'eut aucun mal à le contrer et l'envoyer bouler. Il secoua la tête, se remettant sur ses appuis, perturbé. Certes, l'adrénaline devait saturer son sang, mais quand même...

Qu'est-ce que tu fous ?
Pas ma faute.

Su' n'approfondit pas le sujet et consulta Eun-Sil du regard. Et vu la tête qu'elle tirait, y avait pas vraiment de doute : elle avait vu quelque chose. Avec un peu de bol, elle penserait qu'elle avait rêvé. Sauf si l'électricité avait parcouru son corps. C'était une sensation que le corps ne pouvait ignorer. Mais, là, surtout, c'était une opportunité à prendre. Fonçant à nouveau sans geste avant-coureur, il parvint à lui envoyer un direct, entamant sa lèvre à son tour.

    Lancer de dés :
    - Réussite : Suzaku gagne le combat.
    - Echec : Eun-Sil gagne le combat.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 28 Juin 2014 - 0:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4440
ϟ Nombre de Messages RP : 4041
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4440
ϟ Nombre de Messages RP : 4041
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Suzaku Miura' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
Gagner avec respect, perdre avec honneur 8033271204271157071469499775531
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 13 Aoû 2014 - 19:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une chose très agréable avec Suzaku était sa bonne humeur transmissible. Sa mauvaise aussi d’ailleurs. En règle générale, Eun-Sil répondait à l’unisson avec les émotions de son plus proche ami même s’il était déjà arrivé qu’elle soit à un tel point entrain de broyer du noir que même la bonne humeur communicative de son ami n’en venait pas à bout. Aujourd’hui ne faisait pas défaut à la règle. Passé la période de surprise – à se retrouver à combattre l’un contre l’autre – Su se montra d’excellente humeur, à la grande satisfaction de son adversaire qui n’en demandait pas moins du japonais. C’était assez amusant d’ailleurs, de pouvoir une fois pour toute s’en mettre plein la gueule et en venir aux mains sans qu’aucune des deux parties soient violemment impliquées. Ils étaient des combattants, probablement le seul couple qui ne voulait pas mettre au tapis l’autre pour la victoire du tournoi mais pour une victoire sur lui-même. Car là était bien l’impression de la coréenne. Elle ne devait pas être capable de battre son meilleur ami mais son propre esprit. Et c’était bien plus grisant que ce qu’elle avait toujours dû affronter. Elle remercia silencieusement Park d’avoir déjà bien esquinté le japonais qui lui faisait face sans quoi elle n’aurait pas eu la moindre chance de seulement le toucher une fois. Mais à croire que les Anciens étaient de son côté. Pour ce match du moins.

Autant dire que Suzaku ne manquait pas de tact et si Eun-Sil expira violemment plus d’une fois à cause de ses frappes bien placées – et il fallait l’avouer, bien douloureuses – elle ne pu que se prendre au jeu et en demander toujours plus. Elle mit plusieurs secondes à s’adapter au style de son ami en multipliant d’abord plusieurs erreurs de débutant avant de se positionner clairement sur ses positions et aux répliques à aborder si elle voulait pouvoir avoir une chance de ne pas se faire exploser royalement à la prochaine salve. A force de retenir sa respiration pour calculer son adversaire, elle était essoufflée et se félicita intérieurement d’être capable de tenir encore deux minutes à ce rythme-là sous peine d’être largement hors course. Et vlan. Une baffe – certes amicale – de la part de son voisin la fit chanceler et elle secoua vivement la tête pour retrouver ses esprits en chasser la douleur qui lui parcourait le nez avant de fixer à nouveau ses yeux sur son ami qui semblait grimacer sous une douleur plus violente encore. Elle baissa le regard. L’épaule ? Elle n’avait pas pu observer le combat qu’il avait mené contre Park et ne savait pas si le coréen l’avait blessé ou diminué mais décida de réagir avant qu’il ne le fasse lui-même. Alors qu’il ramenait à lui le bras qui l’avait frappée au visage, elle lui décrocha un gauche assez rapide qui percuta sa mâchoire avec plus de puissance qu’elle ne l’aurait voulu. Fort heureusement d’ailleurs qu’il répliqua avec ironie droit derrière sinon quoi elle se serait presque demandée si son coup n’avait pas été trop violent – et trop irrespectueux – pour son ami asiatique. Elle répondit à son sourire par une sorte de demi grimace de défi. Il allait voir, ce que ça faisait que de se battre contre la petite boule de frustration qu’était la coréenne.

Les deux se sautèrent pratiquement dessus, mués par le plaisir de partager un combat et de trouver assez de répondant chez l’adversaire pour déverser leur puissance. La poussée en avant de Su la surprit et elle recula un instant le haut du corps pour se protéger de ses coups. Alors qu’il attaquait, elle sentit comme une impulsion électrique qu’elle relégua à l’électricité statique. C’était rare, mais il lui était déjà arrivé lors d’entraînements de se faire secouer en montant sur les tapis lorsque ces derniers n’étaient pas exécutés en matière plastique mais en quelque chose d’approchant. Son esprit lui indiqua pourtant que la salle était tout ce qu’il y avait de conventionnel et qu’elle n’aurait en aucun cas dû sentir ce phénomène ici. Perdue dans son combat, elle garda cette info pour plus tard. Elle fronça néanmoins les sourcils en voyant Suzaku la questionner du regard. Il venait véritablement de se passer quelque chose d’étrange ? Elle n’en savait trop rien. Elle avait eu tout l’après-midi l’impression que quelque chose n’allait pas, qu’elle n’allait pas alors qu’elle se réjouissait depuis pratiquement tout un mois entier de pouvoir participer au Nouvel an chinois. Elle ne savait d’où ça provenait. Peut-être avait-elle à nouveau agi bizarrement et que Suzaku avait simplement relevé la tête en réponse à ses gestes bizarres ? Elle n’eut guère le temps de réfléchir : elle se prit un magnifique poing dans les gencives et chancela en arrière. Le japonais était donc rancunier ? Resserrant sa mâchoire, elle s’inclina un instant en avant pour reprendre son équilibre après le coup donné. Il devait à peine rester dans les trente secondes avant le cri du sensei annonçant la fin du combat. Sa dernière chance. A nouveau, l’impression étrange que quelque chose n’allait pas s’empara d’elle et la perturba pendant quelques fractions de secondes, laissant le plaisir à Suzaku d’attaquer à nouveau. Incroyablement réactive – et probablement parce que le japonais se trouvait bien diminué du tournoi d’avant – elle réussit à placer son épaule au niveau du torse de son ami qui tentait à nouveau de la frapper au visage. Heureusement, l’asiatique était un poids plume – pas de ces gros calibres de 100kg contre qui Eun-Sil était incapable de rivaliser. Usant d’une technique plus présente dans le judo que dans le tae-kwon-do, la coréenne utilisa le poids et la force de Suzaku pour le projeter par-dessus son épaule et l’envoyer au sol à ses pieds en lui faisait exécuter une magnifique culbute. Elle manqua l’instant d’après de se retrouver elle aussi eu sol, suivant le mouvement. D’ailleurs comme son voisin avait de splendides réflexes, il n’avait pas touché le sol avec ses deux épaules. Sentant l’arbitre se rapprocher, Eun-Sil usa de malice et l’espace d’un instant, fit semblant de se lancer sur son ami les deux genoux en avant pour le plaquer au sol. Dans le but de se protéger, Suzaku appuya tout son buste au sol pour être prêt à réceptionner la coréenne. Il n’en eut pas besoin. L’arbitre avait crié la fin du match. Et il avait posé les deux épaules au sol.

Si Eun-Sil frima pendant trente secondes, savourant une victoire sur son meilleur ami, elle déchanta bien vite en se retrouvant face à un vietnamien qui l’envoya valser avant même qu’elle n’ait pu se mettre en position de défense. Elle quitta le terrain pliée en deux, l’impression que son ventre allait imploser si elle se dépliait. Comme la plus part des participants, elle rejoignit les vestiaires pour une douche rapide et puis la grande salle pour réintégrer le rang des femmes, opposé au rang des hommes qui comptait désormais tous les combattants ayant perdus les précédents combats. Elle regarda la suite avec un pincement au cœur, trouvant le divertissement bien moindre maintenant qu’elle avait envoyé au vestiaire Suzaku. Elle dut attendre en réalité la fin complète des combats pour retrouver un minimum de gaieté – et de prestance – et rejoignit Suzaku ainsi que Park pour la tournée générale qui s’offrait chez le vieux chinois pour célébrer le nouvel an. Les moqueries comme les blagues allaient bon train et on aborda tellement de sujets qu’en se réveillant au beau milieu du dojo – l’alcool aidant – Eun-Sil ne se souvint même plus comment elle s’était ouverte la lèvre. Elle ne se souvint même pas comment elle en était venu à dormir dans ce lieu d’ailleurs, avant de se dire avec amusement que c’était probablement le japonais qui lui avait fait ce coup-là sachant pertinemment que les coréens ne tenaient absolument pas l’alcool. Elle retrouva d’ailleurs Park dans une situation encore bien plus délicate et se rendant aux vestiaires pour se laver le visage et les deux coréens cheminèrent jusqu’à la bordure de China Town en bavardant de temps à autre dans leur langue natale avant de se séparer – pour mieux se retrouver le soir venu en compagnie de Suzaku et du groupe de musique entier. Les festivités dureraient toute la semaine et Eun-Sil était bien décidée à en profiter un maximum.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Gagner avec respect, perdre avec honneur
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_6Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_8


Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_1Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_2bisGagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Gagner avec respect, perdre avec honneur
» L'Honneur d'un Chevalier.
» Adieux avec Damon/Retrouvaille avec Elena (PV Elena-Damon-Hannah)
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_6Gagner avec respect, perdre avec honneur Cadre_cat_8
Sauter vers: